Vous êtes sur la page 1sur 150

Plantes médicinales

du Nord de Madagascar
Ethnobotanique antakarana
et informations scientifiques
Jean-Pierre Nicolas

1
Jardins du monde

Jean-Pierre Nicolas

Docteur en ethnologie
Consultant en matière de plantes médicinales et de pharmacopées traditionnelles
Ethnobotaniste et ethnopharmacologue
Président fondateur de l’association Jardins du monde

© Photo Igor Bertrand Cet ouvrage a été réalisé avec le concours des salariés, volontaires, bénévoles et partenaires
de l’association Jardins du monde Madagascar.

La reproduction totale ou partielle de cet ouvrage est autorisée avec mention obligatoire des
sources.
Les droits d’auteur sont la propriété de l’association Jardins du monde. Les produits de la
vente seront réservés à des publications ultérieures.
Cet ouvrage est disponible généreusement aux partenaires de JDM à Madagascar qui en font
la demande.

Plantes médicinales du Nord de Madagascar


Jardins du monde est une association loi 1901 reconnue d’intérêt
général, créée en 1997 sous le numéro de SIRET 42497439200021. Ethnobotanique antakarana et informations scientifiques
Son objectif consiste à améliorer l’état sanitaire des populations qui
ont difficilement accès au système de santé conventionnel. Pour ce
faire, elle valorise l’usage des plantes médicinales dans la médecine
humaine et vétérinaire.
Site : www.jardinsdumonde.org

Décharge
Les informations scientifiques que vous trouverez dans cet ouvrage sont présentées à des
fins pédagogiques au grand public et aux professionnels de santé.
Elles ne prétendent pas se substituer aux règles ou dispositions légales en matière de santé.
Certaines plantes ou parties de plantes peuvent comporter une certaine toxicité, avoir des
effets nocifs indésirables ou provoquer des interactions avec des médicaments.
Nous conseillons à toute personne désireuse d’utiliser ces plantes ou leurs produits dérivés
d’en parler avec leur médecin ou un agent de santé qualifié.
Jardins du monde ne sera aucunement responsable de l’utilisation qui pourrait être faite des
informations contenues dans cet ouvrage en terme de décision, d’action ou omission.

Jean-Pierre Nicolas

2 3
Cap d’Ambre
Diégo-Suarez
Sommaire
Province
d’Antsiranana Ambilobe
Vohemar
Zones des enquêtes Ambanja
ethnobotaniques Préface, Lucile Allorge 7
Sambava
Andapa
Antalaha Présentation et objectif de l’ouvrage 8

cadre général 9

Limite des informations 9


Nomenclature 9
Botanique 10
Ethnobotanique 10
Madagascar Informations scientifiques 11

Quelques plantes employées dans le Nord de Madagascar


Monographies 13

index des plantes 278

principaux éléments de bibliographie 294

Iconographie 294

remerciements 295

4 5
Préface

Après de nombreuses actions en Amérique centrale, principalement au Guatemala et au Honduras,


depuis 1992, l’association Jardins du monde a mis en place une méthodologie basée sur des
enquêtes ethnobotaniques faites auprès des agents de santé, populaires et traditionnels, et la
constitution d’herbiers de références pour tenter de sauvegarder un savoir ancestral. Ces actions
ont débouché sur la création de jardins de plantes médicinales, des récoltes et transformations
puis des soins médicaux adaptés.

Depuis plusieurs années, en 2003, Jardins du monde travaille en accord avec l’université
d’Antsiranana (Diégo-Suarez) et la Direction régionale de la santé, dans le Nord de Madagascar.
Pour essayer de pallier à l’insuffisance de médicaments et de soins, où la grande majorité des
Malgaches reste en dessous du seuil de pauvreté, ils ont formé des jeunes étudiantes et étudiants
malgaches et français, souhaitant s’impliquer dans le projet comme volontaires. Ils ont travaillé et
recueilli de nombreuses informations auprès de la population et des tradipraticiens, fait des photos
et des herbiers déposés à l’université d’Antsiranana. Ces herbiers ont été identifiés sur place, ou bien
au Parc botanique et zoologique de Tsimbazaza (PBZT), à Antananarivo et au Muséum national
d’histoire naturelle de Paris. C’est ainsi que basé sur les pratiques et des remèdes traditionnels de
plus de cinquante plantes médicinales, Jardins du monde a pu réaliser des jardins de production
et de vente qui permettent aux habitants de s’approvisionner et de se soigner avec certitude tout
en se formant à la pharmacopée de leur pays. Conseils auprès des mères de famille sur la nutrition
et l’hygiène font aussi partie de cette formation.

Parallèlement des actions pédagogiques et d’éducation à la santé sont faites dans les écoles,
les lycées et l’université, à travers des expositions, du théâtre ou des bandes dessinées. Quatre
permanents assurent la continuité des actions ainsi que le développement agricole de la région.
Ils fournissent ainsi directement des plantes médicinales et des préparations, et aident au
développement de la production des plantes médicinales sur le marché équitable.

Par ce livre, c’est le fruit de l’ensemble de ce travail qui est mis ainsi à la disposition du public. Ce
livre doit rester proche de ses utilisateurs avec de nombreuses photos et de dessins permettant
ainsi une identification plus facile de ces plantes médicinales. Les premiers utilisateurs seront
les étudiants s’exprimant en français, les médecins bien sûr, mais il leur sera possible ainsi de
transmettre autour d’eux cette connaissance dont bénéficieront d’abord leur entourage. Grâce aux
noms vernaculaires, les Malgaches retrouveront aussi ces emplois qui commençaient à se perdre,
par un contact de plus en plus éloigné de la nature si riche de leur pays. Les équipes de Jardins du
monde ont ainsi sauvegardé ces savoirs ancestraux.

Lucile Allorge
Docteur ès Sciences
Attachée au Muséum national d’histoire naturelle de Paris

6 7
Présentation et objectif de l’ouvrage l’usage de certaines plantes dont la toxicité a été mise en évidence ou
suggérée par les informations scientifiques consultées. Élaborés en tenant
compte à la fois des savoirs traditionnels et des connaissances scientifiques,
A l’aube de ce millénaire, à Madagascar, comme dans d’autres pays de la ces deux ouvrages rejoignent les préoccupations de l’OMS et du ministère
planète, on assiste à une érosion de la biodiversité, tout comme à la disparition de la Santé malgache, qui souhaitent valoriser le recours aux pharmacopées
de savoirs populaires en matière d’utilisation du végétal. De même qu’il est traditionnelles locales.
urgent de protéger l’environnement pour enrayer la disparition des milieux et Ces informations sont organisées sous forme de monographies simplifiées.
des espèces, il est urgent de recueillir les savoirs liés aux plantes. Aussi, à la Le nombre de pages étant limité, elles ne sont pas exhaustives.
demande des institutions locales, l’association humanitaire Jardins du monde
a entamé la collecte d’informations sur l’usage des plantes médicinales dans
le cadre d’enquêtes ethnobotaniques auprès de divers informateurs, femmes,
tradipraticiens et agents de santé, du nord de Madagascar entre les années cadre général
2003 et 2009.

Après l’identification botanique des espèces utilisées, sur la base de Nous avons classé les plantes dans l’ordre alphabétique des noms
publications scientifiques, nous avons sélectionné des plantes non toxiques scientifiques.
dont l’activité biologique est validée en laboratoire. Nous valorisons leurs Les fiches de plantes sont constituées d’informations sur la nomenclature,
usages dans le cadre de formations s’appuyant sur des jardins et des la description botanique, l’ethnobotanique et les informations scientifiques
documents pédagogiques. Les résultats des enquêtes ont permis, dans disponibles. Elles sont accompagnées, dans la mesure du possible, d’une
un premier temps, d’éditer un manuel didactique Santé de la famille et photo issue de la base de données de Jardins du monde ou de Lucile Allorge
plantes médicinales au nord de Madagascar, en français puis en malgache, qui les a généreusement mises à notre disposition.
à l’usage des populations et des agents de santé.
Les professionnels de la santé souhaitant utiliser la
pharmacopée végétale y trouvent des informations
validées par des universitaires malgaches et français
et par les services régionaux du ministère de la Santé Limite des informations
malgache.

Pour ne pas alourdir ce manuel Nomenclature


didactique qui doit rester La nomenclature employée est celle de la base de données
accessible aux non-spécialistes, Tropicos (www.tropicos.org) en date du mois de décembre
dans un deuxième temps, 2011. Nous donnons les principaux synonymes
nous avons décidé de publier botaniques, les noms antakaranas sont ceux collectés
l’ensemble des informations, auprès des informateurs lors des enquêtes et les
ethnobotaniques et scientifiques autres noms malgaches sont donnés à titre indicatif.
en notre possession afin de Ces informations proviennent, du terrain et, surtout de
conserver une trace écrite des la bibliographie de Boiteau P. et L. Allorge1. Ces
usages traditionnels. Il s’agit là d’en noms, classés par ordre alphabétique et non
éclairer certains usages, d’informer
sur des précautions à prendre, Antoine, prise de notes lors
des enquêtes ethnobotaniques.
valoriser l’emploi de telle ou telle
espèce ou, parfois, de déconseiller _________________________

1 - Boiteau P, Boiteau M, Allorge-Boiteau L – Index des noms scientifiques avec leurs


équivalents malgaches – 1997 – Alzieu éditions.

8 9 9
par ordre d’importance, ont la journée jusqu’à amélioration). Les autres modalités d’administration sont
été choisis parmi les noms les précisées.
plus consensuels employés à
Pour ne pas alourdir la présentation, nous ne nommons pas dans le texte les
Madagascar.
informateurs à l’origine des données. La liste des personnes ayant contribué
Nous indiquons également aux différentes informations figure dans les remerciements.
les noms français et anglais
Les informations ont été obtenues le plus souvent par l’intermédiaire d’un
lorsqu’ils existent. Ces noms
traducteur, ce qui a pu entraîner, malgré notre vigilance, une perte ou une
trouvent souvent leur source
modification de certaines informations. Par ailleurs, nous n’évoquons pas les
dans les langues créoles de diverses
maladies telles que les conçoivent les représentations traditionnelles. Cela
origines.
nécessiterait un travail d’anthropologie médicale à part entière.
Un index de l’ensemble des noms se trouve en
fin de document.
Alexandra, collecte un Informations scientifiques
échantillon d’herbier.
Les informations scientifiques
Botanique
reprennent, en résumé, celles
Nous avons limité les descriptions botaniques aux principaux caractères de
de la bibliographie disponible
chaque espèce. Pour des informations plus détaillées, le lecteur pourra se
concernant la chimie des
reporter à des Flores2 où les descriptions botaniques sont plus complètes.
principaux constituants des
parties de plantes utilisées, les
Ethnobotanique propriétés pharmacologiques
mises en évidences en laboratoire,
Les données recueillies auprès des informateurs sont loin d’être
ainsi que, dans la mesure
représentatives de l’ensemble des usages médicinaux de la région du Nord.
du possible, les données de
Nous espérons que cet ouvrage incitera d’autres ethnobotanistes à continuer
toxicologie. Si la tradition connaît
le travail d’enquête sur le terrain et l’étendre à d’autres usages des plantes.
souvent la toxicité aigüe des
Par manque de temps et de moyens, les enquêtes n’ont pu être étendues à plantes, elle ignore parfois les
toutes les localités du nord de Madagascar et à toxicités chroniques, que nous
tous les informateurs. Ainsi cet ouvrage prétend- avons jugées important, dans la
il ne révéler qu’une partie de la multitude des mesure de nos connaissances,
Mise en herbier de Tithonia diversifolia.
informations existantes. de préciser. Les informations
ethnobotaniques ont leurs limites, tout comme l’utilisation des plantes en
Il manque dans certains cas, des informations
thérapeutique. Ces différentes informations scientifiques ouvrent souvent un
concernant les posologies et les modes de
chapitre ” discussion ” où nous proposons soit un commentaire critique des
préparation, qui sont souvent consensuels
usages accompagné d’une mise en garde à l’égard d’une éventuelle toxicité,
(généralement des décoctions effectuées à partir
soit une valorisation de l’usage traditionnel en suggérant des indications et
d’une poignée de plante, à boire plusieurs fois dans
une posologie.

Les informations retenues sont issues de publications scientifiques où nous


Nelly étudie des échantillons de plantes en laboratoire.
avons sélectionné des éléments significatifs permettant de comprendre
_________________________
2 - Flore de Madagascar et des Comores (plantes vasculaires), Paris,
l’usage des plantes dans le contexte de ce document de vulgarisation. Pour
MNHN, sous les auspices du Gouvernement de la République Malgache, aller plus loin, nous conseillons au lecteur de se reporter à la bibliographie
Typographie Firmin-Didot. Depuis 1938 sous la direction de H. Humbert.
181 volumes. Disponible au format numérique téléchargeable sur http:// principale présentée en fin d’ouvrage.
www.botanicus.org/

10 11
Madagascar compte une biodiversité végétale importante à forte endémicité,
vers laquelle s’orientent de nombreuses recherches scientifiques. Il reste
cependant encore de nombreuses investigations à effectuer. Certaines sont
en cours, d’autres peuvent être envisagées, afin d’amélorier la connaissance
scientifique et valoriser l’important potentiel malgache. Ainsi, pour de
nombreuses espèces présentées dans cet ouvrage, aucune information
scientifique n’a pu être consultée.

Bibliographie

Les informations sur lesquelles s’appuient les monographies présentées sont


issues d’un grand nombre d’ouvrages et de publications scientifiques. Afin de
ne pas surcharger la présentation, les références ne figurent pas dans le texte,
mais peuvent être consultées, pour les plus importantes d’entre elles, dans la
bibliographie en fin de volume.

Quelques plantes
employées dans le Nord
de Madagascar

Monographies

12 13
Abrus precatorius L.
Synonymes : Abrus abrus (L.) W.F. Wright, Glycine abrus L. Informations scientifiques
Famille : Fabaceae
Principaux constituants chimiques Toxicologie
Noms vernaculaires : Feuille : glycyrrhizine (5-10 %), protéines (26,7 %). L’abrine, protéine contenue dans les graines d’Abrus
• Antakarana : voamôra, masonamboagara
Partie aérienne : abruquinone B et G. precatorius, est hautement toxique. Cette lectine
• Malgache : hanana, kelimiefitra,
Graine : abrine, stéroïdes (stigmastérol, bêta-sitos- inhibe la synthèse des protéines, entraînant la mort
masonamboatony, voamboanamainty,
térol), saponosides triterpéniques, acide abrique, cellulaire. Elle provoque des dommages cellulaires
voamboanamave, vohemboamena,
acide gallique, N-méthyl-tryptophane, terpènes, engendrant une augmentation de la perméabilité
voainaintilany, voamantorona, voamena
• Français : cascavelle, liane réglisse, réglisse
sucres, alcaloïdes. capillaire et la formation d’oedèmes. Les graines,
marron, grain d’église, jéquirity, graine diable. absorbées broyées, provoquent en premier lieu une
• Anglais : jequirity, crab’s eye, rosary pea, john Propriétés pharmacologiques intoxication gastro-intestinale (nausées, hémorra-
crow bead, precatory bean, indian licorice. L’abruquinone B présente des activités antituber- gies multiples, gastro-entérites), suivie de convul-
culeuses, antiplasmodiales et cytotoxiques. L’abru- sions et d’oedèmes.
quinone G possède des activités antivirales et cyto-
toxiques modérées. Discussion

Botanique Utilisation en médecine Les saponosides triterpéniques des parties aé- L’usage interne de cette plante est à proscrire.
riennes d’Abrus precatorius présentent une activité L’usage traditionnel externe des feuilles doit être fait
traditionnelle anti-inflammatoire. avec précautions.
Cette liane volubile grimpe au sommet des plus Très décoratives, les graines entrent dans la confec-
Des extraits de tiges et de racines d’Abrus preca-
grands arbres. Ses rameaux grêles, glabres, ligneux Partie utilisée : feuille tion de bijoux artisanaux et de chapelets. À éviter
torius ont montré une activité antiparasitaire contre
à la base, portent des feuilles à petites folioles, chez les jeunes enfants, qui auraient tendance à les
les cestodes et les schistosomes.
paripennées. Ses fleurs rosées, longues de 0,5 cm, Données issues des enquêtes mettre en bouche.
étroites, groupées en grappes axillaires pédoncu- Quelques verres par jour de la décoction d’une poi-
lées donnent des gousses longues de 3 à 4 cm, gnée de feuilles par litre d’eau sont bus pour le soin
acuminées, brun clair à maturité, renfermant 3 ou 4 de la toux sèche. On y ajoute à l’occasion du miel.
graines ovoïdes noir et rouge, brillantes, longues de En usage externe, la décoction et les macérations
0,5 cm, à tégument très dur, non désintégrable lors
de la digestion.
chaudes des feuilles servent en bains de vapeur
pour le soin des fièvres et des symptômes grippaux. Acacia sakalava Drake
Cette liane, originaire des régions tropicales d’Asie, Les tradipraticiens utilisent les graines comme Famille : Fabaceae
a été introduite dans tous les pays tropicaux. À porte-bonheur. Noms vernaculaires :
Madagascar, on la trouve surtout dans le Sud-Est et Autrefois, les graines, d’un poids constant, servaient • Antakarana : botomirogno
dans les forêts galeries. à peser l’or (comme les graines de caroubier, Cera-
tonia siliqua).

Botanique Utilisation en médecine


traditionnelle
Espèce endémique de Madagascar, elle se trouve à
l’état de buisson dans les zones sèches du nord de Partie utilisée : tige et feuille
Madagascar.
Données issues des enquêtes
La décoction des tiges et des feuilles de cet acacia
est utilisée comme diurétique.

14 15
Acacia farnesiana (L.) Willd. Acalypha reticulata
Synonymes : Vachellia farnesiana (L.) Willd. (Poir.) Müll. Arg.
Famille : Fabaceae
synonymes : Acalypha filiformis Poir.
Noms vernaculaires :
• Antakarana : lavanana Famille : Euphorbiaceae
• Malgache : roy, royvazaha Noms vernaculaires :
• Français : cassie ancienne, cassie du Levant, cassie • Antakarana : menagnaty
noire, mimosa de Farnèse • Malgache : bemangitra, marompototra,
• Anglais : needle bush tsimbaleotra, vahizato
• Français : Queue-de-rat

Informations scientifiques Botanique


Principaux constituants chimiques Cet arbuste peut atteindre 6 mètres de hauteur.
Plante entière : alcaloïdes (phénéthylamine, tyra- Ses jeunes tiges sont pubescentes et ses feuilles

Collections Herbier MNHN


mine, hordénine). alternes disposées en spirales ont un bord en dents
Écorce et fruit : tanins en forte proportion. de scie. L’inflorescence spiciforme peut atteindre 16
Botanique Feuille : riche en protéines (jusqu’à 18 %). cm de longueur et porte des fleurs apétales laissant
Fleur : huile essentielle utilisée pour la parfumerie. la place à des capsules. On le trouve dans les en-
Ce petit arbuste peut atteindre dix mètres de haut. Racine : diterpènes (acasianes, farnesiranes), triter- droits dégradés, les forêts et les endroits rudéraux
Ses tiges sont munies d’épines droites et blanches. pènes (acide bétulinique), flavonoïdes. des îles Mascareignes. Différentes sous-espèces
Ses feuilles sont composées et bipennées (2 à 8 sont endémiques de Madagascar.
paires de folioles). Il fleurit en glomérules et ses Propriétés pharmacologiques
fleurs jaunes sont très parfumées. Elles laissent L’extrait méthanolique de l’écorce a montré une
la place à une gousse brunâtre à noire, pouvant activité antibactérienne in vitro (Gram + : Bacil- Utilisation en médecine
atteindre 8 cm et contenant des graines brunes.
Originaire d’Amérique il est répandu sur toutes les
lus cereus, Micrococcus roseus, Staphylococcus traditionnelle
aureus, et Gram - : Escherichia coli, Pseudomonas
zones tropicales sèches de la planète. aeruginosa). Une activité antiplasmodiale in vitro et Partie utilisée : tige et feuille
in vivo a aussi été observée.

Utilisation en médecine Discussion


Données issues des enquêtes
La décoction des tiges et feuilles est bue pour le
traditionnelle La présence d’alcaloïdes dans toute la plante nous soin de certaines infections sexuellement transmis-
invite à proscrire son usage interne. sibles, comme la syphilis.
Partie utilisée : écorce et feuille Son usage traditionnel en bain de bouche et garga- On utilise aussi cette décoction (une poignée de
risme peut être respecté. tiges feuillées par litre d’eau) pour soulager les
Données issues des enquêtes spasmes, les coliques et soigner les diarrhées et les
La décoction de l’écorce et des feuilles est uti- dysenteries.
lisée en bain de bouche pour soulager les À Madagascar, ses feuilles absorbantes et sa tige
maux de dent. souple entrent dans différents usages domestiques,
Les feuilles constituent un excellent papier, panier, nasses...
fourrage.

16 17
Acanthospermum Achyranthes aspera L.
hispidum DC.
synonymes : Achyranthes argentea Lam., Achyranthes
Synonymes : Acanthospermum humile var., hispidum (DC.) indica (L.) Mill., Achyranthes obtusifolia Lam
Kuntze Famille : Amaranthaceae
Famille : Asteraceae Noms vernaculaires :
Noms vernaculaires : • Antakarana : tsipôtiky, tsipolitry
• Antakarana : bakakely • Malgache : herbe sergent, tsipolomanitra,
• Malgache : fatika tsipotimena, tsipotika, tsipôtiky, vatofosa,
• Français : herbe savane, herbe tricorne vatofosalahy, vandrangozaza
• Anglais : bristly starbur, goat’s head, hispid starburr • Français : herbe d’Eugène, herbe des jeunes, herbe
© Lucile Allorge

d’Inde, la zinde, herbe zinde, queue de rat


• Anglais : devil’s horsewhip, prickly chaff flower

Botanique Botanique
Plante herbacée annuelle à tige poilue, parfois lides), aldéhydes aliphatiques, terpènes, alcaloïdes, Plante vivace, atteignant 0,5 à 1 mètre de hauteur
vivace, formant des petits buissons très ramifiés acide cyanhydrique, stéroïdes et flavones. avec de nombreux rameaux dichotomiques dres-
à cime en boule étalée. Feuilles obovales, pubes- sés, légèrement quadrangulaires à angles arrondis. Informations scientifiques
centes sur les deux faces, vert-brun. Inflorescences Propriétés pharmacologiques Feuilles opposées, ovales lancéolées, acuminées
axillaires solitaires formées de plusieurs fleurs La plante présente des activités antibactériennes au sommet, avec de nombreux poils apparents Principaux constituants chimiques
jaune pâle. Fruit composé de 5 akènes rayonnants (Gram +), antiproliférative et immunomodulatrice. sur la face inférieure. Fleurs violettes à carmin, très Feuille : forte teneur en chlorure de potassium,
terminés par un crochet épineux. L’extrait organique présente une activité antiplas- petites, renversées, en épis assez denses. Le fruit bétalaïnes (achyrantine), saponosides dérivés de
Plante rudérale des sols sableux, originaire d’Amé- modiale, antitrypanosomiale et leishmanicide in ovoïde enveloppé du calice devenu sec et crochu l’acide oléanolique, substances hormonales (ino-
rique tropicale, elle envahit les lieux habités et culti- vitro. adhère facilement aux vêtements. Style persistant. kostérone, écdystérone).
vés, les bas-côtés des routes et des pistes. À Ant- Cette plante vivace pantropicale est commune sur Graine : saponosides dérivés de l’acide oléanolique,
siranana, elle pousse sur les bords des chemins et toxicologie les décombres et au bord des chemins. Plante rudé- bétalaïnes (achyrantines A et B).
s’adapte aussi aux terrains pauvres et secs. L’introduction dans la ration alimentaire de jeunes rale elle est parfois gênante dans les cultures.
pousses à hauteur de 1 % ou de 50 % de graines Propriétés pharmacologiques
a provoqué la mort de l’ensemble des souris d’une Les feuilles montrent une activité antipyrétique,
Utilisation en médecine étude. On observe notamment une toxicité rénale, Utilisation en médecine antibactérienne (Gram + : Staphylococcus aureus
traditionnelle hépatique et splénique après des symptomes mar- traditionnelle et Staphylococcus epidermidis ; et Gram - : Pseu-
qués par des diarrhées, une dyspnée et une alopé- domonas aeruginosa, Escherichia coli et Klebsiella
Partie utilisée : feuille, tige cie. Partie utilisée : feuille pneumoniae), antifongique (Candida albicans et
Aspergillus niger), anti-oxydante, anti-inflamma-
Discussion Données issues des enquêtes toire et antiplasmodiale in vitro.
Données issues des enquêtes
Au vu de la toxicité rapportée chez l’animal, l’usage La décoction des feuilles est utilisée en association La plante a une activité stimulante cardiaque.
La décoction des feuilles et des tiges est utilisée
interne de la plante est à proscrire. avec d’autres espèces pour le soin des symptômes
dans le traitement des diarrhées simples ou san-
Son usage externe est à respecter. grippaux et des fièvres avec manifestations neuro- toxicologie
guinolentes, en association avec d’autres plantes.
Les feuilles pilées sont appliquées en cataplasme logiques, en particulier le paludisme. La littérature montre que la plante, entière ou en
que l’on change deux fois par jour pour soigner les Cette décoction est bue plusieurs fois par jour et partie, est abortive, tératogène et, à forte dose,
dermatoses et la teigne. sert aussi pour baigner le malade, telle quelle ou montre une toxicité pour le coeur.
sous forme de bain de vapeur.
Les feuilles froissées sont appliquées fraîches en Discussion
Informations scientifiques cataplasmes sur les plaies, les piqûres et certaines L’usage de la plante est à proscrire chez la femme
dermatoses. enceinte.
Principaux constituants chimiques Les propriétés cardiotoniques nous invitent à la
Feuille : lactones sesquiterpéniques (acanthosper- prudence quant à son utilisation interne.
mal B, guaianolides, germacranolides, mélampo- Nous conseillons d’utiliser cette plante en usage
externe seul, pour le soin des dermatoses.

18 19
Acmella oleracea Adansonia
(L.) R.K. Jansen suarezensis L.
Synonymes : Spilanthes acmella var. oleracea (L.) C.B.,
Clarke ex Hook. f., Spilanthus oleracea L. Famille : Malvaceae
Famille : Asteraceae Noms vernaculaires :
• Antakarana : bosy
Noms vernaculaires :
• Malgache : baobab, boringy, fontana, rainiala, ringy,
• Antakarana : agnamafana
• Malgache : anamalhao, kalobanda, mangevitra
sefo
• Français : baobab de Suarez
• Français : brède mafane, cresson de Para, spilanthe
• Anglais : baobab of Suarez
des potagers
• Anglais : Brazil cress, para cress, toothhache

Botanique Informations scientifiques Botanique Utilisation en médecine


traditionnelle
Cette plante cultivée et très consommée à Mada- Principaux constituants chimiques Les Adansonia sont des arbres de taille très diverse,
gascar est originaire d’Amérique du Sud. Ses tiges, Alkylamides (spilanthol, N-isobutylamides, mé- à port majestueux, avec un tronc renflé, au bois mou Partie utilisée : écorce
souvent recourbées vers le sol, donnent des feuilles thylbutylamides, phényléthylamide), composés et au feuillage caduque.
ovales et des fleurs réunies en capitules terminaux phénoliques et polyphénoliques (acide vanillique, Dans le nord il y a quatre espèces d’Adansonia, dont Données issues des enquêtes
de forme conique et de couleur jaune ou rouge. acide férulique), coumarine (scopolétine), triter- deux rarissimes : Adansonia suarezensis H. Perrier L’écorce de baobab bouillie a la réputation de soi-
Ses feuilles et fleurs ont une saveur piquante et pènes (acide acétylaleuritolique, bêta-sitosténone, et Adansonia perrieri Capuron. gner le cancer.
sont légèrement anesthésiantes. stigmastérol et dérivés), acmellonate. Adansonia madagascariensis Bail. et Adansonia
digitata L. sont employés de la même manière.
Propriétés pharmacologiques L’espèce suarenzensis est un arbre de 20 à 30 m Informations scientifiques
Utilisation en médecine Les extraits éthanoliques de fleurs ont montré une de haut, à tronc lisse, atténué de la base aux ra-
traditionnelle activité aphrodisiaque in vitro (augmentation de la meaux portant des feuilles adultes glabres de 7 à Principaux constituants chimiques
libération de monoxyde d’azote) et chez le rat (mo- 9 folioles, et un pétiole de 12 à 16 cm. Il fleurit en Les rameaux et les tiges sont riches en mucilages.
Partie utilisée : feuilles, plante entière dification du comportement et des taux d’hormones saison des pluies et ses grandes fleurs sont dres- La pulpe sucrée qui entoure les graines est riche en
sexuelles). sées, blanches, solitaires, insérées sur un axe épais vitamine C (75 mg pour 100 g).
Les extraits organiques ont montré des propriétés et court. Le calice épais, est divisé jusqu’à la base en
Données issues des enquêtes
vasodilatatrices, antibactériennes, anti-oxydantes 5 lobes. Le pistil est long de 9 cm. Le fruit oblong de Propriétés pharmacologiques
Les feuilles mélangées avec celles de Kalabera
et antiradicalaires. 20 sur 10 cm est couvert d’une pilosité rouge ferru- Les baobabs ont des propriétés émollientes et réhy-
(Lantana camara) sont utilisées pour le soin des
L’extrait aqueux des fleurs a montré une activité gineuse, il contient une pulpe farineuse. dratantes, intéressantes dans le soin des diarrhées
diarrhées et des dysenteries.
anesthésiante et antipyrétique in vivo chez l’animal. Adansonia suarezensis, endémique aux environs de notamment.
La plante est très consommée et constitue la base
Des activités antiplasmodiales (in vitro), diurétiques, la baie de Diégo-Suarez en milieu subaride ou sub-
du romazava, bouillon clair traditionnel malgache.
anti-inflammatoires et larvicides ont également été humide, est menacé de disparition. toxicologie
observées et pourraient être liées aux alkylamides Le genre ne présente pas de toxicité aux doses thé-
présents dans la plante. Le spilanthol, alkylamide rapeutiques.
majoritairement présent possède en outre des
propriétés de perméabilisation de la peau et des Discussion
muqueuses. L’usage traditionnel de l’écorce n’est pas à recom-
mander, en particulier face à la menace qui pèse sur
toxicologie ces espèces, qui doivent être protégées.
La plante ne présente pas de toxicité.

Discussion

© Lucile Allorge
Son emploi dans la cuisine, notamment, est à favo-
riser.

20 21
Aeschynomene
sensitiva Sw.
Famille : Fabaceae
Noms vernaculaires :
• Antakarana : fangnivan
• Synonymes : Aeschynomene belvesii DC.,
Aeschynomene fistulosa Bello, Aeschynomene
honesta Nees & C. Mart., Aeschynomene macropoda
var. belvisii DC., Aeschynomene sulcata Kunth,
Cassia paramariboensis Miq.

Botanique Informations scientifiques


Cette espèce herbacée vit au bord des ruisseaux et Discussion
dans les endroits humides, dont les rizières du nord Dans l’attente de plus d’informations scientifiques
de Madagascar. sur la toxicité de cette plante, nous recommandons
Madagascar accueille treize espèces d’Aeschyno- d’éviter son usage interne. Des alcaloïdes toxiques
mene dont trois endémiques, sept indigènes non- sont présents dans le genre.
endémiques et trois naturalisées. L’usage externe est à respecter.

Utilisation en médecine
traditionnelle
Partie utilisée : feuilles

Données issues des enquêtes


Une décoction de feuilles est préconisée pour facili-
ter les accouchements difficiles.
La décoction de cette plante est utilisée pour la
toilette féminine intime et associée au romba (Oci-
mum gratissimum) et au bemaimbo (Ageratum
conyzoides), tout particulièrement pour laver la
femme et l’enfant après l’accouchement.

© Igor Bertrand
La décoction et les macérations de plantes
chaudes, en bains de vapeur, s’emploient pour le
soin des fièvres et des syndromes grippaux.

Madame Marceline et les jeunes de l’association Avupma (Association pour la valorisation et


22 l’usage de plantes médicinales) d’Antsiranana. 23
Aframomum Agelaea pentagyna
angustifolium (Sonn.) K. Schum. (Lam.) Baill.

synonymes : Amomum angustifolium Sonn., Amomum synonymes : Agelaea heterophylla Gilg, Agelaea nitida Sol.
clusii Sm., Amomum madagascariensis Lamk., Zingiber ex Planch., Agelaea pilosa Schellenb., Connarus pentagynus
maleguetta Gaertn. Lam.

Famille : Zingiberaceae Famille : Connaraceae

Noms vernaculaires : Noms vernaculaires :


• Antakarana : vahijôby
• Antakarana : longoza, sintogno
• Malgache : ravinamainty, vahijoby, vahimainty-
• Malgache : longoza, longozakely

© Lucile Allorge
© Lucile Allorge

• Français : amone de Madagascar, cardamome bebaka, vahimenty, sefamainty, soandro


• Français :Agératum tropical, agérate, herbe à bouc,
du Cameroun, graines de paradis, malaguette,
maniguette, poivre de Guinée brède des jeunes filles
• Anglais :Billygoat-weed, chick weed, goatweed,
• Anglais : Cameroon cardamon, grains of paradise,
great cardamon, Madagascar cardamon whiteweed

Botanique Informations scientifiques Botanique Utilisation en médecine


traditionnelle
Cette plante de la famille du gingembre a été intro- Principaux constituants chimiques Cette liane ou arbuste aux rameaux sarmenteux
duite à Madagascar. Elle a un important rhizome, Plante entière : huile essentielle. présente des feuilles alternes à trois folioles ovales Partie utilisée : feuille, tige
traçant. Ses feuilles lancéolées sont très grandes et Graine : diterpènes de type labdane. elliptiques plus ou moins acuminées au sommet
peuvent atteindre 1,50 m de hauteur. Les inflores- et trinervées à la base avec un pétiole robuste. Ses Données issues des enquêtes
cences courtes partent du rhizome. Les fleurs sont Propriétés pharmacologiques inflorescences terminales ou axillaires sont des La décoction d’une poignée de feuilles pour un litre
jaunes à rouges, le fruit est ovale et rouge vif. Les Toute la plante contient une huile essentielle aux boutons floraux bruns qui s’ouvrent en fleurs blan- d’eau est utilisée pour le soin des diarrhées et de la
graines comme toute la plante sont aromatiques. activités antibactérienne et antifongique. châtres. Celles-ci donnent des fruits aux graines dysenterie.
On la cultive pour ses feuilles, qui sont distillées et L’extrait des graines, contenant notamment des noir brillant, arillées et fissurées ventralement. La décoction des tiges est préconisée pour lutter
donnent la maniguette fine. diterpènes de type labdane, a montré une activité Elle pousse dans les forêts sèches et fraîches. contre la fatigue.
bénéfique à l’encontre des affections cutanées.

Utilisation en médecine toxicologie


Informations scientifiques
traditionnelle La plante ne présente pas de toxicité.
Principaux constituants chimiques
Partie utilisée : racine, feuille, fruit mûr Discussion
La plante contient des flavonoïdes, dont la tricine.
L’usage traditionnel est à respec-
Données issues des enquêtes ter. L’usage des graines est à
Propriétés pharmacologiques
Les feuilles et surtout les graines sont utilisées en valoriser comme épice.
L’extrait méthanolique des feuilles présente une
décoction pour le soin de la toux, en particulier celle activité antihistaminique in vitro.
des femmes enceintes.
Les graines broyées sont appliquées sur les derma- Toxicologie
toses, notamment sur les taches dûes aux atteintes La littérature consultée ne nous a pas renseignés
de Pityriasis versicolor. sur sa toxicité, ce qui doit nous inviter à la prudence.

Collections Herbier MNHN


© Lucile Allorge

24 25
Ageratum conyzoides L.
La décoction des fleurs est utilisée pour laver les
synonymes : Ageratum hirtum Lam., Cacalia mentrasto Vell. yeux et soigner les conjonctivites.
Famille : Asteraceae
Noms vernaculaires :
• Antakarana : bemaimbo
Informations scientifiques
• Malgache : alonimpantsaka, anajazavavy,
fotsivony, hanitrinipatsaka, hanitrinimpantsaka, Principaux constituants chimiques
tsifakanakandriana Partie aérienne : alcaloïdes pyrrolizidiniques, cou-
• Français : agérate, agératum tropical, brède des marines, esters phénoliques, flavonoïdes, huile
jeunes filles, herbe à bouc essentielle (0,16 %, dont phénols, eugénol, agérato-
• Anglais : billygoat-weed, chick weed, goatweed, chromène), résines, stérols, triterpènes, anthocya-
whiteweed nosides.

Propriétés pharmacologiques
La plante présente des propriétés antibactériennes
in vitro (Staphyloccocus aureus…), cicatrisantes,
Botanique hémostatiques (activité procoagulante), anthel-
mintiques (in vitro), de dépresseur cardiaque (acé-
Cette herbe annuelle dressée, mollement pubes- tylcholine-like), analgésiques, antipyrétiques, anti-
cente, peut atteindre 60 cm de hauteur. Ses feuilles inflammatoires, gastroprotectrices, cholagogues,
souples, douces au toucher, sont opposées et toniques, émétiques, antaslgiques, diurétiques,
ovales. Elle porte des cymes de capitules terminaux spasmolytiques et anti-abortives.
avec des fleurs mauve pâle ou bleutées groupées Elle montre également une activité insecticide et
en corymbes, qui donnent des akènes noirs, une nématicide.

© Museo Nacional de Ciencias Naturales


fois mûrs, pubescents ou glabrescents et trapus.
Toute la plante dégage une odeur aromatique toxicologie
quand on la froisse. La littérature ne précise pas d’effets toxiques aux
Originaire d’Amérique centrale, elle est présente doses préconisées (30 g de feuilles par litre, à boire
dans les cultures, les jardins et quelquefois dans les dans la journée). La présence d’alcaloïdes pyrrolizi-
prairies humides. diniques, connus pour leur toxicité hépatique, doit
nous inciter à la prudence, au respect des doses et
à éviter un emploi sur le long terme de la plante par
Utilisation en médecine voie interne.
traditionnelle
Discussion
Partie utilisée : feuille, sommité fleurie L’usage traditionnel de la plante en usage externe
est à recommander.
Données issues des enquêtes Pour désinfecter les brûlures et les plaies, écraser
On utilise une décoction de feuilles pour soulager les feuilles fraîches et les appliquer sur la peau.
les règles douloureuses, et aussi pour calmer les On peut en préparer une alcoolature vulnéraire avec
vomissements et les diarrhées. 100 g de plante fraîche et 500 g d’alcool à 70°. Elle
Une décoction de feuilles est préconisée lors des peut remplacer avantageusement la teinture d’arni-
accouchements difficiles. ca et s’utilise de la même façon.
La décoction de cette plante est utilisée pour la
toilette féminine intime et associée au romba (Oci-
mum gratissimum) et au fagnivagna (Aeschyno-
mene sp.), pour laver la femme et l’enfant après
© Tramil

l’accouchement.
Elle entre dans des décoctions de plantes servant
à nettoyer les plaies infectées et les ulcères de la
peau.

26 27
Albizia gummifera Albizia lebbeck (L.) Benth.
(J.F. Gmel.) C.A. Sm.
synonymes : Acacia lebbeck (L.) Willd., Feuilleea lebbeck
(L.) Kuntze, Mimosa lebbeck L., Mimosa speciosa Jacq.
synonymes : Albizzia sassa (Willd) Chiov., Inga sassa
Willd., Sassa gummifera J.F.Gmel Famille : Fabaceae

Famille : Fabaceae Noms vernaculaires :


• Antakarana : bonara, bonarabe
Noms vernaculaires :
• Malgache : alibizara
• Antakarana : sambalahy
• Français : bois noir, ébénier d’Orient, langue de
• Malgache : volomborona
belle-mère
• Anglais : peacock flower
• Anglais : fry-wood, lebbeck-tree, tongue tree,
woman’s

Botanique Botanique Informations scientifiques


Ce grand arbre peut atteindre 30 mètres de hauteur. Propriétés pharmacologiques Arbre branchu, à tronc court. Les feuilles bipennées Principaux constituants chimiques
De son écorce jaunâtre à grise exsude une gomme Les extraits de la plante ont des activités antibacté- alternes, ovales, allongées, présentent des folioles Fleur : acide benzoïque.
claire. Il porte des feuilles alternes bipennées et des rienne (Gram + et Gram -) et antiplasmodiale mar- se refermant l’une sur l’autre. Les fleurs jaune Écorce : albiziasaponines A, B et C, saponosides
inflorescences de fleur blanc rougeâtre, laissant la quées in vitro. verdâtre à blanches, forment des boules très odo- (albigénine), acide acacique, alcaloïdes dérivés de la
place à une gousse oblongue aplatie jusqu’à 20 cm rantes. Les fruits en gousses typiques, plates, de spermine (budmunchiamine).
de longueur contenant de 8 à 12 graines. Toxicologie couleur paille, bruissent au vent. Graine : saponosides, albigénine, leucoanthocya-
La littérature consultée ne nous a pas renseignés L’arbre est originaire des Indes, de Ceylan et de nidines, alcaloïdes dérivés de la spermine (bud-
sur la toxicité de la plante. Cependant, la présence Malaisie. Il est cultivé actuellement dans tous les munchiamine), huile (acide linoléïque 32 %, acide
Utilisation en médecine d’alcaloïdes doit inciter à la prudence. tropiques comme arbre d’ombrage dans les centres stéarique 9 %, acide palmitique 7 %).
traditionnelle urbains. Il pousse préférentiellement sur des sols Tégument des graines, racine : saponines, acide
latéritiques ou sableux. oléanique, hétéroside de l’acide acacique.
Partie utilisée : feuille, tige Feuille : alcaloïdes, tanins, saponoside (albiziahexo-
side), flavonoïdes.
Données issues des enquêtes Utilisation en médecine
La décoction de la tige seule, en usage interne, est traditionnelle Propriétés pharmacologiques
L’extrait méthanolique des graines d’Albizzia leb-
réputée soulager les crises d’asthme. On conseille
Partie utilisée : feuille beck possède une activité antidiarrhéique.
d’en boire de temps en temps pour éviter l’appari-
Les extraits de feuilles montrent une activité anti-
tion des crises.
Données issues bactérienne in vitro contre Escherichia coli, Staphy-
La décoction concentrée des feuilles est utilisée
des enquêtes lococcus aureus, Bacillus cereus et Pseudomonas
pour laver les plaies infectées. On en fait aussi des
Les feuilles sont broyées, mé- aeruginosa.
compresses et des cataplasmes.
langées à du sel et bouillies
pour faire une décoction, qui toxicologie
Informations scientifiques est consommée à raison L’extrait méthanolique de la gousse testé chez le rat
d’un litre par jour contre la a montré une activité reprotoxique chez le mâle.
dysenterie. L’albiziahexoside isolé des feuilles d’Albizzia lebbeck
Principaux constituants chimiques
Les feuilles constituent un n’a pas montré de cytotoxicité. Mais, il s’agit d’un
Écorce : triterpènes (lupéol, lupénone, vitalboside-A
bon aliment pour le bétail. analogue de l’albiziatrioside A, qui est cytotoxique.
et dérivés), alcaloïdes dérivés de la spermine (bud-
Présent en grande quantité dans les feuilles, l’albizia-
munchiamine), saponines, lactones.
hexoside pourrait être biotransformé en une molé-
cule toxique lors du métabolisme.

