Vous êtes sur la page 1sur 55

République du Congo

Unité*Travail*Progrès

Université Marien NGOUABI


Ecole Nationale Supérieure Polytechnique

2016 – 17/LMI/ENSP

Projet de technicien Supérieur


Présenté pour l’obtention de la Licence Professionnelle en Maintenance
Industrielle

CONCEPTION ASSISTEE PAR ORDINATEUR


D’UNE MACHINE DE CREPISSAGE DES MURS
DES BATIMENTS

Par

PYLLAT Jean Espoir


Soutenu publiquement le 01 Août 2017

Devant

Président : Dr. MISSETETE Alfred Raoul, Maitre-Assistant, ENSP

Rapporteur : Dr. NKOUNKOU TOMODIATOUNGA Dominique, Maitre-Assistant, ENSP

Membre : Dr. KIMBONGUILA MANOUNOU Adolphe, Assistant, ENSP

Année académique : 2016-2017


Dédicaces
Ce travail est sincèrement dédié :

- A mon père, pour ses encouragements et son soutien.


- A ma mère, qui est la source de mon inspiration.

i
Remerciements
Mes remerciements les plus sincères vont à l’ensemble du personnel administratif de
l’Ecole Nationale Supérieure Polytechnique, particulièrement à messieurs :

- LILONGA BOYENGA Désiré, Directeur ;


- NIERE Romain Richard, directeur Adjoint ;
- NKOMBO MADZOUKA, chef de département des Licences ;
- MISSETETE Alfred Raoul, chef de département des Masters et Ingénieurs ;
- KOMBO Wilfrid Armand Désiré, chef du Bureau des Stages, de l’Information et de
l’Orientation (BSIO) de l’ENSP.

Je remercie particulièrement, M. Adolphe KIMBONGUILA MANOUNOU, directeur


de ce rapport de projet technique pour sa disponibilité et ses apports qui m’ont été d’une aide
précieuse.

J’exprime ma profonde gratitude aux membres du jury qui se sont portés volontaires pour
apprécier le travail qui fait l’objet de ce projet technique. Il s’agit des messieurs :

- MISSETETE Alfred Raoul, président du jury ;


- NKOUKOU TOMADIATOUNGA Dominique, Rapporteur ;
- KIMBONGUILA MANOUNOU Adolphe, membre.

Enfin, j’adresse mes remerciements aux étudiants de la troisième année de Licence en


Maintenance Industrielle, ainsi qu’à toute personne ayant contribué de loin ou de près à la
réalisation de ce travail.

ii
Résumé
Le revêtement au crépi est l’un des types de revêtement utilisé dans le cadre de la
protection des murs. Cette technique du crépi consiste à revêtir les murs des bâtiments de
grains de béton projetés à l’aide d’une machine traditionnelle. Cette machine est constituée
d’une manivelle entrainée en rotation manuellement par un opérateur. Cet entrainement
manuel rend pénible la réalisation du revêtement. Bien que cette machine produise du crépi de
bonne qualité, elle présente tout de même des problèmes de performance liés au rendement du
travail.

Ce projet est réalisé dans le souci de résoudre les problèmes de performance rencontrés
sur la machine traditionnelle, il s’agit de la conception d’une machine à crépir plus
performante. Celle-ci placée sur une plaque maintenue par quatre barres est entrainée par un
moteur électrique monophasé. La montée et la descente de la machine sont assurées par un
système de pignon/crémaillère.

Abstract
Roughcast covering is one of coverings used to protect walls. The roughcast technic
consists in covering walls of buildings by grains of concrete with a traditional machine. This
one is composed of crank set in rotation manually by an operator. This rotation set manually
makes painful the realization of the covering. Though this machine gives a good quality of
roughcast, it all the same presents performance problems attached to the efficiency of the
work.

This project is realized in order to solve performance problems met in the traditional
machine; it is about the mechanical design of a machine more efficient than the traditional
one. This machine, placed on a metal plate and supported by four metal bars is set in rotation
by a single-phase electrical motor. The going up and down of the group daubing machine +
electrical motor is assured by a sprocket/gear rack system.

iii
Table des matières
DEDICACES ........................................................................................................................................................ I

REMERCIEMENTS ............................................................................................................................................. II

RESUME .......................................................................................................................................................... III

ABSTRACT ....................................................................................................................................................... III

AVANT-PROPOS ............................................................................................................................................ VIII

INTRODUCTION ................................................................................................................................................ 1

CHAPITRE I : ÉTAT DE L’ART SUR LE REVETEMENT AU CREPI............................................................................. 2

I. INTRODUCTION........................................................................................................................................ 2

II. TERMINOLOGIE ........................................................................................................................................ 2

II.1 ENDUIT CREPI............................................................................................................................................. 2


II.2 FAÇADE .................................................................................................................................................... 2
II.3 FAÇADIER .................................................................................................................................................. 3
II.4 REJAILLISSEMENT ........................................................................................................................................ 3

III. COMPOSITION ET PREPARATION DU MORTIER ........................................................................................ 3

III.1 ELEMENTS CONSTITUTIFS.............................................................................................................................. 3


III.2 EXEMPLES DE COMPOSITION DU MORTIER SELON LE SUPPORT A REVETIR ................................................................ 5

IV. CONSEILS PRATIQUES AVANT DE COMMENCER LE REVETEMENT DU MUR .......................................... 5

V. TYPES DE MACHINES A CREPIR ................................................................................................................. 7

V.1 LE PISTOLET A CREPIR PNEUMATIQUE .............................................................................................................. 8


V.1.1 Fonctionnement du pistolet à crépir pneumatique ........................................................................... 9
V.1.2 Utilisation d’un pistolet à crépir ........................................................................................................ 9
V.1.3 Choix d’un pistolet à crépir ................................................................................................................ 9
V.1.4 Avantages et inconvénients .............................................................................................................. 9
V.2 LA MACHINE A CREPIR TRADITIONNELLE ......................................................................................................... 10
V.2.1 Constitution ..................................................................................................................................... 10
V.2.2 Fonctionnement d’une machine à crépir traditionnelle .................................................................. 11
V.2.3 Mise en œuvre pratique du revêtement .......................................................................................... 11
V.2.4 Avantages et inconvénients ............................................................................................................ 12
V.3 LES MACHINES A PROJETER ......................................................................................................................... 12
V.3.1 Les projeteuses à béton C 50 DUO................................................................................................... 12
V.3.2 Les projeteuses à béton CM 20 COM-V ........................................................................................... 12

VI. CONCLUSION ..................................................................................................................................... 13

CHAPITRE II : DEMARCHE DE CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT DE LA MACHINE A CREPIR ..................... 14

I. INTRODUCTION...................................................................................................................................... 14

II. DEMARCHE DE CONCEPTION ................................................................................................................. 14

II.1 PREMIERE PHASE : CONNAITRE ET COMPRENDRE LES BESOINS DU CLIENT/UTILISATEUR ........................................... 15


II.2 DEUXIEME PHASE : DEFINITION ET FORMALISATION DU PROBLEME...................................................................... 15
II.3 RECHERCHE CREATIVE ................................................................................................................................ 18
II.3.1 Présentation des solutions trouvées ................................................................................................ 18

iv
II.3.2 Diagramme FAST ............................................................................................................................. 19

III. CHOIX ET DIMENSIONNEMENT DES ELEMENTS DE LA MACHINE ............................................................ 20

III.1 PARTIE MECANIQUE .................................................................................................................................. 20


III.1.1 Description de la machine ........................................................................................................... 20
III.1.2 Les éléments d’assemblage......................................................................................................... 23
III.1.3 Le système de levage de la machine ........................................................................................... 24
III.1.4 Caractéristiques de la machine à crépir ...................................................................................... 25
III.2 LE MOTEUR ELECTRIQUE ............................................................................................................................. 26
III.2.1 Choix du moteur électrique ......................................................................................................... 26
III.2.2 Schéma électrique de la machine................................................................................................ 27
III.2.3 Nécessité de réduction de vitesse ............................................................................................... 28
III.3 SYSTEME DE TRANSMISSION PAR POULIE COURROIE ......................................................................................... 29
III.3.1 Calcul de la transmission ............................................................................................................. 30
III.3.2 Présentation des résultats .......................................................................................................... 31

IV. CONCLUSION ..................................................................................................................................... 32

CHAPITRE III: CONCEPTION MECANIQUE DE LA MACHINE A CREPIR............................................................... 33

I. INTRODUCTION...................................................................................................................................... 33

II. PRESENTATION DU PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DE LA MACHINE .................................................. 34

II.1 FONCTIONNEMENT ................................................................................................................................... 34


II.2 SCHEMA CINEMATIQUE DE LA MACHINE ........................................................................................................ 34
II.3 PRESENTATION DU PROTOTYPE .................................................................................................................... 34

III. ETUDE DE LA CONCEPTION DE QUELQUES ELEMENTS DE LA MACHINE .................................................. 36

III.1 CONCEPTION DU CARTER ............................................................................................................................ 36


III.2 ARBRE ET ROUES DE TRANSMISSION ............................................................................................................. 37

IV. CONCEPTION DES ELEMENTS DU BATI ............................................................................................... 37

CHAPITRE IV: ELEMENTS DE DOCUMENTATION TECHNIQUE ET DE MAINTENANCE DE LA MACHINE A CREPIR


....................................................................................................................................................................... 38

I. INSTALLATION ET MISE EN SERVICE ....................................................................................................... 38

I.1 INSTALLATION .............................................................................................................................................. 38


I.2 IMPLANTATION ............................................................................................................................................. 39
I.3 MISE EN SERVICE........................................................................................................................................... 39

II. MAINTENANCE ...................................................................................................................................... 39

III. MONTAGE ET DEMONTAGE DE LA MACHINE ......................................................................................... 39

III.1 MONTAGE .............................................................................................................................................. 39


III.2 DEMONTAGE ........................................................................................................................................... 40

CONCLUSION GENERALE ET PERSPECTIVES..................................................................................................... 40

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ................................................................................................................... 42

