Vous êtes sur la page 1sur 115

REPUBLIQUE ALGERIENNE POPULAIRE ET DEMOCRATIQUE

Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la

Recherche Scientifique

Université Abderrahmane Mira de Bejaïa


Faculté de Technologie
Département des Mines et Géologie

En vue de l’obtention du Diplôme de Master en Mines


Option : Exploitation Minière
Présenté par

MlleSara SAHALI

Thème
Optimisation des tirs dans une carrière à ciel ouvert
Cas de la carrière des calcaires de Sour el Ghozlane
« Col de BECCOUCHE »

Soutenu le / 07 /2017 devant le jury composé de :


Président : Mr. AIT HABIB M.A.A U.A.M.B
Examinateur : Mr. FREDJ M.A.AU.A.M.B
Promotrice : Mme. KICHER M.A.AU.A.M.B

Année Universitaire : 2016-2017


Tables des matières
Liste des figures

Liste des tableaux

Introduction générale

CHAPITRE I
Généralités
Introduction ................................................................................................................................ 3
I.1. Représentation de la cimenterie ........................................................................................... 4
I.1.1. Historique de la cimenterie ........................................................................................... 4
I.1.2. Identification de l’usine................................................................................................. 4
I.1.3. Situation géographique.................................................................................................. 4
I.1.4. Les principaux ateliers de la cimenterie de S.E.G......................................................... 4
I.1.5. Fabrication du ciment.................................................................................................... 5
I.1.5.1. Extraction du calcaire ............................................................................................. 5
I.1.5.2. Séchage et broyage ................................................................................................. 5
I.1.5.3. Processus de la cuisson........................................................................................... 6
I.1.5.4. Passage du clinker au ciment.................................................................................. 6
I.1.5.5. Les expéditions ....................................................................................................... 7
I.1.5.6. Le contrôle de la qualité ......................................................................................... 7
I.2. Présentation de la carrière .................................................................................................... 7
I.2.1. Localisation et historique du gisement.......................................................................... 7
I.2.2. La géologie générale de la région ................................................................................. 9
I.2.3. La litho stratigraphie du gisement ............................................................................... 10
I.2.4. La tectonique de la région ........................................................................................... 10
I.2.5. Les Caractéristiques physico-chimiques du gisement................................................. 11
I.2.5.1. Propriétés physiques ............................................................................................. 12
I.2.5.2. Propriétés chimiques............................................................................................. 12
I.2.6. L’hydrographie du site ................................................................................................ 14
I.3. Estimation des réserves géologiques ................................................................................. 15
Conclusion………………………………………………………………………………………………………………………………………..17
CHAPITRE II
Généralités sur l’abattage à l’explosif
Introduction .............................................................................................................................. 19
II.1. Matériels associés aux travaux de tir................................................................................ 19
II.1.1. Matériels nécessaires à la préparation et à la vérification des trous de mine............. 19
II.1.2. Matériels nécessaires à la préparation des charges .................................................... 20
II.1.3. Matériels nécessaires au contrôle............................................................................... 20
II.1.4. Matériels nécessaires à la mise à feu ......................................................................... 20
II.1.4.1. Les exploseurs ..................................................................................................... 20
II.1.4.2. choix d’un exploseur ........................................................................................... 20
II.1.5. Matériels nécessaires à la sécurité ............................................................................. 21
II.2. Accessoires du tir.............................................................................................................. 21
II.2.1 Dispositifs d’amorçage ............................................................................................... 21
II.2.1.1 Détonateurs électriques ........................................................................................ 21
II.2.2. Dispositifs par transmission d’ondedechoc ............................................................... 24
II.2.2.1 Détonateurs non électriques ................................................................................. 24
II.2.3 Cordeaux détonants..................................................................................................... 24
II.2.3.1 Particularités des cordeaux détonants .................................................................. 25
II.2.4 Les relais de détonation .............................................................................................. 26
II.2.5 Les bousteurs .............................................................................................................. 27
II.2.6. La mèche lente ou de sûreté....................................................................................... 27
II.3. L’amorçage ....................................................................................................................... 27
II.3.1 Les types d’amorçage ................................................................................................. 28
II.3.1.1 Amorçage avec un cordeau détonant.................................................................... 28
II.3.1.2 Amorçage avec un détonateur .............................................................................. 28
II.3.2 Différents systèmes d'amorçage.................................................................................. 29
II.3.3. La séquence d’amorçage............................................................................................ 30
II.4. Les explosifs ..................................................................................................................... 30
II.4.1 Définition .................................................................................................................... 30
II.4.2. Caractéristiques des explosifs .................................................................................... 31
II.4.2.1 La désensibilisation ou flegmatisation d’un explosif........................................... 31
II.4.2.2 La sensibilisation d’un explosif............................................................................ 31
II.4.2.3 La stabilité d’un explosif...................................................................................... 32
II.4.3 Classification des explosifs......................................................................................... 32
II.4.3.1 Méthode de détonation ......................................................................................... 32
II.4.4. Décomposition des explosifs ..................................................................................... 33
II.4.4.1 La déflagration ..................................................................................................... 33
II.4.4.2 La détonation........................................................................................................ 33
II.4.5 Différents type d’explosifs.......................................................................................... 35
II.4.5.1 Les dynamites....................................................................................................... 35
II.4.5.2 Les explosifs nitratés ............................................................................................ 35
II.4.5.3 Les nitrates-fiouls ordinaires ................................................................................ 35
II.4.5.4 Les émulsions ....................................................................................................... 35
II.4.5.5 Les nitrates-fiouls alourdis ................................................................................... 36
II.4.6 Les explosifs fabriqués en Algérie.............................................................................. 36
II.5. Effets des explosifs sur le massif rocheux........................................................................ 36
II.5.1. La phase dynamique .................................................................................................. 36
II.5.2. La phase quasi statique .............................................................................................. 37
Conclusion................................................................................................................................ 39

CHAPITRE III
Analyse et conception d’un plan de tir
Introduction .............................................................................................................................. 41
III.1. Dimensionnement d’un plan de tir .................................................................................. 41
III.2. Choix de l’explosif .......................................................................................................... 43
III.3. Choix du diamètre de foration......................................................................................... 45
III.3.1. Le calcul de diamètre de foration ‘Dt’ ...................................................................... 46
III.3.1.2. Diamètre de foration en fonction de la longueur de foration ................................ 46
III.3.1.3 Diamètre de foration en fonction de la capacité de godet ...................................... 47
III.4. Conception d’un plan de tir par la méthode de Langefors .............................................. 47
III.4.1. Calcul de la maille .................................................................................................... 47
III.4.1.1 La banquette théorique........................................................................................ 48
III.4.1.2 L’espacement pratique entre les trous ‘ E’.......................................................... 54
III.4.1.3 La surprofondeur ‘Ls’.......................................................................................... 54
III.4.1.4 La longueur de bourrage ‘LB’ ............................................................................. 54
III.4.2 Calcul des charges ..................................................................................................... 55
III.4.2.1. La charge linéaire de fond ‘Lf ’.......................................................................... 56
III.4.2.2. La charge linéaire de colonne ............................................................................ 56
III.4.2.3. La charge totale d’explosif par trou de mine ‘Qt’.............................................. 57
III.5. Calcul de la consommation spécifique ‘q’ ...................................................................... 57
III.6. Calcul de nombre de trou par tir...................................................................................... 58
III.7. Rapprochement des méthodes de calcul de la carrière « Col de BECCOUCHE » et les
résultats du plan théorique........................................................................................................ 58
III.8. Conception d’un plan de tir par la méthode soviétique en vue d’optimisation des calculs
.................................................................................................................................................. 61
II1.8.1 Calcul des paramètres des travaux de forage et de tir............................................... 61
III.8.2. Calcul des paramètres de l’emplacement des trous sur la volée............................... 65
III.8.3. La distance entre deux trous dans une même rangée ‘a’ .......................................... 67
III.8.4. La distance entre deux rangées de trou ‘b’ ............................................................... 67
III.9. La quantité d’explosif nécessaire par trou ‘Q’ ................................................................ 68
III.10. Calcul des charges ......................................................................................................... 68
III.10.1 La longueur de la charge explosive ‘Lch’ ............................................................... 68
III.10.2 La longueur de la charge supérieure ‘Lchs’ ............................................................ 68
III.10.3 La longueur de la charge inférieure ‘Lchi’ .............................................................. 69
III.11. Le volume de bloc à abattre ‘Vb’ .................................................................................. 69
III.12. La surface de bloc à abattre ‘ Sb’................................................................................... 69
III.13. La longueur de bloc ‘Lb’ ............................................................................................... 70
III.14. Le volume du minerai à abattre ‘Vt’.............................................................................. 70
III.15. Le nombre de trous dans un bloc ‘Ntr’ ......................................................................... 70
III.16. Quantité d’explosif totale dans un bloc ‘Qtot’ ............................................................... 70
III.17. la longueur totale à forer ‘Ltf’........................................................................................ 70
III.18. Le rayon de sécurité ‘Rs’............................................................................................... 71
Conclusion................................................................................................................................ 71

CHAPITRE IV
Méthodologie d’optimisation des tirs de mine
Introduction .............................................................................................................................. 73
IV.1 Réalisation d’un tir de mine sur la carrière des calcaires «Col de BECCOUCHE »....... 73
IV.1.1 Implantation d’un tir de mine.................................................................................... 73
IV.1.2 Foration des trous de mine ........................................................................................ 74
IV.1.2.1 Choix du type de forage...................................................................................... 74
IV.1.3 Chargement des trous ................................................................................................ 75
IV.1.4 Méthode d’amorçage ................................................................................................. 75
IV.1.5 Les tirs réalisés sur la carrière ................................................................................... 76
IV.2. Amélioration de la qualité de fragmentation des roches ................................................. 82
IV.2.1. La consommation spécifique.................................................................................... 83
IV.2.2. La régularité de la distribution de l’explosif ............................................................ 83
IV.2.3 L'inclinaison des trous............................................................................................ 83
IV.2.4. Le tir à microretards ................................................................................................. 84
IV.2.5 La construction des charges ...................................................................................... 84
IV.3. Optimisation des résultats des tirs au niveau de la carrière des calcaires ....................... 84
Conclusion................................................................................................................................ 87
Conclusion générale

Références bibliographiques

Annexes
Liste des Figures

Chapitre I : Généralités
Figure I.01.Image représentant la Cimenterie de Sour El Ghozlane…………………………3

Figure I.02. Situation topographique de gisement des calcaires de SG-SEG…………………8

Figure I.03.Carte hydrologique de la zone d’étude…………………………………….......16

Chapitre II : Notions générales sur l’abattage à l’explosif


Figure II.01. Image prise le 13/04/2017 sur le terrain montrant l’exploseur utilisé dans la
carrière de SEG……………………………………………………………………………….21

Figure II.02. Coupe d’un détonateur instantané (0) –DEI-………………………………….22

Figure II.03. Coupe d’un détonateur à retard –DER-………………………………………..23

Figure II.04. Schéma des composantes du cordeau détonant……………………………….24

Figure II.05. Schéma de raccordement d’un cordeau détonant……………………………..25

Figure II.06. Raccordement du cordeau détonant avec une charge explosive et un détonateur
électrique……………………………………………………………………………………...26

Figure II.07. Schéma représentatif d’un micro-connecteur………………………………….26

Figure II.08. Schéma d’amorçage à l’aide d’un cordeau détonant………………………….28

Figure II.09. Schéma d’amorçage postérieur et antérieur…………………………………...29

Figure II.10. Sens d’initiation d'une charge explosive………………………………………30

Figure II.11. Courbe de pression supposée pour un explosif brisant et lent…………………33

Figure II.12. Schéma des vitesses de détonation caractéristiques…………………………...34

Figure II.13. Les trois zones de déformations dans le massif……………………………….37

Figure II.14. Développement des fissurations et de la fracturation dans l’abattage du massif


rocheux (phase 01)……………………………………………………………………………38

Figure II.15. Développement des fissurations et de la fracturation dans l’abattage du massif


rocheux (phase 02)……………………………………………………………………………38

Figure II.16. Développement des fissurations et de la fracturation dans l’abattage du massif


rocheux (phase 03)…………………………………………………………………………....39

Figure II.17.Développement des fissurations et de la fracturation dans l’abattage du massif


rocheux (phase 04)……………………………………………………………………………39
Chapitre III : Conception et analyse d’un plan de tir
Figure III.1. Schéma des deux types de bourrage (Terminal – Intermédiaire)……………...42

Figure III.2. Schéma représentatif de la géométrie du trou et de la volée…………………...43

Figure III.3. Choix de charge explosive en fonction de dimensionnement des blocs……….46

Figure III.4. Dynamique d’abattage en fonction du rapport E/B……………………………53

Chapitre IV : Méthodologie d’optimisation des tirs de mine


Figure IV.01. Schéma de raccordement des trous de mine en série avec l’explosif…………76

Figure IV.02. Prise de vue du gradin « +955m» avant le tir…………………………………79

Figure IV.03. Prise de vue du tas abattu……………………………………………………..79

Figure IV. 04. Prise de vue du tas sur le niveau supérieur de la volée………………………81

Figure IV.05. Prise de vue des fissurations existantes sur le massif…………………………82


Liste des tableaux

Chapitre I : Généralités
Tableau I.01 : Les coordonnées UTM de la carrière des calcaires COL BECCOUCHE…….8

Tableau I.02 : Résultats moyens des essais physiques………………………………………12

Tableau I.03 : Composition chimique de MA-1…………………………………………......13

Tableau I.04 : Composition chimique de CM-2…………………………………………......15

Tableau I.05 : Composition chimique de MA-3…………………………………………......15

Tableau I.06 : Calcul des réserves des calcaires CM-2 du gisement SEG...................……..17

Tableau I.07 : Réserves géologiques en exploitation et couverture…………………………18

Chapitre III : Conception et analyse d’un plan de tir


Tableau III.1 : Coefficient de proportionnalité α en fonction de la dureté de la roche……..46

Tableau III.2 :Valeurs du facteur de contrainte f en fonction de l’inclinaison des trous…..52

Tableau III.3 : Caractéristiques essentiels des explosifs……………………………………55

Tableau III.4 :Comparaison des résultats de plan de tir calculé……………………………59

Tableau III.05 : tableau de classification de la forabilité des roches………………………..62

Tableau III.06 : Classification de la tirabilité des roches……………………………………63

Chapitre IV : Méthodologie d’optimisation des tirs de mine


Tableau IV.01 : Paramètres de chargement de la volée……………………………………..77

Tableau IV.02 : Nombre de DMRs nécessaires pour le tir…………………………………..78

Tableau IV.03 : Paramètres de chargement de la volée……………………………………..81

Tableau IV.04 :Nombre de DMRs nécessaires pour le tir…………………………………..81

Tableau IV.05 : Résultats de calcul de plan de tir modifié………………………………….87


Remerciements

Ce mémoire de Master est le résultat d’un travail de recherche de

quelques mois.

En préambule, je souhaite adresser tous mes remerciements aux

personnes qui m’ont apporté leur soutien et qui ont contribué à

l’élaboration de ce travail indispensable pour valider mon master en

exploitation minière.

Tout d’abord de grands remerciements à Madame K.KICHER, tutrice de

ce mémoire, pour la confiance qu’elle m’a accordée en me permettant de

préparer ce travail. Ainsi son aide précieuse, ces conseils et le temps

qu’elle a bien voulu me consacrer m’ont été bénéfiques.

Je remercie également l’ensemble des enseignants de département des

Mines et Géologie, qui ont su m’aiguiller dans ma formation durant ces

cinq années écoulées, spécialement Mr AIT HABIB et Mr FREDJ,

d’avoir accordé un peu de leur temps pour évaluer ce travail.

J’exprime ma reconnaissance à toutes les personnes rencontrées et

interviewées lors des recherches que j’ai effectuées au sein de la Société

des Ciments de Sour El Ghozlaneet qui ont accepté de répondre à mes

interrogations avec gentillesse. Merci plus particulièrement à Monsieur

A.MEHEMMEDI, mon encadreur au niveau de l’entreprise d’accueil,

qui m’a apporté de précieux éléments sur le processus de l’abattage à

l’explosif.

Enfin, je tiens à exprimer ma gratitude à ma grande et adorable sœur

KAHINA et à mon très cher ami Houssam Eddinepour leur énorme

soutienet leur collaboration dans la réalisation de ce mémoire.


Dédicaces

Du fond de mon cœur je dédie ce travail à ceux qui me sont chers :

A mes chers parents : Aucune dédicace ne saurait exprimer mon respect,

mon amour éternel et ma considération pour les sacrifices que vous avez

consenti pour mon instruction, pour mon éducation et mon bien être. Je

vous remercie pour tout le soutien et l’amour que vous me portez depuis

mon enfance. J’espère que ce modeste travail soit l’exaucement de vos vœux

tant formulés, le fruit de vos innombrables sacrifices. Puisse Dieu, le très

haut, vous accorder santé, bonheur et longue vie.

A mes adorables sœurs : Nawel, Hania,Yassmine ,Amel et Kouki .

A mes chers frères : Norddine et Sofiane.

A mes beaux-frères : Mustapha, Rachid, Mustapha et Massi.

A mes chouchous : Mehdi et Maya.

A mes chères amies : Meriem, Célia, Assia, Faïrouz, Hanane et Sihem.

A mes chers amis: Kevin,Philipo,Saïd, Moumen, Houssem,Ghilass, Adel,

Rahim, Boualem,Mammah, Syphax, Islam, Amir, Nadir et Bachir.

Merci énormément pour vos soutiens plus que précieux. Merci pour votre

grand cœur et toutes vos qualités qui seraient trop à énumérer. Merci pour

votre générosité et aux plus beaux moments que vous m’avez offerts.

.
Introduction générale

Introduction générale

L’exploitation minière est devenue de nos jours l’une des principales industries qui règnent
dans le monde entier. Suite à la demande excessive des substances minérales sur le marché, le
secteur minier s’est contribué directement dans l’économie mondiale et a pris une place
importante vis-à-vis la perspective du développement durable.

L’exploitation des ressources minérales consiste donc à extraire, à raffiner et bien


effectivement à traiter des roches et des minéraux ayant une valeur économique majeure et
cela en suivant des procédés bien précis.

Etant évalué comme élément clé de tout le processus de production minière, l’abattage à
l’explosif est une technique inévitable qui vise à réduire des volumes de roches d’un massif en
place présentant une résistance trop élevée afin d’obtenir une granulométrie adaptée aux
installations et à ce que l’on veut produire.

Néanmoins, les mines à ciel ouvert autant que compagnies industrielles cherchent à
maximiser leurs bénéfices d’une manière ou d’une autre et ce en produisant, distribuant et en
offrant des services sur les plates formes commerciales. Cet objectif les pousse alors à se
concentrer sur l’aval du processus qui est le produit fini que sur l’amont qui prend en charge
la planification des tirs et la fragmentation des blocs. On note, de ce fait un manque de
surveillance, de maîtrise et d’hiérarchie au niveau des études techniques de recherche et
d’organisation dans le domaine de l’abattage.

Ainsi, les tirs de mines réussis peuvent mener à la réalisation de distribution la plus
appropriée des fragments de roches avec un coût de production minimum. L’organisation des
plans de tir tout en amont de la carrière doit par conséquent permettre d’atteindre les objectifs
de produit final tout en garantissant la protection de l’environnement avoisinant, la gérance
des vibrations et la diminution des bruits générés par le processus lui-même afin de satisfaire
les contraintes réglementaires.

Face à toutes les gênes issues de l’opération d’extraction des matières premières dans les
carrières et suite aux réclamations et aux plaintes des riverains des sites miniers, on se trouve
obligé d’aller à la recherche des méthodes et des mesures dans le cadre d’améliorer le
rendement des tirs de mine et de donner des réponses convaincantes aux question suivantes :
Quels sont les facteurs qui touchent à la qualité des tirs de mine ? Y-a-t-il des méthodes à
élaborer dans la partie pratique de l’opération d’abattage à l’explosif qui permettront de
Introduction générale

garantir l’efficacité des tirs ? Et surtout quelle est la procédure à suivre afin d’optimiser la
granulométrie des produits résultants de la fragmentation des roches?

Mon stage a été effectué au sein de la carrière de Col de BECCOUCHE chargée de


l’extraction du calcaire servant de matière première dans la fabrication du ciment au niveau de
l’usine qui lui est associée. Durant cette période, qui n’a pas durée trop longtemps, j’ai bien
été renseignée sur les différentes conditions de la production, sur le rythme de l’exploitation
et beaucoup plus sur la réalisation des tirs de mine à ciel ouvert et cela m’a incité en quelque
sorte à présenter des modifications dans les pratiques des tirs dans le but d’améliorer les
résultats.

