Vous êtes sur la page 1sur 6

RAPPORT DE STAGE EFFECTUE A L’INSTITUT ROYAL DES

SCIENCES NATURELLES DE BELGIQUE DU 16 OCTOBRE AU 15


DECEMBRE 2017 : INVENTAIRE SYSTEMATIQUE DES TIQUES
PARASITES DES PORCS ABATTUS A L’ABATTOIR DU MARCHE IAT
(KISANGANI, RD CONGO)

Par
NGOY LUHEMBWE Steve

Master et Assistant au Centre de Surveillance de la


Biodiversité de l’Université de Kisangani/ RD Congo

Encadrement: Dr. Erik Verheyen (IRScNB)

Février 2018
A. Contexte et justification du stage
L’Institut royal des sciences naturelles de Belgique (IRScNB) organise chaque année des
stages en Belgique pour des jeunes chercheurs africains à travers divers projets entre autre
le CEBioS pour ce qui est de notre cas dans le but de renforcer les capacités de ces jeunes
chercheurs.

En effet, les chercheurs africains en général et RD Congolais en particulier sont confrontés


aux différents obstacles qui les empêchent d’évoluer dans leur domaine respectifs à savoir
les coupures incessantes de l’électricité, le manque ou l’insuffisance du réseau internet,
manque des matériels de laboratoire pour faire les analyses moléculaires, manque
d’expertise, manque de moyen financier pour mener à bien leurs recherches, etc.
Cependant, les recherches devraient se faire activement dans le milieu universitaire mais
cela n’est pas le cas pour certaines universités africaines suite aux manques des moyens
tant financier que matériels et logistiques en dépit de la disponibilité des données ou de la
motivation que peuvent disposer les chercheurs africains.
La coopération avec les institutions universitaires du nord en général et Belges en
particulier offre la possibilité aux jeunes chercheurs africains de bénéficier des différentes
formations scientifiques suivant leurs domaines de recherches respectifs.
Le stage réalisé à l’IRScNB s’inscrit dans le cadre de notre projet de recherche sur
l’inventaire taxonomique des tiques parasites des mammifères dans la région forestière de
province de la Tshopo. Ledit stage a été conduit sous la supervision du docteur Erik
Verheyen, promoteur du projet CEBioS.

Les tiques, ectoparasites hématophages, sont des vecteurs des nombreux agents pathogènes
responsables de nombreuses maladies chez les animaux tant sauvages que domestiques
ainsi qu’à l’homme. Ces ectoparasites constituent une menace en permanence pour les
bétails car elles sont capables de causer des nombreuses maladies entrainant par la suite
des pertes économiques énormes pour l’éleveur.
Dans la ville de Kisangani en particulier et en RD Congo en général les études sur les tiques
demeurent encore à leur début et ne sont pas encore approfondies, et ce qui fait que ces
ectoparasites ne soient pas bien connus sur le plan taxonomique, écologique, distribution,

RAPPORT DE STAGE- 2017 2


et ce qui justifient que leur impact sur le plan santé publique et animale passe souvent
inaperçu.
B. Stage
1. Objectifs du stage
Le stage s’effectué à l’IRScNB dans le laboratoire de vertébrés du docteur Erik Verheyen
du 16 octobre au 15 décembre 2017 et avait pour objectifs :
 Terminer la rédaction de notre mémoire de master ;
 Arranger nos collections des tiques et les déposées dans le laboratoire d’Erik ;
 Faire le PCR (Polymerase Chain Reaction) de quelques spécimens de tiques de
notre échantillon ;
 Collecter les données de la viande de brousse vendue à Bruxelles.
2. Calendrier
15/10/2017 Arrivé à Bruxelles
Du 16/10/2017 au 15/12/2017 Déroulement de stage
16/10/2017 Retour à Kinshasa

15/10/2017 : Arrivé à Bruxelles

En RD Congo, il est impossible à l’heure actuelle pour toute personne n’habitant pas la ville de
Kinshasa ou de Lubumbashi d’obtenir le visa pour le voyage à l’étranger (Europe, en Amérique,...)
d’où il faut toujours passer par Kinshasa pour amorcé les différentes démarches liées à l’obtention
de visa à la maison Schengen pour les personnes qui viennent des autres villes hormis la ville de
Kinshasa et de Lubumbashi. Par contre ceux de Goma se rendent à Kigali pour avoir leur visa.

