Vous êtes sur la page 1sur 127

Ecole Supérieure des Sciences Appliquées et de la Technologie Privée de Gabès

PROJET DE FIN D’ETUDES


PRESENTÉ EN VUE DE L’OBTENTION DU DIPLÔME
D’INGENIEUR EN GENIE CIVIL

Sujet :
ETUDE DE L’OSSATURE D’UN BATIMENT
(SOUS SOL+RDC+MEZZANINE+6 ETAGES)

Présenté et soutenu publiquement par :


MEHDAOUI Jawhar
AYEDI Ghassen

Préparé sous la direction de :


Mr NAJARI Salim

Année Universitaire 2017-2018


DEDICACE
Je dédie ce modeste travail :

A celui qui m’a mis sur le chemin de réussite mon cher père
Belgacem
A celle qui m’a comblé de tendresse et d’émotion, ma très chère mère
Fatiha

A mes sœurs Ichrak, Mawaheb et Rania et à toute la famille.

A tous mes amis, au nom de l’amitié et de la fraternité qui nous réunit


pour leur encouragement.

A mes Professeurs et surtout mon encadreur pour leur aide.

J’espère que ce projet soit le témoignage de ma gratitude et je serais


toujours à la hauteur de leur espoir.

Méhdaoui Jawhar
Dédicace
Je dédie ce projet de fin d’études particulièrement :

A ma mère, -TAKWA- sources de tendresse et d’amour pour leur soutien tout le


long de ma vie scolaire.

A mon père, -LASAAD- qui il est toujours soutenu et qui a fait tout possible
pour nous aider.

A mes frères OUSSAMA, GHAYTH et IHEB sources de confiance

A ma grande famille.

A mes chers ami (e) s, et enseignants.

A tout qu’on a collaboré de près ou de loin à l’élaboration de ce travail.

Avec mes meilleurs vœux


Ghassén
Remerciements

Nous tenons à exprimer nos remerciements avec un grand plaisir et un grand respect
à notre encadreur Mr. NAJARi pour ses conseils, sa disponibilité et ses encouragements qui
nous ont permis de réaliser ce travail dans les meilleures conditions.

Nous adressons aussi notre reconnaissance à tous les professeurs et au corps


administratif de l’Ecole Supérieure des Sciences Appliquées et de la Technologie Privée de
Gabès (ESSAT) qui depuis quelques années leurs conseils et leurs connaissances nous ont bien
servis.

Nous remercions aussi chaleureusement les membres du jury d'avoir accepté de juger
ce travail.

Nous voudrons aussi exprimer notre gratitude envers tous ceux qui nous ont accordé
leur soutien, tant par leur gentillesse que par leur dévouement.

Nous ne pouvons nommer ici toutes les personnes qui de près ou de loin nous ont
aidé et encouragé mais nous les en remercie vivement.
Sommaire

Introduction ................................................................................................................................... - 10 -
Chapitre 1 : Description architecturale ......................................................................................... - 11 -
Chapitre 2 : Conception structurale .............................................................................................. - 13 -
Chapitre 3 : Caractéristiques des matériaux et hypothèses de calcul ............................................ - 18 -
Chapitre 4 : Evaluation des charges .............................................................................................. - 21 -
Chapitre 5 : Etude des éléments du plancher exemple de calcul d’une poutre ............................. - 25 -
Chapitre 7 : Etude des éléments du plancher exemple de calcul d’une dalle pleine ..................... - 64 -
Chapitre 8 : Etude de l’escalier ..................................................................................................... - 72 -
Chapitre 9 : Etude d’une bâche à eau ............................................................................................ - 82 -
Chapitre 10 : Etude du contreventement ....................................................................................... - 97 -
Chapitre 11 : Etude du voile de soutènement ............................................................................. - 111 -
Chapitre 12 : Etude des poteaux .................................................................................................. - 118 -
Chapitre 13 : Fondation............................................................................................................... - 121 -
Conclusion .................................................................................................................................. - 126 -
Bibliographie ............................................................................................................................... - 127 -

-5-
Liste de figures
Figure 1: Typologie des joints ...................................................................................................... - 11 -
Figure 2: Coupe transversale d’un plancher en corps creux ......................................................... - 21 -
Figure 3: Coupe transversale du plancher terrasse........................................................................ - 22 -
Figure 4: Coupe transversale du plancher intermédiaire .............................................................. - 22 -
Figure 5: Localisation de la poutre. .............................................................................................. - 25 -
Figure 6: Schéma de calcul de la poutre ....................................................................................... - 26 -
Figure 7: Combinaisons des charges. ............................................................................................ - 27 -
Figure 8: Cas de chargement donnant le moment maximal dans la travée « i » .......................... - 28 -
Figure 9: Cas de chargement donnant le moment minimal dans la travée « i » .......................... - 29 -
Figure 10: Arrêt de barre pour la travée 1 ..................................................................................... - 41 -
Figure 11: Arrêt de barre pour la travée 2 ..................................................................................... - 41 -
Figure 12: Arrêt de barre pour la travée 5 ..................................................................................... - 41 -
Figure 13: Arrêt de barre pour les appuis 1 et 4............................................................................ - 42 -
Figure 14: Arrêt de barre pour l’appui 2 ....................................................................................... - 42 -
Figure 15: Emplacement de la nervure ......................................................................................... - 48 -
Figure 16: Schéma de calcul de la nervure ................................................................................... - 49 -
Figure 17: Coupe sur plancher ...................................................................................................... - 49 -
Figure 18: Schéma transversal de la nervure. ............................................................................... - 50 -
Figure 19: Schéma des moments sur appuis ................................................................................. - 51 -
Figure 20: Schéma des moments en travée ................................................................................... - 51 -
Figure 21: schéma des efforts tranchants ...................................................................................... - 52 -
Figure 22: dimensions du panneau de dalle .................................................................................. - 64 -
Figure 23: plan de ferraillage de panneau de dalle ....................................................................... - 71 -
Figure 24: schéma de l’escalier ..................................................................................................... - 72 -
Figure 25: Schéma de calcul de la volée1 ..................................................................................... - 74 -
Figure 26: schéma de calcul de la volée V2.................................................................................. - 77 -
Figure 27: schéma de ferraillage de volée 1 ................................................................................. - 80 -
Figure 28: schéma de ferraillage des volées 2 et 3 ....................................................................... - 81 -
Figure 29: Dimensions de la bâche à eau ...................................................................................... - 82 -
Figure 30: Conditions d’appui des parois verticales à bord libre en tête ...................................... - 83 -
Figure 31: Notations des moments................................................................................................ - 83 -
Figure 32: schéma récapitulatif des moments ............................................................................... - 85 -
Figure 33: moments horizontaux des parois verticales ................................................................. - 86 -
Figure 34: Cas types et valeurs retenues de petite paroi ............................................................... - 87 -
Figure 35: Cas types et valeurs retenues de grand parois ............................................................. - 87 -
Figure 36: Moments de fond et moments verticaux des parois verticales ................................... - 88 -
Figure 37: Cas types et Valeurs retenues grand coté .................................................................... - 88 -
Figure 38: Cas types et Valeurs retenues petite coté .................................................................... - 89 -
Figure 39: Moments en KN.m/m dans les parois du réservoir et le fond ..................................... - 89 -
Figure 40: Petit côté- Répartition à 45° pour déterminer les forces de traction T1 et T2 ............. - 90 -
Figure 41:Traction dans la grande paroi et le fond ....................................................................... - 90 -
Figure 42: Traction dans la petite paroi et le fond ........................................................................ - 91 -
Figure 43: Répartition des contraintes sur le radier ...................................................................... - 93 -
Figure 44: schéma du ferraillage de la bâche à eau ...................................................................... - 96 -
Figure 45: Façades exposées au vent ............................................................................................ - 97 -
Figure 46: direction du vent .......................................................................................................... - 98 -
Figure 47: position des voiles de contreventement ....................................................................... - 98 -

-6-
Figure 48: position du centre de pression de voile V1 ................................................................ - 102 -
Figure 49: position du centre de pression de voile V2 ................................................................ - 102 -
Figure 50: Schéma de répartitions des efforts ............................................................................. - 103 -
Figure 51: Caractéristiques géométriques de la cage d’ascenseur .............................................. - 103 -
Figure 52: plan de ferraillage de la cage ascenseur V1............................................................... - 110 -
Figure 53: plan de ferraillage de la volée V2 .............................................................................. - 110 -
Figure 54: Modélisation du voile de soutènement ...................................................................... - 111 -
Figure 55: schéma de calcul du voile de soutènement ................................................................ - 112 -
Figure 56: Diagramme d’actions sur le voile de soutènement .................................................... - 113 -
Figure 57: plan de ferraillage du voile en appui et en travée ..................................................... - 117 -

-7-
Liste de tableaux
Tableau 1: Charges permanentes pour un plancher terrasse (16+5) et (19+5+6) ......................... - 22 -
Tableau 2: Charges permanentes pour un plancher intermédiaire (16+5) et (19+5+6) ................ - 23 -
Tableau 3: Charges d’exploitation ................................................................................................ - 23 -
Tableau 4: Charges permanentes pour un plancher intermédiaire ................................................ - 23 -
Tableau 5: Charges des cloisons ................................................................................................... - 24 -
Tableau 6: Charges des acrotères .................................................................................................. - 24 -
Tableau 7: Tableau des moments ultimes maximaux en travées de références ............................ - 26 -
Tableau 8: Tableau des moments sur appuis dus aux charges réparties à L’ELU ........................ - 28 -
Tableau 9: Tableau des moments sur appuis dus aux charges réparties à L’ELS. ....................... - 28 -
Tableau 10:Tableau des moments maximaux en travées à L’ELU .............................................. - 29 -
Tableau 11: Tableau des moments maximaux en travées à L’ELS .............................................. - 29 -
Tableau 12: Tableau des moments minimaux en travées à L’ELU .............................................. - 30 -
Tableau 13: Tableau des moments minimaux en travées à L’ELS ............................................... - 30 -
Tableau 14:Efforts tranchants maximaux à L’ELU à droite et à gauche des appuis .................. - 31 -
Tableau 15:Tableau des armatures longitudinales en travées ...................................................... - 33 -
Tableau 16: Tableau des armatures longitudinales sur appuis ..................................................... - 33 -
Tableau 17:Tableau des efforts tranchants réduits ........................................................................ - 34 -
Tableau 18:Tableau des efforts tranchants réduits et espacement St ............................................ - 35 -
Tableau 19: Tableau des armatures transversales pour les travées soumises uniquement à des
charges réparties ............................................................................................................................ - 36 -
Tableau 20: Tableau de calcul des aciers de glissement ............................................................... - 36 -
Tableau 21:Tableau de vérification de la bielle comprimée ......................................................... - 37 -
Tableau 22: Conditions de vérification des flèches ..................................................................... - 38 -
Tableau 23: Calcul des flèches...................................................................................................... - 39 -
Tableau 24: arrêt de barres de travées 1, 2, et 5 ............................................................................ - 40 -
Tableau 25: arrêt de barres des appuis 1, 2 et 4 ............................................................................ - 40 -
Tableau 26: tableau des moments isostatiques ............................................................................. - 51 -
Tableau 27: Tableau des moments fléchissants sur appuis ........................................................... - 51 -
Tableau 28: Moments maximaux en travées à ELU ..................................................................... - 52 -
Tableau 29: Moments maximaux en travées à ELS ...................................................................... - 52 -
Tableau 30: Tableau récapitulatif des sollicitations de la nervure ................................................ - 53 -
Tableau 31: Tableau de ferraillage des travées ............................................................................. - 55 -
Tableau 32: Tableau de ferraillage des appuis .............................................................................. - 55 -
Tableau 33: Schéma de l’effort tranchant réduit ........................................................................... - 57 -
Tableau 34: Tableau récapitulatif des armatures transversales de la nervure ............................... - 58 -
Tableau 35: Tableau des conditions de vérification de la flèche .................................................. - 60 -
Tableau 36: Calcul des flèches...................................................................................................... - 60 -
Tableau 37: tableau récapitulatif des moments ............................................................................. - 67 -
Tableau 38: Tableau de calcul des armatures longitudinales ........................................................ - 67 -
Tableau 39: tableau des sollicitations ........................................................................................... - 74 -
Tableau 40: tableau de calcul et vérification des armatures longitudinales .................................. - 75 -
Tableau 41: tableau des sollicitations ........................................................................................... - 77 -
Tableau 42: tableau de calcul des armatures longitudinales ......................................................... - 78 -
Tableau 43: tableau de vérification de la flèche ........................................................................... - 79 -
Tableau 44: tableau de calcul de la flèche .................................................................................... - 80 -
Tableau 45: Moments en travées et sur appuis ............................................................................. - 83 -
Tableau 46: Détermination des cœfficients (petite face) .............................................................. - 84 -

-8-
Tableau 47: Détermination des cœfficients (grande face) ............................................................ - 84 -
Tableau 48: Détermination des cœfficients (fond) ....................................................................... - 84 -
Tableau 49: Détermination des moments dans les cas idéaux (petite face) .................................. - 84 -
Tableau 50: Détermination des moments dans les cas idéaux (grande face) ................................ - 85 -
Tableau 51: Détermination des moments dans les cas idéaux (fond) ........................................... - 85 -
Tableau 52: Récapitulatif des moments maximaux totaux ........................................................... - 93 -
Tableau 53: Dimensionnement à l’ELS ........................................................................................ - 94 -
Tableau 54: Ferraillage dû au poids propre du fond ..................................................................... - 94 -
Tableau 55: tableau de ferraillage des parois ................................................................................ - 94 -
Tableau 56: Tableau de ferraillage des parois retenu ................................................................... - 95 -
Tableau 57: Aciers en équerres ..................................................................................................... - 95 -
Tableau 58: coefficient de majoration dynamique ...................................................................... - 100 -
Tableau 59: coefficient de réduction ........................................................................................... - 100 -
Tableau 60: action du vent1 sur le bâtiment ............................................................................... - 101 -
Tableau 61: Tableau des contraintes extrêmes de voile V1 ........................................................ - 104 -
Tableau 62: Contrainte admissible de voile V1 .......................................................................... - 105 -
Tableau 63: Tableau de ferraillage de la cage ascenseur ............................................................ - 106 -
Tableau 64: Tableau des contraintes extrêmes de voile V2 ........................................................ - 107 -
Tableau 65: contrainte admissible de voile V2 ........................................................................... - 108 -
Tableau 66: Tableau de ferraillage de voile V2 .......................................................................... - 109 -
Tableau 67: Moments dans les deux sens ................................................................................... - 113 -
Tableau 68: Détermination des coefficients par les tableaux de H.THONIER T4 ..................... - 113 -
Tableau 69: Détermination des moments.................................................................................... - 113 -
Tableau 70: Dimensionnent à l’ELU et l’ELS ............................................................................ - 116 -
Tableau 71: Dimensionnement des semelles………………………………………...……-ANNEXE-

-9-
Introduction

Introduction

Le projet de fin d’étude est l’accomplissement d’une formation théorique qui nous a permis
d’appliquer les connaissances acquises dans les différentes disciplines pour l’élaboration d’un projet
réel d’ingénierie.

Ce travail comporte les étapes suivantes :


 La lecture des plans architecturaux
 La réalisation d’une conception structurale
 Les hypothèses de calcul et les caractéristiques des matériaux
 L’évaluation des charges
 L’étude de différents éléments de la structure
 Les planchers
 Les poteaux
 L’escalier
 Le mur voile
 L’étude du contreventement de la structure
 Le dimensionnement du mur voile
 L’étude de la bâche à eau
 L’étude de la fondation
 La comparaison des résultats manuels et des résultats obtenus par le logiciel ARCHE.
 La réalisation des plans de coffrage et de fondation

- 10 -
Chapitre 1 : Description architecturale

Chapitre 1 : Description architecturale

I. Présentation du projet

Il s’agit d’un immeuble qui se compose d’un sous-sol, un rez-de-chaussée, mezzanine et six étages,
qui se situe à MEDENINE, couvrant une superficie totale de 1088 m².
Cet ouvrage s’inscrit dans la gamme des immeubles hauts standings.
Dans le but de compenser les effets de dilatation et de retrait, l’architecte a prévu des joints de
dilatation séparant trois blocs (A, B et C).
Dans ce projet, on traite le bloc A pour étudier le maximum d’éléments constructifs, car tous les
blocs sont semblables et avec le même nombre des niveaux.

Figure 1: Typologie des joints

- 11 -
Chapitre 1 : Description architecturale

II. Sous-sol

Il couvre une superficie de 774 m² et joue le rôle d’un parking capable de recevoir 15 véhicules la
hauteur sous plafond est de 3.78 m.
Il comporte : deux escaliers, deux cages d’ascenseurs, une bâche à eau et un local technique.
L’accès au sous-sol est assuré par une rampe.

III. Rez-de-chaussée

Il est en retrait par rapport au sous-sol et il est constitué de boutiques, bureaux banques, buvette...
La hauteur sous plafond est de 2.93 m et de surface égale à 791 m².
Notons l’apparition d’un patio à ciel ouvert à partir de ce niveau et qui s’étend jusqu’au dernier
étage.

IV. Mezzanine

Il est constitué de boutiques, café et des magasins.


La hauteur sous plafond est de 2.93 m et de surface égale à 1088 m².

V. Etages courants

Ce sont des étages identiques à usage bureautique …

- 12 -
Chapitre 2 : Conception structurale

Chapitre 2 : Conception structurale

Introduction

La conception est la phase la plus importante du projet, en effet c’est là où se manifeste l’esprit
d’ingénierie, qui consiste à respecter les contraintes architecturales et financières tout en assurant la
stabilité, la sécurité et le bon fonctionnement de la structure.
Durant cette phase on a rencontré des problèmes de différentes natures qu’on a essayé de résoudre
en envisageant toutes les solutions possibles, parmi lesquelles, après une évaluation des avantages
et des inconvénients on va choisir la meilleure.

I. Choix de type du plancher


1. Comparaison entre les différents types du plancher
1.1. Dalle pleine

La dalle pleine constitue le type de dalle le plus simple .Elle est constituée par une plaque en béton
d’épaisseur variable, coulée sur place, où sont incorporées les armatures, constituant ainsi un
élément porteur sans nervure.
Elle est la solution la plus complète et permettant les plus grandes libertés de portées et de forme.
En revanche, elle demande une certaine complexité lors de mise en œuvre des quantités de coffrage
plus importante et, pour des ouvrages simples et de petites dimensions, se révèle une solution
onéreuse et inutile.

 Avantages techniques

1 - L’importante masse du béton offre une inertie favorable à l’absorption du bruit aérien.
2 - Bonne adhérence porteur- dalle car c’est le même matériau et tout est coulé sur chantier.
3 - Résistance au feu meilleur que celle du plancher à corps creux.
4 - Bonne isolation thermique.

 Avantages pratiques

1 - Reprise de bétonnage possible.

- 13 -
Chapitre 2 : Conception structurale

2 - Pas de contrainte liée à la préfabrication : transport, entretien, stockage…


3 - Pas d’incidence particulière sur la capacité des engins car elle ne nécessite aucun engin
particulier.

 Inconvénients

1 - Le système est un ensemble lourd, donc difficulté de passage, après exécution, des conduites
électriques et des tuyauteries
2 - Consommation du bois de coffrage et étaiement importante.
3 - Coût bien élevé.
4 - Nécessité du matériel de mise en œuvre important.
5 - Nécessité du grand nombre de main d’œuvre.
6 - Durée d’exécution plus importante que les deux autres types de planchers : mise en place du
coffrage, ferraillage, bétonnage sur chantier important.

