Vous êtes sur la page 1sur 87

‫ﺍﻟــﺠــﻤـــﻬــﻮﺭﻳـــﺔ ﺍﻟﺠــﺰﺍﺋــﺮﻳــﺔ ﺍﻟﺪﻳﻤــﻘــﺮﺍﻁـﻴـــﺔ ﺍﻟـﺸــﻌــــــﺒـﻴﺔ‬

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

‫ﻭﺯﺍﺭﺓ ﺍﻟﺗـﻌﻠﻳﻡ ﺍﻟﻌﺎﻟﻲ ﻭ ﺍﻟﺑـﺣـﺙ ﺍﻟﻌــﻠـﻣﻲ‬


MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

‫ﺟـــــﺎﻣـﻌــﺔ ﺣــﺳﻳــــﺑﺔ ﺑــﻥ ﺑــﻭﻋــــﻠﻲ – ﺍﻟﺷـــﻠـﻑ‬


Université Hassiba Benbouali de Chlef (U.H.B.C)
Faculté de Technologie

Département d’Electrotechnique

Projet de Fin d’Etude en vue de l’obtention du diplôme

LICENCE
Domaine : Sciences & Technologies
Filière : Electrotechnique
Option : Electrotechnique

Thème
Etude et réalisation d’une interface d’acquisition
arduino_photovoltaique

Présenté par :
TAMAZOUZT Nihad
RAHAL Sarah
TIBRI Amina
Soutenu le 26-06-2018 devant le jury composé de :

Encadreur : Dr : DERROUAZIN Ahmed


Pr : BELOUAZANI F.
Examinateurs : Ex1 : SAHRAOUI H.
Ex2 : MAAROUF O.
Promotion : 2018
Remerciements

Avant tout, nos remerciements à ALLAH de nous


avoir donné la force et le courage pour atteindre
cette étape finale de thèse.
Nous tenons aussi à remercier vivement notre
promoteur Dr. Derrouazin , qui nous a soutenu
durant notre travail par ses efforts , ses
informations, ses conseils et surtout ses
encouragements.
Il est judicieux de remercier les
membres de jury pour avoir accepté de siéger notre
soutenance.
Nos vifs remerciements à monsieur le chef de
département Dr.HELEIMI ainsi que tous les
enseignants du département.
Nous adressons nos sincères remerciements à nos
parents, qui ont toujours été présents pour nous
soutenir, nous orienter et nous diriger, sans
oublier nos amis.
A tous ceux qui furent à un moment ou à toute
instante faisant partie prenante de ce travail.
Nos plus chaleureux remerciements à tous ceux qui
de prés et de loin ont contribué à la
réalisation de cette mémoire.
Je dédie ce travail à :

 Mes parents

 Ma très chère mère LARBI BOUAMRANE Souhila

Qui
ui a œuvré pour ma réussite, par son amour, son soutien, tous les sacrifices
consentis et ses précieux conseils, pour toute son assistance
assistance et sa présence dans ma vie.

 Mon très cher père Dr. Mâamar

Qu’il puisse être fier et trouver ici le résultat de longues années de sacrifices
s et
d’endurance pour pouvoir avancer et réussir dans la vie. Puisse ALLAH fasse en
sorte que ce travail aboutisse et récolte
réco ses fruits ; Merci pour les valeurs nobles,
l'éducation et le soutien permanent émanant de toi.

 Mes chers grands parents


Qui m'ont toujours poussé et motivé vers le bon chemin et ma grande mère
puisse Allah le tout puissant lui accorder une place parmi les bons dans son vaste
paradis.

 Tous mes cousins


ns et cousines surtout Issam ,Aymen, Sarah, Raghda,
Iness et Noor.
 Mes oncles et mes tantes surtout Abdallah, Yassine, Lalia et Razika.
 Toute la famille TAMAZOUZT et LARBI BOUAMRANE.
 Mon encadreur Dr : DERROUZIN Ahmed.
Ahmed
 Ma meilleure amie : DAHMANI Kaouthar.
 Mes binômes : TIBRI Amina et RAHAL Sarah.
 Tous mes amis, particulièrement : Ayyoub, Mohamed, Fatima zohra
et Manel .
TAMAZOUZT Nihad
Je dédie ce travail à :

 l’être le plus cher de ma vie, ma mère SI-AMER


AMER Dahbia

 Mon père Abdelkader, qui a fait de moi une jeune femme,

 Mon frère : Mohammed.


Moham

 Mes sœurs : Ikram , Malak , Ritage .

 Toute la famille RAHAL et SI-AMER

 Mes binômes : TAMAZOUZT Nihad et TIBRI Amina.

 mes amis et Meriem, Aya,


Aya Khaled et Islam

 toute personne qui occupe une place dans mon cœur.


cœur

RAHAL Sarah
Je dédie ce travail à :

 Ma mère HALLALIB Zoulikha

Qui m’a encouragé durant toutes mes études, et qui sans elle, ma réussite
n’aura pas eu lieu. Qu’elle trouve ici mon amour et mon affection.
 Mon père Mâamar

Qui est toujours disponible pour nous, et prêt à nous aider,


aider je lui confirme
mon attachement
achement et mon profond respect.
respect
 Mes chers frères

Oualid , Ilyes et mon petit frère Alaa Eddine


 Ma famille

Je cite en particulier mes tantes, mes oncles ainsi que mes cousins et
cousines

 Mon encadreur : Dr.A.Derrouazin.


Dr.A.D
 Mes
es chère cousine :Dalila, Maria ,Meriem
 Mes
es très meilleures amies : Bouchra, Mohammed
 Mes binômes : TAMAZOUT Nihad , RAHAL Sarah
 Ma très chère tante : Dalila
 Et à tous ceux que j’ai connus durant mon cycle d’étude.

TIBRI Amina
Sommaire

Liste des figures I


Liste des tableaux IV
Introduction générale 02
Chapitre I : une généralité sur les énergies et les énergies renouvelables
I.1 Introduction 05
I.2 L’énergie 05
I.2.1 L’énergie non renouvelable 06
I.2.2 L’énergie renouvelable 06
I.2.2.a Energie éolienne 07
I.2.2.b Hydraulique 08
I.2.2.c Energie géothermique 09
I.2.2.d La biomasse 10
I.2.2.e Energie solaire. 11
a)- L’énergie solaire thermique 12
b)- L’énergie solaire photovoltaïque
I.3Conclusion 13
Chapitre II : l’énergie solaire et générateur photovoltaïque.
II.1 Introduction 15
II.2 L’énergie Solaire (photovoltaïque) 15
II.3 Potentiel solaire mondial 16
II.4 Potentiel en Algérie. 18
II.5 Etude des panneaux solaires photovoltaïques 21
II.5.1 L’histoire de panneaux photovoltaïques 21
II.5.2 Les cellules photovoltaïque 23
II.5.2.a schéma équivalent d’une cellule 24
a)- Les cellules monocristallines
b)- Les cellules poly cristallines
c)- Les cellules amorphes 25

II.5.3 Principe de fonctionnement 26


II.5.4 L’effet photovoltaïque 27
II.5.5 Influence des paramètres des panneaux photovoltaïques 28
a)- Influence de l’éclairement. 28
Sommaire

b)- Influence de la température 29


II.6 Conclusion 30
Chapitre III : étude et réalisation de l’interface d’acquisition
III.1.Introduction. 32
III.2.Présentation des travaux antérieurs 32
III.3.Présentation du travail en cours 34
III.4.Présentation du synoptique globale de la carte 34
III.4.1. Présentation du système proposé. 35
III.4.2.Le micro contrôleur Carte Arduino 36

III.4.2.1.Historique de la Carte Arduino 36


III.4.2.2.Présentation de la Carte Arduino Méga 2560 37

III.4.2.3.Caractéristiques de la Carte Arduino Méga 2560 37


III.4.2.4.Entrés et Sorties du Méga 38
III.4.2.5.Alimentation 38
III.4.2.6.Programmation 38
III.4.3.Module photovoltaïque 39
III.4.4.Convertisseur DC/DC. 40
III.5.Technique d’acquisition des données 41
III.5.1.Chaine d’acquisition des données 41
III.5.2.Structure d’une chaine d’acquisition 42
III.6.Les composants utilisés 43
III.6.1.Capteur de courant 43
III.6.2. Capteur de température 45
III.6.3. Capteur de lumière 49
III.6.4.potentiomètre 51
III.6.5. l’afficheur LCD 52
III.7.Technique de capture de courant débite 53
III.7.1.Technique de la résistance-série de puissance 53
III.7.2.Technique du module ACS712 57
III.8.Conclusion. 60
Conclusion générale 62

