Vous êtes sur la page 1sur 146

LE PRÉ-BARREAU

FORMATION PRÉ-ESTIVALE 2018

FASCICULE DE COURS

DROIT DES OBLIGATIONS

DROIT DES CONTRATS

Toute reproduction de ce document ou communication à des personnes autres que les étudiants du Pré-
Barreau - sauf autorisation expresse et écrite de notre établissement – expose son auteur à des poursuites
judiciaires
2
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
SOMMAIRE

BIBLIOGRAPHIE........................................................................................................................................................... 7

INTRODUCTION : NOTION ET CLASSIFICATIONS DES CONTRATS ................................................................................. 9


§.1 : La notion de contrat ............................................................................................................................................. 11
A. un accord de volontés ......................................................................................................................................... 11
1. L’acte juridique unilatéral ............................................................................................................................... 11
2. L’engagement unilatéral de volonté............................................................................................................... 11
B. La création d’effets juridiques relatifs à une obligation...................................................................................... 13
1. Les actes de courtoisie ou de complaisance ................................................................................................... 13
2. Les engagements d’honneur .......................................................................................................................... 13
§.2 : Les classifications de contrats .............................................................................................................................. 14
A. Les contrats synallagmatiques et les contrats unilatéraux ................................................................................. 14
1. L’exposé de la distinction ............................................................................................................................... 14
2. L’intérêt de la distinction ................................................................................................................................ 15
B. Les contrats à titre onéreux et les contrats à titre gratuit .................................................................................. 15
1. L’exposé de la distinction ............................................................................................................................... 15
2. L’intérêt de la distinction ................................................................................................................................ 15
C. Les contrats commutatifs et les contrats aléatoires ........................................................................................... 15
1. L’exposé de la distinction ............................................................................................................................... 15
2. Intérêt de la distinction .................................................................................................................................. 16
3. Relativité de la distinction .............................................................................................................................. 16
D. Les contrats consensuels, solennels et réels ...................................................................................................... 17
E. Les autres classifications ..................................................................................................................................... 17

CHAPITRE 1 : LA FORMATION DU CONTRAT : LA RENCONTRE DES VOLONTES ...........................................................19

Section 1 : Les contrats entre présents ......................................................................................................................19

Sous-section 1 : La rencontre instantanée des volontés.............................................................................................19


§.1 : L’obligation précontractuelle d’information ........................................................................................................ 19
§.2 : L’offre ................................................................................................................................................................... 21
A - La notion d’offre ................................................................................................................................................ 21
1. La précision ..................................................................................................................................................... 22
2. La fermeté ...................................................................................................................................................... 22
B - Formes de l’offre ................................................................................................................................................ 22
C - Régime juridique de l’offre ................................................................................................................................ 23
1. La révocation de l’offre................................................................................................................................... 23
§.3 : L’acceptation ........................................................................................................................................................ 25
A. L’existence de l’acceptation ................................................................................................................................ 25
1. Les conditions de l’acceptation ...................................................................................................................... 25
2. La portée de l’acceptation .............................................................................................................................. 25
B. L’expression de l’acceptation .............................................................................................................................. 26

Sous-section 2 : La rencontre progressive des volontés .............................................................................................27


§.1 : La négociation du contrat futur ........................................................................................................................... 27
A. La négociation sans contrat ................................................................................................................................ 27
1. Le principe: la liberté de rompre la négociation ............................................................................................ 28
2. Le tempérament: l'exigence de bonne foi ...................................................................................................... 28
B. Les contrats de négociation ................................................................................................................................ 29
1. Variété des contrats de négociation ............................................................................................................... 29
2. Efficacité des contrats de négociation ............................................................................................................ 29
§.2 : Les avant-contrats ................................................................................................................................................ 31
A. Variété des contrats préparatoires ..................................................................................................................... 31
1. La promesse unilatérale de contrat ................................................................................................................ 31
3
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
2. Le pacte de préférence ................................................................................................................................... 31
B. Efficacité des contrats préparatoires .................................................................................................................. 32
1. Les effets de la promesse de contrat.............................................................................................................. 32
2. Les effets du pacte de préférence .................................................................................................................. 34

Sous-section 3 : Le droit spécial de la rencontre des volontés....................................................................................36


§ 1. L’information des contractants ............................................................................................................................. 36
§ 2. La réflexion des contractants ................................................................................................................................ 37
A. Le délai de réflexion ............................................................................................................................................ 37
B. Le droit de repentir ............................................................................................................................................. 37

Section 2 : Les contrats entre absents ........................................................................................................................38


§.1 : Le traitement classique de la question ................................................................................................................ 38
A. Les systèmes concevables ................................................................................................................................... 38
B. Intérêts pratiques ................................................................................................................................................ 38
C. Solution du droit français .................................................................................................................................... 39
§ 2. Le renouvellement de la question avec les dispositions sur le contrat électronique ........................................... 40

CHAPITRE 2 : LA VALIDITE DU CONTRAT : LE CONTROLE DES VOLONTES ...................................................................41

SOUS-CHAPITRE 1 : LES CONDITIONS DE VALIDITE DU CONTRAT ...............................................................................41

Section 1 : les conditions de validité tenant aux personnes ......................................................................................41

Sous-section 1: l'aptitude à consentir ........................................................................................................................42


§.1. la capacité ............................................................................................................................................................. 42
A. Les incapacités d'exercice ................................................................................................................................... 42
1. Les mineurs non émancipés ........................................................................................................................... 42
2. Les majeurs protégés...................................................................................................................................... 43
B. Les incapacités de jouissance .............................................................................................................................. 44
§.2. L'insanité d'esprit .................................................................................................................................................. 45

Sous-section 2: l'intégrité du consentement ..............................................................................................................46


§.1. L’erreur.................................................................................................................................................................. 46
A. Les différentes variétés d’erreurs ....................................................................................................................... 46
1. Les erreurs sanctionnées ................................................................................................................................ 46
2. Les erreurs indifférentes ................................................................................................................................ 51
B. Les caractères nécessaires à la nullité................................................................................................................. 52
C. Preuve et sanctions ............................................................................................................................................. 53
§.2. le dol...................................................................................................................................................................... 53
A. La notion de dol .................................................................................................................................................. 54
1. L’aspect délictuel ............................................................................................................................................ 54
2. L’aspect psychologique................................................................................................................................... 57
B. Preuve et sanctions du dol .................................................................................................................................. 57
§.3. : La violence........................................................................................................................................................... 58
A. La notion de violence .......................................................................................................................................... 58
1. Une contrainte illégitime (aspect délictuel) ................................................................................................... 58
2. Une crainte déterminante du consentement (aspect psychologique) ........................................................... 58
B. L’origine de la violence ........................................................................................................................................ 59
C. Preuve et sanctions de la violence ...................................................................................................................... 60

Section 2 : Les conditions de validité tenant au contenu du contrat ..........................................................................61

Sous-section 1 : L’ancienne appréhension du contenu du contrat .............................................................................61


§. 1 : L’objet ................................................................................................................................................................. 61
I. L’objet de l’obligation ............................................................................................................................................... 62
A. Un objet déterminable ou déterminé ................................................................................................................. 62
1. Règles générales ............................................................................................................................................. 62

4
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
2. Hypothèse particulière de la détermination du prix ...................................................................................... 64
B. Un objet possible ................................................................................................................................................ 67
C. Un objet licite ...................................................................................................................................................... 68
II. L’objet de l’opération contractuelle ........................................................................................................................ 69
A. La lésion .............................................................................................................................................................. 69
1. La notion de lésion ......................................................................................................................................... 69
2. Le principe ...................................................................................................................................................... 69
3. Preuve et sanctions de la lésion ..................................................................................................................... 71
B. Les clauses abusives ............................................................................................................................................ 71
1. Les critères des clauses abusives .................................................................................................................... 71
2. Les techniques d’identification des clauses abusives ..................................................................................... 73
3. Sanctions des clauses abusives ....................................................................................................................... 74
§. 2 : La cause ............................................................................................................................................................... 76
I. La cause de l’obligation ............................................................................................................................................. 77
A. Dans les contrats à titre onéreux ........................................................................................................................ 77
1. Dans les contrats synallagmatiques ............................................................................................................... 77
2. Dans les contrats unilatéraux ......................................................................................................................... 82
3. La cause dans les ensembles contractuels ..................................................................................................... 83
B. Dans les actes à titre gratuit ............................................................................................................................... 85
C. Cas particulier : la fausse cause........................................................................................................................... 85
D. Preuve et sanctions de l’absence de cause ......................................................................................................... 86
II. La cause du contrat .................................................................................................................................................. 87
A. Raisons de la prise en compte ............................................................................................................................ 87
1. Dans les contrats à titre onéreux ................................................................................................................... 88
2. Dans les actes à titre gratuit ........................................................................................................................... 88
B. Modalités de la prise en compte ......................................................................................................................... 89
1. Caractères des motifs pris en compte ............................................................................................................ 89
2. Preuve et sanctions de l’illicéité ou de l’immoralité de la cause .................................................................... 89

Sous-section 2 : La nouvelle appréhension du contenu du contrat ............................................................................90


§. 1. Les règles relatives aux stipulations du contrat ................................................................................................... 90
A. L’objet de l’obligation ......................................................................................................................................... 90
B. L’équilibre du contrat .......................................................................................................................................... 90
1. L’équilibre des prestations ............................................................................................................................. 91
2. Les clauses déséquilibrantes ............................................................................................................................... 91
§. 2. Les règles relatives au but du contrat .................................................................................................................. 91

SOUS-CHAPITRE 2 : LA SANCTION DES CONDITIONS DE VALIDITE DU CONTRAT ........................................................93


§.1 : La summa divisio des nullités ............................................................................................................................... 93
A. Les nullités absolues ........................................................................................................................................... 94
B. Les nullités relatives ............................................................................................................................................ 94
§. 2 : Les effets de l’annulation .................................................................................................................................... 95
A. L’étendue de l’annulation ................................................................................................................................... 95
B. La portée de l’annulation .................................................................................................................................... 95
1. La portée de l’annulation entre les parties : les restitutions réciproques...................................................... 95
2. La portée de l’annulation à l’égard des tiers .................................................................................................. 97

CHAPITRE 3 : LES EFFETS DU CONTRAT ......................................................................................................................97

Section 1 : La force obligatoire du contrat .................................................................................................................97


§1 La force obligatoire du contrat entre les parties .................................................................................................... 98
A. L'irrévocabilité et l'intangibilité du contrat ........................................................................................................ 98
1. La révocation conjointe du contrat ................................................................................................................ 98
2. La modification conjointe du contrat ............................................................................................................. 99
B. L’exécution de bonne foi du contrat ................................................................................................................. 100
1. Les manifestations de la bonne foi ............................................................................................................... 100
2. Les sanctions de la mauvaise foi ................................................................................................................... 101
§2 La force obligatoire du contrat à l’égard du juge .................................................................................................. 102

5
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
A. L’interprétation du contrat par le juge ............................................................................................................. 102
1. L’interprétation explicative selon la volonté des parties ............................................................................. 102
2. L’interprétation créatrice au nom de la bonne foi et de l’équité ................................................................. 103
B. La modification du contrat par le juge .............................................................................................................. 103
1. Le rejet jurisprudentiel de la révision pour imprévision............................................................................... 103
2. L’admission légale d’un principe général de révision pour imprévision....................................................... 105

Section 2 : L’effet relatif du contrat .........................................................................................................................106


§1 Le corollaire de l’effet relatif : l’opposabilité du contrat ...................................................................................... 106
A. L’opposabilité aux tiers absolus ........................................................................................................................ 106
1. L’opposabilité du contrat par les parties aux tiers ....................................................................................... 107
2. L’opposabilité du contrat par les tiers aux parties ....................................................................................... 107
B. L’opposabilité aux créanciers chirographaires .................................................................................................. 108
§2 « Les dérogations » à l’effet relatif ....................................................................................................................... 108
A. Les contrats pour autrui .................................................................................................................................... 109
1. La promesse de porte-fort ............................................................................................................................ 109
2. La stipulation pour autrui ............................................................................................................................. 111
B. Les groupes de contrats .................................................................................................................................... 112

CHAPITRE 4 : L’INEXECUTION DU CONTRAT .............................................................................................................115

Section 1 : Les sanctions en nature ..........................................................................................................................115


§. 1. L’exception d’inexécution .................................................................................................................................. 115
A. Les conditions de l’exception d’inexécution ..................................................................................................... 116
1. L’exception pour inexécution ....................................................................................................................... 116
2. L’exception pour risque d’inexécution ......................................................................................................... 116
B. Les effets de l’exception d’inexécution ............................................................................................................. 116
§. 2. L’exécution forcée en nature ............................................................................................................................. 116
§. 3. La réduction du prix ........................................................................................................................................... 118
§. 4. La résolution ....................................................................................................................................................... 118
A. Les conditions de la résolution ...................................................................................................................... 119
1. La résolution par l’application d’une clause résolutoire .............................................................................. 119
2. La résolution par notification ....................................................................................................................... 119
3. La résolution judiciaire ................................................................................................................................. 120
B. Les effets de la résolution ............................................................................................................................. 121

Section 2 : La sanction par équivalent : la responsabilité contractuelle ...................................................................122


§1 Les conditions de la responsabilité ....................................................................................................................... 123
A. La violation d’une obligation contractuelle ...................................................................................................... 123
B. Le dommage ...................................................................................................................................................... 126
1. L’exigence d’un dommage réparable ........................................................................................................... 126
2. La détermination du dommage réparable ................................................................................................... 126
C. Le lien de causalité ............................................................................................................................................ 127
§2 L’exonération de la responsabilité ........................................................................................................................ 127
A. Exonération totale : les cas de force majeure................................................................................................... 127
B. Exonération partielle : la faute partiellement causale du créancier ................................................................. 128
§3 L’aménagement conventionnel de la responsabilité ............................................................................................ 129
A. Les clauses exclusives et limitatives de responsabilité ..................................................................................... 129
B. La clause pénale ................................................................................................................................................ 130
ANNEXE I : fiche de synthèse : La responsabilité des notaires .............................................................................. 131
ANNEXE II : fiche de synthèse : la responsabilité des avocats .............................................................................. 132
ANNEXE III : fiche de synthèse : Les liens entre garanties des vices cachés et défaut de conformité .................. 133
ANNEXE IV : fiche de synthèse : La représentation ............................................................................................... 137
ANNEXE V : fiche de synthèse : La simulation ....................................................................................................... 141
ANNEXE VI : fiche d'approfondissement : l'exception de nullité .......................................................................... 144

6
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
BIBLIOGRAPHIE

 L. Andreu et N. Thomassin, Cours de droit des obligations, Gualino, coll. Amphi LMD, 2e éd., 2017-2018.
 A. Bénabent, Les obligations, Montchrestien, coll. “Domat”, 16e éd., 2017.
 R. Cabrillac, Droit des obligations, Dalloz, coll. “Cours”, 12e éd., 2016.
 J. Carbonnier, Les obligations, PUF, coll. "Quadrige", 2004.
 B. Fages, Droit des obligations, LGDJ, 7e éd., 2017.
 M. Fabre-Magnan, Droit des obligations 1 – Contrat et engagement unilatéral, PUF, coll. "Thémis", 4e éd.,
2016.
 J. Flour, J.-L. Aubert et E. Savaux, Les obligations, t. 1, L’acte juridique, Armand Colin, coll. “U”, 16e éd.,
2014 (17e édition à paraître en juin 2018).
 J. Ghestin, G. Loiseau et Y.-M. Serinet, Traité de droit civil - La formation du contrat, t. 1 (le contrat-le
consentement) et t.2 (l'objet et la cause-les nullités), L.G.D.J., 4e éd., 2013.
 Ch. Larroumet, S. Bros Les obligations – Le contrat, 1ère partie : Conditions de formation & 2ème partie :
Effets, Economica, 8e éd., 2016.
 Ph. Le Tourneau, Droit de la responsabilité et des contrats, Dalloz, coll. "Dalloz action", 11e éd., 2017.
 Ph. Malaurie, L. Aynès et Ph. Stoffel-Munck, Les obligations, Defrénois, 9e éd., 2017.
 P. Malinvaud, Dominique Fenouillet et Mustapha Mekki, Droit des obligations, LexisNexis, coll. “Manuel”,
14e éd., 2017.
 F-J. Pansier et Ph. Delebecque, Droit des obligations, t.1, Contrat et quasi-contrats, LexisNexis, 7e éd.,
2016.
 S. Porchy-Simon, Les obligations, Dalloz, coll. “HyperCours”, 10e éd., 2017.
 M. Poumarède, Droit des obligations, Montchrestien, 3e éd., 2014.
 F. Terré, P. Simler et Y. Lequette, Les obligations, Dalloz, coll. “Précis”, 11e éd., 2013.

Commentaires de l’Ordonnance du 10 février 2016


 G. Chantepie et M. Latina, La réforme du droit des obligations, Dalloz.
 O. Deshayes, T. Genicon et Y-M. Laithier, Réforme du droit des contrats, du régime général et de la
preuve des obligations, LexisNexis.

Autres ouvrages utiles à la matière


F. Terré et Y. Lequette, Les grands arrêts de la jurisprudence civile, Dalloz.
G. Cornu, Association Henri Capitant, Vocabulaire Juridique, PUF.
H. Roland et L. Boyer, Les adages du droit français, Litec.

7
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
8
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
INTRODUCTION : NOTION ET CLASSIFICATIONS DES CONTRATS

Depuis une dizaine d'années, réformer le droit des contrats était apparu nécessaire et ce, pour au
moins trois raisons.
En premier lieu, le Code civil, qui n'avait pratiquement pas bougé depuis 1804, avait vieilli : il ne
reflétait plus le droit des obligations qui résultait, en grande partie, de la jurisprudence. Nombreuses étaient les
règles qui ne trouvaient aucune base textuelle.
En deuxième lieu, le Code civil n’était plus attractif : s’il avait contribué au rayonnement de la pensée
française au XIXe siècle, il ne s’exportait plus. On lui préférait les textes adoptés, plus récemment, à l’étranger
(Québec – 1991, Pays-Bas – 1992, Allemagne – 2001). Une modernisation du Code s’imposait donc pour rendre
le droit français plus compétitif.
En dernier lieu, le Code civil n’avait plus de poids sur le plan européen : de nombreux projets de
codification européens ont vu le jour ces dernières années (Principes du droit européen des contrats, Avant-
projet de code européen des contrats, Principes Unidroit, Projet de cadre commun de référence) qui
n’accordent que peu d’importance au droit français.
Une modernisation du Code s’imposait donc pour que l’on puisse présenter un Code plus moderne, clair
et cohérent, qui soit de nature à constituer une alternative sérieuse aux codifications étrangères.

Comme on l’a déjà dit1, plusieurs avant-projets de réforme ont vu le jour entre 2005 et 2013 (avant-
projet Catala, avant-projets Terré, projets de la Chancellerie). Puis la réforme a été relancée par la loi du 16
février 2015 relative « à la modernisation et à la simplification du droit et des procédures dans les domaines de la
justice et des affaires intérieures » qui autorise le Gouvernement à réformer le droit des obligations par voie
d’ordonnance, afin, notamment, « de moderniser, de simplifier, d’améliorer la lisibilité et de renforcer
l’accessibilité du droit commun des contrats ».
Aux termes de cette loi, le Ministère de la justice devait présenter une ordonnance de réforme avant le
17 février 2016. A cette fin, le Gouvernement a élaboré un « projet d’ordonnance portant réforme du droit des
contrats, du régime général et de la preuve des obligations » publié le 25 février 2015 et soumis à consultation
publique. Suite à cette consultation, l’Ordonnance n°2016-131 portant réforme du droit des contrats, du
régime général et de la preuve des obligations (ci-après l’ « Ordonnance ») a été promulguée le 10 février
2016 et est entrée en vigueur le 1er octobre 2016.
Quant à la loi de ratification, elle a été promulguée le 20 avril 2018 et modifie à la marge le droit des
contrats issu de l'Ordonnance.

La réforme vient modifier le Livre III du Code civil et y institue un Titre III relatif aux sources
d’obligations, un Titre IV relatif au régime général des obligations et un Titre IV bis relatif à la preuve des
obligations.
Le Titre III est divisé en trois sous-titres. Il s’ouvre sur trois articles introductifs qui déterminent les
sources des obligations. L’article 1100 nouveau énumère ainsi les quatre sources d’obligations consacrées par
l’Ordonnance : les actes juridiques, les faits juridiques, la loi et l’exécution volontaire ou la promesse d’exécution
d’un devoir de conscience envers autrui.
L’article 1100-1 nouveau définit les actes juridiques comme « des manifestations de volonté destinées à
produire des effets de droits » et renvoie, pour leur validité et leurs effets, aux règles qui gouvernent le contrat
(sous-titre I). L’article 1100-2 nouveau définit les faits juridiques comme « des agissements ou des événements
auxquels la loi attache des effets de droit ». Il précise que les obligations qui naissent d’un fait juridique sont
régies, selon le cas, par les dispositions relatives à la responsabilité extracontractuelle (sous-titre II) ou celles
relatives aux autres sources d’obligations (sous-titre III qui n’envisage en fait que les quasi-contrats).

S’agissant plus spécifiquement du droit des contrats, donc du sous-titre I, plusieurs remarques
peuvent être formulées.

Tout d’abord, la réforme est principalement un travail de consolidation des acquis de la jurisprudence.
Il ne s’agit pas tant de réformer le droit des contrats que de réviser et moderniser les dispositions du Code civil
relatives au droit des contrats. La réforme entend ainsi combler certaines lacunes du Code civil (concernant, par

1 V. le cours du droit de la preuve.


9
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
exemple, la phase de formation du contrat qui avait été ignorée du législateur en 1804) et consacrer certaines
interprétations jurisprudentielles (en intégrant par exemple la notion de violence économique ou en consacrant
la résolution unilatérale du contrat). Quelques innovations sont néanmoins intégrées qui marquent une rupture
avec les anciennes dispositions du Code civil.

Ensuite, l’organisation des dispositions relatives au contrat est modifiée. Au sein du sous-titre I, les
règles applicables au contrat sont réparties, selon un plan chronologique, en quatre chapitres :
- le premier consacré aux « dispositions liminaires » qui comprend la définition du contrat ainsi
que les différentes classifications ;
- le deuxième consacré à la formation du contrat qui traite, dans une première section de la
conclusion du contrat, dans une deuxième de la validité du contrat, dans une troisième de la
forme du contrat et, enfin, dans une quatrième section des sanctions ;
- le troisième consacré à l’interprétation du contrat ;
- le quatrième consacré aux effets du contrat qui traite, dans cinq sections distinctes, des effets
du contrat entre les parties, des effets à l’égard des tiers, de la durée du contrat, de la cession
de contrat et de l’inexécution du contrat.
Ce plan permet ainsi de suivre chronologiquement la vie du contrat, depuis sa formation jusqu’à son exécution,
voire son anéantissement.

Par ailleurs, s’agissant du contenu de la réforme, la question s’était posée de savoir s’il fallait intégrer
dans le Code civil des « principes directeurs » du droit des contrats. Le projet de la Chancellerie de 2008
comportait un chapitre intitulé « Principes directeurs » qui entendait consacrer la liberté contractuelle, la
sécurité contractuelle et la bonne foi. Ces principes directeurs ont fait l’objet de nombreuses critiques en
particulier en ce qu’ils risquaient de déstabiliser le droit des contrats et d’entraîner de longs débats sur leur
valeur au regard des autres dispositions du Code civil. Certains craignaient que le juge puisse s’en saisir pour
contrôler les conventions ou les comportements contractuels au point de paralyser telle ou telle autre règle
légale particulière sur laquelle le principe directeur prendrait le pas. Compte tenu de ces critiques, la
Chancellerie a fait le choix de ne pas les reprendre.
Il reste que le chapitre I du sous-titre I comprend trois articles qui consacrent, sans en faire des
« principes directeurs », la liberté contractuelle (art. 1102 nouv.)2, la force obligatoire du contrat (art. 1103
nouv.) et la bonne foi (art. 1104 nouv.). Ces dispositions apparaissent toutefois davantage comme des règles
d’interprétation, sans valeur autonome, que comme des normes supérieures aux autres dispositions.

Enfin, l’article 9 de l’Ordonnance relative aux dispositions transitoires, prévoit que l’Ordonnance entre
en vigueur à compter du 1er octobre 2016. Il précise que « les contrats conclu avant cette date demeurent
soumis à la loi ancienne »3. L’application dans le temps de la réforme dépend donc, en principe, de la date de
conclusion du contrat : loi ancienne si le contrat a été conclu avant le 1er octobre 2016, loi nouvelle s’il l’a été à
compter de cette date4. On notera toutefois que certaines dispositions sont d’application immédiate, ce qui
signifie qu’elles sont entrées en vigueur dès le 1er octobre 2016 quelle que soit la date de conclusion du contrat
(pour le détail de ces dispositions, voir les développements ci-dessous).

Dans la suite des développements seront étudiés tant le droit antérieur à la réforme (qu’il s’agisse de
règles légales ou de solutions jurisprudentielles) que le droit désormais positif, tel que consacré par
l’Ordonnance de réforme. Les contrats conclus avant le 1er octobre 2016 restant soumis à la loi ancienne, elle

2
L’article 1102 tel qu’il résulte de l’Ordonnance affirme ainsi les quatre composantes de la liberté contractuelle : liberté de contracter ou de ne pas
contracter, liberté de choisir son cocontractant, liberté de choisir le contenu du contrat et liberté de déterminer la forme du contrat. Il en énonce
également les limites : d’une part la loi peut prescrire certaines règles (par exemple, imposer que le contrat soit conclu par écrit), d’autre part, la
liberté contractuelle ne permet pas de déroger aux règles qui intéressent l’ordre public.
3La loi de ratification promulguée le 20 avril 2018 a apporté une précision, dans cette hypothèse, en énonçant que les contrats conclus avant le 1er
octobre 20016 restent soumis à la loi ancienne " y compris pour leurs effets légaux et pour les dispositions d'ordre public".
4Pour information, deux remarques.
Tout d'abord, il faut ajouter que les règles relatives aux faits juridiques s'appliquent, en principe, aux faits qui ont eu lieu postérieurement à l'entrée
en vigueur de l'ordonnance. L’article 9 de l’Ordonnance précise également que « lorsqu’une instance a été introduite avant l’entrée en vigueur de la
présente ordonnance, l’action est poursuivie et jugée conformément à la loi ancienne. Cette loi s’applique également en appel et en cassation ».
Ensuite la loi de ratification du 20 avril 2018 a prévu des dates d'entrée en vigueur différentes selon la nature des modifications qu'elle a apportées
à l'Ordonnance. Lorsque la modification est de nature substantielle, elle s'appliquera aux contrats conclus à partir du 1er octobre 2018. Lorsque la
modification est de nature interprétative, elle s'applique aux contrats conclus à compter du 1er octobre 2016.
10
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
demeure en effet applicable en droit français. En outre, pour les questions que la réforme ne règle pas, il est
probable que la jurisprudence maintienne ses solutions antérieures, de sorte qu’il est nécessaire de les
connaître.

Ces précisions étant faites, on envisagera, pour commencer l’étude du droit des contrats, d’une part la
notion de contrat (§.1) et d’autre part, les différentes classifications de contrats (§.2).

§.1 : La notion de contrat

Le Code civil définit le contrat à l’article 1101 nouveau comme « un accord de volontés entre deux ou
plusieurs personnes destinés à créer, modifier, transmettre ou éteindre des obligations ». Au regard de ce texte, il
apparaît que le contrat repose sur deux éléments. Pour qu’un contrat existe, il faut un accord de volonté
(origine du contrat) conclu en vue de créer, modifier, transmettre ou éteindre des obligations (but du contrat).
Tout acte juridique qui ne repose pas sur un accord de volonté (A) et qui n’entraîne pas d’effets
juridiques relatifs à une obligation (B) ne peut pas être qualifié de contrat.
Ces deux éléments constitutifs de la notion de contrat sont autant de critères qui permettront de
distinguer celui-ci d’autres actes juridiques c'est-à-dire d’autres manifestations de volonté destinées à produire
des effets de droit. En effet, le contrat est une espèce d’acte juridique mais tout acte juridique n’est pas un
contrat.

A. un accord de volontés

Parce qu’ils ne reposent pas sur un accord de volontés, l’acte juridique unilatéral (1) et, en particulier,
l’engagement unilatéral de volonté (2) ne sont pas qualifiés de contrat. Ce sont bien des actes juridiques qui
produisent des effets de droit, mais ce ne sont pas des contrats.

1. L’acte juridique unilatéral

L’acte juridique unilatéral n’est pas un contrat parce qu’il est l’œuvre d’une seule volonté. A titre
d’exemple, on peut citer le testament qui est l’acte par lequel une personne organise unilatéralement la
dévolution de ses biens pour le jour de sa mort. De même, la reconnaissance d'un enfant est certainement un
acte unilatéral susceptible d'entraîner des obligations à la charge de son auteur.
Reste que, dans ces exemples, les obligations sont en réalité prévues par la loi et ne sont donc pas
créées par la volonté. A ce stade, la question est donc de savoir si - en dehors des cas dans lesquels la loi prévoit
qu'un acte juridique unilatéral produit des effets de droit - il est possible de considérer que la seule volonté d'un
individu peut l'engager. Cette question, c'est bien sûr celle de l'engagement unilatéral de volonté.

2. L’engagement unilatéral de volonté

L’engagement unilatéral de volonté est l’acte juridique par lequel une personne s’oblige seule envers
une autre.
Par sa seule volonté, une personne fait naître une obligation civile à sa charge au profit d’un tiers.
Toute la question est donc de savoir si, en droit français, une volonté solitaire peut faire naître des
obligations à la charge de celui qui l’exprime sans qu’il soit besoin qu’une autre volonté se soit manifestée pour
l’accepter.
Antérieurement à la réforme, la doctrine classique rejetait la notion d'engagement unilatéral de volonté
en raison notamment du silence du Code napoléon sur cette figure juridique. Il reste que la jurisprudence a
finalement décidé de la consacrer. On citera ainsi deux exemples jurisprudentiels où la Cour de cassation a
explicitement visé l’engagement unilatéral de volonté :
 La promesse faite par une personne d’exécuter une obligation naturelle la transforme en obligation
civile.

11
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
L’obligation naturelle n’est pas juridiquement obligatoire : le créancier ne peut contraindre le débiteur
à l’exécuter. Il s’agit de devoirs moraux que la loi n’impose pas et qui n’engagent que la conscience de chaque
agent (Ex : il n’y a pas d’obligation légale d’assister ses frères et sœurs dans le besoin, mais il existe un devoir
moral de le faire donc une obligation naturelle).
Il est cependant admis qu’une telle obligation naturelle devient obligatoire, se transforme en
obligation civile pure et simple, lorsque son débiteur l’exécute volontairement ou promet de l’exécuter.
Comment l’expliquer ? La jurisprudence utilise la notion d’engagement unilatéral de volonté : elle estime qu’en
exécutant ou en promettant d’exécuter l’obligation naturelle, son débiteur confère juridiquement une véritable
force obligatoire au devoir moral. C’est dire que pour la jurisprudence la volonté unilatérale peut être source
d’obligations. A titre d’exemple, on peut citer un arrêt de la 1re chambre civile du 10 octobre 1995. Dans cette
affaire, un parieur au tiercé avait reconnu qu’il avait gagné grâce à la contribution d’un collègue et lui avait
promis, avant de se rétracter, une partie du gain. La Haute juridiction a jugé que la somme promise devait être
versée au motif explicite qu’il y avait eu transformation d’une obligation naturelle en obligation civile du fait
d’un engagement unilatéral de volonté (comp. : Civ. 1re, 17 octobre 2012).
 La source de l’obligation des entreprises organisant des loteries publicitaires.
Vous avez dû avoir connaissance de cette épopée jurisprudentielle, dans laquelle la Cour de cassation
cherchait à sanctionner les entreprises qui envoyaient une lettre par laquelle elles annonçaient au
correspondant qu’il avait gagné le « gros lot ». En réalité, rien n’était d’ores et déjà gagné ; le client avait
simplement le droit de participer à une loterie, mais les choses étaient présentées de façon fallacieuse.
La Cour de cassation, dans un arrêt important sur lequel nous reviendrons, a fini par créer un nouveau
quasi-contrat pour appréhender ce type de comportement (Ch. Mixte, 6 septembre 2002). Mais, elle y avait vu
auparavant un engagement unilatéral de volonté (Civ. 1re, 28 mars 1995), ce qui montre bien que cette notion
était reconnue dans notre droit.
Finalement on peut constater que le droit français, à l’image des droits allemand, suisse ou italien, a pu
faire une place, ne serait-ce que modeste, à l’engagement unilatéral de volonté comme source autonome
d’obligation.

Aujourd’hui, si la réforme opérée par l’Ordonnance du 10 février 2016 ne consacre pas expressément
l’engagement unilatéral de volonté comme source d’obligations, la nouvelle définition qu’elle propose des
actes juridiques offre un fondement textuel à sa reconnaissance.
L’article 1100-1 nouveau définit en effet les actes juridiques comme « des manifestations de volonté
destinées à produire des effets de droit ». Il précise qu’ « ils peuvent être conventionnels ou unilatéraux ». Or, un
engagement unilatéral de volonté est bien un acte juridique unilatéral destiné, par la seule volonté de son
auteur, à produire des effets de droit. L’article 1100-1 permet ainsi d’envisager l’engagement unilatéral de
volonté comme source d’obligations. Il s’agit là, d’ailleurs, de l’intention affichée du législateur. En effet, le
rapport au Président de la République annexé à l’Ordonnance5 indique que la notion d’acte juridique unilatéral
« inclut l’engagement unilatéral de volonté ».
On notera que l’article 1100 nouveau qui énumère les sources d’obligations vise entre autres
« l’exécution volontaire ou la promesse d’exécution d’un devoir de conscience envers autrui ». Cette disposition
consacre donc la jurisprudence relative à l’exécution ou la promesse d’exécution d’une obligation naturelle mais
en fait toutefois une source d’obligations autonome qui trouve son fondement dans la loi et non dans la notion
d’engagement unilatéral de volonté.

Pour l’acte unilatéral, comme pour l’engagement unilatéral, ce qui les distingue du contrat, c’est
l’absence d’accord des volontés. D’autres actes s’opposent au contrat pour une autre raison : parce qu’ils
n’entrainent pas d’effets juridiques relatifs à une obligation.

5
Pour rappel, l’Ordonnance du 10 février 2016 s’accompagne d’un rapport de présentation au Président de la République qui peut permettre,
parfois, d’éclairer le contenu du texte et d’indiquer les raisons qui ont amené à retenir telle ou telle solution. Ce rapport n’a toutefois aucune portée
juridique propre.
12
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
B. La création d’effets juridiques relatifs à une obligation

Pour être qualifié de contrat, un accord de volonté doit produire des effets relatifs à une obligation.
C’est parce qu’ils ne produisent pas de tels effets que les actes de complaisance (1) et les engagements
d’honneur (2) échappent en principe à la qualification de contrat.

1. Les actes de courtoisie ou de complaisance

Les actes de courtoisie ou de complaisance ne peuvent, en principe, être qualifiés de contrat parce
qu’ils n’ont pas été formés dans le but de créer, modifier, transmettre ou éteindre des obligations.
 Il en va ainsi, d’une part, pour l’acte de courtoisie (c’est-à-dire pour les accords au titre de « rapports
mondains »). Si vous êtes invités par quelqu’un à dîner et que vous acceptez, et si, au dernier moment,
cette personne annule sans vous prévenir vous ne pourrez pas la forcer à vous recevoir et à vous
nourrir. Le juge ne viendra pas sanctionner un tel comportement, aussi discourtois soit-il.
 N’est pas non plus un contrat, l’acte de complaisance (c’est-à-dire les prestations de services
ponctuelles et gratuites). Si vous êtes pris sur le porte-bagage d’une bicyclette au moment où vous faites
du stop, il ne se crée pas entre vous et le conducteur un contrat de transport. Par conséquent, si par
malheur un accident survient à cause du conducteur vous ne pourrez pas agir contre lui en
responsabilité contractuelle, car il n’y a pas de contrat. En d’autres termes, la responsabilité ne peut
être que d’ordre délictuel.

Reste que dans quelques cas, la jurisprudence voit dans certains actes de courtoisie ou de complaisance
des contrats pour des raisons d’opportunité. C’est le cas notamment lorsqu’une personne aide spontanément
une autre en lui portant secours et subit un dommage à l’occasion de cet acte.
Pour permettre l’indemnisation de l’assistant, les juges inventent un contrat d’assistance prétendument
conclu entre l’assistant et l’assisté (par ex. : Civ. 1re, 27 mai 1959 ; Civ. 1re, 27 janv. 1993 ; Civ. 1re, 16 juillet 1997).
Cette qualification est, dans un souci indemnitaire, bienvenue. Mais elle est théoriquement parfois bien
artificielle faute de pouvoir établir une réelle rencontre des volontés entre les deux personnes (c’est le cas,
notamment, lorsque l’assisté était inconscient au moment du sauvetage, v. par ex. : Civ. 1re, 1er déc. 1969).
Cet exemple montre la relativité des classifications académiques dont le juge s’affranchit pour des
raisons de pure opportunité.

2. Les engagements d’honneur

Lorsque deux personnes s’engagent sur l’honneur leur but est a priori de ne pas soumettre leur relation
aux règles de droit. Leur engagement n’a alors, dans leur esprit, aucune portée juridique et ne peut donc être
sanctionné par les tribunaux. Le terrain d’élection de ce type d’engagements est incontestablement le monde
des affaires (on parle alors souvent de Gentlemen’s Agreements). Ce monde a sa propre morale, ses propres
règles : un simple engagement d’honneur a parfois autant de valeur et de force qu’un engagement juridique.
Certes, celui qui y contreviendrait ne sera pas traîné devant les tribunaux, mais il sera désavoué par ses pairs et
sa déloyauté sera commercialement sanctionnée.
Il importe néanmoins de souligner qu’en dépit de la volonté de ceux qui ont souscrit un engagement
d’honneur de ne pas donner à leur engagement une valeur juridique, dans certains cas, les juges n’hésitent pas à
qualifier d’obligation juridique l’engagement qui avait été pris sur l’honneur et d’y voir finalement un contrat.
L’exemple type en la matière est ce que l’on appelle la lettre de confort ou lettre d’intention. Il s’agit
d’une lettre adressée par une société de grande renommée, et dont la surface financière est très importante, à
un banquier auquel une de ses filiales souhaite emprunter de l’argent. Pour rassurer le banquier, créancier
potentiel, la société-mère, plutôt que de s’engager juridiquement en tant que caution, se contente de prendre
l’engagement d’honneur de garantir l’exécution de la dette par sa filiale.
A priori un tel engagement, puisqu’il n’est qu’un engagement pris sur l’honneur, ne peut être
juridiquement sanctionné. Concrètement le banquier créancier ne peut pas exiger en justice que la société ayant
souscrit un simple engagement moral soit condamnée à exécuter la dette à la place de sa filiale.

13
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
Pourtant les juges ne se considèrent pas toujours comme liés par la qualification donnée par les parties
à leur engagement et franchissent parfois allègrement la frontière qui sépare l’engagement d’honneur et
l’engagement juridique puisqu’ils reconnaissent souvent que la lettre d’intention engendre une véritable
obligation à la charge de la société mère (Com, 21 déc. 1987 ; Com, 26 février 2002). Le législateur lui-même a
commis la même confusion puisque l’article 2322 du Code civil, issu de l’ordonnance du 23 mars 2006, prévoit
également que la lettre d’intention fait naître un véritable engagement à la charge de son auteur.

§.2 : Les classifications de contrats

On s’en tiendra ici aux principales classifications.

A. Les contrats synallagmatiques et les contrats unilatéraux

1. L’exposé de la distinction

a. Principe de distinction

Est synallagmatique le contrat par lequel les contractants s’obligent réciproquement les uns envers
les autres (art. 1106 nouveau, qui reprend en substance l’article 1102 ancien) : chacun est à la fois débiteur et
créancier. C’est le cas par exemple du contrat de bail : le bailleur est créancier du loyer mais doit en contrepartie
assurer la jouissance paisible du bien loué au locataire. De son côté, le locataire est créancier de l’obligation de
jouissance paisible de la chose et s’engage en contrepartie à payer le loyer.
Au contraire, le contrat unilatéral ne crée pas d’engagement réciproque entre les parties (art 1106
nouveau – 1103 ancien). Pour autant, il ne faut pas confondre le contrat unilatéral avec l’acte juridique
unilatéral. Alors que celui-ci est l’œuvre d’une seule volonté, le contrat unilatéral, tout en ne faisant naître
d’obligation qu’à la charge d’une seule des parties, est le résultat d’un accord de volonté.
L’exemple-type du contrat unilatéral est la donation. On peut également citer le contrat de prêt non
rémunéré ; contrat où seul l’emprunteur est tenu d’une obligation de restituer la chose prêtée. Ou encore le
dépôt non rémunéré où seul le dépositaire souscrit les obligations de conserver et de restituer la chose.

b. Tempéraments

D’une part, la volonté des contractants peut modifier le caractère du contrat. Ainsi, si un salaire est
prévu au profit du dépositaire, le contrat de dépôt est alors synallagmatique puisque le déposant a souscrit
l’obligation de verser un salaire au dépositaire en contrepartie des obligations souscrites par celui-ci.
D’autre part, certains auteurs considèrent qu’un contrat unilatéral lors de sa formation peut devenir
synallagmatique au cours de son exécution. Il s’agit alors d’une catégorie intermédiaire, le contrat
synallagmatique imparfait.
Il en serait ainsi du contrat de dépôt lorsque, pendant son exécution, le dépositaire se voit contraint,
par suite de certains événements indépendants de la volonté des contractants, d’engager des frais pour assurer
la conservation du bien déposé. Unilatéral à l’origine, le dépôt deviendrait synallagmatique pendant son
exécution, car, dans une telle hypothèse, le déposant a l’obligation d’indemniser le dépositaire. Il existe bien
alors des obligations réciproques.
La majorité des auteurs s’oppose à cette mutation du contrat en cours d’exécution et dénie toute valeur
à la catégorie des contrats synallagmatiques imparfaits. Ils soutiennent, à l’appui de leur thèse, d’une part que la
nouvelle obligation ne trouve pas sa source dans le contrat mais dans un fait qui lui est postérieur ; d’autre part,
que les deux obligations - si elles sont bien réciproques - ne sont néanmoins pas interdépendantes. Elles n’ont
pas été, et pour cause, souscrites en considération l’une de l’autre.

14
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
2. L’intérêt de la distinction

La distinction des contrats synallagmatiques et des contrats unilatéraux commande le jeu de règles
importantes.
Il en va ainsi pour les règles de preuve. Les contrats synallagmatiques doivent être établis en autant
d’exemplaires qu’il y a de parties : c’est la formalité du double original posée par l’article 1375 du Code civil (art.
1325 anc.). Les contrats unilatéraux, quant à eux, peuvent n’être constatés que par un seul exemplaire remis au
créancier. Toutefois, lorsque l’engagement porte sur le paiement d’une somme d’argent ou sur la livraison d’un
bien fongible, le titre doit comporter la mention, par le débiteur, de la somme ou de la quantité en toutes lettres
et en chiffres (art. 1376 nouv. C. civ. – art. 1326 anc.).
Mais surtout, la réciprocité des obligations dans les contrats synallagmatiques entraîne des
conséquences relatives à la force obligatoire de la convention : si l’un n’a pas exécuté son obligation, l’autre
peut en faire autant en invoquant l’exception d’inexécution ; et si la situation persiste, il peut demander la
résolution du contrat et des dommages et intérêts. Toutes ces règles fondées sur la réciprocité des obligations,
ne sauraient, en principe, être transposées aux contrats unilatéraux.

B. Les contrats à titre onéreux et les contrats à titre gratuit

Deuxième classification traditionnelle des contrats, celle qui oppose les contrats à titre onéreux (art.
1107 al. 1 nouv. C. civ. – 1106 anc.) et les contrats à titre gratuit (art. 1107 al. 2 nouv. C. civ. – art. 1105 anc.).
Il faut, en premier lieu, s’arrêter sur l’exposé de la distinction (1) et, en second lieu, sur l’intérêt de cette
distinction (2).

1. L’exposé de la distinction

Le contrat est dit à titre onéreux lorsque chacune des parties reçoit de l’autre un avantage en
contrepartie de celui qu’il procure. Autrement dit, chacun n’a accepté de s’engager qu’en considération de
l’avantage qu’il reçoit de son cocontractant. C’est le cas, par exemple, de la vente : le vendeur ne s’oblige à
transférer la propriété et à livrer la chose que parce qu’il reçoit, en échange, le prix.
Au contraire, le contrat est à titre gratuit (ou « de bienfaisance » dans les anciens textes) lorsqu’un
contractant veut procurer un avantage à son contractant, tout en acceptant délibérément de ne rien recevoir
en contrepartie.

2. L’intérêt de la distinction

L’intérêt de la distinction varie dans une large mesure suivant le contrat considéré si bien qu’il est
difficile d’en présenter une synthèse. On se limitera donc aux idées générales. C’est ainsi que les actes à titre
gratuit sont souvent encadrés par un formalisme tendant à protéger celui qui se dépouille (voire sa famille ou
ses créanciers) contre les entraînements irréfléchis. De même, dans les contrats de bienfaisance, les obligations
de celui qui consent un avantage sans contrepartie sont moindres si bien que sa responsabilité sera appréciée
moins sévèrement. Par exemple, le donateur, contrairement au vendeur, n’est pas astreint à la garantie des
vices cachés de la chose transférée.

C. Les contrats commutatifs et les contrats aléatoires

Troisième grande classification des contrats, celle qui consiste à distinguer les contrats commutatifs et
les contrats aléatoires (art. 1108 nouv. C.civ. - art. 1104 anc.). Cette classification est une subdivision du titre
onéreux.

1. L’exposé de la distinction

Le contrat commutatif est un contrat dans lequel la contrepartie que chaque contractant reçoit est
d’ores et déjà certaine et déterminée ; les parties connaissant dès la conclusion de l’acte l’étendue des

15
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
prestations de chacun. Par exemple, la vente est un contrat commutatif car pour être valable elle suppose, dès
sa conclusion, que la chose et le prix soient déterminés ou au moins déterminables.
Le contrat est aléatoire lorsque les parties ne s’engagent pas à procurer à l’autre un avantage qui est
regardé comme l’équivalent de celui qu’elle reçoit mais acceptent de faire dépendre les effets du contrat,
quant aux avantages et aux pertes qui en résulteront, pour chacune ou l’une d’entre elles, d’un événement
incertain.
Par exemple, le contrat de rente viagère, en vertu duquel le vendeur vend son immeuble en
contrepartie d’une rente périodique qui lui est versée jusqu’à son décès par l’acquéreur. Le contrat est aléatoire
car, au jour de sa conclusion, l’importance de la prestation due par l’acquéreur n’est pas déterminée, n’est pas
quantifiée dès l’origine. Elle dépend d’un événement futur, incertain quant à sa date, à savoir le décès du
vendeur.
Autre exemple de contrat aléatoire : le contrat d’assurance vie en cas de vie. Une personne souscrit un
contrat d’assurance, aux termes duquel, en contrepartie du paiement d’une prime, l’assureur s’engage à lui
verser un capital ou rente s’il est encore en vie au-delà d’une date fixée par le contrat. Cette assurance permet à
l’assuré de se constituer un complément de retraite. Ce contrat est aléatoire car les chances de gains ou de perte
de l’assuré dépendent du fait de savoir s’il sera en vie au-delà de la date fixée par le contrat. Ainsi, si l’assuré
décède avant cette date, il subit une perte, car l’assureur ne devra rien alors qu’il aura versé la prime
d’assurance. Si l’assuré est encore en vie au-delà de cette date, il perçoit un gain puisque l’assureur lui verse la
somme prévue au contrat, somme qui sera souvent supérieure à la prime versée.
Dernier exemple : le contrat d’assurance en cas de décès : une personne souscrit un contrat aux termes
duquel en contrepartie d’une prime qu’il verse à l’assureur, celui-ci devra verser une somme à une personne
qu’il a désignée s’il décède avant la date fixée dans le contrat. Ce contrat est aléatoire car les chances de gain ou
de perte de l’assureur et de l’assuré dépendent de la date du décès de l’assuré. Ainsi, si l’assuré est toujours en
vie à la date fixée dans le contrat, l’assureur réalise un gain car il ne doit rien verser au bénéficiaire de
l’assurance. L’assuré subit une perte, car il perd la prime qu’il avait versée. Si l’assuré est mort avant cette date,
l’assureur subit une perte, car il doit verser la somme prévue au contrat aux bénéficiaires de l’assurance, somme
souvent supérieure à la prime versée.

Une fois encore, la volonté des contractants peut conduire à nuancer la distinction exposée. L’aléa peut
être, en effet, d’origine contractuelle ; un contrat commutatif par nature peut devenir, en raison de la volonté
des contractants, aléatoire. L’amateur d’art qui achète à ses risques et périls un tableau à propos duquel il existe
un doute sur l’authenticité conclut un contrat aléatoire alors qu’en principe la vente est, par nature, un contrat
commutatif.

2. Intérêt de la distinction

L’intérêt essentiel de cette distinction réside dans le contrôle qui est parfois exceptionnellement ouvert
aux juges pour vérifier, et éventuellement sanctionner, le déséquilibre excessif du contrat au moment de sa
formation.
Si ce contrôle est envisageable pour les contrats commutatifs et permet parfois au juge de protéger,
dans une certaine mesure, celui des contractants qui a été lésé par l’autre ; en revanche il est exclu en matière
de contrat aléatoire (« l’aléa chasse la lésion »). Il serait en effet anormal de sanctionner ici par la nullité du
contrat le déséquilibre entre les prestations réciproques : la chance de gain ou de perte ayant été voulue, on ne
saurait se plaindre de ce qu’elle se réalise (en acceptant de jouer, on accepte de perdre). A cela s’ajoute que, de
par sa nature, une prestation affectée d’un aléa est rebelle à toute évaluation si bien qu’on pourrait difficilement
apprécier s’il y a ou non déséquilibre entre les prestations.

3. Relativité de la distinction

Pour des raisons de pure opportunité, le juge va parfois retenir la qualification de contrat aléatoire
malgré l’absence de tout aléa.
C’est ce qu’a fait, semble-t-il, la Cour de cassation dans plusieurs arrêts rendus en Chambre mixte le 23
novembre 2004.
Il s’agissait de savoir si peuvent être qualifiés de contrats aléatoires, les contrats par lesquels,
moyennant le versement de sommes périodiques par une personne, une compagnie d’assurance s’engage à
16
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
reverser lesdites sommes capitalisées à l’échéance fixée au contrat, soit à cette personne si elle est encore en
vie, soit à ses héritiers si elle est décédée.
En toute rigueur, ce contrat qui constitue une opération de placement, une opération d’épargne, n’est
pas un contrat aléatoire.
En effet, ce que détermine ici la survie du souscripteur à la date fixée dans le contrat, ce n’est pas
l’existence ou le montant d’un gain ou d’une perte à son égard, mais seulement le destinataire de la somme que
devra payer la compagnie d’assurance. Autrement dit, l’importance de la prestation due par l’assureur ne
dépend en rien de la date du décès de l’assuré. En effet, l’assureur versera exactement la même somme à la
date fixée au contrat que le souscripteur soit encore en vie ou déjà décédé ; simplement il le versera à une
personne différente. Ce n’est donc pas techniquement un contrat aléatoire.
Pourtant, la Cour de cassation en a jugé autrement parce que si elle avait décidé que les contrats de
capitalisation n’étaient pas des contrats aléatoires, cela aurait abouti, pour des raisons tenant aux règles du droit
successoral, à une remise en cause potentielle de centaines de milliers de ces contrats et à une fragilisation des
marchés financiers.
Ce sont donc des raisons d’ordre économique et financier qui ont conduit la Cour de cassation à retenir
une qualification plutôt qu’une autre.

D. Les contrats consensuels, solennels et réels

Cette classification était simplement sous-entendue par les anciennes dispositions du Code civil, elle est
désormais consacrée à l’article 1109 du Code civil.
Le contrat consensuel est un contrat qui se conclut par le seul échange des consentements et dont la
validité n’est subordonnée à aucune condition de forme. C’est la règle selon le Code civil (art. 1172 al. 1) : tout
contrat est en principe consensuel, sauf lorsque la loi en dispose autrement. Ainsi le veut le principe du
consensualisme qui est un aspect du principe de l’autonomie de la volonté.
Le contrat solennel doit pour être valablement formé, outre l’accord des volontés, remplir des
conditions de formes spécifiques. Par exemple, la donation pour être valable suppose, en principe, la rédaction
d’un acte authentique.
Enfin le contrat réel est celui dont la formation - et donc la validité - requièrent non seulement un
accord de volontés mais encore la remise matérielle de la chose qui en constitue l’objet. Par exemple, le
contrat de dépôt ou de prêt.
On relèvera que cette catégorie connaît actuellement un certain déclin. Au-delà du fait que le contrat
de gage n’est plus un contrat réel depuis l’ordonnance du 23 mars 2006 relative à la réforme du droit des
sûretés, des arrêts relativement récents de la Cour de cassation ont, en effet, décidé que les contrats de prêt
d’argent consentis par un professionnel du crédit ne sont pas des contrats réels (Civ. 1 re, 28 mars 2000 ; 27
novembre 2001 ; 27 juin 2006), à la différence de ceux consentis par un non professionnel (Civ. 1re, 7 mars 2006).
Pourquoi la jurisprudence décide-t-elle aujourd’hui que les prêts consentis par un professionnel sont
des contrats consensuels ? C’est principalement pour obliger le professionnel qui a promis de prêter de l’argent
à verser les fonds promis. Avant le revirement de 2000, c’est, en effet, la solution inverse qui était retenue. Au
motif que le prêt d’argent consenti par un professionnel était un contrat réel ne se réalisant que par la remise de
la chose prêtée, l’inexécution de la promesse de prêt ne pouvait donner lieu à exécution du prêt (qui, par
hypothèse n’était pas encore formé) mais seulement au paiement de dommages-intérêts (Civ. 1re, 20 juillet
1981).

E. Les autres classifications

Les classifications qui viennent d’être évoquées sont les classifications traditionnelles. D’autres, qui
avaient pu être proposées en doctrine, sont désormais consacrées par les nouvelles dispositions du Code civil.

Tout d’abord, l’article 1110 nouveau du Code civil distingue entre le contrat de gré à gré et le contrat
d’adhésion.

17
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
Dans l'ordonnance, le contrat de gré à gré était celui dont les stipulations sont librement négociées entre
les parties, ce qui supposait une négociation effective. Après ratification, le contrat de gré à gré devient « celui dont
les stipulations sont négociables entre les parties »6.
Quant au contrat d’adhésion, l’ordonnance du 10 février 2016 le définissait comme celui dont les conditions
générales, soustraites à la négociation, sont déterminées à l’avance par l’une des parties. Avec la loi de
ratification, la définition du contrat d'adhésion a été élargie. Dorénavant, il se définit comme celui « qui
comporte un ensemble de clauses non négociables, déterminées à l’avance par l’une des parties »7.
Ensuite, l’article 1111 distingue entre les contrats cadres et les contrats d’application.
Le contrat cadre est un accord par lequel les parties conviennent des caractéristiques générales de leurs
relations contractuelles futures et le contrat d’application est celui qui en précise les modalités d’exécution.
Le principal intérêt de cette distinction tient à la question de la détermination du prix qui, selon l’article
1164 nouveau du Code civil, peut ne pas être fixé lors de la conclusion du contrat-cadre.

Enfin, l’article 1111-1 oppose les contrats à exécution instantanée et ceux à exécution successive.
Comme leur nom l’indique, ces contrats se distinguent en raison du rôle différent joué par le temps dans leur
exécution. Lorsqu’il est à exécution instantanée, le contrat peut s’exécuter en une prestation unique. C’est
l’hypothèse de la vente d’un corps certain. Quand il est à exécution successive, le contrat crée une obligation
qui s’exécute en plusieurs prestations échelonnées dans le temps. Le cas typique de ce genre de contrat est le
contrat de travail dont l’exécution repose sur des prestations successives. L’intérêt de la distinction apparaît
quand il s’agit de régler les modalités et les conséquences de l’anéantissement d’un contrat (on aura l’occasion
d’y revenir).

6 Cette nouvelle définition n'est applicable qu'aux contrats conclus à compter du 1er octobre 2018.
7 Cette nouvelle définition n'est applicable qu'aux contrats conclus à compter du 1er octobre 2018.

18
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
CHAPITRE 1 : LA FORMATION DU CONTRAT : LA RENCONTRE DES VOLONTES

La formation du contrat est subordonnée à l’existence d’un accord de volontés. C’est cette formation
qu’il est à présent question de décomposer.
Depuis l’entrée en vigueur de l’Ordonnance du 10 février 2016, la formation du contrat, qui était jusque
là ignorée du Code civil, fait l’objet d’un chapitre II, qui affirme des principes déjà bien établis, consacre certaines
solutions jurisprudentielles et innove parfois.
Pour étudier les principes qui s’appliquent on distinguera ceux qui gouvernent d’une part les contrats
entre présents (section I) ; d’autre part les contrats entre absents, c'est-à-dire les règles relatives à la conclusion
des contrats entre deux personnes qui ne sont pas toutes deux présentes le jour de la rencontre des volontés et
qui donc n’expriment pas leur volonté de contracter dans le même lieu, voire au même instant (section II).

Section 1 : Les contrats entre présents

Quand un contrat est conclu entre deux personnes physiquement présentes, le jour de la conclusion du
contrat, la rencontre des volontés peut se dérouler selon deux processus :

 Le 1er processus c’est celui de la rencontre instantanée des volontés. Processus que l’on retrouve pour la
conclusion des contrats les plus usuels, les plus courants. Ainsi en est-il de la location d’un appartement, du prêt
d’un bien, ou encore de l’achat d’une voiture d’occasion (sous-section I).
 Le 2nd processus c’est celui de la rencontre progressive des volontés. Ce processus s’applique en général
pour la conclusion des contrats les plus importants sur le plan économique. Ainsi en est-il de l’achat d’un
immeuble, de cessions d’actions ou encore de la construction d’une usine (sous-section II).

Sous-section 1 : La rencontre instantanée des volontés

Concrètement comment cela se passe-t-il ? Pratiquement, schématiquement, une personne émet une
offre de contracter puis une autre accepte cette offre. Et une fois que l’offre a rencontré l’acceptation, le contrat
est alors instantanément formé puisqu’il y a accord des volontés.
Ce mécanisme est décrit à l’article 1113 nouveau du Code civil qui dispose que « le contrat est formé
par la rencontre d’une offre et d’une acceptation par lesquelles les parties manifestent leur volonté de
s’engager ».

Il nous faut donc étudier en quoi doivent consister cette offre (§. 2) et cette acceptation (§.3) dont la
rencontre et la concordance constituent le consentement nécessaire à la formation du contrat.
Mais, avant de nous arrêter sur l’étude de l’offre et de l’acceptation, il convient de préciser que, à ce
stade du processus contractuel, peut peser une obligation précontractuelle d’information sur un des futurs
contractants (§.1).

§.1 : L’obligation précontractuelle d’information

Autrefois l'idée dominait que, sauf obligation légale précise, aucun des contractants n'avait à
renseigner son partenaire sur les tenants et les aboutissants du contrat qu'ils envisageaient de conclure. En
vertu du principe de l'autonomie de la volonté qui présuppose que les hommes sont libres, égaux et
responsables, chacun devait s'informer soi-même sur la portée de ses engagements. Mais la considération que
l’inégalité dans l’information peut entacher l’intégrité du consentement et nuire à l'équilibre contractuel a, peu à
peu, poussé la jurisprudence à consacrer, dans certaines circonstances, une obligation précontractuelle
d'information contraignant celui qui sait ou devait savoir à diffuser l'information à son futur partenaire
contractuel.

19
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
Ce devoir d'informer - qui se justifiait par l’obligation de contracter de bonne foi (1134 anc. C. civ ; v. par
ex. : Civ. 1re, 15 mars 2005), voire par les effets que la loi attache aux contrats (art. 1135 anc. C. civ.) - peut
revêtir des intensités variables.
Elle est qualifiée d’obligation de renseignements ou d’information stricto sensu lorsqu’elle a pour objet
des faits objectifs (par exemple, le vendeur occasionnel doit informer son contractant sur la puissance du
moteur de la voiture qu’il se propose d’acquérir).
Elle devient une obligation de mise en garde lorsqu'elle consiste, pour son débiteur à attirer l'attention
du cocontractant sur un aspect négatif de la chose objet du contrat (par exemple au cas où la chose vendue est
dangereuse) ou bien encore sur des risques liés au contrat envisagé. C’est ainsi, par exemple, qu’une Chambre
mixte, par deux arrêts en date du 29 juin 2007, a consolidé une jurisprudence en gestation en consacrant, à la
charge du banquier, un devoir de mise en garde des emprunteurs non avertis lors de l’octroi d’un crédit excessif
(pour un commentaire plus approfondi, v. le fascicule d’actualité).
Enfin, l’obligation de communiquer peut même aller jusqu'au devoir de conseil, c'est-à-dire une
obligation d'orienter le choix de son partenaire en lui indiquant la meilleur voie en considération des objectifs
que ce dernier poursuit (tel contrat plutôt que tel autre ; telle modalité contractuelle plutôt que telle autre ;
etc.). Traditionnellement, l'obligation de conseil se rencontre au sein des professions libérales (avocats, notaires,
etc.) ou encore lorsque le contrat porte sur un produit complexe8. Mais, récemment, la Cour de cassation a
largement étendu son domaine en consacrant un devoir général de conseil du vendeur professionnel à l'égard
de l'acheteur9 (Civ. 1re, 28 octobre 2010, pour un commentaire plus approfondi, v. le fascicule d’actualité ; v.
également : Civ. 1re, 11 décembre 2013 ; comp. : Civ. 1re, 30 septembre 2015 ; Civ. 3e, 19 janvier 2017).

Pour s’en tenir à l’obligation précontractuelle d’information stricto sensu, elle est désormais
consacrée, aux conditions dégagées par la jurisprudence, à l’article 1112-1 du Code civil qui dispose, en son
alinéa 1, que « celle des parties qui connaît une information dont l’importance est déterminante pour le
consentement de l’autre doit l’en informer dès lors que, légitimement, cette dernière ignore cette information ou
fait confiance à son cocontractant ». Cette obligation constitue une règle d’ordre public et ne peut, selon l’article
1112-1 alinéa 5, être ni limitée, ni exclue par les parties. Au sujet de ce devoir d’information, deux questions se
posent.

1re question : quelles sont les conditions d’existence d’une telle obligation ?
Elles sont au nombre de deux.
En premier lieu, une personne ne pourra être tenue de renseigner son partenaire que si elle détient une
information déterminante de son consentement. On entend par là une information dont la connaissance par le
futur cocontractant est de nature à conduire celui-ci à modifier son comportement, soit qu’il renonce à son
projet de conclure, soit qu’il persévère dans celui-ci en en réexaminant les conditions. L’alinéa 3 de l’article
1112-1 précise qu’ « ont une importance déterminante les informations qui ont un lien direct et nécessaire avec
le contenu du contrat ou la qualité des parties » (ex. : les caractéristiques de la chose vendue). Notons toutefois
que cette obligation d’information ne porte pas sur l’estimation de la valeur de la prestation (art. 1112-1 al. 2).
Autrement dit, les futurs cocontractants n’ont pas à s’informer réciproquement quant à un éventuel
déséquilibre économique du contrat.
En second lieu, l’obligation d’information n’existera que si celui qui se prétend créancier de cette
obligation a légitimement ignoré le fait recélé ou légitimement fait confiance à son cocontractant. Si l’on se
réfère à la jurisprudence antérieure à la réforme, l’ignorance sera considérée comme légitime lorsque l’intéressé
avait une difficulté sérieuse pour découvrir par lui-même le fait recélé alors que son partenaire y avait accès.
Quant à la confiance légitime, elle pourrait résulter soit de la nature du contrat (assurance, mandat par ex.) soit
de la qualité des parties (membres d’une même famille par ex.), hypothèses dans lesquelles l’intéressé pouvait
penser que son partenaire prendrait l’initiative de l’informer.
Au regard de ces conditions, vous voyez bien que si l’obligation d’information pèse principalement sur le
professionnel, elle peut aussi concerner un particulier. L’alinéa 1 de l’article 1112-1 nouveau ne vise toutefois

8 La Cour de cassation a, par exemple, jugé que le vendeur d’un progiciel viole son obligation de conseil dés lors qu'il a mésestimé les besoins de
l’acheteur et lui a vendu un produit non adapté à son activité de grossiste en articles vestimentaires (Cass. com. 15 mai 2000).
9
Ce devoir de conseil a vocation à jouer que l'acquéreur soit non-professionnel ou professionnel. Néanmoins si l'acquéreur est un professionnel, le
vendeur n’est tenu à un devoir de conseil que si celui-ci n’a pas les compétences nécessaires pour apprécier lui-même l’opportunité du contrat qu’il
entend conclure (v. par ex. : Civ. 3e, 13 octobre 2016 ; 19 janvier 2017).

20
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
que celui qui connaît l’information et non celui qui devrait la connaître. Or, la jurisprudence antérieure à la
réforme avait pu faire peser sur les professionnels une obligation de s’informer pour informer de sorte que
pouvait être débiteur de l’obligation d’information non seulement celui qui connaissait l’information mais
également celui qui aurait dû la connaître, voire la rechercher (v. par ex. : Com. 1er décembre 1992). Il semble
donc que l’obligation d’information sorte affaiblie de la réforme puisque seul celui qui sait en est débiteur et non
celui qui devait savoir. Reste que la jurisprudence en viendra peut-être à renouer avec les solutions antérieures
en considérant que le contractant professionnel est présumé connaître certaines informations et ne peut donc
se retrancher derrière sa propre ignorance.

2de question : quel est le régime d'une telle obligation ?


Cette question se subdivise.
Tout d'abord, quelles sont les règles de preuve qui régissent l'exécution de l'obligation d'information ?
S'agissant de la charge de la preuve, l’alinéa 4 de l’article 1112-1 dispose, conformément à la
jurisprudence antérieure (v. par ex. : Civ. 1re, 25 février 1997), qu’il incombe à celui qui prétend qu’une
information lui était due de prouver que l’autre partie la lui devait. Si cette preuve est apportée, il appartient
alors au débiteur de l’obligation de prouver qu’il a fourni l’information. La solution est logique. Conformément
aux dispositions de l’article 1353 du Code civil (art. 1315 anc.), c’est à celui qui réclame l’exécution d’une
obligation d’en démontrer l’existence et à celui qui se prétend libéré de justifier le fait qui a produit l'extinction
de son obligation10.
S'agissant des modes de preuves admissibles, la Cour de cassation a eu l'occasion de préciser que, la
transmission d'informations étant un fait juridique, la preuve pouvait en être rapportée par tous moyens (Civ.
1re, 4 janvier 2005).
D’autre part, lorsque l’obligation précontractuelle d’information n’est pas respectée, quelles sont les
sanctions envisageables ?
Tout d'abord, selon l’alinéa 6 de l’article 1112-1 celui qui n’a pas correctement informé son futur
cocontractant peut voir sa responsabilité civile engagée sur le fondement de l’article 1240 (ancien article 1382)
du Code civil et obtenir des dommages et intérêts. Cette solution est logique car le manquement précédant la
conclusion du contrat et l'information ayant pour objet d'éclairer le consentement, la responsabilité ne peut-
être que délictuelle11.
Ensuite, le manquement à ce devoir d’information peut entraîner l’annulation du contrat, soit sur le
fondement de l’erreur, soit sur le fondement du dol (on reviendra sur ce point).

§.2 : L’offre

Avant de décrire le régime juridique de l’offre (B), il faut préciser cette notion (A).

A - La notion d’offre

L’offre - également dénommée pollicitation - est traditionnellement définie comme une manifestation
unilatérale de volonté par laquelle une personne fait connaître son intention ferme de contracter à une ou
plusieurs autres personnes, ainsi que les conditions essentielles du contrat offert. Cette définition est désormais
énoncée à l’article 1114 nouveau : « l’offre, faite à personne déterminée ou indéterminée, comprend les
éléments essentiels du contrat envisagé et exprime la volonté de son auteur d’être lié en cas d’acceptation ». En
d’autres termes, l’offre est une proposition ferme (2) et précise (1) de contracter. A défaut de ces deux
caractères, on se trouve en présence d’une simple invitation à négocier, c’est-à-dire à ouvrir des pourparlers.

10 On notera que la solution est la même en matière de devoir de conseil (Civ. 1re, 29 avril 1997, à propos de l'avocat ; Civ. 1re, 28 octobre 2010, à
propos du vendeur professionnel).
11 En revanche, lorsque l'obligation d'information doit être exécutée postérieurement à la conclusion du contrat parce qu'elle a pour objet d'assurer

sa bonne exécution, la responsabilité du débiteur, en cas de manquement, est contractuelle (art. 1231-1 nouv. ; art. 1147 anc. C. civ.). Il en est ainsi,
par exemple, pour l'obligation de fournir un mode d'emploi de la chose vendue. Il reste que la jurisprudence retient cette responsabilité fondée sur
l'ancien article 1147 du Code civil également dans les cas de violation des devoirs de conseil (Civ. 1 re, 28 octobre 2010, à propos du vendeur
professionnel) ou de mise en garde du banquier (Ch. Mixte, 29 juin 2007). Ce choix peut a priori étonner dés lors que ces devoirs doivent être
exécutés avant la conclusion du contrat et ont pour objet d'éclairer le consentement de l'emprunteur.
21
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
1. La précision

Une proposition de contracter est considérée comme précise si elle comprend les éléments essentiels
du contrat envisagé (art. 1114 nouv. C. civ.) – ce qu’affirmait déjà la jurisprudence antérieurement à la réforme
(par ex. : Civ. 3e, 27 juin 1973). Ainsi, par exemple - comme les éléments essentiels du contrat de vente sont la
chose et le prix (art. 1583 C. civ.) - la proposition de vendre un bien constitue une offre si elle indique
expressément le bien offert et le prix de vente. En revanche, la mention « prix à débattre » exclut le caractère
précis de l’offre.
Cependant, pour constituer juridiquement une offre, une manifestation de volonté de contracter doit
non seulement être précise mais encore ferme.

2. La fermeté

En second lieu, la proposition de contracter sera juridiquement analysée comme une offre si elle est
ferme. En effet, il faut que l’offre révèle la volonté irrévocable de son auteur de conclure le contrat projeté,
c'est-à-dire d’être tenu en cas d’acceptation (art. 1114 nouveau qui reprend la jurisprudence antérieure, v. par
ex. : Com., 6 mars 1990).
Il faut que la proposition de contracter apparaisse sans équivoque pour que le contrat puisse être formé
en cas d’acceptation. Ce qui ne sera pas le cas lorsque celui qui émet l’offre l’assortit de réserves. Lorsqu’il émet
une offre avec réserves, l’offrant se garde la possibilité de sélectionner son contractant parmi tous ceux qui
répondront favorablement à cette offre. La réserve peut être expresse ou tacite et elle a pour conséquence que,
malgré l’acceptation de l’offre, le contrat ne sera pas formé.
D’ailleurs certains contrats, en raison de leur nature particulière, sont considérés comme étant toujours
offerts avec une réserve tacite d’agrément de la part de celui qui propose. Il en est ainsi pour tous les contrats
conclus intuitu personae, c'est-à-dire ceux dans lesquels la considération de la personne du contractant est
déterminante. Par exemple, une proposition de contrat de travail ou de contrat de bail ou encore de crédit est
toujours considérée comme assortie d’une réserve d’agrément au profit de celui qui la formule. Aussi, si une
personne répond favorablement à une proposition d’emploi, elle ne pourra pas prétendre que le contrat de
travail est définitivement formé par sa seule acceptation ; il faudra, en outre, que celui qui a fait la proposition
« accepte la personne de l’acceptant ». Autrement dit, une nouvelle manifestation de volonté de celui-ci,
postérieure à l’acceptation, est nécessaire pour que le contrat soit formé.
Pour autant il ne faut pas considérer qu’une offre est automatiquement disqualifiée en invitation à
entrer en pourparlers dés lors qu’elle est assortie d’une réserve. En réalité, cela dépend de la réserve. Afin de
différencier les réserves qui privent une offre de sa valeur spécifique de celles qui la laissent subsister, il faut
rechercher si la réserve laisse ou non, à l’auteur de la proposition, la possibilité de se dégager arbitrairement.
Dans l’affirmative, il y a simple invitation à entrer en pourparlers. Dans la négative, l’offre conserve sa valeur
propre. C’est ainsi qu’une offre faite « jusqu'à épuisement du stock » reste une véritable offre car la réalisation
de la condition ne dépend pas de la volonté de celui qui s’oblige.
Après l’examen des éléments constitutifs de l’offre, un mot sur la forme que peut revêtir la pollicitation.

B - Formes de l’offre

Conformément au principe du consensualisme, l’expression de la volonté de l’offrant est libre. Selon


l’article 1113 alinéa 2, l’offre peut résulter d’une déclaration ou d’un comportement non équivoque de son
auteur. Ainsi, l’offre peut prendre la forme d’un écrit, d’un son, d’un geste ou encore d’une attitude purement
matérielle (exposition en vitrine d’un objet avec son prix, taxi en stationnement sur un emplacement réservé,
distributeur automatique en état de marche, etc.). Si l'offre peut donc être expresse, elle peut aussi être tacite,
tel est le cas lorsque la loi reconnait la tacite reconduction du contrat de bail. Autrement dit, en droit commun,
une manifestation de volonté ferme et précise constitue une offre, et ce indépendamment de toute condition
de forme.

22
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
C - Régime juridique de l’offre

L’acceptation de l’offre entraîne la conclusion du contrat. Mais quels sont les effets que produit l’offre
avant qu’elle ne soit acceptée par son destinataire. Plus précisément encore, l’offre a-t-elle force obligatoire
pour l’offrant, du seul fait qu’il l’a émise et ce, avant même son acceptation ?
Pour répondre à cette question il convient d’examiner deux points : en premier lieu, la révocation de
l’offre (1) ; en second lieu la caducité de l’offre (2).

1. La révocation de l’offre

L’offrant peut-il revenir sur son offre, la révoquer avant que l’acceptation ait eu lieu ?

a. La libre révocation de l’offre

Si on se situe dans une perspective classique, tant que l’offre n’a pas rencontré une acceptation,
l’offrant n’est pas juridiquement lié. Donc l’offrant jouit de la liberté de révoquer son offre. Dans cette analyse,
l’offre n’a pas de valeur juridique autonome, n’a pas de force obligatoire pour l’offrant.
Cette solution s’inscrit dans une conception classique de rejet de l’engagement unilatéral de volonté. En
d’autres termes, puisque l’offre est une manifestation unilatérale de volonté et qu’une volonté unilatérale ne
crée pas d’obligation à la charge de celui qui la manifeste, le maintien de l’offre dépend du bon vouloir de
l’offrant.
Antérieurement à la réforme, la jurisprudence en a longtemps déduit deux choses.
 D’une part, que le pollicitant est libre de rétracter son offre tant que celle-ci n’est pas encore parvenue à la
connaissance de son destinataire. Ainsi, l’offrant peut réclamer à l’administration des postes, le télégramme ou
la lettre dans lesquels est matérialisée son offre.
 D’autre part, une offre étant insuffisante pour lier par elle-même celui qui l’a faite, elle peut, en général, être
révoquée tant qu’elle n’a pas été acceptée valablement.

