Vous êtes sur la page 1sur 84

1ère Année REPUBLIQUE DU MALI

Un Peuple-Un But-Une Foi


Pharmacie
Secret du Numérus Clausus FACULTE DE PHARMACIE

Interne Hassane KANTE /Dr Moussa DAO / Chimie Générale et Chimie Physique
Contacts : 77-24-06-96 / 63-25-80-90 / 74-73-55-02 / 69-10-48-80
Sommaire
Chapitre 1 : Matière et Chimie
L’essentiel du cours
QCM corrigés
Exercices corrigés
Chapitre 2 : Partie A : Structure électronique de l’atome
Partie B : Classification Périodique des éléments
L’essentiel des cours
QCM corrigés
Exercices corrigés
Chapitre 3 : Radioactivité

L’essentiel du cours
QCM corrigés
Exercices corrigés

Chapitre 4 : Thermodynamique chimique

L’essentiel du cours

QCM corrigés

Exercices corrigés

Chapitre 5 : Corrections des anciens sujets du numérus


Chapitre 1 : Matière et Chimie
L’essentiel du cours :
I. Notions d’atomes, molécules et ions :
 Définitions :
 Atome : est la plus petite particule d’un corps simple que l’on puisse concevoir, sans
détruire ce corps simple.
 Molécule : est un assemblage d’atomes réunis par des liaisons chimiques.
 Ion : est un atome qui a perdu ou gagné un ou plusieurs électrons.
 Isotopes : ce sont des noyaux ayant un même numéro atomique(Z) mais des nombres de
masse (A) différents.
 Isobares : ce sont des atomes qui ont le même nombre de masse (A) mais des numéros
atomiques (Z) différents.
 Isotones : ce sont des atomes qui ont le même nombre de neutrons (N) c’est-à-dire, ils ont
le nombre de masse (A) différent et également le nombre de proton (Z) différent.
 Allotropes : sont les différentes formes que peuvent prendre un élément à des conditions
différentes.

 Les caractéristiques de l’atome :


L’atome est formé d’un noyau (constitué de protons et de neutrons) et d’un nuage
électronique sur lequel gravitent les électrons.

Atome Diamètre de l’ordre de 10-10m

Diamètre de l’ordre de 10-15m Noyau Nuage électronique

Proton Neutron Electron


mp= 1,673 10-27 Kg mn= 1,675 10-27 Kg me-= 9,109 10-31 Kg
qp =+1,602 10-19 C qn = 0 C qe- = -1,602 10-19 C

NOTEZ BIEN :
 l’atome est électriquement neutre
 La masse de l’atome est concentrée dans son noyau
 le noyau est chargé positivement
 la masse du neutron est sensiblement égale à celle du proton
 les électrons déterminent les propriétés chimiques de l’atome
 Nucléon= proton + neutron
 Le cortège électronique occupe la quasi-totalité du volume de
l’atome
 Notion d’élément :
Chaque élément est caractérisé par : un nom et symbole chimique

II. Moles et concentrations :


 Mole : elle est la quantité de matière d’un système contenant Na (nombre d’Avogadro)
entités élémentaires.
 Nombre d’Avogadro : est le nombre d’entités qui se trouve dans 1 mole.

1. Molalité :
nbre de moles du soluté
[Soluté]=
Masse du solvant

2. Molarité :
nbre de moles du soluté
[Soluté]=
Volume de solution

3. Fraction molaire :
nbre de moles de A
XA =
nbre total de moles

4. Nbre d’atomes : noté(N) k : le nbre de fois que l’atome est répété

N= k x n x NA avec n : le nbre de mole

NA : le nbre d’Avogadro

5. Nbre de molécules : noté (N) aussi

N= k x n x NA avec k : le nbre de fois que la molécule est répétée


III. La loi des gaz parfaits : Un gaz parfait est un gaz dans lequel les molécules n’ont
aucune interaction entre elles.
 Formule générale des gaz parfaits :

PxV=nxRxT avec T=(t° + 273,15) K

S.I S.F

P : Pa P : atm

V : m3 V:L

R : 8,31 R : 0.082

n : mol n : mol

T : Kelvin T : Kelvin

IV. Liaison chimique : elle est toute interaction attractive qui maintient des atomes à courte
distance.
 Liaison ionique : est une liaison qui se forme entre deux atomes possédant une grande
différence d’électronégativité (par convention, supérieure à 1,7) typiquement entre un
non-métal et un métal.
 Liaison covalente : elle résulte de la mise en commun d’électrons par deux atomes.
 Liaison hydrogène : est une force intermoléculaire impliquant un atome d’hydrogène et
un atome électronégatif (possédant obligatoirement une paire libre) comme (O, F, N)
etc.…..
 Liaison ion-dipôle : c’est une liaison qui se forme entre un ion (souvent un cation) et une
molécule polaire.
QCM 1 : Vrai ou faux
1. Un noyau peut contenir des neutrons et des protons………………………………………..

2. Il existe une correspondance entre masse et énergie, décrite par la relation E = m.C2 ……..

3. L’ion est électriquement neutre ……………………………………………………………..

4. Un élément chimique est défini par Z, son numéro atomique………………………………

5. Les électrons de valence sont les électrons les plus faiblement liés au noyau………………

6. Les électrons se trouvant dans le noyau déterminent les propriétés chimiques de l’atome…

7. Un ion est un atome qui a perdu un ou plusieurs électrons …………………………………

8. Pour un ion, le nombre de protons est égal au nombre d’électrons…………………………

9. Un élément qui cède ses électrons est un donneur d’électrons, il aura tendance à donner un
anion.

10. Un électron à une masse plus petite que celle d’un neutron………………………………...

11. Les liaisons de coordination concernent des éléments incapables, par suite d'un déficit
électronique, de participer à la mise en commun d’électrons de liaison.

12. Un atome peut posséder une charge…………………………………………………………

13. Un proton possède une charge négative……………………………………………………..

14. Dans l’atome il peut y avoir un ion………………………………………………………….

15. Tous les atomes d’un corps métallique sont exclusivement des donneurs………………….

16. L’unité de la masse moléculaire est le dalton(Da)………………………………………….

17. L’unité de la pression est le pascal(Pa) dans le système international (si)………………….

18. Les solides sont des particules immobiles…………………………………………………..

19. La formation de la molécule de NH4+ résulte d’une liaison dative entre le doublet de
l’azote et un proton ;

20. La liaison ionique est assurée par des forces coulombiennes……………………………….

21. Le proton et l’électron ont sensiblement la même masse…………………………………...

22. La masse de l’atome est concentrée sur son nuage électronique……………………………

23. Le noyau atomique contient des nucléons…………………………………………………..


24. Les éléments de la colonne 18 sont des éléments inertes, qui ont leur couche de valence (s,
p ou d) totalement rempli

25. Une liaison chimique résulte de la liaison entre un métal et un non-métal…………............

26. Une liaison ionique peut résulter de la liaison entre deux non-métaux…………………….

27. Le proton et le neutron ont sensiblement la même masse…………………………………..

28. La dimension de l’atome est de l’ordre de 10⁻10 m…………………………………………

29. Un composé super moléculaire est obtenu par auto-assemblage……………………………

30. Un atome est constitué d’un noyau et d’un cortège électronique…………………………...

31. 18,066 1023 atomes sont contenus dans une mole d’eau liquide (H2O)……………………..

32. La formule brute d’une molécule indique la manière dont les atomes sont liés entre eux….

33. La masse molaire est la masse d’une molécule exprimée en gramme (g)…………………..

34. La concentration d’une substance chimique s’exprime en mol/dm3 ou M………………….

35. Une fraction molaire est le nombre de mole d’un composé A divisé par le nombre de mole
du solvant

36. Une fraction volumique est le volume d’un composé A divisé par le volume total de la
solution

37. Dans un gaz parfait les molécules n’ont aucune interaction entre elles……………………..

38. Les molécules sont les plus petites parties d’un élément possédant les propriétés de celui-ci

39. Les électrons sont responsables des propriétés chimiques de l’atome………………………

40. Le nombre d’Avogadro représente environ l’inverse de la masse absolue moyenne d’un
nucléon

41. Chaque élément possède en principe plusieurs isotopes…………………………………….

42. Les isotopes sont des noyaux ayant un même nombre de masse et de numéro atomique
différent

43. La masse de l’atome est concentrée dans le noyau mais ce sont les électrons qui en
déterminent les propriétés chimiques

44. Les molécules sont des assemblages d’atomes réunis par des liaisons chimiques………….
QCM 2 : indiquer la (ou les) bonne(s) réponse(s)
1. Dans un atome, on trouve :
a. Des électrons et des protons
b. Des protons et des neutrons
c. Des électrons, des protons et des neutrons

2. Le noyau d’un atome contient :


a. Des protons et des électrons
b. Des neutrons et des électrons
c. Des protons et des neutrons

3. Dans un atome le nombre d’électrons est égal à celui :


a. Des neutrons
b. Des protons

4. Le diamètre d’un atome par rapport à celui de son noyau est :


a. Plus petit
b. Egal
c. Plus grand

5. L’ordre de grandeur du diamètre d’un atome est :


a. 10-9 m
b. 10-10 m
c. 10-8 m

6. La charge électrique totale d’un atome est :


a. Négative
b. Positive
c. Nulle

7. La masse d’un atome est égale environ à :


a. Celle des protons
b. Celle des neutrons
c. Celle du noyau
8. La masse d’un proton est égale environ à :
a. Celle de l’électron
b. Celle du neutron
c. Celle du noyau

9. Soit l'atome de cobalt Co (Z=27 ; A=63)


a. Il est constitué de 27 neutrons, 36 protons, 36 électrons
b. Il est constitué de 63 nucléons, 27 protons, 27 électrons
c. Il est constitué de 27 neutrons, 63 nucléons, 36 électrons
d. Il est constitué de 36 neutrons, 63 nucléons, 27 protons
e. Il est constitué de 27 nucléons, 36 protons, 36 électrons

10. Soit l'atome de sodium Na (Z=11 ; A=23)


a. Le nombre 23 représente la somme d’électrons
b. Le nombre 11 représente le nombre de nucléons
c. La masse de l’atome de Na est essentiellement due à la masse des neutrons
d. La masse de l’atome est concentrée au niveau du noyau
e. Le noyau de l’ion Na+ contient 12 protons

11. Soient les atomes ci-dessous, I, II, III et IV, dans leur état fondamental
I II III IV

Nombre de Protons 21 22 22 20

Nombre de Masse 47 47 49 47

a. Les atomes I, II et IV sont 3 isotopes du même élément


b. Les atomes II et III sont 2 isotopes du même élément
c. Les atomes III et IV ont le même nombre de neutrons
d. Les atomes I et IV ont les mêmes propriétés chimiques
e. Les atomes II et III ont le même nombre d’électrons

12. Le noyau d’un atome de fer comportant 26 protons et 30 neutrons est caractérisé
par :
a. A=26 et Z=30
b. A=56 et Z=30
c. A=56 et Z=26
13. Le noyau d’un atome d’uranium est caractérisé par A=235 et Z=92. Ce noyau
contient :
a. 92 neutrons
b. 235 nucléons
c. 92 protons

14. L’atome :
a. Est électriquement neutre
b. Possède autant de protons que de neutrons
c. Possède autant d’électrons que de protons

15. La masse d’un atome est à peu près égale à la masse :


a. De ses protons
b. De ses nucléons
c. De son noyau

QCM 3 : encercler la (ou les) proposition(s) exacte(s)


1. Le nombre de masse d’un atome représente son nombre de nucléons.
2. Les isotopes du même élément ont des nombres différents d’électrons, de protons et de
neutrons.
3. Le noyau d’un anion est chargé positivement.
4. Le numéro atomique d’un atome représente son nombre de nucléons.
5. Dans un atome neutre, le nombre d’électrons est toujours égal au nombre de nucléons.
6. masses du proton et du neutron sont du même ordre de grandeur.
7. Les électrons font partie des nucléons.
8. La charge du proton est égale en valeur absolue à la charge de l’électron.
9. Tous les isotopes d’un même élément ont le même nombre de masse.
10. Un cation est un atome qui a perdu un (ou plusieurs) électron(s).
11. Les masses du proton et du neutron sont sensiblement égales à l’unité de masse atomique
(u.m.a)
12. Le neutron possède une masse nulle.
13. Les isotopes du même élément sont des nucléides qui ont des numéros atomiques et des
nombres de masse différents.
14. La masse d’un ion est pratiquement égale à la masse de l’atome correspondant.
Exercices :
Exercice 1 :
Un atome comporte 18 électrons et 22 neutrons.
1. Combien y a-t-il de protons dans son noyau ?
2. Quel est son numéro atomique ?
3. Donner son nom et symbole.

Exercice 2 :
On donne la liste d’atomes :
9 52 19 23 31
4Be ; 24Cr ; 9F ; 11Na ; 15P

Déterminer la composition en protons, neutrons et électrons.

Exercice 3 :
On donne la liste d’atomes définis par les couples (Z, A) suivants:
(16, 32) - (6, 12) - (8, 16) - (11, 23) - (16, 34) - (8, 17) - (7, 14) - (6, 14) - (3, 7)
1. Lesquels correspondent à des isotopes ?
2. Donner le nom de chaque atome.
3. Déterminer la composition en protons, neutrons et électrons de l’atome défini par le
couple (16, 34).

Exercice 4 :
On considère un atome dont le noyau a une charge totale de + 4,8 x 10-18 C.
1. Combien de protons contient le noyau de cet atome ?
2. Sachant que ce noyau contient 34 neutrons, donner le symbole et le nom de l’atome.

Exercice 5 :
Un atome de fer est défini par Z = 26 et A = 56.
1. Calculer la masse mAtome d’un atome de fer.
2. Quel est approximativement le nombre d’atomes de fer dans un clou de masse 5,0 g ?
3. Exprimer ce nombre en français (mille, million, milliard ...).
Exercice 6 :
On considère un ion monoatomique constitué de 8 protons, 8 neutrons et 10 électrons.
1. Cet ion est-il un anion ou un cation ?
2. Quelle est la charge de cet ion ?
3. En déduire le symbole de cet ion.
4. En déduire le symbole de l’atome correspondant.
5. Reprendre les questions précédentes pour un ion constitué de 13 protons, 14 neutrons et
10 électrons.

Exercice 7 :
On considère quatre entités (atomes ou ions) dont les constitutions sont données dans le
tableau suivant:
Entité 1 Entité 2 Entité 3 Entité 4
Proton 20 20 17 18
Neutron 20 22 20 22
électron 18 20 18 18

1. Parmi ces entités, lesquelles sont des ions ?


2. Déterminer le symbole de chacun.

Exercice 8 :
Donner la constitution des ions suivants.
(A=65; Z=29) Cu2+; (A=37; Z=17) Cl- ; (A=27; Z=13) Al3+; (A=63; Z=29) Cu2+ ;
(A=35;Z=17) Cl-
Parmi ces ions, lesquels sont des isotopes ?

Exercice 9 :
L’hydrogène a trois isotopes:
- Le premier a un noyau de symbole (A=1 ; Z=1) H;
- Le deuxième possède 1 neutron;
- Le troisième a une masse de 5,1 x 10-27 kg.
Déterminer la constitution de chacun des atomes isotopes de l’hydrogène.
Exercice 10 :
Le noyau d’un atome porte une charge électrique 20,8 x 10-19 C.
La masse de l’atome est m = 45,8 x 10-27 kg.
1. Quel est le numéro atomique ?
2. Combien de nucléons comporte-t-il ?
3. En déduire le nombre de protons, de neutrons et d’électrons de cet atome.
4. Donner le nom et son symbole.