ANNEXES ........................................................................................................................................................ 43

v
Liste des figures
Figure 1 : Rôle de l'enduit ....................................................................................................................... 2
Figure 2 : Adjuvants décoratifs ............................................................................................................... 4
Figure 3 : Enduit crépi sur un support sec ............................................................................................... 7
Figure 4 : Finition talochée ..................................................................................................................... 7
Figure 5 : Finition roulée ......................................................................................................................... 7
Figure 6 : Pistolet à crépir ....................................................................................................................... 8
Figure 7 : Ensemble pistolet, coffret à buse et flexible ........................................................................... 8
Figure 8 : Machines à crépir traditionnelle.......................................................................................... 10
Figure 9 : Hérisson ou noyau ................................................................................................................ 11
Figure 10 : Lamelles ou peignes ............................................................................................................ 11
Figure 11 : Nomenclature complète des éléments d’une machine traditionnelle ................................. 11
Figure 12 : Projeteuse à mortier C 8 COM-F ........................................................................................ 13
Figure 13 : Projeteuse à mortier C 6 DUO ............................................................................................ 13
Figure 14 : Phases du processus de conception selon Suh .................................................................... 14
Figure 15 : Diagramme FAST ............................................................................................................... 20
Figure 16: Schéma électrique ................................................................................................................ 28
Figure 17: Réducteur à engrenages cylindriques................................................................................... 28
Figure 18 : Schéma cinématique de la machine .................................................................................... 34
Figure 19 : Prototype de la machine à crépir ......................................................................................... 35
Figure 20 : Vue en perspective des carters inférieur et supérieur.......................................................... 36
Figure 21 : Vues isométrique de l’arbre et roue motrice ....................................................................... 37
Figure 22 : Vues de la barre de maintien et de la plaque....................................................................... 38
Figure 23 : Roues pour le roulage et le coulissement ............................................................................ 38
Figure 24 : Tolérances de montage des roulements .............................................................................. 43
Figure 25 : Catalogue moteur LEROY SOMER ................................................................................... 43
Figure 26 : Dimensions du moteur ........................................................................................................ 44
Figure 27: Valeurs du facteur de service ............................................................................................... 44
Figure 28 : Abaque de sélection des pas en fonction de la puissance ................................................... 45
Figure 29 : Dimensions et tolérances pour les poulies avec dents à flancs droits (ISO/DIS 5294) [4] . 45

vi
Liste des tableaux
Tableau 1 : Comportement du mortier en fonction du type de liant hydraulique.................................... 4
Tableau 2 : Composition du mortier en fonction de l’élément de base ................................................... 5
Tableau 3 : Contraintes et besoins ......................................................................................................... 16
Tableau 4 : Cahier des charges .............................................................................................................. 17
Tableau 5 : Présentation et comparaison des solutions retenues ........................................................... 18
Tableau 6 : Fonctions techniques .......................................................................................................... 19
Tableau 7 : Caractéristiques du système pignon-crémaillère ................................................................ 25
Tableau 8 : Caractéristiques de la machine ........................................................................................... 25
Tableau 9 : Caractéristiques du moteur ................................................................................................. 26
Tableau 10 : Caractéristiques de la denture du réducteur ...................................................................... 29
Tableau 11 : Paramètres de calculs connus ........................................................................................... 32
Tableau 12: Résultats des calculs .......................................................................................................... 32
Tableau 13 : Nomenclature des éléments de la machine ....................................................................... 35

vii
Avant-propos

L'Ecole Nationale Supérieure Polytechnique en sigle ENSP est l'un des onze
établissements que compte l'Université Marien NGOUABI. Créée en 1996, elle a pour
vocation, la formation des cadres moyens (Techniciens Supérieurs) et supérieurs (Ingénieurs)
dans les domaines suivants :

- Génie Mécanique : options Licence en Maintenance Industrielle (L.M.I), Ingénieur en


Electromécanique (I.E.M), Master en Génie Pétrolier (M.G.P) ;
- Génie Electrique : options Licence en Electronique et Télécommunication (L.E.T),
Licence en Electrotechnique et Electronique de Puissance (L.E.E.P), Master en
Télécommunication (MT) ;
- Génie Civil : options Licence en Génie Civil (L.G.C), Ingénieur en Génie Civil
(I.G.C) ;
- Sciences et Technologies Alimentaires : options Licence en Génie Industriel
Alimentaire (L.G.I.A), Licence en Contrôle de Qualité des Aliments (L.C.Q.A),
Ingénieur Industrie Alimentaire (I.A).

Conformément à sa vocation, l’ENSP dispense les enseignements dans les deux cycles
sous forme de cours théoriques, de travaux dirigés et de travaux pratiques complétés par des
stages obligatoires organisés tout au long du cursus estudiantin.

Au terme de la formation, les étudiants sont tenus de rédiger un document (un projet
technique ou un mémoire selon le cycle) qui sera soutenu publiquement devant un jury.

D’où la raison de la rédaction du présent document.

viii
Introduction
Avec l’ère du progrès scientifique et de l’innovation technologique permettant
d’améliorer les conditions de vie de l’homme dans son environnement, plusieurs techniques
de revêtement extérieur des murs sont utilisées pour des besoins d’esthétique et pour protéger
les murs des bâtiments contre les fissurations et l’apparition des salissures (mousses,
moisissures,…). Elles sont dues aux précipitations et aux intempéries.

Parmi les techniques existantes, figure la technique de revêtement au crépi


communément connu sous le vocable de ‘‘moustic1’’ qui a pour particularité, d’enduire les
murs de grains de béton via une machine à crépir traditionnelle. Cependant, cette machine
présente quelques limites liées à la pénibilité et au rendement. Pour une utilisation massive de
cette technique dans le cadre du revêtement des grandes surfaces, il conviendrait de remédier
à ces insuffisances. Dans ce contexte, ce travail se propose de concevoir une machine à crépir
ayant le même principe de fonctionnement que la machine à crépir traditionnelle, mais
entrainée par une source d’énergie extérieure et capable de revêtir des bâtiments R+1. Il
s’inscrit dans le cadre du projet technique pour l’obtention de la Licence professionnelle en
Maintenance Industrielle de l’Ecole Nationale Supérieure Polytechnique (ENSP).

Pour mener à bien ce projet, la mobilisation des connaissances théoriques, techniques et


technologiques acquises tout le long de la formation de technicien supérieur est indispensable.
En effet, les apports de ce projet technique, pour lequel les résultats sont présentés et discutés
dans ce rapport sont le fruit de l’utilisation d’outils avancés de conception mécanique assistée
par ordinateur (CAO) via le logiciel commercial Solidworks, des approches théoriques et
analytiques en théories des machines et des mécanismes, en calcul de structures, en
électrotechnique.

Ce rapport de projet technique intitulé « Conception d’une machine permettant le


crépissage des murs des bâtiments » est subdivisé en quatre chapitres excepté l’introduction et
la conclusion.

- Le premier chapitre porte sur l’état de l’art sur le revêtement ainsi que les
machines associées.
- Le second chapitre est dédié à la démarche de conception et au dimensionnement
électromécanique de la machine à crépir et de ces différents composants.
- La conception de la machine à crépir et de ses composants fait l’objet d’un
développement dans le chapitre 3.
- Le chapitre 4 présente la documentation technique de la machine à crépir conçue
dans le cadre de ce projet technique et vient finaliser ce travail.

1
Ce vocable est employé dans le jargon de la maçonnerie congolaise

1
Chapitre I : État de l’art sur le revêtement au crépi

« Ce chapitre présente les machines à crépir usuelles et permet aux lecteurs de prendre
connaissance des notions et termes attachés aux travaux de revêtement des façades ».

I. Introduction
Depuis des décennies, les revêtements sont devenus des éléments importants dans les
travaux de bâtiments pour la protection et l’esthétique des murs. La naissance de la machine à
crépir traditionnelle ou la tyrolienne au siècle en France a occasionné l’évolution de la
technique de l’enduit crépi ; celle-ci est désormais employée dans les pays d’outre-mer tels
que le canada, et plusieurs autres machines plus performantes ont vu le jour.

II. Terminologie
La terminologie présentée ci-dessous est extraite de [8]

II.1 Enduit crépi


C’est un revêtement de façade extérieur des habitations. Sa fonction est de protéger les
bâtiments contre les intempéries tout en favorisant les échanges gazeux entre le mur et le
milieu ambiant (Figure 1). Il se fait à base de ciment ou de mortier et dont la prise sur le
support se fait au contact de l’eau. L’enduit crépi s’applique sur des surfaces à rénover ou sur
des surfaces neuves et vierges en donnant au mur un aspect granuleux et décoratif selon la
composition du mortier utilisé.

Figure 1 : Rôle de l'enduit

II.2 Façade
La façade désigne chacune des faces extérieures d’un bâtiment. Etant visible par tous, il
est important de l’embellir. Pour cela un large choix d’enduit est à la portée de tous lorsqu’il
s’agit de personnaliser leur façade.

2
II.3 Façadier
C’est le terme utilisé pour désigner les spécialistes du revêtement de façade.

II.4 Rejaillissement
C’est la projection de l’eau due aux pluies provenant des toitures ou des canalisations
qui éclaboussent les murs.

III. Composition et préparation du mortier


Plusieurs compositions peuvent être adoptées en fonction du support (surface sur
laquelle l’on va projeter l’enduit), du type de granulométrie recherché.

Les mortiers utilisés sont essentiellement composés de : ciment blanc, chaux grasse,
sable de carrière, granulats, adjuvants organiques, hydrofuges de masse, liants divers et
pigments minéraux, …

La préparation du mortier doit se faire en respectant un dosage spécifique en


composants afin d’obtenir les aspects granuleux et décoratif recherchés.

III.1 Eléments constitutifs


Parmi les éléments constituants les mortiers pour enduit crépi, nous avons
d’après la référence [9] :

- Les liants
Ce sont des produits qui servent à agglomérer en masse solide des particules sous forme
de poudre ou de granulats aussi appelés agrégats. On distingue des liants minéraux et
organiques.
Les liants minéraux sont classés selon leur mode de durcissement en liant aériens, qui
durcissent à l’air grâce à une réaction de carbonatation (c’est le cas des chaux ariennes,
argiles), et en liants hydrauliques dont le durcissement se fait en milieu humide ou dans
l’eau à cause d’une réaction d’hydratation de silicates ou d’aluminates (c’est le cas des
chaux hydrauliques, ciments, plâtres ou laitiers).

- Hydrofuges de masse
Ce sont des additifs rendant le mortier imperméables aux liquides et des entraineurs
d’air qui rendent le mortier insensibles au gel et aux produits dégivrants.
- Les adjuvants
Ces sont des produits additifs qui produisent divers effets recherchés sur mortier tels
que l’accélération de la prise du mortier sur le support, l’amélioration de l’écoulement
du mortier, etc.
- Les pigments et teintures
La Figure 2 présente quelques microstructures des pigments.

3
Figure 2 : Adjuvants décoratifs

En terme de coloration, il existe deux cas de Figure 2 d’après la référence [10]:


- La teinte est celle du mortier d’enduit, auquel cas l’enduit n’est pas recouvert et la
couleur est apportée par les particules les plus fines des sables utilisés. Les teintes
obtenues sont de manière générale proche de celle du paysage environnant. On dit
alors que les enduits sont teintés dans la masse.
- La teinte peut être apportée par une couche picturale. Dans ce deuxième cas, sur
les enduits a chaux, cette couche est à base de chaux diluée dans l’eau et plus ou
moins chargée de colorants compatibles. Selon la proportion en eau, on appelle
cette « peinture à la chaux » patine, eau forte, badigeon, stuc mince ou colature.
En fonction de la charge colorante, le mélange devient plus ou moins épais, ces
mélanges peuvent être appliqués sur un enduit frais ou sur un enduit déjà durci.
Dans l’utilisation des pigments, deux cas de figure rentrent en ligne de compte : le
seuil de saturation ; en fonction de la concentration en chaux et de la
granulométrie du pigment, la couleur obtenue varie du clair au foncé, et le seuil
de stabilité ; au-delà d’un certain taux et pour les applications sur les enduits déjà
durcis, les pigments ne sont plus fixés, ceci étant lié à la nature des pigments et à
la concentration en chaux.

- Le sable :
C’est l’élément fondamental dans la constitution d’un mortier d’enduit, le sable
représente 80% de sa masse. Son rôle peut varier de façon considérable en fonction du
liant utilisé (Tableau 1).

