Vous êtes sur la page 1sur 25

n°1 • avril 2008 > gratuit

Michel Desjoyeaux O Tara, le retour

le maître
Hors-bord, la surenchère

décolle
Spécial Transat AG2R
n°1 • avril 2008 > gratuit

>12
18> TrANSAT AG2R Franc et sans fard
« P’tit Desj’ » a grandi. Le gamin qui courait partout dans Port-la-Forêt entre l’école, la maison
familiale et ses premiers pontons, le môme qui passait ses soirées sur ses maquettes de bateau,
24> COUPE a pris de la bouteille. Aujourd’hui, il reste une part de « P’tit Desj’». Une miette, dira-t-on plutôt : 
Michel Desjoyeaux, qui se plaît à se donner du « Mich’ Desj’ », est resté une nature franche et
DE L’AMERICA sans fard.

Souvent, encore, on l’appelle le « Professeur ». Pour sa science de la mer. Pour sa volonté de


transmettre ce qu’il sait. Pour, parfois aussi, fustiger sa bretonne habitude de dire ce qu’il pense,
tout ce qu’il pense et rien que ce qu’il pense. Il le jure.

Il n’est pas nécessaire de se forcer pour le croire. L’homme qui nous a accordé la passionnante
interview qui ouvre ce premier Journal du Nautisme ne mâche pas ses mots. Non qu’il cherche à
égratigner ses semblables mais, pour lui, dire la vérité est le plus court chemin vers le vrai. Comme
en mer, en somme, où la juste route est celle qui amène le plus vite à l’arrivée.

« Mich’ Desj’ », figure mondiale de la course au large, du défi en solitaire, chantre de l’efficacité
et Géo Trouvetou de la voile, porte en lui une impressionnante détermination. La façon qu’il a de
se mouvoir, ses attitudes, son aisance placide et son indécrottable sens de l’humour soulignent
une force de caractère bien rare. « P’tit Desj’ » n’est plus un enfant de chœur mais, sous des
mots parfois directs, perce un homme de cœur.

Journal du Nautisme débarque donc sur les pontons, dans les écoles de voile et les centres
nautiques, les capitaineries, les yacht-clubs et les shipchandlers. Mensuel gratuit créée au sein

>28 du groupe L’Equipe, il a pour ambition de vous proposer un regard frais et léger sur ce monde si
riche fait de sport, de passions, de plaisance et d’horizons.

Bonne lecture !

32> MOTEURS

36> FOILs en FOLIE

A la une… Michel Desjoyeaux Directeur des rédactions : Impression :


photographié par PAUCE pour Journal du Arnaud Tillous - Tél. : 01 40 93 25 19 Roularta Printing SA, Roeselare, Belgique.
Nautisme, à Port-la-Forêt. atillous@journaldugolf.fr
Routage :
Diffusion : Rédacteur en chef : Sernam
Tirage : 100 000 exemplaires. Diffusion Frédéric Pelatan. Tél. : 01 40 93 25 32 Sophie Joffo / 01 40 93 25 09
nationale dans les écoles de voile FFV, fpelatan@journaldunautisme.fr sjoffo@manchettepub.fr
les centres nautiques, les yacht clubs, François Hoffet / 01 40 93 23 49
les capitaineries, plus de 150 magasins Rédaction : Camille El Bèze, Servane fhoffet@manchettepub.fr
d’accastillage… Dorléans, Perrine Vangilve, Julien Lebowsky, Robert Vacca / 01 40 93 23 64
Marion Bauchère. rvacca@manchettepub.fr
Édité par : JOURNAL DU GOLF SAS a le plaisir de livrer votre club en 24h
Secrétariat de rédaction : Virginie Racineau / 01 40 93 25 69
Président fondateur : Frédéric Schmitt www.sernam.fr
Nicolas Jeanneau vracineau@manchettepub.fr
4, rue Rouget-de-Lisle,
92793 Issy-les-Moulineaux Conception graphique : Eva Lomnicka (assistante) / 01 40 93 25 10
Tél. : 01 40 93 25 10 Responsable de la diffusion Franck Valadier elomnicka@manchettepub.fr
infos@journaldugolf.fr et de la communication :
Catherine Tisseron Remerciements :
Directeur de la publication : Tél. : 01 40 93 25 31 FFVoile, FF Ports de plaisance, Yacht Club de
Marie-Odile Amaury ctisseron@journaldugolf.fr France, tous nos magasins d’accastillage, AG2R
Dépôt légal à parution. Ne pas jeter sur la voie publique. Journal
et Pen-Duick de nous accueillir, le restaurant du Golf est une marque déposée par Journal du Golf SAS. Toute
Directeur de la publication délégué : Rédacteur graphiste Les Boucaniers (Forêt-Fouesnant), Aurélie et reproduction ou représentation même partielle est interdite sans
l’autorisation écrite préalable de l’éditeur Journal du Golf SAS.
Frédéric Schmitt Responsable fabrication : Jacques Ouvrard pour leur hospitalité et leur

>38
Tél. : 01 40 93 25 11 Jean-Louis Guimar - Tél. : 01 40 93 25 30 gentillesse pendant la séance photo de Michel
fschmitt@journaldugolf.fr jlguimar@journaldugolf.fr Desjoyeaux, Jimmy Pahun et Hervé Gautier pour
leurs encouragements et leurs précieux conseils.
Happy few Textes de Camille El Bèze et Frédéric Pelatan
Photos AFP

PAS BESOIN D’ALLER À LA PECH (24)


POUR TROUVER VOTRE PROCHAIN BATEAU.

J Joyon à l’Elysée
Le 4 mars dernier, Francis Joyon, nouveau détenteur du record du
tour du monde en solitaire, a été, en compagnie de Nicolas Hulot,
reçu par Nicolas Sarkozy. Selon le compte rendu de l’Elysée, les trois
hommes ont évoqué « les  questions de lutte contre les pollutions
maritimes, de protection de la biodiversité et de préservation 
d’espèces marines menacées ». La petite histoire retiendra que  
Francis Joyon, peu enclin à céder aux sirènes de la popularité, s’est
Les galons de Mac Arthur

M
Depuis son odyssée lors du Vendée Globe 2001 et sa superbe deuxième
place, Ellen MacArthur a conquis le cœur de tous les amoureux de la voile
en France. Fin mars, au vénérable Old Royal Naval College de Greenwich,
la jeune Britannique a été décorée de la Légion d’honneur par Nicolas
Sarkozy, lors de la visite officielle de ce dernier en Grande-Bretagne.  
Déjà anoblie par la reine d’Angleterre en 2005 après son record du tour
du monde en solitaire (record dont vient de s’emparer Francis Joyon),  
Ellen MacArthur est la troisième Anglaise à être honorée du ruban rouge,
après Jane Birkin et Kristin Scott Thomas.

fait tirer l’oreille avant d’accepter ce rendez-vous.

G P

Crédit photo : Getty images / Jean-Bernard Carillet


Gilles Chiorri, PPDA se démultiplie
nouveau directeur A l’arrivée de l’été, PPDA ne tient plus en place ! Le présen-

d’OC Events tateur du journal de la première chaîne va non seulement


mener une équipe TF1 sur le Rando Raid SFR, composée
Officier de marine marchande, coureur émérite,
d’Anne-Sophie Lapix, Charlotte Legris-Delasalle et Karine
directeur de projet, circumnavigateur, organisateur
Ferry, mais il a également confirmé son engagement
de courses, Gilles Chiorri continue « d’assembler
auprès de Brest 2008, qu’il parraine. Grand amoureux de
sa mosaïque ». Fin février, il a intégré OC Group, la
la mer, le parrain du bateau de Maud Fontenoy conserve
société de marketing et d’événementiel dirigée par
la passion de l’aventure sur terre, sur mer… ou dans son Sur ouestbateaux.com, passez votre annonce et accédez à la meilleure offre de bateaux à voile ou à moteur, et d’accastillage près de chez vous.
Mark Turner et Ellen MacArthur. En tant que directeur
bureau. Quelle santé ! Consultez également l’actualité et la sélection des professionnels du Grand Ouest.
d’OC Events, Gilles Chiorri sera en charge de toute la
partie sportive, dont l’organisation de l’iShares Cup, Retrouvez les annonces le jeudi et le samedi dans Ouest-France.
de l’Artemis Transat et de la Barcelona World Race.

6 Journal du Nautisme avril 2008


PLANÈTE NAUTISME
Textes de Camille El Bèze

Moisson
de records
Piqûre de rappel des plus beaux temps de
référence réalisés ces derniers mois par nos
mangeurs de chrono. Le plus glorieux : celui
de Francis Joyon, autour du monde en soli-
taire à bord du maxi-trimaran Idec, en 57 jours
13 heures 34 minutes et 6 secondes (14 jours
de mieux que le chrono d’Ellen MacArthur, qui
datait de 2004). Le plus épique : Lionel Le-
monchois et son équipage à bord de Gitana
13, sur le parcours New York-San Francisco, en
43 jours et 3 minutes (dont 5 jours d’attente
au Horn pour cause de tempête). Le plus
alternatif : l’Atlantique en catamaran de sport
(20 pieds) effectué fin décembre 2007 par
Pierre-Yves Moreau et Benoît Lequin. Le plus
fulgurant, enfin : les 49,09 nœuds sur 500
mètres réalisés le 5 mars par le planchiste
français Antoine Albeau sur le canal des
Saintes-Maries-de- la-Mer (un record en cours
AFP d’homologation).

Le chiffre Mercredi 5 mars Xu Lijia et la Belge Evi Van Acker. « Je savais que je
n’avais rien à perdre et j’avais la hargne. Côté vitesse
Imoca - A huit mois du coup d’envoi du Vendée et technique, ça allait bien, mais c’est surtout dans
300, Comme le nombre de kilos dont Yann Eliès a délesté Globe, deux skippers suisses se partagent les hon- la tête que j’ai gagné ».
son monocoque Generali dans l’optique de la Transat neurs sur le podium du championnat du monde
anglaise et, bien sûr, du Vendée Globe. Imoca 2007. Comme en 2003, c’est Bernard Stamm
(Cheminées-Poujoulat) qui prend place sur le trône,
31 mars
grâce à sa victoire dans la Velux 5 Oceans. Le « Suis-
Figaro Academy - Ces dernières semaines, les 
aspirants figaristes n’en finissent plus d’enchaîner
se-Bigouden » devance de 10 points son compatrio-

La phrase
les qualifs. Le 3 avril, le verdict est tombé quant au
te Dominique Wavre ( Temenos II). Jean-Pierre Dick
vainqueur du Challenge Espoir-Région Bretagne. Il
(Paprec-Virbac), récent vainqueur de la Barcelona
s’agit d’Adrien Hardy, 23 ans, qui s’impose devant les
World Race, finit troisième.
« C’est une bonne leçon pour Alinghi ! » quatre autres finalistes, François Gabart, Anthony
De Franck Cammas, à propos du chavirage du team suisse
sur le trimaran Foncia, fin mars. Le skipper de Groupama
Lundi 10 mars Marchand, Damien Cloarec et Fabien Delahaye.
Adrien prendra donc la barre d’un Figaro 2 et sera 
Imoca - Prélude très consistant au Vendée Globe, financé pendant 2 ans pour participer au champion-
détaché auprès d’Oracle, en préparation pour la 33e Coupe de
la première édition de la Barcelona World Race (cour- nat de France de course au large solitaire. La filière
l’America, a vite compris que le duel entre le challenger et le se autour du monde en double sans escale, réservée DCNS, initiée par Marc Thiercelin, a quant à elle rete-
détenteur de la Cup était sans merci. aux 60 pieds Imoca, dont la soirée de clôture a eu lieu nu quatre des dix prétendants : Frédéric Rivet, Chris-
le 10 mars) a été marquée par l’abandon de quatre  topher Pratt, Nicolas Lunven et Romain Attanasio.
des neuf concurrents – dont trois sur démâtage – Mi-juin, il n’en restera que deux pour disputer une
mais aussi par l’enthousiasme des marins devant ce saison complète en Figaro. Le vainqueur, annoncé

L’info nouveau format de course. Rendez-vous le 31 dé-


cembre 2010 pour le départ de la deuxième édition.
début novembre, participera à la Transat Jacques-
Vabre 2009, puis à la Route du Rhum 2010.

Naviguez sans fil


Polémique autour de l’éviction du Tornado aux Jeux Résultats : 1er - Jean-Pierre Dick/Damian Foxall (Pa-
de 2012. Depuis la décision, le 9 novembre 2007, d’évincer le
prec-Virbac 2)  ; 2e - Alex Thomson/Andrew Cape
(Hugo-Boss)  ; 3e Dominique Wavre/Michèle Paret
6 avril
multicoque des JO de Londres, la polémique fait rage. ( Temenos II) ; 4e Javier Sanso/Pachi Ribero (Mutua-
Match racing : Les Français Matthieu Richard
La représentativité des votants au sein de l’International et Claire Leroy occupent toujours le haut du clas-
Madrilena)  ; 5e Albert Barguès/Servane Escoffier
Sailing Federation est en cause et a abouti à ce vote. sement mondial de match racing. ‘Mermaid’, le
(Educacion-sin-Fronteras). Abandons de PRB, Delta-
team féminin de Claire Leroy, vient de remporter les 
Depuis, les coureurs se fédèrent et militent pour pousser Dore, Estrella-Damm et Veolia-Environnement. Distribué par :
l’ISAF à revoir sa décision. C’est ainsi que, parallèlement
championnats du monde (à Auckland, du 1 au 6 avril) � La girouette anémomètre sans fil facilite l’installation, sans
pour la deuxième année consécutive, suite logique

Crédit photos : www.luffe.com


à une grande pétition destinée au CIO, est née compromis pour la précision.
l’International Multihull Council (IMC), sorte de lobby
Jeudi 20 mars  d’un début de saison sans faute. « C’est le résultat
d’un gros travail cet hiver avec Marc Bouët – leur
pro-multicoque. « L’ISAF a reconnu qu’il y avait un problème, Laser Radial - En Nouvelle-Zélande, Sarah Steyaert  entraîneur- et les garçons de l’équipe de France de � Le capteur tridata loch, sondeur et température pour un seul
(21 ans) est sacrée championne du monde de Laser match race » explique la navigatrice. De leur côté,
explique Philippe Neiras, entraîneur de l’équipe de France de
Radial, au terme d’une ultime journée de course Mathieu Richard et son groupe ont surclassé leurs passe-coque. la navigation du bout des doigts
Tornado. Tout n’est pas encore perdu, mais je doute que la époustouflante. Classée troisième à 24 heures du concurrents lors du Marseille International Match
décision soit révisée avant novembre 2008.» dénouement de la compétition, la Française est Race disputé mi-mars. � Les afficheurs vent et sea data multifonctions assurent un ZA Petit Guelen - 3, rue Joseph Cugnot
parvenue à surclasser ses deux rivales, la Chinoise 29000 Quimper - Tél. : +(33)2 98 94 64 70
relai fidèle des informations.
� Le serveur WSI au cœur du système centralise et traite les www.navicom.fr
8 Journal du Nautisme avril 2008 47°58'874 N / 04°02'370 W
données pour les retransmettre sur le bus.
TOYOTA FRANCE - 20 Bd de la République, 92420 Vaucresson - S.A.S. au capital de 2 123 127 � - RCS Nanterre B 712 034 040 - SAATCHI & SAATCHI - Photographe : Jean-Noël Leblanc Bontemps.
www.toyota.fr

Toyota RAV 4. Le 4X4 qui ne fait pas toujours travailler ses 4 roues.
On n’a pas besoin de 4 roues motrices tous les jours. Équipé de la transmission intégrale intelligente, le RAV 4
passe automatiquement de 2 à 4 roues motrices en fonction du terrain et des conditions climatiques. Ainsi
vous consommez moins (6,6 L/km en cycle mixte) en gardant 4 roues motrices disponibles à tout moment.

Consommations L/100 km (Normes CE) : cycle urbain/extra-urbain/mixte : de 8,1/5,6/6,6 à 11,6/7,4/9,0. Emissions de CO2 (Normes CE) : cycle mixte de 173 à 212 g/km (E à F). *Garantie 3 ans ou 100 000 km. La première des deux limites atteinte.
> Interview Propos recueillis par Frédéric Pelatan

Michel Desjoyeaux :
« Je ne suis pas Marin de l’année 2007, Michel Desjoyeaux aborde l’année 2008 plein d’envies, avec,
en point de mire, le Vendée Globe, où il revient cette année, huit ans après sa victoire.
Rencontre avec une étonnante force de caractère quelques semaines avant le départ de la

un aventurier »
Transat anglaise.
En 2007, vous avez cumulé des victoires sur La première occasion de vous «  provoquer  »,
le Trophée SNSM, le Clairefontaine, la Soli- cette année, ce sera lors de la Transat anglaise.
taire du Figaro et la Jacques-Vabre. Un bilan Une course mythique…
époustouflant.  Vous faites à nouveau figure C’est par elle que tout est arrivé, par la faute d’un certain Eric
d’épouvantail cette année. C’est une position Tabarly, qui a remporté deux fois cette épreuve légendaire.
confortable, non ? La Transat anglaise a lancé la grande histoire de la course au
J’ai fini par admettre que j’ai fait une année impressionnante large et plus particulièrement en solitaire. Ce sera ma troi-
parce que j’ai gagné en équipage, en double, en solitaire, dès sième participation cette année après 2000, où je naviguais
ma première sortie avec Foncia... La seule course que je ne en mono sur PRB et 2004, où j’ai gagné en multi. Là, je reviens
Photos gagne pas, c’est la B to B, où j’avais juste pour seul objectif de en monocoque.
ramener le bateau…
Réalisées par PAUCE
Dès qu’on parle Transat anglaise, on parle
pour Journal du Nautisme.
Courir sur des supports différents n’est-il pas d’Eric Tabarly…
complexe ? C’est juste un rappel historique général. Mais l’histoire n’est
Michel Desjoyeaux En auto, on fait du kart, puis de la F3000, pour finir en F1. pas notre moteur.
en bref : Nous, marins, c’est différent, ça ne nous fait ni chaud ni froid
Né le 16 juillet 1965 à Concarneau. d’être skipper ou équipier, de naviguer en équipage ou en La période où vous naviguiez avec Eric Tabarly
Marié, trois enfants. solitaire, d’être sur un gros ou un petit bateau… C’est une reste pourtant un moment à part.
grande liberté et une chance. Et c’est ce qui m’amuse. L’année J’ai fait mon premier tour du monde avec Côte-d’Or en 1985,
Son palmarès : où je suis parti sur le Vendée Globe, en 2000, j’avais passé la j’avais 20 ans. Avoir une ligne comme ça sur le CV, ça aide
Solitaire du Figaro 1992, saison à tourner les manivelles sur le bateau d’Alain Gautier, effectivement énormément. Ce fut une bonne période d’ap-
1998, 2007. quand d’autres faisaient de la préparation mentale et physique prentissage : quand vous partez huit mois, dont quatre mois
et prenaient des cours de météo… en mer, c’est intense. Je me souviens que nous avons eu pas
Vendée Globe 2001.
Route du Rhum 2002.
Transat anglaise 2004.
Transat Jacques-Vabre 2007.

