Vous êtes sur la page 1sur 38

Cours de Pharmacie Galénique Cosmétologie médicale

COSMETOLOGIE

INTRODUCTION :

Depuis la plus haute antiquité, l’homme a travaillé en permanence à l’amélioration de son


image. La beauté s’est illustrée par l’usage de poudre, de fards, de senteurs, mais aussi de
peintures souvent guerrières. L’amélioration de l’aspect, l’embellissement, l’odeur sont, quelle
que soit la mode en vigueur, une fantastique diversité qui s’est exprimée tout au long de notre
évolution.

La cosmétologie est devenue une science s’appuyant sur des faits précis d’ordre biologique et
physicochimique, cette nouvelle conception s’est définitivement imposée. Le produit cosmétique
est devenu une préparation testée du point de vue de sa tolérance et douée de propriétés
hygiéniques, capables de rendre à la peau son équilibre physicochimique sans affecter les
fonctions de l’organisme.

La nouvelle cosmétologie est une cosmétologie scientifique évolutive, c’est-à-dire, à l’écoute


permanente des acquisitions les plus récentes sur la biologie cutanée et les avancées
technologiques les plus performantes. Les produits cosmétiques ne permettent pas seulement
de maintenir ou de protéger la peau, mais traitent aussi les imperfections cutanées, les rides, les
pertes de tonus …

C’est ainsi que la notion de dermocosmétologie émerge comme une conception réaliste,
raisonnable et scientifique, expliquant l’évolution santé de la cosmétologie.

1
Cours de Pharmacie Galénique Cosmétologie médicale

PARTIE I :

INTRODUCTION A LA
COSMETOLOGIE

2
Cours de Pharmacie Galénique Cosmétologie médicale

I. COSMETOLOGIE
I.1. Définition :
Le mot cosmétique vient du grec ancien « kosmetikè» qui est l’art de parure, et qui dérive de «
kosmos» l’ordre (l’ordre de l’univers) mais aussi l’ornement et la parure.
Cette science, qui vise l’amélioration du bien-être des personnes ainsi que le maintien d’une peau
saine esthétique saine, repose sur :
L’art du mélange.
La biologie de la peau.

C’est une science pluridisciplinaire, dans laquelle intervient :


~ L’esthéticienne : l’esthétique consiste à l’étude et l’application des soins de beauté. De la
coiffure aux cosmétiques, manucure et pédicure et massage thérapie.
~ Le médecin : les pathologies cutanées sont souvent affichantes. La spécificité de ces
affections cutanées est de faire appel au regard et d’altérer l’image de soi et la qualité de vie.
Comme toute affection, ces pathologies cutanées sont prises en charge essentiellement par
des traitements médicamenteux et les dermocosmétique présentent un intérêt dans le
traitement des dermatoses cutanées.
~ Le pharmacien : est un acteur de santé qui intervient dans le conseil de prise en charge
cosmétologique.
Le médecin et le pharmacien interviennent dans la cosmétovigilance quand un effet indésirable
grave survient chez un patient.

I.2. La cosmétique et son histoire :


Les cosmétiques sont presque aussi anciens que l’homme. Déjà lors de la préhistoire, les hommes
réalisaient de la peinture corporelle d’origine minérale mélangée à des corps gras.
Les égyptiens paraissent s’intéresser surtout aux yeux. Le maquillage des yeux était important
pour les femmes mais aussi pour les hommes.
Pendant le moyen âge, le maquillage est en principe utilisé pour représenter l’idéal féminin.
Cependant les cosmétiques n’étaient qu’à la portée des riches.
C’est à partir XVIIIème siècle, que les cosmétiques sont devenus accessibles à toutes les classes
sociales confondues.
Depuis le XXème siècle et surtout avec l’industrialisation, les cosmétiques sont de plus en plus
divers et variés et de plus en plus utilisés.

3
Cours de Pharmacie Galénique Cosmétologie médicale

II. PRODUITS COSMETIQUES :


II.1. Définition
La définition du produit cosmétique, se limite à réaffirmer l’impact uniquement superficiel et le
rôle hygiénique des préparations cosmétiques « on entend par produit cosmétique et produit
d’hygiène corporelle, toute substance ou préparation autre que les médicaments, destinée à être
mise en contact avec les diverses parties superficielles du corps humain tels que l’épiderme, le
système pileux et capillaire, les ongles, les lèvres, les paupières, les dents, et les muqueuses, en vue
de les nettoyer, de les protéger, de les maintenir en bon état, d’en modifier l’aspect, de les parfumer
ou d’en corriger l’odeur».
II.2. Produits dermocosmétiques :
Les dermocosmétiques sont vendus « sur conseil pharmaceutique » et bien que cosmétiques, ont
des vertus thérapeutiques.

Un dermocosmétique est avant tout un soin ayant une activité biologique démontrée et destinée à
corriger un déséquilibre cutané. Il explique que ces produits ont besoin de l’accompagnement d’un
médecin ou d’un pharmacien, dans la mesure où ils traitent un problème de peau particulier.

Les produits dermocosmétiques se situent entre la dermatologie et la cosmétologie. Le principal


avantage de ce produit par rapport aux produits cosmétiques ordinaires est l'efficacité des actions
sur les couches internes de la peau, ce qui n'est pas le cas de certains cosmétiques qui n'agissent
que sur les couches superficielles. Les dermocosmétiques agissent directement en profondeur.

Fonctions des produits dermocosmétiques :

Les produits dermocosmétiques visent à rétablir l’équilibre de la peau grâce à des ingrédients actifs
à action ciblée.

Protéger : L'un des principes fondamentaux des produits dermocosmétiques est de


protéger la peau du vieillissement causé par le soleil et les agressions extérieures grâce à
des agents actifs qui vont lutter contre les UV et la pollution.

Hydrater : La prévention contre le vieillissement prématuré de la peau commence par


l'hydratation en profondeur de celle-ci, afin qu'elle puisse se régénérer et lutter contre les
agressions extérieures.

Corriger : Certains produits dermocosmétiques combattent les effets du temps en


corrigeant les dommages par l’utilisation d’ingrédients correcteurs clés comme l’acide
glycolique, l’acide lactique et les dérivés de la vitamine A.

4
Cours de Pharmacie Galénique Cosmétologie médicale

VI. CADRE REGLEMENTAIRE EN ALGERIE :


La mise sur le marché des produits cosmétiques est encadrée par le décret exécutif N° 10-114du 18
Avril 2010 modifiant et complétant le décret exécutif N° 97-37 du 14 Janvier 1997définissant les
conditions et les modalités de fabrication, de conditionnement, d’importation, et de
commercialisation, sur le marché national, des produits cosmétiques et d’hygiène corporelle
(annexe I). Les règles actuelles sont les suivantes :

Sécurité des ingrédients : Le présent décret a élaboré des listes de substances dont l’usage
est interdit ou autorisé selon certaines restrictions dans les produits cosmétiques.
Responsabilité : La mise sur le marché d’un produit cosmétique engage la responsabilité du
fabricant ou de l’importateur. La qualification de la ou des personnes responsables de la
fabrication, du conditionnement, de l’importation et des contrôles de qualité, est attestée par
l’un des titres ci-après :
~ tous diplômes permettant l’exercice de la profession de médecin, de vétérinaire ou de
pharmacien,
~ tous diplômes d’ingénieurs orientés vers la chimie et la biologie,
~ tous diplômes d’ingénieurs orientés vers la chimie et la biologie,
~ tous diplômes d’études supérieures orientés vers la chimie.

Le responsable de la mise sur le marché doit s’assurer que :


~ Son produit respecte la réglementation (composition, étiquetage, spécification
physicochimiques et microbiologiques des substances d’origine et de produit fini)
~ Il ne peut nuire à la santé dans les conditions normales d’utilisation.

La mise sur le marché : Ils sont soumis à une autorisation préalable à leur fabrication,
conditionnement ou importation, délivrée sur la base d’un dossier adressé aux services de la
direction de wilaya du commerce territorialement compétente. Cette autorisation est
délivrée par le ministre du commerce après avis de la commission scientifique et technique
du centre algérien du contrôle de la qualité et de l’emballage.

