Vous êtes sur la page 1sur 103

ETUDES DES PRIX

DANS LE B.T.P.H

DOCUMENT DE LECTURE

Animateur : Mr BOUCHAKOUR Kamel


SOMMAIRE

AVANT- PROPOS .................................................................................... P7

1- INTRODUCTION AUX ETUDES DES PRIX ......................................... P10

1.1- GENERALITES ................................................................................................ P11

1.2- DEFINITION DU DEVIS ESTIMATIF ............................................................... P12

1.3- COMPOSANTS D’ UN DEVIS.......................................................................... P12

1.3.1- Structure des prix du bâtiment .................................................................. P12

1.3.1.1- Prix de main d’œuvre ................................................................... P13


1.3.1.2- Prix des matériaux ....................................................................... P13
1.3.1.3- Prix des matières consommables ................................................ P13
1.3.1.4- Frais de location du matériel ........................................................ P13
1.3.1.5- Frais de chantier .......................................................................... P13
1.3.1.6- Frais généraux ............................................................................. P13
1.3.1.7- Bénéfice et aléas ......................................................................... P13
1.3.1.8- Taxes ........................................................................................... P14

1.4- TERMINOLOGIE EMPLOYEE ......................................................................... P14

1.4.1- Déboursé sec (D.S) ................................................................................. P14


1.4.2- Frais de chantier (F.C) ............................................................................. P15
1.4.3- Déboursés Totaux (D.T)........................................................................... P16
1.4.4-Frais généraux (F.G) ................................................................................. P17
1.4.5- Frais de marché (F.M) ............................................................................. P17
1.4.6- Prix de revient (P.R) ................................................................................. P18
1.4.7-Bénéfice et aléas (B) ................................................................................. P18
1.4.8- Prix de vente hors taxe (P.V.H.T) ............................................................ P18
1.4.9- Taxe sur la valeur ajoutée (T.V.A) ........................................................... P18
1.4.10- Prix de vente toute taxe comprise (P.V.T.T.C) ....................................... P18
1.4.11- coefficient de vente ................................................................................ P19

1.4.11.1- Coefficient de vente à appliquer sur les prestations réalisées


par l’entreprise ......................................................................... P19
1.411.2- Coefficients de vente à appliquer sur les prestations sous
traitées...................................................................................... P21

1.5- SCHEMA DU DEROULEMENT D’ UNE ETUDE DE PRIX .............................. P23

2/103
2- DOCUMENTS A RASSEMBLER POUR UNE ETUDE DES PRIX ....... P24

2.1- GENERALITES ................................................................................................ P25

2.2- BILAN DES CONNAISSANCES INDISPENSABLES ....................................... P25

2.2.1- Les prestations demandées ..................................................................... P25


2.2.2- Les conditions particulières d’exécution ................................................... P26

2.2.3- Les options de réalisation ........................................................................ P26


2.2.4- Remarques .............................................................................................. P27

2.3- ETUDE SCHEMATIQUE DES DOCUMENTS A RASSEMBLER ..................... P28

2.4- DEMARCHES, INVESTIGATIONS ET TRAVAUX A ENTREPRENDRE ......... P29

2.4.1- Consultation approfondie du dossier et contact avec le maître


d’œuvre .................................................................................................... P29
2.4.2- Visite sur place......................................................................................... P29
2.4.3- Etude et choix de la main d’œuvre ........................................................... P29
2.4.4- Etude des approvisionnements ................................................................ P29
2.4.5- Etude des méthodes et de l’équipement de chantier ............................... P30
2.4.6- Choix des archives, statistiques diverses, fiches de sous détails,
bordereau de prix d’entreprise ................................................................ P30

3- ETUDE DES MATERIAUX RENDUS CHANTIER ................................ P32

3.1- DU METRE A LA NOMENCLATURE ............................................................... P33

3.2- ETUDE DE L’ ANALYSE ET SYNTHESE DES QUANTITES .......................... P33

3.3- DE LA QUANTITE UNITAIRE A LA QUANTITE ELEMENTAIRE .................... P34

3.4- QUANTITE DE METRE ET QUANTITE D’ APPROVISIONNEMENT .............. P34

3.4.1- Tableau comparatif des quantités métrés et quantités


d’approvisionnement ................................................................................ P35
3.4.2- Unités indivisibles .................................................................................... P35

3.5- ETUDE DE L’ EVOLUTION DU PRIX DEPART AU PRIX RENDU


CHANTIER ....................................................................................................... P35

3.6- COEFFICIENT DE REAPPROVISIONNEMENT .............................................. P37

3.7-TABLEAU TYPE D’ APPROVISIONNEMENT................................................... P37

3/103
4- CALCUL DU COUT HORAIRE DE MAIN D’ ŒUVRE ......................... P39

4.1- CALCUL DE LA PAIE MENSUELLE ................................................................ P40

4.2- GRILLE DES SALAIRES .................................................................................. P40

4.3- INDEMNITES OU PRIMES IMPOSABLES ...................................................... P41

4.4- CHARGES PATRONALES OU CHARGES SOCIALES ................................... P41

4.5- INDEMNITES NON SOUMISES AUX CHARGES SOCIALES......................... P41

4.6- TEMPS IMPRODUCTIFS ................................................................................. P42

4.7- SALAIRE MOYEN D’ EQUIPE ......................................................................... P42

4.8- NOTION DE CHEF D’ EQUIPE PRODUCTIF OU SEMI PRODUCTIF ............ P43

4.9- DEMARCHE A SUIVRE POUR LE CALCUL DU COUT HORAIRE DE MAIN


D’ ŒUVRE ....................................................................................................... P43

4.10- APPLICATION................................................................................................ P44

4.11- EXEMPLE DE CALCUL DU COUT HORAIRE MOYEN D’ UNE EQUIPE ..... P45

5- CALCUL DU COUT D’ UTILISATION DU MATERIEL ......................... P47

5.1- GESTION DES PARCS A MATERIEL ............................................................. P48

5.2- BUTS A ATTEINDRE ....................................................................................... P48

5.3- FORMULE GENERALE POUR LE CALCUL DES COUTS D’ UTILISATION .. P48

5.4- LONGEVITE DU MATERIEL – SYMBOLE T ................................................... P50

5.5- CONDITIONS D’ EMPLOI DU MATERIEL ....................................................... P51

5.5.1- Durée de mise à disposition – Symbole Di............................................... P51


5.5.2- Durée d’utilisation normale- Symbole Du ................................................. P51
5.5.3- Durée réelles à utiliser dans les calculs ................................................... P52

5.5.3.1- Durée globale de mise à disposition – Symbole Dia ..................... P52


5.5.3.2- Durée moyenne d’utilisation – Symbole Dua ................................ P52

5.6- VALEURS D’ ACQUISITION DU MATERIEL – SYMBOLE V .......................... P53

5.6.1- Valeur actualisée – Symbole Vt ............................................................... P54


5.6.2- Moyenne mobile ....................................................................................... P55
5.6.3- Valeur interpolée ...................................................................................... P55

4/103
5.7- AMORTISSEMENT ET INTERET .................................................................... P56

5.7.1- Influence de l’intérêt sur l’investissement moyen ..................................... P57


5.7.2- Charge de remplacement - Symbole n .................................................... P58
5.7.3- Indice d’actualisation – Symbole Im ......................................................... P58

5.8- ENTRETIENS –SYMBOLE m .......................................................................... P59

5.9- CHARGES DE GESTION – SYMBOLE (1 + F) ................................................ P60

5.10- PRIX DE LOCATION D’ ENGINS................................................................... P61

5.10.1- Coefficient majorateur à appliquer ......................................................... P61


5.10.2- Base de calcul de la location (temps de location) .................................. P62
5.10.3- Prestations supplémentaires .................................................................. P63
5.10.4- Autres formules de location.................................................................... P63

5.11- FORMULES DEFINITIVES DES COUTS D’ UTILISATION ........................... P64

5.11.1- Formules à utiliser pour l’établissement des taux de mise à disposition


à l’intérieur de l’entreprise ...................................................................... P64

6- ETUDE DES FRAIS DE CHANTIER .................................................... P66

6.1- OBJECTIFS...................................................................................................... P67

6.2- EXEMPLE D’ ESTIMATION DES FRAIS DE CHANTIER ............................... P68

6.2.1- Analyse des besoins et descriptif technique ............................................ P68

6.2.1.1- Clôture du chantier........................................................................ P68


6.2.1.2- Panneau du chantier ..................................................................... P68
6.2.1.3- Baraquement de chantier .............................................................. P68
6.2.1.4- Sanitaires ...................................................................................... P68
6.2.1.5- Postes clés.................................................................................... P69
6.2.1.6- Aires de stockage ......................................................................... P69

6.3- APPLICATION.................................................................................................. P71

7- GESTION DU COMPTE DE PRORATA OU COMPTE INTER


ENTREPRISE ....................................................................................... P76

7.1- UTILITE DU COMPTE DE PRORATA ............................................................. P77

7.2- GESTION DU COMPTE DE PRORATA .......................................................... P77

7.3- ETABLISSEMENT DES QUOTES PARTS DE CHAQUE ENTREPRISE ........ P78

5/103
7.4- CAS PRATIQUES ............................................................................................ P78

8- CONCLUSION : ETUDES DES PRIX ET SURVIE DES


ENTREPRISES .................................................................................... P80

8.1- ETUDE DE PRIX PAR SOUS DETAILS : CYCLE ININTERROMPU ............... P81

8.2- SCHEMATISATION DU PROCESSUS ............................................................ P82

8.3- STRUCTURE DES PRIX ET COMPETITIVITE................................................ P83

8.3.1- Améliorer les rendements et les coûts de main d’œuvre ......................... P83
8.3.2- Améliorer l’approvisionnement et le coût des matériaux .......................... P83
8.3.3- Améliorer l’utilisation des matériels .......................................................... P83
8.3.4- Réduire les coûts de production............................................................... P84
8.3.5- Abaisser les charges et améliorer la production ...................................... P84

8.4- LES QUATRE VERITES DE L’ ETUDE DE PRIX OU ‘’COMMENT


ORGANISER UN SRVICE ESTIMATION ........................................................ P84

9- ANNEXES ............................................................................................ P87

Annexe 1- Corrigé application paragraphe 6.3 ..................................... P88

Annexe 2- Corrigé application paragraphe 7.4 ..................................... P94

Annexe 3- Etude comparative .............................................................. P97

10- BIBLIOGRAPHIE .............................................................................. P101

6/103
AVANT- PROPOS

Les méthodes d’estimation employées à ce jour dans le secteur du bâtiment,


travaux publics et hydraulique , y compris la méthode des sous détails de
prix, sont connues depuis longtemps.

En outre, il n’est pas d’entrepreneur, il n’est pas de technicien compétent, qui


ne connaisse la structure d’un prix de revient et qui ne sache déterminer au
moins sommairement un coût de réalisation. Il n’est pas de responsable qui
ne soit convaincu de la nécessité de mieux cerner ses propres prix et de
mieux organiser son entreprise.

Malgré cela, que constatons-nous ?

1° De nombreuses entreprises ferment leurs portes, par manque de


travail bien sûr, mais aussi bien souvent faute d’avoir su, à temps,
maîtriser leurs prix.

2° Une difficulté de plus en plus grande à suivre ces prix dans un monde
où la mutation des techniques et la parution de règlements de plus en
plus nombreux et complexes obligent à une adaptation constante.

Chaque jour l’entrepreneur voit ses bases de calcul remises en


cause, chaque jour de nouvelles difficultés surgissent :

- difficulté d’appréhender la valeur des amortissements et les coûts


d’un matériel toujours plus important et plus sophistiqué ;

- difficulté de suivre les coûts de main-d’œuvre sans cesse modifiés


par l’évolution des charges et par les changements continuels de
législation ;

- difficulté de suivre une gestion de plus en plus complexe ;

- difficultés de trésorerie, difficultés de financement….difficultés en


tous genres auxquelles s’ajoutent des délais d’étude très
insuffisants.

7/103
3° Une présence persistante de nombreuses erreurs et d’anomalies
graves (et ce, malgré un effort d’information très important de la part des
revues spécialisées, chambres de commerce, organisations
professionnelles, …..etc) :

- erreurs dues aux imprécisions de langage,


- erreurs dans l’emploi des méthodes de calcul,

- erreurs dues à l’usage abusif ou inadapté des statistiques, à leur


manque d’affinement,

- erreurs dues à l’utilisation aveugle de prix tout établis, sur lesquels


parfois sont consentis des rabais dénués de tout fondement,

- erreurs dues à un transfert quand ce n’est pas un abandon pur et


simple de la responsabilité qu’il y a à établir un prix.

4° Un manque flagrant de rationalité dans l’organisation de la recherche


des constituants du prix.

5°Un manque de temps et un manque de disponibilité des responsables,ce


qui n’est pas la moindre plaie. Il faut faire beaucoup de devis, il faut les
suivre, la gestion et l’administration de l’entreprise occupent de plus en
plus de personnel et restreignent par là même énormément les possibilités
de réflexion et d’organisation interne.

Tout ceci est grave car la réussite de l’affaire dépend en grande partie d’une
bonne estimation prévisionnelle des ouvrages.
Lorsque la proposition de prix de l’entrepreneur est insuffisante, l’opération
est déficitaire. Lorsqu’elle est excessive, l’entrepreneur n’obtient pas le
marché.
Dans un cas comme dans l’autre l’entreprise court à l’échec.

Pourtant chaque chantier nous permet de constater ce qu’est un coût de


réalisation, ce qu’est la composition particulière d’un prix de revient.
Pourtant, il y a des principes immuables, il y a des méthodes, il y a des
moyens, certains très sûrs, permettant de maîtriser les paramètres du prix et
de mieux en cerner la réalité.

Il nous est donc apparu essentiel de développer chez le lecteur le sens


critique, l’idée qu’il n’y a pas de meilleure méthode et de plus sûr moyen que
ceux qui ont été adaptés à l’entreprise, à son fonctionnement et à son type de
production.

AVANT –PROPOS 8/103


Ce document de lecture a été écrit :

- pour tous ceux qui sont journellement confrontés aux difficultés de


l’estimation prévisionnelle.

- Pour ceux qui sont appelés à conseiller, ou à aider, l’entrepreneur


dans son travail.

- Pour ceux qui ont la lourde tâche de prendre des décisions qui tôt ou
tard influeront sur les prix.

- Pour ceux qui ont le souci d’organiser leur entreprise en vue de mieux
connaître leurs possibilités.

- Pour ceux que l’avenir destine à un emploi de responsabilité dans le


secteur du bâtiment, travaux publics et hydraulique.

- Et pour ceux simplement qui désirent s’informer.

AVANT –PROPOS 9/103


CHAPITRE 1

INTRODUCTION AUX ETUDES DES PRIX

10/103
1.1- GENERALITES

Le devis est l’estimation correcte du prix de vente d’un travail déterminé. Il ré-
sulte que tout devis a un caractère d’approximation et que le prix correct d’un
ouvrage sera celui qui se rapprochera le plus près du prix de revient réel
majoré du bénéfice que l’entreprise espère réaliser. Il peut exister plusieurs
sortes de devis selon que les documents de base sont plus ou moins
complets et détaillés et selon le degré d’approximation que l’on désire obtenir
pour estimation des différents ouvrages. Le devis estimatif est un devis
détaillé où figure les quantités de tout les ouvrages et leur prix unitaire ainsi
que le prix proposé pour l’ensemble des travaux qui ont font l’objet. Le devis
quantitatif ou métré donne les quantités des différents ouvrages, il est établi à
l’aide des plans remis par l’architecte. Le devis descriptif est le document qui
comporte la description écrite des ouvrages, il doit renfermer toutes les
indications qui ne peuvent faire l’objet d’un dessin. On demande parfois à
l’entrepreneur une estimation approchée du coût d’un certain travail, ces
estimations sont en effet parfois fort utiles en vue d’établir rapidement des
comparaisons. Elles se font généralement par rapport au m2 construit ou
encore pondéré ou encore au m3 construit. En aucun cas ces estimations ne
peuvent être utilisées pour servir de base à un marché si du fait de
l’imprudence, d’une hâte excessive ou encore du fait d’un délai imposé trop
court. Il faut avant le début des travaux établir un devis estimatif précis et
détaillé. Parfois le devis remis au client ne comporte que l’indication du prix
global demandé par l’entreprise pour l’exécution des travaux qui ont font
l’objet, il s’agit alors de l’indication d’une somme forfaitaire, pour obtenir ce
chiffre, l’entrepreneur n’en a pas moins été conduit à établir le devis estimatif
tel qu’il a été défini plus haut car ce document est absolument indispensable,
d’une part pour établir le montant du forfait, d’autre part pour conduire à bien
l’exécution des travaux. Lorsque les documents remis à l’entreprise en vue
de l’établissement du devis, un quantitatif ou métré. Ce document ne pourra
être pris en considération que si le client déclare accepter la responsabilité
des chiffres qui y figurent c’est à dire que dans la quasi- totalité des cas
l’entrepreneur sera conduit à établir lui-même ce quantitatif ou métré, le devis
estimatif sera toujours un document propre à chaque entreprise, l’entreprise
devra savoir si ses prix rémunèrent bien ses dépenses.

