Vous êtes sur la page 1sur 27

-1-

Section 2: cinématique des fluides

Exercice 1
Le débit dans la conduite de la figure ci-contre
peut être considéré comme un écoulement unidi- v = 3V0
V0
mensionnel de vitesse v = v(x). En supposant que
la vitesse varie linéairement de V0 à l’entrée à 3V0
à la sortie de la conduite,
a. déterminer l’accélération d’une particule fluide L= 30 cm
en fonction de x. Pourquoi cette accélération
n’est-elle pas nulle alors que l’écoulement est stationnaire ?
b. calculer l’accélération d’une particule à l’entrée et à la sortie de la conduite si V0 = 3
m/s.

Exercice 2
Le champ de vitesse d’un fluide est exprimé par vx = kx, vy = -ky et vz = 0; k est une
constante positive.
a. L’écoulement est-il stationnaire ?
b. Déterminer et dessiner quelques lignes de courant, en indiquant la direction de
l’écoulement.
c. Indiquer trois situations expérimentales différentes conduisant à ces lignes de cou-
rant.

Exercice 3
Le réservoir cylindrique de la figure est rempli d’un li- Q3
quide parfait incompressible. Les conduites sont cylin-
driques, de diamètre D1 = 5 cm et D2 = 7 cm. Q1
a. Déterminer une expression de dh/dt en fonction des Q2
h
débits Q1, Q2, Q3 et du diamètre D du réservoir.
b. Si h est constant, trouver la vitesse v2 si v1 = 3 m/s et
Q3 = 0,01 m3/s.

Exercice 4
Une source (ou un puits) linéique correspond à un tube de très petit diamètre, dont la
paroi est perméable et laisse passer un débit total Q réparti uniformément selon sa
longueur b.
a. Montrer que les fonctions courant et potentiel des vitesses sont données dans un
système de coordonnées polaires (r,) par  = m et  = mlnr, où m est une
constante à calculer.
Un tourbillon linéique décrit un écoulement orthoradial, i.e. perpendiculaire à l’axe du
tourbillon et au rayon. La vitesse est ainsi décrite en coordonnées polaires (r,) par vr
= 0 et v = /2r;  est une constante appelée circulation (section 3.4 du polycopié).
b. Montrer que les fonctions courant et potentiel des vitesses sont données par  = (-/
2)lnr et  = /2.
Une représentation réaliste d’un plan d’une tornade ou de l’écoulement d’une bai-
gnoire est obtenue en superposant, au même point, un puits et un tourbillon li-
néiques.
c.1. Calculer, identifier et interpréter physiquement les courbes r().

Physique des fluides Polycopié 2016 Prof. J.-J. Meister


-2-

c.2. Calculer le rapport tg = v/vr et en déduire que l’angle  que fait le vecteur vi-
tesse avec le rayon vecteur r est constant.
c.3. Tracer quelques lignes de courant, un vecteur v et son angle  dans un plan xy.

Exercice 5
Le champ de vitesse d’un fluide a pour expression v = (3/r)êr + 4cosê [cm/s] en
coordonnées polaires.
Déterminer le taux de variation de la densité du fluide, donné par d/dt, au point A
de coordonnées r = 200 m et /6 où la densité vaut 100 kg/m3.

Exercice 6
Un liquide parfait incompressible pénètre par le fond d’un
cône à une vitesse augmentant avec le temps: v(t) = kt. Dé- 
h(t)
terminer l’expression de l’augmentation de la hauteur h(t)
au cours du temps.
Indications: - le liquide entre dans le cône par un trou de dia- v(t) = kt
mètre d,
- les conditions initiales sont h = 0 à t = 0.

Exercice 7
Un fluide incompressible s’écoule autour d’un axe de symétrie Oz; sa fonction de cou-
rant est  = - ar2z.
a. Dessiner quelques lignes de courant dans un plan rz d’un système de coordonnées
cylindriques.
b. Déterminer la vitesse v = (vr, 0, vz) en tout point de l’écoulement.
c. Montrer que cet écoulement est irrotationnel et déterminer le potentiel des vitesses.
d. Calculer le débit passant à l’intérieur du tube de courant défini par 1 = cste.
e. Décrire la situation expérimentale décrite par cet écoulement.

Exercice 8
Dans la description d’Euler, le mouvement d’un fluide le long d’un axe vertical des-
cendant est décrit par v(z,t) = 2z/têz. Déterminer le champ des accélérations a(z,t) et
identifier le type de mouvement.

Exercice 9
En régime stationnaire, le champ de vitesse d’un fluide est exprimé en coordonnées
cartésiennes par vx = 2x, vy = 2y et vz = -z.
Trouver l’équation de la ligne de courant passant par le point A de coordonnées
(2,1,1).

Exercice 10
Dans un plan horizontal, le champ de vitesse dans une tornade d’axe vertical est mo-
délisé par:
- vitesse orthoradiale vc = tr dans le coeur de la tornade défini par r  rc,
- ve = k/r à l’extérieur du coeur.
Calculer k, puis le vecteur-tourbillon T si t = constant.

Exercice 11
L’écoulement d’un fluide incompressible est décrit par v = 3yêx + 2xêy [a.u.].

Physique des fluides Polycopié 2016 Prof. J.-J. Meister


-3-

a. Est-ce que cet écoulement satisfait l’équation de continuité ?


b. Si oui, déterminer la fonction de courant et dessiner quelques lignes de courant.
c. Indiquer une situation expérimentale conduisant à de telles lignes de courant.

Exercice 12
Deux récipients cylindriques identiques sont
remplis à une hauteur H de 2 solutions d’eau c2 c1
mélangée à un colorant en concentration molaire
c1 et c2 > c1. A l’instant t = 0, ils sont reliés par un
pompe
tube rempli de solution c2: figure. Montrer que
ce dispositif permet de faire varier linéairement Q
la concentration du colorant dans la solution sortant de débit Q constant.

Exercice 13
Les 3 récipients de la figure, de même surface de base
et de masse négligeable, sont remplis d’eau à une
même hauteur.
Si ces récipients sont posés sur une balance, le poids indiqué est différent, bien que la
pression et donc la force hydrostatique au fond des récipients sont les mêmes. Expli-
quer de manière concise cette observation, appelée paradoxe de l’hydrostatique.

Exercice 14
On considère un écoulement incompressible d’air à 20 oC dans une conduite cylin-
drique de 20 cm de diamètre, à une pression de 3 bar et une vitesse de 3 m/s. Calculer
le débit massique d’air.

Exercice 15
Soit un écoulement de révolution autour de Oz. r B 2
Montrer que le débit entre deux lignes de courant 1
et 2 est donné par Q = 2(2 - 1). 1
Indication: calculer le débit à travers l’élément de sur- A
dln̂
face engendré par l’élément d’arc AB: figure. z
Utiliser ce résultat pour analyser l’écoulement d’un
fluide visqueux dans une conduite cylindrique hori-
zontale (axe z) de rayon R dont le profil de la vitesse
est donné par:
2 2
v  r  = v max  1 – r  R 

a. Montrer que cet écoulement possède une fonction courant (r,z) axisymétrique,
puis déterminer .
b. Calculer la vitesse moyenne vm = Q/R2 en fonction de la vitesse maximale vmax.

Exercice 16
Un tube conique de sections S1 et S2 > S1 contient un liquide incompressible qui
s’écoule en régime stationnaire. En utilisant l’équation de continuité, montrer que la
vitesse de sortie du liquide est reliée à la vitesse d’entrée par v2 = v1S1/S2.
Hypothèse: la vitesse du liquide a la même valeur en tout point d’une section du tube:
liquide non visqueux.

