Vous êtes sur la page 1sur 16

: ~:..

; 4

Le journal qui flélllbe méchamment , BimesbieI- NIIIJéro3 ,Juin - Septembre 92 '10 francs [lI3l5l-3-1O,OO f -ID I 1111111111111111111
2 • 0 N -1,H E F'R 0 N t LIN E

z 1 N E s se, entre autre initiative, des cam- - possible! Déjà une exposition "d'art
pings pour le clémentellement de la plastiques", lJ1 (des) corœrt(s) ... Un
blié, en supplément à la revue, un
dossier "Le mouvement corse
SÉLECTION

• ApIche -Journal réalisé, jus(JJ'iI


y a peu, par des scalpeurs et scaI-
pauses de Paris. Il a chqé de for-
base us et des autres équipements
militaires. Cette année (avec l'in-
tention d'organiser une manifesta-
tion au moment de la célébration us
festival de films? Des confé-
rerœs/débats? [ÀJ thé~? [ÀJ f~-
ball,? etc... Tout cela en novembre
 contre l'Etat français". Très bien fait
,et très informatif. A commander (22
francs) à N&R chez OlE, 20, avenue
au Centre autonome jeunes de
mule depuis mars (numéro un, n0u- du 4 juillet; et une manifestation de- Strasbourg. Pour tous contacts:
COLERE=ACTION Weber. 93500 Pantil}.-

velle série), pOur s'OlMir à d'autres m le Conseil régional de Toscane) Loran Berger cio Club des jeunes • L'Etat - Un imPQrta!1l
PAR FUNKY MARX
individus qui se retrouvent sur le ter- les canarades entendent créer ,les l'Etage, 19. quai des Bateliers - travail de contre-infonnation sur la
rain de la I~e -contre le capitalis- conditions d'un rassemblement de 67000 Strasbourg. terreur d'Etat (bawres, crimes sé-
Cette année, deux albums mar-
me, l'autoritarisme, le racisme, le lutte le plus large possible et d'une • Ecn - Le collectif parisien du ré- curitaires, contrôle social). Un ton
seau européen de contre-informa- quant nous viennent d'Angleterre.,
sexisme,'le fascism'e, la société réelle coordination pour la fermetu- faussement démocratique, qui ne
man:hWJde. Pour une société muIt~ re de Camp Darby. Centro di Cornu-
ACIIONS tion télématique (Europen counter doit pas faire oublier la qualité des Deux albums de soul, très au dessus
culturelle et égalitaire qui respecte nicazioOe ~ista, via di Mezzo neMurk) a désormais un numéro de information recueillies. Réflex, du lot et différents dans l'approche
l 'incJividuo. ftJ.J sommaire du prochain 46, Florence - ttalie. ilAd. - Depuis le début de l'~ fax où vous pouvez envoyer vos in- 14, rue de Nanteuil - 75015-Paris. et dans le son: Young disciples avec
numéro: SIDA, végétarisme, m0uve- démie, 13000 cas de SIDA ont été re- formations: 16-1/46 oi 1358. Road 10 freedom et M_ve attack
ment étOOiéI1t. squatts I)oonéis, etc. • CampiC COIIIIIIIIIste lbertaIre censés en région J)éIisieme. Chaque avec Blue fines.
Apache cio sëalp, BP 166 - 94501 - Comme chaque année semaine, 50 nouveaux cas sont dé- • Car - -Répondeur du Centre au- LIE U X Young DIaclples nous balance une
Canpigny Cedex. l'Organisation communiste libertai- darés en IJeœfrcrlœ. Les hôpitaux tonome du rock avec infos sur les soul plus dynamique, plus jazzy;
re organise un camping, près de ne peuvent pis accueillir ni soigner concerts. et les productions indë- '. BAR À MINE - Tous les évidemment, ils sont issus de la
• Soleil noir - Déjà le numéro _8 Forcalquier, du 25 juillet au 8 août. les malades dans de bonnes c0ndi- pendarites: 16-1/46 57 BO77 vendredis soir un bar sans scène acid-jazz qui, sévit à touilles
potJ' ce fëJlZile ITllItruturel, aYeC au f>JJ programme divers thèmes de dis- tions. L'~ de SIDA progresse. alcool (- P"ce qu'on , depuis maintenant 4 ou 5 ans. Uri' al-
pqrcrnme: III portrait de Ubertad, cussions: les pays de l'Est, le na- L'Assistance publique des hôpitaux
PUBLICAIIONS beaucoup mieux i en·"'re , hum, donc tout en profondeur avec
infatigable combattant de l'anar- tionalisme et la crise des Etats:na. de Paris n'est plus en rnesl.Ie d'y fat. semble que se bou,"" " une chanteuse qui n'est autre que
chisme radical du début du siècle; tions; le syndicalisme alternatif en re face ... Act up lance une cam- ,ueule.) clans le Pied de la fille de deux musiciens de James
une interview de Negu Gorriak; ta Europe; bilan des cam~s pour pagne pour imposer un plan d'ur- • MonIcus - Le joumal de l'anti- biche, un ancien théatre Brown (homme et femme, bren
Fanzinothèque de Poitiers; Un car} ùne lutte es femmes; les luttes de gence pour les hôpitaux. Act up France a espacé sa parution (trimes- squatté depuis décembre sûr. __
) et ça s'entend.
caturiste libertaire, Jossot; des BD la jeunesse, etc. Pour plus d'infor- Paris, BP231- 75822 Paris Cedex 17 triel) il sort en juin avec un numéro dernier. Pied de Biche, 10,
Pour Massive Attack, originaire de
(Black ffag, FalcJdandj et des chr(} mations: OCL/ Egregore, BP 1213, - Tél. 1&1/426344 78. - largement consacré à l'intégration. rue des Lombards, 75001
Bristol, tout part d'un sound-system
niques polar. A commander pour 10 51058 Reims Cedex. -Dans tous les bons kiosques de Paris (métro Chatelet).
pour aboutir avec un album sans •
frërlcs chez Baron noir, El> 527 -Paris Ftërlce et de Navarre, ou à contacter
HOI LIN É à: Mordicus, BP 11- 75622 Paris faille ou presque. Leur son rappelle
Denfert Rochereau, 75666 Paris • Contre le sommet des Sept - • FIIIZInothêque - Dans le cadre
Cedex 13. Tél. 43 37 03 98. celui du hip-hop sans être totale-
Cedex 14. Les leaders des sept pays les plus du Centre aùtonome jeunes de
ment rap. Un certain parti-pris pour -
riches du monde se retrouveront • Rebelles -t'Association des Strasbourg un projet de fanziho-
• NoIr et rouge - Rewe libertaire les middles-tempos ét les ambiances
• ~ -' Petit format aYeC , cette année du 6 au 8 juillet à prisnnier(e)s en lutte (APEL) et le thèque se met en place pour
~ pJeil de ~ et de sujets éÎ>Or- Munich. Des camarades alleméllds mensuel Rebelles peuvent t être qui consacre son numéro 25 à un mettre à disposition d'un maxi- dramatiques donne le ton de cet al-
dés. De la musik avec Aids Licl<ers, appellent à une mobilisation contre contactées en permanence au dossier -1981-1991: mouvements' mum de gens les productions de bum qui ouvre donc de nouvelles
KoroII, Scraps, Rage dedans; de la le G7, en parallèle avec la canpagne 16-1/40 372776. sociaux spécifiques; rapports de la contr~ulture. Vous pouvez en- perspectives pour la soul, trop sou-
critik radikal contre l'esclavage sala- "500 ans de colonialisme et de ré- forces politiques", qui ~ le bi- voyer vos productions à Loran vent aseptisée comme aux USA sous
rié, lés hypermarchés, l'expérimen- sistance", en particulier autour du • Reftex - Répondeur anti-fascis- lan politique, social et militant des Berger cio Club des jeunes la forme New Jack Swing (Bobby
tatioo ériimale, l'atematif (ou ce qu'il thème de l'antkacisme. Sont déjà te, anti-raciste de l'association années BOamorcé avec les précé- l'Etage, 19, quai des Bateliers - Brown, Guy...). Une des surprises de
en reste). A lire et soutenir, en plus prévus: une manifestation mteme- Réflex au 1M/42 50 99 43. dents numéros. Les mê~s ont pu- 67000 Strasbourg. cet album est la reprise dû standart
Didier, coupable de ce pamphlet tionale le samedi 4 juillet (les di- de Willie de Vaughn Be thankeful for -
cherche des contacts sur sa lointai- verses délégations du G7 seront whal you'oe gol, l'original de 1974.

~ockAGAINST TURPIN
ne banlieue nord pour faire bouger déjà à Munich); un contre-congrès D'autres versions sont trouvables.
les choses. Avis aux amatèurs. du S<rnedi soir au dimanche soir, le En reggae produit par Lee Perry, -
Didier Calcano, 1, villa d'Anjou - kmi 6 juillet une journée d'actions, avec Ken Bookle en digital, avec
95150 Tavemy (on peut aussi laisser. avec des initiatiYes diverses et dé- Jackie Mittoo sur Studio One et une
un message sur 3614 code CHEZ centralisées sur les thèmes propres de Sugar MinoU ...
• ZOGOTOUNGA). aux Collectifs et camarades partici-
Soyez fleureuX,"I'âlbtÏm se trouve et
pant à l'initiative. Contact: Ai( 'NNG '.TE DE SOUTIEN À QUILOMBO les clips passent régulièrement sur
cio 1ntoI..éŒn, Breisocherstr -12fm
INIIIAIIVES votre petit écran: ,. . -.
Munchen BO,A1~.

~._,.sAM~EDI27 JUIN
• Pu en ... avec ~ o.bJ - • Europe(s), Amérlques, etc ...
Depuis deux ans le mouvement an- Noweaux roondes. fm des roondes?
tagoniste de To~ (ttalie) organ~ 500 ans ont passé, la rencontre ~ ,_
'œrtainsœtêtJrent atde eùjjfidÉt~ I~ -,'

comment? ·Et comment!!!" serait


peut-être la réponse: .. Qu'est-œ qu'il Conc.... avec No.acIe, les 100000 Indécis,
nous en reste aujourd'hui, où, ici
~; comme à Sarajevo, Kaboul
Bidet bleu, etc. Dance hall avec DJ Prolo. Vidéos. roSSADA

ou LoS Ar¤eJes. l'autre est tOlPJrs


Publication bimestrielle
au centre de toutes les certitudes,
éditée par
e
l'associanon Octobre
de toutes les interrogations? Il ya là
en tous cas lJ1 bon lX'étexte à se ren- JJ, ~UE DESVIGNOlES, pARis 20 PLAY LIST

fi kIp·Hop
(régie par la !oi du 1';: juillet 1901)
contrer. pour les marges humaines -
Directeur de la publication
Peron net Pierre
de celle qui se veut capitale de
" l'Europe des droits de l'Homme. 92
à partir cie 15 heures soul .
toujours! Au programme? Tout est

Dépôt légal
Deuxième trimestre 1992 É DIT 0 RIA L o Force N.K. Zee, maxi, "Jarn".

ILS SONT LE PROGRAMME, NOUS SOMMES LE VIRUS


Commission paritaire
o Orkanised Konfusion,
en cours
maxi, "Walk into the sun".
Nu~éro ISSN
en cours
o Nice and smooth,
Impression Si une grande partie de l'Est de l'Europe semble parlementaires, ébats gouvernementaux, suspense,
maxi, "Sometimes ..."
Sf»EC, Limoges définitivement basculer dans la désespérance, avec le goût les classes politiques s'agitent en tout sens, he réussissant
amer des lendemains qui n'ont pas chanté, à l'Ouest, avec qu'à gagner l'indifférence d'une population européenne o Mr Fingers, maxi, "Closer".
Graphisme
le coup d'envoi de l'Exposition universelle, c'est plutôt- en majorité résignée à son sort. Finalement, se faire
GraphCom, Paris
l'heure des grandes transmutations. Dans les ex-pays exploiter ici ou ailleurs, voter ici ou là. quelle importance? o Fu-Schninkens,
Rédaction du socialisme réel, le nouveau credo du consumérisme n'a Faut être européen, brisons les frontières, vive la libre . maxi, "Ring the alarm" ..
Quilombo10ctobre
logiquement abouti qu'au chômage, la mise au travail, circulation des capitaux! Bien sûr, un petit pays
BP 781 - 75124 Paris Cedex 03 02 nd Il None,
(France) la frustration devant des produits (enfin !). visibles mais trop de cinq millions d'habitants, le Danemark a décidé
maxi, "If you want".
chers; la guerre nationaliste latente déclarée en Yougoslavie de résister _vaillamment à l'Europe du fric. Mais le nouvel
répondant en écho aux attaques racistes contre les immigrés' ordre européen est en marche. La normalisation ne gênera
o Soul to soul,
en Allemagne. De l'autre coté de l'ex-rideau de fer, finalement que quelques milliers de gêneurs qui auront 33t, "Volume III".
s'affiche a contrario la foi en l'avenir d'une Eu~ope nouvelle. désormais face à eux une Europe à 1 1 têtes et deux bras.
Prise d'un délire prométhéen, la vieille Europe construit Résistance! La fin de notre histoire ne s'écrira pas là, 03 RD Bass, maxi, "Gladiator".
maintenant à grand pas ses Etats-Unis. Précipitamment, car ni celle de la nécessaire transformation de ce monde.
l'année 92 sera celle de tous les vertiges: Cinqcentenaire, Dans tout programme, même le plus élaboré réside o Kris kross, maxi, "Jump".

accord de Maastricht, marché unique européen. une faille, un virus, celui de notre intelligence collective.
o Willie de Vaughn,
Comme s'il s'agissait de parer la construction de l'Europe Un programme n'est que la réponse à un virus précédent,
33t, ·"Be thankeful".
unie du mythe du nouveau monde {l'Amérique n'étant comme toute initiative du capital est une réponse
finalement qu'un avatar" réussi" de la civilisation à la lutte des prolétaires. Nous saurons contourner l'Europe
oThe Jam, 33t, "Extras".
européenne). Célébrations multiples, débats des Etats! RAD
VIEUX MONDE. 3
v
CIRCUS

SACHEZ LE RECONNAITRE Si seulement, nous pouvions saigner


La gu~1Ye et la paix
des nations' .
Voici un nouveau personnage dè bande-dessinée, "symbole de l'ordre dominant" les petits soldats assoiffés de plomb
Il paraît que la guerre froide n'est armes nucléaires des avions etc.
et de ce qu'il y a de plus ignoble au monde, pour ses éditeurs. Le jeux consiste
plus à la mode. On dirait que le pas- pour les enterrer non pas seulement
à l'identifier en répondant à quelques questions d'une simplicité extrème .•• et égorger les cerveaux troués de nos sage à celle qui lui succède - chau- chez eux mais aussi dans de pays
de celle-ci, économique, de marché, satellites, déja indépendants eux,
1 - Quel est le nom simpliste et stupide de ce personnage? selon le nouvel ordre de partage in- non pas comme ceux de l'ex URSS,
dirigeants aveugles et sourds. Mais ternational - provoque des étin- lesquels se revendicant d'une iden-
2 - Quel est le nom et l'adresse de la crapule qui est l'auteur de cette bande-dessinêe? celles qui allument de braises, de tité nationale en detiennent déjà et
feu et de sang certaines régions sur sont dangereux pour cela.
l'incompréhension crache ses
3 - Quel est le titre du torchon qui fait paraitre régulièrement les "aventures" lacarte mondiale. Peu nombreux sont ceuw qui, en
de cette littérature "abject" ? Il semblerait que des nationalités revanche, se préoccupent et agis-
poumons hypocrites. Nous ne " opprimées" se soulèvent, provo- sent contre-le danger" controlé "
Envoyez vos répoœes au journal, cant des guerres locales, des des armes nucléaires enterrées
les gagnants auront conflits d'une autre. forme spectrale dans un pays" souverain" membre
une trèsgrosse surprise". respirons plus qu'un instinct de que celle avancée par les médias de la Communauté européenne et
aux ordres, pour tenir soumises " indépendant" comme la Grèce.
, "les foules ", dans les pays autopro- Les USA dans des bases navales de
survie. Instant de mort. L'équation est
clamés démocratiques, non pas en l'OTANen cachent.
guerre eux, mais avec des mouve- Il parait que le porte avion nucléai-
facile. L'équation est reptile quand le ments nationaux-fascistes adjacents re US qu'est devenu l'île de Crète
en extension .. fait naître de ses entrailles, aux en-
Nous savons, en vérité, à intérêt à virons des bases, des produits ra-
sperme des fossiles révolutionnaires favoriser des êlements-fascisants dio-actifs impropres à la consom-
- qui ne sont pas nés de la dernière mation. De .même, il parait que le
pluie - , les pousse à d'agir, à se pourcentage d' habitants cance-
putréfient le sol de nos envies montrer, pour les condamner en- reux dans les villages autour des
suite dans un charabia médiatique bases est "anormalement" élevé.
c'aesolu. La folie est la seule chance pour faire peur aux serfs d'un Pour certains tabous post- mo-
moyen-âge informatiqué et post-mo- dernes, pour d'autres un petit plus
dernes : les féodaux, les seigneurs de répression étatique.
.. de s'en sorti r vivant et de ne pas du fric et de l'arnaque institutiona- Qu'importe, de toute façon selon
lisée, sous les pieds du veau sacré les médias officiels, il n'y a pas
capital. Ceux qui descendent les d'armes nucléaires en Crète.
assister au spectacle obscène d'une D'autre part l'Etat vend au capital
GRAND SPECTACLE des îles paradisiaques et reserves
LIBERTÉ
société en manque d'orgasmes. ÉGALITÉ naturelles uniques (ile de Chrissi ou

Rio:-:amaque -à gogos! FRATERNITÉ Ghaïdouronissi, au sud de la Crète).