Annexe
Liste des figures

Figure I.1 : Les énergies non renouvelables. 06


figure I.2 : les énergies renouvelables 07
Figure I.3 : Conversion de l'énergie cinétique du vent 08

Figure I.4 : Principaux organes du système de conversion éolien 08

Figure I.5 : Principaux organes du système de conversion hydraulique 09

Figure I.6 : Principaux organes du système de conversion géothermique 10

Figure I.7 : Principaux organes du système de conversion de la biomasse 11

Figure I.8 : les types d’énergies solaires 12

Figure I.9 :Chauffe-eau solaire thermique 12

Figure I.10:installation PV sur une maison 13


Figure II.1 : principe de fonctionnement d’une centrale photovoltaïque 16

Figure II.2 : puissance solaire photovoltaïque nouvellement installée dans le monde 17


en 2016
Figure II.3 irradiation solaire globale reçue sur plan incliné. 20
Figure II.4 : durée moyenne d’ensoleillement 20
Figure II.5 : Energie moyenne reçue en Algérie 21

Figure II.6 : structure basique d’une cellule solaire 23


Figure II.7 : présentation schématique d’une cellule solaire 24
Figure II.8 : schéma électrique équivalent d’une cellule PV 24
Figure II.9 : le principe de fonctionnement d’une cellule solaire 27

Figure II.10 : conversion photovoltaïque 27

Figure II.11 : caractéristique I (v) d’un module pour différentes valeurs de 28


l’éclairement
Figure II.12 : caractéristique I (v) d’un module pour différentes valeurs de 28
l’éclairement
Figure II.13 : caractéristique I (v) d’un module pour différentes valeurs de 29
température
Figure II.14 : caractéristique I (v) d’un module pour différentes valeurs de 30
température
Figure III.1 : Schéma détaillé du système d’énergie hybride SEH. 33

UHBC Page I
Liste des figures

Figure III.2: Synoptique global du contrôleur logique floue du système 33


hybride d'énergie.
Figure III.3 : Système globale de la carte. 35
Figure III.4 : Schéma synoptique du système PV. 35
Figure III.5 : La Carte Arduino Méga 2560. 37

Figure III.6 : Logiciel de programmation Arduino (IDE). 39


Figure III.7 : caractéristiques électrique du module photovoltaïque 40
Figure III.8 : Les convertisseurs DC/DC.
41
a). Représentation courante.
b).Autre représentation.
Figure III.9: Une chaine d’acquisition des données 42
Figure III.10: structure de l’acquisition numérique 42
Figure III.11 : structure de la chaine de restitution 42
Figure III.12: Capteur de courant ACS712 44

Figure III.13 : Schéma électrique de l’acquisition avec ACS712 sous proteus 45


Figure III.14 : capteur de température 46
Figure III.15 : le brochage de LM35 avec arduino et LCD. 47

Figure III.16: Schéma électrique de l’acquisition avec LM35 sous proteus 48


Figure III.17 : programmation du capteur de température 48

Figure III.18 : Capteur photorésistance 49

Figure III.19 : Brochage du capteur de lumière avec arduino et LCD 50

Figure III.20 : Schéma de l’acquisition avec capteur de lumière sous proteus 50

Figure III.21 : Programmation du capteur de lumière sous arduino 51

Figure III.22 : un potentiomètre 51

Figure III.23 : Afficheur LCD 52

Figure III.24 :Technique de capture avec résistance série de puissance 54


Figure III.25:Montage de résistance série avec la charge (lampe) en rialité 55

Figure III.26 : Montage acquisition sous proteus de puissance et courant électrique 56


(technique à résistance série)

Figure III.27 : programme de la technique des résistances série sue Arduino IDE 56

UHBC Page II
Liste des figures

Figure III.28 : Montage de la 2 éme technique du module ACS712 en réalité 57

Figure III.29 : le montage de la 2 éme technique du module ACS712 sur proteus 58

Figure III.30 : programme de la technique de module ACS712 sur Arduino 59

UHBC Page III


Liste des tableaux

Tableau II.1 : Potentiel solaire en Algérie 19

Tableau II.2 : Résume des événements importants de l’histoire du photovoltaïque 21

Tableau III.1 : Les caractéristiques électrique du module PV 40

Tableau III.2 : Brochage du capteur LM35 46

Tableau III.3 : Brochage d’un afficheur LCD 52

UHBC Page IV
Introduction Générale
Introduction Générale

Depuis le début du siècle, la consommation énergétique mondiale est en très forte


croissance dans toutes les régions du monde et selon le même rythme, la production
énergétique est en prolifération continue, ce qui impacte énormément l’environnement et
l’épuisement des réserves fossiles.
L’énergie est l’un des moteurs du développement des pays, notamment l’électricité qui
s’avère la forme d’énergie la plus aisée, elle caractérise la capacité à modifier un état, à
produire un travail entraînant du mouvement, de la lumière, ou de la chaleur.
Elle est obtenue par la combustion de carburants ou de combustibles (pétrole, essence,
gazole, fioul, gaz, charbon, bois, ect…), par l’utilisation de l’électricité ou de forces naturelles
comme le vent ou l’énergie solaire [1].

La civilisation industrielle s’est bâtie autour de l’exploitation du charbon à la fin du


18e siècle, puis du pétrole au milieu du 20e siècle. Depuis le premier choc pétrolier de 1973,
les pays industrialisés ont été contraints à songer, progressivement pour les énergies
renouvelables et nouvelles. pour ne dépendre peu des pays producteurs de pétrole , tels l’Irak ,
l’Arabie Saoudite et l’Algérie, et plus tard s’aligner avec le protocole de Kyoto , qui n’est
autre qu’un accord international, bâti sur la Convention-Cadre des Nations Unies sur les
Changements Climatiques, mettant en place des objectifs légalement contraignants et des
délais pour réduire les émissions de gaz à effet de serre des pays industrialisés.[2]

Le Sommet de la Terre, à Rio De Janeiro en 1992, a marqué la prise de conscience


internationale du risque de changement climatique. Les états les plus riches, pour lesquels une
baisse de croissance ne semblait plus supportable et qui étaient en outre responsables des
émissions les plus importantes, y avaient pris l'engagement de stabiliser en 2000 leurs
émissions au niveau de 1990. C'est le Protocole de Kyoto, en 1997, qui traduisit en
engagements quantitatifs juridiquement contraignants cette volonté. [2]

L’Algérie s’engage avec détermination sur la voie des énergies renouvelables afin
d’apporter des solutions globales et durables aux défis environnementaux et aux
problématiques de préservation des ressources énergétiques d’origine fossile.
Ce choix stratégique est motivé par l’immense potentiel en énergie solaire. Cette
énergie constitue l’axe majeur du programme qui consacre au solaire thermique et au solaire

UHBC Page 2
Introduction Générale

photovoltaïque une part essentielle. Le solaire devrait atteindre d’ici 2030 plus de 37% de la
production nationale d’électricité.[2]

L’Algérie occupe une position privilégiée dans l’exploitation d’énergie solaire avec
une durée d’ensoleillement qui varie de 2650 heures /an dans le nord a 3500 heures/an dans le
sud, l’une des plus élevées au monde. Elle reçoit le maximum d’énergie lors du solstice d’été
(21 ou 22 juin) et le minimum lors du solstice d’hivers (21 ou 22 décembre).[2]

Tant une partie d’un projet de gestion intelligente des systèmes hybrides d’énergie
électrique, notre travail se consacre à l’exploitation de l’énergie solaire au sein de notre
laboratoire, il consiste à prélever des données telles que la puissance et le courant fournies
avec deux techniques différentes à partir d’un panneau solaire. Ces données peuvent être
affichées et exploitées dans le projet global pour gérer des mosfets dans le but de contribuer à
alimenter la charge.

Trois chapitres composent notre travail :


Une brève introduction, puis un premier chapitre dans lequel sont présentées les généralités
sur l’énergie et l’énergie renouvelable particulièrement l’énergie solaire.
Le second chapitre se consacre à une étude détaillée de l’énergie solaire alors que le
troisième chapitre mets en exergue l’expérimentation ainsi que la réalisation pratique de la
carte d’acquisition. Enfin une conclusion générale.