INTRODUCTION AUX ETUDES DES PRIX 11/103


1.2 - DEFINITION DU DEVIS ESTIMATIF

Le devis est avant tout un instrument de précision qui consiste l’estimation du


coût d’un ouvrage et à ce titre il sert de base à la conclusion du marché, il est
donc à la base de l’activité commerciale de l’entreprise selon qu’il aura été
bien ou mal établi ; l’affaire traité pourra devenir bénéficiaire ou déficitaire,
pour ces mêmes raisons le devis constitue l’élément essentiel de la prépara-
tion du travail dont il est le résultat le plus important. Le devis va servir à
remettre un prix ou à établir une soumission c’est à dire obtenir la com-
mande, le devis est également un instrument de contrôle, il va permettre
grâce au contrôle des dépenses de suivre la marche de chantier, pour cette
raison il sera nécessaire d’harmoniser l’organisation de la comptabilité avec
la structure des prix précisée dans le devis estimatif.

Le devis devra permettre de rapprocher des prix réels de main d’œuvre et de


matériaux de ceux qui ont été prévu. Il permettra de comparer les rende-
ments de la main d’œuvre avec ceux qui figurent dans les sous détails de prix
dont on sait servir pour calculer le prix des différents ouvrages, en permettant
le rapprochement des prévisions et des réalités. Quant aux dépenses le devis
constitue un instrument d’analyse particulièrement précis et précieux en vue
d’établir l’amélioration de l’organisation et des conditions de travail de
l’entreprise, il permet notamment d’établir pour l’avenir des bases
d’estimation cernant de plus en plus près la réalité et de fixer des points de
repère particulièrement utiles en vue de la préparation de nouveaux devis. Le
devis constitue en outre un document permettant de discuter avec le client et
tout spécialement avec une administration en vue d’une réclamation, d’une
résiliation de marché ou plus simplement d’une mise au point au cours des
travaux. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il devra être suffisamment précis
et détaillé. On peut donc dire que le devis constitue un instrument de travail
de tout les instants.

1.3- COMPOSANTS D’UN DEVIS

1.3.1- Structure des prix du bâtiment

Le devis étant le résultat de l’application des prix unitaires d’ouvrages aux


quantités calculées de ces différents ouvrages. Il importe de définir la
structure des prix de travaux du bâtiment avant d’analyser la composition du
devis, la définition de cette structure de prix du bâtiment est d’une importance
capital car elle va revenir directement sur l’organisation de la comptabilité des
entreprises et sur l’organisation du contrôle. Nous admettons que la structure
du prix d’un ouvrage comportera les éléments suivants :

INTRODUCTION AUX ETUDES DES PRIX 12/103


13.1.1- Le prix de main d’œuvre affecté directement à l’exécution
des ouvrages :

Cette dépense étant majorée des primes, des charges sociales (ou
patronales) et des charges diverses sur main d’œuvre.

1.3.1.2- Les prix de matériaux :

Ce sont les prix qui entrent en compte dans la construction des différents
ouvrages.

1.3.1.3- Le prix des matières consommables :

Il est fait usage en vue de exécution des travaux qui ne rentrent pas dans la
constitution proprement dite des ouvrages (énergie, carburant, lubrifiant,
etc…).

1.3.1.4- Les frais de location de matériel :

Que ce matériel soit directement affecté ou non à exécution de tel ou tel


travail, ces frais de location comprennent l’amortissement et le gros
entretien du matériel correspondant.

1.3.1.5- Les frais de chantier :

Ils comprennent les frais d’installation et de repliement, les frais de personnel


et les frais divers.

1.3.1.6- Les frais généraux :

On les subdivise souvent en frais industriels ou encore frais de siège


social.

1.3.1.7- Bénéfice (ou dans le cas de perte : aléas) :

C’est la marge bénéficiaire prévisionnelle que compte réaliser l’entreprise à


l’issue des travaux. Cette marge est exprimée en fonction du montant en
toutes taxes des travaux par un pourcentage.

Les aléas couvrent les risques imprévisibles et qui ne dépendent pas de la


volonté de l’entrepreneur. Ils sont estimés par un pourcentage appliqué au
montant des travaux en toutes taxes.

INTRODUCTION AUX ETUDES DES PRIX 13/103


1.3.1.8- Taxes des pourcentages divers :

Certaines charges exceptionnelles propres ou non à tel ou tel entreprise ou


encore à certains travaux.
Selon l’importance de l’entreprise ou selon le degré de son organisation des
différents postes cités ci-dessus qui définissent la structure des prix pouvant
être plus ou moins détaillé, ils pourront être exprimés en Dinars (c’est à dire
en déboursé) soit en pourcentage des déboursés ou des prix de vente).

Il est indispensable d’introduire dans la structure du prix de tout travail


l’ensemble des dépenses énumérées ci-dessus sans exception sous
peine de retrouver ces dépenses en comptabilité à la rubrique des
pertes.

1.4- TERMINOLOGIE EMPLOYEE

Il est assez fréquent de constater les difficultés auxquelles se heurtent


l’entreprise ou les entreprises qui se groupent en vue de exécution d’un
marché important et s’efforcent de comparer les différents postes de leur
devis respectif. C’est pourquoi il est important de s’harmoniser sur le plan du
langage, il est en effet important de pouvoir retrouver les mêmes choses sous
les mêmes rubriques des devis.

1.4.1- Déboursé sec (D.S) :

Les déboursés secs sont constitués par l’ensemble des éléments suivants :

 La main d’œuvre

 Les matériaux (Taxes non comprises)

 Les frais de matériels et les dépenses de matières consommables


concernant exécution du travail considéré.

En effet ces frais de location de matériels et ces dépenses de matières


consommables peuvent être :

 Soit incorporés dans les frais de chantier.


 Soit incorporés dans les frais généraux comme cela se fait dans
beaucoup d’entreprises.

 Soit en fin affectés directement à chacun des ouvrages et


introduits dans les prix unitaires de ces ouvrages.

INTRODUCTION AUX ETUDES DES PRIX 14/103


D.S.T = D.S.M.O + D.S.MTX + D.S MTL

D.S.T : Déboursé Sec Total


D.S.M.O : Déboursé Sec Main d’œuvre
D.S.MTX : Déboursé sec matériaux
D.S MTL : Déboursé sec matériel

1.4.2- Frais de chantier (F.C) :

Ils comprennent :
 Les frais de personnel qui ne figurent pas dans les dépenses de main
d’œuvre directe et notamment les frais de personnel de direction, de
maîtrise, de personnel technique, les suppléments des salaires payés au
chef d’équipe (lorsque ces suppléments ne figurent pas dans les
déboursés secs), il s’agit donc ici du personnel directement affecté au
chantier à l’exclusion par conséquent de toute personne susceptible d’y
être détachée temporairement en vue d’une mission précise dont il serait
pratiquement impossible de ventilé la rémunération entre plusieurs
chantiers.

 Les frais indivis : il s’agit à ce poste des frais d’installation de chantier et


des frais de repliement qui ne sont pas prises en compte dans les sous
détails de prix de prix élémentaires et qui ne sont pas prises en compte
dans les sous détails de prix élémentaires et qui de ce fait doivent être
supportés par l’ensemble des travaux, c’est le cas par exemple des frais
d’installation et repliement de clôture, des frais de bureau, magasin et
atelier, c’est également par exemple le cas des frais qu’entraînent
l’aménagement des voies d’accès, installation, mise hors d’eau et des
lignes électriques.

 Les frais de location du matériel indivis : chaque fois que cela sera
possible il y aura intérêt à chiffrer les frais de location du matériel pour
chaque chantier en se basant sur le tarif de location du matériel, il s’agit
ici du matériel indivis( c’est à dire de tout les engins qui seront utilisés à
exécution des ouvrages sans qu’il soit possible d’affecter les dépenses
de location à tel ou tel ouvrage précis, ce sera par exemple le cas des
frais de location qu’entraînera l’emploi sur le chantier d’un appareil de
levage, d’un engin de manutention ou de transport (tracteur, chariot
élévateur etc...).
INTRODUCTION AUX ETUDES DES PRIX 15/103
 Les frais divers de chantier : ces frais rassemblent les dépenses autre
que précédemment cités et qui peuvent être affectés sans erreurs
possibles au chantier.

 Les autorisations diverses : les permis, l’encombrement des rues et des


trottoirs, levage au dessus de la voie publique et des propriétés voisines,
utilisation de certain matériel et pose d panneaux publicitaires, les frais
d’implantation des ouvrages.
 Les essais : essai de sol, sondages, carottage, essais de matériaux au
laboratoire, essais de charge des ouvrages.

 Les assurances diverses propres au chantier.

 Les assurances spéciales à appliquer en cas de travaux spéciaux.

 Les panneaux, les enseignes, la signalisation du chantier.

 Les frais de bureau de chantier, le téléphone de chantier, l’éclairage, les


frais de courrier, les frais de chauffage et éclairage des hangars.

 Mise en oeuvre des protections des ouvrages du chantier, les frais de


gardiennage, la mise hors d’eau du chantier, la protection des fouilles, la
protection des matériaux contre l’humidité et le froid, les frais de
nettoyage de chantier, l’entretien des ouvrages pendant la durée du délai
de garantie.

1.4.3- Déboursés Totaux (D.T) :

Les déboursés totaux sont constitués par l’ensemble des déboursés secs et
des frais de chantier, ils représentent donc l’ensemble des dépenses qui sans
ambiguïté possible peuvent être affectés à l’exécution d’un ouvrage ou d’un
chantier déterminé.

D.T = D.S.T + F.C

D.T : Déboursés Totaux


D.S.T : Déboursé Sec Total
F.C : Frais de Chantier

INTRODUCTION AUX ETUDES DES PRIX 16/103


1.4.4- Frais Généraux (F.G) :

On décompose souvent les frais généraux en deux catégories :

 Les frais industriels : c’est l’ensemble des dépenses qui sont communes
à plusieurs chantiers et qu’il n’est pratiquement pas possible de ventiler
entre ces différents chantier, c’est par exemple le cas des dépenses
qu’entraînent l’utilisation d’une camionnette et qui dans la même journée
pourra livrer de l’outillage ou des matériaux sur plusieurs chantiers. C’est
également le cas des frais qu’entraînera le fonctionnement d’un atelier
de menuiserie qui dans une entreprise de béton armé préparera les
coffrages pour plusieurs chantiers.
Il apparaît donc possible de faire figurer à ce poste de frais industriels
une partie des rubriques qui ont été détaillés dans la rubrique frais de
chantier. Cela dépend en pratique de la méthode adoptée par l’entreprise
pour l’organisation de sa comptabilité et l’établissement de son prix de
revient.

 Les frais de siège : on les appelle également frais de siège social,


Ils sont constitués par l’ensemble des dépenses qu’il n’est pas possible
d’imputer directement au compte d’exploitation des différents chantier de
l’entreprise et qui, naturellement ne figurent pas dans les frais industriels.
On trouvera donc comme faisant parties des frais de siège les frais de
direction et de personnel administratif, les honoraires versés par
l’entreprise à des experts étrangers à celle-ci, les frais relatifs aux locaux,
les frais de transport du personnel administratif, certaines assurances
des amortissements des véhicule de tourisme, les immeubles, les
matériels de bureau, etc....Les frais commerciaux et financiers : publicité,
créances, les contributions, les taxes et impôts.

1.4.5- Frais de marché (F.M) :

On entend par frais de marché des dépenses affectables à un chantier ou à


un marché déterminé, mais qui ne sont pas nécessaires ni à l’exécution ni à
la gestion courante de l’entreprise. Ces dépenses sont le plus souvent
imposées à l’entreprise par les conditions contractuelles, commerciales ou
financières propres au marché. Ces dépenses s’expriment soit en valeur
réelle, c’est à dire en déboursé ou en DA, soit en pourcentage du prix de
vente. Les frais de marchés qui sont exprimés en pourcentage du prix de
vente et parmi lesquels on peut citer en exemple les frais d’assurances
complémentaires de groupe ou encore les frais de tirage des plans etc...

INTRODUCTION AUX ETUDES DES PRIX 17/103


Les frais de marché qui peuvent être déterminés en valeur réelle c’est à dire
en déboursé et parmi lesquels on peut citer les frais d’adjudication, les frais
d’étude provenant de l’intervention de bureaux d’études extérieurs imposés
par le client ou l’administration, les frais de cautionnement etc...Cette
distinction entre deux catégories de frais de marché peut paraître subtile. elle
est nécessitée par la façon différente dont on fera entrer ces dépenses dans
le prix final suivant qu’il s’agit de l’une ou de l’autre de ces deux catégories.

1.4.6- Prix de revient (P.R) :

Il est constitué par l’ensemble des éléments suivants :

P.R = D.T + F.M + F.G = D.S.T + F.C + F.M + F.G

1.4.7- Bénéfice et aléas (B) :

On désigne sous cette appellation l’élément du devis que constitue la marge


séparant le prix de revient du prix du marché.

1.4.8- Prix de vente hors taxes (P.V.H.T) :

Il est constitué par l’ensemble des éléments suivants :

P.V.H.T = P.R + B

1.4.9- Taxe sur la valeur ajoutée (T.V.A)

Il s’agit de la taxe dont le taux est fixé par la législation en vigueur.

1.4.10- Prix de vente tous taxes comprises (P.V.T.T.C) :

P.V.T.T.C = P.V.H.T + T.V.A

T.V.A : Taxe à la valeur ajoutée


INTRODUCTION AUX ETUDES DES PRIX 18/103
1.4.11- coefficient de vente

1.4.11.1 Coefficient de vente à appliquer sur les prestations réalisées par


l’entreprise

le coefficient de vente ou coefficient de répartition des frais généraux et


bénéfice est déterminé par :

1
Kv =
1 X

X : est égal à la somme des rapports exprimés en fonction du prix de vente


de tous les frais généraux et bénéfice définis précédemment.

Méthode de calcul :

Les dépenses directes ou déboursés secs (D.D) se composent des frais


suivants (estimés en hors taxes) :

- frais de personnel (ou frais de main d’œuvre)

- frais de matériaux

- frais de matériel

- frais de transport et de manutention

Les dépenses indirectes ou frais de chantier (D.I) sont essentiellement


constituées par :

- les frais d’amenée du matériel et équipements

- les frais d’installation de chantier


- les frais de main d’œuvre de conduite et de soutien du chantier

- les frais d’utilisation du matériel indivis

- les frais de fonctionnement du chantier

- les frais de montage des installations de chantier

INTRODUCTION AUX ETUDES DES PRIX 19/103


- les frais de repli du matériel et équipements

Les frais généraux et bénéfices (F.G) se composent :

- des frais de siège

- des frais d’unité (représentation régionale)

- des frais financiers

- des impôts et taxes

- des frais de contrôle technique

- des frais d’études (éventuellement)

- des aléas

- de provision pour bénéfice

Les charges indiquées ci-dessus seront exprimées en pourcentage du


montant des travaux ou prix de vente toutes taxes comprises

Soit : FG = x.PV

Le montant des travaux ou prix de vente toutes taxes comprises sera égal à :

PV = DD + DI + FG

On pose DI = y.DD
FG = x.PV

D’où PV = DD + y.DD + x.PV


PV – x.PV = (1 + y) DD
PV (1-x) = (1+ y) DD

1
PV = (1 + y) DD
1 x

PV = Kv . Kr . DD

INTRODUCTION AUX ETUDES DES PRIX 20/103


1
Kv = est appelé coefficient de vente. Il permet la répartition des frais
1 x
généraux et des bénéfices sur les dépenses directes.

Kr = (1 + y) est un coefficient multiplicateur qui permet la répartition des


dépenses indirectes (ou frais de chantier) sur les dépenses
directes.

1.4.11.2 Coefficients de vente à appliquer sur les prestations sous- traitées

Lorsque l’entreprise sous- traite une partie des travaux qu’elle est chargée de
réaliser, le prix de vente de ces travaux sera calculé de la manière suivante :

PV = Pst + FG

PV = Pst + Z.PV

PV – Z.PV = Pst

PV (1-Z ) = Pst
1
PV = Pst
1 Z

PV = Ks . Pst

PV : Prix de vente, toutes taxes comprises, des travaux sous- traités

Pst : Proposition hors taxes du sous- traitant

Ks : est appelé coefficient de sous- traitance

Le coefficient de sous- traitance est déterminé par

1
Ks =
1 Z

INTRODUCTION AUX ETUDES DES PRIX 21/103


Dans cette relation :

Z : est déterminé par la somme des rapports exprimés en fonction du


montant des travaux, toutes taxes comprises, des éléments suivants :

- frais de pilotage ou de coordination

- Frais financiers

- Taxes

- Assurances

- Aléas

- Marge bénéficiaire

INTRODUCTION AUX ETUDES DES PRIX 22/103


1.5- SCHEMA DU DEROULEMENT D’ UNE ETUDE DE PRIX

D.S.T

+ D.T

F.C
F.CFfffflm

F.M
lù +
F.G
%

B = =
P.R
+
%

P.V.H.T
T.V.A +
P.V.T.T.C

INTRODUCTION AUX ETUDES DES PRIX 23/103


CHAPITRE 2

DOCUMENTS A RASSEMBLER POUR


UNE ETUDE DES PRIX

24/103
2.1- GENERALITES

Nous connaissons les différents éléments qui composent un P.V.H.T, nous


connaissons les difficultés qui nous attendent et le cheminement à adopter
pour les résoudre.
Prenons donc le dossier remis par le maître d’œuvre et commençons l’étude.
La première étape consiste à se renseigner.
Nous savons que l’entrepreneur manque d’information, et que chaque
inconnue représente autant de risque. Il a tout intérêt à éliminer au maximum
ces inconnues, donc à se renseigner.

