Vous êtes sur la page 1sur 6

Acide succinique

Définition
L'acide succinique, connu aussi sous le nom d'acide butanédioïque (C4O4IL;), est un acide dicarboxylique
à quatre atomes de carbone. Sous sa forme cristalline, l'acide succinique est inodore et incolore. Il est
présent dans la plupart des fruits et légumes tels que les laitues et les haricots verts. Il est aussi un
constituant naturel des tissus animaux. Il est très important pour le corps humain puisqu'il est utilisé dans le
cycle de Krebs. En effet, il est impliqué comme intermédiaire dans les processus métaboliques de
l'organisme. L'acide succinique est produit aussi par divers Microorganismes comme intermédiaire du cycle
des acides tricarboxyliques .

Production
L'acide succinique est produit par des procédés pétrochimiques à partir de l'anhydride maléique. D peut
être aussi obtenu par fermentation microbienne en utilisant comme substrat différentes sources de carbone.

Procédé pétrochimique
La fabrication d'acide succinique par voie pétrochimique consiste en une hydrogénation catalytique de
l'anhydride maléique qui est précédemment produit par oxydation catalytique des hydrocarbures (benzène
et butane). Mais ce procédé est polluant pour l'environnement à cause des émissions dans l'atmosphère des
gaz à effet serre tel que le dioxyde de carbone.

 Procédés biotechnologiques

Le recours à la biotechnologie pour la production industrielle d'acide succinique est d'une importance
capitale et ceci pour remplacer les procédés pétrochimiques. De nombreux microorganismes sont capables
de synthétiser l'acide succinique à partir de différentes sources de carbone. Différents substrats ont été
utilisés pour la production fermentaire d'acide succinique tels que le glucose, le dextrose, le fructose, le
lactose, le saccharose, etc. Le principal obstacle technique est le développement des procédés de
fermentation économiquement rentables. Une amélioration significative de la fermentation microbienne est
nécessaire pour être compétitive avec les procédés pétrochimiques.

 Champs d'application

L'acide succinique et ses dérivés ont de très larges applications à l'échelle industrielle. Le marché le plus
important de l'acide succinique est son utilisation comme surfactant, détergent et agent moussant. il est
aussi utilisé dans l'industrie alimentaire, pharmaceutique et dans l'industrie des plastiques.
 Alimentation et santé

En ce qui concerne l'industrie alimentaire, l'acide succinique est un acidifiant (E363) correcteur d'acidité
et il est utilisé aussi pour modifier la saveur. Son emploi est fréquent notamment en confiserie et dans les jus
de fruits. Plusieurs dérivés sont utilisés comme agent de conservation (agent antimicrobien). L'activité
antibactérienne de l'acide succinique a été étudiée en combinaison avec différentes concentrations d'ions
d'argent contre E. coli 0157:H7 et la plus grande inhibition de la croissance bactérienne a été obtenue avec 1
ppm d'ions d'argent et 0.1% d'acide succinique. Mais cette activité antibactérienne a été plus attribuée aux
ions d'argent qu'à l'acide succinique. Le succinate de sodium améliore la flaveur, la dilysine succinate
améliore le goût salé des aliments pauvre en sodium et l'amidon succinylé est utilisé comme agent
épaississant. Concernant la santé, le succinate est utilisé comme stabilisateur dans les produits
pharmaceutiques (antibiotiques, acides aminés, et vitamines). Les sels d'acide succinique peuvent être
également utilisés comme additifs pour l'alimentation des ruminants et des animaux monogastriques. Le
succinate permet l'augmentation de la production du propionate dans le rumen et agit comme un
précurseur de la synthèse des protéines. Ainsi, l'utilisation de succinate réduit l'utilisation d'antibiotiques
dans certains aliments pour animaux.

 Industrie plastique et autres utilisations

L'avenir de l'acide succinique ne réside pas seulement dans l'utilisation directe comme additif alimentaire
mais aussi dans la fabrication des biopolymères (plastique biodégradable) innovants comme le polybutylène
succinate qui se trouve dans les films d'emballage et les sacs.

Les sels de succinate de (calcium, magnésium, diammonium et ammonium) sont utilisés comme
herbicides et également comme facteur de croissance pour les plantes. Ils sont utilisés pour le dégivrage des
routes, et des pistes d'aéroport.

