Vous êtes sur la page 1sur 141

‫وزارة التعليــم العالـي والبحـث العلمـي‬

BADJI MOKHTAR- ANNABA UNIVERSITY


‫جامعــــــت باجـــــي مختـــار عنـابــت‬
UNIVERSITÉ BADJI MOKHTAR- ANNABA

FACULTÉ : SCIENCES DE L’INGÉNIORAT


DÉPARTEMENT : GÉNIE MÉCANIQUE

MÉMOIRE
Présenté en vue de l’obtention du diplôme de Master
INTITULÉ

ÉVALUATION DES PERFORMANCES DES TURBINES


À GAZ :
ANALYSE ÉNERGÉTIQUE ET EXERGÉTIQUE

DOMAINE : SCIENCES ET TECHNOLOGIE


FILLIÉRE : GÉNIE MÉCANIQUE
SPÉCIALITÉ : ENERGÉTIQUE
PRÉSENTÉ PAR : ABBACI WISSEM EDDINE

DEVANT LE JURY

PRÉSIDENT : Pr. MERZOUG. B U.B.M. Annaba


DIRECTEUR DE MÉMOIRE : Pr. SARI M. RAFIK U.BM. Annaba
EXAMINATEUR : Dr. DIB AMAR U.B.M. Annaba

Année 2018/2019
REMERCIEMENTS
Je remercie avant tout, « Allah » qui m’a éclairer la bonne voie et m’a
aider à la parcourir.
La réalisation de ce mémoire a été possible grâce au concours de plusieurs
personnes à qui je voudrais témoigner toute ma reconnaissance.
Je voudrais tout d'abord adresser toute ma gratitude au directeur de ce
mémoire, SARI MOHAMED RAFIK, pour sa patience, sa disponibilité et
surtout ses judicieux conseils qui ont contribué à alimenter ma réflexion et
ses encouragements qui ont été indispensables pour garder le moral dans
les moments les plus compliqués.

Je suis sensible à l’honneur que m’a fait le Professeur MERZOUG


BACHIR en acceptant la présidence du notre jury de mémoire. Je le prie
de bien vouloir trouver ici l’expression de ma gratitude.
Mes vifs remerciements vont aussi à monsieur DIB AMAR, pour avoir
accepté d’examiner ce travail et de prendre part au jury
Je désire aussi remercier tous les enseignants du département de génie
mécanique de l’université de Badji Mokhtar-Annaba, qui m’ont fourni les
outils nécessaires à la réussite de mes études universitaires.
Je voudrais exprimer ma reconnaissance envers les amis et collègues qui
m’ont apporté leur support moral et intellectuel tout au long de ma
démarche.

Enfin, je tiens à témoigner toute ma gratitude à mon père pour son aide, sa
confiance et son support inestimable.
Dédicaces

Je dédie ce modeste travail à :

Mes parents. Aucun hommage ne pourrait être à la hauteur de


L’amour dont ils ne cessent de me combler. Que dieu leur
procure bonne santé et longue vie.

A mon encadreur Sari Mohamed Rafik pour ses efforts et


ses conseils.

Aux personnes dont j’ai bien aimé la présence dans ce jour, à


ma sœur Feriel et mon frère wael, ainsi que tous mes amis :
aymen panayno, Chokri, Issam, Khairo, Seifo, Doudou,
Akrem et sans oublier mon frère Yazid :
je leur dédie ce travail et dont le grand plaisir revient en
premier lieu à leurs conseils, aides, et encouragements.

Aux personnes qui m’ont toujours aidé et encouragé, qui


étaient toujours à mes côtés, et qui m’ont accompagnaient
durant mon chemin d’études supérieures, mes aimables amis,
collègues d’étude et frères de cœur.
Sommaire

Sommaire

Nomenclature i

Liste des tableaux iv

Liste des figures v

Introduction générale 01

Chapitre I : généralité sur les turbines a gaz

I.1. Introduction 03

I.2. Historique de la turbine à gaz 03

I.3.Définition de la turbine à gaz 05

I.4.Caractérisation des organes 05

I.5.Fonctionnement d’une turbine à gaz 06

I.6. Différents types des turbines à gaz 06

I.6.1.Selon le mode de construction 07

I.6.1.a. Turbine mono-arbre 07

I.6.1.b. Turbine bi-arbre 07

I.6.2. Selon le mode de travail 08

I.6.2.a. Turbine à action 08

I.6.2.b. Turbine à réaction 08

I.6.3. Selon le mode de fonctionnement thermodynamique 09

I.6.3.a. Turbine à gaz à cycle fermé 09

I.6.3.b. Turbine à gaz à cycle ouvert 09

I.6.3.c. Turbine à cycle régénéré 10

I.7. Les avantages et les limites techniques de T.A.G 10

I.8. Domaine d’application de la turbine à gaz 11


Sommaire

I.8.a. Utilisation des turbines à gaz pour la propulsion 11

I.8.b. Production combinée chaleur – force 11

I.8.c. Production d’électricité 12

I.10. Conclusion 12

Chapitre II: Description des approches énergétiques et éxergétiques.

II.1. Introduction 13

II.2. Approche énergétique 13

II.2.1. Notion d’énergie 13

II.2.1.1. Energie ordonnée 13

II.2.1.2. Energie désordonnée 14

II.2.2. Bilan énergétique 14

II.2.2.1. Efficacité 16

II.2.2.2. Efficacité d’un système 17

II.2.2.2. Installation motrice 17

II.3 Analyse éxergétique 17

II.3.1 Historique et définition 17

II.3.2. Bilan éxergétique 18

II.3.2.1. Terminologie et symbolisme 21

II.3.2.2. Co-enthalpie 21

II.3.2.2.a. Définition 21

II.3.2.3. Expression générale 22

II.3.3. Perte éxergétique 23

II.3.3.1. Définition 23

II.3.4. Rendement éxergétique 23

II.3.4.1. Définition 23

II.4. Conclusion 24
Sommaire

Chapitre III: Amélioration des performances des turbines à gaz

III.1. Introduction 25

1. L’accroissement de la température des gaz à l’entrée de la turbine 25

2. L’accroissement du rendement isentropique des composants 25

3. La modification du cycle de base 25

III.2. Le cycle de Brayton 26

III.3.Modification de cycle de Brayton avec l’évolution du rendement et


du travail mécanique 27

III.3.1. cycle de Brayton irréversible avec régénération 27

III.3.1.1. Le rendement de cycle de Brayton avec régénération 28

III.3.1.2. Le travail mécanique 31

III.3.1.3. Résultats et discussion 31

III.3.2.Cycle de Brayton régénération avec refroidissement et réchauffage intermédiaires 37

III.3.2.1. Le rendement de ce cycle amélioré 38

III.3.2.2. Le travail mécanique 41

III.3.2.3. Résultats et discussion 42

III.3.3. Cycle de Brayton avec deux refroidisseurs intermédiaires et réchauffage intermédiaire


et régénération 48

III.3.3.1. Le rendement thermique de cycle de Brayton avec deux refroidisseurs


intermédiaires et réchauffage intermédiaire et régénération 49

III.3.3.2. Le travail mécanique de ce cycle amélioré avec deux refroidisseurs, réchauffage


intermédiaire et régénération 53

III.3.3.3. Résultats et discutions 53

III.4. comparaison entre les trois cycles 58

III.4.1. comparaison des rendements du cycle 58

III.4.2. Comparaison de travail mécanique des trois cycles 61

III.5. Conclusion 62
Sommaire

Chapitre IV: Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle industriel amélioré de


T.A.G

IV.1. Introduction 63
IV.2. Description de l’installation industrielle améliorée 63
IV.2.1. Schéma de principe de l’installation industriel avec turbine a gaz 64
IV.2.2. Principe fonctionnement de cette installation 65
IV.3. Analyse énergétique et éxergétique des principaux composants de l’installation
industriel motrice avec turbine a gaz 66
IV.3.a- Puissance énergétique et exégétique consommée 66
IV.3.1. Analyse énergétique et éxergétique du compresseur CB 67
IV3.1.1. Bilan énergétique et éxergétique du compresseur CB 67
IV.3.1.1.b. Rendement énergétique et éxergétique du compresseur CB 68
III.3.2. Analyse énergétique et éxergétique du refroidisseur AM 69
III.3.2.1. Bilan énergétique et éxergétique du refroidisseur AM 69
IV.3.2.1.a. La perte énergétique et éxergétique dans le refroidisseur AM 70
III.3.3. Analyse énergétique et éxergétique du compresseur CM 70
IV.3.3.1. Bilan énergétique et éxergétique du compresseur CM 71
IV.3.3.1.a. Pertes énergétique et éxergétique dans le compresseur CM 71
III.3.3.1.b. Rendement énergétique et éxergétique du compresseur CM 71
IV.3.4. Analyse énergétique et éxergétique du refroidisseur AH 71
IV.3.4.1. Pertes énergétique et éxergétique dans le refroidisseur AH 72
IV.3.5. Analyse énergétique et éxergétique du compresseur CH 72
IV.3.5.1. Bilan énergétique et éxergétique du compresseur CH 73
IV.3.5.1.a. Pertes énergétique et éxergétique dans le compresseur CH 73
IV.3.5.1.b. Rendement énergétique et éxergétique du compresseur CH 73
IV.3.6. Analyse énergétique et éxergétique de la chambre de combustion VH 74
IV.3.6.1. Bilan énergétique et éxergétique de la chambre de combustion VH 74
IV.3.6.1.a. Pertes énergétique et éxergétique de la chambre de combustion VH 75
IV.3.6.1.b. Rendement énergétique et éxergétique de chambre de combustion VH 75
IV.3.7. Analyse énergétique et éxergétique de la turbine TH 75
IV.3.7.1.Bilan énergétique et éxergétique de turbine TH 76
III.3.7.1.a. Pertes énergétique et éxergétique dans la turbine TH 77
IV.3.7.1.b. Rendement énergétique et éxergétique de la turbine TH 77
Sommaire

IV.3.8. Analyse énergétique et éxergétique de chambre de combustion VB 77


IV.3.8.1. bilan énergétique et éxergétique de la chambre de combustion VB 78
IV.3.8.1.a. la perte énergétique et éxergétique de la chambre de combustion VB 79
IV.3.9. Analyse énergétique et éxergétique de la turbine TB 79
IV.3.9.1. Bilan énergétique et éxergétique de turbine TB 80
IV.3.9.1.a. Pertes énergétique et éxergétique dans la turbine TB 80
IV.3.9.1.b. Rendement énergétique et éxergétique de la turbine TB 81
IV.3.10. Analyse énergétique et éxergétique de récupérateur R 81
IV.3.10.1. perte énergétique et éxergétique de récupérateur R 81
IV.3.10.1.a. Efficacité et le rendement éxergétique de récupérateur R 81
IV.3.11. Analyse énergétique et éxergétique de panache P 82
IV.3.11.1. Pertes énergétiques et éxergétiques du panache P 82
IV.3.12. Analyse énergétique et éxergétique de l’arbre BP 83
IV.3.12.1. Bilan énergétique et éxergétique de l’arbre BP 83
IV.3.13. Analyse énergétique et éxergétique de l’arbre HP 83
IV.3.13.1. Bilan énergétique et éxergétique de l’arbre HP 84
IV.3.14. Analyse énergétique et éxergétique de l’alternateur G 84
IV.3.14.1. Bilan énergétique et éxergétique de l’alternateur G 85
IV.3.15. Pertes énergétiques et éxergétiques totales 85

IV.3.15.1. Contribution des pertes énergétique et éxergétique dans le compresseur CB 86


IV.3.15.2. Contribution des pertes énergétique et éxergétique dans le refroidisseur AM 86
IV.3.15.3. Contribution des pertes énergétique et éxergétique dans le compresseur CM 86
IV.3.15.4. Contribution des pertes énergétique et éxergétique dans le refroidisseur AH 86
IV.3.15.5. Contribution des pertes énergétique et éxergétique dans le compresseur CH 86
IV.3.15.6. Contribution des pertes énergétique et éxergétique dans La chambre de
combustion VH 87
IV.3.15.7. Contribution des pertes énergétique et éxergétique dans La turbine TH 87
IV.3.15.8. Contribution des pertes énergétique et éxergétique dans La turbine TB 87
IV.3.15.9. Contribution des pertes énergétique et éxergétique dans la chambre
de combustion VB 87
IV.3.15.10. Contribution des pertes énergétique et éxergétique dans Le récupérateur R 87
IV.3.15.11. Contribution des pertes énergétique et éxergétique dans Le panache P 88
IV.3.15.12. Contribution des pertes énergétique et éxergétique dans L’arbre BP et HP 88
Sommaire

IV.3.15.13. Contribution des pertes énergétique et éxergétique de l’alternateur G 88


IV.3.15.14.Contribution des autres pertes énergétiques et éxergétiques 88
IV.3.16.Le rendement énergétique et éxergétique de l’installation 89
IV.4. Application de l’analyse énergétique et éxergétique sur l’installation
industrielle motrice de turbine à gaz 89
IV.4.1. Propriétés thermodynamiques des points figuratifs de l’installation 89
IV.4.1.a. Puissance énergétique et éxergétique consommé par l’installation 90
IV.4.2. 1.Bilan énergétique et éxergétique du compresseur CB 91
IV.4.2.1.a. Pertes énergétique et éxergétique dans le compresseur CB 92
IV.4.2.b. Les rendements énergétique et éxergétique du compresseur CB 92
IV.4.2.2. Pertes énergétique et éxergétique dans le refroidisseur AM 93
IV.4.2.3. Bilan énergétique et éxergétique dans le compresseur CM 93
IV.4.2.3.a. Pertes énergétique et éxergétique dans le compresseur CM 94
IV.4.2.3.b. Les rendements énergétique et éxergétique du compresseur CM 94
IV.4.2.4. Pertes énergétique et éxergétique dans le refroidisseur AH 95
IV.4.2.5. Bilan énergétique et éxergétique dans le compresseur CH 95
IV.4.2.5.a. Pertes énergétique et éxergétique dans le compresseur CH 96
IV.4.2.5.b. Rendement énergétique et éxergétique du compresseur CH 96
IV.4.2.6. Bilan énergétique et éxergétique de la chambre de combustion VH 97
IV.4.2.6.a. Pertes énergétique et éxergétique de la chambre de combustion VH 97
IV.4.2.6.b. Rendement énergétique et éxergétique de la chambre de combustion VH 98

IV.4.2.7.Bilan énergétique et éxergétique de turbine TH 98


IV.4.2.7.a. Pertes énergétique et éxergétique dans la turbine TH 99
IV.4.2.7.b. Rendement énergétique et éxergétique de la turbine TH 99
IV.4.2.8. Bilan énergétique et éxergétique de la chambre de combustion VB 100
IV.4.2.8.a. Pertes énergétique et éxergétique de la chambre de combustion VB 100
IV.4.2.8.b. Rendement énergétique et éxergétique de chambre de combustion VB 101
IV.4.2.9.Bilan énergétique et éxergétique de turbine TB 101
IV.4.2.9.a. Pertes énergétique et éxergétique dans la turbine TB 102
IV.4.2.9.b. Rendement énergétique et éxergétique de la turbine TB 102
IV.4.2.10.a. Pertes énergétique et éxergétique de récupérateur R 103
IV.4.2.10.b. Efficacité et le rendement éxergétique de récupérateur R 103
IV.4.2.11. Pertes énergétiques et éxergétiques du panache P 103
Sommaire

IV.4.2.12. Bilan énergétique et éxergétique de l’arbre BP 104


IV.4.2.13. Bilan énergétique et éxergétique de l’arbre HP 105
IV.4.2.14. Bilan énergétique et éxergétique de l’alternateur G 105
IV.4.2.15. Pertes énergétiques et éxergétiques totales 106
IV.4.3. Contribution des pertes énergétiques et éxergétiques des différents équipements
de l’installation 107

IV.4.3.1. Contribution de la perte énergétique et éxergétique dans le compresseur CB 107


IV.4.3.2. Contribution de la perte énergétique et éxergétique dans le refroidisseur AM 108
IV.4.3.3. Contribution de la perte énergétique et éxergétique dans le compresseur CM 108
IV.4.3.4. Contribution de la perte énergétique et éxergétique dans le refroidisseur AH 108
IV.4.3.5. Contribution de la perte énergétique et éxergétique dans le compresseur CH 108
IV.4.3.6. Contribution de la perte énergétique et éxergétique dans La chambre
de combustion VH 108
IV.4.3.7. Contribution de la perte énergétique et éxergétique dans La turbine TH 109
IV.4.3.8. Contribution de la perte énergétique et éxergétique dans La turbine TB 109
IV.4.3.9. Contribution de la perte énergétique et éxergétique dans La chambre
de combustion VB 109
IV.4.3.10. Contribution de la perte énergétique et éxergétique dans Le récupérateur R 109
IV.4.3.11. Contribution de la perte énergétique et éxergétique dans Le panache P 109
IV.4.3.12. Contribution de la perte énergétique et éxergétique dans L’arbre BP et HP 110
IV.4.3.13. Contribution de la perte énergétique et éxergétique de l’alternateur G 110
IV.4.3.14. Contribution des autres pertes énergétique et éxergétique 110
IV.4.4. Efficacité énergétique et le rendement éxergétique de l’installation 111
IV.4.5. Interprétation des résultats 112
IV.5. Conclusion 112
Conclusion générale 113
Références Bibliographiques 115
Nomenclature

Nomenclature

Symbole Désignation Unité


Energie interne totale [kJ/kg]
Puissance-travail reçue par le système [KW]
̇ Puissance-chaleur reçue par le système, d’un système i, autre que [KW]
l’atmosphère
̇ Puissance-chaleur reçue par le système, de 1’atmosphère [KW]
Débit-masse reçu par le système, en une section j, d’un système [kg/s]
externe j
Enthalpie totale massique du fluide au droit de la section J [kJ/kg]
L’énergie effective [kJ/kg]
puissance – transformation [kJ/kg]
l’efficacité d’un système [%]
l’efficacité motrice [%]
puissance-travail donnée par le système [KW]
̇ Puissance −chaleur reçue par la chaudière [KW]
Puissance – transformation effective reçue au niveau du [kJ/kg]
réseau n
S Entropie du système [kJ/(k..kg)]
Entropie massique du fluide au droit de la section j [kJ/(k.kg)]
Entropie due aux opérations internes irréversibles [kJ/(k.kg)]
Puissance −travail effective, reçue par le système au niveau de la [KW]
machine K
Co-puissance-transformation reçue au niveau du réseau [KW]
d’écoulement n
̇ Perte éxergétique dans le compresseur [KW]
La perte énergétique en énergie [kJ]
rendement éxergétique d’un système quelconque [%]
Le rendement de cycle de baryton avec régénération [%]
Chaleur évacuée ou chaleur introduite [kJ/kg]
Chaleur transmise au fluide moteur [kJ/kg]
Température de source froide [K]
Température de source chaude [K]
Le rendement de régénération [%]
Le rendement de compresseur [%]
Le rendement de turbine [%]
le rapport de pression /
Rapport de compression /
Rapport de détente /
Le travail mécanique [KJ/Kg].
le rapport de pression /

Page i
Nomenclature

⋂ La puissance énergétique et exégétique consommée [KW]

̇ Débit massique de combustible entrant dans la chambre de [ ]


combustion VH
̇ Débit massique de combustible entrant dans la chambre de [ ]
combustion VB
Pouvoir énergétique inferieure de combustible aux conditions KJ/Kg]
standards
c pertes énergétiques des compresseurs en valeurs relatives /
̇ perte énergétique du compresseur CM [KW]
̇ Co-puissance de transformation [KW]
̇ Puissance consommé par le compresseur [KW]
̇ Puissance totale reçue par le système [KW]
Co-enthalpie total massique [KJ/Kg]
Enthalpie total massique [KJ/Kg]
Température du milieu ambiant [ ]
̇ Débit massique [ ]
̇ La perte éxergétique du compresseur CB [KW]
le rendement énergétique du compresseur CB [%]
Le rendement éxergétique du compresseur CB [%]
̇ Co-puissance transformation reçue au niveau du circuit gaz [KW]
̇ Co-puissance transformation reçue au niveau du circuit eau [KW]
̇ Perte éxergétiques du refroidisseur [KW]
̇ Puissance électrique consommée par la pompe de circulation du [KW]
réseau de refroidisseur est négligée
̇ Puissance consommé par le compresseur [KW]
̇ Puissance totale consommé par le compresseur [KW]
rendement énergétique du compresseur CM [KW]
rendement éxergétique du compresseur CM [%]
le rendement énergétique du compresseur CM [%]
̇ perte énergétique du refroidisseur [KW]
̇ perte énergétique du compresseur CH [KW]
̇ Co-puissance de transformation [KW]
̇ Puissance consommé par le compresseur [KW]
̇ Puissance totale consommé par le compresseur [KW]
le rendement énergétique du compresseur CH [%]
Le rendement éxergétique du compresseur CH [%]
̇ la perte énergétique au niveau de la chambre de combustion [KW]
̇ puissance consommé dans la chambre en fonction de pouvoir [KW]
énergétique inferieur
̇ puissance-transformation relative de réseau de combustion en [KW]
fonction de pouvoir énergétique relative
̇ la Co-puissance du réseau de combustion [KW]
̇ perte énergétique du turbine VH [KW]
̇ perte énergétique du turbine TH [KW]

Page ii
Nomenclature

̇ Co-puissance transformation reçue [KW]


̇ Perte éxergétique dans la turbine [KW]
̇ Puissance ou travail total fournie par la turbine [KW]
̇ puissance ou travail fournie sans pertes [KW]
Le rendement énergétique ou l’efficacité de la turbine TH [%]
Le rendement éxergétique de la turbine TH [%]
̇ la perte énergétique au niveau de la chambre de combustion [KW]
̇ puissance consommé dans la chambre en fonction de pouvoir [KW]
énergétique inferieur
̇ puissance-transformation relative de réseau de combustion en [KW]
fonction de pouvoir énergétique relative
̇ La puissance calorifique fournie par la chambre de combustion [KW]
VB
̇ le débit massique de mélange qui sorte de la chambre de [kg/s]
combustion VB
̇ débit massique de combustible injecté dans la chambre VB [kg/s]
̇ Débit massique des gaz produits de la chambre de combustion [kg/s]
VH
Le rendement énergétique ou bien l’efficacité de la chambre de [%]
combustion VB
Le rendement éxergétique de la chambre de combustion VB [%]
̇ perte énergétique de la turbine TB [KW]
̇ Co-puissance transformation reçue [KW]
̇ Perte éxergétique dans la turbine TB [KW]
̇ Puissance ou travail totale fournie TB [KW]
̇ puissance ou travail fournie sans pertes TB [KW]
̇ La perte énergétique ̇ de la turbine TB [KW]
Le rendement énergétique ou l’efficacité de la turbine TB [%]
Le rendement éxergétique de la turbine TB [%]
̇ La perte énergétique dans ce récupérateur R [KW]
̇ La perte éxergétique de récupérateur R [KW]
La surenthalpie des gaz chauds sortant de régénérateur R [KW]
le pouvoir énergétique des imbrulés (CO) provenant de la chambre [KJ/Kg]
de combustion VB
̇ la perte énergétique au niveau de panache P [KW]
̇ La perte éxergétique de panache P due au transfert de chaleur [KW]
entre le panache et l’atmosphère
L’efficacité de palier HP [%]
̇ La puissance fournie par la turbine TH [KW]
̇ La puissance consommée par le compresseur CH [KW]
̇ La puissance fournie par l’arbre HP au niveau de l’accouplement [KW]
L’efficacité de l’alternateur G [%]
L’efficacité de réducteur de vitesse [%]

