Vous êtes sur la page 1sur 27

1

L’objectif premier reste bien d'améliorer l'efficacité des apprentissages.


Cet objectif est ambitieux ; il peut être atteint s'il s'appuie sur une réflexion
pédagogique qui vise à mieux prendre en compte les besoins des élèves pour les
aider à mieux réussir dans le temps de l'école de manière prioritaire.

2
CF : Extraits de la circulaire nationale de rentrée 2014 : 6 recommandations

1 - Utiliser au mieux la nouvelle répartition du temps scolaire


- des emplois du temps qui font alterner des matinées souvent longues et des après-
midis qui peuvent être très courts. Ce qui obligent à modifier les habitudes dans le
découpage des séances.
- une réflexion de l'équipe pédagogique sur la question des récréations. Plusieurs
points sont à prendre en compte : les récréations ne paraissent pas s'imposer
pour des demi-journées allégées (ne dépassant pas 1 heure trente de temps
scolaire), qui seraient autrement interrompues inutilement. Pour jouer son rôle, le
moment de la récréation ne saurait se situer en fin de demi-journée scolaire. On
veillera enfin à ne pas prendre sur le temps scolaire le temps de transition entre la
classe et les activités périscolaires.

2 - Organiser une alternance entre les types d'activités proposés


Tous les domaines d'enseignement nécessitent de la concentration et de
l'investissement de la part des élèves ; la répartition des séances entre matinée et
après-midi concerne ainsi tous les enseignements.
- Les matinées ne sauraient être réservées au français et aux mathématiques
même si ces périodes, pour la plus grande partie du temps, sont particulièrement

3
favorables aux apprentissages exigeants. Ainsi la matinée supplémentaire
(mercredi) doit être pleinement exploitée.
- Il convient également de trouver une bonne alternance entre des activités qui
mobilisent de manière variée les élèves (sur le plan cognitif, en matière
d'expression, dans les domaines moteurs, sur des supports traditionnels ou
numériques, etc.) et qui les mettent dans des situations aux finalités différentes :
recherche, structuration de connaissances, entraînement, mémorisation.

3 - Rythmer la journée en alternant des séances longues et des séances courtes


Certains travaux, notamment à l'école élémentaire, requièrent un temps long, alors
que d'autres peuvent se dérouler sur des temps courts sans préjudice pour leur
efficacité. Par exemple, des activités ritualisées indispensables pour vérifier, exercer,
entretenir, étendre des automatismes, peuvent se dérouler sur une quinzaine de
minutes, ce qui ne signifie pas que toutes les séances dans ces domaines soient du
même format.

4 - Utiliser tout le temps scolaire pour organiser l'aide aux élèves en difficulté
L'aide s'inscrit naturellement dans l'ensemble du temps scolaire (pas uniquement en
APC) ; les activités pédagogiques complémentaires constituent, en supplément, des
moments privilégiés puisque, alors, l'enseignant est totalement disponible pour un
groupe à l'effectif réduit.

5 - Penser à fournir des repères temporels stables aux élèves


- Un emploi du temps hebdomadaire régulier permet de donner plus facilement
des points de repère aux enfants.
- L'emploi du temps devrait être accessible aux élèves, quelle que soit la classe,
selon des formes de présentation compatibles avec leurs compétences de «
lecture ». Il acquiert ainsi une valeur contractuelle. Penser à l’importance en
sixième (se repérer, s’organiser dans son travail personnel)
- Des aménagements par périodes ou pour tenir compte de projets spécifiques
sont toujours possibles.

6 - Interroger le sens des apprentissages


La réflexion sur le temps scolaire doit être l'occasion d'une interrogation sur le sens
des apprentissages, le sens de l'école :
- il ne s'agit pas de juxtaposer des temps,
- mais de définir des cohérences pour former des enfants, leur donner du goût
pour les activités d'apprentissage, du plaisir, de l'équilibre, ce qui profitera alors à
leur réussite des élèves.