Bactéries productrices d'acide succinique


De nombreuses recherches ont été faites pour développer un procédé biologique pour la production de
l'acide succinique en employant des champignons comme Aspergillus niger, Aspergillus fumigatus,
Byssochlamys nivea, Paecilomyces Varioti, Pénicillium viniferum et des levures comme Saccharomyces
cerevisiae. Ces microorganismes produisent l'acide succinique comme un produit mineur de fermentation
aérobie et / ou anaérobie.

Plusieurs bactéries sont capables de produire l'acide succinique à partir de différentes sources de carbone
par fermentation incluant Actinobacillus succinogenes 130Z et Mannheimia succiniciproducens MBEL55E,
Anaerobiospirillum succiniciproducens, et Escherichia coli recombinée. Les meilleurs candidats pour la
production d'acide succinique sont ceux isolés du rumen des bovins : Actinobacillus succinogenes et
Mannheimia succiniciproducens puisqu'ils le produisent comme l'un des principaux produits de
fermentation.
Bactéries du rumen des bovins

 Actinobacillus succinogenes 130Z

Actinobacillus succinogenes 130Z, initialement isolée du rumen des bovins, est une bactérie anaérobie
facultative, capnophile et Gram négative; elle est sous forme de bacille ou coccobacille. En condition d'excès
de C02, la température et le pH de croissance cellulaire sont 37-39 ° C et 6.0 - 7.2 respectivement. C'est la
bactérie qui possède le plus grand potentiel de production d'acide succinique. Elle peut produire une
quantité importante d'acide succinique à partir du glucose sous condition d'anoxie. Cette souche 130Z a
également montré sa capacité de convertir un large éventail de sources de carbone telles que l'arabinose, le
fructose, le glucose, le lactose, le xylose, et de réduire le sucre en succinate comme produit fini principal et
en acétate, formate, lactate, et éthanol en tant que sous produits de fermentation. Cette souche a
l'avantage de tolérer la présence d'une forte concentration d'acide succinique ou de son sel.

 Mannheimia succiniciproducens MBEL55E

M. succiniciproducens MBEL55E est une nouvelle bactérie productrice d'acide succinique qui a été isolée à
partir du rumen des bovins. C'est une bactérie anaérobie facultative, capnophile et Gram négative; elle est
immobile, non sporulée, mésophile, sous forme de bacille ou coccobacille. En conditions de 100% de CO2, la
croissance est optimale dans une gamme de pH de 6.0 à 7.5 et une température de 37 -39°C. M.
succiniciproducens MBEL55E peut utiliser le mannitol, l'arabitol, le fructose, le xylose, le saccharose, le
lactose et le maltose de façon aussi efficace que le glucose.

M. succiniciproducens MBEL55E peut être proposée comme un candidat potentiel pour la production de
l'acide succinique, grâce à sa productivité élevée.

 Anaerobiospirillum succiniciproducens

Anaerobiospirillum succiniciproducens isolée de la gorge et des fèces des chiens est une bactérie
anaérobie, Gram négative et mobile. Lorsque le CO2 est en excès, la croissance est optimale pour une
température de 39°C et un pH de 6.2. Elle est capable d'utiliser le glucose, le glycerol, le saccharose, le
maltose, le lactose et le fructose comme sources de carbone pour produire les acides acétique et succinique
comme principaux produits de fermentation, et de l'éthanol ainsi que l'acide lactique comme produits
mineurs dans des conditions anaérobies strictes.

Conditions de la fermentation
Composition de milieu de culture

 Source de carbone

Les trois bactéries A. succinogenes 130Z, M. succiniciproducens MBEL55E, et A. Succiniciproducens sont


capables de convertir un large éventail de sources de carbone tels que le glucose, glycerol, saccharose,
maltose, lactose et fructose, et elles ont montré leur aptitude à fermenter directement le lactosérum en
acide succinique. La concentration initiale de lactosérum avait un effet significatif sur le rendement d'acide
succinique et la productivité par la souche A. succinogenes 130Z en fermentation batch. En effet, le plus
haut rendement d'acide succinique qui est égal à 0.57 a été obtenu pour une concentration initiale de
lactosérum de 50 g / 1 et la productivité a augmenté, passant de 0.44 à 0.58 g / h /1 lorsque la concentration
initiale de lactosérum est passée de 50 à 100 g /1.