5
Cours de Pharmacie Galénique Cosmétologie médicale

PARTIE II :
FORMULATION
COSMETIQUE

6
Cours de Pharmacie Galénique Cosmétologie médicale

FORMES GALENIQUES

De nombreuses formes galéniques sont employées en cosmétologie. On peut les regrouper


en3catégories :

Les formes aqueuses : représentent environ 20% des formes cosmétiques (les lotions, les
gels, les solutions micellaires),
Les formes anhydres : rassemblent environ 20% des produits cosmétiques (les sticks, les
baumes, les poudres, les huiles, les pommades),
Les dispersions dominent sur le marché des cosmétiques, on les retrouve dans environ
60% des produits (les émulsions, les suspensions, les aérosols, les mousses).

7
Cours de Pharmacie Galénique Cosmétologie médicale

INGREDIENTS

I. BASES LIPOPHILES :

8
Cours de Pharmacie Galénique Cosmétologie médicale

II. BASES HYDROPHILES :

Eau Humectant Solvant Polymère

- Déminéralisé - Glycérol - Ethanol - Gomme


e - Sorbitol - Isopropanol - Carbopol
- Propre - Propylène - PEG
glycol

III. COLORANTS :
Essentiellement obtenus par la synthèse minérale (les oxydes de fer) ou organique (phtalocyanine).

Quelques-uns sont d’origine animale (guanine et hypoxanthine) ou végétale (chlorophylles).

IV. PARFUMS :
Mélange de produits d’extraction d’origine naturelle, le plus souvent végétale, et de substances
synthétiques.

9
Cours de Pharmacie Galénique Cosmétologie médicale

V. CONSERVATEURS :

VI. ACTIFS :
Substances isolées ou des mélanges de substances d’origine naturelle ou synthétique qui confère
une spécificité à un produit fini. Leur présence autorise la revendication d’une activité précise qui
doit être confirmée par des tests d’efficacité.

10
Cours de Pharmacie Galénique Cosmétologie médicale

CATEGORIES DES PRODUITS COSMETIQUES

I. LES PRODUITS D’HYGIENE :


L’hygiène est une forme de prévention essentielle contre les maladies, les affections cutanées et
les irritations. Il est ainsi nécessaire d’enlever tout ce qui s’est déposé sur la peau, les cheveux
et les dents (poussière, cellules mortes, sébum…).

I.1. Hygiène visage :


I.1.1. Produits nettoyants et démaquillants :

~ Définition :
Les produits nettoyants et démaquillants sont des préparations cosmétiques destinées à éliminer
les impuretés (poussières, sébum, sueur, micro-organismes, cellules mortes et éventuellement
maquillage) de la surface de l’épiderme.

~ Mode d’action :
La première qualité d’un nettoyant est sa détergence, c'est-à-dire sa capacité à enlever les
souillures. Elle s’établit en deux temps : mouillage de la surface, puis mise en suspension des
particules de salissures. Les produits nettoyants doivent respecter le pH de la peau.

~ Classification :
a) Les savons :
Les savons sont des TA anioniques d’origine naturelle, produits par une réaction de saponification
qui fait agir une base forte, minérale (soude ou potasse) ou organique (triéthanolamine) sur des
triglycérides d’origine animale (suif, saindoux) ou végétale (huile d’olive, de palme, de coprah, etc.).

11
Cours de Pharmacie Galénique Cosmétologie médicale

Les savons sont alcalins. Mis au contact de l’eau, ils libèrent la base et augmentent le pH de la
peau. Le pouvoir tampon de la peau permet de revenir au pH normal en deux heures environ, mais
certains sujets à peau fragile et sèche ne supportent pas les savonnages répétés qui peuvent
provoquer des irritations.

b) Les syndets:
Ils sont appelés aussi : pains dermatologique, savon sans savon, et sont formulés à partir de
tensioactifs de synthèse. Leur composition est très complexe, et associe des tensioactifs de nature
différente et associés, des plastifiants, des stabiliseurs de mousse, des acides faibles pour ajuster le
pH, des substances de remplissage, des principes actifs, des arômes, des colorants…

Les syndets sont solides ou liquides. Ils sont très variés selon l’association et la concentration des
tensioactifs utilisés et des différents adjuvants.

c) Les laits de toilette :


Ce sont des émulsions H/E de faible viscosité, qui contiennent suffisamment de tensioactifs pour
émulsionner les salissures présentes à la surface de la peau.
Leur composition associe :
~ Pour la phase aqueuse, de l’eau purifiée ou une eau distillée aromatique ; des humectants :
glycérol, propylène glycol, sorbitol et des conservateurs.

~ La phase huileuse, des hydrocarbures (huile de vaseline, perhydrosqualène) ; des huiles


végétales (amandes douces, jojoba…) ; des esters gras (myristate et palmitate d’isopropyl); des
cires (lanoline et dérivés) ; et des alcools gras (cétylique, stéarylique).

d) Les crèmes nettoyantes :


Ce sont des émulsions de viscosité élevé, additionnées d’agents moussants. Appliquées sur le
visage humide, elles forment sous l’action de doigts ou d’une brosse souple une mousse analogue à
celle d’un syndet, complétée par les qualités adoucissantes d’une crème.

e) Les lotions nettoyantes:


Les lotions nettoyantes sont des solutions aqueuses (certaines à base d’eau thermale) contenant des
TA non ioniques, destinées au nettoyage du visage. On distingue :

les lotions complémentaires du démaquillage pour éliminer les résidus de lait de toilette
peuvent revendiquer un effet rafraîchissant, apaisant, « tonifiant » ;

Les solutions micellaires ou « eaux micellaires », destinées au démaquillage et à la


toilette du visage contiennent des TA non ioniques et/ou amphotères dont le pouvoir
nettoyant et la tolérance sont très variables. Leur pH est acide pour respecter le pH cutané.
Formulées à l’origine pour ne pas être rincées, elles simplifient le geste en remplaçant le duo
: lait démaquillant–lotion.
12
Cours de Pharmacie Galénique Cosmétologie médicale

f) Les compacts démaquillants :


Ce sont des laits solides car leur phase aqueuse est constituée au moment de l’emploi par l’eau de
robinet. Ils sont donc solides. Ils ne moussent pas. Leur tolérance est excellente et leur emploi
limité au visage. Leur coût est élevé.

g) Les gels nettoyant:


Ils ont des propriétés physico-chimiques particulières : ils sont transparents, contiennent 95%
d’eau, leur étalement est facile, agréable, associé à une sensation de fraicheur. Ils se transforment
en mousse sous l’effet de l’eau et du massage. Les gélifiants les plus utilisés sont des dérivés de
cellulose ionique et non ioniques, des polymères carboxyvinyliques nautralisés (Carbopol ®) et des
polymères acryliques neutralisés.

h) Produits spécifiques :

Nettoyant sans rinçage : sont conçus pour des personnes supportant mal le rinçage à l’eau
ou pour leur caractère pratique. Ils doivent obligatoirement être éliminés par essuyage au
coton. Ce sont des lotions, des émulsions ou des laits. Véritable « deux en un », ils assurent
nettoyage et rinçage.

Démaquillants des yeux et des lèvres : La sensibilité de l’œil, la fragilité des paupières et
la nature de certains fards (waterproof) imposent pour ces produits des formulations
spéciales. :
- Les démaquillants pour fards hydrosolubles : sont des lotions aqueuses ou de
gels aqueux ou des produits sans rinçage, à base d’eau purifiée ou d’eau thermale.
Ils associent tensioactif doux, extraits décongestionnants et parfois
conservateurs antimicrobiens. Leur pH est proche de celui des larmes. Ils sont
doux, ne piquent pas les yeux et ne font pas gonfler les paupières.
- Les démaquillants pour fards waterproof : Sont des produits huileux ou à
phase continue huileuse qui permettent d’éliminer ce type de maquillage. Ils
doivent être rincés soigneusement à l’aide de lotions adoucissantes sous peine de
provoquer un gonflement et une irritation de la conjonctive.

Les lingettes : sont formées par l’association d’un linge imprégné de tensioactif doux de
nouvelle génération. Le linge est du non tissé. Le liquide associe plusieurs tensioactifs, des
agents calmants (alphabisabolol), des parfums, des colorants, des conservateurs, etc., dans
une solution aqueuse.

