Vous êtes sur la page 1sur 96

HEC MONTREAL

(DESS _ GESTION DU SECTEUR DE L’ENERGIE)

RAPPORT DE PROJET D’ETUDE SUPERVISE POUR L’OBTENTION DU DESS


EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE

Thème

Développement optimal du réseau de


distribution d’électricité en République
du Congo : Cas de Pointe-Noire et de
Ouesso

PRESENTE PAR : SOUS LA SUPERVISION DE :

- DEKAMBI MAVOUNGOU Ulrich Michael Germain BELZILE


- KEITA-OKOMBI Nice Edner Maître d’Enseignement
- MOHAMED Albira Essi
- NDINGA OSSONDJO Guy Serge
- NIAMA NGOMA Alain Michel

Année académique 2014-2015


Sommaire

REMERCIEMENTS…………………………………………………………..……. 3

LISTE DES TABLEAUX……………………………………………………..……... 4

LISTE DES SCHEMAS……………………………………………………...……... 5

LISTE DES ABREVIATIONS ET DES SIGLES…………………………….…..…… 6

Préface…………………………………………………………………………… 7

I- Introduction…………………………………………………………………. 9

II- Situation actuelle du réseau de distribution d’électricité, ainsi


que celle de la population congolaise relative à l’accès à
l’électricité…………………………………………………………………... 12

II.1- Situation actuelle du réseau de distribution d’électricité……….... 12

II.2- Situation actuelle de la population congolaise relative à


l’accès à l’électricité…………………………………………………….……. 25

III- Problématique………………………………………………………….…... 30

IV- Présentation de la méthodologie relative au développement


optimal du réseau de distribution d’électricité au Congo………... 32

V- Faisabilité et Gouvernance du projet………………………...……….. 36

V.1- Faisabilité du projet…………………………………….……………….... 36

V.2- Gouvernance du projet…………………………………….…………... 78

VI-Conclusion………………………..…………………………………….……. 80

VII- Recommandations…………………………………………………..…… 81

VIII- Références bibliographiques………………………………….....…..… 83

IX- Table de matières………………………………………………………..… 86

X- Liste des annexes…………………………………………….……………… 89

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 2


REMERCIEMENTS
Au terme de cette étude de projet supervisé, nous remercions
particulièrement son excellence Monsieur le Ministre à la présidence,
Jean Jacques BOUYA, en charge de l’aménagement du territoire et de
la délégation générale aux grands travaux, à qui nous exprimons notre
profonde gratitude pour n’avoir ménagé aucun effort dans le cadre de
la réalisation de cette formation.

Nous tenons aussi à remercier Madame la Directrice Générale de la


compagnie aérienne Equatorial Congo Air Line (ECAIR) pour son
soutien sans faille lors du déroulement des cours, en dépit de ses
multiples charges.

Ce travail est aussi le résultat des enseignements reçus des enseignants


de HEC Montréal en générale, et en particulier de Germain BELZILE
notre superviseur du projet, qu’ils veuillent bien accepter notre
profonde reconnaissance.

Notre reconnaissance va également à l’endroit de toutes les personnes


évoluant dans les structures publiques ou privées, qui par leurs
confidences et leur collaboration ont facilité l’élaboration de ce travail,
notamment :
- Evariste ABIRA, chef de service technique distribution à la
Direction Départementale Plateau-Cuvette (DDPC);
- Octave ASSAKETO, chef de service technique distribution à la
Direction Départementale du Kouilou_ Pointe-Noire (DDK);
- Herman M’POUSSA, Chef de Division distribution de la zone A à
Brazzaville.

A notre famille et nos chefs hiérarchiques, veuillez trouver au travers de


cette étude, le résultat de votre compréhension, vos sacrifices à notre
endroit, car vous avez pu surmonter notre absence durant la période
de notre formation.

Enfin, que tous ceux qui nous ont soutenus de près ou de loin, tout au
long de cette étude de projet supervisé, et que nous ne citons pas de
peur d’en oublier d’autres, trouvent ici l’expression de notre profonde
gratitude.

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 3


LISTE DES TABLEAUX
Tableau 1: Présentation des postes publics par zone en 2014...................... 19
Tableau 2: répartition des Ménages de Pointe-Noire par arrondissement
entre 2011 et 2013 ................................................................................................. 26
Tableau 3 : Taux d’accès à l’électricité (BT et MT) à Pointe – Noire entre
2011 et 2013 ........................................................................................................... 27
Tableau 4: répartition des Ménages de Ouesso par arrondissement entre
2011 et 2013 ........................................................................................................... 28
Tableau 5 : Taux d’accès à l’électricité (BT et MT) à Ouesso entre 2011 et
2013 ......................................................................................................................... 29
Tableau 6 : Etat des postes en délestage de Pointe-Noire et stratégies de
dénouement .......................................................................................................... 39
Tableau 7: Evolution du taux d’accès à l’électricité à Pointe-Noire de 2013
à 2024 avec projet ................................................................................................ 45
Tableau 8: tableau récapitulatif et détaillé de l’étude technique du projet
................................................................................................................................. 47
Tableau 9: Equipements électriques d’un réseau Moyenne Tension (MT).. 49
Tableau 10: Equipements électriques d’un réseau Basse Tension (BT) ........ 50
Tableau 11: présentation du matériel électrique par branchement
promotionnel de type monophasé aérien ....................................................... 51
Tableau 12: matériel électrique pour la mise en œuvre d’un réseau
d’éclairage public ................................................................................................ 52
Tableau13: paramètres techniques des options d’approvisionnement en
électricité................................................................................................................ 55
Tableau14: paramètres économiques d’options d’approvisionnement
d’électricité ............................................................................................................ 56
Tableau 15: caractéristiques techniques du réseau de distribution de
Ouesso .................................................................................................................... 57
Tableau 16 : postes en délestage à Ouesso et stratégie de dénouement 57
Tableau 17 : Evolution du taux d’accès à l’électricité à Ouesso entre 2015
et 2024 avec projet .............................................................................................. 59
Tableau 18: Equipements électriques d’un réseau Moyenne Tension (MT) 60
Tableau 19: matériels pour la réalisation du réseau basse tension de
Ouesso .................................................................................................................... 61
Tableau 20: matériels pour la réalisation du réseau d’éclairage public de
Ouesso .................................................................................................................... 62
Tableau 21 : matériels de branchements d’abonnés .................................... 63
Tableau 22 : Evaluation financière du projet à Pointe-Noire......................... 66
Tableau 23: Evaluation financière du projet à Ouesso .................................. 71
Tableau 24 : présentation de l’analyse Coûts- Avantages du projet .......... 76

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 4


LISTE DES SCHEMAS
Schéma 1: RESEAU DE DISTRIBUTION DE POINTE-NOIRE A PARTIR DE
NGOYO // HUIT FEEDERS ............................................................................... 14

Schéma 2: RESEAU DE DISTRIBUTION DE POINTE-NOIRE A PARTIR DE MGK


2 – MGK 1 - CT3 .............................................................................................. 15

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 5


LISTE DES SIGLES ET DES ABREVIATIONS
AICD Diagnostic des Infrastructures Nationales en Afrique
Arr.TR Arrivée Transformateur
BT Basse Tension
CFA Communauté Française d’Afrique
CEC Centrale Electrique du Congo
CED Centrale Electrique de Djeno
CEPI Centre d’Etudes et d’Evaluation des Projets
d’Investissement

CIB La Congolaise Industrielle des Bois


CCP Coupe Circuit de Protection
CND Centre National de Dispatching
CNSEE Centre National de la Statistique et des Etudes
Economiques
DGADC Direction Générale Adjointe chargée de la Distribution
et de la Commercialisation
DSCERP Document de stratégie pour la croissance, l’emploi et la
réduction de la pauvreté
EDF Electricité De France
Eff. Effectif
HC Heure Creuse
HP Heure de Pointe
HT Haute Tension
Icc Intensité de court circuit
IEPF Institut de l’Energie et de l’Environnement de la
Francophonie
IFO Industrie Forestière de Ouesso
KVA Kilovolt Ampère
Ktep Kilo tonne équivalent pétrole
KW Kilowatt
MGK Mongo Kamba
MT Moyenne Tension
ND Non Disponible
PEAC Pool Energétique de l’Afrique Centrale
PN Puissance Nominale
PU Prix Unitaire
RGPH Recensement Général de la Population et de l’Habitat
SNE Société Nationale d’Electricité
SOCALIB Société Congolaise Arabe Libyenne de Bois
THT Très Haute Tension
VAN Valeur Actuelle Nette

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 6


Préface
Dans le cadre du programme de développement « LE CHEMIN
D’AVENIR » de son excellence le Président Denis SASSOU NGUESSO, qui
prévoit un processus de modernisation et d’industrialisation pour un
développement économique et social durable, le gouvernement du
Congo par l’intermédiaire du Ministère à la présidence chargé de
l’Aménagement du Territoire et de la Délégation Générale aux Grands
Travaux, a délocalisé à Brazzaville le DESS énergie de l’Université HEC
Montréal sur le territoire congolais en vue de prévoir la gestion optimale
du boulevard énergétique en cours de déploiement.

Ce rapport de projet d’études supervisé est le résultat d’un travail


réalisé par cinq (05) étudiants congolais de HEC Montréal, qui ont reçu
des enseignements auprès des enseignants de l’Université HEC
Montréal au cours de l’année académique 2014 – 2015. Cette étude
représente un projet pilote qui vise à servir de modèle pour un
développement optimal du réseau de distribution d’électricité en
République du Congo, en prenant comme échantillon la ville de Pointe
– Noire qui est la capitale économique et présentant les mêmes réalités
que Brazzaville la capitale politique, et la localité de Ouesso qui est une
zone enclavée, éloignée du réseau national de transport d’électricité.
La localité de Ouesso représente le prototype d’une zone rurale alors
que Pointe-Noire représente la réalité des zones urbaines en République
du Congo.

Vous trouverez dans ce rapport les éléments ci-après, relatifs à la


démarche utilisée pour mieux développer le réseau de distribution en
République du Congo :
- la situation actuelle du réseau de distribution d’électricité du
Congo en générale, ainsi que celle de Pointe-Noire et Ouesso
en particulier ;
- les taux d’accès à l’électricité de Pointe-Noire et de Ouesso ;
- l’étude de faisabilité de notre projet ;
- la gouvernance de notre projet.

Nous profitons de cette occasion pour exprimer notre gratitude à


toutes les institutions et à toutes les personnes qui ont contribué de près

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 7


ou de loin à la réalisation de ce travail, et sommes disponibles pour
d’éventuelles contributions ou remarques.

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 8


I- Introduction
Le monde avance aujourd’hui à une vitesse accélérée vers des
économies dont la vitalité sera de plus en plus liée à l’utilisation de
l’énergie électrique. En effet, le développement du secteur
énergétique devient un préalable au développement des pays du
monde. En outre, selon les prévisions de l’Agence Internationale de
l’Energie (AIE), il existe une corrélation positive entre la consommation
mondiale de l’énergie et la croissance de la population mondiale
jusqu’à 2030, c’est-à-dire que plus la population augmente, plus le
besoin en énergie d’un pays sera important pour son développement.

Le Gouvernement congolais dans son Document de stratégie pour la


croissance, l’emploi et la réduction de la pauvreté (DSCERP 2012-2016)
présente trois piliers 1 qui portent respectivement sur : (i) le
développement des infrastructures économiques et sociales
permettant d’offrir des services productifs et sociaux aux populations
(énergie, transport, eau) et renforcer leurs capacités à participer à la
croissance ; (ii) le développement social et l’inclusion visant à renforcer
les capacités des groupes y compris les plus vulnérables à contribuer à
la croissance et à en tirer profit ; et (iii) le développement « équilibré »,
soutenable et durable, afin d’assurer un développement équilibré entre
les régions du pays, entre les villes et les campagnes. Par ailleurs, la
politique sectorielle de l’électricité adoptée par le gouvernement
congolais en 2010 envisage fournir de l’électricité de qualité, et en
quantité suffisante à toute la population et à des coûts abordables d’ici
2015. De façon spécifique, elle envisage augmenter le taux d’accès à
l’énergie à 90% en zones urbaines et 50% en zones rurales d’ici 2015.

D’après les données du Ministère de l’Energie et de l’hydraulique de la


République du Congo, en 2011 l’offre potentielle d’énergie électrique
est de 591,5 MW. A ce jour, le parc de production d’électricité de la
république du Congo se compose de 6 unités de production, à savoir
la centrale Electrique du Congo (CEC) qui a une capacité installée de
300 MW, la centrale d'Imboulou avec 120 MW, la centrale de
Moukoukoulou qui produit 74 MW, la centrale de Djeno qui produit 50
MW, la centrale de Djoué qui produit 15 MW, et enfin la centrale de

1 Troisième, quatrième et cinquième piliers du DSCERP

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 9


Mpila qui a une capacité de 32,5 MW. Cependant, malgré ce potentiel
important, avec une puissance garantie de 425 MW, la demande
nationale estimée de 355 MW n’est pas satisfaite. La production
nationale d’électricité est actuellement dominée par le thermique, qui
représente 66% contre 34% de production hydroélectrique. Cette
tendance a été inversée depuis 2011 avec la mise en place de la
Centrale Electrique du Congo (CEC) qui fournit 300 MW en termes de
capacité installée. Les importations ne représentent plus actuellement
que 2% de la production totale.

Toutefois, de nos jours, comme le souligne le Diagnostic des


Infrastructures Nationales en Afrique (AICD), 2011, l’accès à l’électricité
au Congo est très inférieur à la moyenne de tous les pays africains
riches en ressources énergétiques, puisqu’il était de 34,9% de la
population en 2008, et de 37,8 % en 2011, contre respectivement 46,1 %
et 50,7 % pour les pays africains pairs (riches en ressources). De cette
manière, l’accès à l’électricité au Congo n’est pas en général
satisfaisant. A cet effet, l’AICD indique que 51,3 % de la population
urbaine au Congo ont accès à l’électricité contre seulement 16,4%
dans les zones rurales.

Par conséquent, cette situation nous conduit à affirmer que, même si


l’offre potentielle d’énergie électrique est actuellement supérieure à la
demande, la consommation réelle d’électricité est faible sur tout le
territoire congolais. Plusieurs hypothèses sont évoquées pour expliquer
cette situation notamment : (i) le mauvais état de la plupart des
infrastructures de transport d’électricité, ce qui occasionne des pertes
d’électricité ; (ii) le manque de maintenance adéquat de ces
infrastructures et (iii) l’existence d’un réseau de distribution en mauvais
état. Cette situation ne permet pas de répondre favorablement à la
demande nationale.

La question centrale à laquelle nous nous proposons de répondre est la


suivante : comment ce projet permettra-t-il de satisfaire la demande
nationale d’électricité en République du Congo ? La problématique
ainsi formulée nous conduit à nous intéresser, dans le cadre de ce
projet, à la distribution d’électricité sur le plan national et au segment
résidentiel (les ménages). Par ailleurs, la République du Congo présente

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 10


un avantage stratégique à cause de sa position géographique de
‘‘pays de transit’’. En effet, cette position le place au centre du projet
du NEPAD, notamment le Pool Energétique de l’Afrique Centrale
(PEAC) qui va inclure l’interconnexion des pays de l’Afrique Centrale.
Cependant, cette perspective ne peut être objective que si la situation
en interne, celle qui fait l’objet de notre étude, est améliorée.
C’est dans ce contexte que nous nous sommes intéressés à
vouloir contribuer, par ce projet, à l’atteinte des objectifs du DSCERP,
en présentant les stratégies nécessaires pour développer de façon
optimale le réseau de distribution d’électricité. Cette question est
préoccupante en République du Congo, car elle freine l’accès à
l’électricité à la majorité des populations urbaines et rurales.

Notre projet est considéré comme étant un projet pilote qui concerne
deux zones, à savoir Pointe-Noire et Ouesso, représentant un
échantillon respectivement de la zone urbaine et de la zone rurale,
avant de se lancer sur le reste du pays. Nous avons choisi de considérer
la ville de Ouesso comme étant une zone rurale parce qu’elle est
enclavée, située à 1000 km de Brazzaville, et n’est pas reliée au réseau
national de transport d’électricité. Le choix de Pointe-Noire se justifie
par le fait que, d’une part, cette ville est la capitale économique du
Congo et présente les mêmes réalités en termes d’accès à l’électricité
que la capitale politique Brazzaville, et d’autre part le fait que nous
avons rencontré beaucoup de difficultés concernant l’acquisition des
données de Brazzaville et d’autres localités. En outre, notre échantillon
est représentatif, car il présente les caractéristiques essentielles des
différentes catégories des zones urbaines et rurales.

Notre projet comprend deux principales phases :

- la première phase porte sur l’étude de la situation actuelle du


réseau de distribution d’électricité (Pointe-Noire et Ouesso en
particulier), ainsi que celle de la population congolaise relative
à l’accès à l’électricité. Cette partie permet d’identifier les
problèmes et les besoins existants au niveau du réseau de
distribution et au niveau des populations urbaines et rurales ;
- la seconde phase consiste à présenter l’étude de faisabilité du
projet, ainsi que sa mise en œuvre. Cette partie traite de

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 11


l’étude technique, de la rentabilité financière, d’un bref
aperçu de la rentabilité économique et sociale ainsi que la
gouvernance de notre projet.

II- Situation actuelle du réseau de distribution d’électricité, ainsi


que celle de la population congolaise relative à l’accès à
l’électricité
II.1- Situation actuelle du réseau de distribution d’électricité

Nous présentons dans cette section les caractéristiques générales du


réseau de distribution d’électricité en République du Congo. Selon « la
note sur la problématique de la fourniture d’énergie électrique au
Congo », 2011, la situation actuelle du réseau de distribution est
présentée en deux volets : la situation en zone urbaine et la situation en
zone rurale.
II.1.1- Situation en zone urbaine

En zone urbaine, la situation relative à la distribution d’électricité reste


caractérisée jusqu’à nos jours par la saturation des transformateurs ainsi
que de leurs différents départs, le vieillissement et l’obsolescence des
équipements électriques. Cette situation est observée dans toutes les
grandes villes, telles que Brazzaville, Pointe-Noire et d’autres, sauf dans
la ville de Dolisie où le réseau de distribution avait été suffisamment
aménagé au cours des actions de la « municipalisation accélérée » du
Département du Niari dont est issue cette ville.

Toutefois, pour garantir une meilleure distribution de l’énergie électrique


aux populations, de grands travaux de réhabilitation et de
renforcement des réseaux ainsi que des infrastructures de production
sont en cours d’exécution depuis 2013 (renforcement des capacités de
transit de l’énergie électrique, création de nouveau départ, mise en
fonction de nouveau poste MT/BT dans les quartiers, réhabilitation de la
centrale du Djoué qui aura 18 MW de puissance nominale et la
construction du barrage de Liouesso (13.2 MW de puissance nominale).
Ces travaux confiés à des Sociétés privées, ont respectivement pour

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 12


maître d’ouvrage, la Délégation Générale des Grands travaux (DGGT)
pour Brazzaville et la Société ENI-CONGO pour Pointe-Noire.
Cependant, ces travaux connaissent un rythme d’exécution qui est
lent, vu le planning indiqué et les attentes des consommateurs.

II.1.1.1- Présentation du réseau de distribution de Pointe-Noire

De manière générale, le réseau de distribution d’électricité débute à


partir d’un poste source HT/MT (apport d’énergie), qui alimente en
énergie électrique les artères du réseau et ses dérivations en vue
d’atteindre les postes de transformation MT/BT. Ceux-ci permettent à
leur tour d’alimenter l’ensemble des consommateurs.

D’après les services techniques chargés de distribution de la SNE à


Pointe-Noire (2015), l’offre potentielle d’électricité dans cette ville est
de 225 MW avec une puissance garantie de 166 MW. Cette offre est
générée par la CEC, la CED et le barrage hydroélectrique de
Moukoukoulou qui partagent, comme à Pointe-Noire, une partie de
leur énergie électrique aux départements de Brazzaville, Niari, Pool et
de la Bouenza.

La demande d’électricité à Pointe-Noire est de 110 MW aux heures


creuses, alors qu’elle est de 140 MW pendant les heures de pointe.
Ainsi, l’offre d’électricité à Pointe-Noire est capable de couvrir la
demande.

