Vous êtes sur la page 1sur 10

Chronologie du cinéma tunisien

1896

Les opérateurs des Frères Lumière tournent des vues animées dans les rues de Tunis.

1897

Premières projections cinématographiques à Tunis organisées par le Tunisien Samama


Chikli et le photographe français Soler.

1907

Installation à Tunis d'une agence PATHE de vente de films.

1908

Ouverture à Tunis de la première salle de cinéma l'OMNIA-PATHE ; mais, on pense que des
salles existaient depuis 1902/1903 dans le bassin minier

1919

Tournage en Tunisie du premier long-métrage réalisé sur le continent africain : "Les cinq
Gentlemen Maudits" de Luitz Morat.

1922

Samama Chikli tourne le premier court métrage Tunisien "Zohra", avec Haydée Chikli.

1924

Samama Chikli tourne un deuxième film de fiction "Aïn el Ghazal" (La Fille de Carthage)
avec Haydée Chikli.

1927

Ouverture de la première Société Tunisienne de distribution de films TUNIS-FILM de Slouma


Abderrazak.

1935

Tournage du 3ème film Tunisien de fiction parlant "Tergui" de Abdellaziz Ben Hassine avec
Hassiba Rochdi.

1937

Tournage du 1er long-métrage Tunisien "Le fou de Kairouan" de Jean André Crezy avec
Mohieddine M'Rad (parlant arabe).

Naissance de la première revue tunisienne de cinéma "Arradio wa Assinima" (Radio et


Cinéma).

1
1939

Consécration du succès du cinéma égyptien à Tunis avec la sortie de "Alwarda al baydha"


(La rose blanche) de Mohamed Karim, avec Mohamed Abdelwahab.

A partir de cette date le public tunisien se rend couramment au cinéma, auparavant réservé
aux européens.

Ouverture de salles dans de nombreuses villes tunisiennes.

1942

Premier camion cinéma qui projette des films dans les villages.

1946

Premier ciné-club de Tunis.

Création des Studios Africa du français Georges Derocles, avec 30% de participation
tunisienne, première infrastructure industrielle de cinéma en Tunisie.

1947

Deuxième revue tunisienne de cinéma "Al Masrah wa Assinima" (Théâtre et Cinéma).1949

Création de la Fédération Tunisienne des Ciné-clubs, la première du continent africain.

1953

Premier journal filmé "Les Actualités Tunisiennes" produit par les Studios Africa.

1954

Création de la Cinémathèque Tunisienne.

Les Studios Africa déménagent à Alger.

1955

Première société de production (privée) de la Tunisie indépendante El Ahd El Jadid (l'Ere


Nouvelle) qui produit les Actualités Tunisiennes.

1957

Une année après l'indépendance de la Tunisie, création de la première société nationale de


production, importation, distribution, et exploitation de films, la SATPEC : Société Anonyme
Tunisienne de Production et d'Expansion Cinématographique.

1958

Réalisation par Jacques Baratier de "Goha" avec Omar Charif et Claudia Cardinale, une
coproduction franco-tunisienne d'après Georges Shéhadé.

2
1960

Promulgation du "Code du Cinéma en Tunisie" par le Secrétariat d'Etat à l'Information.

1961

Omar Khlifi tourne en amateur ses deux premiers courts-métrages : "Une page de notre
histoire" et "Oncle Mosbah à la ville".

Naissance de la première génération des cinéastes professionnels de la Tunisie


indépendante : les documentaristes (Ben Miled, Harzallah, Mechri, Ben Salem, Béhi).

1962

Fondation de l'A.J.C.T. (Association des Jeunes Cinéastes Tunisiens) qui se consacre au


cinéma amateur.

1963

Le Secrétariat d'Etat aux Affaires Culturelles et à l'Information crée à travers la Tunisie 30


maisons de la culture munies de projecteurs en 16mm, met en service des ciné-bus de
projections gratuites en zones rurales et crée une filmothèque nationale.

Production par le Secrétariat d'Etat aux Affaires Culturelles et à l'Information du long-


métrage documentaire "Renaissance" de Mario Ruspoli (sur le mouvement de libération
nationale).

1964

Premier Festival de Cinéma amateur de Kélibia.

Création de la revue Goha.