Physique des fluides Polycopié 2016 Prof. J.-J. Meister


-4-

Exercice 17
Calculer la puissance fournie par le coeur humain éjectant 75 ml de sang à chaque bat-
tement à une pression moyenne de 100 mmHg. On suppose un rythme cardiaque de
65 battements par minute.

Exercice 18
Déterminer l’expression des composantes des r
vitesses de l’écoulement axisymétrique à sy-
métrie cylindrique de la figure, connaissant la 
fonction (r,z). v
z



Physique des fluides Polycopié 2016 Prof. J.-J. Meister


-5-

Section 3: dynamique des fluides parfaits

Exercice 19
a. Pour un écoulement non-stationnaire d’un fluide parfait
incompressible, montrer que l’équation d’Euler s’écrit le b
long d’une ligne de courant s joignant les points a à b par: a
b b
2 b
v v p
  t  ds = – ----- + --- +  g  ds, avec ds = vdt
2 a L
a a
b. Utiliser ce résultat pour calculer la période de l’oscilla-
tion d’un liquide parfait dans le tube en U de la figure ci-
contre; L est la longueur moyenne du liquide dans le
tube.
Indication: (v.grad)v = grad(v2/2) - v^rotv.

Exercice 20
Un fluide parfait incompressible se déplace de manière z2
stationnaire dans une conduite de section et hauteur va-
riables: figure. Montrer que la conservation de l’énergie
mécanique conduit à l’équation de Bernoulli. z1

Exercice 21
De l’eau, considérée comme un fluide parfait incompressible, s’écoule dans un canal
horizontal de section rectangulaire variable. On admet que l’écoulement est perma-
nent et que la répartition de la vitesse est uniforme dans toute la section.
Déterminer comment varient la hauteur h du niveau d’eau et la vitesse v de l’écoule-
ment lorsque la largeur l du canal diminue; discuter les cas possibles.
Remarque: une application intéressante est le rétrécissement d’une rivière au passage
autour des piles d’un pont.
Indication: s’intéresser à dv/dl et dh/dl

Exercice 22
Les siphons (3) et (4) de la figure permettent de vider le récipient sans accessoire, sans
incliner le récipient et sans aspirer le liquide ou placer au préalable le siphon dans le
liquide.
Pour le dispositif (3), il suffit de plonger le tube en fermant au préalable son extrémité
extérieure avec le doigt, puis d’enlever le doigt lorsque l’extrémité intérieure est quasi
au fond du récipient. Le dispositif (4) démarre sans obturation préalable !
a. Pour le dispositif (1), expliquer pourquoi le liquide sort de l’extrémité supérieure
du tube de diamètre D si le tube est plongé dans le liquide en fermant au préalable
son extrémité supérieure avec le doigt, puis en enlevant le doigt lorsque l’extrémité
inférieure est quasi au fond du récipient.
b. Est-ce que la hauteur h’ à laquelle s’élève le liquide dans le dispositif (2), dont la
partie du tube hors récipient a un diamètre D < d, est supérieure à celle du siphon
(1) ?
c. Déterminer la longueur L du la partie descendante du siphon (3) permettant de vi-
der le récipient complètement.
d. Expliquer le fonctionnement du siphon (4).

Physique des fluides Polycopié 2016 Prof. J.-J. Meister


-6-

Hypothèse: l’influence de la viscosité du liquide est négligeable.

h
L

(1) (2) (3) (4)

Exercice 23
Calculer la pression (en bars), le débit et la puissance hydraulique minimale de la
pompe nécessaires pour alimenter un jet d’eau de diamètre initial 107 mm s’élevant à
une hauteur de 156 m.
Hypothèses: - La vitesse dans la conduite horizontale d’amenée d’eau est négligeable.
- Le réservoir alimentant la pompe est à la pression atmosphérique.

Exercice 24
Une conduite de section constante est remplie d’un z
fluide parfait incompressible: figure. A l’instant t = 0, A, ouvert
on ouvre brusquement la vanne du point C. Déterminer
la répartition de la pression en tout point z et x de la g
conduite de hauteur et largeur H juste après l’ouver-
ture de la vanne; montrer qu’elle vaut la moitié de sa
valeur avant l’ouverture dans le tronçon AB. B C, fermé
Convention: la pression atmosphérique est prise comme
pression de référence, i.e. patm = 0. x

Exercice 25
Un planeur, dont la masse (avec son pilote) est de Cp
300 kg, a une surface d’ailes de 15 m2. Le planeur
se trouve initialement à une hauteur de 1000 m 0,8 5o
dans un air sans courants verticaux ou horizon- 3o
taux. Déterminer le point de fonctionnement sur la 0,6
polaire du planeur (figure), l’incidence de l’aile, les
vitesses horizontale et verticale, le trajet parcouru 0,4
 = 0o
et le temps de vol dans les deux situations sui-
0,2
vantes:
a. le pilote désire poser son planeur le plus loin -2o Ct
possible, 0 0,04 0,08
b. le pilote désire avoir la vitesse absolue mini-
male.
Hypothèse: le planeur est en descente stationnaire.

Physique des fluides Polycopié 2016 Prof. J.-J. Meister


-7-

Exercice 26
De l’eau, considérée comme un liquide parfait in- couvercle
compressible, s’écoule par l’orifice de section SB Gaz A
d’un récipient cylindrique de section S. Ce réci-
pient peut être soit ouvert en enlevant le cou- H
h(t) Eau
vercle, soit fermé et contenir un gaz sous
pression. B
a. Déterminer le temps nécessaire pour que le ré-
servoir se vide de moitié dans le cas «ouvert».
b. Etablir l’expression de la vitesse d’un point A de la surface du liquide lorsque le ré-
cipient est fermé et contient un gaz parfait à pression pg.
c. Calculer le temps nécessaire pour que le réservoir se vide de moitié si un dispositif
permet de maintenir la pression du gaz et sa température (égale à celle de l’eau)
constantes.
Hypothèse: l’écoulement est quasi-stationnaire, i.e. l’équation de Bernoulli peut être
utilisée.

Exercice 27
Calculer la puissance électrique que l’on pourrait générer si toute l’énergie de l’eau
tombant aux chutes du Niagara pouvait être utilisée.
Données: hauteur moyenne des chutes: h = 30 m; vitesse de l’eau au sommet: 40 mph,
débit du fleuve: 2835 m3/s.

Exercice 28
On dispose d’un profil d’aile fixé à une hélice, caractérisé par une coefficient de por-
tance Cp = 1 et une finesse f = 10.
a. De quelle surface de voilure un homme devrait-il disposer pour voler par sa propre
énergie musculaire ?
b. A quelle vitesse pourra-t-il se déplacer ?
Données: poids de l’homme 70 kg et de la voilure 10 kg; puissance musculaire P = 200
W; rendement de l’hélice  = 0,8.

Exercice 29
Les anciens Egyptiens mesuraient le temps au moyen d’une cle- r(z) z
psydre constituée d’un récipient contenant un liquide incom-
pressible, percé d’un trou dans sa partie inférieure. Le niveau
du liquide défile à des intervalles de temps égaux devant des
graduations équidistantes selon l’axe vertical du récipient. Dé-
terminer la forme géométrique r(z) du récipient possédant un
axe de révolution vertical en supposant que le liquide est par- 0
fait.