Souvent il aura tendance à négliger cette phase pourtant essentielle et à


compenser par un accroissement de sa marge de sécurité. C’est une erreur
grave !
Autant parce qu’il s’en remet à un hasard malencontreux, que parce que le
temps passé à se renseigner est loin d’être du temps perdu. Nombre de
renseignements acquis peuvent (et doivent) être exploités par la suite.

Quelle doit donc être son action ?


Afin de mieux comprendre en quoi elle doit consister faisons trois bilans.
Celui des connaissances indispensables tout d’abord, celui schématique des
documents à rassembler ensuite et enfin celui des démarches courantes à
entreprendre.

2.2- BILAN DES CONNAISSANCES INDISPENSABLES

Ces connaissances peuvent être classés en trois catégories :

2.2.1- Les prestations demandées

Elles doivent être parfaitement définis.


Il serait vain d’essayer d’estimer correctement un ouvrage en ignorant
certaines contraintes imposées et en ne connaissant que partiellement la
consistance des travaux.
En principe les documents écrits (C.C.T.P, C.C.P etc…) doivent apporter ces
précisions. Si tel n’est pas le cas, l’entrepreneur ne devra pas hésiter à
effectuer toutes les démarches nécessaires, tant auprès du maître d’œuvre
qu’auprès du maître d’ouvrage. Cela ne peut que démontrer son sérieux et sa
compétence.

DOCUMENTS A RASSEMBLER POUR UNE ETUDE DES PRIX 25/103


Certains hésitent, ils ont tort !
L’estimation prévisionnelle impose de dominer des paramètres suffisamment
nombreux pour ne pas y ajouter des inconnues anormales. Et puis n’oublions
pas que le sérieux qui préside à l’étude ne peut que donner un préjugé
favorable au client et au concepteur car le juste prix est aussi, pour eux, une
garantie.

2.2.2- Les conditions particulières d’exécution

Chaque chantier est particulier. Rares sont ceux qui se présentent dans des
conditions parfaitement analogues.
En général, l’entrepreneur ignore à ce stade les conditions particulières
d’exécution liées aux lieux, à la main-d’œuvre disponible sur place, aux
possibilités d’approvisionnement, etc…
Pourtant leur connaissance est nécessaire à une détermination convenable
des coûts prévisionnels de réalisation.

Ces conditions sont rarement indiquées dans les documents du marché.


L’entrepreneur ne devra donc pas hésiter à se rendre sur place et à consulter
les fournisseurs, prestataires de service, sous traitants potentiels etc… en un
mot toute personne susceptible de le renseigner.
Les renseignements acquis au cours de ces démarches lui éviteront par la
suite, s’il est retenu, nombre de surprises désagréables.

2.2.3- Les options de réalisation

L’entrepreneur, c’est évident, n’a pas encore décidé des options de


réalisation
(méthodes de travail, techniques à employer, moyens de mise en œuvre,
installation de chantier, etc…)
Doit-il le faire, ou au minimum l’envisager ?
Nous répondrons sans hésiter, oui car si il est évident que le succès repose
d’abord sur une estimation correcte du prix, il est tout aussi évident qu’il
dépend pour une large part d’une bonne appréciation des conditions de
réalisation. Les quelles, bien entendu, devront être respectées. Elles pourront
faire l’objet d’améliorations ultérieures mais ne devront jamais se départir des
options prises à l’origine.

Qu’adviendrait-il, en effet, si la proposition de prix étant acceptée, l’exécution


était conduite dans l’ignorance complète des prévisions faites lors de la mise
à prix ? Assurément des écarts importants et les résultats risqueraient fort de
s’en ressentir.

DOCUMENTS A RASSEMBLER POUR UNE ETUDE DES PRIX 26/103


Il importe donc qu’une concertation, ne serait-ce que sommaire, existe entre
les différents services et que les grandes options soient discutées et arrêtées.
La consultation du futur conducteur de travaux et du responsable de service
matériel seront souvent indispensable.

2.2.4- Remarques

Ces recherches préliminaires, ces consultations demandent du temps, de la


disponibilité. Or l’entrepreneur a souvent bien d’autres choses à faire,
d’autres priorités, d’autres soucis.
Par ailleurs, même si les affaires se font plus rares, les devis, eux, sont plus
nombreux. L’entrepreneur est plus sollicité, la plupart du temps pour un
résultat peu encourageant.

La tentation est donc grande, on le comprend, de négliger, voire d’escamoter


ces préliminaires et d’adopter sans approfondissement des hypothèses qui
ne peuvent qu’augmenter l’incertitude finale. Ceci d’autant plus que les délais
d’étude sont insuffisants.
Le client, une fois les fonds disponibles, est confronté de son côté au
problème bien connu de la dépréciation de l’argent. Il sera donc
naturellement enclin à réduire au minimum la procédure de consultation, ce
qui, en l’occurrence, ne facilite pas la tâche de l’entrepreneur et ne le
prédispose pas à prendre toutes les précautions d’usage.

Forts conscients de la contradiction de ces intérêts apparemment opposés,


nous nous permettrons toutefois d’insister sur l’absolue nécessité de cerner
du mieux possible les conditions probables de déroulement du futur chantier.

Afin de faciliter la tâche de ceux qui sont journellement confrontés à ce


difficile problème, nous avons mis au point le tableau récapitulatif des
documents à rassembler ci-après :

DOCUMENTS A RASSEMBLER POUR UNE ETUDE DES PRIX 27/103


2.3- ETUDE SCHEMATIQUE DES DOCUMENTS A RASSEMBLER

Nature des principaux documents à rassembler


Eléments pouvant influencer le
Types de Documents à rassembler calcul des prix
renseignements
Renseignements - Fiche de reconnaissance  Accès possibles ?
concernant le futur des « lieux »  Place disponible (stockage etc.)
chantier  Proximité des alimentations ?
 Nature du sol ?
 Etat des lieux ?

 Quelle main- d’œuvre


(déplacée, embauchée sur
place, intérimaire etc…)
- Fiche de reconnaissance de  Rendements ?
la « main-d’œuvre »
 Tarifs ?
 Primes éventuelles ?
 Indemnités à prévoir ?
 Horaire ? (H.S) ?

 Conditions d’achat ?
 Conditions de livraison ?
- Fiche de reconnaissance  Conditions de paiement ?
des « matériaux »
 Quelle matériels ?
(disponible, loué) ?
- Fiche de reconnaissance  Tarifs ?
des « matériels nécessaires » et  Rendements ?
« installation de chantier  Frais de chantier à prévoir ?
possible »
 Durée du chantier ?
 Situation dans le temps
(saison) ?
- « Planning grosse maille »
 Matériaux élémentaires ?
 Particularités de mise en
œuvre ?
- « Devis descriptif »  Difficultés d’exécution ?
- « Documents graphiques »  Conditions plus ou moins
Avantageuses liées aux
quantités à réaliser ?
- « Devis quantitatif »
 Particularités susceptibles
- « C.C.A.P et C.C.T.P »
d’influer sur les prix ?

 Temps unitaires
Renseignements - « Statistiques d’entreprises »
concernant les  Matériaux nécessaires
chantiers antérieurs  Besoins en matériels
analogues.  Rabais possibles / prix série

DOCUMENTS A RASSEMBLER POUR UNE ETUDE DES PRIX 28/103


2.4- DEMARCHES, INVESTIGATIONS ET TRAVAUX A
ENTREPRENDRE

Nous connaissons la nature des renseignements à recueillir. Envisageons les


actions qu’il convient principalement de conduire.

2.4.1- Consultation approfondie du dossier et contact avec le


maître- d’œuvre

- Etude des documents graphiques (C.C.T.P. / C.C.A.P. ou C.C.P./ D.Q.


s’il est fourni /Planning grosse maille, etc…).

- Prise de contact avec le concepteur qui permet pratiquement toujours


d’obtenir des renseignements complémentaires (nature de la
concurrence, autres projets en cours, etc…).

2.4.2- Visite sur place

- Examen des lieux, prise de notes, relevés éventuels, photos, sondages


si nécessaire.

- Contacts divers (interview des voisins, R.V. avec les entrepreneurs


locaux, visites à l’A.P.C, etc…)

2.4.3- Etude et choix de la main-d’œuvre

- Etude des besoins

- Examen des possibilités de l’entreprise, prise de contact avec les


organismes spécialisés ( bureau de main-d’œuvre, main –d’œuvre
temporaire et même les entrepreneurs locaux).

- Comparaison et choix prévisionnels.

2.4.4- Etude des approvisionnements

- Etude des besoins

- Recherche des fournisseurs (locaux en priorité) et prise de contact


(discussion des conditions d’achat, de règlement etc…).

- Comparaison et choix prévisionnels.

DOCUMENTS A RASSEMBLER POUR UNE ETUDE DES PRIX 29/103


2.4.5- Etude des méthodes et de l’équipement de chantier

- Contact simultané avec le responsable du service matériel et le


conducteur de travaux pressenti (choix des matériels en fonction des
disponibilités, des caractéristiques de production, etc…).

- Si nécessaire, contact avec les organismes de location ou les


prestataires de service possibles (entrepreneurs locaux par exemple).

2.4.6- Choix des archives, statistiques diverses, fiches de sous-


détails, bordereau de prix d’entreprise, et autres études
analogues récentes susceptibles d’aider l’estimateur dans
son travail

N.B : Naturellement la visite sur place ne s’improvise pas. Elle doit être
préparée :

- Etablir la liste des rendez-vous, démarches à effectuer, etc…

- Téléphoner (dans l’ordre ci-après) pour prendre les rendez-vous avec :

- maître d’œuvre (et/ou)maître d’ouvrage

- Terrassier en cas de sondage à ciel ouvert

- Sous-traitants et prestataires de service locaux (loueurs de


matériel/ sociétés de travail temporaire, etc…

- Fournisseurs potentiels Services techniques (A.P.C,


SONELGAZ, etc…), heures d’ouverture ?

N.B : en cas d’entreprises groupées, des collègues vous


accompagneront- ils ?

Au cours des conversations téléphoniques, s’enquérir des


particularités (pré-indications susceptibles d’orienter les recherches
à effectuer) notamment chez le maître d’œuvre ou dans les
services techniques.

- Se renseigner sur les moyens de transport, d’accès et d’hébergement ;


effectuer toutes les réservations utiles.

- Les horaires et rendez-vous étant connus, dresser le « planning » de la


visite.
DOCUMENTS A RASSEMBLER POUR UNE ETUDE DES PRIX 30/103
- Prévenir si nécessaire le ou les accompagnateurs.

- Se renseigner dans l’entreprise, si nous pouvons connaître d’autres


pré- indications à partir d’anciennes études concernant des ouvrages
construits à proximité.

- Préparer les matériels nécessaires :

- matériel topographique
- appareil photographique, pellicules
- matériel de mesurage et de relevé, carnet de notes
- équipement personnel (bottes, tenue de pluie, équipement de
sécurité,etc…

DOCUMENTS A RASSEMBLER POUR UNE ETUDE DES PRIX 31/103


CHAPITRE 3

ETUDE DES MATERIAUX RENDUS


CHANTIER

32/103
3.1- DU METRE A LA NOMENCLATURE

Le métré donne des informations de quantités représentatives de l’ouvrage


fini. Ces quantités définissent des éléments mises en œuvres mesurables et
conformes au besoin des maîtres d’ouvrages et du marché passé avec
l’entreprise.
L’assemblage et la combinaison entre ces éléments impose de considérer
deux (02) sortes de quantités différentes en nature, en mesure, et en valeur :

1- Les quantités mises en œuvres (Qm)

2- Les quantités d’approvisionnement (Qa)

Les quantités mises en œuvre sont calculées sur plan et récapitulées. C’est
ce qu’on appelle le métré quantitatif ou avant métré.
Les quantités d’approvisionnement sont calculées par analyse et synthèse
d’après les quantités métrés.
Qm est fonction des quantités métrés.
Qa est fonction de Qm.

3.2- ETUDE DE L’ ANALYSE ET SYNTHESE DES QUANTITES

Une estimation d’approvisionnement nécessite de regrouper deux (02) sortes


d’information :

a- La liste des matériaux : (désignation et quantités). C’est ce qu’on appelle la


nomenclature.

b- Le prix d’achat des matériaux : cette liste des matériaux s’obtient par
l’analyse des quantités en éléments homogènes et par la synthèse des
quantités dont la sommation est possible. Par exemple au stade de
l’analyse tout les bétons seront exprimés en ciment, agrégats et sable. Tout
les mortiers seront exprimés en ciment, sable et agrégats également.
Au stade de la synthèse on distinguera trois (03) quantités distinctes qui
sont : ciment, agrégats et sable.
Au stade de la quantité métré certains matériaux, certaines quantités ne
sont pas précisés. Les spécifications correspondantes devront être rendues
apparentes et devront pouvoir être comptabilisées. Par exemple les clous
de coffrage et l’huile de décoffrage.
De même certaines quantités devront être transformées, par exemple les
agglomérés sont métrés au m2 et sont approvisionnés à l’unité.

ETUDE DES MATERIAUX RENDUS CHANTIER 33/103


Une étude d’approvisionnement débutera donc par la transformation du
métré quantitatif en une liste de matériaux élémentaires et homogènes
mettant en évidence les matériaux sous entendus et tenant compte des
quantités disponibles aussi approchées que possible dans une marge
qui est arrondie par excès.

3.3- DE LA QUANTITE UNITAIRE A LA QUANTITE ELEMENTAIRE

La nomenclature des matériaux doit s’assortir des indications des quantitatifs.


Il faut donc que la suite des désignations soient évaluées en quantités
d’approvisionnement. On utilise donc pour base de calcul les quantités
élémentaires contenues dans les quantités unitaires. Exemple : le béton pour
béton armé d’ossature représente un volume total de 1250 m3, la quantité
unitaire sera le m3 de béton armé, les quantités élémentaires seront : ciment
dosé à 350 kg /m3, agrégats 800 L /m3, sable 400 L /m3, Aciers 60 kg /m3.

Quantités élémentaires : Ciment : 350 x 1250 = 437 500,000 kg


Agrégats : 0,800 x 1250 = 1 000,000 m3
Sable : 0,400 x 1250 = 500,000 m3
Aciers : 60 x 1250 = 75 000,000 kg

3.4- QUANTITE DE METRE ET QUANTITE D’ APPROVISIONNEMENT

Pour un grand nombre de matériaux, il est nécessaire de comparer les


quantités du mètré aux quantités d’approvisionnement pour les raisons
suivantes :

 Les unités sont différentes.

 Au niveau unitaire les quantités d’approvisionnement ne sont pas


divisibles.

ETUDE DES MATERIAUX RENDUS CHANTIER 34/103


3.4.1- Tableau comparatif des quantités métrés et quantités
d’approvisionnement

Unité utilisé Unité utilisé


N° Désignation en mètré en appro. Remarques

01 Ciment Kg Sac Précision en vrac ou en sac


02 Agrégats M3 T Précision de la densité
Préciser les différents
Nombre de diamètres et les longueurs
03 Aciers Kg barres utilisées
04 Peinture M2 Kg
05 Briques M2 Mille
06 Agglomérés M2 ou M3 Unité

3.4.2- Unités indivisibles

Les quantités mises en œuvres aboutissent à des valeurs qui supportent


souvent la division de l’unité d’approvisionnement.
Exemple : ciment blanc utilisé pour les joints de carrelage : quantité de métré
250
250 Kg, unité d’approvisionnement le sac de 50 Kg soit = 5 sacs.
50
Il est donc évident que l’on ne pourra acheter 250 kg de ciment donc on
utilisera 5 sacs. Les quantités excédentaires arrondies par excès seront
d’autant plus négligeable que la quantité d’approvisionnement sera
importante et l’unité d’approvisionnement sera petite.

En résumé : une étude d’approvisionnement tiendra compte des


différences d’unité entre le mètré et l’approvisionnement et de
l’indivisibilité de certaines unités d’approvisionnement.

3.5- ETUDE DE L’ EVOLUTION DU PRIX DEPART AU PRIX RENDU


CHANTIER

Entre l’instant ou un matériau est mis à disposition de l’entreprise au départ


du lieu de vente et le moment où ce même matériau est pris en charge par
l’ouvrier qui en fera la transformation, il se passe un certain nombre
d’opérations qui vont modifier la valeur de ces matériaux. On part de
l’hypothèse que le matériau se trouve dans la cour de l’usine du fournisseur à
la disposition de l’entreprise :

ETUDE DES MATERIAUX RENDUS CHANTIER 35/103


 Chargement
 Transport
 Déchargement
 Manutention
 Stockage
 Pertes

Ces ensembles d’opérations représentent des frais qui s’ajoutent au prix


d’achat, que ce soit le fournisseur qui assure ces différents frais, dans ce cas
les frais seront facturés à l’entreprise ou que ce soit l’entreprise elle même
qui les assure, dans les deux cas il faudra intervenir la valeur de ces frais en
plus du prix d’achat pour par la suite se fait rembourser par le client.
En outre il faudra tenir compte d’un pourcentage de perte et de casse qui
nécessite le report sur les matériaux vendables du prix des matériaux
réellement achetés mais invendables.
Le prix d’achat s’appellera prix départ, le prix terminal s’appellera prix
d’approvisionnement ou prix rendu chantier.

Pr ix rendu
Le rapport donne un coefficient qui pour un matériau donné livré
Pr ix départ
dans des conditions invariables permet de calculer immédiatement le prix
rendu à partir du prix départ sans refaire toute l’étude d’approvisionnement.