Selon les informations disponibles, recueillies auprès de la Direction


Générale Adjointe chargée de la Distribution et de la
Commercialisation (DGADC) de la SNE, la situation actuelle du réseau
de distribution d’électricité dans la zone de Pointe-Noire est illustrée par
les schémas suivants :

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 13


Schéma 1: RESEAU DE DISTRIBUTION DE POINTE-NOIRE A PARTIR DE NGOYO // HUIT FEEDERS

MGK 1
30/20kv TR1
Domaine 45MVA
Arr. TR 1
DIOGO
225/30kv
Itoua Ondongo 16MVAx2
KONDJI Arr. TR 2
225kv
PATR 30/20kv TR2
A TR3
Vacherot 30kv T. djeno
OKANDZE Arr. TR3
Dispensaire 225/20kv
Sous station
NGOYO 25MVA

CED
Source : DGADC, Département chargé de la Distribution, SNE, 2013
2x25MW
CED : Centrale Electrique de Djeno ; MGK 1 : Poste source de MongoKamba 1

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 14


Schéma 2: RESEAU DE DISTRIBUTION DE POINTE-NOIRE A PARTIR DE MGK 2 – MGK 1 - CT3

MGK1= 7 feeders
CT3= 6 feeders
NGOYO = 8 feeders
TOTAL = 21 feeders
225/30/20kv

LOANDJILI
M
G 2x70MVA
SACOGLACE
K
31 Juillet MG 1
2
CT3 Mvoumvou
SATELLITE TR1
CONGO tôles MG 2 Trabec
Centre intégré M
Hôpital militaire CT3 1
G
2x50MVA
CORAF CT3 2
K
Mahouata
Coraf cité 2 1
zone proche Loango
630x2 TR2
Forage
DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 15

NGOYO
De ces schémas, il est démontré que le réseau de distribution de
Pointe-Noire comporte trois postes sources notamment les postes de
Mongo Kamba 1, Mongo Kamba 2 et Ngoyo. Le poste de Mongo
Kamba 1 comprend deux (02) transformateurs 225/20/30 KV de
puissance unitaire 50 MVA ; le poste de Mongo Kamba 2 comprend
deux (02) transformateurs 225/20/30 KV de puissance unitaire 70 MVA ;
le poste de Ngoyo est équipé de trois (03) transformateurs 225/20/30 KV
de puissances unitaires respectives 21,7 MVA, 35 MVA, et 35 MVA, aussi
de deux (02) transformateurs 30/20 KV de puissance unitaire 16 MVA
pour l’alimentation du réseau de distribution.

Tous ces postes sources sont alimentés par l’énergie en provenance de


la centrale Electrique du Congo (300 MW), la Centrale d'Imboulou (120
MW), la centrale de Moukoukoulou (74 MW) et la Centrale Electrique
de Djeno (50 MW).

Tout en restant sur l’analyse de ces schémas, on peut retenir que les
postes sources sont constitués de transformateurs HT/MT, de
conducteurs et appareils de coupures, permettant de gérer les feeders
qui représentent les différents départs MT qui alimentent les quartiers de
Pointe-Noire mentionnés ci-dessus, en passant d’abord par des postes
MT/BT avant d’atteindre les consommateurs.

De façon succincte, les caractéristiques du réseau de distribution de


Pointe-Noire 2 se présentent comme suit :

- Tension MT de distribution : 20 KV ;
- Nombre de postes MT/BT : 433 (publics et privés);
- Longueur du réseau MT souterrain : 442 Km ;
- Longueur du réseau MT aérien : 6 Km ;
- Longueur du réseau BT : 1794 Km ;

Le réseau MT peut être aérien ou souterrain. Cependant, à Pointe-Noire


il est à 90% souterrain. Dans les zones industrielles, généralement
installées en banlieue, le réseau MT est souvent aérien tandis que dans
les centres villes, il est souterrain avec des câbles dimensionnés pour

2 Direction de la Distribution et de la Commercialisation, SNE : Tableau récapitulatif de l’état du réseau de


distribution au Congo, SNE, Brazzaville 2012

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 16


cela. Pour un réseau MT bouclé, chaque poste comporte une cellule
d’arrivée de câble et une autre de départ de câble (cellule arrivée +
cellule départ).

Par conséquent, il est important dans notre étude de chercher à


connaitre d’abord le nombre de ménages abonnés ou non ainsi que le
nombre de commerciaux dans ce secteur, ensuite à analyser les postes
utilisés afin de mieux faire l’évaluation du réseau actuel et de présenter
nos stratégies en vue d’un développement optimal.

II.1.1.2- Analyse des problèmes relatifs au réseau MT/BT de Pointe-


Noire

D’après le rapport d’assistance technique en faveur de la SNE, relatif


au plan d’urgence et schéma directeur des réseaux de distribution
(2014), réalisé par Electricité De France (EDF), parmi les problèmes que
connaît le réseau de distribution à Pointe -Noire, nous pouvons citer les
éléments suivants :

- La saturation des réseaux MT (30 kV et 20 kV), des transformateurs


HT/MT et MT/BT dans les 3 zones de la capitale économique.
Cette situation est due à l’évolution ou encore à l’extension des
villes suite à l’augmentation de la population ainsi que du PIB de
l’état congolais qui est en perpétuel évolution depuis
l’indépendance du Congo en 1960 ;
- Le surdimensionnement de certains ouvrages, en particulier dans
les postes sources (Icc 25 KA, Départs 800A parfois, Arrivées
1600A), ce qui explique le fait que beaucoup de défauts ne sont
pas perçu par les équipements de protection, entrainant pour
conséquence la fragilité du réseau d’où de nombreuses
interruption de fourniture d’électricité dans certaines zones et
quartiers ;
- La prise en compte insuffisante des risques d’incendie dans les
postes sources (mode commun au niveau des disjoncteurs MT).
Cette situation s’observe à l’intérieur des postes qui présentent
plusieurs anomalies. Les consignes de sécurité des exploitants ne
figurent sur aucun des murs des édifices et on y constate
également un manque de formation des exploitants dans le
cadre de la conduite à tenir en cas d’incident au sein du poste ;

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 17


- La doctrine actuelle d’utilisation de 20kV et de 30kV sur les mêmes
zones non pertinentes à cause de nombreuses disparités
observées entre les normes actuelles et les normes antérieures ;
- La qualité de la fourniture propre à la distribution est mauvaise.
Cette mauvaise qualité de fourniture s’observe à travers des
branchements défectueux et des types de poteaux utilisés ;
- L’absence d’indicateurs de passage de défauts (bardins) dans les
postes MT/BT, d’où le vieillissement des matériels et une mauvaise
qualité d’énergie fournie ;
- L’absence d’automatisation du réseau (télécommandes en
réseau), d’où la réalisation manuelle et locale des différentes
manipulations au sein des postes ;
- Le manque de moyens techniques (camion de recherche de
défauts, matériel pour la confection des boites de jonction) qui
pour conséquences la lenteur et la non réactivité des différentes
équipes d’intervention à l’intérieur de leur périmètre d’action qui
sont les différentes zones ;
- Une insuffisance des postes MT/BT à travers la ville, ce qui a pour
conséquence la surcharge de certains postes et le manque
d’accès à l’électricité dans plusieurs zones ;
- Le sous dimensionnement des conducteurs BT qui provoque de
nombreux incidents domestiques ainsi que la dégradation des
câbles à l’intérieur du réseau de distribution ;
- L’existence de nombreux délestages en BT ;
- Les nombreuses pertes non techniques qui sont dues au piratage
du réseau et qui rendent difficile le travail d’évaluation des
charges au niveau des postes MT/BT.
Par ailleurs, nous avons réalisé la cartographie des postes publics à
Pointe-Noire, représentée en trois zones, à partir des données recueillies
auprès de la Direction Générale Adjointe chargée de la Distribution et
de la Commercialisation (DGADC) de la manière suivante :

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 18


Tableau 1: Présentation des postes publics par zone en 2014
N° N° PN Etat du poste
Noms du poste Localisation
Centre Zone (KVA)
Zone A
01 01 202 400 En délestage Gare PV entrée port
02 02 203 250 Vers rond-point DAVOUM
03 03 204 250 Face air liquide entrée KM4
04 04 31 Juillet 800 Face camps 31 juillet
05 05 31 Juillet 250 Face camps 31 juillet
06 06 24 logements 630
Vers stade Anselmi, immeuble face
07 07 64 Logements 250
pharmacie 3M
08 08 8 étages 630 Immeuble des officiers
09 09 ABRASSARD 630
10 10 ADOU DANGA 630 Quartier Tchimbamba, vers le CQ TETE
11 11 Aérogare 630 Face aéroport de Pointe-Noire
12 12 Aéroservice 630 Vers laiterie Bayo
Tchimbamba, avenue Gilbert Potigon après
13 13 Aéroservice 2 630
le pont
Vers la côte sauvage (domicile privé du Maire
14 14 AFRIGO 630
Viaudo)
15 15 ARTISANAL 800 Face total km4,à côté de Codisco
Enceinte du stade Anselmi face CEG trois
16 16 AUGOUARD 400
glorieuses
Ngoyo vers la mer ; à partir de la station
17 17 BANGO 630
Puma
18 18 BAC 1 630 En délestage Rond-point ILLAMA Route de la Base
19 19 BAC 2 630 En délestage Route de la base
20 20 BASE MARINE 250 Apres l’usine de Foberg
Enceinte de la banque face restaurant
21 21 BIDC 630
cactus
22 22 BOUITY Arsène 630 Ngoyo, après le Poste HT-THT
23 23 BOUITY Céline 630 OCH à côté du CSI
24 24 CAMP CFCO 630 Quartier KM4
25 25 Case du parti 800 En délestage Av Félix Tchicaya à côté de la case du parti
26 26 CEG KM4 630 En délestage Enceinte CEG KM4
27 27 Citerne SNE 630 Derrière CT1
28 28 Cité AGIP 400 En délestage Face OCI
29 29 Club hippique 630 En délestage Enceinte du club hippique
Immeuble CMCR à côté du camp CORAF vers la
30 30 CMCR 400 baraka
A droite de la RN4 route de la Frontière Vers
31 31 Collège CETA 630
NGOYO
32 32 COMILOG NIANGA 400 Enceinte immeuble, face consulat d’Italie
33 33 CT2 630 Enceinte poste de Ngoyo
En délestage Enceinte d’immeuble d’air Afrique, face ex
34 34 DE GAULLE 630
Novotel
35 35 DAOUDA 630 Tchimbamba vers la mer
36 36 DIOGO 630 Route de la frontière, à côté d’Agricongo
37 37 Domaine 400 En délestage Ruelle Face station puma de Ngoyo
38 38 DSTM (Voirie) 630
En délestage Route de la base après les rails de château
39 39 EX Radio 400
d’eau
Enceinte institut av Marien Ngouabi face bar
40 40 FORAGE I NSTITUT 630
Boueta
Route de la frontière (base de la société
41 41 GAÏA 630
Gaïa)
42 42 Galaté 630

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 19


Dans le grand marché non loin d’air
43 43 Grand Marché 1 000
Poutoulou
44 44 Garnison SNDE 630 Enceinte STD SNDE
45 45 Hôpital Adolphe Sicé 800 En délestage Enceinte de l’hôpital
46 46 IGET 630 Enceinte du camp vers Mpita
2e ruelle, à gauche après le CSI de
47 47 INOCKOMIS 630
Tchimbamba
48 48 ITOUA DANIEL 630 Wharf vers le Bambino
En délestage Ruelle face entrée école agricole (domicile Mr Kondji
49 49 KONDJI 630 marcel)
50 50 KONDJI 2 630 Mayinga Tchimbambouka
51 51 Laborex 630 Devant Laborex av Marien Ngouabi
52 52 LA BASE 630 La Base vers ex Radio
53 53 LA COTIERE 630 Devant l’hôtel La côtière
54 54 LE GERS 630 Derrière le domaine de POABOU
55 55 LINA-CONGO 400 En délestage Dans camps trois martyrs (la base aérienne)
56 56 Loango 800 Vers la télé Pointe-Noire
57 57 Log CSTD 630 Vers l’hôtel Azur vers wharf
Face hôtel Victory palace et devant la villa DD
58 58 Losange 800
police
59 59 Lotissements 1 000 Face la station puma (Brasco)
Derrière l’école primaire face rond-point
60 60 Lumumba 400
Lumumba
61 61 MAMPENZA 400 En délestage Immeuble devant l’entrée du port vers SVP et Panalpina
62 62 Marche Mpita 630 Marché Mpita
63 63 Marché Plateau 400 Immeuble face marché plateau
64 64 Marché KM4 630 Marché KM4
65 65 MAYINGA 630 Route de la frontière après Agricongo
Mayinga en allant vers la mer à gauche, à partir
66 66 MAYINGA2 630 d’Agricongo
A droite de la RN4 route de la Frontière Vers
67 67 MBONDJI 630
NGOYO
68 68 MODESTE 630 Ngoyo plaine, après le poste de Ngoyo
69 69 Moe Pratt 1 250 En délestage Vers Jeanne vaille (Rex)
Wharf au bord de mer Avenue Général Alfred
70 70 MOHAMED 1 630 Raoul
71 71 MOHAMED 2 630 Wharf en partant de Mpita
72 72 MOUNTOLET 630 Vacherot Tchimbamba
73 73 MPITA 630 Face la résidence des familles Tchicaya
74 74 Ngoyo Plaine 630 Enceinte futur hôpital
75 75 Ngoyo Ecole 630 A côté futur Ecole de Ngoyo
Mayinga en allant vers la mer à gauche, à partir
76 76 OKANDZE 630 d’Agricongo
Ruelle après arrêt colonel Route Frontière
77 77 OPOUMBA 630
(Tchimbamba)
78 78 Palais côte sauvage 630 Côte sauvage
Derrière la gare PV, après la villa du maire
79 79 PCT ou AFRIGO 250
Viaudo
80 80 PELLA 630 En délestage Avenue Ma Loango, vers Boscongo
81 81 PTT 630 Derrière la préfecture
82 82 Pyramide 630 En délestage Côte sauvage
83 83 RADIO 250 Enceinte radio Pointe-Noire
84 84 SAEG 400 Derrière l’ex hôtel Novotel
Vers le bar Lucras et les villas Gomes
85 85 SAMBA Simon 250
(Tchimbamba)
86 86 SIC Tchitchelle 630 Sic Tchitchelle
87 87 STD 630 Enceinte SNE
88 88 SNDE Tchimbamba 1 000 Enceinte SNDE
89 89 SNE DDK 630 Enceinte SNE
90 90 SPORAFRIC 630 A côté de Sporafric face optique Congo

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 20


91 91 ST Pierre I 800 En délestage Enceinte stade v-club OCH
92 92 ST Pierre II 1 000 En délestage Vers la baguette d’or
En délestage Entre la carrière de Miambanzila et la boulangerie
93 93 ST Pierre III 250
Ngok
Socoprise à gauche avant le pont en allant vers le
94 94 TAVOUKA 630 Rond-point
Socoprise à droite après du pont en allant vers le Rond-
95 95 TCHAKALA 630 point
96 96 TCHICAYA 400 Face AGC, à côté de l’hôtel ex Novotel
97 97 Tchimbamba 800 En délestage Face entrée antenne de Linda
98 98 TWIGA (pyramide) 630 Côte sauvage
99 99 WHARF 630 Sous le pont de wharf
100 100 YIMBOU 630 En délestage Vers l’hôtel FLM
Zone B
101 01 5 chemins 630 En délestage Route vers Patra (devant les 5 chemins)
102 02 Agence Mpaka 400 En délestage Agence SNE de Mpaka
103 03 Avenir 800 En délestage Vers le rond-point de X-or
104 04 Bel air 630 En délestage Face bar bel air vers la commune de Ngoyo
105 05 Bissongo 630 En délestage Enceinte marché de Bissongo
106 06 CEG Mpaka 630 En délestage Derrière le CEG route de la radio Louzolo
107 07 Clarisse Marko 630 En délestage
108 08 CNSS Foucks 630 En délestage Enceinte CNSS rond-point Foucks
109 09 Coomapon 630 En délestage Entre ex G8 et vers SMI de Mbota
110 10 CSI Bissongo 630 En délestage A côté du CSI Bissongo
111 11 CSI Mouissou Mado 630 En délestage Enceinte CSI Mouissou Madeleine Mpaka
En délestage Enceinte dispensaire, après la commune de
112 12 Dispensaire Ngoyo 250
Ngoyo
113 13 EEC Mbota 630 En délestage A côté de l’EEC Mbota
En délestage Derrière l’ex boulangerie GO et vers l’hôpital de
114 14 GO 630
Tié-Tié
115 15 Gorille 630 En délestage Rond-point le gorille
116 16 Ibangui 400 En délestage Enceinte de l’hôtel Ibangui, vers 7/7 de Dany
117 17 Itoua Ondongo 630 En délestage Vers la villa d’Inès Nguesso
118 18 KOUMBA 630 En délestage Tchimbambouka
119 19 Lien DAMBOU 630 En délestage Dans l’enceinte de l’Ecole Lien Dambou
120 20 Loussala 800 En délestage Enceinte école primaire de Loussala
121 21 Mahouata 1000 En délestage Rond-point de Mahouata face station total
122 22 Marché Liberté 800 En délestage Enceinte marché liberté
123 23 Marché Tié-Tié 630 En délestage Face marché Tié-Tié et le poste de police
124 24 Mbota marché 630 En délestage Devant le marché de Mbota
125 25 Moukenga 630 En délestage Entrée principale de CSI Mpaka
126 26 MIAMBANZILA 630 En délestage Avenue des Dallettes à Mpaka
127 27 MISSIDIMBAZI 630 En délestage Voungou
128 28 Mpaka 8 630 En délestage Enceinte école primaire de KM8
129 29 Mahouata 2 630 En délestage
130 30 Modeste 2 630 En délestage Mayinga
131 31 Mouyondzi 2X630 En délestage Dans l’enceinte du Cimetière de Mboukou
132 32 Roy 1000 En délestage Rond-point et dans l’ex cinéma ROY,
133 33 Savon 630 En délestage Face pharmacie de savon
134 34 Saint Jean-Bosco 630 En délestage Enceinte de l’église
135 35 SMI Mbota 630 En délestage Enceinte SMI
136 36 SNDE Matendé 630 En délestage Enceinte SNDE vers chez les sœurs
137 37 SNDE Tié-Tié 630 En délestage Face agence SNE Tié-Tié (immeuble Adjibi)
138 38 SNDE Voungou 630 En délestage Ruelle face poste Voungou école
139 39 SNDE Mpaka 630 En délestage Ruelle à gauche à la Mucodec
140 40 Tchimani 800 En délestage Vers l’église Zéphirin
141 41 Tchimani 2 630 En délestage Tchimani
142 42 Voungou Ecole 800 En délestage Enceinte école primaire de Voungou
143 43 Voungou 2 630 En délestage Voungou

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 21


144 44 Poudrière 630 En délestage Poudrière à Tchimani
145 45 PATRA 630 En délestage Avenue de l’indépendance à Patra (Mpaka)
En délestage Vers le lycée de Mpaka, sur la route de
146 46 Ya Bolé 630
Tchimani
Zone C
147 01 ADOUMA Gabriel 630
148 02 Agence de Loandjili 630
149 03 Antenne souvenir
150 04 ARMÉE DU SALUT 630
151 05 Auriole 630
152 06 Cité 1Coraf 630
153 07 Congo Assistance
154 08 CT3 630X2 Enceinte du poste CT3
155 09 Ecole du 15 août
156 10 Ecole Balou Constant
157 11 Ecole 418
158 12 Ecole A. Banthoud 2
159 13 Ecole Makayabou
160 14 Ecole Mbota Raffinerie
161 15 Ex Agence Loandjili 630
162 16 Ex Cimetière Loandjili
En face du poste HT-THT de Mongo-Kamba
163 17 Forage Mongo 630
1
164 18 Forage Nkouikou 630
165 19 Forage Privée 630
166 20 Foyer Coraf
167 21 Fulconsa 800
168 22 GOMA-TATY 630
169 23 ITOUA OBAMBOU 630
170 24 JPS 800
171 25 Kando 1 000
172 26 KIF-KIF
173 27 KINANA 630
A côté de l’Eglise catholique Kisito à
174 28 Kisito 800
Nkouikou
175 29 Koufoli 630
Enceinte siège de l’Arrondissement 4
176 30 Loandjili Commune 1000
Loandjili
177 31 Lycée 250
178 32 MANESIA 630
179 33 Marché Mayaka
180 34 Matendé 800
181 35 MBENDZA 630
182 36 Mbota Carlos 630
183 37 Mbota Raffinerie1 400
184 38 Mbota Raffinerie2 MEH 630
178 39 NgofoPambou
179 40 Nkouikou I 630 Rond-point DAVOUM
180 41 Nkouikou II 800 Rond-point DAVOUM
181 42 Moe-Poaty 630
182 43 Mongo Kamba 1 630
183 44 Mongo-Poukou 630
184 45 Movis 630
185 46 Mvoumvou 1 250
186 47 Mission du cèdre
187 48 ONGOUNDOU Jean
188 49 OSSAKETO Vers le pylône THT derrière MGK2
189 50 PAKA Honoré

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 22


190 51 Scierie Buisson
191 52 Siafoumou 800
192 53 Siafoumou Intérieur 800
193 54 STPN 630
194 55 Sympathique 630
195 56 Témoins de Jéhovah
196 57 Tchiali 800
197 58 Tchiali 2 Bouity Viaudo 630
198 59 Taliane 400
199 60 Tchiniambi Ecole 630
200 61 Tchipounga Sita Bitori
201 62 Tchystère 630
202 63 Tchystère 2 630
203 64 Zone Foire 800
Source : DGADC, Département chargé de la Distribution, SNE, 2014

Il ressort de ces données que 68 postes MT/BT publics sur les 203
existants demeurent jusqu’à ce jour en situation de délestage
permanent depuis le dernier trimestre 2014, ce qui correspond à un
taux de délestage de 26%. Ces délestages sont dus au mauvais état du
réseau de distribution MT/BT, à la surcharge de certains postes, et à
bien d’autres raisons évoquées dans les rapports d’EDF cités plus haut
relatifs à l’état du réseau de distribution de Pointe-Noire.

