Vous êtes sur la page 1sur 23

Faculté d’Ingénierie et de Développement Durable

Département Génie Civil et Environnement

MTX3

Date :05/02/2020

1
Contents
Résumé :......................................................................................................................................................3
Introduction :...............................................................................................................................................4
Composition et classification.......................................................................................................................5
Bitume de type « gel » et « sol ».................................................................................................................6
Qualité du bitume.......................................................................................................................................8
Propriétés....................................................................................................................................................9
Essai sur bitume.........................................................................................................................................11
1.Essai de pénétration...............................................................................................................................11
2.Ramolissement Bille-Anneau..................................................................................................................12
3. L’essai RTFOT (Rolling Thin Film Oven Test)..........................................................................................13
Point de fragilité Fraass.............................................................................................................................14
Bitume fluidifié..........................................................................................................................................15
Typologie selon la vitesse de séchage.......................................................................................................15
Point d’éclair..............................................................................................................................................16
ÉMULSION DE BITUME..............................................................................................................................17
EMULSIONS DE BITUME ANIONIQUES ET CATIONIQUE..............................................................17
FABRICATION D’ÉMULSION DE BITUME....................................................................................................19
EQUIPEMENT DE FABRICATION D’ÉMULSION DE BITUME........................................................................20
AVANTAGES D’ÉMULSION DE BITUME......................................................................................................20
TECHNOLOGIE D’USAGE............................................................................................................................21
PROPRIÉTÉS DES ÉMULSIONS ROUTIÈRES.................................................................................................21

2
Résumé :
L´utilisation de bitume en techniques routières est devenu une telle généralité qu´elle impose à
ce matériau issu du pétrole, un strict contrôle de ses propriétés. Cet article présente ainsi les
connaissances actuelles sur la structure du bitume, et comment cette organisation se répercute sur
sa formation et ses propriétés. Enfin, nous montrerons et préciserons comment les mesures
mécaniques sont utilisées en termes de spécifications, en discutant essais sur les bitumes pur,
les propriétés des liants qui influent sur celles des enrobés bitumineux correspondant. Cet article
montre que les bitumes sont des matériaux de haute technicité, dont la viscoélasticité présente
une richesse de comportement et notamment des relaxations de forme, qui ne manquera pas de
captiver les rhéologues.

3
Introduction :
Le bitume est un matériau présent naturellement dans l'environnement ou pouvant être fabriqué
industriellement après distillation de certains pétroles bruts. Il est composé d'un mélange
d'hydrocarbures, peut se trouver à l'état liquide ou solide, et a une couleur brunâtre à noirâtre. Le
bitume est liquéfiable à chaud et adhère aux supports sur lesquels on l'applique. Il possède un
certain nombre de qualités physicochimiques dont l'homme a su faire usage depuis la préhistoire.
Dans le langage courant, on le confond souvent avec la poix, le goudron d'origine houillère, ou
l'asphalte routier dont il n'est qu'un composant.

4
BITUME
Les bitumes groupent l'ensemble des produits organiques naturels riches en carbone et
en hydrogène, fusibles, combustibles et solubles dans le sulfure de carbone. Ils comprennent les
gaz de pétrole, huiles brutes (pétrole), cires minérales, asphaltes et asphaltites. On y ajoute les
produits analogues obtenus par pyrogénation de matières organiques naturelles (schistes
bitumineux). En revanche, l'usage courant tend à en exclure gaz et pétrole pour réserver ce nom
aux produits noirs, solides ou pâteux.

Composition et classification

Les bitumes constituent un ensemble assez disparate par leur composition. Ils sont formés par
des mélanges variables des familles suivantes de constituants : hydrocarbures,
résines, asphaltènes, carbènes. Le tableau montre la séparation de ces diverses familles par
différence de solubilité. Le tableau donne les caractéristiques des principaux types de bitumes,
d'après la classification proposée par une commission du IIIe Congrès mondial du pétrole.

5
Bitume de type « gel » et « sol »
Influence de la structure du bitume sur la rhéologie

Di Bendetto et Corté considèrent que le comportement rhéologique du bitume résulte du


type de dispersion des asphaltènes dans la fraction huileuse. L’organisation de la structure
peut, en effet, conférer au fluide un caractère « sol », un caractère « gel » ou un caractère
intermédiaire « sol-gel ». Kennel a étudié les 2 structures colloïdales extrêmes, sol et gel,
structures schématisées dans la Figure I-4 et la Figure I-5, ainsi que la structure sol-gel
intermédiaire.