Les nouvelles dispositions du Code civil envisagent cette question en distinguant selon que l’offre est
parvenue ou non à son destinataire.
L’article 1115 nouveau pose ainsi un principe de libre rétractation tant que l’offre n’est pas parvenue à
son destinataire.
En revanche, dès lors que l’offre est parvenue à son destinataire, l’article 1116 nouveau énonce - à
rebours du droit antérieur - qu’elle ne peut plus être librement rétractée. Ce renversement du principe n’a
toutefois guère d’incidence pratique. En effet, compte tenu des limites à la libre révocation édictées par la
jurisprudence antérieure et exposées ci-dessous, les nouveaux textes ne font finalement que consacrer les
anciennes solutions.

b. Les tempéraments à la libre révocation

Si la libre révocation de l’offre connaît des limites, c’est parce que la sécurité des transactions
nécessite que l’offre ne soit pas complètement abandonnée à la volonté de celui qui l’a émise. En effet, il faut,
dans une perspective de sécurité juridique, prendre en compte les intérêts de la personne qui a reçu cette offre ;
dès lors, il faut que le destinataire de l’offre puisse disposer, en toute quiétude, d’un certain temps pour
réfléchir à l’offre, qui lui est faite : c’est un gage de sécurité juridique. Or, une réflexion dans la sérénité ne serait
pas possible si l’offrant pouvait toujours librement et à tout moment révoquer son offre et, donc, ne pas laisser
s’écouler un délai raisonnable au profit du destinataire de cette offre pour que celui-ci se détermine en
connaissance de cause.
Ainsi, en vue de concilier les intérêts respectifs des cocontractants ; autrement dit en vue, d’une part,
de ménager la liberté de l’offrant, d’autre part, d’assurer la sécurité du destinataire de l’offre, l’article 1116
nouveau, reprenant la jurisprudence antérieure, distingue l’offre assortie d’un délai précis d’acceptation et
celle qui ne contient pas un tel délai.

23
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
 Si l’auteur de l’offre a lui-même indiqué un délai, le pollicitant est obligé de maintenir son offre jusqu'à
l’expiration de celui-ci (pour la jurisprudence antérieure, v. par ex. : Civ. 3e, 10 mai 1968 ; en dernier lieu, Civ. 3e,
7 mai 2008).
 Si l’offre est faite sans indication de délai, l’offrant est tenu de la maintenir pendant un délai raisonnable
dont le quantum, à défaut de précisions dans les textes, sera déterminé par les tribunaux suivant les usages et
les circonstances (pour le droit précédent, v. par ex., Civ. 3e, 25 mai 2005 ; Civ. 3e, 20 mai 2009).
Il faut relever qu’antérieurement à la réforme, la jurisprudence n’imposait de délai raisonnable de maintien
qu’en cas d’offre faite à personne déterminée. En revanche, une offre faite au public demeurait, semble-t-il,
librement révocable. Désormais, en application de l’article 1114 nouveau du Code civil – qui prévoit qu’une offre
puisse être faite à personne déterminée ou indéterminée, sans que cela n’influe sur son régime – le délai
raisonnable de maintien s’applique indistinctement.

Que se passe-t-il en cas de révocation prématurée ?


Antérieurement à la réforme, certains auteurs considéraient que cette révocation ne pouvait donner
lieu qu’à des dommages et intérêts.
D’autres admettaient que l’offre était censée être maintenue malgré la révocation de sorte que, si elle
était acceptée (dans le délai prévu ou le délai raisonnable), le contrat lui-même était formé.
D’autres encore distinguaient selon que le délai était fixé par l’offrant (auquel cas il y aurait conclusion
du contrat en cas d’acceptation dans le délai) ou que, le délai n’étant pas fixé, la jurisprudence imposait un délai
raisonnable (auquel cas il ne pourrait y avoir que versement de dommages et intérêts en cas d’acceptation dans
le délai raisonnable).
Sur ce point le droit antérieur à la réforme était donc très incertain. Si la jurisprudence pouvait toujours
sanctionner, par l'allocation de dommages-intérêts, la révocation anticipée de l'offre ; en revanche, elle n'avait
jamais admis, de manière incontestable, que le bénéficiaire d’une offre révoquée avant l’expiration du délai
stipulé (ou du délai raisonnable) puisse exiger la conclusion forcée du contrat projeté. Néanmoins un arrêt
récent (Civ. 3e, 7 mai 2008) laissait entendre que la Haute juridiction n’était pas insensible à l'admission de la
conclusion forcée du contrat.

Désormais la conclusion forcée du contrat est tout à fait exclue. L’Ordonnance de réforme a en effet
tranché cette question en clarifiant les conséquences d’une rétractation anticipée de l’offre.
L’article 1116 alinéa 2 nouveau prévoit ainsi que la rétractation de l’offre, en violation de l’obligation de
maintien, empêche la conclusion du contrat. Il ne saurait donc y avoir de conclusion forcée du contrat.
L’alinéa 3 précise, quant à lui, qu’une telle rétractation engage la responsabilité extracontractuelle de
son auteur dans les conditions du droit commun. Il ajoute que l’offrant ne peut être obligé à compenser la perte
des avantages attendus du contrat. On comprend donc que la perte de chance de conclure le contrat offert ne
peut être indemnisée.

La question de la révocation de l’offre n’est pas la seule à devoir être examinée au titre des effets de
l’offre, il faut maintenant étudier la question de sa caducité.

c. La caducité de l’offre

Conformément au droit antérieur, l’article 1117 alinéa 1 du Code civil prévoit que l’offre est caduque à
l’expiration du délai fixé par son auteur ou, à défaut, à l’issue d’un délai raisonnable. Autrement dit, l’offre
devient caduque, c’est-à-dire tombe d’elle-même, lorsque le délai exprès ou raisonnable s’est écoulé sans
qu’aucune acceptation conforme à l’offre ne soit intervenue. Mais quid juris lorsque l’offrant est décédé (ou est
devenu incapable) entre la date de l’émission de l’offre et celle de l’acceptation ?
L’offre devient-elle caduque en raison du décès (ou de l’incapacité) de l’offrant ? Ou bien l’offre est-
elle maintenue en dépit du décès (ou de l’incapacité) de l’offrant ?
A cette question, l’article 1117 alinéa 2 nouveau répond désormais de manière nette : l’offre est
caduque en cas d’incapacité ou de décès de son auteur. En d’autres termes, si l’offrant décède ou devient

24
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
incapable avant l’acceptation de son offre, aucun contrat ne peut être formé, que l’offrant ait ou non assorti son
offre d’un délai d’acceptation12.
Sur cette question, désormais clairement tranchée, le droit antérieur à la réforme était, pourtant,
relativement flou, ainsi que le révèlent les tergiversations jurisprudentielles lorsque les tribunaux ont eu à se
prononcer plus particulièrement sur la question du décès, même si un arrêt récent semble avoir rationnalisé le
problème.
En effet, un arrêt de la 1re chambre civile en date du 25 juin 2014 a décidé que l'offre faite sans délai
est caduque en raison du décès du pollicitant.
Il convient donc, pour le droit antérieur à la réforme, de distinguer deux hypothèses.
Soit l'offre n'est pas assortie d'un délai et alors l'offre est caduque en cas de décès ou d'incapacité de
l'offrant, quelle que soit la nature du contrat projeté et sans qu'il y ait à distinguer selon que la pollicitation est
faite à personne déterminée ou au public.
Soit l'offre est assortie d'un délai et alors elle ne semble pas caduque du fait du décès ou de l'incapacité
de l'offrant sauf à distinguer selon que la personnalité de l'offrant est déterminante ou non : si oui, le décès
rendrait l’offre caduque ; sinon le contrat pourrait parfaitement être conclu avec les successeurs du défunt.

§.3 : L’acceptation

Pour étudier l’acceptation, il faut se pencher successivement sur la question de son existence (A) et de
son expression (B).

A. L’existence de l’acceptation

L’examen de la question de l’existence de l’acceptation suppose que l’on se demande, d’une part,
quelles sont ses conditions (1), d’autre part, quelle est sa portée (2).

1. Les conditions de l’acceptation

Il n’existe véritablement une acceptation propre à former le contrat par sa rencontre avec l’offre qu’à
condition que la volonté du destinataire de l’offre se manifeste de façon identique à la volonté de l’offrant (art.
1118 al. 1). Autrement dit le consentement suppose non seulement une rencontre de deux volontés mais aussi
une identité, une concordance entre ces deux volontés. Concrètement, on considère qu’il y a acceptation de
l’offre si le destinataire de l’offre exprime son accord total avec la proposition qui lui a été faite.
Si, au contraire, le destinataire de l’offre répond à l’offrant mais en discutant ou en modifiant certains
éléments ou conditions de l’offre, il n’y a pas acceptation mais contre-proposition faite par celui qui a reçu l’offre
initiale. Au fond, le destinataire de l’offre, en agissant de la sorte, émet une offre nouvelle que l’offrant originel
peut accepter ou non (art. 1118 al. 3).
Il faut relever que, selon l’alinéa 2 de l’article 1118, l’acceptation peut être librement révoquée tant
qu’elle n’est pas parvenue à l’offrant, à la condition, toutefois, que la rétractation parvienne à l’offrant avant
l’acceptation.

Une fois que l’acceptation a été émise, il faut se demander quelle est sa portée.

2. La portée de l’acceptation

A supposer que l’acceptation émise par le destinataire de l’offre soit identique à celle-ci, la question de
la portée de l’acceptation doit alors se poser.
Ainsi, il importe de se demander si l’acceptation émise permet de considérer que l’acceptant se trouve
par là même engagé aux seuls éléments du contrat dont il a eu connaissance ; ou si, au contraire, cette
acceptation vaut aussi pour les clauses dont il n’a pas pris connaissance lors de la conclusion du contrat.

12La loi de ratification a modifié l'article 1117 en précisant une solution d'évidence, à savoir que l'offre est également caduque en cas de décès du
destinataire de l'offre. Cette nouvelle disposition n'est applicable qu'aux contrats conclus à compter du 1er octobre 2018

25
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
Les nouvelles dispositions du Code civil ne répondent pas à cette question, de sorte qu’il faut se référer
aux solutions jurisprudentielles antérieures qui devraient certainement être maintenues. Or, sur ce point, dans
le but de protéger l’acceptant, la jurisprudence limite la portée de l’acceptation aux seuls points de l’accord que
le destinataire de l’offre connaissait au moment où il a donné son acceptation. En fait, elle considère que
l’acceptation émise n’a d’efficacité qu’à propos des clauses du contrat dont le destinataire de l’offre a pris ou
aurait dû prendre connaissance et qu’il a acceptées (pour une illustration récente: Cass. com, 6 septembre
2016).
Ainsi, si la clause litigieuse figure dans un document contractuel signé par lui ou qui lui a été remis avant
la conclusion du contrat, la jurisprudence a tendance à admettre que la clause est valable et efficace (à moins
que son apparence ou son emplacement dans ledit document rendent impossible ou douteuse sa connaissance
par celui à qui on l’oppose)13.
En revanche si la clause figure dans un document post-contractuel, celui qui se prévaut de la clause doit
démontrer qu’il a averti son cocontractant de son existence.
Le maintien de cette jurisprudence semble d’autant plus vraisemblable que l’article 1119 nouveau du
Code civil prévoit que, pour pouvoir se prévaloir de ses conditions générales, le contractant doit démontrer
qu’elles ont été portées à la connaissance de l’autre partie et que celle-ci les a acceptées. Si cette disposition ne
vise que les conditions générales, elle n’exclut pas que ce principe soit étendu à toutes les clauses du contrat.

Il faut maintenant examiner les formes dans lesquelles l’acceptation doit être exprimée pour produire
ses effets, c'est-à-dire former le contrat par sa rencontre avec l’offre, ce qui pose la question de l’expression de
l’acceptation.

B. L’expression de l’acceptation

En vertu du principe du consensualisme, l’expression de l’acceptation est placée sous le signe de la


liberté. Elle n’est soumise à aucune forme particulière. Il faut, et il suffit, qu’elle soit exempte de toute
équivoque (art. 1113 al. 2). L’acceptation peut donc être expresse ou tacite. Expresse, elle pourra être donnée
par écrit ou verbalement. Tacite, elle résultera le plus souvent de l’exécution spontanée du contrat proposé (par
ex. le fait pour un client de monter dans un taxi ou un autobus ; pour un fournisseur d’envoyer la marchandise
commandée).

La question qui se pose à ce stade est celle de savoir quel est l’effet du silence. Le silence vaut-il
acceptation ?

Pour définir la notion de silence, on peut se reporter à la définition qu’en donnait Demogue « il y a
silence au sens juridique quand une personne au cours de cette activité qu’est la vie n’a manifesté sa volonté par
rapport à un acte juridique, ni par une action spéciale à cet effet, ni par une action dont on puisse déduire sa
volonté ».
Aussi convient-il de distinguer le silence de l’acceptation tacite. L’acceptation tacite se matérialise par
une attitude, un comportement, un geste ou l’exécution du contrat offert. L’acceptant ne dit pas oui, il n’écrit
pas oui, mais on peut induire son acceptation de son comportement.
En revanche le silence n’a aucune extériorité, le silence c’est l’absence de réaction, l’inertie, la passivité.
En droit français, aux termes de l’article 1120, le principe est que le silence ne vaut pas acceptation :
qui ne dit mot refuse ! L’acceptation ne peut pas résulter du silence du destinataire de l’offre.
Cette solution, consacrée par la réforme, émane d’un arrêt du 25 mars 1870 rendu par la Chambre civile
de la Cour de cassation aux termes duquel « (…) le silence de celui qu’on prétend obligé ne peut suffire, en
l’absence de toute autre circonstance, pour faire preuve contre lui de l’obligation alléguée »
Ainsi, parce qu’il ne permet pas de conclure à l’existence d’une volonté de s’engager, le silence s’oppose
à la formation du contrat.
Par exception à la règle, il est un certain nombre d’hypothèses où le silence vaut acceptation parce
qu’il s’agit alors d’un silence circonstancié. L’article 1120, reprenant la jurisprudence antérieure, vise ainsi quatre
hypothèses :

13
Dans l'hypothèse inverse où c'est le destinataire de l'offre qui se prévaut du document publicitaire, la jurisprudence décide que celui-ci a une
valeur contractuelle dés lors que l'acceptant rapporte la preuve que le document était suffisamment précis et détaillé et qu'il a eu une influence sur
son consentement (Civ. 1re, 6 mai 2010).
26
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
 En premier lieu, le silence est interprété comme une acceptation lorsque la loi le prévoit. C’est le cas de
l’article 1738 du Code civil qui dispose que le bailleur qui, à l’expiration du contrat de bail, laisse le preneur en
possession du bien loué, accepte par son silence l’offre tacite du locataire de prolonger le bail.

 En deuxième lieu, le silence peut être réglementé par un usage, notamment professionnel. En vertu de cet
usage, le professionnel qui a reçu une offre peut être obligé d’exprimer son refus, faute de quoi il sera réputé
l’avoir acceptée (pour la jurisprudence antérieure, voir par ex. Com., 30 janvier 1956).

 En troisième lieu, c’est tout simplement les relations d’affaire, autrement dit la force de l’habitude, qui peut
aboutir à ce que le silence soit considéré comme une acceptation. Ainsi, quand deux contractants sont en
relations d’affaires, et que, périodiquement et régulièrement, ils concluent des contrats ayant la même nature,
le même objet, et le même but, sans, à chaque nouveau contrat, exprimer formellement leur volonté de
s’engager, un contrat qui s’inscrit dans la continuité de cette relation contractuelle est réputé formé, en dépit du
silence (pour la jurisprudence antérieure, voir par ex. Civ. 1re, 12 janvier 1988 ; Com., 15 mars 2011).

 Enfin, le contrat est formé malgré le silence en cas de « circonstances particulières ». Cette dernière
exception reproduit la jurisprudence antérieure qui avait laissé entendre que les cas dans lesquels le silence est
réputé valoir acceptation ne serait pas limitative. Elle admettait ainsi que le silence puisse valoir acceptation
« lorsque les circonstances permettent de donner à ce silence la signification d’une acceptation » (Civ. 1re, 24 mai
2005 ; Civ. 1re, 4 juin 2009 ; Com. 18 janvier 2011).

Antérieurement à la réforme, la Cour de cassation admettait également que le silence puisse valoir
acceptation quand l’offre était faite dans l’intérêt exclusif du destinataire de l’offre (par ex. Soc. 15 décembre
1970). Ainsi en est-il par exemple lorsqu’un créancier offre à son débiteur une remise de dette : le silence vaut
alors acceptation. Dans cette hypothèse, la jurisprudence considère, en effet, que le silence vaut acceptation car
il est probable et raisonnable de penser qu’une telle offre est nécessairement acceptée par son destinataire.
Cette exception n’a pas été reprise dans les nouveaux textes. Reste que la Cour de cassation pourrait sans
difficultés maintenir sa solution en considérant que l’on se trouve alors dans une des « circonstances
particulières » visées à l’article 1120.

Sous-section 2 : La rencontre progressive des volontés

Pour les contrats importants sur le plan économique, notamment ceux qui sont conclus entre des
professionnels, le schéma de la rencontre des volontés obéit parfois à d’autres règles que celles qui viennent
d’être exposées.
Certes, la formation du contrat suppose toujours - même dans ces contrats - une rencontre des
volontés, mais cette rencontre s’opère dans la durée et est précédée soit par une négociation plus ou moins
longue (§. 1), soit par la conclusion d’un avant-contrat (§.2).

§.1 : La négociation du contrat futur

La négociation préalable à la signature du contrat peut se dérouler de deux façons. Elle peut, en premier
lieu, se dérouler sans recours à des contrats de négociation (A). Elle peut, en second lieu, se dérouler par le biais
de ces contrats (B).

A. La négociation sans contrat

Avant que les volontés se rencontrent, se produit - surtout dans la pratique des affaires - une
négociation souvent longue et parfois assez coûteuse. Cette négociation contractuelle, ces pourparlers, cette
période précontractuelle, est, en principe, soumise à un régime de liberté (1). Liberté tempérée par une
exigence de bonne foi (2).

27
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
1. Le principe: la liberté de rompre la négociation

En principe, aux termes de l’article 1112 nouveau du Code civil, l’ouverture de pourparlers, de même
que leur déroulement et leur rupture sont placés sous le signe de la liberté, en l’occurrence de la liberté de ne
pas contracter. Par conséquent on ne saurait, sans porter gravement atteinte à la liberté individuelle et à la
sécurité commerciale, admettre à la légère qu’une personne puisse être responsable pour n’avoir pas donné
suite à des pourparlers.
En d’autres termes, puisque la liberté de rompre les pourparlers est le principe, la rupture de la
négociation contractuelle ne peut engager la responsabilité de celui à qui elle est imputable.
Ce principe connaît toutefois un tempérament fondé sur l’exigence de bonne foi.

2. Le tempérament: l'exigence de bonne foi

Si la liberté était absolue, notamment celle de rompre la négociation, elle serait source d’insécurité et
elle méconnaîtrait les besoins de la pratique contractuelle. Il faut savoir, en effet, que la négociation d’un
contrat engendre parfois des frais financiers très importants : frais de conseils, frais d’études, frais d’expertises,
d’audit, d’avocats, etc.
C’est pourquoi, la liberté absolue de rompre les pourparlers est exclue. L’article 1112 impose ainsi que
l’initiative, le déroulement et la rupture des négociations précontractuelles satisfassent aux exigences de la
bonne foi. Cette solution consacre la jurisprudence antérieure qui avait mis en place un système de liberté
surveillée, en imposant aux négociateurs de faire preuve de loyauté, pendant la période précontractuelle,
notamment lorsqu’ils décident de rompre les pourparlers. Autrement dit, si le principe est la liberté
d’interrompre les pourparlers, un participant aux négociations engage néanmoins sa responsabilité lorsque la
rupture dont il prend l’initiative présente un caractère abusif. Il en va ainsi, non seulement lorsque l’auteur de
la rupture est animé par une intention de nuire mais aussi lorsqu’il a agi avec une légèreté blâmable au cours des
négociations (Com., 11 juillet 2000).
Alors, quels sont, pour la jurisprudence, les indices d’une légèreté blâmable ?
A ce sujet, la jurisprudence tient compte principalement de l’existence de pourparlers suffisamment
avancés pour faire croire légitimement à une partie que l’autre est sur le point de conclure (Com., 22 avril 1997
ou Civ. 1re, 6 janvier 1998). A l’inverse la faute est écartée lorsque la rupture est survenue à un moment où les
parties en étaient encore à évaluer les risques et les chances du contrat envisagé (Com., 12 janvier 1999).
Plus précisément, la jurisprudence admet que lorsque les discussions ne sont encore qu’à l’état
d’ébauche, l’un des partenaires peut y mettre fin sans avoir à justifier d’un motif légitime de rupture (Com., 20
juin 2000). En revanche, lorsque la négociation est plus avancée, l’auteur de la rupture doit justifier d’un motif
légitime de rupture pour que celle-ci ne soit pas considérée comme fautive (Com. 11 juillet 2000).
Variété de l’abus de droit, cette faute - lorsqu’elle est établie - engendre une responsabilité
précontractuelle dont la nature est délictuelle (puisqu’aucun contrat n’est formé, c’est sur le fondement de
l’article 1240 nouveau – 1382 ancien – du Code civil que cette responsabilité est recherchée ; sur ce pt, v. par
ex. : Com., 11 janvier 1984 ; Com., 12 février 2002). La sanction prend la forme de dommages et intérêts et
l’article 1112 alinéa 2 précise – reprenant la jurisprudence antérieure (v. par ex. : Com. 18 janvier 2011) – que
la réparation du préjudice ne peut avoir pour objet de compenser la perte des avantages attendus du contrat
non conclu. Seules les pertes subies, c’est-à-dire les frais engagés, donnent lieu à réparation. En d’autres termes,
le gain manqué, et particulièrement la perte d’une chance de conclure le contrat14, ne peut faire l’objet d’une
indemnisation en raison du défaut de lien de causalité entre les circonstances fautives et l’absence de conclusion
du contrat (Com., 26 nov. 2003 ; surtout Civ. 3e, 28 juin 2006 ; Civ. 3e, 7 janvier 2009 ; Com., 18 septembre
2012).

Par ailleurs, l’article 1112-2 reproduit une jurisprudence établie qui impose aux participants de
respecter la confidentialité des informations estampillées secrètes et transmises durant les négociations (Com.

14
La loi de ratification a modifié l'alinéa 2 de l'article 1112 en prévoyant que la réparation du préjudice ne pourra avoir pour objet, de compenser ni
la perte des avantages attendus du contrat non conclu, ni la perte de chance d’obtenir ces avantages. Il s'agit là d'une précision sur une solution
déjà acquise en jurisprudence avant la réforme. Cette nouvelle disposition, définie par la loi comme simplement interprétative, s'applique aux
contrats conclus à compter du 1er octobre 2016.

28
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
3 juin 1986). Il prévoit ainsi que « celui qui utilise ou divulgue sans autorisation une information confidentielle
obtenue à l’occasion des négociations engage sa responsabilité de droit commun15 ».

La période de négociation d’un contrat, parce qu’elle est souvent longue, difficile, complexe et coûteuse
peut aussi être jalonnée par la conclusion de contrats qui organisent cette négociation.

B. Les contrats de négociation

Lorsque le contrat porte sur un enjeu particulièrement important, les négociateurs, dans un souci de
sécurité, peuvent décider de contractualiser la négociation précontractuelle, c'est-à-dire peuvent conclure des
contrats qui vont avoir pour objet sa négociation.
Avant de nous pencher sur l’efficacité des contrats de négociation (1), il faut essayer d’appréhender la
variété de ce type de contrats (2).

1. Variété des contrats de négociation

Sans souci d’exhaustivité, on peut recenser trois types de contrats de négociation : la lettre d’intention
(a), l’accord de principe (b) et l’accord partiel (c).

a. La lettre d'intention

D’abord la lettre d’intention. Il s’agit d’un document par lequel des individus manifestent leur intérêt
pour un contrat, leur intention d’entamer ou de poursuivre la négociation d’un contrat, dont l’objet, les
conditions essentielles et les modalités restent à déterminer.

b. L’accord de principe

Ensuite les négociateurs peuvent conclure un accord de principe par lequel ils expriment leur accord sur
la nature du contrat futur, mais dont les éléments objectivement essentiels, le prix par exemple, restent à fixer.
Autrement dit, en cas d’accord de principe, la formation du contrat suppose encore une négociation sur ses
conditions.

c. L’accord partiel

Enfin, les négociateurs peuvent conclure un accord partiel. Partiel, car seuls certains éléments du
contrat sont fixés, alors que d’autres restent à déterminer. Par exemple, le service et le prix sont déterminés
mais les garanties et la durée du contrat restent à déterminer.

2. Efficacité des contrats de négociation

Ces contrats créent des obligations (a) dont l’inexécution est sanctionnée par le biais de la responsabilité
contractuelle (b).

a. La création d'obligations

Les contrats de négociation engendrent tous une obligation de base, une obligation générale ; en
fonction de la volonté exprimée par les négociateurs, ils peuvent en outre contenir des obligations spécifiques.

15
Durant la période de négociation, qu’il s’agisse d’un manquement à l’exigence de bonne foi ou d’une violation de l’obligation de confidentialité, la
responsabilité pourra être de nature soit contractuelle soit extracontractuelle. Elle sera contractuelle si les parties ont conclu un contrat de
négociation et extracontractuelle en l’absence d’un tel accord.

29
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
a-1. L’obligation générale

Quel que soit le type de contrat de négociation conclu, ils engendrent tous à la charge des négociateurs
une obligation de négocier de bonne foi le contrat débattu. En clair, ils s’obligent à collaborer à la recherche
d’une issue favorable de la négociation.

a-2. Les obligations spécifiques

Dans leurs contrats de négociation, les négociateurs peuvent en outre souscrire des engagements
accessoires qui se matérialiseront par certaines clauses. Parmi les plus fréquentes on trouve :
- La clause de confidentialité : aux termes de cette clause les négociateurs s’engagent à garder le secret
sur le principe même de la négociation ou sur les informations transmises à l’occasion de celle-ci.
- La clause de sincérité : aux termes de laquelle chaque négociateur s’engage à révéler à l’autre toute
autre négociation qu’il entreprendrait avec un tiers.
- La clause d’exclusivité : aux termes de laquelle les négociateurs s’obligent à ne pas entreprendre des
négociations parallèles avec des tiers pendant la durée de leur négociation.

b. La sanction de l'inexécution des obligations

En cas de violation de l’obligation de négocier de bonne foi, quelle sera la sanction prononcée par le
juge ? D’une façon générale, le négociateur de mauvaise foi engagera sa responsabilité contractuelle et devra
payer des dommages et intérêts à son partenaire. C’est, en principe, la seule sanction à laquelle il s’expose. En
effet, il n’est pas envisageable, en cas de violation de l’obligation de négocier de bonne foi, de contraindre
l’auteur à reprendre la négociation, ni, a fortiori, de le condamner à conclure le contrat négocié car, même en
négociant de bonne foi, on peut finalement aboutir à un échec de la négociation et ne pas parvenir à conclure le
contrat négocié.
Il est toutefois à noter que, dans l’hypothèse d’un accord partiel, la sanction peut être différente. A cet
égard, il convient d’opérer une distinction :
- soit l’accord partiel ne porte que sur des éléments qui sont objectivement accessoires du contrat négocié,
par exemple : le lieu ou la date d’exécution du contrat ou les modalités de paiement. Dans ce cas, la
rupture déloyale de la négociation ne peut donner lieu qu’à la responsabilité du négociateur déloyal qui
devra verser des dommages et intérêts au négociateur victime.
- Soit l’accord partiel porte sur les éléments objectivement essentiels du contrat négocié, par exemple la
chose et le prix dans une vente, et seuls des éléments accessoires, comme la date du transfert de
propriété ou les modalités de paiement, restent à discuter. Dans ce cas, si un négociateur refuse de
poursuivre la négociation sans raison valable, simplement parce qu’il a changé d’avis, l’autre peut
obtenir du juge une décision dans laquelle le contrat sera réputé formé en raison de l’accord des
contractants sur les éléments essentiels. La sanction n’est alors pas seulement une réparation sous la
forme de dommages et intérêts, elle consiste aussi dans l’exécution forcée du contrat négocié et c’est le
juge qui complètera les éléments secondaires du contrat pour lesquels les parties n’étaient pas
parvenues à un accord. La sanction de l’exécution forcée du contrat négocié n’est pourtant pas
systématique, et ce même si les parties étaient convenues des éléments objectivement essentiels. En
effet, les contractants peuvent « essentialiser » les éléments secondaires de leur accord c'est-à-dire
convenir que des éléments objectivement accessoires de l’accord (par exemple, la date du transfert de
propriété dans la vente) seront subjectivement considérés, pour les parties, comme essentiels. Dans une
telle hypothèse, la sanction de la rupture déloyale des négociations sera uniquement l’octroi de
dommages-intérêts.

Les contrats de négociation ne sont pas les seuls à organiser la rencontre progressive des volontés, celle-
ci peut également s’opérer par le biais de contrats préparatoires ; contrats préparatoires qu’on appelle aussi les
avant-contrats.

30
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
§.2 : Les avant-contrats

Les avant-contrats se distinguent des contrats de négociation en ce qu’ils n’ont pas pour objet
d’organiser les pourparlers entre les parties. Ces contrats ont pour objet de conférer à l’un des contractants la
possibilité de conclure à terme le contrat définitif. Après avoir présenté les différents contrats préparatoires (A),
il conviendra d'étudier leur efficacité (B).

A. Variété des contrats préparatoires

Nous nous en tiendrons, ici, aux deux principaux types de contrats préparatoires à savoir, en premier
lieu, la promesse unilatérale de contrat (1), en second lieu, le pacte de préférence (2).

1. La promesse unilatérale de contrat

La promesse unilatérale de contrat est définie à l’article 1124 du Code civil comme un contrat par
lequel une partie, le promettant, accorde à l’autre, le bénéficiaire, le droit d’opter pour la conclusion d’un
contrat dont les éléments essentiels sont déterminés et pour la formation duquel ne manque que le
consentement du bénéficiaire.
La promesse unilatérale de contrat c’est donc le contrat préparatoire qui débouche sur le contrat
définitif si et seulement si le bénéficiaire exprime son consentement dans ce sens ; on dit également si le
bénéficiaire lève l’option.
Cette promesse unilatérale peut être à durée déterminée, lorsqu’un délai pour lever l’option y est fixé,
ou à durée indéterminée, à défaut d’un tel délai. Dans cette hypothèse, la promesse est alors soumise au régime
des contrats à durée indéterminée, tel que fixé à l’article 1211 nouveau du Code civil : « lorsque le contrat est
conclu pour une durée indéterminée, chaque partie peut y mettre fin à tout moment, sous réserve de respecter le
délai de préavis contractuellement prévu ou, à défaut, un délai raisonnable » (déjà cette solution dans le droit
antérieur : Civ. 3e, 24 avril 1970).

La promesse unilatérale la plus fréquente est la promesse de vente. La promesse unilatérale de vente
est un contrat qui a pour objet la conclusion d’une vente, dont les conditions essentielles, à savoir la chose et le
prix, sont d’ores et déjà fixés. Mais la vente n’est pas encore formée, pas encore conclue car le bénéficiaire de la
promesse s’il a accepté l’offre de promesse de vente - et donc formé le contrat de promesse - n’a pas encore
exprimé son consentement à la vente, n’a pas encore accepté d’acquérir.
La promesse unilatérale de vente doit être clairement distinguée de la promesse synallagmatique de
vente prévue à l’article 1589 du Code civil. La promesse synallagmatique de vente est celle où il y a réciprocité
des obligations de vendre et d’acheter mais dans laquelle le transfert de propriété est retardé jusqu’à
l’accomplissement d’une formalité, généralement jusqu’à réitération par acte authentique. Une telle promesse
n’est donc pas un contrat préparatoire à la vente mais constitue la vente elle-même car les deux parties ont
consenti au contrat définitif.
Notons qu’un intérêt considérable s’attache à la différenciation des deux types de promesse puisque
l’article 1589-2 du Code civil édicte qu’il doit être constatée par acte authentique, ou acte sous seing-privé
enregistré dans les dix jours, toute promesse unilatérale de vente afférente à un immeuble ou à un fond de
commerce et ce à peine de nullité.

2. Le pacte de préférence

Autre contrat préparatoire, le pacte de préférence. Le pacte de préférence est un contrat préparatoire
qui a pour objet le choix d’un contractant en cas de conclusion d’un contrat futur. Plus précisément, il est défini
à l’article 1123 nouveau du Code civil comme un contrat par lequel une partie s’engage à proposer
prioritairement à son bénéficiaire de traiter avec lui pour le cas où elle se déciderait de contracter.
Exemple de pacte de préférence, celui portant sur la vente d’un immeuble. Le promettant s’engage, s’il
décide de vendre son immeuble, à proposer en priorité cette vente au bénéficiaire du pacte16.

16
Sur l'articulation d'un pacte de préférence avec un droit de préemption légal, v. par exemple : Civ. 3ème, 24 mars 2016.

31
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
L’existence d’un pacte de préférence ne préjuge donc pas de la conclusion du contrat pour lequel la
priorité a été promise au bénéficiaire, dans la mesure où, d’une part, le promettant peut ne jamais décider de
conclure le contrat en question et, d’autre part, à supposer même qu’il le décide, le bénéficiaire reste
parfaitement libre de refuser d’y souscrire. C’est pourquoi l’article 1123 laisse une grande liberté aux parties
quant au contenu du pacte. En particulier, consacrant la jurisprudence antérieure, cette disposition ne fait pas
de la « prédétermination du prix du contrat envisagé » une condition de validité du pacte de préférence (Civ. 3e,
15 janvier 2003), pas plus que la stipulation d’un délai (Civ. 1re, 6 juin 2001).

Quels sont les effets de ces contrats préparatoires ?

B. Efficacité des contrats préparatoires

1. Les effets de la promesse de contrat

Doivent être examinés, en premier lieu, les effets à l’égard du bénéficiaire (a) et, en second lieu, ceux à
l’égard du promettant (b). Enfin il faut dire un mot de la rétractation du promettant (c).

a. Effets à l'égard du bénéficiaire

Par l’effet d’une promesse unilatérale de contrat, le bénéficiaire dispose d’une exclusivité contractuelle
sur la formation du contrat. Dans cette perspective, il bénéficie d’un délai, avant l’expiration duquel il peut
librement accepter ou refuser de conclure le contrat futur.
Appliqué à la promesse unilatérale de vente cela signifie que pendant ce délai une option est offerte au
bénéficiaire : acquérir ou ne pas acquérir le bien. Cette option, il peut librement l’exercer.
- Soit il accepte d’acquérir et alors la vente promise par la promesse unilatérale de vente est conclue
- Soit il refuse d’acquérir et alors non seulement la vente promise n’est pas conclue, mais en outre, la
promesse unilatérale de vente est caduque. Notons ici que son refus d’acquérir ne peut être source de
responsabilité pour inexécution car, qu’il lève l’option ou qu’il refuse d’acquérir, il exécute bien le
contrat de promesse.

Il est donc clair que, par l’effet d’une promesse unilatérale de contrat, le bénéficiaire de la promesse est
titulaire d’un droit d’option. Ce qui signifie que la conclusion du contrat promis dépend exclusivement de son
pouvoir unilatéral, de sa volonté unilatérale.
Notez qu’en pratique, ce droit d’option est fréquemment accordé au bénéficiaire de la promesse en
contrepartie d’une obligation créée à sa charge par la promesse de contrat. Concrètement le bénéficiaire
s’engage, pour le cas où il refuserait de conclure le contrat, pour le cas où il ne lèverait pas l’option, à verser une
somme d’argent correspondant à un pourcentage du prix. Dans une vente c’est en général 10 % du prix. Cette
somme est versée au promettant en contrepartie de l’exclusivité contractuelle qu’il a accordée pendant le délai
fixé. On appelle cette somme d’argent l’indemnité d’immobilisation.
Lorsqu’une telle indemnité est prévue, elle transforme la promesse unilatérale de vente (qui est
normalement un contrat unilatéral) en contrat synallagmatique puisque indemnité et option forment alors
des obligations réciproques.
Bien plus, on admettait traditionnellement que si l’indemnité d’immobilisation est d’un montant tel que le
bénéficiaire est en réalité contraint d’acheter alors la promesse unilatérale de vente se transforme en promesse
synallagmatique (v. par ex. Com., 20 novembre 1962 ; Com., 13 février 1978). Cependant, un arrêt récent a remis
en cause cette solution : la première Chambre civile de la Cour de cassation a décidé que le montant de
l'indemnité d'immobilisation n'était pas de nature à modifier la qualification de promesse (v. Civ. 1re, 1er
décembre 2010 : dans cette espèce, le montant de l'indemnité d'immobilisation était quasiment égale au prix de
vente). Et, encore plus récemment, la troisième Chambre civile - par un arrêt, il est vrai, inédit - a repris sa
position traditionnelle qui prend en compte l'importance de l'indemnité pour éventuellement requalifier la
promesse (Civ. 3ème, 26 septembre 2012). Aujourd'hui, le droit en la matière est donc très incertain et
l’Ordonnance de réforme ne permet pas de lever cette incertitude.

32
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
b. Effets à l'égard du promettant

Dans une promesse unilatérale de contrat, le promettant est d’ores et déjà irrévocablement engagé à
conclure le contrat promis puisque, aux termes de l’article 1124, il ne manque à la conclusion du contrat que
le consentement du bénéficiaire.
Si on raisonne sur une promesse unilatérale de vente, pour que la vente promise soit conclue, il ne
manque plus que le consentement de l’acquéreur. Le promettant, par l’effet de la promesse unilatérale de
contrat, est déjà réputé vendeur. Il a d’ores et déjà, souscrit l’engagement irrévocable de vendre ; engagement
qui sera exécuté dès que le bénéficiaire aura, lui-même, consenti à la vente.

c. Effets de la révocation du promettant

Une question importante doit alors être évoquée : quelle est la sanction de la révocation du
promettant ? Autrement dit : que peut obtenir le bénéficiaire de la promesse lorsque, pendant le délai et au
mépris du droit d’option, le promettant revient sur son engagement de vendre ? Si la levée de l’option intervient
avant la révocation, jurisprudence (Civ. 3e, 26 juin 1996) et doctrine s’accordent pour considérer que la vente est
devenue parfaite et que l’acquéreur peut donc demander non seulement des D-I mais surtout l’exécution en
nature.
Mais quid juris lorsque la levée de l’option dans les délais est postérieure à la révocation ?
Est-ce que le bénéficiaire peut prétendre à la conclusion et à l’exécution de la vente promise ou doit-il
se résigner à réclamer de simples dommages et intérêts et renoncer au contrat projeté ?

Avant l’ordonnance de réforme, la jurisprudence retenait une solution très critiquée. Plus précisément,
jusqu’en 1993, la jurisprudence décidait que la vente était formée malgré la révocation du promettant. Elle
considérait alors que, dès la signature de la promesse unilatérale de vente, le promettant était, d’ores et déjà,
engagé, obligé à vendre le bien promis. Mais, à partir de 1993, la jurisprudence opéra un revirement (Civ. 3e, 15
décembre 1993 ; 28 octobre 2003 ; 27 mars 2008 ; v. égal. : Civ. 3e, 25 mars 2009) en décidant que lorsque la
révocation est antérieure à la levée de l’option, l’obligation du promettant est insusceptible d’exécution forcée
et, par conséquent, que la seule sanction de cette révocation consiste dans l’octroi de dommages et intérêts au
bénéficiaire de la promesse. Ces décisions étaient fondées sur une application littérale de l’article 1142 ancien
du Code civil au terme duquel : « Toute obligation de faire ou de ne pas faire se résout en dommages et intérêts,
en cas d’inexécution de la part du débiteur ».
Selon la majorité de la doctrine, cette position était critiquable car elle reposait sur une analyse inexacte
de la situation du promettant lié par une promesse unilatérale de contrat. En effet, une fois que le promettant a
exprimé son consentement à la promesse, il a d’ores et déjà manifesté sa volonté irrévocable de vendre. Il a
donc, dès la conclusion du contrat de promesse, souscrit un engagement irrévocable de vendre. Engagement sur
lequel, en vertu de l’article 1134 alinéa 2 ancien, sa volonté unilatérale ne peut revenir. Autrement dit une fois la
promesse conclue, le promettant ne peut plus influer sur la formation de la vente promise. Au fond cette
solution jurisprudentielle méconnaissait la force obligatoire du contrat en accordant au promettant le pouvoir
de dire non à la formation de la vente promise, alors qu’en vertu de l’article 1134 ancien il avait le devoir de dire
oui.
De plus, cette jurisprudence niait toute utilité aux promesses unilatérales de vente car elle revenait à
admettre que le promettant qui se rétracte s’expose à la même sanction - voire à une sanction moindre - que
l’offrant qui se rétracte. Or, cette solution était parfaitement illogique dans la mesure où la promesse unilatérale
de vente constitue un véritable contrat alors que l’offre n’est qu’un acte unilatéral17.
Malgré ces critiques, la Cour de cassation a réaffirmé, dans un arrêt de principe, l'efficacité de la
révocation du promettant, sauf à noter qu'elle a modifié les fondements de sa solution (v.: Civ. 3e, 11 mai 2011 ;
v. égal. en matière de promesse de cession d'actions : Com., 13 septembre 2011). Au visa des articles 1101 et

17
Afin, sans doute, de limiter les inconvénients de cette solution, la Cour de cassation a toutefois admis que les contractants puissent
conventionnellement renforcer l’efficacité de la promesse de vente. Si elle a réaffirmé qu’en principe la révocation de la promesse unilatérale de
vente ne donne lieu qu’à l’octroi de dommages et intérêts, la Haute juridiction a cependant énoncé que les parties peuvent stipuler une clause par
laquelle elles admettent que la révocation du promettant sera sanctionnée par l'exécution forcée du contrat de vente (Civ. 3e, 27 mars 2008).

33
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
1134 anciens du Code civil18, la troisième chambre civile de la Cour de cassation a énoncé « que la levée de
l'option par le bénéficiaire de la promesse postérieurement à la rétractation du promettant excluant toute
rencontre des volontés réciproques de vendre et d'acquérir, la réalisation forcée de la vente ne peut être
ordonnée ». Ce nouveau visa (à la place de 1142 anc. C. civ.) indique que, pour la Cour de cassation, la formation
du contrat définitif de vente n'a lieu qu'au moment de la levée de l'option. La Haute juridiction en déduit que la
convention ne peut se former que si, à la date de la levée de l'option, le promettant a encore la volonté de
vendre. Autrement dit, en se rétractant avant la levée de l'option, le promettant exprime sa volonté de ne plus
vendre et fait échec à la formation du contrat définitif19.

Désormais, cette solution jurisprudentielle est censurée par les nouvelles dispositions du Code civil
qui en prennent l’exact contrepied. En effet, l’article 1124 alinéa 2 nouveau dispose que « la révocation de la
promesse pendant le temps laissé au bénéficiaire pour opter n’empêche pas la formation du contrat promis ».
Ainsi, le promettant étant d’ores et déjà engagé, il ne peut plus revenir sur son engagement. Cette disposition
permet donc de redonner sa pleine efficacité à la promesse unilatérale de contrat et de lui conférer une valeur
supérieure à celle d’une offre.
Par ailleurs, l’article 1124 alinéa 3 offre une protection au bénéficiaire en cas de violation de la
promesse par le promettant et un tiers. Il prévoit en effet, conformément à la jurisprudence antérieure, que
« le contrat conclu en violation de la promesse unilatérale avec un tiers qui en connaissait l’existence est nul ».
Pour obtenir la nullité du contrat conclu en fraude de ses droits, le bénéficiaire devra donc démontrer, d’une
part, que le contrat a été conclu en violation de la promesse unilatérale, soit avant l’expiration du délai d’option
et, d’autre part, que le tiers avait connaissance de l’existence de la promesse.

2. Les effets du pacte de préférence

Ici encore, quelques mots sur l’efficacité du pacte de préférence à l’égard du bénéficiaire (a), du
promettant (b) et en cas de révocation par le promettant (c).

a. Effets à l'égard du bénéficiaire

En ce qui concerne le bénéficiaire d’un pacte de préférence, il est créancier d’une priorité contractuelle
qui lui confère le pouvoir de contracter si finalement le promettant se décide à conclure le contrat, objet du
pacte.

b. Effets à l'égard du promettant

En ce qui concerne le promettant, il est tenu d’émettre l’offre, ayant pour objet le contrat, à destination,
à l’intention du bénéficiaire en priorité. C’est uniquement si celui-ci refuse cette offre que le promettant est
alors libre d’adresser cette même offre de contrat à d’autres personnes.

c. Effets de la révocation du promettant

Une fois encore, il faut se poser la question de la révocation du promettant. Autrement dit, que peut
obtenir le bénéficiaire du pacte de préférence lorsqu’au mépris de son engagement, le promettant a conclu le
contrat avec un tiers, c'est-à-dire avec une autre personne que le bénéficiaire ?
Sur ce point, l’article 1123 alinéa 2 dispose que le bénéficiaire peut obtenir la réparation du préjudice
subi. Il peut en outre, s’il apporte la preuve que le tiers acquéreur connaissait l’existence du pacte de préférence
et savait son intention de conclure le contrat, demander la nullité de la vente ou demander au juge de le
substituer au tiers dans le contrat conclu.

18
On notera que des décisions postérieures à l'arrêt du 11 mai 2011 ont ajouté, au visa des anciens articles 1101 et 1134, l'article 1583 relatif à la
vente (Com., 13 septembre 2011 ; Civ. 3ème, 12 juin 2013), ce qui ne change pas grand chose à la solution.

19 On notera que la substitution des fondements textuels (1101 et 1134 à la place de 1142) a eu probablement pour conséquence de rendre
inefficace la clause d'exécution forcée admise par la jurisprudence (Civ. 3ème, 27 mars 2008).
34
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
Cette disposition consacre une solution initiée par la Cour de cassation dans un arrêt de Chambre mixte
en date du 26 mai 2006 (confirmé par Civ. 3e, 14 février 2007 ; voir égal : Civ. 3e, 25 mars 2009) qui a décidé que
« le bénéficiaire d’un pacte de préférence est en droit d’exiger l’annulation du contrat passé avec un tiers en
méconnaissance de ses droits et d’obtenir sa substitution à l’acquéreur, à la condition que ce tiers ait eu
connaissance, lorsqu’il a contracté, de l’existence de ce pacte et de l’intention du bénéficiaire de s’en prévaloir ».
La connaissance par le tiers acquéreur du pacte (1) et de l'intention du bénéficiaire de s'en prévaloir (2)
doit s'apprécier au jour où le tiers contracte, c'est-à-dire au jour où le tiers acquiert. En cas de promesse
synallagmatique de vente, suivie de réitération par acte authentique, la jurisprudence considère que cette
double condition doit s’apprécier à la date de la signature de la promesse et non à celle de la réitération par acte
authentique, sauf si les parties ont fait de la réitération devant notaire un élément essentiel et déterminant de
leur engagement (Civ. 3e, 25 mars 2009 ; Civ. 3e 25 septembre 2012 ; comp. : Civ. 3e, 3 novembre 2011). La
solution est logique car la vente est formée au jour du premier acte, en application des articles 1583 et 1589 du
Code civil.

Il faut encore mentionner l’introduction dans le Code civil, à l’occasion de la réforme, d’une action
interrogatoire au profit du tiers. Selon l’alinéa 3 de l’article 1123, le tiers qui se verrait proposer la conclusion du
contrat peut demander par écrit au bénéficiaire du pacte de confirmer, dans un délai qu’il fixe et qui doit être
raisonnable, l’existence du pacte de préférence et s’il entend s’en prévaloir. L’alinéa 4 précise que l’écrit doit
mentionner qu’à défaut de réponse dans ce délai, le bénéficiaire du pacte ne pourra plus solliciter sa
substitution au contrat conclu avec le tiers ou la nullité du contrat. Autrement dit, cette action interrogatoire
permet au tiers de se garantir une certaine sécurité juridique en s’assurant que le contrat qu’il va conclure ne
pourra plus être annulé par le bénéficiaire du pacte ni ce dernier être substitué dans le contrat.
En dépit de cet intérêt pour le tiers, il reste que cette action risque d’être d’une application pratique
limitée. En effet, d’une part, elle suppose que le tiers puisse soupçonner l’existence d’un pacte et connaisse
l’identité de son éventuel bénéficiaire pour l’interroger. D’autre part, cette action interrogatoire est facultative
(le tiers « peut » demander au bénéficiaire), de sorte que le tiers n’a pas l’obligation de l’exercer. Or, dans la
mesure où la substitution du bénéficiaire au tiers dans le contrat conclu est subordonnée à sa connaissance du
pacte et de l’intention du bénéficiaire de s’en prévaloir, le tiers contractant pourrait avoir tout intérêt à ne pas
interroger le bénéficiaire. Sans confirmation par ce dernier de l’existence du pacte ou de ses intentions, il pourra
toujours arguer de son ignorance pour être maintenu dans ses droits.
Par ailleurs, de nombreuses questions restent en suspens qu’il appartiendra à la jurisprudence de
trancher. On peut notamment se demander si cet écrit adressé au bénéficiaire doit comporter les conditions du
contrat projeté, fût-ce pour permettre au bénéficiaire de répondre sur ses intentions. Faudrait-il alors
renouveler l’interrogation en cas de changement des conditions du contrat projeté ? De même, on peut
s’interroger sur les conséquences d’un délai trop court laissé au bénéficiaire pour répondre. Sans doute peut-on
penser que le bénéficiaire conservera alors son droit à la nullité ou à la substitution. Enfin, dans l’hypothèse où
le bénéficiaire répondrait négativement ou ne répondrait pas, du moins dans le délai, conserverait-il son droit à
indemnisation contre le promettant, alors même qu’il aurait pu empêcher le contrat conclu en fraude de ses
droits et donc le préjudice qu’il subit ?
Il faut enfin relever qu’aux termes de l’article 9 de l’Ordonnance, les troisième et quatrième alinéas de
l’article 1123 nouveau sont d’application immédiate de sorte qu’une telle action interrogatoire peut être mise
en œuvre depuis l’entrée en vigueur de l’Ordonnance, soit le 1er octobre 2016, quand bien même le pacte de
préférence concerné aurait été conclu antérieurement.

35
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
Sous-section 3 : Le droit spécial de la rencontre des volontés

Comme on le verra, la théorie des vices du consentement se révèle insuffisante à protéger l’intégrité du
consentement. Méthode de protection a posteriori (puisqu’elle nécessite une action en justice) la théorie des
vices du consentement est en effet d’un rendement médiocre dans la société actuelle qui se caractérise par un
phénomène contractuel de masse. D’où l’idée de compléter cette approche classique du droit des contrats,
fondée sur des mesures curatives, par des mesures préventives destinées à favoriser l’information (§ 1) et la
réflexion des contractants (§ 2). C’est ainsi, avant même d’aborder la question de la validité - et donc dans le
cadre de la formation du contrat - qu’il faut étudier ces dispositions.
Plus particulièrement, il convient de s’attacher à montrer comment la loi - et dans une moindre mesure
la jurisprudence - tentent de prévenir l’altération du consentement, en imposant, en amont de la formation du
contrat, des obligations censées permettre au contractant, présumé en position de faiblesse, de s’engager en
connaissance de cause. Comment, finalement, le droit entend restaurer les conditions d’un engagement
éclairé.
Notez que la différence avec les mesures classiques de protection a posteriori n’est pas seulement
d’ordre chronologique ; elle révèle également un changement dans la conception même du contrat.
Dans l’approche classique, les parties sont censées être en situation égale ; ou du moins peu importe
qu’elles ne le soient pas. On ne se préoccupe pas de leurs différences de position, de compétence, de situation ;
l’échange des consentements suffit à former le contrat, sous réserve de l’absence de vices (erreur, dol, violence).
C’est le principe du consensualisme et de la liberté contractuelle qui domine : dans la ligne de l’autonomie de la
volonté, les actes juridiques peuvent être conclus, au gré des intéressés, sous une forme quelconque ; ils
résultent du seul échange des consentements.
Dans l’approche contemporaine, les parties ne sont plus considérées comme se trouvant dans une
situation d’égalité. On entend protéger le contractant considéré en situation d’infériorité, sans quoi il ne
pourrait pas s’engager de façon éclairée. Sont ainsi mis en place des mécanismes destinés à assurer qu’il a bien
compris et mesuré la portée de son engagement. Dans cette seconde approche, le consensualisme et la liberté
contractuelle (voire la force obligatoire du contrat), sont en net recul.

§ 1. L’information des contractants

L’obligation d’information (ou de renseignements) est un instrument de choix de la protection


renouvelée du consentement.
Dans le cadre de ces développements, il s’agit d’envisager les obligations spéciales d’information –
imposées par la loi – qui viennent s’ajouter à l’obligation générale d’information, découverte par la
jurisprudence, consacrée par la réforme, et dont on a déjà parlé.
Pour faire simple, ces obligations spéciales d’information prévues par le législateur, et réunies pour
l’essentiel dans le Code de la consommation20, prennent deux formes :
- Une première série de dispositions embrasse les informations dues par les professionnels au
consommateur. Ils doivent, d’une part, avant la conclusion du contrat, mettre le consommateur en mesure de
connaître les caractéristiques essentielles du bien ou du service et lui délivrer des informations relatives aux
prix, aux modalités d'exécution du contrat ou encore aux garanties (article L.111-1 Code consom.)21. Ils
doivent, d’autre part, assurer la publicité de certains éléments : ainsi la loi prévoit notamment l’obligation
d’affichage des prix, d’étiquetage des produits préemballés, l’obligation d’annoncer les prix au litre ou au kilo,
d’indiquer le taux effectif global (TEG) en matière de crédit à la consommation ou de crédit immobilier. Le Code
de la consommation contient également diverses dispositions destinées à faciliter l’information du
consommateur par une réglementation de la « qualification des produits », c’est-à-dire des labels dont
l’attribution se trouve étroitement réglementée. Ce Code pose aussi des exigences quant à l’intelligibilité des
clauses des contrats proposés au consommateur et la langue dans laquelle ces stipulations doivent être

20 Mais pas toujours dans ce Code. Par exemple, l’article L. 514-20 du Code de l’environnement prévoit que le vendeur d’un terrain sur lequel a jadis
été exploitée une installation classée doit en informer l’acheteur. Plus généralement, le vendeur d’un immeuble se voit imposer une large obligation
d’information relative notamment à la présence d’amiante, de plomb, de termites, etc. ; ou encore sur les risques technologiques ou naturels
auxquels le bien objet de la vente ou du bail serait exposé (art. L. 125-5 C. env.).
21 rédac Ord. du 14 mars 2016. Cette disposition est applicable aux contrats conclus à compter du 1er juillet 2016.

S'agissant de la charge de la preuve de l'exécution de l'obligation d'information, elle pèse sur les épaules du professionnel (art. L. 111-5).
36
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
rédigées. Là ne s’arrête pas le foisonnement législatif en la matière, mais il n’y pas d’intérêt, dans le cadre de
votre examen, d’aller plus loin que ces quelques exemples.
- Une seconde série de dispositions, dont la liste s’allonge presque chaque année, introduit dans les
contrats les plus divers un formalisme informatif. En vertu de celui-ci, l’une des parties, le plus souvent un
professionnel, est obligée de rédiger le contrat par écrit et d’y insérer des mentions destinées à informer son
cocontractant. Tantôt l’information requise est de nature juridique : le contrat doit alors rappeler, voire
apprendre, au consommateur la règle de droit afin qu’il connaisse exactement les droits et obligations qu’elle lui
confère. Ainsi, le Code de la consommation oblige, par exemple, le professionnel qui fournit une garantie
contractuelle à mentionner clairement que s’applique, en tout état de cause, la garantie légale. Tantôt
l’information requise porte sur l’objet même du contrat. Tel est le cas en matière de vente d'immeuble à
construire (art. L. 261-11 CCH) ou encore en matière de bail (L. 23 déc. 1986, mod. par L. 6 juillet 1989). Parfois,
enfin, le législateur va encore plus loin dans le formalisme en organisant une information particulière du
consommateur par la procédure précontractuelle dite d’offre préalable. Non seulement le texte précise les
mentions que doit contenir une telle offre, mais, pour en orienter la rédaction, il va jusqu’à prévoir un modèle
précontractuel qui est en fait appelé à devenir le contrat. Cette technique est remarquable en ce qu’elle dépasse
l’information pure et simple pour empiéter sur le contenu même du contrat qui, finalement, est réglementé par
les pouvoirs publics et non par les parties.

§ 2. La réflexion des contractants

Décider en pleine connaissance de cause, c’est non seulement être informé, mais encore réfléchir.
C’est pourquoi le législateur a mis en place, pour certains contractants dont il craint que la décision ne soit
précipitée, des mécanismes qui ont pour but de leur imposer un temps de réflexion. A cet effet deux techniques,
voisines quoique différentes, sont utilisées : le délai de réflexion (A) et la faculté de repentir (B).

A. Le délai de réflexion

Il s’agit des hypothèses dans lesquelles une partie se voit refuser le droit de conclure un contrat
pendant un certain délai : elle n’a pas le droit d’accepter une offre pendant un délai à compter de la réception
de celle-ci (art. 1122 C. civ.). Cette technique du délai de réflexion a clairement pour objet de lutter contre
l'impulsivité du consommateur présumé faible.
Exemples parmi d’autres :
 Délai de 10 jours en matière de crédit immobilier (L. 313-34 C. consom. ; rédac. ord. 25 mars
2016).
 Délai de 7 jours en matière de contrats d’enseignement à distance (L. 444-8 C. éduc.).
Une acceptation qui interviendrait avant l’expiration de ces délais serait inefficace : elle serait
dépourvue d’effet. Il faudra réitérer son acceptation après l’écoulement du délai pour que le contrat se forme ; à
défaut, il n’y aura pas de contrat.

B. Le droit de repentir

L’hypothèse est originale : au lieu d’octroyer un délai avant la conclusion du contrat, on l’octroie cette fois-ci
après. Le droit de repentir autorise, en effet, celui qui en bénéficie à se rétracter pendant un certain délai, à
compter de la conclusion du contrat (art. 1122 C. civ.). Il déroge donc au principe selon lequel les parties sont
irrévocablement liées dès la conclusion du contrat.
Le législateur a eu tendance à multiplier le recours à ce procédé. On en donnera un seul exemple : la
possibilité de revenir sur son consentement dans un délai de 14 jours lorsque le contrat est conclu à distance, à
la suite d'un démarchage à domicile ou hors établissement (art. L. 221-18 C. consom., rédac. ord. 14 mars 2016 ).
La nature juridique de ce droit de repentir donne lieu à discussion. Le contrat n’est-il parfait qu’à
l’expiration du délai de repentir ? Ou bien l’est-il dès l’échange des consentements, même si son efficacité est
suspendue ? La Cour de cassation semble retenir la seconde analyse (Civ. 1re, 10 juin 1992). C’est dire qu’on est
ici moins dans une protection a priori que dans la reconnaissance d’une faculté de dédit, qui peut être exercée
pendant un certain délai !

37
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
Section 2 : Les contrats entre absents

La question des contrats entre absents (ou à distance) est celle des contrats conclus par des individus
qui ne sont pas physiquement présents sur un même lieu, ni par eux-mêmes, ni par l’intermédiaire de
représentants, au moment de leur formation. Les cocontractants étant séparés par une certaine distance, il faut
que l’acceptation soit transmise au pollicitant, par lettre, par téléphone, ou par un moyen électronique de
transmission. D’où la question du lieu de conclusion du contrat et, dans certaines hypothèses, du moment de la
conclusion.
A cette question traditionnelle, la jurisprudence a apporté des solutions. Mais la problématique a évolué
avec le développement des techniques modernes de transmission et les solutions ont été en partie renouvelées
à la suite de la consécration du contrat électronique par la loi du 21 juin 2004.

§.1 : Le traitement classique de la question

Rappelons les systèmes concevables (A) et les intérêts pratiques attachés à la question (B), avant
d’exposer la solution retenue par le droit français (C).

A. Les systèmes concevables

Plusieurs théories ont été proposées.


D’après un premier groupe de théories, le contrat n’est conclu que lorsque chacune des parties a
connu la volonté de l’autre ou, du moins, a été en mesure de la connaître. Ce groupe de théorie se subdivise en
deux systèmes.
- Suivant le système de l’information, il faut que le pollicitant ait pris effectivement
connaissance de l’acceptation ; pratiquement qu’il ait lu la lettre. Cette solution, logique en soi, est néanmoins
difficilement admissible car il ne saurait dépendre de l’intéressé de retarder la formation du contrat — voire de
le rendre impossible en n’ouvrant pas son courrier.
- Suivant le système de la réception, le contrat est conclu dés que le pollicitant a eu la
possibilité de prendre connaissance de l’acceptation ; pratiquement dès que la lettre lui est parvenue.
L’inconvénient de ce système apparaît au grand jour si l’on rappelle que l’acceptation, en droit français, peut
être tacite et résulter de l’exécution du contrat. En effet, à suivre le système de la réception, un contrat — par
exemple de vente — n’est conclu qu’au jour où les marchandises expédiées parviendront au pollicitant. En
d’autres termes, le pollicitant pourrait révoquer son offre alors pourtant que le destinataire de celle-ci aurait
déjà exécuté le contrat. On le voit, le système de la réception ne favorise ni la rapidité, ni la sécurité des
transactions.
Aussi, un second groupe de théories a-t-il été proposé d’après lequel le contrat est conclu dès qu’il y a
coexistence de deux volontés concordantes : c’est-à-dire — puisque l’offre est préexistante — dès lors que
l’acceptation vient s’y joindre. Cela étant, deux variantes apparaissent.
- Suivant le système de la déclaration, il suffit que l’acceptant ait exprimé sa volonté ; pratiquement
qu’il ait rédigé sa lettre. Mais cette opinion se heurte à une difficulté insurmontable : on ne peut ni prouver le
moment où la lettre a été écrite, ni surtout empêcher son signataire de la détruire. Or, une volonté susceptible
d’être aussi facilement reprise n’est pas vraiment extériorisée et ne va pas dans le sens de la sécurité juridique.
- D’où la variante de l’émission. Dans ce système, le contrat n’est conclu qu’au moment où l’acceptant
s’est dessaisi de sa déclaration de volonté ; pratiquement au moment où il a expédié la lettre ou le télégramme.

B. Intérêts pratiques

 S’agissant du lieu de formation du contrat, la question a, en réalité, perdu aujourd’hui l’essentiel de son
intérêt.
 En droit interne d’abord, la compétence juridictionnelle territoriale n’est plus, depuis l’adoption du
nouveau Code de procédure civile, déterminée par le lieu de conclusion du contrat (voir toutefois une
disposition du Code du travail, qui se réfère au lieu où l’engagement a été contracté).

38
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
 En droit international privé ensuite, l’article 11 du Règlement Rome I du 17 juin 2008 sur la loi
applicable aux obligations contractuelles a abandonné la règle locus regit actum (la forme de l’acte est
régie par la loi du lieu de formation), pour prévoir que, lorsque les parties se trouvent dans des pays
différents, le contrat est valable lorsqu’il satisfait aux conditions de forme de la loi d’un des pays dans
lequel se trouve l’une ou l’autre des parties.

 S’agissant en revanche du moment de la formation du contrat, la question conserve des intérêts non
négligeables, parmi lesquels :
 La possibilité de révocation du consentement. Si l’offre est faite avec délai, il s’agit de savoir jusqu’à
quel moment peut avoir lieu l’acceptation. Il s’agit aussi de savoir si le destinataire de l’offre peut
révoquer son acceptation.
 L’application de la loi dans le temps. En principe, la loi applicable est celle en vigueur au jour où le
contrat est conclu. Qu’en est-il lorsqu’une loi nouvelle entre en vigueur entre le jour de l’émission de
l’acceptation et celui de sa réception ? Si l’on retient le jour de l’émission, elle ne s’appliquera pas ;
elle s’appliquera, en revanche, si l’on retient le jour de la réception.
 Le moment du transfert de propriété, et partant du transfert des risques. Dans les contrats translatifs
de propriété, le transfert de propriété d’une partie à une autre, de même que le transfert des risques,
se réalisent au moment de la formation du contrat. Qu’en est-il lorsque la chose est détruite par un
ouragan entre le jour de l’émission de l’acceptation et celui de la réception ? Si l’on retient la date de
l’émission, le contrat est formé au jour où la chose est détruite : le transfert de propriété s’est réalisé ;
le risque est à la charge de l’acquéreur, qui devra payer le prix. Si l’on retient la date de réception, la
chose était détruite au jour où les volontés se sont rencontrées ; le contrat est nul faute d’objet ; le
risque est à la charge du vendeur, qui n’obtiendra pas le paiement du prix.

C. Solution du droit français

Faute de disposition dans le Code civil, dans sa version antérieure à la réforme, la jurisprudence a hésité
ente le système de l’émission et celui de la réception. Longtemps, elle a considéré qu’il s’agissait d’une question
de fait, qui relevait du pouvoir souverain des juges du fond. Et les juridictions du fond appliquaient, dans les
hypothèses qui leur étaient soumises, le système qui leur paraissait le plus équitable.
Par un arrêt ancien toutefois, de 1932 (Req. 21 mars 1932), la Cour de cassation s’était prononcée pour
le système de l’émission, jugeant que « la formation de la promesse est réalisée, et le contrat rendu parfait par
l’acceptation des propositions qui sont faites, dès l’instant où cette acceptation a lieu ». La doctrine majoritaire
avait cependant tenté de minimiser la portée de cet arrêt (en soulignant que l’arrêt était de rejet, en tentant de
l’expliquer par la volonté de favoriser un employé…).
Plus récemment pourtant, par un arrêt du 7 janvier 1981, la Chambre commerciale de la Cour de
cassation s’est à nouveau prononcée en faveur de la théorie de l’émission. Une offre avait été faite, assortie d’un
délai de trente jours. Le destinataire de l’offre pouvait établir qu’il avait envoyé son acceptation avant
l’expiration du délai, mais il ne pouvait pas prouver que le pollicitant l’avait reçue dans le délai convenu. La Cour
de cassation décide que, « faute de stipulation contraire », le contrat était destiné à devenir parfait, non pas par
la réception de l’acceptation par le pollicitant, mais par l’émission de celle-ci par l’acceptant. Il n’y avait donc pas
à rechercher à quelle date le pollicitant avait reçu l’acceptation ; ce qui importait c’était la date à laquelle
l’acceptation avait été émise. Et c’est là une règle supplétive de volonté, que pose la Cour de cassation : elle ne
vaut, pour reprendre les termes de l’arrêt de 1981, qu’« à défaut de stipulation contraire ».
Enfin, par des décisions du 16 juin 2011 et 17 septembre 2014, la troisième Chambre civile de la Cour de
cassation a consacré la théorie de la réception. Il est vrai que la portée de ces arrêts doit être relativisée dans la
mesure où la Haute juridiction a statué dans des hypothèses particulières, celle du droit de préemption en milieu
rural (1er arrêt) et urbain (2e arrêt). Il n'en reste pas moins que ces décisions rendent plus incertaine la
compréhension du droit.

L’ordonnance de réforme a finalement résolu cette question, mettant fin à ces incertitudes. L’article
1121 nouveau prévoit, en effet, que « le contrat est conclu dès que l’acceptation parvient à l’offrant. Il est réputé
l’être au lieu où l’acceptation est parvenue ». C’est donc le système de la réception qui est désormais consacré.

39
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
§ 2. Le renouvellement de la question avec les dispositions sur le contrat
électronique

Le développement des techniques électroniques de communication a, en effet, sensiblement renouvelé


la question de la formation à distance du contrat. Le législateur communautaire a traité de la question dans une
directive sur le commerce électronique du 8 juin 2000. Le législateur français a transposé une partie de cette
directive par une loi du 21 juin 2004 sur la confiance dans l’économie numérique, complétée depuis par une
ordonnance du 16 juin 2005, qui a introduit dans notre Code civil des dispositions qui régissent la validité des
contrats passés par voie électronique (art. 1174 et 1175 nouv. - 1108-1 et 1108-2 anc.) et un chapitre relatif aux
« contrats sous forme électronique » (art. 1125 et s. nouv. - art. 1369-1 et s. anc.). Pour l’essentiel, les
dispositions qui nous intéressent ici sont les articles 1127-1 (1369-4 anc.), 1127-2 (1369-5 anc.) et 1127-3 (1369-
6 anc.) (issus de la loi de 2004, mais dont la numérotation a changé avec l’ordonnance de 2005, puis
l’ordonnance du 10 février 2016).

Le dispositif ainsi institué s’applique à « quiconque propose, à titre professionnel, par voie électronique,
la fourniture de biens ou la prestation de services » (art. 1127-1 nouv. - 1369-4 anc.). L’objectif du dispositif est
de protéger l’utilisateur du réseau internet contre des engagements qu’on craint irréfléchis ou du moins mal
maîtrisés, de tels engagements étant rendus plus faciles avec le commerce par voie électronique. L’échange des
consentements est alors plus contrôlé que dans le schéma classique. Cela, de deux façons.
D’abord, par des dispositions destinées à informer le mieux possible le destinataire de l’offre. L’offre
doit comporter des mentions énumérées par la loi (art. 1127-1 nouv. – art. 1369-4 anc.).
Ensuite, par des dispositions destinées à encadrer la rencontre de l’offre et de l’acceptation.
- En premier lieu, l’auteur de l’offre reste engagé tant que celle-ci est accessible par voie
électronique de son fait (1127-1 nouv. - 1369-4 anc.). Est-ce à dire que, quand bien même
l’offre serait assortie d’un délai et que ce délai aurait expiré, elle pourrait encore être acceptée
par l’utilisateur d’internet, tant que le prestataire n’a pas pris le soin de la retirer ?
Antérieurement à la réforme, même si certains auteurs le contestaient, la réponse était
négative. En effet, l’article 1369-4 ancien prévoit que l’auteur de l’offre reste engagé « sans
préjudice des conditions de validité mentionnées dans l’offre ». Il semble que cette expression
doive s’interpréter comme faisant dépendre la valeur de l’offre de son libellé. Aussi faut-il
déduire que si l’offre est faite pour une durée déterminée, elle n’aura de valeur qu’autant que
cette durée n’est pas expirée au moment de l’acceptation. Plus généralement, une offre dont
les termes montrent qu’elle est caduque n’engage pas son auteur, alors même qu’elle resterait
en ligne de son fait. Depuis l’entrée en vigueur de l’ordonnance de réforme, l’article 1127-1
nouveau ne fait plus référence aux conditions de validité mentionnées dans l’offre. Doit-on dès
lors penser que l’offre expirée maintenue en ligne pourrait toujours être acceptée ? Sans doute
pas, puisque, selon l’article 1117, l’offre est de toute façon caduque à l’expiration du délai fixé
par son auteur.
- En second lieu, le destinataire de l’offre doit avoir eu la possibilité de vérifier le détail de sa
commande et son prix, et de corriger d’éventuelles erreurs, avant de confirmer celle-ci pour
exprimer son acceptation (art. 1127-2 al. 1er nouv. - 1369-5 al. 1er anc.). La rencontre classique
de l’offre et de l’acceptation n’apparaît plus suffisante : pour que le contrat soit formé, il faut
qu’il ait fait l’objet d’une confirmation. C’est donc la confirmation de la commande qui, dans ce
système dit du « double clic », scelle la conclusion du contrat.
- En troisième lieu, l’offrant doit « accuser réception sans délai injustifié, par voie électronique, de
la commande qui lui a été adressée » (art. 1127-2 al. 2 nouv - 1369-5 al. 2 anc.). On entend que
l’acceptant soit assuré que son consentement est parvenu à la connaissance de l’auteur de
l’offre. Le plus probable est qu’il s’agit d’une obligation légale ayant uniquement une fonction
probatoire, et non une condition de validité du contrat.
- En quatrième lieu, « la commande, la confirmation de l’acceptation de l’offre et l’accusé de
réception sont considérés comme reçus lorsque les parties auxquelles ils sont adressés peuvent y
avoir accès » (art. 1127-2 al. 3 nouv. - 1369-5 al. 3 anc.). La disposition (largement inspirée de la
directive) n’est pas des plus limpides. Elle se contente de donner des solutions propres à
différents événements qui jalonnent le processus de conclusion du contrat (commande,
confirmation,…).
40
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
CHAPITRE 2 : LA VALIDITE DU CONTRAT : LE CONTROLE DES VOLONTES

Le contrat est, on l’a dit à plusieurs reprises, traditionnellement compris comme un accord de volonté
destiné à produire des effets relatifs à des obligations. Or, pour produire cet effet, il doit, aux termes de l’article
1103 du Code civil (art. 1134 anc.), être « légalement formé ». C’est dire qu’il doit respecter les conditions que la
loi exige pour sa validité (sous-chapitre I). Si ces exigences ne sont pas respectées, la sanction en principe est la
nullité (sous-chapitre II).

SOUS-CHAPITRE 1 : LES CONDITIONS DE VALIDITE DU CONTRAT

Dans l’ancienne version du Code civil, les conditions de validité du contrat sont énoncées à l’article 1108
ancien : elles étaient au nombre de quatre :
- « le consentement de la partie qui s’oblige » : les parties se sont-elles engagées en pleine
connaissance de cause et librement ? Il faut vérifier la qualité de leur consentement.
- « sa capacité de contracter » : les parties étaient-elles aptes à vouloir l’engagement pris ? C’est
la question de leur capacité.
- « un objet certain qui forme la matière de l’engagement » : qu’est-ce qu’ont voulu les parties ?
Il faut un objet à leur engagement.
- « une cause licite dans l’obligation » : pourquoi l’ont-elles voulu ? Il faut encore que leur
engagement ait une cause.

Désormais, les conditions de validité du contrat sont énumérées à l’article 1128 nouveau du Code civil
et ne sont plus qu’au nombre de trois :

- « Le consentement des parties »


- « Leur capacité de contracter »
- « Un contenu licite et certain »

On le voit, le consentement et la capacité des parties sont toujours exigés. Notons seulement qu’il
n’est plus question, et c’est heureux, du seul consentement ou de la seule capacité de celui qui s’oblige. Un
contrat peut ne prévoir d’obligations qu’à la charge d’une des parties. Pour autant, le consentement et la
capacité de l’autre partie sont également requis.
En revanche, la référence à l’objet et à la cause du contrat est remplacée par la référence à son
contenu. Si l’on se reporte, toutefois, aux dispositions issues de l’Ordonnance qui en traitent, on constate que
cette modification terminologique est plus apparente que réelle et que les solutions issues des mécanismes de
contrôle de l’objet et de la cause sont maintenues sous une autre forme.

De ces listes, il résulte que certaines des conditions de validité du contrat sont relatives aux parties
(section I), tandis que d'autres tiennent au contenu du contrat (section II).

