Vous êtes sur la page 1sur 129

Université de Liège

Faculté de Philosophie et Lettres
Section Histoire

Les mouvements de grève dans la 
Province de Liège à la Libération 
(septembre 1944­45). 

Mémoire réalisé par TEKAYA Mehdi 
sous la direction de M. BALACE dans 
le   cadre   de   l’obtention   du   titre   de 
licencié en Histoire.

Année académique 2006­ 2007.
Table des matières
Table des abréviations....................................................................................................... .....2
Introduction générale............................................................................................. ................3
 1. Le syndicalisme sous l’Occupation et la préparation de l’après­guerre. ........................6
 1.1. Un paysage syndical liégeois bouleversé................................................................. ..7
 a) L'éclatement de la structure syndicale sous l'Occupation......................................7
 b) L’essor du syndicalisme révolutionnaire dans la province de Liège. ..................10
 1.2. La préparation de l’après­guerre.................................................................... .........16
 a) L'affirmation de la concertation sociale...............................................................16
 b) La crainte des grèves aux premiers jours de la Libération...................................19
 2. Première Partie: De septembre à décembre 1944, les difficultés de la Libération. ......22
 2.1. Introduction......................................................................................
.......................22
 2.2. La préparation du terrain social. .................................................................... ........23
 a) Les revendications syndicales immédiates...........................................................23
 b) La Conférence Nationale du Travail du 16 septembre 1944................................26
 c) Des mouvements syndicaux exclus des négociations. ........................................29
 2.3. La grève générale de Septembre 44..................................................................... ...34
 a) Le développement de la grève et sa résolution. ...................................................34
 b) La gestion du conflit par les autorités..................................................................42
 c) Polémiques autour de l’action et de l’origine du MSU........................................45
 d) Les causes profondes de la grève.........................................................................54
 2.4. Une reprise hypothétique du travail. ......................................................................57
 a) L’application des mesures salariales dans les Commissions paritaires...............57
 b) Les difficultés de ravitaillement et la montée du chômage. ................................63
 2.5. Les luttes d'influences syndicales....................................................................... ....70
 2.6. Les grèves politiques de novembre et décembre 1944...........................................72
 a) La manifestation du 17 novembre 44....................................................................72
 b) Les mots d’ordre CLS du 28 novembre et 20 décembre 1944.............................75
 3. Deuxième Partie : de janvier à août 1945, la normalisation ? .......................................78
 3.1. Introduction..................................................................................
...........................78
 3.2. La bataille du charbon et ses déserteurs. ...............................................................80
 a) La tension provoquée dans le Hainaut..................................................................80
 b) Les grèves charbonnières d'avril..........................................................................83
 3.3. La mobilisation civile........................................................................ .....................89
 a) Une fronde Liégeoise à la FGTB..........................................................................91
 b) L’application de la Mobilisation civile. ...............................................................98
 3.4. Le rehaussement des salaires dans l’industrie. ....................................................102
 a) La CNT du 30 juillet 1945..................................................................................102
 b) Un mouvement de grève à Cockerill..................................................................104
 c) Une grève générale dans l’industrie mécanique de Verviers.............................108
 3.5. La mise au travail des mineurs polonais. .............................................................110
Conclusion..............................................................................................................
............116
Sources et Bibliographie................................................................................... .................121

1
Table des abréviations
ACEC Ateliers de Constructions Electriques de Charleroi.
AE Archives de l'Etat
AMSAB Archief en Museum van de Socialistische ArbeidersBeweging
AVA Archives Van Acker 
CArCoB Centre des Archives Communistes en Belgique
CARHOP Centre d'Animation et de Recherche en Histoire Ouvrière et Populaire 
CBSU Centrale Belge des Syndicats Uniques
CEGES Centre d’Etudes et de Documentation Guerre et Sociétés contemporaines
CGTB Centrale Général du Travail de Belgique
CLS Comité de Lutte Syndicaux
CMB Centrale des Métallurgistes de Belgique
CNMM Commission Nationale Mixte des Mines
CNT Conférence Nationale du Travail
COTB Centrale des Ouvriers Textiles de Belgique
CSC Confédération des Syndicats Chrétiens
FAR Fondation André Renard
FGTB Fédération Générale du Travail de Belgique
FI Front de l'Indépendance
FM Fédération des Métallurgistes

HCSE Haut Commissariat à la Sécurité de l'Etat
IHOES Institut d’histoire ouvrière, économique et sociale
MMB Mission Militaire Belge
MMU Mouvement des Métallurgistes Unifiés
MSU Mouvement Syndical Unifié
PC(B) Parti Communiste (de Belgique)
S.E. Sécurité de l'Etat
SGSP Syndicat Général des Services Publics
SHAEF Supreme Headquarters of Allied Expeditionary Forces
SU Syndicat Unique
UTMI Union des Travailleurs Manuels et Intellectuels

2
Introduction générale.

Notre  mémoire   a   pour  objet   l'étude  des  mouvements  de   grève   dans  un   cadre  précis 
qui est celui de la province de Liège à la sortie de la seconde guerre mondiale (septembre 
1944­1945).   Le   choix   de   ce   contexte   spatio­temporel   nous   semble   apporter   une 
résonance  particulière   à   l'étude  des   phénomènes  de   grève.   En   tant   qu'action   collective 
des  travailleurs  face  à  un employeur  ou   face  à   l'Etat,  la  grève   représente  un   indicateur 
visible   de   la   volonté   de   changement   et   de   la   pression   sociale  à   une   situation   donnée. 
Période   de   restructuration   de   la   société   belge,   l'immédiat   après­guerre   est   riche   de 
problématiques   et   d'enjeux   qui   traversent   les   mouvements   de   grève   que   nous   allons 
décrire: l'épuration, la place de la Résistance, le ravitaillement, la participation à l'effort 
de guerre, la reconstruction du pays, les réformes économiques et sociales. 

La   grève,   « la   plus   vieille   arme   ouvrière   du   monde »,  est   également   un   des 
instruments   d'action   du   syndicalisme,   dont   le   paysage   liégeois   se   trouve   fortement 
bouleversé   à   la   Libération.   La   concurrence  à   l'intérieur  du   syndicalisme   de   gauche   est 
forte; les courants réformistes, communistes et renardistes se disputant le leadership de la 
représentation   ouvrière.   Il  nous   faudra   examiner   de   quelle   façon   et   avec   quelles 
motivations les différents  syndicats opérant à la Libération  ont  fait usage de l'action de 
grève.   Nous   allons   finalement  évaluer  les   répercussions   que  les  conflits  du   travail   et   la 
tension  sociale  qui  en  découle,  vont  avoir   sur  les  choix   politiques  et   économiques  de  la 
Belgique d'après­guerre. 

L'exploitation des archives du  Haut Commissariat à la Sécurité de L’Etat1,  en vue 


de recenser les différentes grèves qui ont eu lieu sur le territoire de la Province de Liège, 
nous  a   permis   d'actualiser   l'importance  des  phénomènes  de  grève   à   la   Libération.  Les 
archives   de   cet   organe,  chargé   de   la   coordination   des   différentes  autorités   concernées 
par le maintien de l’ordre à la libération, nous ont fourni de nombreux documents issus  
de  sources  policières  intéressant  directement  plusieurs  conflits   du  travail.  Les  rapports 

1 POLART M.­Th., HCSE. Inventaire. Cahier n° 1, Activité du Haut Commissariat à la Sécurité de l’État 
durant   sa   présence   à   Londres,  fardes   n°   1   à   495 ;   Cahier   n°2,  Activité   du   Haut   Commissariat   à   la  
Sécurité   de   l’État,  fardes   n°496  ­   1749 ;   Cahier   n°3,  Activité   du   Haut  Commissariat   à   la   Sécurité   de  
l’État, farde n°1750 à 2544, CEGES

3
du  major  Lerot2,  officier  délégué  pour  la  province  de  Liège   du  Haut  Commissaire  à   la 
Sécurité   de   l’Etat,   nous     renseignent   sur   l’état   d’esprit   des   grévistes,   les   pourparlers 
avec   les   autorités   et   la   gestion   du   maintien   de   l’ordre.   Ils   complètent   les   rapports   de 
gendarmerie   et   de   la   Sûreté   de   l’Etat   sur  l’activité   publique  des  grévistes   et   l’état   des 
grèves recensées dans les différentes usines du bassin. 

Le dépouillement de la presse quotidienne fut essentiel en regard des communiqués 
de   presse   et   mots   d'ordre   transmis   par   les   différents   syndicats   aux   journaux.   Elle   a 
permis   de   compenser   partiellement   l'indisponibilité   des   archives   syndicales.   La 
consultation  des   archives   de   la   CSC  et   de   la   FGTB   s'est   révélée  infructueuse.  Peu   de 
documents furent conservés pour la période qui nous intéresse, nous avons toutefois eu 
accès  aux  archives  d'une  fédération  importante,  celle  de  la  Centrale  des   Métallurgistes 
(AMSAB).   Chaque   tendance   syndicale   ayant   son   propre   relais   journalistique,   nous 
avons   privilégié   les   quotidiens   d'opinion   en   rapport   étroit   avec   les   organisations 
syndicales actives dans le déclenchement de grèves. 

Les   archives,   les   biographies  et   les   travaux   issus   des   personnalités   syndicales  et 
politiques furent quant à eux utilisés pour relever les problématiques et les enjeux posés 
par   les   mouvements   de   grève.   Les   Archives   Van   Acker,   les   Papiers  J.   Bondas  et   L­E 
Troclet   nous   ont   de   plus   permis   l'accès  à   une   partie   des   négociations   qui   ont   eu   lieu 
entre   les   organisations   syndicales,   les   représentants   patronaux   et   les   autorités 
compétentes.

A   partir   de   ce   corpus   documentaire,   nous   avons   fait   le   choix   de   privilégier   les  


arrêts     du   travail   qui   touchent   un   ensemble   d'établissements  sur   une   période   donnée. 
Plusieurs conflits localisés, aux motifs divers, n'ont  pu faire l'objet d'un développement. 

2 LEROT,   Jules.  Née   le   13   août   1895   à   Molenbeek   St   Jean.  Il   fait   ses   humanités   scientifiques   à 
l’Athénée royal d’Ixelles. Ses études l’amène au titre de psychotechnicien (Psychologue du travail). Il 
devient   Secrétaire   Général   de   la   chambre   de   commerce   Belgo­   Colombienne.     En   1940,   c’est   un  
membre   actif   de   la   résistance   bruxelloise.   Membre   du   service   zéro,   chargé   de   la   centralisation   du  
renseignement   militaire   et   du   sabotage.   Il   organisa   aussi   « Le   parti   belge »   un   groupement   de   type 
militaire  à Bruxelles,  contant 1500  membres.  Il travailla  dès  1940   à   le « Libre  Belgique »   et   organisa 
la distribution de « La voix des Belges », l’organe du MNB.  Le 22 octobre 1941, il  quitte la Belgique 
avec   Fernand   Kerkofs   et   Jean   Moens,   les   fondateurs   de   Zéro,   pour   échapper   aux   recherches  
allemandes.   Arrivé   en   Angleterre   vers   juin   41,   il   est   affecté   à   la   deuxième   direction   MDN.     En 
septembre 43, Lerot est détaché au HCSE. 

4
Ceci est dû au manque de documentation qui les concernent  et également à leur nature 
hétérogène. 

5
 1.  Le syndicalisme sous l’Occupation et la préparation de 
l’après­guerre. 

L’Occupation allemande en Belgique sera traitée sous l’angle de deux phénomènes 
que   nous   considérons   comme   essentiels   dans   l’étude   des   mouvements   de   grève   à   la 
Libération.  Le  premier  phénomène  touche à   l’évolution  de  l’organisation  syndicale  qui 
débouche à  Liège sur un  renouveau  de  la  tradition révolutionnaire, représenté  par  deux 
éléments,   la   Fédération  des  Métallurgistes   et   les   Comités   de   Luttes   Syndicaux  (CLS). 
L’éclatement  syndical   s’opérant   essentiellement   à   travers   le   syndicalisme   de   gauche, 
nous   porterons   un   regard   particulier   sur   l’activité   clandestine   de   la   CGTB   dont   la 
position   influença  la   scission   des   métallurgistes   liégeois   du   syndicat   socialiste   et   leur 
rapprochement   avec   les   CLS.   communistes.   Cette   double  évolution   porta   à   la   création 
d’un   nouveau   syndicat   promu   par   André   Renard3,   le   MSU,   considéré   pour   R. 
Hemmerijckx   comme   la   « première   expression   organisée   d’un   courant   radical   de  
gauche »4  dans   le   domaine  du   syndicalisme   belge.  Parallèlement  à   cette   radicalisation 
de la position ouvrière, les dirigeants syndicaux d’avant­guerre, socialistes et chrétiens, 

3 RENARD   André   (1911­1962).   Leader   syndical   des   métallurgistes   liégeois   et   militant   wallon.   Après  
des   études   à   l’athénée   de   Seraing   et  à   l’Ecole   industrielle   supérieure,   il   entre   comme   ouvrier   traceur  
chez  Cockerill   puis   devient  contremaître  à   l’Espérance   Longdoz  où  il  est  chargé d’étudier  le système 
Bedeau.   Il   est   congédié   pour   sabotage   en   1936   suite   à   l’incendie   du   bureau   d’étude,   sans   que   sa 
responsabilité   dans   le   sabotage   soit   établie.   Il   entre   par   après   aux   Pieux­Franki.   An   avril   1936,   il 
participe   aux   grèves   en   faveur   des   congés   payés   et   de   la   semaine   des   40   heures.   Il   est   à   nouveau  
renvoyé   puis   réembauché.   Membre   des   Jeunes   Gardes   Socialistes,   de   la   Fédération   syndicale   des 
Métallurgistes de Liège. En 1937, il se rend plusieurs fois en Espagne républicaine comme membre de 
délégations   syndicales  internationales.  Tenu  en  captivité   en  Allemagne,  il  est   rapatrié  comme  malade 
le 26 mai 1942. Il mène les grèves contre les déportations en 1942 et 1943 et crée à cette fin, le Corps  
Franc armé K.J.3., qui  s’affilie à l’Armée de la Libération. A. Renard dirige de plus le service Socrate  
pour la province de Liège.  De la résistance sous l’occupation, émerge le Mouvement Syndical Unifié, 
prônant   l’indépendance   politique   et   l’action   directe.  Président   de   la  Fédération   des  Syndicats   de   la 
région   de  Liège   (1944),  A.  Renard   devient   secrétaire   national   de   la  Fédération   des  Métallurgistes 
(1945) et secrétaire national de la FGTB (1946­1948). Il démissionne de cette dernière fonction lors du 
congrès   de   février   1948   pour   protester   contre   le   non­respect   de   l’indépendance   syndicale.  Redevenu 
secrétaire   national   de   la  FGTB  (1949­1953),  A.  Renard   brigue   la   succession   de  Paul  Finet   au 
secrétariat général de la FGTB. Louis  Major sera finalement élu, Renard accepte de devenir secrétaire 
général adjoint. Dès 1945, André Renard exprime sa position contre le retour du roi. Lorsque Léopold 
III  rentre   à  Laeken   le   22   juillet   1950,  Renard   contribue   au   mot   d’ordre   de   grève   générale.   Il   fut  
également  le  fer de lance  de  l'action de grève contre la Loi   unique  qui,   en  1960,  paralysa  la  Wallonie  
pendant   près   de   six   semaines.   Peu   après,   il   fonda   le   Mouvement   Populaire   Wallon   qui   prônait   le 
fédéralisme   et   les   réformes   de   structure.   Il   est   également  Directeur   du   journal  La  Wallonie  et   de 
Combat. Pour une biographie plus complète, on se reportera à l’ouvrage de Pierre Tilly, André Renard  
: biographie, Bruxelles, Le Cri, 2005.
4 HEMMERIJCKXR., La C.M.B. dans la clandestinité : un syndicat entre la contestation et l’intégration, 
In   COSSAER,   Michel,   Histoires   de   la   Centrale  des   Métallurgistes   de   Belgique  : (chauffés  au   rouge), 
Gent, AMSAB, 1990, pp. 363.

6
multiplient   les   contacts   avec   le   milieu   patronal   et   élaborent   des   plans   d’action   pour 
reprendre   le   contrôle   du   terrain   perdu   à   la   Libération.   Le   pacte   social   basé   sur   le 
renforcement   de   la   concertation,   définit   une   pratique   qui   sera   concrétisée   par   la 
convocation   urgente   d’une   Conférence  Nationale   du   Travail   aux   premiers   jours   de   la 
Libération. Les réformes immédiates que devra prendre le gouvernement, auront comme 
but d’éviter le déclenchement de grèves, dont la probabilité est jugée quasi certaine.

 1.1.  Un paysage syndical liégeois bouleversé.

 a)  L'éclatement de la structure syndicale sous l'Occupation.

Le   mouvement  ouvrier   belge   connaît,   dans  la   période   de   l’entre­deux­guerres,  une 


évolution vers la centralisation qui se structure autour de deux syndicats majoritaires : la 
Centrale  Générale  du   Travail   de   Belgique  (CGTB)5  et   la  Confédération   des   Syndicats 
Chrétiens  (CSC)6.   Il   nous   faut   également   citer   la  Centrale   Générale   des   Syndicats 
Libéraux   de   Belgique  (CGSLB)   constituée   en   1929   à   partir   d’organisations 
essentiellement   flamandes7  mais   dont   l’influence   pour   la   province   de     Liège   est 
minoritaire.

Le   choix   entre   collaboration,  exil   ou   clandestinité,  posé   aux  dirigeants  syndicaux 


par   l’Occupation   va   provoquer   un   éclatement  de   la   structure   syndicale  traditionnelle. 
Début 1940,  lors des préparatifs en vue de l’occupation du territoire, les bureaux de la 
CGTB   et   de   la   CSC   prennent   la   décision   de   cesser   leurs   activités   syndicales.   Les 

5 Issue en 1937 de la Commission syndicale, la CGTB représente l’aile socialiste du syndicalisme belge, 
son origine est d’ailleurs intimement liées au Parti Ouvrier Belge (P.O.B.). Dans la région liégeoise, la 
centralisation   des   organisations   syndicales   s’effectue   en   1910   avec   la   création   de   l’Union   des 
Syndicats   de   la  province   de  Liège.  La   vie  du  syndicat  se   confondait   alors  avec  celle  du  parti   ouvrier. 
De nombreux  dirigeants  syndicaux  sont  élus socialistes et au  plan  local,  parti,  syndicats,  mutuelles et  
coopératives sont réunis pour former un des piliers de la vie politique belge. Le lien organique entre la  
CGTB.   et   le   P.O.B.   perdura  jusqu’au   début   de   1940   par   une   délégation  permanente   de   deux   membre  
du   syndicat   au   bureau   du   parti   ouvrier   et   vice­versa.   Cette   évolution   vers   l’autonomie   politique   doit 
être   reliée   à   la   montée   de   l’influence   communiste   dans   la   centrale   socialiste.   A   partir   de   l’exclusion 
des   communistes   aux   fonctions   dirigeantes,   différents   syndicats   indépendants   sont   crées.   Ainsi,   en  
1922, Julien Lahaut fonde à Seraing le Syndicat des Chevaliers du travail. 
6 Le   syndicalisme   chrétien   s’est   structuré   à   partir   des   sections   syndicales   de   la   Ligue   Démocratique 
Belge.   Un  Secrétariat  Général  des  Associations  Professionnelles  Chrétiennes  de  Belgique  est  crée  en 
1904.   En   1912,   les   sections,   flamande   et   wallonne,   organisent   un   premier   congrès   autonome   où   une 
organisation nationale unitaire est créée. Constitué en 1923, la CSC apparaîtra de plus en plus comme 
l’aile marchante du Mouvement ouvrier chrétien (M.O.C.). 
7 ARCQ E., Les relations collectives du travail, Bruxelles, CRISP, 1993, p. 7. 

7
dirigeants   du   Bureau   National   de   la   CGTB,   réfugiés   en   France,   Jef   Rens,   Georges 
Keuwet,   Paul   Finet8  et   Louis   Major9  choisissent   de   se   rendre   à   Londres.   Seul   Joseph 
Bondas10, secrétaire général de la CGTB et de la Fédération des Métallurgistes de Liège, 
décide  de  rentrer  immédiatement  en   Belgique.  Vers  la   fin   août   1940,   Henri   De  Man  a 
invité   les   organisations   socialistes   à   poursuivre   leur   travail.   J.   Bondas  doit   donc   faire 
face à une nouvelle  CGTB fondée sur des bases corporatistes et autoritaires11  qui rejoint 
bientôt,   avec   les   syndicats  chrétiens   et   libéraux,  l’Union   des   Travailleurs   Manuels  et 
Intellectuels (UTMI) constituée le 22 novembre 1940.

La   question   de   la   participation   à   l’UTMI,   devenu   le   seul   syndicat   autorisé, 


provoque  une   scission   dans  les   organisations  syndicales  entre  partisans  et   opposants   à 
l’adhésion. La liste des centrales de la CGTB qui ont adhéré immédiatement à l’UTMI 

8 FINET,   Paul   (Montignies­Sur­Sambre,   1897­   18.5.1965).   Ouvrier   métallurgiste,   il   devient   secrétaire  


national   de   la   CGTB   puis   dirigeant   à   Londres   du   Centre   Syndical   Belge   en   mars   1942.   Il   garde   son  
poste   de   secrétaire   national   à   la   création   de   la   FGTB   en   1945.   Membre   de   la   haute   autorité   de   la  
CECA   de   1952   à   1958,   il   en   devient   le   président   de   1958   à   1959.  Le   nouveau   dictionnaire   des  
Belges, sous la direction de Yves William DELZENNE, Bruxelles, Le Cri, 1998, p.231.
9 MAJOR, Louis (Ostende, 1902­1985). Electricien de formation, militant syndicale et homme politique  
socialiste.   Dirigeant   de   la   CGTB   en   1940,   il   adopte   une   attitude   négative   envers   H.   De   Man.   Durant  
l’occupation, il met au point avec A. Van Acker, le pacte de sécurité sociale. Secrétaire de la FGTB de  
1952   à   1968,  représentant   du   district   d’Anvers   de  1946   à   1974.   Ministre   de   l’Emploi   et   du  Travail   de  
1968  à   1972.  Il  joue   un  rôle  important   de  conciliateur   social  durant   les  grèves  minières  du  Limbourg  
en   1966.  Il  est   nommé   Ministre   d’Etat   en   1973.  Le  nouveau  dictionnaire  des  Belges, sous   la  direction 
de Yves William DELZENNE, Bruxelles, Le Cri, 1998, p.88.
10 BONDAS   Joseph   (Seraing,   25.11.1881   ­   1957).   Syndicaliste   et   homme   politique   socialiste.   Fils   d’un  
ouvrier   mineur,   il   rentre   à   Cockerill   comme   mouleur   en   1894.    Il   travaille   dans   diverses   fonderies   et  
aciéries liégeoises jusqu’en 1908. Il milite à la Jeune Garde Socialiste de Seraing avec Isi Delvigne et  
Jospeh Merlot. En  août  1900, il s’affilie à la Chambre  Syndicale  des  Ouvriers de  Fonderies de  Liège, 
qu’il   quittera   pour   fonder,   avec   Julien   Lahaut,   «   Relève­Toi   !   »,   le   syndicat   des   métallurgistes   de 
Seraing  dont   il   est   trésorier   de  1905   à  1912.  Il  occupe  depuis plusieurs  fonctions  importantes  au  sein  
du   syndicalisme   socialiste   liégeois :   Secrétaire   permanent   de   l’Office   des   Accidents   du   Travail   de   la  
Fédération   des   Métallurgistes   de   la   Province   de   Liège   (1908­1912),   Secrétaire   permanent   de   la  
Fédération   Générale   des   Syndicats   de   Liège­Huy­Waremme   (1912­1917),   Secrétaire   général   de   la 
Fédération des Métallurgistes de la Province de Liège (1919­1940), Membre du Comité Exécutif de la  
Centrale   des   Métallurgistes   de   Belgique   (1919­1942),   Secrétaire   de   la   Commission   Syndicale   de 
Belgique   (1921­1940).   Parallèlement,   il   suit   une   carrière   politique   au   sein   du   POB :   Conseil 
communal   de   Seraing   (1921­1926),   Président   de   L’Union   socialiste   communale   de   Seraing,   Membre  
du   Comité   et   du   Bureau   de   la   Fédération   Liégeoise   du   P.O.B   (1919­1940).     Secrétaire   Général   puis  
Président de la  CGTB (1940­1945), il reconstitue le syndicat sous la clandestinité  et s’impose comme 
une   figure   importante   de   la   résistance  syndicale   socialiste.   Il   arrive   à   Londres  en   1942,   où   il   devient 
secrétaire   du   Centre   Syndical   Belge.   Il   est   également   nommé   par   Pierlot   au   poste   de   Sous­secrétaire 
d'Etat aux Réfugiés, au Travail et à la Prévoyance Sociale (1943­1944). Fin septembre 1944, il regagne 
la   CGTB   pour   la   diriger.   Il   est   parmi   ceux   qui   ont   fondé   la   FGTB   en   mai   1945,   il   y   est   Secrétaire  
Général   (1945­1946).  Le   nouveau   dictionnaire   des   Belges, sous   la   direction   de   Yves   William 
DELZENNE, Bruxelles, Le Cri, 1998, p. 52 ; BONDAS, Joseph,  De Seraing à Londres par le chemin  
des écoliers, FAR, 2005. 
11 HEMMERIJCKX R., op. cit., p. 365. 

8
est   dressée   par   J.   Bondas12,  nous   pouvons   remarquer   une   absence   importante   des 
sections de la province de Liège. Celles­ci sont  restées attachées à la position prise par 
J. Bondas le 4 septembre 1940, à une réunion du bureau de la CGTB, où il se refuse « à  
faire   du   syndicalisme   suivant   les   conceptions   hitlériennes   »13.  Il   va   dès  lors  multiplier 
les  contacts pour  maintenir  les   dirigeants   de  la  CGTB  loin  de  l’UTMI.  La  résistance  à 
l’intégration syndicale commence à s’organiser chez les militants liégeois. Une première 
réunion des militants est convoquée à Verviers le 12 novembre 1940, puis à Liège le 25 
novembre.  Une  motion  est   votée  qui engage  les  syndicalistes  liégeois   à  nier  l’UTMI  et 
un fonds pour financer la propagande anti­UTMI est créé14. En décembre 1940, Nicolas 
Dethier,   secrétaire   national   de   la   Centrale   des   Mineurs,   H.   Jason,   secrétaire   des 
métallurgistes   d’Ougrée,   R.   Demoitelle,   secrétaire   des   métallurgistes   de   Chénée, 
Charles Van Belle15, secrétaire de la Centrale Générale de Liège et J. Bondas refusent de 
rencontrer Henri De Man16. Les premiers tracts anti­UTMI sont mis en circulation mais 
la répression allemande commence à s’intensifier progressivement. 

Suite à l’ordonnance du 14 décembre 1940, les dirigeants qui n’étaient pas affiliés à  
l’UTMI   sont   obligés   de   remettre   leur   démission.   Les   syndicalistes   socialistes 
concentrent   alors  leur  action  dans  le   développement  de  la   presse  clandestine.   L’organe 
Combattre  puis  Vaincre  représente  l’aile  Wallonne  de   la   direction  de   la   CGTB.   On   y 
retrouve   de   nombreux   dirigeants   liégeois :   Charles   Van   Belle,   Isi   Delvigne17,   Emile 
12 BONDAS   J.,  Rapport   sur   l’activité  de   la   CGTB.   de   septembre   1940   à   juin   1942,  in  De   Seraing   à  
Londres par le chemin des écoliers, FAR, 2005, p. 18­19.
13 Idem
14 PV de la réunion des militants de Liège du 25.11.1940, (Papiers Bondas, n°4, PS liège). 
15 VAN BELLE, Charles (Tilleur­ 29.9.1881­ 21.11.1974). Frère jumeaux de François Van Belle, les deux  
hommes   suivent   une   carrière   parallèle   dans   le   milieu   socialiste   liégeois.   Imprimeur,   menuisier,   il   est  
mis   à   la   porte   avec   son   frère   sur   ordre  des   patrons   de   Cockerill   pour   activité   syndicale.   Charles   Van 
Belle   fait  partie   du  syndicat   des   Mineurs   (1900),   des   ouvriers   menuisiers   (1902)  ;   il   est   secrétaire   du 
Syndicat   des  travailleurs   du  bas­Seraing  (1909­1940).   De   1922   à  1941,   il   opère  la  fusion   des   sections 
professionnelles du Bâtiment. Il est inscrit au POB depuis 1902 ; conseiller provincial de Liège (1912­
1921),   sénateur   de   Liège   (1922­1958),   Secrétaire   du   groupe   socialiste   du   Sénat   (1932­1951),   Vice­
président   du   Sénat   (1951­1958).   Militant   wallon,   il   participe   au   RDSW   puis   à   Wallonie   Libre.   On 
retrouve  ses  écrits   dans  le  Monde  du Travail,  La Wallonie,  La Tribune  sérésienne,  Combat.   D'après  la 
notice de l’ Encyclopédie du Mouvement wallon,Charleroi, 2000, t. 2, p. 673
16 PV de la réunion des militants de Liège du 2.12.1940, (Papiers Bondas, n°4, PS Liège). 
17 DELVIGNE, Isi (Seraing, 4.1.1882 – Spa, 22.6.1959). Homme politique et syndicaliste socialiste. Il est 
considéré   comme   le   maître   à   penser   du   socialisme   liégeois   de   l’entre­deux­guerres.   Président   de   la  
Fédération   générale   des   Syndicats   (1934­1940),   président   de   la   Fédération   des   Métallurgistes   de   la 
province   de   liège   (1945­1956),   fondateur   du   journal   la   Wallonie   et   directeur   général   du   Peuple 
jusqu’en   1951.   Il   assume   également   des   fonctions   politiques.   Conseiller   communal   socialiste   de 
Seraing (1912), échevin (1912­1919), député de Liège (1919­1934).  Collaborateur à l’Action Wallonne, 
il  exerce une influence  théorique  sur  André  Renard, notamment  à travers les réformes de structure et  

9
Parys, président de la Centrale des Ouvriers du Textile de Verviers, T. Gonda, secrétaire 
des   métallurgistes   de   Seraing   et   Hubert   Rogister,   secrétaire   permanent  de   la   Centrale 
des   Métallurgistes   de   Belgique   (CMB)   de   Liège18.   Les   syndicalistes   participent 
également  à   la  rédaction  du  Monde   du   Travail,   le  journal  clandestin  du  parti   socialiste 
liégeois, constitué autour de René Delbrouck, échevin d’Ougrée19. 

Néanmoins,   le   courant  socialiste,   tout   comme   le   syndicalisme   chrétien,  exclut   le 


recours à la résistance active et à l’action syndicale. En cela la CGTB suit la position du  
Mouvement Socialiste Belge  qui décide de se limiter à la presse clandestine et à la lutte 
contre l’UTMI en septembre 194220.

A  partir   de  février  42,  l’activité  de  la  CGTB  liégeoise  fut  profondément   modifiée 
par une série de vagues d'arrestations qui toucha les dirigeants syndicaux et les militants 
les plus actifs de la Fédération des Métallurgistes21. Jospeh Bondas décide de quitter la 
Belgique le 8 juin 1942, son rôle de secrétaire général est repris par Hubert Lapaille 22 de 
la   Centrale  des   Travailleurs   de   la   Pierre.   Avec   le   départ   de   J.   Bondas,  l’action  de   la 
CGTB   clandestine   va   décliner   sur   le   terrain   belge23.   Le   centre   de   décision   se   trouve 
désormais   à   Londres   où   l’activité   des   dirigeants   syndicaux   se   concentre   sur   la 
préparation de l’après­guerre.

 b)  L’essor du syndicalisme révolutionnaire dans la province de Liège. 

Les effets de la crise née de l’Occupation vont provoquer un bouleversement de la 
vie  syndicale.   La  politique  de   la  prudence  et  la   rupture   des  canaux  de  communication 
traditionnels24, dues aux conditions difficiles mais aussi aux discrédits que subissent les 

le   fédéralisme.  Encyclopédie   du  mouvement   wallon,   sous   la   direction   de   Paul   Delforge,   Institut   Jules 
Destrée, 2001, p. 453
18 HEMMERIJCKX R., op. cit., p. 370. 
19 BONDAS J., op. cit., p. 41.
20 BALACE,  Aspects  de  la  résistance   en   province   de  Liège,   In  La  mémoire,   Province   de   Liège,   Service 
des Affaires culturelles, Liège, 1994, p. 94. 
21 HEMMERIJCKX R., op. cit., p. 393.
22 LAPAILLE   Hubert   (1888­1985).  Secrétaire   national   des   Travailleurs   de   la   Pierre.   Il   Succède   à   J.  
Bondas  à la tête de la CGT clandestine.  Il est arrêté le 28/3/1944 puis  déporté en Allemagne. Député  
de 1945 à 1946, sénateur jusqu’en 1954.  
23 HEMMERIJCKX, R., op. cit., p. 393. 
24 MATEO Alaluf,  Syndicalisme,  syndicalisme  révolutionnaire  et  renardisme,  in  Changer la société sans  
prendre   le   pouvoir.   Syndicalisme  d'action   directe   et   renardisme   en   Belgique,   Bruxelles,  Ed.  Labor, 

10
représentants   de   la   CSC  et   de   la   CGTB,  amènent  à   l’absence  de   délégation   syndicale 
dans certaines entreprises. 

Une   des   conséquences  importantes  de   cet   état   d’absence  est   le   recentrement  des 
pôles de la vie syndicale autour de la figure du militant d’usine qui se substitue à celle 
du dirigeant syndical25. Durant l’hiver 1940­41, les protestations contre l’insuffisance du 
ravitaillement   se   multiplient   dans   les   usines,   avec   l’aide   du   Parti   Communiste   qui 
«partout   où   il   le   pouvait   (…) tenta   de   soutenir   les   expressions   spontanées   de   la  
résistance ouvrière et d’y conférer une dimension politique »26. En Janvier 1941, 10.000 
travailleurs   des   charbonnages   liégeois   se   mettent   en   grève.   Dans   la   sidérurgie,   les 
premières  sections  syndicales  clandestines  sont  constituées  aux  A.C.E.C.  d’Herstal  par 
le   militant   communiste   Louis   Neuray27  et   à   Cockerill   par   Robert   Lambion28.   Cette 
activité   culmine   en   mai   41   dans    la   grève   des   100.000 ,   déclenchée   par   les   femmes 
d’ouvrage de Cockerill à l’instigation de R. Lambion. Elle bloqua pendant une semaine 
le   bassin   industriel   de   Liège   et   s’étendit   à   la   Campine   et   au   Centre.   Les   ouvriers 
réussissent à obtenir des Allemands un gel salarial et une augmentation de 8%. Durant 
cette   grève,   le   Parti   Communiste   organise   une   « campagne   d’agitation   intense 29»   qui 
élève  Julien Lahaut en leader. Le P.C. étend son influence dans les entreprises et par la  
même  occasion,  les   relations  avec  la  CGTB  se  compliquent.  Dans  le  conflit,  la   CGTB 
2005.
25 EBERTZHEIM R., Les syndicats ouvriers en Belgique, Liège, 1959, p.15. 
26 HEMMERIJCKX R., op. cit., p. 374
27 NEURAY,   Louis,   (Anhée/Meuse,   31.10.1907­   Liège,   23.10.2002).   Résistant   ,   il   est   arrêté   par   la 
Gestapo le 17 décembre 1940. Aprés la guerre il devient députée du Parti Communiste. 
28 TILLY   P.,  André  Renard   : biographie,   Bruxelles,   Le   Cri, 2005,   p.   167.  LAMBION,   Robert   (Seraing, 
25.9.1914 ­ 26.8.1983). Il débute comme ouvrier à Cockerill à l’âge de 15 ans. Influencé par son père, 
militant communiste des Chevaliers du Travail, il sympathise avec le Parti communiste. A Cockerill, il  
participe à diverses actions de sabotages et de grèves sous l’occupation. Il devient l’un des principaux  
responsables   des   Comités   de   Lutte   Syndicaux   de   la   métallurgie.   Fin   1942,   il   entre   en   contact   avec 
André   Renard,   et   il   organise   le   Mouvement   Métallurgiste   Unifié.   En   mai   44,   il   devient   cadre 
permanent   de   la   Fédération   des   Métallurgistes   de   Liège   et   participe   à   la   fondation   du   MSU.   Il   est 
exclu du PCB  en  1945. Fin  1946,   il  est  nommé  secrétaire général de  la  fédération des Métallos  de la  
FGTB.   Il   prend   une   part   active   dans   l’organisation   des   grèves   de   1950,   1957   et   1960.   Il   devient 
président   de   la   Fédération   des   Métallurgistes   liégeois   (1961­1965),   directeur   de   la   Wallonie   et 
président de la section Liège­Huy­Waremme de la FGTB (1965­1968). Président national de la FGTB  
(1970­1976),   il   assume   également   la   présidence   de   la   Fondation   André   Renard   (1963­1976).   Il   joue 
également   un   rôle   important   dans   le   mouvement   wallon   et   la   constitution   du   MPW.   Membre   du 
comité d’organisation du Mouvement populaire wallon, secrétaire de Liège (1962), membre du bureau 
(1961), vice­président fédéral (1962)  puis  président  du   bureau  de  Liège (1965). Il représente le MPW 
au   Collège  exécutif   de   Wallonie   (1963­1965).   Ses   fonctions   au   MPW   le   font   quitter   le  PSB   en   1964. 
Encyclopédie   du   mouvement   wallon,   sous   la   direction   de   Paul   DELFORGE,   Institut   Jules 
Destrée, 2001, pp. 912­913.
29 HEMMERIJCKX,R., op. cit.

11
poursuit une politique de neutralité motivée par plusieurs facteurs. L’anti­communisme, 
qui fait dire à J. Bondas que « nos communistes sont aujourd’hui ce qu’ils étaient hier,  
c’est­à­dire fourbes ou démagogues, suivant le cas »30,  est bien présent chez les leaders 
socialistes   qui   craignent  que  des  actions  de   grève   ne   poussent  les  ouvriers  vers   le   PC.  
De   plus,   les   délégués   syndicaux   n'étant   pas   encore   dans   la   clandestinité   peuvent 
craindre que la répression allemande ne les frappe en premier. 

Les comités de grève vont former l’épine dorsale de groupes syndicaux à tendance 
communiste,   considérés  comme  parfaitement  organisés   et   de   grande  vitalité31.  Ils   sont 
regroupés en  février 1943 au sein de  l’Intersyndicale des  CLS,  représentée à  Liège par 
F. Moray, Fr. Lemaire, H. Louis, J. Degeer, M. Adère et R. Lambion.

La   politique   de   prudence   choisie   par   la   CGTB   va   également   provoquer   des 


divergences  en   son  sein,  particulièrement   à   la   Fédération  des  Syndicats  Métallurgistes 
dont   la   réorganisation   liégeoise   est   confiée   à   A.   Renard   par   Isi   Delvigne   en   1942.  
Renard   et   Raymond  Latin32,   secrétaire  adjoint   de   la   section   de  Herstal,   s’attellent   à   la 
tâche   en   partant   sur   des   bases   nouvelles :   « On   voulait   que   l’action   fût   à   nouveau  
ardente   et   qu’aux   idées   de   réformisme   matérialiste   on   substitue   les   idées   larges   de  
révolution   constructive »33.   Renard  et   Latin,  les  deux  anciens  camarades  des  J.G.S.   de 
Seraing   reprennent   contact   en   août   1942   avec   les   délégués   des   comités   de   bassins 
(Liège,   Ougrée,   Chénée,   Herstal,   Flémalle)   mais   ceux­ci   ne   sont   plus   assez 
représentatifs.   Une  nouvelle   base,  celle  de  l’entreprise,  est   dès  lors   choisie.  Elle   devra 
réunir au sein des Conseils d’usine, les éléments de plusieurs tendances syndicales.  La 
première section est créée aux Tubes de  la Meuse sous  l’action de  Jospeh Bottin ;  s’en 
30 BONDAS, J, op. cit., p. 33. 
31 EBERTZHEIM, R., op. cit., p. 17.
32 LATIN,   Raymond   (Seraing,   21.9.1910   ­   Saint­Servais,   21.03.1968).   Fils   d’un   ouvrier   métallurgiste, 
Raymond   Latin   quitte   l’école   à   l’âge   de   14   ans.   Il   fait   la   connaissance   d’André   Renard   à   l’Ecole 
industrielle du soir. Garçon de bureau à l’Espérance, ouvrier à Cockerill, il entre comme employé à la  
Fédération   des   Métallurgistes   en   1930   où   il   est   particulièrement   actif   lors   des   grèves   de   1936.  
Résistant   syndical,   membre   du   MSU   et   des   Milices   KJ3   durant   l’occupation,   il   devient   secrétaire  
général   de   la   Fédération   puis   de   la   Centrale   des   Métallurgistes   (1945­1961).   Collaborateur   immédiat  
d’André   Renard,   il   est   à   la   base   de   nombreuses   conventions   conclues   en   commission   paritaire.  
Membre du Congrès national Wallon (1945) et cofondateur du MPW, il participe à la grève de l’hiver  
60­61, et démissionne de la FGTB en 1961 suite à une scission interne sur la question du fédéralisme. 
Membre   du  comité  d’action  wallonne  (1962­1964),   il   quitte   le  PSB   pour  exercer   ses  mandats  au  sein 
du   MPW.  Encyclopédie   du   mouvement   wallon,   sous   la   direction   de   Paul   DELFORGE,   Institut   Jules 
Destrée, 2001, pp. 921­922.
33 RENARD A., La renaissance du syndicalisme, Travail, 1.05.1944. 

12
suit   Angleur­Athus,   Ougrée­Marihaye,   Cockerill   et   l’Espérance­Longdoz.   Dans 
l’industrie mécanique,  les comités se développent également aux ateliers  Jaspar, Kétin, 
Maréchal, aux Conduites d’Eau, aux A.C.E.C. et à l'entreprise Cuivre et Zinc. 

La  Fédération  des  Métallurgistes  de  Liège  réintègre  le  combat  syndical  et  joue  un 
rôle important dans les grèves déclenchées en novembre 1942 et février 1943 contre les 
déportations   des   ouvriers   en   Allemagne34.   De   façon   parallèle,   Joseph   Fafchamps, 
secrétaire   du   syndicat   chrétien   des   métallurgistes   de   Liège,   confie   à   Renard  
l’organisation   du  Service  Socrate  d’aide  aux réfractaires  pour le  district  de  Seraing,  ce 
qui n’est pas sans impact sur la confiance que lui accordent les ouvriers liégeois35. 

La lutte contre les déportations est également la source du rapprochement opéré par 
la   F.M.   de   Liège   et   les   CLS.   La   section   syndicale   des   Tubes   de   la   Meuse   entre   en 
contact   avec   les   comités   CLS   de   Cokerill   et   d’Espérance­Longdoz   qui  représentent 
selon   les   renardistes   une  influence   incontestable36.     Une   première   réunion   rassemble 
Lambion,   Lens   et   Wibrin   pour   les   CLS,   Parmentier,   Bottin   et   Renard   pour   la 
Fédération.   Les   négociations   qui   suivent,   débouchent   sur   l’intégration   des   CLS   des 
usines   métallurgiques   liégeoises   dans   la   Fédération  des   Métallurgistes.   Les   CLS   se 
retirent   de   l’Intersyndicale   et   reçoivent   en   contrepartie   une   représentation   dans   le 
Comité   d’action   de   la   Fédération  ainsi   que   la   moitié   des  mandats   dans  les   comités  de 
Seraing, Ougrée, Herstal et Huy37. 

La   fusion   de   la   Fédération   et   des   CLS   de   Liège   est   tout   d’abord   acceptée   par   le 
Parti   communiste mais  suite  au  refus  des  métallurgistes  de  s’affilier  à   l’Intersyndicale, 
le PC lance des appels pour mettre fin à la collaboration des CLS qui s’investissent trop 
dans la nouvelle tendance syndicale. La crise est de courte durée, « le PC dut constater  
qu’une   bonne   partie   de   ses   militants   restaient   acquis,   malgré   sa   campagne,   aux  
conceptions   syndicales   de   Renard »38.   Le   cap   de   l’intégration   des   CLS   passé,   les 

34 Les premières grèves contre les déportations eurent lieu le 24 novembre 1942 et le 15 février 1943. Le  
24   février   1943,   ce   sont   60.000   travailleurs   qui   stoppent   le   travail   pendant   trois   jours   sans   toutefois  
obtenir l’arrêt des déportations. 
35 Idem, p. 158
36 Mémorandum sur la question de l'unité syndicale, Le Métallurgiste, n°20, 1944
37 HEMMERIJCKX, R., op. cit., p. 397. 
38 Idem., p. 404.

13
métallurgistes   liégeois   rompent   tous   leurs   liens   avec   la   CGTB   par   la   création   du 
Mouvement  Métallurgiste   Unifié   (MMU)  qui   compte   alors   plus   de   12   mille   membres 
cotisants39. 

L’unité   syndicale   des   métallurgistes   redonne   « un   dynamisme   nouveau   au  


mouvement   syndical   clandestin   liégeois »40.    Un  Comité  d’Action  Provincial  est   créé  et 
une brochure Notre droit à la Vie, Sécurité sociale est publiée en juillet 1943. Au même 
moment, des grèves contre l’insuffisance du ravitaillement éclatent à Cockerill, Ougrée­
Marihaye,   Espérance­Longdoz  et   aux  Tubes  de   la   Meuse.   En   septembre  1943,  c’est   la 
question des salaires qui provoque une campagne de protestation dans la sidérurgie. Le 
MMU   commence  à   s’étendre  en   dehors   du   bassin   de   la   ville   de   Liège,   en   Sambre  et 
Meuse et  dans  la vallée  de l’Ourthe­Amblève. Des  groupes sont également contactés  à 
Charleroi  et  dans  le  Centre.  Le  MMU  établit   aussi   des  liaisons   avec  d’autres  secteurs, 
comme   celui   des   employés   de   grands   magasins   et   des   services   publics.   Il   devient   à 
l’approche de la fin de la guerre, un mouvement syndical reconnu et important. Il prend 
désormais le nom de  Mouvement Syndical Unifié (MSU). 