Tableau 1 : Comportement du mortier en fonction du type de liant hydraulique

Mortier à base de chaux naturelles Mortier à base de ciment et chaux


hydrauliques artificielles
Le sable constitue la base du mortier, tandis Le ciment assure à lui seul la résistance du
que les parties les plus fines apportent mortier. Le sable doit être le plus neutre
plasticité et résistance mécanique à l’enduit. possible. Par nature, les ciments sont opaques
La variété d’agrégats utilisés (taille, forme, et colorent souvent de manière homogène les
répartition, couleur, mise en œuvre) mortiers de leur teinte grise.
personnalisent l’aspect du mur.

4
III.2 Exemples de composition du mortier selon le support à revêtir
La composition du mortier varie en fonction du support utilisé, de la granulométrie et de
la coloration recherchées.

Le Tableau 2 montre quelques exemples de composition du mortier réalisé à base de


chaux ou base de ciment.

Tableau 2 : Composition du mortier en fonction de l’élément de base

Support Elément de base du mortier Constituants du mortier


Chaux aérienne, ciment,
Mortier fait à base du ciment sable, adjuvants et
hydrofuges
Tous les supports Chaux aérienne, chaux
confondus Mortier fait à base de la hydraulique naturelle, sable,
chaux hydraulique naturelle adjuvant et hydrofuges

De façon générale [8], pour l’obtention d’un crépi sur n’importe quel type de support,
le mortier peut être constitué de :

 Sable : 1/3 de sable de carrière + 2/3 de sable de rivière (choisi pour leur grande variété
de nuances de couleurs) de granulométrie bien déterminée,
 Liants : chaux hydraulique naturelle (NHL) ou/et de chaux aérienne ou d’autres types de
liants selon les supports, les matériaux ou le type d’enduit,
 Adjuvants : quartz calibré ou divers agents stabilisants, etc.,
 Pigments : dioxyde de titane rutile non farinant, ou autres.

La composition présentée ci-dessus n’est pas standard, car elle varie en fonction du
résultat attendu après revêtement de la façade. Ainsi, lors du travail de revêtement de façade,
il est impératif de respecter les dosages afin d’obtenir un enduit crépi de bonne qualité.

IV. Conseils pratiques avant de commencer le revêtement du mur

Avant de commencer le revêtement du mur, il faut [11] :

 Avoir terminé la maçonnerie depuis au moins un mois ;


 Réaliser une étude sur le support afin de déterminer sa préparation ainsi que le type et la
composition de l’enduit à appliquer ;
 Lors de la restauration d’une façade, veiller à :
- Nettoyer les salissures (mousses, algues, lichens, moisissures) pouvant se trouver
sur le mur ;
- Appliquer le cas échéant un produit évitant ses proliférations ultérieures ;

5
- Eliminer les anciens enduits, assainir le mur ou fixer un grillage le cas échéant
(briques poreuse eu pierres tendres).
 Réaliser les travaux de revêtement lorsqu’il n’y a pas de gel, car s’il y’a risque de gel,
cela pourrait occasionner des fissures et par la suite le décollement du crépi.
 Lorsqu’il y’a du soleil, de grandes chaleurs ou un vent sec ou lorsque le support contient
des porosités, humidifier le support suivant les conditions atmosphériques. Il est
conseillé de ré-humidifier l’enduit le lendemain de sa pose sur le support.
 Le respect des dosages préconisés par les spécialistes sont essentiels (un dosage trop
riche en ciment est déconseillé pour la couche de finition)
Le non-respect de ces conditions entrainerait des fissures, un dessèchement de l’enduit,
son décollement ou sa friabilité excessive.

Après avoir préparé le mortier et le support, le travail de revêtement se fait en trois


phases au plus selon le résultat attendu [11]

o Le gobetis
C’est la première couche très mince servant d’accrochage. En effet, préparé avec un
excès d’eau à base de ciment fortement dosé et de sable cru, comme une soupe, les
grains de sable collés par le ciment sur le support dur créent un relief sur lequel
s’accroche le corps d’enduit. Il a pour rôle de fixer les supports anciens et notamment
les parties friables non éliminées pendant la phase de préparation du support, il constitue
une protection à l’intérieur même de l’enduit fini contre les ruissellements de l’eau. Plus
fortement dosé en liant, il est étanche à l’eau mais perméable à la vapeur d’eau.
Le gobetis est généralement réalisé en chaux hydraulique, mais les supports en terre
crue peuvent recevoir une chaux hydraulique naturelle à une faible résistance ou même
une chaux aérienne. Le gobetis est appliquée à la truelle ou à la machine à crépir puis
dressée à la règle ou au couteau à enduire, son épaisseur varie entre 3 et 6 mm, La durée
de séchage du gobetis est de deux à trois jours selon les conditions atmosphériques.

o Corps d’enduit
C’est la deuxième couche constituant l’enduit crépi lui-même projetée à la machine à
crépir. Il peut être constitué de mélange de chaux et de fibres de chanvre en vrac
(chènevotte), cela lui confère des propriétés isolantes et surtout une élasticité bien
supérieure à celle d’un enduit de sable et chaux classique. Ainsi fibré par le chanvre, le
corps d’enduit est plus léger, plus souple, il peut atteindre une épaisseur plus
importante, ce qui renforce son pouvoir isolant.
Le corps d’enduit peut être « batardisé » c’est-à-dire comporté un mélange de 2/3 de
chaux aérienne pour 1/3 de chaux hydraulique. L’utilisation de ces deux liants donne
un mortier résistant, à prise rapide grâce à la chaux hydraulique, assez gras et onctueux
grâce à la chaux aérienne et donc facile à utiliser.

6
o Finition

C’est la phase finale constituée d’une fine couche. Cette couche doit être réalisée en une
seule journée afin que les raccords soient invisibles, cela nécessite donc plus de main
d’œuvre sur le chantier.
La façade doit être mouillée avant l’application de la couche, le travail s’effectue sous
une bâche ou idéalement par temps brumeux car le séchage doit s’opérer lentement pour
permettre la carbonatation. Cette couche généralement appliquée à la tyrolienne a une
épaisseur d’environ 3 mm, elle donne à la façade un aspect décoratif par utilisation des
pigments.

Figure 3 : Enduit crépi sur un support sec

Plusieurs autres techniques de finitions sont employées, notamment :

- Le gratté : l’enduit est projeté puis gratté à l’aide d’une règle ou à l’aide d’une taloche à
clous (graton) afin d’enlever les surplus et d’uniformiser la couche.
- L’écrasé : l’enduit est projeté puis légèrement écrasé à la lisseuse sur le mortier encore
frais pour luis donner un effet moiré.
- Le taloché : l’enduit projeté est taloché à l’aide d’une taloche, il donne une surface très
lisse.

Figure 4 : Finition talochée Figure 5 : Finition roulée

V. Types de machines à crépir


Le crépi, de sa texture et sa granulométrie, ne peut pas être appliqué au pinceau a
peinture ou à la truelle, c’est pourquoi l’on pose du crépi sur des façades soit avec des outils
manuels exigeant un fort savoir-faire, soit on emploie une machine à crépir notamment la
machine traditionnelle ou le pistolet à crépir pneumatique.

7
V.1 Le pistolet à crépir pneumatique
C’est une machine qui permet de projeter des enduits granuleux sur les façades, sa
facilité d’utilisation convient au plus grand nombre de façadiers. Il est recommandé pour des
enduits de forte granulométrie ainsi que des mortiers [12]

1
4

2
5

Figure 6 : Pistolet à crépir Figure 7 : Ensemble pistolet, coffret à buse et


flexible

Nomenclature du pistolet à crépir :


1. Réservoir 2. Poignée 3. Gâchette 4. Poignée secondaire 5. Sortie du crépi, partie recevant la buse

 Un réservoir : on y place la quantité de crépi à projeter. En moyenne, la contenance du


réservoir se limite entre 3 et 5 litres en raison du poids qu’il faut supporter à la main
durant l’application. La plupart des pistolets sont équipés d’une poignée secondaire
pour pouvoir maintenir et actionner le pistolet à deux mains. Avec plus de 5 Kg de crépi
à bout de bras, il est indéniable que cette configuration est à privilégier surtout pour des
travaux importants.

 Poignée : muni d’une gâchette, la poignée-gâchette sert à tenir et orienter le pistolet tout
en déclenchant ou en arrêtant la projection du crépi.

 Buse : c’est par elle que le crépi est acheminé depuis le réservoir jusque dans la
poignée-gâchette avant d’être propulsé par le flux d’air comprimé que l’on déclenche en
pressant la gâchette. La buse des pistolets à crépir est facilement démontable afin de
pouvoir être nettoyée mais aussi adaptée à la densité du crépi. En règle générale, les
buses ont un diamètre (orifice de protection) compris entre 4 et 8 mm. Les buses de petit
diamètre sont employées pour des crépis liquides et fins, alors que les buses de gros
diamètre sont adaptées à des crépis plus denses ou de granulométrie élevée.

 Raccord : le raccord peut être avec ou sans flexible que l’on branche sur la distribution
d’air comprimé fourni par le compresseur.

 Compresseur : le compresseur à employer doit être adaptés aux préconisations du


constructeur du pistolet à crépir (3,5 à 5 bars pour des pistolets grand public), mais c’est

8
aussi la capacité de la cuve ; donc le débit du compresseur qui est importante soit 1000
l/min au moins de débit. Pour utiliser un pistolet à crépir, il vaut mieux le raccorder à un
compresseur performant et volumineux plutôt que de le rancher sur un petit
compresseur portatif.

V.1.1 Fonctionnement du pistolet à crépir pneumatique


Un pistolet à crépir pneumatique fonctionne comme un pistolet a peinture, mais permet
de projeter des matériaux ou enduits à forte densité et à granulométrie élevée. Pour projeter un
matériau dense, le pistolet fonctionne sur l’air comprimé que fournit le compresseur raccordé
au pistolet via des tuyaux.

Pour l’utiliser, il suffit de le raccorder sur une arrivée d’air comprimé (en pression et
débit suffisants), de s’assurer que la buse est adaptée au crépi à projeter, de remplir le
réservoir de crépi puis de projeter le crépi sur le mur à la distance voulue en fonction du crépi
selon sa densité et l’aspect recherché. La pression sur la gâchette déclenche immédiatement la
projection sous air comprimé jusqu’à son relâchement qui interrompt la distribution [12].

V.1.2 Utilisation d’un pistolet à crépir


La projection d’enduit sur la façade se fait en travaillant sur des bandes régulières et en
évitant les surcharges qui peuvent survenir par stagnation du pistolet sur un point précis ou
par recoupement trop fréquent. Les deux points importants pour bien utiliser un pistolet à
crépir pneumatique sont de bien choisir le diamètre de sortie de la buse et de disposer d’un
compresseur bien dimensionné.

V.1.3 Choix d’un pistolet à crépir


Le choix du pistolet à utiliser est fonction de la surface de crépi à réaliser (contenance,
maniabilité, poignées, …) et de la nature du crépi à projeter.

V.1.4 Avantages et inconvénients


 Avantages :
- Il est simple à utiliser et facilement manipulable,
- Il permet l’obtention de crépi de bonne qualité et de forte granulométrie,
- Il offre la possibilité de modifier la granulométrie du crépi en changeant de buse.