Sa saison 2007 :
Vainqueur de la Solitaire du Figaro.
Vainqueur du Record SNSM.
Vainqueur du Trophée
Clairefontaine.
Vainqueur de la Transat
Jacques-Vabre.
Troisième de la B to B.
La préparation, c’est un mot tabou chez vous ? mal de soucis techniques avec le bateau, ce qui est d’autant
Les gens parfois me demandent : « Tu ne fais pas de prépara- plus formateur.
tion physique ? » Ce à quoi je réponds : « Non, je n’en fais pas,
je ne fais que tourner des manivelles et je suis en mer tout le Est-ce qu’il y a encore deux clans : ceux qui ont
temps. » Avant la dernière Solitaire du Figaro, on disait que navigué avec Tabarly et les autres ?
je ne m’étais pas entraîné. Mais cela ne m’a pas empêché de Oui, une sorte de confrérie s’est créée. Jacqueline, la femme
la « claquer ». Ce que les gens oublient, c’est que j’ai passé le d’Eric, a beaucoup oeuvré pour cela.
printemps 2007 à Port-la-Forêt, qu’il y avait trente nœuds de
vent tous les jours, et que je naviguais quand d’autres étaient Le point culminant de votre saison 2008, ce
sur les chantiers ou devant leur télé. Je n’aime pas les salles sera le Vendée Globe, en novembre…
de musculation, je préfère être sur l’eau, à faire ce que j’aime C’est la course mythique par excellence. Quand on voit le monde
faire. Aujourd’hui, j’ai une légitimité qui me permet de pouvoir qu’il y a au départ et à l’arrivée pour rendre hommage aux
continuer à faire ce que je fais avec une méthode bien à moi. participants, on se rend compte que cette course ne laisse
pas le terrien indifférent. Et, nous marins, non plus : trois mois
Se frotter à Mich’ Desj’, quel que soit le support, en solitaire pour une course dont le plateau sera incroyablement
c’est du sport… relevé, c’est génial. Mais je n’y vais pas parce qu’on m’a deman-
Lors de la Figaro, quelques concurrents avaient dit que, puisque dé d’y aller. J’ai vraiment envie d’en être. En février 2001, quand
j’étais là, il n’y aurait que deux places sur le podium. Je je suis revenu aux Sables-d’Olonne, j’étais très content de ce
peux vous dire que ça met la pression ! Mais j’ai réussi à finir que je venais de vivre et je savais que j’allais repartir un jour.
Foncia, la fiche technique troisième de la première étape et je sors vainqueur de la
Architecte : Farr Yacht Design deuxième. C’est sûr qu’après ça, les mecs réfléchissent. C’est étonnant que vous précisiez d’entrée que
Constructeur : CDK Technologies D’ailleurs ça n’a pas raté, lors de la dernière étape, pas mal vous y allez de votre propre chef…
se sont mis à me suivre ! Du coup, j’ai emmené du monde avec C’est une décision personnelle : s’il y a la moindre faille dans votre
Longueur : 60 pieds soit 18,28 m
moi sur des options pas forcément rationnelles. Avoir l’avan- motivation, le Vendée Globe peut vite devenir un cauchemar.
Largeur : 5,85 m
tage psychologique peut-être un bon moyen de protection…
Poids : 8,5 T
Surface voiles au près : 300 m2
Surface voiles au portant : 620m2
N° de voile : 10

12 Journal du Nautisme avril 2008 avril 2008 Journal du Nautisme 13


« Dans mon entreprise, je me considère
comme un empêcheur de tourner en rond »

On n’a pas le sentiment que vous êtes très porté sur erreurs, on en fait tous, des petites comme des grosses. Celui qui gagne que les gens avec lesquels je bosse aient l’esprit de compétiteurs, pas forcément
les souvenirs, mais quels sont ceux qui vous restent de est celui qui en a fait le moins, c’est aussi simple que cela. dans l’âme mais au moins dans la démarche. Qu’ils n’aient pas peur des feuilles
votre premier Vendée ? blanches. Ce qui existe sur les étagères et qui peut être une solution de base
L’arrivée aux Sables fut le moment le plus impressionnant de ma vie de Avec quoi pensez-vous pouvoir obtenir un avantage sur représente rarement un idéal. Or, nous, nous devons tendre à l’idéal.
marin. J’ai le souvenir de ce quai noir de monde. Il devait être 22 heures… les autres concurrents lors du prochain Vendée Globe ?
Au-delà des manœuvres ratées et des options réussies, ce souvenir reste En fait, la bataille démarre bien avant la course. Pour moi, elle a com- Votre force vient donc du fait que vous savez vous entourer...
vraiment gravé en moi. Et puis, naviguer pendant 90 jours, 24 heures sur mencé dès février 2001. Je pense qu’au-delà des trois mois en mer, cette J’ai une formation minimum : après le bac, j’ai commencé un IUT de mesures physi-
24, ne laisse pas indifférent l’homme, le marin, le compétiteur, le père de course se gagne sur terre. La technique y tient un rôle prépondérant.  ques mais j’ai laissé tomber au bout de six mois pour aller faire de la voile. Je dois
famille… être la personne la moins diplômée de mon équipe, mais ça ne me dérange pas
Tout est question de stratégie finalement, notamment de recruter des gens plus savants que moi, bien au contraire ! Eux, ça les tire vers
La course au large porte auprès du grand public… pendant les vacations en course… le haut parce que je les aiguillonne en permanence et, moi, ça me sert dans ma
J’adore cette phrase de Platon que je répète souvent : « Il y a trois sortes La course au large, c’est le seul sport où les journalistes, le grand public, recherche de performance.
d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur les mers. » La voile, mais aussi les concurrents, ont accès aux autres concurrents en temps
c’est une activité que, malheureusement, très peu de personnes touchent réel pendant la compétition. Au foot, le mec court derrière un ballon mais Avez-vous en tête un format de course plus fantastique encore
du bout du doigt. Pour la plupart des gens, partir tout seul et se retrouver il n’y a pas un journaliste sur la pelouse pour lui dire : « Qu’est-ce que tu que le Vendée Globe ?
au milieu de nulle part, c’est quelque chose d’étonnant. Nous, marins fous, tu vas le marquer ce but ou quoi ? » Pour nous, lors d’une vacation Les situations les plus folles, les plus excitantes, vous en parlerez avec d’autres.
d’aujourd’hui, avons oublié l’aspect « mythologique » du bateau. Mais radio, chaque mot a son importance, la façon de s’exprimer aussi, le ton Désolé, mais je ne me sens pas concerné par le côté sensationnel. En 2001, à l’arrivée
on bénéficie de cette curiosité, de cet intérêt du public. de la voix. C’est assez facile de se faire embobiner et c’est aussi assez du Vendée Globe, le patron de PRB m’a dit : « Si le Vendée devient une course de
facile d’embobiner du monde. multicoques, on s’inscrit. » Ce à quoi je lui ai répondu : « Si vous voulez, mais ce
L’aventure, ce n’est pas votre rayon ? sera sans moi »… On peut tout faire, traverser l’Atlantique avec une main dans le
Mais nous sommes tous des aventuriers ! On prend beaucoup de risques D’où l’impératif d’être lucide tout le temps… dos, revenir au sextant, mais ce n’est pas mon état d’esprit. Francis Joyon, quand
à vivre ! La preuve : on finit par en mourir ! Plus sérieusement, je ne me C’est le principe en effet. Un solitaire, c’est un artisan, dans le sens où il se lance dans sa quête de record de tour du monde en solitaire, cela correspond
considère pas comme un aventurier : je ne pars pas sans savoir où je vais, il a plein de métiers à faire en même temps et il doit les faire le moins à son personnage. Il est formaté pour ça et je savais qu’il réussirait. Mais Joyon
contrairement à Christophe Colomb. Nous, nous sommes des compétiteurs mal possible. skipper sur la Coupe de l’America, je n’y croirais pas une seconde.
dans un sport prototype mécanique, avec des commanditaires qui nous
permettent de faire notre boulot. Ce qui ne veut pas dire que ce qu’on fait Continuez sur votre définition du solitaire ! Donc l’exercice en solitaire vous correspond totalement…
est facile. Mais c’est à la portée de ceux qui le veulent vraiment. Et je le Il faut savoir faire un peu tout : barrer, régler, manœuvrer, entretenir le La question que je me pose en permanence est : « Est-ce que je suis bon parce que
veux. Maintenant, c’est évident que, partir autour du monde tout seul et bateau, communiquer, tourner des images, les envoyer à terre, écrire, et, j’aime la solitaire ou est-ce que j’aime la solitaire parce que je suis bon ? » Je n’ai
en revenir, est déjà une sacrée performance. ça, 24 heures sur 24. Un solitaire, c’est une machine à gérer les priori- toujours pas trouvé la réponse mais ce n’est pas grave : je continue à faire ce que
tés. C’est ce qui fait tourner en bourrique les gens autour de nous par- j’aime faire et je le partage avec d’autres.
Qu’est-ce qui tient de l’aventure alors ? fois, parce qu’on passe notre temps à les changer ces priorités ! Mais c’est
L’aventure, pour moi, elle commence quand on se décide à monter un comme cela qu’on fonctionne en mer. Le cerveau d’un solitaire est comme Vous sentez-vous finalement un peu différent des autres ?
projet, qu’on trouve un commanditaire, qu’on constitue son équipe, un ordinateur ouvert sur différents programmes en même temps. Oh, pas tant que ça  ! Un peu quand même  ! Je me souviens de ce préparateur
qu’on vit avec, qu’on bosse avec et elle s’achève quand plus personne ne mental qui était venu à Port-la-Forêt pour réaliser des évaluations et faire subir
se parle. L’aventure, c’est les rapports humains ! Vous avez une organisation bien à vous. Vous êtes vrai- des tests sportifs au team Finistère-Course au large. Il s’est retrouvé avec des
ment devenu un chef d’entreprise. profils cohérents, fidèles à ce qu’il attendait. Et puis il m’a consulté. Or, le Mich’
Comment fait-on pour avoir encore faim de victoires Aujourd’hui, je suis chef d’entreprise par défaut, parce que quand on est Desj’ n’a pas du tout le profil du compétiteur qu’il attendait  ! J’ai été un sujet
quand on a tout gagné ? skipper d’un bateau, on est de fait chef de projet. Il n’y a pas beaucoup d’expérimentation pour lui. De mon côté, je me suis intéressé aux outils qu’il avait
Eh bien justement, ce n’est pas la victoire qui donne faim. Le moteur, c’est de différences entre un chef d’entreprise et un chef de projet, sauf que mis à ma disposition, avant de prendre du recul. L’année d’après, sur le circuit
de mener des projets sympas avec des gens qui ont la même motivation l’un des deux a plus d’emmerdes administratives que l’autre  ! Moi, j’ai Figaro, j’ai gagné une course sur deux, en étant, à chaque manche, capable de
que vous, et qui n’interviennent pas forcément sur le même terrain de jeu décidé d’être le chef chez moi mais quand je suis sur un autre bateau que dire si j’allais gagner ou pas. Lors de la Figaro ou de la Jacques-Vabre l’an dernier,
que vous. Le truc, c’est de fusionner tout ça et de trouver son compte au le mien, j’accepte la hiérarchie et je reste à ma place. je n’avais aucun doute. J’avais cette sorte de certitude en moi, annonciatrice des
milieu. Dans un sport mécanique comme la voile, la compétition est un bons résultats. Aujourd’hui, je n’arrive pas forcément à reproduire cet état d’esprit
moyen de valider ce qu’on a construit et d’aller se confronter aux autres Etes-vous un patron solitaire, autoritaire ? mais je le détecte, même si je tais mes ressentis. Je crois que je suis quelqu’un de
pour savoir si on avait raison ou pas. Je me considère comme un empêcheur de tourner en rond. Je ne suis pas très instinctif.
là pour dire aux gens ce qu’ils ont à faire, parce que s’ils sont là, c’est que,
Est-ce important pour vous d’être le meilleur solitaire ? normalement, ils sont compétents. Je suis surtout là pour aiguillonner Et que sentez-vous pour 2008 ?
Il ne faut pas s’en cacher : l’objectif est d’arriver avant les autres parce les autres, afin qu’ils aillent dans la direction que je souhaite et qu’ils ...
que cela signifie qu’on a fait ce qu’on devait faire moins mal qu’eux. Des donnent le maximum. On est dans un univers de compétition et il faut

14 Journal du Nautisme avril 2008 avril 2008 Journal du Nautisme 15


Imoca – Transat anglaise Texte de Perrine Vangilve

Les monocoques en vedettes La Transat anglaise, désormais baptisée The Artemis Transat
s’élancera le 11 mai prochain de Plymouth à destination
de Boston. Cette treizième édition sera exclusivement
réservée aux monocoques de 60 et 40 pieds.

L a classe Imoca, qui a le vent en poupe, tiendra la vedette de cette


transat mythique créée en 1960 par Blondie Hasler d’après une formule
restée célèbre : « Un homme, un bateau et l’Océan. » Mark Turner, le
directeur d’Offshore Challenge Events, qui a repris en 2004 l’organisation
de la plus ancienne des transats, a innové et surpris en excluant les
« Le retour des multicoques multicoques de l’épreuve. Il renoue ainsi avec l’édition inaugurale de
1960, remportée par Sir Francis Chichester, où seuls des monocoques
dans le futur » figuraient sur la ligne de départ.

Priorité à la classe IMOCA


Ce retour aux sources s’explique par la faiblesse du nombre des candidats
potentiels en multicoques et une volonté de donner la vedette aux
monocoques 60 pieds (classe Imoca) qui ont à l’heure actuelle le vent
en poupe. Les responsables de cette classe font aussi pression sur les
organisateurs pour éviter de partager l’affiche avec les multicoques,
estimant que ces derniers accaparent le terrain médiatique. De plus, la
classe Orma connaît en ce moment une période de transition. « Cette
décision n’a pas été facile à prendre. Mais cela permet de simplifier
les choses, de raconter plus facilement une histoire. Priorité est donc
donnée cette année à la classe Imoca, qui est au sommet », s’est
ainsi justifié Mark Turner. Ce choix n’est toutefois pas définitif. Les
multicoques, qui ont beaucoup contribué à la légende de la Transat
anglaise, devraient y être à nouveau conviés dans le futur.

Match France-Angleterre
On devrait cette année assistera à un vrai match France-Angleterre
sur l’Atlantique nord et, à quelques mois du Vendée Globe, cette
confrontation sera riche d’enseignements.
Sur les 27 bateaux qui seront en novembre au départ des Sables-
d’Olonne pour le Globe, 16 sont annoncés dans l’Artemis Transat. Si
quelques concurrents comme Armel Le Cleac’h viennent chercher leur
qualification pour le Vendée Globe, la plupart ont déjà validé leur ticket
d’entrée pour cette légendaire circumnavigation. Côté britannique, Mike
Golding emmènera un « club des cinq » composé de Brian Thompson
(Pindar), Dee Caffari (Aviva), Samantha Davies (Roxy) et Johnny Malbon
qui étrennera son nouvel Artemis. La délégation tricolore s’annonce
importante avec, notamment, Vincent Riou (PRB), Loïck Peyron (Gitana
Eighty), Kito de Pavant (Groupe-Bel), Yann Eliès (Generali) et Marc
Guillemot (Safran). Enfin, un certain Michel Desjoyeaux, vainqueur il
y a quatre ans sur trois coques, sera une nouvelle fois de la fête et
visera le doublé avec son nouveau Foncia. En revanche, si la classe
40 est invitée, son plateau devrait être maigre : une dizaine d’unités
pour l’instant est annoncée à Plymouth.

AFP
Les engagés en classe Imoca 40 :
Le palmarès de la Transat anglaise Les engagés en classe IMOCA 60  Appart’City • Yvan Noblet (FRA)
Akena-Veranda • Arnaud Boissières (FRA) Pindar • Brian Thompson (G-B) Custo-Pol • Halvard Mabire (FRA)
1960 : Francis Chichester (Royaume-Uni) sur Gipsy-Moth III en 40j 12h 30’ 1984 : Yvon Fauconnier (France) sur Umupro-Jardin en 16j 6h 25’
Artemis • Jonny Malbon (G-B) PRB • Vincent Riou (FRA) Fujifilm • Alex Bennett (G-B)
1964 : Éric Tabarly (France) sur Pen-Duick II en 27j 3h 56’ 1988 : Philippe Poupon (France) sur Fleury-Michon IX en 10j 09h 15’ Roxy • Samantha Davies (G-B)
Aviva • Dee Caffari (G-B) Groupe-Partouche • Christophe Coatnoan (FRA)
1968 : Geoffrey Williams (Royaume-Uni) sur Sir-Thomas-Lipton en 25j 20h 33’ 1992 : Loïck Peyron (France) sur Fujicolor en 11j 1h 35’ Brit-Air • Armel Le Cleac’h (FRA) Generali • Yann Elies (FRA) Leclerc-Ville la Grande • Jean-Philippe Saliou (FRA)
1972 : Alain Colas (France) sur Pen-Duick IV en 20j 13h 15’ 1996 : Loïck Peyron (France) sur Fujicolor en 10j 10h 05’ BT • Sébastien Josse (FRA) Cervin-EnR • Yannick Bestaven (FRA) Louis Duc (FRA) •
1976 : Éric Tabarly (France) sur Pen-Duick VI en 23j 20h 12’ 2000 : Francis Joyon (France) sur Eure-et-Loir en 9j 23h 21’ Ecover • Mike Golding (G-B) Gitana-Eighty • Loïck Peyron (FRA) Mistral Loisirs-Elior • Thierry Bouchard (FRA)
1980 : Phil Weld (États-Unis) sur Moxie en 17j 23h 12’ 2004 : Michel Desjoyeaux (France) sur Géant en 08j 8h 29’ Foncia • Michel Desjoyeaux (FRA) Groupe-Bel • Kito de Pavant (FRA) Prevoir-VIE • Benoît Parnaudeau (FRA)
Pakea-Bizkaia 2009 • Unai Basurko (ESP) Safran • Marc Guillemot (FRA) Telecom-Italia • Giovani Soldini (ITA)
Simon Clarke (G-B)

16 Journal du Nautisme avril 2008 avril 2008 Journal du Nautisme 17


Transat AG2R Texte de Camille El Bèze

L’Atlantique
à quatre mains
Le 20 avril prochain, 27 tandems et leurs Figaro Bénéteau 2 seront sur la ligne de départ de la neuvième
Transat AG2R (Concarneau-Saint-Barthélemy), seule transatlantique en double du calendrier. Anatomie
d’une course de 16 ans d’âge pas comme les autres et revue des forces en présence.