Page iii
Liste des tableaux

Liste des tableaux

Tableau 1 Récapitulatif de l’ensemble des résultats obtenus pour le fonctionnement


du cycle de Brayton régénérative → ηc=ηt=80% et TH/TL=0.25 36

Tableau 2 Récapitulatif de l’ensemble des résultats obtenus pour le fonctionnement


du cycle de Brayton régénérative → ηc=ηt=80% et TH/TL=0.33 36

Tableau 3: Récapitulatif de l’ensemble des résultats obtenus pour le fonctionnement


du cycle de Brayton amélioré avec refroidissement et réchauffage intermédiaires
→ ηc=ηt=80% et TH/TL=0.25 47

Tableau 4 Récapitulatif de l’ensemble des résultats obtenus pour le fonctionnement


du cycle de Brayton amélioré avec refroidissement et réchauffage intermédiaires
→ ηc=ηt=80% et TH/TL=0.33 47

Tableau 5 Récapitulatif de l’ensemble des résultats obtenus pour le fonctionnement


du cycle amélioré → ηc=ηt=80% et TH/TL=0.25 58

Tableau 6 Récapitulatif de l’ensemble des résultats obtenus pour le fonctionnement


du cycle amélioré → ηc=ηt=80% et TH/TL= 0.33 58

Tableau 7 Propriétés thermodynamiques de l’installation industriel 90

Page iv
Liste des figures

Liste des figures

Figures relatives au chapitre I


Fig. I.1 Différents organes caractérisant un turbomoteur 6

Fig. I.2 Schéma de la turbine à un seul arbre 7

Fig. I.3 Schéma d’une turbine à gaz bi-arbre 7

Fig. I.4 Schéma de principe des turbines à action et à réaction 8

Fig. I.5 Turbine a gaz à cycle fermé 9

Fig. I.6 Schéma d’une turbine a gaz à cycle ouverte 9

Fig. I.7 Turbine à gaz à cycle régénéré 10

Figures relatives au chapitre II

Fig. II.1 Système thermodynamique quelconque 14

Fig. II.2 Système thermodynamique quelconque 18

Figures relatives au chapitre III

Fig.III.1 Cycle ouvert d’une turbine à gaz 26

Fig.III.2 Cycle fermé d’une turbine à gaz 26

Fig.III.3 diagramme T-s de cycle de brayton 27

Fig. III.4 Cycle régénérative de Brayton 27

Fig. III.5 Diagramme T-s du cycle de Brayton avec régénération 28

Fig. III.6 Variation de rendement de cycle brayton avec régénération en fonction


du rapport de pression et température 32

Fig. III.7 Variation de rendement de cycle de brayton avec régénération en fonction


du rapport de pression et rendement de compresseur 32

Fig. III.8 Variation de rendement du cycle de Brayton avec régénération en fonction du


rapport de pression et du rendement de la turbine 33
Liste des figures

Fig. III.9 Variation du rendement thermique de cycle de brayton avec régénération en


fonction du rapport de pression et avec les différents fluides de travail 33

Fig. III.10 Variation du travail mécanique du cycle fonctionnant avec l’hélium en fonction
du rapport de pression et de la température chaude TH 34

Fig. III.11 Variation du travail mécanique du cycle fonctionnant avec de l’air en fonction du
rapport de pression et de la température chaude TH 35

Fig. III.12 Variation du travail mécanique du cycle fonctionnant avec le dioxyde de carbone
CO2 en fonction du rapport de pression et de la température chaude TH 35

Fig. III.13 Schéma de principe du cycle de Brayton avec refroidissement intermédiaire,


réchauffage intermédiaire et régénération 37

Fig. III.14 Diagramme T-S du cycle régénérative de Brayton avec refroidissement et


réchauffage intermédiaires 38

Fig. III.15 Comparaison entre cycle de Brayton avec régénération et cycle amélioré –
évolution du rendement 42

Fig. III.16 Variation du rendement du cycle de Brayton amélioré en fonction des rapports
de compression et de température 43

Fig. III.17 Variation du rendement du cycle de Brayton amélioré en fonction du rapport de


pression et du rendement de compression 43

Fig. III.18 Variation du rendement du cycle de Brayton amélioré en fonction du rapport de


pression et du rendement de détente 44

Fig. III.19 Variation du rendement thermique du cycle de Brayton amélioré en fonction du


rapport de pression – Cas de plusieurs fluides de travail 44

Fig. III. 20 Variation du travail mécanique du cycle régénérative amélioré avec


refroidissement et réchauffage intermédiaires fonctionnant avec de l’hélium – Effets du
rapport de pression et de la température chaude TH 45

Fig. III.21 Variation du travail mécanique du cycle régénérative amélioré avec l’air en
fonction des rapports de pression et de température chaude T H 46

Fig. III.22 Variation de travail mécanique du cycle amélioré fonctionnant avec le dioxyde
de carbone en fonction du rapport rp et la température chaude TH 46

Fig. III.23 Schéma de principe du cycle amélioré de Brayton avec deux refroidisseurs
intermédiaires, réchauffage intermédiaire et régénération 48

Fig. III.24 Diagramme T-s du cycle amélioré avec trois compresseurs et deux turbines 49

Fig. III. 25 Variation du rendement du cycle de Brayton avec trois compresseurs montés - en
série avec deux refroidisseurs, réchauffage intermédiaires et régénération en fonction des
rapports de compression et de températures 54
Liste des figures

Fig. III.26 Variation du rendement du cycle de Brayton amélioré en fonction du rapport de


pression et du rendement du compresseur 54

Fig. III.27 Variation du rendement du cycle de Brayton amélioré en fonction du rapport


de pression et du rendement de la turbine 55

Fig. III.28 Variation du rendement thermique du cycle amélioré en fonction du rapport de


pression pour différents fluides de travail 55

Fig. III.29 Variation du travail mécanique du cycle amélioré opérant avec de l’hélium en
fonction du rapport de pression et de la température chaude TH 56

Fig. III.30 Variation du travail mécanique du cycle amélioré opérant avec de l’air en fonction
du rapport de pression et de la température chaude TH 57

Fig. III.31 Variation du travail mécanique du cycle amélioré opérant avec le dioxyde de
carbone CO2 en fonction du rapport de pression et de la température chaude TH 57

Fig. III.32 Variation du rendement des trois cycles opérant avec l’hélium, en fonction
du rapport de pression 59

Fig. III.33 Variation du rendement des trois cycles opérant avec de l’air, en fonction du
rapport de pression 59

Fig. III.34 Variation du rendement des trois cycles, opérant avec le dioxyde de carbone,
en fonction du rapport de pression 60

Fig. III.35 Variation du travail mécanique des trois cycles opérant avec l’hélium,
en fonction du rapport de pression 61

Fig. III.36 Variation du travail mécanique des trois cycles fonctionnant avec l’air 61

Fig. III.37 Variation du travail mécanique des trois différents cycles, opérant avec le
dioxyde de carbone, en fonction du rapport de pression 62

Figures relatives au chapitre IV

Fig. IV.1 Schéma de l’installation industrielle motrice en cycle ouvert amélioré avec turbine
a gaz, comporte trois compresseurs, deux refroidisseurs, deux chambres de combustion, deux
turbines, un récupérateur et un alternateur G 64
Fig. IV.2 Schéma d’un compresseur CB 67
Fig. IV.3 Schéma de refroidisseur AM 69
Fig. IV.4 Schéma d’un compresseur CM 70
Fig. IV.5 Schéma du refroidisseur AH 72
Fig. IV.6 Schéma d’un compresseur CH 72
Fig. IV.7 Schéma de la chambre de combustion VH 74
Fig. IV.8 Schéma de la turbine TH 76
Liste des figures

Fig. IV.9 Schéma de la chambre de combustion VB 77


Fig. IV.10 Schéma de la turbine TB 79
Fig. IV.11 Schéma d’un régénérateur R 81
Fig. IV.12 Schéma de principe du panache P 82
Fig. IV.13 Schéma de principe de l’alternateur G 84
Fig. IV.14 comparaison entre l’efficacité énergétique et le rendement éxergétique
des différents équipements de l’installation 107

Fig. IV.15: Contribution de la perte énergétique de chaque équipement


dans la perte énergétique totale 110
Fig. IV.16 : Contribution des pertes éxergétiques des équipements sur l’évolution
de la perte éxergétique totale 111
Introduction Générale
Introduction générale

La turbine à gaz est une machine motrice qui a comme rôle de convertir l’énergie thermique
en énergie mécanique. Elle est considérée comme l’un des moyens de production de
puissance les plus révolutionnaires. En effet, ce type de machines a permis d’atteindre des
niveaux de puissance élevés. La turbine a gaz est donc une machine vitale et elle est partout
présente : domaine de production d’électricité, la propulsion aéronautique, l’industrie
pétrolière et gazière et la pétrochimie.

L’évolution des turbines à gaz a connu de nombreuses améliorations dans ces dernières
années, d’où l’augmentation de température des gaz chauds à l’entrée de la turbine,
compression et détente étagée avec refroidissement et réchauffage intermédiaires,
augmentation de la température du gaz comprimé a l’entrée de la chambre de combustion et
d’autres plusieurs modifications dont le but est d’améliorer le rendement de ces machines et
d’augmenter la puissance produites.

Malgré que les turbines à gaz présentent plusieurs avantages, elles possèdent également de
sévères inconvénients. L’un de ces inconvénients est leur haute sensibilité à l’influence de
variation de la température de l’air ambiant, un déséquilibre thermique entre le milieu
ambiant et les équipements de turbine à gaz est introduit (plus exactement, il s’agit de la
différence de température entre le milieu et le système), d’où la création d’entropie et par
conséquent le deuxième principe de la thermodynamique est appliqué ce qui va permettre de
bien quantifier la différence de température entre milieu et système. Dans ces conditions, le
terme exergie est considéré. En effet, en prenant en compte la qualité de l’énergie, l’analyse
éxergétique permet d’une part de comparer des formes d’énergie de façon pertinente et d’en
optimiser d’autre part les performances des procédés industriels.

L’objectif principal de ce travail est d’étudier l’impact d’éventuelles améliorations du cycle


de Brayton régénérative classique sur l’évolution du rendement thermique et du travail
mécanique en fonction de plusieurs paramètres opératoires tels que le rendement des
différents composants (turbines, compresseurs, régénérateur, …….) et les rapports des
pressions et des températures. Dans cette étude, nous nous sommes également intéressés à
l’analyse énergétique et éxergétique d’un cycle industriel de turbine à gaz amélioré.

Ce mémoire s’articule principalement autour d’une introduction générale, quatre chapitres


thématiques et une conclusion générale.

Le premier chapitre expose essentiellement une revue bibliographique sur les turbines à gaz,
leur particularités de fonctionnement, leurs domaines d’applications et leurs avantages et
inconvénients.

Le deuxième chapitre est principalement dédié a la description de la théorie des approches


énergétique et éxergétique. L’approche énergétique est principalement basée sur le premier
principe de la thermodynamique, tandis que l’approche éxergétique n’est qu’une
combinaison du premier et du second principe de la thermodynamique.

Page 1
Introduction générale

Dans le troisième chapitre qui concerne l’amélioration des performances des turbines à gaz,
nous présentons une description détaillée de trois cycles modifiés de turbine à gaz. Les effets
d’améliorations apportées, au niveau des systèmes T.A.G, sur l’évolution du rendement
thermique et du travail mécanique en fonction du rapport des pressions et des températures,
du rendement des différents organes des systèmes T.A.G. étudiés. Dans cette étude, les
cycles étudiés opèrent avec plusieurs fluides de travail, a s’avoir : l’hélium, l’air et le dioxyde
de carbone.

Le quatrième et dernier chapitre concerne l’application de la théorie de l’analyse énergétique


et éxergétique sur une centrale industrielle motrice de turbine à gaz à cycle ouvert amélioré
fonctionnant à l’air avec refroidissement intermédiaire, réchauffage intermédiaire et
régénération. En effet, nous avons réalisé une étude générale sur les pertes énergétique et
éxergétique et leurs contributions au niveau de la centrale. Les rendements énergétiques et
éxergétiques des principaux organes de l’installation, ainsi que les rendements globaux sont
évaluées et discutées.

Enfin, nous terminons notre travail par une conclusion générale qui va englober l’ensemble
des conclusions qu’on peut tirer de cette étude.

Page 2
Chapitre I
Généralités sur les turbines à gaz
Généralité sur les turbines à gaz

I.1. Introduction:

Durant ces dernières années, les turbines à gaz industrielles ont joué un rôle important dans
les systèmes de production de puissance, tels que les centrales nucléaires de puissance(NPP),
les centrales de production d’électricité et les unités des hydrocarbures. Bien que ces
équipements possèdent de nombreux avantages, leur haute sensibilité à l’influence de
variation de la température de l’air ambiant, qui change considérablement entre le jour et la
nuit, l’été et l’hiver, fait que le rendement thermique d’exploitation de ces machines se trouve
affecté, ainsi l’amélioration du cycle de ces machines s'avère nécessaire. A cet effet
Différentes techniques (régénération, refroidissement intermédiaire, préchauffage et injection
de vapeur d’eau) ont été employées afin d’améliorer les performances des turbines à gaz.

Les turbine à gaz font partie des turbomachines définies par Râteau comme étant des
appareils dans les quels a lieu un échange d’énergie entre un rotor tournant d’un axe à vitesse
constante et un écoulement permanent. Une turbine à gaz, appelée aussi turbine à combustion,
est une machine tournante thermodynamique appartenant à la famille des moteurs à
combustion interne dont le rôle est de produire de l’énergie mécanique (rotation d’un arbre) à
partir de l’énergie contenue dans un hydrocarbure (fuel, gaz…) Dans les turbines à gaz, le
fluide moteur le plus fréquemment utilisé provient des gaz de combustion d’un combustible
liquide ou gazeux

2
Généralité sur les turbines à gaz
I.2. Historique de la turbine à gaz:

L’invention de la turbine à gaz a passé par plusieurs périodes , plusieurs étapes et


plusieurs chercheur sont contribues dans l’amélioration de cette machine .

On peut distinguer trois périodes qui peut résume l’histoire de la turbine à gaz :

La première, celle des précurseurs, est très ancienne puisqu’il est classique de la faire
remonter à Héron d’Alexandrie avec son Éolipile, simple sujet de curiosité ou d’amusement.
Viennent ensuite les premiers dépôts de brevets. Pour les turbomoteurs, en 1791, l’Anglais
John Barber brevetait un appareil hybride puisque cette turbine à gaz comportait encore un
compresseur alternatif. Pour les turboréacteurs, c’est le Français Lorin qui, en 1911, en fait
breveter le principe.

La deuxième, celle des premières réalisations, commence à la fin du XIX e siècle et peut être
considérée comme achevée en 1951. Entre 1872 et 1900 environ, les premiers turbomoteurs
sont effectivement construits mais ne peuvent atteindre leur autonomie par suite de
l’insuffisance des rendements de compression et de détente. Par contre, entre 1901 et 1906,
les recherches des Français Armengaud et Le Male aboutissent au premier turbomoteur
autonome avec un rendement global à 3 %. Entre 1935 et 1945, de nombreuses réalisations
apparaissent, notamment dans le domaine aéronautique où les turbines à gaz bénéficient des
actives recherches menées au cours de la dernière guerre mondiale.

Le premier vol d’un avion équipé d’un turboréacteur a lieu en Allemagne, fin août 1939
(moteur HE S 3 monté sur avion Heinkel 178 V1), précédant, en mai 1941, une réalisation
voisine en Grande-Bretagne (moteur de Whittle W 1X monté sur avion Gloster E.28).

Enfin, 1951 voit deux premières mondiales avec des turbines à gaz de la firme française
Turboméca. Le 18 avril, c’est l’hélicoptère SO 1120 Ariel 3 qui effectue un premier vol
propulsé par un turbomoteur, l’ARTOUSTE. Le 6 novembre, c’est le premier vol d’un
turboréacteur à double flux, l’ASPIN, monté sur le Fouga Gémeaux IV.

La troisième, la période industrielle, commence en 1939.C’est, en effet, au cours des


cinquante dernières années que ces machines se sont développées de façon tout à fait
spectaculaire.

On peut citer M. Sedille qui, dès 1948, pressentit avec raison cette évolution : «Il est hors de

3
Généralité sur les turbines à gaz
doute que, dans les années à venir, un effort considérable permettra de multiplier dans toutes
les branches d’utilisation les installations turbo motrices à gaz ».

Actuellement, la turbine à gaz fait partie de notre environnement courant : l’aviation


commerciale et militaire utilise quasi exclusivement des machines de ce type pour propulser
ses aéronefs. Pour les applications industrielles, la turbine à gaz est maintenant le concurrent
direct des moteurs diesels, et cette évolution est loin d’être terminée.[7]

I.2.1.Définition:

La turbine à gaz est un moteur à combustion interne de tous les points de vue. Elle peut être
considérée comme un système autosuffisant. En effet, elle prend et comprime l’air
atmosphérique dans son propre compresseur, augmente la puissance énergétique de l’air dans
sa chambre de combustion et convertie cette puissance en énergie mécanique utile pendant les
processus de détente qui a lieu dans la section turbine. L’énergie mécanique qui en résulte est
transmise par l’intermédiaire d’un accouplement à une machine réceptrice, qui produit la
puissance utile pour le processus industriel.

Sous sa forme la plus simple, une turbine à gaz comprend un compresseur axial qui aspire
l’air à la pression atmosphérique ; une chambre de combustion, où l’air comprimé est
réchauffé à pression constante par la combustion d’une certaine quantité de combustible (gaz
naturel, gasoil ou kérosène) et enfin une turbine de détente des gaz jusqu’ à la pression
atmosphérique.[9]

I.3.Caractérisation des organes :

Dans sa forme la simple et la plus répandue, une turbine à gaz est composée de trois éléments:

 Un compresseur, centrifuge ou généralement axial, qui a pour rôle de comprimer de


l’air ambiant à une pression comprise aujourd’hui entre 10 et 30 bars environ;

 Une chambre de combustion, dans laquelle un combustible gazeux ou liquide est


injecté sous pression, puis brulé avec l’air afin de limiter la température des gaz
d’échappement;

 Une turbine, généralement axiale, dans laquelle sont détendus les gaz qui sortent de la
chambre de combustion .voir la figure(Fig.I.3).

4
Généralité sur les turbines à gaz

Figure I.1: différents organes caractérisant une turbine a gaz.

I.4.Fonctionnement d’une turbine à gaz :

Les turbines à gaz font partie des turbomachines définies par Râteau comme étant des
appareils dans lesquels a lieu un échange d’énergie entre un rotor tournant autour d’un axe à
vitesse constante et un fluide en écoulement permanent.

Une turbine à gaz, appelée aussi turbine à combustion, est une machine tournante
thermodynamique appartenant à la famille des moteurs à combustion interne dont le rôle est
de produire de l’énergie mécanique (rotation d’un arbre) à partir de l’énergie contenue dans
un hydrocarbure (fuel, gaz...).

 L’air froid aspiré de l’environnement extérieur,

 Cet air est comprimé dans le compresseur avant de pénétrer dans la chambre de
combustion. Cette opération est réalisée en consommant une quantité d’énergie
mécanique soustraite à l’énergie fournie par la turbine.

 A l’intérieur de la chambre de combustion, la réaction chimique entre l’air et le


carburant produit une augmentation de la température à une pression relativement
constante.

 En effet, la chute de pression entre l’évacuation du compresseur et l'admission à la


turbine se trouve généralement comprise entre 2% et 4% de la pression initiale ; dans
cette réaction la chaleur calorifique du carburant est transformée en énergie thermique
pour les gaz.

 Enfin, dans la turbine de détente les gaz chauds se détendent jusqu'à la pression
ambiante et leur température diminue en conséquence.

Cette phase produit une grande quantité d’énergie mécanique en partie requise par le

5
Généralité sur les turbines à gaz
compresseur, mais surtout dirigée au réseau à travers le générateur de puissance.

I.5. Différents types des turbines à gaz:

Les turbines à gaz sont classées en plusieurs catégories selon des différents critères, on peut
citer :

 Par le mode de construction.

 Par le mode de travail.

 Par le mode de fonctionnement thermodynamique.

I.5.1.par le mode de construction :[11]

Par son mode de construction la turbine a gaz se trouve en deux catégories principales :

I.5.1.a. Turbine mono-arbre:

Le compresseur et les sections de la turbine sont montés sur un même arbre ce qui permet de
tourner à la même vitesse, ce type est utilisé pour les applications qui n’ont pas besoin des
variations de vitesse telle que l’entrainement des génératrices pour production de l’électricité
(Fig.I.2).

Figure. I.2 schéma de la turbine à un seul arbre

I.5.1.b. Turbine bi-arbre:

Contrairement à la turbine à gaz a un seul arbre, les deux sections de la turbine ne sont pas
reliées mécaniquement ce qui leur permettre de tourner à des vitesses différentes ce type est
utilisé dans les applications qui demandent une large variation de vitesse tel qu’entrainement

6
Généralité sur les turbines à gaz
des compresseurs (Fig.I.3).

Figure. I.3 schéma d’une turbine à gaz bi-arbre

I.5.2. Par le mode de travail:[11]

Un autre critère de classement des turbines a gaz est le mode de travail, On distingue deux
types de turbine :

I.5.2.a. Turbine à action:

Où l’énergie thermique est transformée complètement en énergie cinétique dans la directrice.


L’évolution des gaz dans la roue se fait sans variation de pression statique P 1>P2=P3.

I.5.2.b. Turbine à réaction :

Une partie de l’énergie thermique est transformée dans la roue en énergie cinétique et
mécanique. L’évolution des gaz dans la roue se fait avec variation de la pression statique
P1>P2>P3.

La différence entre turbine a action et réaction que la détente s’effectue en partie au niveau
de distributeur et la roue dans turbine a réaction, sachant que dans la turbine a action la
détente s’effectue dans le distributeur( variation de pression au niveau de la roue égale 0).

Le taux de réaction ε caractérisera le % d’énergie thermique totale.

7
Généralité sur les turbines à gaz

Figure. I.4: schéma de principe Turbine a action et réactio

8
Généralité sur les turbines à gaz

I.5.3. Par le mode de fonctionnement thermodynamique:

I.5.3.a. Turbine à gaz à cycle fermé:

Dans la turbine à gaz à cycle fermé, l'air comprimé des environs est chauffé à l'aide de
l'échangeur de chaleur (aérotherme).