Discussion
L’usage traditionnel des feuilles est à éviter.

28 29
Allium cepa L. Allium sativum L.
Famille : Alliaceae synonymes : Allium pekinense Prokhanov
Noms vernaculaires : Famille : Alliaceae
• Antakarana : dongolo Noms vernaculaires :
• Malgache : mangafaka, tongolombazaha • Antakarana : dongololay
• Français : oignon • Malgache : tongologasy, tongolonkova
• Anglais : onion • Français : ail
• Anglais : garlic

Botanique Botanique
L’oignon est une plante herbacée, vivace par son B, C, sels minéraux, disulfure d’allyle et de propyle, Cette plante herbacée, bulbeuse et vivace, assez Propriétés pharmacologiques
bulbe unique, cultivée comme annuelle ou bisan- diphénylamine, prostaglandines, glucokinine, quer- grande, a de nombreuses feuilles engainant le bas L’ail présente des propriétés antibactériennes, anti-
nuelle. cétine, principes antibiotiques. de la tige. L’inflorescence est enveloppée d’une virales, antifongiques et anthelmintiques (oxyures,
La plante peut atteindre 60 à 100 cm de haut et Feuille : alcaloïdes, tanins, saponoside (albizia- spathe en une seule pièce tombant assez rapide- ascaris, ankylostome, ténia)
ses feuilles de couleur verte sont cylindriques et hexoside), flavonoïdes. ment. Les fleurs sont groupées en ombelles. Assez Il possède en outre des activités anti-inflamma-
creuses. La tige florale dressée est également peu nombreuses, elles sont de couleur blanche ou toires, expectorantes, antispasmodiques, cholago-
creuse et présente un renflement à sa base. Propriétés pharmacologiques rose. gues et cholérétiques, diurétiques, hypotensives,
Le bulbe, relativement gros, de forme sphérique est Stimulant général, diurétique, antirhumatismal, Le fruit est une capsule à 3 loges, rarement pro- anti-athéromateuses et hypoglycémiantes.
parfois plus ou moins aplati. bactériostatique, antifongique, expectorant, duite. La racine à bulbe (gousses) est composée de Il diminue l’agrégation plaquettaire et augmente
Les fleurs, petites (de 4 à 5 mm de large), trimères, digestif, vermifuge léger, antiagrégant pla- 3 à 20 bulbilles arquées (les caïeux). l’activité fibrinolytique (cette activité est liée à la
de couleur blanche ou verte, sont regroupées en une quettaire et hypoglycémiant. présence de cycloalliine et d’ajoènes).
ombelle sphérique, au sommet de la tige. L’ovaire Il est toxique pour les larves de moustiques et ré-
unique est divisé en trois loges donnant naissance toxicologie Utilisation en médecine pulsif pour les moustiques adultes et les mouches
à une capsule s’ouvrant par trois valves et libérant L’oignon ne présente pas de toxicité. traditionnelle noires.
chacune généralement deux graines.
Discussion toxicologie
Partie utilisée : bulbe
Nous conseillons L’usage externe à de fortes concentrations peut pro-
Utilisation en médecine tout particulièrement Données issues des enquêtes
voquer des nécroses cutanées.
traditionnelle la consommation L’ail est utilisé en décoction pour lutter contre les
Son usage est déconseillé en cas d’hémorragie, par-
cequ’il augmente le temps de coagulation.
d’oignons lors d’affec- parasites intestinaux (vers).
Partie utilisée : bulbe tions respiratoires et On l’emploie aussi pour nettoyer et purifier le sang,
urinaires, de parasites Discussion
et contre l’hypertension.
intestinaux, de rhuma- L’absence de toxicité permet de favoriser l’usage
Données issues des enquêtes
tismes, de migraines et de de l’ail en particulier lors de diarrhées et de para-
Les décoctions de bulbes d’oignons sont conseillées
pour nettoyer l’organisme et contre les vers intestinaux. diabète. Informations scientifiques sitoses.
L’ail peut aussi être employé :
La pulpe crue ou cuite est appliquée sur les derma- Nous recommandons les
cataplasmes de bulbes - en usage interne dans les infections respiratoires
toses. Principaux constituants chimiques
d’oignon écrasés pour aiguës, la grippe, la toux, l’asthme, l’emphysème, les
Fleur : acide benzoïque.
le soin des abcès, des affections rénales (lithiases), les parodontoses, l’as-
Gousse : huile essentielle (0,3 %), albumine, mu-
Informations scientifiques furoncles et des panaris, cilages, fructosanes (jusqu’à 75 % du poids sec),
thénie, en prévention des thromboses et du diabète.
- en usage externe dans le soin des verrues, des
ainsi que l’application de phospholipides, aliine, garciline, composés thiocya-
son jus dans le soin des piqûres d’insectes et de l’anthrax.
Principaux constituants chimiques niques, vitamines A, B 1, B 2 et C.
Bulbe : sucre, fructosane (10 à 40 %), vitamines A, candidoses buccales.
Le bon sens fait la dose.

30 31
Aloe suarezensis H. Perrier Aloe vera (L.) Burm. f.
Famille : Xanthorrhoeaceae synonymes : Aloe barbadensis Miller, A. vulgaris Lam.,
A. flava Pers., A. indica Royle, A. perfoliata L. var. vera (L.), A.
Noms vernaculaires :
officinalis Forsk., A. succotrina Lam.
• Antakarana : sakoakenkigny
Famille : Xanthorrhoeaceae
Noms vernaculaires :
• Antakarana : sakoakenkigny
• Malgache : vahona
• Français : aloé des Barbades, aloé véra, aloé vrai
• Anglais : aloe

Botanique
Cette plante succulente peut atteindre 80 cm de
haut. Sa tige, très courte et ligneuse, porte un fais-
ceau de feuilles charnues lisses de couleur verte, de
section triangulaire avec des bords munis d’épines
Botanique Utilisation en médecine jaune clair et aux extrémités pointues. Les plus
traditionnelle grandes peuvent atteindre 80 cm de long et 10 cm Utilisation en médecine
Cette plante acaule ou à tige courte, ne dépassant dans leur plus grande largeur. Les fleurs, réparties
pas 20 cm, a des feuilles charnues en rosette, as- Partie utilisée : feuille sur deux ou trois hampes (chacune en portant plu-
traditionnelle
cendantes et contournées en faux, portant de petits sieurs dizaines), sont pendantes et tubuleuses, en
aiguillons. Au bout de sa hampe florale se dressent Données issues des enquêtes Partie utilisée : feuille
forme de petites trompettes de couleur jaunâtre.
des grappes de fleurs rouge brunâtre, laissant la La décoction des feuilles est utilisée pour éliminer Les fruits sont des capsules.
place à une capsule ovale trigone. les vers intestinaux. Données issues des enquêtes
Native de la région méditerranéenne, elle est culti-
Endémique du nord de Madagascar, elle est particu- On l’emploie également pour le soin du diabète. Le gel translucide retiré de l’intérieur des feuilles
vée partout dans le monde par bouturage de jeunes
lièrement menacée par la dégradation de son habitat. d’aloé est cuit dans de l’eau à laquelle on ajoute
plants munis de racines.
du sucre ou du miel pour en atténuer l’amertume.
Ce sirop est consommé par cuillerées pour le soin
des maladies de l’estomac, comme les gastrites et
ulcères. Certains l’emploient pour atténuer les jau-
nisses, soigner le diabète ou lutter contre le cancer.
Des macérations à base d’alcool (rhum ou whisky)
sont évoquées et consommées par cuillerées plu-
sieurs fois par jour.
Pour le soin du diabète, la simple décoction du gel
dans de l’eau est consommée avant les repas (un
demi-verre de gel pour un litre d’eau).
L’usage interne de la décoction est réputé abortif, et
la plante est plus largement utilisée pour les soins
externes.
Un massage du ventre des enfants avec le gel
d’aloé a la réputation de faire fuir les vers.
Le gel est directement appliqué sur les plaies de
toutes natures (préalablement nettoyées), les der-

© Igor Bertrand
matoses (teignes) et les brûlures.

32 33
Amaranthus spinosus L.
Informations scientifiques
synonymes : Amaranthus caracasanus Kunth,
Principaux constituants chimiques priétés purgative, laxative, cholagogue, antiseptique Amaranthus diacanthus Raf., Galliaria spinosa (L.) Nieuwl.
Suc : dérivés hydroxy-anthracéniques (aloé- oculaire et antalgique en usage externe (application Famille : Amaranthaceae
émodol-anthrone : aloïne et hydroxy-aloïnes), du gel sur les régions douloureuses). Noms vernaculaires :
aloésine, aloérésine A, isoaloérésine D, déri- • Antakarana : agnambario, agnampatsy
vés de l’aloésol, de l’aloédiol, de la noreugénine. toxicologie • Malgache : anamena, anampatsa, kimoelahy,
Gel : très riche en eau, amino-acides, lipides, stérols, en- La toxicité de l’aloïne nous recommande d’éviter sabotraboay
zymes, polysaccharides (pectines, hémicelluloses). l’usage interne du suc d’aloé et de bien s’assurer qu’il • Français : amarante épineuse, épinard Malabar,
n’est pas présent dans le gel lors des préparations. épinard piquant
Propriétés pharmacologiques • Anglais : prickly amaranth, spiny amaranth, thorny
Le gel d’aloé empêche la formation du thromboxane Discussion amaranth
B2 et de la prostaglandine FGF2, vasoconstricteurs En raison de son activité ocytocique, l’usage interne
et aggrégants plaquettaires. La conservation de la de l’Aloe vera est proscrit chez la femme enceinte.
circulation sanguine au niveau cutané permet ainsi De plus, il rend le lait amer et entraîne des diarrhées
une meilleure cicatrisation. Il est anti-inflammatoire chez le nourrisson. Il est recommandé de ne pas
interne et externe, hypoglycémiant et diminue le l’utiliser durant les périodes menstruelles, chez les Botanique Informations scientifiques
taux d’éthanol dans le sang. jeunes enfants, dans les cas de prostatite, de cys-
tite, et d’hémorroïdes. Herbe annuelle robuste, à tige érigée, très ramifiée, Principaux constituants chimiques
Le gel montre aussi une activité antisécrétoire gas-
Il est recommandé de ne pas dépasser la consom- garnie de longues épines axillaires par paires, pré- Feuille : glucides (43,7 %), protéines (27 %), cellu-
trique et gastroprotectrice.
mation de 50 g de gel par jour. sentes à la base des feuilles. La tige et le pétiole lose (9,1 %), sels minéraux, saponosides triterpé-
Les feuilles ont des propriétés anti-ovulatoires et
L’usage externe du gel est à promouvoir dans de sont rougeâtres, les feuilles lancéolées ou spatu- niques, acide cyanhydrique, mucilages, vitamine C,
sont ocytociques par les constituants présents
bonnes conditions d’hygiène. lées et courtement acuminées. L’inflorescence en oxalates, bétalaïnes (amaranthine et isoamaran-
dans le suc. Elles présentent également des pro-
épi terminal, est faite de glomérules de fleurs vertes thine), polyphénols (hydroxycinnamate, quercétine,
disposées densément le long de l’axe ou latérale- kaempférol).
ment à l’axe principal. Les graines sont petites et Graine : huile riche en stérols.
noires. Originaire d’Amérique centrale et du Sud, la
plante est devenue pantropicale, rudérale et adven- Propriétés pharmacologiques
tice des cultures jusqu’à 1 800 m d’altitude. La plante est astringente, anti-inflammatoire et
bonne alimentaire.

Utilisation en médecine toxicologie


traditionnelle La plante crue présente une toxicité et elle doit être
bien cuite afin que ses composés toxiques soient
Partie utilisée : partie aérienne, feuille détruits.

Données issues des enquêtes Discussion


Les parties aériennes sont utilisées en cuisine pour Son usage est à préconiser en cas de diarrhées, de
le romazava. règles trop abondantes, d’inflammations du pha-
Cette plante est utilisée dans le cas d’allergies ali- rynx ou d’aphtes.
mentaires (allergie au crabe). Une décoction de la
tige et des parties aériennes coupées en morceaux
est consommée le plus rapidement possible après
l’ingestion de l’aliment.

34 35
Amaranthus tricolor L. Ammannia multiflora
synonymes : Amaranthus gangeticus L., Amaranthus
Roxb.
tristis Willd.
synonymes : Ammannia australasica F. Muell., Ammannia
Famille : Amaranthaceae japonica Miq., Ammannia multiflora var. parviflora (DC.)
Noms vernaculaires : Koehne , Ammannia parviflora DC., Suffrenia dichotoma Miq.
• Antakarana : agnambario Famille : Lythraceae
• Malgache : anantarika
Noms vernaculaires :
• Français : amarante fournaise, amarante tête
• Antakarana : anjavidihoraka, anjavidy
d’éléphant, amarante tricolore, épinard chinois
• Anglais : chinese spinach, joseph’s-coat

Botanique Botanique Informations scientifiques


Informations scientifiques
Cette plante annuelle herbacée, pouvant atteindre Cette herbe annuelle dressée, glabre, ramifiée, hy- Principaux constituants chimiques
1,50 m de hauteur, possède des tiges côtelées et Principaux constituants chimiques grophile mais non aquatique, est souvent messicole Stérols, composés terpéniques (ambacinol et am-
violettes, de larges feuilles gaufrées, simples al- Feuille : bétacyanines (amaranthine, isoamaran- ou adventice. Les feuilles sont sessiles, décussées bacinine), alcaloïdes, saponines.
ternes et ondulées, de couleur vert, rouge et jaune. thine), hétéropolysaccharides, tanins, saponosides, et très rarement alternes. Les fleurs sont disposées
Ses fleurs sont regroupées en inflorescences de dérivés stéroïdiques. en cyme bipare plus ou moins contractée, parfois Propriétés pharmacologiques
panicules aux bractées colorées. Graine : carotène, acide ascorbique, acide folique. réduite à une seule fleur, axillaire, sessile ou courte- Anti-urolythique, anti-inflammatoire, anti-arthri-
Originaire d’Asie, naturalisée à Madagascar, cette ment pédonculée. Elles laissent place à une capsule tique.
plante comestible a conquis les tropiques et sert Propriétés pharmacologiques globuleuse ou ellipsoide, membraneuse, se déchi-
aussi pour l’ornement. L’extrait éthanolique des feuilles a montré une rant irrégulierement vers le milieu et renfermant des toxicologie
bonne activité hépatoprotectrice chez la souris, graines très nombreuses et très petites. Il existe Nous conseillons d’éviter l’utilisation de cette plante
associée à une bonne activité anti-oxydante. vingt espèces environ dans le genre, les unes bien chez les enfants à cause de la présence d’alcaloïdes
Utilisation en médecine Une activité gastroprotectrice a également été ob- distinctes, les autres très variables, dispersées dans et l’absence d’informations sur sa toxicité, ce qui doit
servée chez le rat.
traditionnelle L’extrait organique des feuilles a montré une activité an-
les régions chaudes du globe. Cinq espèces sont inciter à la prudence.
présentes à Madagascar, dont deux cosmopolites,
ti-inflammatoire par l’inhibition des cyclooxygénases. et trois peut-être endémiques.
Partie utilisée : feuille
Une activité antiproliférative de l’extrait aqueux des
tiges a été observée in vitro sur plusieurs lignées
Données issues des enquêtes
La décoction des feuilles soulage les allergies ali-
cellulaires. Utilisation en médecine
mentaires, notamment celles causées par l’inges-
toxicologie
traditionnelle
tion de crabe. Dans ce cas, la tisane est ingérée le
La plante crue présente une toxicité et elle doit être
plus rapidement possible après la consommation Partie utilisée : tige feuillée
bien cuite afin que ses composés toxiques soient
de l’aliment.
détruits.
Les parties aériennes de la plante sont utilisées Données issues des enquêtes
dans la cuisine, en particulier dans le romazava. La décoction de la plante est utilisée pour le soin de
Discussion
l’énurésie chez les enfants.
L’usage de feuilles d’amarante bien cuites est à
recommander dans la cuisine.

36 37
Anacardium
occidentale L. Informations scientifiques
synonymes : Acajuba occidentalis (L.) Gaertn., Principaux constituants chimiques taire (ankylostomes, ascaris, trichine).
Anacardium microcarpum Ducke, Cassuvium pomiferum Amande : vitamine C, tanins. L’huile essentielle des feuilles a une action dépres-
Lam. Écorce : tanins, acide anacardique, flavones. sive sur le système nerveux central.
Famille : Anacardiaceae
Gomme : acide anacardique, phénols aromatiques
(cardol, anacardol et ginkgol). toxicologie
Noms vernaculaires : Le suc de la coque cause de violentes dermatites au
Feuille : flavonoïdes (kaempférol, quercétine).
• Antakarana : Mabibo, mahabibo
Fruit : cardol. contact avec la peau.
• Malgache : mahabily, voambarika
• Français : anacardier, noix de cajou, pomme de cajou
Propriétés pharmacologiques Discussion
• Anglais : cashew
L’extrait d’écorce est hypoglycémiant, antihyper- L’utilisation de l’écorce pour ses propriétés antidiar-
tenseur (effet vasodilatateur périphérique), anti-in- rhéiques, antihypertensives et hypoglycémiantes
flammatoire et antibactérien (Shigella flexneri, Sal- est à encourager (macération de 10 g de poudre
monella typhi, Escherichia coli). d’écorce pour 200 ml d’eau, boire 20 ml de cette
L’extrait de coque montre une activité antiparasi- solution deux fois par jour).
Botanique
Cet arbre ou arbuste à fût court, tortueux, au en forme de poivron, la pomme de cajou, charnue,
feuillage dense et large, persistant et vert foncé, juteuse et comestible. La noix de cajou, gris cendré
descendant parfois jusqu’au sol, peut atteindre réniforme, est un akène constitué d’une coque dure
12 m de hauteur. Ses grosses feuilles ovales sont contenant une huile brûlante, caustique, qui oxyde
arrondies et rigides, au limbe cassant au sommet. le fer et noircit au contact de l’air, et d’une graine
Les inflorescences, en cymes terminales de petites blanchâtre. Le tronc secrète une gomme, le baume
fleurs verdâtres ou rouge violacé, en touffes denses, de cajou, voisine de la gomme arabique.
donnent des fruits originaux, les noix de cajou. Cette Tous les organes de la plante exhalent un fort par-
noix est suspendue à maturité au pédoncule renflé, fum de térébenthine quand on les froisse.
L’anacardier, originaire d’Amérique tropicale, est lar-
gement cultivé dans tous les pays tropicaux.

Utilisation en médecine
traditionnelle
Partie utilisée : écorce et feuille

Données issues des enquêtes


La décoction de l’écorce, à laquelle on mêle parfois
des feuilles, est utilisée pour le soin des diarrhées.
Concentrée, en bain de bouche, elle sert à soigner
les gingivites et calmer les maux de dents.
L’écorce entre dans des préparations pour le soin
du diabète.
Le pédoncule charnu est utilisé pour faire de l’alcool.
On consomme la graine grillée et séchée.
Certaines personnes évitent de planter l’anacardier
près des maisons parce que les trombas (possédés
et manifestations de possession) n’aiment pas cet
arbre, qui rendrait malades leurs hôtes.

38 39
Ananas comosus (L.) Merr. Annona muricata L.
Famille : Bromeliaceae synonymes : Annona bomplandiana Kunth., Annona
cearensis Barb. Rodr., Annona macrocarpa Wercklé,
Noms vernaculaires :
Guanabanus muricatus Gomez.
• Antakarana : mananasy
• Malgache : Fandra, satra Famille : Annonaceae
• Français : ananas Noms vernaculaires :
• Anglais : ananas • Antakarana : karasôly
• Malgache : karaosoly, koropataka
• Français : anone murique, corossolier, cachiman
épineux, corossolier épineux
• Anglais : prickly custard apple, soursop

Botanique Utilisation en médecine


Informations scientifiques traditionnelle
Cet arbre fruitier, pouvant atteindre 10 m de hau-
Principaux constituants chimiques teur, porte des feuilles alternes épaisses, luisantes Partie utilisée : feuille et fruit
Le fruit contient de nombreuses vitamines, flavo- sur la face supérieure, obovales et oblongues. Ses
noïdes, polyphénols et toute la plante contient une fleurs à pétales charnus, valvaires donnent des Données issues des enquêtes
enzyme protéolytique (bromélaïne). fruits ovoïdes, cordiformes vert foncé, portant de La décoction des feuilles est consommée pour
nombreuses épines charnues recourbées, non
Botanique Propriétés pharmacologiques piquantes. Ils contiennent une pulpe blanche
le soin des maux de ventre, des diarrhées et de la
dysenterie.
Nutritif, le fruit facilite la digestion. Il est aussi anti- sucrée, acide et fibreuse et des graines noires ou
Cette plante herbacée pouvant atteindre 1 mètre à La décoction des feuilles de corossolier, mélangées
oxydant, anti-inflammatoire, anti-oedémateux et jaunes.
1,50 mètres présente de longues feuilles lancéolées avec des feuilles de kalabera (Lantana camara), de
améliore le système circulatoire et cardio-vasculaire. Le corossolier, originaire du nord de l’Amérique du
de 0,50 à 1,80 m, dentées en général, parfois lisses. kininy (Eucalyptus sp.) et de gavo (Psidium guajava),
Sud, est cultivé dans tous les pays tropicaux. soigne la fièvre due à la fatigue. On inhale alors la
L’inflorescence, caractéristique des Bromeliaceae se discussion
présente au bout d’une tige, généralement unique vapeur de la décoction et on en boit régulièrement.
L’usage traditionnel des bourgeons d’ananas est à
sous la forme d’une couronne de feuilles courtes Le fruit est largement consommé, frais et sous
proscrire.
surmontant un ensemble de fleurs bleues éphé- forme de jus.
La consommation du fruit est à encourager.
mères donnant de nombreux fruits coniques, qui
grossissent individuellement jusqu’à se rejoindre,
formant à maturité le fruit que l’on connait. Le fruit Informations scientifiques
est allongé et peut avoir plus d’une trentaine de centi-
mètres de longueur. Son écorce, composée de motifs Principaux constituants chimiques
hexagonaux en écailles, est de couleur variable selon Écorce, racine : tanins, acide cyanhydrique, alca-
la variété. Sa chair, très juteuse, est également de loïdes (apomorphine, muricine, muricinine, réticu-
couleur variable, généralement blanche ou jaune. line, coreximine, athérosperminine).
Feuille : alcaloïdes isoquinoléiques, dérivés de la
pro-aporphine (stépharine), à noyau phénanthrène
Utilisation en médecine (athérospermine) et dérivés de la berbérine, huile
essentielle, scylllitol et hétérosides cyanogéné-
traditionnelle tiques.
Résine : stéroïdes, terpénoïdes, flavonoïdes, poly-
Partie utilisée : bourgeon, fruit phénols, glucose, tanins, acide caféique, phytosté-
rols, coumarines.
Données issues des enquêtes Fruit : eau (87 %), lipides (5 %). La pulpe est riche en
La décoction des bourgeons est considérée comme acides aminés (proline, acide gamma aminobuty-
abortive.
Le fruit est largement utilisé dans l’alimentation.

40 41
Annona reticulata L.
rique), acide malique, vitamines (riboflavine, niacine, La graine est toxique pour les poissons. La sève
vitamine C) et oligo-éléments. peut produire des inflammations. synonymes : Annona laevis Kunth, Annona longifolia Sessé
Graine : galactomannane, sitostérol, stigmastérol, Dans les Caraïbes, on a relevé une forte prévalence & Moc.
campéstérol, cholestérol, glycérides, calcium, acé- de syndromes parkinsoniens atypiques liés à la Famille : Annonaceae
togénines. consommation de décoction de feuilles d’Annona- Noms vernaculaires :
ceae (Annona muricata et Annona squamosa). Les • Antakarana : kônokônogasy
Propriétés pharmacologiques graines et les feuilles de ces plantes contiennent • Malgache : keradebefo, voankobohobo
Parmi les alcaloïdes présents dans l’écorce, certains des acétogénines et des alcaloïdes qui pourraient • Français : cœur-de-bœuf
ont été étudiés pour leurs activités pharmacologiques : représenter les composés neurotoxiques impliqués • Anglais : bullock’s-heart, custard-apple, soursop
La réticuline stimule le système nerveux central et dans ces maladies.
présente des propriétés analgésiques, spasmoly-
tiques et antibactériennes. La coreximine est un sti- Discussion
mulant respiratoire et un antihypertenseur. L’athé- L’usage interne des tisanes de feuilles est à pros-
rospermine est douée de propriétés sédatives, crire.
anticonvulsivantes, anti-arythmiques, analgésiques Nous invitons à ne pas consommer les fruits de
et antifongiques. L’extrait d’écorce exerce une acti- manière excessive.
vité dépressive cardiaque, l’extrait de racine et de Botanique
graine présente une activité insecticide.
Ce petit arbre de 6 à 7 m de hauteur porte des feuilles les douleurs, laver les plaies et les brûlures.
toxicologie alternes, simples oblongues à lancéolées, pendantes. Le fruit est consommé en dessert. Il peut peser
Ne pas utiliser les graines et l’écorce en usage in- Les inflorescences latérales, à plusieurs fleurs jaune jusqu’à 1 kg. Sa peau est mince, rougeâtre à noire,
terne. pâle, donnent un fruit en forme de coeur, à la pulpe à maturité. On consomme la pulpe crémeuse.
crème, douce, légèrement sablonneuse et contenant
des graines noires.
Cette espèce originaire d’Amérique tropicale est culti- Informations scientifiques
vée à faible altitude, du littoral jusqu’à 500 m. Le fruit
est abondant sur les marchés de Madagascar, en août Principaux constituants chimiques
et septembre. Feuille : alcaloïdes (alsolinol, réticuline, coclaurine,
anonaïne, michélalbine, liriodénine), composés
phénoliques, sesquiterpènes (cardinol, delta élémol,
Utilisation en médecine eudesmol).
traditionnelle Racine : alcaloïdes (muricine et muricinine).
Graine, feuille, écorce : présence d’acide cyanhy-
Partie utilisée : feuille et fruit drique.

Données issues des enquêtes Propriétés pharmacologiques


La décoction des feuilles est utilisée pour soigner Les racines, tiges, feuilles et graines présentent des
activités antispasmodiques, insecticides, répulsives
et antibactériennes.
Les extraits de feuilles sont actifs contre Strepto-
coccus pneumoniae, stimulants du système ner-
veux central, analgésiques et cytoxiques.
La plante est cardiotonique et spasmolytique.

toxicologie
Similaire à celle du corossolier, Annona muricata.

Discussion
L’usage de la feuille est à recommander en usage
externe. L’usage interne est à proscrire.
Nous incitons à ne pas consommer les fruits de
manière excessive.

42 43
Annona senegalensis Annona squamosa L.
Pers.
Famille : Annonaceae

synonymes : Annona chrysophylla Boj., Annona arenaria Noms vernaculaires :


Thonn. • Antakarana : kônokônovazaha
• Malgache : konikony, konokono
Famille : Annonaceae
• Français : pommier cannelle
Noms vernaculaires : • Anglais : suger-apple
• Antakarana : kolopetaka, koropetaka
• Français : pommier cannelle du Sénégal
• Anglais : african custard-apple, wild custard apple,
wild soursop

Botanique Informations scientifiques


Cet arbuste qui peut atteindre 4 mètres de hauteur, Principaux constituants chimiques
porte des feuilles glabres, vertes, légèrement glauques, Feuille : alcaloïdes, acétogénines, flavonoïdes.
finement parfumées. Ses fleurs blanc crème, pendent Graine : acétogénines (uvarigrandine, bullatacine,
à l’extrémité d’un pédoncule et donnent un fruit squamostatine…).
ovoïde à épiderme vert glauque à jaune, à la surface Tige : alcaloïdes, diterpènes.
fortement mamelonnée. Chaque mamelon représente Écorce : acétogénines, huile essentielle.
un carpelle soudé aux voisins et contient une graine.
La pulpe blanchâtre, farineuse est sucrée. propriétés pharmacologiques
Botanique Informations scientifiques Originaire d’Amérique tropicale, il est cultivé dans les Les graines présentent une importante activité
zones tropicales. cytotoxique, anthelminthique insecticide et antifon-
Cet arbuste, d’Afrique tropicale, peut atteindre 4 Principaux constituants chimiques gique, qui est liée à la présence d’acétogénines.
mètres de haut, aux feuilles alternes, largement Racine : acétogénines (gigantétronénine, squamo-
ovales ou oblongues, odorantes au froissement. cine, glaucanisine, glaucanétine, goniothalamicine), Utilisation en médecine toxicologie
Ses fleurs sont disposées à l’aisselle des feuilles, en alcaloïdes (liriodénine, norolivéroline). traditionnelle Les graines réduites en poudre peuvent entraîner la
cloches de 2 cm, de couleur cireuse. Elles donnent Écorce : diterpènes. cécité.
des baies globuleuses et charnues. Feuille : terpènes, coumarines, flavonoïdes, tanins, Partie utilisée : fruit, graine L’extrait de graine présente des effets toxiques et
alcaloïdes (roémérine, isocorydine), lignanes (bisdi- mutagènes.
hydrosiringénine, syringaresinol). Données issues des enquêtes Les alcaloïdes benzyltétrahydroïsoquinoliniques
Utilisation en médecine Graine : acétogénines (annosénégaline, annoga- Le fruit est consommé par l’ensemble de la popu- présents dans l’espèce pourraient être liés à des
traditionnelle lène). lation. cas de parkinsonisme atypique chez les personnes
La poudre de graines est appliquée sur la tête pour consommant régulièrement les fruits.
Partie utilisée : tige Propriétés pharmacologiques lutter contre les poux.
Les feuilles ont des propriétés anti-inflammatoires in discussion
Données issues des enquêtes vivo, anti-oxydantes et antitrypanosomiales (in vivo). L’usage médicinal de cette plante qui n’est pas dé-
En frottant la tige sur une pierre, on obtient une pâte, Les graines ont des propriétés cytotoxiques et anti- nuée de toxicité serait à éviter.
qui est appliquée sur la peau autour des furoncles. parasitaires (Leishmania, Trypanosoma) in vitro. Il est préférable d’utiliser l’huile de coco et les feuilles
On peut aussi appliquer le suc extrait de cette pâte de nim (Azadirachta indica) pour lutter contre les
directement sur la peau. toxicologie poux.
Les racines ont montré des effets toxiques et muta- Nous incitons à ne pas consommer les fruits de
gènes. manière excessive.

discussion
L’usage interne de la plante n’est pas recommandé.
L’usage externe traditionnel est à respecter.

44 45
Antidesma Aphloia theaeformis
madagascariense Lam. Benn.

Famille : Phyllanthaceae synonymes : Aphloia mauritiana Baker, Aphloia integrifolia


(Vahl.) Benn., Lightfootia theiformis Vahl., Ludia heterophylla
Noms vernaculaires : Auct. Non Lam.
• Antakarana : taindalitry
Famille : Aphloiaceae
• Malgache : hazondrano, hoditrovy
• Français : bigaignon sauvage, bois de cabri Noms vernaculaires :
• Antakarana : ravimbafotsy
• Malgache : bois fandamane, fandramanana,
maramanana, voafotsy
• Français : change écorce, goyave marron
• Anglais : albino berry, mountain peach

Botanique
Cet arbre ou arbuste peut atteindre une dizaine de douleurs et fatigues musculaires.
mètres de hauteur. Ses rameaux, grêles et rougeâtres La pâte obtenue en broyant l’écorce fraîche est ap-
à l’état jeune, portent des feuilles alternées, dentelées pliquée directement sur les brûlures.
dans leur moitié supérieure. Ses fleurs blanches sont
suivies de baies blanches. Son écorce rougeâtre se
détache par plaques. Informations scientifiques
Endémique des Mascareignes, l’espèce comporte
Botanique quatre sous-espèces et de nombreuses variétés. On Principaux constituants chimiques
trouve cet arbre en forêt humide, au bord des chemins, Feuille : triterpènes, acide tormentique, saponines,
Ce petit arbre aux feuilles alternes porte une inflo-
en sous-bois ou en lisière de forêts. protanthocyanidols, aphloiol, flavonoïdes, xan-
rescence axillaire en épis, sans pétales, cédant la
thones.
place à de petites drupes charnues indéhiscentes
contenant une seule graine.
Utilisation en médecine Propriétés pharmacologiques
traditionnelle La plante entière (feuilles et écorces) possède une
activité antipaludéenne. Elle protège notamment les
Utilisation en médecine globules rouges de l’éclatement lors de la multipli-
Partie utilisée : écorce et feuille
traditionnelle cation du parasite.
Données issues des enquêtes Elle est également utile pour combattre la fièvre et
Partie utilisée : écorce et feuille. présente des effets diurétiques.
Les feuilles de cette plante sont utilisées pour la
préparation du thé malgache, en consommation
Données issues des enquêtes toxicologie
journalière, pour ses effets toniques.
La décoction des feuilles accompagnées ou pas La littérature consultée ne rapporte pas d’effets
Les feuilles, mélangées à l’enveloppe des grains de
de l’écorce est consommée pour soigner les règles toxiques.
café, entrent dans une décoction préconisée pour
douloureuses.
les hommes qui souffrent de la prostate.
Un bain de vapeur de la décoction avant le coucher discussion
La décoction est consommée pour soulager les
du soleil permet de se protéger des ”diables” et Nous recommandons la décoction de 30 g de feuilles
autres créatures malfaisantes. par litre dans le soin des jaunisses, les fièvres et
comme plante utile dans le soin du paludisme.
En usage externe, nous proposons l’usage des
feuilles et de l’écorce des tiges, en bain et en cata-
Collections Herbier MNHN

plasme, pour le soin des plaies et des brûlures.


Nous recommandons de consommer régulièrement
les feuilles de cette plante en tisane (comme ailleurs
le thé).

46 47
Arachis hypogaea L. Aristida rufescens Steud.
synonymes : Lathyrus esquirolii H. Lév. Famille : Poaceae
Famille : Fabaceae Noms vernaculaires :
Noms vernaculaires : • Antakarana : tsipaipaiky

• Antakarana : pistasy • Malgache : horombavy, horombohitra kifafa,

• Malgache : kapika, popoka, voahomitohy, korona, pepeka


voanjokatra
• Français : arachide, cacahuète
• Anglais : groundnut, peanut

Botanique Utilisation en médecine


traditionnelle
Cette plante annuelle, à fleurs jaunes, peut atteindre
80 cm de hauteur. Après la fécondation, l’ovaire est Partie utilisée : gousse ou coque
Botanique Utilisation en médecine
porté en terre, où la gousse se développe et ses deux traditionnelle
graines mûrissent. Cette plante pérenne à rhizome traçant peut
Données issues des enquêtes
L’arachide est une plante originaire d’Amérique cen- atteindre un mètre de hauteur. Ses feuilles sont Partie utilisée : plante entière
La décoction d’une poignée de gousses sèches
trale et cultivée sous tous les tropiques pour ses rudes et poilues et son inflorescence en panicule.
pour un litre d’eau est utilisée pour le soin du dia-
graines comestibles. Cette graminée se développe sur les milieux érodés Données issues des enquêtes
bète.
et est pâturée par le bétail. La décoction de la plante est utilisée en usage in-
On en boit à volonté pendant une semaine et on
alterne avec madiro (Tamarindus indica) et zarikô terne contre la rougeole.
(gousse de Phaseolus vulgaris). Le traitement doit La plante est utilisée pour la confection des toitures.
se poursuivre à vie.

48 49
Artocarpus
heterophylla Lam.
synonymes : Artocarpus integrifolia L.f.
Famille : Moraceae
Noms vernaculaires :
• Antakarana : finesy
• Malgache : ampalibe, finesy, kimahatorolela,
voanampalibe
• Français : jacquier
• Anglais : jackfruit

Botanique Informations scientifiques


Cet arbre de 15 à 20 m de haut porte des feuilles Principaux constituants chimiques
entières ou lobées, longues de 5 à 15 cm, ovale- Le fruit est très riche en amidon, en minéraux et
soblongues, non découpées, nervées de jaune. Le vitamines, flavones prénylées, triterpénoïdes.
même sujet porte des fleurs mâles et femelles : les
fleurs mâles en chatons cylindriques verdâtres (6 Propriétés pharmacologiques
à 10 cm); les fleurs femelles en formations globu- Les extraits obtenus à partir de différentes parties
leuses, toutes de petite taille. Le fruit du jacquier, de la plante présentent un large spectre d’action an-
composé par la suite de la juxtaposition des fruits tibactérien. Mais, aucun extrait ne semble posséder
élémentaires dérivant des multiples fleurs femelles, d’activité antifongique.
peut atteindre 70 cm de long et peut peser près de L’infusion des feuilles d’Artocarpus heterophylla
30 kg. Il pousse directement sur le tronc (cauliflore). aurait une action bénéfique sur la tolérance au
La paroi de chacun des fruits élémentaires est char- glucose chez des sujets sains et chez des patients
nue, jaunâtre et parfumée. Cette pulpe crème qui prédiabétiques.
entoure les graines (arille) a un goût d’ananas et est
très consommée. toxicologie
Originaire d’Asie du Sud-Est, le jacquier est cultivé La littérature consultée n’a pas fourni d’éléments
sous tous les tropiques. concernant la toxicité des feuilles de cette plante, ce
qui doit nous inciter à la prudence.

Utilisation en médecine
traditionnelle
Partie utilisée : feuille, fruit, latex

Données issues des enquêtes


La décoction des feuilles pilées entre dans le soin
des diarrhées, parfois sanguinolentes.
La décoction des feuilles jaunes a la réputation

© Igor Bertrand
d’être hypocholestérolémiante.
Le fruit est consommé, ainsi que les graines
bouillies ou grillées.
Les feuilles et fruits sont donnés au bétail, surtout
pendant la saison sèche.
Le latex est utilisé comme colle.

50 Femmes de l’association FIVEMIA dans leur jardin à Madirobe. 51


Asclepias curassavica Avicennia marina
Griseb. (Forssk.) Vierh.

synonymes : Asclepias aurantiaca Salisb., Asclepias synonymes : Avicennia alba Blume, Avicennia officinalis L.,
bicolor Moench, Asclepias cubensis Wenderoth Sceura marina Forssk.
Famille : Apocynaceae Famille : Acanthaceae
Noms vernaculaires : Noms vernaculaires :
• Antakarana : kinôronôro, tregninaombilahy • Antakarana : mosotry
• Malgache : fanoromena, kitseakanalika, montafara • Malgache : afiafy, honko, mantsitay
• Français : asclépiade de Curaçao • Français : palétuvier blanc, palétuvier véritable
• Anglais : blood-flower, mexican butterfly weed, • Anglais : grey mangrove, white mangrove
© Lucile Allorge

scarlet milkweed, tropical milkweed

Botanique Informations scientifiques Botanique Informations scientifiques


Originaire d’Amérique tropicale, cette herbacée Principaux constituants chimiques Ce petit arbre des mangroves peut atteindre 10 m Principaux constituants chimiques
vivace à latex peut atteindre un mètre de hauteur. Flavonoïdes (quercétine…), cardénolides cytoxiques, de hauteur. Il a des racines aériennes et pneumato- Partie aérienne : flavonoïdes (lutéoline, galactoside,
Sa tige gris pâle porte des feuilles opposées lancéo- glycosides cardiotoxiques. phores, aux noeuds renflés. Ses feuilles opposées, chrysoériol, rutinoside), iridoïdes.
lées et des fleurs aux sépales rouges et aux pétales décussées, simples, entières, épaisses et coriaces,
jaunes regroupées en cymes. Ses follicules renfer- toxicologie portent une surface pubescente dense gris à blanc, Propriétés pharmacologiques
ment des graines portant un panache soyeux. La plante est connue pour sa toxicité. Son latex noircissant souvent en séchant. Ses inflorescences Étant donnée la présence d’iridoïdes, on peut sup-
dans les yeux peut rendre aveugle et les zébus qui terminales et axillaires donnent des fleurs blanches poser la potentialité insecticide d’Avicennia marina
la mangent risquent la mort. à jaunes, petites, sessiles et régulières, sous-ten- (nombreux sont les iridoïdes impliqués dans les
Utilisation en médecine dues par l’involucre d’une bractée en forme d’écaille interactions entre plante et animal et interviennent
traditionnelle discussion et de deux bractéoles. Le fruit est une capsule com- dans les fonctions de défense des plantes).
Au vu de sa toxicité, l’usage de la plante n’est re- primée, légèrement succulente à charnue, à déhis-
Partie utilisée : latex, racine, tige, feuille commandé qu’en usage externe en prenant soin cence bivalve et contenant une seule graine à albu- toxicologie
d’éviter le contact avec une peau lésée, les mu- men charnu. L’administration durant un mois chez le rat d’extrait
Données issues des enquêtes queuses ou les yeux. Avicennia marina est distribué sur l’ensemble de la de feuilles à la dose de 0,5g/kg a montré des signes
Le latex de la plante est appliqué sur les furoncles végétation de mangrove des côtes orientale et occi- de toxicité chronique rénale et hépatique.
afin de les faire mûrir. dentale, en zone intertidale (oscillation de la marée)
Les feuilles et tiges de la plantes sont écrasées et peut se développer dans des conditions salines discussion
et mises à macérer dans de l’eau froide, ou bien fortes. Dans l’attente de données de toxicologie ou de
entrent dans une décoction. Cette recette sert à pharmacologie plus approfondies, il semble préfé-
baigner les furoncles en particulier ceux des diabé- rable de ne pas valoriser l’utilisation médicale de la
tiques. Utilisation en médecine plante en usage interne.
traditionnelle L’utilisation populaire en tant qu’insecticide peut
être retenue.
Partie utilisée : feuille

Données issues des enquêtes


Les feuilles chauffées au feu, puis écrasées, sont
appliquées en cataplasme sur les mycoses, ou frot-
tées sur les candidoses buccales.
La décoction des feuilles sert à lutter contre le dia-
bète et la jaunisse.
Les feuilles brûlées sont utilisées comme insecti-
cide.