 Inconvénients :
- l’utilisation d’un pistolet pneumatique requiert l’emploie d’un
compresseur,
- le pistolet pneumatique cause une fatigue musculaire à l’opérateur du fait
qu’il doit être porté pendant l’utilisation,
- la durée du travail élevée due aux arrêts répétés de l’opérateur occasionnés
par l’éventuelle fatigue musculaire [12].

9
V.2 La machine à crépir traditionnelle
Cette machine à crépir est actionnée par la seule force musculaire de l’opérateur. C’est
une boite en tôles électro-zinguées projetant de l’enduit grâce à la rotation d’un rotor muni de
lamelles ou peignes en acier inoxydable. La rotation du rotor due à l’action de l’opérateur sur
la manivelle permet d’éjecter avec précision de la matière hors de la machine [13].

Les machines à crépir traditionnelles sont utilisables par tous et permettent des crépis de
bonne qualité par projection de ciments ou de mortier.

Figure 8 : Machines à crépir traditionnelle

V.2.1 Constitution
Les éléments principaux d’une machine à crépir traditionnelle sont [13] :

 La manivelle : elle forme avec les lamelles le rotor de la machine, entrainée manuelle
par le façadier, elle permet aux lamelles de projeter l’enduit sur la façade, elle se place à
gauche ou à droite de la machine pour mieux s’adapter à la main de l’utilisateur.

 La cuve : c’est le corps de la machine, elle constitue aussi le réservoir dans lequel on
place l’enduit, elle est munie d’une ouverture appelée gueule par laquelle sort l’enduit
projeté.

 La poignée : c’est par elle que l’opérateur tient la machine lors du revêtement.

 L’index : c’est un petit levier qui permet de régler la quantité de matière à projeter et la
granulométrie de l’enduit en durcissant ou en assouplissant la détente des lamelles ou
peignes.

 Le noyau ou hérisson : c’est le rotor de la machine. Il est constitué d’un petit arbre sur
lequel sont montés des lamelles flexibles ou peignes en acier inoxydable, il est raccordé
à la manivelle par un écrou serré à la main.

10
Figure 9 : Hérisson ou noyau Figure 10 : Lamelles ou peignes

Voici une nomenclature complète de tous éléments d’une machine à crépir traditionnelle :

Figure 11 : Nomenclature complète des éléments d’une machine traditionnelle

V.2.2 Fonctionnement d’une machine à crépir traditionnelle


A l’intérieur du carter (cuve) de la machine, tourne le hérisson ou rotor muni de
lamelles. A un certain moment de la rotation, les lamelles sont bandées vers l’arrière par un
butoir réglable appelé butée, puis en continuant la rotation, les lamelles sont brusquement
relâchées pour venir taper sèchement contre un arrêtoir se trouvant sur le rotor. Cette action
permet de projeter le mortier hors de la machine [13].

V.2.3 Mise en œuvre pratique du revêtement


Avant de commencer le revêtement, le support doit être nettoyé et bien lissé par la
couche du gobetis posée [13].

 Après avoir préparé le crépi, remplir la machine à la moitié de sa contenance. Remplie


en totalité, elle serait trop lourde à porter et surtout, ne projetterait qu’une pluie informe
et inesthétique d’enduit.
 Selon la granulométrie du crépi ou du type d’enduit choisi, régler grâce à l’index la
quantité de matière à projeter à chaque tour du rotor.
 Effectuer quelques essais sur une planche pour déterminer la projection idéale en
vérifier la granulométrie et la quantité du crépi.
 Le secret est dans le maniement de la manivelle : pour une projection homogène,
l’entrainement de la manivelle doit être régulier.
 Travailler par passes successives et fines. Ainsi, chacune des passes vont permettre de
combler les manques de la précédente.

11
 Le travail lorsqu’il est terminé, nettoyer la machine au jet d’eau.

V.2.4 Avantages et inconvénients


 Avantages :
- La machine à crépir traditionnelle est très simple à utiliser, elle peut être
utilisée par tous.
- Elle permet d’obtenir des crépis de qualité professionnelle avec une
granulométrie contrôlée.
 Inconvénients :
- Du fait de la rotation de la manivelle et du port de la machine par l’opérateur,
le travail est plus pénible, ce qui peut entrainer une rapide fatigue musculaire,
- La durée du travail est élevée,
- Les risques liés au travail sont élevés lorsqu’il s’agit de travailler en hauteur,
- Le rendement du travail en termes de durée du travail est faible [13].

V.3 Les machines à projeter


En dehors de ces deux machines que nous venons d’étudier, il existe plusieurs autres
machines à projeter le béton dans les travaux de bâtiment : ce sont des projeteuses de béton,
ce sont des machines universelles dont l’élément principal est l’arbre de transport. Leur
fonctionnement est tributaire de leur constitution et de leur modèle [14].

V.3.1 Les projeteuses à béton C 50 DUO


Les projeteuses de la série « C » (sans malaxeur) sont remplies d’un mélange liquide
malaxé en avant dans la baignoire au fond de laquelle se trouve un arbre de malaxage avec
des pales transportant le mélange vers la sortie, d`où elle est poussée par une vis en métal
dans une bague en caoutchouc plus loin dans les tuyaux de transport. Selon le domaine
d`application, l`accessoire adéquat est relié à l’extrémité des tuyaux de transport, comme par
exemple la buse à crépir, l’aiguille d`injection. Pour la sécurité des opérateurs, le mélange est
versé dans la baignoire à travers une grille ou un tamis.

V.3.2 Les projeteuses à béton CM 20 COM-V


Les projeteuses des séries « CM » et « CA » sont équipées d’un malaxeur à malaxage
forcé ou d’un malaxeur actif ; il y a un bac de mélange directement au-dessus de la baignoire
de la pompe, ce qui permet le traitement parfait du mélange agité sans délais indésirables. Le
malaxeur est rempli de matière sèche à laquelle on ajoute la quantité d’eau nécessaire. Le
mélange liquide malaxé est ensuite déversé dans la baignoire de la pompe par l`ouverture du
segment de vidange dans le fond du malaxeur. Afin d’assurer la sécurité des opérateurs, le
malaxeur est équipé d`un interrupteur d`extrémité déconnectant le moteur lorsque le couvercle
s`ouvre. Les machines comportant un malaxeur à malaxage forcé conviennent
particulièrement aux mélanges qu`il faut malaxer (activer) pendant un certain temps avant
leur application. Ce principe permet également la préparation et le traitement du mélange seul
(il n`est pas nécessaire d`utiliser des mélanges en sac pré mélangés).

Les projeteuses à béton, sont suivant le modèle, équipées d`un moteur à un tour ou à
deux tours. Les modèles équipés d`un moteur à un tour fonctionnent dans une position de

12
travail (version STANDARD) où ils permettent le réglage continu de la puissance par
l`intermédiaire du variateur (COM-V) ou du changeur de fréquence (COM-F). Par contre, Le
moteur à deux tours accède aux deux positions de travail en option par un commutateur
(DUO).

Ces machines sont utilisées pour l`injection, le revêtement, le transport et le fichage des
mélanges à grains fins humides, et surtout des mélanges de crépissage, d`injection, des
mastics d`enduit, des spatules de projections d`isolement etc. Elles trouvent une large
application non seulement dans les ouvrages de génie civil mais aussi dans l`industrie de la
métallurgie et de la sidérurgie. Les machines à projeter le mortier sont des machines qui exigent des
connaissances spécifiques pour leur utilisation et un investissement important.

Figure 12 : Projeteuse à mortier C 8 COM-F Figure 13 : Projeteuse à mortier C 6 DUO

VI. Conclusion
Les machines à crépir existantes présentent de multiples avantages notamment en ce
qu’elles permettent de réaliser des enduits de bonne qualité avec une granulométrie bien
contrôlée soit grâce à l’index de réglage au niveau de la tyrolienne soit grâce à la gamme de
buses au niveau de la machine à crépir pneumatique. Cependant, il sied de noter que ces
différentes machines ont quelques limites du point de vue de la pénibilité du travail, d’où la
nécessité de rechercher de nouvelles solutions technologiques qui pourront résoudre les
différentes difficultés.

13
Chapitre II : Démarche de conception et dimensionnement de
la machine à crépir
I. Introduction
L’étude des machines à crépir a permis de mettre en évidence l’importance de l’enduit
crépi dans les travaux de bâtiment et a mis en exergue les limites des différentes machines,
malgré le grand nombre d’avantages qu’elles offrent.

Ce chapitre est subdivisé est deux grandes parties : une première partie est portée sur la
démarche de conception et une deuxième partie sur le dimensionnement des éléments de la
machine.

II. Démarche de conception


Dans cette section, nous présenterons le travail à effectuer et nous ferons le choix de la
méthode de conception à utiliser afin de concevoir la machine.

Parmi les différentes méthodes de conception existantes, nous retenons la méthode


définie par le professeur Suh et présentée sur la Figure 14. Elle est similaire à un processus de
résolution d’un problème et se décline en cinq phases selon la Figure 14.

La conception est définie par Suh2 [1] (cité par [2]) comme la discipline qui étudie les
interactions entre « ce que l’on veut accomplir » et « comment l’on veut l’accomplir ». La
norme ISO 9000 : 2005 définit la conception et le développement de produits comme un
ensemble de processus qui transforme des exigences en caractéristiques spécifiées ou en
spécification d’un produit, d’un processus ou d’un système [2].

Figure 14 : Phases du processus de conception selon Suh

Compte tenu des conditions de réalisation de ce travail, nous ne traiterons pas le dernier point
de cette méthode qui correspond généralement à la réalisation matérielle du prototype.
L’application de la méthode (Figure 14) à notre problème de conception est présentée ci-après.

2
Professeur du MIT, créateur de l’Axiomatic Design ‘’Conception Axiomatique’’.

14
II.1 Première phase : connaître et comprendre les besoins du
client/utilisateur
Cette première phase d’analyse est appliquée à la machine à crépir traditionnelle, elle
permet de déceler les différents besoins afin de permettre la réalisation du cahier de charges
fonctionnel. Cette analyse a prouvé la rigueur de conception du concepteur de la machine
traditionnelle. En effet, le contrôle de la granulométrie et de la quantité de mortier à projeter
par le système butée-arrêtoir dans le carter da la machine est la preuve de l’ingéniosité des
concepteurs professionnels en mécanique. Cependant, en dépit de ces multiples avantages,
cette analyse a permis de déterminer les limites ou insuffisances de cette machine.

Les limites constatées sont les suivantes :

 L’entrainement manuel de la manivelle par l’opérateur par une main et le port de la


machine par une autre main peuvent entrainer une rapide fatigue musculaire, ce qui rend
pénible le travail de revêtement.
 La fatigue musculaire provoque des arrêts répétés, ce qui augmente la durée du travail.
 Lorsqu’il s’agit de travailler en hauteur, la difficulté du travail augmente
considérablement du fait que la présence d’un échafaudage ou d’une échelle est
obligatoire. L’opérateur est donc obligé de monter sur l’échelle pour revêtir le mur et
redescendre pour charger le mortier, ce fait augmente non seulement la pénibilité du
travail mais aussi les risques liés au travail en mettant l’opérateur aux dangers de chute.
Cette machine présente donc quelques problèmes de performance bien que l’enduit
produit soit de bonne qualité. Dans ce projet, il convient alors de trouver des solutions
technologiques permettant de résoudre ces problèmes susmentionnés. Ainsi, il s’agit de
proposer une machine capable :

 De revêtir les façades en hauteur,


 De réduire la durée du travail afin d’augmenter le rendement en terme de délais,
 Disposer d’une machine qui puisse fonctionner sans grand apport de l’homme.

