Vous êtes sur la page 1sur 12

Module CCL français

Année : 1ère

Groupe :

Enseignante : Teffahi Nora

La chanson de geste

La chanson de geste 
Raconte l’épopée chrétienne d’un chevalier qui lutte contre les Sarrasins. On dit
chanson parce que ce texte et tous les autres du même genre qui ont suivi étaient
destinés à être chantés par un ménestrel .On dit « geste », du latin gesta, actions, car
les héros de ces récits légendaires étaient des personnages nobles. Le héros épique
pratique deux vertus le courage, qui s’exerce sur le champ de bataille, et la fidélité au
suzerain. Il a un grand sens de l’honneur ce qui lui donne son exceptionnelle bravoure.
Ces histoires, écrites et racontées en langue d’oil, vont jouer un rôle important dans les
sociétés médiévales. En effet la chanson de geste favorise l’affirmation d’une identité
culturelle par une histoire héroïque et aventureuse.

La chanson de geste est écrite en vers regroupés en strophes plus au moins longues
appelées « laisses », qui constituent une unité narrative. Leur progression n’est pas
toujours linéaire. Donc la chanson de geste est nait à la fin du XI e siècle, sortes de
longs poèmes épiques qui étaient chantés par des jongleurs dans les foires ou les
réunions populaires. C’était une littérature qui exaltait les exploits d’hommes
exceptionnels, écrite dans une langue sans recherche excessive, car elle devait être
comprise par le peuple.

Une diffusion orale

L’origine de l’écriture des chansons de geste est inconnue mais on sait qu’elles étaient
diffusées par des jongleurs sur les routes des pèlerinages et à la cour des grands
seigneurs. Un jongleur disait le récit tandis qu’un ou plusieurs autres le mimaient.

La chanson de geste a donc nombre de caractère d’un récit oral :


Les répétitions de vers entiers ou d’épithètes facilitent l’effort de mémoire des
jongleurs.

La reprise de formules d’enchaînement et l’utilisation de motifs stéréotypés permettent


au récitant d’improviser.

Propagande politique et religieuse

Eléments d’une propagande politique et religieuse, elles sont très vite un moyen de
faire l’éloge des croisades. Elles galvanisent les soldats en célébrant les batailles contre
les infidèles ; elles vantent la fidélité du vassal au suzerain et magnifient la personne
royale, en une période où l’autorité du roi est souvent contestée.

La Chanson de Roland

La Chanson de Roland remonte au début du XII e siècle ; c’est la plus ancienne des
chansons de geste connues. Et on y trouve le nom de son auteur supposé, Turold sur
lequel in n’existe aucun renseignement. L’attribution à Turlod repose seulement sur le
dernier vers du poème : « Ci falt la geste que Turoldus declinet ».

La Chanson de Roland raconte la bataille de Roncevaux dans laquelle Roland ,trahi


par Ganelon, est attaqué et tué par les Sarrasins .Charlemagne, alerté par le son de
l’olifant ,part au secours de Roland mais il arrive trop tard. Il se venge en battant les
Sarrasins et en faisant juger et condamner Ganelon.

La transformation épique

L’événement historique qui sous-tend La Chanson de Roland est mineur : le jeune roi
Charles (future Charlemagne), qui assiège Saragosse occupée par les sarrasins, est
rappelé en hâte par une attaque des Saxons. Il repasse donc les Pyrénées en août778,
mais son arrière garde est massacrée par des montagnards basques. Parmi les victimes
se trouve Roland. La Chanson de Roland, écrite trois siècles après cet événement, offre
un certain nombre de transformations épiques : Roland est le neveu de Charlemagne,
l’empereur de deux cents ans « à la barbe fleurie » ; il a pour compagnon Olivier,
l’expédition devient une croisade de sept ans et l’attaque des montagnards, un assaut
de 400000cavaliers sarrasins.

Les quatre figures principales de La Chanson de Roland

La Chanson de Roland est devenue un mythe par le relief des personnages.