En conséquence, l’optimisation des tirs de production minière dans ce travail peut être
résumée par la recherche des objectifs suivants :

 Un meilleur control de l’opération de l’abattage à l’explosif.


 Une taille optimale des fragments obtenus vis-à-vis leur utilisation future.
 Un rendement de tir optimal vis-à-vis les contraintes environnementales.

Après avoir remet les enjeux de cette étude dans leur contexte, nous parvenons à détailler
successivement dans ce qui suit :

 Les caractéristiques générales de la carrière sur laquelle l’étude d’option s’est


déroulée.
 Les généralités sur le processus de l’abattage à l’explosif.
 Les aspects théoriques sur la technique de l’abattage en vue d’apporter une réflexion
sur le schéma de tir dimensionné pour le Col de BECCOUCHE.
 Des suggestions à l’entreprise en vue de la résolution de la problématique traitée dans
l’approche.
Chapitre І Généralités

Introduction
La cimenterie de Sour El Ghozlane, située au sud de la wilaya de Bouira, fait partie
des douze cimenteries du Groupe Industriel des Ciments Algérien (GICA) depuis son
implantation en 1983.

Elle est considérée comme étant l’une des importantes sociétés de production de ciment avec
une capacité annuelle d’environ un million de tonnes de ciments.

Elle est à 100٪ de sa production avec 3000 tonnes de ciment par jour. Cette quantité du
ciment produite est totalement injectée sur le marché national.

Faisant partie du leader de l’industrie des ciments, la cimenterie SC-SEG poursuit sa


croissance en répondant aux besoins de la demande industrielle et en abordant de nouveaux
potentiels du développement durable de la région de Sour El Ghozlane ainsi que celui de la
wilaya de Bouira [1].

La figure suivante représente la Cimenterie de SEG

Figure I.01 Image représentant la Cimenteriede Sour El Ghozlane [1].

Page 3
Chapitre І Généralités

I.1. Représentation de la cimenterie


I.1.1.Historique de la cimenterie
L’usine de Sour El-Ghozlane est une cimenterie qui a été confié à une société danoise
fondé par F.L. Smith avec laquelle la Société Nationale des Matériaux de construction
(S.N.M.C)a signé un contrat le 26 novembre 1979 pour un délai de réalisation de 38 mois, on
note ainsi :
 Le début des travaux qui a été fixé au 26 février 1980.
 La première production de ciment a eu lieu le 20 octobre 1983[1].

I.1.2. Identification de l’usine


La société des ciments deSour El-Ghozlane est une association par action et filiale de
groupe E.R.C.C (Enterprise Régionale des Ciments et dérivées de Centre) :
 Constructeur : F.L Smith, Danemark.
 Qualité de ciment : CPJ 32.5 et 42.5.
 Production annuelle : 1.000.000 T.
 Superficie totale : 41 Hectares.
 Superficie occupé : 11 Hectares [1].

I.1.3. Situation géographique


Située à 120 km au sud d’Alger et à 25 km de la wilayade Bouirachef-lieu, la société
occupe une position géographique stratégique. En effet, implantée aux limites du Tell et des
Hauts Plateaux, cette position lui permet de jouer un rôle économique essentiel dans la région
du centre du pays. Elle repend aux besoins en ciment de plusieurs wilayas, Au nord : Médéa,
Tizi-Ouzou, Bejaia. Au centre : Djelfa, Laghouat. Et au u sud : Ghardaïa, Illizi et Ouargla. [2]

I.1.4. Les principaux ateliers de la cimenterie de S.E.G


La cimenterie de S.E.G est constituée de 5 ateliers principaux :
 Atelier de concassage : capacité 1 000 T/h.
 Atelier de broyage crue : capacité 2*140 T/h.
 Atelier de cuisson : capacité 3 000 T/j, diamètre de four : 5,5 m, langueur de four : 98
m, T° de cuisson : 1450°C.
 Atelier de broyage de ciment : capacité 2*100 T/h.
 Atelier d’ensachage et de d’expédition : capacité 5*100 T/h [2].

Page 4
Chapitre І Généralités

I.1.5. Fabrication du ciment


La fabrication du ciment est un processus qui passe par plusieurs étapes successives
qui sont comme suit :

I.1.5.1. Extraction du calcaire


Les blocs du calcaire sont extraits par le processus d’abattage à l’explosif. Les roches
abattues sont par la suite chargés à l’aide des dumpers vers un atelier de concassage qui fera
les fragmenter selon le besoin de l’usine de fabrication. Les fragments seront transportés par
un convoyeur à bonde jusqu’au broyeur. Pour produire des ciments de qualité constante, les
matières premières doivent être très soigneusement échantillonnées, dosées et mélangées de
façon à obtenir une composition parfaitement régulière dans le temps [3].

I.1.5.2. Séchage et broyage

Afin de favoriser les réactions chimiques ultérieures, les matières premières doivent être
séchées et broyées très finement dans des broyeurs à boulets.
Avant de faire passer le calcaire par le broyeur, on passe par l’étape de dosage qui
consiste à créer une sorte de pate très homogène en se référant aux doses suivantes :
 Calcaire : 80 %.
 L’argile : 12 %.
 Minerai de fer : 5 %.
 Sable : 3 %.
Les produits de l’homogénéisation sont plus économes en énergie et permettent un
séchage plus efficace.
On note ainsi trois sortes de cuisson :
 Cuisson par voie humide :est la plus ancienne et implique une grande consommation
d’énergie pour évaporer l’eau excédentaire.
 Cuisson par voie sèche :c’est la méthode pratiquée au sein de la cimenterie.
 Cuisson par voie demi-sèche : rarement utilisée.
Dans ces procédés, les matières premières sont parfaitement mélangées et séchées lors
de l’opération de broyage afin d’obtenir une farine. Celle-ci peut être introduite directement
dans le four sous forme pulvérulente (voie sèche) [3].

Page 5
Chapitre І Généralités

I.1.5.3. Processus de la cuisson


La cuisson se fait à une température avoisinante de 1450 °C dans un four rotatif, un long
cylindre tournant de 1,5 à 3 tours/minute et légèrement incliné.
La matière chemine lentement et se combine en venant à la rencontre de la source de
chaleur, une longue flamme alimentée au charbon pulvérisé, au fuel lourd au gaz, ou encore
partiellement avec des combustibles de substitution (valorisation de résidus d’autres
industries).
L’énergie calorifique consommée est considérable aux environ de 3 200 à 4 200 K
Joules (l’équivalent de 100 kg de charbon) par tonne de clinker produit.
Pour améliorer le bilan thermique, on utilise en amont du four un échangeur thermique
qui préchauffe le cru environ 800 °C.
Deux types d’échangeurs sont utilisés :
 l’échangeur à cyclone dans le cas ou le cru est introduit dans le four sous forme
pulvérulente (voie sèche),
 l’échangeur à grille s’il est introduit sous forme de granules humidifiées (voie semi-
sèche).
Entre l’échangeur et le four, est quelquefois installé un brûleur supplémentaire assurant une
«pré-calcination», c’est à dire une décarbonatation partielle qui favorise les réactions
ultérieures de clinkérisation et améliore la fiabilité de l’atelier de cuisson.
A la sortie du four on tombe sur un refroidisseur à grille qui permet d’assurer la trempe des
nodules incandescents et de les ramener à une température d’environ 100º C.
Tout au long de la cuisson, un ensemble de réactions physico-chimiques conduit à l’obtention
du clinker :
 la décarbonatation du carbonate de calcium (calcaire) donne de la chaux vive,
 l’argile se scinde en ses constituants : silice et alumine qui se combinent à la chaux
pour former des silicates et aluminates de chaux.
Ce phénomène progressif constitue la clinkérisation [3].

I.1.5.4. Passage du clinker au ciment


Pour obtenir un ciment aux propriétés hydrauliques actives, le clinker doit être à son tour
broyé très finement. Ce broyage s’effectue dans des broyeurs à boulets. Les corps broyant
sont constitués de boulets d’acier qui, par choc, font éclater les grains de clinker et amènent
progressivement le ciment à l’état de fine farine, ne comportant que très peu de grains
supérieurs à 40 microns.

Page 6
Chapitre І Généralités

A la sortie du broyeur, un cyclone sépare les éléments suffisamment fins des autres qui sont
renvoyés à l’entrée du broyeur.
C’est également lors du broyage que l’on ajoute au clinker le gypse (3 à 5%) indispensable à
la régulation de prise du ciment [3].

I.1.5.5. Les expéditions


Acheminés vers les silos de stockage par transport pneumatique ou mécanique, les
ciments quittent l’usine en sacs ou en vrac. Les sacs contiennent généralement 25 ou 50 kg de
ciment et l’ensachage atteint fréquemment 100 tonnes par heure. Les sacs sont acheminés vers
des palettiseurs qui constituent des palettes de 1500 kg transportées par camion [3].

I.1.5.6. Le contrôle de la qualité


La qualité du ciment dépendde la résistance et la pérennité des ouvrages.
Le ciment répond à des normes françaises et européennes très sévères sur lesquelles
les cimenteries s’engagent.
C’est pourquoi les Ciments de S.E.G ont depuis très longtemps mis en place des procédures
de contrôle rigoureuses qui lui permettent de garantir la qualité du produit [3].

I.2. Présentation de la carrière

I.2.1. Localisation et historique du gisement


Le gisement du calcaire de «Col de BECCOUCHE » est situé à 27 km au Sud de la
wilaya de Bouira et à 3 km au Nord-est de chef lieu de la commune de Sour El Ghouzlane.
Celle-ci est d’une superficie de 175 km², elle est limitée au Nord par les communes de
Raouraoua et Ain Bessam, au Sud par la commune de Dirah, à l’Est par les communes
Hakimia et El-Hachimia et enfin à l’Ouest par la commune de Dechmia.
La limite du gisement est sillonnée par un ravin plus au moins profonds, on y accède
ainsi par le chemin de wilaya n°127 [2].
La figure suivante représente une carte topographique de gisement de Col
BECCOUCHE.

Page 7
Chapitre І Généralités

Figure I.02. Situation topographique de gisementdes calcaires de SG-SEG [2].


(Extrait des cartes topographiques des Feuilles de Sour El Ghozlane Nº 81 Est et 82 Ouest) /
Echelle 1/25 000è.
Le gisement couvre une superficie de 17 500 ha dont 100٪ font l’objet de l’exploitation
actuelle. Il s’étend suivant les coordonnées portées ci-après :

Tableau I.01 :Les coordonnées UTM de la carrière des calcaires COL BECCOUCHE [4].

Points 1 2 3 4
X 568 000 568 000 566 900 566 900
Y 4 003 300 4 002 700 4 002 700 4 003 000
Points 5 6 7 8
X 567 500 567 500 567 600 567 600
Y 4 003 300 4 003 200 4 003 200 4 003 300

Page 8
Chapitre І Généralités

I.2.2. La géologie générale de la région


Selon le découpage d’A.CAIRE (1957-1970), on rencontre du Sud au Nord et selon une
direction Est-Ouest :
 Le domaine Tellien.
 La zone intermédiaire.
 La zone des Flyschs externes.
 La chaine calcaire qui fait partie du domaine Kabyle.
 La zone ultra-Kabyle de flyschs internes [4].
La région de Bouira est en outre située dans la zone de jonction de la chaine montagneuse de
l’Atlas tellien méridional et de la grande Kabylie elle-même faisant partie du Tell
septentrional.
De point de vue litho-stratigraphique, les terrains rencontrés sur la zone d’étude remontent à
l’âge Précambrien jusqu’au Quaternaire.
 Les dépôts Précambrien :sont peu développés. Ils sont rencontrés à l’extrême Nord-
Ouest du territoire de la wilaya et sont représentés par des phyllades et des schistes
cristallins.
 Les dépôts du Carbonifère :sont développés dans la chaine du Djurdjura et sont
représentés par des argilites, des aleurolites et des calcaires.
 Les dépôts du Permo-Trias : sont représentés par des grés de couleur rouge et des
conglomérats.
 Les dépôts du Trias :sont rencontrés sur tout le territoire de la wilaya et sont liés au
diapirisme et aux zones de charriage. Ils sont représentés par des formations argilo-
gypseuse bariolées renfermant des débris dolomitiques et des calcaires jurassiques.
 Les dépôts du Jurassiques : sont développés dans la partie Nord du territoire de la
wilaya. Ils font partie de la chaine calcaire Kabyle de direction sub-latitudinale et sont
représentés par des calcaires à grains fins, faiblement étamorphisés.
 Les dépôts du Crétacé : sont largement développés sur la totalité du territoire de la
wilaya de la manière suivante :
 Le Crétacé inférieur : il est composé par des argilites, des aleurolites, des schistes
argilo-siliceux et des marnes argileuses avec des passées de grés siliceux.
 Le Cénomno-Turonien :est représenté par des calcaires gris massifs ou lamellaires et
des marnes à passées calcaires.

Page 9
Chapitre І Généralités

 les dépôts du Paléogènes : sont représentés par l’Eocène et l’Oligocène. Ce sont des
marnes, des argiles marneuses, des calcaires, des grés et des conglomérats [4].

I.2.3. La litho stratigraphie du gisement


Les résultats des travaux de terrains réalisé par la SNMC ont comportés 27 sondages totalisant
1960 m et 19 tranchées sur une longueur de 1625 m [et ce selon les nouvelles recherches
reportées par le centre d’étude CETIM], on note que la litho stratigraphie du gisement est
constituée par la succession des couches suivantes [5].
• MA-1 : Marnes argileuses (puissance 50 m CENOMANIEN) avec intercalation de marnes
plus gréseuses, de couleur grise à gris foncé. En ce qui concerne la composition
minéralogique, la marne est constituée de petits cristaux de calcite, de minéraux argileux
associés avec la matière organique[5].
• CM-2 : Calcaire Principal (puissance de 39-42 m ALBIEN supérieur VRACONIEN) gris
foncé, dur, massif micro-granulaire en bancs de 30 à 90 cm.La couleur du calcaire varie du
gris-foncé au gris clair, parfois allant vers le beige et le brun. Les limites des calcaires (tant du
toit que du mur de la couche) sont très nettes surtout dans les affleurements. Cette puissante
couche de calcaires est extrêmement résistante à l’altération [5].
• MA-3 : Marnes (puissance de 22-26 m ALBIEN supérieur). Elles sont grises foncées assez
dures, micro granulaires, avec de nombreuses intercalations de calcaires marneux dans la
partie supérieure qui est presque égale à 7.5 m et des marnes faiblement gréseuses vers le bas.
Par suite de l’altération, ces sédiments à l’origine toujours gris foncé sont décolorés vers le
gris clair ou beige [5].
• AM-4 : Argiles marneuses (puissance de 5-7 m ALBIEN supérieur) gris foncé, tendres,
dont la structure est pelito-morphique. Du point de vue minéralogie, la plupart des
composants sont représentés par de petites particules argileuses et matières organiques
uniformément répartis dans la roche[5].
• MN-5 : Calcaires marneux (puissance de 23-28 m ALBIEN supérieur) gris à gris foncé
compact à grains fins. Selon les analyses des lames minces, la roche est composée d’un
mélange de très petits cristaux de calcite, de matière organique et de minéraux argileux[5].
• MA-6 : Marnes argileuses (puissance > 20 m ALBIEN supérieur) gris foncé à noire avec
intercalation d’argiles marneuses et de marnes faiblement gréseuses qui passent plus bas dans
des argiles schisteuses[5].

I.2.4. La tectonique de la région


Le gisement est délimité à l’Est et à l’Ouest par d’importants accidents tectoniques.

Page 10
Chapitre І Généralités

Les couches de calcaires forment un monoclinal représentant l’aile Sud de la grande structure
anticlinale. Elles sont affectées d’un pendage de 15° à 30° vers le Sud. La direction des
couches est de 85° à l’Ouest et à 30° dans la partie Est du gisement [6].
Dans le détail, la série des calcaires est marquée par de nombreuses failles transversales
(NNW-SSE) de différents rejets (de 5-20 m). Elles limitent des compartiments plus ou moins
décalés verticalement les uns par rapport aux autres. Cette simple structure est d’autant plus
compliquée par des accidents tectoniques longitudinaux bien visibles dans la zone du point
culminant (1015 m), où le pendage des couches atteint 70°. Ces accidents tectoniques sont
soulignés par des filons de calcite d’épaisseur de 50 cm [6].
A l’Ouest du gisement, la crête du calcaire est décrochée d’environ 500 m vers le Nord. Ce
compartiment est beaucoup plus compliqué. Il est marqué par de nombreuses failles et le
pendage de la couche varie de 35° à 80° vers le Sud. A cause de ceci, on ne peut pas prendre
cette zone en considération comme un éventuel gisement de réserves supplémentaires.
A l’Est du gisement, le bloc de calcaire est décroché environ 400 m vers le Sud. Il se prolonge
sur une distance de 1.6 km, mais plus vers l’Est le pendage de la couche augmente de 20° à
40°.

I.2.5. Les Caractéristiques physico-chimiques du gisement


Comme la matière essentielle pour l’exploitation du gisement « Col de BECCOUCHE » et la
raison principale pour l’implantation de la cimenterie est le calcaire, on ne peut pas citer les
caractéristiques du gisement sans parler des critères de cette substance, ainsi le calcaire est
une roche sédimentaire essentiellement composée de « Carbonate de calcium » de formule
chimique « CaCO3 » .Les calcaires font partie des roches carbonatées. Un terrain ou une
formation rocheuse est considéré comme calcaire lorsqu'il contient plus de 50% de CaCO3.

Leurs couleurs peuvent varier du blanc au noir en passant par toute la gamme des gris, des
beiges ou des roux. Ils peuvent être durs et compacts ou au contraire tendres et poreux. Ils
peuvent présenter un grain très fin (calcaire lithographique) ou au contraire avoir une texture
grossière (gros cristaux, débris de coquilles ou oolithes) [7].

Pour un calcaire cimentier la teneur en carbonate de calcium doit être supérieure à 75%, et sa
teneur en argile inférieure à 1.20g/100g.

Les calcaires ne sont jamais constitués de carbonates de calcium pur.Ils peuvent contenir :

Page 11
Chapitre І Généralités

 Des éléments argileux, si la proportion de ceux-ci est importante, on passe à un


calcaire marneux puis à une marne.
 De la silice libre, soit plus ou moins diffusée soit sous forme de grains, soit sous forme
de silex en rognons ou en bancs plus ou moins continus.
 De la dolomie (carbonate double de chaux et de magnésie).

I.2.5.1. Propriétés physiques


Le poids volumique et la broyabilité des couches formant le gisement et rentrant dans le
processus d’exploitation ont été testés sur des échantillons. Le tableau ci-dessous montre les
moyennes des essais physico-mécaniques :
Tableau I.02 : Résultats moyens des essais physiques [5]

Résultats moyens des analyses


Matière Humidité naturelle Poids volumique Absorption d’eau
3)
première (%) (KN/m (+%)
Marnes (MA-1) 7.07 2.46 -
Calcaire (CM-2) 0.00 2.60 1.1
Marnes (MA-3) 3.52 2.30 -
D’après les résultats :
Le calcaire principal est pratiquement sec. Cependant, l’humidité des autres
constituants est plus élevée et il est indispensable de prendre en considération la marne MA-1
notamment pendant les périodes de pluies.

I.2.5.2. Propriétés chimiques


L’évaluation géochimique des différents types de sédiments s’est faite à partir des valeurs
d’analyse chimique des logs de sondages et des échantillons prélevés dans les tranchées.
En raison des conditions du gisement, seules les couches MA-1, CM-2 et MA-3 entreront en
ligne de compte comme matière première sur-dosée d’après le rapport géologique élaboré en
1976 [6].
 Marnes argileuses supérieures
Ce sont des roches carbonatées qui recouvrent le gisement principal, les valeurs extrêmes et
moyennes pondérées des composants chimiques de MA-1 pour tout le gisement sont
indiquées comme suite :

Page 12
Chapitre І Généralités

Tableau I.03 : Composition chimique de MA-1 [5]

Composition chimique (٪) Total


Valeurs
SiO2 Al2O3 Fe2O3 CaO MgO SO3 K2O Na2O Cl P2O5 PF

Min 7.12 0.23 1.11 18.50 0.00 0.11 0.04 0.00 0.00 - - -

Max 32.74 12.50 8.67 42.64 5.15 1.07 1.67 0.18 0.012 - - -

Moy 20.37 6.75 2.64 34.65 2.06 0.46 0.72 0.17 0.003 - - 98.51

D’une manière globale, la première couche du gisement en question n’est pas concentrée en
éléments nuisibles.

 Calcaire principal

Arrivant à ce niveau du gisement, on rencontre des calcaires légèrement marneux relativement


riche en CaO et très homogènes dans l’ensemble du gisement.