II.2 Deuxième phase : définition et formalisation du problème

Dans le

Tableau 3 sont recensés les besoins d’usage et d’estime ainsi que les contraintes de
conception et de fabrication en fonction du milieu environnant.

L’utilisation des outils d’analyse fonctionnelle nous a permis de déterminer les milieux
externes au produit (

15
Tableau 3),ceux-ci ont permis après l’analyse de la machine traditionnelle de trouver les
différentes fonctions de service représentant les besoins de l’utilisateur.

Tableau 3 : Contraintes et besoins

Milieu Besoins contraintes


Physique Machine posée au sol
-Entrainer la machine par un système extérieur - La machine doit
-Lever et descendre la machine rouler sur le sol
Technique -Adapter la machine au réseau monophasé -Fabriquée avec du
-Disposer d’un système permettant le déplacement matériel standard
de la machine
-Posséder des matériels pouvant être facilement -technologie de
Industriel adaptés fabrication simple
-Disposer d’une machine simple à utiliser et à - machine peu
démonter pendant les périodes de maintenance encombrant
- machine produisant
Humain moins de bruit
-le respect des normes
de sécurité pendant
l’utilisation.
-faire le maximum de profit que possible -coût de fabrication et
-disposer d’une machine durable de maintenance le plus
Économique -utiliser une source d’énergie facilement faible que possible
accessible
-utiliser du matériau et
source d’énergie
Environnemental
produisant moins de
pollutions

Les contraintes ou nécessités techniques sont des éléments indispensables à la mise au


point d’un produit industrialisable, découlant directement des besoins de l’utilisateur.

Celles-ci sont déterminées en tenant compte du milieu environnant du produit c’est-à-dire


l’ensemble des composantes physiques, humaines, économiques, … en relation avec le
produit pendant son cycle de vie, car le produit appartient lors de sa réalisation aux milieux
technique, industriel, économique et physique, et lors de son utilisation, il appartient aux
milieux environnemental et humain.

 Le milieu physique, représente les éléments de la nature qui peuvent avoir une
quelconque relation avec le produit.

16
 Le milieu technique, correspond à l’ensemble des produits techniques qui sont en
contact avec le produit à concevoir lors de son utilisation, de son fonctionnement et de
sa maintenance.
 Le milieu industriel, réfère à la faisabilité du produit en tenant compte de l’atelier de
fabrication, de l’outillage et des moyens de production, de la main d’œuvre et des
délais de fabrication.
 Le milieu économique, fait référence au prix de revient du produit, au prix de vente, au
profit, au coût de maintenance, à la durée de vie du produit, etc.
 Le milieu humain, c’est le champ d’action de l’utilisateur et du réparateur. Il inclut
l’esthétique, l’ergonomie et la sécurité.
 Le milieu environnemental, fait référence à l’impact du produit sur l’environnement.

Outre ces besoins, pendant la recherche des solutions, les besoins d’ergonomie devront
être pris en compte, ceux-ci sont déterminés afin d’adapter les conditions d’utilisation de la
machine à l’homme permettant alors d’éviter à l’homme d’éventuelles maladies
professionnelles. Le paramètre pris en compte est la posture de l’homme pendant toute la
durée d’utilisation de la machine.

La connaissance des besoins a permis de déterminer les fonctions de service suivantes :

FP : Projeter le mortier sur les façades

FC1 : Entrainer la machine par un système extérieur.

FC2 : Disposer d’un système de levage de la machine.

FC3 : Déplacer la machine.

FC4 : Commander le fonctionnement de la machine.

Dans une démarche de conception, le cahier des charges est un élément déterminant. En effet,
c’est un document dans lequel le demandeur ou l’utilisateur exprime ses attentes en terme de
besoins sous forme de fonctions de services et de contraintes. Nous établissons alors le cahier
des charges suivant :

Tableau 4 : Cahier des charges

Fonctions Description Critères d’appréciation Niveaux


La machine doit être entrainée par un -coût -faible
FC1 dispositif produisant de l’énergie -Energie -accessible
nécessaire pour entrainer l’arbre en -vitesse -120 trs/min
rotation
La machine doit disposer d’un système -coût -faible
FC2 qui permette de lever et de descendre le -hauteur de montée -pouvant
long du mur pendant l’utilisation atteindre
12m

17
La machine doit disposer d’un système -adaptabilité -simple
FC3 mécanisé permettant son déplacement -coût -faible
latéral sur le sol pendant l’utilisation
Le fonctionnement de la machine doit -accès au bouton marche -direct
FC4 être commandé par l’utilisateur

II.3 Recherche créative


La recherche créative correspond à la phase de recherche des solutions pouvant
répondre au cahier de charges.

II.3.1 Présentation des solutions trouvées

En fonction du cahier des charges et de toutes les contraintes établis, nous présentons
deux de toutes les solutions technologiques possibles, celles-ci sont présentées dans le tableau
ci-dessous.

Tableau 5 : Présentation et comparaison des solutions retenues

solution Description générale Organe principaux Constats


La machine à crépir est posée -machine à crépir - moins bruyant
sur une plaque métallique et
est placée entre des barres -moteur électrique - grande plage des
métalliques verticales en hauteurs maximales
forme de rail. -barres métalliques
munies de roues - moins coûteux
Elle est entrainée par un
moteur électrique à une -système à pignon/ - moins encombrant
vitesse constante. La montée crémaillère.
et la descente de la machine - facile à utiliser
sont assurées par un système
Prototype 1 pignon/crémaillère. -maintenance peu
complexe
Les barres verticales sont
munies de roues sur leurs
socles permettant de déplacer
la machine sur le sol.

18
La machine à crépir est -machine à crépir -moins bruyant
placée sur une table ayant des
pieds coulissant, entrainée -moteur électrique -plage des hauteurs réduite
par un moteur électrique. à cause de la course
-vérins hydrauliques effective des vérins
La montée et la descente assurant le
sont assurées par des vérins coulissement de la -plus encombrant
Prototype 2 hydrauliques, ceux-ci sont table
commandés par des -plus coûteux
distributeurs hydrauliques et -pieds munis de roue
alimentés en huile par un -requiert plus de
réservoir d’huile. -distributeurs connaissances pour son
hydrauliques pour la utilisation
Les pieds de la table sont commande des vérins
munis à leur base des roues -maintenance plus
permettant son déplacement -réservoirs coûteuse
sur le sol. hydrauliques

Le constat réalisé sur ces deux solutions montre que la solution idéale entre les deux
est le prototype 1. En effet, il présente plus d’avantages que le prototype 2 : il est moins
encombrant, moins coûteux (il nécessite peu de matériel pour sa réalisation), il est facile à
utiliser en raison de sa description matérielle.

II.3.2 Diagramme FAST


Le diagramme FAST (Fonction Analysis System Technique) est un outil de support de
créativité présentant pour une solution technologique les fonctions techniques dans un
enchainement logique ([3], [6]).

Les fonctions techniques déterminées en fonction des fonctions de service sont


présentées dans le tableau ci-dessous :

Tableau 6 : Fonctions techniques

Niveau Fonctions techniques Symbolisations


1 -faire tourner l’arbre de la machine -FT1
-déplacer la machine -FT2
-lever et descendre la machine -FT21
-faire rouler la machine -FT22
2 -transformer l’énergie électrique en énergie -FT11
mécanique
3 -utiliser un réducteur pour la transmission -FT111
du mouvement

Faire
Moteur électrique
tourner
l’arbre

Projeter le 19
mortier

Déplacer la
Figure 15 : Diagramme FAST

Ce diagramme FAST permet de décrire le fonctionnement du prototype retenu :

- Un moteur électrique alimenté par un réseau monophasé 220 volts produit le couple
mécanique nécessaire pour entrainer l’arbre de la machine à crépir en rotation. La
rotation de cet arbre permet la projection du mortier sur le mur à une vitesse constante.
- Accouplé au moteur d’entrainement par le pignon, le système de pignon/crémaillère
assure la montée et la descente de la machine Pendant le revêtement. Ainsi, le
revêtement total d’une surface correspondant à la surface de la gueule de la machine à
crépir se fait en deux passes correspondant au passage de la machine pendant la montée
et la descente de la machine.
- Après le revêtement total de la façade, l’opérateur peut déplacer la machine en la faisant
rouler sur le sol grâce à ses roues.

III. Choix et dimensionnement des éléments de la machine


Cette section est dédiée au développement technologique et industriel de la machine. Nous
allons faire le choix des éléments de la machine. Cette section est composée de deux parties :
une partie mécanique et une autre électrique.

III.1 Partie mécanique


La partie mécanique du système correspond à la machine à crépir qui est conçue en
tenant compte du principe de fonctionnement de la machine traditionnelle. Elle est constituée
d’un arbre guidé en rotation portant un noyau de lamelles qui projettent le mortier. Le tout
placé dans un carter qui sert de réservoir de mortier.

III.1.1 Description de la machine


La machine à crépir est constituée des éléments suivants :

20
III.1.1.1 Les roulements à billes
Les roulements sont des éléments qui permettent d’obtenir un guidage en rotation très
précis et un excellent rendement. Ils conviennent pour des lourdes charges et des vitesses
élevées.

Nous retenons le roulement à billes à contact radial en raison de son accessibilité sur le
marché, ce qui simplifie les opérations de maintenance en cas de rechange. Pour bien guider
un arbre en rotation, nous avons besoin de deux roulements constituant essentiellement les
deux paliers de la machine, nous retenons le montage à palier fixe/libre. En effet,
conformément aux tolérances de l’arbre et l’alésage respectivement K6 et H7 [5], la bague
intérieure est montée avec serrage sur l’arbre et la bague extérieure est montée avec jeu dans
l’alésage. Les bagues intérieures des deux paliers sont immobilisées en translation : par un
anneau élastique et un épaulement sur l’arbre (côté accouplement) et par un épaulement sur
l’arbre et un écrou à encoches (côté opposé accouplement).

La bague extérieure du roulement du côté accouplement est immobilisée en translation


par un épaulement dans le carter et le flasque, par contre celle du côté opposé est monté avec
jeu. Ce jeu permet de compenser les variations de la longueur de d’arbre dues à la dilatation.

Dans notre application, nous choisissons l’acier inoxydable X 105 Cr Mo 17 pour la


conception des bagues conformément à la norme EN 10080 -1 : 1995. Il s’agit de l’acier
fortement allié contenant 10.5% de carbone, 17% de chrome et quelques traces de molybdène.
Il présente une dureté importante et une excellente résistance à l’abrasion, le chrome lui
confère une bonne résistance à la corrosion. Pour les cages des roulements, nous choisissons
l’acier inoxydable X 8 Cr 17 conforme à la norme EN 10111 :1998. C’est un acier fortement
allié contenant 0.08% de carbone et 17% de chrome. Il confère à la cage une bonne résistance
mécanique [7].