La   création   du   MSU   apparaît   comme   le   résultat   d’une   double   évolution,   celle 


d’une tendance à l’unification de la Fédération socialiste des métallurgistes et des CLS 
communistes   d’une   part   et   d’une   prise   de   distance   et   d’une   séparation  de   la   CGTB 
clandestine  et  de   l’Intersyndicale  des  CLS,  d’autre  part41.  Cette  configuration  peut  être 
considérée comme étant  spécifique à la province de Liège où le MSU représente la plus 
grande  organisation  syndicale  en   terme  de   membres  à   la   Libération.   Si   l’influence  du 
MSU   dépasse   le   cadre   de   la   métallurgie,   les   CLS   conservent   toutefois   une   position 
importante dans les charbonnages du bassin et les industries de la province.

Les idées déployées par le courant renardiste sous l’Occupation, prennent la forme 
d’une   déclaration  de   principe,  Pour   la   Révolution   Constructive42,   qui   sera   publié   en 
novembre   1944.   Les   réformes   de   structure   économique,   l’autonomie   syndicale   et 
l’action   directe   sont   les   trois   axes   d’une   doctrine   syndicale   qui   font   ressurgir   un 
39 EBERTZHEIM, R., op. cit., p. 18. 
40 HEMMERIJCKX, R., op. cit., p. 398. 
41 MATEO A., op. cit.
42 Pour la Révolution Constructive, Déclaration de principe, Liège, novembre 1944 (F.A.R.)

14
syndicalisme révolutionnaire déjà présent à Liège durant l’entre­deux­guerres: « le seul  
noyau d'une certaine importance du syndicalisme révolutionnaire en Belgique après la  
première guerre mondiale se situait à Liège.»43. 

43 Cf.   BALLON, Pierre,  Le mouvement  syndicaliste révolutionnaire à Liège pendant l'entre­deux­guerres 


in Revue Belge d’histoire contemporaine, XXVIII, 1998. 

15
 1.2.  La préparation de l’après­guerre.

 a)  L'affirmation de la concertation sociale.

Durant  l’Occupation,  plusieurs  discussions   entre  syndicalistes,  puis  avec  le  milieu 
patronal   débouchent   sur   l’affirmation   d’un   modèle   de   concertation   sociale.   Celui­ci 
tenant  une   place   primordiale   dans   la   finalité   d’un   mouvement   de   grève,   il   nous   faut  
identifier les acteurs et les enjeux que ce modèle posera à la Libération.

La   généralisation  de   la   concertation   sociale  est   envisagée  une  première  fois   dans 


les    Mots   d’Ordre   Syndicaux44  issus   des   rencontres  entre   Henri   Pauwels45,   président 
national   de   la   CSC   et   Jospeh   Bondas,   sur   l’élaboration   d’instructions   pour   un 
programme   commun   qui   devra   être   réalisé   immédiatement   à   la   Libération. 
L’introduction   d’un   salaire  minimum,  la   réduction   du   temps   de   travail,   la   restauration 
des   congés   payés,   l’instauration   d’un   système   de   sécurité   sociale   et   la   concertation 
sociale   font   partie   d’un   ensemble   de   réformes   sur   lesquelles   s’accordent   les   deux 
dirigeants   syndicaux.   Le   texte   incorporé   dans   un  Programme   d’action   et   de  
revendication est un compromis entre socialistes et chrétiens, «  qui permettaient en fait  
d’arrondir   tous   les   angles »46.   Le   rôle   prévu   pour   le   mouvement   syndical   dans 
l’organisation   du   travail   est   limité   à   l’embauchage,   la   fixation   des   prix,   l’hygiène,   la 
moralité et  l’inspection, dans le cadre de la législation d’avant­guerre. 

Les  Mots   d’Ordre  devaient   également   servir   de   base   aux   négociations   avec   le 
milieu  patronal.  L’organisation  des   rapports  entre  employeurs  et   travailleurs  fait   l’objet 
de nombreux entretiens. Un Comité patronal­ouvrier47  se met en place dès l’été 1941. A 
Liège   se   tiennent  plusieurs   réunions  provoquées   par   M.   De   Launoy,   Administrateur­
Directeur­Général d’Ougrée­Marihaye  avec les représentants politiques de la région48. 

44 Publié dans  le numéro de Combattre du  28  mai 1941, BONDAS, op. cit., p. 23


45 PAUWELS   Henri   (Gander,   19­01­1890   ­   18­09­1946).   Président   de   la   CSC   (1930   à   1946),   il   est  
nommé   Ministre  des Victimes  de  la  Guerre  en  1945   mais  envoyé  en  mission   en  Amérique  du   Sud,   il 
meurt dans un accident d’avion.
46 HEMMERIJCKX, R., op. cit., p. 378.
47 Dénomination  à  posteriori   du  groupe  présidé  par   H.  Fuss  et rassemblant  les représentants   du   Comité 
Central   Industriel,   Goldschmidt   et   Velter,   le   président   de   la   CSC,   Pauwels   et   les   représentants   de   la 
CGTB, dont  Delsinne, Van Acker, Lapaille et Major.
48 Idem, p. 26.

16
Le  10   avril   1942,   un   accord  sur   la   collaboration  paritaire   est   conclu49.   Il   forme  la 
première partie du Projet d’accord de solidarité sociale, également appelé Pacte social. 

Si  les  entretiens  entre  représentants syndicaux  et  patronaux se  multiplient pendant 


l’Occupation, il  faudrait y voir  un effet   direct de  la guerre qui  « en unissant  les  efforts  
des   citoyens   contre   l’ennemi   va   favoriser   un   rapprochement   entre   patrons   et  
syndicats »50.   Le   financement  des   leaders  syndicaux  par   le   Baron   Launoit,   la   peur  du 
communisme   et   le   refus  du   Comité   Central  Industriel   de   collaborer  avec   l’Occupant51 
jouent   un   rôle   important   dans   le   réchauffement   des   relations   entre   patrons   et 
représentants   syndicaux  mais  la   situation   de   guerre   n’explique   cependant  pas  tout.   En 
1940,  le  modèle  de   concertation   sociale  est   déjà  bien  avancé,  la  Conférence  Nationale 
du   Travail  est   créée  en   1936   et   les   commissions   paritaires  se   multiplient   avant   d’être 
supprimées par l’Occupant. 

Dans  la   brochure   Réflexions   sur   la   restauration   du   syndicalisme   belge ,   éditée   à 


Londres en mai 1943 par le bureau de la CGTB52, une justification historique est donnée 
au   modèle   de   relation   sociale   qui   devra   s’étendre   à   la   Libération.   Au   sentiment   de 
méfiance  que   justifiait   la   lutte   des   classes  s’est   substitué   une  « attitude   de   loyauté   et  
d’estime réciproque ».  La grève, « la  lutte sous sa  forme  physique »,  a laissé  place  aux 
procédures de négociation :  « Sans doute, les négociations directes ou en Commissions  
paritaires ne signifiaient pas qu’il n’y avait plus de lutte, mais celle­ci avait revêtu une  
autre   forme   et   était   soumise   à   un   ensemble   de   règles   qui,   généralement,   ont   été   bien  
respectées   dans   notre   pays.   Ainsi   l’on   peut   dire   que   les   dernières   années,   les   grèves  
étaient   devenues   l’exception   et   la   négociation   la   règle.   Les   luttes   se   sont   en   quelque  
sorte   «   policées   »   et   on   voudra   sans   doute   bien   convenir   que   les   organisations  
syndicales   y   ont   grandement   contribué ».  Cette   institutionnalisation   des   relations 
collectives53  dont une des fonctions est la réduction du nombre de conflits du travail, se 
reflète dans le Pacte social. Si celui­ci présentait nouveau modèle de solidarité visant le 
Progrès   social,   le   Pacte   subordonnait   également   cette   nouvelle   solidarité   à   une 
49 Principes et Méthodes de Collaboration Paritaire, 10.4.44,  (Papiers Bondas, P.S. Liège) 
50 Histoire d'un acquis : l'allocation de chômage, Bruxelles, C.A.R.H.O.P. 1988, p. 30. 
51 HEMMERIJCKX, R., op. cit., pp. 391­392
52 BONDAS   J.,   FINET   P.,   RENS   J.,   Réflexions   sur   la   restauration   du   syndicalisme  belge,   01.5.1943 
(Archives Jef Rens, CEGES)
53 ARCQ, E., Les relations collectives du travail, Bruxelles, CRISP, 1993, p 3. 

17
reconnaissance   réciproque   des   acteurs   sociaux :   «… représentants   des   employeurs   et  
représentants   des   travailleurs   reconnaissent   que   la   bonne   marche   des   entreprises,   à  
laquelle est liée la prospérité générale du pays, exige leur collaboration loyale (…)». Or 
le   dernier  point   du   Pacte  social,   Des   organisations   reconnues   comme   représentatives, 
fixe des limites strictes à la reconnaissance des organisations ouvrières. Non représentés 
lors de l’élaboration du texte, les nouveaux syndicats nés durant la guerre dont le MSU, 
ne peuvent admettre le Projet : « Nous affirmons avec force que le mouvement syndical  
libre n’a pas approuvé le prétendu pacte social, nous affirmons que jamais les militants  
des   usines   n’ont   été   appelés   à   donner   leur   avis,   à   plus   forte   raison   à   apporter   leur  
adhésion   à   ce   groupement »54.   Ce   reproche   est   d’ailleurs   la   source   de   l’abstention 
d’Achille   Van   Acker  55et   Louis   Major   lors   du   vote   du   projet   sur   le   Pacte  Social  le   29 
avril 1944. 

Pierre   Tilly   voit   dans   l’opposition   du   MSU,   une   divergence   doctrinale   sur   les 
relations entres travailleurs et patrons : « La CGTB défend un recours systématique aux  
comités   paritaires   dans   le   cadre   de   l’action   syndicale   alors   que   les   dirigeants   de   la  
Fédération   prônent   l’action   directe   dans   la   lignée   de   la   CGT   française   du   début   du  
siècle »56. Cette divergence doit être approfondie. Dans Pour la Révolution constructive, 
l’action directe du MSU est définie en ces termes : « L’action directe, telle que nous la  
concevons, va de la délégation d’usine à la grève générale en passant par l’action dans  
les   commissions   paritaires   et  dans   un   conseil   économique »57.   La  doctrine  du  syndicat 
s’oppose   à   l’action  corporatiste   où   c’est   l’Etat,  représentant  le   grand  capitalisme,  qui 
impose sa volonté dans des simulacres d’arbitrage. Le syndicat renardiste ne renie pas la 
négociation   sociale   mais   y   pose   des   conditions   comme   la   représentation   directe   des 
travailleurs   et   il   se   réserve   le   droit   d’utiliser   « sans   entrave »   les   moyens,   comme   la 
grève   et   le   sabotage   de   la   production,   qu’il   juge   nécessaire   d’utiliser   selon   les 

54 Le Métallurgiste, n°15, septembre 1944.
55 VAN   ACKER   Achille   (1898­1975).   Homme   politique   socialiste.  Membre   du   comité   national   de   la 
CGTB.  Représentant de Bruges à la Chambre de 1927 à 1974, il en est aussi le président entre 1961 et 
1974.   Il   occupe   différents   postes   ministériels   dès   la   libération   du   pays,   notamment   les   fauteuils   de  
ministre   du   travail   et   de   la   prévoyance   sociale   sous   le   gouvernement   Pierlot   en   1944.   Il   est   Premier 
ministre et ministre du charbon du  11 février  1945  au  3 août  1946  à la tête de trois gouvernements de 
coalition   différente.   Entre   1954   et   1958,   il   réoccupe   le   siège   de   Premier   ministre.     Il   joue   un   rôle 
capital  dans  le   redressement  économique  de  l'après­guerre   ainsi   que  dans   l'instauration   de  la   sécurité 
sociale. HASQUIN (H.), Op.Cit., p.639.
56 TILLY P., op.cit., p. 174. 
57 Pour la Révolution Constructive, Déclaration de principe, Liège, novembre 1944 (F.A.R.)

18
circonstances. La plate­forme du MSU indique clairement qu’il ne transigera pas sur ces 
différents   points à   la   Libération: « Demain,   surtout   pour   la   conquête   de   droits  
nouveaux,   nous   voulons   être   nos   propres   négociateurs,   l’enjeu   est   de   trop   grande  
importance ». 

L’esprit   du   Pacte   qui   doit   garantir   la   paix   sociale   à   la   Libération,   devra   donc 
s’établir   dans   un   contexte   où   les   syndicats  qui   ont   pris   part   à   son   élaboration   voient 
diminuer une  partie de leur influence dans  le monde  ouvrier, au profit de groupes plus 
radicaux  qui se  réclament  à  Liège  de l’action directe. Conscientes de  cette situation, la 
CGTB   et   la   CSC   émettent   plusieurs   craintes   concernant   une   forme   d’agitation   qui 
pourrait  se   produire   à   la   Libération.  Un   véritable  plan   d’action  est   donc   mis   en   place 
pour   empêcher   tout   mouvement   de   grève   et   reconquérir   la   base   ouvrière   dans   les 
premiers jours qui vont suivre la libération du territoire. 

 b)  La crainte des grèves aux premiers jours de la Libération.

Du   côté  socialiste,   la   préparation  de   l’après­guerre   s’effectue  au   Centre   Syndical 


Belge   (C.S.B.)   de   Londres.  Bondas,  lors  de  son  voyage   vers  Londres,  ébauche  déjà  un 
premier   aperçu  de  l’état   d’agitation  qui   prévaudra  à   la   Libération   et   des   remèdes  à   y  
apporter : 

« Il faut compter sur la détente qui agira sur tout le monde, sur le  
besoin  qu’on aura de crier après des années de silence forcé, sur  
la   somme   des   misères   accumulées,   des   souffrances   subies   et,  
enfin,   sur   les   mouvements   en   sens   divers   que   certains  
groupements   ou   formations   pourraient   tenter   de   provoquer.   Il  
faut donc que nous puissions nous rendre maître de la rue et nous  
ne  le   pourrons  que  si  nous  avons  un  programme  concret,  précis,  
non pas un programme qu’on offre de faire aboutir dans 25 ou 40  
ans,   mais   un   programme  de  réalisation   immédiate,   qui  répond  à  
ce qu’attend la masse ouvrière honnête et laborieuse »58.  

Les  buts  et   les  moyens   de  ce   programme  de   réalisation  immédiate  sont   précisés  à 
Londres   dans  le   rapport    Réflexions   sur   la   restauration   du   syndicalisme   belge qui   est 

58 BONDAS   J.,  Rapport   sur   l’activité  de   la   CGTB.   de   septembre   1940   à   juin   1942,   in   De   Seraing   à  
Londres par le chemin des écoliers, FAR, 2005, p. 33.

19
soumis au Comité du C.S.B. en mai 194359 : 

« Tout le monde comprendra que dans la période de transition, le  
Gouvernement   ne   pourra   pas   d’emblée   faire   des   réformes  
profondes   et   permanentes   dans   notre   régime   économique   et  
social.   Par   contre,   rien   ne   l’empêche   de   prendre,   ne   fut­ce   qu’à  
titre   provisoire,   des   mesures   radicales   qui   soulageront  
instantanément   la   misère   et   qui   annonceront   les   changements  
durables que réclament les classes laborieuses »60.

Le   programme  de   revendication   générale  de   la   CGTB   est   axé   sur   la   généralisation  


des assurances sociales et sur l’inscription dans la Constitution du Droit au travail, mais 
ces  réformes  demanderont   du  temps  et  « en   attendant,   il   faudra   parer   au  plus  pressé ». 
Le   gouvernement   devra   prendre  des   mesures  d’urgence   qui   visent  l’augmentation   des 
salaires et l’indemnisation des chômeurs. Il devra également s'engager à prendre une loi  
sur   l’établissement   des   assurances   sociales   dans   la   Déclaration   gouvernementale.  La 
CGTB prévoit de même la remise en activité de la Conférence Nationale du Travail dès 
les   premiers   jours   de   la   Libération :  « Les   Commissions   paritaires   et   la   Conférence  
Nationale  du  Travail permettront  de faire  face  aux  premières difficultés  qui  se poseront  
fatalement dans le domaine des conditions de travail »61.

Un   document  de   la   CSC   titré  Instructions   et   directives  (Libération)62  élabore   un 


plan   pour   l’immédiate   Libération   proche   de   celui   de   la   CGTB.   Deux   paradigmes 
s’offriront aux syndicats, celui de la lutte des classes et celui de la collaboration avec le  
patronat :   « Nous   désirons   la   collaboration;   nous   devons   donc   faire   tout   ce   qui   est   en  
notre   pouvoir   pour   éviter   les   troubles,   les   grèves,   les   conflits ».   Le   syndicat  chrétien 
devra   faire   preuve   de   retenue   et   de   fermeté   pour   ne   pas   se   laisser   entraîner   dans  
l’agitation mais il n’est pas question pour autant de renoncer à toutes revendications, ce 
serait   au   contraire   faire   le   jeu   des   agitateurs, « il   importe   que   l'industrie   donne   sans  
discuter   tout   ce   qu'elle   peut   donner.   Quoiqu’il   en   soit   il   est   quasi   certain   qu'il   se  
59 Procès­verbal  d'une réunion du Comité du Centre Syndical  Belge.  Examen du document Bondas­Rens­
Finet   sur   les   "réflexions   sur   la   restauration   du   syndicalisme   belge",   20/6/1943.  (Archives   Jef   Rens, 
CEGES).
60 BONDAS   J.,   FINET   P.,   RENS   J.,   Réflexions  sur   la   restauration  du   syndicalisme  belge,  1943,   p.   71 
(Archives Jef Rens, CEGES) 
61 BONDAS J., FINET P., RENS J., op. cit., p. 115  (Archives Jef Rens, CEGES). 
62 La   copie   de   ce   document   est   disponible   dans   les   Archives   de   Joseph   Fafchamps   (AA   688,   CEGES); 
Néanmoins   le   document   aurait   été   rédigé   par  A.   Cool,   Cf.   Inventaire   du   fonds   de   recherche   José  
Gotovitch, Ceges, Bruxelles.

20
trouvera   des   travailleurs   en   nombre   plus   ou   moins   important   qui   se   mettront   en   grève  
une   fois   la   liberté   reconquise ».  L’auteur   préconise  alors   un   plan   pour   les   éviter   au 
maximum.   Les   patrons   devront   mettre   les   travailleurs  en   congé  pendant  une   semaine, 
une  CNT  sera  alors  convoquée  « pour   préconiser   les   solutions   les   plus   adéquates   aux  
réclamations   les   plus   pressantes ».   Toutes   les   décisions   devront   être   ensuite   prises   et 
annoncées   avant   l'expiration   de   la   semaine   de   congé.   « Si   malgré   cela,   des   grèves  
surgissent », le syndicat devra empêcher « les réunions communes des grévistes » et les 
« revendications ne cadrant pas avec le programme établi ». 

Les scénarios élaborés par les syndicats socialistes et chrétiens pour l’après­guerre 
sont   tous   les   deux  marqués  par  la   crainte  de  mouvements  de   grève   et   de   protestation. 
Pour  empêcher ces mouvements et  reprendre  le  contrôle  de la  rue, une solution ressort 
des     documents  préparatoires   à   la   Libération   que   nous  venons  d’examiner,   à   savoir   la 
convocation  aux  premiers  jours  de  la  libération  d’une  Conférence  Nationale  du  Travail 
qui devra prendre des mesures d’urgence visant à éteindre  les revendications jusqu’à la 
réalisation d’un programme plus ambitieux.  

Comme nous allons le voir ci­après, ce scénario sera en grande partie réalisé par la 
convocation d’un CNT dès le 16 septembre 1944. On ne peut affirmer, selon les sources 
consultées,   que   ce   plan   était   concerté   entre   la   CSC   et   la   CGTB   mais   les   contacts 
entretenus entre Bondas et Pauwels laissent cependant supposer une forme d’entente qui 
concorde   avec   l’idée   dominante   selon   laquelle   les   organes   de   concertation   auront   un 
rôle important à jouer à la Libération.

21
 2.  Première Partie: De septembre à décembre 1944, les 
difficultés de la Libération. 

 2.1.  Introduction.

A un moment où les discours sont centrés sur le relancement de la vie économique, 
plusieurs facteurs  vont  contribuer  à  perturber  la  reprise  du  travail  durant  les  trois   mois 
qui   suivent   la   Libération.  Dès   le   16   septembre,   les   renardistes   rassemblés  au   sein   du 
MSU,   organisent   une   campagne   en   faveur   d'une   majoration   des   salaires.   Une   grève 
générale   des   métallurgistes   est   organisée   dans   un   climat   de   tension   prégnant. 
L’application par les commissions paritaires des mesures salariales prises à la CNT sera 
également  une   des   revendications   des   grèves   déclenchées   dans   différents   secteurs  de 
l'industrie,   dont   la   construction   mécanique,   les   charbonnages,   le   Petit   granit   et 
l’industrie textile.  

Cependant,   la   question   qui   préoccupe  spécialement  le   monde  ouvrier   est   celle  du 
ravitaillement.     Comme   le   fait   remarquer   un   ingénieur   à   Achille   Van   Acker   alors 
ministre   du   Travail   et   de   la   Prévoyance   sociale,   lors   d'une   visite   à   Liège :   « On   ne  
fricasse pas un billet de cent francs » 63. Début octobre 1944, une crise de ravitaillement 
va déclencher un mouvement de protestation dans tous les charbonnages du bassin. Des 
grèves   « sauvages »   sont   organisées   à   partir   des   comités   de   puits.   Jusqu’à   son 
amélioration,  le   manque   de   ravitaillement  fera  peser  sur  les   autorités  la   menace  d'une 
grève générale dans les charbonnages. Fin octobre, un autre facteur de grève apparaît, il 
est lié au développement du chômage. Le MSU déclenche à cette occasion une grève de 
24 heures.

Les  mois  de novembre et de  décembre  sont quant  à eux  marqués par l'activité  des  


syndicats  communistes, les  CLS.  La manifestation de  la Résistance, organisée dans les 
rue   de  Liège   le   17   novembre,  est   l'occasion  d'un   mot   d'ordre   de  grève   en  soutien  à   la 
Résistance. Des nouveaux mots d'ordre  seront lancés par les CLS le 28 novembre et le 
20 décembre, ils sont surtout suivis dans les régions de Huy­Waremme et Verviers. 

63 Il faut réserver aux mineurs un statut spécial, Le Monde du Travail, 04.10.1944.

22
 2.2.  La préparation du terrain social. 

 a)  Les revendications syndicales immédiates.

Dès le départ des allemands de Bruxelles, les bureaux nationaux de la CGTB et de 
la   CSC   se   réunissent   pour   finaliser   les   appels   aux   travailleurs   ainsi   que   les 
revendications immédiates qu’ils poseront au gouvernement belge de Londres.  

Le   4   septembre,   le   syndicat   chrétien  lance   un   premier   appel  aux   travailleurs   qui 


vise à la reprise du travail au profit de l’effort de guerre : « pour que, maintenant que la  
liberté   est   reconquise,   ils   travaillent   avec   le   courage   qui   caractérise   les   travailleurs  
belges,   à   la   reconstruction   du   Pays,   épuisé   par   la   rapine   de   l'occupant   et   fournissent  
tout   l'effort   de   production   nécessaire   pour   poursuivre   victorieusement   la   guerre »64 
Mais  les   travailleurs  ont   également  « droit   à   être   inscrits   au   tableau   d’Honneur   de   la  
Patrie et ont mérité de larges satisfactions ». Ces satisfactions devront être réalisées par 
« l’organisation   du   régime   économique   et   industriel   dans   un   sens   brisant   l’hégémonie  
et   le   despotisme   capitaliste65 ».   En   attendant   la   réalisation   de   ce   programme,  la   CSC 
réclame   du   gouvernement   des   mesures   rapides   et   efficaces   qui   concernent 
l’amélioration   du   ravitaillement,   la   lutte   contre   le   marché   noir   et   l’application   de 
sanctions contre les inciviques et les collaborateurs économiques.  

Le  5  septembre  paraît  dans le  Peuple  un  manifeste  de  la  CGTB66,   minutieusement 
préparé   pendant   la   guerre67  et   signé   par   un   comité   exécutif  qui   compte   deux   futurs 

64 COOL   A.,  L’activité   de   la   confédération   des   syndicats   chrétiens   de   Belgique,   (Ceges,   Fonds   de 
recherche José Gotovitch, n°1798).
65 BONDAS J., Un demi siècle d'action syndicale, op. cit., p. 380
66 Confédération   Générale   du   Travail,   Ouvriers,   employés,   techniciens,   camarades !  ,  Le   Peuple, 
05.9.1944
67 Idem, p. 378

23
ministres du  gouvernement Pierlot68 : Achille Van  Acker et Léon  Delsinne69. Le comité 
rend   hommage   aux   travailleurs   et   souligne   leurs   activités   de   résistance   face   à 
l’Occupant :   refus   des   heures   supplémentaires,   sabotage   de   la   production   de   guerre, 
rejet   du   travail   obligatoire.   Par   ces   actions,   les   travailleurs   ont   acquis   le   droit   à   une 
émancipation totale :  « Maintenant est venu le  temps de continuer vos  effort pour faire  
passer   ce   droit   dans   les   faits ».   Pour   le   comité,   cette   émancipation   totale   passera  par 
l’unité syndicale, il faut que les travailleurs rejoignent la CGTB dont les dirigeants n’ont 
pas   « failli   aux   heures   les   plus   critiques ».   Une   liste   de   revendications  immédiates  est 
également dressée par les dirigeants:

• Des   mesures   adéquates   pour   rapatrier   rapidement   les  


travailleurs déportés par l’occupant ;

• L’obligation   pour   les   employeurs   de   reprendre   les   ouvriers,  


employés   et   techniciens   qui   ont   été   prisonniers   militaires   ou  
civils, de garder à leur service le personnel qu’ils occupent ;

• Une politique de prix et un système provisoire de rationnement  
garantissant  une   répartition   équitable   des   produits  
disponibles ;

• Des   salaires  permettant  un   niveau   de   vie   plus   élevé   que   celui  


d’avant­guerre ;

• Une   indemnité   spéciale   de   rééquipement   destinée   à   combler  


aussitôt que possible les pertes provoquées par la guerre.70

Outre   ces   revendications   immédiates,   on   retrouve   dans   les   textes   syndicaux 

68 PIERLOT   Hubert   (1883­1963).Homme   d’État   catholique.   Docteur   en   droit   et   licencié   en   sciences  


politiques, il est  Président de l’Union Catholique Belge de 1935 à 1936. Il siége au Parlement comme 
représentant de l’arrondissement de Neufchateau­Virton en 1925. De 1926 à 1934, il fut sénateur de la  
province   du   Luxembourg,   puis   sénateur   pour   l’arrondissement   d’Arlon­Marche­Bastogne­
Neufchateau­Virton   de  1936   à   1946.   Ministre   de   l’Intérieur   (1934­1935),   de   l’Agriculture   (1934­1935 
et  1936­1939).  Premier  Ministre  de  1939  au  6  février  1945.  En  désaccord  avec  le  roi   Léopold  III,  il  a 
dirigé   le   gouvernement   en   exil   à   Londres.   VAN   MOLLE   P.,  Le   Parlement   belge,   1894­1969,   Gand, 
1969,   p.   272 ;  Dictionnaire   d’histoire   de   Belgique.   Vingt   siècles   d’institutions,  les   hommes,   les   faits, 
sous la dir. de H. Hasquin, Bruxelles, 1988, p. 378 ; 
69 DELSINNE,   Léon   (Villaner,   France,   1882­1971).   Journaliste,   Docteur   en   sciences   économiques   et 
professeur   à   l’ULB.   Dès   1913,   il   participe   à   la   rédaction   du   journal   le   Peuple,   dont   il   devient   le 
directeur   de   1945   à   1948.   Sous   l’Occupation,   il   participe   à   la   rédaction   des   programmes   du   Parti  
Socialiste   clandestin.   A   la   Libération,   il   est   nommé   ministre   du   Ravitaillement   du   Gouvernement 
Pierlot (1944­1945). Il est également directeur de la Revue du Travail et membre du comité exécutif de 
la   C.G.T.B.  Le   nouveau   dictionnaire   des   Belges, sous   la   direction   de   Yves   William   DELZENNE, 
Bruxelles, Le Cri, 1998, p. 160
70 Idem, Le Peuple, 05.9.1944

24
chrétiens  et   socialistes,  un  ensemble  de  mesures  à   plus  long  terme  qui   sont  le  résultat  
des  négociations   effectuées  durant  l’Occupation  autour  du  Pacte  Social :  participation  
des travailleurs à l’économie, à la gestion de l’entreprise, et aux comités d’hygiène ; la  
sécurité   sociale   sous   forme   d’assurances   obligatoires  et   le  relèvement   des   allocations  
familiales et de la pension vieillesse.

Le matin du lundi 11 septembre, la CGTB reçoit une délégation de la CSC en vue 
d’établir   des   revendications   communes   plus   précises.   Les   deux   syndicats   se   mettent 
d’accord sur les points suivants :

• Les salaires conventionnels de 1940 devraient subir une hausse  
de   60%  et  des   salaires  minima   devraient   être  assurés,   8  fr.   de  
l'heure   aux   ouvriers   non   qualifiés   et   10   fr.   aux   ouvriers  
qualifiés ;

• Les   allocations   familiales   devraient   être   augmentées  


notablement;

• Une   pension   de   vieillesse   doublée   pour   arriver   à   une   pension  


égale de 50% des salaires ;

• Augmentation   des   allocations   de   chômage   à   60%   du   salaire  


moyen pour les couples mariés et de 50% pour les célibataires;

• Application   de   la   réglementation   sur   la   durée   de   travail   en  


vigueur en septembre 1939;

• Pour les travailleurs mis trop aisément au chômage, demander  
le  payement   d'un   mois   de   salaire   pour   les    travailleurs   non  
repris en fonction par leur patron à la Libération71.

Dans l’après­midi du même jour, Joseph Bondas, au poste de Sous­secrétaire d'Etat 
aux Réfugiés, au Travail et à la Prévoyance Sociale depuis le 3 octobre 1943, reçoit les 
délégations   des   organisations   patronales   et   ouvrières   afin   de   « résoudre   rapidement  
quelques   problèmes   urgents   posés   par   les   organisations   syndicales »72.   Les   propos  de 
ces entrevues touchent essentiellement à  l’augmentation du revenu  ouvrier et  au risque 
d’inflation  qui   diminuerait  le   pouvoir   d’achat.  Le  Comité   Central  de   l'Industrie   (CCI) 

71  COOL A., op. cit.  
72  Le Peuple, 12.9.1944.

25
s’engage   à   étudier   les   préoccupations   posées   par   les   syndicats  dans   le   courant  de   la 
semaine.  Entre­temps,  Bondas  annonce  la   publication  au  Moniteur  de  trois  arrêtés­lois 
pris à Londres, répondant aux revendications posées par la CGTB : l’obligation pour les 
patrons de maintenir leur personnel au travail pendant 30 jours, la remise au travail des 
déportés, des soldats et des prisonniers et la dissolution de l’UTMI.

La  pression  sur  le  gouvernement  et   les  organisations  syndicales  se  fait   sentir   plus 
vite  que   prévu.  Ce   même  lundi   11  septembre,   une  série  de  grèves   localisées  éclatent73. 
Les  métallurgistes  de  Nivelles  réclament  l’adaptation  des  salaires  au  coût   de  la  vie  par 
l’augmentation   de   60%   et   l’exclusion   de   sept   travailleurs,   considérés   comme   traîtres 
pour  avoir  travaillé  au  profit  des Allemands.  A  la  S.A  Chaurobel  d’Huizingen,  c’est   le 
licenciement d’un chef rexiste que l’on exige avant la reprise du travail. Aux ACEC74 de 
Ruysbroeck, les travailleurs sont en grève pour obtenir le payement des jours d’absence 
lors  de   la   Libération  ainsi  que  la   réintégration  de   7   ouvriers   licenciés  en   1942   suite   à 
une grève contre le système Bedeau75. Les ouvriers des A.C.E.C. obtiennent satisfaction 
et reprennent le travail le 13 septembre.

 b)  La Conférence Nationale du Travail du 16 septembre 1944.

Poussé   par   les   syndicats,  le   gouvernement   Pierlot   convoque   le   13   septembre,   les 


délégations ouvrières et patronales pour la tenue d’une Conférence Nationale du Travail. 
La CNT se réunit le samedi 16 septembre sous la présidence du Premier ministre Pierlot 
accompagné de C. Gutt76, ministre des finances et de Bondas, sous­secrétaire d’Etat au 
travail.   Elle   a   pour  objet   la   recommandation   d’une   augmentation   générale  de   salaires 

73   Les  ouvriers doivent déjà se  mettre en grève pour leurs  droits et pour obtenir l’épuration,  Le  Drapeau 


Rouge, 14.9.44
74 Les Ateliers de Constructions Electriques de Charleroi.
75 Sur le système Bedeau voir GEERKENS E.,  La rationalisation dans l’industrie belge de l’Entre­deux­
guerres, Liège, 2002, ULG. 
76 GUTT Camille (1884­1971). Homme politique libéral, financier, docteur en droit, licencié en sciences 
politiques.  Il   est   chef  du  cabinet  du  ministre  des  Finances   de   1920  à  1924,  ministre  des  Finances  lui­
même  de  1934  à  1935  et  de  1939  à  1940.  En  exil  à  Londres,  il  cumula  les  portefeuilles  des  Finances,  
de   la   Défense   nationale,   des   Affaires   économiques   et   des   Communications   de   1940   à   1942.   Il   fut 
encore   ministre   des   Finances   de   1943   à   1945.   Il   joua   au   sein   de   ce   gouvernement   en   exil   un   rôle  
décisif,   réorganisant   les   forces   armées   et   prêtant   l’or   belge   aux   Anglais.   Au   lendemain   de   la 
Libération,   il   sauva   la   monnaie   en   procédant   à   un   échange   des   billets   et   en   bloquant   les   avoirs  
monétaires   pour   combattre   l’inflation.  Le  nouveau  dictionnaire   des   Belges, sous   la   direction   de   Yves 
William DELZENNE, Bruxelles, Le Cri, 1998, pp. 164­165.

26
aux   commissions   paritaires   de   toutes   les   industries77.   Le   patronat   est   représenté  par 
différents   secteurs   professionnels   (charbon,   sidérurgie,   construction   mécanique, 
industrie chimique, textile et travaux publics) ainsi que par le Comité Central Industriel 
et   l’Association   des   Patrons   Catholiques.   Du   côté   syndical,   nous   retrouvons   cinq 
dirigeants  de   la   CSC   (dont   Pauwels   et   Cool),  neuf   dirigeants  de   la   CGTB   (dont   Van 
Acker, Major, Gryson, Rens) et un représentant du syndicat libéral (Colle).

Le procès­verbal de la Conférence78, conservé par L.­E. Troclet79, nous informe des 
positions défendues par chaque partie. Une première remarque s’impose ; il n’y a pas de 
divergence  fondamentale  entre  les  patrons  et  les  syndicalistes  présents  puisque  ceux­ci 
se   sont  déjà  mis   d’accord   sur   les   mesures  à   prendre.  M.  Van   der  Rest   du   CCI  déclare 
apporter   « sa   pleine   adhésion   au   programme   des   réformes   immédiates ». Cette   CNT 
apparaît   donc   comme   l’aboutissement   et   l’officialisation   des   pourparlers   d’avant­
Libération. 

Un seul point fait buter les représentants, l’augmentation salariale de 60% demandée 
par   les   syndicats.  Pour   M.  Gryson,  représentant  patronal : « La   CGT   s’est   arrêtée   à   la  
formule simpliste  des 60%  parce que c’est une combinaison de nature à donner quelque  
chose   de   visible   à   l’ouvrier.   Celui­ci   ne   voit   malgré   tout   que   le   nombre   de   francs  
reçus »80.   Le   ministre   Gutt   est   également  hésitant,   il   craint   la   montée   d’une   inflation  
incontrôlable.

77 Note sur la Conférence Nationale du Travail, 16.09.44, Bruxelles ( AVA, n°439, A.E. Bruges)
78 CNT,   Séance   du   samedi   16   septembre   1944,   Procès­   Verbal,   (Documents   L­   E.   Troclet,   n°   874, 
CEGES)
79 TROCLET,   Léon­Eli   (Liège,   14.6.1902   ­   30.4.1980).   Dessinateur   industriel   (1921),   il   décroche   un 
doctorat en droit à l’Université de Liège (1926). Avocat à la cour d’Appel de Liège (1926­1945), il est  
également professeur et directeur dans différents établissements scolaires. Fils du député Troclet, il est  
secrétaire   des   Jeunes   Gardes   Socialistes   de   Liège   (1919­1921),   conseiller   provincial   de   Liège   (1928­
1932),   conseiller   communal   de   Chênée   (1838­1945)   puis   de   Liège   (1946­47,   1952­80),   sénateur 
provincial   de   Liège   (1945­46),   puis   sénateur   élu   direct   (1946­68).   Ministre   du   Travail   et   de   la 
Prévoyance   sociale   (1945­49,   1954­58),   ministre   des   Affaires   économiques   (1946),   membre   du 
Parlement européen (1961), ministre d’Etat (1969). Il marque profondément le domaine de la Sécurité 
social,   il   est   également   membre   actif   de   l’O.I.T   (1945­80).   Militant   wallon,   il   participe   au   congrès 
wallon  de  Liège  le  20  octobre  1945,   où   il   défend  la  thèse   de   l’autonomie  et   du   fédéralisme.   Membre  
du   Comité   permanent   du   Congrès   national   Wallon   (1945­1971),   il   s’oppose   au   retour   du   roi   et   se  
montre   très   actif   dans   la   Question   royale.   Il   siège   à   de   nombreux   postes   au   sein   de   la   Communauté  
économique   européenne   (1952­72).   Professeur   à   l’ULB   (1952­72),   il   fonde   le   Centre   national   de 
Sociologie du Droit Social (1958).
80 Idem

27
Pauwels   défend   l’augmentation  des   60%  en   éloignant   les   problèmes   purement 
économiques: « Du point de vue technique, Monsieur le ministre Gutt à raison, au point  
de vue psychologique, il n’a pas raison. Nous voulons écarter les ferments de discorde  
et   les   éléments   troubles,   lundi   tout   le   monde   doit   être   au   travail »81.   Van   Acker   va 
exactement   dans   la   même   direction:   « il   est   nécessaire   de   trouver   une   solution  
immédiatement, sinon nous allons au devant de conflits, ce qui serait autrement néfaste  
pour   le   pays.   Abandonnons   le   côté   théorique   pour   faire   un   geste   qui  soit   compris   des  
ouvriers »82. 

Les   délégations   tombent   finalement   d’accord   sur   une   seconde   proposition   du 
ministre   Gutt,   une   augmentation   salariale   de   40%   directement   effective   plus   une 
augmentation provisoire de 20%. 

La   résolution   finale   prise   par   la   Conférence  Nationale   du   Travail   concernant   le 


relèvement général des salaires est celle­ci :

• Les   salaires   conventionnels   de   mai   1940   subiront   une  


augmentation de 40% ;

• Une indemnité de 20% des mêmes salaires conventionnels sera  
accordée   pour   faire   face   aux   difficultés   momentanées  
d’approvisionnement ;

• Les salaires, augmentés de l’indemnité fixée au 2°, ne pourront  
être inférieurs à 6 francs l'heure pour les femmes de 21 ans, à 8  
francs   pour   les   manœuvres   de   21   ans   et   à   10   francs   pour   les  
ouvriers qualifiés ;

• L’adaptation   de   cette   disposition   de   base   à   la   situation  


particulière   de   chaque   industrie   sera   réglée   par   les  
Commissions paritaires ;

• Les   dispositions   ci­dessus   seront   appliquées   avec   effet  


rétroactif au 1er septembre 194483 . 

Le caractère urgent  et  préventif de  la CNT  est également  présent  dans les  derniers 

81 Id.
82 Id.
83 Id.

28
points de l’accord :

• L’indemnité   de   20%   et   les   minima   visés   au   3°   feront   l’objet  


d’un  réexamen  dès  que  les   difficultés  du  ravitaillement  auront  
pris fin et au plus tard le 31 octobre 194484 ;

• Le gouvernement déclare prendre en considération un système  
de   généralisation   et   d’amélioration   substantielles   des  
assurances sociales y compris les allocations familiales85 ;

• (…) des mesures seront prises pour faciliter les rééquipements  
des foyers  ouvriers en habillement et objets mobiliers, dès  que  
l’état   du   marché   de   ces   différents   produits   en   rendra  
l’acquisition possible86. 

A   la   vue   du   compte­rendu   de   la   séance,   le   résultat   des   négociations   de   la   CNT 


apparaît  comme   une   formule   de   compromis   entre   la   volonté   des   dirigeants   syndicaux 
d’apporter  des mesures rapides aux  ouvriers pour éteindre  toute  contestation et celle  du 
ministre Gutt de voir appliquer sa politique monétaire. 

Deux   éléments   vont   rapidement   remettre   en   cause   ce   compromis.   Van   Acker   et 
Pauwels ont reconnu au cours de la conférence l’effet psychologique de la majoration de 
60%, or cette élévation des salaires est en deçà de celle des prix. L’autre élément qui va 
contrarier la reprise du travail tant attendue, repose sur la question de la reconnaissance 
syndicale.   Seules   les   organisations   professionnelles   reconnues   au   10   mai   1940   sont 
habilitées à participer à la Conférence. Ainsi, la CSC et la CGTB pouvaient revendiquer, 
à leur seul profit, les résultats obtenus auprès de la base ouvrière87. 

 c)  Des mouvements syndicaux exclus des négociations. 

Une   certaine   inquiétude   pointe   après   l’annonce   de   la   tenue   d’une   CNT,   on 
appréhende une réaction des organisations mises à l’écart : 

84 Ce   point  était   une   mesure   trop   optimiste.   Il   ne   sera   jamais   appliqué,   les   difficultés   de   ravitaillement 
perdurant bien au­delà de novembre 44.
85 On   veut   marquer   ici   une   volonté   d’intention,   c’est   un   prologue   aux   décisions   futures   concernant   la 
sécurité sociale, en accord avec le projet d’accord de solidarité d’avril 1944
86 Ces   mesures   seront   concrétisées   par   l’A­L   du   15   novembre   1945   concernant   un   fond   d’aide   au  
rééquipement ménager. 
87 TILLY P, op. cit., p. 178.

29
« Il est exact qu’à Liège, à Charleroi et dans la région du Centre,  
il   y   a   des   syndicats,   surtout   parmi   les   métallurgistes   qui   veulent  
confondre les socialistes avec les communistes. Cette tendance est  
surtout   très   accentuée   à   Liège,   et   elle   pourrait   avoir   des  
conséquences fâcheuses pour la paix sociale. Car les conventions  
collectives   ne   sont   signées   que   par   les   organisations   syndicales  
les plus représentatives »88.

  Comme l’analyse Arthur Wauters89  au 15 septembre, c’est à Liège que la situation 
paraît   la   plus   explosive.   Le   MSU   né,   pour   rappel,   de   la   fusion   entre   la   Centrale 
Socialiste   des   métallurgistes   et   des   CLS,   représente  une   force   organisée   et   reconnue 
auprès des travailleurs de la région. 

Les métallos  de  Liège  formulent  leurs  propres revendications dès  le  11  septembre. 


Elles   concernent   différents   domaines   dans   lesquels   le   syndicat   liégeois   recommande 
« que   l’on   intervienne   immédiatement   afin   d’assainir   l’atmosphère   sociale   corrompue  
par   plus   de   4   années   vécues   sous   l’Occupation »90.   Le   MSU   expose   le   fait   qu’il   est 
arrivé   à   prendre   une   place   représentative   dans  les   entreprises  à   travers   l’action   de   ses 
délégués :   « Reconnaître   notre   mouvement   cela   signifie   reconnaître   en   lui   la   véritable  
expression   de   la   volonté   des   travailleurs.   Nous   ne   tolérerons   pas   que   d’autres   sans  
contacts   avec   la   masse   des   usines   pussent   s’instituer   organisation   représentative ». 
Cette   charge   qui   vise   les   deux  syndicats  officiellement  reconnus   par  le   gouvernement, 
CGTB   et   CSC,   s’accompagne   de   remontrances   sur   l’action   clandestine   de   ceux­
ci : « Nous   fûmes   présents   dans   la   clandestinité   alors   que   d’autres   s’abstenaient,  
courageusement nous voulons être présents maintenant encore »91.

Le   MSU   propose   une   mesure   salariale   qui   diffère   de   la   hausse   de   60%.   Ses 
revendications sont exprimées comme suit : 

88   Note sur la situation au 15 septembre, 21.9.1944,  (  Documents A. Wauters,  Archives personnelles, n ° 


938/87, CEGES ). 
89 WAUTERS,   Arthur   (Waremme,   1890­1960).   Homme   politique   socialiste.   Docteur   en   sciences 
économiques, professeur à l'Université Libre de Bruxelles à partir  de 1930, il  fut directeur du journal  
Le  Peuple,  sénateur de 1932 à 1936 et député de Huy­Waremme de  1936 à 1944. Il est   ministre de la  
Santé   publique   de   1937   à   1938,   du   Travail   en   1939,   de   l'Information   nationale   de   1939   à   1940   et   de  
l'Agriculture   en   1946.   Il   passa   ensuite   dans   la   diplomatie   comme   ambassadeur   à   Moscou   de   1952   à 
1955.  DENOËL (T.), Le nouveau dictionnaire des Belges, Bruxelles, 1992, pp.782­78
90  Le Métallurgiste, 11.9.44 (Papiers Bondas, n°2 , P.S. Liège) 
91  Idem.

30
• Etablissement d’un nouveau minimum de salaire tenant compte  
non pas de chiffres absolus, mais du pouvoir d’achat ;

• Augmentation cotée 30 fr par jour et par homme ;

• Adaptation   des   salaires   au   coût   de   la   vie   basée   sur   un   indice  


établi paritairement et portant sur les dépenses indispensables  
effectuées dans les ménages92.

Le mouvement d'André Renard sollicite également l’établissement de commissions 
mixtes au niveau régional qui seraient habilitées en matière de salaire, de ravitaillement 
et de rééquipement. Ces commissions prendraient en charge l’étude de l’application du 
plan de sécurité sociale, du contrôle ouvrier, de la réforme des rapports entre patrons et 
ouvriers ainsi que l’organisation du système industriel et économique93.

C’est à un accord indispensable sur tous ces domaines que le MSU  subordonne sa 
participation à l’effort de guerre. Non reconnu par le gouvernement, le syndicat décide 
de déclencher une grève générale le 16 septembre, avant même de connaître les résultats 
de la CNT94.

