Vous êtes sur la page 1sur 3

 

 
 
Monsieur  Emmanuel  Macron
Président  de  la  République  
Palais  de  l’Élysée
55  rue  du  Faubourg-­Saint-­Honoré
75008  Paris,  France

Paris,  le  12  octobre  2020

 
Objet  :  Etat  des  lieux  relatif  au  suivi  de  la  transmission  “sans  filtre”  des  146  mesures  
de   la   Convention   Citoyenne   pour   le   Climat   et   demande   de   réaffirmation   de   la   parole  
présidentielle.

 
Monsieur  le  Président  de  la  République,

Dans  la  lignée  de  l’engagement  collectif  qui  est  le  nôtre  depuis  plus  de  9  mois,  nous,  
membres  de  l’association  «  les  150  »  qui  regroupe  les  participants  à  la  Convention  Citoyenne  
pour   le   Climat   –   assemblée   que   vous   avez   instaurée   -­,   restons   pleinement   mobilisés   pour  
assurer  le  suivi  des  propositions  que  nous  avons  remises  le  21  juin  dernier  au  Gouvernement.

C’est  dans  ce  contexte  que  nous  avons  souhaité  vous  interpeller  personnellement  et  
directement  pour  vous  dire  le  travail  accompli  et  les  difficultés  rencontrées,  avec  l’espoir  que  
vous  puissiez,  à  votre  tour,  nous  renouveler  votre  soutien  et  votre  envie  ferme  de  faire  
aboutir  nos  propositions.

Depuis  la  publication  de  la  lettre  de  mission  signée  par  le  Premier  ministre  M.  Edouard  
Philippe,   vous   avez   à   deux   reprises   tenu   à   rencontrer   les   150   et   à   leur   affirmer   vos  
engagements   vis-­à-­vis   du   processus   “sans   filtre”   annoncé,   ainsi   que   l’ambition   que   vous  
placiez  en  cette  initiative  démocratique  inédite  et  en  ses  futurs  résultats  pour  le  climat.  Le  10  
janvier  d’abord,  au  Conseil  économique  social  et  environnemental,  puis  le  29  juin,  lors  de  la  
réception  officielle  au  cours  de  laquelle  vous  nous  avez  reçus,  les  citoyens  ont  entendu  vos  
encouragements  et  vos  remerciements  pour  le  travail  accompli.  A  cette  reconnaissance,  vous  
avez  alors  ajouté  un  nouveau  défi  qui  prolonge  le  mandat  initialement  confié  :  suivre  la  mise  
en   œuvre   de   nos   mesures,   notamment   dans   la   perspective   d’un   projet   de   loi   dédié.  
Cette  volonté  de  nous  “associer”,  exprimée  distinctement  à  trois  reprises  dans  votre  discours,  
a  été  prise  très  au  sérieux  par  la  plupart  des  150  qui  ont  répondu  présents  jusqu’à  maintenant  
aux  sollicitations  du  Gouvernement.    

Sous   la   responsabilité   du   ministère   de   la   Transition   écologique   et   de   Mme   Barbara  


Pompili,  à  qui  vous  avez  confié  l’élaboration  de  ce  projet  de  loi,  nous  avons  ainsi  participé  à  
un  premier  travail  de  concertation  avec  les  acteurs  économiques,  les  ONG,  les  organisations  
syndicales   et   patronales   et   les   élus,   autour   de   8   thématiques   :     la   rénovation   écologique,  
l’automobile,   le   transport   de   marchandises,   le   trafic   aérien,   la   gestion   des   plastiques,  
emballages   et   déchets,   la   publicité,   l’artificialisation   et   les   modèles   d’aménagement,  
l’agriculture  et  l’alimentation.  Très  bientôt,  d’autres  réunions  seront  organisées,  cette  fois-­ci  
avec   les   parlementaires,   pour   nourrir   la   construction   du   projet   de   loi.   Cet   exercice   est  

1  
 
 

l’occasion  pour  nous  de  présenter  nos  propositions,  d’en  expliquer  les  objectifs  et  la  portée  à  
nos   interlocuteurs,   afin   d’enrichir   les   études   d’impact   qui   doivent   être   menées   dans   les  
différents  secteurs  concernés.  

En  parallèle  de  ce  suivi  officiel,  nous  avons  entrepris,  à  la  mesure  de  nos  moyens,  un  
travail  de  présentation  des  149  mesures  de  la  Convention  à  destination  des  acteurs  de  la  vie  
publique  et  des  citoyens  eux-­mêmes.  Représentants  syndicaux,  patronaux,  d’associations  ou  
d’ONG,   dirigeants   d’entreprises,   élus   nationaux   et   locaux,   responsables   d’administration,  
militants  politiques  ou  associatifs,  citoyens,  engagés  ou  non,  tous  doivent  être  en  mesure  de  
s’approprier   nos   travaux   ;;   ce   sont   plusieurs   dizaines   de   rencontres,   réunions,   partout   en  
France,  que  nous  avons  organisées  ou  auxquelles  nous  avons  participé  depuis  début  juillet  
et   qui   alimentent   la   pédagogie   collective   sur   ces   questions.   Au   cours   des   prochains   mois,  
nous  continuerons  à  nous  rendre  disponibles  pour  expliquer  la  philosophie  générale  de  notre  
rapport,   raconter   l’aventure   humaine   vécue   par   les   conventionnels,   et   débattre   sur   nos  
propositions  à  tous  les  niveaux  de  la  société,  dans  le  respect  des  valeurs  de  justice  sociale  
qui  nous  animent.  Il  s’agit  là  d’un  engagement  moral  vis-­à-­vis  de  nos  concitoyens  que  nous  
espérons  voir  se  saisir  du  débat,  un  engagement  que  nous  suivons  scrupuleusement  depuis  
que  nous  avons  accepté  de  rejoindre  la  Convention  il  y  a  maintenant  un  an.