Physique des fluides Polycopié 2016 Prof. J.-J. Meister


-8-

Exercice 30
L’indication d’une jauge d’essence d’une voi- patm
ture, placée au fond du réservoir, est propor- h=?
tionnelle à la surpression en cet endroit: figure 2.
30 cm
Le réservoir contient de manière accidentelle
une hauteur de 2 cm d’eau. Quelle sera la hau- 2 cm
teur d’air restant lorsque l’indication indique jauge
“réservoir totalement plein”.
Indications: ess = 680 kg/m3 et air = 1,2 kg/m3

Exercice 31
Une voiture de course déploie un pa-
rachute pour se freiner à partir d’une
x
vitesse initiale de 100 m/s: figure. En
supposant que les coefficients de
traînée Ctv de la voiture et Ctp du parachute sont constants au cours de la décéléra-
tion, calculer la distance parcourue et la vitesse de la voiture après 1, 10, 100 et 1000 s.
Données: Ctv = 0,3; Ctp = 1,2; mv = 2000 kg, surface «portante» Sv = 1 m2 et Sp = 3 m2.
Ces surfaces correspondent aux surfaces de ces objets, projetées dans un
plan perpendiculaire à la vitesse relative.

Exercice 32
Etablir l’équation de Bernoulli décrivant l’écoulement stationnaire le long d’une ligne
de courant d’un gaz parfait en évolution isotherme.
Indication: l’équation d’Euler décrivant l’écoulement stationnaire d’un fluide parfait
est donnée par: 2
v
g – gradp – grad  ----- = – 2 v  T
 2
Exercice 33
Chaque aile d’un avion a une surface de 80 m2. L’air (fluide parfait) circule à une vi-
tesse de 200 m/s au-dessus des ailes et 180 m/s au-dessous. Quelle est la force de por-
tance dont bénéficie l’avion ?

Exercice 34
Quel est le débit d’un robinet d’eau de 8 mm de diamètre si la pression dans la
conduite est de 200 bars. Le diamètre de la conduite est beaucoup plus grand que ce-
lui du robinet.

Exercice 35
Le fond d’un récipient cylindrique de rayon R et de z
hauteur 2h est percé d’un trou circulaire de rayon r 2h
<< R: figure. On remplit le récipient jusqu’à une
hauteur h avec un liquide incompressible de densi- h
té , supposé parfait .
a. Calculer le temps T nécessaire pour vider le réci-
0
pient.
On répète l’expérience après avoir fermé la face supérieure du récipient. Initialement,
la pression de l’air au-dessus du liquide de hauteur h est égale à la pression atmos-
phérique pa:

Physique des fluides Polycopié 2016 Prof. J.-J. Meister


-9-

b. Décrire par une phrase ce qui se passe au cours de l’écoulement.


c. Si le récipient ne se vide pas complètement, déterminer la hauteur z du liquide res-
tant en supposant que la hauteur initiale h du liquide est telle que gh << pa.
d. Application numérique: R/r = 100; h = 5 cm;  = 1 g/cm3.
Hypothèses: - la vitesse v du liquide est identique en tout point de la section du trou.
- l’air est un gaz parfait et les expériences ont lieu à température
constante.
Indication: pour x << 1, 1 + x  1 + x  2

Exercice 36
Le seuil AB d’un déversoir* d’eau v0
de largeur L est suffisamment long
y
pour que la vitesse v du liquide soit H
considérée comme uniforme et hori- S
zontale dans la section S = L·(H - y) A B
de liquide au-dessus du réservoir:
figure.
a. Déterminer, en fonction de la
baisse de niveau y et de la vitesse v0 (figure), le débit Q qui traverse la section S.
b. pour quelle valeur de y le débit est-il maximal ?
c. Calculer le débit maximal.
d. Calculer le débit maximal en fonction de L et H si la vitesse v0 est négligeable.
Hypothèses: l’eau est considérée comme un liquide parfait incompressible et l’écoule-
ment est stationnaire.
*Ouvrage au-dessus duquel s’écoule le trop-plein des eaux d’un bassin ou d’un canal.

Physique des fluides Polycopié 2016 Prof. J.-J. Meister


- 10 -

Section 4: statique des fluides

Exercice 37
Une centrifugeuse à lait est formée d’un corps cylin- 3 2 
drique creux tournant autour de son axe vertical à vi-
tesse angulaire . Le lait est introduit par l’orifice 1.
a. Indiquer par quel orifice sort la crème, dont la densité r
c est plus petite que celle du petit lait: p.
b. Déterminer le rapport entre la force de séparation
(horizontale) de cette centrifugeuse et la force verti-
cale.
Application: 15’000 tours/min; r = 2 cm.
1
Indication: le lait est une émulsion de graisses (crème)
dans une solution aqueuse (petit-lait)
Hypothèse: les particules de crème ne se sont pas encore en mouvement au moment du
calcul !

Exercice 38
Un flotteur sphérique de rayon R et poids P doit assurer l’ob- patm
turation d’un orifice circulaire dans le fond d’un récipient: fi-
gure. La hauteur H de liquide (densité ) peut être inférieure R
ou supérieure à 2R - h. H
Tracer le graphique des forces de pression F(, R, h) sur le
h
flotteur en fonction de H et discuter les possibilités d’obtura- patm
tion en fonction de P.

Exercice 39
Est-ce que le niveau de la mer change lorsqu’un iceberg flottant fond ?

Exercice 40
Considérer le dispositif de la figure. Un tube cylindrique,
de section A et longueur L, est ouvert à son extrémité infé-
rieure. Il est plongé dans de l’eau et peut être placé à diffé-
rentes hauteurs H. En considérant l’air comme un gaz
parfait, imaginer une méthode permettant de mesurer g si
H L
vous avez à disposition un système de mesure de lon-
gueurs et si les températures Tatm et Ta de l’air dans le
tube sont connues.

Exercice 41
Quelle est la valeur de l’angle  dans le
dispositif de la figure ci-contre. L
Données: h, L, huile et eau. h huile
Indication: les 2 surfaces libres sont en h eau 
contact avec l’air.

Physique des fluides Polycopié 2016 Prof. J.-J. Meister


- 11 -

Exercice 42
Un récipient cylindrique vertical, contenant un liquide incompressible, tourne autour
de son axe à vitesse angulaire  constante. Une boule de petites dimensions, de densi-
té s, est immergée dans le liquide de densité  > s; à une certaine distance r de l’axe.
Elle est retenue par un fil fixé au fond du récipient.
a. Exprimer les forces s’exerçant sur la petite boule
b. Déterminer l’angle  de déviation du fil par rapport à la verticale en fonction de la
distance de la boule à l’axe du récipient, de  et g.

Exercice 43
Un accéléromètre bon marché peut être D
réalisé avec un tube en U: figure.
a. Déterminer h si l’accélération a, hori-
h a
zontale, est de 6 m/s2.
b. Est-ce que la graduation de l’accéléra- niveau liquide
tion le long du tube est linéaire ? lorsque a = 0
Application: L = 18 cm, D = 5 mm L/2

Exercice 44
Un ludion cylindrique (~verre renversé) de rayon r et masse
m est immergé dans un récipient d’eau: figure. Sa partie supé- z
rieure contient une hauteur h d’air. La pression au-dessus du
récipient est la pression atmosphérique.
a. Déterminer la résultante F des forces verticales agissant sur
le ludion en fonction de h et tracer le graphique F(z).
b. Déterminer la profondeur z à laquelle le ludion sera en
équilibre.
c. Que se passe-t-il si la pression atmosphérique augmente ?
Indications: - l’air est considéré comme un gaz parfait isotherme,
- l’épaisseur des parois du ludion est négligeable.