Les valeurs extrêmes et les moyennes pondérées des résultats d’analyse chimique du CM-2
sont indiquées dans le tableau suivant :

Tableau I.04 :Composition chimique de CM-2 [5]

Composition chimique (٪) Total


Valeurs
SiO2 Al2O3 Fe2O3 CaO MgO SO3 K2O Na2O Cl P2O5 PF

Min 0.26 0.10 0.10 46.54 Trace 0.11 0.02 0.01 0.00 0.068 37.81 -

Max 8.82 2.70 2.06 53.69 4.03 1.39 0.52 0.26 0.077 0.120 43.05 -

Moy 3.44 1.02 0.73 50.81 1.28 0.47 0.13 0.04 0.007 0.091 41.62 99.64

On note ainsi :

 Le composant CaCO3 correspond à 90.5٪.


 Les teneurs en MgO sont légèrement élevées dans les sondages.
 La présence des alcalis, du chlore, SO3 et P2O5 est relativement faible.

Page 13
Chapitre І Généralités

 Marnes

La couche MA-3 a été explorée par 25 sondages dont 6 l’ont traversée entièrement vu qu’il
s’agit d’une alternance de couches de marnes et du calcaires. Ainsi, les valeurs maximales,
moyennes et minimales des résultats d’analyses chimiques du MA-3 sont inscrites dans le
tableau suivant :

Tableau I.05 : Composition chimique de MA-3 [5]


Composition chimique (٪) Total
Valeurs
SiO2 Al2O3 Fe2O3 CaO MgO SO3 K2O Na2O Cl P2O5 PF

Min 26.04 0.38 1.15 27.51 0.60 0.17 0.55 0.08 - 0.055 28.25 -

Max 25.1 9.00 4.73 45.85 11.80 1.29 1.40 0.66 0.090 0.180 37.85 -

Moy 15.58 5.13 2.13 38.71 2.75 0.64 0.84 0.17 0.004 0.126 33.49 99.39

Les analyses chimiques de la troisième couche ont montré que :

 La teneur en CaO scille entre les 27٪ et les 45٪.


 La présence des alcalis, chlore et P2O5 est faible.
 La teneur en SO3 n’est pas tellement élevée en général, elle est -selon les sondages S-
37 et S-39- à 1.3٪.

I.2.6. L’hydrographie du site


La région est morcelée par un réseau de petits oueds, ruisseaux et leurs ramifications. En
hiver, l’ensemble de ces derniers se transforme en torrents boueux qui provoquent une forte
érosion dans les séries argileuses. Ce régime torrentiel se traduit par des ravins ramifiés,
étroits, profonds et dépourvus de terre végétale [4]

Les conditions hydrogéologiques du gisement n’étaient pas étudiées au début de la recherche


préliminaire. Le niveau hydrostatique a été découvert à la profondeur ayant la côte(+ 915) m.
En prenant en considération la situation haute du terrain par rapport au niveau de drainage et
d’après les données des sondages n°18 et n°20.

Les précipitations atmosphériques surtout dans le temps pluvieux peuvent être


évacuées à l’aide des installations spéciales en-dehors du gisement.

Page 14
Chapitre І Généralités

De ce fait, les conditions géologiques du gisement autant que les propriétés physico-
mécaniques des roches et d’autres facteurs peuvent avoir une certaine influence sur
l’exploitation du site c’est pourquoi donc qu’elles doivent être bien étudiées soit avant ou
durant le processus d’exploitation [6].

La figure qui suit donne une idée sur l’hydrologie de site d’étude :

Figure I.03 : Carte hydrologique de la zone d’étude(Extrait de la carte topographique de Sour


El Ghozlane INC- Ech. 1/50 000è) [2].

I.3. Estimation des réserves géologiques


Le gisement du calcaire « Col de BECCOUCHE » est considéré comme étant un gisement
moyen quant à ses dimensions et régulier du point de vue de la structure, la puissance et la
qualité de la matière première [8].

Le calcul des réserves a été effectué en suivant la méthode des coupes géologiques.Et
comme le poids volumétrique des calcaires n’était pas déterminé sur le terrain ni dans le

Page 15
Chapitre І Généralités

laboratoire, la valeur conventionnelle qui a été associée au poids volumétrique était de 2.6
t/m3.

Les résultats du calcul des réserves d’après les blocs, les catégories et le terrain en leur
ensemble sont présentés dans le tableau suivant :

Tableau I.06 : Calcul des réserves des calcaires CM-2 du gisement SEG [5].

Volume
Superficie Superficie Distance Poids Réserves
des blocs
Profils section moyenne entre volumétri (mille-
(m3)
(m2) (m2) profils (m) que (m3) tonne)

A-A’ 8.460

І-C1 B-B’ 9.710 9.106.67 705.0 6.420.202 2.6 16.692.50

C-C’ 9.150

C-C’ 9.150
П-C1 9.665.00 617.5 5.968.138 2.6 15.517.16
10.180
E-E’

E-E’ 10.180

Ш-C2 F-F’ 10.890 9.690.00 660.0 5.376.000 2.6 13.977.60

G-G’ 7.730
A-A’
8.460
IV-C2 J-J’ 5072 480.0 2.434.560 2.6 6.329.86

2.510

D’après le tableau ci-dessus, on note que la réserve totale pour le bloc C1 est de : 32.209.66
tonnes tandis que celle du bloc C2 remonte à : 20.307.46 tonnes.

C’est pourquoi donc que les réserves totales des calcaires du gisement « Col
BECCOUCHE » selon les catégories C1 et C2 sont de 52.5 million de tonnes.

Page 16
Chapitre І Généralités

Ces analyses ont aussi permis de donner une idée sur le volume des roches de
couverture qui était estimé à 5.3 million de tonnes.

Les calcaires mélangés aux schistes argileux pourraient bien alimenter la cimenterie dont
la capacité annuelle est de 1.0 million de tonnes pour un délai de 38 ans. Une certaine
augmentation des réserves des calcaires pourrait être assurée dans la partie Est du terrain.

Cependant, à l’issue de l’étude préliminaire, la structure géologique et le relief de cette


partie s’avèrent bien compliquée. Les dimensions de la superficie perspective pour
l’augmentation des réserves sont à 200 m et les réserves potentielles seront de 6-7 million de
tonnes [6].

D’après le calcul approximatif, les réserves potentilles des roches marneuses jusqu’au
niveau + 920 m sont comme suit :

 Marne MA-1 : 5.3 million de tonnes ; soit 5٪ des réserves totales.


 Marne MA-3 : 28.1 million de tonnes ; soit 27٪ des réserves totales.
 Marnes MN-5 : 20.8 million de tonnes ; soit 19٪ des réserves totales.

En cas de l’utilisation complexe des marnes et des calcaires dans la production du


ciment, la cimenterie serait assurée en matière première pour une durée de 60-65 ans.

Tableau I.07 :Réserves géologiques en exploitation et couverture [4]

Quantité des réserves en million de tonnes

Matières Catégorie B Catégorie C1 Catégorie C2 Total

Marne Supérieure 2.80 3.90 1.00 7.70

Calcaire Principal 22.60 42.70 6.5 71.80

Marne inférieure 3.60 6.50 0.80 11.10

Conclusion

La carrière des calcaires de Sour El Ghozlane demeure un site très approprié pour la
réalisation des tirs de mine à ciel ouvert.

Page 17
Chapitre І Généralités

Selon sa situation géographique, sa litho-stratigraphie et ses résèrves géologiques, le gisement


de Col BECCOUCHE nous permet une bonne étude sur l’exploitation des roches calcaires et
un bon déroulement des travaux de minage.

Page 18
Chapitre П Notions générales sur l’abattage à l’explosif

Introduction
L'abattage des roches à l’explosif représente le premier maillon des processus
technologiques del'exploitation des gisements à ciel ouvert. Il consiste à modifier l'état naturel
des roches dans le but d'améliorer le processus de leur extraction.

La roche est donc séparée du massif à l'aide des explosifs placés dans des trous
réalisés à cet effet. La qualité de l'abattage des roches prédétermine en grande partie le
rendement des engins miniers, la sécurité de travail et d'une manière générale l'efficacité des
travaux à ciel ouvert. [9].

Nous allons de cette manière, essayer dans ce deuxième chapitre de présenter le


matériels essentiels rentrant dans le processus de fragmentation des roches à l’aide d’explosif
et d’analyser les principaux paramètres permettant par conséquent l'élaboration d'un
performant plan de tir.

II.1. Matériels associés aux travaux de tir


Le principe des tirs de mine avec des explosifs consiste à réaliser des trous
subverticaux de foration parallèles à une surface libre définie par la configuration des fronts
de taille, les amorcer avec de la substance déflagrante et enfin les faire sauter à l’aide d’un
exploseur [10].

Cela nécessite donc la mise en pratique d’une série de matériels qui sont identifiés
comme suit :

II.1.1. Matériels nécessaires à la préparation et à la vérification des trous de mine


 La curette ;
 Le bourroir rigide ;
 Les appareils de contrôle à ultrasons ;
 Le miroir ;
 La torche électrique ;
 Le détecteur Boretrack ;
 Le diadème [10].

Page 19
Chapitre П Notions générales sur l’abattage à l’explosif

II.1.2. Matériels nécessaires à la préparation des charges


 Broche ou poinçon : très fréquent en bois ou en métal non ferrique afin d’éviter tous
risques d’étincelles [10].

II.1.3. Matériels nécessaires au contrôle


 Vérificateur de circuit électrique : le contrôle des circuits de tir est obligatoire avant le
raccordement à l’exploseur. Il existe deux types d’Ohmmètres :
 Les Ohmmètres à aiguilles ;
 Les testeurs digitaux [10].

L’Ohmmètre à aiguille est constitué d’un seul circuit qui est mis en série avec celui à
mesurer. Il doit être impérativement utilisé à partir de l’abri de tir après la mise en place des
mesures de sécurité prévues pour le tir.

Tandis que l’Ohmmètre digital comporte trois circuits distincts. Le circuit à mesurer
est isolé de la pile par deux systèmes électroniques indépendants.Ce système assure un
courant d’une intensité faible de quelques milliampères dans le circuit du tir [10].

II.1.4. Matériels nécessaires à la mise à feu


 Les exploseurs en cas de tir électronique ;
 Les lignes de tir en cas de tir électrique ;
 Le pistolet Starter pour tube de transmission de la détonation [10].

II.1.4.1. Les exploseurs


Ce sont des appareils spécialement conçus pour alimenter une charge électrique, ils
doivent être agrées [10].

II.1.4.2. choix d’un exploseur


Le choix d’un exploseur dépend de sa capacité à :

 vaincre une résistance extérieure qui correspond à la résistance du circuit de tir.


 Fournir l’intensité nécessaire pour initier les amorces électriques utilisées en fonction
de leurs têtes d’allumage [10].

La figure ci-jointe représente le type d’exploseur utilisé au sein de la carrière :

Page 20
Chapitre П Notions générales sur l’abattage à l’explosif

Figure II.01. Image prise le 13/04/2017 sur le terrain montrant l’exploseur utilisé dans la
carrière de SEG.

Les exploseurs ont toujours un organe de manœuvre amovible (manivelle ou clef) pour
des raisons de sécurité, leur mise à feu est une responsabilité associée aux boutefeux.

II.1.5. Matériels nécessaires à la sécurité


 Les récipients distincts (caisses) pour le transport des artifices et des explosifs ;
 Les panneaux de signalisation ;
 Les drapeaux ;
 Les signaux sonores ;
 Les signaux lumineux [10].

II.2. Accessoires du tir


II.2.1 Dispositifs d’amorçage
L'utilisation de retards entre trous et lignes permet l'abattage successif des portions
d'unplan de tir. Les procédés d’amorçage existent sous plusieurs formes :

II.2.1.1 Détonateurs électriques


 Détonateurs électriques instantanés

Ils sont constitués d’un tube en aluminium fermé à l’une de ses extrémités et serti à
l’autre sur le bouchon en matière plastique laissant passer deux fils électrique appelés
« tiges » de longueur variable en général entre 4-6m.

Page 21
Chapitre П Notions générales
générales sur l’abattage à l’explosif

A l’intérieur du tube, ils sont constitués


con d’une charge détonante identique à celle des
détonateurs à mèche et d’une tête d’allumage composée d’un filament relié aux deux fils
électriques et enrobée d’une poudre d’allumage.Lorsque le courant est envoyé dans le circuit
de tir, le filament rougit,
ugit, enflamme la poudre
poudre d’allumage et le détonateur explose.

Ce type de détonateur est dit détonateur électrique instantané car il explose dès que la
tête s’enflamme, et cette dernière étant à proximité
proximité de la charge détonante [10].

La figure II.02 montre la coupe d’un détonateur instantané :

Figure II.02. Coupe d’un détonateur instantané (0) –DEI- [10].

 Détonateurs
tonateurs électriques à retard

Lorsqu’une
orsqu’une volée comportant un grand nombre de trous
trous est tirée, il est primordial
d’échelonner les explosions afin d’obtenir une meilleure fragmentation du rocher et réduire
les vibrations dans le sol. Cela n’est possible que par la pratique des détonateurs électriques à
retard.

Page 22
Chapitre П Notions générales
générales sur l’abattage à l’explosif

Ceux-ci
ci comprennent, entre la charge détonante et la tête d’allumage, un cordon de poudre
retardatrice qui brule à une vitesse bien déterminée.

Lorsque la tête s’enflamme, elle met le feu au cordon de poudre retardatrice et le


détonateur n’explose que si le cordon est entièrement consumé. Et on note que plus le ccordon
est long, plus le retard est important. Ce retard est indiqué par un numéro inscrit sur une petite
plaquette sertie
tie sur les tiges des détonateurs [10].

La figure II.03 représente la coupe


c d’un détonateur à retard :

Figure II.03. Coupe d’un détonateur à retard –DER-[10].

Il existe deux séries de détonateurs à retard :

 Les détonateurs à retard ordinaire :pour


pour lesquels le décalage entre deux numéros
consécutifs est de ½ seconde (500 ms) et qui s’échelonnent du détonateur nº0
(instantané) jusqu’au nº12, soit de 0 à 6 secondes.

Page 23
Chapitre П Notions générales
générales sur l’abattage à l’explosif

 Les détonateurs à court retard : autrefois nommés à micro-retard


retard, pour lesquels le
décalage entre deux numéros consécutifs n’est que 25/1000e secondes et qui
s’échelonnent en allant du détonateur nº0 au nº20, soit de 0 à 0.5 secondes.

II.2.2. Dispositifs par transmission d’ondedechoc


d’ondede

II.2.2.1
.1 Détonateurs non électriques
Cesont des détonateurss qui peuvent être utilisés sans faire appel au courant électrique.
Ils ont un retard classique, mais où les fils électroniques ont été remplacés par un petit tube en
matière plastique de 2 mm dont la paroi interne est recouverte d’une substanc
substance pyrotechnique
en couche mince [10].

L’explosion du détonateur est provoquée par une onde de choc transmise par cette
substance à l’intérieur du tube à une vitesse de 2000 m/s.L’intérêt de ce type de détonateur
résulte de leur insensibilité aux courants électriques quelle
lle que soient leur orig
origine. Ils existent
en plusieurs retards récapitulés dans un tableau (voir l’annexe)[10].

II.2.3 Cordeaux détonants


Les cordeaux détonants sont constitués d’un cordon d’explosif très puissants (la
penthrite) enveloppé d’une gaine de textile elle-même enrobée d’un revêtement plastique.
Leur vitesse de décomposition est de l’ordre de 7000 m/s [10].

La figure suivante représente les différentes composantes d’un cordeau détonant :

Figure II.04. Schéma des composantes du cordeau détonant.


détonant

Page 24
Chapitre П Notions générales sur l’abattage à l’explosif

Il existe trois sortes de cordeaux détonants :

 Cordeaux détonants de transmission de 3 à 6 g/m : il sert à transmettre une détonation


en surface.
 Cordeaux détonants d’amorçage de 10 à 25 g/m : il sert à initier les explosifs.
 Cordeaux détonants à forte charge de 30 à 100 g/m : il sert aux techniques de
découpage [10].

On note deux principales variétés de cordeaux se différenciant les uns des autres par la
charge d’explosif qu’ils renferment au mètre :

 Cordeaux détonants de transmission et d'amorçage : ils servent à la transmission entre


mines dans les tirs et à l’amorçage latéral des explosifs dans les trous.
 Cordeaux détonants à forte charge : peuvent également être utilisés pour l’amorçage
latéral mais leur utilisation préférentielle est le découpage ou le pré-découpage sur les
chantiers de travaux publics [10].
La figure II.05 comprend le schéma de raccordement d’un cordeau détonant :

Figure II.05. Schéma de raccordement d’un cordeau détonant [10]

II.2.3.1 Particularités des cordeaux détonants


Les cordeaux détonants sont conditionnés en caisses en carton contenant plusieurs
bobines de 1 à 4 de longueur variable entre 100 et 300 m et de couleur différente permettant
de les catégoriser.

Etant amorcé par un détonateur, l’explosion de cordeau détonant engendre une onde de
choc puissante qui fait exploser toutes les charges placées à son contact [10].

Page 25
Chapitre П Notions générales sur l’abattage à l’explosif

L’illustration suivante montre le mode de raccordement d’un cordeau détonant avec


une charge explosive et un détonateur électrique :

Figure II.06. Raccordement du cordeau détonant avec une charge explosive et un détonateur
électrique [Photo prise sur le terrain de Col BECCOUCHE le 27/04/2017].

Le cordeau détonant sert donc de relais entre le détonateur et la charge et permet ainsi
de réaliser une chaine pyrotechnique où le détonateur n’est plus placé dans le trou de mine
mais à l’extérieur.Ceci est un gros avantage en cas de raté puisque ce dernier peut être traité
sans procéder au débourrage ou à l’exécution d’un coup de dégagement [10].

II.2.4 Les relais de détonation


Ils sont constitués d’un tube d’aluminium ouvert aux deux extrémités comprenant,
dans leur partie centrale, deux charges explosives séparées par un cordon de poudre
retardatrice.

Insérés sur le cordeau détonant, ces relais ont pour effet de retarder la propagation de
l’onde de choc de 20 ou 50 millisecondes selon la charge utilisée [11].

La figure II.07 représente un schéma d’un micro-connecteur :

Page 26
Chapitre П Notions générales sur l’abattage à l’explosif

Figure II.07. Schéma représentatif d’un micro-connecteur [11].

N.B : les charges d’explosif en contact avec le cordeau et placées de part et d’autre du
relais exploseront donc avec un décalage dans le temps de 25 ou 50 ms, exactement comme si
elles avaient été amorcées avec des détonateurs électriques micro-retard de numéro différents.

II.2.5 Les bousteurs


Le bousteur étant un objet explosif destiné à multiplier l’effet du détonateur, dans le
cas où l’explosif n’est pas ou est peu sensible à l’amorçage par un simple détonateur. Il agit
comme si l’onde de choc est amplifiée.

Le bousteur est généralement composé d’une enveloppe en carton ou en matière


plastique comportant un ou plusieurs explosifs puissants tels la penthrite, la pentolite et
l’hexolite.

Il est d’un logement destiné à recevoir le détonateur et ses fils, ou un bin de cordeau
détonant [10].

II.2.6. La mèche lente ou de sûreté


Elle est fabriquée à partir de poussière de poudre noire enveloppée dans du papier, de
textile et de la matière plastique. Elle sert principalement à la mise à feu d'une charge de
poudre noire ou la mise à feu du détonateur pyrotechnique n°8.La durée de combustion de la
mèche lente est de 120 secondes/m ±10% [11].

II.2.7Fil de tir

L'office national des substances explosifs produit un fil électrique de tir de Ø 0,6 mm
gainé par du P.V.C antistatique [11].

II.3. L’amorçage
Avant que les charges d’explosifs ne soient introduites dans les trous, il est
indispensable d’amorcer une de ces charges soit par un détonateur soit par un cordeau
détonant. Cette dernière est dite cartouche amorce.

La préparation de la charge amorce consiste à aménager à l’aide d’un poinçon un


logement permettant de placer le dispositif d’amorçage et de bien le fixer à l’aide d’un
système de nœuds d’artificier sur la cartouche de sorte qu’il ne risque pas de se séparer de
cette dernière lors du chargement [10].

Page 27
Chapitre П Notions générales
générales sur l’abattage à l’explosif

L’amorçage consiste donc à apporter une quantité minime d’énergie dite énergie
d’activation permettant la décomposition de l’explosif qui sera répartit en unité de volume.

De plus, cette énergie volumique est fournie de plusieurs manières dont le même
principe étant un transfert thermique engendré par des chocs, des frottements, des
étincelles…etc.