Heureusement que quelques uns ne
Soyons calmes et disciplinés. Voilà,le ~ tombent pas d'accord avec la poli-
tique de défencè de l'OTAN et ne si-
Un sommet de l'écologie pour les puissants de ce monde .•. Vaste fumisterie ... gnent pas de communiqués com-
mot d'ordre de cette fin de millénaire! muns mais, c'est tout sinon ce ne
Sinistre plaisanterie, aussi, où le non-avenir de la planète
serait pas. démocratique et puis en
r-~-"!t~~· .. JNwboun~ d'une bonne conscience écologiste nauséabonde. dire trop nuit au consensus des af-
Les humanoïdes de la peste .
faires mutuelles. _.et les mensonges
Ça y est, c'est parti, le "Sommet de pestilentielles dégâgées-Pai les.mil- bombe populaire qui menace par- du pouvoir et de seslaqeets ponti- 'o!:.
~~~e\~~~en»rbite. On va lions de cadavres que laisse derriè- fois de leur péter au nez. Notons àu deviennent plus sensibles que le ciens continuent.
_ •.sauver la planète! Dans leschau- . re èlle-T'écdoomie de marché. ,Suffit passage la sefvilitê tontonesque de Sinon, on ne fayorise pas de la sor-
t lTIières, pardon, dans les maisons d'appeler ça'''environnement'', de la plupart des ONGfrançaises: sou-' -t!ia xêno'phobie el1e~élémelfk;"~~
t ~---Merlin, on a la larme à l'œil. Papa. gommer tout ce-qui petit entraver tien à la création d'une Haute modèle de no~recher petit monde si moralistes qui manipulent les gens
.~Qit.à senriouflMs-; -VQtJslllliz:oo;r, le libre f~fonhement d'un capi- Autorité Mondiale, au pouvoir avec des idéaux natlonalo-Ias-
tout le monde va s y mettre, ça va talisme-livré à une compêtltionfê- consultatif parfaitement inefficace; cistes ?.:.Eton aspire à unecommu-
r être formidable! roce qui ne se préoccupe que de sa à la création d'un droit à l'environ- . imbu de lui-même. Ilnous serait fatal '
nauté européenne, alliance sainte
Joli pathos, n'est-ce pas? L'utilisa- réussite quel qu'en soit le prix (éco- nement ... qui cédera comme d'ha- de notre temps.
tion émotionnelle de ce premier logique, humain, etc), et on a un vé- bitude devant le droit du plus fort. de pardonner cette pluie acide qui l'INNOMINÉ
sommet planétaire rentre donc ritable outil médiatique qui vous re- Bref, Rio est plus une gigantesque
dans une logique d'intox média- donne une virginité à un système entreprise médiatique qu'un outil
tique chère à tous les pouvoirs et pourri jusqu'à la moelle. N'oublions de travail donnant des réponses nous chuchote à l'oreille notre avenir,
ceci depuis ad memoriam. Sans al- pas qu'en France, les législatives concrètes aux problèmes d'envi-
ler aussi loin-dans le temps, l'année approchent et que le PSa déjà en- ronnement et de développement. .TA VIE VAur-ELLE
dernière, c'était la guerre "propre" gagé des négociations avec les éco- Comment en serait-il autrement vu otage d'une poignée de principes
du golfe, cette année, c'est "sau- los-soft: Tonton, en bon vieux mac les intérêts financiers énormes qui LA PEINE' D'Ê1RE VÉCUE?
vons la planète!". La racaille politi- qu'il est, a compris qu'il était temps sont en jeu! assassins. Alors, bouilles d'ivresse_ Si tu veux le savoir répond en ton âme et conscience
cienne a senti le vent frais de l'eco- d'engager de la cuisse fraiche. Que Une seule solution: que les indivi- 'à ces simples questions de bon sens.
logie souffler sur les. odeurs penser de ce ramassis putride dus, les ONGdu monde entier qui se LA SCOLA.nt, C'EST: LA IOOUCE,C'EST :
d'écolos faisandés, mélange de néo- sont rendus à Rio, et les autres, dé- Quittons cette planète trop sûre Il Nos plus belles années
• LA gardienne des liberœs

libéraux sauce requin (Lalonde, cident une fois pour toute de se Le gblier du temps voté )t Un vaste éI..,.,., de pora )t

Fabius ...) et de post soixantuitards passer de cette politicaille qui pa-


Un camps de prisonniers
• LA première associatiori de ...... iteun du pays

rancis (Cohn "bandit", rasite la planète et qui va vientôt la d'elle-même OU mettons-nous à Il UNE HEU.E DI COU.S, C'EST : LATÉLt, C'IST :

Dumont ... sous le haut pa- ' faire crever. Qu'ils fassent la peau
Du tonus pour l'e1ptit
Le monde du silence

)t
LA lucarne

Le secours
rnacique
cathodique

)t

tronnage du clergyman
Waetcher). Tout cela
aussi à une race de journalistes que
je propose d'appeller "perroquets"
l'ombre pour rattrappe.r l'onde
Il Un somnifère puissant
• L'krann-taléfic!u!'

UN DIIOLOME,C'EST : LA .AUCHE ET LA DIIorn C'IST
pue la trahison, la et qui ne sont que les porteurs de disfin&ue l'homme de
Ce qui la bêee

)t
LAbeileetlabtte
LA Qrotte et le baton

)t
compromission ... message des nouveaux rois.
Dès que quelques Néanmoins que l'information vraie
apaisante du désir. En attendant, Il ~==~:=!lJyuenctMer
• LA peste et le ~r2

LA 'AC ÇA DOn IE11Il: US CONNE.IIS, IL VAUTMIIUX s ,
miettes tomberont de
la table des puissants,
ces écolos-là se jetteront dessus et
circule, que les populations réflé-
chissent et qu'un nouveau "Big laissons-nous tomber à travers nos
Bang" se prépare. C'est à cette seu-
Il ~c:~I::=

Une cour des miracles


·

)t
En entendre
En dire
Enbire

)t


s'entre dévoreront. Et qu'on ait pas le condition que notre bonne vieille
paupières engourdies. La nuit
Il LA SIUU tcou LI•• I, C'IS' : LA SIUU SOLUTIOIIC'UT :
l'obscénité de nous parler Terre pourra éviter une orbite qui L'kole
L'kole
privée
publique

)t
LA manipulation
~~iation

)t
d'hommes politiques courageux et
intègres! Car si c'est vrai, c'est
la conduit actuellement, irrémédia-
blement, au suicide collectil, deviendra furieuse. La stèle de nos Il
L'kole

U 'AilILU,
buissonniere

C'UT:
• L'occupation

POU. TOI, 110 l'OWfIII C'IST:
qu'ils sont suicidaires.
Dans la perspective de Rio, venant
des français, la nouvelle idée à la
, LYMPHâM'

regards vomira nos rages armées et


Ton tquipe pour la
L'6cole du

IILApriton
n'Iensonce
..... les~
vie



)t
No comprendo
Nofulure
No probIem ..

)t

mode, c'est celle d'une démocratie U... MAN., C'IS' : IL VAUTMIIlUX0 .... :

participative. On veut nous faire Une roncIonnft p6descre


• Plus

nos vertèbres se déssècheront pour Il Le monde en marche
)t Encore plus )t

croire que ceux qui nous gouver-


nent sont capables de partager le
LA horde ......
• Toujours plus

- Si W al au moins un •. "Tu Ht encore plus con que CU en as l'air et c'est peu clere. N'ai donc aucune inqu~wde.
pouvoir qu'ils ont accaparé avec renaître et anéantir les nausées
ta 'lote est toute tracte: tu seras une brtque dans .. mur.
- Si w as quelques )t . en toi aUDi le vide ne c.... de PCM" _Sache qu'une vie de tnt .. H ne lai ... quo pou de
tant d'acharnement. Tu parles! Ne sou'lenirs et que lU es sur Iii pente savonneuse qui y conduit. Ne te kilIMS pu roulet' commre un stick . Tu n·a .......

soyons pas dupe, c'est encore une


- Si lU as dos"
de la vie quo ce quo w lui prendru ,
en papille, sens .... . Tu as comptlJ quo -'" on.du leu ~fait
toujours Intjt dtaud pour _&on le camp cio travail .. le maquis • lU • choisi ' ..._ en zone .... '

fois une façon de désamorcer la interdttes. SCALPEL


4 • VIEUX MONDE

REBEL WORKER

Soulllission OU prison. ••.


L'ouverture de l'Expo 92 était
une des échéances importantes pour
Le 4 février dernier, Joël Lamy est Au cours de la grève, une échauf-
les camarades, en Europe et en
entré en prison, condamné à 6 mois . fourée s'est produite devant le siè- Amérique, qui se mobilisent contre
pour sa participation en 1989 à la ge social de Rufa, et un flic fut bles- la sacralisation de la conquête
grève de Rufa, une grande entrepri- sé à l'œil. La police désigna Joël, de l'Amérique, du génocide
se du bâtiment de la région de travailleur non syndiqué, qui de peuples entiers, de l'oppression
Caen. Un conflit très dur, qui dura 5 œuvre pour l'auto-organisation des et de l'exploitation déployée partout
mois, avec piquets de grève, bar- prolétaires depuis longtemps dans par le nouvel ordre mondial
rages, organisation à la base, sé- la région de Caen. Joël nie avoir été international. De sont côté l'Etat
questration de cadres, occupation là ce jour-là (il n'est pas salarié de a déployé un dispositif de contrôle
et soutien actif de camarades de Rufa), tout en affirmant sa solidari- et de répression sans précédent pour
plusieurs entreprises de la région. té avec les grévistes. garantir la paix sociale pendant
En mars 1989, c'est la reprise du tra- Peu importe, il est reconnu cou- toute la durée de l'Expo 92: présence
vail sans résultats immédiats sur pable et a été condamné en appel à massive de flics divers (brtndés,
les conditions de travail et les sa- 6 mois de prison (enne, plus 3()()()()() commandos antHerroristes, civils),
laires. L'heure est à la répression: francs d'amende. Joël paye ainsi le campagne de presse sur le risque
deux grèvistes sont licenciés pour d'attentats_ de l'ETA, interdiction
fait d'être un prolétaire combatif; il
de toute manifestations de rues ...
leur participation au conflit et une paye pour s'être solidarisé active-
quarantaine d'autres pour" motifs ment avec les grévistes de Rufa; il
Coup de téléphone de Séville
économiques " paye son opposition résolue aux Radio Sherwood - Padoue (italie)
patrons et aux bureaucraties syn- 21 avrIl-12 heures
dicales ; il paye sa rage d'insourni à [... j Le dimanche a été organisé
l'esclavage salarié. _ un concert sur une place de Séville, à SPANISH BOMB
la fin duquel diverses réalités du
Deml.re .Inute mouvement antagoniste d'Europe ont
Joëllamy a été libéré dans les derniers
jours de mai... Il a maintenant à faire
face à une procédure de licenciement
spontanément organisé un cortège
qui a parcouru les rues de la ville.
Il n'y a pratiquement pas
Collire .Ie.grand
engagée par son employeur. On peut
contac.ter son' comité de soutien en
écrivant à: Joëllamy, chemin du Pont-
Chalon, 14210 Baron-sur-Odon.
eu de problèmes avec la police
et la manifestation à rencontré
la solidarité des gens [... j'ce n'est
qu'à la fin que la police a attaqué
spectacle du capital
les derniers rangs du cortège, et il y L'année 92 est celle de toutes les auto-célébrations du nouvel ordre international.
a eu alors des affrontements Exposition universelle de Séville, Jeux olympiques, fêtes colombiennes, sommet de Munich •.•
PAS CE SOIR, CHÉRI et des barricades. A ce moment
la police a commencé à tirer contre autant de moments d'une véritabl,e offen~ive politique.
la-manifestation. Une jeune fille de
:Josi'ane n'ira pas Séville qui ne participait pas à la
manifestation a été grièvement
Le grand spectacle du Capitalisme
aujourd'hui, en 1992.,commémore et

, dorlllir ce soir blessée à la poitrine, une camarade


de Grenade a eu la jambe fracassée
sacre le Cinqcentenaire de "la dé-
couverte de l'Amérique". Cette
par une balle de plastique. Célébration regroupe l'Exposition sans ·un changement radical
L'autel de-la productivité va rece- ments lourds, faire tourner les êqui- Le cortège qui rassemblait 500 Universelle de Séville, les Jeux olym- de l'actuel modèle productif,
voir le sacrifice de nouvelles vic- pements en continu et mettre au la- personne s'est dispersé àce piques de Barcelone et la consécra- politique et social.
times. Martine Aubry en soit louée. beur la main-d'oeuvre jour et nuit. moment. Il y a eu en tout sept coups tion de Madrid, Capitale culturelle eu-
Après'être allé chercher ses enfants, Peu importe si à long terme le coût de feu, et ceci a été filrné. Les gens ropéenne. Toutes ces célébrations _ Dénoncer la politique démogra-
avoir fait' les courses et bordé son du travail de nuit peut s'avérer être se soot dispersés par petits groupes, convertissent l'Etat Espagnol en une phique que les Organisations inter- •
mari, Josianne n'ira pas dormir. La êlevê. En effet, différentes études des dizaines de fourgons de vitrine (aguichante) du nouveau mo- nationales eMes ~N~dé"~~;"""
Cour de justice des communautés eu- réalisées sur le travail de nuft ten- polices sont arrivés [ ... j. Un groupe , dèle du capitalisme avancé, qui se lent implanter: par des contrôles de
ropéennes a en effet considéré dans dent toutes à montrer sa nocivité plus important, dans le centre ville, présente comme l'unique voie en fa- la natalité, notament basés sur des
a été agressé par plusieurs dizaines veur du progrès de l'humamtê. ., stén~tiQIJS~,a1f~'
un arr_êt du 25 Jujll~~.!~1 q~~ J~~~~t.rayaillel;!!~t: sur
..
._111 it'.'II.a-ifttalfltamroe ...:...~ènrie~Îàpj)6rtv
C

dû'
'

en
dê flics éagoule qui "ii'ltérpellé fomentant le racisme, et la construc-
. nuit des femmes, était contraire au BIT, Bureau Întematoinal du travail, tout le monde. En fin de journée on tion d'un nouveau mur ayant pour '
Un modèle constitué de trois ingré-
comptait 45 personnes arrêtées, et
principe d'égalité entre hommes et souligne notamment le ~sentiment de dients de base: démocratie parle- but d'empêcher l'assaut par les Im-.
mis en garde à vue pour 72 heures
, femmes énoncé par la directive de malaise et d'isolement ressenti par les mentaire, libéralisme et progrès migrés, . des places fortes du
(avec interdiction de tous contacts
1976. La Cour a donc enjoint la travailleurs,de nuit [ ••.] dû pour une avec un avocat ou l'extérieur). Parmi technologique. Ils tentent de nous Capitalisme avancé.
f France de dénoncer la convention
n089 de l'OIT, Organisation intema-
large part au dééalage ~ leurs ho-
raire: de travail par rapport à ceux
les interpellés il y a des camarades vendre l'idée que, cette combinaison
en adéquation à ces éléments, et son ._ Révéler quelles seront les réper-
l tionale du travail, qui interdisait le des autres travailleurs, c'estë-dire à
de diverses nationalités: allemands,
autrichiens, et un kurde. Il semble application à l'ensemble de la planè- cussions de la création du Marché
i travail de nuit des femmes dans l'in- une désynchronisation de leurs temps qu'il y ait aussi une dizaine de te, peut assurer pour tous un futur (Inique européen en 93, qui accen-
1
1 dustrie. Cette interdiction, en de loisin». S'ajoutent à cela les in- blessés par coups de matraques, et libre, prospère et équilibré. • Soutenir, en so- tuera les différences rêgionales, et
1 France, datait de, 1892. A l'origine, évitables troubles du sommeil, di- qu'un flic ait une fracturé du crâne (il .Cependant, les faits que nous pou- lidarité avec les surtout augmentera encore la dua-
elle avait pour but de protéger la gestifs et cardio-vasculalres, Si le pa- .vons observer dans différentes par- organisations du lité sociale déjà entamée en ampli-
! maiIHI'oeuvre féminine d'une ex- tronat a souvent avancé l'argument
y a en fait 14 flics blessés NdT).
[... j Le jour suivant [unej man ifs a eu .ties du globe, nous démontrent la continent américain, fiant les aires de pauvreté, en élar-
r ploltation saDI vergogne mais aus- du volontariat, peut-on vraiment lieu: les indiens y sont allé et ont lu .prédominance de tendances exac- leur proposition de campagne: «500 gissant les rangs du quart-monde au
si, il ne faut pas l'oublier, de conïor-: parler de volontariat lorsque le communiqué. De nombreux tement opposées les unes aux ans de résistance indigène, noire et Nord (les pauvres, les retraités, l'ex-
ter la femme dans son rôle l'unique alternative au travail de nuit camarades étaient aussi présents. autres, qui conduisent de façon ac- populaire », contre la célébration du ploitation ou la marginalisation des
traditionnel d'épouse et de mère. est souvent lechômage? Une fois de Les choses ont commencées très célérée, à des inégalités croissantes Ve centenaire de la "découverte de jeunes et des immigrés, la précarité
Le projet de loi concocté par le mi- plus dérèglementation et flexibilité tranquillement et quelques et à une destruction de l'environne- l'Amérique ", et dès lors dénoncer des emplois ...). Il est necessaire de
nistère du travail vise donc à faire sont à l'ordre du jour et laissent en- camarades se sont assis autour des ment social et ambiant. Cette situa- de quelque endroit que l'on se trou- faire scandale sur la situation so-
indiens. Il y avait beaucoup de
tomber les dernières barrières in- trevoir clairement quelle sera tion indique qu'entre les pays riches ve, les actes de célébration ayant un ciale du Nord, en dénonçant la po-
journalistes de presse et de
- terdisant le travail de- nuit des l'Europe sociale de demain et la pla- et les pays pauvres se creuse un abî- rapport avec cette date d'anniver- litique de consensus qui s'appuie
télévision.- Certains portaient des
femmes dans l'industrie, même si de ce que le salarié y trouvera, en tant me croissant, qui s'est consolidé saire de très mauvais gôut. sur la vague de répression et de
panneaux demandant la libération
fait, des accords de branches que simple outil de .oe tous les camarades, criant ces dernières années, parvenant à contrôle social grandissant.
avaient déjà été passés dans la mê- production, cor- des slogans. Au bout d'une vingtaine une crise profonde mettant en dan- _ Critiquer les façons d'agir de COORDINATION

tallurgie par exemple,ouvrant ainsi véable à merci. ~ de minutes il y a eu une intervention ger l'espèce humaine (centrales nu- l'Etat par rapport aux évènements' , «Nous DÉMASQUERONS 92»
la voie à sa généralisation. SHANI .massive de la police et de plusieurs cléaires, changements climatiques, culturels de 92 (Expo' 92, Jeux olym-
En faisant de sa pratique, un argu- brigades spéciales avec motos trou dans la couche d'ozone, épui- piques ... ), les intérêts économiques (La coordination" Nous démasquerons
ment en faveur de l'égalité des et cagoules. Ils ont encerclé sement des ressources non renou- et politiques de ceux qui y partici- 92 regroupe, dans l'Etat Espagnol, l'en-
M

sexes, l'hypocrisie de la Cour de le secteur et sont intervenus à coup velables, contamination des eaux, pent et le manque d'utilité sociale semble des groupes libertaires (CNT,
Justice eurcoêenne et du gouverne- de matraques, tapant les gens des sols, de l'air ... ). des investissements consacrés à CGT), autonomes (Sabotaje, Lucha au-
ment français est entière. Pourquoi présents [... j dans tout le quartier A aucun moment de l'histoire, tant ces éphémérides, tout autant que le tonoma, Free art Minuesa) et alternatifs
dans ce cas, ne pas aller vers une autour de l'Expo 92, un tas de gens de milliers et millions de personnes gaspillage que cela suppose. (Los Ven/es, Causa vente) qui entendent
égalité des salaires hommes / qui n'avaient rien à voir ont été n'étaient tombées dans un tel contester activement les manifestations
femmes? Pourquoi ne pas étendre ' frappés, dans les bars, par des flics gouffre de misère tel que celui qui, _ Expliquer l'incapacité de l'êcono- d'auto-célébration du nouvel ordre in-
l'interdiction du travail de nuit dans cagoulés[ ... j. Maintenant nous actuellement,gagne une très large mie et des gouvernements actuels à ternational, à commencer par l'Expo de .
l'industrie aux hommes et veiller à sommes dans un local qui appartient partie de la planète. affronter la présente crise écolo- Sévilleet les JO de Barcelone).
à divers associations. Les maisons Devant ce panorama édifiant d'in- gique mondiale. Les innovations
ce qu'il soit réglementé dans les pro-
occupées sont encerclées
fessions où il est nécessaire (santé, soutenabihtê, s'est formé, dans l'Etat sclentlfico-technologiques de
et dimanche il y a même eu
transports, restauration) afin d'as- Espagnol, une campagne à laquelle l'Expo, ainsi que les propositions de
des charges de police à proximité
surer des comperisations en matiè- participent de nombreux groupes la conférence sur le milieu ambiant
des lieux fréquentés par les
re de revenus et de temps de repos? . camarades. d'horizons divers, avec pour thème: au Brésil (Eco '92), servent à dissi-
La réponse est plutôt claire du côté te Pour démasquer la grande fête de muler ces problèmes. La transition
du patr.onat: il faut par tous les Europeln Counter Network - Paris 92 Il. Elle entend intervenir sur les écologique nécessaire à l'humanité
moyens rentabiliser les investisse- FIX 46 07 13 58 cinq points suivants: ne pourra être abordée réellement
NOUVEAU MONDE. S

DERNIERS MOHICANS
LEUR JUSTICE

pANC~O ~llA, ~
CONTRE LA NÔTRE Chasse aux MohClVlks
Le sous-brigâdier Hervé Oriol Au début de l'été 90: les Mohawks une inculpation pour meurtre. En fé-
de Kanesatake au Québec sont as- vrier 92, le jugement est rendu.

ou lA 101 C'EST MOI!


inculpé pour' Homicide involontaire Acquittement pour Roger Lazore,
siégés par l'armée etla police cana-
après la mort de Thomas Claudio, dienne. Us se sont opposés au projet 4 années d'emprisonnement pour
. de destruction d'une forêt sacrée en Cross et 2 années pour Gordon
parre-choqué en Octobre 90,
vue de la construction d'un terrain Lazore. Contre Cross et Lazore, ont
à Vau~ en Velin; à été relaxé par de golf. Une première barricade est été retenues les inculpations
montée. Pour empêcher la progres- d'émeutes, d'attaques aggravées et
le Tribunal correctionnel de Lyon.
sion des forces de l'ordre, des' de possessi\)n d'armes à feu. Les
Non. Ceci n'est pas le titre d'un de ces westerns débiles de la cinq.
Inculpé pour les mêmes motifs, jeunes warriors ouvrent Te feu. Le siè- trois accusés ont été jugés par un
, Cet article tientà évoquer la recrudescence de la criminalité dans les commissariats, ge durera 77 jours. jury entièrement blanc. Le 2 Mars, a
le conducteur de la moto, dont la
repère de nos amis les bêtes. En Octobre.sl, débute le procés de débuté le procés de 39 autres per-
victime était le passager, Laurent trois Mohawks: Ronald Cross, sonnes pour des chefs d'inculpa-
'0 01, AMES ÉGARÉES, il faut que vous sachiez que
la vérité peut parfois être cruelle, voire insou-
Coups de pompes aidant, nos jeunes pénitents se virent '
(mals) menés au siège de la garde veillant au respect et
Assebille, à été condamné, lui,
Gordon Lazore et Roger Lazore. Ils
sont accusés d'avoir participé à
tion similaires. RAD

tenable. Mais mon devoir m'ordonne de dévoiler ce que à la sécurité. Sauvagement humiliés par les tuniques à trois mois de prison avec sursis l'émeute, d'avoir résisté et attaqué Pour toute information, écrire à:
même un film d'horreur italien n'oserait montrer. Lorsque bleues, nos fiers indiens urbains furent blessés sans et trois ans de mise à l'épreuve. les forces de l'ordre. En tout 29 Mohawks Nation Office
la nuit tombe et que les demiers d'entres vous rentrent équivoque à l'âme et au coeur, sans parler des oreilles chefs d'accusation. P'O. Box 1987 - Kahnawake
avec empressement au logis, pour y assister au spec- et des joues rougies par la chaleur des mains tendres et Ce demier dégoûté à Un policier ayant été tué durant les Québec JOL 280 - Canada
tacle dépl9rable d'Antoine de Caunes et de ses adver- patemelles de Pancho. Parler de contrôles insidieux et immédiatement lâché: «c'est le flic évènements, ils risquent en outre