3
4
Tenir compte des besoins : référence pyramide des besoins d’Abraham MASLOW
- besoins physiologiques
Exemple de besoin primaire : la ventilation : La qualité de l'air des salles de classes
et un critères majeur du bien-être des élèves et des enseignants, ainsi qu'un des
facteurs influençant la qualité de l'apprentissage. Les salles de classes ont comme
spécificité de demander des débits de ventilation importants : une classe de 60m²
occupée par 25 personne demande 25*22 m3/(h.pers.) = 550 m³/h, soit environ 3
renouvellements horaires.
- besoins de sécurité
- besoin d’appartenance
- besoin d’estime
- besoin de s’accomplir

5
Source image : Wikimedia Commons

A noter :
- Le délai d’une heure trente entre le réveil et l’arrêt de la sécrétion de mélatonine
(hormone du sommeil) par le corps.
- Les pics d’éveil, de coordination, de vitesse de réaction et d’efficacité musculaire
et cardio.

6
Dynamiser son enseignement : Trois points :
Savoir repérer les signes de décrochage
Mettre en place des activités pour créer des ruptures et évacuer les tensions
Savoir alterner les modes de sollicitation, les modalités de travail, moduler la
durée des séances.

A) Repérer les signes de décrochage : « La bonne durée pour une séance c’est de
finir avant que la classe ne décroche ».

Malgré tout…quels sont ces signes de décrochage ? Signes corporels décryptés par
les enseignants : (poser la question aux enseignants dans la salle).
- position fléchie (dos rond, épaules rentrées..)
- gesticulation sur la chaise, nervosité, mouvements répétitifs (jeu avec le crayon…)
- hypotonicité ou hypertonicité de l’enfant.
- excitation ou passivité du groupe classe,
- inattention, manque de concentration,
- difficultés à mémoriser…
- comportements agressifs envers l’enseignant, entre les élèves…

B) Quelques idées d’activités pour créer une rupture, évacuer les tensions et

7
favoriser la remobilisation
- Rituels corporels
- Lecture offerte (très courte, style nouvelle, texte incomplet: la suite demain)
- Rituels en histoire des arts, mur d’images, écoute musicale,
- Rituels en LV
- Poésie/théatre (plutôt versant mise en scène en duo, viser le dynamisme)
- Chants, jeux de rythme.
- Activités rythmées (exemple calcul mental)
- Jeux de rupture

C) Dans la journée,
- alterner: les modes de sollicitations : les temps de recherche, de découverte,
d’entraînement, de création, de mémorisation, de réinvestissement, les types
d’activités
- découvrir/explorer
- conceptualiser
- mémoriser
- catégoriser….
alterner, les modalités de travail:
- individuel, binôme, groupe de 3 ou 4, groupe classe
oral, écrit
moduler la durée des séances en fonction des activités

7
Source de la vidéo :
https://www.youtube.com/watch?v=VPNCWEhrjaE
http://reeducation-ecriture.com

Mise au point aux Etats-Unis par le chercheur Paul Dennison, la "Brain Gym"
propose d'utiliser le corps pour mieux apprendre : ce courant éducatif a mis au point
26 mouvements simples qui ont chacun leurs vertus.
Certains aident à évacuer les tensions pour mieux se concentrer. D'autres favorisent
la compréhension et la mise en mémoire en stimulant les deux hémisphères du
cerveau, d'autres encore peuvent aider à mieux lire ou à équilibrer les émotions ...
Dans cet exemple, la Brain Gym ou gymnastique du cerveau, peut aider les enfants
qui souffrent de problèmes d'écriture. Présentés sous forme de jeux, ils sont souvent
un premier pas dans la prise en charge de la dysgraphie.

Cette pratique est actuellement testée et mise en place dans de nombreuses classes
comme activité de transition entre les apprentissages, pour, par exemple, préparer le
cerveau à entrer dans une activité de lecture.

8
Source :
Apprendre Autrement avec la Pédagogie Positive
De Audrey Akoun et Isabelle Pailleau
Editeur : Eyrolles (28 mars 2013)

9
Retenez que la façon dont nous utilisons les mandalas est à contre emploi (simples
coloriages).
En réalité, l'outil sert à favoriser la concentration ou l'attention. Il peut être un
préalable à entrer dans une activité d'apprentissage. C'est un dessin "orienté" qui
permet de travailler la "concentration" ou "l'attention" : le colorier de la périphérie
vers le centre, c'est travailler la concentration (regard intérieur) ; du centre vers la
périphérie, vous travaillez l'attention (regard extérieur).