Section 1 : les conditions de validité tenant aux personnes

Pour que le contrat se forme valablement, il faut non seulement que le consentement émane
d’individus en mesure d'exprimer un consentement véritable mais encore il faut que le consentement présente
certaines qualités. En effet, contracter ce n’est pas seulement être en capacité de consentir, c’est aussi
consentir en pleine connaissance de cause et librement. Autrement dit, le consentement doit, d’une part, être
donné par une personne apte à consentir (sous-section I) et, d’autre part, ne pas être vicié (sous-section II).

41
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
Sous-section 1: l'aptitude à consentir

Les individus qui ne sont pas en mesure d'émettre un consentement véritable sont frappés d'une
interdiction de contracter à travers la réglementation des incapacités. Pour contracter valablement, il faut donc
avoir la capacité (§. 1). Mais il arrive qu'une personne, tout en étant capable, ne soit pas saine d'esprit au
moment de la conclusion de l'acte. C'est alors par le recours aux règles relatives à l'insanité d'esprit que la
protection du consentement sera assurée (§. 2).

§.1. la capacité

La capacité peut être définie comme l'aptitude à acquérir un droit et à l'exercer. Aux termes de l’article
1145 al. 1 C. civ., « toute personne physique peut contracter sauf en cas d’incapacité prévue par la loi » (art. 1123
anc. C. civ). La capacité est donc le principe, l’incapacité l’exception. Cela vaut aussi bien pour les personnes
physiques que pour les personnes morales.
Relativement aux secondes, elles peuvent passer des contrats dès qu’elles acquièrent la personnalité
juridique, ce qui intervient, s’agissant des sociétés lors de l’immatriculation au registre du commerce et des
sociétés (art. 1842 C. civ. et art. L. 210-6 C. com.) et, pour les associations, par déclaration à la préfecture suivie
d’une insertion au journal officiel (art. 5, L. 1er juillet 1901). Il en résulte que les groupements dépourvus de la
personnalité juridique ne peuvent pas contracter (ex. : sociétés créées de fait, groupes de sociétés…).
S’agissant des personnes physiques, l’art. 1146 nouveau (art. 1124 anc.) C. civ. indique que « sont
incapables de contracter dans la mesure définie par la loi : les mineurs non émancipés, les majeurs protégés au
sens de l'article 425 ». Il s’agit là d’un simple rappel, les incapacités étant traitées pour l’essentiel au Titre « De la
minorité, de la tutelle et de l’émancipation » (articles 388 à 413-8 C. civ.), ainsi qu’à celui « De la majorité et des
majeurs protégés par la loi » (articles 414 à 495-9 C. civ.).

Poser que toute personne est, en principe, capable, c’est postuler à la fois sa capacité de jouissance,
c’est-à-dire son aptitude à être titulaire de droits et sa capacité d’exercice, c’est-à-dire son aptitude à exercer
elle-même les droits dont elle est titulaire. A s’en tenir à la capacité de contracter22, celle-ci peut donc être
affectée aussi bien par une incapacité d'exercice (A) que de jouissance (B).

A. Les incapacités d'exercice

Les incapacités d'exercice n'empêchent pas d'être titulaire de droits et d'en acquérir, mais entravent
simplement leur libre exercice. Autrement dit, l'incapable peut conclure le contrat mais par le truchement d'un
tiers qui le représentera ou l'assistera. Ces incapacités ont pour objet de protéger l'incapable contre lui-même
et contre les tiers qui seraient tentés d'abuser de sa faiblesse.
Deux types de personnes sont frappés d'une incapacité d'exercice : les mineurs non émancipés (A) et les
majeurs protégés (B).

1. Les mineurs non émancipés

Les personnes de moins de 18 ans non émancipées sont frappées, par l'article 414 du Code civil, d'une
incapacité générale d'exercice23 dont il résulte qu'elles ne peuvent, sauf exception, conclure un contrat sans
être légalement représentées. Le système de représentation varie selon que le mineur a, ou non, au moins un
parent exerçant l'autorité parentale.
Si le mineur a toujours ses parents (ou l'un d'entre eux) et s'ils ne sont pas déchus de l'autorité
parentale, l'enfant est soumis au régime de l'administration légale. Ce régime prend la forme, soit d'une
administration conjointe s'il est sous l'autorité de ses deux parents, soit d'une administration "simple" s'il est

22 Dans le cadre de ce cours, il ne s'agit pas en effet d'exposer en détail l'ensemble des régimes de protection, dont l'étude relève du droit des
personnes, mais seulement de présenter les grands traits de ces régimes dans leurs rapports avec le droit des contrats.
23
En revanche, les mineurs émancipés peuvent valablement contracter. IL s'agit des mineurs mariés (art. 413-1 C. civ.) et de ceux qui, âgés de 16 au
moins, ont fait l'objet d'une émancipation par le juge des tutelles (art. 413-2 et s. C. civ.). On notera que, depuis la loi du 15 juin 2010 qui a modifié
l'article 413-8 du Code civil, le mineur émancipé peut être commerçant.
42
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
soumis à l'autorité parentale d'un seul parent (art. 382 et s. C. civ.). Si aucun des parents n'exerce l'autorité
parentale, l'enfant est soumis au régime de la tutelle, ce qui suppose la désignation d'un tuteur et la
constitution d'un conseil de famille présidé par le juge des tutelles (art. 390 et s. C. civ.)24.
En ce qui concerne les actes, la loi et la jurisprudence en distinguent plusieurs catégories :

- Les actes de la vie courante25 qui, en raison de la loi ou l'usage peuvent être accomplis par le mineur
seul (art. 388-1-1 ; art. 408 C. civ.). L’article 1148 nouveau prévoit toutefois que les actes ainsi conclus doivent
l’être à des conditions normales. L’article 1149 alinéas 1 et 2 précise alors que pour ces actes accomplis par un
mineur – qu’il soit ou non émancipé – la simple lésion constitue une cause de nullité, sauf à ce que la lésion
résulte d’un événement imprévisible. Une exception à cette règle est cependant prévue pour les engagements
professionnels du mineur (art. 1149 al. 3)26.

- Les actes d'administration, c'est-à-dire les actes de gestion courante27 dont la loi prévoit qu'ils peuvent
être accomplis soit, en cas d'administration légale, par l'un des parents agissant seul (art. 382-1 C. civ.), soit, en
cas de tutelle, par le tuteur seul, sans autorisation du conseil de famille (art. 504 al. 1 C. civ.). Ces actes, s'ils sont
accomplis par le mineur seul, peuvent être annulés mais seulement en cas de lésion.

- Les actes de disposition, quant à eux, sont soumis à un régime complexe.


En cas d'administration légale, ils nécessitent le consentement des deux parents et - en cas de désaccord
entre eux - l'autorisation du juge des tutelles (art 382-1 lu a contrario et art. 387 C. civ.). Pour certains actes
particulièrement graves, l'administrateur légal doit impérativement obtenir l'autorisation préalable du juge des
tutelles (art. 387-1)28. Enfin, même avec l'autorisation du juge des tutelles, certains actes de disposition -
porteurs d'une trop grande charge de risques pour le patrimoine du mineur - sont interdit à l'administrateur
légal. La liste à caractère limitatif est prévue à l'article 387-2 du Code civil29.
Dans l'hypothèse d'une tutelle, l'accomplissement d'actes de disposition par le tuteur suppose
l'autorisation du conseil de famille ou, à défaut, du juge des tutelles (art. 505 al. 1). Toutefois, certains actes
particulièrement graves ne peuvent jamais être accomplis par le tuteur, même avec autorisation (art. 509 C.
civ.)30.
Les actes de dispositions qui ne respectent pas ces règles de pouvoir sont annulables alors même que
l'acte n'est pas lésionnaire. L’article 1151 alinéa 1 du Code civil prévoit toutefois que le contractant capable peut
faire obstacle à l’action en nullité engagée contre lui, en montrant que l’acte était utile à la personne protégée et
exempt de lésion, ou qu’il lui a profité.

2. Les majeurs protégés

Alors que les mineurs sont frappés d'une incapacité générale d'exercice, les majeurs ont en principe leur
pleine capacité d'exercice. Toutefois, un majeur peut être soumis à un régime de protection non seulement
lorsque ses facultés mentales sont altérées par une maladie ou un affaiblissement dû à l'âge, mais également en
cas d'altération de ses facultés corporelles s'il s'avère que cette altération empêche l'expression de sa volonté
(art. 425 C. civ).

La protection des majeurs connaît trois formes :

24
Les règles de l'administration légale et de la tutelle du mineur ont été remaniés par l'ordonnance du 15 octobre 2015, entrée en vigueur le 1er
janvier 2016.
25 Par ex. : achat d'une baguette de pain, d'une revue, etc.
26 Antérieurement à la réforme, si un acte de la vie courante apparaissait particulièrement désavantageux, une partie de la doctrine (par ex. : Ph.

Conte, A. Sériaux) considérait qu’il était sujet à rescision pour lésion en application de l’article 1305 ancien du Code civil alors que d’autres auteurs
(par ex. : J. Carbonnier, G. Goubeaux) soutenaient que l’acte était inattaquable car le mineur, pour ce type de contrats, a pleine capacité.
27 Un décret du 22 décembre 2008 dresse une liste des actes qui doivent être considérés comme des actes d'administration. Par ex. : conclusion

d'un bail d'au maximum 9 ans, ouverture d'un compte au nom de l'enfant, paiement des dettes, etc.
28 L'article 387-1 vise notamment : la vente de gré à gré d'un immeuble ou d'un fonds de commerce appartenant au mineur, l'apport en société d'un

tel bien ; l'emprunt contracté au nom du mineur.


29 L'article 387-2 vise notamment : l'aliénation gratuite des biens du mineur; acquisition par un tiers d'un droit ou d'une créance contre le mineur.
30 L'article 509 vise notamment : l'aliénation gratuite des biens du mineur; acquisition par un tiers d'un droit ou d'une créance contre le mineur.

43
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
- La sauvegarde de justice (art. 433 et s. C. civ.) est une mesure provisoire. Elle s'applique, soit aux
personnes dont la guérison rapide est envisagée (dépression nerveuse, par ex.), soit comme régime transitoire
dans l'attente d'une mesure de protection plus lourde (tutelle ou curatelle).
Le régime des actes passés par une personne mise sous sauvegarde de justice se caractérise par trois
règles (art. 435 C. civ.). Tout d'abord, le majeur mis sous sauvegarde de justice conserve l'exercice de ses droits
et peut donc conclure n'importe quel acte juridique. Ensuite, si le majeur protégé conclut un acte
désavantageux, il pourra obtenir la rescision pour lésion ou encore la réduction pour excès au cas où il désire
conserver la chose (article 1150 nouveau du Code civil). Enfin, le juge peut exceptionnellement prévoir la
désignation d'un mandataire spécial à l'effet d'accomplir certains actes déterminés. Autrement dit, si la
personne protégée accomplit seule ces actes, ils seront annulés sauf si, en vertu de l’article 1151 nouveau, l’acte
était utile à la personne protégée et exempt de lésion et s’il lui a profité.

-La curatelle (art. 440 et s. C. civ.) est une mesure intermédiaire. Elle s'applique à des personnes qui ne
sont pas hors d'état d'agir mais dont l'altération des facultés nécessite qu'elles soient assistées dans les actes
les plus graves de la vie. Ainsi le majeur protégé peut accomplir seul les actes de conservation et
d'administration sauf à en demander la rescision pour lésion ou la réduction pour excès (comme en matière de
sauvegarde de justice). En revanche, le majeur ne peut passer des actes de disposition sans l'assistance de son
curateur. A défaut d'une telle assistance - qui prend la forme de la signature du curateur à côté de celle du
majeur protégé - la nullité peut être demandée, sous réserve des dispositions de l’article 1151 nouveau.

- La tutelle (art. 440 et s. C. civ.) est une mesure de protection renforcée. Elle est destinée aux
personnes dont les facultés sont à ce point altérées qu'elles doivent être représentées de manière continue
pour tous les actes de la vie civile, à l'exception de ceux de la vie courante. Il en résulte deux règles. Tout
d'abord, si le majeur sous tutelle a passé seul un acte de la vie courante, celui-ci est susceptible d'être annulé
pour lésion ou réduit pour excès. Ensuite, si l'incapable a accompli seul un acte pour lequel il aurait dû être
représenté par son tuteur, l'acte est nul de plein droit sans qu'il soit besoin de justifier d'un préjudice, sauf, là
encore, à ce que le cocontractant fasse obstacle à cette nullité sur le fondement de l’article 1151 nouveau.

B. Les incapacités de jouissance

La capacité de jouissance est l'aptitude à être titulaire d'un droit. Lorsqu'il y a incapacité de jouissance,
l'incapable est alors privé de ce droit et ne peut l'exercer ni par lui-même, ni par l'intermédiaire d'un
représentant. Les incapacités de jouissance sont nécessairement spéciales, en ce sens qu'elles ne visent que tel
ou tel acte particulier et non tous les actes. En décider autrement reviendrait en effet à nier la personnalité
juridique qui appartient de droit à toute personne.
Ces incapacités ont plusieurs fondements.
Elles peuvent être des mesures de protection. Ainsi, les articles 903 et 904 du Code civil interdisent à
l'incapable majeur, et au mineur de moins de 16 ans, de disposer de ses biens à titre gratuit. On peut également
citer l'article 5 de la loi du 12 mai 2010 qui prévoit que les mineurs, même émancipés, ne peuvent prendre part
à des jeux d'argent et de hasard dont l'offre publique est autorisée par la loi, à l'exception des jeux de loterie
mentionnés aux articles 5, 6 et 7 de la loi du 21 mai 1836).
Elles peuvent être aussi des mesures de méfiance à l'égard de celui que la loi frappe d'une incapacité.
Tel est le cas de l'article 1125-1 ancien du Code civil – déplacé par l’Ordonnance à l’article L 3211-5-1 du Code de
la santé publique – qui interdit, sauf autorisation judiciaire, à quiconque exerce des fonctions ou occupe un
emploi dans un établissement hébergeant des personnes âgées ou dispensant des soins psychiatriques de se
rendre acquéreur d'un bien appartenant aux personnes admises dans ces établissements ou de prendre à bail
leur logement. Tel est également le cas de l'article 1596 du Code civil qui prévoit que le mandataire ne peut se
rendre acquéreur des biens qu'il est chargé de vendre.
Afin d'éviter que ces interdictions ne soient trop aisément contournées, elles s'étendent généralement
aux proches parents de l'incapable par le biais de présomptions d'interposition de personnes (par ex. : art. 911 C.
civ.).
La violation des incapacités de jouissance est sanctionnée par la nullité, absolue ou relative selon les cas.

44
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
§.2. L'insanité d'esprit

Il faut distinguer la nullité pour insanité d’esprit de la nullité pour incapacité stricto sensu. A la
différence des actes accomplis par les mineurs et les majeurs protégés qui peuvent être annulés ou rescindés en
cas de non-respect des règles de protection, les actes accomplis par des personnes capables sont en principe
valables, sauf vice du consentement. Mais il y est fait exception par les articles 414-1 et 414-2 du Code civil31,
auxquels renvoie le nouvel article 1129 du Code civil : si, bien que capable, le contractant n’était pas sain d’esprit
lors de la conclusion d’un acte, cet acte est alors annulable.
- 1re question : à quelles conditions l’acte est-il annulable ? :
Tout d’abord, il faut que celui qui recherche l’annulation prouve l’existence d’un trouble mental. Peu
importe la cause du trouble mental. Le plus souvent, il s’agira d’un majeur dont l’altération des facultés
mentales justifierait une protection ; mais celle-ci n’a pas été, ou pas encore été mise en place. Le trouble
mental peut aussi être tout à fait passager, et résulter, par exemple, de l’effet de l’alcool ou de la drogue. Peu
importe également que le trouble soit total et prive complètement l’intéressé de raison. Il suffit d’un trouble
mental suffisamment grave. L’appréciation de cette gravité relève du pouvoir souverain des juges du fond. Ainsi
les tribunaux (avant la réforme de 1968) ont pu estimer qu’étaient insuffisants à faire tomber l’acte un simple
état dépressif (CA Lyon, 30 janv. 1964) ou encore la haine profonde qui aveugle l’auteur d’un acte (Civ., 3 juin
1959).
Ensuite, le trouble doit être contemporain de la formation du contrat. En principe, il conviendrait de
prouver, pour obtenir la nullité, que l’auteur de l’acte présentait, au moment même de la conclusion de l’acte,
des signes de dérangement. Mais, eu égard à la difficulté de preuve, la jurisprudence se contente de la
démonstration de l’état habituel d’insanité « à l’époque » où le contrat a été formé, sauf au défendeur à établir
que l’auteur était « exceptionnellement dans un intervalle lucide au moment de la confection de l’acte » (Civ. 1re,
11 juin 1980).
2e question : quel est le régime de la nullité ?
Les textes distinguent suivant que la nullité est demandée du vivant de l’auteur de l’acte ou après sa
mort.
Aux termes de l’article 414-2 du C. civ. « de son vivant, l’action en nullité n’appartient qu’à l’intéressé ».
Elle s’éteint par le délai prévu à l’article 2224, après la réforme, ou 1304 ancien, pour le droit antérieur, c’est-à-
dire 5 ans, étant entendu que le point de départ de l’action est, en principe, au jour de la conclusion de l’acte
contesté (Civ. 1re, 19 novembre 1991).
Lorsque l’action en nullité est engagée après la mort de l’auteur, elle obéit à un régime plus restrictif, au
moins s’il s’agit d’un acte juridique à titre onéreux. Dans ce cas, l’article 414-2 n’ouvre en effet l’action en nullité
à ses successeurs que s’ils se trouvent dans l’un des trois cas suivants qui rendent vraisemblable l’existence d’un
trouble mental :
- « l’acte porte en lui-même la preuve d’un trouble mental »
- l’acte « a été fait alors que l’intéressé était placé sous sauvegarde de justice »
- « une action a été introduite avant son décès aux fins d’ouverture dune curatelle ou d’une
tutelle ou si effet a été donné au mandat de protection future32 ».
En revanche, les libéralités peuvent, en vertu de l’article 901 du Code civil, être attaquées par les
héritiers sans que la preuve du trouble mental soit assujettie aux restrictions de l’article 414-2 du Code civil. La
solution s’inscrit dans le courant de défiance que le droit civil témoigne habituellement à l’égard des actes à titre
gratuit33.

31 La loi du 5 mars 2007, portant réforme du droit des personnes, a remplacé à l’identique (sous réserve de modifications de forme) les articles 489
et 489-1 par les articles 414-1 et 414-2. Ces nouvelles dispositions sont applicables depuis le 1er janvier 2009.
32 Le mandat de protection future est un contrat de représentation par lequel une personne donne à une autre le soin de la représenter au cas où

elle viendrait à perdre sa lucidité (art. 477 et s.). Il s'agit donc d'anticiper une altération éventuelle des facultés mentales.
33 La jurisprudence décide que la prescription de l’action en nullité d’un acte à titre gratuit pour insanité d’esprit ne peut commencer à courir avant

le décès du testateur lorsque l’action est exercée par les héritiers du disposant (Cass. civ. 1re, 13 mars 2013). La solution est logique dés lors que les
héritiers ne peuvent introduire une action en justice qu'à compter du décès du disposant. La même solution a été retenue en matière de donation
(Cass. civ. 1re, 29 janvier 2014).
45
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
Sous-section 2: l'intégrité du consentement

Le Code civil fait une large place aux vices du consentement. Cette place découle de l’autonomie de la
volonté : dès lors que la volonté est à la source du contrat, il est nécessaire qu’elle présente certaines qualités.
Pour autant, les rédacteurs de 1804 ont eu conscience de ce que la prise en considération de la seule
psychologie des contractants aurait conduit à une grande insécurité juridique : en tenant compte de tout ce qui
est susceptible d’altérer le consentement, on aurait introduit l’instabilité dans les rapports contractuels.
L’impératif de sécurité juridique suppose donc de ne pas prendre en considération toute anomalie, sous peine
d’anéantir quasi systématiquement les contrats. C’est ainsi que, tout en réservant une place importante aux
vices du consentement, le Code n’a admis qu’à des conditions précises qu’ils puissent entraîner la nullité du
contrat.
Les règles de droit relatives aux vices du consentement n’ont été que peu modifiées par la réforme qui
n’a fait que les enrichir de quelques précisions. L’article 1130 nouveau du Code civil dispose ainsi,
conformément à l’ancien article 1109, que « l’erreur, le dol et la violence vicient le consentement lorsqu’ils sont
de telle nature que, sans eux, l’une des parties n’aurait pas contracté ou aurait contracté à des conditions
substantiellement différentes ». Les vices du consentement sont donc au nombre de trois : lorsqu’il y a erreur
(§.1) ou dol (§.2), le consentement n’a pas été donné en connaissance de cause ; lorsqu’il a été extorqué par
violence (§.3), il n’a pas été donné librement ce qui finalement relève d’une autre logique.

§.1. L’erreur

Il convient de commencer par envisager les différentes variétés d’erreurs (A), avant de préciser les
caractères que doit revêtir l’erreur pour être sanctionnée (B), et de terminer par la preuve et les sanctions de
l’erreur (C).

A. Les différentes variétés d’erreurs

La notion d’erreur n’est pas spécifique au droit. Dans le langage commun, une personne commet une
erreur lorsqu’elle se méprend sur la réalité (se représente inexactement la réalité), soit qu’elle considère comme
vrai ce qui est faux, soit inversement qu’elle considère comme faux ce qui est vrai. L’erreur consiste dans la
discordance, le décalage, entre la croyance de celui qui se trompe (l’errans) et la réalité.
Lorsqu’elle est commise à l’occasion de la conclusion d’un contrat, l’erreur consiste dans l’idée fausse
que se fait un contractant de tel ou tel élément du contrat. C’est dire qu’il existe une multitude d’erreurs
possibles. On peut citer par exemple :
- l’erreur sur la valeur des prestations : je dépense 1.000.000 € pour acquérir une toile de Cézanne car
je crois qu’elle les vaut, alors qu’elle n’en vaut que 500.000 ;
- l’erreur sur la personne du contractant : je choisis de me faire photographier par telle personne car je
crois qu’elle est un photographe de renommée internationale, ce qu’elle n’est pas en réalité ;
- l‘erreur sur les motifs de l’engagement (sur les raisons qui ont conduit à conclure le contrat) :
j’achète un appartement à Paris, car je crois que je vais y être mutée, or je suis en réalité mutée à Toulouse…
Le droit doit-il prendre en compte toutes ces erreurs ? Les sanctionner toutes, ce serait risquer de
compromettre la sécurité juridique : les parties s’exposeraient trop fréquemment à une remise en cause d’un
contrat. D’un autre côté pourtant, dans un système qui, comme le système français, est fondé sur l’autonomie
de la volonté, ne doit-on pas pouvoir faire annuler le contrat dès lors que la volonté d’une des parties a été
viciée ?
C’est dans cette recherche d’un équilibre entre la protection du contractant qui s’est trompé et la
sauvegarde d’une certaine sécurité juridique que le Code civil a retenu une solution de compromis : seules
certaines erreurs sont sanctionnées (1) ; les autres sont indifférentes (2).

1. Les erreurs sanctionnées

Aux termes de l’article 1132 nouveau du Code civil, « l’erreur de droit ou de fait, à moins qu’elle ne soit
inexcusable, est une cause de nullité du contrat lorsqu’elle porte sur les qualités essentielles de la prestation due
46
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
ou sur celles du cocontractant », étant précisé que, selon l’article 1134, « l’erreur sur les qualités essentielles du
cocontractant n’est une cause de nullité que dans les contrats conclus en considération de la personne ».
Le Code civil, qui a peu modifié sur ce point les anciens textes, ne sanctionne donc que deux types
d’erreurs : l’erreur sur les qualités essentielles de la prestation due (b) et, dans certains contrats, l’erreur sur les
qualités essentielles du cocontractant (c). A ces deux hypothèses, la doctrine majoritaire ajoute l’erreur obstacle :
on l’évoquera rapidement pour commencer (a).

a. L’erreur obstacle

Elle résulte d’un malentendu radical : les volontés ne se sont pas rencontrées car les parties n’ont pas
voulu la même chose. L’erreur est si grave qu’elle fait obstacle à la rencontre des volontés. Ainsi en est-il :
- d’une erreur sur la nature de l’acte : elle correspond à un malentendu sur l’opération juridique
projetée : une partie croyait acheter un bien, alors que l’autre voulait simplement le louer. (pour un exemple
jurisprudentiel qui montre que l’hypothèse d’une telle erreur n’est pas seulement d’école : Civ. 3e, 18 mars 1980,
deux ventes au lieu d’un échange).
- d’une erreur sur l’objet de l’acte : elle correspond à un malentendu sur la désignation de l’objet même
du contrat (error in corpore) : une partie croyait acheter telle parcelle de terre, alors que l’autre pensait vendre
telle autre parcelle ; ou encore une partie pensait acheter des bouteilles de vin pour 2.000 francs, alors que
l’autre voulait les vendre 2.000 euros. Par ex. : CA, Orléans, 13 mai 2004 : « force est de constater qu’il n’y a pas
eu échange des consentements sur la prestation monétaire, l’acheteur entendant donner 10.979 Fr. et le vendeur
recevoir 10.979 € pour le même produit ; que les deux parties ne se sont pas entendues sur le prix, de sorte que le
contrat ne s’est pas formé ».
Dans ces différentes hypothèses, l’erreur consiste en une altération telle du consentement que les
volontés n’ont pas pu se rencontrer sur les éléments essentiels du contrat. C’est l’existence même du
consentement qui fait défaut.

La situation est différente dans les hypothèses qui vont être maintenant envisagées : les erreurs vices du
consentement. Dans ces cas, les volontés se sont alors bien rencontrées, il y a bien eu consentement, mais ce
consentement a été vicié. C’est le cas de l’erreur sur les qualités essentielles de la prestation due et de l’erreur
sur les qualités essentielles du cocontractant.

b. L’erreur sur les qualités essentielles de la prestation

Selon l’article 1132 précité, « l’erreur de droit ou de fait […] est une cause de nullité du contrat lorsqu’elle
porte sur les qualités essentielles de la prestation due ». L’article 1133 nouveau précise que « les qualités
essentielles de la prestation sont celles qui ont été expressément ou tacitement convenues et en considération
desquelles les parties ont contracté ».
Ainsi, pour que l’erreur porte sur une qualité essentielle de la prestation, il faut que la qualité ait été
déterminante du consentement des parties et qu’elle ait été expressément ou tacitement convenue entre
elles.
Cette disposition vient, en réalité, consacrer l’interprétation, retenue par la jurisprudence, de l’ancien
article 1110 al 1er qui dispose que « l’erreur n’est une cause de nullité de la convention que lorsqu’elle tombe sur
la substance même de la chose qui en est l’objet ». La jurisprudence retient en effet, depuis longtemps une
conception subjective de cette notion de substance même de la chose objet du contrat, d’après laquelle la
substance correspond aux qualités essentielles de la chose, c’est-à-dire aux qualités de la choses qui ont
déterminé la volonté de l’errans, celles sans lesquelles il n’aurait pas contracté (Civ. 28 janvier 1913 : « l’erreur
doit être considérée comme portant sur la substance lorsqu’elle est de telle nature que sans elle l’une des parties
n’aurait pas contracté »)34, où l’on retrouve la qualité essentielle déterminante du consentement des parties
visée à l’article 1133 nouveau du Code civil.
Ainsi comprise, la substance de la chose (tout comme ses qualités essentielles) peut être non seulement
la matière de la chose (en airain alors que je la pensais en or), mais elle peut aussi être l’authenticité d’une
sculpture ou d’un tableau (que je pensais être le fait d’un auteur célèbre alors que ce n’est pas le cas). Il peut

34
Dans un premier temps, toutefois, une conception objective de la substance de la chose avait pu être envisagée, la substance étant alors
considérée comme la matière dont est faite la chose objet du contrat, comme la matière physique dont l’objet est composé (ex. : j’achète un objet
que je crois en or, alors qu’il est en airain).
47
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
également s’agir de l’aptitude de la chose à remplir l’usage auquel on la destine (la constructibilité d’un terrain,
l’achat d’une jument qui s’avère être en gestation, alors qu’on la destinait à la course, etc.)35.
En somme, pour que la nullité soit prononcée, il faut alors que le demandeur démontre, non seulement
qu’il a cru faussement que la chose présentait telle qualité, mais aussi que là a été la raison déterminante de
son engagement.

Cette conception subjective des qualités essentielles de la prestation ou de la substance de la chose


n’est cependant pas sans risque: elle oblige le juge à rechercher la volonté de l’errans afin de déterminer si la
qualité qui fait défaut était ou non essentielle à ses yeux. A s’en tenir là, l’erreur sur les qualités essentielles ou
sur la substance risque de se révéler dangereuse pour la stabilité du contrat, et par là même pour la sécurité
des transactions : une partie pourrait prétendre, pour sortir d’un contrat, que son consentement avait été
déterminé par telle ou telle qualité très particulière de la chose, qui s’avère faire défaut, et dont elle n’avait
jamais fait état.
Aussi, l’article 1133, confirmant la jurisprudence antérieure, pose une autre exigence : la qualité doit
avoir été expressément ou tacitement convenue entre les parties. Autrement dit, le cocontractant de l’errans
doit avoir connu l’importance que celui-ci a donnée à la qualité défaillante ; il doit avoir su que la qualité en
cause était déterminante du consentement de celui qui s’est trompé. La qualité défaillante doit être, selon les
termes de la jurisprudence antérieure, « entrée dans le champ contractuel »36.
Comment établir que la qualité défaillante était convenue, qu’elle est entrée dans le champ
contractuel ? On tiendra sans doute compte des stipulations que les parties ont insérées dans leur contrat. Mais
qu’en est-il en l’absence de telles stipulations ? C’est en principe à l’errans qu’il appartient de rapporter la
preuve de ce qu’il avance. Comment peut-il y parvenir ?
La plupart des auteurs proposent de se référer, au regard de la nature du contrat conclu, à ce qui est
substantiel pour l’opinion commune. Ainsi, lorsque la qualité est normalement substantielle dans le contrat
conclu, on doit présumer qu’elle l’est pour l’errans et qu’elle a nécessairement été tacitement convenue entre
les parties. A défaut, c’est à l’errans qu’il appartient de rapporter la preuve du caractère substantiel de la qualité
défaillante.
 Par exemple, dans un tableau de maître, ce qui importe en principe c’est son authenticité. Si le tableau
s’avère ne pas être authentique, on considèrera qu’il y avait là une qualité substantielle ; l’erreur portera sur une
qualité convenue. Mais si vous avez acheté le tableau parce que vous faites une collection des portraits d’Henri II
et qu’il s’avère être un portrait d’Henri IV, c’est à vous de prouver que cette qualité a déterminé votre
consentement et que votre cocontractant le savait (si tant est d’ailleurs qu’une telle erreur doive être
considérée comme excusable, on y reviendra…).

Complétons cette analyse de l’erreur sur la substance par quelques questions sur lesquelles les
tribunaux ont été appelés à se prononcer et qui, pour certaines, trouvent une solution dans les nouveaux textes
du Code civil. Et prenons pour ce faire le premier arrêt Poussin : Civ. 1re, 22 février 1978.
Un tableau, attribué par un expert renommé à l’Ecole des Carrache, est mis en vente aux enchères
publiques par son propriétaire. La Réunion des musées nationaux exerce son droit de préemption, et expose le
tableau au Louvre où il est présenté comme un authentique Poussin. Le vendeur demande alors la nullité de la
vente pour erreur sur les qualités substantielles de la chose vendue.
La Cour d’appel le déboute de sa demande au motif qu’il n’a pas apporté la preuve que le tableau était
une œuvre authentique.

35
Il convient de préciser que si l'erreur sur la substance est le plus souvent une erreur de fait, elle peut également être une erreur de droit. Au sujet
de cette erreur de droit, deux remarques.
Tout d'abord, elle suppose que l'errans se soit mépris sur l'existence, la nature ou l'étendue des droits qui ont fait l'objet du contrat. Ainsi
en est-il en cas de cession de droits successifs, ou de renonciation à succession, déterminée par l'ignorance des règles de la dévolution ou de la
liquidation successorales (Civ., 17 novembre 1930 et 4 mai 1948). Ainsi en est-il encore lorsqu'une personne, se croyant à tort responsable d'un
dommage, indemnise la victime (Civ. 1re, 25 novembre 1990).
Ensuite, l'erreur s'apprécie par référence à la règle de droit écrite, non par référence à la jurisprudence qui est toujours susceptible de
variations (Civ. 1re, 27 juin 2006). En refusant dans cette hypothèse la nullité, la Cour de cassation paraît avoir voulu éviter que les divergences et les
revirements de jurisprudence puissent être utilisés trop facilement pour remettre en cause les contrats.
In fine, on notera que l’Ordonnance consacre expressément l’hypothèse de l’erreur de droit admise par la jurisprudence (art. 1132 nouv.
C. Civ.).
36 Antérieurement à la réforme, on disait aussi parfois que l’erreur doit avoir été commune. L’expression n’est toutefois pas des plus satisfaisantes :

ce qui est commun ce n’est pas l’erreur, mais l’intention de considérer comme essentielle telle qualité de la chose.
48
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
La possibilité d’attribution d’un tableau à un maître, alors que cette attribution était exclue
formellement par le vendeur au jour de la vente, établit-elle l’erreur de ce dernier, cause de nullité sur le
fondement de l’article 1110 ancien du Code civil ?
Cassation pour manque de base légale au regard de l’article 1110 ancien : la Cour d’appel n’a pas
recherché si « au moment de la vente, le consentement des vendeurs n’a pas été vicié par la conviction erronée
que le tableau ne pouvait pas être une œuvre de Poussin ».

Remarque préliminaire : l’erreur du vendeur porte ici sur sa propre prestation et non pas sur la
prestation de son cocontractant : c’est le vendeur qui se trompe sur ce qu’il vend.
Généralement, l’erreur porte sur la prestation que doit fournir le cocontractant. Ainsi, dans une vente,
l’acheteur croit acquérir une œuvre authentique, alors qu’il n’acquiert d’une copie : l’erreur de l’acheteur porte
sur la prestation du vendeur. Mais, à côté de cette hypothèse la plus fréquente, il en est une autre : celle dans
laquelle l’erreur porte non pas sur la prestation de l’autre partie, mais sur sa propre prestation : on se trompe
sur ce à quoi on s’engage. Tel était le cas ici.
D’où la question de savoir si l’erreur du vendeur sur sa propre prestation est de nature à entraîner la
nullité du contrat. Plus largement, l’erreur doit-elle porter uniquement sur la prestation de son cocontractant ou
peut-elle porter également sur la prestation que l’on est soi-même tenu d’exécuter ?
Avant l’arrêt Poussin, la question avait déjà été tranchée : dans un arrêt du 17 novembre 1930, la
Chambre civile de la Cour de cassation avait admis de sanctionner l’erreur sur sa propre prestation.

Cette solution est désormais codifiée. En effet, le nouvel article 1133 alinéa 2 du Code civil prévoit que
« l’erreur est une cause de nullité qu’elle porte sur la prestation de l’une ou de l’autre partie ». L’erreur peut donc
porter sur la prestation même de celui qui l’allègue.

Cette remarque préliminaire faite, venons-en à un apport plus original de cet arrêt, relatif à la question
de la place du doute dans l’existence de l’erreur. Que faire si une œuvre est présentée comme appartenant à
l’Ecole des Carrache et qu’il apparaît par la suite qu’elle pourrait bien être un véritable Poussin ? C’est à cette
délicate question que permet de répondre le premier arrêt Poussin.
Dans l’affaire Poussin, il y avait une certitude pour le vendeur : le tableau n’était pas un Poussin, il
n’était pas authentique. Or il s’avère par la suite que ce tableau est en réalité peut-être un Poussin ; c’est de là
que naissait le doute.
 La Cour d’appel considère qu’il ne peut pas y avoir d’erreur lorsque la vérité n’est pas établie avec
certitude. Pour la Cour d’appel, il faut donc établir la réalité de manière certaine pour pouvoir, ensuite, prétendre
avoir commis une erreur sur cette réalité. Une erreur ne serait concevable qu’au regard d’une qualité dûment
établie. Ainsi, il aurait fallu établir ici avec certitude l’authenticité : il s’agit bien d’un Poussin, et non pas il
pourrait s’agir d’un Poussin.
 Censure de la Cour de cassation. La Cour de cassation juge, au contraire, que pour apprécier l’existence
d’une erreur, il n’est nul besoin d’une certitude à laquelle confronter la croyance du cocontractant. Il suffit
qu’il y ait une discordance entre la croyance de l’errans et la réalité, quand bien même celle-ci serait incertaine.
Ici, il était exclu, pour le vendeur, que le tableau soit un Poussin ; or il s’avère que le tableau est peut-être un
Poussin. Il y a donc bien une discordance entre ce qu’a cru le vendeur et la réalité.

Cette question de la place du doute dans l’appréciation de l’erreur n’est pas évoquée dans les
nouvelles dispositions du Code civil. On peut néanmoins penser que la Cour de cassation maintiendra sa
jurisprudence antérieure. En effet, le contractant qui découvre qu’une qualité essentielle qu’il croyait certaine
est désormais entachée d’un doute commet, à n’en pas douter, une erreur.

Est-ce à dire que l’erreur sera toujours prise en compte lorsqu’il y a doute ? Non pas. Il ne faut pas que
le doute soit entré dans le champ contractuel. Tel est l’enseignement de l’arrêt relatif au Verrou de Fragonard :
Civ. 1re, 24 mars 1987.

Un tableau est vendu aux enchères publiques comme étant « attribué à » Fragonard. L’authenticité du
tableau est établie par la suite et le vendeur agit en nullité de la vente pour erreur sur les qualités substantielles.
La Cour d’appel refuse d’annuler la vente pour erreur : l’expression « attribué à » laissait planer un
doute sur l’authenticité ; elle n’en excluait pas la possibilité.

49
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
Le pourvoi faisait valoir dans une première branche, que le vendeur avait eu la conviction que
l’authenticité de l’œuvre était exclue, et qu’il fallait s’attacher à cette conviction et non pas au sens objectif de la
mention « attribué à ». Dans une seconde branche il était soutenu que, quand bien même le juge n’admettrait
pas cette conviction, il y avait eu une discordance entre la conviction de l’errans (possible attribution à
Fragonard) et la réalité de l’authenticité de l’œuvre (certitude de l’attribution à Fragonard).
Le doute quant à l’authenticité, partagé par les parties lors de la vente d’un tableau, exclut-il tout
recours ultérieur en annulation du contrat sur le fondement de l’erreur ?
La Cour de cassation rejette le pourvoi. Elle relève qu’il résulte des énonciations des juges du fond que le
vendeur ne rapporte pas la preuve qu’il a consenti à la vente de son tableau sous l’empire d’une conviction
erronée quant à l’auteur de l’œuvre. Et ajoute surtout que l’aléa sur l’authenticité de l’œuvre était entré dans
le champ contractuel, « qu’en conséquence, aucune des deux parties ne pouvait alléguer une erreur en cas de
dissipation ultérieur de l’incertitude commune ».

 La situation est différente de celle du Poussin : dans l’affaire du Poussin, les vendeurs avaient une
certitude : il était exclu que le tableau soit un Poussin ; or par la suite, il est établi que le tableau pourrait bien
être un Poussin ; il existe bien une discordance entre la croyance des vendeurs et la réalité.
 Ici, le doute est partagé par les parties au moment de la vente (tableau « attribué à »). Que signifie ce
doute ? Les parties acceptent que l’œuvre puisse restée attribuée à Fragonard (c'est-à-dire que le doute quant à
l’authenticité de l’œuvre subsiste). Mais ce n’est pas tout : elles admettent aussi la possibilité qu’il puisse être
établi, par la suite, que le tableau n’est pas un Fragonard (absence d’authenticité) ; et elles admettent également
qu’il puisse être établi ultérieurement que le tableau soit un Fragonard (authenticité). Elles ont donc admis, lors
de la conclusion du contrat, ces trois éventualités : il n’y aura pas d’erreur si l’une d’entre elles survient. Il n’y a,
pourrait-on dire, pas de discordance entre la croyance de l’errans et la réalité, car la croyance portait non pas sur
l’absence d’authenticité du tableau, mais sur les trois possibilités précitées. Le doute est cette fois-ci, « entré
dans le champ contractuel », ce qui exclut la possibilité, par la suite, d’invoquer une erreur sur ce point : les
différentes possibilités avaient, en effet, été admises par les parties dès l’origine. Les parties avaient accepté un
aléa37.
En conclusion, ce qui est finalement essentiel en ce domaine est donc de déterminer si l’authenticité a
été intégrée dans la définition de la chose vendue en tant que certitude ou si elle pouvait comporter un aléa,
faire l’objet d’un doute. La jurisprudence écarte la demande d’annulation lorsque le doute était entré dans le
champ contractuel (Fragonard)38. En revanche, elle annule la convention lorsque la certitude de l’authenticité ou
de l’absence d’authenticité (Poussin) de l’œuvre d’art était une qualité substantielle de la chose pour les parties.

La réforme du droit des contrats a été l’occasion d’inscrire ce principe dans le Code civil, à l’article
1133 alinéa 3 nouveau qui dispose que « l’acceptation d’un aléa sur une qualité de la prestation exclut l’erreur
relative à cette qualité ». Il faut donc, pour que l’aléa chasse l’erreur, qu’il ait été accepté par les parties, sans
quoi la nullité pourrait sans doute être prononcée.

Dernier point à aborder : la date d’appréciation de l’erreur : 2nd arrêt Poussin : Civ. 1re, 13 déc. 1983
La Cour d’appel de renvoi, dans l’affaire Poussin, faisait valoir que l’erreur devait être appréciée au jour
de la vente. Or, à ce jour, le tableau était attribué à l’Ecole des Carrache ; il était donc exclu qu’il s’agisse d’un
Poussin ; le doute n’est apparu qu’ultérieurement. D’où le refus, de la Cour d’appel de renvoi, de prononcer la
nullité de la vente pour erreur.
Le problème était donc de savoir si l’on pouvait faire valoir des éléments postérieurs à la conclusion du
contrat pour prouver l’existence d’une erreur contemporaine de la formation du contrat ?
A nouveau, cassation au visa de l’article 1110 ancien du Code civil : pour la Haute juridiction, il est
possible de se servir d’éléments postérieurs à la vente pour rapporter la preuve d’une erreur au jour de la
vente.
Deux questions doivent en réalité être distinguées.
S’agissant de la croyance de l’errans, de sa conviction, il ne fait guère de doute qu’elle doit être
appréciée au moment de la conclusion du contrat.

37 Encore faut-il, pour que l’aléa chasse l’erreur, que cet aléa porte directement sur la qualité qui est l’objet de l’erreur (en ce sens, Civ. 1er, 28 mars
2008).
38
Pour une application de la jurisprudence Fragonard à une "erreur' sur l'inconstructibilité d'un terrain : Civ. 3e, 13 novembre 2014.
50
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
Mais différente est la question de la date d’appréciation de la réalité, à laquelle la croyance de l’errans
doit être confrontée afin d’établir s’il y a eu ou non erreur. Cette réalité peut être établie, précise le second arrêt
Poussin, par la prise en considération d’éléments postérieurs à la formation du contrat (tout en tenant compte
de l’état de la chose au moment de la conclusion du contrat)39.

Dans les nouvelles dispositions du Code civil, il n’est rien dit sur la date d’appréciation de l’erreur. Pour
autant, l’article 1130 nouveau dispose que l’erreur vicie le consentement lorsque la partie qui l’allègue n’aurait
pas contracté ou aurait contracté à des conditions substantiellement différentes sans elle. C’est donc bien au
moment de la conclusion du contrat que doit être prise en compte la conviction de l’errans. Quant à la date
d’appréciation de la réalité, dans le silence des textes, on peut penser que la Cour de cassation maintiendra sa
jurisprudence antérieure.

L’erreur sur les qualités essentielles, telle qu’elle vient d’être envisagée, est l’hypothèse la plus
fréquente. Plus rare est celle qu’il convient désormais d’évoquer : l’erreur sur la personne.

c. L’erreur sur la personne

De quoi s’agit-il ? Pas nécessairement de l’identité physique ou civile de la personne (par exemple,
conclure un contrat avec un homonyme), mais de ses qualités essentielles, lesquelles varient selon les contrats.
Par exemple, la qualité de repris de justice n’est généralement pas indifférente à un employeur ; elle l’est en
principe à un vendeur.
Ainsi entendue, l’erreur sur la personne est-elle sanctionnée ? Aux termes de l’article 1134 du Code civil
(art. 1110 al. 2 anc.) « l’erreur sur les qualités essentielles du cocontractant n’est une cause de nullité que dans
les contrats conclus en considération de la personne ».
C’est dire que, si l’erreur sur la personne du contractant n’est en principe pas sanctionnée, elle entraîne
par exception la nullité du contrat lorsque la considération de la personne a joué un rôle déterminant lors de
la conclusion du contrat. Tel est le cas dans les contrats conclus intuitu personae, ceux conclus en considération
de la personne du contractant.
 Ex. : les contrats à titre gratuit (car on n’entend pas donner ou rendre service à n’importe qui).
 Ex. : certains contrats à titre onéreux, notamment le contrat de travail ou le contrat médical (contrats de
prestation de services).

Et vous aurez compris que, dans les cas autres que ceux qui viennent d’être étudiés, l’erreur n’est pas
une cause de nullité de l’engagement. On parle alors d’erreur indifférente.

2. Les erreurs indifférentes

Ainsi en est-il :
- De l’erreur qui porte sur une qualité non essentielle de la prestation ;
- De l’erreur sur la personne lorsque la considération de celle-ci n’est pas déterminante de la
convention (contrat qui n’est pas conclu intuitu personae).
Mais aussi :
- De l’erreur directe sur la valeur, entendue comme l’erreur sur l’évaluation économique de l’objet du
contrat (art. 1136 nouv.). L’hypothèse est celle dans laquelle une partie a acheté « trop cher » (ex. achat pour
8.000 € d’une voiture qui n’en vaut en réalité pas plus de 6.000 €).
Ce déséquilibre objectif des prestations n’est pas une cause de nullité de la convention. Il s’agit, en effet,
d’un cas dit de « lésion » (une partie a été lésée par un déséquilibre objectif des prestations). Or, en droit
français, la lésion n’est pas, en principe, une cause de nullité du contrat ; elle ne l’est que par exception,
lorsqu’un texte le prévoit spécialement (cf. cours sur l’objet).
A ce stade, il convient de souligner qu’il y a des confusions à éviter :
Tout d’abord, il faut clairement distinguer erreur sur la valeur et erreur sur le prix : dans l’hypothèse
d’une erreur sur la valeur, les parties se sont bien entendues sur le prix (pas de confusion entre les francs et les

39
Dans le même sens, s'agissant de la date d'appréciation de l'erreur : Civ. 3e, 12 juin 2014 : à propos d'une erreur sur le constructibilité immédiate
d'un terrain.
51
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
euros, notamment), mais l’une d’elles découvre par la suite que l’évaluation économique de la chose était
erronée (la chose acquise valait en réalité bien moins cher ou bien plus cher). Cette erreur est indifférente,
tandis que l’erreur sur le prix est sanctionnée à titre d’erreur obstacle, on l’a vu.
Ensuite, c’est uniquement si elle porte directement sur la valeur que l’erreur n’est pas prise en compte.
Si elle est au contraire seconde, en ce sens qu’elle est la conséquence d’une erreur sur les qualités essentielles, il
y aura là une cause de nullité, car l’erreur sur les qualités essentielles est sanctionnée. C’est pourquoi, si je vends
un tableau que je crois être de l’Ecole des Carrache, alors qu’il se révèle être de Nicolas Poussin, je me suis
certes trompée sur la valeur de la chose que j’ai vendue, mais cette erreur n’est qu’une conséquence d’une
erreur sur la les qualités essentielles. A ce titre, elle pourra être sanctionnée par la nullité du contrat de vente.
En bref, lorsque l’erreur résulte d’une appréciation économique erronée effectuée à partir de données exactes,
elle est indifférente ; en revanche, lorsqu’elle résulte d’une appréciation économique erronée effectuée à partir
de données inexactes, elle entraîne la nullité du contrat (comp. Com., 4 octobre 2011).

- De l’erreur sur les motifs, entendus comme les raisons personnelles qui ont déterminé les parties à
contracter (art. 1135 nouv.). Ex. : j’ai acheté un appartement à La Rochelle car je croyais être mutée dans cette
ville, ce qui n’a finalement pas été le cas.
Pourquoi cette indifférence de l’erreur sur les motifs ? Parce que les motifs sont trop souvent lointains,
variables et divers pour que le droit puisse en tenir compte.
Encore faut-il nuancer le propos : les qualités essentielles de la chose ou la personne avec laquelle on
contracte sont aussi des motifs du contrat ; et pourtant, si une erreur est commise à leur propos, la nullité est
encourue. C’est, en réalité, parce que seule l’erreur sur un motif étranger aux qualités essentielles de la
prestation due ou du cocontractant est indifférente (pour la jurisprudence antérieure, voir par ex : Com., 11
avril 2012).
Dans certaines hypothèses toutefois, l’erreur sur les motifs (extérieurs à l’objet du contrat) peut être
sanctionnée.
C’est ainsi que l’article 1135 alinéa 1 réserve le cas où les parties font d’un simple motif, étranger aux
qualités essentielles de la prestation due ou du cocontractant, un élément déterminant de leur consentement.
Reste qu’en pratique, cette exception est d’un intérêt limité. En effet, deux hypothèses peuvent se présenter.
1re hypothèse : en faisant d’un simple motif un élément déterminant de leur consentement, les parties le
transforment, de fait, en qualité essentielle de la prestation (ex. : j’achète un tableau parce qu’il représente tel
personnage historique) et c’est alors sur le fondement de l’erreur sur la qualité essentielle de la prestation que
le contrat pourra être annulé, sans qu’il soit nécessaire de recourir à la notion d’erreur sur les motifs.
2de hypothèse : le motif ne repose pas sur une qualité de la prestation (ex. : j’achète un appartement
dans telle ville parce que je pense y être muté). Dans ce cas, en pratique, pour faire de ce motif un élément
déterminant de leur consentement, les parties l’érigeront en une condition (suspensive ou résolutoire) du
contrat (ex. : je loue un appartement dans une ville où je n’habite pas sous la condition suspensive que je soit
muté dans cette ville). Vous voyez bien que si le contrat n’existe pas (parce que finalement je n’ai pas été muté),
ce n’est pas en conséquence de la nullité pour erreur mais du jeu de la condition.

De même, l’article 1135 alinéa 2 admet l’erreur sur le motif d’une libéralité, en l’absence duquel son
auteur n’aurait pas disposé, comme cause de nullité du contrat. Cette solution n’est pas nouvelle mais,
antérieurement à la réforme, elle se fondait sur la notion de cause (voir ci-dessous) alors qu’elle relève
aujourd’hui des vices du consentement.

B. Les caractères nécessaires à la nullité

La question a déjà pour partie été envisagée dans les développements qui précèdent. On a en effet
relevé que pour que la nullité soit prononcée, il faut la victime démontre qu’elle a cru faussement que la chose
présentait telle qualité (1), que là a été la raison déterminante de son engagement (2), et que la qualité
manquante était entrée dans le champ contractuel (3).
A ces trois conditions, il convient d’en rajouter une quatrième : l’erreur doit être excusable.
En effet, consacrant la jurisprudence antérieure, l’article 1132 n’admet l’erreur comme cause de nullité
du contrat qu’à la condition qu’elle ne soit pas inexcusable. Dans un souci de moralisation, celui qui s’est trompé
ne saurait tirer parti de son erreur lorsque celle-ci est inexcusable. Autrement dit, s’il est naturel que la loi

52
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
protège ceux qui se trompent, elle ne saurait en revanche venir en aide à ceux qui font preuve d’une légèreté
excessive40.
 Ex. : n’est pas excusable l’erreur de l’employeur qui n’a pris aucun renseignement avant une embauche
(Soc., 3 juill. 1990) ou celle de l’architecte qui ne s’est pas renseigné sur la constructibilité d’un terrain (Civ. 3 e, 9
oct. 1969).
Cette faute de l’errans, les juges l’apprécient in concreto, c’est-à-dire en fonction de la personne. Ils
font ainsi preuve d’une plus grande sévérité lorsque celui qui a commis une erreur est un professionnel ou
lorsque l’erreur invoquée porte sur sa propre prestation.

C. Preuve et sanctions

La preuve de l’erreur est à la charge de la victime. L’erreur étant un fait juridique, sa preuve est possible
par tous moyens.
Lorsque l’erreur est un vice du consentement, elle est sanctionnée par la nullité relative du contrat (art.
1131 nouv.)41.
S’agissant d’une nullité relative, c’est à l’errans (ou, le cas échéant, à ses ayants droit) qu’il appartient
de demander la nullité.
Il doit le faire dans les cinq ans qui suivent la découverte du vice (art. 1144 et art. 2224, pour le droit
postérieur à la réforme et art. 1117 du Code civil et le renvoi à l’art. 1304, pour le droit antérieur).

Mais la victime peut aussi renoncer à invoquer cette nullité : on dit alors qu’elle confirme l’acte (on
reviendra sur la confirmation lors de l’étude des nullités).
La nullité est généralement totale. Elle peut toutefois n’être que partielle, lorsque les juges se bornent à
annuler la clause acceptée à la suite d’une erreur, et que le contrat peut subsister pour le reste en raison du fait
que cette clause n’est qu’accessoire (Cass. req., 6 février 1945).
Parfois, celui qui s’est trompé peut obtenir, outre le prononcé de la nullité sur le fondement de l'article
1132 (1110 ancien) du Code civil, des dommages et intérêts (art. 1178 al. 4 et, pour le droit antérieur, voir Civ.
3e, 29 novembre 1968). Encore faut-il pour cela établir une faute du contractant (sur 1240 nouv. ou 1382 anc. C.
civ) et démontrer que la nullité ne suffit pas à réparer la totalité du préjudice de l’errans42.

§.2. le dol

De façon générale, le dol consiste dans un comportement malhonnête. Au stade de l’exécution du


contrat, vous trouverez ce terme à propos de l’inexécution dolosive : un contractant méconnaît délibérément
une obligation qui lui incombe ; ce qui peut notamment avoir pour effet d’écarter le jeu d’éventuelles clauses
limitatives ou exonératoires de responsabilité (on y reviendra). Au stade de la formation (question qui nous
intéresse pour l’instant), l’expression vise une tromperie qui amène l’autre partie à conclure le contrat sur une
fausse conviction.
 Ex. : un garagiste trafique le compteur de la voiture pour tenter de la rajeunir ; le vendeur d’un fonds de
commerce présente une comptabilité truquée pour décider son acheteur.
Le dol est donc une erreur provoquée : tandis que dans l’hypothèse de l’erreur, un contractant s’est
trompé, dans l’hypothèse du dol il a été trompé.

40 On notera juste que l’erreur inexcusable est indifférente en matière d’erreur obstacle (Civ. 3e, 21 mai 2008) et peut-être aussi en matière d'erreur
de droit lorsque celle-ci porte sur l'existence du droit (Civ. 3ème, 20 octobre 2010).
41
S'agissant de l’erreur obstacle, la jurisprudence a longtemps admis que la sanction était la nullité absolue (par exemple : Civ. 3e, 15 avril 1980).
Aujourd'hui, c’est la nullité relative qui est retenue par la Cour de cassation (Civ. 1re, 26 juin 2013). Au regard de la théorie moderne des nullités, la
solution est logique car ce n’est pas l’intérêt général mais celui des personnes parties au contrat qui risque d’être lésé.
42 Au terme de l'article 1641 du Code civil, « Le vendeur est tenu de la garantie à raison des défauts cachés de la chose vendue qui la rendent

impropre à l'usage auquel on la destine, ou qui diminuent tellement cet usage que l'acheteur ne l'aurait pas acquise, ou n'en aurait donné qu'un
moindre prix, s'il les avait connus ». Il peut donc arriver que l'erreur tienne à un vice caché de la chose (par ex. : achat d'une maison sans savoir
qu'elle avait des défauts qui la rendait impropre à l'usage auquel la destinait l'acheteur).
Aussi, se pose la question de savoir si la victime peut, dans ce cas, intenter indifféremment l'action en nullité pour erreur (qui se prescrit par 5 ans)
et l'action en garantie des vices cachés (qui se prescrit par 2 ans) ou si, au contraire, il ne faut lui accorder que l'une des deux actions.
Après avoir longtemps hésité, la jurisprudence a condamné le cumul en considérant que l'action en garantie des vices excluait l'action en nullité
pour erreur (Civ. 1re, 14 mai 1996). En revanche, la Cour de cassation admet le cumul lorsque l'erreur a été provoquée par un dol (Civ.1re, 6
novembre 2002).
53
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
Du dol ainsi compris, le Code civil traite dans son article 1137 (art. 1116 anc.), aux termes duquel :
« Le dol est le fait pour un contractant d’obtenir le consentement de l’autre par des manœuvres ou des
mensonges ». Il précise que « constitue également un dol la dissimulation intentionnelle par l’un des contractants
d’une information dont il sait le caractère déterminant pour l’autre partie ».

Ces remarques liminaires faites, il convient de s’attacher à la notion de dol (A) puis à la preuve et aux
sanctions du dol (B).

A. La notion de dol

Il y a dans le dol une double idée (héritage de l’histoire) : l’auteur du dol commet un acte de déloyauté –
c’est l’aspect délictuel du dol – dont il résulte une erreur pour son contractant – c’est l’aspect psychologique du
dol. Envisageons tour à tour ces deux aspects : aspect délictuel d’abord (1), aspect psychologique ensuite (2).

1. L’aspect délictuel

Pour que le dol soit constitué, il faut la réunion de deux éléments : un élément matériel (a) et un
élément intentionnel (b). Ces éléments définis, il faudra encore donner quelques précisions sur l’origine du dol
(c).

a. Un élément matériel

L’élément matériel est visé à l’article 1137 précité sous, tout d’abord, le terme de manœuvres. Au sens
strict, les manœuvres sont les actes positifs par lesquels une partie crée chez son cocontractant une fausse
apparence de la réalité. Ainsi des mises en scène, des artifices qu’une personne peut mettre en œuvre (voir
l’exemple précité du garagiste qui trafique le compteur de la voiture ou du vendeur d’un fonds de commerce qui
en maquille la comptabilité).
L’article 1137 vise, ensuite, les mensonges, c’est-à-dire la fausse affirmation sur un élément du contrat.
Ainsi, la simple allégation mensongère peut être constitutive d’un dol. Tel est le cas du directeur de banque qui
certifie à la caution la bonne santé financière du débiteur, alors que le compte de celui-ci, largement débiteur,
devait être clôturé quelques jours plus tard. Il s’agit là d’une consécration d’une évolution jurisprudentielle
antérieure (Com., 7 février 1983).
Antérieurement à la réforme, la question s’était également posée de savoir si le silence pouvait être
assimilé aux manœuvres constitutives d’un dol.
Dans la conception des rédacteurs du Code civil, les parties étant libres et égales, il appartenait à
chacune d’elles de s’informer. Le silence était finalement une arme dans la conclusion d’un contrat : celui qui se
taisait ne trompait pas.
Mais, depuis plusieurs décennies déjà, la vision égalitaire du contrat est devenue obsolète. Le
déséquilibre économique et le déséquilibre des compétences ont modifié la donne. L’honnêteté impose parfois
de communiquer des renseignements dont on sait qu’ils sont déterminants pour son cocontractant.
La jurisprudence a ainsi connu une évolution qui l’a conduite à admettre que le silence puisse être
constitutif d’un dol ; il y a, dit-on, dol par réticence. Dans un arrêt du 15 janvier 1971, en particulier, la Cour de
cassation a ainsi jugé que : « le dol peut être constitué par le silence d’une partie dissimulant au cocontractant un
fait qui, s’il avait été connu de lui, l’aurait empêché de contracter » (Civ. 3e, 15 janv. 1971)43.

L’article 1137 alinéa 2 consacre désormais expressément cette solution, en admettant que constitue
également un dol la dissimulation intentionnelle par l’un des contractants d’une information dont il sait le
caractère déterminant pour l’autre partie. Si les nouveaux textes confirment donc que le silence puisse
constituer un dol, il reste que les conditions retenues diffèrent entre l’ancien droit et le nouveau droit.

43
Autre exemple : Com. 20 juin 1995. Une vente d’un fonds de commerce assortie d’une clause de non-concurrence et de non-rétablissement : le
vendeur s’engage à ne pas faire concurrence à l’acheteur. La Cour d’appel annule le contrat de vente, au motif que le vendeur a gravement manqué
à son obligation de renseignement : il a passé sous silence l’existence d’une société concurrente, située à proximité, et dont la gérante n’était autre
que son épouse. Pourvoi en cassation du vendeur. Rejet : « le dol peut être constitué par le silence d’une partie dissimulant à son cocontractant un
fait qui, s’il avait été connu de lui, l’aurait empêché de contracté ». L’acquéreur était dès lors fondé à demander la nullité du contrat pour dol.

54
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
En effet, pour la jurisprudence antérieure, la reconnaissance de la réticence dolosive se rattachait à
l’émergence de l’obligation précontractuelle de renseignement44. Pour que la réticence soit reconnue, il fallait
qu’une obligation précontractuelle de renseignement ait été violée (v. par ex. : Com, 28 janvier 2014 ; Civ. 3e, 16
septembre 2015 ; 22 octobre 2015), et qu’elle ait été violée délibérément d’ailleurs (c’est l’élément intentionnel
qui sera étudié plus loin). C’est en ce sens que se prononçaient les derniers arrêts de la Cour de cassation rendus
sous l'ancienne législation (voir par ex. : Com, 28 juin 2005 : « le manquement à une obligation précontractuelle
d’information, à le supposer établi, ne peut suffire à caractériser le dol par réticence, si ne s’y ajoute la
constatation du caractère intentionnel de ce manquement … » ; v. également : Com, 9 février 2016).
Vous voyez bien que s’il n’existait pas d’obligation d’information, la réticence dolosive ne pouvait être
admise puisque, par définition, il n’y avait aucune violation d’une telle obligation. Or, un arrêt – l’arrêt Baldus
(Civ. 1re, 3 mai 2000) – a fait couler beaucoup d’encre en décidant que, dans un contrat de vente, l’acquéreur
non professionnel n’a pas l’obligation d’informer le vendeur sur la valeur du bien vendu et que, par là même, les
vendeurs ne peuvent pas invoquer la réticence dolosive en cas de silence de l’acquéreur sur cette valeur. Et la
troisième Chambre civile s’était également prononcée dans le même sens en refusant de retenir la réticence
dolosive au motif qu’aucune obligation ne pèse sur l’acheteur professionnel d’informer le vendeur sur la valeur
réelle du bien (Civ. 3e, 17 janvier 2007).
Si ces décisions peuvent donner l’impression de négliger la protection du plus faible et la justice
contractuelle, elles se justifient sans doute par leur réalisme économique (celui qui par son travail, son sens des
affaires ou son savoir réalise un profit économique au détriment d’autrui ne doit pas être blâmé) et leur volonté
d’éviter le risque d’une introduction indirecte du vice de lésion dans notre droit. De toute manière la portée de
cette jurisprudence ne doit pas être exagérée.
Tout d’abord, c’est bien sur la valeur que porte le principe de l’absence d’information et non sur
d’autres circonstances. L’acquéreur, surtout professionnel, n’est pas déchargé de toute obligation d’information
à l’égard du vendeur. Il est toujours tenu de donner, à son cocontractant dont l’ignorance est légitime, les
éléments objectifs et déterminants à partir desquels ce dernier appréciera la valeur de son bien. En d’autres
termes ces arrêts ne remettent pas en cause l’obligation d’information portant sur les qualités substantielles
pouvant affecter la valeur de la prestation fournie. Ainsi, la jurisprudence a contunué à considérer que l’acheteur
d’un terrain qui sait que la parcelle doit bientôt devenir constructible, alors que le vendeur ne peut le savoir,
commet un dol par réticence s’il se tait (Civ. 3, 15 nov. 2000).
Ensuite, le principe posé par la Cour de cassation concerne le contrat de vente, contrat dans lequel
l’antagonisme des intérêts est profondément marqué. Il est d’autres types de relations contractuelles pour
lesquelles la loyauté doit au contraire prévaloir sur la sécurité (distinction entre les contrats-échange, telle la
vente, et les contrats-organisation, tels le contrat de société et de mandat qui sont davantage des "alliances"). La
Cour de cassation l’a notamment affirmé lorsque la relation unissant les parties est de nature fiduciaire : ainsi, le
dirigeant de société supporte, en cette qualité, une obligation d’information sur la valeur des titres qu’il rachète
à un associé non dirigeant (V. notamment : Com., 27 février 1996 ; Com., 12 mai 2004 ; Civ. 1re, 25 mars 2010).

Dans la nouvelle version du Code civil, l’article 1137 alinéa 1 propose une conception bien plus large
de la réticence dolosive. En effet, selon ce texte, la réticence dolosive est constituée dès lors que l’un des
contractant a dissimulé intentionnellement une information qu’il savait déterminante pour le consentement de
l’autre partie. La réticence dolosive n’est donc plus subordonnée à l’existence d’une obligation d’information ce
qui a deux conséquences.
D’une part, le demandeur doit seulement établir que l’information était déterminante de son
consentement mais, puisqu’il n’est pas nécessaire qu’une obligation d’information ait été violée, il n’a pas à
démontrer que son ignorance de l’information était légitime. Dès lors que l’une des parties aura gardé le silence
sur une information déterminante (élément matériel) et qu’elle l’aura fait intentionnellement (élément
intentionnel) la réticence dolosive sera caractérisée et pourra entraîner la nullité du contrat.
D’autre part, en retenant une telle conception de la réticence dolosive, l’Ordonnance semble opérer
un renversement de la jurisprudence Baldus. En effet, la jurisprudence Baldus se justifie par le fait qu’il n’existe
pas d’obligation d’information à la charge de l’acquéreur sur la valeur du bien qu’il acquiert. Ce principe est, au
demeurant, maintenu dans les nouveaux textes dans la mesure où l’article 1112-1 alinéa 2 nouveau exclut toute

44On rappelle qu’à côté des obligations d’information spéciale d’origine légale, la jurisprudence a consacré de manière très générale l’existence
d’une obligation précontractuelle de renseignement. Cette obligation existe lorsqu’une des parties connaît un fait qui est d’une importance
déterminante pour la conclusion du contrat et que l’autre partie, soit éprouve une difficulté à se renseigner elle-même, soit peut légitimement faire
confiance à son cocontractant, en raison de la nature du contrat ou de leurs qualités respectives.
55
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
obligation d’information sur l’estimation de la valeur de la prestation. Pour autant, dès lors que la réticence
dolosive n’est plus subordonnée à l’existence d’une obligation d’information, il importe peu de savoir si celui qui
s’est tu était ou non légalement tenu de transmettre l’information. Autrement dit, dès lors que l’un des
contractants garde intentionnellement le silence sur une information déterminante du consentement de l’autre
partie, la réticence dolosive sera caractérisée quand bien même les dispositions du Code civil elles-mêmes le
dispensaient de transmettre cette information. Or, il est certain que, dans un contrat de vente, le prix de la
chose vendue est déterminante du consentement. Ainsi, l’acquéreur qui, volontairement, n’informe pas le
vendeur sur la valeur de la chose vendue, s’il ne manque pas à son obligation d’information, commet une
réticence dolosive qui pourra être sanctionnée par la nullité du contrat.
Il reste qu’il n’est pas certain que telle ait été l’intention des rédacteurs de l’Ordonnance. On peut même penser,
à la lecture du Rapport annexé, qu’ils entendaient au contraire consacrer la jurisprudence Baldus. C 'est
pourquoi la loi de ratification a ajouté un alinéa 3 à l'article 1137 au terme duquel : « ... ne constitue pas un dol le
fait pour une partie de ne pas révéler à son cocontractant son estimation de la valeur de la prestation »45.

b. Un élément intentionnel

Le dol suppose une volonté de tromper le contractant, ce qui le distingue de l’erreur.


Certes, les nouveaux textes, ne mentionnent l’élément intentionnel que dans le cas de la dissimulation
d’une information. Cela peut se comprendre, l’élément intentionnel étant inclus dans la définition même des
manœuvres et des mensonges, de sorte que les rédacteurs de la réforme ont considéré qu’il n’était pas
indispensable de formellement le mentionner. Reste qu’en toute hypothèse, la volonté de tromper devra être
établie.
Cet élément doit être prouvé par la victime. Mais la preuve est en réalité plus ou moins rigoureuse
selon la nature des agissements. En effet, l’intention de tromper peut être assez aisée à établir dans les
hypothèses de manœuvres au sens strict et de mensonges. Elle est plus délicate à prouver en cas de silence : le
silence ne peut-il pas s’expliquer par un oubli, par de la négligence ? Souvent, le juge semble déduire l’intention
de tromper d’un double constat : celui qui s’est tu connaissait l’information et son importance pour son
cocontractant (v. par ex. : Com., 7 février 2012). Et la jurisprudence va même jusqu’à faire peser sur le vendeur
professionnel une présomption de mauvaise foi.

c. L’origine du dol

Pour que les manœuvres soient sanctionnées par la nullité de l’acte, elles doivent aussi être le fait du
cocontractant (cf. art. 1138 al. 1 nouv. et art. 1116 anc.) ou de son représentant. Si elles émanent d’un tiers,
elles ne permettent pas l’annulation du contrat ; elles peuvent seulement donner lieu à une condamnation à des
dommages et intérêts, en application des règles de la responsabilité civile délictuelle. Par exemple, la caution
peut obtenir la nullité du contrat en cas de dol du créancier, mais le dol du débiteur qu’elle garantit ne donnera
lieu qu’à l’allocation de dommages-intérêts.
C’est qu’en annulant le contrat pour dol on entend sanctionner l’auteur du dol ; telle est la contrepartie
du caractère délictuel de ce vice du consentement. Seul le dol émanant du cocontractant sera donc sanctionné
par la nullité de l’acte, car il serait injuste qu’un cocontractant innocent ait à supporter un comportement qui ne
lui est pas imputable.
Cette condition tenant à l’auteur du dol connaît des limites.
D’une part, elle est écartée lorsque le cocontractant, sans être l’auteur direct des manœuvres, ne
saurait invoquer le bénéfice de l’innocence : tel est le cas, s’il a été complice du dol ou s’il l’a inspiré. C’est ainsi
que, selon l’article 1138 alinéa 2, le dol est également constitué lorsqu’il émane d’un tiers de connivence.
D’autre part, la condition est également écartée pour les actes unilatéraux, par exemple pour une
renonciation à succession. En effet, faute de cocontractant, ces actes pourraient être infestés de dol sans jamais
encourir la nullité.

45 Cette nouvelle disposition n'est applicable qu'aux contrats conclus à compter du 1er octobre 2018.
56
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
2. L’aspect psychologique

Encore faut-il que ces manœuvres, mensonges et autres silences du contractant aient provoqué chez
l’autre partie une erreur qui ait déterminée celle-ci à consentir. Il doit, en d’autres termes, en résulter une
erreur chez le cocontractant (a), qui le détermine à contracter (b).

a. Une erreur

Sur ce point, les règles sont bien plus souples que celles qui ont été vue précédemment à propos de
l’erreur (spontanée). En effet, parce qu’il sanctionne un comportement malhonnête de son auteur, le dol est une
cause de nullité quand bien même l’erreur qu’il aurait provoquée serait indifférente en matière d’erreur sur la
substance. Ainsi, selon l’article 1139 du Code civil, qui consacre la jurisprudence antérieure :
- une erreur directe sur la valeur provoquée par un dol est une cause de nullité de la convention ;
- une erreur sur les motifs provoquée par un dol est également une cause de nullité ;
- une erreur qui devrait être considérée comme inexcusable devient excusable, et donc source de nullité
du contrat (Civ. 3e, 21 février 2001 ; 13 février 2007 ; comp. : Civ. 3e, 7 mai 2004).

b. Une erreur déterminante

Pour que puisse être prononcée la nullité du contrat, il faut encore que l’erreur, provoquée par le dol,
ait été déterminante du consentement de la victime : sans cette erreur, la victime du dol n’aurait pas contracté
(art. 1130).
A ce dol dit principal, on oppose traditionnellement le dol qualifié d’incident : l’hypothèse est celle dans
laquelle la victime du dol aurait contracté, mais à des conditions différentes, par exemple à un prix plus
avantageux. Pendant longtemps, la jurisprudence a affirmé que le dol sans lequel on aurait contracté à d’autres
conditions ne peut justifier que l’allocation de dommages et intérêts, non la nullité du contrat (par ex. Com, 11
juillet 1977). Cette position a été remise en cause par la Cour de cassation qui a opéré un revirement de
jurisprudence (Civ. 3e, 22 juin 2005 ; Com., 30 mars 2016).
Surtout, elle est désormais consacrée par les nouvelles dispositions du Code civil. L’article 1130 nouveau
admet, en effet, que le dol est une cause de nullité du contrat si, en l’absence de dol, une partie n’aurait pas
contracté (dol principal) ou aurait contracté à des conditions substantiellement différentes (dol incident).

B. Preuve et sanctions du dol

Comme en matière d’erreur, le dol doit être prouvé par la victime et par tous moyens s’agissant d’un fait
juridique.
Etablir un dol permet d’obtenir la nullité du contrat. Cette nullité est relative, elle se prescrit par 5 ans à
compter du jour de la découverte du dol (art. 1131 et 1144 nouv. C. civ. - art. 1304 anc. C. civ. ; pour une
application Com, 13 septembre 2013). L’établissement du dol permet également – puisqu’il y a faute – d’allouer
une indemnité à la victime pour le préjudice subi lorsque la nullité ne suffit pas à réparer ce préjudice (art. 1178
al. 4 nouv. – pour le droit antérieur, voir, par exemple : Com, 4 janvier 2000).
Parfois même, la victime du dol préférera maintenir le contrat et solliciter seulement une indemnité :
elle ne demandera pas l’annulation du contrat, mais la réparation du dommage qu’elle a subi, ce que permet
expressément le nouvel article 1178 al. 4 (pour une illustration : Com, 15 janvier 2002). Malgré la présence du
contrat, la responsabilité est de nature délictuelle et non pas contractuelle : la faute qui appelle réparation est,
en effet, antérieure à la conclusion du contrat. Le fondement naturel d'une telle action est l'article 1240 (ancien
article 1382) du Code civil.

57
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
§.3. : La violence

A. La notion de violence

La violence est une pression exercée sur le contractant pour le contraindre à donner son
consentement au contrat. Plus précisément, selon l’article 1140 du Code civil, « il y a violence lorsqu’une partie
s’engage sous la pression d’une contrainte qui lui inspire la crainte d’exposer sa personne, sa fortune ou celles de
ses proches à un mal considérable ». La violence vicie donc le consentement par la contrainte, le contractant ne
pouvant pas consentir librement. Elle se distingue ainsi des autres vices du consentement en ce que le
consentement a été donné en connaissance de cause, mais il ne l’a pas été librement : celui qui a conclu le
contrat savait ce qu’il faisait, mais il l’a fait sous l’empire d’une menace.
Ce vice du consentement est envisagé de façon détaillée par les articles 1140 à 1143 (anciens articles
1111 et suivants) du Code civil.
On retrouve dans la violence la même dualité de structure que dans le dol : délit civil pour celui qui
l’exerce, vice du consentement pour celui qui la subit.
Plus précisément, pour qu’il y ait violence, il faut deux conditions : une contrainte illégitime (1) inspirant
une crainte déterminante du consentement (2).