52 53
Azadirachta indica A. Juss.
synonymes : Melia azadirachta L
Famille : Meliaceae
Noms vernaculaires :
• Antakarana : traimpilga, voandelaka.
• Français : margousier, nim, neem
• Anglais : neem

Botanique Utilisation en médecine


traditionnelle
Cet arbre de 8 à 12 m de haut, au tronc droit, à cou-
ronne ronde et ovale, formée de branches très éta- Partie utilisée : feuille
lées, a une écorce striée brune. Ses feuilles alternes,
composées, imparipennées portent des folioles fal- Données issues des enquêtes
ciformes, acuminées, dentées. Son inflorescence, La décoction des feuilles soigne les maux de ventre
en panicules axillaires, se compose de nombreuses et les diarrhées.
petites fleurs à cinq pétales blanches ou verdâtres, Les feuilles de la plante entrent dans des décoc-
à odeur de miel. Son fruit sphérique, jaune pâle, est
une sorte de drupe ellipsoïde, odorante, à épiderme
tions utilisées contre les fièvres. Informations scientifiques
La décoction des feuilles est utilisée dans le soin
mince, à la pulpe juteuse contenant une graine. des mycoses et autres dermatoses et pour lutter Principaux constituants chimiques L’huile des graines a une puissante activité anti-in-
Originaire de l’Inde et de Birmanie, Azadirachta contre les gales et les poux. Feuille : alcaloïde (paraisine), saponosides triter- flammatoire et anti-arthritique.
indica est cultivé et s’est acclimaté sous tous les La plante est connue pour ses propriétés insecti- péniques, triterpènes, quercétine, azadirachtine,
tropiques et dans les régions semi-arides et arides. cides. béta-sitostérol, isomeldénine, méliacine, carotène, Toxicologie
coumarines, tanins. La plante est toxique à forte dose, il ne faut pas
Fleur : nimbostérine, nimbicétine, kaempférol, nim- l’administrer aux enfants, aux femmes enceintes et
boline, huile essentielle sesquiterpénique amère, aux personnes âgées. On l’utilise de préférence en
fraction huileuse composée d’acides palmitique et usage externe.
oléique.
Fruit : pulpe sucrée, acidulée. Discussion
Graine : huile (31 à 45 %) riche en glycérides de Nous recommandons l’usage interne des feuilles de
l’acide oléique essentiellement (62 %) et en prin- nim dans le soin des ulcères gastriques et du palu-
cipes amers, tétranortriterpénoïdes, époxyazadi- disme. Pour cela, on peut réaliser une décoction de
radione, 17 bêta-hydroxyazadiradione, gédunine, 30 grammes de feuilles au maximum par litre qui
nimbine, nimolicinol. sera bue à raison d’un demi-litre dans la journée.
On conseille l’utilisation externe des feuilles, des
Propriétés pharmacologiques fruits ou de l’huile de nim pour le soin des derma-
Les feuilles ont des propriétés anti-inflammatoires, toses en général (mycoses en particulier) et comme
anti-ulcéreuses antipyrétiques, antibactériennes, insecticide contre la gale et les poux.
antifongiques (Trychophyton rubrum, Mentagro-
phytes, Trychophyton violaceum, Microsporum
nanum, Epidermophyton floccosum), antiparasi-
taires (Plasmodium falciparum, gale et poux) et
insecticides.

54 55
Bakerella clavata (Desr.) Balle Bidens pilosa L.
synonymes : Loranthus clavatus Desr., Taxillus clavatus synonymes : Bidens leucanthus Willd.
(Desr.) Danser
Famille : Acanthaceae
Famille : Loranthaceae
Noms vernaculaires :
Noms vernaculaires : • Antakarana : agnantialamba, agnantraka
• Antakarana : taintsitsy, velomiantogno • Malgache : anantsinahibavy, anantsinahy, traka,
• Malgache : taitsafitry trakavola, villebagae
• Français : herbe à aiguille, sornet
• Anglais : cobbler’s pegs, spanish needle
© Lucile Allorge

Botanique Botanique Informations scientifiques


Plante hémi-parasite, entièrement glabre, noircis- obovoïde et noirâtre. Cette plante annuelle, érigée, souvent divergente, Principaux constituants chimiques
sant parfois à la dessication, elle est dotée d’un Ce genre épiphyte, probablement endémique de à rameaux rouges avec des feuilles trifoliolées et Plante entière : flavonoïdes, composés polyacétylé-
suçoir principal et de plusieurs suçoirs secondaires Madagascar, comporterait près de quatorze es- un fleuron porte des fleurs ligulées blanches, non niques (phényl-héptatriyne).
sur les axes latéraux rampant à la surface des pèces. ligulées jaune d’or. Les fruits sont des akènes fusi-
branches hôtes. La branche principale, pouvant formes noirs pourvus de longs pappus ciliés, qui Propriétés pharmacologiques
atteindre 20 mètres de long, est recouverte d’une s’accrochent facilement aux vêtements. Antibactérienne, anti-inflammatoire, antisécrétoire
écorce généralement lenticellée, se desquamant Utilisation en médecine Originaire d’Amérique tropicale, elle est naturalisée gastrique, anti-ulcéreuse et antiplasmodiale.
fréquemment en petite pellicules translucides gri- traditionnelle dans tous les pays tropicaux et commune dans les La phényl-heptatriyne possède une activité anti-
sâtres. Les feuilles sont généralement opposées, terrains incultes. helminthique in vitro. L’activité antimicrobienne des
sub-opposées parfois alternes, souvent obovales Partie utilisée : feuille feuilles et des tiges a été confirmée sur les bactéries
ou elliptiques, généralement épaisses et coriaces. Gram - et les levures. L’infusion aqueuse de la plante
Les inflorescences sont généralement axillaires en Données issues des enquêtes Utilisation en médecine exerce aussi une activité immunomodulatrice, par
ombelles de cinq fleurs à presque toujours cinq pé- La décoction des feuilles est consommée pour le traditionnelle stimulation de la production de cytokines.
tales rouges, jaunes ou exceptionnellement blancs. soin de la rate. Bidens pilosa a montré des propriétés antivirales contre
Le faux fruit en forme de baie est généralement Partie utilisée : feuille le virus de l’herpès (HSV 1 et 2). Une activité antipalu-
déenne a été mise en évidence in vitro. Cette activité
Données issues des enquêtes semble être liée aux composés polyacétyléniques et
La décoction des feuilles est utilisée pour le soin des aux flavonoïdes présents dans les racines et les feuilles.
femmes pendant la période suivant l’accouchement.
La plante a la réputation d’être hypotensive, de faire toxicologie
maigrir et d’éviter le cholestérol. La littérature consultée ne rapporte pas d’effets toxiques.
La décoction des feuilles sert à soigner les fièvres. La plante serait responsable de dermatites de contact.
Les jeunes feuilles entrent dans la préparation du
romazava (plat traditionnel malgache constitué d’un discussion
bouillon de légumes-feuilles encore appelés brèdes). Nous recommandons l’usage de cette plante dans
le traitement des ulcères gastriques, des fièvres et
comme plante utile pour le soin du paludisme.
On conseille de boire, trois fois par jour, une tasse
de décoction à 15 g par litre, et d’appliquer un cata-
plasme de feuilles ou des compresses de la décoc-
tion sur les plaies et les ulcères.
Il est recommandé de consommer régulièrement
© Lucile Allorge

les jeunes feuilles dans le romazava.

56 57
Bivinia jalbertii Tul. Bridelia pervilleana Baill.
synonymes : Calantica jalbertii (Tul.) Baill. synonymes : Bridelia berneriana Baill.
Famille : Salicaceae Famille : Phyllanthaceae
Noms vernaculaires : Noms vernaculaires :
• Antakarana : hazoambo • Antakarana : kitata
• Malgache : lalompito, lalopito • Malgache : hary, hazontrano, kara, kitatabe,
kitatavavy, kotaka

Botanique Utilisation en médecine


traditionnelle
Cet arbre peut atteindre 8 à 25 mètres de haut.
Ses rameaux sont grisâtres, souvent parsemés de Partie utilisée : écorce
petites lenticelles blanches, couverts à l’état jeunes Botanique
d’une pubescence assez dense, d’un jaune cendré. Données issues des enquêtes
Ses feuilles caduques, au pétiole couvert de la même La décoction de l’écorce est donnée à boire aux Cet arbre dioïque mesurant de 5 à 10 m possède
pubescence, ont un limbe ovale à plus grande largeur enfants quand ils ont l’ambo. Cette maladie est un bois brunâtre très dur. Son tronc est ordinaire-
le plus souvent vers le milieu plus ou moins denté ou surtout rencontrée chez les enfants, qui ont dans ce ment tortueux à rameaux nombreux plus ou moins
crénelé sur les bords. Ses inflorescences en grappes cas toujours soif. Si cette pathologie n’est pas trai- dressés ou étalés et son écorce grisâtre, crevassée
axillaires, aux bractées et pédicelles couverts d’une tée, les villageois disent que l’enfant risque de faire en long se détache par plaques longitudinales. Les
pubescence cendrée, laissent la place à des capsules une jaunisse. feuilles à stipules caduques présentent un limbe
pubescentes remplies de graines noirâtres. vert franc à la face supérieure et sont de forme
Le genre Bivinia est monospécifique et endémique oblongue ovale, arrondie ou très brièvement acu-
de Madagascar. minée au sommet. Les fleurs sont axillaires et peu
nombreuses. Les fleurs mâles ont cinq pétales
verts plus courts que les sépales et cinq étamines.
Les fleurs femelles sont analogues mais sans les

Brachylaena perrieri étamines, elles donnent une baie peu charnue, noire
à maturité.
(Drake) Humbert

synonymes : Synchodendron perrieri Drake Utilisation en médecine


Collections Herbier MNHN

Famille : Asteraceae traditionnelle


Noms vernaculaires :
• Antakarana : piro
Partie utilisée : écorce
• Malgache : hazombalala, hazotokana, kisaka, mera,
merana Données issues des enquêtes
La décoction de l’écorce est utile pour le soin des
toux sèches chez les adultes et les enfants.
La plante est utilisée pour éloigner les mauvais
esprits.
Botanique Utilisation en médecine
traditionnelle
Cet arbre dioïque aux feuilles entières, porte des
inflorescences en groupe de petits capitules qui Partie utilisée : feuille
donnent des akènes couronnés d’un pappus.
Données issues des enquêtes
La décoction des feuilles est consommée par le
couple pour soigner la stérilité masculine et féminine.

58 59
Burasaia Caesalpinia bonduc
madagascariensis DC. (L.) Roxb.

Famille : Menispermaceae synonymes : Guilandina bonduc L.


Noms vernaculaires : Famille : Fabaceae
• Antakarana : ambarasà Noms vernaculaires :
• Malgache : alakamisy, ambarabe, ambarasaha, • Antakarana : katra
fanombo, faritsaty, hazondahy, lakamisihazo, • Malgache : tsiafakomby, vatolalaka
masimposaina, tanteliravina, velonanivoafo • Français : bonduc, cadoc, canique grise
• Anglais : bonduc nut, fever nut, nicker nut
© Lucile Allorge

Botanique Informations scientifiques Botanique


Cet arbuste lianescent peut atteindre 10 m de Principaux constituants chimiques Cette grande liane a des crochets aigus, des feuilles
haut. Son écorce gris brunâtre est crevassée, Plante entière : riche en alcaloïdes quaternaires alternes composées, bipennées puis paripennées,
jaune à l’intérieur, son bois est jaunâtre. Il porte du type protoberbérine (palmatine, columbamine, entières et penninerves. Son inflorescence termi-
des feuilles alternes composées, trifoliolées. Les jatrorrhizine). nale, ou parfois axillaire en panicules, porte des
dernières feuilles produites pendant une période de Tige : alcaloïdes (N-acétylnornuciférine), diterpènes fleurs jaunes qui donnent des gousses parfois
croissance sont parfois simples (unifoliolées). Son de type clérodane (épicordatine et dérivé de l’acide couvertes d’épines aigües, où se logent des graines
inflorescence axillaire donne des fruits ovoïdes en pénianthique). rondes, dures et grises.
grappes, jaune clair à orange, roses à maturité. La plante est commune en zone tropicale.
Appartenant à un genre endémique de Madagascar, Propriétés pharmacologiques
cette espèce pousse en lisière de forêt semi décidue La plante serait un excellent préventif des compli-
sèche du nord de l’île. cations hépatiques du paludisme. Utilisation en médecine Informations scientifiques
La décoction de la racine a des effets antipaludéens traditionnelle
à action lente chez les humains. Elle provoque une Principaux constituants chimiques
Utilisation en médecine contraction de la rate et aurait la capacité d’obliger Partie utilisée : graine, tige et feuille Gousse : riche en tanins.
traditionnelle les parasites, Plasmodium responsable du palu- Graine : isoflavonoïde (bonducelline), diterpènes de
disme, à rester dans le sang, d’où ils peuvent être Données issues des enquêtes cassane (césaldékarine A, césalpinine B, bonducell-
Partie utilisée : racine, feuille éliminés par des doses plus faibles de chloroquine Les graines grises contenues dans les gousses pines A–D, α-, β-, γ-, et δ-césalpines), huile (environ
ou de quinine. sont grattées. On mélange cette poudre dans de 20 % surtout riche acide linoléique).
Données issues des enquêtes l’eau pour soulager les maux de ventre et les affec- Racine : résine très amère et d’odeur
La décoction des racines est utilisée pour le soin toxicologie tions de la rate (lambignana). suave, tanins, bonducine, diter-
de la jaunisse et pour les enfants qui ont du mal à La plante n’est pas dénuée de toxicité et son usage Cette préparation a un goût amer. On peut égale- pènes, césaldékarine C, césal-
marcher. nous incite à la prudence. ment boire la décoction des tiges et des feuilles, pine F.
Les feuilles entrent dans les préparations de décoc- mais l’efficacité est alors moindre.
tions pour le soin des fièvres. Aux bébés, on peut donner la décoction des feuilles
en alternance avec celles d’ambanivoa (Phyllanthus
amarus) jusqu’à ce que le bébé ait trois mois.
Les graines sont pulvérisées puis mé-
langées à de l’eau afin d’obtenir une
pâte qui sera appliquée sur les my-
coses.
Les graines très esthétiques sont em-
© Lucile Allorge

ployées dans la confection de bracelets,


colliers et jeux.

60 61
Cajanus cajan (L.) Druce
Propriétés pharmacologiques
synonymes : Cajanus bicolor DC, Cajanus indicus Spreng., Les feuilles ont des propriétés antibactériennes
Cytisus cajan L. (Staphylococcus aureus, Pseudomonas aerugi-
Famille : Fabaceae nosa, Escherichia coli), antifongiques (Candida albi-
Noms vernaculaires : cans), antidiarrhéiques et hypotensives.
• Antakarana : ambatry Les graines possèdent des propriétés hypoglycé-
• Malgache : ambarivatry, amberivatry,antsotry miantes et antidrépanocytaires (diminution in vitro
• Français : pois cajan, pois congo, pois d’angole de la proportion de cellules falciformes).
• Anglais : Congo pea, pigeon pea, tropical green pea

Botanique sur les dermatoses et les mycoses. toxicologie


Les graines entrent dans les préparations culi- La littérature consultée ne présente pas d’informa-
Ce petit arbuste pouvant atteindre 3 mètres de naires, associées à de la viande. tion sur la toxicité de la plante.
hauteur a des feuilles trifoliolées couvertes de poils
blanchâtres. Ses fleurs jaunes donnent une gousse discussion
qui peut contenir de trois à huit graines comestibles. Informations scientifiques Son emploi est recommandé comme antidiar-
Originaire des Indes orientales, le pois d’angole rhéique (décoction à 15 g/litre des feuilles à boire
est surtout cultivé pour ses graines alimentaires Principaux constituants chimiques dans la journée), dans les troubles cutanés superfi-
comestibles. Feuille : tanins et stérols (bêta sitostérol, cholesté- ciels (appliquer en compresses la macération obte-
rol, stigmastérol, campestérol). nue avec une poignée de feuilles grossièrement
Graine : glucides (63 %), protéines (20 %), particuliè- coupées mises au contact d’un litre d’eau froide
Utilisation en médecine rement riches en phénylalanine, lipides (1 %), acides pendant vingt quatre heures), et pour les soins
phénoliques, nombreuses vitamines. capillaires (macération aqueuse des jeunes feuilles,
traditionnelle Ecorce et racine : anthraquinone (cajaquinone), fla- pour fortifier les cheveux et prévenir leur chute).
vonoïdes (cajanone, cajaflavone, cajanine, cajanol), L’addition de graines de pois d’angole dans l’ali-
Partie utilisée : feuille, graine tanins. mentation des personnes atteintes de drépanocy-
tose peut aider à compenser les pertes urinaires
Données issues des enquêtes en acides aminés et de diminuer les crises doulou-
Pour soigner les sinusites, on presse les feuilles et reuses.
on applique le jus obtenu dans le nez. Leur qualité nutritionnelle contribue à l’apport pro-
La décoction des feuilles sert à baigner le visage, téique alimentaire. Leur consommation est égale-
soigner les infections oculaires, les conjonctivites ment recommandée chez le diabétique.
et les troubles de la vision et en gargarismes, les
aphtes.
Elle est utilisée dans les cas d’hypertension qui se
manifestent par des maux de tête et des vertiges.
Malgré leur goût amer, les feuilles sont mastiquées
en prévention des caries dentaires, comme substi-
tut de dentifrice.
En cas de perte d’appétit et de déshydratation, on
boit deux cuillerées à soupe, matin et soir, du jus des
feuilles pilées auxquelles on a ajouté un peu d’eau

© Tramil
et du sel.
Les feuilles entrent dans la composition de décoc-
tions utilisées pour le soin des diarrhées.
Les cataplasmes de feuilles pilées sont appliqués

62 63
Calantica cerasifolia Calotropis procera
(Vent.) Tul. (Aiton) W.T. Aiton

synonymes : Bleckwellia cerasifolia Vent. synonymes : Asclepias gigantea Jacq., Asclepias procera
Aiton, Calotropis syriaca (S.G. Gmel.) Woodson, Madorius
Famille : Salicaceae
procerus (Aiton) Kuntze
Noms vernaculaires :
Famille : Apocynaceae
• Antakarana : Janganiary, janganito
• Malgache : hazombato, hazonteva, janganiany, Noms vernaculaires :
janganito, tendrofony • Antakarana : bemavo
• Français : pommier de Sodome, roustonnier
• Anglais : milkweeds

Botanique
Cet arbuste à latex peut atteindre 5 mètres de hau-
teur et porte de grandes feuilles glauques. Ses fleurs
blanches ou violacées sont regroupées et donnent
des follicules gonflés renfermant des graines pour-
vues d’une aigrette blanche. Originaire de l’Inde Shigella dysenteriae, Vibrio cholerae), ainsi qu’une
Botanique Utilisation en médecine orientale, très répandu en Arabie, en Afrique de l’Est, activité antifongique (Candida albicans).
traditionnelle l’espèce est devenue pantropicale. On la retrouve à
toxicologie
Ce petit arbre a des feuilles alternes, simples, den- Madagascar de Diégo-Suarez à Tuléar.
tées ou presque entières, aux dents terminées par Toute la plante est toxique par voie interne.
Partie utilisée : feuille, écorce.
une très petite glande sur les jeunes feuilles, à la
marge souvent rougeâtre. Son inflorescence axil- Données issues des enquêtes Utilisation en médecine Discussion
laire, en panicules ou cymes courtes, porte des L’infusion des feuilles est employée pour soulager traditionnelle On peut appliquer sur les plaies sales et infectées
fleurs de couleur jaune à orange, glabres ou pubes- ou sur les ulcères une solution réalisée en diluant le
les conjonctivites.
centes. Le fruit est une capsule sèche, déhiscente, Partie utilisée : latex latex à 1 % dans de l’eau boullie.
La décoction des feuilles, utilisées seules, sert à
présentant trois à six valves, pubescentes, conte- Si on emploie le latex sur une verrue ou sur les cors,
faire baisser la fièvre. On préconise d’y associer des
nant des graines grises, couvertes de longs poils Données issues des enquêtes il faut veiller à bien protéger la peau alentour.
bains de vapeur accompagnés de massages.
blancs et laineux. La décoction et les cataplasmes des feuilles servent Le latex de la plante est appliqué sur les verrues.
Endémique de Madagascar, Calantica cerasifolia au soin des plaies, la décoction de l’écorce est utili-
est classiquement distribué dans la forêt semper- sée lorsqu’il y a une hémorragie.
virente humide et sub humide de l’Est jusqu’à 1 Informations scientifiques
600 m d’altitude, souvent près et entre les rochers
bordant des cours d’eau, ainsi que dans la forêt et Principaux constituants chimiques
le fourré, secs et sub arides, souvent sur substrat Hétérosides cardiotoniques, enzymes protéoly-
calcaire. tiques, triterpénoïdes

Propriétés pharmacologiques
Le latex augmente la cicatrisation et la synthèse
du collagène. Il possède également des propriétés
analgésiques.
Les extraits de la plante montrent une activité
antibactérienne in vitro (Staphylococcus aureus,
Staphylococcus epidermis, Staphylococcus sapro-
phyticus, Streptococcus pyogenes, Shigella flexneri,

64 65
Capsicum annuum L. Cardiospermum
synonymes : Capsicum frutescens L., Capsicum longum A. DC.
halicacabum L.
Famille : Solanaceae
synonymes : Cardiospermum corindum L.,
Noms vernaculaires : Cardiospermum microcarpum Kunth
• Antakarana : sakay
Famille : Sapindaceae
• Malgache : pilopilombazaha, pilopilo,
sakaifantsinakoho Noms vernaculaires :
• Antakarana : ramipôko
• Français : piment, piment de Cayenne, piment rouge
• Malgache : masontsokina, siponpoaka, vahefaria,
• Anglais : chilli pepper
vahintsokina
• Français : cardiosperme merveilleux, cœur des
Indes, pois de cœur
• Anglais : balloon vine, love in a puff

Botanique Propriétés pharmacologiques Botanique


En usage externe, vaso-dilatateur, vasculotrope,
Le piment est originaire d’Amérique et cultivé un analgésique, décongestionnant, rubéfiant et révul- Cette liane très ramifiée a des tiges cannelées et toxicologie
peu partout dans le monde. Ce petit arbuste peut sif. des feuilles alternes composées de trois folioles en La littérature consultée ne définit pas clairement la
atteindre 3 mètres de hauteur porte des fleurs forme de losange et de deux aux marges échan- toxicité de la plante.
blanches qui donnent des baies allongées coniques toxicologie crées. Ses petites fleurs blanc crème donnent des
rouges ou orangées pouvant dépasser les 10 cm de Le piment est toxique à forte dose, par voie interne petites capsules boursouflées contenant trois pe- Discussion
longueur. et en usage externe, où il provoque des ulcérations tites graines portant une cicatrice blanche en forme L’usage externe de la plante est à recommander et
Des variétés innombrables se rattachent à cette et des nécroses. Sa consommation est à éviter chez de cœur. son usage interne à éviter dans l’attente de préci-
espèce annuelle et à Capsicum frutescens, vivace les personnes souffrant de gastrites et d’ulcères sions sur la toxicité de la plante.
et souvent à petits fruits. Il existe de nombreux gastro-intestinaux. Utilisation en médecine
hybrides.
Discussion
traditionnelle
En usage externe, le piment est utile dans le soin
Partie utilisée : feuille
Utilisation en médecine des rhumatismes et des douleurs articulaires.
Un usage modéré du piment est recommandé. Le
traditionnelle bon sens fait la dose.
Données issues des enquêtes
La décoction des feuilles est consommée pour
Partie utilisée : feuille soulager les douleurs inflammatoires, en particulier
articulaires. Les cataplasmes de feuilles sur les par-
Données issues des enquêtes ties affectées sont aussi préconisés.
Les feuilles de piment sont appliquées en cata-
plasme sur les plaies.
Informations scientifiques
Informations scientifiques Principaux constituants chimiques
Feuilles : alcaloïdes (berbérine), huile essentielle,
Principaux constituants chimiques flavonoïdes (apigénine), saponines, stéroïdes (dau-
Fruit : alcaloïdes (capsaïcine, jusqu’à 1 %), acides costérol, bêta-sitostérol) et lipides.
organiques, caroténoïdes, coumarines, flavonoïdes,
huile essentielle, saponines stéroïdiques, vitamines. Propriétés pharmacologiques
Les feuilles sont moins riches en capsaïcine que les Anti-inflammatoire, anti-allergique antibactérien
fruits. pour le soin des affections rhumatismales et des
dermatoses.

66 67
Carica papaya L.
synonymes : Carica sativa Tussac, Papaya carica Gaertn.,
Papaya vulgaris A. DC.
Famille : Caricaceae
Noms vernaculaires :
• Antakarana : mapaza
• Malgache : papay, paza, voampazalahy
• Français : papaye
• Anglais : papaw, papaya

Botanique Informations scientifiques


Cet arbre fruitier peut atteindre 10 mètres de hau- En usage externe, la décoction de feuilles peut être Principaux constituants chimiques
teur. Toutes les parties de la plante contiennent du appliquée sur les plaies. Fruit : vitamines A, C, B 11, B 2, acides organiques,
latex, surtout les fruits verts. Les inflorescences Le fruit est largement consommé. caroténoïdes, enzymes protéolytiques, sucres, fer,
mâles forment de grandes panicules lâches à fleurs calcium, potassium, phosphore. action anti-androgénique. La papaïne peut pro-
lancéolées jaunâtres. Les inflorescences femelles Graine : alcaloïdes pipéridiniques (carpaïne, isocar- voquer à forte dose la paralysie et la dépression
sont courtes avec des fleurs jaunâtres. Les fruits païne), dérivés soufrés (tropaéoline, benzyl-isothio- cardiaque (effet digitaline-like). Les personnes qui
mûrs, de forme et de grosseur variables, ont une cynanate), enzymes protéolytiques, protéines. consomment des cardiotoniques doivent s’abstenir
pulpe orangée très parfumée et une cavité remplie Latex : triterpènes, saponosides, résines, enzymes de consommer le latex, le fruit vert et les graines de
de petites graines. protéolytiques et estérasiques (papaïne, chymopa- la papaye en raison de l’activité bradycardisante de
Le papayer est originaire d’Amérique centrale tro- païnes, papayaprotéinase oméga). la carpaïne. Le fruit immature contient beaucoup
picale et cultivé dans tous les pays chauds et hu- Feuille : alcaloïdes pipéridiniques (carpaïne, nico- de latex qui stimule les contractions utérines, il est
mides. tine 0,28 %), vitamine A, B, C, E. donc contre-indiqué chez la femme enceinte.

Propriétés pharmacologiques Discussion


Utilisation en médecine Graine : condimentaire, carminative, anthelmintique Le latex peut être employé pour soigner les plaies,
traditionnelle (action kératolytique de la papaïne contre les vers les brûlures et les ulcères en application sur la peau.
ronds tels que, ascaris, oxyures, trichocéphales, Par voie orale, dilué, il peut être utilisé pour traiter les
Partie utilisée : feuille, fleur et fruit uncinaria), antibactérienne, anti-inflammatoire. infections urinaires.
Fruit : antibactérien, antihypertenseur. Le fruit peut être appliqué sur les furoncles pour
Données issues des enquêtes Latex : action protéolytique, bactériostatique, anti- aider à les faire mûrir et aussi en tranche sur les
La décoction des feuilles vertes est utilisée pour fongique (Candida albicans), cicatrisant. La papaïne brûlures. Consommé bien mûr, il est conseillé en
soulager les maux d’estomac. favorise la digestion des protéines, la cicatrisa- particulier aux personnes atteintes d’hypertension.
Les feuilles jaunes encore fixées à l’arbre soulagent tion des plaies (usage externe) et la dilatation des Les graines broyées sont efficaces pour traiter les
les maux du foie. bronches. vers intestinaux et les amibiases. Pour cela, il faut
Contre la fièvre associée à des symptômes grip- Feuille et graine : amoébicide (carpaïne), antibac- avaler la poudre des graines séchées et broyées à
paux et des signes neurologiques et la fièvre ac- térienne (Staphylococcus aureus, Bacillus cereus, raison de 1 à 2,5 grammes par jour pour un adulte.
compagnée de vomissements, une décoction de Pseudomonas aeruginosa, Shigella flexneri), bron- Nous recommandons les décoctions de feuilles
feuille associée aux feuilles de manguier et à du jus chodilatatrice, utérorelaxante, action antitumorale. à raison de 30 grammes par litre d’eau en usage
de citron est préconisée par voie interne et en inha- interne comme stimulant digestif.
lation. Les vapeurs de la décoction sont répulsives toxicologie Nous conseillons de consommer régulièrement de
contre les moustiques. Le latex est irritant. Contenu en forte propor- la papaye verte afin de se prévenir des parasites.
On conseille la décoction des fleurs mâles contre la tion dans le fruit immature, il peut provoquer des
rougeole. contractions utérines. Les graines possèdent une

68 69
Catha edulis (Vahl) Endl. Catharanthus roseus
(L.) G. Don
Famille : Celastraceae
Noms vernaculaires : synonymes : Vinca rosea L
• Antakarana : katy
Famille : Apocynaceae
• Français : khat, qat
• Anglais : khat Noms vernaculaires :
• Antakarana : rajoma
• Malgache : arivotambelona, befala, felabaratra,
felatananamba, heladolo, maintsorininina
rivotambelona, salotra, tongatse, tonga,
tsimatirinina, tsingevika, vonenina
• Français : pervenche de Madagascar, pervenche
tropicale
• Anglais : bright-eyes, Madagascar periwinkle, rose
periwinkle

Botanique
Botanique Informations scientifiques
Ce petit arbuste peut mesurer jusqu’à 20 mètres de Propriétés pharmacologiques
haut. Ses feuilles lancéolées, coriaces et au bord La consommation des feuilles fraîches ou sèches Cette plante vivace dressée à tiges vigoureuses, pu- Principaux constituants chimiques
denté, sont rougeâtres à l’état jeunes. Ses fleurs induit une hypertension, une accélération de la res- bescentes à l’état jeune, peut atteindre 15 à 75 cm Partie aérienne : alcaloïdes, à structure indolique ou
blanches à cinq pétales sont regroupées en grappe piration, une hyperthermie et une mydriase. de hauteur. Les feuilles oblongues obovées, parfois dihydro-indolique, de 0,2 à 1 % (vincristine, vinblas-
et donnent une capsule à trois lobes contenant des elliptiques, obtuses au sommet, longuement rétré- tine, vindoline, catharanthine, ajmalicine, akuam-
graines rouge brun ailées. toxicologie cies vers la base, sont glabres ou pubescentes avec mine, lochnérine, tétrahydroalstonine…).
On le trouve naturellement dans le sud-est, la corne La consommation de la plante peut entraîner des un pétiole long de 1 à 5 mm. Elle porte des fleurs en Fleur : pigments hétérosidiques dérivés de l’hir-
de l’Afrique et dans le sud de la péninsule arabique. risques d’accoutumance, voire de toxicomanie. Elle tube rose violacé à gorge plus foncée, ou blanches, sutidine, la pétunidine, la malvidine, kaempférol et
Cette plante est cultivée à Madagascar. modifie l’humeur et peut conduire à des hallucina- généralement par deux, à pédicelles longs de 1 à quercétine.
tions, des troubles cardiaques, du sommeil, de la 2 mm. Les fruits glabres ou pubescents, dressés Racine, feuille, graine : tanins, triterpénoïdes (amy-
digestion et de la fonction sexuelle. La consomma- à méricarpes recourbés et divergents contiennent rine, lupéol, acide ursolique).
Utilisation en médecine tion régulière de feuilles peut entrainer de graves des graines longues de 2,5 à 3 mm.
traditionnelle inflammations du système digestif. Originaire du sud de Madagascar, elle est cultivée Propriétés pharmacologiques
pour l’ornement sous tous les tropiques. Antibactérien, astringent, anti-inflammatoire.
Partie utilisée : feuille. Discussion Ses alcaloïdes cytotoxiques sont utilisés en chimio-
La consommation du khat est à proscrire. thérapie anticancéreuse.
Données issues des enquêtes Utilisation en médecine
La décoction des feuilles fraîches de khat est préco- traditionnelle Toxicologie
nisée pour le soin des diarrhées et des dysenteries. La plante est toxique par voie interne.
Produite dans le nord de Madagascar, les feuilles Partie utilisée : feuille et fleur
fraîches, considérées comme toniques, sont lon- Discussion
guement mâchées. Données issues des enquêtes Son usage interne est à proscrire.
Mâcher les feuilles de khat serait souverain contre La pervenche, très connue, est très utilisée par toute Nous recommandons l’usage d’une décoction de la
les symptômes grippaux accompagnés de troubles la population. On consomme la décoction des feuilles fleur à 10 grammes par litre en bains d’yeux pour le
neurologiques. et des sommités fleuries pour soigner les problèmes soin des conjonctivites.
de tension (hypertension), de diabète et de foie.
La décoction est également employée en usage ex-
Informations scientifiques terne pour le soin de dermatoses ou de candidoses
buccales des bébés et des enfants. On leur fait faire
Principaux constituants chimiques des bains de bouche et on en badigeonne l’intérieur
Alcaloïdes (cathinone, cathine), tanins. de la joue.
La décoction des fleurs sert aussi à baigner les
conjonctivites.

70 71
Ceiba pentandra (L.) Gaertn.
synonymes : Bombax pentandrum L.,
Ceiba casearia Medik., Eriodendron anfractuosum DC.
Famille : Malvaceae
Noms vernaculaires :
• Antakarana : pamba
• Malgache : hazomorengy, kapoaka, landahazobe,
pembabe
• Français : fromager, kapokier
• Anglais : java cotton, Java kapok

Botanique Informations scientifiques


Ce très grand arbre, qui peut atteindre 60 mètres de Principaux constituants chimiques
hauteur, porte de nombreuses épines sur le tronc Feuille : quercétine, kaempférol, acide caféique,
et les rameaux. Il présente de gros contreforts à la tanins, saponosides, résine, mucilages, stérols.
base du tronc. Ses feuilles alternes sont composées
et digitées. Ses petites fleurs blanches regroupées Propriétés pharmacologiques
en panicules cèdent la place à de grosses capsules La feuille est utile dans le soin des plaies pour ses
fusiformes. Ses fruits s’ouvrent en général sur propriétés anti-inflammatoires, antibactériennes,
l’arbre et laissent s’échapper des graines noires, cicatrisantes.
sphériques accompagnées d’une bourre blanche
ou grise assez semblable à du coton. toxicologie
Cet arbre originaire d’Amérique centrale et du Sud La plante n’est pas toxique.
s’est répandu dans toutes les zones tropicales. La graine a la réputation d’être indigeste.

Discussion
Utilisation en médecine Les feuilles peuvent être valorisées en usage ex-
traditionnelle terne pour le soin des conjonctivites, des plaies et
des dermatoses.
Partie utilisée : feuille et fibre des fruits La feuille cuite peut être utilisée dans l’alimentation.

Données issues des enquêtes


L’application des feuilles pilées est préconisée pour
atténuer les taches de la peau dues au Pityriasis
versicolor.
Les fibres contenues dans le fruit servent à la fabri-
cation d’oreillers.

72 Baie de Diego (Orangéa) 73


Centella asiatica (L.) Urb.
synonymes : Hydrocotyle asiatica L., Glyceria repanda
(Gaudin) Nutt.
Famille : Apiaceae
Noms vernaculaires :
• Antakarana : Talapetraka
• Malgache : namanitra, anampetraka, anantahalaka,
anantalapetraka, fiaremana, kapilantsahona,
kapilantsirevo, kiladitahalaka, korokorona,
loviantsahona an-tanety, raivolesoka, silabola,
viliantsahona an-tanety
• Français : centelle asiatique, hydrocotyle asiatique
• Anglais : asiatic pennywort, centella, gotu kola,
indian pennywort

Botanique Utilisation en médecine


traditionnelle
Cette petite plante rampante à tige courte forme
des stolons lui permettant une diffusion rapide. Ses Partie utilisée : plante entière
feuilles, de forme arrondie, sont dentées et dispo-
sées en rosettes, ses fleurs en petites ombelles. Les Données issues des enquêtes
stolons et les tiges peuvent prendre une coloration La décoction de la plante entière est consommée
rougeâtre lorsqu’ils sont exposés au soleil. pour lutter contre les maux d’estomac.
Pantropicale, elle s’est naturalisée à Madagascar, Les feuilles pilées sont appliquées en cataplasme
où elle pousse en abondance dans les milieux hu- sur les plaies et les ulcères de la peau.
mides : marécages, rizières, le long des fleuves, des
rivières et des ruisseaux. Informations scientifiques
Principaux constituants chimiques Toxicologie
Plante entière : saponosides triterpéniques (asiati- Une faible activité mutagénique a été mise en évi-
coside, madécassoside, centellose, scheffuroside B, dence pour l’extrait aqueux.
centellasaponines), dérivés mono- et sesquiterpé- Des cas d’hépatotoxicité chez l’homme ont été si-
niques, pectines, composés polyacetyléniques. gnalés après l’usage alimentaire répété de Centella
asiatica.
Propriétés pharmacologiques
La plante possède une bonne activité cicatrisante Discussion
et anti-ulcéreuse liée aux dérivés triterpénoïdes pré- Nous recommandons la décoction de 30 à 40
sents, notamment les asiaticosides. grammes de plante fraîche par litre, en bain et com-
Une activité anti-oxydante significative a été dé- presses, pour le soin des plaies, des ulcères et de
montrée in vitro et in vivo. l’insuffisance veineuse.
Des effets radioprotecteurs et cardioprotecteurs On peut aussi appliquer directement le suc frais sur
dans le cas d’infarctus du myocarde provoqué chez la peau ou laisser macérer la plante dans de l’huile
le rat ont aussi été mis en évidence. (de 5 à 10 %).
Les extraits de la plante ont également montré une Nous recommandons de boire une infusion de
action veinotonique, sédative, anxyolytique et anti- feuilles pour le soin des insuffisances veineuses,
dépressive chez l’animal. des jambes lourdes, et comme sédatif léger, sans
Les constituants polysaccharidiques présents dans dépasser 30 g de feuilles par litre d’eau, pour une
la plante posséderaient également des propriétés cure ne dépassant pas vingt jours consécutifs.
immunomodulatrices.

74 75
Chenopodium Chrysophyllum
ambrosioides L. boivinianum (Pierre) Baehni
synonymes : Chenopodium integrifolium subsp., synonymes : Diospyros minutiloba H. Perrier, Gambeya
ramosissimum Worosh. ex Just, Chenopodium spathulatum boiviniana Pierre, Gambeya madagascariensis Lecomte
var., angustifolium Moq.
Famille : Sapotaceae
Famille : Amaranthaceae
Noms vernaculaires :
Noms vernaculaires : • Antakarana : famelogno
• Antakarana : taimborotsiloza • Malgache : famelona, fankaboky, rehiaka,
• Malgache : akatasoavaly, bemaimbo, tetrolokoloko voampamelona, voandrahika
• Français : chénopode fausse ambroisie, poudre aux
vers, thé du Mexique
• Anglais : mexican tea, wormweed

Botanique ankylostome, anguillule et Hymenolepis), antiplas- Botanique


modiale in vitro (Plasmodium vivax et Plasmodium
Cette herbacée annuelle ou pérenne peut atteindre berghei), anti -trypanosome in vitro (Trypanosoma Cet arbre caractéristique des forêts de moyenne
un mètre de hauteur. À l’aisselle de ses feuilles odo- cruzi), dépressive du système nerveux central, em- altitude porte des feuilles alternes simples pubes-
rantes lancéolées se dressent des panicules de fleurs ménagogue et stimulante de la respiration. centes de couleur rouille en dessous. Ses petites
jaunâtres donnant de petites graines. Cette plante, ori- fleurs ne portent qu’un verticille de sépales et des

Collections Herbier MNHN


ginaire d’Amérique centrale et du Sud, est largement Toxicologie étamines incluses. Ses fruits, des baies charnues
répandue dans les zones tropicales et tempérées. La plante est abortive. Il faut la consommer avec modé- contiennent des graines quelque peu comprimées
ration afin d’éviter des problèmes neurologiques impor- portant une cicatrice sur la longueur de leur face
tants. L’emploi de cette plante est donc à surveiller. ventrale.
Utilisation en médecine
traditionnelle Discussion
Malgré sa toxicité, il est souhaitable de promouvoir
Partie utilisée : partie aérienne l’utilisation de cette plante et ainsi informer la popula- Utilisation en médecine
tion pour une utilisation dénuée d’effets indésirables. traditionnelle
Données issues des enquêtes En effet cette plante efficace contre les parasites est
La plante en décoction sert à lutter contre les vers d’un usage populaire. Nous devons donc mettre en Partie utilisée : tige et feuille
intestinaux. garde ses utilisateurs, préférer l’usage externe, sinon
utiliser la plante par voie interne à la dose maximale Données issues des enquêtes
suivante : une seule infusion (5 min.) de 100 g de La décoction des feuilles en bains de vapeurs est
Informations scientifiques feuilles fraîches et de sommités fleuries pour 1,5 l utilisée pour soigner la fièvre accompagnée de
d’eau. À boire à jeun, à raison de trois tasses par jour symptômes grippaux et neurologiques.
Principaux constituants chimiques (450 ml) pour un adulte et une tasse (150 ml) en trois Les tiges feuillées sont utilisées comme porte-bon-
Plante entière : huile essentielle (0,2 à 0,3 % dans les prises pour un enfant de plus de trois ans. De plus, heur.
feuilles, 0,5 à 1 % dans les sommités fleuries, plus de 1 il est recommandé d’administrer, trois jours après le
% dans les fruits), dont ascaridole (60 à 80 %), cymène, traitement, une purge huileuse ou saline de préférence,
limonène, saponines, flavonoïdes, acides organiques, et de recommencer ce traitement quinze jours après.
hétérosides. On en interdit l’usage à la femme enceinte et aux
enfants de moins de trois mois.
Propriétés pharmacologiques À la décoction de taimborotsiloza (Chenopodium
La plante entière à des propriétés antibactérienne ambrosioides), on peut conseiller de rajouter des
(Pseudomonas aeruginosa, Staphylococcus gousses d’ail (Allium sativum).
aureus, Escherichia coli), antifongique (Candida Nous conseillons cette plante en usage externe, ca-
albicans, Trichoderma viride, Aspergillus aegyptia- taplasme de plante fraîche, compresse de la décoc-
cus), anthelminthique (par activité paralysante et tion concentrée, contre les vers intestinaux, sur les
narcotique liée à l’ascaridole sur oxyures, ascaris, plaies, furonculoses et ulcères.