Charlemagne représente l’autorité, l’humanité et la sensibilité, il a un grand sens de la


justice

Roland est brave et orgueilleux. Animé d’une grande foi en Dieu, il refuse de se rendre
et préfère se lancer dans le combat avec ses compagnons. Sa mort solennelle tient une
grande place dans le récit.

Olivier incarne la raison et la conscience du danger : même s’il critique


vigoureusement le choix du combat par Roland, il sait pardonner à son compagnon au
moment de sa mort.

Ganelon trahit Roland dont il est jaloux à l’extrême. Il est égaré par son désir de
vengeance et ne mesure pas la conséquence de son acte.
Roland à Roncevaux
Le roman courtois

Le terme de roman, qui désigne à l’origine une œuvre traduite du latin en langue
romane, s’est progressivement appliqué à toute œuvre narrative. Sans abandonner
l’idéal chevaleresque de l’exploit guerrier, le romans courtois au XII e siècle, est centré
sue la quête amoureuse dans le cadre de la cour.

Le XIIe siècle invente l’amour. Au sud de la France, les troubadours le chantent


provençal. Au nord, les trouvères le versifient en ancien français.

Les troubadours ont inventé l’amour. Avant eux, même dans le pays d’oc, le mot
n’existait pas vraiment, au moins dans le sens où nous l’entendons ici. Il y avait bien le
latin amor, mais quelle réalité recouvrait-il ? Les Francs préféraient les plaisirs virils
de la guerre et du pillage, quitte empoigner quelques femmes au passages ; les
Normands, eux, manifestaient leur inclination en enlevant la dame désirée avant de
l’enfermer.

Certes, on employait quand même les termes amor ou amur, selon que l’on s’exprimait
en langue d’oc ou en langue d’oil. Sauf que ces mots revêtaient un sens large et diffus
qui s’appliquait essentiellement au bon Dieu, à la rigueur au genre humain. On aimait
le Seigneur, on aimait son prochain. D’ailleurs, les serments de Strasbourg, dont nous
avons parlé au IXe siècle, souvenez-vous, commençaient par ces mots :Pro Deo amur,
en roman. « Pour l’amour de Dieu », expression qui n’a pas tout à fait disparu de notre
langage actuel.

Mais en ce qui concerne les sentiments qui peuvent animer un couple, le mot amour ne
venait même pas à l’idée. Prenez la fameuse Chanson de Roland, où le héros meurt en
cent trente-huit vers. Il a largement le temps de se remémorer se vie, de recommander
son âme à Dieu, de songer à son ami, à son roi, à son épée…Mais pas une seconde il
ne pense à Aude, la damoiselle qui attend son retour. Il l’a oubliée, c’est de si peu
d’importance… Alors que la belle Aude, elle, tombe raide morte quand elle apprend
l’affreuse nouvelle du trépas de son aimé. Bref l’amour est une affaire de femmes,
c’est -à-dire peu de chose.

Tout change avec les troubadours. Dans leurs chansons, l’amour devient pour le
chevalier la source unique du bonheur et la seule raison de vivre.

Code de l’amour courtois

La fin amor (amour courtois) s’oppose à l’esprit des chansons de geste par une sorte de
jeu qui renverse la misogynie de l’époque, les exploits des chevaliers ne sont plus
dictés par l’obéissance à Dieu ou au suzerain mais par la soumission à la dame, qui
devient l’objet d’une adoration quasi mystique.

Les amants se choisissent en fonction de leurs qualités physiques et morales, mais la


dame, généralement mariée, reste inaccessible. Le chevalier recherche la perfection
(courage, élégance) et se soumet aux épreuves imposées par la dame. Les amants sont
condamnés à une tension perpétuelle entre le désir et l’interdit.

La matière de Bretagne

La matière de Bretagne est le nom donné aux légendes celtiques d’où les trouvères
bretons tirent leur inspiration. La figure centrale est le légendaire roi Arthur, entouré
de son conseil, les chevaliers de la Table ronde.