Nous   pourrions   également   nous   attendre   à   une   opposition   des   CLS.   Le   14 
septembre, le Bureau National des CLS écrit au Ministère du Travail  afin qu’une place 
lui   soit   prévue  à   la   Conférence  du   travail.   Il   juge   « assez   paradoxale   que   le   Bureau  
National   des   CLS   ne   soit   pas   consulté   sur   tous   les   problèmes   actuels   intéressant   la  
classe   ouvrière »   alors   que   les   CLS   « ont   mérité   la   confiance   que   leur   accordent   les  
larges couches de travailleurs » et que « leur rôle commencé pendant la guerre est loin  
d’être terminé »95.  

Le   15   septembre,   Mr   Roch,   chef   du   cabinet   du   Ministère   du   Travail,   reçoit   une 


délégation du bureau des CLS, représentée par René Noël du bureau national et  d’Abel  
Lefèvre de la fédération bruxelloise.  Le compte­rendu de cette rencontre est transmis à 

92 Id.
93 Id.
94 Note  de   M.   Dessart,   remise  par  son   directeur  commercial,  M.Meurice,   le   18.9.1944   (Papiers   Bondas, 
PS Liège). 
95 Lettre   du   Bureau   National   des   CLS   (R.   Noel)   à   Monsieur   le   Ministre,   Bruxelles,   14.9.44   (   AVA,   n°  
439, A.E. Bruges). 

31
J. Bondas: «  Ils m’ont exposé que le CLS n’était pas un organisation syndicale, mais un  
mouvement de propagande en vue d’arriver à l’unité syndicale (…) Je me suis contenté  
de   les   écouter   et,   à   plusieurs   reprises,   je   leur   ai   fait   confirmer   qu’ils   n’étaient   pas  
actuellement une organisation professionnelle ouvrière »96. Le Bureau National menace 
de « transformer leur mouvement en une organisation syndicale appelée soit à prendre  
la   place de   celle  qui   existe  actuellement,   soit   à  exister   à  côté  de  cette   dernière »  si  les 
grandes organisations syndicales refusent de se rallier à leur point de vue97.

Le même jour, le chef du cabinet reçoit une lettre de Pauwels au nom de la CSC : 

«   Les   comités  de   luttes   syndicaux   ne  sont   pas  des   organisations  
syndicales   et,   dès   lors,   ils   ne   peuvent   se   réclamer   du   titre  
d’organisation   syndicale   ni,   invoquant   un   caractère   qu’ils   n’ont  
pas,   être   représentés   dans   les   organismes   où   place   est   faite   aux  
organisations syndicales »98.

Le président de la CSC base son argumentaire sur un article du Drapeau rouge du 
13   septembre   qui   invite    « les   partisans   de   l’unité   syndicale »   à   adhérer   aux 
organisations syndicales de leurs choix, tout étant de « bons membres actifs des CLS ». 
Mr Roch note que la lettre de Pauwels confirme le point de vue de la CGTB qui sur la 
question   de   la   reconnaissance,   est   sans   équivoque.   L’unité   syndicale  est   à   ce   moment 
uniquement   envisagée  du   point   de   vue   d’une   dissolution   des   autres   structures  dans  le  
syndicat   historique:   « Nous   ne   reconnaissons   qu’un   mouvement   syndical :   la   CGTB,  
dont la structure et le programme permettent le groupement de tous les travailleurs sans  
distinctions   de conceptions  philosophiques  ou  religieuses   ni  même d’opinion  politique,  
puisque la CGTB est indépendante de tout parti »99. 

Les   documents   conservés   dans   les   Archives   Van   Acker   (AE.   Bruges)   nous 
indiquent qu’un consensus régnait à la CGTB, à la CSC et au Ministère du travail pour 
exclure de la CNT les mouvements syndicaux non­reconnus au 10 mai 1940. Alors que 

96 Comités de  Luttes Syndicaux (CLS),  Note  de  Mr  Roch   pour  Monsieur  Bondas,   Sous­secrétaire d’Etat,  
Cabinet   du   Ministère   du   Travail   et   de   la   Prévoyance   sociale,   Bruxelles,   15.9.44   (   AVA,   n°439,   A.E. 
Bruges). 
97 Idem. 
98 Lettre   du   Président   de   la   CSC,   Pauwels   à   Mr.   Roch,   Chef   de   cabinet   du   Sous­secrétaire   d’Etat   au  
Travail et à la Prév. Soc., CSC, Bruxelles, 15.9.44 (AVA, n°439 A.E. Bruges) 
99  Le Peuple, 27.9.44

32
J.   Bondas  justifie   à   posteriori   la   non   reconnaissance  du   MSU,   non   par   hostilité   mais 
« tout   simplement   parce   qu’on   ne   disposait   que   de   très   peu   de   temps   et   encore   moins  
d’éléments connus et certains, sur les nouveaux mouvements surgis de la guerre  »100, il 
est   vraisemblable,   comme   l’énonce   P.   Tilly,   que   les   revendications   formulées   par   le 
MSU  furent  considérées  comme  un  coup  de  force  par  la  CGTB101.   Tandis  que  pour  les 
CLS,  les  dirigeants  se  sont  basés  sur  le  discours  issu  du  mouvement  lui  même  pour  le 
désavouer. 

Le 20 septembre, le Drapeau Rouge revient sur l’exclusion des CLS et par la même 
occasion  remet   en   cause  la   représentativité   des   syndicats   d’avant­guerre :   « Les   CLS 
étaient   les   mieux   qualifiés   pour   exprimer   les   revendications   actuelles   des   travailleurs,  
tandis   que  la   plupart   des  dirigeants   de   la   CGTB  et  de  la   CSC,   ayant   perdu   le  contact  
avec   la   masse   des   travailleurs   et   n’ayant   pas   été   officiellement   mandatés   par   ceux­ci,  
ne pouvaient exprimer avec tout le poids voulu, les désirs réels des travailleurs »102. 

L’argumentation   principale  des  syndicats   exclus,  CLS   et  MSU,    vise   à   démontrer 
l’absurdité  de  ne  reconnaître  que   les  anciens  syndicats   alors  que  ceux­ci  ont   perdu  au 
cours de la guerre leur représentativité auprès des travailleurs. Les CLS ne s’affilièrent 
pas   officiellement   au   mot   d’ordre   de   grève   donné   par   le   MSU.   La   participation   des 
communistes à la grève générale fera l’objet d’un développement ultérieur. 

100 BONDAS J., Un demi siècle d'action syndicale, op. cit., p. .383. 
101 TILLY P, op. cit., p. 178
102 Le Drapeau Rouge, 20.9.1944. 

33
 2.3.  La grève générale de Septembre 44.

 a)  Le développement de la grève et sa résolution. 

Le MSU doit démontrer qu’il peut  « joindre le geste à la parole »103.  Le jour de la 


Conférence  du   Travail,   il   déclenche   une   grève   générale  de   protestation  contre   sa   non­
reconnaissance   par   le   gouvernement,   le   mauvais   approvisionnement   alimentaire   et   le 
niveau des prix. 

Pendant  une   semaine,  du   samedi   16   septembre  au   dimanche   24,   quarante­cinq  à 


cinquante   mille   travailleurs  liégeois   stoppent  le   travail   dans  les   usines   métallurgiques, 
les centrales électriques et les charbonnages du bassin. Le MSU exige une prime de 30 
francs par jour au lieu de la hausse salariale de 60%, trouvée démagogique parce qu’elle  
ne   tient   pas   compte  de   la   montée   des  prix.   Les  grévistes   veulent   l’établissement   d’un 
indice  des  prix,  le  blocage   de  ceux­ci  et   enfin  l’adaptation  des  salaires104.   A  l'occasion 
du  déclenchement de la grève, le MSU expose ses revendications salariales. Les patrons 
de   la   métallurgie   proposent   immédiatement   un   relèvement   de   50%   et   un   examen  des 
mesures proposées105, la réponse du syndicat est négative.

La situation à Liège est jugée critique, dès le premier jour du mouvement de grève, 
par   un   certain   nombre   de   personnalités   liégeoises.   L’industriel   Dessart106  rencontre 

103 TILLY P., Idem
104 Le Métallurgiste, op.cit. 
105 C.A.C. Major Lerot, Situation dans l’industrie, 16.09.44 (CEGES, HCSE, n° ZO8)
106  DESSART,   Noël   (Herstal,   25.6.1882–Beyne­Heusay,   11.3.1982).  Issu   d’une   famille   d’industriels 
liégeois,   il   est   diplômé   en   1904   de   l’Université   de   Liège,   en   tant   qu’ingénieur   civil   des   mines.   Il 
occupe plusieurs  fonctions  dans  différents  charbonnages de Liège. Il  est  administrateur et membre du  
comité   de   direction   des   Charbonnages   Colard   de   la   société   Cockerill   à   Seraing   (1930­1945),  
Administrateur   délégué   des   Charbonnages   de   Gosson­La   Haye   et   Horloz   réunis   depuis   1931.   Il   est 
fondateur   et   administrateur   de   l’Union   générale   belge   d’Electricité   en   1928.   Il   est   également   présent  
dans   l’industrie   métallurgique   et   chimique   à   travers   ses   postes   d’administrateur   de   Cokerill   et   des  
Produits   chimiques   de   la   Meuse   (1936­1956).   Président   de   l’Association   des   ingénieurs   sortis   de 
l’ULG  en 1943,  il  s’occupe notamment des revendications professionnelles des  ingénieurs. Il  joue  un  
rôle   de   premier   plan   dans   les   organisations   professionnelles   des   industries   charbonnières   et  
électriques :   Président   de   l’Association   charbonnière   de   la   Province   de   Liège   (1946)   et   de   la  
Fédération des Producteurs et Distributeurs  d’Electricité. Il  est  enfin  président de  l’Apic (Association 
des   Patrons   et   Ingénieurs   catholiques   de   Belgique).   On   le   dit   attaché   à   son   rôle   social   auprès   des  
ouvriers.   Aux   Charbonnages   de   Wérister,   il   fait   construire   des   maisons   ouvrières,   octroie   des 
allocations   familiales   et   protège   des   déportations   sous   l’occupation   allemande.   Dictionnaire   des  
patrons   en   Belgique   : les   hommes,   les   entreprises,   les   réseaux   Bruxelles, De   Boeck   Université, 1996, 
pp. 226­227

34
Nicolas   Dethier,   secrétaire   de   la   Centrale   des   mineurs   et   le   bourgmestre   de   Liège, 
Joseph   Bologne107,  au   16   septembre.   Ceux­ci   lui   confirment   « qu’un   groupe   ouvrier  
dans la   région  de  Seraing  a  décrété  la   grève  générale »108.  Les  grévistes  sont  qualifiés 
« d’extrémistes,   qui   veulent   supplanter   les   anciens   chefs   syndicaux   et   notamment   Mr.  
Bondas »109.   Pour   le   bourgmestre   Bologne,   ces   extrémistes   seraient   en   liaison   avec 
« certaines   personnalités   dont   certains   professeurs   de   l'université  qui   veulent   créer   un  
mouvement   révolutionnaire  Ils   font   partie   du   Front   de   l’indépendance »110.   Bologne 
jugeant   la   situation   particulièrement   grave,   annule   son   carnet   de   rendez­vous, 
notamment  l’invitation   que   lui   a   faite   le   Prince  Charles   ainsi   que   la   réunion   du   Sénat 
prévue le mardi 19 septembre. Il rentre en rapport avec le gouverneur Joseph Leclercq111 
et informe les autorités militaires américaines112. 

Léon   Greiner113,   secrétaire   général   de   Cockerill,   s’inquiète   lui   aussi   auprès   du 
major Lerot de la présence d’éléments extérieurs, de groupes armés prêts à fomenter des 
107  BOLOGNE   Joseph   (Liège,   17.11.1871­17.9.1959).   Homme   politique   socialiste.   Fils   d’une   famille 
d’armuriers,  il   devient   à   16  ans  commis   voyageur  dans  une   maison   de  commerce. En  1900,  il  est   co­
fondateur   du   Syndicat   des   employés   et   voyageurs.   Conseiller   communal   socialiste   de   Liège   depuis 
1899,  il   est   élu  député   socialiste   de  Namur  en  1910,  tout  en  continuant de résider  à Liège. Il  reçoit la  
légion   d’honneur   suite   à   ses   activités   de   renseignements   durant   la   Première   Guerre   mondiale. 
Sénateur   coopté   (1932),   échevin   de   la   ville   de   Liège   chargé   de   l’Etat   civil,   de   la   Population   et   de   la  
Régie   des   eaux   (1935),   il   devient   le   premier   bourgmestre   socialiste   de   Liège   en   1940.   Il   reste   en 
fonction   jusqu’à   sa   destitution   par   l’occupant   allemand   en   novembre   1942.   En   1943,   le   directoire  de 
Wallonie   libre,   le   désigne   comme   président   du   Congrès   National   wallon   qui   devra   se   tenir   à   Liège  
après la Libération. Il reprend ses fonctions de bourgmestre à la Libération mais il est accusé fin 1944 
d’avoir   transmis   des   listes   des   mandataires   communistes   de   Liège   à   l’occupant.    Il   est   relevé   de   ses  
fonctions   le   26   février   1945   et   exclu   de   la   Fédération   liégeoise   du   PSB.   Encyclopédie   du  mouvement  
wallon, sous la direction de Paul DELFORGE, Institut Jules Destrée, 2001, T°1, pp. 163­164. 
108 Note de M. Dessart, 18.9.1944 (Papiers Bondas, PS LIEGE).
109 Idem
110 Idem
111   LECLERCQ   Joseph.   (Beyne­Heusay,   9.5.1886­   12.4.1961).   Mineur   de   profession,   il   devient   un   des 
secrétaires permanents de la Centrale des mineurs, section de Fléron ( 1918­1940). Il accède ensuite à  
des   fonctions   politiques.   Conseiller   communal   de   Beyne­Heusay   (1921),   échevin   de   l’Instruction   et 
des   Régies   (1925­1932),   conseiller   provincial   socialiste   de   1932   à   1945.   Il   fut   député   permanent   de  
1936 à 1940. Durant la seconde guerre mondiale, il est un des fondateurs et des chefs de la résistance  
socialiste   liégeoise,   responsable   du   Service   Socrate   et   du   Rassemblement   démocratique   et   socialiste 
wallon. Fin 1944, il est investi des fonctions de gouverneur intérimaire de  la  province  de  Liège  par le  
gouvernement   de   Londres,   ses   fonctions   sont   confirmées   le   22   décembre   1945.   Encyclopédie   du  
mouvement wallon, sous la direction de Paul DELFORGE, Institut Jules Destrée, 2001, p. 911. 
112  Note de M. Dessart, 18.9.1944 (Papiers Bondas, PS LIEGE).
113   GREINER,   Léon   (Seraing,   24.2.1877   ­   Bruxelles,   17.3.1963).   Diplômé   ingénieur   électricien   de 
l’Université   de  Liège  en   1899,  il   intègre  le  service   électrique  de   la  S.A.   John Cockerill  le  1er  octobre 
1900. Il est appelé en 1915 aux fonctions de directeur général à la mort de son père Adolphe Greiner ; 
en 1928, il est nommé Administrateur. Il est appelé à la Vice­présidence de la société lors de la fusion 
des   Sociétés  Cockerill  et  Angleur­Athus  en   1945.   D’après   la   notice   biographique   du  Dictionnaire   des  
patrons   en   Belgique   : les   hommes,   les   entreprises,   les   réseaux   Bruxelles, De   Boeck   Université, 1996, 
pp. 332.

35
troubles114.

La gendarmerie relève une première fois l’état de la situation à Seraing. On compte 
environ   9.500  grévistes   aux   usines   Cockerill   et   Espérance­Longdoz.   La   grève   s’étend 
également  aux  employés  mais   l’adjudant  Laurent  indique   que   des   menaces,  de   la   part 
d’un groupe F.I. armé, auraient fait peser leur décision115.

Cette   présence  du   Front   de   l’Indépendance  est   corroborée  par   trois   témoignages 


distincts mais reste sujet à caution. En effet, dans le déroulement de la grève, il ne sera 
plus   fait   référence  aux  FI  mais   à   la  milice  syndicale  KJ3,  dirigée  par  André  Renard   et 
attachée à l’Armée de Libération.

Le  gouverneur  Leclercq   va  jouer  un  rôle  important  dans la  résolution  du   conflit.  Il 
prend   rapidement   en   main   les   événements  et   convoque   le   18   septembre   une   première 
réunion au Palais Provincial entre les représentants patronaux et ouvriers. André Renard 
y  est  présent  au  nom  du  MSU  ainsi  que  Charles  Van  Belle  pour la  Fédération  Générale 
des   Syndicats.  On   retrouve   du   côté   patronal,   M.   Dessart   accompagné  de   Mr   Tihon   et  
Frankignoul116  pour la Corporation des Entrepreneurs. Dans son discours d’ouverture, le 
gouverneur rappelle la nécessité de la reprise du travail :

« Il   y   a   encore   75.000   prisonniers,   500.000   déportés   et   le   souci  


de   tous   doit   être   de   créer   les   conditions   de   leur   plus   proche  
retour. Tous doivent donc se remettre au travail. M Bondas a sorti  
les   mesures   à   cet   effet,   et   des   améliorations   transitoires   des  
conditions de travail ont été adoptées par la CNT. Or à cet égard,  

114 C.A.C. Major Lerot­ Situation dans l’industrie,  16.09.44 (HCSE, n° ZO8, CEGES)
115  Compte   rendu   d’un   événement   extraordinaire   arrivé   à   Seraing,   Gendarmerie   National,   Brigade   de 
Liège, Poste V : Seraing, Adjudant Laurent, 18.9.44 ( HCSE, n°1053, CEGES) 
116   FRANKIGNOUL Edgard, (Jemeppe­sur­meuse,  24.11.1882 –  Liège,  07.11.1954). Industriel. Issu  d'un  
milieu social modeste, il travaille sur des chantiers de construction tout   en suivant des cours à l'École 
industrielle   de   Liège.   En   1910,  il   met   au   point   un   procédé   de   compression   mécanique   du   sol.   Il 
constitue   la   société   des   Pieux   Franki  qui   connaît   un   succès   considérable,   on   lui   doit   notamment   le  
barrage   Rosetta   sur   le   Nil   et   le   tunnel   sous   l'Escaut   (Anvers).  Il   est  Président   de   la   Confédération 
nationale de la Construction (1946­ 1954).  Il développe aussi d'autres activités, notamment au sein du  
Conseil   économique   wallon   dont   il   est   cofondateur   et   administrateur.   Il   préside   également   le   Grand  
Liège (1944­1954). En 1944, il crée le Conseil national wallon de la Radiodiffusion, dont il accepte la  
présidence.   Adversaire   de   la   centralisation   bruxelloise,   il   était   acquis   à   l'idée   d'une   réforme   de   la 
structure unitaire de la Belgique, via une formule  fédéraliste. Membre du Congrès national wallon, il 
participe   au   congrès   wallon   de   1945.  Les   Wallons  à   l'étranger:   hier   et   aujourd'hui,,   Namur,   AWEX­
Institut Jules Destrée, 1999, pp. 211­226.

36
on   sent   à   Liège   un   flottement,   une   désunion   même   en   une   heure  
critique où la concorde est un devoir »117. 

Le  flottement  décrit   par  Leclercq  se  concrétise   à   la  réunion  même.  Juste   après  la 
prise de parole de Van Belle , André Renard et la délégation du MSU quittent le Palais 
Provincial « en   vertu   du   mandat   impératif   reçu   des   chefs   du   mouvement   de   grève »118. 
Leclercq  propose quand même  la  mise  en  place d’une  commission chargée d’examiner 
les applications de la CNT sur le plan local.

La   méthode   employée   par   la   délégation   du   MSU   va   échauder   les   délégués 


syndicaux,  socialistes  et  chrétiens  présents  chez  le  gouverneur.  Ils  déclarèrent,   selon  la 
Gazette  de  Liège :   « qu’ils   estimeraient   criminelle  une   autre   attitude  que la   reprise  du  
travail, tant par devoir à l’égard des Alliés qu’envers la population toute entière »119. Le 
lendemain, les secrétaires syndicaux de la province se réunissent pour former un bureau 
provisoire  composé  entre­autre de  I.  Delvigne, Ch. Van Belle, N.  Dethier  et  J.  Bondas. 
Des projets de rajeunissement des cadres et de nouvelles méthodes d’action syndicale y 
sont   examinés,   on   affirme   également   l’indépendance  des   syndicats   vis­à­vis   de   tout 
parti120.

Dans la Wallonie du 19 septembre, la Fédération Générale des Syndicats de Liège, 
la   Fédération   des   Syndicats   Chrétiens   et   l’Intersyndicale  des   CLS   publient   un   appel 
commun Aux travailleurs, pour la reprise immédiate du travail. Celui­ci sera également 
diffusé sous forme d'une affiche dont nous reproduisons le contenu :

« Il   y   a   un   peu   plus   d’une   semaine,   les   usines   de   notre   région  


tournaient   encore,   malgré   elles,   au   profit   des   Allemands.   Les  
ouvriers   y   étaient   mal   payés,   soumis   à   un   dur   labeur   et   sans  
cesse   en   butte   aux   brimades   de   l’ennemi. Au   lendemain   de   la  
Libération,   des   justes   revendications   furent   élaborées.   Elles   ont  
été   en   grande   partie,   admises   par   la   Conférence   Nationale   du  
Travail.   Formulées   à   nouveau   devant   l’Assemblée   paritaire  
convoquée   par   le   gouverneur   de   la   Province   de   Liège,   elles   ont  
été approuvées par les délégations ouvrières et patronales (…) 

117  Vers la reprise du travail !, Gazette de Liège, 19/09/1944
118  Idem
119  Idem
120 Une importante réunion des militants syndicaux, Le Peuple, 19/09/1944

37
Déserter   les   usines   aujourd’hui   c’est   compromettre   la   situation  
économique   et   risquer   d’entraver   l’avance   des   troupes   qui   nous  
ont libérés. C’est aussi nuire au ravitaillement du pays. 

Camarades,   puisque   vos   revendications   les   plus   urgentes   sont  


admises   et   que   d’autres   sont   à   l’étude,   votre   devoir   le   plus  
impérieux   envers   vous­même   et   vos   foyers,   c’est   de   travailler  
pour le salut commun »121.

Malgré   l’appel   syndical   à   la   reprise   du   travail,   le   mouvement   perdure   dans   la 


métallurgie   et   atteint   désormais   les   charbonnages.   La   gendarmerie   exerce   une 
surveillance   des   puits   mais   ne   relève   aucune  réunion   ni   rassemblement,   la   grève   ne 
serait   pas   générale.   Selon   les   indications   de   la   gendarmerie,   la   société   d’Ougrée­
Marihaye   compte   853  ouvriers  en   grève   sur   1073.   Aux  Six­  Bonniers,  le   taux  est   plus 
faible,  la   grève   ne   touche   que   35   mineurs  sur   un   effectif  de   201.   Au   siège   Collard   de 
John Cockerill, on compte 155 mineurs grévistes sur 303122.

Le  gouverneur de la Province  ne peut pas  ignorer la position  du MSU malgré  son 


isolement  politique  et  syndical.  Le  19   septembre,  Leclercq  réussit   à   se  faire  rencontrer 
les délégués patronaux de la sidérurgie et ceux du MSU afin de trouver une solution au 
conflit123. Un accord en cinq points est conclu entre les deux parties124 :

1. M. le Gouverneur est chargé de demander instamment à M. le  
ministre   du   Travail,   la   réunion   d’une   nouvelle   conférence  
nationale   pour   réexaminer   les   modalités   d’adaptation   des  
salaires ;

2. Les   délégués   patronaux   déclarent   qu’à   la   dite   conférence  


nationale   ils   marqueront   leur   accord   pour   une   formule   selon  
laquelle   cette   adaptation,   cotée   à   30   francs   par   travailleur,  
sera   basée   sur   le   principe   de   l’égalité   de   l’indemnité   à  
accorder et non sur le principe de la proportionnalité ;

3. La   grève   cessera   immédiatement,   les   délégués   du   personnel  


s’engagent à multiplier leurs efforts dès ce soir pour assurer le  
fonctionnement des fours à coke ;

121  Aux travailleurs, pour la reprise immédiate du travail, Affiche ( Papiers Bondas, PS. Liège)
122  Compte   rendu  d’un  événement   extraordinaire   arrivé   à   Seraing,   Gendarmerie   Nationale,   Brigade   de 
Liège, Poste V : Seraing, Adjudant Laurent, 22.9.44 ( HCSE, n°1053, CEGES)
123 Les grèves dans le bassin liégeois, Le Monde du Travail, 22..9.1944.
124  Accord   du   20   septembre   1944,   MM.   Leclercq,   Gouverneur   de   Liège,   Dehousse   et   Renard   (Papier 
Bondas, PS Liège). 

38
4. Les   autres   revendications   du   personnel   sont   réservées   et  
seront examinées dans le plus bref délai ;

5. M.   le   Gouverneur   s’engage   à   négocier   sans   délai   un   accord  


sur   les   mêmes   bases   avec   les   patrons   de   la   construction  
mécanique absents.

Cet   accord   pourrait   marquer   la   fin   de   la   grève   mais   il   est   subordonné   à   deux 
conditions   qui   vont   la   prolonger:   la   convocation   d’une   nouvelle   CNT   par   le 
gouvernement,   à   charge   du   gouverneur   et   l’acceptation   des   revendications   par   les 
patrons de la Construction mécanique,  mission confiée à Léon Eli Troclet125.

En attendant, la grève continue et se radicalise par la même façon. Dès le mardi 19,  
des  patrouilles  de gendarmes  et  de policiers circulent en  ville. Les  officiers  américains 
menacent  d’engager   leurs   troupes   contre   les   grévistes126  et   les   membres   du   MSU,   en 
uniforme « milice syndicale » forment des piquets de grève armés127.

Les   rapports   de   gendarmerie   se   multiplient   et   relatent   plusieurs   incidents   aux 


abords des usines et des mines liés à des groupes du MSU armés. Ils auraient empêché 
les   mineurs  d’Espérance   et  Batterie   de   reprendre  le   travail.   Au   Petit   Atelier  d’Herstal, 
les ouvriers en activité furent forcés de rentrer chez eux. Ce groupe armé du MSU aurait 
pénétré dans les bureaux de la compagnie et intimé l’ordre au personnel « sous menace  
de représailles, d’abandonner le travail et d’assister à la réunion que ce même groupe  
organisait ».   Le   rapport   indique   toutefois   que   de   nombreuses   inscriptions   au   MSU 
n’auraient pas été prises sous la contrainte128. Le 21 septembre, un piquet posté au pont 
du Commerce (actuellement pont Albert I) fait rentrer les ouvriers se rendant au travail. 
La gendarmerie tient à préciser que ce fait a été « contrôlé et reconnu exact et porté à la  
connaissance des organisations syndicales socialistes »129.

Des   incidents   de   même   nature   se   produisent   également  en   dehors   de   Liège.   Le 

125 Vers la fin de la grève, Le Monde du Travail, 24/09/1944. 
126 Lettre de l’Auditeur général Gérard au Ministre du Travail, 22 septembre 1944 ( Papiers Bondas, N°2, 
PS Liège). 
127 C.A.C. Major Lerot, PC et MSU,  21.09.44 ( HCSE, n° ZO8, CEGES)
128 C.A.C. Major Lerot, MUS ou plutôt MSU,  23.09.44  (HCSE, n° ZO8, CEGES)
129 Idem. 

39
commissaire d’arrondissement de Huy transmet une lettre au HCSE venant de la société 
Dumont­Wautier   qui   indique   qu’un   Syndicat  Unique   fait   pression   sur   les   ouvriers   de 
l’usine :  « Il   paraîtrait   que   les   visites   se   faisaient   mitraillettes   à   la   main.   De   plus,   le  
corps francs des SUL actuellement à Neuville (Condroz) est impossible à contrôler, ses  
membres comprend des bandits de grands chemins »130.

A   la   demande   du   major   Lerot,   André   Renard   rentre   en   contact   avec   lui   pour 
« revoir   la   situation   créée   par   les   grèves   qui   menacent   de   mettre   en   danger   l’ordre  
public »131. De cette entrevue, il ressort que Renard a donné l’ordre de reprise du travail  
dans   les   usines   de   guerre   (les   fours   à   coke,   les   centrales   électriques   et   les   usines 
Englebert) comme convenu dans l’accord du 19 septembre. 

Les   délégués  du   MSU  réunis  en   congrès,   attendent  les   résultats   des   négociations 
qui sont prévues le mercredi 20 à Bruxelles pour décider la reprise du travail. Un autre 
facteur  joue  également  pour  la  fin   du   conflit,   l’opinion  publique   serait  de  plus  en  plus 
dressée   contre   les   grévistes,   on   les   accuse  de   poignarder  les   Alliés   dans   le   dos.   Les 
autorités   entendent   également   dire   que   les   travailleurs   désirent   reprendre   le   travail, 
« mais (qu’) ils ont peur des milices syndicales ! » 132.

Le gouverneur Leclercq, accompagné de Renard et de Fernand Dehousse133, se rend 
au ministère du Travail. Selon J. Bondas, la délégation insista avec conviction pour que 
le   gouvernement   prenne   en   considération   l’accord   du   19   septembre   signé   avec   les 

130 C.A.C. Major Lerot, Activités de Mr Renard, chef des Syndicats Unifiés (HCSE, n° ZO8, CEGES) 
131 C.A.C. Major Lerot, Réunion tenue le 21 septembre 1944,  21.09.44 (HCSE, n° ZO8, CEGES) 
132 C.A.C. Major Lerot,  PC et MSU,  21.09.44 (HCSE, n° ZO8, CEGES) 
133  DEHOUSSE,   Fernand   (Liège   03.07.1906   ­   11.08.1976).   Docteur   en   Droit   et   licencié   en   sciences 
sociales de l'ULg (1929), il poursuit sa formation à Paris, Grenoble et Genève (1929­1931). Chargé de  
cours (1935), il devient professeur à l'ULg en 1940. Démis de ses fonctions par les nazis, il retrouve sa  
charge  après  la guerre  (1945).  Il rejoint la clandestinité  en  adhérant au Rassemblement  démocratique  
et socialiste wallon  qu’il quitte  en 1943.  Il dirige ensuite la Commission  des Affaires wallonnes de la  
fédération liégeoise du PSB. A la libération, il devient chef de cabinet de Léon Eli Troclet, ministre du  
Travail. Membre du comité permanent du Congrès national wallon (1945­1971),  il défend la thèse du 
fédéralisme     au   Congrès   de   Liège   (octobre   1945).   Il   représente   la   Belgique   à   l'ONU   dès   1945.  
Sénateur   socialiste   (1950­1968),   ministre   de   l’Education   nationale   (1965­1966).   Il   est   également 
associé  à  la construction   européenne ;   membre de  l’Assemblée  commune  de  la  CECA  ( 1952­  1958), 
de l’assemblée consultative du Conseil de l’Europe (1954­1961), dont il assure la Présidence de 1956 à  
1959,   membre   du   Parlement   européen   (   1958­1965).  Encyclopédie   du   mouvement   wallon,   sous   la 
direction   de   Paul   DELFORGE,   Institut   Jules   Destrée, 2001,   T°1,   pp.   421­422 ;   VAN   MOLLE,P.,  Le  
parlement belge 1894­1969, Ledeberg, Gand, 1969, p.79. 

40
patrons   de   la   métallurgie.   Ce   document   est   présenté   le   soir   même   au   Conseil   des 
Ministres du 20 septembre134.

Le  lendemain,  J.   Bondas  communique  dans  une  lettre   à   A.  Renard   la   position   du 
Conseil  des   Ministres   :  « Il   estime   ne   pas   pouvoir,   dans   les   circonstances   politiques  
actuelles135,   convoquer,   avant   la   semaine   prochaine,   une   nouvelle   réunion   de   la  
Conférence   Nationale   du   Travail,   simplement   pour   délibérer   sur   une   modalité  
d’application   de   la   majoration   des   salaires »136.   Le   gouvernement  n’est   pas   hostile   à 
l’indemnité   des   30   francs   mais   il   préfère   que   les   représentants   liégeois   se   mettent 
d’accord entre eux et ne compliquent pas les choses plus qu’elles ne le sont déjà.

La  solution  à   la  reprise   du   travail  ne   pouvant  venir  de   l’échelon  national,  Bondas 
rencontre  à   son  tour   le   directeur  de   Cockerill   qui   est   d’accord   pour  la   formule  des  30 
francs et pour reconnaître les organisations ouvrières les plus représentatives. 

La grève générale prend fin le dimanche 24, lors d’une deuxième commission mixte 
au  Palais  Provincial137.    Cette  commission  est   présidée  par  M.  Leclercq,  en  présence  de 
Joseph   Bondas.   Elle   rassemble   les   représentants   patronaux   de   la   sidérurgie   et   de   la 
construction mécanique, M. Greiner et Joassart138 et les délégués ouvriers, André Renard 
et   Raymond  Latin.  Trois   accords   se   dégagent en  échange   de   la  reprise   du   travail   dès  le 
lendemain :

• Les parties intéressées font crédit à la promesse de Mr Bondas,  
Sous­secrétaire d’Etat de convoquer dans le plus bref délai une  
nouvelle Conférence du Travail dont les délégations respectives  

134 BONDAS, Un demi siècle d'action syndicale op. cit., p. 384
135 Les circonstances politiques font référence à l’offre de démission du  gouvernement Pierlot au régent. 
136 Lettre de J. Bondas à Mr André Renard, Bruxelles, le 21 septembre 1944 (Papiers Bondas, PS Liège). 
137  Résolution   prises   en   Commission  Mixte,   Gouvernement   Provincial   de   Liège,   le   24   septembre   1944 
(Papiers Bondas, PS Liège). 
138  JOASSART, Gustave  (Liège,  19.12.1880 ­  Sarclay, 04.6.1953). Fils  de l’industriel  Nicolas  Joassart.  Il 
obtient   les   diplômes   de   docteur   en   droit   et   de   licencié   en   sciences   commerciales   à   l’Université   de 
Liège.   Il   passe   une   grande   partie   de   sa   carrière   à   la   Fabrique   nationale   d’Armes   de   Guerre   (FN).   Il  
succède   à   Alexandre   Galopin   en   1923   au   titre   de   directeur   général.   Il   préside   l’Association   des  
Constructeurs   de   Liège   et   la   Fédération   des   Constructeurs   de   Belgique   à   partir   de   1938.   Il   devient  
vice­président   de   Fabrimétal   en   1946.   Il   rejoint   Londres   en   septembre   1941.   De   février   1942   à   août 
1943,  il   occupe   le  poste   de  sous­secrétaire  d’Etat   à  l’Aide   aux  réfugiés,  au   Travail   et  à  la  Prévoyance  
sociale.  Dictionnaire   des  patrons  en  Belgique  : les  hommes,  les  entreprises,  les  réseaux   Bruxelles, De 
Boeck Université, 1996, p. 392.

41
auront le caractère représentatif voulu ;

• A   cette   nouvelle   réunion   de   la   Conférence   Nationale   du  


Travail,   il  sera   proposé   de   modifier   comme   suit   le   primo   et   le  
secundo   de   la   résolution   de   la   CNT:   Application   générale  
d’une majoration de 30% sur les salaires de mai 1940 ; Octroi  
d’une indemnité forfaitaire uniforme par jour de travail effectif  
de   15   francs   aux   travailleurs   de   plus   de   21   ans,   de   11,25   frc  
aux femmes de plus de 21 ans.

• Les  délégués  patronaux   et   du   personnel   de   la   sidérurgie  et   de  


la   construction   mécanique   défendront   les   propositions   ci­
dessus en séance de la Conférence Nationale du Travail139.

Les décisions de cette deuxième commission mixte ne diffèrent pas beaucoup de la 
première  mais  la   présence  du   patron   de   la   Construction  Mécanique   et   du   ministre   du 
Travail,  lui   confère  plus  de  crédit.  Nous  devons  également   faire  remarquer  que  lors  de 
ses deux commissions mixtes, seul le MSU fut représenté du côté syndical.

La seconde CNT, tant réclamée par le MSU et qui subordonna la reprise du travail, 
ne   fut   réunie  que   le   30   juillet   1945   par   Achille   Van   Acker.   C’est   dans   les   différentes 
commissions  paritaires  que  se  jouera  le   choix  entre   l’augmentation   proportionnelle   de 
60%   défendue   par   la   CGTB   ou   l’augmentation   uniforme   du   MSU.   Entre­temps,   les 
événements politiques et sociaux vont se multiplier en Belgique mais il nous faut revenir 
avant sur certains aspects de la grève générale du MSU.

 b)  La gestion du conflit par les autorités.

André Renard fut l’interlocuteur privilégié des autorités, il est  d’ailleurs considéré 
par  le  major  Lerot  comme  la  véritable   cheville  ouvrière   du   mouvement   de  grève,  «   il  
est surtout suivi par 20 à 25 mille ouvriers et grâce aux armes dont il disposait, a pu en  
plaçant   des   piquets   armés,  imposer  la   cessation   du   travail   à  quelques  45.000  ouvriers  
au   total »140.   C’est   également   avec   lui   que   Lerot   entretiendra   des   négociations 
officieuses.   Aux   heures   les   plus   tendues  du   conflit,   Lerot   n’hésitera   pas   à   rappeler  à 
Renard   que   l’armée   américaine   peut   intervenir   à   la   moindre   demande.   D’ailleurs,   la 

139 Résolutions prises en Commission Mixte, op. cit. 
140  C.A.C.   Major   Lerot,   Accord   intervenu   entre   patrons   et   ouvriers   pour   mettre   fin   à   la   grève   dans   la  
métallurgie,  20.09.44 ( HCSE, n° ZO8, CEGES). 

42
formation   de   piquets   armés   a   fait   une   forte   impression   sur   Cecil   de   Sausmarez141,   en 
visite   pour  le   SHAEF  et   qui   compare  la   situation   avec   Charleroi:   «    In   Liege,   on   the  
other   hand,   the   disorder   is   even   greater   that   in   Charleroi   for   there   have   been   cases  
there of armed pickets of agitators preventing miners from going to their work »142. 

La stratégie mise en place par les délégués du MSU dans cette grève est complexe. 
Les autorités font peser le poids d’une intervention américaine qui serait fatale pour les 
grévistes. Renard décide donc de faire reprendre le travail dans les usines de guerre mais 
de l’autre côté arme les piquets de grève, par crainte d’un conflit armé143, probablement 
aussi pour maintenir l’état de grève dans les autres entreprises non touchées par l’ordre 
de reprise. 

Renard, au même moment, demande au Major Lerot de voir si il n’est pas possible 
de légaliser les milices KJ3 qui pourraient être touchées par le désarmement144. Lerot lui 
assure de son « aide bienveillante » et verra si, à Bruxelles, on ne peut rien faire « pour  
autant qu’il ne fasse rien qui mette en danger  l’ordre public ; Que si cela se produisait,  
les   forces   américaines   mettraient   les   choses   au   point   directement,   à   la   première  
demande   qui   leur   serait   faite »145.   Au   10   octobre   1944,   un   document  du   gouverneur 
Leclercq,  adressé  au   ministre   de   l’Intérieur,   nous   informe   que   les   milices   syndicales 
dirigées   par   André   Renard   ne   figuraient   pas   dans   l’arrêté   de   reconnaissance   du 
gouvernement  mais   étant  reconnues  par  les   autorités  militaires,  elles  avaient  obtenu  le 
droit de réquisition et un rationnement de type militaire par l’intermédiaire des autorités 
provinciales.  Le  gouverneur  qui  doit  se justifier précise que  « Les  mesures  prises  l’ont  
été dans le cadre d’un ensemble de dispositions indispensables pour ramener l’ordre et  
la   légalité   au   milieu   d’un   véritable   chaos   qui   était   en   train   de   se   développer   dans   la  
province »146.   Nous  avons   ici  la  forme  d’un  accord   tacite  entre  André  Renard,  le  major 
Lerot et le gouverneur Leclercq : la promesse prise par le chef du MSU de ne pas créer 
du   désordre   en   échange   de   la   reconnaissance  de   la   milice   Kj3   que   Renard   dirige 
également. 
141 SAUSMAREZ, Cecil Havilland, homme politique britannique (1916­1986)
142 Report of Mr De Sausmarez ‘s visit to Charleroi, 01.10.1944 ( SHAEF. FO. 127/572). 
143 HEMMERIJCKX, R., La C.M.B. dans la clandestinité, op.cit., pp. 415. 
144 C.A.C. Major Lerot, Réunion tenue le 21 septembre 1944,  21.09.44 (HCSE, n° ZO8, CEGES) 
145 Idem
146 Milice Kj3, Du Gouverneur Leclercq à Min. Intérieur., 10.10.1944. (HCSE, n° 1063, CEGES). 

43
Cette marge de manœuvre laissée au MSU fut rendue possible par la faiblesse des  
forces   de   l’ordre  belge   qui   exercent   une   présence   dans   le   bassin   liégeois   mais   sont  
incapables  d’intervenir   concrètement  sur   le   terrain.   La   situation   de   l’armement   des 
polices   est   considérée   presque   partout   comme   nulle au   20   septembre : « La   police  
communale, tant  à Liège, que dans les communes environnantes est dépourvue  de tout  
armement. Il est urgent d’armer les polices pour maintenir l’ordre » 147.  

Le   cadre  d’action  du   Major   Lerot,   psychologue   du   travail   de   formation,   dépassa 


largement   la   gestion   du   maintien   de   l’ordre.   Par   ses   rapports   envoyés   à   Bruxelles   et 
particulièrement   au   ministère   du   Travail,   nous  pouvons   admettre  qu’il   contribua  à   une 
prise de conscience des évènements qui se déroulaient à Liège. Le major Lerot contacte 
le ministère du Travail au milieu de la grève : « Sans préjuger du bien ou mal fondé des  
revendications,   l’annonce   de   la   CNT   contribuerait   utilement   à   l’apaisement   des  
esprits »148.   Les  raisons  de  cette  demande   sont  fondées,  pour  Lerot,  sur  la  désaffection 
du milieu ouvrier à l’égard des anciens syndicats dont on reproche l’attitude pendant la 
guerre   alors   que   Renard   « promoteur   du   MSU,   a   eu,  par   contre,  une   attitude  
remarquable comme chef du Corps Franc »149. Dans le déroulement des événements, le 
major Lerot joua un rôle discret mais présent. Il rencontra également à plusieurs reprises 
M. Greiner, le directeur général de Cockerill. Nous n’avons pas de traces concernant des 
négociations   entre   eux,   mais   le   directeur   de   Cockerill   joua   assurément   un   rôle 
d’informateur auprès de Lerot comme auprès du gouverneur de Liège.

Comme  nous   l’avons   constaté   au   cours   de   notre   exposé   sur   le   déroulement   des 
négociations,   le   rôle   du   gouverneur   Leclercq   fut   primordial.   Il   a   permis   des 
négociations directes entre les grévistes et leurs employeurs, au sein d’une commission 
paritaire   improvisée   d’où   étaient   absentes   les   délégations   syndicales   opposées   à   la 
grève. Au sein de cette commission, Leclercq prit des engagements concrets qu’il tint. Il 
alla   lui­même  à   Bruxelles   pour   pousser   le   Conseil   des   Ministres   à   prendre   position. 
Mais   le   gouvernement   Pierlot   avait   bien   d’autres   préoccupations   à   ce   moment,   et   il 
préféra   renvoyer   les   liégeois   à   leurs   conflits   internes.   Bondas,  dirigeant   métallurgiste 
147 C.A.C. Major Lerot, Armement, 20.09.44 ( HCSE, n° 974, CEGES)
148  C.A.C.   Major   Lerot,  Accord   intervenu   entre   patrons   et   ouvriers   pour   mettre   fin   à   la   grève   dans   la  
métallurgie,  20.09.44 (HCSE, n° ZO8, CEGES).
149 Idem

44
liégeois,   ne   pouvait   rester   indifférent  aux   convulsions   sociales  de   la   Cité   Ardente.   Il  
décide  de   se   rendre  à   la   deuxième   commission   paritaire  du   gouverneur,   tout   ayant   au 
préalable   balisé   les   accords   avec   M.   Greiner.   C’est   cette   commission   qui   marquera 
l’aboutissement du mouvement de grève.

 c)  Polémiques autour de l’action et de l’origine du MSU.

A la première rencontre de conciliation chez le gouverneur, tous les syndicats sont 
présents,   André   Renard   et   la   délégation   du   MSU   se   retirent.   C’est   le   début   d’une  
campagne menée dans la presse et chez les travailleurs afin de déstabiliser la confiance 
que  les   ouvriers  accordent   au  MSU.   Nous  allons  tout   d’abord  examiner  le  thème  de  la 
grève   criminelle,   celle  qui   empêche   la   victoire   des   Alliés.  Cette   grève   est   condamnée 
officiellement   à   la   fois   par   la   CGTB   et   par   les   CLS,   si   bien   que   les   autorités   se 
demandent   qui   se   cache   réellement   derrière   le   syndicat   des   métallurgistes.   Des 
accusations   d’hitlérisme   sortent   du   milieu   socialiste.   On   dénonce  ailleurs   un   complot 
communiste,   ceux­ci   se   défendent   de   toute   agitation.   Les   grévistes   seront   d’ailleurs 
accusés de trotskisme par le Drapeau Rouge. 

La confusion la plus totale règne. Pour dénouer les enjeux ici présents, il nous faut 
examiner les réactions que le mouvement de grève a provoqué dans la presse et parmi la 
CGTB,   mais   aussi   considérer   les   relations   que   les   communistes   entretiennent   avec   le 
MSU. Nous conclurons cette analyse par la réponse que le MSU va apporter à toutes ces 
accusations.

I. La grève criminelle.

Le   terme   de   grève   criminelle   fleurit   dans   les   discours  suite   à   la   déclaration  des 
délégués   syndicaux   qui   estiment   « criminelle   une   autre   attitude   que   la   reprise   du  
travail, tant par devoir à l’égard des Alliés qu’envers la population tout entière »150. Le 
lendemain de cette déclaration, la Fédération Générale des Syndicats de la Province de 
Liège publie un appel dans la Wallonie qui s’adresse aux grévistes de Liège : 

150 Vers la reprise du travail !, Gazette de Liège, 19.9.1944

45
« C’est   tout   le   peuple   des   usines   qui   gagne   la   guerre !   Et   nous,  
quelle  contribution   apportons­nous  dans  cet   effort  gigantesque ?  
Vous,   travailleurs   de   la   Cité   Ardente,   de   Seraing­la­Rouge   et  
d’autres   lieux ?   Allez   vous   joindre   votre   effort   à   celui   de   vos  
frères   américains   et  anglais ?   Ou  allez­vous,   pour  des  modalités  
de revendications, compromettre le succès final ? » 151.