76 77
Chrysopogon Cinnamomum verum
zizanioides (L.) Roberty J.Presl.

synonymes : Phalaris zizanioides L., Vetiveria zizanioides Synonymes : Cinnamomum zeylanicum Blume
(L.) Nash Famille : Lauraceae
Famille : Poaceae Noms vernaculaires :
Noms vernaculaires : • Antakarana : darasiny
• Antakarana : Pitivera • Malgache : andrembavinaveotra, hazokanelina,
• Malgache : fehana hazomanitra, kanelina
• Français : vétiver • Français : cannelier, cannelle de Ceylan
• Anglais : vetiver • Anglais : cinnamon, Ceylan cinnamon

Botanique Informations scientifiques Botanique Informations scientifiques


La plante se présente sous forme de grandes Principaux constituants chimiques Ce petit arbre de 5 à 10 mètres de hauteur a des Principaux constituants chimiques
touffes vertes, dont la racine, se développant ver- Racine : huile essentielle riche en sesquiterpènes feuilles et une écorce très parfumées. Ses feuilles Écorce : huile essentielle (1 à 4 %), dont aldéhyde
ticalement, peut atteindre des profondeurs allant (vétivone, vétivérol), hétérosides cardiotoniques, présentent trois nervures très marquées et ses cinnamique (50 à 75 %) et eugénol (10 %), couma-
jusqu’à trois mètres. Très aromatiques, les racines tanins, flavonoïdes. fleurs blanchâtres donnent des petits fruits peu rines, gommes, résines et tanins.flavonoïdes.
sont très apréciées en parfumerie. charnus.
Le nom vernaculaire vétiver regroupe plusieurs Propriétés pharmacologiques L’écorce détachée du tronc s’enroule spontané- Propriétés pharmacologiques
espèces du genre Chrysopogon (et anciennement Antispasmodique gastro-intestinal, sédatif léger. ment en tuyaux au cours du séchage, riche en huile L’écorce de cannelle est antibactérienne, antidiar-
placées dans le genre Vetiveria). On en connaît une essentielle, elle est très aromatique. Elle se dis- rhéique, astringente, utérorelaxante (à dose théra-
douzaine d’espèces poussant dans les zones tro- Toxicologie tingue de la cannelle de Chine (Cinnamomum cas- peutique), emménagogue, tonique utérin (à faible
picales. La plante ne présente pas de toxicité aux doses thé- sia), de qualité moindre par sa couleur plus claire et dose), tonique général et digestive. À forte dose, elle
rapeutiques. son aspect lisse sur les deux faces. favorise l’accouchement.
Originaire du Sri Lanka elle a largement été intro-
Utilisation en médecine Discussion duite dans les pays tropicaux de l’océan indien au
traditionnelle Nous recommandons la plante pour le soin des in- XVIIIe siècle
somnies et de la nervosité sous forme de décoction
Partie utilisée : racine à 25 grammes de racine par litre d’eau, à boire dans
la journée ou une tasse avant le coucher. Utilisation en médecine
Données issues des enquêtes traditionnelle
La décoction des racines est utilisée pour faciliter
le sommeil. Partie utilisée : feuilles, écorce.

Données issues des enquêtes


L’infusion des feuilles ou la décoction
de l’écorce de cannelle sont préconi-
sées pour soulager les maux de ventre
et les troubles digestifs.

78 79
Cinnamosma
Toxicologie
Il est conseillé de ne pas l’utiliser chez les femmes fragrans Baill.
enceintes, sinon en petite quantité comme par
exemple régulièrement dans la cuisine. Cela aura synonymes : Cinnamosma fragrans var., bailloni Courchet
pour effet de tonifier l’utérus, comme le font aussi Famille : Canellaceae
les clous de girofle, dont les doses sont aussi à res- Noms vernaculaires :
pecter chez les femmes enceintes. • Antakarana : kmôtrobeantigana
L’huile essentielle de cannelle peut provoquer des • Malgache : fanalamangidy, mandravasarotra,
lésions au niveau de la bouche chez les personnes mangidimanitra, matrobetinana, matrobetinahina,
sensibles. malaohazo, sakaiala, sakaihazo
• Français : saro
Discussion
Nous recommandons l’usage de la cannelle pour le
soin des maux de ventre, des diarrhées, la digestion
difficile, les ballonnements, les règles douloureuses
ou insuffisantes.
On peut consommer jusqu’à 1 g de poudre ou de Botanique
plante par jour.
L’usage culinaire de la plante est à recommander Cet arbre d’une vingtaine de mètres de haut, dont
pour ses effets préventifs et antimicrobiens. Son toutes les parties sont aromatiques et épicées a

Collections Herbier MNHN


association à d’autres plantes est à conseiller en une écorce à saveur brûlante. Ses feuilles sont al-
cas de diarrhées et de vomissements. ternes, sans stipules, odorantes (points glanduleux
De fortes doses sont déconseillées aux femmes pellucides). Ses fleurs jaunes, souvent solitaires ou
enceintes, mais de faibles doses tonifient l’utérus et groupées à trois sépales libres, donnent une baie
le prépare à l’accouchement. charnue, indéhiscente, sphérique, contenant cinq à
Une décoction de cannelle accompagnée de clous huit graines.
de girofle favorise l’accouchement. La plante fait partie des cinq espèces d’un genre
endémique de Madagascar.

Utilisation en médecine Informations scientifiques


traditionnelle
Principaux constituants chimiques
Partie utilisée : feuille et tige Plante entière : huile essentielle (1,8-cinéole (50 %),
alpha-pinène (5 %), sabinène (8 %), bêta-pinène (8 %),
Données issues des enquêtes limonène (4 %), gamma-terpinène (2 %), terpinène-
La décoction des tiges et des feuilles sert dans le 4-ol (3 %), linalol (0,7 %) et alpha-terpinéol (1 %).
soin des diarrhées.
La décoction de feuilles de Cinnamosma fragrans Propriétés pharmacologiques
associées au bemaimbo (Ageratum conyzoides) et La plante possède des propriétés antbactériennes,
au rômba (Ocimum gratissimum) sert au bain des antimycosiques et antivirales.
femmes et des nouveau-nés après l’accouchement.
Toxicologie
La littérature consultée ne présente pas d’informa-
tion sur la toxicité éventuelle de la plante.

Discussion
Nous recommandons l’usage de cette plante en
respectant les doses thérapeutiques.

80 81
Cinnamosma Cissus quadrangularis L.
macrocarpa H. Perrier synonymes : Cissus edulis Dalziel, Cissus tetragona Harv.,
Vitis quadrangularis (L.) Wall. ex Wight, Vitis succulenta
Famille : Canellaceae Galpin
Noms vernaculaires : Famille : Vitaceae
• Antakarana : mandravasarotro Noms vernaculaires :
• Antakarana : kitohitohy
• Malgache : tohitohy

© Lucile Allorge
• Français : vanille du Dr Burke

Botanique Utilisation en médecine


traditionnelle
Cette plante se maintient sur des rameaux qua-
drangulaires. Ses feuilles sont trilobées et ses fleurs Partie utilisée : tige
jaunâtres donnent des baies globuleuses rouges à
Collections Herbier MNHN

maturité. Données issues des enquêtes


Cette plante est originaire d’Inde et du Sri lanka. On consomme la décoction des tiges de cette plante
pour lutter contre la fatigue et les maux de tête.

Botanique Utilisation en médecine Citrus aurantiifolia


traditionnelle (Christm.) Swingle
Cet arbre, endémique de Madagascar, peut atteindre
20 mètres de hauteur. Ses feuilles oblongues et co- Partie utilisée : tige et feuille. synonymes : Limonia aurantiifolia Christm.
riaces sont obtuses à la base et arrondies à l’apex.
Le pétiole est glabre et rouge. Ses baies sphériques Famille : Rutaceae
Données issues des enquêtes
ont un péricarpe charnu. La décoction des feuilles et des tiges sert à lutter Noms vernaculaires :
• Antakarana : Sôhafoe, tsôhamatsiko, t
contre la fièvre accompagnée de symptômes grip-
• Malgache : citronnier, tsoha-adiro, vasary makirana
paux et de troubles neurologiques. On y associe des
• Français : citronnier, citron vert
feuilles de kininy (Eucalyptus sp.) et de kalabera
• Anglais : key lime
(Lantana camara).
Pour le soin des douleurs articulaires et des fièvres
avec manifestations cutanées, on boit cette dé-
coction et on en fait un bain de vapeur. On peut
appliquer aussi sur les articulations un cataplasme
constitué par les feuilles réduites sous la forme
d’une pâte. Botanique
Les citronniers sont des petits arbres aux branches épi- est acide, juteuse et contient de nombreuses graines.
neuses pouvant atteindre 10 mètres de hauteur. Leurs Le citron vert est originaire d’Asie et cultivé sous
feuilles sont simples, luisantes, coriaces, et leurs fleurs tous les tropiques.
blanches donnent des fruits vert jaune arrondis. La pulpe La plante dégage une odeur agréable

82 83
Citrus limon (L.) Osbeck
Utilisation en médecine
synonymes : Citrus limonum Risso, Citrus medica subsp.
traditionnelle limonia (Risso) Hook. f., Citrus medica var. limon L.
Famille : Rutaceae
Partie utilisée : jus et feuille
Noms vernaculaires :
• Antakarana : tsaobiloha
Données issues des enquêtes
• Malgache : tsoha-adiro, voasary makirana,
Le jus du citron est préconisé pour soigner la toux.
• Français : citron, citron jaune
Les feuilles de citronnier accompagnées de celles
• Anglais : lemon
de basilic, romba (Ocimum gratissimum) entrent
dans une décoction pour le soin des fièvres asso-
ciées à des symptômes grippaux et des signes
neurologiques ou des vomissements. On s’en sert
aussi en inhalation. Parfois on y ajoute des feuilles
de papayer (Carica papaya) et de manguier (Man-
gifera indica).
Les vapeurs de cette décoction ont la réputation Botanique
d’éloigner les moustiques.
C’est un arbre à feuilles persistantes, oblongues
lancéolées, à limbe nettement articulé avec un pé-
Informations scientifiques tiole non ailé. Il peut vivre environ quatre-vingt ans.
Ses fleurs à pétales blanc violacé, axillaires, sont
Principaux constituants chimiques Toxicologie réunies en petits groupes. Ses fruits oblongs, poin-
Jus du fruit : acides organiques (6 à 8 % d’acide L’huile essentielle en usage externe peut provoquer tus de 8 à 12 cm de long, de couleur d’abord verte,
citrique et d’acide malique), vitamine C (60 mg/100 des phénomènes de photosensibilisation. virant au jaune à maturité, ont une pulpe acide et
g), vitamines B, flavonoïdes. une écorce épaisse contenant une essence à odeur
Feuille, fleur : huile essentielle, flavonoïdes, prin- Discussion forte et quelques graines à cotylédons blancs.
cipes amers. L’usage du citronnier est à valoriser. On le recom- Ce citron, que certains considèrent comme un hy-
Péricarpe : huile essentielle (limonène 90 %, citral), mande en infusion ou décoction pour ses usages bride, aurait son origine sauvage dans le sud-est
coumarines (limettine), flavonoïdes. internes et externes. asiatique, dans le nord de l’Inde et dans le sud de
Le fruit entier peut être utilisé pour lutter contre les la Chine.
Propriétés pharmacologiques gingivites et les pertes blanches.
L’huile essentielle possède une activité antibacté- Pour les maux de gorge et la toux, nous recomman-
rienne à large spectre, des propriétés légèrement dons les gargarismes à l’aide d’une décoction de Utilisation en médecine Informations scientifiques
sédatives, antispasmodiques, expectorantes, hyp- quatre citrons verts pour un litre d’eau.
noptiques et répulsives. Le jus de citron dilué dans de l’eau tiède peut ser-
traditionnelle
Principaux constituants chimiques
Le péricarpe contient de la pectine et des flavo- vir à baigner les yeux et ramollir les crevasses de Feuille : huile essentielle, tanins, flavonoïdes.
Partie utilisée : feuille
noïdes (diosmoside et flavones polyméthoxylés) la peau.
aux propriétés anti-inflammatoires, anti-allergiques Propriétés pharmacologiques
Données issues des enquêtes
et anti-agrégant plaquettaire.e Antiseptique.
Les feuilles de citronnier entrent dans des décoc-
L’endocarpe blanc du fruit est hémostatique.
tions et des bains de vapeur pour lutter contre les
fièvres. Toxicologie
Les feuilles ne sont pas toxiques.

Discussion
L’usage externe des feuilles de citronnier et de Ci-
trus en général est à recommander.

84 85
Citrus maxima (Burm.) Merr. Cladogelonium
synonymes : Aurantium maximum Burm., Citrus grandis madagascariense Leandri
(L.) Osbeck
Famille : Rutaceae Famille : Euphorbiaceae
Noms vernaculaires : Noms vernaculaires :
• Antakarana : pampilimôsy • Antakarana : tsontso
• Malgache : angibe, pilionosy, tremo, voasaribe
• Français : pamplemousse
• Anglais : grapefruit

Botanique Botanique
Cet arbre fruitier produit des fruits jaunes, orangés Ce buisson endémique a des rameaux aplatis et des
ou verdâtres, à l’écorce épaisse et aux nombreux feuilles simples opposées et dentées.
quartiers remplis de pépins. Il a donné de nombreux Ses inflorescences terminales donnent des petites

Collections Herbier MNHN


hybrides dont Citrus x paradisi (avec l’oranger doux, capsules de trois coques enfermant une graine à
Citrus sinensis), à l’écorce plus fine, à la chair jaune caroncule.
ou rose légèrement sucrée.

Utilisation en médecine Utilisation en médecine


traditionnelle traditionnelle
Partie utilisée : chair du fruit Partie utilisée : feuille

Source : http://bibliodyssey.blogspot.com/2006/07/fruits-of-java.html
Données issues des enquêtes Données issues des enquêtes
On recommande de boire la décoction de la chair du Les feuilles sont utilisées dans les bains de vapeur
fruit pour le soin des affections cardiaques. pour lutter contre les fièvres avec symptômes grip-
paux et signes neurologiques.

Informations scientifiques
Principaux constituants chimiques
Jus du fruit : vitamines (dont vitamine C ), des fla-
vonoïdes, caroténoïdes et coumarines.

Propriétés pharmacologiques
Nutritif et anti-oxydant.

86 87
Clitoria lasciva Bojer ex Benth.
Famille : Fabaceae
Noms vernaculaires :
• Antakarana : famehifary
• Malgache : famehijarivavy, vahilekosy

Botanique
Cette liane, endémique du nord de Madagascar a
des feuilles alternes, composées, des fleurs bleues
au centre blanc, qui donnent une gousse à maturité.

Utilisation en médecine
traditionnelle
Partie utilisée : racine et fleur

Données issues des enquêtes


La décoction de la racine est utilisée pour le soin
des maladies sexuellement transmissibles comme
la syphilis.
On l’emploie aussi lorsqu’il y a du sang dans les
urines, mais aussi pour des douleurs au talon.
La décoction de la racine de Clitoria lasciva asso-
ciée aux tiges de canne à sucre rouge, Saccharum
officinarum, soulagerait les problèmes de prostate.
La fleur, placée dans la maison, aurait le don d’atti-
rer les amoureux.
© Igor Bertrand

88 Jeune fille du village de Madirobe. 89


Cocos nucifera L. Cola nitida (Vent.) Schott & Endl.
synonymes : Cocos indica Royle, Cocos nana Griff., Palma Famille : Malvaceae
cocos Mill.
Noms vernaculaires :
Famille : Arecaceae • Antakarana : Cola, kôlà
Noms vernaculaires : • Français : cola, kola, noix de kola
• Antakarana : vanio • Anglais : cola, cola nut
• Malgache : nio (l’arbre), dafo, kamba, kaopra
(amande sèchée), voaniho, voanio (le fruit)
• Français : cocotier
• Anglais : coconut tree

Botanique Botanique Informations scientifiques


Ce palmier qui peut atteindre 30 mètres de hau- Cet arbre à feuilles vert foncé et à fleur blanc jau- Principaux constituants chimiques
teur a de grandes feuilles parfois tombantes, aux nâtre peut mesurer de 10 à 15 mètres de hauteur. Noix : caféine (jusqu’à 2,5 %), kolatine, tanins, théo-
segments nombreux, mesurant jusqu’à 6 mètres Il donne de larges gousses contenant de cinq à dix bromine, phlobaphène, anthocyanes.
de long. Ses fleurs blanc crème donnent des fruits graines roses à rouge sombre.
ovoïdes légèrement trianguleux jusqu’à 30 cm de Originaire d’Afrique occidentale, le kolatier est culti- Propriétés pharmacologiques
diamètre. vé sous tous les tropiques. Stimulant nerveux, tonicardiaque et musculaire,
Le cocotier, originaire du Pacifique, est devenu diurétique et aphrodisiaque.
pantropical.
Utilisation en médecine Toxicologie
traditionnelle La noix de cola n’est pas toxique. Il faut éviter de la
consommer l’après-midi à cause de ses effets sti-
Utilisation en médecine mulants, qui peuvent empêcher le sommeil.
Partie utilisée : graine
traditionnelle
Données issues des enquêtes Discussion
Partie utilisée : huile La noix de cola est conseillée pour les personnes
Les noix de cola sont vendues sur le marché et mâ-
chées pour leurs propriétés stimulantes. manquant de tonus et convalescentes.
Données issues des enquêtes On préconise : graines concassées (4 à 8 g par jour)
Masser la poitrine des enfants avec de l’huile de ; poudre (1 à 2 g par jour, le matin).
coco fait disparaitre la toux. Il est préférable de consommer la noix fraîche.
Masser tout le corps avec de l’huile de coco enlève
la fatigue.

Informations scientifiques
Principaux constituants chimiques
Huile : lipides dont près de 90 % d’acides gras satu-
rés (dont 48 % d’acide laurique, 20 % d’acide myris-
tique, 9 % d’acide palmitique et acide caprylique,
caprique et stéarique), vitamine A et E.

90 91
Combretum coccineum Commelina
(Sonn.) Lam. benghalensis L.
synonymes : Poivrea coccinea (Lam.) A.DC., Combretum synonymes : Commelina canescens Vahl, Commelina
purpureum Vahl, Combretum pachycladum Bake mollis Jacq., Commelina turbinata Vahl
Famille : Combretaceae Famille : Commelinaceae
Noms vernaculaires : Noms vernaculaires :
• Antakarana : tamenaka • Antakarana : ahitriankôra
• Malgache : babonga, borosonfy, halaitra, • Malgache : tsimativonoina
manakobongo, menakibongo, salaitsa, salay,

© Forest & Kim Starr


• Français : herbe cochon, misère
tamenaka, tsilaitra, voanta menaka, zanakibongo • Anglais : benghal dayflower, spiderwort
• Français : chigomier écarlate
• Anglais : crimson cloud, flame vine

Botanique Utilisation en médecine Botanique Utilisation en médecine


traditionnelle traditionnelle
Cette liane prend appui sur les grands arbres ou sur Cette plante étalée et rampante peut atteindre 70
les arbrisseaux buissonnants en sites découverts. Partie utilisée : racine et fleur cm de hauteur. Elle porte des nœuds sur une tige Partie utilisée : feuille
Ses feuilles, très variables, sont généralement ellip- crassulescente et pubescente. Ses feuilles alternes,
tiques oblongues, opposées, à pétiole de 1 cm de Données issues des enquêtes ovales à lancéolées, d’un vert clair, ont de nom- Données issues des enquêtes
long, d’un vert foncé luisant. Ses inflorescences On donne à boire une cuillerée à café de la décoction des breuses nervures parallèles. Son inflorescence On baigne les yeux avec la décoction des feuilles
multiflores terminales en panicules. La fleur a des fleurs ou de la racine pour soigner l’énurésie chez les en- composée de trois ou quatre fleurs bleues sont pour le soin des douleurs oculaires.
étamines longuement saillantes qui débordent fants (sôron-drano) et les affections de la rate (lambignana). insérées dans une spathe triangulaire. Le cataplasme des feuilles pilées est appliqué sur
beaucoup de la corolle rouge-sang. Son fruit brun les endroits du corps atteints par la gale.
clair indéhiscent, presque rond, porte quatre ailes
papyracées, flexibles.
L’espèce est endémique de Madagascar. Informations scientifiques
Principaux constituants chimiques
Feuille : lutéine, béta-carotène, rétinol.

© Service de recherche agricole, ministère américain de l’Agriculture, Herb Pilcher


Propriétés pharmacologiques
Les feuilles montrent des activités antibactérienne,
antifongique, anti-oxydante et anti-inflammatoire.

Toxicologie
La toxicité interne de la plante est à l’étude. Son
usage traditionnel est à respecter.

92 93
Croton argyrodaphne
Baill.

Famille : Euphorbiaceae
Noms vernaculaires :
• Antakarana : Arongambe, jala, lazalaza,
lazalazaberavigny
• Malgache : andriambolafotsy

Botanique Informations scientifiques


Arbre ou arbuste pouvant atteindre une quinzaine Toxicologie
de mètre de hauteur à l’écorce grise ou blanchâtre. Le genre contient des composés toxiques et, dans
Les feuilles simples et alternes sont caduques. l’absence d’information complémentaire sur la toxi-
Argentées sur le dessous, elles sont vertes sur la cité de cette espèce, nous recommandons d’éviter
face supérieure. Le calice des fleurs est orange et son usage interne.
la corolle blanche à jaune pâle laisse place à un fruit
en grappe blanchâtre ou beige. La plante possède
un latex orangé et transparent.

Utilisation en médecine
traditionnelle
Partie utilisée : écorce

Données issues des enquêtes


L’écorce râpée est diluée dans de l’eau. On utilise
cette préparation pour soigner les maux de ventre.
On s’en sert aussi pour le soin de la rougeole. Dans
ce cas, la pâte obtenue sera aussi appliquée sur le
corps.
La décoction de l’écorce, à laquelle on ajoute des
racines de curcuma (Curcuma longa), des feuilles
de citronnier (Citrus sp.) et du riz en poudre, est pré-
conisée pour le soin de la jaunisse.
La pâte obtenue par l’écorce pilée est appliquée en
cataplasme sur les parties du corps affectées par

Collections Herbier MNHN


la gale.

94 Forêt sèche dans le Nord de Madagascar. 95


Cucurbita moschata Cupressus lusitanica
Duchesne ex Poir. Miller.

Famille : Cucurbitaceae Famille : Cupressaceae


Noms vernaculaires : Noms vernaculaires :
• Antakarana : tsirebiky • Antakarana : cipré
• Malgache : Baby, voatavo, voatavombazaha • Français : cyprès
• Français : courge muscade, courge musquée, • Anglais : cypress
giraumon

Botanique Utilisation en médecine Botanique Informations scientifiques


traditionnelle Concernant Cupressus sempervirens L.
Cette herbacée a de longues tiges rampantes Ce genre comprend des arbustes buissonnants et
munies de vrilles. La plante est couverte de poils Partie utilisée : feuille des arbres de 5 à 40 mètres de hauteur, à l’écorce Principaux constituants chimiques
souples. Ses grandes feuilles sont palmées à cinq rougeâtre, aux branches redressées et touffues Partie aérienne : huile essentielle (de 0,2 % à 1 %
lobes peu marqués, vert marbré de blanc. Elle est Données issues des enquêtes recouvertes de feuilles en écailles imbriquées sur contenant alpha-pinène, camphène, cadinène,
monoïque, les fleurs sont de couleur jaune à orange. La décoction des feuilles est utilisée pour le soin de quatre rangs de forme triangulaire. Les fruits sont cédrol…), tanins catéchiques, flavonoïdes (dimères
Ses fruits sont gros, en forme de massue, de bou- l’énurésie. des cônes globuleux verts puis gris-brun, aux flavoniques : procyanidols du groupe B).
teille ou ronds, de couleur très variable allant du vert écailles épaisses s’écartant à maturité, contenant
au crème selon la variété. Le pédoncule présente des graines à deux ailes. Propriétés pharmacologiques
cinq côtes bien marquées. La chair, épaisse, allant Astringent, vaso-constricteur, veinotonique, angio-
du jaune à l’orangé, entoure des graines gris-brun protecteur, antibactérien, antispasmodique, anti-
aplaties et ovales. La courge musquée est une ex- Utilisation en médecine sudorifique, antirhumatismal, rééquilibrant du sys-
cellent légume. traditionnelle tème nerveux et antiseptique.

Partie utilisée : tige feuillée Toxicologie


L’utilisation du cyprès est exempte de danger aux
Données issues des enquêtes doses préconisées cependant il ne faut pas l’admi-
La décoction des tiges feuillées est utilisée en nistrer aux nourrissons.
usage interne pour le soin des diarrhées.
Discussion
Pour le soin des hémorroïdes, des jambes lourdes,
des métrorragies et des varices :
décoction de 10 à 30 g de fruits concassés ou de
feuilles par litre, boire deux à trois tasses par jour.
Décoction concentrée (50 g de cônes ou feuilles par
litre) en usage externe, à appliquer en compresse ou
en bain.

96 97
Curcuma longa L. Cymbopogon citratus
(DC.) Stapf
Famille : Zingiberaceae
Noms vernaculaires : synonymes : Andropogon citratus DC
• Antakarana : tamotamo
Famille : Poaceae
• Malgache : tamotamo
• Français : curcuma, souchet, safran des Indes Noms vernaculaires :
• Anglais : turmeric • Antakarana : citronelle, veromanitra
• Malgache : fatakamanitra
• Français : citronnelle, verveine des Indes
• Anglais : lemon grass

Botanique Botanique
Cette herbacée vivace, proche parent du gingembre, Cette herbe vivace pousse en touffe de trente à
aux longues feuilles veinées, peut mesurer jusqu’à soixante centimètres de hauteur et parfois plus. Les
un mètre de hauteur. Ses fleurs jaunes, entourées de feuilles sont garnies de poils rêches. Toute la plante
bractées vertes, sont groupées en épis. Son rhizome dégage une odeur de citron quand on la froisse antifilariose et une activité anti-oxydante.
noueux, brun clair, renferme une chair orange vif très La citronnelle originaire du sud de l’Inde et du Sri L’huile essentielle est dépressive du système ner-
aromatique. cumine, principes amers Lanka est cultivée en zone tropicale. veux central et présente des propriétés analgé-
et résines. siques et antipyrétiques. De plus, elle présente une
activité antibactérienne (Escherichia coli, Bacillus
Utilisation en médecine Propriétés Utilisation en médecine subtilis, Pseudomonas aeruginosa, Staphyloccocus
traditionnelle pharmacologiques traditionnelle aureus, Mycobacterium smegmatis), antifongique
Le rhizome, riche en (Candida albicans, Candida pseudotropicalis) et une
Partie utilisée : rhizome huile essentielle, est anti- Partie utilisée : feuille activité antispasmodique et stimulante au niveau
inflammatoire, antiseptique, antalgique, anticoagu- gastro-intestinal.
Données issues des enquêtes lant, fluidifiant sanguin. Il augmente les sécrétions Données issues des enquêtes
Le rhizome de curcuma est utilisé en décoction biliaires et a une action protectrice sur l’estomac et La décoction des feuilles est bue pour favoriser la Toxicologie
pour le soin de la jaunisse. Une cuillerée de poudre le foie. digestion. On lui attribue aussi des propriétés som- La plante est dénuée de toxicité, cependant une
peut être ajoutée au riz dans cette même indication. nifères. dose forte et un traitement prolongé auraient une
Il est largement utilisé comme condiment. Toxicologie Contre la fièvre, le paludisme, on conseille d’inhaler action dépressive sur le système nerveux central et
Le curcuma sert à la confection de masques de La littérature ne mentionne pas d’effets toxiques. les vapeurs se dégageant de la décoction, de se cou- provoquerait des effets anxiogènes. Il est vivement
beauté par les femmes. Attention, à fortes doses, le curcuma peut provo- vrir le corps avec un drap de manière à le ” baigner ” recommandé de filtrer correctement la tisane afin
quer des irritations gastriques. des vapeurs. d’éviter des lésions sur la muqueuse de l’oeso-
phage attribuées aux microfilaments présents sur
Informations scientifiques Discussion la feuille.
Nous recommandons le curcuma pour le soin des Informations scientifiques Dans la tige de citronnelle, il ne faut prendre que la
Principaux constituants chimiques ulcères et de l’acidité gastrique, les affections du base claire des feuilles. La partie verte contient des
Rhizome : huile essentielle (3 à 5 %) riche en mono- foie, l’hypertension, les rhumatismes, l’arthrite et Principaux constituants chimiques poils irritants.
terpènes (bornéol, camphre, terpinène), en sesqui- l’arthrose. Partie aérienne : huile essentielle (citral, géranial,
terpènes (turmérone, alantone, curcuménol) ; cur- Boire trois tasses par jour d’une infusion à 30 néral, myrcène…), alcaloïdes, tanins. Discussion
grammes de rhizome par litre d’eau ou prendre trois La plante est conseillée en cas de digestion difficile,
fois par jour une cuillerée à café de poudre diluée Propriétés pharmacologiques d’infections urinaires, de fièvre, d’insomnie et de
dans de l’eau. La décoction des feuilles possède des effets hypo- nervosité en décoction de 15 grammes de gaines
La racine de curcuma peut être utilisée fraîche en tenseurs, expectorants, analgésiques, anti-inflam- de feuilles fraîches par litre d’eau.
cataplasmes en cas de foulure, de coups et pour le matoires et diurétiques. Les feuilles ont une activité La plante est par ailleurs très intéressante comme
soin des affections dermatologiques. insectifuge.

98 99
Cynodon dactylon (L.) Pers. Dalbergia baronii Baker
Famille : Poaceae Famille : Fabaceae
Noms vernaculaires : Noms vernaculaires :
• Antakarana : fandroilakana • Antakarana : hazovola
• Malgache : arampandrotra, fandrotsana, • Malgache : Manariketsana, voambona
fandrotrarana, kindrese, kidresy • Français : palissandre brun, palissandre de
• Français : chiendent pied-de-poule, gros chiendent Madagascar
• Anglais : bermuda grass • Anglais : Madagascar rosewood

Botanique
Cet arbre endémique de Madagascar, peut atteindre
30 mètres de hauteur. Ses feuilles composées im-
paripennées sont munies de dix-sept à vingt-cinq
folioles. Son inflorescence axillaire est composée

Collections Herbier MNHN


de fleurs de couleur blanche ou crème. Ses fruits
sont des gousses contenant des graines brun-
rouge sombre. La plante figure sur la liste rouge des
Botanique Informations scientifiques plantes menacées de disparition du fait de la surex-
ploitation du bois.
Cette herbacée vivace rampante a un port étalé et Principaux constituants chimiques
aussi des tiges dressées. Plusieurs épis portent Rhizome : acides phénoliques, flavonoïdes.
d’un seul côté des épillets violacés et très petits,
insérés sur deux rangs. La propagation se fait par Propriétés pharmacologiques
Utilisation en médecine
rhizomes et stolons. Rhizome : antibactérien, antiviral, anti-inflamma- traditionnelle
toire, anti-oxydant, hypoglycémiant, anti-diabé-
tique, diurétique. Partie utilisée : feuille
Utilisation en médecine
Données issues des enquêtes
traditionnelle Toxicologie
L’inhalation des vapeurs des feuilles bouillies est
La littérature ne présente pas d’éléments sur la toxi-
cité du chiendent (feuille ou rhizome), mais elle met préconisée pour le soin de la fièvre et du paludisme.
Partie utilisée : feuille
en garde pour la présence sur la plante de champi-
Données issues des enquêtes gnons et moisissures très toxiques.
La décoction des feuilles est utilisée pour le soin
des femmes après l’accouchement.
Elle est aussi employée par les femmes pour lutter
contre la fatigue.

100 101
Datura inoxia Mill.
Famille : Solanaceae
Noms vernaculaires :
• Malgache : kinanakoho, maimbobe, voandramiary
• Français : trompette des anges

Botanique Utilisation en médecine


traditionnelle
Cette plante vivace originaire d’Amérique centrale
peut atteindre 1,50 m de hauteur. Sa racine charnue Partie utilisée : fleur
est très développée et les parties aériennes recou-
vertes d’un dense duvet rappelant le velours. Les Données issues des enquêtes
feuilles entières au long pétiole peuvent atteindre 20 Les fleurs sèches sont fumées pour soigner
cm de longueur. Ses fleurs de couleur blanc ivoire, l’asthme.
en forme de trompette, s’ouvrent la nuit et exhalent
un parfum suave. Ses fruits sont des capsules cou-
vertes d’aiguillons non acérés et souples contenant Informations scientifiques
des graines noires.
Principaux constituants chimiques
Toute la plante contient des alcaloïdes très toxiques.

Discussion
Tous les usages de la plante sont à proscrire. Nous
recommandons plutôt l’usage de kironono, jean-ro-
bert (Euphorbia hirta), pour le soin de l’asthme.

102 Vendeuse d’épices sur le marché de Diego. 103


Desmodium canum Desmodium
Schinz & Thell. ramosissimum G. Don
synonymes : Desmodium frutescens Schindl., Desmodium synonymes : Hedysarum fruticulosum Desv
incanum DC., Desmodium supinum DC., Hedysarum canum
J.F. Gmel., Hedysarum supinum Sw. Famille : Fabaceae
Famille : Fabaceae Noms vernaculaires :
• Antakarana : famakiangôfo
Noms vernaculaires :
• Malgache : mandravasarotra, tsilavondrivotra
• Antakarana : tsilavondrivotro
• Français : petite réglisse

© Nivo Rakotonirina
• Malgache : tsiafadambo

Botanique Données issues des enquêtes


La décoction de la plante entière est prise pour arrê-
Cette plante dressée peut atteindre 1 mètre de hau- ter les règles abondantes.
Botanique teur et ses rameaux ont de longs poils noirs. Ses La décoction des feuilles est utilisée pour combattre
feuilles alternes, composées, à trois folioles sont la fatigue.
Cette plante herbacée, originaire d’Amérique tro- Discussion glabres dessus et légèrement pubescentes des-
picale, poussant jusqu’à 1,50 m de hauteur, a des Certains Desmodium contiennent des alcaloïdes sous. Ses fleurs roses à pourpres en inflorescences
feuilles composées à trois folioles elliptiques. Elles toxiques. Dans l’attente d’informations scienti- terminales donnent des gousses composées de Informations scientifiques
sont grisées dessous et marbrées de taches argen- fiques sur l’espèce, nous ne recommandons que quatre à six articles arrondis pubescents.
tées dessus. Ses fleurs bleues ou pourpres donnent l’usage externe de la plante. Discussion
des cosses de 2 à 4 cm, de cinq à huit articles arron- Certains Desmodium contiennent des alcaloïdes
dis couverts de poils crochus, qui se cassent facile- Utilisation en médecine toxiques. Dans l’attente d’informations scienti-
ment en segments et s’attachent aux poils et aux fiques sur l’espèce, nous ne recommandons que
vêtements.
traditionnelle l’usage externe de la plante.

Partie utilisée : plante entière


Utilisation en médecine
traditionnelle
Partie utilisée : plante entière

Données issues des enquêtes


La décoction de la plante entière (avec les racines)
est bue et inhalée contre la fièvre.
Les trombas l’utilisent pour contrecarrer les sorts,
en mélange avec d’autres plantes.

Informations scientifiques

© Nivo Rakotonirina
Principaux constituants chimiques
Isoflavones, tanins.

Propriétés pharmacologiques
Antibactérienne.

104 105
Desmodium Dicranopteris linearis
velutinum (Willd.) DC (Burm. f.) Underw.

synonymes : Desmodium lasiocarpum (P. Beauv.) DC., synonymes : Dicranopteris dichotoma (Thunb.) Bernh.,
Desmodium latifolium (Roxb.) DC., Hedysarum lasiocarpum Gleichenia linearis (Burm. f.) C.B. Clarke, Mertensia linearis
P. Beauv., Hedysarum velutinum Willd. (Burm. f.) Fritsch, Polypodium lineare Burm. f.

Famille : Fabaceae Famille : Gleicheniaceae

Noms vernaculaires : Noms vernaculaires :


• Antakarana : ôhotro
• Antakarana : kinandromandro
• Français : uluhe
• Malgache : tsiafadambo
• Anglais : false staghorn fern

Botanique Informations scientifiques Botanique Informations scientifiques


Cet arbuste pérenne aux branches souvent rouges Discussion Cette fougère pantropicale au rhizome rampant, cou- Principaux constituants chimiques
peut atteindre 3 mètres de hauteur. Ses feuilles sont Certains Desmodium contiennent des alcaloïdes vert de poil brun-rouge, a des pétioles de taille très Terpénoïdes, flavonoïdes.
recouvertes de poils et son inflorescence de fleurs toxiques. Dans l’attente d’informations scienti- variable allant de 30 cm à 1 mètre et porte quelques
roses ou pourpres donnent des gousses couvertes fiques sur l’espèce, nous ne recommandons que écailles à la base. Ses frondes sont plusieurs fois Propriétés pharmacologiques
de poils jaunes crochus. l’usage externe de la plante. divisées, chaque bifurcation portant sous le bour- Antibactérienne, antivirale, antifongique, antipyré-
geon des stipules longues de 7 à 8 cm, profondé- tique et anti-inflammatoire.
ment pinnatifides. Les sores sont formés de sept à
Utilisation en médecine huit sporanges. Toxicologie
traditionnelle La littérature consultée n’apporte pas d’information
sur la toxicité de la plante.
Partie utilisée : tige feuillée et feuille Utilisation en médecine
traditionnelle Discussion
Données issues des enquêtes Vue l’absence d’informations scientifiques sur sa
La décoction des feuilles sert au soin des diarrhées, Partie utilisée : tige feuillée toxicité, nous conseillons d’éviter la consommation
des hépatites et des maux de ventre des enfants de cette fougère.
auxquels on ne donne qu’une cuillerée à soupe. Données issues des enquêtes
Le jus des feuilles froissées est instillé dans les La décoction des tiges feuillées en usage interne
narines pour soigner la grippe et soulager les mi- est utilisée pour traiter les hépatites et les maux
graines. d’estomac.
La décoction des feuilles est utilisée pour laver les
plaies infectées.
Les feuilles sont broyées et appliquées sur les plaies
pour arrêter le sang. La plante est un bon fourrage
pour les animaux.

106 107
Dioscorea heteropoda Dracaena angustifolia
Baker Roxb.

synonymes : Dioscorea trichantha Baker synonymes : Dracaena ensifolia Wall.


Famille : Dioscoreaceae Famille : Asparagaceae
Noms vernaculaires : Noms vernaculaires :
• Antakarana : majôla • Antakarana : hasignimadinikiravigny
• Malgache : bemandry, hofika, ofaka, oviala (igname • Malgache : hasina
de la forêt) • Français : dragonnier à feuilles aigues
• Français : Igname de la forêt
Collections Herbier MNHN

Botanique Informations scientifiques


Cette herbe pérenne peut atteindre 1,5 m de hauteur Principaux constituants chimiques
et porte des feuilles étroites. Les inflorescences de Saponines stéroïdiques.
Botanique Utilisation en médecine fleurs jaunâtres sont dressées ou pendantes et se
transforment en fruits globuleux bleu brillant d’envi- Propriétés pharmacologiques
traditionnelle ron 0,5 cm de diamètre. Antifongique.
Cette liane vivace à tubercules divergents porte
des tiges fines et dressées entièrement glabres. Partie utilisée : tubercule et feuille.
Les feuilles alternes embrassent la tige à la base Toxicologie
par deux auricules très courtes. Les inflorescences Données issues des enquêtes
Utilisation en médecine En absence d’information sur la toxicité de la plante,
mâles sont organisées en épis de cymules aux La décoction des feuilles aide à l’expulsion du pla- traditionnelle nous conseillons de la réserver à un usage externe.
bractées blanches et périanthe rouge sombre. Les centa (usage en médecine humaine et vétérinaire)
inflorescences femelles donnent des épis simples et sert dans le soin des troubles de la prostate et Partie utilisée : tige et feuille
et solitaires de fleurs isolées qui laissent place à des de la jaunisse.
fruits en capsule, contenant des graines ailées. Le tubercule est consommé comme légume. Données issues des enquêtes
La décoction de la tige et des feuilles bue et utilisée
en bain de vapeur sert au soin du paludisme pour
faire baisser la fièvre. Cette même décoction sert
aussi à laver les plaies.
Le Dracaena, planté à proximité de la case apporte
la félicité.
Il marque les lieux de cultes ancestraux et ses
feuilles sont utilisées lors de divers rituels (trom-
bas), en particulier pour les aspersions.