A pression constante de la source externe, la chaleur est en outre transmise à l'échangeur


thermique. Le fluide de travail à haute pression augmente au-dessus de la turbine, puis la
puissance est développée.

Le fluide de travail d'échappement doit être refroidi dans un pré-refroidisseur. Le même fluide
est envoyé dans le compresseur avant la fin du processus. Dans la turbine, le même fluide de
travail est toujours distribué.

Figure I.5 : Turbine a gaz à cycle fermé.

I.5.3.b. Turbine à gaz à cycle ouvert:

C’est une turbine dont l’aspiration et l’échappement s’effectuent directement dans


l’atmosphère. Donc le flux total provient de l’atmosphère et retourne a l’environnement.

Ce type de turbine qui est le plus répandu utilisant un seul fluide pour la production d’énergie
mécanique, après la détente les gaz possédant encore un potentiel énergétique est perdus dans
l’atmosphère à traversl’échappement.

9
Généralité sur les turbines à gaz

Figure I.6 : schéma d’une turbine a gaz a cycle ouverte.

I.5.3.c. Turbine à cycle régénéré:

Lorsque la température de sortie turbine est supérieure à celle de sortie du compresseur, il


devrait être possible d’augmenter le rendement du cycle en se servant des gaz d’échappement
dans un échangeur de chaleur pour réchauffer les gaz sortant du compresseur comme le
motionne la figure suivante :

Figure I.7 : turbine a gaz a cycle régénéré.

l’air qui entre dans l’échangeur thermique devrait se réchauffer jusqu’ à la température des
gaz qui entrent dans l’échangeur.

I.6. Les avantages et les limites techniques de T.A.G:

Les avantages inhérents à ce type de machine sont les suivants :

10
Généralité sur les turbines à gaz
 puissance massique et volumique très élevée du fait du fonctionnement continu,

 simplicité apparente de construction (un rotor dans un carter et un brûleur) et


équilibrage (peu de vibrations),

 pollution limitée en HC et NOx du fait de l’excès d’air et de la température limitée,

 aptitude à la récupération de chaleur (cogénération),

 longévité en marche stationnaire.

 aptitude potentielle à utiliser des combustibles variés et de moindre qualité (gaz


pauvre, fuel lourd)

La turbine à gaz présente de sévères limitations dues aux contraintes techniques de sa


réalisation. Ces principales limites sont les suivantes :

 taux de compression (et donc rendement) limité par le nombre d’étage de compression
nécessaires,

 baisse importante de rendement des compresseurs centrifuges à un régime plus


faible que le régime nominal,

 température de combustion (et donc rendement) limitée par la résistance


mécanique de la turbine.

 chute importante du rendement à charge partielle en particulier pour les machines à


simple arbre.

 coût d’usinage des aubages élevé, notamment de la turbine.

 Inaptitude aux arrêts et démarrages fréquents et peu progressifs.

I.7. Domaines d’application de turbine à gaz:

Chaque cas d’application d’une turbine à gaz comprend un nombre important de paramètres
de définitions spécifiques : type de combustible, durée de fonctionnement par an,
températures extérieures extrêmes, montage, nuisances, etc.

Il en résulte qu’une installation de turbine à gaz doit être personnalisée afin de répondre aux
conditions d’exploitation envisagées..

I.7.a. Utilisation des turbines à gaz pour la propulsion:

L’utilisation de la turbine à gaz dans l’aviation (avions, hélicoptères) est bien connue. Dans le
domaine des transports civils et militaires, les turbines à gaz sont également utilisées pour la
propulsion, car elles permettent d’obtenir de grandes puissances avec des poids et dimensions
faibles par rapport à ceux des moteurs diesels.

11
Généralité sur les turbines à gaz
I.7.b. Production combinée chaleur-force:

Ce type d’application permet d’économiser les dépenses d’énergies. Le couple de force peut
servir à l’entraînement d’une machine réceptrice et la chaleur peut servir pour le chauffage,
séchage, production de vapeur pour un procès industriel. Le principe de cette application peut
être, encore poussé plus loin pour obtenir désinstallations industrielles dites à énergie totale
où la turbine à gaz peut fournir simultanément trois formes d’énergie :

 électrique (alternateur),

 pneumatique (par prélèvement d’air sur le compresseur),

 calorifique (récupérateur de chaleur des gaz d’échappement).

Le rendement de telles installations est ainsi fortement revalorisé et peut atteindre 50 à 60%.

I.7.c. Production d’électricité:

L’autre grand domaine d’emploi des turbines à gaz est la production d’électricité. En effet, il
s’agit d’applications à régime constant et à charge relativement constante pour lesquelles le
rendement de ces machines est le meilleur. La puissance varie de quelques centaines de kW à
près de 300 MW.

Les machines les plus puissantes sont en général associées à des turbines à vapeur dans des
cycles combinés dont le rendement global tend actuellement vers 60%. En cycle simple, le
rendement est de l’ordre de 30 à 35%. Dans les faibles puissances, le rendement est même
inférieur à 30% mais on met alors à profit l’aptitude des turbines à combustion pour la
récupération de chaleur dans des applications de cogénéra tion (production simultanée
d’électricité et de chaleur).

12
Chapitre II
Description des approches énergétique et
éxergétique
Chapitre II Description des approches énergétiques et éxergétiques

II.1. Introduction :

L’énergie est une propriété qu’un corps possède, liée à la capacité de fournir un travail
"Un effet".
Associer l'éxergie à l'énergie dans les approches du fonctionnement des systèmes revient
ainsi à associer quantité et qualité de l'énergie et de ses diverses formes ou types. L'approche
devient nettement plus riche qu'une simple approche énergétique.

II.2. Approche énergétique :

II.2.1. Notion d’énergie :

L'énergie se manifeste sous plusieurs formes, chacune avec ses caractéristiques, Ces
dernières sont liées à leur capacité à provoquer des changements. Les différentes formes
d'énergie peuvent être classées en deux catégories [14].
 les énergies ordonnées.
 les énergies désordonnées.

II.2.1.1. Energie ordonnée :

Les énergies ordonnées regroupent l'énergie potentielle et l'énergie cinétique qui possèdent les
caractéristiques suivantes [14] :
 Possibilité de passer d'un type a l'autre avec conservation totale en opérant de façon
réversible.
 Le Transfer d'énergie ordonnée entre deux systèmes s'effectue uniquement par
échange d'énergie travail.
 Le Transfer d'énergie ordonné entre deux systèmes n'entraîne pas de variation
d'entropie Ainsi de tels procédés peuvent être analysés à l'aide du premier principe de
la thermodynamique seulement.
 Les paramètres de l'environnement ne sont pas considérés lors du Transfer d'énergie
ordonnée entre deux systèmes.

23
Chapitre II Description des approches énergétiques et éxergétiques

II.2.1.2. Energie désordonnée :

Cette forme d'énergie regroupe tous les autres types d'énergies [14] :
Différentes des énergies ordonnées notamment l'énergie thermique, l'énergie chimique…etc.
Elle possède [es caractéristiques suivantes :
 Pour avoir un maximum de conversion d'une forme d'énergie désordonnée en une
forme ordonnée il est nécessaire d'avoir un procédé entièrement réversible.
 La limite maximale d'une telle conversion dépend des paramètres thermodynamiques
des procédés mais aussi de l'environnement.
 La conversion engendre une variation d'entropie.

 L'analyse des formes d'énergies désordonnées nécessite l'utilisation du deuxième


principe de la thermodynamique.

II.2.2. Bilan énergétique :

Considérons un système quelconque, donnant lieu à des transferts-travail, des transferts-


chaleur et des transferts de masse. Un tel système peut être représente schématiquement par la
figure II.1 [14] :

Figure. II.1 : Système thermodynamique quelconque [14]

24
Chapitre II Description des approches énergétiques et éxergétiques

En vertu du Premier Principe de la thermodynamique, le bilan énergétique en puissance,


relatif à un système quelconque, est exprimé par l’équation (II.1).

∑ [ ] ∑[ ̇ ] ̇ ∑[ ] (II.1)

Avec :
 : Energie interne totale.

 ⁄ : Puissance-travail reçue par le système, d’un système k, autre que


l’atmosphère.
 ̇ ̇ ⁄ : Puissance-chaleur reçue par le système, d’un système i, autre que
l’atmosphère.
 ̇ ̇ ⁄ : Puissance-chaleur reçue par le système, de 1’atmosphère.
 ⁄ : Débit-masse reçu par le système, en une section j, d’un système
externe j.
 : Enthalpie totale massique du fluide au droit de la section J.

En considérant la puissance travail effective fournie par le système qui est égale à la
puissance travail globale diminuée de celle engendrée par l'augmentation de volume du
système( ⁄ )l'équation (II.1) devient :

( )
∑ [ ] ∑[ ̇ ] ̇ ∑[ ] (II.2)

Avec :

∑ [ ] ∑ [ ] (II.3)

L’énergie effective se définie comme suit :

(II.4)

A partir des équations (II.2) et (II.4) nous obtenons :

∑ [ ] ∑[ ̇ ] ̇ ∑[ ] (II.5)

25
Chapitre II Description des approches énergétiques et éxergétiques

Par la suite, on peut définir une nouvelle grandeur appelée puissance – transformation, donnée
par l’expression suivante :

( )
∑[ ] (II.6)

Le bi1an peut alors se mettre sous la forme :

∑ [ ] ∑[ ̇ ] ̇ ∑[ ] (II.7)

II.2.2.1. Efficacité :

D’une façon générale, nous appelons efficacité le rapport entre les prestations énergétiques
données par le système et les prestations énergétiques reçues par le système.
Malheureusement, il n’est pas possible de donner une définition générale de ce rapport, car les
valeurs des diverses prestations varient de cas en cas [14].
Toutefois, il est généralement admis que l’énergie-chaleur transférée entre le système et
1’atmosphère ne peut être considérée ni comme une prestation reçue, ni comme une prestation
donnée, car elle n’a pas de valeur intrinsèque. C’est pourquoi le terme ne figurera pas dans
les diverses expressions de l’efficacité .Cela revient à dire que l’Energie chaleur n’a pas de
valeur quand on la donne et qu’elle est gratuite quand on la reçoit [14].
Dans le cas des installations motrices, des installations de chauffage et des installations de
cogénération, le bilan (II.2) peut, en omettant les indices pour simplifier, être mis sous la
forme:

∑[ ] ∑[ ̇ ] ̇ ∑[ ] ∑[ ] ∑[ ̇ ] ̇ ∑[ ] (II.8)

Ou toutes les puissances données par le système figurent au premier membre et toutes les
puissances reçues par le système au second membre.
Précisons que les expressions ∑[ ̇ ] et ∑[ ̇ ] concernent toutes les puissances-chaleur
transférées entre le système et les différentes sources, à l’exclusion des puissances-
chaleur ̇ et ̇ qui sont transférées entre le système et 1’atmosphère.
En admettant arbitrairement que les puissances-chaleur ̇ et ̇ sont considères soit
comme sans valeur, soit comme gratuites, le bilan énergétique (II.8) suggère la définition de
l’efficacité [14].

26
Chapitre II Description des approches énergétiques et éxergétiques

II.2.2.2. Efficacité d’un système :

Elle est définie par :

∑[ ] ∑[ ̇ ] ̇ ∑[ ]
∑[ ] ∑[ ̇ ] ̇ ∑[ ]
(II.9)

Examinons maintenant si l’expression (II.9) conduit à une définition satisfaisante de


l’efficacité dans le cas d’une installation motrice par exemple [14].

II.2.2.3. Installation motrice :

Par exemple, pour une installation motrice à vapeur, en régime permanent, la relation
(II.8) donne le bilan énergétique :

̇ ̇ (II.10)

Et la définition (II.9) donne l’efficacité motrice :

̇
̇ ̇ (II.11)

Dans laquelle nous avons:


 : puissance-travail donnée par le système, en admettant que la
puissance-travail requise par la pompe est prélevée sur la puissance-travail
fournie par la turbine.
 ̇ : puissance chaleur reçue par la chaudière.
Comme le rapport ̇ ⁄ ̇ n’est pas du tout faible, nous constatons que l’efficacité motrice
d’une installation motrice est en général très inférieure à 100% [14].
II.3 Analyse éxergétique :

II.3.1 Historique et définition :

L’éxergie d’un système est une fonction thermodynamique qui exprime la capacité de ce
système à produire du travail en raison de son déséquilibre avec l’ambiance dans laquelle il se
trouve.

On peut définir l’éxergie d’une source d’énergie comme la quantité maximale de travail
qu’il serait possible d’en retirer au moyen d’un cycle thermodynamique moteur réversible,
l’autre source étant en équilibre avec l’ambiance [15].
27
Chapitre II Description des approches énergétiques et éxergétiques

C’est en 1889 déjà que Georges Gouy a émis l’idée que la potentialité d’un système au
point de vue de la production de travail pouvait être exprimée par une fonction contenant, non
seulement l’énergie interne du système, mais encore la température Ta et la pression Pa de
l’atmosphère extérieure au système lui-même [16].

Depuis lors, les implications et les conséquences de cette idée ont été étudiées et
développées dans différents pays par un certain nombre de chercheurs, sous le terme général
de théorie de l’éxergie [17].

Il est maintenant largement reconnu que la théorie de l’éxergie est extrêmement féconde,
car elle débouche sur une comptabilité dite éxergétique qui englobe le Premier et le Deuxième
Principe de la thermodynamique. Seule cette comptabilité éxergétique permet d’évaluer
quantitativement ce que l’on appelle quantitativement la dégradation de l’énergie [17].

II.3.2. Bilan éxergétique :


Considérons à nouveau un système quelconque. Un tel système peut être représenté
schématiquement par la Fig.II.2 [14]

Figure. II.2 :Système thermodynamique quelconque[14]

En vertu des relations (II.2) et (II.6), le premier Principe de la thermodynamique, le bilan


énergétique est exprimé par l’équation (II.2).

∑ [ ] ∑ [∫ ̇ ] ̇ ∑ [ ] (II.12)

28
Chapitre II Description des approches énergétiques et éxergétiques

Avec :
 : Puissance-travail reçue par le système, d’un système k.
 ̇ : Puissance-chaleur reçue de la source à température (dans le cas général ou
est variable, il convient d’intégrer par rapport à l’espace).
 : Puissance-chaleur reçue de 1’atmosphère, à la température .

 ,∑ [ ] - : Puissance – transformation effective reçue au niveau

du réseau n.

Précisons bien que la température est la température commune à la source i et au


système, le long de la frontière en traits pointillés. II en est de même de la température .
Le deuxième principe est exprimé par le bilan d’entropie :

̇ ̇
∑ *∫ + ∑[ ] ̇ (II.13)

Avec :
 S : Entropie du système.
 : Entropie massique du fluide au droit de la section j.

 : Entropie due aux opérations internes irréversibles, c’est-à-dire simplement aux


irréversibilités du système. Elle caractérise la création d’entropie.

Comme nous l’avions fait pour le bilan énergétique (II.12), nous avons traité séparément
la source à température Ta, constituée par 1’atmosphère avec l’expression :

̇ ̇
∑ *∫ + (II.14)

̇
L’équation (II.14) peut remplacer par : ∑ *∫ +.

En vertu du deuxième principe, nous avons toujours :

(II.15)

29
Chapitre II Description des approches énergétiques et éxergétiques

Etant donné la propriété d’extensivité de l’entropie, nous pouvons effectuer des sommations
sur les réseaux n et remplacer :

Par ∑ * + (II.16)

∑[ ] Par ∑ {∑ [ ]} (II.17)

En tenant compte des substitutions indiquées ci-dessus, il est possible de mettre le bilan
entropique (II.13) sous la forme:

̇ ̇
∑ *∫ + ∑ ,∑ [ ] - (II.18)

En multipliant tous les termes de ce bilan par la température Tade 1’atmosphère, nous
obtenons l’équation suivante:

∑ *∫ ̇ + ̇ ∑ ,∑ [ ] ( )- (II.19)

Le bilan éxergétique est obtenu en éliminant entre les équations (II.2) ( Principe) et
(II.19) ( Principe). On obtient le bilan exergétique [14]:

( )
∑[ ] ∑ [∫ ̇ ] ̇ ∑ {∑[ ] }

∑ [∫ ̇ ] ̇ ∑ {∑[ ] ( )}

∑ [ ] ∑ *∫ ( ) ̇ + ∑ ,∑ [( ) ] ( )-

(II.20)

30
Chapitre II Description des approches énergétiques et éxergétiques

II.3.2.1. Terminologie et symbolisme :

Le bilan éxergétique (II.20) fait apparaitre un certain nombre de grandeurs nouvelles pour
lesquelles nous proposons un nom et un symbole [14].
Nous définissons les grandeurs suivantes:
 Co-énergie totale [KJ] (II.21)

 Co-énergie totale massique [KJ/Kg] (II.22)

 Co-enthalpietotale [KJ] (II.23)

 Co-enthalpie totale massique [KJ/Kg] (II.24)

 Facteur de Carno (II.25)

 Co-travail-chaleur reçue [KJ] ∫ (II.26)

 Co-puissance-chaleur reçue [KW] ̇ ∫ ̇ (II.27)

 Co-travail-transformation reçue [KJ] ∑ [∫ ] (II.28)

 Co-puissance-transformation reçue [KW] ̇ ∑[ ̇ ] (II.29)

 Perte éxergétique en énergie [KJ] : (II.30)

 Perte éxergétique en puissance [KW] : ̇ ̇ (II.31)

II.3.2.2. Co-enthalpie :

II.3.2.2.a. Définition :

Nous considérons la Co enthalpie comme une fonction d’état extrinsèque, définie par la
relation, sous forme absolue:

(II.32)

Ou sous forme massique:

(II.33)

Dans laquelle Ta est toujours la valeur moyenne, considères comme constante, de la


température de 1’atmosphère [14].

31
Chapitre II Description des approches énergétiques et éxergétiques

L’introduction de la fonction k est justifiée par le rôle important qu’elle joue dans les bilans
éxergétiques, comme le montre l’équation (II.29).
Remarquons que, en vertu de la définition (II.33), la valeur de la Co-enthalpie d’un système
est déterminée dès que les valeurs de deux fonctions d’état quelconques(S et H), ainsi que
celle de Ta, sont fixées [14].

II.3.2.3. Expression générale :


Etant donné ces définitions, le bilan éxergétique (II.20) en puissance peut être mis sous la
forme:

∑ [ ] ∑[ ] ∑ [ ] ̇ (II.34)

Où nous avons (la valeur numérique de chacun des termes du membre de gauche pouvant être
positive ou négative):

 : puissance travail effective, reçue par le système au niveau de la machine K.


 : Co-puissance-transformation reçue au niveau du réseau d’écoulement n.

 ̇ : perte éxergétique globale.

L’équation (II.34) constitue une forme très condensée et symétrique des deux principes
réunis. C’est à notre avis l’expression la plus générale et la plus élégante de la théorie de
1’éxergie [14].
Sous forme différentielle, le bilan éxergétique relatif à un temps « dt » s’exprime par la
relation :

∑ [ ] ∑[ ] ∑ [ ] (II.35)

Enfin, sous forme finie, le bilan éxergétique relatif à un temps Δt est:

∑ [ ] ∑[ ] ∑ [ ] ̇ (II.36)

32
Chapitre II Description des approches énergétiques et éxergétiques

II.3.3. Perte éxergétique :

II.3.3.1. Définition :

La perte éxergétique L est la diminution de la possibilité d’obtention de travail, due aux


irréversibilités internes du système.
Elle exprime quantitativement ce qui est exprimé qualitativement par la notion de dégradation
de l’énergie.
Selon (II.30), la perte éxergétique L est égale au produit de l’entropie Si due aux
irréversibilités internes par la température T a de l’atmosphère. Nous avons sous forme
différentielle la définition [14]:

(II.37)

La perte éxergétique en énergie L est définie par le relation (II.30) :

(II.38)

La perte éxergétique en puissance ̇ est définie de la même manière par la relation (II.31) :

̇ (II.39)

II.3.4. Rendement éxergétique :

II.3.4.1. Définition :

Contrairement au bilan (II.12) exprimant la conservation de l’énergie, le bilan éxergétique


(II.34)met bien en évidence la notion de perte thermodynamique. II permet donc de définir la
notion de rendement d’une façon claire et logique [14].
Le bilan (II.30) peut, si nous omettons les indices de sommation pour simplifier, être mis sous
la forme:

∑[ ] ∑[ ] ∑[ ] ∑[ ] ∑[ ] ∑[ ] (II.40)

Ou toutes les prestations éxergétiques données par le système figurent au premier membre et
toutes les prestations éxergétiques reçues par le système figurent au second membre.
Nous en déduisons la définition générale:

33
Chapitre II Description des approches énergétiques et éxergétiques

Dans le cas où les bilans éxergétiques sont donnés, non pas en puissance, mais en énergie, la
définition générale du rendement éxergétique d’un système quelconque est [14]:

∑[ ] ∑[ ̇ ] ̇ ∑[ ]
∑[ ] ∑[ ̇ ] ̇ ∑[ ]
(II.41)

II.4. Conclusion :

Dans ce chapitre, nous exposons le premier et le deuxième principe de la thermodynamique,


nous avons toujours clair que le rendement énergétique et éxergétique d’un système
quelconque est toujours compris entre 0 et 1, selon l’inégalité.
Le rendement éxergétique est égal à 0 dans le cas où le système ne fournit aucune prestation
éxergétique. Il serait égal à 1 dans le cas où le système serait parfaitement réversible.

34
Chapitre III
Amélioration des performances des turbines
à gaz
Chapitre III Amélioration des performances des turbines à gaz

III.1. Introduction :

Dans les années 1940 et 1950, le rendement des turbines à gaz était inferieur a 20%. Le
rendement isentropique des compresseurs et des turbines était faible, et les matériaux
utilisés dans les turbines ne pouvaient tolérer des températures élevées. Le
développement technologique des turbines à gaz s’est donc concentré dans les trois
secteurs décrits ci-après.

1. L’accroissement de la température des gaz à l’entrée de la turbine :

En 1940, la température des gaz à l’entrée de la turbine était limitée a environ 540°C.
Aujourd’hui , grâce au développement de nouveaux matériaux(le revêtement céramique)
et de techniques innovatrices de refroidissement des aubages, cette température est
passée à environ 1425°C.

2. L’accroissement du rendement isentropique des composants :

Les rendements des premières turbines était compromis a cause des irréversibilités au
sein du compresseur et de la turbine. Aujourd’hui on atténue de plus en plus ces pertes en
recourant à des outils de conception et de simulation aérodynamique sophistiqués.

3. La modification du cycle de base :

Le rendement du cycle de base peut être considérablement accru si on récupère une


partie de la chaleur des gaz expulsés de la turbine (la régénération) et si on comprime
l’air par étage avec refroidissement entre les étages.