Les dimensions d’un roulement à une rangée de billes sont calculées en fonction du
diamètre de la section d’arbre sur laquelle il est monté. Ce diamètre donne la valeur du
diamètre interne de la bague intérieure, le diamètre de la bague extérieure et la largeur des
bagues sont déterminés dans le guide du dessinateur industriel. Ainsi, nous adoptons la
symbolisation du guide du dessinateur industriel.

d : diamètre intérieur de la bague inférieure du roulement.

D : diamètre extérieur de la bague extérieure du roulement.

B : largeur des bagues du roulement.

r : rayon de l’arrondi de la bague extérieure.

III.1.1.2 L’arbre
Un arbre mécanique est une pièce qui transmet la puissance sous la forme d’un couple
et d’un mouvement de rotation. Il est généralement issu de matériaux bruts forgés puis usinés
par tournage. Selon sa fonction dans un mécanisme, on distingue :

21
 L’arbre de transmission, qui transmet la puissance d’un moteur à une machine ou à un
élément de machine.
 L’arbre de renvoi, qui distribue un mouvement de rotation entre différents éléments.

L’arbre est maintenu par des paliers qui permettent sa rotation ou empêchent son
déplacement axial (butée). Dans notre cas, l’arbre que nous utilisons est un arbre entaillé et
épaulé. Les entailles permettent l’assemblage par obstacle entre l’arbre et certains éléments
de machine et les épaulements permettent la fixation sur l’arbre d’autres éléments. Notre
choix du matériau s’est porté sur un acier fortement allié en chrome, molybdène et nickel :
X 5 Cr Ni Mo 17-12, contenant 0.05% de carbone, 17% d chrome, 12% de nickel et
quelques traces de molybdène. Les dimensions principales de l’arbre sont sa longueur et
ses diamètres au niveau de chaque section de l’arbre. Nous adoptons la symbolisation
suivante :

d : diamètre de la section de l’arbre.

L : longueur de l’arbre.

III.1.1.3 Le noyau et les lamelles


Conçu comme le noyau d’une machine à crépir traditionnelle, il est constitué d’un
alésage dans lequel s’emmanche l’arbre et porte des arrêtoirs dans lesquels se montent les
lamelles en acier inoxydables. Le noyau est monté sur l’arbre par frettage.

Afin de minimiser les possibilités d’usure de l’arbre par frottement, nous utilisons pour
la conception du noyau un matériau qui a une bonne résistance à l’usure et qui puisse être
utilisé en face de l’acier sans risque grave d’usure des pièces. Nous choisissons le bronze
comme matériau de conception du noyau.

Le diamètre intérieur du noyau correspond au diamètre de la section de l’arbre ou il


sera monté.

III.1.1.4 Le carter
Le carter de la machine à crépir est constitué d’une partie supérieure et d’une partie
inférieure, cette conception a été choisie pour faciliter le démontage des éléments de la
machine. Fabriqué par moulage ou par usinage, il constitue la cuve de la machine. Il est
constitué d’une gueule par laquelle sort le mortier pendant le revêtement, la surface de cette
gueule correspond à la surface du mur à revêtir pendant le temps correspondant la rotation de
la machine.

Etant donné que le carter est soumis à des chocs et des températures assez élevées, nous
choisissons la fonte à graphite sphéroïdal revêtue des polymères spéciaux tels le
polytétrafluoroéthylène permettant au carter de résister à l’humidité, aux variations de
températures, aux chocs. Les dimensions du carter sont symbolisées comme suit :

L : longueur du carter suivant l’arbre.

E : épaisseur de la matière.

22
H : hauteur de la cuve.

III.1.1.5 Les flasques


Les flasques sont des pièces mécaniques qui servent de couvercle des paliers, elles
contribuent à assurer l’étanchéité des paliers.

Nous avons utilisé deux flasques (côté accouplement et côté opposé) pour couvrir les
paliers. Ces flasques ont permis d’immobiliser les bagues extérieures des roulements (celle du
côté opposé avec un jeu fonctionnel).

Afin de réduire les possibilités d’usure des pièces, le carter et les flasques sont faits en
la même matière : la fonte. Les dimensions fonctionnelles des flasques ont été déterminées en
fonction de l’arbre et du roulement.

III.1.1.6 Le bâti
C’est le support de la machine. Il est constitué d’une plaque métallique sur laquelle est
posée la machine et des barres de maintien permettant à la machine de coulisser en hauteur.
Les barres de maintien portent à leur base des roues servant à déplacer la machine. Il est
équipé des dispositifs anti vibratiles faits en caoutchouc afin de réduire au minimum les
vibrations engendrées par la rotation des machines. La plaque et les barres de métal sont faites
en fonte.

La plaque porte sur ses coins des roues petites qui assurent son coulissement le long des
barres de maintien. On réalise sur une de ces quatre barres une crémaillère qui permet le
levage de la plaque.

III.1.2 Les éléments d’assemblage


Un assemblage est une solution constructive qui consiste à lier deux ou plusieurs pièces
afin de former un ensemble. Il existe trois procédés d’assemblage : mécanique, thermique et
chimique.

Les assemblages que nous utilisons sont essentiellement des assemblages démontables
et rigides. Le choix du type d’assemblage à utiliser a été adopté en fonction du coût de
réalisation, l’accessibilité, de la durée de vie, de la maintenabilité, de l’encombrement et de
l’esthétique.

Les assemblages utilisés sont constitués par des éléments filetés, les pièces d’obstacle et
par l’adhérence entre pièces. Ces assemblages ont permis d’obtenir des liaisons rigide et
démontable.

Les éléments filetés que nous avons utilisé sont notamment des vis à tête hexagonale,
car elles sont le type de vis le plus utilisé. Elles ont permis de réaliser entre autre l’assemblage
des carters, la fixation des flasques sur le carter, la fixation de la machine sur le bâti, etc.

L’accouplement des poulies motrice et réceptrice sur leurs arbres respectifs est assuré
par obstacle par clavetage. Nous avons utilisé les clavettes parallèles à bouts ronds (ou
clavette de forme A). Ces clavettes n’ont permis que de bloquer les poulies en rotation. Leurs

23
dimensions ont été déterminées en fonction des diamètres des arbres sur lesquels elles ont été
montées. Conformément à la tolérance sur les clavettes, celles-ci sont montées serrées sur les
arbres et glissantes juste dans le moyeu.

L’assemblage par adhérence est principalement assuré par la géométrie des pièces en
contact, il intervient dans le montage des roulements sur l’arbre.

Pour le montage du noyau sur l’arbre, le procédé d’assemblage utilisé est le frettage. Il
consiste à monter un arbre de diamètre légèrement supérieur dans un moyeu de diamètre plus
petit en modifiant la température des pièces. En effet, l’arbre est refroidi, son diamètre
diminue et le noyau est chauffé son diamètre se dilate. Le montage est donc possible et
devient complétement serré lorsque les deux pièces reviennent à leurs températures initiales.

Les anneaux élastiques sont des éléments destinés à arrêter en translation le mouvement
relatif de deux pièces. Dans notre application, nous avons utilisé un anneau élastique pour
arbre appelé aussi circlips d’extérieur pour arrêter le roulement côté accouplement en
translation. Il est monté dans une gorge réalisée dans l’arbre. Son diamètre nominal et son
épaisseur sont déterminés en fonction du diamètre de l’arbre.

III.1.3 Le système de levage de la machine

La plaque sur laquelle sont posés la machine à crépir et le moteur doit être munie d’un
mouvement de translation suivant la verticale afin revêtir le mur en hauteur.

Nous avons choisi le système pignon/crémaillère afin d’assurer le déplacement linéaire


du groupe machine à crépir + moteur en raison de sa simplicité de conception et de son coût
faible.

Le pignon solidaire à l’arbre moteur s’engrène dans la crémaillère réalisé sur une barre
verticale du bâti. La rotation du pignon est alors transformée en mouvement de translation
assurant le déplacement de la machine. L’arbre moteur porte alors une roue constituée d’une
poulie dentée pour l’entrainement en rotation de la machine à crépir et d’un pignon pour le
déplacement de la machine. Cette configuration permet d’utiliser la puissance d’un seul
moteur pour entrainer la machine à crépir en rotation et déplacer la plaque en hauteur, ce qui
réduit le coût de conception.

La vitesse de déplacement du pignon sur la crémaillère est déterminée en fonction de la


vitesse de rotation du pignon par la relation :

(1)

Avec :

R : Le rayon du pignon

: La vitesse de rotation du pignon en rad/s

24
Afin d’assurer un bon engrènement, les caractéristiques de la denture du pignon doivent
coïncider avec celles de la crémaillère : le pas p et le module m. Les deux caractéristiques
sont liées par la relation : . Le matériau de construction de la crémaillère et du
pignon est la fonte en raison de son usinabilité, sa résistance à l’usure et la fatigue.

Les caractéristiques de ce système sont :

Tableau 7 : Caractéristiques du système pignon-crémaillère

Paramètres Symboles valeurs Unités


Vitesse de rotation de la roue N 120 Tour par minute

Module de denture M 1.5

Pas de denture P 4.71

Diamètre de la roue dentée D 150 Millimètre


Vitesse linéaire de la
V 0.94 Mètre par seconde
crémaillère
III.1.4 Caractéristiques de la machine à crépir

Le Tableau 8 présente les caractéristiques de la machine à crépir.

Tableau 8 : Caractéristiques de la machine

Paramètres Symboles valeurs

Vitesse de rotation en tour par minute (trs/min) V 120


Longueur de la machine en millimètre (mm) L 350

Largeur de la machine en millimètre (mm) L 350

Hauteur de la machine en millimètre (mm) H 400

Surface de la gueule en millimètre carré ( ) S 260×150


Epaisseur de la matière en millimètre (mm) E 50

Diamètre de l’arbre en millimètre (mm) D 20j6

Longueur de l’arbre en millimètre (mm) / 290


Longueur des lamelles (mm) / 130
d 20
Caractéristiques du roulement (mm) B 15
D 42
Longueur du noyau (mm) / 120
longueur 630
Dimensions de la plaque (mm)
épaisseur 100

25
largeur 450
Longueur des barres de bâti (mm) / 12000

III.2 Le moteur électrique


III.2.1 Choix du moteur électrique
La machine à crépir est entrainée en rotation par un moteur électrique alimenté par un
réseau monophasé 220 volts. Le moteur asynchrone en raison de sa simplicité et de sa
disponibilité convient pour notre conception, car il est plus utilisé et son coût est inférieur à
celui des autres moteurs électriques.

Nous employons un moteur asynchrone monophasé, celui-ci est conçu avec un


dispositif de démarrage à condensateur permanent. Afin d’entrainer la machine à crépir et
assurer la montée et la descente du groupe machine à crépir + moteur, on utilise un moteur à
deux sens de rotation. La rotation dans un sens permet d’assurer la montée de la machine à
crépir tout en revêtant le mur, et dans l’autre sens la rotation assure la descente de la machine.

Les paramètres principaux de choix du moteur sont la tension nominale et la fréquence


d’alimentation qui doivent respectivement de 220 V et 50 Hz.

Dans le catalogue des moteurs asynchrones du fabricant anglais Leroy SOMER, nous
choisissons le moteur asynchrone monophasé LS 80 P à six paires de pôles.