1.2. Dalle nervurée à hourdis

La dalle nervurée à hourdis est la plus utilisée couramment en Tunisie. Elle est adoptée dans tous
les types de constructions. Elle est composée par :
1 - chape en béton armé d’épaisseur variable selon la travée.
2 - Armatures déposés sur le corps creux et dans les nervures.
3 - Les hourdis ou corps creux, ce sont des éléments légers en terre cuite présentant un vide
important.
4 - Poutres principales recevant et reposant sur des murs en maçonnerie ou sur des piliers.
5 - Raidisseurs
 Avantages techniques
1 - Construction légère, requérant une hauteur plus grande
2 - Isolation thermique meilleur que la dalle pleine grâce à l’important matelas d’air.
3 - Economie du bois de coffrage par rapport à la dalle pleine.
 Avantages économiques
1 - Economie du bois de coffrage par rapport à la dalle pleine.
2 - Diminution du volume du béton coulé sur chantier par rapport à la dalle pleine.

- 14 -
Chapitre 2 : Conception structurale

 Inconvénients
1 - Les corps creux ne jouent aucun rôle dans la résistance du planche, elles constituent un coffrage
perdu.
2 - Exécution du coffrage plus compliqué que celui dans la dalle pleine.

1.3. Dalle RECTOR

Le plancher RECTOR est un plancher formé par des éléments tous préfabriqués. Ce type de
plancher est formé par :
Poutrelles précontraintes : elles sont préfabriquées, constituant l’élément résistant des planchers
grâces aux armatures à haute limite élastique qui y sont incorporées.
Les entrevous : élément en béton qui porte la dalle de compression et joue le rôle de coffrage.
Le treillis cet élément est incorporé à la dalle de compression et à pour rôle de limiter le retrait du
béton.
La dalle de compression : dalle d’épaisseur variable en fonction de la travée, coulée en œuvre sur
toute la surface du plancher ce qui rend l’ensemble monolithique.

 Avantages techniques
1 - Allègement du poids du plancher avec souplesse des formes.
2 - Possibilités de franchir des grandes portées pouvant atteindre 7.3 m.
3 - Absence de fissuration.
4 - Fiabilité est constance de la qualité.
5 - Plus grande longévité.
6 - Absence de coffrage.
 Avantages économiques
1 - Economie de béton et d’acier pouvant atteindre 50%.
2 - Economie du béton et acier sur chantier.
3 - Economie du bois de coffrage car les entrevous jouent le rôle de coffrage.
4 - Etaiement limité, pas d’étais éventuellement jusqu’à 5m.
5 - Rapidité de pose – économie de temps – respect des délais.
6 - Economie de main d’œuvre.
 Avantages pratiques
1 - Les différentes épaisseurs des poutrelles sont fournies au marché.

- 15 -
Chapitre 2 : Conception structurale

2 - Grande facilité d’installation des gaines électriques.


3 - Souplesse de mise en œuvre.
4 - Facilité d’entretien.
5 - Meilleur accrochage de l’enduit (plâtre – ciment – chaux).
6 - Eléments manu portables.
 Inconvénients
1 - Contrainte de transport des éléments préfabriqués.
2 - Retrait des entrevous en béton.
3 - Gonflement de certains entrevous en céramiques.
4 - Les entrevous ne présentent qu’une faible isolation thermique.
5 - Problème de manutention et stockage des poutrelles.
6 - Sensibilité importante à la corrosion.

2. Choix du type de plancher

En examinant les différents avantages et inconvénients des planchers, on a adopté le choix suivant :
 Le sous-sol joue le rôle d’un parking, pour assurer la sécurité incendie, une bonne isolation
acoustique et thermique on a choisi la dalle pleine comme type de plancher pour ce niveau.
 Pour le rez-de-chaussée et le reste des étages, le plancher sera de type dalle nervurée, vu la
disponibilité des matériaux et la facilité d’exécution.

II. Choix de type de structure

Le type de structure adopté pour ce projet est le système porteur poutres-poteaux, ce type de
système est caractérisé par sa stabilité, son aspect économique et sa facilité d’exécution.
Mais vu les contraintes architecturales on a adopté des solutions pratiques pour satisfaire les
exigences esthétiques du bâtiment tel que :
1 - L’implantation ainsi que les sections des poteaux sont de tel sorte que ces derniers soient
incorporés dans les murs, tout en respectant les exigences structurales et en évitant le plus possible
les poteaux naissants, mais dans certains cas on est amené à utiliser ces derniers à cause de deux
exigences architecturales qui sont :
 Le retrait existant entre les différents plans architecturaux tel que le retrait entre le sous-sol
et le rez-de-chaussée
 L’emplacement des véhicules et l’existence des voies de circulation dans le niveau sous-sol

- 16 -
Chapitre 2 : Conception structurale

2 - Le choix de la disposition des poutres est réalisé de tel sorte qu’elles soient incorporées dans les
cloisons et les murs, tout en choisissant le sens des nervures le plus adapté, l’emplacement adéquat
des poteaux afin d’éviter les grandes portées et les retombées excessives dans les poutres.
Dans certain cas, vu la complexité architecturale, pour respecter l’aspect esthétique on est amené à
envisager des solutions telles que :
 Le recours à des poutres plates où les retombées des poutres ne sont pas admises, telles
qu’aux salons et aux couloirs
 Le recours à des poutres en allège au sixième étage
 Le recours à des poutres avec des retombées pouvant atteindre 100 cm au niveau sous-sol.
Ce qui nous a permis d’adopter des grandes portées pour assurer la circulation et la
disposition des véhicules
3 - Le choix de la disposition des nervures est réalisé de sorte à minimiser la portée, on a choisi le
sens des nervures afin d’utiliser des plancher (16+5) mais dans notre cas le choix des planchers
(19+5+6) est imposé lorsqu’on a de grandes dimensions telles que les magasins et les boutiques du
rez-de-chaussée et la mezzanine.
4 - Le choix des éléments qui ont pour rôle de rigidifier et éviter ou diminuer les déplacements
horizontaux de la structure tel que :
 Les raidisseurs qui servent à lier les différents éléments de la super structure
 Les longrines qui servent à lier les semelles
5 - Dans notre conception on a choisi la cage d’ascenseur et un voile simple qu’on a proposé
comme des éléments structuraux jouant deux rôles en même temps :
 Un élément porteur
 Un système de contreventement
6 - Le choix du type de fondation est fait en se basant sur les données géotechniques fournies par le
bureau d’étude et vu que le sol sur lequel se repose la construction est de bonne qualité σ sol = 3bars,
on a opté pour le choix suivant
 Des semelles isolées sous les poteaux.
 Des semelles filantes sous les murs voiles.

- 17 -
Chapitre 3 : Caractéristiques des matériaux Et hypothèses de calcul

Chapitre 3 : Caractéristiques des matériaux et hypothèses


de calcul

I. Les caractéristiques fondamentales des matériaux


1. Caractéristiques du béton

Pour les éléments en béton armé, le béton est dosé à 350 Kg/m3, le liant hydraulique étant un ciment
de classe 42.5. Le béton est fabriqué en usine, transporté ensuite vers le chantier, les conditions de
mise en œuvre sont courantes avec une auto contrôle surveillé, ce qui justifie notre choix de :
 La résistance caractéristique à la compression à 28 jours :
fc28 = 25 MPa.
 Le coefficient partiel de sécurité du béton :  b = 1.5
Ainsi on peut définir les paramètres suivants :
 La résistance caractéristique à la traction du béton à 28 jours égale à :
f t 28  0.6  0.06f c 28  2.1MPa

 Le module de déformation longitudinale instantanée du béton à 28 jours, pour les charges


dont la durée d’application est inférieure à 24 h, égale à :

E i 28  11000 3 f c 28  32164MPa

 Le coefficient prenant en compte la durée d’application des charges :


  1 Pour t > 24 heures
 Le coefficient d’équivalence acier/béton est :
Es
n  15
Eb

2. Caractéristiques de l’acier

Les armatures longitudinales utilisées sont des aciers à haute adhérence de nuance FeE400, dont les
caractéristiques sont les suivantes :
 La limite d’élasticité garantie : f e  400 MPa

 Le module d’élasticité : Es  2.105 MPa

 Le coefficient de fissuration :   1.6

- 18 -
Chapitre 3 : Caractéristiques des matériaux Et hypothèses de calcul

 Le coefficient de scellement : s  1.5


Les armatures transversales utilisées sont des aciers ronds lisses de nuance FeE235 qui ont les
caractéristiques suivantes :
 La limite d’élasticité garantie : f e t = 235 MPa

 Le coefficient de fissuration :   1.0


 Le coefficient de scellement : s  1.0

Pour les deux types d’acier, Le coefficient partiel de sécurité des aciers est  s  1.15.

II. Hypothèses de calcul

L’immeuble à construire se situe à la région de MEDENINE, concernant la superstructure, le climat


environnant n’est pas agressif. Et en ce qui concerne l’infrastructure, on considère qu’elle est en
milieu agressif.
1. Dimensionnement et ferraillage des éléments de la superstructure

La fissuration sera considérée peu préjudiciable.


L’enrobage des armatures sera égal à 2.5 cm.
2. Dimensionnement et ferraillage de l’infrastructure

La fissuration sera considérée préjudiciable.


L’enrobage des armatures sera égal à 5 cm.
3. Dimensionnement et ferraillage de la bâche à eau

Fissuration préjudiciable.
L’enrobage des armatures sera égal à 5 cm.
4. Dimensionnement à l’état limite ultime (ELU)

Les hypothèses à considérer pour la détermination des armatures à l’ELU sont :


 Les coefficients de pondération des charges permanentes et des charges d’exploitation sont
respectivement égaux à 1.35 et 1.5.
 La contrainte admissible en compression du béton est égale à :
0.85  f c 28
f bu   14.16MPa
1.5

- 19 -
Chapitre 3 : Caractéristiques des matériaux Et hypothèses de calcul

 La contrainte admissible de traction dans les aciers longitudinaux est égale à :


fe
f su   347.82MPa
1.15

5. Vérification à l’état limite de service (ELS)

Les hypothèses à considérer pour la vérification des contraintes à l’ELS sont :


 Les coefficients de pondération des charges permanentes et des charges d’exploitation sont
égaux à 1.
 La contrainte admissible en compression du béton est égale à :

 bc  0.6  f c 28  15MPa
 La contrainte de traction des armatures est égale à :

1  1.6 HA 
 En FTP :  st  min  .f e ;90 .f tj   165MPa avec  =   pour fe  400
2  1 RL 
2 
 En FP :  st  min  .f e ;110  .f tj   201.6MPa
3 

 En FPP :  st est non définie.

- 20 -
Chapitre 4 : Evaluation des charges

Chapitre 4 : Evaluation des charges

I. Planchers en corps creux

Le plancher en corps creux est le plus répondu dans les bâtiments à usage administratif, service et
commercial. Il se distingue par son coût raisonnable, la facilité de sa mise en œuvre, sa bonne
isolation acoustique et thermique. Le choix du type de corps creux est dicté par les dimensions des
espaces à couvrir, l’épaisseur est déterminée en fonction des portées des nervures.

1. Description

Le plancher en corps creux est constitué de :


Nervures : se sont les éléments porteurs du plancher, reposant de part et d’autre sur des poutres,
elles sont coulées sur place et leurs dimensions sont liées a celles du corps creux.
Chape de béton : (ou dalle de compression), elle transmet aux nervures les charges qui lui sont
appliquées.
Corps creux : C’est un coffrage perdu pour les nervures, ils permettent d’augmenter la qualité
d’isolation du plancher.

Armature de montage Dalle de compression

Etrier Corps Creux

Figure 2: Coupe transversale d’un plancher en corps creux

- 21 -
Chapitre 4 : Evaluation des charges

2. Plancher terrasse

Protection d'étancheité
Enduit de planeité
Multicouches
Asphalte
Forme de pente

Corps creux

Enduit sous- plafond

Figure 3: Coupe transversale du plancher terrasse

 Charges permanentes

PRODUITS POIDS [daN/m²] (16+5) POIDS [daN/m²] (19+5+6)


Protection d’étanchéité (2.5 cm) 30 30
Etanchéité 10 10
Enduit de planéité (2cm) 40 40
Forme de pente 230 230
Corps creux + chape 393 450
Faux plafond /ou enduit sous-plafond 30 30
TOTAL G = 733 790
Tableau 1: Charges permanentes pour un plancher terrasse (16+5) et (19+5+6)

 Charges d’exploitation
On considère la terrasse comme inaccessible sauf pour l’entretien, elle supporte une charge :
Q= 100 daN/m²

3. Plancher intermédiaire

Carrelage
Mortier de pose
Couche de sable

Corps creux

Eduit intérieur

Figure 4: Coupe transversale du plancher intermédiaire

- 22 -
Chapitre 4 : Evaluation des charges

 Charges permanentes

PRODUITS POIDS [daN/m²] (16+5) POIDS [daN/m²] (19+5+6)

Carrelage 45 45
Mortier de pose 35 35
Sable 70 70
Corps creux + chape 393 450
Faux plafond /ou enduit sous-plafond 30 30
cloisons légères 60 60
TOTAL G = 633 690
Tableau 2: Charges permanentes pour un plancher intermédiaire (16+5) et (19+5+6)

 Charges d’exploitation

NATURE DES LOCAUX POIDS [daN/m²]


Bureau 250
Magasin/boutique 500
Café 350
Balcons 350
Escaliers 250
Habitation 150
Tableau 3: Charges d’exploitation

II. Plancher en dalle pleine


1. Plancher intermédiaire

 Charges permanentes

PRODUITS POIDS [daN/m²]


Carrelage 45
Mortier de pose 35
Sable 70
Dalle en béton armé (épaisseur e=24) 610
Faux plafond /ou enduit sous-plafond 30
cloisons légères 60
TOTAL G = 890
Tableau 4: Charges permanentes pour un plancher intermédiaire

- 23 -
Chapitre 4 : Evaluation des charges

III. Autres charges

 Cloisons

CLOISONS POIDS [daN/m²]


Double cloison (épaisseur 35cm) 320
Cloison (épaisseur 25cm) 260
Cloison (épaisseur 20cm) 220
Cloison (épaisseur 15cm) 165
Tableau 5: Charges des cloisons

 Acrotères
ACROTERES POIDS [daN/m²]
Acrotère simple 170
Acrotère couvre joint 250

Tableau 6: Charges des acrotères

- 24 -
Chapitre 5 : Etude des éléments du plancher Exemple de calcul d’une poutre

Chapitre 5 : Etude des éléments du plancher exemple de


calcul d’une poutre

Introduction

Les poutres sont des éléments porteurs en béton armé, leur rôle consiste essentiellement à supporter
les charges transmises par le plancher.
La descente des charges, le calcul et le dimensionnement de l’ensemble des poutres du bâtiment
sont élaborés à l’aide du calcul manuel
On traite, à titre indicatif, par un calcul détaillé une poutre continue à cinq travées, située au
plancher haut du sixième étage.

Figure 5: Localisation de la poutre.

I. Pré-dimensionnement de la section de la poutre [6]

Selon le règlement BAEL, le pré-dimensionnement de la section de la poutre se fait en se basant sur


les deux conditions suivantes :

- 25 -
Chapitre 5 : Etude des éléments du plancher Exemple de calcul d’une poutre

hc 1
  : pour respecter la flèche admissible.
l 16

M 0u
 hc  3 : pour éviter les aciers comprimées.
0.4  0.93  lu  fbu

Avec :
 μlu = 0.39.
 fbu = 14.16 MPa.
 hc = hauteur de calcul de la poutre.

 l  n l1  l 2  ...  l n ; avec n est le nombre des travées.

 M0u = Moment ultime maximal de la travée isostatique considérée, il est donné dans le
tableau qui suit (Tableau 7) :
Pu l 2
M 0u 
8

Travée « i » 1 2 3 4 5
Mou (KN.m) 177,27 365,93 111,12 146,77 281,73

Tableau 7: Tableau des moments ultimes maximaux en travées de références

La travée la plus sollicitée est la 2éme travée :


hc 1 l 5
4.19  6.02  3.35  4.81 6
  hc    29.73cm .
l 16 16 16

M 0u 365.93 103
hc  3  3  59.55cm
0.4  0.93  lu  fbu 0.4  0.93  0.39 14.16

 La section qui vérifie les conditions mentionnées précédemment est une section
rectangulaire de largeur b = 0.22m, et de hauteur h = 0.6 m.
En tenant compte du poids propre de la poutre qui est donnée par:
Pp = 0.22×0.6×2500=3.3 kN/m.
On a le schéma définitif de calcul de la poutre présenté par la figure suivante :

Figure 6: Schéma de calcul de la poutre

- 26 -
Chapitre 5 : Etude des éléments du plancher Exemple de calcul d’une poutre

II. Calcul des sollicitations


1. Choix de la méthode de calcul

 Les charges d’exploitation sont modérées :


 q =1 KN/m2 ≤ 2×g = 15.8 KN/m².
 q =1 KN/m2 ≤ 5KN/m².
 La fissuration ne compromet pas la tenue des revêtements ni celle des cloisons.
 Les éléments de plancher ont une même inertie dans les différentes travées.
li l
 Les portées ne vérifient pas: 0.8   1.25 et 0.8  i  1.25 ,
li 1 li 1
 On appliquera la méthode de « CAQUOT MINORÉE » qui consiste à multiplier la part
des moments sur appuis provenant des charges permanentes par 2/3.
2. Calcul des moments sur appuis dus aux charges réparties

Pour déterminer les sollicitations les plus défavorables, on considère les combinaisons de
charges suivantes :

Figure 7: Combinaisons des charges.

Les moments sur appuis dus aux charges réparties sont donnés par :
Pi .li'3  Pi 1.li'31
Mi  
8.5.(li'  li'1 )

Avec:  li'  li : Pour les travées de rives sans porte à faux.

 li'  0.8.li : Pour les travées intermédiaires.

- 27 -
Chapitre 5 : Etude des éléments du plancher Exemple de calcul d’une poutre

appui "i" Mi(1) KN,m Mi(2) KN,m Mi(3) KN,m Mi(4) KN,m
0 0,000 0,000 0,000 0,000
1 -116,489 -125,268 -129,819 -138,597
2 -98,649 -114,663 -101,350 -117,365
3 -47,784 -50,887 -53,360 -56,463
4 -117,608 -121,304 -135,413 -139,109
5 0,000 0,000 0,000 0,000
Tableau 8: Tableau des moments sur appuis dus aux charges réparties à L’ELU

appui "i" Mi(1) KN,m Mi(2) KN,m Mi(3) KN,m Mi(4) KN,m
0 0,000 0,000 0,000 0,000
1 -85,623 -91,475 -94,510 -100,362
2 -72,508 -83,185 -74,309 -84,986
3 -35,018 -37,087 -38,736 -40,804
4 -86,220 -88,684 -98,090 -100,554
5 0,000 0,000 0,000 0,000
Tableau 9: Tableau des moments sur appuis dus aux charges réparties à L’ELS.

3. Calcul des moments en travées


3.1. Moment maximal en travée

Figure 8: Cas de chargement donnant le moment maximal dans la travée « i »


L’expression du moment fléchissant dans la travée continue est donnée par :
x (2) x
M ( x)  0 ( x)  M i(3)
1 .(1  )  M i .
li li

q.x
 Pour une travée supportant uniquement une charge répartie : 0 ( x)  .(li  x) .
2
 M i(3)
1 : Moment sur appui gauche de la travée considérée relatif à la combinaison (3).