saires cathodiques, des criminels se préparent aux pires caracténelssur les individus serait tenter d'écrire une
exactions que l'on puisse imaginer, l'équipe de nuit.du encyclopédie en douze volumes. L'un d'eux retiendra tout qui /'a tué et c'est moi qu'on
commissariat de Créteil investit la ville. Et lutte vaillam- de même l'attention des lecteurs dégoûtés d'aberrations condamne •. La famille de Thomas
ment contre ses'rats fumant de " l'herbe-qui-rendjoyeux ". portées sur nos beaux et frêles garants de la paix et de
et autres mécréants parasitaires. Mais ne nous inquié- la Sécurité. Par un beau vendredi soir de février, nos sept Claudio a quant a elle déclaré:
tons pas pour nos valeureuX l'héros et l'austérité de leur vilains, avides de malfaisance évoluent tels des bêtes •Les jeunes feront leur jugement
mission, l'esprit de groupe qui les anime est hors du com- dans une voiture leur appartenant. Deux policiers aidés
mun. de leurs fidèles destriers à roues, les somment de leur
euxmêmes:«
Quotidiennement, une cérémonie se dérouTe au commi- ruade sous peu. Impressionnés par tant de témérité, ces
sariat où la jovialité reste de rigueur. Celle-ci débute tou vils suppôts de Satan rompirent aux exigences de ses
jours par le pastis, puis la bière coule à flot (trois choix preux guerriers. Après une politesse due à leur rang: ROOÉOS80YS
depression, s'il vous plaît ... ), enfin un panache ô'apé- «Ausweis bitte!., les sermrnonades affluèrent. Surpris
ritifs locaux à faire pâlir les piliers de comptoirs locaux. de découvrir le nom bien gaulois du meneur de ses
Par décence, je ne révélerai pas où se trouve cette piè- Jacques, les relations se firent plus amicales, et un pro- Deux jeunes garçons de 16 et 18
ce, là où tout n'est que dépravation. Bien sûr, il y a les pos particulièrement xénophobe anima nos amis les ,
incontournables et légendaires bonnes blagues bien bêtes. L'haleine rejetée par l'officier nous fit remarquer. ans ont empruntés la rocade
grasses du genre: • Thierry et Mouloud sont en C~2 le- que l'odeur nauséabonde empuant l'orifice buccal était de Bordeaux à contre-sens, dans
quel a la plus grosse bite ?'. Et là, il Y a toujours un im· encore un cru trop rapidement consommé. Ainsi, nous . ., ..
bécile pour répondre: -Heu ... Thierry!. -« Mais non eûmes droit à un adieu nostalgique, claquant leurs la nuit de samedi a Dimanche,
c'est Mouloud, il a seize ens!». Et dans un concert de bottes en souvenir d'une funeste époque. Pour le peu à bord d'une voiture volée. Ils se .
rire, s'esclaffe une foule hilare..et complaisante. de gens qui puissent en douter, tout ceci,' s'est réeüe- . ,
Si vous pensez que tout ceci n'est que mensonge et ba- ment passé. Si vous avez encore l'audace de ne point y sont rapidement trouves nez à nez
~-visitez,.c'e~st,¤l.Rt~&.Q.uelques anecdotes crous- croire, sachez au moins que les criminels sont du bon avec des policiers, et ont préférés
titlantes sont intéressantes 'à connaître. Inu,tile de cher-. coté de la loi, de surcroît ces bandit sont armés et as- ut hl' t
cher dans le Parisien 94, rubrique faits divers, elles n) '. sermentés, Quelles raisons avons-nous de croire enco- sa er en rnarc e en assan
~~9t pas! Se .tQLch9nà la couverture colorée et au titre ré ces vains mots dont on nous' a_gavés jusqu'à en vo-. 'la voiture continuer et percuter
~1ét.foé~ur~préfêr~vooS'pârieI d~-:. "~ou!o.'l9 B. a " q.~
mir:: n" J.~stice, Jibert~ e~ ~émocr~tie ~~,~ ;y~ulept-il§ 1',- ·:!ês-forèeS,.de~l'ordre,. - •• ~ ..._
agresse un Jeune Iyceen, J. J. D. H., le Jeune chômeur.ha- ') encore dire pour la memoire de Samy, assassré par ces'" - '. r 'i' ~ ••• ,.'

,bitant à blabla et blabla, etc." criminels? L'ENRAGÉ Malheureusement ils ont été
"u~~ges figure.,.~JlJY!'~~ê·~ ~s,gaHurons n'est é!tJ1re, ~ ;;«~~:: ~,~'
i~térpellé~ peu après.' '
"'QUe-Je bountl mais néanmoins charismatique Pancho ". .' -: ..... ~- - .. :_~..e ~.

Villa. Cette moustache à cervelle est devenue au fil des


'annOOs, la terreur des junkies. Si un jour, j'occasion vous .
amène à rencontrer cet alcootest humain, alors mesu- FEU 'D'ENFER
rez son haleine fraîche de pastis 'et ge bibines renvoyés
par un estomac détruit par vingt ans de service dans la
Police. Si le visage vire au pourpre, attendez-vous à une Gérard Casanova, militant
mandale dans la face et un séjour tous frais payés par LE CHOIX DES ARMES
du collectif libertaire Revuelta, est
l'Etat à la tanière de ces despérados en liberté. Le pre-
. mermai 1991, après un repas bien errosé, sept fieffés
brigands décident d'obstruer une route nationale à l'aide
détenu depuis le 17 août 91, et
a été condamné à 6 ans de prison
La lIIort aux trousses
de plots en plastique de taille respectable. Après une
franche rigolade, nos joyeux drilles venaient d'enfreindre pour "trahison de la patrie": _ilest Aux Etats Unis, on peut choisir sa hôtes des geôles américaines.
là, le Saint code pénal délicatement recouvert par'ûne accusé d'avoir brûlé un drapeau mort: injection, gaz, électricité ...De Enfin, ily a environ une trentaine de
-épaisse couche de poussière dans les commissariats. plus en plus d'Etats ont décidé d'of- militants blancs anti-impêrialistes,
Rassemblant sa troupe d'inbibés, Pancho interpella ses ~:~~~~~~~>. espagnol en 1983. frir ces services. Grâce à Dieu, la pei- anti-nucléaires ... Dont des membres
zouaves de façon bien 'casaolère. ~.\i~\!i-~ ~~&'~r~··. ne de mort est maintenue dans 36 du groupe Ohio 7, particulièrement
Cernés par une trentaine de gardiens de lapins, comme -Etats, abolie dans 15 Etats. 23 déte- touché par la répression avec une .
ils aimaient se prénommer, Pancho s'adressa à l'un
d'eux: «M là mon p'tit gars, ça va pas se passer com-
lEITRES INSOUMISES nus ont été exécutés en 1990. Soit 143 peine de 58 ans de prison pour deux
exécutions depuis 1977. Fin 91, 2300 de ses- militants, Susan Rosenberg
me ça •. Et dans un enchaînement artistique, il décolla personnes attendaient cette joie et Tim Blunk.
un violent soufflet au visage de ce criminel. Un autre qui
On peut écrire un mots aux dans les couloirs de la mort Une vaste campagne pour la libéra-
protestait se vit infliger la même brimade. Menacé de le- Les prisonniers politiques au tion des prisonniers polltiquesse
çons gratuites de noyade dans le lac, et de lancer de insoumis du Pays Basque Nord, nombre d'une centaine se sont vus déroule en ce moment aux USA
suspect d'une voiture de brigarrds policiers roulant à 90 Pour les soutenir (ils viennent offrir une version lente qui leur est (voir Quilombo numéro 1, nouvelle
km/h, le premier polisson terrorisé par ses invitations infligée dans des pénitenciers de série). Pour toute infomation on
bien généreuses, encaissa les coups sans mot dire. d'être trânsférés à Paris): haute sécurité comme Marion ou peut contacter: Freedom Now,
- Nlkolas PadrQnes Lexington.Parmi eux, environ 50 pri- National Office, 1560 Broadway,
sonniers de couleur: des indiens 'Suite 807 ,New-York -USA.
Maison d'arrêt, 1 division ère
(Leonard Peltier, depuis 15 ans ...), et RAD
N° 826432 des noirs, ex-membres du Black
Panther Party et de divers mouve-
3, allée des Huyas ments de libération. Géronimo Ji
94221. Fresnes Cedex Jaga Pratt, emprisonné depuis 20
ans, Abdul Majid (condamné à 30
- ErIk Lechardoy ans de prison), Abu Jamal...
Maison d'arrêt, N° 826430 Dhoruba Bin Wahrad, ex du BPP, re-
lâché ily a deux ans, après 19 années
3, allée des Huyas
de prison, est sous le coup d'un nou-
94221 Fresnes Cedex velle incarcération.
Quatorze portoricains, du Mouve-
Pour Lof, nous n'avons pas encore
ment de libération de Porto Rico,
de coordonnêes. A suivre ... dont Alejandrina Torres, sont les
•• DEBAT,

CLASSÉ X

Streets gang-s est le numéro 3


de la revue Icarus. C'est une
étude sociologique et bien pen-
sante ~es gangs à travers le
monde (USA, GB, ex-URSS,
Manille,Japon) réalisée à l'aide
d'interviewsde jeunes et de d'in-
Héros et anti-héros encombrent depuis toujours la scène de l'histoire. Demier en date
tervenants divers. On y vérifie
~alcolm X. Mais un super-héro peut en cacher un autre.
que Los Angeles est une jungle
A l'instar d'une société qui se ment hip-hop initié par Alrika une zone d'ombre sur son êvo- où le lAPD (police de Los
gave de super-héros, les rebelles Bambatta, au milieu des années lutton théorique s'il n'avait pas Angeles) a fait de la chasse aux
et les "révolutionnaires" dêve- BO,s'en inspire. été assassmê.
loppent le même appétit bouli- La volonté réformatrice de ce Toute l'ambiguïté de la fascination gangs son occupation favorite.
mique pour les super-guérilleros, mouvement, qui ne visait à l'ori- exercée par Malcom X sur les Dans l'Est et le Sud. de L.A.,
pour des figures emblématiques gine qu'à aménager la misère quo- jeunes rebelles, les groupes de entre les tueries perpétrées par
censées mobiliser et nourrir tidienne par l'action "positive" du rap, en France et aux USA, réside
l'imaginaire de hauts faits. Si les rap, du tag ou de la danse, est de- dans son évolution non-linéaire. la police et les guerres inter
expériences menées par d'autres venue progressivement plus poli- Du voyou, au ministre de la mos- gangs, les quartiers sont deve-
méritent d'être rappelées, il ne tique. Revendication du pouvoir quée n07, au révolutionnaire qua-
.nus des guettos où la drogue et
faut pas pour autant tomber dans noir contre le pouvoir blanc (FlfIhI si laic, à vouloir mythifier Malcolm
le piège de la mythification et du the power), appel contre la vio- X, on nie ses contradictions, ses la' misère se développent.
travestissement. .lence entre les pauvres (Stop the avancées, ses reniements fonda-
' D'après, les chiffres du lAPD(à CRISIS

violence), un certain nombre de mentaux. Tout est brouillé.


prendre avec prudence!), la cri- MILITAROS BOBO
Lawollll ......... groupes de rap , pour ne retenir Cette confusion se retrouve chez
que l'aspect vraiment politique de certains des acteurs de la scène minalité Y, aurait augmenté de
Avec le déplacement des contra- leurs paroles (le reste, on s'en
dictions sociales dans les péri- fout!), oscille entre un nationalis-
poUtico-musicale américaine. Par
exemple, le groupe de rap Public
30% alors qu'elle n'aurait crû

que de 5% au niveau de la ville.


L'envers du décor
phêries des grandes métropoles me culturel (teinté d'islam) et une Enemy, qui bien qu'ayant exclu
(par la déportation et la ghettisa- volonté d'auto-organisation inter- Prof. Griff pour propos anti-sê- Avec ces justifications statis- Même si la fascination 'envers les révolution spontanée... Elles ont été
tion), les habitants de ces zones ethnique. Ils se retrouvent par la . mites (encore que quelques tiques, la répression est menée Blacks panthers est moins prégnate, mises en scène, fabriquées par des
tendent à devenir les nouvelles. même sur les deux grandes lignes doutes subsistent sur les causes la référence à Newton, Cleaver reste gens qui se sont portés à la tête des
"classes dangeureuses". Si leur. ir- de clivage du mouvement poli- de ce nettoyage), n'a pas vraiment rondement Dans le guetto de constante, dans une petite partie des masses»,ou encore dans leurs règles
ruption sur le centre' politique est tique de nliération des noirs à la démenti ces propos et entretient Aliso Village, certaines usines jeunes (notamment noirs) des ban- de fonctionnement -ies sections lo-
confuse, parfois violente, contra- fin des' années 79. les meilleurs rapports avec lieues et dans une certaine mouvan- cales doivent adhérer à la politique
vides du coin sont connues pour
dictoire, leur révolte se fait de Là encore, la rêïêrence à Malcolm Farakhan, actuel leader des Blacks ce militariste. Les fiers guêrillêros et à l'idéologie tracéespar le Comité
plus en plus politique. Les prolê- X s'lnscrlt dans cette bipolarité Muslims. On peut les situer relati- être des centres de tabassage. lookés, continuent d'être singés ici Cenmü..». Enfin, port de l'unifonne
taires des banlieues, les jeunes des positions. Durant son sêlour vement proches des thèses du na- Et la sauvagerie policière n'est ou là (port de la casquette ...). obUgatoire, discipline stricte, obéis-
- notamment, tentent de briser en prison, celui-ci découvre les tionalisme noir. Spike Lee, lui aus- laïcisation, marxisme, appel à tous sance aveugle (pout ne pas parler
pas prête de s'arréter puisqu'à
- l'atomisation, l'isolement, l'allê- - thèses d'Elijah Muhammad, léa- . si se déclare en sympathie avec les opprimés, travail concret dans le du culte de la personnalité à l'égard
nation de diverse manière. Par la der des Blacks muslims. Il se ' Farakhan alors qu'il réalise un film entendre un lieutenant du lAPD lumpen-prolétariat, résistance per- de Huey P. newton comparêau
participation .él~ as~oc!ati_on~!_le convertie à l'islam et devi_ent à sa, _ sur Malcolm X, assassiné très pro- ·officiant" dans ce quartier: -manente aux flics, auto-organisation; Christ par EldridgeCleaver) aux'
retour à l'Islam (pour céi1àiris};: -'t sortie de prfson~ 'en - 1953, bablement par les Black Muslims. . .' . en quelques mots le résumé de leur chefs dotés de titre ronûant(m»
vécu comme une référence corn- mèÎÏttiTè àp~L:ent!è.!e de la Signalons au passage que les -Pour les gangs, la V/ene slgm- travail politique. Assassinés pour nistres, premier min!Str~,~).
.munautalre ou la.solldaritê eth- Nation of Islam (ou Black-mus- Muslims'entretiennent de bon fie rien. Ils n'ont aucun respect partie par les flics, emprisonnés ou ' Au clinquant de l'uniforme et des
niqœ:Pafl'itléntlftéatioo, aussi, à ' lims} DUrant, dix années, malgré contacts avec une partie de l'ultra- pour la loi et l'ordre pour leurs exilés pour les autreS, il ne reste plus armes, s'est ajouté un culte de la vi-
certains héros de l'histoire rêcen- ..un style qui lui est pTopr.e,e,t ~og.,:, dr<?it~ ~~cn~,
aVe<:~q~,>-i!sp~:t~ .: ,-_ ~_~, .. '__'_ "!"o. ' .... grand chose des Panthères'"a~, si rllltê, UB $JI.~vbli.me' mâ(e<"~
"'~,èf*-~~_J!~~_~iiritlllt ptfIftn~Iis~~î'(J~<rûD~sêPàTâtfbiflf~ , fIit-SiPpour~/es!ClrèJltStJe~ ce n'est un mythe rangé - aû l'égard des ~ôe)}1S1ù1t~~;_
avis, la aoudaIile attirance pour thèses de Muhammad. ' races présentent aux USA en plu- autres, pour rien ..... No com- Panthéon révolutionnaire. admirer les guerriers. ",Pourle jeU:-
Malcolm X. Lors des récentes Prêeminence de l'islam, supêrto- sieurs Etats ... Le racisme n'a menti Et pourtant, delTière le décor et le ne noir, le parti répond au PTQfo~d
émeutes de Los Angeles, une par- rltë de la race noire sur la parfois pas de couleur. . mythe, tout n'est pas Vraiment "ré- besoin d'un idéal de virilité. Toutes
fie des'êmeutiers portaient les ,'_ blanche, revendication.-:d~un"'Etâ:f i Malcolm X a développé en l'espa- - Streets gangs est édité par volutionnaire". Centralisme, .avant- les jeunes fit/es de la communauté
casquettes' efilès tee-shirts mar ..- noirsé~é~etç: ..,:~dééêmbre 63, ce de dix années deux thèses ab- Rosen PUblishingGroup,29 East gardisme, autoritarisme, ont enta- noire sont attirées par les adoles-
qués du X. Ce n'est pas un hasard Malconnrêst exclu de la Nation solument inconciliables. La lee- ché le fonctionnement des BPP cents que sont les Pamhère». '
21 street, New-Yorl<.
non plus si Spike Lee, porte- Of Islam. Il est assassiné en février ture simpliste faite par quelque (Black panmer party). «Lesmasses' Machisme, fascination pour la vio-
parole auto-constitué des noirs 65. Durant lés quinze mois pré- uns tend à éliminer l'un ou l'autre sont-à la recherche diun lence basée sur la force, virilité, au-
américains, réalise actuellement ~édant sa mort, il amorce un
re- aspect, à les confondre parfois, à guide ... Il il 'y a ja- tant de comportements dont on vé-
un film sur Malcolm X. virement complet de ses posi- en gommer les contradictions. La mais eu de rifie encore aujourd'hui dans les
Malcolm X entre à nouveau dans . tions. Crltique du capitalisme mythification brutale du per- guettos, l'existence. Le machisme
l'imaginaire du ghetto. Mais si ce (noir comme blanc), nécessité de sonnage aboutit à cela'. Vive régnant d8ns certaines bandes de
revival peut avoir une positivité la révolution, dé-islamisation re- Malcolm Xl Ceux qui râbachent banlieue, ou dans une partie des
par ses aspects communautaires . laâve de son organisation O'Unité cela, célèbrent-t-ils le natlonalls- groupes des rap, avec des textes
et politiques, le personnage est afro-américaine), collaboration me, l'islam ou bien à l'inverse la plûtot méprisant à l'égard des
suffisaniment complexe pour ren- avec les blancs radicaux. critique. solidarité inter-ethnique et la né- meufs et la floraison de dan-
forcer la confusion ambiante. de la colonisation." . cessaire transformation de ce seuses arborant des vêtements
Son principal message étant ce- monde? RAD "sexy" lors des concerts, aug-
MciIc.. X, lui de l'inuctabilité de la violen- mente la misère sociale des
........... 1_.. ce, dont ses zélateurs ont retenu comportements, l~ guerre
un certain nombre de formules -des exclus entre eux, la per-
De par son vécu, c'est un modèle chocs. Et par delà la personnali- manence d'une certaine
d'évolution "positive" pour ceux té complexe de Malcom X reste "barbarie". RAD
qui sont happés par la spirale de
la "déviance" sociale. Avant de
changer son patronyme d'escla-
ve pour le X, il a en effet connu la
misère, la drogue et la prison. Il
est donc logique que le mouve-

~adicalement opposét aux médias én général.


Généralement mal informés ils déforment la vérité.
Sensationnel à la une, à la pelle! - Suprême NTM
HYPOTHESES._ 7

GRAND SPECTACLE

L '1l'I'ORMA11QIE est dêsor-


mais une réalité omni-
présente de ce monde.
Tant au niveau de la production,
où elle innerve de plus en plus, de
. façon directe ou indirecte, le pro-
_cès de travail; qu'au niveau quoti-
dien où - du contrôle social aux

) jeux -l'ordinateur a banalisé sa


présence. Le développement ex-
ponentiel de la micro informa-
tique (ce que les angle-saxon ap-
peHent personnal computer) en
particulier a contribué à cette so-
cialisation de l'informatique, non

1 • seulement comme produit, mais


aussi comme environnement sub-
jectif incontournable.
Or, si l'informatique et l'inlormati-
;r: 'J ~
sation sont, de toute évidence, des .
vecteurs importants de la restruc-
turation capitaliste, de cette offen-
sive globale du capital pour re-
conquérir le paradis perdu de la

• valeur, elles déterminent aussi une


véritable socialisalion du savoir
qui n'est pas sans révéler quelques
nouvelles contradictions .

• D ANS LES ~ 70, le capi-


tal avait utilisé l'informa-
tique, d'une part comme instru-
ment de sa propre reproduction
.trattonahsatlon du cycle produc-
tif, réorganisation du procès de
travail, accroissement de la pro-
ductivitè), de l'autre comme une
........_ sorte de "terre promise" de
l'idéologie capitaliste 'pour les
[Z l nouvelles générations: la seule
promesse de débouchés existen-

• • tiels possibles pour le futur .


Ceci a rapidement fait naître le
besoin de création et formation
d'une forte de travall adaptée et
spécialisée, non seulement dans
ses compétences" techniques" , listes, et connecté à d'autres ma- la circulation marchande, qui C· E QUI IMPOR'Œ, au fond, c'est L'informatique, les réseaux

• mais surtout dans sa configura-


tion subjective. C'est dans. cette
.optique, par exemple, que sont
introduits desêlêments d'algèbre
chines par le seul ra-pport pro- .produit une amplification hori-
ductit; elle devient réalité insérée " zontale et une diffusion sauvage
que par-delà ces diffé-
renees, ce savoir diffus, les ré- de communicadoft' du pouvoir
dans un ensemble plus complexe,' du savoir technique, une sociali- seaux de contacts et de circula-
êlêmentd'un FéRau technolo. : setlon-ëes-compëténees et des, tiÔn-:qWil:,pf:_é)~duity.<t.èlll:é~~llte~
booléenne dans les fameuses gique de production et de, moyens. - aujourd'hui un fort potentiel de
"mathêmatiquesmoderàes " en- consommation._L'or~inat~ur eSt' pratiques alternatives et sub- Les nouvelles compétences
sêignées dèil; école primaire: cet- désormais capable de communi- .;.., ," . veMè8 de-la -commuication.
te matière, jusque-là confinée quer avec d'autres ordinateurs,
dans certains secteurs de l'uni- . dans l'entreprise, la ville, le pays,
C ETTE AééÉLbiTÎôN'>de"l81~~ Non pas.qu'll y ait là une radicali- de la force de ~~v;Ûf .. =~ , , '~
communication des savoirs té en soi (mais y en a-t-il une
versité et.de la recherche, pour la le-monde. Ilpeut donner et préle- et des connaissances (le know quelque part 1). Pire, les Mais aussi le détoumement,
formation de spécialistes, inter- ver des-informations, dans un how) a permis, en parallèle.d'une exemples sont nombreux de "ré-
venait tout à coup, comme moyen flux continu d'échange. simple utilisation de la "machine cupération" de pirates ou d'es- le piratage, le sabotage
d'anticipation des besoins de la Et cela même si, de toute éviden- électronique ", le développement crocs informatiques par les ser-
production infomiatlsée, en per- ce, la disponibilité des connais-. de pratiques transgressives dans vices .de sécurité de grandes comme enverS de la nouvelle
mettant de former un réservoir sances et des données, reste l'utilisation de cet instrument (ré- firmes; un phénomène comme le
........_ naturel de' main-d'œuvre avec avant tout régulée par le pouvoir appropriation, réutilisation, dé- free-ware'lui même fonctionne qualité technologique
des caractéristiques mentales et qui - justement, grâce, à l'instru- tournement) dans sa globalité et comme force d'innovation et de
[ T-
l culturelles prêtes à l'emploi. ment informatique - réalise une ses potentialltêes.
centralisation toujours plus radi- Bien sûr ces pratiques transgres-
régulation largement récupérée
par le marché officiel des logi-
et subjective du capital.

: ) A CELA S'AJOUTE, ces der-

tion (pour le capital) de l'exigence


de dépasser l'informatisation pro-
cale et un contrôle toujours plus sives ont des caractéristiques et ciels. Comme on le sait, les nou- Une première approche.
serré, sur la circulation du savoir même des sens différents, et ilse- velles versions des logiciels se
nières années, l'accéléra- et de l'information. rait faux de les confondre ou, nourrissent souvent des innova- de la question pour al_1er
pire, de les mythifier. La pratique tions "sauvages" du shareware et
du virus ou celle du sabotage s'af- du freeware, dans un processus au-delà de la vision
ductive comme simple automa- Our CELA, cependant, per- firment comme è1es actions pure- qui s'assimile à l'extorsion du sa-

...... tion de type nouveau: il .lui faut T mit un passage intéres- ment nêgatlves, il s'agit de dé- voir social au profit de l'industrie

[
• désormais accélérer la valorisa- sant au niveau de la réappropria-