UHBC Page 3
Chapitre I : Généralités sur
les énergies et les énergies
renouvelables
Chapitre I : Généralités sur les énergies et les énergies renouvelables

I.1 Introduction
De nos jours, il nous semble que semble que personne ne peut s’en douter de
l’importance de l’eau et de l’énergie pour ses besoins. Avec les avancées technologiques, le
besoin en énergie ne cesse d’augmenter.
Ce problème d’énergie est encore plus sensible dans les sites isolés ou l’utilisation des
ressources classique s’avère souvent très couteuse. Comme nous le savons, la plus grande
partie de l’énergie consommée actuellement provient de l’utilisation des combustibles fossiles
comme le pétrole, le charbon ou encore l’énergie nucléaire. Les études et les prévisions
récentes nous alertent que l’utilisation massive de ces ressources conduira certainement à
l’épuisement total de ces réserves. En plus, nous sommes tous convaincu par le danger de ce
processus sur l’environnement. A partir de ce constat, il été nécessaire de chercher d’autres
ressources d’énergies de remplacement, les énergies renouvelables, comme l’énergie
photovoltaïque. Ce type d’énergie n’est pas seulement gratuit et inépuisable, mais aussi très
propre pour l’environnement.

I.2 L’énergie

Est définie d’une manière générale comme étant la capacité d'un système à produire
un travail entraînant un mouvement, de la lumière ou de la chaleur. La notion d'énergie liée à
un système que nous appellerions communément réservoir d'énergie est abstraite [3].

D’une manière générale, un système possède de l'énergie s'il est capable de produire,
par exemple, l'une des transformations suivantes

• élévation de la température d'un corps,


• allumage d'une lampe électrique,
• mise en mouvement d'un objet

D’autres transformations sont possibles, mais pour vérifier qu'un système possède de
l'énergie, il suffit d'imaginer les dispositifs susceptibles de produire une des transformations
citées. L'énergie se présente ainsi sous des formes très diverses. Mais de plus, comme on va
voir les diverses formes d'énergie peuvent au moins se transformer partiellement d’autres
formes d’énergie C'est cette possibilité qui a permis d'identifier, sous des phénomènes
d'apparence différente, les présences d'une grandeur unique, l'énergie [3].

L’énergie se décompose en deux familles

UHBC Page 5
Chapitre I : Généralités sur les énergies et les énergies renouvelables

I.2.1 L’énergie non renouvelable

Est une source d'énergie qui ne se renouvelle pas assez rapidement pour être
considérée comme inépuisable à l'échelle de l'homme. On peut classer les énergies non
renouvelables en deux grandes familles :
Energie fossile : notamment le charbon, le gaz naturel et le pétrole et Energie nucléaire : les
gisements d'uranium. [4]
La figure (I.1) suivante présente l’ensemble des énergies non renouvelables

Figure I.1 : Les énergies non renouvelables

I.2.2 L’énergie renouvelable

D'une façon générale, les énergies renouvelables sont des modes de production
d'énergie utilisant des forces ou des ressources dont les stocks sont illimités. L'eau des rivières
faisant tourner les turbines d'un barrage hydroélectrique - le vent brassant les pales d'une
éolienne - la lumière solaire excitant les photopiles ; mais aussi l'eau chaude des profondeurs
de la terre alimentant des réseaux de chauffage. Sans oublier ces végétaux, comme la canne à
sucre ou le colza, grâce auxquels on peut produire des carburants automobiles
automobi ou des
combustibles pour des chaudières très performants. Tout cela constitue les énergies nouvelles
et renouvelables, " ENR " pour les adeptes du jargon énergétique, et plus justement ER pour
les seules énergies renouvelables. En plus de leur caractère
caractère illimité, ces sources d'énergie sont

UHBC Page 6
Chapitre I : Généralités sur les énergies et les énergies renouvelables

peu ou pas polluantes. Le solaire, l'éolien, l'eau et la géothermie ne rejettent aucune pollution,
lorsqu'elles produisent de l'énergie. La combustion de la biomasse génère certains gaz
polluants, mais en moindre quantité
quantité que des carburants fossiles, tels que le charbon ou le
fioul [5].
La figure (I.2) au dessus nous montre les énergies renouvelables

Figure I.2 : Les énergies renouvelables

On répertoire 5 familles d’énergies renouvelables :

L’énergie éolienne- hydraulique –biomasse - géothermique et énergie solaire.

Dans ce qui suit on présente les différentes énergies renouvelables

I.2.2.a Energie éolienne

Un aérogénérateur, plus communément appelé éolienne, est un dispositif qui


transforme une partie de l'énergie cinétique du vent en énergie mécanique disponible sur un
arbre de transmission puis en énergie électrique par l'intermédiaire d'une génératrice
(Figure I.3) [1].

UHBC Page 7
Chapitre I : Généralités sur les énergies et les énergies renouvelables

Figure I.3 : Conversion de l'énergie cinétique du vent

L'énergie éolienne est une énergie "renouvelable" non dégradée, géographiquement


diffuse, et surtout en corrélation saisonnière (l’énergie électrique est largement plus demandée
en hiver et c’est souvent à cette période que la moyenne des vitesses des vents est la plus
élevée). De plus, c'est une énergie qui ne produit aucun rejet atmosphérique ni déchet
radioactif. Elle est toutefois aléatoire dans le temps et son captage reste assez complexe,
nécessitant des mâts et des pales de grandes dimensions (jusqu'à 60m de diamètre pour des
éoliennes de plusieurs mégawatts) dans des zones géographiquement dégagées pour éviter les
phénomènes de turbulences [1].La figure (I.4) présente le principe de la conversion éolienne .

Figure I.4 : Principaux organes du système de conversion éolien.

I.2.2.b Energie hydraulique


L’hydraulique est la vedette des énergies renouvelables au monde, se distingue par sa
souplesse d’utilisation, ses atouts écologiques et économiques. Comme les ancestrales roues
entraînées par le débit d’un cours d’eau, les turbines des centrales hydrauliques sont activées
par la force de l’eau passant d’un niveau supérieur à un niveau inférieur. Plus la hauteur de la
chute d’eau et le débit sont importants plus la puissance électrique développée sera élevée
UHBC Page 8
Chapitre I : Généralités sur les énergies et les énergies renouvelables

comme cela est visible dans la figure (I.5). Chaque ouvrage hydraulique est donc adapté à la
typologie des lieux pour atteindre un rendement optimal. Notons aussi dans le domaine de
l’énergie hydraulique, les ressources marémotrices de la houle et celles des courants marins
qui sont très importants, de nombreux travaux dans le monde ont montré la faisabilité de
l’exploitation des ressources de la houle [6].
La plus grande usine marémotrice au monde se trouve en France (la Rance) avec une
puissance de 240 MW [7]. Le développement attendu de l’énergie éolienne offshore pourrait
être avantageusement couplé à une production par les vagues où l’on pourrait mettre en
commun les coûteuses infrastructures de génie civil. [6]

Figure I.5 : Principaux organes du système de conversion hydraulique

I.2.2.c Energie géothermique

La géothermie consiste à capter la chaleur de la croûte terrestre pour produire du


chauffage ou de l’électricité. Le sous sol est naturellement chaud surtout à grande profondeur,
plus on s’enfonce dans les entrailles de la terre, plus les températures augmentent, 3à4°C tous
les 100m, cette eau chaude est utilisée pour le chauffage des maisons et autres immeubles [8].
L’exploitation des eaux souterraines et le développement des pompes à chaleurs
pourraient faire de la géothermie une des grandes énergies durables de demain. Le principe de
la pompe à chaleur est le suivant un capteur prélève de la chaleur du sol à l’extérieur par
exemple sous une pelouse, son origine se trouve d’ailleurs dans le rayonnement solaire, cette
chaleur est transmise dans la maison via un plancher chauffant, dans tous les cas le transfert
de la chaleur nécessite un fluide caloporteur. La géothermie s’est développée au 20ème siècle
dans de nombreux pays pour la production d’électricité, avec des eaux de très hautes

UHBC Page 9
Chapitre I : Généralités sur les énergies et les énergies renouvelables

températures transformées en vapeur à titre d’exemple la centrale bouillante en


GUADLOUPE Française [7].
].
Actuellement, une vingtaine de pays produisent de l’électricité
l’électricité à partir de la
géothermie. Dans le monde entier, la capacité de production des installations géothermiques
dans 18 pays était d’environ 5800 MW en1990, elle atteint aujourd’hui en 2018 les 8700
MW. La géothermie joue un rôle essentiel pour les pays
pays en développement : 22% de
l’électricité produite aux philippines, 12% au Salvador 15% en Islande. Le Japon est le
premier producteur mondial d’équipement géothermique [2].
[
La figure (I.6) suivante présente comme se passe la conversion géothermique.
géothermique

Figure I.6 : Principaux organes du système de conversion géothermique.

II.2.2.d La biomasse

Le terme biomasse désigne au sens large l’ensemble de la matière vivante.


