Vous êtes sur la page 1sur 2

REPUBLIQUE DU CAMEROUN REPUBLIC OF CAMEROON

Paix - Travail - Patrie Peace - Work - Fatherland

----------------- -----------------

UNIVERSITE DE DOUALA THE UNIVERSITY OF DOUALA

----------------- -----------------

ECOLE DOCTORALE DES SCIENCES POSTGRADUATE SCHOOL FOR

FONDAMENTALES ET APPLIQUEES PURE AND APPLIED SCIENCES

----------------- -----------------

Unité de Formation Doctorale Postgraduate Training Unit for


de Chimie et Biochimie Chemistry and Biochemistry
------------- -----------
Laboratoire de Biochimie Laboratory of Biochemistry

BP 24157 Douala PO Box 24157 Douala

ANEMIE, PRATIQUES ALIMENTAIRES ET INTERVENTION


NUTRITIONNELLE CHEZ LES ENFANTS DE 0 A 24 MOIS
DANS LA REGION DU BARH EL GAZEL-TCHAD.

PROJET DE THESE DE DOCTORAT/PhD DE BIOCHIMIE.

Option: Sciences Alimentaires et Nutrition.


Rédigé par :

DJIMHOTOUM Abel
Matricule: 17S98751
DEA ès sciences

Sous la direction de:


Pr. NDOMOU Mathieu
Maître de Conférences

Année académique: 2020-2021


0
INTRODUCTION

L’anémie constitue un problème de santé publique associé à un risque accru de


morbidité et de mortalité, surtout pour les femmes enceintes, allaitantes et les jeunes enfants
(Adebo et al., 2018). Quelques études au Tchad ont montré que, le paludisme et une
insuffisante de fer biodisponible dans l’alimentation ont un effet néfaste sur le statut en fer chez
les enfants anémiés (Morgaye, 2010; MSP et DNTA, 2018). Considérant donc ces aspects et
bien que les tentatives de réduction de la prévalence de l’anémie ferriprive aient été progressives
pendant plus de deux décennies (MSP et UNICEF, 2018), la situation reste encore très
alarmante. En effet, la plupart des politiques de lutte contre l’anémie chez les enfants se limitent
au niveau des zones urbaines (MSP et DNTA/UNICEF, 2016). Pourtant, l’OMS et UNICEF,
2010 préconisent comme nouvelle approche de lutte contre les maladies nutritionnelles la prise
en charge des enfants au cours des 1000 premiers jours de vie particulièrement au niveau des
zones rurales. Ces recommandations n’étant pas très souvent respectées, l’on observe alors une
très forte prévalence des maladies nutritionnelles (Kana et al., 2013). L’OMS recommande de
mener des enquêtes au niveau des différentes populations et à différentes échelles
(OMS/UNICEF, 2010). Malgré cette nouvelle approche de lutte contre l’anémie, le Tchad ne
possède pas de données accessibles pour évaluer la carence en fer chez des groupes à risques
notamment les enfants de 0 à 24 mois. Dans le but de réduire cette prévalence et servir
d’orientation dans sa prévention par une meilleure utilisation des aliments locaux, c’est la raison
pour laquelle, il est nécessaire de mener cette étude dans la région du Barh El Gazel-Tchad
connue pour être l’une des régions en insécurité alimentaire du pays (PAM/FAO , 2017).

Objectif général: Evaluer la prévalence de l’anémie, les pratiques alimentaires et


l’intervention nutritionnelle chez les enfants de 0 à 24 mois dans la région du Bar El Gazel.

Objectif spécifique 1: Evaluer la prévalence de l’anémie et du statut nutritionnel chez


les enfants de 0 à 24 mois à travers la mesure des paramètres biochimiques (Hémoglobine, fer
sérique, ferritine sérique, transferrine et de la protéine C réactive) et anthropométrique (poids,
taille et âge);

Hypothèse 1: L’évaluation de la prévalence de l’anémie et du statut nutritionnel serait


un moyen de déceler l’état de santé des enfants;

Objectif spécifique 2: Evaluer les habitudes alimentaires des enfants, apports


alimentaires et la disponibilité des aliments à travers les enquêtes alimentaires;

Hypothèse 2: La connaissance des habitudes alimentaires des enfants permettraient de


déceler les mauvais comportements alimentaires et de développer les meilleures stratégies de
lutte contre l’anémie;

Objectif spécifique 3: Réaliser une intervention nutritionnelle pilote sur les enfants
souffrant d’anémie ferriprive légère à travers la supplémentation en fer et l’éducation
nutritionnelle;

Hypothèse 3: La supplémentation et l’éducation nutritionnelle permettraient de lutter


contre le mauvais statut nutritionnel des enfants.