1- Le chargement : les frais seront différents selon les matériaux, selon le


personnel qualifié ou non, selon le matériel de levage, suivant le
véhicule utilisé.

2- Le transport en conditions ordinaires ou particulières, la distance à


couvrir, l’estimation du poids et du volume transporté, la durée du
déplacement, les délais d’attente au chargement et déchargement.

3- Un matériau est considéré comme déchargé quand il est posé à côté


du véhicule.

4- Manutention : il faut transporter le matériau du pied du camion à


l’endroit du stockage, les problèmes seront les mêmes qu’au
chargement et déchargement.

5- Le stockage : il faut déballer ou non le matériau. Le lieu de stockage est


spécialement aménagé ou alors c’est un simple coin de terrain.

ETUDE DES MATERIAUX RENDUS CHANTIER 36/103


Remarque : Une étude d’approvisionnement aussi poussé n’est pas toujours
nécessaire dans la mesure ou pour la plupart des cas elle est
faite une fois pour toute pour une durée relativement longue et
par les services d’organisation et méthodes. Mais les indications
globales du coût doivent être demandés par les métreurs qui
doivent tenir compte dans les prix des matériaux rendus chantier.

3.6 - COEFFICIENT DE REAPPROVISIONNEMENT :

Prix sec H.T rendu chantier


K=
Prix d' achat H.T de départ

En plus des renseignements complémentaires on indiquera :

- Le nom du fournisseur
- Le lieu et la distance d’approvisionnement (usine au chantier)
- Le délai de réapprovisionnement
- Les quantités livrables
- Les moyens de transport.

3.7- TABLEAU TYPE D’ APPROVISIONNEMENT (Voir tableau ci-joint )

Détail :

- Désignation des matériaux

- Unité d’approvisionnement

- Prix d’achat H.T de départ

- Prix de transport (y compris chargement et déchargement)

- Prix d’achat H.T rendu chantier = P.A.H.T.D + Transport

- Manutention (y compris stockage éventuellement)

- % des pertes et des casses, applicables sur le transport, manutention et prix


d’achat en H.T.

ETUDE DES MATERIAUX RENDUS CHANTIER 37/103


Prix H.T
Désignation des matériaux Unité Prix H.T Départ Transport Prix H.T rendu Manutentions Pertes TOTAL 3
1 2 3= 1+2 4 5=(4+5)*x% 6= 3+4+5 K=
1

ETUDE DES MATERIAUX RENDUS CHANTIER 38/103


CHAPITRE 4

CALCUL DU COUT HORAIRE DE MAIN


D’ OEUVRE

39/103
4.1- CALCUL DE LA PAIE MESUELLE

L’idée générale est que le salarié doit percevoir tous les mois comme les
employés de bureau un même salaire, on partira donc d’un horaire mensuel
de base de 40 H / semaine obtenu de la manière suivante :

40 H x 52 semaines
=173,33 Heures  174 H / mois.
12 mois
Si l’entreprise a un horaire de 40 H / semaine, le calcul de la paie s’effectue
tout les mois de la manière suivante : Taux horaire de base x 174 H = Salaire
brut du mois.

Si l’entreprise effectue des heures supplémentaires, elle doit choisir un


horaire de base de référence, si nous prenons par exemple un horaire de
référence de 44 H par semaine, le calcul du salaire mensualisé se fera de la
manière suivante :
Les heures au-delà de 40 H sont payées à un taux majoré de 25% et jusqu’à
48 H, au-delà de 48 H les heures sont majorées à 100%.
Exemple : horaire hebdomadaire de base de 40 H /semaine, ouvrier
travaillant 50 H / semaine.

40 H 1= 40 H

8H 1,25=10 H

2H 2= 4H

50 H 54 H

54
Incidence des heures supplémentaires= = 1,08
50

4.2- GRILLE DES SALAIRES

Salaires horaires de base :


Exemple :
- Manœuvre : 24,71 DA / H
- Terrassier : 27,30 DA / H
- Ferrailleur : 27,30 DA / H
- Cimentier : 27,30 DA / H
- Maçon : 30,17 DA / H
- Peintre : 29,43 DA / H
- Plâtrier : 29,43 DA / H
CALCUL DU COUT HORAIRE DE MAIN D’ ŒUVRE 40/103
- Carreleur :28,16 DA / H
- Chef d’équipe Ferrailleur : 30,78 DA / H
- ‘’ ‘’ Second œuvre :32,18 DA / H
- ‘’ ‘’ Gros œuvre : 34,48 DA / H

4.3- INDEMNITES OU PRIMES IMPOSABLES (SOUMISES AUX


CHARGES SOCIALES)

Exemple :
- Prime de documentation
- // d’insalubrité
- // de logement
- // complémentaire
- // d’ancienneté

La valeur de ces primes sera à ajouter au salaire de base non majoré des
heures supplémentaires.

4.4- CHARGES PATRONALES OU CHARGES SOCIALES

Il s’agit de dépenses liées au salaire payé en partie par le salarié lui-même,


en partie par l’employeur et qui servent à financer un certain nombre
d’organismes sociaux et médicaux. Sur chaque caisse de charges sociales
opère un prélèvement suivant un taux déterminé par l’état. Ce taux est réparti
entre une part à la charge du salarié et qui est déduite de son salaire, c’est ce
qu’on appelle la part ouvrière et une part à la charge de l’employeur appelé
part patronale. Les charges représentent 63% du salaire de base déjà
majoré des heures supplémentaires et des primes imposables.

4.5- INDEMNITES NON SOUMISES AUX CHARGES SOCIALES

Parmi ces indemnités on retrouve :


- La prime d’éloignement
- La prime de transport
- La prime de panier

Ces primes ne sont pas soumises aux charges sociales, la valeur des
différentes primes est à ajouter au salaire de base déjà majoré des
heures supplémentaires, des primes imposables et des charges
sociales.

CALCUL DU COUT HORAIRE DE MAIN D’ ŒUVRE 41/103


4.6- TEMPS IMPRODUCTIFS

On a coutume de désigner sous l’appellation de temps improductifs des


pertes de temps qui sont en quelques sortes prévisibles car elles découlent
d’obligations égales ou contractuelles, tel que les clauses contenues dans les
conventions collectives. Etant donné ce caractère prévisible, les temps
improductifs peuvent être pris en compte dans les salaires. Il y’a lieu d’en
fixer l’importance dans le calcul du prix de revient de l’heure de travail.
Exemple de temps improductifs : temps de déshabillage sur le chantier,
casse croûte, lenteur de rythme due à la température extérieure, à l’horaire
ou à des attentes de matériaux.

En général, ces temps sont évalués statistiquement et incorporés dans les


taux de salaire horaire des ouvriers. En considère que les temps
improductifs occupent 6 h/ semaine pour une base de 40 h, au-delà de
40 h et jusqu'à 48 h on rajoutera 1 h improductive et encore 1 h au-delà
de 48 h. Pour 40 h on a 6 h improductives, entre 40 h et 48 h, 7 h
improductives, au-delà de 48 h, 8 h improductives. Pour effectuer ce
calcul on devra calculer l’incidence.

4.7- SALAIRE MOYEN D’ EQUIPE

Un travail ou une tâche est rarement exécuté par une seule personne, c’est
généralement le fruit d’une équipe de travail, la composition d’une équipe de
travail est une chose importante, chacun doit avoir son rôle et le travail doit
être divisé équitablement compte tenu de ses qualifications, le nombre et la
qualification des personnes formant une équipe varie selon les chantiers et
les tâches à accomplir :
Exemple : 1 chef d’équipe, 2 maçons et 3 aides. Pour calculer le salaire
moyen d’équipe il y’a 2 méthodes :

1ère méthode : calcul du salaire de base moyen d’équipe :

Exemple :
- 1 chef d’équipe gros œuvres : salaire horaire de base : 34,48 DA / H
- 2 Maçons : // // // : 30,17 DA / H
chacun
- 3 Aides : // // // : 27,30 DA H
chacun

CALCUL DU COUT HORAIRE DE MAIN D’ ŒUVRE 42/103


Le salaire de base moyen d’équipe se calculera de la manière suivante :

chef d' équipe (1fois 34,48)  maçons (2fois 30,17)  aides (3fois 27,30)
=
6
29,45 DA / H.

2ème méthode : calcul séparé des salaires :

Si donc les primes varient ou pour toute autre raison le calcul du salaire de
base moyen d’équipe s’avère difficilement réalisable on calculera les salaires
par qualification au moyen des tableaux à colonnes séparés (voir exemple
paragraphe 4.11).

4.8- NOTION DE CHEF D’ EQUIPE PRODUCTIF OU SEMI-


PRODUCTIF

Il arrive souvent que le chef d’équipe fasse partie du personnel


d’encadrement, dans ce cas son travail est essentiellement un travail de
surveillance et de coordination ou encore de réalisations de tâches difficiles
ou délicates. On peut donc imputer une partie du travail du chef d’équipe
dans le salaire moyen de base de l’équipe et l’autre partie de son travail en
frais de chantier. Dans le cas ou le chef d’équipe sera semi- productif on
prendra 50% de son salaire de base en frais de chantier, le reste 50% entrera
dans la composition du salaire moyen de base de l’équipe.

4.9- DEMARCHE A SUIVRE POUR LE CALCUL DU COUT HORAIRE


DE MAIN D’ OEUVRE

1/ Repérer la qualification du ou des ouvriers

2/ Lire leur salaire de base respectif

3/ Calculer le coefficient majorateur des heures supplémentaires

4/ Rechercher et calculer les primes soumises aux charges sociales

5/ Appliquer les charges sociales

6/ Rechercher et calculer les primes non soumises aux charges


sociales

7/ Appliquer l’incidence des temps improductifs

CALCUL DU COUT HORAIRE DE MAIN D’ ŒUVRE 43/103


4.10- APPLICATION

L’ouvrier est un terrassier, salaire horaire de base 27,30 DA / H, horaire


hebdomadaire 45 H / semaine, compte tenu du travail exécuté, il sera attribué
une prime d’insalubrité de 5% du salaire de base, il sera pris en compte une
prime exceptionnelle de logement de 200 DA / semaine de 45 H. Les charges
sociales sont de 63% , étant donné l’éloignement du chantier, il sera accordé
une indemnité de transport et de panier de 100 DA /j chacune.

Corrigé :

1/ Qualification : Terrassier

2/ Salaire de base : 27,30 DA / H

3/ Incidence des heures supplémentaires :

40 h 1= 40 h

5h 1,25=6,25 h

45 h 46,25 h

46,25 h
Soit un coefficient majorateur de = 1,0278
45 h

Le salaire de base devient : 27,30 x 1,0278= 28,06 DA / H

4/ Primes soumises aux charges sociales :

a/ Prime d’insalubrité : 5% du salaire de base : 27,30 x 5% = 1,37 DA / H

200
b/ Prime de logement : = 4,44 DA / H
45

Le salaire devient : 28,06 + 1,37 + 4,44 = 33,87 DA / H

5/ Charges sociales : 33,87 x 63% = 21,34 DA / H

Le salaire devient : 33,87 + 21,34 = 55,21 DA / H

CALCUL DU COUT HORAIRE DE MAIN D’ ŒUVRE 44/103


6/ Primes non soumises aux charges sociales :

a/ Prime de transport : 100 x 6 = 13,33 DA / H


45
b/ Prime de panier : 5 x 100 = 11,11 DA / H
45
Le salaire devient : 55,21 + 13,33 + 11,11 = 79,65 DA / H

7/ Incidence des temps improductifs :

Pour 45 h travaillé 7 h de temps improductif / semaine, donc 45 – 7 = 38 h de


travail normal soit un coefficient majorateur de 45 = 1,1842
38

Le salaire devient :79,65 x 1,1842 = 94,32 DA /H

Le salaire horaire de base de 27,30 DA / H est devenu après les différentes


majorations 94,32 DA / H, ce taux est appelé coût horaire de main d’œuvre, il
sera utilisé pour calculer le déboursé sec de main d’œuvre.

4.11- EXEMPLE DE CALCUL DU COUT HORAIRE MOYEN D’UNE


EQUIPE (voir tableau suivant)

CALCUL DU COUT HORAIRE DE MAIN D’ ŒUVRE 45/103


Taux Horaire moyen d’une équipe travaillant à l’unité serrurerie

Taux Horaire de base

Charges sociales
Prime d’entretien
supplémentaires

complémentaire

a+b+c+d+e

Fin de carrière

Déplacement

Habillement
Ancienneté

2,50% de p
2,75% de a

1,56% de a

0,45% de a

0,98% de a
Nuisances
Logement

Transport

1,2% de a

54% de p
Outillage

TOTAL
3% de p
3% de a

3% de a

5% de a
Heures

Panier
a b c d e p f g h i j k l m n

Ouvrier Spécialisé 27,19 0,75 0,42 / 0,82 29,18 0,73 0,33 / 12,50 1,36 0,27 0,88 15,76 61,01 DA / H

Ouvrier hautement 32,89 0,90 0,51 / 0,99 35,29 0,88 0,39 0,15 / / 0,32 1,06 19,06 57,15 DA /H
qualifié (O.H.Q)

Chef d’équipe 40,08 1,10 0,63 / 1,20 43,01 1,08 0,48 0,18 12,50 / 0,39 1,29 23,23 82,16 DA / H

Taux Horaire Moyen de l’équipe = 61 ,01  57 ,15  82 ,16 = 66,77 DA / H


3

CALCUL DU COUT HORAIRE DE MAIN D’ ŒUVRE 46/103


CHAPITRE 5

CALCUL DU COUT D’ UTILISATION


DU MATERIEL

47/103
5.1- GESTION DES PARCS A MATERIELS

Le matériel représente un patrimoine important de l’entreprise. Il est donc


nécessaire que ses dispositifs de surveillance comptable soient à la mesure
de cette importance.

Les sommes investies dans l’acquisition du matériel doivent être


reconstituées : c’est l’amortissement. Les intérêts de ces sommes doivent
également être payés, qu’il s’agisse de prêts ou d’engagement au titre
d’autofinancement.

Le matériel doit être entretenu. Ce sont les frais de fonctionnement : il ne faut


jamais négliger leur importance car ils ont une implication directe sur la
pérennité des performances du matériel et sur sa longévité.

Enfin, il faut assumer toutes les charges tant en personnel qu’en équipement
qui vont de pair avec la surveillance de l’ensemble du parc aussi bien sur le
plan administratif que sue celui des dispositifs qui ont trait à la mise à
disposition, à la livraison et aux déclenchements des entretiens préventifs et
périodiques.

L’ensemble de ces dispositions constitue la gestion du parc à matériel qui


suppose des moyens importants, proportionnels à la dimension du parc.

5.2 - BUTS A ATTEINDRE

D’une manière générale, la maîtrise du parc à matériel se résume en deux


principes essentiels :

- Assurer la disponibilité du matériel aux moments souhaités par les


utilisateurs.

- Rentabiliser le par cet surveiller constamment l’équilibre financier entre les


frais de fonctionnement et les rentrées comptables représentées par les
mises à disposition des matériels aux chantier.

5.3 – FORMULE GENERALE POUR LE CALCUL DES COUTS


D’ UTILISATION

La mise à disposition des matériels implique la connaissance des taux de


cession interne à l’entreprise de chacun d’eux. ( les taux de location à des
tiers sont différents.)

CALCUL DU COUT D’ UTILISATION DU MATERIEL 48/103


Il importe également dans le cadre des prix de soumission de connaître la
valeur de la charge matériel à introduire dans les sous détails. Cette charge
représente le coût d’utilisation effective de ce matériel.

Le coût d’utilisation sera représenté par le symbole Pu dans les formules

La formule générale a pour forme :

Vt (1  F) (n  i  m)
Pu =
100 D

Pu = coût d’utilisation

D = durée annuelle en jours

F = coefficient de charges de gestion du matériel (voir paragraphe 5.4)

n = charges de remplacement ou taux d’amortissement annuel (voir paragraphe


5.7.2)

i = intérêt du capital investi pour l’acquisition du matériel (voir paragraphes 5.7 et


5.7 .1)

m = taux annuel des gros entretiens et des entretiens courants (voir paragraphe
5.8)

Vt = valeur d’acquisition du matériel

La nature de D peut revêtir deux formes différentes :

1) Dia = durée globale de mise à disposition (voir paragraphe 5.5.3.1)

1) Dua = durée moyenne d’utilisation (voir paragraphe 5.5.3.2)

Aussi Pu peut avoir deux significations différentes :

 La division par Dia détermine un prix unitaire Pu réservé au calcul du prix


de revient de la charge en matériel sur les chantiers : cette valeur est
destinée à la comptabilité interne de l’entreprise ou à sa cellule prix de
revient.
CALCUL DU COUT D’ UTILISATION DU MATERIEL 49/103
 La division par Dua détermine un prix unitaire Pu destiné au calcul de la
charge en matériel dans les prix de soumission des marchés.

5.4- LONGEVITE DU MATERIEL SYMBOLE T

De cette longévité dépend l’amortissement du capital investi dans l’achat du


matériel.
Dans la formule, la longévité n’apparaît pas directement : elle détermine la
charge de remplacement.

- La longévité est la durée calendaire pendant laquelle un engin travaillant


normalement selon ses caractéristiques moyennes et dans le temps normal
ouvrable peut être utilisé dans les meilleures conditions de productivité.

Exprimée en années calendaires dans le barème, elle correspond en réalité à


un total d’heures de marche effective de la machine.

Pour chaque matériel la longévité a été définie par la pratique en fonction


d’observations portant sur de longues durées.

