Vous êtes sur la page 1sur 13

Chapitre I : Béton et leurs Constituants

1.1 Généralités sur les bétons :

a) définition de Bétons :
Le béton est un mélange de plusieurs composants très différents dont les uns sont actifs et
les autres inertes, présente des caractéristiques qui sont fonction de celles de ces compositions.
Le béton est un mélange de constituants minéraux tel que le ciment, le granulat, d’eau et d’air,
dont les proportions varient selon de nombreux paramètres.
b) les composants du béton :

Le béton comprend (03) trois composants essentiels:

1. ciment:

Le ciment est un produit moulu du refroidissement du clinker qui contient un mélange de


silicates et d’aluminates de calcium porté de 1450 à 1550 °C, température de fusion.
Le ciment usuel est aussi appelé liant hydraulique, car il a la propriété de s’hydrater et de durcir
en présence d’eau. Cette hydratation de certains composés minéraux, notamment des silicates et
des aluminates de calcium, transforme la pâte liante, qui a une consistance de départ plus ou
moins fluide, en un solide pratiquement insoluble dans l’eau. [01]

2. les granulats :

On appelle granulat un matériau granulaire utilisé dans le domaine de construction, soit lié
à d’autres substances (liant, bitume) pour obtenir mortier, bétons, bétons routiers …etc., soit non
lié comme les ballasts des voies ferrées, les granulats pour le système de drainage. Il est constitué
de plusieurs grains minéraux de différentes dimensions comprises entre 0 et 125 mm le plus
fréquemment mais peuvent être allé jusqu'à 150 mm par exemple pour des exigences d’utilisations
(Cas des barrages). Le granulat peut être de provenance naturelle ou artificielle.
Les granulats sont caractérisés par des spécificités qu’ils doivent satisfaire pour réaliser une bonne
utilisation dans différents domaines. Ces spécifications dites caractéristiques des granulats sont
bornées par des normes et des exigences. Elles servent à prendre en compte l’utilisation, la
fiabilité, l’économie en se basant sur les recherches et les expériences scientifiques. On distingue :
[01]
 Caractéristiques intrinsèques.
 Caractéristiques de fabrication.

2.1 Sable :
Le sable est constitué par des grains provenant de la désagrégation des roches ; la grosseur
de ses grains est généralement inférieure à 5mm. Le sable utilise doit être propre et de
granulométrie continue.
2.2 Gravier :

Deux types de graviers pouvant être utilisés ; Les graviers concassés des carrières et les
roulés des oueds. La qualité peut être déterminée par des essais physique, mécanique et chimique.
2.3 l’eau :

L’eau est un constituant du béton qui peut être présent sous deux formes : physique et
chimique. L’eau doit être propre et exempte de tous éléments nocifs au béton [02].

3. Caractéristiques des composants de béton:


les caractéristique des composants des bétons :

3.1 La masse volumique

On appelle masse volumique d’un corps, la masse de l’unité de volume de ce corps.


On distingue [01].
3.1.1 Masse volumique apparente :

Masse de l’unité de volume apparent du corps, c'est-à-dire celle du volume constitué par la
matière du corps et les vides qu’elle contient [01].
3.1.1 Masse volumique absolue :

Masse de l’unité de volume d’un corps sans tenir compte des vides qu’elle contient [01].

3.1.3 Masse volumique réelle :

Masse de l’unité de volume absolue de corps, c'est-à-dire de la matière qui constitue le


corps sans tenir compte du volume des vides inter-granulaires [01].
3.2 La porosité :

La porosité est le rapport du volume des vides contenus dans les grains au volume des
grains, exprimé en pourcentage. Elle influe sur l’aptitude de résister aux sollicitations mécaniques
(compression statique, usure, abrasion...etc.), chimiques (attaque en ions solvants) et surtout à la
tenue au gel-dégel ; c’est pour ça que la porosité est un critère important et sert à améliorer les
performances des bétons notamment leur durabilité [01].
3.3 Teneur en eau :
Elle est égale au rapport de la masse d’eau contenue dans l’échantillon sur la masse sèche
de l’échantillon, exprimée en pourcentage. La teneur en eau est un facteur important pour adapter
les proportions des constituants lors de la formulation des bétons afin d’éviter le phénomène de
foisonnement ou la perturbation de la consistance des bétons [01].
4. Méthodes de formulation de béton :
Il existe plusieurs méthodes de formulation parmi eux on cite :
4.1 Méthode de Bolomey :