Dans ce chapitre, on s’intéresse à ces techniques qui font l’objet de notre discussion
dans les prochaines sections. Cette étude consiste à évaluer l’influence de l’amélioration
de cycle de Brayton irréversible sur le rendement thermique et le travail mécanique
développé.
Chapitre III Amélioration des performances des turbines à gaz

III.2. Le cycle de Brayton :

Les turbines à gaz fonctionnent habituellement selon un cycle ouvert. L’aire


atmosphérique s’engage dans le compresseur ou il est comprimé à haute pression et à
haute température. Il est ensuite admis dans la chambre de combustion. Les gaz chauds
résultant de la combustion se détendent alors dans une turbine qui produit un travail
mécanique. A la sortie de la turbine, les gaz sont évacués dans l’atmosphère.

Figure III.1 : cycle ouvert d’une turbine à gaz

Le cycle ouvert de la turbine à gaz peut néanmoins être modélisé comme un cycle fermé
si on admet l’hypothèse d’air standard.

Figure III.2 : cycle fermé d’une turbine à gaz


Chapitre III Amélioration des performances des turbines à gaz

Le cycle de Brayton comprend quatre évolutions


réversibles intérieurement qui sont illustrés dans le
diagramme T-s de la Figure III.3 suivante :

1. La compression isentropique (dans le


compresseur) de 1-2.
2. L’apport de chaleur a pression constante 2-3.
3. La détente isentropique (dans la turbine) 3-4.
4. L’évacuation de chaleur a pression constante 4-1.

Fig. (III.3) : diagramme T-s de cycle de brayton

Le cycle de Brayton se déroule dans les machines avec écoulement en régime permanent
dont la variation des énergies cinétiques et potentielle est négligeable.

III.3.Modification de cycle de Brayton avec l’évolution du rendement et du travail


mécanique:

III.3.1. cycle de Brayton irréversible avec régénération:

La température a la sortie de la turbine est considérablement plus élevés que la température


de l’air comprimé admis dans la chambre de combustion. Donc en place un échangeur de
chaleur appelé un régénérateur qui nous permettons de récupérer la chaleur des gaz
d’échappement. Les gaz d’échappement cèdent de la chaleur a l’air comprimé en route vers
la chambre de combustion. Donc moins de quantité de chaleur est requise pour
compléter le cycle

Figure III.4 : Schéma qui montre le ce cycle régénérative de Brayton.


Chapitre III Amélioration des performances des turbines à gaz

III.3.1.1. Le rendement de cycle de Brayton avec régénération:

Dans cette partie, on va améliorer une formule qui nous a permis de calculer le rendement
thermique de ce cycle en fonction du rapport de pression et plusieurs autres paramètres.

Les évolutions de ce cycle sont illustrées dans le diagramme T-s suivant :

Figure III.5 : Diagramme T-s du cycle de Brayton avec régénération

Le rendement de cycle de baryton avec régénération est donné par:

(III.1)

Le travail net est donnè par l’expression suivante :

(III.2)

L’expression de rendement devient :

(III.3)

: Chaleur évacuée ou chaleur introduite.

: Chaleur transmise au fluide moteur.

La chaleur transmise au fluide peuvent être exprimé par :

( ) (III.4)

La chaleur introduite peuvent être exprimé par :

( ) (III.5)
Chapitre III Amélioration des performances des turbines à gaz

Finalement :

( ) (III.6)

On suppose que le régénérateur est un échangeur de chaleur adiabatique. D’où la chaleur


récupérée par l’air comprimé est :

(III.7)

Le rendement de régénération est donné par la relation suivante :


( )
( )
(III.8)

( ) ( ) (III.9)

On introduise cette dernière expression dans l’expression de la chaleur :

( ) (III.10)

L’expression de la chaleur transmise au fluide devient :

( )( ) (III.11)

Donc on trouve l’expression de rendement thermique de ce cycle brayton comme suit:


( )
(III.12)
( )( )

Introduisant le rendement de compresseur et de la turbine et le rapport de pression RPK


dans l’expression de rendement :

1. Le rendement de compresseur est donné par la relation :


( )
(III.13)
( )

L’expression de la température en fonction de rendement de compresseur est :

( ) (III.14)

2. Le rendement de turbine est donné par le relation :


( )
(III.15)
( )

L’expression de la température en fonction de rendement de turbine est :

( )(III.16)
Chapitre III Amélioration des performances des turbines à gaz

Hypotheses:

3. le rapport de pression est donné par :

(III.17)

Ça nous donne :

 ( ) (III.18)
 (III.19)

On les remplace dans les relations de température T’2 et T’4 :

 ( ) ( ) (III.20)

 ( ) ( ) (III.21)

On obtient donc la relation finale de rendement comme suit :

( )
(III.22)
( ) ( )( )

On remplaçant les expressions (III.20) et (III.21) dans l’expression précédente :

( ( )

( ) 0( ) . ( ) ( )/1

L’expression de rendement de ce cycle de Brayton avec régénération devient :

( )
(III.23)
( ) 0( ). ( ) ( )/1

Le rendement est exprimé d’une façon plus simple par cette formule :

(III.24)
( ) 0( ) .( ) ( )/1
Chapitre III Amélioration des performances des turbines à gaz

III.3.1.2. Le travail mécanique:

Le travail mécanique peut être exprimé par l’expression suivante :

(III.25)

D’où :

( ) ( )( )
{ (III.26)
( )

L’expression de travail mécanique devient :

*(( ) ( )( )) (( ))+ (III.27)

En améliorant :

02 ( ) 0( ). ( ) ( )/13

, ( )-1 (III.28)

On a:

( ) , ( )Et ( )

 Finalement le travail est donné par cette relation :

*, ( ) [( )( )]- + (III.29)
III.3.1.3. Résultats et discussion :
Le rendement thermique de cycle de brayton avec régénération descend lorsque on augmente
le rapport de pression .ce rendement est inversement proportionnel au rapport de
température TL/TH.
D’où les valeurs de rendement le plus élevés sont obtenues a du rapport de température de
0,2 et0,25.
Les valeurs maximales du rendement thermique pour ce cycle sont obtenues a des basses
valeurs de rapport de pression (rp=3)
Chapitre III Amélioration des performances des turbines à gaz

80
c=0.75, T=0.75 , reg=0.75
70
TL/TH=0,2
Rendement η%
60 TL/TH=0,25
TL/TH=0,3
50
TL/TH=0,35
40

30

20

10

0
3 5 7 9 11 13 15 17
Rapport de pression (rp)

Figure III.6: variation de rendement de cycle braytonavec régénération en fonction du


rapport de compression et température

Plus encore, la performance du compresseur et turbine utilisées influe sur le rendement


thermique du cycle, plus on utilise des compresseurs et des turbines performants plus on
augmente le rendement thermique du cycle avec régénération.

70
TL/TH=0.25 ,ηt=0.75 , ηreg=0.75
60
Rendement η%

ᶯc=0,5
50
ᶯc=0,6
40 ᶯc=0,7
ᶯc=0,8
30

20

10

0
3 5 7 9 11 13 15 17
Rapport de pression(rp)

Figure III.7: variation de rendement de cycle de brayton régénération en fonction du rapport


de pression et rendement de compresseur

L’utilisation de turbine et compresseur performants nous a permis d’augmenter la plage des


rapports de pression et l’inverse est juste.
Chapitre III Amélioration des performances des turbines à gaz

70
TL/TH=0.25 ,ηc=0.75 , ηreg=0.75
60
Rendement η% ᶯt=0,5
50
ᶯt=0,6
40 ᶯt=0,7
30 ᶯt=0,8

20

10

0
3 5 7 9 11 13 15 17
Rapport de pression(rp)

Figure III.8 : variation de rendement de cycle de brayton régénération en fonction du rapport


de pression et rendement de turbine

Pour un rendement de compresseur de 50%, les valeurs de rendement de cycle thermique


sont les plus bas et la plage du rapport de pression est réduite à 6.

Aussi pour un rendement de turbine de 50%, la plage du rapport de pression ne dépasse


pas une valeur de 9.

80
TL/TH=0,25,ηC=ηt=0.75 , ηreg=0.75
70
CO2 k=1,289
60 Air k=1,4
Rendement

He k=1,667
50
40
30
20
10
0
3 5 7 9 11 13 15 17
Rapport de pression(rp)

Figure III.9 : variation du rendement thermique de cycle de brayton avec régénération en


fonction du rapport de pression et avec les différents fluides de travail

A partir de la figure (III.9) qui représente la variation de rendement en fonction de différents


fluides de travail, il semble que ce cycle régénérative est plus performant avec le dioxyde de
carbone et donne des résultats meilleurspar rapport à l’air.
Chapitre III Amélioration des performances des turbines à gaz

Le cycle régénérative de brayton est moins performant avec l’hélium en qualité de fluide
de travail et la plage de rapport de pression est réduite a une valeur inferieure a 7.

 Le travail mécanique :
Les figures suivantes représentent le travail mécanique par ce cycle régénérative de
brayton fonctionnant de l’hélium ,l’air et le dioxyde de carbone en fonction du rapport de
pression et de la source de température chaude TH .
Dans cette partie on va changer le fluide de travail puis, on varie dans la température
chaude TH.
On constate que le y ce cycle régénérative de brayton fonctionnant de l’hélium avec du
rendement de compresseur et de la turbine avoisinant a 80% et avec un rendement de
régénération avoisinant a 75% n’est opérationnel que dans une plage du rapport de
pression qui ne dépasse pas une valeur égal 8.
On déduit que le travail mécanique atteint une valeur maximale a un faible rapport de
pression environ 2,7 a 3.

750
ηc=0.8 ,ηt=0.8 , ηreg=0.75
Wnet (kj/kg)

650 TH=1020
He TH=1100
550 TH=1150
TH=1200
450

350

250

150

50
0 2 4 6 8 10
rapport de pression(rp)

Figure III.10 : variation de travail mécanique de ce cycle fonctionnant de l’hélium en


fonction du rapport de pression et de température chaude TH

L’influence de la température chaude est visible sur la valeur maximale du travail


mécanique ,d’où l’augmentation de la température chaude TH provoque un augmentation
dans la valeur maximale de travail mécanique .
Chapitre III Amélioration des performances des turbines à gaz

300
ηc=0,75 ,ηt=0.8 , ηreg=0.75
TH=760
Wnet (kj/kg)

250
TH=900
TH=1000
Air
200 TH=1200

150

100

50

0
0 2 4 6 8 10 12 14 16
Rapport de pression(rp)

Figure III.11 : variation de travail mécanique de ce cycle fonctionnant avec l’air en


fonction du rapport de pression et de température chaude TH

La figure (III.11) représente la variation de travail mécanique de cycle régénérative de


baryton fonctionnant avec l’air dans les mêmes condition que le cycle qui travaille avec
l’hélium ,on constate que ce cycle reste opérationnel pour une large plage du rapport de
pression atteint une valeur égale 15.

180 ηc=0,8 ,ηt=0.8 , ηreg=0.75


TH=550
TH=700
160
Wnet (kj/kg)

CO2 TH=900
140 TH=1000
TH=1200
120

100

80

60

40

20

0
0 2 4 6 8 10 12 14 16
rapport de pression(rp)

Figure III.12 : variation de travail mécanique de ce cycle fonctionnant avec le dioxyde de


carbone CO2 en fonction du rapport de pression et de température chaude TH
Chapitre III Amélioration des performances des turbines à gaz

Plus encore ,ce cycle reste opérationnel dans une large plage du rapport de pression
lorsque on utilise le dioxyde de carbone comme un fluide de travail .

Le traitement de ses graphes et résultats nous a permis de dresser pour chaque rapport de
températures un tableau avec les valeurs maximales des rapports de pressions, le travail
mécanique et le rendement correspond.

Le tableau suivant présente les résultats obtenus à un rapport de température égale 0.25.

L’agent He Air
thermique
0,75 0.8 0.75 0.8 0.75 0.8
0.4/ 3/8 0.4/10/ 0.4/3/23 0.4/3/21 0.4/3/ 0.4/3/

Wnet ( ) 702,54 647,00 248 221,85 164,3 144,3


Kj/kg
η( ) 0,5178 0,497 0,64 0,615 0,706 0.679
Tableau1 : récapitulatif des traitements de tracés de courbe pour ce cycle a ηc=ηt=80% et un
rapport TH/TL=0.25

A noter que :

-Le symbole de l’infinie indique que le rapport de pression n’est pas limité et qu’il
peut prendre des valeurs élevées.

- et sont les rapports de pression des deux seuils gauches et droite de la plage
opérationnelle.

- est le rapport de pression fournisant la valeur maximale de travail mecanique.

L’agent He Air
thermique
0,75 0.8 0.75 0.8 0.75 0.8
0.4/ 3/4,5 0.4/3/4,7 0.4/3/8 0.4/3/7,6 0.4/3/16.8 0.4/3/

Wnet ( ) 367,9 335,12 167 149,25 120,5 105,67


Kj/kg
η( ) 0,3 0,28 0,477 0,449 0,573 0.54
Tableau2 : récapitulatif des traitements de tracés de courbe pour ce cycle a ηc=ηt=80% et un
rapport TH/TL=0.33

Le travail mécanique atteint des valeurs maximales pour les petits rapports de pression. Les
valeurs de travail diminuent lorsque les rapports de pression augmentent.

En conclusion, la présente étude a permis de souligner que le cycle régénérative de Brayton


est plus performant avec l’hélium comme un fluide de travail avec des valeurs basses de
rapport de pression qui ne dépasse pas une valeur égale 7.
Chapitre III Amélioration des performances des turbines à gaz

Pour des rapports de température de 0.25 et 0.33, le cycle régénérative de Brayton est plus
performant avec le dioxyde de carbone dans une plage du rapport de pression supérieure à
8.

III.3.2. Cycle de Brayton régénérative avec refroidissement et réchauffage


intermédiaires:

Le principe est de placer un échangeur de chaleur joue le rôle d’un refroidisseur entre les
deux compresseurs et un autre échangeur de chaleur joue un rôle de réchauffeur entre les
deux turbines. Lorsque le refroidissement et le réchauffage sont employés, le fluide moteur
émergea du compresseur à plus basse température et sort de la turbine a plus haute
température. L’intérêt de recourir à la régénération n’est que renforcé. De surcroit, avant
d’être admis dans la chambre de combustion, l’air comprimé peut être chauffé davantage
avec les gaz d’échappement plus chauds

Figure III.13 : schéma de principe de cycle de Brayton avec refroidissement intermédiaire,


réchauffage intermédiaire et régénération

Donc le gaz admis dans le premier étage du compresseur a la pression P 1 et à la


température T1 (l’état 1), est comprimé de façon isentropique à la pression intermédiaire P2,
puis refroidi à pression constante à la température T 1. Il entre dans le deuxième étage du
compresseur et est comprimé de façon isentropique à la pression finale P 4. Il traverse le
régénérateur à pression constante et voit sa température monter à T 5. Si le rendement de
régénérateur est de 100%, les deux températures sont egauxT 5 =T9.

Le gaz est alors admis dans la première chambre de combustion ou de la chaleur est
ajoutée. Il ressort à la température T6 et se détend de façon isentropique dans le premier
étage de la turbine, a température T 7, Il est réchauffé dans une deuxième chambre de
combustion a T8, puis détendu de façon isentropique dans le deuxième étage de la turbine
jusqu’à température T9. Il traverse ensuite le régénérateur a pression constanteet sa
température descend à T10. Le cycle est complété alors que le gaz se refroidit à température
de T1, qui est son état initial ou si les gaz d’échappement sont rejetés dans le milieu
extérieur.
Chapitre III Amélioration des performances des turbines à gaz

Figure III.14 : diagramme T-S de cycle régénérative de Brayton avec refroidissement et


réchauffage intermédiaires

III.3.2.1. Le rendement de ce cycle amélioré:

Les deux stratégies de refroidissement et de réchauffage s’appuient sur le fait que le travail
de compression et de détente avec écoulement en régime permanent est proportionnel au
volume massique du fluide. Cette technique peut améliorer le rendement thermique de ce
cycle.

Le rendement thermique de ce cycle est donné par l’expression (III.3):

: Chaleur évacuée ou chaleur introduite.

: Chaleur transmise au fluide moteur.

La chaleur transmise au fluide peuvent être exprimé par :

( ) ( ) (III.30)

La chaleur introduite peuvent être exprimé par :

( ) ( )(III.31)
Chapitre III Amélioration des performances des turbines à gaz

En posant :

{ (III.32)

L’expression de la chaleur introduite devient :

( ) (III.33)

Introduisant les rendements de la turbine, de compresseur et de la régénération en fonction du


rapport de pression dans les expressions précédentes :

1. Le rendement de régénération est donné par la relation suivante :

( )
(III.34.a)
( )

( ) ( ) (III.34.b)

Donc :

( ) ( )(III.35)

L’expression de la chaleur devient :

( ) ( )( ) ( )(III.36)

L’expression de rendement en fonction de rendement de régénération est :

( )
(III.37.a)
( ) ( )( ) ( )

Hypotheses:

(III.38)

L’expression de rendement devient :

( )
(III.37.b)
( ) ( )( )
Chapitre III Amélioration des performances des turbines à gaz

2. Le rendement de compresseur est donné par la relation, si on considère que les


deux compresseurs ont le même rendement :

( )
(III.39)
( )

Finalement, La température est exprimé par :

( ) (III.40)

3. Le rendement de turbine est donné par la relation, on considère que les deux turbines
ont le même rendement :

( )
(III.41)
( )

L’expression de rendement de la turbine est :

Finalement, La température est exprimé par :

( ) (III.42)

4. le rapport de pression (rp) est donné par l’expression suivante :

(III.43)

Nous avons :

( ) ( ) (III.44.a)

Aussi, on a :

( ) ( ) (III.44.b)

Et comme :

On trouve donc :

( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) (III.44.c)
Chapitre III Amélioration des performances des turbines à gaz

Ça nous donne :

( ) (III.45)

De la même façon on trouve :

( ) (III.46)

Le rapport de pression RPK est donné donc par l’expression :

(III.47)

Ça nous donne :

 ( ) (III.48.a)
 (III.48.b)

On les remplace dans les relations de température T’ 2 et T’9 :


 ( ) ( ) (III.49.a)

 ( ) ( ) (III.49.b)
On remplaçant ces expressions dans l’expression (III.37.b) de rendement :

( )
( ) ( )( )

On trouve donc l’expression finale de rendement comme suit :

( )
(III.50.a)
( ) 0( ). ( ) ( )/1

Finalement, le rendement est exprimé par cette formule :

( )
(III.50.b)
( ) 0( ). ( ) ( )/1

III.3.2.2. Le travail mécanique:


Le travail mécanique de cycle avec refroidissement et réchauffage intermédiaires et
régénération est exprimé par l’expression (III.2) :
Chapitre III Amélioration des performances des turbines à gaz

D’où :

( ) ( ) ( ) ( )
2
( )

L’expression de travail mécanique devient :

*( ( ) ( )( )) ( ( ))+ (III.51)

Nous avons :
( ) Et ( )
Finalement le travail mécanique est exprimé par cette expression :

*, ( ) [( )( )]- , ( )-+ (III.52)

III.3.2.3. Résultats et discussion :


Le rendement de moteur de Brayton a augmenté dans ce cas par rapport au cycle irréversible
de Brayton avec régénération.
Ces résultats nous a permis de réaliser l’influence de le refroidissement et le réchauffage
intermédiaire sur le rendement thermique si l’on compare avec le rendement de cycle de
Brayton avec régénération avec les mêmes propriétés.

80

70
TL/TH=0,25,ηc=ηt=0.75 ,η reg=0.75
regenration
60 amelioration1
50

40

30

20

10

0
3 5 7 9 11 13 15 17
rapport de pression(rp)

Figure III.15 comparaison entre les valeurs de rendement de cycle de brayton avec
régénération et cycle amélioré

les valeurs de rendement de cycle de brayton avec refroidissement ,réchauffage


intermédiaires et régénération sont élevés pour des basses rapports de pression ,mais les
valeurs de rendement restent élevés (plus de 40%) pour des hautes rapports de pression par
rapport au cycle de brayton irréversible avec régénération .
Chapitre III Amélioration des performances des turbines à gaz

Comme on a déjà cité précédemment le rendement de ce cycle est inversement


proportionnel au rapport de température TL/TH. Donc lorsque en augmente le rapport de
température le rendement va descendre.

Ces valeurs sont maximisées pour un rapport de température de 0,2 et 0.25 et minimises
pour des rapports de 0,3 et 0, 35. (Figure III.16)

80 ηC=0,75 ,ηt=0.75 , ηreg=0.75 TL/TH=0,2


TL/TH=0,25
70 TL/TH=0,3
TL/TH=0,35
60

50

40

30

20

10

0
3 5 7 9 11 13 15 17
rapport de pression(rp)

Figure III.16 variation de rendement de cycle brayton avec refroidissement et réchauffage


intermédiaires et régénération en fonction des rapports de compression et température

Aussi, le rendement atteint des valeurs élevés pour des compresseurs et des turbines
performants sous l’influence de le refroidissement et le réchauffage intermédiaires de ces
deux composants .

Plus encore, les valeurs de rendement restent supérieures à zéro pour les hauts rapports de
pression et faible rendement des compresseurs ou des turbines .figure(3et 4)

80
TL/TH=0.25 ,ηt=0.75 , ηreg=0.75 ᶯc=0,5
70 ᶯc=0,6
ᶯc=0,7
60
ᶯc=0,8
50

40

30

20

10

0
3 5 7 9 11 13 15 17
rapport de pression(rp)
Chapitre III Amélioration des performances des turbines à gaz

Figure III.17 variation de rendement de cycle de brayton amélioré en fonction du rapport de


pression et rendement de compresseur

80 TL/TH=0.25 ,ηc=0.75 , ηreg=0.75


ᶯt=0,5
70 ᶯt=0,6
ᶯt=0,7
60
ᶯt=0,8
50

40

30

20

10

0
3 5 7 9 11 13 15 17
rapport de pression(rp)

Figure III.18 variation de rendement de cycle de brayton amélioré en fonction du rapport de


pression et rendement de turbine

Pour un rendement de compresseur de 50%, les valeurs de rendement de cycle thermique


sont inferieures a celles si pour un rendement de turbines de 50%.

80
TL/TH=0,25,ηC=ηt=0.75 , ηreg=0.75
70 CO2 k=1,289
Air k=1,4
60 He k=1,667

50

40

30

20

10

0
3 5 7 9 11 13 15 17
Rapport de pression (rp)

Figure (III.19) variation du rendement thermique de cycle de brayton amélioré en fonction


du rapport de pression et avec les différents fluides de travail

A partir de la figure (III.19) , le dioxyde de carbone est le fluide le plus performant qui
donne des résultats supérieurs à celles-ci de l’air et l’hélium dans les mêmes conditions
de rendement,rapport de compression et de température .
Chapitre III Amélioration des performances des turbines à gaz

Le cycle régénérative de Brayton avec refroidissement et réchauffage intermédiaires est


moins performant avec l’hélium en qualité de fluide de travail.