Figure I-4 : Bitume type gel Figure I-5 : Bitume type sol

Hydrocarbures
aromatiques/naphténiques
Hydrocarbures
naphténiques/aliphatiques
Hydrocarbures saturés

Asphaltènes
Résines

6
Bitume « gel » (type I selon Kobanovskaja)
L’organisation est due à un squelette continu et tridimensionnel d’asphaltènes. Les micelles
d’asphaltènes sont floculées. Cette structure apparaît quand la quantité de résines est trop faible
pour stabiliser le système ou que leur pouvoir solvant n’est pas suffisant pour disperser ces
micelles. Le bitume a alors un comportement gel, caractéristique des fluides non-newtoniens. Le
caractère élastique l’emporte sur le caractère visqueux. Les bitumes oxydés ou soufflés, riches en
asphaltènes présentent généralement ce type de structure « gel »

Bitume « sol » (type II selon Kobanovskaja)


La quantité de résines et d’huiles aromatiques est suffisante pour disperser les asphaltènes (La
suspension asphalténique est diluée. Leur enchaînement est structuré et régulier. Les bitumes «
sols » ont le comportement newtonien de la matrice malténique. Le caractère visqueux l’emporte
sur le caractère élastique. Ils sont donc très résistants aux sollicitations courtes, mais plus
sensibles aux sollicitations longues et aux variations de température qu’un bitume gel.

Structure intermédiaire « sol-gel » (type III selon Kobanovskaja)

Les bitumes routiers ont généralement un comportement intermédiaire entre la structure sol et la
structure gel. Les agrégats de micelles d’asphaltènes et les autres formations structurales
baignent dans un milieu dispersant. L’organisation de la structure est donc intermédiaire entre
celle des milieux dispersant sol et gel.

7
Brion a donné une composition chimique pour chacune des structures :

Type de bitume % Asphaltènes % Résines % Huiles saturées et aromatiques


I : GEL >25 24 50
II : SOL <18 36 48
III : SOL-GEL 21 à 23 30 à 34 45 à 49

Qualité du bitume

• Rhéologie
o Science traitant du fluage et de la déformation de la matière
o Utilisation adéquate selon les zones de température
o La réduction de la susceptibilité thermique améliore la qualité du bitume.
• Adhésion
• Cohésion
o Ductilité
• Durabilité
o La capacité à conserver la rhéologie, la cohésion et l’adhésivité

8
Propriétés

Le bitume a été choisi comme matériau principal dans l’élaboration des routes pour sa souplesse
d’emploi, ses propriétés d’adhésivité, de plasticité, d’élasticité, d’insolubilité dans l’eau et
d’inertie à de nombreux agents chimiques.

Réactivité

En général, le bitume est inerte chimiquement vis-à-vis de la plupart des composés hydrocarbonés,
mais, les composés aromatiques peuvent réagir notamment avec l’oxygène. Les bitumes soufflés ou
oxydés sont d’ailleurs préparés grâce à ce type de réaction. Outre ces réactions d’oxydation, des
réactions de condensation peuvent avoir lieu à des températures supérieures à 160°C en présence de
H2S 23. Les acides présents dans les résines du bitume sont aussi sensibles à certaines attaques
basiques.

Adhésivité

Le bitume se comporte comme une colle de très bonne qualité qui assure une liaison entre les
granulats. Il adhère sur la plupart des roches. Cette adhésivité se manifeste d’une manière
active par le collage solide des granulats secs et propres entre eux et d’une manière passive en
permettant une résistance aux phénomènes de désenrobage dus à l’eau et aux attaques
chimiques. Seuls les produits chimiques dérivés du pétrole, tel que le kérosène et le gazole,
peuvent endommager l’enrobé.

Viscoélasticité
Le bitume n’est ni un fluide newtonien, ni un solide élastique, il a un comportement
intermédiaire suivant la température, et la charge appliquée. La viscoélasticité confère des
propriétés mécaniques de souplesse et de fermeté au bitume. Mais ce caractère est
largement dépendant de la température et de l’origine du bitume.

En première approximation, le bitume peut être considéré comme un solide ou un liquide


visqueux à haute température (> 80°C), un liquide ou un solide viscoélastique de 0°C à
80°C, et un solide élastique fragile à basse température <0°C. Le comportement du bitume
suivant la température a été résumé par Olard et coll. (Figure I-7).