  Le rappel  à l’état de  guerre,  aux besoins des  Alliés  et de  la population  fait  répéter 


aux  dirigeants syndicaux que « les  grèves d’aujourd’hui,  sont  des grèves  criminelles ». 
L’article   évoque   de   même   une   réunion   avec   l’autorité   militaire   où   les   délégués 
socialistes   ont   rougi   de   honte   car   ils   étaient   malgré   tout   « les   frères   de   ces  
irresponsables ».   Le   texte   se   conclut   par   un   appel   affectueux  à   la   reprise   du   travail : 
« Prolos de chez nous, au cœur généreux et fier, acceptez l’ultime sacrifice »152.

Le directeur de la Gazette de Liège, Joseph Demarteau153  , titre son éditorial du 23 
septembre « La grève criminelle ». Il y expose le fond de cette assertion : 

« Il   ne   s’agit   pas   seulement,   comme   en   tout   temps   de   conserver  


des   conditions   de   viabilité   à   une   industrie   dont   la   ruine  
entraînerait   la   ruine   de   tous   ceux   qu’elle   nourrit ;   dans   les  
circonstances   présentes   il   s’agit   en   outre,   de   relever   au   plus   tôt  
les   ruines   que   l’ennemi   vaincu   a   laissées   derrière   lui ;   il   s’agit  
aussi d’assurer la collaboration d’un travail généreux à ceux qui  
nous ont  rendu la  liberté  et qui  doivent  achever la  Libération  du  
monde »154.

L’opposition   aux   phénomènes   de   grève   dépasse   l’argumentaire   voulant   qu’ils 


empêchent le bon déroulement de l’économie. La production belge a désormais d’autres 
fonctions primordiales : la victoire des Alliés, le ravitaillement urgent de la population, 
la reconstruction  du pays,  le  renom de la Belgique  à  l’étranger…Toute obstruction à la 
production est donc considérée comme une « folie », « une monstrueuse ingratitude »155, 
un crime contre la population belge et les alliés libérateurs.

151 Au Travail d’abord !, La Wallonie, 20.9.1944
152 Idem
153  DEMARTEAU,   Jospeh   dit   DEMARTEAU   III   (Liège,   1886   ­   1959).   Dans   la   lignée   familiale,   il   est 
directeur  et   rédacteur  de  la  Gazette   de  Liège de 1910 à 1959.  Durant l’occupation  allemande,  il  passa  
plus   de   sept   mois   enfermé   à   la   Citadelle   de   Liège   puis   en   Allemagne.   Le   nouveau   dictionnaire   des  
Belges, sous la direction de Yves William DELZENNE, Bruxelles, Le Cri, 1998, p. 163.
154 La grève criminelle, Demarteau, La Gazette de Liège, 23.09.1944
155 Idem

46
Le Drapeau Rouge va dans le même sens quand il déclare au 19 septembre : 

« Le   pays   doit   travailler.   C’est   là   ce   qui   importe.   Toutes   les  


entreprises   doivent   rapidement   produire   le   plus   possible,   pour  
que la victoire des Alliés sur l’Allemagne hitlérienne soit acquise  
dans le laps de temps le plus court »156. 

Trois   jours  après,  le   quotidien  rappelle  que  les   communistes   ont   été  les  premiers, 
dès   la   Libération,  à   réclamer  la   mise  en   marche   de  l’industrie   pour   la   poursuite  de   la  
guerre aux côtés des Alliés et pour le ravitaillement157.

Une question se pose dès lors à  l’opinion publique  et surtout aux autorités : qui se 


cache derrière ces grévistes qui empêchent la victoire finale des Alliés ?

Le MSU apparaît à la Libération comme un mouvement inconnu; les dénominations 
varient   d’ailleurs   d’une   source   à   l’autre,   allant   du  MUS  au   Syndicat   Unique.   Cette 
absence   d’informations   laisse   place   à   des   hypothèses   incorrectes   sur   les   origines   du 
syndicat mais non dénuées d’intérêt pour comprendre la vision que l’on pouvait avoir de 
ce  mouvement   de  grève.  Nous  faisons   référence  à   un   rapport  des  autorités  du   HCSE158, 
daté  du  21   septembre,  essayant   de  faire  le  point  sur  le   MSU,   ses  relations   avec  le  Parti  
Communiste et la personnalité d’André Renard. Il se base sur des conversations avec des 
militants   communistes   et   un   délégué  MSU   d’Herstal.   Deux   thèses   sont   évoquées :   le 
MSU   serait   une   dissidence   communiste   ou   alors   un   mouvement   dirigé   par   l’hitlérien 
André Renard, au compte de la 5ème colonne.

II. L’implication des communistes dans la grève.

La possibilité que le MSU soit une dissidence du PCB est envisagée par le HCSE. 
Cette   hypothèse   provient   du   fait   que   les   meneurs   ont   été   identifiés   comme   des 
« délégués   socialistes   et   communistes,   qui   se   disent   dégoûtés   des   syndicats  
politiques »159. Le MSU aurait l’appui des militants communistes, ce qui laisse supposer 

156 Il faut travailler, Le Drapeau Rouge, 19.9.44. 
157 N’ont­ils donc rien appris ?, Le Drapeau Rouge, 22.9.1944. 
158 PC ET MSU, Liège, 21.09.44 ( HCSE, Z09, CEGES)
159 Idem

47
au   rapporteur   du   Haut   Commissariat,   que   la   dénonciation   de   la   grève   par 
l’Intersyndicale   CLS   ne   serait   que   de   la  poudre   aux   yeux.   Le   MSU   pourrait   être 
également   « un   PC   nouvelle   formule   destiné   à   dérouter   les   autorités »,   ou   « une  
dissidence provoquée par les jeunes qui estiment la politique du Parti trop lente ».

Dans  la  confusion  générale,   une  chose  est   certaine;  dans  le  domaine  syndicale,  le 
Parti   communiste   se   voit,   en   quelques   jours,   dépassé   par   le   MSU.   Par   ses 
revendications, le MSU a réussi à adhérer un grand nombre d’ouvriers dont des affiliés 
socialistes, communistes et chrétiens.

Le Drapeau Rouge va démentir une première fois toute implication du PC dans les 
grèves,   après   que   la   Libre   Belgique   ait   attribué   la   cause   des   grèves   à   des   menées 
communistes160.   Le  quotidien  communiste  met  définitivement  les   choses  au  point  dans 
un article véhément du 23 septembre : 

« Dans   la   région   liégeoise,   quelques   provocateurs   trotskystes,  


sous le  couvert  d’un  prétendu syndicat unifié  des Métallurgistes,  
tendent   à   s’opposer   à   la   reprise   du   travail.   Organisant   des  
piquets   de   grévistes   armés,   ils   vont   même   jusqu’à   vouloir  
provoquer   des   bagarres.   Très   prudemment,   les   meneurs   refusent  
l’organisation   de   larges   assemblées.   Ils   ont   convoqué   en   tout   et  
pour   tout,   deux   réunions   de   délégués.   Mais   la   très   grosse  
majorité des travailleurs désire reprendre le travail »161.

Ce   trotskisme   affublé   à   Renard   est   proclamé   par   Théo   Dejace162  à   la   fin   de   la 

160 N’ont­ils donc rien appris ?, Le Drapeau Rouge, 22/09/1944.
161  Les métallos liégeois reprendront le travail, Le Drapeau Rouge, 23/09/44. 
162 DEJACE, Théodore (Liège, 7.3.1906 – 11.2.1989). Il suit des cours à l’Ecole normale de Liège (1925)  
puis  à l’Institut provincial d’éducation physique de Liège. Employé de Banque (1927­1928),  agent de  
police   (1929),   il   obtient   ensuite   un   poste   d’instituteur   dans   l’enseignement   communal.   Membre   des 
Jeunes Gardes Socialistes et du personnel enseignant socialiste depuis 1925, il est nommé Président de 
la   section  liégeoise   en  1938.  Il   est   dénoncé   comme   agent   de   l’Internationale   communiste   et  exclu  du  
syndicat en 1939. Il devient président en février 1939 de l’Union Wallonne de Liège, il assume aussi le  
secrétariat   liégeois   du   Rassemblement   universel   pour   la   Paix   et   milite   activement   au   Comité   de  
Vigilance   des   Intellectuels   antifascistes   ainsi   qu’au   Comité   d’Aide   à   l’Espagne   républicaine.   Dès 
septembre   1940,   il   est   secrétaire   de   l’agit­prop   de   la   fédération   liégeoise   du   Parti   communiste   de  
Belgique. Il édite le journal clandestin Liberté,  et est  à  l’origine  d’une  importante presse communiste  
qui contribue à la création des Comités de Lutte Syndicale, après la grève des 100.000 en mai 1941. Il  
est   appelé   au   niveau   national   du   PCB   en   1942.   A   la   libération,   il   devient   secrétaire   national   de   la  
Confédération   Belge   des   Syndicats   Unique,   qui   regroupe   les   anciens   CLS.   Il   devient   l’un   des  
secrétaires   nationaux   de   la   FGTB   (1945­1949).   Elu   député   communiste   de   Liège   (1945­1965), 
sénateur  de Liège (1952­1976).  Président   de  la  section  Liège  ville   du   PCB,   président   du  comité de la 
fédération   liégeoise   et   du   comité   central   du   PCB.    Encyclopédie   du   mouvement   wallon,   sous   la 

48
guerre163; il  prend source dans le soutien logistique qu’apportèrent, durant la guerre, des 
trotskystes  du   PCR  à   l’impression  de  deux  numéros  de  Travail,   l’organe  clandestin   du 
MSU.   Le  biographe  d’André  Renard,   Pierre  Tilly,   ainsi  que  Marc  Lorneau164  affirment 
que l’influence du PCR sur la Fédération des Métallurgistes est pourtant insignifiante165.

En   1943,   l’Intersyndicale   des   CLS   métallurgistes   de   la   région   liégeoise   fusionne 


avec  la   Fédération des  Métallurgistes   de  Liège,  dirigée  par  André  Renard. Néanmoins,  
des   membres   minoritaires   du   CLS   dirigés   par   Michel   Adère166,   responsable   du   CLS 
d’Ougrée­Marihaye,  refusent   l’intégration   et   restent   attachés   à   l’Intersyndicale   des 
CLS167.   André   Renard   conserve   néanmoins   un   soutien  largement   majoritaire  des 
militants   communistes  malgré   les  efforts   effectués  par  la  section  liégeoise  du  PC  pour 
revenir   en  arrière168.   La  crainte   de   voir  un  transfert   des  effectifs   du   PC  vers  le  courant 
Renard   est   perceptible  dans  les   rapports   HCSE  du  service  Lerot.  Au   20  septembre,  un 
délégué communiste ne cache pas ses craintes face aux transferts qui se multiplient des 
CLS au MSU169. Le 28 septembre, le Major Lerot apprend que « le Parti Communiste se  
propose   de   revendiquer,   par   l’intermédiaire   des   CLS,   une   majoration   de   60%   sur   les  
salaires fixés au 31 août 1944 »170. Cette revendication devrait être présentée vers la fin 
octobre et est « surtout dirigée contre le MSU, dans la région liégeoise, qui s’est attiré  
les faveurs d’un nombre assez respectable d’affiliés aux syndicats communistes ». Cette 
information   est   confirmée   au   parlement,   en   octobre   1944,  par   Alice   Degeer­Adère, 
députée   communiste   de   Liège  :   « Concernant   les   salaires,   nous   réclamons   sans  
équivoque   une   augmentation   de   50%   du   salaire   actuel.   Le   gouvernement   ferait   œuvre  
sage   en   adoptant   cette   formule   qui   puise   sa   force   dans   les   aspirations   profondes   des  

direction de Paul DELFORGE, Institut Jules Destrée, 2001, T°1, pp. 426­427
163 TILLY P., op. cit., pp. 182.
164 LORNEAU M., Contribution à l'histoire du mouvement Trotskiste belge 1939­1960, , Liège ULg, 1983, 
Volume 2, pp. 523. 
165 Idem.
166  ADERE,   Michel(   Jemeppe   Sur   Meuse,   27.02.1906­?).   Membre   du   PCB.    Lamineur   de   profession   à 
Ougrée Marihaye, il est délégué CGTB des Métallurgistes. Il participe en tant que meneur aux grèves 
de 1936. En rapport avec Dejace, il diffuse les premier journaux clandestins du PCB puis participe à la 
création   des   CLS.     Il   est   actif   lors   de   la   grève   des   cents­mille   en   1941   et   lors   des   grèves   contre   les 
déportations en 1942. Il reste permanent syndical CLS jusqu'à la fusion de la FGTB en 1945. D'après  
le dossier « ADERE, Michel », CARCOP. 
167 HEMMERIJCKX R., op. cit., p. 398. 
168 TILLY, op. cit., p. 182. 
169 C.A.C. Major Lerot, PC et MSU,  21.09.44 (HCSE, n° ZO8, CEGES)
170 C.A.C. Major Lerot,  Renseignements sur le PC,  28.09.44 (HCSE, n° ZO8, CEGES)

49
travailleurs »171.

Le   cas   de   Robert   Lambion,   dirigeant   du   MSU,   est   également   caractéristique   des 


inquiétudes  que  doit  avoir   le  PC  sur  l’influence  du  MSU.  Robert   Lambion,  qui  créa   le 
CLS   de   Cockerill   et   dirigea   la   grève   des Cent   mille ,   rejoint   avec   de   nombreux 
camarades   le   mouvement   métallurgiste   d’André   Renard   en   1943.   Il   adopte   les   thèses 
renardistes   au  cours  de  la  guerre  et   est   finalement  exclu  du   PC  après  celle­ci 172,   ce  qui 
est   considéré  aujourd’hui  par   Marcel  Baiwir,  militant  communiste,   comme  une   erreur 
politique du parti173. 

Il   y   a   donc  une   opposition  formelle   de   la   direction   du   PCB   et   de  l’Intersyndicale 


des CLS, à la grève de septembre. Cette position cadre avec le discours productiviste de 
la  participation  à   l’effort   de  guerre  tenu  par  le  Parti   communiste  à   la  Libération.  Cette 
opposition   n’a   toutefois   pas   empêché   les   militants   communistes,   au   sein   du   MSU  ou 
non, de participer à la grève et elle a surtout provoqué un transfert important des affiliés 
CLS vers le MSU. 

III.Les grévistes d’André Renard au service de la 5e colonne ?

La  deuxième  hypothèse  émise   par  les   autorités  au   sujet   des  origines  du   MSU   est  
directement  liée   à   l’affaire   de   la   libération   de   Renard174  qui  provient  des   « détails   de  
l’attitude   de   Renard,   pendant   les   derniers   temps   de   l’Occupation »175.   La   captivité   de 
Renard   en   Allemagne  est   sujette   à   caution176,   « il   servait   d’interprète   et   d’homme   de  
confiance   du   camps »   et   « est   rentré   de   captivité   pour   une   soi­disant   maladie ».   De 
retour en Belgique, Renard se serait disputé avec ses camarades syndicalistes parce qu’il 
prônait  publiquement   ce   qu’il   avait   vu   en   Allemagne  dans   le   domaine   social.   On   se 

171   Degeer­Adère, séance  du  mardi 3 octobre  1944,  Annales parlementaires, Chambre des  représentants,  


session 1944­1945, 1945, p. 20. 
172  Robert   Lambion,   par   Rik   Hemmerijckx   in  Nouvelle   biographie   nationale,   Académie   royale   de 
Belgique Bruxelles, 1999, Tome 5, pp. 216­218
173  Baiwir   M.,  Contribution   à   l'histoire   sociale   wallonne   :   un   militant   témoigne,   Form'Action   André 
Renard, Liège, 2005, p.57.
174 TILLY, op. cit., p. 155. 
175 C.A.C. Major Lerot, PC et MSU,  21.09.44 (HCSE, n° ZO8, CEGES)
176  André Renard est mobilisé à la fin de l’année 1939, et fait prisonnier de guerre en mai 1940. Il passe  
deux ans en captivité en Allemagne. Il est libéré pour cause de maladie et rentre en Belgique le 28 mai  
1942. 

50
demande si André Renard « sous le couvert de luttes syndicales ne sabote pas la reprise  
de   la   vie   économique   et  cela   pour   le   compte   de   la   5éme  colonne ! (…)   Dans   le   milieu  
syndical socialiste on n’hésite pas à le dire « hitlérien »177.

Ces   informations   parvenues   au   HCSE   font   suite   à   une   déclaration,   démentie, 


d’Hubert   Lemme178,   dirigeant   de   la   Centrale   des   Mineurs.   Il   « aurait   déclaré  
publiquement que Renard a été libéré sur les instances d’Henri De Man et qu’il aurait  
fait   en   rentrant   une   profession   de   foi   nationale­socialiste » 179.   Un   rapport   du   SHAEF 
reprend également les propos qu’aurait tenu Lemme sur Renard : « He has sucked at the  
Teuton breast, and has got it his system »180.

De   l’accusation   d’hitlérisme   à   un   complot   de   meneurs   au   service   de   la   5ème 


colonne, il n’y a qu’un pas, franchi par l’édition du Peuple du 24 septembre 1944: 

« la   5ème  colonne   est   particulièrement   active   parmi   les  


travailleurs   des   régions   industrielles,   dont   elle   exploite  
l’ignorance,(…),  Il  lui  semble facile  d’entretenir  une  agitation  et  
de provoquer des grèves de la part de certains ouvriers,… ». 

Cette accusation  marquante, qui circule sous forme de rumeur chez  une  partie des 


syndicalistes   de   la   CGTB,   indique   un   niveau   de   tension   prégnant   entre   les   anciens 
compagnons métallurgistes. Ce qui n’est pas pour déplaire à tout le monde, notamment 
à J. Demarteau directeur de la Gazette de Liège :

  « Aujourd'hui,   d'accord   en  cela  avec   les   dirigeants  de   syndicats  


chrétiens   et   libéraux,   les   porte­parole   et   les   organes   les   plus  
autorisés   du   mouvement   ouvrier   socialistes   prodiguent   eux­
mêmes   des   conseils   de   sagesse   aux   ouvriers   de   la   région   qui  
s'obstinent à se croiser les bras. 

Saluons   avec   plaisir   chez   les   leaders   du   mouvement   ouvrier   une  


attitude   raisonnable,   patriotique   et   qui   ne   manque   pas   de  
courage. Chez des hommes d’ extrême­ gauche dont la consigne a  
trop souvent été celle de la  servilité peureuse (...) il faut, en effet,  

177 C.A.C. Major Lerot, PC et MSU,  21.09.44 (HCSE, n° ZO8, CEGES)
178 
179 TILLY P., op. cit. 
180  A  secessionist  from  the  belgian  socialist  labor,   Bruxelles,   10/05/1945,   US.   Army,   Office   of   strategic 
service ( SHAEF, APO. 887). 

51
 une certaine énergie pour désavouer un mouvement populaire et  
conseiller vigoureusement à des électeurs de faire le contraire de  
ce qu’ils font.

(...)   Devant   ces   circonstances   exceptionnelles ceux­là   même   qui  


jadis   étaient   portés   à   appuyer   toute   revendication,   à   justifier  
toute grève, ont aujourd’hui le bon sens de dire et d’écrire: il faut  
retourner au travail ! (...)»181.

Seul  Le   monde   du   travail  et   son   directeur   Charles   Rahier,   ancien   camarade  de 
Renard au JGS, prend la défense de l'action du MSU: 

« Si   nous   pouvions   nous   attendre   à   un   article   venimeux,  


maladroit   et   profondément   réactionnaire   de     M.­J.   Demarteau,  
qui   n’a   décidément   rien   appris   et,   en   l'occurence   ,   n'a   rien  
compris,   ce   n’est   pas   sans   peine   que   nous   avons   lu   dans   le  
“Peuple”   un   article   qui   témoigne   aussi   qu’on   n'a,   à   Bruxelles,  
qu’une vue fausse et fragmentaire de la situation ».  Quant à voir  
traiter   les   dirigeants   du   mouvement   grèviste   de  rexistes   et   de  
fourriers de la 5ème colonne, qu’ils nous permettent de dire qu’il  
font   bien   mauvaise   besogne.   Le   problème   des   grèves   dans   la  
métallurgie   de   Liège   est,   en   effet,   complexe,   et   on   peut   dire   que  
tous les partenaires ont raison en l'un ou l'autre point, les patrons  
et les deux tendances syndicales (...) »182. 

Pour  C.  Rahier,   il  y   a   sûrement  eu  des  erreurs  de  tactique  et  de  psychologie  de  la 
part   du   MSU   mais   elles   n’expliquent   pas   le   comportement   de   certains   militants   et 
journaux ouvriers à l’égard des grévistes183. 

La  polémique  au sujet  de l’hitlérisme de Renard  sera  encore vive  en janvier  1945. 


Le   militant   CLS   des   A.C.E.C  d’Herstal,   Louis   Neuray,   accuse   Renard   de   sympathie 
pour le national­socialisme dans le quotidien Liberté184.

IV.La réponse du MSU aux accusations. 

Diffamé   de   toute   part   mais   étant   de   plus   en   plus   certain   de   ses   acquis,   le   MSU 

181 DEMARTEAU J., La grève criminelle, La Gazette de Liège, 23.9.1944
182 La grève est terminée, Le Monde du Travail, 25.09.44
183 La guerre continue, Tous au travail , Le Monde du Travail, 30.9.44
184 Idem. 

52
répond   point   par   point   aux   accusations   dans   un   tract   daté   du   22   septembre185.   Il   y 
condamne à la fois les syndicats, la presse, le patronat et le gouvernement.

Par son action, le MSU a réussi à récupérer un rôle que les syndicats socialistes et 
chrétiens lui déniaient. En déclenchant une grève suivie par la majorité des travailleurs, 
il   s’est   imposé   dans  les   négociations   au   niveau  régional  et   par  la   même  occasion,  il   a  
retiré toute crédibilité à la représentativité de la CGTB et de la CSC :

« Au   nom   des   milliers   de   travailleurs   en   grève,   nous   déclarons  


caduques   les   résolutions   de   la   Conférence   Nationale   du   Travail.  
Nous   affirmons   également   que   ceux   qui   ont   prétendu   y  
représenter les travailleurs n’ont pas reflété l’opinion ce ceux­ci.  
Cette   grève   en   est   une   preuve   flagrante.   (…)   Le   Mouvement  
Syndical   Unifié   affirme   être   le   seul   pouvant   être   pris   en  
considération,   les   négociations   et   les   pourparlers   en   cours   en  
font foi. » 

Concernant l’entrave à l’effort de guerre qui lui est reprochée, le MSU se défend en 
mettant  en avant son  activité  clandestine contre l’Occupant et sa  collaboration avec les 
autorités   américaines,   notamment   au   sujet   des   mesures   de   sécurité   prises   pour 
sauvegarder   le   fonctionnement   des   fours   à   coke.   La   responsabilité   de   cette   grève 
« triste » selon le mot de Renard est à chercher du côté des patrons et du gouvernement : 

« Notre   grève   n’attaque   en   rien   nos   libérateurs   que   nous  


continuons   à   aider   par   tous   les   moyens   en   notre   pouvoir.   (…)  
Nous   rendons   responsables   de   la   situation   les   patrons   peu  
conscients de la misère de la classe laborieuse. Nous reprochons  
également   au   gouvernement   d’être   rentré   au   pays   les   mains  
vides. »

Le   MSU   s’en   prend   également   à   la   presse   dont   les   intentions   ne   seraient   pas  
neutres, elles visent d'après lui à le compromettre auprès de la population : 

« Nous   accusons   devant   l’opinion   publique   les   agissements   de  


certains quotidiens qui, par des informations erronées, tentent de  
jeter le discrédit sur nos revendications légitimes. » 

185 Aux Travailleurs. Nous ne mangeons pas de ce pain là, MSU, 22.9.1944 (Papiers Bondas, PS Liège)  

53
 d)  Les causes profondes de la grève.

Dans   un   rapport   de   gendarmerie   du   22   octobre   1944,   l’adjudant   Laurent   de   la 


brigade de Seraing estime que le mouvement est politique et « qu'afin de camoufler ce  
mouvement, il y aurait une revendication matérielle »186. Cette opinion est partagée par 
divers milieux liégeois. Avec sa vision acérée de la situation, l’éditorialiste de la Gazette 
de Liège relève les ressorts du mouvement de grève : 

« il   n’y   a   pas   de   conflit   entre   le   patronat   et   les   travailleurs  


organisés,   le   désaccord   s’accuse   plutôt   entre   ces   derniers,   qui  
comprennent   la   nécessité   de   reprendre   le   travail   et   des   coureurs  
d’aventure   qui   croient   l’occasion   favorable   pour   bousculer   les  
anciennes   organisations   syndicales   et   prendre   eux­mêmes   la  
direction   des   masses   ouvrières   dans   le   but   de   s’en   servir   à   des  
fins extrémistes »187.

En   dehors  des   jugements  de   valeur  sur   l’aventurisme  et   l’extrémisme,  l’analyse   de 


Demarteau  relève   une  des  causes  fondamentales  du   mouvement  de   grève:   le   conflit   de 
générations au sein du syndicalisme socialiste, qui porta la Fédération des Métallurgistes 
de   Liège   à   se   séparer   complètement  de   la   CGTB   pour   créer   son   propre   syndicat.  On 
comprend  dès   lors   mieux   l’isolement  complet   du   MSU   durant   la   grève   de   septembre, 
puisque celle­ci aurait eu pour objet le syndicat en lui­même et sa reconnaissance par le 
gouvernement.   A   la   Libération,   le   mouvement   mené   par   A.   Renard   devait   faire 
reconnaître   au   plus  vite   son   autonomie   d’action   pour  ne  pas  se   laisser  distancier  par  la 
CGTB   qui   appelait   à   l’unité   au   sein   de   sa   structure.  Comme   le   souligne   Rick 
Emmerijckx :   « La   victoire   la   plus   importante   fut   la   possibilité   qu’eut   le   MSU   de   se  
manifester   en   tant   qu’organisation   syndicale   reconnue,   qui   groupait   80   à   90   %   des  
ouvriers   métallurgistes   liégeois »188.   Pierre   Tilly   va   dans   le   même   sens   de   la 
reconnaissance  syndicale :  « Le   MSU   est   désormais   une   organisation   qui   compte   au  
même titre que son leader sur le terrain social et syndical liégeois et belge. A la suite du  
conflit très dur de septembre 1944, la reconnaissance et la légitimité sont bel et bien au  

186  C.R.   d’un   événement   extraordinaire,   Adj.   Laurent,   Gendarmerie   Nationale,   Brigade   de   Seraing, 
22.09.1944
187 La grève criminelle, La Gazette de Liège, 23/09/1944
188 HEMMERIJCKX R.,  Le Mouvement Syndical unifié et la naissance du renardisme, Bruxelles, CRISP, 
1986, p. 50. 

54
rendez­vous »189.

Si   le   conflit   de   générations  et   les   divergences  théoriques  au   sein  du   syndicalisme 


d’après­guerre   relèvent   d’une   importance   primordiale   dans   le   déclenchement   de   la 
grève, il ne faut pas sous­estimer le poids des revendications salariales du MSU. 

Bondas reconnaît également que le point de vue salarial du MSU aurait pu trouver 
des partisans à la CNT. Les 60% d’augmentation donnait  30 fr. de plus aux salaires de 
50 fr. mais seulement 24 fr. aux salaires de 40 fr., « peut être bien aurait­il mieux valu,  
tout le monde étant pareillement dépourvu et les besoins de ce moment étant les mêmes  
pour tous, d’accorder à chaque salarié une indemnité uniforme »190. Van Acker, quant à 
lui, continue de défendre la mesure lors du Congrès extraordinaire de la CGTB du 23 au 
25 décembre 1944 : « Si on s’en tient au 60%, c’est parce que l’on veut une politique de  
stabilité   politique,   une   stabilité   sociale ».   Le   Peuple   admettra   pourtant   en   Janvier   45 
l’échec des mesures prises par la CNT : « Nul ne contestera plus que l’augmentation de  
60%   appliquée   sur   les   salaires   et   traitements   de   1940,   après   la   Libération   a   été  
« mangée »   par   la   montée   en   flèche   du   coût   de   la   vie.   Le   pouvoir   d’achat   des  
travailleurs n’a pas augmenté. Au contraire ! »191.

Les   syndicalistes   du   MSU  seront   donc  confortés   dans  la   position   qu’ils   ont   prise 
concernant la politique salariale. En novembre 1944, l’organe du MSU,  Travail, revient 
sur les mesures de la CNT : 

« Le travailleur s’est vu octroyer une augmentation de salaire de  
60%,   il   le   doit   à   la   stupidité   des   syndicalistes   bureaucratiques,  
trop   heureux   de   profiter   de   l’occasion   de   la   CNT   pour   rappeler  
leurs existences. Les 60% ne représentent plus rien après 2 mois  
de régime. Les prix ont augmenté et les salaires sont bloqués. »192

L’argumentaire du MSU renverse celui qui voudrait que la grève ait été déclenchée 
pour  permettre   sa   reconnaissance.   En  prenant  une   mesure   essentiellement  symbolique 
pour  assurer  la  paix  sociale,  la CSC  et  la  CGTB  ont  provoqué  dans  la  région  liégeoise 
189 TILLY,P., op. cit., p. 176. 
190 BONDAS, op.cit., p.383
191 Il faut fixer et contrôler sévèrement les prix, Le Peuple, 9.01.1954. 
192 Travail, organe du MSU, Novembre 1944

55
exactement   l’inverse   de   ce   qu’elles   désiraient.   En   pleine   reconstruction,   le   champ 
d’action de la CSC et la CGTB est restreint à l’activité politique de ses cadres quand le 
MSU exerce une intense activité de terrain en lien avec sa doctrine sur l’action directe. 
Quant au syndicalisme communiste, il était « complètement subordonné » à la stratégie 
politique  du   Parti  Communiste  dans  le contexte  de  coopération  au  sein  du  FI193.   Début 
septembre,   le   PC   fait  acte   de   candidature   au   gouvernement194  et   le   quotidien 
communiste Clarté  annonce que « L’heure n’est pas aux expériences et aux aventures » 
195
.

Le MSU aurait  pu sortir complètement  isolé  de  la  grève de septembre 1944. Il est  


pourtant   admis,  grâce  à   Bondas, au  sein   des  commissions   paritaires  de  la  sidérurgie  et 
de l’industrie mécanique en janvier 1945, alors que les CLS ne le furent que le 10 avril  
de la même année196.

  Les  relations   avec   la   CGTB  vont   également  s’améliorer.   Même   si   celle­ci  désire 
toujours   que   la   fusion   syndicale   s’opère   en   son   sein,   le   MSU   influence  la   doctrine 
syndicale  de  la  CGTB Liège­Huy­Waremme.  A  son  congrès  du  26  octobre,  elle  décide 
de   donner   « une   nouvelle   orientation   au   mouvement   syndical » comprenant 
l’indépendance   vis­à­vis   des   partis   politiques,   la   création   du   Syndicat   Unique   et 
l'incompatibilité   entre   les   mandats   politiques   et   les   fonctions   dirigeantes   au   sein   du 
syndicat197.

193  HEMMERIJCKX   R.,  De   K.P.B.,   haar   syndicale   stratégie  en   haar   verhouding  tot   het   Renardistisch  
syndicalisme ( 1940­1944),  In V.M.T., n°1, mars 1987, pp.38­39. 
194  GOTOVITCH   J.,  Du   rouge   au   tricolore   : les   Communistes   belges   de   1939   à   1944   :   un   aspect   de  
l'histoire de la Résistance en Belgique, Bruxelles, Labor, 1992, p. 422. 
195 Clarté, 04/091944. 
196  SILVESTRI   L.,  Le   gouvernement   et   les   organisations   syndicales   de   1944   à   1948.   Discours   et   faits, 
Mémoire de licence en Histoire, ULG, 1986­1987.
197 Le Peuple, 26/10/1944.

56
 2.4.  Une reprise hypothétique du travail. 

 a)  L’application des mesures salariales dans les Commissions paritaires.

La  décision  d’appliquer  dans  les   entreprises la  majoration   des  salaires  de  60%  est 
dévolue   aux   Commissions   paritaires   des   différents  secteurs  de   l’industrie   qui   vont   se 
réunir à partir du 3 octobre jusqu'à la fin de novembre 1944.

Les   Commissions   paritaires   apparaissent   à   la   Libération   comme   un   instrument 


indispensable de conciliation sociale dans la politique du gouvernement Pierlot : 

« Dès   sa   rentrée   en   Belgique,   le   précédent   gouvernement   s'est  


trouvé en face des multiples difficultés que posent le problème de  
l'adaptation des salaires. Des reprises de contact ont eu lieu avec  
la Conférence nationale du travail, institution dont la création ne  
remonte   qu'à   peu   de   mois   avant   l'invasion,   mais   au  
développement   de   laquelle   s'attachent   de   grands   espoirs.   Nous  
continuerons à associer de près les organisations d'employeurs et  
de   travailleurs,   notamment   les   commissions   paritaires,   à  
l'examen  de  toutes  les  questions  qui  touchent  à  leurs  intérêts.   Le  
temps  est venu  de  faire  un  pas  de  plus  et  de  confier  un  rôle  plus  
organique aux associations professionnelles dans l'élaboration et  
l'application des règles qui forment le statut de la profession »198.

Mais   la   force   obligatoire   des   décisions   prises   par   les   Commissions   paritaires   ne 
sera reconnue que par l’arrêté­loi du 9 juin 1945. Ce qui laisse place à des contretemps 
divers   où   la   grève   sert,   en   l’absence   de   force   obligatoire,   de   force   de   rappel.   A   la  
chambre  des  représentants,  le   débat  sur  le   rôle   et   le   fonctionnement  des  Commissions 
paritaires est inauguré par A. Delattre199 durant la séance du 3 octobre : « Le rôle de ces  
organismes est en effet de mettre les patrons et les ouvriers d’accord. Dans la situation  
198  Déclaration   gouvernementale   lue   par   le   Premier   ministre   Hubert   Pierlot   et   August   de   Schryver   à   la 
Chambre le 3 octobre 1944 et par Paul­Henri Spaak et Edmond Ronse au Sénat le 3 octobre 1944. 
199 DELATTRE, Achille (Paturage, 1979­1964). Ancien ouvrier mineur, homme politique et syndicaliste 
socialiste.   Secrétaire   national   de   la   Centrale   des   Mineurs   (CGTB),   Député   de   Mons   (1921­1954).   Il 
publie en 1923 une brochure  La Nationalisation des Mines  et  dépose  avec d'autres députés socialistes, 
en août 1945,  une proposition de loi postulant  la création d'une "Société Nationale des Charbonnages 
belges".Bourgmestre   de   Paturage   (1939­1940 ;   1944­1952),   Ministre   du   Travail   et   de   la   Prévoyance  
sociale   (1935­1939),   Ministre   du   Combustible   et   de   l’énergie   (1947­1948).   Il   est   nommé   Ministre 
d’Etat   le   3   septembre   1945.  Le   nouveau   dictionnaire   des   Belges, sous   la   direction   de   Yves   William 
DELZENNE, Bruxelles, Le Cri, 1998, p. 151 ;  BRUWIER, M,  La Centrale syndicale des travailleurs  
des   mines   de   Belgique   et   la   fermeture   des   charbonnages   wallons   (1947­1960),  BTNG­RBHC,   XIX, 
1988,1­2, pp. 173­203.

57
actuelle,   lorsqu’ils   n’y   parviennent   pas,   ils   s’en   retournent   chacun   de   leur   côté   et  
continuent   à   se   battre   dans   le   pays »200.   Le   député  propose   une   série   de   réformes   de 
fonctionnement qui ont, à ses yeux, une grande importance afin d’assurer la tranquillité 
du pays : « Je suppose bien que MM. les ministres ne s’imaginent pas qu’ils vont rester  
tranquillement assis dans leurs fauteuils : les revendications ouvrières vont bondir, des  
grèves vont sans doute éclater ».

L’absence   de   force   obligatoire   dans   les   décisions   des   commissions   va   se   faire 


ressentir comme le présageait A. Delattre. Dans une note du 4 octobre sur la situation du 
milieu   ouvrier,   le   major   Lerot   marque   son   mécontentement  vis­à­vis  de   l’attitude   de 
certains   patrons   qui  « semblent   vouloir   saboter   la   reprise   du   travail »   en   retardant   ou 
minimisant  l’application   des  mesures  prises  par  la   CNT,   cela  « crée   pour   les   ouvriers  
une   insécurité   permanente   qui   n’est   pas   de   nature   à   apaiser   les   esprits  ».   Pour   le 
délégué  du   HCSE,  la   raison  de   cette   attitude   patronale  est   claire :   « Elle   semble   bien  
être   le   peu   d’intérêt   pécuniaire   que   représente   pour   eux   le   travail   dans   les   conditions  
actuelles ».   Cette   question  relève   également  pour  Lerot   d’une  question   de   maintien  de 
l’ordre : « Il serait souhaitable que les patrons soient invités par l’autorité responsable,  
à   comprendre   mieux   la   situation,   et   au   besoin   à   supporter   les   sacrifices   momentanés  
qui seraient nécessaires pour maintenir leurs activités »201.

I.  Sidérurgie et Construction mécanique.

Fin  septembre,  André  Renard  communique  au   Major   Lerot   les  récriminations  des 
ouvriers   qui   se   plaignent   de   l’attitude   de   certains   patrons,   « anciens   collaborateurs,  
animés d’un mauvais esprit et peu pressés de faire reprendre le travail »202. Les patrons 
estimeraient  l’accord réalisé par le MSU comme un projet et font reporter la reprise du  
travail.   Ces   patrons   sont   accusés   d’avoir   réalisé  de   larges   bénéfices  pendant 
l’Occupation   et  ils   menacent   leurs   ouvriers   de   chômage   sous   divers   prétextes203.   La 
compagnie Phoenix Works de Flémalle est particulièrement visée.

200  DELATTRE   A.,   séance   du   mardi   3   octobre   1944,   Annales   parlementaires,   Chambre   des 
représentants, session 1944­1945, 1945, p. 18.
201 Major Lerot, Note sur la situation dans les milieux ouvriers, 04.10.1944 (HCSE, Z08, CEGES)
202 Reprise du travail, 26.09.1944 (HCSE, Z08, CEGES)
203 Major Lerot, Note sur la situation dans les milieux ouvriers, 04.10.1944 (HCSE, Z08, CEGES)

58
Les Commissions paritaires de la Sidérurgie et de la Construction mécanique ne se 
font   donc   pas   sans   embûche.   La   Sidérurgie   se   rencontre   le   12   et   le   18   octobre. 
L’application  des  résolutions  de  la  CNT  est   acceptée  par  les  délégués  ouvriers  jusqu’à 
ce que l’un d’entre eux propose la mesure du MSU, soit un minimum de 30 fr. par jour. 
Le   délégué  patronal  du   Hainaut  s’y   oppose,   il   faut   pour  lui  s’en   tenir   aveuglément   et  
pour   toute   la   Belgique   aux   règles   promulguées   par   la   CNT204.   Avant   de   prendre   sa 
décision, la Sidérurgie désire rencontrer les représentants des Mines et de la Mécanique. 
La séance est reportée au 18 octobre et les patrons annoncent leurs refus aux délégations 
ouvrières.   Il   faudra   l’intervention   d’Achille   Van   Acker   pour   débloquer   le   débat   qui 
aboutit   à   un   accord   de   compromis   dans   la   Sidérurgie   et   la   Construction   Mécanique: 
Tous   les   salaires   conventionnels   de   mai   1940   des   ouvriers   de   plus   de   21   ans   seront  
majorés  de  60%,  sans  que cette augmentation puisse être inférieure  à 30fr. par  jour  et  
par ouvrier205.

II.  Les Mines.

En   marge   de   la   CNT,   une   première   Commission   Nationale   Mixte   des   Mines 


(CNMM)   se   réunit   le   14   septembre   pour   discuter   du   problème   des   salaires206.   Les 
délégations  ouvrières  et   patronales  tombent   d’accord  pour  abolir   le   système  de  primes 
imposé   sous  l’Occupation.   Les  délégués  mineurs  présentent   ensuite  les   revendications 
issues du Comité national de la Centrale des Mineurs :

• Augmentation   de   60%   des   salaires   conventionnels   de   mai  


1940,   avec   minimum   horaire   de   10   fr   pour   les   qualifiés   et   8fr  
pour les manœuvres. 

• Remboursement   des   amendes   appliquées   en   vertu   des  


ordonnances allemandes.

• Augmentation de 100%du taux des pensions de 1940. 

Les   délégués   patronaux   ne   sont   pas   hostiles   à   cette   mesure   qui   leur   paraît 
raisonnable  mais  ils  font  remarquer  qu’elle  nécessiterait une  dépense  mensuelle  de  180 
204 Commissions paritaires – Sidérurgie ­12 et 18 octobre, Revue du travail, Vol. 46, 1945.
205 Idem
206  Commissions  paritaires   –   Commission  Nationale   Mixte   des   Mines­   14   et   15   septembre,  Revue   du 
travail, Vol. 46, 1945, p. 309. 

59
millions  de  francs.  Ce  qui  ne  pouvait   pas   être  envisagé par  l’industrie  charbonnière  vu 
les   difficultés   qu’elle   rencontre,  les   pertes   avoisinant  les   120   millions  par  rapport   à   la 
base  de  juin   1944.  Si  la   hausse  salariale  devait  se  réaliser  dans   ces  conditions,  c’est   le  
prix   du  charbon  qui   augmenterait.  La  question  est   dès   lors  déléguée  au  gouvernement. 
Le   Conseil  de   cabinet   ne   peut   envisager   une   hausse   du   prix   du   charbon  mais   il   veut  
également donner « une solution rapide au problème du salaire dans les mines, afin de  
hâter la reprise du travail »207.

C’est le Conseil des Ministres du 15 septembre 1944 qui prend la première mesure 
touchant aux salaires des mineurs : 

• Les primes instaurées sous l’Occupation sont supprimées.

• Les salaires du 10 mai 1940 sont augmentés de 40%, y compris 
la majoration de 8% accordée en 1941.

• Il   est   accordé   aux   ouvriers   de   l’industrie   charbonnière   une 


indemnité spéciale de mineur égal à 20% des salaires du 10 mai 
1940.

Le gouvernement décide également l’octroi de subventions, pour une durée de deux 
mois,   en   vue   de   résorber  les   pertes   des   charbonnages   qui   doivent   faire   face   à   « des  
charges exceptionnelles et à la chute anormale du rendement de l’ouvrier mineur »208.

L’application  des  décisions   de  la  CNMM  et  du  Conseil   des  Ministres  provoque  la 
grève des mineurs du bassin de Flémalle, particulièrement au puit du Xhorré. 

La   Commission   Régionale  Mixte   des   Mines   se   réunit   au   Palais   Provincial   le   26 


septembre   pour   envisager   une   solution,   « L’assemblée   décide   à   l’unanimité   qu’il   sera  
accordé à chaque ouvrier à titre d’avance sur salaire, une somme égale à une semaine  
de   travail,   soit   six   journées   de   salaire   nouveau   tel   qu’il   a   été   décidé   à   la   CNMM  »209. 
Les mineurs acceptent cette proposition et reprennent le travail au 2 octobre210.

207 Les salaires des Mineurs sont augmentés de 40 p.c., Le Peuple, 17.9.1944.
208 Idem. 
209 Les salaires dans les mines, Le Monde du Travail, 25.9.1944.
210 La Wallonie, 2.10.1944.

60
Le secrétaire de la Centrale des Mineurs de Flémalle, L. Gillot, exprime le malaise 
de  cette grève en  ces termes :  « Alors que tous les  militants  s’acharnent  à  demander à  
la   classe   ouvrière   de   comprendre   que   la   guerre   n’est   pas   finie,   qu’il   y   a   des   devoirs  
envers  les  libérateurs,   que   le   travail  doit   continuer   malgré   les   sacrifices  innombrables  
qu’elle   doit   faire,   les   patrons,   eux,   s’acharnent   à   provoquer   cette   classe   ouvrière   en  
réduisant au minimum les accords réalisés à la C.N.M.M »211.

III. Les carrières.

Le   21   septembre,   les   ouvriers   des   carrières   de   la   région   Ourthe­Amblève  se 


réunissent en assemblée générale à la Maison du Peuple de Sprimont : « Considérant la  
pénible   situation   dans   laquelle   ils   se   trouvent   après   un   calvaire   de   quatre   longues  
années, ils se déclarèrent prêts à reconquérir leur droit à l’existence »212. A l’unanimité, 
ils  réclament en plus de l’application de l’augmentation des 60% décidée à la CNT, une 
prime   de   rentrée   équivalant   au   salaire   de   10   jours   de   travail.   Les   patrons   carriers 
refusent   et   décident   de   reprendre   le   travail   seulement   aux   conditions   fixées   par   la 
commission   paritaire   du   Petit   Granit,   commission   qui   n’a   pas   encore  pu   se   tenir.   Le 
bourgmestre de Sprimont, Jospeh Potier, contacte alors le gouverneur de la région pour 
obtenir   sa   médiation.   Leclercq  convoque   une   première   réunion   de   conciliation   le   11 
octobre.   Celle­ci  échoue,   les   patrons   refusant   toujours  d’accorder  la   prime  de   rentrée. 
Une   deuxième  réunion,   le   23   octobre,  débouche   sur   l’accord  de   certains   patrons   mais 
les   ouvriers   à   nouveau   réunis   à   la   Maison   du   Peuple,   se   déclarent  non   satisfaits   des 
résultats   obtenus.   Ils   vont   cependant   reprendre   le   travail :   « considérant   que   la  
prolongation   de   la   grève   pouvait   faire   obstacle   à   la   vie   économique   du   pays,   dans   un  
moment où nos Alliés ont besoin de toutes les énergies » 213. Outre ces considérations, il 
nous faut signaler que l’industrie du Granit est en grande difficulté. Les commandes se 
font rares et certaines exploitations ne peuvent reprendre l’ensemble de leur personnel à  
la fin de la grève. 