tion croissante de l' "information" tion des savoirs par les individus.
truire ou de perturber les circuits du logiciel. Mais, dans le même
d'un "tout-répressif'

de communication du pouvoir. Il temps, il y a là un véritable bas- de la fascination simpliste


et

• comme marchandise, c'est à dire En effet, ces nouvelles caracté-

ductivisation de l'important fond formatisé induisent une transmu-


s'agit d'actes gratuits qui ne vi- sin d'intelligence sociale autono-
- la mise en circulation et la pro- ristiques du cycle productif in- sent qu'à affirmer l'irruption du me, comme on a pu parler à une
mouvement du négatif jusque époque de bassins industriels,
et modemiste pour
~ d'informations stockées depuis tation des caractéristiques du dans les impulsions des circuits disponibles au développement
les technologies nouvelles. .
des années dans la mémoire des sujet productif: celui-ci de béné- informatiques. Inversement, la d'une communication hors et
ordinateurs. ficiaire passif (usager) devient uti- pratique du free-ware, et dans une contre les normes de la valorisa-
Hypothèses pour initier
Cette exigence se matérialisera, lisateur actif (opérateur-usager), moindre mesure celle du share- tion et du pouvoir, et comme vec-
dès la fin des années 70,dans le dé- c'est à dire force de travail à qui uare', exprime une production de . teur de la libération. un parcours de
veloppement de la télématique: la on doit concéder une relative au- savoir (ici sous la forme de logi- HANNIBAL LECTER
connexion et la mise en réseau des tonomie de savoir sur l'instru- ciels) qui tente d'échapper au communication anta~iste,
ordinateurs, la conjonction des ca- ment informatique. En d'autres marché en privilégiant l'usage et
-pacitês techniques de calcul de termes les compétences informa- l'usager à la logique de la pro- pour comméncer à connecter
l'lniormatique-avec-ees capacités tiqueset communicationnelles se duction. Souvent sans l'ombre
de circulation. La connexion de sont diffusée au point de pouvoir d'une volonté d'antagonisme (1) Le freeware est la mise en cir- les pratiques, les différences, .
y l'ordinateur avec les possibilités être récupérées par l'individu à conscient, c'est une créativité au- culation libre et gratuite de logi-

• de la télé communication rend . son propre profit.

des réseaux informatiques.


tonome des sujets qui s'exprime ciels et d'utilitaires par leurs in-
alors possible l'émergence active Ainsi, à un niveau massif, même dans l'altérité au rapports mar- venteurs. Le shareware est un commencer à faire circuler
s'il reste marginal, permet le dé- chands. La production et la cir- principe proche où l'utilisateur, s'il
tes dissidènces; pour

La machine n'est plus alors une veloppement d'un circuit alter- culation de savoir se fait pour le _est content du "produit" envoie de l'insubordination, rautonomie,
"entité en soi ", instrument isolé, natif de communication ama- seul jeu et plaisir de l'usager,


son propre chef une participation
...... réservé au seul usage de spécia- teur, c'est à dire hors du cycle de pour le défi "technologique".

modique à l'inventeur . lesabotap •••

l
• • NOUVELLE G~N~RATION

QUAND LA ZONE S'ÉVEILLERA

Loin des lieux-communs sur la zone, les bandes, des lascars d'une banlieue de-banlieue tiennent le crachoir, Putain de zone. Rencontre avec des Street terrifies Idds de Mantes-la-Jolie

Commençons par le début, connus. STK avait une certaine ré- , avaient adhéré à ça avaient des L'année dernière, avec le mouve- est plus réticent vis à vis des gens ex- donner de l'argent aux jeunes qui ont
Depuis quand STK existe en tant putation parmi les jeunes qui nous choses dans la tête. ' ment lycéen, les média ont "dé- térieurs à Mantes. Tu es né dans une des projets._Déjà les trois quart des
que groupe? avaient connus quand 'on galérait • Pour moi plus j'évoluais, plus ce couvert" les Jeunes des banlieues, ville, tu vis dans une ville. jeunes, ils ont pas de projets, et
dans la rue. Le groupe s'est fait un que je pensais du t~ évoluait. Au dé- 'les bandes, etc. Et effectivement, • Tu vas voir des copains qui habi- quand ils en ont, voilà ce qui se pas-
• Ça fait 6 ans qu'il existe. Quand il a nom dans le milieu souterrain du hip part c'était la mode. Tout le monde ta- pour la première fois depuis lorig- tent dans une autre banlieue, dans se: il y a des jeunes, ils ont eu l'idée
commencé, c'était une bande de pe- hop. On allait sur le terrain vague à guait, alors moi aussi j'allais mettre temps, les banlieues sont descen- la banlieue nord, à Saint-Denis par de partir à Deauville, le maire dit
tits gamins de 14 ans qui étaient dans Stalingrad où le samedi après-midi il ma petite signature sur les murs. Juste dues sur Paris, et ça a donné la CD- exemple. Tu vas dans une soirée "emmenez-nous vos projets, on vous
le même lycée et qui ont commencé y avait des parties. On allait dans pour dire que j'étais là. Après la mode se, les pillages, les affrontements. ' avec eux, et là, il n'y a que des gens aidera". Le grand rêve, c'était 25
à tagger, au moment où le tag est ar- une boite, rue des Lombards où tout s'est arrêtée, et pour ceux qui ont Vous voyez ça colnment? de Saint-Denis. Pour eux, tu es l'in- francs par personne pour aller à
rivé en France, vers 86. On forrilait une le monde se réunissait à cette continué, c'était Plus pareil ... tru. Mais quand il y a des réunions Deauville. Sandwiches, boissons,
petite équipe-qu'on a appelé STK, Soul époque (il y avait 300 personnes de • Déjà, il faut se mettre dans la tête • Ben en fait, les lycéens de partout à Paris, il n'y a pas trop cette men- merci, au revoir! Ça c'est un exemple
Terrifie Kids". On a commencé à car- Paris et la région). que les gens qui taguent n'ont pas sont descendus, donc y compris talitê-là. C'est à l'écart. A Paris, il y a minime, parce que toute la politique
tonner juste pour le tag. Au bout d'un envie de se faire comprendre. Dans ceux de banlieue. Au début, il y a pas eu quand même pas mal d'histoires, de l'Etat par rapport aux cités et par-
an, on a connu plus de personnes, le Vous êtes une bande, vous êtes le mouvement français, le tag c'est trop de casse. Mais après les mecs pas mal d'embrouilles. Maintenant, , ticulièrement au Val Fourré, c'est "on
mouvement s'est amplifié et le tag a combien ? la base. Tous les groupes de rap ont de banlieue se sont aperçus qu'à c'est une zone neutre. va faire des commissions qui vont
envahi toutes les rues, tous les coins commencé par le tag. C'est un truc Paris, il y avait plus de magasins que' étudier la situation". Il y-aura des
de Paris et de la banlieue. On a élargi • Nous on est pas une bande, on complètement mégalo. On met son dans les cités. Alors comme il faut se La violence c'est pas que çà .. commissions d'architectes, des corn.
la bande et du même coup est appa- est une famille. nom et le nom de son groupe. Si les faire de l'argent et que tu peux pas missions de ceci, des commissions
rue la dépouille. A ce moment là, • Ouais, il yale groupe de Rap où gens n'arrivent pas à lire; c'est pas travailler ... En fait le pillage, c'est un • Nous, c'étaient de petits trucs: la de cela ... et après il y aura des délé-
STK était une bande qui passait son il y a dix rappers, deux danseurs et grave, les autres personnes qui ta- travail, mais avec des risques. dépouille, dealer un peu de shit. Des , gués des commissions qui se réuni-
temps à tagger et à racketter. On deux danseuses. Sinon, il y a la fa- guent arriveront à lire. • Ça s'est passé l'année dernière trucs ridicules. Maintenant, il ya une ront dans une grande commission et
ne faisait pas de musique. mille et elle est vaste parce qu'elle Des fois, tu vas taguer, tu arraches ,- parce qu'il y avait une opportunité. violence organisée. Ca profite. Un ils étudieront les dossiers et après ils
Les plus grands du groupe sont allés a six ans. Quand t'es dans une fa- tout le wagon, tu retournes la station. C'est pas souvent que les lycéens mec qui a envie de faire un gros bu- tireront des conclusions. Il y a un
en prison et ont plus ou moins servi mille, c'est ta vie. Tu portes un nom Ou alors tu es passé devant le pélvillon sont dans la rue. La dernière fois, siness, de se faire de l'argent en ven- rapper qui dit: La France, c'est un
de (contre) exemple aux autres. et ce nom là, tu l'auras toute ta vie. d'un gros bâtard avec son chien qui c'étalten 86.11 y avait encore une dant de la drogue, il se pose la ques- pays qui manne avec le papier; beau-
Parce que quand ils étaient en prison, La famille STK, c'est pareil, si t'es t'a pris la tête. Alors le soir, tu Y vas, tu' utopie, les gens croyaient encore , tion: où aller chercher de la main coup de gueule mais pas assez de
ils ont pris conscience de la situation dedans, c'est toute ta vie. déchires son mur. A la base dans le ' qu'ils allaient pouvoir avoir une for- d'œuvre? Avant, c'étaient les usines couilles pour pouvoir s'expliquer, saul
Ils ont chaperonné les plus jeunes, lag, il y a pas de message. mati on, du travail. Maintenant per- Talbot ou Renault. Quand ils avaient avec lin huissier et un policIer.
servi un peu de parrains. QUand ils Qu'est-œ qui vous a branché dans sonne ne croit plus à rien, ni les pa- besoin de main d'oeuvre, ils allaient
sont revënus, ils ont lait bénéficier les le 'Hipbop, le rap, le tag? Au départ, vous connaissiez le rents, ni les enfants. Quand tu vois dans les cités. Maintenant les crimi- Toi, tu vas à la fàc. P~uoi tu as
plus jeunes de leur eXpérience. contenu des textes des rappers que tes parents ont eu des illusions nels, ils ont besoin de main d'œuvre: fait ce Cb.?-~....~-~~
On a arrêté radicalement la dépouille • C'est un truc qui nous .corres- américains? et qu'ils se sont faits avoir, toi fas c'est où qu'il y a-le plus de main
et commencé à développer nos pond. Un moyen d'expression. pas envie d'avoir les mêmes illu- d'œuvre, c'est où que les mecs y ont • Pour moi, j'ai eu.le bac, al,
• . ~;r~ ,-,:.- .....",., talents ~!!9U~J~l m~ temps_..,,_ -I!IJ<>..YLle~~iH~utdir<e<c(lùe je$ , • Motrfranchement, avant- quand - SÎOll$ qu'eux 'Pu te-dis, bort alors le plus la haine? Dans les cités. Les quand je ~.-MaIltes, léGors
qu'est-ce qu'il y a à faire? T'es dans mecs des' cités, ils sont pas diabo- quart des gens qui sont âans la rue

'ioii""""
<- Ai!l~_ --A·~ori s'esfélOignéôéPàris. jeunes de la banlieue, ils aiment bien j'écoutais du rap, je connaissais rien
On a pris conscience de nos respon- le risque, emmerder le monde. Quand à l'anglais. Je ne comprenais que les un système capitaliste. Qu'est-ce liques et malfaisants, ils ont pas tel- n'ont rien. Moi, j'ai déjà quelque cho-
sabilités à l'égard des plus jeunes ,on tague, on pense pas. Pour moi, refrains. Mais j'almats bien. _qu'y faut faire dans un système ca- lement le choix. Ils ont grandi avec se de plus qu'eux. Pour mol.ce re
pour qu'ils ne commettent pas les quand ily avait partout des STK c'était • Après le rap, il ya eu la house. Et pitaliste pour pas se faire écraser: il un état d'esprit et ils s'enfennent de- rait jouer la comédie d'aller dans la
mêmes erreurs. On a cherché au dé- trop beau, c'était des guirlandes nous, les mecs de banlieue, on était faut écraser les autres. Et dès l'ms- dans. Quand on leur propose de rue avec les jeunes, de voler des vo~
but à les encadrer, à faire un groupe qu'on mettait dans la ville. plus branché par la vraie musique tant que tu pars de ce principe là, tu passer à la vitesse supérieure, ils ne tures, tout en ayant le bac. Je peux
qui puisse les aider à développer • Ça vient de l'histoire. Le rap est black, le jazz-rock, la soul. Comme commences quelques larcins, tu rac- demandent que ça faire autre chose. Quand j'arrive à la
leur force artistique. Il y a trois ans, apparu pour la première fois en c'est violent ia banlieue, c'est la haî- kettes, après tu fais quelques cam- • C'est justement là que naissent les fac, y'a certaines personnes qui sont
on a même créé une association France 'sur TF1, dans l'émission de ne, il fallait une musique qui percu- briolages et puis tu vas en prison. embrouilles. C'est dû à l'absence de étonnées et qui espèrent qu'il n'y en
pour pouvoir toucher des thunes de Sidney. Nous, on était au collège et te. Et le rap à cette époque, c'était C'est relou! Tu te dis: je gagne ma vie dialogue. Les mecs sont renfermés aura pas d'autres comme moi. Mais
la Mairiè. Mais ça sert à rien. On dé- pour nous c'était une mode, corn- quelque chose d'assez violent. Le " dans le système, comme tout le dans leurs cités. Ils voient le monde il yen aura d'autres ...
, conseille à tous les groupes de faire me les scoubidous. Ça nous a plu. rap ne nous donnait pas une image . monde, et je finis en prison. Tu vois par l'image de leur cité. Ils en • Le savoir, c'est important. C'est
des associations. , La mode a disparu, mais derrière - sociale mais plutôt une image d~ les ministres qui font des gros busi- connaissent les moindres recoins, ils une arme .
• Cette année 00 a touché 500 francs, c'est pour ça que c'est resté dans violence. Faire des tags, aller en ness et eux ils s'amnistient. sont dehors jusqu'à trois heures du
.J l'année prochaine 545. Ça n'a pas mar- les esprits - il y avait tout un mou- bande, c'était l'image même de la " Alors en fin de compte, tu étudies la matin. Tout ce qui s'y passe se sait. A ce propos, le raclsJDe dans la ci
ché, mais au moins on a essayé. vement aux USA, une structure. , violence américaine. On avait envie situation. Tu as quelqu'un de ta fa- Les mecs n'ont pas envie de com- tés, ça pèse...
• La génération juste après nous C'était une mode, mais avec des d'être aussi durs qu'eux. Petit à pe- mille qui est au lycée (pour ceux qui muniquer avec le monde. Trop tas- ,
avait envie de faire un groupe. Ils idées derrière. Ce qui n'était pas tit, on a commencé à s'intéresser à sont descendus). Toi, tu t'es fait virer sés, trop parqués. Au fur et à mesu- • S'il y a des problèmes de racisme
rappaient déjà quand on les a prévu, c'est que les gens qui l'essence de notre musique. de l'école, t'as pas trouvé de travail, re, il y a une routine interne. c'est déjà à cause du parcage ...
tu cherches même pas de travail, de • Nous, on vient du même endroit, • Le Val Fourré, â Mantes, c'est déji
toute façon, t'as même pas envie de mais on a une vision globale, on re- la plus grande cité de France, peu!
travailler. Alors tu vois que ton frère garde notre cité par rapport au mon- être même d'Europe. C'est un arron
y va à une manif à Paris. Qu'est-ce de. Quand ça a chauffé à Mantes, les dissement de Paris avec des recoin:
que tu fais? C'est pas la meilleure oc- mecs en avaient jusque là. Quand tu sombres et ténébreux, obscurs. Si tl
casion? Tu te rappelles en 86 quand vois ton père qui travaille à la chaî- veux savoir ce qu'il y a comme po
tu étais encore à l'école, qu'il y avait ne depuis que tu es né, ou depuis pulation étrangère en France, tu ya:
trop de monde, et que tu pouvais qu'il est arrivé (pour les immigrés). au Val Fourré. Si sur terre, il y avar
tout faire. Et tu te dis que tu n'en as Il se lève à quatre heures du matin un Martien, il serait à Mantes.
pas profité, que tu as assuré: .. Et pour prendre son car à cinq heures. • Bien ouèj!
ben là, c'est le moment. Nous, pendant la nuit on galère par-
ce qu'on est jeune et on fait des Elle m?
Mais vous, vous voyez ça com- graphs, on va se coucher, c'est
ment, par rapport à l'image de vio- quatre heures et on voit les pères • Tu regardes les résultats aux der
lence de la banlieue? qui partent. Pendant que nous, on nières élections, ,35% de voix sur li
était en train de délirer, eux ils es- ville, après, il y a la droite. Au Va
• C'est un engrenage de violence qui sayaient de dormir. Malgré tout le Fourré, 45% pour le FN. Mais il y i
s'est installé dans toutes les cités. travail qu'il fait depuis 20 ans, il n'a peu d'électeurs.
Petit à petit, comme la situation se pas pu s'acheter un ... • C'est la peur qui les fait agir comm •
dégradait, chaque cité s'est refermée • 11n'a pas vraiment évolué dans .ça, C'est pas des militants, ils n'on
sur elle-même. Comme nous, le-grou- la société. Toujours en bas de pas la carte. Ils ont peur avec tout Ct
pe avant était réparti sur la région l'échelle. qui se passe à la télé .
parisienne, maintenant il s'est refer- • 11habite dans une cité, elle se dé- • Ils ont accaparé notre cas.
mé sur Mantes. Bien qu'on soit ou- grade. La municipalité dit "il va fal- • Le quartier, c'est vraiment la mi
vert et qu'on ait des amis partout. On loir mettre de l'argenf. Ils parlent de sère. Les gens qui habitent là, c'es
N 0 U V E l 'L E G É N.É RAT ION • ".

disque, on en a pas les moyens. Tu d'enfoirés. On a fait le Salon du • La drogue, c'est une arme du gou- En parlant de pouvoir, d'Etat ... les
dois passer en studio, connaître tel- Théâtre et de la DiscotMque, on a vernement pour continuer à ce que flics, ils sont présents au Val
le ou telle personne. Nos parents ne fait la tournée des maisons de les gens s'enferment. Déjà, les mecs Fourré ?
vont pas nous donner de l'argent, disques. Les mecs, eux, y calculent qui n'ont pas de thunes, on ne leur
on ne leur en demande pas. Ils ont pas, ils font pas attention à ton mes- donne pas les moyens d'en gagner • Ils sont présents quand même. Ca
déjà trop de problèmes. sage, ils font attention à rien. Eux, ils honnêtement. Donc, ils doivent la fait un an et demi que deux compa-
• Si on peut leur en donner, on écoutent la musique et s'ils la trou- gagner malhonnêtement. gnies de CRS ont été appelées. Au
leur en donne. Tu n'as accès à rien vent bien, il faut entendre: .Elle va Obligatoirement, tu te mets à être . départ, ils étalent là pour se faire
sans argent. Quand on va se pro- faire de l'argent, ta musique •. Ils en contre quelqu'un. Si tu vends de la voir et essayer de calmer le monde.
mener à Paris, on y va avecde l'ar- ont rien à foutre de nous. Mettons drogue, c'est aux dépens de celui Résultat, il y a eu des affrontements,
gent. Sinon tu peux rien faire. On que ce soit normal parce qu'ils nous qui se la met dans les veines. Nous, il y a eu des morts et maintenant les
veut amasser suffisamment d'ar- connaissent pas, ils savent pas de on est contre, car on sait très bien compagnies de CRS sont là pour
gent pour être autonomes. Pour quel milieu on vient, ce qu'on a à que c'est un engrenage qui fait par- s'occuper du travail des flics.
ça, on a pas envie de travailler. Il dire, que notre musique, c'est une tie de la guerre qui est menée Normalement, lès flics doivent être
n'y a pas beaucoup de solutions: culture. Il faut pas voir ce qu'on fait contre nous. Dans des pays dans le centre ville, dans les quar-
le travail, la politique ou se servir en termes de rentabilité mais de cul- d'Europe, c'est la guerre actuelle- tiers bourgeois. Maintenant, ce sont
de ton talent personnel. Pour ture. On va bien en trouver une. Il y ment, dans les pays d'Afrique, c'est les CRS qui y sont en train de para-
nous, d'ailleurs la politique; c'est en a quand même qui s'intéressent la guerre depuis des années. Mais der et tous les flics sont au Val
la concrétisation du business, à l'argent que tu peux leur rappor- c'est la guerre contre qui? Contre Fourré. On a compris. Le message
comme le deal. Les mecs qui com- ter. On peut réussir à se faire de l'ar- les gens qui sont comme nous. officiel, c'est: "les CRSsont au centre
mencent dans la came, ils arrivent gent. Ce qu'il faut, c'est toujours res- Nous, on est les gens qui subissons ville pour que les flics ne soient pas
à avoir une place à côté d'un hom- ter clair dans notre tête. les guerres. S'il y avait une guerre dispersés et puissent s'occuper du Val
me politique. dans notre pays, c'est nous qui se- Founë. Les eRS sont là pour soi-di-
Nous, c'est hors de question qu'on Tu as fait allusion à la religion tout rions visés. Comme on est radicale- sant veiller à la circulation" .Mais
• se crève toute notre vie comme nos à l'heure ... à l'Islam. ment opposé au pouvoir qui lutte quand il y a eu des morts, des af-
parents qui travaillent tous les contre nous par les armes qu'il a. Et frontements, les commerçants se
jours. A la fin du mois, ils ont une • Déjà, moi je suis Français et mes comme chez nous, il faut que ce soit faisaient saccager chacun leur tour
somme qui leur permet même pas parents sont athés. Moi, je vais me propre, "q-u'i1n'y ait pas de guerre, et ils ont fait une pétition pour sou-
d'assurer le nécessaire. Nos parents convertir. La religion musulmane est on nous envoie les armes qui font tenir les forces de police. Si les CRS ,
nous font croire qu'ils arriveront à celle qui me convient le plus en fonc- des dégâts, les armes chimiques. sont dans le centre ville, on a bien
s'en sortir et que nous, on sera obli- tion du mode de vie que j'ai. Si je L'Etat fait passer la drogue. Nous, compris que c'est pour faire plaisir
vraiment parce qu'ils n'ont pas les per américain: -Ceux qui viennent gé de passer par là. Toute ma vie, je pars dans un pays musulman, ce que on est à la fin de l'échelle. Tout ce à messieurs les commerçants.
moyens d'habiter ailleurs. Tout le de l'endroit le plus défoncé du Bronx, ne ferai pas ça. J'ai déjà fait ça pen- je ferai, je sais que je me retrouverai qui se passe chez nous, c'est la fin PROPOS RECUEILLIS PAR

monde a envie de partir de là-bas, le South Bronx, ils sont fiers de là où dant un 'an et plus jamais de ma Vie, avec des gens qui ont un mode de du maillon. Quand les junkies se H. LECTER ET S. LAUREL
surtout en ce moment. Même s'ils ils sont, parce que malgré qu'ils je ne travaillerai. J'ai compris ce que vie que j'aurai pas de mal à adopter. mettent la dope dans le sang, c'est
repeignent ou qu'ils remettent de la soient du Bronx, ils ont réussi à se c'était que le travail. La chaleur des gens qui sont dans les la fin du trajet La drogue, elle part Avis - Pour des raisons techniques
pelouse en bas. Va faire un tour là- faire entendre et à montrer que l'in- • Ce que j'ai envie de faire, c'est un pays musulmans, c'est pas la même de Thaïlande, de Djibouti... mais qui les membres de STK n'ont pu relire
bas. T'habites dans un HLM et tu telligence était de leur côté». Pour. rêve, je sais pas s'il va se réaliser. que celle que tu trouves en France. la produit? C'est, comme tous les la retranscription de l'interview.
vois chez le voisin quand tu ouvres nous, c'est pareil. Même si le Val C'est vendre des disques, amasser Toute l'histoire le prouve. Nous, on trafics d'armes. Quand il y avait la , Nous espéront avoir été le plus fi-
la fenêtre. Fourré était à l'image du Bronx, on de l'argent. Il ya toujours une moi- fait partie d'un groupe, en a des ori- guerre à Beyrouth, on sait très bien dèles possible à leurs propos.