Ce dernier graphe nous montre l’influence de fluide de travail sur le rendement thermique
de cycle et nous a permis de comparer entre ces 3 fluides .

 Le travail mécanique :

Nous allons voir des graphes qui nous montre la variation de travail mécanique de ce
cycle régénérative avec refroidissement et réchauffage intermédiaires en fonction du
rapport de pression ,températures chaude TH et en fonction de fluide de travail.

L’étude de ce cycle régénérative de Brayton avec refroidissement et réchauffage


intermédiaires ,qui fonctionne avec l’hélium comme un fluide de travail ,aussi avec des
rendements du compresseur et du turbine de 80% et rendement de régénération de 75% nous
montre que le cycle reste opérationnel dans une plage de températures chaude T H entre
700 et1200 K dans une grande plage du rapport de pression .

1400 ηc=0,8 ,ηt=0.8 , ηreg=0.75 TH=700


TH=1020
TH=1100
Wnet (kj/kg)

1200 TH=1150
He TH=1200

1000

800

600

400

200
0 2 4 6 8 10 12 14 16
rapport de pression(rp)

Figure (III.20) Variation de travail mécanique de ce cycle régénérative amélioré avec


refroidissement et réchauffage intermédiaires fonctionnant de l’hélium en fonction du rapport
de pression et de température chaude TH

Le travail mécanique atteint une valeur maximale pour un rapport de pression égale 5 pour
toutes les valeurs de température chaude, après il commence a descendre légèrement.

Plus encore, pour du TH entre 700 et 1200 K, le rapport de pression est compris entre une
valeur de 0.4 et autre qui semble illimité et qui peut atteindre des valeurs élevés.
Chapitre III Amélioration des performances des turbines à gaz

400 ηc=0.8 ,ηt=0.8 , ηreg=0.75


Wnet (kj/kg)
350 Air
300

250

200 TH=760
TH=900
150 TH=1000
TH=1100
100 TH=1200

50

0
0 2 4 6 8 10 12 14 16
rapport de pression(rp)

Figure (III.21) variation de travail mécanique de ce cycle régénérative amélioré avec


refroidissement et réchauffage intermédiaires fonctionnant avec l’air en fonction du rapport de
pression et de température chaude TH

Par ailleurs la diminution de température chaude TH induira une chute importante dans les
valeurs de travail mécanique en fonction du même rapport de pression.

Les valeurs de travail mécanique développé dans le cycle qui fonctionne avec l’air sont
inferieures a celles-ci qui travaille avec l’hélium dans une même température chaud T H.

ηc=0.8 ,ηt=0.8 , ηreg=0.75


250
Wnet (kj/kg)

200
CO2

150

100
TH=550
TH=700
50 TH=900
TH=1000
TH=1200
0
0 2 4 6 8 10 12 14 16
rapport de pression(rp)

Figure (III.22) variation de travail mécanique de ce cycle régénérative amélioré avec


refroidissement et réchauffage intermédiaires fonctionnant avec le dioxyde de carbone en
fonction du rapport de pression et de température chaude TH
Chapitre III Amélioration des performances des turbines à gaz

On déduit que le dioxyde de carbone CO2 nous donne des valeurs de travail mécanique
inférieure à celle-ci du travail fournit par l’air et l’hélium.

Le traçage des graphes précédents nous a permis de tracer ces deux tableaux qui sont
relatifs au travail mécanique et au rendement pour les différents fluides de travail pour les
deux rapports de température 0,25 et 0,33.

Cet examen conjoint des graphes nous a permis de dresser les valeurs maximales des
rapports de pression ,le travail mécanique et le rendement correspond a ce rapport pour les
deux tableaux.

L’agent He Air
thermique

0,75 0.8 0.75 0.8 0.75 0.8

0.4/ 5/ 0.4/7/ 0.4/11/ 0.4/13/ 0.4/11/ 0.4/13/

Wnet ( ) 1160 1088,84 369,04 346,397 234,5 218,83


Kj/kg

η( ) 0,563 0,491 0,545 0,509 0,6106 0.5755

Tableau3 récapitulatif des traitements de tracés de courbe pour ce cycle a ηc=ηt=80% et un


rapport TH/TL=0.25

Le seuil droit pour la zone opérationnel du rapport prend des valeurs très élèves et illimités.

L’agent He Air
thermique

0,75 0.8 0.75 0.8 0.75 0.8

0.4/ 3/ 0.4/3/ 0.4/5/ 0.4/5/ 0.4/7/ 0.4/7/

Wnet ( ) 817,52 739,64 259,2 235,17 168,2 152,04


Kj/kg

η( ) 0,5153 0,4902 0,5022 0,478 0,517 0.4923

Tableau 4 récapitulatif des traitements de tracés de courbe pour ce cycle a ηc=ηt=80% et un


rapport TH/TL=0.33
Chapitre III Amélioration des performances des turbines à gaz

Les valeurs maximales de travail mécanique pour les trois fluides de travail sont presque
obtenues a des rendements avoisinant a 50 % et la valeur la plus élevé est celle-ci de
l’hélium ,donc ce cycle régénérative avec refroidissement et réchauffage intermédiaires est
plus performant avec l’hélium dans une grande plage du rapport de pression.

Mais ce cycle amélioré reste opérationnel avec les deux autres fluides (l’aire et dioxyde de
carbone CO2).

III.3.3. Cycle de Brayton avec deux refroidisseurs intermédiaires et réchauffage


intermédiaire et régénération:

Il s’agit d’un cycle de Brayton amélioré qui comporte trois compresseurs avec refroidissement
intermédiaire (le refroidissement est assuré par deux refroidisseurs placés entre eux), un
régénérateur qui sert à récupérer une quantité de chaleur des gaz chauds et un réchauffage
intermédiaire entre les deux turbines.

Figure (III.23) Schéma de principe de fonctionnement de cycle amélioré de Brayton avec


deux refroidisseurs intermédiaires, réchauffage intermédiaire et régénération

Le fonctionnement de ce cycle suivre les étapes suivantes :

Le gaz du travail admis dans le premier étage du compresseur a pression et température


initiales P1 et T1, le gaz est comprimé de façon isentropique a pression intermédiaire P 2, puis
refroidi a la température initial T1, cette procédure se répète dans le deuxième étage de
compresseur, d’où l’aire est comprimé et refroidi a la température initiale. Ce gaz entre dans
Chapitre III Amélioration des performances des turbines à gaz

le troisième étage de compresseur et est comprimé de façon isentropique a la pression finale


P6 donc ce gaz passe d’une pression initiale P1a l’entrée de le premier étage du
compresseur a une pression P6 a la sortie de troisième étage de compresseur.

Plus encore, il traverse le régénérateur a pression constante d’où sa température augmente a


T7. Le gaz comprimé et réchauffé est alors admis dans la chambre de combustion et sort à
une température T8. Il se détend de façon isentropique dans le premier étage de la turbine,
puis il est réchauffé à une température T10 et détendu dans le deuxième étage de la turbine à
une température T11. Ce gaz chaud détendu traverse ensuite le régénérateur a pression
constante et sa température descend à T 12. Finalement le gaz se refroidi a une température
initiale T1.

Figure (III.24) Diagramme T-s de cycle amélioré avec trois compresseurs et deux turbines

III.3.3.1. Le rendement thermique de cycle de Brayton avec deux refroidisseurs


intermédiaires et réchauffage intermédiaire et régénération:

L’expression de rendement est toujours la même (III.3):

D’où, la chaleur transmise au fluide moteur est :

( ) ( ) (III.53)
Chapitre III Amélioration des performances des turbines à gaz

La chaleur évacuée ou chaleur introduite est donné par.

( ) ( ) ( ) (III.54)

Ou :

(III.55)

En posant :

{ (III.56)

On obtient donc :

( ) (III.57)

L’expression de rendement de ce cycle devient :


( )
( ) ( )
(III.58)

Introduisant alors les rendements de régénération, du compresseur et de la turbine en


fonction du rapport de pression.

1. Le rendement de régénération est donné par la relation suivante :


( )
( )
(III.59)

( ) ( )

L’expression devient :

( ) ( ) (III.60)

On améliorant :

( ) ( ) (III.60.a)

Hypothèses:

Aussi: (III.61)

L’expression de rendement devient :


Chapitre III Amélioration des performances des turbines à gaz

( )
(III.62)
( ) ( )( )

2. Le rendement de compresseur est donné par la relation, si on considère que les 3


compresseurs ont le même rendement :
( )
( )
(III.63)

 Comme :

L’expression de température est exprimer par :

(III.64)

( ) (III.65)

3. De même façon, Le rendement de turbine est donné par la relation :


( )
( )
(III.66)

L’expression de température est donné par :

( ) (III.67)

4. le rapport de pression est exprimé par :

(III.68)

Au niveau des étages du compresseur, la compression est supposé isentropique :

 ( ) ( ) (III.69.a)

 ( ) ( ) (III.69.b)

Nous avons:

 ( ) ( ) (III.69.c)

 ( ) ( ) ( ) ( ) (III.69.d)
Chapitre III Amélioration des performances des turbines à gaz

Au niveau de troisième étage de compresseur, la compression est supposé isentropique :

 ( ) ( ) (III.70.a)

 ( ) ( ) ( ) ( ) (III.71.b)

 Ça nous donne : ( )

Finalement :

: ( ) (III.72)

De la même façon et au niveau des étages du turbine, on trouve :

( ) (III.73)

Le rapport de pression rpk1 au niveau des compresseurs est donné donc par l’expression :

(III.74.a)

Le rapport de pression rpk 2 au niveau des turbines est donné donc par l’expression :

(III.74.b)

Ça nous donne :

 ( ) (III.75.a)
 (III.75.b)

On les remplace dans les relations (III.65) et (III.67) :

 ( ) ( ) (III.76.a)

 ( ) ( ) (III.76.b)

On remplace les équations dans l’expression de rendement :


( )
( ) (
(III.77)
)( )

On obtient donc l’expression finale de rendement comme suit :

( )
(III.78)
( ) 0( ). ( ) ( )/1
Chapitre III Amélioration des performances des turbines à gaz

Ce rendement est exprimé en fonction de rapport de température par cette formule :

( )
(III.79)
( ) 0( ). ( ) ( )/1

III.3.3.2. Le travail mécanique de ce cycle amélioré avec deux refroidisseurs,


réchauffage intermédiaire et régénération:

De même façon, l’expression de travail mécanique (III.2) reste valable dans ce cas :

Ou :

*( ( ) ( )( )) ( ( ))+ (III.80)

Plus encore :

( ) Et ( ) (III.81)

L’expression de travail mécanique devient :

*, ( ) [( )( )]- , ( )-+ (III.82)

On a: ( ) (III.83)

 Finalement le travail est donné par cette relation :


*, ( ) [( )( )]- * ++ (III.84)

III.3.3.3. Résultats et discussion :

le rendement de cycle de Brayton amélioré avec trois compresseurs montées en série avec
deux refroidisseurs et un réchauffage intermédiaire entre les deux turbines et régénération
atteint des valeurs maximales pour du rapport de température comprise entre 0,2 et 0,25.

Le rendement de ce cycle amélioré garde des valeurs élevés pour les hautes rapports de
pression et a un faible rapport de pression.

Comme on a déjà cité précédemment le rendement de ce cycle est inversement


proportionnel au rapport de température TL/TH. Donc lorsque en augmente le rapport de
température le rendement va descendre.
Chapitre III Amélioration des performances des turbines à gaz

90
ηc=ηt=0.75 , ηreg=0.75 TL/TH=0,2
rendement η%
80 TL/TH=0,25
TL/TH=0,3
70 TL/TH=0,35

60

50

40

30

20

10

0
3 5 7 9 11 13 15 17
rapport de pression(rp)

Figure (III.25) Variation de rendement de cycle Brayton avec trois compresseurs montés -
en série avec deux refroidisseurs et réchauffage intermédiaires et régénération en fonction des
rapports de compression et température

L’utilisation des compresseurs ou des turbines performants joue un rôle très important
dans l’augmentation de rendement thermique de cycle ,pour un rendement de compresseur
0,8 , un rendement de turbine 0,75 ,rendement de régénération 0,75 et un rapport de
température de 0,25 .le rendement de ce cycle atteint une valeur de 73% a un rapport de
pression de 3. (Figure III.26)

Plus encore, les valeurs de rendement restent acceptables pour les hauts rapports de
pression et faible rendement des compresseurs ou des turbines .figure (III.26 et III.27).

TL/TH=0.25 ,ηt=0.75 , ηreg=0.75


80 ᶯc=0,5
ᶯc=0,6
70
ᶯc=0,7
60 ᶯc=0,8

50
40
30
20
10
0
3 5 7 9 11 13 15 17
Rapport de pression(rp)

Figure (III.26) Variation de rendement de cycle de Brayton amélioré en fonction du rapport


de pression et rendement de compresseur
Chapitre III Amélioration des performances des turbines à gaz

80 TL/TH=0.25 ,ηC=0.75 , ηreg=0.75


ᶯt=0,5
70 ᶯt=0,6
ᶯt=0,7
60 ᶯt=0,8

50

40

30

20

10

0
3 5 7 9 11 13 15 17
rapport de pression(rp)

Figure (III.27) Variation de rendement de cycle de baryton amélioré en fonction du rapport


de pression et rendement de turbine

Pour un rendement de compresseur de 50%, les valeurs de rendement de cycle thermique


sont inferieures a celles si pour un rendement de turbines de 50%.

80 TL/TH=0,25,ηC=ηt=0.75 , ηreg=0.75 CO2 k=1,289


rendement η%

Air k=1,4
70
He k=1,667
60

50

40

30

20
3 5 7 9 11 13 15 17
rapport de pression(rp)

Figure (III.28) Variation du rendement thermique de cycle de brayton amélioré en fonction


du rapport de pression et avec les différents fluides de travail.
Chapitre III Amélioration des performances des turbines à gaz

Ce graphe nous montre l’influence de fluide de travail sur le rendement thermique et le


fluide le performant qui est le dioxyde de carbone d’où les valeurs de rendement sont
meilleurs par rapport a celles si de l’air qui représente le fluide le plus utilisé.

En qualité de fluide de travail, l’hélium nous donnes des résultats inferieurs a celles si de
l’air ou bien le dioxyde de carbone. Mais ces valeurs restent considérables et élevés pour ce
cycle (le rendement atteint une valeur de 63,6% pour un rapport de pression de 3).

Ensuite, pour des rendements de turbine ,de compresseur et de régénération de 75% avec un
rapport de température de 0,25 ,les valeurs de rendement de ce cycle se varie entre 63% à
38% pour une plage du rapport de pression de 3 à 15.

 Le travail mécanique :

Le travail mécanique développé par le cycle de Brayton amélioré avec refroidissement


intermédiaire entre ces trois compresseurs, réchauffage intermédiaire entre ces deux turbines
et régénération fonctionnant avec trois types du fluide de travail en fonction du rapport de
pression et la température chaude TH est représenté dans les figures suivante :

D’après les résultats obtenues et qui sont représentés dans le graphe suivant, on conclue
que ce cycle de brayton fonctionnant avec l’hélium et avec des rendements de compresseurs
de 80% ,rendements de turbine de 80% aussi et avec rendement de régénération de 75% est
opérationnel avec des températures chaude supérieure a 1000 k .

1400
ηc=0,8 ,ηt=0.8 , ηreg=0.75
Wnet (kj/kg)

1200
He
1000
TH=1020
TH=1100
800
TH=1150
TH=1200
600

400

200
0 2 4 6 8 10 12 14 16
rapport de pression(rp)

Figure (III.29) Variation de travail mécanique de ce cycle amélioré fonctionnant de


l’hélium en fonction du rapport de pression et de température chaude TH
Chapitre III Amélioration des performances des turbines à gaz

Pour toute les valeurs de température chaude TH dans ce cycle amélioré , la plage du
rapport de pression n’est pas limité donc elle peut prendre des valeurs énormément très
élevés .

Aussi, pour une température TH=1200k, le travail mécanique atteint une valeur maximal a
un rapport de pression égale 9 .après il commence a descendre légèrement.

Plus encore, la diminution de la température chaude induira une chute dans la valeur
maximale de travail mécanique.

450 ηc=0,8 ,ηt=0.8 , ηreg=0.75


(kj/kg)
Wnet (kj/kg)

400
350 Air
300
250
200 TH=760
TH=900
150 TH=1000
100 TH=1100
TH=1200
50
0
0 2 4 6 8 10 12 14 16
rapport de pression(rp)

Figure (III.30) Variation de travail mécanique de ce cycle fonctionnant avec l’air en


fonction du rapport de pression et de température chaude TH

Dans ce cas ou le cycle fonctionne avec l’air comme un fluide de travail, On déduit une
variation très importante dans les valeurs de travail mécanique si l’on compare avec les
valeurs de travail mécanique de celle si de même cycle fonctionnant avec l’hélium.

300 TH=550
ηC=0,75 ,ηt=0.75 , ηreg=0.75
Wnet (kj/kg)

TH=700
250 TH=900
TH=1000
200 CO2

150

100

50

0
0 2 4 6rapport de 8pression(rp)10 12 14 16
Chapitre III Amélioration des performances des turbines à gaz

Figure (III.31) Variation de travail mécanique de ce cycle amélioré fonctionnant avec le


dioxyde de carbone CO2 en fonction du rapport de pression et de température chaude TH

On déduit que le fluide qui nous donne les valeurs les plus inferieurs est le dioxyde de
carbone CO2.

Dans les trois cas (hélium, CO2, air), on remarque que y’a pas de seuil maximal limitant le
travail mécanique.

L’agent He Air
thermique
0,75 0.8 0.75 0.8 0.75 0.8
0.4/ 9/ 0.4/10/ 0.4/ / 0.4/∞/∞ 0.4/∞/ 0.4/13/

Wnet ( ) 1287,9 1221,21 407,01 382,83 254,5 236,115


Kj/kg
η( ) 0,5155 0,4886 0,55 0,535 0,608 0.601
Tableau5 Récapitulatif des traitements de tracés de courbe pour ce cycle amélioré a
ηc=ηt=80% et un rapport TH/TL=0.25

Le seuil droit pour la zone opérationnel du rapport prend des valeurs très élèves et illimités.

L’agent He Air
thermique
0,75 0.8 0.75 0.8 0.75 0.8
0.4/ 3/∞ 0.4/5/∞ 0.4/7/ 0.4/7/ 0.4/11/ 0.4/14/

Wnet ( ) 880,42 812,865 282,3 258,7 182,21 167,7


Kj/kg
η( ) 0,543 0,42 0,545 0,46 0,491 0.4435
Tableau6 Récapitulatif des traitements de tracés de courbe pour ce cycle amélioré a
ηc=ηt=80% et un rapport TH/TL=0.33

A partir des résultats obtenues dans les deux tableaux (5et6) ,on déduit que ce cycle de
Brayton amélioré est plus performant avec l’hélium comme un fluide de travail car a des
petites rapports de pression (3et 5) il fournit un travail mécanique important.

Ce cycle reste opérationnel dans une grande plage des rapports de pression (illimités) pour les
trois fluides de travail.
Chapitre III Amélioration des performances des turbines à gaz

III.4. comparaison entre les trois cycles:

III.4.1. comparaison des rendements du cycle:

Les résultats et les graphes obtenues dans cette étude nous a permis de faire une comparaison
entre le rendement et le travail mécanique développé de les trois cycles modifiés ou bien
améliorés en fonction dd fluide de travail.

Cette comparaison a pour but de montrer l’influence de la modification au niveau de cycle


sur le rendement et le travail mécanique.

La figure suivante nous montre une variation significative dans les valeurs de rendement
pour les trois cycles qui fonctionne dans les mêmes conditions et avec le même fluide de
travail (l’hélium), d’où le refroidissement et le réchauffage intermédiaires augmentent le
rendement thermique de cycle. Plus encore le cycle reste opérationnel pour une large plage
du rapport de pression.

Cette comparaison entre la variation de rendement de trois cycles est réalisé a un rapport de
température TL/TH=0.25 et un rendement de compresseur et de la turbine égale a 80% et un
rendement de régénération avoisinant a 75%.

70
TL/TH=0,25,ηc=ηt=0.75 , ηreg=0.75
60 régénération
Rendeme

amelioration1
amelioration2
50

40

30

20

10

0
3 5 7 9 11 13 15 17
Rapport de pression(rp)

Figure (III.32) Variation de rendement des trois cycles fonctionnant avec l’hélium, en
fonction du rapport de pression

On constate que le cycle de Brayton fonctionnant de l’hélium comme un fluide de travail reste
opérationnel dans une plage du rapport de pression dépasse une valeur de 8 pour les deux
cycles améliorés par le refroidissement et le réchauffage intermédiaires.
Chapitre III Amélioration des performances des turbines à gaz

80
TL/TH=0,25,ηc=ηT=0.75 , ηreg=0.75
70 regenration
amelioration1
60
Rendem

amelioration2
ent η%

50

40

30

20

10

0
3 5 7 9 11 13 15 17
Rapport de pression(rp)

Figure (III.33) Variation de rendement des trois cycles fonctionnant avec l’air, en fonction du
rapport de pression

80
TL/TH=0,25,ηc=ηT=0.75 , ηreg=0.75
régénération
70 amelioration1
amelioration2
Rendeme

60

50

40

30

20

10
3 5 7 9 11 13 15 17
rapport de pression(rp)

Figure (III.34) Variation de rendement des trois cycles fonctionnant avec le dioxyde de
carbone, en fonction du rapport de pression

L’examen conjoint de ces graphes relatifs au variation de rendement de trois différents


cycles de Brayton en fonction de fluide de travail a permis de conclure que L’influence de
refroidissement et réchauffage intermédiaires sur le cycle de Brayton avec régénération reste
évident sur le rendement thermique et la plage opérationnel du rapport de pression malgré le
changement de fluide de travail.
Chapitre III Amélioration des performances des turbines à gaz

III.4.2. Comparaison de travail mécanique des trois cycles:

Les figures suivantes représentent une comparaison de la variation de travail mécanique


développé dans les trois différents cycles en fonction de fluide de travail et du rapport de
pression.

Les résultats sont obtenues a une température chaude T H=1200K et un rendement de


compresseur et de la turbine avoisinant a 80% et un rendement de régénération avoisinant
a 75%.

