Vous êtes sur la page 1sur 5

GENERATION FUTURE

-Prologue-

Depuis fort longtemps, la République démocratique du Congo se


veut une nouvelle société bâtie sur des valeurs humaines et civiques. Pour cette raison,
le pays a tenté sans relâche à mettre en place des mécanismes afin de donner corps à cet
idéal. Mais, coincé au milieu du labyrinthe, notre pays, s’est ravisé de concrétiser son
idéal. Cela dit, de tous les liens qui puissent exister, seul le lien que peut avoir un citoyen
et son pays semble être originel.

Il est aussi nécessairement de dire que cette appartenance est fondée


sur la reconnaissance inextricable de ce citoyen à sa patrie, et si cette appartenance est
pure, elle doit également engendrer le vouloir-vivre collectif entre citoyens, sinon le
terme même de la patrie perdrait tout son sens.

Nous félicitons la bravoure de tous les citoyens congolais qui ont


discerné sérieusement le principe de « la coalition des forces et des efforts », sans cela
aujourd’hui, nous ne parlerons pas de la génération future, une association sans but
lucratif. Elle est dans une quête incontournable du changement des valeurs sociales et
civiques ou plus exactement, à la quête du développement, chose qui doit absolument
découler de la participation de ses citoyens et plus particulièrement des jeunes dans les
structures de développement de la RDC.

Notre pays est, sans nul doute, dominé par l’occupation


remarquable des jeunes, qui d’ailleurs, constitue la clef de voute de cette nation, mais
hélas, les benjamins de la nation sont jusqu’à ce jour ignorants de leur participation au
sein des structures de l’Etat dont ils sont ressortissants.

Selon certaines estimations, il y a soixante pourcent des jeunes


filles et garçons qui occupent une place cardinale au sein de notre société, tout un bloc
de jeunes forts et talentueux. Si le constat n’est guère contestable pourquoi persistons-
nous à croire que cette « jeunesse ne vaut rien ». Pourtant, plus d’un affirment
qu’aujourd’hui, les poumons de la nation congolaise c’est la jeunesse. D’où, peut-on
dorénavant croire à l’avenir de notre pays sans une jeunesse préparée ?

Assurément, non car cette question mérite qu’on y réfléchit de tout


près d’autant plus qu’à l’heure actuelle d’où, doit provenir la solution pour parer sinon
d’aider du mieux possible le pays à faire face aux enjeux de l’heure tels que :
l’analphabétisation, la dépravation des mœurs, la perte de l’identité africaine etc… Aussi
longtemps que les jeunes à qui l’on voudrait confier la relève du pays sont presque
immatures pour assumer les taches desquelles dépend la survie de ce pays.
Pour faire court, tous ne sommes pas certainement appelés à
assumer des hautes responsabilités au sein de l’administration de l’Etat, mais, cela dit
nous sommes murement convaincus que par l’encadrement des jeunes, tous du mieux
de notre force concourrions au développement de notre pays et cela, peu importe les
domaines dans lesquels évoluent chacun de nous. Car, dit-on « il n’y a pas de saut
métier, mais de sautes gens ».

Il importe de signaler que d’aucuns disent que nous sommes bercés


dans les bras de l’ignorance qui nous endort sinon qui nous hallucine au point de ne plus
reconnaitre ce qu’est le Congo et l’avantage que l’on a d’être né congolais. A l’évidence,
cette hypothèse n’est pas à réfuter du bout de doigt, mais il est encore nécessaire que,
l’on nous apprenne l’avantage d’appartenir à ce pays et l’intérêt qu’il y a de conserver
les acquis d’être congolais.

Ceci dit, la Génération Future à la différence des autres associations


sans but lucratif, s’est lancée un nouveau défi celui de l’individualisation ou de
l’indentification personnelle pour aider tout citoyen à savoir qu’il est réellement afin
d’ajuster le tir pour contribuer au développement de son pays, mais aussi, un défi
d’acceptation des valeurs africaines et de conservation des atouts de la République
démocratique du Congo.

1. PRESENTATION DE L’ASSOCIATION

Nous, membres et dirigeants de cette association sans but lucratif


dénommée « Génération future » GF en sigle, dirigeons celle-ci en qualité de jeunes
citoyens congolais pour la préservation et la consolidation de l’unité nationale et des
valeurs africaines par l’encadrement des jeunes en vue d’une participation active de ces
derniers au développement du pays tout en luttant contre les antivaleurs.

Il convient tout de même de rappeler que, c’est aussi une


organisation non gouvernementale et, est apolitique, pour être explicite cette association
n’a aucunement pour objectif, la quête du pouvoir politique. Il s’agit plutôt d’une
association qui cherche les moyens possibles à la contribution au développement de la
RDC et de son bien être, en participant activement à l’encadrement des jeunes dans
divers domaines, mais aussi et surtout à la conscientisation de cette jeunesse.

Notre démarche porte sur la lutte contre la violence, la délinquance,


la dépravation des mœurs, l’analphabétisation, la marginalisation etc…

Nous nous sommes fixés comme objectif principal : la promotion


des valeurs de la jeunesse congolaise pour un futur meilleur.