Exercice 45
Un tube fermé contenant un gaz parfait de masse molaire 
M tourne autour d’un axe vertical avec une vitesse angu-
laire  constante.
Déterminer la pression en tout point du tube sachant que
la pression sur l’axe de rotation vaut po.
Indications: - l’effet de la pesanteur est négligeable, L
- la température T du gaz est constante.
 ------
U- 1--- ------
U- ------
U-
 r  r   z 
- en coordonnées cylindriques (r,,z), gradU =

Exercice 46
Le vendeur d’une magnifique couronne vous assure qu’elle est en or massif. Avant de
l’acheter, vous souhaitez naturellement le vérifier. Montrer qu’une balance et un réci-
pient rempli d’eau vous suffisent.

Physique des fluides Polycopié 2016 Prof. J.-J. Meister


- 12 -

Exercice 47
Un ballon de volume V0 est rempli d’hélium au niveau de la mer. Son poids total est
inférieur à la force d’Archimède qu’il subit.
a. Montrer que la force d’Archimède décroît avec l’altitude, puis déterminer l’altitude
maximale théorique que le ballon atteindra. Utiliser les indications ci-dessous pour
calculer cette altitude maximale.
De manière à augmenter l’altitude maximale V0
que peuvent atteindre des ballons tout en ren-
dant faisable les lancers, des scientifiques japo-
nais ont construit un ballon de très grand Vm
volume Vm qu’ils ont gonflé partiellement (vo-
lume V0 << Vm) avec de l’hélium (Yamagami et
al., advances in space research 33, 2004).
b. Montrer que la force d’Archimède reste z=0 z = z’
constante en fonction de l’altitude tant que
V(z) < Vm.
c. Déterminer l’altitude z’ à laquelle le ballon atteindra son volume maximal ainsi que
la force d’Archimède à cette altitude.
d. Déterminer l’altitude maximale théorique z* que le ballon atteindra, puis utiliser les
indications ci-dessous pour calculer cette altitude maximale. Discuter la différence
entre votre réponse et l’altitude réelle de 53 km atteinte par le ballon japonais.
e. Quel est l’avantage d’un gonflement partiel du ballon lors du lancer ?
Hypothèse: l’hélium et l’air sont considérés comme des gaz parfaits en équilibre de
température et de pression. L’air suit une évolution adiabatique.
Indications: V0 = 100 m3; Vm = 60’000 m3; masse totale de chaque ballon m = 50 kg.

Exercice 48
Une cloche hémisphérique, de rayon R et masse m, est
posée sur une surface lisse horizontale: figure.
On verse de l’eau par une ouverture existant au som- h
met de la cloche. A une hauteur d’eau h, la cloche se
soulève.
a. Expliquer cette observation par une phrase.
b. Déterminer l’expression de h.
c. Application: m = 1 kg
d. Peut-on trouver une contrainte géométrique de cette cloche qui l’empêcherait de se
soulever ?

Exercice 49
Un wagonnet, rempli d’un liquide incom- A
pressible, monte le long d’un plan incliné a
avec un accélération a constante parallèle x D
au plan incliné: figure. Son toit est muni
L B
d’une ouverture au point A.
Déterminer la pression en un point quel- H
C  y
conque du liquide, puis aux points parti-
culiers B, C et D.
Indication: utiliser le repère indiqué sur la figure.

Physique des fluides Polycopié 2016 Prof. J.-J. Meister


- 13 -

Exercice 50
Sur la place St-François de Lausanne, des étudiants en physique de l’EPFL proposent
d’étonner le public en faisant éclater un tonneau en chêne en utilisant moins d’un litre
d’eau !
Considérer le tonneau de la figure, formé de douves en
chêne, rempli d’eau et fermé hermétiquement. Un petit
trou est percé sur le sommet du tonneau pour intro-
duire un tube capillaire de quelques millimètres de dia-
mètre.
a. Expliquer pourquoi le remplissage du capillaire avec
moins d’un litre l’eau pourrait permettre de faire écla- h
ter le tonneau ?
b. Calculer la force exercée sur une douve.
Application: chaque douve a une hauteur d’1 m et une
largeur de 10 cm; h = 10 m.
Remarque: cette expérience historique est appelée «ton-
neau de Pascal».

Exercice 51
Déterminer la résultante des forces de pression
agissant sur la surface cylindrique A d’un récipient L
contenant de l’eau: figure. La hauteur du liquide est
égale au rayon de courbure R de la face A. A
Préciser le point d’application et la direction de R
cette résultante.

Exercice 52
On plonge un densimètre* dans un récipient d’eau: huile
figure.
On verse ensuite à la surface de l’eau une couche
d’huile de densité h inconnue.
a. Que fait le densimètre.
b. Déterminer la densité de l’huile. h1
Indications:
S est la section du tube du densimètre.
{
V0
V0 est le volume du densimètre depuis le bas jus- eau
er
qu’au 1 trait de la graduation.
*Un densimètre est un cylindre creux, lesté et gradué, qui s'enfonce plus ou moins
dans le liquide à mesurer selon sa densité. On lit directement la densité du liquide
dans lequel il est plongé sur la graduation présente à la surface libre.

Physique des fluides Polycopié 2016 Prof. J.-J. Meister


- 14 -

Section 5: dynamique des fluides visqueux

Exercice 53
Sous l’effet de la pesanteur, un liquide a
visqueux et incompressible d’épais-
seur constante a est en écoulement ide
permanent bidimensionnel sur une z liqu
 g
plaque inclinée: figure.
Soit v = (u,0,w) la vitesse du liquide x
selon les axes x, y et z.
a. Montrer qu’en réalité l’écoulement est unidimensionnel selon x.
b. Calculer la pression p(x,z) en tout point de l’écoulement.
c. Déterminer l’expression de la vitesse u(x,z) du liquide.
d. En déduire le débit volumique par unité de largeur de la plaque.

Exercice 54
Un récipient cylindrique de rayon R laisse écou-
ler le liquide visqueux qu’il contient par un
tube horizontal de rayon r et de longueur L.
En t = 0, le niveau dans le récipient est à h0 au-
dessus du tube. Après un temps t*, le niveau a
baissé de moitié. Déterminer la viscosité de ce

liquide de densité . La hauteur  est négli-
geable.
Indication: ln 2 0,7.
Application: R = 2,5 cm; r = 0,5 mm; L = 40 cm; h0 = 5 cm; t* = 75 min;  = 1,3 g/cm3

Exercice 55
Deux tubes verticaux de diamètre D contiennent un liquide incompressible de densité
 et viscosité . Ils sont reliés à leur base par un petit tube horizontal de rayon r << D
et de longueur L. Initialement, les niveaux de liquide dans les 2 tubes ont une diffé-
rence de hauteur H1. Calculer le temps nécessaire pour que la différence de hauteur
diminue et devienne H2.
Rappel: pour un écoulement de Poiseuille, le profil de vitesses dans un tube de rayon r
p- 2
est décrit par: v  r'  = ----------
4L
 r – r'  .
2

Exercice 56
Considérer un écoulement de Poiseuille dans une conduite cylindrique horizontale.
a. Déterminer l’expression et la direction des vecteurs tourbillon, puis discuter leur
origine.
b. Exprimer le tenseur des contraintes dynamiques agissant en tout point du fluide.
c. Calculer la force de frottement exercée par le fluide sur la paroi.