Ces observations faites uniquement sur l’élévation des frais de réparation en


fonction du vieillissement ont permis de dégager quatre règles déterminant la
mise à la réforme de l’engin.

1) Danger de rupture d’une pièce essentielle par excès de fatigue

On demande à une machine de chantier, qui est rarement doublée d’une


machine identique de réserve, une très grande sûreté de fonctionnement.
Quels que soient les soins apportés aux révisions générales, lorsqu’un
certain nombre maximal d’heures de fonctionnement est atteint le risque de
rupture et d’arrêt devient trop élevé.
D’où la nécessité de faire intervenir avant cette éventualité la considération
pratique de l’usure optimale du matériel.

2) L’augmentation importante des frais d’entretien

Pratiquement, tout engin pour lequel ces frais dépassent une moyenne
déterminée se trouve avoir atteint sa limite d’âge. C’est un élément
déterminant de l’usure complète de l’engin.

Deux facteurs, 3 et 4, autres que l’usure complète, poussent les entreprises à


choisir des périodes de vie relativement courtes.

CALCUL DU COUT D’ UTILISATION DU MATERIEL 50/103


3) le désir d’éliminer du chantier des machines de moindre rendement.

4) L’obsolescence

Lorsque le perfectionnement technique fait apparaître de nouveaux engins


plus performants qui périment ceux qui existaient auparavant, ces derniers
sont déclarés obsolètes et sont souvent mis à la réforme.

La longévité technique est donc une caractéristique essentielle du matériel.

5.5- CONDITIONS D’ EMPLOI DU MATERIEL

Le nombre de jours d’utilisation dépend d’une très grande quantité de


facteurs : ce nombre varie constamment d’une année à l’autre. Il est
cependant possible de cerner une moyenne située dans une fourchette
établie statistiquement. On peut ainsi ramener les conditions d’emploi à des
critères très simples représentés par les durées suivantes :

5.5.1- Durée de mise à disposition – Symbole Di

Avant de définir Dia, il convient de préciser l’origine qui en permet la


détermination.
Di ne tient pas compte des aléas pouvant survenir dans le cours de l’année et
qui conditionnent le nombre de jours exact qui le composent. Cette durée est
initialement établie pour l’année entière soit 360 jours (année commerciale).

Ici, le prix unitaire Pu qui en résulterait ne pourrait être éventuellement utilisé


qu’au titre de prix de revient. Il serait donc introduit dans les calculs des
charges de matériels pour l’élaboration des produits ouvrés. Mais la mise à
disposition de 360 jours sur 360 n’est jamais pratiquement réalisée (voir
paragraphe 5.5.3.1).

5.5.2- Durée d’utilisation normale – Symbole Du

Egalement avant de définir Dua, il convient d’évoquer l’origine de son calcul.


Par définition c’est la durée pendant laquelle le matériel est susceptible d’être
en activité, le chantier d’utilisation l’étant lui-même.

Sont donc exclus du temps calendaire correspondant, les jours chômés et


périodes d’inutilisation systématiques du matériel.

Placé en dénominateur dans la formule des coûts d’utilisation, ce terme


conduit à un prix unitaire Pu en rapport avec l’utilisation du matériel.

CALCUL DU COUT D’ UTILISATION DU MATERIEL 51/103


5.5.3- Durées réelles à utiliser dans les calculs

Les durées qui précèdent Di et Du ne tiennent pas compte d’un certain


nombre de facteurs qui en modifient notablement l’importance. Dans ce qui
suit sont précisées les raisons qui obligent à minorer ces nombres de jours
pour affiner les résultats.

5.5.3.1- Durée globale de mise à disposition – symbole Dia

La durée de mise à disposition est calculée à partir du moment du départ du


matériel du lieu normal de dépôt, jusqu’au moment de retour au lieu fixé pour
le nouveau stationnement du matériel.

Or, pour ces raisons et pour d’autres impondérables, au cours de son


existence, l’ensemble des durées de mise à disposition Di successives d’un
matériel représente une durée totale inférieure à sa longévité telle qu’elle a
été définie au paragraphe 5.4.

Il y a en effet de nombreux temps morts : les temps de transports divers et de


passages en atelier incombant à la gestion du matériel et non imputables aux
chantiers utilisateurs ainsi que les temps de non- utilisation pendant lesquels
le matériel séjourne sur parc dans l’attente d’un chantier utilisateur.

Des études statistiques ont permis de dégager les valeurs moyennes


suivantes :

Matériel courant : la durée de mise à disposition globale représente les


9/12è de la longévité. La durée moyenne globale Dia de mise à disposition se
réduit donc dans ce cas à :

9
Dia = 360 x = 270 jours. Soit 2 160 heures (8h/ jour).
12

Matériel routier et pour produits noirs à chaud : ici la durée globale de mise à
disposition est égale aux 6/12è de la longévité.

6
Donc Dia = 360 x = 180 jours. Soit 1 440 heures (8h/ jour).
12

5.5.3.2- Durée moyenne d’utilisation – Symbole Dua

Le matériel mis à disposition n’est pas pour autant utilisé. Il y a les périodes
de non- emploi : les vendredis et jours fériés, les jours d’intempéries, d’arrêts
de travaux pour causes diverses, pannes, etc.

CALCUL DU COUT D’ UTILISATION DU MATERIEL 52/103


La pratique montre que la valeur de la durée d’utilisation Dua peut être en
moyenne égale aux 4/5è de la durée de mise à disposition Dia. On aura donc
successivement :

4
Pour le matériel courant : Dua = 270 x = 216 jours. Soit 1 728 heures
5
pour 8 heures par jour.

4
Pour le matériel de travaux routiers : Dua = 180 x = 144 jours. Soit
5
1152 heures pour 8 heures par jour.

En procédant ainsi, l’ensemble des frais occasionnés par la possession et


l’utilisation du matériel sont pris en compte dans le prix de vente des
ouvrages qui, eux sont calculés sur la base d’un temps d’utilisation effective.

De son côté, chaque entreprise qui voudra établir ses coûts de mise à
disposition en créant son propre barème de cession interne pourra diviser les
charges annuelles du barème C.N.A.T par Dia. Les Pu journaliers ainsi
obtenus seront de 25% moins élevés que dans le barème du C.N.A.T, la
charge annuelle restant la même. Elle pourra également choisir une autre
durée de mise à disposition qui pourrait mieux refléter son cas particulier.

5.6- VALEURS D’ ACQUISITION DU MATERIEL – SYMBOLE V

C’est le terme essentiel qui sert de base à l’établissement des coûts


d’utilisation.
Tous les autres termes, à l’exception de la durée D, n’entrent dans les
formules que sous forme de pourcentages de cette valeur.

En ce qui concerne l’éventuelle confection de barèmes particuliers aux


entreprises, 2 éventualités peuvent se présenter :

1) Ou le matériel qui vient d’être acquis est unique dans son genre dans le
parc de l’entreprise : dans ce cas la valeur à prendre en compte est celle qui
a réellement été payée. Elle aura pour symbole Vo.

2) Ou le matériel nouvellement acquis constitue une unité supplémentaire


dans un groupe de matériels rigoureusement identique entre eux (marque,
type, caractéristiques). La valeur à retenir dans ce cas est la moyenne
arithmétique de l’ensemble de ces matériels. Elle aura pour symbole Vm.

Ces valeurs seront actualisées annuellement par les entreprises pour tenir
compte de l’évolution économique (voir paragraphe 5.6.1).
CALCUL DU COUT D’ UTILISATION DU MATERIEL 53/103
Il existe des cas où la valeur est imparfaitement connue, voire totalement
inconnue, soit que les documents comptables aient été égarés, soit que
l’acquisition du matériel résulte d’une cession d’une entreprise à une autre,
etc.

Dans ce dernier cas, on se reportera au paragraphe 5.6.3. toutes indications


utiles y sont données afin de reconstituer la valeur d’origine Vo du matériel
par interpolation à l’aide des éléments chiffrés.

5.6.1- Valeur actualisée – Symbole Vt

Dans le barème d’entreprise où les coûts d’utilisation ont été déterminés à


l’aide des paramètres qui lui sont propres (valeur d’acquisition, charges de
gestion du matériel), la valeur d’origine Vo de chaque matériel doit
annuellement être actualisée pour tenir compte des modifications
enregistrées sur le marché du matériel au cours de l’année précédente.

La formule d’actualisation à appliquer est la suivante :

Vt = Vo x Im

Vt = Valeur actualisée

Vo = valeur d’origine

Im = Indice moyen d’actualisation

Vt est donc censé représenter une valeur proche de la nouvelle valeur du


matériel.

Si l’on considère l’ensemble du parc ceci est exact. Dans ce cas la valeur ne
sert qu’a définir les nouveaux coûts d’utilisation de l’ensemble des matériels.

Cette hypothèse devient fausse lorsque l’on désire appliquer la méthode pour
un seul matériel, c’est à dire pour découvrir la nouvelle valeur de celui –ci.

Im est en effet un indice moyen concernant l’ensemble des matériels. Il


prend par conséquent en compte une très grande quantité de facteurs, qui ne
peuvent en aucun cas traduire la hausse d’un seul engin. (voir paragraphe
5.7.3)

CALCUL DU COUT D’ UTILISATION DU MATERIEL 54/103


5.6.2- Moyenne mobile

Les valeurs qui ont servi à l’élaboration des coûts d’utilisation de ce barème
auraient dû provenir de la moyenne arithmétique des valeurs enregistrées sur
5 années consécutives. Cette période de 5 années constitue en effet la
longévité la plus courante des matériels. Cette moyenne arithmétique prend
le nom de moyenne mobile lorsque l’on déplace cette période de 5 ans en
supprimant l’année de départ, la remplaçant par celle qui vient de s’écouler.

Exemple : pour l’année 1980 la moyenne intéressait les années 75, 76,
77,78, 79 soit du 30 juin 1975 au 30 juin 1979.
L’année suivante, 1981, ferait décaler l’ensemble d’une année : 76, 77, 78,
79, 80.

Faire le calcul du prix moyen des engins de tel ou tel type acquis pendant 5
ans pour tout le parc national est très ardu et sort pratiquement des
possibilités actuelles. Le moyen le plus commode et le moins sujet à erreur
appréciable pour trouver ce prix moyen est de considérer qu’il est représenté
par les prix courants pratiqués au milieu de la période des 5 ans (soit le 1er
janvier précédent de 2 ans et demi le 30 juin de l’année d’utilisation du
barème). Pour le barème 1981, les valeurs à considérer seraient donc celles
du 1er janvier 1979.

Néanmoins, par manque de séries statistiques, il n’a pas été possible pour le
barème actuel de réunir toutes les valeurs nécessaires à l’établissement de
cette moyenne.

Celles qui figurent donc au barème sont le résultat d’enquêtes faites sur les
valeurs d’acquisition au 1er janvier 1978.

Elles ont par la suite subies l’application d’un indice moyen de réactualisation
qui les ramène au 1er janvier 1979 qui se situe au milieu de la période de 5
ans suivantes : 30 juin 1976 – 30 juin 1981.

5.6.3- Valeur interpolée

Nous avons évoqué plus haut (paragraphe 5.6) le fait qu’il existe des cas où
la valeur d’origine Vo pouvait être totalement inconnue.

Le barème peut dans ce cas apporter une solution qui a le mérite d’être
simple dans son application et d’être assez proche de la réalité.

CALCUL DU COUT D’ UTILISATION DU MATERIEL 55/103


Les valeurs indiquées pour les matériels résultent de consultations générales
auxquelles il a été procédé pour déterminer par matériel les différentes tailles
les plus représentatives chaque fois qu’entre ces tailles types le prix d’un
matériel intermédiaire obtenu par interpolation s’est vérifié conforme.

Pour illustrer ce propos prenons l’exemple qui suit : soit la valeur V au


barème de 187 600 DA d’une niveleuse de 70 chevaux et 449 740 DA la
valeur V d’une seconde niveleuse de 130 chevaux.

Question : déterminer la valeur V d’une niveleuse de 100 chevaux.

La valeur interpolée s’obtiendra de la manière suivante :

1) Faire la différence des caractéristiques. Ici il s’agit de la puissance en


chevaux. 130 – 70 = 60 chevaux entre les 2 niveleuses du barème.
Calculer le même genre de différence entre la niveleuse dont on cherche la
valeur et celle qui est la plus faible dans le barème : 100 – 70 = 30 chevaux.

2) Faire la différence des valeurs des 2 niveleuses du barème : 449 740 –


187 600 = 262 140 DA.

3) Effectuer la règle de trois suivante :

262 140 x 30
= 131 070 DA qui est la valeur représentative des 30 chevaux
60
supplémentaires.

4) Additionner cette dernière valeur au prix de la niveleuse de faible


puissance, soit 187 600 + 131 070 = 318 670 DA qui est la valeur
cherchée.

5.7- AMORTISSEMENT ET INTERET

Un matériel acquis nécessite le débours d’une certaine somme qui doit être
restituée :
a) soit au titre du remboursement à l’organisme prêteur :
b) soit au titre de la reconstitution du capital investi (autofinancement).

Dans les deux cas il faut payer un intérêt.


Tant pour le remboursement à l’organisme prêteur que pour le capital investi
cet intérêt a été uniformisé à un taux annuel de 6% de l’investissement initial.
Ce taux correspond à un intérêt réel de 10% sur l’investissement moyen pour
un matériel de durée d’amortissement égal à 5 ans (voir paragraphe 5.7.1).

CALCUL DU COUT D’ UTILISATION DU MATERIEL 56/103


L’amortissement est lié à la dépréciation du matériel. Dans ce cas on évalue
à l’avance la perte de la valeur marchande. C’est l’amortissement dégressif. Il
consiste à appliquer des taux très élevés au début de l’utilisation (de 30 à
55% pour la première année).

En fin d’amortissement les taux sont extrêmement réduits (de 3 à 12%).


L’amortissement linéaire est le seul qui soit permis.
Dans notre cas c’est l’ensemble de l’investissement augmenté de l’intérêt qui
est amorti linéairement sur la durée de vie du matériel.

5.7.1- Influence de l’intérêt sur l’investissement moyen

Dans ce paragraphe nous démontrerons que l’intérêt annuel de 6% défini


plus haut conduit en réalité à un intérêt de 10% sur l’investissement moyen
lorsque la durée de l’amortissement est de 5 ans (cas le plus courant).

Nous choisirons, pour illustrer ces propos, l’exemple de matériel dont la


valeur d’acquisition est de 100 000 DA.

1) Intérêt de 10% sur un investissement dégressif pendant 5 ans :

INVESTISSEMENT (EN DA) INTERET A 10% (EN DA)

1ère année : 100 00 = 10 000


2ème année : 80 000 = 8 000
3ème année : 60 000 = 6 000
4ème année : 40 000 = 4 000
5ème année : 20 000 = 2 000

TOTAL 300 000 TOTAL = 30 000

2) Intérêt de 10% sur l’investissement moyen pendant 5 ans :

300 000 x 10 x 5
= 30 000 DA.
5 x 100

3) Intérêt de 6% sur l’investissement initial pendant 5 ans :

100 000 x 6 x 5
= 30 000 DA.
100

CALCUL DU COUT D’ UTILISATION DU MATERIEL 57/103


On voit ainsi qu’il y a égalité dans les trois cas de figure 1,2,3.

Ce taux de 10% combiné à l’amortissement linéaire comptable doit


raisonnablement contribuer à reconstituer la valeur de renouvellement du
matériel. Le taux des prêts consentis pour les investissements planifiés (forte
proportion des investissements des entreprises publiques) est actuellement
de 5,5%.

5.7.2- Charge de remplacement – Symbole n

L’amortissement linéaire qui vient d’être défini doit être introduit dans la
formule des coûts d’utilisation sous forme de pourcentage de la valeur
d’acquisition.

Cette dernière étant mise en facteur, tous les termes de la somme contenue
entre parenthèses seront chacun multipliés par elle.

La longévité T ayant primitivement été définie au paragraphe 5.4, la charge


de remplacement annuelle, symbole (n), sera définie comme suit :

Exprimée en pourcentage de la valeur V, égale à 100% ; la valeur amortie


100
sera : n=
T

5.7.3- Indice d’actualisation – symbole Im

Le système des coûts d’utilisation serait incomplet si l’on négligeait de tenir


compte des fluctuations des valeurs d’acquisition.
Les prix des engins varient au même rythme que ceux des produits
industriels mais d’une manière différente d’un pays à l’autre.
Théoriquement à l’épuisement de la période d’amortissement, l’entreprise
doit être en mesure de remplacer le matériel qu’elle va réformer.

Si elle n’a pas pris garde entre-temps et périodiquement d’inclure dans ses
coûts d’utilisation un système d’actualisation en harmonie avec la variation
systématique du prix des matériels, elle ne sera pas en mesure de procéder
à ce remplacement.

Les coûts d’utilisation résultent d’un calcul à partir de la valeur d’acquisition, il


y a lieu de réajuster à intervalles réguliers ceux-ci à l’aide d’un indice
traduisant les variations dans le secteur du matériel.
Le C.N.A.T publiera annuellement cet indice.

CALCUL DU COUT D’ UTILISATION DU MATERIEL 58/103


5.8- ENTRETIENS – SYMBOLE m

Impératives sur le plan technique, les charges d’entretien sont très


importantes en valeur.
Sur toute la durée de vie des matériels, elles varient de 30% (exemple silos à
ciment) à plus de 100% de la valeur d’acquisition du matériel (125% dans
bien des cas).