9
Déformation

Fragile Ductile
Purement
visqueux
Non linéarité- Irréversibilité
Elastique Viscoélastique linéaire
Température
0 8

Fissuration Orniérage Enrobage-compactage

Fatigue

Classe de comportement du bitume.

10
Essai sur bitume
1.Essai de pénétration
L'essai de pénétrabilité à l'aiguille, permet de déterminer la consistance des
bitumes. Cet essai permet aussi de suivre dans le temps la façon dont évolue le
bitume sous l'effet du vieillissement ou de l'influence des facteurs ambiants. Tous
les bitumes ne donnent pas les mêmes résultats à l'essai de pénétrabilité. Pour
pouvoir comparer les différents bitumes, il est nécessaire de normaliser l'essai.
Aussi, pour chaque bitume testé, on réalise l'essai dans les mêmes conditions, avec
le même matériel et la même méthode. La méthode de cet essai est définie par la
norme EN 1426 (pour l'Europe) mise à jour en 2018. 

11
Le principe de l'essai de pénétrabilité est simple. On porte le bitume à une température
normalisée pour le ramollir, puis on pose à sa surface une aiguille qui va s'enfoncer
lentement sous l'effet de son propre poids pendant une durée également précisée dans la
norme. Une fois le temps écoulé, on mesure l'enfoncement de l'aiguille

2.Ramolissement Bille-Anneau

Le point de ramollissement par la méthode bille et anneau (ou TBA, température bille anneau)


concerne typiquement les résines sous forme solide et les matériaux thermoplastiques, plus
précisément ceux à base de polymère(s) monodimensionnel(s). Cette méthode se nomme en
anglais softening point ring and ball (par abréviation : R & B).

Une résine telle la colophane ne passe pas de l'état solide à l'état liquide à une température fixe,
mais sa consistance décroît progressivement lorsque la température s'élève. Ainsi, pour obtenir
des résultats comparables, la détermination du point de ramollissement doit être réalisée suivant
une méthode bien définie.

12
Le principe de l'essai Bille-Anneau est très simple. On rempli deux petit anneaux de métal avec
le bitume à tester. Sur chaque anneau on place une bille de métal lourd qui va peser sur le
bitume. On place les anneaux et les billes dans une eau à 5°C. A cette température le bitume est
dur. On augmente alors progressivement la température de l'eau de 5°C par minute. Petit à petit
le bitume va se ramollir et la bille lourde, par son poids, va le déformer et tomber vers le bas.
Lorsque la bille enrobée de bitume plastique touche le fond du becher, on relève la température.
On effectue ce test avec 2 billes et on fait la moyenne des températures relevées. La moyenne
trouvée correspond au point de ramollissement du bitume testé.  

3. L’essai RTFOT (Rolling Thin Film Oven Test)


L’essai RTFOT (Rolling Thin Film Oven Test) est un essai de laboratoire qui permet de
caractériser le vieillissement des bitumes.

l’essai RTFOT comprend huit bouteilles de verre contenant chacune 35 g de bitume, disposées
dans un contenant en rotation, à l'intérieur d'un four. Un flux d’air chaud dont le débit est
contrôlé est insufflé dans chacune des bouteilles. Pendant l’essai, le bitume se répartit en films
relativement minces plaqués sur la paroi intérieure de chaque bouteille, à une température de 165
°C pendant 75 min.

L’essai permet d’exposer tout le bitume à la chaleur et à l’air pulsé, et le mouvement continu du
dispositif permet d’être sûr qu’aucune peau ne se développe à la surface du bitume pour le
protéger.

On mesure ensuite les propriétés habituelles sur le liant vieilli : pénétrabilité et de ramollissement


bille et anneau (TBA). Ces valeurs, dites "après RTFOT", sont alors comparées aux valeurs
initiales. Elles sont plus proches de celles du liant extrait de l’enrobé que de celles obtenues sur
le bitume d’origine.

13
Point de fragilité Fraass

Le point de fragilité Fraass est un indicateur permettant de caractériser la fragilité du bitume à


basse température. Ce terme désigne également le nom de l’essai qui permet d’établir cet
indicateur

Cet essai consiste à mesurer la température à laquelle apparaissent des fissures sur un film étalé
sur une lame soumise à des flexions successives. Plus le point Fraass est élevé, plus le bitume est
fragile.