Exercice 11 :
L’élément chimique de numéro atomique 19 est le potassium. Le noyau d’un atome de
potassium contient 20 neutrons.
1. Quel est le nombre de nucléons de cet atome ?
2. Combien d’électrons possède-t-il ?
3. Donner sa représentation symbolique.
4. Calculer la masse mAtome d’un atome de potassium.
5. Quel est approximativement le nombre d’atomes de potassium dans un échantillon de
masse 7,0 g ?
L’ion potassium possède 18 électrons.
6. Quel est son symbole ?
7. S’agit-il d’un anion ou d’un cation ?

Exercice 12 :
L’aluminium métallique Al est formé d’atomes d’aluminium. Le symbole d’un noyau
d’atome d’aluminium est (A=27 ; Z=13) Al.
Une feuille d’aluminium alimentaire de 3,0 g contient 6,5 x 1022 atomes d’aluminium.
Déterminer la masse d’un atome d’aluminium de deux façons différentes.

Exercice 13 :
20 ml de gaz sont recueillis au-dessus d’une cuve à eau à 22 ⁰C. La pression barométrique est
de 745 mm Hg. La tension de vapeur de l’eau à 22 ⁰C est de 20 mm Hg.
Calculer le volume de ce gaz dans les conditions normales.
Exercice 14 :
Le noyau d’un atome porte une charge électrique qnoyau = 9,6.10-19 C. Le nombre de nucléons
A de cet atome est le double du nombre de protons Z.
Données :
 Charge élémentaire : e = 1,60.10-19 C
 Masse du proton : mp = 1,673.10-27 kg
 Masse du neutron : mn = 1,675.10-27 kg
 Masse d’un électron : me = 9,10.10-31 kg
1. Déterminer le numéro atomique Z de cet atome.
2. Déterminer le nombre de nucléons A.
3. Déterminer le nombre de neutrons N.
4. Déterminer la masse du noyau.
5. Donner la représentation symbolique de cet atome, sachant que son symbole chimique est
C.

Exercice 15 :
Une boule de papier d’aluminium de masse m = 1,13 g contient 2,5.1022 atomes d’aluminium.
La charge électrique portée par un noyau d’atome d’aluminium est qnoyau = 2,08.10-18 C.
L’atome d’aluminium a pour symbole chimique Al.
Données :
 Charge élémentaire : e = 1,60.10-19 C
 Masse d’un nucléon : mn = 1,67.10-27 kg
1. Déterminer la masse d’un atome d’aluminium.
2. Déterminer le nombre de nucléon A de l’atome sous forme d’un nombre entier. Justifier.
3. Déterminer le numéro atomique Z. Justifier.
4. Calculer le nombre de neutron contenu dans le noyau de cet atome.
5. Ecrire la représentation symbolique de cet atome.

Exercice 16 :
Le Galium a deux isotopes principaux : 69Ga et 71Ga
Déterminer les valeurs approximatives de leurs abondances naturelles sachant que la masse
molaire atomique du gallium est de 69,72 g.mol-1.
Exercice 17 :
L’étiquette d’une bouteille d’acide nitrique indique qu’il s’agit d’une solution aqueuse ayant
un pourcentage massique de 67,0 % en HNO3 et une masse volumique de 1,40 g/mL.
Calculez la concentration molaire de cette solution.

Exercice 18 :
On considère l’atome de phosphore de représentation symbolique (A=31 ; Z=15) P
Données :
 Charge élémentaire : e = 1,60.10-19 C
 Masse du proton : mp = 1,673.10-27 kg
 Masse du neutron : mn = 1,675.10-27 kg
 Masse d’un électron : me = 9,10.10-31 kg
1. Donner la composition en protons, en neutrons, et en électrons de cet atome. Justifier.
2. Calculer la charge électrique du noyau.
3. Calculer la masse du noyau atomique.
4. Calculer la masse de l’atome.
5. Quelle conclusion peut-on tirer de la question n°4 ?

Exercice 19 :
On désire préparer 375 mL d’une solution contenant 7,50 mg de méthanol par millilitre.
Quel volume (en mL) d’une solution de méthanol à 5,15 mol/L faudra-t-il prélever ?

Exercice 20 :
Un gaz occupe un volume de 4,65 L dans des conditions de température et de pression
normales.
Quel serait le volume final si on amène la température à 15°C et la pression à 100,77 kPa ?
Corrections des QCM de la matière et chimie :
QCM 1 :

Affirmations VRAIES :

1 ; 2 ; 4 ; 5 ; 10 ; 11 ; 15 ; 16 ; 17 ; 19 ; 20 ; 23 ; 24 ; 27 ; 28 ; 29 ; 30 ; 31 ; 34 ; 36 ; 37 ; 39

40 ; 41 ; 43 ; 44

Affirmations fausses :

3 ; 6 ; 7 ; 8 ; 9 ; 12 ; 13 ; 14 ; 18 ; 21 ; 22 ; 25 ; 26 ; 32 ; 33 ; 35 ; 38 ; 42

QCM 2 :

Bonnes réponses :

1) c ; 2) c ; 3) b ; 4) c ; 5) b ; 6) c ;

7) c ; 8) b ; 9) d ; 10) d ; 11) a, c, d ;

12) c ; 13) b, c ; 14) a, c ; 15) b, c

QCM 3 :

Bonnes réponses :

1 ; 3 ; 6 ; 8 ; 10 ; 11 ; 14
Corrections des exercices de la matière et chimie :
Exercice 1 :
Avec 18 électrons et 22 neutrons
1. Nombre de protons dans le noyau : np= 18
2. Le numéro atomique : Z= 18
3. Le nom et symbole : Argon (Ar)

Exercice 2 :
Déterminons la composition en protons, neutrons et électrons :
9
4Be : np = 4 ; nN = 5 ; ne- = 4
52
24Cr : np = 24 ; nN = 28 ; ne- = 24
19
9F : np = 9 ; nN = 10 ; ne- = 9
23
11Na : np = 11 ; nN = 12 ; ne- = 11
31
15P : np = 15 ; nN = 16 ; ne- = 15

Exercice 3 :
1. Les isotopes sont :
[(16, 32) Et (16, 34)] ; [(8, 16) Et (8, 17)] ; [(6, 12) Et (6, 14)]
2. Donnons le nom de chaque atome :
[(16, 32) Et (16, 34)] isotopes du Soufre
[(8, 16) Et (8, 17)] isotopes de l’Oxygène
[(6, 12) Et (6, 14)] isotopes du Carbone
(11, 23) Sodium
(7, 14) Azote
(3, 7) Lithium
3. Déterminons la composition en protons, neutrons et électrons de l’atome défini par le
couple (16, 34) : np = 16 ; nN = 18 ; ne- = 16

Exercice 4 :
Avec une charge totale du noyau (qnoyau) = + 4,8 x 10-18 C
1. Nombre de protons que contient le noyau de cet atome :
On sait que : qnoyau = np . qp => np = qnoyau / qp

AN : np = + 4,8 x 10-18 / 1,602 x 10-19 = 29,96 ͌ 30


2. Avec 34 neutrons, donnons le nom et le symbole de l’atome : Zinc (Zn)
Exercice 5 :
Un atome de fer est défini par Z = 26 et A = 56.
1. Calculons la masse mAtome d’un atome de fer :
mAtome = (np x mp) + (nN x mN) + (ne- x me-)
AN : mAtome = (26 x 1,673.10-27) + (30 x 1,675.10-27) + (26 x 9,109.10-31) = 9,37.10-26 Kg
2. Le nombre d’atomes de fer (Nfer) dans un clou de masse 5,0 g :
Nfer = nfer x Na = 5/56 x 6,02.1023 = 5,375.1022 atomes de fer

Exercice 6 :
Un ion monoatomique constitué de 8 protons, 8 neutrons et 10 électrons
1. C’est un anion
2. la charge de cet ion (qion) :
qion = (np x qp) + (ne- x qe-) = (8 x 1,602.10-19) + (10 x [-1,602.10-19) = - 3,204.10-19 C
3. le symbole de cet ion : 168O-2
4. le symbole de l’atome correspondant : 16
8O

5. Même procédé que la 1ère partie

Exercice 10 :
Soit qnoyau = 20,8 x 10-19 C ; matome = 45,8 x 10-27 kg
1. Le numéro atomique (Z) :
On sait que : qnoyau = Z x qp => Z = qnoyau / qp = 20,8 x 10-19 / 1,602.10-19 = 12,98 ͌ 13
2. Nombre de nucléons (A) :
Cherchons d’abord le nombre de neutrons (N)
On sait que : matome = (Z x mp) + (N x mN) + (ne- x me-)

=> N = [matome - (Z x mp) - (ne- x me-)] / mN

=> N = [(45,8 x 10-27) – (13 x 1,673.10-27) – (13 x 9,109.10-31)] / 1,675.10-27 = 14,35 ͌ 14

Par conséquent : A = Z + N = 13 + 14 = 27
3. En déduisons le nombre de protons, de neutrons et d’électrons de cet atome :
Nombre de protons (np ou Z) = 13
Nombre de neutrons (nN ou N) = 14
Nombre d’électrons (ne-) = 13
27
4. Le nom et son symbole : Aluminium 13Al
Exercice 17 :
Calculons la concentration molaire de cette solution :
67,0 % signifie que dans 100 g de solution, on a 67 g de soluté.
Calculons le volume de solution : V = 𝑚/𝜌= 100 / 1,40 = 71,4 ml
et le nombre de moles de soluté : n =67,0 / 63,0= 1,06 mol
La concentration molaire vaut donc : C = 𝑛/𝑉= 1,06 / 71,4 x 10-3= 14,8 mol/L

Exercice 19 :
Le volume (en ml) d’une solution de méthanol à 5,15 mol/L qu’il faudra prélever :
Ccon=5,15 mol/L Cdil=7,50 mg/ml=7,50.10-3 / 32 = 2,3.10-4 mol/ml = 0,23 mol/l
Vconc= ? Vdil=375 ml
Equation : Cconc x Vconc = Cdil x Vdil
On peut calculer V à prélever : V conc = (0,23 x 375) / 5,15 = 17 ml
Chapitre 2 :
Structure électronique de l’atome
Et
Classification périodique des éléments

Partie A : Structure électronique de l’atome

L’essentiel du cours :
I. Définitions :
 Structure électronique : c’est la répartition des électrons sur les couches
 Configuration électronique : c’est la répartition des électrons sur les sous-couches
II. Les nombres quantiques :
Il y a quatre (4) nombres quantiques qui sont :
a. Nombre Quantique Principal noté n :
 Définit une couche électronique ;
 C’est un entier strictement positif (donc non nul) ;
 Détermine le niveau principal d’énergie En de l’atome ;
 Définit l’expansion de l’orbitale ;
 Ne peut contenir qu’au maximum 2n2 électrons ;
b. Le Nombre Quantique Secondaire ou Azimutal noté l :
 C’est un entier positif (peut être nul) compris entre 0 et n – 1 (inclus) ; 0<l<n+1
 Définit une sous-couche électronique ;
 Définit la forme de l’orbitale ;
c. Le Nombre Quantique Magnétique noté m :
 C’est un entier relatif compris entre –l et +l (inclus) ; –l < m < +l
 Définit l’orbitale atomique ;
 Décris l’orientation de l’orbitale dans l’espace ;
d. Le Nombre Quantique de Spin noté s :
 Ne prend que deux (2) valeurs : - ½ et + ½ ;
 Décris le sens de rotation de l’électron ;
NOTEZ BIEN :

 Les nombres quantiques n, l et m définissent une orbitale donnée.


 Une orbitale ne peut contenir que deux (2) électrons.
 Les quatre (4) nombres quantiques n, l, m et s définissent un électron
 l’atome est stable lorsque ses électrons sont très proches de son noyau.

III. Règles de remplissage des orbitales :


Pour établir une configuration électronique, il faut respecter trois règles qui sont :

1. Règle de KLECHKOWSKI :
Les sous-couches se remplissent par ordre croissant des valeurs de n+l. pour deux (2) valeurs

égales de l, c’est la sous-couche de plus petit n qui se remplit la première.

2. Règle de PAULI :
Deux (2) électrons d’un même atome ne peuvent pas avoir leurs quatre (4) nombres
quantiques identiques.

3. Règle de HUND :
Elle stipule que lorsque l’on dispose d’orbitales atomiques de même énergie (nPx ; nPy ; nPz),
et après avoir placé les électrons selon la règle de Klechkowski, on occupe le maximum
d’orbitales atomiques possibles d’un électron avant de les apparier.
IV. Structure électronique de l’atome :
Pour déterminer la structure électronique d’un atome dans son état fondamental :
 On dénombre les électrons de l’atome
 On répartit les électrons sur les différentes couches (K ; L ; M ; N ; O ; P ….) tout en
respectant le nombre maximum d’électrons (2n2) que peut contenir chaque couche.
 A partir de la couche M, le remplissage se fait de la façon suivante :
 On remplit la couche M jusqu’à 8 électrons,
 Ensuite on passe à la couche N pour mettre 2 électrons,
 Puis revenir sur la couche M afin de la remplir complètement.
 Ce principe est valable pour toutes les couches qui vont suivre
Exemples : Fer (Z=26) : K2 L8 M14 N2 et Ca (Z=20) : K2 L8 M8 N2

V. Configuration électronique d’un atome :


1. Détermination de la configuration électronique d’un atome :
Pour déterminer la configuration électronique d’un atome dans son état fondamental :
 On dénombre les électrons de l’atome.
 On classe les sous-couches électroniques suivant de la règle de Klechkowski.
 On les remplit suivant la règle de Hund.
 Le principe de Pauli permet de déterminer combien d’électrons peuvent accueillir une
sous-couche électronique.
Exemple : Fer (Z=26) Fe : 1S2 2S2 2P6 3S2 3P6 4s2 3d6

2. Electrons de valence :
Les électrons de valence d’un atome sont les électrons occupant les orbitales de nombre
quantique principal n le plus élevé et/ou les orbitales insaturées.
Exemple : Fe : 1S2 2S2 2P6 3S2 3P6 4S2 3d6 on a 8 électrons de valence.

3. Electrons de cœur :
Les électrons qui n’appartiennent pas aux orbitales de valence sont appelés électrons de cœur.
Les électrons de cœur sont plus proches du noyau donc sont plus fortement liés que les
électrons de valence.
Exemple : Fe : 1S2 2S2 2P6 3S2 3P6 4S2 3d6 on a 18 électrons de cœur.
VI. Configuration électronique d’un ion :
Toutes les règles énoncées pour écrire la configuration électronique d’un atome se
généralisent aux ions. La seule différence est que pour un anion, il faudra placer plus
d’électrons sur les orbitales ; pour un cation, il faudra en retirer.