1. Une contrainte illégitime (aspect délictuel)

 Une contrainte: Il peut s’agir d’une contrainte portant sur la personne ou sur les biens de la personne, ce
qui recouvre la crainte d’un mal d’ordre physique (menaces de mort, de coups), moral (diffamation, atteinte à
l’honneur) ou d’ordre pécuniaire (menace d’incendie, perte de sa situation professionnelle, de son logement). La
contrainte peut viser indifféremment le cocontractant ou ses proches.

 Une contrainte illégitime, en ce sens que l’acte constitutif de contrainte ne doit pas être autorisé par le
droit positif. Certaines contraintes, en effet, peuvent relever de l’exercice normal des moyens légaux, et ne
sauraient pour cette raison être constitutives de violence. Ainsi en est-il de la menace de l’exercice de voies de
droit ou de l’exercice du droit de grève (art. 1141).
Il en va toutefois autrement si la menace d’utiliser des moyens légaux est abusive, c’est-à-dire, selon l’article
1141, qui consacre les solutions jurisprudentielles antérieures, lorsque la voie de droit est détournée de son but
– autrement dit, si elle vise à obtenir la conclusion d’un contrat sans rapport direct avec le droit que l’on menace
d’exercer – ou lorsqu’elle est invoquée ou exercée pour obtenir un avantage manifestement excessif. Par
exemple, constitue une violence illégitime le fait de menacer son débiteur de saisie pour lui extorquer des
avantages excessifs (par ex. : Cass. req., 10 mars 1908, il y a violence si, pour obtenir le désistement d’une
plainte pour faux, une personne a signé une promesse de payer une somme dix fois supérieure au préjudice).

2. Une crainte déterminante du consentement (aspect psychologique)

La violence n’est une cause de nullité du contrat que parce qu’elle fait naître chez celui qui la subit un
sentiment de crainte qui vicie son consentement. Encore faut-il que cette crainte existe au moment de la
conclusion du contrat. Surtout, il faut qu’elle soit suffisamment grave. Antérieurement à la réforme, la question
se posait de savoir si cette gravité devait être appréciée in concreto (c-a-d par rapport à la capacité de résistance
de la personne concernée) ou in abstracto (c-a-d par référence au modèle abstrait d’une personne raisonnable).
Si la question se posait, c’est parce que l’article 1112 ancien du Code civil fait successivement référence
à chacune de ces méthodes. Alors que décidait la jurisprudence ? En jurisprudence, c’est l’appréciation in
concreto qui l’emporte. Cette solution est logique car il s’agit de rechercher si le cocontractant - et non pas un
cocontractant abstrait, idéal - a été victime d’un vice du consentement (par ex. : Cass. req., 17 nov. 1925).
Cette appréciation in concreto est désormais confirmée par les nouveaux textes. Il faut, nous dit
l’article 1130 alinéa 2 nouveau, apprécier le caractère déterminant des vices du consentement eu égard aux
personnes et aux circonstances de l’espèce. C’est donc bien parce que tel contractant dans telle situation
n’aurait pas contracté qu’on peut considérer que son consentement a été vicié.

58
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
B. L’origine de la violence

La violence est sanctionnée quel que soit son auteur : contrairement au dol, elle est donc une cause de
nullité quand bien même elle émane d’un tiers (art. 1142 nouv. - 1111 anc. C. civ.). On explique cette différence
par le caractère particulièrement antisocial et intolérable de la violence.
Mais si elle peut émaner d’une personne, peut-elle aussi dériver d’événements, de circonstances
extérieures au contrat (cela malgré les termes du Code qui laissent entendre que la menace doit être le fait
d’une personne (cf. « extorqué », article 1109 anc.) ?
C’est la question, tout d’abord, de l’état de nécessité. Imaginons un navire perdu en mer et un
remorqueur qui profite de la situation pour lui imposer un prix de remorquage bien plus élevé que celui qu’il
pratique habituellement. Y a-t-il violence ? Les opinions divergent, et la jurisprudence n’est guère abondante car
la loi a réglé, par des dispositions particulières, un certain nombre de situations. Des décisions, toutefois,
paraissent ne pas exclure l’idée qu’il puisse y avoir là une violence, cause de nullité (par ex. : Soc., 5 juillet 1965 ;
Civ., 26 juillet 1949).
C’est ensuite, et dans le prolongement, la question de la dépendance économique, qui a donné lieu à
quelques arrêts ces dernières années. Faut-il admettre la violence que l’on qualifie d’économique ? Une partie
en situation de dépendance économique peut-elle se prévaloir du vice de violence pour obtenir la nullité d’un
contrat ?

En ce sens, Civ. 1re, 30 mai 2000


 Un garagiste, à la suite de l’incendie qui détruit son garage, pressé par le temps et le besoin d’argent, signe avec
son assureur une transaction (qui est un contrat) ayant pour objet de fixer l’indemnité qui devra être versée. Mécontent de
la somme obtenue, il intente une action en nullité de ce contrat, sur le fondement des vices du consentement.
 La Cour d’appel rejette sa prétention. Mais la Cour de cassation censure l’arrêt d’appel : elle admet que la
contrainte économique peut constituer un vice de violence, et ainsi permettre l’annulation d’un contrat pour violence. La
solution est protectrice. Elle permet en effet de sanctionner les déséquilibres contractuels importants, imposés par une
partie au contrat, et que l’autre n’a pu qu’accepter sous l’empire de nécessités économiques.
 Mais, si l’arrêt admet que, dans son principe, la contrainte économique puisse constituer une violence, il laisse en
suspend une question essentielle : à quelles conditions la contrainte économique peut-elle être cause de nullité pour
violence ? Le seul déséquilibre économique entre les contractants, la seule vulnérabilité financière de l’un d’eux, doit-il
suffire ? Certainement non car cela permettrait l’annulation de bon nombre de contrats. Et l’on sait d’ailleurs que la
violence, pour être sanctionnée, doit être illégitime.
Par un arrêt ultérieur: (Civ. 1re, 3 avril 2002), la Cour de cassation a donc précisé les conditions que doit revêtir la
contrainte économique pour être cause de nullité
La salariée d’une maison d’édition élabore un dictionnaire pour enfants, qui s’avèrera par la suite un grand succès
de librairie. Par contrat, elle reconnaît que les droits d’auteur appartiennent à la maison d’édition dans laquelle elle travaille.
Après son licenciement, elle attaque ladite maison d’édition en nullité de ce contrat. Elle fait valoir que c’est parce qu’elle
était victime d’une situation de violence économique qu’elle a accepté de céder ses droits, de reconnaître qu’elle avait
réalisé cet ouvrage comme salarié alors que c’est en dehors de son travail qu’elle l’avait conçu.
 La Cour d’appel retient l’existence d’une violence économique, en raison d’une menace licenciement de la salariée.
 Mais l’arrêt est censuré par la Cour de cassation pour manque de base légale au regard de l’ancien article 1112 du
Code civil. Pour qu’il y ait violence économique, juge la Cour de cassation, il faut : Une exploitation abusive d’une situation
de dépendance économique inspirant une crainte déterminante du consentement.
C’est dire qu’il faut plus qu’une contrainte économique, par hypothèse extérieure : il faut encore un usage abusif
de cette contrainte par la partie en position de force. La violence économique, c’est en quelque sorte un certain contexte
et un abus de ce contexte. Ce qui est condamnable, c’est l’attitude du cocontractant qui excède l’utilisation légitime des
règles du marché. Où l’on retrouve le caractère illégitime de la violence…46

La réforme du droit des contrats va plus loin et consacre, dans le Code civil, une conception large de la
notion de violence liée à l’état de dépendance.
L’article 1143 nouveau dispose ainsi qu’ « il y a également violence lorsqu’une partie, abusant de l’état
de dépendance dans lequel se trouve son cocontractant, obtient de lui un engagement qu’il n’aurait pas souscrit
en l’absence d’une telle contrainte et en tire un avantage manifestement excessif » 47.
Ainsi, pour être cause de nullité du contrat, cette manifestation de la violence doit remplir quatre
conditions : il faut un état de dépendance, un abus de cet état, un engagement que la victime n’aurait pas

46 Pour des illustrations récentes, v. : Civ. 1re, 4 février 2015 ; Civ. 1re, 18 février 2015.
47 Comp. : Civ. 3e, 4 mai 2016.
59
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
conclu en l’absence d’une telle contrainte et que l’auteur de cet abus en tire un avantage manifestement
excessif.
S’agissant de la première condition, l’état de dépendance n’est pas défini dans l’Ordonnance. Il renvoie
certainement à l’idée de dépendance économique mais, en l’absence de précisions, il peut également inclure des
situations de dépendance psychologique ou affective d'une personne par rapport à une autre. On s'est en revanche
interrogé sur le point de savoir si l’article 1143 a vocation à s’appliquer à des personnes qui sont seulement
intrinsèquement vulnérables (par exemple en raison de leur âge ou de leur illettrisme). La loi de ratification a clarifié
cette question en décidant que la dépendance ne doit être envisagée " qu'à l'egard" du concontractant48. Autrement
dit, un état de faiblesse objectif, qui ne serait pas lié aux relations avec le cocontractant ne peut pas permettre de
bénéficier du dispositif de protection de l'article 1143. Il faut qu’il existe véritablement un lien de dépendance entre
les deux parties au contrat.
S’agissant de la deuxième condition, il faut que cet état de dépendance ait été abusivement exploité
par l’un des contractants. On retrouve ici la position de la jurisprudence antérieure. Le simple fait d’être placé
dans un état de dépendance ne suffit pas, encore faut-il que le cocontractant ait abusé de cet état. En cas de
dépendance psychologique ou affective, cette condition ne pose pas de difficultés (l’abus pourra, par exemple,
être établi en démontrant le harcèlement que l’une des parties a fait subir à l’autre). Les choses sont plus
compliquées en matière de dépendance économique. On voit mal en effet comment cet abus pourrait être
établi si ce n’est à démontrer que le cocontractant a retiré du contrat un avantage manifestement excessif. C’est
parce qu’il impose à l’autre partie un contrat déséquilibré qu’il abuse de sa dépendance économique. Or, aux
termes de l’article 1143, l’avantage manifestement excessif semble constituer une condition autonome de cette
forme de violence. Ces deux conditions distinctes résulteraient donc, pour être prouvées, de la même
démonstration.
S’agissant de la troisième condition, il doit être établi que la victime n’aurait pas conclu le contrat si elle
ne s’était pas trouvée dans cet état de dépendance, autrement dit, que la contrainte qu’elle subit a été
déterminante de son consentement. Cette condition en apparence claire peut toutefois s’interpréter de deux
façons : soit la victime n’aurait pas du tout conclu le contrat, soit elle l’aurait conclu mais à des conditions
différentes. Une lecture stricte de l’article 1143 amène à penser que seule la première hypothèse devrait être
retenue. Il apparaît toutefois que l’article 1130 nouveau qui ouvre le paragraphe relatif aux vices du
consentement admet que l’erreur, le dol et la violence vicient le consentement dans ces deux hypothèses. Il
appartiendra donc à la jurisprudence de déterminer si l’article 1143 doit être interprété comme dérogeant à
l’article 1130 ou si, au contraire, il n’en est que l’application dans la mesure où conclure un contrat mais à des
conditions différentes revient in fine à ne pas conclure le contrat tel que considéré.
S’agissant enfin de la quatrième condition, il doit être établi que l’auteur de l’abus a retiré du contrat
un avantage manifestement excessif. On comprend donc qu’il ne suffit pas que le contrat soit déséquilibré, seul
l’excès manifeste peut permettre l’annulation du contrat.
Il faut enfin relever que l’article 1143 n’envisage que l’hypothèse où « une partie » a abusé de l’état de
l’autre. Il semblerait donc que, contrairement aux autres formes de violence, l’abus commis par un tiers ne
permette pas l’annulation du contrat.

C. Preuve et sanctions de la violence

La preuve suit ici les règles de droit commun, comme en matière de dol. C’est à la victime de rapporter
la preuve de la violence et, s’agissant d’un fait juridique, elle peut le faire par tous les moyens.
La sanction peut être de deux ordres.
D’une part le contrat extorqué par violence est nul. Cette nullité est relative et le délai de prescription
de 5 ans commence à courir au jour où la violence a cessé. D’autre part, la violence peut justifier en outre
l’allocation de dommages et intérêts, à raison de la faute commise, pour réparer le préjudice qui n’aurait pas
été effacé par la nullité.

48 Cette modification, définie par la loi comme simplement interprétative, s'applique aux contrats conclus à compter du 1er octobre 2016.

60
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
Section 2 : Les conditions de validité tenant au contenu du contrat

Jusqu’à présent nous avons vu que contracter c’est être apte à consentir, et consentir en pleine
connaissance de cause et librement. Mais encore faut-il, pour certaines raisons, vouloir quelque chose. C’est la
question du contenu du contrat.
Cette question est appréhendée différemment par l’ancien droit et le nouveau droit.
Dans l’ancien droit, la notion de contenu permet de regrouper les exigences légales relatives à deux
conditions de validité, l’objet et la cause. Déterminer l’objet de l’engagement, c’est se demander ce que l’on
veut. En déterminer la cause, c’est se demander pourquoi on le veut.
Désormais, le contenu constitue, à lui seul, une condition de validité. Le contenu n’est pas défini par
les nouvelles dispositions mais si l’on se reporte à l’article 1162 qui ouvre la sous-section relative au contenu et
qui traite du respect de l’ordre public, on constate que le contenu du contrat intègre à la fois les stipulations du
contrat (autrement dit, toute la matière du contrat, tout ce que les parties ont convenu) et son but, bien que le
but du contrat soit, par nature, extérieur au contrat. Si l’on retrouve l’objet de l’engagement à travers la
nouvelle référence aux stipulations, la cause, elle, a donc formellement disparu. En revanche, les instruments de
contrôle qui s’y rattachaient sont maintenus mais sous une autre forme. Ainsi, pratiquement, même si la
nouvelle présentation rompt avec l’ancienne, les solutions d’hier sont conservées aujourd’hui.
En dépit de cette continuité, les différences radicales entre ces deux approches imposent qu’elles soient
présentées séparément. Il est indispensable de connaître les anciennes notions d’objet et de cause et de bien
comprendre comment s’opérait leur contrôle, pour saisir le nouveau dispositif du Code civil relatif au contenu et
les mécanismes qu’il institue, qui découlent directement de l’ancien droit.
Il vous sera donc présenté, d’une part, la façon dont l’ancien droit appréhendait le contenu du contrat et
la transposition des différents mécanismes dans les nouvelles dispositions du Code civil (sous-section 1) puis la
façon dont le nouveau droit conçoit cette question (sous-section 2).

Sous-section 1 : L’ancienne appréhension du contenu du contrat

L’objet (§.1) d’une part, la cause (§.2) d’autre part, ce sont ces deux questions relatives au contenu du
contrat qu’il faut désormais étudier telles qu’elles étaient traitées par les anciennes dispositions du Code civil.
Commençons avec l’objet.

§. 1 : L’objet

Dans la droite ligne de ce qui vient d’être dit, l’article 1108 ancien du Code civil exige, pour la validité
d’une convention, « un objet certain qui forme la matière de l’engagement ». Mais la notion d’objet est difficile à
cerner. Sa définition est notamment compliquée par l’imprécision des termes du Code civil : le Code se réfère en
effet tantôt à l’objet de l’obligation (par ex. : art. 1129 anc. C. civ.), tantôt à l’objet du contrat (par ex. : art.
1128 anc. C. civ.). D’où la nécessité de préciser la terminologie. On distinguera comme le fait la doctrine
majoritaire :

 l’objet de l’obligation, entendu comme la prestation qu’une partie s’est engagée à accomplir.
Ex. : dans un contrat de bail, l’objet de l’obligation du bailleur est d’assurer la jouissance paisible
de la chose louée au preneur / l’objet de l’obligation du preneur de s’acquitter du loyer.
 l’objet de l’opération contractuelle (aussi qualifié d’objet du contrat) qui désigne l’opération
contractuelle que les parties ont réalisée, opération que l’on prend alors dans son ensemble et
non plus dans l’un ou l’autre de ses éléments constitutifs.

Envisageons donc ces deux acceptions de l'objet : l'objet de l'obligation (I), puis l'objet de l'opération
contractuelle (II).

61
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
I. L’objet de l’obligation

Il s’agit, on vient de le dire, de la prestation que s’engage à accomplir une partie.

 Quel est cet objet dans les contrats unilatéraux ? Par définition, le contrat unilatéral ne met
d’obligation qu’à la charge d’une des parties. Voyez l’article 1103 ancien du Code civil : « le contrat est
unilatéral lorsqu’une ou plusieurs personnes sont obligées envers une ou plusieurs autres, sans que de
la part de ces dernières il y ait engagement ». Il n’y a alors qu’un seul objet.
 Ex. : la donation ne met d’obligation qu’à la charge d’une partie, l’auteur de la donation,
qu’on appelle le donateur. Il n’y a donc qu’un objet : l’objet de l’obligation du donateur, qui
consiste à délivrer le bien donné.
 Ex. : la promesse unilatérale de vente sans indemnité d’immobilisation ne met d’obligation
qu’à la charge du promettant, qui s’engage à vendre ; le bénéficiaire, quant à lui, n’est pas
tenu de lever l’option, et ainsi d’acheter le bien. Il n’y a qu’un seul objet : celui pour le
promettant de vendre.

 Et dans les contrats synallagmatiques ? Article 1102 ancien du Code civil : « le contrat est
synallagmatique ou bilatéral lorsque les contractants s’obligent réciproquement les uns envers les
autres ». Ce sont donc des contrats qui font naître une obligation à la charge de chacune des parties :
chaque contractant est à la fois créancier et débiteur. Aussi y a-t-il, dans ces contrats, deux objets.
(voir les exemples précités de la vente, du bail…).

Cela étant, qu’il s’agisse de contrats unilatéraux ou synallagmatiques, l’objet doit présenter trois
caractères : il doit être déterminé ou du moins déterminable (A), possible (B) et licite (C).

A. Un objet déterminable ou déterminé

Exposons les règles générales (1) relatives à l’exigence de détermination de l’objet avant d’en venir à
une hypothèse particulière, qui a donné lieu à une importante évolution jurisprudentielle, celle de la
détermination du prix (2).

1. Règles générales

L’exigence de détermination de l’objet se comprend bien : à défaut d’un objet déterminé, le débiteur ne
saurait pas ce à quoi il s’engage et le créancier ne saurait pas davantage ce qu’il peut exiger. Encore faut-il
préciser :

 Cette exigence ne pose pas de difficultés lorsque l’obligation porte sur ce que l’on appelle un corps certain,
c'est-à-dire un bien unique, qui a une individualité propre : une œuvre d’art, un bijou de famille, un
immeuble, un tonneau de vin étiqueté… Il suffit que le corps certain soit désigné pour que l’exigence d’un
objet déterminé soit satisfaite.

 La question est plus délicate s’agissant des choses de genre, dont vous aurez compris qu’elles s’opposent
aux corps certains car elles n’ont pas une individualité propre mais sont fongibles : un hectolitre de vin, une
tonne de blé… (autant de choses qui sont l’objet de séries interchangeables). Comment satisfaire à
l’exigence de détermination de l’objet dans cette hypothèse ? L’article 1129 ancien du Code civil dispose :
« il faut que l’obligation ait pour objet une chose au moins déterminée quant à son espèce. La quotité de la
chose peut être incertaine, pourvu qu’elle puisse être déterminée ». Ainsi, la chose de genre doit être
déterminée dans son espèce et, au moins déterminable, dans sa quotité.
 Déterminer l’espèce d’une chose, c’est préciser le genre auquel elle appartient : du blé, du vin…
Obs. : souvent, la qualité sera également précisée. Si elle ne l’est pas, le juge recherchera la
qualité dans la convention, par interprétation de la volonté des parties. Il le fera par référence,
par exemple, à leurs relations contractuelles antérieures. S’il ne le peut pas, l’article 1246 ancien
du Code civil prévoit : « si la dette est d’une chose qui ne soit déterminée que par son espèce, le
62
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
débiteur ne sera pas tenu, pour être libéré, de la donner de la meilleure espèce ; mais il ne pourra
l’offrir de la plus mauvaise ». C’est dire que le débiteur devra livrer une chose de qualité
moyenne.

Dans sa nouvelle version, le Code civil précise désormais les critères pour déterminer la qualité
de la prestation à l’article 1166 nouveau, sans se référer à l’idée d’une qualité moyenne. Cette
disposition prévoit en effet que lorsque la qualité de la prestation n’est pas déterminée ou
déterminable en vertu du contrat, le débiteur doit offrir une prestation conforme aux attentes
légitimes des parties en considération de sa nature, des usages et du montant de la contrepartie.
Ces critères admettent donc que la qualité attendue de la prestation ne saurait être la même pour
tous les contrats (on ne peut pas, par exemple, s’attendre à la même qualité de prestation selon
le prix que l’on a payé).

 Déterminer la quotité, c’est préciser la quantité de la chose : une tonne de blé, un hectolitre de
vin… Il n’est toutefois pas nécessaire que cette quotité soit fixée dans le contrat : il suffit, si l’on
reprend les termes de l’article 1129 ancien, qu’elle « puisse être déterminée », c'est-à-dire qu’elle
soit déterminable. Que faut-il entendre par là ? L’exigence est généralement interprétée comme
signifiant que les parties peuvent, sans déterminer la quantité de la chose au moment de la
conclusion du contrat, donner les éléments objectifs (c-a-d des éléments ne dépendant pas de la
volonté de l’une ou de l’autre des parties) qui permettront d’en déterminer la quotité au moment
de l’exécution. Ces éléments doivent être suffisamment explicites pour qu’ils ne nécessitent pas
un nouvel accord des parties. Ex. : une vente dans laquelle les parties prévoient, avant une
récolte, qu’elle portera sur un 1/3 de celle-ci.

 Une précision doit encore être apportée. Jusqu’à présent, on a fait mention d’obligations de donner,
entendues comme des obligations qui portent sur un transfert de propriété. Or toutes les obligations ne
sont pas des obligations de donner. En réalité, l’article 1126 ancien du Code civil distingue trois types
d’obligations : les obligations de donner, celles de faire et celles de ne pas faire.
- l’obligation de faire est, comme son nom l’indique, celle qui a pour objet un fait du débiteur. Ex. :
l’employé qui s’engage à travailler, l’acteur qui s’engage à tenir un rôle dans un film…
- l’obligation de ne pas faire est, comme son nom l’indique également, celle qui a pour objet une
abstention du débiteur. Ex. : le vendeur d’un fonds de commerce qui s’engage à ne pas ouvrir dans le
même département et pendant quatre ans un commerce équivalent à celui qu’il cède : obligation dite
de non-concurrence.
Comment satisfaire à l’exigence de détermination de l’objet dans l’hypothèse de ces obligations de faire
ou de ne pas faire ? La jurisprudence retient que la prestation que s’engage à faire ou à ne pas faire un
contractant doit toujours être précisée tant dans sa nature que dans son étendue (ne pas ouvrir un
commerce équivalent à celui cédé dans le même département). En revanche, la durée de l’obligation de
faire ou de ne pas faire peut être déterminée (ex : pendant quatre ans) mais la détermination de la durée
n’est pas obligatoire (ex : contrat de travail à durée indéterminée).

L’exigence d’un objet déterminé ou déterminable est reproduite, par l’Ordonnance, à l’article 1163
alinéa 2 nouveau du Code civil.
S’agissant de l'exigence d'un objet déterminé, l’Ordonnance ne précise pas à quelles conditions cette
exigence est satisfaite, les dispositions de l’ancien article 1129 n’y étant pas reprises (seule la qualité de la
prestation est, comme on l’a vu, envisagée à l’article 1166 nouveau). Cette omission est de toute façon sans
conséquence dès lors que les solutions du droit positif sont bien établies et trouveront encore sans doute à
s'appliquer.
S’agissant, en revanche, du caractère déterminable de la prestation objet de l’obligation, l’article 1163
alinéa 3 nouveau précise, conformément au droit antérieur, que « la prestation est déterminable lorsqu’elle
peut être déduite du contrat ou par référence aux usages ou aux relations antérieures des parties, sans qu’un
nouvel accord des parties soit nécessaire ».

63
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
2. Hypothèse particulière de la détermination du prix

Bon nombre de contrats comportent une obligation qui porte sur une somme d’argent : une obligation
pécuniaire, qui exprime le prix d’une chose ou d’un service (on parle du prix dans la vente, du loyer dans le bail,
des honoraires dans le mandat, des primes dans l’assurance,…).
Or, ces obligations qui portent sur de la monnaie posent un problème particulier. Pourquoi ? En raison
de l’instabilité monétaire (présente dans le monde occidental depuis la fin de la 1re guerre mondiale) : si l’on sait
ce que vaut aujourd’hui 1 €, on ne sait pas ce qu’il vaudra dans quelques mois ni, plus encore, dans quelques
années. D’où la difficulté, dans les contrats dont l’exécution s’échelonne dans le temps, de fixer un prix : il est
alors tentant de renvoyer à plus tard la fixation du prix.

 Cela pose d’abord la question de la validité des clauses d’indexation, c'est-à-dire des clauses que
l’on insère dans un contrat en prévoyant que le prix sera déterminé par référence à un indice : le
cours du blé, du sucre, du pétrole.
Si le principe est la validité dans les contrats internationaux, quid dans les contrats internes ?
 A partir de 1937, la jurisprudence a considéré que ces clauses ne pouvaient être admises,
qu’elles seraient contraires à l’ordre public, car elles mettaient en doute la valeur de la monnaie
nationale.
 En 1957 est intervenu un revirement de jurisprudence : la référence à des clauses
d’indexation a été autorisée.
 Le Gouvernement est ensuite intervenu par deux ordonnances, l’une du 30 décembre 1958,
l’autre du 4 décembre 1959. Ces dispositions figurent aujourd’hui aux articles L. 112-1 et s. du
Code monétaire et financier. Le principe est celui de l’interdiction de ces clauses, mais avec deux
séries d’exceptions qui sont en pratique très importantes.
En premier lieu, des exceptions propres à la nature de la dette. Parce qu’elles ont
directement pour but de permettre au créancier de pourvoir aux besoins de la vie courante et
doivent donc impérativement conserver leur pouvoir d’achat, certaines dettes comme l’obligation
alimentaire peuvent être librement indexées, notamment sur l’indice général des prix à la
consommation.
En second lieu, pour les autres dettes, il est permis de prévoir une indexation sur un indice
ayant une « relation directe avec l’objet de la convention ou avec l’activité d’une des parties ».
Ex. : on ne saurait retenir l’indice du blé pour la location d’un immeuble.
Si la clause d’indexation est illicite, seule cette clause est nulle (et non le contrat). Cette
nullité est absolue, c’est-à-dire que la clause n’est susceptible ni de confirmation ni de ratification
(Com., 3 nov. 1988).
Une autre solution a cependant pu être admise par la jurisprudence, par la substitution à
l’indice illicite, d’un autre indice, licite, aussi proche que possible du premier. Après avoir un
temps écarté cette solution (voir, par exemple, Civ. 3e 14 octobre 1975), la Cour de cassation l’a
progressivement admise (Civ. 1re 9 novembre 1981 ; Civ. 3e 22 juillet 1987)49.

La réforme n’a pas affecté les dispositions du Code monétaire et financier. En revanche, le
nouvel article 1167 du Code civil précise que lorsque le prix ou tout autre élément du contrat doit
être déterminé par référence à un indice qui n’existe pas ou a cessé d’exister ou d’être accessible,
celui-ci est remplacé par l’indice qui s’en rapproche le plus, ce qui n’est qu’une consécration de la
jurisprudence antérieure en la matière.

Mais l’instabilité monétaire pose aussi et surtout la question de savoir si l’on doit, et comment l’on doit,
déterminer le prix dans un contrat. C’est cette question qu’il convient d’approfondir car elle a connu en droit
français une importante évolution. Comment, dans un contrat, fixer le prix ?

 D’abord, que tirer sur ce point des textes ? Peu de choses.


 Il n’y a pas, dans le Code civil, dans sa version antérieure à la réforme, de disposition de la théorie
générale qui traite explicitement de la question.

49 On notera toutefois que la Cour de cassation, par un arrêt du 16 novembre 2004, a refusé une telle substitution s’agissant d’un taux de change
de référence (Com. 16 novembre 2004 n°02-15.202). Il s’agissait toutefois d’un arrêt inédit dont la portée doit être relativisée.

64
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
 Et parmi les dispositions propres à tel ou tel contrat ? Le Code civil fait sans doute parfois mention
d’un prix (par ex : art. 1709 sur le bail, art. 1710 sur le contrat d’entreprise), mais sans davantage de
précision. Seul l’article 1591 énonce, à propos de la vente, que « le prix doit être déterminé et
désigné par les parties ». C’est dire que, dans la vente, la déterminabilité du prix est une condition
de validité du contrat : le prix doit être déterminé ou déterminable au moment de la conclusion du
contrat ; à défaut, le contrat est entaché d’une cause de nullité.

 Quels sont alors, en l’absence de théorie générale dans le Code civil, les modèles de solution
envisageables ? Schématiquement, on peut en concevoir deux :
 Soit on admet que le prix doit être déterminé ou déterminable dès la formation du contrat. Si
cette exigence n’est pas respectée, il manque au contrat une condition de validité et la sanction
est la nullité.
 Soit on considère qu’un contrat peut être conclu sans que les parties se soient accordées sur le
prix. La détermination du prix n’est plus une condition de validité du contrat. Un contrat est
valable alors même que le prix n’est pas fixé (ni déterminé ni déterminable) au moment de sa
conclusion. Le prix devient une question relative, non plus à la formation, mais à l’exécution du
contrat : le juge vérifiera notamment que celui qui a fixé le prix au cours de l’exécution du contrat
n’a pas abusé de sa position : il contrôlera l’abus dans la fixation du prix, au stade de l’exécution.
Et la sanction ne peut plus être une sanction de formation : elle n’est plus l’annulation du
contrat ; elle est une sanction relative à l’exécution : la résiliation ou/et des dommages et
intérêts.

 Le Code civil, dans sa version antérieure, n'ayant posé, comme on l’a dit, aucune directive de principe claire
sur la question, la jurisprudence a dû se prononcer et avait établi- en s'appuyant sur l'article 1129 ancien du
Code civil - un système selon lequel le prix était, par principe, une condition de validité du contrat.
Il reste que cette solution avait fait naître un contentieux abondant en matière de contrats-cadre
stipulant une clause d'exclusivité50. En exigeant que le contrat-cadre comporte un prix déterminé ou
déterminable, par des éléments indépendants de la volonté des parties, la jurisprudence (v. par ex. : Com.,
11 octobre 1978) gênait la conclusion de ces contrats à long terme et perturbait les réseaux de distribution.
Aussi, après quelques atermoiements, la Cour de cassation a-t-elle opéré un revirement de jurisprudence.
Par 4 arrêts en date du 1er décembre 1995, l’Assemblée Plénière a décidé que, sauf dispositions particulières
(par ex. : art. 1591 C. civ.), l’exigence d’un objet déterminé ou déterminable, que pose l’article 1129 ancien
du Code civil, ne s’applique pas à la détermination du prix et n’est donc pas une condition de validité du
contrat-cadre. S’appuyant sur les anciens articles 1134 et 1135 du Code civil, la jurisprudence considère,
depuis ces arrêts, qu’il suffit que le prix soit fixé, ne serait-ce qu’unilatéralement par l’une des parties, pour
que le contrat soit valable. Simplement, pour éviter que le prix fixé unilatéralement le soit arbitrairement, le
juge contrôlera, au moment de l’exécution du contrat, si cette détermination n’a pas été abusive. Et si la
fixation est abusive, la sanction est alors la résiliation du contrat et/ou des dommages et intérêts sur le
fondement de la responsabilité contractuelle.

 A ce stade des développements, deux questions se posent encore :

 En quoi consistera l’abus ?


Les auteurs s’accordent en général à considérer que l’abus ne saurait se réduire à la fixation d’un
prix objectivement différent de celui du marché ; ce serait sinon imposer au juge la recherche du
prix du contrat.
C’est, fait-on valoir, l’abus dans la fixation du prix et non le prix excessif qui est condamné. Ainsi,
il semble que l’abus soit constitué lorsque celui qui a fixé le prix a eu une attitude égoïste, c’est-à-
dire lorsque celui-ci a imposé un prix uniquement en fonction de ses propres intérêts et au
détriment de ceux de son partenaire (appréciation subjective de l’abus qui peut être déduit du
seul comportement ; en ce sens, voir par ex. Com., 15 janvier 2002 ; Civ. 1re, 30 juin 2004 ; Com., 4

50 Il s'agit de contrats conclus entre un fournisseur (compagnie pétrolière, brasseur) et un distributeur (pompiste, débitant de boissons) et dans
lesquels le distributeur s'engage à s'approvisionner exclusivement auprès du fournisseur pendant une longue durée. En contrepartie, le fournisseur
lui consent divers avantages : prêts, garanties financières, aides publicitaires... En exécution de ce contrat-cadre seront donc conclus d'autres
contrats, dit contrats d'application, par lesquels le distributeur se fournit effectivement auprès du fournisseur en achetant régulièrement ses
produits, généralement au tarif en vigueur au jour de la livraison.
65
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
novembre 2014). Par exemple, il devrait y avoir abus à pratiquer un prix qui aurait pour
conséquence l’exclusion de son cocontractant du marché ou sa ruine. Le prix fixé doit pouvoir
être assumé par le cocontractant sans mise en péril de son activité.

 Quelle est la portée de cette jurisprudence ?

La Cour de cassation a-t-elle simplement soustrait les contrats-cadre du domaine d’application de


l'ancien article 1129 ? L’article 1129 serait alors toujours interprété comme posant l’exigence d’une
détermination du prix comme condition de validité du contrat, sauf à préciser que les contrats-cadre
échapperaient à cette règle.
Ou bien, la Cour de cassation a-t-elle entendu en revenir à une lecture plus classique de l’article 1129
en admettant qu’il ne porte pas sur le prix ? C’est alors dans tous les contrats que le prix ne serait plus exigé à
titre de condition de validité (sauf exceptions légales) et non pas seulement dans les contrats-cadre.
La Cour de cassation a répondu à cette question dans un des quatre arrêts du 1er décembre 1995 :
l’arrêt de rejet (Société Le Montparnasse, 3e espèce) qui précise dans un chapeau intérieur que l’article 1129
n’est pas applicable à la détermination du prix.
Le prix - et par extension toutes les clauses financières du contrat - n’est donc pas une « chose » au sens
de 1129, qui doit être déterminé à peine de nullité du contrat (la chose, au sens de cet article, c’est l’objet
susceptible de transfert de propriété).
C’est donc dans tout contrat que la détermination du prix n’est pas une condition de validité51. Là est
désormais le principe, qui n’est écarté qu’en présence de dispositions particulières (v. par ex. : l’article 1591 déjà
rencontré à propos de la vente).

Aujourd’hui, le Code civil, dans sa nouvelle version, consacre plusieurs dispositions à la détermination
du prix mais n’admet finalement la possibilité d’une fixation unilatérale que de manière très limitée.

D’une part, l’article 1164 alinéa 1er nouveau dispose que « dans les contrats cadre, il peut être convenu
que le prix de la prestation sera fixé unilatéralement par l’une des parties, à charge pour elle d’en motiver le
montant en cas de contestation ».
On notera tout d’abord que cette disposition ne concerne que les contrats cadre. Il en ressort donc a
contrario que dans les autres contrats, le prix doit être déterminé ou du moins déterminable dès la conclusion
du contrat.
Ensuite, l’article 1164 prévoit que la partie qui fixe unilatéralement le prix doit pouvoir en motiver le
montant, en cas de contestation. Cette obligation de motivation opère donc renversement de la charge de la
preuve. Ce n’est plus à celui qui se plaint du prix fixé de démontrer qu’il est abusif mais à l’autre partie de le
justifier.
Enfin, l’Ordonnance vient préciser la sanction en cas d’abus dans la fixation du prix. Ainsi, l’article 1164
alinéa 2 prévoit qu’ « en cas d’abus dans la fixation du prix, le juge peut être saisi d’une demande tendant à
obtenir des dommages et intérêts et le cas échéant la résolution du contrat » et confirme donc les sanctions déjà
envisagées par la jurisprudence antérieure.

D’autre part, l’article 1165 nouveau prévoit, s’agissant des contrats de prestation de service, qu’à
défaut d’accord entre les parties avant leur exécution, le prix peut être fixé par le créancier, à charge pour
celui-ci d’en motiver le montant. Cette disposition repose sur l’idée qu’il est souvent difficile, dans les contrats
de prestation de service et, en particulier, dans les contrats d’entreprise, de déterminer à l’avance l’étendue des
diligences à accomplir. Aussi faut-il laisser au prestataire la possibilité de déterminer le prix à l’issue de sa
prestation. Cet article prévoyait en outre qu’en cas d’abus dans la fixation du prix, le juge peut être saisi d’une
demande de dommages et intérêts. Sur ce point, la loi de ratification a apporté une modification en ajoutant la
possibilité pour le juge de résoudre le contrat 52.

51 Illustrations jurisprudentielles : dans le contrat de prêt à propos des intérêts (Com., 9 juillet 1996) ; dans le contrat de prêt à propos de
l'indemnité de remboursement anticipé (Civ. 1re, 14 juin 2000) ; dans les contrats d'entreprise (Civ. 1re, 20 février 1996).
52 Cette modification, définie par la loi comme simplement interprétative, s'applique aux contrats conclus à compter du 1er octobre 2016.

66
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
L’objet de l’obligation doit donc être déterminé. Il doit aussi être possible. Venons-en à cette deuxième
condition.

B. Un objet possible

En droit comme ailleurs, « à l’impossible nul n’est tenu ». L’objet doit être possible (cette exigence est
reproduite par l’Ordonnance à l’article 1163 nouveau du Code civil qui prévoit que la prestation objet de
l’obligation doit être possible).

Ainsi, d’abord, il ne faut pas qu’il existe une impossibilité de faire ou de ne pas faire ce qu’on s’est
engagé à faire ou à ne pas faire. Encore faut-il pour qu’elle constitue une cause de nullité que l’impossibilité soit
absolue. En effet, l’impossibilité est prise ici dans son sens objectif : c’est celle à laquelle se heurterait n’importe
quel débiteur. C’est l’impossibilité pour tout le monde par opposition à l’impossibilité relative qui est celle que
n’a pu surmonter tel débiteur en particulier.

 Ex. : conclure un contrat qui aurait pour objet de toucher le ciel du doigt est objectivement impossible. En
revanche, s’engager à donner un récital de piano alors qu’on ne sait pas jouer du piano n’est pas
objectivement impossible ; c’est subjectivement impossible. C’est une impossibilité personnelle à son
débiteur ; le contrat sera valable et le débiteur engagera sa responsabilité en cas d’inexécution ou de
mauvaise exécution.

Qu’en est-il, ensuite, des obligations de donner ? Lorsque l’obligation porte sur un corps certain et que
la chose n’existe pas au moment de la conclusion du contrat, il existe une impossibilité absolue de l’objet qui est
cause de nullité de la convention53. C’est le cas lorsque le bien a péri avant la conclusion du contrat ou encore
lorsque le contrat porte sur une cession de créance déjà éteinte ou prescrite. A l’inexistence on peut assimiler
l’hypothèse où l’exécution du contrat se heurte à une impossibilité absolue, par exemple à l’interdiction
d’importer les choses qu’on a promis de livrer. Dans ce cas, il y aura nullité si l’impossibilité existait lors de la
conclusion du contrat et persiste encore.
Le principe selon lequel le contrat est nul lorsque la chose n’existe pas est néanmoins assorti d’importants
tempéraments :

 D’une part, les parties peuvent conclure un contrat aléatoire. Les parties concluent ainsi un contrat
relatif à une chose dont elles ne savent pas si elle existera (ex. achat dans l’espoir d’une chasse ou
d’une pêche fructueuse) ou sur une chose dont elles ne savent pas si elle existe encore (ex.
marchandise qui doit transiter par un pays en guerre).

 D’autre part, l’obligation née du contrat peut porter sur une chose future. L’article 1130 alinéa 1er
ancien du Code civil prévoit ainsi que « les choses futures peuvent être l’objet d’une obligation ».
L’hypothèse est en pratique loin d’être exceptionnelle : il suffit de penser à l’achat d’une maison à
construire ou d’une récolte en cours de culture. Qu’en est-il si la chose ne vient pas à existence ? Le
contrat n’est pas nul, car il a été valablement conclu ; il est caduc. La caducité est la sanction qui
frappe les contrats valablement formés mais qui, postérieurement à leur conclusion, perdent un
élément essentiel à leur perfection.
L’article 1163 nouveau prévoit de même que l’obligation peut avoir pour objet une prestation
présente ou future. Si la prestation ne peut se réaliser, la sanction en sera vraisemblablement
toujours la caducité du contrat. L’article 1186 nouveau dispose, en effet, que la caducité frappe les
contrats valablement formés si l’un de leurs éléments essentiels disparaît.

53Il convient de bien distinguer cette hypothèse de celle du contrat portant sur la chose d’autrui. Dans ce dernier cas il y a bien impossibilité, mais
impossibilité relative dans la mesure où, à la différence du cocontractant, le véritable propriétaire de la chose pourrait exécuter le contrat. De ce
caractère relatif, la jurisprudence semble déduire (Civ. 3e, 26 avril 1972) qu’en soi le contrat sur la chose d’autrui est valable et qu’il appartient au
cocontractant de se rendre propriétaire afin de pouvoir exécuter l’obligation. Le Code civil y apporte néanmoins deux exceptions, en frappant de
nullité la vente (art. 1599) et l’hypothèque (art. 2413) de la chose d’autrui.
67
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
C. Un objet licite

L’article 1128 ancien du Code civil dispose : « il n’y a que les choses qui sont dans le commerce qui
puissent être l’objet de conventions ». Le terme « commerce » n’est pas pris ici dans son sens courant : la chose
hors du commerce au sens de l’article 1128, est celle qui ne peut pas faire l’objet de conventions pour des
raisons de moralité ou d’ordre public54. On entend ce faisant préserver l’ordre public et les bonnes mœurs
(rappr. art. 6 C. civ.).

L’article 1128 nouveau se réfère, quant à lui, plus généralement à la nécessité d’un contenu licite et
certain. L’article 1162 nouveau précise en outre que les stipulations du contrat ne peuvent déroger à l’ordre
public. La réforme n’a donc pas modifié sur ce point le droit antérieur. Seule la référence aux bonnes mœurs est
supprimée. Cette disparition des bonnes mœurs est cependant à relativiser. Certes, les bonnes mœurs n’existent
plus comme notion autonome, mais leur violation est toujours sanctionnée ; simplement elle l'est par le biais de
la notion d’ordre public.

Ainsi, on considère que le corps humain est hors du commerce. Ce qui a notamment conduit la Cour de
cassation à condamner les conventions dites de mère-porteuse, celles par lesquelles une femme porte un enfant
pour une autre. La solution est aujourd’hui consacrée à l’article 16-7 du Code civil en ces termes : « toute
convention portant sur la procréation ou la gestation pour le compte d’autrui est nulle ».
Le législateur a toutefois apporté des tempéraments à ce principe d’indisponibilité du corps humain : il
autorise par exemple le don du sang, le prélèvement d’organes, le don de sperme… Mais cela toujours à titre de
don : toute contrepartie est exclue (cf. art. 16-5 : « les conventions ayant pour objet de conférer une valeur
patrimoniale au corps humain, à ses éléments ou à ses produits sont nulles »).
Autre matière dans laquelle s’est posée la question de la licéité de l’objet : les clientèles civiles. La
cession d’une clientèle est-elle licite ou faut-il considérer que, touchant à la liberté des clients, elle est illicite ?
 Il faut pour commencer préciser les termes du débat : la validité de la cession des clientèles
commerciales ne fait pas de doute : elle est un élément essentiel du fonds de commerce, qui est
cédée avec lui. Mais qu’en est-il des clientèles civiles : quid de la clientèle d’un médecin, d’un
avocat, d’un expert-comptable… ?
 Longtemps, la jurisprudence a considéré que la cession des clientèles civiles était illicite : ces
clientèles étaient considérées comme étant hors du commerce.
Pour parvenir à cette conclusion, la jurisprudence prenait appui sur le lien de confiance
personnel qui existe entre le professionnel et sa clientèle.
Mais en réalité, la portée de cette solution de principe était très largement atténuée : la
jurisprudence admettait en effet la validité des « droits de présentation », autrement dit des
engagements de présenter le successeur à la clientèle, de ne pas lui faire concurrence, etc. (par
ex. Civ. 1re, 7 juin 1995).
C’est dire que, non sans hypocrisie, la jurisprudence admettait les formes indirectes de cession
mais interdisait les cessions directes.
 Dans un arrêt du 7 novembre 2000, la première Chambre civile de la Cour de cassation a fini par
renverser sa jurisprudence : « si la cession de la clientèle médicale, à l’occasion de la constitution
ou de la cession d’un fonds libéral d’exercice de la profession, n’est pas illicite, c’est à la condition
que soit sauvegardée la liberté de choix des patients »

 Désormais, la cession de clientèle n’est « pas illicite ». La solution est retenue dans cet arrêt
pour une clientèle médicale, mais doit être étendue à l’ensemble des clientèles civiles (sur ce
point, v. Civ. 1re, 16 janvier 2007 et Civ. 1re, 14 novembre 2012).
La Cour de cassation reconnaît le caractère a priori licite de tous les contrats qui ont pour objet
la cession d’une clientèle civile. Elle rompt avec l’idée qu’elle défendait jusqu’alors d’un principe
d’extra-commercialité de ces clientèles.
 Mais, si elle admet la licéité de ces cessions, la Cour de cassation précise aussitôt que c’est « à
la condition que soit sauvegardée la liberté de choix du patient ». On retrouve là une condition
que la jurisprudence posait déjà pour la licéité des conventions de présentation.

54 Sur les notion d'ordre public et de bonnes mœurs, v. §.2 la cause du contrat.
68
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
On est alors tenté de conclure que si, en théorie, l’arrêt du 7 novembre 2000 est important (=
abandon d’un principe d’illicéité pour un principe de licéité de la cession des clientèles civiles), il
demeurera probablement sans grandes incidences pratiques.
Adde Civ. 1re, 30 juin 2004 : arrêt qui montre que la condition relative la sauvegarde de la liberté de
choix du patient n’est pas théorique.
La Cour d’appel avait prononcé la nullité de la cession d’une clientèle civile car la pathologie des
malades requérait des soins réguliers de dialyse avec appareillage, ce qui faisait obstacle au libre
choix du médecin par le patient mais aussi au choix du lieu d’exécution des soins. Or rien n’avait été
prévu dans l’accord pour préserver cette liberté. Rejet du pourvoi formé contre cette décision : « si
la cession de la clientèle médicale n’est pas illicite, c’est à la condition que soit sauvegardée la liberté
de choix du patient […] ; à partir de ces constatations, la Cour d’appel a souverainement retenu que
la liberté de choix du patient n’était pas respectée en l’espèce ».

II. L’objet de l’opération contractuelle

L’objet de l’opération contractuelle désigne l’opération contractuelle que les parties ont réalisée,
opération que l’on prend dans son ensemble et non plus dans l’un ou l’autre de ses éléments constitutifs. Cette
prise en compte de l’opération globale permet de contrôler l'équilibre des conventions grâce aux deux
instruments que sont la lésion (A) et les clauses abusives (B).

A. La lésion

1. La notion de lésion

Il s’agit du préjudice subi par une des parties, au moment de la conclusion du contrat, du fait du
déséquilibre existant entre les prestations.
 La lésion est donc un vice originel, un vice qui existe au moment de la formation du contrat. Ainsi
d’un vendeur qui vend trop peu cher : le prix convenu est insuffisant ; ou inversement, d’un
acheteur qui paie trop cher : le prix est excessif.
 La lésion est encore un vice objectif : elle procède d’un déséquilibre exclusivement économique :
peu importe l’état d’esprit des contractants. La seule preuve d’un déséquilibre entre les prestations
suffit ; il n’y a pas à prouver un vice de la volonté.
La notion précisée, recherchons à présent le principe : la lésion est-elle ou non en principe
sanctionnée ?

2. Le principe

Il résulte de l’article 1118 ancien du Code civil que « la lésion ne vicie les conventions que dans certains
contrats ou à l’égard de certaines personnes, ainsi qu’il sera expliqué en la même section ». C’est dire que, en
principe, la lésion n’affecte pas la validité des contrats.
Le Code civil ne consacre donc pas une équivalence objective des prestations ; il se contente d’une
équivalence subjective : il suffit que les parties aient regardé comme équivalentes leurs prestations.
Il n’y a finalement pas d’autre prix que celui sur lequel les parties se sont accordées. Et cela, car sanctionner
la lésion de façon générale serait porter atteinte à la sécurité des relations juridiques : on risquerait une remise
en cause bien trop fréquente des contrats.

Le principe selon lequel la lésion n’affecte pas, en principe, la validité des contrats, est réaffirmé,
aujourd’hui, à l’article 1168 nouveau qui dispose que « dans les contrats synallagmatiques, le défaut
d’équivalence des obligations n’est pas une cause de nullité du contrat, à moins que la loi n’en dispose
autrement ».

69
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
Mais si tel est le principe, des tempéraments aussi bien législatifs que jurisprudentiels existent55 .

D’abord l’article 1118 ancien du Code civil : « la lésion ne vicie les conventions que dans certains
contrats ou à l’égard de certaines personnes.. ».
 « Dans certains contrats ». Le Code civil prend ainsi en compte la lésion dans la vente
d’immeuble. Il sanctionne, en effet, la lésion de plus des 7/12e subie par le vendeur (art.
1674). C'est-à-dire que le vendeur qui reçoit moins des 5/12e de la valeur de l’immeuble peut
obtenir la nullité de la vente pour lésion. Seulement pour les immeubles et seulement au
profit du vendeur (pour les rédacteurs du Code civil, cela correspondait à l’idée - aujourd’hui
dépassée - qu’on peut être contraint de vendre, mais pas d’acheter).

 « A l’égard de certaines personnes ». Il s’agit ici de protéger certaines personnes qui sont
intrinsèquement faibles : la lésion est ainsi sanctionnée au profit des mineurs ou des majeurs
incapables qui agissent dans la limite de leur capacité. Par exemple un mineur a la capacité de
conclure seul les actes de la vie courante. S’il est victime d’une lésion lors de la conclusion
d’un tel acte, il peut demander en justice, en vertu de l’article 1305 ancien du Code civil (art.
1149 nouv.), la rescision de la convention litigieuse.

 Sachez aussi que, en dehors du Code civil, d’autres textes sont venus sanctionner la lésion. C’est en
particulier le cas dans le domaine de la PLA (lésion de plus des 7/12e au détriment de l’auteur). Mais
les exemples sont nombreux (vente d’engrais et de semences, prêt à intérêt, baux ruraux,
règlement de copropriété, etc.)

 Sachez enfin que la jurisprudence, sous couvert d’autres fondements, n’hésite pas à sanctionner
parfois des situations lésionnaires. Elle le fait notamment en se reconnaissant le droit de
sanctionner les honoraires des mandataires (ex. agents immobiliers, agents d’affaires) lorsque ces
honoraires lui paraissent excessifs. La Cour de cassation a ainsi affirmé de longue date « qu’il
appartient aux tribunaux de réduire le salaire convenu lorsqu’il est hors de proportion avec le service
rendu » (jurisprudence constante depuis Civ., 29 janvier 1867). Cette solution a été étendue aux
membres des professions libérales : architectes (Civ. 1re, 4 mars 1958), avocats (Civ. 1re, 3 mars
1998), conseils juridiques (Civ. 1re, 19 juin 1990), experts-comptables (Civ. 1re, 3 juin 1986),
généalogiste (Civ. 1re, 5 mai 1998)56. On observera que les contrats de ces professions libérales
relèvent de la catégorie, non du mandat, mais du louage d’ouvrage qui est un tout autre contrat. La
solution s’applique dans la seule hypothèse où les honoraires sont fixés forfaitairement au début du
contrat, avant toute exécution, si bien qu’il est difficile pour le client d’apprécier s’il correspond ou
non au travail à fournir.

Au regard des nouveaux textes, il n’est pas certain que cette jurisprudence puisse être maintenue
par la Cour de cassation. En effet, d’une part, l’article 1165 nouveau n’admet une intervention du
juge, s’agissant des contrats de prestation de service, que dans l’hypothèse où le prix n’a pas été
fixé a priori par les parties. D’autre part, le rôle du juge ne peut consister qu’en l’octroi de
dommages et intérêts à l’exclusion de toute modification du prix prévu (cf. supra).

Ce à quoi il convient d’ajouter que, même dans les hypothèses où la lésion est sanctionnée, elle
cesse de l’être lorsque le contrat est aléatoire : on dit que « l’aléa chasse la lésion ».
 Ex. : pas de sanction de la lésion dans une vente d’immeuble moyennant rente viagère, c'est-à-dire
une vente dans laquelle le prix payé consiste en une rente due tout au long de la vie du vendeur.

55
On notera que ces tempéraments légaux ne sont pas affectés par la réforme du droit des contrats.
56La jurisprudence l’avait également étendue aux cessions d’offices ministériels (Cass. req., 13 juin 1910), mais elle est récemment revenue sur
cette exception (Civ. 1re, 7 décembre 2004).
70
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
3. Preuve et sanctions de la lésion

Conformément au droit commun de la preuve, c’est au contractant qui se prévaut de la lésion qu’il
appartient d’établir celle-ci. Il peut le faire par tous moyens, la lésion étant un fait juridique57.
Les sanctions de la lésion sont variables et il est impossible de poser une règle générale car chaque cas
de lésion fait l’objet d’une sanction spécifique. On peut seulement dégager des idées générales.

 Le plus souvent, la lésion est sanctionnée par la nullité du contrat, à laquelle le Code civil donne ici
le nom de « rescision ». Cette nullité est une nullité relative qui parfois présente des traits originaux
(par exemple, le délai d’action en matière de vente est ramené à deux ans à compter de la vente).
 Mais dans certains cas, le contrat est maintenu et le juge le rééquilibre. Ainsi en est-il de la
réduction des honoraires à laquelle on vient de faire allusion.
 Dans la vente d’immeubles, l’acheteur (cocontractant de celui qui subit la lésion) peut choisir de
maintenir le contrat en payant le complément de prix nécessaire, moins un dixième.

B. Les clauses abusives

Les stipulations contractuelles peuvent avoir pour conséquences de déséquilibrer une relation au
détriment d’une des deux parties. Dans l’absolu chaque cocontractant est responsable de ce à quoi il s’engage,
mais avec le développement de la société de consommation le nombre d’hypothèses où le rapport est
initialement désavantageux pour une des parties s’est multiplié. On aurait pu envisager de rétablir l’équilibre
entre les parties par l’utilisation des dispositions déjà existantes dans le Code civil (telles que les anciens art.
1134 et 1135). Au contraire, face à la timidité de la jurisprudence, c’est le législateur qui est intervenu en
adoptant – dans le cadre du droit de la consommation – une réglementation visant à lutter contre les clauses
abusives.
En droit français cette protection du consommateur quant au contenu du contrat a pour origine la loi du
10 janvier 1978. Le système a plus ou moins bien fonctionné pendant quinze ans et a été intégré au Code de la
consommation en 1993 lors de la codification à droit constant. Une directive de l’Union européenne est
intervenue le 5 avril 1993, imposant une modification de notre système. La transposition a eu lieu relativement
rapidement par une loi du 1er février 1995 instaurant un nouvel art. L 132-1 du Code de la consommation. Enfin,
la loi de modernisation de l’économie (LME) du 4 août 2008 a remanié partiellement cette disposition afin
d’améliorer la protection du consommateur et les lois du 1er juillet 2010 et 17 mars 2014 y ont apporté des
retouches légères. Quant à l'Ordonnance du 14 mars 2016, elle a changé la numérotation du texte et l'a
redistribué en trois articles (art. 212-1, 212-2 et 212-3 du Code de la consommation).

1. Les critères des clauses abusives

L’alinéa 1 de l’article 132-1 du Code de la consommation disposait, dans son ancienne rédaction, que
« Dans les contrats conclus entre professionnels et non professionnels ou consommateurs, sont abusives les
clauses qui ont pour objet ou pour effet de créer, au détriment du non professionnel ou du consommateur, un
déséquilibre significatif entre les droits et obligations des parties au contrat ». L'ordonnance du 14 mars 2016,
applicable aux contrats conclus à partir du 1er juillet, reprend la même règle à l'article 212-1 pour les
consommateurs58 et à l'article 212-2 pour les non professionnels59.
Hier comme aujourd'hui, deux conditions sont donc exigées pour qu’une stipulation soit déclarée abusive : l’une
tient aux personnes, l’autre à la clause même.

57La preuve de la lésion dans les ventes d’immeuble est toutefois soumise à des règles propres (v. art. 1677 et s. C. civ.).
58Art. 212-1 al. 1 : "Dans les contrats conclus entre professionnels et consommateurs, sont abusives les clauses qui ont pour objet ou pour effet de
créer, au détriment du consommateur, un déséquilibre significatif entre les droits et obligations des parties au contrat".
59 Art. 212-2 : "Les dispositions de l'article 212-1 sont également applicables aux contrats conclus entre des professionnels et des non

professionnels."
71
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
a. Quant aux personnes

Le Code de la consommation vise les contrats conclus entre, d'une part, les professionnels et, d'autre
part, les consommateurs ou non professionnels. Cette formule, inchangée depuis 1978, a suscité de nombreuses
interrogations.
Tout d’abord, parce que la notion de consommateur est susceptible de plusieurs sens. Strictement, elle
désigne le particulier qui passe des contrats de fourniture de biens ou de prestation de services pour la
satisfaction de ses besoins personnels ou familiaux. Largement, elle englobe le professionnel qui contracte, pour
les besoins de sa profession, un contrat qui échappe à sa sphère de compétence habituelle.
Ensuite, parce que la notion de non professionnel est tout aussi polysémique. Pour certains, elle désigne
le professionnel qui contracte, dans l’exercice de sa profession, en dehors de sa sphère de compétence. Ainsi
comprise, l’expression donne un support à l’interprétation extensive de la notion de consommateur. Pour
d’autres, elle désigne des non professionnels qui ne sont pas des consommateurs (par ex. les épargnants). Face à
ces multiples analyses, la jurisprudence a longtemps hésité.
Dans un premier temps, la Cour de cassation a retenu une conception restrictive du non professionnel
(Civ. 1re, 15 avril 1985). Dans un deuxième temps, c’est la conception extensive qui a été adoptée par la Haute
juridiction (Civ. 1re, 28 avril 1987 ; 20 octobre 1992 ; 25 mai 1992). Enfin, plus récemment, la jurisprudence a
retenu un critère différent en décidant que l’article 132-1 C. consom « ne s’applique pas aux contrats de biens
ou de services qui ont un rapport direct avec l’activité professionnelle exercée par le contractant » (Civ. 1re, 3
janvier 1996 ; v. égal. : Civ. 1re, 30 janvier 1996 ; 10 juillet 2001 ; 5 mars 2002). Ce critère du rapport direct est
une reprise de l’ancien article L. 121-22 du Code de la consommation relatif au démarchage à domicile. Il signifie
que le professionnel ne pourra bénéficier de la législation de lutte contre les clauses abusives dès lors que le
contrat a été conclu à des fins professionnelles.
L’existence de ce rapport direct est appréciée souverainement par les juges du fond (par ex. : Civ. 1re, 22
mai 2002) et la lecture de la jurisprudence fait apparaître qu’il est entendu très largement par les tribunaux.
Ainsi, il a été jugé qu’un contrat d’alimentation en électricité a un rapport direct avec l’activité professionnelle
d’un imprimeur (Civ. 1re, 24 janvier 1995). De même, les tribunaux ont pu considérer qu’il existe un rapport
direct entre le contrat d’alimentation en eau et le fabricant de bouteilles de verre (1re Civ., 3 janvier 1996), ou
encore entre un contrat de location de matériel téléphonique et la fabrication de bracelet de cuir (1re Civ., 5
novembre 1996 ; v. égal., Civ. 1re, 18 mars 2004 ; contra, en apparence, Civ. 1re, 8 juillet 2003).
En somme, si théoriquement le professionnel – qu’il soit d’ailleurs personne physique ou personne
morale (par ex. : Civ. 1re, 15 mars 2005) - peut être protégé par l’article L. 132-1, en pratique il ne l’est jamais60.
Il faut savoir que, parmi les nombreux arrêts rendus sur la question, un seul a retenu l’absence de rapport direct.
Par une décision, en date du 8 juillet 2004, la première Chambre civile a en effet considéré qu’il n’y avait pas de
rapport direct entre l’activité pastorale de curé d’une paroisse et l’acquisition d’une photocopieuse pour les
besoins de la paroisse !
Reste qu'il faut tenir compte des interventions législatives récentes. La loi Hamon du 17 mars 201461 a
introduit dans le Code de la consommation un article liminaire qui définit le consommateur comme «... toute
personne physique qui agit à des fins qui n'entrent pas dans le cadre de son activité commerciale, industrielle,
artisanale ou libérale ». Quant à l'Ordonnance du 14 mars 2016, elle reprend cette définition du consommateur
et l'enrichit d'une définition du non professionnel entendu comme «... toute personne morale qui agit à des fins
qui n'entrent pas dans le cadre de son activité commerciale, industrielle, artisanale, libérale ou agricole ». En réalité,
ces définitions légales ne devraient pas changer substantiellement le droit positif. En effet, « agir à des fins qui
n'entrent pas dans le cadre de son activité » est finalement un critère très proche de « l'absence de rapport
direct avec l'activité ». Tout juste peut-on noter que le professionnel qui n'agit pas dans le cadre de son activité
sera considéré, sous la nouvelle législation, comme un consommateur s'il est une personne physique et comme
un non professionnel s'il est une personne morale.

60
Il est vrai que, depuis la loi du 4 août 2008, les « producteurs commerçants, industriels ou personnes immatriculées au répertoire des métiers »
sont protégés par l’article L. 442-6 I 2° du Code de commerce qui interdit de « soumettre un partenaire commercial à des obligations créant un
déséquilibre significatif entre les droits et obligations des parties ». La sanction encourue n’est alors pas la nullité de la clause mais l’obligation, pour
son auteur, d’indemniser le préjudice subi par son cocontractant.
61
Cette disposition est applicable aux contrats conclus à partir 13 juin 2014.
72
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
b. Quant aux clauses

La loi du 10 janvier 1978 considérait comme abusive la clause qui apparaissait imposée à un
consommateur par un abus de puissance économique du professionnel et qui conférait à celui-ci un avantage
excessif. La qualification de clause abusive supposait donc la réunion de deux éléments : l’abus de puissance
économique et l’avantage excessif. La loi du 1er février 1995, reprenant directement la directive communautaire
du 5 avril 1993, a modifié ces critères. Aujourd’hui, pour être déclarée abusive, la clause doit avoir pour objet, ou
pour effet, de créer un déséquilibre significatif entre les droits et obligations des parties. Il faut donc une
rupture de l’équilibre contractuel : un déséquilibre manifeste des droits et obligations des parties. Cette
situation peut schématiquement résulter de deux hypothèses : soit le professionnel a imposé des obligations
draconiennes à son cocontractant, soit il a allégé ses propres obligations ou limité - voire exclu - sa
responsabilité.
L’appréciation du déséquilibre significatif se fait in concreto c’est-à-dire au moment de la conclusion du
contrat et en fonction de toutes les circonstances qui l’entourent ainsi qu’en prenant en compte les autres
clauses du contrat (al. 2, art. L. 212-1, rédac. Ord. 14 mars 2016).

2. Les techniques d’identification des clauses abusives

On peut concevoir diverses techniques pour éliminer les clauses abusives. Deux grandes tendances sont
possibles : ou bien le législateur dresse lui-même, ou par renvoi à une autorité, une liste des clauses abusives, et
le juge n’a plus qu’à en faire lui-même une application mécanique ; ou bien, il se limite à poser un ou plusieurs
critères et il appartient au juge de rechercher dans chaque cas d’espèce si, prise dans son contexte, telle clause
est ou non abusive.
Le législateur et la Directive ont cumulé ces deux techniques, en y ajoutant des nuances, ce qui rend la
situation assez complexe.

a. La liste établie par le pouvoir législatif

Lors de l’élaboration de la loi de 1978, la question s’était posée de savoir si le pouvoir législatif
dresserait plusieurs listes : l’une noire des clauses automatiquement réputées non écrites, l’autre grise des
clauses présumées abusives sous réserve de la preuve contraire par le professionnel. Finalement, l’idée avait été
abandonnée.
Au niveau européen, en revanche, la Directive de 1993 a adopté la technique de la liste, mais sans
caractère impératif ; figure ainsi en annexe une liste blanche, c'est-à-dire une liste indicative qui ne lie pas le juge
et qui ne dispense pas le consommateur de rapporter la preuve du caractère abusif de la clause.
La loi de 1995 a repris, en annexe de l’article L. 132-1 la liste blanche, contenue dans la directive. Mais
l’intérêt de cette liste s’est révélé limité dès lors que le consommateur était en tout état de cause tenu de
rapporter la preuve du caractère abusif des clauses contenues dans cette liste. Aussi le législateur est-il
intervenu. L’article 86 de la loi du 4 août 2008 a, en effet, modifié l’article 132-1 (al. 2 et 3) du Code de la
consommation, d’une part, en abrogeant la liste blanche et, d’autre part, en imposant au pouvoir réglementaire
de dresser par un décret en Conseil d’état, pris après avis de la Commission des clauses abusives, une liste noire
et une liste grise de clauses (voir ci-dessous)62.

b. La liste établie par le pouvoir réglementaire

L’article L. 132-1 al. 2, dans sa rédaction issue de la loi de 1995, prévoyait que « des décrets en Conseil
d’Etat après avis de la commission instituée à l’article 132-2 peuvent déterminer des types de clauses qui doivent
être regardées comme abusives au sens de du 1er alinéa ».
Par cette disposition, la loi de 1995 reconduisait le système antérieur : une commission des clauses
abusives examinait les contrats habituellement proposés aux consommateurs et recommandait la suppression
des clauses qui lui paraissent abusives. Le gouvernement pouvait alors, par décret pris en Conseil d’Etat, après
avis de la commission, déterminer les clauses qui devaient être considérées comme abusives.

62
Dispositions reprises aux alinéas 4 et 5 de l'article 212-1 C. conso. dans sa rédaction issue de l'ordonnance du 14 mars 2016.
73
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
L’élimination des clauses abusives requérant l’intervention d’un décret, l’efficacité du système
dépendait de la diligence du pouvoir réglementaire. Or, en dépit du travail de la commission (qui avait émis et
publié plus d’une soixantaine de recommandations), un seul décret était intervenu le 24 mars 1978 qui avait
interdit comme abusives :
- la limitation ou l’exclusion de la responsabilité du vendeur.
- la réserve pour le professionnel du droit de modifier unilatéralement les caractéristiques du bien à
livrer ou du service à rendre, sous réserve des modifications liées à l’évolution technique.
Face à cette inertie du pouvoir réglementaire, la loi du 4 août 2008 a modifié le Code de la
consommation, en enjoignant au pouvoir réglementaire de prendre rapidement un décret en Conseil d’Etat
établissant deux listes de clauses abusives. La première, dite liste grise, devant désigner les clauses présumées
abusives qui laissent au professionnel l’opportunité de rapporter la preuve du caractère non abusif de la
stipulation considérée. La seconde, dite liste noire, devant désigner des stipulations irréfragablement présumées
abusives.
Le décret d’application a été adopté le 18 mars 2009 (alors qu’il aurait dû l’être au plus tard le premier
janvier 2009). Il fixe une liste noire de 12 clauses abusives interdites et une liste grise de 10 clauses présumées
abusives63.

c. Le pouvoir du juge

Même si la loi de 1978 ne comportait pas d’interdiction formelle faite au juge de déclarer directement
abusive une clause en dehors de toute disposition réglementaire, telle était bien l’intention du législateur ainsi
que cela résulte des travaux préparatoires et du fait que la loi réservait au pouvoir réglementaire le droit
d’édicter le caractère abusif des clauses. Le législateur se méfiait en effet d’une trop grande liberté des juges
dans ce domaine. Plus précisément, on craignait, tout d’abord, que le juge vide l’article 1134 de son contenu.
Ensuite, on redoutait que cette solution donne lieu à un certain arbitraire : les jugements sur le fond pouvant
diverger d’une juridiction à l’autre. Enfin certains auteurs étaient hostiles au système prétorien car ils relevaient
que la mise en place de ce système de protection s’accommoderait mal avec le processus de formation de la
jurisprudence : lenteur, relativité de la chose jugée, hésitation des particuliers à intenter des actions face à leurs
puissants partenaires et le tout souvent pour des sommes relativement faibles.
Mais devant la carence du pouvoir réglementaire, la Cour de cassation a dès 1989 reconnu au juge le
pouvoir de déclarer abusive une clause sur le seul fondement des critères édictés par la loi de 1978 (Civ.1re, 6
décembre 1989 ; Civ.1re, 14 mai 1991). Néanmoins, pour assurer une unité d’interprétation, la Cour de cassation
s’est réservée de contrôler la qualification de clause abusive (Civ. 1re, 26 mai 1993 ; 10 avril 1996 ; 7 juillet 1998 ;
14 novembre 2006).
Ce pouvoir du juge a été indirectement reconnu et consacré par la loi de 1995 (ancien art. 132-1 al 3 C.
conso) et ne semble pas remis en cause par le nouveau dispositif résultant de la loi de 2008. Et il faut souligner
que la Cour de justice des Communautés européenne a également statué dans le même sens (CJCE, 27 juin
2000), en imposant même au juge national d'examiner d'office le caractère abusif d'une clause, dès qu'il dispose
des éléments de droit et de fait à cet effet (CJCE, 4 juin 2009 ; v. égal. : Civ. 1re, 29 mars 2017).

3. Sanctions des clauses abusives

Il en existe deux : une individuelle (1), l’autre collective (2)

a. Sanction individuelle

L’article L. 241-1 (rédac. Ord. 14 mars 2016), reprenant l'ancien L. 132-1 (alinéas 6 et 8), décide tout à la
fois que « les clauses abusives sont réputées non écrites » et que « le contrat restera applicable dans toutes ses
dispositions autres que celles jugées abusives s’il peut subsister sans lesdites clauses ». C’est là une application
du droit commun français en matière de nullité partielle, suivant lequel la nullité n’affecte le contrat tout entier

63 Pour connaître le détail de ces listes, il suffit de vous reporter aux articles R. 212-1 (liste noire) et R. 212-2 (liste grise) du Code de la
consommation (dans leur rédaction issue de l’ordonnance du 14 mars 2016). On notera également que L. 241-2 du Code de la consommation
(ancien art. L.132-2, rédac. L. 17 mars 2014) prévoit que le professionnel est passible d'une amende administrative au cas où est détecté, dans les
contrats qu'il propose aux consommateurs ou non-professionnels, une ou plusieurs clauses abusives relevant de la liste noire.
74
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
que dans l’hypothèse où la clause critiquée comme abusive constitue la cause impulsive et déterminante du
contrat. Pareille cas de figure se rencontre très rarement en jurisprudence.

b. Sanction collective

En pratique l’effectivité de la sanction individuelle des clauses abusives est assez faible. Certes, la clause
sera annulée dans le contrat considéré mais on la retrouvera dans tous les autres contrats conclus par le même
professionnel. D’où l’idée, initiée par la loi du 5 janvier 1988 et reprise par la Directive de 1993, d’extirper les
clauses abusives de tous les contrats du même type par un seul procès (L. 421-6 ancien, devenu L. 621-2, rédac.
Ord. 14 mars 2016)
Ainsi, les associations de défense des consommateurs agréées à cette fin peuvent demander la
suppression des clauses abusives dans les modèles de contrats proposés au consommateur. Ici, s’agissant
d’une action collective contre une ou plusieurs clauses, l’appréciation du caractère abusif se fait nécessairement
in abstracto et non plus in concreto.
Toutefois, cette action collective ne peut être exercée qu’à des fins préventives. Elle ne permet pas à
une association de poursuivre l’annulation des clauses d’un contrat déjà conclu avec un consommateur : pareille
action ne peut être exercée que par le consommateur contractant.
Outre cette action collective, l’autorité administrative chargée de la concurrence et de la consommation
peut demander aux juges d’ordonner la suppression d’une clause abusive.

Les nouvelles dispositions issues de l’Ordonnance ne traitent pas à proprement parler des clauses
abusives qui relèvent de la législation consumériste mais viennent étendre ce mécanisme en l’appliquant à tous
les contrats d’adhésion, sans considération de la qualité des parties. En effet, l’article 1171 issu de
l'Ordonnance prévoit que « dans un contrat d’adhésion, toute clause qui crée un déséquilibre significatif entre les
droits et obligations des parties au contrat est réputée non écrite ».
L’article 1171 issu de l'Ordonnance permet ainsi d’étendre le contrôle de l’équilibre du contrat. Dès lors
qu’il s’agit d’un contrat d’adhésion, un déséquilibre significatif pourra toujours être sanctionné,
indépendamment de l’existence d’une législation spéciale en ce sens.
La loi de ratification a modifié le texte en limitant le dispositif de protection aux seules clauses «... non
négociable, déterminée à l’avance par l’une des parties ». L’ajout revient à considérer que seule la part non
négociable du contrat d’adhésion pourra faire l’objet d’une sanction judiciaire64.
Sous cette réserve, quels seront dès lors les éléments du contrat pouvant faire l’objet de ce contrôle ?
L’article 1171 alinéa 2 précise que l’appréciation du déséquilibre significatif ne peut porter ni sur l’objet principal
du contrat ni sur l’adéquation du prix à la prestation. On comprend que ce contrôle ne saurait conduire à une
sanction indirecte de la lésion. On peut en revanche penser que pourront faire l’objet de ce contrôle les clauses
limitatives de responsabilité, les clauses sur la durée du contrat, celles octroyant un pouvoir discrétionnaire à un
contractant, les clauses résolutoires…
Il faut encore déterminer comment doit s’apprécier ce déséquilibre significatif. Contrairement à la
législation sur les clauses abusives, l’Ordonnance ne prévoit pas de liste de clauses qui pourraient être
considérées comme créant objectivement un déséquilibre. Il impose en revanche qu’il existe un déséquilibre
significatif entre les droits et obligations des parties au contrat. Cela conduit à penser que le juge devra procéder
à une appréciation globale de l’économie du contrat et non de chaque clause prise individuellement. Une clause
peut en effet sembler créer un déséquilibre mais être justifiée par une autre stipulation.
Il faut enfin déterminer la sanction applicable. L’article 1171 prévoit qu’une telle clause est réputée non
écrite. L’article 1184 nouveau précise, à ce titre, que lorsque la loi répute une clause non écrite, « le contrat est
maintenu ».
Il reste que ce nouveau mécanisme de contrôle n’est pas sans poser de questions. Se posera en
particulier celle de son articulation avec les dispositions spéciales du Code de la consommation et du Code de
commerce.