13
Cours de Pharmacie Galénique Cosmétologie médicale

I.1.2. Produits de rasage :

a) Produit avant rasage:

Les produits avant rasage sont représentés par des lotions, des crèmes et parfois des poudres.
Les lotions contiennent une forte proportion d’alcool qui permet au poil de se redresser et une
huile de silicone qui favorise le glissement du rasoir.
Les poudres sont compactes, présentées sous forme de stick et ont pour base le talc lié par l’huile
de paraffine.

b) Produit de rasage :

Ils peuvent être de type moussant ou non moussant.


Les anciens savons à barbe : savonnettes présentées en bâtons, contenant une forte
proportion de laurate de sodium. La mousse était obtenue par frottement à l’aide de
blaireau.

Les crèmes à raser moussantes : sont des dispersions de 40 à 60% de stéarate de sodium et
de potassium. La présence de glycérol ou de sorbitol assure l’effet hydratant. La formulation
peut être agrémentée d’huile de silicone et d’un anti-inflammatoire tel que l’allantoïne et
l’alphabisabolol.

Les mousses: sont des émulsions H/E fluides dans lesquelles l’émulsionnant est un stéarate
de triéthanolamine. Elles sont pulsées par un gaz liquéfié qui se détend à la sortie de la
valve en formant une dispersion de gaz dans un liquide. Elles des substances lipophiles tels
que dérivés de lanoline ou huile de coco dans la phase grasse.

Les crèmes à raser non moussantes : sont en fait des émulsions H/E de formule très
classique à base de stéarate de triéthanolamine comme les mousses, mais aussi à base
d’émulsionnant non ioniques.

c) Produit après rasage:

Ils sont représentés par des lotions, des émulsions et des gels.

Les lotions : sont pour la plupart à base d’alcool dénaturé à 30 ou 40% associé à du glycérol
et du menthol. Elles peuvent contenir également des antiseptiques tel que le triclosan, des
vitamines E et F, des anti-inflammatoires (alphabisalol, azulène, allantoïne), des hydratants.

Les émulsions : sont de type H/E de formulation classique et contiennent souvent des
surgraissants, dérivés de lanoline ou d’huile de ricin, beurre de karité, et des parfums de
grande marque.

14
Cours de Pharmacie Galénique Cosmétologie médicale

Les gels : sont souvent hydro alcooliques à base da carbomères, ou des dérivés de cellulose.
Ils contiennent en outre des filtres solaires, des anti radicalaires, des stimulants cellulaires.

Les hémostatiques : sont représentés par la pierre d’alun et par les crayons et sticks
hémostatiques. La pierre d’alun est un alun de potassium utilisé pur, légèrement mouillé.
Les sticks sont à base de sulfate d’aluminium, d’alun de potassium et une petite quantité
d’eau. Tous ces produits ont un pH voisin de 3 et peuvent entrainer dessèchement et
irritation de la peau.

I.2. Hygiène corps :

I.2.1. Produits pour le bain et la douche :

Les bains moussants : il s’agit de solutions de détergents de synthèse généralement


anioniques (par ex. lauryléthersulfates), auxquelles des agents surgraissants sont ajoutés
pour éviter le dessèchement. On attribue aux détergents amphotères une action « plus
douce».

Les huiles de bains dispersibles sont essentiellement composées de paraffine liquide et de


quantités relativement importantes d’émulsifiants afin de former un « nuage » dans l’eau.
Plus l’huile est dispersée, moins elle se dépose sur la peau, ce qui atténue la sensation grasse.
Ces huiles contiennent le plus souvent très peu de parfum.

Les crèmes pour le bain contiennent une forte proportion de substance grasse.

Les sels de bains sont des cristaux de bicarbonate de sodium, des cristaux de chlorure de
sodium ou de cristaux de borate de sodium.

Les poudres sont des mélanges de talc, silicates, amidon, kaolin, qui ont un effet
adoucissant sur la peau.

Les tablettes contiennent des agents effervescents qui sont un mélange d’acide citrique et
de bicarbonate de sodium.

15
Cours de Pharmacie Galénique Cosmétologie médicale

I.2.2. Déodorants et antiperspirants :

a) Les antitranspirants
Les antitranspirants sont des produits destinés à supprimer ou à limiter la production excessive de
sueur (hyperhidrose) axillaire et palmo-plantaire.

Ingrédients actifs antitranspirants:

L’hydroxychlorures d’aluminium ACH: est le composant le plus couramment utilisé. La


législation américaine limite sa concentration à 15% avec l’obligation de mentionner sur
l’étiquetage « Attention, peut être irritant ».
Le complexe ACH-propylène glycol : est mieux supporté (concentration de 25%).
Les hydroxychlorures d’aluminium-zirconium : sont plus actifs que le simple ACH. La
concentration maximale autorisée en Europe et aux Etats-Unis est de 20% en zirconium.
Les complexes aluminium-zirconium-glycine sont aussi réglementés. La concentration
maximale autorisée en Europe est de 5,4% en zirconium
Le sulphonate de zinc : est utilisable à une concentration maximale de 6%.
L’alun de potassium : est employé comme astringent dans nombre de poudres
antitranspirantes podologique.
Le formol : (2 à 5%) associé au camphre (2%) et à diverses huiles essentielles.

Les formes d’utilisation des antitranspirants :

Les solutions: d’hydroxychlorure d’aluminium sont souvent hydroalcooliques et peuvent


atteindre des concentrations élevées de 20 à 25%. Elles sont conditionnées dans des flacons
munis d’une large bille ou « roll-on ». Une formulation dite « peau sensible » ne contient
que 10% d’ACH. Les solutions sont assez souvent présentées sous la forme aérosol en
présence de plusieurs types de gaz liquéfié. Les vaporisateurs classiques sont aussi
utilisables.

Les sticks: sont de plus en plus présents surtout pour des présentations pour homme. Ils
sont formulés à partir de cires ou corps gras.

Les crèmes: favorisant l’activité.

Les poudres : sont réservées aux soins podologiques. Ce sont généralement des mélanges
de talc, d’amidon, de kaolin et de divers actifs.

16
Cours de Pharmacie Galénique Cosmétologie médicale

b) Les déodorants antiseptiques:

Ils agissent en détruisant les bactéries présentes à la surface de la peau au niveau des zones
axillaires, des mains et des pieds. Ils font donc appel à des antiseptiques que l’on accuse
d’entretenir une résistance microbienne. D’où la tendance actuellement de présenter des
déodorants sans antiseptiques de synthèse.

Composition :

Dérivés halogénés de salicylanilide : telle que la tribromosalicylanilide utilisés pendant


longtemps sont actuellement interdits en cosmétique par suite de leur pouvoir sensibilisant.

Dérivés halogénés de carbanilide : sont représentés par le trichlocarban ou halocarban.

Dérivés des chlorophénols (dichlorophène, bromochlorophène, triclosan) : le triclosan


est un excellent antiseptique dépourvu de pouvoir irritant et sensibilisant.

Les antiseptiques non halogénés : la chlorhexidine sous forme d’acétate ou de gluconate


est parfois utilisée dans les solutions de même que les ammoniums quaternaires.

Huiles essentielles : entrent dans la composition des parfums introduits parfois en grandes
quantités dans des déodorants dits non antiseptiques.

Les formes d’utilisation des déodorants:

Aérosols : sont constitués par un solvant, le plus souvent de l’alcool dénaturé ou de


l’isopropanol, dans lequel sont dissous des antiseptiques à des concentrations avoisinantes
de 3%. Une petite quantité de myristate d’isopropyle ou d’un ester gras similaire. La
formulation est complétée par un parfum et le tout, représentant environ 10% du contenu,
est pulsépar 90% d’un mélange de gaz liquéfié.

Les sticks: sont des savons à base de stéarate de sodium dont la cristallisation a été
supprimée par la présence de glycérol et/ou de propylène glycol et/ou d’alcool. Ils sont en
outre constitué d’un antiseptique, d’un lubrifiant gras (isopropyl lanolatepar exemple),
parfois un gélifiant et d’un parfum. Ce sont des produits dont le pH.

