Vous êtes sur la page 1sur 13

b- Proportions (règle de Levier) :

Règle de levier appliquée entre A et B (Tracé d’une horizontale )


 Composition des phases solide et liquide
Soit un solide de composition XN chauffé jusqu'au point N à TN :
On a un mélange de liquide et de solide

Dans le fuseau, au point N à TN :


la composition du liquide et du solide
à partir des points M, N et P :
M : 20 % de B (Au) dans le liquide

N : 45 % de B (Au) dans le
mélange de départ = XN
P : 60 % de B (Au) dans le solide
Ag Au
Les % des phases L et S sont fonctions des longueurs MN et NP

𝑵𝑷
% du liquide : NP / MP = (60-45) / (60-20) = 37,5
𝑴𝑷

Quand N tend vers M, il y a de plus en plus de liquide


Quand N est en M, il n’y a que du liquide.
𝑴𝑵
% du solide : MN / MP = (45-20) / (60-20) = 62,5
𝑴𝑷

Quand N tend vers P, il y a de plus en plus de solide


Quand N est en P, il n'y a que du solide
à partir des points M et N proposés, on trace des horizontales.

les points obtenus (P, R, S et T) donnent les compositions,

R : composition du solide relatif à M (83 % de B)


P : composition du liquide relatif à M (59 % de B)
S : composition du solide relatif à N (8 % de B)
T : composition du liquide relatif à N (23 % de B)

Les proportions de solide et de liquide sont :

% de solide relatif à M (70 %) = PM / PR

% de liquide relatif à M (30 %) = MR / PR

% de solide relatif à N (25 %) = NT / ST

% de liquide relatif à N (75 %) = SN / ST

Remarque :
Le mélange de type M a le même comportement qu'un corps pur
bien qu'il soit constitué d'un mélange de A et de B.
1- Exemple : diagramme binaire Pb – Sn : on a :

* Zones de miscibilité solide (SS) : cristaux mixtes (PbSS et SnSS)

● Pbss = SSsubstitution de Sn dans Pb


(système cristallin de Pb)

● Snss = SSsubstitution de Pb dans Sn


(système cristallin du Sn)

* Zone où coexistent les deux


phases solides (PbSS + SnSS)

* Zones grisées : liquide + solide

* au dessus, il n’y a que du liquide homogène,

* le point E est le point d’eutexie.


cristaux de Pbss(19 % Sn, 81 % Pb)
E : liquide (61,9 % Sn, 30,1 % Pb)
cristaux de Snss (97,5 % Sn, 2,5 % Pb)
V- L’un des constituants donne naissance à deux variétés allotropiques :

B possède 2 formes solides : B stable à HT et B stable à BT


transition de phase)
Au point de transition P (v=0)
T m B
(liq + B + B) : on a un palier
Tf
x T Dans les régions I et II, on peut appliquer la
règle des moments pour déterminer les
Liq Liq+ B I différentes masses.
A P
Tf T’

Liq+ A II
Liq+ B
B’’
T0 A’’ T0
E

A+B
t
A %B xB B

Pour un mélange de composition m, le refroidissement 

● en X : début de solidification de B  changement de pente.

● à T’ : on a un ↔ entre 3  ( liq, B, B )  v = 0 (un palier) liq ↔ B+ B

● quand tous B → B on a seulement liq + B  v = 1

● à T0, on précipite aussi A : on a liq + B + A  v = 0 liq ↔ B + A


VI- Formation de composés intermédiaires définis AmBn ( V )
Système binaire A- B donnant lieu à la formation d’un composé intermédiaire AmBn
(m, n : nombres entiers)

Diagramme de phases avec formation Diagramme de phases avec formation d'un


d'un composé défini à fusion composé défini à fusion non congruente
congruente (CDFC) (CDFNC)

AmBn(solide) —› AmBn( (liq) AmBn(solide) —› A(solide) + liquide


VIII- Composé défini à fusion non congruente (FNC) R : pt. péritectique
m m Composé C (CDFNC) :
T
B
Liquide Tf le liquide obtenu après fusion n’a
I T1 pas la même composition que le solide
L+ B ↘B départ.
T0 R T0+
T0- B⇄C
A
à T0 (Tdécomposition) on a :
Tf ↘C
L+C C⇄A C ⇄ Liq + B
L+ A
T’ C+B
E Refroid.A+C
A+C t
A C B
H2O NaCl,2H2O 62% NaCl

Refroidissement d’un mélange m


● en I : on commence à précipiter B. (à T1 on a un changement de pente)

● à T0 : des cristaux de C commencent à apparaître (2S + 1L) (v = 0)


(palier péritectique qui demeurera jusqu’à ce que tout B sera transformé en C).
………………à T0+ , on a en équilibre un liquide + un solide B
a en équilibre un liquide + un solide C

● lorsqu’il nous reste que C (plus de B), on a un autre changement de pente jusqu’ à ce qu’on comme
palier eutectique jusqu'à la disparition totale du Liq.

● par la suite, il ne reste plus que A + C à refroidir.


Système ternaire avec eutectique
Système ternaire avec péritectique

I- Lecture d’un diagramme de phases ternaire

La lecture dans l'espace n'est pas commode,


C’est le plus souvent des coupes horizontales ou verticales,
ou encore les projections sur un plan horizontal des lignes ou des surfaces remarquables,
utilisées.
Une phase est définie par ses concentrations x, y, z en chacun de ses éléments A, B, C.
Les concentrations peuvent s'exprimer en pourcentage massique ou atomique.
Elles sont définies par la relation : x+ y+ z = 100

II- Système d’axes des diagrammes ternaires

3 espèces ou composés définis :

2 axes de concentrations indépendants

Quelle est la composition de L ?