64 Cette nouvelle disposition n'est applicable qu'aux contrats conclus à compter du 1er octobre 2018.

75
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
§. 2 : La cause

L’article 1108 ancien du Code civil, déjà plusieurs fois cité, subordonne la validité du contrat à « une
cause licite dans l’obligation » et l’article 1131 ancien précise que « l’obligation sans cause, ou sur une fausse
cause, ou sur une cause illicite, ne peut avoir aucun effet ». De ces articles, il résulte que le contrat ne peut être
valablement formé que s’il comporte une cause et que celle-ci est conforme aux exigences légales : ainsi, non
seulement la cause doit exister, mais de plus elle doit être licite.
Encore faut-il s’entendre sur ce dont on parle : à quoi correspond cette « cause » que le Code civil, dans
son ancienne version, vise sans en donner de définition ? La question a été, et est toujours, le lieu de discussions
doctrinales.
Ce qu’il convient de relever, pour commencer, c’est que la cause dont il est ici question est la cause
« finale », celle qui désigne le but visé par celui qui s’engage.
 Il ne s’agit pas de la cause génératrice, ou cause « efficiente », entendue comme celle qui est à
l’origine d’un événement, celle qui en est la source. Cette autre conception de la cause, on la trouve
par exemple dans le droit de la responsabilité civile lorsqu’il est fait référence à la faute cause du
dommage. Ce qu’on désigne alors c’est la faute à l’origine du dommage.
 De façon différente, la cause qu’on va envisager ici (la cause finale) vise le but que les parties
poursuivent en contractant, la raison pour laquelle elles s’engagent. Ainsi, le vendeur vend pour
obtenir le paiement d’une somme d’argent et l’acheteur paie pour obtenir la délivrance de la chose
objet de la vente. Ce « pour » (paiement du prix pour l’un, délivrance pour l’autre) constitue la
cause de l’obligation du vendeur d’une part, de l’acheteur d’autre part.
Ces précisions apportées, force est de constater que la conclusion d’un contrat n’est pas toujours
commandée par la poursuite d’un seul but. Loin de là ! Un exemple permettra de mieux comprendre.

 Prenons un contrat de vente portant sur une maison. Pourquoi le vendeur et l’acheteur ont-ils conclu cette
opération ? Pour le vendeur, la raison immédiate, le but immédiat est le paiement du prix. Mais au-delà, si l’on
pousse plus loin l’analyse, les raisons lointaines de son engagement peuvent être des plus diverses : il peut avoir
vendu pour éponger ses dettes, pour participer à un trafic de drogue, pour faire face aux dépenses du mariage de
son fils, parce qu’il pensait être muté loin de là, etc. Quant à l’acheteur, si la raison immédiate pour laquelle il
s’est engagé est la délivrance de la chose, il peut, au-delà, avoir entendu s’y installer avec femme et enfants, en
faire une maison d’hôtes, y loger sa maîtresse, etc.

Ainsi, la conclusion d’un contrat (comme toutes les actions humaines) ne saurait être déterminée par
une seule raison, commandée par la poursuite d’un seul but. En schématisant, on peut dire qu’il existe non
seulement une raison proche, mais aussi des raisons plus lointaines.
Selon l’approche choisie, la physionomie de la cause change.
 Si l’on s’en tient à la cause la plus proche, la cause immédiate, on constate qu’elle est la même pour
chaque type de contrat : dans toute vente, le vendeur s’engage pour obtenir le paiement du prix et
l’acheteur pour que la chose lui soit livrée ; dans tout bail, le bailleur s’engage pour obtenir le
paiement du loyer et le preneur pour avoir la jouissance de la chose louée… Cette cause, on la qualifie
de cause objective ou de cause de l’obligation.
 Si l’on s’attache ensuite aux motifs plus lointains qui ont poussé une personne à contracter, on
constate que la cause varie pour un même type de contrat. Les motivations qui vous poussent à
vendre votre maison ne sont pas forcément celles qui poussent votre voisin à vendre la sienne. De
même, celles qui vous conduisent à acheter ne sont pas nécessairement les mêmes que celles qui
conduisent votre voisin à acheter. On parle alors de cause subjective ou de cause du contrat.
D’où la question suivante : faut-il tenir compte de l’une et l’autre de ces conceptions de la cause ou
faut-il n’en retenir qu’une seule ? Après des hésitations, l’accord s’est finalement fait sur l’idée que le droit
positif devait donner sa place à chacune des deux conceptions de la cause : il convient de faire entrer dans ce
concept juridique non seulement la raison la plus proche (cause de l’obligation), mais aussi les raisons, même
éloignées, qui ont déterminé le consentement (cause du contrat). C’est ainsi qu’a été progressivement
consacrée, en droit français, une conception dualiste de la cause.
C’est que ces deux conceptions de la cause, loin de s’exclure, se complètent : elles ont en effet des
fonctions différentes.

76
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
 Ainsi, retenir la cause de l’obligation permet d’apprécier l’existence de la cause : y a-t-il bien une
somme d’argent, cause de l’obligation du vendeur, et une chose qui soit l’objet de la délivrance, cause
de l’obligation de l’acheteur ? La cause de l’obligation a alors une fonction de protection individuelle :
on protège l’une et l'autre des parties en vérifiant qu’elles ne se sont pas engagées sans contrepartie
(qu’il y a bien quelque chose à la clé).
 Retenir la cause du contrat c’est, différemment, apprécier la licéité de la cause : les mobiles qui ont
déterminé l’une ou l’autre des parties à contracter sont-ils licites ? A défaut, le contrat sera annulable
pour illicéité de la cause. La cause du contrat a donc pour sa part une fonction de protection sociale :
c’est la société qu’on entend protéger en contrôlant la licéité de la cause.
Ce sont alors ces deux facettes de la cause qu’il convient d’étudier : d’abord la cause de l’obligation, qui
permet un contrôle de l’existence de la cause (I), ensuite la cause du contrat, qui permet un contrôle de la licéité
de la cause (II).

I. La cause de l’obligation

A. Dans les contrats à titre onéreux

La plupart des contrats à titre onéreux créent des obligations réciproques et interdépendantes (par ex. :
le contrat de vente, de bail, de travail). Ces contrats, on l’a vu, sont dits synallagmatiques.
Mais il est également d’autres contrats à titre onéreux qui obligent quant à eux une personne envers
une autre, sans qu’il y ait pour autant d’engagement de la part de cette dernière. Ces contrats, parce qu’ils ne
créent d’obligations qu’à la charge d’une partie, sont dits unilatéraux.
Distinguons donc les contrats synallagmatiques (1) des contrats unilatéraux (2), car la cause de
l’obligation diffère dans les uns et les autres, avant de s’intéresser à la cause dans les ensembles contractuels
(3).

1. Dans les contrats synallagmatiques

S'agissant de la cause de l'obligation dans les contrats synallagmatiques à titre onéreux, il convient de
distinguer entre les contrats commutatifs (a) - c'est-à-dire des contrats qui mettent à la charge des parties des
prestations dont le montant est fixé dès la conclusion de celui-ci - et les contrats aléatoires (b) dans lesquels les
prestations des parties, ou de l’une d’elles, ne sont pas certaines en ce qu'elles dépendent d’un événement futur
et incertain.

a. Dans les contrats commutatifs

a-1. La conception traditionnelle

Dans les contrats commutatifs, la cause réside en principe dans la contre-prestation, c'est-à-dire dans
l’obligation de l’autre partie au contrat : la prestation due par chacune des parties sert de cause à l’autre.
 Ex. : Dans la vente, le vendeur promet de livrer la chose parce que l’acheteur s’engage à lui payer le prix : le
paiement du prix est la cause de l’obligation du vendeur, qui correspond à l’objet de l’obligation de l’acheteur.
Réciproquement, l’acheteur s’engage à payer le prix parce que le vendeur promet de lui livrer la chose : la
livraison de la chose est l’objet de l’obligation du vendeur et la cause de l’obligation de l’acheteur.
Finalement, dans les contrats synallagmatiques la cause de l’obligation d’une des parties correspond à
l’objet de l’obligation de l’autre.
C’est dire que la cause existe dès lors qu’il y a contrepartie. L’exigence d’une cause permet alors
d’annuler les contrats dans lesquelles une contrepartie est illusoire. Pour la jurisprudence, la contrepartie
convenue est illusoire dans deux hypothèses.
Elle l'est d'abord lorsque la contrepartie fait défaut.

77
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
Ainsi, sont nuls pour absence de cause : l’obligation d’un locataire commercial de payer un certain prix en
contrepartie de l’engagement du bailleur de lui assurer l’exclusivité de ce type de commerce dans l’immeuble alors que la loi
interdit pareille exclusivité, de sorte que la contrepartie est inefficace, donc défaillante (Com., 5 octobre 1981) ; ou encore le
rachat d’un salarié de points de retraite à une Caisse alors que ses droits auprès de cette Caisse atteignent déjà le plafond
(Soc., 15 octobre 1980). De même, est également nulle une clause de non concurrence ayant pour contrepartie des actions
d'une société d'une valeur égale à un euro symbolique (Com, 15 mars 2011).

Elle l'est ensuite lorsque la contrepartie existe bel et bien mais qu'elle fait double emploi avec
l'obligation résultant d'un autre contrat.

A titre d'illustration, on peut citer un arrêt de la Chambre commerciale du 23 octobre 2012.Dans cette affaire, une
société, en 2005, avait conclu avec une EURL une convention de prestation de services. Le directeur général de la première
société était aussi gérant et associé unique de l’EURL. En 2007, il est démis de ses fonctions de directeur général et la
convention est résiliée. Ce dernier et l’EURL dont il est gérant assignent alors le cocontractant en paiement de l’indemnité
contractuelle de résiliation du contrat. La Cour d’appel rejette la demande estimant que les prestations assumées par la
société au regard de la convention étaient celles incombant au directeur général et faisaient donc double emploi avec
lesdites fonctions de sorte que la convention était nulle pour absence de cause. La Cour de cassation valide cette solution
considérant que lorsque la contrepartie n’est pas réelle parce que devant déjà être assumée par la même personne au titre
d’autres fonctions, l’acte est frappé de nullité.

Par extension, la nullité est encourue non seulement en cas d’absence totale de cause, mais aussi dans
le cas où la contre-prestation est dérisoire. La nullité est ainsi encourue en cas de vileté du prix dans le cadre
d’une vente (par ex. : Civ. 1re, 4 juillet 1995 ; comp. : Com., 11 mars 2014). Il convient à cet égard de souligner
que le prix dérisoire doit être soigneusement distingué du prix insuffisant qui relève de la réglementation de la
lésion.

Bien que la cause ait formellement disparue du Code civil, ce principe est reproduit à l’article 1169
nouveau qui dispose qu’ « un contrat à titre onéreux est nul lorsque, au moment de sa formation, la contrepartie
convenue au profit de celui qui s’engage est illusoire ou dérisoire ». La cause est donc remplacée ici par la notion
de contrepartie, sans que sa fonction ne soit modifiée. Pour qu’un contrat à titre onéreux soit valable, encore
faut-il qu’une contrepartie existe. Conformément au droit antérieur, la nullité du contrat pourra ainsi être
prononcée si la contrepartie convenue est illusoire ou dérisoire.

a-2. Le renouveau de la cause

Plus récemment, la jurisprudence a procédé à un nouvel élargissement de son contrôle : dans quelques
décisions remarquées, la Cour de cassation a, sur le fondement de l’ancien article 1131 du Code civil, censuré
des clauses ou annulé des contrats en procédant à une certaine subjectivisation de la cause. A ce sujet, deux
affaires méritent d'être étudiées : Chronopost et vidéo-club.

Prenons d'abord l’exemple qui a fait couler le plus d’encre : l’affaire dite Chronopost. Elle a, dans un
premier temps, donné lieu à un arrêt de la Chambre commerciale de la Cour de cassation du 22 octobre 1996.

La société Chronopost est une société de transport de biens qui s’engage à transporter les colis confiés par des
clients dans un délai rapide et déterminé (toute sa publicité est fondée là-dessus) ; c’est d’ailleurs pourquoi le prix acquitté
pour ce service est nettement supérieur à ce qu’il est pour un envoi classique. Il y a, dans ce respect du délai, une
« obligation essentielle », une obligation qui est de l’essence du contrat conclu. Et pourtant, la même société Chronopost
inscrit dans ses conditions générales une clause aux termes de laquelle elle limite la réparation due dans l’hypothèse où elle
ne satisferait pas à son obligation de livrer dans les délais : elle prévoit qu’elle sera alors seulement tenue de verser le
montant que le client a acquitté pour le transport.

D’où la question suivante : une telle clause est-elle conciliable avec l’obligation que le transporteur
souscrit de livrer dans un délai déterminé ? Chronopost peut-il, en même temps, s’engager à acheminer les plis
dans un certain délai et limiter la réparation qu’il devra en cas de non-respect de ce délai à une modique somme
(à l’époque de 122 francs) ? La Cour de cassation ne l’a pas pensé. Au visa de l’article 1131 du C. civ., dans son
ancienne rédaction, elle a jugé que cette clause « contredit » la portée de l’engagement que Chronopost prend
de livrer dans les délais : en réduisant à « presque rien » la réparation due en cas de manquement à une
78
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
obligation pourtant essentielle, la clause litigieuse est contraire à ladite obligation. A ce titre, la clause est
réputée non écrite. En d'autres termes, si la clause limitative porte sur l'obligation essentielle (1) et vide
l'engagement de sa substance (2), elle est considérée comme nulle.
L’arrêt a suscité des réactions diverses : approuvé par certains, il a été critiqué – parfois sévèrement –
par d’autres. Parmi les critiques, on a tout d’abord fait valoir que l’arrêt déformerait la notion de cause.
- L’objection peut être résumée en ces termes : pourquoi cette solution rendue au visa de l’article
1131 du Code civil alors pourtant qu’il existe bien une contrepartie à l’obligation de chacun des
contractants, et par là même une cause à chacune de leurs obligations : le paiement du prix pour
Chronopost (ce que personne ne conteste) ; l’acheminement du pli (dans un certain délai peut-on
ajouter) pour le client de Chronopost.
- Soit, mais davantage qu’une déformation, n’y aurait-il pas là une évolution, qui n’est pas
nécessairement illégitime, de la notion de cause ? Certains auteurs, d’ailleurs, y ont vu une
« subjectivisation » de la cause : sans s’arrêter à l’appréciation abstraite de l’existence d’une
contrepartie, la Cour de cassation se livre à une analyse concrète de la fin poursuivie par les
parties, de l’utilité qu’elles ont légitimement attendue de l’opération contractuelle.
- N’est-ce pas finalement l’idée que la cause correspond à la fin que les parties ont poursuivie d’un
commun accord, à l’objectif qu’elles ont recherché : en concluant un contrat de transport rapide,
elles ont voulu qu’une chose soit acheminée à son destinataire dans le délai convenu. Au-delà du
contrôle abstrait de l’existence d’une contrepartie, ne faut-il pas aussi vérifier que les stipulations
du contrat permettent de parvenir à la fin sur laquelle les parties se sont accordées ?
Parmi les critiques, on a ensuite fait valoir que la sanction retenue ne respecterait pas la théorie
classique de la cause.
- La cause est une condition de validité du contrat. Son absence est donc en principe sanctionnée par
la nullité du contrat lui-même. Mais tel n’est pas le cas ici : le contrat n’est pas annulé ; seule la
clause est réputée non écrite. Pourquoi ? Parce que si on annulait le contrat, on aboutirait en réalité
au même résultat que si la clause litigieuse s’appliquait. Par le jeu des restitutions consécutives à
l’annulation du contrat, le client reprendrait son pli et se verrait également restituer la somme
versée à la société Chronopost pour le transport.

Quoi qu’il en soit de ces critiques, la décision de la Chambre commerciale peut se comprendre65. Si la cause
a ainsi été appelée au chevet d’un contrat menacé dans ses équilibres par une clause neutralisant l’obligation
essentielle souscrite par l’une des parties, c’est afin de sanctionner directement une clause abusive figurant
dans un contrat conclu entre professionnels. Le cantonnement du domaine de la réglementation des clauses
abusives aux seuls contrats conclus entre professionnels et consommateurs, à l’exclusion de ceux présentant un
rapport direct avec l’activité du contractant, aboutit en effet à laisser au ban de la protection les professionnels
contractant dans le cadre de leur activité, même s’ils agissent en dehors de leur sphère habituelle de
compétence et sont, en définitive, dans le même état d’ignorance (voire le même état de soumission
économique) que le consommateur. Il en résulte une véritable impunité des clauses abusives lorsqu’elles sont
opposées par un professionnel à un autre professionnel que la jurisprudence a décidé de combattre par le biais
notamment de la cause, outil du droit commun des contrats.

Cela étant dit, il faut savoir que la jurisprudence Chronopost ne s’est pas arrêtée là. En matière de
messagerie, il existe un contrat type établi par décret (contrat type prévu par le décret du 4 mai 1988, remplacé
depuis, en des termes identiques, par un nouveau contrat type issu du décret du 6 avril 1999). Or, ce contrat
type institue une clause limitative de responsabilité équivalente à celle qu’avait prévue la société Chronopost
dans son contrat et qui a été réputée non écrite par la Chambre commerciale (limitation au prix du transport).

65Même si cela est peu dit, il convient de souligner que dès avant l’affaire Chronopost, la Cour de cassation avait déjà admis cette solution fondée
sur l’article 1131 du Code civil. Par sept arrêts en date du 19 décembre 1990, la haute juridiction avait, dans un attendu de principe quasiment
identique pour chacun de ces arrêts, condamné les clauses dites « réclamation de la victime » (également qualifiées claims made), qui, dans un
contrat d’assurance, subordonnent la garantie de l’assureur à la réclamation de la victime entre la date de souscription du contrat et celle de sa
résiliation. Par la suite, ce sont plus largement toutes les clauses qui limitent dans le temps la garantie de l’assurance à une durée inférieure à celle
de la responsabilité de l’assuré, qui ont été réputées non écrites, également sur le fondement de l’article 1131 du Code civil.
79
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
D’où la question de savoir si cette clause limitative de nature réglementaire a vocation à suppléer la
disparition de la clause conventionnelle ayant le même contenu ou si, au contraire, cette stipulation doit aussi
être écartée.
Par un arrêt, en date du 9 juillet 2002, la Chambre commerciale a décidé que la suppression de la clause
limitative de nature conventionnelle n’évite pas une restauration de la limitation de responsabilité à travers la
clause réglementaire qui s’y substitue. En d’autres termes, il faut considérer que la clause imposée par la volonté
de l’une des parties, même si elle est privée de validité au regard des règles du droit commun des contrats, est
susceptible de renaître sans encombre par le jeu des règles supplétives issues du droit des transports.
Une telle solution est contestable notamment en ce qu’elle conduit à laisser subsister le déséquilibre
engendré par la clause contractuelle et aboutit ainsi à douter de l’opportunité de la sanction prononcée sur le
fondement de la cause.

Il reste que la saga Chronopost a connu d’autres rebondissements.


Depuis longtemps, il est admis en effet que les clauses limitatives ou exclusives de responsabilité peuvent
être neutralisées, en matière contractuelle, en cas de dol ou de faute lourde du débiteur (article 1150 ancien du
Code civil). Cependant, dans un premier temps, cette solution était écartée en présence de limitations de
responsabilité d’origine légale ou réglementaire qui demeuraient applicables même en présence d’une faute
lourde ou d’un dol (Com., 23 mai 1995). Dans un second temps, l’Assemblée plénière, le 30 juin 1998, a toutefois
opéré un revirement à cet égard en reconnaissant désormais que la faute lourde rend inapplicables les
limitations ou exonérations de responsabilité même lorsqu’elles ont une origine légale ou réglementaire.
Aussi, et très logiquement, la Cour de cassation a-t-elle admis le principe selon lequel la preuve par le client
d’une faute lourde imputable à la société Chronopost emportait la neutralisation - et non la nullité - de la limite
de responsabilité contenue dans le contrat type et entraînait le jeu du droit commun de la responsabilité
contractuelle (Com, 9 juillet 2002).
Encore faut-il s’entendre sur la définition de la faute lourde.
La faute lourde a en effet longtemps été entendue de 2 manières par la Cour de cassation. Selon une
première conception, dite subjective ou qualitative, la jurisprudence se fondait sur l’attitude du débiteur.
Ainsi, la faute lourde était constituée dès lors que le comportement du responsable était particulièrement
déficient et tout à fait éloigné de celui que l’on aurait pu attendre de l’individu le moins prudent et le moins
avisé (Com., 3 avril 1990 ou Civ. 1re, 26 juin 1986). Selon la seconde conception dite objective ou quantitative, il
convenait de s’intéresser à l’objet même de l’inexécution. La faute lourde était alors caractérisée par la place
qu’occupait l’obligation ou le devoir méconnu parmi ceux qui incombaient au débiteur : la faute était lourde
lorsque c’est l’obligation essentielle du contrat qui n’avait pas été exécutée (Civ. 1re, 18 janvier 1984 ou 15 nov.
1988 ; Civ. 1re, 30 nov. 2004).
Or, par deux arrêts, en date du 22 avril 200566, une Chambre mixte a abandonné cette conception bivalente
de la faute lourde en décidant que celle-ci se caractérise par « une négligence d’une extrême gravité confinant
au dol et dénotant l’inaptitude du débiteur de l’obligation à l’accomplissement de sa mission contractuelle ». A
suivre ces arrêts (confirmés par Com., 21 février 2006 ; Com., 13 juin 2006 ; Com. 1er avril 2014), on est conduit
à penser que la Cour de cassation ne retient plus qu’une conception subjective de la faute lourde lorsque la
limitation est d’origine légale67. Pratiquement cela signifie que le caractère essentiel de l’obligation inexécutée
par le transporteur est insuffisant pour caractériser l’existence d’une faute lourde et autoriser la victime à
obtenir l’indemnisation intégrale de son préjudice. Pour obtenir la neutralisation du plafond de réparation prévu
par le contrat type, l’expéditeur doit, outre le retard, apporter la preuve d’autres manquements qui permettent
d’établir l’inaptitude du transporteur à l’exécution de la mission contractuelle qui lui a été confiée.

Cette conception subjective de la cause, dégagée par la jurisprudence, est reprise aujourd’hui à l’article
1170 nouveau du Code civil qui prévoit que « toute clause qui prive de sa substance l’obligation essentielle du
débiteur est réputée non écrite ». On le voit ici encore, la disparition de la notion de cause n’est somme toute
que très formelle dés lors que la réforme reprend les deux conditions posées par la jurisprudence ainsi que la
sanction dégagée par les tribunaux.

66
Arrêts rendus dans d’autres affaires que la première espèce Chronopost.
67Logiquement, c'est également la seule conception subjective de la faute lourde qui est retenue par la jurisprudence lorsque la limitation de
responsabilité est d'origine non plus légale mais contractuelle (sur ce point : Com., 29 juin 2010 et 1er avril 2014).
80
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
Encore faut-il noter que l’Ordonnance ne limite pas ce contrôle aux seules clauses limitatives de
responsabilité. Sur ce point, il est conforme à la jurisprudence antérieure qui a déjà admis ce contrôle dans
d’autres hypothèses (voir note ci-dessus). Un tel contrôle pourra donc s’appliquer aussi bien à des clauses
limitatives de responsabilité qu’à des clauses de répartition des risques, des clauses financières, des clauses
fixant un délai pour agir, etc.

Au-delà de l'affaire Chronopost, la jurisprudence a également retenu une conception subjective de la cause
dans les arrêts dits des "vidéo-clubs". L'arrêt emblématique est celui rendu par la première Chambre civile, le
3 juillet 1996.

Un couple désirant exploiter un vidéo-club dans un petit village, avait conclu, avec une société, un contrat de
création d'un "point club vidéo" et de "location de cassettes". Le bailleur ayant demandé le paiement du loyer, le preneur lui
oppose la nullité pour défaut de cause et les juges du fond accueillent sa demande. La Cour de cassation rejette le pourvoi
du bailleur au motif "que l'exécution du contrat selon l'économie voulue par les parties était impossible" de sorte que le
contrat était dépourvu de cause.

Au regard de la conception classique de la cause, l'arrêt innove. Dans ce contrat, la cause objective
existait puisque les vidéocassettes avaient été mises à disposition du preneur. En revanche, ce qui faisait défaut,
c'était la cause subjective, c’est-à-dire les raisons pour lesquelles le preneur s’était engagé dans le contrat, à
savoir la commercialisation des cassettes louées. En effet, faute de clients potentiels, la commercialisation des
cassettes louées se révélait impossible à réaliser. En d'autres termes, l'absence de cause résidait ici dans
l’impossibilité structurelle d’atteindre le but contractuellement défini par les parties. Ici encore, la jurisprudence
ne s’en est pas tenue à une appréciation abstraite de la contrepartie ; elle a situé la cause de l’obligation dans
l’opération voulue par les parties et intégrée dans le champ contractuel de ce contrat atypique.
Dans sa grande majorité, la doctrine s'est inquiétée de cette subjectivisation de la cause en soulignant
que la prise en compte des mobiles individuels risquait d'être une source d'insécurité juridique, en particulier si
elle devait conduire à remettre en cause tous les contrats s’avérant non rentables. Cependant, en réponse à
cette critique, il a été avancé que cette jurisprudence ne se justifie que si le but de rentabilité a été
expressément intégré dans le champ contractuel et s’avérait impossible à réaliser dès l’origine, à raison de la
structure même du contrat imaginé par les parties. Néanmoins, la Cour de cassation est revenue partiellement
sur sa jurisprudence dans un arrêt de la Chambre commerciale en date du 27 mars 2007. Les faits étaient
similaires mais, cette fois-ci, la demande en nullité pour absence de cause est rejetée. Certes, la Cour de
cassation continue de soutenir que l'absence de cause peut procéder de ce que l'exécution du contrat selon
l'économie voulue par les parties est impossible, mais elle la soumet à une condition. L'annulation du contrat est
possible sauf si le demandeur, par manque de clairvoyance et de compétence, a mal évalué le risque
économique.
Pour certains auteurs, la Chambre commerciale a même été jusqu'à revenir totalement sur la
jurisprudence avec un arrêt en date du 9 juin 2009. Les circonstances de fait étaient identiques et la cour d'appel
avait annulé pour absence de cause le contrat non rentable. Mais cette fois-ci, la Chambre commerciale casse au
motif que "la cause de l'obligation d'une partie à un contrat synallagmatique réside dans l'obligation contractée
par l'autre". Ce retour à une conception stricte de la cause de l'obligation semble sonner le glas de la nullité des
contrats non rentables. Il reste que cet arrêt, aussi clair soit-il, n'a pas été publié au bulletin et n'a pas été
confirmé par la première Chambre civile. Il faut donc l'accueillir avec la plus grande précaution (comp. : Com., 18
mars 2014).
On peut toutefois se demander si la jurisprudence « vidéo-clubs » de 1996 n’est pas désormais
consacrée dans le Code civil. La référence, à l’article 1169 nouveau, à la contrepartie illusoire pourrait fonder
une telle solution. Le caractère illusoire de la contrepartie peut en effet se comprendre comme une absence de
contrepartie. Mais il peut également être interprété plus largement et renvoyer à l’idée d’une contrepartie
existante mais ne présentant pas l’intérêt ou l’utilité à laquelle on peut s’attendre. Dans cette affaire, la
contrepartie existe mais elle apparaît bien comme illusoire dans la mesure où elle ne présente pas l’utilité
économique à laquelle son bénéficiaire s’attendait. Une telle interprétation du caractère illusoire de la
contrepartie, si elle était retenue, permettrait ainsi de généraliser la jurisprudence « vidéo-clubs » à toutes les
hypothèses où la contrepartie prévue et existante ne permet pas au contractant d’atteindre le but qu’il poursuit.

81
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
b. Dans les contrats aléatoires

A quoi correspond la cause de l’obligation dans les contrats aléatoires ?


 Elle n’est pas (ce qu’elle est dans les contrats commutatifs) la contre-prestation. En effet, si le contrat
est aléatoire, c’est comme son nom l’indique qu’il comporte un aléa : on n’est donc pas certain qu’il y
aura lieu à une contre-prestation.
 Prenons l’hypothèse d’un contrat d’assurance. Le risque assuré (ex. le cambriolage) ne se
réalise pas. Les primes qui auront été versées par l’assuré pendant X années ne seront pas
utilisées. La cause de l'obligation n’en existe pas moins ; les primes restent bien acquises à la
compagnie d’assurance.
 Dans les contrats aléatoires, la cause de l’obligation est l’existence d’un aléa. Lorsque l’aléa existe, le
contrat a une cause. Dès lors, si le contrat n’est pas véritablement aléatoire, si le risque n’existe pas
réellement, le contrat n’a pas de cause. Il peut être annulé pour absence de cause.
 Ainsi, lorsque le bien assuré a péri dans un incendie avant même la conclusion du contrat
d’assurance, il n’existe plus d’aléa : l’absence de risque traduit une absence de cause, qui
permet d’obtenir le prononcé de la nullité du contrat.
 De même, en matière de contrat comportant une rente viagère, l’article 1974 du Code civil
dispose : « tout contrat de rente viagère créé sur la tête d’une personne qui était morte au
jour du contrat ne produit aucun effet ». Le contrat est nul car il n’y a pas de chance de
gains ni de risques de pertes. L’article 1975 ajoute qu’« il en est de même du contrat par
lequel la rente a été créée sur la tête d’une personne atteinte de la maladie dont elle est
décédée dans les vingt jours de la date du contrat ».
Dans le nouveau droit positif, l’article 1169 tel qu’il résulte de l’Ordonnance a vocation à s’appliquer à
tous les contrats à titre onéreux, il concerne donc également les contrats aléatoires. Dans ce type de contrats, la
contrepartie convenue par les parties est une contrepartie incertaine qui pourra donc être considérée comme
illusoire dès lors que cette incertitude n’existe pas au moment de la formation du contrat, autrement dit, dès
lors qu’au moment de la formation du contrat, l’absence de contrepartie était déjà certaine. On comprend alors
que les solutions du droit antérieur devraient être maintenues : un contrat aléatoire sera nul si l’aléa n’existait
pas au moment de la formation du contrat.

2. Dans les contrats unilatéraux

Dans les contrats unilatéraux, la cause ne peut pas résider dans la contre-prestation puisque, précisément,
il n’y en a pas. On considère alors qu’elle tient dans le fait qui sert de base au contrat. Illustrons.
 Dans le contrat de cautionnement (engagement de garantir la dette d’autrui), la cause réside ainsi
dans l’existence d’une dette à garantir.
 Quid du prêt ?
 Le prêt est un contrat par lequel une personne, le prêteur, remet une chose à une autre,
l’emprunteur, afin qu’elle s’en serve pendant un certain temps puis la restitue en nature ou par
équivalent. Et le prêt à intérêt, dont le prêt d’argent constitue la principale application, oblige
l’emprunteur à verser des intérêts périodiques en contrepartie du bien dont il a l’usage.
 S’agissant de déterminer la cause dans ce contrat, il convient de tenir compte de la conception
dualiste du prêt aujourd’hui consacrée par la jurisprudence (Civ. 1re, 28 mars 2000).
On sait en effet que dans l’hypothèse où le prêt est consenti par un professionnel, la Cour de
cassation y voit désormais un contrat consensuel, c’est-à-dire un contrat qui se forme pas le
seul échange des consentements. On est alors en présence d’un contrat synallagmatique.
Partant, les obligations du prêteur (mettre à disposition la chose) et de l’emprunteur (restituer
la chose et payer des intérêts) se servent mutuellement de cause : l’objet de l’obligation de
l’un est la cause de l’obligation de l’autre (en ce sens : Civ. 1re, 19 juin 2008 ; Com., 7 avril
2009).
 Mais tel n’est pas le cas lorsque le contrat est consenti par un particulier. Dans cette
hypothèse, en effet, le droit français continue à analyser, conformément à la tradition, le
contrat de prêt comme un contrat réel, qui se forme par la remise de la chose. Ainsi, la remise
82
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
de la chose est-elle considérée comme une condition de formation du contrat et, également,
comme la cause des obligations de l’emprunteur.

Il reste que, que le prêt soit consensuel ou réel, la cause de l’obligation de l’emprunteur
reste purement objective. Autrement dit, ne sont pas pris en considération les motifs qui ont
conduit l’emprunteur à contracter l’emprunt. Peu importe en particulier l’usage qu’il a voulu
faire de la somme.
Conséquence : lorsqu’une personne emprunte en vue de l’acquisition d’un bien et que la
vente est annulée, l’emprunteur doit en principe continuer à rembourser les échéances : en
effet, le contrat de prêt reste en principe valable quand bien même la vente qu’il était destiné à
financer est annulée, car cette vente n’est pas la cause juridique des obligations de
l’emprunteur.
D’où des interventions législatives, qui ont eu pour but de lier les deux opérations : la vente
et le prêt destiné à la financer. Ainsi, lorsque l’acquéreur est un consommateur qui a obtenu un
crédit pour financer son achat, la disparition de la vente a pour conséquence l'anéantissement
du prêt (cf. art. 9 al. 2 de la loi du 10 janvier 1978 sur le crédit mobilier, intégré à l'art. L 312-55
C. consom., rédac. Ord. 14 mars 2016 et l’art. 9 de la loi du 13 juillet 1979 sur le crédit
immobilier, intégré à l’art. L. 313-36 C. consom., rédac. Ord. 25 mars 2016). D’où aussi des
arrêts dans lesquels la Cour de cassation a admis que les parties, mêmes professionnelles,
puissent avoir voulu que leurs contrats de prêt et de vente soient indivisibles, la disparition du
premier devant par conséquent entraîner celle du second. Mais c’est déjà aborder la question
de la cause dans les ensembles contractuels.

S’agissant de la réforme, l’article 1169 nouveau ne peut s’appliquer aux contrats unilatéraux puisqu’ils ne
comprennent pas, par définition, de contrepartie. Il reste que le contrat pourrait néanmoins être sanctionné sur
d’autres fondements.
Par exemple, un contrat de cautionnement qui viendrait garantir une dette qui n’existe pas, est, de fait,
privé d’objet. La prestation objet de l’obligation n’existe pas (un tel contrat pourrait sans doute être également
contesté sur le fondement de l’erreur).

3. La cause dans les ensembles contractuels

Les ensembles contractuels sont des combinaisons de contrats qui, tout en conservant leur
individualité, concourent à la réalisation de la même opération économique. Ainsi en est-il par exemple de
l’acquisition d’un immeuble et du prêt destiné à la financer.
Ces ensembles posent de nombreuses questions juridiques parmi lesquelles une nous intéresse plus
particulièrement. Par rapport à ces figures contractuelles, le problème s’est en effet posé de savoir si
l’anéantissement de l’un des contrats emporte l’anéantissement des autres contrats composant l’ensemble et
cela en raison du lien d’indivisibilité les unissant.
Sur ce point le Code napoléon n’a pas apporté de réponse générale et explicite. Le Code de 1804 se
contente d’envisager l’indivisibilité d’une obligation (articles 1217 à 1225 anciens C. civ.), laquelle implique
notamment l’impossibilité d’exécuter partiellement l’obligation indivisible ou de la fractionner entre plusieurs
sujets. En revanche, le Code civil ne mentionne pas l’hypothèse d’une indivisibilité liant plusieurs contrats entre
eux ; seul le législateur moderne a pu ponctuellement reconnaître, l’interdépendance de contrats participant à la
même opération économique. C’est le cas, en droit de la consommation, et plus précisément en matière de
crédit en vue d’une acquisition mobilière ou immobilière (v. art. L 312-55 C. consom., rédac. Ord. 14 mars 2016
et L. 313-36 C. consom., rédac. Ord. 25 mars 2016).
En dehors de ces hypothèses légales, la jurisprudence a donc dû se prononcer.
Dans un premier temps, elle a considéré que l’unité économique que sous-tend l’opération
contractuelle complexe ne se traduit pas par une interdépendance juridique. Concrètement les contrats, en
dépit de leur irréductible communauté d’intérêt étaient soumis à un régime séparatiste. . Ainsi, par exemple, la
nullité d’un contrat de vente laisse subsister le contrat de prêt parce que la cause de l’obligation réside dans la
remise des fonds (si le prêt est analysé comme un contrat réel), ou dans l’objet de l’obligation du cocontractant
(si le prêt est analysé comme un contrat consensuel), et non dans les motifs qui ont déterminé l’emprunteur à
conclure le contrat de prêt.
83
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
Dans un second temps, la jurisprudence a assoupli sa position. Pour tempérer les excès auxquels
conduit un respect exagéré de la théorie de la cause, et pour que le sort de plusieurs contrats «
économiquement unis soit juridiquement unique », la Cour de cassation a retenu, dans certaines hypothèses,
l’interdépendance des contrats.
Quels sont donc pour les juges les critères de l’indivisibilité ? Le développement de la jurisprudence
relative aux ensembles contractuels a conduit la doctrine à distinguer schématiquement deux types
d’appréciation de l’indivisibilité contractuelle.
Selon une approche dite objective, les conventions seraient indivisibles dès lors qu’elles n’auraient
aucun sens les unes sans les autres, formant ainsi une opération économique non susceptible d’être divisée.
Selon une approche dite subjective, au contraire, l’indivisibilité ne pourrait résulter que de la volonté
des parties de rendre leurs conventions indivisibles ; à défaut d’une telle volonté, des conventions conclues
entre des parties différentes seraient nécessairement juridiquement autonomes, même si elles sont
économiquement liées.
La Cour de cassation a longtemps cultivé une certaine ambiguïté en la matière, les arrêts semblant
retenir des critères tantôt subjectifs (par ex. : Cass. civ. 1re, 4 avril 2006 ; Cass. com., 18 décembre 2007 ; Cass.
civ. 1ere, 28 octobre 2010 ; Cass. com., 15 février 2011 ; Cass. com., 12 juillet 2011) tantôt objectifs (par ex. :
Cass. civ. 1re, 13 février 2007 ; Cass. civ. 1re, 13 mars 2008 ; Cass. civ. 1re, 28 mai 2008) pour apprécier la présence
d’un ensemble contractuel indivisible.
Cependant, la plupart des auteurs s'étaient accordés pour considérer que la conception subjective avait
finalement prévalu en droit positif. Mais, par deux arrêts en date du 17 mai 2013, la Chambre mixte de la Cour
de cassation a décidé que "les contrats concomitants ou successifs qui s'inscrivent dans une opération incluant
une location financières, sont interdépendants". Ces décisions sont clairement une illustration de la conception
objective de l'indivisibilité. Il faut donc considérer que les deux conceptions coexistent. Pratiquement, pour
savoir si des contrats sont indivisibles, il convient d'abord de vérifier si l'opération inclut un contrat de location
financière68, c'est-à-dire une sorte de contrat de crédit-bail sans option d'achat au bénéfice du locataire. Si oui,
les contrats sont indivisibles69. Si non, il faut alors rechercher si les parties n'ont pas eu la volonté de créer un
lien de dépendance entre les contrats de l’ensemble. Concrètement, les juges vont se fonder sur un faisceau
d’indices qui permettent de caractériser la volonté des parties : durée identique des contrats (Cass. com., 28 mai
1996), même date de conclusion (Cass. com., 1er juillet 1997), existence d’un mandataire ou d’un préposé
commun (Cass. com., 4 avril 1995)70.
Reste une dernière question : quelle est la sanction que vont retenir les juges ? Est-ce la caducité
(comme dans l’arrêt de 1997) ou la résiliation (comme dans l’arrêt de 2000) ? La résiliation est une sanction qui
frappe pour l’avenir un contrat lorsque l’une des parties n’exécute plus ses obligations. Or, dans nos hypothèses,
il n’y a pas inexécution. La caducité semble donc plus adaptée. Cette sanction (qui, en principe, n’a pas d’effet
rétroactif) frappe en effet un acte régulièrement formé mais qui perd, postérieurement à sa conclusion, un
élément essentiel à sa validité ou un élément nécessaire à sa perfection. C'est celle qui finalement a été retenue
par la jurisprudence que l'indivisibilité soit subjective (Civ. 1re, 4 avril 2006 ; Civ. 1re, 28 octobre 2010 ; v. cpdt :
Civ. 1re, 10 septembre 2015) ou objective (Com., 4 novembre 2014).

La nouvelle version du Code civil offre désormais un fondement juridique à cette question. L’article
1186 alinéa 2 nouveau dispose, en effet, que lorsque l’exécution de plusieurs contrats est nécessaire à la
réalisation d’une même opération et que l’un d’eux disparaît, sont caducs les contrats dont l’exécution est
rendue impossible par cette disparition et ceux pour lesquels l’exécution du contrat disparu était une condition
déterminante du consentement d’une partie. L’alinéa 3 de cet article précise que la caducité n’intervient que si
le contractant contre lequel elle est invoquée connaissait l’existence de l’opération d’ensemble lorsqu’il a donné
son consentement. Ici encore, c’est la fonction que remplissait la cause qui est codifiée. Il reste que l’article 1186
permet de clarifier certains points.
Cette disposition vient tout d’abord trancher la question de la nature de la sanction encourue en
retenant la caducité.
Elle précise, ensuite, les conditions au terme desquelles la caducité du contrat pourra être prononcée.
Trois conditions doivent être réunies:

68 On peut imaginer que, demain, la Cour de cassation allonge la liste des ensembles contractuels qui, par nature, doivent être considérés comme
indivisibles.
69 Sur la mise à l'écart de clause de divisibilité dans la conception objective, v. Ch. Mixte, 17 mai 2013.
70 Sur les effets d'une clause de divisibilité dans la conception subjective, v. Civ. 1re, 28 octobre 2010.

84
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
- tout d’abord, les différents contrats doivent participer à la réalisation d’une même opération, il
faut donc que ces contrats constituent un ensemble contractuel ;
- ensuite, le contractant contre lequel est invoquée la caducité doit avoir connu l’existence de
l’opération d’ensemble lorsqu’il a donné son consentement ;
- enfin, la disparition d’un des contrats doit rendre l’exécution de l’autre impossible ou le priver
d’une condition déterminante du consentement d’une partie. Seule la disparition d’un contrat
pourrait entraîner la caducité des autres, la simple inexécution est donc insuffisante (ce
qu’affirme déjà la jurisprudence).
Il semble donc que l’Ordonnance entende consacrer le droit antérieur.

B. Dans les actes à titre gratuit

Dans les actes à titre gratuit, il n’y a pas, par définition, de contrepartie. On considère alors que la cause
consiste dans un élément plus subjectif que dans les actes à titre onéreux : elle est constituée des mobiles qui
sont à l’origine de l’intention libérale de celui qui s’engage, c’est-à-dire de son désir de gratifier le bénéficiaire
de l’acte. Ainsi, chaque fois que ces motifs sont faux, l’acte gratuit pourra être annulé pour absence de cause.
 Ex. : un père fait une donation à celui qu’il croit être son fils. Mais il s’avère que celui qu’il croyait être son fils
n’est pas en réalité son fils, par exemple parce qu’il est né d’une relation adultère de son épouse. La donation
est dépourvue de cause. A ce titre, elle peut être annulée.
Les nouvelles dispositions du Code civil envisagent cette question sur le fondement des vices du
consentement et, plus particulièrement, de l’erreur. En effet, l’article 1135 alinéa 2 nouveau prévoit que l’erreur
sur le motif d’une libéralité, en l’absence duquel son auteur n’aurait pas disposé, est une cause de nullité. Là
encore, la disparition de la notion de cause est supplée par un autre fondement qui permet d’atteindre le même
résultat. Ainsi, dès lors que le motif de la libéralité s’avère faux, le contrat pourra être annulé pour erreur.

C. Cas particulier : la fausse cause

L’article 1131 ancien du Code civil assimile à la cause inexistante la fausse cause. La fausse cause est une
absence de cause sur laquelle vient se greffer une erreur (le contractant s’est trompé sur l’existence de la cause).
Plus précisément, dans un contrat synallagmatique, la fausse cause est établie lorsque l’une des parties a cru en
l’existence d’une contrepartie qui, en réalité, n’existait pas ou bien lorsqu’elle a commis une erreur sur l’utilité
objectivement escomptée de la contrepartie convenue (par exemple, un locataire commercial croyait obtenir le
droit d’exploiter seul son commerce dans un immeuble alors que la loi interdit une telle exclusivité : Com., 5
octobre 1981) Dans un contrat unilatéral, la fausse cause s’identifie à l’erreur sur la raison déterminante de
l’engagement (une personne croit faire une donation à son fils, et il s’avère que le donataire ne l’est pas).
Autrement dit, si l’absence de cause sanctionne le constat objectif de l’absence de contrepartie, la
fausse cause, sanctionne en théorie l’absence de cause provoquée par une erreur. Cependant, sachant que ce
qui est sanctionné sur le fondement de la fausse cause est l’absence de la contrepartie convenue ou l’absence
de justification de l’engagement, et non pas directement l’erreur commise par le cocontractant, on peut se
demander si la fausse cause est autre chose qu’une application de l’absence de cause. En réalité, il n’y a sans
doute pas de grandes différences entre les deux (mais ce point est discuté en doctrine).
Force est de constater, en revanche, qu’il existe une grande différence entre l’absence partielle de cause
(c'est-à-dire l’insuffisance de la contrepartie : le vendeur d’une maison n’obtient que 100 000 € alors qu’elle en
vaut en réalité 150 000 €) et la fausseté partielle de la cause. Alors que la notion d’absence partielle de cause
n’est pas explicitement reconnue par la Cour de cassation (à cause de l’interdiction de principe de la lésion), la
fausseté partielle de la cause l’est. L’intérêt pour le juge de reconnaître la fausseté à caractère partiel est de
s’offrir un moyen supplémentaire pour effectuer le contrôle de l’équilibre contractuel. En effet, à travers ce
concept, le juge pourra sanctionner un accord dont l’équilibre réel n’est pas celui en fonction duquel l’une des
parties croyait s’être engagée.
L’actualité de la fausseté partielle de cause est relative à sa sanction qui n’est pas la même selon que le
contrat est ou non synallagmatique. En matière de contrats synallagmatiques, la sanction est peut-être la nullité
de l’acte en son entier (la question est débattue en doctrine), à l’exclusion de la réduction de l’obligation (Civ.
1re, 31 mai 2007). En revanche, en matière d’actes unilatéraux, la seule sanction possible semble être la
réduction de l’obligation (sur ce pt : Civ. 1re, 11 mars 2003, à propos d’une reconnaissance de dette : une
85
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
personne reconnaît une dette de 100 000 €, alors qu’elle en doit en réalité 50 000 : son engagement est réduit à
hauteur de 50 000 €).
Cette exclusion de la réfaction en matière de contrats synallagmatiques se justifie sans doute par la
volonté d’éviter l’arbitraire du juge qui aurait pu se manifester lors de la détermination par ce dernier du
quantum de la réduction. Et, à l’inverse, c’est certainement la quasi-inexistence de ce risque qui explique que la
réfaction soit admise en matière d’actes unilatéraux (reconnaissance de dette, contrat de cautionnement, etc.).
Cette sanction particulière étant précisée, reste à voir la sanction et la preuve de l’absence classique de
cause.

Depuis l’entrée en vigueur de l’Ordonnance, la disparition de la notion de cause entraîne, par voie de
conséquence, la disparition de celle de fausse cause. Est-ce à dire, pour autant, qu’elle ne sera plus prise en
compte ?
S’agissant de la fausse cause totale (comprise comme l’hypothèse où le contractant s’est trompé sur
l’existence de la cause), les dispositions résultant de l’Ordonnance permettront, sans doute, de la sanctionner.
En effet, dans un contrat synallagmatique, la fausse cause s’apparente en fait à une absence de cause, les
dispositions du nouvel article 1169 qui sanctionnent la contrepartie dérisoire ou illusoire trouveront donc à
s’appliquer. Dans un contrat unilatéral, la fausse cause signifie que le contractant s’est trompé sur la raison
déterminante de son engagement. C’est alors l’article 1135 alinéa 2 nouveau, qui admet l’erreur sur les motifs
d’une libéralité, qui pourra s’appliquer.
En revanche, s’agissant de la fausseté partielle de la cause, sa fonction (corriger les déséquilibres
partiels) ne se retrouve pas dans d'autres dispositions. En matière de contrats synallagmatiques, les nouveaux
textes ne permettent donc pas d’envisager la nullité du contrat, dans l'hypothèse d'un tel déséquilibre. En
matière d’actes unilatéraux, ils n'autorisent pas plus, dans ce cas, une réduction de l’obligation

D. Preuve et sanctions de l’absence de cause

Suivant une jurisprudence constante, l’existence de la cause classiquement entendue doit s’apprécier à
la date à laquelle l’obligation a été souscrite, c’est-à-dire à la date de la conclusion du contrat (par exemple : Civ.
3ème, 8 mai 1974). Ce principe connaît un tempérament. Lorsque le contrat (unilatéral ou synallagmatique) est à
exécution successive71, la disparition de la cause en cours d’exécution peut entraîner la sanction du contrat pour
disparition de sa cause72.

L’Ordonnance de réforme est venue réaffirmer ce principe. En effet, en vertu du nouvel article 1169 du
Code civil, l’existence de la contrepartie doit s’apprécier à la date de la formation du contrat. L’article 1186
nouveau vient cependant tempérer ce principe. Cette disposition admet en effet qu’un contrat valablement
formé devient caduc si l’un de ses éléments constitutifs disparaît. Il semble ainsi, que la disparition de la
contrepartie en cours de contrat entraîne la caducité dudit contrat.

S’agissant de la preuve de l’absence de cause, il convient de distinguer.


Bien souvent l'acte comportera la mention de la cause : tel est le cas de tous les contrats
synallagmatiques puisqu’ils font apparaître les obligations réciproques des parties. En pareil cas, c’est à celui qui
conteste l’existence de la cause de rapporter la preuve de cette inexistence et il devra le faire par écrit s’agissant
de prouver contre un écrit (2ème proposition de 1341 du Code civil ; par ex : Civ. 1re, 23 février 2012).
Relativement aux titres qui constatent l’obligation sans en indiquer la cause (« billets non causés »),
l’existence de la cause est présumée (v. art. 1132 C. civ. ; pour une application à la reconnaissance de dette, v.
par ex. : Civ. 1re, 3 juillet 2013 et Civ. 1re, 19 février 2014). Il s’ensuit que, là aussi, la charge de la preuve
incombera à celui qui conteste l’existence de la cause, mais il pourra le faire par tous moyens car, n’ayant pas à
prouver contre un écrit, la 2ème proposition de 1341 ne s’applique pas (par ex : Civ. 1re, 9 février 2012).

L’absence de cause, entendue comme le défaut de contrepartie (c’est-à-dire entendue dans son sens
classique) a d’abord été sanctionnée par la nullité absolue. Aujourd’hui, la jurisprudence retient nettement la

71 Pour une extension de la règle à un engagement unilatéral de volonté, v. : Civ. 1re, 10 septembre 2015.
72 La sanction est alors la caducité et non la nullité (Civ. 1re, 30 octobre 2008).
86
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
nullité relative73. La solution est logique car cette nullité a pour but de sanctionner la transgression d’une règle
qui se propose de protéger les intérêts du cocontractant qui n’a pas reçu ce qui avait justifié son engagement et
non pas de protéger l’intérêt général74.

S’agissant des dispositions du Code civil issues de la réforme, l’article 1169 ne précise pas la nature de
la nullité encourue. Cependant, si l’on se réfère aux définitions que l’article 1179 nouveau donne de la nullité
absolue et de la nullité relative (la nullité est absolue lorsque la règle violée a pour objet la sauvegarde de
l’intérêt général, elle est relative lorsque la règle violée a pour seul objet la sauvegarde d’un intérêt privé), il
semble qu’il faille retenir ici la nullité relative, conformément, du reste, au droit antérieur.

II. La cause du contrat

La liberté contractuelle n’est pas totale. Elle ne peut s’exercer que dans les limites fixées par l’ordre
public et les bonnes mœurs. C’est ainsi que l’article 6 du Code civil énonce : « on ne peut déroger par des
conventions particulières aux lois qui intéressent l’ordre public et les bonnes mœurs »75
Quels instruments le Code civil, du moins dans sa version antérieure au 1er octobre 2016, a-t-il prévu
pour ce contrôle de la conformité à l’ordre public et aux bonnes mœurs ?
L’objet qui, on l’a vu, doit être licite.
Mais aussi et surtout la cause dont les anciens articles 1108 et 1131 du Code civil précisent qu’elle doit
être « licite », l’ancien article 1133 ajoutant : « la cause est illicite, quand elle et prohibée par la loi, quand elle est
contraire aux bonnes mœurs ou à l’ordre public ».
C’est alors, on l’a dit, de la cause du contrat (ou cause subjective) dont il est question : il s’agit non plus
de rechercher le but premier, identique pour chaque type de contrat, mais les raisons plus lointaines qui ont
déterminé chacune des parties à contracter. Dans ce cas, la cause est mise au service non plus tant d’intérêts
individuels que de l’intérêt général : elle est un instrument de contrôle de licéité et de moralité des actes
juridiques.
Analysons dans un premier temps les raisons de la prise en compte (A) de la cause du contrat avant
d’apporter, dans un second temps, quelques précisions sur les modalités de cette prise en compte (B).

A. Raisons de la prise en compte

Pourquoi ne pas s’en tenir au seul but immédiat, à la seule cause de l’obligation ? Parce qu’un contrôle de
licéité fondé sur cette seule cause abstraite, objective, serait trop superficiel. Cela tant dans les contrats à titre
onéreux (1) que dans les actes à titre gratuit (2).

73 C’est la position traditionnelle des chambres civiles (par ex. : Civ., 1re, 9 novembre 1999 ; Civ. 3ème, 29 mars 2006 ; Civ. 3ème, 21 septembre 2011).
Quant à la Chambre commerciale, si elle a longtemps opté pour la nullité absolue (Com., 23 octobre 2007), elle vient d'opérer un revirement de
jurisprudence et retient aujourd'hui également la nullité relative (Com., 22 mars 2016).
74 En matière de prescription, on notera que l’article 2224 du Code civil (issue de la loi du 17 juin 2008) pose aujourd’hui comme point de départ le

jour où le titulaire du droit a connu ou aurait dû connaître les faits lui permettant de l’exercer et que le délai est de cinq ans même si l’on considère
(comme la Chambre commerciale) que la nullité est absolue. Cette unification des délais de prescription des actions en nullité relative et absolue
limite les risques liés à la divergence opposant les chambres civiles et la Chambre commerciale.
75 L'ordre public est défini comme la norme impérative dont les individus ne peuvent s'écarter ni par leurs comportements, ni par leurs conventions.

La notion d'ordre public marque la suprématie des intérêts généraux sur les intérêts particuliers. Une disposition d'ordre public est le plus souvent
imposée par la loi mais il est depuis longtemps admis que le juge dispose aussi d'un pouvoir de définition de l'ordre public, ce dernier étant qualifié
de virtuel (Civ., 4 décembre 1929).
Le contenu de l'ordre public est par définition évolutif puisqu'il est lié aux valeurs d'une société, variables selon les époques. On oppose
traditionnellement deux sortes d'ordre public. L'ordre public classique, dit aussi politique, vise à protéger les valeurs essentielles de la société
relatives à l'Etat et à la famille (par ex; : l'interdiction de céder son droit de vote ; ou encore la nullité des contrats portant sur le corps humain).
L'ordre public économique procède d'autres valeurs, essentiellement liées à l'économie. En son sein, on différencie l'ordre public de direction - par
lequel l'Etat tente d'imposer à la société des règles nécessaires à la régulation économique (contrôle des changes, de la concurrence, des prix) - qui
est aujourd'hui en fort retrait et l'ordre public de protection qui a pour objet de protéger la partie faible au contrat (par ex. le salarié ou le
consommateur).
Les bonnes mœurs, quant à elles, renvoient à la morale du plus grand nombre. Sa substance a trait principalement à la sexualité. Avec la
libéralisation actuelle des mœurs, la notion est en net recul et ne concerne aujourd'hui qu'une sphère d'interdits restreints, comme, par exemple,
l'inceste ou la bigamie.

87
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
1. Dans les contrats à titre onéreux

Dans les contrats à titre onéreux, le contrôle de la licéité de la seule cause de l’obligation fait pour
l’essentiel double emploi avec celui de la licéité de l’objet.
L’objet doit être licite, on vient de le rappeler. Or, dans les contrats synallagmatiques (du moins dans
ceux qui sont commutatifs), on a vu que la cause de l’obligation d’une partie est l’objet de l’obligation de l’autre.
C’est dire qu’en analysant la licéité de l’objet de l’obligation d’une partie on analyse simultanément la licéité de
la cause de l’obligation de l’autre.
Certes, le contrôle de la licéité de la cause de l’obligation conserve une certaine utilité car il établit une
interdépendance entre les obligations des parties : il permet de faire tomber le contrat dans son entier
lorsqu’une obligation est illicite et d’éviter ainsi de maintenir, sans contrepartie, la seule obligation licite. Mais la
prise en compte de la cause de l’obligation ne permet pas un contrôle plus approfondi que celui de l’objet. Or le
contrôle de la licéité du seul objet est trop superficiel.

Prenons l’hypothèse de la vente d’une maison : délivrance de la chose d’un côté, paiement du prix de
l’autre ; l’objet de l’obligation de chacune des parties est parfaitement licite, de même de la cause de leurs
obligations respectives. Tout va bien tant que le motif pour lequel l’acheteur a acquis est lui aussi licite : il voulait
s’y installer avec sa famille. Mais quid lorsque ce motif est illicite : cette maison, il l’a acquise pour en faire une
plaque tournante d’un trafic d’armes ou pour y installer un atelier de travail clandestin ?

Où l’on voit que le contrôle de la licéité de l’objet (comme celui de la licéité de la seule cause de
l’obligation) est insuffisant : un véritable contrôle de la licéité et de la moralité du contrat suppose que l’on
dépasse son apparence objective et que l’on recherche les mobiles qui ont animé chacun des contractants,
autrement dit que l’on recherche si les parties ne se sont pas engagées pour enfreindre une règle d’ordre public
ou les bonnes mœurs. L’objectif est, vous l’avez compris, de protéger l’ordre social (v. par ex. : Civ. 1re, 29
octobre 2014 : cause illicite reconnue au regard de l'ordre public virtuel).

2. Dans les actes à titre gratuit

On retrouve les mêmes considérations, qui justifient que, dans les actes à titre gratuit aussi, la
jurisprudence contrôle les motifs qui ont déterminé une partie à contracter. Comprise en effet comme
l’intention libérale, comme la volonté abstraite de gratifier une personne, la cause serait toujours licite. Ce qui
peut être illicite, ce sont les motifs qui ont animé l’auteur de la libéralité.
C’est dire que la matière est directement soumise à l’influence de l’évolution de l’ordre public et des
bonnes mœurs.

Un exemple le montrera : l’évolution de la jurisprudence sur les libéralités entre concubins76. L’hypothèse est
celle d’une libéralité (entre vifs ou à cause de mort, c'est-à-dire don ou legs) faite à une concubine adultère,
c’est-à-dire à la maîtresse d’un homme marié - ou inversement d’ailleurs.
Traditionnellement, la jurisprudence distinguait :
- Si la libéralité avait été inspirée par la volonté d’établir, de maintenir ou de reprendre un concubinage
adultérin, le motif était immoral ; la nullité était encourue (par ex. : Civ., 26 mars 1860).
- En revanche, si elle avait été consentie dans un but légitime, si elle était inspirée par un devoir moral, la
libéralité était valable (Civ.,6 octobre 1959). Par exemple, lorsqu’il s’agissait de réparer le préjudice subi par la
concubine du fait de la rupture du concubinage ou de lui permettre d’élever ses enfants.
Aujourd’hui, depuis un arrêt de la première Chambre civile de la Cour de cassation du 3 février 1999, dont la
solution a été reprise par l’Assemblée Plénière dans un arrêt du 29 octobre 2004, la distinction n’a plus lieu
d’être : la libéralité faite à la concubine adultère est, en toute hypothèse, valable : peu importe qu’elle ait été
consentie dans le but d’établir, de reprendre ou de maintenir la relation. L’adultère n’est plus considéré comme
contraire aux bonnes mœurs.

L’Ordonnance du 10 février 2016 semble opérer une synthèse de toutes ces dispositions à l’article 1162
nouveau du Code civil. En effet, aux termes de cet article, le contrat ne peut déroger à l’ordre public ni par ses

76 Pour un autre exemple en matière, cette fois-ci, de contrat de courtage matrimonial, v. Cass. civ. 1re, 4 novembre 2011.
88
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
stipulations, ni par son but. Autrement dit, tant les clauses du contrat que les objectifs poursuivis par les parties
et donc les motifs pour lesquels elles ont contracté, doivent être conformes à l’ordre public. Cette disposition
permet donc d’assurer la protection de l’intérêt général en sanctionnant les contrats contraires à l’ordre public.

B. Modalités de la prise en compte

Précisons ici les caractères des motifs pris en compte au titre du contrôle de la licéité de la cause (1)
ainsi que la preuve et les sanctions de l’illicéité ou l’immoralité de la cause (2).

1. Caractères des motifs pris en compte

S’il est nécessaire, le contrôle de la licéité de la cause du contrat ne doit toutefois pas être poussé trop
loin : il permettrait en effet de remettre en cause trop facilement les contrats, et altérerait en conséquence de
façon importante la stabilité de ceux-ci.
D’où, deux exigences posées par la jurisprudence, dont l’une d’elles est aujourd’hui abandonnée.

 D’abord – l’exigence est essentielle et elle demeure –, le motif ne peut être retenu comme cause de nullité
que s’il a été déterminant. Il doit en d’autres termes constituer la « cause impulsive et déterminante » de
l’opération et non pas un mobile accessoire.
 Ensuite, la Cour de cassation a longtemps considéré que, pour être cause de nullité, le motif devait en outre
avoir été connu de l’autre partie.
 Pourquoi cette exigence ? On entendait éviter qu’un contractant ne se voie imposer la nullité d’un
contrat pour un motif qu’il avait ignoré.
 La solution était-elle pour autant dépourvue de tout inconvénient ? Non. En particulier, parce
qu’elle raréfiait le rôle moralisateur de la cause : le contrat ne pouvait être annulé alors même qu’il
portait atteinte à l’ordre social. Bien plus, elle constituait une prime à la dissimulation : si l’on était
animé d’une intention contraire à la loi ou aux mœurs, mieux valait tout faire pour le cacher à son
cocontractant.
 Aussi, la solution a-t-elle été abandonnée par Civ. 1re, 7 oct. 1998 : « un contrat peut être annulé
pour cause illicite ou immorale, même lorsque l’une des parties n’a pas eu connaissance du
caractère illicite ou immoral du motif déterminant lors de la conclusion du contrat ». C’est dire que,
quand bien même le motif illicite ou immoral poursuivi par l’une des parties a été ignoré de son
cocontractant, le contrat peut être annulé pour cause illicite.

Cette solution se trouve désormais codifiée à l’article 1162 nouveau du Code civil. Il dispose, en
effet, que le contrat ne peut déroger à l’ordre public ni par ses stipulations, ni par son but, que ce
dernier ait été connu ou non par toutes les parties. Peu important donc qu’une partie ait ignoré le
but, contraire à l’ordre public, poursuivi par son cocontractant.

2. Preuve et sanctions de l’illicéité ou de l’immoralité de la cause

Il incombe à celui qui invoque l’illicéité ou l’immoralité de la cause de la prouver. Les mobiles étant un
fait, la preuve peut en être rapportée par tous moyens.
S’agissant d’un acte contraire à l’ordre public et aux bonnes mœurs, la nullité est en principe absolue.
Au sujet de la prescription de cette nullité, il faut compter avec la loi du 17 juin 2008. Avant cette loi, la nullité
absolue se prescrivait par 30 ans à partir de la conclusion du contrat (ancien article 2262 du C. civ.). Depuis cette
loi, la prescription est de 5 ans à partir du jour où celui qui agit a connu ou aurait dû connaître les faits lui
permettant d’exercer son action (article 2224 C. civ.). S’agissant de l’application de la loi dans le temps, il faut se
référer à l’article 26 de la loi. La loi réduisant la durée de la prescription de la nullité absolue, elle s’applique à
compter du jour de son entrée en vigueur, sans que la durée totale puisse excéder la durée prévue par la loi
antérieure (c’est-à-dire trente ans depuis la conclusion du contrat). Cependant si une instance a été introduite
avant l'entrée en vigueur de la présente loi, l'action est poursuivie et jugée conformément à la loi ancienne
(trente ans à compter de la conclusion du contrat). Cette loi s'applique également en appel et en cassation.

89
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
L’Ordonnance ne précise pas la sanction encourue en cas de « but » contraire à l’ordre public. Il reste
que, s’agissant d’une condition de validité de contrat, la sanction sera sans nul doute la nullité (art. 1178 nouv.
du Code civil) et même la nullité absolue si l’on se réfère à la définition qu’en donne le nouvel article 1179.

Sous-section 2 : La nouvelle appréhension du contenu du contrat

Vous l’avez vu, les nouvelles dispositions du Code civil consacrent, pour l’essentiel, les anciens
instruments de contrôle issus des notions d’objet et de cause. Les solutions pratiques ne devraient donc guère
changer aujourd’hui. Reste que la nouvelle présentation rompt radicalement avec l’ancienne, de sorte que la
logique qui sous-tend le contrôle du contenu du contrat est bien différente aujourd’hui.
Si l’on s’intéresse à la sous-section du Code civil consacrée au contenu du contrat, on constate qu’elle
distingue ce qui relève des stipulations du contrat et de son but.
Les stipulations du contrat sont réglementées, outre l’article 1162, aux articles 1163 à 1171 à travers
deux mécanismes: la réglementation de la prestation, objet de l’obligation, d’une part, le contrôle de l’équilibre
du contrat, d’autre part.
Le but, quant à lui, est réglementé à l’article 1162 par référence à l’ordre public.
Il nous faut donc désormais examiner les règles relatives aux stipulations du contrat (§1) et celles
relatives au but du contrat (§2).

§. 1. Les règles relatives aux stipulations du contrat

Les dispositions de la sous-section du Code civil relative au contenu du contrat peuvent être réparties en
trois ensembles.
Elles s’ouvrent sur un article 1162 qui, comme on l’a déjà vu, interdit que les stipulations du contrat
dérogent à l’ordre public, où l’on retrouve la nécessité d’un objet licite.
C’est ensuite l’objet de l’obligation, qui est réglementé aux articles 1163 à 1167 (A). Les articles 1168 à
1171, enfin, traitent de l’équilibre du contrat (B).

A. L’objet de l’obligation

L’objet de l’obligation désigne dans les nouveaux textes la prestation que l’une des parties s’engage à
accomplir au profit de l’autre, ce qui n’est rien d’autre, finalement, que son ancienne définition. Elle est
réglementée aux articles 1163 à 1167, dans des termes similaires à l’ancien droit.
L’article 1163 impose que la prestation objet de l’obligation soit possible, déterminée ou déterminable.
Les articles 1164 et 1165 traitent de la détermination du prix. Les articles 1166 et 1167, enfin, ont trait à la
qualité de la prestation et à l’indexation du prix du contrat.
L’objet de l’obligation est donc finalement la seule constante au regard de l’ancien droit.

B. L’équilibre du contrat

C’est ici, sans doute, que la réforme du droit des contrats se fait la plus novatrice au regard de l’ancien
droit. Auparavant, le contrôle de l’équilibre du contrat n’était pas exclu. Il se faisait indirectement, par référence
à la notion d’objet du contrat (dont relevait, notamment, la sanction des clauses abusives) et, par extension de la
jurisprudence, à la notion de cause.
Désormais, les articles 1168 à 1171 instituent des instruments de contrôle qui entendent réglementer
directement l’équilibre du contrat et qui ont trait, d’une part, à l’équilibre des prestations et, d’autre part, au
sort des clauses déséquilibrantes.

90
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
1. L’équilibre des prestations

Comme on l’a vu, l’article 1168 consacre le principe selon lequel le défaut d’équivalence des prestations,
dans un contrat synallagmatique, n’est pas une cause de nullité du contrat (sauf disposition légale contraire). Un
contrat peut donc être déséquilibré, voire même lésionnaire, sans que sa validité puisse être contestée.

Tempérant ce principe, les articles 1169 et 1170 admettent un certain contrôle de l’équilibre des
prestations.
L’article 1169, d’abord, substitue à la notion de cause objective sur laquelle se fondait auparavant ce
contrôle, celle de « contrepartie convenue ». Il faut, nous dit le texte, que, dans les contrats à titre onéreux, la
contrepartie convenue ne soit ni illusoire, ni dérisoire.
L’article 1170, ensuite, sanctionne les clauses qui portent atteinte à une obligation essentielle en la
vidant de sa substance.
Désormais, ce n’est donc plus parce qu’il serait dépourvu de cause qu’un contrat déséquilibré pourrait
être annulé (ou l’une de ses clauses réputée non écrite) mais parce que s’appliquerait l’un de ces textes.

2. Les clauses déséquilibrantes

L’ancien droit sanctionnait les clauses déséquilibrantes par le contrôle de l’objet du contrat. En dépit de
la disparition de cette notion, le Code civil maintient, et même étend, les circonstances dans lesquelles une
clause déséquilibrante peut être sanctionnée.
L’article 1171 issu de l'Ordonnance dispose ainsi que, dans les contrats d’adhésion, toute clause qui crée
un déséquilibre significatif entre les droits et obligations des parties au contrat est réputée non écrite77. Sont
donc visés tous les contrats d’adhésion, tels que définis à l’article 1110, indépendamment de la qualité des
parties.
Il va sans dire que les législations consumériste et commerciale en la matière continuent de s’appliquer
aux contrats conclus à compter du 1er octobre 2016.

§. 2. Les règles relatives au but du contrat

Le but du contrat désigne les mobiles poursuivis par les parties, les raisons pour lesquelles elles ont
contracté. Il se substitue donc à l’ancienne cause subjective.
Aux termes de l’article 1162, le but du contrat ne peut déroger à l’ordre public, que ce but ait été connu
ou non de toutes les parties. Il s’agit ici de contrôler la licéité et la moralité des objectifs que les parties
poursuivaient lorsqu’elles ont contracté. Un contrat dont les stipulations seraient licites pourrait donc être
annulé dès lors qu’il a été conclu pour des considérations contraires à l’ordre public.

La question des ensembles contractuels est, désormais curieusement traitée au sein de la section
relative aux sanctions, à l’article 1186 relatif à la caducité. Certes, la cause ayant disparu, ce n’est plus sur ce
fondement qu’un contrat disparu pourrait entraîner la caducité d’un autre. Il était toutefois possible de
rattacher la règle édictée à l’article 1186 alinéa 2 au but du contrat. C’est bien parce que le but de tous les
contrats était de réaliser une même opération économique, que la disparition de l’un peut entraîner la
disparition de l’autre.

77 On rappelle que la loi de ratification a modifié le texte en limitant le dispositif de protection aux seules clauses «... non négociable, déterminée à
l’avance par l’une des parties ». Cette nouvelle disposition n'est applicable qu'aux contrats conclus à compter du 1er octobre 2018.

91
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
92
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
SOUS-CHAPITRE 2 : LA SANCTION DES CONDITIONS DE VALIDITE DU CONTRAT

On a déjà évoqué ponctuellement la nullité lors des développements précédents. Dans le cadre de ceux
qui suivent, il s'agit d'étudier cette fois-ci la nullité de manière générale, comme sanction de principe des
conditions de validité du contrat.
La nullité est la sanction judiciaire en cas de manquement à l'une des conditions de validité du contrat
qui entraîne l’anéantissement rétroactif de celui-ci.

Elle se distingue de la caducité (art. 1186 nouv.), qui frappe un acte régulièrement formé mais qui perd,
après sa conclusion, un élément nécessaire à sa validité ou à sa perfection, du fait de la survenance d’un
événement indépendant de la volonté des parties (ex. legs caduc en cas de prédécès du bénéficiaire).
Contrairement à la nullité, la caducité opère en principe seulement pour l’avenir. Elle peut toutefois, selon
l’article 1186, donner lieu à restitutions.
Elle se distingue de la résolution, qui entraîne la disparition rétroactive d’un contrat valable à l’origine,
mais inexécuté.
Elle se distingue de l’inopposabilité, qui sanctionne le défaut de publicité de certains actes ou, dans
certains cas, le défaut de pouvoirs de celui qui le souscrit, et entraîne seulement l’inefficacité du contrat à
l’égard des tiers.

La nullité peut être demandée par voie d'action ou par voie d'exception.
Le titulaire du droit de critique peut tout d'abord prendre l'initiative d'un procès et intenter directement
une action en nullité, que le contrat ait d'ailleurs été ou non exécuté.
Il peut aussi rester passif, attendre que le créancier lui demande l'exécution du contrat annulable et y
résister en se prévalant de l'exception de nullité. Cette exception de nullité qui est, aux termes de l’article
1185, perpétuelle78 est encadrée afin de ne pas allonger excessivement le délai de dénouement des litiges.
Tout d'abord, selon l’article 1185 qui consacre la jurisprudence antérieure, l'exception de nullité
perpétuelle ne peut être utilement invoquée que pour faire échec à la demande d'exécution d'un acte juridique
qui n’a reçu aucune exécution (Civ. 1re, 13 mars 2001 ; Civ. 1re, 17 juin 2010). Si le contrat a fait l'objet d'une
exécution, totale ou partielle, alors la nullité ne peut pas être opposée au-delà du délai de prescription de
l'action en nullité79.
Ensuite, la jurisprudence antérieure décidait que si le créancier demande l'exécution de l'obligation
avant l'expiration du délai de prescription et que le débiteur s'abstient d'agir en nullité, ce dernier ne pourra plus
invoquer ultérieurement l'exception de nullité (v. par ex. : Cass. com., 3 décembre 2013)80. Les nouveaux textes
restent silencieux sur cette question, de sorte qu’on ignore si la solution dégagée par la jurisprudence sera
maintenue à l’avenir.

Il existe une summa divisio des nullités : on distingue ainsi la nullité relative et la nullité absolue (§.1).
Cette distinction permet surtout de comprendre et de justifier les conditions de l’annulation du contrat. Mais
que la nullité soit absolue ou relative ne change rien sur les effets de l’annulation (§.2).

§.1 : La summa divisio des nullités

La distinction entre les nullités absolues et les nullités relatives s’est faite en doctrine au 19e siècle sur la
base d’un critère anthropomorphique : le contrat a été comparé à un être vivant composé d’organes, qui
peuvent faire défaut ou être seulement entachés d’une maladie. Tout dépend donc de la gravité du mal qui
affecte l’acte. En l’absence d’une condition d’existence (consentement, objet, cause), l’acte est mort-né, la
nullité est absolue. Lorsqu’un élément est présent mais qu’il est vicié, l’acte est seulement « malade » et la

78 Pour le droit antérieur à la réforme, v. par ex. : Civ. 3e, 2 décembre 1998, arrêt qui vise " le principe selon lequel l'exception de nullité est
perpétuelle".
79 Pendant un temps la jurisprudence a paru réserver une exception. Lorsque la nullité en cause est une nullité absolue, un arrêt a semblé admettre

que l'exécution ne puisse faire obstacle à la perpétuité de l'exception de nullité (Civ. 1re, 20 mai 2009). Cette solution - si elle était bien celle de la
Cour de cassation - a été abandonnée par un arrêt récent (Civ. 1re, 24 avril 2013).
80 Pour une étude plus approfondie de l'exception de nullité, v. la fiche sur ce thème en annexe VI.