211  Idem.
212 La Grève dans les carrières, Le Monde du Travail, 10.10.1944.
213 La reprise du travail dans les carrières, Le Monde du Travail, 25.10.1944

61
IV. L’industrie textile verviétoise.

Dès le 3 septembre tandis que la région de Verviers est toujours en zone de guerre, 
les organisations ouvrières du Textile réclament une hausse salariale de 50% ,l’abolition 
des   22   conditions   de   1934214,   la   représentation   des   délégués  d’usine   et   la   reprise   des 
discussions   entre   le   patronat  et   la  Centrale  des  Ouvriers  Textiles  de   Belgique   (COTB, 
socialiste).  Les   relations   entre   patrons   et   ouvriers   sont   pour   le   moins   conflictuelles 
comme   l’exprime  Louis   Zurstrassen215,   président   de   la   Fédération   Patronale   de 
l’Industrie  Textile de Verviers :  « Au  cours des années  qui  ont précédé la  guerre, nous  
avons   péniblement   essayé   à   maintes   reprises,   de   trouver   un   modus   vivendi   avec   les  
organisations   ouvrières   (…)   Mais   ces   relations   étaient   toujours   sporadiques   et  
momentanées »216.

Les  patrons  attendent  la  décision  de  la  CNT  au  sujet  de  la  hausse  des salaires.  La  
COTB, quant à elle, décide d'ajourner la reprise du travail. Le 17 septembre, la situation 
ne   s’est   pas   améliorée,   la   mesure   de   la   CNT   s'avère   inférieure   à   la   revendication 
salariale et il n’y a toujours pas d’accord sur les conditions de 1934 et la reconnaissance 
syndicale.   Le   20   septembre,   la   fédération   patronale   du   textile   informe   être  disposée  à 
appliquer   les   accords   nationaux   mais   elle   estime   pouvoir   faire   connaître   sa   position 
directement aux travailleurs, sans passer par des organisations syndicales217. Le lundi 25 
septembre,   jour   officiel   de   la   reprise,   les   ouvriers   refusent   de   reprendre   le   travail218. 
Bondas   vient   à   Verviers   pour   conseiller   à   tout   le   monde   d’accepter   les   60% 
d’augmentation,   un   appel   au   rétablissement   du   dialogue   est   également   lancé   par   la 
fédération patronale qui « dit avoir reçu des délégués du MSU inconnus d’elle »219. 

214   Nouvelles   conditions   de   travail,   inspirées   de   celles   qui   sont   d'application   dans   le   nord   de   la   France,  
réunies   dans   un   document   intitulé  Salaires   et   Conditions   de   Travail   de   la   Fédération  Patronale   de 
l'Industrie   Textile   de   Verviers,   ultérieurement   "les   22   conditions",   dont   la   signature   par   chaque  
travailleur   conditionnera   son   embauche   à   la   reprise   du   travail.   Voir   GEERKENS,   Eric,  La  
rationalisation dans l'industrie belge de l'Entre­deux­guerres, Bruxelles, Palais des Académies, 2004.
215  ZURSTRASSEN,   Louis,   Baron  (1892­1971).   Ingénieur   industriel,   sénateur   PSC   de   l'arrondissement 
de  Verviers  (1946­1961),  membre du Mouvement des Indépendants  Chrétiens, propriétaire  du  journal 
Le  Courrier   de   Verviers.  Descendant   d'une   des   plus   prestigieuses   familles   d'industriels   du   textile   de 
Belgique.
216  Deux ans d'action sociale dans l'industrie textile de Verviers, Fédération patronale de l'industrie textile 
de Verviers, 1947, pp. 11­12. 
217  Dans le textile, La Presse verviétoise, 21.9.1944.
218   La  Régionale  FGTB  de   Verviers   : un  syndicat  pour  le  21e   siècle. ,   Bruxelles, Fédération   générale   du 
travail de Belgique (FGTB), 2000, p 52. 
219  WYNANTS,   J.,  Verviers   libéré   : de   l'allégresse   à   l'inquiétude,   sept.   1944   ­   janvier  1945,   Verviers, 

62
Le   3   octobre,   une   première   rencontre   a   lieu   entre   Louis   Zurstrassen   et   les 
représentants   socialistes   et   chrétiens.  L’organisation   patronale   invoque   la   reprise   aux 
conditions   de   la   CNT  et   admet   la   représentativité   des   syndicats  socialiste   et   chrétien, 
tout en mettant à l’écart le CLS.

C’est   finalement   sur   une   intervention   de   l’armée   américaine   que   la   reprise   du 
travail   va  s’effectuer.   Le  5   octobre,  le   major  Lund  convoque  la  fédération  patronale,  la 
COTB,   la   CSC   et   le   CLS:   « Le   major   déclara   qu’il   fallait   500.000   mètres   de  
couvertures dans le plus court délai. Il termina en disant qu’il serait heureux de voir sa  
demande accueillie, tout en soulignant que l’armée américaine voyait à chaque minute  
ses   hommes   mourir   pour   défendre   la   liberté   des   peuples.   Qu’enfin,   il   espérait  faire   sa  
demande en la motivant plutôt que de recourir à un ordre qu’il serait forcé de prendre  
si il n’était pas compris »220.

Les  patrons  sont   d’accord   pour  garantir   un  minimum  de   8   fr.   ou  10   fr.   de  l’heure 
selon  les  qualifications  et   d’examiner  les   autres  revendications  ultérieurement.  De  leur 
côté,   les   délégués  syndicaux  lancent   un   mot   d’ordre   de   reprise   du   travail   pour   le   9  
octobre.   Mais   les   matières   premières   manquent   et   14.000   ouvriers   sont   toujours   au 
chômage.   On   attend   impatiemment   de   savoir   qui   fabriquera   les   couvertures   pour   les 
américains quand on apprend, le 24 octobre, que le ministère des Affaires économiques 
exclut la proposition américaine pour le besoin des civils221. 

 b)  Les difficultés de ravitaillement et la montée du chômage. 

Dans   une   note   du   mois   d’octobre   sur   la   situation   des   milieux   ouvriers222,   Lerot 
revient   sur   les   facteurs  qui   pourraient  « entraîner   des   troubles ».   C’est   la   question   du 
ravitaillement   qui   est   la   plus   préoccupante :   « Le   ravitaillement   est   absolument  
insuffisant   dans   l’agglomération   de   Liège   et   bien   inférieur   au   régime   existant   sous  
l’Occupation ».     Au   26   septembre,   le   président   de   la   CSC   faisait   déjà   part   de   ses 
craintes   au   Premier   ministre   Pierlot :   «   La  CSC   n'ignore   pas   les   difficultés   que   le  

Editions la Dérive, 1984, p. 127. 
220 La reprise du travail aura lieu dès lundi prochain, La Presse verviétoise, 6.10.1944.
221 Verviers ne fabriquera pas les 500.000 mètres de couverture, La Presse verviétoise, 24.10.1944.
222 C.A.C. Major Lerot, Situation dans les milieux ouvriers, 04 11.44 (HCSE, n° ZO8,CEGES)

63
gouvernement  a à affronter pour résoudre ce problème et elle ne laisse passer aucune  
occasion   pour   le   dire   au   travailleurs   mais   "ventre   affamé,   n'a   pas   d'oreille"   et   elle  
craint   que   les   travailleurs   suspendent   à   nouveau   la   besogne   si   le   ravitaillement   n'est  
pas sérieusement et rapidement amélioré223 ». 

Des mesures d’urgence doivent être prises. André Renard pointe du doigt la saisie 
des denrées alimentaires lors des contrôles routiers. : « Les ouvriers se plaignent d’être  
rançonnés sur les routes lorsqu’ils se rendent à la campagne.  Face à ce contrôle, c’est  
la classe ouvrière qui est la première victime »224. Un premier accord intervient avec les 
responsables  du   FI,   de   l’AL   et   des   Corps­francs  au   sujet   des   réquisitions   qui   devront 
désormais  se   faire   par   les   bourgmestres,   les   commissaires   d’arrondissement   ou   le 
gouverneur225. Suite à une entrevue entre un agent du HCSE et E. Lalmand, un rappel à  
l’ordre   est   intimé   à   toutes   les   sections   FI   de   la   province   de   cesser   les   contrôles   de 
fraudes alimentaires226.  Pour organiser le ravitaillement dans la province, le gouverneur 
met  en  place  une  commission  permanente  qui  doit   se  réunir  tous  les  jours.  Les   efforts  
tenaces  et  l’acharnement227  du   Gouverneur   n’empêcheront   toutefois   pas   des   grèves 
sporadiques et perlées dans les charbonnages. 

I.  Les grèves charbonnières d’octobre 1944. 

L’Association   charbonnière   de   Liège   juge   l’alimentation   des   mineurs   déficiente 


même  si   le  ravitaillement   antérieur  pouvait  être  réorganisé.   Son  président,  Mr  Liebert, 
en   appelle    au   rétablissement  de   « la   situation   qui   existait   pendant   l’Occupation   au  
profit des ouvriers mineurs228 ». En effet, les mineurs bénéficiaient durant l’Occupation 
allemande  d’une  ration  extraordinaire   (timbre   noir)   et   extra­supplémentaire,   ainsi   « si  
l’on   ne   rétablit   pas   la   ration   extra­   supplémentaire,   les   mineurs   ne   pourront   pas  
maintenir   l’effort   qu’on   exige   d’eux.   Le   rendement   à   l’homme   n’atteindra   pas   celui  
d’avant la guerre. La production totale sera déficitaire. La vie économique du pays en  

223  Lettre   de   Pauwels   à   Pierlot,   26.09.44,   in   COOL   A.,   L’activité   de   la   confédération   des   syndicats  
chrétiens de Belgique ( Fonds de recherche José Gotovitch, CEGES)
224 Agent Feron, Front de l'indépendance., S.E. Liège, 26 09.44 (HCSE, n° ZO8,CEGES) 
225  Le Gouverneur et le ravitaillement, le Monde du Travail, 21.9.1944. 
226 C.A.C. Soudan, Ravitaillement, 06/10/1944, (CEGES, HCSE, n° ZO8)
227  Le Gouverneur et le ravitaillement, le Monde du Travail, 21.9/1944.
228 Note pour le premier ministre, Bruxelles, 21.09.44, p. 2 ( AVA, n°483, A.E. Bruges)

64
souffrira   considérablement   ».   L’enjeu   du   rétablissement   d’un   ravitaillement  suffisant 
est   donc  particulièrement sensible  dans  les  mines:   « On oublie  que nous  sortons  de 52  
mois d’Occupation…et que la guerre continue toute proche du bassin de Liège. L’effort  
nouveau   qui   est   demandé,   après   un   engourdissement   volontaire   doit   être   soutenu :  
psychologiquement   d’abord,   par   la   certitude   d’une   alimentation   suffisante ;  
physiquement ensuite, par la continuité de cette alimentation 229». 

Le   28   septembre,  la   Sécurité   de   l’Etat   informe   l’auditeur   général  F­L   Ganshof230 


d’un   mouvement   de   grève   dans   le   bassin   minier   de   Liège.     Selon  la   gendarmerie   de 
Liège, 644 grévistes protestent contre l’insuffisance du ravitaillement aux charbonnages 
de   Bonne­Espérance,  Batterie,   Violette,   St­Marguerite   et  Aumônier.   Au   charbonnage 
des   Français  de   Ans,   c’est   près   de   650   mineurs   qui   stoppent   le   travail 231.   On   signale 
également   un   mouvement   de   protestation   à   Bonne­fin,   la   grève   est   due   à   la   fois   au 
manque   de   ravitaillement   et   à   un   conflit   avec   la   direction   sur   les   primes   de   la 
Libération.   Au   charbonnage   de   Xhorré   de   Flémalle­grande,  la   question   des   rations  de 
charbon distribuées  par la  direction  préoccupe  les mineurs.  Ils   lancent le 2  octobre un 
« appel   à   toutes   les   autorités   pour   que   le   ravitaillement   s’améliore »   et   critiquent 
violemment  l’attitude des patrons sur la fixation des prix des rations de charbon232. Le 9 
octobre ,   le   bourgmestre   de   Beyne­Heusay   informe   la   police   que   les   ouvriers   de   sa 
233

commune   ont   cessé   le   travail.   Le   travail   ne   reprendrait   que   si   une   amélioration   du 
ravitaillement   se   fait     sentir234.  Les   mouvements   de   grève   vont   perdurer   jusqu’au   18 
octobre   avec   la   menace   constante,   pour   les   autorités,   d'un   déclenchement   de   grève 

229  Note de l’industrie charbonnière  Liégeoise,   Rapport  de  l’association charbonnière  de   Liège,  remis le  


26.10.44. (AVA, n°483, A.E. Bruges) 
230  GANSHOF   VAN   DER   MEERSCH   Walter   Jean   (1900­ ?).   Vicomte.  Juriste.   Avocat   en   1922,   il 
devient   Procureur   du   Roi   de   Bruxelles   en   1933.   Il     enseigne   à   l’Université   Libre   de   Bruxelles. 
Résistant   de   la   Seconde   Guerre   mondiale,   il     participe   aux   activités   clandestines   du  Comité  Gilles. 
Arrêté, il s’évade en 1943 pour l’Angleterre où il exerce la fonction de Haut commissaire à la Sécurité  
de l’Etat, qu’il occupe toujours à la Libération. Avocat général en 1947, il devient Procureur Général  à  
la   Cour   de  Cassation   en   1968,  Ministre   sans   portefeuille   chargé   des   affaires   générales   en   Afrique  en  
1960,   Vice­président   de   la   Cour   européenne   des   droits   de   l’homme.   Enfin,   il   devient   membre   de 
l’Académie  royale de Belgique  en  1978.  Le nouveau dictionnaire des Belges, sous  la direction de  Yves 
William DELZENNE, Bruxelles, Le Cri, 1998, p. 247.
231  L’Auditeur   Général   au   Major   Lerot,  Renseignement  général   communiqué   par   l’administrateur   de   la  
Sûreté de l’état, Bruxelles, 12.10.44 (HCSE, n° ZO8, CEGES)
232 La Wallonie, 2.10.1944. 
233  Le   Drapeau   Rouge   fait   écho   d’une   grève   générale   qui   aurait   du   être   déclenchée   ce   jour­là   dans   la 
région de Charleroi. 
234 Feron, S.E. Liège,  F.I., 10.10.44 (HCSE, n° ZO8, CEGES)

65
générale.    L’agent   Féron   de   la   Sécurité   de   l’Etat   juge   la   situation   au   9   octobre  plutôt 
préoccupante   au   regard   du   maintien   de   l’ordre :   « Si   la   situation   alimentaire   ne  
s’améliore   pas   dans   les   tous   prochains   jours   et   si   la   population   ouvrière   ne   voit   pas  
prendre   des   mesures   de   coercition   exemplaire,   des   troubles   se   produiront  
inévitablement,   et   le   maintien   de   l’ordre   se   réduira   à   une   question   de   force.   Il   est  
indispensable   de   saisir   immédiatement   dans   les   fermes,   par   la   gendarmerie,   les  
produits que les cultivateurs seraient en défaut de livrer »235. Au 14 octobre, la situation 
est   toujours  aussi   tendue,  il   est   fait  mention  clairement  d’un   projet   de  grève   générale : 
« Des   mesures   d’urgences   concernant   le   ravitaillement   sont   le   seul   moyen   de   faire  
avorter le projet de grève générale qui peut être exécuté d’un jour à l’autre236.  

Vers la fin du mois d’octobre, la tension sociale dans les charbonnages liégeois est  
moins   perceptible.   La   menace   de   grève   générale   a   momentanément   disparu   avec 
l’amélioration légère du ravitaillement et le travail reprend là où il a été suspendu237. 

Cette   évolution   est   due   à   une   reprise   en   main   de   la   situation   alimentaire   par   les 
autorités  américaines.  Le   20   octobre,  les   dirigeants  des  charbonnages   se   rencontrent  à 
Liège sous la présidence du Colonel Diggs (COCA, Det. Liège) avec à l'ordre du jour la 
situation   des   charbonnages   et   leurs   besoins238.   On   y   évoque   une   amélioration   du 
ravitaillement même s'il reste insuffisant. Les américains promettent une distribution de 
margarine dans les communes charbonnières. Des rations supplémentaires  parviendront 
aux mineurs « in recognition of the decisive part these workers play in the war effort ». 
L’Office   Central   d’Approvisionnement   des   Charbonnages   installera   cinq   magasins 
spéciaux  dans   les   bassins   du   pays,   gérés  par   les   Civils   Affairs.   A   Liège,   les   mineurs 
recevront   4,10   tonnes   de   viande   et   4   tonnes   de   graisse239.   Les   patrons   charbonniers 
expriment  le désir que l'on  intervienne pour mettre  fin aux grèves  surgissant  depuis  la 
Libération« pour   les   motifs   les   plus   futiles ».   Le   Colonel  Diggs   souhaite  qu’un   arrêté 
soit   pris   par   les   autorités   belges   pour   contraindre  les   mineurs   à   rester   au   travail.   Les 

235 Feron, S.E. Liège, Ravitaillement., 09 10.44 (HCSE, n° ZO8, CEGES) 
236 C.A.C. Major Lerot, Grèves, 14.10.44 ((HCSE, n° ZO8, CEGES)
237 C.A.C. Major Lerot, Grèves, 18.10.44 (HCSE, n° ZO8, CEGES) 
238  C­R  de   la   réunion  des  dirigeants  de   charbonnages   du   20   octobre,   Liège,   27.10.44     (HCSE,   n°1644,  
CEGES) 
239  Min.   Aff.   Eco.,  Rationnement   supplémentaire   pour   les   mineurs   par   les   forces   alliées,   Bruxelles, 
21.11.1944. 

66
délégués   patronaux   lui   objectent   les   difficultés   pratiques   qu’une   telle   mesure 
entraînerait.   Ils   suggèrent   plutôt   que   l’armée   américaine   prenne   l’initiative   d’un 
protocole  appelant   les   mineurs  belges   au   travail   et  soulignent   l’utilité   de   celui­ci  pour 
l’effort de guerre. Belges et américains se quittent en promettant de faire des demandes 
dans les deux sens.  

Au   3   novembre,   la   situation   alimentaire   est   jugée   toujours   insatisfaisante   par 


l’association  charbonnière240  mais   les  distributions   de   vivres  par  les  armées  alliées  ont 
contribué   à   un   apaisement   des   esprits.   On   remarque   également   une   augmentation 
journalière de la production charbonnière  qui est passée au cours du mois d’octobre de 
17.000  tonnes à  30.000 tonnes. La  chute de  production  globale  reste  préoccupante, elle 
est   passée  d’une  production   mensuelle   de   2.500.000  tonnes  en   1940   à   une  production 
totale de 600.000 tonnes pour le mois d’octobre 1944. 

Si les motifs immédiats des grèves charbonnières d’octobre sont connus, il est plus 
difficile   d’identifier   la   nature   des   acteurs.   L’amélioration   du   ravitaillement   est   une 
revendication constante  de  l’ensemble  des  syndicats  du  pays.   En  témoigne  la décision 
de la CGTB au 12 octobre, de rencontrer le « camarade Delsinne, pour lui demander de  
prendre   au   plus   tôt   des   mesures   énergiques »241 .   Toutefois,   la   CGTB   et   la   CSC  sont 
fortement  opposées   aux   déclenchements   de   grèves   en   cette   période.   La   responsabilité 
pour l’ensemble du pays est mise au compte « des partis extrémistes » et des CLS « qui  
provoquent, à chaque occasion, des grèves locales »242. 

  Pour   la   province   de   Liège,   nous   n’avons   pas   trouvé   trace   d’organisations   qui 
revendiqueraient ou seraient accusées de soutenir directement les grèves charbonnières. 
La disparité des grèves indique un fort caractère spontanéiste, pouvant faire penser à un 
mouvement de grèves sauvages déclenchées directement par les mineurs, une hypothèse 
favorisée   par   l’absence   et   le   discrédit   des   structures   syndicales   d’avant­guerre. 
Cependant,   la   terminologie   employée   par   les   autorités   autour   du  projet   de   grève  
générale, pourrait faire penser à un programme prémédité de la part d’organisations qui 

240 Situation dans l’industrie charbonnière à la date du 3 novembre 1944 (AVA, n°483 A.E. Bruges)
241 CGTB, réunion du bureau, 12.10.44 ( Fond CMB, n° 1043, AMSAB)
242 Situation de l’industrie charbonnière a la date du 13 octobre 1944 (AVA, n°483, A.E. Bruges)

67
utilisent   la  menace  d’une  grève   générale  comme  moyen  de  pression  et   de  provocation. 
Les   documents   concernant   l’état   de   la   situation   du   Hainaut   éclairent   en   partie   la 
question  des  acteurs.  La  menace  de  grève   générale  dans  les  charbonnages   est   évoquée 
par   Mr   Roch   dès   le   2   octobre   lors   de   la   réception   d’une   délégation   de   13   délégués 
mineurs  du  «   Mouvement   pour   le   Syndicat   Unique   de  la   région   de  Charleroi   et  de  la  
Basse­Sambre ».   Le   cabinet   du   ministère   du   travail   est   également   en   rapport   avec   le 
gouverneur de Mons. Celui­ci relate au 20 septembre, une entrevue avec une délégation 
d’ouvriers  se présentant au nom du CLS : « Ces ouvriers m’ont déclaré qu’ils étaient à  
la   veille   de   la   grève   générale   s’il   n’était   pas   apporté   remède   à   très   bref   délai   à   la  
situation existante243 ». Mais si nous ne pouvons juger de l'implication des CLS dans le 
déclenchement   des   grèves   pour   la   province   de   Liège,   nous   pouvons   remarquer   la 
concordance  tant   au  point  de  vue  temporel  qu’au   point  de  vue  revendicatif,   des  grèves 
liégeoises avec celles du Hainaut. 

II.  Des protestations contre la non reprise du travail.

La  fin  du  mois  d’octobre  est  marquée  par  un  mouvement  de  protestation  contre  la 
montée du chômage. En novembre, 225.000 chômeurs étaient contrôlés, leur nombre va 
s’accentuer   pour   atteindre   un   pic   de   300.000   au   mois   de   janvier244.  Plusieurs 
facteurs peuvent   expliquer   ces   chiffres   pour   le   mois   de   décembre   et   janvier   :   le   froid 
rigoureux   de  l’hiver   1944­45,  l’offensive   Von  Rundstedt,   les  difficultés  de  transport   et 
de   rationnement  des  ouvriers,  le   manque  de  matières  premières.   Une  autre   hypothèse 
est   cependant   énoncée,   le   chômage   serait   organisé   volontairement   par   les   chefs 
d’entreprises.   Au   25   octobre,   le   chef   de   la   MMB,   section   travail,   Auguste   de   Block, 
transmet l’information selon laquelle il faut déplorer : « un certain laisser­aller dans la  
direction   des   charbonnages,   voir   même   un   freinage   organisé ».   Les   causes   de   ce 
chômage sont clair pour le Drapeau Rouge : « ce chômage criminellement organisé par  
des   ex­collaborateurs   industriels,   par   des   magnats   capitalistes   n’ayant   qu’une   seule  
préoccupation :   obtenir   et   imposer   des   prix   exorbitants   pour   leurs   produits245 ». 
L’industrie   charbonnière  est   la  première  à  se  défendre:  « Dans   certaines   sphères,   on   a  

243  Gouvernement   provincial   du   Hainaut   à   Monsieur   le   Ministre   de   l’Industrie   et   du   Travail,   20.10.44,  


Mons (AVA, n°483, A.E. Bruges)
244 A propos des Statistiques du chômage, Revue du Travail, Janvier 1947, pp. 2. 
245 Ouvrez les usines, Le Drapeau rouge, 31.10.1944

68
accusé   les   patrons   charbonniers   de   ne   pas   pousser   à   la   production   parce   que  les   prix  
de   vente   actuels   n’étaient   pas   rémunérateurs246 ».   Elle   considère   «comme   un   devoir  
patriotique   de   contribuer   au   rétablissement   de   l’économie   industrielle  du   pays   et   à  la  
satisfaction des besoins des armée alliées »247.

La   protestation   contre   le   chômage   et   le   manque   de   ravitaillement   prend  la   forme 


d’un   projet   de   grève   générale  des   CLS   vite   avorté   et   d’une   grève   symbolique   d’une 
heure déclenchée par le MSU.

Le 22 octobre, les CLS organisent une Conférence Nationale des délégués de tous 
les   bassins,   à   laquelle   les   délégués   liégeois   ne   sont   pas   présents  faute   de   moyens   de 
transport248.   Un   Comité   National   des   CLS   mineurs   est   constitué   à   la   maison   des 
Tramwaymen  de  Bruxelles.  La  résolution  votée  s’élève   « contre   les   bruits   tendancieux  
qui   circulent   au  sujet   de   l’attitude   des  ouvriers  mineurs   qui  ont   la   volonté formelle de  

travailler   malgré   les   provocations   à   la   grève   du   patronat   collaborateur   et   de   la   5ème 


colonne ».   Ils   engagent   donc   tous   les   ouvriers   à   manifester   le   30   octobre   dans   leurs 
communes ou leurs régions avec les mots d’ordre suivants : 

• Mise au travail immédiate ;

• Réquisition des  industries  en chômage ou  dont  les patrons  ont  


collaboré avec l’ennemi ;

• Organisation rationnelle du ravitaillement ;

• Reconnaissance par les patrons et le gouvernement des CLS et  
des SU avant le 1er novembre.

Si   des   mesures   immédiates   ne   sont   pas   prises   par   le   gouvernement,   les   CLS 
affirment que les mineurs  occuperont les charbonnages  en collaboration  avec  les  PA  et 
le FI en vue d'en reprendre l’exploitation. Le lendemain, les CLS liégeois, absents de la 
rencontre de Bruxelles, forment des assemblées générales à la Minerie, au Six­Bonniers, 
à   Marihaye   et   à   Bonne­Fortune.   Des   résolutions   sont   votées   contre   la   lenteur   du 
246 Situation dans l’industrie charbonnière à la date du 3 novembre 1944 (AVA, n°483, A.E. Bruges)
247 Idem
248 Les mineurs menacent d’occuper les charbonnages, Le Drapeau Rouge, 23.10.1944.

69
gouvernement à régler la situation du ravitaillement249 mais nous n’avons trouvé aucune 
trace de grève ni de manifestation dans la région de Liège au 30 octobre.

Les   efforts   du   MSU   pour   s’intégrer   dans   les   mines   n’aboutissent   pas,   il   reste 
cependant  en   activité   après   la   grève   générale  de   septembre.   Le   MSU   déclenche   une 
grève symbolique d’une heure dans les usines le 27 octobre. Elle prend la forme d’une 
manifestation contre les carences du gouvernement et contre le patronat qui empêche la 
reprise   du   travail.   Le   MSU   veut   également   être   reconnu   en   tant   qu’organisme   de 
paiement  des  allocations  de  chômage.  Les  charges  qui  pesaient  sur  un   MSU  adepte  de 
l’action   directe  ressurgissent :  « Il   manifeste  qu’il   place   les   intérêts   de  son   groupe   au­
dessus des intérêts  de  la Nation, qui a besoin de calme public et d’activité  industrielle  
dans un moment aussi grave »250. Face à lui,  les communistes se font les  défenseurs  du 
maintien   de   l’ordre.   Le   Bureau  National   des   Comités   de   Luttes   Syndicaux  lança   un 
appel la veille de la grève du MSU: 

« Refusez   d’entendre   les   hitléro­trotskistes   déguisés   en  


syndicalistes unitaires qui viendraient vous prêcher la grève et le  
désordre   alors   que   les   patrons   collaborateurs   ne   demandent   pas  
mieux que d’endosser aux travailleurs la responsabilité du gâchis  
qu’ils provoquent dans le pays »251. 

L’accusation d’hitléro­trotskistes, à la mode stalinienne des années 30, marque une 
forme   d’emballement   de   la   part   des   CLS     dans   le   climat  de   mécontentement  et   de 
ferveur252 d'octobre 1944.

 2.5.  Les luttes d'influences syndicales.

Le   thème   de   l'unité   syndicale   est,   comme   l'explique   P.   Tilly,   une   des   idées 
dominantes  de   l'immédiat  après­guerre253.   Jusqu'à   la   création   de   la   FGTB   au   1er   mai 
1945,   les   différents   courants  du   syndicalisme   de   gauche   s'opposent  afin   de   s'imposer 
sur   le   terrain   ouvrier.     Cette   concurrence  fut   une   des   causes  de   la   grève   générale  du 
249 Chez les mineurs du bassin de Liège, Le Drapeau Rouge, 26.10.1944.
250 JUSTEUR A., Grève d’une heure dans les usines , Gazette de Liège, 27.10.1944
251 La Gazette de Liège, 26.10.1944. 
252  GOTOVITCH   J.,  Du   rouge   au   tricolore   : les   Communistes   belges   de   1939   à   1944   :   un   aspect   de  
l'histoire de la Résistance en Belgique,Bruxelles, Labor, 1992, p. 422.
253 TILLY P., op. cit., p 184.

70
MSU,  elle  sera  également  un  enjeu  dans   les  différents  mouvements  de  grève   que  nous 
allons rencontrer.  

Le   MSU   est   prêt   à   des   négociations   nationales   mais   il   n’est   pas   question   pour 
autant   de   demander  « à   tous   les   travailleurs   de   venir   se   grouper   sous   les   anciennes  
bannières »,  sous les ordres « des fossiles »254. Au bureau national de la CGTB, Ch. Van 
Belle   et   N.   Dethiers   s’opposent   à   toute   discussion   avec   les   CLS   et   le   MSU255.   Les 
pratiques  du   MSU  sont   jugées  anti­démocratiques  par   Paul   Finet.   Il   fait   référence  aux  
hommes armés postés à l’entrée des usines lors de la grève de septembre256.

Selon   le   Peuple,   les   relations   entre   la   Centrale   des   mineurs   de   Liège   (CGTB) 
présidée  par   N.   Dethier,   et   les   CLS   sont   au   beau  fixe.   A   une   réunion   de   la   Centrale 
tenue le  21 octobre, un  délégué CLS  a  pris la parole pour  reconnaître  la bonne volonté 
de   la   Centrale   socialiste   et  « promettre   de   cesser   toute   activité   au   moment   où   les  
instances   supérieures   auront   pris   position   pour   l’unité »257.   Un   rapport   du   HCSE 
indique que le MSU, les CLS et le FI « s’épaulent mutuellement, bien qu'extérieurement  
elles   aient   l’apparence   de   se   dédaigner »258.     Les   premières   prises   de   contact   entre 
syndicats  pour  réaliser  l’unité   ont    commencé.  Le  30   octobre   1944,  les   délégués  de   la 
CGTB, des CLS, du MSU, de la SGSP (Syndicat Général des Services Publics) et de la 
CSC   se   rencontrent   officiellement  pour   la   première   fois259.   Un   Comité   provisoire   est 
créé   pour   étudier   la   fusion   organique   des   syndicats,  il   y   est   décidé  une   trêve   :   « les  
délégués   qui   participent   à   la   réunion   s’engagent   à   assurer   une   trêve   entre   les  
mouvements   des   différentes   tendances,   en   s’abstenant   d’une   façon   absolue   de   toutes  
polémiques personnelles260 ». 

Le Comité se retrouve le 8 novembre mais la CSC ne se présente pas : 

« La   Commission   Consultative   de   la   CSC   (…)   a   constaté   avec  


regret,   la   multiplication,   surtout   en   Wallonie,   de   mouvement  
254 Renard A., l’unité syndicale, Travail, 15.10.44. 
255 P­v de la réunion du 12 octobre, bureau national de la C.G.T.B (Fonds CMB, 1043­1060, AMSAB) 
256 DEJACE T., Carnet de notes 1944­1946 ( Fonds Dejace, IHOES) 
257 Le Peuple, 22.10.1944.
258 Situation du Travail dans la Province de Liège, 21.10.1944. (HCSE, Z 08, CEGES) 
259 BONDAS, op. cit., p. 350.
260 Communiqué du Comité provisoire, 30.10.44, in BONDAS, op. cit. 

71
d’allure   syndicale   qui,   sous   le   prétexte   de   réaliser   l’unité  
syndicale,  divisent  les  travailleurs  plus  qu’ils  ne  le  furent  jamais  
(…)   aussi   longtemps   que   la   clarté   n’est   pas   faite   quant   à   la  
doctrine   des   mouvements   en   cause   ainsi   qu’aux   méthodes  
d’action   qu’ils   veulent   utiliser   et   à   la   signification   réelle   du  
vocabulaire   employé,   elle   estime   prématuré   d’engager   des  
négociations (…) »261. 

Le comité provisoire « regrette la position négative prise par la CSC » mais l’unité 
entre  les   autres  syndicats  se   renforce  par  une  déclaration  unanime   qui   « demande   que  
les   différents   mouvements   syndicaux   se   mettent   d’accord   à   tous   les   échelons   de  
l’organisation,   préalablement   à   toute   intervention   auprès   des   patrons   et   des   pouvoirs  
publics pour faire aboutir des revendications communes »262.

La   trêve   syndicale  et   l’accord   de   consultation   mutuelle,  avant   toute   démarche   de 


revendications, ne font pas long feu du côté des CLS. Durant les mois de novembre et de 
décembre  1944,  les  préoccupations  des  délégués  communistes   s’éloignent   de  celles  du 
mouvement   syndical.  A   Liège,   une   manifestation   du   FI   provoque   une   grève   dans   les 
charbonnages   tandis  que   des  mots   d'ordre  de  grève   générale  sont  donnés  par   les   CLS 
pour faire tomber le gouvernement Pierlot.

 2.6.  Les grèves politiques de novembre et décembre 1944.

 a)  La manifestation du 17 novembre 44.

Le 17 novembre, le Front de l'Indépendance, dont fait partie les CLS, organise une 
manifestation   dans   le   centre   de   Liège   afin   de   soutenir   les   «   revendications   de   la  
Résistance   à   l'égard   du   gouvernement   félon   de   Mr   Pierlot »263.     Pour   ce   faire,   le 
mouvement   a   fait   appel   à   la   « Solidarité   des   travailleurs   de   la   région ».   La 
manifestation a lieu dans le climat qui est celui du désarmement de la résistance, un jour 
après   la   démission   des   deux   ministres   communistes   du   gouvernement   et   de   Fernand 
Demany264,  « la   situation   créée   par   la   démission   des   trois   ministres   du   gouvernement  

261  Relation  syndicale,     lettres   de   H.   Pauwels,   président   de   la   CSC   au   secrétaire   général   de   la   CGTB, 
8.11.1944, Idem. 
262 Idem
263 L'avis des travailleurs, La Liberté, 26.11.1944
264  DEMANY,   Fernand   (Liège,   26.6.1904   –   Uccle,   19.6.1977).   Journaliste   au   quotidien   Le   Soir  (1931­

72
Pierlot était potentiellement explosive »265.

Quatre   à   cinq   mille   personnes   participent   à   la   manifestation.   La   police   et   la 


gendarmerie   déploient   un   service   d’ordre   important   (350  policiers  et   230   gendarmes) 
commandé   par   le   Col.   Wilmet.   Le   but   des   forces   de   l’ordre   est   d’interdire   la 
manifestation,    celle­ci   n’ayant   pas   été   autorisée   par   le   bourgmestre.  Mais   à   cause  du 
nombre  de   participants,  il   est   impossible  de   disperser  la   foule.  Le  service  d’ordre  vite 
dépassé   effectue   plusieurs   barrages,   coupant   le   cortège   en   plusieurs   tronçons   et 
apportant une certaine confusion.  Place de  la  République Française, près du bureau du 
Civil Affaire américain, trois  agents  de police sont   désarmés et  malmenés par  la foule. 
Un peloton de gendarme est obligé de tirer en l’air. Les trois agents sont «  délivrés » par 
un   chef  de   piquet.   Près  du   Pont   d’Avroy,   un   certain  Milord   s’empare  de   la   mitraillette 
d’un   agent   et   la   dissimule   dans   une   maison,   où   elle   sera   retrouvée   peu   après.   Cinq 
personnes  sont  arrêtées au total.  Malgré  l’interdiction,  un  meeting  se  tient  place  Saint­
Paul   après   le   défilé266.   Les   orateurs  Bertrand  et   Neuray   sont   reconnus   comme   faisant 
partie   du   PCB.   Est   présent   également   Mr   Tollet   du   Journal   « L’Echo   de   Liège »   et 
Milord, « résistant inconnu en tenue militaire FI». L’ambiance y est très tendue. Milord 
appelle  les   formations   de   résistance   à   ne   pas   désarmer;   on   critique   le   gouvernement 
Pierlot,   la   haute   finance,   l’épuration   trop   lente,   le   blocage   des   petits   avoirs   et   les 
Kollaborateurs économiques267. 

Une   manifestation   du   FI   est   aussi   organisée   à   Verviers   le   même   jour   mais   ici   le 
bourgmestre a autorisé le cortège « afin de ne pas donner l’occasion aux FI de se servir  
d’une interdiction éventuelle à des fins politiques »268. Il n’y a aucun incident.

1940),   il   prend   une   part   active   dans   la   résistance,   à   travers   la   création   et   la   direction   du   Front   de  
l’Indépendance.   Il   devient   ministre   de   la   « Résistance »   dans   le   gouvernement   Pierlot   (26.09.44­
16.11.44), il est ensuite élu député communiste (1946­1950).  Encyclopédie du mouvement wallon, sous 
la direction de Paul Delforge, Institut Jules Destrée, 2001, p. 455.
265 WARNER, G. La crise politique belge de novembre 1944 ­ un coup d'Etat manqué, Cahiers du CRISP 
n° 798 du 19/5/78, p. 12
266  On   trouve   trace   dans   un   rapport   de   la   SE   de   renseignements   confidentiels   concernant   cette 
manifestation.   L’annonce   de   la   manifestation   place   Saint­Paul   aurait   été   un   guet­apens   tendu   aux  
forces   de   police   pour   les   désarmer.   Trois   camions   de   P.A.   armés   se   tenaient   à   la   Citadelle   prêts   à 
intervenir. Ce projet aurait été abandonné par ordre du général Gérard, chef des forces de l’Intérieur.
267 C.A.C. Major Lerot, Manifestation de la résistance, 18.10.44 (HCSE, n° ZO8, CEGES)
268 Dubois, Police judiciaire, Rapport hebdomadaire, Verviers, 18.11.44 (HCSE, n° 1107, CEGES)

73
Cette manifestation est l’occasion d’un mouvement de grève de sympathie dans les 
charbonnages.   Tout   l’arrondissement   de   Liège   est   touché.   La   gendarmerie269  et   le 
ministère du Travail270 délivrent quelques chiffres sur le suivi de la grève :

● Charbonnage de l’Arbre­St­Michel à Monz­lez­Liège : 117 
grévistes sur un effectif de 125 ouvriers occupés. 

● S.a. Gosson­Lahaye et Horloz Réunis. 

● Montegnée :  204 grévistes sur  un  effectif de  382  mineurs 


de   fond ;   219   grévistes   sur   un   effectif  de   313   ouvriers  de 
surface. 

● Jemeppe­sur­Meuse :   107   grévistes   sur   un   effectif  de  140 


mineurs de fond. 

● Charbonnage   du   Bonnier   à   Grâce­Berleur :   448   grévistes 


sur un effectif de 523 ouvriers.

● Charbonnage   du   Hasard   à   Herstal :   418   grévistes   sur   un 


effectif de 439 ouvriers. 

Cette   grève   marque   le   niveau   d’empreinte  du   CLS   par   le   biais   du   FI,   dans   une 
région   où   comme   le   fait   remarquer   J.   Tervfe271,   il   a   eu   le   moins   d’ampleur272.   Les 
données sur ces grèves sont incomplètes, néanmoins nous pouvons donner un aperçu de 
la  mobilisation des mineurs. Selon  les  chiffres  de la  gendarmerie juxtaposés à  ceux du 
Ministère   du   Travail,   le   nombre   de   grévistes   s’élève   à   plus   de   2.500   mineurs   et   la 
participation dans les établissements touchés varie de 60% à 80% des effectifs.

Le   18   novembre,   les   charbonnages   d’Herstal   et   de   Grâce­Berleur   reprennent   le 


travail.   Ce   n’est   pas   le   cas   partout,   194   mineurs   du   Xhorré,   du   siège   des   Kessales   à 
269 Grèves de sympathie pour la manifestation de la Résistance du 17 novembre, 21.11.1944. (HCSE, Z 08, 
CEGES)
270 Grèves et Lock­out durant du 15 novembre à fin décembre 1944, Revue du travail, Janviers­Mars, 1945
271TERFVE Jean (1907­1978). Homme politique communiste. Docteur en droit et avocat. Résistant de la 
Seconde Guerre mondiale, il crée le journal clandestin communiste  L’Espoir. Arrêté le 22 juin 1941, il 
s’évade   à   la   fin   du   mois   d’août.   Il   forme   le   Front   de   l’Indépendance   dans   le   Borinage   à   partir   de  
septembre   1941.   Il   est   responsable   du   F.I.   pour   le   Hainaut   en   1942,   pour   l’ensemble   des   régions 
francophones   sauf   Liège   en   1943.   Fin   février   1944,   il   passe   au   secrétariat   national   du   F.I.   où   il  
représente  le Parti  communiste.  Représentant  de l’arrondissement de  Mons  de  1946  à  1958,  Sénateur 
provincial de Liège de 1965 à 1968, il est Ministre de la Reconstruction de 1946 à 1947. VAN MOLLE 
P., op. cit., p. 314.
272  GOTOVITCH,   J.,  Du   rouge   au   tricolore   : les   Communistes   belges   de   1939   à   1944   :   un   aspect   de  
l'histoire de la Résistance en Belgique,Bruxelles, Labor, 1992, pp. 428. 

74
Flémalle­Grande  se   mettent  à   leur  tour  en   grève.   Les  quatre   établissements   du   groupe 
les   suivent,   la   grève   touche   1.331   ouvriers273.   Le   motif   est   ici   différent,  il   concerne   le 
retard   apporté   par   la   direction   à   répondre   à   certaines   revendications   relatives   aux 
distributions   gratuites   de   charbon   qui   ont   été   effectuées   la   veille274.   Les   grévistes 
obtiennent  satisfaction   le   20   novembre.   Cet   événement  témoigne  de   la   continuité   des 
revendications   matérielles   bien   présentes   chez   les   mineurs,   qui   peuvent   se   conjuguer 
avec   des   motifs   plus   politiques   mais   dont   l’impact   réel   dans   le   déclenchement   des 
grèves est difficile à établir. 

 b)  Les mots d’ordre CLS du 28 novembre et 20 décembre 1944.

Les   CLS   rentrent   dans   une   stratégie   de   tension   initié   par   le   FI   et   le   PCB. 
L’Intersyndicale  du  Brabant appelle  à  un  arrêt  de  travail et  à  une  marche  sur  Bruxelles 
pour   le   mardi   29   novembre,   le   jour   même   où   une   importante   réunion   de   fusion 
syndicale devait avoir lieu entre la CGTB, le MSU et les CLS. Le mot d’ordre est suivi 
chez les Tramwaymen et les postiers de Bruxelles qui arrêtent le travail dans la matinée 
 
mais s’avère un échec  dans les autres secteurs etrégions.

Les   dirigeants   syndicaux  venus  à   Bruxelles   pour   la   réunion  de   fusion  font  le   pas 
devant la porte de la Maison syndicale. Jospeh Bondas, Paul Finet275  et Louis Major de 
la   CGTB   attendent,   en   compagnie   de   André   Renard   et   d’Emile   Clersy   du   MSU   de 
Charleroi,   la   venue   des   délégués  CLS.   Bondas  assure   au   journaliste   du   Peuple   qu’ils 
ignorent  tout  du  mot  d’ordre  de  grève,  sauf  son  orchestration  par  le  Parti  Communiste. 
On  demande  à  Bondas  qui  revient   de  Liège,  s'il  a  remarqué  de  l’agitation.  D'après  lui, 
les  liégeois   ont    bien   d’autres  soucis,  Renard   déclare  également  que   son  syndicat   n’a 
rien de commun avec l’agitation actuelle : « notre mouvement est purement syndical ».

La   grève   du   28   novembre   a   d’importantes   répercussions   dans   la   démarche 

273 Grèves et Lock­out durant du 15 novembre à fin décembre 1944, op.cit.
274 Flémalle­Grande, charbonnage, 22.11.44 ( HCSE, Z08, CEGES)
275FINET,   Paul   (Montignies­Sur­Sambre,   1897­1965).   Ouvrier   métallurgiste,   il   devient   secrétaire 
national   de   la   CGTB   puis   dirigeant   à   Londres   du   Centre   Syndical   Belge   en   mars   1942.   Il   garde   son  
poste   de   secrétaire   national   à   la   création   de   la   FGTB   en   1945.   Membre   de   la   haute   autorité   de   la  
CECA  (Communauté   européenne   du   charbon   et   de   l'acier)  de   1952   à   1958,   il   devient   le  président  de 
1958   à   1959.  Le   nouveau   dictionnaire   des   Belges, sous   la   direction   de   Yves   William   DELZENNE, 
Bruxelles, Le Cri, 1998, p.231.

75
entreprise en vue de l’unité syndicale. Le Bureau National des CLS excuse son absence 
le   jour   même   de   la   réunion:   « Aucun   de   ses   militants   n’est   disponible   en   raison   des  
événements   graves   qui   se   déroulent   et   de   sa   position   centrale   dans   le   conflit.   Mais   il  
estime   aussi   qu’il   serait   déplacé   de   bavarder   sur   la   théorie   alors   que   les   travailleurs  
sont   en   action   pour   des   mobiles   d’une   importance   capitale »276.   Ce   mobile,   le 
renversement   du   gouvernement   Pierlot,   est   considéré   dans   la   réponse   des   délégués 
syndicaux comme une « vaine agitation en faveur des mots d’ordre lancés par un parti  
politique ». 

En  ces  journées  de  novembre,  la  province  de  Liège  vit   sous  une  pluie  de  bombes  
volantes  allemandes,  ayant  pour  but  de   semer  la   panique   à   l’arrière  des   Alliés277.   Une 
phase  de  bombardement  commence  le  soir   du  21   novembre  quand  un  V1   tombe  Place 
du  Marché,  en  plein  cœur  de  Liège.  Le  bombardement  détruit,  entre  autres,  la  Maison 
communale  de  Saint­Nicolas,  endommage   l’église  Saint­Antoine,   l’hôpital   de  Bavière, 
l’hôpital militaire St Laurent, la place Cathédrale. Si les bâtiments en béton résistent, les 
dégâts sont beaucoup plus importants dans les quartiers populaires où les maisons sont 
détruites  par  dizaines  sous   l’effet   d’un   seul  V1278.   La   majeure  partie   de   la   population 
s’installe dans les caves des immeubles mais aussi dans les tunnels de chemin de fer ou 
encore  dans  les  galeries  de mines.  Avec  les  préparations  imminentes de l’offensive des 
Ardennes,   les   batteries   de   missiles   allemands   stoppent   le   carnage   à   partir   du   4 
décembre.