• En fait, le Val Fourré, il est serait content d'être de là-bas. tié qui va quelque part...dans les gilles différentes. Pourtant, on est en- que les diplomates français rame-
construit entre la voie de chemin de banques suisses. L'autre moitié pour , semble, on est une famille, on est des naient dans leurs avions des armes' (*) A ce que l'on sait, STK signifieaussi
fer etla Seine. Au départ, ils ont vou- Vous parlez du tenitolre... délirer, vivre comme on a envie. On vrais frères. On se connait, des fois et de lacame, Street terrifies kids, Soyez tous kangou-
lu le cOlfsffiiirepius près de la voie • On a pas le choix. C'est comme n'a qu'une vie. J'vais pas travailler à on pense en mêmetemps la meme • Au Val Fourré, il faut dire qu'il y rou (pour les concerts), Suce ta queues,
fsrr~ ~c~~u'!!s comptaient faire ça. On est obligé de se faire à la si- Renault, moi. J'veux essayer de bien chose. On s'est adopté chacun notre a pas trop de problèmes de drogue. 5-T'/(hadali, et sans doute plein d'autres
unegare. lls ont dOnC"construit un tuation. On fait du Rap, c'est notre vivre, d'avoir une BMW comme tout tour. Je crois que c'est exactement • Les exemplaires, ils se font tous, choses encore ...
endroit avec plein d'espaces vert, . philosophie. C'est avant tout une le monde. (Rires). L'argent qu'on l'image de l'Islam. jeter ...
des terrains de jeu, des grands es- musiqü*i~(hl'tS:'eèlate"'Suf la-mu- : met dans les banques suisses, c'est • Celui qui cherche de la came, il.
~~-1es~I~: ç:~tai~,. stque, Q~~~a.~}~J~i$~_2'b~~gol}J'~~saxe~1em-R!!t~~sedêté _ P~daoscertaiDs ... ys,c'est se fait_tabasser. li y a eu trop
bien. Petit a petit, Il Y a eu plus de - s'amusefon:a~dêTeTlt'ontrer.:r-4dirIDûflèSjëtîî·qu"0Ifëôilf1att~ 't~. \2:~~-~~~d!eiêmPlé~s-nieës en train de'
~ .. gens, avec les usines Renault, des meufs, de connaître un maxi- gens de notre quartier. Les faire tra- délirer en plein dans le centre
~albotetpleind~~utr~~ntrep$~~>JI!~!!e~;' ;:~~;.;.~ __ ~~,aY-9ÏJ~~i~~
'oc • Ouais mais nous, c'est notre commercial. Ca se voit, ils savent
~:1l1;lployeurs~OAtènvoy&:de la' • Tucommences a guédra une pe- . . - Islam. NousTIilanl;,~OÎl'~v~it C~)fg,;_',.plus où ils sont. Je veux pas faire
thune.armaire del'êpeque qui s'ap- tite meut. Elle sait que tu es de Alors là, je ne comprends pas. Tu me ça. On se prend pas la t~(e"àVec "''"ça,'je veux être maître de moi-
pelle Jean-Paul David, qu'était de Mantes, elle se bloque. Comme à la dis que tu détestes le travail et tu qu'est-ce qui se passe à côté. même.
droite, pour construire des cubes; filC~:t'és'sâ:yesd'assurer vis à vis de veux mettre tes potes au travail... , • Quand tu vois un mec en train de
les Ulis contre les autres. Lui, avait- filles qui sont d'un autre milieu que • Ouais, mais là, c'est pas pareil. Mais'si vous étiez en Algérie ac- taper le scandale dans le centre
vu tout le business qu'il pouvait se toi mais elles, elles ont une image On fera pas comme les patrons, iuenement, vous n'auriez peut être commercial alors qu'il y a des gens
Ils
faire avec ça. ont rempli le pre- de toi parce qu'elles ont vu à la télé mettre de l'argent dans nos poches. pas envie de revendiquer ... qui passent et qu'ils l'ont connu
mier quartier, ils en ont construits Mantes-Iaiolie et elles ont 'lu dans On donnera vraiment la part de tout petit, eux, ils n'ont pas envie
d'autres et plus on allait vers la la presse des trucs sur la banlieue. l'ouvrier. Pour nous, c'est une fa- • Déjà, si on était en Algérie, on au- de faire comme ça.
Seine, plus il manquait de place. Ils Toi, t'es un mec et tu vois que par- mille, y'a pas de chef, chacun est rait pas fait de Rap. On sait pas. • C'est l'honneur, quoi!
ont construit plein de béton. Le der- tout, c'est grillé pour toi. Nous, avec responsable. • Quand t'arrives à ce stade là,
nier quartier qui a été construit, le Rap, on a envie de dire comment Vous auriez fait du Raï ? c'est être comme un esclave. Et
c'est le quartier Radar qu'on appel- on est réellement. - Vous pensez quoi de la manière
le comme ça parce que dans le dont les groupes phares comme • Ouais peut être. Mais le Raï, c'est
temps, il y avait un magasin Radar. Revenons au rap ... N'fM gèrent leur succès ? contreversé, il a des problèmes par
Il est en pente et il n'y a pas • Pour nous, c'est avant tout, un • Ce qu'il a dit de monter une socié- rapport au FIS. C'est une musique
1

d'arbres. C'est le quartier le plus moyen d'expression, un média. Ça té, c'est le but premier qu'on veut . de jeunes qui parlent de la drogue ...
dense en béton. s'adresse aux gens de manière di- réaliser. Mais on a une autre ambition • Moi je ne parle pas de bar
• Jean-Paul David, il habite dans la recte. Ça nous permet de faire pas- pour tout le monde et pas seulement dans mes raps.
plus vieille rue de Mantes, dans le ser un message phllosophlque avec ceux qu'on connait. On est dans un • De toute façon, OH est
coin le plus bourgeois de Mantes, des mots qui iront directement système capitaliste, on a envie de musulman mais pas acti-
près de la Collégiale, construite sur dans l'esprit des gens. s'introduire dedans, un peu à la ma- viste musulman. On se
le modèle de.Notre-Dame de Paris, nière du cancer. C'est à dire qu'on se revendique pas de
en plus petit. Le Val Fourré, même Tu as employé d'ailleurs, à un mo- déguisera en cellules qui font partie l'Islam. Parce que
s'il prend le bus, il lui faudrait une ment, le mot "art" pour définir du corps à contaminer. On enlèvera c'est dans notre tête,
demi-heure pour y arrÎver. Lui, il a votre activité ... C'est quoi pour nos masques et ils verront qu'on c'est un état d'es-
pas de soucis à se faire, il a vous? réussira à tuer le corps. prit. On n'a pas en-
construit de la merde, il a mis des • Déjà quand tu es malade, t'es dé- vie de se pronon-
gens dedans, il ramasse de l'argent: • Chacun a sa vision de l'arten fonc- goûté. Mais quand t'as le cancer oh cer par rapport à
Il habite dans la même ville mais il tion de sa culture et de là où il vient. là là, t'es achevé. des pays ou par
est dans un autre pays. Notre vision de l'art avec un grand A, • Notre ambition, c'est de rendre rapport à des inté-
c'est une grosse connerie. On calcu- malade cette société. gristes. Dans la fa-
Et vous, vous avez aussi envie de le même pas. Pour nous, l'art, c'est un mille Islam, nous, on
vous barrer ? moyen. Comme a dit Malcom X: ..Par Si vous signez sur un label, vous ne représente rien.
• Nous, on est né, on a grandi là- tous les moyens nécessaires». C'est un n'avez pas peur d'être usimilés à Nous, pour l'instant,
bas. Chacun a des origines diffé- moyen comme la révolution armée. un pur produit, comme une'simple on se préoccupe de
rentes dans le groupe. Notre' grou- Mais on est prêt à employer d'autres savonnette? chez nous. Quand on sera
pe est à l'Image de Mantes, il y a, moyens. Si ça marche pas. assez fort, on verra ce qui se'
toutes les races dedans. Mantes, • Non, parce que si on avait '{oulu, passe dans le monde.
c'est là où on s'est connu. Aussi C'est à dire ? on aurait signé depuis longtemps.
pourrie que soit Mantes, on aurait • Notre but, c'est d'acquérir la sta- • On a eu plusieurs occasions avec Pour revenir à la banlieue, la
pu naître dans un endroit encore bilité financière. Nous, on part de des gros bâtards. Le milieu du came c'est quelque chose de très
plus déglingué. Comme dit un rap- rien. Si on a envie de faire un disque, c'est vraiment un monde présent?
10 • NI DIEUX, NI MAITRES

,
Alexandre' Marius Jacob, anarchiste du début du siècle, est l'homme qui, selon les uns, inventa Période de militantisme dans les peaufine l'organisation (voir encadré). Il s'entraine en étudiant tous les
le cambriolage scientifique et selon les autres inspira directement Maurice Leblanc lorsqu'il journaux anarchistes. Mais aussi coffres-forts possibles, se familiarise avec les outils les plus propres à les
créa en 1905son personnage" Arsène Lupin". Jacob, l'homme aux mille vols, est certainement période de doute: Comment agir? ouvrir. En un mot, il affûte ses armes comme un théoricien ses idées.
l'un des compagnons les plus sincères et les plus attachants du XX~siêcle. Malheureus~ment
Quels moyens employer pour lutter Enfin prêts, Jacob et les "Travailleurs de la nuit" se lancent pour cinq an-
contre la société? Continuer sa nées de cambriolage. A leur actif, ISO vols avoués mais certainement beau-
pour notre belle jeunesse, elle ne le rencontrera jamais dans les livres scolaires. Pour
participation aux journaux anar- coup plus (on parle d'un millier). Une moyenne de deux cambriolages et
mémoire, rappelons que le 9 décembre 1892,Vaillant jètte sa bombe au palais Bourbon. Le a chistes? Mais ce n'est pas un théo- demi par mois et cela sur une durée de cinq ans! Si les militants anar-
février 1894, il est guillotiné. Le 12 février 1894, Emile Henri jette sa bombe au café ricien. Rejoindre les syndicats et chistes, au niveau de la théorie, apportaient leur soutien, il en fut autre-
"Terminus". Le 24 juin 1894,Caserio assassine d'un coup de poignard le président Carnot. En devenir un de ces sous-hommes ment dans la pratique. Les défections furent nombreuses. Jacob fut amené
cette année 1894,Jacob a quinze ans; il voyage sur les océans et apprend à perdre ses illusions. constituant les bataillons déjà rési- à utiliser les talents de personnages au passé aventureux. Ceux-là même
gnés de la toute nouvelle société in- que les' juges d'instruction appellent des "déclassés". Pour Jacob, peu im-
lEXANDRE MARIl.5 Jacob nait le 29 septembre 1879, à Marseille. dustrielle? Juge-t-il qu'il a déjà beaucoup trop trimé pour son âge (19 ans), . -portait que tel repris de justice n'eût jamais lu Stirner ni Bakounine. Leur

A Malgré l'anticléricalisme de ses parents (sa mère ne peut croi- en tout cas, pour l'instant, il est chômeur et il compte le rester. Et puis, si révolte était d'autant plus forte qu'elle était la conséquence directe de leur
ser un curé sans pousser le cri du corbeau), Alexandre Marius le progrès arrive, en partie grâce à la science qui, elle, éclate, les ouvriers,
va à l'école chez les frères de l'instruction chrétienne. C'est un élève doué eux, vivent encore au moyen-âge. Et question misère, Jacob a déjà donné,
vie. Jacob ne mettra qu'une condition: qu'ils ne se soient jamais laissés en-
fermer dans le système clos des malfrats, et qu'ils reversent 10 % de leur
qui passe son certificat d'études avec dispense à l'âge de onze ans. Malgré très jeune. Il y aurait bien la voie prise par Clément Duval dès 1886: la re- , part à la cause anarchiste. (Arthur1{oques, l'un des' tout premier "travailleur
l'avis des professeurs qui veulent que Marilis continue ses études, sa mère prise individuelle. Approuvée par certains théoriciens du mouvement, de la nuit" sera exclu pour ne pas avoir respecté cette règle).
refuse. Au grand soulagement de l'enfant, c'en est fini de l'école. Jacob sent que ce moyen de lutte est la seule façon, pour lui, de se rendre
A'onze ans, jl découvre Jules Verne et les docks du port de Marseille: utile au mouvement. Un moyen pour ne plus travailler et se consacrer BI ON GRÉ MAL GRÉ, les "Travailleurs de la nuit" maintenaient une
l'Aventure imaginée, et l'appel du grand large. Le 22'février 1890, il s'em- entièrement à la guerre sociale. Voilà quelques questions auxquelles
barque comme mousse sur le Thibet. Deux ans après, écoeuré par les sé- Jacob se doit de répondre. Le choix, il va le faire un jour de Mars 1899. Ce S cohérence apparente et une certaine solidarité dans l'action, il
n'en était pas de même dans les milieux anarchistes parisiens.
vices qu'il subit (il est admis à cette époque que le mousse est aussi le gi- "déclic" qui lui manquait, cette dernière preuve de l'injustice de la socié- Les dissensions s'aggravaient. On aurait dit un microcosme en folie cou-
rond des marins) et le travail d'esclave qu'on lui impose, il débarque, tout té, les flics vont la lui apporter. Depuis son évasion, la police ne laisse pas pé de la réalité. Les querelles de clan, les rivalités de clochers, les arguties
rêve romanesque envolé, à Sydney. Ilva y vivre de divers expédients :ven- la mère de Jacob tranquille. Un matin, elle débarque pour une nouvelle théoriques absorbaient les énergies sans que personne apparemment se
deur de fouets, cireur de chaussures, gardien de phoques, etc ... Puis il s'em- perquisition chez elle et en profite pour lui voler son seul bijou: une bague souciât d'efficacité. Notons, à leur décharge, que les lois scélérates, vo-
barque sur une baleinière qui se révèle être uri bateau pirate. Alexandre de fiançailles. Le 31 Mars 1899, Jacob plonge. Il commet son premier grand tées une dizaine d'années auparavant, ne leur facilitaient pas la tâche. C'est
Marius rencontre enfin l'Aventure avec la majuscule que lui conférait Jules cambriolage. Ses compagnons sont Arthur Roques et Morel-deux jeunes le moins qu'on puisse dire! (voir encadré). Conséquence, malgré les ap-
Verne: ildevint flibustier! Mais si la flibuste paye bien, elle est aussi cruel- anarchistes -. Jacob n'a pas vingt ans! " ports incessants de capitaux que les "Travailleurs de la nuit" faisaient,
le : abordages sanglants, blessés.achevés comme des bêtes, pillages sans
discernement. t'enfant ne supportera pas et regagnera Marseille.
Décidé à passer le brevet de capitaine au long cours, il s'engage pour
DE SON PREMIER CAMBRIOLAGE (400 000 francs or volés au Mont de
Piété de Marseille), exécuté d'une façon rocambolesque qui
les tirages des journaux n'augmentaient pas et la pro-
pagande restait inefficace. Face à' cet échec et aur .

quatre nouvelles années de navigation. Pendant ces années, il découvre 'préfigu~e son style, il rétrocède la moitié de sa part à des anar-
~-';! -... ~ ... -, ,.

quelques visag~s du monde: trafic ge bétail humain (juils, grecs, armé- chistes espagnols et partageJ'autre moitié avec sa_mère et sa compagne.
niens, noirs). Ilconnaît la rancune, la honte, la haine, tous ces lots de mi- Au cours des deux mois qui suivent, il organise une dizaine de "rëcupe-
, sère des enfants qui travaillent (il vit cette période entre treize et séize rations" mais, souvent, en s'entourant de compagnons peu sûrs. Ainsi,
ans). Au juge qullui parlera plus tard, lors du procès des "Travailleurs de Morel, le jeune "anarchiste" qui participa au cOll!l lin Mont
la nuit" à Amiens en 1905, de sa vie de marin, Jacob lui dira: .J'ai vu le de Piété, est arrêté en juin 1899.11 donne le '
~,l_~ "_"*, -II':a!il.lt', ... beau. .: "-~~~-~~·IÏi~(~.lmh-~>j,_._~.~
Partout une pOignée demalla;-LESTRAVAILLEURSfermespardéfaut.UncertainFossati.com-
teurs de votre genre, exploitant DE LA NUIT pagnon de vol, s'enfuit avec l'argent du bu-
des milliers de malheureux ... En tin. On suppose que Jacob l'assassina à
1896 la maladie le terrasse. L' 1satIon. 1 F . st:diVisée Naples, De retour d'Italie, Jacob est dênon-
Débarqué à Marseille, il fait le deuil organ ~. a" ra~ e . cé par tin "anarchiste" toulonnais qu'il venait
de son devenir de capitaine au en quatre ~ones d action en fonction de dépanner de cent francs. Arrêté, il si-
long cours. Il y retrouve son père, des lignes de chemins de fer (repli ra- mule une nouvelle fois la folie. Interné
sa mère et un cousin libertaire. pide) : Est-Ouest-Nord-Sud. Paris, en dans un asile d'aliénés, au Mont-Péril à
Jacob n'a pas encore dix-sept ans. principe exclue, sert de base arrière. Marseille, il s'en évade le 18 avril 1900.
Depuis son premier engagement Cela peut paraître très militaire mais Pendant cet internement, Jacob dresse
comme mousse, , il .a tout supporté rappe 1ons que J aco b consl'd'.ere ses le bilan, de son .action. Celle-ci sent par
.
ou presque. Tres Jeune acteur de ., , ', trop 1amateunsme. Il doit mettre sur
ce monde d'injustice, il a le regard delits comme autant d,actes de guer- pied une organisation capable de
des enfants qui en ont déjà trop vu. re La police à l'époque n'a pas les déstabiliser par l'ampleur de ses "récu-
w.

Le terrain est là, favorable, sous les moyens d'identification qu'elle pos- pérations" la société et fournir au mou-
pieds de l'adolescent pour que sède aujourd'hui. Il est courant qu'un vement anarchiste, l'argent dont il a he-
pousse sa révolte. Et curieuse- homme recherché pour un crime à soin. Indirectement, un compagnon va
~ent, c'est peut-être à travers un . Marseille et arrêté pour un délit à Metz l'ai~er d~ns c~tte tâc~e : G~orges .
hvre que va prendre forme cette, . Adnen dit Danen a fait pubher en
révolte : il se reconnaît en ne SOItreconnu que pour ce dernier 1897 un livre au titre évocateur Le
Cimourdain, le personnage de délit. Les ·Travailleurs de la nuit" en Voleur, Jacob en le lisant y pulse
Hugo dans Quatre-vingt-treize. utilisant plusieurs identités profiteront quelques "bonnes idées". L'organi-
Pendant sa maladie qui l'immobili- encore plus des lacunes de la com- sation des "Travailleurs de la nuit"
se, il prend conscience que l'aven- munication entre les divers services était née. Avec quelques compa-
ture recherchée dans ses voyages de police Leurs livres de chevet sont gnons, un peu trop repérés sur la côte
n'est qu'une illusion. De la poudre . L" d" (1) d h . d ~ méditerranéenne, il monte à Paris et
aux yeux lancée aux matelots pour " I~ Ica~eur. ~s c emms e er,
mieux les exploiter. Sa carrière de et le bottin m~ndalO.
marin? Un malentendu qu'il ne re- Les cibles: Prêtres, juges, soldats,
grettera jamais. Tout juste un rêve gros rentiers, propriétaires et autres
. brisé et tronqué dés le départ par profiteurs de l'injustiœ socialé.1.es ln-
la société. -Son véritable rendez- t'ouchables : médecins architectes
vous n'était pas avec l'océan mais ' , ,
savants, écrivains, et ... les banques
avec la sociale. Quatre-vingt-treize,
c'est son cousin libertaire qui lui (risques de tuer un travailleur).
fait lire. C'est aussi lui qui l'emmè- les buts : Financement de la presse
ne dans le milieu anarchiste mar- anarchiste, aide aux compagnons em-
seillais.1l y côtoie Sébastien Faure, prisonnés, aux différentes luttes.
Paral-Javal, Matha. Première Chaque participant d'un vol reverse
condamnation pour fabrication
10% de sa part à la cause anarchiste.
d'explosifs: six mois de prison et
50 francs d'amende. 0 s'échappe si- Les coups se faisant généralement à
mulant la folie. Les flics ne le lâ- trois, c'est 30% de chaque vol que le
cheront plus. mouvement récupère. ILLUSTRATION DE SEYaI
'-,

NI DIEUX, NI MAITRES • "

« Si je me suis livré ou vol, ça GRANDE MUETTE

n'a pas été une question de gaïn,


insoumission totale!
Des jeunes du Pays &asque nord refusent l'ann~: le pouvoir les emprisonne;
.de lucre, mois une question
les camarades se mobilisent pour leur libéradon •••

Depuis que Patxa a lancé sa cam- mando a occupé symboliquement 13 mois, ou 3 mois avec sursis et
de principe, de droit j'ai préféré pagne d'insoumission, déjà 3 insou- Notre-Dame pendant 2h30 et dé- incorporation à l'armée. Lof ne re-
mis ont été arrétés durant le mois de ployé une banderole en soutien vint pas sur sa décision.
mai. Erik, en détention depuis le 30 aux insoumis avant d'être dispersé . Après, l'annonce du jugement, ce
avril, Lof, le 4 mai et Nikolas, le 7 mai. par les forces spéciales. fut l'émeute. Le tribunal fut dévas-
conserver ma liberté,
Tous lés trois ont été immédiate- Le 20 mai, à Bordeaux, Erik 'et té (vitres explosées, bac à fleurs fra- ....
ment Incanérés dans leur C8IeI'ile Nikolas ont pris 10mois ferme. Lof, cassés, etc) en quelques instants, la
à l'action, Jacob intensifia autant LES LOIS SCÉLÉRATES ' respective. Parmi eux, deux ont été fut jugé le 27 mai, à Poitiers. police ne comprit pas grand chose,
que possible les récupérations. Les mon indépendance, ma dignité interpeUés durant la grande marche Comme de tradition, de nom- et la "joyeuse" troupe repartit aus-
risques augmentèrent et les com- pour l'insoumission qui s'est d~rou- breuses personnes s'étaient mobi- si vite. Insoumission et émeutes ga-
pagnons tOlDbèren~les DOl après ,Le 11 décembre 1892 est votée par lée à travers tout l'Iparalde (pays lisées et avaient fait le voyage de- ranties durant 13 mois ...
les autres. Pour Jacob, malade, cer- 413 voix contre 63, la première des basque nord) malgré l'interdiction puis le Pays basque. C'est donc BARBOUILLE
.
t amemen t d' b • 1 - d'homme, que me foire l'artisan des autorités. Une vingtaine de per- une centaine de personnes qui se
un peu esa use, e lois connues sous le nom de "tois
21 avril 1903 fut le jour fatidique. sonnes ont eu affaire à la police, massèrent devant le tribunal pOur
Une arrestation mouvementée, une scélérates". Elle punit de prison l'in- dont 13 pour incitation à l'insou- exprimer leur solidarité. Les
foule ~e gens qui réclament sa tête citation, même non suivie d'effet, au de la fortune d'un maÎtre. mi88ion et organisation d'une initia- forces de l'ordre, ne laissèrent ren-
et qin manquent de peu de le lyn- vol à l'incendie aux attentats à la tive interdite. trer dans la salle d'audience que la
cher, deux ans de prison préventi-' , , Les trois insoumis, ont immédiate- famille et les témoins, ainsi qu'une
ve et quelques dénonciations n'en- désobéissance militaire et la simple
tamèrent cependant pas son moral. apologié de ces crimes ..
. En termes plus crus, sans
ment entamé une grève de la faim
dans l'attente de leur procés, qui
douzaine d'autres personnes.
Contrairement aux deux procés
C'est en militant anarchiste qu'il se s'est déroulé, pour deux d'entre précédents, tous les témoins pu-
Le 15 décembre 1892 est votée la se-
présente devant "l'injustice". eux, le 20 mai. rent s'exprimer, les avocats faire
S'il nous semble logique que tout conde loiqui permet d'assimiler à une Quelques fours avant le procés, leur boulot et Lof put prendre la
. homme inculpé cherche à prouver "association de malfaiteurs" tout grou- euphémisme, j'ai préféré. être des actions se sont tenues à parole. Le procureur en resta
son innocence ou tout du moins à Bayonne, où la porte de la caserne même béat d'admiration au point
pe ou parti révolutionnaire partisan du
se défendre pour minimiser la pei- a été brûlée et des horodateurs dé- de féliciter longuement' Lof pour sa
ne encourue, Jacob, lui, agit pen- passage à l'action directe, même s'il voleur que volé. (...) Certes, moi truits, à Pau, et à Paris où un com- détermination ... Avant de réclamer
dant son procès hors de cette 10- n'y a pas début d'exécution.
gique. Il revendique ses délits et L 26' li t 1894 pré l' . at
proclame qu'il ne regrette rien. Du e JUIe , a s assassin Rien ni personne pour ........
haut de là tribune dressée par le du président Carnot, par Caserio pour aussi, je réprouve le fait por .. . ..
" l' d'l t' d'A' "et La campagne'de soutien mise en place par Petxa [... ] vel ordre mondial (Kanaky, Guerre du Golfe ... o.