Exercice 57
Déterminer, puis dessiner le profil des vitesses de l’écoulement d’un liquide visqueux
incompressible entre deux plans parallèles horizontaux séparés d’une distance 2h (fi-
gure ci-dessous) lorsque:
a. Le plan supérieur se déplace à une vitesse constante vt selon x et aucun gradient de

Physique des fluides Polycopié 2016 Prof. J.-J. Meister


- 15 -

pression n’est appliqué. Cette situation vous rappelle-t-elle un résultat du chapitre


«propriétés élastiques des solides et des fluides» ?
b. Les deux plans sont fixes, mais un gradient de pression constant p/x = - K est ap-
pliqué
c. Le plan supérieur se déplace à vt et un gradient de pression p/x = - K est appli-
qué.

z vt vt = 0 vt

vx(z) = ? vx(z) = ? vx(z) = ?


p/x = 0 x p/x  0 p/x  0

(a) (b) (c)

Exercice 58
Sous l’effet d’une différence de pression p1 - p2, un liquide
incompressible de viscosité  s’écoule entre 2 plans paral- a
p1
lèles de longueur b, séparés par une distance e: figure. En b
négligeant les effets de bords, calculer: p2
a. Le débit volumique Q pour une largeur a.
b. La force exercée par le fluide sur une largeur a de l’une des plaques, en fonction du
débit Q.
c. Calculer la vitesse moyenne du fluide dans le jeu e entre le cylindre et le piston.
d. Utiliser ces résultats pour déterminer la force s’exerçant sur un
piston d’épaisseur b et de masse négligeable se déplaçant à vitesse
v0 constante dans un cylindre rempli d’un liquide visqueux: fi- v0
gure. On admet que le jeu e entre le cylindre et le piston est beau-
coup plus petit que le rayon r du cylindre.
Application: r = 5 cm; e = 1 mm; b = 10 cm; v0 = 1 cm/s;  = 1 Pas

Exercice 59
Un des premiers appareils de mesure de la
viscosité des liquides était le viscosimètre ca-
pillaire: figure. h
a. Montrer que la viscosité peut être détermi-
née en connaissant la géométrie du dispo-
sitif, le débit du liquide et la hauteur h de
la colonne de mercure. Q capillaire
b. Calculer la viscosité du plasma sanguin
L
pour un capillaire de R = 0,8 mm de rayon
si h = 4 cm, Q = 5 ml/s, L = 10 cm.

Exercice 60
Une maquette d’hydravion est réalisée à l’échelle 1/10. Elle décolle à la vitesse de 50
km/h. En négligeant l’influence du nombre de Reynolds sur le coefficient de portance
Cp, calculer la vitesse de décollage du prototype.

Physique des fluides Polycopié 2016 Prof. J.-J. Meister


- 16 -

Exercice 61
La figure présente un vaporisateur rudimen-
taire. Un débit permanent Qa d’air en A assure A. B
.C
un débit Q de liquide en C. Les sections en A et
C sont à la pression atmosphérique patm.
a. Enoncer les hypothèses faites pour résoudre L
ce problème. patm
b. Etablir l’expression du débit Q en fonction du h
débit Qa et des grandeurs connues.
c. Tracer et discuter la courbe Q(Qa) lorsque Qa
diminue jusqu’à zéro.
Indication: vitesse de l’air vA << vB.
Connus: densité l et viscosité  du liquide, densité a de l’air, rayon R et longueur L
du tube vertical, hauteur h, section SB de passage de l’air en B.

Exercice 62
L’équilibre d’un fluide visqueux et incompres- y
sible est perturbé par le mouvement oscillatoire
de la plaque horizontale “infinie” sur lequel il x
repose: figure. Ce mouvement, horizontal, est
décrit par vx(y=0,t) = v0cost. vx
Déterminer:
a. la vitesse vx(x,y,z,t) et la pression p(x,y,z,t) du fluide, sachant que vy et vz sont
nulles.
b. la hauteur caractéristique y =  telle que l’amplitude de la vitesse du fluide est
amortie d’un facteur 1/e par rapport à celle de la plaque.
c. le rapport /L exprimé en fonction de = Lv0/; ±L/2 est l’amplitude du dépla-
cement de la plaque.
Indications: - vx peut être calculé par la méthode de séparation des variables,
aj a2 j a2
- relation des nombres complexes: e = e e ; a est un nombre réel.

Exercice 63
Lors de l’étude de la viscosité d’un W
liquide incompressible, nous avons
considéré comme résultat expéri- v(y)
mental le fait que la vitesse v aug- y
mentait linéairement entre deux
plaques en mouvement relatif. x
a. Démontrer ce résultat en partant 0
des équations de continuité et de
Navier-Stokes appliquées à l’écoulement stationnaire entre deux plaques de dimen-
sions infinies, séparées par une distance h, et dont l’une est en mouvement à vitesse
constante W par rapport à l’autre: figure.
b. En utilisant l’équation constitutive d’un fluide isotrope, retrouver l’expression de la
contrainte exercée sur la plaque supérieure.
c. Si la pression p0 sur la face supérieure du liquide est imposée, comment varie la
pression selon la hauteur du fluide et comment le profil de la vitesse de la question
(a) est modifié ?

Physique des fluides Polycopié 2016 Prof. J.-J. Meister


- 17 -

Exercice 64
Une lance incendie de 8 cm de diamètre intérieur est
munie d’un embout de 3 cm de diamètre. Embout
ouvert, la lance a un débit de 40 l/s.
a. Calculer la pression totale p0 sous laquelle travaille
la lance. p0 est défini comme la pression que l’on
obtiendrait si l’écoulement était décéléré sans
pertes jusqu’à une vitesse nulle, i.e. p + v2/2. En déduire la surpression.
b. Déterminer la résultante des forces à laquelle doit résister le pas de vis lorsque l’em-
bout est ouvert.
c. Déterminer la résultante des forces à laquelle doit résister le pas de vis lorsque l’em-
bout est fermé.
d. Donner votre interprétation physique de la pression totale p0.

Exercice 65
Un liquide incompressible de densité  et de viscosité  sort d’un grand réservoir via
un tube cylindrique horizontal de rayon interne R et de longueur L: figure. La hauteur
du liquide dans le réservoir reste pratiquement constante lors de l’expérience. L’écou-
lement est laminaire en tout point du tube. En négligeant les pertes visqueuses dans le
réservoir et à l’entrée du tube (en B), trouver en fonction de h, , , g, L, R et patm:
a. la pression pB à l’entrée A
du tube,
b. le débit Q dans le tube, h
c. la pression en tout point B C
du tube.
L
Exercice 66
Un cylindre (rayon R, longueur L) d’axe horizontal y
v
tourne à vitesse angulaire  constante dans un fluide
parfait de densité  s’écoulant horizontalement à une r
vitesse constante v loin de cet obstacle: figure. Etablir 
la formule de Kutta-Joukowski exprimant la force de

portance du cylindre
Indication: la vitesse du fluide autour d’un cylindre ne tournant pas a été déterminée
dans l’exemple de la section 2.6.