Dans la légende de Tristan et Iseult, qui se déroule en Bretagne, l’amour apparait


comme une fatalité : un philtre, bu par erreur, unit les deux amants d’un amour éternel
mais impossible, qui les contrait à l’errance et aboutit à leur mort. La légende connait
un tel succès que tous les écrivains de l’époque l’on abordée d’une façon ou d’une
autre.

Le roman de la Rose

Le Roman de la Rose est un code de l’amour courtois sous forme allégorique ; il narre
à la fois la conquête de la Rose, le songe de l’auteur et l’histoire de tout amant qui se
reconnait dans le personnage principal. Avec Guillaume de Lorris (début XIII e
s.v.1238) qui commence l’œuvre en 1235, c’est le couronnement de la littérature
courtoise.

Jean de Meung (1250-v. 1305), qui termine l’œuvre vers 1270, dénonce les mœurs de
l’aristocratie, des religieux, et remet en cause l’idéal chevaleresque. La femme n’y plus
célébrée, mais décriée pour ses innombrables défauts.
L’humanisme

D’après la définition qu’en donne le Robert, le terme d’humanisme englobe


aujourd’hui toute «  théorie ou doctrine qui place la personne humaine et son
épanouissement au-dessus de toutes les autres valeurs ».

Pris dans sens large, le mot s’applique évidemment aux différentes philosophies ou
courants de pensée qui situent l’homme au cœur de toute chose dans un mouvement
dynamique de réflexion sur sa propre condition. L’histoire littéraire contemporaine
,définira l’humanisme comme le mouvement intellectuel et artistique qui se développa
en Europe sous la Renaissance période avec laquelle il partage en grande partie la
volonté de la réforme.

Le développement des librairies

L’invention de l’imprimerie au milieu du XVe siècle conduit les grandes villes


françaises à se doter d’une librairie .En 1500, quarante villes françaises en possèdent
une. Le livre au format réduit se répand , favorisant le goût pour l’érudition et la
diffusion des idées humanistes.

Les idées humanistes

Il s’agit de tendre, grâce à la raison et à la connaissance, vers un idéal de perfection


dans tous les domaines. En méditant sur la sagesse des textes antiques, l’homme
exerce sa libre critique, donne sa place à la beauté et acquiert une élégance morale,
signe d’une culture accomplie. L’humanisme étudie et découvre l’homme. Il traduit les
textes anciens. Les humanistes transmettent un esprit cosmopolite ; ils tirent des leçons
des différents types de gouvernement qu’ils observent et tentent de décrire une société
idéale fondée sur le pacifisme et l’équilibre.

La langue s’enrichit

L’introduction progressive du français dans les sciences et la littérature au XVI e siècle


suscite un intérêt nouveau pour la langue en tant que telle : on théorise, on élabore les
premières grammaires, on cherche à simplifier et à fixer l’orthographe, et on n’hésite
pas à enrichir la langue de mots nouveaux. Ronsard déclare «  Plus nous aurons de
mots dans notre langue, plus elle sera parfaite. »

Rabelais, de son coté, emprunte sans gêne à l’hébreu, au grec, au latin, mais aussi aux
langues étrangères, à l’argot et aux patois. Du Bellay encourage les poètes à innover
hardiment. De sorte que, malgré l’opposition d’un grand nombre d’hommes de lettres
et de gens de la cour, fidèles au langage traditionnel, le XVI e siècle est une période où
le vocabulaire français s’est accru de plusieurs centaines de mots. Il l’a fait en
redonnant vie à certains d’entre eux qui étaient tombés en désuétude, en puisant
largement dans le fonds savant gréco-latin et dans le fonds dialectal, mais aussi en
empruntant aux langues étrangères, à l’espagnole, au néerlandais, à l’allemand, et
surtout à l’italien. Les emprunts à l’arabe avaient été faits en majorité avant le XV e
siècle et beaucoup d’entre eux étaient passés par l’italien ou par l’espagnole.