II.3.1 Les types d’amorçage

II.3.1.1 Amorçage
rçage avec un cordeau détonant
Il est dans ce cas appelé « amorçage latéral », peut être descendant ou remontant. Le
cordeau est placé tout au long du trou pour assurer
a r l’amorçage de l’explosif [12], cela peut
être expliqué par les deux schémas suivants :

Figure II.08.Schéma
Schéma d’amorçage à l’aide d’un cordeau détonant [10].

II.3.1.2
.2 Amorçage avec un détonateur
Comparant au premier cas, ce type d’amorçage est dit « amorçage ponctuel », il doit
être obligatoirement placé à l’une
une des extrémités de la charge [12].

On définit alors deux sortes d’amorçage ponctuel :

 Amorçage ponctuel postérieur : si le détonateur est placé au fond de trou. Avec un


seul détonateur placé sur la première cartouche mise en place, la détonation est
propagée du bas vers le haut.
 Amorçage ponctuel antérieur : si le détonateur est placé contre le bourrage. La
détonation cette fois-ci
ci est propagée du haut vers le bas par l’explosif [12]. La figure
II.09 peut bien montrer la différence entre les deux types d’amorçage ponctuel :

Page 28
Chapitre П Notions générales sur l’abattage à l’explosif

Figure II.09. schéma d’amorçage postérieur et antérieur [10].

II.3.2 Différents systèmes d'amorçage


Les systèmes les plus utilisés sont les détonateurs, électriques ou non, associés ou non,
à des cordeaux détonants.

Les réactions pyrotechniques dans un détonateur se développent de la façon suivante :

 Une énergie thermique qui est apportée par :


 Une mèche ou cordeau Bickford (de plus en plus abandonné par la profession pour des
raisons de sécurité).
 Un guide d'onde de choc à 200 m/s dans un tube Nonel ou explosion contrôlée dans un
gaz.
 Une perle d'allumage dans le cas d'un détonateur électrique. Ce mode d'amorçage est
le plus répandu car il garantit, en général, la meilleure fiabilité.
 Des compositions retardatrices qui brûlent dans des temps qui sont des multiples d'un
certain retard (par exemple 100, 200, ou 500ms) ou des temps qui sont multiples d'un
certain micro retard (par exemple 20 ou 25 ms), selon qu'il s'agisse d'un détonateur à
retard ou à micro-retard.Cette composition retardatrice transmet l'ordre de feu à
l'explosif primaire. Celui-ci prend instantanément le régime détonant. L'explosif
primaire est par la suite initié en détonant l'explosif secondaire [13].

II.3.3. La séquence d’amorçage


Dans les charges allongées (charge de trou), il est très important de souligner lemode
d’amorçage. En effet, si le détonateur électrique permet d’initier l’explosiond’une charge
allongée à partir de sa base ou son sommet, il n’en est pas de même pourle cordeau détonant.

Page 29
Chapitre П Notions générales sur l’abattage à l’explosif

Autrement dit, si la charge est amorcée par le cordeau détonant, l’impulsion


esttoujours perçue au sommet de la charge. Ainsi l’onde explosive se dirige du haut versle bas
du gradin, alors qu’on essaie dans la plupart des cas d’obtenir l’inverse quipermet de faire
réfléchir totalement l’onde de choc, et par conséquent améliorer laqualité de fragmentation
désirée [14].

La figure suivante représente un schéma résumant le sens d’initiation d’une charge


explosive :

Figure II.10. Sens d’initiation d'une charge explosive [14].

II.4. Les explosifs


II.4.1 Définition
Les explosifs sont depuis des décennies rentrés dans le processus de l’abattage afin de
faciliter l’extraction des roches en surface. Cependant, il reste fort difficile d’avoir une idée
claire et précise de leur nature chimique ainsi que les phénomènes qui leur sont associés.

On peut, de ce fait, définir un explosif comme étant un mélange de substances


chimiques peu stables qui, par apport d’énergie thermique ou mécanique, sont susceptible de
se décomposer rapidement [15].

La décomposition d’une substance explosive a toujours pour origine une excitation


plus ou moins énergique : élévation de température, choc, frottement, étincelle électrique,
amorçage par détonateur [16].

Page 30
Chapitre П Notions générales sur l’abattage à l’explosif

Par conséquent, l’explosion repose sur le principe de la transformation d’une énergie


chimique potentielle en énergie mécanique communiquée au milieu extérieur.

Trois cas courants conduisent à des substances explosives :

 Un mélange intime d'un combustible accepteur d'oxygène et d'un


comburantsusceptible d'apporter facilement cet oxygène. ex. cas de la "poudre noire".

 Des composés exothermiques dont l'édifice moléculaire associe des élémentsréducteurs


(carbone, hydrogène) à des éléments oxygènes. L'édifice peut être détruit par toute
excitation mécanique ou calorifique et la combustion seratotale en quelques fractions
de seconde.

 On utilise quelquefois, des composés définis endothermiques qui libèrentl'énergie de


formation de la molécule [15].

II.4.2. Caractéristiques des explosifs


Afin de mieux comprendre le phénomène de l’explosion, il est primordial de connaitre
quelques notions de base de la théorie des explosifs :

II.4.2.1 La désensibilisation ouflegmatisation d’un explosif


Une procédure qui consiste à mélanger l’explosifavec une substance inerte ou peu
dangereuse de façon à le rendre moins sensible aux actions mécaniques ainsi sa sécurité
d’utilisation. L’ajout des agents flegmatisants diminue les performances des explosifs en
abaissant leurs vitesses de détonation [17].

II.4.2.2 La sensibilisation d’un explosif


Elle est inversement réalisée en lui donnant une forme rigide ou compacte pour
localiser les effets mécaniques et d’échauffement et cela en lui ajoutant une substance
sensibilisante [17].

II.4.2.3 La stabilité d’un explosif


Cette particularité traduit la capacité d’un explosif à conserver intactes ses propriétés
explosives au cours du temps. Dans le cas d’un mélange, les constituants ne doivent pas
interagir chimiquement.

La stabilité d’un explosif dépend donc des conditions dans lesquelles il a été synthétisé
et stocké [18].

Page 31
Chapitre П Notions générales sur l’abattage à l’explosif

II.4.3 Classification des explosifs


Les substances explosives peuvent être classifiées selon trois critères :

 Modes d’application
- Explosifs militaires ;
- Explosifs commerciaux.
 Etats de phase initiale
- Explosifs gazeux ;
- Explosifs liquide ;
- Explosifs solides [13].

II.4.3.1 Méthode de détonation


Les explosifs brisants – ayant une aptitude à fragmenter les matériaux placés au
voisinage immédiat du lieu de détonation- sont regroupés en deux catégories :

 Explosifs primaires : ils détonnent sous l’action d’un faible apport énergétique tel
qu’une flamme, un choc modéré ou une étincelle électrique.
 Explosifs secondaires :ils détonent sous l’influence d’une énergie d’activation
beaucoup plus importante apportée par un choc puissant ou une onde de choc
explosive, celle-ci est produite à l’aide d’un détonateur constitué d’un explosif
primaire (amorce) [13].

N.B

 La quantité minimale d’explosifs nécessaire pour assurer la détonation est fonction de


la nature de l’initiateur et de l’explosif amorcé.
 On dit que l’explosif est brisant lorsque l’effet de l’onde de choc est prépondérant.
 On parle d’explosif poussant (ou lent), lorsque l’effet de la détente des gaz est
prépondérant.

La figure II.11 comprend une courbe de variation de pression entre un explosif lent et
un autre brisant :

Page 32
Chapitre П Notions générales sur l’abattage à l’explosif

Figure II.11.Courbe de pression supposée pour un explosif brisant et lent[19].

II.4.4. Décomposition des explosifs


Il existe deux types de décomposition explosive : la déflagration et la détonation.

II.4.4.1 La déflagration
Ellecorrespond à une combustion vive. Elle se caractérise par le fait que la surface en
ignition progresse en sens inverse de gaz et de fumées produits par la réaction.

La vitesse de déflagration varie de quelques millimètres à plusieurs mètres par seconde


(< 1000 m/s), elle dépend beaucoup des conditions d’expérimentation. Ainsi qu’elle peut être
considérée comme un phénomène subsonique ou supersonique dans les gaz ambiants.

Les substances subissant ce type de décomposition sont utilisées comme poudres


propulsives ou propagols [17].

II.4.4.2 La détonation
C’est une réaction chimique exothermique qui se propage dans l’explosif, couplée à
une onde de choc. Ces deux phénomènes conduisent à une vitesse de détonation stable. En
général de 2000 à 7000 m/s pour les explosifs civils. L’énergie dégagée par la décomposition
de l’explosif auto-entretient le phénomène.

Cette réaction chimique exothermique dégage de, principalement du CO2, de l’H2O et


des NOx, libérés à des températures allant de 1000 ºC à 4000 ºC et des pressions comprises
entre 1000 et 2500 MPa [17].

Page 33
Chapitre П Notions générales sur l’abattage à l’explosif

L’énergie dégagée par un explosif au cours d’une détonation se manifeste sous deux
formes :

 Une énergie de choc véhiculée par une onde de choc dite aussi une onde mécanique de
contrainte et transmise dans le milieu connexe.
 Une énergie de gaz qui s’exprime sous la forme d’un gaz dans des conditions de très
hautes température et pression.

La détonation est donc toujours un phénomène supersonique [18].

Les explosifs subissant ce type de décomposition sont appelés explosifs brisants ou


détonants.La figure ci-jointe montre le schéma de vitesses de détonation selon les divers types
d’explosifs :

Explosifs Explosifs détonants


déflagrants

m/s
Poudre noire Nitrate Emulsions Dynamite Pentrite
Fioul

400 1000 3500 5000 6000 7000


Figure II.12.Schéma des vitesses de détonation caractéristiques [10].

N.B :La mesure précise d’une vitesse de détonation n’a de sens que si elle est associée à une
densité de chargement.

II.4.5 Différents type d’explosifs

II.4.5.1 Les dynamites


Ce sont des explosifs dont le principal constituant est un mélange de nitroglycérine et
de dinitroglycol absorbé par un support tel que le coton poudre.

Les dynamites sont des explosifs relativement sensibles au choc, elles doivent être
transportées et manipulées avec précaution. Elles sont caractérisées par leur résistance à

Page 34
Chapitre П Notions générales sur l’abattage à l’explosif

l’humidité et leur qualités antigel allant jusqu’à une température 25º C à la faveur de la
proportion de dinitroglycol.

En outre, leur grande vitesse de détonation - comprise entre 4000 et 6000 m/s – les
destine à des travaux effectués dans les roches dures [10].

II.4.5.2 Les explosifs nitratés


Ce sont des explosifs constitués essentiellement du nitrate d’ammonium (environ 80٪
en masse) associé à un explosif pur (TNT, Pentrite), ils sont d’une consistance pulvérulente.

Autrefois nommés explosifs de sécurité grâce à leur faible sensibilité aux chocs et à
leur sensibilité à l’humidité. Leur vitesse de détonation varie entre 4000 et 5000 m/s [10].

II.4.5.3 Les nitrates-fiouls ordinaires


Ils sont composés de 94٪ de nitrate d’ammonium et 6٪ de fuel domestique, ils
appartiennent à la famille des explosifs nitratés. Ils sont caractérisés par :

 Leur faible sensibilité aux chocs ne permet pas de les amorcer directement avec un
détonateur, ils nécessitent donc l’utilisation d’un relais d’amorçage.
 Leur très grande sensibilité à l’eau limite leur pratique (ne peuvent pas être employés
dans des trous de mine contenant de l’eau.
 Ils sont déconseillés dans les milieux mal aérés à cause des abondantes vapeurs
nitreuses qu’ils dégagent au moment de l’explosion.
 Le stockage doit être géré de manière à ne pas avoir de contamination du produit par
des matières organiques [10].

II.4.5.4 Les émulsions


Représentées par un mélange de solution aqueuse de nitrate d’ammonium avec une
matrice liquide à base d’huile minérale et de paraffine contenant une faible proportion
d’émulsifiant. Elles sont insensibles à l’eau et possédant une large gamme d’emploi [10].

II.4.5.5 Les nitrates-fiouls alourdis


Ils sont composés de nitrate d’ammonium, de fioul, d’émulsion mère et de
sensibilisant. Ayant une grande variation de composition, ils peuvent être pompés ou
déversés. Comme ils ne doivent pas etre employés sur des terrains gorgés d’eau ou très
sensible aux variations hydriques.

Ils nécessitent un amorçage avec un bousteur ou bien avec une charge amorce [10].

Page 35
Chapitre П Notions générales sur l’abattage à l’explosif

II.4.6 Les explosifs fabriqués en Algérie


Les explosifs fabriqués par l'Organisation Nationale des Explosifs (ONEX) sont des
explosifs brisant qui comprennent :

 Les dynamites de consistance gélatineuse identifiés sous une appellation commerciale


de géonit et gélanit I et II contenant beaucoup d'huile (plus de 12% de nitroglycérine).
Ce sont des explosifs brisant insensibles à l'eau et utilisés dans la recherche sismique
et dans les travaux en roches dures (calcaire cristallin, grès durs et granit).
 Les explosifs nitratés, sous forme pulvérulente reconnus sous une appellation
commerciale de carrinit et marmanit I, II et III ainsi que l'ANFOMIL et N18 BIS. Ils
sont hygroscopiques et utilisés pour les roches tendres à mi-dures (schistes, molasse,
marnes).

Les principales caractéristiques ainsi que les conditions d'encartouchageet d'emballage


de ces explosifs sont donnés dans l’annexe [20].

II.5. Effets des explosifs sur le massif rocheux


La détonation n’est pas un phénomène instantané, mais les deux étapes qui la
constituent ont des durée très différentes : le phénomène de l’onde de choc est très court par
rapport à l’action des gaz.Ainsi, la détonation peut être caractérisée par la succession des deux
phases suivantes :

II.5.1. La phase dynamique


On note plusieurs phénomènes relatifs aux diverses zones du massif rocheux :

 L’onde de choc génère une onde de compression, qui va engendrer des contraintes
supérieures à la résistance de la compression de la roche. Cet état de contrainte va
donc broyer la roche en fines particules, dans une zone autour du trou désignée par
« zone de broyage ».

 L’onde de choc perd en intensité, mais les contraintes tangentielles qu’elle crée sont
encore suffisantes pour fracturer la roche via des contraintes tangentielles de
traction.A partir d’une zone dite transitoire, aucune fissuration microscopique
marquante n’apparaît : c’est la zone sismique. L’onde contribue à affaiblir le massif,
sans pour autant mettre en cause sa structure globale par des pré-fissurations.

Page 36
Chapitre П Notions générales sur l’abattage à l’explosif

 L'onde de compression initiale se réfléchit en une onde de traction. Cette onde


réfléchie engendre dans le massif rocheux des contraintes de traction, qui vont
dépasser les caractéristiques mécaniques de la roche et provoquer une fissuration
appelée écaillage, dans une zone proche de l'interface [15].

La figure suivante résume les trois zones de déformations dans le massif :

Figure II.13.Les trois zones de déformations dans le massif [21].

II.5.2. La phase quasi statique


C’est la dernière étape de l'abattage à l'explosif: lesondes de contraintes ont joué leur
rôle, fissurant ou affaiblissant le massif, les gazd'explosion emprisonnés vont pouvoir se
détendre, poursuivant leur propagation etleur action. Ils filtrent dans les discontinuités,
participant éventuellement à lafissuration, et mettant surtout l'ensemble en mouvement [15].

Les quatre figures qui vont venir donneront une meilleure explication sur les effets
engendrés par l’action des d’un explosif sur la roche :

Page 37
Chapitre П Notions générales sur l’abattage à l’explosif

Figure II.14. Développement des fissurations et de la fracturation dans l’abattage du massif


rocheux (phase 01) [15].

Figure II.15.Développement des fissurations et de la fracturation dans l’abattage du massif


rocheux (phase 02) [15].

Page 38
Chapitre П Notions générales sur l’abattage à l’explosif

Figure II.15.Développement des fissurations et de la fracturation dans l’abattage du massif


rocheux (phase 03) [15].

Figure II.16.Développement des fissurations et de la fracturation dans l’abattage du massif


rocheux (phase 04) [15].

Conclusion
L’abattage à l’explosif demeure le procédé le plus courant dans les travaux à ciel
ouvert qui aide à fragmenter des volumes importants de blocs pour une meilleure reprise et un
bon traitement des matériaux abattus.

Aussi, les tirs en masse ne se réalisent que s’ils mettent en jeu des énergies
considérables pour l’accomplissement du processus. Et seulement une part de cette énergie
sert à morceler le massif.

Page 39
Chapitre П Notions générales sur l’abattage à l’explosif

Néanmoins, une fraction non négligeable de cette énergie est transmise dans le sous-
sol sous forme d’ondes sismiques qui peuvent par conséquence causer des désordres sur les
immeubles ou les structures proches de la zone de tir.

On pourra donc, résumer le mécanisme résultant de la décomposition des explosifs au


sein de la roche par les divers phénomènes indissociables suivants :

 fissuration sous l'effet de l'onde de choc, de la roche à divers niveaux (zone de broyage,
zonede fissuration radiale, zone sismique).
 accentuation sous l'effet de la pression des gaz, des fissures précédentes ou
cellespréexistantes dans le massif, créant ainsi une fragmentation de la roche en place.
 étalement, sous l'effet de la poussée exercée par les gaz résiduels, des roches
fragmentées.

Page 40
Chapitre III Conception et analyse d’un plan de tir

Introduction
Le concept de base du mécanisme d'abattage à l'explosif dans les exploitations à ciel
ouvert est basé sur la réalisation d'un plan de tir. Plusieurs approches existent pour la
conception des plans de tir et des règles plus ou moins empiriques issus de l'expérience
permettant ainsi l'implantation et la géométrie de la foration. [22].

Le plan de tir doit tenir compte également des caractéristiques mécaniques des roches
et des structures/discontinuités géologiques. Il détermine la distribution de l'explosif dans
l'espace et dans le temps.

III.1.Dimensionnement d’un plan de tir


Le plan de tir étant un document qui contient toutes les informations sur la position
des trous et leurs écartements, les charges explosives, l’amorçage et les retards.Sa conception
prend en compte les grands principes de l’action de l’explosif sur la roche (adaptation
explosif/ massif) afin d’optimiser l’énergie transmise à ce milieu et de créer des surfaces
libres permettant la réflexion des ondes favorisant la fissuration [10].

En dépit de cela, on ne peut pas parler d’un schéma de tir sans mettre en lumière les
différents paramètres géométriques et ceux de chargement qui interviennent en sa réalisation
et qui sont ainsi :

 Le bourrage : étant un matériau inerte dit obligatoire pour faire sauter les trous de
mines, il est placé soit entre deux charges quand il s’agit d’un bourrage intermédiaire,
soit en haut de trou quand c’est un bourrage terminal ou final, dans ce cas il joue le
rôle d’un bouchon permettant de garantir un bon rendement des explosifs, de réduire
les projections ainsi que les bruits [15].

Page 41
Chapitre III Conception et analyse d’un plan de tir

La figure suivante comprend deux schémas représentatifs des deux types de bourrages
existants :

Figure III.1.Schéma des deux types de bourrage ( Terminal – Intermédiaire) [10].

 La maille : désigne le rapport entre l’espacement E et la banquette B. Elle est dite


carrée si E=B et quiconce si E≠B.On parle de maille inverse si E/B est inférieur à 1.
 La sur-profondeur : autrement dit la sur-foration, est la profondeur ajoutée ou bien
laissée de plus à la profondeur donnée du trou.
 La plate-forme : étant la zone sur laquelle évoluent les engins, définit ainsi un plan
nommé « carreau ».
 Le front : est la surface libre qui va être abattue. Les paramètres essentiels qui lui sont
associés sont :
 Sa hauteur qui est réglementairement limitée à 15m.
 Son inclinaison.
 Sa régularité.
 La banquette : est représentée par la distance entre le front et la première rangée,
comme elle peut aussi désigner la distance entre deux rangées.
 L’espacement : est la distance entre deux trous d’une même rangée.
 La longueur à forer : dépend de la hauteur du front, elle est déterminée par
l’inclinaison des trous par rapport à la verticale.
 La charge de pied : étant la charge explosive placée en fond de trou.
 La charge de colonne : étant la charge restante introduite dans le trou.

Page 42
Chapitre III Conception et analyse d’un plan de tir

 Le pied : représente la partie inférieure du gradin.


 La tête ou bien la colonne : représente la partie supérieure du gradin.
 La séquence d’amorçage : est l’ordre dans lequel détonnent les différents dé
détonateurs
placés dans les trous [15].