Notamment l’ensemble des végétaux capables par le biais de diverses transformations, de
restituer l’énergie solaire qu’ils ont stockés, cette énergie solaire est convertie en différentes
différe
sources énergétiques tel que : Chaleur et électricité. Cette énergie est produite par le bois et
déchets agricoles (paille), déchets urbains ordures ménagères et déchet industriels du secteur
agroalimentaire. Ces déchets subissent des transformations thermochimiques (combustion,

UHBC Page 10
Chapitre I : Généralités sur les énergies et les énergies renouvelables

pyrolyse, gazéification) permettant principalement de créer de la chaleur et de l’électricité [7]


[
tel que :
• Les biocarburants (carburant bioéthanol) : l’amidon et le glucose extrait des
cultures sucrières (betterave, canne à sucre)
sucre) et céréalières (blé, mais) produisent de
l’éthanol par procédé de fermentation alcoolique.
alcoolique
• Carburants bio gazole : comprennent les végétaux riches en huile (colza, tournesol et
soja) l’huile extraite de leurs graines permet de produire du bio gazole qui peut
remplacer le gazole actuel pour moteur diesel [7].
[
La figure (I.7) illustre le principe d’une chaufferie par le biais du bois.

Figure I.7 : Principaux organes du système de conversion de la biomasse

II.2.2.e Energie solaire

Ce terme désigne l’énergie fournie par les rayons du soleil. Le soleil est la source
d’énergie la plus puissante et cette énergie est gratuite.
Le soleil est une source quasiment inépuisable d’énergie qui envoie à la surface de la
terre un rayonnement qui représente
représente chaque année environ 8400 fois la consommation
énergétique de l’humanité. Cela correspond à une puissance instantanée reçue de 1 kilowatt
crête par mètre carré (kWc/m2) répartie sur tout le spectre, de l’ultraviolet à l’infrarouge.

UHBC Page 11
Chapitre I : Généralités sur les énergies et les énergies renouvelables

Les déserts de notre planète reçoivent en 6 heures plus d’énergie du soleil que n’en
consomme l’humanité en une année [8].
L'énergie solaire est produite et utilisée selon deux procédés: La figure (I.8) présent les
types d’énergies solaire.

Figure I.8 : les types d’énergies solaires

a) L'énergie solaire thermique :


Elle consiste tout simplement à produire de la chaleur grâce à des panneaux thermique
sombres. On peut aussi produire de la vapeur à partir de la chaleur du soleil puis convertie en
électricité. La figure (I.9) présente un chauffe-eau solaire thermique. [8]

Figure I.9 :Chauffe-eau solaire thermique


b) L'énergie solaire photovoltaïque
Elle consiste à produire directement de l'électricité à partir de la lumière à l'aide de
panneaux solaire photovoltaïque. Cette forme d'énergie est déjà exploitée dans de nombreux

UHBC Page 12
Chapitre I : Généralités sur les énergies et les énergies renouvelables

pays, surtout dans les pays ou les régions ne disposant pas de ressources énergétiques
conventionnelles tels que les hydrocarbures ou le charbon [8]
La figure(I.10) présent une installation PV sur une maison.

Figure I.10: installation PV sur une maison

I.3 Conclusion

Dans ce chapitre nous avons présenté d’une manière générale, la notion de l’énergie
ainsi que les énergies conventionnelles et renouvelables.
Le concept énergétique dans sa globalité engendre la problématique énergétique et
environnementale en termes de réserves fossiles ainsi que la préservation de la terre pour
notre progéniture. Ceci renvoi à une réflexion sérieuse et alarmante sur la manière de
consommer et produire l’énergie dans toutes ses formes.

UHBC Page 13
Chapitre II : L’énergie
solaire et générateur
photovoltaïque
Chapitre II : L’énergie solaire et générateur photovoltaïque

II.1 Introduction

Le soleil, l’eau, le vent, le bois et les autres produits végétaux sont autant de
ressources naturelles capables de générer de l’énergie grâce aux technologies développées par
les hommes .Dans nos jours la solution photovoltaïque est la meilleure notamment en Algérie
et elle est en cour de développement dans tout le monde entier.

L’énergie solaire (le soleil) est l’un des solutions proposées selon sa présence, il dure
vraiment par rapport à l’axe de la vie de l’humanité.

Elle résulte de la transformation directe de la lumière du soleil en énergie électrique


aux moyens des cellules généralement à base de silicium cristallin qui reste la filière la plus
avancées sur le plan technologiques et industriel, en effet le silicium et l’un des éléments les
plus abondants sur terre sous forme de silice non toxique. En effet le mot " photovoltaïque "
vient du grec " photo " qui signifie lumière et de " voltaïque " qui tire son origine du nom d’un
physicien italien Alessandro Volta (1754 -1827) qui a beaucoup contribué à la découverte de
l’électricité, alors le photovoltaïque signifie littérairement la « lumière électricité ».

II.2 L’énergie Solaire : (photovoltaïque)

Dans ce chapitre on précise que l’énergie solaire le photovoltaïque c'est la conversion


directe de lumière solaire en électricité. Le photovoltaïque c'est la manière la plus élégante de
produire de l'électricité. Elle se produit sans bruit, sans parties mécaniques et sans que des
produits toxiques soient libérés. L'énergie solaire peut servir pour nombreuses finalités telles
que l'éclairage (autoroutes, arrêts d'autobus,...), pour les communications (stations de relais de
téléphone, bornes d'appel d'urgences sur autoroutes, téléphones mobiles,..), pour la fourniture
d'électricité pour des sites éloignés du réseau normal (forêts, montagnes, ..), notamment pour
les capteurs isolés (station météorologique, trafic routier, enregistrements sismiques,
recherche scientifique,..). Elle est aussi présente dans de petites stations de pompage ou
d'irrigation dans des stations de recharge des batteries de voitures (les batteries normales
[racks interchangeables], ou de voitures électriques..). L’énergie solaire est aussi exploitée
pour la protection contre la corrosion des pipe-lines et autres tuyaux enfouis sous terre ou
dans l'eau qui perdent à long terme, quand ils sont touchés par la rouille des ions i positifs et
négatifs on peut les protéger en appliquant une différence de potentiel, donc un courant
électrique [9].

UHBC Page 15
Chapitre II : L’énergie solaire et générateur photovoltaïque

Evidemment l'utilisation de cellules photovoltaïques


photovoltaïques est plus efficace dans les régions
très ensoleillée tel que les Etats-Unis,
Etats Unis, l’Afrique et les pays du sud en général, mais cela ne
veut pas dire qu'on ne peut pas les utiliser
util dans le reste du monde [6].

La figure (II.1) illustre la démarche d’une centrale


cent photovoltaïque

Figure II.1 : principe de fonctionnement d’une centrale photovoltaïque

II.3 Potentiel solaire mondial

Initialement, la technologie photovoltaïque a été utilisée


utili quasi-exclusivement
exclusivement pour la
production de l’électricité dans des sites isolés électrification
ectrification rurale, notamment compte tenu
de sa faible compétitivité avec les moyens conventionnels.

Toutefois,
fois, depuis la fin des années 90, le marché du photovoltaïque
photovolt s’est
considérablement
nsidérablement développé grâce à la demande croissante de l’Europe
rope et du Japon, pour les
trois solaire raccordés au réseau impulsée par le soutien financier public à la filière. Plus
récemment, on voit se développer de plus en plus l’utilisation du photovoltaïque dans des
centrales photovoltaïques raccordées au réseau
résea électrique [10].

UHBC Page 16
Chapitre II : L’énergie solaire et générateur photovoltaïque

Ainsi depuis 2013, la croissance du marché du photovoltaïque frôle les 40% par an
notamment grâce à la demande dans certains pays Européens qui ont mis en place des tarifs
de rachat très incitatifs aussi bien pour les toits solaires que pour les centrales Photovoltaïques
raccordées au réseau. Les tarifs les plus élevés sont observés en Italie, Grèce et Portugal qui
ont des engagements importants de développement des renouvelables dans le cadre de la
directive Européenne [10]. La figure(II.2) si dessous illustre Puissance solaire photovoltaïque
nouvellement installée dans le monde en 2016, selon le pays (en gigawatts).

Figure II.2 : Puissance solaire photovoltaïque installée dans le monde en 2016[19].

Ce graphique illustre la puissance solaire photovoltaïque installée dans le monde en


2016, selon le pays et en gigawatts. Il en ressort qu'en Chine, environ 34 gigawatts de
puissance solaire photovoltaïque ont été installées en 2016, plus que dans tout autre pays
dans le monde. De plus, aux États-Unis, près de 15 gigawatts de puissance solaire ont été
ajoutées à la capacité solaire photovoltaïque de 2015 [11].

UHBC Page 17
Chapitre II : L’énergie solaire et générateur photovoltaïque

II.4 Potentiel solaire en Algérie

La puissance moyenne reçue du soleil par la terre est d'environ 20 % du flux lumineux
compte tenu du Jour et de la nuit, de la latitude de l'endroit, des saisons et de la couverture
nuageuse. L'utilisation des énergies renouvelables en Algérie, n'a pas dépassé le seuil
d'expérience durant trois décennies [12].