10
Source :
Apprendre Autrement avec la Pédagogie Positive
De Audrey Akoun et Isabelle Pailleau
Editeur : Eyrolles (28 mars 2013)
s travaillez l'attention (regard extérieur).

11
Source du graphique : Rythmes de l’enfant. De l’horloge biologique aux rythmes
scolaires. INSERM 2001
http://www.ipubli.inserm.fr/bitstream/handle/10608/178/expcol_2001_rythmes%2
0.pdf?sequence=1

Quelles activités selon le rythme de la journée ?


La question ne se pose pas tant en termes de domaine d’apprentissage que de type
d’apprentissage, c’est à-dire de modalités de l’activité. Ainsi, « les exercices
d’automatisation, de renforcement, de répétition auront lieu pendant les moments
de moindre vigilance, les notions nouvelles (quelles que soient l’activité ou la
discipline) seront abordées pendant les moments de vigilance accrue ».

Le rythme de la journée doit tenir compte des pics de vigilance plus ou moins
élevés :
– au cycle 2 : les plages d’attention sélective de réceptivité et de disponibilité
optimales se situent entre 9h et 11h et entre 14h30 et 16h selon les individus
– au cycle 3 : ces plages de vigilance se situent entre 9h et 11h30 et 14h et 16h.

12
Le respect du rythme de l’enfant conduit à découper la journée en tenant compte de
l’alternance entre :
– temps de travail et temps de repos,
– mouvement et immobilité,
– séance courte et séance longue,
– les types d’activités proposées (découvrir/explorer, conceptualiser, mémoriser…),
– les modes de sollicitation (recherche, découverte, structuration, entraînement…),
– les différentes modalités de travail (oral, écrit, individuel, collectif…).

Références :
- René Clarisse d’après F. Testu, 1994 : « Fluctuations journalières de l’attention des
élèves de CP, CE2, CM2 ».
- Article 11 du décret du 6 septembre 1990 : http://eduscol.educati
on.fr/cid48218/decret-n-90-788-du-6-septembre-1990.html. Ces 10 minutes, si
elles prêtent à discussion par rapport au temps de service des enseignants,
peuvent se justifier du fait que, pendant la journée, tous les enseignants ne sont
pas de service de récréation et profitent donc d’une pause…
- Document Académie de Nantes : Les rythmes de l’enfant.
- Document DSDEN Haute de Seine « Vademecum rythmes scolaires et emploi du
temps ».

13
Quelles conséquences pédagogiques dans l’organisation des apprentissages ?
En élémentaire, ce n’est pas seulement la distribution des activités qui importe. Le
type d’apprentissage mis en œuvre est aussi à prendre en compte : exercices
d’automatisation, de renforcement, de répétition ou acquisitions de notions
nouvelles.
- Ainsi la première partie de la journée peut être utilement consacrée au
renforcement.
- La partie centrale constituant alors le moment des apprentissages nouveaux,
quelle que soit la matière enseignée.
- Le temps de midi inclut des temps d’activités libres et calmes.
- Le début d’après-midi peut être un moment de réinvestissement des
connaissances acquises et sa deuxième partie être alors réservée aux nouveaux
apprentissages.

14
Source du graphique : Rythmes de l’enfant. De l’horloge biologique aux rythmes
scolaires. INSERM 2001
http://www.ipubli.inserm.fr/bitstream/handle/10608/178/expcol_2001_rythmes%2
0.pdf?sequence=1

Construire l’emploi du temps sur la semaine


- Les études montrent que les élèves sont soumis à des fluctuations de
concentration hebdomadaires et journalières. Ainsi, la journée du lundi est un
jour où les performances des élèves sont moindres du fait de devoir se réadapter
à la vie scolaire.
-> Expérience de Testu : si on fait apprendre à un groupe de CE2 une liste de 14
noms un jeudi à 11 h et si l’on récupère ce matériel une semaine plus tard, à 11h, le
nombre de noms restitués est 52% plus élevé que celui d’un 2è groupe qui a appris
la mm liste un lundi à 11h et récupéré 7 j plus tard à 11h.