Ce pourcentage représente principalement 2 charges :

- La main-d’œuvre : le prix horaire de la main d’œuvre doit être augmenté de


toutes les charges des services de maintenance .

- Les pièces de rechange dont le prix est également augmenté des charges
afférentes au service de la gestion des stocks et de l’approvisionnement.

Suivant les cas et dans le cadre des statistiques la part imputable à la pièce
de rechange évolue entre 35 et 45% de la part réservée à l’entretien (m). Le
complément est essentiellement représenté par la main-d’œuvre (35 à 45%)
et l’amortissement des infrastructures et des équipements de l’entretien.

En règle générale les taux d’entretien qui figurent dans le barème tiennent
compte, non seulement du coût de la main-d’œuvre et de la pièce de
rechange, mais également de l’entretien courant (ou plus précisément
préventif : graissages, vidanges, changement de pièces diverses, etc.).

Ces taux ont été particulièrement modulés lorsqu’ils concernaient les engins
sur pneumatiques. Les taux d’usure et les prix d’achat de ces pneumatiques
influent notablement sur les dépenses d ‘entretien.

Ces taux d’entretien comprennent également l’amortissement des ateliers,


leur équipement ainsi que leurs frais de fonctionnement.
Par contre, les amortissements et les frais de fonctionnement des locaux
annexes aux ateliers (à l’exception du magasin de pièces de rechange dont
les frais sont imputés directement aux pièces) sont inclus dans les frais de
gestion du parc (paramètre F).
L’importance des taux d’entretien est par ailleurs en relation avec l’utilisation
minimale de l’engin.

Ces taux annuels qui figurent dans le barème sont en effet estimés sur les
bases des durées d’utilisation qui y sont prévues. Ces chiffres sont
également des éléments de calcul pour établir les prévisions en équipements
d’entretien. (en cas de sur dotation, une entreprise n’utilisera pas son
matériel à son rythme normal : les taux d’entretien du barème seront dans ce
cas excédentaires).
CALCUL DU COUT D’ UTILISATION DU MATERIEL 59/103
En résumé les taux d’entretien sont en rapport direct avec les utilisations
minimales annuelles Dua (paragraphe 5.5.3.2). soit pour le matériel courant :
Dua : 216 x 8 = 1 728 heures et pour le matériel routier et produits noirs à
chaud : Dua = 144 x 8 = 1 152 heures.

Enfin, il faut noter que dans les cas où les valeurs d’acquisition du matériel
seraient exagérément augmentées par les frais d’approches trop élevés, les
taux d’entretien seraient artificiellement gonflés.

Faible au début de l’utilisation du matériel, la charge d’entretien s’amplifie très


rapidement au cours des années qui suivent.
La charge d’entretien étant définie dès le début, sera linéairement répartie sur
le nombre d’années que comporte la durée de vie du matériel.

Il se constitue ainsi des provisions dans les premiers temps où l’entretien est
minime : celles-ci seront très rapidement absorbés par la suite.

5.9- CHARGES DE GESTION – SYMBOLE (1 + F)

Elles concernent toutes les charges du service qui gère le parc à matériel.
Annuellement, elles doivent constituer pour chaque entreprise une valeur
connue. Elles comprennent généralement les frais suivants :

1) Les salaires du personnel technico administratif chargé de la gestion du


matériel en général et plus particulièrement de la comptabilité, l’inventaire
permanent du matériel, du suivi et du déclenchement des opérations
d’entretien préventif, de la mise à disposition et de l’escorte du matériel
vers les chantiers, des montages des matériels fixes (grues à tour,
centrales à béton, etc.).

2) La part des frais locatifs relatifs à l’occupation des locaux par les bureaux
du service, de l’installation intérieure de ces bureaux (amortissement du
mobilier et des instruments de travail, des redevances téléphoniques, de
l’énergie consommée (éclairage, chauffage, climatisation éventuelle, etc).

3) L’utilisation des véhicules de liaison (escortes des matériels, liaisons parcs


chantiers, inspections, etc.) et leur carburant.

4) L’assurance sur la totalité des matériels, etc.


L’ensemble de ces dépenses constitue des valeurs annuelles importantes
qu’il y a lieu de ventiler au niveau du service du matériel. Il convient de les
prévoir dans la formule des coûts d’utilisation.
Elles y seront représentées par le terme multiplicateur (1 + F) placé
immédiatement après la valeur d’acquisition.

CALCUL DU COUT D’ UTILISATION DU MATERIEL 60/103


F représente également un pourcentage du coût d’utilisation hors frais de
gestion.

5.10- PRIX DE LOCATION D’ ENGINS

Le barème peut être utilisé pour des locations externes par les entreprises de
travaux qui pourraient se trouver à un moment ou un autre devant une sous
utilisation de tel ou tel type de matériel en leur possession ; il peut également
être utilisé à cet effet par les quelques entreprises existantes spécialisées
dans ce genre de prestations.

Pour ce, il suffit d’appliquer aux taux prévus par le barème une majoration qui
prend en charge les taxes, frais généraux et bénéfice par l’intermédiaire d’un
coefficient multiplicateur kl.

5.10.1- Coefficient majorateur à appliquer

Ce coefficient peut varier suivant la conjoncture et d’une entreprise à une


autre. A titre indicatif nous pouvons seulement dire qu’il y a une fourchette
( klmin, klmax) dans laquelle il nous paraît raisonnable de le situer.

a) Coefficient minimum

Il prendrai en compte les majorations suivantes (en pourcentage du prix de


location externe) :

T.V.A : a%
Frais généraux : b%
Bénéfice : c%

Total = (a% + b% + c%) = x% = 0,0x

1
D’où le coefficient le coefficient : klmin =
1 - 0,0x
b) Coefficient maximum

Il prendrai en compte les majorations suivantes :

T.V.A : d%
Frais généraux : e%
Bénéfice : f%

Total = (d% + e% + f%) = y% = 0,0y

CALCUL DU COUT D’ UTILISATION DU MATERIEL 61/103


1
D’où le coefficient le coefficient : klmax =
1 - 0,0y

Le coefficient varierait ainsi d’un minimum à un maximum.


klmin correspondrait au cas d’une entreprise spécialisée dans la location (où
les frais généraux proprement dits, en dehors de ceux des parcs déjà inclus
dans les taux du barème, sont généralement réduits et d’une location de
longue durée.

klmax correspondrait au cas d’une entreprise de travaux qui compterait la


totalité ou la majorité de ses frais généraux (relativement élevés) et d’une
location de courte durée.

5.10.2- Base de calcul de la location (temps de location)

Là encore, en l’absence de traditions dans ce domaine dans notre pays, nous


ne pouvons que suggérer certaines formules à titre purement indicatif.

a) Location de courte durée (un mois,ou moins)


La base de calcul sera la journée de mise à disposition.
Il y a lieu donc d’appliquer pour chaque journée de présence le taux journalier
figurant dans le barème pour l’année concernée.

Aucune facturation ne doit être inférieure à une demi-journée, sauf


exceptionnellement pour un chantier voisin de celui de l’entreprise prestatrice
où l’engin se déplace rapidement par ses propres moyens en vue d’un travail
qui dure une heure ou deux.

b) Location de moyenne durée (plus d’un mois et jusqu'à un


an)
Pour tous les mois entiers de location, doit être appliqué un neuvième
(1/9ème) de la charge annuelle et le dépassement en jours fera l’objet de
l’application des modalités décrites en (a) sans toutefois que le montant en
découlant soit supérieur à celui de la location mensuelle.

c) Location de longue durée (plus d’un an)


Il y a lieu d’appliquer les charges annuelles pour l’année ou les années
entières concernées, puis les charges mensuelles (1/9ème de la charge
annuelle concernée) pour les mois entiers et les taux journaliers pour le
reliquat en jours sans toutefois que le montant concernant les locations
journalières ne dépasse la location mensuelle ou que le montant des
locations mensuelles ne dépasse la location annuelle.

CALCUL DU COUT D’ UTILISATION DU MATERIEL 62/103


d) Modalités de calcul des taux mensuels ou annuels
Pour l’année 1981 la charge annuelle ainsi que la charge journalière sont
données dans le barème. Il suffit de diviser par 9 le taux annuel pour trouver
le taux mensuel. Pour les trois années suivantes, le taux journalier devra être
inscrit dans le barème, suite à la publication de l’indice d’actualisation ; il
suffira alors pour le matériel courant de le multiplier par 216 pour obtenir le
taux annuel et de diviser par 9 ce taux annuel pour trouver le taux mensuel.

d) Cas particulier du matériel de travaux routiers


Le calcul des prix de revient du matériel de travaux routiers a été basé sur
une durée d’utilisation annuelle de 144 jours de 8 heures répartis sur 6 mois
de travail.
Il y a donc lieu de multiplier le taux journalier par 144 pour retrouver le taux
annuel et de diviser ce dernier par 6 pour trouver le taux mensuel.

5.10.3- Prestations supplémentaires

Les taux déterminés au paragraphe 5.10.2 majorés du coefficient prévu au


paragraphe 5.10.1 donnent donc des taux de location externe non compris
carburant et personnel de conduite. Si la location comporte ces prestations
supplémentaires il y a lieu d’en tenir compte en majorant les taux de location
déterminés comme décrits précédemment , des prix de revient des
carburants et (ou) du personnel de conduite majorés du même coefficient que
le prix de revient de l’engin loué. Il y a lieu également de facturer la location
du porte char pour l’amenée puis le repli de l’engin.

5.10.4- Autres formules de location

Des formules plus fines peuvent être utilisées pour la location. On peut citer
celle du ‘’barème bleu français’’ qui prend en compte dans les taux de base
ni m
une partie pour les journées de mise à disposition et une partie
Di Du
pour les durées d’utilisation proprement dites, la location totale étant la
somme des deux montants déterminés par ces deux termes, majorés du
coefficient multiplicateur.

Un tel système suppose évidemment l’existence d’un dispositif de contrôle


quotidien du temps d’utilisation et donc le détachement permanent d’une
personne chargée de ce contrôle.

CALCUL DU COUT D’ UTILISATION DU MATERIEL 63/103


5.11- FORMULES DEFINITIVES DES COUTS D’ UTILISATION

En appliquant à la formule générale du paragraphe 5.3, les données


précédentes qui précisent la valeur de certains termes de la formule, cette
dernière prend les formes suivantes :

1) Pour le matériel courant :

Vt x 1,06 (n  6  m)
Pu =
100 216

2) Pour le matériel de travaux routiers

Vt x 1,06 (n  6  m)
Pu =
100 144

5.11.1- Formules à utiliser pour l’établissement des taux de mise à


disposition à l’intérieur de l’entreprise

Pour les entreprises, il a été précisé au paragraphe 5.3 que c’était Dia qui
devrait être prise en considération pour établir les coûts de mise à disposition
à l’intérieur des entreprises.
Les 2 formules à utiliser seront donc les suivantes :

1) Pour le matériel courant :

Vt x 1,06 (n  6  m)
Pu =
100 270

CALCUL DU COUT D’ UTILISATION DU MATERIEL 64/103


2) Pour le matériel de travaux routiers :

Vt x 1,06 (n  6  m)
Pu =
100 180

Exemple :

Soit à définir le taux de mise à disposition d’une grue routière dont la valeur
actualisée Vt se monte à 702 496 DA.

En premier lieu on recherchera dans le barème les valeurs de T et de m.

100
T = 6 ans d’où n = = 16,67
6
m= 15%

la grue qui y est définie possède les caractéristiques de la machine dont on


veut déterminer le taux de mise à disposition. Soit alors :

702 496 x 1,06 (16,67  6  15)


Pu = = 1 038,92 DA / j.
100 270

CALCUL DU COUT D’ UTILISATION DU MATERIEL 65/103


CHAPITRE 6

ETUDE DES FRAIS DE CHANTIER

66/103
6.1- OBJECTIFS

Une installation de chantier dépend essentiellement de l’importance du


chantier, de tout matériel et matériaux jugés nécessaires au bon déroulement
des travaux.

L’étude de l’installation du chantier a pour objectifs de :

 Prévoir le matériel (grue, bétonnière, silos à ciment, etc…) nécessaire à


l’exécution du chantier, et vérifier que les prévisions permettent
d’exécuter les travaux en respectant le planning prévu, en particulier le
planning des V.R.D.(voiries et réseaux divers).

 Prévoir l’aménagement des lieux, afin que ceux-ci puissent recevoir ce


matériel dans de bonnes conditions.

 Attribuer à chaque entreprise des surfaces où elles pourront stocker


des matériaux ou du matériel, ou préparer leur travail.

 Permettre d’avoir la vision globale de la future organisation du chantier.

 Prévoir les dispositifs de sécurité et d’hygiène du chantier.

 Permettre d’obtenir des autorités compétentes les éventuelles


autorisations de voirie et de montage de grues sur la voie publique si
cela est nécessaire.

ETUDE DES FRAIS DE CHANTIER 67/103


6.2- EXEMPLE D’ ESTIMATION DES FRAIS DE CHANTIER

6.2.1- analyse des besoins et descriptif technique

6.2.1.1- Clôture du chantier

Le terrain d’une superficie de 6,627 hectares sera limité par une clôture
opaque de 2 m de hauteur raidie par des tubes ronds métalliques espacés de
2,50 m et scellés au sol.
Le chantier sera doté d’une seule entrée du coté sud, un poste de
gardiennage en baraque préfabriquée de 3 m x 3 m doit être prévu à l’entrée
afin de contrôler le mouvement du personnel et protéger le matériel et
matériaux contre le vol.

6.2.1.2- Panneau du chantier

Il doit être installé à l’entrée du chantier, visible, de dimensions


réglementaires et comportant toutes les indications se référant au projet.

6.2.1.3- Baraquement de chantier

Le chantier sera équipé de 2 baraques préfabriquées type sud.


Caractéristiques : cabines sahariennes, longueur 9 m, largeur 2,80 m,
hauteur 2,50 m, l’agencement étant de 02 espaces de 4,50 m de long pour
chaque cabine.

- une partie de la cabine sera destinée au personnel de conduite et de


soutient technique du chantier ( chef de projet, conducteur de travaux,
métreur, chef de chantier, topographe).
- L’autre partie servant aux réunions de chantier.

La deuxième cabine dont une partie servira pour le secrétariat, le magasinier


et le pointeur, l’autre partie pour le déjeuner et la pause des ouvriers ainsi
que le dépôt de l’outillage, des matières consommables et du petit matériel.
Une autre baraque a été prévue par le maître d’ouvrage pour le suivi et
contrôle des travaux par son superviseur et équipée de téléphone.

6.2.1.4- Sanitaires

Le chantier ne nécessite pas l’installation de sanitaires dans la mesure où à


proximité du chantier se trouvent les toilettes et douches existants utilisés par
le personnel travaillant à la base.

ETUDE DES FRAIS DE CHANTIER 68/103


6.2.1.5- Postes clés

- Production du béton

Le béton étant livré sur chantier, néanmoins une bétonnière d’une capacité
de 6 à 8 m3 / h sera nécessaire pour pallier à d’éventuelles pannes de la
centrale à béton ainsi que pour la fabrication du mortier et les travaux de
finition.

- Moyens de levage

La construction est en rez de chaussée, les zones étant dispersés et la


charge n’étant pas importante, la grue automotrice étant la plus appropriée,
ce qui ne nécessite pas son installation.
Caractéristiques techniques :
-Grue mobile : charge maximum : 20 tonnes
- Longueur du bras de levier : 20 m
- Couple de charge maximum en bout de flèche : 78 tonnes. mètre

6.2.1.6- Aires de stockage

- Stockage des éléments préfabriqués, de la maçonnerie et hourdis :

Les poutrelles et les arcades préfabriquées ainsi que les briques et les
hourdis seront
stockés sur une plate-forme bétonnée et nivelée d’une surface de 75 m2.

- Stockage des panneaux de coffrage métallique et bois et des aciers


façonnés :

La plate forme sera également bétonnée, surface 70 m2.

- Stockage des agrégats :

A proximité de la bétonnière, sur une plate- forme en béton de propreté, des


séparations doivent être prévues pour chaque type de granulat : sable 0/3,
gravier 8/15, gravier 15/25 et tout venant, surface utile 4 m2 chacune.

- Stockage du ciment :

Les sacs de ciment seront stockés à l’abri dans une baraque, réalisée en
panneaux démontables (bois ou métalliques) de dimensions 2 m x5 m,
hauteur moyenne 2,50 m, toiture en pente en T.N 40, elle doit être
rapprochée le plus possible de la bétonnière.

ETUDE DES FRAIS DE CHANTIER 69/103


- Stockage des corps d’état secondaires :

Les aires seront également aménagées et séparées pour les diverses


fournitures de plomberie, de menuiserie, d’étanchéité, surface 6 m2
chacune. Pour la plâtrerie, la menuiserie, et l’électricité, leur stockage se
fera à l’abri.

- Stockage des terres de remblaiement :

Vu le volume important des terres (dû au foisonnement), les terres seront


stockées à proximité des fouilles, au fur et à mesure de l’avancement des
travaux, après remblaiement, elles seront évacuées à la décharge
publique.

- Stockage des terres végétales :

Une aire de stockage sera prévue pour l’apport des terres végétales
utilisées ultérieurement pour les espaces verts, surface utile 150 m2.

- Parking :

L’aire de stationnement des véhicules doit être prévue de manière à ne pas


gêner la circulation des engins et la réalisation des travaux, surface 30 m2.