II.1.2- Situation en zone rurale

Dans les zones rurales, bien que des efforts sont constatés, grâce aux
politiques de la municipalisation accélérée en termes d’une part, de
renforcement et de modernisation des équipements électriques en
place, et d’autre part, de l’augmentation du niveau de dotations en
carburant et pièces de rechange fournis dans les centres ruraux, la
plupart des populations rurales n’a pas accès à l’électricité.

Plusieurs zones rurales sont alimentées par des générateurs électriques


en vue de pallier à cette situation de manque d’électricité. En effet, la
localité de Ouesso compte deux arrondissements notamment
l’arrondissement 1 ‘‘Nzalangoye’’ et l’arrondissement 2 ‘‘Mbinzo’’.

D’après les services techniques chargés de distribution de la SNE à


Ouesso (2015), cette localité est alimentée en électricité par trois (03)
groupes électrogènes d’une puissance nominale de 1 200 KW chacun,
soit une capacité totale installée de 3,6 MW.

La demande d’électricité aux heures creuses est de 2,4 MW, et

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 23


pendant les heures de pointe elle est de 2,8 MW. Au regard de ce qui
précède, l’offre d’électricité à Ouesso est capable de couvrir la
demande. Cependant, la population n’est pas satisfaite du service, car
elle ne reçoit de l’électricité que pendant une courte durée (18 h à 22
h), soit quatre (04) heures par jour.

Par ailleurs, il ressort de l’enquête réalisé par le CEPI (2013) relative à


l’élaboration de la mercuriale des biens et services consommés par
l’Etat congolais que, l’énergie électrique à Ouesso est distribuée à partir
de 18 heures, ce qui pénalise le fonctionnement de certaines activités
publiques et privées la journée. A cet effet, la population de Ouesso, les
administrations et les entreprises sont obligées à rechercher des
solutions alternatives qui sont en générale très coûteuses. Cette
situation explique le fait qu’à Ouesso il n’existe pas de la part de la SNE
des distributions d’électricité MT, mais plutôt que des alimentations en
BT, ce qui justifie le faible effectif d’entreprises dans cette localité,
notamment vingt-deux (22) PME et trois (03) grandes entreprises
évoluant dans le domaine forestier (CIB, IFO et SOCALIB), car Ouesso
est situé au cœur de la forêt équatoriale et regorge de la deuxième
ressource naturelle du Congo, le bois, après le pétrole.

Selon le rapport annuel 2013 de la SNE, parmi les problèmes que


présente le réseau de distribution de Ouesso, on peut citer :

• l’existence permanente de plusieurs pannes sur les groupes


provoquant ainsi plusieurs interruptions dans la fourniture
d’électricité ;
• le vieillissement du matériel ou équipements électriques tels que les
câbles qui ne supportent plus le courant résiduel, certaines pièces
des groupes qui sont défectueuses, …. ;
• l’absence d’un service de maintenance permanent et performant ;
• l’accroissement de la population avec l’extension de la localité par
la création de nouveaux quartiers ;
• l’inexistence d’un plan de réseaux BT, MT actualisé.

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 24


II.2- Situation actuelle de la population congolaise relative à
l’accès à l’électricité

II.2.1- Situation globale d’accès à l’électricité


Selon le Recensement Général de la Population et de l’Habitat (RGPH-
2007), la République du Congo compte 3 697 490 habitants, répartis
dans douze (12) départements, subdivisés en 86 sous-préfectures et 6
communes urbaines (Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Nkayi, Mossendjo
et Ouesso).
La consommation finale totale d’énergie passe de 981 ktep en 2000 à
1769 ktep en 2011, soit un accroissement annuel moyen de 5,8%. Ce
dernier est supérieur à la croissance démographique (3,3% en moyenne
par an), ainsi qu’à la croissance économique (4,7% en moyenne par
an).
Au cours de la période 2000 - 2011, la consommation finale totale pour
l’électricité est passée de 22 ktep à 55 ktep, soit une croissance
annuelle moyenne de 8,5% et une croissance de 11,2% entre 2007 et
2011. Cette croissance, supérieure à la croissance annuelle moyenne
du PIB (4,7%) sur la même période, devrait se poursuivre avec les
investissements électriques prévus.
Le taux d’accès à l’électricité (sur la base du nombre d’abonnés
comptabilisés) passe de 16% à 25% entre 2000 et 2011, soit un
accroissement annuel moyen de 4%.

II.2.2- Situation d’accès à l’électricité dans la ville de Pointe-Noire

La situation concernant l’accès à l’électricité de la population de


Pointe-Noire est illustrée par le taux d’accès à l’électricité, qui est
déterminé de la manière suivante :
- Taux d’accès à l’électricité (en BT) = nombre de ménages
raccordés au réseau x 6 / population totale
NB : nombre de ménages = Population totale / 6 , car au Congo
un ménage est constitué en moyenne de 6 membres.
- Taux d’accès à l’électricité (en MT) = nombre d’abonnés (en MT)/
Effectif total des PME
Il est important de signaler que les ménages sont alimentés par la Basse
Tension (BT), tandis que les services ou les PME sont concernés par
l’alimentation en HT/MT. En effet, d’après l’annuaire statistique du

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 25


Congo (2012), la ville de Pointe-Noire comptait environ 666 PME en
2010. A cet effet, le calcul du taux d’accès à l’électricité, en MT,
prendra pour référence cet effectif de PME en 2010 car les données
concernant les années suivantes sont indisponibles.

D’après les rapports annuels de la SNE, la ville de Pointe-Noire compte


50 074 abonnés (en BT) et 286 abonnés (en HT/MT) en 2011 ; 62 468
abonnés (en BT) et 325 abonnés (en HT/MT) en 2012 ; 71 766 abonnés
(en BT) et 381 abonnés (en HT/MT) en 2013.

Selon le Recensement Général de la Population et de l’Habitat (RGPH),


2007, la Population totale de Pointe-Noire était d’environ 715 334
habitants en 2007 et devrait, avec un taux de croissance de 4,5%, être
au tour de 1000 000 d’habitants en 2014.

La répartition de la population de Pointe-Noire par arrondissement est


présentée dans le tableau ci-après :

Tableau 2: répartition des Ménages de Pointe-Noire par arrondissement


entre 2011 et 2013

Rubriques Population Ménages

2011 2012 2013 2011 2012 2013

Arrondis. Eff. % Eff. % Eff. % Eff. % Eff. % Eff. %

Ensemble 853 100 891 100 931 100 142 100 148 100% 1552 100%
049 % 436 % 551 % 175 % 573 59

Lumumba 127 14, 132 14, 138 14, 211 14, 221 14,8 2312 14,89
028 89% 744 89% 718 89% 71 89% 24 9% 0 %

Mvoumvou 101 11, 105 11, 110 11, 168 11, 176 11,8 1839 11,85
079 85% 627 85% 381 85% 46 85% 04 5% 7 %

Tié-Tié 303 35, 316 35, 331 35, 505 35, 528 35,5 5519 35,55

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 26


281 55% 928 55% 190 55% 47 55% 21 5% 8 %

Loandjili 321 37, 336 37, 351 37, 536 37, 560 37,7 5854 37,71
661 71% 137 71% 262 71% 10 71% 23 1% 4 %

Mongo ND - ND - ND - ND - ND - ND -
MPouK.

Ngoyo ND - ND - ND - ND - ND - ND -
Source : résultats de l’examen des données du RGPH-2007 en quelques chiffres.

Dans le cadre de cette étude, nous avons aussi retenu l’hypothèse


selon laquelle l’électricité en BT est consommé par les ménages qui
constituent les résidentiels, et l’électricité en MT est consommé par les
clients commerciaux constitués de PME. Les industriels ne sont pas
concernés par notre étude, car nous les classons parmi les
consommateurs d’électricité HT.

Le calcul du taux d’accès à l’électricité en BT et en MT à Pointe – Noire


est présenté dans le tableau suivant :

Tableau 3 : Taux d’accès à l’électricité (BT et MT) à Pointe – Noire


entre 2011 et 2013
Ensemble Entre- Taux d’accès à
Nombre d’abonnés
Années des prises l’électricité
ménages Ensemble BT MT BT MT Ens.
2011 142175 666 50360 50074 286 35,2% 43% 35,4%
62
2012 148573 666 62793 325 42% 49% 42,3%
468

2013 155259 666 72147 71766 381 46,2% 57% 46,5%

Source : résultats de l’examen des rapports annuels SNE, 2012-2013.

Comme le montre ces données, l’évolution du taux d’accès à


l’électricité à Pointe-Noire est loin de satisfaire les attentes du

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 27


gouvernement congolais qui envisage en 2015, à travers sa politique
sectorielle de l’électricité, d’augmenter le taux d’accès à l’électricité à
90% en zone urbaine.
II.2.3- Situation d’accès à l’électricité à Ouesso

Concernant la population de Ouesso, le Recensement Général de la


Population et de l’Habitat (RGPH), 2007, indique que celle-ci était
d’environ 28 179 habitants en 2007 et devrait, avec un taux de
croissance de 2,8% par année, atteindre 34 188 habitants en 2014.

La répartition de la population de Ouesso par arrondissement est


présentée dans le tableau ci-après :
Tableau 4: répartition des Ménages de Ouesso par arrondissement
entre 2011 et 2013

Rubriques Population Ménages

2011 2012 2013 2011 2012 2013

Arrondis. Eff. % Eff. % Eff. % Eff. % Eff. % Eff. %

Ensemble 31 100 32 100 33 100 5 100 5 100% 5 100%


470 % 351 % 257 % 245 % 392 543

1.Nzalango 16 52% 16 52% 17 52% 2 52% 2 52% 2 52%


ye 327 785 255 721 797 876

2.Mbindzo 15 48% 15 48% 16 48% 2 48% 2 48% 2 48%


142 566 002 524 594 667
Source : résultats de l’examen du RGPH-2007 en quelques chiffres.

L’arrondissement 1(Nzalangoye) compte plus de ménages que


l’arrondissement 2 (Mbinzo) avec respectivement 52% et 48% de
l’ensemble des ménages.

Comme à Pointe-Noire, l’évolution du taux d’accès à l’électricité à


Ouesso entre 2011 et 2013 est présentée dans le tableau suivant :

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 28


Tableau 5 : Taux d’accès à l’électricité (BT et MT) à Ouesso entre
2011 et 2013
Ensemble Taux d’accès à
Nombre d’abonnés
Années des l’électricité
ménages Ensemble BT MT BT MT Ens.
2011 5245 868 868 - 16,5% - 16,5%
2012 5392 1266 1266 - 23,5% - 23,5%
2013 5543 1370 1370 - 24,7% - 24,7%
Source : résultats de l’examen des rapports annuels SNE, 2012-2013.

Comme on peut le constater, le taux d’accès à l’électricité en zone


rurale en générale et à Ouesso en particulier est faible. Ces mauvais
résultats sont encore renforcés par l’attitude de plusieurs résidents qui
préfèrent ne pas s’abonner puisque les services fournis ne satisfont pas
pleinement leur besoin journalier en énergie électrique.

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 29


III- Problématique
L’enjeu principal pour le gouvernement Congolais est de fournir de
manière régulière l’électricité à la majorité de la population des zones
urbaines et rurales en République du Congo. La question centrale à
laquelle cette étude se propose de répondre est la suivante : Ce projet
permettra t- il de remplir pleinement cette mission qui lui a été
assignée, celle de permettre à la majorité des populations urbaines et
rurales d’avoir accès à l’électricité ?
La réponse à cette problématique implique des investissements qui
peuvent être supportés soit par le gouvernement, soit par les
investisseurs privés lorsque le projet est financièrement rentable.
C’est pourquoi, nous examinerons la rentabilité financière et nous
ferons un bref aperçu de la rentabilité économique et sociale du
projet.
Ces résultats ne pourront être atteints que si les contraintes ci-
après sont prises en considération :
- L’offre potentielle d’électricité doit être maintenue au niveau
actuel (591,5 MW) ou bien améliorée, car il existe au Congo
plusieurs difficultés en terme de maintenance des
centrales électriques;
- Existence d’importantes pertes techniques (près de la moitié
de la production d’électricité au Congo, notamment 47,4 %) et
non techniques. En effet, d’après l’Institut de l’Energie et de
l’Environnement de la Francophonie (IEPF)3, pour l’ensemble
du système électrique, de la production à la distribution, le seuil
des pertes globales considéré comme acceptable pour les
experts internationaux est de 15 à 16%. Ce pourcentage inclus
les pertes techniques et les pertes non techniques. En plus,
l’IEPF considère que les pertes techniques proviennent
généralement de la production et du transit sur le réseau
(transport et distribution), alors que les pertes non techniques
proviennent de l’énergie consommée non enregistrée, c’est-à-
dire non facturée ;
- Certaines zones urbaines ou rurales sont enclavées suite au
mauvais état des routes ou bien à cause des érosions des sols,
rendant ainsi leur accès difficile, ce qui complique alors la
3 IEPF : Fiche technique de PRISME N°8, thématique sur les politiques de maîtrise de l’Energie, p 1.

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 30


mise en place d’infrastructures de transport d’électricité. Par
ailleurs, d’autres zones sont éloignées du réseau de transport
d’électricité interconnecté, qui est constitué de deux ilots, à
savoir : l’axe 110/225 KV, Moukoukoulou – Loudima, couplé aux
centrales à gaz, qui alimentent les régions de la Bouenza, Niari
et la ville de Pointe-Noire ; l’axe 220 KV Lingouala – Mbouono –
Tsiélampo, qui alimente la ville de Brazzaville, s’étendant
jusqu’à la centrale hydroélectrique d’Imboulou, en passant par
les postes de Djiri et de Ngo. Cet axe qui dispose d’une
puissance installée de 180 MW, devrait permettre de répondre
à la demande globale de Brazzaville, mais se heurte à un
goulot d’étranglement sur la liaison Mbouono – Djoué dont la
puissance à transiter ne peut dépasser 30 MW, car le
transformateur n°2 du poste de Tsiélampo étant en panne,
toute la charge des feeders de 20 KV transite par l’unique
transformateur resté en service, causant ainsi sa saturation ;
- La situation de la distribution d’électricité en zone urbaine est
caractérisée de manière générale par la saturation et le
vieillissement des équipements électrotechniques. Cette
situation nécessite de la part du gouvernement une prise de
conscience en vue de renforcer les réseaux et de réhabiliter
certains équipements.
La problématique ainsi formulée conduit à avancer les hypothèses
suivantes:
- Les moyens financiers sont disponibles, et la bonne volonté du
gouvernement congolais est exprimée par sa politique nationale
d’urbanisation et de modernisation des zones urbaines et rurales,
intitulée « la municipalisation accélérée », en vue de répondre
favorablement aux différentes contraintes mentionnées ci-dessus ;
- Ce projet permet d’augmenter le taux d’accès à l’électricité en
zones urbaine et rurale.

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 31


IV- Présentation de la méthodologie relative au développement
optimal du réseau de distribution d’électricité au Congo

La méthodologie que nous allons utiliser pour atteindre nos objectifs est
basée d’une part sur la recherche documentaire (collecte des
données techniques telles que le type d’équipements ou de matériels
à installer, le schéma à adopter, la puissance nécessaire, les types de
câbles, de postes MT/BT, de branchements, de réseaux électriques ; et
des données économiques et sociales des localités concernées telles
que l’évolution d’abonnés, de la population ou des ménages ayant
accès ou pas à l’électricité, le revenu des populations, les entreprises
en place, … ), d’autre part sur l’approche analytique et sur l’approche
comparative. L’approche analytique consiste à trouver une solution
optimale dans la distribution de l’électricité, en évaluant tout d’abord
la faisabilité technique du projet, la rentabilité financière, économique
et sociale du projet, en se basant sur les coûts pratiqués au niveau des
projets similaires ou sur des propositions de coûts inscrits dans des
cahiers de charges de la SNE.

Dans le cadre de l’évaluation financière, nous nous sommes appuyés


sur la Valeur Actuelle Nette (VAN) qui est un indicateur présentant
moins de limites par rapport à d’autres. En ce qui concerne la
rentabilité économique et sociale du projet, on s’est limité, vu l’ampleur
du projet, à présenter un bref aperçu de l’évaluation économique et
sociale. Ensuite, l’approche comparative consistera à comparer les
situations avant et après-projet, à partir du taux d’accès à l’électricité
et par l’identification des avantages et des coûts socio-économiques
afin d’analyser les effets du projet sur les différents groupes de la
société en milieu urbain et rural.

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 32


Pour assurer la pérennité du projet, nous allons adopter une politique
relative à la gestion de la demande en accompagnant l’évolution de
la population par des branchements annuels constants sur 10 ans
(échéance du projet) et après le projet par le suivi et l’évaluation des
investissements réalisés. En outre, cette gestion de la demande passera
aussi par le Centre National de Dispatching (CND), situé à Djiri dans le
Nord de Brazzaville, en ce qui concerne les localités interconnectées
au réseau de transport d’électricité et visibles sur le tableau synoptique.
Cet outil permettra d’apprécier l’équilibre entre l’offre et la demande
nationale d’électricité en temps réel par localité, dans le but de gérer
les dessertes conformément à l’évolution de la demande. Concernant
les localités qui ne sont pas connectés au réseau de transport national,
telles que les villes de Ouesso, d’Impfondo, Sibiti…, qui sont alimentées
par des groupes électrogènes de fortes capacités, une politique de
gestion particulière est mise en place selon les technologies utilisées.
Pour réaliser cette démarche, notre stratégie se présente comme suit :
- Localiser les zones connectées ou pas au réseau de transport
national d’électricité ;
- Exploiter toutes les potentialités des différents départements en
sources d’énergie électrique ;
- Identifier les ressources humaines nécessaires ;
- Choisir le niveau de tension requis selon la distance des localités
par rapport à la source ;
- Choisir le type et le nombre de pilonnes nécessaires par rapport
au relief ;
- Notre mode de calcul des valeurs de prix et coûts retenu prévoit
une marge d’imprévus d’environ 3%;
- S’appuyer sur l’indicateur « taux d’accès à l’électricité », qui est le
rapport entre le nombre de ménages ayant accès à l’électricité

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 33


et le nombre total des ménages des localités électrifiées. Cet outil
est un indicateur important pour diagnostiquer la situation
actuelle des localités et pour le suivi du projet dans la mesure où
un des objectifs importants est d’avoir un nombre élevé
d’utilisateurs du service d’électricité ;
- Envisager la prévision de la demande en électricité en se basant
sur les taux d’évolution de la population, des ménages et des
consommateurs BT et MT ;
- Rechercher une technologie à faible coût, en premier lieu
privilégier l’hydroélectricité, tout en respectant l’environnement ;
- Recourir aux centrales solaires, à la biomasse, à l’énergie éolienne
et au thermique gaz ou Diesel, lorsque la solution
d’hydroélectricité ne peut pas s’appliquer ou bien dans le cas
des zones enclavées;
- Envisager une stratégie pour la gestion des heures de forte
consommation et des heures de faible consommation basée sur
l’analyse du coût marginal de chaque type de technologies à
utiliser. En outre, dans le cas des centrales hydroélectriques, pour
gérer ces périodes, on peut instaurer un système de régulation
selon le type d’installation (déversoir libre, au fil de l’eau,…) ;
- Envisager une connexion électrique (tension 220 volt en
monophasé et 380 volt en triphasé via le poste MT/BT le plus
proche) dans chaque maison (milieu urbain et milieu rural) en
procédant à des opérations promotionnelles de branchements
sociaux selon les bourses ;
- Au-delà d’une puissance de 160 KVA à alimenter, l’installation
électrique doit s’équiper d’un poste MT/BT privé, car dans ce cas
de figure la charge est trop importante, donc pas du tout aisé
pour se connecter à un poste public prévu pour alimenter

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 34


plusieurs abonnés ;
- Privilégier les réseaux souterrains en MT (6,6 kV, 20 kV et 30 kV) et
aériens en BT dans le milieu rural pour une meilleure gestion du
réseau ;
- Se donner d’un horizon temporel de dix ans (10 ans) afin
d’atteindre ces objectifs.