Les caractéristiques du moteur sont représentées dans le tableau ci-dessus :

Tableau 9 : Caractéristiques du moteur

Caractéristiques électriques
Désignation Symbolisation Valeur

Puissance nominale en kilowatt (KW) 0.37


Vitesse de rotation en tour par minute (trs /min) N 910
Intensité nominale en ampère (A) I 3
Facteur de puissance Cos φ 0.98

Couple moteur en newton-mètre (N.m) C 3.88

Caractéristiques mécaniques
Désignation Valeur Unité
Longueur du moteur suivant l’axe 255 millimètre
Diamètre de l’arbre 19j6 millimètre
Largeur du moteur 157 millimètre
Hauteur du moteur 201 millimètre

26
La puissance recueillie au bout de l’arbre moteur (Pm) ainsi que la puissance absorbée
par le moteur sont données par les relations (2) et (4).

(2)
(3)

(4)
(5)

Avec où C est le couple moteur, N et ω sont respectivement, les vitesses de rotation et


angulaire du moteur et son rendement.

III.2.2 Schéma électrique de la machine


Le schéma électrique de la machine a été établi par le logiciel Schemaplik (Figure 16),
l’absence du composant « moteur monophasé 220 volts » dans la bibliothèque du logiciel
nous a conduit à utiliser un « moteur monophasé 230 volt ».

La structure du départ moteur est constituée des éléments suivants : un sectionneur porte
fusible, un fusible, deux contacteurs pour les deux sens de rotation et un relais thermique. Ces
différents éléments ont été choisis en fonction des caractéristiques du moteur. L’intensité
nominale du courant nous permis de déterminer la plage de réglage du courant, le calibre et le
type de fusible à employer, ainsi que les dimensions de celui-ci. En fonction de la tension
d’alimentation et la puissance du moteur, nous avons déterminé le type de contacteur à
utiliser.

Ainsi, nous avons :

- fusible : aM 6A, 10/38,


- sectionneur porte-fusible : LS1 D 323,
- contacteurs : LC1 D 09 B7.

La bobine du contacteur est alimentée par une tension de 24 V en alternatif pour une
fréquence de 50 Hz.

27
Figure 16: Schéma électrique

III.2.3 Nécessité de réduction de vitesse


La vitesse de rotation du moteur étant trop grande par rapport à la vitesse de rotation de
la machine à crépir, nous avons donc placé à la sortie du moteur un réducteur de vitesse à
engrenages cylindriques constitué d’un pignon accouplé sur l’arbre moteur et une roue dentée
montée sur l’arbre de sortie.

Figure 17: Réducteur à engrenages cylindriques

Le rapport de réduction est le rapport du nombre des dents de la roue de sortie sur celui
du pignon d’entrée. Afin d’obtenir un rapport de réduction élevée, nous avons choisi un
réducteur à trains d’engrenages à denture oblique contenant au total quatre roues dentées, la
géométrie de la denture permet de réduire le bruit dû à l’engrènement. L’arbre d’entrée et de
sortie sont géométriquement coaxiaux. Ce type de réducteur est très économique et possède
un jeu faible.

28
Pour des raisons d’encombrement de la machine, nous avons choisi un rapport de
réduction qui a permis d’obtenir à la sortie du réducteur une vitesse de rotation de 120 tr/min.

Les caractéristiques des engrenages sont présentées dans le : Caractéristiques de la denture du


réducteur Tableau 10.

Tableau 10 : Caractéristiques de la denture du réducteur

caractéristiques symbolisation Valeurs

module m 2.5

pas 7.85

III.3 Système de transmission par poulie courroie

Dans les systèmes moto-mécanisés, la transmission de l’énergie du moteur électrique à


la machine réceptrice se fait à l’aide d’un transmetteur de mouvement. Selon la puissance à
recueillir sur la machine réceptrice, la transmission peut soit augmenter la puissance
(multiplicateur) ou la réduire (réducteur). Il existe plusieurs transmetteurs de mouvement,
parmi lesquels on trouve entre autre : les engrenages, les poulies-courroies, les poulies-
chaines, les systèmes à vis sans fin, etc.

Pour des raisons d’encombrement, de simplicité et de coût, nous adoptons un système


de transmission par poulies courroies.

Les systèmes de transmission poulies-courroies permettent une transmission de


mouvement circulaire continu entre deux arbres éloignés l’un de l’autre pouvant occuper
diverses positions relatives. Ils sont faciles à concevoir et permettent une transmission souple
du mouvement [4].

On distingue des courroies à entrainement par adhérence (plate, trapézoïdale et striée) et


les courroies synchrones (dentées).

Les courroies synchrones conviennent le plus pour notre conception en ce qu’elles


combinent les avantages des courroies simples à entrainement par adhérence du fait de leur
poids faible, un entretien minime, une grande plage de vitesses linéaires et des grands rapports
de transmission, avec ceux des chaines : absence de glissement, transmission synchronisée.
Mais surtout parce qu’elles acceptent des faibles vitesses linéaires contrairement aux autres
types de courroie. Les poulies synchrones sont des poulies plates munies à leur périphérie de
dents transversales équidistantes assimilables à un pignon d’engrenage. Le matériau le plus
souvent utilisé est la fonte ou l’acier. L’utilisation des poulies synchrones possède des
tolérances sur le pas de la denture, les diamètres des poulies, le parallélisme et la conicité des
dents [4].

29
III.3.1 Calcul de la transmission
La transmission par poulie courroie est principalement caractérisée par son rapport de
transmission qui est défini par la relation suivante :

(6)

Avec :

D : Diamètre de la poulie réceptrice en mm ;

d : Diamètre de la poulie motrice en mm ;

: Vitesse de rotation de la poulie motrice en tr/min ;

: Vitesse de rotation de la poulie réceptrice en tr/min ;

: Nombre de dents de la poulie motrice ;

: Nombre de dents de la poulie réceptrice.

Pour effectuer une bonne détermination de la transmission, il est nécessaire de connaitre


la puissance du moteur et le facteur de service . La connaissance de la puissance
corrigée et de la vitesse de rotation de la poulie motrice permettent de déterminer le code de
pas des dents de la courroie à l’aide de l’abaque de sélection des pas [4].

Etant donné que la vitesse de rotation de la poulie réceptrice est connue, on trouvera
ensuite le rapport de transmission qui nous permettra de faire le choix des diamètres et de
trouver le nombre des dents de chaque poulie en fonction du diamètre.

Enfin, connaissant l’entraxe approximatif, on déterminera la longueur de la courroie


nécessaire pour la transmission.

La puissance corrigée est donnée par la relation suivante :

(7)

Avec :

: Puissance corrigée en watt (w) ;

: Puissance du moteur recueillie au bout de l’arbre en watt (w) ;

: Facteur de service, représente le coefficient du comportement des machines motrices


et leur condition de fonctionnement en termes de durée de fonctionnement en heure par
jour (h/jour).

30
Il n’existe pas de règle générale dans le choix des diamètres des poulies, il est tout de
même conseillé d’avoir des diamètres permettant à six dents au moins d’être en prise, afin de
réduire les contraintes de flexion de la courroie et celles dans les dents ce qui permet
l’augmentation de la durée de vie pour une même puissance transmise. Il faut dans tous les
cas veiller en choisissant les diamètres à ne pas dépasser la vitesse linéaire maximale
autorisée par la courroie. Celle-ci s’exprime en m/s et est définie en fonction des diamètres
par la relation suivante :

(8)

En fonction du nombre des dents, on a :

(9)

De cette relation nous exprimons les nombres et des dents en fonction du pas :

(10)

(11)

Avec :

: Pas de la denture.

La valeur E de l’entraxe (distance entre les deux axes) en mm étant connue, ainsi que
celles des diamètres d et D des poulies, nous pouvons calculer la valeur de l’angle de contact
α ou d’enroulement de la courroie sur la poulie motrice par la relation :

(12)
( )

L’angle de contact α s’exprime en radium (rad).

A partir de l’angle de contact α, la longueur de la courroie est donnée par :

( ) ( ) (13)

La connaissance de tous ces paramètres permet de déterminer la meilleure transmission


possible en fonction des conditions d’utilisation.

III.3.2 Présentation des résultats


Les paramètres connus qui ont permis d’effectuer tous les calculs de la transmission
sont :

31
Tableau 11 : Paramètres de calculs connus

paramètres symboles valeurs unités


Puissance du moteur 0.37 kilowatt

Facteur de service 1.32 /


Vitesse de rotation de la
120 tour par minute
poulie motrice
Vitesse de rotation de la
120 tour par minute
poulie réceptrice
Entraxe 354 millimètre

Ces valeurs données ont permis de trouver les résultats suivants (

Tableau 12) :

- Type de pas : profil L.


- Valeur du pas :
- Diamètres et nombres des dents des roues :

Tableau 12: Résultats des calculs

paramètres Symboles valeurs unités


Puissance corrigée 0.49 kilowatt
Rapport de
R 1 /
transmission
Arc de contact Α π (180) Radium (degré)
Vitesse linéaire de la
V 0.57 Mètre par seconde
courroie
Longueur de la
L 993.62
courroie millimètre

IV. Conclusion

32
Ce chapitre a permis d’obtenir une machine viable et faisable technologiquement et
industriellement. Les éléments de la machine et les matériaux utilisés ont été choisis en
fonction de leur disponibilité et d’accessibilité sur le marché, le prix de conception a aussi été
prix en compte dans notre choix. Nous construirons mécaniquement ce prototype dans le
chapitre suivant afin de donner dans un espace virtuel une forme de la machine réelle.

Chapitre III: Conception mécanique de la machine à crépir

I. Introduction
Depuis le début des années 90, le processus de développement des produits a connu une
évolution marquée par l’apparition de la conception assistée par ordinateur. Ce nouveau
processus de développement permet aux constructeurs de rentabiliser le travail en temps et en
argent.

Les logiciels de conception assistée par ordinateur (CAO) regroupent des outils qui
permettent d’assister le concepteur dans la conception du produit. La conception virtuelle
permet au concepteur d’apprécier globalement le comportement du produit avant sa
construction matérielle. La maquette numérique créée peut réagir dans son espace virtuel
selon des lois régies par le logiciel. En mécanique, on peut concevoir une pièce de forme
géométrique spécifique répondant à une nécessité donnée. Il est aussi possible de concevoir
un mécanisme regroupant plusieurs pièces.

33
II. Présentation du principe de fonctionnement de la machine
II.1 Fonctionnement
Le système que nous développons est constitué d’une machine à crépir et d’un moteur
électrique placé sur une plaque. Ce groupe se déplace suivant l’axe normal à la plaque grâce à
un système de pignon/crémaillère entrainé par le moteur électrique. Ce mouvement de
translation est rendu possible par des petites roues fixées normalement à la plaque et par des
barres de métal munies d’une rainure dans laquelle roulent les roues. Le contact relatif entre
ces roues et les barres de métal se fait par pression.

Le déplacement de cet ensemble se fait grâce à des roues fixées sur les socles des barres
verticales. Cette configuration permet à l’opérateur de déplacer la machine par roulage.

II.2 Schéma cinématique de la machine


La Figure 18 : Schéma cinématique de la machineFigure 18 présente le schéma cinématique de la
machine à crépir.