 Source d'azote

Pour la production d'acide succinique à partir de lactosérum, un ajout dans le milieu de culture d'une
source d'azote complémentaire est nécessaire pour le bon déroulement de la fermentation. Ce sont l'extrait
de levure et la polypeptone qui sont habituellement employés malgré leurs coûts élevés.

La liqueur de maïs (un coproduit de la minoterie de maïs) a été utilisée comme supplément et de façon
efficace et peu coûteuse dans les fermentations par M. succiniciproducens MBEL55E et A. Succiniciproducens
pour la production d'acide succinique. Mais, en la comparant avec l'extrait de levure, plus de liqueur de maïs
a été demandée pour atteindre la même performance dans la fermentation de lactose. Il est à noter que la
quantité nécessaire pour améliorer la fermentation a été moindre pour le lactosérum comparativement au
perméat de lactosérum et au lactose, et ceci est dû au fait que le lactosérum lui-même contient quelques
sources complexes d'azote.

 Sels minéraux

La concentration d'ions métalliques est un facteur important pour l'absorption des nutriments et pour la
croissance cellulaire. Les ions métalliques jouent un rôle très 13 important dans la maintenance du
métabolisme cellulaire et de l'activité enzymatique. Le sodium est impliqué dans la formation du gradient de
pH transmembranaire, la motilité cellulaire et la régulation du pH intracellulaire. Le magnésium est
important pour le maintien de métabolisme cellulaire et surtout pour son rôle comme cofacteur de la
phosphoénolpyruvate carboxykinase, qui est l'enzyme clé dans la production d'acide succinique.

Facteurs externes

 Dioxyde de carbone

La carboxylation du phosphoénolpyruvate (PEP), est l'étape la plus importante pour la production d'acide
succinique par les bactéries du rumen; elle est fortement régulée par les niveaux de CO2. Théoriquement, 1
mol de CO2 est nécessaire pour former 1 mol d'acide succinique. Un niveau élevé de CO2 entraîne une
augmentation de la production d'acide succinique, au dépend de l'éthanol et de l'acide formique. Ceci est
probablement dû à l'augmentation de la carboxylation de la PEP en oxaloacétate au lieu de la conversion de
PEP en pyruvate. Le CO2 nécessaire pour la croissance cellulaire et la formation de l'acide succinique est
fourni au milieu de fermentation sous forme de gaz stérilisé filtré dépourvu de toute trace d'oxygène, ou
bien par l'ajout de carbonates (NaHCÛ3 et Na2CÛ3, MgCOs).

 Donneurs d'électrons

Le succinate est un produit de fermentation très réduit; chaque molécule formée nécessite quatre
électrons. L'ajout de l'hydrogène stérilisé à la phase gazeuse a montré un effet positif sur la croissance
cellulaire et une nette augmentation de la production de succinate.
 Contrôle de pH

Le pH est un facteur important qui affecte la croissance cellulaire et le ratio CO2/HCO3 qui joue un rôle
crucial dans la production fermentaire d'acide succinique. Un pH faible aboutit à une augmentation d'activité
de l'enzyme PEP Carboxykinase, ce qui entraîne le flux de PEP vers plus de formation d'acide succinique.
Cependant, un pH faible a également un effet négatif sur la croissance des cellules. Le pH optimal de la
production d'acide succinique à partir de lactosérum par M. succiniciproducens et A. succinogenes est 6,5 et
6,8 respectivement. Différentes solutions sont utilisées pour neutraliser l'acidité de milieu de fermentation
telles que MgCÛ3, CaC03, Na2C03, NaOH et NHjOH. Mais il est préférable d'utiliser les carbonates de
magnésium MgCÛ3. En effet, la neutralisation de milieu par Na2C03 et NaOH entraîne une floculation des
cellules, alors que l'emploi de MgCÛ3 prévient la floculation, et favorise la production d'acide succinique.

 Température et agitation

La température de fermentation dans les bioréacteurs est régulée à 38°C pour A. succinogenes et 39°C
pour M. succiniciproducens. Le réchauffement est assuré par chauffage direct, circulation d'eau chaude, par
l'utilisation d'échangeurs de chaleur ou par radiation. Une grande quantité de chaleur est générée au cours
de la fermentation par l'activité métabolique et par l'agitation.