Roll-on ou billes: Le contenu peut être identique à celui des aérosols. Certains ne
contiennent pas d’alcool, l’antiseptique à faible concentration pouvant être solubilisé dans
l’eau à l’aide de tensioactifs non ionique.

17
Cours de Pharmacie Galénique Cosmétologie médicale

Les lingettes : Le support est un non tissé cellulosique imbibé d’une solution dont la
composition est identique à celle des solutions pulsées ou introduites dans des flacons billes.
Le conditionnement doit être parfaitement hermétique sous film alumino-plastique pour
éviter une évaporation trop rapide du solvant.

c) Les déodorants non antiseptiques:


Leur action est basée sur le masquage, la complexation ou la fixation de l’odeur.

Masquant : ce sont principalement :


L’éthyl lactate.
Le diéthyl tartrate.
Le triéthyl tartrate.

Complexant:
L’acide α-cétoglutarique
Le ricinoléate de zinc

Fixateur:
L’oxyde de zinc
L’octoxyglycérine
Les cyclodextrines.

I.2.3. Produits d’hygiène intime :

Les actifs sont le plus souvent le triclosan mais aussi l’acétate de chlorhexidine, et parfois des
ammoniums quaternaires. Ces derniers peuvent présenter un certain potentiel allergisant et il est
préférable d’éviter un contact de ces substances avec les muqueuses, plus facilement pénétrées que
la peau.

Les formes sont surtout les lingettes qui semblent présenter de multitude avantages pratiques,
notamment l’usage unique. La forme aérosol, très répandue auparavant, tend à disparaitre au profit
des formes classiques, savons liquides, pains dermatologiques contenant toutes un antiseptique à
concentration inférieure à 3%.

18
Cours de Pharmacie Galénique Cosmétologie médicale

I.2.4. Produits d’épilation :

a) Cire :
Les cires chaudes recyclables sont chauffées à une température supérieure à 60°C. Ces cires
contiennent de la colophane, produit allergisant.

Les cires tièdes à base de polymères synthétiques et les cires dite « au sucre » qui sont des
mélange de saccharose ou de ses dérivés et d’acide citrique remplaçant de plus en plus les cires
chaudes et sont parfaitement tolérées.

Les bandes de cire froides qui paraissent si pratique d’utilisation donnent des résultats souvent
décevants.

b) Dépilatoires:
Les dépilatoires chimiques ont pour but de dénaturer la kératine pilaire sans attaquer la kératine
épidermique.
L’épilation chimique consiste à détruire les ponts disulfures de la kératine par réduction, de telle
manière que le poil se désintègre en prenant l’aspect d’une masse gélatineuse qui s’enlève
facilement.
Composition :
Sulfures: sulfure de sodium
Mercaptans :
- L’acide thioglycolique,
- L’acide thiolactique,
- Le thioglycérol.

Formulation:
Les dépilatoires chimiques sont présentés sous formes de crèmes, de laits ou de mousses en bombes
aérosols.
L’excipent doit être compatible avec les pH élevés. On mélange :

- Des corps gras : alcool cétylique, stéarylique, huiles minérale…


- Des émulsionnants ;
- Des épaississants : alcool polyvinyliques, silicates ;
- Des adoucissants : lanoline, talc…

19
Cours de Pharmacie Galénique Cosmétologie médicale

I.3. Hygiène buccale :

a) Composition du dentifrice de base:

Un dentifrice est généralement composé des éléments suivants:


Une charge abrasive, représentant 15 à 35% de la formulation. Elle est variable en
quantité et en nature selon les dentifrices. On utilise : alumine, phosphate anhydre et
hydraté, carbonate de calcium, silices, aluminosilicates.
Un agent gélifiant, on utilise le plus souvent des polysaccharides classiques, alginates ou
carraghénates mais aussi de la gomme xanthane ;
Un humectant : qui maintiennent une certaine plasticité à la pâte. Ils sont introduits à
raison de 5 à 10% dans la formulation. On utilise surtout le glycérol et le sorbitol, souvent
associés à parties égales ;
Un tensioactif qui sert de mouillant. Il permet un décollage plus aisé de la plaque dentaire.
On utilise généralement le laurylsulfate de sodium ;
De l’eau en assez faible quantité pour maintenir une viscosité importante ;
Des additifs : édulcorant (la saccharine de sodium), colorants, aromatisant, conservateurs ;
Un agent préventif des caries : fluorures minéraux ou organiques.

b) Bains de bouche:
Les eaux ou elixirs dentifrices sont des solutions aqueuses ou légèrement alcooliques
contenant des antiseptiques et de la glycérine.

20
Cours de Pharmacie Galénique Cosmétologie médicale

II. LES PRODUITS DE SOIN :

~ Soins visage : Hydratants, nourrissant, antisolaire, antivieillissement, blanchissant,


raffermissant, oxygénant, revitalisant, contour des yeux, gommage, masque…
~ Soins corps : Amincissant, solaire, hydratant, soins des mains et pieds, tonifiant,
apaisant...

II.1. Les masques:

Définition :
Les masques sont des préparations cosmétiques destinées à être appliquées sur les différentes
parties du corps et particulièrement sur le visage, en couche épaisse, avec un temps de pose
déterminé, dans le but de produire divers effets au niveau de la peau.

Classification :
a) Les masques appliqués à froid sont soit :
- des crèmes utilisés surtout sur les peaux sèches, ils ont pour but de nettoyer, de
nourrir la peau.
- Soit des masques terreux à base de certains types d’argile, indiqués aux peaux
grasses dont ils absorbent l’excès de sébum.
- des masques gels à base de substances gélifiantes telles que la gomme arabique, la
gélatine et les carbomères. Ces masques gels utilisés surtout sur des peaux
vieillissantes et déshydratées, sont des masques pelliculables et coagulables à froid à
base de polymères filmogènes qui peuvent être retirés comme un gant après séchage.

b) Les masques auto-chauffants : sont utilisés sur les peaux manquant de fermeté ou sèches.

II.2.Les produits de gommage :

Le gommage, ou soin exfoliant, est censé éliminer les cellules cornées desquamantes responsables
d’une certaine rugosité de la peau. Il peut être mécanique et chimique.

a) Gommage mécanique
L’abrasif est d’origine diverse :
substances d’origine végétale : les poudres de noyau d’olives, de noyau de dattes, les
microbilles de cire de jojoba hydrogénée ou de cire de riz, le sucre cristallisé, la cellulose
microcristalline, etc.
substances d’origine minérale : les microcristaux de carbonate de calcium, d’oxyde
d’aluminium, de silicate hydraté, le sel marin, les boues et le sel de la mer Morte, etc.
d’origine synthétique : les billes de polyéthylène.
21
Cours de Pharmacie Galénique Cosmétologie médicale

Certains produits de gommage associent gommage mécanique et chimique par addition aux
ingrédients cités précédemment d’une faible quantité d’acide salicylique ou de salicylate de sodium
(de 1 % à 5 %), d’acide glycolique et/ou d’extrait de papaye.

En fonction de leur destination, visage, corps ou pieds, les produits se présentent sous des formes
diverses: gel, gel-crème, gel-douche ;

Les crèmes sont généralement des émulsions L/H classiques, les gels sont à base de carbomère,
parfois additionné d’une faible proportion d’une huile végétale (macadamia, amande, argan, etc.) ou
d’un ester gras synthétique, ce qui fournit un gel-crème. Les gels-douche exfoliants sont formulés
comme des shampooings plus ou moins concentrés.

Des gels-crème exfoliants préconisés pour le gommage corporel sont riches en détergents de type
anionique, comme le triéthanolamine lauryl sulfate associé à des esters gras et des triglycérides
(huile de jojoba, huile d’olive, huile de soja).

b) Gommage chimique :
Cette technique d’exfoliation de l’épiderme qui utilise des substances chimiques, pour obtenir une
destruction limitée et contrôlée des couches épidermiques. Ce peeling est réalisé pour améliorer
des désordres esthétiques ou médicaux comme l’acné.

Les principaux produits chimiques utilisés sont des acides : alpha-hydroxyacides (AHA), TCA, AS,
ou des associations.
Leur activité cosmétique dépend de leur dosage :
à faible dose (< 2 %) : effet hydratant ;
à dose moyenne (2-5 %) : effet exfoliant doux ;
à dose forte (> 5 %) : effet kératolytique et dépigmentant.