Coproduction entre le Secrétariat d'Etat aux Affaires Culturelles et à l'Information et la RDA


du long métrage "H'mida" de Jean Michaud Maillan, sur la fin du colonialisme en Tunisie.

1965

Inauguration de la première salle d'Art et Essai : "Le Globe" à Tunis.

1966

Tournage du 1er long métrage réalisé par un Tunisien après l'indépendance : "Al fajr"
(l'Aube) d'Omar Khlifi (parlant arabe) sur la lutte de libération nationale.

Tournage du moyen-métrage 2+2 = 5 de Hassan Daldoul (parlant français) premier film de la


tendance "intellectualiste" du cinéma tunisien.

Première session du Festival International des "journées Cinématographiques de Carthage"


(J.CC) -Secrétaire Général Tahar Chériaa- organisée par le Secrétariat d'Etat des Affaires
Culturelles et de l'information. Grand prix au film Sénégalais: "La Noire de…" de Sembène
Ousmane, Deuxième prix au film tchécoslovaque: "Le premier cri" de Jarommil Jeres.

Démarrage de la Télévision Tunisienne.

3
1967

Création par la SATPEC du complexe industriel de cinéma de Gammarth.

Tournage du long métrage "Khlifa Lagraa'" (Khélifa le teigneux) de Hamouda Ben Halima.

Ouverture de la deuxième salle d'Art et d'Essai à Tunis : le 7ème ART.

1968

Tournage du long métrage: "Al Moutamarred" (le Rebelle) d'Omar Khlifi (parlant arabe).

Tournage du long métrage: "Mokthar" de Sadok Ben Aïcha (parlant français), deuxième film
de la tendance "intellectualiste" du cinéma tunisien.

Tournage de la coproduction franco-tunisienne: "La Mort Trouble" de Claude d'Anna et Férid


Boughedir (parlant français).

Les J.C.C. -Secrétaire Général Tahar Chériaa- réservent leur compétition aux films Africains
et Arabes.

Les clubs de l'AJCT se réunissent en "Fédération Tunisienne des Cinéastes Amateurs"


(F.T.C.A.)

1969

Promulgation de la loi accordant le monopole national d'importation de films à la SATPEC.

Tounage du long métrage: "Sous la pluie de l'automne" d'Ahmed Khechine (parlant arabe).

Tournage du long métrage: "Om Abbès" d'Ali Abdelwaheb.

Tournage du long métrage: "Une si simple histoire" Abdellatif Ben Ammar (parlant français).
Coproduction franco-tunisienne: "l'Eden et après" d'Alain Robbe-Grillet .

1970

Début du tournage du long métrage: "Au pays de Tararani" réalisé par Férid Boughedir,
Hamouda Ben Halima, Hedy Ben Khalifat (en Arabe).

Tournage du long métrage: "Les Fellaghas" d'Omar Khlifi (en arabe).

Coproduction franco-tunisienne: "Viva la muerta" d'Arrabal.

Coproduction franco-tunisienne: "Birribi" de Daniel Moosman.

Création de l'Association des Cinéastes Tunisiens (ACT).

"Une si simple histoire" d'Abdellatif Ben Ammar est sélectionné en compétition officielle au
Festival de Cannes.

3ème session des JCC -Secrétaire Général Tahar Chériaa- avec création de la Fédération
Panafricaine des Cinéastes (FEPACI).

4
1971

Tournage du long métrage: "Wa Ghadan ?" (Et Demain?) de Brahim Babaï (en arabe,
premier film de la tendance socio-politique du cinéma tunisien).

Tournage du long métrage: "Yusra" de Rachid Ferchiou (en français).

Coproduction tuniso-française: "Mendiants et orgueilleux" de Jacques Poitrenaud..

Premier livre tunisien sur le cinéma: "Histoire du Cinéma en Tunisie", d'Omar Khlifi, édité par
la STD, Tunis.

1972

4ème session des JCC -Secrétaire Général Tahar Chériaa- avec la création à cette occasion
de l'Union des Critiques Arabes de Cinéma (UCAC) .

Tournage du long métrage: "Sourakh" (Hurlements) d'Omar Khlifi.

1973

Réouverture de la "Cinémathèque Tunisienne" gérée par la SATPEC.

Tournage du long métrage: "Omi Traki" d'Abderrazak Hammami.

Tournage du long métrage: "Sejnane" d'Abdellatif Ben Ammar.