 M i(2) : Moment sur appui droite de la travée considérée relatif à la combinaison (2).

- 28 -
Chapitre 5 : Etude des éléments du plancher Exemple de calcul d’une poutre

L’abscisse du moment maximal en travée continue supportant une charge répartie


li M i(2)  M i(3)
x max   1
2 8.m0

qli2
Avec : m0  Moment isostatique maximal de la travée i soumise seulement à des
8
charges réparties.

Moment en travée max

Travée x (m) 0 (x) (KN,m) Mt max (Kn,m)


1 2,007 178,180 118,177
2 3,015 368,460 246,232
3 1,731 111,774 36,499
4 2,348 148,297 61,770
5 3,060 284,129 217,777
Tableau 10:Tableau des moments maximaux en travées à L’ELU

moment en travée max

Travée x (m) 0 (x) (KN,m) Mt max (Kn,m)


1 1,90 128,72 87,20
2 3,03 267,98 179,18
3 1,76 81,19 26,39
4 2,24 107,03 45,06
5 3,27 204,75 160,08
Tableau 11: Tableau des moments maximaux en travées à L’ELS

3.2. Moment minimal en travées

Figure 9: Cas de chargement donnant le moment minimal dans la travée « i »

- 29 -
Chapitre 5 : Etude des éléments du plancher Exemple de calcul d’une poutre

L’expression du moment fléchissant dans la travée continue est donnée par :


x (3) x
M ( x)  0 ( x)  M i(2)
1 .(1  )  M i .
li li

q.x
 Pour une travée supportant uniquement une charge répartie : 0 ( x)  .(li  x) .
2
 M i(2)
1 : Moment sur appui gauche de la travée considérée relatif à la combinaison (2).

 M i(3) : Moment sur appui droite de la travée considérée relatif à la combinaison (3).
L’abscisse du moment minimal en travée continue supportant une charge répartie est donné par :

li  M i(3)  M i(2) 
x min   1

2  8.m0 
qli2
Avec : m0  Moment isostatique minimal de la travée i soumise seulement à ses
8
charges réparties.

moment en travée min

Travée x(m) μ0(x) (KN,m) Mt min (Kn,m)


1 1,993 158,073 96,324
2 3,019 327,076 213,803
3 1,752 99,144 16,542
4 2,325 132,530 40,786
5 3,060 253,091 193,652
Tableau 12: Tableau des moments minimaux en travées à L’ELU

moment en travée min

Travée x(m) μ0(x) (KN,m) Mt min (Kn,m)


1 1,99 116,19 71,22
2 3,02 240,41 157,54
3 1,75 72,87 12,92
4 2,33 96,98 30,39
5 3,06 185,62 142,16
Tableau 13: Tableau des moments minimaux en travées à L’ELS

- 30 -
Chapitre 5 : Etude des éléments du plancher Exemple de calcul d’une poutre

4. Calcul des efforts tranchants

M i(4)  M i(3) 1  M i
M i(2) (4)
ViG  V0  1
ViD  V0 
li li 1
Avec : V0e et V0w sont les valeurs absolues des efforts tranchants à droite et à gauche sur l’appui
Pui .li
« i » des travées de référence ; V0  .
2
Appui 0 1 2 3 4 5
"i" D G D G D G D G D G
Vu0max
170,40 -170,40 244,82 -244,82 133,61 -133,61 123,39 -123,39 189,50 -189,50
(KN)
|Vumax|
140,50 137,32 248,80 246,89 153,46 147,01 109,91 105,57 146,58 212,06
(KN)
Tableau 14:Efforts tranchants maximaux à L’ELU à droite et à gauche des appuis

III. Ferraillage de la poutre


1. Calcul des armatures longitudinales
1.1. Armatures longitudinales en travées

A titre indicatif, on détaille le calcul pour la première travée, et pour les autres travées un calcul
identique est conduit, tous les résultats seront résumés dans le tableau (Tableau 15).
La fissuration étant peu préjudiciable, on procède par un dimensionnement à l’ELU, ensuite une
vérification à l’ELS, ainsi qu’une vérification de la condition de non fragilité.

 Dimensionnement à L’ELU :
Mu = 118.17 KN.m.

Mu 118.17 103
µ   0.13
b  d 2  fbu 0.22  (0.54)2 14.16

 μ <μL = 0.39

 La section sera dépourvue d’armatures comprimées Asc =0 cm


2

  1.25  1  1  2µ   1.25 1  1  2  0.1285   0.17

- 31 -
Chapitre 5 : Etude des éléments du plancher Exemple de calcul d’une poutre

yu   .d  0.17  0.54  0.0918 m

Z  d  0.4 yu  0.54  0.4  0.0918  0.5022m

Mu 118.177 103
Ast    6.82cm2
Z  f su 0.5022  347.8

Soit Ast =3HA14+2HA16 =7.69cm².


 Vérification à L’ELS :
Ms = 87.2 KN.m
b 2
Y1 est la solution de l’équation : y1  15. Asc  15. Ast . y1  15. Asc .d ' 15. Ast .d   0  Y1=0.539m
2
by13
I SRH   15. Ast .(d  y1 )2  15. Asc .( y1  d ')²  I SRH  0.0115 m4 .
AN 3 AN

M ser 87.2 103


 bc  . y1   0.539  4.07 MPa
I SRH / AN 0.0115

  bc = 4.07 MPa <  bc  15MPa  ( Ok)

 Condition de non fragilité:


ft 28 2.1
Amin  0.23  b  d   0.23  0.22  0.54   1.43 cm²
fe 400
 Ast ≥ Amin  La condition de non fragilité est vérifiée

Travée « i » 1 2 3 4 5
Mu (KN.m) 118.17 246.23 36.5 61.77 217.77

Μ 0.13 0.27 0.04 0.06 0.23

μl (fe=400MPa) 0.39 0.39 0.39 0.39 0.39


Dimensionnement à l’EL

Asc (cm²) 0 0 0 0 0

Α 0.17 0.4039 0.051 0.088 0.347

yu (m) 0.0918 0.218 0.0275 0.04752 0.187

Z (m) 0.5022 0.452 0.529 0.52 0.464

Ast théorique (cm²) 6.82 15.65 1.99 3.42 13.54

Amin (cm²) 1.43 1.43 1.43 1.43 1.43

Asup théorique (cm²) 0 0 0 0 0

Ainf théorique (cm²) 6.82 15.65 1.99 3.42 13.54

Asup Réelle choisie (cm²) 0 0 0 0 0

- 32 -
Chapitre 5 : Etude des éléments du plancher Exemple de calcul d’une poutre

3 HA 14 3 HA 20 3 HA 20
3 HA 10 3 HA 14
Ainf Réelle choisie (cm²) 2 HA 14 2 HA 20 2 HA 20
2.35 cm² 4.61 cm²
7.64 cm² 15.7cm² 15.7cm²
Vérification à l’ELS y1 (m) 0.539 0.539 0.5389 0.5393 0.5398
ISRH/AN ( m4) 0.0115 0.0115 0.0115 0.0115 0.0115
Ms (KN.m) 87.2 179.18 26.39 45.06 160.08

 bc (MPa) 4.07 8.38 1.23 2.1 7.48

 bc (MPa) 15 15 15 15 15

 bc   bc ( Ok) ( Ok) ( Ok) ( Ok) ( Ok)

Tableau 15:Tableau des armatures longitudinales en travées

1.2. Armatures longitudinales sur appuis

Appui « i » (0) (1) (2) (3) (4) (5)


Mu (KN.m) --- -138.59 -117.36 -56.46 -139.10 ---
μ --- 0.15 0.12 0.06 0.15 ---
μl (fe=400MPa) --- 0.39 0.39 0.39 0.39 ---
Dimensionnement à l’ELU

Asc (cm²) --- 0 0 0 0 ---


α --- 0.2 0.17 0.08 0.2 ---
yu (m) --- 0.117 0.0918 0.043 0.0108 ---
Z (m) --- 0.49 0.50 0.522 0.49 ---
Ast théorique (cm²) --- 8.12 6.77 3.12 8.15 ---
Amin (cm²) --- 1.43 1.43 1.43 1.43 ---
3 HA 14 3 HA 12 3 HA 12 3 HA 14
Ast Réelle choisie(cm²) --- 3 HA 14 3 HA 12 3 HA 14 ---
9.23 cm² 6.78 cm² 3.39 cm² 9.23 cm²
y1 (m) --- 0.5397 0.539 0.539 0.0539 ---

ISRH/AN ( m4) --- 0.0115 0.0115 0.0115 0.0115 ---


Vérification à l’ELS

Ms (KN.m) --- -100.36 -84.98 -40.8 -100.55 ---

 bc (MPa) --- 4.69 3.97 1.90 4.7 ---

 bc (MPa) --- 15 15 15 15 ---

 bc   bc --- ( Ok) ( Ok) ( Ok) ( Ok) ---

Tableau 16: Tableau des armatures longitudinales sur appuis

- 33 -
Chapitre 5 : Etude des éléments du plancher Exemple de calcul d’une poutre

2. Calcul des armatures transversales


2.1. Calcul de l’effort tranchant réduit

 Pour les travées soumises uniquement à des charges réparties :


5
Vuréd  Vumax  ( .h.qu )
6
0 1 2 3 4 5
Appui "i" D G D G D G D G D G
qu(KN/m) 81,337 81,337 81,337 81,337 79,76 79,76 51,3 51,3 63,16 63,16
|Vumax| (KN) 140,50 137,32 248,80 246,89 153,45 147,01 109,91 105,56 146,57 212,07
réd
|Vu | (KN) 96,44 93,26 204,74 202,83 110,25 103,81 82,12 77,77 112,36 177,86
Tableau 17:Tableau des efforts tranchants réduits

2.2. Vérification du béton vis-à-vis de l’effort tranchant

On doit vérifier que : u  u

 u : Contrainte tengentielle conventionnelle du béton :  u  Vu


max
248.8 103
  2.09MPa
b0 d 0.22  0.54

 u : Contrainte tengentielle admissible :  u  min(0.2. fc 28 ;5 MPa)


b

Pour une fissuration peu préjudiciable et pour un angle d’inclinaison des armatures α = 90°. 
25
 u  min(0, 2  ;5 MPa)=3,33MPa .
1,5

 u  u

2.3. Pourcentage minimal des armatures transversales

 At   At  0.4b0 0.4  0.22 4 m


2

      3.74 10 Pour fet = 235 MPa.


 St   St min f et 235 m

 At   At  0.4b0 0.4  0.22 4 m


2

 
      2.2  10 Pour fet = 400 MPa
 St   St min f et 400 m

- 34 -
Chapitre 5 : Etude des éléments du plancher Exemple de calcul d’une poutre

2.4. Diamètre minimal des armatures transversales

h b0
t  Min (l ; ; )  t  min (10;18.57; 22) =10mm  t  6
35 10
On dispose d’un cadre + un étrier
At = 4 Ø6 = 1.13cm².

2.5. Espacement maximal des armatures

S t = Min (0.9 d ; 40 cm ; 15 Øl min si Asc ≠ 0) = Min (0.9 ×54; 40 cm) ≈ 40 cm  St  40cm


2.6. Calcul des armatures transversales

 Pour les travées soumises à des charges réparties :

*ft28 = 2.1 MPa.

At b0 . s .( uréd  0.3.K .f t 28 ) * K= 1 (flexion simple, sans reprise de



st 0 0.9.f et .(sin   cos  ) Bétonnage et en F.P.P)
. * γs =1.15.
* α = 90°.
Vuréd
* 
réd
u
b0 .d

0 1 2 3 4 5
Appui "i" D G D G D G D G D G
Vu réd(KN) 96,44 93,26 204,74 202,83 110,25 103,81 82,12 77,77 112,36 177,86

 uréd 0,812 0,785 1,723 1,707 0,928 0,874 0,691 0,655 0,946 1,497

At/St0 2,18 1,85 13,07 12,88 3,56 2,92 0,73 0,30 3,78 10,37
(At/St0)min 3,74 3,74 3,74 3,74 3,74 3,74 3,74 3,74 3,74 3,74

St 30 ,21 30 ,21 8,6458 8,7733 30 ,21 38,6986 30 ,21 30 ,21 29,8942 10,8968
St0 choisit 30cm 30cm 8cm 8cm 30cm 35cm 30cm 30cm 25cm 10cm
Tableau 18:Tableau des efforts tranchants réduits et espacement St

Suivant la règle de « CAQUOT » on obtient la répartition suivante :

- 35 -
Chapitre 5 : Etude des éléments du plancher Exemple de calcul d’une poutre

Travée L N répétition Mi travée gauche Mi travée droite


1 4,19 2 20*2/25*2/30*4 30*4/25*2/20*2
2 6,02 3 8*3/9*3/10*3/11*3/13*3/16*3 16*3/13*3/11*3/10*3/9*3/8*3
3 3,35 1 11/25/35/40/40 40/40/40/35/16
4 4,81 2 20*2/40*5 40*5/20*2
5 6 3 11*3/25*3/35*6 35*5/25*3/11*3
Tableau 19: Tableau des armatures transversales pour les travées soumises uniquement à des charges réparties

3. Vérification des appuis


3.1. Aciers de glissement

 Pour un appui de rive : Ag 


Vu Avec : fsu = 347.8 MPa.
f su

 Pour un appui intermédiaire:


MU MU
Vu ,G  Vu , D 
A g,G  Z ; A g,D  Z Avec : Z : bras de levier = 0.9×d = 0.585
f su f su

max
Vu (KN) max AG (cm²) AG réelle (cm²)
Appui « i Mu
» Gauch
Gauche Droite (KN.m) Droite Gauche Droite
e
Prolonger les armatures de flexion de la
(0) --- 140.5 0 --- 4.04 --- travée au-delà de l’appui
3HA14=4.61 cm²

Prolonger les armatures de flexion Prolonger les armatures de flexion de la


(1) 137.32 248.8 138.59 -2.86 0.34 de la travée  au-delà de l’appui travée au-delà
3HA14=4.61 cm² de l’appui 3HA20=9.42²
Prolonger les armatures de flexion Prolonger les armatures de flexion de la
(2) 246.89 153.45 117.36 1.33 -1.36 de la travée au-delà de l’appui travée au-delà de l’appui
3HA20 = 9.42 cm² 3HA10=2.35cm²
Prolonger les armatures de flexion Prolonger les armatures de flexion de la
(3) 147.01 109.91 56.46 1.45 0.39 de la travée au-delà de l’appui travée au-delà de l’appui
3HA10=2.35cm² 3HA14=4.61cm²
Prolonger les armatures de flexion
Prolonger les armatures de flexion de la
et de montage de la travée au-
(4) 105.56 146.57 139.10 -3.80 -2.62 travée  au-delà de l’appui
delà de l’appui
3HA20=9.42 cm²
3HA14= 4.61cm²
Prolonger les armatures de ---
flexion et de montage de la
(5) 212.07 --- 0 6.09 ---
travéeau-delà de l’appui
3HA20 =9.42 cm²

Tableau 20: Tableau de calcul des aciers de glissement

- 36 -
Chapitre 5 : Etude des éléments du plancher Exemple de calcul d’une poutre

3.2. Vérification de la bielle de béton

 Pour un appui de rive :


2Vumax 0.8. fc 28
Il faut que :  b    13.33MPa
a.b0 b

Avec : σb = Contrainte de compression dans le béton


a = (la- enrobage - 2cm); la : largeur de l’appui.
e = enrobage =2.5cm.
 Pour un appui intermédiaire:

Il faut que :  b 
2Vumax 0.8. f c 28
a.b0

b

Avec : Vumax  max Vu , D ; Vu ,G 

Appui « i » Largeur de l’appui (m) a (m) Vu (KN)  b (MPa) σb ≤ 13.33MPa

(0) 0.22 0.175 140.50 7.30 ( Ok)

(1) 0.22 0.175 248.80 12.92 ( Ok)

(2) 0.22 0.175 246.89 12.83 ( Ok)

(3) 0.22 0.175 147.01 7.64 ( Ok)

(4) 0.22 0.175 146.57 7.61 ( Ok)

(5) 0.22 0.175 212.07 11.02 ( Ok)

Tableau 21:Tableau de vérification de la bielle comprimée

IV. Vérification de la flèche de la poutre

La vérification de la flèche est une justification vis-à-vis de l’état limite de service. Elle devient
inutile si les conditions suivantes sont satisfaites :
 h  1  0.0625 Avec :* M0 : Moment de la travée de référence
l 16

 h 1 Mt
 . * Mt : Moment maximal en travée
l 10 M 0

 A 4.2 4.2 * A : Section d’acier tendu en travée


   0.01
b0  d f e 400

La vérification de ces trois conditions pour les différentes travées de la poutre sera récapitulée dans
le tableau qui suit :

- 37 -
Chapitre 5 : Etude des éléments du plancher Exemple de calcul d’une poutre

Travée « i »     
h (m) 0.6 0.6 0.6 0.6 0.6
l (m) 4.19 6.02 3.35 4.81 6
h/l 0.1432 0.1 0.1791 0.1247 0.1
Condition  ( Ok) ( Ok) ( Ok) ( Ok) ( Ok)

Mt (KN.m) 87.2 179.18 26.39 45.06 160.8


M0 (KN.m) 129.82 267.99 81.38 107.55 206.39
(1/10)× (Mt / M0) 0.281 0.401 0.108 0.201 0.467

Condition  Non Non ( Ok) Non Non

A (cm²) 6.96 14.41 2.35 3.39 15.45


b0 (m) 0.22 0.22 0.22 0.22 0.22
d (m) 0.585 0.585 0.585 0.585 0.585
A/(b0×d) 0.0054 0.01 0.0018 0.0026 0.01
Condition  ( Ok) ( Ok) ( Ok) ( Ok) ( Ok)
Calcul de Calcul de Calcul de Calcul de
Vérification de la flèche Non utile
flèche flèche flèche flèche

Tableau 22: Conditions de vérification des flèches

La condition 2 est non vérifiée pour les travées 1, 2, 4 et 5 un calcul de flèche est nécessaire.

M ser  l 2
fi 
10.Ei .I fi
Avec :
1.1 I 0
 I fi  .
1  i .

 I0 : Moment d’inertie de la section totale rendue homogène (STRH).


