Vous êtes sur la page 1sur 3

Traitement comptable des réductions : rabais, remise, escompte sur facture

et escompte d’un effet de commerce selon le SCF et les IFRS


Par Djelloul BOUBIR, Commissaire aux comptes

Enoncé
La SARL Rabah dirigée par Rabah, associé majoritaire, la cinquantaine, célibataire endurci, 1,85m et danseur émérite,
a réalisé les 2 opérations suivantes:
1 : Le 01/10/N, elle acquiert une marchandise, entrée en stock le jour même, aux conditions suivantes : Prix d’achat
1000 DA, Remise 1%, Rabais 1%, TVA 7% récupérable. Un escompte de règlement de 4% est accordé si ce dernier
intervient sous huitaine. Après ce délai un taux d’intérêt de 2% par mois de retard sera appliqué, un mois commencé
étant décompté comme mois entier. Finalement faute de trésorerie disponible, Rabah règle le 20/01/N+1 suite à une
entrée de liquidités.
2 : Le 28/12/N, elle reçoit un effet de commerce de 10 000 DA en règlement de sa créance détenue sur le client
Mazlout, à échéance le 31/03/N+1. Le 31/12/N, Rabah veut escompter cet effet pour financer son besoin en fond de
roulement. Une de ses banques, la BADR, lui propose un taux de 2% par trimestre, le service bancaire étant facturé à
1% (flat) du nominal de l’effet. Le CPA, son autre banque, lui appliquerait un taux de 8,5%, toutes choses étant égales
par ailleurs. Rabah, le gérant, opte pour la BADR d’autant plus que son interface au niveau de cette dernière est une
jolie jeune fille, Messaouda, dont il est secrètement amoureux. Rabah et Messaouda se marièrent finalement en juin
N+1 et cette dernière quitta la BADR pour s’occuper de ses beaux-parents âgés.

Travail à faire :
Cas 1 : présenter les calculs nécessaires et présenter les écritures du 01/10/N, du 31/12/N et du 20/01/N+1.

Cas 2 : le choix de la BADR est-il vraiment motivé par l’attrait qu’exerçait Messaouda sur Rabah? Comment qualifier
le comportement de Messaouda qui a accepté son nouveau statut de femme inactive? Expliquer le ou les principes
et règles de base ainsi que les calculs justifiant la démarche à retenir ainsi que les montants à comptabiliser (on
supposera que tous ces montants sont significatifs au regard de la taille de Rabah). En ignorant la fiscalité, présenter
les écritures au 28 et 31/12/N et au 31/03/N+1.

Solution

Cas 1
1 : Calculs
On déduit du prix d’achat et dans l’ordre, le rabais, la remise et l’escompte. La TVA s’applique ainsi sur le net après
escompte.
On constate le net au 01/01/N et au 31/12/N, la dette totale (y compris l’escompte ainsi que les frais financiers
courus).
Prix d’achat 1000,00
Rabais à déduire, à ne pas comptabiliser 10,00
Net après rabais 990,00
Remise à déduire sur 900 = 1000 - 10, à ne pas comptabiliser 9,90
Net commercial 980,10
Escompte de 4% si règlement au comptant sur 980,10 DA, à ne pas comptabiliser lors de l’achat 39,20
Net après escompte (juste valeur), à comptabiliser en achat 940,90
TVA de 7% sur le net après escompte 65,86
Net à payer au 01/10/N : 980,1 - 39,20 + 65,86 1006,76
Dette (principal) vis-à-vis du fournisseur,au 31/12/N : 39,20+1006,76 1045,96
Charges financières au 31/12/N : 1045,96 x(1+2%) ^2
- 1045,96 42,26
Total dette au 31/12/N 1088,22

"El Moudakik" N°4 37


2 : Ecritures

2-1 : Au 01/10/N Débit Crédit


Achat de marchandises
Compte 38, Achat (net après escompte) 940,90
Compte 445, TVA à récupérer 65,86
Compte 401, Fournisseur de stock 1006,76

Entrée de la marchandise en stock


Compte 30, Stock marchandise 940,90
Compte 38, Achat 940,90

2-2 : Au 31/12/N
Réintégration de l’escompte initiale à la dette fournisseur pour ramener son principal à 1045,96 (nominale de la
dette)
Compte 661, Charges d’intérêt 39,20
Compte 401, Fournisseur de stock 39,20

Comptabilisation des charges d’intérêt sur la dette totale


Compte 661, Charges d’intérêt 42,26
Compte 401, Fournisseur de stock 42,26

2-3 : Au 20/01/N+1
Règlement fournisseur
Compte 401, Fournisseur de stock 1088,22
Compte 661, Charges d’intérêt : 1088,22x2% 21,76
Compte 512, Banque 1109,99

Cas 2
1 : Justification du choix de la BADR
Taux annuel de la BADR équivalent au taux trimestriel : (1+2%)^4 - 1 = 8,24% alors que le taux annuel du CPA est de
8,5%.
Celui de la BADR est donc plus favorable. Il en est ainsi aussi pour le taux proportionnel trimestriel puisque celui du
CPA est de : 8,25% / 4 = 2,06%.
Le choix de la BADR repose sur des éléments objectifs, Messaouda étant un atout marginal (les afférettes sont les
afférettes).

2 : Qualification du comportement de Messaouda


Du fait qu’elle a volontairement accepté de ne plus être active économiquement (au sens de la comptabilité nationale),
elle a eu un comportement antinational,
car le revenu national du pays va diminuer du montant de son salaire. Elle devrait normalement rembourser les frais
de sa formation à la collectivité publique.

3 : Principe et règle de base fondant la démarche


C’est celui de la primauté de la substance sur l’apparence lequel induit le contrôle associé au transfert de risques et
des avantages économiques futurs attachés à un actif.
Tant que, à l’échéance, l’effet n’est pas effectivement réglé par le débiteur ultime (client Mazlout), le risque de crédit
incombe à Rabah, 1er propriétaire-détenteur de l’effet.

38 "El Moudakik" N°4


Aussi, le compte «effet escompté» n’est soldé qu’à cette échéance après règlement de Mazlout à la banque, car c’est
à cette date que le contrôle de l’effet par Rabah cesse.
Par ailleurs, dès lors que les montants en jeu sont significatifs, les normes comptables concernées sont applicables.
Le coût des services bancaires est déduit du coût de la dette (montant reçu de la banque). Ce qui justifie la détermination
du taux effectif.

4 : Calculs de valorisation
La juste valeur de l’effet escompté est de :
10000 x 10000 x 2% - 10000 x 1% = 9700 = somme nette encaissée au titre de ce crédit. 9700
On détermine le taux effectif trimestriel, t%, qui égalise la somme de 9700 avec
10000 x 10000 x t% - 100 (frais), d’où t =3% 3%

5 : Ecritures

Ecritures au 28/12/N Debit Crédit


Effet reçu
Compte 413, Effet reçu 10000
Compte 411, Client 10000

Ecritures au 31/12/N
Effet encaissé après escompte
(en accord avec le SCF : cf. arrêté du ministre des Finances relatif au fonctionnement du compte principal 51)
Compte 512, Effet escompté (encaissement net) 9700
Compte 519, Effet à l’encaissement 9700

Ecritures 31/03/N+1
Extinction définitive de l’effet de commerce et de ses effets sur Rabah
Compte 519, Effet à l’encaissement (pour solde) 9700
Compte 661, Charges d’intérêt : 291
9700 x 3% (car le temps a couru)
Compte 686, Perte de valeur sur client 9
Compte 413, Effet reçu 10000

"El Moudakik" N°4 39

Vous aimerez peut-être aussi