pa ais lDJUS ice miens e venger Vaillant, fut votée la troisième , développé Pays Basque (Nord et Sud)
Son action intervient jusque dans notre scolarité avec
face à la presse, ilva profiter de la M" " ,. ' s ~ largement au. , . '
répercussion nationale du procès des lOISscélérates . Elle VIsaittous puiS en France, avec la création de comités de soutien. l'arrivé de 3000 appelés dans les lycées dès la ren-
.
des 'Travailleurs .. pour
de la nuit" ceux qUI«en dehors de tout concert et lequel un homme s'empafe les actions se sont multipliéesà ua1"'''''
1:1",,,,,,,,, Pau Bordeaux
, , trée prochaine et l'omniprésence de l'armée lors des
répandre , et cette fois-ci à moindre. de toute ententél Paris... et la répression d'autant: manifestations inter- journées "portes ouvertes" (preuve de la collusion ar-
e pn a able, ,on
~ t, par .,
frais, les:!cL~ an_archistes. Oc par, . _ . dites, blessé(e)s graves, arrestations... _ mëe-ëcole].
son attitude et celle de ses compa- un moyen quelconque,acte de propa. viQlemment et avec ruse du fruit Cette campagne s'inscrit dans un refus global de l'ar- Pour refuser cette aliénation tous les moyens sont
gnons,-'U réussit à s'attirer-la sym- gande anarch;que.. .' mée et de tout ce qu'elle représente. L'armée est une bons: réforme, objection, insoumission. Mais la solu-
pathie et le soutien d'une grànde, , institution parmi d'autres qui.permet l'apprentissage tion la plus radicale pour refuser -l'armée reste ri!\" 1_

partie de personnes qui quelques mO~J~:~i~y&_j~- , "~ ""..";_ =:


-e :' 'v, de la soumission et de l'obéissance, nous préparant soumission [... ]. Nous refusons toutes les armées'
1 C- JIO~ ~!~Ud-,'~l'~~IsJ~~~ett~
un ramasse ~ cnmme ,,~es:
~~tsn~'::.
deet.
~14~--r-
V~~=ÜI
·.~:ICI.:_QII'~_7~~;_"
:. , du iôIleur <fautruL
"v,
à ê~~. ~lelJ!S
:~"'modèIés-types
di$CiplinéS." ..
uana.les'felations,
d'Etat et combattons le service national qu'il soit c~
,,w.ou,.militaire. _ """.-.:~~
les propagandistes du mouvement. C est sur son discours rëquïsttoire hommes/femmes, développant le machisme à travers
,qu:il prononce à la fin ,~u pr~~, qu~_Jaçz~Q~Ir~~~~~l'tt~-.::~is:E-est.:p~j-pour cela la ·camara®srie7vinle,". Elle exalte I~s~~dées natio- ~EXt!ait~ d'un tracfdu Komité de soutien .aux in-
~~ytt~blement condamnë ... à petpéfiiltê1" ~ -a ' ,,- - -' - , - . . "naIi~-.er:patriotiq~s et -se_veut la garante du -nou- soumis, dè Paris)

J ACOB passera vingt ans au bagne en Guyane et trois ans


en prison en France. Pendantees années, il n'aura qu'un que j'ai fait la guerre aux riches,
seul but: la belle 01 tentera 19 évasions) et une seule ligne RIOTS
de conduite: sa morale anàrchiste. Souvent malade, côtoyant la
mort, il ne soufbira pourtant que d'une seule maladie: une .aller- ,
- gie chronique contre l'injustice. Ubéré le 30 décembre 1928,illui volèurs du bien des paUVlJ!s.
Un petit
Catalogue-
reste 26ans d'existence. Ce quart de slècle, il va le vivre c0m-
me un homme 6bre, autooome, CODICient L'esprit et le corps
occupés à une seule chose: vivre cette vie pour laquelle des
hommes luttent encore et toujours de par le monde.
Moi aussi je voudrais vivre dons
..air· -clé· LA. le Casseur
Dans la nuit du 16 août 1954,il comble un de ses derniers dé-
sirs: aimer. Faire l'amour une dernière fois, L'élue, une jeune
femme mariée (il a l'accord du mari Q. Enfin; Le 27 août, il or-
ganise un banquet de gâteaux pour les gosses de son village. Le
soir, il met "deux litres de rosé à côté de la pannerie" pour les
une société dont le vol serait
La ville d'Argenteuil
s'est réveillée, au madn
du 9)uin avec des allures
pratique
de Los Angeles
amis.A l'aube du 28 août 1954,tout est en ordre pour le vieil anar-
chiste. Il s'injecte une dose de morphine et ouvre le gaz. banni. (...) S'il Y a vol,
'. Quatre-vingt-dix ans après nous pouvons juger l'action des Depuis quelques jours déjà la ten-
"Iravailleurs de la nuit". La société qu'ils ont voulue détruire, nous sion montaient à Argenteuil suite au
en souffrons toujours. Pourtant leur action ne fut pas un échec. Ils réus- ce n'est que parce qu'il y a meurtre d'un jeune "beur" de dix-
sirent, cinq ans durant, à atteindre le but fixé (seules la mort ou l'empri- huit ans, Rhani Zigh. Mais dans la
sonnement les stoppèrent) : Financer inlassablement les mouvements nuit de lundi (8 juin) à mardi (9 juin),
anarchistes. Le vol n'étant, pour eux, qu'un moyen simple, efficace et sans la situation est devenue subitement
êQmi>romis et non pas un but comme le fera croire, aux "honnêtes gens", abondance d'une port et disette explosive: plusieurs groupes de
·la société qui ne peut admettre le vol, excepté celui qu'elle pratique quo- jeunes « âgés. de treize à vingt ans»,
tidiennement sur tous les peuples (et c'est son butl), Certains "anarchistes" si l'on en croit le Parisien libéré, ar-
penseront que l'action de Jacob réduisit et identifia, pour beaucoup de mées de divers barres et autres
de l'outre. (...) La lutte
gens, l'anarchie au vol. Rappelons simplement que Jacob était conscient battes, ont semé le trouble dans plu-
que l'on ne "redresse pas le'désordre social en cambriolant des châteaux" sieurs quartiers, notamment au Val-
et que c'est un crime contre la logique-de "réaliser individuellement sa ré- d'Argent et dans le centre ville.
~volte". Sa pureté ne fait aucun doute. Sa vie en est la preuve. ne disparaÎtra que lorsque tout Les dégâts sont considérables: une
JOss RANOALL supérette et un pavillon ont été in-

Il n'y a, malheureusement, plus d'ouvrage disponible sur Marius


Jacob (à quand la réedition du Bernard Thomas?). On peut, par appartiendra à tous ».
cendiés, ainsi que huit voitures. Les
, vitrines de plusieurs magasins et
agences banquaires ont été brisées.
~

tfj " ,

contre, avantageusemment se rabattre sur Le Voleur de G. Darien, Les jeunes s'en sont pris, aussi, à la
.,
"

dont fut aussi publié, il y a quelques années, une version BD (dessins Maison de la justice et du droit 0),
de Seyer, éditions Humanoïdes associés) ..
- Discours de Jacob
ainsi qu'à la Poste principale qui a
été totalement dévastée.
Visiblement l'été promet d'être to- , Vente par cerrespondance
ride dans les banlieues du monde:
au procès d'Amiens (extraits). L.A. fait des émules... •
12 • FAUX MOUVÈMENT

- "Y EN A MARRE" DIANTS-DIANTS


Dans le mouveinent des accupations, la jeunesses sauvage, étudiants
Une énorme explosion secoue et jeunes prolétaires réunis, suggère dans l'immédiat de la lutte
le quartier de la place Hébert, dans
, le XVIII éme arrondissement, à Paris, La fête OÙ la cléfaite toutes les possibilités d'un dépassement possible de la domination
. marchande. Concerts, vidéos, fêtes, manifs, ne sont que l'instant de
le jeudi 23 Avril,un peu avant cinq
.heures du matin. Pompiers Depuis que Jospin a pondu sa ré- de réappropriatlon. Se rencontrer, notre volonté de réappropriation généralisée de la vie et de ses plaisirs
et policiers découvrent un immeuble forme, nous sommes descendus se confronter, se mouvoir et
légèrement endommagé, rue dans la rue, encadrés par les syndi- s'émouvoir, pour commencer à
de Boucry, abritant une Recette cats, nous avons démé gentiment, vivre ce qu'on a envie de vivre.
r.... JatiIII .....
des Impôts. En fouillant les lieux,
les enquêteurs trouvent
contesté poliment. .. Demain nous
rentrerons dans nos facs et nos ba- A nous d'imposer nos moyens de
lSSIIIIIIée AM --1IUdau
rllCClfllÏDa_.llltla,m
... tll.Llvies· ......
~. huts ... Que le mouvement reste contestation : la grève et l'occupa- Cllhll.vie
un tract signé du groupuscule
Yen a marre! (qui avait déjà
revendiqué un attentat contre le
~ torchon Libération pendant la guerre
confiné dans les facs et les bahuts,
que chacun reste confiné en soi-
même. Ainsi soit-il!
tion, c'est-à-dire l'appropriation des
locaux par le mouvement, par l'ab-
sence de vigiles et d'admnistration,
par le refus de se plier aux lois ex-
--
....

IeVlUlons.
"\.
TIIt
pnsibIe si naus

du Golfe) qui affirme: «La politique Nos études ont un goût amer, celui ternes (directeurs d'UFR,voisinage,
néo coloniale, Libye, Touvier- de toute une vie de turbin à laquelle fermeture des' portes pour" sécu-
Superphénix. Où vont nos impôts, elles nous préparent, dans une so- rité, etc), par l'organisation de nos EXTRAITS D'UN COMIX DlffUst PAR QUILOMBO AU COURS DU MOUVEMENT L~ctEN ET tTUDIANTS.
détruisons les perceptions. ciété où seule compte la rentabili- propres activités' créatives ... Si tu
Yen a marre! •. té, où la guerre compte plus que bouges, si nous bougeons, tout NO FUTURE
. notre avenir. D'une réforme à l'autre, peut alors changer.
d'une grève à l'autre, d'une lutte à
TCHAO COW-BOY PARIS LE 2 AVRIL 1992

Dans la nuit du 13 eu 14 avril


au domicile de l'un de ses collègues
l'autre, l'aveuglement devient total
et nous empêche de saisir ce princi-
pe fondamental: il n'y a plus de tra-
COLLECTIF

LYCÉENS
ETUDIANTS

AUTONOMES Saint-Charles' s'' acharne


à Maisons-Laffitte, un policier vail pour tout le monde, tout au plus Le centre universitaire Saint-Charles a joué un certain rôle dans la contestation étudiante
B. Rousseau s'est tué quelques places de technocrates et lycéenne de cet hlver, Retour sur quelques éléments d'évaluation.
accidentellement en manipulant pour certains, l'ennui, la précarité, le
son arme de service. Au cours. chômage pour beaucoup. La lutte contre la réforme universi- avons chaleureusement accueilli un la société et l'obéissance oisive et
de la soirée, le susdit a dégainé . taire de Jospin à Saint-Charles, groupe de.rock de qualité dans la indifférente des étudiants .
son arme en se levant puis, s'est Sachons faire de cette lutte" anti- centre universitaire d'art plastique formation des Hot Lealher Balls. La
amusé à faire toumoyer son revolver ministre ",s une démarche construc- et science de l'art, pendant les mois fête bâtit son plein et nous fit pla- Insoumls.lon : à force de di-
autour d'un doigt. Le coup serait tive. Si nous ne voulons pas que nos de janvier, février, mars et avril, ner sur les ailes du désir. Mais les rectives et de centralisme, nous en
parti à ce moment-à. vies soient sacrifiées sur l'autel dé- est symptomatique d'une ten- plaintes, portées par les voisins ' étions venus, pour trouver le che-
pressif des statistiques froides de dance corporatiste de la société, pour tapage nocturne, se charge- min de nos propres aspirations, à
l'économie totalitaire de Bercy, il et, par là même, de l'université ac- rent de remettre à leur place ceux ne conduire nos initiatives que sous
MENACE DÉPLACÉE faut étendre le mouvement, le tuelle. Ce corporatisme s'explique en qui avaient perdu les pédales la le signe de la dêsobêîssance systé-
renforcer, en faire un moment réel grande partie par le caractère secto- veille, et qui, maintenant, s'en mor- matique. Tout ce que nous avons
Edmond Rafel, 86 ans, vivant avec
riel du syndicalisme en général. Cela daient les doigts. Lourdes de ses pu obtenir d'espace et de temps
sa famille, dont son fils ainé . s'est traduit, au-delà de la recherche - responsabilités, la coordination libre l'a été au prix d'un complot
André, a tué ce demier alors que, DIANTS-DIANTS
d'une nouvelle solidarité, par la re- s'empressa de mettre bon ordre subversif et insidieux. Si bien que
pour lui imposer ses choix cherche de nouvelles valeurs, à dans tout ça. Pour que « l'occupa- notre méchanceté était à la mesure
dans la conduite de la ferme, même de regrouper pour leur déten- tion puisse porter ses fruits, il ne faut de notre refus de la compromis-
il venait de dire à son père: se un certain nombre d'individus. A pas donner aux flics le prétexte de sion. Mais celle-ci a été engluée
• De toUtes façons, c'est ça ou la lumière de quelques mois de débarquer et de tout saboter". On dans un paternalisme si répugnant
la maison de ret'àite. Je t'ai même grèves et de plusieurssemaines d'oc- veut des fruits, mais pas de l'arbre que nous l'avions toujours refusé
trouvé une place -. L'ancien ne cupation des locaux, certaines orien- qui les porte? Méfiance, incompati- auparavant,
. dit'nerî: il attrape son fusil (calibre Des étudiants, lycéens et autrès, ré- 'Iariés, qu'ils soient bacheliers ou non. .tations fondamentales dans le dis- bilité, manque de commuaieatlon ?
16 mm, chargé de balles à ailette unis à St-Charles, mardi 7 avril, après - La mise à disposition libre ei gratuite couts etles moyens de lutte sont Quelles sont les raisons de la t~n- EspoIr : espérons que ce test, car
pour sàngliers) et tire une fois, la manifestation, proposent de pour- des moyens d'expression des facs pour révélatrices d'un nouvel état d'esprit. sion extrême qui a régné à Séiint- fr'éfrs-"~at~bietHftli" iitiJtj4Ù
son fils s'effondre mort sur le coup. .suive la lutte sur des bases plus ra- tous et pour toutes. . de la jeunesse universitaire. ~.,., -~eharlê?'enire ceûx qUl'vouiiient ceux qui furent les instigateurs du
. _ , , ' P~é eQJ~d,e à vue, il.devrait dicales. D~aIL~~...t~.If!l~<oact~~llele, .'!:::_Le rétgblis:S~m~ntdeJ"hQ.béas c_orpL[.S" _ _. .' _ '. _ _ . _,__ co~uer ~.~f~re ~afête et ceux qui projet de réforme, aura eu égalemelJl '
~Y: - ,,' -être piésentéâù juge d'instruction' mouvemënt, en ne Voyam pâs~~ilrii~.~it1J'fJMra .. 1':",,' éU@ihlPtjlll Jfi!fifitf;1i?f_~~8' de~ts. fJl ~..~.~(iide test:p.our-'Ceuxqût·yfais:
afin de décider s'il doit être loin que la réforme, s'est condamné trée dans les établissementsscolairespour Charles la première nuit d'occupa- tout cas, prise de conscience des si- sèrent leurs bonnes lritentions.
incarcéré, ou, si au bénéfice de son à l'impuissance. En effet, même si ceâe- les flics et les vigiles et autres milices, tion. Plein d'enthousiasme, nous militudes entre l'attitude passive de DR Popo

âge, il retournera sur sès terres. ci est retirée, elle rêapparaitra sous - la reconnaissancedù travailfournipen-
une autre forme et un autre întitulé, dant nos études par l'attributionà tous les-
parce que la seule fonction du systè- usagers des établisse~ents scQlairesd'un NO FUTURE
me éducatif est de sélectionner les salaire (comme prélude à lâ~suppieTssion
futurs' cadres (une minorité) et de re- des diplômes; de l'argent, de l'Etat.,.).
~ jetter les autres vers le chômage, la
précarité, les boulots de merde: .. Nous affirmons que la seule issue
I:arrêt for~e' cles pantins
Toujours la même histoire. possible pour ce mouvement, qui se
Chronique d'un faux m,ouvement, ,où la question cruciale est sans cesse contournée
ŒUF EXEMPLAIRE meurt aujourd'hui d'impuissance et
par ceux-là mêmes (étudiants, lycéens) qui auraient intérêt à la poser
Nous propo .... : d'illusions, c'est d'étendre la critique
un étudiant de 25 ans habitant à - L'élargissementde la lutte contre la ré- et la contestation aux, fondements
'T"
Portsmouth (Grande-Bretagne) forme Jospin-Lang à une critique de l'uni- même du système scolaire: eompêti- ' Saint Charles aura joué un rôle m0- question de l'université actuelle. et c'est précisément ce pourquoi les
a été condamné à 100 f. Sterling versité, de l'école, et de la diffusion du sa- tivité, concurrence, rentabilité, ordre, teur dans le commencement et le dê- Saint Charles, de par son rôle de me. tentatives de déstabilisation ne pou-
d'amendes (soit environ mille voir et de la culture dans leur globalité, diseipline ... C'est d'exprimer notre re- roulement de la lutte contre la réfor- . neur, se fit en effet un devoir d'ac- vaient pas aboutir sans une solida-
. francs), pour avoir lancé un œuf sur - La transformation des facs et des ly- fus d'être des pions aux maips des po- me universitaire préparée par le cueillir les premières' assemblées rité de tous les gens concernés. Or, '.
John Major pendant sa campagne cées en lieux de lutte, de débats, de fête liticards, des professionnels (du sa- gouvernement Cresson. Les fonnes générales inter-universitaires. Dans d'une part, les étudiants sont inca-
électorale. Le condamné devra et de vie ouverts à tous et à toutes. voir, de la culture ou du syndicalisme) de la contestation ont été multiples, l'amphi, réservé à cet usage, s'ex- .pables de raisonner en termes d'in-
aussi payer 100 francs de plus pour et des patrons. Tout ce qui est criti- ce qui a révélé un certain éclectisme primèrent également les portes-pa- térêt général; d'autre part, les plus
le nettoyage du costume du premier Nous Nv..... I..__ cable, doit être critiqué. A nous de dans la population universitaire. roles de certains personnels ..de ser- exposés à la nocivité d'une réforme
ministre britannique. Centre autre': prendre nos affaiies en main. Saint Charles a été le théâtre d'une vice, d'enseignants, notamment de universitaire, les lycéens, ne com-
- L'acquittementdes tous les inculpésdes Si tu bouge, si nous bougeons, tout activité assez intense et d'un flux et vacataires inquiets pour leur situa- prennent pas à quoi peut bien les
manifestations (qu'ils soient étudiants, ly- peut alors changer ... reflux d'individus venus de tous les tion future de fonctionnaire. mener une succession de m.anif~
LA LOI DU SILENCE céens ou autres). PARIS LE 8 AVRIL 1992 horizons. Ayant dans un premier Mais de leur côté, les étudiants, tations aussi stériles et débilitantes
Si l'on en croit une dépêche -l'ouverture effective'des établissements COLLECTIF ETUDIANTS temps pris la forme de happening, la quelles ont-été leurs réactions? Tout que celles que nous ont concoctées
de l'AFP, le dernier week-end de mai scolaires aux chômeurs, précaires et sa- LYCÉENS AUTONOMES lutte spécifique à Saint Charles visant d'abord, il faut remarquer qu'ils ont les syndicalistes et' censeurs dans
_;. a été chaud à Mantes-la-Jolie. à sauver l'établissement même de la été comme effrayés par les êvêne- leur étroite collaboration.
disparition, s'est, malgré la réticence . ments qui survinrent A l'heure qu'il est, Saint Charles
Des kids s'en seraient pris àla Tout appartient à qlÎ sait Des A.G. pnut.
police, sans doute énervés le prandra.Duvrons l'espace de dangereux pessimistes, associée Us ont été plus enclins à fuir les locaux est en période d'examens et s'ef-
plus d'Etat du bJutl à celles des autres facs. ' . qu'à les investir malgré, les tentatives force d'oublier ce qui s'est pas-
à l'approche de "l'anniversaire W
de nos désirs à la réalisation
de nos besoins. Imposons C'est ainsi que Saint Charles se trou- peu fructueuses de certains d'entre sé. Les étudiants, activistes ou
de la mort d'Aicha au commissariat non, essayent de sauver ce qui
notre contre-pauvoirl A has va, comme malgré lui, entrainé au nous d'exploiter le potentiel produc-
de la ville. Impossible d'en savoir cœur d'un mouvement qui épargna tif et créatif du centre universitaire. peut encore l'être, et pourchas-
plus sur ces évènements puisque l'Etat! A bu la mort!
les secteurs de formation de la tech- Quant à la désertion de nombreux sent les profs dans les couloirs
la presse s'est abstenue de nocratie future. Malgré l'écho fait étudiants du terrain de la contesta- ' pour leur arracher les précieuses
les relater. l'approche de l'été, par les média aux tentatives de mise • tion, eUe témoigne, sinon d'un éclate- Unités de valeurs, nécessaires à
que d'aucun redoute chaud, en échec du projet de réforme uni- ment de ce que l'on range communé- , l'obtention des diplômes. Mais, à
pousserait-il nos journalistes versitaire, un nombre seulement ment sous l'appellation "étudiant", l'heure d'un bouleversement so-
, "objectifs· et "démocrates" restreint d'univenités s'est placé du moins de son désintérêt pour la cial et politique sans précédent,
à la prudence. A moins que quelque sur le terrain de la confrontation. question univer.sitaire. - quelles garanties peuvent enco-
'conseil" (ou consigne) venu Seules les universités de sciences Pourtant, il y en eut pour être très re offrir les diplômes délivrés
d'un haut lieu ne les ait incités à humaines, lettres et arts se sont réel- sensibles aux vélléités gouverne- par l'Education nationale?
la loi du silence. lement investies dans une remise en mentales. Ils furent peu nombreux, . DR PoPO
BEA UX G EST' ES. 1-3

COUP DE PLUME AIR LIBRE

Sur le moovement étudiant, par une.enseignante qui leur veut du blen


Douze rebelles
sur un toit brOlant
ENCO~E MIEUX QÙ'AU CINÉMA
A la faveur de la promenade de lorsque, à 18 h 40, le directeur de la
es premières analyses sont rades, se laisser manipuler à la fin l'après-midi, lundi 18 mai vers 14 maison d'arrêt, M. Jean-Charles Gé-
L déjà faites, les premiers bi- des manifs, croire à la bonne pa-
lanssont déjà tirés. N'en rajou- role esthétisante et "gentille" des
heures, quarante prisonniers de la .
maison d'arrêt d'Osny (Val-
ray, surgit sur un toit voisin, ac-
compagné d'une quinzaine de Crs
tons l>a5. De toute manière, sans enseignants reliés à la "revendi- d'Oise) ont occupé un moment la afin de parlementer. Les négocia-
vouloir en faire une règle généra- cation" avec 4 ou 5 semaines de cour afin de faire entendre leurs tions s'engageaient alors et les pri-
le, les choses sont souvent enco- retard, fermer sa gueule quand le revendications. Puis douze d'entre sonniers acceptaient de rejoindre
re mieux qu'au cinéma. président d'université vient colo- eux, armés de balayettes, ont en- la détention de leur propre volon-
Pleins de choses n'ont pas été niser notre AG, le supplier de res- suite grimpé sur les toits du bâti- té après avoir obtenu quelques as-
dites, cependant. La façon dont- ter quand il a enfin la bonne idée ment socto-éducattt. surances quant à l'absence de
on laisse une coordination de partir, laisser un vide en fin de Ce mouvement est le second qui sanctions à leur encontre.
prendre des initiatives et les pos- mault pour désigner les" cas- touche cet établissement du -pro- A peine les rebelles avaient-ils quitté
sibilités qui sont à nous, c'est à seurs" aux CRS, empécher qui- gramme des 13.000· (nouvelles les toits qu'une vingtaine de sur-
dire à n'importe qui. Les délégués conque de prendre la sono du ca- places de prison) ouvert le 12 juin veillants de l'établissement, venus
avaient le pouvoir administratif et mion de télé. Tout cela manifeste 1990. Le 8 mars dernier, déjà, deux pour les en déloger, s'y installaient
,,'moral" bien avant de se faire éli- non seulement la présence obsé- cent trente détenus avaient refusé pour tenir un meeting improvisé à
re, jouant sur la passivité, ou au dante de la trouille mais' un de réintégrer les cellules et l'appel de leurs syndicats. Lassante
contraire, l'enthousiasme, ou tout manque gravissime de clarté s'étaient regroupés sur le terrain ritournelle, les matons entendaient,
simplement la fraîcheur peu aver- dans les cerveaux (on s'en serait de sport afin de protester contre la une fois encore, dénoncer les «ondi.
tie de la " base". La force de la douté avec les idéologues de mise en place d'un nouveau règle- tions pénibles de travaildues à la sur-
