Vous êtes sur la page 1sur 2

OBSERVATOIRE DES MÉDICAMENTS, DES DISPOSITIFS MÉDICAUX ET DE INNOVATIONS

THÉRAPEUTIQUES
- OMÉDIT RÉGION CENTRE -
Date de rédaction :
FICHE BON USAGE Mars 2008
COMMISSION ___________________ Date de validation au
NUTRITION Comité stratégique
Vitamine C (Acide Ascorbique) 26 Juin 2008 :

RAPPEL SUR LA VITAMINE C

La vitamine C est l’acide L-ascorbique. C’est une vitamine hydrosoluble, chimiquement très proche du
glucose.
Elle n’est pas synthétisée par l’organisme et doit être apportée par l’alimentation.

RÔLES DE LA VITAMINE C

La vitamine C :
ƒ Est un puissant anti-oxydant par blocage de production de radicaux libres. Elle protège les
acides gras insaturés de la membrane des cellules par action directe à l’intérieur des cellules et
indirecte par régénération de la vitamine E.
ƒ Est nécessaire aux défenses anti-infectieuses
ƒ Facilite l’absorption du fer alimentaire en le réduisant à l’état ferreux
ƒ Intervient dans la conversion du cholestérol en acides biliaires
ƒ Stimule la synthèse et l’entretien du collagène, et par conséquent la résistance de tous les
tissus dans lequel celui-ci est impliqué : peau, cartilage, ligaments, parois des vaisseaux sanguins
ƒ Participe à la synthèse de certains neurotransmetteurs comme la noradrénaline
ƒ Continue à maintenir sous sa forme active le glutathion
ƒ Favorise la synthèse hépatique de la carnitine

CARENCES EN VITAMINES C

La pathologie spécifique, mais aujourd’hui exceptionnelle, liée à la carence en vitamine C est le scorbut.
Elle se manifeste par :
ƒ Des oedèmes distaux
ƒ Gingivites avec hémorragie puis perte de dents
ƒ Hémorragies cutanées
ƒ Tachycardie, dyspnée
ƒ Gangrène
Il peut exister des situations de carence modérée qui peuvent se manifester par des signes non
spécifiques tels que :
ƒ Fatigue, léthargie
ƒ Douleurs articulaires et osseuses
ƒ Anémie
ƒ Défaut de cicatrisation et de calcification

PRINCIPALES SOURCES DE VITAMINE C


La vitamine C est présente dans tous les végétaux.
Les principales sources de vitamine C sont les fruits (agrumes, fruits rouges) et les légumes.
Pour assurer la couverture des besoins quotidiens en vitamine C, il est recommandé de consommer
environ 500 g de fruits et de légumes par jour (5 fruits ou légumes frais, en conserve, ou surgelés, cf. ANC)

OMéDIT région Centre - Commission Nutrition – Fiche Vitamine C 1/2


Disponible sur internet www.omedit-centre.fr
APPORT CONSEILLES

Ils doivent tenir compte de la couverture des besoins en vitamine C dans le cadre de son double rôle,
pouvoir antiscorbutique et pouvoir antioxydant.
Les besoins en vitamine C sont accrus dans certaines situations pathologiques ; fracture, infections,
traitements anticancéreux mais également en fonction des modes de vie : activités physique intense,
consommation excessive d’alcool, tabagisme.
Chez les individus non carencés la concentration plasmatique de vitamine C est un bon indicateur du statut
vitaminique.
Le dosage de la vitamine C est réservé à des situations particulières ou des consultations spécialisées.
Des études épidémiologiques (SU.VI.MAX.) ont estimé la concentration plasmatique optimale de vitamine C
à 60 µmol/L chez le jeune adulte. Cette concentration permet d’atteindre le pouvoir antioxydant maximal
nécessaire à la protection des individus vis-à-vis des risques de maladies cardiovasculaires et
neurodégénératives, de cancer et de cataracte.

Tranche d’âge Apports conseillés (mg/j)


Nourrissons 50
Enfants 1 - 3 ans 60
Enfants 4 - 6 ans 75
Enfants 7 - 9 ans 90
Enfants 10 - 12 ans 100
Adolescents 13 -19 et adultes 20 - 60 ans 110
Femmes enceintes 120
Femmes allaitantes 130
Personnes âgées 120

REMARQUE

La vitamine C est la plus fragile de toutes les vitamines, elle est sensible à l’eau, à la chaleur, à l’air et à la
lumière.
Les modes de cuisson et de stockage doivent donc être adaptés de manière à limiter les pertes.
La consommation, au moins une fois dans la journée de fruits ou de légumes crus permet d’assurer
aisément la couverture des besoins en vitamine C.
Il existe des formes médicamenteuses pour administration orale dosées à 500 mg et 1 g et une forme pour
administration IV (10 % / 5 ml)

DANS QUELS CAS SUPPLÉMENTER EN VITAMINE C ?


ƒ Carence avérée en vitamine C associée ou non à une dénutrition
ƒ Nutrition Parentérale totale prolongée
En dehors de ces 2 cas, il n’est pas recommandé de supplémenter en vitamine C

L’HYPERVITAMINOSE C

L’élimination de la vitamine C est principalement rénale. En fonction de la dose et de l’état des fonctions
rénales il existe des possibilités de stockage.
L’élimination est sous forme inchangée, d’acide déhydro-ascorbique (25 %), d’acide 2-3 dicétogluconique
(2 %) et d’acide oxalique (55 %).
La vitamine C subit une filtration glomérulaire et une réabsorption de 97 à 99,5 % de la quantité filtrée,
lorsque le taux plasmatique dépasse le seuil rénal de 1,4 mg/100 ml, les quantités éliminées sont plus
importantes.
Il existe aussi une élimination par les fèces, d’environ 1 % de la dose administrée.
A forte dose, la vitamine C peut entraîner :
ƒ Diarrhées chroniques
ƒ Lithiases urinaires, lithiases oxaliques
ƒ Brûlures épigastriques

Références bibliographiques :
1 : Programme National Nutrition Santé. INPES 2002 ; Institut National de Prévention et d'Education à la Santé www.afssa.fr
2 : Apports nutritionnels conseillés pour la population française (ANC) 3ème éd. Paris : Tec et doc. Lavoisier, Paris, 2001
OMéDIT région Centre - Commission Nutrition – Fiche Vitamine C 2/2
Disponible sur internet www.omedit-centre.fr