. 13 (b  b0 ).(V1  h0 )3 b0 .V23
bV
I 0  I STRH     15. Ast (d  V1 )2
G 3 3 3
h0  h  h0 
(h0 .b).  (h  h0 ).b0 .   h0   15. Ast .d
X G  V1 
 x .S i i

2  2 
S  S i RH (h0 .b)  b.(h  h0 )  15. Ast

V2  h  V1
0.05. ft 28 A
 i  , 
b b0 .d
 .(2  3. 0 )
b

- 38 -
Chapitre 5 : Etude des éléments du plancher Exemple de calcul d’une poutre

1.75. ft 28 M
   1 ,  s  15  ser (d  y1 )
4. . s  ft 28 I Gx

 Ei  11000 3 fc 28

Dans notre cas :


Travée1 Travée2 Travée4 Travée5
f(m) 0,001628 0,005539 0.00162 0.004306
V1 (m) 0.539 0.539 0.539 0.539
V2 (m) 0.061 0.061 0.061 0.061
Ρ 0,0058 0,014 0.00517 0.013
Λ 3.6 1.5 4.1 1.6
I0 (m4) 0.01155 0.01156 0.01155 0.01156
σs (Mpa) 243.8 503 204.1 389.45
Μ 0.53 0.88 0.42 0.84
4
Ifi (m ) 0,0043843 0,0054916 0.0047064 0.005412

f i (m) 0.001502 0.003878


0.0014617 0,0049725

f (m) 0.00838 0.01102 0.00962 0.011

( Ok) ( Ok)
fi f ( Ok) ( Ok)
Tableau 23: Calcul des flèches

V. Arrêt des barres

Les travées 1, 2 et 5 et les appuis 1, 2 et 4 ont besoin d’un calcul des arrêts des barres puisque les
armatures sont disposées sur plus qu’une nappe dans la section de béton considérée.
Ce calcul d’arrêts de barres peut se faire avec une méthode analytique ou une autre graphique.
Dans la suite on s’intéressera à la méthode graphique.
La méthode graphique consiste à tracer les courbes enveloppes donnant la variation des moments
réels, que se soit pour la travée ou pour l’appui, puis on les décale de 0.8 h vers les cotés ou les
moments s’annulent. Ensuite on trace les droites horizontales correspondant aux moments

équilibrés par la section d’acier pour les différents lits d’armatures M i  Ai . s .Zb , avec Zb est le
bras de levier utilisé à chaque fois pour le calcul des sections d’aciers dans les sections des
moments extrêmes.
Ensuite en calculant les longueurs d’ancrages la, données par :
 la = ls : pour des ancrages droits.

- 39 -
Chapitre 5 : Etude des éléments du plancher Exemple de calcul d’une poutre

 la = 0.4×ls : pour des ancrages courbes des barres HA.


On raccorde les courbes correspondant aux différents lits d’armatures par des segments
inclinés sur la distance horizontale la, de façon à tracer une ligne brisée enveloppant la courbe
décalée des moments.

Travée « i » Travée1 Travée 2 Travée 5

Nappe 1 3HA14 4.61 3HA20 9.42 3HA20 9.42


A (cm²)
Nappe 2 2HA14 3.07 2HA20 8.28 2HA20 8.28

τs= 0.6× (1.5)²×ft28 2.835 2.835 2.835

 f Nappe 1 49.38 70.54 70.54


ls  . e (cm)
4 s Nappe 2 49.38 70.54 70.54

Bras de levier Zb (m) 0.5022 0.452 0.464

σs = fsu (MPa) 347.8 347.8 347.8


148.08
M 1 (KN.m) 80.52 148.08

M 2 (KN.m)
53.62 130.16 130.16

Tableau 24: arrêt de barres de travées 1, 2, et 5


Appui « i » Appui 1 Appui 2 Appui 4

Nappe 1 3HA14 4.61 3HA12 3.39 3HA14 4.61


A (cm²)
Nappe 2 3HA14 4.61 3HA12 3.39 3HA14 4.61

τs= 0.6× (1.5)²×ft28 2.835 2.835 2.835

 f Nappe 1 49.38 42.32 49.38


ls  . e (cm)
4 s Nappe 2 49.38 42.32 49.38

Bras de levier Zb (m) 0.49 0.5 0.49

σs = fsu (MPa) 347.8 347.8 347.8


78.56
M 1 (KN.m) 78.56 58.95

M 2 (KN.m)
78.56 58.95 78.56

Tableau 25: arrêt de barres des appuis 1, 2 et 4

- 40 -
Chapitre 5 : Etude des éléments du plancher Exemple de calcul d’une poutre

Figure 10: Arrêt de barre pour la travée 1

Figure 11: Arrêt de barre pour la travée 2

Figure 12: Arrêt de barre pour la travée 5

- 41 -
Chapitre 5 : Etude des éléments du plancher Exemple de calcul d’une poutre

Figure 13: Arrêt de barre pour les appuis 1 et 4

Figure 14: Arrêt de barre pour l’appui 2

- 42 -
Chapitre 5 : Etude des éléments du plancher Exemple de calcul d’une poutre

Plan ferraillage (1/5)

- 43 -
Chapitre 5 : Etude des éléments du plancher Exemple de calcul d’une poutre

(2/5)

- 44 -
Chapitre 5 : Etude des éléments du plancher Exemple de calcul d’une poutre

(3/5)

- 45 -
Chapitre 5 : Etude des éléments du plancher Exemple de calcul d’une poutre

(4/5)

- 46 -
Chapitre 5 : Etude des éléments du plancher Exemple de calcul d’une poutre

(5/5)

- 47 -
Chapitre 6 : Etude des éléments du plancher Exemple de calcul d’une nervure

Chapitre 6 : Etude des éléments du plancher exemple de


calcul d’une nervure
Introduction

La nervure est un élément du plancher destinée à supporter des dalles de faibles portées.
La nervure traitée dans notre exemple est la nervure N5 (16+5) appartenant au 6éme étage, elle est
composée de trois travées, étant donné la présence d’une dalle, ainsi que la géométrie de l’hourdis
la section de la nervure est en T.

Figure 15: Emplacement de la nervure

- 48 -
Chapitre 6 : Etude des éléments du plancher Exemple de calcul d’une nervure

I. Données de calcul de la nervure


1. Schéma de calcul de la nervure

La nervure est schématisée comme une poutre continue à quatre travées, soumise à une charge
uniformément répartie.

Figure 16: Schéma de calcul de la nervure


2. Pré-dimensionnement de la section de la nervure

La largeur de la table de compression b ainsi que celle de l’âme b 0 sont imposées par le type des
corps creux à savoir :
b = 33 cm ; b0= 7 cm
La hauteur est déterminée d’après le règlement BAEL :
On raisonne par rapport à la plus grande portée : Lmax=4.4m
Lmax 4.4
h   0.195m  soit un plancher de (16+5)=21cm
22.5 22.5

Figure 17: Coupe sur plancher

- 49 -
Chapitre 6 : Etude des éléments du plancher Exemple de calcul d’une nervure

Figure 18: Schéma transversal de la nervure.

II. Evaluation des charges

Le plancher est intermédiaire alors : charge permanente : G=633daN/m2


charge d’exploitation : Q=350daN/m2
G  6.33  0.33  2.088KN / m
La nervure est donc soumise à : 
Q  3.5  0.33  1.155KN / m
À l’ELU on a : Pu  1.35  G  1.5  Q  4.55KN / m
Et à l’ELS on a : Ps  G  Q  3.243KN / m

III. Calcul des sollicitations


1. Choix de la méthode

 Q=350 daN/m2 =3.5KN/m2< 2×G= 2×6.33=12.66 KN/m2( Ok)


 Q=3.5 KN/m2<5 KN/m2( Ok)
 La fissuration est peu préjudiciable ne compromet pas à la tenue des cloisons.
 La nervure a la même inertie pour ses quatre travées.
Li
 Les portées vérifient : 0.8   1.25
Li 1
Les conditions permettant l’application de la méthode forfaitaire sont vérifiées.

2. Moments fléchissant dans les travées de référence

M 0i : C’est le moment maximal dans la travée isostatique (de référence) « i », il est donné par :

Pu .li2
M 0i u  : À L’ELU.
8

- 50 -
Chapitre 6 : Etude des éléments du plancher Exemple de calcul d’une nervure

Ps .li2
M 0i ser  : À L’ELS.
8
Travée ‘’i" Li Mi0u (KN.m) Mi0ser (KN.m)
1 3.76 8,04 5.73
2 4.40 11,01 7.85
3 3.54 7,13 5.08
Tableau 26: tableau des moments isostatiques
3. Moments fléchissants maximaux sur appuis

Figure 19: Schéma des moments sur appuis

Moment à l’ELU Moment à l’ELS


Appui i (KN,m) (KN,m)
1 -1.206 -0.86
2 -5.5 -3.925
3 -5.5 -3.925
4 -1.07 -0.762
Tableau 27: Tableau des moments fléchissants sur appuis
4. Moments fléchissant maximaux en travées

Les moments maximaux en travées sont donnés forfaitairement par les formules suivantes:

Figure 20: Schéma des moments en travée

On doit vérifier la condition suivante :

Mw  Me (1  0.3 ).M 0 


 (i )

Mt   max  
 
(i )
2 1.05.M 0 
Avec :

- 51 -
Chapitre 6 : Etude des éléments du plancher Exemple de calcul d’une nervure

 M 0(i ) Moment isostatique maximal de la travée de référence « i ».

 Me et Mw : sont respectivement les valeurs absolues des moments maximaux sur appui
droite et gauche de la travée « i ».
 Mt : Moment maximal dans la travée continue.
q
 
gq
A titre indicatif on va développer le calcul de la 1ère travée, le calcul des autres travées est
analogue, l’ensemble des résultats sera représenté dans un tableau récapitulatif (Tab3).
Travées Mt (condition 1 ou 2) Mt (condition 3) Mt.u (max)
1 5.25 5.49 5.49
2 7.17 6.61 6.61
3 4.66 3.24 4.66
Tableau 28: Moments maximaux en travées à ELU

Travées Mt (condition 1 ou 2) Mt (condition 3) Mt.s (max)


1 3.508 3.91 3.91
2 4.34 4.71 4.71
3 3.32 3.49 3.49
Tableau 29: Moments maximaux en travées à ELS

5. Effort tranchant

Figure 21: schéma des efforts tranchants

- 52 -
Chapitre 6 : Etude des éléments du plancher Exemple de calcul d’une nervure

 Pu .l1 4.55  3.76 


V01  2

2
 8.55 KN 
 
 Pu .l2 4.55  4.4 
V02    10.01KN 
Avec :  2 2  Efforts tranchants isostatiques
 Pu .l3 4.55  3.54 
V03    8.05 KN 
 2 2 
6. Récapitulation des sollicitations

Le tableau ci-dessus résume toutes les sollicitations calculées, pour l’ensemble des travées de la
nervure.

Récapitulation des sollicitations Appui 1 Travée 1 Appui 2 Travée 2 Appui 3 Travée 3 Appui 4

Moment fléchissant (KN.m) -1.206 5.49 -5.5 6.61 -5.5 4.66 -1.07
ELU gauche --- --- -9.405 --- -11.01 --- -8.05
Effort tranchant (KN)
Droite 8.55 --- 11.01 --- 8.855 --- ---
ELS Moment fléchissant (KN.m) -0.86 3.91 -3.925 4.71 -3.925 3.49 -0.762
Tableau 30: Tableau récapitulatif des sollicitations de la nervure

IV. Ferraillage de la nervure

La nervure travaille en flexion simple, étant donné que la fissuration est peu préjudiciable on va
dimensionner à l’ELU et ensuite vérifier à l’ELS tout en respectant la CNF. (Condition de non
fragilité).Le calcul sera développé uniquement pour la première travée, le reste sera résumé dans un
tableau (Tableau 31 et 32).

1. Armatures longitudinales
1.1. Dimensionnement à l’ELU

Mu = 5.49KN.m.
h0
M tu  b.h0 . fbu .(d  )
2
0.06
M tu  0.33  0.06 14.16  (0.189  )  44.5KN .m Mu<Mtu
2
La section en T se comporte comme une section rectangulaire (bxh)

- 53 -
Chapitre 6 : Etude des éléments du plancher Exemple de calcul d’une nervure

Mu 0.00549
µ   0.03289  μ <μL =0.39
b  d  fbu 0.33  0.1892 14.16
2

 La section sera dépourvue d’armatures comprimées Asc =0 cm


2

  1.25  1  1  2µ   1.25 1  1  2  0.03289   0.04179

yu   .d  0.04179  0.189  0.007898 m

Z  d  0.4 y u  0.189  0.4  0.007898  0.1858m

Mu 0.00549
Ast    0.85cm2 Soit 1HA12=1.13cm2
Z  f su 0.1858  347.8

1.2. Condition de non fragilité

0.23  ft 28  b0  d
Amin   0.86cm2
fe
Amin <Ast
Ast théorique = 0.86 cm²  1 HA 12 (1.13cm²)

1.3. Vérification à l’ELS

bh02
f (h0 )   15. Asc .(h0  d )  15. Ast .(d  h0 )
2
0.33  0.062
f (h0 )   15 1.13 104  (0.189  0.06)  0.000375
2
 f (h0) > 0  La section en T se comporte comme une section rectangulaire (b×h)

y1  15. Asc  15. Ast . y1  15. Asc .d '15. Ast .d   0


b 2
Y1 est la solution de l’équation :
2
0.33 2
y1  15 1.13 104  y1  15 1.13 104  0.189  0  y1  0.188m
2
by13
I SRH   15. Ast .(d  y1 )²  15. Asc .( y1  d ')²  I  0.0007399m4 .
AN 3 SRH
AN

M ser 3.91103
 bc  . y1   0.188  0.996MPa
I SRH / AN 0.0007399

  bc =0.996 MPa <  bc  15MPa ( Ok)

- 54 -
Chapitre 6 : Etude des éléments du plancher Exemple de calcul d’une nervure

Travée1 Travée2 Travée3


Mu (KN.m) 5.49 6.61 4.66
Mtu (KN.m) 44.5 44.5 44.5
Μ 0,03289 0.0395 0.0279
ASC (cm2) 0 0 0
Α 0,04189 0.0504 0.03538
ELU

Yu (m) 0,007898 0,009525 0.00668


Z (m) 0.1858 0,1851 0.1863
2
Ast théorique(cm ) 0,85 1.029 0.75
Amin(cm2) 0.86 0.86 0.86
Astchoisit 1HA12 1HA12 1HA12
Ast réelle (cm2) 1.13 1.13 1.13

f (h0) (104.m4) 3.75 3.75 3.75


Y1 (m) 0,188 0,188 0.188
4 4
ISRH (10 .m ) 7.399 7.404 7.404
ELS

MS (KN,m) 3.91 4.71 3.49


σbc (Mpa) 0.996 1.19 0.889
( Ok)
σbc ≤ σbc ( Ok) ( Ok)
Tableau 31: Tableau de ferraillage des travées
Appui1 Appui2 Appui 3 Appui4
Mu (KN,m) -1.206 -5.5 -5.5 -1.07
Μ 0,00718 0.0329 0.0329 0,0064
2
ASC (cm ) 0 0 0 0
Α 0,00790 0,04186 0,04186 0,008
ELU

Z (m) 0,188 0,1858 0,1858 0,188


Ast theorique(cm2) 0.18 0,85 0,85 0,16
2
Amin(cm ) 0,75 0,75 0,75 0,75
Astchoisit 1HA10 1HA12 1HA12 1HA10
Ast réelle (cm²) 0,78 1.13 1.13 0,78
Y1 (m) 0.186 0.11 0.11 0.186
ISRH (104.m4) 7.3 7.399 7.399 7.2853
MS (KN,m) -0.86 -3.925 -3.925 -0.762
ELS

σbc (Mpa) 0.22 1 1 0.195

σbc ≤ σbc ( Ok) ( Ok) ( Ok) ( Ok)


Tableau 32: Tableau de ferraillage des appuis
2. Calcul des armatures transversales

- 55 -
Chapitre 6 : Etude des éléments du plancher Exemple de calcul d’une nervure

Pour le calcul des armatures transversales, on va détailler le calcul pour la moitié droite de la
première travée, et pour les autres travées leurs résultats seront explicités dans le tableau 7:
Vérification du béton vis-à-vis l’effort tranchant :
Vu 8.55 103
 u : Contrainte tengentielle conventionnelle du béton :  u    0.646MPa
b0 d 0.07  0.189
f c 28
 u : Contrainte tengentielle admissible :  u  min(0.2. ;5 MPa) . Pour une fissuration peu
b
préjudiciable et pour un angle d’inclinaison des armatures α = 90°.
25
 u  min(0.2x ;5 MPa)=3.33MPa   u   u
1.5
Pourcentage minimal des armatures transversales :

 At   At  0.4b0 0.4  0.07 4 m


2
        1.19 10
 St   St  min f et 235 m

Diamètre minimal des armatures transversales :


h b0
t  Min (l ; ; )  t  min (10;8.5;7)  6 mm  t  6
35 10

Espacement maximal des armatures :

S t = Min (0.9 d ;40 cm) = Min (17 ; 40 cm) = 16cm  St  16cm

Espacement initial St0 :

A partir de la règle de couture, on détermine l’espacement initial S t 0 au droit de l’appui en


At b0 . s .( uréd  0.3.K . f t 28 )
assurant : 7cm  S t 0  S t ; cette règle est donnée par: 
st0 0.9. f et .(sin   cos  )

f  2.1MPa
 t 28
K  1 flexion simple , sans reprise de bétonnage et en F .P .P 

 s  1.15
  90

 réd V uréd
 u 
 b0 .d

- 56 -
Chapitre 6 : Etude des éléments du plancher Exemple de calcul d’une nervure

Vured est l’effort tranchant réduit, il est calculé forfaitairement pour toutes les travées de la
nervure de la manière suivante :

Tableau 33: Schéma de l’effort tranchant réduit

Pu 5
Avec : V0réd  .(li  h)
i
2 3

Vuréd 3
 réd
u  1  7.75 10  0.585MPa
b0 .d 0.07  0.189

At b0 . s .( uréd  0.3.K . ft 28 ) 0.07 1.15   0.585  0.3 1 2.1


   0.171.104 m²
st0 0.9. f et .(sin   cos  ) 0.9  235 m

At  At  A A  m2
     On prend: t   t   1.19 104
st0  St min st0  St min m

Or At : est un étrier Ø6 At = 0.56 cm².

 St0 = 47 cm > S t

 soit St0= S t = 17cm.


L’espacement tout au long de la nervure sera constant avec St = 17 cm, la première nappe sera
disposée à St/2, soit 8 cm.

- 57 -
Chapitre 6 : Etude des éléments du plancher Exemple de calcul d’une nervure

Travée1 Travée2 Travée3


mi travée mi travée mi travée mi travée mi travée mi travée
gauche droite gauche droite gauche droite
max
Vu (KN) 8.55 9.405 11.01 11.01 8.855 8.05
max
Vured (KN)
7.75 8.53 10.13 10.13 7.98 7.25

 ured (MPa) 0.585 0.644 0.765 0.765 0.603 0.547


 At 
   cm² m 
 St 0 Théorique -0.16 0.05 0.51 0.51 -0.10 -0.31
 At 
   cm² m 
 St 0 Choisie 1,191 1,191 1,191 1,191 1,191 1,191
2
At (cm ) 0,56 0,56 0,56 0,56 0,56 0,56
St0 Théorique (cm) 47 47 47 47 47 47
St0 Choisie (cm) 16 16 16 16 16 16
Longueur (cm) 188 188 220 220 177 177
8/16*2/ 8/16*2/ 8/2*16 8/2*16 8/16*2/ 8/16*2/
Répartition (cm) 25*2 25*2 /2*25/ /2*25/ 25*2 25*2
/32*3 /32*3 32.5*4 32.5*4 /29*3 /29*3

Tableau 34: Tableau récapitulatif des armatures transversales de la nervure

Vérification des appuis :


Appui de rive : Appui 1 :
Acier de glissement : Ag :
Vu
Ag  avec Vu  8.55KN
f su

8,55.103
 Ag   0.245cm²
347.8
Il faut prolonger l’armature inférieure de flexion au delà de l’appui considéré.
Cette armature de 1HA10 = 0.78 cm² vérifie le non glissement.
Vérification de la bielle de béton :
Vérifions la condition de non écrasement du béton :
2Vumax 0.8. f c 28
b   Avec : σb = Contrainte de compression dans la bielle
a.b0 b
a = la - enrobage- 2cm = 22-2.5-2 = 17.5cm
2  8.55 103 0.8. fc 28
b   1.395MPa   13.33MPa
2
17.5 10  0.07 b

- 58 -
Chapitre 6 : Etude des éléments du plancher Exemple de calcul d’une nervure

La condition de non écrasement du béton est vérifiée.