Le   28   novembre,   il   y   a   bien   eu   une   tentative   de   grève   dans   les   tramways   de 


Verviers  mais  celle­ci   échoua.  Cet   événement   est   relaté   dans   le   rapport   hebdomadaire 
du  commissaire  de  la  SE,  Dubois :  « Quelques   membres   du   FI   ont  tenté  de  provoquer  
un   mouvement  de  grève  aux  Tramways  Verviétois.   Ils   invitèrent  le   personnel   roulant  à  
faire   cause   commune   avec   leur   collègue   de   Bruxelles,   arguant   que   la   grève   générale  
était décrétée dans la Capitale. Après avoir parlementé avec le personnel des tramways,  
qui  déclara  n’avoir  aucun  motif  pour  la  grève,  les  troublions  se  retirent »279.  Suite  à  la 
276 Bureau National des CLS, 28.11.1944, Bruxelles. 
277  Cf.    GRAILET   L.,  Prélude :   valeureux   Liégeois  sous  les   armes   « V »,  in  La   Bataille   des   Ardennes, 
RIBA, Bruxelles, 2001
278  BUCHET,  La   Libération   en   province   de   Liège,   en   septembre   1944,   In  La   mémoire,   Province   de 
Liège/Service des Affaires culturelles, Liège, 1994, p 159
279  DUBOIS   M.,   Commissaire   de   la   Sûreté   de   l'Etat,   P.T.   Verviers,  Rapport   hebdomadaire,   Verviers, 

76
demande  du   directeur  des   tramways,   M   Lejeune,  des   policiers   en   civil   sont   envoyés 
surveiller le dépôt mais ils ne relèvent plus aucun incident, ni aucune menace du FI. 

Le  mouvement  de   grève   toucha   plusieurs  établissements   de   la  province  de   Liège 


au   29   novembre.   Dans   deux   charbonnages   de   Tilleur   et   Seraing,   464   grévistes   sont  
recensés280.  L'Unité   Syndicale,   organe   du   Bureau   Nationale   des   CLS,   annonce 
également   une   grève   presque   totale   pour   la   région   de   Huy­Waremme.   Seules   les 
carrières travaillant pour les Alliés auraient continué de travailler selon les mots d'ordre 
donnés par les C.LS eux­mêmes281. 

La   convocation   d’une   nouvelle   Commission   Nationale   Mixte   des   Mines   est 


l’occasion choisie par les CLS pour lancer un nouveau mot d’ordre de grève générale le 
20  décembre,  elle   aussi   avortée.   Le  motif   principal  est   la  reconnaissance  des  CLS  aux 
Commissions   paritaires.   Suite   à   une   entrevue   avec   Van   Acker   et   à   un   appel 
radiophonique  de  J.  Leclercq  mandaté  par  la  Centrale  des  Mineurs,  le  bureau des  CLS 
décide  d’annuler  la   grève.   T.   Dejace  justifie   l'action   des  CLS   au   congrès  de   la   CBSU 
(   Centrale   Belge   des   Syndicats   Uniques)     qui   se   tient   le   31   janvier   1945.   Après   les 
évènements  du   25   novembre,   « l'arrêt   de   travail   devenait   un   droit   et   un   devoir   de  
légitime défense malgré  l'impopularité des  grèves  à  l'heure actuelle (...) Les CLS avait  
combattu   les   grèves   depuis   la   Libération,   mais   devant   un   retour   aux   méthodes  
hitlérienne, ils ne pouvaient faire autrement que d'arrêter le travail »282.

02.12.1944 (Fonds HCSE, n°1107, CEGES)
280 Grèves et Lock­out durant du 15 novembre à fin décembre 1944, op. cit.
281 Unité Syndicale, organe du Bureau National des CLS, 13.12.44. 
282 Historique de nos efforts d'unité, CBSU, congrès du 31 janvier 1945 ( Fonds Dejace, IHOES)

77
 3.  Deuxième Partie : de janvier à août 1945, la 
normalisation ? 

 3.1.  Introduction

Le gouvernement Pierlot, tombé en février 1945, a provoqué un profond mécontentement 
parmi la population. Il est remplacé par un gouvernement dirigé par  Achille Van Acker 
qui adjoint un département du charbon à son cabinet de Premier ministre. Nous avons vu 
à travers les grèves des mineurs, les difficultés que ceux­ci éprouvent à travailler dans les  
conditions   de   l’après­guerre.   Cependant,  la   reconstruction   nationale   dépend  d'un   haut 
niveau de production du charbon. La « bataille du charbon » est lancée officiellement. Ce 
concept  s’appuie sur une « métaphysique du mineur né travailleur et soldat »283  qui rend 
essentielle   la   participation   du   mineur   sur   le   front   de   la   production   .   Ce   discours  sera 
largement   exploité   par   A.   Van   Acker.   L’illustre   un   appel   aux   mineurs,  lancé   par   Van 
Acker, qui les invite à travailler le jour de Noël et le Nouvel An284.

Selon  Nicolas Dethier,  secrétaire  national de  la Centrale des Mineurs, les  mineurs 


souffrent   d’une   vraie  disgrâce  à   la   Libération.   La   population   liégeoise   les   appelait 
d'ailleurs « les premiers soldats d’Hitler ». Il retranscrit dans la Wallonie un réquisitoire, 
pour  le   démentir  par  la   suite,  sur   le   comportement  des   mineurs  durant  l’Occupation : 
« Les  mineurs ont  travaillé  le dimanche et  les  jours de  fête,  voir, suprême sacrilège,  le  
jour de la Sainte Barbe. Au profit de qui ? Non pas de la population puisqu’elle n’a pas  
reçu   le   moindre   grain   de   houille   depuis   1943.   C’est   donc   pour   la   machine   de   guerre  
teutonne ». Il y est ensuite décrit tous les avantages que reçoivent les mineurs; privilèges 
pour  le   ravitaillement,  salaires   doubles,  rations  supplémentaires   de   charbon  revendues 
sur le  marché  noir.   Les   grèves des  mineurs  sont   donc  doublement   mal  perçues :  « Le  
comble, c’est que leur zèle pour les Boches s’est mué en grève lorsqu’il s’est agi d’aider  
les   Américains   et   la   population ».     Dans  ce   climat   de   méfiance,  les   mineurs  devaient 
être « disposés à tous les sacrifices pour enlever la victoire du charbon »285.

283 La foi des charbonniers, Les mineurs dans la Bataille du charbon 1945­1947, MSH, Paris, 1986, p. 42. 
284 LECLERCQ G., Les ouvriers mineurs veulent gagner la bataille du charbon, Le Peuple, 04.01.1945
285 La Wallonie, 04.12.1944. 

78
La  « bataille   du   charbon »   vise   en   premier  lieu  à   faire  revenir   les   ouvriers  belges 
dans   la   mine.   Plusieurs   solutions   sont   envisagées,   un   Statut   du   mineur   revalorise   le 
métier   mais   il   apparaît   insuffisant   au   vu   des   grèves   qui   se   multiplient   dans   les 
charbonnages   du   Centre   et   du   Borinage.   Dans   la   province   de   Liège,   la   centrale   des 
mineurs  socialistes  est   impliquée  du   1er  au  10  avril,   dans  un  mouvement  de  grève  qui 
conteste les décisions de la CNMM au sujet des qualifications. 

Des mesures radicales vont alors être prises par le gouvernement Van Acker. Le 14 
avril   1945,   la   mobilisation   civile   des   entreprises  liées   à   l’effort   de   guerre   et   au 
ravitaillement   rentre en  application. Le  blocage des salaires  est  également décrété pour 
lutter contre l’inflation.

Dans   l’industrie   liégeoise,   ces   mesures   sont   mal   acceptées.   L’extension   de   la 
mobilisation civile à toutes les entreprises déclenche le 30 mai une grève générale de 24 
heures   organisée   par   une   toute   récente   FGTB   Liège­Huy­Waremme   alors   que   son  
bureau national défend le gouvernement Van Acker. Peu après, la politique salariale du 
gouvernement   provoque   un   mouvement   de   grève   à   Cockerill   et   dans   l’industrie 
mécanique   à   Verviers.   Dans   les   mines,   c’est   l’arrivée   d’une   main­d’œuvre   étrangère 
d’origine   polonaise   qui   est   à   la   source   d’un   nouveau   mouvement   d’humeur   chez   les 
mineurs.

79
 3.2.  La bataille du charbon et ses déserteurs. 

 a)  La tension provoquée dans le Hainaut.

A  partir   du  mois  de  janvier  et   jusqu’à  la  formation  du  premier  gouvernement  Van 
Acker,   des   grèves   éclatent  quotidiennement   dans  le   Hainaut,  plus   précisément  dans  le 
Centre  et   le   Borinage,   là   où   la   présence  communiste   est   la   plus   ancrée.   Ce   n'est   qu'à 
partir du mois d'avril que nous trouvons trace d'un mouvement de grève important dans 
les charbonnages du bassin liégeois.  L’étude de cette absence est sous­entendue par une 
hypothèse   relatée   par   le   SHAEF;   aux   grèves   provoquées   par   les   communistes   pour 
asseoir  leur  reconnaissance  durant  les  mois  de  janvier  et   février,  le  courant  socialiste  a 
dû répondre et démontrer sa force en déclenchant des grèves en avril286.

Les   grèves   sont   ici   considérées  comme  des   luttes   d’influence  entre  les   différents 
courants   du   syndicalisme   de   gauche,   qui   ont   également   une   base   régionale.   Ainsi, 
l’absence   de   grève   dans   la   province   de   Liège   s’expliquerait   par   l’influence   qu’a 
conservé la Centrale des Mineurs dans la région et le faible poids corrélatif des CLS.

Pour   vérifier   cette   hypothèse   et   analyser   avec   une   grille   de   lecture   suffisante  les 
grèves liégeoises du mois d’avril, il nous faut partir des grèves qui ont touché le Centre 
et le Borinage.

Pour le CAC Drapier, délégué du HCSE dans le Hainaut,  les  grèves sont mues par 


deux objectifs : il y a tout d’abord une continuation de la stratégie de la tension pour la 
démission  du  Gouvernement   Pierlot  et   ensuite  la  volonté  des  CLS  de  s’imposer  auprès 
du milieu ouvrier : 

« l’organisation   des   CLS.   est   évidemment   une   entreprise   de  


troubles   sociaux   et   d’agitation   permanente.   Elle   est   constituée,  
sans   que   le   doute   soit   permis,   à   l’inspiration   du   Parti  
Communiste, par des gens qui, à l’aide de surenchère continuelle,  
essaient  d’arracher  les  membres  des   organisations   de  la   CGT  et  
des   syndicats   chrétiens.   Les   agitateurs   veulent   s’attirer   la  

286  History   of     G.5.   Labour,   24   september   1944   to   30   june   1945,   (SHAEF,   Fonds   de   recherche   J. 
Gotovitch, CEGES).

80
sympathie  de   la   classe   ouvrière   en   se   montrant  particulièrement  
actifs et ils confondent activité avec agitation » 287. 

Le vendredi 19 janvier, Van Acker communique à la presse son projet de Statut du 
Mineur   qui   a   pour   but « d’assurer   des   avantages   substantiels   aux   mineurs,   dont   le  
travail est excessivement dur, et pour donner un attrait incontestable à un métier ingrat  
entre tous, et qui est déserté par de nombreux travailleurs de nos régions minières »288. 
Parallèlement, les grèves éclatent à La Louvière, à Morlanwez, Maurage, ... 

Les   appels   qui   condamnent   les   grèves   et   incitent   à   la   reprise   du   travail   se 
multiplient.   Le   29   janvier,   le   Comité   National   des   Mineurs,   socialiste,   publie   un 
manifeste adressé aux mineurs : 

«   Sachant   que   le   sentiment   du   devoir   a   toujours   été   la   grande  


qualité   des   mineurs,   nous   croyons   nécessaire   de   vous   mettre   en  
garde   contre   ceux   qui   fomentent   les   grèves   et   les   désordres.  
L’ennemi   est   toujours   menaçant.   Le   charbon   est   un   élément  
indispensable   pour   la   continuation   de   la   guerre   et   la   défaite  
totale de la dictature nazie » 289. 

Le   1er  février,   les   grèves   continuent   et   Van   Acker   s’adresse   aux   mineurs   par   la 
radio : 

«   A   la   fin   de   cette   semaine,   tous,   je   dis   bien   tous,   vous   aurez  
repris le travail. Pourquoi allez vous reprendre le travail ? Parce  
qu’il   nous   faut   mener   la   guerre   à   bonne   fin   (…)   jamais   vous   ne  
voudriez   que   le   général   allemand   sourie   et   ricane,   ni   que   des  
milliers d’êtres humains qui travaillent jour et nuit pour la guerre  
et dont les enfants se battent au front soient angoissés à la pensée  
qu’une   grève,   même   juste   et   légitime,   serait   susceptible  
d’augmenter le nombre de leurs deuils, déjà considérable » 290. 

Un nouvel élément à charge des grévistes parvient en Belgique; la radio allemande 
de   Stuttgart   se   serait   réjouie   des   grèves   qui   éclatent   dans   les   mines   belges.   Cette 
nouvelle est exploitée dans l’allocution radiophonique du Général Erskinne291 : 
287 CAC Capitaine Drapier, Rapport; 09.0I.1945(HCSE, n°Z07,CEGES)
288 Le statut des mineurs, Le Peuple, 23.01.1945. 
289 Le Comité national des mineurs, Le Peuple, 30.01.1945. 
290 Un Appel d’Achille Van Acker aux Mineurs, Le Peuple, 02/02/1945.
291  ERSKINE Georges (1899­1965).  Diplômé  de l’Académie  Militaire  de Sandhurst.  Chef de  la  Mission 
Militaire   Interalliée   en   Belgique   en   1944.   Après   la   guerre,   il   exerce   divers   commandements   à   Hong 

81
« Reprenons le travail et restons­y. Je ne crois pas qu’il y ait un seul  
Belge   qui   veuille   recevoir   les   félicitations   d’Hitler   pour   s’être  
abstenu de travailler, ou qui voudrait échanger même les conditions  
d’existence   les  plus   dures   et  la   liberté,   pour  retrouver  l’Occupation  
allemande, la Gestapo, les tortures et le meurtre. »292

Le   7   février,   alors   que   le   gouvernement   Van   Acker   I   se   constitue   avec   la 


participation des communistes, les grèves  et  l’agitation dans le Centre  diminuent.  Il ne 
fait plus aucun doute pour Van Acker que ceux qui ne reprennent pas le travail «  seront  
considérés désormais comme travaillant pour l’ennemi et ne devront s’en prendre qu’à  
eux­mêmes des conséquences que leur attitude peut entraîner (…) Vous êtes des soldats  
au même titre que ceux qui se battent au front. Continuer à faire grève se serait déserter  
et le pays ne l’admettrait pas. »293

Le   SHAEF  est   particulièrement   préoccupé  par   les   grèves   dans   les   charbonnages. 
Les conflits du mois de janvier ont provoqué à Anvers un retard du déchargement estimé 
à   20.000  tonnes   de   ravitaillement  et   à   une  perte   de   production   de   charbon  de  plus   de 
200  milles  tonnes.  Le   Major   Cassidy294  énumère   les   différentes  causes  immédiates   du 
mouvement de grève : 

• La   plus   importante   de   toutes   :   le   refus   du   gouvernement   de  


permettre   aux   délégués   du   SU,   stalinien,   de   siéger   dans   les  
commissions paritaires locales et nationales.

• L’échec de fournir la ration de nourriture prévue dans tous les  
magasins des zones minières. 

• Le refus de donner aux représentants des mineurs un rôle dans  
la   supervision   des   distributions   de   rations   supplémentaires  
pour les travailleurs.

• L’échec   du   gouvernement   de   se   procurer   des   informations  


immédiates sur les causes de l'irritation entre les propriétaires  
des mines et les mineurs.

• L’échec   du   gouvernement   à   fournir   une   conciliation   rapide   et  


experte.
Kong, en Méditerranée, au Kenya et en Grande­Bretagne.
292 Une Allocution radiodiffusée du Major Général Erskin, Le Peuple, 06/02/1945. 
293 Discours de Van Acker à l’ I.N.R., 07/02/1945 (AVA, n° 1126,109, A.E. Bruges)
294 Lieutenant Colonel de l’armée américaine, délégué au Shaef. 

82
• Le   renvoi   des   délégués   SU   de   leurs   emplois   par   les  
propriétaires des mines qui ont agi émotionnellement.295

Les   griefs   du   SHAEF   sont   essentiellement   portés   sur   le   gouvernement,   plus 


particulièrement sur la politique de ravitaillement et sur les relations avec les Syndicats 
Uniques.   Même  si   Van   Acker   a   dit   son   intention   de   prendre   une   position   ferme   et   de 
doubler   la   production   de   charbon,   cette   volonté   est   insuffisante   pour   le   délégué 
américain. Il faut prendre une série de mesures qui ont été effectives aux Etats­Unis, au  
Mexique et en Australie. Ces recommandations sont basées sur un système d’élection à 
bulletin  secret  dans  les  mines,  de  nominations  de  conciliateurs  par  le  gouvernement  et 
d’un   contrat   signé   entre   patrons   et   ouvriers   comprenant   une   clause   contre   la   grève. 
Quand  le   major   Catoir   du   HCSE  rencontre   l’officier   du   SHAEF  au   19   avril,   il   a   dû 
« décevoir   ses   vues   idyllique   de   la   situation »,   « Le   Lieutenant­Colonel   n’était   pas  
exactement   au   fait   de   la   vie   sociale   des   ouvriers   mineurs»296.   Les   vues   des   autorités 
belges et américaines sont contradictoires. Le HCSE s’est employé à éviter des élections 
syndicales   réclamées   par   les   communistes   quand   la   position   américaine,   sur   les 
solutions  à  apporter,  repose  justement  sur  des  élections  en  vue  de  rendre  représentatifs 
les organes de conciliation.

 b)  Les grèves charbonnières d'avril.

Le 25 janvier 1945, les représentants patronaux et ouvriers de la CNMM sont reçus 
par   une   délégation   ministérielle   composée   de   Gutt,   Spaak   et   Delruelle297.   Les 
revendications   ouvrières   portent   sur   un   relèvement   de   40%   du   salaire   minimum   des 
ouvriers   du   fond   et   sur   la   mise   en   place   d'un   barème.   Ces   revendications   sont 
considérées comme raisonnables par les délégués patronaux mais la situation financière 
ne leur permettrait pas d'accepter. Le Conseil des ministres marque son approbation sur 
une   augmentation  du   subside   mensuel   apportée   à   l'industrie   charbonnière  à   condition 
que   les   revendications   ouvrières   soient   acceptées.   Le   ministre   Spaak   demande 

295  George   M.   Cassidy,   Major,  Labour  G5,   Février   1945  (SHAEF,   Fonds   de   recherche   J.   Gotovitch, 
CEGES)
296 Réunion entre le délégué Major Catoir et le Lt­Col. Cassydi, 19.04.1945 (SHAEF, Fonds de recherche 
J. Gotovitch, CEGES)
297  Audience   accordée   le   25  janvier  1945  par  Messieurs   les  Ministres   SPAAK,  GUTT   et   DELRUELLE  à  
une   délégation   de   la   Commission  Nationale   mixte   des   Mines,   le   Directeur   Général   des   Mines   au 
Ministre des Affaires Économique, Bruxelles, 29.01.1945. (AVA, n° 484, A.E. Bruges)

83
également  à  la  délégation  ouvrière  une  trêve  dans  les  revendications,  après  acceptation 
de   celles­ci.   Les   minima   et   le   barème   des   salaires   proposés   par   les   organisations 
ouvrières   sont   fixés   par   la   CNMM   le   26   janvier   1945298.   Ces   salaires   devaient   être 
appliqués dès le 29 janvier et constituaient, selon le Peuple, « un succès important pour  
les organisations syndicales des mineurs »299. Cependant, les représentants patronaux de 
la   commission   régionale   mixte   de   Liège   refusent   l'application   des   mesures300.   Au 
Charbonnage de Patience et Beaujonc, les mineurs se mettent en grève une journée par 
semaine « contre la mauvaise volonté patronale »301.

Des protestations au sujet des décisions de la Commissions sont également émises 
par le SU des Mineurs du bassin de Liège. Le 7 février, les délégués de Bonne­Fortune 
constatent   « avec   stupéfaction   que   l'application   des   nouveaux   minima   ne   correspond  
pas à ce qu'ils croyaient » car la notion de qualification « devient sujet à confusion dans  
son application »302. Le 4 mars, les mineurs du Charbonnage du Bonniers sont réunis en 
assemblée générale par le militant communiste Degeer. Dans un communiqué de presse, 
les   mineurs  déclarent   que   les   minima   de   salaires   pour   les   ouvriers   qualifiés   « restent  
toujours un sujet de mécontentement car ils permettent aux patrons de reléguer dans les  
catégories   intermédiaires   des   ouvriers   ayant   des   aptitudes   pouvant   leur   permettre   de  
prétendre   à   cette   qualification »303.   L'assemblée   réclame   la   réunion   d'une   nouvelle 
CNMM et la représentation des délégués du Syndicat Unique.

Le dimanche 1er avril, la Centrale des Mineurs de Liège (CGTB) dirigée par Hubert 
LEMME,  constate  qu’aucune  suite   n’a   été  donnée  aux  revendications  des  mineurs.  La 
proposition du district de Flémalle de déclencher la grève est votée à l’unanimité304. Le 
mardi   3   avril,   le   mot   d’ordre   de   grève   touche   une   cinquantaine   de   puits   dans   tout   le 
bassin   liégeois305.   Le   Ministère   du   Travail   comptabilise   4016   grévistes   répartis   entre 

298  Audience   accordée   le  25   janvier  1945   par  Messieurs   les   Ministres   SPAAK,  GUTT  et   DELRUELLE  à  
une   délégation   de   la   Commission  Nationale   mixte   des   Mines,   le   Directeur   Général   des   Mines   au  
Ministre des Affaires Économiques, Bruxelles, 29.01.1945. (AVA, n° 484, A.E. Bruges)
299 La CNMM adopte les Barèmes des salaires proposés par les ouvriers, Le Peuple, 28.01.1945 
300 Des patrons charbonniers peu conciliants, Le Peuple, 3­4.04.45. 
301 Les minima de salaires dans les mines, Le Peuple, 28.02.1945 
302Un ordre du jour des mineurs, La liberté, 17. 02.45 (CARCOP) 
303Un ordre du jour des mineurs du Bonniers, La liberté, 17. 03.45 (CARCOP) 
304 Grève chez les mineurs, Le Monde du Travail, 05.04.45. 
305 Grèves, S.E. Liège, 07.04.45 (HCSE, Z08,CEGES).

84
cinq établissements d’Herstal, trois établissements de Montegnée et un établissement de 
Glain306.  Les   mineurs   demandent  la   mise   en   place   d’une   classification   intermédiaire 
pour éviter des situations où un boiseur peut être considéré à la fois comme un ouvrier 
qualifié ou un manœuvre, selon qu’il travaille dans une veine ou l’autre.

Une délégation  de la CGTB, composée de Delattre, Dethier et Leclercq est reçue, 
le  3  avril   par  A.  Van  Acker  et   le  ministre  du  travail,   L.E.  Troclet,  au  sujet  des  taux  de 
pensions.   Des   représentants   de   Liège   sont   également  présents.  Suite  à   cette   entrevue, 
Troclet   promet   de   convoquer   d’urgence   une   CNMM   pour   régler   la   question   des 
salaires307.

Le mercredi 4 avril, le Comité national de la Centrale indépendante des Mineurs se 
réunit  à  la  Maison  syndicale  de  Bruxelles.  Les  délégués  grévistes  de  Liège   y   exposent 
leurs   plaintes.   Le   Comité   National   prend   position,   la   responsabilité   des   grèves   est 
imputée   aux  « restrictions   des   patrons   dans   l'application   des   décisions   de   la  
commission   mixte ».   La   Centrale   des   Mineurs   estime   également   que   les   grèves   sont 
regrettables   et   que   « tout   les   moyens   doivent   être   employés   pour   les   éviter »,   « elle  
demande,   avec  la   même  insistance,  aux  patrons   comme  aux  ouvriers   de  ne  pas   perdre  
de vue que la guerre n'est pas finie »308.

A   Liège,   la   grève   devient   générale  le   jeudi   5   avril.   A   la   commission   mixte,   les 


mineurs liégeois précisent leur cahier de revendications309 : 

• Relèvement   des  salaires des  manœuvres  de  la  surface,  âgés  de 


plus   de   21   ans,   à   75   francs  par   jour,   à   la   place  des   67   francs 
actuels.

• Classification  des   boiseurs  et   coupeurs  de  voie   avec   catégorie 


intermédiaire.

• Augmentation   des   salaires   dans  les   mêmes  conditions   que   les 


minima.

306 Grèves et Lock­out durant le mois d’avril 1945, Revue du travail, Juin­Juillet, 1945
307 Achille Van Acker reçoit les mineurs liégeois, Le Monde du Travail, 06.04.1945.
308 Congrès National des Mineurs, Le Peuple, 05.04.1945.
309 Les revendications des grévistes liégeois, Le Monde du Travail, 08.04.1945. 

85
• Solution de la question des  feux continus et  de  l’entretien ;  les 
ouvriers des  charbonnages réclament  les mêmes  avantages que 
ceux  de   la   sidérurgie,  soit   100%   de   majoration   pour   le   travail 
du dimanche, avec un jour de congé par semaine.

• Sanctionner  par   un   accord   à   la   CNMM  la   qualité   du   charbon 


gratuit servi actuellement aux mineurs.

• Révision de l’écart entre les salaires des manœuvres du fond et 
ceux des qualifiés.

Le 7 avril, la CNMM aboutit à un accord unanime. Les boiseurs, coupeurs de voie 
d’intervalle,   sont   désormais   considérés   comme   des   ouvriers   qualifiés.   Une   mise   au 
point   est   faite   par   le   gouvernement   qui   déclare   que   le   refus   d’obtempérer   aux 
réquisitions   pour   l’entretien   des   charbonnages   est   intolérable.   Ils   seront   sévèrement 
réprimés   à   l’avenir.   Le   communiqué   de   cette   CNMM   est   aussi   l’occasion   pour   le 
gouvernement  d’affirmer  son  refus  total  de  la  grève.  Le  ministre  Troclet   a  rappelé  que 
« les conventions collectives de 1920 sur la conciliation des conflits de travail dans les  
charbonnages   sont   toujours   en   vigueur »   et   «  qu’à   l’heure   présente,   toute   grève   est  
criminelle ».   Les  délégués  employeurs  et  ouvriers  marquent  un   accord  de   principe   sur 
cette   déclaration.  Les   charbonnages   sont   également  à   l’ordre   du   jour   du   Conseil   des 
Ministres   qui   approuve   un   ensemble   de   projets   de   loi   sur   la   force   obligatoire   des 
décisions   de   la   CNMM  mais   aussi   sur  l’inscription   obligatoire   en   vue   de   la   mise   au  
travail et la mobilisation civile des personnes310.

Le   Congrès   national   de   la   Centrale  indépendante  des   Mineurs  se   tient   le   8   avril 


1945311,   à   un   moment   où   le   syndicat   est,   pour   la   première   fois   depuis   la   Libération, 
impliqué   officiellement   dans   un   mouvement   de   grève.   Le   Secrétariat   National, 
représenté  par   Nicolas   Dethier   et   Georges   Leclercq,  défend   son   action   basée   sur   les 
négociations   dans   les   différentes  commissions   tout   en   rejetant   le   moyen   de   la   grève. 
Leclercq  « regrette  que les  mineurs  ne  puissent voir  comment leurs  délégués défendent  
leurs intérets à la commission mixte » et si les réformes ne sont pas assez reconnues par 
les   mineurs,  « c   'est   peut­être, parce   que   les   mineurs   les   ont   obtenues   à   une   cadence  

310   Nous   verrons   dans   la   suite   de   ce   travail,   que   la   mobilisation   civile,   suivie   de   l’interdiction   de   toute 
grève va provoquer un mouvement de protestation important à Liège.
311  Le Congrès national des mineurs, Le Peuple, 09.04.1945. 

86
trop rapide ». A l’unanimité, le congrès invite les mineurs du bassin liégeois à reprendre 
le   travail312.   Réunis   en   assemblée   le   lendemain,  les   cinq   districts   de   Liège   suivent   les 
recommandations du Congrès et relancent le travail le mardi 10 avril 1945313.

Le  mouvement  de   grève   est   de  ce  fait   déclenché   par  la   base  des  mineurs  liégeois  
affiliés   à   la   CGTB,   à   un   moment   où   ses   dirigeants   nationaux   sortent   d'une   longue 
polémique   pour   faire   reprendre   le   travail   aux   mineurs  du   Centre   et   du   Borinage.   De 
plus, la CBSU a pris position contre la grève et ses affiliés sont descendus dans certains 
charbonnages314.   Ceci   n'est   pas   sans   répercussions   à   la   Fédération   Liègeoise   du   PSB. 
Dans un article du Monde du Travail, le député François Sainte affirme que ce n’est pas 
au   parti   de   donner   des  mots   d’ordre   au   syndicat   et   justifie   la   grève:   «  Je   ne   crois   pas  
que   l’on   ait   fait   la   grève   pour   la   grève.   On   ne   peut   nier   qu’elle   résulte   toujours,  
directement   ou   indirectement,   de   mécontentement   fondé   et   de   revendications  
légitimes »315.

Le dimanche 15 avril, cinq jours après la reprise du travail, la Fédération Liégeoise 
du   PSB   organise  au   Forum   une   grande  réunion   publique316.   Sur   l’estrade,  en   dessous 
d’un   panneau   « Pour   aider   Van   Acker,   TRAVAILLEZ ! »   le   comité   politique   de   la 
Fédération, présidé par Léon­Eli Troclet, entoure le Premier ministre qui prend la parole 
pour exprimer « des choses qui plairont aux uns et qui déplairont aux autres : à chacun  
sa pipe et son tabac ». Il est question évidemment des grèves. Le Monde du Travail titre 
d’ailleurs   le   long   article   consacré   à   la   réunion :   « Aujourd’hui,   il   ne   peut   plus   être  
question   de   grève !   s’écrie   Achille   Van   Acker   aux   applaudissements   des   travailleurs  
liégeois ».   Le   discours   est   celui   qui   a   prévalu   au   sujet   des   grèves   depuis   septembre 
1944 : 

« Notre   gouvernement   est   démocratique,   si   les   travailleurs  


veulent   sauver   la   démocratie,   si   nous   voulons   nous   montrer  
dignes de nos Alliés, il ne faut pas faire grève. Il y a des griefs et  

312 Le Congrés national des mineurs met au point les revendications, Le Monde du Travail, 10.04.1945.
313  Fin Grèves, S.E. Liège, 13.04.45. (HCSE, Z08, CEGES).
314  Van   Acker,  séance   du   mercredi   18   avril   1945,   Annales   parlementaires,   Chambre   des   représentants, 
session, 1945, pp. 377.  
315 F. SAINTE, Nous devons unir et confondre nos forces comme nos misères et nos espoirs, Le Monde du 
Travail, 12/04/1945
316 Le Monde du Travail, 16.4.1945.

87
des   griefs   justes.   Ces   griefs   seront   réglés   démocratiquement.  
Mais   à   côté   de   ces   griefs   fondés,   combien   de   grèves   sont  
ridicules . Il   y   a   des   hommes   qui   cherchent   les   difficultés.   Aussi  
longtemps   que   j’aurais   l’honneur   de   présider   ce   gouvernement,  
je ferais les choses comme je l’entends  (…) la véritable politique  
c’est tout le monde à l’usine et à l’atelier (…) Il faut passer à la  
mobilisation des mineurs, comme d’ailleurs d’autres industries ». 

Le   18   Avril,   Achille   Delattre   interpelle   Van  Acker   à   la   Chambre   au   sujet   des 


grèves317.  Delattre estime celles­ci regrettables, aux motifs disparates et peu précis  mais 
motivées  par   l’état   de   fatigue   et   de   nervosité   des   mineurs318.   Van  Acker   répond 
longuement,  il   invoque  le   coût   des  mesures  déjà  réalisées  et  prévient  les  mineurs  qu’il 
lui   sera   impossible   de   tenir   compte   de   toutes   leurs   revendications :  « On   pourra  
chercher tant de difficultés qu’on voudra, je ne pourrais rien y changer. C’est très clair  
et net, et en voici les raisons : en réalité, on a accordé bien plus que ne demandaient les  
mineurs ».  Il   n’y  a,  pour  le  Premier  ministre,  aucune  raison   valable  de  faire  des  grèves 
qui  tournent souvent au  ridicule :  « samedi passé on me téléphonait  qu’un  puits   s’était  
mis   en   grève   pour   la   mort   du   président   Roosevelt »319.  Nous   pouvons   trouver   trace  de 
cette  grève   dans  les   statistiques  du  ministère   du  Travail.  Ce   sont  900   ouvriers   mineurs 
des  charbonnages  de  Montegnée qui  ont  fait   grève  du  15  au  16  avril   en  signe  de  deuil. 
Pour   Van   Acker,   ces   grèves   sont   déclenchées   par   un   mot   d’ordre :  « il   faut   créer   des  
difficultés,   et   alors,   quand   il   y   a   une   dizaine   de   grèves,   on   trouve   une   revendication  
générale ».  Van  Acker  en  vient  aux  conséquences  des  grèves  d’avril,   sur la  production 
et   la   marche   de   l’économie   belge :  « elles   laissent   entrevoir   une   perte   de   charbon   de  
150.000   tonnes ».  Ce   charbon  aurait   pu   fournir   du   gaz   pendant  deux   heures  par   jour, 
remettre   en   marche   des   verreries,   l’industrie   textile,   alimenter   les   cimenteries,   les 
briqueteries, les ateliers de construction. Pour atteindre une production normale, la mise 
en   place  de   la   mobilisation   civile   est   indispensable.  Il   faut  également   pour  le   Premier 
ministre   prendre  des   mesures   de   répression,   notamment   au   niveau   de   la   presse :  « Le  
désordre   ne   peut   pas   continuer   et   je   déclare   sans   hésiter   que   ceux   qui   fomentent   des  

317  Cette interpellation donne l’occasion  à  la  Gazette  de  Liège d’une  description peu flatteuse du  député 


mineur  et  de  ses  rapports  conflictuel   avec   Van   Acker: «   M.  A  Delattre  n’a  jamais  digéré  que  le  Premier  
Ministre   se  soit  attelé   au  problème   du  charbon sans le  charger  de  le résoudre,…,   Chaque  fois que  le  P.M  
parle charbon, M Delattre regarde de son cotés, la lèvre retroussée, laissant apparaître  une canine longue,  
si longue… ».  Il faut en finir avec la démagogie, S.T., La Gazette de Liège, 20.4.1945.
318  Séance   du   mercredi   18   Avril   1945,   Annales   parlementaires,   Chambre   des   représentants,   1945,   pp.  
367­375. 
319 Idem

88
grèves doivent en porter toute la  responsabilité et en supporter  les conséquences ;  que  
les journaux qui poussent à la grève seront suspendus ».

 3.3.  La mobilisation civile.

L’instauration   de   la  mobilisation   civile   comme  solution   aux  problèmes  sociaux  et  


économiques  qui  secouent   la  Belgique   est   envisagée  dès  l’installation  de  l’équipe  Van 
Acker au pouvoir. Les causes et les fonctions de cette mobilisation sont déjà explicitées 
dans la déclaration gouvernementale du 14 février 1945 :

« Le Gouvernement envisage la mobilisation civile des catégories  
de   travailleurs   dont   l’activité   professionnelle   est   nécessaire   à   la  
conduite de la  guerre, à la reprise de la  vie économique,  au bon  
fonctionnement de nos institutions et à la vie de la population. Il  
mettra   tout   en   œuvre   pour   provoquer   la   remise   en   marche   et  
l’augmentation   de   rendement   de   nos   entreprises   industrielles   et  
agricoles   (…)   Il   exigera   de   ceux   placés   à   la   tête   de   ces  
entreprises une collaboration complète et loyale. Tout freinage de  
la production sera impitoyablement réprimé »320.

Deux mois après, la mobilisation civile est décrétée par l'arrêté­loi du 12 avril 1945 
relatif  à   l’inscription  obligatoire  en  vue  de  la  mise  au  travail  et   à  la  mobilisation  civile 
des   personnes   et   des   entreprises321,  grâce   à   la   loi   du   20   mars   1945   sur   les   pouvoirs 
extraordinaires.   La   loi   considère   que  certaines   activités   privées,   pour   les   raisons 
mentionnées  dans  la  déclaration  gouvernementale,   doivent  être  assurées au   même  titre  
que   les   fonctions   dévolues   aux   services   publics.   Les   entreprises   touchées   par   la 
mobilisation   civile   sont   celles   dont   les   activités   sont   liées   à   l’effort   de   guerre   ou   au 
ravitaillement. La liste de ces activités est définie par l'arrêté du Régent du 14 avril 1945 
et l'arrêté ministériel du 15 avril 1945322 : 

• Les installations souterraines et de surface des charbonnages;

• Les  usines  à   gaz,  les  cokeries  et   les  entreprises  de  distribution 


du gaz;

320 Déclaration gouvernementale lue par le Premier ministre Achille Van Acker à la Chambre 14 février 45  
et au Sénat le 14 février 45. 
321 Moniteur belge des 16­17 avril 1945. 
322 Idem. 

89
• Les   entreprises   de   production,   de   transformation   et   de 
distribution électriques: 

• Les entreprises de distribution d’eau ;

• Les meuneries, boulangeries et fabriques de levure ;

• Toutes les entreprises de transport par fer, par eau et par route. 

Toutes   les   personnes   occupées   dans   les   entreprises   visées,   de   l’employeur   à 


l’ouvrier,   doivent  désormais   continuer  à   exercer  « l’activité   qui   est   la   leur,   au   sein   de  
l’entreprise qui les occupe ». L’arrêté indique également que « toutes les personnes qui  
ont   été   à   un   moment   quelconque,   depuis   le   10   septembre   1944,   occupées   dans   un  
charbonnage (…) sont tenues de reprendre, dans le charbonnage qui les a employées en  
dernier   lieu,   l’activité   qui   était   la   leur   (…) ».   Comme  l’avait   annoncé  Van  Acker   à   la 
Chambre,  les  arrêtés  prévoient  des  sanctions  très  sévères:  « les  infractions   sont  punies  
d’une amende de 26 à 100.000 francs et d’un emprisonnement de huit jour à un an, ou  
d’une de ces peines seulement ».

Dans une lettre adressée aux chefs d’entreprises, parue au moniteur belge du 5 mai 
45,   le   gouvernement   transmet   les   modalités   d’application   de   la   loi   dont   « l’intérêt  
général  exige  impérieusement  que  les  dispositions  (…)  soient  strictement  impliquées », 
ainsi   les   employeurs  sont   tenus   de   fournir   au   bureau  régional   de   l’Office   National  du 
Placement   et   du   Chômage   « les   noms   des   travailleurs,   qui   cesseraient   leur   travail,   en  
contravention avec les arrêtés »323.

Le   17   mai,   Achille   Van   Acker   expose   au   Sénat   une   communication   du 


Gouvernement qui annonce l’extension de la mobilisation civile : « ce que l’on cherche  
en   ce   moment,   c’est   de   détruire   nos   institutions,   de   détruire   notre   pays   même »324.   Le 
Premier  ministre  fait  référence  à  des grèves  « sauvages », aux  dirigeants  syndicaux  qui 
« se laissent gagner par la peur et sont la proie de la démagogie », « à des hommes qui  
traversent   le   pays   pour   déclencher   des   grèves ».   Le  Pouvoir   aux   Travailleurs,   organe 

323 Lettre adressée aux chefs d’entreprise, 5 mai 1945, Revue du travail, Avril­Mai, 1945, pp. 274. 
324  Communication   du   Gouvernement,  Séance   du   jeudi   17   mai   1945,   Annales   parlementaires,   Sénat, 
1945, pp. 376.  

90
trotskiste pour la  Construction de  la IVème  Internationale,  est  suspendu pour avoir fait 
appel   à   la   grève   générale.   Même   si   l’Allemagne  a   capitulé,   il   n’est   pas   question   de 
supprimer  la mobilisation  civile.  Au  contraire,  ce  qui  s’impose  au  gouvernement,  c’est 
la   généralisation :   « Ce   sera   la   mobilisation   générale   pour   trois   mois,   elle   sera   donc  
limitée dans le temps. Après on verra. Cela veut dire qu’à partir d’aujourd’hui, pendant  
trois mois, toute grève est interdite ».

La  généralisation  de  la  mobilisation  civile  est   concrétisée  dans  l’arrêté  ministériel 
du 22 mai 1945325. La mobilisation s’étend désormais à toutes les entreprises non visées 
par l’arrêté  du 15  avril  1945.  L’ensemble  du  personnel  des  entreprises  est   « mobilisé   à  
titre civil, pour le même terme de trois mois (…) ».

 a)  Une fronde Liégeoise à la FGTB.

La CSC se montre en faveur de l'interdiction de la grève : « Les Syndicats chrétiens  
sont parfaitement d'accord avec ce langage énergique. Nous avons en effet constaté que  
bon   nombre   de   nos   syndiqués   sont   des   grévistes   involontaires,   empêchés   de   travailler  
par   des   énergumènes   des   syndicats   uniques.   Certaines   sections   nous   ont   même   écrit  
pour demander quand on mettrait fin à cette dictature de gauche »326. La CSC demande 
aux   ouvriers,   et   particulièrement   aux   mineurs,   de   ne   pas   s’absenter,   de   pousser   la 
production au maximum et  « de  ne  pas suivre,  soutenir  ou provoquer aucune  grève ou  
aucun mouvement de grève durant ces mois »327.

La  CBSU prend une position  de principe  contre la  mobilisation civile mais  refuse 


de faire grève : « On vient de nous interdire le droit de grève, cela rappelle amèrement  
la   dictature   allemande.   Nous   devons   à   tout   prix   réagir,   mais   comment ?   La   grève ?  
Non ! Parce que nous obéirons à la provocation patronale »328.

Toutefois, à la récente FGTB cette position n’est pas unanime. Réuni le 20 mai, le 
congrès   de   la   Fédération   des   Métallurgistes   de   la   Province   de   Liège   se   déclare 

325 Moniteur belge du 25 mai 1945. 
326 CSC, Bulletins, 01.06.1945 ( Carcop)
327 La Libre Belgique, 12/06/1945
328 Appel aux travailleurs métallurgistes, CBSU, Bruxelles, 28/05/1945. 

91
« absolument opposé à la mesure interdisant toute grève pendant trois mois, ainsi qu'à  
l'arrêté   de   mobilisation   civile   et   son   extension   à   l'ensemble   des   travailleurs »329.   Les 
métallurgistes   se   défendent   d'une   hostilité   de   principe   au   gouvernement   et   déclarent 
vouloir   participer  à   la   reconstruction   économique   de   la   Belgique   mais   ils   ne   peuvent 
accepter   cette   atteinte   aux   libertés   syndicales  qui   livrerait   « les   travailleurs   pieds   et  
poings   liés   à   la   réaction   patronale »330.   Le  Congrès  décide  d'appeler  les   travailleurs  à 
une   grève   générale   de   24   heures,   « en   signe   de   protestation   et   voulant   donner   un  
avertissement   à   ceux   qui   croient   que   la   classe   ouvrière   est   prête   à   subir   toutes   les  
contraintes »331.

Le bureau national de la FGTB, réuni le 22 mai, prend une double position. Renard 
annonce  que   les   métallurgistes   de   Liège   ont   décidé  une   grève   générale  de   24   heures 
pour   le   30   mai.   La   discussion   est   assez   vive.   Les   dirigeants   nationaux   prennent   la 
défense du Gouvernement Van Ackers, ils refusent toute forme de grève. La déclaration 
finale   du   bureau   maintient   finalement   une   « hostilité   de   principe   à   la   mobilisation  
civile »  mais  « demande   aux   travailleurs   de   faire   confiance   aux   organisations  
syndicales,   de   rester   disciplinés   et   de   ne   pas   céder   aux   provocations   d’irresponsables  
qui feraient le jeu de la réaction »332. La position des métallos liégeois est isolée du reste 
de la FGTB, y compris des autres régionales métallurgistes. Pour Gailly, du bureau de la 
CMB, la mobilisation civile ne concerne pas la FGTB: « Il y a l’interdiction du droit de  
grève pendant trois mois. Contre nous ? Mais non ! Cette disposition a  été prise parce  
que   des   communistes  de   toute   espèce   manoeuvraient   politiquement   contre   le  
gouvernement et notre propre mouvement »333.

Dans  la   semaine  qui   suit,   les   dirigeants   de   la   fédération   métallurgiste   se   rendent 


dans   les   entreprises   sidérurgiques   pour   faire   voter   la   grève   par   les   ouvriers   lors 
d'assemblées   d’usines.   Ces   rassemblements   ont   été   suivi   par   des   informateurs   de   la 
gendarmerie qui nous fournissent des comptes­rendus relativement complets.

329 Ordre du jour de la Fédération Liégeoise des Métallurgistes, La Liberté, 26.05.1945 ( CARCOP)
330 Idem.
331 Id.
332 Tout le monde au travail, Le Peuple, 25/05/1944
333, P.V. de la séance du comité national du 25 juin 1945 (Fonds CMB, n°23, AMSAB).  

92
Le   délégué   Lambion   serait   ainsi   rentré   dans   l'usine   d'   Ougrée­Marihaye   avec   un 
groupe  d’ouvriers   inconnus,   en   profitant  de   l'ouverture   des  portes   à   midi.  Après  avoir 
déclaré que le syndicat ne veut pas nuire au gouvernement mais qu’il ne peut accepter la  
mobilisation   civile,   il   invite   les   ouvriers   à   un   meeting   syndical   prévu   le   30   mai. 
Guillaume   Dauwens,   président   du   SU   d’Ougrée­Marihaye   fait   voter   la   grève.   Le 
délégué   du   syndicat   des   employés,   C.   Parent,   demande   également   l’association   des 
employés à la grève, il rappelle que 40% des employés ont chômé ce 1er mai. Lors de ce 
rassemblement, la gendarmerie dresse trois P.V. à charge des orateurs pour infraction à l' 
A­L du 21 avril 1945 sur la mobilisation civile334.