Malgré la situation géographique, l'Algérie dispose d'un des gisements solaires les plus
élevés au monde.

La durée d'insolation sur la quasi-totalité du territoire national dépasse annuellement


les 2000 heures et peut atteindre les 3900 heures (hauts Plateaux et Sahara). L'énergie reçue
quotidiennement sur une surface horizontale de 1m2 est de l'ordre de 5 KWh sur la majeure
partie du territoire national, soit près de 1700 KWh /m² an Nord et 2263 KWh/m².an au Sud.

Au sud algérien, les premières expériences ont été effectués au début des années
quatre-vingt où la première station d'énergie soleil a été installée à Melouka par une société
du royaume de Belgique. La station est aujourd'hui à l'arrêt, le recours aux énergies
renouvelables au sud algérien est indispensable et prioritaire dans tout développement durable
de la région [12].

Les distances existantes entre les localités et la dispersion de la population dans le


sable peuvent rendre le raccordement au réseau électrique très coûteux, le développement
durable se résume en trois volets : économie, énergie et environnement d'une problématique
plus large que la seule écologie. Il cherche à apporter des réponses politiques à des questions
scientifiques et environnementales. Les enjeux sont l'équité et l'équilibre de développement
grâce à la réflexion de l'ensemble des acteurs économiques autour de choix technologique et
économique de développement et de gestion de nouvelles technologies, concerne les
gouvernements, les ONG, la communauté scientifique, la société civile et les opérateurs
économiques [12].

Le concept de développement durable est apparu avec les problèmes de changements


climatiques qui n’appartiennent plus au domaine de contrôle de pollution ou &de la
préservation des ressources c’est une question de gestion planétaire puisant ces racines dans
l’économie [12].

UHBC Page 18
Chapitre II : L’énergie solaire et générateur photovoltaïque

L'Algérie possède un gisement solaire parmi les gisements plus élevé dans le monde.
La durée moyenne annuelle d’ensoleillement dans le Sahara algérien est de 3500 heures. Ce
potentiel peut constituer un facteur important de développement durable dans cette région s'il
est exploité de manière économique. Le tableau dessous indique le taux d'ensoleillement pour
chaque région de l'Algérie. Le volet de l'énergie solaire le plus utilisé dans notre pays est le
solaire photovoltaïque mais les autres volets solaires thermiques et thermodynamiques restent
toujours au stade d'expériences [12].

Le tableau (II.1) suivant montre l’énergie et durée moyenne reçue en Algérie

Tableau II.1: Potentiel solaire en Algérie [11].

UHBC Page 19
Chapitre II : L’énergie solaire et générateur photovoltaïque

Figure II.3 : radiation solaire globale


lobale reçue sur plan incliné

Figure II.4: Durée moyenne d’ensoleillement .

UHBC Page 20
Chapitre II : L’énergie solaire et générateur photovoltaïque

Figure II.5: Energie moyenne reçu en Algérie .

II.5 Etude des panneaux solaires photovoltaïques

Un panneau solaire est un dispositif destiné à récupérer le rayonnement du

soleil pour les transformer en électricité (Courant continu DC) [13]

II.5.1 L’historique des panneaux photovoltaïques

Le Tableau (II.2) résume les événements importants de l’histoire du photovoltaïque [13]

1839 Le physicien français Edmond Becquerel découvre l’effet photovoltaïque

1883 Frits réalise des cellules solaires de grande surface à base de Se

1954 Des rendements de 6% sont obtenus : Si (Bell Lab, USA) and Cu2S/CdS (Air
Force,USA)

1955 Hoffman électroniques (USA) propose des cellules Si à 2 % de rendement


à$1500/W

1958 Kearns et Calvin ont démontré l’effet photovoltaïque d’une cellule à base de
MgPh

1970 Première cellule solaire à hétérostructures GaAs élaborée par Alferov,


Andrée et al.en URSS

1973 Première maison alimentée par des cellules photovoltaïques est construite à
l’université Delaware, USA ; à base de Cu2S

UHBC Page 21
Chapitre II : L’énergie solaire et générateur photovoltaïque

1980 La première cellule à base de Cu2S/CdS délivrant un rendement > 10%

1982 Première unité de production de 1 MW (Californie, USA) avec des cellules


Arco Si

1985 Les cellules à base de Si donnent un rendement > 20% sous le rayonnement
solaire

1994 Des rendements > 30 % avec des cellules à concentration multi jonctions à
base de GaInP/GaAs (NREL, USA)

1996 Les cellules solaires hybrides à colorants atteignent un rendement de 11%


(EPFL, Switzerland)

1998 Cellules couches minces Cu(InGa) Se2 atteignent un rendement de 19%


(NREL, US)

2002 Le photovoltaïque installé mondial cumulatif atteint 2000 MW

2007 Cellules solaires organiques en structure tandem avec un rendement de 6,5 %


(UCSB, USA)

2008 Un rendement homologué de 5,9% sur une surface active de 2 cm² obtenu par
Heliatek, BASF et l'Institut de photovoltaïque appliquée (IAPP) de
l'Université technique de Dresde (Allemagne)

2009 Cellule polymère simple jonction avec un rendement de 6,1 % à base de


PCDTBT et PC70BM (UCSB, USA)Cellule polymère simple jonction avec
un rendement de 7,4 % à base de PBDTTT-CF et PC70BM (Solarmer Energy
Inc., University of California, University of Chicago, USA).

Tableau II.2 : Evénements notables dans l’histoire du photovoltaïques [13]

Les panneaux solaires sont fabriqués à partir de cellules photovoltaïques ou PV


simplement, une appellation composée telle que « Photo » signifie lumière et « voltaïque » lié
à la production d'électricité [2].

UHBC Page 22
Chapitre II : L’énergie solaire et générateur photovoltaïque

II.5.2 Les cellules photovoltaïques


voltaïques

La cellule PV ou encore photopile est le plus petit élément d’une installation


photovoltaïque. Elle est composée de matériaux semi-conducteurs
semi conducteurs et transforme directement
l’énergie lumineuse en énergie électrique. Les cellules photovoltaïques sont constituées :

• D’une
’une fine couche semi-conductrice
semi conductrice (matériau possédant une bande interdite, qui joue
le rôle de barrière d’énergie que les électrons ne peuvent franchir sans une excitation
extérieure, et dont il est possible de faire varier les propriétés électroniques) tel que le
silicium, qui est un matériau présentant une conductivité électrique relativement
bonne.
• ’une couche antireflet permettant une pénétration maximale des rayons solaires.
D’une
• D’une
’une grille conductrice sur le dessus ou cathode et d’un métal
métal conducteur sur le
dessous ou anode.
Les
es plus récentes possèdent même une nouvelle combinaison de multicouches
réfléchissants justes en dessous du semi-conducteur,
semi conducteur, permettant à la lumière de rebondir plus
longtemps dans celui-ci pour améliorer le rendement
rendem [13]

La figure (II.6)) si dessous montre la structure basique d’une cellule solaire :

II. : Structure basique d’une cellule solaire


Figure II.6

Une cellule photovoltaïque est basée sur le phénomène physique appelé effet
photovoltaïque qui consiste à établir une force électromotrice lorsque la surface de cette
cellule est exposée à la lumière. La tension générée peut varier entre 0.3 V et 0.7 en fonction
du matériau utilisé et de sa disposition ainsi que de la température et du vieillissement de la
cellule [13]. Figure II.7 présente un schéma d’une cellule solaire.

UHBC Page 23
Chapitre II : L’énergie solaire et générateur photovoltaïque

Figure II.7 : présentation schématique d’une cellule solaire.

Dans une cellule PV, une large fraction de ces électrons et trous atteignent la jonction
jonc
P-N,, et un champ électrique est ainsi créé. En conséquence, un courant électrique peut être
établi en connectant
nnectant les matériaux de type-N
type et type-P à un circuit extérieur. La direction de
ce courant est l’opposé de celle de la cellule lorsqu’elle fonctionne en tant que diode,
autrement dit, quand la diode est illuminée, un courant positif I traverse la jonction de N vers
P [8].

La puissance électrique produite


produit par une cellule industrialisée est très faible,
faible
typiquement de 1 à 3W, avec une
u tension de moins d’un volt [8].

Pour élever la tension, les cellules sont commercialisées sous forme des modules
photovoltaïque (connecté en série).