A  l’image  de  ces  nombreuses  actions  bénévoles,  c’est  bien  la  notion  d’engagement  
que  nous  souhaitons  ici  rappeler.  Mis  à  part  les  difficultés  techniques  ou  d’ordre  logistique  que  
nous   avons   évoquées   directement   avec   certains   de   vos   ministres   -­   valorisation  
professionnelle  de  l’expérience  de  la  Convention,  création  d’un  statut  spécifique  du  “citoyen”  
pour   combiner   vie   personnelle   et   engagement   fort,   meilleure   visibilité   sur   le   calendrier   de  
travail   et   les   modalités   de   participation   aux   différentes   réunions,   etc.   -­,   nous   avons   le  
sentiment  de  manquer  d’un  soutien  clair  et  défini  de  la  part  de  l’exécutif  dont  les  prises  
de  position  nous  apparaissent  parfois  contradictoires.  En effet, dans une période où des
communications ouvertement hostiles à nos propositions sont formulées par certains acteurs
professionnels, des déclarations ministérielles discordantes sur les sujets de l’aérien,
de la publicité, du déploiement de la 5G, de la baisse de la TVA relative au transport
ferroviaire, ou d’autres, viennent renforcer le trouble et obscurcir la parole
présidentielle. Cet   état   de   fait   est   source   de   beaucoup   d’interrogations   et   de   remise   en  
question  chez  les  citoyens  alors  que  nous  devrions  plutôt  privilégier  une  action  commune  et  
concertée   afin   de   maximiser   les   chances   pour   la   France   de   prendre   le   virage   d’un   futur  
décarboné.  L'essence même de la Convention est de privilégier le débat, il s’agit même du
moteur de son fonctionnement démocratique ; c'est pourquoi nous sommes à l’écoute des
contraintes et conscients des défis que soulève la mise en œuvre de nos préconisations, mais
nous ne pouvons continuer à défendre chacune d’entre elles quand nous peinons à
trouver dans les actions du Gouvernement l’ambition générale d’une transition
écologique efficace. Les interprétations actuellement faites de certaines mesures ont pour seul
effet de nous éloigner de la mission que nous avez confiée : réduire d’au moins 40% les émissions
de gaz à effet de serre de la France d’ici 2030. Alors que le Parlement européen vote le
rehaussement des objectifs de neutralité carbone à horizon 2050, est-il seulement envisageable
de sacrifier des dispositions nécessaires au changement que nous devons engager?

Par   le   présent   courrier,   nous   souhaitons   ainsi   vous   affirmer   notre   détermination   et  
notre  volonté  de  porter  nos  travaux  jusque  dans  les  plus  petites  communes  de  France  
dont  certains  d’entre  nous  sont  élus,  jusque  dans  la  législation  nationale  via  notamment  le  
projet  de  loi  en  discussion,  ou  plus  tard,  lors  du  référendum  sur  la  Constitution,  voire  même  
jusque  dans  les  institutions  européennes   que   nous   avons   d’ores   et   déjà   interpellées.   A  
cette  échelle,  comme  sur  le  plan  international,  nous  avons  d’ailleurs  plus  que  jamais  besoin  
de  votre  soutien  et  de  travailler  en  coordination  avec  le  Gouvernement  afin  de  garantir  l’écoute  

2  
 
 

et  la  réception  active  de  notre  rapport.  Dans  ce  but,  nous  vous  demandons  donc  de  réaffirmer  
votre  engagement  formel  et  public  en  faveur  de  l’examen  sans  filtre  de  nos  propositions,  un  
engagement  crucial  pour  mener  à  bien  ce  nouveau  mandat  de  suivi.  

Cette  requête  est  formulée  aujourd’hui  par  l’ensemble  des  citoyens  actifs  au  sein  de  
l’association  “Les  150”  et  vaut  pour  la  posture  officielle  que  nous  revendiquons,  en  dehors  de  
futures  actions  ou  initiatives  individuelles  de  contestation  qui  pourraient  voir  le  jour  d’ici  là.

Veuillez   agréer,   Monsieur   le   Président   de   la   République   française,   l’expression   de  


notre  très  haute  considération,

‘Les  150’  citoyens  de  la  Convention  Citoyenne  pour  le  Climat.

3