108 109
Dracaena reflexa Lam. Elephantopus scaber L.
synonymes : Lomatophyllum reflexum Bojer Famille : Asteraceae
Famille : Asparagaceae Noms vernaculaires :
Noms vernaculaires : • Antakarana : tambakombako, tambakobako,

• Antakarana : hasigny fangilamasonaomby


• Malgache : tavivolalahy, ranjo, tavolaly, tavovola, • Malgache : alamy, fandrotsikamasinaomby,

tsihasinkasina, tsimitrona tsingilofilo


• Français : bambou marron, bois de chandelle, • Français : herbe la jouissance, lastron marron,

dragonnier libéralis

© Lucile Allorge
Botanique Utilisation en médecine
traditionnelle
Cet arbuste a un tronc grêle à robuste portant des
feuilles linéaires à elliptiques dont la marge est sou- Partie utilisée : tige et feuille
Botanique Informations scientifiques
vent rouge. Les inflorescences de fleurs jaunâtres
sont dressées ou pendantes et se transforment en Cette herbacée dressée est courtement pubes- Principaux constituants chimiques
Données issues des enquêtes
fruits globuleux brun orangé d’environ 1 cm de dia- cente, surtout sur la face inférieure des feuilles et Lactones sesquiterpéniques.
Les usages sont les mêmes que pour Dracaena
mètre. sur la tige au voisinage de leur insertion. Les feuilles
angustifolia.
sont simples et alternes, au limbe lancéolé, avec Propriétés pharmacologiques
une nervure saillante en dessous. Les fleurs sont Anti-oxydante, antihépatotoxique, antibactérien.
organisées en un capitule entouré de trois bractées
foliacées et donnent des graines hérissées. Toxicologie
La plante est présente dans l’ensemble des tro- Dans l’absence d’information sur la toxicité de cette

Echinochloa
piques. plante, nous incitons à la prudence.

pyramidalis (Lam.) Hitchc. & Chase Utilisation en médecine


traditionnelle
synonymes : Echinochloa holubii (Stapf) Stapf
Famille : Poaceae Partie utilisée : plante entière
Noms vernaculaires :
Collections Herbier MNHN

• Antakarana : Ahibita, ahilava Données issues des enquêtes


• Malgache : ahidrano, karanga, sarivary, songolo, La décoction de la plante entière soulage les règles
tsimparifarimanja douloureuses.
Les parties aériennes de la plante entrent dans des
rituels pour contrer la malchance et les échecs à
répétition.

Botanique Utilisation en médecine


traditionnelle
Cette herbacée vivace peut dépasser un mètre de
hauteur. Ses feuilles alternes ont des ligules consti- Partie utilisée : feuille
tuées de longs poils. Son inflorescence en panicule,
pyramidale est composée de nombreux racèmes Données issues des enquêtes
d’épillets non aristés. La décoction des feuilles est utilisée en bains de
vapeur, pour le soin des fièvres avec symptômes
grippaux et signes neurologiques.

110 111
Eleusine indica (L.) Gaertn. Emilia humifusa DC.
synonymes : Eleusine textilis Welw. synonymes : Emilia amplexicaulis Baker
Famille : Poaceae Famille : Asteraceae
Noms vernaculaires : Noms vernaculaires :
• Antakarana : tsimpignipigny • Antakarana : Antsointsoina, siasia
• Malgache : tsipipina • Malgache : anampoza, ravintsarahazo, tsiontsiona
• Français : chiendent patte de poule, éleusine, gros
chiendent
• Anglais : crowfootgrass, indian goosegrass, wiregrass

Botanique Utilisation en médecine


traditionnelle
Cette herbe annuelle glabre a des feuilles simples
et alternes, plus ou moins dentées, les inférieures Partie utilisée : feuille
cordées et triangulaires à la base. Le pétiole est à
peu près aussi court que le limbe, embrassant le Données issues des enquêtes
rameau et auriculé au sommet. Les capitules petits, On applique la décoction de la plante sur les en-
terminaux, solitaires offrent des fleurs d’un jaune droits affectés par la gale, ainsi que sur les plaies
caractéristique qui cèdent la place à des akènes
Botanique Informations scientifiques munis de petits poils.
qui ne guérissent pas. La plante peut aussi être uti-
lisée en cataplasme.
Cette plante est endémique de Madagascar. Une autre préparation consiste à placer les feuilles
Cette herbe annuelle ou pérenne en touffes denses Principaux constituants chimiques
peut atteindre 50 cm de hauteur. Ses feuilles sont Partie aérienne : alcaloïdes, flavones C-glycosylées d’Emilia humifusa à l’intérieur de celles de bananier,
glabres ou glabrescentes, étroites, longues de 15 à (shaftoside et vitexine), dérivés du sitostérol, tanins, puis de chauffer le tout jusqu’à ce que ce soit noir et
30 cm. Ses épillets, longs de 5 à 8 cm, sont disposés anthraquinones, saponines, glycosides cardioto- humide. Cette préparation est ensuite appliquée sur
en inflorescence digitée au sommet des tiges, par- niques. les plaies. Elle a la réputation de ” piquer ”.
fois quelques-uns échelonnés en dessous. On associe parfois à cette plante des feuilles
Cette graminée est répandue en zone tropicale. Propriétés pharmacologiques d’agnamamy (Solanum nigrum), dans les cata-
L’infusion des parties aériennes d’Eleusine indica plasmes.
présente une activité anti-inflammatoire qui pour- Cette plante est aussi utilisée pour faire tomber la
Utilisation en médecine rait être rattachée à sa composition en flavones fièvre. On boit alors la décoction et on fait des bains
des vapeurs.
traditionnelle glycosylées.
Ses activités antiplasmodiales et antidiabétiques
Partie utilisée : plante entière ont fait l’objet de publications scientifiques.

Données issues des enquêtes Toxicologie


La décoction de la plante entière est conseillée pour La plante ne présente pas de toxicité aigüe, mais la
soulager les douleurs de reins et pour baigner les présence de composés toxiques (anthraquinones,
conjonctivites. glycosides cardiotoniques) doit nous inciter à la
En cas d’entorses et de foulures, la décoction de prudence et à ne pas prolonger son usage.
plante entière est employée en massage sur les

Collections Herbier MNHN


zones affectées. On l’applique aussi en cataplasme. Discussion
Son usage interne doit être restreint dans le temps
et ne pas dépasser trois semaines de traitement.
L’usage externe est à valoriser.

112 113
Entada rheedei Spreng. Erythroxylum
Famille : Fabaceae
platyclados Bojer
Noms vernaculaires :
synonymes : Erythroxylum crassipes Baill.
• Antakarana : vahimolagna
• Français : cœur de mer Famille : Erythroxylaceae
• Anglais : sea heart Noms vernaculaires :
• Antakarana : tapiaka
• Malgache : fisatendro, tambolana, tampiana

Botanique Utilisation en médecine Botanique Utilisation en médecine


traditionnelle traditionnelle
Cette liane vigoureuse à croissance rapide possède Il s’agit d’un arbuste ou d’un petit arbre aux feuilles
des feuilles paripennées de trois à quatre paires de Partie utilisée : tige et écorce caduques et à l’extrémité des branches aplatie. Les Partie utilisée : feuille
folioles. Ses petites fleurs jaune-vert en épis pro- feuilles adultes sont très coriaces au limbe obo-
duisent de grandes gousses compartimentées pou- Données issues des enquêtes vale cunéiforme. Les fleurs blanches et régulières, Données issues des enquêtes
vant atteindre 2 mètres et contenant de dix à quinze Aux femmes qui ont des difficultés à enfanter, on regroupées de une à six à l’aisselle des feuilles La macération de six feuilles tombées à terre ac-
graines en forme de cœur. recommande la décoction prolongée des tiges de donnent des drupes charnues à une graine. compagnées de barbe de maïs (Zea mays) soulage
L’espèce est originaire d’Amérique centrale. la plante en usage externe pour nettoyer le vagin. les maux de ventre.
Elles peuvent aussi boire un peu de cette décoction. La décoction des feuilles soigne les règles abon-
Les tiges cuites sont réduites en une pâte, que l’on dantes et l’énurésie.
applique sur le ventre.
La décoction de l’écorce interne est préconisée
pour le soin de l’énurésie à raison de quatre cuille-
rées à soupe deux fois par jour.

Informations scientifiques
Toxicologie
La plante appartient à un genre parmi lequel plu-
sieurs espèces sont toxiques.
Nous ne conseillons pas l’usage interne d’Entada
gigas en l’absence d’information sur son innocuité.

114 115
Eucalyptus citriodora Eugenia uniflora L.
Hook.
Famille : Myrtaceae

Famille : Myrtaceae Noms vernaculaires :


• Antakarana : cerise sauvage
Noms vernaculaires :
• Malgache : dorabokalatrano, rasay, serizy
• Antakarana : kininigny, kininy
• Français : cerise à côtes, cerisier de Cayenne,
• Français : eucalyptus
roussaille
• Anglais : eucalyptus
• Anglais : brazilian cherry, Cayenne cherry, Surinam
cherry

© Lucile Allorge
Botanique Botanique Utilisation en médecine
traditionnelle
Ce grand arbre originaire d’Australie a une crois- La décoction des feuilles en mélange avec veroma- Cet arbuste, originaire d’Amérique tropicale, peut
sance très rapide, des feuilles de forme obovale et nitra, (Cymbopogon citratus), ou kalabera (Lantana atteindre 5 mètres de hauteur. Ses feuilles sont co- Partie utilisée : feuille
sessiles quand l’arbre est jeune, glauques, coriaces, camara) est utilisée en shampoing. riaces, luisantes et odorantes. Ses fleurs blanches
falciformes, plus tard, et des fleurs blanches à nom- Les eucalyptus sont cultivés à Antsiranana à des donnent des fruits côtelés jaunes ou rouges co- Données issues des enquêtes
breuses étamines. Le fruit est une capsule avec un fins environnementales et sur des terrains arides mestibles. La décoction des feuilles sert au soin des fièvres et
opercule. Selon le profil de l’huile essentielle qu’ils pour la fabrication de charbon de bois, parfois dans du paludisme.
contiennent, on distingue : le cadre de campagnes de reboisement.
Huile essentielle à cinéole (E. globulus, E. oleosa, E.
ganiocalyx, E. maindeni et E., longifolia). Informations scientifiques
Huile essentielle à sesquiterpènes (E. robusta, E. Informations scientifiques
saligna, E. melliodora, E. amygdalium). Principaux constituants chimiques
Huile essentielle à citral et citronellal (E. citriodora). Principaux constituants chimiques Feuille : huile essentielle riche en curzérène (50 %),
Le genre comprend quatre cent cinquante espèces Feuille : huile essentielle (0,5 % à 7 %) dont le consti- bêta-élémène (6 %) et alpha-cadinol (5 %), flavo-
originaires d’Australie, mais quelques espèces sont tuant principal est l’eucapyptol (cinéol), tanins. noïdes (quercétine, myricitrine et myricétine).
originaires de Malaisie à l’est de la ligne de Wallace.
Propriétés pharmacologiques Propriétés pharmacologiques
Antiseptique des voies respiratoires et urinaires, Des activités antibactérienne, antiplasmodiale, anti-
Utilisation en médecine expectorant et fluidifiant bronchique, antibactérien trypanosomiale et anti-trichomonas ont été mises
traditionnelle (Staphylococcus aureus, Pseudomonas aerugino- en évidence in vitro.
sa, Candida albicans, Escherichia coli, Streptococ-
Partie utilisée : feuille cus pyogenes), antipyrétique, astringent, tonique, Toxicologie
hypoglycémiant. La littérature consultée ne montre pas de toxicité
Données issues des enquêtes concernant l’usage de la plante.
On boit la décoction des feuilles pour faire tomber la Toxicologie
fièvre et soigner les affections respiratoires. De plus L’utilisation prolongée de la plante peut provoquer
on recommande les bains de vapeur et les inhala- des irritations gastriques et rénales.
tions, matin et soir. Le corps est recouvert d’un drap
pour le ” baigner ” dans les vapeurs et favoriser les Discussion
inhalations. Les feuilles d’eucalyptus sont recommandées en
On utilise aussi la tisane pour calmer la toux. cas de rhume, sinusite, maux de gorge, angine, toux,
Parfois, on y associe, mandravasarotro (Cinna- bronchite, infection urinaire ou fièvre sous la forme
mosma macrocarpa) et kalabera (Lantana camara), d’une décoction de 10 à 20 grammes de feuilles par
pour le soin des fièvres paludéennes et la fatigue. litre d’eau à boire dans la journée, ou en inhalations.

116 117
Euphorbia hirta L.
synonymes : Euphorbia pilulifera L., Chamaesyce hirta Millsp.
Famille : Euphorbiaceae
Noms vernaculaires :
• Antakarana : Jean-robert, katsakatsa,
tsikatsakatsa,
• Malgache : aidinono, fampinonoana, kironono,
tanampotsihelika, tsimenamena, zanraobera
• Français : jean-robert
• Anglais : asthma weed

Botanique
Cette plante herbacée annuelle, d’environ 40 cm de Données issues des enquêtes La plante est spécifique de la dysenterie amibienne galactogène, analgésique, anti-inflammatoire et
hauteur, pousse près du sol. Sa tige mince, cylin- Cette plante, très largement utilisée, est considérée et des diarrhées. On en boit dans ce cas plusieurs antipyrétique.
drique, est souvent rouge et blanche, couverte de comme ”bonne pour tout”, sauf contre les vomisse- tasses par jour. La plante sous forme d’extrait aqueux est égale-
poils jaunes et libère un suc laiteux à la cassure. ments. On note cependant une mention particulière La décoction est aussi préconisée pour le soin de ment dépresseur du système nerveux central, avec
Ses feuilles opposées sont lancéolées, mesurant de son utilisation contre les problèmes rénaux et l’asthme et des bronchites chroniques. un effet sédatif et anxiolytique. L’activité analgé-
jusqu’à 5 cm de long, asymétriques à la base, arron- urinaires, chez les enfants ou les hommes qui ont Les cataplasmes de feuilles fraîches sont appliqués sique serait d’origine centrale et inhibée par un
dies d’un côté. Les inflorescences sont en glomé- des difficultés à uriner, l’énurésie et les problèmes sur les plaies. prétraitement par la naloxone, un antagoniste mor-
rules axillaires et terminaux, avec de petites fleurs génitaux (décoction de toute la plante). phinique. Elle stimule l’excrétion urinaire de sodium,
jaunâtres en cyathe caractéristique des Euphorbia- Son utilisation lors des pertes blanches chez la potassium et de bicarbonates, et elle montre une
ceae. Les fruits sont des capsules poilues tricoques. femme est également fréquemment citée. La dé- Informations scientifiques activité diurétique comparable à celle de l’acétazo-
La plante peut avoir plusieurs cycles de reproduc- coction des feuilles est alors bue et utilisée en bains. lamide.
tion dans l’année. Dans les endroits très secs, elle Principaux constituants chimiques
reste rampante et s’étale en rosettes de petites Latex : inositol, résine, triterpènes (taraxérol et Toxicologie
dimensions. Sur les tiges, les nœuds sont alors taraxérone), tanins galliques et catéchiques, fla- La littérature consultée ne présente pas d’effets se-
très rapprochés, et le dessus des feuilles prend une vonoïdes (quercétine), acides aminés, alcaloïdes condaires toxiques concernant l’usage de la plante
teinte pourprée. En saison sèche, la plante souffre (xanthorharmine, taraxérol), acides organiques sèche.
beaucoup et peut disparaître. C’est alors une plante (malique, tartrique, shikimique).
annuelle. Dans les endroits plus frais, Euphorbia Plante entière : gomme résine, cire, sucres, mu- Discussion
hirta reste verte et pousse jusque 40 à 50 cm de cilages, substances volatiles, oxalate de calcium, Nous recommandons l’usage de la décoction de 10
hauteur. Elle peut alors être une plante vivace : pro- acides gras mélissique, palmitique, oléique, lino- à 20 grammes de plante pour un litre d’eau, à boire
fondément enracinée, elle a une souche ligneuse. ; léique, traces d’alcool cérylique, huile essentielle, dans la journée pour le soin des maux de ventre,
elle peut ainsi demeurer pendant toute la saison acide malique et succinique, acide gallique, jam- diarrhées, dysenteries amibiennes, asthme, maux
sèche et parvenir à la saison des pluies suivante. bulol, phytostéroline, euphostérol, triacontane, d’oreille, affections buccales, gingivites, douleurs
Cette espèces rudérale est originaire d’Australie tro- alcaloïdes (xanthorharmine), saponosides triter- dentaires, plaies infectées (usage interne et ex-
picale et s’est répandue dans tous les pays tropi- péniques, tanins galliques et catéchiques, antho- terne), infections urinaires, pertes blanches, fièvre,
caux et subtropicaux. cyanes, coumarines. insomnie et nervosité.

Propriétés pharmacologiques
Utilisation en médecine La plante est antispasmodique, anti-asthmatique,
traditionnelle anti-amibienne (Entomoeba histolytica), antidiar-
rhéique, anthelmintique (in vitro), antibactérienne
Partie utilisée : tige et feuille (Escherichia coli, Salmonella typhimurium, Shigella
dysenteriae, Shigella flexneri, Shigella shiga, Staphy-
lococcus aureus, Vibrio cholera), hypoglycémiante,

118 119
Euphorbia thymifolia L. Ficus baronii Baker
synonymes : Anisophyllum thymifolium (L.) Haw., synonymes : Ficus apodocephala Baker, Ficus pachyclada
Chamaesyce thymifolia (L.) Millsp., Euphorbia microphylla Baker, Ficus trichosphaera Baker
Lam.
Famille : Moraceae
Famille : Euphorbiaceae
Noms vernaculaires :
Noms vernaculaires : • Antakarana : amontagna, mandresivavy
• Antakarana : tsikatsakatsanjaza • Malgache : amontana, amontanbavy,
• Malgache : rononontandraka amontandahy, nonosay

Collections Herbier MNHN


Botanique Botanique
Informations scientifiques
Cette herbacée rudérale annuelle, prostrée, à tiges Il existe près de quatre vingt espèces de Ficus à
longues de 20 cm au plus est souvent pourpre. Ses Principaux constituants chimiques Madagascar.
feuilles à limbes petits, de longueur de 4 à 8 mm Plante entière : tanins (rugosine B). Cet arbre a un tronc épais et de fortes racines
et de largeur de 2 à 4 mm, obtus au sommet, sont saillantes. Ses feuilles sont simples vert foncé et
légèrement cordées à la base. Son inflorescence Propriétés pharmacologiques brillantes. Les fruits sont de petits akènes renfer-
solitaire à pédoncule long de 1 à 2 mm donne un Divers extraits organiques d’Euphorbia thymifilolia més dans un réceptacle charnu, la figue. La plante
fruit trigone, lisse, vert jaunâtre et des graines mi- présentent une activité anti-oxydante. Une activité contient un latex blanc.
nuscules. antivirale (HSV 2) a également été observée. L’espèce est également présente aux Comores, aux
Seychelle et en Afrique.
Toxicologie
Utilisation en médecine La littérature consultée ne présente pas d’informa-
traditionnelle tion sur la toxicité de cette plante. Utilisation en médecine
Discussion
traditionnelle
Partie utilisée : tige et feuille
Devant l’absence d’informations scientifiques sur la
Partie utilisée : tige feuillée
toxicité de la plante, nous conseillons d’utiliser l’es-
Données issues des enquêtes
pèce proche qu’est le jean-robert (Euphorbia hirta).
Pour soigner l’énurésie des enfants, on leur fait Données issues des enquêtes
boire une décoction des sommités fleuries le soir Il est recommandé de porter sur soi un rameau de
avant de se coucher. ce ficus afin d’éviter les sorts et de réussir dans ses
La décoction de la plante soigne la dysenterie des entreprises.
enfants et est employée pour laver les yeux en cas
de conjonctivite.
Elle a la réputation d’être tonique pour les affections
des reins.

120 121
Ficus marmorata
Bojer ex Baker

Famille : Moraceae
Noms vernaculaires :
• Antakarana : mandresy
• Malgache : lazo
Collections Herbier MNHN

Botanique Utilisation en médecine


traditionnelle
Arbuste ou petit arbre parfois semi-épiphyte aux
ramaux jaunâtres glabres. Les feuilles glabres et Partie utilisée : écorce, feuille
assez minces, d’un vert clair parsemé de points
jaunes, présentent un limbe ovale. Les figues sont Données issues des enquêtes
sphériques et un peu pubescentes, solitaires ou La décoction de l’écorce est préconisée pour lutter
géminées et très courtement pédonculées. Les contre la fatigue et soulager les maux du bas du
fleurs mâles et femelles sont mélangées mais leur dos.
maturité est différenciée, les mâles s’épanouissant Les feuilles sont aussi appliquées en cataplasme
avant les femelles. Elles laissent place à des akènes. sur les articulations douloureuses.
L’espèce est endémique de Madagascar et essen- Inhaler la vapeur au dessus de la décoction de
tiellement trouvée au sud-ouest de l’île. feuilles aide à soigner la fièvre. Pour cela, on ajoute
parfois le famafantsambo (Scoparia dulcis).
La décoction des feuilles sert à laver les plaies qui
ont du mal à guérir, la pâte des feuilles peut aussi
être appliquée en cataplasme.
Il est recommandé de porter sur soi un rameau de
ce ficus afin d’éviter les sorts et de réussir dans ses
entreprises.

122 Ramassage des plantes médicinales en brousse. 123


Ficus polyphlebia Baker Flacourtia ramontchi
L’Hér.
synonymes : Ficus albidula Baker, Ficus trichoclada Baker
Famille : Moraceae synonymes : Flacourtia indica (Burm.f.) Merrill
Noms vernaculaires : Famille : Salicaceae
• Antakarana : fômpôgno
Noms vernaculaires :
• Malgache : fopoha, voanpoha
• Antakarana : lamontigômigômy
• Malgache : lamoty, valamoty, voandamoty,
voatronaka
• Français : prune malgache
• Anglais : batoko plum, governor’ plum, indian
plum, ramontchi

Botanique
Cet arbuste épineux et buissonnant peut atteindre L’infusion des fruits frais dans un demi-verre d’eau
10 à 15 mètres de haut. Ses épines simples ou four- chaude est donnée aux enfants (une cuillerée à
Collections Herbier MNHN

chues disparaissent avec l’âge. Ses rameaux ont une café) et aux adultes (une demi-tasse) pour soi-
écorce gris jaunâtre à brune, fissurée et écailleuse. gner les diarrhées. Les adultes peuvent également
Ses feuilles ont un aspect assez variable, d’ellip- en mâcher les fruits verts et en avaler le jus. Ils ne
tiques à ovales, avec ou sans acumen, glabres ou dépasseront pas la dose de six fruits et cracheront
pubescentes. Ses fleurs unisexuées sont en grappes les graines. Leur goût rappelle celui des bananes
axillaires ou subterminales. Son fruit est globuleux, vertes.
rouge foncé à rouge brun, et se mange lorsqu’il est La décoction est proposée aussi pour le soin de la
tout à fait mûr (sinon il est très astringent). fièvre associée à des symptômes grippaux et des
Originaire d’Inde, cette espèce est peu exigeante en signes neurologiques
Botanique Utilisation en médecine culture, elle aime la chaleur et résiste assez bien à la
traditionnelle sécheresse. Un sol profond, riche et bien drainant lui
Grand arbuste dans les lieux découverts, arbre pou- sera favorable, ainsi que le plein soleil. Informations scientifiques
vant atteindre 15 mètres de hauteur dans les forêts, Partie utilisée : écorce
toujours vert à l’écorce tenace. Les feuilles sont Principaux constituants chimiques
rigides mais assez minces, vertes, au limbe oblong. Données issues des enquêtes Utilisation en médecine Écorce de tige : glycosides phénoliques (flacour-
En forêt, les figues de 2 à 3 cm sont agglomérées en
grosse masse hémisphérique de 50 à 60 cm de dia-
La décoction de l’écorce est préconisée aux per- traditionnelle tosides, itosides, xylosmine, scolochinénoside,
sonnes qui ” manquent de sang ”, sont anémiées, poliothrysoside, acide bétulinique.
mètre à la base du tronc ou sur les rameaux courts pour soulager les règles douloureuses et pour le Feuille : flavonoïdes, phénols.
Partie utilisée : feuille et fruit
des plus grosses branches. Dans les lieux décou- soin des enfants maigres, aux selles nauséabondes
verts, au contraire, elles sont axillaires, solitaires ou et au corps couvert de boutons. Propriétés pharmacologiques
Données issues des enquêtes
géminées. Feuille : Analgésique, anti-inflammatoire, antibacté-
La décoction des feuilles soigne les diarrhées, san-
L’espèce est endémique de Madagascar. rienne, antivirale, antihépatotoxique, anti-oxydante.
guinolentes ou pas, chez les enfants comme chez
les adultes.
Toxicologie
Les feuilles ne présentent pas de toxicité aux doses
thérapeutiques.

Discussion
Les usages de la plante sont à valoriser dans le soin
des diarrhées.

124 125
Flagellaria indica L. Flueggea virosa
(Roxb. Ex Willd.) Royle
synonymes : Flagellaria minor Blume, Flagellaria
philippinensis Elmer
synonymes : Flueggea angulata Baill., Flueggea
Famille : Flagellariaceae comorensis Bojer, Flueggea microcarpa Blume, Flueggea
Noms vernaculaires : obovata (Willd.) Baill., Xylophylla obovata Willd.
• Antakarana : viko Famille : Phyllanthaceae
• Malgache : vahizoy, viky
Noms vernaculaires :
• Français : roseau à vrille
• Antakarana : kotika
• Anglais : fase rattan, pupplejack, whip vine
• Malgache : atsikana, fantsikakoholahy, patikakoho,
teto, voafotsikotikana

Botanique Informations scientifiques


Arbrisseau ou petit arbre à rameaux gris pâle, aux Principaux constituants chimiques
feuilles nombreuses au limbe de taille, de contour Plante entière : alcaloïdes indolizidiniques (dérivés
Collections Herbier MNHN

et de couleur variable. Les fleurs sont dioïques. Les de la sécurinine), hordénine, isocoumarine, ber-
fleurs mâles sont organisées en fascicules de dix à gémine, acides gallique et ellagique, flavonoïdes
quinze. Les fleurs femelles sont moins nombreuses, (quercétine, rutine).
souvent solitaires, aux styles jaunes fortement re-
courbés. Elles laissent place à des fruits d’abord un Toxicologie
peu charnus, noircissant, puis capsulaires et globu- Les alcaloïdes de cette plante sont particulièrement
leux s’ouvrant en trois valves. toxiques.
L’espèce fleurit une grande partie de l’année et
pousse de préférence dans les endroits humides Discussion
Botanique d’une bonne partie de la zone tropicale. Vu la toxicité de la plante, son usage interne est à
proscrire.
Cette liane pantropicale se fixe grâce à l’apex de
ses feuilles étroites en forme de vrilles. Des fleurs Utilisation en médecine
blanches parfumées se forment sur une panicule de
20 cm et laissent la place à des drupes rougeâtres
traditionnelle
possédant une graine.
Partie utilisée : feuille

Données issues des enquêtes


Utilisation en médecine La décoction des feuilles sert à laver les organes
traditionnelle génitaux pour soigner les règles abondantes. Le
traitement est poursuivi par des décoctions de
Partie utilisée : racine feuilles d’ambiabe (Ludwigia sp.).

Données issues des enquêtes


La décoction des racines s’emploie pour le soin des
© Missouri Botanical Garden

fièvres accompagnées de douleurs corporelles. Elle


est aussi utilisée en bain de vapeur.
Les tiges servent à la confection d’artisanat.

126 127
Fuirena pubescens Glinus oppositifolius
(Poir.) Kunth (L.) Aug. DC.

synonymes : Carex pubescens Poir., Scirpus pubescens synonymes : Mollugo glinoides A. Rich., Mollugo
(Poir.) Lam. oppositifolia L., Mollugo spergula L.
Famille : Cyperaceae Famille : Molluginaceae
Noms vernaculaires : Noms vernaculaires :
• Antakarana : seraseramalomogno • Antakarana : agnamafaiky
• Malgache : kiforona • Malgache : anamangidy, fangitsy, felimafaitra
• Français : fuirène pubscent • Anglais : bitter leaf

Botanique Informations scientifiques


Cette espèce annuelle peut atteindre 40 cm de hau- Principaux constituants chimiques
teur. Ses feuilles sont opposées, à base atténuée et Plante entière : stérols, saponines, flavonoïdes et
apex d’obtus à aigu. Ses fleurs blanches à jaunâtres terpènes.
donnent des capsules.
Propriétés pharmacologiques
Botanique Antibactérien, hépatoprotecteur, anti-oxydant.
Utilisation en médecine Son activité antiplasmodiale est à l’étude.
Cette herbacée pérenne peut atteindre 75 cm de traditionnelle
hauteur et possède un rhizome long et tortueux. Toxicologie
Ses feuilles larges de 4 à 8 mm et atteignant jusqu’à Partie utilisée : plante entière La bibliographie consultée ne nous a pas fournis
20 cm de long sont triangulaires, rigides et pubes- d’informations sur la toxicité de la plante.
centes. L’inflorescence est plus ou moins réduite, Données issues des enquêtes
petite et composée de un à trois fascicules jusqu’à La décoction en usage interne de la plante entière
huit fois spiculés d’épillets ovoïdes allant jusqu’à est utilisée pour traiter les démangeaisons, les
10 mm de long. Les graines sont des akènes obo- taches noires et la jaunisse.
voïdes lisses et jaunâtres.
La plante est retrouvée de l’Afrique septentrionale
à l’Inde en passant par la région méditerranéenne.

Utilisation en médecine
traditionnelle
Partie utilisée : plante entière et feuille

Données issues des enquêtes


La décoction de la plante entière est consommée
pendant la grossesse afin que l’enfant grossisse
normalement, qu’il se porte bien et que les organes
génitaux soient protégés.
La décoction des feuilles réduit les règles abon-
dantes.

128 129
Gnidia linearis Gossypium
(Leandri) Z.S. Rogers herbaceum L.
synonymes : Lasiosiphon decaryi Leandri, Lasiosiphon synonymes : Gossypium hirsutum L., Gossypium
erectus Leandri, Lasiosiphon linearis Leandri prostatum Schumach. & Thonn., Gossypium punctatum
Famille : Thymelaeaceae Rich., Guill. & H. Perrier, Gossypium zaitzevii Prokh.
Noms vernaculaires : Famille : Malvaceae
• Antakarana : mandriankiaka Noms vernaculaires :
• Malgache : hafodramena • Antakarana : foly
• Malgache : landihazo
• Français : cotonnier arbustif
• Anglais : levant cotton

Botanique Informations scientifiques Botanique


Ce buisson ou arbuste rameux peut atteindre 1,50 Discussion Cet arbuste vivace, originaire d’Asie, peut atteindre
m de hauteur et a des feuilles persistantes, alternes, La toxité des Thymeliaceae est bien établie, due en 1,50 m de hauteur. Ses feuilles palmées sont
glabres, obovales lancéolées, sessiles d’un vert bru- partie à des diterpènes de type tigliane et daphnane, vertes, parfois marquées de taches rouge violacé.
nâtre. Les inflorescences en capitules terminaux ou purgatifs violents et causant des inflammations Ses fleurs d’un jaune ivoire donnent des capsules
axillaires comprennent dix à vingt fleurs jaunes ou importantes sur la peau. qui, en s’ouvrant, dégagent des graines entourées Informations scientifiques
orangées, parfois rouges, laissant place à un fruit Aussi l’usage de la plante est à proscrire. d’une fibre blanche, longue et solide, le coton. Avec
soyeux. La plante est endémique de Madagascar. d’autres espèces du genre, elle est à l’origine des Principaux constituants chimiques
nombreuses variétés cultivées de coton. Feuille : mucilages, tanins, composés phénoliques,
flavonoïdes, saponines et stéroïdes.
Utilisation en médecine
traditionnelle Utilisation en médecine Propriétés pharmacologiques
Émolliente, adoucissante, diurétique, anti-oxydante
traditionnelle et anti-inflammatoire.
Partie utilisée : écorce, tige, feuille
Partie utilisée : feuille Toxicologie
Données issues des enquêtes L’usage interne du coton n’est pas dénué de toxi-
La décoction de la plante entière est utilisée pour Données issues des enquêtes cité.
soigner la diarrhée et la dysenterie. On se sert de la décoction des feuilles de cotonnier
La décoction de l’écorce est consommée pour lutter pour laver le bébé juste après sa naissance. Discussion
contre la fatigue. L’usage externe est à conseiller.
Pour le traitement des affections du foie comme
l’hépatite ou la jaunisse, la décoction des tiges
feuillées est recommandée à raison de deux à trois
verres par jour chez l’adulte et de deux demi-verres
chez l’enfant.

130 131
Gouania laxiflora Tul.
synonymes : Gouania glandulosa var. longiloba H. Perrier,
Gouania lineata var. recurviloba H. Perrier
Famille : Rhamnaceae
Noms vernaculaires :
• Antakarana : vahintsivory
• Malgache : bevory, tsivory, voanasivory

Botanique Utilisation en médecine


traditionnelle
Cette grande liane ligneuse a des feuilles alternes
cordées et dentées. Leur face inférieure est claire, Partie utilisée : feuille
en relief et velue. Ses inflorescences axillaires, de
fleurs blanc vert, donnent des fruits à trois ailes. Données issues des enquêtes
Pour lutter contre la ” fatigue ” des hommes (mais
non pas des femmes), on leur fait boire la décoction
des feuilles de cette plante.
Le miel le plus doux serait produit à partir des fleurs
de cette plante.

Grangeria porosa
Boivin ex Baill.

synonymes : Grangeria madagascariensis O. Hoffm.,


Hirtella porosa (Boivin ex Baill.) Baill.
Famille : Chrysobalanaceae
Noms vernaculaires :
• Antakarana : morasira
• Malgache : maivalafika

Botanique Utilisation en médecine


traditionnelle
Cet arbuste endémique de Madagascar a des
feuilles étroitement elliptiques portant deux petites Partie utilisée : feuille
glandes nectaires le long de leur marge, près de la
base. Ses inflorescences sont axillaires, aux fleurs Données issues des enquêtes
blanches donnant des petites drupes charnues La décoction des feuilles sert à lutter contre la fa-
rouges. tigue et les mains blanches (Tsisy lio, ” absence de
sang ” c’est-à-dire l’anémie).

132 Baie de Diego. 133


Harungana
madagascariensis
Lam. ex Poir.

synonymes : Haronga madagascariensis Choisy,


Harungana paniculata Pers., Harungana robynsii Spirlet
Famille : Hypericaceae
Noms vernaculaires :
• Antakarana : arongana
• Malgache : arongana, dity, fohatra, fohatse,
haringana, haronga, harongabato, harongabe,
harongampanihy, harongana, marovavy,
miangaroka

Botanique
Cet arbre toujours vert, de 6 à 8 mètres de haut, boit la décoction de l’écorce et de feuilles d’aronga-
est couvert sur tous ses organes jeunes d’un du- na, en mélange avec des quartiers de citron (Citrus
vet roux ferrugineux. Ses feuilles opposées, ovales aurantiifolia). Boire une demi-tasse pour les adultes
lancéolées, sont arrondies à la base, sans ponc- et une cuillerée à café pour les enfants. On préco-
tuations visibles par transparence. Ses fleurs en nise d’associer un repos complet à ce traitement.
cymes pluriflores trois ou quatre fois composées, La gomme est appliquée sur les dermatoses et la
de petites fleurs de 3 mm de diamètre, d’un roux gale. On en prépare aussi un onguent avec de la
ocracé à l’extérieur, à pétales blancs, pubescents, graisse animale, que l’on applique sur la peau affec- Informations scientifiques
ponctués de noir au sommet, donnent des fruits en tée au moins deux fois par jour.
forme de baies. Administrée par la bouche, même en faible quantité, Principaux constituants chimiques (Bacillus subtilis, Staphylococcus aureus, Escheri-
Toutes les parties de l’arbre, lorsqu’on les entaille, cette gomme colorée provoque une surexcitation Feuille : dérivés anthracéniques (harunmada- chia coli, Salmonella typhi et Pseudomonas aeru-
laissent écouler une substance gommeuse abon- intellectuelle, accompagnée d’insomnie et de sen- gascarines, kenganthranols, madagascine, acide ginosa).
dante, de couleur vive rouge orangé. sation de froid. chrysophanique), naphtodianthrones (hypéricine, L’harunganine ainsi que l’extrait des écorces de
Il est largement distribué sur l’ensemble de la fo- pseudo-hypéricine), saponines, tanins, alcaloïdes, racines ont montré une activité antidiabétique.
rêt sempervirente humide et subhumide ainsi que flavonoïdes (astilbine, quercétine). L’extrait méthanolique de la plante a montré des
dans les zones humides au sein de la forêt décidue Écorce : dérivés anthracéniques (bazouanthrone, effets anti-inflammatoires significatifs.
sèche. Intolérant à l’ombre, il colonise rapidement harunganols, harungine anthrone, harunma-
les coupes forestières pour former un peuplement dagascarines, kenganthranols, kengaquinone, Toxicologie
monospécifique dense de forêt secondaire. madagascine, physcion, vismiaquinones, dihy- La feuille de la plante n’est pas toxique aux doses
droxyxanthone), coumarines, benzophénone et thérapeutiques.
triterpénoides (friedéline, lupéol acide bétulinique). Les extraits d’écorce montrent une certaine toxicité
Utilisation en médecine (ocytotoxiques).
traditionnelle Propriétés pharmacologiques
Les extraits stimulent les fonctions digestives et la Discussion
Partie utilisée : écorce et feuille sécrétion biliaire, améliorent les cas de flatulence, Nous recommandons l’usage de la décoction de 15
de météorisme, et corrigent l’atonie gastro-intesti- grammes de feuilles par litre, à boire trois fois par
Données issues des enquêtes nale. jour avant les repas, pour le soin des digestions dif-
Cet arbre est employé pour soigner la jaunisse L’harunmadagascarine A et B, l’harunganol B ainsi ficiles, des ulcères gastriques et des affections hé-
(angorohosy, qui se manifeste par un ictère sub- que l’harungine anthrone possèdent des propriétés patiques ; en bain, en compresse et en cataplasme
conjonctival, les mains et les pieds jaunissants), anti-oxydantes. de feuilles sur la peau pour le soin des plaies, des
l’ictère biliaire (qui se manifeste par une coloration Les écorces de tige ont montré des activités anti- ulcères et de la gale.
jaune de la peau, une fatigue générale, des vomis- amibiennes, antivirales et spasmolytiques. Nous recommandons d’éviter l’usage interne de
sements, un amaigrissement et une toux sèche). On Les feuilles ont des propriétés antimicrobiennes l’écorce.

134 135
Helichrysum Heliotropium
cordifolium DC. curassavicum L.
Famille : Asteraceae synonymes : Heliotropium angustifolium Raf.,
Noms vernaculaires : Heliotropium glaucum Salisb., Heliotropium lehmannianum
• Antakarana : mavohiaka Bruns
• Malgache : fotsiavadika, kimavo, sofinapaha, Famille : Boraginaceae
tsantsambahitra, tsimanandra Noms vernaculaires :
• Antakarana : ahitrikolokoloko
• Malgache : adabondolo, anamboay, lelomboro,
samake
• Français : heliotrope de Curaçao, herbe papillon
• Anglais : salt heliotrop

Botanique
Cette plante annuelle robuste, à rameaux densément
pileux, a des feuilles ovales, plus ou moins cunéi-
Collections Herbier MNHN

formes, à pétiole ailé, pubescentes. Son inflores-


cence en épi recurvé porte des fleurs lilas, quelques
fois blanches, donnant des fruits ovoïdes et glabres.
Cette herbacée pantropicale, probablement d’ori-
gine indienne, pousse dans les friches et dans un
milieu sec.

Utilisation en médecine Informations scientifiques


Botanique Utilisation en médecine traditionnelle
traditionnelle Principaux constituants chimiques
Cette herbacée suffrutescente très rameuse peut Toute la plante : alcaloïdes pyrrolizidiniques
Partie utilisée : suc
mesurer jusqu’à 3 mètres de hauteur. Les jeunes Partie utilisée : plante entière toxiques communs à toute la famille des Boragi-
rameaux sont recouverts d’un duvet lâche. Les naceae.
Données issues des enquêtes
feuilles sont ovales obcordées et couvertes sur la Données issues des enquêtes Le jus obtenu par expression des feuilles est appli-
face inférieure d’un duvet persistant et dense. Ses La décoction de la plante entière, bue trois fois par Propriétés pharmacologiques
qué sur les plaies, ou sur les taches jaunes cutanées
capitules hétérogames, campanulés sont groupés jour, est recommandée pour soulager l’asthme. Antibactérienne, antifongique.
qui s’accompagnent de fortes démangeaisons.
en glomérules agencés en corymbes. Les fleurs,
groupées par quinzaine, sont argentées et laissent Toxicologie
place à des akènes glabres (un à cinq) munis d’un L’usage interne est à proscrire, du fait de la pré-
pappus à soie blanche. sence d’alcaloïdes toxiques.
L’espèce, endémique de Madagascar, pousse de
préférence en lisière de forêt. Discussion
L’usage externe ne présente aucun danger et il est
à respecter.