1. Anion :
La méthode est la même que pour les atomes mais il faut placer les électrons supplémentaires
que possède l’anion.
Exemple : F− : 1S2 2S2 2P6

2. Cation :
Pour obtenir la configuration électronique d’un cation dans son état fondamental, on retire
d’abord les électrons ayant le plus grand n puis le plus grand l.
Exemple : Fe3+ : 1S2 2S2 2P6 3S2 3P6 3d5 4S0
Partie B : Classification périodique des éléments

L’essentiel du cours :
I. Classification périodique des éléments sous la forme actuelle :
1. Introduction :
Dans la classification actuelle, les éléments sont classés par numéros atomiques croissants
et rangés en colonnes de façon à ce que les éléments d’une même colonne présentent des
propriétés chimique analogues.
 Chaque ligne (ou période) est associée à un nombre quantique n ; La n-ième ligne débute
par le remplissage de l’orbitale ns et se termine lorsque la sous-couche np est remplie.
 Chaque colonne (ou groupe) de la classification rassemble les éléments de même
configuration électronique de valence.
 Pour un même élément, le nombre de protons ne change jamais ;

2. Les principales familles :


a. Familles du bloc P :
 Gaz nobles : ou gaz rares ou gaz inertes
Elle correspond à la 18ème colonne, et n’est constituée que des gaz monoatomiques qui
sont très peu réactifs voire même inertes ;
 Halogènes :
Elle correspond à la 17ème colonne, et n’est constituée que des molécules diatomiques qui
sont de très bons oxydants.
b. Familles du bloc S :
 Métaux alcalins :
Elle correspond à la 1ère colonne, et n’est constituée que des métaux monoatomiques qui
sont très réducteurs ;
 Métaux alcalino-terreux :
Elle correspond à la 2ème colonne, et n’est constituée que des métaux monoatomiques qui
sont des réducteurs aussi.
c. Famille du bloc d :
 Métaux de transitions :
Elle commence de la 3ème colonne à la 12ème colonne, et est constituée de métaux qui sont
des réducteurs et ont plusieurs degré d’oxydation ;
II. Evolution des propriétés :
1. Propriétés énergétiques :
a. Energie d’ionisation :
Elle est l’énergie minimale à fournir pour arracher un électron à l’atome dans son état
fondamental.
NB : augmente régulièrement dans une période de gauche à droite et diminue dans une
colonne de haut en bas.
b. Energie d’attachement :
Elle est l’énergie libérée lors de l’addition d’un électron à un atome dans son état
fondamental.
c. Affinité électronique :
Elle est l’énergie libérée par son atome quand il capte un électron.

2. Electronégativité :
Elle est la capacité d’un atome à attirer vers lui les électrons des autres atomes avec
lesquels il est engagé par des liaisons covalentes.
NB : Augmente dans une période de gauche à droite et diminue dans une colonne de haut
en bas.

3. Rayon atomique :
Il permet de mesure de la taille d’un atome.
NB : Diminue dans une période de gauche à droite et augmente dans une colonne de haut
en bas.

NOTEZ BIEN :

 la couche la plus éloignée du noyau est la couche de valence.


 Les éléments d’une même période ont la même couche de valence.
 Les éléments d’une même famille ont le même nombre d’électrons sur
leur couche de valence. Il en résulte des propriétés chimiques
analogues.
QCM 1 : Vrai ou faux
1. La longueur d’onde associée à un électron en mouvement est inversement proportionnelle
à sa quantité de mouvement

2. Le mouvement de spin de l’électron provoque un moment magnétique……………………

3. La fonction d’onde associée à un électron est une quantité mesurable……………………..

4. L’orbitale représente la densité électronique due à un (ou deux) électron(s) défini(s)……...

5. Le nombre quantique magnétique représente la forme de l’orbitale………………………..

6. Le nombre quantique l possède des valeurs entières inferieures à n………………………..

7. La fonction d’onde ne peut être que positive………………………………………………..

8. Une sous-couche électronique est l’ensemble des électrons associés aux (2l+1) orbitales
ayant un même nombre quantique n

9. Dans la configuration électronique des atomes, la sous-couche 4f se remplit avant 5d…….

10. Plus le nombre quantique n est élevé, plus l’électron se trouve dans une orbitale d’énergie
élevée

11. Lorsque l’on met des électrons dans les 3 orbitales 2p (de même énergie), on remplit
chaque orbitale (2 électrons) l’une après l’autre

12. Les rayons x sont des rayonnements électromagnétiques…………………………………..

13. La fréquence du rayon x est plus petite que celle de la lumière visible…………………….

14. La longueur d’onde des rayons x est de l’ordre de grandeurs de 10-10m……………………

15. L’absorption et l’émission des rayons x impliquent les électrons des couches internes……

16. Une couche électronique est l’ensemble des orbitales ayant même l……………………….

17. L’orbital est l’espace à disposition de l’électron……………………………………………

18. Chaque atome possède une seule raie d’émission caractéristique…………………………..

19. L’orbitale atomique est caractérisé par son nombre quantique principal et son nombre
quantique secondaire

20. Les nombres quantiques principal et secondaire d’une orbitale 4f sont 4 et 3……………...

21. L’orbitale atomique peut contenir 2 électrons de nombre quantique de spin égaux………...

22. Dans le modèle de Bohr, l’électron se trouve sur une orbite unique………………………..
23. L’électron a comme les photons un aspect corpusculaire et ondulatoire……………………

24. La mécanique quantique est différente de la mécanique ondulatoire……………………….

25. Dans le cadre de la mécanique quantique, il est impossible de préciser la position exacte
de l’électron

26. Deux électrons peuvent avoir les 4 mêmes nombres quantiques……………………………

27. A n=3 correspond la couche électronique M………………………………………………..

28. Dans la couche n=2, il y a 10 électrons……………………………………………………..

29. Le nombre quantique azimutal l=2 définit des orbitales d……………………………….....

30. Les 4 nombres quantiques définissent une orbitale…………………………………………

31. Deux électrons appariés ont un même nombre quantique de spin…………………………..

32. Les électrons d’un atome donné remplissent les orbitales par ordre d’énergie croissante.....

33. L’orbitale 4s est remplie avant l’orbitale 3d………………………………………………...

34. Pour définir la configuration électronique des cations, on fait toujours disparaitre en
priorité les électrons de la dernière couche*

35. Les non-métaux ne forment pas de cations………………………………….........................

36. Pour les cations, le rayon ionique est plus grand que le rayon atomique………………......

37. L’orbitale atomique 4s est caractérisée par les quatre nombres quantiques n, l, m et s…….

38. L’orbitale atomique 4s a un nombre quantique secondaire égal à 0………………………...

39. L’énergie des orbitales atomiques d’un atome de chlore ne dépend que de l……………….

40. Le nombre quantique magnétique peut être égal à -1 pour les orbitales électroniques de
type bilobées.

41. L’atome de 12C à l’état fondamental possède 2 électrons de valence……………………….


QCM 2 : indiquer la (ou les) bonne(s) réponse(s)
1. Relations entre les deux premiers nombres quantiques
a. 0 < l < n+1
b. l > n-1
c. 0 < l < n-1
d. l < n+1
e. –n < l < +n

2. Etat électronique correct relatifs aux nombres quantiques (n ; l ; ml)


a. (3, 1, 0)
b. (2, 2, -1)
c. (2, -1, 0)
d. (1, 3, 0)
e. (2, 1, -2)

3. Combinaisons caractérisant l’électron de la couche externe du sodium 11Na


a. n = 2 l = 0 ml= 0 ms = +1/2
b. n = 3 l = 1 ml = 1 ms = +1/2
c. n = 3 l = 0 ml = 0 ms = +1/2

4. Un électron pour lequel n=4 et m=2


a. doit avoir nécessairement un nombre l égal à 2

b. peut avoir (non nécessairement) un nombre l égal à 2


c. doit nécessairement avoir un spin égal à +1/2
d. est nécessairement dans une sous-couche d

5. Niveau d'organisation du nuage électronique :


a. L'ensemble d'électrons qui possèdent le même nombre quantique principal n constitue une
couche électronique
b. Parmi les électrons d'une couche, ceux qui possèdent le même nombre quantique
magnétique m constituent une sous-couche électronique
c. Parmi les électrons d'une sous-couche, ceux qui possèdent le même nombre quantique
secondaire (azimutal) l appartiennent à la même case quantique (orbitale atomique OA)
6. Les nombres quantiques d'un électron l et m étant des variables dépendantes qui ne
peuvent prendre que certaines valeurs, en fonction de celle de n, parmi les séries de
valeurs pour ces nombres :
1. n=2, l=0, m=0
2. n=2, l=1, m=-1
3. n=0, l=0, m=0
4. n=3, l=2, m=-2
5. n=1, l=1, m=0
Indiquer celle qui est possible.
a. seule la série 2 est correcte
b. seules les séries 1 et 4 sont correctes
c. seules les séries 2 et 3 sont correctes
d. seules les séries 1, 2 et 4 sont correctes
e. seules les séries 2, 4 et 5 sont correctes

7. Quelles sont les différentes orbitales atomiques que l'on peut trouver dans une
couche électronique définie par un nombre quantique principal n=2 :
a. s. p, d
b. s, p
c. p, d
d. s, p, d, f

8. Les éléments situés dans la 1ère colonne de la classification :


a. Constituent la famille des halogènes ;
b. Ont des atomes avec un seul électron externe ;
c. Donnent facilement des cations ;
d. Présentent un caractère métallique.

9. Les halogènes :
ième
a. Sont situés dans la 18 colonne de la Classification ;
b. Ont des atomes avec six électrons externes ;
c. Donnent facilement des anions porteurs d’une charge élémentaire.
10. L’hélium, le néon, l’argon :
a. Ont la même structure électronique externe ;
b. Appartiennent à la même famille ;
c. Existent sous forme diatomique ;
d. Ont une faible réactivité chimique.

11. La couche électronique L comporte au maximum :


a. 2 électrons
b. 8 électrons
c. 18 électrons

12. Un atome de carbone, que l’on trouve dans les cristaux de diamant, possède 6
électrons : sa formule électronique dans son état fondamental est :
a. K2 M4
b. K1 L5
c. K2 L4

13. Pour obtenir la structure électronique d’un gaz noble, un atome M de formule
électronique K2 L2 peut :
a. Perdre 2 électrons
b. Gagner 2 électrons
c. Devenir un cation M2+

14. Pour obtenir la structure électronique d’un gaz noble, un atome M de formule
électronique K2 L8 M7 peut :
a. Devenir un cation M+
b. Devenir un anion M-
c. Gagner 1 électron

15. Dans la classification actuelle les éléments sont rangés par :


a. Numéro atomique croissant
b. Masse atomique croissante
c. Nombre de protons de leur noyau croissant

16. Tous les atomes des éléments de la colonne 1 de la classification :


a. Possède 1 électron externe
b. Appartiennent à la famille des alcalins
d. Forment des ions de formule X+
17. Les atomes de formule électronique K2 L5 et K2 L8 M5 appartiennent à la même :
a. Période de la classification
b. Colonne de la classification
c. Ligne de la classification

18. Les atomes de formule électronique K2 L3 et K2 L8 appartiennent à la même :


a. Période de la classification
b. Colonne de la classification
c. Ligne de la classification

19. Les atomes des éléments d’une même famille chimique ont tous :
a. Le même nombre d’électrons
b. Le même nombre d’électrons externes
c. Des propriétés chimiques voisines

20. Les gaz nobles :


a. Possèdent tous un octet d’électrons
b. Appartiennent à la 18ème colonne de la classification
c. Sont quasi inerte chimiquement

21. Tous les atomes de la première colonne de la classification :


a. Donnent des ions de formule M+
b. Donnent des ions de formule M-
c. Sont inertes chimiquement

22. Un atome qui donne un ion M3+


a. Peut appartenir à la 13ème colonne de la classification
b. Peut appartenir à la 15ème colonne de la classification
c. Est un gaz noble

23. Pour obtenir la formule électronique d’un gaz noble, un atome de magnésium Mg de
formule électronique K2 L8 M2 prend la configuration :
a. D’un cation Mg2+
b. D’un atome Ne
c. D’un anion Mg2-
Exercices :
Exercice 1 :
Le molybdène (Mo) appartient à la famille du chrome Cr (Z=24) et à la cinquième période.
Donner sa configuration électronique et son numéro atomique.

Exercice 2 :
On considère deux éléments de la quatrième période dont la structure électronique externe
comporte trois électrons célibataires.
1. Ecrire les configurations électroniques complètes de chacun de ces éléments et déterminer
leur numéro atomique.
2. En justifiant votre réponse, déterminer le numéro atomique et donner la configuration
électronique de l’élément situé dans la même période que le fer (Z = 26) et appartenant à
la même famille que le carbone (Z = 6).

Exercice 3 :
1. Combien d'électrons peuvent contenir au maximum la troisième couche ?
2. Combien d'éléments comporte la troisième période du tableau périodique ?
3. Pour quelle valeur de Z (nombre de protons), la troisième couche sera-t-elle entièrement
remplie ?

Exercice 4 :
L’atome d’étain (Sn) possède dans son état fondamental deux électrons sur la sous-couche 5p.
1. Donner sa configuration électronique, son numéro atomique ainsi que le nombre
d’électrons de valence.
2. Fait-il partie des métaux de transition ? Pourquoi ?

Exercice 5 :
Trouver la configuration électronique des éléments suivants et donner les ions possibles qu’ils
peuvent former :
1. D’un alcalin de numéro atomique Z supérieur à 12.
2. D’un alcalino-terreux de numéro atomique égale à 12.
3. D’un halogène de numéro atomique inférieur à 18.
4. D’un gaz rare de même période que le chlore (Z = 17).
5. Du troisième halogène.
6. Du deuxième métal de transition.
7. Du quatrième alcalin.
Exercice 6 :
Soit la structure électronique, dans leur état fondamental, des atomes ci-dessous :
a. He : K2
b. P : K2 L8 M5
c. C : K2 L4
d. Ar : K2 L8 M8
e. Be : K2 L2
f. Na : K2 L8 M1
Déterminer la période et la colonne de la Classification auxquelles appartiennent chacun des
éléments.

Exercice 7 :
Soit un élément X de numéro atomique Z = 14.
1. Etablir la structure électronique de l’atome correspondant dans son état fondamental.
2. En déduire la période et la colonne de la Classification auxquelles appartient X.
3. Rechercher le nom et le symbole de cet élément.