En pratique dermatologique, le produit le plus utilisé est l’acide glycolique. Par ses suites simples,
son efficacité sur l’éclat du teint, le mélasma, l’héliodermie et l’acné, le peeling à l’acide glycolique
est effectivement le meilleur compromis.

22
Cours de Pharmacie Galénique Cosmétologie médicale

II.3.Les produits hydratant :


Il est classique cependant de distinguer trois générations de substances :

a. Substances de première génération : Ce sont les occlusifs proprement dits (vaseline, huiles
minérales, les cires…).

b. Substances de deuxième génération :


Les humectants : Exemples : glycérol, sorbitol, propylène glycol...
Les composants du NMF : Exemples : pyrrolidone carboxylate de sodium, urée, les acides
aminés, les sucres.
Les filmogènes hydrophiles : Ce sont pour beaucoup, des produits capables de former des
gels en présence d’eau Exemples : acide hyaluronique, glycosamino glycanes, chitosane,
collagène…

c. Substances de troisième génération :


Les plus performants sont les céramides, lipides plus ou moins polaires constitutifs du
ciment intercellulaire du stratum corneum.
Les acides gras polyinsaturés (AGPI) sont associes avec profit a d’autres types d’hydratants.
Ils ont une affinité particulière pour les lipides cutanés et contribuent à rétablir l’efficacité
de la barrière.

II.4. Les produits antiâges:


II.4.1. Ecrans solaires :
Ces composés assurent une protection par réflexion et diffusion du rayonnement visible et
IR. Ce sont des poudres blanches chimiquement inertes, très finement divisées et à fort pouvoir
couvrant. L’oxyde de zinc, le talc et surtout le dioxyde de titane sont les plus employés.

II.4.2. Filtres solaires :


Ce sont des molécules chimiques, pour la plupart d’origine synthétique, qui assurent une
protection par absorption du rayonnement. Contrairement aux écrans, ces substances ne protègent
que dans une frange de spectre bien définie, UVB, UVA courts ou longs. Les principales classes de
molécules filtrantes :
PABA (l’acide para-amino-benzoïque) et ses dérivés, les esters cinnamiques, les salicylates
et les dérivés du camphre, les dérivés de benzophénones comme filtres solaires UVB.
Les dérivés de dibenzoylméthane comme filtres spécifiques d’UVA.

23
Cours de Pharmacie Galénique Cosmétologie médicale

II.4.3. Substances anti radicalaires :


L’objectif est de diminuer les effets néfastes des radicaux libres, parmi les substances les plus
connues, il est possible de citer :
α tocophérol, palmitate d’ascorbyle,
Extrait végétaux (flavonoïdes),
Superoxy de dismutase (SOD) végétale.

II.4.4. Stimulants cellulaires :


Ils ont tous une activité antiâge, antirides, antivieillissement. Ils sont représentés par les
biopeptides d’hémi synthèse: collagen potentiating peptide (CPP), Biopeptide CL, Biopeptide EL,
mélanges d’oligoélément, extraits d’origine marine: hydrolysat enzymatique de protéine de
poisson, extraits végétaux: extrait de ginseng.

II.4.5. Antiélastase
Ils sont aussi présentés comme protecteurs de la destruction de l’élastine. Ce sont, soit des peptides
d’origine synthétique de l’inhibiteur de l’élastase leucocytaire humaine, soit des substances
extraites de cartilage de poisson, soit encore des mélanges d’extraits végétaux.

II.4.6. Antiglycation
Ils commencent à apparaitre. Ils sont composés depeptides de L-lysine et de L-arginine.

II.4.7. Tenseur
Il est possible d’obtenir une amélioration rapide, bien que superficielle, par l’emploi de solutions
aqueuses de substances dites ≪ tenseurs ≫, visant à retendre l’épiderme.
Hydrolysat de protéines d’origine végétale (blé, mais) ou marine (élastine marine),
Solution de macromolécules (collagène, chitosane),
Extrait végétaux riches en tanins.

II.5. Apaisant :
Les plus couramment utilisés sont :
azulène, β 1-3 glucane.
extrait de plantes riches en tanins: extrait de marron d’inde….

II.6. Dépigmentant :
Ces actifs agissent sur la synthèse de la mélanine en bloquant l’activité de la tyrosinase. On peut
citer :
Acide Kojique, 4 n-butylrésorcinol
Dérivés de l’acide ascorbique

24
Cours de Pharmacie Galénique Cosmétologie médicale

II.7. Les substances séborégulatrices :


Les régulateurs de la séborrhée sont extrêmement nombreux :
Action sur la sécrétion sébacée: S-carboxyméthylcystéine, dérivés de soufre organique, sels
de zinc, gelée royale (vitamine B).
Action purifiante: amidon, kaolin, bentonite.

II.8. Amincissant :
La destruction est liée à l’activité de l’AMP-cyclique (acide adénosine monophosphorique)
favorisée par l’adénylcyclase mais inhibée par les phosphodiesterases.
L’équilibre est régulé par la présence et l’activité des récepteurs α (lipogenèse) et β (lipolyse)
adrénergiques :
Activation de la synthèse d’AMP-cyclique: caféine
Activation de l’adénylcyclase: oligoéléments
Blocage des récepteurs α-adrénergiques: l’escine, extrait de levure,
Activation des récepteurs β-adrénergiques: extrait d’algues (rhodystérol)

III. LES PRODUITS DE MAQUILLAGE :

Le maquillage médical améliore la qualité de vie des patients sans en aggraver les lésions. De
nombreuses études le démontrent. Dans le traitement de certaines lésions, à savoir les brûlures, les
troubles pigmentaires et l’acné, le maquillage doit faire partie de la prescription médicale.

III.1. Les rouges à lèvres :


La formulation d’un rouge à lèvres classique est extrêmement complexe et comporte souvent une trentaine
de constituants dont les principaux sont :
des cires (cire d’abeilles, cire de carnauba, de candelilla, cire de riz, cires synthétiques) ;
des huiles végétales (noisette, sésame, macadamia, jojoba, huile de ricin) ;
des huiles végétales hydrogénées ;
des alcools gras (alcools oléique, hexadécylique, tétrahydrofurfurylique, octyldodécanol) ;
des esters gras ramifiés (isononanoate d’isononyle, octyl palmitate, octyldodécyl
néopentanoate, di-isopropyl dilinoléate, etc.)
des silicones (diméthicone, silicones volatils) ;
des pigments;
des additifs : antioxydants, conservateurs, parfum.

25
Cours de Pharmacie Galénique Cosmétologie médicale

III.2. Maquillage du teint

III.2.1. Les fonds de teint :


Quelle que soit la nature du fond de teint, les poudres blanches entrent pour environ 10 % dans la
composition d’un fond de teint. Elles sont chargées de donner plus de consistance et de couvrance
au fond de teint. Ce sont :
le talc (diluant, lubrifiant) ;
le kaolin (absorbant, matifiant) ;
l’oxyde de titane (anti UV et diluant) ou de zinc (opacifiant et couvrant) ;
le stéarate de zinc, opacifiant qui facilite l’adhérence.

Les pigments sont presque toujours des pigments minéraux. Ils représentent de 7 % à 10 % de la
formulation.

III.2.2. Les poudres :


Les poudres se présentent sous forme de poudres libres, de poudres compactes.

Les poudres libres sont à base principalement de talc et d’amidon de riz d’où leur ancienne
dénomination de « poudre de riz ». Les pigments entrent pour 1 % à 3 % dans la composition des
poudres. Le mélange est complété par la présence d’antioxydants et de parfum.

Les poudres compactes sont des poudres libres compactées en présence d’un liant à faible
concentration (2 %-5 %) qui peut être une huile minérale associée à de la lanoline ou un squalane
synthétique.

III.2.3. Fards à joues


Ils peuvent être gras ou compacts. Les fards à joue gras sont des mélanges anhydres de corps gras
contenant des pigments.
Les fards à joue compacts sont des produits moulés obtenus à partir d’un mélange de poudres mis
en présence d’un solvant qui peut être de l’eau ou un solvant organique associé à un liant gras.