Y. Zedda
D VOS PROPRES REGLES...
es monocoques de 10 mètres strictement identiques, deux deux sur un bateau, cela s’apparente parfois à la routine d’un
équipiers et une régate océanique de trois semaines à couple qui se croise entre deux « Passe-moi le sel ! » Mais c’est
destination du soleil : pour les mangeurs d’écoute, la recette aussi la possibilité de mettre à contribution deux cerveaux
de la Transat AG2R reste toujours aussi alléchante. L’histoire de pour la stratégie, deux paires de bras pour la manœuvre et,
cette course pas comme les autres commence en 1992. « A cette surtout, partager le temps de barre pour faire marcher le
époque, nous souhaitions communiquer par le biais d’un sport
ayant des valeurs proches des nôtres, telles que le dynamisme,
la solidarité, l’esprit d’initiative et dont le spectacle était gratuit
bateau à 100% de ses capacités. Un exercice à la fois usant
et réjouissant. Toute la difficulté consiste donc à bien choisir
son partenaire : celui en qui vous avez une totale confiance
AUCUNES FRONTIERES.
pour le public, raconte Yvon Breton, directeur général délégué du pour mener la barque en bon marin, celui qui saura rester
groupe AG2R. J’ai rencontré François-Xavier Dehaye, qui mettait positif dans les moments difficiles et remonter le niveau de
en place ce concept de transat à armes égales. Le projet nous a motivation en cas de doute ou de mauvaise passe, celui, enfin,
immédiatement séduit et nous avons plongé avec lui.» avec qui vous partagerez aussi parfois une bonne tranche de
rigolade. De fait, à l’exception de quelques associations très
« La monotypie, école de la rigueur » professionnelles (Hervé Laurent, vainqueur en 2002, avoue
Depuis, la crème des figaristes et tous les talents de la course être parti à deux reprises en compagnie d’un équipier qu’il ne
au large se pressent tous les deux ans au départ de l’AG2R. Le connaissait pas), tous nos marins concèdent « qu’il y a certaines
succès de la course vient de son format originel et original : personnes avec lesquelles ils ne s’embarqueraient jamais. » Car
Le Figaro Bénéteau la monotypie. Pour Roland Jourdain (cinq participations à l’AG2R le scénario imposé par la course est loin d’être calqué sur celui
et une victoire avec Jean Le Cam en 1994), « la monotypie reste de La croisière s’amuse. Imaginez-vous cohabiter pendant trois
Les bateaux de la Transat AG2R sont stric- une sacrée école de rigueur en termes de vitesse, de tactique semaines dans un espace vital de moins de 10 m2 généralement
tement identiques pour répondre à l’exigence et de météo. Sur l’AG2R, tu ne peux jamais te sentir serein. » encombré de voiles et imprégné d’humidité, sous la pression
Jamais serein et jamais sur des rails non plus d’un point de conjointe des éléments et de la compétition : voilà un huis clos
de compétition à armes égales. Seules donc vue stratégique, même si les marins connaissent bien le océanique qui peut très vite passer du paradis à l’enfer !
les qualités des marins doivent faire la déroulé de ce parcours de 3710 milles entre la Bretagne et les
différence. Le Figaro Bénéteau 2 est un Antilles : une traversée du golfe de Gascogne dans un vent Un tiers de favoris
soutenu (souvent de face), puis la quête des alizés portugais Fait étonnant d’ailleurs, aucun duo, aussi symbiotique soit-il,
monocoque de 10 mètres de long, conçu en jusqu’à Madère (marque à virer à Porto Santo) suivie d’une n’a jamais réussi un doublé dans l’épreuve. Ni aucun marin à
2002 par le cabinet Lombard. Solide, négociation de l’anticyclone des Açores et, pour finir, un dernier titre individuel d’ailleurs. La cuvée 2008 de l’AG2R fera t-elle
« run » au portant vers Saint-Barth’. Ce schéma théorique mentir les faits ? Quelques anciens vainqueurs, en tout cas,
marin, rapide et stable aux allures portantes, est toutefois souvent contrarié par une météo printanière s’y alignent. C’est le cas de Jean le Cam, qui sera associé à
ce bateau est aussi très polyvalent. Il est en qui a tendance à brouiller les pistes. Il faut donc s’adapter. Gildas Morvan. Sur le papier, ces deux vieux loups du circuit
effet adapté à la pratique en solitaire comme « Sur ces bateaux, une fois que tu es placé dans un système sont les grands favoris. Mais, comme souvent sur cette course,
météo, tu le subis obligatoirement, explique Armel le Cléac’h, la liste des prétendants à la victoire regroupe un bon tiers des
en équipage, que ce soit en transatlantique ou vainqueur avec Nicolas Troussel de l’AG2R en 2004. C’est donc inscrits. Il faudra donc également compter sur Nicolas Troussel
sur des régates entre deux bouées. un vrai jeu d’échecs. Il faut toujours se placer en pensant aux (vainqueur en 2004 avec Armel Le Cleac’h), qui sera accompagné
coups suivants.» cette année de Christopher Pratt, ainsi que sur les tandems
Thierry Chabagny/Corentin Douguet, Liz Wardley/François
Deux cerveaux, deux paires de bras, Gabart, Jeanne Grégoire/Nicolas Lunven, Erwan Tabarly/Vincent
deux fois plus d’efficacité Biarnes, Armel Tripon/Dominique Vittet et Bertrand de Broc/
Autrefois disputée en deux étapes, la Transat ne fait plus Joe Seeten. Une fois de plus, le jeu est très ouvert. Il y a deux
escale depuis 2004, ce qui sous-entend, pour les duos les ans, la chaleur tropicale de Saint-Barthélemy rivalisait à peine GORE-TEX® OCEAN RACER JACKET
plus doués, trois semaines de mer non-stop. « Le double, c’est avec la montée en température des équipages à l’arrivée, où
déjà un début d’équipage. Cela fait quand même une grosse 23 des 28 bateaux avaient franchi la ligne d’arrivée en l’espace
différence avec le solo : on peut dormir sur ses deux oreilles, de 24 heures !
il y a toujours quelqu’un qui veille sur le pont », confie Kito de
Pavant, détenteur du titre avec l’Italien Pietro d’Ali. Vivre à

france@henrilloyd.co.uk
18 Journal du Nautisme avril 2008 ® Henri-Lloyd is a registered trademark of Henri-Lloyd Limited. www.henrilloyd.com
Photo: Rolex/Carlo Borlenghi
Transat AG2R Propos recueillis par Camille El Bèze
Photos : Yvan Zedda, Marcel Mochet/AFP, François Mousis

Souvenirs,
souvenirs  Les huit lauréats de la Transat AG2R évoquent leurs meilleurs
comme leurs pires souvenirs de cette course si particulière.

Jacques Caraës Alain Gautier Karine Fauconnier Armel Le Cléac’h


(deux participations, vainqueur en 1992 (une participation, vainqueur en 1996 (deux participations, vainqueur en 2000 (trois participations, vainqueur en 2004
avec Michel Desjoyeaux) : avec Jimmy Pahun) : avec Lionel Lemonchois) : avec Nicolas Troussel) :
« L’AG2R 1992, c’était la première transat en « Ce qui nous a marqué avec Jimmy, c’est cette «   C e t te a n n é e - l à , l e p l a te a u é ta i t « C’était la première AG2R avec le nouveau
monotype. Cette course avait donc une saveur longue période de près après Madère : une impressionnant, toutes les stars de la voile Figaro 2 et, pour Nicolas et moi, notre
particulière et j’en garde un excellent souvenir. semaine où nous avons eu de 15 à 35 nœuds de étaient présentes. Mais nous n’étions pas première traversée de l’Atlantique. Il y a eu
J’ai énormément appris au contact de Michel vent. Ce n’était pas confortable. Nous avons intimidés. Avec Lionel, on avait la niaque, on une tempête sur la Bretagne le week-end du
Desjoyeaux. Je me souviens aussi d’un accueil d’ailleurs cassé un des haubans. Nous aurions voulait gagner. C’était l’objectif de départ départ, les organisateurs l’ont donc reporté
exceptionnel à l’arrivée. En plein après-midi, le quai Gustavia à Saint-Barthélemy pu abandonner mais j’ai fini par trouver une et, pour moi, il n’y avait pas 36 options. Je et, en conséquence, l’étape de Madère a
était noir de monde ! Côté course, je me rappelle qu’après être repartis de solution. Les frères Poupon avaient mis un « caramel » à tout le monde à Madère naviguais depuis trois saisons en Figaro et j’avais enfin obtenu un bon budget été supprimée. Nous avons eu de très bonnes conditions au portant jusqu’à
Madère, où nous faisions à l’époque une escale de 48 heures, nous avons eu un et nous pensions tous qu’il serait difficile de les rattraper. Mais ils ont pris une (de Sergio Tacchini, ndlr). La première semaine de course, nous n’avons pas vu Madère. Sur la deuxième partie de la course, il y a eu une petite dépression à
vent très fort au portant. La première nuit de cette deuxième étape avait été mauvaise option dans le sud. Or, ça s’est finalement joué dans le groupe de bateaux le jour. Jusqu’à Lisbonne, c’était tempête, nous avions entre 25 et 50 nœuds de négocier et la flotte s’est scindée en trois groupes. Nous, nous avons tout de
dantesque et décisive. Michel avait fait fabriquer un spi lourd, c’était la bonne partis dans le nord. Il y a eu une belle bagarre avec nos poursuivants Le Cam/ vent, nous étions tout le temps au près. Nous avons cassé trois drisses et nous suite plongé sud… le genre d’option qu’il faut prendre à fond. Les premiers
option, mais il fallait oser le porter ! Vingt-quatre heures avant l’arrivée, nous Arthaud, Nélias/Cammas et Desjoyeaux/Jourdain… des p’tits gars qui en voulaient ! sommes montés trois fois dans le mât ! Ensuite, après Madère, ça a été l’inverse : jours, nous avons dégringolé au classement mais nous étions sûrs de notre coup
avions une marque à virer au nord de la Guadeloupe et notre concurrent direct Nous, nous avons tenté de raccourcir la route : nous avons coupé l’anticyclone en nous avons eu deux ou trois jours sans le moindre souffle. Certains concurrents et, une semaine avant l’arrivée, nous avons pris la tête. Nous sommes arrivés
(le duo Leclere/Blanken, ndlr) pensait qu’il était en tête. Nous avions joué la surveillant en permanence notre baromètre pour caler de petits empannages. On manquaient d’eau à l’arrivée et, de notre côté, nous avons aussi été obligés de un 11 mai, le jour de notre anniversaire à Nicolas et moi. »
gagne avec eux. » a vraiment joué avec le feu ! » nous rationner. Sous un grain, je me rappelle avoir récupéré de l’eau de pluie qui
tombait de la grand-voile. La course a finalement été très longue. » Kito de Pavant
Roland Jourdain Bruno Joudren (trois participations, vainqueur en 2006
(cinq participations, vainqueur en 1994 (six participations, vainqueur en 1998 Hervé Laurent avec Pietro d’Ali) :
avec Jean le Cam) :  avec Marc Guessard) : (deux participations, vainqueur en 2002 « Deux choses ont été marquantes cette
«  Je garde deux souvenirs marquants de « 1998, c’était ma deuxième AG2R. La première, avec Rodolphe Jacq) : année-là. La première, c’est que la course a
l’AG2R 1994 : d’abord nos 63 secondes d’écart avec Jacques Caraës, avait été assez dure : nous « Je crois que c’est la première fois qu’un été tout le temps très serrée, le niveau des
à Saint Barth’ avec de Broc et Guillemot et avions tout fait « à l’arrache », avec un simple vainqueur arrivait avec 10 heures d’avance. Lors équipages était très homogène et la victoire a
notre arrivée le jour où Nelson Mandela a été GPS portable, pas assez de nourriture, j’étais de la première étape, nous avons fait un très donc mis du temps à se dessiner. Nous sommes
élu président d’Afrique du Sud. Au départ de tombé à l’eau et, à l’arrivée, j’avais perdu huit beau coup météo : après le cap Finisterre, nous finalement arrivés en tête avec seulement 18
la deuxième étape, nous avions fait un bon kilos ! Je m’étais dit : « Plus jamais ça ! » Mais sommes allés chercher les brises thermiques minutes d’avance sur Dominic Vittet et Lionel Lemonchois. La dernière journée,
coup et nous étions plutôt sereins. Mais, petit à petit, Bertrand de Broc et Marc au fond de moi, je n’avais pas envie de rester sur le long du Portugal pendant que les autres, en route directe vers Madère, ont nous naviguions à vue avec trois autres bateaux. Le final fut très chaud : les 23
Guillemot sont revenus sur nous. Deux jours avant l’arrivée, nous naviguions à un échec. Il fallait que je reparte ! En 1998, nous possédions un bon bateau, un été coincés dans une bulle sans vent. Quand j’ai vu que nous avions été les premiers bateaux sont arrivés en l’espace de 24 heures ! Côté stratégie, nous
vue ! Mais, à un moment, nos poursuivants n’ont plus reçu de fichiers météo et bon budget et nous avions eu du temps pour nous entraîner. Nous avons fait une seuls à prendre cette option, je suis descendu plusieurs fois à la table à cartes avons fait un très gros et très intéressant boulot. Avec Pietro, on s’est remis
nous avons alors commencé à attaquer dans tous les sens pour les leurrer. La bonne première étape jusqu’à Madère mais, au moment de repartir, les compteurs pour vérifier notre option. Mais j’étais assez sûr de mon coup, je me souviens en question tous les jours.
dernière nuit, de Broc et Guillemot n’étaient plus qu’à une dizaine de mètres avaient été remis à zéro à cause du manque de vent. C’est en grignotant peu à avoir dit à Rodolphe : « On va leur mettre un caramel ! » C’était trois jours à Le deuxième fait marquant : on a presque fait toute la course au portant.
de nous, c’était de la pure régate, une vraie guerre ! Nous avons pris un grain peu notre retard dans le sud de l’Atlantique que nous avons réussi à passer en peine après le départ. Nous sommes arrivés à Madère avec dix heures d’avance Les génois sont sortis à tout casser une petite dizaine d’heures ! A l’arrivée à
énorme, nous étions épuisés, en panne de GPS, nous étions aveuglés par les tête. Mais, la veille de l’arrivée, nous sommes restés encalminés. Nous avons sur les seconds. Ensuite, sur la deuxième étape, il nous a suffi d’assurer et de Saint-Barthélemy, les voiles d’avant étaient comme neuves. »
projecteurs des vedettes qui venaient à notre rencontre, c’était vraiment un terminé les derniers milles à vue avec nos poursuivants ! » rester au contact des leaders. »
final d’anthologie ! »

20 Journal du Nautisme avril 2008 avril 2008 Journal du Nautisme 21


PATRIMOINE Texte de Servane Dorléans
Spi Ouest-France-Bouygues Telecom Texte de Servane Dorléans

L’homme Peyron,
et l’Océan régatier du
grand large
Le rideau est tombé sur le 30e Spi Ouest-France-Bouygues Telecom,
disputé sur Open 7,50 à La Trinité-sur Mer et remporté, à l’issue
des cinq manches, par le Gitana Team de Loïck Peyron. Coureur au
large émérite au palmarès impressionnant, Peyron n’en demeure
pas moins un régatier hors pair, à l’aise sur tous les supports.
Portrait.

A ffichant à son compteur personnel une quarantaine de traversées de l’Atlantique,


deux tours du monde et, à son palmarès cinq titres Orma et de nombreuses
victoires sur quasiment tous les bateaux sur lesquels il a navigué, Loïck Peyron
détient l’un des plus beaux palmarès de la voile française. Le directeur général de
Gitana Team, écurie de course au large créée par le baron Benjamin de Rothschild,
et skipper du monocoque 60 pieds Gitana Eighty, semble aussi à l’aise sur les
régates inshore qu’au large. Amoureux de la mer, il a tiré ses premiers bords très
jeune, sur le bateau familial : « Je naviguais enfant sur le bateau de mes parents,
avec mes deux frères, Stéphane et Bruno, et nos deux petites sœurs, se souvient
Loïck. Stéphane s’est rapidement tourné vers la planche, alors qu’avec Bruno, on
a fait beaucoup de dériveur jusqu’à 18 ans, notamment du 445, série monotype
de l’époque fabriquée à La Baule. Nous avons même fini par devenir essayeurs
pour le chantier qui construisait ces bateaux ! »

Photo Guigueno
Loïck s’est très vite découvert une âme de régatier. « Lorsque l’on naviguait au
large de La Baule ou autour de la Bretagne, nous n’avions qu’une seule chose en
tête : aller plus vite que tout le monde ! » plaisante-t-il. S’il a vite abandonné le
dériveur, Loïck n’a jamais perdu son esprit de régatier. Après un passage sur le
circuit Figaro, subtil cocktail entre course au large et régate, le Baulois a eu la
chance de naviguer rapidement sur de gros bateaux.