1974

5ème session des JCC -Secrétaire général Moncef Charfeddine- avec organisation par la
SATPEC du "Premier colloque Arabo-Africain sur la distribution et la production de films" qui
décide de la création d'un "Pool Arabo-Africain de distribution et de production de films".

1975

Tournage du long métrage sur l'émigration: "Assufara" (Les Ambassadeurs) de Nacer Ktari,
le premier à sortir en Europe dans le circuit commercial, et à passer à la télévision française
(Antenne 2).

1976

6ème session des JCC -Secrétaire Général: Moncef Ben Ameur-, grand prix au film tunisien:
"Les Ambassadeurs" de Nacer Ktari.

1977

Tournage du long métrage: "Le Mannequin" de Sadok Ben Aïcha.

Tournage de "Fatma 75", moyen métrage de Selma Baccar consacré à la femme tunisienne.

Présentation au Festival de Cannes (Quinzaine des réalisateurs) du long métrage "Soleil des
Hyènes" du tunisien Ridha Béhi, coproduit par la France et la Hollande (parlant arabe).

5
1978

Tournage du long métrage tunisien "La Noce" produit et réalisé sans l'aide de l'Etat, par la
compagnie du "Nouveau Théâtre".

7ème session des JCC -Directeur: Hamadi Essid, Secrétaire général: Moncef Ben Ameur-,
organisée par la SATPEC, élargie à l'ensemble du Tiers-Monde, cette session est boycotte
par l'ACT, la FTCC et la FTCA. Tenue à l'occasion de cette session du 2ème colloque
Arabo-Aficain sur la distribution et la production des films qui décide d'une stratégie
coordonnée de reconquête des marchés cinématographiques nationaux.

Sortie des livres "Le Cinéma de Tunisie" de Victor Bachy et "Ecrans d'abondance ou cinéma
de libération en Afrique" de Tahar Chériaa, édités en Tunisie.

1979

Coproduction tuniso-algérienne du long métrage "Aziza" d'Abdellatif Ben Ammar.

Le Ministère des Finances exonère de toute taxe à l'importation tout matériel servant à la
confection des films tunisiens, et à la projection de films.

1980

8ème Session des JCC, Directeur Hassen Akrout. Tanit d'or: "Aziza" d'Abdellatif Ben
Ammar.

1981

Abandon du monopole national d'importation et de distribution de films détenu par la


SATPEC et début de la reprise en mains de la majorité du marché par les distributeurs
privés.

Décrets d'encouragement à la production et à l'exploitation cinématographique: suspension


pour 5 ans de la taxe sur les spectacles cinématographiques perçue par le Ministère de
l'Intérieur.

Création d'un fonds d'aide à la production alimenté par 6% des recettes brutes. Une part
importante du fonds est réservée à la production de courts métrages.

"Aziza" est sélectionné par la Quinzaine des Réalisateurs du Festival de Cannes.

La SATPEC produit 4 longs métrages de fiction: "Traversées" de Mahmoud Ben Mahmoud,


"La ballade de Mamelouk" de Hafedh Bouassida, "La Trace" de Néjia Ben Mabrouk,
"L'ombre de la terre" de Taïeb Louhichi.

1982

"L'ombre de la terre" de Taieb Louhichi est sélectionné à la Semaine de la critique du


Festival de Cannes.

9ème session des JCC. -Directeur: Rachid Ferchiou- Tanit d'or: "Le Vent" de Souleymane
Cissé (Mali).

1983
6
Un nouveau long métrage documentaire tunisien "Caméra d'Afrique" de Férid Boughedir,
présenté au Festival de Cannes section "Un certain regard".

Inauguration en juin des nouveaux laboratoires couleurs de la SATPEC à Gammarth.

Finition par la SATPEC des longs métrages "Que fait-on ce dimanche" de Lotfi Essid et
"Siraa" (Mon Village) de Mohamed Hammami.

"Traversées" de Mahmoud Ben Mahmoud est diffusé sur FR3.

1984

10ème session des JCC. -Directeur: Rachid Ferchiou-. Tanit d'or: "Les rêves de la ville" de
Mohamed Malass (Syrie), deux nouveaux longs métrages tunisiens y sont présentés: "Les
Anges" de Ridha Béhi et "Les Baliseurs de désert" de Nacer Khemir.

1985

Sortie du nouveau long-métrage tunisien: "Le Défi" de Omar Khlifi.