Appui intermédiaire : Appui 2 :


Acier de glissement : Ag :

MU 5.5 103
Vu ,G  9.405 103 
Ag,G  Z  0.9  0.189  0.659 cm2  0
f su 347.8
En principe dans ce cas on n’est pas obligé de prolonger les armatures, mais il est de bonne
construction de prolonger les armatures inférieures au-delà de l’appui de part et d’autre.
MU 5.5 103
Vu , D  11.01103 
Ag,D  Z  0.9  0.189  0.61 cm2  0
f su 347.8
Vérification de la bielle de béton :

Vérifions la condition de non écrasement du béton :


Avec : σb = Contrainte de compression dans le béton
a = la-enrobage-2cm = 22-2-2.5 = 17.5cm
2 11.01103 0.8. f c 28
b   1.79MPa   13.33MPa
2
17.5 10  0.07 b
 La condition de non écrasement du béton est vérifiée.
Vérification de la jonction table nervure :
Vérification du béton :
b0 b1
Il faut vérifier que :  table   âme . . u
0.9.h0 b


 u  2.93MPa. 
 0.462  0.07  0.13
Or :  âme  0.462MPa.    table   0.283MPa
 0.9  0.05  0.33
b  b0
b1   13cm 
2 

  table u ( Ok)

Armatures de couture :
Ac  table  0.3f t 28
 .h0 .1.15  1.01cm ²  0
St f et

- 59 -
Chapitre 6 : Etude des éléments du plancher Exemple de calcul d’une nervure

 On n’aura pas besoin d’acier pour la jonction puisque le béton seul assure cette fonction, il suffit
de prévoir un Ø6 tous les 33 cm.
V. Vérification de la flèche
La justification de la flèche est une vérification vis-à-vis de l’état limite de service. Elle devient
inutile si les conditions suivantes sont satisfaites :
h 1
 
l 22.5
M 0 : Moment de la travée de référence
h 1 M 
  . t Avec : M t : Moment maximal en travée
l 10 M 0 A : Section d ’acier tendu en en travée

A 4.2
 
b0  d fe
Travée h/l 1/22,5 h/l Mt/10xM0 A/(b0xd) 4,2/fe
0,055 0,044 0,055 0.068 0,006 0,0105
1 ( Ok) (Non) ( Ok)
0.047 0,044 0.047 0.06 0,003 0,0105
2 ( Ok) (Non) ( Ok)
0.059 0,044 0.059 0,065 0,003 0,0105
3 ( Ok) (Non) ( Ok)
Tableau 35: Tableau des conditions de vérification de la flèche
La 2éme condition n’est pas vérifiée pour toutes les travées, donc un calcul de flèche est nécessaire
Travée1 Travée2 Travée3
Ms(KN.m) 3.91 4.71 3.49
4
I0 (m ) 0,00006 0,00006 0,00006
σs 2.68 3.67 2.37
Ρ 8,54 10-7 8,54 10-7 8,54 10-7
Λ 24586.7 24586.7 24586.7
Μ 0 0 0
-5 -5
Ifi(m4) 7.122 10 7.122 10 7.122 10-5

f i (m) 0,0022 0,0042 0.0017

f adm (m) 0,0075 0,0088 0.0069

f i < f adm ( Ok) ( Ok) ( Ok)


Tableau 36: Calcul des flèches

- 60 -
Chapitre 6 : Etude des éléments du plancher Exemple de calcul d’une nervure

Plan ferraillage (1/3)

- 61 -
Chapitre 6 : Etude des éléments du plancher Exemple de calcul d’une nervure

(2/3)

- 62 -
Chapitre 6 : Etude des éléments du plancher Exemple de calcul d’une nervure

(3/3)

- 63 -
Chapitre 7 : Etude des éléments du plancher exemple de calcul d’une dalle pleine

Chapitre 7 : Etude des éléments du plancher exemple de


calcul d’une dalle pleine

Introduction

Une dalle est un élément porteur, généralement horizontal, dont deux dimensions sont grandes par
rapport à la troisième que l’on appelle épaisseur.
Une dalle peut avoir une forme quelconque, d’une épaisseur variable. Cependant, les dalles les plus
courantes sont rectangulaires et d’épaisseur constante.
Dans notre cas, on va étudier un panneau de dalle rectangulaire situé au plancher haut du sous-sol.

Figure 22: dimensions du panneau de dalle

I. Etude du panneau de dalle rectangulaire


1. Pré dimensionnement de la dalle

Ce panneau appartient à la dalle pleine du sous-sol. Les données géométriques sont représentées
dans la figure 22.
l x 5, 65
   0,93  0, 4 La dalle porte dans les deux sens.
l y 6, 02

- 64 -
Chapitre 7 : Etude des éléments du plancher exemple de calcul d’une dalle pleine

h0 est l’épaisseur de la dalle qui doit vérifier la condition suivante :


lx
h0  Pour une dalle continue  h0  14 cm.
40
Le panneau de dalle étudié fait partie du plancher du parking (sous-sol) où le risque d’incendie est
très probable.
L’épaisseur minimale pour que la dalle résiste est donnée par la formule suivante :
    (l 'w  l 'e )
hmin 
2  R
 2. 2  0.1
Avec : .102  3 ' R '  3  22.12
hmin 10 .(lw  le ) 10 .(0.8  5.65  2)

 = 10-5 : Coefficient de dilatation thermique du béton.

R  0.25 RL;0.1 HA;0.08 TS

0.8  lx : travée continue 


l 'i   
lx : travée de rive 
Si h 0  hmin  23cm  L’étude de sécurité d’incendie n’est pas exigée.
On prend h0 = 24 cm.

2. Evaluation des charges

 P  1.35G  1.5Q  19.51KN / m2



G = 8,9 KN/m2 ; Q = 5 KN/m2   u
 Pser  G  Q  13.9 KN / m

2

3. Détermination des sollicitations


3.1. Moment fléchissant dans le panneau isolé

A l’ELU :
1
x   4.26 102 ;  y   2 1  0.95 1      0.86  0.25
2

8 1  2.4 
3  

D’où les moments pour une bande de largeur unité vaut :


M 0 x  x .Pu .lx2  26.52KN .m / m ; M 0 y   y M 0 x  22.8KN .m / m

- 65 -
Chapitre 7 : Etude des éléments du plancher exemple de calcul d’une dalle pleine

A l’ELS
Les moments pour une bande de largeur unité vaut :
M 0 x  x .Ps .lx2  18.89KN .m / m ; M 0 y   y M 0 x  16.32KN .m / m

3.2. Moment fléchissant dans le panneau réel

Les moments dans les panneaux réels sont pris égaux aux moments "isostatiques" multipliés par des
coefficients forfaitaires. Dans notre cas le panneau est intermédiaire donc :

A l’ELU
Mtx = 0.85 M0x =22.54 KN.m/m
Max1 = 0.3 M0x = 7.95 KN.m/m
Max2 = 0.5 M0x = 13.26 KN.m/m
May = 0.5 M0y = 11.4 KN.m/m
Mty = 0.75 M0y = 17.1 KN.m/m

 Sur appui :
M ax1  7.95KN .m / m 

 Appui1 :   on prend M ax1  M ay  11.4 KN .m / m (ELU).
M ay  11.4 KN .m / m 

 Appui2 :
M ax 2  13.26 KN .m / m 

  on prend M ax 2  M ay  13.26 KN .m / m (ELU).
M ay  11.4 KN .m / m  
A l’ELS :
Mtx = 0.85 M0x =16.05 KN.m/m
Max1 = 0.3 M0x = 5.66 KN.m/m
Max2 = 0.5 M0x = 9.44 KN.m/m
May = 0.5 M0y = 8.16KN.m/m
Mty = 0.75 M0y = 12.24 KN.m/m;
 Sur appui :
M ax1  5.66 KN .m / m 

 Appui1 :   on prend M ax1  M ay  8.16 KN .m / m (ELS).
M ay  8.16 KN .m / m 

M ax 2  9.44 KN .m / m 

 Appui2 :   on prend M ax 2  M ay  9.44 KN .m / m (ELS).
M ay  8.16 KN .m / m  

- 66 -
Chapitre 7 : Etude des éléments du plancher exemple de calcul d’une dalle pleine

Moment M tx M ty Mappui1 Mappui2


(KN.m /m)

ELU 22.54 17.1 11.4 13.26

ELS 16.05 12.24 8.16 9.44

Tableau 37: tableau récapitulatif des moments

Pour Mty , il y a une valeur minimale à respecter. Il s’agit d’un chargement reparti :
M tx
Mty  ( Ok)
4

4. Calcul des armatures longitudinales


Le calcul des armatures longitudinales est réalisé pour une section rectangulaire de largeur unitaire,
travaillant à la flexion simple. La totalité de calcul sera représentée dans le tableau suivant :

En travée « sens lx » En travée « sens ly » Sur appuis1 Sur appuis2


M u ( KN .m / m) 22.54 17.10 11.40 13.26

Mu
Dimensionnement à L’ELU

bu  0.034 0.026 0.017 0.019


b  d 2  fbu
l  0.39( fe  400MPa)  bu ( Ok) ( Ok) ( Ok) ( Ok)
Asc (cm2 ) 0 0 0 0


  1.25  1  1  2  0.0432 0.032
0.0212
0.024

yu   .d (m) 0.0093 0.0069 0.00457 0.00518


Z (m)  d  0.4 yu 0.212 0.213 0.214 0.213
Mu
Ast (cm2 / ml )  3.05 2.3 1.53 1.78
Z  f su
Tableau 38: Tableau de calcul des armatures longitudinales

5. Section minimale d’armatures


5.1. Bande suivant Ly

12h0 : ronds lisses



Ay min  8h0 : f e  400 MPa ; Dans notre cas f e  400 MPa  Ay min  8h0 =1.92 cm 2
6h : f  500 MPa
 0 e

- 67 -
Chapitre 7 : Etude des éléments du plancher exemple de calcul d’une dalle pleine

Aty  2.3 cm2  A ymin  Aty  2.25 cm 2 / m


Aay 2  1.78 cm2 / m  A ymin  Aay 2  A ymin  1.92 cm 2 / m

5.2. Bande suivant Lx

3 
Ax min  Ay min   1.98 cm 2 / m;
2
A tx  3.05 cm 2  Ax min  Atx  3.05 cm 2 / m
Aax1  1.53 cm 2 / m  A xmin  Aax1  A xmin  1.98 cm 2 / m
Aax 2  1.78 cm 2 / m  A xmin  Aax 2  A xmin  1.98 cm 2 / m

6. Choix des aciers


6.1. Dispositions constructives

h0 240
   24mm
10 10

a)-En travée sens Lx


charge répartie 
  3h0
    S tx  Min   33 cm
 fissuraion peu préjudiciable  33 cm
 

Atx  3.05 cm2 / m 



  On choisit 4HA10 / m  s  25cm 
Stx  33 cm 

b)-En travée sens Ly
charge répartie 
  4h 0
    Sty  Min   45 cm
fissuraion peu préjudiciable   45 cm
 

A ty  2.3 cm2 / m 

  On choisit 4 HA10 / m  s  25 cm 
Sty  45 cm 

c)-Sur appui
Aax  1.98 cm2 / m ; Stx  33 cm  On choisit 4HA8/m (s = 25 cm)

Aay  1.92 cm2 / m ; Stx  45 cm  On choisit 4HA8/m (s = 25 cm)

- 68 -
Chapitre 7 : Etude des éléments du plancher exemple de calcul d’une dalle pleine

7. Vérification vis-à-vis de l’effort tranchant

 lx 1
Charge uniformément répartie  vx  P 2    v  45.9 KN / m
  1
   2   x ( Ok)
  l 
 v y  36.74 KN / m  v x
  0.4   v y  P 3  v x
x

Pour les dalles coulées sans reprise de bétonnage sur leur épaisseur, on n’a pas besoin des
0.07  f cj vumax
armatures transversales, si on vérifie:  u  ; Avec  u 
b b.d

45.9 103 0.07  25


u   0.2125MPa   1.16MPa ( Ok)
1 0.216 1.5
 Les armatures transversales ne sont pas nécessaires.

8. Vérification à l’ELS
8.1. Vérification dans le sens Lx

Position de l’axe neutre :


b. y12
 15 Ast y1  15 Ast d  y1  0.2155m
2

Moment d’inertie :
b 3
I SRH / AN  y1  15 Ast (d  y1 )²  33.47 104 m4 .
3
M ser
 bc  . y1  1.007 MPa.
I SRH / AN
 bc   bc  0.6 f c 28  15MPa (vérifiée).

8.2. Vérification dans le sens Ly

Position de l’axe neutre :


b. y12
 15 Ast y1  15 Ast d  y1  0.2155m
2

- 69 -
Chapitre 7 : Etude des éléments du plancher exemple de calcul d’une dalle pleine

Moment d’inertie :
b 3
I SRH / AN  y1  15 Ast (d  y1 )²  33.477 104 m4 .
3
M ser
 bc  . y1  0.76MPa.
I SRH / AN
 bc   bc  0.6 f c 28  15MPa (vérifiée).

9. Arrêt des armatures

 En travée « sens lx » : On alterne 2 HA10 /ml filantes


2 HA10 /ml arrêtés à 0.1  5.65  0.56 m de la rive
 En travée « sens ly » : On alterne 2 HA10 /ml filantes
2 HA10 /ml arrêtés à 0.1  5.65  0.56 m de la rive
   fe
 ls    42.32cm
  4 s
 
l  Max 0.25 0.3  M ax1  l  92.6cm  l  100cm
1   x 1
  M 0x 
 
 Sur appuis: 
 0.25 0.3  M ax 2  lx  100cm
   M 0x 

 ls  42.32 cm

l2  Max  l1  l2  50cm
  2  50cm

10. Nécessité de calcul de la flèche


La vérification vis-à-vis de l'ELS de déformation n'est pas indispensable lorsqu'on a:

 3
  80
 
h  M t : moment maximal en travée(dans le sens L x ),
  Max  M : moment flèchissant isostatique de la travée,
 Lx  1  M t avec :  0
  20 M 0
 h : épaisseur de la dalle,
 A: section d'acier à mi-travée,
 

 A  2 MPa
b d
 0 fe

- 70 -
Chapitre 7 : Etude des éléments du plancher exemple de calcul d’une dalle pleine

 3
 0.24  80  0.0375 (OK)
  0.042  Max 
 5.65  1  22.54  0.0144 (OK)
Ce qui donne : 
  20 77.85
 3.14 10 -4
2
  0.0014   0.005 (OK)
 1 0.216 400

 Le calcul de la flèche n'est pas nécessaire

11. Plan de ferraillage

Figure 23: plan de ferraillage de panneau de dalle

- 71 -
Chapitre 8 : Etude de l’escalier

Chapitre 8 : Etude de l’escalier


Introduction
L’escalier est un ouvrage de circulation verticale composé d’un ensemble de marches de même
hauteur, permettant de monter ou descendre d’un niveau à un autre.

I. Schéma de l’escalier
L’escalier est composé de trois volées dont deux volées 2 et 3 sont symétriques.

Figure 24: schéma de l’escalier

II. Pré-dimensionnement [4]

 Epaisseur de la paillasse est obtenue par la formule suivante :

e  0.018  L 3 b  e  q

Avec :
 b est le poids volumique du béton armé =25 KN/m3
 q est la charge d’exploitation de l’escalier =2,5 KN/m2 .

- 72 -
Chapitre 8 : Etude de l’escalier

 L est la longueur projetée de la plus longue volée = 3,7m.


Après étirassions, on aboutit à e=15cm
L’épaisseur de la paillasse doit vérifier la condition de flèche :
L L
e  0,12  e  0,15
30 25
L’épaisseur choisit est e=15 cm étant donné que c’est une valeur pratique. Une vérification de la
flèche sera faite à la fin de l’étude.
 Le nombre de contremarches est 23. (Imposé par l’architecte)
 La hauteur d’une contre marche est de :
H 3, 7
h   0,1621m
n 23
Avec H la hauteur à monter (hauteur sous plafond + épaisseur fini du plancher)
 Vérification de la formule de BLONDEL :
2  h  g  0,55 à 0,65
Avec g la largeur de la marche variant de 0,26m à 0,36m
Soit g=0,3m.
2  0,1621  0,3  0,6242m ( Ok)
 L’inclinaison de la volée est :
h
  arctg ( )  28.37
g

III. Etude de la première volée


1. Evaluation de charges
1.1. Charge permanente

La première volée constituée d’un paillasse reposant sur les paliers des repos de volées 2 et 3.

 Charge sur paillasse


 Marche (marbre de emm  3cm )

emm  m 1  0.03  2800  84daN / m

 Contremarche (marbre de emc  1.5cm )

(h  e mm ) (0.1621  0.03)  0.015


e mc   1  m  1 2800  18.48daN / m
g 0.3
 Béton banché

- 73 -
Chapitre 8 : Etude de l’escalier

h 0.1621
1 bb   2200  178.2daN / m
2 2
 Chappe en béton armé (0.15m) :
e 0.15
1 b   2500 1  426.18daN / m
cos( ) cos(28.37)

 Mortier de pose (par marche) ( mp  20KN / m3 ; emp  0.015 )

mp 1 emp  0.015  2000  30daN / m


 Mortier de pose (par contre marche)
e mp (h  e mm ) 0.015  (0.1621  0.03)
 1  m   2000  13.2daN / m
g 0.3
 Enduit (0.015m)
0.015
 2200 1  37.5daN / m
cos(28.37)
 Poids propre de la paillasse
 G A  787.56 daN/m
1.2. Charge d’exploitation

 Charge sur paillasse


QA  250daN / m
2. Calcul des sollicitations

Figure 25: Schéma de calcul de la volée1

Volée 1
Appui gauche En travée Appui droit
Moment fléchissant ELU 0 5,824 0
(KN.m/m) ELS 0 4,2 0
Effort tranchant
ELU 12,94 0 12,94
(KN/m)
Tableau 39: tableau des sollicitations

- 74 -
Chapitre 8 : Etude de l’escalier

3. Calcul des armatures


3.1. Armatures longitudinales

en travée sur appuis


M u ( KN .m / m) 5,824 0,8736

Mu
Dimensionnement à L’ELU

bu  0,0167 0,0025


b  d 2  fbu
l  0.39( fe  400MPa)  bu ( Ok) ( Ok)

Asc (cm2 ) 0 0


  1.25  1  1  2  0,021 0,00313

yu   .d (m) 0,002835 0.000522

Z (m)  d  0.4 yu 0,1338 0,13483

Mu
Ast (cm2 / ml )  1,252 0,1862
Z  f su

ft 28
CNF

Amim (cm2 )  0.23  b  d 2,2 2,2


fe

 Ast théor  Amim non non


Choix

Section choisie 5HA8 5HA8


2
Section choisie (cm ) 2,51 2,51

b 2
y1 telque y1  15 Ast y1  15 Ast d  0 0,02457 0,02457
2
Vérification à L’ELS

by 13
I SRH   15Ast (d  y 12 )(m 4 ) 0,00051267 0,00051267
AN 3
M s  KN .m / m  5,188 0,7782

Ms
 bc  y1  MPa  0,24863 0,037295
I SRH
AN

 bc   bc ( Ok) ( Ok)

Section finale 5HA8 5HA8


Tableau 40: tableau de calcul et vérification des armatures longitudinales

Remarque : Au niveau de l’appui, on considère forfaitairement un moment de flexion égal à 0,15


M tmax pour tenir compte des moments parasites.