1500
TH=1200K,ηC=ηT=0.8 , ηreg=0.75
Wnet (kj/kg)

1300

1100 He

900
régénération
700 amelioration1
amelioration2
500

300

100
0 2 4 6 8 10 12 14 16
rapport de pression(rp)

Figure (III.36) Variation de travail mécanique des trois cycles fonctionnant avec l’hélium,
en fonction du rapport de pression

Le travail mécanique fournie par une turbine fonction avec un cycle améliore et supérieure à
celle-ci qui fonctionne avec un cycle de brayton avec régénération seulement.
Wnet (kj/kg)

450 TH=1200 k,ηC=ηT=0.8 , ηreg=0.75


400
Air
350
régénération
300 amelioration1
250 amelioration2

200

150

100
0 2 4 6
rapport de 8pression(rp)
10 12 14 16

Figure (III.37) Variation de travail mécanique développé des trois cycles fonctionnant avec
l’air
Chapitre III Amélioration des performances des turbines à gaz

280
TH=1200 k ,ηC=ηT=0.8 , ηreg=0.75
Wnet (kj/kg) 260

240
CO2
220
régénération
200 AMelioration1
180 amelioration2

160

140

120

100
0 2 4 6
rapport de 8pression(rp)
10 12 14 16

Figure (III.38) Variation de travail mécanique des trois différents cycles fonctionnant avec
le dioxyde de carbone en fonction du rapport de pression

A partir de ces derniers graphes, on constate que les valeurs de travail mécanique
augmentent énormément pour les deux cycles améliorés par rapport au cycle régénérative,
ainsi que la plage opérationnel du rapport de pression pour les trois fluides de travail.

III.5. Conclusion:

Cette partie de notre étude, nous a permis de conclure que l’amélioration de cycle de
Brayton irréversible avec régénération avec le refroidissement intermédiaire et le réchauffage
intermédiaire joue un rôle important dans l’augmentation des rendements thermiques, ainsi
que le travail mécanique fournie.

L’influence de modification ou bien l’amélioration de cycle de Brayton régénérative est


évidente dans la plage opérationnelle du rapport de pression de cycle.
Chapitre IV
Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle
industriel amélioré de T.A.G
Chapitre IV Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle industriel amélioré de T.A.G

IV.1. Introduction
Ce chapitre porte essentiellement sur l’application énergétique et éxergétique d’une
installation industriel motrice amélioré avec turbine a gaz en circuit ouvert. En effet, cette
étude a pour but d’évaluer les pertes énergétiques et éxergétiques, ainsi que la contribution de
ces pertes.
Aussi, nous allons étudier l’efficacité énergétique et le rendement éxergétique pour chaque
organe et faire une comparaison entre ces deux derniers. Ainsi que le rendement énergétique
et éxergétique global de cette installation.
IV.2. Description de l’installation industrielle améliorée.
Il s’agit une installation industrielle motricede turbine à gazà cycle ouvert amélioré
fonctionnant à l’air avec refroidissements intermédiaires, réchauffage intermédiaire et
régénération. Cette installation utilise l’octane (C8H18) comme combustible.
D’où cette installation contient les éléments suivants :

1. Compresseur CB.
2. Refroidisseur AM.
3. Compresseur CM
4. Refroidisseur AH.
5. Compresseur CH
6. Un régénérateur (récupérateur).
7. Chambre de combustion VH.
8. Turbine BP.
9. Chambre de combustion VB.
10. Turbine HP
11. Deux lignes d’arbre BP et HP.
12. Panache P.
13. Alternateur G.
Chapitre IV Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle industriel amélioré de T.A.G

IV.2.1. Schéma de principe de l’installation industriel avec turbine a gaz.


le schéma de principe de cette installation industriel motrice amélioré est représenté par la
figure( IV.1)

Figure IV.1 : Schéma d’installation industriel motrice en cycle ouvert amélioré avec turbine a
gaz, comporte trois compresseurs, deux refroidisseurs, deux chambres de combustion, deux
turbines, un récupérateur et un alternateur G.
Chapitre IV Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle industriel amélioré de T.A.G

IV.2.2. principe fonctionnement de cette installation.


L’installation industriel motrice de turbine a gaz avec refroidissements intermédiaires,
réchauffageintermédiaire et régénération, fonctionnant avec de l’air comme un fluide de
travail, est représentée par le schéma de la Figure IV.1. Le fluide de travail utilisé (l’air)
traversant tous les organes de l’installation industriel est décrit un cycle composé de 10
évolutions. Au cours de ces évolutions, l’air va subir des changements dans sa pression et sa
température. Les principales évolutions dans ce cycle sont :
- de 1 à 2 : à l’entrée du compresseur CB, l’air est extrait de milieu extérieur a pression et
température atmosphérique (etat1). Le rôle de compresseur basse pression est de
comprimerl’air qui voit sa température et sa pression augmentent. A la sortie du compresseur,
le fluide de travail se trouve à une nouvelle pression est température (état 2).

- de 2 à 3 : Le fluide de travailcomprimé (état 2) passe par un refroidisseurAM. Ce dernier fait


abaisser la température d’air comprimé par utilisation d’une autre source froide généralement
c’est de l’eau (l’air) provenant d’une source externe. Au point 3 le fluide de travail se trouve à
haute pression (P2>P1) et à une température légèrement basse. .

- de 3 à 4 : au niveau de compresseur MP, Le fluide à l’état 3 traverse le compresseur MP. Ce


dernier va comprimer l’air déjà comprimé au niveau de compresseur BPa une pression élèves
d’où P4>P3, cette compression va augmenter la température a T 4
- de 4 à 5 : cet air comprimé à l’état4 est dirigé vers le refroidisseur AH. Ou il voit sa
température abaisser légèrementa pression constante P5=P4.

- de 5 à 6 : de nouveau l’air comprimé au niveau du deux compresseurs (BP, MP)et refroidi


au niveau du deux refroidisseur (AM, AH) et qui se trouve a l’état 5 entre dans le
compresseur HP qui augment sa pression et sa température. A la sortie de compresseur, l’air
se trouve à une pression très élevés P6 et a une températuresupérieureà T5.

- de 6 à 7 : ce fluide de travail a l’état 6 passe par le récupérateur ou bien le régénérateur ou


une quantité de chaleur récupérer a partir des gaz chauds sortant de la turbine TB est ajouté a
ce fluide, donc sa température est augmenté a T 7 a pression constante P6=P7.
Chapitre IV Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle industriel amélioré de T.A.G

- de 7 à 8 : cet air chaud entre dans la chambre de combustion VH, ou on ajoutant un


combustible. Ce mélange est brulé a pression constante dans cette chambre et les gaz chaudes
produits a la sortie sont a une température très élevé.

- de 8 à 9 : les produits de la combustion a l’état 8 passe par la turbine de haute pression TH et


les faire tourner, cette turbine est relié par un alternateur G. Donc ces gaz chauds se détendent
jusqu'à pressionP9 et leur température se diminue en conséquent (état 9).

- de 9 à 10 : ces gaz détendus (à l’état 9) entre de nouveau dans une deuxième chambre de
combustion VB, une autre quantité de combustible est rajouté au fluide de travail puis on
brule ce mélange, cette combustion qu’est réalisé a pression constante augmente encoure la
température de fluide de travail jusqu'à T 10.

- de 10 à 11 : ces gaz produits de la deuxième combustion se détendent au niveau de la


turbine TB jusqu’à basse pression et leur température va diminuer. Cette turbine est reliée
avec les deux compresseur CB et CM sous l’intermédiaire d’un arbre.

- de 11 à 12 : les gaz détendus qui sortent de la turbine (l’état 11) passent par le régénérateur
dans le circuit retour ou de la chaleur de ces gaz est récupéré. La température de ces gaz
diminue jusqu'à T12.

IV.3. Analyse énergétique etéxergétique des principaux composants de l’installation


industriel motrice avec turbine a gaz.
Dans cette partie, on va procéder à la prescription des principales étapes pour établir un bilan
énergétique etéxergétique d’une installation industriel amélioré de turbine a gaz.
IV.3.a-La puissance énergétique et exégétique consommée..
1. la puissance énergétique consommée par l’installation est donné par l’expression suivante :
⋂ ( ̇ ̇ ) (IV.1)
D’où :

 ̇ : Débit massique de combustible entrant dans la chambre de combustion VH.


 ̇ : Débit massique de combustible entrant dans la chambre de combustion VB.
 : Pouvoir énergétique inferieure de combustible aux conditions standards.
Chapitre IV Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle industriel amélioré de T.A.G

2. la puissance éxergétique consommée par cette installation industriel est donné par :
A partir des hypothèses précédentes, nous avons :
⋂ ( ̇ ̇ ) ( ̇ ̇ ) (IV.2)
Ou :

 : Pouvoir éxergétique inferieure de combustible aux conditions standards.

IV.3.1. Analyse énergétique et éxergétique du compresseur CB :


La Figure IV.2 représente le schéma du compresseur basse pression CB. Ce compresseur
extrait l’air de milieu ambiant pour le comprimé consommant une puissance ̇ .
Hypothèses :

 Les variations des énergies cinétique et potentielle sont négligeables.


 Le régime de fonctionnement permanent.
 c pertes énergétiques des compresseurs en valeurs relatives.

Figure IV.2. Schéma d’un compresseur CB.

IV3.1.1. Bilan énergétique etéxergétique du compresseur CB :


Le bilan énergétique est donné par l’expression :
̇ ̇ ̇ (IV.3)
Le bilan éxergétique est donné par :
̇ ̇ ̇ ̇ ̇ ̇ (IV.4)
Chapitre IV Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle industriel amélioré de T.A.G

Avec :

 ̇ : perte énergétique du compresseur CM en [KW]


 ̇ : Co-puissance de transformation en [kW].

 ̇ : Perte éxergétique dans le compresseur en [kW].

 ̇ : Puissance consommé par le compresseur en [kW].


 ̇ : Puissance totale reçue par le système en [kW].

La puissance consommée ̇ la Co-puissance ̇ sont données par :


̇ ∑[ ̇ ] ̇ ( )(IV.5)

̇ ∑[ ̇ ] ̇ ( ) (IV.6)

Avec :

 : Coenthalpie total massique en [KJ/Kg].

 : Enthalpie total massique en[ ⁄ ].

 : Température du milieu ambiant en[ ].


 : Entropie massique en[ ⁄( )].

 ̇ : Débit massique en[ ].

IV.3.1.1.a. La perte énergétique etéxergétique dans le compresseur CB:


La perte énergétique du compresseur CB est obtenu a l’aide de cette expression :
̇  ̇ ( ) (IV.7)

La perte éxergétique du compresseur CB est donnée par :


̇ ̇ ̇ (IV.8)

IV.3.1.1.b. Le rendement énergétique etéxergétique du compresseur CB:


L’efficacité ou bien le rendement énergétique du compresseur CB est obtenu par :
̇
̇ (IV.9)

D’où :
̇ ̇ ̇ (  ) ̇ ( ) (IV.10)
Chapitre IV Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle industriel amélioré de T.A.G

Le rendement éxergétique du compresseur CB est donnée par :


̇
̇ (IV.11)

III.3.2. Analyse énergétique etéxergétique du refroidisseur AM:


La Figure IV.3 représente le schéma du refroidisseur AM, éliminant la puissance-chaleur ̇ à
la température Ta de l’atmosphère.

Figure IV.3 Schéma de refroidisseur AM.


Hypothèses :

 Les variations des énergies cinétique et potentielle sont négligeables.


 Le régime de fonctionnement permanent.
 La dissipation dans le refroidisseur est négligée.

III.3.2.1. Bilan énergétique et éxergétique du refroidisseur AM:


Le bilan énergétique et éxergétique du refroidisseur est donné en fonction des deux circuits
(eau et gaz) qui circulent dans le refroidisseur et en fonction des pertes énergétiques et
éxergétiques.
Le bilan éxergétique de refroidisseur est donné par :

̇ ̇ ̇ ̇ ̇ ̇ ̇ ̇ (IV.12)

Avec :

 ̇ : Co-puissance transformation reçue au niveau du circuit gaz en [KW].


 ̇ : Co-puissance transformation reçue au niveau du circuit eau en [KW].

 ̇ : Perte exergétique du refroidisseur en [KW].


Chapitre IV Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle industriel amélioré de T.A.G

 ̇ : Puissance électrique consommée par la pompe de circulation du réseau de


refroidisseur est négligée en [KW].

La Co-puissance transformation reçue au niveau du circuit gaz est :

̇ ∑[ ̇ ] ̇ ( )(IV.13)

La Co-puissance transformation reçue au niveau du circuit eau est :

̇ ∑[ ̇ ] ̇ ( ) (IV.14).
Ces expressions ne sont pas applicables dans ce cas, Comme nous avons un manque dans
les données de circuit d’eau. Donc on tient compte seulement a les pertes énergétiques et
éxergétiques au niveau de fluide de travail qui passe par le refroidisseur
IV.3.2.1.a. La perte énergétique et éxergétique dans le refroidisseur AM :
La perte énergétique du refroidisseur est exprimée par cette expression :
̇ ̇ ( ) (IV.15)
La perte éxergétique du refroidisseur est donnée par :
̇ ̇ ̇ ( ) (IV.16)

III.3.3. Analyse énergétique et éxergétique du compresseur CM :


La Figure IV.4 représente le schéma du compresseur àmoyenne pression CM, consommant la
puissance .

Figure IV.4 : Schéma d’un compresseur CM.


Chapitre IV Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle industriel amélioré de T.A.G

Hypothèses :

 Les variations des énergies cinétique et potentielle sont négligeables.


 Le régime de fonctionnement permanent.
 c pertes énergétiques des compresseurs en valeurs relativesc=0.001.

IV.3.3.1. Bilan énergétique et éxergétique du compresseur CM:


Le bilan énergétique est donné par l’expression :
̇ ̇ ̇ (IV.17)
Le bilan éxergétique est donné par :
̇ ̇ ̇ ̇ ̇ ̇ (IV.18)
Avec :

 ̇ : perte énergétique du compresseur CM en [KW]


 ̇ : Co-puissance de transformation en [kW].

 ̇ : Perte exergétique dans le compresseur en [kW].

 ̇ : Puissance consommé par le compresseur en [kW].


 ̇ : Puissance totale consommé par le compresseur en [kW].

La puissance consommée ̇ la copuissance ̇ sont données par :


̇ ∑[ ̇ ] ̇ ( )(IV.19)

̇ ∑[ ̇ ] ̇ ( ) (IV.20)
IV.3.3.1.a. La perte énergétique et éxergétique dans le compresseur CM:
La perte énergétique dans le compresseur est donné par :
̇  ̇ ( )(IV.21)
La perte éxergétique du compresseur est :
̇ ̇ ̇ (IV.22)
Ou la puissance ̇ est donné par :
̇ (  ) ̇ ( )(IV.23)
III.3.3.1.b. Le rendement énergétique etéxergétique du compresseur CM:
Le rendement énergétique du compresseur CM est obtenu par :
̇
̇ (IV.24)
Chapitre IV Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle industriel amélioré de T.A.G

Le rendement éxergétique du compresseur CM est donnée par :


̇
̇ (IV.25)

IV.3.4. Analyse énergétique et éxergétique du refroidisseur AH.


La figure suivante montre le schéma de refroidisseur AH qui a pour but d’abaisser la
température de fluide de travail qui sort de compresseur CM.

Figure IV.5 : schéma de refroidisseur AH.

IV.3.4.1. La perte énergétique et éxergétique dans le refroidisseur AH :


La perte énergétique du refroidisseur est exprimée par cette expression :
̇ ̇ ( ) (IV.26)
La perte éxergétique du refroidisseur est donnée par :
̇ ̇ ̇ ( ) (IV.27)

IV.3.5. Analyse énergétique etéxergétique du compresseur CH :


La Figure IV.6 représente le schéma du compresseur àmoyenne pression CH, consommant la
puissance .

Figure IV.6 : Schéma d’un compresseur CH.


Chapitre IV Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle industriel amélioré de T.A.G

Hypothèses :

 Les variations des énergies cinétique et potentielle sont négligeables.


 Le régime de fonctionnement permanent.
 c pertes énergétiques des compresseurs en valeurs relativesc=0.001.

IV.3.5.1. Bilan énergétique etéxergétique du compresseur CH:


Le bilan énergétique est donné par l’expression :
̇ ̇ ̇ (IV.28)
Le bilan éxergétique est donné par :
̇ ̇ ̇ ̇ ̇ ̇ (IV.29)

Avec :

 ̇ : perte énergétique du compresseur CH en [KW]


 ̇ : Co-puissance de transformation en [kW].

 ̇ : Perte exergétique dans le compresseur en [kW].

 ̇ : Puissance consommé par le compresseur en [kW].


 ̇ : Puissance totale consommé par le compresseur en [kW].

La puissance consommée ̇ la copuissance ̇ sont données par :


̇ ∑[ ̇ ] ̇ ( )(IV.30)

̇ ∑[ ̇ ] ̇ ( )(IV.31)
IV.3.5.1.a. La perte énergétique etéxergétique dans le compresseur CH :
La perte énergétique dans le compresseur CH est obtenu par :
̇  ̇ ( ) (IV.32)
La perte éxergétique du compresseur est :
̇ ̇ ̇ (IV.33)
Ou la puissance ̇ est donné par :
̇ (  ) ̇ ( ) (IV.34)
Chapitre IV Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle industriel amélioré de T.A.G

IV.3.5.1.b. Le rendement énergétique etéxergétique du compresseur CH :


Le rendement énergétique du compresseur CH est obtenu par :
̇
̇ (IV.35)

Le rendement éxergétique du compresseur CH est donnée par :

̇
̇ (IV.36)

IV.3.6. analyse énergétique et éxergétique de chambre de combustion VH.


La figure IV. Représente la chambre de combustion VH ou le mélange se brule a pression
constante.

Figure IV.7 : Schéma de la chambre de combustion VH.


Hypothèses :

 Les variations des énergies cinétique et potentielle sont négligeables.


 le pouvoir éxergétique du combustible est pratiquement égal le pouvoir énergétique
inferieure.
 Degré de combustion énergétique dans les chambres de combustion
 Perte énergétique de la chambre de combustion, en valeur relative .
 Perte par diffusion, en valeur relative
 Le régime de fonctionnement permanent.
Chapitre IV Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle industriel amélioré de T.A.G

IV.3.6.1. bilan énergétique et éxergétique de la chambre de combustion VH :


Le bilan énergétique de la chambre de combustion VH est :
̇ ̇ ̇ (IV.37)
Le bilan éxergétique de la chambre de combustion est donné par :
̇ ̇ ̇ (IV.38)
Avec :

 ̇ : la perte énergétique au niveau de la chambre de combustion [KW].


 ̇ : puissance consommé dans la chambre en fonction de pouvoir énergétique
inferieur [KW].
 ̇ :puissance-transformation relative de réseau de combustion en fonction de
pouvoir énergétique relative [KW].
 ̇ : la Co-puissance du réseau de combustion [KW].

La puissance énergétique consommée dans la chambre de combustion VH en fonction de


pouvoir énergétique inferieure est donnée par l’expression suivante :
̇ ̇ (IV.39)
La Co-puissance de la chambre de combustion est donné par :
̇ ∑[ ̇ ] ̇ ̇ (IV.40)
D’où :
̇ : Est le débit massique de mélange qui sorte de la chambre de combustion VH est
donné par la relation suivante :
̇ ̇ ̇ (IV.41)
Avec :

 ̇ : débit massique de fuel entrant dans la chambre VH.

IV.3.6.1.a. La perte énergétique et éxergétique de la chambre de combustion VH.


La perte énergétique ̇ au niveau de la chambre de combustion VH est définie par :
̇ ̇ (IV.42)
La perte éxergétique ̇ de la turbine VH est donnée par l’expression suivante :
̇ [ ̇ ( ) ] ̇ (IV.43)
Ou bien :
̇ [ ̇ ( ) ] ̇ ̇ (IV.44)
Chapitre IV Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle industriel amélioré de T.A.G

IV.3.6.1.b. le rendement énergétique et éxergétique de chambre de combustion VH.


Le rendement énergétique ou bien l’efficacité de la chambre de combustion est donné par :
̇
̇ (IV.45)

Le rendement éxergétique de la chambre de combustion est exprimé par :


̇
̇ (IV.46)

IV.3.7. analyse énergétique et éxergétique de la turbine TH.


La figure suivante présente un schéma d’une turbine a haute pression ou les gaz chauds se
détendent et un travail est fourni.

Figure IV.8 : Schéma de la turbine TH


Hypothèses :

 Les variations des énergies cinétique et potentielle sont négligeables.


 T pertes énergétiques des turbines en valeurs relatives.
 Le régime de fonctionnement permanent.

IV.3.7.1.Bilan énergétique et éxergétique de turbine TH.


Le bilan énergétique de turbine TH est :
̇ ̇ ̇ (IV.47)
Le bilan éxergétique de la turbine TH est donné par :
̇ ̇ ̇ ̇ ̇ ̇ (IV.48)
Avec :

 ̇ : perte énergétique du turbine TH en [KW]


 ̇ : Co-puissance transformation reçue en [KW].

 ̇ : Perte éxergétique dans la turbine en [KW].


Chapitre IV Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle industriel amélioré de T.A.G

 ̇ : Puissance ou travail total fournie par la turbineen [KW].


 ̇ : puissance ou travail fournie sans pertes en [KW]

D’où, La puissance ̇ et la Co-puissance ̇ sont données par :

̇ ∑[ ̇ ] ̇ ( ) (IV.49)

̇ ∑[ ̇ ] ̇ ( ) (IV.50)
III.3.7.1.a. La perte énergétique et éxergétique dans la turbine TH:
La perte énergétique de la turbine TH est donné par :
̇  ∑[ ̇ ]  ̇ ( ) (IV.51)
La perte éxergétique de turbine TH est exprimé par:
̇ ̇ ̇ (IV.52)
Avec :
̇ (  ) ̇ ( )(IV.53)

IV.3.7.1.b. Le rendement énergétique et éxergétiquede la turbine TH :


Le rendement énergétique ou l’efficacité de la turbine TH est donnée par :
̇
̇ (IV.54)

Le rendement éxergétique de cette turbine est donnée par :


̇
̇ (IV.55)

IV.3.8. analyse énergétique et éxergétique de chambre de combustion VB.


La figure IV.9 Représente la chambre de combustion VB ou le mélange se brule à pression
constante.
Chapitre IV Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle industriel amélioré de T.A.G

Figure IV.9 : Schéma de la chambre de combustion VB.


Hypothèses :

 Les variations des énergies cinétique et potentielle sont négligeables.


 le pouvoir éxergétique du combustible est pratiquement égal le pouvoir énergétique
inferieure.
 Degré de combustion énergétique dans les chambres de combustion
 Perte énergétique de la chambre de combustion, en valeur relative .
 Perte par diffusion, en valeur relative
 Le régime de fonctionnement permanent.

IV.3.8.1. bilan énergétique et éxergétique de la chambre de combustion VB :


Le bilan énergétique de la chambre de combustion VB est :
̇ ̇ ̇ (IV.56)
Le bilan éxergétique de la chambre de combustion est donné par :
̇ ̇ ̇ (IV.57)
Avec :

 ̇ : la perte énergétique au niveau de la chambre de combustion [KW].


 ̇ : puissance consommé dans la chambre en fonction de pouvoir énergétique
inferieur [KW].
Chapitre IV Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle industriel amélioré de T.A.G

 ̇ : puissance-transformation relative de réseau de combustion en fonction de


pouvoir énergétique relative [KW].
 ̇ : la Co-puissance du réseau de combustion [KW].