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 35


V- Faisabilité et Gouvernance du projet

L’analyse de la situation actuelle du réseau de distribution d’électricité


ainsi que celle de la population congolaise a révélé qu’il existe un
problème et un besoin réel en électricité. A cet effet, il est nécessaire
d’examiner la faisabilité technique, financière, socio-économique, ainsi
que la gouvernance du projet.

Les ressources financières de ce projet proviendront de l’Etat congolais,


par l’intermédiaire du Ministère chargé de l’Aménagement du Territoire
et de la Délégation Générale aux Grands Travaux. Au Congo, la SNE
est une société étatique qui ne finance pas en générale ses projets, au
contraire c’est l’Etat qui investit et lui remet ensuite l’ouvrage. Ce
financement permettra d’acquérir les infrastructures électriques et de
mettre en œuvre ce projet.

V.1- Faisabilité du projet


V.1.1- Faisabilité technique
V.1.1.1- Etude de la Zone urbaine : POINTE-NOIRE

Rappelons que le réseau de distribution de Pointe-Noire a pour but


d’alimenter tous les consommateurs d’électricité de cette localité qui
est repartie en six communes, à savoir : Lumumba, Mvoumvou, Tié-Tié,
Loandjili, Mongo Mpoukou et Ngoyo. En effet, l’offre garantie
d’électricité à Pointe-Noire est de 166 MW face à une demande de 110
MW aux heures creuses et de 140 MW pendant les heures de pointe.
L’offre d’électricité est alors supérieure à la demande.

En outre, la ville de Pointe-Noire a présenté environ 1000 000 habitants


en 2014, avec une densité de 22883 habitants/km2. Ce réseau est
subdivisé en deux sous niveaux de tension : les réseaux Moyenne
Tension (20 à 30 kV) et basse tension (220 à 380V). En outre, ces
communes sont réparties par zone du réseau de la manière suivante :

- Zone A : communes de Lumumba et de Ngoyo ;


- Zone B : commune de Tié – Tié et une portion de Loandjili (20%) ;
- Zone C : communes de Loandjili (80%) et de Mongo Mpoukou.

A cet effet, selon les données du RGPH-2007, on arrive à déterminer


que la zone A constitue environ 22% de l’ensemble des ménages de

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 36


Pointe-Noire, la zone B représente environ 43% des ménages, et la zone
C compte 35% des ménages.

La faisabilité technique de notre projet s’appuie d’une part sur les


éléments constitutifs des infrastructures ou matériels électriques requis
pour le bon fonctionnement de ces deux types de réseaux (MT et BT),
et d’autre part sur les méthodes de branchement des abonnés et de
l’éclairage public.

Selon les données en notre possession (hors postes privés) nous avons
enregistré que 68 postes MT/BT publics demeurent jusqu’à ce jour en
situation de délestage permanent. La répartition de ces postes par
zone montre que les communes de Lumumba et de Ngoyo (Zone A)
présentent 22 postes en délestage permanent ; la commune de Tié-Tié
et 20% de celle de Loandjili (Zone B) présentent 46 postes en délestage
permanent ; cependant la commune de Mongo Mpoukou et 80% de
Loandjili n’affichent aucun poste en délestage permanent du fait que
cette zone est constituée de nouveaux quartiers dans lesquels la
densité de la population est encore faible. Les effectifs des ménages
abonnés et de l’ensemble des ménages de Pointe-Noire, nous
permettent de déduire l’effectif des ménages qui n’ont pas accès à
l’électricité.

A partir de ces situations de postes en délestage, l’étude technique


relative au développement optimal du réseau de distribution à Pointe-
Noire consiste d’abord à comprendre les raisons qui expliquent ces
problèmes, et à prendre des décisions stratégiques comme suit :

- S’assurer que la puissance disponible pour la fourniture d’énergie


électrique est réellement opérationnelle : ce qui est le cas à
Pointe-Noire ;
- Dans les secteurs en délestage (Zones A et B), nous allons vérifier
la capacité des transformateurs HT/MT (postes sources) et MT/BT,
c’est-à-dire voir s’ils sont saturés ou non, aussi leur état de
vieillissement ainsi que les équipements de protection ;
- Si les transformateurs sont saturés : la solution serait d’assainir le
réseau de distribution en changeant les câbles défectueux par
des câbles dimensionnés par rapport à la section concernée afin
de réduire les pertes ; construire des nouveaux postes ou bien

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 37


augmenter la capacité des anciens postes; identifier et éliminer
ensuite les réseaux pirates ;
- Si les transformateurs HT/MT ne sont pas saturés : la solution serait
d’augmenter la capacité des transformateurs MT/BT et revoir les
câbles pour réduire les pertes ;
- Tenir compte de l’évolution de la demande, notre étude a retenu
l’échéance de 10 ans, afin de mieux localiser l’emplacement des
postes et de surdimensionner leur capacité. Ensuite, présenter
l’évolution du taux d’accès à l’électricité à Court terme et à Long
terme (dans 10 ans) qui représente l’objectif principal de notre
étude ;
- Pointe-Noire étant une zone urbaine où la densité de population
est forte, l’on doit séparer deux postes d’un rayon de 500 m au
maximum ;
- Signifier le nombre de ménages qui peut être branché à un
transformateur MT/BT ;
- Prévoir le nombre de postes par départ dans le cas d’un poste
source: selon les conseils des techniciens de la SNE, un départ doit
alimenter moins de 12 postes, en moyenne 8, soit 48
transformateurs (6 départs x 8) en moyenne par poste source
lorsque celle-ci fonctionne à pleine capacité, ce qui n’est pas
recommander ;
- Enfin, présenter notre schéma du réseau futur.

A cet effet, pour comprendre les raisons qui expliquent ces problèmes
de délestage, notre équipe d’étude de projet, vu les difficultés de
financement rencontrées pour mener une enquête de terrain en vue
d’élaborer notre propre diagnostic, s’est orientée vers la Direction
Départementale de la SNE à Pointe – Noire pour examiner leurs rapports
d’évaluation du réseau de distribution et certains cahiers de charge
avec coûts. Il ressort de ceux-ci certaines explications relatives aux
problèmes de délestage de ces différents postes. Les cahiers de
charge avec coûts nous donnent un aperçu général sur les coûts de
certains matériels, infrastructures électriques et opérations de
branchement d’abonnés.

Les raisons relatives au délestage de ces postes et notre stratégie de


dénouement de cette situation sont présentées dans le tableau

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 38


suivant :
Tableau 6 : Etat des postes en délestage de Pointe-Noire et
stratégies de dénouement

PNB
N Postes en Stratégies de
(KVA Localisation Raisons des délestages
° délestage dénouement
)

ZONE A ( LUMUMBA ET NGOYO)

Gare PV entrée Augmentation de


Transformateur de faible
1 202 400 port puissance (Réhabilitation
capacité
du poste)
Rond-point
ILLAMA Route Insuffisance de Création de nouveaux
2 BAC 1 630
de la Base transformateurs postes

Route de la Création de nouveaux


3 BAC 2 630 base Transformateur surchargé
postes
Av Félix
Tchicaya à côté Création de nouveaux
4 Case du parti 800
de la case du Transformateur surchargé
postes
parti

Enceinte CEG Création de nouveaux


5 CEG KM4 630
KM4 Transformateur surchargé
postes

Augmentation de
6 Cité AGIP 400 Face OCI
Transformateur surchargé puissance (Réhabilitation
du poste)

Club Enceinte du Création de nouveaux


7 630
hippique club hippique Transformateur surchargé
postes
Enceinte
d’immeuble Création de nouveaux
8 DE GAULLE 630
d’air Afrique, Transformateur surchargé
postes
face ex Novotel
Ruelle Face
9 Domaine 400 station puma de Création de nouveaux
Poste surchargé
Ngoyo postes
Route de la
base après les Augmentation de
10 EX Radio 400
rails de château Transformateur surchargé puissance (Réhabilitation
d’eau du poste)

Hôpital Enceinte de Equipement de protection


11 800 Réhabilitation du poste
Adolphe Sicé l’hôpital
défectueux
Ruelle face
entrée école
12 KONDJI 630 agricole Création de nouveaux
Transformateur surchargé
(domicile Mr postes
Kondji marcel)
Dans camps
13 LINA-CONGO 400
trois martyrs (la Transformateur de faible Réhabilitation du poste

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 39


base aérienne) capacité
Immeuble
devant l’entrée Augmentation de
14 MAMPENZA 400 Transformateur de faible
du port vers SVP puissance (Réhabilitation
capacité
et Panalpina du poste)
Vers Jeanne
15 Moe Pratt 1 250 Réhabilitation du poste
vaille (Rex) Transformateur surchargé
Avenue Ma Densification du réseau
16 PELLA 630 Loango, vers (création de nouveaux
Transformateur surchargé
Boscongo postes)
Densification du réseau
17 Pyramide 630 Côte sauvage ((création de nouveaux
Transformateur surchargé
postes)
Densification du réseau
Enceinte stade
18 ST Pierre I 800 (création de nouveaux
v-club OCH Transformateur surchargé
postes)
Densification du réseau
Vers la baguette
19 ST Pierre II 1 000 (création de nouveaux
d’or Transformateur surchargé
postes)
Entre la carrière
de Miambanzila Densification du réseau
20 ST Pierre III 250 et la (création de nouveaux
Transformateur surchargé
boulangerie postes)
Ngok
Face entrée Densification du réseau
21 Tchimbamba 800 antenne de (création de nouveaux
Transformateur surchargé
Linda postes)
Densification du réseau
22 YIMBOU 630 YIMBOU (création de nouveaux
Transformateur surchargé
postes)

ZONE B (TIE-TIE ET 20% DE LOANDJILI)

Route vers Patra - Transformateur Densification du réseau


23 5 chemins 630 (devant les 5 surchargé ; (création de nouveaux
chemins) - Existence des postes)
réseaux pirates

Agence Agence SNE de Augmentation de la


24 400
Mpaka Mpaka Transformateur surchargé puissance
(Réhabilitation)

- Transformateur Densification du réseau


Vers le rond- surchargé ;
25 Avenir 800 (création de nouveaux
point de X-or
- Existence des postes)
réseaux pirates
Face bar bel air
Densification du réseau
vers la
26 Bel air 630 (création de nouveaux
commune de Transformateur surchargé
postes)
Ngoyo
Enceinte Densification du réseau
27 Bissongo 630 marché de (création de nouveaux
Transformateur surchargé
Bissongo postes)
Derrière le CEG
Transformateur de faible Une cellule IM à
28 CEG Mpaka 630 route de la radio
compléter (réhabilitation)
Louzolo capacité

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 40


Densification du réseau
Clarisse
29 630 (création de nouveaux
Marko Transformateur surchargé
postes)

Enceinte CNSS - Transformateur


Réseau à refaire
30 CNSS Foucks 630 rond-point surchargé ;
(création de nouveaux
Foucks - Existence des
postes)
réseaux pirates

Entre ex G8 et - Transformateur Densification du réseau


31 Coomapon 630 vers SMI de surchargé ; (création de nouveaux
Mbota - Existence des postes)
réseaux pirates

- Transformateur Densification du réseau


A côté du CSI surchargé ;
32 CSI Bissongo 630 (création de nouveaux
Bissongo
- Existence des postes)
réseaux pirates

Enceinte CSI - Transformateur Densification du réseau


CSI Mouissou Mouissou surchargé ;
33 630 (création de nouveaux
Mado Madeleine
- Existence des postes)
Mpaka
réseaux pirates
Enceinte
dispensaire, Densification du réseau
Dispensaire
34 250 après la (création de nouveaux
Ngoyo Transformateur surchargé
commune de postes)
Ngoyo
Densification du réseau
A côté de l’EEC
35 EEC Mbota 630 (création de nouveaux
Mbota Transformateur surchargé
postes)
Derrière l’ex
Densification du réseau
boulangerie GO
36 GO 630 (création de nouveaux
et vers l’hôpital Transformateur surchargé
postes)
de Tié-Tié
Densification du réseau
Rond-point le
37 Gorille 630 (création de nouveaux
gorille Transformateur surchargé
postes)

Enceinte de - Transformateur Densification du réseau


l’hôtel Ibangui, surchargé ;
38 Ibangui 400 (création de nouveaux
vers 7/7 de
- Existence des postes)
Dany
réseaux pirates
Densification du réseau
Itoua Vers la villa
39 630 (création de nouveaux
Ondongo d’Inès Nguesso Transformateur surchargé
postes)
Tchimbambouk
40 KOUMBA 630
a Vieillissement des matériels Réhabilitation du poste
Dans l’enceinte
Lien
41 630 de l’Ecole Lien
DAMBOU Vieillissement des matériels Réhabilitation du poste
Dambou

Enceinte école - Transformateur Densification du réseau


42 Loussala 800 primaire de surchargé ; (création de nouveaux
Loussala - Existence des postes)
réseaux pirates

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 41


Rond-point de Densification du réseau
43 Mahouata 1000 Mahouata face (création de nouveaux
Transformateur surchargé
station total postes)
Densification du réseau
Marché Enceinte
44 800 (création de nouveaux
Liberté marché liberté Transformateur surchargé
postes)

- Aération à
Face marché ajouter ;
Marché Tié-
45
Tié
630 Tié-Tié et le
Vieillissement des matériels
- Changement de
poste de police câbles
défectueux
(Réhabilitation)

- Réhabilitation du
Devant le poste ;
Mbota
46
marché
630 marché de
Vieillissement des matériels
- Changement de
Mbota câbles
défectueux
(Réhabilitation)
Poste à déplacer à
Entrée
Effets d’inondation sur le cause de l’inondation
47 Moukenga 630 principale de
pendant la période des
CSI Mpaka poste
pluies (Réhabilitation)
Avenue des
MIAMBANZIL
48 630 Dallettes à
A Vieillissement des matériels Réhabilitation du poste
Mpaka

49 MISSIDIMBAZI 630 Voungou


Vieillissement des matériels Réhabilitation du poste
Enceinte école
50 Mpaka 8 630
primaire de KM8 Vieillissement des matériels Réhabilitation du poste

51 Mahouata 2 630
Vieillissement des matériels Réhabilitation du poste

52 Modeste 2 630 Mayinga


Vieillissement des matériels Réhabilitation du poste
Dans l’enceinte
2X63
53 Mouyondzi du Cimetière de
0 Vieillissement des matériels Réhabilitation du poste
Mboukou
Local à agrandir et
Rond-point et
aération à ajouter
54 Roy 1000 dans l’ex
Vieillissement des matériels tableau à remplacer
cinéma ROY,
(Réhabilitation)

Face pharmacie Socle du poste à


55 Savon 630
de savon Vieillissement des matériels
surélever (Réhabilitation)
Saint Jean- Enceinte de
56 630
Bosco l’église Vieillissement des matériels Réhabilitation du poste

57 SMI Mbota 630 Enceinte SMI


Vieillissement des matériels Réhabilitation du poste
Enceinte SNDE Local à agrandir, gamme
SNDE
58 630 vers chez les de cellules BT à installer
Matendé Vieillissement des matériels
sœurs (Réhabilitation)
Face agence
SNE Tié-Tié - Transformateur
59 SNDE Tié-Tié 630
(immeuble surchargé ; Réhabilitation du poste
Adjibi) - Existence des

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 42


réseaux pirates
Ruelle face
SNDE
60 630 poste Voungou
Voungou Transformateur surchargé Réhabilitation du poste
école

Ruelle à gauche Local à agrandir Gamme


61 SNDE Mpaka 630
à la Mucodec Vieillissement des matériels de cellules MT à installer
(Réhabilitation)

- Transformateur
Vers l’église surchargé ;
62 Tchimani 800
Zéphirin Réhabilitation du poste
- Existence des
réseaux pirates

- Transformateur Densification du réseau


63 Tchimani 2 630 Tchimani surchargé ; (création de nouveaux
- Existence des postes)
réseaux pirates

- Densification du
Enceinte école - Transformateur réseau ;
Voungou surchargé ;
64 800 primaire de - Elimination des
Ecole
Voungou - Existence des réseaux pirates
réseaux pirates (réhabilitation)

- Densification du
- Transformateur réseau ;
65 Voungou 2 630 Voungou surchargé ; - Elimination des
- Existence des réseaux pirates
réseaux pirates (réhabilitation)

- Densification du
- Transformateur réseau ;
Poudrière à surchargé ;
66 Poudrière 630 - Elimination des
Tchimani
- Existence des réseaux pirates
réseaux pirates (réhabilitation)

- Densification du
Avenue de - Transformateur réseau ;
67 PATRA 630 l’indépendance surchargé ; - Elimination des
à Patra (Mpaka) - Existence des réseaux pirates
réseaux pirates (réhabilitation)

Vers le lycée de
- Densification du
- Transformateur réseau ;
Mpaka, sur la surchargé ;
68 Ya Bolé 630 - Elimination des
route de
Tchimani - Existence des réseaux pirates
réseaux pirates (réhabilitation)

ZONE C (MONGO MPOUKOU ET 80% DE LOANDJILI)

- Rien à Signaler car tous postes en défaillances sont actuellement réhabilités ;


- Toutefois, création de nouveaux postes à cause de l’évolution de la demande
future (1 poste tous les 2 ans durant 10 ans, soit 5 postes au total).

Source : Résultats de l’examen des données de la DGADC, Département chargé de la


Distribution, SNE, 2014.

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 43


De ce qui précède, notre projet consiste à réaliser dans les zones A, B et
C certaines opérations telles que :

• La construction de nouveaux postes de distribution MT/BT,


proportionnellement au nombre de ménages habitant les zones
concernées, avec tout son équipement tels que 4 km de réseaux
BT, MT, et l’éclairage public, dans les zones fortement peuplées,
en vue de résoudre le problème relatif à l’insuffisance de postes.
Ces nouveaux postes doivent être surdimensionnés afin de tenir
compte de l’évolution de la demande future (horizon 10 ans) tout
en notant qu’un transformateur de puissance 630 KVA, que nous
avons retenu parmi d’autres types, a une durée de vie de 25 ans
d’après les services techniques de la SNE ;
• La réalisation des branchements promotionnels durant 10 ans par
rapport à l’évolution des ménages à Pointe-Noire jusqu’en 2024,
en répartissant 90% du nombre total de ménages à l’horizon 2024
sous forme de branchements à réaliser sur chaque année à partir
de 2015. Cette méthode permettra d’atteindre 90% du taux
d’accès à l’électricité dans la ville de Pointe-Noire en 2024, tout
en rappelant que l’amortissement des équipements électriques,
les normes requises, et leur capacité de desserte face à
l’évolution de la population durant les 10 ans ont été pris en
compte. Les branchements promotionnels facilitent l’accès à
l’abonnement aux ménages qui gagnent de faibles revenus ;
• La réhabilitation des postes ou des équipements électriques
vétustes, ainsi que l’élimination des réseaux pirates.

Notre méthode relative à l’augmentation des abonnés et à


l’amélioration du taux d’accès à l’électricité au cours de la période
2015 – 2024 est présentée dans le tableau suivant :

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 44


Tableau 7: Evolution du taux d’accès à l’électricité à Pointe-Noire
de 2013 à 2024 avec projet

Ménages Taux
Ménages Variation
années Population Ménages non d’accès à
Abonnés d’abonnés
abonnés l’électricité

2013 931 551 155 259 72 147 - 83 112 46,5%


162 245 14 056
2014 973 471 86 203 76 042 53,1%
169 546 14 056
2015 1 017 277 100 259 69 287 59,1%
177 176 14 056
2016 1 063 054 114 315 62 861 64,5%
185 149 14 056
2017 1 110 892 128 371 56 778 69,3%
193 480 14 056
2018 1 160 882 142 427 51 053 73,6%
202 187 14 056
2019 12 131 22 156 483 45 704 77,4%
211 285 14 056
2020 1 267 712 170 539 40 746 80,7%
220 793 14 056
2021 1 324 759 184 595 36 198 83,6%
230 729 14 056
2022 1 384 373 198 651 32 078 86,1%
241 112 14 056
2023 1 446 670 212 707 28 405 88,2%
251 962 14 056
2024 1 511 770 226 766 25 196 90,0%

Source : Résultats de l’examen des données du RGPH-2007 et des rapports annuels 2012-2013
de la SNE

En 2024, le nombre total de ménages sera de 251 962 à Pointe-Noire.


En effet, pour atteindre un taux d’accès à l’électricité de 90% en zone
urbaine comme nous l’envisageons dans nos objectifs, nous avons fait
le rapport suivant :

• taux (90%) = ménages abonnés / Total des ménages ;


• → 0,9 = Ménages abonnés en 2024 / 251 962 ;

• → nombre de ménages abonnés en 2024 = 0,9 x 251 962 = 226


766 abonnés.

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 45


Ensuite, on calcule la moyenne de l’intervalle entre le nombre
d’abonnés espéré en 2024 (Valeur maximale) et le nombre d’abonnés
réel en 2013 (Valeur minimale) sur 11 ans, ce qui donne 14 056 abonnés
par an. A cet effet, le cumul de 14 056 abonnés en moyenne après
2013 nous permet d’estimer les valeurs d’abonnés pour les années
suivantes.