Sur ce, nous avions fait notre demande de visa en ligne, et les différents dossiers avaient déjà été
rassemblés depuis que nous étions encore à Kisangani dans le but de gagner le temps une fois
arriver à Kinshasa car nous ne disposions que de 10 jours à Kinshasa (à l’aller comme au retour).

A Kinshasa, nous étions logés à la procure de missions passagères (Sainte-Anne) dans la commune
de la Gombe. Nous avions introduit notre demande de visa à la maison Schengen deux jours après
notre arrivé. En ce qui nous concerne, il fallait attendre au minimum trois jours pour avoir une
réponse favorable à notre demande de visa.

RAPPORT DE STAGE- 2017 3


Après avoir passé 9 jours à la procure de missions passagers (Sainte-Anne) à Kinshasa, nous
avions fini par prendre notre vol à destination de Bruxelles le 14/10/2017 vers 22h00 à l’aéroport
international de N’djili.

Nous avions atterri à l’aéroport international de Zaventem (Bruxelles) vers 06h00. Après quelques
minutes d’attentes, un taxi réservé par l’IRScNB nous a conduit de Zaventem au guest house
ICAB (International Cultural Affairs of Belgium) à Madou où nous avons toujours l’habitude de
loger lorsque nous venons à Bruxelles dans le cadre de stage.

Nous avions bénéficié d’une carte STIB de transport (Tram, métro et bus) pour faciliter nos
déplacements dans la capitale belge et d’un badge pour nous permettre d’avoir accès aux locaux
de l’IRScNB.

Du 16/10/2017 au 15/12/2017 : Déroulement de stage

L’IRScNB offre un bon cadre de travail à ses stagiaires. Le stage se déroulait tous les jours du
lundi au vendredi sauf les jours qui sont reconnus comme fériés en Belgique, et nous étions déjà à
notre poste de travail à 9h00 pour ne quitter que vers 17h00 mais cela dépendait aussi de la quantité
des tâches prévues pour la journée.

En effet, le stage s’était passé dans un bon climat de travail car nous étions chaque jour concentrés
dans nos tâches journalières et aux objectifs que nous devrions atteindre à la fin de stage. Nous
avions réunions chaque lundi de la semaine avec le docteur Erik Verheyen dans le but d’évaluer
l’état d’avancement de notre travail.

Ces réunions hebdomadaires étaient enrichissantes scientifiquement car nous recevions des
directives et conseils pour l’amélioration de notre travail. En dépit de ses multiple préoccupations,
le docteur Erik Verheyen était toujours disponible pour nous encadré lors de notre stage.

Nous avions mis à profit la bonne qualité de la connexion internet de l’IRScNB pour télécharger
quelques articles sur les tiques que nous comptons exploiter dans le cadre de rédaction de notre
mémoire de master afin de progresser dans notre domaine de recherche en s’inspirant de ce qui est
fait dans d’autres pays pour ce qui est des tiques et des maladies transmises par ces ectoparasites.
Cependant, nous nous sommes heurtés à un problème celui de trouver des spécialistes qui nous
aideraient à faire les analyses moléculaires pour isoler les éventuels agents pathogènes présent

RAPPORT DE STAGE- 2017 4


chez Rhipicephalus congolenis, l’espèce la plus dominante dans notre échantillon, prélevée sur les
porcs à l’abattoir du marché IAT à Kisangani. Car cela pourrait nous permettre de connaitre les
différents agents pathogènes que cette espèce est susceptible de transmettre aux porcs domestiques
et sauvages.