136 137
Heritiera littoralis Aiton Heteropogon
contortus (L.) P. Beauv. ex Roem. &

Source : Hitchcock, A.S. (rev. A. Chase). 1950. Manual of the grasses of the United States. Washington, DC.
synonymes : Balanopteris totila Gaertn., Heritiera minor Bojer
Famille : Malvaceae Schult.
Noms vernaculaires :
• Antakarana : morimony synonymes : Andropogon contortus L., Heteropogon
• Malgache : marovavy, ralima, voarogny, voarongy,
firmus J. Presl, Holcus contortus (L.) Kuntze ex Stuck.,
voarony Sorghum contortum (L.) Kuntze
• Français : toto margot Famille : Poaceae
• Anglais : looking-glass tree Noms vernaculaires :
© Lucile Allorge

• Antakarana : ahimôso
• Malgache : ahidambo, boka, kifotroka, tsevodambo
• Français : herbe polisson, hétéropogon contourné, pili

Botanique Informations scientifiques


Ce grand arbre des mangroves à feuilles simples Principaux constituants chimiques
peut atteindre 15 mètres de hauteur. Ses feuilles Écorce et tige : ergostérol, stigmastérol, lactone
sont simples oblongues à l’extrémité pointue, vert sesquiterpénique (héritol).
foncé sur la partie supérieure et blanche à argen-
tée dessous. Ses fleurs sont jaunes en forme de Propriétés pharmacologiques
clochette. Son fruit est une graine de près de 6 cm Anti-inflammatoire, antibactérienne. Botanique
de long, de couleur pourpre à marron, brillante avec
une quille raide bien caractéristique sur un côté. Toxicologie Cette herbe forme des touffes pouvant atteindre un
La plante est toxique pour les poissons. mètre à la floraison. Ses tiges sont fines et simples
L’huile des graines n’a pas de toxicité aigue, mais et ses feuilles larges. La feuille supérieure est engai-
Utilisation en médecine son innocuité reste à démontrer. née à la base de l’épi. Les paires d’épillets inférieurs
traditionnelle sont stériles et dépourvus de barbes, les paires
Discussion supérieures sont pourvues d’une longue barbe. Ces
Partie utilisée : fruit Il est souhaitable d’attendre plus d’informations sur barbes s’emmêlent de façon caractéristique et les
la toxicité chronique de la graine avant d’en valoriser épillets forment des pelotes qui s’accrochent aux
Données issues des enquêtes l’usage interne. toisons des animaux.
On utilise le fruit pour le soin des diarrhées et des
dysenteries.
Le fruit entier tombé à terre, en décoction, en mé- Utilisation en médecine
lange avec de l’eau de mer montante, aide au soin traditionnelle
de l’énurésie.
Partie utilisée : tige

Données issues des enquêtes


La décoction des tiges est préconisée pour le soin
de la rougeole.
© Lucile Allorge

138 139
Hibiscus sabdariffa L.
synonymes : Hibiscus palmatilobus Baill.
Famille : Malvaceae
Noms vernaculaires :
• Antakarana : duvin
• Malgache : divaina, divay
• Français : bissap, karkadé, roselle
• Anglais : roselle

Botanique
Cette grande herbacée annuelle de la famille du Toxicologie
coton a des feuilles ovales ou à trois lobes avec des La plante ne présente pas de toxicité selon la litté-
nervures rougeâtres. Ses pétales jaunes sont portés rature consultée.
par un calice rouge foncé et charnu à maturité. La
plante est originaire de la région indo-malaise mais Discussion
elle est présente dans l’ensemble de la zone tropi- Les calices de cet hibiscus peuvent être consom-
cale, en particulier en Afrique de l’Ouest, où elle lar- més en décoction à raison de 30 grammes par litre
gement cultivée pour la fabrication du traditionnel d’eau pour soigner les maux de gorge, les infections
jus de bissap. urinaires, l’hypertension et les rhumatismes. En cas
d’infections urinaires, on veillera à ne pas ajouter de
sucre à la décoction. Pour les maux de gorge, au
Utilisation en médecine contraire, ne pas hésiter à ajouter abondamment du
traditionnelle sucre ou du miel et boire la décoction de préférence
tiède pour apaiser les douleurs.
Partie utilisée : calice.

Données issues des enquêtes


Les calices de duvin sont récoltés pour en faire une
décoction qui sert de boisson acidulée désaltérante.
Cette boisson rouge rappelle la couleur du vin.
Ils servent aussi pour la fabrication de confitures.

Informations scientifiques
Principaux constituants chimiques
Calice : acides organiques, mucilages, anthocya-
nosides, vitamines C, B 1, B 2, PP et minéraux (fer,
calcium, phosphore).

Propriétés pharmacologiques
Diurétique, hypotenseur, antiseptique urinaire,
spasmolytique.

140 Jauriette récoltant du duvin à Madirobe. 141


Hylocereus triangularis Imperata cylindrica
(L.) Britton & Rose (L.) P. Beauv.

synonymes : Cereus triangularis (L.) Haw. synonymes : Calamagrostis lagurus (L.) Koeler, Imperata
arundinacea Cirillo, Lagurus cylindricus L., Saccharum
Famille : Cactaceae
cylindricum (L.) Lam.
Noms vernaculaires :
Famille : Poaceae
• Antakarana : fakatsilo
• Français : belle de nuit, pitahaya Noms vernaculaires :
• Anglais : dragonfruit, red pitaya • Antakarana : maneviky
• Malgache : antsoro, bozaka, fehena, manevika,
tenina, tenona
• Français : baron rouge, impérata cylindrique, paille
de dys, paillotte
• Anglais : blady grass, cogon grass, japonese blue grass

Botanique
Cette herbe vivace peut atteindre 1,20 m de hau-
teur. Elle est envahissante par ses rhizomes très
longs et nombreux. Ses feuilles vert pâle linéaires
effilées, dressées partent toutes de la base. Elles
sont glabres, excepté à la base. Son inflorescence
terminale, de 5 à 20 cm de long, cylindrique, blanche
a des épis longs, larges à l’extrémité des chaumes,
Botanique densément et longuement villeux, argentés, avec
des anthères jaunes sortant de cet amas soyeux. Informations scientifiques
Ce cactus épiphyte lianescent est originaire d’Amé-
Cette plante des pays tempérés et chauds est pré-
rique centrale. Ses longues tiges charnues vertes Principaux constituants chimiques
sente à Madagascar, à peu près partout jusqu’à
ont trois arêtes au bord dentelé pourvu d’épines. Plante entière : sucres (18 %) (saccharose, glu-
2 000 mètres d’altitude, sauf dans le Sud. Ses re-
Ses fleurs blanches éphémères peuvent atteindre cose, fructose, xylose), acides organiques (malique,
pousses après les feux sont consommées par le
20 cm et donnent des fruits ovoïdes de couleur rose. tartrique, oxalique, acétique), triterpénoïdes (arun-
bétail lorsqu’elles sont encore tendres. On en utilise
L’espèce proche, Hylocereus undatus (Haw.) Britt. doïne, cylindrine), alcaloïde indolique (ergoclavine),
la paille pour couvrir les toits.
et Rose (pitaya ou fruit du dragon), comestible, est flavonoïdes, sitostérols, lignanes (graminone),
cultivée. saponosides, furocoumarine (impératorine), impé-
Utilisation en médecine ranène, cylindol A.

Utilisation en médecine traditionnelle Propriétés pharmacologiques


traditionnelle Partie utilisée : racine et partie aérienne
L’impéranène montre une activité inhibitrice de
l’agrégation plaquettaire.
Partie utilisée : plante entière Le cylindol A aurait une activité anti-inflammatoire
Données issues des enquêtes par inhibition de la 5-lipoxygénase.
La décoction des parties aériennes est utilisée chez
Données issues des enquêtes Les polysaccharides isolés de la plante ont montré
l’enfant à raison d’une cuillerée à café pour le traite-
La décoction de la plante soulage les maux d’es- une activité immunostimulante sur modèle cellu-
ment des affections de la rate (lambignana).
tomac, les calculs rénaux, la fièvre et les troubles laire.
La décoction des racines, en association avec
urinaires. La plante est hépatoprotectrice.
celles de maivanaty, Raphia farinifera, est utilisée
chez la femme contre les pertes blanches, en usage Toxicologie
externe. La plante n’est pas toxique aux doses thérapeu-
tiques.

142 143
Ipomoea batatas (L.) Poir. Ipomoea pes-caprae
Roth
synonymes : Batatas edulis (Thunb.) Choisy, Convolvulus
batatas L., Convolvulus edulis Thunb., Convolvulus
esculentus Salisb., Convolvulus tuberosus Vell., Ipomoea synonymes : Convolvulus bilobatus Roxb. Convolvulus
edulis (Thunb.) Makino pes-caprae L., Ipomoea biloba Forssk., Ipomoea brasiliensis
(L.) G. Mey.
Famille : Convolvulaceae
Famille : Convolvulaceae
Noms vernaculaires :
• Antakarana : agnambatata (feuilles), batata Noms vernaculaires :
(tubercule), ravimbatata • Antakarana : lalandagna
• Malgache : lalanda, vahindalalana
• Malgache : bokala, bélé, mbizo, vomanga
• Français : batatran rouge, patate-à-Durand
• Français : patate douce
• Anglais : beach morning glory, goat’s foot
• Anglais : sweet potatoe

Botanique Informations scientifiques Botanique Informations scientifiques


Cette plante rampante peu volubile aux longues Principaux constituants chimiques Cette liane herbacée vivace, à tige glabre, pros- Principaux constituants chimiques
tiges annuelles grasses, flexibles, court sur le sol Tubercule : caroténoïdes, provitamine A (zéaxan- trée, rampe sur le sol et peut atteindre 30 mètres Feuille : résine, huile essentielle.
par croissance à partir d’un tubercule irrégulière- thine), échinénone, lycopène, alpha et bêta-caro- de long. Ses feuilles bilobées, émarginées à l’apex,
ment conique ou de formes variées, de diverses tène, sucres, amidons. sont cordées à la base et les deux parties du limbe Propriétés pharmacologiques
couleurs, blanc, jauns, rouge ou violet à l’extérieur. Feuille : anthocyanines, acides phénoliques, caro- se replient sur la nervure principale. Son inflores- Propriétés purgatives dues à la résine et à l’huile
La pulpe ou chair est blanche à orange, de saveur ténoïdes. cence en cyme dressée à plusieurs fleurs de 4 à 5 essentielle, antibactériennes.
sucrée, onctueuse ou farineuse. Ses feuilles glabres cm de large, mauves à centre plus foncé, donnent
et entières sont de forme diverses selon les varié- Propriétés pharmacologiques des graines susceptibles de supporter une immer- Discussion
tés : ovales, trilobées, profondément découpées Nutritive, anti-oxydante. sion dans l’eau salée pendant plus d’un mois, ce qui Nous ne conseillons que l’usage externe de cette
ou cordiformes. Ses fleurs en cymes pédonculées, explique sa large diffusion au bord de la mer. plante.
blanches, roses ou mauves, s’ouvrent le matin. Toxicologie Cette espèce originaire d’Amérique est une pantro-
Originaire d’Amérique tropicale, la patate douce La patate douce n’est pas toxique. picale maritime qui fixe bien les dunes.
est cultivée dans la plupart des pays chauds et
humides. Discussion
L’usage des feuilles et des tubercules de la patate Utilisation en médecine
douce est à valoriser. traditionnelle
Utilisation en médecine
traditionnelle Partie utilisée : feuille

Partie utilisée : tubercule et feuille Données issues des enquêtes


Lors de douleurs rhumatismales ou de paraly-
Données issues des enquêtes sies (après un neuropaludisme par exemple), on
Les feuilles sont consommées en romazava avec se masse les parties atteintes avec les feuilles
de la viande ; des crevettes, séchées ou fraîches, ou bouillies. Un cataplasme de ces feuilles pilées est
avec des arachides pilées. aussi préconisé.
Les feuilles écrasées sont employées en cata- Les feuilles bouillies sont également appliquées sur
plasme pour le soin des affections de la peau, en le cuir chevelu pour éviter la chute des cheveux.
particulier des mycoses, parfois en association La décoction tiède des feuilles est employée pour
avec les feuilles de nim (Azadirachta indica). laver la femme après l’accouchement. Cette décoc-
Le tubercule cru ou cuit est appliqué sur les derma- tion peut également être bue.
toses et les brûlures. Les feuilles fraîches, en usage externe, soulagent
les piqûres de poissons venimeux. Dix à quinze
feuilles, écrasées dans un peu d’alcool, sont alors
appliquées sur la région irritée.

144 145
Jatropha curcas L.
Latex : cire, tanins, saponosides, stérols, enzyme Des extraits de graines ont montré une activité mol-
Famille : Euphorbiaceae protéolytique (curcaïne), octapeptides cycliques luscicide liée aux esters de phorbol isolés de l’huile.
Noms vernaculaires : (curcacyclines A et B), curcine, curcasine. Les parties aériennes présentent des activités anti-
• Antakarana : valavelogno Racine : composés cyanogénétiques, saponosides, virales, antibactériennes et antifongiques que l’on
• Malgache : kinampotsy, kinanafotsy, savoa, diterpènes aromatiques tétracycliques (jatropho- retrouve aussi pour le latex.
tanantanampotsy, taynatagua, tsiajada, voamongo lone A et jatropholone B, jatrophol), dérivés couma-
pigno riniques. Toxicologie
• Français : pignon d’Inde, pourghère Fruit : alcaloïdes, hétérosides cyanogénéntiques. Toute la plante est toxique, par la présence de nom-
• Anglais : barbados nut, physic nut, purging nut Graine : huile fixe non siccative 50 % (glycéride breux composés dangereux dont les toxalbumines
d’acide stéarique, palmitique, myristique, oléique, (curcine et curcasine), qui, comme la ricine et la cro-
linoléique, curcanoléique (groupe des acides ricino- tine, inhibent l’activité ribosomique et empêchent de
léique et crotonique)), mucilages (xylose, galactose, fait les synthèses protéiques par la destruction des
rhamnose, acide galacturonique, curcine, curca- messagers de l’ARN, bloquant l’activité cellulaire et
sine), alcaloïdes, esters de phorbol. conduisant à une mort rapide.

Discussion
Botanique Utilisation en médecine Propriétés pharmacologiques À cause de la haute toxicité de la plante, nous pros-
traditionnelle L’activité anti-inflammatoire de l’extrait de feuilles crivons son usage traditionnel.
Cet arbuste à latex translucide a de nombreuses est due à la présence de plusieurs composés ayant
branches glabres, épaisses, cassantes, dressées, Partie utilisée : huile et latex une action synergique.
à écorce bronze verdâtre, se désquamant en lames
minces. Ses feuilles glabres sont ovales à cinq lobes Données issues des enquêtes
peu profonds, ondulés ou entiers. Ses panicules co- Le latex des tiges ou issu des feuilles est utilisé
rymbiformes axillaires portent des fleurs verdâtres, contre la diarrhée. On le consomme directement,
donnant des capsules ovoïdes légèrement trilobées dilué dans de l’eau, une cuillerée à café pour les
ou anguleuses, vertes puis noirâtres à maturité, ren- enfants, une cuillerée à soupe pour les adultes.
fermant trois graines noires rugueuses, ellipsoïdes La décoction des feuilles (parfois additionnée de
et striées. latex), en mélange avec d’autres plantes, est bue
Originaire d’Amérique tropicale, ce Jatropha s’est contre la diarrhée et la dysenterie.
largement répandu dans les pays tropicaux, planté L’huile obtenue à partir des graines est appliquée
en haie et trop souvent pour la production d’agro- sur le cuir chevelu pour lutter contre la chute des
carburants. À Antsiranana, il est planté parfois cheveux.
en haies et se naturalise dans les zones les plus La plante est cultivée dans les jardins pour empê-
sèches. cher la venue des ” sorciers ” qui sont réputés appa-
raître vers 2 heures ou 3 heures du matin. Le ” sor-
cier ” peut mourir sur place s’il est touché par une
branche de valavelogno qu’on lui a lancée.

Informations scientifiques
Principaux constituants chimiques
Feuille : flavonoïdes (vitexine, isovitexine), sa-
ponosides, polyphénols, tanins, saponosides
stéroïdiques, hétérosides cyanogénétiques, al-
pha-amyrine, alcaloïdes (0,026 %) stérols (stigmas-
térol, campestérol), terpénoïdes, curcine, curcasine
(toxalbumine).
Ecorce : saponosides stéroïdiques, composés cya-
nogénétiques, cire (mélange d’alcool myricillique
et de mélissate de myricile), suc visqueux riche en
tanins (11 à 20 %).

146 147
Jatropha multifida L. Kalanchoe pinnata
(Lam.) Pers.
Famille : Euphorbiaceae
Noms vernaculaires : synonymes : Bryophyllum calycinum Salisb., Bryophyllum
• Antakarana : zagnaharibe pinnata (Lam.) Kurz, Cotyledon pinnata Lam.
• Français : arbre corail, sept branches du dragon
Famille : Crassulaceae
• Anglais : coral bush, Guatemala rhubarb, physic nut
Noms vernaculaires :
• Antakarana : sodifafagna
• Malgache : sodifafa, sodifafana, solifara, sandefafe
• Français : kalanchoé
• Anglais : air plant, Goethe plant, life plant, miracle
leaf

Botanique Botanique Informations scientifiques


Cet arbuste à latex aux branches charnues origi- Cette plante grasse dressée peut atteindre 1,50 m Principaux constituants chimiques
naire d’Amérique tropicale peut atteindre 4 mètres de hauteur. Elle est rameuse et ses feuilles, sou- Feuille : flavonoïdes (dérivés du kaempférol et du
de hauteur. Ses feuilles sont simples et digitées. vent pennati-composées, de 10 à 30 cm, ont des quercétol), phénols (acides caféique, coumarinique,
Ses fleurs rouge corail laissent des capsules jaunes folioles oblongues, ovales ou elliptiques, obtuses, férulique, syringique), anthraquinones, xanthones,
contenant trois graines trigones. crénelées. Ses panicules, de 10 à 40 cm, portent des stérols, alcools aliphatiques, mucilages, acides
fleurs au calice renflé, campanulé, à la corolle rou- organiques, bufadiénolides (bryophylline A et B),
geâtre, mesurant jusqu’à 7 cm et aux lobes aigus. traces d’alcaloïdes.
Utilisation en médecine Originaire de Madagascar, ce kalanchoé est cultivé
traditionnelle dans toutes les régions tropicales.

Partie utilisée : fruit.


Utilisation en médecine
Données issues des enquêtes traditionnelle
Le fruit est réputé être un contre-poison. ” Le dia-
gnostic s’effectue en tâtant le ventre, si l’on sent Partie utilisée : feuille.
quelque chose qui gonfle, c’est du poison. On ajoute
deux cuillerées d’eau dans la pâte obtenue par le Données issues des enquêtes
frottement, de deux fruits pour un enfant de deux Cette plante est très employée dans le nord de Ma-
ans, sur un morceau de pierre. Trois ou quatre fruits dagascar.
pour enfant à partir de six ans. La prise du médica- Ses feuilles sont utilisées en décoction ou en bain.
ment provoque des diarrhées et des nausées. Pour Contre les douleurs d’oreille, le jus des feuilles est
les arrêter, on prend une cuillerée de miel. ” instillé dans le conduit auditif.
Contre les boutons tels que l’acné, une décoction
de feuilles est faite pour laver la partie affectée, elle
Informations scientifiques est appliquée en compresse ou en cataplasme de
feuilles écrasées.
Discussion Sur les plaies ulcérées ou les ulcères variqueux, on
Toute la plante est toxique et nous ne recomman- applique directement le suc de la plante, les feuilles
dons pas son usage. en cataplasme, ou une pommade confectionnée à
partir de graisse de zébu et de feuilles écrasées.
Le kalanchoé sert également comme plante orne-
mentale.

148 149
Lagenaria siceraria
(Molina) Standl.

synonymes : Cucurbita lagenaria L., Cucurbita leucantha


Duchesne, Cucurbita siceraria Molina, Lagenaria vulgaris
Ser.
Famille : Cucurbitaceae
Noms vernaculaires :
• Antakarana : kasingy
• Malgache : Andrivolahy, arivolahy
• Français : calebasse comestible, courge bouteille,
courge de Salé
• Anglais : bottle gourd

Propriétés pharmacologiques Toxicologie


Activités antibactérienne in vitro (Bacillus subtilis, Le suivi des taux sériques des aminotransférases Botanique
Escherichia coli et Pseudomonas aeruginosa), anti- (ALAT et ASAT), des phosphatases alcalines et de

© Grzegorz Polak
fongique, vasoconstrictrice, spasmogénique, anal- l’urée, chez des souris traitées quotidiennement Cette plante annuelle est rampante ou grimpante.
gésique, cicatrisante, forte activité anti-inflamma- par voie orale pendant trente jours par des doses Elle a de longues tiges ramifiées pourvues de vrilles
toire du jus par voie interne, diurétique, cholérétique, élévées de Kalanchoe pinnata indique une absence opposées à ses feuilles alternes simples, vert pâle,
cytotoxique. de toxicité hépatique, cardiaque ou rénale à court en forme de cœur, souples et veloutées. Ses fleurs
Le jus des feuilles est considéré hépatoprotecteur terme blanches s’ouvrent le soir et donnent des fruits
(études in vitro et in vivo chez l’animal). La plante est toxique pour le bétail. charnus ronds ou allongés pouvant atteindre un
Kalanchoe pinnata contient des substances potentiel- mètre. Les graines sont enfermées dans le péri-
lement actives et non toxiques pour le traitement des Discussion carpe du fruit qui se dessèche à maturité et durcit.
formes humaines de leishmaniose cutanée. (Un cas L’emploi de cette plante est à encourager dans les
de leishmaniose cutanée chez un homme de trente indications suivantes : céphalées, brûlures, gas-
six ans a permis d’évaluer l’efficacité de la plante : une trites, refroidissements, toux, règles douloureuses, Utilisation en médecine
administration orale quotidienne de 14 g (poids frais) ulcères trophiques de la jambe. traditionnelle
de feuilles, pendant quatorze jours a provoqué l’arrêt La décoction de 30 grammes de feuilles par litre
de la croissance de la lésion et une légère décrois- d’eau à raison de trois verres par jour est conseillée Partie utilisée : feuille.
sance. Aucun signe de toxicité n’a été observé. dans le soin des maux de tête, des gastrites et des
La bryotoxine C et la bryophylline C montrent une règles douloureuses. Données issues des enquêtes
forte activité insecticide. En compresse et cataplasme à renouveler deux fois La décoction des feuilles sert au soin des femmes
par jour, elle peut être utilisée pour soigner les plaies, après l’accouchement.
les brûlures, les ulcères variqueux, les crevasses et Les feuilles froissées sont appliquées sur les seins
autres problèmes de peau (abcès, furoncle, mycose, douloureux et les mammites.
eczéma). On applique le jus des feuilles pilées sur les derma-
En cas d’otites ou de maux d’oreille, on peut instiller toses et les taches de pytiriasis.
directement dans le conduit auditif, après refroidis-
sement, le jus des feuilles ramollies dans de l’eau
bouillante.
En cas de conjonctivite, trois à cinq gouttes de ce
même jus peuvent être utilisées en collyre trois à six
fois par jour. Il est important, dans ce cas, de renou-
veller la préparation très régulièrement.
Nous recommandons de ne pas prolonger l’usage
de la plante au-delà de quinze jours consécutifs, de
ne pas la donner aux femmes enceintes, ni à celles
qui allaitent, ni aux enfants en bas âge.

150 151
Lantana camara L.
Informations scientifiques
synonymes : Camara aculeata (L.) Kuntze, Lantana aculeata L.
Famille : Verbenaceae Principaux constituants chimiques rine, provoquent des réactions de photosensibilisa-
Noms vernaculaires : Feuille : huile essentielle jaunâtre, aromatique, riche tion suivies d’un ictère et, dans les cas sévères, la
• Antakarana : kalabera en sesquiterpènes (43 % du type caryophyllène et mort.
• Malgache : Akabomaso, radredreka, radriaka, 21 % du type cadinène), alpha-pinène (14 %), ter- Les toxicités rénales et hépatiques ont été confir-
taindelontsinoa, pinène (10 %), paracymène (6 %), triterpénoïdes mées.
• Français : lantanier, thé de Gambie pentacycliques (lantadène A et B), lancamarone, L’ingestion des baies provoque vomissements,
• Anglais : spanish flag, West Indian lantana saponines, tanins, résines, cétostéroïdes. diarrhées, faiblesses, léthargie, cyanose, bradypnée,
Fleur : huile essentielle (caryophyllène, eugénol, mydriase, photophobie, ataxie et coma.
phellandrène, dipentène, terpinéol, géraniol, linalol, La plante contient aussi de la lancamarone, un poi-
cinéole, citral), sucres, tanins, résine, anthocyanes. son également présent chez certains poissons.
Fruit et graine : anthocyanosides, potassium, ma- Le contact avec la plante provoque des dermatoses
gnésium, protéines, lipides, acide ascorbique. allergiques et un prurit.

Toxicologie Discussion
Les feuilles, qui contiennent un terpénoïde toxique, La toxicité de cette plante nous incite à proscrire
la lantanine, catabolisée par le foie en phylloéryth- son usage interne traditionnel.

Botanique Utilisation en médecine


traditionnelle
Cet arbuste plus ou moins épineux dressé attei-
gnant 2 mètres de haut a de nombreux rameaux Partie utilisée : tige, feuille et fleur.
quadrangulaires. Ses feuilles opposées ont un
long pétiole et un limbe denté ovale, triangulaire au Données issues des enquêtes
sommet, tronqué vers la base et cinq ou six paires La plante est très largement utilisée et reconnue
de nervures latérales. Ses fleurs en corymbes axil- efficace pour faire tomber la fièvre. Les parties
laires, de couleur variant du jaune au mauve, parfois aériennes (tiges feuilles et fleurs) sont bouillies en
blanches ou orange vif, donnent des drupes sphé- mélange avec des feuilles kininy (Melaleuca quin-
riques, noir violine à maturité, groupées en glomé- quenervia ou Eucalyptus sp.). À ce mélange sont
rules au niveau de leur insertion. parfois ajoutées des feuilles de citronnier (Citrus
Le genre Lantana comprend cent cinquante es- aurantiifolia) et des feuilles de manguier (Mangi-
pèces originaires d’Amérique latine et d’Afrique. fera indica.) dont les fruits sont les plus acides.
Lantana camara, originaire d’Amérique du Sud, est La décoction est bue par le malade et utilisée en
devenue pantropicale. Elle est très commune, sinon inhalation. Boire une demi-tasse deux fois par jour
invasive à Madagascar, où elle forme parfois des pour les adultes, une cuillerée à café deux fois par
fourrés impénétrables. jour pour les enfants, pendant quatre jours pour
faire tomber la fièvre. La décoction est également
consommée contre l’hypertension.
Contre la fièvre du paludisme, on conseille de boire
la décoction à laquelle on a ajouté des feuilles de
mandravasarotro (Cinnamosma macrocarpa) et de
kininy (Melaleuca quinquenervia ou Eucalyptus sp.).

152 153
Lawsonia inermis L. Leea guineensis G. Don
synonymes : Lawsonia alba Lam., Lawsonia speciosa L. synonymes : Leea bipinnata Boivin, Leea lucida Rich., Leea
sambucina Schumacher & Thonning, Leea speciosus Bojer
Famille : Lythraceae
Famille : Vitaceae
Noms vernaculaires :
• Antakarana : moina Noms vernaculaires :
• Malgache : didika, mina • Antakarana : jala, sandrakidraky, talandoha
• Français : henné • Malgache : malambohavana, vankazohambana
• Anglais : henna, mignonette tree • Français : léea de Guinée
• Anglais : hawaiian holly, West Indian holly

Botanique Botanique Utilisation en médecine


traditionnelle
Cet arbuste épineux peut atteindre 4 mètres de hau- On utilise les cataplasmes de feuilles pilées pour Cette plante ligneuse, atteignant 1 à 2 mètres de
teur. Ses feuilles sont opposées, simples et entières. le soin de la teigne et pour faciliter la repousse des hauteur, a des feuilles bipennées, des folioles oppo- Partie utilisée : écorce et feuille.
Ses fleurs blanches, très parfumées, sont réunies cheveux aux endroits affectés. sées, imparipennées, oblongues elliptiques, attei-
en panicule terminal long de 15 cm. Son fruit est Les décoctions et les cataplasmes de feuilles sont gnant 18 cm de longueur et 8 cm de largeur, glabres Données issues des enquêtes
une capsule à quatre loges renfermant de nom- utilisés pour le soin des dermatoses. et dentées. Ses inflorescences en cymes lâches La décoction des feuilles et des pétioles est em-
breuses graines. portent des fleurs rougeâtres ou jaunes donnant ployée pour soigner les maux de ventre et la diar-
des fruits à cinq ou six lobes, d’environ 1 cm de dia- rhée.
Informations scientifiques mètre, rouges ou noirs à maturité. En infusion, les feuilles servent contre la fièvre.
Utilisation en médecine Cette espèce pousse dans les lieux humides et les La décoction de l’écorce est prise en bain, après
traditionnelle Principaux constituants chimiques galeries forestières de toute l’Afrique intertropicale. l’accouchement.
Feuille et écorce : coumarines, naphtaquinones, La plante est souvent utilisée avec des feuilles de
Partie utilisée : racine et feuille. lawsone, xanthone, isoplumbagine, flavonoïdes, ter- romba (Ocimum gratissimum).
pénoïdes, stérols, tanins. L’écorce est écrasée pour obtenir une pâte qu’on
Données issues des enquêtes Racine : principe colorant rouge, tanins, flavonoïdes, applique sur les plaies pour favoriser la cicatrisa-
La décoction longue des racines sert à soigner le saponines, alcaloïdes. tion, sur les mycoses et pour le soin de la gale.
diabète dû à la transgression d’un interdit. La décoction des feuilles servirait à soigner les ef-
Propriétés pharmacologiques fets des poisons.
Antibactérien, antiviral, antifongique. La plante entre dans des rituels de naissance et
funéraires.
Toxicologie
Le henné est toxique par voie interne.
Informations scientifiques
Discussion
L’usage interne de toute la plante de henné est à Principaux constituants chimiques
proscrire, mais son usage externe est à valoriser. Écorce, feuille : huile essentielle, flavonoïdes
(kaempférol, quercétine), acides phénols.

Propriétés pharmacologiques
Anti-inflammatoire, anti-oxydante, antiradicalaire.
© Lucile Allorge

Toxicologie
La littérature consultée ne nous a pas donné d’in-
formation sur la toxicité de la plante.

154 155
Leptadenia Litchi chinensis Sonn.
madagascariensis Decne. synonymes : Dimocarpus lichi Lour, Nephelium chinense
(Sonn.) Druce, Nephelium litchi Cambess., Scytalia chinensis
synonymes : Leptadenia bojeriana Decne. (Sonn.) Gaertn.
Famille : Apocynaceae Famille : Sapindaceae
Noms vernaculaires : Noms vernaculaires :
• Antakarana : vahirôntogno • Antakarana : litchi, ledisy
• Malgache : mojy, taratarika, taritorika • Malgache : litchi
• Français : litchi
• Anglais : lychee

Botanique Informations scientifiques Botanique Utilisation en médecine


traditionnelle
Cette grande liane à latex présente des feuilles cor- Principaux constituants chimiques Cet arbre persistant de taille moyenne, avec une
dées d’un vert foncé dessus et d’un vert pâle en Cardénolides (glycosides cardiotoniques toxiques). cime dense a des feuilles imparipennées de folioles Partie utilisée : fruit et écorce.
dessous. Ses petites fleurs blanches regroupées en oblongues ovales, d’un vert foncé brillant. Ses fleurs
inflorescences terminales donnent des fruits s’ou- Discussion nombreuses, d’un blanc verdâtre, dans des touffes Données issues des enquêtes
vrant à maturité en laissant s’échapper des graines En l’absence d’informations complémentaires sur la à pédoncules longs, donnent des fruits de 4 à 5 cm Le fruit est très largement consommé.
munies de soies blanches brillantes. toxicité de la plante, nous ne conseillons pas l’usage de long, arrondis à ovales, généralement d’un rouge La décoction de l’écorce est bue pour le soin de la
interne de la plante. lumineux lorsqu’ils sont mûrs, devenant marron bilharziose et pour arrêter la diarrhée.
après quelques jours. Son épicarpe parcheminé
Utilisation en médecine mince et cassant, non soudé à la chair, est divisé en
traditionnelle petites surfaces pentagonales. La chair est translu- Informations scientifiques
cide, blanche, juteuse et gélatineuse.
Partie utilisée : tige et feuille. Originaire du sud de la Chine subtropicale, où il Principaux constituants chimiques
en existe plus de cent variétés, le litchi est cultivé Fruit (pulpe) : sucres, acides gras, vitamines, sels
Données issues des enquêtes dans toutes les régions subtropicales comme arbre minéraux, protéines.
La décoction des tiges et des feuilles sert à lutter fruitier. Il s’est très bien naturalisé à Madagascar, Péricarpe : polyphénols, cyanidine-3-rutinoside,
contre la fatigue et la constipation. même sur les hauts plateaux, jusqu’à Ambositra. rutine, quercétine, tanins condensés.
On s’en sert aussi pour les soins suivant l’accou- Écorce : flavonoïdes, tanins.
chement et pour calmer les maux de ventre.
Dans les rituels, elle sert à faire revenir les per- Propriétés pharmacologiques
sonnes vers soi. Les feuilles ont montré des activités anti-inflam-
matoires, analgésiques et antipyrétiques sur des
modèles animaux.
L’écorce a montré in vitro une activité antibacté-
rienne et anti-oxydante.

Toxicologie
Les feuilles testées sur modèles animaux pour leurs
propriétés pharmacologiques ne présentent pas de
toxicité notable.
© Lucile Allorge

Discussion
L’usage de la plante est à respecter.

156 157
Ludwigia jussiaeoides Ludwigia octovalvis
Desr. (Jacq.) P.H. Raven

Famille : Onagraceae synonymes : Œnothera octovalvis Jacq., Jussieua


octovalvis Sw.,Jussieua suffruticosa L.
Noms vernaculaires :
• Antakarana : rajamena Famille : Onagraceae
• Malgache : ambiabe, mandadiana Noms vernaculaires :
• Français : herbe à bourrique, ludwigie • Antakarana : rajamena (variété à tiges rouges,
caractère ligneux) raja, rajafotsy, rajamalandy
(absence de tige rouge)
© Lucile Allorge

• Malgache : lengondrano

Botanique Utilisation en médecine Botanique Utilisation en médecine


traditionnelle traditionnelle
Cette herbacée peut atteindre 3 mètres de hauteur. Cette herbacée simple ou très ramifiée plus ou
Ses feuilles légèrement pubescente sont lancéo- Partie utilisée : plante entière et feuille. moins pubescente, haute de 30 cm à 2 mètres, a Partie utilisée : feuille et racine.
lées et aigües à l’apex. Ses fleurs ont quatre pétales des feuilles alternes, lancéolées de 6 à 8 cm de long,
jaunes et laissent place à une capsule à huit ner- Données issues des enquêtes rétrécies aux deux extrémités. Les fleurs solitaires Données issues des enquêtes
vures contenant de petites graines. La décoction de la plante entière calme les règles et axillaires sont jaune clair et formées de quatre On applique directement le suc des feuilles vertes
douloureuses. Elle est également utilisée pour le pétales disposés en croix. Le fruit est une capsule sur les plaies. On peut également appliquer sur le
soin de certaines affections génitales. allongée, rétrécie à la base, subcylindrique mais dos des personnes souffrant de douleurs du bas
Les cataplasmes de feuilles froissées sont appli- parfois à huit côtes longitudinales, qui est terminée du dos la pâte obtenue en broyant la racine et en la
qués sur les plaies qui ont du mal à guérir. par les lobes persistants du calice. délayant dans de l’eau.
Cette plante aime les bords de cours d’eau et les La décoction de Ludwigia est reconnue soulager les
endroits humides. douleurs menstruelle.
Informations scientifiques La macération froide de la plante sert aux matrones
lors d’accouchements difficiles. Elles la donnent à
Principaux constituants chimiques boire à la parturiante et la versent sur le ventre de
Les Ludwigia ont en commun des flavonoïdes, tri- haut en bas.
terpènes, saponines et tanins. Cette plante sert aussi à enlever les sorts jetés.

Propriétés pharmacologiques
Les Ludwigia se partagent des propriétés antidiar- Informations scientifiques
rhéiques, antibactériennes et antihépatotoxiques.
Leurs triterpènes montrent une bonne activité cyto- Principaux constituants chimiques
toxique et font l’objet de recherches scientifiques. Flavonoïdes, tanins, triterpènes de type oléanane,
saponines.

Propriétés pharmacologiques
L’extrait aqueux possède une activité antibacté-
rienne (Streptococcus mutans).

Toxicologie
La littérature consultée ne présente pas d’informa-
tions sur la toxicité de la plante.

158 159
Lycopersicon Lycopodiella cernua
esculentum Mill. (L.) Pic. Serm.

synonymes : Lycopersicon lycopersicum (L.) H. Karst., synonymes : Lepidotis cernua (L.) P. Beauv., Lycopodium
Solanum lycopersicum L. capillaceum (Spring) Hieron., Lycopodium
cernuum L., Palhinhaea cernua (L.) Franco & Vasc.
Famille : Solanaceae
Famille : Lycopodiaceae
Noms vernaculaires :
Noms vernaculaires :
• Antakarana : tomaty
• Antakarana : Tagnanambiko, tagnantrandraka
• Malgache : angilo, angilobe, babiha, babonga,
• Malgache : hazotsilaky, solaka, tanantandraka,
birika, boaboanga, matimaty, tabia, tamatesy,
tongosora, tsongokina
voababiha, voabonga, voandamoro, voangilo,
voatabia, voatabihy
• Français : tomate
• Anglais : tomato

Botanique Informations scientifiques


La tomate est une plante annuelle qui peut atteindre Principaux constituants chimiques
3 mètres de hauteur. Elle a une tige et des feuilles Fruit : acides organiques, alcaloïdes (tomatine, toma- Botanique Informations scientifiques
poilues et glanduleuses dégageant une odeur ty- tidine), sels minéraux, vitamines et oligo-éléments.
pique. Ses fleurs jaunes donnent des fruits rouges Ce lycopode présente des racines brunes d’un cen- Principaux constituants chimiques
globuleux. Propriétés pharmacologiques timètre. La fronde vert-brun, arquée, enracinée puis Plante entière : alcaloïdes (lycopodine, lycodoline,
Suc du fruit mûr : antifongique (Candida albicans), dressée peut atteindre jusqu’à un mètre de lon- huperzine…), flavonoïdes (cernoside, lutéoline, tri-
anti-inflammatoire, antihistaminique. gueur. La partie dressée présente de nombreuses cine, apigénine), triterpènes (acides lycernuiques,
Utilisation en médecine branches latérales allant dans toutes les directions, serraténédiol, alpha-onocérine, serratriol…), stérols
ce qui donne un aspect conique à la plante. Les (bêta-sitostérol, stigmastérol), aluminium en forte
traditionnelle Toxicologie
feuilles, éparses sur la tige horizontale, sont denses proportion (12,5 % des cendres).
Les fruits verts, la tige et les feuilles sont toxiques.
Les poils de la plante peuvent provoquer des allergies. sur les rameaux plus ou moins rigides. Les stro-
Partie utilisée : fruit
biles, non pédonculés, sont nombreux à l’extrémité Propriétés pharmacologiques
Discussion des ramilles latérales. La plante est distribuée dans Les alcaloïdes contenus dans la plante ont montré
Données issues des enquêtes
Nous recommandons l’usage du suc du fruit mûr l’ensemble des régions tropicales. de bonnes activités biologiques et font l’objet de
Une tranche de tomate fraîche est appliquée sur les
en instillation pour soigner les conjonctivites et les recherches scientifiques.
peaux rougies pour les rafraichir.
candidoses. Instillation de quelques gouttes dans
les yeux infectés. Utilisation en médecine Toxicologie
traditionnelle La présence d’alcaloïdes doit nous inciter à la pru-
dence dans l’utilisation de la plante.
Partie utilisée : plante entière.

Données issues des enquêtes


La décoction de la plante entière est utilisée pour
traiter l’asthme et la toux grasse qui peut l’accom-
pagner. Cet emploi est à la fois préventif des crises
et curatif.

Cette même décoction sert aussi à soigner les


maux de ventre. Elle est parfois associée à une
prière que récite le tradipraticien.

160 161
Lygodium
lanceolatum Desv.
synonymes : Hydroglossum lanceolatum Steud.,
Hydroglossum madagascariense Poir.
Famille : Lygodiaceae
Noms vernaculaires :
• Antakarana : famahatrankangabe, karakarantoloha
• Malgache : fandrikakanga, karakaratoloho, kidito
• Français : fougère lianescente

Botanique
Cette fougère terrestre peut grimper sur les arbres
et les rochers. Ses frondes sont vertes à limbe large,

Collections Herbier MNHN


ses pennes simples et ses sores marginaux.

Utilisation en médecine
traditionnelle
Partie utilisée : plante entière.

Données issues des enquêtes


La décoction de la plante sert à soulager les
contractions musculaires et la fatigue.
© Igor Bertrand

162 Arrosage dans le jardin de Madirobe. 163


Mangifera indica L.
synonymes : Mangifera austroyunnanensis Hu, Rhus
laurina Nutt.
Famille : Anacardiaceae
Noms vernaculaires :
• Antakarana : manga, vodimanga
• Malgache : borabe, embe, mangagasy
• Français : manguier
• Anglais : mango tree

lier celles avec manifestation cutanée, symptômes dysenteriae, Shigella flexneri, Streptococcus pneu-
grippaux et vomissement, et du paludisme. Boire monia), astringentes, diurétiques, expectorantes et
une demi-tasse (adultes) ou une cuillerée à café anti-inflammatoires.
(enfants) matin et soir pendant quatre jours. La mangiférine possède in vivo des propriétés anti-
Les feuilles de manguier entrent aussi dans un mé- bactériennes envers les pathogènes spécifiques de
lange pour le soin des diarrhées et des dysenteries. la microflore de la plaque subgingivale (Prevotella
En bain de bouche, la décoction soigne les gingi- intermedia, Porphyromonas gingivalis), et on peut

Botanique Utilisation en médecine vites et les maux de dents. donc encourager l’usage des feuilles de manguier
Les vapeurs d’un mélange de la décoction de pour le maintien d’une bonne hygiène bucco-den-
traditionnelle feuilles de papayer (Carica papaya), de citronnier taire.
Le manguier est un arbre trapu, à feuillage très (Citrus aurantiifolia) et de manguier sert de répulsif Les extraits éthanoliques d’écorces de Mangifera
dense. Sa frondaison ovoïde bien équilibrée donne Partie utilisée : feuille
contre les moustiques. indica inhiberaient in vitro l’activité de l’alpha-glu-
toute l’année un magnifique ombrage. Il peut On distingue plusieurs types de manguier : man- cosidase. L’extrait aqueux des feuilles posséderait
atteindre 20 mètres de hauteur, les sujets greffés Données issues des enquêtes
gagasy ou mangalava, mangatombato, mangaesy, une activité hypoglycémiante.
sont plus petits. Ses feuilles lancéolées et étroites La décoction de feuilles est utilisée en tisane, en
mangabory. Le goût varie selon les variétés. La L’extrait aqueux des écorces aurait des propriétés
dégagent un fort parfum de térébenthine quand on inhalations et en bain, souvent en mélange avec les
forme des fruits permet de les distinguer. analgésiques et anti-inflammatoires.
les froisse. Ses jeunes feuilles alternes lancéolées feuilles de kininy, (Eucalyptus sp.), de kalabera (Lan-
Cet extrait aurait également montré des propriétés
ont une couleur rouge cuivré due aux anthocyanes tana camara) et de citronnier (Citrus aurantiifolia),
anti-allergiques et anthelmintiques.
pour le soin des bronchites et affections respira-
qui sont produites par les feuilles pour se protéger
toires, et aussi pour le soin des fièvres, en particu-
Informations scientifiques
des rayonnements solaires, avant la production Toxicologie
de la chlorophylle. Pendant la floraison, l’arbre se Principaux constituants chimiques Les feuilles ne présentent pas de toxicité particu-
couvre d’une multitude de panicules terminales de Feuille : riche en huiles essentielles (thuyène, oci- lière mais elles peuvent devenir toxiques à la suite
nombreuses petites fleurs blanchâtres, jaunâtres, mène), polyphénols (anthocyanes, flavonoïdes, du développement d’un champignon microsco-
jaune rougeâtre ou rose verdâtre, formant un mé- xanthones et tanins galliques), saponosides, triter- pique à leur surface.
lange de fleurs mâles et de fleurs hermaphrodites. pènes (acide mangiférolique, acide hydroxymangi-
Le fruit est une drupe ovoïde de grosseur et de poids féronique). Discussion
variables, à pulpe juteuse, jaune à orange, plus ou Fleur : huile essentielle. L’utilisation de la plante dans les diarrhées est à
moins fibreuse selon les variétés, très parfumée, à Graine : glucoside cyanogénétique (linamarine), recommander en association avec Psidium guajava
saveur sucrée, acidulée et contenant un gros noyau. triterpènes (acide mangiférolique, acide hydroxy- et Euphorbia hirta.
mangiféronique), huile, saponosides, latex, tanins. La décoction de 30 grammes de feuilles de man-
Le manguier est originaire du pied de l’Himalaya à Racine : mangiférine, friedeline, bêta-sitostérol. guier par litre d’eau, à boire dans la journée est utile
l’est de l’Inde. Il est cultivé dans tous les pays tropi- pour soigner la diarrhée, la toux et la bronchite.
caux pour ses fruits. Propriétés pharmacologiques Nous incitons à la vigilance lors de la cueillette des
Les feuilles présentent des propriétés antibacté- feuilles dont il faut ne récolter que celles qui sont
riennes (Escherichia coli, Salmonella typhi, Shigella bien saines.