Par une formule appropriée, on trace une courbe granulométrique de référence et d’où
S’efforce de réaliser avec des granulats dont on dispose une composition granulaire totale
(Ciment compris), dont la courbe soit aussi proche que possible de la courbe de référence
Théorique. La formule de base est la suivante :
d
P (%)  A  (100  A)
D
P : est le pourcentage de grains passant à la passoire de diamètre
D : est le diamètre des plus gros grains.
A : la valeur de A dépendra de
- la consistance souhaitée de béton
- la provenance des granulats.
Elle varie de 6 à 16, étant d’autant plus élevée que le dosage en ciment est plus fort.
Cette méthode aboutit théoriquement tout au moins à une granularité continue [03].

4.2 Méthode de Faury :

La particularité de cette méthode est qu’elle est :


Applicable à tous les granulats, qu’elle que soit la masse volumique Faury à distinguer des Grains
fins et moyens des celles gros et la pente de la droite n’est pas la même pour chacune De ces deux
courbes, il adopta aussi une échelle des abscisses graduée en 5√d L’abscisse du point de rencontre
de ces deux droites est fixée D/2 et son ordonnée par la formule [03] :
B
YD / 2  A  175 D 
R
 0,75
D

A : constante, traduisant la maniabilité du béton.


B : constant traduisant l’importance du serrage du béton.
D : plus grande dimension de tamis.
R : rayon moyen démoule.
4.3 Méthode d’Abrams :

C’est une règle de mélange basée sur l’obtention d’un certain module de finesse
global pour le mélange de granulats à partir de la connaissance des modules de finesse des
granulats à employer. Le module de finesse du mélange est choisi de manière que les vides
dans ce mélange soient en principe, réduits au minimum ; les modules optimaux pour béton
de granulat roulés, détermines expérimentalement par Abrams, sont indiqués dans le
tableau.01. Dosage en ciment en fonction de la dimension D du granulat le plus gros.
Dosage Dimension maximale D des granulats
en
ciment 10 15 20 25 30 40 60
3
Kg/m
275 4.05 4.45 4.85 5.25 5.60 5.80 6.00
300 4.25 4.60 5.00 5.40 5.65 5.85 6.20
350 4.30 4.70 5.10 5.50 5.73 5.88 6.30
400 4.40 4.80 5.20 5.60 5.80 5.90 6.40
Tableau.01 : Dosage en ciment en fonction de la dimension D du granulat le plus gros.

La règle de mélange d’ABRAMS, permet de de calculer les pourcentages relatifs des


granulats de module de finesse Mf1 et Mf2, choisi pour obtenir un module de finesse Mf choisi
pour le mélange [03].
4.4 Méthode de Vallette :

Vallette a mis au point une méthode essentiellement expérimentale. Mais qui nécessite
cependant un certain nombre de calcul préparatoire dans les cas les plus courants, on partira
En général de deux granulats (béton binaire) : un sable 0/5mm et un gravier présentant le plus
souvent une certaine discontinuité avec le sable. On calcul d’abord le dosage de sable et ciment
devant donner en principe le mortier plein à minimum de ciment, ce dosage s’obtient en mesurant
les vides du sable mouillé et ou calculant le dosage en ciment permettant de
Remplir le volume des vides du sable par un volume égale de pâte pure de ciment. On ajoute
ensuite le maximum de gravier mouillé compatible avec une ouvrabilité permettant un moulage
correct et une mise en œuvre facile dans les conditions du chantier.
On obtient alors le béton plein à minimum de sable et le moins dosé (en ciment). Les dosages en
ciment auxquels ont abouti ainsi sont presque toujours très nettement au-dessous des
Dosages nécessaires pour obtenir les résistances souhaitées et la plasticité nécessaire l’étanchéité
ou autres qualités pour déterminer la composition du béton de dosage en ciment
Suffisant pour la résistance à obtenir ou fixe à priori dans certains cas ou on évalue par un calcul
approprié, le volume de pâte pure compensatrice à substituer à un égal volume plein
Mouillé de sable [03].
4.5 Méthode de joisel :
S’inspirant comme Faury de la théorie de Caquot mais en la généralisant, A. Joisel propose
de Considérer que la loi de granulation conduisant à la compacité maximale est fonction de m√ d,
m dépendant de la compacité avec laquelle se serre un granulat de dimension uniforme selon Les
moyens de serrage, m peut alors varier de 3 à 10.Comme dans la théorie de Faury, on aboutit donc
en principe à une granularité continue sauf, bien entendu, si les granulats dont on Dispose en
pratique présentent une discontinuité.
Comme pour les méthodes de Faury et Valette, le dosage en ciment déterminé par cette méthode
est le dosage minimal correspondant théoriquement sur le plan granulométrique, à la
Compacité maximale, ce dosage est en général nettement inférieur (150 à 200Kg/m3) au dosage
nécessaire ou exigé (250 à 400Kg/m3dans la plus part des cas). Une correction doit être apportée
dans ce sens [03].
4.6 Méthode de Dreux Gorisse :
C’est une méthode pratique simplifiée a pour seul but de permette de définir d’une façon simple et
rapide une formulation de composition adaptée au béton étudié et des qualités des matériaux
effectivement utilisées.
 Résistance souhaitée :