La figure III.2 représente


ente un schéma explicatif regroupant tous les param
paramètres
géométriques de la volée adaptés au sein de la carrière en étude :

Figure III.2. Schéma représentatif de la géométrie


g du trou et de la volée [11
11].

III.2. Choix de l’explosif


Il est nécessaire d’avoir une bonne adaptation entre
entre le massif rocheux et l’explosif
utilisé, ainsi les discontinuités doivent être bien repérées afin d’adapter la foration, le plan
d’amorçage, le plan de tir et beaucoup plus les produits explosifs.

Page 43
Chapitre III Conception et analyse d’un plan de tir

Pour un meilleur choix de l’explosif, il est possible de s’appuyer sur une théorie
expérimentale. L’énergie libérée lors de la détonation d’un explosif se manifeste sous deux
formes : une énergie de choc suivie par une énergie des gaz d’explosion [15].

Des études entreprises notamment aux USA et au Canada et reprises dans certains pays
européens, ont montré que le transfert de l’énergie de l’explosif vers le rocher est meilleur
lorsque le rapport d’impédenceZ est compris entre 0.4 et 0.7.

ఘ௖௛×஽
0.4 < < 0.7………………………………..(III.1).
ఘ௥×௏௖

Où:
 D: La vitesse de détonation de l’explosif.
 ρch: La densité de chargement de l’explosif dans le trou.
 ρr: densité de la roche, kg/dm3.
 Vc: vitesse des ondes de compression dans la roche, m/s.

Remarque
 Les produits (ρch.D) et (ρr.Vc) sont appelés impédances mécaniques de l’explosif et
du rocher.
 La relation du rapport des impédances mécaniques montre que plus la roche est dure et
dense plus l’explosif doit avoir une vitesse de détonation élevée et une forte densité.
 Le transfert d’énergie est dit maximum si Z=1, on est alors dans le cas d’une
adaptation d’impédance entre les deux milieux.

En tout et pour tout, pour effectuer un bon choix de typed’explosifs à utiliser pour abattre
un bloc, les ingénieurs doivent prendre en compte les critères suivant :

 La présence d’eau étant un paramètre très important ayant une incidence sur le
rendement de la foration et sur la nature de l’explosif à utiliser. Ainsi, un explosif
résistant à l'eau est choisi dans une roche humide. Mais de plus, l'explosif doit être
adapté à la roche, ce choix peut se faire par l'examen du rapport d'impédance traité
avant ou plus simplement par le choix d'un explosif de vitesse de détonation élevée
dans une roche résistante. Si le massif est pré-fracturé en place on privilégie un
explosif qui exerce surtout un effet de poussée (quantifiée par son énergie des gaz et
par son volume des gaz) [11].

Page 44
Chapitre III Conception et analyse d’un plan de tir

 Les conditions technico-économiques : même si le coût de l'explosif est relativement


faible dans le coût d'exploitation, son prix est pris en compte dans son choix mais les
exploitants tendent de plus en plus à l'associer au coût de la foration et au coût du
chargement du fais qui sont des postes plus élevés et qui varient dans le sens inverse
de celui de l'explosif. Par ailleurs, les objectifs de fragmentation et de foisonnement
interviennent sur le choix de l'explosif [11].

La figure III.3 montre des courbes de variations de choix des explosifs en fonction de la
taille des blocs en place :

Figure III.3. Choix de charge explosive en fonction de dimensionnement des blocs [11].

En définitive, dans la carrière des calcaires de Sour El Ghozlane, on utilise


habituellement du Temex en explosif de pied dont le diamètre de la cartouche est de 80 mm.
Tandis que le chargement de colonne est généralement réalisé avec de l’Anfomil qui est un
explosif moins cher, pratique et rapide à charger. Il remplit entièrement le trou, ce qui pourrait
expliquer sa bonne efficacité vis-à-vis d’autres émulsions encartouchées.

III.3. Choix du diamètre de foration


Le diamètre de forationdoit être adapté à la nature de la roche et à la hauteur du massif,
mais dans sa totalité il doit tenir compte de l’objectif de production, de la granulométrie et du
coût global.

Page 45
Chapitre III Conception et analyse d’un plan de tir

D’autres facteurs interviennent aussià limiter le choix du diamètre de foration parmi


lesquels on cite :

 l'environnement : le niveau de vibrations et de bruit dépend de la charge unitaire par


retard (qui dans la plupart des cas est celle d'un trou de mine).
 la structure du massif :qui a un effet fondamental sur la granulométrie, donc qui
influencera indirectement le choix du diamètre de foration.
 l'engin de chargement : qui nécessite un type de fragmentation et de foisonnement
pour bien fonctionner et qui par conséquent aura indirectement une incidence sur le
choix du diamètre de foration.
 la nature de l'explosif qui peut par exemple avoir une vitesse de détonation plus
élevée lorsque le diamètre augmente [11].

III.3.1. Le calcul de diamètre de foration ‘Dt’


On site dans ce qui suit deux expressions permettant de calculer le diamètre de
foration, une en fonction de la longueur de foration et l’autre en fonction de volume du
godet de la chargeuse [15].

III.3.1.2. Diamètre de foration en fonction de la longueur de foration


C’est un calcul donné par le mémento de Grimaud. Ce dernier propose une relation
entre le diamètre de foration et la longueur de forationLf :

‫ܮ∛ × ܽ × ܭ =ݐܦ‬f, (m)……………………………………(III.2)

Avec :

 K = 37, coefficient standard.


 Lf : correspond à la longueur de foration.
 α : coefficient de dureté de la roche, donné par le tableau suivant :

Tableau III.1. Coefficient de proportionnalité α en fonction de la dureté de la roche [15].

Roche Tendre Peu dure Dure Très dure


Α 1 1.02 1.06 1.26

Selon les analyses chimiques réalisées dans les laboratoires qui nous ont données une
indication sur la dureté de la roche en question, les calcaires de Col Beccouche s’avèrent être
des roches moyennes à très dures d’où nous pouvons retirer un coefficient α égal à 1.26.

Page 46
Chapitre III Conception et analyse d’un plan de tir

On aura donc, d’après la relation de Grimaud, et pour une longueur de foration égale à
16 m :

Dt= 37 * 1.26 * 3√16 = 117.48 mm.

III.3.1.3 Diamètre de foration en fonction de la capacité de godet


En outre, le calcul de diamètre des trous de mine se fait aussi par la formule suivante :

Dt= 0.32 * C, (m)………………………………(III.3)

Où : C : diamètre admissible des morceaux abattus.

C = 0.175 3√E, ……………………………………(III.4)

Avec :

 E : capacité du godet de la chargeuse.

Au sein de notre carrière, le chargement se fait à l’aide d’une chargeuse KOMATSU de


9m3.

 C = 0.175 3√ 9 = 0.175 * 2.08 = 0.36.

D’où le diamètre des trous est égal à :

 Dt = 0.32 * 0.36 = 0.115 m = 115mm.

De cette façon, on remarque bien que les résultats trouvés par les deux différentes
méthodes sont presque dans le même intervalle. Mais, actuellement, au niveau de la carrière
de SEG, le diamètre de forationutilisé est égal à 145 mm.Ce choix est dit plus adapter au
niveau d’exploitation en question et qui répond aux exigences vis-à-vis la quantité de blocs à
abattre.

III.4. Conception d’un plan de tir par la méthode de Langefors


III.4.1. Calcul de la maille
Face à tous les obstacles rencontrés en vue de l’élaboration des plans de tir modèles, la
théorie de Langefors développée dans les années 1950 reste la seule à pouvoir donné des
résultats faisant référence. Le point faible de cette méthode c’est que le massif de roche n’est
pas caractérisé suffisamment. En effet, un seul terme définit la roche qui est le paramètre R

Page 47
Chapitre III Conception et analyse d’un plan de tir

(Indice de tirabilité), ce qui n’est pas le cas pour le modèle Kuz-Ram en vigueur actuellement
et apparu dès les années 1980 [9].

Ainsi, Le chercheur suédois Langefors a bâti sa méthode après de nombreuses


observations sur le terrain et il s’est basé sur les paramètres inhérents au massif rocheux
(notion de résistance de la roche), les paramètres relatifs à la maille souhaitée (ratio E/B,
diamètre de foration, inclinaison) et aussi le type d’explosifs employés afin de donner une
formule correspondante au calcul de la banquette admissible.

Nous rappelons ci-dessous ses hypothèses :


• La longueur de la foration des trous est de 0,3 B. B étant la banquette au sens abattage.
• La charge de pied s’étend sur une longueur de 1,3 B.
• La hauteur de bourrage est égale à la banquette B.
• La charge de colonne occupe la place restante dans le trou [9].

III.4.1.1 La banquette théorique


La formule de Langefors qui est une formule semi empirique permet de calculer la
valeur théorique de la banquette à abattre (B th) à partir de cinq paramètres et d'une constante.
Cette formule n’est applicable qu’à des tirs de mines parallèles à leur surface de dégagement.
Elle s’écrit :

Bmax = Ø/33 ට(S ∗ Lf)/(C ∗ R ∗ ୆) , (m)………………………..(III.5)

Elle présente l'avantage d'intégrer un maximum d'éléments sansnécessité des moyens


de calculs puissants ce qui n'est pas le cas de certains logiciels faisant appel à des routines
mathématiques telles que le calcul par éléments finis ou par itérations.

D’après Langefors, la meilleure répartition des charges en terrain homogène est la


suivante :

 La charge de cisaillement doit fournir un travail important, il faut cisailler la base du


gradin et dégager les matériaux vers l'avant. La hauteur optimale de cette charge doit
être de 0.6 B soit une sur profondeur maximale de 0.3 B, lorsqu’il s’agit d’un
amorçage fond de trou.

Langefors a démontré que tout explosif placé en dessous de cette limite à une efficacité
pratiquement nulle.

 La charge de poussée enfontion de la banqutte B doit être de 0,7 * B.

Page 48
Chapitre III Conception et analyse d’un plan de tir

 La longueur de bourrage finale Lb est égale à B. [23]

Dans ce qui va venir, nous essayerons de définir et de mieux détailler les formules de base
de la fondation de la théorie de Langefors :

A. L’indiced’énergie(Weight Strength) ‘S’

Il est définit, d’après Langefors, comme étant la somme respective des rapports de la
chaleur d'explosif Q et de volume de gaz V et ce en faisant référence à une dynamite
suédoise"DYNAMEX M" dont les caractéristiques sont les suivantes : Q0 = 4700 kj/kg, V0=
900 l/kg dans les conditions normales N.T.P), son expression est comme suit :

S = 5/6 * (Q/Q0) + 1/6 *(v/v0),……………………………….(III.6)

Où Q0, V0 représentent la chaleur et le volume de gaz dégagés de l’explosif référence.


Cependant ne disposant pas des valeurs de V0 et Q0 pour les différents explosifs fabriqués en
Algérie, on pourra utiliser les rapports des coefficients d'utilisation pratique (CPU) en fixant
une dynamite de référence (GELANIT II).
Le strenght (S) correspond donc à l’énergie de la charge de pied regroupant la charge
de cisaillement et la charge de poussée [23].

Si les explosifs des deux charges sont différents, et c'est le cas général, il convient de
calculer un S moyen pondéré en fonction de leur répartition.

Selon la théorie deLangefors, la charge de pied comporte une charge de cisaillement


GELANIT2 dont le coefficient d’utilisation pratique C.U.P est de1.27 sur 0,3B (amorçage
fond de trou) et une charge de poussée dite ANFOMIL d’un C.U.P 1.15 sur 0,7B [23].

Le S à prendre en compte est calculé ainsi :

S= [(1.27 x 0,3)+(1.15 x0,7)]/1=1.186 = 1.19

B. La charge linéaire de fond (Lf)

Correspond à la quantité d’explosif par mètre linéaire de trou. Cependant, la charge de


pied comporte deux types d’explosif différents (GELANIT2, ANFOMIL) et cette variation
d’explosifs nécessite une pondération des charges linéaires afin d’obtenir une Lf moyenne
[23].

Page 49
Chapitre III Conception et analyse d’un plan de tir

 La charge linéaire de GELANIT2

On calcule le nombre de cartouches ou fraction de cartouche qui occupe un mètre de


longueur de trou. On y applique un coefficient de tassement différent en fonction de la nature
de l’explosif et on multiplie le résultat par le poids unitaire d'une cartouche.

ଵ଴଴଴
Lf = * Pc * Kch, (Kg/m) …………………………….(III.7)
௅௖

Avec :

 LC : longueur de la cartouche.
 Pc : poids de la cartouche.
 Kch : coefficient de tassement : il dépend de la consistance de la
matière explosive :

* Kch = 1.06 à 1.08 pour les explosifs à faible consistance (gel, émulsion).

* Kch = 1.04 à 1.06 pour les explosifs à consistance moyenne (Dynamite Gomme).

* kch = 1.02 à 1.04 pour les explosifs à consistance dure (Explosifs pulvérulents ou
nitratés).

Le coefficient de tassement de GELANIT2 est 1.02, alors :

ଵ଴଴଴
Lf= ( ) * 2.5 * 1.02 = 6.4 kg/m.
ସ଴଴

Mais, trés fréquemment, on dispose de logiciels de tir qui permettent de calculer la


charge linéaire en fonction de diamètre de la cartouche et de la densité d’encartouchage.

஠ୢ²
LGEL2= ( ) * ߩe * Kch, (Kg/m)…………………………..(III.8)

Avec :

 D : diamètre de la cartouche.
 ρe : densité d’encartouchage de l’explosif.

LGELANIT2 = [(0.080)2 * 3.14) / 4] * 1.5 * 1.02 = 7.69 kg/m.

Page 50
Chapitre III Conception et analyse d’un plan de tir

 La charge linéaire de l’Anfomil

L’Anfomil étant un explosif livré en vrac, cette quantité se calcule en multipliant le


volume d'un mètre de trou par la densité du produit.

஠ୢ²
LANFO = ( ) * ρe, (Kg/m)………………………………(III.9)

Avec :

 D : diamètre de trou.
 ρe : densité d’encartouchage de l’explosif.

LANFO = [(0.145)2 * 3.14) / 4] * 850 = 14.03 kg/m.

 La charge linéaire moyenne de fond

Selon les hypothèses de Langefors, la charge de pied s’étend sur 1.3B avec deux
charges : une de cisaillement avec 7.69 kg/m sur 0.3B, et une autre de poussée avec 14.03
kg/m sur 0.7B. La charge linéaire de fond moyenne sera donc :

Lf = [(7.69 * 0.3) + (14.03 * 0.7)] / 1

Lf = 12.13 kg/m.

La charge linéaire moyenne de fond est de: 12.13 Kg/m.

C. Facteur de contrainte ‘ C ’

C’est un facteur qui permet d’introduire une correction en fonction de l’inclinaison


donnée autrou. De plus, L’inclinaison des trous étant un paramètre secondaire relativement
indépendant, cela peutpermettre une meilleure sortie du pied, une meilleure fragmentation en
tête et une diminution des effets arrière [15].

L’inclinaison du trou est décidée selon l’allure du front et selon lespossibilités de la


machine de foration. On note ainsi :

Tableau III.2.Valeurs du facteur de contrainte f en fonction de l’inclinaison des trous [15].

Αº 0 10 20 30
F 1 0.95 0.90 0.85

Page 51
Chapitre III Conception et analyse d’un plan de tir

Dans le cas de la carrière des calcaires de Col de Beccouche, l’inclinaison des trous par
rapport à la verticale est de 10º ce qui nous donne un facteur de contrainte de l’ordre de 0.95.

D. Résistance au tirage ‘R’

Elle prend en compte la résistance au cisaillement de la roche. Dans le cas d’un terrain
homogène, le coefficient de résistance au tirage est de :

 R = 0,35 pour des roches élastiques.


 R = 0,40 pour des roches moyennes.
 R = 0,45pour des roches plastiques [23]

Le terrain de Col BECCOUCHE couvre des roches élastiques à moyennes alors

R = 0.35

E. Rapport Espacement/Banquette

Les calculs proposés par Langefors et Kihlström font intervenir le rapport


entrel’espacement et la banquette, rapport E/B. Ils conseillent de le prendre compris entre 1
et1,5. Pour le calcul, la valeur de 1,25 a été choisie.

Introduisons une part de dynamique pour tenter de justifier l’effet du ratio E/B sur
lafragmentation. La distance entre les trous d’une même rangée et la distance entre
deuxrangées va conditionner la densité de fragmentation due à l’onde de choc, ainsi que la
miseen mouvement du massif, sa facilité de dégagement et sa vitesse de déplacement [15].

La figure III.4 illustre l’influence de rapport de la maille sur la dynamique de


l’abattage.

Page 52
Chapitre III Conception et analyse d’un plan de tir

Figure III.4.Dynamique d’abattage en fonction du rapport E/B [15].

On constate expérimentalement que ce rapport influe la fragmentation obtenue :un E/B


proche de 1 va avoir tendance à produire des blocs, tandis qu’un E/B de 1,5 fournira une
fragmentation plus fine. La valeur de 1,25 retenue devant engendrer une
fragmentationrégulière.

En collaborant tous les paramètres traités ci-dessus, il est très convenable que la
banquette maximale admissible soit égale :

Bmax = (0.145/33) ∗ ඥ(1.19 ∗ 12.13)/(0.35 ∗ 0.95 ∗ 1.25) =2.57m.

Cette banquette maximale doit être corrigée pour tenir compte de l’imprécision du
positionnement des trous et des déviations des forages. La correction appliquée par Langefors
est la diminution de la banquette max d’une valeur égale à 0.05 fois la hauteur du gradin.

 La banquette corrigée
B = Bmax - [0.03 * Hg], (m)………………………………(III.10).

Où : Hg : Hauteur du gradin = 15 m.

Donc :

B = 2.57 – [0.03*15] = 2.12 m.

Page 53
Chapitre III Conception et analyse d’un plan de tir

III.4.1.2 L’espacement pratique entre les trous ‘ E’


On peut distinguer trois possibilités, tout dépend de la qualité de la fragmentation à obtenir :

 E = (1,25 à 1,5) * B, caractérise une fragmentation fine ;


 E = (1 à 1,25) * B, caractérise une fragmentation moyenne ;
 E = B, dans le cas d’une production d’enrochements [23].

Dans notre cas, on espère avoir une fragmentation moyenne, donc :

E = [1 – 1.25] * B, (m)…………………………….(III.11)

Où :

 B : la banquette, (m).

E = 1.25 * 2.12 = 2.65m.

III.4.1.3La surprofondeur ‘Ls’


Elle fait généralement 0.3 fois le métrage de la banquette, elle augmente en fonction
de la profondeur des trous et le nombre de rangées. C’est un paramètre qui favorise la sortie
de pied mais qui devient nulle ou insignifiante une fois que le massif soit traversé par des
discontinuités horizontales prédominantes [23].

Son calcul se fait ainsi :

Ls = (0,2 - 0,35) * B, (m)………………………………(III.12)

Ls=0.3 * 2.12=0.64 m.

III.4.1.4 La longueur de bourrage ‘LB’


Elle est proportionnelle à la banquette. Sa valeur est en fonction de l’amorçage
effectué. Ainsi pour un amorçage latéral en mines profondes, sa longueur doit être égale à la
banquette. En mines courtes il peut être faible : il peut descendre à 0,5 B dans ce cas, ainsi
que lorsque l'amorçage est effectué en fond de trou en mines verticales profondes. Son
efficacité dépend de sa nature : les gravillons non compactés sont particulièrement
satisfaisants [23].

LB = [0,5 - 1]* B, (m)………………………………(III.13)

Néanmoins, d’après les observations faites, on pourra bien définir deux cas :

Page 54
Chapitre III Conception et analyse d’un plan de tir

 Lb < B : il y a risque de projection des pierres de la surface avec la diminution


de la fragmentation.
 Lb > B : la fragmentation sera plus grosse.

En évitant de tomber sur l’un de ces deux cas, la longueur de bourrage est souvent égale à la
banquette.

Lb = B = 2.12 m.

III.4.2Calcul des charges


Dans cette partie on va calculer la hauteur et la quantité des charges de fond et de
colonne à introduire dans un trou de mine. Pour cela on aura besoin de certaines
caractéristiques concernant les deux types d’explosifs utilisés au sein de notre carrière.
Toutefois, on ne manque pas de rappeler que la théorie de langefors est traitée à base de
Gelanit2 qui est presque similaire au TEMEX2.

Tableau III.3. Caractéristiques essentiels des explosifs [20].