Exercice 8 :
1. Rechercher la position, dans la classification périodique des éléments aluminium Al et
soufre S.
2. En déduire la formule des ions que donnent ces deux éléments.
3. L’aluminium réagit avec le soufre pour donner du sulfure d’aluminium, constitué d’ions
aluminium et sulfure. Quelles est la formule du sulfure d’aluminium ?
Exercice 9 :
La dernière couche électronique d’un atome est la couche M. Elle comporte 3 électrons.
a. Dans quelle ligne et dans quelle colonne se trouve l’élément chimique correspondant ?
b. Donner son numéro atomique et l’identifier.
c. Quel ion monoatomique est susceptible de se former à partir de cet atome ?
d. Citer deux éléments chimiques appartenant à la même famille.
Exercice 10 :
Un atome X engage deux liaisons covalentes lorsqu’il forme des molécules.
a. Combien d’électrons périphériques possède-t-il ?
b. Dans quelle colonne du tableau périodique se trouve l’élément chimique correspondant ?
c. Sachant que sa couche électronique externe est la couche M, trouvé quel est cet atome.
d. Donner un exemple de molécule qui comporte un ou plusieurs de ces atomes.
e. Donner également la représentation de Lewis de cette molécule.
Corrections des QCM de la structure électronique de
l’atome et de la classification périodique des éléments :
QCM 1 :

Affirmations vraies :

1 ; 2 ; 4 ; 6 ; 9 ; 10 ; 12 ; 14 ; 15 ; 17 ; 20 ; 23 ; 25 ; 27 ; 29 ; 32 ; 33 ; 34 ; 35 ; 38 ; 40

Affirmations fausses :

3 ; 5 ; 7 ; 8 ; 11 ; 13 ; 16 ; 18 ; 19 ; 21 ; 22 ; 24 ; 26 ; 28 ; 30 ; 31 ; 36 ; 37 ; 39 ; 41

QCM 2 :

Bonnes réponses :

1) c ; 2) a ; 3) c ; 4) b ; 5) a ; 6) d ;

7) b ; 8) b, c ; 9) c ; 10) b, d ; 11) b ; 12) c ;

13) a, c ; 14) b, c ; 15) a, c ; 16) a ; 17) b ; 18) a, c ;

19) b, c ; 20) b, c ; 21) a ; 22) a, b ; 23) a, b


Corrections des exercices de la structure électronique de
l’atome et de la classification périodique des éléments :
Exercice 1 :
Donnons la configuration électronique et le numéro atomique du molybdène (Mo) appartient
à la famille du chrome Cr (Z=24) et à la cinquième période :

Configuration électronique : 1S2 2S2 2P6 3S2 3P6 4S2 3d10 4P6 5S2 4d4 instable

1S2 2S2 2P6 3S2 3P6 4S2 3d10 4P6 5S1 4d5 stable

Numéro atomique : Z = 42

Exercice 2 :
Soit deux éléments de la quatrième période dont la structure électronique externe comporte
trois électrons célibataires :

1. Ecrivons les configurations électroniques complètes de chacun de ces éléments et ainsi


que leur numéro atomique :

1S2 2S2 2P6 3S2 3P6 4S2 3d3 Vanadium Z = 23

1S2 2S2 2P6 3S2 3P6 4S2 3d10 4P3 Arsenic Z = 33

2. déterminer le numéro atomique et donner la configuration électronique de l’élément situé


dans la même période que le fer (Z = 26) et appartenant à la même famille que le carbone

Fer (Z = 26) : 1S2 2S2 2P6 3S2 3P6 4S2 3d6 4ème période

Carbone (Z = 6) : 1S2 2S2 2P2

Notre élément doit avoir la même structure externe que le carbone, par conséquent :

1S2 2S2 2P6 3S2 3P6 4S2 3d10 4P2 Germanium Z = 32

Exercice 3 :
1. Nombre d'électrons maximum que peut contenir la troisième couche est 18
2. Nombre d'éléments que comporte la troisième période du tableau périodique est 8
3. Les deux valeurs de Z, pour lesquelles la 3ème couche serait remplie sont :
1S2 2S2 2P6 3S2 3P6 4S2 3d10 Z = 30 Zinc
1S2 2S2 2P6 3S2 3P6 4S1 3d9 Z = 29 Cuivre (exception)
Exercice 4 :
L’atome d’étain (Sn) possède dans son état fondamental deux électrons sur la sous-couche 5p.
1. Donnons sa configuration électronique, son numéro atomique ainsi que le nombre
d’électrons de valence.
1S2 2S2 2P6 3S2 3P6 4S2 3d10 4P6 5S2 4d10 5P2 D’après la règle de Klechkowski
1S2 2S2 2P6 3S2 3P6 4S2 3d10 4P6 4d10 5S2 5P2 D’après la disposition spatiale
L’atome de l’étain possède quatre électrons de valence et son numéro atomique est égal à 50.
2. Non, il ne fait pas partie des métaux de transition car la sous-couche 4d est remplie.

Exercice 6 :
Déterminons la période et la colonne de la Classification auxquelles appartiennent chacun des
éléments des atomes ci-dessous :
g. He : K2 1ère période et 18ème colonne
h. P : K2 L8 M5 3ème période et 15ème colonne
i. C : K2 L4 2ème période et 14ème colonne
j. Ar : K2 L8 M8 3ème période et 18ème colonne
k. Be : K2 L2 2ème période et 2ème colonne
l. Na : K2 L8 M1 3ème période et 1ère colonne

Exercice 10 :
Un atome X engage deux liaisons covalentes lorsqu’il forme des molécules.

f. Nombre d’électrons périphériques qu’il possède est : 2 électrons


g. La colonne de l’élément chimique correspondant est : 2ème colonne
h. Sa couche électronique externe étant la couche M, l’atome X est le Magnésium (Mg)
i. Exemple de molécules contenant le magnésium : MgCl2
j. La représentation de Lewis de cette molécule :

Cl Mg Cl
Chapitre 3 : Radioactivité
L’essentiel du cours :
I. Définitions :
 Radioactivité :
c’est un phénomène physique de stabilisation de noyaux atomiques instables (dits
radionucléides ou radioisotopes), au cours duquel, à tout instant, une fraction fixe et
caractéristique des noyaux présents se transforme spontanément en d'autres
atomes(désintégration), en émettant simultanément des particules matérielles (électron,
noyau d'hélium, neutron...) et de l'énergie (photons et énergie cinétique).

 L'activité radioactive : notée (A)


L'activité d'un échantillon radioactif est le nombre de désintégration par seconde.
NB : Elle s'exprime en Becquerel (Bq) [1 Ci = 3,7 x 1010 Bq]

 Période Radioactive : notée (T) ou (t1/2)


C'est la durée au bout de laquelle l'activité est divisée par 2.
La moitié des noyaux radioactifs se sont désintégrés.

II. Lois de SODDY :


 Conservation de la charge
 Conservation de la quantité totale de mouvement
 Conservation de l’énergie
 Conservation du nombre de nucléons

III. Caractéristique d’une désintégration radioactive :


Une désintégration radioactive est :
 Aléatoire
 Spontanée
 Inéluctable
 Indépendante
IV. Les différents modes de radioactivité :
a. Radioactivité α :
C’est la désintégration d'un noyau qui expulse une particule α, c'est-à-dire un noyau d'hélium
NB : concerne les noyaux lourds, instables à cause d'un excès de nucléons.

b. Radioactivité β- :
C’est la désintégration d'un noyau qui expulse une particule β-, c'est-à-dire un électron (e-)
ainsi qu'un antineutrino électronique
NB : concerne les noyaux instables à cause d'un excès de neutrons.

”-

c. Radioactivité β+ :
Elle se traduit par l'émission d'un positon (un antiélectron) et d'un neutrino électronique
NB : concerne les noyaux instables à cause d'un excès de protons

d. Radioactivité γ :
Elle se traduit par l'émission d'un rayonnement électromagnétique de très grande énergie
NB : concerne les noyaux excités.

e. Capture électronique :
C’est un processus de physique nucléaire au cours duquel un noyau atomique déficient en
neutrons absorbe un électron situé sur une couche électronique de l’atome.
f. Autres réactions nucléaires :
 La fusion :
Qui se produit sur des noyaux légers qui fusionnent pour donner un noyau plus lourd en
émettant une particule et un rayonnement.

2
1 H + 2
1 H  3
2 H + 1
0 n

 la fission :
Un noyau lourd éclate sous l'impact d'un noyau ou d'une particule projectile et donnent deux
noyaux plus légers plus un rayonnement et une ou plusieurs particules.

NOTEZ BIEN :

 La radioactivité β- subit une transformation isobarique


 La radioactivité β+ subit aussi une transformation isobarique
 Radioactivité γ subit une transformation isomérique
 La capture électronique est en compétition avec la radioactivité β+
V. Quelques formules :
1. Nombre de Noyaux :

 N0 : nombre de noyaux présents initialement


 N : nombre de noyaux présents à un instant t
-λ.t
N=N0 x e  D : nombre de noyaux fils formés à un instant t
Avec
e  t : temps écoulé
D=N0 x (1 - e-λ.t)
 λ : constante radioactive (s-1)

2. Activité radioactive :

A=A0 x e-λ.t A0= λ x N0 A= λ x N

3. Période radioactive :

T = ln(2) / λ

4. Relation masse – activité :

MxN
m= = 0,24 x 10-23 x M x A x T m = m0 x e-λ.t
NA
QCM : indiquer la (ou les) bonne(s) réponse(s)
QCM 1 :
Soit un noyau d'uranium (A=235 ; Z=92) U interagissant avec un neutron, ce qui provoque
une fission et forme uniquement un noyau de (A=140 ; Z=55) Cs, un noyau X et 2 neutrons :
a. La somme du défaut de masse total des 2 noyaux de fission est inférieure au défaut de
masse totale du noyau d'uranium.
b. Le noyau X a un numéro atomique de 37
c. Le noyau X a un nombre de masse de 93
d. L'énergie de liaison moyenne par nucléon de (A=140 ; Z=55) Cs est inférieure à celle de
(A=235 ; Z=92) U

QCM 2 : la radioactivité α :
a. est due à l'instabilité du noyau d'hélium
b. produit des particules dont le spectre d'énergie est continu
c. produit des particules qui pénètrent profondément dans la matière
d. est caractéristique des noyaux légers
e. est caractéristique des noyaux lourds.

QCM 3 : la radioactivité β+
a. est une transformation isomérique
b. est due à l'instabilité des noyaux pourvus d'un excès de protons
c. équivaut à la capture d'un photon par le noyau
d. est due à la transformation d'un neutron en proton
e. s'accompagne d'une augmentation du numéro atomique

QCM 4 : la radioactivité est :


a. une désintégration spontanée
b. la désintégration d’un noyau père en un noyau fils avec émission d’une particule
c. une transformation chimique de la matière
d. une transformation physique de la matière
QCM 5 : la réaction nucléaire qui entre en compétition avec la radioactivité β+
a. La fusion nucléaire
b. La capture électronique
c. Le rayonnement β-

QCM 6 : Au cours d’un rayonnement γ


a. A ne change pas
b. Z change
c. Le noyau reste à l’état excité

QCM 7 : Un échantillon a une activité de 480 Bq. Le nombre moyen de noyaux


désintégrés en une minute est :
a. 1 728 000
b. 28 800
c. 480
d. 8

QCM 8 : la radioactivité β+ correspond à l’émission d’un


a. Electron
b. Proton
c. Positon
d. neutron

QCM 9 : les transformations nucléaires obéissent toujours aux lois suivantes :


a. conservation du nombre de charge et du nombre de masse A
b. conservation du nombre de protons et du nombre de neutrons
c. conservation de la masse
d. conservation de l’énergie

QCM 10 : le potassium 40 (A=40 ; Z=19) K est radioactif β˗. La particule émise est un
électron. Le noyau résultant de sa désintégration est :
a. le potassium 39 : (A=39 ; Z=19) K
b. le potassium 41 : (A=41 ; Z=19) K
c. le calcium 40 : (A=40 ; Z=20) Ca
d. l’argon 40 : (A=40 ; Z=18) Ar
QCM 11 : lors d’une réaction de fusion :
a. deux noyaux lourds forment un noyau plus léger
b. un noyau lourd forme deux noyaux plus légers
c. deux noyaux légers forment un noyau plus lourd
d. de l’énergie est libérée

QCM 12 : l’équation de la réaction suivante : 1


0 n + 23592U  14055Cs + 9337Rb + 3 10n
a. est une réaction de fission
b. est une réaction de fusion
c. est une réaction nucléaire spontanée
d. est une réaction nucléaire provoquée

QCM 13 : Identifier la réaction de fission :


a. 7
Li + 42He  105B + 10n
3

b. 238
92U  23490Th + 42He
0n + 56Ba + 2 0n
c. 1 235
92U  36Kr +
92 142 1

QCM 14 : 1 Gbq vaut :


a. 106 désintégrations par seconde
b. 1 désintégration par seconde
c. 1 000 000 000 désintégrations par seconde

QCM 15 : L’instabilité radioactive dépend de :


a. un excès de protons
b. un excès de molécules
c. un excès de neutrons
d. un excès d’électrons.
QCM 16 : Lors d’une tomographie par émission de positons, on observe la désintégration
β+ du fluor 189F. La période de cet isotope est de 110 minutes.

Le 189F est préparé dans un laboratoire spécialisé à 7 heures, le matin de l’examen. Un patient
doit bénéficier d’une injection de 500 MBq de 189F. Son rendez-vous dans le service de
médecine nucléaire où l’injection aura lieu est fixé à 12 heures 30.
Le laboratoire doit préparer pour ce patient une dose de :
a. 108 mCi
b. 30 mCi
c. 1105 MBq
d. 4000 MBq
e. autre réponse

QCM 17 : On peut rejeter dans la nature avec les ordures courantes une fiole de 13153I à
condition que son activité soit inférieure à 1 Bq.
Au bout de combien de périodes pourra-t-on jeter un récipient contenant 1 kBq à un instant
t=0? (Tiode = 8 jours) ?
a. 16
b. 10
c. 24
d. 30
e. 1,3

QCM 18 : La constante de désintégration radioactive d’un élément radioactif est égale à


3,45.10-14 s-1. Au bout de quelle durée la quantité initiale de noyaux radioactifs a-t-elle été
divisée par 8 ? (Donnée : ln(2)=0,69)
a. 2.1013 s
b. 4.1013 s
c. 6.1013 s
d. 8.1013 s
e. 10.1013 s
QCM 19 : On considère un échantillon radioactif dont le temps de demi-vie est égal à 10 s.
L’échantillon émet 120.107 particules α par minute.
Quelle est la valeur de la constante de désintégration radioactive du nucléide présent dans
l’échantillon ? (Donnée : ln(2)=0,69)
a. 6,9 s-1
b. 6,9.10-2 s-1
c. 14,5 s-1
d. 2.107 s-1

QCM 20 : A la date t = 0, date de sa formation, un échantillon de roche volcanique contient


0,4 mg de 4019K émetteur β+. Donnée : T = 1,26 109 années

1. Le nombre initial N0 de noyaux 4019K émetteur β+ présents dans l’échantillon est-il de :


a. 1018
b. 6.1018
c. 6.1021
d. 1021
2. A la date t1=5,04.107 années, le nombre Nd(t1) de noyaux qui se sont désintégrés depuis la
date t = 0 est-il de :
a. 6.1018
b. 1,8.1017
c. 6.1016
d. 1,8.1016

QCM 21 : Les rayonnements γ et X ont la même nature :


a. Vrai
b. Faux.

QCM 22 : La période est le temps qu’il faut à un radioélément pour :


a. perdre la totalité de son activité
b. perdre la moitié de son activité.
Exercices :
Exercice 1 :
Un noyau radioactif a une demi-vie de 1 s.
1. Calculer sa constante de désintégration radioactive λ.
2. À un instant donné, un échantillon de cette substance radioactive a une activité de 11,1.107
désintégrations par seconde. Calculer le nombre moyen de noyaux radioactifs présents
dans l'échantillon à cet instant.

Exercice 2 :
Une substance radioactive dont la demi-vie est de 10 s émet initialement 2. 107 particules α
par seconde.
1. Calculer la constante de désintégration de la substance.
2. Quelle est l'activité de cette substance?
3. Initialement, combien y a-t-il en moyenne de noyaux radioactifs ?
4. Combien restera-t-il en moyenne de noyaux radioactifs après 30 s?
5. Quelle sera alors l'activité de la substance?

Exercice 3 :
Lors de la catastrophe de Tchernobyl, du césium 134 et du césium 137 ont été libérés dans
l'atmosphère.
1. Le césium 137 est radioactif β- . Écrire les lois de conservation intervenant dans cette
réaction et l'équation bilan de désintégration, en précisant les produits formés.
2. La période du césium 134 est T= 2 ans. En déduire la constante radioactive λ. Au bout de
combien de temps 99 % du césium 134 libéré auront-ils disparu ?
3. Répondre à la question précédente en considérant le césium 137 dont la période est 30
ans.

Exercice 4 :
Un noyau d'astate (A=221 ; Z=85) At se désintègre en émettant une particule α. Calculer la
période de ce nucléide, sachant que 2,7. 1015 particules α sont émises lors de la première
heure de désintégration d'une masse m = 10-5g d'astate (A=211 ; Z=85) At.
Exercice 5 :
On utilise du phosphore 32P comme traceur radioactif dans la détection de certaines tumeurs.
Cet élément est un émetteur β- de période 14,2 j. Des préparations cellulaires marquées au 32P
ont une activité de 1,6 mCi. Calculer la durée d'utilisation de ces préparations, sachant qu'elles
sont jetées lorsque leur activité n'est plus que de 10 μCi. (On rappelle que 1 Ci = 37 GBq.)