Erigée en plein cœur de l’ancienne base des sous-marins de Lorient, la Cité de la voile Eric-Tabarly, dessinée Sept fois vainqueur du Trophée Clairefontaine
par Jacques Ferrier, a ouvert ses portes au grand public le 5 avril dernier. Tourné vers l’avenir et la mer « Là où l’on voit que j’adore la régate, c’est lorsque je navigue sur des petits
et retraçant la carrière d’Eric Tabarly, ce lieu de découverte s’adresse à tous les passionnés de la mer et supports, comme au Trophée Clairefontaine, que j’ai gagné sept fois et auquel
de la voile. Tour d’horizon. je participe depuis 18 ans. C’est génial de pouvoir se mesurer à armes égales
avec des légendes de l’America’s Cup comme Chris Dickson ou Dennis Conner

C onstruite dans un contexte de développement du bassin


lorientais et dans une base de sous-marins en pleine
le cadre à la voile contemporaine », explique Hélène Dizien.
Ainsi, une exposition temporaire de 400 m2 sera dédiée à
qui sont de purs régatiers et que l’on n’aurait pas l’occasion de croiser sur
l’eau autrement. » Sa grande expérience du large et ses qualités de naviga-
reconversion, la Cité de la voile sera officiellement inaugurée
le 17 mai prochain. S’adressant aussi bien au grand public
l’œuvre de Tabarly et des bornes interactives retraceront sa
vie. La Cité de la voile sera également le port d’attache des
teur ont permis à Peyron de s’imposer à maintes reprises dans les nombreuses
régates, au Trophée Clairefontaine donc, mais aussi en D35 sur le Léman ou Le Spi Ouest-France
qu’aux spécialistes de l’architecture navale ou de la course au
large, elle participe à la politique touristique et éducative de
mythiques Pen-Duick. De quoi faire vivre la mémoire d’Eric
Tabarly et permettre aux amoureux de la mer et au grand
plus récemment sur le Spi Ouest-France en Open 7,50, où il a devancé Franck
Cammas et Fred Duthil. « Cette année, la brise était assez soutenue et les ba- séduit toujours
Cap l’Orient. public de découvrir ou redécouvrir son œuvre…
artefacto

teaux surtoilés, explique Loïck. Ce genre de météo est favorable aux coureurs
« Nous avons voulu donner une véritable identité culturelle à au large et les années passées sur l’eau font la différence. Ceux qui étaient
cet équipement, afin qu’il devienne un lien symbolique entre La Cité de la voile vue par Alain Gautier devant au Spi avaient beaucoup de milles au compteur mais pas forcément
les activités du nautisme », explique Hélène Dizien, directrice Alain Gautier, coursier émérite originaire du pays lorientais, a une grande expérience du bateau.»
La Cité de la voile en bref de la Cité de la voile Eric-Tabarly. Tournée vers la mer et l’avenir, suivi de près l’évolution du projet : « J’ai quasiment accompagné
Ouverte au public depuis le 5 avril dernier, la la Cité de la voile est articulée autour de trois grands thèmes la construction du bâtiment au jour le jour puisque la Cité de la « Les courses au large prennent parfois l’allure de régates »
Cité de la voile sera officiellement inaugurée le 17 principaux : l’homme et l’Océan, la construction d’un voilier et voile est voisine du hangar dont je dispose pour la préparation Ce Spi Ouest-France, Loïck Peyron l’a couru en compagnie de Jean-Baptiste
l’embarquement. « Nous proposons une réelle valeur ajoutée. des trimarans Foncia et Sensations. Cet endroit répond, je Levaillant, maître voilier et ami de longue du Baulois, Antoine Mermod, in-
mai prochain. Elle devrait accueillir 100 000
Une fois la visite terminée, nous offrons par exemple la possibilité pense, à un véritable besoin. C’est en tout cas une belle génieur du Team Gitana, Didier Le Vourch, grand spécialiste de l’Open 7,50,
visiteurs par an. Avec une exposition permanente d’embarquer sur deux Kaïdoz 31 et de naviguer dans la rade de vitrine de ce que représente la voile française aujourd’hui. Sébastien Thétiot, préparateur du Gitana Eighty et le jeune Alexandre
de 1500 m2, une salle destinée aux expositions Lorient. Notre objectif est de donner envie au grand public de Les visiteurs vont pouvoir expérimenter et naviguer, ce qui Allegaert. «  J’adore naviguer sur différents bateaux mais, en revanche, je
temporaires de 400 m2, un auditorium de découvrir la plaisance », ajoute Hélène Dizien. les aidera à comprendre le fonctionnement d’un bateau.» préfère si possible courir avec les mêmes personnes. On essaie de ne pas trop
145 places, un espace actualités, une boutique- Alain Gautier, qui a eu l’occasion de visiter la Cité de la voile scinder les postes au sein de Gitana Team. J’aime que chacun soit capable de
librairie, un restaurant et un snack, elle sera Un hommage à Eric Tabarly en avant-première, prédit une visite passionnante à tous faire beaucoup de choses, que les préparateurs, ceux qui s’occupent du ma-
Architecte et concepteur de génie, marin d’exception et les publics, passionnés comme néophytes : « A mes yeux, un telotage ou de la peinture, viennent également naviguer », souligne Peyron.
également le port d’attache des Pen-Duick qui
précurseur en matière de construction de bateaux, Eric Tabarly manque est comblé grâce à ce projet. En tant que Lorientais, Si l’expérience et les milles engrangés au large peuvent faire la différence en
viendront s’y amarrer lors de leurs escales.
a marqué de son empreinte l’histoire de la voile contemporaine. la Cité représente également un bel endroit, peut-être un peu régate, « les courses au large prennent parfois l’allure de régates et j’aime ça !
Y.Zedda/Gitana SA

La Cité de la voile proposera également des ambitieux, mais qui va sans doute attirer le public dans un Si on ne commence pas par la régate et qu’on ne continue pas à en faire durant
Dix ans après la disparition du légendaire navigateur en mer
initiations à la navigation dans d’Irlande, l’histoire entre Eric Tabarly et Cap l’Orient continue secteur longtemps annexé par l’Armée. Avec mon trimaran sa carrière, il n’y a quasiment aucune chance de bien figurer au large », explique
la rade de Lorient. de s’écrire. « L’association Eric-Tabarly, présidée par sa femme Brocéliande, j’ai été l’un des premiers civils à investir la BSM Peyron. Ainsi, si son objectif majeur en 2008 reste le Vendée Globe, Loïck prendra
Jacqueline, voulait établir un lieu pour commémorer sa vie de Keroman il y a dix ans. On ne peut que se réjouir de ce le départ de la Transat anglaise le 11 mai prochain à la barre du dernier-
et son parcours exceptionnel. Eric a construit trois de ses développement axé sur le nautisme auquel je souhaite le né de la flotte des Gitana et ramènera en solo le bateau de Boston, puis par-
Pen-Duick à Lorient, ville avec laquelle il a entretenu des même succès que l’Océanopolis de Brest.» ticipera au GPPN, au Record SNSM et, bien sûr au Trophée Clairefontaine en
liens forts. Cap l’Orient a donné son accord en élargissant septembre.

22 Journal du Nautisme avril 2008 avril 2008 Journal du Nautisme 23


33e America’s Cup  Texte de Camille El Bèze

Les Français au chevet d’Oracle et Alinghi


Le 18 mars, la Cour Suprême de New York a tranché. La 33e America’s Cup se disputera en multicoque entre le Defender Alinghi et son
unique Challenger BMW-Oracle. Cette nouvelle donne est l’occasion d’une entrée en piste des marins et architectes français, sollicités
par les deux teams pour leur parfaite connaissance des grands multis. Ces dernières semaines, le centre névralgique de la Cup s’est
même déplacé à Lorient, où les hommes d’Alinghi et Oracle ont fait connaissance avec les trimarans 60 pieds.

AFP
s’est fracturé le nez. Le bateau, « pas trop abîmé », que peu de temps pour apprivoiser ces engins rapides
selon Gautier, va être réparé avec l’aide des techniciens et volages afin de concevoir et construire la machine
d’Alinghi. Sa remise à l’eau est prévue d’ici quelques idéale. Tout dépend de la date de la 33e America’s Cup
semaines. Alinghi devrait reprendre sa préparation (juillet 2008, octobre 2008 ou 2009 ?) qui devrait être
à bord d’un autre 60 pieds skippé par Alain Gautier : fixée ces jours-ci par la justice américaine (le lieu de
l’ancien La Trinitaine. la rencontre restant à la discrétion du Defender). Le
bras de fer entre les deux équipes est donc loin d’être
Gros contingent français chez les terminé.
Américains
Au moment du chavirage de Foncia, les ingénieurs et

D epuis la victoire d’Alinghi le 3 juillet 2007 à Valence, la saga


America’s Cup n’a jamais été aussi mouvementée. Après leur
Coutts-Cammas contre Baird-Gautier : la Coupe
débarque à Lorient
techniciens d’Oracle sont déjà présents à Lorient depuis
une semaine pour préparer Groupama 2. Le lundi 31
Pendant ce temps, chez les
autres challengers…

BMW Oracle Racing


deuxième sacre l’été dernier dans les eaux espagnoles, le magnat Début mars 2008, les deux syndicats naviguent déjà à Valence mars, John Kostecki et James Spithill embarquent enfin
suisse Ernesto Bertarelli et son team sont en effet attaqués en à bord d’Extrême 40 (catamarans de 12 mètres). Dans le camp sur les trampolines du trimaran vert, en compagnie Pendant que Suisses et Américains fourbissent
justice par le puissant syndicat américain BMW-Oracle Racing, mené américain, Franck Cammas est présent pour animer des sessions de Franck Cammas et d’une poignée de navigants leurs armes, quelques anciens syndicats s’étiolent
par le milliardaire Larry Ellison. Le principal point de désaccord porte à deux bateaux, dont l’un est barré par James Spithill. « Les gars français. Mercredi 2 avril, ils sont rejoints par le patron ou s’énervent. Grant Dalton, le patron d’Emirates
sur le caractère inique des règles édictées par le Defender pour d’Oracle ont tous fait un peu de multicoque mais ça représente à d’Oracle, Russell Coutts. « Après une première sortie Team-New-Zealand a attaqué Alinghi en justice
l’organisation de la prochaine Coupe de l’America. Le 27 novembre peu près 2% de leur expérience en voile, nous confie alors Franck ‘‘découverte’’, le 31 mars par 30 à 35 nœuds, le reste de et demande des dommages et intérêts suite à
2007, puis le 18 mars 2008, la Cour Suprême de New York donne Cammas. Cela dit, ça reste du bateau et ils apprennent plutôt la semaine a été consacré aux manœuvres entre deux ce fiasco juridique qui met son équipe sur le
raison à Oracle. La 33e America’s Cup sera donc réduite à un duel en vite. » Ce qui n’empêchera pas le jeune et talentueux Spithill de bouées, explique Franck Cammas. Nous y allons étape carreau. De son côté, Vincenzo Onorato, à la
trois manches entre Alinghi et Oracle à bord de multicoques de 90 chavirer lors d’un entraînement… par étape, sans précipiter les choses. Thierry Fouchier, tête du challenge italien Mascalzone-Latino, a
pieds. La date et le lieu de la rencontre restent à déterminer. Fin mars, Américains et Suisses migrent à Lorient. Ironie de Bruno Laurent et Jean-Baptiste Levaillant (tous équipiers publié récemment une véritable diatribe contre
l’histoire, les deux équipes rivales cohabitent quelques jours dans de Groupama, ndlr) sont à bord et pour l’instant, je ne le Defender et prône un retour pur et simple aux
La Cup en question Class America. D’autres, en revanche, renaissent
Devancer le verdict le même hôtel avant d’entamer leurs entraînements à bord des lâche pas la barre. Ce que je peux affirmer, c’est que
Au fond, toute cette affaire ressemble fort à une En réalité, ni Alinghi et encore moins Oracle n’ont attendu le verdict gros trimarans océaniques de 60 pieds. Les hommes d’Alinghi, l’équipage d’Oracle est enthousiaste. Ils prennent du de leurs cendres et attendant patiemment des
simple histoire d’hommes entre Ernesto du juge Cahn pour se préparer à pareille éventualité. Dès juillet emmenés par leur entraîneur Pierre-Yves Jorand, jettent leur plaisir à naviguer sur le bateau, sont très bien préparés jours meilleurs : 2011 et la 34e America’s Cup.
2007, Oracle a fait appel aux lumières du cabinet d’architectes dévolu sur Foncia et recrutent son skipper Alain Gautier. physiquement et réussissent de belles manœuvres. C’est Leader des défis français en 1987, 1992 et 1995,
Bertarelli et Russell Coutts. Principal artisan
français VPLP, spécialiste mondial des grands multicoques, avant Mais l’entraînement est brutalement stoppé au bout de trois très agréable.» L’entraînement de l’équipe américaine Marc Pajot est de retour dans l’America et a
de la victoire d’Alinghi en 2003, le très doué jours. Le 29 mars, Foncia chavire, avec tout l’équipage helvète à présenté, le 20 mars dernier, le triumvirat de
que Franck Cammas (avec qui Russell Coutts avait navigué il devait se poursuivre durant la deuxième semaine d’avril
Néo-Zélandais Russell Coutts, quintuple y a quelques années sur Groupama), ne devienne consultant son bord. « C’est arrivé dans une abattée, raconte Alain Gautier. avec Banque-Populaire. L’équipage de Pascal Bidégorry son défi French Spirit pour la 34e Cup, dont font
vainqueur de la Coupe, quitta le syndicat auprès du design team et coach sportif de l’équipe américaine. Le bateau a enfourné dans une mer courte. Il y avait une bonne a en effet rejoint celui de Cammas pour une série de partie Philippe Presti (skipper) et Bertrand Pacé
Au mois de décembre, Alinghi prend le train en marche et sollicite vingtaine de nœuds de vent. Nous étions sous grand-voile, un duels au large de Lorient… (barreur). Le syndicat, que l’on devrait retrouver
suisse à l’aube de la dernière campagne, à la
une autre grande référence en matière de grands multis : Nigel ris et trinquette. Ed Baird était à la barre mais c’est clairement sur l’eau dès l’année prochaine en TP52 ou GP42,
suite de profonds désaccords avec Bertarelli. une erreur de coordination de tout l’équipage, dont je faisais dispose pour l’heure de 4 millions d’euros. Une
Irens. « Nous sommes là pour donner notre opinion, faire part Le temps est compté
Privé de la 32e America’s Cup après une de nos connaissances à tous les échelons. Mais nous ne sommes partie, qui est à l’origine de ce chavirage. A part Nicolas Texier, L’utilisation de l’expertise « hexagonale », que ce soit semaine après Pajot, Stephan Kandler rendait
modification du règlement lui interdisant qu’intervenants, nous n’avons pas toutes les clés en main », aucun des marins présents ce jour-là n’avait jamais navigué sur un sur le plan sportif ou architectural, semble faire partie public son projet K-Challenge 2, auquel devraient
précise Benoît Cabaret, un des collaborateurs d’Irens. La rumeur grand trimaran. Nous avions pourtant fait une sortie trois jours de la stratégie de BMW-Oracle, qui compte déjà dans son participer Sébastien Col et Sébastien Josse. Pour
de rejoindre tout autre syndicat, Coutts est ces deux syndicats, comme pour les autres, la
voudrait que la construction (aux Etats-Unis) du bateau du syndicat auparavant dans 30 à 35 nœuds de vent. Mais il est clair que ce design-team un fort contingent tricolore. De son côté,
devenu l’été dernier le PDG et skipper du team américain soit déjà bien avancée. Alinghi, lui, n’en serait encore genre de bateau ne s’apprivoise pas en deux jours. » L’incident route qui mène jusqu’à la 34e Coupe de l’America
Alinghi table peut-être davantage sur son expérience
BMW-Oracle… qu’au stade de la conception. laisse quelques traces : un des équipiers du team suisse, Pieter lacustre et ses succès dans le circuit des D35, qui doit est encore bien longue.
van Niekerk, a la clavicule, le coude et une côte cassés ; un autre reprendre mi-avril. Les deux rivaux n’auront peut-être

24 Journal du Nautisme avril 2008 avril 2008 Journal du Nautisme 25


Voile olympique Texte de Perrine Vangilve

Le compte est bon… ou presque


Photos : FFVoile
Guilain Grenier, Gilles Martin-Raguet, Lionel Cottin

La Fédération Française de Voile et sa direction technique nationale ont déjà rempli l’un de leurs objectifs : qualifier l’ensemble des onze
séries pour les Jeux Olympiques de Pékin qui auront lieu en août prochain sur le plan d’eau de Qingdao. Les dix-huit athlètes français
qualifiés rentrent maintenant dans la phase de préparation finale avec l’objectif d’obtenir au moins trois médailles. 49er
Emmanuel Dyen
RS:X Femmes Star et Yann Rocherieux
A la suite du championnat d’Europe de 49er qui s’est achevé
le 29 mars à Palma, le comité de sélection de la FFV a choisi

Laser radial Faustine Merret Xavier Rohart et l’équipage composé d’Emmanuel Dyen et Yann Rocherieux pour
Après une médaille d’or aux Jeux Olympiques Pascal Rambeau défendre les couleurs de la France en Chine l’été prochain. « Sur
les trois dernières épreuves d’observation, Manu et Yann ont
d’Athènes en 2004, Faustine Merret a, durant Pour Xavier Rohart et Pascal Rambeau, toujours été dans le coup dans les conditions de petit temps. Ils
Sarah Steyaert trois ans, combiné avec succès études et
retour au plus haut niveau en RS:X, le nouveau
deux fois champions du monde de la
série en 2003 et 2005, l’objectif est
ont par ailleurs fait preuve d’une belle maturité en période de
A 21 ans, Sarah Steyaert est la sélection. Ils ont su maintenir leur niveau alors que les sélections
support olympique, pourtant moins adapté que clair : confirmer la médaille de bronze des Jeux d’Athènes en 2004. Le point fort de
benjamine de l’équipe de France sont souvent synonymes de stress. Il y a eu de gros progrès dans
la Mistral à son petit gabarit (1,63m, 53 kilos). ce tandem : l’expérience. Xavier, qui disputera ses quatrièmes Jeux, sait relativiser
mais l’un de ses membres les plus cette série et les résultats des Français oscillent souvent autour
En 2006, Faustine a décroché une médaille les évènements. Il navigue comme il est dans la vie, calculant toujours le coup
talentueux. A la surprise des de la 10e place. Il y a un delta
de bronze au mondial, une performance suivant, « la marque des grands champions », dit son entraîneur Daniel Dahon. Sa
régatières plus expérimentées, entre une place de 10 et une
prometteuse compte-tenu de son manque d’entraînement. maîtrise impressionne autant ses adversaires que son entourage. Plus cartésien
la jeune femme s’est imposée au médaille mais cet objectif
L’été dernier, la Brestoise a terminé quatrième de la Semaine et organisé, Pascal est, lui, beaucoup plus concentré sur les fondamentaux. L’or
championnat d’Europe 2005 et est vice-championne d’Europe est accessible « a commenté
pré-olympique de Qingdao, véritable répétition générale des JO, est sans conteste à la portée des deux hommes. Mais dans cette série, pas moins
en titre. En mars, Sarah a remporté les mondiaux. Il ne faut Philippe Gouard, directeur
mais également quatrième du championnat du monde disputé d’une dizaine d’équipages est capable de gagner.
donc pas se fier à ses allures de jeune fille sage, Sarah est technique national.
en Nouvelle-Zélande, en janvier dernier. « Je serai cette fois
une compétitrice redoutable. Etudiante en mathématiques, la fille à battre, une ancienne, celle que l’on ne veut pas voir
elle a le don pour que la somme de ses résultats soit toujours devant. Mon objectif ? Le podium, mais s’il y a du petit temps,
égale à 1. je sais que l’or est à ma portée... »