II.5.2.a
2.a Schéma équivalent d’une cellule
La suivante (figure II.8)
II.8) représente le modèle électrique d’une cellule solaire qui
consiste en une source de courant idéale, branchée avec une ou deux diodes en parallèle et une
résistance série Rs. la première diode D1 décrit les propriétés dee semi conducteur de la cellule
et la seconde D2 modélise le phénomène de recombinaison
recombinaison des porteurs de charge [8].
[

Figure II.8 : schéma électrique équivalent d’une cellule PV

L’intensité I en fonction de la tension V aux bornes d’une cellule est :

UHBC Page 24
Chapitre II : L’énergie solaire et générateur photovoltaïque

I=I − I exp c V + R I − 1 − (2.1)

Avec :C
× ×!"

A : le facteur d’idéalité de la jonction (1 <A<3).

Iph : photo courant créé par la cellule (proportionnel au rayonnement incident).

I0 : courant de diode, représente le courant de fuite interne à une cellule causée par la jonction
p - n de la cellule.

Rsh : résistances shunt représente les fuites autour de la jonction p-n dues aux impuretés et sur
les coins de cellule.

RS : résistance série symbolise la résistance de masse du matériau semi conducteur, ainsi les
résistances ohmique et de contact au niveau des connections des cellules.

q : la charge de l’électron (1,6.10-19 C)

K : constant de Boltzmann (1,38.10-23 J/K).

Tc : température de jonction (K).

Il existe différents types de cellules solaires ou cellules photovoltaïques. Chaque type


de cellule est caractérisé par a un rendement et un coût qui lui sont propres. Cependant, quel
que soit le type, le rendement reste assez faible : entre 8 et 23 % de l’énergie que les cellules
reçoivent. Actuellement, il existe trois principaux types de cellules :

a Les cellules monocristallines : Elles ont le meilleur rendement (de 12 à 18% voir
jusqu’24% en laboratoire) Cependant, elles coûtent trop chers dues à leur fabrication
complexe [13].
b Les cellules poly cristallines : Leur conception est plus facile et leur coût de fabrication
est moins important. Cependant leur rendement est plus faible (de 11% à 15% voir
jusqu’à19.8 en laboratoire) [13] .
c Les cellules amorphes : Elles ont un faible rendement (de 5% à 8% voir jusqu’13% en
laboratoire), mais ne nécessitent que de très faibles épaisseurs de silicium et ont un coût peu
élevé. Elles sont utilisées couramment dans de petits produits de consommation telle que des
calculatrices solaires ou encore des montres [13].

UHBC Page 25
Chapitre II : L’énergie solaire et générateur photovoltaïque

L’avantage de ce dernier type est le fonctionnent avec un éclairement faible (même par
temps couvert ou à l’intérieur d’un bâtiment) [13]..

II.5.3 Principe de fonctionnement :

Il existe différentes techniques permettant la conversion directe de la lumière solaire


en électricité, la plus connue est la conversion photovoltaïque effectuée à l'aide de matériaux
semi-conducteurs tel que le silicium (Si), le germanium (Ge), le sélénium (Se) ou les
composés semi-conducteurs tel que l'arséniure de gallium (GaAs), le tellurure de cadmium
(CdTe). Les cellules solaires de type GaAs sont très coûteuses dans leur fabrication, leur
utilisation est aujourd'hui essentiellement limitée aux applications spatiales. La majorité des
cellules photovoltaïques sont fabriquées à partir du silicium cristallin, car il possède la
caractéristique d'être non toxique contrairement au cadmium ou au sélénium, en plus, il
permet d'atteindre des efficacités de conversion remarquables, il constitue environ 28% de
l'écorce terrestre sous forme de composés (silicates, silice), ce qui en fait une source quasi
inépuisable [13].

La cellule solaire à semi-conducteur est un dispositif permettant de débiter un courant


électrique dans une charge externe lorsque celui-ci est exposé à la lumière.

Son principe de fonctionnement se résume comme suit:

Lorsque la cellule est exposée au rayonnement solaire, les photons d'énergie (Eph=hv)
pénétrant dans la cellule solaire transmettent leur énergie aux atomes de la jonction. Si cette
énergie est suffisamment élevée, elle peut faire passer les électrons de la bande de valence à la
bande de conduction du matériau semi-conducteur et créer ainsi des paires «électron- trou».

Les électrons (charges N) et les trous (charges P), sont alors maintenus séparés par un champ
électrique qui constitue une barrière de potentiel [13].

Si une charge est placée aux bornes de la cellule, les électrons de la zone N rejoignent les
trous de la zone P via la connexion extérieure, donnant naissance à une différence de potentiel
et un courant électrique circule figure (II.9), figure (II.10).

UHBC Page 26
Chapitre II : L’énergie solaire et générateur photovoltaïque

Figure II.9 : Le principe de fonctionnement d’une cellule solaire.

Figure II.10
II. : Conversion photovoltaïque.

II.5.4 L’effet photovoltaïque :

Il constitue la conversion directe de l'énergie du rayonnement solaire en énergie


électrique au moyen de cellules généralement à base de silicium. Pour obtenir une Puissance
suffisante, les cellules sont reliées entre elles et constituent
constituent le module solaire.

L’ensemble de panneaux photovoltaïques interconnectés forme le générateur. Celui-ci


Celui
est caractérisé par sa puissance crête exprimée en kilowatt crête (kWc) [13].
].

UHBC Page 27
Chapitre II : L’énergie solaire et générateur photovoltaïque

II.5.5 Influence des paramètres des panneaux photovoltaïques

a. Influence de l’éclairement :

Les figures(II.11) et (II.12) montrent les résultats de simulation des caractéristiques


Courant-Tension et Puissance-Tension du module photovoltaïque bp_sx150s pour différentes
valeurs de l’éclairement, à une température constante [14].

Figure II.11 : Caractéristique I (V) d'un module pour différentes valeurs de


L’éclairement [14].

Figure II.12: Caractéristique P(V) d'un module pour différentes valeurs de


L’éclairement [14]

UHBC Page 28
Chapitre II : L’énergie solaire et générateur photovoltaïque

b. Influence de la température
Les figures (II.13) et (II.14) montrent les caractéristiques Courant-Tension et
Puissance-Tension du module photovoltaïque bp_sx150s pour différentes valeurs de
température, à un éclairement constant.
On observe que la tension de circuit ouvert diminue considérablement lorsque la
température augmente. Par contre, le courant du court-circuit augmente légèrement. On peut
remarquer que l’augmentation de la température se traduit aussi par une diminution de la
puissance maximale [14].

Figure II.13 : Caractéristique I (V) d'un module pour différentes valeurs de


température [14].

UHBC Page 29
Chapitre II : L’énergie solaire et générateur photovoltaïque

Figure II.14 : Caractéristique P(V) d'un module pour différentes valeurs de


température [14].
II.6 Conclusion

Dans ce chapitre on s’est consacré à la présentation de l’énergie solaire au sens large,


du potentiel solaire mondial et notamment en Algérie. Une étude détaillée a fait l’objet de la
deuxième partie de ce chapitre qui concerne le principe de l’effet photovoltaïque et le modèle
mathématique à une diode. Les différents types de cellules photovoltaïques ont aussi été
présentés dans ce chapitre.

UHBC Page 30
Chapitre III : Etude et
réalisation de l’interface
d’acquisition
Chapitre III Etude et réalisation de l’interface d’acquisition

III.1 Introduction
Ce dernier chapitre sera consacré à l’étude et à la réalisation de l’interface
d’acquisition de données : de la puissance développée ainsi que le courant débité par le
panneau photovoltaïque en plus de la température ambiante et l'intensité du rayonnement
solaire.

Nous présentons en premier lieu un travail antérieur [2] à partir duquel l'idée de notre
présent travail apporte une valeur ajoutée. Ensuite, les différents composants du système, tel
que le module PV Siemens 190, le convertisseur DC-DC, le capteur de courant, le capteur
de température, la carte Arduino méga 2560, l’afficheur LCD sont présentés. Enfin, le
programme et la réalisation de la carte d'acquisition du système PV ainsi de ses composants
sont aussi présentés dans ce chapitre

III.2 Présentation des travaux antérieurs


Les travaux antérieurs cités ci-dessus [2] consistent en un contrôleur intelligent
permettant l'aiguillage du flux énergétique de systèmes hybrides d’énergie électrique, associé
à un stockage, le tout estassisté par le réseau électrique pour l’application à l'habitat. Ce
système de gestion est destiné pour des résidences urbaines pour le but de sensibilisation à
l'utilisation des systèmes hybrides d’énergie ainsi que pour l'économie de l'énergie électrique
durant plus de deux décennies suivant la durée de vie des composantes du système global.
Il est à noter que le contrôleur a été développé et implémenté dans un microcontrôleur
Arduino 2560 présentant des sorties PWM parmi 54 E/S ainsi conçu .Il a besoin d'information
sur la puissance disponible dans les générateurs renouvelables, du système de stockage ainsi
que la demande de la charge domestique comme mentionné par la figure III.1. Ensuite la
décision est directement traduite par la gestion des interrupteurs électronique qui aiguillent le
transfert de l'énergie tout en étant commandé en PWM suite à une multitude de règles établies
par l'expert comme indiqué par la figure III.2.
En plus de la charge, le système prévoit la récupération de l'énergie supplémentaire
produite par les générateurs d'énergie renouvelable (solaire-éolien), pour la production de
l'hydrogène utile pour le ménage, via un dispositif d’électrolyse, comme mentionné sur la
figureIII.2 où les interrupteurs électroniques permettent de véhiculer l'énergie depuis le
solaire-éolien jusqu’à l'électrolyseur.