La réalisation de 14 056 branchements par an est techniquement


faisable avec nos options de densification du réseau (avec création de
nouveaux postes), de réhabilitation des postes, et des opérations
d’éradication de réseaux pirates que nous avons présentés.
Cependant, les impacts relatifs à la réhabilitation des postes et aux
opérations d’éradication de réseaux pirates sur le nombre de ménages
à raccorder au réseau ne sont pas évalués, car nous les prenons en
compte dans le cadre du maintien de l’équilibre de la situation
actuelle du réseau.

Par ailleurs, entre 2011 et 2012, le nombre d’abonnés avait augmenté


de 12 433, ce qui signifie que la SNE est à mesure, avec l’aide du
gouvernement, de réaliser 14 056 branchements par an que préconise
notre projet.

Le nombre de branchements à effectuer par an varie d’une zone à


une autre selon leur densité de population et l’ampleur de leurs
problèmes techniques (nombre de postes à réhabiliter et le nombre de
postes à construire). En effet, conformément à la structure de la
population par zone signifiée plus haut, les 14 056 branchements à
réaliser annuellement sont répartis de la manière suivante : 22% des
branchements pour la zone A, 43% pour la Zone B, et 35% pour la zone
C. La zone B est beaucoup peuplée et présente plus de problèmes par
rapport aux autres (avec 46 postes en délestages).

Outre cela, pour déterminer nos besoins en termes de nombre de


postes à créer par rapport à l’effectif des ménages, la démarche ci-
après justifie notre décision :

• Considérons un poste MT/BT de 630 KVA que nous utilisons dans


notre projet ;
• Pour un abonné ordinaire, la charge nécessaire de l’intensité du

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 46


courant électrique (I) fourni est de 10 ou 15 Ampères (A). nous
retenons la charge minimale de 10 A ;
• La puissance souscrite de l’abonné (P) ordinaire avec une tension
de 220 V est : P = U x I ;
• Puissance mini d’un abonné = 220 x 10 = 2 200 VA ≈ 2,2 KVA ;
• D’où : si 1 abonné → 2,2 KVA
X → 630 KVA
• X = 630 / 2,2 = 286 ménages abonnés pour un poste de 630 KVA ;
• Il est recommandé de ne pas faire fonctionner le poste à pleine
capacité pour des raisons de maintenance, alors on considère à
peu près 80% de charges utiles et 20% de pertes. Ainsi, on retient
environ 230 ménages abonnés pour un poste de 630 KVA ;
• En ce qui concerne nos 14056 branchements à réaliser par an, il
faut prévoir annuellement : si 1 poste → 230 ménages abonnés
X → 14 056 abonnés
• X = 14 056 / 230 = 61 postes à construire chaque année.

Par conséquent, comme dans le cas de la détermination du nombre


de branchements par zone, nous avons jugé de répartir
proportionnellement le nombre de postes à construire par zone selon la
structure de sa population, c’est-à-dire : 22% de l’ensemble des postes
à construire pour la zone A, 43% pour la Zone B, et 35% pour la zone C.

Notre étude technique du projet est enfin détaillée et récapitulée dans


le tableau ci-après :

Tableau 8: tableau récapitulatif et détaillé de l’étude technique du


projet

Nombre de Opératio
Nombre de postes Nombre de postes Augmentation
branchements à n
à construire par an à réhabiliter des abonnés
réaliser par an d’éradic
Années
ation des
Zone Zone Zone Zone Zone Zone Zone Zone Zone réseaux
Effectifs Variat°
A B C A B C A B C pirates

3092 6 044 4 920 14 056


2015 13 27 21 4 10 - active 100 259

3092 6 044 4 920 14 056


2016 13 27 21 3 7 - active 114 315

3092 6 044 4 920 14 056


2017 13 27 21 - 5 - active 128 371

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 47


3 092 6 044 4 920 Suivi et 14 056
2018 13 27 21 - 5 - 142 427
contrôle

3 092 6 044 4 920 Suivi et 14 056


2019 13 27 21 - - - 156 483
contrôle

3 092 6 044 4 920 Suivi et 14 056


2020 13 27 21 - - - 170 539
contrôle

3 092 6 044 4 920 Suivi et 14 056


2021 13 27 21 - - - 184 595
contrôle

3 092 6 044 4 920 Suivi et 14 056


2022 13 27 21 - - - 198 651
contrôle

3 092 6 044 4 920 Suivi et 14 056


2023 13 27 21 - - - 212 707
contrôle

3 092 6 044 4 920 Suivi et 14 056


2024 13 27 21 - - - 226 766
contrôle

Total 130 261 210 7 27 -

Source : Résultats de notre étude technique selon l’examen les données de la DGADC,
Département chargé de la Distribution, SNE, 2014

V.1.1.1.1- Construction de nouveaux postes MT/BT

La construction d’un poste MT/BT renferme les trois phases suivantes :

• Les travaux de Génie civil ;


• Equipement du poste MT/BT ;
• Installation des réseaux BT, MT.

Selon les informations de la DGADC, de façon standard les travaux de


génie civil (main d’œuvre comprise) coûtent environ 15 000 000 FCFA
par poste.

Bien qu’il existe certaines spécificités face à la complexité de certains


projets, l’équipement d’un poste MT/BT ainsi que l’installation des
réseaux BT, MT et l’éclairage public sont en générale constitués par des
éléments techniques présentés dans les sections ci-dessous.

V.1.1.1.1.1- Mise en œuvre technique du réseau MT

Le réseau de distribution Moyenne Tension (MT) après-projet sera

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 48


amélioré par l’allégement des charges au niveau des feeders des
postes sources de MGK1, MGK2 et de Ngoyo, suite à la construction et
à la réhabilitation des postes de distribution MT/BT. Le réseau MT est en
générale souterrain et exploité à la tension service de 20 Kv. En effet, les
feeders doivent bénéficier d’une protection contre les défauts issus de
la mise en terre et de la protection relative au maximum d’intensité.

Tableau 9: Equipements électriques d’un réseau Moyenne Tension


(MT)
nombre
Quantité Quantité
Désignation du matériel par poste unité de P.U MONTANT TOTAL
N° /Poste totale
postes

1 Transformateur 20/6,6KV; 630 KVA 1U 61 1 61 20 000 000 1 220 000 000

2 Câble HN33S23 Un=24KV 3X240mm²; m 61 800 48 800 12 000 585 600 000
3 Cellule réseau IM: In=400A; Un=24KV 2U 61 2 122 2 583 325 315 165 650
Cellule Protection transformateur QM:
4 1U 61 1 61 3 536 540 215 728 940
In=200A; Un=24KV
5 Extrémité type intérieur E3UI, Un=24KV carton 61 1 61 107 915 658 2815
Cosse bimétal cuivre aluminium Cu/Al
6 1U 61 6 366 8 650 3 165 900
240mm²
7 Cosse en cuivre étamé de 50mm² 1U 61 20 1 220 4 150 5 063 000
Disjoncteur compact 1250A avec
8 déclencheur automatique et lecture 1U 61 1 61 1 000 000 61 000 000
digital des paramètres
9 Bornes embrochables en équerre, 24kv carton 61 1 61 262 400 16 006 400
10 Dalle perforée de 3m/30cm métallique 1U 61 3 183 4 650 850 950
Câble U1000RO2V unipolaire 1x240mm²
11 m 61 100 6 100 12 700 77 470 000
isolé en cuivre
Câble PRC Unifilaire en cuivre de 35-
12 m 61 30 1 830 24 140 44 176 200
50mm²
13 Tableau TUR complet de 6 départs T6 1U 61 1 61 1 000 000 61 000 000
14 Boite de jonction rubanée de 24kV J3UR1 carton 61 8 488 461 015 224 975 320
15 Manchon en aluminium de 240mm² x 61 24 1 464 12 735 18 644 040
16 Rouleau de scotch S23 x 61 11 671 10 050 6 743 550
17 Grillage avertisseur rouge rouleau de 100m rouleau 61 20 1 220 10 000 12 200 000
18 Camion de sable m3 61 100 6 100 10 000 61 000 000
19 Collier Colson GM Paquet 61 1 61 63 200 3 855 200
20 Piquet de terre en cuivre galvanisé de 2m 1U 61 54 3 294 10 450 34 422 300
21 Serre câble en acier galvanisé de 18 1U 61 54 3 294 5 800 19 105 200
22 Câble en cuivre nu unifilaire de 50mm² m 61 200 12 200 1 975 24 095 000
23 Câble en cuivre isolé unifilaire de 95mm² m 61 100 6 100 11 820 72 102 000
24 Barrette de terre 1U 61 2 122 11 000 1 342 000
25 Câble de terre en cuivre nu de 35mm² m 61 850 51 850 1 750 90 737 500

TOTAL 3 181 031 965

Source : Résultats de notre étude, avec l’utilisation des données issues de l’examen des
Fiches techniques des projets de densification et de réhabilitation des réseaux de Brazzaville-
Pointe de la DGADC_SNE, Brazzaville 2014.

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 49


V.1.1.1.1.2 - Mise en œuvre technique du réseau BT (4 km)
Le réseau BT est aérien ou souterrain. La tension de service est de
380/220V. Le réseau aérien est soutenu par des supports en bois (en
majorité), métalliques ou en béton (utilisé par l’ancien réseau). Le
réseau souterrain est protégé avec l’utilisation des câbles à isolation
synthétique et des grillages avertisseurs.

La mise en œuvre d’un réseau BT pour un poste et pour l’ensemble du


projet est représentée par l’utilisation des équipements suivants :

Tableau 10: Equipements électriques d’un réseau Basse Tension


(BT)
nombre
Quantité/ Quantité
Désignation du matériel par poste unité de P.U MONTANT TOTAL
N° Poste totale
poste
1 Câble HGS 3X240+1x95mm² m 61 150 9 150 18 000 164 700 000
câble pré assemblé 3x70+1x54,
2 m 61 1 500 91500 6 500 594 750 000
6+2x16mm²
Câble pré assemblé 3x35+1x54,
3 m 61 2 000 122 000 4 500 549 000 000
6mm²
4 Support poteau en bois 11m m 61 40 2 440 70 000 170 800 000
5 Support poteau en bois 8m m 61 130 7 930 40 000 317 200 000
6 Ensemble d'ancrage complet 1U 61 126 7 686 20 000 153 720 000
7 Ensemble d'alignement complet 1U 61 124 7 564 15 000 113 460 000
Cosse bimétal cuivre/aluminium
8 1U 61 12 732 8 650 6 331 800
de 240mm²
Cosse bimétal cuivre/aluminium
9 1U 61 5 305 4 250 1 296 250
de 95mm²
10 Raccord CT100 avec gousset 1U 61 16 976 2 500 2 440 000
11 Raccord CT70 avec gousset 1U 61 16 976 2 165 2 113 040
12 Tige filetée BH 12-200 1U 61 256 1 5616 690 10 775 040
13 Console simple 1U 61 50 3050 12 000 36 600 000
14 Scotch S23 1U 61 4 244 10 000 2 440 000
15 Fusible BT 400A 1U 61 10 610 8 650 5 276 500
16 Fusible BT 315A 1U 61 10 610 8 650 5 276 500
17 Fusible BT 250A 1U 61 10 610 8 650 5 276 500
18 Collier Atlas grand model 1U 61 3 183 20 000 3 660 000
19 Grillage avertisseur rouge 1U 61 80 4 880 10 000 48 800 000
20 Moellon m3 61 5 305 40 000 12 200 000
21 ferrure de tête pour contre fichage 1U 61 5 305 5 000 1 525 000
22 Tube cyntroplast de 110mm² m 61 100 6 100 12 000 73 200 000
Plaquette de serrage en acier
23 1U 61 6 366 1000 366 000
galvanisé
24 Poteau bois de 8 m 1U 7 50 350 42 000 14 700 000

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 50


25 Poteau bois de 11 m 1U 7 20 140 85 000 11 900 000
TOTAL 2 307 806 630

Source : Résultats de notre étude, avec l’utilisation des données issues de l’examen des
Fiches techniques des projets de densification et de réhabilitation des réseaux de Brazzaville-
Pointe de la DGADC_SNE, Brazzaville 2014.

V.1.1.1.1.3 - Mise en œuvre des branchements d’abonnés et de


l’éclairage public

En ce qui concerne les branchements d’abonnés domestiques, le


projet prévoit des branchements promotionnels de type monophasé
aérien, afin de faciliter l’accès aux ménages gagnant de faibles
revenus. Les ménages qui désirent des branchements de type triphasé
doivent supporter quelques frais supplémentaires. Un disjoncteur
(monophasé ou triphasé) assure la protection des installations
intérieures de l’abonné et permet le réglage de la puissance souscrite
par le client. L’installation d’un compteur est prévue entre un coupe
circuit de protection (CCP) et le disjoncteur afin de mieux gérer la
charge des différents postes de distribution d’une part, et de réduire les
pertes non techniques dues à une consommation d’énergie facturée
au forfait d’autre part.

Chaque branchement promotionnel de type monophasé aérien


comprend le matériel suivant :

Tableau 11: présentation du matériel électrique par branchement


promotionnel de type monophasé aérien
Quantité/ Qté Prix Montant
N° Désignation du matériel par branchement Unité
Branchement totale unitaire total
Nombre de branchements 14 056
1 Câble rétylène 2x16mm² en aluminium m 30 421680 2 500 1 054 200 000
2 Disjoncteur monophasé 5/15A u 1 14 056 45 000 632 520 000

Raccord CT 70 avec gousset de


3 u 2 3 000 84 336 000
protection 28 112
4 Pince d'ancrage API u 2 28 112 7 000 196 784 000

5 Boulon Queue de cochon QPC u 1 14 056 2 200 30 923 200

6 Plaque Queue de cochon PQC u 1 2 200 30 923 200


14 056
Tire fond Queue de cochon BQCUQ
7 u 2 2 500 70 280 000
12x130 28 112
Tableau en bois 25x65 Support compteur
8 u 1 3 000 42 168 000
plus CCP 14 056

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 51


Tableau en bois 25x30 Support disjoncteur
9 u 1 2 500 35 140 000
plus CCP 14 056
Coupe circuit porte fusible CCP 15A
10 u 1 30 000 421 680 000
monophasé 14 056
11 Manchon C/C a fusible u 2 7 000 196 784 000
28 112
12 Cartouche fusible 22x58 AD 15A u 2 28 112 1 200 33 734 400
13 collier de serrage petit modèle PM boîte 2 28 112 7 000 196 784 000
14 Bas de scellement 45x700 u 1 14 056 15 000 210 840 000
15 Bride carré ou rond u 2 28 112 2 500 70 280 000
16 Tube carré de 3 cm u 1 14 056 25 000 351 400 000
TOTAL 3 658 776 800

Source : Résultats de notre étude, avec l’utilisation des données issues de l’examen des
Fiches techniques des projets de densification et de réhabilitation des réseaux de Brazzaville-
Pointe de la DGADC_SNE, Brazzaville 2014.

Concernant le réseau d’éclairage public, les lignes d’alimentation sont


selon les artères en aérien ou en souterrain. Les consoles avec
luminaires sont fixées sur des supports en bois de 11m ou sur des
supports métalliques de 11 à 13 m. les luminaires sont équipés
d’ampoules de puissance variable (125, 250 ou 400 w). Il existe des
interrupteurs au niveau des postes de distribution pour assurer la
commande du réseau d’éclairage public.

Le matériel d’éclairage public est présenté dans le tableau ci-après :

Tableau 12: matériel électrique pour la mise en œuvre d’un réseau


d’éclairage public

Nombre
N° Désignation du Quantité/ Quantité
Unité de P.U Mont ant total
matériel par poste poste totale
postes
Luminaire complet
25 1 525 341 907 521 408 175
1 de 250w 1U 61
Coffret complet
d'éclairage public
2 122 1 608 596 196 248 712
2 avec conducteur 1U 61
et relais horaire
Console avec
25 1 525 23 910 36 462 750
3 patin de fixation 1U 61
Câble rétylène
4 000 244 000 750 183 000 000
4 2x16mm² m 61

Raccord CBS/CT25 50 3 050 890 2 714 500


5 1U 61
Boulon fileté BH12-
100 6 100 2500 15 250 000
6 200 1U 61

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 52


Plaque de serrage
200 12 200 1000 12 200 000
7 en acier galvanisé 1U 61
TOTAL 967 284 137

Source : Résultats de notre étude, avec l’utilisation des données issues de l’examen des
Fiches techniques des projets de densification et de réhabilitation des réseaux de Brazzaville-
Pointe de la DGADC_SNE, Brazzaville 2014.

V.1.1.1.2- Réhabilitation des postes MT/BT

La réhabilitation des postes concerne en générale l’amélioration des


services, le remplacement, l’installation ou la réparation des
équipements électriques à travers des opérations suivantes :

• Travaux de génie civil pour réaménager les postes : démolition


des murs, réfection des caniveaux, trous et buses de passage des
câbles, aérations basse et haute, remplacement des portes et
pose des serrures, confection de la plateforme à l’entrée des
postes, pose ou réfection de l’étanchéité sur le toit des postes, sols
à réfectionner et à peindre à l’Acrysol 4, peindre les murs à
l’intérieur du poste ;
• Travaux de remplacement, d’installation ou d’ajout
d’équipements dans les postes concernés tels que : les cellules
de réseau, la cellule de protection du transformateur, le
transformateur, le disjoncteur tétra polaire, le tableau BT complet
(TUR avec 8 départs), les canalisations MT et BT, le dispositif de
détection de défauts sur liaisons MT genre relais Flair 200C, le
circuit d’éclairage intérieur, renforcer ou réhabiliter les circuits de
terre des masses métalliques et du neutre ;
• Réhabiliter les liaisons MT 20 Kv : remplacer les liaisons 20 Kv usées
ou défectueuses, confectionner les accessoires (jonctions,
extrémités et mise à la terre), ou bien raccorder les liaisons en vue
de leur rétablissement et la remise en exploitation.

Au total, nous avons 34 postes à réhabiliter, cependant, il est difficile


pour nous d’évaluer le coût de réhabilitation de chaque poste car les
problèmes techniques concernés ne sont pas uniformes pour chaque
poste. Notre difficulté émane du fait que ces détails techniques par
poste ne sont pas disponibles. D’après les techniciens de la SNE, la
réhabilitation d’un poste coûte entre 5 000 000 à 10 000 000 FCFA, alors
4 Un nettoyant ou solvant réservé pour les applications électriques ou électroniques

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 53


nous retenons dans notre évaluation la moyenne de 7 500 000 FCFA. En
effet, nous avions estimé au départ que ce coût ne pouvait pas être
supérieur à la valeur d’acquisition du matériel le plus coûteux d’un
poste, c’est-à-dire un transformateur de puissance 630 KVA par
exemple coûtant 20 000 000 FCFA.

V.1.1.2- Etude de la Zone rurale : OUESSO

Contrairement à la ville de Pointe-Noire, la localité de Ouesso est très


éloignée du réseau de transport national d’électricité, car les dernières
lignes THT dans ce secteur sont arrêtées à Makoua, une localité située à
180 Km de Ouesso à vol d’oiseau. Suite à cette situation, le
gouvernement congolais s’est engagé dans la construction du barrage
de Liouesso (85 km de Ouesso), d’une puissance installée de 19,2 MW,
et le projet est en cours d’exécution.

Rappelons que selon les services techniques chargés de distribution, de


l’agence SNE de Ouesso, la charge de cette localité pendant les
heures de pointes est de 2,8 MW et de 2,4 MW concernant les heures
creuses. L’offre garantie d’électricité est de 3,6 MW, ce qui permet de
couvrir la demande. Cependant, les groupes électrogènes répondent
difficilement à cette charge puisque certains postes sont quelque fois
en délestage.

Concernant l’étude technique en zone rurale en générale et de


Ouesso en particulier, située hors du réseau national interconnecté,
plusieurs options de génération d’électricité existent selon les
potentialités de la zone pour remédier à cette difficulté, notamment le
solaire, l’éolien, l’hydro, la biomasse, le gaz naturel, le charbon, le
nucléaire ou la centrale thermique à diesel (groupe électrogène).

Cependant, vu les paramètres techniques ou économiques


d’approvisionnement d’électricité et la dimension de la demande,
certaines options présentent quelques avantages par rapport à
d’autres. Ces paramètres sont présentés dans le tableau suivant :

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 54


Tableau13: paramètres techniques des options
d’approvisionnement en électricité

Ressource renouvelable
Facteur d'utilisation
Intermittence
Durée de vie
Efficacité de
économique
conversion
(années)

Solaire-photovoltaïque oui 30 % oui - 25

Éolien oui 30 % oui - 20

Hydro (fil de l’eau) non 60 % oui - 60

Hydro (réservoir) non 60 % oui - 60

Biomasse (résidus bois) non 85 % oui 20 % 40

Gaz naturel non 85 % non 55 % 25

Nucléaire non 85 % non 35 % 40

Charbon non 85 % non 39 % 40

Sources : OPA (2005); WEC (2007:336); IEA (2005: 29, 30, 35, 54, 57, 59, 72), données arrondies. Cours de
« système de génération et de production d’énergie ».