base ne manquait pas, mais le jeu gauche). ment intérieur qui remet en cause charge de l'établissement - prévue
subtil- bien qu'en partie ins- les quelques conquêtes engrangées pour 600 détenus, la M.A. d'Osny
" conscient comme tout comporte- e "bilan" de la lutte "contre" depuis ·deux ans. compte actuellement 735 prison-
ment idéologique - était de L Jospin devient une victoire Cette fois encore, les douze rebelles
voulaient exprimer leur refus de
niers - et le trop grand laxisme dont
profitentles détenus». Une heure plus
nous "mettre en garde" contre les avec l'apparition de Jack lang en
ZONE LIBRE voir s'appliquer ce règlement inté- tard, ils regagnaient le sol.
syndicats étudiants, tout en les super-star, sex-symbol de l'ab-
dépassant en crapulerie et dans sence de ... courage. On se com- rieur qui réduit, notamment, les Le lendemain, n'lard 119 mai, une
le même style.
Donc, on l'a déjà dit: manifesta-
prend! Voilà où nous en sommes,
sans choisir entre désespoir ou Le Piecl cie biche' temps de promenade et de parloir.
De même, ils demandaient la levée
quarantaine de prisonniers relu-
saient de nouveau de réintégrer la
tiofis organisées par et avec la espoir, mais en essayant mainte- des sanctions prises à la suite du détention et occupaient la cour,
. Préfecture de police, et indiffé- nant de voir le rapport de force ' Un lieu autogéré à Paris. En plein centre (quartier Chatelet). mouvement de mars, au cours du- afin de réitérer les exigences de la
rencè totale aux inculpations de rêel. Bien sûr, on le savait déjà, C'est à peine croyable-et c'est pOurtant vrai ... quel deux tentatives d'évasion veille. Au terme d'une longue né-
leurs camarades, étudiants et que c'est toujours la base qui est avaient par ailleurs eu lieu. gociation avec la direction, vers 18
"casseurs". Distinction, d'ailleurs position de force, mais le saura-t- Le Pied de biche est Un lieu autogé- gagé. Pour ceux qui veulent faire for- Tandis que les insurgés s'instal- heures, ils rejoignaient leurs cel-
on ne peut plus crade, ensuite elle jamais? Ce constat l'engage- ré et squatté depuis le 27 novembre tune et lécher le cul des galeristes, laient sur le toit, encouragés par les lules sans que les forces de police
entre casseurs et étudiants, avec rait dans une vraie lutte, alors 91 par des personnes venues de di- marchands et autres parasites de cris de leurs camarades bloqués aient à intervenir. . •
un manque totale de solidarité peut-être les choses changeraient- vers squatts, artlstiques ou non. l'art Ubre, qu'ils aillent voir ailleurs dans les cellules, soixante hommes
après les jugements. Tout cela ne elles. Mais la base préfère rester Nous avons décidé de rénover et avec leurs toiles à dix briques (qu'on de la compagnie de CRS de Rennes, (Informations
peut s'énumérer dans le détail, baser à sa propre non-existence, d'occuper cet ancien théâtre, laissé n'oubliera pas de lacérer à leurs ver- affectés depuis quelques semaines transmises
comme le squatt de-la-parole. c'est plus confortable! vide depuis plus d'un an, et de le fai- nissages mondains) ... dans le département, prenaient p0- parla,
.dansles AG ~tle contr2~e,poIicier CLAUDINE ROMto ,re revivre en y réalisant librement sition aux abords de l'établisse- rédaction
dans les AG nationa:Jes ou pari- ENSEIGNANTE EN PHILOSOPHIE nos désirs. Nous cherchons, à tra- COnc ..... 1 Depuis décembre, de ment. Les révoltés goûtaient l'air du mensuel
siennes que si on a des basespras ~""'- A SAINT-CHARLES vers ce lieu, à construire un mode nombreux concerts ont eu lieu, libre depuis environ cinq 'heures Rebelles).
aigües d'analvse. d de~, basé sur la collee- tous les vendredi et les samedi
tivité, l'entraide et le respect soirs, avec (entr'autres), les Indécis, R.A.S.
thaqûe""pêrSoriii"ê~dU"sQüatt·s 'ln-" jù-ice; Ayshoès, -SMPC~'Ka}achnikov ~~ -

r en l'absence de tout vestit dans le lieu, que se soit dans experience, les Informers, les
'. O_Jegàrd" sµr la place de , ,;.l'Jo" _ la'mise en place des activités Gnomes, Psychanalysed'urine,
Silences. .. -
~riihlvèrsÎté~ dans t{société, même (concerts, bar, réunions, etc.) que' LKDS, Judge AK47, Nelun Deth,
les plus clairs d'entre les lutteurs dans les taches ménagères. Kradnoise, Parkaj mental ...
--s'iry'a 'eu'une lutte - man- Le Pied de biche est résolument anti- Depuis mars, nous avons ralenti le On a, en France, la -mémoire COUTte·. Ce silence s'est notamment vérifié
quaient encore d'efficacité immé- capitaliste, et nous voulons évoluer rythme des concerts, afin de mieux Une constante émerge des mouve- lorsque, les 23 et 24 avril derniers,
diate. Pas de réflexes devant la ré- sur d'autres bases que les rapports, les organiser (tracts, sono, promo, ments de rébellion de la dernière pé- une soixantaine de prisonniers de la
pression, ne-rien rétorquer au fric-Consommateurs-marchands. 'etc.) et faire venir des groupes qui riode. Depuis le début de l'année, en maison d'arrêt d'Amiens (Somme) se
discours du syndicat enseignant, Nous préférons de loin les rapports nous plaisent vraiment, que ce soit effet, nous constatons que chaque sont révoltés et ont affronté les
ne rien dire devant l'obscène he- humains, les échanges d'idées; les sur le plan musical que sur le plan révolte des prisonniers, où qu'elle in- forces de police. Idem lorsqu'une
sion de pouvoir de certains mili- gens qui rentrent au Pied de biche ne idéologique. C'est pourquoi nolis tervienne,estaccornpagnée,dansla centaine de prisonniers du centre de '-'
tants de Lü, ne rien faire quand doivent pas se sentir, ni se compor- demandons aux groupes une K7 et presse nationale et même bien sou- détention de Neuvic-sur-l'Isle
les flics embarquent nos cama- ter en clients, car nous ne sommes les textes. Nous ne souhaitons pas vent locale, d'un silence unanime qui (Dordogne), ont investi, dimanche 10
ni des tenanciers, ni des patrons. nous cantonner à un style musical fleure fort l'autocensure. mai, le terrain de football de l'êta- .
C'est pourquoi tous les spectacles précis que ce soit hadcore, punk, Las de n'être pas entendusdepuis . b)issement pour faire valoir leurs do-
sont à prix libre (tu donnes c'que tu reggae ou autre, et tous les genres trop longtemps, les prisonniers re- léances à propos des conditions de
CHEZ LES HELVETES veux mec) et les boissons vendues sont bienvenus, pourvu que ce soit courent de plus en plus aux mouve- détention qui leur sont faites. Idem
à un prix mini. Mais nous apprécions sincère et non commercial. Rock ments collectifs. Ceux des mois écou- encore lorsque, mardi 19 mai,

,,.
Ruelle clu couchant _', également le troc, ainsi des per- star: s'abstenir ...
sonnes donnent de la bouffe, du ma-
lés sont le plus souvent pacifiques. A
ne pas les répercuter, conformément
quelques dizaines de prisonniers de
la maison d'arrêt de Ploëmeur, près
tériel de bricolage, etc. ln proI.', nous souhaitons réa- aux souhaits de la Chancellerie, les de Lorient (Morbihan), qui compte
r..~ Dimanche 18 avril, les occupants Trois autres squatts -le Garage, la liser des concerts de soutien à' des média prennent donc le risque de, actuellement 250 détenus, ont refusé
du triangle de Villereuse (à Genève) Maison blanche et la villa Schaek - ._ ...... : deux salles d'exposition gens ou des lieux que nous soute- contraindre le mouvement de lutte de réintégrer leurs cellules à l'issue
et ses amis montent des banicades sont investis (sans autorisation) et dans les caves, qui ne demandent nons, un fanzine (en cours) d'infos carcéral à hausser le ton. Et donc à de la promenade de l'après-midi.
symboliques "anti-bulldozers" mis à sac. Les maisons de la ruelle qu'à tourner. Les exp os sont ou- sur le mouvement, les squatts, la recourir à des moyens autrement vi- Quant à la révolte des détenus de
pour protéger 'deux maisons occu- du Couchant s'effondrent sous les vertes les mercredis, jeudis, et musique et les cultures subver- goureux qui, à n'en pas douter, la maison d'arrêt d'Osny, eUe n'a
pées, menacées d'expulsion. Trois . bulldozers. quand ilIait beau. Ouvert à tous sives et engagées . feront des "unes" alléchantes pour pas mérité plus de quelques entre- :J...
jours de veille et d'attente s'écou- . Vers 18 heures, les amis du triangle styles, que ce soit photo ou peintu- la presse sécuritaire. filets, ici ou là. REBELLES
lent sans qu'aucun avis officiel d'ex- affluent, constatent les dégâts et re, avec Une nette préférence pour Bar: depuis le '/:7mars, un bar
. pulsion ne parviénne, et sans qu'un forcent la police à se retirer du l'art sans majuscule, populaire ou en- sans alcool s'est ouvert. Le Bar à
uniforme ne pointe son nez. .. quartier. A 22 heures, les habitants
Jeudi à 10 heures du matin, la ruel- évacués trouvent un nouveau toit
mine, tous les vendredis soir à par-
tir de 20 heures. Jus de fruits, jus de Abonnez·vous
le du Couchant est attaquée vio- en occupant une jolie villa au 66,
lemment, et sans sommation, par route de Malagnou.
une centaine de policiers. Les oc- Les évacués de la ruelle du
légumes, pâtisseries, bouffe végé-
tarienne, table de presse, infos, mu-
sique ... Il n'y a pas d'alcool au Bar
et vite
. cupants de la menuiserie sont arrê- Couchant, alias "66", l'lnter- à mine parce que nous pensons
tés, ceux de la maison de bois réus- squatt et les amis du tri- que ce n'est pas indispensable, et
sissent à échapper aux forces de angle, se préparent pour de qu'il est important de pouvoir se re-
l'ordre sous les gazs et les coups. nouveaux combats contre la spé- trouver pour d'autres occasions j
Un rassemblement des habitants culation à Genève. • . que la fête. De plus l'alcool amène
et des sympathisants s'improvise, souvent à la violence, au sexisme,
et tente de s'opposer à la horde (D'après des informations trouvées et autres problèmes.
Six numéro, 60 francs (ou pius... )
policière, par des jets d'œufs (et dans le Zombie libéré, organe arnar- Passe boire un coup et rencontrer Chèques à l'ordre d'octobre
non des cocktails molotov com- chik et satirik de la Suisse sauvage: des gens: 10, rue des Lombards, QuilombolOctobre. 8P 781 - 7S12-4Paris Cedex 03
me l'a affirmé la presse). CP 241- Chêne-Bourg, Genève, Suisse). CHATIERTON 75004 Paris (métro Chatelet). •
1 •• RAGE

BURN IN THE USA

.Ghello blasler
En quelques heures, le soir du 29 avril 1992, le cœur
d'é la première puissanc;e industrielle du monde a été dévasté,
démontrant à qui en doutait encore que le rêve américain.
était bel et bien un cauchemar. Songe d'une nuit d'émeute.
"-
Entre le'29 et le 31avril 92,la popula- coréenne avait tué en lui tirant dans
tion noire de Los Angeles s'est soule- le dos, une jeune fille noire de quin-
vée. L'annonce de l'acquittement de ze ans qui avait refusé de lui payer
quatre policemen qui avaient pro- une bouteille de jus d'orange. Elle
prement lynché un automobiliste n'avait été condamnée en février
.noir a déclenché la plus formidable qu'à une peine très légère).
émeute qu'aient jamais connue les Plus de huit milTepersonnes seront
Etats Unis, la plus meurtrière de arrétées dans les jours suivants.
l'après-guerre. En quelques heures, la Pour prévenir urie réaction en chai-
violence sociale va franchir un seuil ne de la violence, les autorités amé-
décisif. Iaville entière est balayée . ricaines imposerit aux chaines de TV
par le souffle de la colère. . un nouveau concept de communi-
Dans les inner cities, South Central, cation: le blackout. Pourtant, en
Compton, Watts, la rage déferle par- quelques jours, lè souffle incendiai-
mi les black & white niggers qui brû- re de la révolte se propage à travers
laient manifestement de tout brûler. toute la Côte-Ouest. Le vandalisme L'AMERIQUE SUR LE VIF
Des milliers de commerces sont devient le sport le plus pratiqué des .
pillés et dévastés. Quatorze super- Etats Unis. Seattle, Atlanta, Las
marchés vont subir la juste épreuve Vegas, San Francisco entrent à leur
du feu. Les huit mille cops du LAPD tour dans la danse des flammes.
(police de L.A.) prêtèrent se terrer L'Amérique s;embrase.

,
prudemment dans leurs postes. Les
kids ont des armes - en vente libre-
- ..- et n'hésitent pas às'en servir. La.
tempête se déc haine dans le désert Les inner cities américaines ont rap-
« »
urbain. Les émeutiers s'en prennent pellé l'insatisfaction généralisée de
prioritairement aux produits de leur habitants. Que valent les me-
luxe, à l'alcool et aux armes. Rien sures décrétant LA zone sinistrée,
n'est trop beau pour les négres de pour ceux dont l'existence toute en-
Watts. Au cours de ces belles nuits tière est une zone sinistrée. Les re- Le témoignage d'un camarade 'américain sur la révolte des prolétaires de Los Angeles •.• Première estimation.
sans sommeil, plus de cinq mille
foyers d'incendie seront dénombrés
par lesquels les pétroleurs de South
bels without a cause de L.A. se re-
connaissent dans le tort 'absolu fait
à tous les pauvres d'avoir été rejetés
DEPUIS des années, on d'agression contre des personnes vons, quant à nous, que la rupture hispaniques, asiatiques se sont unis
n'avait pas vu un ait en fait diminué dans les aires de des circuits commerciaux de la so- pour participer à un camoial de mise
Central vont éclairer leur bataille et en marge de la vie. Ils ont la haine et Premier mai comme révolte. ciété capitaliste est un coup à sa à sac. Comme le note la grande ma-
leur fête. Bum, baby, bum. le font savoir ... Ils n'auront de la vie celui-ci aux Etats-Unis. Les agita- Comme pour la rébellion des an- Iimphe vitale. ' jorité des policiers, des gens de tous
que ce qu'ils lui prendront et ils le tions de masse qui ont secoué les nées soixante, reportages et inter-, les âges et de tous types, certains
Do the rlof thl .. savent. ure is a war game. . USA, de Los Angeles à San Francisco, vi.ewsmontrent, mélée à la rage, une U.. I_nectloa avec des enfants, entraient et sor-
\.; Là- bas comme partout, se déroule d'Atlanta à New York, sont bien plus atmosphère carnavalesque d'ap- ... _ ___..._ taient des grands magasins avec des
La population toute entière va par- une guerre secrète: la guerre soda- qu'une simple protestation contre propriation, alors que des milliers . _,_, sacs de commission et les bras char-
tlclper aux réjouissances. «Dans le.Quand la guerre qui oppose les le verdict de "non-culpabilité" ren- de gens ont brisé les vitrines et les ... c'est, comme une grèvè'sauvage gés de chaussures, alcools, radios,
une atmosphère de kermesse et pauvres entre eux basculera dans du au procès des policiers qui ont grilles qui les séparaient des biens dans une usine. Et les diverses .,,'~Qd,I.9ljuae9ta;re.i 't'fme~ li
d'anarchie, des îamilles entières, la guerre de tous les pauvres contre frappé avec brutalité Rodney King. dont ils avaient besoin. Cette ap- - forces syndicales, communautaires, pièces de rechange pour auto, b(ll-
noires, hispaniques, asiatiques, l'Etat, l'affrontement se portera à un Le verdict qui a déclenché la révol- propriation a été systématique et etc, (tout l'arsenal de la médiation Ions, ustensiles divers et fusils; cer- ~
~,,~"'t~-4t.~~~ -:__
'bt_CIIjdtef~ÎefI(se,~rvir dans tes- , ni~au.:supê"ne(rr:"L·~eiftt lm· ;'~â1DlJêré'dêS~6i1Oi1rnë"S. ·Mt 8& Ji 111 •• ' "l.r'~"&~_~ ~--m~meécher. ,l~ins !Jl)~9BLPJJ.Iit{1l!!M1Jk/JJtf/lJ!!.Be ,.-
supermarchés et remplir le coffre de sera désigné. «Quand à la trêve par des causes diverses. A peine la South Central, d'où est partie la ré- Quand le verdict a été rendu public pour p~ridre leur tour». - .
entre les gangs - Bloods & Crips - révolte avait-elle êclaté, embrasant- bellion, vers des magasins particu- dans la nuit du mercredi 29,chaque Ces scènes se sont reproduites à tre-
les responsables des forces de l'ordre d'abord Los Angeles, puis explosant lièrement chers comme ceux de la "leader respectable de commuriau- vers tout le pays à une moindre
craignent surtout qu'elle ne soit l'oc- dans tous les Etats-Unis.que reten- riche Beverly Hills.. té" de L.A, à commencer par le mai- échelle. Elles ont été soutenues 'par
casion d'un regroupement de forces tissait un cri de rage ((No Justice, No re noir Bradley, s'est efforcé de c. des dizaines de manifestations contre
dont ils feraiént les frais d'autant plus Peace» (pas de justice, pas de paix). Le langage cie cl..... naHser la rébeDiœ daœ des limites l'injustice du verdict Roodney King et
douloureusement que des milliers Et ce cri renvoie non seulement au p!us contrôlables. Des rencontres reprenant les slogans des rebelles. A
d'armes ont été dérobées pendant les verdict mais aussi à la vie en Riot = terme dépréciatif utilisé par les dans des églises ont été organisées, Austin, capitale de l'Etat du Texas,
'émeutes». . Amérique; en particulier dans les média et le gouvernement pour dési- des gospels passionnés avec des pa- siège de l'Université du Texas et de
..... métropoles, au cours des dernières gner la "rébellion populaire" . roles d'indi~ation toutes aussi pas- compagnies d'électronique high-tech
Le 11..... l' •• plre -années de l'administration Reagan- Looting = terme dépréciatif utilisé sionnées ontêté chantés, le tout (haute technologie), où vit une po-
a cal. Bush. par les média et le gouvernement pour obtenir une 'vague d'émotions pulation considérable de noirs et de
I( No Justice, No Peace Il est un cri pour'désigner l'appropriation directe impuissantes et cathartiques. Dans mexicains, la nouvelle de la révolte
La plus grande puissance du mon- qui alimente la rébellion contre les ou "shopping prolétaire", un appel pathétique, repris par les de Los Angeles a poussé spontané-
de occidental est en' guerre avec politiques d'Etat, qui attaquent les Vandalism = terme dépréciatif utili- chaînes de télévision, le pauvre mai- ment les gens dans les rues, hors de
elle même. Les ghettos sont deve- salaires, le système de couverture sé par les média et le gouvernement re'en vint même à faire une affll- chez eux et de leur travail. En
nus son Vietnam intérieur. Ses va- sociale et les emplois décemment pour désigner "l'effacement des insti- geante supplique à ne rien faire. . quelques, heures, d'abord devant le
leurs sociales se sont totalementef- rétribués. C'est aUSlliun cri contre tutions de l'exploitation". Comme les meilleurs "boutiquiers," poste depolice, 'puis devant le Palais
fondrées. Les émeutiers ont indiqué le racisme évident de la dernière Law' = euphémisme pour désigner les . les syndicats ont joué leur rôle ha- du gouverneur, point névralgique de
. trés clairement ce qu'ils pensaient décennie, celle de la répression règles de l'exploitation capitaliste. bituel de "nêgociateurs'et de gar- la ville, les gens discutaient fiévreu-
leur voiture. Les enfants repartaient de l'american way of death. Ils ont _ économique, notamment sous la Order = euphémisme qui désigne le diens de la paix sur les lieux de tra- sement sur l'évolution des êvêne-
les bras chargés de nourriture, de vê- tout brûlé. Ils n'ont plus aucun es- présidence Bush (que l'on retrouve maintien de l'état de police pour la vail, tout comme les leaders de ments. Et reprenaient le slogan de
tements, de chaussures, de postes de poir d'intégration dans une société Jusque dans l'iconographie raciste sauvegarde des règles de l'exploita- la communauté assumèrent leur Los Angeles, «NoJustice, No Peace.
radio ». «C'es: gratuit, c'est gratuit!» elle-même en voie de désintégra- de Willie Horton). Les "années de tion capitaliste. rôle de maintien de l'ordre. Ils Depuis, partout les gens se rencon-
criait une femme en dansant devant tion. Georges Bush a raison de dé- plomb" américaines ont principale- ont raté leur coup. trent, discutent, débattent et parti-
_;
les caméras de la TV. Les vandales clarer «cette violence n'a rien à voir . ment pesésur les gens qui se révol- Toutes ces "Riots", dénoncées par De même, des leaders locaux, des res- cipent, alors que la lutte se diffuse.
sont des gens heureux: avec les droits civiques ou avec la tent désormais. Leurs incendies, le président Bush comme une inad- ponsables de la police (y compris le Dans les écoles, à l'Université, par- .
PLus de trois mille magasins seront grande cause de l'égalitéll• Il s'agit senible-t-il, font fondre le plomb. missible rupture de la "Iaw and or- célèbre chef de la police, Gates) et la tout où ils ont manifesté, les êtu-
détruits. Le montant des dommages d'un acte de guerre. Ces années-là sont finies! der", préfigurent en, réalité de nou- Maison blanche ont tenté de tracer diants participent il ce débat et se
de guerre s' élévera à trois milliards Un procureur de L.A. déclarera à Comme lors de la révolte de Watts velles lois de distribution et un une ligne de démarcation entre préparent à bouger. Il y a une se-
de francs. Totalement pris de cours propos du verdict d'acquittement: en 1965, cette rage s'exprime dans nouveau type d'ordre sans quelques voyous hors-la-loi ( ...) et la maine, la nation avait les yeux bra-
devant l'escalade de la violence, les ~Ces jurés s'estiment dans une sor- les pillages de masse et dans les in- argent où de grandes quantités de majorité de la communauté soklisant qués sur les deux tremblements de
autorités demandent l'intervention te d'état de guerre. C'est nous cendies de milliers de bâtiments de richesse circulent très rapidement) respectueuse de la loi. Mais les re- terre naturels qui secouèrent le
de la Garde nationale dans les war contre eux. l'fous, les citoyens qui Los Angeles. Alors que les repor- transférées de ceux qui ont à ceux portages ont confirmé le fait que l'en- nord de la Californie et se demandait
zones. Le couvre feu est décrété. Il respectons la loi contre une bande tages-télé montrent principalement qui n'ont pas. semble de la population a participé à si le "big one" (prévu pour bientôt .'
faudra l'intervention de 20 000 sol- de criminels et dans cette bataille, des actes de brutalité - comme par Mais au-delà de l'appropriation di- la rébellion. Ce ne fut pas seulement dans cette région, ndt) était pour
dats pour rétablir l'ordre. la police, disent-ils, est en première exemple, cet ,épisode du camion- recte, nous devons aussi com-, 'une rébellion "noire", même si elle est bientôt. Aujourd'hui, un tremble- .
· Les émeutes feront 47 morts et plus ligne, Comme c'est vécu comme neur extrait violemment de la cabi- prendre la signification politique partie des quartiers noirs. La presse ment de terre social dans le sud de
, de 2000 blessés en particulier lors une guerre, on Qeut bien pardonner. ne de son véhicule et frappé - la des incendies: l'exigence formulée de l'élite, le New Yorll Times (ler mai la Callfomie a ébranlé tout le conti-
des affrontements opposant les quelques atrocités li. ~No justice, no plupartdes actions étaient dirigées d'une fin de l'exploitation elle- 1992) a bien été obligée de le consta- "nent. Et annonce peut-être un autre