- Hygiène et sécurité du chantier :

Le chantier devra être maintenu dans un état propre et nettoyé fréquemment


(pointes, chemins encombré, déchets, copeaux, etc…).
Etant donné la présence d’une salle de soins (infirmerie) à proximité pour les
travailleurs du site, néanmoins le chantier devra être pourvu d’une armoire à
pharmacie pour les premiers soins. Les mesures d’hygiène et de sécurité
doivent être prises (individuelles et collectives) pour que les travaux se
déroulent dans de bonnes conditions.

ETUDE DES FRAIS DE CHANTIER 70/103


6.3- APPLICATION

Bases de données :

1 / Scarification des revêtements existants, décapage superficiel,


nettoyage et mise en état du terrain :

- Surface du terrain : 14.394 m2, épaisseur moyenne à décaper : 0,03 m,


masse volumique : 2 T/ m3.

- Niveleuse : rendement : 0,005 H /m2, Taux de location : 1625,00 DA / H

- Chargeur : // : 0,01 H /m2, // // // : 625,00 DA / H.

- Transport des terres à la décharge publique compris chargement et


déchargement par camion de 10 T: durée d’un cycle : 0,75 H, frais de
transport: 812,50 DA/ H.

2 / Clôture du chantier :

- Périmètre à clôturer : 1540 ml, hauteur de la clôture : 2 m.

- Prix rendu chantier T.N 40 : 500,00 DA /m2.

- // // // tube métallique rond  10 cm : 250,00 DA / ml.

- Béton de scellement dosé à 400 kg /m3, prix livré chantier :4620,00


DA/ m3, dimensions des plots : 0,25 m x 0,25 m x 0,10 m.

- Pose clôture : 2 manœuvres, temps d’exécution : 10 ml / H, taux


horaire : 106,61 DA /H.

- Mise en œuvre du béton de scellement : 01 manœuvre, temps


d’exécution : 0,75 H/ m3.

3 / Panneau de chantier :

- Achat et confection du panneau : 4.000,00 DA


- Fixation du panneau : 02 manœuvres
- temps d’exécution : 0,50H.

ETUDE DES FRAIS DE CHANTIER 71/103


4 / Branchements

- Eau

- Prix rendu chantier des fournitures (tube galvanisé +accessoires)=


20.000,00 DA

- Exécution de la fouille en tranchée de 25 m3 :

- Pelle hydraulique:rendement :0,04H / m3,Taux de location :750,00


DA/ H

Main d’œuvre :

- 01 Ouvrier spécialisé :Temps d’exécution :08H,Taux horaire :116,05


DA / H

- 01 Ouvrier qualifié : Temps d’exécution : 08H,Taux horaire : 118,55 DA


/H
- Electricité

- Prix rendu chantier des fournitures (câble, disjoncteur, prises et


accessoires)=35.000,00 DA

Main d’œuvre :

- 01 Ouvrier qualifié : Temps d’exécution : 04H, Taux horaire : 112,16


DA / H

- 01 Ouvrier hautement qualifié : Temps d’exécution : 04 H, Taux


horaire :114,24 DA / H.

5 / Baraquements :

- Achat des baraques préfabriquées : 600.000,00 DA/ U, Quantité : 02 U.

-Transport par camion semi de 20T : prix de location : 375,00 DA/ H,


durée du trajet : 20 H/ unité.

- Frais d’installation et repliement :

-Grue automotrice de 20T : prix de location : 1.375,00 DA/H, durée : 0,50


H/ unité.
- Main d’œuvre : 02 Manœuvres.

ETUDE DES FRAIS DE CHANTIER 72/103


- Baraque de gardiennage : Prix d’achat : 300.000,00 DA.

- Transport par camion semi de 20 T.

- Frais d’installation et de repliement :

- Grue automotrice de 20 T, durée : 0,50 H.

- Main d’œuvre : 02 Manœuvres.

- Confection de la baraque de ciment :

- Prix rendu chantier des panneaux de bois : 715,00 DA/m2, Quantité : 35


m2.

- Prix rendu chantier T.N 40 : 500,00 DA/ m2, Quantité : 10 m2.

- Chape en béton pour plate-forme dosé à 350 kg de ciment


C.P.A/ m3.

- Prix du béton livré sur chantier : 4.000,00 DA/ m3, quantité : 01 m3.

- Prix rendu chantier treillis soudé : 29,85 DA/ m2, Quantité : 10 m2.

- Main d’œuvre : 02 manœuvres, temps d ‘exécution : 08 H.

6 / Aires de stockage :

- Béton de propreté dosé à 250 kg ciment C.P.A/ m3, prix livré sur
chantier :3.560,00 DA/ m3, Quantité : 10 m3.

- Treillis soudé, quantité : 25 m2

- Main d’œuvre : 03 manœuvres, durée : 08 H.

7 / Bétonnière : capacité : 06 m3/ H :

- Transport par camion de 10 T, durée du trajet : 20 H.

- Frais de montage et démontage :

- Manœuvre ordinaire : taux horaire : 106,61 DA/ H, durée : 02 H.

ETUDE DES FRAIS DE CHANTIER 73/103


- Manœuvre manutentionnaire : taux horaire : 109,30 DA/H, durée : 02H

- Murs de séparation en panneaux de béton préfabriqué dosé à 350


kg / m3, Quantité : 1,500 m3, prix des panneaux : 4.000,00 DA/ m3.

- Main d’œuvre de pose : 02 manœuvres, durée : 08 H.

8 / Implantation des ouvrages :

- Prix rendu chantier des madriers : 200,19 DA/ ml, Quantité : 100 ml.

- Prix rendu chantier de la chaux de traçage, peinture et clous : 5.000


DA.

- Main d’œuvre : 02 manœuvres, Quantité : 61 implantations, temps


d’exécution : 0,50 H / implantation.

9 / Frais de main d’œuvre de conduite et de soutien du chantier :

Nombre de
Qualification Nombre jours Taux horaire
Professionnelle D’intervention

Chef de projet 01 128 j 165,29 DA/ H

Conducteur de travaux // 456 j 145,83 DA/ H

Chef de chantier // 456 j 130,43 DA/ H

Topographe // 372 j 145,83 DA/ H

Métreur // 456 j 145,83 DA/ H

Secrétaire // 400 j 94,67 DA/ H

Magasinier // 400 j 94,67 DA/ H

Pointeur // 456 j 96,39 DA/ H

Gardien // 456 j 60,57 DA/ H

Nota : Horaires de travail : 08 H/ j.

ETUDE DES FRAIS DE CHANTIER 74/103


TRAVAIL DEMANDE :

1 / Etablir l’estimation des frais de chantier.

2 / Les frais divers sont estimés à 25.953.692,16 DA (prévu dans le


marché), le chiffre d’affaire global s’élève à 3.548.000.000,00 DA
Quel est le constat à tirer après vérification et comparaison des
coûts ?.

NOTA : CORRIGE VOIR EN ANNEXES

ETUDE DES FRAIS DE CHANTIER 75/103


CHAPITRE 7

GESTION DU COMPTE DE PRORATA OU


COMPTE INTER ENTREPRISE

76/103
7.1- UTILITE DU COMPTE DE PRORATA

Sur un chantier, il existe des dépenses communes aux différents


intervenants, notamment pour les marchés en lots séparés ou en lots
sous traités où plusieurs entreprises interviennent.
Le but du compte de prorata est de les répartir.
On citera parmi ces dépenses :

 Les dispositifs concernant la sécurité des ouvriers


 Les clôtures
 Les installations sanitaires pour les ouvriers
 Les vestiaires, réfectoires, bureaux, salles de réunion, magasins
 Les parkings
 Les aires de stockage de matériaux
 Les installations d’eau, d’électricité, de téléphone, d’air comprimé.

Outre ces éléments matériels, le bon fonctionnement du chantier nécessitera


des services tels que :

 Le gardiennage de jour et/ ou de nuit


 Le service de nettoiement
 La surveillance des installations de chauffage ou de préchauffage
 Le fonctionnement des élévateurs ou ascenseurs
 La fourniture d’eau, d’électricité, de téléphone, etc…

Une troisième catégorie d’élément est constituée par les imprévus qui
peuvent survenir pendant la durée du chantier tels que :

 Dispositions urgentes à prendre pour pallier des accidents climatiques


 Dégâts, dépréciations, vols causés par des inconnus ou par défaut de
surveillance, etc…

7.2- GESTION DU COMPTE DE PRORATA

C’est dans la majorité des cas, une des entreprises intervenante dans
l’opération, généralement l’entreprise de gros œuvres, lorsque les
entreprises interviennent en groupement. Cette tâche incombe
automatiquement au mandataire commun.

Il peut également être géré par l’organisme de coordination, par le maître


d’œuvre ou le métreur.

GESTION DU COMPTE DE PRORATA OU COMPTE INTER ENTREPRISE 77/103


7.3- ETABLISSEMENT DES QUOTES PARTS DE CHAQUE
ENTREPRISE

La méthode la plus fréquente est la règle des proportionnalités des


montants des marchés de chaque entreprise. les clés de répartition
doivent être clairement établies et acceptées par tous avant signature des
marchés.

7.4- CAS PRATIQUES

- Cas n° 1 : Tous les lots sont réalisés par l’entreprise générale.

Une entreprise générale est titulaire d’un marché en tous corps d’états d’un
montant de 225 028 465,45 DA . les frais communs sont constitués par :

A / Une partie fixe comprenant :

- Clôture de chantier : 1 898 930,72 DA


- Frais de branchement d’eau : 22 626,80 DA
- Frais de branchement d’électricité : 35 905,60 DA
- Aires de stockage et parking : 37 625,57 DA
- Frais de gardiennage : 220 959,36 DA

B / Une partie variable comprenant :

- Consommation en eau du mois considéré facturé à X DA


- Consommation en énergie électrique du mois considéré facturé à
Y DA

QUESTION :

Calculez le montant du compte de prorata supporté par l’entreprise.

GESTION DU COMPTE DE PRORATA OU COMPTE INTER ENTREPRISE 78/103


- Cas n° 2 : Certains lots sont sous traités par l’entreprise générale

Exemple : sous traitance des lots électricité et plomberie, réalisation des


autres lots par l’entreprise générale.

- Montant du lot électricité : 11 145 876,58 DA


- Montant du lot plomberie : 10 643 079,94 DA

QUESTIONS :

En utilisant les mêmes paramètres que dans le cas 1 calculez :

1/ La clé de répartition pour chaque entreprise

2/ Le montant de la partie fixe dû à chaque entreprise

3/ Le montant de la partie variable payer pour chaque entreprise.

NOTA : CORRIGE VOIR EN ANNEXES

GESTION DU COMPTE DE PRORATA OU COMPTE INTER ENTREPRISE 79/103


CHAPITRE 8

CONCLUSION : ETUDE DES PRIX ET


SURVIE DES ENTREPRISES

80/103
8.1- ETUDE DE PRIX PAR SOUS DETAILS : CYCLE ININTERROMPU

L’étude de prix par sous détails est indispensable. L’entrepreneur doit pouvoir
calculer ses prix de revient prévisionnels, il doit savoir vérifier les prix de
revient réels.

Pour ce faire il doit disposer de données. C’est la valeur des renseignements


de départ qui déterminera la qualité de la prévision.
Celle-ci effectuée, il doit veillera ce que la réalisation ne diffère pas, en mal,
de la prévision. L’enregistrement, puis le contrôle lui permettront d’émettre un
jugement.
Il doit ensuite corriger ses données, élaborer de nouvelles statistiques pour
que les études futures soient encore plus proches de la réalité.

Travail de longue haleine, l’étude de prix par sous détails est donc un cycle
jamais interrompu où les nouvelles prévisions, issues des précédentes,
engendreront elles-mêmes les bases de l’édifice futur.
C’est une technique où l’enrichissement permanent naît d’un processus sans
fin qui consiste à se régénérer à sa propre origine.

8.2- SCHEMATISATION DU PROCESSUS

La schématisation ci-après en est l’illustration :

CONCLUSION : ETUDES DES PRIX ET SURVIE DES ENTREPRISES 81/103


SCHEMATISATION DU PROCESSUS

Données de départ Prévision Réalisation

Chantiers
Nouvelles données

Enregistrement
Bureau
D’étude

Corrections Jugement Contrôle

CONCLUSION : ETUDES DES PRIX ET SURVIE DES ENTREPRISES 82/103


8.3- STRUCTURE DES PRIX ET COMPETITIVITE

Il n’est pas question pour nous de prétendre dans cette partie de la


conclusion donner des recettes miracles au difficile problème de
l’abaissement des prix de revient et encore moins de nous transformer en
prophètes.
Néanmoins il y a des vérités qui ne peuvent être niées.

La compétitivité avant d’être une affaire de prix est une affaire de coût ; or
notre technique consiste d’abord à maîtriser les coûts. Il y a donc une relation
évidente entre notre analyse et la recherche d’une meilleure compétitivité.
Ce sont les enseignements évidents de la méthode que nous avons tenu à
résumer ici.

8.3.1- Améliorer les rendements et les coûts de main d’œuvre

- Etudier les postes de travail.


- Utiliser mieux les compétences.
- Rémunérer au juste prix, mais récompenser l’intéressement et
les initiatives heureuses.
- Contrôler les temps unitaires, éviter les pertes de temps.
- Rajeunir en fonction des possibilités.
- Former, informer.

8.3.2- Améliorer l’approvisionnement et le coût des matériaux

- Eviter les pertes de matériaux.


- Contrôler leur emploi.
- Regrouper les fournisseurs.
- Obtenir des tarifs préférentiels, négocier des conditions
avantageuses.

8.3.3- Améliorer l’utilisation des matériels

- Les utiliser au maximum et à bon escient.


- Suivre leur emploi, leur entretien.
- Etudier le bien fondé de certains équipements, ne pas équiper
au hasard.
- Ne pas suréquiper.
- Envisager toutes les solutions.

CONCLUSION : ETUDES DES PRIX ET SURVIE DES ENTREPRISES 83/103


8.3.4- Réduire les coûts de production

- Regrouper les chantiers.


- Améliorer leur organisation.
- Standardiser la production, la limiter.
- Eviter les mouvements inutiles (main d’œuvre,
approvisionnements).
- Faire des études comparatives de coût.
- Envisager des sous- traitances.

8.3.5- Abaisser les charges et améliorer la production

- Structurer, équilibrer les personnels.


- Diminuer les frais généraux.
- Organiser l’entreprise, rationaliser les études d’exécution.
- Augmenter la production sans augmenter le potentiel.
- Trouver les créneaux intéressants.
- Chercher des productions permettant de réguler l’activité de
l’entreprise etc…

Cette liste n’est pas limitative. Tout entrepreneur qui se respecte n’ignore rien
de son contenu.
Elle n’est cependant pas inutile car seule une considération d’ensemble du
problème et de ses solutions peut tendre vers l’efficacité.
Réfléchie et adaptée à une entreprise elle peut être à l’origine d’une réelle
amélioration.

8.4- LES QUATRE VERITES DE L’ ETUDE DE PRIX OU ‘’COMMENT


ORGANISER UN SERVICE ESTIMATION ’’

De l’organisation de la méthode dépend le succès.


Un service ‘’estimation’’, plus que tout autre, ne peut fonctionner sans règles
précises connues de tous et sans coordination. Souvenons-nous que tous les
secteurs de l’entreprise sont concernés et que la moindre dépense doit être
récupérée.
C’est donc là un aspect vital qui, bien que largement évoqué tout au long de
l’étude, ne pouvait être laissé sous silence au stade des conclusions.

CONCLUSION : ETUDES DES PRIX ET SURVIE DES ENTREPRISES 84/103


L’organisation à mettre en place peut être conçue à partir de quatre
considérations que nous appellerons les quatre vérités de l’étude de prix :

1. Observer avec pour règle d’or ne pas se voiler la face, ne pas


avoir d’a priori qui pourrait se révéler faux.
Observer ce qui est : une bonne connaissance et une bonne
compréhension des phénomènes sont préférables à tout
système imposé ou intuitif.
Observer l’entreprise, sa structure, sa production, son personnel,
ses matériels.
Se pénétrer des méthodes, des techniques employées, des
conditions de travail.
Examiner la gestion, étudier les résultats.
Observer le marché, les tendances nouvelles, la concurrence ;
peser les risques.

2. Décider, c’est à dire faire le choix adaptés. Mettre sur pied une
politique personnelle avec un souci constant : être réaliste.
Décider d’abord des modes d’imputation des charges, de la
répartition des frais, de leur importance.
Décider ensuite des moyens et des méthodes relatifs à :

 L’enregistrement des données (rapports divers…)

 La ventilation et le suivi des dépenses (fiches suiveuses,


tableaux récapitulatifs…)

 La mise au point, le classement et l’exploitation des


statistiques (fichiers…)

Décider de la répartition des tâches depuis la rédaction de


rapports précis jusqu'à l’utilisation finale.
Critiquer objectivement ce qui est. Utiliser au maximum les
structures et les moyens en place, mais ne pas hésiter à se
remettre en cause, à innover si nécessaire, à imposer des
méthodes plus adaptées ou des moyens plus performants
(notamment informatiques…) lorsque la rentabilité le justifie.

3. Appliquer, c’est à dire mettre en pratique les décisions prises et


faire en sorte qu’elles soient respectées, avec une ligne de
conduite, être cohérent.
Agir conformément aux options prises.
Eviter les distorsions entre la conception et la réalisation,
motiver, responsabiliser.