Explosifs Explosif de pied : Explosif de colonne :


Caractéristiques TEMEX2 ANFOMIL
Densité (g/cm3) 1.22 0.85
Puissance (CUP) 1.27 1.15
Weightstrenght 0.82 0.78
Coefficient de tassement 1.02 1
Vitesse de détonation (m/s) 4000 – 5000 3000
Densité de chargement
0.68 0.90
(g/cm3)
Diamètre de cartouches (mm) 80 mm En vrac
Poids (Kg) 2.5 25 en sac

Page 55
Chapitre III Conception et analyse d’un plan de tir

III.4.2.1. La charge linéaire de fond ‘Lf ’


Elle est déterminée, comme on l’avait déjà mentionnée, par le calcul de la charge
linéaire de chaque explosif à part, puis on les rassemble en fonction de leur étalement au
niveau du trou pour en avoir une charge linéaire moyenne [23].

D’après les calculs faits en haut, on a :

 LGEL = 7.69 kg/m.


 LANFO = 14.03kg/m.
 Lf = 12.13 kg/m.
 La hauteur de la charge de fond ‘hf’

hf = Bmax + Ls, (m)……………………………………..(III.14)

Avec :Ls : longueur de surforation, (m).

hf = 2.12 + 0.64 = 2.76 m.

 La quantité d’explosif de la charge de pied ‘Qf’

Qf = Lf * hf, (kg)………………………………………….(III.15)

Où :Lf : Charge linéaire du fond, (Kg/m)

hf : La hauteur de la charge linéaire, (m).

Qf = 12.13 * 2.76 = 33.47 kg.

III.4.2.2. La charge linéaire de colonne


Elle est définit comme étant la charge qui remplit le reste du trou. Son énergie
massique est dite plus inférieure à celle nécessaire en pied. Elle est donnée par la formule
suivante :

Lc = 0.5 * Lf, (Kg/m)……………………………………..(III.18)

On aura ainsi :

Lc = 0.5 * 12.13 = 6.07 kg/m.

Page 56
Chapitre III Conception et analyse d’un plan de tir

A. La hauteur de la charge de colonne ‘hc’

hc = Ltr – (hf + Lb), (m)……………………………..(III.19)

Avec :Ltr : longueur des trous de mine. Dans notre cas, il s’agit des trous inclinés :

Ltr = Hg / sin (β) + Lex, (m)…………………………………..(III.20)

Où :Lex : longueur d’excès de forage :

Lex = [5 – 10] * Dt .

Lex = 5 * 0.145 = 0.72 m.

β: angle du talus des gradins, β= 85º.

Donc :

Ltr = (15/0.99) + 0.72 = 15.15+0.72 = 15.87 m.

D’où la hauteur de la chargehc= 15.87 – (2.76 + 2.12) = 10.99 m.

B. La quantité d’explosif de la charge de colonne ‘Qc’

Qc = Lc * hc, (kg)……………………………………….(III.21)

Qc = 6.07 * 10.99 = 66.71 kg.

III.4.2.3. La charge totale d’explosif par trou de mine ‘Qt’


Qt = Qf + Qc, (kg/trou)……………………………………………(III.22)

Qt = 33.47 + 66.71 = 100.18 kg / trou.

III.5. Calcul de la consommation spécifique ‘q’


Le terme de consommation spécifique désigne le grammage d’explosif que l’on charge
dans un trou de mine pour abattre 1 m3 de roche ou 1 tonne de roche. Elle est donc donnée en
g/m3 ou en g/t respectivement [15].

q = Qt / V,(kg/m3)……………………...(III.23)

Avec :

 Qt : quantité totale d’explosifs dans un trou (kg) ;

Page 57
Chapitre III Conception et analyse d’un plan de tir

 V : volume de la maille (m3).

V = E * B * H, (m3)………………………………….(III.24)

Où :

 B : la banquette = 2.3 m.
 E : l’espacement entre les trous = 2.65 m.
 H: la hauteur du gradin = 15 m.

V = 2.12 * 2.65 * 15 = 84.27 m3.

Donc :

q = 100.18 / 84.27 = 1.19 kg/m3.

III.6. Calcul de nombre de trou par tir


Ntr = Vtir / V……………………………(III.25)

Avec : Vtir : volume à abattre par tir

V : volume de la maille, ainsi :

 Vtir = Pa / (ρ * Ntir/an) = 1 000 000 / (2.7 * 54) = 6858.71 m3

Donc :

Ntr = 6858.71 /84.27= 81 trous/tir

III.7. Rapprochement des méthodes de calcul de la carrière « Col de


BECCOUCHE » et les résultats du plan théorique
Dans ce qui va venir, nous allons présenter les points dissemblables des deux plans de
tir – celui calculé selon la théorie de Langefors et l’autre adapté au sein de l’entreprise –les
étudiés ensuite par une simple analyse de comparaison.

Le tableau suivant nous aidera à mieux classifier les différentiations dans les
paramètres de la maille, les paramètres du chargement des trous et leur amorçage ainsi que la
consommation spécifique :

Page 58
Chapitre III Conception et analyse d’un plan de tir

Tableau III.4. Comparaison des résultats de plan de tir calculé [24]

Théorique de
Paramètres Théorique calculée
la carrière
Hauteur du gradin (m) 15 15
Diamètre de trou (mm) 145 145
Longueur de trou (m) 16 15.87
Banquette (m) 4.5 2.12
Espacement (m) 5 2.65
Surforation (m) 1 0.64
Longueur du bourrage (m) 4 2.12
Charge linéaire de fond (kg/m) 6.75 12.13
Charge linéaire de colonne (kg/m) 6.75 10.99
Hauteur de charge de fond (m) 2.59 2.76
Hauteur de charge de colonne (m) 9.26 6.07
Quantité de charge de fond (kg) 17.5 33.47
Quantité de charge de colonne (kg) 62.5 66.71
Quantité totale d’explosif par trou (kg) 80 100.18
Volume de la maille (m3) 221 84.27
Consommation spécifique (kg/m3) 0.4 1.19
Fond de trou
Fond de trou
Cordeau détonant
Type d’amorçage Détonateur électrique
initié par des
détonateurs électriques
Délai de retard entre les trous 25 ms 25 ms

 Paramètre géométriques
 Le diamètre de foration, selon notre étude, est un peu petit vis-à-vis celui appliqué
récemment sur le terrain.
 L’ordre de grandeur de la banquette retenue est convenable : la banquette maximale
admissible doit en effet être corrigéeafin d’éviter toutes déviations probables de
foration.

Page 59
Chapitre III Conception et analyse d’un plan de tir

 La surforation dépend en tout contexte de la longueur à forer. C’est-à-dire de


l’inclinaison et la hauteur du front ainsi que de la régularité de la plate-forme de
travail.
 La valeur de lasurforation théorique Ls = 0.69 m est donc a priori trop faible. Il
vaudrait mieux retenir une valeur de surforation plus importante en cas où il est
possible de reboucher un trou.
 Paramètres de chargement

Au niveau duchargement, certaines remarques peuvent être signalées :

 Le choix des explosifs pour le cisaillement du pied est cohérent.


 la hauteur de la charge dans la méthode de Langefors donne une bonne fragmentation
diminuant ainsi la présence des hors gabarits.
 La hauteur de 2.99 m de charge de pied calculée par la théorie de langefors soit disant
dans le même intervalle que celle pratiquée au niveau de la carrière qui est la plus
adéquate. Mais comme la charge de pied est celle qui travaille le plus, et engendre le
plus de vibrations, cette valeur pourrait donc être encore réduite.
 La chargement en colonne est dit continu, et cela par absence de bourrage
intermédiaire.Ce dernier sert à éviter le déclenchement des auto-amorçages au niveau
du trou, ce qui pourra engendrer le risque de faire détonner les charges de pied et de
colonne simultanément.
 L’amorçage

C’est une étape dite très sensible dans le processus d’abattage, ainsi on recommande ce
qui suit :

 Il faut passer en amorçage hors de trou avec les DEI et les DMI, recommandé pour la
théorie suivie, à la place de l’amorçage latéral utilisé au sein de la carrière. Cela nous
aidera à éviter la formation de pied de gradin et la diminution de la projection des
roches fragmentées.
 D’après les expériences faites sur les détonateurs électriques, particulièrement, on note
que le délai court retard de 25 ms bien adapté pour l’abattage classique à ciel ouvert.
Ce qui est d’avantage pour notre terrain d’étude : avoir une meilleure blocométrie et
un niveau de vibration réduit.

Page 60
Chapitre III Conception et analyse d’un plan de tir

 La consommation spécifique

La consommation spécifique est de l’ordre de 1.19kg/m3. C’est une valeur très élevée vis-
à-vis celle recommandée pour l’exploitation des calcaires qui est 0.4 kg/m3.

III.8. Conceptiond’un plan de tir par la méthode soviétique en vue


d’optimisation des calculs
II1.8.1Calcul des paramètres des travaux de forage et de tir
A. L’indice de forabilité ‘Df’

Etant un paramètre essentiel pour la détermination de la technique de foration. Il est


donné par la formule suivante :

Df = 0.007(σc + τ) + 0.7γ..……………………….(III.26).

Avec :

 σc : la résistance à la compression du calcaire (Kgf / cm2).

σc = f .100 . (fétant la dureté du calcaire = 7).

σc= 700 Kgf / cm2.

 τ : la résistance au cisaillement (déplacement de la roche) :

τ = [0.16 – 0.33] * σc .

τ = 0.33 * 700 = 231 Kgf / cm2.

 γ : la masse volumique du calcaire.

γ = 2.65 Kg / dm3 = 2.65 T / m3.

On aura donc :

Df = 0.007(700 + 231) + 0.7 (2.65) = 6.52 + 1.86 = 8.38.

L’indice de forabilité est un paramètre qui nous aide à avoir une idée très claire en ce
qui concerne le type de la forabilité, sa classe et sa catégorie[22].

Page 61
Chapitre III Conception et analyse d’un plan de tir

Tableau III.05: tableau de classification de la forabilité des roches [22].

Types de forabilité Df Classes Catégories


très facile ≤05 1 1, 2, 3, 4, 5
Facile 5,1÷10 2 6, 7, 8, 9, 10
Moyenne 10,1÷15,1 3 11, 12, 13, 14, 15
Difficile 15,1÷20 4 16, 17, 18, 19, 20
très difficile 20,1÷25 5 21, 22, 23, 24, 25

D’après le résultat trouvé, Df = 8.38 et selon les données de tableau ci-dessus, on peut
dire que le calcaire de Col BECCOUCHE est une roche faisant partie de deuxième classe de
forabilité dite facile regroupant les catégories 6, 7, 8, 9, 10 .

B. Calcul de la consommation spécifique de projet ‘qP’

En outre, la consommation spécifique est un paramètre qui doit être adapter au massif
rocheux à abattre c’est-à-dire la quantité d’explosif nécessaire pour abattre un volume donné
de roche est en effet fonction des propriétés mécaniques et structurales de la roche en question
[15].

Elle est donc donnée par la formule suivante :

qP = qet * Kex * Kf * Kd * Kv * Kc * Ksd,(kg/m3)............................ (III.27)

Avec :

 qet : la consommation spécifique étalon : cette dernière, quant à elle, est déterminée
ainsi :

qet = 0.02 (σc + σtr + τ) + 2γ, (kg/m3)……………………….. (III.28)

Avec :

 σc : La résistance à la compression uni-axiale du calcaire,


σc = f .100 . f étant la dureté du calcaire sur le terrain d’étude = 7,
σc = 7.100 = 700Kgf / cm2.
 σtr : La résistance à la traction du calcaire.

Page 62
Chapitre III Conception et analyse d’un plan de tir

La relation qui lie la résistance à la compression et la résistance à la compression est


donnée comme suit :

σtr = [0.08 – 0.12] * σc.

On prend ainsi la plus grande valeur dans l’intervalle donné ce qui nous permet
d’obtenir la valeur maximale de la résistance de la roche à la traction

σtr = 0.12 * 700 = 84 Kgf / cm2

 τ : la résistance au cisaillement du calcaire.

τ =231 Kgf / cm2. (Déjà calculée).

 γ : la masse volumique du calcaire.

γ = 2.65 t / m3.

On aura donc, la consommation spécifique étalon :

qet= 0.02 (σc + σtr + τ) + 2γ = 0.02(700 + 84 + 231) + 2 * 2.65

= 20.3+5.3 = 25.6 g/m3.

La consommation spécifique étalon, quant à elle, est une mesure qui nous donne une
information sur la qualité de la tirabilité de la roche :

Tableau III.06 Classification de la tirabilité des roches [22].

Types de tirabilité qet (gr/m3) Classes Catégories


Facile ≤ 10 1 1, 2, 3, 4, 5
Moyenne 10,1÷20 2 6, 7, 8, 9, 10
Difficile 20,1÷30 3 11, 12, 13, 14
très difficile 30,1÷40 4 16, 17, 18, 19
Exclusivement difficile 40,1÷50 5 21, 22, 23, 24.

Le résultat trouvé, qet = 25.6 g/m3 est une valeur qui confirme, en se référant au tableau
ci-dessus, que la roche traitée s’agit d’un calcaire à tirabilité difficile regroupant les
catégories : 11, 12, 13, 14.

Page 63
Chapitre III Conception et analyse d’un plan de tir

 Kex : Coefficient de conversion de l’explosif étalon à celui utilisé. Il est donné par la
formule suivante :

Kex= Aet / Au………………………….(III.30)

Ou :

 Aet : aptitude au travail de l’explosif étalon = 360.


 Au : aptitude au travail de l’explosif utilisé = 320.

On aura donc, Kex = 360 / 320 = 1.125.

 Kf : Coefficient tenant compte l’influence de la fissuration du massif, calculé ainsi,

Kf = (1,2 * lm) + 0,2……………………………(III.31)

Où :

 lm : Dimension moyenne entre deux fissures dans un bloc du massif rocheux. Elle est
estimée à 2 m.

Donc,

Kf = (1.2 * 2) + 0.2 = 2.6.

 Kd : Coefficient qui tient compte de degré de la fragmentation demandée. Il est donné


ainsi :

Kd = 0.5 / C………………………..(III.32)

Avec

C= 0.175 3√E2.

Avec :

 C : diamètre admissible des morceaux abattus.


 E : capacité du godet de la chargeuse. Au sein de notre carrière, le chargement se fait à
l’aide d’une chargeuse KOMATSU de 9m3.

Cette dernière est dans la base donnée par la formule suivante :

C = 0.175 3√ (9) 2,

Page 64
Chapitre III Conception et analyse d’un plan de tir

= 0.175 * 4.33 = 0.75,

D’où :

Kd = 0.5 / 0.75 =0.67.

 Kc : Coefficient tenant compte de degré de concentration de la charge. Le choix de ce


dernier est basé sur la tirabilité de la roche ainsi que sur le diamètre de foration.

Pour une tirabilité difficile, Kc = 0.75.

 Kv : Coefficient qui tient compte de l’influence du volume des roches à fragmenter par
l’explosif. Il est en fonction de la hauteur de la hauteur des gradins, ainsi :
 Pour Hg< 15 : Kv = 3√(15 / Hg).
 Pour Hg> 15 : Kv= 3√ (Hg / 15).

On note donc, que pour une profondeur de trou de 15 m,

Kv = 3√ (15 / 15) = 1.

 Ksd : Coefficient tenant compte du nombre de surfaces dégagées.

Ksd =(n+1)*2,

Avec : n : nombre de surfaces dégagées = 3.

Donc : Ksd = 8.

On aboutit donc :

qp = 25.6 * 1.125 * 2.6 * 0.67 * 0.75 * 1 * 8 = 301.02 g/m3.

qp = 0.301 kg/m3= 0.30 kg/m3.

III.8.2. Calcul des paramètres de l’emplacement des trous sur la volée


A. La ligne de moindre résistance ‘Ws’

ି୔ାඥ୔మାସ୫ ∗୯∗ୌ ୥∗୔∗୐୲


W= , (m)……………………………………(III.33)
ଶ୫ ∗୯∗ୌ ୥

Où :

 P : la charge métrique des trous, est donnée par l’expression suivante :

Page 65
Chapitre III Conception et analyse d’un plan de tir

P = [(π/4 * Dt2)] * ∆moy, (Kg/m)………………………………….(III.34)

Où :

 Dt : diamètre du trou ;
 ∆moy : densité moyenne d’explosifs utilisés, (kg/m3).

Sur le terrain d’étude, nous utilisons – comme nous l’avons déjà mentionné – des
explosifs en cartouche TEMEX2 dont la densité d’encartouchageest de 1220 Kg/m3 et ceux en
vrac ANFOMIL de 850 à 900 Kg/m3comme densité d’encartouhage.

La densité moyenne se calcul donc en fonction de la répartition de ces explosifs dans le


trou :

∆moy = (86% * ∆ANF + 14% * ∆TEM) / 100= (0.86 * 850)+ (0.14 * 1220)= 901.8 kg/m3

D’où la capacité métrique de trou est égale à :

P = [(3.14/4) * (0.145)2] * 901.8 = 14.16 kg/m

 m : coefficient de rapprochement des trous.

m = 1.66 – (0.066 * f).

Pour une dureté de roche calcaire égale à 7, le coefficient de rapprochement sera donc :

m = 1.66 – (0.066 * 7) = 1.66 - 0.462 = 1.198 =1.2

 Ltr :représente la longueur du trou, elle est déjà calculée

Ltr = 15.87 m.

 q : consommation spécifique de l’explosif, déjà calculée. q = 0.30 kg/m3.

ିଵସ.ଵ଺ାඥ(ଵସ.ଵ଺)మାସ∗ଵ.ଶ∗଴.ଷ଴∗ଵହ∗ଵହ.଼଻∗ଵସ.ଵ଺
W=
ଶ∗ଵ.ଶ∗଴.ଷ଴∗ଵହ
= 5.27m

W = 5.27 m.

B. Vérification de la sécurité de travail

La ligne de résistance des roches au pied du gradin « W » doit être vérifiée par la
relation suivante : W ≥Ws

Page 66
Chapitre III Conception et analyse d’un plan de tir

Ws = Hg [(cot (α) – cot (β)] + C………………………………….(III.36)

Où :

 α : inclinaison des trous par rapport à l’horizontale, α = 80º.


 β : angle de talus du gradin, β = 85º.
 C : distance de sécurité. Elle est calculée par la formule suivante :

஑∗ୌ ୥ି(ஒାஓ∗୤∗ୌ ୥)∗୔


C= , (m)………………………………………..(III.37)
ଶ(ஒାஓ∗୤∗ୌ ୥)

Où :

 α : charge de rupture à l’attraction (t/m3) ;


 β : charge de rupture au cisaillement (t/m3) ;
 γ : densité de la roche.
 f : coefficient de frottement de la roche.

Cette formule est utilisée dans le cas où la charge métrique n’est pas nulle. Dans le cas
contraire (P = 0), la distance de sécurité est égal à :

C = (α * Hg) / 2β, …………………………………………(III.38)

Généralement, la distance de sécurité est prise par 3m.

Ws = 15[cot (80º) – cot(85º)] + 3 = 4.34 m.

La relation W >Wsest donc vérifiée : (5.27m > 4.34m).

III.8.3. La distance entre deux trous dans une même rangée ‘a’
a = m * w, (m)……………………………..…...(III.39)

Où :

 m : Coefficient de rapprochement entre 2 trous, m = 1.2 ;


 w : ligne de résistance des roches au pied du gradin, w = 5.27 m.

Alors : a = 1.2 * 5.27 = 6.32 m.

III.8.4. La distance entre deux rangées de trou ‘b’


On distingue deux cas :

 b = w, pour une maille carrée.

Page 67
Chapitre III Conception et analyse d’un plan de tir

 b=0,8 * a, pour une maille en quinconce.

Pour notre carrière, la maille est en quinconce. La distance entre deux rangées de trou
est donc :

b = 0.8 * 6.32 = 5.06m.

III.9. La quantité d’explosif nécessaire par trou ‘Q’


Elle est calculée par la formule suivante dans le cas où on a plusieurs rangées de trou

(n ≥ 2) :

Q = q * w * Hg * a, (kg)……………………..(III.40)

Où :

 q : Consommation spécifique de l’explosif utilisé, q = 0.30 kg/m3.


 a : Distance entre2 trous, a = 6.32m.
 w : ligne de moindre résistance, w = 5.27m.
 Hg : Hauteur du gradin, Hg = 15m.

On obtient ainsi :

Q = 0.30 * 5.27 * 15 * 6.32 = 157.99 = 149.88 Kg/trou.

III.10. Calcul des charges

III.10.1 La longueur de la charge explosive ‘Lch’


Lch =Ltr – Lb,(m)……………………………(III.41)

Où :

 Ltr : longueur des trous.


 Lb : longueur de bourrage.
 Lch = 15.87 – 2.3 = 13.57 m.