D’après le cours de Pierre-Olivier PINEAU, professeur à HEC Montréal, sur


le « système de génération et de production d’énergie »,
l’interprétation de ce tableau indique que l’intermittence représente la
possibilité de produire de l'électricité au moment voulu. Dans le cas des
énergies solaire et éolienne, la production est variable et incontrôlable.
Cela limite grandement le facteur d'utilisation, représentant le
pourcentage de temps pendant lequel la capacité de production en
place est effectivement utilisée pour produire de l’énergie. Pour les
installations solaires et éoliennes, la capacité installée peut être ainsi
utilisée en moyenne 30 % du temps, alors que pour les autres options
d’approvisionnement, ce pourcentage peut atteindre 60 % à 85 %. La
maintenance, les pannes ou les quantités insuffisantes d’eau
empêchent qu’on puisse utiliser la capacité 100 % du temps.
L’efficacité de conversion représente le pourcentage d’énergie

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 55


primaire (source d’énergie initiale) qui est transformée en électricité
(une énergie « finale »).

En outre, le tableau ci-après présente les paramètres qui permettent de


faire des choix économiques sur ces options d’approvisionnement
d’électricité.

Tableau14: paramètres économiques d’options d’approvisionnement


d’électricité

Coût de Coût Coût Coût du Coût


capacité fixe O&M combustible unitaire
M$/MW O&M variable $/MWh moyen
$/MW $/MWh $/MWh

Solaire 4,751 10 990 0 - 203,35

Éolien 1,202 28 510 0 - 64,57

Hydro (fil de 1,500 13 140 3,30 - 34,43


l’eau)

Hydro 1,500 13 140 3,30 - 34,43


(réservoir)

Biomasse 1,869 50 180 2,96 11,14 46,51

Gaz naturel 0,594 11 010 1,88 46,42 58,56

Nucléaire 2,081 63 880 0,47 4,13 41,76

Charbon 1,290 25 910 4,32 4,97 30,49

Source : EIA (2007:77) sauf pour le coût unitaire moyen de l’électricité (CUME). Cours de « système de
génération et de production d’énergie ». Les CUME sont calculés pour les durées de vie économique
indiquées au tableau précédent x, 8 760 heures par année et pour un taux d’actualisation de 10 %.

De l’analyse des deux tableaux, au regard des critères d’intermittence


liés à la production d’électricité, de la permanence de la demande à
Ouesso, des facteurs d’utilisation qui sont faibles et le coût unitaire
moyen élevé pour les énergies renouvelables (solaire, éolien et
biomasse), notre choix auraient pu être porté sur l’utilisation du solaire

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 56


pendant la soirée (18h-23h), soit 05 heures de fonctionnement, et du
thermique diesel pendant la journée (8h-15h), soit 07 heures durant. Par
contre, nous avons opté pour l’utilisation des groupes électrogènes
(thermique diesel) parce que le gouvernement s’est déjà engagé dans
la construction de la centrale hydroélectrique de Liouesso qui pourrait
être opérationnelle au cours des cinq années à venir.

A cet effet, dans les zones rurales où des projets de construction de


barrages hydroélectriques ne sont pas encore envisagés, nous
conseillons l’utilisation de deux options d’approvisionnement
d’électricité à savoir : le thermique diesel, parce que son implantation
est facile et rapide ; et une source d’énergie renouvelable selon les
potentialités de la localité (quantité de soleil par jour ?, de vent ?, …).

Par ailleurs, le tableau ci–après présente un aperçu technique des


réseaux BT et MT de Ouesso :
Tableau 15: caractéristiques techniques du réseau de distribution de Ouesso
Tension MT Longueur de Longueur
Nombre Longueur de
Source de réseau MT de réseau
de postes réseau BT
d’énergie distribution souterrain MT aérien
MT/BT (km)
(kV) (Km) (km)
Centrale
Thermique
20 6 0 5,5 36
1x2000 kVA,
3x550kVA

Source : SNE, Fiche statistique du service technique de la DGADC, 2013

Il ressort aussi de cette fiche technique que 04 postes sont souvent en


délestage permanent à cause des pannes à répétition des groupes et
du mauvais état des câbles, ce sont les postes suivants:

Tableau 16 : postes en délestage à Ouesso et stratégie de dénouement


Stratégie de
N° Postes Localisation
dénouement
1 Poste Agriculture Vers la Préfecture Réhabilitation du poste
2 Poste Elenga Avenue Zélo Réhabilitation du poste
3 Poste Château d’eau Avenue Zélo Réhabilitation du poste
Augmentation de
puissance
4 Poste centrale Centrale thermique
(réhabilitation du
poste)
Source : SNE, Fiche statistique du service technique de la DGADC, 2013

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 57


Comme souligner plus haut, l’arrondissement 1 (Nzalangoye) compte
plus de ménages que l’arrondissement 2 (Mbinzo) avec respectivement
52% et 48% de l’ensemble des ménages. La répartition des postes en
délestage par arrondissement montre que tous ces quatre (04) postes
font partie de Nzalangoye. Ainsi, l’arrondissement 1 présente plus de
problèmes que l’arrondissement 2, car c’est le plus peuplé. D’après les
services techniques de la SNE de Ouesso, la charge de cette localité
est de 2,8 MW aux heures de pointe et de 2,4 MW aux heures creuses.

D’après les projections du CNSEE, le nombre total de ménages sera de


7 510 en 2024. Pour atteindre 50% de taux d’accès à l’électricité en
zone rurale en générale et à Ouesso en particulier, nous devons obtenir
en cette échéance 3 755 abonnés comme l’indiquent les calculs
suivants :

• tx (50%) = ménages abonnés/Total des ménages ;


• → 0,5 = Ménages abonnés en 2024 / 7 510 ;

• → le nombre d’abonnés en 2024 = 0,5 x 7 510 = 3 755 abonnés

Pour déterminer le nombre de branchements à réaliser annuellement


afin d’atteindre 3 755 abonnés en 2024, on calcule la moyenne de
l’intervalle entre ce nombre (Valeur maximale) et le nombre d’abonnés
en 2013 (Valeur minimale) sur 11 ans, ce qui donne 217 branchements
(ou abonnés) par an.

L’évolution des abonnés en 2024 et l’amélioration du taux d’accès à


l’électricité durant le projet au cours de la période 2015 – 2024 sont
présentées dans le tableau suivant :

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 58


Tableau 17 : Evolution du taux d’accès à l’électricité à Ouesso entre 2015 et
2024 avec projet

Ménages Taux
Ménages Variation
années Population Ménages non d’accès à
Abonnés d’abonnés
abonnés l’électricité

33257 5 543 1 370 - 4 173 24,7%


2013

34 188 5 698 1 587 217 4 111 27,8%


2014

35 145 5 858 1 804 217 4 054 30,8%


2015

36 130 6 022 2 020 217 4 001 33,6%


2016

37 141 6 190 2 237 217 3 953 36,1%


2017

2018
38 181 6 364 2 454 217 3 909 38,6%

39 250 6 542 2 671 217 3 871 40,8%


2019

40 349 6 725 2 888 217 3 837 42,9%


2020

41 479 6 913 3 105 217 3 809 44,9%


2021

42 640 7 107 3 321 217 3 785 46,7%


2022

43 834 7 306 3 538 217 3 767 48,4%


2023

2024
45 062 7 510 3 755 217 3 755 50,0%

Source : Résultats de l’examen des données du RGPH-2007 et des rapports annuels 2012-2013
de la SNE

Comme dans la situation de Pointe-Noire, un poste de 630 KVA doit


supporter en termes de charge 230 ménages. En ce qui concerne nos
217 branchements à réaliser par an, il faut prévoir annuellement :

• si 1 poste → 230 ménages abonnés


X → 217 ménages abonnés
• X = 217 / 230 = 0,94 ≈ 1 poste à construire chaque année.

En s’appuyant sur ces données, notre étude envisage les solutions


suivantes :

• Construire un poste de distribution chaque année afin d’alléger

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 59


d’autres postes tout en accompagnant l’évolution de la
population. Contrairement à Pointe-Noire, où deux postes doivent
être distancé d’un rayon de 500 m à cause de sa densité de la
population, à Ouesso en tant que zone rurale, nous devons refaire
le réseau de Ouesso, car un poste de distribution doit être placé
après un rayon d’1 km, tout en accompagnant l’évolution de la
demande d’électricité via l’effectif de la population ;
• Mettre en place un service de maintenance des groupes ;
• Réhabiliter les groupes existants et les lignes BT et MT ;
• Eradiquer les réseaux pirates.

V.1.1.2.1- Construction de nouveaux postes MT/BT

Contrairement en zone urbaine, le réseau MT est aérien et


pratiquement utilisé pour le transport de l’électricité, car les entreprises
qui évoluent dans ces zones utilisent en générale leur propre
générateur d’électricité.

V.1.1.2.1.1- Mise en œuvre technique du réseau MT

Le réseau de distribution Moyenne Tension (MT) après-projet sera pour


ces zones comme un débouché pour le développement du secteur
industriel congolais, car les coûts liés à l’utilisation des centrales privées
sont très importants.

Tableau 18: Equipements électriques d’un réseau Moyenne Tension (MT)


nombre
Quantité Quantité
N° Désignation du matériel par poste unité de P.U MONTANT TOTAL
/Poste totale
poste

1 Transformateur 20/6,6KV; 630 KVA 1U 1 1 1 20 000 000 20 000 000

2 Câble HN33S23 Un=24KV 3X240mm²; m 1 800 800 12 000 9 600 000


3 Cellule réseau IM: In=400A; Un=24KV 2U 1 2 2 2 583 325 5 166 650
Cellule Protection transformateur QM:
4 1U 1 1 1 3 536 540 3 536 540
In=200A; Un=24KV
5 Extrémité type intérieur E3UI, Un=24KV carton 1 1 1 107 915 107 915
Cosse bimétal cuivre aluminium Cu/Al
6 1U 1 6 6 8 650 51 900
240mm²
7 Cosse en cuivre étamé de 50mm² 1U 1 20 20 4 150 83 000
Disjoncteur compact 1250A avec
8 déclencheur automatique et lecture 1U 1 1 1 1 000 000 1 000 000
digital des paramètres
9 Bornes embrochables en équerre, 24kv carton 1 1 1 262 400 262 400

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 60


10 Dalle perforée de 3m/30cm métallique 1U 1 3 3 4 650 13 950
Câble U1000RO2V unipolaire 1x240mm²
11 m 1 100 100 12 700 1 270 000
isolé en cuivre
Câble PRC Unifilaire en cuivre de 35-
12 m 1 30 30 24 140 724 200
50mm²
13 Tableau TUR complet de 6 départs T6 1U 1 1 1 1 000 000 1 000 000
14 Boite de jonction rubanée de 24kV J3UR1 carton 1 8 8 461 015 3 688 120
15 Manchon en aluminium de 240mm² x 1 24 24 12 735 305 640
16 Rouleau de scotch S23 x 1 11 11 10 050 110 550
17 Grillage avertisseur rouge rouleau de 100m rouleau 1 20 20 10 000 200 000
18 Camion de sable m3 1 100 100 10 000 1 000 000
19 Collier Colson GM Paquet 1 1 1 63 200 63 200
20 Piquet de terre en cuivre galvanisé de 2m 1U 1 54 54 10 450 564 300
21 Serre câble en acier galvanisé de 18 1U 1 54 54 5 800 313 200
22 Câble en cuivre nu unifilaire de 50mm² m 1 200 200 1 975 395 000
23 Câble en cuivre isolé unifilaire de 95mm² m 1 100 100 11 820 1 182 000
24 Barrette de terre 1U 1 2 2 11 000 22 000
25 Câble de terre en cuivre nu de 35mm² m 1 850 850 1 750 1 487 500

TOTAL 52 148 065

Source : Résultats de notre étude, avec l’utilisation des données issues de l’examen des
Fiches techniques des projets de densification et de réhabilitation des réseaux de Brazzaville-
Pointe de la DGADC_SNE, Brazzaville 2014.

V.1.1.2.1.2- Equipement Basse Tension

La réalisation du réseau basse tension de Ouesso nécessite les éléments


que nous présentons dans le tableau suivant :

Tableau 19: matériels pour la réalisation du réseau basse tension de


Ouesso
nombre
Quantité/ Quantité
N° Désignation du matériel par poste unité de P.U TOTAL
Poste totale
poste
1 Câble HGS 3X240+1x95mm² m 1 150 150 18 000 2 700 000
câble pré assemblé 3x70+1x54,
2 m 1 1 500 1500 6 500 9 750 000
6+2x16mm²
Câble pré assemblé 3x35+1x54,
3 m 1 2 000 2 000 4 500 9 000 000
6mm²
4 Support poteau en bois 11m m 1 40 40 70 000 2 800 000
5 Support poteau en bois 8m m 1 130 130 40 000 5 200 000
6 Ensemble d'ancrage complet 1U 1 126 126 20 000 2 520 000
7 Ensemble d'alignement complet 1U 1 124 124 15 000 1 860 000
Cosse bimétal cuivre/aluminium
8 1U 1 12 12 8 650 103 800
de 240mm²
Cosse bimétal cuivre/aluminium
9 1U 1 5 5 4 250 21 250
de 95mm²

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 61


10 Raccord CT100 avec gousset 1U 1 16 16 2 500 40 000
11 Raccord CT70 avec gousset 1U 1 16 16 2 165 34 640
12 Tige filetée BH 12-200 1U 1 256 256 690 176 640
13 Console simple 1U 1 50 50 12 000 600 000
14 Scotch S23 1U 1 4 4 10 000 40 000
15 Fusible BT 400A 1U 1 10 10 8 650 86 500
16 Fusible BT 315A 1U 1 10 10 8 650 86 500
17 Fusible BT 250A 1U 1 10 10 8 650 86 500
18 Collier Atlas grand model 1U 1 3 3 20 000 60 000
19 Grillage avertisseur rouge 1U 1 80 80 10 000 800 000
20 Moellon m3 1 5 5 40 000 200 000
21 ferrure de tête pour contre fichage 1U 1 5 5 5 000 25 000
22 Tube cyntroplast de 110mm² m 1 100 100 12 000 1 200 000
Plaquette de serrage en acier
23 1U 1 6 6 1 000 6 000
galvanisé
24 Poteau bois de 8 m 1U 7 50 350 42 000 14 700 000
25 Poteau bois de 11 m 1U 7 20 140 85 000 11 900 000
TOTAL 63 996 830

Source : Résultats de notre étude, avec l’utilisation des données issues de l’examen des
Fiches techniques de la SNE et des cahiers de charges 2012 – 2013, relatifs à l’électrification
des zones rurales, de la DGADC_SNE.

V.1.1.2.1.3- Eclairage public


En ce qui concerne l’éclairage public, le matériel à utiliser dans le
cadre de notre projet est présenté dans le tableau suivant :

Tableau 20: matériels pour la réalisation du réseau d’éclairage public


de Ouesso

Nombre
N° Désignation du Quantité/ Quantité
Unité de P.U Total
matériel par poste poste totale
postes
Luminaire complet
25 25 341 907 8 547 675
1 de 250w 1U 1
Coffret complet
d'éclairage public
2 2 1 608 596 3 217 192
2 avec conducteur 1U 1
et relais horaire
Console avec
25 25 23 910 597 750
3 patin de fixation 1U 1
Câble rétylène
4 000 4 000 750 3 000 000
4 2x16mm² m 1

Raccord CBS/CT25 50 50 890 44 500


5 1U 1
Boulon fileté BH12-
100 100 2 500 250 000
6 200 1U 1

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 62


Plaque de serrage
200 200 1 000 200 000
7 en acier galvanisé 1U 1
TOTAL 15 857 117

Source : Résultats de notre étude, avec l’utilisation des données issues de l’examen des
Fiches techniques de la SNE et des cahiers de charges 2012 – 2013, relatifs à l’électrification
des zones rurales, de la DGADC_SNE.

V.1.1.2.1.4- Branchements promotionnels de type monophasé


aérien (217 kits)
La réalisation des branchements à Ouesso est constituée par le matériel
présenté dans le tableau ci-après :

Tableau 21 : matériels de branchements d’abonnés


Quantité/ Qté Prix Montant
N° Désignation du matériel par branchement Unité
Branchement totale unitaire total
Nombre de branchements 217
1 Câble rétylène 2x16mm² en aluminium m 30 6510 2 500 16 275 000
2 Disjoncteur monophasé 5/15A u 1 217 45 000 9 765 000

Raccord CT 70 avec gousset de


3 u 2 434 3 000 1 302 000
protection

4 Pince d'ancrage API u 2 434 7 000 3 038 000

5 Boulon Queue de cochon QPC u 1 217 2 200 477 400

6 Plaque Queue de cochon PQC u 1 217 2 200 477 400

Tire fond Queue de cochon BQCUQ


7 u 2 434 2 500 1 085 000
12x130

Tableau en bois 25x65 Support compteur


8 u 1 217 3 000 651 000
plus CCP

Tableau en bois 25x30 Support disjoncteur


9 u 1 217 2 500 542 500
plus CCP

Coupe circuit porte fusible CCP 15A


10 u 1 217 30 000 6 510 000
monophasé

11 Manchon C/C a fusible u 2 434 7 000 3 038 000

12 Cartouche fusible 22x58 AD 15A u 2 434 1 200 520 800


14 collier de serrage petit modèle PM boîte 2 434 7 000 3 038 000
15 Bas de scellement 45x700 u 1 217 15 000 3 255 000
16 Bride carré ou rond u 2 434 2 500 1 085 000
17 Tube carré de 3 cm u 1 217 25 000 5 425 000
TOTAL 56 485 100

Source : Résultats de notre étude, avec l’utilisation des données issues de l’examen des
Fiches techniques de la SNE et des cahiers de charges 2012 – 2013, relatifs à l’électrification
des zones rurales, de la DGADC_SNE.

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 63


V.1.1.2.2- Réhabilitation des postes MT/BT
Comme à Pointe-Noire, la réhabilitation des postes concerne en
générale l’amélioration des services, le remplacement, l’installation ou
la réparation des équipements électriques à travers de certaines
opérations telles que : des travaux de génie civil pour réaménager les
postes, des travaux de remplacement, d’installation ou d’ajout
d’équipements dans les postes concernés, et de réhabilitation des
liaisons MT 20 KV.

Au total, nous avons quatre (04) postes à réhabiliter, cependant


chaque poste présente des problèmes techniques différents des autres.
D’après les techniciens de la SNE, la réhabilitation d’un poste coûte
entre 5 000 000 et 10 000 000 FCFA, alors que nous retenons dans notre
évaluation le scénario probable, c’est-à-dire la moyenne de 7 500 000
FCFA comme frais de réhabilitation d’un poste. En effet, nous avions
estimé au départ que ce coût ne pouvait pas être supérieur à la valeur
d’acquisition du matériel le plus coûteux d’un poste, c’est-à-dire un
transformateur de puissance 630 KVA par exemple coûtant 20 000 000
FCFA.

