Vous êtes sur la page 1sur 7

DALF C1 : la production orale

Type : production orale


Préparation : 60 minutes
Documents : 2
Exposé : 8-10 minutes
Discussion : 15 minutes
Note minimale : 5/25

La production orale est la seule épreuve individuelle de l’examen du DALF C1.


Le but est de faire un exposé à partir des documents donnés qui vous aideront à
trouver des idées complémentaires ou des pistes de réflexion. Attention de ne pas
juste faire un résumé des textes.

La production orale du DALF C1 est en deux étapes :


1. L’exposé (8 à 10 minutes) : développer une bonne argumentation autour d’un
thème de société.
2. La discussion (15 à 20 minutes) : défendre son opinion et justifier ses positions
Note : depuis mars 2020, les spécialités (“Lettres et Sciences Humaines” et
“Sciences”) ont été supprimées. Elles ont été remplacées par des sujets plus
généraux.

1. L’exposé
L’exposé doit être structuré et construit avec une introduction, un développement en
2 ou 3 parties et une conclusion.
Des phrases de transitions et l’utilisation de connecteurs logiques seront
importants pour mettre en valeur votre logique.
Consignes pour l’exposé
À partir des documents proposés, vous préparerez un exposé sur le thème indiqué,
et vous le présenterez au jury. Votre exposé présentera une réflexion ordonnée sur
ce sujet. Il comportera une introduction et une conclusion et mettra en évidence
quelques points importants (3 ou 4 maximum).
Attention : Les documents sont une source documentaire pour votre exposé. Vous
devez pouvoir en exploiter le contenu en y puisant des pistes de réflexion, des
informations et des exemples, mais vous devez également introduire des
commentaires, des idées et des exemples qui vous soient propres afin de construire
une véritable réflexion personnelle. En aucun cas vous ne devez-vous limiter à un
simple compte rendu des documents.
L’usage de dictionnaires monolingues français / français est autorisé.

Trouver la bonne problématique

Le choix de problématique va être comme une boussole, c’est elle qui va donner la
direction de votre exposé. Si celle-ci est mauvaise, alors votre exposé n’ira pas dans
la bonne direction.

Commencez par bien lire le sujet et repérez la formulation.


Exemples :

o La mixité à l’école. (titre)


o La mixité à l’école et ses enjeux. (association de termes)
o La mixité à l’école doit-elle devenir obligatoire ? (question)

Le sujet peut être formulé : comme un titre, avec une association de termes ou
poser une question. Le plan que vous allez choisir dépend souvent de la formulation
du sujet. Ainsi, le but d’un exposé qui poserait la question : « la mixité à l’école
doit-elle devenir obligatoire ? » ne devrait pas porter uniquement sur la mixité mais
avoir aussi pour finalité de répondre à la question posée.

En effet, si le sujet d’un exposé est « Peut-on faire confiance aux


journalistes ? », votre exposé ne consistera pas à donner les avantages ou les
inconvénients du journalisme mais à répondre à la question du sujet en construisant
une problématique du type : “Dans quels cas on peut faire confiance aux
journalistes ?” ou encore “Dans quels cas ne peut-on pas leur faire confiance ?”
etc.
Si le sujet d’un exposé est « sport et religion », votre exposé ne consistera
pas à parler des avantages ou des inconvénients du sport ou de la religion mais à
analyser les rapports entre le sport et la religion et construire une problématique du
type: Pourquoi peut-on associer « sport » et « religion » ? ou bien Quelles sont les
conséquences de leurs analogies ? etc.

Organisation des tâches

1. Lire le sujet et repérer sa formulation


2. Elaborer du plan
3. Rechercher des idées et des exemples personnels
4. Lire des documents pour compléter votre réflexion personnelle
5. Organiser des idées personnelles et des informations extraites des documents
6. Rédiger l’introduction
7. Rédiger la conclusion

Soigner l’introduction et la conclusion

L’introduction et la conclusion sont respectivement les premières et les


dernières phrases que l’examinateur entendra de vous. Il faut faire une bonne
impression dès le début afin d’encourager l’examinateur à vous écouter, mais aussi
à bien terminer pour finir sur une appréciation positive.

L’introduction :
1. 1.montrer l’intérêt du sujet
2. annoncer le sujet
3. annoncer le plan retenu

La conclusion :
4. rappeler les étapes de l’exposé
5. mettre en relation le sujet de l’exposé avec un autre thème (question
d’ouverture)
Les étapes de l’exposé
1. Saluer l’examinateur/trice
Bonjour monsieur / madame.
2. Présenter le thème :
Introduire le thème (pourquoi le sujet est intéressant et d’actualité).
3. Présenter le document :
Faire des phrases complètes pour présenter : la nature, la source, l’auteur et
l’année.
4. Résumer le contenu des documents
Résumer les grandes idées : pensez que l’examinateur n’a pas lu le sujet.
5. Annoncer la problématique
Celle-ci se présente sous la forme d’une question.
6. Annoncer le plan :
Utiliser des connecteurs et le futur simple (je commencerai par…, je parlerai
de…).
7. Développer l’exposé en 2 ou 3 parties
Une idée majeure va toujours avec un exemple. Présenter environ 3 grandes
idées par partie.
8. Faire des transitions entre les différentes parties :
Utiliser des phrases simples et claires.
9. Faire une conclusion :
Résumer la pensée principale sans introduire de nouvelles idées.
10. Question d’ouverture :
Ouvrir le débat vers une nouvelle problématique en lien avec le sujet.
11. Inviter l’examinateur à poser des questions :
“Merci pour votre attention, avez-vous des questions ?”