- La 5ème matinée introduite par la réforme augmente de 3h la période où les


performances des élèves, dans les domaines verbaux, de structuration spatiale et
opératoire, sont les plus élevées. Les emplois du temps doivent donc être pensés
de manière à ce que d’autres disciplines que celles dites fondamentales
bénéficient de ces heures de meilleure vigilance.

15
- Il est judicieux d’instaurer un « sas » entre la maison et l’école. L’accueil des
élèves à l’école se faisant 10 minutes avant le temps de classe, on peut envisager
qu’il se fasse directement dans les classes permettant ainsi à chacun de passer
tranquillement du statut d’enfant au statut d’élève.

15
16
Quels sont les facteurs qui augmentent le temps d’engagement de l’enfant ?
Le temps de l’engagement de l’enfant est fonction de sa capacité plus ou moins
longue à mobiliser son attention en classe. Plusieurs facteurs pédagogiques influent
positivement sur les variations du temps d’engagement : le guidage de l’enseignant,
les activités en grand groupe, la décomposition en petites unités, la clarté cognitive,
l’organisation des interactions et les retours correctifs et réflexifs.
C’est l’utilisation que l’élève fait lui-même du temps scolaire qui est déterminante
pour l’efficacité des apprentissages.

17
18
19
20
DIFFERENCIER sur certains créneaux :

 plusieurs niveaux :
- différencier (tout ou partie) français, maths… plages en autonomie à repérer
clairement
- Animer collectivement pour certains domaines programmations pour le cycle
entier

• soutien prévoir des plages de soutien (avant ou après) utilisables pour contrats et
PPRE

• travail individualisé :
- exploitation des erreurs après correction 30 à 45' chaque jour
- correction individuelle, écrite, différée éviter les corrections collectives

• projets travail par projets ou ateliers par besoins (non tournants)

• rythme de travail prévoir des plages de souplesse ne pas toujours attendre les
derniers

21
SE BASER sur les instructions officielles :
- Distinguer cycle 2 et 3
- Titres, reprendre les intitulés officiels actualisés
- Horaires : minimum et maximum imposés
- Recommandation : penser la différenciation (soutien, ateliers, travail individualisé)

PLACER d'abord les contraintes :


- Espaces collectifs : cour, gymnase, piscine, BCD
- Récréations
- Cycles : décloisonnement, créneaux Rased

CALCULER proportionnellement les durées


- Récréations
- Interdisciplinarité : travail individualisé, soutien, ateliers, à imputer de manière
équilibrée.
- Tableur : utiliser un tableur logiciel informatique, respecter les proportions
(durées)

CHOISIR pour être efficace


- Accueil : rituels, exposé, expression orale

22
- Rythmes de l’enfant, essayer de placer les activités / besoins supposés (limiter la
durée des séances : maxi 45 min ?)
- Diversité : alterner les formes de travail, ne pas enchaîner deux séquences
« lourdes »
- Rites : aider à se repérer par des régularités « horizontales » (exemple math à
10h15 chaque jour).
- Regroupement : semaine entière sur un domaine (à équilibrer périodiquement).
- Liens : rapprocher certains domaines pour des liens possibles ( EPS/musique,
LVE/DDM)

DIFFERENCIER sur certains créneaux


- Voir diapo précédente

EXPLOITER l'emploi du temps


- Afficher : en classe, accessible aux élèves, respecter et se repérer sur une horloge.
- Diffuser : agenda, cahier de textes, ENT, informer les familles
- Expliquer : décoder ensemble, se repérer dans le temps (modifications possibles
dans l’année).

EQUILIBRER périodiquement
- Repérer les domaines un peu délaissés (toutes les 6 semaines).
- Rééquilibrer : occasionnellement (sortie, décloisonnement) ; en fin de période
(projets spécifiques : concours).

22
23