III.10.2 La longueur de la charge supérieure ‘Lchs’


Lchs = 1.2 * W, (m)………………………….(III.42)

Lchs = 1.2 * 5.27 = 6.32m.

Page 68
Chapitre III Conception et analyse d’un plan de tir

III.10.3 La longueur de la charge inférieure ‘Lchi’


Lchi = Lch - Lchs, (m)……………….. ………..(III.43)

Lchi = 13.57 – 6.32 = 7.25m.

III.11.Le volume de bloc à abattre ‘Vb’


Vb = Pan / (Nint * Ns)…………………….(III.44)

Avec :

 Pan : production annuelle de la carrière :Pan = 1.000.000 / γ

= 1.000.000 /2.7= 370370.37 m3/an.

 Nint : nombre d’intervalle entre deux tirs. Dans notre cas, une semaine étant l’intervalle
exigé pour le déroulement des travaux sur la carrière.
 Ns : nombre de semaines.

Revenons au régime de fonctionnement de la carrière – indiqué auparavant dans le premier


chapitre – le calcul de nombre de semaines se fait ainsi :

୒ ୨/ୟ୬
Ns = …………………………(III.45)
୒ ୨/ୱ

Avec :

 Nj/an : nombre de jours ouvrables par an = 270 jrs.


 Nj/s : nombre de jours ouvrables par semaine = 05 jrs.

D’où :

Ns = 270 / 5 = 54 semaines.

Le volume du bloc à fragmenter sera donc :

Vb = 370370.37 / (1* 54) = 6858.71 m3.

III.12.La surface de bloc à abattre ‘ Sb’


Sb = Vb /Hg, (m2)…………………………..(III.46)

Sb = 6858.71 / 15 = 457.25m2.

Page 69
Chapitre III Conception et analyse d’un plan de tir

III.13.La longueur de bloc ‘Lb’


Lb= Sb / A, (m)………………………(III.47)

Où : A : largeur d’enlevure. Elle est donnée par l’expression suivante :

A = W + (Nrg – 1) * b, (m)……………..(III.48)

Avec :

 Nrg : nombre de rangées de trou, Nrg = 2

La largeur d’enlevure est égale alors à :

 A = 5.27+(2-1) * 5.06 = 10.33 m.

De ce fait, la longueur de bloc est égale à :

Lb = 457.27 / 10.33 = 43.14 m.

III.14. Le volume du minerai à abattre ‘Vt’


Vt = W * a * Hg, (m3)……………………….(III.49)

On aura donc :

 Vt = 5.27 * 6.32 * 15 = 499.60 m3.

III.15. Le nombre de trous dans un bloc ‘Ntr’


Ntr =V.bloc à abattre/ V.minerai à abattre………………..(III.50)

Donc :

Ntr = 6858.71 / 499.60 = 13.73 trous / rangée = 14 trous.

III.16. Quantité d’explosif totale dans un bloc ‘Qtot’


Qtot = Q * Ntr, (m)………………………(III.51)

Qtot= 149.88 * 14 = 2098.32 Kg.

III.17. la longueur totale à forer ‘Ltf’


Ltf = Ltr * Ntr, (m)……………………..(III.52)

Page 70
Chapitre III Conception et analyse d’un plan de tir

Ltf = 15.87 * 14 = 222.18 m.

III.18.Le rayon de sécurité ‘Rs’


Il s’agit d’un tir à micro-retard donc :

Rs=29 ඥQtot/N, (m)……………………….(III.53)

Avec :

 Qtot : quantité totale d’explosifs par bloc.


 N : nombre de détonation.

Rs = 29 ∗ ඥ2098.22 / 13 = 368.3 m.

Conclusion
Le plan de tir calculé par la théorie de Langefors semble plus manipulable et donne des
résultats satisfaisants, car il tient compte de plusieurs facteurs clés et il traduit correctement le
sens de variation de ces derniers, aussi il livre un ordre de grandeur acceptable pour la
détermination de la maille.

De plus, la mise en pratique des lois élaborées par la méthode russe donne une meilleure
analyse en ce qui concernela consommation spécifique d’explosif et cela en détaillant les
différents facteurs rentrant dans la conception de cette loi spécialement la connaissance de la
consommation spécifique étalon.

Toutefois, ces deux méthodes de calcul du plan de tir ne sont pas en mesure de respecter
des objectifs de granulométrie ou de foisonnement et, par conséquent, prédire les résultats et
respecter les contraintes d'environnement. Il est donc essentiel d’opter pour quelques
modifications afin d’améliorer les résultats trouvés.

Page 71
Chapitre IV Méthodologie d’optimisation des tirs de mine

Introduction
L’abattage à explosif, dans sa globalité, vise à produire une distribution
granulométrique dite meilleure vis-à-vis les dimensionnements des engins de chargement et
de transport et qui est la plus appropriée aux caractéristiques des appareils de concassage et de
traitement de minerai. L’optimisation des tirs ne consiste donc toujours pas à réduire au
maximum la quantité d’explosif, mais elle doit être analysée avec l’objectif général
d’optimiser la chaîne d’exploitation toute entière.

Par ailleurs, le rendement des tirs est inversement lié à leur nocivité vis à vis de
l’environnement. Plus le rendement d’un tir est bon, moins il produit de vibrations et donc
moins il est nocif pour l’environnement [22].

Les incertitudes issues de la mesure des paramètres de plan de tir,de la foration, de


l’amorçage et du chargement des trous sont classés comme étant les obstacles les plus
influençant sur la qualité de tir et qui peuvent par la suite engendrés une mauvaise
fragmentation du rocher et ainsi une granulométrie défavorable.

C’est pourquoi qu’on se trouve, dans ce dernier chapitre,redevable de dénoncer les


différentes contraintes qu’on puisse croiser lors du processus d’abattage à l’explosif et de
présenter simultanémentcertaines solutions afin de diminuer voir limiter les dommages issus
de la mauvaise élaboration des tirs de mine.

IV.1 Réalisation d’un tir de mine sur la carrière des calcaires «Col de
BECCOUCHE »
IV.1.1 Implantation d’un tir de mine
On désigne par implantation du tir l’opération qui consiste à tracer la maille ensurface
sur la plateforme à abattre, et à déterminer les paramètres d’inclinaison et delongueur de
foration pour chaque trou. Cette opération est réalisée manuellement par leresponsable du
minage sur la carrière. L’opération est réalisée de la manière suivante : [15]

 L’opérateur évalue la position qu’il veut donner à la première rangée au moyen d’une
tige gabarit de longueur égale à la longueur de la banquette : il considère alors (ce qui
est discutable) qu’il a estimé avec cette tige la banquette en pied, et place sa première
rangée en fonction.

Page 73
Chapitre IV Méthodologie d’optimisation des tirs de mine

 L’opérateur place ensuite le premier trou, puis reporte l’espacement entre les trous qui
est de 5 m au moyen de son gabarit. Il place ainsi les trous suivants.
 La rangée est ainsi limitée entre le premier et le dernier trou. Après l’avoir définie, il
reporte la banquette pour placer la seconde rangéethéoriquement parallèle àla
précédente. Il lui associe ensuite le nombre de trous nécessaire.
 Il est clair que la mise en œuvre de cette opération manuellement va introduire des
écarts par rapport à la géométrie théorique que l’on souhaite réaliser. Essayons
d’évaluer la précision de chaque étape :
 Alignement des trous : un décamètre tendu sur le sol donne un bon point de repère
d’alignement, aux irrégularités de la plateforme en question.
 Espacement entre les trous : il est reporté au moyen du gabarit, avec une précision
qu’on peut évaluer à 5m entre deux trous consécutifs. Cependant, l’erreur commise se
cumule tout au long de l’implantation de la rangée.
 Entre les trous de deux rangées différentes, les écarts de banquette peuvent être
plusimportants : les erreurs d’espacement sur les deux rangées sont en
effetindépendantes.
 La position de la première rangée est évaluée etnon mesurée précisément. Cette
évaluation est de plus faite à partir de la tête dufront : la perspective et le front
irrégulier peuvent fausser la vision des choses.

IV.1.2 Foration des trous de mine


La foration est l’opération clé dans lepassage à la pratique. Ainsi, les écarts entre le
schéma de tir théorique et la forationeffectivement réalisée sontautant de sources de
dégradation de la qualité de l’abattagevoire de risques au niveau de sécurité.

C’est pourquoi que le résultat d’un minage, pour une part importante, dépend de la
qualité des trous, donc de l’exécution, de la géométrie et des caractéristiques des forages
destinés à être chargés [9].

IV.1.2.1 Choix du type de forage


Plusieurs critères rentrent dans le choix de type de la machine à forer les trous de mine,
les plus essentiels sont les suivants :

 La hauteur de gradin.
 Le diamètre de foration.
 Le métrage foré par heure.

Page 74
Chapitre IV Méthodologie d’optimisation des tirs de mine

De ce fait, et selon les paramètres associés à la carrière de SEG, Le creusement des


trous est réalisé par un chariot de forationFLEXIROC D50. Elle permet de réaliser un forage
dit fond de trou qui est mis en œuvre par le système d’alimentation unique des cylindres. Cela
améliore le tir et le fonctionnement à bas régime signifie une plus longue durée de vie du
moteur, une faible consommation de combustible et un coût réduit [1].

IV.1.3 Chargement des trous


La mise en œuvre du chargement est réalisée par le responsable du minage : ildispose
d’un plan de chargement théorique. Il effectue ensuite des adaptations autour de ce
chargement théorique, en fonctiondu contexte. Cette adaptation consiste essentiellement en
deux points :

 Choisir le type d’explosifs en fonction de l’état du trou. Il doit y avoir une certaine
homogénéité entre les caractères du trou et le type d’explosif qui lui sera adapté.
Typiquement, le TEMEX se décompose en présence d’eau, aussi un trou plein d’eau
va facilemnt être chargé avec des émulsions encartouchées.
 Limiter la charge de pied lorsque la banquette mesurée en pied par est insuffisante,
pour garantir la sécurité du tir. La limitation de la charge repose sur le choix d’un
diamètre de cartouches inférieur. En effet l’utilisation de cartouches de diamètre 80
mm dans un trou de 145 mm semble très cohérente. On peut de cette manière résumer
le chargement des trous de mine sur le terrain comme suite :
 Charge de pied : TEMEX 2 en cartouche de diamètre de 80 mm.
 Charge de colonne : ANFOMIL.
 Bourrage : cuttings de foration.

IV.1.4 Méthode d’amorçage


Dans les fiches de tir, la séquence d’amorçage et la position de l’amorçage ne sont pas
souvent indiquées, comme si on faisait à peu près toujours la même chose sur une carrière. La
séquence de détonation du plan de tir est faite suivant la surface de dégagementet l’évolution
de l’abattage souhaitée[25].

Rappelons qu’il s’agit d’un amorçage latéral au fond detrou par cordeau détonant de 12
à 20 m/ ml initier par des détonateurs électriques à court-retard qui sont à leurs tour
raccordésen série avec un exploseur pour la mise en feu.On dit en général que lorsd’un
amorçage fond de trou, l’efficacité du confinement de la charge explosive est
nettementaméliorée.

Page 75
Chapitre IV Méthodologie d’optimisation des tirs de mine

De plus, la série des détonateurs à micro-retard est composée de douze détonateurs de


25 ms de retard, la charge instantanée s’élève à 235 kg.C’est ainsi qu’on note que pour les
micro-retards entre trous, on utilise en général un numéro par trou en sachantbien que
l’espacement des trous est aussi à prendre en compte. La figure ci-dessous montre le schéma
de raccordement des trous de mine présenté par la carrière des calcaires.

La figure IV.01 représente le schéma de raccordement des trous de mine en série avec
un exploseur :

Figure IV.01. Schéma de raccordement des trous de mine en série avec un exploseur.

IV.1.5 Les tirs réalisés sur la carrière


Après avoir bien examiné toutes les étapes du processus de l’abattage à l’explosif et mis
chaque opération dans le concept qui lui est accordé, nous passons finalement à la
fragmentation du rocher.

La carrière des calcaires de Sour El Ghozlane se base dans l’élaboration de son schéma
de travail sur un plan exemplaire qui est établi à son tour sur :

 Une prévision mensuelle en roche de calcaire de 102 500 tonnes.


 La réalisation de trois tirs à l’explosif par mois : ce chiffre peut être diminué suivant la
difficulté de reprise des tirs (importance du travail de débitage secondaire, blocages du
concasseur primaire…) et selon les contraintes de production (maintenance,
réparations, jours fériés du mois de mai etc.) qui peuvent interrompre la production.
 La répartition du tonnage de roches à abattre sur deux niveaux d’exploitation.

Page 76
Chapitre IV Méthodologie d’optimisation des tirs de mine

Sur notre terrain d’étude, deux tirs parmi les trois programmés pour le mois d’Avrilont
été effectuéset ce à cause des imprévus qui l’ont empêchés.

Les tirs ont été réalisés sur deux niveaux de gradins différents mais qui font partie au
même secteur géographique, ce qui nous donnera les mêmes caractéristiques du massif à
abattre (homogénéité de la roche,discontinuités principales, hydrologie…etc).

 Le premier tir

Il a été réalisé sur le niveau du gradin «+ 955 » m situé dans la partie sud par rapport
au niveau supérieur de l’exploitation, l’implantation de la maille a occupéune longueur de 600
m et la charge de la volée a été comme suite :

Tableau IV.01 : Paramètres de chargement de la volée [26].

Total
Profondeur des trous (m) 16 640
Nombre des trous 40 40
Longueur de la charge du pied(m) 5 200
Longueur de la charge de colonne (m) 6 240
Longueur du cordeau (m) 625 625
Quantité /trou : TEMEXII Ø 80 (kg) 50 2000
Quantité/trou : ANFOMIL (kg) 75 3000
Totale TEMX + ANFO (kg) / 5000
Bourrage (m) 4 160

Quant aux nombres des détonateurs électriques nécessaires pour faire sauter la volée en
question est donnée par l’ingénieur de la carrière ainsi :

Tableau IV.02 : Nombre de DMRs nécessaires pour le tir [26] .

DMR Nº 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
Nbr 3 3 3 3 3 3 3 3 4 4 4 4

En addition à cette série de 40 DMRs correspondant aux 40 trous forés, on aura besoin,
pour accomplir le tir, de 4 détonateurs électriques instantanés et de 4 relais.

Page 77
Chapitre IV Méthodologie d’optimisation des tirs de mine

Le besoin en matière explosive est donné dans l’annexe.

 Mesure des résultats du premier tir

L’évaluation de la qualité d’un tir prend en considération les phénomènes qu’engendre


un tir d’abattage dans son environnement :

 La fragmentation du massif rocheux tout d’abord, qui est le but recherché de


l’opération ;
 L’onde vibratoire solide, qui se propage dans le massif rocheux ;
 L’onde vibratoire aérienne, ou onde sonore, qui se propage dans l’air [15].

Comme la carrière des calcaires ne dispose pas d’un sismographe ou d’un appareil
mesurant l’intensité des vibrations, et comme ces dernières ne participent pas à la réalisation
du but recherché, àsavoir la fragmentation du massif rocheux. On considère donc ces ondes
comme des pertesd’énergie ou des nuisances, mais ces aspects font tout de même partie
intégrante d’un tird’abattage. [15].

On passe donc à l’évaluation du tas abattu qui représente la finalité majeure de toute
carrière. La fragmentation obtenue doit ainsi répondre aux exigences des processus en aval de
la carrière que ce soit le chargement, le transport mais très particulièrement le passage dans
les installations de concassage et de criblage.

Les critères principaux qui rentrent dans l’analyse de la fragmentation sont :

 La granulométrie : considérée comme information essentielle qui caractérise le tas


abattu. Elle donne une idée d’une part sur les proportions des tailles extrêmes de la
distribution (gros blocs et fines), et d’autre part sur la répartition des classes
granulométriques moyennes [15].

 La forme du tas abattu : en fonction de sa forme, et essentiellement de son


étalement,le tas abattu va être plus ou moins facile à charger par les engins de chantier
[15].
Les deux figures qui suivent représentent le gradin d’exploitation avant et après le
sautage :

Page 78
Chapitre IV Méthodologie d’optimisation des tirs de mine

Figure IV.02. Prise de vue du gradin « +955m»avant le tir [09/04/2017].

Figure IV.03. Prise de vue du tas abattu [09/04/2017].

Selon l’appréciation de la figure présentée auparavant, on pourra dire que le tas est
tellement étalé qu’il sera très adapté à une reprise par chargeuse. Il n’y’avait pas de gros blocs
à mettre de cotés.

Page 79
Chapitre IV Méthodologie d’optimisation des tirs de mine

De plus, la granulométrie du tas abattu peut êtrefaite à partir des temps de


fonctionnement et temps d’arrêt du concasseur primaire : ils nousrenseignent en effet sur la
facilité de passage des produits de l’abattage dans le concasseur,qui indique si la
fragmentation obtenue en sortie de tir est adaptée aux installations deconcassage primaire
[15].

Notons d’un autre côté que pour un volume abattu de 12 600 m3, on a obtenu un
tonnage de 31 500 T, la station de concassage vise àtransformer les dimensions de tout venant
qui vont jusqu’à 1m au maximum à une granulométrie de 5 mm [4].

Selon les résultats trouvés, nous pouvons donc estimer que la granulométrie obtenue
lors du 1er tir est très satisfaisante et répond convenablement aux installations en aval.

 Le deuxième tir

Celui-ci a été réalisé au niveau « +970 m » à 15 m de hauteur du gradin précédent du


côté ouest. Cette fois-ci la foration des trous a été répartit sur deux niveaux : un contenant 16
trous et l’autre 54 trous.

Ce nombre élevé de trous vis-à-vis les réalisations précédentes est due au deuxième tir
ratéet au besoin accentué de la matière première au niveau de la cimenterie.

Les paramètres de chargement de la volée ainsi que la série des DMR rentrant dans
l’opération d’abattage sont comme suit :

Page 80
Chapitre IV Méthodologie d’optimisation des tirs de mine

Tableau IV.03. Paramètres de chargement de la volée [26].

Total
Profondeur des trous (m) 16 1120
Nombre des trous 70 70
Longueur de la charge du pied(m) 5 350
Longueur de la charge de colonne (m) 6 420
Longueur du cordeau (m) 1125 1125
Quantité /trou : TEMEXII Ø 80 (kg) 40 2800
Quantité/trou : ANFOMIL (kg) 85 5950
Totale TEMX + ANFO (kg) / 8750
Bourrage (m) 4 280

Tableau IV.04.Nombre de DMRs nécessaires pour le tir [26].

DMR Nº 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
Nbr 6 6 6 6 6 6 6 6 6 6 5 5

Le besoin en matière explosive est donné dans un tableaumentionné dans l’annexe.

 Mesure des résultats du deuxième tir

En ce qui concerne la fragmentation pour ce cas, on a observé deux classes de


granulométrie :

* Sur le niveau supérieur de la volée : l’explosion des 54 trous a été d’un résultat soit disant
parfait, selon l’ingénieur de la carrière, le tas abattu répondait exactement aux demandes de la
direction, ce qui a facilité l’opération de chargement ainsi que celle du concassage.

* Sur le niveau inférieur de la volée : le résultat a été défavorable, le tir des 16 trous a donné
une fragmentation médiocre. On note, de ce fait, l’apparition de gros blocs qui ont été mis de
cotés et sélectionnés lors du chargement.

Page 81
Chapitre IV Méthodologie d’optimisation des tirs de mine

Les deux figures suivantes montrent la prise de vue du tas sur le niveau supérieur de la
volée ainsi que les fissurations rencontrées sur le site :

Figure IV. 04. Prise de vue du tas sur le niveau supérieur de la volée [27/04/2017].

Figure IV.05. Prise de vue des fissurations existantes sur le massif. [27/04/2017].

IV.2. Amélioration de la qualité de fragmentation des roches


L'optimisation des tirs de mine, dans son vrai concept, consiste à modifier quelques
paramètres rentrant dans l’opération d’abattage afin d’améliorer la qualité de la fragmentation
qui est l’objectif essentielde toute l’opération.

Page 82
Chapitre IV Méthodologie d’optimisation des tirs de mine

Ainsi, l’amélioration de la qualité de fragmentation peut être obtenue en agissant sur


plusieurs facteursparmi lesquels les plus importants sont:

 La consommation spécifique d'explosif;


 La régularité de la distribution de l'explosif;
 L'inclinaison des trous;
 L'utilisation des microretards;
 La construction des charges;
 La maîtrise des propriétés technologiquesdu massif [27].