Cet essai est discutable et a une fidélité médiocre, mais il est le seul à l’heure actuelle à permettre
de caractériser le maintien de l’élasticité du bitume lorsque la température baisse

Ramond et Such précisent que, par expérience, on sait que la zone critique où se présentent les
phénomènes de fissuration correspond à des liants bitumineux dont2 :

 La pénétrabilité est inférieure à 20 1/10ème de mm ;


 La température de ramollissement est supérieure à 70 °C ;
 La température de fragilité Fraass est supérieure à 0 °C.

14
Bitume fluidifié

Un bitume fluidifié (« cutback bitumen » en anglais, « cutback asphalt » en américain), autrefois


usuellement appelé en France « cut-back », est un bitume dont la viscosité a été réduite par
l'ajout d'un diluant plus ou moins volatil.

Typologie selon la vitesse de séchage

Sur le plan international, on distingue souvent les bitumes fluidifiés par leur vitesse de séchage,
elle-même fonction du fluidifiant (essence, kérosène ou gazole) :
-Lente (SC, de l’anglais slow-curing);
-Moyenne (MC, medium-curing) ;
-Rapide (RC, rapid-curing).
En France, compte tenu des conditions climatiques moyennes, les bitumes fluidifiés sont du type
MC et sont obtenus par fluidification du bitume par du kérosène. Tous les bitumes routiers
peuvent être fluidifiés, mais pour les mêmes raisons climatiques, on n’utilise pratiquement que
du 80-100.
La fabrication des bitumes fluidifiés se fait en France exclusivement en raffinerie, pour des
raisons de sécurité et d’homogénéité du produit obtenu.

15
Point d’éclair

Qu’est-ce qu’un point d’éclair


Afin de déterminer la dangerosité d’un liquide inflammable, il convient de déterminer son point
d’éclair. Quel test doit-on réaliser ?

Parmi les marchandises dangereuses, les liquides inflammables peuvent être classer dans la
classe de danger 3 – 4 – 6.1 ou 8 en fonction de leur point d’éclair.  Celui-ci détermine la
température la plus basse d’un liquide à laquelle la vapeur forme un mélange inflammable avec
l’air. Il nous donne la dangerosité du produit et nous permets de le classer dans une classe de
danger et dans un groupe I (très inflammable), II (inflammable) ou III (faiblement inflammable).
Le point d’éclair donne une mesure du risque lors que le liquide s’échappe de l’emballage.
 
Déterminer le point d’éclair d’une marchandise dangereuse
Pour évaluer ce point d’éclair, il suffit de placer une quantité déterminée de liquide dans un
récipient à température inférieur au point d’éclair.  En chauffant lentement, on place une flamme
à la surface du liquide. Le point d’éclair est atteint dès l’apparition d’un éclair à la surface du
liquide. La température devient alors une référence pour classer le produit dans une classe de
danger et dans un groupe d’emballage. Généralement effectuées dans un récipient ouvert, les
essais peuvent également être réalisées dans un récipient fermé.

16
ÉMULSION DE BITUME

Émulsion de bitume est un liant, composé d’eau et de bitume. Émulsion est un système dispersé
aux particules de bitume dispersées dans l’eau. La tâche principale est d’empêcher la coalescence
des microparticules de bitume, qui maintient les propriétés physicochimiques d’émulsion et sa
qualité. Cette stabilité est obtenue par intermédiaire des émulsifiants spéciales.

Les émulsions de bitume est la matière transportable et facilement stocké. Elles sont conservées
dans les entrepôts de stockage dans les récipients cylindriques à la température positive, jusqu’à
plusieurs mois, sans perdre ses propriétés.

Tous les stabilisants/émulsifiants sont fournis aux doses préconisées, puisqu’ils influent
fortement sur les caractéristiques du produit fini.  Polymères latex sont les modificateurs idéals et
ils sont rajoutés à l’émulsion de bitume pour améliorer ses propriétés. Solvants font rehausser la
viscosité et les propriétés émulsifiantes.

Le bitume provenant de différents fabricants peut varier quant à ses propriétés physicochimiques.
Cela doit être aussi pris en considération lors de la préparation d’émulsions de bitume.

EMULSIONS DE BITUME ANIONIQUES ET CATIONIQUE

Il y a deux principaux types d’émulsions de bitume: cationiques et anioniques :.