- 75 -
Chapitre 8 : Etude de l’escalier

3.2. Armatures transversales de transition

Ast
At   0.6275cm 2 => La condition de non fragilité est non respectée
4
=> Soit 4HA8 / ml =2.01cm2
(La condition de non fragilité est respectée).

4. Vérification au cisaillement

0.07  f c 28 Vu max
u  u  Avec  u 
b b d

0.07  25 
u   1.166MPa 
1.5
 ( Ok)
14.38 103
u   0.0789MPa 
1.35  0.135 
Les aciers transversaux ne sont pas nécessaires

VI. Etude de la deuxième et troisième volée


1. Evaluation des charges
1.1. Charges permanentes

 Charge sur paillasse


  G A  G paillasse  787.56daN / m

 Charge sur palier


 Revêtement (marbre)  0.03 2800  84daN / m
 Chappe en béton armé  0.15  2500  375daN / m
 Mortier de pose ( emp =1.5cm)  0.015  2000  30daN / m

 Enduit (1.5cm)  0.015  2200  33daN / m


 G B  522daN / m
 Chargement permanent apporté par la première volée.
787.56
G  583.377daN / m
1.35
 G B  G palier  522  583.377  1105.377daN / m

- 76 -
Chapitre 8 : Etude de l’escalier

1.2. Charge d’exploitation

Il s’agit d’un escalier d’habitation.


 Charge sur paillasse
Q A  Q paillasse  250daN / m

 Charge sur palier


 Chargement d’exploitation apporté par la deuxième et quatrième volée Q  50daN / m
250
Q B  Q palier  250   435,18 daN / m
1,35

2. Calcul des sollicitations

Figure 26: schéma de calcul de la volée V2

Volée 2

Appui gauche En travée Appui droit

Moment ELU 0 24,74 0


fléchissant
(KN.m/m) ELS 0 17,81 0

Effort
tranchant ELU 32 ,48 0 26,67
(KN/m)
Tableau 41: tableau des sollicitations

- 77 -
Chapitre 8 : Etude de l’escalier

3. Calcul des armatures


3.1. Armatures longitudinales

en travée sur appuis


M u ( KN .m / m) 24,74 3,711

Mu
bu  0,066 0,00991
b  d 2  fbu
Dimensionnement à L’ELU

l  0.39( fe  400MPa)  bu ( Ok) ( Ok)

Asc (cm2 ) 0 0


  1.25  1  1  2  0,0855 0,01245

yu   .d (m) 0.01154 0.00168

Z (m)  d  0.4 yu 0,1303 0,1343


Mu
Ast (cm2 / ml )  5,486 0,795
Z  f su

ft 28
Amim (cm2 )  0.23  b  d
CNF

2,2 2,2
fe

 Ast théor  Amim Non non


Choix

Section choisie 5HA12/m 5HA8/m

2
Section choisie (cm ) 5,65 2,51

b 2
y1 telque y1  15 Ast y1  15 Ast d  0 0,0343 0,02457
2
by 13
Vérification à L’ELS

I SRH   15(d  y 12 )(cm4 ) 0,001187 0,00051267


AN 3
M s  KN .m / m  17,81 3,033

Ms
 bc  y1  MPa  2,023 0,145358
I SRH
AN

 bc   bc ( Ok) ( Ok)

Section finale 5HA12/m 5HA8/m

Tableau 42: tableau de calcul des armatures longitudinales

- 78 -
Chapitre 8 : Etude de l’escalier

Ast
3.2. Armature transversale de transition : At 
4

Condition de non fragilité : 4HA8/ml =2.01cm2

4. Vérification au cisaillement

0, 07  f c 28 Vu max
u  Avec  u 
b b d

0, 07  25 
u   1,166MPa 
1.5 
3  ( Ok)
14.38 10
u   0, 0789MPa 
1,35  0,135 

5. Calcul de la flèche
5.1. Vérification des Conditions de calcul de la flèche

h 1 h Mt A 4.2
Travées   
l 16 l 10M 0 b0 .d fe
0,04 0,0625 0,04 0,1 0,0045 0,0105
Volée 1
( Ok) Non vérifiée ( Ok)

0,075 0,0625 0,075 0,1 0,0013 0,0105


Volée 2
( Ok) Non vérifiée ( Ok)
Tableau 43: tableau de vérification de la flèche

- 79 -
Chapitre 8 : Etude de l’escalier

5.2. Calcul de la flèche par la méthode de l’inertie fissurée

Volée 1 Volée 2
Ms (KN.m) 4,2 17,81
y 0,0245 0,0343

L(m) 1,8 2,45

I0 (m4) 0,000393242 0,000438323


ρ 0,001377 0,002886
λ 15,248 7,2756
μ 0 0

Ifi (m4) 0,000432 0,000482


Fi (m) 1,572.10-5 0,00011
Fadm (m) 0,0036 0,00742
Fi<fadm ( Ok) ( Ok)
Tableau 44: tableau de calcul de la flèche

Figure 27: schéma de ferraillage de volée 1

- 80 -
Chapitre 9 : Etude d’une bâche à eau

Figure 28: schéma de ferraillage des volées 2 et 3

- 81 -
Chapitre 9 : Etude d’une bâche à eau

Chapitre 9 : Etude d’une bâche à eau


Introduction
On va traiter dans ce chapitre la bâche à eau, cet élément est situé au niveau du sous-sol.
On considère les hypothèses suivantes :
 La fissuration est préjudiciable.
 Les parois sont encastrées entre eux.
 Les parois sont encastrées au radier.
On va adapter dans notre calcul la méthode simplifiée en faisant appel au caractère adaptatif du
béton armé par redistribution des moments en respectant la condition de fermeture.

I. Données de calcul de la bâche à eau

La bâche à eau présente les dimensions suivantes :

Figure 29: Dimensions de la bâche à eau

II. Calcul par la méthode simplifiée

En béton armé, les liaisons au niveau des appuis ne sont ni des encastrements parfaits ni des
articulations parfaites ; cependant en absence de calcul précis sur les taux d’encastrement, nous
calculons les trois types de dalles soumises à des charges triangulaires ou uniforme et pour les
quatre types de conditions d’appui comme le montre la figure suivante :

- 82 -
Chapitre 9 : Etude d’une bâche à eau

Figure 30: Conditions d’appui des parois verticales à bord libre en tête

a=U a=V
'
Mb '
Mb
Ma' '
Ma '
Ma '
Ma Ma
b=h Ma b=h
Mb Mb
Mb ' Mb'
grande face petite face
L=min(a,b)=b=h L=min(a,b)=a=V

Figure 31: Notations des moments

1. Principe de la méthode

M F  valeur absolue du moment sur appui + moment en travée = constante


Avec : MF : moment de fermeture
2. Méthode de calcul

P    h  10  2  20KN / m² .

Pour une charge P par Au coté de longueur a Au coté de longueur b


unité de surface
Moment max positif K a .P.L2 Kb .P.L2
Ma  Mb 
en travée /m 1000 1000
Moment max négatif K a' .P.L2 Kb' .P.L2
M 
'
a M 
'
b
sur appui /m 1000 1000
Tableau 45: Moments en travées et sur appuis

- 83 -
Chapitre 9 : Etude d’une bâche à eau

3. Détermination des moments dans les cas idéaux

Cas a/b Ka Kb K'a K'b


1 1 31.275 19.073 0 -0,063
2 1 23.609 11.49 0 -55.289
3 1 15.656 12..535 -36.9 -1.015
4 1 12.301 8.314 -29.13 -33.66
Petite face (L= 2,00 m)
Tableau 46: Détermination des cœfficients (petite face)

Cas a/b Ka Kb K'a K'b


1 1,25 42.92 26.38 0 0
2 1,25 28.63 14.14 0 -72.54
3 1,25 20.63 18.42 -48.61 -0,523
4 1,25 15.64 11.4 -36.15 -46.82
Grande face (L = 2,00 m)
Tableau 47: Détermination des cœfficients (grande face)

Cas a/b Ka Kb K'a K'b


1 1.25 33.30 55.72 0 0
2 1.25 22.36 38.82 -72.73 -87.34
3 1.25 31.47 32.707 -86.264 0
4 1.25 14.498 27.429 -52.55 -64.95
Fond
Tableau 48: Détermination des cœfficients (fond)

Cas Ma Mb M'a M'b


1 2.502 1,526 0.000 -0.003
2 1.889 0.919 0,000 -4.423
3 1.252 1.003 -2.952 -0.081
4 0.984 0.665 -2.330 -2,693
Petite face
Tableau 49: Détermination des moments dans les cas idéaux (petite face)

- 84 -
Chapitre 9 : Etude d’une bâche à eau

Cas Ma Mb M'a M'b


1 3.434 2.110 0 0
2 2.295 1.131 0 -5.803
3 1.650 1.474 -3.889 -0.042
4 1.251 0.912 -2.892 -3.746
Grande face
Tableau 50: Détermination des moments dans les cas idéaux (grande face)

Cas Ma Mb M'a M'b


1 2.664 4.458 0 0
2 1.789 3.106 -5.818 -6.987
3 2.518 2.617 -6.901 0
4 1.160 2.194 -4.204 -5.196
Fond
Tableau 51: Détermination des moments dans les cas idéaux (fond)

Figure 32: schéma récapitulatif des moments

- 85 -
Chapitre 9 : Etude d’une bâche à eau

III. Calcul des moments dans les parois du réservoir

 Pour la petite paroi (bh), on considère qu'elle est partiellement encastrée avec un moment
M'xb= K M'xbi
Avec K: coefficient qui tient compte du taux d'encastrement (K=1 pour un
b
encastrement Parfait, K=1-k+k2 = 0.84 pour k=  0.8 ),
a
M'xbi = Moment d'encastrement idéal du coté de b déterminé à partir des tableaux.
Le moment en travée s'en déduit par la règle de fermeture pour tenir compte du caractère adaptatif
du béton armé : Mxb= MFxb-M'xb
 Pour la grande plaque (ah), nous appliquons le même moment d'encastrement (pour tenir
compte de la continuité) M'xa =M'xb et le moment en travée se déduira par la règle de
fermeture : Mxa= MFxa-M'xa

xa
M' b
M xa

h ' xa
M'xb Mxb M'xb M
a x

b
Figure 33: moments horizontaux des parois verticales

1. Moments de calcul dans la petite paroi (b x h)

Moment d'encastrement M'xb  -0.84  Max 2.952; 2.330   2.479 KN.m

Moment de fermeture MFxb = 1.252+2.952 =4.204 KN.m ; MFxb = 0.984+2.330 =3.314 KN.m
Moment retenu en travée Mxb = Max [4.204 ; 3,314] –2.479 = 1.725 KN.m
Mxb = 1.725 KN.m  Max  2.502;1.889 ( Ok)

- 86 -
Chapitre 9 : Etude d’une bâche à eau

Figure 34: Cas types et valeurs retenues de petite paroi

2. Moments de calcul dans la grande paroi (a x h)

Moment d'encastrement par continuité M'xa= M'xb = -2.479 KN.m


Moment de fermeture MFxb =1.65+3.889 =5.539 KN.m;MFxb = 1.251+2.892=4.143KN.m
Moment retenu en travée Mxa = Max [5.539;4.143] – 2.479 = 3.06 KN.m
Mxa = 3.06 KN.m < Max 3.434;2.295 : ( Ok)

Figure 35: Cas types et valeurs retenues de grand parois

3. Etude du fond et des moments verticaux des parois verticales

D'après la figure (7):


 Mya et M'ya : moments respectifs en travée et sur appuis de la paroi verticale parfaitement
encastré dans le fond.
 Myc et M'yc : les moments en travée et sur appui de la paroi du fond encastré le long du coté
de longueur a.
Le moment retenu sur appui sera : M'ya=M'yc=Min[M'yai ; M'yci],

- 87 -
Chapitre 9 : Etude d’une bâche à eau

Avec : M'yai et M'yci : moments d'encastrement idéaux déterminés pour les différents cas de liaisons
à partir des tableaux.
Le moment en travée est obtenu par la règle de fermeture.
On procède de même pour les moments dans l'autre direction (0x).
a
b

Mya
Myb

M'ya
h M'yb

c
'y
Mxc

M
M'xc

yc
M
Figure 36: Moments de fond et moments verticaux des parois verticales

 Fond : Moments parallèles au grand coté


Moment d'encastrement M'xc  -Min  6.901;4.204;2.693;4.423   2.693 KN.m

Moment de fermeture MFxc =6.901+2.518 = 9.419 KN.m ; MFxc = 4.204+1.16 = 5.364 KN.m
Moment retenu en travée Mxc = Max [9.419; 5.364] – 2.693 = 6.726 KN.m
Mxc= 6.726  Max  2.664;1.789;2.518;1.160 (non vérifiée), on retient Mxc = 2.664 KN.m

Moment de fermeture dans la partie verticale :


2.693 4.423
MFyb=  0.665  2.0115 KN ; MFyb=  0.919  3.1305 KN.m  MFyb= 3.1305 KN.m
2 2
Moment dans la partie verticale :

=1.784 KN.m  Max 0.665;0.919;1.003;1.526 (non vérifiée).


2.693
Myb =3.1305-
2
On retient Myb = 1.526 KN.m

Figure 37: Cas types et Valeurs retenues grand coté

- 88 -
Chapitre 9 : Etude d’une bâche à eau

 Fond : Moments parallèles au petit coté

Moment d'encastrement M'yc  -Min 6.987;5.196;5.803;3.746


   3.746 KN.m
Moment de fermeture MFyc= 3.746+0.912 = 4.658 KN.m ; MFyc=2.194+5.196 = 7.39 KN.m
Moment retenu en travée :
Myc = Max [4.658 ;7.39] – 3.746=3.664 KN.m
Myc= 3.664 < Max  2.194;3.106;2.617;4.458 (ok)  Myc = 3.664 KN.m

Moment de fermeture dans la partie verticale :


5.803 3.746
MFya=  1.131  4.0325 KN.m ; MFya=  0.912  2.785 KN.m
2 2
Soit MFya= 4.0325 KN.m
Moment dans la partie verticale :

=2.1595 KN.m > Max 0.912;1.131;1.474;2.110 (Non vérifié).


3.746
Mya= 4.0325-
2
On prend Mya=2.11KN.m

Figure 38: Cas types et Valeurs retenues petite coté

Figure 39: Moments en KN.m/m dans les parois du réservoir et le fond

- 89 -
Chapitre 9 : Etude d’une bâche à eau

IV. Traction dans les parois

La poussée totale exercée sur le petit côté vaut T=0.5×P×V  h


Les deux parois opposées sont équilibrées par des efforts de traction transitant par les grandes
parois verticales ( 2 fois T1 ) et le fond (T2) avec T = 2T1 + T2.
La répartition de l'effort T entre ces trois éléments est à 45°.
Pour une charge triangulaire, valant q en partie basse et L  2h on a la répartition suivante:

T1 T1

T2

Figure 40: Petit côté- Répartition à 45° pour déterminer les forces de traction T1 et T2

 Petite paroi:
T= 0.5  20  2  2 = 40 KN
L  2h  L = 2  2×h=2×2=4 
PL  L2 
T1 =  2h-L+ 
8  6h 

AN: T1 = 11.66 KN soit 5.83KN/m


PL2  L 
T2 = 1- 
4  6h 
AN: T2 = 16.66 KN soit 8.33 KN/m

Figure 41:Traction dans la grande paroi et le fond

- 90 -
Chapitre 9 : Etude d’une bâche à eau

 Grande paroi
De même pour la poussée exercée sur les grandes parois.
T= 0.5  20  2.5  2 = 50 KN
L  2h  L = 2.5  2×h=2×2=4 

PL  L2 
T3 =  2h-L+ 
8  6h 

AN: T3 = 12.63 KN soit 6.315 KN/m


PL2  L 
T4 = 1- 
4  6h 
AN: T4 = 24.74KN soit 12.37 KN/m

Figure 42: Traction dans la petite paroi et le fond

V. Epaisseur des parois

Les moments maximaux en valeurs absolues valent 3.06 KN/ml pour les moments positifs, et
3.746 KN/ml pour les moments négatifs entraînant une traction du béton qui doit être limitée du
coté intérieur (côté eau).
6M
σ bt = =1.1θf t28  1.11 2.1  2.31 MPa (  Vaut 1 en flexion simple, traction simple, et flexion
h2
composée de traction), d’où l'épaisseur minimale du béton :

6M
h= =0.098 m , on prend h=0.10 m
σ bt

VI. Section d’acier

 Contrainte de calcul des aciers à l’ELS :


- Pour la paroi côté eau :

- 91 -
Chapitre 9 : Etude d’une bâche à eau

 ft 28
 s   avec  =240;  1.6; ft 28  2.1MPa;   mm 

1.6  2.1
 s  240 MPa

- Pour la paroi côté extérieur : Le fascicule 74 du CCTG nous impose de calculer les aciers
non au contact avec l'eau en fissuration préjudiciable.
1- Fissuration préjudiciable :
2 
  s  Min  f e ;110  ft 28   201.63MPa
3 

2- Diamètre minimal des aciers : 8 mm


3- Espacement maximal des armatures côté eau : 1.5 fois l'épaisseur, soit 0.15 m.
Nous déterminons les sections d'acier en flexion composée.
 Pourcentage minimal d'acier :
Le pourcentage minimal en traction simple vaut :
h×f t28 0.1×2.1
As min = = =5.25 cm2 / ml (Flexion + traction pour points de moments nuls)
fe 400

 Calcul des sections d'acier :


 Flexion composée (section partiellement tendue)
Pour le calcul des aciers en flexion composée de traction, nous utiliserons la méthode du moment
par rapport aux aciers tendus :
 h
M1 =M+N  d-  (N  0 pour une traction,N  0 pour une compression);
 2
M1
Moment réduit : β= en ELS
d2
1.6  2.1
Contrainte de l'acier coté eau :  s  240 MPa ou 201.63MPa coté extérieur.

x 90β 1-α  α
 : Solution par itérations de l'équation : α= = et z=d 1- 
d σs 3-α  3
M1 N
D’où As = - (les résultats de calcul sont représentés dans le tab55)
zσs σs

- 92 -
Chapitre 9 : Etude d’une bâche à eau

VII. Dimensionnement du radier


1. Détermination des sollicitations sur le radier

Le radier est soumis au moment de flexion provenant de l'encastrement des parois, et au moment dû
à la réaction du sol.
Les efforts linéiques appliqués sur les bords du radier sont :
F = poids propre de la paroi.
F = 0.1225 =5 KN/ml
On prendra l'hypothèse que le radier est flexible, le terrain est de capacité portante moyenne.
Le diagramme des contraintes appliquées sur le radier est alors :

F'1 F'2

6F'/L 6F'/L

L/3 L/3 L/3


Figure 43: Répartition des contraintes sur le radier

1 L F×L
La valeur maximale du moment vaut: M max =F = =0.112×F×L
33 9
Ce moment s'ajoute en valeur absolue au moment sur appui
1 V
 Parallèle à la grande portée : M Max  F    1.12KN .m / m
3 3
1 U
 Parallèle à la petite portée : M Max  F    1.39KN .m / m
3 3
 Le moment s’ajoute au moment sur appui en valeur absolue.
M Max ( total )
KN .m / m

Parallèle à la grande portée 3.813

Parallèle à la petite portée 5.136

Tableau 52: Récapitulatif des moments maximaux totaux

- 93 -
Chapitre 9 : Etude d’une bâche à eau

2. Calcul des armatures du radier

Le dimensionnement se fait en flexion simple, la fissuration est préjudiciable, on dimensionne à


l'ELS.