émeutiers aux commerçants, no- peace» scandaient les êmeutlers. contre des établissements com- même. Les sociologues peuvent ter,signalantàlaclassedominantela "big one" à venir.
· tamment coréens dotés d'un sens Il n'y a jamais eu de justice. Il n'y merciaux privés. Sur la base d'ex- bien qualifier ces insurrections, gravité de cette explosion. HARRY CLEAVER

· très particulier du dialogue (il y a aura plus jamais de paix. périences passées, il est hautement comme ils le firent dans les années ~ Certaines zones ont connu un sem-
quelques mois, une commercante MALCOLM Y. probable que le nombre actuel soixante, de destructrices. Nous sa- blant de fête de rues, où noirs, blancs, (Een "Austin, Texas, 1er mai 1992)
A P PRO P RIA T ION • l, 5

QUARTIER LIBRE MOLODOI

EScalade sur les peilles Prologue en négatif à tout manifeste


- de Molodoï - Centre autonome jeunes de Strasbourg.
Chronologie des expulsions dans le quartier de la Croix-Rousse à Lyon durant le mois de mars Depuis la manifestation du 14
et avril. Mobilisation importante et répression maximum. La lutte continue. mars qui dénonçait la fin de ln Allemagne et en Suisse, de nom- projet, il y avait surtout des jeunes
l'hiver juridique et l'ouverture breuses expériences se sont données et qu'ils se reconnaissaient dans
........ 14 .. n. Une mani- . Cette réquisition populaire se veut manifestants se regroupent aux de la chasse aux squatters, la le mot, pour s'appeUer Autonome jun- . cette identité. Mais par la force des
festation-carnaval contre. les ex- ,la réponse concrète du quartier à abords de la place. Un cortège s'lm- . Croix-Rousse est soumise à gend zentrum, sauf celui de Bienne choses, ils sont appelés à ne pas le .:
pulsions et la spêculatlon immobi- l'expulsion du Rap'Ttiou et dé- provtse dans les ruelles du quar- un véritable état de siège: fli- - par exemple - qui commençait son rester et à rencontrer d'autres per-
lière (le lendemain, c'est la fin de la montre la solidarité des habitants tier, suivi de près par les flics. cage permanent, contrôle au manifeste de cette façon: «Ni Centre, sonnes plus ou moins jeunes. Et
."trêve d'hiver") est-appelée par des face à la spéculation immobilière et Beaucoup de monde aux fenêtres faciès ... Nous ne tolérons plus ni Autonome, ni Jeune l». puis essayez donc de définir ce que
,',squatters-et des habitants de la la répression policière. Avec les ac- qui exprime sa solidarité. ' ces pressions et provocations c'est qu'un jeune? Donc pas de li-
, Croix-Rousse. Quelques 300 per- tivités organisées dans ce lieu, la , policières quj.nient notre Ii- CeIIIre signifie tout sauf une cen- mite d'âge à la participation à la vie
sonnes ont sillonné les JlCIes de l~ volonté des squatters est de déve- Jeudi 9 avril. Une cinquantaine de berté d'expression; en effet, tralité obligée. C'est à dire surtout du centre!
Croix-Rousse une bonne heure du- lopper des échanges et des rap- personnes se regroupent au pied toute tentative de rassemble- pas un lieu où toutes les activités un
rant. A la hauteur du commissariat. ports qui échappent à la société de la Croix-kousse pour dénoncer ment populaire est immédia- tant soit peu autonomes devraient Molodoï : au départ, une bande
de la place Sathonay, deux per- marchande. Une réponse concrète la construction d'un immeuble de tement réprimée, matraquée, forcément s'installer. Nous espé- . de potes et diverses pratiques qui se
sonnes en fin du cortège furent ar- à tous les rapaces qui veulent faire luxe Le César (des bureaux et des gazée, dispersée ! [...] Cette' rons que d'autres catalyseurs d'ex- suivent et se ressemblent (radio,
rêtées et agressées à coup de ma- main basse sur nos vies. appartements sur huit niveaux, oppression tendà isoler, cri- pressions culturelles et sociales de fanzine, concerts alternatifs, anti-fas-
traques par des flics en clvll.puls avec une sculpture de César en pri- minaliser et détruire toute for- ce type fleuriront. Puisse donc ce cisme virulent. ..). Beaucoup de ren-
amenées au commissariat. Vendredi 3 ml. Nouvelles expul- me) dont c'est l'inauguration. 150 me de résistance et contesta- projet et sa réalisation en appeler, contres, mais aussi au bout du
Le cortège fait demi-tour et récla- sions au petit matin: un squatt flics, dont pas mal de civils et des tion face au système en place. d'autres! De toute façon, 700 mètres compte des ruptures [... ]. Aujour-
me la libération des deux cama- d'habitation rue du Bon Pasteur, CRS repoussent à plusieurs re- Le préfet déclare qu'il n'y a pas carrés ne seront jamais suffisants d'hui, certains participants du CAf
rades. Immédiatement, les CRS un autre rue du Thou (un oubli lors prises les manifestants. Ceux-ci re- de problème social. Effecti-
chargent, inondant la place de gre- de la précédente expulsion) et en- • viennent à chaque fois. Des lacry- vement, quand les gens sont
nades lacrymogènes. La manifesta- fin le centre'autogêrédu 3, rue mos sont tirées en nombre. Cinq anesthésiés à coups de DSQ,
tion se replie alors place Croix- Magneval. Opération policière de policiers blessés et cinq manifes- de loyers modérés et d'Euro-
Paquet pour tenir une assemblée, grande envergure avec le qua- tants interpellés. Pendant les inci- Disneyland, la populace reste
qui décide de l'envoi d'une déléga- drillage systématique de l'arron- dents, un journaliste de Lyon- à sa place.
tion au commissariat du 1er arron- dissement. Vingt-huit personnes Libération est blessé. Le squatt est aujourd'hui de
dissement. Les CRS font irruption sont interpellées, dont cinq mi- Dés le lendemain, plusieurs asso- plus en plus criminalisé car
sur la place, chargeant avec vio- neurs qui seront remis à leur fa- ciations du quartier ont fait savoir nous y refusons l'assistanat et
lence. Une partie de l'assemblée ar- mille ou à des responsables de qu'elles se joignaient aux squat- toute forme de contrôle éta-
rive à se réfugier au Rap Thou, tan- "foyers spécialisés". ters pour dénoncer ~la stratégie tique. A travers un lieu auto-
dis que sous un nuage de gaz policière de prooocation« qui don- géré, nous remettons en cau-
lacrymogène qui monte jusqu'au s-edi 4 avril. En fin d'après-midi, né des allures d'état-de-siège per- se le schéma de cette société
troisième étage des immeubles, place Chardonnet, sous la pluie, . manent au quartier depuis le 14 de consommation et de ce
l'autre partie, se fait massacrer sur une centaine de personnes se ras- mars, -ainsi que ~/a collusion des in- système capitaliste et patriar-
place par les CRS, frappant sans dis- semblent sous une bâche, à l'appel térêts immobiliers -et municipaux» , cal. Nous tentons d'y mettre
tinction manifestants, habitants du des squatters et habitants du quar- sur le projet de rénovation immo- en pratique nos utopies, telles.
quartier, passants... tier. La place est cernée par les CRS bilière du quartier. • que l'abolition du Salariat et de
Le RapThou subit plusieurs assaut qui engent la dispersion. C'est bien la propriété, afin de nous rap-
de la police qui, à tir tendu, blesse sûr, le refus. Les flics font évacuer ' (Reconstitution faite à partir de com- procher de plus en plus de la' pour àccueillir tout ce qui peut se ne Se reconnaissent pas dans toute
'plusieurs personnes dont certaines manu militari. Il y a quelques' muniqué et de tracts des camarades gratuité. Nous revendiquons faire d'intéressant. l'histoire de l'association, ou même "
grièvement: Dès voisins à leur fe- heurts-et coup de matraques. Les de la Croix-Rousse). un espace collectif aspirant a dans son nom (quoi de plus nor-
nêtre sont aussi la cibfe des tirsde J' briser la passivtté et l'isole- Auto ..... :sûrement pas le lieu mall). Mais une chose est sûre.ce
grenades. ment et permettant à tout in- 1 des autonomes (c'est.qui? c'est qui nous rassemble-et qui peut ras-
- . ... - !l'if dé Vlolen- SQUATT SWIEEt HOME
divi~~_ ~:_ venir ~.~on pas . _ ~,UOi?), mm,·.sun lie~ pe,,- ~ettarit de semble.r - c'est le ~A1. Molodoï est
, ce policière, l'auto-défense du ~- - œnsommeri.~IoiSI!'.$ 5tan~ . s al}tormlJl!Ser'd~<UUér§lJ~Jo.,"-<"C;,~-Vlve MoIOOo4 •..-].- ' . -
quartier se met spontanément en dardlsés, mais de réaliser et giques dominantes: hégémonie de 21 MARS 1992
'place pour répondre à l'état d'ur-, _ _," assouvi~ ses désirs ,e_t tente,. r 1 l,a.mar:,handJS~'~t d.e l'arg~~t, de~, THIERRY
g~nce imposé par-les pândorés: '.,..:,~!~::'~( ,d'expérimenter des rapports- modes {du show-biz, de l'intelll-,
Nous occupons le RapThou depuis février 1991 dans le.but de se réap- . humains djffé";~ts:--" - '. " ,.; géntsia, etc.), de la'délégation poli- Enfin
LIItItII-II Mars. Au petit matin (6
proprier l'espace et le temps. Nous voulons des espaces pour nous loger, ~'étant pas une finalité, le tique ou syndicale et de toutes les ccLe projet est né il Y a bien cinq ans, du
heures), la police à grands renforts squatt est un moyen parmi autres médiations tendant à régir la constat que les jeunes, comme
pour nous exprimer sans réserve, nous voulons des lieux sans contrôles éta- d'autres, avaient besoin d'espaces pour
, d'effectifs, procède à l'expulsion de d'autres de se soustraire à la totalité des relations humaines.
tiques, pour assouvir nos désirs, Pour nous-rencontrer, nous confronter, s'exprimer et se rencontrer, hors des
l'usine et des appartements squat- monotonie de rigueur et par- Autonomie, pas le paradis sur terre,
tés rue de Thou. Passant par les nous émouvoir ... Cette nécessité d'expérimenter de nouvelles formes de vie structures classiques ne répondant pas
venir à l'autonomie de cha- simplement l'affirmation mise en à leurs désirs, leurs besoins et leur ca-
toits, armée et cagoulée, elle délo- a rendu possible une, rupture effective avec le travail salarié, D'où la réap- cun(e). Ne soyons plus les pratique, qu'on part de ses désirs; pacité d'auto-organisation. Ainsi depuis
ge la trentaine de personnes pré- propriation du temps, sans doute aussi. fondamentale que la rêapproprta- spectateurs de l'avenir de notre de ses besoins propres et immé- cinq ans se succèdent confrontations et
- sente à l'intérieur. Tous' sont arrê- tion de l'espace souvent miseen avant. Notre temps, mais aussi notre êner-- quartier, devenons-en les ac,;, diats, et que si la rencontre et l'ac- négociations serrées (occupations de lo-
tés et passent quelques heures au gie, notre imagination, nous' pouvons les consacrer à développer des teurs, construisons une véri- tion avec d'autres est possible, elle caux, pétitions, etc.) avec la ville de
poste. L'intérieur des lieux est sac- activités pout nous-mêmes, pour répondre à nos propres besoins et non table solidarité concrète et non -doit se faire en faisant en sorte que Strasbourg, pour l'obtention d'un lieu.
Courant 91, la ville, nOus mit finalement
cagé et toutes les portes et fenêtres plus les.vendreen échange dun salaire misérable. Des activités aut~érées démagogique comme celle chacun y trouve son compte, en ob-
"à disposition" le 19, rue du BafHle.l&
. sont murées ... telles qu'un bar, une salle de concert, une salle de presse-inlos, un atelier que nous proposent les par- , tenant un consensus fort où per- Roche, non sans nous avoir baladé de
Une expulsion illégale~u fait que le mécanique, une salle de sport et une future cantine populaire, où s'élabo- tis politiques et les sonne ne perde son âme! promesses en déconvenues Il
propriétaire n'a jamais porté plain- rent de multiples projets et se développent des échanges qui échappent au récupérateurs Jeune .parce qu'à l'origine du.
te et qu'aucune décision judiciaire maximum àla société marchande en tendant vers la gratuité. ...
[ ].
d'expulsion n'avait été prononcée. COLLECTIF
Il est encore possible aujourd'hui de reprendre l'initiative, de briser J'iso-
SQUA~RSET
lement et l'individualisme ambiant, de relancer un processus de commu- -
Samedi 21 man. A la suite d'une HABI:rANTS DE-
nication et de remettre en question les valeurs
assemblée générale d'habitants et
squatters de la Croix-Rousse, il est et les principes qu'on nous impose et aux-
décidé d'occuper, rue Magneval, quels on s'est parfois soumis (sexisme,
une usine désaffectée depuis 2 ans hiérarchie; racisme, conformisme, pou-
pour y créer un nouveau local au- voir ...). Certains parleront de "ghetto"; où
, togêrê.Divers' activités commen- est le ghetto si l'on compare le cercle telle-
cent à se mettre en place: soutien ment restreint dans lequel évoluent la
scolaire, écrivains publics, centre plupart des gens, coincés entre leur
d'information international (info- boulot, leur banquier et leur apparte-
shop), salle de sport, bar, lieu de ment trop petit, et notre refus de
concert, groupes d'information perdre-sa vie à la gagner?
(écologie, Sida, etc), jardinage et
potager, lieux de réunion, etc. (Extrait d'tin tract des oc-
eupen: du Rap' Thou,
Avl. aux a.ateun qui appelait à la
Un dossier de presse complet sur manifestation du 14
mars contre la spé-
les êvênements lyonnais est dis-
culation et en soUda,
ponible, et peut être commandé
ritéavec les squatters).
chez M-A-B, 37, me Burdeau 69001
Lyon. On peut aussi leur ennvoyer
des sous en soutien aux copains
qui passent en procès. •
16 • SPORTS

MANIFESTE

".Je ul.ime-
Pour l'amour du foot et l'honneur d'être prolétaire •••
Un manifeste pOur les ultras de Paris, contre les fafs
et la police qui infestent les stades et pourris~nt le jeu.

La violence de masse a toujours été Le hooliganisme n'a jamais été une


la réponse des prolétaires face à un création de l'extrème-droite. Bien
système repressif, qu'elle soit dans au contraire! De tout temps il a'
les manifs ou dans les stades. N'ou- existé, dans les années soixante, la
blions pas, par exemple, qu'un jeunesse anglaise était déjà dans les
grand nombre de hooligans britan- stades et la violence existait déjà, GUERRE DE CLASSE
niques étaient présents, et a fait le mais l'extrème -drolte pas. -
coup de poing contre a la poliœ au En Italie depuis les années 70, il ta colèrè"grondait depuis quelques
court des grèves des mineurs corn- existe de nombreux kops ralliés à temps déjà. La grève générale de quatre
me dans les manifs anti-Poll tax, Les l'ultra gauche (voir Quilombo, nu- jours appelée par la Confédération gé:
supporters du LFC (Liverpool) ont nérale des travailleurs_du Liban (CGTl)
méro 2), ainsi quand Espagne,
à été le prétexte de l'explosion. Dans la '
, de leur côté, participé activement Allemagne et en Yougoslavie. ,
nuit du mardi 5' mai, à Beyrouth, des
aux émeutes de Toxteh ... C'est pourquoi nous estimons que la
milliersde manifestants, jeunes pour la
N'oublions. pas non plus qu'à seul façon de nous opposer au pou- À TOUTE BERZINGUE
plupart, ont allumé des feux, barré les
Sheffield, au Heysel ou à Furiani c'est voir et a l'occupation de l'extrême-
rues et les routes (notamment celles
le système de sécurité qui est en cau- droite dans les stades est de crée, dé-
se et non les hooligans. Le parcage
des supporters et le quadrillage poli-
velopper et d'organiser un kop a nos
couleurs, nos idées et nos luttes.
 toute beningue... conduisant vers la Syrie), attaqué des
banques, des bureaux de change et '
des magasins. Des dizaines de per-
cier est désormais tel dans les stades, Le Red Star est notre équipe préfé- Le Mans, 9 morts, 50 blessés, c'est un scoop, supèr! Enfin un titre. sonnes ont été blessees par balles et
que les gens ne peuvent même pas rée, c'est une équipe qui a toujours la CGTl a dû lancer un appel au calme
s'enfuir en cas de besoin. été soutenue par la classe ouvrière et La chance est 'là, les ingrédients fantasmes de vitesse. C'est qu'en se oublier et trés vite. De fait après les et à la poursuite "pacifique· dumouve-
Le Ilmai, à Sheffield; s'il y a eu tant aimée parelle depuis 1897, ce qui pour faire du titre, du sensass sont massacrant comme ça ils nuisent à titres, ~Le drame», vinrent les titres, ment. Le gouvernement, lui, a préféré
de morts c'est que les spectateurs n'est pas le cas du PSG construit et réunis: motos, cuir, alcool (tiens on la réputation d'une compétition qui «On arrêtera pas la compétition». démissionner.
. affolés n'ont pu s'échapper par Jès soutenu à coups de millions,afin que attendait là drogue et c'est pas ne peut plus servir de pub (son vé- Ouf! on a eu chaud!
issues desecours: les gestionnaires la bourgeoisie parisienne puisse s'en- venu ??? Les piseurs de copies au- ritable rôle aujourd'hui) pour les Pour tout dire, moi, idiot que je suis, TODA Y PIGS
du stade les avaient fait bloquer par orgueillir d'une soit disant bonne raient-ils reçu des ordres pour l'ou- trusts mécaniques ou tabagiques. c'êst-à-dire ne participant pas de TOMORROW BACON
peur des resquilleurs! équipe de première division. blier?). En l'espace de 6 heures, 9 Mais au contraire, ils détruisent plein gré à la belle et infaillible pro-
Au Heysel, un employer refusa d'ou- Nous, nous préférons le pOing ten- lascars se tuent et 50 autres se bles-l'image que s'efforçaient de créer gression vers la modernité, étant Quatre nuits d'émeute ont eu lieu à
vrir une porte de secours donnant du et le désordre aux bras tendus et sent et ça occupe les journaux et depuis des lustres les "décideurs et hors. statistique, hors carrière Conventry, ville du centre de
sur le terrain aux supporters italiens a l'ordre. C'est sur ces convictions donc la France une journée à peine leurs dynamiques commerciaux" Uetravailloblige, nouveau mot im- l'Angleterre. Les kids s'en sont pris aux
paniqués.De leur côté, les flics re- et par amour du football qu'est née avec pour résultat cette magnifique (traduisez patrons et représentants portant du dico révolutionnaire)... bourgeois et aux flics qu'ils ont attaqué
poussaient les gens à coup de ma- au Red Star: les Partisans 93 de la tri- déclaration ministerielle: «On ne aux bottes): la moto c'est l'engin - Quand fai enteridu cette histoire j'ai à coup de billes d'acier, de caillasses
traques pour les empècberde refluer bune working class. Bienvenue a peut tout de même pas mettre un CRS moderne des cadres pressés (pléo- eu une drôle de vision: j'ai pensé à et de cocktails molotov.Certains {j'entre
vers la pelouse ... Quelques instants tous les enragés.la reprise du cham- derrière chaque motard». nasme) pour ne plus perdre son ces bandes de baleines ou de dau- eux en ont même profité pour pratiquer
après, ily avait 38 morts. pionnat est pour le 8 août 92.... Merde alors, dur ça, parce que, on temps dans les embouteillages corn- phins qui, parfois viennent s'échouer .Jeer sport favori: le rodéo, Une de ces
A Bastia c'est l'appat du gains qui NICO & RICO l'a compris c'est simplement pour me le lambda moyen. sur des plages pour y mourrir. voitures a d'ailleurs percuté une~géé . ~<

tua les gens et non les hooligans. des problèmes techniques "qu'on Ce monde est bien un système Phénomène de suicide collectif ex-. -,de keuf§,en-pfeiile chàrge~BiI~ dlli;:/~}:;
Les ultras ont toujours bon dos. ne peut pas", sinon vous pensez fonctionnant sur des images, un püquépar le stress, leraz-lecul,.ledé- choc: cinq porcs en brochettedont ...
Est-ce que la violence d'une partie / KOPS ULTRA GAUCHI bien, mon bon monsieur, qu'on l'au- imaginaire construit à coupde pub, goût. Et si ces-moIatds avmétitfait deux grillés. Bilan de la fête: dix poli,
de la jeunesse doit servir de para- rait déjà fait depuis belle lurette. de statistiques et d'opinion pu- Ja_JDêIile cÎloIe?' " .~...cieCj bl~ssé!is,~ont six grièvilPSIirt.\
Italie: AS Roma, Torino,~Atàlanta C'est un de nos vieux rêves étatique blique loin :Jle. Joute .réalltê, _~:..On:1)OUlTaitse~direque:e~:pré- que la tete contmue... .
vent aux maguouilles financières de
certains dirigeants? - Bergeme, Bologne, Milan AC,Pise que de contrôler toute une popula- Lorsqu'une dent- du mécanisme férent encore mourrir en
prennant .
Parce que nous ne voulons pas ren- D2!-:~CQP~-.c_O.$8JlZ~ µOJl:qit~~giBale_~Je:~~-œ_o~~_"1:rilt(jJ"t~~ OII&JQŒ§C;pt~~e 2!ê,~lSi,*lJgai#'~~
trer- dàils té moule, êtrè condition- Modene, Temana. cadre restreint des motards. par exemple) vient à casser comme ver de la fête qu'on ferâle)our où A DIX: HEURlS'
nés et que le stade est le dernier en- Yougoslavie: Borac, Partizans
Le fond du problème ce n'est pas au Mans, il faut tout de suite aprés les "décideurs" décideront de faire
droit où nous puissions nous l'alcool, bien sûr, car ces [eunes-là le scoop représentant l'émoi justi- la même chose parmillions. Le quartier du campus de Bankok
Belgrade, Sarajevo, Sloboda Tusla, se sâoulent surtout d'ennuis et de fié de la population, l,uî faire tout (Thailande)a été, lors des récentes
exprimer et contester, l'Etat a dé- AGNELU
cide de nous éliminer afin de pou- Vardar, Vetez Mostar, leljéziiicar. émeutes, te théatre.d'une ·remarquable
voir conditionner en toute tran- France: Cannes, Boic:Ïeaux,-Toulon, leçon de d'hénJisme prolétarien. Dernier .
CaM 1 X • ST R 1 P
quillité. Au stade, comme ailleurs, Red star .. carré de la révolte: des centaines de
ont veut des consommateurs, pas Allemagne: Schalke.Saint-pauü. jeunes étudiants et ouvriers ont dressé
des individ~ vivants et passionnés. L'aménagement urbain à l'aube de l'Europe de 92 parAzagra Revuelta des barricades se servant entre itrtre de
bouteilles de butane -C'est notre bom-
be atomique-, déclara l'un de ses sa.
mouraïs du grand soir. Fer de lance de
KIDIKOÂ la rebellion, deux à cinq cents motards,
véritables voltigeurs du négatif, sur,
nommés "mobsters· attendait l'ultime
assaut coçktails molotovà la main. Zont
Pour répondre franchement à votre question des yeuks, les niaks !

FURIANI' OH OUI!
sur la crise, il faudra d'abord admettre ceci. Dans la panique qui a suivi l'effondre-
ment de la tribune au stade de Furiani
un car de CRS a été proprement pillé
On en viendra dans les pays riches d'abord, à (avec annes et bagages) par des sup-
porters dotés d'une belle présence d'es-
prit. Black-outdans la presse,rien n'a fi~
tré.tes condés, pas fiers .s'en sont pas
-bien rétribùer le travail pointu, à smicariser vantés.

DANSE AVEC
les travailleurs ordinaires, à loger et nourrir LES LOUZES
A ma gauche, le so musclé d'un
concours de rap organisé par la Mairie
au minimum l'énorme masse des inutiles de Paris. Aom_a,drone,les louz des cités -
du treiziéme arrdt de Paname. Le dia-
logue s'instaure assez vite àcoup de
grâce aux cartes de crédit informatisées. machettes et de. pistolets a grenaille. ~
Bonne ambiance! Pour une Fête de la
Jeunesse, lajeunesse est enfin à la fête.
La police,toujours courageuse, attendra
la fin de la bataille pour arriver sur pia-
Les auteun des précédentes citations (merci pour vos ré- ce ramasser les bléssés. Cet été, n'allez
"_ ponses excellentes!)-étaient Nietzsche et·Ernst JQnger. pas à L.A., L.A. viendra à vous.

Vous aimerez peut-être aussi