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 64


V.1.2- Evaluation financière

V.1.2.1 En Zone urbaine : Pointe-Noire

Les données et les hypothèses utilisées sont présentées dans l’encadré


suivant :

Données zone urbaine ( Pointe-noire)

Prix de v ente d'électricité (frCFA/ Kw h) 50


Prix de l'abonnement 50 000
Nbre d'hab par menage 6
Nbre de la population 931 551
Nbre d'abonné 155 259
Taux de croissance de la population 4,5%
Consommation d'électricité (Kw h) 145 000 000
Nbre de poste de transformation à placer sur l'ensemble du projet
610
Nbre de poste de transformation à placer par an 61
Coûts trav aux Génie civ il par poste 15 000 000
Coûts equipement reseau MT/BT par poste 51 000 000
Coûts branchement d'abonné par poste 59 000 000
Coûts equipement et installation éclairage public par poste
15 000 000
Coût de réhabilitation d'un poste 7 500 000
Nbre de poste à réhabilité 34

Coût d'exploitation en situation de projet = X% coût d'inv estissement


4%
Durée de l'amortissement de l'inv estissement 25 année
Consommation moyenne/hab (Kw h/hab) 156
Consommation moyenne/menage (Kw h) 1250
Taux d'actualisation 12%
Coéfficient d'actualisation 1,12

Hypothèses
Prix reste fixe hors inflation
Année zero = 2015
Nbre des phases d'inv estissement = 3
Durée 1ere phase 3
Durée 2ème phase 3
Durée 3ème phase 4
Nombre d'abonnés génerés par le projet par an 14 056
Nombre total d'bonnés à la fin du projet 140 560

L’évaluation financière du projet à Pointe-Noire, se basant sur ces


données et hypothèses, est présentée dans le tableau ci-après :

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 65


Tableau 22 : Evaluation financière du projet à Pointe-Noire

0 1 2 3 4 5 6 7 8
Rubriques Total 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022 2023
Revenus
Revenu consommation 232 802 500 000 - 878 500 000 1 757 000 000 2 635 500 000 3 514 000 000 4 392 500 000 5 271 000 000 6 149 500 000 7 028 000 000
Revenu abonnement 21 786 800 000 - 702 800 000 702 800 000 702 800 000 702 800 000 702 800 000 702 800 000 702 800 000 702 800 000
Revenus totaux (1) 254 589 300 000 - 1 581 300 000 2 459 800 000 3 338 300 000 4 216 800 000 5 095 300 000 5 973 800 000 6 852 300 000 7 730 800 000

Prix d'électricité (FCFA/KWh) 50 50 50 50 50 50 50 50 50


Consommation moyenne / ab (KWh/abonné) 1 250 1 250 1 250 1 250 1 250 1 250 1 250 1 250 1 250
Nbre d'abonné - 14 056 28 112 42 168 56 224 70 280 84 336 98 392 112 448
Prix d'abonnement 50 000 50 000 50 000 50 000 50 000 50 000 50 000 50 000 50 000

Construction des poste


Coûts travaux Génie civil par poste 9 150 000 000 2 745 000 000 2 745 000 000 3 660 000 000
Coûts equipement reseau MT/BT par poste 31 110 000 000 9 333 000 000 9 333 000 000 12 444 000 000
Coûts branchement d'abonné par poste 35 990 000 000 10 797 000 000 10 797 000 000 14 396 000 000

Coûts equipement et installation éclairage public par poste 9 150 000 000 2 745 000 000 2 745 000 000 3 660 000 000
-
Coûts d'investissement (2) 85 400 000 000 25 620 000 000 - - 25 620 000 000 - - 34 160 000 000 - -

Autres investissements -

Instissements totaux (4) = (2)+(3) 85 400 000 000 25 620 000 000 - - 25 620 000 000 - - 34 160 000 000 - -

Coût de réhabilitation 255 000 000 255 000 000


Coût d'exploitation 94 623 200 000 1 024 800 000 1 024 800 000 1 024 800 000 2 049 600 000 2 049 600 000 2 049 600 000 3 416 000 000 3 416 000 000
Amortissement 85 400 000 000 1 024 800 000 1 024 800 000 1 024 800 000 2 049 600 000 2 049 600 000 2 049 600 000 3 416 000 000 3 416 000 000

Profit 74 311 100 000 - 255 000 000 - 468 300 000 410 200 000 1 288 700 000 117 600 000 996 100 000 1 874 600 000 20 300 000 898 800 000
Profit actualisé année 2014 - 255 000 000 - 418 125 000 327 008 929 917 271 205 74 736 926 565 213 891 949 730 700 9 182 689 363 010 245
Valeur actuelle nette (VAN) 10 846 182 214

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 66


9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
Rubriques 2024 2025 2026 2027 2028 2029 2030 2031 2032 2033 2034 2035
Revenus
Revenu consommation 7 906 500 000 8 785 000 000 8 785 000 000 8 785 000 000 8 785 000 000 8 785 000 000 8 785 000 000 8 785 000 000 8 785 000 000 8 785 000 000 8 785 000 000 8 785 000 000
Revenu abonnement 702 800 000 702 800 000 702 800 000 702 800 000 702 800 000 702 800 000 702 800 000 702 800 000 702 800 000 702 800 000 702 800 000 702 800 000
Revenus totaux (1) 8 609 300 000 9 487 800 000 9 487 800 000 9 487 800 000 9 487 800 000 9 487 800 000 9 487 800 000 9 487 800 000 9 487 800 000 9 487 800 000 9 487 800 000 9 487 800 000

Prix d'électricité (FCFA/KWh) 50 50 50 50 50 50 50 50 50 50 50 50


Consommation moyenne / ab (KWh/abonné) 1 250 1 250 1 250 1 250 1 250 1 250 1 250 1 250 1 250 1 250 1 250 1 250
Nbre d'abonné 126 504 140 560 140 560 140 560 140 560 140 560 140 560 140 560 140 560 140 560 140 560 140 560
Prix d'abonnement 50 000 50 000 50 000 50 000 50 000 50 000 50 000 50 000 50 000 50 000 50 000 50 000

Construction des poste


Coûts travaux Génie civil par poste
Coûts equipement reseau MT/BT par poste
Coûts branchement d'abonné par poste

Coûts equipement et installation éclairage public par poste

Coûts d'investissement (2) - - - - - - - - - - - -

Autres investissements

Instissements totaux (4) = (2)+(3) - - - - - - - - - - - -

Coût de réhabilitation
Coût d'exploitation 3 416 000 000 3 416 000 000 3 416 000 000 3 416 000 000 3 416 000 000 3 416 000 000 3 416 000 000 3 416 000 000 3 416 000 000 3 416 000 000 3 416 000 000 3 416 000 000
Amortissement 3 416 000 000 3 416 000 000 3 416 000 000 3 416 000 000 3 416 000 000 3 416 000 000 3 416 000 000 3 416 000 000 3 416 000 000 3 416 000 000 3 416 000 000 3 416 000 000

Profit 1 777 300 000 2 655 800 000 2 655 800 000 2 655 800 000 2 655 800 000 2 655 800 000 2 655 800 000 2 655 800 000 2 655 800 000 2 655 800 000 2 655 800 000 2 655 800 000
Profit actualisé année 2014 640 912 197 855 096 522 763 479 037 681 677 712 608 640 814 543 429 298 485 204 731 433 218 510 386 802 241 345 359 143 308 356 378 275 318 195
Valeur actuelle nette (VAN)

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 67


21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31
Rubriques 2036 2037 2038 2039 2040 2041 2042 2043 2044 2045 2046
Revenus
Revenu consommation 8 785 000 000 8 785 000 000 8 785 000 000 8 785 000 000 8 785 000 000 8 785 000 000 8 785 000 000 8 785 000 000 8 785 000 000 8 785 000 000 8 785 000 000
Revenu abonnement 702 800 000 702 800 000 702 800 000 702 800 000 702 800 000 702 800 000 702 800 000 702 800 000 702 800 000 702 800 000 702 800 000
Revenus totaux (1) 9 487 800 000 9 487 800 000 9 487 800 000 9 487 800 000 9 487 800 000 9 487 800 000 9 487 800 000 9 487 800 000 9 487 800 000 9 487 800 000 9 487 800 000

Prix d'électricité (FCFA/KWh) 50 50 50 50 50 50 50 50 50 50 50


Consommation moyenne / ab (KWh/abonné) 1 250 1 250 1 250 1 250 1 250 1 250 1 250 1 250 1 250 1 250 1 250
Nbre d'abonné 140 560 140 560 140 560 140 560 140 560 140 560 140 560 140 560 140 560 140 560 140 560
Prix d'abonnement 50 000 50 000 50 000 50 000 50 000 50 000 50 000 50 000 50 000 50 000 50 000

Construction des poste


Coûts travaux Génie civil par poste
Coûts equipement reseau MT/BT par poste
Coûts branchement d'abonné par poste

Coûts equipement et installation éclairage public par poste

Coûts d'investissement (2) - - - - - - - - - - -

Autres investissements

Instissements totaux (4) = (2)+(3) - - - - - - - - - - -

Coût de réhabilitation
Coût d'exploitation 3 416 000 000 3 416 000 000 3 416 000 000 3 416 000 000 3 416 000 000 3 416 000 000 3 416 000 000 3 416 000 000 3 416 000 000 3 416 000 000 3 416 000 000
Amortissement 3 416 000 000 3 416 000 000 3 416 000 000 3 416 000 000 3 416 000 000 2 391 200 000 2 391 200 000 2 391 200 000 1 366 400 000 1 366 400 000 1 366 400 000

Profit 2 655 800 000 2 655 800 000 2 655 800 000 2 655 800 000 2 655 800 000 3 680 600 000 3 680 600 000 3 680 600 000 4 705 400 000 4 705 400 000 4 705 400 000
Profit actualisé année 2014 245 819 817 219 481 979 195 966 053 174 969 690 156 222 938 193 308 091 172 596 510 154 104 027 175 903 261 157 056 483 140 229 003
Valeur actuelle nette (VAN)

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 68


Il découle de ce tableau que la rentabilité financière du projet à
Pointe-Noire (zone urbaine) dégage une VAN positive de 10 846 182
214 FCFA avec un taux d’actualisation de 12%. Lorsqu’on augmente le
taux à 20%, le projet demeure toujours rentable et la VAN passe à 4 605
121 594 FCFA. Vu le niveau de rentabilité généré par le projet il pourra
intéresser aussi les sociétés privées.

Par ailleurs, l’autre facteur d’incitation consiste à jouer sur les frais
d’abonnement, car il faudrait que le montant de l’abonnement soit
économiquement et socialement accessible à la majorité de la
population congolaise. Le choix de 50 000 FCFA comme frais
d’abonnement promotionnels, avec la prise en charge par l’Etat du kit
d’installation, se justifie par le fait que le Salaire Minimum
Interprofessionnel Garanti (SMIG) au Congo est de 90 000 FCFA5, et que
ce montant promotionnel permettra au ménage possédant un revenu
faible d’accéder à l’électricité. Selon l’analyse de sensibilité, pour un
prix d’abonnement de 50 000 FCFA, le seuil de rentabilité de ce projet
est de 9690 branchements par année. Pour ne pas être en deçà de ce
seuil, notre politique de prix promotionnel permettra d’atteindre notre
cible, c’est-à-dire parvenir à réaliser 14056 branchements par année
avec un prix d’abonnement abordable.

En outre, le projet reste rentable même si les clients venaient à


s’abonner moyennant le paiement d’une somme symbolique de 1
FCFA. Toute fois, signalons que les frais officiels pour l’abonnement
s’élèvent à 179 000 FCFA, et qu’avec ce projet la population
bénéficiera d’une réduction de 72% sur le coût habituel.

5 Discours du Président de la République sur la présentation des vœux à la Nation à l’occasion du nouvel an 2013 :
« …à compter de janvier 2013, le plus faible gain mensuel d’un agent de l’Etat sera de 90 000 FCFA… »

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 69


V.1.2.1 En Zone rurale : Ouesso

Les données et les hypothèses utilisées pour la réalisation de l’étude


relative à l’évaluation financière de notre projet à Ouesso (zone rurale)
sont présentées dans l’encadré ci-après :

Données zone rurale de Ouesso

Prix de v ente d'électricité (frCFA/ Kw h) 50


Prix de l'abonnement 50 000
Nbre d'hab par menage 6
Nbre de la population 33 257
Nbre d'abonné 5 543
Taux de croissance de la population 4,5%
Consommation annuelle d'électricité (Kw h) 6 132 000
Nbre de poste de transformation à placer sur l'ensemble du10 projet
Nbre de poste de transformation à placer par an 1
Coûts trav aux Génie civ il par poste 16 000 000
Coûts equipement reseau M T/BT par poste 52 000 000
Coûts branchement d'abonné par poste 59 000 000
Coûts equipement et installation éclairage public par
16poste
000 000
Coût de réhabilitation d'un poste 8 500 000
Nbre de poste à réhabilité 4
Coût d'exploitation en situation de projet
=X% coût d'inv estissement 4%
Durée de l'amortissement de l'inv estissement 25 année
Consommation moyenne/hab (Kw h/hab) 184
Consommation moyenne/menage (Kw h) 1106
Taux d'actualisation 12%
Coéfficient d'actualisation 1,12

Hypothèses
Prix reste fixe hors inflation
Année zero = 2015
Nbre de phases d'inv estissement = 3
Durée 1ere phase 3
Durée 2ème phase 3
Durée 3ème phase 4
Nombre d'abonnés génerés par le projet par an 217
Nombre total d'bonnés à la fin du projet 2 170

Il ressort de ces données et hypothèses, le tableau ci-après présentant


les résultats de l’évaluation financière du projet à Ouesso.

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 70


Tableau 23: Evaluation financière du projet à Ouesso
0 1 2 3 4 5 6 7 8
Rubriques Total 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022 2023
Revenus
Revenu consommation 3 180 870 133 - 12 003 284 24 006 567 36 009 851 48 013 134 60 016 418 72 019 701 84 022 985 96 026 268
Revenu abonnement 336 350 000 - 10 850 000 10 850 000 10 850 000 10 850 000 10 850 000 10 850 000 10 850 000 10 850 000
Revenus totaux (1) 3 517 220 133 - 22 853 284 34 856 567 46 859 851 58 863 134 70 866 418 82 869 701 94 872 985 106 876 268

Prix d'électricité (FCFA/KWh) 50 50 50 50 50 50 50 50 50


Consommation moyenne / ab (KWh/abonné) 1 106 1 106 1 106 1 106 1 106 1 106 1 106 1 106 1 106
Nbre d'abonné - 217 434 651 868 1 085 1 302 1 519 1 736
Prix d'abonnement 50 000 50 000 50 000 50 000 50 000 50 000 50 000 50 000 50 000

Construction des postes


Coûts travaux Génie civil par poste 160 000 000 48 000 000 48 000 000 64 000 000
Coûts equipement reseau MT/BT par poste 520 000 000 156 000 000 156 000 000 208 000 000
Coûts branchement d'abonné par poste 590 000 000 177 000 000 177 000 000 236 000 000
Coûts equipement et installation éclairage
public par poste 160 000 000 48 000 000 48 000 000 64 000 000
-
Coûts d'investissement (2) 1 430 000 000 429 000 000 - - 429 000 000 - - 572 000 000 - -

Autres investissements -

Instissements totaux (4) = (2)+(3) 1 430 000 000 429 000 000 - - 429 000 000 - - 572 000 000 - -

Coût de réhabilitation 34 000 000 34 000 000


Coût d'exploitation 1 584 440 000 17 160 000 17 160 000 17 160 000 34 320 000 34 320 000 34 320 000 57 200 000 57 200 000
Amortissement 1 430 000 000 17 160 000 17 160 000 17 160 000 34 320 000 34 320 000 34 320 000 57 200 000 57 200 000

Profit 468 780 133 - 34 000 000 - 11 466 716 536 567 12 539 851 - 9 776 866 2 226 418 14 229 701 - 19 527 015 - 7 523 732
Profit actualisé année 2015 - 34 000 000 - 10 238 140 427 748 8 925 618 - 6 213 375 1 263 329 7 209 209 - 8 833 030 - 3 038 709
Valeur actuelle nette (VAN) 8 432 592

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 71


9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19
Rubriques 2024 2025 2026 2027 2028 2029 2030 2031 2032 2033 2034
Revenus
Revenu consommation 108 029 552 120 032 835 120 032 835 120 032 835 120 032 835 120 032 835 120 032 835 120 032 835 120 032 835 120 032 835 120 032 835
Revenu abonnement 10 850 000 10 850 000 10 850 000 10 850 000 10 850 000 10 850 000 10 850 000 10 850 000 10 850 000 10 850 000 10 850 000
Revenus totaux (1) 118 879 552 130 882 835 130 882 835 130 882 835 130 882 835 130 882 835 130 882 835 130 882 835 130 882 835 130 882 835 130 882 835

Prix d'électricité (FCFA/KWh) 50 50 50 50 50 50 50 50 50 50 50


Consommation moyenne / ab (KWh/abonné) 1 106 1 106 1 106 1 106 1 106 1 106 1 106 1 106 1 106 1 106 1 106
Nbre d'abonné 1 953 2 170 2 170 2 170 2 170 2 170 2 170 2 170 2 170 2 170 2 170
Prix d'abonnement 50 000 50 000 50 000 50 000 50 000 50 000 50 000 50 000 50 000 50 000 50 000

Construction des postes


Coûts travaux Génie civil par poste
Coûts equipement reseau MT/BT par poste
Coûts branchement d'abonné par poste
Coûts equipement et installation éclairage
public par poste

Coûts d'investissement (2) - - - - - - - - - - -

Autres investissements

Instissements totaux (4) = (2)+(3) - - - - - - - - - - -

Coût de réhabilitation
Coût d'exploitation 57 200 000 57 200 000 57 200 000 57 200 000 57 200 000 57 200 000 57 200 000 57 200 000 57 200 000 57 200 000 57 200 000
Amortissement 57 200 000 57 200 000 57 200 000 57 200 000 57 200 000 57 200 000 57 200 000 57 200 000 57 200 000 57 200 000 57 200 000

Profit 4 479 552 16 482 835 16 482 835 16 482 835 16 482 835 16 482 835 16 482 835 16 482 835 16 482 835 16 482 835 16 482 835
Profit actualisé année 2015 1 615 371 5 307 032 4 738 421 4 230 733 3 777 440 3 372 715 3 011 352 2 688 707 2 400 632 2 143 421 1 913 769
Valeur actuelle nette (VAN)

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 72


20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31
Rubriques 2035 2036 2037 2038 2039 2040 2041 2042 2043 2044 2045 2046
Revenus
Revenu consommation 120 032 835 120 032 835 120 032 835 120 032 835 120 032 835 120 032 835 120 032 835 120 032 835 120 032 835 120 032 835 120 032 835 120 032 835
Revenu abonnement 10 850 000 10 850 000 10 850 000 10 850 000 10 850 000 10 850 000 10 850 000 10 850 000 10 850 000 10 850 000 10 850 000 10 850 000
Revenus totaux (1) 130 882 835 130 882 835 130 882 835 130 882 835 130 882 835 130 882 835 130 882 835 130 882 835 130 882 835 130 882 835 130 882 835 130 882 835

Prix d'électricité (FCFA/KWh) 50 50 50 50 50 50 50 50 50 50 50 50


Consommation moyenne / ab (KWh/abonné) 1 106 1 106 1 106 1 106 1 106 1 106 1 106 1 106 1 106 1 106 1 106 1 106
Nbre d'abonné 2 170 2 170 2 170 2 170 2 170 2 170 2 170 2 170 2 170 2 170 2 170 2 170
Prix d'abonnement 50 000 50 000 50 000 50 000 50 000 50 000 50 000 50 000 50 000 50 000 50 000 50 000

Construction des postes


Coûts travaux Génie civil par poste
Coûts equipement reseau MT/BT par poste
Coûts branchement d'abonné par poste
Coûts equipement et installation éclairage
public par poste

Coûts d'investissement (2) - - - - - - - - - - - -

Autres investissements

Instissements totaux (4) = (2)+(3) - - - - - - - - - - - -

Coût de réhabilitation
Coût d'exploitation 57 200 000 57 200 000 57 200 000 57 200 000 57 200 000 57 200 000 57 200 000 57 200 000 57 200 000 57 200 000 57 200 000 57 200 000
Amortissement 57 200 000 57 200 000 57 200 000 57 200 000 57 200 000 57 200 000 40 040 000 40 040 000 40 040 000 22 880 000 22 880 000 22 880 000

Profit 16 482 835 16 482 835 16 482 835 16 482 835 16 482 835 16 482 835 33 642 835 33 642 835 33 642 835 50 802 835 50 802 835 50 802 835
Profit actualisé année 2015 1 708 722 1 525 645 1 362 183 1 216 235 1 085 924 969 575 1 766 949 1 577 633 1 408 601 1 899 176 1 695 693 1 514 012
Valeur actuelle nette (VAN)

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 73


En zone rurale, particulièrement à Ouesso, la rentabilité financière
génère une VAN positive de 8 432 592 FCFA avec un taux
d’actualisation de 12%. Lorsque ce taux passe à 14%, on constate que
le projet n’est plus rentable car la VAN devient négative, c’est-à-dire
avec une valeur de -4 679 631 FCFA.

Par conséquent, l’analyse de sensibilité a permis de mettre en


évidence la sensibilité du projet dans les zones rurales, car la réussite de
ce projet dépend en grande partie du nombre d’abonnés susceptibles
d’accéder à l’électricité. La densité de la population étant faible dans
les zones rurales, comparées aux zones urbaines, l’attractivité du projet
ne peut pas être identique dans les deux zones. De ce fait, il sera plus
intéressant que dans les zones rurales, vu le faible niveau de rentabilité
financière de ce projet, que celui-ci soit réalisé par l’Etat dans le cadre
de sa mission régalienne à cause de plusieurs avantages économiques
et sociales. Aussi, le faible revenu des populations en zone rurale justifie
l’intervention de l’Etat qui permettra à ces populations de se raccorder
au réseau électrique afin d’atteindre l’objectif de ce projet celui de
réaliser annuellement, durant 10 ans, 217 branchements à Ouesso.