Nous avons pour objectifs spécifiques :


 De participer activement au développement du pays à travers l’éducation de la
jeunesse.
 Sensibiliser les jeunes au service de la nation, en prenant en compte le sens du
patriotisme
 Lutter pour la solidarité nationale en encadrant les plus petits à l’initiation du
service national
 De participer à la sensibilisation des jeunes sur le programme de protection de
l’environnement
 De participer à l’encadrement des jeunes afin d’améliorer leurs talents dans
divers domaines
 De lutter pour la prise de conscience et le changement des mentalités dans le chef
des jeunes congolais
 De lutter pour la sauvegarde de notre culture et de bonnes mœurs

La préoccupation majeure de cette organisation est le


développement. Bien évidemment, lorsqu’il faut parler du développement nous ne
voyons pas seulement la croissance spontanée de l’économie mais nous voyons au
préalable les moyens à mettre en œuvre pour connaitre un Congo nouveau. D’où, la
préoccupation principale tourne autour de la recherche des réponses à la question de
savoir comment gagner le pari du changement en RDC ?

Toutefois, il faut reconnaitre que la recherche de la conservation et


de la valorisation de la culture congolaise, la lutte pour les bonnes mœurs est aussi notre
pari.

Toutes ces préoccupations qui affluent dans nos pensées dans


l’espoir de faire naitre le développement de notre pays sont tributaires de la participation
de jeunes congolais dans ce processus de développement.

Nous veillons à la lettre au respect de notre loi fondamentale, aux


termes de son article 37 qui reconnait la liberté d’association, tout en indiquant que les
pouvoirs publics collaborent avec les associations qui contribuent au développement
social, économique, intellectuel, moral et spirituel des populations et à l’éducation des
citoyennes et citoyens.

A. La raison d’être de la dénomination

Nous avons opté pour la génération future tout simplement parce


que nous sommes des passagers par rapport à la lourde tache qui est devant nous, nous
n’en serons peut être pas bénéficiaires, mais nous laisserons surement un champ à perte
de vue, et par conséquent les bénéficiaires seront ce que nous appelons aujourd’hui
« génération future ». Nous affirmons de ce fait que la jeunesse « c’est l’avenir, et la
vieillesse c’est prévenir ».

Jeunes d’aujourd’hui, vieux de demain, la responsabilité pourra


nous être encore très lourde si, nous ne commençons pas dès à présent, à revoir nos
travers de peur que, tout le poids de l’histoire de ce pays pèse sur nos épaules.

B. Le temps

Nous devons le faire aujourd’hui, car c’est notre temps et nous


devons absolument en profiter pour satisfaire aux besoins de notre société.

La jeunesse c’est l’avenir, la vieillesse c’est prévenir cela revient à


dire que les erreurs d’aujourd’hui doivent être corrigées pour garantir le futur du Congo.
Nous rêvons tous d’un Congo nouveau, remplit de paix et de cohésion, nous espérons
pour nos enfants une vie dans l’abondance, mais cela ne peut pas être précaire. Si nous
voulons mourir un jour en paix, commençons dès maintenant à prévenir notre départ
glorieux, au cas contraire ne soyons pas étonnés de se retrouver dans le monde des aigris.

C. Pourquoi la jeunesse congolaise

Nous dirons plutôt l’homme congolais, par ce que nous avons fini
par conclure que la toute première richesse que doit exploiter un pays, c’est son peuple.
Notre pays veut engager ses citoyens à des grandes responsabilités du siècle présent,
avec toutes les technologies actuelles, l’évolution de la science, mais le problème se
pose au niveau de la préparation de ce citoyen à individualiser, accepter et protéger son
pays à travers la mission qui lui est confiée.

Avant d’envoyer un citoyen dans une raffinerie de pétrole,


commençons tout d’abord par raffiner son esprit de crainte que son cœur ne résiste pas
devant la tentation du richissime secret de l’or noir.

Nous avons été inspiré par la plume de Didier Mumengi, et qu’il


nous soit permis de paraphraser sa citation en ceci : « l’homme congolais n’est ni
mauvais, ni violant, ni voleur, encore moins destructeur par nature, il est plutôt héritier
d’un bloc des mauvaises pratiques purement égoïstes de ses ascendants ».

Il faudrait retenir qu’il n’y a guère chez un peuple des


comportements naturels et encore moins d’hérédité morale. Il n’y a que des
comportements acquis, fondés sur des schémas socioculturels. Le citoyen congolais
belliqueux, violent, intolérant, tribaliste et xénophobe peut devenir en un tour de main,
homme de paix, de tolérance, de solidarité et de coexistence fraternelle.

D. Le citoyen comme première richesse d’un Etat


Après une étude approfondie, nous avons réalisé que la première
des richesses qu’à un Etat c’est d’abord son citoyen. Etant donné que l’être a toujours
une prééminence sur l’avoir, il est incontestablement raisonnable pour un pays de veiller
scrupuleusement à l’évolution de l’homme au sein de la société en luttant même pour sa
réinsertion en cas de dérapage de ce dernier.

C’est ce petit citoyen d’aujourd’hui qui sera dans le futur


l’enseignant de la génération future, le président de ce pays, le maire d’une de nos villes,
le footballeur de notre équipe, le futur Michel-Ange de notre société etc…

Avec ce défi inévitable pour chaque citoyen, il va falloir


commencer à bien veiller sur la jeunesse pour assurer l’avenir de notre pays. Notre
société est aujourd’hui entravée par la corruption, ce n’est pas la primature ou les
ministères qui en sont responsables, c’est plutôt les animateurs de ces organes.

Tout compte fait, demain n’est pas la veille pour espérer vivre ce
développement intégral dont nous espérons tous mais il faut cependant prendre
conscience que le développement exige que tous entendions raison pour actionner les
choses. C’est dire en quelque sorte que le développement est un processus dynamique
qui exige l’unité et la participation de tous. D’où, nous jeunes de la Génération Future
avons entendu raison et avons décidé de promouvoir les valeurs de la jeunesse
congolaise pour un pays prospère et pacifié.