III.3. Les produits pour les yeux


III.3.1. Les eye-liners :

Sont des produits liquides plus ou moins visqueux, filmogènes, capables de se fixer solidement sur
le bord de la paupière après séchage. Les premiers eye-liners étaient noirs ou bleus, aujourd’hui ils
existent dans flacons accompagnés d’un pinceau très fin ou d’un feutre qui permettent
l’application.
Ce sont généralement des émulsions H/E filmogènes, à base de cires et chargées de pigments ou
des encres dépourvues de corps gras.

26
Cours de Pharmacie Galénique Cosmétologie médicale

Ils contiennent alors :


des pigments ;
de l’eau ;
un gélifiant qui fournit la consistance et maintient le pigment en
suspension ;
un agent filmogène (alcool polyvinylique, polymère acrylique, gomme
laque) qui apporte l’adhérence ;
des colorants, des plastifiants.

III.3.2. Les mascara :


Sont des produits pigmentés utilisés pour maquiller les cils, les allonger, les recourber et leur
donner de la couleur. On leur demande également d’être traitants, de fortifier les cils, de favoriser
leur pousse, ce qui nécessite des formules de plus en plus élaborées.
Pendant longtemps les seules couleurs proposées ont été le noir et le marron. Ces couleurs
représentent encore respectivement 80 % et 15 % des mascaras vendus. Les autres sont les divers
bleus, parfois le vert mousse. Les mascaras, en fonction de leur forme, ont des compositions
diverses.

Les mascaras water basedsont des émulsions H/E fluides composées essentiellement :
d’eau ;
de corps gras ;
d’émulsionnants (souvent stéarate de triéthanolamine) ;
de cires (abeille, carnauba) ;
de polymères pour l’adhérence sur les cils (polyvinyl pyrrolidone, résine acrylique,
gomme arabique, carboxyméthylcellulose);
de pigments qui sont préférentiellement des oxydes de fer.

Les mascaras waterproof sont des émulsions E/H fluides ou des systèmes anhydres plus consistants
à base de cires (cire d’abeille, de carnauba, paraffine), de solvants volatils (silicones volatils,
isoparaffines) et de pigments (oxydes de fer).
Dans le but d’obtenir des mascaras « traitants », il est possible d’adjoindre aux compositions de base
de divers ingrédients ayant des revendications plus ou moins bien établies :
de la kératine, protecteur naturel des cheveux et des cils ;
du panthénol qui favoriserait la pousse ;
des acides aminés qui stimuleraient la croissance et renforceraient la structure du cil ;
des mucopolysaccharides considérés comme fortifiants et hydratants ;
des peptides présentés comme régénérants et nourrissants.

III.3.3. Ombres à paupières :

Sont très utilisées actuellement. Elles se présentent en poudre compacte pressée, dans de petits
boîtiers individuels ou en palette de teintes diverses. On les prélève généralement avec un pinceau
plat ou une minuscule éponge souple au bout d’un bâtonnet.
27
Cours de Pharmacie Galénique Cosmétologie médicale

Trois éléments entrent dans la composition des fards à paupières poudre :


une charge pigmentaire associée à des nacrants qui représente la base de la formulation ;
un mélange de poudres telles que talc et polyamide (nylon), qui donnent du glissant ;
un liant de compactage (en général lipophile) dont le rôle est très important. Il permet le
compactage par agglomération des particules entre elles et facilite l’application. La dureté
de la plaquette obtenue est conditionnée par la pression de compression qui doit être
suffisante pour éviter l’effritement mais pas trop pour permettre le prélèvement.

III.3.4. Crayons et « khôls » : sont constitués d’une mine incluse dans un cylindre de bois.
Les khôls sont des bâtons plus ou moins durs, gras, placés dans un étui. Leur composition se
rapproche de celle des rouges à lèvres. Les deux formes sont des produits anhydres protégés par
un capuchon de métal ou de plastique.

La mine des crayons contient :


des pigments noirs, marron, bleu, violet, vert ;
des cires végétales ou minérales en grande quantité ;
des corps gras liquides (huiles végétales : huile de ricin ou esters gras) ;
des microbilles de polymères qui facilitent le glissant ;
des ingrédients actifs traitants : vitamine E, céramide.

III.3.5. Les anticernes : sont des produits mats et couvrants qui camouflent les cernes
autour des yeux. Ils se présentent sous forme de sticks ou de crèmes. Ils laissent un film
mat qui permet le maquillage.

III.4. Les vernis à ongles :


Ils sont composés d’une résine, d’un agent filmogène (nitrocellulose), d’un ou plusieurs plastifiants,
des pigments, des solvants et d’un agent thixotrope.

IV. LES PRODUITS CAPILLAIRES :

IV.1. Composition des shampooings :

La composition classique d’un shampoing comporte trois constituants:


Un détergent,
Un viscosifiant,
De l’eau.
On y ajoute des additifs tels que conservateurs, nacrants, colorants, parfums et accessoirement des
ingrédients actifs.

28
Cours de Pharmacie Galénique Cosmétologie médicale

IV.1.1. Détergent:
Ils sont choisis parmi les tensioactifs anioniques, amphotères et parfois non ioniques.
a) Tensioactifs anionique : les laurylsulfates de sodium, d’ammonium ou triéthanolamine.
b) Tensioactifs amphotères : dérivés bétainiques et dérivés imidazoliniques.
c) Tensioactifs non ioniques : surtout des dérivés du méthyl glucoside.

IV.1.2. Viscosants:

Chlorure de sodium : ne donne de bons résultats qu’avec les alkyl et les alkyl éther sulfates.
Alkanolamides: sont associés au chlorure de sodium. Ce sont des produits irritants par la
formation fréquente d’amines libres au cours du stockage.
Epaississants divers : ce sont gélifiants ou des épaississants spéciaux des shampoings
contenant:
- Carboxyméthylcellulose,
- Hydroxyéthylcellulose,
- Dérivés acryliques.
Ce sont tous des produits non irritants. Ils sont incorporés à des taux variant de 0,5 à 5%.

IV.1.3. Additifs :
Conservateurs: sont des donneurs de formol, les parabens…
Nacrants : servent principalement à masquer une poudre insoluble maintenue en
suspension ou un léger défaut de miscibilité. Ce sont avant tout des nacrants amphiphiles
tels que des stéarates de diéthylèneglycol mélangés à des tensioactifs anioniques pour
constituer des bases nacrantes prêtes à l’emploi.
Colorants: hydrosoluble de type azoïque ou triphénylméthane.
Parfums : notes vertes, notes de fruit, notes marines…

IV.2. Les shampooings traitants:

a) Les shampooings doux ou shampoing bébé: devraient être surtout à base de tensioactifs
amphotères de type imidazoliques ou, au moins, bétainiques. et ne contiennent aucun
additif de soin. Ils peuvent contenir des lipoprotéines, molécules amphiphiles ayant des
propriétés adoucissantes et surgraissantes.

b) Shampooings pour cheveux gras : sont constitués de détergents décapants tels que le
Laurylsulfate ou lauryléther associés à des ingrédients actifs:
- Soufre organique pour réguler la sécrétion sébacée,
- Soufre colloïdal,
- Argile pour adsorber les corps gras.
- Essence de cèdre.

29
Cours de Pharmacie Galénique Cosmétologie médicale

c) Shampooings pour cheveux secs: sont à base de surgissant : dérivés de lanoline, dérivés
d’huile de ricin, lécithines, huiles animales, huiles végétales…
d) Shampooing antipelliculaires : contenant le zinc pyrithione, le kétoconazole, le sulfure de
sélénium…

e) Shampooings secs : sont constitués de poudres absorbantes : carbonate de sodium, amidon,


kaolin, talc. Ils agissent par absorption du sébum et des salissures qui sont ensuite
éliminées par un brossage énergique. Ils sont présentés sous forme d’aérosol qui permet une
dispersion facile sur toute la longueur du cheveu.
f) Shampooings 2 en 1 : nettoient en effectuant un décapage léger et qui remettant en état
immédiatement la fibre de kératine, rôle dévolu aux après shampoing. Le conditionneur,
généralement un polymère cationique, est incorporé dans le shampoing en faible quantité.
g) Shampooing anti-poux : sont considérés comme des médicaments. Les principes actifs
utilisés sont divers :les pyrèthrines, malathion…

V. LES MODIFICATEURS DE LA COLORATION DE LA PEAU :


V.1. Les bronzants artificiels :
Ils sont surtout présents par la dihydroxyacétone DHA, ou propanediolone. Une réaction de
Maillard a lieu entre l’azote des acides aminés présents à la surface de la peau et la fonction C=O
de la DHA. De cette réaction naissent des pigments, les mélanoides, responsables de la coloration
brune de la peau. Cette réaction se déroule sur la couche cornée. Le principal avantage de la DHA
est qu’elle n’est pas absorbée par le corps. Un autobronzant est composé de solvants,
d’émulsionnants, de conservateurs antibactériens, du principe actif (DHA) et d’additifs variés.