La puissance calorifique fournie par la chambre de combustion VB est donné par


l’expression suivante :
̇ ( ̇ ( ) ̇ ) (IV.58)
La Co-puissance de la chambre de combustion est donné par :
̇ ̇ ̇ (IV.59)
D’où :
̇ : Est le débit massique de mélange qui sorte de la chambre de combustion VB est
donné par la relation suivante :
̇ ̇ ̇ (IV.60)

Avec :

 ̇ : débit massique de combustible injecté dans la chambre VB [kg/s].


 ̇ : Débit massique des gaz produits de la chambre de combustion VH [kg/s].

IV.3.8.1.a. la perte énergétique et éxergétique de la chambre de combustion VB.


La perte énergétique au niveau de la chambre de combustion est définie par :
̇ ( ̇ ( ) ̇ ) (IV.61)
La perte éxergétique ̇ de la chambre VB est donnée par l’expression suivante :
̇ ̇ ̇ (IV.62)
Cette dernière devient :
̇ [(( ̇ ( ) ̇ )( )) ] ̇ ̇ (IV.63)
IV.3.8.1.b. le rendement énergétique et éxergétique de la chambre de combustion VB.
Le rendement énergétique ou bien l’efficacité de la chambre de combustion VB est obtenue a
l’aide de cette expression :
̇
̇ (IV.64)

Le rendement éxergétique de la chambre de combustion est exprimé par :


̇
̇ (IV.65)

IV.3.9. Analyse énergétique et éxergétique de la turbine TB.


Chapitre IV Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle industriel amélioré de T.A.G

La figure suivante présente un schéma d’une turbine à basse pression relié à deux
compresseur par l’arbre BP.cette turbine fournie une puissance ̇ .

Figure IV.10 : Schéma de la turbine TB.


Hypothèses :

 Les variations des énergies cinétique et potentielle sont négligeables.


 T pertes énergétiques des turbines en valeurs relatives.
 Le régime de fonctionnement permanent.

IV.3.9.1. Bilan énergétique et éxergétique de turbine TB.


Le bilan énergétique de turbine TB est :
̇ ̇ ̇ (IV.66)
Le bilan éxergétique de la turbine TH est donné par :
̇ ̇ ̇ ̇ ̇ ̇ (IV.67)
Avec :

 ̇ : perte énergétique de la turbine TB en [KW]


 ̇ : Co-puissance transformation reçue en [KW].

 ̇ : Perte éxergétique dans la turbine en [KW].

 ̇ : Puissance ou travail totale fournie en [KW].


 ̇ : puissance ou travail fournie sans pertes en [KW]

D’où, La puissance ̇ et la Co-puissance ̇ sont données par :


̇ ∑[ ̇ ] ̇ ( ) (IV.68)

̇ ∑[ ̇ ] ̇ ( ) (IV.69)
Chapitre IV Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle industriel amélioré de T.A.G

IV.3.9.1.a. La perte énergétique et éxergétique dans la turbine TB:


La perte énergétique ̇ de la turbine TB est exprimé par :
̇  ∑[ ̇ ]  ̇ ( ) (IV.70)
La perte éxergétique ̇ de turbine TB est :
̇ ̇ ̇ (IV.71)
D’où, la puissance ̇ est donné par:
̇ (  ) ̇ ( ) (IV.72)

IV.3.9.1.b. Le rendement énergétique et éxergétique de la turbine TB :


Le rendement énergétique ou l’efficacité de la turbine TB est donnée par :
̇
̇ (IV.73)

Le rendement éxergétique de cette turbine est donnée par :


̇
̇ (IV.74)

IV.3.10.Analyse énergétique et éxergétique de récupérateur R :


Le récupérateur ou le régénérateur R est représenté par la figure suivante, le récupérateur a
pour but de récupérer une quantité de chaleur des gaz chauds sortant de turbine et cède
cette chaleur a l’air qui entre dans la chambre de combustion VH.

Figure IV.11 : Schéma d’un régénérateur R.


IV.3.10.1. la perte énergétique et éxergétique de récupérateur R.
La perte énergétique dans ce récupérateur ̇ est donné par :
̇ ∑[ ̇ ] ̇ ( ) ̇ ( ) (IV.75)
La perte éxergétique de récupérateur est donné par :
̇ ∑[ ̇ ] ̇ ( ) ̇ ( ) (IV.76)
IV.3.10.1.a. l’efficacité et le rendement éxergétique de récupérateur R.
Chapitre IV Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle industriel amélioré de T.A.G

L’efficacité et le rendement éxergétique ont la même expression dans ce cas, donc


l’expression de l’efficacité de récupérateur R est donné par :
̇ ( )
̇ ( )
(IV.77)

IV.3.11. Analyse énergétique et éxergétique de panache P.


La figure IV.12 Représente le schéma du panache P. au niveau de panache, les gaz sont
dégagés vers l’atmosphère.

Figure IV.12 : schéma de principe de panache P.


Hypothèses :

 Les variations des énergies cinétique et potentielle sont négligeables.


 Le régime de fonctionnement permanent.
 Perte par diffusion, en valeur relative .
 Les surenthalapie du l’air de dilution et de mélange finale sont nulles.

IV.3.11.1. Les pertes énergétiques et éxergétiques du panache P.


La perte énergétique de cheminé est donné par ce bilan énergétique :
̇ (IV.78)
Avec :

 : La surenthalpie des gaz chauds sortant de régénérateur R.


 : le pouvoir énergétique des imbrulés (CO) provenant de la chambre de
combustion VB.

D’où ce pouvoir énergétique des imbrulés est donné par la relation suivante :
( ) [(( ̇ ( ) ̇ )( )) ] (IV.79)
Chapitre IV Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle industriel amélioré de T.A.G

Finalement la perte énergétique au niveau de panache P est donné par :


̇ ̇ (IV.80)

La perte éxergétique de panache P due au transfert de chaleur ̇ entre le panache et


l’atmosphère est exprimé par :
̇ ( )) ̇ (IV.81)
La perte éxergétique de panache P due a la diffusion des produits de combustion ̇ dans
l’atmosphère est donné par :
̇ ( ̇ ̇ ) (IV.82)
IV.3.12. analyse énergétique et éxergétique de l’arbre BP.
Dans cette partie, on parle de l’arbre basse pression qui attache la turbine TB et les deux
compresseurs CB et CM
Hypothèses :

 Les variations des énergies cinétique et potentielle sont négligeables.


 Le régime de fonctionnement permanent.
 L’efficacité du deux paliers BP et HP sont égaux.

IV.3.12.1. Bilan énergétique et éxergétique de l’arbre BP.


Cet arbre représente l’accouplement entre la turbine TB et les deux compresseurs CB et
CM. Dans cette partie on parle des pertes énergétiques et éxergétique de cet arbre.
L’efficacité de palier BP est donnée par l’expression suivante :
̇ ̇
̇ (IV.83)

L’expression de perte énergétique de l’arbre BP est :


̇ ( ) ̇ (IV.84)
La perte éxergétique de l’arbre BP due à la diffusion des produits de combustion est donnée
par l’expression suivante :
̇ ̇ ̇ ̇ (IV.85)
IV.3.13. analyse énergétique et éxergétique de l’arbre HP.
Dans cette partie, on parle de l’arbre haute pression qui relie un alternateur G avec la
Turbine TH.
Hypothèses :

 Les variations des énergies cinétique et potentielle sont négligeables.


Chapitre IV Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle industriel amélioré de T.A.G

 Le régime de fonctionnement permanent.


 L’efficacité du deux paliers BP et HP sont égaux.

IV.3.13.1. Bilan énergétique et éxergétique de l’arbre HP.


Cet arbre représente l’accouplement entre la turbine TH et l’alternateur G. Dans cette partie
on parle des pertes énergétiques et éxergétique de cet arbre.
L’efficacité de palier HP ( ) est donnée par la même expression de l’efficacité de
palier BP, donc cette efficacité est donnée:
̇ ̇
̇ (IV.86)

L’expression de perte énergétique ̇ de l’arbre HP est :


̇ ( ) ̇ (IV.87)
La perte éxergétique ̇ de l’arbre HP est donnée par l’expression suivante :
̇ ̇ (IV.88)
La puissance ou bien le travail fourni par l’arbre HP au niveau de l’accouplement et selon le
bilan mécanique est :
̇ ̇ ̇ (IV.89)
D’où :

 : L’efficacité de palier HP.


 ̇ : La puissance fournie par la turbine TH.
 ̇ : La puissance consommée par le compresseur CH.

IV.3.14. Analyse énergétique et éxergétique de l’alternateur G.


Le but de l’alternateur G est de convertir le travail ou bien la puissance mécanique fournie par
la turbine TH et avec l’intermédiaire de l’arbre HP en puissance électrique.la figure suivante
montre le schéma de l’alternateur G.

Figure IV.13 : Schéma de principe de l’alternateur G


Chapitre IV Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle industriel amélioré de T.A.G

Hypothèses :

 Les variations des énergies cinétique et potentielle sont négligeables.


 Le régime de fonctionnement permanent.
 L’efficacité de réducteur de vitesse : .
 L’efficacité de l’alternateur G: .

IV.3.14.1. Bilan énergétique et éxergétique de l’alternateur G.


Dans cette partie, on parle de la perte énergétique et la perte éxergétique au niveau de
l’alternateur G
La perte énergétique ̇ de l’alternateur G est exprimé par cet expression ou on tient compte
àl’efficacité de réducteur et alternateur :
̇ ( ) ̇ (IV.90.a)
La perte éxergétique de l’alternateur G est donné par :
̇ ̇ ( ) ̇ (IV.90.b)
La puissance électrique ̇ fournie par l’alternateur G est donné par :
̇ ̇ (IV.90.c)
Avec :

 ̇ : La puissance fourniepar l’arbre HP au niveau de l’accouplement.


 : L’efficacité de l’alternateur G.
 : L’efficacité de réducteur de vitesse.

IV.3.15. les pertes énergétiques et éxergétiques totales.


Les pertes totales énergétiques et éxergétiques sont obtenues a l’aide d’un bilan énergétique
et autre éxergétique de l’installation.
La perte énergétique totale ̇ est obtenue à l’aide de cette expression :
̇ ⋂ ̇ (IV.91.a)
Les autres pertes énergétiques ̇ sont calculées par cette expression :
̇ ̇ ∑ ̇ (IV.91.b)
̇ ̇ ( ̇ ̇ ̇ ̇ ̇ ̇ ̇ ̇ ̇ ̇ ̇
̇ ̇ ̇ )

D’où :∑ ̇ : La somme des pertes énergétiques des différents organes de l’installation.


Chapitre IV Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle industriel amélioré de T.A.G

La perte éxergétique totale est donné par :


̇ ⋂ ̇ (IV.91.c)
Les autres pertes éxergétiques ̇ sont calculées par cette expression :
̇ ̇∑ ̇ (IV.91.d)
Avec :∑ ̇ : La somme des pertes éxergétiques des équipements de l’installation.

IV.3.15.1. contribution de la perte énergétique et éxergétique dans le compresseur CB.


La contribution de la perte énergétique dans le compresseur CB est estimé par :
̇
̇
(IV.92.a)

La contribution de la perte éxergétique dans le compresseur CB est exprimé par :


̇
̇ (IV.92.b)

IV.3.15.2. contribution de la perte énergétique et éxergétique dans le refroidisseur AM.


La contribution de la perte énergétique dans le refroidisseur AM :
̇
̇
(IV.93.a)

La contribution de la perte éxergétique dans le refroidisseur est exprimé par :


̇
̇ (IV.93.b)

IV.3.15.3. contribution de la perte énergétique et éxergétique dans le compresseur CM.


La contribution de la perte énergétique dans le compresseur CM est estimé par :
̇
̇
(IV.94.a)

La contribution de la perte éxergétique dans le compresseur CM :


̇
̇ (IV.94.b)

IV.3.15.4. contribution de la perte énergétique et éxergétique dans le refroidisseur AH.


La contribution de la perte énergétique dans le refroidisseur AH est donné par :
̇
̇
(IV.95.a)

La contribution de la perte éxergétique dans le refroidisseur :


̇
̇ (IV.95.b)

IV.3.15.5. contribution de la perte énergétique et éxergétique dans le compresseur CH.


La contribution de la perte énergétique dans le compresseur CH est estimé par :
̇
̇
(IV.96.a)
Chapitre IV Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle industriel amélioré de T.A.G

La contribution de la perte éxergétique dans le compresseur CH est exprimé par :


̇
̇ (IV.96.b)

IV.3.15.6. contribution de la perte énergétique et éxergétique dans La chambre de


combustion VH.
La contribution de la perte énergétique dans la chambre VH est exprimé par :
̇
̇
(IV.97.a)

La contribution de la perte éxergétique dans la chambre de combustion VH:


̇
̇ (IV.98.b)

IV.3.15.7. contribution de la perte énergétique et éxergétique dans La turbine TH.


La contribution de la perte énergétique dans la turbine TH est estimé par :
̇
̇
(IV.99.a)

La contribution de la perte éxergétique dans la turbine:


̇
̇ (IV.99.b)

IV.3.15.8. contribution de la perte énergétique et éxergétique dans La turbine TB.


La contribution de la perte énergétique dans la turbine TB est estimé par :
̇
̇
(IV.100.a)

La contribution de la perte éxergétique dans la turbine:


̇
̇ (IV.100.b)

IV.3.15.9. contribution de la perte énergétique et éxergétique dans La chambre de


combustion VB.
La contribution de la perte énergétique dans la chambre VB est exprimé par :
̇
̇
(IV.101.a)

La contribution de la perte éxergétique dans la chambre de combustion VB:


̇
̇ (IV.101.b)

IV.3.15.10. contribution de la perte énergétique et éxergétique dans Le récupérateur R.


La contribution de la perte énergétique dans le récupérateur R est estimé par :
̇
̇
(IV.102.a)

La contribution de la perte éxergétique dans le régénérateur R:


Chapitre IV Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle industriel amélioré de T.A.G

̇
̇ (IV.102.b)

IV.3.15.11. contribution de la perte énergétique et éxergétique dans Le panache P.


La contribution de la perte énergétique dans le cheminée est estimé par :
̇
̇
(IV.103.a)

La contribution de la perte éxergétique dans le régénérateur R due au transfert de chaleur avec


l’atmosphère :
̇
̇ (IV.103.b)

La contribution de la perte éxergétique dans le régénérateur R due a la diffusion des produits


de combustion dans l’atmosphère :
̇
̇ (IV.103.c)

IV.3.15.12. contribution de la perte énergétique et éxergétique dans L’arbre BP et HP.


La contribution de la perte énergétique et éxergétique dans l’arbre BP est estimé par :
̇ ̇
̇ ̇ (IV.104.a)

La contribution de la perte énergétique et éxergétique dans l’arbre HP est:


̇ ̇
̇ ̇ (IV.105.b)

IV.3.15.13.La contribution de la perte énergétique et éxergétique de l’alternateur G.


La contribution de la perte énergétique et éxergétique au niveau de l’alternateur G est donné
par :
̇ ̇
̇ ̇ (IV.106)

IV.3.15.14. contribution des autres pertes énergétiques et éxergétiques.

La contribution d’autre perte énergétique ̇ est obtenu a l’aide de l’expression:

̇
̇
(IV.107.a)

La contribution d’autre perte éxergétique ̇ est donnée par l’expression suivante:

̇
̇ (IV.107.b)

IV.3.16. Le rendement énergétique et éxergétique de l’installation.


Chapitre IV Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle industriel amélioré de T.A.G

L’efficacité ou bien le rendement énergétique de cette installation est donné par le rapport
entre la puissance fournie par l’alternateur est la puissance énergétique par l’installation:

̇
(IV.108)
( ̇ ̇ )

De même, Le rendement énergétique de l’installation est donné par l’expression suivante :


̇ ̇ ̇
(IV.109)
( ̇ ̇ ) ( ̇ ̇ ) ( ̇ ̇ )

IV.4. Application de l’analyse énergétique et éxergétique sur l’installation industrielle


motrice de turbine à gaz.
L’analyse énergétique et éxergétique des différents constitutions de l’installation industrielle
est réaliser dans cette partie. Les résultats obtenues prouvent nous aider à comparer entre
ces deux analyses.
IV.4.1. Propriétés thermodynamiques des points figuratifs de l’installation.
Elles sont regroupées dans le tableau suivant (IV.1).
Avec : k est la Co-enthalpie est calculé à l’aide de cette expression :
 Etat atmosphérique : Pa=1bar et Ta=3°C
Donnés :
 Pouvoir énergétique inferieur de combustible : dans l’état
standard.
 Débit massique de l’air ̇
 Débit de combustible (octane C8H18) entrant dans les deux chambres de combustion :
̇ et ̇ .
 Pouvoir éxergétique inferieur de combustible : .
 c pertes énergétiques des compresseurs en valeurs relatives c=0.001.
 pertes énergétiques des turbines en valeurs relatives.T=0.001
 Degré de combustion énergétique dans les chambres de combustion
 Perte énergétique de chambre de combustion, en valeur relative .
 Perte par diffusion, en valeur relative .
 L’efficacité de réducteur de vitesse: .
 L’efficacité de l’alternateur G: .
Chapitre IV Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle industriel amélioré de T.A.G

Point P (bar) T (°C) H (KJ/Kg) S (KJ/Kg. K) k (KJ/Kg)

1 5 5.0313 0,0182 0.0081


1

2.38 90 90.5205 0.0374 80,1981


2

2.315 25 24.8757 -0.1538 67,3245


3

3.75 92 92.3563 -0.0882 116,6995


4

3.71 25 24.5714 -0.2902 104,6666


5

8.8 117 117.1312 -0.2677 191,0164


6

8.38 407.7 420.1532 0.3412 325,982


7

8.3 650 704.4982 0.6756 518,0326


8

2.44 455.4 462.5975 0.7815 246,9035


9

2.4 600 636.7496 0.9934 362,5712


10

1.018 461.5 482.4510 1.0305 198,033


11

1 179.9 182.7546 0.5170 40,0626


12

IV.4.1.a.La puissance énergétique et éxergétique consommé par l’installation.

 La puissance énergétique consommée par cette installation est donné par l’expression
(IV.1) :

⋂ ( ̇ ̇ )

⋂ ( ) [ ]

⋂ [ ]
Chapitre IV Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle industriel amélioré de T.A.G

 La puissance éxergétique consommée par l’installation est exprimé par l’expression


(IV.2) :

⋂ ( ̇ ̇ ) ( ̇ ̇ )

⋂ [ ]

IV.4.2.1. bilan énergétique et éxergétique du compresseur CB.

Le bilan énergétique de compresseur CB est donné par l’expression (IV.3) :


̇ ̇ ̇

Le bilan éxergétique de compresseur est exprimé par l’expression (IV.4)

̇ ̇ ̇
Calcul des termes des deux équations précédentes :
 La puissance consommée ̇ :

̇ ∑[ ̇ ] ̇ ( )

̇ ( ) [ ]

̇ [ ]

 la Co-puissance ̇ :

̇ ∑[ ̇ ] ̇ ( )

̇ ( ) [ ]

̇ [ ]

IV.4.2.1.a. La perte énergétique et éxergétique dans le compresseur CB:

 La perte énergétique du compresseur CB :


Chapitre IV Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle industriel amélioré de T.A.G

̇  ̇ ( )

̇ ( ) [ ]

̇ [ ]

 La perte éxergétique du compresseur CB :

̇ ̇ ̇

 La puissance ̇ est calculer par :

̇ ̇ ̇ (  ) ̇ ( )

̇ ( ) ( ) [ ]

 La perte éxergétique ̇ :

̇ [ ]

̇ [ ]

IV.4.2.1.b. Le rendement énergétique et éxergétique du compresseur CB:

 L’efficacité ou bien le rendement énergétique du compresseur CB :

̇
̇

 Le rendement éxergétique du compresseur CM :

̇
̇

IV.4.2.2. La perte énergétique et éxergétique dans le refroidisseur AM :

 La perte énergétique du refroidisseur AM est exprimée par l’expression (IV.15):

̇ ̇ ( )
Chapitre IV Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle industriel amélioré de T.A.G

̇ ( ) [ ]
̇ [ ]

 La perte éxergétique du refroidisseur est donnée par l’expression (IV.16) :

̇ ̇ ̇ ( )

̇ ( ) [ ]

̇ [ ]

IV.4.2.3. bilan énergétique et éxergétique du compresseur CM.


Le bilan énergétique de compresseur CMest donné par l’expression (IV.17) :
̇ ̇ ̇

Le bilan éxergétique de compresseur est exprimé par l’expression (IV.18)

̇ ̇ ̇
Calcul des termes des deux équations précédentes :
 La puissance consommée ̇ :

̇ ∑[ ̇ ] ̇ ( )

̇ ( ) [ ]

̇ [ ]

 la Co-puissance ̇ :

̇ ∑[ ̇ ] ̇ ( )

̇ ( ) [ ]

̇ [ ]

IV.4.2.3.a. La perte énergétique et éxergétique dans le compresseur CM:

 La perte énergétique du compresseur CM :


Chapitre IV Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle industriel amélioré de T.A.G

̇  ̇ ( )

̇ ( ) [ ]

̇ [ ]

 La perte éxergétique du compresseur CM :

̇ ̇ ̇

 La puissance ̇ est calculer par :

̇ ̇ ̇ (  ) ̇ ( )

̇ ( ) ( ) [ ]

̇ [ ]

 La perte éxergétique ̇ :

̇ [ ]

̇ [ ]

IV.4.2.3.b. Le rendement énergétique et éxergétique du compresseur CM:

 L’efficacité ou bien le rendement énergétique du compresseur CM :

̇
̇

 Le rendement éxergétique du compresseur CM :

̇
̇

IV.4.2.4. La perte énergétique et éxergétique dans le refroidisseur AH :

 La perte énergétique du refroidisseur est exprimée par l’expression (IV.26):


Chapitre IV Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle industriel amélioré de T.A.G

̇ ̇ ( )

̇ ( ) [ ]

̇ [ ]

 La perte éxergétique du refroidisseur est donnée par l’expression (IV.27) :

̇ ̇ ̇ ( )

̇ ( ) [ ]

̇ [ ]

IV.4.2.5. bilan énergétique et éxergétique du compresseur CH.