La principale différence entre les deux est que les émulsions anioniques sont moins sensibles à la
présence de minéraux ou d’autres matières dans l’eau; elles interagissent activement avec eux.

Selon la nature de rupture et du processus de mélange avec des minéraux, les émulsions de
bitume sont réparties en trois classes.

rupture rapide RS ( RS-1 , RS-2 anionique, CRS-1, CRS-2 cationique)

rupture semi-rapide MS ( MS-2 anionique, CMS-2 cationique)

rupture lente SS (SS-1, SS-1h anionique, CSS-1, CSS-1h cationique)

17
Les émulsions à rupture rapide sont utilisées au traitement de surface en béton bitumineux
fraîchement posé et elles agissent comme les apprêts. Les émulsions à rupture semi-rapide sont
utilisées à lier des matériaux de construction (pierre concassée, gravier). Les émulsions à rupture
lente sont stables et elles sont utilisées pour le mélange de minéraux et le traitement avant la
rupture.

Les performances de lien du bitume sont améliorées à l’aide de divers additifs.

L’un des additifs est l’acide acétique. Récemment, il a été remplacé par l’acide phosphorique car
l’acide acétique favorise la formation de corrosion sur les pièces métalliques des moulins
colloïdales.

Chlorure de potassium sert de catalyseur. Ce sel accroit la viscosité, améliore les propriétés
d’émulsifiants et il peut aussi minimiser le rétrécissement de l’émulsion.

Latex agit souvent comme un additif polymère, ce qui fait améliorer les performances
d’émulsions de bitume. Pour de meilleurs résultats, il est rajouté dans la phase liquide.

Le stockage de longue durée, la transportation et la congélation peuvent diminuer les


performances qualitatives des émulsions, à cause de processus chimiques qui se produisent :
rétrécissement, floculation et coalescence.

Le rétrécissement se produit lorsque le bitume perd ses propriétés, acquises au cours de


l’émulsification. La floculation se manifeste à l’accumulation de particules de bitume dans les
conglomérats. Il suffit de cette émulsion au mixage avant l’utilisation en production. La
coalescence signifie la formation de gros composés à partir des particules bitumineuses fines, et
cela se produit généralement au cours de la rupture des émulsions.

18
FABRICATION D’ÉMULSION DE BITUME

Les émulsions de bitume sont produites dans les usines de bitume. Elles fabriquent généralement
5 – 40 t/h du produit fini. Plus petit moulin labo à colloïde est utilisé à l’élaboration de nouvelles
formules d’émulsion; il est capable de produire d’émulsions fini jusqu’à 300 litres par heure.

L’émulsion est fabriquée en plusieurs étapes:

le bitume est chauffé, si nécessaire, il est déshydraté et envoyé vers le moulin;

l’eau est mélangée aux composants supplémentaires (émulsifiant, acide chlorhydrique,


stabilisant, etc.), chauffée et envoyée dans le moulin;

le bitume est mélangé avec la solution eau/émulsifiant;

émulsions déplacée sur le lieu de son stockage.

A la sortie, les émulsions ont les viscosités différentes . Elles dépendent du choix de matières
premières et de la dose adéquate d’ingrédients. La quantité excessive ou insuffisante de bitume
affecte aussi de manière significative la qualité de l’émulsion finale. Le moulin fait broyer le
bitume en particules minuscules. Ici un émulsifiant enrobe les particules de bitume en les tenant
à l’écart l’un de l’autre  pour assurer la stabilité d’émulsion. Les émulsions finales sont toutes
stockées séparément dans les réservoirs de stockage.

En résumant l’importance d’émulsifiants/stabilisants en préparation d’émulsion il convient de


noter, qu’il faut rajouter leurs doses précises pour assurer la distribution appropriée de molécules
en milieu dispersé.

Plus bas est la viscosité du bitume, la mieux est l’émulsion. Dans la majorité des applications
l’émulsion de bitume est chauffée, mais n’excédant pas la température de 80 à 90 C, sinon elle
est endommagée car la température plus élevée fait évaporer de l’eau. En pareil cas l’ébullition
est inacceptable !

Émulsion ne peut pas être surchauffée et elle ne peut pas être congelée. Dans ce cas, les éléments
chauffants sont utilisés pour le chauffage et le stockage.