V. 2. Les photodynamiseurs de la pigmentation :


Ils agissent sur la formation de la mélanine :
Le bergaptène ou 5-méthoxypsoralène abaisse le seuil de la sensibilité de la peau au
rayonnement solaire de telle sorte qu’il est possible d’obtenir une pigmentation rapide, non
seulement avec les UV B mais aussi avec les UV A et même avec la lumière visible.
Les dérivés de la tyrosine font entrer dans l’épiderme une quantité importante de tyrosine.
Les précurseurs mélaniques : chainons qui constituent la mélanine en tant que polymères.
L’indol-5-6-quinone participe à la synthèse de la mélanine.

VI. LES PARFUMS:


Au point de vue chimique, les produits d’extraction sont constitués en majeure partie de terpènes
(carbures de base : menthène, pinène, bornylène, etc.) et de dérivés terpéniques ; alcools, aldéhydes,
cétones.

Les produits d’extraction, huiles essentielles ou « absolues » sont toujours des mélanges de
plusieurs dizaines de constituants. Leur identification analytique est affaire de spécialiste et
s’obtient généralement par chromatographie en phase gazeuse.
30
Cours de Pharmacie Galénique Cosmétologie médicale

L’extraction des substances naturelles s’adresse aux diverses parties des plantes : fleurs, feuilles,
écorces, racines qui se trouvent à l’état frais ou sec.

Hydrodistillation : entraînement par la vapeur est la technique la plus ancienne.


L’hydrodistillation est généralement mise en œuvre sur des parties de plante fraîche (fleurs
et feuilles) mais peut aussi traiter des racines pulvérisées. Le rendement en huile essentielle
est relativement faible, de l’ordre de 0,1 à 3 %.
Extraction par solvants volatils : Les solvants sont généralement l’hexane, le cyclohexane
ou le pentane. Le benzène n’est plus utilisé pour des raisons de toxicité, de même que le
toluène, bien que ces solvants conduisent à un meilleur rendement. Le CO2 supercritique
est actuellement le solvant de choix.
Dans tous les cas, les plantes sont immergées totalement dans le solvant à froid. Le temps
de contact est d’environ 30 minutes, après quoi le solvant initial est soutiré et remplacé par
une deuxième charge puis une troisième à leur tour soutirées.
Extraction par solvants non volatils : utilise des corps gras dans lesquels sont solubles la
plupart des substances volatiles et odorantes. C’est une technique très ancienne dans
laquelle on mélange 30 % de suif à 70 % d’axonge (graisse de porc).
Expression à froid : est réservée aux agrumes par suite de la localisation superficielle de
l’essence. Il s’agit d’un procédé mécanique dans lequel le fruit entier est placé dans des
tambours rotatifs munis de pointes en acier qui déchiquettent le péricarpe. L’huile
essentielle est entraînée par de l’eau, le mélange est centrifugé et l’on recueille directement
une huile essentielle extrêmement naturelle et pure.

Le parfumage des produits cosmétiques :


Les « compositions » parfumées sont généralement liposolubles, ce qui leur permet de s’intégrer
directement à la plupart des émulsions et des produits anhydres. En revanche, les produits aqueux
(Gels, lotions) ne peuvent contenir que des parfums solubilisés par l’intermédiaire de tensioactifs
hydrophiles de type non ionique dont la concentration est deux à cinq fois celle du parfum.
La composition est choisie en fonction de la nature et de la destination du produit à parfumer. Il est
particulièrement important de connaître les incompatibilités entre les parfums et les ingrédients
actifs. Certains composants sont thermolabiles et/ou sensibles à la lumière. Beaucoup de dérivés
terpéniques sont oxydables.
Les concentrations utiles varient de 0,1 % (produits pour bébé, antisolaires, produits pour homme)
à 4 % (body lotion) mais plus généralement de 0,1 à 1 % pour la plupart des produits. Les dilutions
dans l’alcool, à l’origine de la parfumerie dite alcoolique, ne jamais utilisées pour le parfumage des
produits cosmétiques.

31
Cours de Pharmacie Galénique Cosmétologie médicale

PARTIE II :
BIOLOGIE DE LA
PEAU

32
Cours de Pharmacie Galénique Cosmétologie médicale

La peau

I. HISTOLOGIE DE LA PEAU
La structure cutanée est une structure hétérogène composée de trois couches superposées et deux
glandes annexes.

I.1. L’épiderme :

L’épiderme est un épithélium de revêtement, stratifié, pavimenteux, pluristratifié pluricellulaire en


renouvellement permanent.
De sa surface au derme on retrouve 5 couches, basées sur les propriétés des cellules :
La couche cornée ou stratum corneum : est la couche la plus superficielle de la peau. Elle
assure la fonction barrière de la peau et notamment vis-à-vis de la perméation de
substances. La fonction barrière empêche aussi l’évaporation par diffusion passive de l’eau
de la peau, appelée le PIE ou perte insensible en eau.
La couche claire ou stratum lucidum : Les cellules y sont jointives et claires car leur
noyau disparaît, remplacé par une vacuole.
La couche granuleuse: est constituée de 3 à 4 couches de cellules. Ces cellules sont liées
par des desmosomes. Couche de cellules aplaties tangentiellement dont le cytoplasme
renferme des granulations volumineuses.
Couche épineuse :
- Des kératinocytes (cellules produisant de la kératine qui donne à la peau sa dureté) ;
- Des mélanocytes ;
- Des terminaisons nerveuses (sensation du toucher) ;
- Des cellules de Langerhans (macrophages qui phagocytent les impuretés et sont
impliqués dans les dermatites de contact et les phénomènes inflammatoires).

La couche basale: On y trouve majoritairement des kératinocytes, cellules qui vont se


diviser en 2 ; l’une restera dans la couche, l’autre migrera vers les couches supérieures.

I.2. Le derme :

Parmi les cellules du derme, les fibroblastes sont les plus nombreux et ils sont responsables de la
synthèse du matériel extracellulaire. Ils synthétisent le collagène, l’élastine, la substance
fondamentale de la matrice extracellulaire et les glycoprotéines de structure.

33
Cours de Pharmacie Galénique Cosmétologie médicale

I.3. L’hypoderme :

C’est la couche la plus profonde. Elle est constituée de graisse. Elle intervient comme une source
de chaleur isolant de froid et amortisseur de choc.

I.4. Follicules pilo-sébacés


L’appareil pilo-sébacé est de constitution complexe, au centre, le poil est inclus dans une
dépression cutanée qui constitue le follicule pileux au fond duquel il vient s’insérer. Une gaine
épithéliale entoure le poil. Cette gaine devient très mince et se réduit à la seule couche germinative
au niveau de la racine du poil. Dans la gaine vient se déverser le sébum sécrété par la glande
sébacée.

I.5. Les glandes sudoripares


Il s’agit de glande constituée par un long tube qui s’enfonce en s’enroulant dans l’hypoderme. Elle
permet une protection contre la chaleur et joue un rôle essentiel dans la thermorégulation.

II. TYPOLOGIE DE LA PEAU

On distingue 4 types de peau :


Peau normale.
Peau sèche.
Peau grasse.
Peau mixte.
Peau sensible.

II.1. Peau normale


C’est la peau jeune, la peau de l’enfant avant la puberté. C’est la peau idéale.
Caractéristiques :
Teint uniforme.
Peau lisse.
Peau souple, ferme.
Peau douce.