CONCLUSION : ETUDES DES PRIX ET SURVIE DES ENTREPRISES 85/103


Eviter les interférences dues à un langage approximatif
(distinction mal perçues entre le déboursé sec, les frais de
chantier et les frais généraux ; entre frais affectables et frais qui
ne le sont pas. Eduquer, former si nécessaire à la méthode
adoptée. Favoriser les liaisons internes, la circulation des
renseignements.

4. Vérifier c’est à dire être critique


Contrôler que la pratique suit les décisions.
Contrôler l’exactitude des rapports, la manière dont ils sont
remplis.
Contrôler la bonne utilisation des moyens mis en place, l’emploi
et l’utilisation des statistiques.
Contrôler le fonctionnement global du service pour en améliorer
L’efficacité.
La diversité des entreprises de bâtiment, de leurs productions et
de leurs méthodes de travail ne permettent pas d’élaborer une
organisation type.
Comme les options fondamentales concernant la récupération
des charges, le fonctionnement d’un service étude de prix doit
être ‘’pensé’’, adapté à la structure même de l’affaire. C’est de la
participation active et concertée de l’ensemble des secteurs
(siège, chantiers mais aussi dépôts, ateliers, agences
éventuelles) que dépend avant tout l’efficacité du système. Ne
jamais l’oublier.

CONCLUSION : ETUDES DES PRIX ET SURVIE DES ENTREPRISES 86/103


CHAPITRE 9

ANNEXES

87/103
ANNEXE 1- corrige de l’ application aux calculs des frais de chantier ( paragraphe 6.3 )

I / ESTIMATION DES FRAIS DE CHANTIER

1- Scarification des revêtements, décapage superficiel, nettoyage et mise en état


du terrain:

- Niveleuse:0,005 H/ m2*14 394 m2*1 625,00 DA / H = 116 951,25

- Chargeur :0,01 H/ m2*14 394 m2*625,00 DA/ H= 89 962,50


- Transport à la décharge publique (compris chargement et déchargement) par camion de 10 T
- Nombre de voyage : (14 394 m2*0,03 m*2 T/ m3) /10 T~87 Voyages
- Durée d'un cycle : 0,75 H
- Frais de transport : 0,75 H*87 V*812,50 DA/ H= 53 015,63

Sous Total = 259 929,38

2 - Clôture du chantier

- Périmètre:1540,00 ml , hauteur: 2,00 m


- Prix rendu chantier T.N 40 : 500,00 DA / m2*1 540,00 ml*2,00 m = 1 540 000,00

- Prix rendu chantier tube métallique rond 0 10 cm :1 540,00 ml /2,50 m*2,00 m*250,00 DA / ml= 308 000,00
- Béton de scellement dosé à 400 kg/ m3 : 0,25 m*0,25 m*0,10 m*616 u*4 620,00 DA/ m3 = 17 787,00

ANNEXES 88/103
- Pose clôture : 02 MO*(1540,00 ml)/10,00 ml*106,61 DA/ H= 32 835,88
- Mise en œuvre du béton de scellement : 01 MO*3,850 m3*0,75 h/ m3*106,61 DA/ H= 307,84

Sous Total = 1 898 930,72

3 - Panneau de chantier

- Achat et confection du panneau = 4 000,00


- Fixation du panneau : 02 MO*0,50 H*106,61 DA/ H = 106,61

Sous Total = 4 106,61


4 - Branchements

- Eau

- Prix rendu chantier des fournitures ( tube galvanisé+ accessoires )= 20 000,00


- Fouille en tranchée :
- Pelle hydraulique : 0,04 H/ m3*25 m3*750,00 DA/ H= 750,00
- Main d'œuvre:
01 O.S*116,05 DA/ H* 8 H= 928,40
01 O.H.Q*118,55 DA/ H*8 H= 948,40

Sous Total = 22 626,80

ANNEXES 89/103
- Électricité

- Prix rendu chantier des fournitures (câble, disjoncteur, prises et accessoires)= 35 000,00
- Main d'œuvre d'installation:
01 O.Q* 112,16 DA/ H*4 H= 448,64
01 O.H.Q*114,24 DA/ H*4 H= 456,96

Sous Total = 35 905,60


5 - Baraquements

- Achat baraques préfabriquées : 02*600 000,00 DA= 1 200 000,00


- Transport par camion semi de 20 T: 02*375,00 DA/ H*20 H = 15 000,00

- Frais d'installation et repliement:


- Grue automotrice de 20 T: 1 375,00 DA/ H*01 H= 1 375,00
- Main d'œuvre : 02 MO*106,61 DA/ H*0,50 H*02 213,22
- Baraque de gardiennage:
- Achat = 300 000,00
- transport par camion semi de 20 T :375,00 DA/ H*20 H = 7 500,00
- Frais d'installation et de repliement :
- Grue automotrice de 20 T: 1 375,00 DA / H*0,50 H = 687,50
- Main d'œuvre : 02 MO*106,61 DA/ H*0,50 H= 106,61
- Confection baraque de ciment :
- Prix rendu chantier des panneaux de bois : 715,00 DA/ m2*35 m2 = 25 025,00
- Prix rendu chantier T.N 40 : 500,00 DA/ m2*10 m2 = 5 000,00

ANNEXES 90/103
- Chape en béton pour plate- forme dosé à 350 kg/ m3: 1,000 m3*4 000,00 DA/ m3 = 4 000,00
- Prix rendu chantier treillis soudé :29,85 DA/ m2*10 m2= 298,50
- Mai d'œuvre : 02 MO*106,61DA/ H* 8 H= 1 705,76

Sous Total = 1 560 911,59

6- Aires de stockage

- Béton de propreté dosé à 250 kg ciment C.P.A/ m3 : 3 560,00 DA/ m3*10 m3 = 35 600,00
- Prix rendu chantier treillis soudé : 29,85 DA/ m2*25 m2 = 746,25
- Main d'œuvre : 03 MO*106,61 DA/ H*8 H = 2 558,64

Sous Total = 38 904,89

7- Bétonnière capacité 6 m3/ H

- Transport par camion de 10 T : 812,50 DA/ H*20 H = 16 250,00


- Frais de montage et démontage :
- Manœuvre manutentionnaire : 109,30 DA/ H*2 H = 218,60
- Manœuvre ordinaire : 106,61 DA/ H* 2 H = 213,22
- Murs de séparation en panneaux de béton préfabriqué dosé à 350 kg/ m3 :4 000,00 DA/ m3*1,500 m3 = 6 000,00
- Main d'œuvre de pose : 02 MO*106,61 DA /H* 8 H = 1 705,76

Sous Total = 24 387,58

ANNEXES 91/103
8 - Implantation des ouvrages

- Prix rendu chantier madriers : 200,19 DA/ ml*100,00 ml = 20 019,00


- Prix rendu chantier chaux de traçage, peinture et clous = 5 000,00
- Main d'œuvre : 02 MO*0,50 H/ bloc*61 blocs*106,61 DA/ H = 6 503,21

Sous Total = 31 522,21

9 - Frais de main d'œuvre de conduite et de soutien du chantier

- Chef de projet : 128 j* 8 H/ j*165,29 DA/ H = 169 256,96


- Conducteur de travaux : 456 j* 8 H/ j*145,83 DA/ H = 531 987,84
- Chef de chantier : 456 j* 8 H/ j*130,43 DA/ H = 475 808,64
- Topographe : 372 j* 8 H/ j*145,83 DA/ H = 433 990,08
- Métreur : 456 j*8 H/ j*145,83 DA/ H = 531 987,84
- Secrétaire : 400 j*8 H/ j*94,67 DA/ H = 302 944,00
- Magasinier : 400 j* 8 H/ j*94,67 DA/ H = 302 944,00
- Pointeur : 456 j* 8 H/ j*96,39 DA/ H = 351 630,72

- Gardien : 456 j* 8 H/ j*60,57 DA/ H = 220 959,36

Sous Total = 3 321 509,44

TOTAL GENERAL DES FRAIS DE CHANTIER 7 198 734,82

ANNEXES 92/103
II / VERIFICATION DES COUTS

Les frais divers sont estimés à 0,73% du chiffre d'affaire global de l'entreprise soit 25 953 692,16 DA.
Les dépenses réelles en frais de chantier calculées précédemment sont donc de : 7 198 734,82 DA
soit :( Montant des frais de chantier/ chiffre d'affaire global)*100 = (7 198 734,82/3 548 000 000,00)*100 = 0,002 = 0,20%

Constat :

Comparaison : 0,20%<0,73%
D'où les dépenses réelles en frais de chantier< Frais divers limites à ne pas dépasser,donc elles
sont acceptables

ANNEXES 93/103
ANNEXE 2- corrige de l’application sur la gestion du compte de
prorata paragraphe 7.4

Cas n° 1

- Calcul de la partie fixe A :

- Clôture de chantier : 1 898 930,72

- Frais de branchement d’eau : 22 626,80

- Frais de branchement d’électricité : 35 905,60

- Aires de srockage et parking : 37 625,57

- Frais de gardiennage : 220 959,36

TOTAL A = 2 216 048,05 DA

- Calcul de la partie variable B :

Total des consommations en eau = x1 + x2 + x3 + ……………+ xn

Total des consommations en énergie électrique = y1 + y2 + y3 + …+ yn

B = x1 + x2 + x3 + ……………+ xn + y1 + y2 + y3 + ………….+ yn

Montant du compte de prorata supporté par l’entreprise :

= A + B = 2 216 048,05 DA + x1 + x2 + x3 + ……………+ xn + y1 + y2 +


y3 + ………….+ yn

ANNEXES 94/103
Cas n° 2

1/ Clé de répartition pour chaque entreprise

- Pourcentage du lot électricité par rapport au montant du projet

11 145 876,58
= x 100 = 4,95%
225 028 465,45

- Pourcentage du lot plomberie par rapport au montant du marché

10 643 079,94
= x 100 = 4,73%
225 028 465,45

- Pourcentage des lots réalisés par l’entreprise générale


= 100% - (4,95% + 4,73%) = 90,32%

2/ Montant de la partie fixe dû à chaque entreprise

- Montant totale de la partie fixe A calculée précédemment


A = 2 216 048,05 DA

- Montant de la partie fixe dû à l’entreprise d’électricité


= 2 216 048,05 x 4,95% = 109 694,38 DA

- Montant de la partie fixe dû à l’entreprise de plomberie


= 2 216 048,05 x 4,73% = 104 819,07 DA

- Montant de la partie fixe dû à l’entreprise générale


= 2 216 048,05 x 90,32% = 2 001 534,60 DA

3/ Montant de la partie variable payer par chaque entreprise

- Montant de la partie variable payer par l’entreprise d’électricité


X = ( x1 + x2 + x3 + ……+ xn + y1 + y2 + y3 + ……+ yn ) x 4,95%

- Montant de la partie variable payer par l’entreprise de plomberie


Y = ( x1 + x2 + x3 + ……+ xn + y1 + y2 + y3 + ……+ yn ) x 4,73%

- Montant de la partie variable payer par l’entreprise générale


Z = ( x1 + x2 + x3 + ……+ xn + y1 + y2 + y3 + ……+ yn ) x 90,32%

ANNEXES 95/103
Montant total du compte de prorata

= A + X + Y + Z = 2 216 048,05 DA + X + Y + Z

ANNEXES 96/103
ANNEXE 3- ETUDE COMPARATIVE DE 4000 M3 DE BETON ACHETE OU
FABRIQUE SUR CHANTIER

En tant que responsable de chantier, vous êtes chargés de déterminer le


mode de fabrication et le coût de 4000 m3 de béton nécessaire à l’exécution
du chantier.

1ère solution : Béton prêt à l’emploi : 5.000,00 DA / m3 livré sur


chantier.

2ème solution : Béton fabriqué sur chantier.

Bases de données :

- Coût de transport de la bétonnière du dépôt au chantier : 5.000,00 DA.


- Main d’œuvre d’installation : 50 H.
- Main d’œuvre de repliement : 50 H.
- Matériaux pour l’installation estimés à 100.000,00 DA.
- Installation électrique estimée à 50.000,00 DA.

Prix rendu chantier des matériaux et fournitures :

- Sable : 800,00 DA / m3.


- Ciment C.P.A 325 : 4.000,00 DA / T.
- Gravier 3/8, 8/15, 15/25 : 1.100,00 DA / m3.
- Eau de gâchage : 10,00 DA / m3.
- Consommation de la bétonnière : 50,00 DA / m3.
Tout les bétons seront dosés à 350 kg de ciment, 0,800 m3 de gravier, 0,400
m3 de sable, 125 litres d’eau.

Main d’œuvre :

- 1 seul homme pour le fonctionnement de la bétonnière.


- Base de calcul : 170 H de travail / mois.
- Durée du Gros Œuvres : 6 mois.
- Taux horaire moyen : 66,07 DA / H.
- Taux de location de la bétonnière : 21.000,00 DA / mois.

QUESTIONS :

1 / Donnez la solution choisie en la justifiant

2 / Le chantier prend du retard, sa durée totale devient 11 mois, que


devient le prix de revient du m3 de béton ? Que peut-on déduire ?

ANNEXES 97/103
CORRIGE

1- Calcul du prix de revient d’1 m3 de béton fabriqué sur chantier :

a- Calcul du déboursé sec de main- d’œuvre (D.S M.O)

Coût de la main d’œuvre de fonctionnement de la bétonnière :


170 h x 6 mois x 66,07 DA / H = 67 391,40

b- Calcul du déboursé sec matériaux (D.S MTX)

- Sable : 800,00 DA / m3 x 0,400 m3 x 4000 m3 = 1 280 000,00


- Ciment C.P.A 325 : 4 000,00 DA / T x 0,350 T x 4000 m3 = 5 600 000,00
- Gravier 3/8, 8/15, 15/25 : 1 100,00 DA / m3 x 0,800 m3 x 4000 m3 = 3 520 000,00
- Eau de gâchage : 10,00 DA / m3 x 0,125 m3 x 4000 m3 = 5 000,00

D.S MTX = 10 405 000,00

c- Calcul du déboursé sec matériel (D.S MTL)

- Location de la bétonnière : 21 000,00 DA / mois x 6 mois = 126 000,00


- Coût de transport de la bétonnière : 5 000,00
- Frais de consommation de la bétonnière : 50,00 DA / m3 x 4000 m3 = 200 000,00

D.S MTL = 331 000,00

ANNEXES 98/103
d- Calcul des frais de chantier (F.C)

- Main -d’ œuvre d’installation : 50h x 66,07 DA / h = 3 303,50


- Main – d’ œuvre de repliement : 50 h x 66,07 DA / h = 3 303,50
- Installation électrique : 50 000,00
- Matériaux pour l’installation : 100 000,00

F.C = 156 607,00

Prix de revient de 4000 m3 de béton

P.R = D.S M.O + D.S MTX + D.S MTL + F.C = 10 959 998,40

Comparaison des résultats

2 740,00 DA < 5 000,00 DA, on adoptera donc la 2ème solution qui consiste à
fabriquer le béton sur chantier.

2 Plus value pour 5 mois de retard

170 h / mois x 5 mois x 66,07 DA / h = 56 159,50 DA (frais de main- d’œuvre


de fonctionnement de la bétonnière). 56 159,50

21 000,00 DA / mois x 5 mois = 105 000,00 DA (coût de location de la 105 000,00


bétonnière)

Total = 161 159,50

ANNEXES 99/103
Plus value pour 1 m3 de béton : 161 159,50 DA / 4000 m3 = 40,29 DA / m3 40,29

Le prix de revient d’1 m3 de béton devient :

2740,00 DA + 40,29 DA = 2 780,29 DA 2780,29

CONSTAT : Le chantier sera déficitaire de :


40,29 DA / m3 x 4000 m3 = 161 160,00 DA 161 160,00

ANNEXES 100/103
CHAPITRE 10

BIBLIOGRAPHIE

101/103
 L’étude des coûts et des prix dans le bâtiment
Claude Pauloz – Jacques liébens Editions Eyrolles

 L’évaluation des bâtiments


Jacques Dupuis Editions Eyrolles

 Etude des prix dans le bâtiment Informatique et Métré


Paul Guillaux Edition Eyrolles

 Le guide de l’entrepreneur Gros Œuvres Bordereaux des


ouvrages composés
Edition Le Moniteur

 La gestion financière des chantiers de bâtiment et de travaux


Publics
Edition Le Moniteur

 Guide de la construction
Charles Cavallini Yves Raffestin Edtion Le Moniteur

 Organisation Pratique des chantiers Tome 1 & 2


Emile Olivier Edition Entreprise Moderne d’édition

 Le Management des projets par M.S Project version 2000


Kamal BOUCHAKOUR Document de lecture du séminaire réalisé à
l’entreprise hydro aménagement Edition Leader Consultant
Formation et Conseil

 Repères de consommation des matériaux Tome 1 & 2


Edition CNAT / CSEI

 Repères des temps d’utilisation des matériels B.T.P.H


Edition CNAT

 Bordereau des prix unitaires de la construction (BPU Nord / Sud)


Edition CNAT 1999

 Barème des coûts d’utilisation du matériel B.T.P


Edition CNAT 1981

 Table ronde sur le coût de la construction


Edition CNAT

BIBBLIOGRAPHIE 102/103
 Décret présidentiel n°02-250 du 24 juillet 2002 portant
réglementation des marchés publics.

 Décret présidentiel n°03-301 du 11 Qeptembre 2003 ,


modifiant et compétant le Décret Présidentiel n° 02-250 du 24
juillet 2002 portant réglementation des marchés publics

 Arrêté du 15 décembre 1986 portant mode de calcul des prix


de travaux de construction

BIBBLIOGRAPHIE 103/103