Figure 18 : Schéma cinématique de la machine

II.3 Présentation du prototype

La Figure 19 montre le prototype de la machine à crépir qui a été conçue dans le cadre
de ce projet technique. Il a été construit à l’aide du logiciel Solidworks. Ce dernier est un
logiciel de conception mécanique 3D offrant des fonctionnalités très avancées dans le
domaine de la modélisation des pièces, la création et la gestion des assemblages, et la mise en
plan. Grâce à des modules complémentaires, ce logiciel peut permettre d’effectuer des calculs
d’analyse ou d’usinage avancés et difficiles à réaliser manuellement. Nous avons tout d’abord
créé les pièces mécaniques et enfin nous les avons assemblés selon des règles de construction
mécanique régies par le logiciel afin de créer un ensemble fonctionnel.

La fonction vue éclatée nous permet d’éclater l’ensemble mécanique afin de visualiser
chacune des pièces mécaniques en perspective et d’en donner une nomenclature.

34
Figure 19 : Prototype de la machine à crépir

Tableau 13 : Nomenclature des éléments de la machine

24 vis / /
23 goujon 8 /
22 Roue de la plaque 4 Caoutchouc
21 Roue des barres 4 Caoutchouc
20 crémaillère 1 Fonte
19 Barre de maintien 3 Fonte
18 Plaque de bâti 1 Fonte
17 Pied de machine à crépir 2 Caoutchouc
16 Moteur électrique 1 /
15 Roue motrice 1 Fonte
14 courroie 1 Elastomère
13 Poulie réceptrice 1 Fonte
12 Clavette 2 /
11 Rondelle plate 1 /
10 Ecrou à encoches 1 /

35
9 Anneau élastique 1 /
8 Flasque arrière 1 Fonte
7 Flasque avant 1 Fonte
6 roulement 2 Acier inoxydable
5 lamelle 10 Aluminium
4 Noyau 1 Bronze
3 arbre 1 Acier inoxydable
2 Carter inférieur 1 Fonte
1 Carter supérieur 1 Fonte
Repère Désignation Nombre Matière
PYLLAT Jean
FORMAT A4
Espoir
MACHINE A CREPIR Projet Technique
Maintenance
Industrielle
ECOLE NATIONALE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE
2016-2017
ENSP

III. Etude de la conception de quelques éléments de la machine


III.1 Conception du carter
Pour obtenir une bonne et simple conception du carter, nous l’avons scindé en deux
parties : une partie supérieure et une partie inférieure. Les deux parties ont été conçues de
manière à ce qu’il y ait un emboitement d’une partie de l’une dans l’autre.

Les carters inférieur et supérieur sont présentés Figure 20. Le carter supérieur présente une
base extrudée qui s’enboite dans le carter inférieur. L’assemblage des deux carters se fait par
vissage via les trous taraudés.

Figure 20 : Vue en perspective des carters inférieur et supérieur

36
III.2 Arbre et roues de transmission
La géométrie de l’arbre a été choisie en fonction des éléments montés sur l’arbre. Les
épaulements permettent d’immobiliser les roulements, la rainure permet le clavetage et la
gorge est réservée au circlips. Le trou taraudé réalisé sur la face plane du côté avant de l’arbre
de transmission sert à immobiliser la poulie translation.

La roue motrice est constituée d’une poulie crantée et d’une roue dentée montée sur le même
moyeu. Cette configuration permet à réduire l’encombrement des éléments de l’arbre moteur
et l’utilisation d’une seule clavette.

Vue isométrique de l’arbre de transmission Roue motrice

Figure 21 : Vues isométrique de l’arbre et roue motrice

IV. Conception des éléments du bâti

La Figure 22 présente les vues de la barre de maintien et de la plaque de fixation du


groupe (moteur + machine à crépir).

Vue de la barre de maintien rainurée Vue de la plaque

37
Figure 22 : Vues de la barre de maintien et de la plaque

Le support est constitué des barres de maintien et d’une plaque. Une rainure a été
réalisée sur les barres afin de permettre le coulissement de la plaque.

Des trous taraudés servant à fixer la machine à crépir et le moteur ont été réalisés sur la
plaque. Une barre d’attache en forme de U fixée sur la plaque par serrage permet
d’immobiliser la crémaillère.

Le roulage de la machine sur le sol et le coulissement le long des barres de maintien


sont assurés par des roues (Figure 23).

Roue pour le roulage Roue pour le coulissement

Figure 23 : Roues pour le roulage et le coulissement

Chapitre IV: Eléments de documentation technique et de


maintenance de la machine à crépir

Après la conception mécanique de la machine, nous allons dans ce chapitre offrir une
fiche technique permettant l’utilisation de la machine. Cette documentation technique est
destinée aux techniciens, mécaniciens qui pourront intervenir sur la machine et aux
utilisateurs. Elle présente des informations sur la machine facilitant sa compréhension et son
utilisation.

I. Installation et mise en service


I.1 Installation
Il faut installer la machine dans une zone ayant une accessibilité à l’énergie électrique.
Dans les zones rurales ou privées d’électricité, l’utilisation d’un groupe électrogène est
impérative.

38
I.2 Implantation
La machine doit être placée de manière à ce que la gueule de la machine à crépir soit en
face du mur à revêtir à une distance facilitant le revêtement du mur. Lors de son
positionnement, la machine doit laisser un espace libre suffisant pour la surveillance.

I.3 Mise en service


Avant la mise en marche de la machine :

- Il faut veiller à ce que les connexions électriques soient bien protégées et réalisées en
respectant les règlementations électriques afin de réduire les risques d’électrisation et
d’électrocution.
- La partie commande du moteur doit être à portée de main de l’utilisateur afin
d’arrêter le moteur en cas d’urgence.
- Pendant l’utilisation, il recommandé d’arrêter le moteur avant de déplacer la
machine.

II. Maintenance
En général :

- Il faut vérifier régulièrement les paliers de la machine afin d’éviter une accumulation
de la poussière au niveau du jeu.
- L’état et la tension de la courroie doivent être vérifiés lors des opérations de
maintenance périodique.
- Pendant le nettoyage de la machine, il est recommandé de démonter le carter
supérieur et de recouvrir les roulements par une matière imperméable aux liquides et
poussières.
- Il faut vérifier périodiquement l’état de la lubrification des roulements, la graisse
peut bien entendu être changée si besoin est.

III. Montage et démontage de la machine


III.1 Montage
- Les lamelles : elles sont montées sur le noyau par emmanchement forcé.
- Le noyau : l’ensemble noyau-lamelles est monté sur l’arbre par frettage. Utiliser une
résistance appropriée telle un monte roulement pour chauffer le noyau. Veiller à ce
que la température de chauffe n’atteigne pas la température de fusion de la fonte.
- Roulement : les roulements sont montés par chauffage à l’aide d’une résistance
appropriée pour le chauffage.
Ce montage se fait ainsi qu’il suit :
 Positionner le roulement sur l’arbre contre l’épaulement,
 Monter le circlips du côté accouplement,
 Positionner la rondelle et serrer l’écrou à encoche du côté opposé
accouplement.

Pour monter l’ensemble des pièces montées sur l’arbre dans le carter :

39
- déposer l’arbre sur le carter inférieur en respectant la disposition sur le dessin,
- déposer le carter supérieur,
- monter les deux flasques. Le flasque côté opposé doit laisser un jeu axial d’environ 1
mm avec la bague extérieure du roulement. Le contrôle de ce jeu doit se faire
pendant le montage.
- Une fois la machine réceptrice montée (machine à crépir), la monter sur la plaque du
bâti.
- Monter ensuite les poulies et la courroie.

III.2 Démontage
Pour démonter la machine, procéder ainsi qu’il suit :

- Démonter la courroie de transmission,


- Démonter les roues de transmission.
- Démonter ensuite la machine à crépir.
 Démonter les flasques,
 Démonter le carter supérieur,
 Enlever le circlips et l’écrou à encoche puis utiliser un extracteur de
roulement pour démonter les roulements.
 Utiliser un extracteur pour démonter l’ensemble noyau-lamelles de l’arbre,
 Démonter l’arbre du carter inférieur,
 Démonter le carter inférieur de la plaque du bâti.

Conclusion générale et perspectives

Les travaux réalisés dans ce mémoire consacrés à la conception assistée à l’ordinateur


d’une machine permettant le revêtement au crépi des murs des bâtiments. Ils ont permis
d’apporter des solutions répondant aux limites de la machine traditionnelle.

L’intérêt de ce projet réside dans l’utilisation du système d’entrainement par un moteur


électrique asynchrone et du système de levage de la machine. Ces éléments ont été choisis en
fonction du critère coût, de même que le choix des matériaux et le dimensionnement des
éléments de la machine.

En guise de perspective, certains points sans lesquels ce travail ne pourrait être finalisé
n’ont pas été traités.

Après le chapitre portant sur la construction mécanique, nous avons voulu intégrer une
section dédiée à l’estimation du coût de conception, malheureusement certaines pièces sont
fabriquées par moulage et par usinage, le temps qui nous a été ne nous a pas permis de nous

40
renseigner sur leurs coûts de fabrication. Nous avons eu la possibilité d’estimer le coût de
certaines pièces, mais nous avons jugé bon de ne pas évaluer partiellement le coût de
conception.

Nous avons déterminé les dimensions des pièces en fonction d’autres éléments et nous
avons justifié technologiquement le choix de nos éléments. Le dimensionnement des éléments
de la machine peut toutefois être amélioré en effectuant des calculs avancés.

Outre le système de levage utilisé (pignon/crémaillère), l’utilisation d’un treuil bien que
coûteuse est aussi possible.

41
Références bibliographiques

Mémoires - Ouvrages

[1] N-P. Suh, The Principles of Design, Oxford University Press, Inc. 401p. ISBN: 0-19-
504345-6.
[2] G. Guerlesquin, Articulation Ergonomie-Design-Conception mécanique : Approche
méthodologique de la convergence multidisciplinaire. Thèse de Doctorat de l’Université de
Technologie de Belfort-Montbéliard, 2012, pages 25, 26 et 29.
[3] Guide du dessinateur industriel, chevalier 2004, page 110.
[4] R. Farges, Techniques de l’ingénieur, poulies- courroies de transmission : entrainement
synchrone.
[5] L. Chevalier, Guide du dessinateur industriel, éd. 2004, page 268.

Webographie

[6] www.Valueanalysis.com/presentation.php.
[7] www.skf.com/Matériaux_pour_bagues_de_roulements_et_cages.
[8] www.changimmo.com/Le_crépi.
[9] www.ladepanne.fr/conseil/La_machine_à_crépir.
[10] www.prb.fr/catalogue_nuanciers_façades.
[11] www.ravalement_de_façade.ooreka.fr/comprendre_le_crépi.
[12] www.mur_ooreka.fr/pistolet_à_crépir
[13] wikipédia.fr/la tyrolienne.
[14] www.ooreka.fr/la_machine_à_crépir_traditionnelle.
[15] www.Filamos.fr/machines_de_construction/machine_à_projeter_et_pompes_à_crépir.

42
Annexes

Figure 24 : Tolérances de montage des roulements

Figure 25 : Catalogue moteur LEROY SOMER

43
Figure 26 : Dimensions du moteur

Figure 27: Valeurs du facteur de service

44
Figure 28 : Abaque de sélection des pas en fonction de la puissance

Figure 29 : Dimensions et tolérances pour les poulies avec dents à flancs droits (ISO/DIS 5294) [4]

45