Exercice 6 :
Une ampoule contient 0,2 cm3 de radon 222Rn sous 0,1 bar et à la température de 30 °C. Ce
gaz monoatomique est considéré comme parfait; sa période est de 3,8 j.
Données : constante des gaz parfaits R = 8,32 S.I. ; 1 bar = 105 Pa.
1. Quelle est l'activité initiale de cette ampoule ?
2. Que devient cette activité six mois plus tard ?

Exercice 7 :
Dans la haute atmosphère, du carbone radioactif est produit à partir des collisions entre des
noyaux d’azote et des neutrons produits par les rayons cosmiques. Le dioxyde de carbone de
l’atmosphère contient en proportion quasiment constante du carbone 14 et du carbone 12. La
proportion de ces 2 isotopes est la même dans les végétaux et dans l’atmosphère. Lorsque la
plante meurt, elle cesse d’assimiler le dioxyde de carbone et le carbone 14 qu’elle contient de
demi-vie 5570 ans se désintègre sans être renouvelé.
1. Au bout de combien de temps après la mort d’une plante, la quantité de carbone 14 qu’elle
contenait lors de sa mort aura-t-elle diminué de moitié ?
2. Quelle relation existe-t-il entre A, A0, λ et t, date de la coupe de bois ?
3. Dans une tombe égyptienne, on a trouvé un échantillon de bois provenant d’un sarcophage
qui produisait 560 désintégrations par seconde alors qu’un échantillon du même bois
fraîchement coupé contenant la même masse de carbone produit 816 désintégrations par
seconde. Déterminer la date de fabrication du sarcophage.

Exercice 8 :
Combien de temps faut-il attendre pour que 99, 9% d’une masse donnée de strontium 90

(9038Sr) ait disparu ? (Donnée : t1/2 = 28ans)

Exercice 9 :
Un gramme d’uranium 238 23892U a une activité de 12200 Bq. Quelle est la demi- vie de cet
isotope ?? (Donnée : NA = 6, 02 × 1023 mol−1)
Exercice 10 :
Les roches volcaniques contiennent du potassium 40 radioactif qui se transforme en argon 40
gazeux avec une demi-vie de 1,3.109 ans. Au cours des siècles, l’argon 40 s’accumule alors
que le potassium disparaît. Lors d’une éruption volcanique, la lave dégaze : l’argon présent
dans la lave s’échappe. A la date de l’éruption, la lave solidifiée ne contient alors plus que de
l’argon antérieur à l’événement. L’analyse d’un échantillon de basalte trouvé près d’un ancien
volcan montre qu’il contient m1 = 2,9800 mg de potassium 40 et m2 = 8,6 µg d’argon 40.
1. Exprimer le nombre de noyaux de potassium 40 juste après l’éruption en fonction des
nombres de noyaux de potassium 40 et d’argon 40 à la date de l’analyse.
2. Déterminer la date approximative de l’éruption.
3. Pour déterminer la date de formation de cailloux lunaires rapportés lors de l’expédition
Apollo XI, l’analyse d’un échantillon de cailloux effectuée dans les conditions normales a
donné 8,1.10-3 cm3 d’argon et 1,67.10-6 g de potassium 40. Calculer les nombres de
noyaux de potassium 40 et d’argon 40 à la date de l’analyse.
4. Calculer l’âge de ces cailloux.

Exercice 11 :
Le cobalt (A=60 ; Z=25) Co contenu dans les bombes au cobalt utilisées en médecine est
obtenu par le bombardement du cobalt 59 par des neutrons. Le cobalt 60 est radioactif β-. Sa
constante radioactive est λ = 4,17.10-9 s-1. Le noyau fils, un des isotopes de l’élément nickel
Ni.
1. Ecrire l’équation de la transformation du cobalt 59 en cobalt 60.
2. Quelle est la particule émise lors de la désintégration du cobalt 60 ?
3. Quel est le type de rayonnement électromagnétique émis ?
4. Ecrire l’équation traduisant la désintégration du cobalt 60 en la justifiant.
5. Calculer la demi-vie de ce noyau.

Exercice 12 :
1. Définir la demi-vie d’une source radioactive.
2. La demi-vie d’un échantillon radioactif est égale à 3,8.105 années. Calculer la valeur de sa
constante radioactive λ. Au bout de quelle durée la quantité initiale de noyaux radioactifs
a-telle été divisée par 8 ?
3. La demi-vie d’une source radioactive composé d’une masse m = 100 g de noyaux
radioactifs est t1/2 = 2400 h. Calculer la masse de noyaux radioactifs restants au bout d’un
an.
4. Définir l’activité d’une source radioactive. Une source radioactive de demi-vie 65 ans
comporte 1,256.1021 noyaux radioactifs à un instant t. Calculer l’activité de cette source à
l’instant t.
5. Un compteur Geiger –Muller, placé près d’un échantillon radioactif, détecte en moyenne
1000 désintégrations par minute. 12 heures plus tard, placé dans les mêmes conditions, il
détecte en moyenne 320 désintégrations par minute. Quelle est la demi-vie des noyaux
radioactifs ?

Exercice 13 :
L'iode est indispensable à l'organisme humain. Il participe à la synthèse des hormones
Thyroïdiennes. L'assimilation de cet iode 127 non radioactif se fait sous forme d'ions iodure
dans la glande thyroïde. Lors des accidents nucléaires, il y a émission dans l'atmosphère
d'iode 131, radioactif β- de demi-vie t1/2 = 8,1jours. Lors de sa désintégration l'iode 131
donne du Xénon (Xe).
1. Écrire l'équation de désintégration de l'iode 131.
2. La population française vivant dans les environs des centrales nucléaire a reçu des
comprimés d'iode 127 (sous forme d'iodure de potassium) à prendre en cas d'accident
nucléaire. Justifier cette mesure.
3. L'iode 131 est aussi utilisé en médecine, par exemple pour l'examen par scintigraphie des
glandes surrénales. Déterminer l'activité A1 de m = 1,0g d'iode 131.
4. Sachant que pour cet examen il faut une solution d'iode 131 d'activité A0 = 37 MBq.
Quelle est alors la masse m' d'iode 131 injectée au patient?
5. Tracer la courbe de décroissance de l'activité du produit injecté au cours du temps et
déterminer graphiquement la date t où l'activité sera divisée par 10.
Données: Iode 131: (A=131 ; Z=53) I et Constante d'Avogadro: NA = 6,02.1023 mol-1

Exercice 14 :
On donne les équations de différentes désintégrations radioactives :
a. 238
Pu  AZU + 4
He
94 2

b. 135
55 Cs  AZBa + 0
e
-1

c. 13
7 N  AZC + 0
1 e
d. 133
54 Xe*  AZY + γ
Préciser pour chaque réaction nucléaire, le type de désintégration, puis les Compléter
Corrections des QCM de la radioactivité
QCM :
Bonnes réponses :
QCM 1 : a, b ; QCM 2 : e ; QCM 3 : b ; QCM 4 : a, b ;

QCM 5 : b ; QCM 6 : a ; QCM 7 : b ; QCM 8 : c ;

QCM 9 : a, b QCM 10 : c ; QCM 11 : c, d ; QCM 12 : a, d ;

QCM 13 : c ; QCM 14 : c ; QCM 15 : a, c ; QCM 16 : a, d

QCM 17 : b ; QCM 18 : c ; QCM 19 : b ; QCM 20 : 1) b ; 2) b

QCM 21 : a ; QCM 22 : b
Corrections des exercices de la radioactivité :
Exercice 1 :
Un noyau a une demi-vie de 1 seconde
1. Calculons la constante de désintégration radioactive λ :
λ = ln2 / T = ln2 / 1 = 0,693 s-1
2. Avec A= 11,1.107 des/s, calculons le nombre moyen de noyaux radioactifs présents dans
l'échantillon à cet instant :
N = A / λ = 11,1 .107 / 0,693 = 1,60.108 noyaux

Exercice 2 :
T = 10 s ; A = 2. 107 particules α par seconde
1. Calculons la constante de désintégration de la substance :
λ = ln2 / T = ln2 / 10 = 0,0693 s-1
2. L'activité de cette substance est :
A0 = 2. 107 Bq
3. Nombre de noyaux initiaux radioactifs :
N0 = A0 / λ = 2. 107 / 0,0693 = 2,89. 108 noyaux
4. Nombre de noyaux radioactifs après 30 s :
Après 30s c’est-à-dire 3 périodes, il restera N = N0 / 23 = 3,97. 106 noyaux
5. L'activité de la substance :
A = λ x N = 2,75. 105 Bq = 275 KBq

Exercice 3 :
1. Les lois de conservation et l'équation bilan de désintégration :
Conservation du nombre total de nucléons
Conservation de la charge
Conservation de l’énergie totale
Conservation de la quantité de mouvement totale
135
55Cs  13556Ba + 0
-1e + 00V + °°γ
2. Avec T= 2 ans, en déduisons la constante radioactive λ et le temps au bout duquel 99% du
césium 134 disparaitront :
λ = ln2 / T= 0,347 an-1 ; fraction restante (N) =N0 ˗ D =1- 0,99=0,01
donc t = - 1/ λ.ln(N/N0) = 13,29ans
3. Répondons à la question précédente en considérant le césium 137 dont la période est 30
ans.
λ = ln2 / T= ln2 / 30= 2,31. 10-2 an-1 ;
donc t = - 1/ λ.ln(N/N0) = 199,4 ans

Exercice 4 :
Un noyau d’astate (A=211 ; Z=85) At se désintègre en émettant une particule α
1. Complétons l’équation de désintégration : 85At Bi + He
211
85At
207
83Bi + 4
2He + °°γ
2. Calculer la période de ce nucléide, sachant que 2,7. 1015 particules α sont émises lors de la
première heure de désintégration d’une masse m=10-5 g d’astate (A=211 ; Z=85) At

Soit Nα = 2,7. 1015 le nombre de particules alpha émises, qui correspond aussi au nombre de
noyaux d’astate désintégrés ;

Soit N0 le nombre de noyaux d’astate initial et Nr nombre de noyaux d’astate restants


Au bout de t = 1h, Nr = N0 - Nα
Comme Nr =N0 x e-λ.t, on peut déduire λ et donc T.
 N0 = n. NA = (m/M). NA = (10-5/211) x 6,02. 1023 = 2,85. 1016 noyaux ;
 Nr = N0 - Nα = 2,85. 1016 - 2,7. 1015= 2,58. 1016 noyaux
λ = (1/t) x ln (N0/Nr) = (1/1) x ln (2,85/2,58) = 9,95. 10-2 h-1
T = ln2/ λ = 6,96 h

Exercice 5 :
T=14,2 jours ; A0 = 1,6 mCi = 1,6 10-3 Ci ; A = 10 μCi = 10 10-6 Ci
Calculons la durée d'utilisation de ces préparations :
A = A0. exp(-λ.t) ; t = -1/ λ.ln(A /A0) = -T. ln(A /A0) / ln2
t= -14,2 x ln(10.10-6 / 1,6.10-3) / ln2 = 72 jours
Chapitre 4 : Thermodynamique chimique
L’essentiel du cours :
I. Définitions :
 La thermodynamique : est une science qui a pour objet principal l’étude et la description
du comportement des systèmes en fonctions certaines grandeurs physiques comme la
température T, la pression P, le volume V, d’énergie sous forme de chaleur Q, de travail
W.
 La thermochimie : est une branche de la chimie physique qui étudie les phénomènes
thermiques dans les milieux réactionnels.
 Energie : c’est la capacité à effectuer un travail ou à fournir de la chaleur
 Température : définit le degré d'agitation des particules qui composent un système.
 La chaleur : est une forme ou un mode de transfert d’énergie entre deux systèmes
 Système : c’est une portion de l’espace (et son contenu) limité par une surface réelle ou
fictive.
 Univers : c’est l’ensemble d’un système et d’un milieu extérieur
 Fonction d’état : est une fonction des variables d’état qui définissent l’état d’équilibre
d’un système thermodynamique.
 Chaleur latente : c’est la chaleur échangée avec le milieu extérieur lors d’un changement
d’état.
 Capacité calorifique : est l’énergie qu’il faut apporter à un corps pour augmenter sa
température d’un kelvin. Elle se calcule en divisant la quantité d’énergie fournie par la
variation de la température.
 Chaleur spécifique : est la quantité d’énergie nécessaire pour élever d’un kelvin la
chaleur d’un gramme d’une matière donnée. Elle se calcule en divisant la capacité
calorifique par la masse de la matière donnée.
 Pouvoir calorifique d’un combustible : est l’enthalpie de réaction de combustion par
unité de masse dans les conditions normales de température et de pression.
II. Différents types de Système Thermodynamique :
 Système isolé : lorsqu’il n’y a pas la possibilité d’échanger de la matière, du travail ou de
la chaleur avec le milieu extérieur ou un autre système.
 Système Ouvert : peut échanger de la matière avec le milieu extérieur ou avec un autre
système, ainsi que de la chaleur et du travail.
 Système Fermé : ne peut pas échanger de la matière avec le milieu extérieur ou avec un
autre système, mais seulement de la chaleur et du travail.

III. Différents types de transformation :


 Transformation cyclique : c’est une transformation au cours de laquelle l’état initial et
l’état final présentent les mêmes valeurs des variables d’état.
 Transformation réversible : elle l’est lorsque l’on peut envisager une autre
transformation qui ramène à la fois le système et le milieu extérieur à leur état initial.
 Transformation ouverte : c’est une transformation au cours de laquelle au moins une des
variables d’état a une valeur différente dans l’état initial et dans l’état final.
 Transformation adiabatique : elle l’est lorsque le système qui la subit n’échange pas de
chaleur avec le milieu extérieur.
 Transformation isobare : se déroule à pression constante
 Transformation isochore : se déroule à volume constante
 Transformation isotherme : se déroule à température constante

IV. Principes de la thermodynamique :


 1er principe de la thermodynamique ou principe de la conservation de l’énergie :
Pour tout système fermé, il existe une fonction d’état, grandeur conservative, appelée énergie
interne U.
ΔU = ΔQ + ΔW

NOTEZ BIEN :

 Dans le cas d’une transformation cyclique ΔU = ΔQ + ΔW = 0


 A volume constant ΔU = ΔQ ou ΔU = Qv
 A pression constante ΔH = Qp
 2ème principe de la thermodynamique ou principe de Carnot :
Toute transformation d’un système thermodynamique s’effectue avec augmentation de
l’entropie globale incluant l’entropie du système et du milieu extérieur. On dit alors qu’il
y a création d’entropie S.
 3ème principe de la thermodynamique ou principe de Nernst :
L’entropie d’un cristal parfait à 0 kelvin est nulle.
Peut aussi être énoncé de la façon suivante :
L’entropie de tout corps pur sous sa forme la plus stable est nulle au zéro absolu.

IV. Fonctions d’état :


 L’énergie interne notée (U) :

ΔU = ΔQ + ΔW
NB : ΔU ne dépend que de l’état initial et de l’état final
U=Q+W

 L’Enthalpie notée (H) : L’enthalpie correspond aux échanges de chaleur qui ont lieu au
sein de notre système lors d’une transformation isobare. (Unité : J ; KJ ; KJ/mol).

ΔH = ΔU + PΔV
NB : ΔH ne dépend que de l’état initial et de l’état final
H = U + PV

 L’Enthalpie Standard de Formation : est la différence d’Enthalpie mise en jeu lors de


la formation d’une mole de ce composé à partir des corps simples, purs, pris dans l’état
standard et stables à la température considérée T. (Unité : KJ/mol)
NB : elle est nulle pour les éléments
 L’Enthalpie de Réaction : correspond à la différence des enthalpies molaires partielles
entre les produits et les réactifs, en tenant compte de la stœchiométrie de la réaction.