19
EQUIPEMENT DE FABRICATION D’ÉMULSION DE BITUME

Moulin colloïdal est spécialement conçu pour la fabrication d’émulsion de bitume. Il peut être
réglé au fonctionnement continu ou cyclique. Dans le premier cas, les émulsifiants sont mélangés
avec de l’eau, et le bitume est fourni en continu dans la phase aqueuse.  Dans le second cas, l’eau
et le bitume sont initialement mélangés, alors que les additifs sont rajoutés plus tard au cours du
procédé.

La manière de production d’émulsion est déterminée en prenant en considération le fait que le


fonctionnement en continu est automatique alors que la production cyclique se fait par un
opérateur du moulin colloïdal.

AVANTAGES D’ÉMULSION DE BITUME

Au plan économique, technologique et environnemental, l’émulsion de bitume s’est avéré être


une excellente solution. En plus d’économie de l’argent sur la consommation d’énergie un et
demi fois, la production d’émulsion nécessite moins de 30 à 40 % de bitume par rapport à
l’utilisation de bitume à chaud.

Les émulsions produites par l’équipement GlobeCore sont respectueux de l’environnement et


n’ont pas besoin d’une température élevée au cours de fabrication ou application. C’est un fait
bien connu que l’environnement est mis à mal d’émissions cancérigènes formées à la suite de
produits pétroliers décomposés.

20
TECHNOLOGIE D’USAGE

La comparaison en pourcentage – le contenu de bitume en béton bitumineux est de 5%, pour des
agrégats – 95%. La quantité de bitume influe directement sur la qualité de surface d’asphalte, car
il améliore les liens entre les agrégats.

Les émulsions de bitume (molécules de bitume dispersées dans un milieu aqueux), sont les
matières visqueuses au couleur brun foncé. Elles sont utilisées comme liants dans les travaux de
réparation et de construction de routes.

En fonction de la catégorie et du type, les émulsions routières peuvent être utilisés pour
différents agrégats, le temps différent de rupture et la nature différente de travail.

PROPRIÉTÉS DES ÉMULSIONS ROUTIÈRES

Les émulsions de bitume sont obtenues par :

 dispersion;
 condensation.

La 1ère méthode est utilisée plus souvent car elle est plus efficace et moins chère. La dispersion
est le processus de meulage d’une matière solide ou liquide en milieu liquide. La méthode de
condensation est utilisée à deux solutions aqueuses en abaissant la température à une valeur
critique et inférieur. La technologie spécifique est choisie selon le type d’émulsifiant utilisé en
fabrication et la classe d’émulsion à la sortie.

Les émulsions de bitume sont produites à l’aide de trois méthodes : mécanique, hydrodynamique
et chimique. La première est la plus populaire parmi les travailleurs routiers.

Quatre principales propriétés d’émulsion de bitume:

 viscosité, mesurée à 20 C. La viscosité de bitume affecte son traitement.


 stabilité à la décomposition durant la transportation et le stockage à long terme. La bonne
stabilité est assurée par la qualité appropriée des composés, qui ont été conçus pour les
propriétés particulières.

21
 la conformité aux normes de l’industrie
 intégrité structurale du produit fini lors de l’opération; prévention de fuites d’eau et de re-
émulsification. Ce phénomène est typique pour les substances qui sont saturées
d’émulsifiants.

Les propriétés ci-dessus déterminent la qualité de l’émulsion de bitume

22
Conclusion
Le bitume est un produit utilisé par l’homme depuis l’Antiquité ; il a permis de nombreuses
avancées comme la photographie, la peinture, l’isolation, la construction des routes, etc.
Aujourd’hui, sur les 100 millions de tonnes de bitume exploitées par an dans le monde, 85% sont
utilisés pour la construction de routes. Dans ce contexte, l’industrie routière a largement
contribué à l’avancée des recherches scientifiques sur ce produit, en termes technologiques ou en
termes de santé. Le bitume est et continuera d’être un matériau difficilement remplaçable,
notamment dans les domaines de la construction, de l’isolation ou de l’étanchéité. De
nombreuses applications dépendent de lui : la construction, l’entretien et la connexion des
différents types infrastructures de mobilité, l’aménagement et l’accessibilité des espaces publics
urbains, l’isolation énergétique, l’économie de matières premières. Autant de sujets qui justifient
que les industries concernées continuent d’œuvrer pour faire connaître et reconnaître les qualités
et le potentiel de ce matériau ancestral.

23