93
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
nullité n’est que relative (vices du consentement, incapacité). La distinction est ainsi fondée sur la nature des
choses.
La doctrine moderne (JAPIOT puis GAUDEMET : début XXe), critiquant l’artifice de cette comparaison, a
proposé un autre critère consistant à distinguer selon la finalité poursuivie par la règle transgressée. Si celle-ci
est protectrice des intérêts privés, la nullité est relative, en ce sens qu’elle ne peut être invoquée que par ceux
qui étaient protégés. Si la règle est d’intérêt général, le droit de critique peut être exercé par tout intéressé : la
nullité est absolue.
Cette seconde conception est certainement plus satisfaisante intellectuellement, et est assez
systématiquement reprise par la jurisprudence. Elle est désormais consacrée à l’article 1179 nouveau du Code
civil, aux termes duquel, la nullité est absolue lorsque la règle violée a pour objet la sauvegarde de l’intérêt
général, elle est relative lorsque la règle violée a pour seul objet la sauvegarde d’un intérêt privé.
On étudiera successivement les nullités absolues (A) et les nullités relatives (B).

A. Les nullités absolues

Les nullités absolues sont désormais réglementées à l’article 1180 du Code civil qui reproduit les
règles antérieures :

Elles peuvent être invoquées par toute personne ayant intérêt à agir (contractants, héritiers,
créanciers, ministère public en cas d’atteinte à l’ordre public …).
Elles ne sont pas susceptibles de confirmation, qui est la manifestation de volonté par laquelle le
titulaire d’une action en nullité relative renonce à agir et, par un nouveau consentement, valide rétroactivement
l’acte. Ceci est logique : la confirmation par une personne n’éteindrait que son propre droit de critique ; or,
l’action en nullité absolue appartient à tout intéressé.
Elles se prescrivaient en principe par un délai de trente ans (ancien art. 2262). Cependant, depuis
l’entrée en vigueur de la loi du 17 juin 2008, elles se prescrivent par 5 ans (nouvel art. 2224), mais à compter du
jour où le titulaire du droit a connu ou aurait dû connaître les faits lui permettant de l'exercer (art. 2224 C. civ.)
et non à partir de la conclusion du contrat comme auparavant.

B. Les nullités relatives

Les nullités relatives sont désormais réglées par les dispositions de l’article 1181 :

Elles ne peuvent être invoquées que par la ou les personnes protégées par la règle violée. Néanmoins,
les héritiers, continuateurs de la personne du défunt, de même que les créanciers agissant en lieu et place du
contractant par le biais de l’action oblique, peuvent agir en nullité. Mais en tout de état de cause le
cocontractant de la personne protégée ne peut pas se prévaloir d’une nullité relative.
Elles sont susceptibles de confirmation : celle-ci doit alors émaner de la personne qui pouvait se
prévaloir de la nullité et se produit sans préjudice des droits des tiers. Cette confirmation est subordonnée à
trois conditions. Tout d’abord la connaissance du vice par la personne protégée. Ensuite, l’intention de réparer
ce vice (en fait, l’intention de renoncer à invoquer la nullité). Enfin, en cas de violence, la confirmation ne peut
intervenir qu’après que la violence a cessé. Par ailleurs, un acte ne peut être couvert qu’après sa conclusion (art.
1182 al. 2 nouveau), une partie ne peut donc pas renoncer, avant même la conclusion du contrat, à toute action
en nullité.
De manière originale, l’article 1183 nouveau du Code civil permet, en outre, aux parties, lorsque la
cause de la nullité a cessé, de demander à celle qui pourrait se prévaloir de la nullité, soit de confirmer le
contrat, soit d’agir en nullité dans un délai de six mois à peine de forclusion. Cette faculté permet aux parties de
sécuriser leurs relations juridiques en s’assurant que, passé ce délai, le contrat ne pourra plus être remis en
cause. On notera qu’aux termes de l’article 9 de l’Ordonnance, l’article 1183 est applicable dès l’entrée en
vigueur de l’Ordonnance, soit le 1er octobre 2016, quelle que soit la date de conclusion du contrat.

Elles se prescrivent par l’écoulement d’un délai de cinq ans (art. 2224 C. civ ; 1304 ancien C. civ.,
généralisé par la jurisprudence aux cas de nullité relative ).

94
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
On le voit, les nullités relatives et absolues présentent des différences fondamentales dans leur mise en
œuvre (personne pouvant agir, confirmation, délai). Mais une fois l’annulation prononcée par le juge, celle-ci
produit des effets qui ne dépendent pas du caractère relatif ou absolu de la nullité.

§. 2 : Les effets de l’annulation

Il s'agit de déterminer, d'une part, l'étendue de l'annulation (A) et, d'autre part, la portée de l'annulation
(B.).

A. L’étendue de l’annulation

La question est ici de savoir si le contrat est annulé dans son ensemble, ou s’il n’y a lieu de prononcer
qu’une nullité partielle, dans la mesure où seules certaines stipulations du contrat posent un problème de
régularité. La question ne pose pas de difficulté si le consentement fait défaut, ou si le contrat est totalement
dépourvu de cause ou d’objet. Mais que se passe-t-il lorsque seulement une clause ou un élément isolé du
contrat est irrégulier ? Le législateur règle parfois la difficulté, par l’utilisation d’une sanction spéciale, qui tend à
se développer de plus en plus : le système de la clause réputée non écrite, qui permet de supprimer seulement
la clause irrégulière, tout en maintenant le contrat pour le surplus (ex. : clauses abusives dans les rapports entre
professionnels et consommateurs).
Mais en dehors de texte spécifique réglant la question, quelle est la solution en droit commun ? Les
anciennes dispositions du Code civil semblaient faire, à propos des conditions impossibles ou illicites, une
distinction entre les actes gratuits, sanctionnés aux termes de l’article 900, par la nullité partielle (seule la
condition irrégulière est supprimée) et les actes onéreux sanctionnés par une nullité d’ensemble, selon l’ancien
article 1172. La jurisprudence avait toutefois dépassé très nettement ce clivage et l’ordonnance de réforme est
venue confirmer ses solutions (art. 1184). Le principe s’appuie sur le caractère déterminant de la clause dans
l’esprit des parties. Si les parties n’auraient pas contracté sans la clause irrégulière c'est-à-dire si la clause a
constitué un élément déterminant de l’engagement des parties ou de l’une d’elles (pouvoir souverain
d’appréciation des juges du fond sur ce point), la nullité s’étendra à l’ensemble du contrat. En revanche, elle sera
limitée à la clause, qui sera alors réputée non écrite, dans le cas contraire.

B. La portée de l’annulation

Il convient de distinguer la portée de l'annulation entre les parties (1) de celle à l'égard des tiers (2).

1. La portée de l’annulation entre les parties : les restitutions réciproques

a. Le principe

L’acte annulé disparaît rétroactivement. Il est censé n’avoir jamais existé. Cet anéantissement du
contrat suppose donc de revenir à la situation antérieure au contrat (le statu quo ante), ce qui suppose des
restitutions : chaque partie doit rendre à l’autre ce qu’elle a reçu.
Depuis l’entrée en vigueur de l’Ordonnance, la question des restitutions fait désormais l’objet d’un
chapitre particulier au sein du Code civil (art. 1352 à 1352-9 nouv.) alors qu’elle avait jusque là été laissée aux
mains de la jurisprudence.
Si une personne a reçu un prix (par exemple un prix de vente ou un loyer), le principe de nominalisme
monétaire postule qu’il restitue la somme même qu’il a reçue, et non pas un montant réévalué en fonction de
l’érosion monétaire (art. 1343 nouv. ; Civ. 1re, 7 avril 1998). L’article 1352-6 précise que la restitution d’une
somme d’argent inclut les intérêts au taux légal et les taxes acquittées.
Si une personne a reçu une chose, il doit restituer la chose même qu’il a reçue. L’article 1352 pose le
principe d’une restitution en nature (si elle est impossible, la restitution pourra être faite en valeur). Si cette
chose a subi des dégradations imputables à une faute du détenteur, ce dernier sera tenu d’une indemnité
correspondant à la moins-value (art. 1352-1). A l’inverse, si le détenteur de la chose a été amené à engager des
frais de conservation, il devra en être remboursé par le bénéficiaire du cocontractant (art. 1352-5).
95
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
Cela dit, on constate que la restitution en nature ne permet pas de résoudre tous les problèmes. Si, par
exemple, un contrat de vente d’un véhicule est annulé un an après la vente, la restitution du véhicule ne suffit
pas à remettre les parties en l’état où elles auraient été si la vente n’avait pas eu lieu. En effet, le vendeur a été
privé de la jouissance pendant un an, cependant que l’acheteur en a profité pendant le même temps. Ne doit-il
pas y avoir lieu à restitution de la jouissance, sous la forme d’une indemnité ?
Sur ce point, l’ordonnance du 10 février 2016 a pris le contrepied de la jurisprudence. En effet, les
chambres de la Cour de cassation se sont, d’abord, prononcées dans des sens différents, certains arrêts
admettant le principe d’une indemnité compensant un enrichissement, cependant que d’autres l’écartaient.
Saisie de ce conflit, c’est en ce dernier sens que s’est prononcée une Chambre mixte par un arrêt du 9 juillet
2004. Autrement dit, l’effacement rétroactif du contrat par la suite de la nullité ne peut avoir qu’un seul effet :
éteindre les obligations nées du contrat et en aucun cas en créer de nouvelles. Toutefois, l’arrêt du 9 juillet
2004 a ajouté que la partie de bonne foi au contrat annulé (mais seulement elle) peut demander la
condamnation de la partie fautive à réparer le préjudice qu’elle a subi en raison de la conclusion du contrat
annulé. Ce n’est plus alors une question de restitution mais un problème de responsabilité sur le fondement de
l’ancien article 1382.
Aujourd’hui, l’article 1352-3 prévoit que la restitution inclut les fruits et la valeur de la jouissance que
la chose a procurés. Celui qui a eu la chose entre les mains peut donc être tenu de restituer la jouissance, sous la
forme d’une compensation.
Si une personne a reçu un service, la restitution ne peut avoir lieu qu’en valeur, appréciée au jour où la
prestation a été fournie (art. 1352-8).

b. Les dérogations à l’exigence de restitutions réciproques

Possesseur de bonne foi : en cas d’annulation, le principe de la rétroactivité de la nullité postule que
l’acquéreur restitue non seulement la chose mais aussi les fruits et revenus que cette chose a produits pendant
le temps où elle était en sa possession, ainsi que, désormais, la valeur de la jouissance. Cette conséquence est
cependant écartée lorsque le possesseur est de bonne foi, c’est-à-dire si celui-ci ignorait que le contrat était
affecté d’une cause de nullité. Cette bonne foi est présumée et dure, au plus tard, jusqu’au jour de l’assignation
aux fins d’obtenir la nullité du contrat. Le possesseur de bonne foi pourra donc conserver les fruits qu’il aura
perçus jusqu’à ce jour et ne devra compenser la valeur de la jouissance qu’à compter du jour de la demande en
justice.
Incapable : dans le cas où un contrat est annulé pour incapacité, l’ancien article 1312 du Code civil
disposait que le remboursement de ce qui a été payé à l’incapable « ne peut être exigé, à moins qu’il ne soit
prouvé que ce qui a été payé a tourné à (son) profit ». Autrement dit, l’incapable ne sera tenu de restituer que ce
qui a « tourné à son profit », à l’exclusion des sommes qu’il aurait dépensées entre temps. Cette règle
protectrice s’explique aisément : si les incapables devaient restituer intégralement ce qu’ils ont reçu, ils ne
seraient pas protégés contre les conséquences de leur inexpérience ou de leur faiblesse et n’auraient ainsi pas
d’intérêt à solliciter l’annulation de leurs actes.
L’intention de la réforme était de maintenir ce principe en le reformulant, à l’article 1352-4. Une erreur de
rédaction conduit, pourtant, actuellement, à la solution inverse. En effet, si l’on tient compte de la lettre de
l’article 1352-4, l’incapable verrait désormais les restitutions qui lui sont dues réduites à proportion du profit
qu’il a retiré de l’acte annulé, alors même qu’il serait tenu, pour sa part, de restituer tout ce qu’il a reçu. Le Sénat
et l’Assemblée nationale se sont toutefois déjà entendus pour corriger cette malheureuse erreur : à l’avenir, ce
seront bien les restitutions dues par un incapable qui pourront être réduites à hauteur du profit qu’il a retiré de
l’acte, et non l’inverse.
Contrat à exécution successive : dans cette hypothèse, le contractant ne peut restituer les prestations
qu’il a reçues (ex. : impossibilité pour le locataire de restituer la jouissance). En principe, une indemnité doit
alors compenser l’impossibilité de la restitution : la restitution n’a pas lieu en nature mais en valeur81.
Turpitude : nemo auditur propriam turpitudinem allegans (nul ne peut se prévaloir de sa propre
turpitude). En application de cette règle, la jurisprudence décide que lorsque la nullité est prononcée pour
immoralité de la cause, celui qui a commis l’immoralité (par l’acheteur qui a acquis une maison pour y ouvrir une
maison de tolérance) ne peut obtenir restitution de ce qu’il a fourni. Et si les deux parties sont associées à la

81
Certains auteurs, plutôt minoritaires, estiment cependant que la nullité ne devrait pas avoir d'effet rétroactif en cas de contrat à exécution
successive : la nullité devrait seulement mettre un terme à l'exécution future de l'obligation. La jurisprudence est divisée, mais elle s’en tient le plus
souvent au principe de l'effet rétroactif de la nullité.
96
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
turpitude, il n’y aura lieu à aucune restitution (in pari causa turpitudinis cessat repetitio : il n’y a pas lieu à
restitution si les deux parties sont associées à la turpitude).
Au travers de ces deux adages, qui sont très proches dans leur signification, l’indigne peut demander la
nullité mais ne peut réclamer restitution de sa prestation. Dans la pratique jurisprudentielle, le champ
d’application de ces adages est limité aux seuls contrats annulés pour immoralité par opposition à l’illicéité. La
règle ne s’applique également qu’aux contrats à titre onéreux et est exclue en matière délictuelle (v. par ex : Civ.
1er, 22 juin 2004).

2. La portée de l’annulation à l’égard des tiers

a. Le principe

L’acte annulé est censé n’avoir jamais existé ; il n’a donc eu en toute logique aucun effet à l’égard des
tiers. Toute prérogative octroyée à un tiers et qui a sa source dans le contrat annulé doit normalement être
anéantie. Par exemple, si A vend un immeuble à B et que B le revend à C. L’annulation du contrat entre A et B
fait que B n’était pas propriétaire au moment du contrat conclu avec C. Dès lors, il n’a pu valablement
transmettre la propriété du bien à C : nemo plus juris in alium transferre potest quam ipse habet (nul ne peut
transmettre plus de droits qu’il n’en a).

b. Les correctifs

Mais cette règle, on le voit à travers l’exemple, porte atteinte à la sécurité juridique, puisque
l’annulation d’un seul contrat peut remettre en question nombre de situations juridiques constituées dans le
lignage de ce contrat. Cet état de fait est particulièrement insupportable lorsque le tiers est de bonne foi, c’est-
à-dire qu’il ignorait le vice qui affectait le contrat initial. Aussi, le principe fait l’objet de nombreux correctifs :

Possession mobilière de bonne foi : en vertu de l’article 2276, « en fait de meubles possession vaut
titre ». Ainsi, lorsqu’il est de bonne foi, le possesseur est considéré comme le propriétaire de la chose par le
simple effet de la possession. Pour reprendre l’exemple, le fait que le contrat - portant cette fois-ci sur une
chose mobilière - soit nul entre A et B est sans incidence sur la situation de C, qui demeure propriétaire du bien,
dès lors qu’il est possesseur de bonne foi.
Prescription acquisitive immobilière : après l’écoulement d’un certain temps , le possesseur du bien
sera considéré comme propriétaire. Son droit de propriété ne sera alors plus atteint par l’annulation du contrat.
Maintien des actes d’administration passés avec des tiers de bonne foi : pour reprendre l’exemple, si B
loue le bien à C, le droit de jouissance de C demeure en dépit de l’annulation du contrat entre A et B.
Théorie de l’apparence : elle protège les tiers si les conditions en sont remplies (bonne foi du tiers et
erreur commune). Ainsi, les actes accomplis par le propriétaire apparent, même les actes de disposition, ne
peuvent être remis en cause. Cette théorie, qui a de larges potentialités théoriques, est cependant reçue de
manière restrictive par la jurisprudence, laquelle exige une raison légitime difficile à caractériser pour expliquer
que le tiers se soit fié à l’apparence.

CHAPITRE 3 : LES EFFETS DU CONTRAT

Les effets du contrat se mesurent à un double point de vue. Le contrat étant source d’obligations, il faut
en effet, d’une part, se demander quelle est la force de ces obligations pour les parties (section I) ; et, d’autre
part, préciser en quoi il intéresse les tiers (section II).

Section 1 : La force obligatoire du contrat

Aux termes de l’article 1103 (1134 al. 1 anc.) du Code civil, le contrat est la loi des parties. Il s’impose à
elles, mais aussi au juge. Instrument d’une prévision opérée par deux partenaires, il ne peut en principe être

97
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
ultérieurement déjoué. Toute l’exécution du contrat est gouvernée par cette recherche de la volonté commune
des parties : l’interprétation, la modification, la révocation du contrat supposent ainsi en principe de rechercher
ou de recueillir une volonté commune. Cependant, même si l’unilatéralisme de l’une des parties ou
l’interventionnisme du juge est mal accepté en droit français, les exceptions à ce principe n’ont cessé de se
développer. Aujourd’hui, la volonté des parties, si elle reste l’élément fondamental, n’est pas le seul moteur de
l’exécution du contrat. Pour s’en rendre compte, il convient d’envisager la force obligatoire du contrat entre les
parties (§1) et à l'égard du juge (§2).

§1 La force obligatoire du contrat entre les parties

Le respect par les parties de la loi contractuelle se manifeste sous un double aspect : le contrat est pour
elles irrévocable et intangible (A). Toutefois, si les parties doivent scrupuleusement respecter leurs obligations,
c'est à l'aune d'un autre principe qui innerve désormais toute la phase d'exécution et qui - plus qu'une limite à la
force obligatoire - est un guide pour les parties : le principe de bonne foi (B).

A. L'irrévocabilité et l'intangibilité du contrat

L'irrévocabilité et l'intangibilité du contrat signifient que celui-ci ne peut être révoqué ou modifié par la
volonté d'une des parties. Seule, en effet, la volonté conjointe des cocontractants permet, en principe, cette
révocation (1) ou cette modification (2).

1. La révocation conjointe du contrat

L’article 1193 (1134 al. 2 anc.) du Code civil prévoit que les conventions ne peuvent être révoquées que
du consentement mutuel des parties. C’est le mutuus dissensus. Ce principe (a) est assorti de dérogations (b).

a. Le principe du mutuus dissensus

Le contrat créé par la volonté commune des parties ne peut en principe être détruit que par un nouvel
accord des volontés (par ex. Civ. 1re, 6 avril 2004), suivant le principe du parallélisme des formes.
Cette règle constitue le corollaire nécessaire de la force obligatoire du contrat. Ainsi, la révocation
suppose l’assentiment exprès ou tacite de toutes les personnes parties au contrat.
Il appartient aux parties de régler l’étendue de cette révocation qui pourra jouer de manière rétroactive
ou pour l’avenir seulement. À défaut de précision sur ce point, la jurisprudence la déclare rétroactive (Civ., 27
juillet 1892). Cette solution est néanmoins écartée pour les contrats à exécution successive (ex. : bail) : dans ce
cas, la révocation ne joue que pour l’avenir (Com., 1er février 1994).
La révocation ne doit pas être confondue avec la résolution du contrat qui sanctionne son inexécution
par l’une des parties. Ici, il s’agit pour les parties de mettre fin au contrat d’un commun accord, peu importe
l’état d’exécution du contrat.

b. Les dérogations

À titre dérogatoire, le contrat peut être révoqué par une manifestation unilatérale de volonté82 : ces
dérogations sont d’origine légale ou conventionnelle.

1.b. Les dérogations d’origine légale

Contrats à durée indéterminée : le nouvel article 1211 du Code civil prévoit que lorsque le contrat est
conclu pour une durée indéterminée, l’une ou l’autre partie peut y mettre fin à tout moment. Cette règle n’est

82
Dans ces hypothèses, il est commun d'employer l'expression "résiliation unilatérale".
98
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
toutefois pas nouvelle. Certes, avant l’entrée en vigueur de la réforme, seules certaines dispositions expresses
autorisaient parfois une partie à résilier unilatéralement le contrat conclu sans détermination de durée (c’est le
cas par exemple pour le contrat de travail). Mais en réalité, tous les contrats à durée indéterminée pouvaient
déjà, en principe, être révoqués unilatéralement, même si cette faculté n’était pas stipulée dans le contrat ou
n’était pas expressément prévue par la loi.
Cette règle, qui se fonde sur la prohibition des engagements perpétuels (désormais inscrite à l’article
1210 nouveau), a été consacrée par le Conseil constitutionnel. À l’occasion de l’examen de recours contre le
texte réglementant le PACS, le Conseil constitutionnel lui a conféré une valeur constitutionnelle83.
L’exercice de la faculté unilatérale de révocation est, aux termes de l’article 1210 qui consacre la
jurisprudence antérieure, subordonné au respect du délai de préavis contractuellement prévu ou, à défaut, d’un
délai raisonnable (pour le prêt à usage stipulé sans terme, v. par ex. : Civ. 1re, 3 février 2004 et Civ. 3e, 19 janvier
2005). En effet, si ce droit de révocation unilatérale du contrat est reconnu, il ne doit pas s’exercer de manière
abusive. Le nouveau texte ne précise pas la sanction attachée au non-respect de ce délai de préavis, de sorte
qu’il faut sans doute se référer à la jurisprudence antérieure. Sur ce point, elle décide qu’en cas de non-respect
d’un délai raisonnable, ou en cas de mauvaise foi de l’auteur de la révocation (par ex. : Com, 8 octobre 2013), la
sanction – sur le fondement de la responsabilité contractuelle – est le versement de dommages et intérêts et
non le maintien forcé du contrat (v. par ex. : Civ. 1re, 21 février 2006).

Contrats à durée déterminée particuliers : pour ces contrats, la loi autorise de manière exceptionnelle
la révocation unilatérale chaque fois que la nature du contrat la rend légitime. Tel est le cas pour le contrat de
mandat. Parce qu’il repose sur la confiance placée en la personne du mandataire, il peut être librement révoqué
par le mandataire qui a perdu confiance (art. 2004 du Code civil). Il en va de même dans le contrat de bail, du
moins pour le locataire (art. 15, L. 6 juillet 1989).

2.b. Les dérogations d’origine conventionnelle

Les parties peuvent se réserver à l’avance le droit de mettre fin au contrat. Deux types de clauses sont
généralement utilisés pour aménager cette faculté conventionnelle de révocation.
+ Clause de dédit : elle permet à l’une des parties, avant l’exécution du contrat, de se délier de son
engagement contre le paiement d’une indemnité. Tel est le cas, par exemple, de la vente avec arrhes (1590 C.
civ.) lorsque ce terme, dans l’intention des parties, n’est pas un simple acompte mais véritablement le prix du
dédit.
+ Clause de résiliation : elle opère dans les contrats successifs et permet à l’une ou l’autre des parties en
cours d’exécution, de mettre fin au contrat de manière unilatérale et discrétionnaire.
Dans les contrats à durée déterminée, la mise en œuvre de la clause de résiliation permet de révoquer
le contrat avant l’arrivée du terme.
Dans les contrats à durée indéterminée, la clause ne fait que faciliter le droit de résiliation unilatérale,
en aménageant la durée de préavis ou l’indemnité de rupture.
Dans les deux cas, aucune atteinte à la force obligatoire du contrat n’est à relever, puisque la révocation
unilatérale procède de la volonté commune des parties.

2. La modification conjointe du contrat

Toute modification du contrat suppose un nouvel accord de volontés entre les parties (art. 1193 nouv.
du Code civil). Selon l’importance de la modification, on sera en présence soit d’un nouveau contrat qui se
substitue au premier, soit du même contrat, mais modifié84. Cette exigence d’une volonté commune dans la
modification du contrat a en réalité deux facettes, l’une négative, l’autre positive.
- Négativement : l’une des parties ne peut, de sa propre initiative, modifier le contenu du contrat,
même si les circonstances le justifient de manière objective. Elle ne peut ainsi décider de modifier la loi
contractuelle, sauf à recourir au juge, qui, on le verra, a sur ce point un pouvoir assez limité.

83
Décision du 9 novembre 1999 : « L’article 4 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 justifie qu’un contrat de droit privé à
durée indéterminée puisse être rompu unilatéralement par l’un ou l’autre des contractants. »
84 On parle alors d’ « avenant au contrat ».

99
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
Cette rigueur de la loi contractuelle peut soulever des difficultés pour les contrats conclus pour une
certaine durée et soumis aux variations du contexte économique : la pratique (surtout dans le commerce
international) a alors développé des clauses qui permettent au contrat d’évoluer en fonction des circonstances.
On peut mentionner à cet égard la clause d’adaptation automatique, qui, comme son nom l’indique,
permet une modification automatique du contrat dès lors que le critère prévu dans l’accord est réalisé. Le
meilleur exemple est certainement la clause d’indexation qui fait varier le prix en fonction d’un indice de
référence (ex. des baux d’habitation : indice de la construction) ; ou encore la clause du client le plus favorisé au
terme de laquelle une des parties s’engage à faire bénéficier son cocontractant des conditions plus favorables
consenties à un autre client.
Au-delà des clauses d’adaptation automatique, existent aussi les clauses de renégociation, qui obligent
les parties à renégocier en cas de modification substantielle des conditions d’exécution du contrat. Tel est le cas
de la clause de hardship, qui permet à chaque partie de demander un réaménagement du contrat si un
changement des circonstances vient à modifier l’équilibre du contrat au point de faire subir à l’une d’elles une
rigueur (hardship) injuste. Cette clause, contrairement à la précédente, n’emporte pas adaptation automatique
du contrat, mais contraint seulement les parties à la renégociation : en cas d’échec, le contrat est maintenu en
l’état, sauf résiliation prévue dans la clause.
- Positivement : si un accord des parties est intervenu pour modifier le contrat, cet accord s’impose à
elles. Il n’est pas possible de contester la modification librement acceptée, même si celle-ci s’avère
déséquilibrée.

B. L’exécution de bonne foi du contrat

L'obligation d'exécuter le contrat de bonne foi est prévue par l’article 1104 du Code civil, qui reprend les
dispositions de l’ancien article 1134 alinéa 3, tout en étendant cette exigence de bonne foi à la phase de
négociation et de formation du contrat. Longtemps négligée par les auteurs et la jurisprudence, cette exigence
constitue depuis une trentaine d'année un "principe en expansion" qui permet en prenant en compte le
comportement des parties - de faire pénétrer la règle morale dans le droit positif.
Les nouvelles dispositions ne disant rien de ce que recouvre la notion de bonne foi, ni de la sanction de
l’éventuelle mauvaise foi d’une partie, on peut penser que les solutions jurisprudentielles antérieures seront
maintenues.

Dans les développements qui suivent, on distinguera les manifestations de la bonne foi (1) des sanctions
de la mauvaise foi (2).

1. Les manifestations de la bonne foi

Dans un premier temps, la bonne foi a été entendue comme un devoir de loyauté qui impose aux
cocontractants de ne pas avoir un comportement de mauvaise foi (a). Dans un second temps, la bonne foi s'est
enrichie d'un nouveau sens plus positif. Aujourd'hui la jurisprudence, au-delà d'exiger des contractants qu'ils
s'abstiennent de toute attitude de mauvaise foi, fait en effet parfois peser sur leurs épaules un véritable devoir
de coopération dont l'exécution implique des initiatives de leur part (b).

1.a. Le devoir de loyauté

L'obligation de loyauté s'impose tant au créancier qu'au débiteur.


S'agissant du créancier, elle lui impose d'éviter d'avoir recours à des manœuvres qui tendraient à
rendre l'exécution du contrat impossible ou plus difficile. En d'autres termes, le créancier doit s'interdire de
placer délibérément son contractant en mauvaise position. Ainsi en va-t-il dans les nombreuses hypothèses où le
créancier a un pouvoir, par essence unilatéral, de rompre le contrat, de le modifier ou encore de fixer le prix. Par
exemple, la Cour de cassation a décidé que manque à son obligation d'exécuter le contrat de bonne foi le

100
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
créancier qui délivre un commandement à son débiteur en son absence, pendant la période de vacances, dans
l'unique dessein de le mettre dans l'impossibilité d'exécuter dans les délais85.
Il arrive également que la jurisprudence utilise l’ancien article 1134 alinéa 3 (art. 1104 nouv.) du Code
civil pour interdire au créancier les comportements contradictoires. La bonne foi est alors au service d'un
principe de cohérence. Ainsi, il a été jugé comme étant constitutif d'un comportement de mauvaise foi le fait
pour le créancier d'invoquer une clause résolutoire de plein droit alors qu'il a laissé perdurer l'inexécution par le
débiteur pendant de nombreuses années (Civ. 1re, 16 février 1999). De la même manière, la Cour de cassation a
pu considérer qu'un banquier ne pouvait traiter des comptes bancaires comme des comptes divisibles pendant
de nombreuses années et les considérer brusquement comme indivisibles lorsque cela devenait son intérêt
(Com, 8 mars 2005)86.
S'agissant du débiteur, l'obligation de bonne foi lui impose une exécution fidèle de son engagement.
Ce dernier ne doit donc pas se mettre volontairement dans une situation rendant impossible l'exécution de sa
prestation, par exemple en réservant, en louant ou en vendant plus de places qu'il n'en possède (pratique de la
surréservation ou surbooking).

1.b. Le devoir de coopération

Le devoir de coopération a un contenu plus positif que le devoir de loyauté en ce qu'il crée l'obligation
de faciliter l'exécution du contrat. Ses manifestations sont nombreuses. La jurisprudence a par exemple décidé
qu'un acteur doit se plier aux exigences de répétitions ; que celui qui s'habille sur mesure doit effectuer les
essayages nécessaires, ou encore qu'un expéditeur est tenu de faciliter le transport international en remettant
aux entreprises de chemin de fer les pièces nécessaires pour la douane (Civ., 10 avril 1929).
On peut rattacher à ce même devoir de coopération, l'obligation de ne pas imposer à son
cocontractant des frais inutiles : le transporteur doit rechercher l'itinéraire le moins onéreux pour son client
(Civ., 28 novembre 1905) ; l'installateur d'électricité le branchement le plus court (Req., 19 janvier 1925).
L'idée de collaboration a enfin pour conséquence l'obligation pour chacun « d'avertir l'autre, en cours
de contrat, des événements qu'il a intérêt à connaître pour l'exécution du contrat» (Demogue). Distincte de
l'obligation précontractuelle de renseignement, cette obligation d'information est parfois expressément prévue
par la loi87. En l'absence d'un texte spécial, la jurisprudence a maintes fois reconnu l'existence de ce type
d'obligation de renseignement. Tel est le cas des devoirs de conseils qui pèsent sur le notaire, l'avocat ou encore
l'architecte88.

2. Les sanctions de la mauvaise foi

Il est certain que le contractant ayant agi de mauvaise foi peut être condamné à verser des dommages
et intérêts (par ex. : Civ. 3e, 5 novembre 2003).
Il est également acquis, depuis un arrêt de la chambre commerciale en date du 10 juillet 2007 (confirmé
par Civ. 3e, 9 décembre 2009 ; Civ. 3e, 26 mars 2013), que le juge ne peut, au seul motif que la créance a été
mise en œuvre de mauvaise foi, porter atteinte à l'existence même de celle-ci en dispensant le débiteur de
toute obligation. En d'autres termes, le paiement de la créance ne peut être judiciairement remis en cause car
ce serait autrement porter atteinte au cœur même du contrat qui, par définition, est intouchable.
Il est en revanche discuté de savoir si la sanction de l'usage déloyal des prérogatives contractuelles -
c'est-à-dire des pouvoirs d'essence unilatérale accessoires à la créance (clause de dédit, droit de repentir, clause
résolutoire, clause d'agrément, etc.) - peut résider dans la neutralisation de celles-ci. Avant l'arrêt de 2007, de
nombreux arrêts avaient admis la paralysie de ce type de clauses contractuelles invoquées ou exécutées de
mauvaise foi89. Depuis cette décision, si la majorité de la doctrine enseigne que cette sanction est toujours

85 Autres exemples. Un assureur n'exécute pas le contrat de bonne foi lorsqu'il garde un silence malicieux pour échapper au paiement d'une
indemnité grâce à la prescription (Civ. 1re, 26 novembre 1996). Un bailleur est de mauvaise foi lorsqu'il reproche à son locataire de ne pas lui payer
le loyer alors que, de son côté, il ne lui délivre pas les quittances indispensables pour obtenir des allocations de logement (Civ. 3ème, 17 juillet 1992).
86 Autre exemple : manque à son obligation de bonne foi la compagnie d'assurance qui, après s'être prévalue de la garantie décennale lui substitue

devant les juges la garantie de défaut de performance, moins onéreuse pour elle (Civ. 3ème, 28 janvier 2009).
87 Par exemple, le Code des Assurances (art. L.113-4) oblige l’assuré à tenir l’assureur au courant des événements qui se produisent pendant

l’exécution du contrat et notamment de ceux qui sont de nature à aggraver les risques.
88
Voir infra.
89 Par exemple : Civ. 1re, 31 janvier 1995 (clause résolutoire) ; Civ. 3e, 11 mai 1976 (clause de dédit) ; Com., 4 janvier 1994 (clause de non-

concurrence) ; Civ. 1re, 19 novembre 1996 (clause de non-rétablissement).


101
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
possible, d'autres auteurs (par exemple Mazeaud) en doutent et soutiennent que le juge ne peut, dans cette
hypothèse, sanctionner le créancier déloyal qu'en le condamnant à des dommages et intérêts. Pour cette
doctrine minoritaire, toute autre solution reviendrait à admettre que le juge puisse, au nom de l’exigence de
bonne foi, réviser le contrat et porter atteinte au principe de l’intangibilité du contrat, qui ne se réduit pas à son
seul contenu obligationnel mais doit s’entendre nécessairement aussi des pouvoirs contractuels que le contrat a
engendrés au profit des contractants et qui jalonnent et encadrent leurs relations contractuelles. Bien plus,
priver d’effet une clause, même accessoire, c’est prendre le risque de porter atteinte à la substance des droits et
obligations légalement convenus entre les parties tant s’avère délicate, de l’avis général, la distinction entre
droits substantiels et droits non substantiels.
Malgré la force de ces observations doctrinales, la jurisprudence - dans son dernier état - a confirmé
que la sanction de l'usage déloyal des prérogatives contractuelles peut résider dans la neutralisation de celles-ci
(par ex. : Civ 3ème, 4 novembre 2010 et 10 novembre 2010).

§2 La force obligatoire du contrat à l’égard du juge

La force obligatoire du contrat, posée par l’article 1103 (anc. article 1134 al. 1) du Code civil, interdit au
juge de s’immiscer de façon trop importante dans l’acte de prévision opéré par les parties.
Néanmoins, les considérations de bonne foi et d’équité, visées aux articles 1104 et 1194 nouveaux (art.
1134 al. 3 et 1135 anc.) du Code civil constituent de puissantes justifications à l’intervention du juge dans le
contrat.
Toute la difficulté est de parvenir à trouver un équilibre entre la sécurité juridique, qui postule de
maintenir l’acte tel qu’il a été voulu par les parties, et la justice contractuelle, qui implique parfois des correctifs
nécessaires.
La recherche de cet équilibre doit se faire dans les deux modes principaux d’intervention du juge :
l’interprétation (A) et la modification du contrat (B).

A. L’interprétation du contrat par le juge

En cours d’exécution, il est fort possible que la rédaction du contrat apparaisse maladroite ou
incomplète. Il convient alors d’interpréter le contrat, soit pour en élucider le sens, soit pour en combler les
lacunes.
Dans le premier cas, il s’agit d’une « interprétation explicative » : la recherche de la signification du
contrat doit alors se faire selon la volonté des parties (1). Dans le second cas, puisqu’il s’agit de combler les
lacunes du contrat, l’interprétation faite par le juge devient « créatrice » ; partant, il est amené à s’éloigner de la
volonté des parties et à se fonder sur l’équité et la bonne foi (2).
On retrouve, à travers les deux types d’interprétation, la double influence de la volonté des parties et de
considérations plus objectives, la bonne foi et l’équité.

1. L’interprétation explicative selon la volonté des parties

Le Code civil, dans ses articles 1188 à 1192 (anciens articles 1156 à 1164), fournit un guide
d’interprétation qui n’a pas un caractère impératif.
En premier lieu, la loi adopte une méthode subjective d’interprétation en posant le principe de la
recherche de la commune intention des parties contractantes (art. 1188 nouv. – art. 1156 anc.). Cette
commune intention doit être recherchée sans s’arrêter au sens littéral des termes (mêmes textes). À cette règle
de base, s’ajoutent quelques recettes particulières. Ainsi en va-t-il de l’article 1189 (art. 1158 anc.) qui prévoit
que « toutes les clauses d’un contrat s’interprètent les unes par rapport aux autres, en donnant à chacune le sens
qui respecte la cohérence de l’acte tout entier ». En d’autres termes, si l’une des interprétations plausibles est en
harmonie avec l’économie du contrat alors que l’autre apparaît discordante par rapport à celui-ci, il est plus que
probable que la première traduit l’intention réelle des parties.
Néanmoins, d’autres textes parmi ces recettes particulières caractérisent un rapprochement vers une
méthode objective, en faisant appel à la bonne foi ou l’équité, ou encore aux usages.

102
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
Tel est le cas de l’article 1190 du Code civil qui dispose que « dans le doute, le contrat de gré à gré
s’interprète contre le créancier et le contrat d’adhésion contre celui qui l’a proposé » ; ce n’est alors pas la
commune intention des parties qui est recherchée, mais l’analyse de la situation objective des contractants.
Pour autant, c’est la recherche de la commune intention des parties qui prévaut. Cela résulte du
contrôle de dénaturation effectué depuis 1872 par la Cour de cassation (Civ., 15 avril 1872) et dont le principe
est désormais affirmé à l’article 1192 du Code civil. Si l’interprétation est en principe une question de fond
abandonnée au pouvoir des juges du fond, les clauses claires et précises ne peuvent être interprétées à peine de
dénaturation90.
Autrement dit, les juges du fond ne peuvent pas altérer le sens du contrat pour des considérations
d’équité à partir du moment où ses clauses sont claires et précises. La force obligatoire du contrat s’y oppose.
On le voit, la liberté du juge est nécessairement limitée dès lors qu’il s’agit d’expliquer le contrat. En revanche,
lorsqu’il s’agit de compléter ses lacunes, le juge mène une interprétation créatrice et sa liberté est alors
beaucoup plus grande.

2. L’interprétation créatrice au nom de la bonne foi et de l’équité

Dans le silence de la convention, c’est la méthode objective qui prévaut. Afin de combler les lacunes du
contrat, il apparaît illusoire de rechercher une volonté des parties qui n’existe probablement pas.
L’interprétation du contrat doit alors se faire en recourant à des valeurs extérieures, telles que la bonne
foi, l’équité ou encore les usages.
L’article 1194 (1135 anc.) du Code civil invite à une telle interprétation en visant les suites qu’attachent
au contrat l’équité, l’usage ou la loi. Ce faisant, le juge est amené, par un forçage du contrat, à découvrir des
obligations qui n’étaient pas réellement envisagées par les parties au contrat.
Ainsi, pour éviter à la victime d’un accident de transport de devoir prouver la faute du transporteur pour
obtenir réparation, les tribunaux ont découvert dans le contrat de transport une obligation de sécurité, qualifiée
de résultat : de la sorte, la victime est dispensée de la preuve d’une faute. C’est ici clairement l’équité qui fonde
l’adjonction de cette obligation.
De même, au nom de la bonne foi ou de l’équité, les tribunaux imposent dans des contrats de plus en
plus nombreux une obligation d’information, surtout lorsque le contractant a la qualité de professionnel. Dans
un souci de loyauté et de coopération, l’une des parties doit délivrer à son partenaire les informations
nécessaires à la bonne exécution du contrat. Cette obligation se développe considérablement, notamment dans
les contrats de services : avocat, architecte, notaire…
S’agissant d’une œuvre créatrice, le contrôle de la Cour de cassation est évidemment renforcé ; elle
peut tout à fait censurer les tribunaux pour avoir découvert une obligation qu’elle n’entendait pas consacrer, ou
au contraire pour avoir refusé d’introduire une obligation qu’elle souhaitait imposer. Cela montre de manière
éclatante que ces obligations, que la Cour peut ôter ou imposer, ne procèdent pas de la volonté des parties mais
bien de la loi, dont la Cour impose le respect par les tribunaux.

B. La modification du contrat par le juge

Le juge peut-il réviser le contrat lorsque l’évolution des circonstances, postérieurement à la conclusion
du contrat, a rompu son équilibre initial ? C’est la question, largement débattue, de la révision pour
imprévision.
Cette question ne doit bien sûr pas être confondue avec celle de la rescision du contrat pour lésion,
pour laquelle le déséquilibre existe à l’origine, dès la formation du contrat.
Antérieurement à la réforme, le droit français pose le principe du rejet de la révision pour imprévision,
au nom de la force obligatoire du contrat, même si certains tempéraments ont été apportés au nom de la bonne
foi ou de l’équité (1). Désormais, les nouvelles dispositions du Code civil en admettent le principe à de strictes
conditions (2).

1. Le rejet jurisprudentiel de la révision pour imprévision

La solution a été posée dans le célèbre arrêt Canal de Craponne du 6 mars 1876.

90 Pour des illustrations jurisprudentielles récentes, v. par ex. : Civ. 2e, 10 septembre 2015 ; Civ. 3e, 15 septembre 2015.
103
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
En l’espèce, des conventions, ayant pour objet la fourniture d’eau contre une redevance fixée, avaient
été conclues au XVIe siècle. Au cours du XIXe siècle, le fournisseur de l’eau a invoqué la baisse de la valeur de la
monnaie et la hausse du coût de la main d’œuvre pour demander un relèvement de la redevance.
La Cour de cassation censure la cour d’appel qui avait réévalué la redevance, car aucune considération
de temps ou d’équité ne peut permettre au juge de modifier la convention des parties. Cette solution a été
réaffirmée depuis dans maintes hypothèses. Elle tranche avec la solution du droit administratif qui, depuis
l’arrêt Gaz de Bordeaux du Conseil d’État (30 mars 1916), consacre la théorie de l’imprévision au nom de la
continuité du service public.
Ce principe, selon lequel le juge judiciaire ne peut réviser le contrat lorsque la transformation du
contexte économique, politique, monétaire ou social a rompu l’équilibre initial des prestations, s’explique par
des raisons juridiques. D’une part, on a craint que les contractants de mauvaise foi ne cherchent à se dérober à
leurs engagements. D’autre part, on a pu redouter que l’arbitraire des juges favorise l’instabilité du contrat et,
par là-même, se retourne contre la sécurité juridique. Mais cette position s’explique surtout pour des raisons
économiques. Admettre la révision, c’est risquer de mettre le créancier dans l’impossibilité d’exécuter les
obligations assumées par lui dans d’autres contrats et, par conséquent, provoquer un déséquilibre généralisé
par un jeu de réactions en chaîne.
Il reste que la rigidité de ce principe peut être une grande source d’injustice. Aussi existe-t-il des
tempéraments.
Ces tempéraments sont aussi bien légaux, que jurisprudentiels.

Les tempéraments légaux

Le législateur est intervenu ponctuellement afin de prendre en considération des événements


importants. Ainsi, une loi de 1918 a admis la résolution (mais non la révision) des contrats conclus avant la
guerre, si l’un des contractants subissait un préjudice dépassant ce qui pouvait être raisonnablement prévu
(idem en 1946).
De façon permanente, certaines dispositions prévoient la révision du contrat pour imprévision : c’est le
cas du contrat d’édition au bénéfice de l’auteur de l’œuvre. L’article L. 131-5 C.P.I. dispose en effet que l’auteur
d’une œuvre de l’esprit qui, ayant cédé ses droits d’exploitation, subit un préjudice de plus des 7/12, dû à une
lésion ou à une prévision insuffisante, peut provoquer la révision du contrat. C’est également le cas en matière
de donation avec charges puisqu’il résulte de l’article 900-2 C. civ. que « tout gratifié peut demander que soient
révisées en justice les conditions et charges des donations et legs qu’il a reçus, lorsque par suite d’un changement
de circonstances, l’exécution en est devenue pour lui soit extrêmement difficile, soit sérieusement
dommageable ».

Les tempéraments jurisprudentiels

De façon spécifique, la jurisprudence a, dans certains cas, admis la révision du contrat. La Cour de
cassation a par exemple jugé, en matière de baux ruraux, que, dès qu’une partie de la chose louée ne peut plus
être conservée sans dépense exagérée pour le bailleur, celui-ci est dispensé de son obligation d’effectuer de
telles dépenses.
De manière plus générale, une partie de la doctrine soutient que la jurisprudence atténue aujourd’hui la
rigueur de sa position en mettant à la charge des parties une obligation de renégocier afin d’adapter le contrat
au changement de circonstances. D’après cette doctrine, qui ne rallie pas tous les auteurs (opposition Mazeaud-
Ghestin), une telle solution résulte de deux arrêts de la chambre commerciale (3 novembre 1992 « Huard » et 24
novembre 1998 « Danone ») et surtout d’un arrêt de la première chambre civile (16 mars 2004) ; arrêts qui ont
décidé que le refus de renégocier les clauses d’un contrat ne permettant pas – à la suite d’un déséquilibre
apparu en cours d’exécution – de pratiquer des prix concurrentiels, pouvait être considéré comme un
manquement à l’exigence de bonne foi dans l’exécution du contrat (art. 1134 al. 3 anc.) et ouvrir droit à
indemnisation.
On le voit, cette solution, si elle est vraiment la position de la jurisprudence (ce qui est contesté, on le
répète), ne prend la forme que d’un tempérament au principe. En effet, le juge ne modifie pas le contrat ;

104
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
simplement, il sanctionne le contractant en situation de force pour ne pas avoir suffisamment coopéré avec
son partenaire, victime des nouvelles circonstances91.

2. L’admission légale d’un principe général de révision pour imprévision

La réforme du droit des obligations était particulièrement attendue sur la question de la révision pour
imprévision. En effet, la multiplication des contrats de longue durée dans un environnement économique de
plus en plus instable a conduit à la consécration de la révision judiciaire du contrat pour imprévision tant par les
projets européens de droit des contrats que par les avant-projets de réforme. Alors que le projet de réforme du
25 février 2015, soumis à consultation publique, ne l’admettait pas, l’Ordonnance opère, à l’article 1195
nouveau du Code civil, un renversement de la jurisprudence de la Cour de cassation et consacre, dans
certaines circonstances, la révision du contrat pour imprévision.
Aux termes de cet article, « si un changement de circonstances imprévisible lors de la conclusion du
contrat rend l’exécution excessivement onéreuse pour une partie qui n’avait pas accepté d’en assumer le risque,
celle-ci peut demander une renégociation du contrat à son cocontractant. Elle continue à exécuter ses obligations
durant la renégociation ». L’alinéa 2 ajoute qu’ « en cas de refus ou d’échec de la renégociation, les parties
peuvent convenir de la résolution du contrat, à la date et aux conditions qu’elles déterminent, ou demander d’un
commun accord au juge de procéder à son adaptation. A défaut d’accord dans un délai raisonnable, le juge peut,
à la demande d’une partie, réviser le contrat ou y mettre fin, à la date et aux conditions qu’il fixe ».

Cette disposition trouve donc à s’appliquer lorsque trois conditions sont réunies:
- il faut, tout d’abord, un changement de circonstances imprévisible lors de la conclusion du contrat.
Les circonstances qui déséquilibrent le contrat ne doivent pas exister au moment de la formation du contrat
(ce qui traduit le refus de remettre en cause les contrats lésionnaires). En l’absence de précisions dans le
texte, les circonstances à prendre en compte peuvent être de tous ordres, économique, politique, juridique,
monétaire, social ou encore technologique. Il faut encore que le changement de circonstances ait été
imprévisible au moment de la formation du contrat. Ce ne sera notamment pas le cas si, par leur négligence,
les parties n’ont pas envisagé un changement de circonstances pourtant prévisible. Le texte ne précise pas
comment doit s’apprécier cette imprévisibilité. On peut toutefois penser, par analogie avec la jurisprudence
relative à la force majeure, qu’elle devrait être entendue de manière raisonnable dans la mesure où tous les
événements sont prévisibles.
- il faut ensuite que ce changement de circonstances rende l’exécution du contrat excessivement onéreuse.
Une simple exécution plus difficile est donc insuffisante. A l’inverse, il n’est pas nécessaire que l’exécution
soit impossible. Il suffit qu’elle soit devenue excessivement onéreuse pour une partie. On comprend alors
que l’exécution du contrat doit être telle que le contrat est devenu ruineux pour la partie touchée par le
changement de circonstances.
- il faut, enfin, que la partie touchée par le changement de circonstances n’ait pas accepté d’en assumer le
risque. On comprend que si l’une des parties a, lors de la conclusion du contrat, accepté d’assumer le risque
économique lié à un éventuel changement ultérieur des circonstances, elle ne pourra pas se plaindre de sa
réalisation effective et demander la renégociation ou la révision du contrat.

Si ces conditions sont remplies, plusieurs mécanismes peuvent être successivement envisagés.
Tout d’abord, la partie, dont l’exécution des obligations est devenue excessivement onéreuse, peut
demander une renégociation du contrat à son cocontractant. Nulle innovation sur ce point, les parties
peuvent toujours et à tout moment convenir d’une modification de leur contrat. Il ne s’agit d’ailleurs que d’une
faculté mise à la disposition de la partie victime du changement de circonstances. Reste en outre ouverte la
question d’une éventuelle sanction du cocontractant qui refuserait abusivement de renégocier. En l’absence
de précisions apportées par les nouvelles dispositions du Code, il appartiendra à la jurisprudence de le
déterminer (on rappellera que, selon certains auteurs, la Cour de cassation admettrait déjà de sanctionner un
tel comportement comme contraire à l’exigence de bonne foi). Par ailleurs, le texte ajoute que durant cette

91 On notera que par un arrêt, en date du 29 juin 2010, la Chambre commerciale de la Cour de cassation a admis implicitement la caducité du
contrat pour imprévision sur le fondement de la disparition de la cause en cours d’exécution du contrat. Cette solution particulièrement audacieuse
doit cependant être accueillie avec précaution. L’arrêt, non publié au bulletin, tranche simplement une question de procédure civile. Ce à quoi il
faut ajouter qu’il a été rendu en formation restreinte, pour défaut de base légale. Sa valeur d’arrêt de principe est donc plus que contestable.
Rappr. : Cass. Com. 18 mars 2014. Cet arrêt, lui aussi inédit, semble contredire la décision du 29 juin 2010. En réalité, l'arrêt du 18 mars 2014 ne
tranche pas la question de la caducité du contrat en cas d'imprévision (voir le commentaire dans le fascicule d'actualité).
105
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
renégociation, la partie qui l’a demandée continue à exécuter ses obligations. L’imprévision n’est donc pas de
nature à libérer la partie concernée, elle reste tenue d’exécuter le contrat, quelles qu’en soient les
conséquences.
Ensuite, en cas de refus ou d’échec de la renégociation, les parties peuvent convenir de la résolution
du contrat, à la date et aux conditions qu’elles déterminent ou demander au juge d’un commun accord de
procéder à son adaptation. S’agissant de la résolution du contrat, il ne s’agit, ici encore, que d’une application
des règles de droit commun : les parties peuvent toujours convenir de mettre fin à un contrat. S’agissant de
l’adaptation du contrat par le juge, ce mécanisme admet donc une intrusion du juge dans l’équilibre du
contrat. Elle reste néanmoins limitée. Le juge ne peut en effet être saisi que du commun accord des parties. A
ce stade, aucune adaptation du contrat ne peut donc avoir lieu, si les deux parties n’y consentent pas. Du
reste, ce pouvoir du juge risque d’être d’une application pratique limitée. Si les parties n’ont pu convenir de
renégocier le contrat ou si les négociations sont demeurées infructueuses, on peut douter qu’elles s’accordent
pour confier au juge le soin d’adapter le contrat.
Enfin, à défaut d’accord dans un délai raisonnable, le juge peut, à la demande d’une partie, réviser le
contrat ou y mettre fin, à la date et aux conditions qu’il fixe. Là se situe, sans nul doute, la grande innovation
apportée par l’article 1195. Ainsi, si les parties ne parviennent à s’accorder ni sur la résolution du contrat ni sur
la saisine du juge aux fins de son adaptation et ce, dans un délai raisonnable, le juge peut être saisi
unilatéralement par l’une des parties. Ce dernier peut alors réviser le contrat ou y mettre fin. On ignore en
revanche si le juge sera tenu par la demande qui lui est faite. Autrement dit, si un contractant lui demande
d’adapter le contrat, pourra-t-il préférer son anéantissement ? De même, on ignore l’étendue des pouvoirs du
juge en matière de révision. Il ressort en effet de l’article 1995 que le juge peut avoir, de fait, le pouvoir de
réviser le contrat, sans que ce pouvoir ne soit en aucune façon encadré ou limité. Faut-il dès lors considérer
que le juge pourra adapter le contrat dans les termes qu’il estimera nécessaire ou, au contraire, qu’il sera
limité par les prétentions des parties ?

Section 2 : L’effet relatif du contrat

L’article 1199 du Code civil dispose que « le contrat ne crée d’obligations qu’entre les parties » (il
reprend ainsi le principe déjà posé à l’article 1165 ancien du Code civil).
Cet article pose le principe de l’effet relatif du contrat qui constitue la conséquence du primat donné à
la volonté et à la liberté contractuelle. Ce principe doit être bien compris. Il signifie seulement que le tiers qui n’a
pas consenti à la convention ne peut se voir imposer des obligations ou se voir reconnaître des droits. En
d’autres termes, les contrats ne peuvent rendre créancier ou débiteur que les parties elles-mêmes, non les
tiers.
Mais ce principe, en dépit de son évidence, ne signifie pas que le contrat n’a aucun effet vis-à-vis des tiers.
En effet, même si les tiers ne sont pas directement concernés par le contrat, ils ne peuvent pas pour autant
l’ignorer : pour eux, le contrat est au moins un fait qui leur est opposable et qu’ils peuvent opposer aux parties (§1).
Au-delà de ce corollaire à l’effet relatif que constitue l’opposabilité du contrat, il convient également de
souligner que, si les contrats ne peuvent en principe rendre créancier ou débiteur uniquement les parties, il est
fait d’une certaine manière exception à cette règle dans la mesure où certains tiers peuvent bénéficier ou
souffrir d’un contrat conclu par d’autres (§2).

§1 Le corollaire de l’effet relatif : l’opposabilité du contrat

On distinguera, dans les développements qui suivent, l’opposabilité aux tiers absolus, c’est-à-dire ceux
qui n’ont aucun rapport avec les parties (A), et l’opposabilité aux créanciers chirographaires, c’est-à-dire les
créanciers qui – à défaut de sûreté – n’ont que leur droit de gage général sur le patrimoine de leur débiteur (B).

A. L’opposabilité aux tiers absolus

Le principe de l’opposabilité aux tiers a deux facettes : l’opposabilité du contrat par les parties aux tiers
(1) et l’opposabilité du contrat par les tiers aux parties (2). Dans le cadre des développements, on se contentera
106
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
d’apporter des précisions quant à l’opposabilité des contrats créant des droits personnels ; à l’exclusion donc de
ceux qui ont pour objet des droits réels et dont l’étude relève davantage du droit patrimonial.

1. L’opposabilité du contrat par les parties aux tiers

Pour les tiers, le contrat – et son exécution ou son inexécution – est un fait pur et simple qui, le cas
échéant, s’imposera à eux bien qu’ils ne soient ni créanciers, ni débiteurs. C’est ainsi que l’article 1200 alinéa 1
dispose que « les tiers doivent respecter la situation juridique créée par le contrat ». La jurisprudence fait
application de ce principe en décidant qu’engage sa responsabilité le tiers qui, sciemment, se rend complice de
la violation d’un contrat. Ainsi le fait de débaucher en connaissance de cause un salarié lié à une autre entreprise
par un contrat de travail non encore expiré constitue une faute et le second patron devra indemniser le premier
du dommage causé bien qu’il soit un tiers par rapport au contrat rompu (Civ. 1 re, 17 octobre 2000). Autrement
dit, le contrat est un fait qui doit être respecté par les tiers et les cocontractants peuvent opposer à ces tiers les
droits et obligations qu’ils tiennent d’un contrat.

2. L’opposabilité du contrat par les tiers aux parties

C’est le second volet de l’opposabilité. À cet égard, l’article 1200 alinéa 2 du Code civil prévoit que les
tiers peuvent se prévaloir du contrat, ce que la Cour de cassation décidait déjà : « s’ils ne peuvent être constitués
ni débiteurs, ni créanciers, les tiers à un contrat peuvent invoquer à leur profit, comme un fait juridique, la
situation créée par le contrat » (Com., 22 octobre 1991).
De là trois conséquences.
En premier lieu, le contrat peut être utilisé comme un élément de preuve par les tiers.

En deuxième lieu, un tiers peut invoquer le non-respect par l’une des parties à un contrat de ses
obligations si ce manquement lui a causé un dommage. À ce sujet, la question s’est posée de savoir si le fait
générateur de cette responsabilité de nature délictuelle est constitué par la seule défaillance contractuelle ou
s’il faut démontrer que l’inexécution est constitutive d’une faute au sens de l’article 1240 (1382 anc.) du Code
civil.
Longtemps, la Cour de cassation a distingué les 2 fautes. Le tiers ne pouvait en effet obtenir réparation
que s’il démontrait l’existence d’une « faute délictuelle envisagée en elle-même, indépendamment de tout point
de vue contractuel » (Civ. 1re, 9 oct 1962 ; Civ. 1re, 7 nov. 1962 ; Com., 17 juin 1997 et Civ. 1re, 16 déc. 1997). En
d’autres termes, la responsabilité délictuelle n’était retenue que si le contractant défaillant avait violé une règle
de portée générale. Il fallait une faute détachable du contrat. Mais, progressivement, la jurisprudence s’est mise
à avancer en ordre dispersé. Alors que la première chambre civile en est venue à considérer que l’inexécution
contractuelle suffisait à fonder l’existence d’une faute délictuelle (Civ. 1re, 24 nov. 1998 ; Civ. 1re, 18 juillet 2000),
la chambre commerciale a, quant à elle, montré son attachement au principe de la relativité du manquement
contractuel en affirmant nettement l’autonomie de la faute délictuelle par rapport à l’inexécution contractuelle
(voir par ex. Com. 8 octobre 2002 et Com. 8 février 2005).
Malgré l’apparente divergence de solution, une partie de la doctrine s’est efforcée d’expliquer cette
différence de traitement en soulignant que la jurisprudence de chacune de ces chambres aurait un domaine
propre. Lorsque la faute du débiteur porte sur une obligation qui constitue aussi « un devoir général de
comportement comme c’est le cas pour l’obligation de sécurité ou l’obligation accessoire d’information pesant
sur le professionnel », autrement dit, lorsque l’action en responsabilité exercée par un tiers victime tend à la
réparation d’un dommage qui transcende les seuls rapports contractuels, parce que la règle violée s’impose à
tous et à l’égard de tous, la solution revenant à identifier la faute délictuelle au manquement contractuel serait
justifiée. En revanche, il en irait autrement lorsque le tiers invoque, au soutien de sa demande, l’inexécution
d’une obligation qui « se limite au cercle étroit des parties contractantes » et qui est donc assumée par le
débiteur au profit du seul créancier.
Pour séduisante que soit cette interprétation conciliatrice, il n’en reste pas moins qu’elle n’est pas à
l’abri des critiques. On a fait remarquer, en effet, que le critère proposé était difficile à manier. Surtout, cette
interprétation n’explique pas tous les arrêts et se révèle impuissante à justifier les attendus de la première
chambre civile qui appliquent la solution à tous les manquements contractuels. De toute manière, cette
interprétation n’a pas été retenue par l’Assemblée Plénière. Par un arrêt en date du 6 octobre 2006, celle-ci a
affirmé, en effet, « que le tiers à un contrat peut invoquer, sur le fondement de la responsabilité délictuelle,
107
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
un manquement contractuel dès lors que ce manquement lui a causé un dommage ». En se ralliant nettement
à la position de la première chambre, l’Assemblée Plénière semblait donc avoir clos le débat entre les chambres.
Depuis lors, si la chambre commerciale a modifié sa jurisprudence en conséquence (Com., 6 mars 2007) et les
deux premières chambres ont maintenu la leur (Civ. 1re, 27 mars 2007 ; Civ. 1re, 15 mai 2007 ; Civ. 2e, 10 mai
2007 ; v. cependant : Civ. 1re, 15 décembre 2011), la troisième chambre résiste (Civ. 3e, 22 octobre 2008 ; surtout
Civ. 3e, 18 mai 2017)92.

En troisième lieu, un tiers peut également invoquer un contrat pour échapper à une obligation dont il
serait sinon tenu. Par exemple, l’assureur de responsabilité peut se prévaloir d’une transaction par laquelle
l’assuré et sa victime sont convenus d’une limitation d’un montant du préjudice, faute de quoi l’assuré
s’enrichirait indûment (Civ. 1re, 23 juin 1998).

B. L’opposabilité aux créanciers chirographaires

Le créancier chirographaire est un créancier qui – n’ayant qu’un droit de gage général sur le patrimoine
de son débiteur – va pâtir ou bénéficier des contrats passés par celui-ci. En bref, tous les contrats conclus par le
débiteur se répercutent sur sa créance : ils accroissent la chance d’être payé ou ils la diminuent…
Afin de protéger ce droit de gage des créanciers le Code civil leur reconnaît un certain nombre d’actions
qui sont autant d’aménagements à l’opposabilité – et finalement à l’effet relatif.
Le créancier dispose tout d’abord de l’action oblique (l’art. 1341-1 nouv. – 1166 anc. C. civ.). Il peut en
effet arriver qu’un débiteur néglige l’exercice de ses propres droits ou s’abstienne par malveillance de les
exercer ; l’action oblique permet ainsi au créancier chirographaire impayé de se substituer au débiteur négligent
et d’exercer les droits et actions à caractère patrimonial de ce même débiteur en son nom et à sa place93.
Comme autre action, le Code reconnaît au bénéfice du créancier chirographaire l’action paulienne (art.
1341-2 nouv. – 1167 anc. C. civ.) ; action qui permet au créancier dont le débiteur a agi en fraude de ses droits
d’écarter les conséquences de cet acte en faisant déclarer celui-ci inopposable jusqu’à concurrence de ses
intérêts légitimes. L’action paulienne a pour but d’éviter que le débiteur ne puisse impunément porter atteinte
au droit de gage général de ses créanciers en diminuant frauduleusement la consistance de son patrimoine. Elle
pare à ce danger en permettant aux créanciers d’attaquer de tels actes afin de faire juger qu’ils leur sont
inopposables94.

§2 « Les dérogations » à l’effet relatif

Le principe de l’effet relatif signifie, on l’a vu, que nul ne saurait être engagé par un contrat qu’il n’a pas
conclu car il le serait en dehors de sa volonté.
Il existe pourtant des exceptions à ce principe. Chacun sait notamment que les contrats collectifs
peuvent conférer des droits et imposer des obligations à des personnes qui ne sont pas affiliées aux syndicats
signataires. Il en va ainsi des conventions collectives de travail qui engagent tous les employeurs et salariés de la
branche considérée, même s’ils ne sont inscrits à aucun syndicat.
Qu’en est-il pour les contrats individuels ? On enseigne traditionnellement qu’il existe des dérogations
classiques, envisagées par le Code dès 1804. Il s’agit des contrats pour autrui (A). D’autres seraient plus
modernes : ce sont les groupes de contrats (B). En réalités ces dérogations sont plus apparentes que réelles.

92
A la lecture du projet de réforme de la responsabilité civile, présenté le 13 mars 2017, la jurisprudence de l'assemblée Plénière semble
abandonnée. En effet, le projet (art. 1234 al. 1) prévoit que lorsque l’inexécution d’une obligation contractuelle est la cause directe d’un dommage
subi par un tiers, celui-ci peut en demander réparation sur le fondement de la responsabilité extracontractuelle, à charge pour lui de rapporter la
preuve de l’un des faits générateurs de la responsabilité extracontractuelle, soit la faute, le fait des choses, les troubles anormaux du voisinage ou la
responsabilité du fait d’autrui. Il semble donc que le simple manquement contractuel soit insuffisant pour mettre en cause la responsabilité
extracontractuelle d’un débiteur défaillant. Ce renversement de la jurisprudence est toutefois tempéré à l’alinéa 2 qui admet que le tiers ayant un
intérêt légitime à la bonne exécution d’un contrat puisse également agir en responsabilité contractuelle contre le débiteur défaillant en invoquant
le manquement contractuel cause de son dommage. Il reste qu’il ne s’agit là que d’un projet de réforme qui fera sans doute l’objet de nombreuses
modifications avant son éventuelle adoption.
93 V. cours relatif au régime général de l’obligation.
94 V. cours relatif au régime général de l’obligation.

108
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
A. Les contrats pour autrui

Deux contrats doivent être envisagés : la promesse de porte-fort (1) et la stipulation pour autrui (2).

1. La promesse de porte-fort

L’ article 1203 du Code civil (qui reproduit presque à l’identique l’article 1119 ancien) dispose qu’ « on
ne peut s’engager en son propre nom que pour soi-même » ; la règle constitue un corollaire du principe de l’effet
relatif du contrat. L’engagement pour autrui est donc en principe prohibé. Mais l’article 1204 (1120 ancien) y
apporte une exception avec la promesse de porte-fort. Ce texte énonce : « on peut se porter fort en promettant
le fait d’un tiers ».
Au fil du temps, le rôle attribué à la promesse de porte-fort a évolué. Aujourd’hui, on en distingue deux
formes différentes :
- Le porte-fort de ratification : il s’agit d’une promesse inscrite dans un contrat conclu par une personne
pour le compte d’un tiers : le porte-fort promet que le tiers ratifiera le contrat et s’engagera envers son
cocontractant. L’intérêt de cette figure est de permettre à une personne de conclure un acte juridique qu’elle
n’a pas le pouvoir de conclure, ou pas le pouvoir de conclure seule, en se portant fort que le tiers qui détient ce
pouvoir s’engagera par la suite dans les liens du contrat.

Ex. : cette technique peut être utilisée par le représentant d'un incapable pour conclure un acte pour lequel il n’a pas obtenu le
consentement du conseil de famille, pourtant nécessaire : il conclura l’acte en se portant fort de sa ratification par le conseil de
famille ou par l’incapable, le jour où l’incapacité cessera.
De même, un associé peut conclure un acte de cession d’actions portant sur ses propres actions ainsi que sur celles d’autres
associés, en se portant fort que ces derniers consentiront à la cession.

- Le porte-fort d’exécution : il s’agit d’un engagement aux termes duquel une personne promet qu’un
contractant exécutera correctement ses obligations envers son cocontractant. Cette forme de porte-fort
constitue une garantie, que la jurisprudence a consacrée95 et qui suscite des difficultés de frontière avec le
cautionnement (ce qui relève du programme du droit des sûretés).

Ex : à l’occasion d’une cession de contrat, le cédant peut se porter fort envers le cédé de la bonne exécution du contrat par le
cessionnaire. Par l’effet d’une telle cession, le cédant perdra sa qualité de contractant, tout en endossant celle de garant.

Tout le régime de la promesse de porte-fort (b) est déterminé par une question essentielle, qui fait
d’ailleurs débat : celle de la nature de l’obligation du porte-fort (a).

a. La nature de l'obligation de porte-fort

L’obligation du porte-fort revêt trois caractéristiques.


En premier lieu, il s’agit d’une obligation de faire : en promettant le fait d’un tiers, le porte fort s’engage
à faire en sorte que le tiers ratifie le contrat ou l’exécute. A cet égard, il se distingue du cautionnement, dans
lequel une personne, la caution, s’engage à exécuter elle-même l’obligation d’un autre et à payer à sa place, en
cas de défaillance. La conséquence de cette différence tient à ce que le cautionnement, qui est un engagement
de payer une somme d’argent, est soumis aux formalités probatoires de l’article 1376 (1326 ancien) du Code
civil96. La promesse de porte-fort, en revanche, échappe à ces formalités probatoires, car il ne s’agit pas d’un
engagement de payer une somme d’argent, mais d’une obligation de faire qui se résoudra éventuellement par
des dommages-intérêts en cas d’inexécution. Cette solution résulte notamment d’un arrêt rendu par la chambre
commerciale de la Cour de cassation le 18 juin 2013 97.
En second lieu, l’obligation du porte-fort est une obligation autonome : quel que soit l’objet de la
promesse, sa nature est la même : il s’agit d’une obligation autonome par laquelle porte-fort promet le fait d'un

95 Com., 13 décembre 2005.


96 S’il échappe au domaine du Code de la consommation (lequel impose des formalités ad validitatem à respecter), le cautionnement doit être
prouvé, au-delà d’une somme de 1500 €, par un écrit comportant non seulement la signature de la caution, mais aussi l’indication en toutes lettres
et en chiffres de la somme à payer.
97 Avant cette date, la Cour de cassation retenait une analyse inverse et jugeait que la promesse de porte-fort constituait un engagement de payer

une somme d'argent, soumise aux conditions probatoires de l'article 1326 du code civil (Com. 13 déc. 2005 ; Civ. 1re, 15 mai 2008).
109
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
tiers, ce fait pouvant être le consentement donné à un contrat, ou l’exécution d'une obligation, voire, pourquoi
pas, un autre comportement positif ou négatif. Cette analyse est le fruit d’une évolution de la jurisprudence,
dont le dernier état résulte d’un arrêt rendu par la chambre commerciale de la Cour de cassation le 1er avril
2014 : le porte-fort est « débiteur d'une obligation de résultat autonome », y compris lorsqu’il est tenu de
garantir l’exécution de ses engagements par un débiteur98.
En troisième lieu, l’obligation contractuelle du porte-fort est une obligation de résultat. En effet, le
promettant s’engage à obtenir la ratification de l’acte ou la bonne exécution par le tiers, et non pas simplement
à mettre tous les moyens en œuvre pour aboutir à ce résultat (Soc. 3 mai 2012 ; Civ. 1re, 25 janv. 2005 ; Com. 11
octobre 2005).
Ces éléments caractéristiques de la nature de l’obligation de porte-fort ne sont pas sans incidence sur le
régime de cette obligation.

b. Le régime de l'obligation du porte-fort

L’obligation du porte-fort se résoudra différemment selon que le fait promis par le porte-fort se réalise
ou non.
b-1. Les conséquences de l'exécution de la promesse

La promesse sera considérée comme exécutée lorsque le tiers accomplira le fait promis par le porte-
fort : ratification du contrat ou exécution du contrat, selon les cas.
S’agissant de la ratification, elle peut être expresse ou tacite (Cass., ass. plén., 22 avril 2011 ; Com. 31
mars 2009), mais elle reste en principe à la libre discrétion du tiers. En effet, le tiers est libre de ratifier ou non la
promesse faite par le porte-fort.
Vis-à-vis du porte-fort, la réalisation du fait promis produira un effet libératoire immédiat (art. 1204 al.
2 nouv.). Ainsi, dans le porte-fort de ratification, la ratification par le tiers entraînera la libération du porte-fort,
sans que cette libération puisse être remise en cause si le tiers n’exécute pas correctement son engagement
(Civ. 3e, 7 mars 1979). Ne promettant que l’engagement du tiers, et non sa bonne exécution, le promettant se
trouve logiquement libéré par la ratification, qui consomme l’exécution de sa propre prestation. A l’inverse, dans
le porte-fort d’exécution, le porte-fort ne sera libéré qu’une fois l’acte entièrement exécuté par le tiers ; à
défaut, il sera responsable de l’inexécution ou de la mauvaise exécution du contrat par celui dont il a promis le
fait (Civ. 1re, 18 avril 2000).

Vis-à-vis du tiers, la ratification opère de manière rétroactive (art. 1204 al. 3 nouv.) : tout se passe
comme si le contrat avait été conclu par lui, non pas au jour où il y a consenti, mais au jour de l’acte accompli par
le porte-fort pour son compte99. Il sera donc définitivement engagé, personnellement et rétroactivement (Civ.
1re, 30 janvier 1957 ; Civ. 3e, 20 décembre 1971). Néanmoins, cette spécificité est propre au porte-fort de
ratification ; elle n’aurait aucun sens pour le porte-fort d’exécution, qui suppose simplement l’exécution d’une
obligation préexistante.
b-2. Les conséquences de l'inexécution de la promesse

S’agissant d’abord du tiers, il conserve une pleine liberté pour ratifier ou non le contrat souscrit pour
son compte par le promettant. En conséquence, son absence de ratification n’entraînera à sa charge aucune
responsabilité.
S’agissant ensuite du promettant, sa responsabilité sera engagée du fait de l’inexécution (art. 1204 al. 2
nouv.). En effet, la promesse de porte-fort faisant naître une obligation de résultat, le manquement à cette
obligation résultera du simple fait que le résultat n’a pas été atteint : l’absence de ratification par le tiers (dans le

98
Auparavant, la Cour de cassation attribuait à l’obligation du porte-fort une nature duale, en distinguant entre l’obligation du porte-fort de
ratification et l’obligation du porte-fort d’exécution : elle jugeait que le porte-fort de ratification est tenu d'une obligation autonome, tandis que le
porte-fort d’exécution est tenu d’un engagement accessoire à la dette principale dont il promet l’exécution (en ce sens, v. Com., 13 décembre
2005).
99 Où l'on voit que la dérogation à l'effet relatif est plus apparent que réel. Certes, un tiers non contractant sera soumis aux obligations issues du

porte-fort mais il n'en demeure pas moins que ce tiers demeure libre de s’engager ou non. Il ne s’agit donc pas de soumettre le tiers aux obligations
d’un contrat contre sa volonté.

110
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
porte-fort de ratification) ou l’inexécution de celui-ci (dans le porte-fort d’exécution) suffira à caractériser la
faute du porte-fort, sauf à ce que celui-ci puisse invoquer une cause étrangère de force majeure. Sa
responsabilité contractuelle sera alors engagée suivant les règles du droit commun.

S’agissant enfin du contrat principal non ratifié par le tiers, la question de son sort se pose dans
l’hypothèse où le promettant s’est porté fort de la ratification de l’acte par le tiers. Dans cette hypothèse, le
contrat est frappé de caducité par le refus de ratification : à défaut de contractant, le contrat perd l’un des
éléments essentiels à sa survie et disparaît.