Laser
RS:X HOMMES
470 femmes Bernaz confirmé
Julien Bontemps « Le championnat du monde de
Ingrid Petitjean et Laser était un championnat plutôt
Pour Julien Bontemps, qui a décroché la troisième place de la Pré-
typé brise et, compte tenu de ces FINN
olympique de Qingdao en août dernier, les prochains Jeux auront sans
doute un petit goût de revanche. A Athènes, il Nadège Douroux conditions particulières et des
résultats obtenus par les Français
y a quatre ans, le sociétaire de l’ASPTT Nantes
était passé à côté de l’évènement, terminant
Associées depuis 1998, Ingrid Petitjean
et Nadège Douroux possèdent, à 26 ans,
(Jean-Baptiste Bernaz et Thomas Le L’expérience ou
à une décevante neuvième place : « En 2004, un palmarès éloquent : trois titres de
Breton, les deux pré-sélectionnés
pour les Jeux de Pékin, ont terminé
la jeunesse ?
j’arrivais avec un titre de champion du monde, vice-championnes du monde (2002, 2003 Rien n’est joué non plus en Finn.
respectivement 18 et 20e, ndlr), nous avons souhaité prolonger la sélection
j’étais un peu euphorique. J’ai depuis mûri. et 2007), deux places de troisièmes aux Deux coureurs sont toujours en
jusqu’à la Semaine olympique de Palma. A l’issue de cette dernière
Avoir décroché mon diplôme de professorat championnats du monde (2002 et 2005), lice pour représenter la France :
épreuve, c’est finalement Bernaz que nous avons choisi », a expliqué
me tranquillise aussi et cela compte. J’ai deux et un titre de championnes d’Europe (en 2005). C’est donc légitimement le Dunkerquois Guillaume
Claire Fountaine, directrice de l’équipe de France. Un soulagement
objectifs : aider à construire une équipe et que les Marseillaises visent un podium en Chine : « On va à Pékin Florent, déjà présent à Atlanta
pour le jeune Hyérois qui reste lucide malgré tout : « Ce n’est qu’une
travailler mes points perfectibles. Je pense pour être médaillées. Le plan d’eau chinois est très différent de celui en 1996 et à Athènes en 2004,
étape qui me donne juste le droit d’aller en Chine. L’objectif reste d’aller
notamment aux départs, au ‘’pomping’’ au d’Athènes, nous espérons donc être capables de mieux nous adapter. et le Nantais Jonathan Lobert,
chercher une médaille à Pékin. Je vais maintenant mettre au point un
vent arrière. » On puisera dans l’expérience d’Athènes (elles avaient terminé à la 10e jeune espoir de la série. Les deux
planning avec les coaches François Le Castrec et Lionel Pellegrino. On
place, ndlr) pour essayer de ne pas répéter les mêmes erreurs. » hommes ont terminé respectivement 15e et 27e de la Semaine olympique
va surtout privilégier les conditions de petit temps. »
de Palma le mois dernier. Le comité de sélection français pourrait annoncer
le nom du sélectionné à l’issue de la Semaine olympique française qui
aura lieu à Hyères, du 17 au 25 avril.

470 HOMMES
Tornado Yngling
Nicolas Charbonnier
et Olivier Bausset Xavier Revil et Deux équipages en ballottage
Quatrième en janvier du championnat du monde de Melbourne,
le duo Nicolas Charbonnier (qui fut membre de la cellule arrière
Christophe Espagnon
A la suite des championnats du monde ISAF 2007, disputés au
Portugal, la France avait obtenu son ticket pour Pékin dans dix Les dates olympiques
Xavier Revil et Christophe Espagnon séries. Ne manquait que la seule Yngling. En décrochant la sixième
du défi Areva de 2004 à 2007, ndlr) et Olivier Bausset (interne
ont réalisé une saison 2007 parfaite en place aux championnats du monde en février dernier, à Miami,
en pharmacie à Marseille) s’est également illustré ces derniers
mois en remportant le titre de vice-champion d’Europe et en terminant premiers Français de toutes l’équipage d’Anne-Claire Le Berre, Alice Ponsar et Marion Deplanque Les épreuves olympiques de voile à Pékin auront lieu
les épreuves d’observation. Les deux a largement assuré sa qualification pour les Jeux. Reste que le
décrochant une deuxième place
comité de sélection de la Fédération Française de Voile a décidé de
du 9 au 21 août (les finales de chacune d’entre elles se
lors de la Semaine olympique de hommes ont également terminé sixièmes du
Hyères. « Notre objectif, ce n’est pas championnat du monde ISAF et troisièmes prolonger la période d’observation. disputeront entre le 16 et le 21 août).
à la Semaine pré-olympique de Qingdao. Les filles ont donc été également Onze épreuves sont au programme. Chez les hommes :
d’aller aux Jeux mais d’en ramener
Cette dernière performance, réalisée un évaluées au championnat d’Europe,
une médaille, si possible d’or. Pour planche à voile, Laser, 470, Star. Chez les femmes :
an après avoir terminé deuxièmes de cette qui s’est achevé le 8 avril dernier à
nous, c’est un objectif majeur après
un investissement personnel de même régate, les place comme des spécialistes de ce plan d’eau si Blanes, en Espagne. Début avril, planche à voile, Laser Radial, 470, Yngling.
deux équipages restaient en lice :
dix ans. » particulier. Le mois dernier, ils ont confirmé leur grande forme en
celui d’Anne-Claire ainsi que celui
Les épreuves mixtes : 49er, Finn et Tornado.
remportant la Semaine olympique de Palma après avoir dominé
l’épreuve de bout en bout : « Il y avait peu de bateaux, ce qui est composé de Anne Le Helley, Julie
intéressant pour travailler la medal race et dans l’optique des Jeux, Gerecht et Catherine Lepesant.
qui se disputent avec de petites flottes. »
26 Journal du Nautisme avril 2008 avril 2008 Journal du Nautisme 27
Interviewpeople Propos recueillis par Servane Dorléans

Jean Galfione :
« J’ai envie d’être
Jean Galfione en bref
Né le 9 juin 1971 à Paris, Jean Galfione vit désormais en Bretagne, dans le
pays bigouden qui a bercé les vacances de son enfance. Issu d’une famille de
sportifs, le champion olympique de saut à la perche en 1996 a fait ses adieux

à la bagarre »
aux stades d’athlétisme en 2005. Une rencontre avec Thierry Peponnet a donné
un nouveau tournant à sa carrière, lui ouvrant les portes de l’America’s Cup,
sur laquelle il a œuvré en tant que grinder de 2004 à 2007. Aujourd’hui,
il ouvre une nouvelle page en embarquant pour la 9e Transat AG2R. )

Après avoir enflammé les stades d’athlétisme pendant une décennie et accroché de nombreux titres à son
palmarès, l’ex-perchiste embarque dans une nouvelle aventure à bord de Nivéa-Athlètes du Monde.
Un nouveau défi que se lance l’homme qui, malgré le succès, a su rester simple et profondément humain.
Rencontre.

Te voilà à quelques jours de ta première transat. Quel est votre objectif à Gilles et à toi ?
Qu’est-ce qui a motivé ton choix de te lancer dans Nous avions d’abord évoqué l’idée de finir dans les dix premiers,
la course au large ? mais c’était essentiellement pour éviter d’être mollassons dans
C’est une idée qui remonte à l’America’s Cup. Dans le défi Areva, je notre préparation  ! Les premiers entraînements nous ont vite
n’occupais pas un poste de voileux mais d’athlète. J’ai donc eu envie montré que c’était un peu prétentieux. Nous espérons simplement
d’apprendre le métier de skipper. On m’a alors conseillé de me faire les accrocher le milieu de tableau. Nous n’avons pas trop de pression
dents sur l’AG2R. C’est une course médiatique, connue et reconnue, quant au résultat sportif mais on a tout de même envie d’être à la
qui attire beaucoup de concurrents. bagarre ! Devant, il y a vraiment de très bons skippers qui ont une
très grosse expérience. Pour une première participation, évoquer
Comment as-tu rencontré Gilles Favennec, qui va la victoire est impossible. On ne travaille que depuis six mois,
courir avec toi ? d’autres depuis dix ans : toute la différence est là…
Nous avons fait connaissance lors de l’America’s Cup. Nous avons
effectué deux ans de préparation ensemble sur Areva Challenge. De la perche à la voile, il y a un monde. D’où te vient
Gilles est Quimpérois, a déjà fait du Figaro et fait partie du Pôle cette passion pour le nautisme ?
France. Je m’entends très bien avec lui. Faire la course ensemble Quand j’étais petit, je n’arrivais pas à lire les livres que l’on nous pro-
s’est imposé comme une évidence. posait à l’école. Les seuls bouquins pour lesquels je me passionnais,
c’était ceux de Moitessier ou de Gerbault : ça passait tout seul ! Plus tard,
Comment s’est organisée la préparation ? je suis passé ensuite aux récits de courses comme ceux de Kersauson,
On a commencé très tôt ! Nous avons eu le bateau en juillet dernier Peyron, Bourgnon. Et puis en m’installant en Bretagne, j’ai commencé
et avons, à partir de là, commencé à naviguer. Dans un premier à côtoyer des gens comme Michel Desjoyeaux, Vincent Riou, Sébastien
temps de manière gentillette, pour faire connaissance avec le Josse, «  Bilou  » Jourdain. Ces marins, qui sont déjà des légendes,
bateau, puis plus sérieusement à partir de septembre, où nous sont des gens vraiment très cools qui s’éclatent en naviguant tout
avons effectué deux à quatre sorties par semaine. J’ai personnel- en menant des projets très professionnels.
lement beaucoup travaillé car il y avait plein d’automatismes que
je n’avais pas. Je faisais beau- Tu es ce qu’on appelle un ath-
coup de conneries dans l’ur-
gence, Gilles a été très patient !
« Enfant, les seuls livres que lète engagé…
Je suis engagé dans des actions de so-
On a réussi à bien se parler et
nous avons bien avancé dans
j’arrivais à lire, c’étaient lidarité avec Athlètes du Monde, asso-
ciation dont je suis un des fondateurs et
le planning qu’on s’était fixé. les bouquins de Moitessier que je préside. Je crois que les sportifs
On a également pris part à des
stages météo et de navigation et d’Alain Gerbault » de haut niveau peuvent apporter beau-
coup. Il y a un lien direct entre le sport,
une semaine sur deux avec les qui reste un jeu, et les enfants. Athlè-
autres figaristes. C’est une chance absolument incroyable d’avoir tes du Monde veut redonner à certains enfants l’envie de jouer et
pu intégrer le Pôle France et accéder ainsi à une formation de haut de partager. Le sport permet à tous, que ce soit un enfant des rues
niveau. C’est grâce à Gilles et je l’en remercie. On est une quinzaine de Casablanca, un ex-enfant soldat du Liberia ou un jeune Français
d’équipages à se tirer la bourre toute la journée, ça permet de qui évolue dans un club à un bon niveau, de partager des valeurs,
progresser. des envies. Nous sommes là pour redonner ce goût du sport aux
enfants, les aider à construire leur avenir ou tout simplement à
Comment envisages-tu les trois semaines de navi- se reconstruire. Les sportifs, qui sont nos ambassadeurs, vont à
gation ? la rencontre de ces personnes touchées. On essaie de raconter
La course au large, ce n’est pas simplement savoir faire marcher son une histoire autour de ces rencontres, de monter des projets.
bateau, c’est aussi la gestion de vie en commun et du sommeil. Dès Quand j’ai parlé de l’AG2R avec Nivéa, j’ai voulu associer Athlètes
que l’on fatigue, on est moins pertinent sur les réglages et sur ses du Monde à mon projet.
prises de décision. Mais je n’appréhende pas trop parce que je sais
qu’on a une vraie force de caractère, Gilles et moi. Nous sommes Comment envisages-tu l’avenir après l’AG2R ?
capables de gérer les émotions ou les angoisses, et on sait aussi J’ai plein d’idées mais aucun projet bien défini. Je me refuse d’en
pourquoi on est là : on l’a voulu ! faire dans l’immédiat. Mon principal objectif, c’est d’abord de
prendre part à cette Transat, de m’y consacrer pleinement et je
Tu parais très confiant. N’as-tu pas certaines crain- verrai si la course au large est ma voie et si je veux poursuivre dans
tes avant le départ ? ce domaine. Lors de l’America’s Cup, certaines choses m’ont plu,
Vincent Ohl

J’ai quelques appréhensions car c’est un challenge nouveau pour d’autres moins. On verra donc après l’AG2R. Tout est ouvert. Dans
moi. Mais c’est ce qui donne un peu plus de piment et d’intérêt à ma vie, j’ai la possibilité de faire ce qui me passionne ! C’est la plus
la course. grande des chances.

28 Journal du Nautisme avril 2008 avril 2008 Journal du Nautisme 29


Expédition Texte de Perrine Vangilve

Le retour
de la croisière
blanche

Après un long périple au pôle Nord, Tara est revenu à Lorient, son port d’attache, le 23 février dernier. La goélette polaire, qui L’exposition
avait appareillé le 11 juillet 2006, a pris huit mois d’avance sur son calendrier initial, preuve de l’inquiétante et inexorable fonte de Plus que jamais, la quatrième édition du Festival international de la photo de mer s’ancrera cette année dans le patrimoine architectural
la banquise. de la ville de Vannes. Vous pourrez découvrir en exclusivité la nouvelle exposition retraçant toute l’expédition Tara Arctic sur les remparts
de la ville. De la route vers le pôle à la prise en glace de Tara, de l’angoissante nuit polaire à l’importante campagne scientifique d’avril

D ans le cadre du programme Damoclès, qui fédère quarante-huit laboratoires


européens, Etienne Bourgois, directeur de Tara Expédition et patron de
la société agnès b., et son équipe - vingt personnes au total représentant
d’énergies permettant de soulever une question essentielle que nous devons
tous nous poser : quid de l’humanité et de ses enjeux ? »
2007, l’exposition est un journal de bord de l’expédition présentée en 36 photographies réalisées par Francis Latreille. En toile de fond,
l’océan Arctique, l’un des endroits les plus isolés et les plus fragiles de notre planète.
« Tara, un oeil sur le climat arctique » au Festival international de la photo de mer à Vannes (du 18 avril au 18 mai 2008).
pas moins de treize nationalités - s’étaient fixés pour mission d’installer un D’Antartica à Tara, 18 ans d’aventure Renseignements : www.photodemer.com
système d’enregistrement de longue durée sur la banquise pour mesurer Tara n’a pas encore vingt ans mais ce voilier est déjà entré dans la légende
les effets du réchauffement de la planète. « Le bilan définitif des données de la navigation moderne. Lors de sa conception, en 1986 à la demande du
scientifiques acquises se fera en novembre prochain lors de l’assemblée médecin-aventurier Jean-Louis Etienne, il n’existait aucun bateau taillé
générale de Damoclès. Nous avons encore beaucoup à analyser. » pour la dérive transpolaire. S’inspirant du glorieux Fram de l’explorateur
norvégien Nansen, qui avait mené à son bord une expédition polaire de
Présentation de l’expédition Tara Arctic en chiffres 
Le constat sur place a été clair : « La banquise fond et ceci beaucoup plus 1893 à 1896, les architectes ont réalisé une goélette en aluminium « qui Nombre de jours de dérive : 507 Température la plus froide : - 41 °C
vite que prévu. Dans dix ou vingt ans, il n’y aura plus de banquise en Arctique ne s’écrase pas comme une noix entre deux glaçons » mais qui « glisse Position de la mise en glace : 79°53N 143°17 E Température la plus chaude : + 9°C
l’été. Nous pouvons néanmoins encore réagir », explique Etienne Bourgois. entre les doigts comme une anguille ». En plus de sa ligne très arrondie, Position de la sortie des glaces : 74°08N 10°04 O Nombre de jours au-dessus de 0°C : 50 jours entre le 9 juin et le 18 sept 2007
Les scientifiques donnent dix ans pour réduire drastiquement les gaz à effet les concepteurs ont planché sur son isolation intérieure, pour affronter Position la plus Nord atteinte : 88°32N le 28 mai 2007 (à 160 km du pôle Nord géo) Nombre de jours dans la nuit complète : 230
de serre afin de limiter la hausse des températures au niveau mondial à 2°C Date de la mise en glace : 3 septembre 2006 Nombre de jours dans le jour permanent : 230
des températures extrêmes ainsi que sur son autonomie (chauffage,
Date de sortie des glaces : 21 janvier 2008 Nombre d’ours vus : 18
d’ici la fin de ce siècle, d’où l’importance pour Tara de continuer ses missions éclairage), pour aller au bout d’une croisière blanche de deux années.
Nombre de kilomètres parcourus en dérive : 5 200 Quantité de nourriture embarquée à Lorient : 8 tonnes
de sensibilisation auprès du grand public en participant notamment à Brest Baptisé Antartica, du nom de la mission de Jean-Louis Etienne, le bateau
Nombre de kilomètres parcourus en ligne droite : 2 600 Quantité de nourriture apportée lors des rotations : 1 tonne
2008 puis, toujours dans le cadre de l’année polaire internationale, à une est mis à l’eau en 1989. Il met alors le cap vers l’Antarctique dès 1991 pour Plus grande distance de dérive en 24 heures : 49 kilomètres Nombre de litres d’eau nécessaire pour 24 heures : 200
tournée estivale des ports européens. « Je suis heureux aujourd’hui parce une navigation d’un an. Poids du bateau au début de la dérive : 180 tonnes Consommation électrique : 8 kW/h
que j’ai la conviction que Tara, avec les projets qu’il porte, revient grandi Après plusieurs expéditions polaires, le deux-mâts en aluminium est cédé Nombre de membres d’équipage sur Tara : 20 personnes Consommation journalière de carburant : 43 litres
de cette expédition. Plus qu’une plate-forme scientifique, il est devenu en 1999 au célèbre navigateur Peter Blake et est rebaptisé Seamaster. Moyenne d’âge de l’équipage : 33 ans Nombre de logs : 215
un symbole de la préservation de l’environnement », s’enthousiasme le C’est à son bord qu’en 2001, le navigateur néo-zélandais sera tué par Epaisseur moyenne de la glace autour de Tara durant la dérive : 1,50 mètre
directeur. Pour agir de manière écologique, et ne plus seulement parler un pirate brésilien au cours d’une remontée de l’Amazone. Racheté par
d’environnement, il faut sortir d’un monde individualiste. Pour Etienne Etienne Bourgois en avril 2003, le bateau a de nouveau tracé sa route
Bourgois, c’est la clé : « C’est ce que nous avons réussi à faire sur Tara : vers les pôles sous le nom de Tara : « Ce nom est celui de la maison de
AFP

un travail d’équipe au service de la planète. Je veux donc que ce bateau « Autant en emporte le vent ». C’est la maison où l’on revient toujours.
exceptionnel soit un ambassadeur des citoyens de ce monde, un catalyseur Et c’est aussi un nom très facile à retenir dans toutes les langues. »

30 Journal du Nautisme avril 2008 avril 2008 Journal du Nautisme 31


Moteurs Hors-Bord Texte de Julien Lebowsky

300 chevaux sinon rien !


