Vous êtes sur la page 1sur 2

Loi /équilibre de Starling

La loi de Starling va déterminer le passage de l’eau au niveau des capillaire, elle va


dépendre de la pression hydrostatique (donc la pression donnée au sang par le coeur, celle
qui va pousser sur les parois et donc faire sortir le solvant des capillaires) ainsi que de la
pression oncotique (la pression qui attire l’eau en direction des protéines dans les vaisseaux,
grosso modo : la pression osmotique relative aux vaisseaux).

On va d’abord s’intéresser au secteur ARTÉRIEL.

Les artères contiennent le sang qui sort du coeur, alors la pression


hydrostatique artérielle est très forte (de manière imagée, le coeur
pompe du sang alors y a beaucoup de pression contre les parois).
La pression oncotique est constante dans tout le capillaire car la
concentration en protéines ne varie pas.

On pose Pa - π (donc pression hydrostatique artérielle moins pression


oncotique) comme étant la pression de FILTRATION.

Le schéma nous montre bien que la pression hydrostatique artérielle


est supérieure à la pression oncotique (Pa > π). On est donc dans le
cas d’une ultrafiltration.

On a donc un flux de solvant du secteur interstitiel (qui est très


pauvre en protéines) vers les artères (très riches en protéines).

L’ultrafiltration est liée à un excès de pression donc on va avoir tellement de pression


contre les parois des vaisseaux que le flux de solvant (du secteur interstitiel vers les
artères) va être contré, alors : du solvant va sortir de ces vaisseaux pour aller dans le
secteur interstitiel (imaginez une bouteille de Coca qu’on secoue, le trop pleins de pression va
faire qu’il va y avoir de la mousse partout qui sort, ici c’est pareil).
On va maintenant s’intéresser au secteur VEINEUX.

Les veines contiennent le sang qui revient au coeur, la pression


hydrostatique veineuse est alors beaucoup plus faible. La
pression oncotique est constante dans tout le capillaire car la
concentration en protéines ne varie pas.

On pose π - Pv (donc pression oncotique moins pression hydrostatique


veineuse) comme étant la pression de RÉSORPTION.

De manière physiologique, les pressions de FILTRATION et de


RÉSORPTION sont toujours équivalentes dans le corps. En cas de
déséquilibre du à des problèmes de pression dans les vaisseaux, ces
derniers vont exploser et créer des oedèmes ainsi qu’une baisse de la
pression oncotique.

Le schéma nous rappelle bien que la pression hydrostatique veineuse


est inférieure à la pression oncotique (Pv < π), on est donc ici dans le cas d’une osmose
normale.

On a alors un flux de solvant du secteur interstitiel (qui est très pauvre en protéines) vers
les veines (très riches en protéines).

Étant donné que l’on est dans le cas d’une osmose, il n’y a pas de problème de pression
qui «force» sur les parois, alors le flux de solvant qui rentre dans les veines n’est pas
contré par la pression hydrostatique veineuse, on a donc bien une réabsorption du
solvant dans le capillaire.

Également, les petits ions, nutriments etc se déplacent en même temps que le solvant ce
qui permet la nutrition des tissus.