C’est l’italien qui est la source à laquelle on puisse avec le plus d’empressement, car
l’italien est à la mode, surtout à la Cour. Lorsque Catherine de Médicis devient régente
en 1560, son influence s’exerce déjà depuis plus de trente ans. Des résistances se
manifestent, mais malgré cela, la liste des mots empruntés à l’italien pendant ce XVI e
siècle est considérable, de 250 à 300 mots.

Un renouveau intellectuel

L’humanise nait véritablement au cœur de ce commerce des idées, de bouillon de


culture qui s’intéresse à toutes les strates du savoir et des techniques, de cette sensation
d’ouverture au cosmos qui suit la découverte du nouveau monde par Christophe
Colomb en 1492, les voyages de Vasco de Gama sur la route des Indes. Fondé sur une
représentation biblique du monde s’en trouve bouleversé. Les explorations déclarent
périmées les cartes de Ptolémée et les théories migratoires des continents à partir des
trois fils de Noé (théorie selon laquelle, après le Déluge, les trois fils de Noé seraient à
l’origine de répartition et du renouvellement des différents peuples sur l’ensemble du
globe.). L’humaniste entreprend alors une démarche encyclopédique « cercle des
connaissances », volonté de totaliser et d’apprécier d’un seul regard tous les domaines
des connaissances  sans exception afin d’élaborer un enseignement qui échappe au
système dogmatique et officiel de la Sorbonne. Il réhabilite le français, rédige les
premières grammaires et introduit l’examen critique dans les actes juridiques littéraires
et scientifiques.
La pléiade

En 1547, Ronsard et du Bellay se joignent au petit groupe d’élèves qui suivent


passionnément les cours de l’humaniste Jean Dorat au collège de Coqueret sur la
montagne sainte-Geneviève à Paris. Ils lisent et comment les auteurs grecs, latins,
italiens et français. Cet enseignement se double d’une vie en communauté qui soude
les jeunes disciples et les incite à affirmer leur identité. Ils se donnent le nom de
« Brigade », la troupe. L’origine variée des élèves et l’intensité de leurs échanges
intellectuels expliquent la richesse de la future Pléiade.

Défense de la langue française

L’ordonnance de Villers-Cotterêts en 1539 a imposé la langue française dans les actes


officiels. Reste à démontrer sa nécessité dans les textes littéraires.

En 1549, un manifeste écrit par Du Bellay, Défense et Illustration de la langue


française, résume la doctrine du groupe : le poète doit servir la beauté en donnant à la
langue française le souffle d’une grande littérature à l’imitation des Anciens.
L’ouvrage est une réplique à L’art poétique 1548 de thomas Sébillet qui entendait
laisser à la poésie son rôle ornemental.

S’appuyant sur les travaux philologiques des humanistes, les poètes de la Brigade
proposent d’enrichir la langue à partir de l’étude de ses mécanismes et de l’étymologie
(emprunts au grec, au latin et aux dialectes, dérivations, ajouts de suffixes et de
préfixes). La lutte de la Brigade pour imposer ses vues dure plusieurs années. Elle
regroupe d’autres poètes, qui s’uniront pour former la Pléiade et élaboreront des
principes que tous les autres poètes finiront par reconnaitre.

Le principe de la Pléiade est de concilier la tradition antique et le souci d’innover. Le


poète doit pratiquer les genres anciens (odes, satires..), mais il doit choisir ses sources
d’inspiration dans sa propre sensibilité. Du Bellay parle d’une innutrition nécessaire
des auteurs anciens qui, seule, peut faire jaillir l’inspiration personnelle. L’érudition et
le travail sont donc des éléments poétiques essentiels, mais ne sont que les instruments
de l’inspiration qui, elle, est d’origine divine.
Le poète a un rôle politique : il défend le génie de son pays. Bien loin d’être au second
plan, il a, tout comme le guerrier, une mission patriotique.

Vous aimerez peut-être aussi