UHBC Page 32
Chapitre III Etude et réalisation de l’interface d’acquisition

Figure III.1 : Schéma détaillé du système d’énergie hybride SEH.

Figure III.2: Synoptique global du contrôleur logique floue du système hybride


d'énergie.

UHBC Page 33
Chapitre III Etude et réalisation de l’interface d’acquisition

III.3 Présentation du travail en cours


Dans les travaux précédents on a simulé les entrées de puissance du système
contrôleur intelligent pour l'acquisition via Arduino à l'aide d'un diviseur de tension
n'excédant pas une tension de 5V, car le microcontrôleur Arduino ne tolère pas des tensions
élevées.
Dans notre travail on a tenté de remplacer le pont diviseur de tension par une vraie
interface utilisant deux techniques différentes :
1. Capture d'image du courant en utilisant une résistance de puissance de faible valeur
comme indiqué par la figure III.3, au bout de laquelle on récupère une tension
n'excédant pas 5V et qui nous donne l'image du courant débité par le panneau
photovoltaïque, pour une tension du bus DC du système ( courant continu) fixée à
24V via un convertisseur DC-DC réalisé par d'autres promotion de notre département
[15].

Il est à noter que le système de stockage est composé de deux batteries de 12V-100Ah
mise en série pour être connectées au bus continu pour atteindre une valeur de 24VDC.

2. Utilisation d'un capteur de courant basé sur le module ACS712 qui prend
directement l'image du courant produit par le générateur photovoltaïque, cette image
est directement convertie en tension continue variant entre 0 et 5V, tension prête à
être traitée par l'Arduino et enfin afficher la puissance et le courant instantanés
produits.
III.4 Présentation du synoptique global de la carte

La figure III.2 ci-dessus présente le système global tout en précisant la partie dans
laquelle notre travail intervient, et qui est présenté par la figure III.3

UHBC Page 34
Chapitre III Etude et réalisation de l’interface d’acquisition

Figure III.3 : Système globale de la carte

III.4.1 Présentation du système proposé


La figure (III.4) présente le schéma synoptique du système PV alimente une
charge qui aura réalisé. Ce système PV est composé d’un module photovoltaïque
STP190S-24/Ad + un circuit de puissance composé d’un convertisseur buck-boost
d’une charge résistive et un circuit de commande composé d’une carte Arduino Méga
2560, un capteur de tension, un capteur de courant, un capteur de température, une
photorésistance [14]

Figure III.4 : Schéma synoptique du système PV

UHBC Page 35
Chapitre III Etude et réalisation de l’interface d’acquisition

Dans ce qui suit on présente les composantes de notre système,

III.4.2 Le micro contrôleur Carte Arduino


III.4.2.1 Historique de la Carte Arduino
Le projet Arduino est né en hiver 2005. Massimo Banzi enseigne dans une école de
design à Ivrea en Italie, et souvent ses étudiants se plaignent de ne pas avoir accès à des
solutions bas prix pour accomplir leurs projets de robotique. Banzi en discute avec David
Curatelles, un ingénieur Espagnol spécialisé sur les microcontrôleurs. Ils décident de créer
leur propre carte en embarquant dans leur histoire un des étudient de Banzi, David Mellis qui
sera chargé de créer le langage de programmation allant avec la carte. En deux jours David
écrira le code, trois jours de plus et la carte était créé. Tout le monde arrive à en faire quelque
chose très rapidement sans même avoir de connaissances particulière ni en électronique ni en
informatique : réponse à des capteurs, faire clignoter des leds, contrôler des moteurs … etc. ils
publient les schémas, investissent 3000 euros pour créer les premiers lots de cartes [14].
Les cartes Arduino sont conçues pour réaliser des prototypes et des maquettes des
cartes électroniques pour l’informatique embarquée. Ces cartes permettent un accès simple et
peu couteux à l’informatique embarquée. De plus, elles sont entièrement libres de droit, autant
sur l’aspect du code source (Open Source)que sur l’aspect matériel (Open Hardware). Ainsi,
il est possible de refaire sa propre carte Arduino dans le but de l’améliorer ou d’enlever des
fonctionnalités inutiles au projet. Le langage Arduino se distingue des langages utilisés dans
l’industrie de l’informatique embarquée par sa simplicité. En effet, beaucoup de librairies et
de fonctionnalités de base occulte certains aspects de la programmation de logiciel embarquée
afin de gagner en simplicité.[14]

L’Arduino est une carte électronique en matériel libre pour la création artistique
interactive, elle peut servir : pour des dispositifs interactifs autonomes simple, comme
interface entre capteurs/actionneurs et ordinateur et comme programmateur de certains
microcontrôleurs. [14]

Une carte Arduino, comme toutes les cartes à microcontrôleur, permet de piloter un
système de manière interactive à partir du programme que l’on aura défini et mis dans sa
mémoire. Par exemple gérer automatiquement l’ouverture d’une porte de garage, envoyer un
SMS quand le jardin est trop sec et gérer le système d’arrosage à distance, piloter un robot. Il
faut pour cela associer à la carte Arduino des capteurs comme capteur de lumière, de
température et de position. Et des actionneurs comme moteurs et pompe, ainsi des organes de
sortie comme lampe et chauffage. On peut associer aussi des circuits de puissance, une

UHBC Page 36
Chapitre III Etude et réalisation de l’interface d’acquisition

alimentation (piles, panneaux solaire), des interfaces de dialogue (boutons, leds, écran), des
interfaces de communication (réseau filaire, réseau sans fil) [14].

III.4.2.2 Présentation de la Carte Arduino Méga 2560

Le choix de la carte Arduino 2560 est relatif à l’utilisation de plusieurs entrées et


sorties du à la complexité du système original auquel on ajoute une valeur ajoutée. L’Arduino
2560 est un produit parmi tant d’autres du fabriquant (UNO, Nano, TDK, ..), il offre les
fonctionnalités observées dans les autres versions en plus du nombre d’entrées et de sorties
plus importantes ainsi que plusieurs liaisons séries [16].
Il dispose de 54 broches numériques d’entrée / sortie (dont 15 peuvent être utilisés
comme sorties PWM), 16 entrées analogiques, 4UART (ports série matériels), un 16 MHz
oscillateur en cristal, une connexion USB, une prise d’alimentation, d’une embase ICSP, et un
bouton de réinitialisation [16].
Il contient tout le nécessaire pour soutenir le microcontrôleur, il suffit de le brancher à
un ordinateur avec un câble USB ou de la puissance avec un adaptateur ou la batterie AC-DC
pour commencer. Le Méga est compatible avec la plupart des blindages conçus pour
l’ArduinoDuemilanove ou Diecimila [16].

La figure III.5 suivante présente le modèle Méga 2560 utilisé dans notre réalisation.

Figure III.5 : La CarteArduino Méga 2560

III.4.2.3 Caractéristiques de la Carte Arduino Méga 2560

La Mega2560 est basé sur le microcontrôleur ATmega2560 avec mémoire flash de


256 kB pour stocker le code dont :

• 8 ko est utilisée pour le chargeur de démarrage,


• 8 ko de SRAM,

UHBC Page 37
Chapitre III Etude et réalisation de l’interface d’acquisition

• 4 ko de mémoire EEPROM (qui peut être lu et écrit avec la bibliothèque de


EEPROM). [16]

III.4.2.4 Entrés et Sorties du Méga


Dispose de 54 broches numériques Chacune peut être utilisée comme une entrée ou
une sortie, on utilisant des fonctions comme pin Mode, digital write et digitalread pour
initialiser les ports.

Chaque broche fonctionne sur 5 volts et peut fournir ou recevoir un maximum de 40


mA et a une résistance de rappel interne (déconnecté par défaut) de 20-50 kOhms. En outre,
certaines broches ont des fonctions spécialisées et dispose de 16 entrées analogiques, chacune
fournissent 10 bits de résolution (à savoir 1024) des valeurs différentes. Par défaut, ils
mesurent 5 Volts par rapport à la masse [16].