Prendre des notes

N’écrivez pas de phrases complètes dans votre prise de notes (car vous aurez
tendance à vouloir les lire en entier), mais uniquement les mots clés qui vous
permettront de vous aider à suivre le cours de votre réflexion en proposant au jury
un discours personnel et spontané.
Conseils du professeur :
• Lors l’exposé vous pouvez consulter vos notes, mais ne lisez
pas en entier. Ecrivez clairement.
• Vous devez faire référence aux documents. Organisez-vous
pour retrouver rapidement dans les documents les informations
que vous aurez sélectionnées et intégrées dans votre plan.

2. L’entretien avec le jury


C’est la dernière étape de la production orale du DALF C1. Après votre exposé, le
jury va chercher à en savoir plus sur votre réflexion.

Consigne pour l’entretien


Le jury vous posera ensuite quelques questions et s’entretiendra avec vous à
propos du contenu de votre exposé.

Lors du débat vous devrez apporter des précisions sur le contenu de votre exposé.
Pour tester votre argumentation, les examinateurs donneront des arguments
opposés aux vôtres. Ne soyez pas surpris et répondez avec conviction.
Vous pouvez dire : « Oui c’est vrai mais… », « Oui, vous avez raison mais… » ou
« Je ne suis pas d’accord avec vous car… » « Non, je pense plutôt que…» « Non, je
crois qu’à la lecture des documents, on voit bien que… ».

La question d’ouverture

1. La question d’ouverture au DALF


La production orale constitue l’une des quatre épreuves du DALF C1 et C2.
La production orale évalue votre niveau de français (grammaire, vocabulaire et
prononciation), la méthodologie et le niveau de votre réflexion personnelle. En
effet, vous montrerez à l’examinateur votre capacité à trouver une problématique, à
y répondre, mais aussi à ouvrir le débat. Ce sera la clé de votre réussite.
Avec mon expérience, je vois encore beaucoup d’élèves qui ont du mal à terminer
leur exposé par une bonne question d’ouverture. Le but de cet article est de vous
donner quelques conseils pour mieux vous préparer.

2. La question d’ouverture : pour quoi faire ?


Certes, vous avez développé votre problématique, vos arguments et vos exemples et
vous avez fait votre conclusion, mais la production orale n’est pas pour autant finie.
Il reste un dernier détail : la question d’ouverture.
Il ne faut pas négliger cette dernière étape qui aura pour but d’ouvrir la
discussion auprès de votre examinateur. Bien qu’elle soit moins importante que
votre problématique initiale, la question d’ouverture va élargir le débat. Autrement
dit, c’est un bon moyen de relancer votre réflexion et d’offrir la possibilité
d’aborder et de développer des idées que vous n’avez pas pu faire lors de l’exposé.

3. Comment élaborer une bonne question d’ouverture ?


D’abord, il faut qu’elle soit intéressante. Une bonne question d’ouverture pourrait
très bien être une nouvelle problématique à part entière tout en restant dans la
logique de votre production orale.
Par exemple, sur le thème : Téléphone mobile et intimité, ne dites pas :
Comment faire pour avoir plus de temps libre ? Car la réponse pourrait être très
simple : il faut éteindre votre téléphone.
Dites plutôt :

Il est important de s’accorder des pauses sans son téléphone, mais les gens sont-ils
prêts/capables à l’éteindre pour leur bien-être ?

Ou encore :
Les utilisateurs sacrifient-ils leur liberté au profit de leur téléphone portable ?

Ces questions permettent d’avoir un vrai débat avec des questions plus
philosophiques où il serait possible de peser le pour et le contre.

En résumé, une bonne question d’ouverture doit :


✅ être posée après votre conclusion ;
✅ être interrogative ;
✅ ouvrir sur un débat intéressant ;
✅ élargir le thème vers un autre sujet ;
✅ donner envie à l’examinateur d’en savoir plus lors de la discussion.

4. Comment savoir si ma question d’ouverture est bien ?


Votre question finale devrait, comme je l’ai déjà dit, élargir le débat, mais
également soulever un autre problème. En fait, une bonne question d’ouverture
pourrait être une nouvelle problématique, un sujet de réflexion à part entière et
pourrait ainsi faire l’objet d’un nouvel exposé.

Vous aimerez peut-être aussi