Le refroidissement se fait par passage d'eau froide à travers la double enveloppe de fermenteur.
L'agitation est un facteur important qui accélère le contact entre les phases liquide (milieu de culture), solide
(biomasse) et gazeuse (dioxyde de carbone et hydrogène). Elle favorise également le transfert de chaleur et
la distribution uniforme des nutriments et empêche la formation d'agrégats. Le type d'agitation dépend
généralement du type de fermentation, la conception du bioréacteur ainsi que la nature du produit élaboré.
La vitesse de l'agitation pour la production d'acide succinique par A. succinogenes et M. succiniciproducens
est de l'ordre de 200 tr/mn.

 Contamination

Après la stérilisation de milieu de culture, la contamination peut survenir au cours de la fermentation, ce


qui va diminuer les rendements. Le problème de contamination peut être contrôlé par le bon choix de
fermenteur, l'utilisation d'un ratio élevé d'inoculum et par l'action biocide du CO2.

Extraction de l'acide succinique du moût de fermentation

 Electrodialyse

Le moût de fermentation contient le sel d'acide succinique qui est produit suite à la neutralisation de
l'acidité de milieu. Le procédé par électrodialyse peut être appliqué afin de séparer le sel d'acide succinique
des composés non ionisés ou faiblement ionisés tels que les sucres, les protéines et les acides aminés.
La solution de succinate ainsi obtenue est concentrée par evaporation, puis passe à travers un dispositif
de fractionnement à eau par électrodialyse, ce qui permet l'obtention d'acide succinique libre et la base
correspondante à partir de succinate. L'acide succinique obtenu reste encore contaminé par des cations,
des anions et des acides aminés. Un passage à travers colonne échangeuse échangeurs d'ions (cationique et
anionique) permet l'élimination des ces impuretés. En effet, l'échangeur de cation élimine les ions chargés
positivement et l'échangeur d'anion permet l'élimination des ions chargés négativement.

 Précipitation

L'hydroxyde de calcium Ca(OH)2 est ajouté au milieu de culture pour neutraliser l'acidité et
simultanément pour précipiter le succinate sous forme de succinate de calcium dans le fermenteur. Par la
suite, le moût de fermentation est filtré pour récupérer le précipité, et le filtrat est chauffé à une
température de 70 à 75°C afin de récupérer le maximum de succinate de calcium obtenu suite à la
cristallisation.

Une solution d'acide sulfurique est ajoutée afin de convertir le succinate de calcium en acide succinique
et en sulfate de calcium insoluble (gypse) qui précipite. Le gypse est éliminé par filtration et le filtrat
obtenu, contenant l'acide succinique et les impuretés (cations, anions et matières azotées), est mis en
contact avec une résine échangeuse de cations fortement acide et ceci afin d'éliminer le calcium et autres
cations de l'acide succinique. Par la suite le filtrat passe à travers une résine échangeuse d'anion faiblement
basique pour l'élimination des sulfates et les contaminants anioniques forts. Le produit ainsi obtenu contient
moins de 1% d'impuretés azotées et moins de 5 ppm de sulfates.

 Extraction réactive

Un procédé récent, qui intègre l'extraction réactive, la distillation sous vide et la cristallisation, a montré
son efficacité pour la récupération et la purification de l'acide succinique du moût de fermentation. Avant
d'entamer la première étape de ce procédé, une centrifugation ou une ultrafiltration est nécessaire pour
éliminer les cellules et les protéines du moût de fermentation. Ensuite, l'étape de l'extraction réactive
permet l'élimination des sous-produits acides (acide acétique, pyruvique et fumarique) de la fermentation
ainsi que les sels.

L'extraction réactive consiste à mélanger le moût clair de la fermentation avec un solvant organique (n-
octanol) contenant une certaine concentration d'aminé tertiaire (tri-n-octylamine (TOA)) qui est connu pour
son efficacité d'extraction d'acides carboxyliques, puis à centrifuger le mélange pour séparer les phases
organique contenant l'acide succinique et aqueuse (Song et al , 2007). Cette étape se fait jusqu'à 3 fois pour
une meilleure élimination des sous-produits de la fermentation. Après l'extraction réactive c'est l'étape de la
distillation sous vide qui est appliquée afin d'accroître la concentration de l'acide succinique et d'éliminer les
résidus d'acides organiques. La cristallisation est la dernière étape de ce procédé, elle est réalisée à basse
température (4 ° C) et un pH faible (2.0), ce qui permet l'obtention d'acide succinique cristallisé hautement
purifié (99.8%). L'acide succinique obtenu à la fin de la cristallisation est séché à 100°C pendant 5h.

Vous aimerez peut-être aussi