Durant notre séjour à Bruxelles, nous avons participé à la collecte des données sur la viande de
brousse vendues à Bruxelles et la collecte des données sur les habitudes des voyageurs via un
questionnaire.

L’Institut royal de sciences naturelles de Belgique (IRScNB) en synergie avec le Musée royal de
l’Afrique centrale (MRAC) avaient organisé une journée destinée à former les jeunes stagiaires
africains sur la manière d’écrire et de soumettre un article scientifique. Cette formation, d’une
journée, tenue dans l’enceinte de l’IRScNB, a été dispensée par madame Isabelle Gerrard,
responsable du service publications Institut royal des Sciences naturelles de Belgique et Musée
royal de l’Afrique centrale (MRAC) à l’issue de laquelle nous avions reçu une attestation de
participation. En effet, elle a été édifiante et nous a permis d’ajouter une connaissance de plus sur
la manière de rédiger un article scientifique.

16/10/2017 : Retour à Kinshasa

Après avoir passé deux mois à Bruxelles, l’heure été venue pour regagner la RD Congo et de
retrouver ainsi la chaleur de l’Afrique qui nous avait manqué pendant deux mois. A la veille de
notre retour, nous nous sommes rendus à l’IRScNB pour remettre nos badges et notre titre de
transport. Yasine avait pris le soin de nous réservés un taxi qui allait nous conduire à Zaventem
pour que nous prenions notre vol pour Kinshasa.

Nous sommes arrivés à Kinshasa vers 19h, et après avoir rempli quelques formalités
administratives nous étions conduit à la procure des missions passagers (Sainte-Anne) pour y passé
juste une nuit. Et nous avions quitté la procure de missions passagères (Sainte-Anne) très tôt le
matin pour l’aéroport international de N’djili afin de prendre notre vol pour Kisangani.

RAPPORT DE STAGE- 2017 5


C. Conclusion

Pour conclure, le stage réalisé à l’IRScNB a été un succès sur le plan scientifique car la plupart
de nos objectifs étaient atteint. En effet, vivre et travailler durant deux mois à Bruxelles était une
bonne expérience malgré le stress qui est toujours en permanence, et cela vous pousse toujours à
donner le meilleur de vous-même afin de produire un travail de qualité et d’être toujours
compétitif.

En effet, nous avions compris que le stress rencontré dans les pays du nord peut jouer un rôle
positif dans le cas où il pour permet de booster votre capacité de bien travailler et augmente votre
productivité en terme des publications scientifiques pour ce qui est des chercheurs.

Cependant, en RD Congo nous avions remarqué ce genre de stress est presque inexistant ce qui ne
pas du tout bénéfique pour les chercheurs congolais, et c’est ce qui d’après nos observations fait
la différence entre les chercheurs occidentaux et africains en général et congolais en particulier.

Pour ce qui est du prochain stage, nous souhaitons que ce dernier soit focalisé sur les analyses
moléculaires de quelques spécimens des tiques de Rhipicephalus congolensis car cela nous
permettra d’isoler des éventuels agents pathogènes présents chez ces ectoparasites.

Remerciements

Nous remercions toute l’équipe de l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique (IRScNB)
en générale organisatrice du stage et le docteur Erik Verheyen en particulier, qui malgré ses
multiples préoccupations n’a cessé de nous encadré efficacement sur le plan scientifique et nous
remercions également le docteur Anne Laudisoit qui ne cesse de nous soutenir scientifiquement
par ses idées. Et nous adressons aussi nos remerciements sincèrement aux autorités et professeurs
de l’Université de Kisangani d’une part et du Centre de Surveillance de la Biodiversité (CSB)
d’autre part ainsi que ceux de la faculté des Sciences pour leur soutien logistique et moral.

RAPPORT DE STAGE- 2017 6