1  RB µs ASC Z (m) ASt (cm² / m) Amin (cm² / m)

Petite portée 0.5273 0.0264 0.00314 0 0.0811 3.13 1.88

Grande portée 0.5273 0.0264 0.00233 0 0.0816 2.30 1.88

Tableau 53: Dimensionnement à l’ELS


en travée sur appui
Moment Petite portée 1,8195 -1,213
(KN.m/m) Grande portée 0,336 -0,224
Petite portée 0,54 0,36
Acier (cm2)
Grande portée 0,09 0,06
Tableau 54: Ferraillage dû au poids propre du fond
VIII. Ferraillage des parois

Section d'acier
Effort Moment d M1  8 10 12
normal KN.m/m m KN.m/m cm2 cm2 cm2
KN/m
Contrainte Acier (MPa) Face extérieure 192.7 192.7 192.7
Face intérieure 155.5 139.1 127.6
Petit coté
En travée horizontal T3/2=-6.315 1.725 0.08 1.409 0.220 1.6 1.79 1.96
En travée vertical N=5 1.526 0.08 1.776 0.277 1.19 1.33 1.45
En appui horizontal T3/2=-6.315 -2.479 0.08 -2.794 0.436 2.79 3.11 3.4
En appui vertical N=5 -2.693 0.08 -2.443 0.381 1.76 1.9 2.14
Grand coté
En travée horizontal T1/2=-5.83 3.06 0.08 2.768 0.432 2.73 3.06 3.33
En travée vertical N=5 2.11 0.08 2.36 0.368 1.69 1.89 2.06
En appui horizontal T1/2=-5.83 -2.479 0.08 -2.77 0.432 2.73 3.06 3.33
En appui vertical N=5 -3.746 0.08 -3.496 0.546 2.66 2.97 3.24
Fond
En travée grande portée T2/2=-8.33 2.664 0.08 2.33 0.364 2.58 2.89 3.15
En travée petite portée T4/2=-12.37 3.664 0.08 3.17 0.495 3.58 4,01 4.37
En appui grande portée T2/2=-8.33 -2.693 0.08 -3.026 0.472 3.2 3.57 3.9
En appui petite portée T4/2=-12.37 -3.746 0.08 -4.24 0.662 4.53 5.06 5.52
Tableau 55: tableau de ferraillage des parois

- 94 -
Chapitre 9 : Etude d’une bâche à eau

 Aciers retenus

Calcul des sections Aciers retenu Vérification section Vérification % minimal


d'aciers
Petit coté
En travée horizontal 7HA10/m 1.79<5.50 5.50>5.25
En travée vertical 7HA8/m 1.19<3.52 3.52>1.88
En appui horizontal 7HA10/m 3.11<5.50 5.50>5.25
En appui vertical 7HA8/m 1.76<3.52 3.52>1.88
Grand coté
En travée horizontal 7HA10/m 3.33<5.50 5.50>5.25
En travée vertical 7HA8/m 1.69<3.52 3.52>1.88
En appui horizontal 7HA10/m 2.73<5.50 5.50>5.25
En appui vertical 7HA8/m 2.66<3.52 3.52>1.88
Fond
En travée grande portée 7HA10/m 2.89<5.50 5.50>5.25
En travée petite portée 7HA10/m 4.01<5.50 5.50>5.25
En appui grande portée 7HA10/m 3.57<5.50 5.50>5.25
En appui petite portée 7HA10/m 5.06<5.50 5.50>5.25
Tableau 56: Tableau de ferraillage des parois retenu

Remarque :
s  1.5  h=0.15 m (coté extérieur)
L'espacement
s  0.20 m (coté eau)
Les équerres d’angles extérieurs reprendront la moitié des efforts de traction T1 à T4 :
T
AS 
2   st

L’autre moitié est reprise par les équerres inférieures qui assurent la reprise des moments
d’encastrements :
Efforts n° KN/m As (cm2/m) choix
T1 5.83 0.19 2HA8/m
T2 8.33 0.26 2HA8/m
T3 6.315 0.20 2HA8/m
T4 12.37 0.39 2HA8/m
Tableau 57: Aciers en équerres

- 95 -
Chapitre 9 : Etude d’une bâche à eau

Figure 44: schéma du ferraillage de la bâche à eau

- 96 -
Chapitre 10 : Etude du contreventement

Chapitre 10 : Etude du contreventement

Introduction

Le contreventement d’une construction est assuré par l’ensemble des éléments structuraux qui
concourent à sa résistance aux actions autres que gravitaires, en général horizontales telles que le
vent, les séismes.
Le contreventement peut être :
-interne : voiles de refends internes, cage d’escalier.
-externe : voiles de pignon, façade.
Dans notre cas, il s’agit d’un contreventement interne assuré par une cage d’ascenseur et un voile
qu’on a rajouté pour éviter l’effet de torsion, car la cage est excentrée par rapport l’action du vent.
Nous nous sommes intéressés à l’étude d’un seul joint en considérant une direction du vent, pour les
autres directions, notre bâtiment est protégé par d’autres bâtiments.

I. Implantation du bâtiment et direction du vent

Figure 45: Façade exposées au vent

- 97 -
Chapitre 10 : Etude du contreventement

Figure 46: direction du vent

Figure 47: position des voiles de contreventement

- 98 -
Chapitre 10 : Etude du contreventement

II. Données et hypothèses

Vent région 3.
Site normal.
Hauteur du bâtiment H=33.86m.
Nombre des niveaux : Sous-sol+RDC+6étages.
Epaisseur des voiles : 20cm
Direction moyenne du vent est horizontale.

III. Action du vent


1. Pression dynamique

qh : la pression dynamique agissant à la hauteur h au-dessus du sol exprimé en mètres.


q10 : la pression dynamique de base à 10m de hauteur pour h comprise entre 0 et 500m.
h  18
la relation entre qhet q10 est donnée par : qh  q10 .2,5
h  60
Région 3+vent à vitesse normale  q10  90 daN m2

qn : la pression dynamique de base est exprimée par : qn  K s .qh Avec K s  1 (site normal+région3)
2. Force de traînée

La force de traînée T par unité de longueur est la composante de la force du vent dans sa direction
parallèle. En utilisant les notations des règles NV65
T  ct . . . De .qn

2.1. Détermination des coefficients


2.1.1. Coefficient de traînée

ct  ct 0   0 , dépendant de l’élancement du bâtiment et de la rugosité de sa surface.

2.1.2. Coefficient global de traînée

ct 0 , dépend de la catégorie et la géométrie du bâtiment.

La construction est assimilée à un ouvrage prismatique de section rectangulaire: ct 0  1,3


Coefficient de la catégorie de la construction  0 :

- 99 -
Chapitre 10 : Etude du contreventement

b  14,5m
a  26,6m
H 33,68
b    2,322
b 14,5
1  b  2,5
b 14,5
  0,55  d ' après l ' abaque   0  1
a 26,6

H 33,68
a    1,266
a 26,6
0,5  a  2,5
d ' après l ' abaque   0  1
 ct  1,3

2.1.3. Coefficient de majoration dynamique

  (1   ) , dépend de la période propre de vibration. Il est en fonction du coefficient de réponse 


, du coefficient de pulsation  et du Coefficient
 =0,7+0,01× (33,68-30)
 =0,7368

H H
  f T  ; avec T= 0,08 
De De  H

Vent1
T 0,59
 0,4
Tableau 58: coefficient de majoration dynamique

2.1.4. Coefficient de réduction

 , est donné en fonction de la hauteur de la construction et le niveau pris en considération.

Vent1
H(m) 33,68
B(m) 14,5
 0,81
Tableau 59: coefficient de réduction

- 100 -
Chapitre 10 : Etude du contreventement

2.2. Détermination de l’effort de traînée et des sollicitations d’ensemble

h(m) z(m) De (m) Kh    qv (KN/m2)

3,59 31,63 14,5 1,35 0,329 0,8337 0,81 1,066


3,59 28,04 14,5 1,307 0,332 0,8346 0,81 1,033
3,59 24,45 14,5 1,256 0,338 0,8364 0,81 0,9955
3,59 20,86 14,5 1,201 0,345 0,8384 0,81 0,9542
3,59 17,25 14,5 1,14 0,35 0,8399 0,81 0,8962
3,59 13,68 14,5 1,074 0,355 0,8414 0,81 0,8564
3,08 10,09 14,5 1 0,36 0,8429 0,81 0,7988
3,08 7,01 14,5 1 0,36 0,8429 0,81 0,7988
3,93 3,93 14,5 1 0,36 0,8429 0,81 0,7988
Tableau 60: action du vent1 sur le bâtiment

IV. Sollicitations globales à la base


1. Résultante horizontale Hv à la base

H v   (hi .Dei .qvi )  436.585 KN

2. Moment de renversement global à la base


  h 
M v    hi .Dei .  Zi  i  .qvi  =7028,24KN.m
  2 

V. Répartition du vent global suivant les deux voiles:

Le plan d’architecture prévoit une cage d’ascenseur en forme de U, fortement excentrée par rapport
l’action du vent. Pour éviter la torsion due à cette excentricité excessive, on propose de rajouter un
voile simple du côté opposé et parallèle à l’ascenseur. Dans ce cas la répartition du vent entre ces
deux voiles peut être effectuée par la méthode des réactions. [3] ; [4]
1. Caractéristiques géométriques des voiles et répartition des efforts

a) Voile profilé en U de la cage ascenseur: V1


Inertie : I1=0,463m4
a² b ² e
Centre de torsion : 1   134cm
4 I1

- 101 -
Chapitre 10 : Etude du contreventement

Figure 48: position du centre de torsion de voile V1

b) Voile simple rectangulaire : V2


Inertie : I2=0,23m4 ; Surface : S2=0,2x2,4=0,48m²
e
Centre de torsion :  2   0.1cm
2

Les efforts Ri repris par chaque voile valent :


 Pour le voile V1 profilé en U :
d2 7,1
R1  H v .  Hv .  0.548H v
d 12,96

De même le moment repris par le voile V1 est M v 1  0,548 M v

 Pour le voile V2 simple :


R 2  H v  R1  0, 452H v et M v 2  0, 452 M v

Figure 49: position du centre de torsion de voile V2

- 102 -
Chapitre 10 : Etude du contreventement

Figure 50: Schéma de répartitions des efforts

2. Dimensionnement du voile V1 vis-à-vis des contraintes normales

Le refend est soumis à un effort normal de compression provenant de la descente de charge et un


moment de flexion dû au vent, il sera sollicité à la flexion composée.
La descente des charges effectuée sur le refend nous donne :
NG=3,80436 MN et NQ=0,29 MN
Le moment de flexion est : M v 1  0.548M v  0,548  7,028  3,851MN .m

3. Les contraintes limites ultimes


Caractéristiques géométriques du refend :

Figure 51: Caractéristiques géométriques de la cage d’ascenseur

- 103 -
Chapitre 10 : Etude du contreventement

4. Contraintes extrêmes

Les contraintes extrêmes en flexion composé sont :


Nu M u
   V
1
S Ix
Nu M u
2   V '
S Ix
On prévoit les combinaisons suivantes pour aboutir aux contraintes les plus défavorables.
Cas 1 : Nu= 1,35NG+1,5NQ ; Mu=0 (le vent n’agit pas)
Cas 2 : Nu= 1,35NG+1,5NQ ; Mu=1,2Mv (NQ est une action de base)
Cas 3 : Nu= 1,35NG+ NQ ; Mu=1,8Mv (Mv est une action de base)
Cas 4 : Nu= NG ; Mu=1,8Mv (avant exploitation du bâtiment)
Cas 5 : Nu= NG ; Mu=-1,8Mv (avant exploitation du bâtiment)
Soit LT : la longueur du béton tendu
(V V ')  
LT 
2

1  2

Cas 1 (MPa)  2 (MPa) LT (m)


1 4,974 4,974 ---
2 12,958 -3,011 0,3
3 16,821 -7,133 0,48
4 15,374 -8,581 0,57
5 -8,581 15,374 0,57
Tableau 61: Tableau des contraintes extrêmes de voile V1

On constate que le cas 3 fournit la contrainte maximale de compression :  c  16,821MPa

Et les cas 4 et 5 indiquent la contrainte maximale de traction T  8,581MPa sur une longueur
LT=0,57m.
5. Contrainte admissible dans le refend

Données : B=1,12m² ; Br=1,008m² ; fc28 =25MPa;  b  1,5 ;  s  1,15

- 104 -
Chapitre 10 : Etude du contreventement

Désignation Béton non armé Béton armé


Longueur du flambement
0,9  3,74  3,366 0,85  3,74  3,179
L’f(m) (avec L0=2,8m)
2 c
Longueur du flambement L 'f  c  L f  c L 'f  c  L f 
3 2
Lf(m) (avec c=2,2m) Lf  1, 467 L f  1,1

Lf  12 Lf  12
Elancement    25,403   19, 053
a a
0, 65 0,85
  0,568   0,802
Coefficient α()  
1  0, 2( )2 1  0, 2( )2
30 35
Br .f c 28 f e
Br .f c 28 N u   .(  .Al)
Effort ultimes : N u (MN ) N u   .( ) =10,6 0,9 b  s
0,9 b
 14,97  278.95 Al
Nu
Contrainte admissible N  ba 
 bna  u  9,46 B
 u (MPa) B  13,36  249, 06Al
Tableau 62: Contrainte admissible de voile V1

6. Dimensionnement du refend à la compression


Le cas 3 donne  c max  16,821MPa   bna  9, 46MPa
Le voile sera donc armé à la compression sur une longueur comprimé de (1,6-0,48=1,12m)
On a pour un voile armé :  ba  13,36  249,06  Al

16,821  13,36
Ecrivons Al   138,9cm ²
249, 06
Soit 21,5 cm²/m par moitié sur chaque face
 1 
  0.001 
1000 
 A min  a  max  
 1,5 ( 3 16,821  1)  8,33cm ² / m 

1000 13,36 

Al  Amin  Al  21,5cm ² / m ; Soit 10,75cm²/m/face


L’espacement maximal entre les barres verticales est :
0,33m 
S t  min    S t  0,33m
2a  0, 4m 
On choisit 6HA16/m/face: 12,06cm², St=16,6cm
- 105 -
Chapitre 10 : Etude du contreventement

 2 max 2 
 A  12, 06  8, 04cm ² / m / face 
3 v 3 
Armatures horizontales (de transition) : A h  max  
 1 a  2cm ² 

100 

7. Dimensionnement à la traction
Le cas 5 conduisent à une traction maximale  t max  8,581MPa sur une longueur tendu de
LT=0,57m.
Nous décomposons la zone tendue en 2 bandes rectangulaires 1et 2
Rectangle 1 : [0,37x0,2] 2 : [0,2x2,2]
Section (m²) : Si 0,2x0,37=0,074 0,2x2,2=0,44
Position du centre par rapport au
0,185 0,47
point de contrainte nulle (m)
8,581 8,581
Contrainte σi(MPa)  0,185  2, 785  0, 47  7, 075
0,57 0,57
Force de traction Fi=Si σi (MN) 0,2 3,113
Section d’acier tendu (cm²)
89.45cm²  18.63cm²/m
F 5,7cm²2,87cm²/face
As  i (cm ²);(fsu  348MPa ) 9,317cm²/m/face
f su

f t 28
A min  0, 23 S i (cm ²) 0,89cm² 5,31cm²
fe

3HA12/m/face 7HA14/m/face
Choix des aciers tendus espacement=25cm espacement=14,28 cm
(3,39cm²/m/face) (10,78cm²/m/face)
Tableau 63: Tableau de ferraillage de la cage ascenseur

 2 max 2 
 Av  10, 78  7,18cm ² / m / face 
 
Armatures horizontales (de transition) : A h  max  3 3

 1 a  2cm ² 
100
 

Ah=7HA12/m/face (7,92cm²)

 Vérification des contraintes tangentielles :

 H v 1 0,548  436,585.103
H v1    0, 2136
u   0, 05  f c28 ;  S1 1,12 (ok)
S1 0, 05  f  0, 05  25  1, 25
 c 28

- 106 -
Chapitre 10 : Etude du contreventement

VI. Etude de voile rectangulaire V2

1. Dimensionnement du voile V2 vis-à-vis des contraintes normales

Le refend est soumis à un effort normal de compression provenant de la descente de charge et un


moment de flexion du au vent, il sera sollicité à la flexion composée.
La descente des charges effectuée sur le refend nous donne :
NG=0,75 MN et NQ=0,052 MN
Le moment de flexion est : M v 2  0, 452M v =0,452  7,028=3,176 MN .m

2. Contraintes extrêmes
Les contraintes extrêmes en flexion composé sont :
Nu M u
   V
1
S Ix
Nu M u
2   V '
S Ix
On prévoit les combinaisons suivantes pour aboutir aux contraintes les plus défavorables.
Cas 1 : Nu= 1,35NG+1,5NQ ; Mu=0 (le vent n’agit pas)
Cas 2 : Nu= 1,35NG+1,5NQ ; Mu=1,2Mv (NQ est une action de base)
Cas 3 : Nu= 1,35NG+ NQ ; Mu=1,8Mv (Mv est une action de base)
Cas 4 : Nu= NG ; Mu=1,8Mv (avant exploitation du bâtiment)
Cas 5 : Nu= NG ; Mu=-1,8Mv (avant exploitation du bâtiment)
Soit LT : la longueur du béton tendu
(V V ')  
LT 
2

1  2

Cas 1 (MPa)  2 (MPa) LT (m)

1 0,974 0,974 ---


2 7,559 -5,612 1,02
3 10,828 -8,827 1,08
4 10,547 -9,208 1,12
5 -9,208 10,547 1,12
Tableau 64: Tableau des contraintes extrêmes de voile V2

On constate que le cas 3 fournit la contrainte maximale de compression :  c  10,828MPa

- 107 -
Chapitre 10 : Etude du contreventement

Et les cas 4 et 5 indiquent la contrainte maximale de traction T  9, 208MPa sur une longueur
LT=1,12 m.