2. La stipulation pour autrui

a. Notion

Ce mécanisme est évoqué par les articles 1205 à 1209 (article 1165 ancien) du Code civil. Il s’agit d’une
opération par laquelle l’un des contractants, appelé le stipulant, peut faire promettre à l’autre, appelé le
promettant, d’accomplir une prestation au profit d’un tiers, le bénéficiaire, qui devient ainsi créancier sans
avoir été partie au contrat.
Par exemple, un individu obtient d’une compagnie d’assurances, moyennant le payement d’une prime
annuelle, qu’elle remettra, à son décès, un capital à sa veuve. Il y a stipulation pour autrui : l’assuré stipule, en
son nom personnel, pour autrui, c’est-à-dire pour le bénéficiaire.
Au premier abord, tout se passe comme si le tiers bénéficiaire avait été représenté par le stipulant. Mais
la stipulation pour autrui diffère du mandat en ce que le stipulant contracte en son nom personnel, et non
comme représentant du tiers bénéficiaire. Plus précisément, le stipulant contracte lui-même en faveur d’autrui
sans en avoir reçu pouvoir. Il en résulte que le tiers au profit duquel la stipulation a été faite acquiert une action
contre le promettant pour réclamer la prestation stipulée en sa faveur.
Antérieurement à la réforme, la stipulation pour autrui était, en principe, interdite par le code (art.
1119 anc.), qui, dans l’ ancien article 1121, n’en admettait la validité que dans des cas exceptionnels. À lire
l’article 1121, il apparaît que la stipulation était valable dans deux hypothèses :
- lorsqu’elle est la condition de la donation que l’on fait à un autre ;
- lorsqu’elle est la condition d’une stipulation que l’on fait pour soi-même.
Les auteurs classiques tendaient à interpréter cette dernière formule d’une manière restrictive en la
limitant au cas où le stipulant a stipulé en même temps pour lui et pour autrui: par exemple, le vendeur stipule
que partie du prix sera versée à lui-même, partie à une autre personne.
Une telle conception aboutissait à admettre la stipulation pour autrui de façon trop restrictive. Aussi la
jurisprudence, par une interprétation particulièrement audacieuse, a-t-elle supprimé ces conditions en posant
comme seule exigence que le stipulant ait un intérêt personnel à l’opération, étant entendu que cet intérêt peut
être simplement moral (voir par ex. : Civ., 16 janvier 1888).
Cette jurisprudence a permis à la stipulation pour autrui de connaître un essor considérable. D’autant
plus d’ailleurs que la jurisprudence, pendant la première moitié du XXe siècle, a favorisé son développement en
reconnaissant la stipulation tacite au profit d’autrui. Ainsi, la jurisprudence avait-elle admis, lorsqu’un voyageur
est victime d’un accident au cours du transport, non seulement que le voyageur est censé avoir convenu que le
transporteur serait tenu à son égard d’une obligation de sécurité mais encore que les proches parents qui ne
sont pas les héritiers du voyageur ont, en cas de mort de ce dernier un droit propre à réclamer des dommages et
intérêts pour le préjudice que cette mort leur a causé, le voyageur étant censé avoir stipulé pour eux à ce sujet
(Civ., 6 décembre 1932).
La reconnaissance de stipulations pour autrui tacites a été vivement critiquée en raison de l’artifice sur
lequel elles reposent. Il est en effet tout à fait illusoire que le stipulant ait voulu contracter tacitement au
bénéfice de tiers. Sensible à ces critiques, la Cour de cassation a donc récemment cessé de reconnaître une
stipulation pour autrui tacite au bénéfice des proches parents du défunt. Par un arrêt du 28 octobre 2003, elle a
en effet décidé que « que l’arrêt, après avoir énoncé que les demandeurs, victimes par ricochet, n’étaient pas
ayants cause de leurs parents décédés, n’agissant ni en qualité de cessionnaires, ni d’héritiers, a exactement
décidé qu’ils ne pouvaient pas bénéficier d’une stipulation pour autrui implicite au titre du contrat de voyage, de
sorte qu’il était exclu que leur action soit fondée sur la responsabilité contractuelle de l’agence de voyage » (Civ.
1re, 28 octobre 2003). Cet arrêt marque très clairement le déclin de la stipulation tacite pour autrui.

111
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
b. Effets

Antérieurement à la réforme, les effets de la stipulation pour autrui tournaient autour de deux grandes
idées.
D’une part, le stipulant pouvait modifier la désignation du bénéficiaire tant que ce dernier n’avait pas
accepté le bénéfice de la stipulation.
D’autre part, le tiers bénéficiaire recueillait dans le contrat un droit direct contre le promettant qui lui
permettait d’agir contre le promettant pour obtenir l’exécution de la prestation promise. Cette créance lui était
acquise du jour de la stipulation et non de l’acceptation, laquelle se contentait uniquement de consolider son
droit en éloignant toute menace de révocation.

Les nouvelles dispositions du Code civil exposent le régime de la stipulation pour autrui de manière
plus détaillée. Trois questions sont envisagées : l’acceptation, la révocation et l’exécution de la stipulation pour
autrui.
Concernant l’acceptation, l’article 1206 alinéa 3 précise qu’elle rend la stipulation irrévocable au
moment où elle parvient au stipulant ou au promettant. L’article 1209 dispose par ailleurs, que l’acceptation
peut émaner du bénéficiaire ou, après son décès, de ses héritiers. Elle peut être expresse ou tacite et peut
intervenir même après le décès du stipulant ou du promettant.
Concernant la révocation, l’article 1206 alinéa 2 dispose que le stipulant peut librement révoquer la
stipulation tant que le bénéficiaire ne l’a pas acceptée. Le nouvel article 1207 alinéa 1 précise que la révocation
ne peut émaner que du stipulant ou, après son décès, de ses héritiers. Afin de protéger le bénéficiaire, ces
derniers ne peuvent toutefois y procéder qu’à l’expiration d’un délai de trois mois à compter du jour où ils ont
mis le bénéficiaire en demeure de l’accepter. L’article 1207 alinéa 3 indique enfin que la révocation produit effet
dès lors que le tiers bénéficiaire ou le promettant en a eu connaissance
Concernant enfin l’exécution, l’article 1206 alinéa 1 prévoit que le bénéficiaire est investi d’un droit
direct à la prestation contre le promettant dès la stipulation. L’article 1209 précise qu’elle peut être également
exigée par le stipulant qui reste lié au promettant par le contrat.

B. Les groupes de contrats

L’évolution contemporaine du droit des contrats a été marquée par la découverte d’une figure juridique
nouvelle : les groupes de contrats. On entend par là, les contrats qui sont liés entre eux soit parce qu’ils portent
sur le même objet, soit parce qu’ils concourent à un même but. Dans le premier cas, il s’agit d’une chaîne de
contrats qui se définit plus précisément comme la figure où un bien fait l’objet d’une série de transmissions par
le biais de plusieurs contrats. Dans le second cas, il s’agit d’un ensemble contractuel, figure déjà rencontrée où
plusieurs contrats concourent à la même opération économique.
Au sujet de ces groupes de contrats, la question s’est posée de savoir quelle était la nature des liens
qui se nouent entre ceux qu’on appelle « contractants extrêmes », c’est-à-dire les personnes qui font partie du
même groupe contractuel mais qui n’ont pas échangé directement leur consentement (par exemple, le
vendeur initial et le sous-acquéreur) ? Plus précisément quelle est la nature de l’action du créancier extrême
contre le débiteur extrême lorsque le premier subit un préjudice du fait de la mauvaise exécution par le second
de ses obligations contractuelles ? Si ces personnes sont considérées comme des tiers les unes par rapport aux
autres, la responsabilité est délictuelle ; si elles sont considérées comme des parties à un même contrat, la
responsabilité est contractuelle. La solution, on le voit, semble dépendre de l’analyse que l’on fait du principe de
l’effet relatif du contrat. Une lecture classique conduit à conclure que les contractants extrêmes sont des tiers
les uns par rapport aux autres ; une lecture plus audacieuse conduit à les considérer comme parties à la même
opération contractuelle.
Cette question n’est pas tranchée par les nouveaux textes du Code civil. Les dispositions relatives à la
responsabilité contractuelle et celles relatives à la responsabilité délictuelle n’étant pas modifiées par cette
réforme, rien ne s’opposerait cependant à ce que la jurisprudence maintienne ses solutions.
Sur ce point, la jurisprudence a connu une évolution.
S’agissant des chaînes de contrats homogènes, c’est-à-dire dans l’hypothèse où un bien fait l’objet
d’une série de transmissions par le truchement de contrats de même nature (2 ventes ou 2 contrats

112
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
d’entreprise), la jurisprudence a longtemps laissé à la victime d’un dommage quelconque une option entre
responsabilité délictuelle ou contractuelle. Mais, la solution violant trop frontalement la règle du non-cumul des
responsabilités délictuelle et contractuelle, elle a été, dans un second temps, abandonnée. Par un arrêt en date
du 9 octobre 1979, la première chambre civile a décidé que, dans les chaînes de contrats homogènes, le
créancier extrême bénéficie d’une action de nature nécessairement contractuelle contre les participants qui
ne sont pas son cocontractant immédiat (Civ. 1re, 9 oct. 1979).
S’agissant des chaînes de contrats hétérogènes, c’est-à-dire lorsque le bien a fait l’objet d’une série de
transmissions par le truchement de contrats de nature différente (par exemple contrat de vente et contrat
d’entreprise), un conflit s’est noué entre la première chambre civile, favorable au caractère nécessairement
contractuel de l’action et la troisième, qui s’en tenait au caractère délictuel. L’assemblée plénière est donc
intervenue et par un arrêt en date du 7 février 1986, elle a décidé que l’action du créancier extrême contre le
débiteur qui n’est pas son cocontractant immédiat est également de nature nécessairement contractuelle.
Est-ce à dire que, dans ces cas, il y a atteinte à l’effet relatif ? Sans doute pas car la justification de ces
décisions reste classique. En effet, pour attribuer au créancier extrême une action exclusivement contractuelle
dans les chaînes de contrats, la jurisprudence se fonde sur la théorie de l’accessoire. Cela suppose donc que
chaque contrat de la chaîne soit translatif de propriété, de façon à ce que la propriété d’une chose circule tout
au long de la chaîne et que l’action contractuelle attachée à la chose se transmette avec celle-ci100. Autrement
dit, c’est l’action même dont disposait le cocontractant du débiteur extrême qui est exercée par le créancier
extrême. Tout se passe comme si le créancier extrême se retrouvait à la place du cocontractant du débiteur
contre lequel l’action est dirigée. Or, si l’effet relatif des conventions s’oppose à ce qu’un tiers puisse être rendu
créancier ou débiteur au moment de la création du contrat, il ne s’oppose pas, en revanche, à ce que les
obligations circulent, après leur naissance, au profit de personnes qui n’étaient pas parties au contrat les ayant
fait naître. Tel est le cas des actions circulant dans le cadre des chaînes de contrats.
Mais quid juris lorsque le groupe contractuel n’est pas translatif de propriété, c’est-à-dire lorsqu’on
est en présence d’un ensemble contractuel ? L’assemblée plénière a dû de nouveau intervenir pour trancher le
conflit entre la première chambre civile (8 mars et 21 juin 1988) qui admettait, à la suite d’une dérogation à
l’article 1165, que le créancier extrême agisse sur le fondement contractuel, et la troisième chambre civile (Civ.
3e, 22 juin 1988) qui, s’en tenant à une lecture classique de l’effet relatif, n’admettait que la responsabilité
délictuelle. Par un arrêt Besse, du 12 juillet 1991, cette formation solennelle de la Cour de cassation a refusé
de généraliser l’action nécessairement contractuelle dans les groupes de contrats non translatifs de propriété
et n’a donc pas suivi la solution proposée par la première chambre civile. Ainsi, en matière de groupes de
contrats, il n’y a pas de dérogation à l’article 1165 ancien du Code civil.
Reste une dernière question à étudier. Dans le cadre des chaînes de contrats, quel est le régime de
l’action contractuelle du créancier extrême contre le débiteur qui n’est pas son cocontractant ? La première
chambre civile, par un arrêt rendu le 7 juin 1995, a précisé ce régime de l’action contractuelle dans les chaînes
de contrats. Elle a considéré que si le créancier extrême ne peut se prévaloir du contrat qu’il a conclu avec son
cocontractant, le débiteur extrême peut en revanche lui opposer toutes les exceptions que prévoit son propre
contrat et qu’il aurait donc pu opposer à son cocontractant101.
Théoriquement, cette solution est logique car c’est l’action même dont disposait le cocontractant du
débiteur qui est exercé par le créancier extrême.
Pratiquement, cela signifie que si une clause limitative de responsabilité est insérée dans le contrat
conclu par le débiteur extrême, cette limitation sera opposable au créancier extrême.

100 Sauf à prendre en compte des jurisprudences particulières dans l'hypothèse d'une action du maître de l'ouvrage contre le fournisseur du sous-
traitant, ou de celle du maître d'oeuvre contre ce même fournisseur (par ex. : Civ. 3ème, 26 novembre 2014).
101 Sur les conséquences lorsque le créancier extrême agit en résolution du contrat conclu par le débiteur extrême, v. Com, 22 mai 2012. Sur

l'articulation des actions lorsque deux acquéreurs successifs agissent contre le débiteur extrême, v. Civ. 3ème, 10 juillet 2013 et 5 novembre 2013.
113
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
114
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
CHAPITRE 4 : L’INEXECUTION DU CONTRAT

Lorsqu’une partie s’est engagée par un contrat et qu’elle n’exécute pas ses obligations, elle doit pouvoir
être sanctionnée. C’est la traduction factuelle de la force obligatoire du contrat. A cet effet, l’article 1217
nouveau du Code civil énumère cinq sanctions pouvant être mises en œuvre par le créancier d’une obligation
inexécutée.
Il dispose ainsi que : « La partie envers laquelle l’engagement n’a pas été exécuté ou l’a été
imparfaitement, peut :
- refuser d’exécuter ou suspendre l’exécution de sa propre obligation ;
- poursuivre l’exécution forcée en nature de l’obligation ;
- solliciter une réduction du prix ;
- provoquer la résolution du contrat ;
- demander réparation des conséquences de l’inexécution.

La mise en œuvre des sanctions relève du choix du créancier étant entendu qu’elles peuvent se cumuler
lorsqu’elles ne sont pas incompatibles et que des dommages et intérêts peuvent toujours s’y ajouter (art. 1217
nouv.). Un créancier peut donc, chronologiquement, suspendre l’exécution de sa propre obligation afin de
contraindre le débiteur à s’exécuter, puis, si nécessaire, provoquer la résolution du contrat et demander la
réparation des conséquences de l’inexécution.

Les anciennes dispositions du Code civil n’envisageaient que trois sanctions – l’exécution forcée, la
résolution judiciaire et les dommages et intérêts. Toutefois, compte tenu des évolutions jurisprudentielles qui
avaient déjà permis d’étendre les sanctions possibles (admission de l’exception d’inexécution ou de la résolution
unilatérale du contrat, par exemple), le nouveau texte ne modifie pas profondément les solutions déjà retenues.
Il faut tout de même noter un changement notable de la philosophie générale de l’inexécution.
Contrairement aux anciennes dispositions du Code civil qui imposaient l’intervention du juge, les nouveaux
textes font une place considérable à la mise en œuvre unilatérale de ces sanctions par le créancier, le juge
n’intervenant qu’en cas de contestation du débiteur sanctionné.

Il convient, à présent, d’examiner successivement ces cinq sanctions, qui peuvent être réparties en deux
ensembles : les sanctions en nature (section 1), d’une part, celle par équivalent, autrement dit la responsabilité
contractuelle, d’autre part (section 2)

Section 1 : Les sanctions en nature

Elles sont au nombre de quatre : l’exception d’inexécution, l’exécution forcée en nature, la réduction du
prix et la résolution du contrat.

§. 1. L’exception d’inexécution

L’exception d’inexécution est le droit, pour une partie, de suspendre l’exécution de ses obligations tant
que son cocontractant n’a pas exécuté les siennes. Ce moyen de défense est désormais réglementé à l’article
1219 du Code civil. Avant la réforme, il n’était consacré dans le Code civil que par certains textes spéciaux (ex. :
art. 1612 pour la vente, au profit du vendeur ; art. 1704 pour l’échange), mais il avait été étendu par la
jurisprudence à l’ensemble des contrats synallagmatiques (v. notam. Com., 28 avril 1982 : « l’inexécution de ses
obligations par l’une des parties est de nature à affranchir l’autre partie de ses obligations corrélatives »).
A ce mécanisme déjà connu, l’Ordonnance de réforme ajoute une seconde hypothèse : l’exception pour
risque d’inexécution, visée à l’article 1220, qui autorise une partie à suspendre l’exécution de son obligation
« dès lors qu’il est manifeste que son cocontractant ne s’exécutera pas à l’échéance ». Il s’agit donc, pour la
partie concernée, d’anticiper l’inexécution future de ses obligations par son cocontractant et de limiter ainsi le
préjudice qu’elle pourrait subir.

115
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
Envisageons ces mécanismes en en étudiant classiquement les conditions (A), puis les effets (B).

A. Les conditions de l’exception d’inexécution

1. L’exception pour inexécution

L’exception d’inexécution n’est soumise à aucune formalité particulière. Notamment, il n’est pas besoin
de recourir au juge ou d’adresser au débiteur une mise en demeure.
En revanche, l’article 1219 impose une condition de fond (que la jurisprudence exigeait déjà) :
l’exception d’inexécution ne peut être invoquée qu’en cas d’inexécution suffisamment grave. Bien que ce
critère de gravité ne soit pas défini par le Code civil, on comprend que l’inexécution doit être suffisamment
importante au regard de l’économie du contrat. Il n’est pas nécessaire qu’elle soit complète, mais il faut qu’elle
compromette l’équilibre du contrat en affectant une obligation essentielle.
A cette exigence, la jurisprudence ajoutait, auparavant, deux autres conditions de fond qui seraient sans
doute toujours justifiées aujourd’hui :
D’abord, les obligations doivent être interdépendantes, c’est-à-dire des obligations stipulées en
considération l’une de l’autre. Cela implique principalement qu’une partie ne peut pas refuser d’exécuter son
obligation issue d’un contrat qui la lie avec une autre partie au motif que cette autre partie n’exécute pas les
obligations qui sont à sa charge en raison de l’existence d’un autre contrat. Si, par exemple, un bailleur devient
débiteur du preneur en raison d’un emprunt sans rapport avec le contrat de bail, le preneur ne peut pas
suspendre le paiement des loyers au motif que la somme empruntée ne lui est pas remboursée.
Ensuite, le créancier qui invoque l’exception d’inexécution doit être de bonne foi, c’est-à-dire qu’il ne
doit pas avoir contribué à l’inexécution dont il se plaint.

2. L’exception pour risque d’inexécution

Cette hypothèse suppose, tout d’abord, que l’obligation dont on craint l’inexécution future ne soit pas
exigible mais qu’en revanche, celle de celui qui entend se prévaloir de cette exception le soit.
Ensuite l’article 1220 impose deux conditions de fond :
Tout d’abord, le risque d’inexécution à l’échéance doit être manifeste : il ne peut donc s’agir d’un
simple soupçon d’inexécution. En cas de contestation, le créancier devra être en mesure de démontrer, par des
éléments objectifs, le risque réel (quasi-certain) d’inexécution.
Ensuite, les conséquences de cette inexécution doivent être suffisamment graves : autrement dit, il
faut, là encore, que l’inexécution, si elle devait intervenir, affecte des éléments essentiels du contrat.

L’article 1220 impose enfin une condition de forme : la suspension de l’exécution doit être notifiée dans
les meilleurs délais. Dans cette hypothèse, en effet, l’obligation dont on craint l’inexécution n’est pas encore
exigible contrairement à celle qui pèse sur celui qui entend se prévaloir de l’exception pour risque d’inexécution.
Il est donc nécessaire que ce dernier informe son cocontractant des raisons pour lesquelles il a suspendu
l’exécution de ses propres obligations.

B. Les effets de l’exception d’inexécution

Entre les parties, l’exception d’inexécution suspend l’exécution de la prestation de celui qui s’en
prévaut. Est alors bloquée toute mesure d’exécution à son encontre. Néanmoins, le contrat est maintenu. En
conséquence, si le cocontractant exécute sa prestation, l’exception est levée et le contrat doit être exécuté.
Concernant les tiers, l’exception d’inexécution leur est opposable. Ainsi, les créanciers du cocontractant
défaillant ne pourront pas exercer l’action oblique à l’encontre de celui qui invoque l’exception d’inexécution.

§. 2. L’exécution forcée en nature

Elle est aujourd’hui réglementée aux articles 1221 et 1222 nouveaux qui offrent aux créancier la
possibilité, soit de poursuivre l’exécution forcée en nature, soit de faire exécuter lui-même l’obligation.
116
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
Le nouvel article 1221 édicte le principe de l’exécution en nature : « le créancier d’une obligation peut,
après mise en demeure, en poursuivre l’exécution en nature ». Le débiteur défaillant devra fournir effectivement
sous la contrainte ce qu’il était censé fournir. Ce principe est le corollaire de la force obligatoire du contrat.
S’agissant des obligations de payer une somme d’argent, cette solution ne pose pas de difficultés :
lorsqu’on se trouve face à un débiteur récalcitrant, il ne peut y avoir d’exécution par équivalent, puisqu’il
n’existe pas d’autre équivalent à l’argent que l’argent. La procédure habituelle est alors la saisie.
S’agissant des obligations autres que les sommes d’argent, l’article 1221 rompt avec la lettre de
l’ancien article 1142. En disposant que « toute obligation de faire ou de na pas faire se résout en dommages et
intérêts, en cas d’inexécution de la part du débiteur », l'ancien article 1142 semble à première vue, exclure la
possibilité même d’une exécution forcée en nature pour obligations de faire ou de ne pas faire. En réalité, ce
principe est loin d’avoir une portée absolue ; sinon le débiteur pourrait, par sa seule inertie, transformer ses
obligations en nature en obligations de sommes d’argent, ce qui serait inadmissible. Ce qu’a voulu dire le
législateur, c’est qu’il est interdit de contraindre par la force, par des moyens violents, un débiteur à accomplir
une prestation qui suppose son implication personnelle : on ne peut obliger un peintre à faire votre portrait, un
médecin à vous ausculter, car ce serait une atteinte intolérable à la liberté individuelle. C’est ainsi que la
jurisprudence a admis de recourir à l’exécution forcée des obligations de faire ou de ne pas faire chaque fois que
cette exécution ne nécessite pas la participation personnelle du débiteur (Civ. 1re, 16 janvier 2007).
En posant le principe de l’exécution forcée en nature, l’article 1221 ne fait donc que consacrer des
solutions déjà acquises.

L’article 1221 n’impose qu’une condition de forme : avant toute mesure d’exécution forcée, le créancier
doit mettre en demeure son débiteur de s’exécuter volontairement.

Ce principe de l’exécution forcée en nature est toutefois encadré par le texte qui l’assortit de deux
limites :
Tout d’abord, elle ne pourra être poursuivie si cette exécution en nature est impossible : il peut s’agir,
selon le Rapport au Président de la République, d’une impossibilité matérielle, juridique ou encore morale, « en
particulier si elle porte atteinte aux libertés individuelles du débiteur », comme le décidait déjà la jurisprudence.
Ensuite, elle ne pourra être poursuivie s’il existe une disproportion manifeste entre son coût pour le
débiteur et son intérêt pour le créancier. Deux remarques sur ce point. D'abord cette limite n’avait jamais
encore été reconnue par la jurisprudence. Elle vise à intégrer une dimension économique qui justifierait qu’il soit
porté atteinte à la force obligatoire des contrats. On ignore toutefois comment doit être apprécié ce rapport de
proportionnalité entre le coût de la sanction pour le débiteur et l’intérêt retiré par le créancier. Il reviendra donc
à la jurisprudence de déterminer s’il faut retenir une appréciation objective ou subjective de l’intérêt du
créancier ou encore s’il faut prendre en compte la situation patrimoniale du débiteur. Ensuite, pour éviter que
les débiteurs malicieux ne soient incités à mal exécuter leurs obligations, la loi de ratification a précisé que seuls
les débiteurs «de bonne foi» peuvent bénéficier de cette limite102.

L’article 1222 offre, quant à lui, une alternative au créancier. Il peut, en effet, après mise en demeure,
faire exécuter lui-même l’obligation, dans un délai et à un coût raisonnable. Cette faculté était déjà prévue par
l’ancien article 1144, sauf à préciser que cette disposition imposait l’accord préalable du juge alors que cette
mesure peut désormais être mise en œuvre unilatéralement, le contrôle du juge n’intervenant qu’a posteriori en
cas de contestation par le débiteur.
L’article 1222 (qui reproduit sur ce point des principes édictés à l’ancien article 1143) permet également
au créancier, sur autorisation préalable du juge, de détruire ce qui a été fait en violation d’une obligation, dans
un délai et à un coût raisonnables. Le créancier peut alors demander au débiteur le remboursement des sommes
engagées à cette fin.

Il reste enfin à préciser que lorsque le caractère personnel de la prestation est si accentué que
l’exécution forcée en paraît impossible, il existe un mécanisme qui assure indirectement l’exécution des
obligations de faire ou de ne pas faire : l’astreinte.
 L’astreinte apparaît, en effet, comme un mode d’exécution indirecte. L’idée est d’infliger au débiteur
récalcitrant une pénalité d’un montant tel, s’il persiste dans son refus d’exécuter, qu’il s’expose à subir un

102 Cette modification, définie par la loi comme simplement interprétative, s'applique aux contrats conclus à compter du 1er octobre 2016.

117
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
préjudice considérable. L’astreinte consiste donc dans la condamnation du débiteur à payer au créancier, à titre
de peine privée, une somme d’argent fixée par le juge, en général par jour, semaine voire mois, s’il s’agit d’une
obligation de faire, ou par infraction, s’il s’agit d’une obligation de ne pas faire.
 L’astreinte ainsi comprise doit être distinguée des dommages et intérêts : elle ne vient pas réparer le
préjudice subi. Elle est uniquement prononcée pour faire pression sur le débiteur afin qu’il exécute son
obligation : c’est finalement une mesure d’intimidation, dont l’efficacité dépend, on le comprend, du montant
de l’astreinte, fixé par le juge. Ce montant doit être relativement élevé, en particulier en comparaison de
l’intérêt que le débiteur tire de la violation de son obligation. Mais il ne doit pas non plus être trop élevé, de
façon à ne pas dépasser les facultés du débiteur.
 Ce procédé de l’astreinte a été consacré par la loi en 1972, puis modifié par une loi du 9 juillet 1991.
L’astreinte peut être mise en œuvre pour obtenir l’exécution de toute espèce d’obligations, sauf lorsque
l’exécution en nature est devenue impossible (la chose a péri) ou lorsque est en cause l’exécution d’une
obligation de nature très personnelle : les expertises médicales, la communauté de vie entre époux, la
réalisation d’une œuvre d’art ne se prêtent pas à l’exécution sous astreinte.

§. 3. La réduction du prix

L’article 1223 issu de l'Ordonnance permet au créancier, après mise en demeure, d’accepter une
exécution imparfaite du contrat et de solliciter une réduction proportionnelle du prix. Il doit alors notifier sa
décision au débiteur dans les meilleurs délais.
Deux conditions de fond doivent donc être réunies : l’exécution du contrat doit être imparfaite (sans
qu’aucun degré de gravité ne soit imposé) et la réduction du prix doit être proportionnelle.
Il reste que cette disposition comporte sans nul doute une maladresse de rédaction. En effet, l’alinéa 1 permet
au créancier de « solliciter » une réduction du prix, ce qui suppose qu’il doit la demander à quelqu’un. On ignore
en revanche, si cette demande doit être adressée au débiteur ou au juge. La question est d’autant plus délicate
que l’alinéa 2 prévoit que le créancier notifie sa décision de réduire le prix dans les meilleurs délais, ce qui laisse
supposer, à l’inverse, une décision unilatérale de sa part. A lire le rapport annexé à l’Ordonnance, il semblerait
que cette disposition doive se comprendre comme permettant au créancier de proposer au débiteur une
réduction du prix.

La rédaction actuelle n’étant pas d’une parfaite clarté, la loi de ratification a remanié l'article 1223. Au
terme de sa nouvelle rédaction, cette disposition prévoit dorénavant deux cas de figures.
Lorsque le créancier n'a pas payé tout ou partie du prix, il peut le réduire par notification au débiteur. Si celui-ci
l'accepte, il doit le formuler par écrit.
Lorsque le créancier a déjà payé, soit les parties s’accordent sur la réduction du prix, soit elles ne s’accordent
pas et, dans ce cas, le créancier doit la demander au juge103.

§. 4. La résolution

L’article 1224 nouveau dispose que « la résolution résulte soit de l’application d’une clause résolutoire
soit, en cas d’inexécution suffisamment grave, d’une notification du créancier au débiteur ou d’une décision de
justice ». Le créancier victime d’une inexécution a donc la possibilité de mettre fin au contrat soit par le jeu
d’une clause résolutoire si le contrat le prévoit, soit en le résolvant unilatéralement, soit, enfin, en demandant
une résolution judiciaire.
Antérieurement à la réforme, l’article 1184 alinéa 2 ancien reconnaissait au contractant victime la
possibilité de former une demande en résolution du contrat104. Le texte ne permettait donc, en principe, qu’une
résolution judiciaire.

103
Cette nouvelle disposition n'est applicable qu'aux contrats conclus à compter du 1er octobre 2018.
104
L'article 1184 n'étant pas d'ordre public, les parties peuvent renoncer à l'avance au droit de demander la résolution du contrat (Civ. 3e, 3
novembre 2011), étant entendu qu'une clause résolutoire ne s'analyse pas, en elle-même, en une clause de renonciation anticipée à la résolution
judiciaire (Civ. 3e, 10 décembre 2014).
118
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
Ce principe connaissait toutefois des dérogations, désormais consacrées dans les nouveaux textes. Ainsi,
un pouvoir de résolution unilatérale du contrat était parfois reconnu par la convention des parties (par le jeu
d’une clause résolutoire), parfois aussi par la jurisprudence (qui avait admis la résolution unilatérale, à certaines
conditions).
Outre ces dérogations, il faut relever que dans certains cas, des lois spéciales permettaient, et
permettent encore, au contractant victime de l’inexécution de décider lui-même de la résolution du contrat par
une manifestation unilatérale de volonté, sans recourir au juge.
Il en va ainsi, par exemple, en droit des assurances, au bénéfice de l’assureur, en cas de non-paiement
des primes par l’assuré. Il en va de même en matière de vente de marchandises avec stipulation que l’acheteur
en prendra livraison dans un certain délai : le défaut d’enlèvement à la date convenue entraîne la résolution
automatique au profit du vendeur (C. civ., 1657).

De manière classique, on étudiera d’abord les conditions (1) puis les effets de la résolution (2).

A. Les conditions de la résolution

Il convient d’examiner successivement les conditions de la résolution résultant de l’application d’une


clause résolutoire (1), d’une notification du créancier au débiteur (2) et d’une décision de justice (3).

1. La résolution par l’application d’une clause résolutoire

La résolution automatique du contrat peut être prévue par une clause résolutoire. La résolution est
alors encourue de plein droit, sans qu’il soit nécessaire de recourir au juge.
L’article 1225 alinéa 1 impose que la clause résolutoire précise les engagements dont l’inexécution
entraînera la résolution du contrat : pour être valable la clause résolutoire ne peut donc se limiter à indiquer que
tout manquement entraînera la résolution mais doit énumérer les engagements concernés.
Le jeu de cette clause résolutoire suppose au préalable que le créancier mette en demeure le débiteur
d’exécuter sa prestation (art. 1225 al.2), étant précisé que la mise en demeure doit mentionner expressément
la clause résolutoire. Les parties ont toutefois la possibilité de déroger à cette exigence en convenant que la
résolution résultera « du seul fait de l’inexécution ».
Une fois cette formalité accomplie, le contrat est normalement résolu.
En cas de contestation, les pouvoirs du juge sont limités : il peut seulement contrôler que les
conditions d’application de la clause sont réunies. En effet, il n’appartient plus au juge d’apprécier la pertinence
du recours à la résolution.
Parce qu’elles sont d’application automatique, ces clauses sont encadrées d’assez près par le législateur,
du moins dans certains domaines sensibles, comme les baux d’habitation. Surtout, la jurisprudence a longtemps
subordonné leur mise en œuvre à la bonne foi de la partie qui l’invoque, c’est-à-dire à la bonne foi du
créancier. La jurisprudence a ainsi pu décider qu’est de mauvaise foi - et donc non susceptible de se prévaloir
d’une clause résolutoire - le créancier qui omet de réclamer le montant de sa créance durant une période fort
longue. Cette solution, qui pourrait être maintenue sous l’empire des nouveaux textes, est toutefois peut-être
abandonnée par un arrêt de la chambre commerciale, en date du 10 juillet 2007105.

2. La résolution par notification

L’article 1226 du Code civil dispose que « le créancier peut, à ses risques et périls, résoudre le contrat
par voie de notification ».
Antérieurement à la réforme, la Cour de cassation avait déjà admis la résolution unilatérale du contrat.
Cette solution avait été reconnue avec parcimonie par des arrêts anciens (voir par ex. : Civ., 26 février 1896),
puis son domaine avait été sensiblement étendu par la jurisprudence récente.
Dans Civ. 1re, 13 oct. 1998, la Cour de cassation a ainsi jugé que « la gravité du comportement d’une
partie à un contrat peut justifier que l’autre partie y mettre fin à ses risques et périls ». Puis elle a précisé, dans
Civ. 1re, 20 fév. 2001, que la solution était applicable « peu important que le contrat soit à durée déterminée ou
non », tout en rappelant la nécessité de caractériser la gravité du comportement d’une des parties.

105 Sur ce point, v. les dev. sur les sanctions de la bonne foi.
119
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
Conformément à cette jurisprudence, l’article 1224 nouveau du Code civil impose une condition de
fond : l’inexécution doit être suffisamment grave. Le texte ne précise pas les critères d’appréciation de cette
gravité. Si l’on se réfère à la jurisprudence antérieure, il apparaît que le manquement grave est constitué
lorsqu’une obligation essentielle a été violée, lorsque l’inexécution a des conséquences matérielles importantes
ou encore lorsque le comportement du débiteur a été d’une déloyauté manifeste.
A cette condition de fond, les nouveaux textes ajoutent une condition de forme. L’article 1226 alinéa 1
du Code civil impose au créancier de mettre préalablement en demeure le débiteur défaillant de satisfaire à son
engagement dans un délai raisonnable. L’alinéa 2 précise que la mise en demeure mentionne expressément qu’à
défaut pour le débiteur de satisfaire à son obligation, le créancier sera en droit de résoudre le contrat. Cette
formalité permet de protéger les intérêts du débiteur qui dispose ainsi d’une dernière chance de s’exécuter. Elle
est toutefois écartée en cas d’urgence.
Si ces conditions sont réunies et si l’inexécution persiste, le créancier peut, selon l’article 1226 alinéa 3,
notifier au débiteur la résolution du contrat et les raisons qui la motivent.

Compte tenu du caractère unilatéral de la résolution, la résolution est soumise à un contrôle a


posteriori du juge. Le débiteur peut ainsi, à tout moment, saisir le juge pour la contester. Il appartient alors au
créancier de prouver la gravité de l’inexécution (art. 1226 al. 4).
Si la résolution n’était pas justifiée, son auteur devra en réparer les conséquences, la résolution étant à
« ses risques et périls ». Il pourra notamment voir sa responsabilité engagée et être condamné à des dommages
et intérêts. La question se pose de savoir si le débiteur pourrait également obtenir la poursuite du contrat
injustement résolu. Antérieurement à la réforme, la réponse était négative (Com., 22 octobre 1996), sauf
hypothèses particulières (ex. : en matière de contrat de travail). Les nouveaux textes ne fournissent aucune
solution : il n’est toutefois pas exclu que la jurisprudence considère, à l’avenir, que la résolution ayant été
annulée, elle n’a pu produire aucun effet et n’empêche donc pas la poursuite du contrat.

3. La résolution judiciaire

La résolution judiciaire résulte d’une décision de justice et implique donc un contrôle a priori du juge.
L’article 1227 dispose que « la résolution peut, en toute hypothèse, être demandée en justice ». En d’autres
termes, les contractants peuvent recourir à la résolution judiciaire, alors même qu’existerait dans le contrat une
clause résolutoire ou que les conditions d’une résolution unilatérale seraient réunies.

Comme pour la résolution unilatérale et conformément à la jurisprudence antérieure, l’article 1224


subordonne la résolution judiciaire à une inexécution suffisamment grave.
Cette inexécution n’a pas à être totale : il suffit qu’elle soit partielle. Dans ce dernier cas, il appartient
au juge d’apprécier dans chaque cas si l’inexécution est telle que la résolution doive être prononcée ou si, au
contraire, la prestation fournie présente un intérêt suffisant pour le créancier, quitte à lui allouer des
dommages-intérêts pour compenser la différence.
Antérieurement à la réforme, la jurisprudence n’exigeait pas qu’elle fût imputable du débiteur. Ainsi,
dans le cas où l’inexécution résultait non pas du fait d'un contractant, mais de la force majeure, l’autre
contractant pouvait demander que le contrat soit judiciairement résolu (par ex. : Civ. 3e, 6 mai 2009 ; : Civ. 1re,
13 novembre 2014). La solution est légèrement différente aujourd’hui. En effet, si l’inexécution résulte d’un cas
de force majeure et que l’empêchement est définitif, l’article 1218 dispose que « le contrat est résolu de plein
droit ». Il n’est donc pas nécessaire d’avoir recours à un juge, sauf à lui demander de constater la résolution du
contrat.

Par ailleurs, l’article 1184 alinéa 1, dans son ancienne rédaction, ne visait que les contrats
synallagmatiques. La résolution concernait aussi les contrats réels qui se forment par la remise d’une chose.
Bien qu’étant une condition de formation du contrat, cette remise de la chose introduit un élément de
réciprocité qui justifie l’application éventuelle de la résolution.
Les nouveaux textes ne limitent plus le domaine d’application de la résolution judiciaire, de sorte qu’elle
pourra, à l’avenir, concerner également les contrats unilatéraux.

La résolution judiciaire suppose, par principe, une décision de justice. Le juge dispose toutefois, selon
l’article 1228 nouveau, d’un certain pouvoir d’appréciation. Ce texte énonce, en effet, que le juge peut, « selon
120
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
les circonstances, constater ou prononcer la résolution ou ordonner l’exécution du contrat, en accordant
éventuellement un délai au débiteur, ou allouer seulement des dommages et intérêts ». Autrement dit, le
principe de la résolution ne découle pas automatiquement de l’inexécution ; elle n’est pas une issue inéluctable.
Le débat judiciaire doit permettre d’envisager des alternatives à l’anéantissement rétroactif du contrat. Ainsi, le
créancier, à l’occasion du débat judiciaire, peut préférer demander l’exécution du contrat. De son côté, le
débiteur peut offrir d’exécuter le contrat face à une demande en résolution. En tout état de cause, le juge
dispose d’un pouvoir d’appréciation. Il peut prononcer ou non la résolution, allouer ou non des dommages-
intérêts et, le cas échéant, accorder au débiteur un délai de grâce.

La question se pose, enfin, d’une éventuelle renonciation anticipée à demander la résolution judiciaire
du contrat. La jurisprudence antérieure l’admettait (Civ. 3e, 3 novembre 2011). L’article 2227 nouveau, en
disposant que la résolution peut « en toute hypothèse » être demandée en justice, semble l’exclure. Si on peut
toujours demander la résolution en justice, c’est qu’une renonciation anticipée n’a pas de valeur. Cette
interprétation n’est toutefois pas certaine et il reviendra à la jurisprudence de se prononcer.

B. Les effets de la résolution

Aux termes de l’article 1229, la résolution met fin au contrat, soit dans les conditions prévues par la
clause résolutoire, soit à la date de la réception par le débiteur de la notification faite par le créancier, soit à la
date fixée par le juge ou, à défaut, au jour de l’assignation en justice.
Pour déterminer les effets de la résolution, il faut, selon l’article 1229 alinéa 3, distinguer :
Si les prestations échangées ne pouvaient trouver leur utilité que par l’exécution complète du contrat
résolu, la résolution entraîne l’anéantissement rétroactif du contrat. Cet anéantissement rétroactif implique de
remettre les choses dans leur état antérieur, autrement dit de revenir au statu quo ante, comme en matière de
nullité.
Si les prestations échangées ont trouvé leur utilité au fur et à mesure de l’exécution réciproque du
contrat, la résolution n’atteint pas les tranches déjà exécutées. Il n’y a donc pas lieu à restitution pour la période
antérieure à la dernière prestation n’ayant pas reçu sa contrepartie. On parle alors de résiliation.
Antérieurement à la réforme, la résolution entraînait en principe l’anéantissement rétroactif du contrat.
Néanmoins, pour tenir compte de l’exécution partielle qui avait pu avoir lieu, la jurisprudence opérait déjà cette
distinction (Civ. 1re, 3 novembre 1983). Soit le contrat s’exécutait par tranches successives et la résolution n’avait
pas d’effet rétroactif, soit il formait un tout indivisible dans l’esprit des parties et la résolution entraînait sa
disparition rétroactive.
En cas d’anéantissement rétroactif, chaque partie doit rendre à l’autre ce qu’elle a reçu. Auparavant, il
n’y avait pas lieu à indemnisation pour les services fournis. Ainsi, la personne qui ne payait pas son abonnement
devait rendre toutes les revues ; mais le vendeur n’obtenait pas d’indemnisation pour la jouissance des revues
entre le moment de la réception par le client et le moment de la restitution. Depuis l’entrée en vigueur de la
réforme, l’article 1352-3 dispose que la restitution inclut les fruits et la valeur de la jouissance que la chose a
procurée, de sorte que les services fournis pourront, désormais, être indemnisés.

Il faut encore relever que ces quatre sanctions peuvent être mises en œuvre, et même se cumuler
lorsqu’elles ne sont pas incompatibles, sauf en cas de force majeure.
Selon l’article 1218 nouveau du Code civil, il y a force majeure « lorsqu’un événement échappant au
contrôle du débiteur, qui ne pouvait être raisonnablement prévu lors de la conclusion du contrat et dont les effets
ne peuvent être évités par des mesures appropriés, empêche l’exécution de son obligation par le débiteur » (pour
plus de précisions sur cette notion, voir infra).
Pour connaître les effets de la force majeure, il faut distinguer :
Si l’empêchement est temporaire, l’exécution de l’obligation est suspendue à moins que le retard qui
en résulterait ne justifie la résolution du contrat.
Si l’empêchement est définitif, le contrat est résolu de plein droit.
Autrement dit, lorsque l’inexécution résulte, non de la défaillance du débiteur, mais d’un événement de
force majeure, le créancier n’est plus autorisé à sanctionner son débiteur, soit parce que la force majeure a
entraîné la suspension de l’obligation (l’obligation du débiteur n’est alors plus exigible) soit parce qu’elle a
conduit à la résolution du contrat (il n’y a donc plus d’obligation à exécuter).
121
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
Dans le cas où le contrat serait résolu, l’article 1218 prévoit que les parties sont libérées de leurs
obligations dans les conditions prévues aux articles 1351 et 1351-1. A ces deux textes doivent s’ajouter les
dispositions de l’article 1196 nouveau (art. 1138 anc.). Il s’agit, en fait, de déterminer sur qui pèse la charge des
risques, qui supporte les conséquences de l’inexécution, en cas d’empêchement définitif du fait d’un cas de
force majeure.
Pour répondre à cette question, il faut distinguer entre les contrats synallagmatiques en général et les
contrats translatifs de propriété.
Dans les contrats synallagmatiques en général, la règle est désormais consacrée à l’article 1351
nouveau qui prévoit que le débiteur est libéré à due concurrence. Autrement dit, en raison de la connexité des
obligations, les deux obligations nées d’un contrat synallagmatique s’éteignent si la réalisation de l’une est
devenue impossible. En présence d’un cas de force majeure, le débiteur de l’obligation impossible à exécuter
mais aussi son cocontractant sont donc libérés. Cela aboutit à faire peser les risques sur le débiteur de
l’obligation devenue impossible à exécuter : res perit debitori. Le débiteur de l’exécution impossible ne peut
en effet plus rien attendre de son cocontractant même s’il a exposé des frais ou a déjà effectué des
prestations.
A ce principe, l’article 1351 admet deux exceptions : d’une part, lorsque le débiteur avait convenu
d’assumer le risque – dans cette hypothèse, il ne peut pas se plaindre, ensuite, de la réalisation du risque, et doit
donc en assumer les conséquences ; d’autre part, lorsque le débiteur avait été préalablement mis en demeure
de s’exécuter – dans cette hypothèse, le débiteur, en retard, avait déjà été sommé de s’exécuter avant la
survenance de l’événement de force majeure, de sorte que s’il avait exécuté ses obligations en temps et en
heure, la force majeure n’aurait pas produit ses effets.
Dans les contrats translatifs de propriété, l’article 1196 (1138 ancien) prévoit que la charge des risques
pèse non pas sur le débiteur de l’obligation devenue impossible par la disparition de la chose mais sur le
propriétaire : res perit domino. Or, en principe, le transfert de propriété a lieu dès l’échange des
consentements. Par suite, si la chose vient à disparaître entre l’échange des consentements et la livraison, les
risques de cette perte reposent sur l’acheteur, en tant que propriétaire (et non sur le débiteur de l’obligation
impossible, soit la délivrance de la chose par le vendeur). L’acheteur propriétaire est alors tenu de payer le prix
de la chose au vendeur.
Là encore, deux exceptions sont envisagées par le texte.
D’une part, le transfert de propriété peut être différé dans le temps, soit par la volonté des parties (qui
peuvent notamment stipuler une clause de réserve de propriété), soit par la nature des choses (par ex., lorsqu’il
s’agit d’une chose de genre dont la propriété ne sera transférée qu’à compter de l’individualisation) ou encore
par l’effet de la loi (par ex., pour certains biens, la loi peut imposer que leur transmission se fasse au moyen
d’une inscription sur un registre).
D’autre part, le débiteur de l’obligation de délivrer retrouve la charge du risque à compter de sa mise en
demeure, soit dans l’hypothèse où, lent à livrer, le débiteur avait déjà été sommé de s’exécuter avant la
survenance de la force majeure. L’idée est que, si le vendeur avait livré en temps et en heure, le sort ne serait
pas tombé sur la chose. Cette exception vaut toutefois, aux termes de l’article 1351-1, sauf pour le débiteur à
démontrer que la chose aurait été pareillement perdue si l’obligation avait été exécutée. En d’autres termes, si
même livrée, la chose aurait été perdue (par exemple, si sa perte résulte d’un défaut interne de la chose), le
propriétaire en retrouve le risque.

Section 2 : La sanction par équivalent : la responsabilité contractuelle

A titre liminaire, il convient de souligner que l’ordonnance du 10 février 2016 portant réforme du droit
des contrats n’a pas, faute d’habilitation du Gouvernement pour ce faire, modifié les dispositions relatives à la
responsabilité contractuelle (à l’exception de leur numérotation). Pour l’essentiel et sauf exceptions qui seront
mentionnées ci-dessous, ce qui se présente aujourd’hui sous la notion de « réparation du préjudice résultant de
l’inexécution du contrat » aux articles 1231 à 1231-7 reproduit exactement ce que les articles 1146 et suivants
anciens prévoyaient.
On étudiera successivement les conditions (§1), l’exonération (§2) et la possibilité d’aménager
conventionnellement la responsabilité du débiteur en cas d’inexécution de ses obligations (§3).

122
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
§1 Les conditions de la responsabilité

Comme en matière de responsabilité délictuelle, on estime que la responsabilité contractuelle (article


1231 nouv. – 1147 anc. du Code civil), autrement dit la responsabilité pour violation des obligations nées d’un
contrat, ne peut être engagée que si trois conditions sont réunies : une violation de l’obligation contractuelle (A),
un préjudice (B) et un lien entre les deux (C).

A. La violation d’une obligation contractuelle

Sur ce point, le Code civil, dans sa version antérieure à la réforme, paraît donner deux réponses
contradictoires.
L’ancien article 1137, dans sa rédaction issue de la loi du 4 août 2014, dispose que « l’obligation de
veiller à la conservation de la chose, soit que la convention n’ait pour objet que l’utilité de l’une des parties, soit
qu’elle ait pour objet leur utilité commune, soumet celui qui en est chargé à y apporter tous les soins
raisonnables » (al. 1er)106 ; « cette obligation est plus ou moins étendue relativement à certains contrats, dont les
effets, à cet égard, sont expliqués sous les titres qui les concernent » (al. 2). C’est dire que le créancier de
l’obligation inexécutée doit, pour obtenir réparation, prouver que le débiteur ne s’est pas comporté comme
une personne raisonnable. (On notera que l’ancien article 1137 est repris à l’article 1197 nouveau du Code civil
qui, s’il le modifie légèrement, conserve la référence aux soins d’une personne raisonnable).
Qu’est-ce que cette personne raisonnable par rapport auquel s’apprécie le comportement du débiteur ?
L’expression désigne la personne soigneuse, avisée, diligente. Le débiteur sera donc considéré comme fautif s’il
est établi, à son encontre, des faits de négligence, d’imprudence, que le contractant, personne raisonnable,
placé dans les mêmes conditions, n’aurait pas commis.
Mais l’article 1147 ancien (art. 1231-1 nouv.) énonce : « le débiteur est condamné, s’il y a lieu, au
paiement de dommages et intérêts, soit à raison de l’inexécution de l’obligation, soit à raison du retard dans
l’exécution, toutes les fois qu’il ne justifie pas que l’inexécution provient d’une cause étrangère qui ne peut lui
être imputée, encore qu’il n’y ait aucune mauvaise foi de sa part ». Ce texte admet donc la condamnation du
débiteur du seul fait de l’inexécution du contrat, sans qu’il y ait à prouver que le créancier de l’obligation
inexécutée ne s’est pas comporté comme une personne raisonnable.

Cette contradiction a longtemps été source de controverses. On s’accorde aujourd’hui à la résoudre en


faisant application d’une distinction proposée par Demogue entre deux types d’obligations : les obligations de
moyens et les obligations de résultat.
Précisons que si l’ordonnance du 10 février 2016 ne consacre pas cette distinction (pas plus que ne le
fait le projet de réforme de la responsabilité civile présenté le 13 mars 2017), la jurisprudence devrait
certainement la maintenir sous l’empire des nouveaux textes.

L’obligation est de résultat lorsque, comme son nom l’indique, le débiteur s’est obligé à fournir un
résultat au créancier. Il suffira alors de prouver que le résultat n’a pas été atteint pour établir la violation de
l’obligation contractuelle.
Par exemple, une obligation de non-concurrence est une obligation de résultat. En effet, celui qui souscrit
une telle obligation s’engage à ne pas exercer, pendant une certaine période et dans une aire géographique
déterminée, une activité professionnelle susceptible de concurrencer son cocontractant. Aussi, le simple fait de
s’être installé au cours de cette période dans le périmètre en cause pour exercer une activité professionnelle
susceptible de concurrencer son cocontractant est constitutif d’une violation de l’obligation contractuelle de nature
à permettre l’engagement de la responsabilité du débiteur de l’obligation de non-concurrence.
Il en va de même en matière de transport de marchandises. Le transporteur de marchandises est tenu
d’une obligation de résultat en matière de livraison conforme : il s’oblige à apporter les marchandises à bon port
et sans leur causer d’avaries. Si le créancier parvient à établir qu’au moment de la prise en charge les marchandises
étaient intactes et qu’au moment de la livraison elles ne l’étaient plus, la responsabilité du transporteur pourra être
engagée, sur cette seule preuve de la non-conformité du résultat atteint au résultat attendu. En conséquence, le
débiteur de l’obligation de résultat pourra voir sa responsabilité engagée quand bien même on ne parviendrait pas

106 La loi du 4 août 2014 a abandonné l'expression "bon père de famille", jugée trop connotée, pour lui substituer celle de "personne raisonnable".
123
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
à déterminer la cause exacte du dommage, dès lors qu’il est établi que ce dommage est apparu au cours de
l’exécution de son obligation.

Il en va différemment lorsque, seconde hypothèse, on se trouve en présence d’une obligation de


moyens. Dans ce cas, en effet, le débiteur ne promet pas un résultat ; il promet de mettre en œuvre tous les
moyens que mettrait en œuvre une personne raisonnable, ou un professionnel consciencieux, pour atteindre
le résultat. Ce pourquoi on parle aussi parfois d’obligation de prudence et de diligence.

On voit bien ici l’intérêt de distinguer entre l’obligation de moyens et celle de résultat : tandis qu’en
matière d’obligation de résultat il suffit de prouver que le résultat n’a pas été atteint, cette preuve ne suffit pas
en matière d’obligation de moyens : lorsque l’obligation est de moyens, la responsabilité ne pourra être engagée
que si l’on établit une faute contractuelle au sens strict, entendue comme une faute dans l’exécution de son
obligation de moyens, par exemple une négligence ou une imprudence107.

C’est ainsi que la responsabilité du médecin ne peut être engagée que si l’on établit une faute de celui-
ci108. En effet, le contrat médical fait naître, à la charge du médecin, non pas une obligation de guérir (qui serait
une obligation de résultat), mais uniquement une obligation de soigner (qui est une obligation de moyens).
Ainsi, le malade qui ne guérit pas ne peut pas engager la responsabilité du médecin sur le seul constat de
l’absence de guérison. Il faudra, pour engager la responsabilité du médecin, prouver une faute de celui-ci dans
l’exécution de son obligation de prodiguer des soins consciencieux, attentifs et conformes aux données
acquises de la science (Civ., 20 mai 1936 ; Civ. 1re, 4 janv. 2005 ; article L. 1142-1-I CSP).

Comment alors savoir si une obligation est de moyens et de résultat ? Il faut se reporter aux textes,
mais ceux-ci ne sont pas toujours très explicites. En l’absence d’indication textuelle, il faut admettre qu’il n’existe
pas de véritable critère de fond d’application systématique. Plusieurs critères sont généralement avancés.
La volonté des parties, en ce sens que la distinction des obligations de moyens et de résultat repose sur
l’intensité de l’engagement pris par le débiteur à l’égard du créancier. La qualification de l’obligation doit donc
être d’abord recherchée dans les stipulations du contrat inexécuté. Mais bien souvent les juges opèrent eux-
mêmes la qualification en se référant à d’autres critères.
Le juge tend en effet à considérer que les obligations sont de résultat lorsqu’il apparaît que le débiteur
devrait être en mesure de contrôler parfaitement l’exécution de ses obligations, alors qu’elle serait plutôt de
moyens lorsque l’aléa est important.
Il tend également à admettre que l’obligation est de moyens lorsque le créancier prend une part active
dans l’exécution de l’obligation du débiteur, autrement dit lorsque la part d’initiative que l’on attend du
créancier est importante. Par exemple, on l’a vu, le médecin est uniquement tenu d’une obligation de moyens.
Cette obligation de moyens peut s’expliquer par le fait que la guérison est un événement souvent aléatoire,
voire très aléatoire. Le médecin ne saurait donc garantir un résultat, qui ne dépend pas que de lui, mais de
nombreuses données extérieures.

Jurisprudence particulière en matière de contrats de transport de personnes

 En cette matière, la jurisprudence a anciennement découvert une obligation dite de sécurité, illustration de ces
obligations que le juge découvre comme étant les suites de l’obligation souscrite, sur le fondement de l’article 1135 ancien
(1353 nouv.) du Code civil, ainsi qu’on l’a déjà évoqué. La Cour de cassation définit cette obligation en ces termes :
« l’exécution du contrat de transport comporte pour le transporteur l’obligation de conduire le voyageur sain et sauf à
destination » (Civ. 21 nov. 1911). Restait à déterminer la nature de cette obligation : s’agit-il d’une obligation de résultat,
auquel cas il suffira pour le voyageur d’établir qu’il n’est pas parvenu sain et sauf à destination ? S’agit-il au contraire d’une
obligation de moyens, auquel cas le voyageur devra prouver que le transporteur n’a pas mis en œuvre toutes les diligences
requises pour parvenir au résultat convenu ?

 Civ. 1re, 21 juill. 1970

107 On notera que la distinction entre obligation de moyens et de résultat connaît des nuances. Ainsi, l’obligation de moyens est dite aggravée ou
renforcée lorsque le modèle de référence est particulièrement rigoureux. L’obligation de résultat est dite allégée lorsque la preuve de l’inexécution
étant établie, le débiteur peut se dégager en se contentant de rapporter la preuve qu’il n’a pas commis de faute, qu’il s’est comporté comme un
débiteur normalement prudent et diligent. Enfin, l’obligation de résultat est dite aggravée lorsque le débiteur ne peut se dégager qu’en prouvant
certains cas seulement de force majeure.
108 Sur les différents fondements envisageables pour engager la responsabilité du médecin, voir le cours de responsabilité délictuelle.

124
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
Un dommage est subi, par un passager, lors d’une bousculade sur le quai d’une gare. La victime demande
réparation sur le fondement de la responsabilité contractuelle. La cour d’appel fait droit à sa demande et condamne la SNCF.
Celle-ci forme un pourvoi en faisant valoir que l’obligation de sécurité n’existe, à la charge du transporteur, que pendant
l’exécution du contrat de transport, soit à partir du moment où le voyageur commence à monter dans le véhicule jusqu’au
moment où il descend. Pour la SNCF, le contrat de transport en l’espèce avait ici pris fin de sorte que sa responsabilité
contractuelle ne pouvait être retenue.
Rejet du pourvoi : pour la Cour de cassation, il existe une obligation de résultat à partir du moment où le voyageur
commence à monter jusqu’au moment où il achève de descendre109. Mais il existe également une obligation de « prudence
et de diligence », c’est-à-dire obligation de moyens, lorsque le dommage est subi dans la gare. Autrement dit, en l’espèce, la
SNCF avait une obligation de moyens et la Haute juridiction décide qu’elle avait commis une faute en ne prenant pas « les
mesures appropriées pour assurer l’évacuation normale et paisible des voyageurs » (pas de mesure de protection contre les
bousculades).
Le critère qui est ici mis en œuvre est celui du rôle actif ou passif du créancier : rôle passif lorsqu’il est dans le train
(d’où obligation de résultat), rôle actif avant qu’il soit monté et après qu’il soit descendu (d’où obligation de moyens).

 Civ. 1re, 19 fév. 1991


Dommage subi par un passager sur un quai lors d’une correspondance. La victime assigne la SNCF en
responsabilité. La cour d’appel la déboute de sa demande, faisant valoir que, lorsque le voyageur est en dehors du moyen de
transport, la SNCF n’est tenue que d’une obligation de moyens, et qu’il n’était pas établi qu’elle avait manqué à cette
obligation. Solution dans la ligne de l’arrêt précédent.
Et pourtant cassation, pour violation de 1135, 1147, 1382 et 1384 anciens : l’obligation contractuelle de sécurité
n’existe à la charge de la SNCF qu’à partir du moment où le voyageur commence à monter dans le véhicule jusqu’au
moment où il achève d’en descendre ; et elle demeure une obligation de résultat. Au cours des correspondances ou encore
sur un quai de gare, en revanche, sont applicables, non plus les règles de la responsabilité contractuelle, mais celles de la
responsabilité délictuelle.
Pourquoi cette solution ? Parce que la reconnaissance d’une obligation de moyens, dans l’hypothèse d’un
dommage subi dans l’enceinte de la gare, imposait au créancier de cette obligation la preuve d’une faute : c’était souvent lui
faire une situation moins favorable que celle résultant de l’application des règles de la responsabilité délictuelle :
responsabilité du fait des choses qui ne suppose pas la preuve d’une faute, mais seulement du fait d’une chose (intervention
causale de la chose dans la réalisation du dommage)110.

Si ce sectionnement du contrat entre obligations de moyens et obligations de résultat a été abandonné


pour le transport ferroviaire de personnes, il a continué à être appliqué pour d’autres contrats.
 Ainsi des contrats conclus avec les exploitants de télésièges : Civ. 1re, 10 mars 1998.
Une skieuse fait une chute depuis un télésiège, après avoir relevé le garde-corps conformément aux
instructions pour débarquer de ce moyen de transport. Elle engage la responsabilité contractuelle de l’exploitant
du télésiège. La cour d’appel déclare l’exploitant entièrement responsable.
Cassation au visa de 1147 ancien (1231-1 nouv.) : « si l’obligation de sécurité pesant sur l’exploitant d’un
télésiège est de résultat pendant le trajet, elle n’est plus que de moyens lors des opérations d’embarquement et
de débarquement, en raison du rôle actif qu’y tiennent les usagers ». Transposition de ce qui avait été jugé avant
1991 pour le contrat de transport ferroviaire. Ici, le dommage s’était produit au cours d’une phase pendant
laquelle l’exploitant n’était tenu que d’une obligation de moyens. Or sa faute n’était pas établie : le défaut
d’installation d’un filet de protection ne pouvait être reproché à l’exploitant dès lors qu’un expert avait établi
que la configuration du terrain, à cet endroit, ne s’y prêtait pas.
Le critère retenu par la Cour de cassation est ici aussi celui du rôle actif ou passif du créancier. La
personne transportée a un rôle passif, sauf au cours des opérations d’embarquement et de débarquement. Au
cours de ces opérations, l’obligation de l’exploitant de télésiège sera une obligation de moyens ; au cours du

109 S’agissant de l’étendue de l’obligation de sécurité de résultat, la Cour de cassation a, dans un premier temps, considéré qu’elle couvrait
seulement les atteintes à l’intégrité physique dues aux installations matériels et personnels que le transporteur utilise ou emploie pour l’exécution
du contrat. Dans un second temps, la Haute juridiction a procédé à un élargissement de cette obligation de sécurité en l’étendant aux préjudices
dus aux faits dommageables causés par les clients du transporteur (Civ. 1re, 12 décembre 2000, par exemple).
S’agissant des causes d’exonération, on notera que, par un arrêt en date du 13 mars 2008, la première Chambre civile avait décidé, au visa de
1147, que la faute de la victime ne peut emporter exonération que si elle présente les caractères de la force majeure. Autrement dit, si la faute ne
présente pas ces caractères, elle n’a aucune incidence sur la responsabilité du transporteur, et spécialement n’emporte pas exonération partielle.
Reste que la deuxième chambre civile, en matière délictuelle, n'a pas la même position et admet l'exonération partielle en cas de faute de la victime
(Civ. 2ème, 22 octobre 2009 ; 3 mars 2016). On ignore toutefois quelle portée donner à ces jurisprudences divergentes. Faut-il considérer qu’il s’agit
là d’une simple divergence entre les première et deuxième Chambres civiles ? Ou, au contraire, que la Cour de cassation entend traiter
différemment la faute de la victime selon que la responsabilité du transporteur de personnes est de nature contractuelle ou délictuelle ?
110
On notera que la responsabilité est délictuelle lorsqu'un voyageur sans titre de transport subit un dommage dans un train ou encore lorsqu'un
voyageur, bien que muni d'un titre de transport, est victime d'un préjudice en dehors du parcours couvert par son billet, soit que le voyageur est
oublié de descendre à destination, soit qu'il se soit trompé de rame (Cass. civ. 1re, 1er décembre 2011).
125
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
déplacement stricto sensu, l’obligation sera de résultat. Dans cette dernière hypothèse (ce qui n’était pas le cas
ici), la responsabilité du transporteur pourra être engagée sur la simple preuve de l’apparition d’un dommage au
cours de l’exécution de l’obligation.
 Ce qui invite à se demander si la solution, retenue pour le télésiège, vaut pour d’autres engins de
traction en montagne. Quid notamment s’agissant des téléskis ? À la différence de ce qu’il en est de l’exploitant
de télésiège au cours du trajet, l’exploitant de téléski ne contrôle pas vraiment la situation : le passager joue un
rôle actif dans l’exécution du contrat. Ainsi, l’obligation de sécurité mise à la charge de l’exploitant d’un téléski
sera en principe seulement de moyens. Conséquence ? Il reviendra au skieur, victime d’une chute pendant qu’il
monte une pente, de prouver la faute de l’exploitant du téléski.

B. Le dommage

1. L’exigence d’un dommage réparable

Faut-il rapporter la preuve d’un dommage pour engager la responsabilité contractuelle de son
cocontractant ? La question a pu susciter des discussions ces dernières années. Aujourd’hui toutefois, c’est
l’analyse classique qui est maintenue : l’inexécution d’une obligation contractuelle ne peut conduire à engager la
responsabilité du débiteur que si elle cause un préjudice au créancier.
Si la question a suscité quelques discussions, c’est qu’on a pu croire un temps que la Cour de cassation
avait fait sienne la théorie selon laquelle la seule inexécution de l’obligation ouvre droit à réparation, sans
qu’il y ait besoin d’établir un préjudice.
La troisième chambre de la Cour de cassation avait en effet admis, dans un arrêt en date du 30 janvier
2002, qu’en matière de bail, l’inexécution par le preneur des réparations locatives à sa charge ouvrait droit à
l’indemnisation du bailleur, sans que celui-ci ait à justifier d’un préjudice.
Mais cet arrêt ne fut qu’un coup d’essai sans suite : la Cour de cassation a, par un arrêt de la même
chambre (Civ. 3e, 3 déc. 2003), décidé que des dommages et intérêts ne peuvent être alloués que si le juge, au
moment où il statue, constate qu’il est résulté un préjudice du manquement contractuel111.
Encore faut-il noter que la solution est différente lorsque l’obligation inexécutée est une obligation de
ne pas faire. Dans ce cas – et dans ce seul cas – la Cour de cassation décide en effet que l’article 1145 dispense le
créancier de prouver son préjudice (Civ. 1re, 31 mai 2007).

2. La détermination du dommage réparable

Dans les hypothèses où le dommage est une condition de la responsabilité contractuelle, quels sont
alors les dommages réparables ?
Le dommage dont le créancier peut faire état est aussi bien le dommage matériel, corporel ou moral112.
Pourtant, la responsabilité contractuelle ne donne pas lieu à application du principe de réparation
intégrale du préjudice subi. En effet, aux termes de l’article 1231-3 nouv. du Code civil (art. 1150 anc.), seul le
dommage prévisible lors de la formation du contrat doit être réparé (v. par ex. : Civ. 1re, 28 avril 2011).
Sur quoi porte cette prévisibilité ? Non pas sur la survenance du dommage, mais sur son étendue.
Autrement dit, le dommage est imprévisible lorsque son étendue ne pouvait être raisonnablement prévue au
moment de la conclusion du contrat. L'exigence d’un dommage prévisible n’a donc pas d’incidence sur le
principe de l’indemnisation mais uniquement sur le montant de l’indemnisation reçue. Par exemple, un
transporteur doit prévoir les dommages qui peuvent advenir aux marchandises transportées, mais il ne peut pas
prévoir leur valeur si celle-ci présente un caractère exceptionnel. Le créancier, qui n’a pas informé son débiteur
de la valeur exceptionnelle des marchandises, ne pourra obtenir réparation pour la totalité du préjudice subi ;
l’indemnisation ne sera que partielle : elle sera limitée au dommage prévisible. Toutefois la solution ne vaut que
si le dommage n’est pas consécutif à une faute dolosive ou à une faute lourde du débiteur. Dans ces hypothèses,

111 En l’espèce, le locataire n’avait pas procédé aux réparations locatives et avait laissé se dégrader les lieux loués. Au terme du bail, le propriétaire
loue le bien à un nouveau preneur. Mais l’installation de ce nouveau commerce dans les locaux exigeait des travaux importants qui auraient été les
mêmes si les lieux avaient été maintenus dans un état correct et qui n’avaient pas été rendus plus onéreux par le manquement à l’obligation
d’assurer les réparations locatives. Le bailleur n’avait donc souffert aucun préjudice de l’absence de respect de ses obligations par le locataire : il ne
pouvait pas obtenir d’indemnisation.
112 Sur des hypothèses particulières de détermination des préjudices réparables, v. par ex. : Civ. 3e, 28 janvier 2015 (mesureur professionnel) ; Ch.

mixte, 8 juillet 2015 ; Civ. 3e, 15 octobre 2015 ; Civ. 3e, 7 janvier 2016 (diagnostiqueur immobilier).
126
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
en effet, la jurisprudence, se fondant sur l'article 1150 ancien (1231-1 nouv.) du Code civil, admet la réparation
intégrale du préjudice (v. par ex. : Civ. 1re, 29 octobre 2014 ; 14 janvier 2016).
Le principe de la limitation de la réparation au seul dommage prévisible est une différence importante
entre la responsabilité contractuelle et la responsabilité délictuelle, c’est-à-dire entre la responsabilité
consécutive à l’inexécution d’une obligation qu’une partie a contractée à l’égard de l’autre et la responsabilité
qui peut naître entre des personnes qui ne sont pas liées par un contrat. En matière de responsabilité délictuelle,
en effet, le principe est celui de la réparation intégrale du préjudice subi.

C. Le lien de causalité

Les exigences en termes de causalité sont des exigences de bon sens : le débiteur ne doit voir sa
responsabilité engagée que si le dommage peut être mis en relation avec la violation de l’obligation
contractuelle. C’est ce qu’exprime l’article 1231-4 nouveau du Code civil (art. 1151 anc.), qui dispose : « les
dommages et intérêts ne comprennent que ce qui est une suite immédiate et directe de l’inexécution ».
Il reste que l’exigence d’un lien de causalité entre la violation de l’obligation et le dommage peut être
comprise de deux manières.
Selon le système de l’équivalence des conditions, toutes les causes doivent être considérées comme
équivalentes en ce qui concerne la production de l’effet. Il suffit donc que le dommage puisse être rattaché par
un lien quelconque à la faute du débiteur pour que celui-ci soit déclaré responsable.
Selon le système de la cause adéquate, il faut distinguer parmi les causes. Les unes sont
prépondérantes car sans elles il est certain que l’effet ne se serait pas produit. Les autres ne sont que
secondaires : mêmes sans elles, l’effet se serait sans doute produit. Dans ce système, pour que le débiteur soit
responsable, il faut que l’inexécution soit vraiment la cause générique du dommage.
En utilisant, les termes « suite immédiate et directe de l’inexécution », l’article 1231-4 nouveau du Code
civil (art. 1151 anc.) semble bien avoir consacré le second système. Et c’est en général la position de la
jurisprudence (voir par ex. : Civ., 9 novembre 1953).

§2 L’exonération de la responsabilité

La cause étrangère est tout événement extérieur au responsable ayant joué un rôle causal dans la production
du dommage. Cette cause étrangère peut prendre la forme d'un cas fortuit - c'est-à-dire d'un événement
naturel (par ex. : une inondation) ou anonyme (par ex. : une guerre) - du fait d'un tiers et du fait de la victime.
Lorsque la cause étrangère - quelle que soit la nature de l'événement - revêt les caractères de la force majeure,
elle entraîne exonération totale du responsable (A) ; lorsqu'elle ne présente pas ses caractères, la cause
étrangère peut avoir un effet partiellement exonératoire, mais encore faut-il qu'elle prenne la forme d'une faute
de la victime (B).

A. Exonération totale : les cas de force majeure

Le débiteur peut s’exonérer totalement de sa responsabilité par la preuve d’un cas de force majeure
(art. 1231-1 nouveau du Code civil et art. 1147 et 1148 ancien).
Le cas de force majeure est traditionnellement défini comme un événement extérieur au débiteur,
imprévisible et irrésistible, qui l’a empêché d’exécuter correctement son obligation. Il peut prendre la forme,
comme on l'a vu, d'un cas fortuit, du fait d'un tiers ou du fait de la victime.
En présence d’un tel cas de force majeure, on peut soutenir que le dommage n’a pas été causé par le
débiteur de sorte que sa responsabilité ne saurait être engagée. Jadis donc la jurisprudence exigeait ces trois
caractères pour qu’il y ait exonération. Puis la jurisprudence est devenue beaucoup plus incertaine. Aux termes
de deux arrêts d’Assemblée Plénière, en date du 14 avril 2006, la jurisprudence ne semblait plus exiger que le
cumul de l’imprévisibilité et de l’irrésistibilité. En réalité, il est possible de considérer que si la jurisprudence ne
vérifiait pas formellement, dans la plupart de ses décisions, l'existence de l'extériorité, c'est que ce caractère ne
faisait que rarement l'objet d'une divergence d'appréciation entre les parties (v. : Civ. 1re, 14 octobre 2010 qui
exige l'extériorité ; comp. Civ. 1re, 23 juin 2011).

127
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
Quoi qu'il en soit, le doute est aujourd'hui dissipé. L'alinéa 1 de l’article 1218 nouveau du Code civil
exige, en effet, la réunion de trois éléments pour que la force majeure soit caractérisée : un empêchement
d’exécution causé par un événement échappant au contrôle du débiteur (1), raisonnablement imprévisible au
moment de la conclusion du contrat (2) et dont les effets ne peuvent être évités par des mesures appropriés (3).
Etudions successivement ces trois conditions.
La première qui impose que l’événement considéré échappe au contrôle du débiteur renvoie
certainement à l’ancienne exigence d’extériorité, tout en l’élargissant. Peut, en effet, échapper au contrôle du
débiteur aussi bien un événement qui lui est extérieur, qu’un événement qu’il fait naître lui-même
indépendamment de sa volonté (par ex. une maladie). La référence au contrôle du débiteur permet donc de
prendre en compte, à l’instar de la jurisprudence antérieure, des événements qui, sans être extérieurs au
débiteur, échappent à sa sphère d’influence.
La deuxième a trait à l’imprévisibilité de l’événement qui doit être entendue de manière raisonnable. La
jurisprudence en décidait déjà ainsi, presque tous les événements étant en fait prévisibles, y compris les pires
catastrophes. La jurisprudence s’attache donc à des critères d’anormalité, de soudaineté et de rareté. Il faut
donc distinguer entre les faits qu’une personne avisée aurait dû normalement prévoir et les autres. Par exemple,
une grève ne justifiera pas l’inexécution du contrat, à moins qu’il ne s’agisse d’une grève sauvage tout à fait
inattendue. L’imprévisibilité s’apprécie lors de la conclusion du contrat, et non pas lors de l’accident comme en
matière délictuelle.
La troisième enfin renvoie au critère d’irrésistibilité qui s’entend de l’impossibilité d’éviter les effets de
l’événement par des mesures appropriées. Autrement dit, de l’impossibilité d’exécuter l’engagement souscrit. Le
fait que l’exécution soit plus difficile que prévue ne suffit pas à constituer l’irrésistibilité. L’impossibilité
d’exécution doit correspondre à un empêchement absolu, ce qui emporte exclusion d’une appréciation par
rapport aux forces personnelles du débiteur. L’appréciation doit ainsi s’effectuer par rapport au standard de la
personne raisonnable et au jour de la réalisation du dommage.
En principe, celui qui justifie avoir été contraint par une force majeure échappe à toute responsabilité.
Cette solution doit cependant être précisée.
Si l’empêchement est momentané, par exemple une maladie constitutive de force majeure, l’article
1218 alinéa 2 admet que le contrat est seulement suspendu, si son exécution tardive présente encore un intérêt
pour le créancier (pour la jurisprudence antérieure, v. par ex. : Civ. 3e, 22 février 2006).
Si l’empêchement est définitif, le contrat n’ayant plus d’objet disparaît113. Plus précisément, l’article
1218 alinéa 2 dispose que le contrat est résolu de plein droit (ce qui peut donner lieu à des restitutions) et les
parties sont libérées de leurs obligations. Le débiteur se trouve ainsi dégagé de son obligation sans encourir de
responsabilité, c’est-à-dire sans avoir à payer de dommages et intérêt.