Les studios Carthago Films de Sousse, les plus importants construits en Afrique depuis
l'Indépendance et dirigés par Tarak Ben Ammar abritent le tournage du film: "Pirates" de
Roman Polanski, développé dans les laboratoires de la SATPEC à Gammarth.

"Les Anges" de Ridha Béhi est sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs du Festival de
Cannes.

1986

11ème session des JCC, -Vice-président: Ali Zaiem Secrétaire général: Moncef Ben Ameur-.
Tanit d'or: "L'Homme de cendres" (Rih Essed) de Nouri Bouzid.

Sortie du premier long métrage tunisien pour enfant: "Sabra et le monstre" de Habib
Meselmani.

Création d'une nouvelle Association: l'ATPCC, L'Association Tunisienne pour la Promotion


de la Critique Cinématographique.

1987

Un nouveau long métrage documentaire tunisien "Caméra Arabe" de Férid Boughedir en


sélection officielle au Festival de Cannes.

1988

12ème session des JCC. -Directeur Ali Zaïem, Secrétaire général: Moncef Ben Ameur-.
Tanit d'or: "Noce en Galilée" de Michel Khleifi (Palestine). Le nouveau long-métrage tunisien
"Arab" de Fadhel Jaziri et Fadhel Jaïbi remporte le Tanit de Bronze et le prix du meilleur
acteur. Projection de: "3 personnages en quête d'un théâtre", moyen-métrage de Kalthoum
Bornaz.

1989

7
Deux longs métrages tunisiens sont sélectionnés simultanément au Festival de Cannes:
"Arab" à la Semaine de la Critique et "Les Sabots en or" de Nouri Bouzid (Sélection "Un
Certain Regard)".

"Leïla ma raison" est sélectionné en compétition officielle au festival de Venise.

1990

"Halfaouine" (Asfour Stah) de Férid Boughedir est programmé au festival de Cannes (pré-
ouverture de la Quinzaine des Réalisateurs) et le court-métrage tunisien "Le Casseur de
Pierres" de Mohamed Zran à la section "Un Certain Regard".

13ème session des JCC. -Directeur: Ezzeddine Madani, Secrétaire Général: Moncef Ben
Ameur-. Halfaouine remporte le Tanit d'or, le prix du meilleur acteur, le prix de la mise en
scène et le prix UNESCO. Projection à succès aux JCC d'un des premiers films tunisiens "Le
fou de Kairouan" (1937) retrouvé et restauré aux Services des Archives du Film de Bois
d'Arcy.

1991

"Halfaouine" est sélectionné pour les "Césars" et son réalisateur Férid Boughedir est le
premier maghrébin a être désigné membre du jury officiel des longs métrages du Festival de
Cannes.

"Chichkhan" de Mahmoud Ben Mahmoud et Fadhel Jaïbi Sélectionné à la Quinzaine des


Réalisateurs du Festival de Cannes.

"Le Collier perdu de la colombe" de Nacer Khemir sélectionné aux festivals de Locarno et de
Namur.

Tournage du long métrage de Ahmed Jemai: "Le vent des destins".

Lancement de Canal Horizons chaîne de TV privée qui se spécialise dans la diffusion de


films et qui s'engage à participer à la production de films tunisiens.

1992

Mise en liquidation de la société nationale SATPEC (qui n'avait plus conservé que
l'infrastructure technique de Gammarth).

Sortie avec succès du long métrage: "Les zazous de la vague" de Mohamed Al Okbi
(140.000 spectateurs) suivi par: "Champagne amer" de Ridha Behi.

"Bezness", 3ème long-métrage de Nouri Bouzid est sélectionné à la "Quinzaine des


Réalisateurs" du Festival de Cannes.

14 ème Session des JCC -Directeur: Ahmed Attia, Délégué général: Férid Boughedir-. Tanit
d'or: "La Nuit" de Mohamed Malass (Syrie). Pour la deuxième fois, l'abondance de la
production permet la tenue de la section: "Perspectives du Cinéma Tunisien" comportant un
long métrage inédit : "Le Sultan de la Médina" (L'invocation) de Moncef Dhouib.

1993

8
Tournage du Film de Rachid Ferchiou: "Echec et mat".

Tournage du Film de Ahmed Fezaï : "Le Magique".