IV.2.1. La consommation spécifique


La quantité d’explosif nécessaire pour abattre un volume donné de roche est en
effetfonction des propriétés mécaniques et structurales de la roche en question. Ainsi, la
consommation spécifiqueprovoque une large variation de la fragmentation : plus la quantité
d’explosif introduite est grande plus la fragmentation est favorable et cela grâce à une énergie
des contraintesdite très fortegénérée sur le massif qui fractionnera la roche en réduisant de
plus en plus la taille des fragments (mais ça convenablement au degré de fissuration du massif
rocheux, pour éviter la perte d’énergie).

IV.2.2. La régularité de la distribution de l’explosif


Le diamètre du trou influe sur la concentrationde l'explosif dans le massif. Ainsi
l'augmentationdu diamètre engendre l'augmentationde la charge concentrée et provoque leplus
souvent l'augmentation du nombre demorceaux hors gabarit.

Tout de même pour ce point, le degré d'influence du diamètre de lacharge sur la


fragmentation dépend de la fissurationdes roches [27].

IV.2.3 L'inclinaison des trous


Les trous inclinés favorisent l'efficacité de la fragmentationdes roches et ce par :

 La diminution de la zone de fragmentation;


 La diminution des pertes d'énergie de charge dans le massif rocheux ;
 La réduction de la perte d'énergie pour la destruction du pied du gradin.

La pratique de l'abattage montre que l'utilisation de trous inclinésdiminue la production


des blocs hors gabarit de 8-10 % à 15-25 % etaugmente le rendement des pelles mécaniques
de 5 fois [27].

Page 83
Chapitre IV Méthodologie d’optimisation des tirs de mine

IV.2.4. Le tir àmicroretards


L'intervalle optimal du retard doit être déterminé avec exactitude,puisque tout écart
diminue l'effet de son utilisation. Parallèlementà la sécurité, l'utilisation du microretard a une
grandeinfluence sur la qualité de la fragmentation. Le choix de microretardn'est pas important
pour les roches dont la catégorie defissuration est faible. Par contre, pour les massifs à grands
blocsl'utilisation des tirs à microretard diminue laproduction des hors gabarit de 6 à 2 fois
[27].

IV.2.5 La construction des charges


La pratique des travaux de tirs et les recherches sur cedomaine, montrent que la qualité de
fragmentation et son indicetechnico-économique dépendent considérablement de
laconstruction des charges. Cette dernière est en liaison avec les propriétés des roches et avec
exigence qualitative de la fragmentation [27].

IV.3. Optimisation des résultats des tirs au niveau de la carrière des


calcaires
Suite aux observationssur le terrain après le sautage des blocs, plusieurs remarques ont
été faites.

Les deux incidents majeurs qui puissent être rencontrés lors des tirs sont :

 Les pieds non dégagés.


 L’obtention des hors gabaris (le cas de deuxième tir).
 L’intensité des vibrations et de bruits très gênante vis-à-vis les riverains.

Ceci nous incite à apporter, dans ce dernier point, quelques modifications sur le calcul
du plan de tir en proposant la diminution du diamètre des trous ainsi que la hauteurdes
gradins.

 Le diamètre de trou : en se référant au résultat trouvé par la théorie de Langefors


dans le troisième chapitre, le diamètre à proposer est de 117 mm. Après avoir vérifié
la disponibilité de ce taillant sur le marché.
 La hauteur des gradins : Après une observation d’apparition des pieds de gradin, on
a trouvé qu’il est indispensable d’opter pour la diminution de la hauteur de gradin
ainsi 10 m était la plus convenable.

Page 84
Chapitre IV Méthodologie d’optimisation des tirs de mine

Après avoir modifié les deux paramètres cités auparavant, les résultats trouvés sont
comme suit :

 Longueur de trou

Ltr = [Hg / Sin (β)] + Lex,Avec Lex = 10*0,117 = 1,17 m

Ltr = 10/0,99 + 1,17 = 11.27 m.

 Banquette

૚.૚ૢ∗૚૛.૚૜
࡮ ࢓ ࢇ࢞ = Ø/૜૜ට ૙,૜૞∗૙,ૢ૞∗૚,૛૞= 2.08 m.

Où: S = 1.19 m;

Lf = 12.13 Kg/m;

R = 0.35;

C= 0.95;

E/B = 1.25 m.

 Espacement

E = 1,2 * 2.08 = 2.5 m ;

 Surforation

Ls = 0,3* 2.08 = 0.62 m ;

 Bourrage

Lb = 2.08 m ;

 Hauteur de charge du fond

hf = 2.08 + 0.62 = 2.7 m ;

 Quantité de la charge du fond

Qf =Lf * hf = 12.13 * 2.7 =32.75 kg ;

Page 85
Chapitre IV Méthodologie d’optimisation des tirs de mine

 Charge de colonne

Lc = 0.4 * 12.13 = 4.85 kg /m ;

 Hauteur de la charge de colonne

hc =Ltr – (hf + Lb) = 11.27 – (2.7+ 2.08) = 6.49 m;

 Quantité de la charge de colonne

Qc =hc * Lc = 4.85*6.49 = 31.48 kg ;

 Quantité totaledes charges

Qt = Qc + Qf = 32.75 + 31.48 = 64.23 kg ;

 Consommation spécifique

q = Qt / V = 64.23 / 78 = 0.82 kg/m3.

Tableau IV.05.Résultats de calcul de plan de tir modifié.

Théorique de Théorique modifiée


Paramètres
la carrière
Hauteur du gradin (m) 15 10
Diamètre de trou (mm) 145 117
Longueur de trou (m) 16 11.87
Banquette (m) 4.5 2.08
Espacement (m) 5 2.5
Surforation (m) 1 0.62
Longueur du bourrage (m) 4 2.5
Charge linéaire de fond (kg/m) 6.75 2.7
Charge linéaire de colonne (kg/m) 6.75 4.85
Hauteur de charge de fond (m) 2.59 12.13
Hauteur de charge de colonne (m) 9.26 6.49
Quantité de charge de fond (kg) 17.5 32.75
Quantité de charge de colonne (kg) 62.5 31.48
Quantité totale d’explosif par trou 64.23
80
(kg)

Page 86
Chapitre IV Méthodologie d’optimisation des tirs de mine

Volume de la maille (m3) 221 78


Consommation spécifique (kg/m3) 0.4 0.82

Le tableau ci-dessus, donne des résultats très favorables comparant à ceux exigés sur le
terrain, de même ce plan de tir corrigé peut être considéré comme optimal car il prend en
charge la correction de tous les paramètres provoquant la mal gérance d’un tir de mine.

Conclusion
La réalisation des tirs de mine au niveau de la carrière Col de BECOUCHE est de
mèche pour toute autre exploitation à ciel ouvert, c’est une opération dite facile à appliquer
mais qui engendre des incidents indésirables à la fin du processus. Il faut, de ce fait, rapporter
des changements en tous points pouvant empêcher le bon déroulement de travail.

Le plan de tir ainsi proposé vise à améliorer la qualité de l’abattage et à répondre aux
exigences techniques et économiques, il comporte donc :

 Des corrections de déviations, d’implantation et de terrains minimaux : implanter des


trous d’une hauteur de 11.78 m etd’un diamètre de 117 mm peut être une solution très
pratique permettant d’éviter l’apparition des pieds non dégagés et de réduire la
concentration de la charge explosive dans le massif qui diminue à son tour l’obtention
des hors gabaris.
 La valeur de la consommation spécifique ainsi obtenue de 0.3 kg/m3 est dite plus
proche à celle annoncée pour l’abattage des calcaires [0.35 – 0.40] kg/m3, c’est une
valeur très acceptable vu les fracturations existantes dans le massif. (Massif fracturé ne
nécessite pas une grande quantité d’explosifs pour être fragmenté).
 Les caractéristiques blocométriques sont adaptées au concasseur, puisque la banquette
calculée est de 3.3 m : une valeur très petite par rapport à celle pratiquée sur le terrain.
Cela nous donne une granulométrie très favorable garantissant le bon déroulement des
processus en aval.

Page 87
Conclusion générale

Conclusion générale

La productivité et la rentabilité d’une carrière à ciel ouvert sont influencées par la


fragmentation des roches lors de l’abattage à l’explosif.

Néanmoins, il apparaît indispensable de prendre conscience que l’abattage à l’explosif


ne consiste pas simplement à placer et faire détoner des explosifs dans un massif rocheux.
C’est une opération qui doit être bien appliquée et surveillée.

L’objectif majeur de ce travail consiste à proposer une méthodologie d’optimisation des


tirs de mine à ciel ouvert afin d’améliorer la maitrise des résultats de fragmentation dans les
opérations de minage industrielle.

Notre étude sur les terrains de la carrière des calcaires de Col BECCOUCHE nous a été
d’un apprentissage précieux. La méthode d’exploitation se fait par tranchées transversales de
haut vers le bas. Ainsi, la réalisation des tirs durant notre période de stage a mis dans sa
globalité l’étude détaillée de tout le processus d’abattage à l’explosif.

Cette procédure nécessite une conception d’un plan de tir, qui selon nos observations,
n’a pas été respecté. Le mauvais control de l’opération sur le terrain a engendré des faits
indésirables qui se manifestent par :

 L’obtention des hors gabarits ;


 L’apparition des pieds mal dégagés.
 Des bruits notables vis-à-vis des riverains.

Ceci nous a incités à intervenir d’une manière à porter des modifications sur le plan de
tir adapté par la carrière.

De cette manière, changer le diamètre des trous et diminuer la hauteur des gradins est
pour nous la pratique la plus essentielle à suivre, comme ce sont eux qui influent sur la
dimension de la maille et aussi sur la majorité du processus.

On propose donc de diminuer le diamètre et la hauteur des trous et on refait par la suite
le calcul du plan de tir et les résultats obtenus sont favorables comparant à ceux pratiqués sur
le terrain :
Conclusion générale

 Une banquette de 3.3 m qui permet d’avoir une bonne répartition granulométrique par
la suite.
 Une hauteur des trous de 11.78m très appropriée pour la résolution de l’apparition des
pieds non dégagés.
 Une quantité de substances explosives peu petite par trou et plus adéquate pour faire
sauter des blocs dans un massif fracturé.

En conséquence, ce plan de tir proposé peut être considéré comme étant optimal vue
qu’il répond aux exigences de l’entreprise et aux contraintes techniques, économiques et
environnementales.

Recommandations

Suite aux résultats obtenus et en vue d’amélioration de plan de tir au niveau de la


carrière de Col BECCOUCHE, nous recommandons ce qui suit :

 Adopter une maille rectangulaire de 13.07 m.


 Un meilleur control de la foration des trous c’’est à dire respecter la longueur des trous
ainsi que leur inclinaison.
 Opter pour un bourrage intermédiaire et surtout respecter sa longueur.
 Prendre en considération le coefficient du tassement dans les calculs de la charge de
fond afin d’améliorer le découpage en pied.
 Respecter la consommation spécifique en explosif, à ne pas dépasser les valeurs
recommandées pour les exploitations des gisements du calcaire.
 Respecter la répartition des charges explosives dans les trous selon ce qui a été vue
dans ce travail.
Références bibliographiques

[1]-CETIM, [Mars 2011], « Audit environnemental de la carrière des calcaires » - Col de


BECCOUCHE- SC-SEG, D 02.

[2]-Générale des Mines, [Avril 2002], « Etude d’impact des travaux d’une carrière sur
l’environnement » - Sour El Ghozlane- BP.61.

[3]-SAHRAOUI.K, [2015], « Processus de fabrication des Ciments » - Carrière des calcaires


SC-SEG- Rapport de stage.

[4]-CETIM, [juillet 2013], «Audit environnemental de la carrière des calcaires » - Col de


BECCOUCHE- SC-SEG, Doc -OS.

[5]-CETIM, [Mars 2014], « Plan annuel d’exploitation » - carrière des Calcaires- COL
BECCOUCHE. DOC.

[6]-Société nationale des matériaux de construction (SNMC) - Direction de production-


Dpt Recherches, [Février 1975/ 1976], « Etude géologique des gisements de calcaires et
d’argiles ».

[7]- WWW.futura-sciences.com/Planete/ definitions/ geologie- calcaire-1422/.

[8]-CETIM, [Avril 2013], « Etude de risque d’exploitation » - Gisement des calcaires, Col de
BECCOUCHE - Audit.

[9]-KIMOUR .M, [2016], « Développement d’une méthodologie d’estimation des


discontinuités du massif rocheux en vue de son utilisation en conception minière », thèse de
doctorat, Université BADJI MOKHTAR –Annaba.

[10]-OPPBTP, [1997], « Travaux à l’explosif, Certificat de Préposé au Tir » - Généralités,


Ouvrage.

[11] –GHARBI.K, [2006], « L’adaptation du plan de tir à la blocométrie –Un enjeu capital
pour un haut rendement minier », mémoire d’ingénieur , Ecole nationale polytechnique –
Alger.

[12] –BENELMOUAZ.A, BOUKHELIFA.A, [2016], « Optimisation des paramètres


d’abattage à l’explosif pour améliorer les résultats de tir, Carrière Chouf-Amar, mémoire,
Université A.MIRA, Béjaia.

[13] –MISSOUM.S, [Octobre 2016], « L’optimisation des travauxd’abattage par l’utilisation


de tirséquentiel dans les conditions dela carrière DJEBEL NFOUS –MASCARA, mémoire,
Ecole nationale supérieure des mines et métallurgie, ENSMM – Annaba.
[14] –BERDOUDI.SAID,[2015], « Etude de la mécanique de tir des roches par utilisation
des modèles réduits dans les conditions Algériennes », thèse de doctorat, Université BADJI-
MOUKHTAR – Annaba.

[15] –Cécile.COULOMBEZ. Analyse et optimisation des pratiques d’abattage à l’explosif


dans une de granulats. 2007. <Hal-00595332>, Ecole des Mines –Paris.

[16] –Hervé.FUZELLIER, Marc.COMET, [Juillet-Aout 2000], « Etude synoptique des


explosifs », Journal de la Société Chimique – France- page 4 – 11.

[17] –QUINCHON.J, LAVOISIER, [1984], « Les poudres propergols et explosifs »,


Ouvrages, Vol 1, 2, 3, 4.

[18] –TAVERNIER.P, [1975], « Poudres et explosifs », PUF.

[19] –Cours d’abattage desroches, [2010], « élaboration et mise en œuvre du plan de tir,
conception et analyse du plan de tir », Ecole de DOUIE.

[20] –Onex (OFFICE NATIONAL DES SUBSTANCES EXPLOSIVES), fichier officiel,


Ministère de la Défense Nationale. Direction des Fabrications Militaires.

[21] – Damien.GEOTZ, [2012], « Recherche d’une prédiction de fragmentation charge par


charge pour les tirs à ciel ouvert », thèse Doctorat, Ecole nationale supérieure des Mines –
Paris.

[22] –SAADOUN.Abderrezak, [2012], « Contribution à l’analyse des effets des tirs


d’abattage dans les conditions de la carrière de calcaire Chouf-Amar, M’sila, mémoire de
Magister en Mines, Université BADJI-MOUKHTAR – Annaba.

[23] –BERDADI.Sid-Ali, [2016], « influence des discontunuites du massif sur le tir à


l’explosif cas de la carrière de Bab el Oued », mémoire, Ecole nationale supérieure des mines
et métallurgie, ENSMM – Annaba.

[24] –CETIM, [2015], « Plan de tir optimisé et sécurité des travaux d’exploitation », Rapport,
SC-SEG.

[25] –Denis.NOURRY, [07 novembre 2002], « Utilisation de réseaux de neurones pour


examiner la fragmentation des roches à l’explosif et établir son influence sur la rentabilité de
l’exploitation dans les carrières », thèse, Ecole des mines –Paris-77305- .

[26] –Données de plan de tir, [Avril 2017], carrière des calcaires- SEG.

[27] –Djoudi.MERABET, Hamid.KHERBACHI,Djamel.MEHRI, [1997], « Amélioration


de la qualité de fragmentationdes roches fissurées lors de l'abattage à l'explosifdans les mines
à ciel ouvert », Revue française de géotechnique, 1er trimestre, Nº78.
Annexes

Annexes 1

Besoin en substances explosives

Tir nº01

TEMEX II, kg Voir calcul plan de tir 2000.00 kg


ANFOMIL, kg Voir calcul plan de tir 3000.00 kg
DMR (1/12), U Une unité/ trou 40.00 U
DEI tige de 3m, U 4 Unité 4.00 U
Relais de détonation U 4 Unité 4.00 U
Cordeau détonnant Voir calcul plan de tir 500.00 ML
(20g), ml
Fil de tir (2c), ml / 500 ML

Besoin en substances explosives

Tir nº02

TEMEX II, kg Voir calcul plan de tir 2800.00 kg


ANFOMIL, kg Voir calcul plan de tir 5950.00 kg
DMR (1/12), U Une unité/ trou 70.00 U
DEI tige de 3m, U 4 Unité 4.00 U
Relais de détonation U 4 Unité 4.00 U
Cordeau détonant (20g), Voir calcul plan de tir 1125.00 ML
ml
Fil de tir (2c), ml / 500 ML
Annexes

Le cumul du mois d’Avril2017

1/ Foration
 Métrage foré : 1650 m
 Nombre de trous : trous de profondeur 15 m : 110 trous.
 Heures effectuées : 100 h.
 Heures d’arréts : 76 h.

2/ Abattage
 Métrage tiré (m)

Tir Nº 01 600
Tir Nº 02 0
Tir Nº 03 1050
TOTAL 1650

 Volume abattu (m3)

Tir Nº 01 12600
Tir Nº 02 0
Tir Nº 03 22050
TOTAL 34650

 Tonnage abattu (T)

Tir Nº 01 31500
Tir Nº 02 0
Tir Nº 03 55125
TOTAL 86625

3/ Quantité d’explosif utilisée


Date Marmanit Temex Temex Anfomil Cordeau DMR Relais Fil de
3/80 kg 2/80 kg 2/65 kg Dét 20 tir
(gr/ml) (ml)
09/04/2017 0 2000 0 3000 625 40 4 500
/
27/04/2017 0 2800 0 5950 1125 70 4 500
Total 0 4800 0 8950 1750 110 8 1000
Reliquat 0 0 0 0 50 0 4 200
Annexes

Annexes 2

Délais de retards des détonateurs non


électriques

Nº retards 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
Temps de
retards 75 100 125 150 175 200 225 250 275 300 325 350 375 400 425 450 475 500
(ms)

Délais de retards des détonateurs à court retard


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
retards
Temps de
retards 25 50 75 100 125 10 175 200 225 250 275 300 325 350 375 400 425 450 475 500
(ms)
Annexes

Annexe 3

TABLEAU: CARACTERISTIQUES DES EXPLOSIFS (O.N.E.X. Algérie)


Résumé

L’abattage des roches à l'explosif occupe une place importante dans le système de
gestion de la qualité des minerais extraits.C’est l'un des maillons les plus essentiels des
processus technologiques de l'exploitation des gisements à ciel ouvert. Il repose sur la
destruction du massif des roches à l’aide des explosifs jusqu'à l'obtention de morceaux de
dimensions nécessaires et admissibles pour le travail normal de tout le complexe d'extraction
et de transport.

Cet objectif, qui est la réalisation d’une meilleure granulométrie ne prend pas dans sa
totalité la maitrise et le bon control des opérations en amant. Cela nous pousse à intervenir en
proposons une méthodologie visant à optimiser les tirs de mine.

Notre collaboration a été apporté sur le calcul du plan de tir par la méthode de
Langefors pratiquée au sein de la carrière des calcaires « Col de BECCOUCHE » et ce en
modifiant les paramètres de la maille par la diminution de la hauteur des gradins et de
diamètre des trous.

Mots clés : Abattage à l’explosif, calcaires, tir de mine, Col de BECCOUCHE.

Abstract

Rock blasting occupied an important part of the quality management system for
extracted minerals. It is one of the most important steps in the technological processes of
open-pit mining. It is based on the destruction of the rock mass using explosives until the
necessary dimensions are obtained and allowable for the normal work of the entire extraction
and transport complex.

This objective, which is the realization of a better granulometry, doesn’t take in its
entirety the good control of the operations in outset. This prompts us to intervene by
proposing a methodology aimed to optimize the blasting operation.

Our collaboration was made on the calculation of the blasting plan by the Langefors
method practiced within the stone spit quarry of the limestones "Col de BECCOUCHE" and
this by proposing a smaller bench attitude for a smaller diameter of drilling towards the one
already used.

Key words: explosive blasting, deposit, limestone, mining fire, Col de BECCOUCHE.
Introduction générale
Chapitre I
Généralités
Chapitre II
Notions générales sur
l’abattage à l’explosif
Chapitre III
ConceptionetAnalyse d’un
plan de tir
Chapitre IV
Méthodologie d’optimisation
des tirs de mine
Conclusion générale
Annexes
Bibliographie