Palmarès des plus
de 300 chevaux :
La plus grande puissance :
Yamaha F350 et Mercury 350 Verado
(350 chevaux)

DR
La plus grosse cylindrée :
Yamaha F350 (5 330 cm3)

Le plus lourd :
Yamaha F350 (373 kg en arbre extra-long)

Le plus léger :
Evinrude 300 E-Tec (239 kg)

Le plus cher :
Yamaha F350
(31 990 euros en arbre extra-long)

Le moins cher :
Suzuki DF 300 (à partir de 23 961 euros)

DR
Après une course technologique pour se conformer aux normes écologiques, réduire les émissions
de CO2 et redorer leur image, les motoristes effectuent un retour aux sources et se lancent à
nouveau dans une course à la puissance. Alors, 300, 350, 400 chevaux : qui dit mieux ?

E n ce moment, l’envolée du prix du pétrole fait flamber


le coût du carburant à la pompe. Jusqu’ici épargnés, les
Américains sont maintenant touchés par cette hausse des prix
A Yamaha le plus gros hors-bord
du monde
Pourtant, le constructeur américain se fait vite voler la
et ont subi une augmentation du prix de l’essence de près de vedette par Yamaha qui propose une nouvelle fois le plus
50 % entre 2007 et 2008. Dans ce contexte peu propice aux gros hors-bord du monde : un V8 quatre-temps de 350
grosses mécaniques, qu’est-ce qui pousse alors les motoristes chevaux, affichant une cylindrée monstre de 5 330 cm3.
à développer des blocs de 300 chevaux et plus ? La riposte Mercury ne s’est pas faite attendre avec un 350
chevaux Verado « hautes performances », dévoilé cette
Une catégorie émergente de plaisanciers veut année au Salon nautique de Miami. Evinrude, irréductible
aller vite et loin du deux-temps, s’est quant à lui aligné tardivement. Il n’a
Prouesses technologiques et quête de notoriété comptent dévoilé que fin 2007 un 300 chevaux doté de la technologie
DR

sans aucun doute parmi leurs motivations. Mais l’essor des E-Tec, la plus aboutie en deux-temps.
bateaux de 30 à 40 pieds (9 à 12 mètres), en particulier des
opens typés pêche sportive et des grands semi-rigides, Pour une clientèle aisée
justifie sur un plan commercial l’élaboration de telles Certains de ces supers hors-bord pouvant dépasser les
Chronologie : puissances. Une catégorie émergente de plaisanciers veut 350 kilos, les constructeurs de bateaux concernés ont dû
2003 :Yamaha 300 HPDI lance 1er aller vite et loin, à 50 ou 100 milles des côtes, pêcher et renforcer le tableau arrière de leurs unités pour supporter
profiter de son bateau sans subir l’entretien qu’impose une telle charge. De leur côté, les motoristes ont dû faire
hors-bord à atteindre les 300 chevaux. une vedette de 50-60 pieds (15 à 18 mètres). évoluer les accessoires afin de ne pas handicaper le
Au jeu de qui a la plus grosse… mécanique (rappelons confort de pilotage. Directions hydrauliques, voire électro-
2006 : Suzuki DF 300 conçoit le premier qu’en France, la puissance moyenne pour un moteur hydrauliques, commandes électroniques souples et précises
hors-bord quatre-temps de 300 chevaux. hors-bord de plaisance se situe autour de 50 chevaux…), ont été standardisées sur ces modèles, permettant de
les constructeurs japonais et américains se livrent une manœuvrer un open de 10 mètres du bout des doigts. De
féroce bataille. Ils sont quatre à être engagés dans la gros efforts ont été également réalisés sur l’insonorisation
2007 : Mercury propose le 300 Verado,
course : Yamaha, Suzuki, Mercury et Evinrude. Avantage des blocs et sur la richesse des informations distillées
Yamaha F350 : le premier hors-bord aux nippons qui font figure de pionniers. Yamaha a en par l’instrumentation moteur : vitesse, consommations,
de 350 chevaux. effet été le premier à passer la barre des 300 chevaux autonomie, diagnostic mécanique, etc.
avec le 300 HPDI, un moteur deux-temps à injection Le problème de l’embonpoint semble donc avoir été résolu
2008 : Mercury met sur le marché son directe lancé en 2003. Trois ans plus tard, Suzuki a atteint par les acteurs de l’industrie nautique. Le prix élevé de
350 Verado, Evinrude son 300 E-Tec, la même puissance en technologie quatre-temps, grâce ces moteurs (autour de 30 000 euros) peut effrayer, mais
à son DF 300. Mercury propose bien à l’époque un 300 ceux-ci visent à équiper des unités déjà chères (parfois
seul hors-bord de plaisance deux-temps de chevaux deux-temps, le 300 XS, mais il est exclusivement plus de 100 000 euros) et s’adressent à une clientèle aisée.
300 chevaux aujourd’hui. dédié à la compétition. Le constructeur américain ne va Reste la facture de carburant, soumise aux fluctuations
pas tarder à réagir sur le segment plaisance en sortant du baril de pétrole et à la gourmandise de ces mécaniques
un 300 chevaux utilisant la technologie quatre-temps qui consomment jusqu’à 40 litres par heure à 30 nœuds
Verado, la plus évoluée et la plus performante à l’heure et dépasse parfois 60 litres par heure à une vitesse de
actuelle. 40 nœuds.

32 Journal du Nautisme avril 2008 avril 2008 Journal du Nautisme 33


Design Texte de Servane Dorléans

2006 à bord d’Orange II, ont finalement opté pour un trimaran géant de 131
pieds après plusieurs mois de réflexion. « Avec les multicoques, le poids est un
élément prépondérant et un trimaran est plus léger qu’un catamaran, souligne
le skipper basque. Nous avons donc essayé d’être le plus objectif possible et
nous avons choisi le projet le plus performant et le plus fiable. Nous allons faire
le tour du monde à bord du bateau, il faut donc être raisonnable et prendre le
moins de risques possibles. Nous avons donc décidé de collaborer avec le cabinet
Van Peteghem-Lauriot-Prévost . »
Si la performance est importante quand on veut se lancer à l’assaut des grands
records océaniques comme le mythique Trophée Jules-Verne, la sécurité et la
fiabilité sont essentielles. VPLP, fort de son expérience acquise dans la conception
de maxi-trimarans au cours de la dernière décennie (le cabinet a notamment conçu
le Geronimo d’Olivier de Kersauson), a su parfaitement répondre à la demande
du team Banque Populaire, qui était de concevoir un multicoque polyvalent
pour être performant dans un programme mixte, fiable, évolutif et sécuritaire.
Une fois le choix des architectes effectué, il a fallu démarrer la construction du
bateau. Cette mission a été confiée aux chantiers CDK d’Hubert Desjoyeaux.

Une aventure humaine à terre


Les chantiers JMV, basés à Cherbourg ont eux réalisé les moules et les formes
de la coque centrale, qui a été cuite dans un four de 45 mètres de long, dix
de large et huit de haut ! La coque a ensuite été convoyée à Lorient par la
route. Les bras de liaison ont quant à eux été réalisés par CDK, qui se charge
actuellement de l’assemblage du bateau dans un immense hangar de
1750m2. Le mât, pour sa part, a été construit chez Lorima, à Lorient,
et les voiles sont en cours de fabrication chez Incidences à
La Rochelle, où réside Pascal Bidégorry. « Il a fallu
choisir les architectes, les chantiers, les
intervenants extérieurs, il y
avait à peu près tout à mettre
en place. Nous avons fait des
choix réfléchis en essayant
d’être le plus objectif possible. Même
si je connais bien Nigel (Irens, ndlr) et
que j’aurais adoré travailler avec lui, la culture
développée par le cabinet VPLP sur les maxi-trimarans
a primé », précise Pascal Bidégorry. Si la technique joue un rôle
prépondérant dans la réussite de la construction d’un tel bateau, la
dimension humaine n’en est pas moins importante. Pascal Bidégorry et Ronan
Lucas ont su s’entourer d’une équipe solide n’ayant qu’une seule idée en tête :
faire du maxi-trimaran une machine à engranger les records.

Bidégorry et Lucas jouent une partition à quatre mains


Pascal Bidégorry : « Notre équipe compte aujourd’hui 21 membres. Ronan a su
nous entourer de personnes de qualité tant sur le plan technique qu’humain.
Nous avançons tous dans la même direction. C’est un vrai plaisir de travailler
tous ensemble sur ce projet-là. Ronan s’occupe de la partie administrative et de
la gestion des hommes alors que moi, j’interviens beaucoup plus sur la partie
technique, en relation avec le bureau d’études dirigé par Kévin Escoffier et
tout ce qui est en rapport avec le fonctionnement du bateau. Mais nous nous

naissance d’un géant


consultons toujours avant de prendre une décision. » Importante à terre, la
symbiose entre les différents intervenants est primordiale en mer. Pour l’heure,
l’équipage n’a pas encore été constitué. « Nous avons établi une liste d’une
petite vingtaine de marins et nous en ferons naviguer douze. Nous prendrons
en compte les capacités techniques mais également humaines des uns et des
autres. Mais il nous reste encore du temps avant de faire un choix », conclut
Banque-Populaire V sera le plus grand trimaran de course au monde. Fruit de trois ans et demi de travail, le géant des mers est encore le skipper basque.
actuellement en assemblage à Lorient. Retour sur la genèse du projet avec Pascal Bidégorry, le skipper des deux trimarans Banque- Avant de partir à la chasse aux records, l’aventure continue donc à terre, à
Populaire. Lorient, jusqu’à la mise à l’eau de Banque-Populaire V, le 15 juillet prochain…

I mpressionnant ! Une coque centrale de 40 mètres de long, des flotteurs de 37


mètres pour une largeur totale de 23 mètres, un mât de 47 mètres de haut :
telles sont les mensurations de rêve du futur maxi-trimaran Banque-Populaire. De
avons opté pour une aventure en multicoque et en équipage, qui correspondait
mieux à l’esprit de la Banque Populaire.» Pascal Bidégorry et Ronan Lucas ont
présenté un projet complet de maxi au groupe bancaire, approuvé à l’unanimité Banque-Populaire V :
quoi laisser rêveur. Quand on pénètre dans le hangar lorientais abritant Banque- au lendemain de la victoire du trimaran bleu de 60 pieds sur la Jacques-Vabre Longueur : 40 mètres - Largeur : 23 mètres
Populaire V, on se sent petit, tout petit. Difficile d’imaginer qu’un bateau d’une 2005. « Cette victoire a donné une nouvelle impulsion au projet. Nous avons Déplacement : 23 tonnes - Tirant d’eau : 5,80 mètres
telle envergure puisse exister. Un exemple : la hauteur de son mât dépasse celle de gagné le championnat Orma dès la première année avec le nouveau bateau. Tirant d’air : 47 mètres
l’Arc de Triomphe ! De quoi donner le vertige. Ce géant des mers devrait s’élancer On ne pouvait pas rêver mieux ! Cela nous a apporté une bouffée d’oxygène et
dès l’hiver 2009 à l’assaut des grands records océaniques. nous a permis d’envisager l’avenir de manière positive », s’enthousiasme Pascal
Bidégorry. Fier de la confiance que lui témoigne la Banque Populaire, le skipper Pascal Bigérorry en bref
Du rêve à la réalité basque déclarait, au moment de l’annonce du lancement du projet, en septembre Né le 15 janvier 1968 au Pays basque, région à laquelle il reste profondément
Arrivé dans le bateau un peu par hasard mais ayant réussi dans ce milieu avec la 2006 : « Aujourd’hui, peut-on rêver plus beau challenge et plus beau bateau ? On attaché, Pascal Bidégorry a tiré ses premiers bords à l’âge de 15 ans. Marin
ténacité et la combativité qu’on lui connaît, Pascal Bidégorry est devenu skipper du va faire le tour du monde ! Viser le record du Jules-Verne à la voile ! Nous sommes talentueux au tempérament de feu, personnage attachant, Bidégorry a accroché
trimaran Banque-Populaire IV en septembre 2004. Après un titre de champion du au début de quelque chose de fantastique et il y a tout à faire ! » de nombreuses courses à son palmarès, dont la Solitaire du Figaro 2000, l’IB
monde des multicoques Orma en 2005, suivi d’une deuxième place sur la Route du Group Challenge et la Transat Jacques-Vabre en 2005. Il a battu le Record de
Rhum en 2006, le marin basque se lance aujourd’hui dans une nouvelle aventure. Un travail de longue haleine
l’Atlantique nord en juillet 2006 à bord d’Orange II de Bruno Peyron. Skipper
« Nous avons évoqué très vite l’idée d’un maxi-multicoque après l’acquisition Du travail, tous les acteurs impliqués directement ou indirectement dans le projet
de Banque-Populaire IV, explique-t-il. Avec Ronan Lucas, directeur technique n’en ont effectivement pas manqué. Après une phase d’étude de trois projets, des Banque-Populaire IV et V, Pascal Bidégorry partira à l’assaut des grands
du team Banque Populaire, nous avons évalué tous les projets ayant un intérêt dont un catamaran et deux trimarans, Ronan Lucas et Pascal Bidégorry, un grand records océaniques dès l’hiver prochain.
sportif, technologique et médiatique, y compris le Vendée Globe. Mais nous habitué des trimarans qui a également battu le record de l’Atlantique Nord en

34 Journal du Nautisme avril 2008 avril 2008 Journal du Nautisme 35


PASSION Texte Camille El Beze

la folie des foils


« Attachez vos harnais et remontez vos tablettes… à cartes. Attention au décollage ! » Tel pourrait être, d’ici quelques années, le
mot d’ordre du skipper-commandant de bord. Depuis plus d’un siècle en effet, marins et architectes navals cherchent à s’élever hors
Bêtes à record
Parallèlement aux embarcations hybrides, des engins plus
extrêmement plaisant, tu planes dès qu’il y a 6 ou 7
nœuds de vent, il n’y a plus de frottement, plus de
des flots. Ils ont inventé l’hydrofoil, ou l’aile d’avion sous-marine. Aujourd’hui, ces appendices magiques suscitent un intérêt accru et typés, pensés pour défier l’espace- temps, vont pousser bruit. Mais ça reste physique, onéreux et compliqué
plus loin l’utilisation d’hydrofoils. Dans les années 70, s’agissant de la mise à l’eau.»
disposent d’applications concrètes. Alors, pratique alternative ou véritable tendance pour l’avenir ?
la Semaine de vitesse de Weymouth, puis celle de Brest,
accueillent ces bateaux expérimentaux, dont le bien L’exemplarité du Bladerider
nommé Icarus, un Tornado à foils qui réussit, en 1977, D’autres pratiques semblent cependant promises à
à voler sur 500 mètres à la vitesse moyenne de 22,20 un bel avenir. Si le Trifoiler de Hobie Cat a eu du mal
nœuds. Vingt ans plus tard, Techniques-Avancées (un à percer, le Bladerider (Moth International), un skiff
foiler à deux coques de 10,50 mètres) atteint les 42,12 monotype équipé de deux foils en T, est lui en plein
nœuds sur la même distance (record mondial en classe boom. Développé il y a une paire d’années par l’Australien
D). C’est dans ce contexte que naît le très ambitieux Rohan Veal et l’architecte Andrew McDouglas, le
projet de l’Hydroptère. Le « bébé » d’Alain Thébault, Bladerider déferle sur le petit monde du dériveur.
un trimaran de 18 mètres, s’envole pour la première fois Aujourd’hui, 200 bateaux ont déjà été vendus, 80
en 1994 et bat en 2007 le record mondial de vitesse sur coureurs se pressent au championnat du monde, et
un mille. « L’Hydroptère est l’un des rares gros bateaux même les Français commencent à lorgner sur ce support
qui vole », note Vincent Lauriot-Prévost. très anglo-saxon et très spectaculaire. C’est le cas du
Désormais, la barre à franchir est celle des 50 nœuds navigateur Sébastien Josse, aficionado de la première
(1). Un défi que l’Hydroptère s’apprête à relever dès le heure : « Contrairement aux apparences, c’est assez
mois de mai prochain à Port-Saint-Louis-du-Rhône. facile. Au bout de 20 minutes de navigation, tu arrives à
En attendant, d’autres petits et grands foilers sont
« L’hydroptère est en gestation : l’Hydroptère maxi (tri de 30 mètres
monter sur le foil et à voler en ligne droite. » Eric Proust,
l’importateur français, acquiesce : « J’ai été très surpris
un des rares gros destiné au Trophée Jules-Verne) et son « bateau-
laboratoire », l’Hydroptère.ch, conçu en partenariat
par l’accessibilité de ce dériveur. On décolle à partir de
6 nœuds de vent et dans le petit temps, tu vas deux
bateaux qui vole » avec un design team suisse. Nos voisins helvètes sont
en effet friands d’engins surpuissants et aériens leur
fois plus vite que le vent. Rohan Veal a fait des pointes
à plus de 27 nœuds ! C’est véritablement du vol à voile.
permettant de naviguer sur les eaux souvent trop lisses » Manœuvrer en vol demande en revanche beaucoup
du Léman. A suivre d’ailleurs, le lancement prochain de dextérité et de technique. Autres écueils : la gestion
de Syz&Co, un trimaran à foils de 32 pieds (lui aussi de la puissance par vent et mer forts, la mise à l’eau
dessiné par VPLP). (compliquée par un appendice vertical d’un mètre) et
le prix de l’engin (14 000 euros).
La glisse entre ciel et mer
Ces projets alternatifs, qui donnent parfois naissance Quel avenir pour les foils ?
à de véritables ovnis, (le Wotrocket, l’Absolute-Wind- Ce plaisir reste donc, à certains égards, élitiste. « Avant
Record et bien d’autres) ont récemment inspiré quelques que les engins à foils n’atteignent le grand public, il se
amoureux de glisse, avides de nouvelles sensations. passera du temps. C’est cher, technologique, pointu. Ce
C’est ainsi que les foils ont poussé sous les carènes sont des bateaux légers, donc sophistiqués dans leur
des planches à voile (Shark Board), surfs, kitesurfs et mode de fabrication, concède Vincent Lauriot-Prévost.
même kayaks des mers ! Laird Hamilton, le spécialiste En revanche, je crois qu’en matière de compétition,
des très grosses vagues, fut le premier à s’intéresser au on ira de plus en plus vers cela. Pour moi, la notion de
concept. « Au début des années 2000, Laird a bricolé compétition est associée à la performance et la vitesse.
un foil sur sa planche de surf, qui ressemblait d’ailleurs Avec les hydrofoils, un nouveau pas est franchi. Le
plutôt à une planche de wakeboard, raconte Gibus de processus est enclenché et pour ceux qui veulent aller
Soultrait, journaliste et auteur d’ouvrages sur le surf. vite sur l’eau, on ne fera pas machine arrière. »
Pendant deux ou trois ans, ils furent un petit groupe sur
l’île de Maui, à Hawaï, à pratiquer régulièrement avec (1) Yellow-Page-Endeavour (également équipé de petits