Organisation des "Journées du Cinéma Maghrébin" inaugurées par "Regard de Mouette" de


Kalthoum Bornaz et "Les Tambours de Feu" de Souheil Ben Barka. Trois nouvelles femmes
réalisatrices de courts métrages: Mounira Bhar "Itinéraire" et "Kenz", Najwa Tlili "L'héritage",
Nadia El Fani "Fifty-Fifty mon amour" et "Tanitez moi".

1994

Tournage du film de Ridha Behi "Les Hirondelles ne meurent pas a Jérusalem" (en Tunisie et
dans les territoires occupés).

Tournage du film de Selma Baccar: "La Danse du feu", biographie de la chanteuse juive
tunisienne Habiba Msika. Ce film est le dernier film tunisien à être développé et tiré dans les
laboratoires de Gammarth, qui ferment leurs portes.

Le film de Moufida Tlatli: "Les Silences du palais" est sélectionné à la "Quinzaine des
Réalisateurs" à Cannes. Il remporte une Mention du Jury, de la Caméra d'Or.

Férid Boughedir tourne: "Un été à la Goulette" (TGM) avec la participation de Claudia
Cardinale, Michel Boujenah et Haydée Chikli.

15ème session des JCC en présence de l'actrice internationale d'origine tunisienne Claudia
Cardinale. "Les Silences du palais" de Moufida Tlatli remporte le Tanit d'or et le prix
d'interprétation féminine pour la jeune Hind Sabri. Dans le cadre des ces JCC a eu lieu en
présence de l'actrice Haydée Chikli Tamzali la projection de deux films de son père Samama
Chikli "Zohra" (1922) et "Aïn El Ghazel" (1924) retrouvés et restaurés par les archives de
films de Bois d'Arcy.

1995

-Tournage du film : " Essaïda " de Mohamed Zran.

1996

-16ème session des JCC.

-Tournage des films : " Keswa " de Kalthoum Bornaz et " Redaïef " de Ali Labidi.

1997

-Tournage des films : " Noces de lune " de Taïb Louhichi et " Demain je brûle " de Mohamed
Ben Ismaïl

1998

-17ème session des JCC.

- Inauguration du " Musée du cinéma "

9
-Sortie des livres : " Silences, elles tournent " de Abdelkarim Gabous, " Films Tunisiens,
longs métrages, 1967 - 1998 " de Moumen Touti, " Stars " de Khmaïs Khayati, et " Quid des
JCC. " de Tahar Cheriaâ.

-Tournage des films : " Siestes grenadines " de Mohamed Ben Mahmoud, " Sois mon amie "
de Naceur Ktari et " No man's love " de Nidhal Chatta.

1999

- Tournage des films : " Le sous-marin de Carthage " de Zouheir Mahjoub et " L'odyssée " de
Brahim Babaï.

2000

- Mois d'avril, début de tournage du nouveau film de Abdellatif Ben Ammar "Nouria" et du film
"Fatma" de Khaled Ghorbel.

- 5èmes Journées Internationales du court métrage de Tunis du 19 au 23 avril. Bonzaï du


meilleur film de fiction: "Invidda" de Jonas Wagner (Danemark), Bonzaï du jeune talent: "Ya
lil ya aïn" de Nidhal Eddebès (Syrie), Bonzaï du meilleur film de fin d'études d'écoles de
cinéma: "La dernière pomme" de Johanne Sesmour (Canada), Prix spécial du jury: "The
migatory goose" de Siroos Hassan-Poor (Iran), Mention spéciale: "Cafichanta" de Hichem
Ben Ammar (Tunisie).

- "La saison des hommes" de Moufida Tlatli est l'unique film africain et arabe figurant dans la
séction officielle au fesival de Cannes. Il représente ces cinémas-là dans la section "Un
certain regard",hors compétition.

- Apparition des premières écoles publiques de cinéma (ISAMM)

2011

Création du Centre National du Cinéma et de l’Image

2014

Les JCC deviennent annuelles.

2016

Les films tunisiens sont séléctionnés dans presque tous les festivals majeurs avec des prix à
la clé : Hedi de Mohamed Ben Attia à Berlin, Allouch de Lotfi Achour à Cannes, The last of
us de Alaeddine Slim à Venise, Zeineb n’aime pas la neige de Kaouther Ben Hnia tanit d’or
aux JCC, …

10