Pour l’étude d’un béton ayant une résistance moyenne à la compression à 28jours, La résistance
caractéristique sera :

 Consistance désirée :

La consistance souhaitée est caractérisée par un affaissement théorique A.

 Dimension maximale D des granulats :

L’évaluation approximative de D dimension maximal des granulats est en fonction des


caractéristiques de la pièce à bétonner et de l’ambiance plus ou moins agressive.

 On détermine le rapport C/E :

On commencera par évaluer approximativement le rapport C/E en fonction de la résistance


moyenne désiré ƒc avec :

ƒc = G.ƒCE(C/E ─ 0,5)

ƒc : la résistance moyenne à compression désirée (à 28J) en MPa.

ƒCE : classe vraie du ciment (à 28J) en MPa.


C : dosage en ciment en (Kg/m3).

E : dosage en eau total sur matériaux secs en litre pour 1m3.

G : coefficient granulaire.

 Valeur approximatives de coefficients G :

Le coefficient granulaire donné en fonction de la qualité des granulats et leur dimension D, par le
tableau02 suivant :

Dimension D des granulats


Qualité des granulats Fin (D≤16mm) Moyenne (20≤D≤40mm) Gros (D≥ 50mm)
Excellent 0.55 0.60 0.65
Bonne, courante 0.45 0.50 0.55
passable 0.35 0.40 0.45
Tableau.02 : Valeurs approximatives du coefficient G.

Donc le rapport C/E est donné par :

 Dosage en ciment :

Le dosage en ciment utilisé est déterminé en fonction de l’affaissement théorique choisi et du


rapport C/E selon la figure.01 : (dosage du ciment en fonction de C/E et de l’affaissement A).

Fig.01 : Dosage du ciment en fonction de C/E et de l’affaissement A.

 Dosage en eau :

En estime que le dosage : C/E

 Correction de dosage en eau :

ET = E + e% ; e est la correction en pourcentage sur le dosage en eau en fonction de la dimension


maximale D des granulats en a trouvé dans le tableau.03 :
Dimension maximale des 5 8a10 12.5a16 20a25 30a40 50a63.5 80a100
granulats D (mm)
Correction sur le dosage en eau +15 +9 +4 0 -4 -8 -12
(%)
Tableau.03 : Correction en pourcentage sur le dosage en eau.

 Détermination de la composition granulaire (dosage en granulats) :

Sur un graphique d’analyse granulométrique type « AFNOR », on trace les courbes


granulométriques de chacun des matériaux (sable, gravier 3/8, gravier 8/16) puis on trace la
courbe de référence OAB : le point O est l’origine de la courbe soit O (0.08 ; 0) ,(tamis=0,08) et
point B est confondu avec le point d’ordonnée 100% de la courbe granulométrique du plus gros
granulat, et le point de brisure A(dA , yA) des cordonnés ainsi définies :

En abscisse :

Si D ≤ 20mm, dA= D/2 ;

Si D ˃ 20mm, dA est située au milieu du segment délimité par D et par le tamis de maille 5mm,
c’est-à-dire dA= (D + 5)/2 ;

En ordonnée :

KS est un terme correctif supplémentaire ajouté lorsque le module de finesse Mf du sable est fort
(sable grossier). La correction supplémentaire peut être effectuée en ajoutant la valeur :