164 165
Manihot esculenta Crantz Mascarenhasia
synonymes : Manihot utilissima Pohl
arborescens A. DC.
Famille : Euphorbiaceae
synonymes : Echites arborescens Bojer ex A. DC.,
Noms vernaculaires : Holarrhena madagascariensis Baker, Lanugia latifolia N.E.
• Antakarana : mahôgo (tubercule), ravimahôgo Br., Mascarenhasia anceps Boivin ex Jum., Mascarenhasia
(feuilles) angustifolia A. DC., Mascarenhasia boivinii Dubard, Tsilaitra
• Malgache : ambazaha, belafanapaka, belahazo, micrantha (Baker) Baron
kazaha, mahago, mangahoazo, matreoka, vihazo, Famille : Apocynaceae
mbazaha, rompotra, vomangahazo Noms vernaculaires :
• Français : manioc
• Antakarana : barabanja
• Anglais : cassava, manioc, mogo
• Malgache : babondrano, gidronenainty, hazondrano,
herondrano, kidroa

Botanique Informations scientifiques Botanique Utilisation en médecine


traditionnelle
Cet arbuste de 2 à 3 mètres de hauteur a des Principaux constituants chimiques Cet arbuste, distribué à Madagascar et en Afrique
branches dressées, évasées, partant près de la base Feuille : glucosides cyanogéniques (linamarine, de l’Est, a des feuilles opposées et des inflores- Partie utilisée : feuille
et se ramifiant vers l’extrémité. Les tiges portent des otaustraline), acide oxalique, saponines, acides cences terminales ou axillaires. Les fleurs blanches
cicatrices foliaires proéminentes. Les feuilles sont aminés (tryptophane, méthionine), flavonoïdes à roses, donnent des fruits composés de deux longs Données issues des enquêtes
longuement acuminées, non peltées, avec un à neuf (kaempférol, rutine, quercétine), terpénoïdes, poly- méricarpes contenant des graines aplaties portant La décoction des feuilles est recommandée contre
lobes plus ou moins profonds et parfois séparés phénols, tanins. une plume apicale de longs poils. les maux d’estomac et pour le soin des diarrhées.
jusqu’à la base et un limbe longuement pétiolé. Ses Tubercule : riche en hydrates de carbone (20 à 30 % On s’en sert aussi pour laver les plaies infectées.
fleurs sont en racèmes terminaux ou subterminaux, de fécule) mais relativement pauvres en protéines.
mâles ou femelles, à grand calice verdâtre : les mâles
avec dix étamines en deux verticilles, les femelles à Propriétés pharmacologiques Informations scientifiques
ovaire surmonté d’un style grossièrement renflé au Les extraits de feuilles ont montré des activités an-
sommet. Son fruit sphérique à six côtés, légèrement tibactériennes, antifongiques et antivirales in vitro Principaux constituants chimiques
ailés, contient trois graines. Son rhizome très gros (Microsporum gypseum, Microsporum fulvum, Tri- Dihydrochalcone : davidigénine.
est consommé dans l’alimentation. chophytum gallinae, Staphylococcus aureus, Virus
Le manioc, originaire d’Amérique du Sud, est cultivé sindbis et cytomegalovirus). Propriétés pharmacologiques
dans toutes les zones tropicales, où il existe de La feuille fraîche inhibe la synthèse protéique. Antispasmodique, anti-oxydant.
nombreuses variétés. L’extrait de racine montre une activité antitumorale.
La fécule est un excellent maturatif. Résolutif, le Discussion
tubercule cru en cataplasme est détersif sur les La littérature consultée ne présente pas clairement
Utilisation en médecine ulcères. la toxicité, ce qui doit nous inciter à la prudence.
traditionnelle
Toxicologie
Partie utilisée : tubercule et feuille. La consommation de la plante entière à l’état frais
est dangereuse par la présence d’hétérosides cya-
Données issues des enquêtes nogéniques. Une bonne partie d’entre eux est élimi-
La pulpe cuite des racines est appliquée sur les née lors du broyage et de la cuisson.
ulcères et les brûlures.
Les feuilles sont consommées Discussion
cuites comme brèdes avec La consommation de feuilles
le riz, ou préparées pilées en de manioc très bien cuites
ravitoto (cuites avec du lait de est à valoriser dans la cui-
coco et parfois du gras de porc). sine.
Les tubercules sont consommés L’usage traditionnel ex-
cuits à l’eau ou frits terne est à valoriser.

166 167
Melaleuca Melia azedarach L.
quinquenervia (Cav.) S.T. Blake synonymes : Melia japonica var. semperflorens Makino,
Melia orientalis M. Roem., Melia toosendan Siebold & Zucc.
synonymes : Metrosideros quinquenervia Cav. Famille : Meliaceae
Famille : Myrtaceae Noms vernaculaires :
Noms vernaculaires : • Antakarana : voandelaka
• Antakarana : kininy, niaouli • Français : lilas de l’Inde, lilas de Perse
• Français : cajeputier, niaouli • Anglais : china berry, persian lilac
• Anglais : broad-leaved paper bark, melaleuca tree,
punk tree, paper bark tea tree
© Lucile Allorge

© Lucile Allorge
Botanique Informations scientifiques Botanique
Cet arbuste, originaire du Pacifique (Australie, Principaux constituants chimiques Cet arbre peut atteindre 15 mètres de hauteur et Toxicologie
Nouvelle-Calédonie), à l’écorce claire, épaisse et Feuille : huile essentielle contenant des terpénoïdes porte une écorce crevassée verticalement. Ses La plante est toxique à forte dose.
s’exfoliant, porte des feuilles coriaces, simples, (50 à 60 % de cinéol), bétapinène et alphaterpinène. feuilles alternes sont doublement composées,
lancéolées, tomenteuses et satinées jeunes. Ses vert clair et présentent des marges dentées. Ses Discussion
inflorescences sont en cymes terminales de fleurs Propriétés pharmacologiques petites fleurs roses ou violettes sont regroupées en Ne pas l’administrer aux enfants, aux femmes
blanc crème, aux nombreuses étamines, qui s’épa- Antiseptique, expectorant, stimulant circulatoire, grappes et donnent des drupes jaunes contenant enceintes et aux personnes âgées. L’utiliser de
nouissent toute l’année et donnent des capsules antispasmodique, anti-inflammatoire, antifongique. quatre petites graines. préférence en usage externe, sur les mycoses par
renfermant de nombreuses petites graines. exemple.
Toxicologie
L’usage de l’huile essentielle est déconseillé aux Utilisation en médecine
Utilisation en médecine femmes enceintes et aux enfants en bas âge. traditionnelle
traditionnelle
Discussion Partie utilisée : feuille.
Partie utilisée : feuille L’usage traditionnel des feuilles pour les soins des
affections respiratoires est à recommander sauf Données issues des enquêtes
Données issues des enquêtes pour les femmes enceintes et les enfants en bas La décoction de feuilles sert à combattre les fièvres
La décoction des feuilles est utilisée pour le soin des âge. et lutter contre la fatigue.
affections respiratoires. On y ajoute des feuilles de
kalabera (Lantana camara), pour le soin des fièvres.
Informations scientifiques
Principaux constituants chimiques
Toute la plante (feuilles et fruits) : azadirachtine,
flavonoïdes, sitostérols, amyrine, acide ursolique,
acide diméthoxybenzoïque, maésol, glycopeptide
(méliacine).

Propriétés pharmacologiques
© Lucile Allorge

Antifongique, antiviral et antiplasmodial (in vitro).

168 169
Melochia pyramidata L. Mimosa pigra L.
synonymes : Melochia domingensis Jacq., Moluchia synonymes : Mimosa asperata L.
pyramidata (L.) Britt., Sida sabeana Buckley
Famille : Fabaceae
Famille : Malvaceae
Noms vernaculaires :
Noms vernaculaires : • Antakarana : roibe
• Antakarana : sandahorivavya • Malgache : hery, roitra
• Français : herbe-dure, mélochie pyramidale • Français : amourette
• Anglais : wire bush, pyramid flower • Anglais : catclaw mimosa

Botanique
Cet arbuste buissonnant, originaire des Antilles,
Botanique peut atteindre 3 mètres de hauteur et a des
branches épineuses. Ses feuilles alternes et bipen-
Cette herbacée pérenne pantropicale peut atteindre Données issues des enquêtes nées ont de nombreuses folioles. Ses fleurs roses
un mètre de hauteur. Ses feuilles simples sont Les feuilles fraîches sont pilées et appliquées en et parfois blanches sont groupées en glomérules et
alternes, allongées et au bord denté. Ses fleurs cataplasme sur les plaies. donnent de longues gousses aplaties et velues.
en groupes opposés aux feuilles sont de couleur
mauve, violet et teintées de jaune à la base. Elles
donnent un fruit de forme pyramidale, couvert de Informations scientifiques Utilisation en médecine
poils, étoilé, contenant des graines grises.
Toxicologie
traditionnelle
La littérature signale des effets toxiques dus à l’in-
Partie utilisée : feuille
Utilisation en médecine gestion de la plante dont le genre contient notam-
traditionnelle ment des alcaloïdes toxiques.
Données issues des enquêtes
La décoction des feuilles est utilisée pour lutter
Partie utilisée : feuille Discussion
contre la fatigue et les hémorragies.
L’usage externe peut être respecté.

Informations scientifiques
Discussion
Devant la toxicité du genre, nous incitons à la pru-
dence et à n’utiliser la plante qu’en usage externe.

Collections Herbier MNHN


170 171
Mimosa pudica L. Momordica charantia L.
synonymes : Mimosa hispidula Kunth, Mimosa tetrandra synonymes : Cucumis argyi H. Lév., Momordica chinensis
Humb. & Bonpl. ex Willd., Mimosa unijuga Duchass. & Walp. Spreng., Momordica indica L., Sicyos fauriei H. Lév.
Famille : Fabaceae Famille : Cucurbitaceae
Noms vernaculaires : Noms vernaculaires :
• Antakarana : roitry, tsitandrikibo • Antakarana : marigozy
• Malgache : amboafotsikely, anankoay, matirosana, • Malgache : margoze
ramiren • Français : concombre amer, margose, margose à
• Français : sensitive piquant, melon amer, paroka
• Anglais : sensitive plant, touch-me-not • Anglais : bitter melon

Botanique
Cette plante grimpante originaire d’Asie, qui peut Toxicologie
atteindre 4 mètres de longueur, porte des vrilles Le fruit mûr est toxique. L’usage de toute la plante
axillaires et des feuilles palmatilobées. Ses fleurs est proscrit pour les femmes enceintes.
jaunes donnent des fruits ellipsoïdes de 5 à 15 cm On signale des signes de toxicité rénale due à la
de longueur, jaune orangé, à trois valves contenant consommation prolongée de la tisane de feuilles.
Botanique Informations scientifiques des graines entourées d’une pulpe rouge.
Discussion
Cette plante rampante, épineuse, a des feuilles Nous ne
Principaux constituants chimiques
composées bipennées, de douze à vingt paires de Feuille : alcaloïdes (mimosine, norépinéphrine, bu-
Utilisation en médecine recomman-
folioles qui se replient au moindre attouchement. foténine, tryptamine), mucilages, sitostérol, triter- traditionnelle dons pas
Cette rétraction est la conséquence du déplace- l’usage interne de la
pènes, flavonoïdes, tanins.
ment de l’eau à l’intérieur de l’organe. Ses capitules Partie utilisée : tige et feuille plante.
axillaires globuleux, à petites fleurs sessiles de cou- Nous conseillons l’usage externe
Propriétés pharmacologiques
leur rose, cèdent la place à des gousses compri- Données issues des enquêtes de la plante dans le soin des der-
Divers extraits de la plante montrent de nom-
mées, munies de piquants sur les bords. La décoction des feuilles et des tiges de la plante matoses prurigineuses en appli-
breuses activités in vitro et in vivo (anti-oxydante,
Probablement originaire d’Amérique du Sud, cette soulagerait les coliques et éviterait le diabète. Elle cation de cataplasmes de feuilles,
anti-inflammatoire, hépatoprotectrice, anti-ulcé-
plante rudérale s’est répandue dans toutes les serait aussi un bon stimulant des défenses de l’or- en bains et en application de com-
reusse, anticonvulsivante).
zones tropicales. ganisme et préviendrait les fièvres. presses de la décoction.
La décoction est utilisée pour se baigner et masser La plante peut être employée
Toxicologie
le corps et les muscles. comme insecticide : pulvérisation
La présence d’alcaloïdes toxiques doit nous inciter à
Utilisation en médecine ne pas utiliser cette plante par voie interne.
d’une macération à 50 grammes
traditionnelle par litre d’eau.
Informations scientifiques
Partie utilisée : feuille, plante entière
Principaux constituants chimiques
Données issues des enquêtes Triterpènes, stéroïdes, polypeptides, diosgénine,
La décoction de la plante est utilisée pour soigner acides aminés, saponines, alcaloïdes.
la jaunisse, au bout de trois jours en en buvant ma-
tin et soir. On évitera d’associer la consommation Propriétés pharmacologiques
d’huile et de sucre a ce traitement. Feuille : antibactérienne (Staphylococcus aureus,
La décoction de ses feuilles, bue deux fois par jour, Escherichia coli), insecticide.
matin et soir, soigne l’énurésie des enfants. Fruit : hypoglycémiant, spermicide, antiviral, cytos-
La décoction de la plante entière est réputée lutter tatique, anthelmintique, ocytocique.
contre la faiblesse et purifier le sang.

172 173
Monanthotaxis pilosa Monanthotaxis
(Baill.) Verdc. sororia (Diels) Verdc.
synonymes : Popowia pilosa Baill. synonymes : Popowia sororia Diels
Famille : Annonaceae Famille : Annonaceae
Noms vernaculaires : Noms vernaculaires :
• Antakarana : fotsiavadiky • Antakarana : fotsiavadiky (” à revers blanc ”),
• Malgache : fanote, fotsiavadika, tanoty
kakazo, rangomagnitry
• Malgache : fotsiavadika

Botanique Utilisation en médecine Botanique


traditionnelle
Cette liane endémique présente des feuilles persis- Cette liane ou arbuste lianescent endémique de
tantes, des rameaux grisâtres, glabres. Les jeunes Partie utilisée : feuille Madagascar présente des rameaux brun noirâtre,

Collections Herbier MNHN


rameaux, grêles, sont recouverts de poils ferrugi- glabres mais pubescents à l’état jeune et recou-
neux hirsutes. Les feuilles ont un limbe ovale papy- Données issues des enquêtes verts de poils ferrugineux hirsutes. Les feuilles sont
racé, à poils plus ou moins denses sur la face infé- Les feuilles sont écrasées avant d’en faire une dé- lancéolées ou elliptiques allongées. Les fleurs à six
rieure. Les fleurs tripétales jaune pâle sont solitaires coction qui est consommée pour le soin des fièvres pétales, axillaires, d’un blanc jaunâtre, sont soli-
ou géminées et portées par un pédicelle à poils roux avec symptômes grippaux et signes neurologiques. taires ou géminées et laissent la place à un fruit
hirsutes. Le fruit est composé de quatre à sept mé- glabrescent à six à huit méricarpes.
ricarpes ovoïdes apiculés densément pubescents.

Utilisation en médecine
traditionnelle
Partie utilisée : plante entière.

Données issues des enquêtes


Comme pour le romba (Ocimum gratissimum), la
décoction de la plante, mélangée à des feuilles de
tsilavondrivotro (Desmodium frutescens), est pro-
posée aux femmes qui viennent d’accoucher afin
de ” faire sortir les saletés et le sang coagulé restés
dans l’utérus ”. Des bains de vapeur sont également
préconisés.
La décoction, très parfumée, est aussi utilisée pour
soulager les maux de ventre et le paludisme dou-
loureux.
On l’emploie en boisson, bain, massage et inhala-
tion.

174 175
Moringa oleifera Lam.
Informations scientifiques
synonymes : A Moringa pterygosperma Gaertn, Guilandina
moringa Linn., Anoma moringa Lour., Hyperanthera arborea
Principaux constituants chimiques Propriétés pharmacologiques
J. F. Gmel., Hyperanthera decandra Willd., Hyperanthera
moringa Vahl, Hyperanthera pterygosperma (Gaertn.) Oken Racine (écorce) : alcaloïdes (ptérygospermine, Feuille : nutritive, antibactérienne, anti-inflamma-
athomine, moringinine, spirochine), glucosinolates toire, cicatrisante, hypocholestérolémiant, antihy-
Famille : Moringaceae
(glucotropaeoline, tropaéoline), benzoquinone, sté- pertensive.
Noms vernaculaires : roïdes, saponosides, tanins, triterpènes. Fleur : antibactérienne, antihypertensive.
• Antakarana : agnamorôngo
Écorce : alcaloïdes (moringinine, athomine, spi-
• Malgache : ananambo, brède mourougue,
rochine) béta sitostérol, terpènes, saponosides, Toxicologie
felikambo, felinimorongovazaha, morongo
tanins, triterpènes. La plante n’est pas toxique.
• Français : noix de Behen, pois quénique
Gomme : polyuronide neutre
• Anglais : ben nut tree, drumstick, horseradish tree,
Feuille fraîche : protéines (5 à 10 %), lipides (0,6 %), Discussion
radish tree
glucides (14 %), sels minéraux (calcium, phosphore, Les feuilles de Moringa peuvent être consommées
fer), Vitamines B 1, B 2, C, saponosides, glucosino- sous forme de tisane ou de légume cuit pour amé-
lates. liorer la nutrition et pour soigner les affections des
Fleur : cire bronches, les ulcères gastriques et stabiliser l’hy-
Botanique Amande de graine : huile (33 à 38 %, dont 70 % pertension artérielle.
d’acide oléique, acide béhémique). Douceâtre non En usage externe, elles sont indiquées dans le soin
Ce petit arbuste à feuilles caduques a une écorce des affections de la peau et des rhumatismes.
collante, l’huile ne rancit pas, brûle sans fumée ni
claire à grosses lenticelles. Ses feuilles imparipen- Les fleurs peuvent être recommandées pour le soin
odeur.
nées, aux folioles ovées, sont vert clair. Ses fleurs de la toux et pour la stabilistion de l’hypertension
parfumées à sépales et pétales blancs fleurissent artérielle.
pendant la saison sèche. Ses fruits, en capsules
triangulaires, sont de longues gousses contenant
des graines rondes, ailées, brunes et huileuses.
Planté dans toutes les zones tropicales, le Moringa
serait originaire de l’Inde.

Utilisation en médecine
traditionnelle
Partie utilisée : feuille, fleur, graine

Données issues des enquêtes


La décoction des feuilles et surtout des fleurs est
bue contre la toux et pour le soin de l’hypertension.
Les feuilles sont également consommées en roma-
zava. On les fait bouillir avec un peu de sel.
Seules les communautés d’origine indienne ont un
usage culinaire des graines.
La racine, qui a la réputation d’être toxique, n’est pas
consommée.

176 177
Murraya paniculata Musa paradisiaca L.
(L.) Jack
synonymes : Musa sapientum L.
synonymes : Chalcas paniculata L., Murraya exotica L. Famille : Musaceae
Famille : Rutaceae Noms vernaculaires :
Noms vernaculaires : • Antakarana : katakata (fruit), ravinkatakata (feuilles),

• Antakarana : hazomananjara vodinkatakata (arbre)


• Malgache : ramo • Malgache : katakata, akondro, ontsy, otsy

• Français : bois jasmin, oranger jasmin, buis de Chine • Français : bananier

• Anglais : orange jessamine • Anglais : banana

Botanique
Le bananier est une très grande herbe, de 6 à 10 Originaires du Sud-Est asiatique, les bananiers sont
mètres de hauteur, à stolons et à feuilles pétiolées, cultivés dans toutes les zones tropicales. Lorsque
pouvant atteindre 2 mètres de long. Ces feuilles les inflorescences sont pendantes, la pollinisation
enveloppantes forment le ” tronc ” de la plante. Son se fait de nuit par les chauves-souris, chaque fleur
inflorescence pendante, jusqu’à 1,5 m de long, a des ne restant fonctionnelle qu’une seule nuit.
Botanique Informations scientifiques bractées lancéolées à oblongues ovales, rougeâtres
à brunes. Ses fleurs blanc jaunâtre, de 3 à 4 cm, ont
Cet arbuste originaire du Sud-Est de l’Asie peut Principaux constituants chimiques un calice à cinq dents et un pétale libre ovale. La Utilisation en médecine
atteindre 6 mètres de hauteur. Ses feuilles compo- Feuille : flavonoïdes, coumarine (murrméranzine), banane est un fruit cylindrique mesurant jusqu’à 30 traditionnelle
sées de trois à neuf folioles sont ovoïdes, alternes, murralonginal, minumicroline, murrangatine, mé- cm, vert ou jaune selon le degré de maturité.
brillantes et persistantes. Ses belles fleurs blanches ranzine et hainanmurpanine), huile essentielle (dont Partie utilisée : fruit vert, feuille et bractée.
parfumées donnent des fruits rouges ovoïdes. carène 54 %, caryophyllène 10 %, spathulénol 10 %,
élémène 9 %), alcaloïde (yuehchukène). Données issues des enquêtes
La pulpe de fruit vert est utilisée en décoction,
Utilisation en médecine Propriétés pharmacologiques consommée à jeun, pour le soin des gastrites, des
traditionnelle Anti-inflammatoire, anti-nociceptive, antibactérien, ulcères et des diarrhées.
antifongique, antiparasitaire in vitro (Giardia intes- La décoction des feuilles est utilisée en usage
Partie utilisée : feuille tinalis et Entamoeba histolytica), inhibiteur de cho- externe, en bain, bain de vapeur et massage pour
linestérase. traiter la fièvre causée par une plaie, avec manifes-
Données issues des enquêtes tations cutanées, et la fièvre avec troubles urinaires
La décoction des feuilles entre dans les bains de va- Toxicologie et génitaux.
peur employés pour le soin des fièvres avec symp- La littérature consultée ne présente pas d’informa- Pour le soin des déchirures musculaires, on masse
tômes grippaux et signes neurologiques. tion sur la toxicité de la plante. la partie affectée avec des feuilles fraîches bouillies
puis ramenées à une température acceptable.
Des bains effectués avec la décoction des feuilles
séchées sur le plant sont réputés être efficaces
pour soulager la fatigue.
Les bractées des fleurs de bananier sont brûlées
et la cendre est appliquée sur la peau atteinte par
la gale, la teigne, une mycose, en association avec
d’autres plantes.
Il existe de nombreuses variétés de bananiers dont
l’utilisation alimentaire du fruit est très variée.

178 179
Mystroxylon
Informations scientifiques aethiopicum (Thunb.) Loes.
Principaux constituants chimiques Propriétés pharmacologiques
synonymes : Cassine aethiopica Thunb., Elaeodendron
Plante entière : riche en tanins en particulier la sève La plante entière est astringente et présenterait une gymnosporoides Baker, Elaeodendron pilosum Baker,
de la tige. activité antibactérienne. Les feuilles facilitent la re- Mystroxylon spilocarpum Eckl. & Zeyh.
Fruit mûr : riche en minéraux (calcium, phosphore, granulation et la reformation de l’épithélium sur les Famille : Celastraceae
fer, magnésium, potassium et sodium), vitamines, brûlures. Le fruit vert est anti-ulcéreux, il diminue la
Noms vernaculaires :
flavonoïdes, amidon (plus important dans la ba- sécrétion d’acide et renforce la barrière muqueuse
• Antakarana : fagnazava
nane plantain). gastrique. Cette activité disparaît chez le fruit mûr.
• Malgache : aisivy, andralantifo, dralatifo, fanajava,

© Lucile Allorge
Feuille : acides organiques (acides citrique, malique, Les tanins sont favorables aux lésions leuco-
fanajavina, fanazava, hazomby, hazondity,
glutamique, oxalique, pyruvique et succinique). dermiques. Astringents et antiseptiques, ils sont hazondrano, hazoringitsa, lampivahitra, mangibary,
appropriés au soin des diarrhées et accélèrent montso,
la désintoxication dérivée du métabolisme des
germes pathogènes. Les effets antidiarrhéiques de
la banane verte semblent aussi provenir de l’aug-
mentation de la perméabilité de l’intestin grêle, que
provoque l’amidon qu’elle contient.
Botanique Utilisation en médecine
In vitro, l’extrait aqueux du fruit frais présente traditionnelle
Ce petit arbre à feuilles alternes, simples, aux ner-
une activité antibactérienne (Bacillus
vures obliques n’atteignant pas la marge, a de pe- Partie utilisée : écorce et feuille
cereus, Bacillus stearothermophil-
tites fleurs qui donnent des drupes blanches puis
lus et Clostridium sporogenes).
rouges à maturité, contenant une graine. Données issues des enquêtes
L’extrait méthanolique de fruits
verts présente un effet hypo- La décoction des feuilles est reconnue pour com-
glycémiant dose-dépendant chez battre la fatigue et les fièvres comme celle du palu-
la souris. disme. Pour le soin des fièvres, on préconise un bain
Le fruit mûr est très nutritif. de vapeur des feuilles.
On utilise aussi l’écorce en bain de vapeur contre les
Toxicologie fièvres avec manifestations cutanées.
La plante et le fruit vert contiennent une
grande quantité de tanins.

Discussion
L’emploi de fruit vert, de feuille et de sève est à
conseiller mais aussi à surveiller tant dans ses
usages internes qu’externes.
La consommation du fruit vert est recommandée
contre les diarrhées et les gastrites (une banane
verte par jour, par voie interne).
L’usage externe de la sève de l’enveloppe du fruit en
application contre les plaies, les brûlures et les rhu-
matismes est conseillé, tout comme la décoction
de la feuille et de la sève contre les inflammations
(bain, compresse ou cataplasme, à renouveler deux
fois par jour).
La consommation du fruit mûr est recommandée
pour combattre les asthénies, les faiblesses et dimi-
nuer les symptômes de diarrhées chroniques chez
les enfants.

180 181
Nymphaea nouchali
Burm. f.

synonymes : Nymphaea bernierana Planch., Nymphaea


emirnensis Planch., Nymphaea madagascariensis DC.,
Nymphaea stellata Willd.
Famille : Nymphaeaceae
Noms vernaculaires :
• Antakarana : betsimihilagna, tatama
• Malgache : agoagoa, betsimirana, lefoka, voahirana,
voalefoka
• Français : nénuphar du Cap
• Anglais : cape blue water lily

Botanique
Cette plante aquatique vivace a un rhizome verti- Rhizome : gomme, résine, protéines, alcaloïdes
cal. Ses feuilles flottantes sont orbiculaires, peltées (nupharine, nymphaéine).
à la marge crénelée. Ses fleurs solitaires blanches
maculées de bleu ou de pourpre donnent des fruits Propriétés pharmacologiques
globuleux. Fleur : anti-oxydante, anti-inflammatoire, antispas-
modique, sédative.

Utilisation en médecine Toxicologie


traditionnelle La présence de composés toxiques à haute dose,
présents dans toute la plante, nous amène à pros-
crire l’usage interne de ce nénuphar.
Partie utilisée : feuille.

Données issues des enquêtes


Les feuilles de ce nénuphar entrent dans les bains
de vapeur conseillés pour le soin des fièvres avec
symptômes grippaux et signes neurologiques.

Informations scientifiques
Principaux constituants chimiques
(Nymphaea nouchali Burm. et Nymphaea
nouchali var. caerulea (Savigny) Verdc.).

Fleur : polyphénols, flavonoïdes, antho-


cyanes, tanins, glycosides cardiotoniques
(nymphaline à action digitalique), alcaloïdes
(nuciférine, aporphine).
Feuille : flavonoïdes (myricitrine), tanins,
phytostérine, stéroïdes.

182 Monsieur Jaomamory, tradipatricien, nous montrant ce nénuphar du Cap à Sadjoavato. 183
Ocimum canum Sims Ocimum gratissimum
Forssk.
synonymes : Ocimum americanum L.
Famille : Lamiaceae synonymes : Ocimum guineense Schum & Thonn.,
Noms vernaculaires : Ocimum viridis Wild.
• Antakarana : karanjany, rômbantsahogno Famille : Lamiaceae
• Malgache : kiranjay, mampivehana, romba, Noms vernaculaires :
rombiromby • Antakarana : rômba
• Français : basilic • Malgache : romba, rombabe, romby
• Anglais : hoary basil • Français : basilic africain, framboisin, grand basilic,
grand framboisin
• Anglais : african basil, clove basil

Botanique Utilisation en médecine


traditionnelle
Cette plante herbacée à tige très rigide peut at-
teindre 2 mètres de haut. Elle porte des feuilles Partie utilisée : suc et feuille
opposées vert pâle, ovales légèrement effilées et
dentelées, et des petites fleurs blanches, blanc- Données issues des enquêtes
rose, rouge carmin, disposées en longues grappes Contre la toux, on consomme le jus cru obtenu à
ou en épis pouvant faire quinze centimètres de long. partir des feuilles lavées et pilées. On y ajoute par-
Les calices donnent quatre petites graines noires. fois du miel.
Pour le soin des plaies, on y applique le jus des
Botanique feuilles lavées et pilées.
Juste après avoir accouché, les femmes boivent la
Cette plante très parfumée, à odeur poivrée, est de Après l’accouchement, la plante est utilisée dans un
décoction des feuilles de ce basilic. On préconise
dimensions variables. Ses tiges quadrangulaires bain de vapeur. La décoction est bue et sert aussi
aussi son usage dans les bains de vapeur.
sont pubescentes, ramifiées, vert clair, annuelles, pour les ablutions.
La consommation de cette tisane permettrait d’évi-
parfois vivaces en repartant de la base qui est Contre la grippe, on recommande d’en faire une
ter la coagulation du sang dans le ventre
lignifiée. Ses feuilles, aux limbes oblongs, lancéo- inhalation.
des parturientes. La plante réputée
lés, sont cunées aux deux extrémités, entières ou chaude, chauffe le corps et évite au
légèrement denticulées. Ses épis terminaux sont sang de se coaguler par le froid causé
constitués de verticilles de fleurs blanches, aux Informations scientifiques par l’accouchement. En règle géné-
calices longuement pubescents blanchâtres cédant rale, avec ce basilic, la mère effectue
la place à des akènes. Principaux constituants chimiques
un bain de vapeur juste après l’accou-
Ce basilic est originaire de l’Inde et cultivé dans Feuille : huile essentielle aromatique (bornéol,
chement et il est renouvelé une semaine puis
l’ensemble des zones tropicales. camphre, cinéol, caryophyllène, autres terpènes),
deux semaines plus tard. En cas de douleurs
triterpènes (acides ursolique, oléanique), sapo-
après l’accouchement, il est conseillé à
nosides, stérols, alcaloïdes (traces), flavonoïdes.
la mère de prendre un verre d’une
Utilisation en médecine Odeur principalement due au citral.
décoction salée des feuilles de cette
traditionnelle plante.
Propriétés pharmacologiques
Les feuilles de ce basilic entrent dans
Partie utilisée : feuille Antibactérienne.
les inhalations pour le soin des bron-
chites et des sinusites.
Données issues des enquêtes Toxicologie
La décoction des feuilles sert à soulager les maux La littérature ne présente pas d’éléments concer-
de ventre et les coliques. nant la toxicité de ce basilic.

184 185
Opuntia monacantha
Informations scientifiques Haw.

Principaux constituants chimiques Discussion synonymes : Cactus indicus Roxb., Cactus monacanthos
Plante entière : riche en huile essentielle de compo- Étant donné l’activité biologique et l’absence de Willd., Opuntia vulgaris Mill.
sition variable en fonction de l’origine géographique toxicité de l’espèce, les usages internes sont à re- Famille : Cactaceae
(estragol, eugénol, linalol, cinéol, pinène, citral, mé- commander, sous la forme d’une décoction de 30 Noms vernaculaires :
thylcinnamate, méthylchavicol, camphre). grammes de feuille dans un litre d’eau, bue dans la • Français : oponce monocanthe
Feuille : sesquiterpènes, flavonoïdes, saponosides, journée. Les usages internes et externes de la plante • Anglais : prickly pear
acide benzoïque, triterpènes (acides ursolique, oléa- sont utiles pour le soin des affections suivantes :

© Lucile Allorge
nolique), stérols, polyphénols. douleurs abdominales, règles douloureuses, diges-
Propriétés pharmacologiques tion difficile, maux de gorge, angines, gingivites,
La plante possède des propriétés antibactériennes douleurs dentaires, pertes blanches, plaies, ulcères,
(Shigella), antifongiques (Candida), antidiar- abcès, furoncles, mycoses (candidoses et teigne).
rhéiques, anthelminthiques, stimulantes, anesthé- L’utilisation externe (application du jus obtenu par
siques, cholérétiques, expectorantes et sédatives. pression de la plante fraîche) est à recommander
L’huile essentielle possède, in vitro, une activité dans les affections bucco-pharyngées (aphtes, gin-
bactéricide à partir de 2 %, et serait également cica- givites) et les troubles cutanés superficiels. Botanique Informations scientifiques
trisante sur les plaies cutanées.
Cet arbuste a des rameaux articulés aplatis et chlo- Principaux constituants chimiques
rophylliens (cladodes), sans feuilles mais munis Fruit (Opuntia ficus-indica) : sucres (glucose 35 %,
Toxicologie
d’aiguilles et appelés raquettes. Ses fleurs jaunes fructose 29 %), protéines (5,1 %), acide ascorbique,
La plante ne présente aucune toxicité avérée. Ce-
ou orangées au revers griffé de rouge, donnent des bétaxanthine, bétacyanines, pectines, flavonoïdes
pendant un effet sédatif dose-dépendant est obser-
baies d’un vert rougeâtre peu épineuses, contenant (quercétine et dérivés).
vé chez le rat traité par l’huile essentielle.
une des petites graines noires, brillantes.. Plante entière (Différentes espèces du genre) :
Les Opuntia originaire d’Amérique centrale et du Sud, alcaloïdes (hordénine, candicine, choline, tyramine,
furent introduits par les Espagnols sur le pourtour de N-méthyltyramine, 3-méthoxytyramine, 3,4-dimé-
la méditerranée d’où elle s’est répandue dans toutes thoxy-bêta-phényléthylamine et mescaline).
les zones tropicales. Le fruit est consommé, ainsi Cladodes (Différentes espèces du genre) : forte
que les ” raquettes ”, de certaines espèces. proportion de mucilages et de pectines.

Propriétés pharmacologiques
Utilisation en médecine Fleur et fruit sont antidiarrhéiques par la présence
traditionnelle de pectines et de tanins.
Les extraits éthanoliques du fruit et des racines
Partie utilisée : pulpe de raquette montrent une activité anti-inflammatoire (in vivo chez le
rat). L’administration de cladodes lyophilisées chez le rat
Données issues des enquêtes stimule la production de mucus gastrique en augmen-
On consomme cru la pulpe de l’intérieur des ra- tant le nombre de cellules secrétoires, confirmant l’utili-
quettes pour soulager les maux d’estomac et de foie. sation traditionnelle pour le soin des maux d’estomac.
La pulpe est aussi parfois appliquée sur la peau L’extrait méthanolique des racines possède des ef-
pour rafraîchir les brûlures. fets cicatrisants. L’infusion des cladodes, des fleurs
et des fruits a montré une activité diurétique.
Les flavonoïdes isolés des fruits montrent de
bonnes propriétés anti-oxydantes.

Toxicologie
Présence d’alcaloïdes toxiques

Discussion
© Lucile Allorge

En dehors de son fruit mûr, l’usage interne de la


plante est à déconseiller de part la présence d’alca-
loïdes toxiques.

186 187
Paederia farinosa Paederia foetida L.
(Baker) Puff synonymes : Gentiana scandens Lour., Paederia
tomentosa Blume
synonymes : Lecontea farinosa Baker, Paederia grevei Drake
Famille : Rubiaceae
Famille : Rubiaceae
Noms vernaculaires :
Noms vernaculaires : • Antakarana : Lengomantsigny, vahavôla
• Antakarana : lengomantsigny • Malgache : laingomantsina, laingovahira, lengo,
• Malgache : laingovahira, lengo, lengomaimbo vahimantsina
• Français : liane-caca-poule, liane coup de pet • Français : liane-caca
• Anglais : Chinese fever, skunkvine, stinkvine

© Museo Nacional de Ciencias Naturales


Botanique
Cette liane ligneuse a des feuilles opposées, per-
sistantes, cordiformes, longuement pétiolées. Ses
rameaux cylindriques portent de grandes stipules.
Son inflorescence pluriflore, terminale porte des
Botanique Utilisation en médecine fleurs blanches, teintées de mauve, à ovaire infère,
traditionnelle corolle soudée en entonnoir à pubescence fari-
Cette herbacée grimpante a des feuilles vert foncé neuse surmontée de cinq lobes. Le fruit est une baie La plante est également indiquée pour soulager les
dessus et blanchâtres dessous, qui exhalent une Partie utilisée : plante entière. rouge à calice persistant, comportant deux graines. douleurs dentaires, et pour fortifier les dents. Dans
odeur particulière. Son inflorescence terminale en Son odeur peut être désagréable. ce cas, l’utilisation chez les enfants n’est pas re-
cyme contractée, aux bractées roses, est formée de Données issues des enquêtes Cette espèce, originaire du Sud-Est asiatique, est commandée parce que la plante sent trop mauvais.
fleurs possédant un long tube bordeaux donnant un La décoction de la plante entière est consommée rudérale à Madagascar.
fruit vert jaune à maturité. pour le soin des hépatites et des maux d’estomac.
Informations scientifiques
Utilisation en médecine
traditionnelle Principaux constituants chimiques
Huile essentielle : monoterpènes oxygénés, com-
Partie utilisée : feuille. posés soufrés (diméthyldisulfide). Le linalol en est
le constituant majoritaire.
Données issues des enquêtes Partie aérienne : friedélan-3-one, épifriedélanol,
La décoction des feuilles, bue trois fois par jour, embéline, iridoïdes (aspéruloside, paederoside et
avant ou après les repas, sert à soigner les maux scandoside), méthylmercaptan, hentriacontane,
d’estomac et de foie. On l’utilise seule, non pas en hentriacontanol, sitostérol, stigmastérol, campesté-
mélange. rol, acide ursolique.
La décoction est également employée pour préve-
nir et traiter le kady (candidose buccale), le soin des Propriétés pharmacologiques
infections buccales et des boutons de fièvre. Après Antibactérienne, anti-inflammatoire, antidiar-
avoir froissé les feuilles, on en extrait le jus que l’on rhéique, antitussive, anti-oxydante, efficace dans le
cuit avec du sel. On applique ensuite cette prépa- soin de l’arthrose (modèle murin).
ration sur les boutons ou les lèvres de l’enfant. On L’odeur nauséabonde serait due au méthylmercaptan.
donne aussi une cuillerée à café du jus de la plante
à l’enfant pour soigner le kady (surtout quand il Toxicologie
y a ” des œufs de kady ” dans les selles (candidose La plante a une légère toxicité, ce qui doit nous
buccale qui s’étend à l’appareil digestif). inciter à la prudence et à ne l’utiliser qu’en usage
externe.