ΔH°r = Ʃnp.(ΔH°f)p – Ʃnr.(ΔH°f)r

NOTEZ BIEN :
 ΔH > 0 Processus endothermique
 ΔH < 0 Processus exothermique
 A pression constante ΔH = Qp
 Les chaleurs de réactions sont additives
 L’Entropie notée (S) : est la mesure du désordre d’un système. (Unité : Jk-1 ; JK-1mol-1)

ΔS°r = Ʃnp.(S°)p – Ʃnr.(S°)r


 L’énergie libre ou de Gibbs notée (G) :

ΔG = ΔH + T.ΔS
ΔGr = - RT. lnK

NOTEZ BIEN :
 ΔS > 0 Processus spontané
 ΔGr < 0 Réaction spontanée et exoénergétique
 ΔGr > 0 Réaction non spontanée et endoénergétique
 ΔGr = 0 Equilibre

V. Méthodes de détermination des chaleurs de réactions :


 La loi de Hess : Elle est constituée d’un état initial (composé généralement de corps
simples) d’un état final (composé de produits stables) et d’un ou plusieurs états
intermédiaires.
Elle peut être schématisée de plusieurs manières :
Deux états intermédiaires et une réaction directe Deux états intermédiaires et deux réactions indirectes
ΔH1 Etat intermédiaire
Etat Initial Etat Final ΔH1 ΔH2

ΔH2 ΔH4
Etat Initial Etat Final
Etat intermédiaire Etat intermédiaire
1 ΔH3 2 ΔH3 Etat intermédiaire ΔH4
ΔH1 = ΔH2 + ΔH3 + ΔH4
ΔH1 + ΔH2 = ΔH3 + ΔH4
Un seul état intermédiaire
ΔH1
Etat Initial Etat Final

ΔH2 ΔH3
Etat intermédiaire

ΔH1 = ΔH2 + ΔH3


 Méthode d’additivité : elle consiste à chercher la variation d’enthalpie d’une réaction en
combinant différentes réactions préalablement données.

QCM 1 : Vrai ou faux


1. Au cours d’une transformation, un système ouvert n’échange pas de matière avec son
environnement.

2. La pression est une variable extensive………………………………………………………

3. La variation d’énergie interne d’une réaction correspond à la chaleur de réaction à volume


constant.

4. La capacité calorifique étant une grandeur intensive, est l’énergie qu’il faut apporter à un
corps pour augmenter sa température d’un kelvin.

5. L’énergie interne U d’un système isolé reste constante…………………………………….

6. Le travail correspond à un transfert d’énergie entre le système et l’extérieur………………

7. Lors d’une réaction isobare, la variation d’enthalpie est égale à la chaleur de réaction…….

8. Si l’enthalpie standard de la réaction : réactifs produits vaut ΔHr, celle de la


réaction produits réactifs vaut ΔHr

9. L’enthalpie standard de formation d’un composé est la variation d’enthalpie de la réaction


conduisant à sa formation à partir des atomes, réalisée dans des conditions standard.

10. Pour la réaction chimique réactifs produits, l’enthalpie standard est :


ΔH r =
°
Ʃnr.(ΔH°f)r – Ʃnp.(ΔH°f)p

11. Lors d’une transformation adiabatique il n’y a pas d’échange de chaleur et de travail avec
le milieu extérieur.

12. L’entropie standard d’un corps simple stable est nulle à 298K……………………………..

13. Pour un processus spontané, la variation de l’entropie est strictement supérieure à 0 ……..

14. L’énergie libre d’une réaction exoénergétique est positive…………………………………


QCM 2 : indiquer la (ou les) bonne(s) réponse(s)

1. Parmi ces affirmations concernant les transferts d’énergie, lesquelles sont correctes ?
a. La chaleur est un mode de transfert de l’énergie.
b. Un travail fourni au milieu extérieur par le système thermodynamique est compté
positivement.
c. Une transformation qui libère de la chaleur est dite exothermique.
d. L’énergie interne est une fonction d’état.
e. La chaleur est une fonction d’état.
f. La variation d’énergie interne d’un système isolé est nulle.

2. Soit un système thermodynamique évoluant entre deux états 1 et 2. Lors de la


transformation, il reçoit une chaleur de 600 J et fournit un travail de 450 J. Puis il revient
de l’état 2 à l’état 1 en fournissant un travail de 1 200 J.
Parmi ces affirmations lesquelles sont correctes ?

a. La transformation directe (1  2) est exothermique.


b. La variation d’énergie interne lors de la transformation directe (1  2), ΔU = U2 – U1
vaut 1 050 J.

c. La transformation retour (2  1) est endothermique.


d. On ne peut pas calculer la chaleur échangée lors de la transformation retour.
e. Lorsqu’il passe de l’état 2 à l’état 1, le système reçoit une chaleur de 1 050 J.

3. Parmi ces affirmations concernant l’enthalpie d’un système thermodynamique,


lesquelles sont correctes ?

a. L’enthalpie d’un système thermodynamique est définie par H = U – PV.


b. Lors d’une transformation isochore, la chaleur échangée est égale à la variation
d’enthalpie du système.
c. Lors d’une transformation isobare, la chaleur échangée est égale à la variation d’enthalpie
du système.
d. L’enthalpie est une fonction d’état.
4. On considère la combustion à 298 K et sous une pression de 1,0 bar d’une mole d’un
hydrocarbure de formule C20H20 selon l’équation :
C20H20 (s) + 25 O2 (g) → 20 CO2 (g) + 10 H2O (l)
La variation d’enthalpie lors de cette transformation est ΔH = – 10 828 kJ.
On donne la constante des gaz parfaits R = 8,314 J · K-1· mol-1.
Que vaut la variation d’énergie interne ΔU ?
a. ΔU = – 10 828 kJ.
b. ΔU = – 10 816 kJ.
c. ΔU = – 10 840 kJ.
d. ΔU = – 1 560 kJ.

5. Pour la réaction suivante O2 (g) + 2H2 (g) 2 H2O(l) réalisée sous pression de
1,0 bar, on donne ΔrH = – 572 kJ · mol-1.
Parmi ces affirmations lesquelles sont correctes ?

a. La réaction est endothermique.


b. La réaction libère de la chaleur dans le milieu extérieur.
c. Pour la réaction ½ O2 (g) + H2 (g) H2O (l), on a ΔrH = – 572 kJ · mol-1.
d. La formation de quatre molécules d’eau à partir de deux molécules de dioxygène et de
quatre molécules de dihydrogène à pression constante consomme 1 144 kJ.
e. La formation d’eau à partir d’une molécule de dihydrogène dans un excès de dioxygène à
pression constante libère 286 kJ.

6. Parmi ces affirmations concernant les réactions de combustion, lesquelles sont


correctes ?

a. La combustion complète du méthane libère du monoxyde de carbone et de l’eau.


b. La combustion du méthane est sa réaction avec le dioxygène de l’air.
c. Une combustion est un processus exothermique.
d. Lors d’une combustion à pression constante, l’enthalpie du système diminue.
e. Lors d’une combustion, le système libère de la chaleur dans le milieu extérieur.

7. Parmi les réactions suivantes, lesquelles sont des réactions de formation à 298 K ?
a. C (s) + 2H2 (g) CH4 (g).
b. ½ O2 (g) + CO (g) CO2 (g).
c. N (g) + O2 (g) NO2 (g).
d. N2 (g) + 2O2 (g) 2NO2 (g).
e. ½ O2 (g) + H2 (g) H2O (l).
8. Soit la réaction suivante : CH4 (g) + 2O2 (g) CO2 (g) + 2H2O (l)
On donne à 298 K les enthalpies standards de formation :
ΔfH°(CH4 (g) ) = – 75,0 kJ · mol-1.
ΔfH° (CO2, g) = – 393,1 kJ · mol-1.
ΔfH° (H2O, l) = – 285,6 kJ · mol-1.
Parmi les propositions suivantes quelle est celle qui donne la valeur la plus proche de
l’enthalpie standard de la réaction à 298 K ?
a. ΔrH° = – 1 039,3 kJ · mol-1.
b. ΔrH° = – 889,3 kJ · mol-1.
c. ΔrH° = – 603,7 kJ · mol-1.
d. Il manque des données pour calculer ΔrH°.

9. Soit la réaction suivante : 2H2O2 (l) + N2H4 (l) 4H2O (l) + N2 (g)
On donne à 298 K les enthalpies standards de formation :
ΔfH° (H2O2 (l)) = – 187,4 kJ · mol-1.
ΔfH° (N2H4 (g)) = + 50,4 kJ · mol-1.
ΔfH° (H2O (l)) = – 285,6 kJ · mol-1.
Parmi ces affirmations lesquelles sont correctes ?
a. L’enthalpie standard de la réaction est positive.
b. Pour cette réaction ΔrH° = + 1 466,8 kJ · mol-1.
c. Pour cette réaction ΔrH° = – 818,0 kJ · mol-1.
d. La réaction est exothermique.
e. L’enthalpie standard de formation de N2 est nulle.

10.On donne à 298 K l’enthalpie standard de combustion du phénol C6H6O et les enthalpies
standards de formation de CO2 et de H2O.
ΔcombH° (C6H6O (s)) = – 3 053,5 kJ · mol-1.
ΔfH° (CO2 (g)) = – 393,1 kJ · mol-1.
ΔfH° (H2O (l))= – 285,6 kJ · mol-1.
Parmi les propositions suivantes quelle est celle qui donne la valeur la plus proche de
l’enthalpie standard de formation du phénol à 298 K.
a. ΔfH° (C6H6O (s)) = – 1 163,1 kJ · mol-1.
b. ΔfH° (C6H6O (s)) = – 161,9 kJ · mol-1.
c. ΔfH° (C6H6O (s)) = – 6 258,9 kJ · mol-1.
d. ΔfH° (C6H6O (s)) = 1 803,3 kJ · mol-1.
e. ΔfH° (C6H6O (s)) = 409,3 kJ · mol-1.
11.On donne les énergies de liaison suivantes :
El (H-H) = – 436 kJ · mol-1.
El (C-H) = – 414 kJ · mol-1.
Et l’enthalpie standard de sublimation du carbone solide ΔsubH° (C (s)) = 717 kJ · mol-1.
Parmi les propositions suivantes quelle est celle qui donne la valeur la plus proche de
l’enthalpie standard de formation du méthane gazeux CH4 à 298 K ?

a. ΔfH° (CH4 (g)) = + 224 kJ · mol-1.


b. ΔfH° (CH4 (g)) = + 739 kJ · mol-1.
c. ΔfH° (CH4 (g)) = – 784 kJ · mol-1.
d. ΔfH° (CH4 (g)) = – 503 kJ · mol-1.
e. ΔfH° (CH4 (g)) = – 67 kJ · mol-1.
f. ΔfH° (CH4 (g)) = + 1 501 kJ · mol-1.
g. Aucune des propositions précédentes n’est correcte.

12.On donne les enthalpies de dissociation des liaisons suivantes :


DH–H = 436 kJ · mol-1 DC–O = 360 kJ · mol-1
DO=O = 497 kJ · mol-1 DO–H = 463 kJ · mol-1
DC–H = 414 kJ · mol-1 DC–C = 348 kJ · mol-1
L’enthalpie standard de sublimation du carbone solide ΔsubH° (C (s)) = 717 kJ · mol-1 et
L’enthalpie de vaporisation de l’éthanol liquide ΔvapH° (C2H5OH (l)) = 41,7 kJ · mol-1.
Parmi les propositions suivantes quelle est celle qui donne la valeur la plus proche de
l’enthalpie standard de formation de l’éthanol à 298 K.

a. ΔfH° (C2H6O (l)) = – 292 kJ · mol-1.


b. ΔfH° (C2H6O (l)) = – 1 009 kJ · mol-1.
c. ΔfH° (C2H6O (l)) = 6 190 kJ · mol-1.
d. ΔfH° (C2H6O (l)) = 292 kJ · mol-1.
e. ΔfH° (C2H6O (l)) = 1 009 kJ · mol-1.
f. ΔfH° (C2H6O (l)) = – 250,5 kJ · mol-1.
13.Parmi ces affirmations concernant l’entropie molaire standard, lesquelles sont
correctes ?

a. L’entropie molaire standard d’un corps augmente avec la température.


b. À 25 °C, l’entropie molaire standard d’un corps simple est nulle.
c. L’entropie molaire standard d’un corps est une grandeur nécessairement positive ou nulle.
d. À 25 °C, l’entropie molaire standard de l’eau liquide est inférieure à celle du diamant
solide.
e. À une température donnée, l’entropie molaire standard d’un gaz est généralement
supérieure à celle d’un solide.

14.Pour la réaction suivante O2 (g) + 2H2 (g) 2H2O (l)


On donne ΔrS° = – 327 J · K-1· mol-1 à 25 °C.
Parmi ces affirmations lesquelles sont correctes ?
a. Au cours de la réaction le désordre diminue.
b. Au cours de la réaction le désordre augmente.
c. À 25 °C, l’entropie molaire standard de l’eau liquide vaut S° (H2O (l))= –163,5 J·K-1·mol-1.
d. À 25 °C, l’entropie molaire standard de l’eau liquide vaut S° (H2O (l))=163,5 J·K-1·mol-1
e. À 25 °C, les entropies molaires standards du dihydrogène et du dioxygène gazeux sont
nulles.

15.On donne à 298 K les entropies molaires standards suivantes :


Sm° (CH4 (g)) = 187 J · K-1· mol-1
Sm° (O2 (g)) = 205 J · K-1· mol-1
Sm° (CO2 (g)) = 214 J · K-1· mol-1
Sm° (H2O (l)) = 70 J · K-1· mol-1
Parmi les propositions suivantes quelle est celle qui donne la valeur la plus proche de
l’entropie standard de réaction à 298 K pour la réaction suivante :
CH4 (g) + 2O2 (g) CO2 (g) + 2 H2O (g)
a. ΔrS° = – 243 J · K-1· mol-1
b. ΔrS° = 951 J · K-1· mol-1
c. ΔrS° = – 108 J · K-1· mol-1
d. ΔrS° = 243 J · K-1· mol-1
e. ΔrS° = – 108 J · K-1· mol-1
16.Pour la réaction N2O4 (g) 2 NO2 (g), on donne à 298 K : ΔrH° = 72,8 kJ · mol-1,
ΔfG° (N2O4 (g)) = 98,2 kJ mol-1, ΔfG° (NO2 (g)) = 51,8 kJ mol-1.
Parmi ces affirmations lesquelles sont correctes ?
a. La réaction (dans le sens 1) est endothermique.
b. La réaction est spontanée (dans le sens 1) dans la condition standard à 298 K.
c. À 298 K, l’entropie standard de réaction est positive.
d. À 298 K, l’entropie standard de réaction vaut – 82,7 J · K-1· mol-1.
e. À 298 K, l’entropie standard de réaction vaut 226 J · K-1· mol-1.
f. À 298 K, l’entropie standard de réaction vaut 2,6 kJ · K-1· mol-1.

17.L’eau oxygénée peut se décomposer selon la réaction dont l’équation est :


2H2O2 (l) O2 (g) + 2H2O (l)
On donne à 298 K les enthalpies de formation et les entropies molaires :
H2O2 (l) O2 (g) H2O (l)
ΔfH° (kJ.mol-1) -188 -285
Sm° (J · K-1· mol-1) 143 205 70

Parmi ces affirmations lesquelles sont correctes ?


a. Dans les conditions standards à 298 K, la réaction de décomposition de l’eau oxygénée est
exothermique.
b. Dans les conditions standards à 298 K, la réaction de décomposition de l’eau oxygénée est
exergonique.
c. Dans les conditions standards à 298 K, l’eau oxygénée est stable.
d. À 298 K, l’entropie standard de réaction est négative.
e. À 298 K, l’enthalpie libre standard de réaction vaut – 212 kJ · mol-1.
f. À 298 K, l’enthalpie libre standard de réaction vaut + 212 kJ · mol-1.