II.2. Peau grasse


La peau grasse est due à un excès de sébum (hypersécrétion sébacée ou séborrhée) donc une augmentation
de la phase lipidique du film hydrolipidique de surface.
Caractéristiques :
Teint présentant des luisances
Pores dilatés
Comédons
Toucher granuleux

34
Cours de Pharmacie Galénique Cosmétologie médicale

II.3. Peau sèche


Le dessèchement de la peau est consécutif à un appauvrissement en lipides qui engendre un
déséquilibre de l’hydratation cutanée : diminution de la rétention hydrique du stratum corneum et
pertes par passage transdermique accéléré.

Ce type de peau présente :


~ Une diminution de la phase lipidique du film hydrolipidique de surface due à une
hyposécrétion sébacée.
~ Une diminution de la concentration en eau de la couche cornée due :
- à l’altération du film hydrolipidique,
- à la diminution des composants lipidique intercellulaire,
- au ralentissement de la synthèse du facteur d’hydratation naturel (NMF :
Natural Moisturing Factor). Ces composants sont l’urée, l’acide urique, l’acide
lactique, des acides aminés, du sodium, du potassium… situé à l’intérieur des
cornéocytes et à la surface de l’épiderme, ce facteur a pour rôle de fixer l’eau
dans les cornéocytes.
Caractéristiques
Teint terne (sans brillances).
Grain de peau fin.
Peu ou pas de comédons.
Sensation d’inconfort.

II.4. Peau mixte


La peau mixte est liée à la localisation des glandes sébacées plus nombreuses sur la zone médiane.

III. L’ABSORPTION CUTANEE

III.1. Les différentes voies d’absorption cutanée :

Glande sudoripare : la pénétration est faible.

L’appareil pilo-sébacé : la sécrétion du sébum associée à la sueur favorise la dissolution et


la pénétration des PA.

Barrière cellulo-cutanée : qui s’effectue selon deux manière :


- Passage trans-cellulaire : passage à travers les différentes couches cellulaires.
- Passage inter-cellulaire : passage à travers les espaces inter-cellulaires.

35
Cours de Pharmacie Galénique Cosmétologie médicale

III.2. Le mécanisme de la pénétration percutanée :


Il existe trois mécanismes pouvant expliquer le passage des substances à travers la peau :

Filtration passive : correspond au passage à travers le follicule pilo-sébacé et l’espace


intercellulaire. Elle est en rapport avec le diamètre des pores.
Diffusion passive : fait intervenir les gradients de concentration qui jouent sur la
liposolubilité et sur l’hydrosolubilité des différentes couches de la peau. Il existe au niveau
de la couche cornée des molécules qui vont passer et s’arrêter dans les couches cellulaires
moyennes et former un réservoir, on parle « d’effet réservoir ». La concentration à ce
niveau va augmenter par rapport aux tissus sous-jacents.
Le transport actif : demande de l’énergie pour que la diffusion s’effectue à l’inverse du
gradient de concentration.

III.3. Les facteurs influençant l’absorption percutanée :


De nombreux paramètres physiologiques et physicochimiques sont susceptibles de modifier
l’absorption percutanée en dehors de toute propriété propre à l’actif, ces facteurs peuvent être liés à
la peau, aux conditions d’administration et à la formulation.

Elément Paramètre
- Poids moléculaire - Coefficient de partage eau/huile ;
Propriétés de l’actif - Ionisation - Concentration ;

- Excipients - Promoteurs d’absorption ;


Formulation
- pH.
- Surface de peau exposée ;
- Dose par unité de surface ;
Application - Durée de contact - Occlusion ;
- Mode d’application ;
- Applications multiples.
- Age;
- Site anatomique;

Peau - Température ;
- Hydratation de la couche cornée ;
- Métabolisme ;

Principaux facteurs influençant l’absorption dans la peau humaine.

36
Cours de Pharmacie Galénique Cosmétologie médicale

IV. LE VIEILLISSEMENT CUTANE


Le vieillissement se caractérise par une diminution des capacités d'adaptation à l'effort et/ou au
stress ainsi que par la détérioration progressive des processus métaboliques et physiologiques. Dès
l'âge de trente ans, les tissus perdent progressivement leur élasticité.
Le vieillissement cutané est une conséquence inéluctable de la sénescence. Il résulte de la
combinaison du vieillissement intrinsèque, directement lié à l’âge, et du vieillissement extrinsèque,
purement lié aux facteurs environnementaux dont l’exposition solaire est la principale composante.

IV.1. Le vieillissement intrinsèque :


Le vieillissement intrinsèque est régi par la génétique et le climat hormonal.

IV.2. Le vieillissement extrinsèque :

Vieillissement actinique : est le résultat de l’effet cumulatif de l’exposition au soleil,


particulièrement aux rayons UV. Ce type de vieillissement entraine des modifications autres
que le vieillissement naturel : on parle d’héliodermie.
Stress oxydatif : provoqué par les radicaux libres, molécules réactives dérivée de l’oxygène.

V. PATHOLOGIES CUTANEES

V.1. L’acné:
L’acné est la maladie du follicule pilo-sébacé. La maladie acnéique combine plusieurs types de
lésion :
Forme rétentionnelle : accumulation simple de sébum,
Forme inflammatoire : commence dès qu’il y a assez de bactéries dans la glande sébacée
pour entrainer une réponse de défense de l’organisme et une inflammation du follicule.
- Les papules sont des élévations de la peau, rouges, et douloureuses.
- Les pustules sont franchement inflammatoires et surinfectées.
V.2. La rosacée:
La rosacée est une dermatose faciale associant les symptômes suivants : un érythème
télangiectasique de la zone centrale du visage, des papules avec parfois des pustules, un œdème
facial, une hyperplasie des glandes sébacées sans séborrhée.
La coupérose est le premier stade évolutif de la rosacée. Elle est caractérisée par des flushes
déclenchés par les émotions et les changements de température, après un repas épicé et la prise de
boissons alcoolisées. C’est une maladie vasculaire primitive du système veineux de la face.

V.3. Le psoriasis:
Le psoriasis est une dermatose érythémato-squameuse non contagieuse de cause inconnue,
d’évolution chronique, qui peut toucher la peau et les articulations. La lésion typique est une
plaque inflammatoire de taille variable surmontée de squames blanchâtres se détachant pour
former des « pellicules », pouvant toucher tout ou une partie du tégument.

37
Cours de Pharmacie Galénique Cosmétologie médicale

V.4. La xérose :
Lorsque la couche protectrice (couche cornée) est abimée, il y a une augmentation des pertes
indispensables en eau qui s’évapore et un dessèchement cutané apparait. La fonction barrière de la
peau est alors altérée. Il peut survenir un prurit et des fissures douloureuses aux extrémités des
doigts et des talons. Lorsque la sécheresse est importante, il y’a desquamation de la couche cornée.

V.5.L’eczéma :
Il est caractérisé par :
Un prurit,
Un érythème œdémateux,
L’apparition de vésicules,
La rupture des vésicules,
Parfois par une hyperkératose desquamantes.

V.6.Le vitiligo:
Le vitiligo est une maladie poly génétique multifactorielle où d’importants progrès dans la
physiopathologie soulignent l’importance du système immunitaire.
Clinique
Macules blanches de la peau et parfois des muqueuses.
Dépigmentation le plus souvent complète.
Macules parfois associées à un blanchiment des poils ou des cheveux (poliose).
Asymptomatique (parfois léger prurit au début).
Acquis et s’aggravant progressivement avec le temps.

V.7. L’hyperpigmentation:

Mélasma
Le mélasma est une hyperpigmentation du visage. Il est encore appelé chloasma ou masque de
grossesse. Bien que la grossesse soit un facteur déclenchant reconnu, seul 25 % des cas de mélasma
surviennent pendant une grossesse. Les femmes sont très majoritairement touchées mais le
mélasma peut également se voir chez l’homme.

Ephélides : Taches de rousseur

Taches actiniques de photosensibilisation (médicaments, parfums, cosmétiques…)

Hyperpigmentation cicatricielle due à l’explosion des mélanosomes qui libèrent leur mélanine
brutalement dans la couche cornée.

38

Vous aimerez peut-être aussi