Le bilan énergétique de compresseur CH est donné par l’expression (IV.28) :
̇ ̇ ̇

Le bilan éxergétique de compresseur est exprimé par l’expression (IV.29)

̇ ̇ ̇
Calcul des termes des deux équations précédentes :
 La puissance consommée ̇ :

̇ ∑[ ̇ ] ̇ ( )

̇ ( ) [ ]

̇ [ ]

 la Co-puissance ̇ :

̇ ∑[ ̇ ] ̇ ( )

̇ ( ) [ ]

̇ [ ]
Chapitre IV Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle industriel amélioré de T.A.G

IV.4.2.5.a. La perte énergétique et éxergétique dans le compresseur CH:

 La perte énergétique du compresseur CH :

̇  ̇ ( )

̇ ( ) [ ]

̇ [ ]

 La perte éxergétique du compresseur CH :

̇ ̇ ̇

La puissance ̇ est calculer par :

̇ ̇ ̇ (  ) ̇ ( )

̇ ( ) ( ) [ ]

̇ [ ]

La perte éxergétique ̇ :

̇ [ ]

̇ [ ]

IV.4.2.5.b. Le rendement énergétique et éxergétique du compresseur CH:


L’efficacité ou bien le rendement énergétique du compresseur CH :

̇
̇

Le rendement éxergétique du compresseur CM :


̇
̇
Chapitre IV Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle industriel amélioré de T.A.G

IV.4.2.6. bilan énergétique et éxergétique de la chambre de combustion VH :


Le bilan énergétique de la chambre de combustion VH est donné par l’expression (IV.37):
̇ ̇ ̇
Le bilan éxergétique de la chambre de combustion est donné par l’équation (IV.38) :
̇ ̇ ̇

Calcul des thermes des équations :

 La puissance énergétique consommée dans la chambre de combustion VH en fonction


de pouvoir énergétique inferieure :

̇ ̇

̇ [ ]

̇ [ ]

 La Co-puissance de la chambre de combustion est donné par :

̇ ∑[ ̇ ] ̇ ̇

Ou, le débit qui sorte de la chambre de combustion ̇ :

̇ ̇ ̇

̇ [ ]

Finalement :

̇ ( ) ( ) [ ]

̇ [ ]

IV.4.2.6.a. La perte énergétique et éxergétique de la chambre de combustion VH.

 La perte énergétique ̇ de la chambre de combustion VH :

̇ ̇

̇ [ ]
Chapitre IV Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle industriel amélioré de T.A.G

̇ [ ]

 La perte éxergétique ̇ de la turbine VH:

̇ [ ̇ ( ) ] ̇ ̇

̇ [ ( ) ] [ ]

̇ [ ]

IV.4.2.6.b. le rendement énergétique et éxergétique de chambre de combustion VH.


Le rendement énergétique ou bien l’efficacité de la chambre de combustion VH :
̇
̇

Le rendement éxergétique de la chambre de combustion est exprimé par :


̇
̇

IV.4.2.7.Bilan énergétique et éxergétique de turbine TH.


Le bilan énergétique de turbine TH est exprimé par l’expression (IV.47) :
̇ ̇ ̇
Le bilan éxergétique de la turbine TH est donné par (IV.48):
̇ ̇ ̇ ̇ ̇ ̇

Calcul des termes des équations :

 La puissance ̇ de la turbine :

̇ ∑[ ̇ ] ̇ ( )

̇ ( ) [ ]

̇ [ ]
Chapitre IV Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle industriel amélioré de T.A.G

 La Co-puissance ̇ de turbine TH :

̇ ∑[ ̇ ] ̇ ( )

̇ ( ) [ ]

̇ [ ]

IV.4.2.7.a. La perte énergétique et éxergétique dans la turbine TH:

 La perte énergétique de la turbine TH:

̇  ∑[ ̇ ]  ̇ ( )

̇ ( ) [ ]

̇ [ ]

 La perte éxergétique de turbine TH est exprimé par:

̇ ̇ ̇

Avec, la puissance ̇ :
̇ (  ) ̇ ( )

̇ ( ) ( ) [ ]

̇ [ ]
Finalement :
̇ [ ]
̇ [ ]
IV.4.2.7.b. Le rendement énergétique et éxergétique de la turbine TH :

 Le rendement énergétique ou l’efficacité de la turbine TH :

̇
̇

 Le rendement éxergétique de cette turbine :


Chapitre IV Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle industriel amélioré de T.A.G

̇
̇

IV.4.2.8. bilan énergétique et éxergétique de la chambre de combustion VB :


Le bilan énergétique de la chambre de combustion VB est donné par l’expression (IV.56):
̇ ̇ ̇
Le bilan éxergétique de la chambre de combustion est donné par l’équation (IV.57) :
̇ ̇ ̇

Calcul des thermes des équations :

 La puissance énergétique consommée dans la chambre de combustion VB en fonction


de pouvoir énergétique inferieure :

̇ ( ̇ ( ) ̇ )

̇ [ ( ) ] [ ]

̇ [ ]

 La Co-puissance de la chambre de combustion est donné par :

̇ ∑[ ̇ ] ̇ ̇

Ou, le débit qui sorte de la chambre de combustion ̇ :

̇ ̇ ̇

̇ [ ]

Finalement :

̇ ( ) ( ) [ ]

̇ [ ]

IV.4.2.8.a. La perte énergétique et éxergétique de la chambre de combustion VB.

 La perte énergétique ̇ de la chambre de combustion VB :

̇ ( ̇ ( ) ̇ )
Chapitre IV Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle industriel amélioré de T.A.G

̇ ( ( ) ) [ ]

̇ [ ]

 La perte éxergétique ̇ de la turbine VB:

̇ [(( ̇ ( ) ̇ )( )) ] ̇

̇ [(( ( ) )( )) ]

̇ [ ]

IV.4.2.8.b. le rendement énergétique et éxergétique de chambre de combustion VB.

 Le rendement énergétique ou bien l’efficacité de la chambre de combustion VB :

̇
̇

Le rendement éxergétique de la chambre de combustion :


̇
̇

IV.4.2.9.Bilan énergétique et éxergétique de turbine TB.


Le bilan énergétique de turbine TB est exprimé par l’expression (IV.66):
̇ ̇ ̇
Le bilan éxergétique de la turbine TB est défini par (IV.67) :
̇ ̇ ̇ ̇ ̇ ̇

Calcul des termes des équations :

 La puissance ̇ de la turbine :

̇ ∑[ ̇ ] ̇ ( )

̇ ( ) [ ]
Chapitre IV Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle industriel amélioré de T.A.G

̇ [ ]

 La Co-puissance ̇ de turbine TB :

̇ ∑[ ̇ ] ̇ ( )

̇ ( ) [ ]

̇ [ ]

IV.4.2.9.a. La perte énergétique et éxergétique dans la turbine TB:

 La perte énergétique de la turbine TB:

̇  ∑[ ̇ ]  ̇ ( )

̇ ( ) [ ]

̇ [ ]

 La perte éxergétique de turbine TB est exprimé par:

̇ ̇ ̇

Avec, la puissance ̇ :
̇ (  ) ̇ ( )

̇ ( ) ( ) [ ]

̇ [ ]

 Finalement :

̇ [ ]
̇ [ ]
IV.4.2.9.b. Le rendement énergétique et éxergétique de la turbine TB :

 Le rendement énergétique ou l’efficacité de la turbine TB :


Chapitre IV Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle industriel amélioré de T.A.G

̇
̇

 Le rendement éxergétique de cette turbine :

̇
̇

IV.4.2.10.a. la perte énergétique et éxergétique de récupérateur R.

 La perte énergétique dans le récupérateur ̇ :

̇ ∑[ ̇ ] ̇ ( ) ̇ ( )

̇ ( ) ( )
̇ [ ]

 La perte éxergétique de récupérateur est donné par :

̇ ∑[ ̇ ] ̇ ( ) ̇ ( )

̇ ( ) ( )
̇ [ ]
IV.4.2.10.b l’efficacité et le rendement éxergétique de récupérateur R.

 L’expression de l’efficacité de récupérateur R est donné par :

̇ ( ) ( )
̇ ( ) ( )

 le rendement éxergétique de récupérateur :

̇ ( ) ( )
̇ ( ) ( )
Chapitre IV Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle industriel amélioré de T.A.G

IV.4.2.11. Les pertes énergétiques et éxergétiques du panache P.

 La perte énergétique au niveau de panache P est donné par :

̇ ̇

Le pouvoir énergétique des imbrulés :

( ) [(( ̇ ( ) ̇ )( )) ]

( ) [(( ( ) )) ] [ ]

[ ]
Finalement, la perte énergétique ̇ :
̇ ( )
̇ [ ]

 La perte éxergétique de panache P due au transfert de chaleur ̇ :

̇ ( ) ̇

̇ ( ) ( )

̇ [ ]

 La perte éxergétique due a la diffusion des produits de combustion ̇ :

̇ ( ̇ ̇ )

̇ ( ) [ ]

̇ [ ]

IV.4.2.12. Bilan énergétique et éxergétique de l’arbre BP.

 L’efficacité de palier BP est donnée par l’expression suivante :

̇ ̇
̇
Chapitre IV Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle industriel amélioré de T.A.G

 La perte énergétique de l’arbre BP :

̇ ( ) ̇
̇ ( ) [ ]
̇ [ ]

 La perte éxergétique de l’arbre BP due à la diffusion des produits de combustion :

̇ ̇ ̇ ̇

̇ [ ]

IV.4.2.13. Bilan énergétique et éxergétique de l’arbre HP.

 L’efficacité de l’arbre HP :

 La perte énergétique ̇ de l’arbre HP est :

̇ ( ) ̇
̇ ( )
̇ [ ]

 La perte éxergétique ̇ de l’arbre HP:

̇ ̇ [ ]

 La puissance ou bien le travail fourni par l’arbre HP au niveau de l’accouplement :

̇ ̇ ̇

̇ ( )

̇ [ ]
Chapitre IV Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle industriel amélioré de T.A.G

IV.4.2.14. Bilan énergétique et éxergétique de l’alternateur G.

 La perte énergétique ̇ de l’alternateur G :

̇ ( ) ̇
̇ ( )
̇ [ ]

 La perte éxergétique de l’alternateur G:

̇ ̇ [ ]

 La puissance électrique ̇ fournie par l’alternateur G :

̇ ̇

̇ [ ]

IV.4.2.15. les pertes énergétiques et éxergétiques totales.

 Les pertes énergétiques des équipements de l’installation :

∑ ̇ ( ̇ ̇ ̇ ̇ ̇ ̇ ̇ ̇ ̇ ̇ ̇ ̇

̇ ̇ )

∑ ̇ [ ]

 La perte énergétique totale ̇ c’est on tient compte à la puissance électrique


fournie par l’alternateur et la puissance calorifique consommé :

̇ ⋂ ̇

̇
̇ [ ]

 Les autres pertes énergétiques ̇ :


Chapitre IV Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle industriel amélioré de T.A.G

̇ ̇ ∑ ̇

̇ [ ]

 La perte éxergétique totale des équipements de l’installation :

∑ ̇ ( ̇ ̇ ̇ ̇ ̇ ̇ ̇ ̇ ̇ ̇ ̇ ̇ ̇

̇ ̇ )

∑ ̇ [ ]

 La perte éxergétique totale ̇ :

̇ ⋂ ̇

̇ [ ]

 Les autres pertes éxergétiques ̇ de l’installation industriel :

̇ ̇ ∑ ̇

̇ [ ]

comparaison entre rendement energetique et


exergetique
compresseurs c.combustion Turbines régénérateur
100
90
Rendement η%

80
70
60
50
40
30
20
10
0
εCB ηcB εcm ηcb εch ηch εvh ηvh εVB ηvb εth ηth εTb ηTb εR ηR
ε: énergétique , η:éxergétique
Chapitre IV Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle industriel amélioré de T.A.G

Figure (IV.14) : comparaison entre l’efficacité énergétique et le rendement éxergétique des


différents équipements de l’installation.

IV.4.3. Contribution des pertes énergétiques et éxergétiques des différents équipements


de l’installation.

IV.4.3.1. contribution de la perte énergétique et éxergétique dans le compresseur CB.


 La contribution de la perte énergétique dans le compresseur CB :
̇
̇
 La contribution de la perte éxergétique dans le compresseur CB :
̇
̇
IV.4.3.2. contribution de la perte énergétique et éxergétique dans le refroidisseur AM.
 La contribution de la perte énergétique dans le refroidisseur AM :
̇
̇
 La contribution de la perte éxergétique dans le refroidisseur :
̇
̇
IV.4.3.3. contribution de la perte énergétique et éxergétique dans le compresseur CM.
 La contribution de la perte énergétique dans le compresseur CM:
̇
̇
 La contribution de la perte éxergétique dans le compresseur CM :
̇
̇
IV.4.3.4. contribution de la perte énergétique et éxergétique dans le refroidisseur AH.
 La contribution de la perte énergétique dans le refroidisseur AH e:
̇
̇
 La contribution de la perte éxergétique dans le refroidisseur :
̇
̇
IV.4.3.5. contribution de la perte énergétique et éxergétique dans le compresseur CH.
Chapitre IV Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle industriel amélioré de T.A.G

 La contribution de la perte énergétique dans le compresseur CH:


̇
̇
 La contribution de la perte éxergétique dans le compresseur CH:
̇
̇
IV.4.3.6. contribution de la perte énergétique et éxergétique dans La chambre de
combustion VH.
 La contribution de la perte énergétique dans la chambre VH :
̇
̇
 La contribution de la perte éxergétique dans la chambre de combustion VH:
̇
̇
IV.4.3.7. contribution de la perte énergétique et éxergétique dans La turbine TH.
 La contribution de la perte énergétique dans la turbine TH:

̇
̇

 La contribution de la perte éxergétique dans la turbine:


̇
̇
IV.4.3.8. contribution de la perte énergétique et éxergétique dans La turbine TB.
 La contribution de la perte énergétique dans la turbine TB:
̇
̇
 La contribution de la perte éxergétique dans la turbine:
̇
̇
IV.4.3.9. contribution de la perte énergétique et éxergétique dans La chambre de
combustion VB.
 La contribution de la perte énergétique dans la chambre VB:
̇
̇
Chapitre IV Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle industriel amélioré de T.A.G

 La contribution de la perte éxergétique dans la chambre de combustion VB:


̇
̇
IV.4.3.10. contribution de la perte énergétique et éxergétique dans Le récupérateur R.
 La contribution de la perte énergétique dans le récupérateur R :
̇
̇
 La contribution de la perte éxergétique dans le régénérateur R:
̇
̇
IV.4.3.11. contribution de la perte énergétique et éxergétique dans Le panache P.
 La contribution de la perte énergétique dans le cheminée:
̇
̇
 La contribution de la perte éxergétique dans le régénérateur R due au transfert de
chaleur avec l’atmosphère :

̇̇
̇
 La contribution de la perte éxergétique dans le régénérateur R due a la diffusion des
produits de combustion dans l’atmosphère :
̇
̇
IV.4.3.12. contribution de la perte énergétique et éxergétique dans L’arbre BP et HP.
 La contribution de la perte énergétique et éxergétique dans l’arbre BP:
̇ ̇
̇ ̇
 La contribution de la perte énergétique et éxergétique dans l’arbre HP:
̇ ̇
̇ ̇

IV.4.3.13. La contribution de la perte énergétique et éxergétique de l’alternateur G.


̇ ̇
̇ ̇

IV.4.3.14. contribution des autres pertes énergétique et éxergétique.


Chapitre IV Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle industriel amélioré de T.A.G

 La contribution d’autre perte énergétique ̇ :

̇
̇

 La contribution d’autre perte éxergétique ̇ :

̇
̇

contribution des pertes énergétiques


G CB
AB
RH X
AM
CM

AH

P CH
VB VH
𝑸^ :𝒑𝒆𝒓𝒕𝒆 𝒆𝒏𝒆𝒓𝒈𝒆𝒕𝒊𝒒𝒖𝒆 R
TB
TH

Figure (IV.15) : la contribution de la perte énergétique de chaque équipement dans la perte


énergétique totale
Chapitre IV Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle industriel amélioré de T.A.G

contribution des pertes éxergétiques


CB AM

P,D AH
P,G CM CH

VH
VB

TH
𝑳 ̇: perte éxergétique TB

Figure (IV.16) :contribution des pertes éxergétiques des équipements dans la perte
éxergétique totale.

IV.4.4. l’efficacité énergétique et le rendement éxergétique de l’installation.

 L’efficacité énergétique de cette installation est obtenu a l’aide de l’expression


(IV.108) :

̇
( ̇ ̇ ) ( )

 De même, Le rendement énergétique de l’installation est donné par l’expression


(IV.109) :

̇ ̇
( ̇ ̇ ) ( ̇ ̇ )
Chapitre IV Bilan énergétique et éxergétique d’un cycle industriel amélioré de T.A.G

IV.4.5. Interprétation des résultats :

D’après les résultats et les graphes obtenus de l’analyse énergétique et éxergétique, effectue
sur cette installation industrielle motrice de turbine à gaz, on déduit que la répartition des
pertes énergétiques est différente à celle des pertes éxergétiques (figure IV.15 et IV.16).
D’où les pertes au niveau de panache et les deux refroidisseurs représentent presque la
totalité des pertes énergétiques de l’installation, mais les pertes éxergétiques au niveau des
chambres de combustion ont le pourcentage le plus élevés dans la contribution des pertes
éxergétiques.

En effet, ces résultats nous a permis de découvrir l’influence des pertes éxergétiques sur le
rendement de différents équipements et la figure (IV.14) nous montre la dégradation des
valeurs de rendements lorsque on tient compte aux pertes éxergétiques, d’où le rendement est
inversement proportionnel aux pertes.

Plus encore, on a constaté que les pertes énergétiques et les pertes éxergétiques sont égales,
car elles sont représentées par la différence entre la puissance consommée par l’installation et
la puissance fournie par l’alternateur et cela justifier l’égalité de l’efficacité énergétique et le
rendement éxergétique de l’installation.

IV.5. Conclusion.

Dans cette partie de cette modeste mémoire, on a pu évaluer le rendement énergétique et


éxergétique global de l’installation. Ainsi que les pertes énergétiques et éxergétiques des
équipements de l’installation. Donc l’analyse de bilan énergétique et éxergétique de cette
installation industriel amélioré de turbine à gaz est réalisé avec succès.
Conclusion générale
Conclusion générale

Conclusion générale
L’objectif principal de ce mémoire est de faire une étude théorique sur l’amélioration des
performances des turbines à gaz, ainsi que l’analyse énergétique et éxergétique d’une
installation industrielle motrice améliorée avec turbine à gaz en circuit ouvert.

Au cours de cette étude, on a premièrement réalisé une étude détaillé qui est principalement
consacrée à l’évaluation des performances thermodynamiques de trois différents cycles
améliorés de turbine à gaz. Cette première étude consiste donc à montrer l’impact des
améliorations apportées sur le cycle de base de Brayton. En effet, le rendement thermique et
le travail mécanique ont été étudiés pour chaque cycle en fonction du rendement de
régénération, des rendements du compresseur et de la turbine, des rapports de pression et des
températures, ainsi que la nature du fluide de travail circulant dans l’installation. Dans une
seconde étape, on a procédé à une analyse énergétique et éxergétique d’une centrale
industrielle motrice avec turbine à gaz. L’objectif de cette partie est de comparer les différents
rendements énergétiques et éxergétiques de la centrale étudiée. Au travers de cette étude, nous
nous sommes également intéressés sur l’évaluation énergique et éxergétique de l’installation
objet d’étude.

Les principales conclusions qu’on peut tirer de cette étude sont :

 Le refroidissement intermédiaire et le réchauffage intermédiaire font augmenter le


rendement thermique ainsi que le travail mécanique du cycle de Brayton avec
régénération.
 Les valeurs maximales du rendement thermique des trois cycles de turbine à gaz
apparaissent pour de basses valeurs du rapport de pression.
 La plage opérationnelle du rapport de pression des cycles améliorés augmente
considérablement (valeurs illimitées) si l’on compare avec le cycle de Brayton avec
régénération où on obtient des valeurs du rapport de pression limitées.
 Les cycles de turbine à gaz sont plus performants avec l’hélium comme fluide de
travail dans une grande plage du rapport de pression. Ceci est valable pour tous les
cycles améliorés.
 La répartition des pertes énergétiques est différente à celle des pertes éxergétiques.
Les pertes énergétiques sont concentrées au niveau du panache et les deux
refroidisseurs intermédiaires. Par ailleurs, les pertes éxergétiques sont concentrées au
niveau des chambres de combustion de l’installation.
 L’analyse énergétique et éxergétique du rendement des principaux organes de la
centrale, nous a permis de visualiser l’évolution du rendement thermique sous l’effet
des pertes liées au milieu ambiant.
 L’analyse éxergétique permet d’optimiser la qualité thermodynamique de
l’installation, ainsi qu’elle donne des résultats plus précis.
 Le rendement et les pertes énergétiques et énergétiques de la centrale industrielle
motrice de turbine à gaz sont égaux, car la centrale consomme de l’énergie thermique
dans le combustible et fournie de l’électricité au niveau de l’alternateur.

Page 113
Conclusion générale

Finalement, la réalisation du présent mémoire nous a permis, d’une part, d’approfondir


l’ensemble des connaissances acquises durant notre cycle d’étude. D’autre part, l’analyse
éxergétique nous a bien éclairés sur une nouvelle notion appelée l’éxergie qui offre un cadre
global, standard et rigoureux à l’analyse des systèmes énergétiques.

Page 114
Références Bibliographiques

Références bibliographiques

[1] – «Simulation numérique d’une chambre de combustion d’une turbine à gaz MS


5002B» Par : Djoudi Youcef, mémoire de fin de cycle pour l’obtention du diplôme de master
en systèmes Energétiques Et Développement Durable, université de Biskra, Promotion 2013.

[2]– technique de l’ingénier (B4410), « Turbines à gaz aéronautiques et terrestres ». Version


PDF en français.

[3] – M. Reggio et J-Y. Trépanier, « Théorie des turbomachines. RTF ». Version PDF en
français.

[4] – « étude et analyse technologique, calcule thermodynamique de la puissance de sortie


d’une turbine à gaz MS 5002B » Par : NEGJMI Sofiane, mémoire de fin de cycle pour
l’obtention du diplôme d’ingénieur d’État en Mécanique énergétique, UNIVERSITE DE
BISKRA, Promotion 2011.

[5] –A. BOUAM 2009, «Amélioration des performances des turbines à gaz utilisées dans
l’industrie des hydrocarbures par l’injection de vapeur d’eau à l’amont de la chambre
de combustion», thèse doctorat en thermo-fluide, université M’hamedBougaraBoumerdes.

[6] –technique de l’ingénier (B4425), « Mise en œuvre des turbines à gaz dans l’industrie ».
Version PDF en français.

[7] – Lucien Borel, Daniel Favart, « thermodynamique et énergétique, TOME 1 de l’éxergie à


l’énergie », 2005 édition, entièrement revue et augmentée presses polytechniques et
universitaire romandes.

[8] – Pierre Petit, Liquéfaction du gaz naturel techniques de l’ingénieur [article J 3601,2005]

[9] –Georges Heyen, Analyse Exergétique des systèmes industriels, université de liège faculté
des sciences appliquées, Edition 2000.

[10] – Borel Lucien, Daniel Favart, Nguyen D.L, MagdiBatato, thermodynamique et


énergétique, vol2. Presses polytechniques romandes, Lausanne 1987.

[11] –Yunus A. Cengel, Michael A. Boles, Thermodynamique, Editions McGraw-Hill, 2008

Page 115