Un meeting est également organisé dans la cour de l’usine Cockeril335. Le motif de 
départ est lié au coût de la vie et au pouvoir d’achat mais le débat dans l’usine en vient à 
la   mobilisation   civile.   Louis   Bayard,   ajusteur,   s’élève   contre   l’arrêté   d’interdiction   du 
droit   de   grève.   L’informateur  de   la   Sûreté   retranscrit   son   discours :   « la   grève   est   la  
seule   arme   de   combat   des   ouvriers,   nous   nous   en   servirons   malgré   les   menaces  
d’arrestation   des   meneurs ».   Laurent   Nizet336,   président   de   l’assemblée,   informe   les 
ouvriers que deux grèves sont prévues, une de 24 heures contre la mobilisation civile et 
une deuxième en préparation, pour améliorer le standard de vie et la rénovation sociale. 
Adam,   contremaître   en   chef   de   la   traction,   intervient   pour   apporter   le   soutien   des 
employés   aux   ouvriers :   « Les   employés   de   l’usine   sont   comme   des   bêtes   sauvages  
enfermés dans des cages  (…) en cas de représailles,  les employés  devront  compter  sur  
le   bloc   ouvrier ».   La   Sécurité   de   l'Etat   relève   finalement   que   Nizet   aurait   déclarer 
« qu’il ne voyait aucun inconvénient à venir traquer mercredi prochain les employés qui  
se   rendront   à   l’usine.  D’ailleurs,   il   y   aura   des   piquets   de   grève   et   celui   qui   voudra  
entrer   recevra,   peut   être,   un   coup   de   pied   dans   la   p….. ».   La   grève   est   votée   à   main 
levée.

334  Ad,.   GUYOT,  Réunion  syndicale  à   Ougrée,   Brigade   Gendarmerie   d’Ougrée   à   Auditeur   Général,   ?
.05.1945 (HCSE, Z08, CEGES)
335  DUCHENE,  Meeting   improvisé   à   Cockerill,   S.E.   Seraing   à   Auditeur   Général,   25.05.1945   (HCSE, 
Z08, CEGES)
336  NIZET,  Laurent  (Seraing,   1904­ ?).  Il  est  contrôleur  en  mécanique  à l’usine  Cockerill  de  Seraing au 
début de la guerre. Il entre dans la résistance en juillet 42 et dans le Corps Franc KJ3 en 1943, affilié  
par   A.   Renard   et   R.   Latin.   En   1945,   il   est   permanent   propagandiste   au   sein   de   la   FGTB   de   Liège.  
D’après la notice biographique de TILLY, Pierre., André Renard : biographie, Bruxelles, Le Cri, 2005, 
p. 718

93
Mis   au   courant   des   assemblées,   l’Auditeur   Général   prévient   le   ministère   de   la 
Défense Nationale que des meetings à tendance révolutionnaire, considérés comme une 
« étape   vers   l’occupation   des   usines »,   sont   organisés   à   l’intérieur   des   établissements. 
L'Auditeur   demande   au   ministre   s'il   n’estime   pas   que   des   instructions   doivent   être 
données à la Gendarmerie « en vue d’empêcher le renouveau de faits de cet ordre »337.

La  section  Liège­Huy­Waremme  de  la  FGTB  suit  la  position   des  métallurgistes  et 
confirme une grève générale de 24 heures le mercredi 30 mai, avec comme mot d’ordre: 
« Pour   le   maintien   de   nos   libertés   syndicales »338.   Seule   la   Centrale  des   Mineurs   du 
bassin   de   Liège   décide   à   l’unanimité   de   ne   pas   suivre   le   mot   d’ordre   et   invite   les  
mineurs à rester au travail pour trois raisons : 

• Les   difficultés   économiques   risquent   de   compromettre   la  


restauration économique et politique du pays ;

• La   prolongation   de   la   période   de   trouble   fait   le   jeu   des  


adversaires de la démocratie ;

• La proposition de grève de 24 heures n’a pas été admise par le  
Bureau   National   de   la   FGTB,   et   elle   n’aura   donc   pas   le  
caractère   de   protestation   nationale   que   ces   promoteurs   lui  
avaient assigné. 339

Mises au courant de la probabilité de piquet de grève et tenant compte d’un état de 
nervosité générale, les autorités chargées du maintien de l’ordre préparent la journée du 
30   mai340.   Les   instructions   du   gouverneur   sont   claires   dès   le   vendredi   25   mai,   il   faut 
s’opposer   de   la   façon   la   plus   énergique   possible   à   toute   tentative   de   débauchage   ou 
d’agitation. Le lundi 28, une conférence a lieu dans le cabinet du gouverneur en vue de 
donner les instructions au commissaire de police en chef et au représentant du Colonel 
Godfroid341, commandant du groupe de gendarmerie.

337 Auditeur Général au Min. Def. National, Bruxelles, ?.05.1945 ( HCSE, Z08, CEGES)
338 Le Peuple, 30.05.1945. 
339  Les   mineurs   liégeois   décident   de   na   pas   participer   à   la   grève   générale   de   mercredi,   Le   Peuple, 
29.05.1945. 
340  C.A.C.   Major   Lerot,  Mobilisation  Civile,  Grève   générale   de     protestation,   31.05.1945   (HCSE,   Z08, 
CEGES)
341 GODFROID Maurice (1892­1968). Il s’engage à la Gendarmerie le 19 juillet 1913. Le 27 juin 1917, il  
est   nommé   sous­lieutenant   auxiliaire.   Commandant   du   groupe   mobile   de   Charleroi,   il   est   interdit   de  
fonction  par  l’ennemi  le  18 janvier 1942.   Il est  nommé  commandant  du   groupe  territorial   de  Liège  le 
31   janvier   1945,   puis   commandant   de   la   Gendarmerie   le   12   février   1949.   Général   major   le   26   mars  

94
Le   procureur   Général   a   convoqué   une   autre   réunion   de   coordination   pour   le 
lendemain.   Le   major   Lerot   décide  de   s’y   rendre   spontanément.   Il   y   retrouve   l'avocat 
général Dallemagne, le procureur du roi Lecrenier, le Colonel Godfroid et les délégués 
de   la   police   communale   et   judiciaire.   Le   Procureur   Général  transmet   les   instructions 
spéciales   envoyées   par   le   ministère   de   la   Justice   au   sujet   de   la   grève   et   de   la 
manifestation   qui   doit   s’en   suivre.   Les   discussions   portent   sur   la   nécessité   ou   pas, 
d’arrêter   les   piquets   de   grève   qui   seraient   formés   et   de   procéder   également   à 
l’arrestation   préventive   des   meneurs  connus :   « Les   autorités   présentes   ont   cependant  
estimé   juridiquement   difficile   et   peut­être   impolitique   de   recourir   à   cette   dernière  
mesure ».   On   maintient   toutefois   la   décision   de   procéder   à   des   arrestations   si     elles 
apparaissent « justifiées par le moindre incident ou la moindre provocation.»342

Le   Colonel  Godfroid   signale  que   plusieurs   unités   de   gendarmerie   de   la   province 


sont arrivées à Liège pour augmenter considérablement les effectifs. La gendarmerie se 
proposait également de faire défiler des unités blindées dans les rues de la ville «  pour  
faire préventivement des démonstrations de force »343.

A la fin de cette réunion, le major Lerot et le Colonel Godfroid se rendent chez le  
bourgmestre  qui aurait autorisé la manifestation projetée par la FGTB. Le bourgmestre 
dément  la  rumeur,   il   a   d’ailleurs  donné  comme   instructions   à   la   police  de  « s’opposer  
par   la   force   au   besoin   à   toute   manifestation   et   à   tout   cortège »344.   Les   mêmes 
instructions sont données à la gendarmerie par Godfroid. 

Le mercredi 30, la grève est « à peu près unanime » dans toute la province et toutes 
les   industries,   y   compris   les   charbonnages.   Les   différents  envoyés   spéciaux  dépêchés 
dans  la   province  par  la   gendarmerie   et   le   HCSE,  nous  donnent  un   aperçu  du   suivi   du 
mot d’ordre lancé par la FGTB: 

1949,   il   devient   lieutenant   général   le   26   décembre   1951.   Il   est   pensionné   le   1 er  avril   1954.   Cf. 
Commandement   général   de   la   Gendarmerie,  Histoire   de   la   Gendarmerie.   T.   2.   De   1914   à   nos   jours, 
Bruxelles, 1980, p. 257.
342C.A.C.   Major   Lerot,  Mobilisation   Civil,   Grève   générale   de     protestation,   31.05.1945   (HCSE,   Z08, 
CEGES)
343 Idem.
344 Id.

95
– Ans : Aucun tramway ne circule. La grève atteint les 90% aux charbonnages des  
français et de Patience. L’eau, le gaz et l’électricité ne sont pas touchés345.

– Comblain­au­pont : grève complète au bois d’Anthem346.

– Engis : grève à la Métallurgie de Prayon : 240 grévistes /260 chômeurs347.

– Grivegnée :   grèves   aux   Conduites   des   eaux   (450/0),   aux   Tramways   Unifiés  
(500/0),   à   la   Centrale   électrique   intercommunale   (250/50),   à   l’Espérance­Longdoz  
(250/84) et à la S.N. des chemins de fer Vicinaux (700/0)348 .

– Huy :   le   mouvement   est   suivi   par   95%   des   ouvriers   et   employés   des   différentes  
entreprises.   Les   services   publics   n’ont   pas   quitté   le   travail.   Un  meeting   de   la   FGTB  
rassemble une centaine de personnes à 50 mètres du local communiste 349.

– Liège :   grève   générale   des   charbonnages,   de   certaines   usines,   des   tramways   et  


chemins   vicinaux   de   la   ville.   Le   mot   d’ordre   touche   également   quelques   grands  
magasins.   Les   tramways   Liège­Seraing   ont   cependant   assuré   toute   la   journée   un  
service restreint350.

– Ougrée :   La   grève   est   complète   à   l’Air   Liquide,   aux   ateliers   Raskin   et   à   la  


Conduite des eaux. La grève est importante à l’administration communale (100/170),  
à Ougrée­Marihaye ( 2294/3024), et dans son charbonnage ( 553/625)351. 

Les mineurs des  charbonnages, qui ont reçu la veille comme instruction  de  ne  pas 


participer à la grève, se sont ralliés le jour même au mot d’ordre. Ils cessent le travail à 

345 Gendarmerie Nationale, Ans, 31.05.1945 (HCSE, n°1636, CEGES)
346 Gendarmerie Nationale, Comblain­au­pont, 31.05.1945 (HCSE, n°1636, CEGES)
347 Gendarmerie Nationale, Engis , 30.05.1945 (HCSE, n°1636, CEGES)
348 Gendarmerie Nationale, Grivegnée, 31.05.1945 (HCSE, n°1636, CEGES)
349  Meeting   à   l’occasion  de   la   grève   générale   de   24h,   Capitaine   Therare,   30.05.1945   (HCSE,   n°1636, 
CEGES)
350  C.A.C.   Major   Lerot,  Mobilisation   Civile,   Grève   générale   de   protestation,   31.05.1945   (HCSE,   Z08, 
CEGES)
351 Gendarmerie Nationale, Huy, 31.05.1945 (HCSE, n°1636, CEGES)

96
la suite d’une initiative des dirigeants syndicaux qui ont fait fi des recommandations de 
Bruxelles.   Parallèlement,   la   grève   dans   la   métallurgie  n'est   pas   complète   comme   les 
organisateurs l’espéraient. 

Un   meeting   a   également   lieu   à   Liège,   place   de   l’Yser.   Il   rassemble   3   à   4000 


personnes. André Renard prononce, selon le  Monde du travail,  « un long discours sans  
démagogie,   modéré,   très   modéré   dans   la   forme,   mais   pour   le   fond   ferme,  
révolutionnaire, courageux »352 : 

« Nous   tenons   à   notre   droit   de   grève   comme   une   liberté  


fondamentale.   Les   métallurgistes,   comprennent   la   nécessité   du  
travail : ils entendent participer à la reconstruction du pays, mais  
en tant que partie et non comme accessoire. Nous ne sommes pas  
hostiles à ce gouvernement et notre grève n’est pas dirigée contre  
lui.   Cette   grève   est   totale.   La   soudure   s’est   faite   entre   les  
travailleurs  intellectuelles  et   manuels.   Les   services  publics   ne  se  
sont   pas   joints   à   nous ;   ils   n’ont   pas   le   droit   de   grève   qu’ils  
réclament :   ils   ont   de   justes   revendications.   Quant   à   la  
mobilisation  civile,  c’est  un  coup  de  sabre  dans   l’eau.  C’est  une  
mesure   à   sens   unique,   plus   vexatoire   qu’efficace.   Cette   grève  
rendra   confiance   aux   travailleurs.   Nous   disons   la   vérité   aux  
travailleurs,   même   quand   elle   est   désagréable.   Il   ne   faut   pas  
réclamer   des   augmentations   sans   cesse.   Il   faut   réajuster   les  
salaires les plus bas. Mais il faut que la guerre nous apporte une  
augmentation   de   notre   standing   de   vie.   Nous   voulons   la  
Libération de la misère et de la crainte du lendemain. La vie n’est  
pas   faite   que   du   boire   et   du   manger,   mais   aussi   des   jouissances  
culturelles   et   morales.   Le   monde   de   1945   ne   doit   pas   être   le  
monde   de   1939.   Le   régime   capitaliste   ne   peut   être   rastifolé.   Le  
syndicalisme est indépendant et il le restera. Nous serons avec le  
gouvernement   pour   construire.   Nous   serons   contre   lui   s’il   veut  
nous   imposer   une   ligne   de   conduite.   Nous   ne   serons  
complètement satisfaits qu’en changeant de régime »353.

Louis Neuray, secrétaire de la Fédération Liégeoise du P.C.B et le député socialiste 
Fr. Sainte prennent également la parole « apportant aux manifestants le salut de tous les  
partis »354.

Du   point   du   vue   du   maintien   de   l’ordre,   même   si   la   journée   du   30   mai   sera 


352 La grève a été générale, Le Monde du Travail, 01.06.1945
353 Idem.
354 Id.

97
« absolument   calme »,   on   remarque   dans   la   gendarmerie   une   certaine   impatience   à 
l’intervention. Le L­G Dethise a envoyé le général Leroy355  en mission d’information à 
Liège.   Son   rapport   qui   date   du   jour   même   de   la   grève   générale,  nous   informe   d’un 
certain   nombre   de   dispositions   prises   pour  faire   de   cette   grève   la   démonstration   d’un 
coup de force356.

Le défilé de blindés dans les rues n’a pas eu lieu et les autorités de Liège ont déjà 
exprimé   leur   réticence   à   des   arrestations   préventives.   Leroy   réitère   néanmoins   la 
demande   :   « La   gendarmerie   est   disposée   à   arrêter   les   coupables   d’excitation   à   la  
grève  (dirigeants   FGT  et  orateurs) »,  « Le   parquet   hésite,   il  y   a  des  députés   à  la   FGT.  
M.   le   Gouverneur   croit   que   l’arrestation   de   Renard   et   consorts   mettrait   le   feu   aux  
poudres ».  Une autre solution est alors envisagée. Une plainte du directeur de Cockerill 
contre les organisateurs du meeting dans l’usine permettrait ces arrestations, mais celui­
ci   « refuse   de   prendre   position   contre   son   personnel ».   On   en   arrive   aux   piquets   de 
grève,   mais   ils   apparaissent  fantômatiques :   « La   gendarmerie   veut   agir,   les   autorités  
restent indécises. Le gouverneur ordonne que les piquets soient combattus, aujourd’hui  
ils sont inexistants ou insaisissables. Pas encore de violence ». Il reste cependant encore 
un évènement qui pourrait prendre des allures de révolution belge dans la Cité Ardente. 
La Muette de Portici  est jouée au théâtre de Liège dans un gala de la Victoire, organisé 
par   la  Wallonie   libre  :   « On   ignore   le   développement   possible   de   cette   affaire.   La  
gendarmerie veille et est en force ». La Gazette de Liège ayant émis des craintes « quant  
à   la   tenue   civique   du   gala »   reconnaît   que   « cette   cérémonie   n’a   pas   dégénéré   en  
manifestation de politique anti­belge, comme on était fondé à le craindre »357.

 b)  L’application de la Mobilisation civile. 

La   journée   de   protestation   n’a   pas   d’impact   sur   un   changement   de   politique   du 


gouvernement.  Au   contraire,  l’application   de   le   la   loi   se   fait   plus   sévère.  Huit   jours 

355 LEROY, Louis (1889­1956), gendarme de carrière. Entré au corps en 1910, il est envoyé  au Congo en  
1919 pour réorganiser la force publique du Katanga. Commandant le groupe territorial de Bruxelles en  
1939, il est emprisonné à la citadelle de Huy entre juillet 1942 et février 1943. Adjoint au commandant  
du   corps   en   1945,   il   succède   à   Dethise   en   1947.   Pensionné   en   1952.   Commandant  Central   de   la  
Gendarmerie, Histoire de la Gendarmerie, 2 vol., Bruxelles, 1979­1980., p.256,
356 L­G Dethise au Général Leroy, Mission d’informations au 30, 31.05.1945 (HCSE, n°1636, CEGES)
357 La brabançonne, la Gazette de liège, 04.06.1945. 

98
après la grève générale du 30 mai, les premières arrestations ont lieu à Liège contre 12 
grévistes sur le tas. L’effet est contraire à celui recherché, ces arrestations provoquent un 
mouvement de solidarité qui conduit   à un  début de  déclenchement de  grève  générale à 
Cockerill, rapidement stoppé par les délégués syndicaux. 

Nous   avons   vu   dans   le   rapport   de   la   Sûreté   de   l’Etat   du   25   mai   que   les 


métallurgistes   préparaient  une   deuxième   campagne   de   revendications   au   sujet   de   la 
majoration des salaires.

Une   grève   doit   avoir   lieu   le   4   juin,   elle   est   reportée   au   7,   puis   au   8   juin.   Une 
réunion de conciliation entre délégués patronaux et ouvriers est convoquée à l’Office du 
Travail de Liège par l’ingénieur de la protection du travail358. Cette réunion est présidée 
par  Mr.   Haidant   de   l’office  de   conciliation.  Un   incident  intervient  quand   Lambion,  en 
tant  que  délégué  de  la   fédération   des  SU,   s’invite   à   la   réunion,  « contrairement   à   tout  
principe   de   conciliation ».   Les   délégués  patronaux   lui   demandent   de   sortir   mais   les 
ouvriers  protestent   et  sa  présence  est   tolérée  comme  celle   d’André  Renard  qui   fait  son 
entrée peu après, sans y être également invité. La revendication ouvrière consiste en un 
réajustement   complet   des   salaires   dans   la   division   cokerie.   Il   est   décidé   que   les 
revendications   d’augmentation   de   salaires,   demandées   par   les   ouvriers   de   Cockerill, 
Espérance­Longdoz  et   Ougrée­Marihaye   seraient  présentées  dans   le   plus   bref   délai   au 
Ministère   du   Travail.   Pour   les   patrons,   « les   ouvriers   veulent   la   grève   à   tout   prix   et  
prennent   comme   prétexte   le   réajustement   des   salaires   en   cokerie   pour   aboutir   à   la  
grève   générale ».   Renard   promet   de   prêcher   le   calme   aux   ouvriers   en   leur 
communiquant   les   décisions   prises.   Le   projet   de   grève   générale  est   pour   le   moment 
annulé. 

Le même jour des négociations, une grève sur le tas éclate à la division Mécanique 
des   Chaudronneries   Smulders  de   Grâce­Berleur359.   Le   mouvement   ne   touche   que   15 
ouvriers sur 141 occupés. Sur ordre du Procureur du Roi, douze grévistes sont arrêtés le 
9   juin  par  la  gendarmerie.   A  la  suite  de  ces  arrestations,  toute  l’usine  se  met   en  grève 

358 Gend. Seraing à Auditeur Général, Renseignement grèves, 08.06.1945. 
359  CAC LEROT,  Région Liégeoise. Grèves et situation sociale, 15.06.1945; Brig. de Gend. D’Hologne­
aux­pierres, Grève sur le tas, 10/06/1945 (HCSE, Z08, CEGES) 

99
par solidarité. Le 11 juin, les grévistes de Grâce­Berleur vont trouver leurs collègues de 
Cockerill   pour  les   mettre   au   courant  des   arrestations.  Cet   événement  est   relaté  par  les 
rapports   de   la   Sécurité   de   l'Etat360.   Les   ouvriers   chaudronniers   de   l’Atelier   des   Ponts 
décident  immédiatement  de  protester par  un arrêt  de  travail. Ce  groupe  déclenche dans 
l’usine   une   assemblée   générale  qui   regroupe   3000   ouvriers   de   Cokerill.   Le   délégué 
Coenine   dénonce   dans   ces   arrestations   des   méthodes   « à   l’Allemande ».   Le   délégué 
syndical Lambion est mis au courant de l’ampleur prise par le mouvement et décide de 
rejoindre les ouvriers de Cockerill. Le directeur de Cockerill fait fermer les portes et lui  
interdit   d’entrer.   Lambion   affirme   pourtant   être   venu   pour   arrêter   la   grève.   Plusieurs 
ouvriers   viennent   le   chercher   et     forcent  le   cordon   patronal.  Le   délégué  syndical  peut 
s’adresser  à   l’assemblée.  Il   exhorte   les   ouvriers   à   reprendre   immédiatement  le   travail, 
attendu   que   ce   mouvement   de   protestation   n’est   que   partiel   et   que   pour   de   bons 
résultats, il faut un mouvement général, discipliné et organisé. Il demande aux ouvriers 
de faire confiance aux dirigeants syndicaux socialistes, des demandes ayant été faites au 
ministère du travail et au gouverneur pour libérer les ouvriers arrêtés.

Une   réunion   est   organisée   chez   le   gouverneur,   en   présence   du   procureur.   Les 


délégués  ouvriers  de  Smulders  s’engagent   à   faire  reprendre   le  travail   le  12   juin,   sur  la  
promesse   de   libération   des   douze   ouvriers   arrêtés.   L’accord   est   exécuté   des   deux 
côtés361. 

Simultanément, les patrons des cokeries adressent au ministre du Travail une lettre 
d’information et de protestation362. Ils attirent l' attention sur les déséquilibres financiers 
que  provoqueraient  une  hausse  « non   justifiée »   des   salaires.  Ils   font  également  état  de 
leur   crainte  de   ne   pas   voir   la   mobilisation   civile   fonctionner   normalement  en   cas   de 
grève   et   demandent   que   les   réquisitions   d’ouvriers   s'effectuent   à   nouveau   par   les 
bourgmestres, puisque ceux­ci refusent de le faire en se référant à la mobilisation civile. 
Ce  dernier  mouvement  de  grève   est   qualifié  de  « guérillas »,   un   prélude  à   « un   grand  

360  DUCHENE,   Brig.   Gend.   de   Seraing   à   Auditeur   Général,   Meeting   improvisé,   menaces   de   grève, 
11.06.1945; PAQUET L., Commissaire à la B.T. Liège à Directeur du service R.G,   Menaces de grèves  
dans les cokeries de la région, S.E Bruxelles, 09.06.1945 (HCSE, Z08, CEGES)
361  CAC   LEROT,  Région  Liégeoise.   Grèves  et  situation  sociale,  15.06.1945;   Brig.   de   Gend.   D’Hologne­
aux­pierres, Grève sur le tas, 10/06/1945 (HCSE, Z08, CEGES) 
362  BEUGNIER   C.,   S.E.   Liège   à   Directeur   du   service   R.G,   S.E   Bruxelles,   09.06.1945   (HCSE,   n°655 
CEGES)

100
mouvement insurrectionnel »363.

André Renard, dans un article de Syndicat revient sur les mouvements de grève : 

« Ils   n’avaient   pas   pour   but   de   mettre   en   péril   la   politique  


générale   des   prix   et   des   salaires   que   voulait   pratiquer   le  
gouvernement.  Ce  n’est pas tant  le  salaire en  soi que l’on  visait,  
mais l’injustice régnant dans de nombreux domaines »364

Depuis le blocage des salaires décrété le 14 avril 1945 pour lutter contre l’inflation, 
les revendications pour un rehaussement du standing de vie sont à l’état latent chez les 
métallos   de   la   province   de   Liège.   Un   mouvement   de   grève   est   envisagé   par   les 
délégations   syndicales  depuis   la   mi­juin.   Celui­ci  devait   être   correctement  préparé  et 
organisé pour aboutir. Les représentants se voient dépassés par leur base lorsque celle­ci 
déclenche un mouvement spontané, provoqué par l’arrestation de quelques grévistes. Le 
mouvement  prend  fin   assez   rapidement   mais   le   projet   de   grève   n’est   pas   abandonné. 
André   Renard   confie   au   major   Lerot   « que   les   milieux   syndicaux   estimaient  
indispensable divers réajustements sociaux ; pour les faire triompher, ils envisagent de  
provoquer   une   grève   générale,   d’ici   deux   à   trois   mois,   de   manière   à   obliger   le  
Gouvernement à tenir compte de leurs griefs »365.

363 Idem
364 RENARD A., Réformer ? Non, Transformer, Oui, Syndicats, 15.06.1945.
365 CAC LEROT, Région Liégeoise. Grèves et situation sociale, 15.06.1945 (HCSE, Z08, CEGES)

101
 3.4.  Le rehaussement des salaires dans l’industrie. 

 a)  La CNT du 30 juillet 1945.

Avec la fin de la guerre, le « décalage entre les salaires et les prix (...) devient plus  
difficilement   supportable »366,  la  convocation  d’une  nouvelle  CNT  est  réclamée  par  les 
dirigeants   des   organisations   syndicales   qui   font   face   à   une  pression   ouvrière 
grandissante   en   faveur   d'une   adaptation   des   salaires.   Dans   la   Province   de   Liège, 
plusieurs grèves ont déjà eu lieu pour ce motif : 

• 06.03.45 : 147 grévistes aux Ciments Liégeois (Haccourt)367.

• Du   26.03   au   06.04.45,   600   grévistes   à   la   S.A.   de   la   Meuse 


(Tilleur)368 .

• Du 30.03 au 03.04.45, 125 grévistes à la Boulonnerie Dehousse 
(Hermalle sous Argentaux)369.

• Du   27.04   au   08.05.45,   261   grévistes   dans  9   établissements  de 


l'industrie du Cuir de Verviers370.

Convoquée le 30 juillet, la Conférence est présidée par le Premier ministre, M. Van 
Acker,   accompagné  par   M.  Troclet,   ministre   du   Travail   et   de   la   Prévoyance  sociale,  et 
par     M.   De   Smael,   ministre   des   Affaires   économiques.   En   plus   des   représentants 
patronaux, dix­neuf délégués syndicaux y participent dont J. Bondas et A. Renard.

Les   employeurs   exposent   les   difficultés   qu’impliquerait   une   augmentation   des 


salaires   sans   augmenter  les   prix   de   vente.   Sur   la   proposition   de   bloquer   les   salaires  à 
200% par rapport  au 10 mai 1940, Renard intervient. Pour lui, cette mesure léserait les 
plus petits revenus en métallurgie : « à l’heure actuelle des gens n’ont pas suffisamment  

366 Les Conférences Nationales du Travail, Revue du Travail, Aout­Septembre 1945, p. 503. 
367 C.R de la Gendarmerie Nationale, Visé, 19.03.45 ( HCSE, n°1624, CEGES)
368 C.R de la Gendarmerie Nationale, Tilleur, 06.04.45 ( HCSE, n°1624, CEGES)
369 C.R de la Gendarmerie Nationale, Visé, 31.03.45 ( HCSE, n°1624, CEGES)
370  Mr   Emile   Pousart,   président   de   la   Fédération   Patronale   de   l'Industrie   du   Cuir   et   administrateur­
délégué de l'établissement Lobet, a voulu  octroyer une indemnité de vie chère mais  cette décision fut 
annulée   par   l'Arr.   ministériel   du   24   mars   1945,   défendant   l'augmentation   du   salaire   minimum   prévu 
par   la   loi.  Grèves   dans   l'industrie   du   cuir,  Gendarmerie   Nationale,   Verviers,   25.04.45;  Fin   grève, 
Gendarmerie Nationale, Verviers, 08.05.45 ( HCSE, n°1624, CEGES

102
pour   acheter   le   strict   minimum   et   nous   attirons   votre   attention   sur   la   situation.   Nous  
vous demandons de faire spécialement quelque chose pour eux et nous considérons que  
la  proposition  reprise par MM. les Patrons aurait  pour résultat de  les  léser  au lieu  de  
les avantager »371.

Un   accord   débouche   sur   l’augmentation   immédiate   des   salaires   de   20%,   les 


majorations   de   minima   de   salaire   et   sur   le   blocage   des   salaires   à   200%,   « une  
augmentation   peut   néanmoins   être   convenue,   par   catégorie   professionnelle,   en  
commission   paritaire »372.   Le   montant   ne   doit   toutefois   pas   dépasser   les   5%   sans 
l’accord du ministre du Travail. 

La  revendication des  salaires  est   importante  pour  les  syndicats mais ils ne veulent 


pas se limiter à des ajustements. Bondas intervient pour faire valoir « des revendications  
d’ordre   moral »373,   Renard   va   dans   la   même   direction :   « Nous   aurions   voulu   qu’on  
intéresse particulièrement les  travailleurs au sort de l’industrie »374. Les débats portent 
sur   la   participation   des   syndicats   dans   les   politiques   économiques   et   plus 
particulièrement   dans   la   fixation   des   prix.   La   CNT  accorde  au   final   une   plus   grande 
participation des organisations syndicales dans l’index de production et la Commission  
régulatrice   des   Prix.   Un   projet   instituant   un   Conseil   central   économique   attaché   au 
ministère des Affaires économiques est également soumis au Conseil des ministres.

Dans un   document  interne   au  PCB,  T.   Dejace  fait   savoir  que  la   CNT  : « n   'a   pas  
donné tout ce qu'elle devait donner »375, mais elle a établi une base à partir de laquelle il 
sera possible de conquérir d'autres avantages.  Il se félicite également de la pénétration 
des organisations syndicales au Ministère des Affaires Économiques, les principes de la 
concertation   sociale   sont   par   la   même   occasion   affermis:   "Aujourd'hui   le   vrai  
révolutionnaire   n'est   pas   nécessairement   celui   qui   déclenche   une   grève   dans   son  
entreprise,   mais   celui   qui   se   bat   pour   arriver   à   la   réalisation   des   revendications  
ouvrières   notamment   en   partant   des   principes   de   la   Conférence   Nationale   du  

371 Compte­rendu de la CNT du 30 juillet 1945 (Documents Léon Eli Troclet, AA 874, CEGES)
372 Conférence nationale du travail, Moniteur belge du 11 août 1945. 
373 Compte­rendu de la CNT du 30 juillet 1945, op. cit. 
374 Idem
375 Note de T. Dejace, ?,(Dossier Dejace, CARCOP) 

103
travail ».376

L'’établissement des barèmes de salaires par les Commissions paritaires d’industrie 
permet   de   passer   outre   la   barrière   salariale   établie377,   ce   qui   fut   le   cas   dans   les 
Commissions  des  mines  et   du  textile.  Dans  l'industrie  mécanique  et  sidérurgique  de  la 
province de Liège, les négociations sont plus fermes. Un mois après la tenue de la CNT, 
des  mouvements  de  grève  éclatent  dans  l'industrie  mécanique  du  bassin  de Liège et de 
Verviers.

 b)  Un mouvement de grève à Cockerill.

Pendant   dix   jours,   les   ouvriers   de   Cockerill   stoppent   le   travail   pour   cause   de 
revendications   salariales.  Les   usines  des  Tubes  de  la  Meuse,  d’Ougrée­Marihaye   et  les 
ACEC   d’Herstal   se   solidarisent   avec   les   grévistes   qui   multiplient   les   assemblées 
générales  dans  les  établissements  et   organisent  un   cortège   de   démonstration  devant   le 
château de Seraing, le 31 août. Fait nouveau, les délégués annoncent le payement, au 1er 
septembre, d’indemnités de grève pour les membres du syndicat.

La  grève   démarre  le  27  août,  quand  120   ouvriers  des  sections  Hauts­fourneaux  et 
Fours  Martin   de   l’usine   Cockerill   suspendent  le   travail   pour   protester   contre   le   retard 
apporté   par   le   gouvernement   aux   propositions   d’élévation   de   salaire   émises   par   le 
conciliateur social de l’usine378.

La  nouvelle  de  l’arrêt  de  travail   se  propage  dans  l’établissement  et  une  assemblée 
générale  est   réunie.   Elle   rssemble   près   de   3.000   ouvriers.   François  Coenine,  délégué 
syndicale,   précise  les   motifs   de   la   grève;   les   Fours   Martin   réclament   des   arriérés   de 
salaire  de  50%  qui  datent  de  l’Occupation.  Les  ouvriers  qui  ont  déjà  assigné  le  patron  
devant les prud’hommes ont été déboutés, leur réclamation étant trop ancienne. Dans les 
Hauts­fourneaux,  c’est   le   réajustement  des   salaires,   discuté  sans   résultat   depuis   le   17 
juillet,   qui   provoque   la   cessation   du   travail   alors  que   Raymond  Latin  est   justement   à 

376 Idem
377  Compte­rendu de la CNT du 30 juillet 1945, op. cit.
378 C.R. d’un événement extraordinaire, Gend. Nat., Poste de Seraing, 27.08.1945 ( HCSE, N°1620)

104
Bruxelles   pour   examiner   cette   situation   avec   le   ministre   du   Travail.   Les   ouvriers 
décident de voter la grève générale si Latin revient avec des nouvelles insatisfaisantes379.

Le lendemain, une nouvelle assemblée rassemble 2.000 ouvriers. Lambion et Latin 
sont   présents  mais   ce   dernier   n’a   pas   rencontré   le   ministre380.   Par   solidarité,   la   grève 
s’étend  aux  autres  divisions,  elle  touche   2.935  ouvriers  sur  un   effectif  de  3.794381.   Les 
ouvriers   doivent   décider  s’ils   demandent   la   solidarité   des   autres   usines   du   bassin,   les 
revendications   des   Hauts­fournaux   et   du   Four   Martin   étant   locales.  Pour   Latin,  il   faut 
éviter   que   le   mouvement   devienne   régional   ou   même   national.   L’assemblée   vote 
finalement   la   continuation   de   la   grève   générale  à   Cockerill   et   son   étendue  aux   autres 
entreprises  selon   le  développement  des  négociations.  Cette  décision  n’est   pas   unanime 
chez  les   travailleurs,  les   mineurs  du   district   de   Seraing  donnent  un   blâme   à   la   FGTB 
pour avoir lancé un mot d’ordre de grève générale à partir de Cockerill. 

Le   30   août,   les   ouvriers   et   employés   des   ACEC   d’Herstal   se   mettent   en   grève, 


1.065   ouvriers   et   380   employés   refusent   de   prendre   le   travail   et   rentrent   à   leur 
domicile382.

Le   31   août,   André   Renard   participe   à   une   assemblée   syndicale   des   ouvriers 


d’Ougrée­ Marihaye. Il fait état des résultats de la CNT, de la question des salaires qui  
ne peuvent plus être augmentés et lance un appel en faveur de la gestion ouvrière : 

« Nous   voulons   provoquer   une   rencontre   historique   pour   avoir  


gain de cause avec ceux qui détiennent les rênes du pouvoir. Tant  
pis   pour   les   patrons   s'ils   n’ont   pas   su   régler   les   statuts   des  
salaires.   Nous   serons   présents   à   la   fixation   de   l’index   et   à   la  
commission   régulatrice   des   prix.   Nous   lutterons   pour   que   la  
question des  salaires soit  réglée  par  chaque usine  en particulier.  
L’ère   des   libertés   est   arrivée,   il   faut   en   arriver   à   l’ère   du  
dirigisme.   Vous   les   ouvriers   devez   faire   tenir   les   promesses   et  

379 CL. FIRRE, Meeting improvisé à l’intérieur de l’usine Cockerill, Service des recherches de la brigade 
de Gendarmerie de Seraing, 27.08.1945 (HCSE, N°1620, CEGES)
380  CL.   FIRRE,  Assemblée   improvisée   des   grévistes   de   l’usine  Cockerill,   Service   des   recherches   de   la 
brigade de Gendarmerie de Seraing, 28/08/1945 (HCSE, N°1620, CEGES)
381  C.R.   d’un   événement   extraordinaire,   Gend.   Nat.,   Poste   de   Seraing,   28.08.1945  (HCSE,   N°1620, 
CEGES)
382  Grèves   des   ouvriers   de   la   métallurgie,   Gend.   Nat.   Poste   de   Liège,   30.08.1945   (   HCSE,   N°1620, 
CEGES)

105
participer   à   la   gestion   de   l’économie.   Nous   avons   la   ferme  
intention de ne plus nous écarter des leviers de commande »383.

L’assemblée   d’Ougrée   vote   la   grève   générale   pour   le   lundi   3   septembre   si   les 


revendications présentées au directeur par la division mécanique ne sont pas accordées.

Le  même  jour, 2.500 ouvriers  de Cokerill se  rassemblent cette  fois­ci à  la Maison 


du   Peuple  de   Seraing.  La   présence  des   délégués  des   Tubes  de   la   Meuse   et   d’Ougrée­
Marihaye est saluée vivement. Le déclenchement d’une grève générale de solidarité est 
cependant   mis   en   cause.   Les   négociations   sont   plutôt   favorables   dans   les   Hauts­
fourneaux   d’Ougrèe­Marihaye   et   il   est   jugé   préférable  de   garder   cette   force   pour   un 
cahier de revendications générales de réformes de structure384. Ce cahier de réformes est 
évoqué par Renard; il prend la forme de trois objectifs pour le mouvement syndical :

•  Un système d’économie dirigée, basé sur le modèle anglais. 

•  La prise en main du levier de commande de production.

•  L’entrée des comités d’usines dans les Conseils d’entreprises. 

Le   compte­rendu   de   l’assemblée   relève   que   le   mouvement   de   grève   continuera 


jusqu’à satisfaction complète pour la division des Hauts­fourneaux et Fours Martin. La 
prolongation   du   mouvement   est   aussi   envisagée   pour   appuyer   les   revendications   des 
ouvriers  de   la   construction   mécanique   au   sujet   des  20%  d’augmentation.  Les  ouvriers 
doivent   être   également   prêts   à   appuyer   un   mouvement   régional   et   national   pour   la 
réalisation  des  trois   objectifs  décrits  par  Renard.  Il  est  enfin  décidé  de  mettre  en  place 
des   piquets  à   partir   du   1er  septembre   « pour   empêcher   les   jaunes   de   saboter   le  
mouvement de grève ». L’activité de ces piquets sera remarquée  par la gendarmerie385.

Le   lundi   3   septembre,   2.500   personnes   se   rassemblent   en   face   du   Château   de 


Cockerill.   Lambion   annonce  que   les   revendications   qui   ont   motivé   la   grève   sont   en 
bonne  partie   acquises.  L’assistance  se   dirige   ensuite   en   cortège   jusqu’à   la   Maison   du  

383 Meeting Place de la gare à Ougrée, Gend. Nat. Poste de Liège 31.08.1945 ( HCSE, N°1620, CEGES)
384  Assemblée à la Maison du Peuple, 2.500 ouvriers,   Gend.  Nat.,  Poste  de   Seraing, 31.08.1945  ( HCSE, 
N°1620, CEGES)
385 Compte rendu d’un événement extraordinaire arrivé à Seraing, 07.09.1945 (HCSE, N°1620, CEGES)

106
Peuple de Seraing où une seconde assemblée doit avoir lieu.

Les   revendications   des   Hauts­fourneaux   et   des   Fours   Martin   ont   été   satisfaites, 
toutefois   un   problème   persiste   dans   la   construction   mécanique.   Il   est   dû   pour   les 
grévistes   à   la  mauvaise   volonté  de   son   directeur   Frenay,   qui   refuse   d’entamer   des 
négociations.  C’est   le   conciliateur  social  de   l’usine  qui   a   dû  être  envoyé   au   près  de   la 
direction générale.

La   grève   générale  persiste   à   Cockerill   mais  les   délégués  syndicaux  ont   du   mal   à 
tenir le mouvement. Pour R. Latin, les employés n’ont pas adhéré au mouvement comme  
en   septembre   1944386.  Il   est   aussi   reproché   aux   grévistes  leur   manque  de  participation 
aux  piquets.  Lors  d’une  réunion  organisée au local  du  Parti  communiste  de  Seraing,  le 
délégué Lurkin demande aux ouvriers de les aider en allant aux portes des usines387.

Parallèlement,   les   délégués   doivent   aussi   contenir   les   plus   ardents   qui   veulent 
étendre   le   conflit.   Les   ouvriers   des   Hauts­fourneaux   reprochent   au   comité   de   grève 
d’avoir   freiné  le   déclenchement   d’une  grève   générale  dans   le   bassin.   Lurkin   explique 
que   le   conflit     concerne   uniquement  Cockerill   et   qu’il   ne   faut   pas   gaspiller   les   forces 
ouvrières.   Le   réajustement   des   salaires   s’est   effectué   sans   grève   dans   les   usines 
environnantes  et   les   usines   qui   se   sont   solidarisées   moralement   avec   les   grévistes   de 
Cockerill   doivent   reprendre   le   travail,   selon   l’avis   de   Lambion :   « il   n’y   a   pas   lieu   de  
faire perdre des journées à leurs ouvriers » 388. 

Le   4   septembre,   la   division   Fours   Martin   d’Ougrée   Marihaye   et   les   ACEC 


d’Herstal   reprennent   le   travail,   en   ayant   acquis   une   augmentation   de   20   à   25%   des 
salaires389. Le 6 septembre, la division Hauts­fourneaux de Cockerill met fin à la grève 
mais l’ensemble de l’usine  reprendra le travail  par paliers entre le 7 et le 8 septembre, 
à   cause  du   manque   d’énergie   électrique.   La   gendarmerie   estime   que   les   ouvriers   ont 

386 DUCHENE, Assemblée et cortège de démonstration des grévistes de Cockerill, Service des recherches 
de la brigade de Gendarmerie de Seraing, 03/09/1945  (HCSE, N°1620, CEGES) 
387  DUCHENE,  Assemblée   des   grévistes   de   Cokerill,   Service   des   recherches   de   la   brigade   de 
Gendarmerie de Seraing, 05.09.1945  ( HCSE, N°1620, CEGES)
388 DUCHENE, Assemblée et cortège de démonstration des grévistes de Cockerill, Service des recherches 
de la brigade de Gendarmerie de Seraing, 03/09/1945  (HCSE, N°1620, CEGES) 
389 Fin grèves, Gend. Nat., 04.09.1945 (HCSE, N°1620, CEGES) 

107
obtenu 80% de leurs revendications390.

 c)  Une grève générale dans l’industrie mécanique de Verviers.

Les   résultats   obtenus   à   Liège   inspirent   les   ouvriers   verviétois   qui   déclenchent   à 
leur tour une grève dans l’industrie mécanique.  La commission paritaire de l’industrie 
mécanique   a   augmenté   à   Verviers   les   salaires   de   20%   sur   la   base   de   mai   1940.   Les  
ouvriers réclament maintenant une augmentation de 30% à 35%391. 

Une   première   grève   générale   d’une   heure   a   lieu   le   31   août   mais   les   directions 
refusent l’augmentation392. Le 15 septembre, ils posent un ultimatum aux patrons. S’ils 
ne   répondent   pas   à   leurs   revendications,   ils   déclenchent   la   grève   générale   le   17 
septembre  393.     Celle­ci  est   complète   dans   de   nombreux  ateliers  de   Verviers,  Ensival, 
Wegnez et Stembert394. 

Le  18   septembre,  le   personnel  des  ateliers  Raxhon  de  Theux  se   met  en   grève   par 
solidarité   avec   les  ouvriers  de  la   métallurgie   de  Verviers  mais   également   pour  obtenir 
une augmentation de 25 francs par jour, plus 1 franc par heure. La direction accepte un 
plafond de 25 francs par jours,  il est refusé par les grévistes395.

Le   24   septembre,   la   grève   générale   prend   fin   dans   l’industrie   mécanique.   Les 


représentants   de  la   Fédération   patronale  des  constructeurs  trouvent   un   accord   avec  les 
délégués   ouvriers.   Une   augmentation   d'1   franc   de   l’heure   est   accordée   en   plus   de 
l’augmentation   générale  de   20%,  pour   un   plafond   ne   dépassant   pas   les   25   francs  par 
jour396.

390  Fin   de   la   grève   à   l’usine   Cockerill,   Gend.   Nat.   Brigade   de   Seraing,   07.09.1945   (HCSE,   N°1620, 
CEGES) 
391 Rapport moral et financier, 1945­1946, Fédération de Liège de la C.M.B (n°1788/17, AMSAB)
392 Grève, Verviers, 01.09.1945 (HCSE, N°1620, CEGES)
393  Grève   générale   dans   l’industrie   mécanique,   Gend.   Nat.   Verviers,   18.09.1945   (HCSE,   N°1620, 
CEGES)
394  HOUGET   (159/0) ;   DECUYPER   (98/0) ;   HEINRICHT   (9/0) ;   FONDERIE   VERVIETOISE   (9/0); 
MONIQUET   (29/0);   DELVAUX   (19/0);   NIESSEN   (   12/0);   DUESBERG­BOSSON   (173/0);  
CARDIER (8/0), SHNORCK (86/0); BERTRAND (60/0) et BUSCH (27/0)  
395  Compte   rendu   d’un   événement   extraordinaire   arrivé   à   Theux,   Gendarmerie   Nationale,   18.09.1945 
(HCSE, N°1620, CEGES)
396   Compte  rendu  d’un  événement  extraordinaire,Gendarmerie   Nationale,   Verviers,  24.09.1945   (HCSE, 
N°1620, CEGES)

108
Selon Dohogne, secrétaire de la Centrale des Métallurgistes de Verviers,  le conflit 
a   été   décidé   de   façon   soudaine  par   les   ouvriers.   Le   comité   exécutif   de   la   FGTB   est 
d’ailleurs   dépassé   par   le   mouvement.   Non   tenu   au   courant   de   la   grève,   il   refuse 
l’indemnisation des 600 grévistes affiliés à la centrale. Cette décision est regrettée par la 
régionale de Verviers « en raison du fait que les chrétiens ont indemnisé leurs membres  
impliqués dans le conflit »397. L’indemnisation sera dès lors accordée le 12 octobre 1945. 

397  Fédération   syndicale   des   Méttalurgistes   de   Verviers   à   Keuwet,   secrétaire   de   la   Centrale   des 
Méttalurgistes, 26.09.1945 (Fond CMB, n°79, AMSAB)

109
 3.5.  La mise au travail des mineurs polonais. 