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 74


V.1.3- Bref aperçu de la rentabilité Economique et Sociale

D’après le cours de Michel NORMANDIN, professeur à HEC Montréal, sur


« l’Evaluation économique de projets », les questions économiques ne
se résument pas seulement à des flux monétaires, car certains coûts et
bénéfices ne sont pas facilement mesurables en termes de valeurs
monétaires puisqu’ils sont immatériels. A cet effet, le fait de tenir
compte des avantages et des coûts non monétaires nous permet
d’effectuer une analyse avantages-coûts. Pour effectuer l’évaluation
économique et sociale de notre projet, l’analyse avantages-coûts est
recommandée. Cependant, une telle étude dépasse nettement
l’ampleur de ce qui peut être fait dans un projet supervisé, c’est ce qui
explique le fait que nous nous sommes limités qu’à la présentation d’un
bref aperçu des coûts et des bénéfices de ce projet.

Au préalable, pour identifier les avantages au projet, nous avons


comparé le « statuquo » et la situation avec projet par le biais des
« coûts évités » qui représentent tout ce qu’on aurait pu subir comme
conséquences si le projet n’existait pas. Pour identifier les coûts
économiques et sociaux, nous nous sommes intéressés à la notion des
coûts de renonciation qui représentent les coûts relatifs aux
opportunités non saisies, c’est-à-dire tout ce qu’on renonce en mettant
ce projet.

Le niveau de développement des réseaux de distribution justifie les


écarts considérables entre les zones urbaines et les zones rurales. Ces
écarts influencent le niveau de développement des services de
l’éducation, santé, transport, coût de la vie, ….

Le tableau ci-après présente un aperçu de l’analyse Avantages-Coûts


de notre projet :

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 75


Tableau 24 : présentation de l’analyse Coûts- Avantages du projet

Coûts économiques et sociaux

• Renoncement à la construction de 87 km6 de routes bitumées en


vue de désenclaver certaines zones rurales ou urbaines

• Renoncement à la construction d’écoles en zone rurale

• Pertes des espaces pour la construction d’habitation et/ou


logements sociaux, espaces verts, parcs d’attraction, à cause de
la construction des postes de distribution.

• Perte de l’esthétique (paysage), à cause de la construction des


lignes aériennes de transport ou de distribution d’électricité HT,
MT et BT.

• Perte de la qualité de l’air du fait de l’abattage des arbres


destinés à la confection des poteaux électriques en bois, car une
végétation abondante réduit la pollution de l’air.

• Pertes dans le transport des marchandises par la voie ferrée, car


un tel projet diminue le trafic de marchandises (carburant,
ciment, matériaux de construction, produits de consommation
finale,…) entre Brazzaville et Pointe-Noire, puisque
l’acheminement du matériel ou équipements électriques
occupent plus de wagons du train, alors que celui-ci constitue le
principal moyen de transport des marchandises lourdes.

Avantages

• Bien être : amélioration de la qualité de vie des populations dues


à l’utilisation des appareils électroménagers, de l’éclairage et du
confort.

• Revenu :
- création d’emplois suite au développement du secteur
industriel, ce qui engendre l’augmentation du revenu des
ménages et de la consommation ;

6 Délégation Générale aux Grands Travaux, Services techniques 2015

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 76


- augmentation de la productivité des entreprises due à la
mécanisation des activités ;
- développement du secteur des PME et des petites activités
commerciales individuelles telles que : salon de coiffure,
menuiserie, Cyber café, pressing, soudure, services
bureautiques… ;
- amélioration du pouvoir d’achat des ménages lié à la baisse
du Coût Unitaire Moyen d’Electricité, qui passe de 178,39 CFA
/KWh 7 pour un groupe électrogène « Diesel » à 50 FCFA/KWh
proposé par le projet.

• Santé :
- réduction des expositions aux polluants nocifs pour la santé, des
populations utilisant de la biomasse et des générateurs diesel ou
essence ;
- amélioration de la sécurité sanitaire due à la meilleure
conservation des vaccins, des aliments et des produits
pharmaceutiques en utilisant des réfrigérateurs et la
climatisation ;
- amélioration des conditions de soins hospitaliers des patients
avec l’utilisation d’appareils ou d’instruments électriques ;
- réduction du nombre d’accidents avec l’utilisation de la
signalisation routière.

• Education :
- amélioration du taux de réussite scolaire avec l’incitation aux
lectures de nuit due à l’existence de l’éclairage public ;
- amélioration du taux d’accès aux Nouvelles Technologies de
l’Information et de la Communication (NTIC).

• Environnement :
- diminution de la déforestation avec la réduction de l’utilisation
de la biomasse comme source d’énergie ;
- réduction de la pollution causée par l’utilisation des groupes

7 Pierre-Olivier PINEAU, professeur à HEC Montréal : Travaux dirigés sur le Cours de « système de génération et de
production d’énergie », année 2014 – 2015.

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 77


électrogènes et de la biomasse ;
- amélioration du climat avec la diminution du réchauffement.

V.2- Gouvernance du Projet

Pour consolider les effets de notre projet, il faut une bonne organisation
qui conduira à la meilleure stratégie d’affaires, car « la structure doit
suivre la stratégie » comme le souligne Alfred CHANDLER. En effet, les
équipements ou matériels électriques générés par notre projet, les
réseaux MT, BT, éclairage public, ainsi que le raccordement des
ménages au réseau électrique seront sous la responsabilité de la SNE,
cependant celle-ci ne comporte pas dans sa structure
organisationnelle une instance chargée du suivi et d’évaluation de ces
différents éléments, comme le montre les annexes 2 et 3.

Par conséquent, pour la bonne gouvernance du secteur de distribution,


un comité de suivi et d’évaluation, doté d’une autonomie financière,
doit être mis en place et intégré dans le nouvel organigramme de la
SNE, dans le but de mettre en œuvre toutes les stratégies nécessaires
pour maintenir à un niveau optimal le taux d’accès à l’électricité en
zone urbaine et en zone rurale. Cette instance technique doit suivre et
évaluer de façon permanente les indicateurs ci-après en vue de
suggérer des décisions stratégiques :

• Nombre de ménages ayant accès à l’électricité en milieu urbain ;


• Nombre de ménages ayant accès à l’électricité en milieu rural ;
• Nombre de ménages qui n’ont pas accès à l’électricité ;
• Nombre de branchements réalisés ;
• Nombre de branchements pirates ;
• Nombre de postes MT/BT réalisés ;
• Nombre de postes MT/BT en délestage ;
• Nombre de postes MT/BT à réhabiliter ;
• Longueur de réseaux BT construits ;
• Longueur de réseaux MT construits ;
• Nombre de foyers d’éclairage public installés.

Par ailleurs, cette expertise pour qu’elle soit efficace, nécessite que les

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 78


segments de production et de transport d’électricité puissent réaliser
de meilleurs services. En effet, selon le Diagnostic des Infrastructures
Nationales en Afrique (AICD)8, les pertes dans le transport et la
distribution de l’électricité au Congo atteignent 47% de la puissance
générée, un chiffre élevé par rapport à la moyenne de 27% des autres
pays africains riches en ressources. En effet, le renouvellement des
lignes de transport Très Haute Tension (THT) et le renforcement des
liaisons moyennes tension (6.6 et 20kV) qui sont pour la plus part relié à
des postes déjà existant permettront d’augmenter la capacité de
transit des différents départs et de réduire les pertes techniques.

8 AICD : Rapport de mars 2010

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 79


VI- Conclusion

Il apparaît à la lumière de cette étude que malgré une capacité


installée de 591,5 MW d’énergie électrique, le gouvernement congolais
n’arrive pas à satisfaire une demande nationale de 355 MW. Les
résultats de notre étude montrent qu’on peut atteindre un taux
d’accès à l’électricité de 90% en zone urbaine et de 50% en zone rurale
dans une échéance de 10 ans, comme l’envisageait le gouvernement
congolais dans sa politique sectorielle de l’électricité depuis 2010 avec
un horizon de cinq (05) ans. En effet, pour atteindre ces objectifs il est
nécessaire de mettre en application nos stratégies telles qu’une
meilleure maintenance des équipements ou matériels électriques, la
mise en œuvre des mesures adéquates pour mieux gérer le réseau de
distribution (lutte contre les réseaux pirates, stratégie de gestion des
heures de pointe et des heures creuses, la prévision de la
demande,….).

D’autre part, ce projet est rentable financièrement sur toute sa durée


de vie (10 ans) même avec des frais d’abonnements très bas, ce qui
soulagent les ménages de catégorie sociale inférieure. En outre, ce
projet est aussi rentable économiquement et socialement. Par ailleurs,
rappelons que c’est le gouvernement congolais, le garant du bien-être
collectif, qui finance ce projet et mettra ensuite l’ouvrage à la
disposition de la SNE. En outre, la situation relative à l’accès à
l’électricité en zone urbaine est différente de celle concernant la zone
rurale car certains problèmes techniques, géographiques ou sociaux
sont spécifiques à ces zones.

Enfin, l’un des problèmes préoccupants qui résultent de ce projet


finalisé est de savoir : comment renforcer les capacités de la SNE afin
de lui permettre de mieux gérer le réseau de distribution d’électricité au
Congo ?

Cette préoccupation nous conduit à énumérer certaines


recommandations selon l’importance des faits décriés, mais nous nous
limiterons à l’essentiel, c'est-à-dire aux propositions susceptibles de
renforcer l’efficacité des stratégies des actions mises en vigueur. Ces
suggestions devraient être prises en compte dans la nouvelle politique
sectorielle de l’électricité du gouvernement congolais.

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 80


VII- Recommandations

Au regard des conclusions tirées et des différentes observations faites,


nous déduisons que la gestion actuelle du réseau de distribution
d’électricité au Congo est inadaptée au développement optimal de
celui-ci. Pour faire face à cette préoccupation, nous suggérons la
révision des méthodes de management du réseau de distribution
utilisées par la SNE en vue de contribuer à la mise en place d’une
nouvelle politique nationale, permettant de redynamiser le segment de
distribution d’électricité. Les mesures ci-après sont nécessaires :

• Au niveau national, nous suggérons la mise en œuvre des mesures


prises par le gouvernement relatives à la libéralisation du marché
de l’électricité au Congo9, car la SNE est verticalement et
horizontalement intégré. En effet, Cette société est actuellement
positionnée dans la production, le transport, la distribution et la
commercialisation de l’électricité, ce qui l’empêche d’être
efficace sur tous les segments. A cet effet, le gouvernement
congolais devrait privatiser les segments distributions et
commercialisation pour une meilleure gestion, et de laisser la
production et le transport à la SNE, car en générale d’après les
expériences du passé, la majorité les entreprises commerciales au
Congo a connu d’importants problèmes de bonne gouvernance ;
• Consacrer beaucoup de ressources financières pour le bon
fonctionnement des services de maintenance et d’entretien des
équipements ou matériels électriques étant inexistants, avec la mise
en place d’une structure technique chargée de la réalisation de ce
service ;

9 Annexe 5 : Code de l’électricité _ Loi n° 14-2003 du 10 avril 2003 portant code de l’électricité, article 2

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 81


• Prendre des mesures efficaces pour faire évoluer le réseau de
distribution vers un réseau flexible et intelligent qui intégrera les
énergies locales et/ou renouvelables. Cette décision stratégique
s’appuiera sur les potentialités énergétiques des localités
concernées en termes de minimisation des coûts de production,
d’entretien et d’investissement d’une part, et sur la minimisation des
impacts environnementaux engendrés par l’utilisation de certaines
sources d’énergie polluantes d’autre part ;
• Mise en place de l’automatisation des réseaux de distribution afin
de rendre les réseaux plus flexibles et facile à exploiter afin de
pouvoir maitriser et accompagner en temps réel les charges futures
relatives à l’évolution de la population ;
• Pour soutenir la rentabilité financière après le projet, nous
recommandons que la SNE améliore ses techniques de
recouvrement, car actuellement le recouvrement au niveau des
ménages se fait après cinq (05) mois à hauteur de 75%, et au
niveau des entreprises après un (01) mois pour 80% de factures
recouvrées10.

Enfin, vu que ce projet a un caractère de service public avec des effets


positifs importants sur les différents groupes de la société, nous
souhaitons que le gouvernement congolais puisse continuer à
subventionner la SNE afin d’accompagner la pérennité des résultats du
projet.

10 Direction Générale Adjointe chargée de la Distribution et de la Commercialisation, SNE, 2015.

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 82


VIII- Références bibliographiques

Africa Infrastructure Country Diagnostic (AICD), 2010,


« Infrastructures de la République du Congo : une
perspective continentale », Mars 2010, 44p.
AUDETTE, Sylvain (2014), Planification énergétique et prévision
de la demande, Cours de DESS en Gestion dans le secteur
de l’Energie, Brazzaville, HEC Montréal, année académique
2014 – 2015.
BELZILE, Germain (2014), Economie managériale, Cours de
DESS en Gestion dans le secteur de l’Energie, Brazzaville, HEC
Montréal, année académique 2014 – 2015.
BOYER, Martin (2014), Evaluation financière et technique de
financement, Cours de DESS en Gestion dans le secteur de
l’Energie, Brazzaville, HEC Montréal, année académique 2014
– 2015.
Centre National de la Statistique et des Etudes Economiques
(CNSEE), 2010, « Annuaire Statistique du Congo 2010 »,
Brazzaville, septembre 2012, 387p.
Centre National de la Statistique et des Etudes Economiques
(CNSEE), 2011, « Enquête Congolaise auprès des Ménages
(ECOM), pour le Suivi et l’Evaluation de la pauvreté »,
Brazzaville, 179p.
Centre National de la Statistique et des Etudes Economiques
(CNSEE), 2009, « Le RGPH-2007 en quelques chiffres »,
Brazzaville, Juillet 2010, 23p.
FICHTNER, 2008, « rapport de l’étude de faisabilité de la

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 83


microcentrale de Liouesso et de son réseau de transport
associé dans la région de la Sangha », février 2008.
Fonds Africain de Développement (FAD), 2012, « Rapport
d’évaluation de projet : Electrification rurale en République
du Congo », Département ONEC, Septembre 2012, 20p.
Ministère de l’Economie, des Finances et du Budget (2009),
« Etude des réseaux de distribution de l’Energie électrique de
la ville de Pointe-Noire, en vue de sa réhabilitation, de son
renforcement et de son développement », BNETD, Côte
d’Ivoire, Novembre 2009, 112p.
Ministère de l’Energie et de l’Hydraulique (2013), « Rapport
annuel SIE-CONGO 2013 », Brazzaville, Mai 2013.
NORMANDIN, Michel (2014), Evaluation économique des
projets d’investissement, Cours de DESS en Gestion dans le
secteur de l’Energie, Brazzaville, HEC Montréal, année
académique 2014 – 2015.
PINEAU, Pierre-Olivier (2014), Systèmes de génération et de
production d’énergie, Cours de DESS en Gestion dans le
secteur de l’Energie, Brazzaville, HEC Montréal, année
académique 2014 – 2015.
SAMANO, Mario (2014), Organisation Industrielle du Secteur
de l’Energie, Cours de DESS en Gestion dans le secteur de
l’Energie, Brazzaville, HEC Montréal, année académique 2014
– 2015.
Société Nationale d’Electricité (SNE), Direction Générale
2012, « Rapport d’activités 2012 », Brazzaville, 66p.
Société Nationale d’Electricité (SNE), Direction Générale

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 84


2013, « Rapport d’activités 2013 », Brazzaville, 61p.
Sites Internet :
- www.cnsee.org
- www.grandstravaux.org
- www.congosites.org
- www.measuredhs.com

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 85


Table de matières
REMERCIEMENTS ....................................................................................................................................... 3
LISTE DES TABLEAUX ............................................................................................................................... 4
LISTE DES SCHEMAS .................................................................................................................................... 5
LISTE DES SIGLES ET DES ABREVIATIONS ................................................................................................. 6
Préface .......................................................................................................................................................... 7
I- Introduction.......................................................................................................................................... 9
II- Situation actuelle du réseau de distribution d’électricité, ainsi que celle de la
population congolaise relative à l’accès à l’électricité ............................................................... 12
II.1- SITUATION ACTUELLE DU RÉSEAU DE DISTRIBUTION D’ÉLECTRICITÉ................................................................. 12
II.1.1- Situation en zone urbaine .................................................................................................. 12
II.1.1.1- Présentation du réseau de distribution de Pointe-Noire ..................................... 13
II.1.1.2- Analyse des problèmes relatifs au réseau MT/BT de Pointe-Noire ................... 17
II.1.2- Situation en zone rurale ...................................................................................................... 23
II.2- SITUATION ACTUELLE DE LA POPULATION CONGOLAISE RELATIVE À L’ACCÈS À L’ÉLECTRICITÉ........................ 25
II.2.1- Situation globale d’accès à l’électricité ........................................................................ 25
II.2.2- Situation d’accès à l’électricité dans la ville de Pointe-Noire................................. 25
II.2.3- Situation d’accès à l’électricité à Ouesso..................................................................... 28
III- Problématique .............................................................................................................................. 30
IV- Présentation de la méthodologie relative au développement optimal du réseau de
distribution d’électricité au Congo ..................................................................................................... 32
V- Faisabilité et Gouvernance du projet .................................................................................... 36
V.1- FAISABILITÉ DU PROJET ............................................................................................................................... 36
V.1.1- Faisabilité technique ........................................................................................................... 36
V.1.1.1- Etude de la Zone urbaine : POINTE-NOIRE ............................................................. 36
V.1.1.1.1- Construction de nouveaux postes MT/BT ....................................................... 48
V.1.1.1.1.1- Mise en œuvre technique du réseau MT ................................................ 48
V.1.1.1.1.2 - Mise en œuvre technique du réseau BT (4 km) ................................... 50
V.1.1.1.1.3 - Mise en œuvre des branchements d’abonnés et de l’éclairage
public....................................................................................................................................... 51
V.1.1.1.2- Réhabilitation des postes MT/BT ........................................................................ 53
V.1.1.2- Etude de la Zone rurale : OUESSO ............................................................................ 54
V.1.1.2.1- Construction de nouveaux postes MT/BT ....................................................... 60
V.1.1.2.1.1- Mise en œuvre technique du réseau MT ................................................ 60
V.1.1.2.1.2- Equipement Basse Tension .......................................................................... 61
V.1.1.2.1.3- Eclairage public ............................................................................................. 62
V.1.1.2.1.4- Branchements promotionnels de type monophasé aérien (217 kits)
................................................................................................................................................... 63
V.1.1.2.2- Réhabilitation des postes MT/BT ........................................................................ 64
V.1.3- Bref aperçu de la rentabilité Economique et Sociale ............................................... 75
V.2- GOUVERNANCE DU PROJET ...................................................................................................................... 78

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 86


VI- Conclusion ..................................................................................................................................... 80
VII- Recommandations ...................................................................................................................... 81
VIII- Références bibliographiques................................................................................................ 83
IX- Liste des Annexes......................................................................................................................... 89
IX.1- Annexe 1 : Carte de la zone du projet (République du Congo) ...................................... 90
IX.2- Annexe 2 : Organigramme de la Direction Générale Adjointe chargée de la
production et du Transport (DGAPT) ................................................................................................... 91
IX.3- Annexe 3 : Organigramme de la Direction Générale Adjointe chargée de la
Distribution et de la commercialisation ............................................................................................. 92
IX.4- Annexe 4 : Organigramme de la Direction chargée de la distribution ......................... 93
IX.5- Annexe 5 : Extrait du code de l’électricité en République du Congo ............................ 94

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 87


ANNEXES

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 88


IX- Liste des Annexes

IX.1- Annexe 1 : Carte de la zone du projet (République du Congo)

IX.2- Annexe 2 : Organigramme de la Direction Générale Adjointe


chargée de la production et du Transport (DGAPT)

IX.3- Annexe 3 : Organigramme de la Direction Générale Adjointe


chargée de la Distribution et de la commercialisation

IX.4- Annexe 4 : Organigramme de la Direction chargée de la


distribution

IX.5- Annexe 5 : Extrait du code de l’électricité en République du


Congo

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 89


IX.1- Annexe 1 : Carte de la zone du projet (République du Congo)

Source : Banque Africaine de Développement (BAD), Septembre 2012

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 90


IX.2- Annexe 2 : Organigramme de la Direction Générale Adjointe
chargée de la production et du Transport (DGAPT)

Directeur Général Adjoint


de la Production et du Transport

Conseiller
Assistant du DGAPT
(Chef de Service HSE)
(directeur central)

Bureau Administration et
Logistique
Secrétariat Particulier
(Chef de Service)
Bureau
Approvisionnement et
Documentation

Bureau des Finances

Directeur de la Production Directeur de la Production Directeur des Mouvements


Directeur du Transport
Hydraulique Thermique d'Energie

Source : DGAPT, Brazzaville 2015

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 91


IX.3- Annexe 3 : Organigramme de la Direction Générale Adjointe
chargée de la Distribution et de la commercialisation

Source : Direction Générale de la SNE, Brazzaville 2015

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 92


IX.4- Annexe 4 : Organigramme de la Direction chargée de la
distribution

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 93


IX.5- Annexe 5 : Extrait du code de l’électricité en République du Congo

DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 94


DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 95
DESS EN GESTION DANS LE SECTEUR DE L’ENERGIE (ANNEE 2014-2015). Page 96