Du point L :
Trois hauteurs relatives à chacun des côtés :
segments LM, LN et LP.
La somme LM + LN + LP = AH  la position du pont L

On pose :
- masse de A = w = β LM
A
- masse de B = w = β LN
B
- masse de C = w = β LP
C
Méthode de ROOZEBOOM
Trois parallèles aux trois côtés du triangle équilatéral.

Fractions molaires :
x = LM / AB;
A

x = LP / AB;
B

x = LN / AB
C

Par définition on pose :

α est un coefficient de proportionnalité

Donc, si Ba représente la concentration de A, tous les mélanges ayant cette concentration se trouvent
sur le segment aP et ainsi sur chacun des trois côtés.
Sens de graduations des pourcentages = aiguilles d’une montre.
II- Système d’axes des diagrammes ternaires
3 espèces ou composés définis :
2 axes de concentrations indépendants

* au point P
x (P) = S /S
A bleue tot
= bB/AB
= cC/AC
II- Système d’axes des diagrammes ternaires

3 espèces ou composés définis :


2 axes de concentrations indépendants
* au point P
x (P) = S /S
A bleue tot
= bB/AB
= cC/AC
* au point P’
x (P’) = S /S
A bleue tot
= b’B/AB
= c’C/AC
* au point P"
x (P”) = 0
A

Exemple :
A
Soit un composé défini par : a
%C
45% A . 20%B . 35%C
%A
x = 0,45
A

x = 0,20
M
B

x = 0,35
C
B %B
C

Représentation de NaZr (PO ) ? Ca Zr (PO ) ?


2 4 3 1/2 2 4 3

½ Na O+2ZrO +3/2P O → NaZr (PO )


2 2 2 5 2 4 3

Na2O
Fractions molaires :

% Na2O % P2O5
x(Na O)= 1/2 / (1/2 + 2 + 3/2) = 1/8
2

x( ZrO )= 2 / (1/2 + 2 + 3/2) = 2/4 = 1/2


2

ZrO2 % ZrO2 P2O5


x (P O )= 3/2 / (1/2 + 2 + 3/2) = 3/8
2 5
1- Représentation en relief d’1 D.T avec un simple eutectique :

D.T (A,B,C) représentant la fusion d’un mélange de 3 composés A,B et C


= Combinaison des 3 D.B (A-B, B-C et A-C)

Chaque D.B montre un eutectique binaire (point le


plus froid de la courbe liquidus)

ème
- L'intervention du 3 composé transforme les 3 eutectiques
binaires en lignes cotectiques (univariantes). A’

- Le long de ces lignes, la T°  vers l'intérieur du triangle.

- Les 3 cotectiques se rejoignent au point le plus "bas" du diagramme, l'eutectique ternaire :


(A + B + C  Liquide).
- Les lignes pointillés sont des courbes isothermes

Refroidissement de m :
e , e , e : eutectiques binaires
1 2 3
* m
E : point eutectique ternaire

T
A, B, C
T ,T ,T =T (purs)
(A’) (B’) (C’) f

AA’, BB’, CC’ axes de température

au dessus de T :  = 1 (v = 3)

à T : apparition d’un solide A (v = 2) Le liquidus n’est plus une simple courbe mais une
surface.

De la même façon on aura des liquidus relatifs à B et à C.


2- Exemple : Étude du liquidus – système Pb-Bi-Sn

Projection des courbes de liquidus

Les courbes sont les isothermes des surfaces de liquidus

Composition en poids du mélange eutectique ternaire fondant à 96 ºC :


Pb (36 %), Bi (52,5 %) Sn (15,5 %)

a- Représentation plane :
C

A, B, C : surfaces liquidus
4
correspondant à A, B, et C
3 respectivement.
a %C C+Liq2
%B
e’1 1 e’2

E
1
A+Liq 1 B+Liq 4 > 3 > 2……
2 2
3 3
4 4
A B
e’3 %A

La température la plus basse du D.T


est celle de l’eutectique ternaire
b- Refroidissement d’un point M :
ers
En M : apparition des 1 cristaux de C b- Refroidissement d’un point M :
(v = 2)
Entre M et N :
C
* formation des cristaux de C
(v = 2)
** le liquide M s’appauvrit en C en %C *M
laissant constant B et A. %B

e’2
Au pt N : apparition des cristaux de A e’1

à côté de ceux de C N
E
(v = 1)

Au pt E : Liq  A + B + C
(v = 0) A e’3
%A
B

%
1- Existence d’1 eutectique ternaire et d’1 péritectique ternaire

Tant que les courbes uni variantes ne se coupent pas à l’intérieur du triangle correspondant ,
le point de rencontre est un péritectique : P T°(P) > T°(E)

la ligne A-BC n’est pas un joint binaire


au point P : 3  solides + 1  Liquide
2- Qu’est ce qui se passe entre A et BC en refroidissant la composition a :

ère
au point a’ : apparition des 1 cristaux de A (le liquide s’appauvrit en A).
en b : apparition de B , on est obligé de suivre la ligne b-P jusqu’à la T° de P où on a l’équilibre :
A + Liq <==> B + BC
à T° < T°(P) : on a que les solides A et BC