18.Pour la réaction CaCO3 (s) CaCO (s) + CO2 (g).


On donne : ΔrH° = 178 kJ · mol-1 et ΔrS° = 161 J · K-1· mol-1 (on supposera que ces
valeurs ne dépendent pas de T).
Parmi ces affirmations lesquelles sont correctes ?
a. La réaction est spontanée quelle que soit la température.
b. La réaction est non spontanée quelle que soit la température.
c. La réaction est spontanée si T < 833 °C.
d. La réaction est spontanée si T > 833 °C.
Exercices :
Exercice 1 :
Calculer l’enthalpie standard ΔHr° de la réaction suivante :
CO (g) + 3H2 (g) → CH4 (g) + H2O (g)
a. En déduire la valeur de l’énergie interne ΔUr° de la même réaction.
b. Cette réaction est-elle endothermique ou exothermique?
On donne les enthalpies standards des réactions de combustion ΔHr° de CO, de H2 et de CH4 :
CO (g) + ½ O2 (g) → CO2 (g) ΔHr° (1) = -283 kJ
H2 (g) + ½ O2 (g) → H2O (g) ΔHr° (2) = -241, 8 kJ
CH4 (g) + 2O2 (g) → CO2 (g) + 2H2O (g) ΔHr° (3) = -803, 2 KJ

Exercice 2 :
Calculer la différence entre la chaleur de réaction à pression constante et la chaleur de
réaction à volume constant dans les deux cas suivants :
a. à la température de O°C :
C2H5OH (l) + 3O2 (g) → 2CO2 (g) + 3H2O (s)
b. à la température de 25°C :
C2H5OH (g) + 3O2 (g) → 2CO2 (g) + 3H2O (l)

Exercice 3 :
Nous avons trouvé pour la réaction suivante, à la température de 18°C et à la pression
atmosphérique, une différence entre l’enthalpie et l’énergie interne de la réaction (ΔH - ΔU)
de - 0,9 kcal.
C6H6 + 15/2O2 (g) → 6CO2 (g) + 3H2O
Le benzène et l’eau ont-ils été pris à l’état gazeux ou liquide ?

Exercice 4 :
Calculer la chaleur de combustion ΔHr° de l’acide oxalique solide (C2H2O4 (s)) à 25°C et la
pression atmosphérique, en utilisant les enthalpies molaires standards de formation. Sachant
que :
ΔHf° (C2H2O4 (s)) = -1822,2 kJ.mol-1
ΔHf° (CO2 (g)) = -393 kJ.mol-1
ΔHf° (H2O (l)) = -285,2 kJ.mol-1
Exercice 5 :
On considère l’oxydation de l’ammoniac par l’oxygène selon le schéma réactionnel :
2NH3 (g) + 5/2O2 (g) →2 NO (g) + 3H2O (g) ΔHr° = - 109 kcal
Calculer l’enthalpie molaire standard de formation de NH3 (g) connaissant les enthalpies
molaires standards de formation de NO (g) et de H2O (g).
On donne : ΔHf° (NO (g)) = 21,5 kcal.mol-1 et ΔHf° (H2O (g)) = -58,0 kcal.mol-1

Exercice 6 :
Considérant la combustion de l’éthane C2H6 (g) à 25°C et sous une atmosphère :
C2H6 (g) + 7/2O2 (g) → 2CO2 (g) + 3 H2O (l) ΔHr° (1) = -373,8 kcal
Connaissant l’enthalpie molaire standard de formation du dioxyde de carbone et de l’eau
liquide :
C (graphite) + O2 (g) → CO2 (g) ΔHr° (2) = -94,05 Kcal
H2 (g) + ½ O2 (g) → H2O (l) ΔHr° (3) = -68,3 Kcal
En déduire la chaleur molaire standard de formation de l’éthane ΔHf° (C2H6 (g))

Exercice 7 :
L’enthalpie molaire de combustion de méthane à 25°C et sous une atmosphère est égale à
- 212,8 Kcal. Connaissant les enthalpies des réactions suivantes :
C (graphite) + O2 (g) → CO2 (g) ΔHr° (1) = -94,05 kcal
H2 (g) + ½ O2 (g) → H2O(l) ΔHr° (2) = -68,3 kcal
a. Calculer l’enthalpie molaire standard de formation du méthane gazeux ΔHf° (CH4 (g)).
b. Calculer l’enthalpie molaire de combustion du méthane sous une atmosphère et à la
température de 1273 K, en utilisant la méthode du cycle et la loi de Kirchhoff.
On donne les chaleurs molaires (supposées constantes entre 298 et 1273K) des corps suivants:
Cp (CH4 (g)) = 13,2 cal mol-1 K-1
Cp (O2 (g)) = 7,6 cal mol-1 K-1
Cp (CO2 (g)) = 11,2 cal mol-1 K-1
Cp (H2O (g)) = 9,2 cal mol-1 K-1
Cp (H2O (l)) = 18,0 cal mol-1 K-1
L’enthalpie de vaporisation de l’eau est : ΔHVap°, 373 (H2O (l)) = 9,7 kcal.mol-1
Exercice 8 :
La combustion du méthane conduit à la réaction suivante :
CH4 (g) + 2O2 (g) CO2 (g) + 2H2O (l)
Calculer pour cette réaction à 25°C :
1. L’enthalpie à 25°C, est-elle exothermique ou endothermique ?justifier ;
2. La chaleur à volume constant ;
3. La variation de l’énergie libre, est-elle spontanée ?justifier ;
4. La variation de l’enthalpie et de l’entropie à 100°C
Données : R= 8,32 J.mol-1.K-1
Composés CH4 (g) O2 (g) CO2 (g) H2O (l)

ΔH° (KJ.mol-1) -74,81 0 -393,5 -285,83

S°f (J.mol-1K-1) 186,26 4205,14 213,74 69,91

Cp (J.mol-1K-1) 35,31 29,36 37,11 75,29

Exercice 9 :
La combustion d’une mole d’éthylène dans les conditions standards suivant l’équation fournit
au milieu extérieur 1387,8 kJ.
C2H4 (g) + 3O2 (g) → 2CO2 (g) + 2H2O (l)
En utilisant les enthalpies molaires standards de formation et les énergies des liaisons ainsi
que l’enthalpie de sublimation du carbone C(s) → C(g)
ΔHSub° (C (s)) = 171,2 kcal mol-1, ΔHf° ,298 (CO2 (g)) = -393 kJ.mol-1 et
ΔHf° ,298 (H2O (l)) = -284,2 kJ.mol-1.
1. Calculer l’enthalpie molaire standard de formation de C2H4 (g).
2. Calculer l’énergie de liaison C = C dans C2H4 (g)
________________________________________________________
Liaison H-H C-H C-C
________________________________________________________
ΔH° 298 (liaison) - 434,7 - 413,8 - 263,3
(kJ.mol-1)________________________________________________
Exercice 10 :
Calculer l’enthalpie standard de la réaction suivante :
C2H4 (g) + H2O (g) → C2H5OH (g)
a. à partir des enthalpies molaires standards de formation.
b. à partir des énergies de liaisons.
c. donner une explication aux résultats trouvés.
On donne :
ΔHf° (C2H4 (g)) = 33,6 kJ.mol-1
ΔHf° (C2H5OH (g)) = -275,9 kJ.mol-1
ΔHf° (H2O (g)) = -242,4 kJ.mol-1
_____________________________________________________________
Liaison H-H C-H C-C O-H C-O C=C
_____________________________________________________________
ΔH° 298 (liaison) - 434,7 - 413,8 - 263,3 - 459,8 - 313,5 - 611,8
(kJ.mol-1)______________________________________________________

Exercice 11 :
On donne dans les conditions standards les réactions de combustion suivantes :
C2H4 (g) + 3O2 (g) → 2 CO2 (g) + 2H2O (g) ΔHr° (1) = -332 kcal
H2 (g) + ½ O2 (g) → H2O (l) ΔHr° (2) = -68.3 kcal
C2H6 (g) + 7/2O2 (g) → 2 CO2 (g) + 3H2O (g) ΔHr° (3) = -72,8 kcal
1. Déterminer la chaleur standard ΔHr° (4) de la réaction suivante :
C2H4 (g) + H2 (g) → C2H6 (g)

2. Calculer la chaleur de la formation de C2H6 (g).


On donne : ΔHf° (C2H4 (g)) = 8,04 Kcal mol-1
3. En utilisant le cycle de Hess, déterminer la chaleur de formation de la liaison C-C
On donne :
ΔHSub° (C (s)) = 171,2 Kcal mol-1
ΔH° (H-H) = -104 Kcal mol-1
ΔH° (C-H) = -99,5 Kcal mol-1
Exercice 12 :
Soit la réaction suivante à 298K
CH4 (g) + Cl2 (g) → CH3Cl (g) + HCl (g)
1. Calculer son enthalpie standard de réaction ΔHr°.
2. Calculer l’énergie de la liaison C-H à 298 K
3. Calculer l’enthalpie molaire standard de sublimation du carbone à 298 K.
On donne :
ΔHf° (CH4 (g)) = -17,9 Kcal mol-1
ΔHf° (CH3Cl (g)) = -20 Kcal mol-1
ΔHf° (HCl (g)) = -22 Kcal mol-1
ΔH° (Cl-Cl) = -58 Kcal mol-1
ΔH° (C-Cl) = -78 Kcal mol-1
ΔH° (H-Cl) = -103 Kcal mol-1
ΔH° (H-H) = -104 Kcal mol-1

Exercice 13 :
En utilisant la méthode basée sur la loi de Hess et celle d’additivité, Déterminer l’enthalpie de
formation de l’acétylène C2H2 sachant que les enthalpies de combustion complète du carbone,
du dihydrogène et de l’acétylène sont respectivement égales à :
- 94,4 Kcal.mol-1 ; - 68,3 Kcal.mol-1 et - 310,7 Kcal.mol-1

Exercice 14 :
Déterminer l’énergie de la liaison N-H dans l’ammoniac (NH3) connaissant les enthalpies de
dissociation atomique du dihydrogène (+ 103 Kcal.mol-1), du diazote (+ 226,1 Kcal.mol-1) et
l’enthalpie de formation de l’ammoniac (-10 Kcal.mol-1).
Corrections des QCM de la thermodynamique
QCM 1 :

Affirmations vraies :

3 ; 5 ; 6 ; 7 ; 9 ; 13

Affirmations fausses :

1 ; 2 ; 4 ; 8 ; 10 ; 11 ; 12 ; 14

QCM 2 :

Bonnes réponses :

1) a, c, d, f ; 2) c, e ; 3) c, d ; 4) b ;

5) b, e ; 6) b, c, d, e ; 7) a, e ; 8) b ;

9) c, d, e ; 10) b ; 11) e ; 12) a ;

13) a, c, e ; 14) a ; 15) a ; 16) a, c, e ; 17) a, b, e ; 18) d


Corrections des exercices de la thermodynamique :

Exercice 1 :
Calculons l’enthalpie standard ΔHr° :
Méthode algébrique : Il faut combiner ces réactions et leurs équations respectives de façon à
obtenir la réaction voulue.
CO (g) + ½ O2 (g) → CO2 (g) ΔHr° (1) = -283 kJ
3 [H2 (g) + ½ O2 (g) → H2O (g)] 3 ΔHr° (2) = 3 (-241, 8) kJ
-1 [CH4 (g) + 2O2 (g) → CO2 (g) + 2H2O (g)] -1 ΔHr° (3) = +803, 2 KJ

CO (g) + 3H2 (g) → CH4 (g) + H2O (g) ΔHr° (4)

ΔHr° (4) = ΔHr° (1) + 3 ΔHr° (2) - ΔHr° (3) = -283+ 3 (-241,8) + 803,2 = -206,23 kJ
ΔHr° (4) = -206,23 kJ
a. En déduisons la valeur de l’énergie interne ΔUr°
ΔHr° = ΔUr° + RT Δng ;
Δng est la variation des coefficients stœchiométriques des composés des produits et celui des
réactifs gazeux
Δng = Σn i (produits gazeux) - Σn j (réactifs gazeux)
Δng = 2-4 = -2
ΔUr° = -206,23 – (8,31/1000). (298) (-2) = -201,28 kJ
ΔUr° = -201,28 kJ
b. La réaction est exothermique car ΔHr°(4) < 0

Exercice 2 :
La différence entre l’enthalpie et l’énergie interne de la réaction est :
ΔH - ΔU = R.T.Δng
Δng = Σn i (produits gazeux) - Σn j (réactifs gazeux)
a. On suppose qu’à la température de 273K, l’eau est à l’état solide, donc Δng = 2-3 = -1
=> ΔH - ΔU= -1 x 8,31 x 273 = -2268,63 J = -2,268 KJ
b. Δng( 298K) = 2-4 = -2
=> ΔH - ΔU = (- 2) x 8,31 x 298 = -4952,76 J= -4,952 KJ
NB : Les valeurs sont différentes pour la même réaction. C’est pourquoi il est toujours
important de préciser l’état physique des corps des réactions chimiques.
Exercice 3 :
C6H6 + 15/2O2 (g) → 6CO2 (g) + 3H2O Réaction à 18°C
ΔH° = ΔU° + Δng.RT
ΔH° - ΔU° = Δng.RT
ΔH° - ΔU° = -0,9 x 103 = Δng x 2 x 291
=> Δng = -900/582 = -1,54
Si on prend l’eau et le benzène à l’état liquide, on aura : Δng = -1,5 moles
Le benzène et l’eau sont pris à l’état liquide.

Exercice 4 :
C2H2O4 (s) + ½ O2 (g) 2CO2 (g) + H2O (l) à 298K
Pour calculer la chaleur de combustion de l’acide oxalique solide C2H2O4 (s), on applique la
loi de Hess
ΔH°r = Ʃnp.(ΔH°f)p – Ʃnr.(ΔH°f)r

L’enthalpie molaire standard de formation d’un corps simple est nulle.


ΔHf° (O2 (g)) = 0
ΔH°r = 2 x ΔHf° (CO2 (g)) + ΔHf° (H2O (l)) - ΔHf° (C2H2O4 (s))
ΔH°r = 2 (-392,9) + (-284,2) – (- 1822,2) = 752,2 KJ

Exercice 5 :
2NH3 (g) + 5/2 O2 (g) →2 NO (g) + 3H2O (g) ΔHr° = - 109 kcal
Appliquons la loi de Hess pour calculer l’enthalpie molaire standard de formation de
l’ammoniac. (Voir exercices précédents).
ΔH°r = 2 x ΔHf° (NO (g)) + 3 x ΔHf° (H2O (g)) – 2 x ΔHf° (NH3 (g))
ΔHf° (NH3 (g)) = -11 kcal.mol-1

Exercice 6 :
C2H6 (g) + 7/2O2 (g) → 2CO2 (g) + 3 H2O (l) ΔHr° (1) = -373,8 kcal
Appliquons la loi de Hess pour calculer la chaleur de formation de l’éthane à pression
constante :
ΔH°r = 2 x ΔHf° (CO2 (g)) + 3 x ΔHf° (H2O (l)) - ΔHf° (C2H6 (g))
ΔHf° (C2H6 (g)) = 2 x ΔHf° (CO2 (g)) + 3 x ΔHf° (H2O (l)) - ΔH°r
ΔHf° (C2H6 (g)) = 2(-94,05) + 3(-68,3) – (-373,8) = -19,2 kcal.mol-1
ΔHf° (C2H6 (g)) = -19,2 kcal.mol-1
Chapitre 5 :
Correction des anciens sujets du numérus
Sujet 1 :
Epreuve de chimie générale session 2012 :
QCM 1 : Vrai ou faux
1. Le proton est plus lourd que le neutron……………………………………………………...