Exercice 67
Dans un échantillon de sang au repos, la différence de densité entre les globules
rouges (g = 1.1 g/cm3) et le plasma (p = 1.03 g/cm3) provoque une sédimentation
des globules. La vitesse de sédimentation, obtenue en mesurant la hauteur hp de plas-
ma dans un tube après un temps T, est un paramètre de diagnostic.
En considérant les globules sphériques de rayon R = 4,7 m, déterminer la vitesse de
sédimentation et la hauteur hp lorsque T = 1 heure si la viscosité du plasma est de
1,7.10-3 Pas.
Remarque: en réalité, un globule rouge a la forme d’un disque bi-concave de diamètre
d’environ 7.5 m et d’épaisseur de 2,8 m.

Physique des fluides Polycopié 2016 Prof. J.-J. Meister


- 18 -

Exercice 68
On utilise une soufflerie pour reproduire avec une maquette de 20 cm de haut une si-
tuation dans laquelle un véhicule de 5,5 m de haut se déplace à 15 m/s. Quelle doit
être la vitesse de l’air dans la soufflerie? L’écoulement risque-t-il d’être turbulent ?

Exercice 69
Les composantes vr, v de la vitesse et la pression du fluide dans
E
un écoulement de Stokes autour d’une sphère de rayon R sont
z
données en coordonnées sphériques par: D

3R R
3 
v r  r   = v  cos  1 – ------- + -------3- y
2r 2r C
x 
3
3R R
v   r   = – v  sin  1 – ------- – -------3- B
4r 4r
A
3R v
p  r   = p  – v  -------2- cos 
2r
a. Déterminer la vitesse v.
b. Dessiner le graphique de p(z) le long du chemin A,B,C,D,E.
c. Calculer la force de traînée.

Exercice 70
Pour un vaisseau sanguin modélisé par un tube rigide de rayon a dont la longueur L
et le débit Q sont imposés, Murray (1926) a proposé une fonction "coût", P, dont le mi-
nimum devrait correspondre à une géométrie optimale des vaisseaux du système ar-
tériel. Cette fonction P, exprimée en [W], est obtenue en considérant le travail à
fournir pour assurer la circulation du sang ainsi que l'énergie métabolique absorbée
par la paroi, supposée proportionnelle à sa masse:
P = Qp + ka2L; k = constante de proportionnalité
Le modèle de Murray décrit de façon satisfaisante la géométrie de l'arbre artériel.
a. Déterminer la relation optimale rayon-débit en minimisant la fonction coût et en
supposant un écoulement de Poiseuille.
b. Les fonctions coût des différents C
segments de l'arbre artériel étant L1 a1
additives, déterminer la géomé- L0 
trie optimale en B, i.e. les angles a0 B
 et , d'une bifurcation reliant 3 A
vaisseaux dont les débits et les 
extrémités A, C et D sont fixés: a2
L2 D
figure.
c. En supposant des bifurcations
telles que a1 = a2 (==>  = ), déterminer le nombre de bifurcations successives pour
passer de l'aorte (a0 = 1,3 cm) aux capillaires (a = 5.10-4 cm). En déduire le nombre
de capillaires et comparer avec les données physiologiques !

Exercice 71
Un cylindre horizontal de rayon R1 se déplace parallèlement à son axe avec une vi-

Physique des fluides Polycopié 2016 Prof. J.-J. Meister


- 19 -

tesse u à l’intérieur d’un tube coaxial de rayon R2. Les 2 axes sont confondus. Déter-
miner le profil de la vitesse du liquide visqueux incompressible occupant l’espace R1
r  R2 ainsi que la force de frottement par unité de longueur exercée sur le cylindre
et le tube.
Hypothèse: le régime stationnaire est établi.

Exercice 72
Un liquide visqueux incompres-
y
sible est en écoulement laminaire
unidirectionnel (selon z) entre 2 h
plaques parallèles séparées d’une z
distance 2h: figure. L’écoulement 0
est créé par un gradient de pres- -h
sion dp/dz = -p constant.
La plaque inférieure est immobile
et la plaque supérieure se déplace à une vitesse V constante selon z > 0.
Déterminer le profil des vitesses du liquide dans l’espace séparant les plaques, puis
esquisser sans faire de calculs le résultat si:
a. p > 0.
b. p < 0.
c. p = 0.
Hypothèse: les effets de la gravitation sont négligeables (plaques horizontales).

Exercice 73
Plusieurs places publiques sont agrémentées
d’une fontaine en granit, constituée d’une
sphère de granit «flottant» sur un film d’eau
en écoulement stationnaire et pouvant ainsi
être mise en rotation sans effort: figure. Citons 
comme exemple la fontaine placée devant le
Science Museum of Virginia (USA), d’un dia-
mètre de 2,65 m et d’un poids de 27 tonnes !
Considérer une sphère de rayon R et masse m Q
en contact avec un film d’eau d’épaisseur h
constante sur une surface définie par l’angle  variant de ±max.
a. Estimer la pression moyenne du film d’eau nécessaire à la flottaison de la sphère.
b. En négligeant l’effet des forces d’inertie, de gravitation et d’Archimède, déterminer:
b.1. Le profil de la vitesse du liquide dans le film en fonction du débit Q, de h,  et
R.
b.2. La pression dans le film d’eau en fonction de , h et Q.
c. Analyser l’effet de la force de gravitation et montrer qu’elle est négligeable.
d. Vérifier que la contribution de la force d’Archimède est négligeable.
e. Est-ce que les particules fluides sont soumises à une force d’inertie ? Si oui, estimer
son importance.
f. Montrer que si l’on considère uniquement la force d’inertie du liquide supposé par-
fait, la lévitation de la sphère est impossible.
Hypothèses:
- L’eau est considérée comme un liquide visqueux incompressible.

Physique des fluides Polycopié 2016 Prof. J.-J. Meister


- 20 -

- Les contraintes tangentielles dans le liquide ne contribuent pas à la force de sus-


tentation.
- La force d’Archimède est négligée.
- Les effets de la gravitation sont négligeables.
- Le débit Q utilisé (cf indications) est suffisamment petit pour négliger les forces
d’inertie.
Indications: R = 0,5 m; h = 0,3 mm; granit:  = 2700 kg/m3; Q = 1 l/s; max = 35o (fon-
taine de la House of Science, Patras, Grèce).

Exercice 74
La viscosité d’un milieu fluide de densité 1 = 0,8 g/cm3 est déterminée en mesurant
le temps de chute d’une bille d’acier de densité 2 = 7,8 g/cm3 et de rayon r = 2 mm.
L’expérience montre que la bille, partant avec une vitesse nulle, parcourt 10 cm en 5
secondes.
Calculer la viscosité du milieu fluide.

Exercice 75
Considérer l’écoulement de Poiseuille défini et analysé à la section 5.2 du polycopié.
a. Montrer que cet écoulement n’est pas irrotationnel et déterminer la direction et
l’amplitude des vecteurs tourbillon.
b. Décrire le mouvement d’une particule fluide.
c. Déterminer le tenseur des contraintes en tout point de l’écoulement, puis la force de
frottement exercée par la paroi sur le fluide.

Exercice 76
Déterminer l’épaisseur e de la couche limite de fluide en-
traînée par une plaque se déplaçant horizontalement dans v0
ce fluide à la vitesse constante v0: figure.
Indication: fluide de densité  et viscosité ; a << L.
Application: pour L = 10 cm et v0 = 10 cm/s, calculer e pour S
l’eau et la glycérine.