Le  19   mai   1945,  alors  que   des  grèves   sont   déclenchées  dans  les   charbonnages   du 
Centre  contre   la   mobilisation   civile,   le   Gouvernement   annonce  la   mise   au   travail   de 
25.000 mineurs  polonais  dans  les bassins wallons  dont   un  premier contingent   de 5.000 
travailleurs  doit   arriver   vers   la   mi­juin   1945398.   Le   recrutement   d’ouvriers   polonais 
devait   permettre   de   compenser   le   manque   de   main­d’œuvre   dans   les   mines   mais   le 
projet   va   être   compromis   par   des   grèves   déclenchées   lors   de   l’arrivée   des   premiers 
émigrés. 

Les   archives   Van   Acker   révèlent  que   cette   mise  au   travail   des   polonais   aurait  été 
suggérée   au   gouvernement   belge   par   le   gouvernement   polonais   de   Londres399.   Des 
tractations   entre   le   ministre   Spaak,   le   major   Erskinne  et   le   gouvernement   polonais   en 
exil   ont   lieu   au   début   du   mois   d’avril.   Le   20   du   même   mois,   Van   Acker   obtient 
l’autorisation  et   le   soutien  du  SHAEF  pour  organiser  une   opération  de  recrutement  en 
Allemagne  dans   les   camps   de   personnes   déplacés   et   préparer   l’acheminement   des 
recrutés vers les charbonnages belges400.

En   mai   1945,  les   prisonniers   de   guerre   allemands   descendent  également  dans  les 
mines du Limbourg, ils ne seront mis au travail dans la province de Liège qu’à partir du  
7 septembre 1945401. Quant aux inciviques, c’est en janvier 1946 que le premier ministre 
signe   la   convention   qui   permet   leur  mise   au   travail402.   Nous   n’avons  rencontré  aucune 
grève   provoquée   par   la   mise   au   travail   des   prisonniers   allemands   dans   la   région   de 
Liège.   Des   craintes   furent   exprimées  mais   elles  n’eurent  pas  de  conséquences  directes 
dans   des   arrêts   de   production,  comme   l’explique   P..   Sunou :   « L’opinion   ouvrière   fut  
bien  conduite,   l’emploi   des  prisonniers  fut   présenté   comme  une   nécessité,   voir  comme  

398 Mineurs étrangers, Le Peuple, 19.5.45. 
399  Mains  d’œuvres  polonaises,   Cabinet   du   P.M,   Dep.   Charbon,   Bruxelles,   20.04.45   (AVA,   n°644,   A.E. 
Bruges)
400 Lettre du Major Erskinne à Van Acker, Shaef, 13.03.45 ( AVA, n°644, A.E. Bruges)
401  Nomenclature   et   dates   de   création   des   camps,   in   SUNOU,   Philippe,  Les   prisonniers   de   guerre  
allemands   en   Belgique   et   la   bataille   du   charbon   1945­1947,  Musée   royal   de   l'armée   et   d'histoire 
militaire, Bruxelles, 1980.
402 SUNOU P., op. cit., p. 49. 

110
un juste droit de réparation des dégâts causé par l’ennemi.»403. 

La  solution  des  prisonniers  allemands  et   des  inciviques  pour  pallier  à  la  défection 
des  mineurs  belges,  étant  considérée  dès  le   départ   comme  provisoire,  le  recours  à   une 
main­d'oeuvre de nationalité polonaise s’effectue dès juin 1945, même si des réticences 
ouvrières  sont  à   prévoir.   En   janvier  1945,  N.   Dethier  lors  d’une  réunion  de  la  CNMM  
exprimait sa joie de savoir que les patrons n’envisageaient pas de faire appel à la mains­
d'œuvre étrangère : « J’ai eu le plaisir d’entendre une réponse négative. Elle ne pouvait  
être d’ailleurs que négative…Il est donc inutile de chercher une solution à l’extérieur :  
elle   doit   se   trouver   à   l’intérieur   du   pays »404.   Ce   sera   le   statut   du   mineur   et   la 
mobilisation civile que nous avons évoqué précédemment.

Aux   Charbonnage   de   Gosson­Kessales,  24   ouvriers  polonais  arrivent  le   28   juillet 


1945   pour   être   mis   au   travail   en   tant   que   mineurs  de   fond.   Ils   ont   été   désignés   pour 
travailler   aux   Kessales  après  un   passage   au   Centre   d’hébergement  de   rapatriement  du 
Val­Benoît.   A   leur   arrivée   au   puits   du   Gosson,   une   centaine   de   mineurs   belges   des 
différents   sièges   du   groupe   menacent  directement  la   direction     de   faire   grève   parce 
qu’ils n’ont pas de garanties suffisantes quant au civisme des nouveaux arrivants405.

Dès le 27 juin, un rapport du HCSE insistait sur la nécessité de «  trier les étrangers  
arrivés  en   Belgique  pour  le   travail   dans   la   mine ».  Il  remarque  une  inquiétude  dans  le 
milieu  ouvrier  sur  le civisme des polonais  récemment arrivés : « On parle aisément de  
SS,   de   NSKK   et   d’autres   inciviques   polonais.   Le   public   prétend   que   la   police   des  
étrangers   n’aurait   rien   fait   pour   appréhender   des   individus   suspects »406.   Cette 
suspicion   s’explique   par   le   fait   que   les   polonais   ont   été   recrutés   dans   les   territoires 
allemands   occupés  par   les   Alliés.   Il   s’agit   de   personnes  déplacées  et   contraintes  au 
travail obligatoire sous le régime nazi407.

403 Idem, p. 95­96. 
404 Intervention de N. Dethier, délégué socialiste, CNMM, 25.01.1945. 
405 CAC LEROT, Grèves dans certains charbonnages de Liège, 01.08.1945 (HCSE, n°1642, CEGES)
406 Recrutement des polonais, Rapport en date du 27 juin 1945  (HCSE, n°1642, CEGES)
407 La Belgique et ses immigrés : les politiques manquées, sous la coord. De COENEN Marie­Thérèse, De 
Boeck Université, Paris, 1997, p. 123. 

111
Dans   ce   climat   de   méfiance,   un   mot   d’ordre   de   grève   se   propage   du   puits   du  
Gosson aux autres sièges des Kessales. Le lundi 31 août, les mineurs de l'Aumônier, de 
Kessales,   de   Bons­Buveurs,   de   Xhorré   et   de   Bonne­fin   sont   en   grèves.   Le   mardi   1er 
septembre, deux autres sièges de Gosson­Kessales sont en grève par solidarité408. 

Le directeur du charbonnage prévient rapidement la Sécurité de l’Etat de Liège, qui 
sur ordre de Bruxelles, en réfère à son tour au bureau du HCSE pour prendre en main la 
résolution   du   conflit409.   Le   31   juillet,   Lerot   reçoit   deux   inspecteurs   de   la   SE   pour 
organiser   une   réunion  de   conciliation.   En   accord   avec   le   directeur  des   Kessales,   une 
réunion  a   lieu  au  charbonnage   entre  la  direction,  les   délégués  ouvriers,   les  inspecteurs 
de   la   S.E   et   l’adjoint   Jamart   du   HCSE410.   Après   avoir   entendu   les   revendications 
ouvrières, les inspecteurs de la SE ont pris sur eux de leur donner l’assurance qu’il était 
matériellement impossible que parmi les polonais se trouvent des individus susceptibles 
d’avoir   appartenu   à   des   formations   armées   au   service   de   l’Allemagne.   Les   polonais 
ayant   déjà   fait   l’objet   en   Allemagne,  de   diverses   enquêtes.   Le   directeur  va   toutefois 
transmettre   à   la   SE   une   liste   détaillée   des   ouvriers   polonais   pour   une   vérification 
approfondie.

Les   délégués   ouvriers   et   leur   porte­parole   Braibant   se   montrent   satisfaits   des 


explications,  ils   promettent  d’en   référer  aux  grévistes   en   leur   conseillant  la   reprise   du 
travail.

Le  lendemain,   la  grève,  au  lieu  d’avoir  cessé,  a   pris   de  l’extension.  Quatre  sièges  
des  Kessalles  ont   décidé  à   leur  tour  de  se  solidariser  avec  les   grévistes  du  Gosson.  La 
motivation  des  grévistes  était   grande  selon  les   déclarations  de  la  direction.  La  menace 
d’arrêter  la   centrale  électrique,  ce   qui   provoquerait  l’inondation  des   puits   dans  les   24 
heures,   a   été   mise   en   avant.   Le   directeur   affirme   à   Lerot   «  qu’à   chaque   conflit,   ce  
nouveau   et   très   dangereux   moyen   de   pression   est   employé »,   ce   qui   n’était   pas   le   cas 
avant­guerre.

408 Charbonnages, Grèves et fin de grèves, 03.08.1945 (HCSE, n°1642, CEGES) 
409 Auditeur Général à S.E. liège, 28.07.1945 (HCSE, n°1642, CEGES)  
410 CAC LEROT, Grèves dans certains charbonnages de Liège, 01.08.1945 (HCSE, n°1642, CEGES) 

112
Le   2   août,  les   1.359  grévistes   des   cinq  puits   touchés,  décident  de   mettre   fin   à   la 
grève   sans   qu’aucune   objection   à   la   mise   au   travail   des   ouvriers   polonais   ne   soit   à 
nouveaux formulée. Les mineurs ont finalement été satisfaits de l’accord conclu avec la 
S.E411.

Le major Lerot analyse le motif de grève auquel il ne croit que partiellement : « La  
raison   essentielle,   à   mon   avis,   est   la   crainte   de   voir   se   généraliser   l'emploi   de   main­
d’œuvre étrangère dans les mines, le résultat sera un affaiblissement de la position des  
mineurs belge, rendant moins nécessaire la satisfaction de leurs revendications plus ou  
moins fondées »412. Lerot note qu’au cours de son exposé, le délégué ouvrier Braibant à  
trouver   injuste   que   les   camarades  polonais   aient   été   rééquipés   de   pied   en   cap,   alors 
qu’eux   manquent   de   chaussures   de   travail.   Toutefois :   « il   va   sans   dire   qu’à   l’heure  
actuelle   cette   opposition  à   la   concurrence   qui  me  parait   être  le  vrai   motif  de  la   grève,  
n’est pas ouvertement dévoilée »413.

L’incivisme reste cependant un point délicat. Les mineurs des Kessales ont obtenu 
de   la   direction   qu’aucun   ouvrier   mineur   belge,   ayant   travaillé   volontairement   en 
Allemagne   pendant   l’Occupation,   ne   soit   réembauché.   Malgré   la   promesse   des 
inspecteurs  de   l’Etat,  personne  n’est   en   mesure  de   prouver   que   les   arrivants   n’ont   pas 
travaillé   volontairement   en   Allemagne,   et   si   « il   faut   croire   les   déclarations   des  
polonais, eux­mêmes, ils ont accepté de travailler en Belgique que parce que leur passé  
politique n’est pas à l'abri de tout reproche »414.

L’arrivée  d’ouvriers  polonais  dans   les   mines  provoque  également  des  grèves   dans 
le Hainaut où les premiers contingents arrivent en juin 1945. Le 12 juillet, un rapport du  
SHAEF,  Strikes   over   Polisch   Worker,   expose  les   vues  de   Paul   Finet   sur  les   raisons  de 
ces   grèves415.   Ce   rapport,   antécédent  aux   événements   de   Liège,   complète   les   vues   du 
major Lerot et apporte de nouveaux éléments. Premièrement, les mineurs sont disposés  

411  Grèves dans certains charbonnages du bassin liégeois, Gend. Nat. Poste de Liège,  02.08.1945 (HCSE, 
n°1642, CEGES)
412 CAC LEROT, op. cit.
413 Idem
414 Id.
415  View   of   a   wallon   socialist   labor   leader­   Strikes   over   Polish   Worker,   12.7.47,   (SHAEF,   Fonds   de 
recherche J. Gotovitch, CEGES). 

113
à   être   excités   contre   les   polonais   parce   qu’ils   se   rappellent   du   chômage   du   début   des  
années   trente,   quand   il   y   avait   trop   de   mineurs416.   Paul   Finet   fait   référence  à   la   crise 
économique de l’entre­deux­guerres qui amena les syndicats de mineurs à demander le 
licenciement   des   travailleurs  polonais   et   italiens  dans  les   charbonnages417.   La   seconde 
raison  évoquée  par  Finet   est   plus   basique,  la   grève   est   tout  simplement   ancrée  dans  la 
psychologie  du  mineur.   La  dernière   hypothèse  invoquée  est   politique,  l’opposition  aux 
travailleurs polonais serait le fait de personnes qui veulent supporter le gouvernement de 
Varsovie418.   Les   grèves,   selon   cette   hypothèse,   seraient   dues   à   des   manœuvres 
communistes qui touchent  à  la  fois la politique intérieure  de  la Belgique  et la politique 
internationale. En déclenchant des grèves contre l’arrivée des polonais, les communistes 
désavoueraient  l’entente  entre   le   gouvernement  belge   et   le   gouvernement  polonais  en 
exil.   Une   note   confidentielle   du   cabinet   Van   Acker   affirme   d’ailleurs   que   le   ministre 
Lalmand aurait donné vers la fin du mois de mars des instructions dans ce sens au PC : 

« Le Ministre Lalmand vient de donner les instructions suivantes  
au   P.C.,   en   demandant   que   son   nom   ne   soit   pas   révélé :   Le  
gouvernement   a   consenti   un   prêt   de   plusieurs   millions   au  
gouvernement   polonais   émigré   de   Londres.   Les   délégués  
responsables   provoqueront   à   ce   sujet   un   mouvement   de  
mécontentement   (…)   La   population   devra   manifester  
bruyamment,   même   en   créant   des   incidents   et   des   menaces   de  
grève »419. 

Un     autre   document,   qui   incite   le   P.M.   a   faire   appel   aux   prisonniers   allemands, 
appuie également la thèse de l’incident diplomatique : 

« On   a   cru   un   moment   que   le   concours   des   mineurs   polonais  


nous   permettrait  de  nous   tirer   d’affaires ;   mais   l’évolution   de  la  
politique   internationale   est   venue   contrecarrer   la   réalisation   de  
cet   espoirs.   L’existence   d’un   Gouvernement   Polonais   à   Londres  
et d’un Comité Polonais à Lublin a été la cause des malentendus  
qui provoquèrent les malencontreuses grèves que l’on sait »420

416   Traduction de l’anglais au français: « The worker are willing to be excited against the polish because  
they remember the unemployment of the early thirties, when there were too many miners »
417   VANTHEMSCHE G.,  Le chômage en Belgique. Son histoire, son actualité de 1929 à 1940,  Bruxelles, 
Labor, 1994, pp. 173­176.
418   « The   opposition  to   polish   workers   is   probably   started   by   people   who   have   a   political  reason   fort  
supporting the policies of the Warsaw government. » 
419 Note (Strictement secret) (AVA, n°644, A.E.. Bruges)
420  Pour  avoir du charbon,  il  faudra mettre au travail des prisonniers allemands dans les bassins du sud  
(AVA, n°644, A.E. Bruges)

114
L'arrivée   des   polonais  dans   les   mines   sera   également  la   cause  d'une   autre  grève 
mais   ici   ce   sont   les   polonais  eux­mêmes  qui   refusent  les   conditions  de   travail.   Le   13 
septembre,   la   Gendarmerie   d’Ans   signale   une   grève   aux   charbonnages   Patiente   et 
Beaujonc421. Un groupe de 25 ouvriers polonais, envoyé par l’Association Charbonnière 
de Belgique, fait grève depuis le 1er septembre à cause du ravitaillement insuffisant et de 
la   défectuosité   du   logement.   Le   rapport   de   gendarmerie   souligne   que   les   25   ouvriers 
logent   dans  le   même   baraquement  à   l’intérieur  du   charbonnage,   avec   21   femmes   et   6 
enfants.   Les   grévistes   sont   évacués  par   le   directeur  du   charbonnage   vers   le   centre  de 
rapatriement du Val Benoit.

Les   migrants   polonais   des   Kessales   affirment   aussi   « avoir   été   délibérément  
trompés sur les conditions d’engagements ». On leur a caché le fait  qu’ils ne pouvaient 
exercer que la seule profession de mineurs. Ils ne sont que 6 sur 25 à être des mineurs de 
métier. 

Les   conditions   du   transfert   des   polonais   vers   la   Belgique   sont   relatées   par 
l’aumônier  belge   d’un  camp   de   personnes  déplacées,   situé   en   Westphalie :   « Certains  
ont   accepté   de   se   rendre   dans   les   charbonnages   liégeois.   Ces   immigrés   doivent   se  
débrouiller pour trouver un logement et l’aménager entièrement par leurs soins (…) En  
émigrant,   ils   perdent   tout.   Seul   reste   leur   salaire.   Mais   celui­ci   suffit   à   peine,   vu   les  
conditions du marché à couvrir les besoins d’une personne. Les familles sont donc dans  
la misère. Beaucoup préfèrent alors revenir dans les camps de personnes déplacées »422. 
Pour   rendre   la   mise   au   travail   possible,   il   faudrait   prendre   une   série   de   mesures 
financières   et   proposer   un   contrat   de   travail   qui   précise   la   durée,   le   salaire   et   la 
description du travail à effectuer423.

421  Grève   dans   un   charbonnage   par   sujets   polonais,   Gend.   Nat.,   Brigade   de   Ans,   14.09.1945.  (HCSE, 
n°1642 , CEGES)
422  MEERTENS  A.,  Recrutering van Poolsche arbeidskrachten voor Belgie ?  in  Gids op maatschappelijk  
gebied, 1946, p.61. 
423 Idem.

115
Conclusion

Comme   l'indique   le   responsable   du   HCSE   pour   la   Province   de   Liège,   dont   les 


archives   ont  par   ailleurs   été   essentielles,   « Il   faut   bien   constater   que   depuis   la  
libération, les conflits du travail et grèves ont régné à l'état endémique dans la province  
(...) »424.   Les   arrêts   du   travail     ne   touchent     pas   le   territoire   de   la   province 
uniformément.  Les   foyers   de   grève   sont   majoritairement   localisés  dans   les   territoires 
d'industries   conflictuelles,   les   bassins   miniers   et   les   pôles   sidérurgiques   de 
l'arrondissement   de   Liège.  Les   régions   de   Verviers   et   Huy­Waremme   ne   sont   pas 
exemptes de conflits mais ceux­ci apparaissent  moins fréquents. 

A   l'intérieur   du   mouvement   ouvrier   belge,   deux   visions   de   l'organisation   de   la 


société,  mais   aussi   des   espérances   différentes,  s'affrontent   à   la   fin   de   la   guerre.   Les 
syndicats réformistes, représentés par la CGTB et la CSC, ont travaillé en accord avec le 
milieu   patronal   pour     généraliser   les   organes   de   concertation   sociale  à   la   Libération. 
L'aplanissement  des   conflits   du   travail   et   le   recours  à   la   grève   en  ultima   ratio425  sont 
considérés comme une évolution historique allant dans le sens du progrès social. A cette 
conception s'oppose une résurgence du syndicalisme d'action directe dont l'expression la 
plus   significative   est   le   Mouvement   Syndical   Unifié.   Dans   la   doctrine   du   syndicat 
renardiste,   l'action   de     grève   prend   des   accents  soréliens426.   Elle   devient   l'instrument 
privilégié   de   la   classe   ouvrière   pour   faire   aboutir   aussi   bien   des   revendications 
communes que l'avènement d'une société fondée sur des bases nouvelles427.

Le passage de la théorie aux actes s'effectue dès les premiers jours de la libération 
du   territoire.   La   convocation  d'une   Conférence   Nationale  du   Travail,   le   16   septembre 
1944, a pour but l'apaisement d'une tension sociale autant redoutée par le Gouvernement  
que   par   les   dirigeants   syndicaux   d'avant­guerre.   La   CNT   est   l'occasion   d'une  grève 

424  CAC   Major   LEROT,  Rapport   général   sur   l’activité  du   Haut   Commissariat   à   la   Sécurité   de   l’Etat, 
Province de Liège, 25 août 1945 (HCSE, n° 894, CEGES). 
425 Conflits du Travail et Conciliation, Revue du Travail, 1947, p. 241. 
426  On   consultera   en   vue   d'approfondir   les   liens   entre   renardisme   et   syndicalisme­révolutionnaire, 
l'ouvrage de MATEO Alaluf,  Changer la société sans prendre le pouvoir. Syndicalisme d'action directe  
et renardisme en Belgique, Bruxelles, Ed. Labor.
427 Pour la Révolution Constructive, Déclaration de principe, Liège, novembre 1944 (F.A.R.)

116
générale  du   MSU  déclenchée  en   faveur   d'une   augmentation   uniforme   des   salaires.  La 
mise   en   place   de   piquets   de   grève,   le   blocage   des   voies   d'accès   et   l'organisation 
d'assemblées   générales  dans   les   usines   sont   les   moyens   d'action  les   plus   significatifs 
utilisés   lors   de   cette   grève   qui   bloque   l'industrie   liégeoise   pendant  une   semaine.  Un 
conflit   armé   entre   les   grévistes   et   les   autorités   américaines   est   d'ailleurs   évité   de 
justesse.   L'ensemble   des   forces  politiques   et     syndicales,  y   compris   les   communistes, 
s'élèvent   contre   le   MSU   qui   est   accusé   de   travailler   pour   l'ennemi.   Dans   la   presse 
apparaît une expression qui deviendra générique, pour qualifier l'ensemble des arrêts du 
travail   de   l'immédiat   après­guerre,  les   grèves   criminelles.  Fort   d'une   représentation 
importante   à   travers   le   MSU428,  André   Renard   s'impose   toutefois   en   tant   que   leader 
auprès des ouvriers de l'industrie liégeoise.

A   partir   d'octobre  1944,   des   grèves   spontanées  éclatent  dans  les   bassins   miniers. 
Une situation de type insurrectionnelle est évoquée par les autorités qui s'empressent de 
réarmer   les   forces   de   l'ordre.   Dans   l'immédiat   après­guerre,   les   mineurs   des 
charbonnages sont organisés en dehors des syndicats, c'est à partir des comités de puits 
que  vont   être  déclenchés   les   mouvements  de  grève,   bien   que  l'influence  des   CLS   soit 
prépondérante  dans   certains   charbonnages.   La   situation   alimentaire,   du   au   manque 
critique   de   ravitaillement,   cristallise   les   mécontentements.     De   courtes   durées,   les 
grèves indiquent davantage un mouvement de protestation générale contre les conditions 
de vie qu'un mouvement de grève organisé suivant un cahier de revendications précis. 

Des  insuffisances  dans  le  processus  d'institutionnalisation  des  relations  collectives 


du travail vont retarder une reprise efficiente  du travail. Le gouvernement Pierlot refuse 
la   reconnaissance  des   organisations   syndicales  apparues   sous   l'occupation   tandis   que 
l'absence   de   force   obligatoire   dans   les   commissions   paritaires   rendent   celles­ci 
inefficaces dans de nombreux cas. 

La politique d'exclusion syndicale du gouvernement est l'objet de remontrances de 
la   part   du   SHAEF  qui   la   considère  comme  un   facteur  de  grève  important.  L'action  du 
MSU,   au   début   de   septembre,   lui   permet   de   faire   son   entrée   dans   les   commissions 
428  Le   MSU   représente   plus   de   80%   des   métallurgistes   de   la   province   de   Liège   et   prés   de   50%   des  
affiliés syndicaux de la ville de Liège. 

117
provinciales  de  Liège.  La  lutte  pour  l'intégration  progressive  des  syndicats   à   la   gestion 
de l'économie est  constante chez  les renardistes.  Au mois  d'octobre, le MSU déclenche 
une   grève   générale   de   24h   pour   être   habilité   en   tant   qu’organisme   de   paiement   des 
allocations  de  chômage.  Il  sera  finalement   reconnu  officiellement  en  janvier  1945,   par 
l'intermédiaire  de   Joseph  Bondas.  La   participation   des   CLS   aux   organismes   paritaires 
est   un  enjeu  plus  sensible.  A  partir  de  novembre  1944,   des   mots   d'ordre  de  grève  sont 
donnés   par   le   syndicat   communiste   pour   faire   aboutir   sa   reconnaissance.   Ils   se 
confondent  cependant  avec  un   motif   plus   politique,  la   chute   du   gouvernement  Pierlot. 
La  reconnaissance  des  CLS  par  le  gouvernement  s'effectuera  finalement  en  avril   1945, 
peu avant le congrès de fusion de la FGTB.

La force obligatoire des  décisions issues des commissions paritaires n'est reconnue 
qu'à partir du 9 juin 1945. Le refus d'appliquer certaines de ces décisions est à la source 
de   nombreux   conflits.  Un   objectif   prévalant   ressort   pour   les   syndicats   liégeois,  la 
volonté   de   relever   le   niveau   des   salaires   en   partant   des   qualifications   les   plus   basses. 
Dès la Libération, le MSU s'oppose à une majoration générale des salaires de 60% pour 
faire   aboutir   une   augmentation   uniforme.  Un   mouvement   de   grève  dans   les 
charbonnages   liégeois   éclate  durant   le   mois   d'avril   1945,   il   est   déclenché   pour   la 
première   fois   depuis   la   Libération  par   une   centrale  socialiste.   Les   qualifications,   qui 
influencent   le   niveau   de   rémunérations,   décidées   à   la   CNMM   sont   refusées   par   les 
districts   des   mineurs   liégeois   affiliés   à   la   CGTB.   Cette   grève   ouvre   une   crise   de 
représentation   interne.   Les   socialistes   qui  ont  depuis   la   Libération   manifesté 
vigoureusement   contre   toutes   les   grèves,   pour   la   plupart   du   temps   attribuées   à   des 
menées   communistes,   doivent   faire   face   à   un   syndicat   des   mineurs   dont   la   base 
régionale juge insuffisante la représentation des leaders nationaux. La campagne pour le 
relèvement  des  salaires  sera  reprise  par  la  Fédération  liégeoise  de  la  FGTB,  constituée 
en  mai   1945.  Un   nouveau  mouvement  de  grève,   en   août  1945,  appuie  les  négociations 
qui ont cours dans les différentes commissions paritaires de l'industrie métallurgique et 
de la construction mécanique.

La FGTB Liège­Huy­Waremme adopte au sujet de l'acte de grève une position qui 
l'isole   de   la   direction   nationale.   Elle  sera   la   seule  à   manifester   contre  la   mobilisation 

118
civile et l'interdiction des grèves décrétées par le Premier ministre socialiste,Van Acker. 
Le   30   mai   1945,   une   grève   générale  de   vingt­quatre   heures   est   organisée  en   signe   de 
protestation.  Dans un  climat  social tendu par  la question  des  inciviques  et  du retour du 
roi,   la   gendarmerie   met   en   place   un   important   service   d'ordre.   L'éventualité   d'une 
arrestation des leaders de la FGTB par les forces de l'ordre est toutefois stoppée par les  
responsables politiques de la Province. La mobilisation civile reste de vigueur mais son 
application   est   limitée,  l'arrestation  de  douze  grévistes  sur   le   tas   à   Grace­Belreur  le   9 
juin 1945, provoque une grève de solidarité à Cockerill.

Le   dernier   cas   de   grève   que   nous   avons   eu   à   traiter,   est   lié   à   l'arrivée   d'une 
population étrangère embauchée par le gouvernement pour suppléer les mineurs belges. 
Une main  d'oeuvre  polonaise, non qualifiée  et  issue  des camps de personnes déplacées 
se trouvant en Allemagne, est envoyée dans les charbonnages du bassin de Liège vers la 
fin   du   mois   de   juillet   1945.   Les   mineurs   décident   immédiatement  une   grève   dont   le 
prétexte  est  l'incivisme  présumé  des  nouveaux arrivants.  La concurrence  entre  mineurs 
belges   et   polonais   se   révèle   en   fait   le   motif   essentiel   bien   que   certaines   sources 
indiquent   l'   hypothèse   d'une   manoeuvre   communiste   visant   à   attaquer   la   politique 
étrangère  du   gouvernement   belge. Cette  grève   marquera  la fin  du recours à   la Pologne 
comme   source   de   main­d'oeuvre   et   la   nécessité   pour   le   gouvernement   d'ouvrir   de 
nouveau canaux d'immigration, notamment vers l'Italie. 

Pour la  Nouvelle histoire de Belgique : « Les grèves déclenchées dans l'immédiat après­
guerre,   afin   d'obtenir   une   augmentation   des   salaires   ou   du   ravitaillement,   ne   sont  
encouragées ni par les socialistes ni par les communistes »429. La question des acteurs est 
au centre de nombreuses polémiques qui alimentent aussi bien  la presse que les milieux 
politiques   de   l'époque.   Dans   les   charbonnages,   il   reste  difficile   d'établir   les 
responsabilités   de   ces   grèves.  Le   caractère   spontané   des   actions   est   lié   à   la   structure 
même   des   mouvements   de   protestation   dans   les   mines.   L’organisation   des   ouvriers­
mineurs   s’effectue   à   travers   une   forme   décentralisée,   les   comités   de   puits   qui 
s'apparentent  aux  comités d’usines nés durant  la guerre.  Le  déclenchement des grèves à 
partir des comités de puits, explique en grande partie le manque de données sur celles­ci. 

429 Nouvelle histoire de la Belgique, vol.2, 1905­1950, Éditions Complexe, 2006, p.159

119
Leurs références sont absentes de la documentation syndicale, tandis que la presse ne les 
évoque   que   partiellement.  Le   travail   des   services   de   renseignements   sur   le   terrain   est 
rendu   compliqué   comme   le   montre   la   discordance   entre   les   rapports   du   HCSE   selon 
qu'ils   concernent   les   charbonnages   ou   les   autres   industries.   Les   CLS   sont   toutefois 
accusés par les autorités de mener ces grèves. Il nous a cependant été impossible de juger  
de leur implication vue l'indisponibilité d'archives syndicales internes aux CLS. 

Le MSU, dont l'indépendance politique est revendiquée, est l'autre acteur important 
des grèves  pour la Province de Liège. Les métallurgistes ont joué un rôle prépondérant 
dans l'avancement de revendications leur donnant une position en flèche sur le front des 
luttes   sociales. Le   MSU   possède  une   autonomie   d'action  qui   le   démarque     ant   de   la 
sphère  communiste  que socialiste.  Cette  autonomie  permet  le déclenchement  de grèves 
en  fonction   des  objectifs   qu'il   a   établi,  ce  qui  fera  dire  à   la  Gazette  de  Liège   que  « les  
communistes désirent l’agitation, et le MSU la crée »430.

Devant les nombreux défis auxquels doit faire face la Belgique à la Libération, les 
mouvements   de   grève   apparaissent   envers   la   classe   dirigeante   et   de   nombreux 
observateurs,   comme   profondément   infondés,   voir   criminels   dans   le   sens   où   ils  
contrarient la reconstruction nationale et freinent la production des industries de guerre. 
La   lutte   du   Gouvernement   Van   Acker   contre   les   grèves,  à   travers   leurs   interdictions 
pendant   trois   mois,   fut   justifiée   par   la   nécessité   de   maintenir   une   reprise   du   travail 
permettant  de   ramener  le   niveau  des   prix   à   celui  des   salaires431.   L'examen  de   l'impact 
des grèves sur l'économie belge de la Libération permettrait de mesurer le bien­fondé de 
cette   politique.   Cette   étude   est   rendue   compliquée   par   le   manque   de   données 
statistiques,     cependant  le   fond   du   HCSE   peut   en   partie   combler   cette   absence.  Un 
élargissement   géographique   de   notre   problématique   recentrée  sur   une   analyse   macro­
économique apparaît dès lors nécessaire. 

430JUSTEUR A., La gazette de Liège, 27.10.194. 
431 Inbel, Depêche Belges, n°28, 15.06.1945 ( AVA, A.E. Bruges)

120
Sources et Bibliographie

Publications officielles

● Annales   parlementaires,  Chambre   des   représentants   et   Sénat,   Bruxelles,   1944­


1945.
● Annuaire   des   statistiques   du   travail,  Bureau  international   du   travail.,   V:   conflits, 
Bureau International du Travail, Genève, 1945. 
● Annuaire   statistique   de   la   Belgique   et   du   Congo   belge,V:   grèves,   I.N.S.   (Institut 
national de statistique), Bruxelles, 1944­1945. 
● La Revue du Travail, 1944­ 1947
● Le Moniteur Belge­ Het Belgisch Staatsblad, 1944­ 1945.

Sources inédites

CEGES
● Archives partielles de la Ville de Liège, 1939­1945
● Correspondance,   listes   de   membres,   rapports   d'activité   et   retranscription 
d'interview relatifs au corps franc KJ3 de l'Armée de la Libération .
● Documents A. Wauters
● Documents Léon Eli Troclet.
● Fonds de l’activité du Haut Commissariat à la Sécurité de l’Etat
● Documents SHAEF
● Fonds de recherche J. Gotovitch. 
PS LIEGE
● Fonds  Joseph Bondas
IHOES
● Presses clandestines
● Fonds Dejace 
● Archives du PCB
AMSAB

121
● Fond CMB
● Archives Van Acker
FAR
● Dossiers « Grèves » 1944­1945
A.E. BRUGES
● Archives Van Acker
CARCOP
● Archives du Bureau politique du P.C.B
● Archives du Comité central du P.C.B
● Papiers personnels
CARHOP
● Archives de la CSC 
● Fonds Joseph Fafchamps

Sources éditées

● BONDAS,   FINET,   RENS,  Réflexion   sur   la   restauration   du   syndicalisme   belge, 


Edition, Londres, 1943
● Deux   ans   d'actions   social   dans   l'Industrie   Textile   de   Verviers,  Fédération 
Patronale de l'Industrie Textiles, Verviers.
● MSU, Pour la révolution constructive, 1945
● PAUWELS N.,  De bevrijdingsdagen van 1944. De geheime rapport van François  
Louis Ganshof, Anvers, 1994.
● Rapport sur l'activité du Haut Commissariat à la Sûreté de l'Etat (29 juillet 1943­
1 novembre 1945), Belgique, 1945.
● RENARD A., Ensemble en pensée en action, Liège, Impredi, 1960.
● SGUSP, Programme de revendication immédiate, 1943

Inventaire

● CROMBE, I., Inventaris van het archief van de Centrale der metaalbewerkers van  
België,  AMSAB (Archief en Museum van de Socialistische ArbeidersBeweging), 

122
Gent, 1994.
● GOTOVITCH, J. Inventaires 6. Papier privés. J. Bondas ­ L. Delsinne ­ A. Gerlo ­  
A.   Huyssens   ­   Ch.   Overputte   ­   H.   Rolin   ­   M.   Sonneville   ­   G.   Vereeken   ­   A.  
Wauters,  Bruxelles,   Centre   de   Recherches   et   d'Etudes   de   la   Seconde   Guerre 
Mondiale, 1977
● Inventaire   du   fonds   de   l’activité   du   Haut   Commissariat   à   la   Sécurité   de   l’Etat, 
Bruxelles, s.d. (non publié).
● LECOURT, M­L.,  Le Mouvement Ouvrier Belge et la seconde guerre mondiale :  
Témoignage d'un dirigeant syndical liègeois : Inventaire du fonds Joseph Bondas  
conservé à l'Institut Liégeois d'Histoire Sociale, Liège, ISIS, 1989.
● PUISSANT, J, Les archives syndicales en Belgique, in Archivium, VXXVII, 1980
● RIKIR M., Catalogue des dossiers C.C.P., CarCop, Bruxelles, 1999.
● Archives de la CSC Liège, Inventaire n°38, juin 2000, Carhop.

Dictionnaires­Biographies

● Dictionnaire biographique des militants du mouvement ouvrier en Belgique, 
Editions Vie Ouvrière, Bruxelles, 1995.
● Comprendre : encyclopédie du syndicaliste, Fondation André Renard, Liège 1991.
● Encyclopédie du mouvement wallon, sous la direction de Paul Delforge, Institut 
Jules Destrée, 2001
● Le nouveau dictionnaire des Belges, sous la direction de Yves William 
DELZENNE, Bruxelles, Le Cri, 1998
● VAN MOLLE P., Le Parlement belge, 1894­1969, Gand, 1969
● Dictionnaire des patrons en Belgique : les hommes, les entreprises, les réseaux  
Bruxelles, De Boeck Université, 1996

Quotidiens  et presse syndicale 

● CSC, Bulletin mensuelle, 1945.
● L'espoir, organe de la Fédération Huy­Waremme­Andenne du PC (septembre 1994 
­ décembre 1945)

123
● La Gazette de Liège (septembre 1994 ­ décembre 1945)
● La  liberté,  organe  de  la  Fédération  liégeoise  du  PC   (septembre   1994  ­   décembre 
1945)
● La Presse verviétoise (septembre 1994 ­ décembre 1945) 
● La Wallonie
● Le Bulletins des militants, CSC, 1944­45.
● Le Drapeau Rouge (septembre 1994 ­ décembre 1945)
● Le Métallurgiste 
● Le Monde du Travail (septembre 1994 ­ décembre 1945)
● Le Peuple (septembre 1994 ­ décembre 1945)
● Travail, organe du MSU.
● Unité   syndicale,   organe     du   bureau   nationale   des   CLS,   (septembre   1994   ­ 
décembre 1945)

Travaux 
Monographies
● 1944­1984 : Liège se souvient, CLHAM, Liège, 1984
● André Renard écrivait: Recueil d'articles 1936­1962, Impredi, Liège, 1962.
● BEERTEN W., Le rêve travailliste en Belgique : histoire de l'Union Démocratique  
Belge : 1944­1947, Editions Vie Ouvrière (E.V.O.), Bruxelles 1990.
● BONDAS,   J.,  De   Seraing   à   Londres   par   le   chemin   des   écoliers,   Form'Action 
André Renard, Liège, 2005
● BONDAS,  J.,  Histoire   anecdotique   du  monde   ouvrier   au   pays  de  Liège,   Éditions 
Syndicales Liège.
● BONDAS,   J.,  Histoire   de   la   Centrale   des   Métallurgistes   de   Belgique   : soixante  
années   d'efforts   et   de   luttes   :   1887­1947,Imprimerie   coopérative   ouvrière,   La 
Louvière
● BONDAS, J., Un demi siècle d'action syndicale, 1898­1948. Histoire de C.S. de la  
CGTB. et de la FGTB, Imprimerie Excelsior, Anvers
● BROSE, J, Histoire de la police liégeoise de 1795 à nos jours, Huy, 1969
● CHABOTEAUX,  R, Le   mouvement  des   grèves  en   Belgique  : 1946­1977,    Faculté 
 
de droit, d'économie et de sciences sociales (ULg),1978. 

124
● Commandement   général   de   la   gendarmerie,   Histoire  de   la   gendarmerie.   T.  2,   de  
1914 à nos jours, Ghesquiere and partners, Bruxelles, 1979­1980. 
● CUDELL,  G.,  Le   mouvement   ouvrier   belge,   Service   d'édition   de   la   fédération 
nationale des J.G.S., 1960.
● CROMBOIS,   J­F,   Camille   Gutt,   Les   finances   et   la   guerre,   1944­1945,   Quorum, 
1999.
● DAUPHIN, F.,  La Belgique libérée (1944­1945) : faits, opinions, représentations,  
rapport de recherches, Document inédit, CEGES, Bruxelles, 1998.
● DEGEE, J­L., L'évolution des luttes ouvrières en Belgique, FAR, Liège, 1980.
● DELSINNE,   L.,  Le   mouvement   syndical   en   Belgique,   Librairie   du   Recueil 
Sirey, Paris, 1936.
● DEPRIMOZ, J., Les salaires et le niveau de vie ouvrier, 36­56, Colin, Paris, 1954 
● Des   habitants   racontent   la   Libération   et   les   "robots".   Seraing,   Ougrée,   Jemappe  
au passé, 1994
● EBERTZHEIM,   R.,  Les   syndicats   ouvriers   en   Belgique,   Bibliothèque   de   l'école 
supérieure   de   sciences   commerciales   et   économiques   de   l'Université   de   Liège, 
1959.
● Fer de lance : histoire de la Centrale des métallurgistes, 1887­1987, Centrale des 
Métallurgistes de Belgique, Bruxelles, 1987.
● GOTOVITCH,   J.,  Du   Rouge   au   Tricolore.   Les   Communistes   belges   de   1939   à  
1944. Un aspect de l'histoire de la Résistance en Belgique, Labor, Bruxelles, 1992.
● GRAILET,   L.,  Prélude :   valeureux  Liégeois   sous  les   armes  « V »,   in  La  Bataille  
des Ardennes, RIBA, Bruxelles, 2001
● GUBBELS R., La grève, phénomène de civilisation, ULB, 1962. 
● HEMMERIJCKX,   R.,  Le   mouvement   syndical   unifié   et   la   naissance   du  
renardisme,  CRISP   (Centre   de   recherche   et   d'information   socio­
politiques), Bruxelles, 1986.
● Herstal   ­   1944.   Du   débarquement   à   la   Libération.   Du   03   septembre   au   31  
décembre 1944, Musée communal de Herstal, Herstal, 1994
● Histoire du Mouvement Ouvrier Chrétien en Belgique, dir. scientifique Emmanuel 
GERARD et Paul WYNANTS. Leuven University Press, 1994. ­ 
● Histoires   de   la   Centrale   des   Métallurgistes   de   Belgique   : chauffés   au   rouge, 

125
, AMSAB, Gent 1990.
● JOUR, L., 1940­1945. Liège en images, Ed. Libro­Sciences, Bruxelles, 1978.
● LAMBILLIOTTE,   M.,  André   Renard   et   son   destin,   Editions   Labor,   Bruxelles, 
1971
● LAUREYS   E.,  L’enjeu   du   maintien   de   l’ordre.   L’intervention   du   HCSE   en  
territoire   libéré   (septembre   1944­novembre   1945),   Document   inédit,   CEGES, 
Bruxelles, 1998.
● Les syndicats en Belgique, CRISP, Bruxelles, 1999.
● LUYTEN,   D.,  Het   sociaal   Pact   van   1944   : oorsprong,   betekenis   en   gevolgen   :  
acta   van   het   historisch   luik   van   het   colloquium   '50   Jaar   Sociaal   Pact',   Vrije 
Universiteit Brussel, 8­9 december 1994, VUB­Press, Brussel, 1995.
● MOREAU,   R., Combat   syndical   et   conscience   wallonne   : du   syndicalisme  
clandestin   au   mouvement   populaire   wallon   1943­1963, Fondation   André 
Renard, 1984.
● PIRARD,   T.,  La   presse   liégeoise   au   lendemain   de   la   guerre   (1945­1950)  
: souvenirs d'un journaliste, VILLERS­LE­TEMPLE
● PLUMET  P.,  La  presse   quotidienne   belge   de  la   Libération   (4  septembre  1944­31  
décembre 1945), Nauwelaerts, Louvain, 1985.
● SMETS,   RENS,  Historique   du   centre   syndical   belge   a   londres   1941­1944, 
Fédération générale du travail de Belgique (FGTB), Bruxelles, 1976.
● SPITAELS,   G.,  Les   conflits   sociaux   en   Europe   : grèves   sauvages,   contestation, 
rajeunissement des structures, Marabout, Verviers, 1971. 
● TILLY, P., André Renard : biographie, Le Cri, Bruxelles, 2005.
● Tussen restauratie en vernieuwing : aspecten van de belgische naoorlogse politiek  
(1944­1950), VUB, Brussel, 1990.
● Un   siècle   de   solidarité   1898­1998   : histoire   du   syndicat   socialiste,   sous   la 
direction   de   Luc   PEIREN, Fédération   générale   du   travail   de   Belgique 
(FGTB),  Bruxelles, 1998.
● VERHOEYEN,   E.,  La   Belgique   occupée   :   de   l'an   40   à   la   Libération,   De  Boeck 
Université, Bruxelles, 1994.
● WILLEM, L , 450 ans d'Esperance, Alleur, 1990

126
Articles

● BALACE   F.,  Aspects   de   la   résistance   en   province   de   Liège,   in  La   mémoire, 


Province de Liège, Service des Affaires culturelles, Liège, 1994
● BALACE F.,  Les hoquets de la liberté, in  Jours libérés, sous la dir. de F. Balace, 
Dexia Banque, Bruxelles, 1995, pp. 194­253.
● BALLON,   P,  Le   mouvement   syndicaliste   révolutionnaire   à   Liège   durant   l’entre  
deux guerre, RBPH, XXVIII, 1998
● BUCHET, La Libération en province de Liège, en septembre 1944, in La mémoire, 
Province de Liège, Service des Affaires culturelles, Liège, 1994
● GOTOVITCH,   J.,  Communistes   et   Résistants :   les   (en)jeux   de   dupes   d’une  
Libération,  in  Jours   de   paix,   sous   la  dir.   de  F.   Balace,   Dexia   Banque,  Bruxelles, 
2001, pp. 49­99.
● GOTOVITCH J., Sous la Régence : Résistance et Pouvoirs, Cahiers du CRISP, n° 
999 du 03.06.1983
● LAUREYS, E., Le personnel du HCSE : un profil socio­professionnel, in Jours de  
Londres, sous la dir. de F. Balace, Dexia Banque, Bruxelles, 2000, p. 267­283.
● WARNER,   G.,  La   crise   politique   belge   de   novembre   1944   ­   un   coup   d'Etat  
manqué, Cahiers du CRISP n° 798 du 19.05.1978.

Thèse et Mémoires 

● CAMPION  J.,  Se   restructurer,   s'épurer,   se   légitimer   :   la   gendarmerie   belge   à   la  


sortie   de   la   seconde   guerre   mondiale   (1944­1945).   A   propos   du   maintien   de  
l'ordre en Belgique libérée, mémoire de licence, UCL, Louvain­la­neuve, 2004.
● COPPE, M., L'évolution du sentiment wallon dans le journal "La Wallonie" sous  
les   directorats   d'Isi   Delvigne   et   d'André   Renard   (1920­1962),   ULg,   Faculté   de 
Philosophie et Lettres, 1989.
● LORNEAU,   M.,  Contribution   à   l'histoire   du   mouvement   Trotskyste   belge   1939­
1960, ULg, Faculté de Philosophie et Lettres, 1983. 
● MARCY,   M.,   "Le   Monde   du   travail",   de   sa   naissance   à   sa   reprise   par   "Le  
Peuple" (1940 ­ 1946), ULg, Faculté de Philosophie et Lettres, 1976.

127
● SUNOU,   P.,  Les   prisonniers   de   guerre   allemands   détenus   par   la   Belgique   après  
la seconde guerre mondiale, ULg, Faculté de Philosophie et Lettres, 1972.

128