2. Les électrons sont responsables des propriétés chimiques…………………………………..

3. Le nombre d’Avogadro représente environ l’inverse de la masse absolue moyenne d’un


nucléon

4. Chaque élément possède en principe plusieurs isotopes…………………………………….

5. L’unité de la masse molaire est le dalton (Da)………………………………………………

6. Dans un gaz parfait, les atomes ou les molécules se meuvent rapidement et sans
interaction entre eux (ou elles)

7. L’unité de pression est le pascal qui vaut un newton par mètre carré………………………

8. Une mole d’’un gaz parfait occupe un volume de 22,4 litres à 25°C et 1 atm (conditions
standard)

9. La concentration d’un composant d’un mélange gazeux s’exprime par la pression qui est
proportionnelle à la fraction molaire de ce composant

10. A température constante, une augmentation de volume correspond à une diminution de


pression

11. Le nombre quantique l possède des valeurs entières inférieures à n ……………………….

12. La fonction d’onde ne peut être que positive………………………………………………..

13. Une sous-couche électronique est l’ensemble des électrons associés aux (2l + 1) orbitales
ayant un même nombre quantique principal

14. Dans la structure électronique des atomes, la sous-couche 4f se remplit avant 5d…………

15. Plus le nombre quantique n est élevé, plus l’électron se trouve dans une orbitale d’énergie
élevée
16. Dans le model de Lewis, les liaisons chimiques sont localisées constituées chacune par
une paire d’électrons

17. Dans BH3, les trois électrons de valence du bore sont utilisés et la règle de l’octet est
satisfaite

18. Dans BH3, le bore (1S2 2S2 2P1) est un acide de Lewis…………………………………….

19. Dans H3C-NH2, l’azote (1S2 2S2 2P3) est une base de Lewis………………………….......

20. Dans O=PCl3, le phosphore ([Ne] 3S2 3P3) obéit à la règle de l’octet……………………...

21. La molalité d’une substance dissoute est égale à sa molarité multipliée par sa fraction
molaire

22. Dans une solution 1M de NaCl, la fraction molaire de NaCl est d’environ 0,018…………

23. Les ponts disulfures sont des liaisons covalentes……………………………………...........

24. L’électron a une masse égale à celle du proton………………………………………….....

25. L’adjonction d’un soluté dans un solvant diminue sa pression partielle……………………

QCM 2 : Indiquer uniquement la ou les bonnes réponse(s)


Les nucléides suivants sont des isotopes de leurs éléments respectifs :
11
1. 6C

14
2. 7C

50
3. 22Cr

52
4. 23Cr

54
5. 24Cr

Exercice :
Un noyau d’astate (A=211 ; Z=85) At se désintègre en émettant une particule α
1. Compléter l’équation de désintégration : 85At Bi + He

Rép : 211
85At
207
83Bi + 4
2He + °°γ
2. Calculer la période de ce nucléide, sachant que 2,7. 1015 particules α sont émises lors de la
première heure de désintégration d’une masse m=10-5 g d’astate (A=211 ; Z=85) At

Rép :
Soit Nα = 2,7. 1015 le nombre de particules alpha émises, qui correspond aussi au nombre
de noyaux d’astate désintégrés ;
Soit N0 le nombre de noyaux d’astate initial et Nr nombre de noyaux d’astate restants
Au bout de t = 1h, Nr = N0 - Nα
Comme Nr =N0 x e-λ.t, on peut déduire λ et donc T.

 N0 = n. NA = (m/M). NA = (10-5/211) x 6,02. 1023 = 2,85. 1016 noyaux ;

 Nr = N0 - Nα = 2,85. 1016 - 2,7. 1015= 2,58. 1016 noyaux

 λ = (1/t) x ln (N0/Nr) = (1/1) x ln (2,85/2,58) = 9,95. 10-2 h-1 et T = ln2/ λ = 6,96 h

T = 6,96 h
Sujet 2 :
Epreuve de chimie générale session 2014 :
QCM : Cocher les affirmations qui sont exactes

1. Une désintégration radioactive :


a. Est spontanée
b. Est une réaction nucléaire
c. Est une réaction chimique

2. Lors d’une réaction nucléaire spontanée :


a. Un noyau père se désintègre
b. Un noyau fils se désintègre
c. Un rayonnement électromagnétique est émis

3. Lors d’une réaction de fusion :


a. Deux noyaux légers forment un noyau plus lourd
b. Un noyau lourd forme deux noyaux légers
c. De l’énergie est libérée

4. Lors d’une réaction de fission :


a. Deux noyaux légers forment un noyau plus lourd
b. Un noyau lourd forme deux noyaux légers
c. De l’énergie est libérée

5. Les transformations nucléaires obéissent toujours aux lois suivantes


a. Conservation de la masse
b. Conservation du nombre de charge et du nombre de masse
c. Conservation du nombre de proton et du nombre de neutrons

6. Le Phosphore (A=30 ; Z=15) P est radioactif β+ (la particule émise est un positon)
Le noyau résultant de sa désintégration est :
a. Le Silicium (A=30 ; Z=14) Si
b. Le Phosphore (A=29 ; Z=15) P
c. Le Soufre (A=30 ; Z=16) S
7. La réaction nucléaire d’équation : 6027Co 60 Ni
28 + A P
z est de type :
a. β+, la particule émise est un positon
b. β-, la particule émise est un électron
c. α la particule émise est un noyau d’Hélium

8. le noyau (A=214 ; Z=84) Po est radioactif α. Le noyau issu de sa désintégration a


pour numéro atomique :
a. Z=82
b. Z=84
c. Z=86

9. Au cours du temps, l’activité d’une source radioactive :


a. Augmente
b. Diminue
c. Reste constante

10. La radioactivité β+ correspond à l’émission d’un :


a. Electron
b. Positon
c. Proton

11. Le Radium (A=226 ; Z=88) Ra émetteur α a pour noyau fils :


224
a. 84Po
222
b. 86Rn
222
c. 86Ra

12. Une réaction nucléaire au cours de laquelle un noyau lourd est scindé en deux
noyaux plus légers est :
a. Une fusion nucléaire
b. Une ébullition
c. Une fission

13. L’équation de la réaction suivante respecte les lois de conservation :

1
0n + 23592U 140
55Cs + 9337Rb + x 10n
Le nombre x de neutrons émis est :
a. Un
b. Deux
c. Trois
Exercice :

Un noyau a une demi-vie de 1 seconde


1. Calculer sa constante de désintégration radioactive

Rép : λ = ln2 / T = ln2 / 1 = 0,693 s-1

A un instant donné, un échantillon de cette substance radioactive a une activité de 11,1.107


désintégrations par seconde.
2. Calculer le nombre moyen de noyaux radioactifs présents dans l’échantillon à cet instant.

Rép : N = A / λ = 11,1 .107 / 0,693 = 1,60.108 noyaux


Sujet 3 :
Epreuve de chimie générale session 2015 :
Cours-exercices :
1. Citer et définir les différents types de liaison chimique

Rép :
 Liaison ionique : est une liaison qui se forme entre deux atomes
possédant une grande différence d’électronégativité (par convention,
supérieure à 1,7) typiquement entre un non-métal et un métal.
 Liaison covalente : elle résulte de la mise en commun d’électrons par
deux atomes.
 Liaison hydrogène : est une force intermoléculaire impliquant un atome
d’hydrogène et un atome électronégatif (possédant obligatoirement une
paire libre) comme (O, F, N) etc.…..
 Liaison ion-dipôle : c’est une liaison qui se forme entre un ion (souvent
un cation) et une molécule polaire.
 Forces de Van Der Waals : est une interaction électrique de faible
intensité entre atomes, molécules ou entre une molécule et un cristal.

2. Le calcium 47Ca se décompose radioactivement avec une période de 3,5 jours. Si l’on part
de 320 mg, calculer la quantité restante non décomposée après 20 semaines

Rép :
Données : T= 3,5 Jours ; m0 = 320 mg ; t = 20 semaines = 140 Jours
m = m0 x e-λ.t = m0 x e-(ln2/T).t = 320 x e-(ln2/3,5).140 = 2,99 10-10 mg
m = 2,99 10-10 mg
3. Un noyau a une demi-vie de 1 seconde
a. Calculer sa constante de désintégration radioactive

Rép : λ = ln2 / T = ln2 / 1 = 0,693 s-1

b. A un instant donné, un échantillon de cette substance radioactive a une activité de 11,1.107


désintégrations par seconde. Calculer le nombre moyen de noyaux radioactifs présents
dans l’échantillon à cet instant.

Rép : N = A / λ = 11,1 .107 / 0,693 = 1,60.108 noyaux

QCM 1 : répondre par vrai ou faux aux affirmations suivantes :

1. La masse moléculaire est la masse de 6.1023 particules exprimées en Dalton………………

2. La liaison hydrogène est une liaison de type dipôle-dipôle…………………………………

3. La fonction d’onde associée à un électron est une quantité mesurable……………………..

4. Dans la structure électronique des atomes, la sous-couche 4f se remplit avant 5d…………

5. Une liaison ion-dipôle possède une énergie nettement plus faible qu’une liaison chimique
classique (covalente ou ionique)

QCM 2 : Indiquer la (les) bonne(s) réponse(s)

1. Dans le modèle de l’atome d’hydrogène,


 Les orbitales d’une même couche ont toutes la même énergie, parce que
 L’énergie des orbitales ne dépend pas du nombre quantique principal

a. Les deux propositions sont justes, la liaison est justifiée


b. Les deux propositions sont justes, mais la liaison n’est pas justifiée
c. La première proposition est juste, mais la seconde est fausse
d. La première proposition est fausse, mais la seconde est juste
e. Les deux propositions sont fausses
2. On propose différentes configurations électroniques pour l’atome de Nickel (Ni) de
numéro atomique Z=28
a. 1S2 2S2 2P6 3S2 3P6 3d10 4S0 Configuration ne comportant aucun électron célibataire
b. 1S2 2S2 2P6 3S2 3P8 3d6 4S2 Configuration la moins stable
c. 1S2 2S2 2P6 3S2 3P6 3d8 4S2 Configuration à l’état fondamental
d. 1S2 2S2 2P6 3S2 3P6 3d6 4S2 4P2

 Quelle est la configuration électronique de cet atome dans son état fondamental
 Quelle est la configuration qui ne comporte aucun électron célibataire
 Quelle est la configuration la moins stable
 Parmi les propositions qui suivent, quelle est la composition qui correspond à l’ion 58Ni2+

a. 30 protons, 28 électrons, 30 neutrons


b. 30 protons, 28 électrons, 28 neutrons
c. 28 protons, 28 électrons, 30 neutrons
d. 28 protons, 26 électrons, 30 neutrons
Sujet 4 :

Epreuve de chimie générale session 2016 :


Cours-exercices :
1. Définir les règles qui régissent la configuration électronique d’un atome/ion
monoatomique

Rép :
Règle de KLECHKOWSKI : Les sous-couches se remplissent par ordre croissant
des valeurs de n+l. pour deux (2) valeurs égales de l, c’est la sous-couche de plus petit n
qui se remplit la première.

Règle de PAULI :
Deux (2) électrons d’un même atome ne peuvent pas avoir leurs quatre (4) nombres
quantiques identiques.

Règle de HUND :
Elle stipule que lorsque l’on dispose d’orbitales atomiques de même énergie (nPx ; nPy ;
nPz), et après avoir placé les électrons selon la règle de Klechkowski, on occupe le
maximum d’orbitales atomiques possibles d’un électron avant de les apparier.

2. Calculer la masse molaire moléculaire du Néon à partir de l’abondance de ses différents


isotopes obtenus par spectrométrie de masse. 21Ne=0,3% ; 22Ne=9,2% ; 20Ne=90,5%

(0,3 x 21) + (9,2 x 22) + (90,5 x 20)


MM = = 20,19 g/mol
100

3. Donner la formule électronique du cobalt (Z=27) dans son état fondamental

Rép : Z=27 : 1S2 2S2 2P6 3S2 3P6 4S2 3d7


4. Compléter les réactions radioactives suivantes et définir les différents modes :

a. 14
6 C  ? + 0
-1 e + ?
b. 239
96 Cm + ?  239
95 Am + ?

c.
A
Z X  A-4
Z-2 Y + ? + ?

d. A
Z X  A
Z-1 Y + 0
1 e+ ? + ?

Rép :

a.

b.

c.

d.

QCM : Répondre par vrai ou faux aux affirmations suivantes :

1. Le numéro atomique Z est le nombre d’électron de l’atome………………………………..

2. Les réactions chimiques n’affectent pas le noyau de l’atome…………………………….....

3. Tous les noyaux radioactifs sont instables…………………………………………………..

4. A 25 °C, l’entropie molaire standard d’un corps simple est nulle…………………………..

5. La radioactivité est un phénomène :


a. Naturel………………………………………………………………………………………

b. Artificiel……………………………………………………………………………………..

c. Provoqué par un bombardement de neutrons………………………………………………..

d. Spontané…………………………………………………………………………………….
Sujet 5 :
Epreuve de chimie générale session 2017 :
I. Questions de cours :

Radioactivité :

1. Définition, modes et expressions

Rép : Voir cours de la radioactivité

2. Donner trois exemples d’applications en thérapie et en investigation clinique

Investigation clinique :

 Exploration fonctionnelle (rayon beta +)


 La radiographie (squelette par rayon x)
 La radio-immunologie (dosages d’hormones, de
médicaments…°

Thérapie :

 La radiothérapie (rayons ionisants : 60Co, 131I)


 Stérilisation Gamma
 Stimulateurs cardiaques : (piles au plutonium)

II. Exercices :
1. L’Ununoctium (Uuo) est un élément de numéro atomique : Z=118
 Préciser sa structure et sa configuration électroniques à l’état fondamental.

Structure électronique :

K2 L8 M18 N32 O32 P18 Q8

Configuration électronique :

1S2 2S2 2P6 3S2 3P6 4S2 3d10 4P6 5S2 4d10 5P6 6S2 4f14 5d10 6P6 7S2 5f14 6d10 7P6
2. Soit la réaction chimique :

C3H8 + 5O2  3CO2 + 4H2O Bilan énergétique (E1) = 1200 KJ

 Quelle est la quantité d’énergie libérée à partir de 64 g d’O2 (notée E2) ?

Nombre de mole de 64g d’O2 : n = 64/32 = 2 mol


On sait que : 5 mol d’O2 E1 = 1200 kJ
2 mol d’O2 E2 ?????

 E2 = (2 x 1200)/5 = 480 kJ

III. QCM : Pour chaque question, indiquer les bonnes réponses


1. Le noyau d’un atome de fer comportant 26 protons et 30 neutrons est caractérisé par :
a. A=26 et Z=30
b. A=56 et Z=30
c. A=56 et Z=26
2. Le noyau d’un atome d’Uranium est caractérisé par A=235 et Z=92. Ce noyau contient :
a. 92 neutrons
b. 235 nucléons
c. 92 protons
3. Un atome de cobalt Co qui a perdu 3 électrons devient :
a. Un ion Co3+
b. Un ion Co-3
c. Un cation
4. Un ion sulfure S2- est obtenu à partir d’un atome qui :
a. A perdu deux électrons
b. A gagné deux électrons
c. A perdu deux protons