188 189
Pandanus concretus Passiflora edulis Sims
Baker
Famille : Passifloraceae

synonymes : Pandanus centrifugalis H. St. John Noms vernaculaires :


• Antakarana : Grenadelle, grenadely
Famille : Pandanaceae
• Malgache : garana sonoa, giranadrelina
Noms vernaculaires : • Français : fruit de la passion
• Antakarana : fandragna • Anglais : passion fruit
• Malgache : fandrana, fandro, vakoana

Botanique Utilisation en médecine


traditionnelle
Le genre Pandanus comprend plus de six cent cin-
quante espèces réparties autour des tropiques. Ces Partie utilisée : racine aérienne.
arbustes dioïques pouvant atteindre trois mètres de
hauteur ont un tronc recouvert d’une écorce lisse et Données issues des enquêtes
Botanique Informations scientifiques
des racines adventives nombreuses. Ses feuilles, La décoction des racines aériennes de cet arbuste,
disposées en spitales autour du tronc, et ourlées Cette liane grimpante semi-ligneuse est pourvue Principaux constituants chimiques
consommée debout, est réputée vaincre l’impuis-
de dents, sont coriaces. Ses inflorescences mâles de vrilles à l’aisselle des feuilles. Son feuillage est Fruit : pour 100 g de pulpe, glucides (13 g), vitamine
sance des hommes.
en panicules fécondent des fleurs femelles donnant persistant, vert vif, brillant. Les feuilles sont alternes, C (20 mg), 54 kilocalories.
des fruits composés de drupes multiples. trilobées, ondulées et dentées à l’aisselle desquelles Feuille et racine : triterpènes (acides cyclopasso-
s’épanouissent des fleurs solitaires, hermaphro- floïques A, B, C, D), saponosides (cyclopassiflo-
dites, à cinq pétales, cinq étamines, une coronule à sides), alcaloïde (passiflorine), acide passiflorique.
filaments et un pistil à trois stigmates. Elles don-
neront des fruits parfumés comestibles, ovoïdes (4 Propriétés pharmacologiques

Panicum maximum Jacq. à 6 cm), charnus à peau lisse et brillante, devenant


violette ou jaune à maturité. La pulpe jaune, gélati-
Feuille : hypotensive, anxiolytique et sédative. L’acti-
vité anxiolytique de Passiflora edulis a été compa-
neuse et juteuse, contient de nombreuses graines rée à celle de Passiflora incarnata.
synonymes : Panicum jumentorum Pers., Panicum laeve noires.
Lam., Panicum polygamum Sw., Panicum trichocondylum Originaire d’Amérique du Sud, la passiflore est culti- Toxicologie
Steud.
vée dans le monde entier pour la consommation de Les feuilles de passiflore ne sont pas toxiques aux
Famille : Poaceae son fruit frais ou sa transformation en jus. Il existe doses préconisées.
Noms vernaculaires : de nombreux cultivars.
Collections Herbier MNHN

• Antakarana : olibakaka Discussion


• Malgache : fataka, famoa, fantaka, tsimparifary, Nous recommandons de boire une tasse dans la
verotsanga Utilisation en médecine journée, ou le soir, de la décoction de 10 g de feuilles
• Français : fataque, herbe de Guinée
• Anglais : bullafograss, guinea grass, tanganyika grass
traditionnelle de passiflore pour le soin de l’hypertension, de la
nervosité et des insomnies.
Partie utilisée : feuille et tige

Données issues des enquêtes


Botanique Utilisation en médecine La décoction des feuilles et des tiges est utilisée
traditionnelle pour le soin de l’hypertension.
Cette herbe vivace pantropicale peut atteindre trois Le fruit (fruit de la passion) est consommé tel quel

© Lucile Allorge
mètres de hauteur. Ses larges feuilles se déve- Partie utilisée : feuille. ou sous la forme de jus.
loppent en fin de saison des pluies en larges pani-
cules de 30 à 50 cm. Les épillets lancéolés ont des Données issues des enquêtes
glumelles de la seconde fleur ridées transversale- Les feuilles entrent dans les bains de vapeur pour le
ment. soin de la fièvre avec symptômes grippaux et signes
neurologiques.

190 191
Passiflora foetida L. Paullinia pinnata L.
synonymes : Dysosmia foetida (L.) M. Roem., Granadilla synonymes : Paullinia angusta N.E. Br., Paullinia
foetida (L.) Gaertn., Tripsilina foetida (L.) Raf. hostmannii Steud., Paullinia pendulifolia Rusby
Famille : Passifloraceae Famille : Sapindaceae
Noms vernaculaires : Noms vernaculaires :
• Antakarana : bongampiso, tsipopoko • Antakarana : vahimariragna, vahinpisaka,
• Français : passiflore fétide vahitainakôho,
• Anglais : love in a mist, stinking passionflower, wild • Malgache : famehevala, vahimaninanga,
maracuja vahimarirana
• Français : paullinie
• Anglais : sweet gum

Botanique Informations scientifiques Botanique


Cette herbacée lianescente annuelle, parfois pé- Principaux constituants chimiques Cette liane cosmopolite des forêts a des tiges an-
renne, est couverte de poils terminés par une glande (Passiflora foetida var. hispida). gulaires striées, des feuilles composées aux veines
visqueuse dégageant une odeur plutôt désagréable. Feuille : flavonoïdes (kaempférol, chrysoériol, api- proéminentes et un pétiole ailé. Les fruits sont
Ses feuilles alternes à trois lobes ont une face infé- génine, lutéoline, isoschaftoside, vicénine). rouges avec un arille blanc. Données issues des enquêtes
rieure pubescente. Ses fleurs solitaires opposées La décoction de la tige est utilisée contre la rougeole,
à une vrille, s’épanouissant le matin et se fermant Propriétés pharmacologiques les ” maux de dos ” et les affections d’origine sexuelle.
le soir, donnent une baie orangée ou rouge orangé Antibactérienne, sédative. Utilisation en médecine On l’utilise aussi contre la ” fatigue ” des hommes.
comportant de nombreuses graines et une pulpe traditionnelle La décoction des feuilles, prises deux fois par jour,
parfumée comestible. Toxicologie matin et soir, soulage les règles douloureuses.
L’extrait éthanolique ne présente pas de toxicité Partie utilisée : tige et feuille.
chronique. La plante n’est pas conseillée aux jeunes
Utilisation en médecine enfants et aux femmes enceintes. Informations scientifiques
traditionnelle
Discussion Principaux constituants chimiques
Partie utilisée : feuille. La littérature consultée ne présente pas d’activité Feuille : alcaloïdes (punarnavine), saponosides tri-
antihypertensive concernant cette espèce de passi- perpéniques (hérédagénine), polyphénols, isoflavo-
Données issues des enquêtes flore. Se reporter à l’espèce proche, Passiflora edu- noïdes, flavonoïdes (catéchol), acides oléanoïque,
La décoction des feuilles sert à faire baisser la ten- lis, qui possède des propriétés hypotensives. serjanique, tanins.
sion artérielle. Fruit : caféine, théobromine.

Propriétés pharmacologiques
Feuille et tige : antibactérienne (Bacillus subtilis,
Staphylococcus aureus, Micrococcus flavus, Strep-
tococcus faecalis, Pseudomonas aeruginosa), diu-
rétique, cardiotonique (tige), anti-oxydant.

Toxicologie
L’usage interne de la plante est à surveiller. Les iso-
flavonoïdes de la plante s’opposent à l’action des
oestrogènes. Sans plus d’information sur la toxicité
de la plante, nous recommandons de respecter les
doses et de ne pas l’utiliser pendant une longue
période.

192 193
Pennisetum
polystachion (L.) Schult. posée de six à dix fleurs au calice vert, tachetées de
pourpre à l’apex, avec une corolle tubulaire pourpre
foncé et une gorge plus ou moins verte, filamentée
synonymes : Pennisetum atrichum Stapf & C.E. Hubb. de blanc, fortement courbée en avant de 5 à 6 cm
Famille : Poaceae de long. Le fruit, de 15 à 22 cm de long sur 13 à 16
Noms vernaculaires : mm de large, est une capsule contenant des graines
• Antakarana : kôkonpandraoaka plus larges que hautes, entourées d’une aile circu-
Collections Herbier MNHN

• Malgache : rambonalika, veroboboka laire.


• Français : queue de chat Cette plante est endémique de Madagascar.
• Anglais : feather pennisetum, mission grass

Utilisation en médecine
traditionnelle
Partie utilisée : feuille et racine.
Botanique Utilisation en médecine Données issues des enquêtes
traditionnelle La décoction des feuilles est bue pour le soin des ”
Cette plante annuelle en touffe très ramifiée a des
maux de foie ” qui s’accompagnent souvent d’une
chaumes cylindriques glabres pouvant atteindre Partie utilisée : feuille. perte d’appétit, d’une envie de boire l’eau, de l’appa-
deux mètres. Ses feuilles, plus larges dans la partie
rition de taches sur le corps et d’un gonflement du boire la décoction de ces feuilles mélangées à
inférieure, ont des longs poils sur les deux faces du Données issues des enquêtes foie (hépatomégalie). l’écorce de katrafay (Cedrelopsis grevei).
limbe. Ses inflorescences, en faux épi cylindrique La décoction des feuilles donnée à boire aux jeunes On utilise aussi la décoction des feuilles de la plante La décoction de la racine soigne la constipation et
terminal, sont munies de longues soies rouge-brun. enfants aide à les faire marcher. pour le soin des douleurs d’estomac, et surtout pour sert à enlever un sort jeté.
calmer la toux, les douleurs musculaires et rhuma- La plante est réputée dans le soin des plaies pour
tismales. ses propriétés cicatrisantes. Les feuilles sont pilées
L’antsemby est réputée redonner l’appétit et ” re- et le jus est directement apposé sur les plaies, ou les
mettre en forme ”. feuilles sont appliquées sous forme de cataplasme.
Il est recommandé de boire trois fois par jour un L’usage des feuilles de Perichlaena richardii est

Perichlaena richardii demi-verre de la décoction pour les adultes et


une cuillerée à café pour les enfants pendant une
surtout recommandé pour le soin des plaies qui ont
des difficultés à cicatriser.
Baill. semaine.
Contre l’impuissance masculine on conseille de
Famille : Bignoniaceae Informations scientifiques
Noms vernaculaires :
Principaux constituants chimiques
• Antakarana : antsemby
Feuille : iridoïdes, flavonoïdes (verminoside, rutine)
• Malgache : malainkisaraka

Propriétés pharmacologiques
Anti-inflammatoire (inhibiteur de lipoxygénases),
anti-oxydant, diurétique.

Toxicologie
L’étude de la toxicité de la plante est en cours. Nous
vous incitons à respecter les doses thérapeutiques.

Discussion
Botanique Nous recommandons la décoction de 10 g de

© Igor Bertrand
feuilles par litre à boire dans la journée, pour le soin
Cet arbuste à rameaux sarmenteux s’élève jusqu’à et de grandeur variables, à limbe coriace, vert-foncé des rhumatismes, de l’arthrite et de l’arthrose.
trois mètres de haut. Ses feuilles glabres sur le des- sur le dessus, plus clair sur le dessous, et ont un
sus ou pubescentes, à 3 à 7 folioles sont de forme pétiole de couleur rouge orangé. La cyme est com-

194 195
Persicaria mitis Petchia erythrocarpa
(Schrank) Assenov (Vatke) Leeuwenb.

synonymes : Polygonum mite Schrank synonymes : Alyxia erythrocarpa Vatke, Alyxia lucida Baker,
Cabucala macrophylla Pichon, Cabucala striolata Pichon
Famille : Polygonaceae
Famille : Apocynaceae
Noms vernaculaires :
• Antakarana : fankanara, feribetsimaneko Noms vernaculaires :
• Français : renouée douce • Antakarana : andriambavifôhy, tandrokôsy
• Anglais : tasteless water-pepper • Malgache : fitoravina, kabokala, kabokalavavy,
kabokefitra, samantsy, samanta

Botanique Botanique
Cette plante herbacée, à tige ramifiée dès la base, Propriétés pharmacologiques Cet arbre peut atteindre 10 à 15 mètres ou rester Discussion
a des rameaux redressés. Ses feuilles sont ovales Les persicaires ont des propriétés anti-inflamma- sous la forme d’arbuste. Les tiges robustes souvent En l’absence d’information sur la toxicité, et
allongées et atténuées en pointe au sommet. Les toires et vulnéraires. quadrangulaires portent des feuilles persistantes compte-tenu de la toxicité fréquente des plantes
fleurs sont disposées en épis assez grêles, plus opposées ou verticillées au limbe bien coriace ovale appartenant à la famille des Apocynaceae, nous
ou moins dressés, longs de 4 à 5 cm, et laissent la Discussion oblong. Les inflorescences lâches, assez grêles, déconseillons son usage interne.
place à des fruits lisses et luisants, lenticulaires ou En l’absence d’information sur la toxicité de la sont composées de vingt à cinquante fleurs par pé-
trigones. plante, nous déconseillons son usage interne. doncule, rapprochées aux sommets des branches.
Naturalisée à Madagascar, elle pousse dans les Son usage externe peut être retenu. L’espèce est endémique de Madagascar et des
endroits humides. Comores.

Utilisation en médecine Utilisation en médecine


traditionnelle traditionnelle
Partie utilisée : plante entière et feuille Partie utilisée : écorce, tige et feuille

Données issues des enquêtes Données issues des enquêtes


Le jus des jeunes feuilles froissées est appliqué sur Les tiges, feuilles et écorces sont utiles pour le soin
les plaies douloureuses et infectées. du diabète : on réalise l’infusion de l’écorce d’une
La décoction de la plante entière, en inhalations et tige pour un litre d’eau ou d’une cuillerée à café
bains de vapeur, est préconisée pour lutter contre d’écorce pour une tasse d’eau bouillante. Le temps
la fièvre des bébés et les fièvres avec symptômes d’infusion doit être court et il faut en boire une tasse
grippaux et signes neurologiques. à café matin et soir.
On la recommande aussi contre les règles trop La décoction de feuilles est recommandée pour
abondantes. le soin des fièvres avec symptômes grippaux et
© Tela Botanica

signes neurologiques.

Informations scientifiques

Collections Herbier MNHN


Principaux constituants chimiques
Les persicaires contiennent des tanins et flavo-
noïdes (quercétine, hypérine, rutine…).

196 197
Petchia Phaseolus vulgaris L.
madagascariensis synonymes : Phaseolus communis Pritz., P. compressus
DC, P. esculentus Salisb., P. nanus L.
(A.DC.) Leeuwenb.
Famille : Fabaceae
synonymes : A Alyxia madagascariensis A. DC., Cabucala Noms vernaculaires :
glauca Pichon, Ellertonia madagascariensis Radlk., • Antakarana : zarikô
Gynopogon madagascariensis (A. DC.) K. Schum., • Malgache : tsaramaso
Pulassarium madagascariense (A. DC.) Kuntze • Français : haricot
Famille : Apocynaceae • Anglais : bean

Noms vernaculaires :
• Antakarana : ndranbavifohy
• Malgache : amdriambavifohy, antafara, hazunta
moka, sakain’ala

Botanique
Cette plante annuelle de port grimpant ou érigé Propriétés pharmacologiques
Collections Herbier MNHN

a des feuilles alternes composées trilobées, des Les cosses de haricots sont diurétiques (rhuma-
fleurs à cinq pétales soudés de couleur blanche à tisme et goutte), hypoglycémiantes et contiennent
rouge donnant une gousse, ou cosse, déhiscente des enzymes qui inhiberaient l’assimilation de
contenant plusieurs graines de couleur variée. l’amidon par l’organisme (amaigrissant).
Les haricots, originaires d’Amérique centrale et des La graine contient une phytohémagglutinine ca-
Andes sont cultivés sur toute la planète. Il existe de pable de corriger les leucopénies survenant au
très nombreux cultivars. cours des traitements anti-cancéreux.

Botanique Toxicologie
Utilisation en médecine Les graines comme les cosses contiennent des
Cet arbuste ou petit arbre qui peut atteindre 9 plus amère, est considérée comme plus efficace. traditionnelle protéines qui sont toxiques crues. Elles sont dé-
mètres de haut porte des feuilles sessiles, coriaces Cette plante est réputée redonner l’appétit, même truites par une cuisson de vingt minutes.
et elliptiques opposées mais généralement verti- pour quelqu’un qui n’est pas malade. On préconise Partie utilisée : gousse ou cosse.
cillées. Les inflorescences terminales ou pseudo- les feuilles préparées en décoction, à raison d’une Discussion
terminales en cymes multiflores, de quinze à vingt demi-tasse pour les adultes et une cuillerée à café Données issues des enquêtes Il est recommandé de bien cuire les préparations à
fleurs blanches, sont odorantes. Le fruit, rouge vif pour les enfants, à boire une ou deux fois par jour. La décoction d’une poignée de gousses sèches base de cosses d’haricot.
à maturité, est formé de deux méricarpes indéhis- On l’utilise également pour le traitement de la diar- pour un litre d’eau est utilisée pour le soin du dia-
cents divergents, comportant jusqu’à seize articles, rhée qui s’accompagne de manque d’appétit. bète.
contenant chacun une graine albuminée. Cette On en boit à volonté pendant une semaine et on
plante endémique de Madagascar pousse en forêts alterne avec le madiro (Tamarindus indica) et le pis-
ombrophiles ou en sous-bois herbacés. Informations scientifiques tasy (gousse d’Arachis hypogaea). Traitement à vie.

Principaux constituants chimiques


Utilisation en médecine Feuille : flavonoïdes (rutoside, nicotifloroside). Informations scientifiques
traditionnelle
Discussion Principaux constituants chimiques
Partie utilisée : feuille En l’absence d’information sur la toxicité, et Cosse : protides (phaséoline, trigonelline), acides
compte-tenu de la toxicité fréquente des plantes aminés (arginine, tyrosine, leucine, lysine, trypto-
Données issues des enquêtes appartenant à la famille des Apocynaceae, nous phane, asparagine, choline), minéraux (phosphore,
Il existerait deux sortes de ndranbavifohy, l’une avec déconseillons son usage interne. potassium, fer, calcium), vitamines (B, C), acide
des feuilles fines qui est ” mâle ”, et l’autre avec des urique (45 mg/100g), acide guanidinaminovaléria-
feuilles rondes qui est ” femelle ”. La plante mâle, nique, glucokinine et lectine.
Graine : phytohémagglutinine.

198 199
Phyllanthus amarus Phylloxylon spinosa
Schumach. & Thonn. Du Puy, Labat & Schrire

synonymes : Phyllanthus niruri var. amarus (Schumach. & Famille : Fabaceae


Thonn.) Leandri, Phyllanthus niruroides var.
Noms vernaculaires :
madagascariensis Leandri
• Antakarana : harahara, kobainantandroy
Famille : Phyllanthaceae
Noms vernaculaires :
• Antakarana : ambanivoa
• Malgache : anakatsotsy
• Français : casse-pierre
• Anglais : stone breaker

Botanique
Le genre est classé comme ” vulnérable ” à Mada- faut mettre les raclures dans l’eau froide et chauffer
gascar, il faut donc éviter de l’employer. jusqu’à ébullition, laisser bouillir dix secondes et la
boire en trois fois : matin, midi et soir.

Utilisation en médecine
Botanique traditionnelle Informations scientifiques
Cette plante annuelle originaire des Indes peut Partie utilisée : écorce. Discussion
mesurer jusqu’à 40 cm de hauteur. Elle a une tige En l’absence d’information sur la toxicité de la
angulaire glabre et des feuilles alternes composées Données issues des enquêtes plante (présence d’alcaloïdes) et compte-tenu de la
pennées. Ses fleurs pâles laissent apparaître de L’écorce d’une poignée de tiges grattées entre dans menace de disparition qui pèse sur le genre, nous
petites capsules contenant six graines nervurées. une décoction pour le soin du diabète. Pour cela, il conseillons de ne pas utiliser les Phylloxylon.

Utilisation en médecine
traditionnelle
Partie utilisée : plante entière

Données issues des enquêtes


La décoction de la plante est recommandée pour Propriétés pharmacologiques
le soin des candidoses buccales et digestives. On La plante est hépatoprotectrice, diurétique, hypo-
alterne la décoction avec celle de feuilles de katra glycémiante, antivirale et anti-inflammatoire.
(Caesalpinia bonduc)
Toxicologie
La présence d’alcaloïdes doit nous inciter à la pru-
Informations scientifiques dence et au respect des doses préconisées.

Principaux constituants chimiques Discussion


Plante entière : alcaloïdes (nirurine, phyllochrysine, Une décoction de 30 grammes de plante par litre
sécurinine, viroallosécurine), lignanes (phyllantine, d’eau, à boire dans la journée, est recommandée
hypophyllantine), huile essentielle (cymène, limo- pour traiter les affections du foie et les calculs ré-
nène, salicylate de méthyle), flavonoïdes, tanins. naux.

200 201
Phylloxylon
xylophylloides
(Baker) Du Puy, Labat & Schrire

synonymes : Exocarpos xylophylloides Baker, Neobaronia


phyllanthoides Baker, Neobaronia xylophylloides (Baker)
Taub., Phylloxylon cloiselii Drake, Phylloxylon ensifolium
Baill., Xylophylla ensifolia Bojer ex Drake
Famille : Fabaceae
Noms vernaculaires :
• Antakarana : harahara, kobainantandroy
• Malgache : tsiavango

Botanique
Cet arbuste ou petit arbre endémique de Mada- Discussion
gascar peut atteindre 20 mètres de hauteur. Ses En l’absence d’information sur la toxicité de la
tiges sont aplaties et son écorce se desquame en plante (présence d’alcaloïdes) et compte-tenu de la
morceaux fibreux. Ses fleurs roses à violet pâle à menace de disparition qui pèse sur le genre, nous
étendard donnent des gousses fuselées renfermant conseillons de ne pas utiliser les Phylloxylon.
une ou deux graines puis une plantule à germina-
tion épigée.
Le genre est classé comme ” vulnérable ” à Mada-
gascar, il faut donc éviter de l’employer.

Utilisation en médecine
traditionnelle
Partie utilisée : écorce

Données issues des enquêtes


L’usage et le mode de préparation sont identiques à
ceux de Phylloxylon spinosa.

Informations scientifiques
Principaux constituants chimiques
Oligomères procyanidines inhibiteurs de l’activité de
l’alpha-glocusidase.

202 Tri des herbiers à l’université de Diego. 203


Phymatosorus Piper betle L.
scolopendria Famille : Piperaceae
(Burm. f.) Pic. Serm. Noms vernaculaires :
• Antakarana : betel
synonymes : Microsorum scolopendria (Burm. f.) Copel., • Malgache : maintim-bazana
Phymatodes scolopendria (Burm. f.) Ching, Polypodium • Français : bétel
scolopendrium Burm. f. • Anglais : bétel
Famille : Polypodiaceae
Noms vernaculaires :
• Antakarana : patte de lézard, tagnanantsatsaka
• Malgache : bakaratsana, tsiapangapanga

Botanique Informations scientifiques Botanique


Cette fougère épiphyte ou terrestre a un rhizome Principaux constituants chimiques Cette plante grimpante originaire de Malaisie, a des
rampant qui porte des écailles espacées, arrondies Rhizome : saponines (glycyrrhizine). feuilles cordées, et peut atteindre 5 mètres de hau-
et peltées à la base. Son pétiole peut atteindre 30 teur. Ses petites fleurs jaune vert donnent des petits
à 40 cm de long, staminé et glabre. Son limbe de Toxicologie fruits sphériques. Elle est cultivée en zone tropicale.
même longueur sur autant de large, deltoïde et pro- La littérature consultée ne présente pas d’informa-
fondément pinnafitidé porte cinq paires de lobes tion sur la toxicité de cette plante.
ayant 1 à 2 cm de large. Ses spores sont réparties Utilisation en médecine Informations scientifiques
en deux rangées irrégulières, arrondies ou ovales, traditionnelle
légèrement enfoncées, proéminentes à la face su- Principaux constituants chimiques
périeure du limbe. Partie utilisée : feuille Feuille : bétel-phénol (chavibétol ou 3-hydroxy-
Cette espèce est très commune et se retrouve dans 4-méthoxyallylbenzène), chavicol, cadinène, tanins,
toutes les îles de l’océan Indien, en milieu semi-om- Données issues des enquêtes alcaloïdes.
bragé ou humide. Une rapide décoction d’une poignée de feuilles pour
un litre soulage les maux d’estomac. Propriétés pharmacologiques
Stimule les sécrétions salivaires, antiseptique, di-
Utilisation en médecine gestif, anthelmintique, psychostimulant.
traditionnelle
Toxicologie
Partie utilisée : feuille L’usage de la plante peut entraîner des phénomènes
d’addiction, de dénutrition et de cancer.
Données issues des enquêtes
La décoction des feuilles est employée pour calmer Discussion
la toux et pour le soin des difficultés respiratoires, Nous déconseillons l’usage prolongé et récréatif de
comme l’asthme. la plante.

204 205
Piper nigrum L. Piper umbellatum L.
Famille : Piperaceae synonymes : Heckeria subpeltata (Willd.) Kunth, Heckeria
umbellata (L.) Kunth, Piper subpeltatum Willd., Pothomorphe
Noms vernaculaires :
subpeltata (Willd.) Miq., Pothomorphe umbellata (L.) Miq.
• Antakarana : poivre
• Malgache : dipoavatra Famille : Piperaceae
• Français : poivre noir Noms vernaculaires :
• Anglais : black pepper • Antakarana : tôngatra
• Malgache : ravintongatra, voanotonara, voatongotra
• Français : bois d’anisette, grand baume
• Anglais : cow foot leaf

Botanique Informations scientifiques


Cette plante herbacée originaire d’Amérique tropi- Principaux constituants chimiques
cale peut devenir arbustive et atteindre 4 mètres Alcaloïdes toxiques (piperumbellactames, aristo-
de hauteur. Ses feuilles alternes en forme de cœur lactames), amyrine, apigénine, sitostérols.
peuvent mesurer 30 cm de diamètre et ses fleurs
blanches sont disposées en épis nombreux à l’ais- Propriétés pharmacologiques
Botanique selle des feuilles. Activité anti-oxydante et antifongique.

Cette liane vivace à tiges ligneuses peut atteindre 5 Propriétés pharmacologiques Discussion
mètres de hauteur. Elle a des grandes feuilles ovales Ténifuge, stomachique et digestif. Il stimule les Utilisation en médecine La présence d’alcaloïdes toxiques doit nous inciter à
et des petites fleurs blanches en épis. Ces dernières sécrétions digestives et le système nerveux central. traditionnelle écarter l’usage interne de cette plante.
donnent des petits fruits ronds et verts en grappe, Cependant, nous pouvons respecter son usage
qui rougissent en murissant. Le poivrier originaire Toxicologie Partie utilisée : racine externe.
des côtes de Malabar en Inde, est cultivé dans Le poivre n’est pas toxique aux doses thérapeu-
toutes les zones tropicales. tiques. Les préparations à base de poivre irritent la Données issues des enquêtes
peau et les muqueuses. La décoction des racines en mélange avec la plante
entière de vahitrôtroko (Tristemma mauritianum)
Utilisation en médecine est proposée en usage externe à la femme après
traditionnelle l’accouchement pour évacuer le sang coagulé.

Partie utilisée : fruit

Données issues des enquêtes


Une infusion sucrée de poudre de grains de poivre
aide à lutter contre la toux.

Informations scientifiques
Principaux constituants chimiques
Fruit : alcaloïde (pipérine, responsable de son goût
piquant, de 2 à 9 %), huile essentielle riche en phel-
landrène, caryophyllène, sabinène et pinène (de 1 à
3,5 %).

206 207
Pittosporum Plectranthus
ochrosiifolium Bojer amboinicus (Lour.) Spreng.
synonymes : Pittosporum brachyandrum Tul., Pittosporum synonymes : Coleus amboinicus Lour., Coleus aromaticus
capitatum Baker, Pittosporum humblotianum Baill., (Roxb.) Benth., Plectranthus aromaticus Roxb.
Pittosporum pachylobum Tul.
Famille : Lamiaceae
Famille : Pittosporaceae
Noms vernaculaires :
Noms vernaculaires : • Antakarana : paraovy
• Antakarana : maimbovitsiky • Malgache : balsamy
• Malgache : ambora-itsaha, ambovitsika, • Français : gros-thym
© Lucile Allorge

ambovitsiky, anpalé, azombary, fantsikala, • Anglais : cuban oregano, spanish thyme


faraimpa, hambovitsika, hazombany, hazombary,
hazomboy, mainboloha, mainbovitsika

Botanique Utilisation en médecine Botanique


traditionnelle
Cet arbrisseau ou arbre de taille moyenne atteint Cette plante aux feuilles épaisses et duveteuses Discussion
généralement une dizaine de mètres de hauteur, Partie utilisée : écorce et feuille très odorantes peut atteindre un mètre de hauteur. Nous recommandons la décoction des feuilles pour
exceptionnellement 20 mètres. L’écorce des jeunes De petites fleurs blanchâtre à deux lèvres se déve- le soin des rhumes, des sinusites, des maux de
rameaux est gris brunâtre avec des lenticelles. Données issues des enquêtes loppent au sommet de tiges carrées épaisses et gorge, des angines, en cas de règles douloureuses
Les feuilles, souvent groupées à l’extrémité des La décoction d’écorce est préconisée pour lutter fragiles. et pour combattre l’insomnie.
rameaux sont finement coriaces, vert foncé, mates contre la fatigue, les maux de dos et les difficultés Une tisane de feuilles fraîches à 30 grammes par
dessus, plus claires et ordinairement vert jaunâtre à uriner. litre d’eau peut être consommée trois fois par jour
dessous, toujours entièrement glabres. Les inflo- Les feuilles sèches brûlées ont la propriété de faire Utilisation en médecine et employée en inhalation.
rescences sont terminales, riches en fleurs, com- taire les enfants la nuit. traditionnelle Son emploi dans la cuisine est à promouvoir.
posées, paniculées subombelliformes. Les fleurs Les feuilles sont utilisées dans les trombas (rites de
blanches, blanc jaunâtre ou blanc verdâtre ont une possession). Partie utilisée : feuille
odeur agréable d’orange. Le fruit est une capsule
portée sur un carpophore jaune orangé ou rouge Données issues des enquêtes
orangé à rouge. La décoction des feuilles est bue et utilisée en inha-
lation pour le soin des rhumes.
On ajoute parfois des feuilles dans la cuisine, en
particulier dans le romazava.

Informations scientifiques
Principaux constituants chimiques
Feuille : huile essentielle (carvacrol : 43 %), camphre,
limonène, triterpènes, flavonoïdes, acide oxalique.

Propriétés pharmacologiques
La feuille, très aromatique, est antiseptique.
Elle facilite aussi la venue des règles et en soulage
les douleurs.
De plus, elle est légèrement sédative.
© Lucile Allorge

© Lucile Allorge

Toxicologie
La plante n’est pas toxique aux doses thérapeu-
tiques.

208 209
Portulaca oleracea L. Psiadia altissima (DC.) Drake
synonymes : Portulaca marginata Kunth, Portulaca synonymes : Psiadia decurrens Klatt, Conyza
neglecta Mack. & Bush, Portulaca retusa Engelm. madagascariensis Lam., Microglossa altissima DC.,
Famille : Portulacaceae Nidorella altissima Benth et Hook

Noms vernaculaires : Famille : Asteraceae


• Malgache : fandrianomby, kalabotretraka, Noms vernaculaires :
tsikobokobondanitra • Antakarana : agnandraisoa
• Français : pourpier rouge • Malgache : dindadinga, hanindraisoa
• Anglais : common purslane, pigweed, verdolaga

Botanique Botanique Informations scientifiques


Cette plante annuelle prostrée forme une touffe Toxicologie Cet arbuste ou petit arbre de 1 à 5 mètres de hau- Principaux constituants chimiques
de 20 à 40 cm de diamètre. Les tiges rougeâtres La littérature consultée ne mentionne pas d’effets teur a un tronc qui peut atteindre 15 cm de diamètre Feuille : huile essentielle riche en pinène, limonène,
couchées ou dressées sont charnues et portent de toxiques. prolongé par des rameaux costulés glabres mais ocimène, germacrène, sabinène et caryophyllène.
petites feuilles sessiles crassulescentes de forme plus ou moins pourvus à l’état jeune, dans le haut,
obovales. Les fleurs, sessiles elles aussi, de couleur Discussion d’une pubescence papilleuse très fine. Les feuilles Propriétés pharmacologiques
jaune, sont solitaires ou agglomérées à l’aisselle ou Nous recommandons la décoction de 25 grammes présentent un limbe un peu épais, lancéolé, entier, Antiseptique et anti-inflammatoire.
au sommet des rameaux. Elles donnent naissance de plante par litre d’eau dans le soin des infections ponctué de glandes imprimées à sécrétion ver-
à une pyxide ovoïde contenant de nombreuses urinaires et du diabète, ainsi que sa consommation nissée, surtout à l’état jeune. Ses capitules nom- Toxicologie
graines noires et luisantes. C’est une plante rudé- régulière dans le romazava. breux, en corymbes terminaux dépassant à peine La littérature consultée ne fournit pas d’information
rale qui pousse dans toutes les régions chaudes et les feuilles supérieures, donnent des fleurs jaune sur la toxicité de la plante.
tempérées du globe. vif, puis des akènes plus ou moins pubescents au
moins vers le haut. Discussion
En raison de l’absence d’information sur la toxicité,
Utilisation en médecine nous conseillons de respecter les doses et de limiter
traditionnelle Utilisation en médecine le temps du traitement.
traditionnelle
Partie utilisée : feuille
Partie utilisée : tige et feuille
Données issues des enquêtes
Les feuilles de pourpier sont cuites et utilisées dans Données issues des enquêtes
la cuisine, en particulier dans le romazava. La décoction longue des feuilles et des tiges est
employée pour le traitement de plaies ulcérées chez
les enfants comme chez les adultes. La décoction
Informations scientifiques est alors consommée à raison d’une cuillerée à café
trois fois par jour. Des bains de cette décoction sont
Principaux constituants chimiques également préconisés, ainsi que son application sur
Feuille : acide oxalique, vitamines, mucilages, al- les plaies à l’aide d’un coton.
caloïdes, glucosides cyanogéniques, flavonoïdes, La décoction des feuilles est utilisée pour soulager
tanins, saponosides. les règles douloureuses.
La décoction des feuilles sert aussi à faire dispa-
Propriétés pharmacologiques raître les plaques sur les cheveux.
Diurétique, émollient, antidiabétique. Les personnes qui ont la gale boivent et se baignent
avec la décoction.

210 211
Psiadia lucida (Cass.) Drake Psiadia nigrescens
synonymes : C Conyza flexilis DC., Glycideras lucida
Humbert
(Cass.) Cass. ex DC., Glyphia lucida Cass., Microglossa
sessilifolia DC., Psiadia madagascariensis (Lam.) DC., Famille : Asteraceae
Psiadia tortuosa Klatt Noms vernaculaires :
Famille : Asteraceae • Antakarana : agnandraisoa

Noms vernaculaires :
• Antakarana : dingadingana

Botanique Informations scientifiques Botanique


Cette grande liane endémique, grêle et très ra- Principaux constituants chimiques Cet arbuste peut atteindre 1,50 m de hauteur. Il a
meuse aux rameaux parfois lâchement garnis de Feuille : huile essentielle riche en terpinolène, limo- des feuilles alternes, lancéolées, au bord entier, avec

Collections Herbier MNHN


petits poils brun rouille, porte des feuilles sessiles nène et humulène. quelques dents sur le bord supérieur. Son inflores-
entières ordinairement lancéolées et acuminées. cence de petits capitules de fleurs jaunes donne des
Le limbe est glabre ou parfois pourvu sur les deux Propriétés pharmacologiques graines surmontées d’une aigrette de soies.
faces d’une pubescence lâche et ponctué de nom- Activité antiseptique et anti-inflammatoire. L’espèce est endémique de Madagascar.
breuses glandes translucides. Les capitules sont
très nombreux et disposés en panicules axillaires et Discussion
terminales. Les graines sont des akènes costulés et L’usage externe de la plante est à recommander. Utilisation en médecine
lâchement hérissés, les soies du pappus sont fai- traditionnelle
blement cohérentes.
Partie utilisée : feuille

Utilisation en médecine Données issues des enquêtes


traditionnelle La décoction longue des feuilles soigne diverses
dermatoses.
Partie utilisée : feuille On l’applique en compresse sur les plaies, le pitiria-
sis et la gale.
Données issues des enquêtes
La décoction des feuilles sert au soin des cheveux,
facilite leur peignage, leur entretien, les font pousser
et soigne la teigne.

212 213
Psidium guajava L.
Propriétés pharmacologiques Utilisation thérapeutique
synonymes : Myrtus guajava (L.) Kuntze, Psidium pomiferum L., Feuille : bonne activité antibactérienne, liée princi- Diarrhée, dysenterie, maux de ventre, vomisse-
Psidium pyriferum L. palement aux composés flavonoïdiques (bactéries ments, infections de la peau, paludisme.
Famille : Myrtaceae Gram + et Gram -), antifongique (Candida albicans,
Noms vernaculaires : Epidermophyton floccosum), antiparasitaire in vitro Discussion
• Antakarana : gavo (Entamoeba histolytica, Plasmodium sp.), antidiar- L’utilisation des préparations à base de feuilles de
• Malgache : goavy rhéique, spasmolytique, sédative et anti-inflamma- goyavier est à encourager, en particulier dans le trai-
• Français : goyavier toire. tement des diarrhées, des dysenteries, des maux de
• Anglais : guava Les extraits aqueux des feuilles montrent une acti- ventre et dans le soin des plaies et des dermatoses.
vité antitussive. Une décoction de 15 grammes de feuilles par litre
Les feuilles et les fruits ont des propriétés anti- d’eau, à boire dans la journée, est utile pour soigner
diabétiques et diminueraient les taux sanguins de la diarrhée, les dysenteries amibiennes, la toux, la
glucose de manière transitoire chez des volontaires bronchite, les pertes blanches et le diabète.
sains et chez des patients en début de diabète de Une décoction de 30 grammes de feuilles par litre
type II. d’eau est conseillée en usage externe pour les gar-
Écorce : les extraits aqueux et méthanoliques des garismes, bains, compresses, pour le soin de la
Botanique écorces présentent également une activité antibac- toux, des pertes blanches, des plaies et des derma-
térienne. toses.
Cet arbre ou arbuste de 3 à 6 mètres de hauteur a soigner la diarrhée, les dysenteries et les douleurs On suggère de valoriser la consommation des fruits
une écorce lisse qui se détache par plaques. Les ou coliques qui l’accompagnent. On peut aussi piler Toxicologie pour diminuer ou prévenir le diabète.
feuilles opposées, à court pétiole, sont simples, les jeunes feuilles et les faire infuser dans un verre Absence d’effets indésirables connus.
arrondies aux deux extrémités avec des nervures d’eau chaude. Les jeunes feuilles froissées ou pilées
visiblement imprimées sur la face supérieure, pro- peuvent être consommées directement.
éminentes sur la face inférieure. Le fruit comestible Pour soulager les maux de ventre et les crampes qui
ou goyave de forme arrondie ou piriforme, contient apparaissent tôt le matin, on recommande de boire
une chair rose avec de nombreuses graines. Les une décoction de six jeunes feuilles de goyavier et
fleurs blanches sont solitaires ou en groupe de deux de barbes de maïs (Zea mais), à laquelle est ajoutée
ou trois et ont de nombreuses étamines. de la cendre.
Le goyavier est originaire d’Amérique du Sud et a La décoction d’un mélange de feuilles de citronnier
été introduit dans toutes les régions tropicales du (Citrus aurantiifolia) et de goyavier s’utilise pour soi-
monde. L’espèce est cultivée. gner la toux.
La consommation d’une décoction concentrée de
feuilles de goyavier est conseillée pour le soin de la
Utilisation en médecine fièvre, les symptômes grippaux, le paludisme et la
traditionnelle fatigue.

Partie utilisée : feuille


Informations scientifiques
Données issues des enquêtes
Il est conseillé de boire la décoction de feuilles pour Principaux constituants chimiques
Feuille : huile essentielle (caryophylène, nérolidiol,
bisabolène, aromadendrène, sélinène), sitostérols,
triterpénoïdes (acides oléanolique, ursolique, cra-
tégolique, guajavolique), acides organiques, tanins
(10 % de tanins ellagiques), flavonoïdes (quercé-
tine).
Fruit : vitamines A et C, acides organiques, fer et
phosphore.
Graine : composés phénoliques et flavonoïdes (dé-
rivés de la quercétine).
Racine : leucocyanidines, stérols, acide gallique.

214 215
Psorospermum
cerasifolium Baker rouge écarlate, ont un calice très épais et coriace
en forme d’entonnoir et des étamines très nom-
breuses. Le fruit (la grenade) est une baie cortiquée
synonymes : Psorospermum emarginatum Baker arrondie et surmontée des dents du calice. Divisée
Collections Herbier MNHN

Famille : Hypericaceae en compartiments, elle contient de nombreuses


Noms vernaculaires : graines entourées d’une pulpe rougeâtre acide puis
• Antakarana : aronganpanihy sucrée (arilles).
• Malgache : harongampanihy, taimbitsika, taimbitsy Originaire des régions méditerranéennes, le grena-
dier est cultivé pour l’ornement et pour ses fruits à
Madagascar.

Utilisation en médecine
Botanique Utilisation en médecine traditionnelle
traditionnelle
Ce grand arbuste ou petit arbre pouvant atteindre Partie utilisée : feuille, fruit et graine
5 à 8 mètres de haut a des feuilles caduques lar- Partie utilisée : tige feuillée et latex
gement ovales, d’abord minces puis devenant Données issues des enquêtes
coriaces. Les inflorescences sont en cymes corym- Données issues des enquêtes Les feuilles vertes sont proposées contre l’hypertension.
biformes ou ombelliformes de fleurs aux pétales à La décoction des tiges feuillées est recommandée La consommation du fruit est préconisée contre les
ornementations variables, tantôt immaculés, tantôt pour le soin de la jaunisse. diarrhées et la dysenterie.
avec quelques points ou deux à trois courtes lignes Le latex de la plante est appliqué sur les plaies et les La décoction des jeunes graines vertes et hachées
au sommet, ou parsemées de points de la base au mycoses des enfants. est consommée pour le soin de la diarrhée.
sommet. Le fruit est une baie globuleuse ponctuée
de noir, qui renferme des graines rougeâtres cour-
bées en arc. Informations scientifiques
antiparasitaires (Ascaris, Taenia) et anti-oxydantes.
Principaux constituants chimiques L’extrait aqueux des feuilles a une activité antimi-
Épicarpe du fruit : tanins (28 %), acide bétulique, crobienne (bactéries Gram + et Gram -) et antifon-
acide ursolique, mucilages (34 %), composés à acti- gique (Candida albicans, Aspergillus niger).
Punica granatum L. vité oestrogénique.
Feuille : alcaloïdes dérivés de la pipéridine, compo-
L’extrait méthanolique des graines exerce chez
l’animal une activité antidiarrhéique, dans différents
sés phénoliques, tanins. modèles expérimentaux et présente une activité
Famille : Punicaceae
Écorce : alcaloïdes pipéridiniques (pelletierine, iso- antidiabétique chez le rat. Il diminue également la
Noms vernaculaires : pellétiérine et analogues méthylés). motilité intestinale.
• Antakarana : apongabendagnitry
• Malgache : ampongabrandanitra
Propriétés pharmacologiques Toxicologie
• Français : grenade
Astringent, anthelmintique (écorce). L’épicarpe du fruit ne présente pas de toxicité dans
• Anglais : pomegranate
Le jus et l’extrait des fruits présentent des activités un emploi modéré mais la présence d’alcaloïdes et
la forte quantité de tanins, incitent à la prudence.