KS = 6Mf – 15

K est un terme correctif qui dépend du dosage en ciment et la forme des granulats en particulier du sable
(roulé ou concassé), et la puissance de la vibration. Ce terme est donné par le tableau.04 suivant :

Vibration faible normale puissante


Forme des granulats (du sable roulé concassé roulé concassé roulé concassé
en particulier)
Dosage en 400+ supers -2 0 -4 -2 -6 -4
3
ciment Kg/m plastifiants
400 0 +2 -2 0 -4 -2
350 +2 +4 0 +2 -2 0
300 +4 +6 +2 +4 0 +2
250 +6 +8 +4 +6 +2 +4
200 +8 +10 +6 +8 +4 +6
Tableau.04: Valeurs de terme correcteur « K ».

Prendre la valeur de K et on calcule KS après YA

Alors on trouve les coordonné des points pour trace les lignes de partage entre les granulats, en
joignant au point 95% de la courbe granulaire du premier au point 5% de la figure.02 suivante :
Fig.02 : Courbe granulaire et courbe de référence.

 Les pourcentages des granulats :

En observant les courbes, le point d’intersection entre les lignes de partage et la courbe de
référence, on trouve :

Sables 0/5-----------------------%

Gravier 3/8-------------------- %

Gravier 8/20-------------------- %

 Volume absolue de l’ensemble des composants :

VT = γ.1000

Avec γ : est le coefficient de compacité de béton frais donné par le tableau.05 suivant :

Consistance Serrage
D=5 D=10 D=12.5 D=20 D=31.5 D=50 D=80
Molle Piquage 0.750 0.780 0.795 0.805 0.810 0.815 0.820
Vibration 0.755 0.785 0.800 0.810 0.815 0.820 0.825
faible
Vibration 0.760 0.790 0.805 0.815 0.820 0.825 0.830
normale
Plastique Piquage 0.730 0.790 0.805 0.815 0.820 0.825 0.830
Vibration 0.765 0.795 0.810 0.820 0.825 0.830 0.835
faible
Vibration 0.770 0.800 0.815 0.825 0.830 0.835 0.840
normale
Vibration 0.775 0.805 0.820 0.830 0.835 0.840 0.845
puissante
Ferme Vibration 0.775 0.805 0.820 0.830 0.835 0.840 0.845
faible
Vibration 0.780 0.810 0.825 0.835 0.840 0.845 0.850
normale
Vibration 0.785 0.815 0.830 0.840 0.845 0.850 0.855
puissante
Tableau.05 : coefficient de compacité γ.

 Volume absolue du ciment :

c = C/3,1  avec : 3,1 la masse spécifique du ciment


 Volume absolu des granulats :
Vg = VT – c
 Volume de chacun des granulats :
Vsable = Vg * sable%
VG3/8 = Vg * G3/8%
VG8/20 = Vg *G8/15%
 Les masses des composants en Kg pour 1m3 de mise en œuvre du béton :
Msable = Vsable * ʃs
MG3/8 = VG3/8* ʃG3/8

MG8/20 = VG8/20* ʃG8/15

4.7 Méthode de Baron Ollivier :

4.7.1 Vérification de D dimension maximale des granulats :

• La dimension maximale D correspond au D de l’appellation commerciale d/D du plus gros


granulat utilisé (NF XP18_540). Sa valeur est telle que :
- Passant a : 1.58D ≥ 99% (cas général : D ˂ 50mm)
- Passant a : 99% ≥ D≥ 85% (jusqu’à 80% si D ≤ 1.6d)

4.7.2 Détermination de la résistance visée ƒcmoy (cible) :

• Elle est en fonction de la résistance caractéristique ƒck à 28 jours (cas général).


• Pour les études préliminaires, on peut utiliser les règles approchées suivante :
- Si l’on ne dispose pas d’information sur la qualité de la fabrication :
ƒcmoy = ƒck + 5MPA si ƒck ≤ 25MPA
ƒcmoy = ƒck + 6MPA si ƒck > 25MPA

- si le matériel de fabrication est régulé :


ƒcmoy = ƒck + 3MPA si ƒck ≤ 25MPA
ƒcmoy = ƒck + 4MPA si ƒck > 25MPA

4.7.3 Dosage en eau et teneur en air :

En a relevé le dosage en eau et teneur en air par le tableau.06 suivant :

consistance Affaissement au cône Dosage en eau (E) Teneur en air (a)


(cm) (litres/m3) (litres/m3)
Ferme(F) ou S1 0-4 160 25
Plastique (P) ou S2 5-9 190 20
Très plastique (TP) ou 10-15 210 15
S3
Tableau.06 : affaissement au cône en fonction du dosage en eau et teneur en air.