B. Exonération partielle : la faute partiellement causale du créancier

Le principe est que la cause étrangère qui ne présente pas les caractères de la force majeure n'est pas
du tout exonératoire. Autrement dit, le système est un système de tout ou rien. Soit, la cause étrangère
présente les caractères de la force majeure et l’exonération est totale, soit il ne présente pas ces caractères et le
débiteur n’est pas exonéré, même partiellement. La solution s'explique par l'idée qu'une responsabilité partielle
fondée sur une causalité partielle va à l'encontre de l'indemnisation des victimes.
Il est toutefois fait exception à cette règle dans l'hypothèse où la victime a commis une faute - et non
un simple fait (Civ. 1re, 17 janvier 2008) - ayant contribué au dommage. Dans ce cas, l'admission de
l'exonération partielle peut se justifier comme une sorte de peine privée frappant la victime coupable d'une
faute causale114.

113
V. cpdt : Com., 16 septembre 2014 qui décide que le débiteur d'une obligation contractuelle de somme d'argent inexécutée ne peut s'exonérer
de cette obligation en invoquant un cas de force majeure. Sur cet arrêt, v. fascicule d'actualité RGO.
114
Sauf à prendre en compte des jurisprudences particulières. Ainsi, par un arrêt en date du 13 mars 2008, la première chambre civile a décidé, au
visa de 1147, que la faute de la victime ne peut emporter exonération du transporteur que si elle présente les caractères de la force majeure.
Autrement dit, si la faute ne présente pas ces caractères, elle n’a aucune incidence sur la responsabilité du transporteur, et spécialement n’emporte
pas exonération partielle.
128
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
§3 L’aménagement conventionnel de la responsabilité

La responsabilité contractuelle n’est pas une matière d’ordre public, en ce sens qu’il est possible aux
parties de s’écarter, par une clause de leur contrat, de certaines règles que l’on vient d’esquisser.
On retiendra ici deux types de clauses. D’une part, les clauses exclusives et limitatives de
responsabilité, qui excluent la responsabilité ou fixent un plafond d’indemnisation (A). D’autre part, les clauses
pénales, qui fixent un montant forfait pour l’indemnisation (B).

A. Les clauses exclusives et limitatives de responsabilité

L’article 1231-3 (ancien article 1150) prévoit la validité des clauses limitatives de responsabilité. Cela
résulte de la formule « le débiteur n’est tenu que des dommages et intérêts qui ont été prévus au contrat ».
La question s’est en revanche posée de savoir si l’on pouvait stipuler des clauses exclusives, c’est-à-dire
totalement exonératoires de responsabilité. Au nom de la liberté contractuelle, la Cour de cassation a admis, à la
fin du XIXe siècle, la validité de principe de ces clauses qui exonèrent de toute responsabilité (Civ., 24 janvier
1874).
Mais si le principe est aujourd’hui la validité des clauses limitatives et exonératoires de responsabilité,
celui-ci est assorti d’importantes exceptions.

Exceptions d’abord en raison de dispositions légales spécifiques.

 Dans certaines hypothèses, en effet, le législateur a prohibé les clauses relatives à la responsabilité.
C’est notamment le cas dans les contrats de travail. C’est aussi le cas dans le contrat de transport de
marchandises : en application d’une loi du 17 mars 1905, sont interdites en cette matière les clauses exclusives
de responsabilité pour le cas de perte de la marchandise ou d’avarie subie par la marchandise.

 De la même façon, vous savez que, dans les rapports entre professionnels et consommateurs ou non
professionnels, sont réputées non écrites les clauses qui « créent un déséquilibre significatif entre les droits et
obligations des parties » (art. L. 212-1 et 212-2 C. conso.). Et parmi ces clauses dites abusives, certaines sont
prohibées par principe par le biais d’une liste noire dont les clauses limitatives ou exonératoires de
responsabilité (clause 6 de l’art. R 212-1 C. conso.).
Bien que ces clauses ne soient pas expressément visées par le nouvel article 1171 (qui ne propose
aucune liste de clauses présumées déséquilibrantes), sans doute peut-on penser que de telles clauses pourront
également être sanctionnées dans tous les contrats d’adhésion.

 En sens contraire, on peut noter que des contrats-types ou des conventions internationales prévoient
parfois des limitations de responsabilité. Les textes n’interdisent alors pas les limitations de responsabilité mais,
tout au contraire, les posent en principe. C’est en particulier, on l’a vu à propos de l’affaire Chronopost, dans les
contrats-types de transport. C’est également le cas dans les conventions internationales applicables en matière
de transport.

En dehors des dispositions législatives, le juge s’est lui aussi attaché à priver d’effets certaines clauses
relatives à la responsabilité. Il l’a fait sur différents fondements.

 Sur le fondement de la faute dolosive et de la faute lourde

 Aux termes de l’article 1231-3 (ancien article 1150) du Code civil : « le débiteur n’est tenu que des
dommages et intérêts qui ont été prévus ou qui pouvaient être prévus lors de la conclusion du contrat, sauf
lorsque l’inexécution est due à une faute lourde ou dolosive ».
Le dol dans l’exécution ne doit pas être confondu, on l’a évoqué, avec le dol dans la formation du
contrat. Le dol au stade de l’exécution, c’est la soustraction volontaire du débiteur à ses obligations.

129
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
 La faute lourde, quant à elle, est un comportement d’une extrême gravité, qui dénote l’inaptitude du
débiteur à l’accomplissement de ses obligations115.
Lorsque la faute lourde ou la faute dolosive sont caractérisés, les exclusions ou limitations
conventionnelles de responsabilité sont neutralisées (et non annulées), et c’est même alors l’entier dommage et
non plus seulement le dommage prévisible qui est réparé (v. par ex. : Civ. 1re, 29 octobre 2014).

 Autre fondement : l’atteinte à l’obligation essentielle. Là encore la notion a déjà été étudiée.

Un autre type de clause relative à la réparation doit être signalé : la clause pénale.

B. La clause pénale

La clause pénale est une stipulation par laquelle les parties fixent forfaitairement les dommages et
intérêts dus en cas d’inexécution du contrat. En général, le forfait est supérieur au préjudice subi, cela afin
d’inciter le débiteur à l’exécution. La logique est donc différente de celle qui préside à l’insertion d’une clause
limitative de responsabilité : en matière de clauses pénales, il s’agit non pas d’alléger le fardeau qui pèse sur les
épaules du débiteur, mais bien plutôt de l’aggraver, ou du moins de simplifier le dénouement du litige par la
fixation d’un forfait correspondant aux dommages et intérêts qui seront dus en cas d’inexécution ou de
mauvaise exécution.
L’objet de la clause pénale est de fixer une indemnisation de manière forfaitaire.
Elle ne correspond donc pas à l’indemnité d’immobilisation que l’on trouve parfois dans la promesse
unilatérale de vente : cette indemnité d’immobilisation est le prix que doit payer un acheteur pour que le
vendeur ne vende pas à un autre : ce n’est pas le prix d’une inexécution d’une obligation, puisque dans une
promesse unilatérale de vente la seule personne qui s’oblige, c’est le vendeur, alors que la personne qui paie
l’indemnité d’immobilisation, c’est l’acheteur.
La clause pénale diffère aussi de la clause de dédit, entendue comme la clause par laquelle une partie
se réserve la faculté de ne pas exécuter son obligation, de s’en délier aux conditions prévues au contrat. L’objet
de cette indemnité n’est donc pas l’indemnisation du préjudice subi, mais la liberté de se libérer, qui peut
avoir un prix.

Concernant les clauses pénales, la question a été posée de savoir si le juge pouvait modifier le montant
dû lorsque le préjudice effectivement subi ne correspond en rien au montant prévu dans la clause.
On aurait pu imaginer que le juge annule de telles clauses, lorsqu’elles s’avèrent manifestement
excessives. Mais la jurisprudence ne n’est pas engagée dans cette voie. En réalité, plus que d’un anéantissement
de la clause pénale, c’est de la reconnaissance du pouvoir du juge de réduire le montant de ces clauses dont le
droit français avait besoin.
La réforme qui s’imposait a été réalisée par la loi du 9 juillet 1975. À l’article 1152 alinéa 1er, désormais l’article
1231-5 alinéa 1, qui prévoit : « lorsque le contrat stipule que celui qui manquera de l’exécuter paiera une
certaine somme à titre de dommages et intérêts, il ne peut être alloué à l’autre partie une somme plus forte, ni
moindre », le législateur a ajouté un second alinéa, aux termes duquel : « néanmoins, le juge peut, même
d’office (rédac. loi du 11 oct. 1985), modérer ou augmenter la pénalité ainsi convenue si elle est manifestement
excessive ou dérisoire (…) Toute stipulation contraire est réputée non écrite. »
La révision doit donc demeurer exceptionnelle : c’est dans les hypothèses où l’écart entre le dommage
subi et ce qui est à payer est excessif que le montant doit être révisé.
Et la solution vaut non seulement en cas d’inexécution totale, mais également en cas d’inexécution
partielle : l’article 1231-5 alinéa 3 (1231 ancien) dispose en effet : « lorsque l’engagement a été exécuté en
partie, la pénalité convenue peut être diminuée par le juge, même d’office, à proportion de l’intérêt que
l’exécution partielle a procuré au créancier, sans préjudice de l’application de l’alinéa précédent ».

Deux observations pour terminer sur les clauses pénales.

115
On notera que seule la faute dolosive - à l'exclusion de la faute lourde - était visée par l'ancien article 1150. Reste que la jurisprudence, avant la
réforme, avait assimilé la faute lourde à la faute dolosive en considérant qu'il fallait attacher à la première les mêmes effets qu'à la seconde. La
réglementation d'aujourd'hui ne fait donc que reprendre les solutions d'hier.

130
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
Tout d'abord, le développement du droit de la consommation pourrait entraîner un refoulement
important du recours à 1231-5 alinéa 2 (1152 alinéa 2 anc.). En effet, en matière de législation sur les clauses
abusives, la liste grise, prévue à l’art. R. 212-2 (rédac. Ord. 14 mars 2016), vise notamment les clauses qui ont
pour objet ou pour effet « d’imposer au consommateur qui n’exécute pas ses obligations une indemnité d’un
montant manifestement disproportionné ». Une telle clause pourrait également être sanctionnée, dans les
contrats d’adhésion, sur le fondement de l’article 1171 nouveau du Code civil.
Ensuite, il est à noter que règne une certaine confusion, en droit positif, sur le point de savoir si la clause
pénale reste efficace lorsque le contrat est caduc, voire résolu.
Dans un premier temps, la jurisprudence a admis la survie de la clause pénale (par ex : Civ. 3e, 11 janvier
2011 ; Com, 22 mars 2011), avant d'adopter, semble-t-il, la position inverse (Com., 3 mai 2012 : l'arrêt n'est pas
rendu en matière de clause pénale mais à vocation à s'appliquer à celle-ci ; déjà en matière de clause limitative
de responsabilité : Com., 5 octobre 2010). Cette solution est critiquable car elle méconnaît que ces clauses ont
précisément pour objet de régler les conséquences de l'anéantissement du contrat.
La réforme du droit des contrats ne permet pas de trancher clairement la question. Il faut, dans les
nouveaux textes, distinguer selon que le contrat est caduc ou résolu.
Si le contrat est résolu l’article 1230 nouveau du Code civil prévoit que la résolution du contrat n’affecte
ni les clauses relatives au règlement des différends, ni celles destinées à produire effet même en cas de
résolution, telles les clauses de confidentialité et de non concurrence. Il n’est dit mot donc des clauses pénales
ou des clauses limitatives de responsabilité. On peut néanmoins penser qu’elles entrent dans la catégorie des
clauses destinées à produire effet même en cas de résolution.
Si le contrat est caduc, en revanche, l’Ordonnance n’envisage pas la survie de certaines clauses, l’article
1187 nouveau disposant de manière très générale que la caducité « met fin au contrat ».

ANNEXE I : fiche de synthèse : La responsabilité des notaires

Lorsqu'une faute est commise par un officier ministériel dans le cadre de ses fonctions, la jurisprudence
retient traditionnellement sa responsabilité délictuelle. La solution est habituellement justifiée par le fait
qu'en leur qualité d'officier ministériel, ils sont soumis à des obligations légales ; malgré l'existence d'un
contrat qui les lie à leurs clients, c'est une obligation extracontractuelle qu'ils violent lorsqu'ils commettent
une faute dans l'exercice de leur mission légale.

La responsabilité des notaires est donc en principe délictuelle (la solution est très ancienne V. Déjà Civ., 25
novembre 1908).
La responsabilité délictuelle du notaire sera ainsi retenue pour les fautes commises par lui dans la rédaction
des actes authentiques, mais aussi pour manquement à son devoir de conseil et encore pour tous les actes
qui se situent dans le prolongement de sa mission d'authentificateur (Civ. 1re, 19 septembre 2001 ; Civ. 1re,
23 janvier 2008).

Cependant, de manière exceptionnelle, la responsabilité notariale peut également être de nature


contractuelle. La responsabilité du notaire est contractuelle lorsqu'il agit, non plus en qualité d'officier public,
mais comme mandataire de ses clients ou souscrit une obligation contractuelle distincte de sa mission
d'authentification des actes (Civ. 1re, 8 mai 1944 ; Civ. 1re, 12 avril 2005).

C'est donc à un régime dualiste que l'on aboutit en matière de responsabilité notariale. La nature de la
responsabilité dépend de l'activité dommageable.
La responsabilité du notaire est en principe délictuelle (I) et, de manière exceptionnelle, contractuelle (II).

I/ La responsabilité délictuelle de droit commun des notaires

La responsabilité délictuelle de droit commun du notaire est subordonnée à la réunion des trois conditions
prévues par l’article 1240 nouveau (1382 ancien) du Code civil : une faute, un dommage et un lien de causalité.

►La faute. Conformément aux règles du droit commun de la responsabilité civile, la faute consiste pour le
notaire à ne pas avoir agi comme aurait dû le faire un officier public compétent, consciencieux et prudent. Elle

131
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
s'apprécie in abstracto. La Cour de cassation a eu l'occasion de décider, à cet égard, qu'on ne pouvait reprocher
à un notaire de ne pas avoir prévu ou anticipé un revirement de jurisprudence (Civ. 1re, 25 nov. 1997).
Les fautes susceptibles d'être commises par le notaire découlent de l'inexécution ou de la mauvaise exécution de
l'une des obligations qui sont mises à sa charge par la loi ou par la jurisprudence.
Le principal devoir du notaire est le devoir de conseil. Dans le domaine notarial, le rôle joué par le devoir de
conseil est primordial. Le devoir de conseil semble aujourd'hui indissociable de la fonction notariale. La doctrine
moderne tend ainsi à y discerner au moins trois obligations : obligation d'information (le notaire doit informer
les parties quant à l’opportunité et aux conséquences de l’acte qu’il instrumente), obligation de vérification et
obligation d'efficacité (le notaire doit mettre en œuvre tous les moyens de nature à donner sa pleine efficacité à
l’acte instrumenté).
La Cour de cassation admet actuellement que le devoir de conseil a un caractère absolu. Le notaire est ainsi
soumis à ce devoir quelles que soient les compétences personnelles des clients (Civ. 1re, 19 déc. 2006).
Il en est de même dans l'hypothèse où le client serait assisté, au moment des faits, par un avocat ou un
conseiller personnel (Civ. 1re, 21 févr. 1995), fût-il lui-même notaire (Civ. 1re, 26 nov. 1996) et même dans
l'hypothèse où le client est lui-même notaire de profession (Civ. 1re, 3 avr. 2007).
Tout au plus, la considération des compétences ou connaissances personnelles du client permet-elle, « le cas
échéant, d'estimer que celui-ci a commis une faute ayant contribué à la production de son préjudice » (Civ. 1re, 19
mai 1999 ; Civ. 1re, 12 juill. 2005 ; Civ. 3eme, 4 février 2014).

Le préjudice. Le notaire, même s'il a commis une faute, n'est tenu de verser des dommages-intérêts que si le
demandeur a subi un dommage direct, actuel et certain (Civ. 1re, 2 avr. 1997). Sur la base de ce principe, il n'est
pas exclu que le dommage allégué soit une perte de chance (Civ. 1re, 10 mars 1964). Le dommage subi par une
personne par l'effet de la faute d'un notaire peut être certain, alors même que la victime disposerait, contre un
tiers, d'une action consécutive à la situation dommageable née de cette faute et propre à assurer la réparation
du préjudice (Civ. 1re, 9 nov. 2004).

Le lien de causalité. Conformément au droit commun, il doit exister entre le préjudice invoqué et la faute du
notaire un lien de causalité direct et certain. La Cour de cassation exerce strictement son contrôle à cet égard sur
les juges du fond censurant les décisions admettant incorrectement l'existence d'un tel lien (Civ. 1re, 28 mai
2009) ou rejetant à tort son existence (Civ. 3e, 16 déc. 2009).

II/ La responsabilité contractuelle exceptionnelle des notaires

Lorsqu’il intervient en tant que simple mandataire – par exemple parce que son client lui a confié un mandat de
renouvellement d’une hypothèque ou un mandat pour le recouvrement d’une créance – et non plus comme
officier ministériel, le notaire engage sa responsabilité contractuelle sur le fondement de l’article 1231-1
nouveau (1147 ancien) du Code civil.

Sa responsabilité est donc subordonnée à la preuve d’un manquement contractuel (une méconnaissance de ses
obligations tirées du contrat de mandat), d’un dommage et d’un lien de causalité.

La responsabilité du notaire n’a alors aucune spécificité par rapport à la responsabilité contractuelle de droit
commun.

ANNEXE II : fiche de synthèse : la responsabilité des avocats

Présentation. L'avocat est un professionnel du droit qui représente son client, accomplit les actes de procédure
et exerce une activité de conseil, dans un cadre judiciaire ou extra-judiciaire. Les missions de l’avocat et le rôle
de l'avocat sont fortement réglementées par la loi (L. no 71-1130, 31 déc. 1971, JO 5 janv. 1972 et L. no 90-1259,
31 déc. 1990, JO 5 janv. 1991, portant réforme de certaines professions judiciaires et juridiques).

Malgré la spécificité des obligations de l’avocat, sa responsabilité est gouvernée par les règles de droit commun :
l’avocat engage sa responsabilité contractuelle à l’égard des clients avec lesquels il a conclu un contrat (I) et
délictuelle à l’égard des tiers (II).

132
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
I/ Responsabilité contractuelle de l’avocat à l’égard de ses clients

Qu’il représente son client en justice – en vertu d’un mandat ad litem – ou dans un cadre extra-judiciaire – en
vertu d’un mandat ad negotia – l’avocat est tenu d’une responsabilité contractuelle à l’égard de son client
cocontractant.

►Mandat ad litem. L'avocat représente ses clients en vertu d'un mandat « de représentation en justice (qui)
emporte pouvoir et devoir d'accomplir au nom du mandant les actes de la procédure » (CPC, art. 411). Ce mandat
spécial est appelé mandat ad litem. Il lui confère la mission de le représenter en justice et de postuler. La
responsabilité découlant de l'exécution de ce mandat a une nature contractuelle.

► Mandat ad negotia. Les rapports contractuels entre l'avocat et son client, même dans un cadre purement
judiciaire, ne se limitent pas à l'accomplissement d'actes juridiques pour le compte du mandant. En effet, « le
mandat de représentation emporte mission d'assistance, sauf disposition ou convention contraire» (CPC, art.
413). Or, « la mission d'assistance en justice emporte pouvoir et devoir de conseiller la partie et de présenter sa
défense sans l'obliger » (CPC, art. 412). Par conséquent, même dans un cadre purement judiciaire, l'avocat n'agit
pas seulement en qualité de mandataire, il s'engage aussi à accomplir diverses prestations de service, en
particulier à conseiller son client pour la sauvegarde de ses intérêts et à plaider sa cause devant le tribunal. Ces
missions ne découlent pas seulement du mandat mais s'apparentent davantage à l'exécution d'obligations
découlant d'un contrat d'entreprise. Cette qualification ne modifie en rien la nature de la responsabilité de
l'avocat qui conserve un fondement contractuel. On parle ainsi de mandat ad negotia, contrat par lequel l'avocat
est chargé d'accomplir un acte sans lien avec une procédure judiciaire en cours et dont les avocats n'ont pas le
monopole, comme le recouvrement d'une créance, le renouvellement d'une hypothèque. La responsabilité qui
découle de l'accomplissement défectueux de ces prestations, telle la rédaction d'un acte, est de nature
contractuelle (Civ. 1re, 24 juin 1997, no 95-11.380, JCP G 1997, II, no 22914, note Martin R.). En tant que
consultant, il donne son avis sur une situation de fait en fonction des données juridiques applicables. Il peut
dispenser ces conseils avant un procès ou en dehors de toutes perspectives contentieuses. Là encore, sa faute
engage sa responsabilité contractuelle à l'égard de ceux qui l'ont sollicitée.

II/ Responsabilité délictuelle de l’avocat à l’égard des tiers

► Responsabilité extracontractuelle à l’égard des tiers. Lorsque la responsabilité d'un avocat est mise en cause
par un tiers, elle a un fondement extracontractuel (Civ. 1re, 6 avr. 2004, no 01-14.434), ce qui est notamment le
cas lorsque la demande en réparation émane de l'un de ses confrères (Civ. 2e, 7 oct. 2004, no 02-14.264, Bull. civ.
II, no 450). Ainsi, lorsque l'avocat prête son concours à la rédaction d'un acte, il est tenu de s'assurer que toutes
les conditions nécessaires à l'efficacité juridique de la convention sont réunies, même à l'égard de l'autre partie,
et en répond-il sur le fondement de l'article 1240 nouveau (1382 ancien) du Code civil.

De même, la responsabilité de l'avocat a un fondement extracontractuel lorsqu'il n'a pas été choisi par son client
mais désigné par le bâtonnier de l'Ordre des avocats en qualité de suppléant d'un confrère provisoirement
empêché d'exercer ses fonctions (Civ. 1re, 5 mai 2004, no 01-15.925, Bull. civ. I, no 124, précité).

ANNEXE III : fiche de synthèse : Les liens entre garanties des vices cachés et défaut de
conformité

L’acquéreur insatisfait de la chose livrée dispose de plusieurs actions, au fondement différent, contre son
vendeur (I). Cette multiplicité d’actions pose avec une acuité toute particulière la question de leur concours :
l’acquéreur peut-il choisir l’action qui lui est la plus favorable ou tout choix est-il exclu ? (II).

I/ Les actions de l’acquéreur insatisfait

L’acquéreur à qui est délivré une chose défectueuse dispose de deux actions de nature différente : la garantie de
conformité de droit commun (A) et la garantie des vices cachés (B). En sus, si l’acquéreur est consommateur, il
dispose de la garantie de conformité spécialement prévue par le Code de consommation, garantie spéciale qui
couvre, en réalité, à la fois le défaut de conformité et les vices cachés (C).

133
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
A/ La garantie de conformité de droit commun

1/ Notion

Le défaut contractuel se définit comme le défaut de conformité « aux spécifications convenue par les parties »
(Civ. 1re, 91-18.924), c’est-à-dire non seulement à ce qui a été expressément stipulé (ex : des vis ne présentant
pas la qualité prévue au contrat, Com., 4 mai 1993, n° 91-18.670 ), mais également aux normes administratives
et réglementaires (Civ. 1re, 29 janv. 2002, n° 99-21.728). Plus clairement, le vendeur doit délivrer une chose
conforme à ce qui était convenu, dans sa qualité, sa quantité, son identité.

2/ Régime

Le défaut de conformité correspond donc à un défaut d’identité entre la chose délivrée et la chose vendue (non-
conformité objective ou matérielle) qui manifeste une inexécution de l’obligation de délivrance sanctionnée par
la responsabilité contractuelle de droit commun (C. civ., art. 1231-1 nouv. - 1147 anc.) et non à un défaut de
fonctionnement affectant l’utilité ou la valeur économique de la chose (non-conformité subjective ou
fonctionnelle) qui relève de la garantie des vices cachés (C. civ., art. 1641).
Le défaut de conformité de droit commun, sanctionné par la jurisprudence sur le fondement de l’article 1231-1
(1147 ancien) du Code civil, peut être évidemment invoqué par tous les acquéreurs, quel que soit leur qualité (et
notamment qu’il soit professionnel ou consommateur) ou la chose vendue.
Le délai de prescription, de droit commun, est de cinq ans à compter du jour où l’acquéreur a connu ou aurait
dû connaître les éléments lui permettant d’agir.

L’obligation de délivrance conforme est assurément une obligation de résultat : pour engager la responsabilité
du vendeur, l’acquéreur doit simplement encore démontrer l'existence du défaut de conformité (Com., 16 juin
1987, n°86-12.178) ainsi que le préjudice consécutif (Civ. 1re, 23 avr. 1980, n°79-10.121).
Cette règle demeure conforme au droit commun de la preuve. L’article 1353 alinéa 2 (1315, alinéa 2 ancien), du
Code civil impose seulement au débiteur de prouver l'exécution de l'obligation contractuelle : la délivrance
matérielle. Mais le créancier qui demande réparation doit en vertu de l'article 1353 alinéa 1 (1315, alinéa 1er
ancien) du Code civil démontrer l’existence de son obligation de réparation par l'inexécution dommageable,
étant observé que, détenant la chose, il est apte à prouver qu'elle ne correspond pas aux caractéristiques
contractuelles. La qualification d’obligation de résultat exclut donc seulement la preuve d’une faute du débiteur,
mais n’implique pas une garantie des dommages subis par l’acheteur.

B/ La garantie des vices cachés

1/ Notion

Aux termes de l’article 1641 du Code civil, le vice caché est le vice rendant la chose impropre à l’usage auquel on
la destine ou qui diminue cet usage d’une façon importante (C. civ., art. 1641). Le vice caché se définit donc par
le Code civil en fonction, non pas de sa nature, mais de ses conséquences.

La garantie des vices cachés ne peut être mise en œuvre qu’à la condition que :
- la chose soit impropre à son usage normal ;
- le vice soit caché ;
- le vice se rattache à la vente.
Non décelable par l’acquéreur au moment de la réception, ce vice caché existe pourtant dès la formation du
contrat et empêche l’acquéreur de retirer l’utilité économique normale de la chose. Il démontre ainsi que la
prestation caractéristique (le transfert de propriété prolongé par la délivrance) est sans intérêt (ex : tuiles
gélives ; maison infectée de termites…). Il ne s’agit donc pas d'une question de responsabilité, mais
véritablement de garantie : le vendeur doit garantir à l’acquéreur l’utilisation utile du bien vendu. C’est la raison
pour laquelle le Code civil lui impose une garantie des vices cachés postérieurement à la réception.

2/ Régime

134
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
Quant aux personnes, la garantie des vices cachés est applicable à tous les contrats de vente, qu’ils impliquent
ou non un consommateur.
Le délai de prescription est de 2 ans à compter de la découverte du vice (art. 1648).
S’agissant de la preuve, l’acquéreur doit démontrer l’existence du défaut avant la conclusion de la vente. En
matière de vice caché, il appartient à l’acquéreur de prouver l’existence et la consistance du vice, même si la
jurisprudence lui facilite la tâche en considérant, en présence d’un dommage dont la cause est inconnue, que le
désordre révèle nécessairement le vice (Civ. 1re, 2 déc. 1992, n° 91-13.463).
L’acquéreur peut obtenir la résolution du contrat sans avoir à démontré que le vendeur connaissait l’existence
du vice (art. 1643). En revanche, la preuve de la faute du vendeur doit, en principe, être rapportée si l’acquéreur
souhaite également obtenir le paiement de dommages-intérêts.
Lorsque, en effet, le dommage a été causé par un vice caché, l'article 1645 du Code civil impose au créancier la
preuve de la connaissance du vice, c'est-à-dire de la mauvaise foi du débiteur. Cette faute dolosive, qui pourrait
justifier l'annulation du contrat sur le fondement de l'article 1137 (1116 ancien) du Code civil (v. par ex., Civ. 3e,
29 nov. 2000, n°98-21.224), est présumée lorsque le vendeur est un professionnel (Com., 27 nov. 1991, n°89-
19.546). Elle permet au créancier d'obtenir la réparation de l'intégralité du préjudice, tant matériel que moral,
provoqué par le vice affectant la chose vendue (Civ. 3e, 8 oct. 1997,n° 95-19.808).

La Cour de cassation précise cependant que le vendeur n'est pas pour autant tenu d'une obligation de résultat
quant aux dommages causés par la chose (Civ. 1re, 16 mai 1984, n° 83-11.843) puisque l’indemnisation est
soumise à la preuve conjointe d'un vice connu du vendeur et d'un lien de causalité entre l'anomalie constatée et
le dommage survenu.

À retenir : Les notions de vices cachés et de garantie de conformité de droit commun sont parfaitement
distinctes. Alors que le vice caché est un défaut qui affecte l’usage normal de la chose, de facto, la qualité de la
chose, le défaut de conformité provient quant à lui d’une différence entre la chose convenue et la chose livrée.
Le défaut de conformité est, de par sa nature même, distinct du défaut caché. Autrement dit, une chose peut
être affectée d'un défaut de conformité sans être aucunement affectée dans son usage. S’il n’y a aucune
difficulté à distinguer le vice caché du défaut de conformité lorsque ce dernier provient d’une différence de
nature ou de quantité entre la chose commandée et la chose livrée, la distinction est, en revanche, beaucoup
moins tranchée, au moins dans certains cas, lorsque le défaut de conformité est relatif à une qualité de la chose.
Le régime de ces deux actions est également parfaitement différent.
Il est donc très important de distinguer très clairement ces deux actions.

C/ La garantie de conformité du droit de la consommation

1/ Notion
S’agissant des relations avec les consommateurs, d’après l’article L. 217-4 du Code de la consommation, « le
vendeur est tenu de livrer un bien conforme au contrat et répond des défauts de conformité existant lors de la
délivrance. Il répond également des défauts de conformité résultant de l'emballage, des instructions de montage
ou de l'installation lorsque celle-ci a été mise à sa charge par le contrat ou a été réalisée sous sa responsabilité ».
En d’autres termes, la notion légale de conformité du bien au contrat est une notion unitaire. En effet, sous
l’impulsion de la directive de la Communauté européenne du 25 mai 1999 « sur certains aspects de la vente et
des garanties des biens de consommation », les deux obligations du vendeur – celle de délivrer une chose
conforme et celle de garantir les vices cachés – ont fusionné pour n’en faire plus qu’une seule, déterminée par la
loi : « livrer un bien conforme au contrat » et « répondre des défauts de conformité existant lors de la
délivrance ».

2/ Régime

Le domaine de la responsabilité du vendeur, qui s’applique aux ventes conclues après le 18 février 2005, est
limité à deux niveaux :
- Quant aux personnes puisque le vendeur doit agir « dans le cadre de son activité professionnelle ou
commerciale » et l’acheteur « en qualité de consommateur ». Autrement dit, le défaut de conformité ne
peut être invoqué que par l’acquéreur ayant acheté pour ses besoins personnels ;

135
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
- Quant à l’objet vendu puisque seul un bien meuble corporel, présent ou à venir peut être affecté d’un
défaut de conformité.

Le délai de prescription est de deux ans à compter de la délivrance du bien (. C. conso., art. L. 217-12).
Si, au niveau du délai de prescription, le droit spécial est moins favorable à l’acquéreur consommateur, les
choses sont inversées au niveau probatoire. En effet, le défaut pouvant déclencher la garantie de conformité
doit exister au moment de la délivrance, et doit donc exister avant la réception de la chose par l’acquéreur (C.
conso., art. L. 217-4).
Ce principe est le même que celui existant pour la garantie des vices cachés de droit commun. Mais, par faveur
pour le consommateur, le législateur a créé une présomption d’antériorité du défaut fondée sur la probabilité,
extrêmement favorable ; l’article L. 217-7, alinéa 1er, du Code de la consommation disposant que « les défauts de
conformité qui apparaissent dans le délai de six mois à partir de la délivrance du bien sont présumés exister au
moment de la délivrance, sauf preuve contraire ».

À retenir : La garantie de conformité prévue par le Code de consommation permet à l’acquéreur consommateur
de se prévaloir à la fois d’un défaut de conformité ou d’un vice caché.
Elle est régie par un régime spécial, distinct en tous points, des régimes de droit commun.

II/ Les concours d’actions

A/L’interdiction de cumuler les actions fondées sur le droit commun

1/ Non cumul de l'action en garantie des vices cachés et de l'action en nullité pour erreur

Les vices cachés se définissent comme des défauts rendant la chose impropre à sa destination. La Cour de
cassation rappelle que « lorsque la chose est atteinte d'un défaut la rendant impropre à son usage, l'acheteur ne
dispose pas de l'action en nullité pour erreur sur les qualités substantielles mais seulement de l'action en garantie
des vices cachés » (Civ. 1re, 19 oct. 2004, n° 01.17-228).

2)/ Non cumul de l'action en garantie des vices cachés et de l'action en conformité de droit commun

L’acquéreur ne peut choisir entre actions en garantie des vices cachés et garantie de conformité de droit
commun car ces deux actions ont des fondements et une nature distincts.
Lorsque l’acquéreur se trompe de fondement, le juge n’a pas l’obligation de statuer d’office sur le bon
fondement. Suivant la position de certains auteurs estimant les différences entre ces deux actions trop
marquées, les différentes chambres de la Cour de cassation décident que, lorsqu’il y a vice caché, les juges du
fond n’ont pas à rechercher si le vice allégué serait un manquement à une obligation de délivrance conforme de
la chose (Civ. 1re, 10 mars 1993, n° 90-18.688 ; Civ. 2e, 8 déc. 1993, n° 91-19.627), revirant ainsi la position
établie depuis 1989 (Civ. 1re, 13 déc. 1989, n° 87-14.360).

B/ La faculté de cumuler les actions fondées sur le droit commun et sur le droit spécial

Comme le permet la directive, l’article L. 217-13 du Code de la consommation prévoit que ce régime spécial ne
prive pas l’acquéreur des autres moyens qui lui offre le droit commun ou même le contrat, à l’instar de la
garantie des vices cachés. Ce mécanisme de droit spécial coexiste donc avec le droit commun. Par conséquent
l’acheteur, forclos en ce qui concerne l’action en responsabilité de l’article L. 217-9 du Code de consommation
en raison de l’écoulement du délai de prescription de deux ans, peut agir en justice en invoquant le droit
commun. Ainsi, s’il se plaint d’un vice caché, au sens du droit commun, il pourra agir en garantie des vices
cachés, le délai de prescription, également de deux ans courant au jour de la découverte du vice (C. civ., art.
1648), non au jour de la délivrance du bien (C. conso., art. L. 217-12) ! S’il se plaint d’un défaut de conformité, au
sens du droit commun, l’acquéreur pourra agir sur le fondement de la garantie de droit commun, et engager la
responsabilité contractuelle du vendeur professionnel dans le délai de prescription quinquennale.

Remarque : À n’en pas douter les concours d'actions se multiplient entre droit spécial et droit commun et entre
droits spéciaux, ce qui somme toute devrait être favorable au consommateur... à la condition de faire le bon
136
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
choix, ce qui n’est, en définitive, pas facile, car si la comparaison en terme de protection du consommateur
semble pencher plutôt, paradoxalement, vers le droit commun, c’est au cas par cas que la comparaison est
pertinente. De manière plus générale, la sécurité juridique et la prévisibilité n’en sortent pas indemnes.

ANNEXE IV : fiche de synthèse : La représentation

La représentation se définit comme étant l’ « action consistant pour une personne investie à cet effet d’un
pouvoir légal, judiciaire ou conventionnel (le représentant), d’accomplir au nom et pour le compte d’une autre –
incapable ou empêchée (le représenté) – un acte juridique dont les effets se produisent directement sur la tête du
représenté »116.
A la lecture de cette définition, on comprend que la représentation est une figure particulière. En effet, une
personne, le représentant, signera un acte mais n’en subira pas les effets. Ces derniers se produiront dans le
patrimoine d’une autre personne, le représenté. Pour le dire simplement « la représentation constitue une
opération qui paraît contraire à la logique juridique »117.
Exemple : A souhaite faire l’acquisition d’un bien immobilier mais il se trouve dans l’impossibilité (matérielle,
morale, physique …) d’aller négocier avec B, le vendeur. A peut alors à sa guise choisir d’envoyer C négocier et
contracter pour lui. Ainsi, B et C auront négocié ensemble Pour autant, seuls A, l’acquéreur représenté, et B, le
vendeur, seront parties au contrat de vente.
Les nouveaux textes du Code civil consacrent un paragraphe à la représentation, au sein des dispositions
relatives à la formation des contrats (art. 1153 à 1161 nouv.). Ils se bornent, en général, à codifier le droit
existant, sauf à apporter certaines précisions.
Pour exposer cette « barbarie » juridique, on développera dans un premier temps les caractéristiques de la
notion (I). Dans un second temps, on s’intéressera à ses effets (II).

I. Les caractéristiques notionnelles de la représentation.

De manière tout à fait classique, pour analyser le contenu de la représentation, on commencera par la définir (A)
puis, on exposera les différentes sortes de représentation que le droit connaît (B) et, enfin, on énoncera les
conditions d’existence de la représentation (C).
A. Définition de la représentation.

Pour qu’il y ait représentation, il faut, traditionnellement, qu’un acte juridique (1) soit réalisé par une personne
et que les effets de cet acte impactent le patrimoine d’une autre personne (2).
1. La réalisation d’un acte juridique

Pour qu’il y ait représentation, un acte juridique doit se former. Par principe, tous les actes juridiques peuvent
être accomplis par l’intermédiaire d’un représentant. Toutefois, par exception, certains, ceux qui sont les plus
personnels, ne pourront pas être passés par un représentant118.
S’est posée la question de savoir si un fait juridique pouvait être passé par représentation. La chambre
commerciale119 de la Cour de cassation a répondu par la positive. Un fait juridique peut donc être à l’origine
d’une représentation.
Cet acte ou fait juridique doit impacter le patrimoine d’une autre personne. On dit qu’il y a imputation
dérogatoire des effets de l’acte, ou du fait, juridique.

116 G. CORNU, Vocabulaire juridique, v° Représentation. Il convient de noter que cette notion n’est pas définie dans le Code civil. Elle est une
principalement l’œuvre de la doctrine et de la jurisprudence. Une des conséquences du l’absence de traitement par le Code civil de la notion c’est
qu’il est compliqué de trouver un fondement certain à la représentation.
117 V. A. ROUAST, La représentation dans les actes juridiques, Les cours du droit 1947-1948, p.91 cité par N. MATHEY, Répertoire de droit civil, v°

Représentation n°11
118
Les actes relevant du mariage (article 75 du Code civil) ou du testament (article 970 du Code civil) sont si personnels qu’ils ne peuvent être
passés par l’intermédiaire d’un représentant.
119 Com. 24 novembre 1987 ou encore 24 mai 1994 ou encore 13 juin 1995.

137
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
2. L’imputation dérogatoire.

La représentation permet d’impacter le patrimoine d’une personne qui n’a pourtant pas réalisé l’acte. En effet,
le mécanisme de la représentation opère un transfert des effets de l’acte, ou du fait juridique. Ce n’est pas celui
qui a formé l’acte qui devient créancier ou débiteur, mais le représenté120. Ainsi, le patrimoine touché par
l’opération n’est pas celui du représentant, mais celui du représenté. On dit alors qu’il y a imputation
dérogatoire121. Cette dernière est une caractéristique essentielle de la représentation122.

Voyons à présent les différentes sources qui peuvent donner lieu à des figures de représentation.

B. Sources de la représentation.

Différentes sources peuvent être à l’origine de la représentation : la représentation peut être légale (1),
conventionnelle (2) ou encore judiciaire (3).
1. Représentation légale

Lorsque la représentation est légale, elle est souvent obligatoire. Tel est le cas par exemple des représentations
nécessaires pour les actes que des incapables ne peuvent passer seuls ou encore pour les actes qui engagent
une personne morale. Cette dernière ne peut matériellement pas former l’acte par ses propres moyens, la
représentation est alors nécessaire.
2. Représentation conventionnelle

C’est celle qui est la plus utilisée. Elle s’opère lorsque le représenté va spontanément, de son propre chef,
confier à autrui le soin de le représenter.
3. Représentation judiciaire

La représentation judiciaire s’opérera lorsque la représentation sera la conséquence d’une décision de


justice123.

II. Les conditions de la représentation.

Les conditions de la représentation s’ordonnent autour de deux thèmes : la question de la capacité (A) et celle
du pouvoir (B).
A. La capacité

Le représenté doit avoir la capacité de jouissance124 et, ce, pour toutes les formes de représentation.
Néanmoins, en matière de représentation conventionnelle, outre la capacité de jouissance, la capacité civile est
aussi nécessaire : le représenté doit avoir la capacité de conclure le contrat que le représentant va conclure en
sa place et en son nom.

120 La représentation et la solidarité sont deux mécanismes très différents, tout deux différents du droit commun. Alors même que par principe
seule la partie à l’acte devrait être liée par le contrat, la solidarité va opérer un lien solidaire entre plusieurs personnes. La représentation n’aura
jamais cet effet.
121
Cette imputation dérogatoire en matière de représentation s’opère de plein droit, c’est-à-dire sans que les parties n’aient besoin d’intervenir. A
l’inverse, si une nouvelle manifestation de volonté, en sus de celle nécessaire pour former l’acte, est requise pour que les effets de l’acte formé
impactent le patrimoine d’un autre que celui partie à l’acte, alors on ne sera pas en présence d’une représentation, mais en présence d’une autre
figure, telle la convention de prête-nom ou la déclaration de command. En ce sens, voir par N. MATHEY, Répertoire de droit civil, v° Représentation
n°21
122 Ainsi, pour qu’il y ait représentation, celui qui forme l’acte ne doit pas le former en son nom mais au nom d’autrui. Il n’est que la main qui signe

et cela doit se savoir clairement. Ainsi, en pratique, le représentant dira le nom de celui pour lequel il forme l’acte et indiquera qu’il ne le signe
qu’en qualité de représentant.
123 Ceci peut se produire lorsque le juge, par une décision, enjoint un époux à représenter son conjoint incapable de manifester sa volonté. Cela se

produit également dans le cadre d’une procédure collective, où les organes de la procédure représentent les créanciers.
124 Pour rappel, la capacité de jouissance est l’ « aptitude à devenir titulaire d’un droit ou d’une obligation » G. CORNU, Vocabulaire juridique, v°

capacité
138
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
Pour sa part, le représentant doit avoir la capacité d’exercice125. En sus, il doit exprimer un consentement réel et
libre de tout vices à l’acte qu’il forme au nom et pour le compte du représenté. C’est dans la personne du
représentant que se caractérise l’existence ou non d’un vice de consentement (erreur, dol, violence…) dans
l’acte juridique126. En revanche, il n’est nul besoin que le représentant ait eu l’intention de représenter.
Ainsi, pour résumer :
- La capacité de jouissance du représenté est requise pour toutes les formes de représentation, étant
précisé que la capacité d’exercice sera également requise si la représentation est de source
conventionnelle.

- Le représentant doit avoir une pleine capacité d’exercice ainsi qu’un consentement libre et éclairé.

Le non-respect des conditions de capacité entraîne la nullité de l’acte juridique formé.


B. Le pouvoir

Le pouvoir, notion centrale dans la représentation, s’entend de « la prérogative qui permet à son titulaire
d’exprimer un intérêt au moins partiellement distinct du sien par l’émission d’actes juridiques unilatéraux
contraignants pour autrui »127.
Ainsi, le représentant ne peut former l’acte au nom et pour le compte du représenté que s’il a le pouvoir de le
faire. En conséquence, pour que s’opère la représentation, il faut s’intéresser au pouvoir du représentant de
former l’acte.
Son pouvoir sera plus ou moins étendu selon qu’il est spécial ou général. Lorsque son pouvoir est général, le
représentant ne peut passer que des actes d’administration. A l’inverse, lorsqu’il est spécial, le représentant
peut passer tout type d’actes, mais il est limité dans son champ d’application. En effet, il peut, avec un pouvoir
spécial, passer des actes notamment de disposition128, mais il ne peut passer que les actes visés par le pouvoir
spécial qui lui est conféré.
L’acte conclu sans pouvoir ou en dépassement du pouvoir est, selon l’article 1156 alinéa 1, inopposable au
représenté, à moins que le tiers ait légitimement cru en la réalité des pouvoirs du représentant, en raison du
comportement ou des déclarations du représenté. Dans cette dernière hypothèse, le tiers contractant peut
invoquer la nullité de l’acte (art. 1356 al. 2 nouv.) Avant la réforme, l’acte ainsi conclu était considéré comme nul
(Civ. 3e, 15 avril 1980 ou encore Ass. Plen. 28 mai 1982, pourvoi n°79-13.660).
En tout état de cause, l’acte pourra produire ses effets si le représenté le ratifie (art. 1156 al. 3)129.
Cependant, pour ce faire, il faut que le représenté ait la capacité nécessaire. Quoi qu’il en soit, la ratification
peut être expresse ou tacite (tel est le cas lorsqu’elle résulte d’un comportement du représenté) et elle opère de
manière rétroactive.
Enfin, se pose également la question de la sanction de l’acte conclu par un détournement de pouvoir. Alors que
l’ancien droit ne répondait pas à cette interrogation, le nouvel article 1157 prévoit que lorsque le représentant
détourne ses pouvoirs au détriment du représenté, ce dernier peut invoquer la nullité de l’acte accompli si le
tiers avait connaissance du détournement ou ne pouvait l’ignorer.
L’article 1158 nouveau offre en outre la possibilité au tiers qui doute de l’étendue du pouvoir du représentant
conventionnel à l’occasion d’un acte qu’il s’apprête à conclure, de demander par écrit au représenté de lui
confirmer, dans un délai qu’il fixe et qui doit être raisonnable, que le représentant est habilité à conclure cet

125
Pour rappel, la capacité d’exercice est l’ « aptitude à faire valoir par soi-même et seul un droit dont on est titulaire sans avoir besoin d’être
représenté ni assisté à cet effet par un tiers (aptitude qui, étant de principe, pour une personne physique à dix-huit ans accomplis, peut être limitée
ou exclue dans les cas spécifiés par la loi – les incapables- ») G. CORNU, Vocabulaire juridique, v° capacité.
126 Se pose en théorie la question de savoir si un représentant peut être un incapable puisque seule la capacité d’exercice lui est nécessaire. En

pratique, puisque les vices du consentement et le discernement nécessaire à la formation de l’acte s’analysent en la personne du représentant, si ce
dernier est incapable, alors il pourrait être pourvu d’un discernement insuffisant entrainant l’annulation du contrat. Par conséquent, ce simple
risque fait qu’en pratique un incapable ne sera pas représentant.
127 E. GAILLARD, la notion de pouvoir en droit privé, préf G. Cornu, 1985, economica, n° 214 et suivants cité par N. MATHEY, Répertoire de droit civil,

v° Représentation n°48
128 Pour les actes de dispositions, les actes qui font sortir un bien, un droit … du patrimoine, autrement dit les actes d’aliénation, le pouvoir doit être

exprès (article 1988 al.2 du Code civil).


129 Si la ratification doit être opérée personnellement par le représenté, ses créanciers devraient pouvoir être en mesure d’opérer cette ratification

par le truchement de l’action oblique (article 1341-1 nouveau - 1166 ancien du Code civil).
139
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
acte. Aux termes de l’article 9 de l’Ordonnance, cette disposition est applicable dès l’entrée en vigueur de
l’Ordonnance.
III. Les effets de la représentation.

Les effets de la représentation opèrent tant au regard du représentant et du représenté (A), qu’à l’égard des
tiers (B).
A. Les effets de la représentation à l’égard des acteurs.

L’opération de représentation produit des effets tant à la charge du représentant (1) qu’à la charge du
représenté (2).
1. Les effets à la charge du représentant

Le représentant supporte deux devoirs : un devoir de diligence et un devoir de loyauté.


Au titre de son devoir de diligence, le représentant doit agir dans l’intérêt du représenté et il doit le faire, en
principe, personnellement130. En sus, il doit rendre compte de sa gestion. Ainsi, il rendra compte des fautes qu’il
aurait pu commettre et notamment de celles qui auront pour conséquence la nullité de l’acte qu’il aura formé
au nom et pour le compte du représenté.
En vertu de son devoir de loyauté, il devra éviter toute situation de conflit d’intérêt. A ce sujet, le droit a mis en
place un organe ad hoc chargé d’éviter toute situation conflictuelle au regard des intérêts du représenté et du
représentant. C’est le cas notamment du tuteur subrogé lorsque le tuteur est en situation de conflit d’intérêt
avec celui qu’il représente.
Par ailleurs, se pose la question de la validité des actes avec soi-même, c’est-à-dire des actes dans lesquels le
représentant représente les deux parties au contrat, voire les hypothèses dans lesquelles le représentant
s’engage à la fois pour lui-même et pour son représenté. Le droit ancien décidait que, par principe, ces
opérations sont possibles à la condition que le représentant informe de sa double qualité (Civ. 1e, 22 décembre
1954). A défaut, l’acte encourt la nullité. Désormais, l’article 1161 prohibe par principe de telles opérations.
Deux exceptions sont cependant prévues : lorsque la loi l’autorise ou lorsque le représenté l’a autorisé ou a
ratifié l’acte.

2. Les effets à la charge du représenté.

Pour sa part, le représenté supporte deux effets, des effets dit positifs et des effets dit négatifs.
Au titre des effets positifs, le représenté est engagé de plein droit à l’égard des tiers par l’acte formé par le
représentant.
Au titre des effets négatifs, puisqu’il est considéré comme partie à l’acte, le représenté ne peut agir en tierce
opposition sauf dans certaines hypothèses : la fraude (Civ. 28 décembre 1882), l’opposition d’intérêts (Com. 16
janvier 1995) ou encore l’existence d’un moyen personnel (Civ 15 janvier 1873)
La représentation crée des effets aussi à l’égard des tiers.

B. Les effets de la représentation à l’égard des tiers

Le représenté est engagé à l’égard des tiers et c’est lui qui dispose de toutes les actions et tous les droits contre
les tiers. En sus, c’est le représenté qui est responsable aux yeux des tiers, sur un fondement contractuel, du
délit, du quasi-délit, de la fraude et du dol de son représentant (Civ. 2e, 17 juillet 1967, pourvoi n° 65-12.671).
A noter : l’acte est réputé accompli à la date à laquelle le représentant l’a réalisé. Le lieu de son
accomplissement est le lieu où il a été réalisé par le représentant. En cas de ratification, c’est le lieu de
ratification qui déterminera les questions de compétence.

130 Il pourra parfois ne pas agir personnellement et être substitué, tel est le cas notamment en matière de mandat (article 1994 du Code civil).
140
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
Pour sa part, le représentant n’a aucun engagement envers les tiers, et donc envers la partie cocontractante à
l’acte. Il sera, sur le fondement d’une responsabilité délictuelle, responsable à l’égard des tiers des délits et
quasi-délits qu’il aura commis spontanément ou sur les instructions de son représenté131.

ANNEXE V : fiche de synthèse : La simulation

Dans le langage courant, simuler c’est imiter la réalité, c’est faire croire. C’est d’ailleurs ce que nous dit le
Larousse, qui définit la simulation comme « l’imitation volontaire ou semi-volontaire ».
Qu’en est-il en droit ?
Dans le langage juridique, la simulation s’entend « d’un mensonge concerté entre des contractants qui
dissimulent le contrat qui renferme leur volonté réelle derrière un contrat apparent ».132
Il y a donc simulation lorsqu’en sus d’un contrat apparent, les parties ont formé, dans le même temps, un autre
accord qui témoigne de leur réelle intention. Autrement dit, l’acte apparent fait office de faux semblant, il est
officiel mais ne comporte pas la volonté réelle des parties. L’acte secret, à rebours du premier, est officieux,
caché, mais il comporte la volonté réelle des parties133.
Ainsi, la simulation est constituée dès que sont réunis trois critères :
- Il faut un acte secret pour les tiers, appelé contre-lettre ; cette clandestinité est de l’essence même de
la contre-lettre134. Ce secret veut que seules les parties135 aient connaissance de l’existence de la contre-lettre.
- Cet acte secret doit être en contradiction avec un acte apparent (pour une illustration, Com., 12 mai
2004, pourvoi n°01-00.521).
- Il faut enfin que l’acte secret soit contemporain de l’acte ostensible. Mais cette proximité est d’ordre
intellectuel et non matériel : sont contemporains deux actes dès lors qu’ils sont unis par un lien intellectuel136.
La simulation est désormais envisagée à l’article 1201 nouveau du Code civil qui reproduit les dispositions de
l’ancien article 1321. Seule une précision, conforme au droit antérieur, y est ajoutée s’agissant des effets de la
contre-lettre à l’égard des tiers (voir ci-dessous).
Ces précisions étant faites, on s’attachera à présenter les différentes formes que peut prendre la simulation (I)
avant d’en préciser le régime (II), commun à toutes les hypothèses de simulation.
I) Les formes de la simulation.
La simulation peut prendre la forme d’un acte fictif (A), d’un acte déguisé (B) ou encore d’une interposition de
personne (C).

A. L’acte fictif (la simulation porte sur le consentement des parties)

L’acte fictif, c’est l’acte qui n’a qu’un seul but : celui de faire croire en la réalité d’une opération juridique.
Puisque son objet est de faire croire, cela signifie que l’opération juridique portée par l’acte fictif n’existe pas en
réalité. Pour savoir ce que les parties veulent vraiment, il faut s’intéresser à l’acte fictif. Ce type de simulation

131 La cour de cassation a considéré en matière des sociétés que si la société, le représenté, était responsable, alors le dirigeant, représentant, ne
pouvait pas l’être également. Ainsi, la jurisprudence a dégagé un principe d’immunité du mandataire social. Principe qui connaît une exception,
lorsque le mandataire social aura commis une faute détachable de ses fonctions (Com. 27 janvier 1998).
132
F. TERRÉ, Ph. SIMLER, Y. LEQUETTE, Les obligations, Droit civil, Précis Dalloz, n°537, p. 590
133 Une doctrine minoritaire a une vision beaucoup plus large de la notion de simulation et plaide pour l’utilisation de la notion de simulation au-

delà du contrat. Certains tenants de cette doctrine minoritaire, qui optent pour une conception dite large de la simulation, proposent de l’appliquer
même aux faits juridiques venant contredire un acte juridique apparent. La haute juridiction n’a pour l’heure pas suivi cette doctrine minoritaire.
134 Ce critère permet de distinguer la simulation de la déclaration de command. Dans la seconde, le commandé agit qu’il indique pour autrui. Ainsi,

même si la personnalité d’autrui sera révélée postérieurement, il est apparent, aux yeux de tous, qu’un autre acte viendra désigner l’identité du
command. Dans la simulation, la contre-lettre n’est connue de personne sauf des parties à l’acte.
135 Sont assimilés aux parties d’une part les personnes représentées (Civ. 1e, 22 février 1983) et d’autre part les ayants cause universels ou à titre

universel (qui sont supposés continuer la personne du défunt auquel ils succèdent).
136 La cour de cassation a accepté de relever le caractère concomitant de l’acte ostensible et de l’acte secret alors que leur formation respective

était éloignée de plus de quatre années Civ. 1e, 2 juin 1970)


141
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
porte sur le consentement des parties : il fait croire, faussement, que les parties ont consenti à telle opération
juridique.
Ex. : les parties ont apparemment conclu une vente mais, en réalité, elles ont convenu par contre-lettre que le
vendeur resterait propriétaire. Le but d’une telle simulation est généralement de frauder les droits des créanciers
du vendeur : en faisant croire à ses créanciers que le bien n’est plus dans son patrimoine, le vendeur espère
échapper à leurs poursuites.
B. L’acte déguisé (la simulation porte sur la cause ou sur l’objet de l’acte apparent)

Ici, contrairement à l’acte fictif qui vise le consentement, ce sont les éléments de l’opération qui sont visés. La
simulation est totale lorsque c’est la nature du contrat qui est démentie par la contre-lettre ; elle n’est que
partielle si c’est seulement un élément de l’acte qui est démenti.
Ex. : pour échapper aux droits d’enregistrement plus élevés en matière de vente qu’en matière de donation, je déguise
ma donation en vente. Ainsi, aux yeux de tous, j’ai conclu un contrat de vente (l’acte ostensible est un contrat de
vente), mais en réalité, l’acte officieux (la contre-lettre) prévoit qu’il n’y aura pas de paiement de prix. Dans cette
hypothèse, la nature de l’acte juridique a changé ; j’ai opéré une simulation totale par le truchement d’un acte déguisé
(v. par ex. : Civ. 1e, 20 décembre 1988, Civ. 1e, 29 janvier 2002).
C. L’interposition de personne (la simulation porte sur les personnes à l’acte)

Dans ce type de simulation, ce n’est plus l’acte qui est en cause mais les parties à l’acte. Ainsi, ce qui est prévu à
l’acte est réel, mais l’acte n’engage pas les parties à l’acte. Autrement dit, aux yeux de tous, l’acte apparent
détermine telle personne comme étant créancière de telle autre. Mais en réalité, la contre lettre vient rétablir le
véritable créancier ou le véritable débiteur.
Ex. : un propriétaire m’a mandaté pour vendre un bien que je souhaite acquérir moi-même, mais l’article 1596 du Code civil
me l’interdit. Je passe alors un contrat ostensible de vente avec Paul, au nom du propriétaire. Je prévois ensuite une contre-
lettre indiquant que la vente se fera en réalité entre le propriétaire et moi-même.
Reste à savoir quel est le régime de la simulation : lequel, de l’acte ostensible ou de l’acte secret, prévaut sur
l’autre ?

II) Le régime de la simulation.


L’article 1201 (ancien article 1321) du Code civil est très clair quant aux effets de la contre-lettre : « (la contre-
lettre) n’est pas opposable aux tiers, qui peuvent néanmoins s’en prévaloir »137.
Ainsi, il convient de distinguer les effets de la contre lettre entre les parties contractantes (A) de ses effets à
l’égard des tiers (B).

A. Les effets de la contre-lettre entre les parties contractantes.

On aurait pu croire que la contre-lettre est nulle par définition. Tel n’a ni été le choix du législateur ni celui de la
jurisprudence138. Tout au contraire, la contre-lettre produit ses effets entre les parties à l’acte. Elle les produit
d’ailleurs au point que, lorsque l’acte apparent et la contre-lettre se contredisent, c’est la contre-lettre qui
triomphera dans les rapports entre les parties. Après tout, quoi de plus normal, puisque c’est elle seule qui est
porteuse de la réelle volonté des parties.
Toutefois, pour que la contre-lettre produise ses effets, il faut qu’elle respecte des conditions de fond et de
conditions de forme. Quant aux conditions de fond, la contre-lettre doit respecter les conditions de validité de
droit commun applicables à tout contrat (article 1108 et suivants du Code civil, dans leur ancienne rédaction).
Quant aux conditions de forme, la contre-lettre doit respecter les formes imposées pour la validité de l’acte

137 Sont considérés comme des parties à l’acte, les signataires de l’acte mais également les personnes qui ont été représenté à l’acte ou encore les
ayants causes universels ou à titre universel. Enfin, les créanciers chirographaires, normalement considérés comme des tiers, deviennent des parties
à l’acte s’ils agissent par la voie de l’action oblique : Civ. 1e, 12 octobre 1982. Les tiers, pour le dire simplement, ce sont tous les autres, tous ceux
qui ne sont pas parties à l’acte (pour une illustration d’un ayant droit à titre particulier qualifié de tiers Civ. 2e, 12 avril 2012)
138 Le législateur suivi par la jurisprudence a opté pour le principe de la neutralité. La contre-lettre est un contrat comme les autres ; son caractère

secret ne la dispense d’aucune condition de validité mais n’en fait pas non plus un acte nul par définition.
142
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
apparent : elle doit se calquer formellement sur l’acte visible de tous. Par exemple, si l’acte apparent est une
vente et que la contre-lettre prévoit une donation, alors la contre-lettre doit respecter les conditions de forme
du contrat de vente.
Par exception à ce principe d’efficacité de la contre-lettre entre les parties, le législateur a prévu à l’article 1202
(1321-1 ancien) du Code civil, une nullité automatique de la contre-lettre dans certains domaines tels que la
cession d’un office ministériel, la cession d’immeubles, de fonds de commerce ou de bail. Dans ce type
d’opération, les contre-lettres modifiant le prix de la cession (« les dessous de table ») sont par essence nulles139.
En sus de ce texte, l’article 1396 du Code civil prévoit que la contre-lettre modifiant un contrat de mariage est
nulle.
Enfin, s’agissant du régime probatoire de la simulation entre les parties, il faut souligner que celui qui souhaite
mettre en lumière l’existence d’une contre-lettre doit exercer une action en justice spécifique : l’action en
déclaration de simulation, qui se prescrit par 5 ans (art. 2224 C. civ.) à compter du jour de l’acte critiqué de
simulation. Il faudra alors rapporter la preuve de l’acte secret suivant les principes probatoires de droit
commun140 : si l’acte ostensible a été passé par écrit, la preuve de la contre-lettre devra être rapportée par un
autre écrit, conformément à l’article 1359 (1341 ancien) du Code civil141 ; si, à l’inverse, l’acte ostensible n’a pas
été passé par écrit, alors la preuve de la contre-lettre devra être rapportée par écrit si sa valeur est supérieure
au seuil de 1500 euros et par tout moyen si sa valeur est inférieure à ce seuil.
A l’égard des tiers, les effets de la contre-lettre sont tout autres.

B. Les effets de la contre-lettre à l’égard des tiers.

Les effets de la contre-lettre à l’égard des tiers gravitent autour de deux principes.
D’abord, la contre-lettre est inopposable par les parties aux tiers qui n’en ont pas eu connaissance. A contrario,
le tiers qui a eu connaissance de l’acte secret ne peut plus se prévaloir, contre les parties, de son
inopposabilité142. A fortiori en va-t-il ainsi lorsque les tiers ont participé à l’acte secret143.
Ensuite, la contre-lettre est opposable par les tiers qui en ont connaissance aux parties, ce qu’affirme l’article
1201 nouveau du Code civil.
De ces deux principes, il résulte que les tiers ont un choix pour assurer au mieux leurs intérêts :
- Ou se fier à l’acte ostensible et invoquer l’inopposabilité de la contre-lettre ;

- Ou se prévaloir de la contre-lettre et évincer l’acte ostensible, ce qu’ils auront intérêt à faire lorsque la
contre-lettre leur est favorable (pour une illustration : Civ. 1e, 19 juin 1984).

Dans ce dernier cas, pour se prévaloir de la contre-lettre, les tiers devront prouver son existence. Pour ce faire,
ils devront, eux aussi, exercer une action en déclaration de simulation. En revanche, ils ne seront pas soumis aux
mêmes modes de preuve que les parties, car la contre-lettre constitue, pour les tiers, un simple fait juridique. Sa
preuve peut donc être rapportée par tout moyen, quelle que soit sa valeur.

139
La liste des actes énumérés à l’article 1202 (1321-1 ancien) du Code civil est limitative.
Pour des exemples de rejet de la nullité automatique de la contre-lettre dans des contrats autre que ceux énoncés à l’article 1321-1 du Code civil :
Com. 7 mars 1984 (pour une cession de droits sociaux) ; Com. 6 juin 1990 (pour une cession de parts sociales) ; Civ. 3e, 20 mars 1996 (pour la
constitution d’un droit d’usage et d’habitation) ; Civ. 3e, 19 mars 199 (pour la faculté de substitution stipulée dans une PUV).
140 L’objet de la preuve est tout à fait classique. La preuve du contenu de l’acte secret se rapporte de la même manière que pour un acte ostensible

(cf les développements sur la preuve).


141 Req. 10 juillet 1899 ou encore Civ. 1e, 18 janvier 1988, Bull. civ. I n°28. Pour une illustration d’une espèce dans laquelle, contre un acte

authentique, le demandeur a tenté de démontrer l’existence d’une contre-lettre par des témoignages ; les juges ont rejeté sa demande Civ. 1e, 16
octobre 2013, pourvoi n°12-24.119.
142
Pour la même raison, la publication de l’acte secret interdit aux tiers de se prévaloir de l’acte ostensible. Les juges considèrent que, dans telle
hypothèse, les tiers n’ont pu ignorer l’existence de la contre-lettre.
143 Civ. 3e, 8 juillet 1992.

143
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
ANNEXE VI : fiche d'approfondissement : l'exception de nullité

La nullité d’un contrat affecté d’un vice de formation peut être demandée par deux voies procédurales
différentes : la voie de l’action, qui permet à un contractant de prendre l’initiative d’un procès pour obtenir la
nullité d’un contrat ; la voie de l’exception, qui est un moyen de défense invocable par le contractant auquel on
réclame l’exécution d’une obligation et qui souhaite s’y soustraire.
Des développements jurisprudentiels récents ont apporté des précisions sur le régime de l’exception de nullité
(II), ce que l’on exposera après en avoir rappelé les points communs et les différences existant entre l’action en
nullité et l’exception de nullité (I).
I) Action en nullité et exception de nullité
Les nullités, qu’elles soient invoquées par voie d’action ou par voie d’exception, ont en commun leur cause et
leur effet. Ainsi, d’une part, quant à leur cause, tant l’action en nullité que l’exception de nullité sanctionnent un
contrat formé en dépit du respect des conditions de formation, de fond comme de forme. D’autre part, quant à
leur effet, elles anéantissent toutes deux le contrat rétroactivement, le privant ainsi de toute efficacité.
Autrement dit, qu’elle soit invoquée par voie d’action ou par voie d’exception, la nullité repose sur les mêmes
causes et produit les mêmes effets.
Nonobstant ces points communs144, de vraies différences existent. En effet, l’action en nullité est une demande
en justice initiée par celui qui souhaite voir le juge prononcer l’anéantissement rétroactif de l’acte. En revanche,
l’exception de nullité est une défense soulevée par celui qui est défendeur à une action en exécution de l’acte et
qui souhaite se soustraire à l’exécution de ses obligations.

II) Le régime de l’exception de nullité.

Il est de coutume de dire que l’exception de nullité est perpétuelle 145. Cette expression laisse entendre que celui
qui veut invoquer l’exception de nullité peut le faire sans se heurter à aucune prescription, ce que confirme,
d’ailleurs, le nouvel article 1185. A rebours, l’action en nullité est, elle, en principe, enfermée dans un délai de
prescription de cinq ans prévu à l’article 2224 du Code civil. Ce texte prévoit : « Les actions personnelles ou
mobilières se prescrivent par cinq ans à compter du jour où le titulaire d'un droit a connu ou aurait dû connaître
les faits lui permettant de l'exercer ».
Cependant, l’imprescriptibilité de l’exception de nullité est en réalité une réalité vide de sens. En effet, la Cour
de cassation a construit un édifice jurisprudentiel apportant, comme elle sait le faire, quelques subtilités à la soi-
disant imprescriptibilité de l’exception de nullité et que la réforme du droit des contrats a, pour partie, consacré.
Autrement dit, l’exception de nullité n’est pas toujours perpétuelle ; elle est parfois enfermée dans le même
délai que l’action en nullité, de sorte que, passé ce délai, elle ne pourra plus être invoquée comme moyen de
défense.
Cet édifice jurisprudentiel distingue selon que, pendant le délai de prescription de l’action en nullité, l’acte dont
la nullité est demandée par voie d’exception a été exécuté, partiellement ou intégralement, ou qu’il est demeuré
inexécuté. On étudiera successivement ces deux hypothèses.

A) Imprescriptibilité de l’exception de nullité lorsque l’acte dont la nullité est poursuivie n’a ni été
exécuté, ni fait l’objet d’un commencement d’exécution, ni fait l’objet d’une demande judiciaire en
exécution.

144 On n’abordera ici que succinctement la théorie des nullités ; pour plus d’approfondissement quant au contenu de cette théorie, reportez-vous à
votre fascicule de cours. On signalera simplement ici que la distinction entre nullité relative et nullité absolue se cumule avec la distinction entre
action en nullité et exception de nullité. Ainsi, qu’elle soit actionnée par voie d’action ou par voie d’exception, la nullité garde son caractère absolu
ou relatif. En conséquence, si la nullité est relative, seul le titulaire de l’action en nullité peut invoquer l’exception de nullité comme défense au
fond. Autrement dit, seul le détenteur du droit à l’action en nullité d’une nullité relative peut opposer l’exception de nullité. A l’inverse, chacun des
contractants, s’il y a intérêt, peut invoquer par voie d’exception une nullité absolue.
145 Ce principe s’exprime en latin par la maxime suivante : « quae temporalia sunt ad agendum, perpetua sunt ad excipiendum ».

144
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
Lorsque aucune exécution, partielle ou totale, n’est intervenue et qu’aucune demande judiciaire d’exécution n’a
été formée, alors l’exception de nullité est imprescriptible. Cette solution très ancienne (Req., 21 juin 1980) est
désormais consacrée à l’article 1185 qui impose que le contrat n’ait reçu aucune exécution. Elle a été rappelée
de nombreuses fois et notamment récemment.
Ainsi, « le moyen tiré de sa nullité ne peut être utilement invoqué dès lors qu'il est soulevé par Mme Y... pour
s'opposer à la demande d'exécution d'un acte qu'elle a commencé à exécuter » (Civ. 1e, 4 mai 2012 ou encore,
Com. 3 déc. 2013). Autrement dit, l’exception de nullité est imprescriptible, donc perpétuelle, à condition que le
contrat n’ait pas été exécuté au cours du délai de prescription de l’action en nullité. En ce sens, en matière
d’arbitrage, la cour de cassation a jugé que « la SCI pouvait se prévaloir, en dehors du délai de prescription [de
l’action en nullité] (dont on notera qu’en l’espèce il n’est pas de cinq ans comme en droit commun mais de trois
ans), de la nullité (par voie d’exception) de la convention litigieuse, qui n'avait pas encore été exécutée, fût-ce
partiellement, pour faire échec à la demande d'exécution forcée de la société Comgesa » (Com., 29 septembre
2009). Encore plus récemment, la cour de cassation a pu, en matière de prêt, considérer que « l'action en nullité
du prêt litigieux était soumise à la prescription quinquennale de l'article 1304 du code civil », dans une hypothèse
où celui qui invoquait l’exception de nullité avait « payé les onze premières mensualités », autrement dit, il avait
exécuté partiellement le contrat (Com. 14 janvier 2014).
Par l’application de ce critère, il convient de s’entendre sur ce qui constitue une exécution, de nature à faire
échec à l’imprescriptibilité de l’exception de nullité. La cour de cassation a eu l’occasion d’apporter des
précisions sur ce point. Ainsi, une exécution partielle, et même sur des obligations accessoires du contrat ou qui
ne sont pas celle prétendument irrégulières, pendant le délai de prescription de l’action en nullité, est suffisante
pour faire perdre à l’exception de nullité son imprescriptibilité (Com., 29 septembre 2009 ou encore Com. 13
mai 2014) et même si l’exécution partielle n’est pas du fait du cocontractant : tel est le cas lorsque le
remboursement du prêt se fait automatiquement, ou lorsque le paiement des intérêts est opéré par
prélèvements automatiques (pour un exemple en matière de prêt bancaire : Civ. 1e, 4 mai 2012) ; c’est encore le
cas lorsque, s’étant vu consentir une hypothèque pour garantir un prêt, par un tiers au contrat de prêt, la
banque procède à l’inscription de cette hypothèque (Civ. 3e, 9 mars 2017).

Outre l’exécution partielle ou totale, avant la réforme, l’action en justice destinée à obtenir l’exécution était
aussi de nature à rendre l’exception de nullité prescriptible. En effet, la cour de cassation a considéré dans un
arrêt que « l’exception de nullité n’est perpétuelle que si l’action en exécution de l’obligation litigieuse est
introduite après l’expiration du délai de prescription [de l’action en nullité] » (Com., 26 mai 2010 ou encore
Com., 3 décembre 2013). Autrement dit, puisque l’exception de nullité n’est perpétuelle que si l’action en
exécution du contrat a été exercée après l’expiration du délai de l’action en nullité, cela signifie, a contrario, que
l’exception de nullité est prescriptible si le créancier agit en exécution avant l’expiration du délai de l’action en
nullité.
Les nouveaux textes restent silencieux sur cette question, de sorte qu’on ignore si cette solution sera
maintenue.
Pour conclure, lorsque pendant le délai de prescription de l’action en nullité, il n’y aura eu ni saisine du juge en
vue d’obtenir l’exécution, ni exécution volontaire partielle ou totale, alors l’exception de nullité pourra être
invoquée de manière perpétuelle, une fois écoulé le délai de prescription de l’action en nullité. Il en va
autrement si un commencement d’exécution a eu lieu pendant le délai pour agir en nullité, voire, selon l’ancien
droit, si une demande en justice a été formée.

B) Prescriptibilité de l’exception de nullité lorsque l’acte dont la nullité est poursuivie a été exécuté
ou a fait l’objet d’une demande judiciaire en ce sens

Dans l’hypothèse dans laquelle, au cours du délai de prescription de l’action en nullité, l’acte a été exécuté,
partiellement ou totalement, ou, au moins dans l’ancien droit, qu’une demande d’exécution a été formée en
justice, alors l’exception de nullité se prescrit en même temps que l’action en nullité. Autrement dit, l’exception
de nullité ne sera pas perpétuelle et ne pourra plus être invoquée, dans cette hypothèse.

145
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau
Fut une époque (Civ. 1e, 20 mai 2009) où la Cour de cassation semblait opérer une distinction selon la nature de
la nullité. Ainsi, en cas d’exécution du contrat pendant le délai de prescription de l’action en nullité, seule se
prescrivait l’exception de nullité portant sur des nullités relatives. Ainsi, que ce soit par voie d’action ou par voie
d’exception, le délai de prescription était le même. A l’inverse en cas de nullité absolue, l’action en nullité se
prescrivait, tandis que l’exception de nullité était imprescriptible. Aujourd’hui cette distinction a été abandonnée
en droit positif (Civ. 1e, 24 avril 2013). Subséquemment, que la nullité soit relative ou absolue, si une exécution
ou une action en exécution est intervenue pendant le délai de prescription de l’action en nullité,
alors l’exception de nullité se prescrira en même temps que l’action en nullité. Dans ce cas de figure, celui qui
voudra obtenir la nullité du contrat, que ce soit en attaque, par voie d’action, ou en défense, par voie
d’exception, devra le faire pendant le délai de prescription de l’action en nullité. Une fois ce délai écoulé, la
nullité ne pourra plus être invoquée ni par la voie de l’action ni par la voie de l’exception.

C) Schéma conclusif

Hypothèse: une exécution, totale ou partielle, ou une demande d’exécution en justice intervient au cours du
délai de prescription de l’action en nullité :

Délai de prescription de l’action en nullité

2000 2005

Exécution, partielle ou
Impact sur l’exception de nullité : elle se prescrit au totale, ou, sous réserve de
même moment que se prescrit l’action en nullité. l’interprétation des
nouvelles dispositions,
demande d’exécution
judiciaire

Hypothèse : une exécution, totale ou partielle, ou une demande d’exécution en justice intervient seulement après
l’expiration du délai de prescription de l’action en nullité :

Délai de prescription de l’action en nullité

2000 2005
Impact sur l’exception de nullité : elle est imprescriptible

Exécution,
partielle ou
totale, ou
demande
d’exécution
judiciaire

146
________________
Copyright © 2018 Pré-Barreau