L
a

Exercice 77
Quelle est la force exercée par un jet d’eau sur une
paroi fixe contre laquelle il est projeté avec un angle
 à la vitesse v, et où il se disperse latéralement: fi-
gure ?
L
Hypothèse: l’eau est considérée comme un fluide par-
fait. h v

Physique des fluides Polycopié 2016 Prof. J.-J. Meister


- 21 -

Exercice 78
a. Quelle est la puissance v
fournie par une turbine à u
aubes et sous quelles condi-
tions cette puissance est-elle v u
maximale ?
Chaque aube est double sur
la largeur de la turbine: fi-
gure vue de dessus. Aube, vue
Indication: utiliser un réfé- de dessus
rentiel en translation avec
l’aube à vitesse u.
b. L’alternateur couplé à la turbine S1
doit tourner à une vitesse u constante
pour fournir un courant électrique de v
v1 S
fréquence fixe (50 Hz). La puissance à
fournir pouvant varier en fonction
des besoins des utilisateurs, la section p1 p0
S du jet est réglée par une vanne à
pointeau: figure. Déterminer la puissance fournie en fonction de la pression p1 don-
née par la hauteur de la chute d’eau, de S1 et S.

Physique des fluides Polycopié 2016 Prof. J.-J. Meister


- 22 -

Section 6: physique des surfaces: tension superficielle et capillarité

Exercice 79
Déterminer la hauteur h(x) du liquide à l’intérieur du
système formé par deux plaques de verre verticales for- 
mant un angle faible . h
Indication: établir d’abord la loi de Jurin pour 2 plaques
parallèles.
x

Exercice 80
Une bulle d’eau de savon a un rayon de 3 cm. Elle est distendue jusqu’à un rayon de
5,4 cm.
a. Quelle est la différence de pression initiale entre l’intérieur et l’extérieur de la bulle
?
b. Idem lorsque la bulle a pris sa dimension finale
c. Quel est le travail fourni à l’atmosphère lors du gonflage de la bulle ?
d. Quelle est l’énergie à fournir pour augmenter la surface de la bulle ?

Exercice 81
Un liquide de densité  mouille une paroi verticale: fi- h
gure.
a. Considérer la partie du ménisque comprise entre x et  x
l’infini. Déterminer la projection horizontale de toutes
les forces agissant sur cet élément du ménisque, puis
écrire la relation z(x) décrivant son équilibre.
b. En déduire la hauteur h du ménisque.

Exercice 82
La pression de vapeur saturante ps d’un liquide, indiquée dans les tables, se réfère à
une interface liquide/vapeur plane.
a. Ecrire les conditions d’équilibre mécanique et thermodynamique* d’un liquide pur
en équilibre avec sa seule phase vapeur lorsque l’interface a une courbure .
b. Montrer que la pression de vapeur saturante ps d’une goutte sphérique de rayon r
est donnée par l’équation ci-dessous, puis discuter le résultat:
2V l  RTr
p s  r  = p s e ; V l est le volume occupé par une mole de liquide.

c. Déterminer la pression de vapeur saturante ps d’une cavité sphérique de rayon r et


discuter le résultat.
d. Considérer un solide poreux dont les pores cylindriques de rayon r sont partielle-
ment remplis d’un liquide dont la vapeur constitue la phase gazeuse. Le liquide
mouille parfaitement la paroi des pores. Montrer que les pores vont se remplir de li-
quide par condensation, même en présence d’une vapeur non saturée. Calculer en-
suite le rayon des pores permettant de construire un dispositif de récupération
d’eau en condensant la vapeur contenue dans de l’air à 90% d’humidité.
Hypothèse: la température est constante et la vapeur est assimilée à un gaz parfait.
*Rappel: l’équilibre thermodynamique impose l’égalité des potentiels chimiques des

Physique des fluides Polycopié 2016 Prof. J.-J. Meister


- 23 -

phases.

Exercice 83
Déterminer la force de «collage» de deux
plaques horizontales par un pont liquide qui z 
y R1
les mouille partiellement, i.e. 0 <   /2: fi- H
gure.
Ce pont est obtenu en écrasant une goutte
entre les 2 plaques.
Hypothèses: H << R1 et effets de la gravitation négligeables.
Application: eau, R1 = 1 cm, H = 5 m,  = 30o.

Exercice 84
Une goutte sphérique de rayon R est posée z
sur un cheveu de rayon b << R. Le liquide L s
mouille le cheveu et s’y raccorde avec un
angle  = 0. La goutte prend une forme qui x
minimise sa surface en respectant cette
condition de bord; la figure décrit cette
forme dans le cas considéré ici où les effets
de la gravitation sont négligeables. s est
l’abscisse curviligne le long de la surface supérieure de la goutte, dans le plan xz: fi-
gure
a. Montrer que le profil z(x) de la goutte est donné par:
z p dz
--------------------------- – -------  z 2 – b 2  = b avec z· =
2 12 2 dx
 1 + z· 
b. Calculer la surpression dans la goutte en fonction de sa hauteur L.

Exercice 85
Déterminer le temps nécessaire pour vider l’air contenu dans une bulle sphérique de
rayon R en créant dans sa paroi un orifice de section S constante.

Exercice 86
Un cylindre vertical de rayon r0 est partiellement im- z
mergé dans un liquide mouillant, de densité : figure.
a. Exprimer la relation entre l’altitude z d’un point de
r
la surface libre du liquide et les rayons de courbure
R1 et R2 en ce point.
b. Etablir l’expression de la surface libre z(r) en fonction de lg, , g et de l’angle de
raccordement (r) uniquement.
c. Montrer que le poids FC du volume de liquide déplacé par la partie annulaire du
ménisque telle que r  r0 est égal à la composante verticale de la force de tension su-
perficielle due à lg, agissant sur la ligne triple.

Physique des fluides Polycopié 2016 Prof. J.-J. Meister


- 24 -

Exercice 87
Deux tiges rectilignes pesantes sont reliées entre elles par deux
fils souples de même longueur que les tiges. Une lame liquide est
tendue sur cet ensemble: figure. La tige supérieure étant fixée ho-
rizontalement, la forme des fils est circulaire. Calculer la distance
séparant les tiges.
Application: lame 50 dyn/cm; masse d’une tige 10 g; longueur des
fils et des tiges L = 10 cm; le poids des fils est négligeable.

Exercice 88
Un récipient, fermé par un piston, contient une goutte liquide en contact avec une
phase gazeuse constituée des mêmes espèces chimiques que la goutte.
On suppose que les phases liquide , gazeuse  et superficielle  sont en équilibre
chimique (égalité des potentiels chimiques) et thermique.
a. Ecrire les équation de Gibbs de chaque phase ainsi que du système entier.
b. Lors d’un déplacement du piston, le volume du récipient est diminué de dV. Mon-
trer que les pressions sont alors reliées par:
dA
p – p = 
d V
A est la surface et V le volume de la goutte.
c. Montrer que la relation obtenue en b) conduit à la loi de Laplace si la goutte liquide
est sphérique.

Exercice 89
Les pattes de certains insectes (p. ex. gerris) sont recouvertes d’une sorte de cire qui re-
pousse l’eau (matériau non mouillant) et leur permet de marcher à la surface de l’eau.
Déterminer le poids maximum d’un gerris pour qu’il puisse flotter sur l’eau et sur une
nappe de mazout (mazout-air  1/3 eau-air).
Indications:
- Suite à une manipulation génétique, l’extrémité de chacune de ses 6 pattes est sphé-
rique, de rayon r = 20 m !
- Supposer que la force d’Archimède est négligeable dans ce problème, puis justifier
en fonction du résultat obtenu.