A.Pilpré - Sea&Co
des foils. Ils avançaient avec l’onde, en sustentation foils) détiendra, de 1993 à 2004 le record de vitesse sur
L es expérimentations d’hydrofoils par des Géo Trouvetou
passionnés (dès la fin du XIXe siècle) et celles, plus sérieuses,
de l’US Navy pour ses bâtiments de guerre, ne datent pas
des engins motorisés. A la voile, ce sont des plates-formes
légères et puissantes, les multicoques, qui sont les plus
aptes à recevoir des foils.
sur une planche, à la même vitesse que la houle.
C’était magique. » Le hic est qu’il fallait alors porter
500 mètres avec 46,52 nœuds, avant que le planchiste
Finian Maynard ne déboule à 48,70 nœuds dans le canal
des chaussures de snowboard et que le maintien de des Saintes-Maries-de-la-Mer en 2005. Au mois de
d’hier. Contrecarrer les lois de la pesanteur, se libérer des
l’équilibre sur la planche se révélait très difficile. C’est mars dernier, un autre planchiste, le Français Antoine
attaches terrestres, tel a toujours été le rêve des hommes. Systèmes hybrides aussi ce qu’explique Bruno Sroka, champion de monde Albeau, a atteint sur ce même canal les 49,09 nœuds
Voler sur l’eau nous renvoie même aux calendes grecques, au Deux développements ont eu lieu à partir de la fin des
de speed cross, à propos des kites à foils : « C’est (record en cours d’homologation).
rêve d’Icare et à la science d’Archimède. Battant en brèche le années 70 : d’un côté, des engins hybrides conçus pour la
mythe, d’anciens historiens prétendent d’ailleurs qu’Icare et course océanique, qui utilisaient des foils d’appoint pour
son père Dédale n’auraient pas fui la Crête par les airs, mais soulager les coques, de l’autre, des machines plus radicales,
bien par la mer, inventant au passage la première voile. Ce exclusivement dédiées à la vitesse. En 1979, Paul-Ricard,
n’est donc pas un hasard si les verbes voguer et voler sont, du le trimaran de course d’Eric Tabarly, est déjà doté de plans
point de vue sémantique et technologique, liés. porteurs. Quelques années plus tard, c’est l’architecte Marc
Lombard qui va lancer le mouvement des foils courbes,
DR

La nique à Archimède capables de soulager jusqu’à 80% du déplacement du


« L’hydrofoil fonctionne comme un profil d’aile d’avion bateau. Ce système sera peu à peu adopté par la plupart des
Le Bladerider asymétrique. Ce profil génère une portance, une force vers le grands multis, dont les trimarans Orma. « Sur Groupama 3,
3,35 mètres de long, 30 kilos, une grand-voile de haut, qui soulage le bateau et le fait littéralement décoller, le maxi de Franck Cammas (conçu par VPLP, ndlr), pour une
8m2, deux foils en T et un régulateur à l’avant, explique Vincent Lauriot-Prévost, architecte naval, dont le vitesse de 28 à 30 nœuds, on gagne trois à quatre nœuds
appelé « palpeur », telles sont les caractéristiques du cabinet VPLP planche depuis longtemps sur le concept. Le supplémentaires grâce aux foils, indique Vincent Lauriot-
but est de s’affranchir des forces archimédiennes, de réduire Prévost, gain très intéressant à l’échelle d’un tour du monde
Bladerider, le Moth à foil monotype tout carbone qui
complètement la traînée des coques et d’aller plus vite. Plus ou même d’une transat. C’est aussi et surtout un vrai gage
suscite actuellement intérêt et engouement. Ce petit tu vas vite, plus tu décolles. C’est un système vertueux, de sécurité : les étraves ne plantent jamais dans l’eau.»
dériveur spectaculaire est capable d’avancer deux fois qui marche avec le carré de la vitesse. Quand tu doubles Aujourd’hui, peu de multicoques océaniques remettent en
plus vite que le vent et d’effectuer de pointes de vitesse ta vitesse, le foil porte quatre fois plus.» question l’acquis des foils, même si la technique est encore
à plus de 25 nœuds… sur plan d’eau protégé de Les conditions de décollage dépendent donc de la surface en pleine évolution et que les questions de gestion de la
préférence. Serait-ce l’avenir de la voile légère ? portante des foils mais aussi de la capacité à accélérer. puissance, d’angle des foils ou de structure, se posent
On comprend pourquoi les premiers succès eurent lieu sur toujours.

36 Journal du Nautisme avril 2008


tourisme Texte de Frédéric Pelatan

Infos pratiques :
Allez Zoo, à Gosier ! Les mouillages à ne pas manquer :
Grande-Terre  : Îlet Gosier, en face de la plage de Salako,
à quelques centaines de mètres de Gosier, côté Atlantique.
Attention à la barrière de corail.
Basse-Terre : côté mer des Caraïbes, l’anse Deshaies propose
un magnifique petit mouillage.
Malendure : au sud de l’anse Deshaies, bienvenue au cœur de
la réserve Cousteau, où la pêche et le mouillage sont interdits
dans les îlots. Préférez donc la baie de Malendure, endroit tout
à fait délicieux.
Les Saintes : à quelques milles au sud de Basse-Terre, un must :
le mouillage du Pain de Sucre, inoubliable, dans l’Anse à Cointe,
au sud-ouest de Terre-de-haut.
Marie-Galante  : à l’ouest, face à Grande-Terre, l’anse de
Saint-Louis offre un mouillage confortable, quoique parfois un
peu rouleur.
Iles de la Petite-Terre : au nord-ouest de l’archipel, Petite-
Terre et sa réserve aux 8000 iguanes. Mouillage naturel.
Office du tourisme des îles de la Guadeloupe :
www.lesilesdeguadeloupe.com
infoeurope@lesilesdeguadeloupe.com
Voile : www.sailpilot.com -
www.nouvellesantilles.com - www.reves-antilles.com Zoo Regatta
Où ? Plage du Salako-Gosier.
Ville du Gosier : www.villedugosier.fr
Quand ? Du 30 mai au 1er juin.
Y aller : Atterrir à Pointe-à-Pitre. De multiples compagnies
aériennes desservent la Guadeloupe depuis le continent. Elles sont Quoi ? Une régate sur deux jours à bord de Sun Fast 37.
trois depuis Paris-Orly. Qui ? Les meilleurs skippers des Caraïbes ainsi que Gildas Morvan,
Yvan Bourgnon et Jimmy Pahun.
Décalage horaire entre la France et la Guadeloupe :     
Heure d’hiver : + 5 heures (+ 6 heures en été) Nouveautés : le challenge inter-entreprises, le sixième homme,
la formation à l’arbitrage, la Kid Zoo regatta, un bateau 100%
Le climat : Les îles de Guadeloupe ont deux saisons : le carême et
jeunes.
l’hivernage. Le carême est la saison la plus sèche qui court de la
mi-février à la mi-août. L’hivernage s’étale donc de la mi-août à la Plus d’infos : www.zoo-regatta.com
mi-février. Contact : barbara@atmospheres-antilles.com

Pour la quatrième année consécutive, la Zoo Regatta va donner à Grande-Terre, fin mai,
des airs de place forte de la régate en Guadeloupe, archipel aux charmes si colorés.

A bien y réfléchir, la Zoo Regatta pourrait aussi bien s’intituler « Festival


des bons vivants ». Gildas Morvan, surnommé « Géant Vert » parce qu’on
pourrait aisément l’armer d’un génois pour faire avancer le bateau en cas de
Les charmes de la Guadeloupe
Présenté comme un événement de « voile-spectacle », cette réunion de voileux
agite, à Gosier, l’esprit de la fête, trois jours parés de tous les atours de la
démâtage, mais aussi parce qu’il est l’habituel skipper de Cercle-Vert, figure Guadeloupe, de son sens de l’hospitalité, de la vie, des cadeaux d’une nature
sur la liste des engagés. Le Finistérien, deuxième de la Route du Rhum 2006, richement dotée, de musique… L’archipel situé entre Atlantique et Caraïbes
pourrait revenir à Gosier, pas tellement loin de Pointe-à-Pitre, pour défendre reste un endroit magique. Si magique qu’il a résisté sans gros dommages au
son titre à la Zoo Regatta. cyclone Dean l’été dernier. Ses richesses méritent qu’on s’y attarde longuement.
A l’intérieur des terres, quelques bijoux dont, bien entendu, le volcan de
Stars en stock la Soufrière, âme en colère au nord de Basse-Terre. Toujours en activité, il
Skipper du trimaran Brossard et Suisse de son état (mais pas si neutre lorsqu’il laisse échapper d’incessantes fumerolles. A ses pieds, les chutes du Carbet
s’agit de profiter des charmes d’une contrée nouvelle !), Yvan Bourgnon est achèveront la longue randonnée qui vous aura conduit au sommet du volcan
également annoncé en Guadeloupe. Tout comme Jimmy Pahun, « grand (1467 mètres). On notera également, en vrac, la cascade aux écrevisses, le
riposteur du tac au tac, philosophe, physicien, rimeur, bretteur, musicien, fait que le parc National de la Guadeloupe abrite 300 espèces d’arbres, une
voyageur aérien » et accessoirement prince des régates puisqu’il compte centaine d’orchidées différentes, dix-sept espèces de mammifères et onze
dix victoires sur le Spi Ouest-France à son palmarès, mais aussi une Transat espèces de chauves-souris… Mangroves, herbiers sous-marins et forêts
Jacques-Vabre, gagnée en compagnie de son copain Alain Gautier. marécageuses stigmatisent la nature littorale de la Guadeloupe.

Personnage haut en couleurs et attachant, ce Gascon de Bretagne devrait Karukera, les îles aux belles eaux
une fois de plus se sentir à l’aise dans ces îles qu’il connaît bien et qui verront Et puis… la mer. La Guadeloupe ne porte-t-elle pas, également, le nom de
leurs chances notamment défendues par Claude Tellier et Philippe Fiston, « Karukera », « île aux belles eaux » ? Partenaire houleux ou ramenée à la
deux des meilleurs skippers guadeloupéens. raison par les barrières de coraux, elle multiplie ses bleus, ses ambiances
et s’offre, belle et déraisonnable. La Guadeloupe est une zone de croisière
Un esprit, douze équipages privilégiée, alliant sécurité et diversité. On y apprécie le catamaran, dont
Au total, c’est au moins une douzaine d’équipages (le même nombre que l’an le faible tirant d’eau permet de se rapprocher des plages. Les mouillages
passé) qui est attendue à Gosier, station balnéaire animée de la côte est de sont nombreux (quelques exemples ci-contre), et les alizés, constants et
la Guadeloupe. Des équipages prêts à se battre sur Sun Fast37, monocoque réguliers, ajoutent du piment à la navigation. Un terrain de jeu idéal pour la
de la famille Jeanneau de 11 mètres. Mais la Zoo Regatta by Mini ne se résume voile, le surf, le kite et la planche… Un conseil : plongez. Ne pas manquer les
pas à sa vingtaine de duels. L’épreuve, organisée par Atmosphère-Antilles, îlets Pigeon où Jacques-Yves Cousteau avait tourné Le Monde du Silence ! Se
rend aussi hommage à son île et à ses marins en développant des initiatives dévoilent aussi aux curieux les épaves de la Côte-sous-le-vent, les grottes
en faveur des jeunes Guadeloupéens. Un bateau 100% jeunes a d’ailleurs été de Port-Louis, les canyons sous-marins de la Désirade ou, pour les plus
armé et, sur chaque bateau, un « sixième homme » issu du public viendra expérimentés, le Sec Pâté, aux Saintes, plongée d’une beauté inouïe. Enfin,
compléter l’équipage. de mars à mai, les baleines à bosses passent par le canal des Saintes…

38 Journal du Nautisme avril 2008


CLUB-HOUSE
Textes de Marion Bauchère

F  ' S B O F D
'SF
BODF
NFTFU&
O
BNQJPO 
T
B
Q
UT
PJ

S
E
T$
IBN Q JP
FF Voile : le bilan

FTF U
O
&
O
T
B

Q
UT
PJ

S
E
T
La FF Voile, c’est : 1063 Clubs affiliés, 279 764 licenciés (licences temporaires comprises), 7992 épreuves recensées dans

.JOJN
les clubs, 423 athlètes de haut niveau ou espoirs, 934 arbitres régionaux, nationaux et internationaux , 1 119 293 per-
 
 



XXXG WPJMFPSH XXXGGWPJMFPSH


sonnes dans les clubs labellisés FF Voile, 52 242 embarcations, 8 154 bénévoles et 102 653 397 euros de budget cumulé.
Ces chiffres, au-delà des grandes tendances du nombre de licenciés commentées lors de l’assemblée générale de la
FFVoile, offrent une photographie qualitative de la pratique et de l’enseignement de la voile en France.

6 *1 " ( & x j
Suite à ce bilan, Jean Kerhoas, vice-président de la FF Voile a annoncé « un plan de relance des écoles pour faire en
( - *4 6 4
*1 "&( & x
xj ( - *44&x
FTj40 -*5"*3&x j & 2
sorte que les jeunes qui viennent à la voile par le biais de la voile scolaire ou des EFV poursuivent la pratique dans les
FTj4 x
0-*5"*3&Uj& 2
SBODF.JOJN ODF.JOJN
F'BVKVJMMFFSPO
clubs. » Le président Jean-Pierre Champion et les membres du bureau exécutif ont, après l’assemblée générale du 15
SB    MFU
$IBNQJPOOBUEF' OIBN QJP
E OO
VBU
E EV  BV KV JM
mars, essayé de dresser le bilan d’une année 2007 globalement satisfaisante. La fédération présente en effet une

#BJFEF2VJCFSP$ #BJFEF2VJC
bonne santé financière et se félicite de ses bons rapports avec son autorité de tutelle qu’est l’Etat, mais aussi avec ses
partenaires privés dont le nombre s’est accru. Enfin, à la veille d’une année 2008 qui verra se dérouler deux rendez-vous
sportifs majeurs avec les Jeux Olympiques et le Vendée Globe, les résultats sportifs ont été au rendez-vous et ce, quel
que soit le type de voile (légère, match-racing, course au large, funboard…).
Des informations supplémentaires sont disponibles sur www.ffvoile.net.

Nature et nautisme - *4 4 & x - *44&x


à Hendaye ' SBO D F &T Q P JS Tj ( 'SB O DF & T QP JST j(
$IBNQJPOOBUEF V $I
BKV OOBUEF  
NQJPJM MFIFU V KVJMMFU
La météo tout le temps -B3P DI FMMF EV  B
Après les tisons de Pâques, le soleil est annon-
cé pour la quatorzième édition de Festimar,
-B3P D MMF E V B
L’interface Gribabord (service multilingue en français, anglais, espa- le salon des loisirs nautiques d’Hendaye, qui
gnol et italien) vous permet d’obtenir en quelques clics les fichiers GRIB se tiendra du 8 au 11 mai prochains. Beaucoup
du vent et de la pression grâce à un accès par téléphone et Internet. d’animations vous attendent sur l’esplanade
Ces abonnements disponibles pour des périodes de connexion allant de du deuxième port d’Aquitaine : initiation à la
24 heures à un an permettent de consulter aussi souvent que nécessai- voile, exposition de bateaux, sports de glisse
re les prévisions marines côtières et larges réactualisées toutes les trois etc. Pour compléter le programme, Festimar
heures, pour toutes les échéances jusqu’à J +9. Par ailleurs, la possibi- lance cette année un festival des films de mer
lité d’acheter une prévision « à l’acte » existe toujours pour le large. et du développement durable.
Infos et renseignements : www.meteoconsult.fr ou 01 39 28 00 28. Infos : www.salonnautique.hendaye.com

" *3 & x j & 26T*1 " "(


*3&&
x j&x
26*1"(&x
SBODF&TQPJST j40- *5 SB j40-*5
&TQPJSßUßU
ODFB
IBN
$douceur QJPOOBUEF' QJPOOBUEF '
$ BV P#SFTU EVBVBP
IBN
La Croisière en #SFTU EV
avec Switch
En près de 5 ans, Switch est devenu le n°1 européen de
la croisière voile. Les croisières « Douceurs créoles » et
« Douceurs des îles » vous mèneront de l'îlet du Gosier à
l’île aux Fleurs en passant par Marie-Galante, les Saintes, la
Dominique et d’autres douceurs exotiques à bord de luxueux
catamarans ou d’agréables monocoques.
À partir de 790 euros (vols, transferts, croisière 9
jours/7nuits en cabine double en pension complète).
Infos et réservations au 01 53 14 54 94.
& 9 5 3 ³ . & ( - *4 & 4
95 3&
³ . x
&(- *44&x
Odyssea un projet ODF&TQP JST j F&TQP
'SBODC JST j
d’avenir  $IBNQJPOOBUEF'SB EV   BV$I
BNQ
JPO O
PB EFUP
UD SF EV
  BVPD
UP CSF
Un an après avoir présenté le projet Odys- .FSTMFT#BJO T .FSTMFT#BJO T
sea au Salon nautique de Paris 2006, la
Fédération Française des Ports de Plaisance
(FFPP) et Euromarina (Fédération Européen-
ne des Ports de Plaisance) ont présenté au
cours du Salon nautique international de
Paris 2007 l'actualité et les perspectives
de ce programme d'envergure européenne.
Au cours des douze derniers mois, la FFPP
et Euromarina ont multiplié contacts et
concertations avec l'ensemble des parte- Du tricot au Phare de la Baleine 5 $ ) 3 " $ & 5x
$ )3"$&x
naires privés et institutionnels européens
ODF&T QP JST j. " O DF&T QP JST j. "
$IBNQJPOOBUEF'SB UEF'SBSF
OBN
Installé dans le Doubs depuis plus d’un siècle, TCO, le fournisseur en sous-vêtements de la Marine Nationale a
afin de mieux faire connaître le projet et
faire de la mer son créneau et a lancé en 1994 la marque Le Phare de la Baleine. Le succès rapide de la marque
$IBNQJPO
F C    FNC SF
en présenter les enjeux. Odyssea permet

