Vous êtes sur la page 1sur 4

Année universitaire 2019-2020

Université de Tunis Al-Manar


Second semestre Institut Supérieur des Sciences Humaines de Tunis
Session principale Département de français
Juillet 2020

Niveau d’étude :
LANGUE, LITTERATURE et CIVILISATION Licence
FRANÇAISES fondamentale :
2ème année
Unité d’enseignement : Langue
Epreuve : Syntaxe
Durée de l’épreuve : 1h 30

CORRIGÉ

Signatures des correcteurs : Signatures des surveillants :

Note :
NE RIEN ECRIRE ICI

Alors par les soirs orageux et doux de février, le vent soufflant dans mon cœur, qu'il ne faisait pas trembler
1
moins fort que la cheminée de ma chambre, le projet d'un voyage à Balbec mêlait en moi le désir de
2 l'architecture gothique avec celui d'une tempête sur la mer.
3 J'aurais voulu prendre dès le lendemain le beau train généreux d'une heure vingt-deux dont je ne pouvais jamais
4 sans que mon cœur palpitât lire, dans les réclames des Compagnies de chemin de fer, dans les annonces de
5 voyages circulaires, l'heure de départ : elle me semblait inciser à un point précis de l'après-midi une savoureuse
6 entaille, une marque mystérieuse à partir de laquelle les heures déviées conduisaient bien encore au soir, au
7
matin du lendemain, mais qu'on verrait, au lieu de Paris, dans l'une de ces villes par où le train passe et entre
8
lesquelles il nous permettait de choisir ; car il s'arrêtait à Bayeux, à Coutances, à Vitré, à Questambert, à
9
Pontorson, à Balbec, à Lannion, à Lamballe, à Benodet, à Pont-Aven, à Quimperlé, et s'avançait
10
11 magnifiquement surchargé de noms qu'il m'offrait et entre lesquels je ne savais lequel j'aurais préféré, par
12 impossibilité d'en sacrifier aucun. Mais sans même l'attendre, j'aurais pu en m'habillant à la hâte partir le soir
13 même, si mes parents me l'avaient permis, et arriver à Balbec quand le petit jour se lèverait sur la mer furieuse,
14 contre les écumes envolées de laquelle j'irais me réfugier dans l'église de style persan. Mais à l'approche des
15 vacances de Pâques, quand mes parents m'eurent promis de me les faire passer une fois dans le nord de l'Italie,
16 voilà qu'à ces rêves de tempête dont j'avais été rempli tout entier, ne souhaitant voir que des vagues accourant de
17 partout, toujours plus haut, sur la côte la plus sauvage, près d'églises escarpées et rugueuses comme des falaises
18 et dans les tours desquelles crieraient les oiseaux de mer, voilà que tout à coup les effaçant, leur ôtant tout
19 charme, les excluant parce qu'ils lui étaient opposés et n'auraient pu que l'affaiblir, se substituait en moi le rêve
20 contraire du printemps le plus diapré, non pas le printemps de Combray qui piquait encore aigrement avec toutes
21 les aiguilles du givre, mais celui qui couvrait déjà de lys et d'anémones les champs de Fiesole et éblouissait
22 Florence de fonds d'or pareils à ceux de l'Angelico.

M. Proust, Du Côté de chez Swann


I- Analysez les formes verbales suivantes et étudiez leurs valeurs
d’emploi (mode, temps, aspect, valeur). (9pts)

Forme verbale Mode et temps Valeur Autre valeur


(0.25) aspectuelle (1pt)
(0.25)

J’aurais voulu (L.4) Indicatif Global / Valeur modale (0.5


/Conditionnel accompli point) : rêve,
passé imagination (0.5
point)

Passe (L.8) Indicatif / Sécant / Valeur de base :


présent inaccompli présent itératif.

Aurais pu (L. 12) Indicatif Global / Valeur modale : dans


/Conditionnel accompli le système
passé hypothétique ; irréel
du passé

Avaient permis (L.13) Indicatif / PQP Sécant / Valeur modale : dans


accompli le système
hypothétique ; irréel
du passé

eurent promis (L.15) Indicatif / Global / Valeur de base :


Passé antérieur accompli valeur d’antériorité
par rapport à se
substituait

Avais été rempli (L.16) Indicatif / PQP Sécant / Valeur de base :


forme passive accompli valeur d’accompli
dans le passé.
II- Dites si les infinitifs suivants sont en emplois nominaux ou verbaux.
Justifiez votre réponse : (6pts.)

Infinitif Emploi nominal ou Justification


verbal (0.5)
(0.5)
Trembler (L.1) Emploi verbal noyau d’une PV (faire
trembler)
Lire (L.5)  emploi nominal  COD de pouvoir

Sacrifier (L. 12) emploi nominal  complément du nom


impossibilité
Attendre (L. 12) emploi nominal  complément
circonstanciel de manière

Faire passer (L.15) emploi nominal  COD (l’infinitif est parfois précédé
du mot de, il est repris en cas de
pronominalisation par le pronom le,
preuve de sa fonction COD)

voir (L. 16)  emploi NOMINAL COD de souhaiter

III- Réécrivez ce passage [L.18- L.22] en mettant le premier verbe (étaient opposés)
au présent de l’indicatif. Faites les transformations nécessaires pour les
autres verbes (5 points)
CORRIGÉ :
« voilà que tout à coup les effaçant, leur ôtant tout charme, les excluant parce qu'ils lui
sont opposés et n’auront pu que l'affaiblir, se substitue en moi le rêve contraire du
printemps le plus diapré, non pas le printemps de Combray qui pique encore aigrement

avec toutes les aiguilles du givre, mais celui qui couvre déjà de lys et d'anémones les

champs de Fiesole et éblouit Florence de fonds d'or pareils à ceux de l'Angelico. »

Sont opposés  : 1 point


N’auront pu  : 1 point
Se substitue  : 1 point
Pique  : ½ point
Couvre  : ½ point
Eblouit  : 1 point