Exercice 90
Lorsqu’un bateau déverse du mazout dans la mer, on observe qu’il se répand unifor-
mément à la surface de l’eau.
a. Expliquer pourquoi.
b. Une seule couche moléculaire perturbe gravement les échanges de gaz nécessaires
à la vie sous-marine. Calculer la quantité de mazout suffisant à créer une telle pollu-
tion dans le lac Léman.
c. Quel sera l’effet d’un détergent répandu à la surface de l’eau ?
Indications: - eau-maz << eau-air et maz-air = 1/3 eau-air
- mazout: M = 250 g/mole,   0,8 g/cm3 et diamètre des molécules = 10 Å
- surface du lac Léman: 582 km2

Exercice 91
On considère un tube capillaire de longueur L et rayon intérieur r dont on a placé une

Physique des fluides Polycopié 2016 Prof. J.-J. Meister


- 25 -

extrémité à la surface d’un récipient rempli d’eau. En précisant les hypothèses faites,
a. Déterminer la hauteur à laquelle l’eau monte dans le capillaire (loi de Jurin) en utili-
sant les résultats obtenus pour une surface liquide; on suppose que cette interface li-
quide-air est une calotte sphérique.
L’expérience est répétée avec le même tube dont l’ouverture supérieure est fermée.
b. Déterminer la hauteur de l’eau dans le tube.
Application numérique: L = 2m, R = 25 m.

Exercice 92
Lorsque l’on fait des bulles de savon, il n’est pas rare d’obtenir un système formé de 2
calottes réunies par une calotte intérieure.
a. Déterminer les conditions d’équilibre à l’arête commune des calottes et en déduire
le rayon de la calotte intérieure.
b. A l’aide d’un dessin déterminer l’angle des 3 forces agissant sur la ligne de contact.

Exercice 93
Une méthode de mesure de la tension superficielle d’un liquide consiste à mesurer la
force nécessaire à arracher un anneau métallique trempé dans le liquide. Schématiser
l’expérience par un dessin et déterminer la relation donnant .

Exercice 94
Une grosse goutte liquide est posée sur z
une surface solide. La figure montre une
coupe de cette goutte dans le plan vertical x
e
et l’on remarque que les effets de la gravité 
dominent dans la partie centrale de la
goutte.
a. Calculer les différentes forces appliquées à un élément de surface vertical de la
goutte de hauteur e et de longueur unité selon y.
b. Déterminer l’épaisseur e en fonction de la longueur capillaire et de l’angle  uni-
quement.
Rappel: longueur capillaire: L c =  lg   g 
Application: une ménagère lance un seau d’eau de 6 litres sur le sol. Calculer la surface
mouillée si  = 180o et  = 1o.

Exercice 95
Si chaque élément du réseau vasculaire d’une plante (ensemble des tubes transportant
les éléments nutritifs) a un rayon de 0.001 cm, quelle hauteur peut atteindre l’eau
grâce à la tension superficielle ?

Exercice 96
Analyser l’ascension et la dépression d’un liquide le long d’une paroi.
a. Exprimer l’ascension d’un point M(x,z) de la surface libre d’un liquide en fonction
des rayons de courbure en ce point: figure a. Ce liquide mouille la paroi verticale du
récipient avec un angle de contact . Exprimer ensuite cette ascension lorsque la
surface libre n’est pas influencée par la capillarité en x = 0 (récipient large).
b. Utiliser le résultat (a) pour calculer l’ascension z du liquide le long d’une paroi
plane d’orientation quelconque; supposer un mouillage parfait. La figure b montre
la surface libre pour 3 inclinaisons de la paroi. Que vaut z pour l’eau mouillant une

Physique des fluides Polycopié 2016 Prof. J.-J. Meister


- 26 -

paroi verticale.
c. Utiliser le résultat (b) pour calculer la dépression d’un liquide ne mouillant pas une
paroi plane d’orientation quelconque: figure c; supposer un angle de contact . Trai-
ter ensuite le cas particulier du mercure posé sur une surface horizontale ( = 48o).
d. (facultatif) Utiliser le résultat (b) pour déterminer la condition de flottaison d’une ai-
guille métallique graissée à la surface de l’eau; supposer un raccordement tangen-
tiel.
Indication: la poussée d’Archimède contribuant à la flottaison de l’aiguille est calculée
en ne considérant que le volume de liquide déplacé par l’aiguille. Le volume de li-
quide enfoncé par les ménisques latéraux n’intervient pas, puisque la poussée d’Ar-
chimède correspondante est équilibrée par la tension superficielle, i.e. c’est le
ménisque créé par la tension superficielle qui a refoulé le liquide.
L’angle  est l’angle entre la tangente à la surface liquide et l’horizontale.
z z 
M
patm  

 x x
(a) (b) (c) y

Exercice 97
Montrer que le degré de mouillage (i.e.
l’angle de contact ) d’une goutte sur un so- V V=0
isolant
lide peut être modifié par l’application d’une
tension électrique entre le liquide et le solide. V>0
Ce phénomène est appelé électrocapillarité.
La figure illustre le cas d’un solide isolant, métal
mais ce phénomène est également observable
à une interface entre la paroi d’un récipient en métal et un électrolyte.

Exercice 98
Une longue goutte d’un liquide visqueux se
trouve à l’intérieur d’un tube cylindrique
horizontal de rayon intérieur R, à l’interface L
entre une paroi hydrophobe et une paroi
hydrophile: figure. z
Notation: la paroi hydrophile est indiquée
0
par i et la paroi hydrophobe par o.
a. Est-ce que la partie hydrophile de la paroi se trouve à z > 0 ou à z < 0 sur la figure?
b. Expliquer pourquoi la goutte va se déplacer et indiquer la direction de son déplace-
ment.
c. Déterminer l’expression de la vitesse v de la goutte.
d. Obtient-on le même résultat si les 2 parties de la paroi sont hydrophiles, mais avec
i  i ’ ?

Physique des fluides Polycopié 2016 Prof. J.-J. Meister


- 27 -

Exercice 99
Considérer un liquide de densité  mouillant ( < /2) z
une face d’une plaque verticale. L’autre face de la plaque a
h
un revêtement tel que la surface du liquide n’est pas mo- (a)
difiée: figure a.  x
a. Etablir l’équation de la surface libre.
b. Déterminer la hauteur z(x) du ménisque en fonction de
lg, , g et (x). Pour cela, introduire l’abscisse curvi- z
ligne à partir d’un point non perturbé de la surface du (b)
liquide.
c. Calculer la projection horizontale de la résultante des x
forces appliquées par le ménisque sur la plaque en fonc- h 
tion de lg uniquement. 
d. Déterminer la hauteur z(x) du ménisque en fonction de la longueur capillaire
L c =  lg  g uniquement si le rayon de courbure de la surface libre est grand quel
que soit x.
e. Mêmes questions pour un liquide ne mouillant pas ( > /2) la face de la plaque:
figure b.

Exercice 100
Un liquide incompressible de densité  mouille partielle- z
ment une paroi verticale: figure.
a. Déterminer la forme de la surface z(x) du liquide si l’on z0
patm
suppose que z0 est petit, i.e. si le rayon de courbure R(x) x

du ménisque est tel que:
2
1 dz
---- 
R d x2
b. Indiquer sur un dessin la distance x* = Lc correspondant à la longueur capillaire:

Physique des fluides Polycopié 2016 Prof. J.-J. Meister