Si D est différent de 20mm, il faut corriger les valeurs de E et de a par le coefficient


multiplicateur donné dans le tableau.07

D(mm) 4 8 16 20 25 40 80
coefficient 1.35 1.18 1.05 1.00 0.95 0.87 0.78
Tableau.07 : le diamètre maximal en fonction de coefficient multiplicateur.

4.7.4 Détermination du dosage en ciment à partir de la formule de Bolomey :

ƒcmoy = Kb* ƒmc28 ((C/E+a)-0.50)

• valeur estimée de Kb : tableau .08

Nature pétrographique des D(mm)


granulats 10 a 16 20 a 25 30 a 40
Siliceux, légèrement 0.45 0.50 0.55
siliceux, roulé 0.50 0.55 0.60
Calcaires, durs 0.55 0.60 0.65
Tbleau.08 : la nature pétrographique des granulats en fonction du diamètre maximal.

• valeur estimée de ƒmc28 : tableau.09

Classe du ciment ƒmc28


32.5 45
42.5 55
52.5 65
Tbleau.09 : la classe du ciment en fonction de ƒmc28.

4.7.5 Détermination du dosage optimal en fines :

• volume absolu de fines dans le béton, en litres/m3 pour différentes valeurs de D : tableau.10
D(mm) 8 16 20 25 40 80
Volume optimal 145 125 120 115 105 90
Valeur plancher pour éviter les risque de 125 110 105 100 90 75
ségrégation
Valeur plafond pour beau parement 165 140 135 130 120 105
Tableau.10 : le diamètre maximal en fonction du volume optimal.

4.7.6détermination du volume de fines :

V = (C/ʃc) + (S/ʃs)
C : dosage en ciment (Kg/m3).

ʃc : masse volumique absolue du ciment.

S : dosage en fines minérales (Kg/m3).

ʃs : masse volumique absolu des fines minérales.

A défaut des valeurs connues, on pourra utiliser :

CEM I : ʃc = 3150Kg/m3

CEM II : ʃs = 3070Kg/m3

Fines sableuse : ʃs = 2650Kg/m3

4.7.7courbe granulaire de référence : tableau.11

Point Abscisse X (tamis) Ordonnée Y (%tamisât)


O 0.063 0
A D/2 50-√D+ termes correctifs
B D 100%
Tableau.11 : l’abscisse et l’ordonnée des points.

4.7.8termes correctifs de YA :

- Majoration de 3% pour les granulats concassés.


- Majoration de 5% pour béton armé ou le ferraillage est ≤ 80Kg/m3
- Majoration de 10% pour béton armé ou le ferraillage est >80Kg/m3 ou les bétons destinés à
être pompés.

4.7.9 Dosage de granulats :


Proportions de sable et de gravillon avec la courbe granulométrique figure.03 :
Fig.03 : la courbe granulométrique.

4.7.10Volume absolu des granulats :

Vgranulats = 1000-(Vciment+Veau+Vair)
Vabsolu sable = Vgranulats *S%
Vabsolu gravillon = Vgranulats*G%

4.7.11Masse de chaque granulat :

A calculer à partir de leur volumique absolue.

Conclusion :

Pour chaque méthode de composition de béton, il est nécessaire de respecter les caractéristique
qui guidait en réaliser la méthode convenables.

[01] : Boufedah Badissi "Influence de la granularité (classe granulaire 4/22.4) sur les
caractéristique des granulats et sur les propriétés des bétons ordinaires " Mémoire de magister,
université Mentouri Constantine, 2011.

[02] : Abdellah Menou "Etude du comportement thermomécanique des bétons à haute


température : Approche multi échelles de l’endommagement thermique «, thèse pour obtenir le
grade de Docteur de l’université de PAU et des PAYS de l’ADOUR.

[03] : Georges Dreux et Jeans Festa "Nouveau guide du béton et de ses constituants" , 2007. 

Vous aimerez peut-être aussi