V B V O P W V B V OPW


-B3PDIFMMF E -B3PDIFMMF E
de mettre en œuvre un nouveau concept a conduit la société à créer son propre réseau de magasins qui compte désormais une quarantaine de bouti-
de développement territorial durable en ques et 1300 points de vente en France et à l’étrange.
valorisant de manière innovante l'iden- A compter de cet été, la Baleine nous mène en bateau et se lance dans le domaine de la plaisance à moteur
tité, l'histoire, la culture et le savoir- faire avec un bateau en teck style « utility boats » des années 30, un classique alliant l’élégance du dessin et des
commun aux peuples d'un même bassin techniques modernes. Équipé d’un moteur inboard avec une disposition intérieure permettant à six personnes
maritime de manière à faire apparaître les de naviguer confortablement, il affiche forcément les logos emblématiques de la Baleine souriante… Il ne
-- Fournisseur Officiel -- Officiel --
-- Fournisseur
liens qui les unissent. nous reste plus qu’à l’apprivoiser sur les eaux turquoises de la Méditerranée !
des Championnats de France
des Championnats de France
Infos : www.lepharedelabaleine.com

40 Journal du Nautisme avril 2008


Photos : Fédération Française de Voile www.ffvoile.org, JM Rieupeyrout, Gilles Martin-Raget
Photos : Fédération Française de Voile www.ffvoile.org, JM Rieupeyrout, Gilles Martin-Raget
CLUB-HOUSE
Textes de Marion Bauchère

Fête du Nautisme
Cette année, le samedi 17 et le dimanche 18 mai 2008, la Fête du nautisme s’étend
partout en France sur plus de 500 sites. Cet événement permettra de découvrir le nau-
tisme sous toutes ses formes, de pratiquer gratuitement des activités nautiques et de
profiter de nombreuses animations terrestres. Les principaux événements auront lieu
à Ouistreham, dans le pays de Rochefort, au club nautique castiais, à Perros-Guirec.
Au menu : baptêmes de jet ski, plongée sous-marine, wakeboard, ski nautique, char à
voile, balades en voiliers habitables, en vieux gréements et bien d’autres surprises !
Infos : www.fetedunautisme.com

Neuvième rencontre des


Sun Fast 3200, propriétaires Jeanneau
Depuis neuf ans, le port de Saint-Tropez accueille les grandes unités
Le bolide des mers de la marque Jeanneau, les Sun Odyssey 49 et 54 DS. Venus des quatre
coins du monde, les propriétaires de ces grands voiliers se retrou-
Pour fêter ses 50 ans dignement, Jeanneau a lancé son vent pour partager leur passion. Au programme de cette rencontre :
dernier coursier : le Sun Fast 3200, dessiné par Daniel navigation, bien sûr dans le Golfe de Saint Tropez, mais aussi escales
Andrieu, autant destiné à la navigation familiale qu’à gastronomiques et soirée de gala. Cette année, en guest-star, deux
la compétition. Quinze de ces bêtes de course prendront nouveautés : le Bordeaux 60 ainsi que le dernier-né de la gamme DS,
d’ailleurs le départ en juillet à Saint-Nazaire de la Trans- le Sun Odyssey 50DS.
Le Salon Virtuel quadra, course transatlantique en solitaire ou en double
réservée aux amateurs de plus de quarante ans.
Le programme :
Jeudi 24 avril : arrivée des premiers bateaux au Port de Saint Tropez.
du Nautisme Infos : www.sunfast3200.com et www.transquadra.com Vendredi 25 avril : navigation et cocktail d’ouverture dans le Village
Jeanneau.
Nautic Expo est le salon virtuel permanent qui Samedi 26 avril : rallye dans le Golfe de Saint-Tropez et soirée de gala.
met en relation fabricants et acheteurs du monde Dimanche 27 avril : brunch et départ des bateaux.
entier. Avec un trafic mensuel d’un million de visi- Informations et renseignements : c.bonin-bedrune@jeanneau.fr

« Enseigner la voile »
teurs, qui peuvent chercher jusqu’à 15 000 produits
nautiques (accastillage, voiliers, bateaux à moteur,
moteurs, canoës-kayaks, équipements de pêche, Dans le cadre de la modernisation de ses écoles de
etc.), ce salon nautique virtuel, disponible en cinq voile, la Fédération Française de Voile vient d'éditer un
langues, est le plus important sur Internet. Seuls les nouveau manuel : « Enseigner la Voile ». Cet ouvrage,
fabricants sont présents sur le site Nauticexpo qui, destiné aux moniteurs, présente une démarche d'en-
en simplifiant l’offre, n'expose pas les distribu- seignement rénovée. De l'accueil des pratiquants aux
teurs et les revendeurs. En donnant la priorité aux conseils liés à la sécurité en passant par l'animation des
produits, nauticexpo.com clarifie l’affichage en pré- bilans, chaque point est détaillé et illustré. Exhaustif et
sentant les résultats par produit et non par société.  facile d'accès, ce manuel a pour vocation d'accompagner
La sélection des produits est elle aussi plus simple le moniteur lors de sa formation mais aussi de le suivre
via l’utilisation de photos et de logos. durant sa carrière.
Infos : www.nauticexpo.com Renseignements : www.ffvoile.org

Les rendez-vous 2008


Louer beau louer bien !
Liberty Sea, c’est une flotte de plus de 60 bateaux, neufs et récents, en gestion exclusive sur trois bases permanentes : Port Pin Rolland
Venez essayer les derniers Jeanneau :
Du 8 mars au 23 avril au port de Nice
(Var), Propriano (Corse) et Le Marin (Martinique).  Liberty Sea, c’est aussi la vente : Dufour Yachts, concessionnaire exclusif sur toute la Corse, (Prestige 50s, 42s et 38s et Sun Odyssey 50DS).
propose des programmes établis « sur mesure » avec les propriétaires. Profitez des offres Last Minute ! N’hésitez pas à faire établir un devis Du 24 avril au 27 avril au port de Saint-Tropez
(offre valable sur toutes les bases pour les mois d’avril, mai et juin). (Prestige 50s, Prestige 42s et Sun Odyssey 50DS)
Renseignements : www.libertysea.com Du 05 mai au 31 mai à Palma de Majorque
(Prestige 38s et Sun Odyssey 50DS).
Du 28 avril au 31 mai au port de Nice (Prestige 50s et Prestige 42s).

Les stations nautiques font bouger le printemps


Manifestations grand public, salons du neuf et de l’occasion, compétitions sportives de haut niveau, les collectivités titulaires du label « France Station Nautique » s’enga-
gent toutes à faire de leur station un lieu d’animation permanent autour des activités nautiques. La preuve avec quelques événements emblématiques de ce printemps :
Les grands rendez-vous sportifs
Roland Jourdain
- Du 9 au 13 avril : championnats de France de match-racing, à La Baule.
- Du 19 au 25 avril : Semaine olympique française de Hyères, l’un des derniers grand rendez-vous des sélectionnés olympiques pour les Jeux de Pékin.
parrain du Grand
- Du 1er au 10 mai : championnat d’Europe de planche à voile, RSX en rade de Brest.
- Du 24 et 25 mai : championnat de France offshore à Bormes-les-Mimosas. Une discipline spectaculaire où les bolides s’affrontent à plus de 150 km/h !
Pavois 2008
Roland Jourdain sera en effet en le par-
- Du 3 au 5 juin : championnat de France UNSS à Gravelines. L’élite de la voile française chez les 15-18 ans s’affronte dans une compétition amicale mais acharnée.
rain de cette édition 2008 et présentera
Les événements festifs et sportifs :
en exclusivité aux plus de 100 000 pas-
- Du 12 au 20 avril : Mondial du vent à Leucate. Chaque année, des centaines de planchistes se retrouvent pour une des épreuves de glisse les plus courues.
sionnés du Grand Pavois son monocoque
- Du 16 au 20 avril : Houlgate plein vent dans l’estuaire de la Dives. Concours de cerfs-volants, de kite, de char et de voile…
de 60 pieds (18,28 mètres) Veolia-Envi-
- Les 19 et 20 avril : Trophée de la photo sous-marine à Saint-Raphaël. Un concours de photos sous-marines réunissant les meilleurs spécialistes de la discipline.
ronnement. « Je suis très heureux d'avoir
- Du 24 au 26 avril : Spi Dauphine (Grau-du-Roi-Port-Camargue). La Spi Dauphine est la plus grande régate étudiante de Méditerranée. Ambiance festive assurée !
été désigné parrain du Grand Pavois
- Du 6 au 8 juin : 24 heures de Lochrist dans le pays de Lorient. Le plan d’eau d’Inzinzac-Lochrist accueille le temps d’un week-end des centaines de kayakistes. 
cette année, confie Roland Jourdain et je
Patrimoine maritime :
suis très fier de pouvoir profiter de cette
- Du 30 avril au 4 mai : Voiles d'estuaires. Tout au long de l’estuaire de la Gironde, les gabares et autres voiliers traditionnels du fleuve vous permettront de découvrir les
occasion pour présenter aux Rochelais le
pratiques maritimes ancestrales.
bateau avec lequel je prendrai le départ
- Du 20 au 22 juin : Estivoiles de Fécamp. Le grand port morutier renoue chaque année avec son passé et ses traditions au cours d’un rassemblement festif qui sait aussi
du Vendée Globe deux mois plus tard… »
faire la part belle aux expressions artistiques d’aujourd’hui.
Infos : www.canyousea.com
Infos : www.station-nautique.com

42 Journal du Nautisme avril 2008 avril 2008 Journal du Nautisme 43


SHOPPING Textes de Marion Bauchère

LES essentiels de KATE

Montre Arbutus R102TWS


Toujours à l’heure avec le modèle « Hussar »
Petit mais costaud !
d’Arbutus ! Son boîtier acier possède un fond
Le hamac en toile de parachute, très
transparent pour admirer le mécanisme à l'avant
résistant (160 kg). Se range dans sa poche
comme à l'arrière.
intégrée (dimension pliée : 14 cm x 18 cm).
Prix : 228 e
Il ne craint ni l'eau ni le soleil.
Renseignements : www.arbutus.fr ou 03 29 32 43 39
Prix : 29,90 e
Renseignements :
www.trek-aventures.com

Pour un confort
incomparable…
La veste Offshore Racer offre les
meilleures performances techniques.
Prix : 549 e
Pour que Rex soit
Renseignements :
toujours en sécurité…
Gilet de sauvetage
www.henrilloyd.com
Contact : france@henrilloyd.com
Modèle « Alée » pour chien Plasticom.
Bottes en tissu anti-corrosion imperméable, équipées de Prix : de 30 à 41 e
Toujours au sec ! bottines intérieures Gore-Tex avec semelles caoutchouc selon la taille.
Gardez vos affaires à l’abri avec ce sac extérieures antidérapantes. Liste des revendeurs sur
Guy Cotten utilisé par Jean Le Cam. Disponibles début mai. www.plastimo.fr
Prix : 82 e Prix : 350 e
Renseignements : www.guycotten.com Renseignements : www.puma.fr

Guidage design !
Nouvelle génération de GPS Outdoor
Magellan dotée d’une interface
intuitive associée à un grand écran Le Phare de la Baleine
couleur tactile. Un plaid tout doux pour avoir
Prix : 479 e bien chaud en cabine !
Renseignements : www.navicom.fr En marron ou beige.
Prix : 89 e
Renseignements :
BOXER DE BAIN www.lepharedelabaleine.com
Buenos Aires Arthur
Un homme à la mer ! L’été arrive : père et fils,
LifeTag Raymarine est un système conçu à vos maillots !
pour déclencher une alarme dans le cas Prix : 75 e
où un équipier passe par-dessus bord. Renseignements :
Prix : à partir de 639,90 e www.arthur.tm.fr
Renseignements : www.raymarine.com

L’engin indispensable de l’été !


Ce Sea Scooter vous permettra une
plongée jusqu'à 50 mètres de profondeur.
Vitesse maximum : 5,3 km/h. Jumelles Vanguard
Prix : de 279 e à 899 e selon le modèle Gamme Océan, zoom 7x50.
Renseignements : www.everset.com ou Prix : 120 e
du nouveau chez jeanneau 04 76 84 29 45 Renseignements : 03 20 68 57 00
Plaisir de navigation et sensations garanties
avec le Sun fast 3200 de chez Jeanneau.
Prix : à partir de 95 082 e
44 Journal du Nautisme avril 2008 avril 2008 Journal du Nautisme 45
Renseignements : www.sunfast3200.com
en mer avec…
ec
d Le Peutr
Nom : Fre 1
i t ’es là ?
« Dans l’intimité d’une fin de journée hivernale, nous libérons en-
Pourquo eur sur fin la puissance de notre trimaran et franchissons la ligne de départ au
barr
Deuxième large d’Ouessant. C’est parti pour 25 000 miles de glisse pure entre 25
p a m a 3.
Grou 4 et 35 nœuds… avec des pointes à 44 nœuds ! A une vitesse époustou-
iseur : le 2
Dans le v départ en mer flante pour un engin propulsé par le vent, nous descendons l’Atlanti-
vier 2008,
jan r atiente que. Nous avalons littéralement les degrés de latitude et nous passons
x mois à p
(après deu té o), pour du ciré au tee-shirt, puis des poissons volants aux albatros en quelques
rve il lant la mé jours. Le bateau vole ! »
e n su e, point
Jules-Vern
le Trophée mp agn e
de notre ca
culminant cou-
de records,
jusqu’alors 2 « Je prends un immense plaisir à barrer ce trimaran extraordi-
succès. naire du bout des doigts. Certains quarts de barre sont magiques,
ronnée de ns
ale : Dix bo e notamment la nuit sous les étoiles ; on a vraiment la sensation d’être
Arme fat n ce d
nt conscie satellisé autour de la planète ! Dans l’océan Indien, la mer est dure.
mecs qui o b le a ve nture
formida Le matériel est très sollicité et la vie à bord devient parfois pénible.
vivre une sion de ce
De la cohé A haute vitesse dans les vagues, les déplacements à l’intérieur sont
humaine. succès de
pendra le des défis à la gravité et le simple fait de préparer à manger – ou
groupe dé
. de trouver le sommeil – est un véritable challenge. Souvent, l’effet
la tentative
comique de la scène l’emporte. De nombreux fous rires nous aident
à évacuer l’excès de stress dû à la vitesse, à la fatigue et aux risques
d’avaries qui pourraient nous ralentir. Albatros et pétrels nous
narguent. » 

1 Le départ de Lorient - 24 janvier 2008

3 Chavirage le 18 février

2 Un quart de nuit 4 Les dix hommes sont indemnes

3 « Nous sommes partis depuis à peine plus de trois semaines quand, à l’entrée du Paci-   4 « En ouvrant les containers protégeant le matériel de sécurité,
fique Sud, une dépression stationnaire nous barre la route et nous oblige à quitter les 50e me reviennent en mémoire les journées que j’ai consacrées à le vérifier
en faisant un détour par le nord, près de la Nouvelle-Zélande. L’option n’est pas classique, et à le conditionner en tentant de me projeter dans différentes situa-
mais va se révéler salvatrice : à 80 milles de la côte, le flotteur bâbord se rompt brutale- tions de détresse. Conscient d’être passé tout près de la correction-
ment entre les bras de liaison et provoque en quelques secondes notre chavirage. Notre nelle, nous nous laissons gagner par une légère euphorie. Concentré,
bel oiseau de carbone abandonne le combat et rend les armes. Au moment de la rupture mais dans la bonne humeur, chacun s’active pour replacer les objets
du flotteur, je suis sur le pont avec Jan Dekker et Franck Proffit et, quand je parviens enfin en déséquilibre, colmater une fuite de gasoil ou évacuer l’eau qui
à rentrer dans la coque centrale, le bateau se stabilise définitivement à l’envers. Tout le a pénétré. La mer a disloqué notre bateau mais a aussi achevé de
monde est à bord et personne n’est blessé : c’est ce que j’ai immédiatement à l’esprit, une souder le groupe. Quatre heures après le chavirage, nous sommes hé-
fois réfugié à l’intérieur de la coque centrale. Seul Seb Audigane se plaint d’une bosse. litreuillés. Plus tard, le bateau sera récupéré. Déjà, à cet instant, nous
Anecdotique. Il a pris notre cocotte-minute sur la tête. Une cocotte-minute Seb, évidem- n’avons qu’une seule idée en tête : repartir dès novembre prochain à
ment… » l’assaut du Jules-Verne. Il y a du boulot ! »

46 Journal du Nautisme avril 2008


www.volkswagen.fr/passatsw

Vous allez prendre goût à l’écologie.


Si vous cherchiez encore une bonne raison de vous intéresser à l’écologie, vous avez trouvé : grâce à ses nombreuses innovations
Groupe VOLKSWAGEN France - R.C. Soissons B 602 025 538

technologiques, la nouvelle Passat SW TDI BlueMotion® ne consomme que 5,2 l/100 km et émet seulement 137 g de CO2/km.
Avec de tels arguments, l’écologie pourrait bien devenir votre seconde nature.

Passat SW TDI BlueMotion®.


A partir de 22 900 �*.
Seulement 5,2 l/100 km et 137 g de CO2/km.

*Prix conseillé de la Passat SW Trendline TDI 105 BlueMotion®, neuve, tarif au 02/12/07, déduction faite de la remise exceptionnelle de 3 500 �. Offre réservée
aux particuliers, chez les Concessionnaires Volkswagen participants, du 01/03/08 au 30/06/08. Offre non cumulable avec toute autre offre en cours, valable sur
toute la gamme Passat SW TDI BlueMotion®, neuve, tarif au 02/12/07. Consommation mixte de la gamme Passat SW BlueMotion® (l/100 km) : 5,2. Emission de CO2 (g/km) : 137. Modèle présenté : Passat SW
Confortline 1.9 TDI 105 BlueMotion au prix conseillé de 26 240 � TTC (déduction faite des 3 500 � - options peinture métallisée à 500 � et pack City à 590 � incluses) tarif au 02/12/07. Consommation mixte
®

(l/100 km) : 5,2. Emission de CO2 (g/km) : 137. Das Auto : La Voiture.