3. Contrainte admissible dans le refend

Données : B=0,48m² ; Br=0,4284m² ; fc28 =25MPa ;  b  1,5 ;  s  1,15

Désignation Béton non armé Béton armé


Longueur du flambement 0,9  3,74  3,366 0,85  3,74  3,179
L’f(m) (avec L0=2,8m)
Elancement  Lf  12 Lf  12
  58,197   55
a a
Coefficient α() 0, 65  50 
2
  0,37   0, 6    0, 44

1  0, 2( )2  
30
Effort ultimes : N u (MN ) Br .f c 28 Br .f c 28 f e
N u   .( ) =2,93 N u   .(  .Al)
0,9 b 0,9 b  s
 3, 49  153Al
Contrainte admissible Nu Nu
 bna   6,1  ba 
 u (MPa) B B
 7, 27  318, 75Al
Tableau 65: contrainte admissible de voile V2

4. Dimensionnement du refend à la compression

Le cas 3 donne  c max  10,828MPa   bna  7, 27MPa


Le voile sera donc armé à la compression sur une longueur comprimé de (2,4-1,12=1,28m)
On a pour un voile armé :  ba  7, 27  318,75  Al

10,828  7, 27
Ecrivons Al   111, 6cm ²
318, 75
Soit 37,7 cm²/m 18,85 cm²/m/face
 1 
  0.001 
1000 
 A min  a  max  
 1,5 ( 3 10,828  1)  10, 4cm ² / m 

1000 7, 27 

- 108 -
Chapitre 10 : Etude du contreventement

Al  Amin  Al  37,7cm ² / m ; Soit 18,85cm²/m/face


L’espacement maximal entre les barres verticales est :
0,33m 
S t  min    S t  0,33m
2a  0, 4m 
On choisit 7HA20/m/face: 21,99 cm², St=14,28cm
5. Dimensionnement à la traction
Le cas 5 conduit à une traction maximale  t max  9, 208MPa sur une longueur tendu de LT=1,12m

Rectangle [0,2x2,4]
Section (m²) : Si 0,2x1,12=0,224
Position du centre par rapport au 0,56
point de contrainte nulle (m)
Contrainte σi(MPa) 9, 208
 0,56  4, 604
1,12
Force de traction Fi=Si σi (MN) 1,031
Section d’acier tendu (cm²) 29,6cm²  14,8cm²/m
Fi
As  (cm ²);(fsu  348MPa )
f su

f t 28 2,7cm²
A min  0, 23 S i (cm ²)
fe

Choix des aciers tendus 5HA20/m


espacement=20cm
(15,71cm²/m/face)
Tableau 66: Tableau de ferraillage de voile V2
 2 max 2 
 A  15, 71  10, 47cm ² / m / face 
3 v 3 
Armatures horizontales (de transition) : A h  max  
 1 a  2cm ² 

100 

Ah=6HA16/m/face (12,06cm²)

 Vérification de la contrainte tangentielle :

 H v 1 0, 452  436,585.103
H    0, 411
u  v1  0, 05  f c28 ;  S1 0, 48 vérifiée 
S1 0, 05  f  0, 05  25  1, 25
 c 28

- 109 -
Chapitre 11 : Etude du contreventement

Figure 52: plan de ferraillage de la cage ascenseur V1

Figure 53: plan de ferraillage de la volée V2

- 110 -
Chapitre 11 : Etude du contreventement

Chapitre 11 : Etude du voile de soutènement


Introduction

Les voiles sont des éléments ayant deux grandes dimensions par rapport à la troisième appelée
épaisseur. Afin de résister à la poussée de remblai et des surcharges, on a opté pour la réalisation
d'un voile qui se comporte comme un mur de soutènement.

I. Caractéristiques géométriques du voile de soutènement

On se propose d’étudier une portion de voile d’épaisseur 20cm de dimensions 5,84m x 3,78m.
Le voile de soutènement est modélisé comme une dalle verticale soumise sur toute sa hauteur à un
chargement uniforme dû aux surcharges sur le terrain à soutenir et un chargement triangulaire
provenant de la poussée des terres.
La nappe phréatique est en dessous de fondations.
On suppose que la dalle constituant ce voile est encastrée à ses cotés latéraux (poteaux), articulée en
bas (au niveau des longrines) et libre en haut. [4]

Figure 54: Modélisation du voile de soutènement

- 111 -
Chapitre 11 : Etude du contreventement

II. Calcul des sollicitations

Figure 55: schéma de calcul du voile de soutènement

1. Hypothèses de calcul

-Le sol est homogène et isotrope dont les caractéristiques de résistance sont c et  .
-La surface du sol est rectiligne.
-Le frottement sol/paroi est nulle (paroi lisse).
-Le milieu est en état d’équilibre limite.
On va procéder par la théorie de Rankine pour le calcul des efforts de la poussée puisqu’il s’agit
d’une paroi verticale en contact avec le sol.

2. Action du sol
  
Le coefficient de poussée ka = tg 2    = 0.33
4 2

 V    h  0
 

Pour Z=0  
 h  ka   v  2  c ka  0 KPa 
 

v  15  3.78  56.7KPa 



Pour Z = 3,78m  
 h  56.7  0.33  18.71KPa 

3. Action de la surcharge d’exploitation

La surcharge d’exploitation est estimée à q = 5 KN/m² et elle est supposée infinie.


La valeur de la contrainte horizontale est :  h  ka  q  5  0.33  1.65KPa

- 112 -
Chapitre 11 : Etude du contreventement

Figure 56: Diagramme d’actions sur le voile de soutènement

4. Moments de flexion dans le panneau rectangulaire

Pour une charge P par unité de


Au côté de longueur a Au côté de longueur b
surface.

Moment maximal positif en K a  P  L² K b  P  L²


Ma  Mb 
travée /m 1000 1000
Moment maximal négatif sur K a'  P  L² K b'  P  L²
M a'  M b' 
appui /m 1000 1000
Tableau 67: Moments dans les deux sens

Cas de chargement a/b Ka Kb K’a K’b

Cas1 : poussée du
1.54 28.489 24.867 -63.161 -0.212
sol(triangulaire)
Cas2 : surcharge
1.54 92.873 30.476 -206.971 -1.211
d’exploitation
Tableau 68: Détermination des coefficients par les tableaux de H.THONIER T4

Ma (KN.m/m) Mb (KN.m/m) M’a (KN.m/m) M’b (KN.m/m)


Cas 1 ELS 7.616 6.648 -16.885 -0.0566
ELU 10.281 8.974 -22.795 -0.0765
Cas 2 ELS 2.189 0.718 -4.879 -0.0285
ELU 2.956 0.97 -6.587 -0.0385
Moment total ELS 9.805 7.366 -21.764 -0.0851
(KN.m/m) ELU 13.237 9.944 -29.382 -0.115
Tableau 69: Détermination des moments

- 113 -
Chapitre 11 : Etude du contreventement

III. Calcul du Ferraillage

On considère que la fissuration est préjudiciable .Ainsi pour déterminer les sections d’armature à
placer dans le voile ; on fait un calcul à l’ELU, un calcul à l’ELS et on prendra le maximum d’acier
des deux cas.
A titre d’exemple on détaillera le calcul pour le cas de la travée selon le coté b.
Tous les autres résultats seront mentionnés dans le tableau 4.

1. Calcul des armatures en travée selon le coté b


1.1. Calcul à l’ELU

b0=1 m, h=0.2 m, enrobage=3 cm


Mb
 = 0,02166
b0  d ²  f bu

μl=0.39  ASC
ELU
=0

 
  1.25  1  1  2 = 0,02738
yU    d = 0.004928 m

Z  d  0.4 yU = 0,178 m

Mb
AStELU  = 1,61 cm²/m
Z  fsu

1.2. Calcul à l’ELS

 bc  15MPa

 st  201,633MPa
Mb
S  =0.01515
b0  d ²   bc

 bc
1 = =0.527
 st
 bc 
15

- 114 -
Chapitre 11 : Etude du contreventement

1   1 
 RB   1  1  =0,21>  S  ASC
ELS
=0
2  3 

Y1= 0,027169 m
1
Z= d  y1 =0,171 m
3
Mb
AStELS  =2,136 cm²/m
Z   St
ELS ELU
ASC=sup ( ASC , ASC )=0

ASt =sup ( AStELS , AStELU )=2,136 cm²/m

1.3. Condition de non fragilité

ft 28
L’acier minimal est : Amin  0.23  b0  d   1.88 cm² / m >ASt  Ast =2,17cm².
fe

1.4. Espacement

2 h
FP  st  min  =25cm
25cm

1.5. Diamètre des armatures

h
  20mm
10
On choisit donc: 4HA 8 / ml.

- 115 -
Chapitre 11 : Etude du contreventement

Travée Appui
selon coté a selon coté b selon coté a selon coté b
Dimensionnement à l’ELU
Mu(KN.m/m) 13.237 9.944 -29.382 -0.115
 0,0288 0.02166 0,064 0,00025

l 0,39 0,39 0.39 0,39

 0,03658 0,02738 0,08275 0,000313


Z(m) 0,1773 0,178 0,174 0,1799
ASt(cm²/m) 2.1515 1,61 4.88 0.018
Dimensionnement à l’ELS
Ms(KN.m/m) 9.805 7.366 -21.764 -0.0851

 RB 0,21 0,21 0.21 0,21

S 0,0201 0,0098 0.04478 0.000175

Z(m) 0.1696 0.171 0.1651 0.179


ASt(cm²/m) 2.867 2.136 6.53 0.023

AStsup ( ELU , ELS ) 2.867 2.136 6.53 0.023

Amin(cm²/m) 2.17 2.17 2.17 2.17


Choix 4HA10/m 5HA8/m 6HA12/m 5HA8/m

Espacement (cm) 25 20 16.66 20

Tableau 70: Dimensionnent à l’ELU et l’ELS

IV. Arrêt des barres

En travée « sens longitudinal » : On alterne


2HA8/ml filantes
2HA8/ml arrêtés à 0.1  3.6  0.35 m de la rive

En travée « sens transversal » : On alterne


1 HA12 /ml filantes
1 HA12 /ml arrêtés à 0.1  4.78  0.5 m de la rive

Sur appuis :
lX b
  =0.75 >0.4
lY a

- 116 -
Chapitre 11 : Etude du contreventement

1
X 
 
=0.0621
8  1  2.4 3
P=1.35g+1.5q=26.53KN/m²
M 0 X   X  P  lX2  21.35KN .m / m
Mb=0.135KN.m/m
  fe
l    38.5cm ls  38.5 cm
s
s
 4 
l1  Max   l1  40cm ;l2  Max  l1  l2  40cm
0.25 0.3  M appb  l  27.5cm  2  20cm
   x
  M 0b 

Figure 57: plan de ferraillage du voile en appui et en travée

- 117 -
Chapitre 12 : Etude des poteaux

Chapitre 12 : Etude des poteaux

Introduction
Dans ce chapitre, on traite le dimensionnement et la vérification d’un poteau de section
rectangulaire, le poteau est soumis à la compression simple.

I. Poteau de section rectangulaire


1. Evaluation de charges

Ce poteau est implanté au niveau de sous-sol, il est soumis aux efforts de compression suivants :
 Pu  1.35G  1.5Q  3896.7 KN

 Pser  G  Q  2827.4KN
2. Pré-dimensionnement

La section de coffrage n’est pas imposée. On propose une section carrée de côte « a ». Ce
dernier sera déterminé de telle manière que l’élancement « λ » soit inférieur à 35 pour faire
participer toutes les armatures dans la résistance.

12
Or pour une section carrée l’élancement   .l f ; avec lf = K.l0
a
On suppose que K = 1 (Cas le plus défavorable).
D’où : λ ≤ 35 

12.l f 

a  0.37m  soit a  0.5m Pour tenir compte du poids du poteau
35 

3. Armatures longitudinales
 Elancement de la section:
12 12
  Lf  3.72   25.77 .
a 0.5
λ ≤ 50  α(λ)=0.85÷(1+0.2×(λ/35)²)=0.77
 k .Nu Br . f c 28   s 1 3.8967 0.23  25  1.15
Asc    .     .  23.04 cm2
     0.9 b  f e  0.77 0.9 1.5  400

- 118 -
Chapitre 12 : Etude des poteaux

La section d’acier doit satisfaire la condition suivante : Amin  Asc  Amax

4cm 2 par métre de perimétre  


  8 cm
2
2
A min  max  2B   max   8 cm 
  5 cm
2

  Asc  23.04 cm
2
1000 

5B 
A max   125cm 2

100 

 Soit Asc = 8 HA 20 = 25.13 cm2


 Dispositions constructives :
40 cm 50  2.5  2
di  min   40 cm ;  di   15 cm  40 cm ( Ok)
a+10 cm 3

4. Vérification à L’ELS
Il faut vérifier
Ps 2.8274
 bc  0.6 fc 28 ; Avec :  bc    9.82 Mpa   bc  15Mpa
B  15 Asc 0.5  15  25.13 104
2

 ( Ok)
5. Armatures transversales
lmoy
Pour les armatures transversales t  12 mm et t   t  8 mm
3
 Espacement en zône courante :
40cm 
 
St  min a  10cm   30cm
15 min 
 l 
 Soit St = 25 cm.
 Espacement en zone de recouvrement:
Le poteau est installée au niveau de sous-sol et peut être soumise aux chocs des véhicules donc on
  max f e
 l  l avec l  
prend l s  l r ; r s s
4 s
 l  70.55cm
 r
Soit lr = 75cm ; lr : Longueur de recouvrement
ls : Longueur de scellement.
75  2  5
Dans la zone de recouvrement, il faut placer au moins 4 nappes  s t   21.6 cm
3

- 119 -
Chapitre 12 : Etude des poteaux

Plan de ferraillage (1/1)

- 120 -
Chapitre 13 : Fondation

Chapitre 13 : Fondation
Introduction

L’infrastructure et surtout la fondation dans un projet de génie civil, doivent être traitées avec un
grand soin lors de l’étude ou de l’exécution .Elle constitue donc la partie essentielle de l’ouvrage,
puisque de sa bonne conception et réalisation découle la bonne tenue et la stabilité de
superstructure.
De ce fait, on va essayer de concevoir et dimensionner le type de fondation adéquat à notre cas en
s’appuyant sur la capacité portante du sol d’une part, et l’importance des charges qui lui sont
transmises d’autre part.

I. Hypothèses
 La fissuration est considérée comme préjudiciable.
 L’enrobage des armatures et de 5cm.
 La contrainte admissible du sol est de 3 bars (c’est une valeur fournie par le bureau d’étude).

II. Etude d’une semelle rectangulaire soumise à une charge centrée


1. Evaluation des charges

La descente de charges est obtenue à l’aide du calcul manuel.


Le poteau est de section (50 x 50) cm2 et transmet à la semelle les efforts suivants :
Pu = 3.8967 MN ; PS = 2.827 MN

2. Dimensions de la semelle

Dans le cas général, on choisit les dimensions de la semelle de telle sorte qu’elle soit homothétique
a A
au poteau  .
b B
Puisque la semelle repose sur du gros béton, la répartition des contraintes est bitriangulaire d’où :

- 121 -
Chapitre 13 : Fondation

3 PSER b Pser 3 3 2.827


AB  B .    2.66m ;
2  GB a  GB 2 2 0.6

Soit A =B = 2.75 m
B b
Les hauteurs utiles doivent respecter :   d a et db   A  a  0.56m   d a et db   2.25m
4
 A  2.75m; B  2.75m 
Pour un enrobage c = 0.05 m on prend :  d a  db  0.6m 
 h  0.8m 
 
Pour une semelle de 2.75m sur 2.75m et de 0.8 m de hauteur le poids propre vaut

PP = 2.75 ×2.75 × 0.8 × 25 = 151.25 KN = 0.15125 MN


3 2.97
Pser = 2.827 + 0.15125 = 2.978 MN alors B    2.728m  ( Ok)
2 0.6

 A  2.75m; B  2.75m 
 
Finalement :  d a  db  0.75m 
 h  0.8m 
 

3. Vérification vis-à-vis le poinçonnement

Il s’agit de vérifier que la hauteur de la semelle est suffisante pour empêcher le phénomène de
poinçonnement de se produire, on doit vérifier l’expression suivante :
Pu'  0.045c .h. fc 28
Avec
c = 2  (a + b) + 4 h : périmètre du feuillet moyen

  a  2 h    b  2h  
Pu'  1    Pu
 AB 
c = 4.6 m ; Pu = 3.8967 + 1.35  0.1512= 4.1 MN ; Pu' = 1.71 MN

0.045c .h. fc 28 = 0.045  4.6 × 0.8 × 25 = 4.14 MN  Pu' = 1.71 MN ( Ok)

- 122 -
Chapitre 13 : Fondation

4. Détermination des armatures

Condition pour qu’il n’y ait pas à placer des crochets :


b fe B 4  s
ls     0.687m  b  687   19.47mm
4 s 4 fe
4  s
De même pour a  687   19.47mm
fe

Soit b  20mm ; a  20mm

1
da =db = h – enrobage – (HA20) = 80 – 5 – 1 = 74 cm
2
La répartition des contraintes est bitriangulaire  les sections d’armatures Aa bitri et Ab bitri sont
obtenues par les formules du cas de répartition rectangulaire multiplié par les coefficients suivants :
9 B
Aa bitri  Aa  rec  
8 A
 9 A
Ab bitri  Ab rec  Max 1;  
 8 B
Pu  B  b  4.1 2.75  0.5
Aa rec  Abrec    44.2cm2
8db f su 8  0.75  347.8

 9
Aa bitri  Abbitri  44.2  Max 1;   49.72cm2
 8
Remarque
La fissuration est préjudiciable  Il faut majorer la section d’armature de 10% Aa  Ab  54.69cm2
Pour la nappe supérieure :
Il faut utiliser (HA20) pour éviter les crochets. Soit 18 HA20 = 56.52 cm2
avec un espacement égal à 14.7 cm
Pour la nappe inférieure :
De même pour la nappe inférieure, on a la même quantité d’acier,
Soit 18 HA20 = 56.52 cm2 avec un espacement égal à 14.7 cm

- 123 -
Chapitre 13 : Fondation

5. Dimensionnement du gros béton (A’×B’×H)

A' A
 1
B' B
Ps  Psemelle Ps  Psemelle
A ' B '   B'   3.15m avec  SOL  3t / m²
 SOL  SOL
Soit A '  B '  3.2m.
 B'  B 
H  tg (50). 
'
  0.268m  soit H = 0.3m.
'

 2 

6. Poids propre du gros béton


A'  B'  H   GB  7.06t
7. Vérification du taux de travail du sol
Ps  PSEMELLE  PGROSBETON
σ=  29.78t / m²   SOL  30t / m² ( Ok)
A ' B '

- 124 -
Chapitre 13 : Fondation

plan ferraillage (1/1)

- 125 -
Conclusion

Conclusion

En conclusion, ce projet était une très bonne occasion d’appliquer quelques notions fondamentales
de différentes disciplines acquises durant notre formation académique à l’ESSAT, d’établir ainsi la
liaison entre l’aspect théorique et pratique, et finalement une bonne opportunité pour s’exercer aux
logiciels de calcul et de dimensionnement, qui sont devenus de nos jours indispensables pour
trouver le chemin de réussite et de succès dans le domaine Génie civil.

En plus, vu la richesse structurelle et architecturelle de notre projet, nous avons eu l’opportunité


d’améliorer notre esprit de recherche bibliographique et de documentation, ce qui a particulièrement
favorisé l’acquisition des nouvelles connaissances.

En derniers mots, espérons que ce projet illustre bien le fruit d’une formation de trois ans et qu’il est
à la hauteur des ambitions de tous ceux qui nous ont aidés, spécialement notre encadreur
Mr. NAJARI, que nous tenons à remercier encore une fois.

- 126 -
Bibliographie

Bibliographie

[1] Conception et calcul des structures de bâtiment, Tome -I- Henry Thonier.
 (Descente des charges)

[2] Conception et calcul des structures de bâtiment, Tome -II- Henry Thonier.
 (Fondation)

[3] Conception et calcul des structures de bâtiment, Tome -III- Henry Thonier.
 (Etude du voile de soutènement)

[4] Conception et calcul des structures de bâtiment, Tome -IV- Henry Thonier.
 (Etude du contreventement)

[5] Conception et calcul des structures de bâtiment, Tome -V- Henry Thonier.
 (Etude d’une bâche a eau)

[6] Béton armé, BAEL 91 ; modifier 99 et DTU associés Jean-Pierre Mogin.


 (Etude d’une poutre)
 (Etude d’une nervure)
 (Etude d’un poteau)
 (Etude d’une dalle pleine)
 (Etude d’escalier)

- 127 -