III.4.2.5 Alimentation

L’Arduino Méga peut être alimenté avec une alimentation externe ou bien via la
connexion USB et la source d’alimentation est automatiquement sélectionnée [16].

L’alimentation externe (Non-USB) peut provenir de la batterie ou d’un adaptateur


(AC-DC). L’adaptateur peut être connecté en branchant une prise 2.1 mm à partir d’une
batterie de 9V à l’aide d’un régulateur de tension etpeuvent être insérés dans les en-têtes de
broches GND et Vin de l’Arduino et peut aussi fonctionner sur une alimentation externe de
6 à 12 Volts avec régulateur à 5volts ( par exemple 7805). Par contre si on utilise plus de 12
Volts, le régulateur de tension peut surchauffer et endommager la carte, la plage
recommandée est de 7 à 12 Volts [16].
III.4.2.6 Programmation
L’Arduino Méga peut être programmé avec le logiciel Arduino IDE avec l’aide du
protocole original STK500.

L’environnement de programmation Arduino est appelé IDE en version anglaise qui


est une application gratuite et source libre (open-source), développé en Java et qui a été
inspirée du langage Processing. La simplicité d’utilisation de l'IDE permet d’écrire et de
modifier un programme et de le convertir en une série d’instructions compréhensibles pour la
carte [16] .

UHBC Page 38
Chapitre III Etude et réalisation de l’interface d’acquisition

La figure (III.6) si dessous montre le logiciel avec lequel on écrit les lignes de programmes
qui sont ensuite téléversés en mémoire de la carte Arduino via un câble USB qui le relie au
PC.

Figure III.6 : Logiciel de programmation Arduino (IDE)

III.4.3 Module photovoltaïque

Dans notre réalisation, nous utilisons un module PV du type STP190S-24/Ad+ qui est
disponible au niveau du centre de recherche, labo d’électrotechnique de l’université Hassiba
Ben Bouali de Chlef. Ce module PV est en silicium monocristallin et constitué de 72 cellules.
Il peut délivrer dans les conditions standards de test (CST) une puissance de 190 W, un
courant de 5.20A sous une tension optimale de 36.6V. Les caractéristiques électriques de ce
module PV sont données dans le tableau suivant

Puissance maximale 190 W


Tension à puissance maximale. 36.6 V
Courant à puissance maximale 5.20 A
Courant de court-circuit 5.62 A
Tension à circuit ouvert 45.2v
Cellule de fonctionnement 45°C±2°C

UHBC Page 39
Chapitre III Etude et réalisation de l’interface d’acquisition

Poids 15.5kg
Dimension 1580mm*808mm*35mm
Tension maximale du système 1000 V

Fusible maximum de la série 15A

Technologie cellulaire Mono-si

Classe d’application A
Tableau III.1 :Les caractéristiques électriques de ce module PV

La photo ci-après présente la plaque signalétique du module PV utilisé dans cette réalisation,

Figure III.7 : caractéristiques électrique du module photovoltaïque

III.4.4 Convertisseur DC/DC


Un convertisseur DC/DC a pour vocation d'assurer la fluence d’énergie entre une
source de tension continue et une source de courant continu. La représentation symbolique la
plus couramment utilisée est donnée par la figure (III.9) [2]

UHBC Page 40
Chapitre III Etude et réalisation de l’interface d’acquisition

FigureIII.8 : Les convertisseurs DC/DC


a). Représentation courante, b).Autre représentation.

Les hacheurs sont des convertisseurs statiques continu-continu permettant de


fabriquer une source de tension continue variable à partir d’une source de tension continue
fixe. Ces convertisseurs sont destinés à adapter à chaque instant l’impédance apparente de la
charge à l’impédance du générateur PV correspondant au point de puissance maximal.
On a trois types de ce convertisseur

• convertisseur DC/DC Abaisseur (buck)


• convertisseur DC/DC élévateur ( boost).
• convertisseur buck-boost

Notre travail exploite la sortie du convertisseur buck-boost, est basé sur le dernier
convertisseur qu’il doit être intercalé entre le panneau photovoltaïque et l’ensemble Arduino-
interrupteurs électroniques.

Le choix de ce type de convertisseur est basé sur la fluctuation de l’ensoleillement en


fonction du temps où la tension varie en dessus et en dessous de la tension de référence du
bus continu qui est fixée à 24V [2].

III.5 Technique d’acquisition des données


III.5.1 Chaine d’acquisition des données
• Définition et présentation
La chaîne d'acquisition de données est l'ensemble des éléments nécessaires à la
"capture" des données (analogiques ou numériques) à leur transmission jusqu'au récepteur et à
l'utilisateur des données capturées. Cet utilisateur peut vouloir utiliser ces données
immédiatement ou les stocker pour les utiliser ultérieurement. Les chaînes d’acquisition de
données ont pour objectif l’acheminement d’informations entre différents éléments du
système. La communication qui nous intéresse est de nature monodirectionnelle et se fait d’un
ensemble de producteurs de données (les capteurs) vers un ensemble de consommateurs (les

UHBC Page 41
Chapitre III Etude et réalisation de l’interface d’acquisition

applications de contrôle). Ainsi, même s’il peut exister une communication bidirectionnelle au
niveau du contrôle (en particulier pour la configuration ou pour initier des demandes de
communication), la communication des données suit un flux monodirectionnel des
producteurs vers les consommateurs [17].

La figure (III.9) si dessous présente une chaine d’acquisition des données

Figure III.9 : une chaine d’acquisition des données.

III.5.2 Structure d’une chaine d’acquisition


• Principe

Une chaîne d’acquisition numérique peut se représenter selon la figure(III.10) suivante :

Figure III.10: Structure de l’acquisition numérique

Elle est souvent associée à une chaîne de restitution figure (III.11) :

Figure III.11: Structure de la chaîne de restitution.

UHBC Page 42
Chapitre III Etude et réalisation de l’interface d’acquisition

On peut définir très simplement le rôle de chacun des éléments.

• Capteur : Il est l’interface entre le monde physique et le monde électrique. Il va


délivrer un signal électrique image du phénomène physique que l’on souhaite
numériser. Il est toujours associé à un circuit de mise en forme. [17]
• Amplificateur de signal : Cette étape permet d’adapter le niveau du signal issu du
capteur à la chaîne globale d’acquisition. [17]
• Filtre d’entrée : Ce filtre est communément appelé filtre anti-repliement. Son rôle
est de limiter le contenu spectral du signal aux fréquences qui nous intéressent.
Ainsi il élimine les parasites. C’est un filtre passe bas que l’on caractérise par sa
fréquence de coupure et son ordre.[17]
• L’échantillonneur : Son rôle est de prélever à chaque période d’échantillonnage
(Te) la valeur du signal. On l’associe de manière quasi-systématique à un bloqueur.
Le bloqueur va figer l’échantillon pendant le temps nécessaire à la conversion.
Ainsi durant la phase de numérisation, la valeur de la tension de l’échantillon reste
constante assurant une conversion aussi juste que possible. On parle
d’échantillonneur bloqueur.[17]
• Le convertisseur analogique numérique (CAN) : Il transforme la tension de
l’échantillon (analogique) en un code binaire (numérique).
• La zone de stockage : Elle peut être un support de traitement (DSP, ordinateur), un
élément de sauvegarde (RAM,Disque dur) ou encore une transmission vers un
récepteur situé plus loin. [17]
• Le convertisseur numérique analogique (CNA) : Il effectue l’opération inverse
du CAN, il assure le passage du numérique vers l’analogique en restituant une
tension proportionnelle au code numérique. [17]
• Le filtre de sortie : Son rôle est de « lisser » le signal de sortie pour ne restituer
que le signal utile. Il a les mêmes caractéristiques que le filtre d’entrée. [17]
• Amplificateur de puissance : Il adapte la sortie du filtre à la charge.
III.6 Les composants utilisés

III.6.1Capteur de courant {ACS712}


Le module ACS712 Allegro offre un moyen économique et précis de détection de
courants AC et DC. Ce capteur de courant Allergo ACS712 est basée sur le principe de l'effet
Hall, qui a été découvert par le Dr Edwin Hall en 1879 selon ce principe, quand un conducteur

UHBC Page 43
Chapitre III Etude et réalisation de l’interface d’acquisition

de courant est placé dans un champ magnétique, une tension est générée sur ses bords
perpendiculaires à la direction à la fois du courant et du champ magnétique [14].

La figure (III.12) représente le modèle d’un capteur de courant ACS712 dans notre
travailen module compact d’une isolation galvanique au delà de 2.1kV et pouvant capter un
courant allant à hauteur de 30A.

Figure III.12: Capteur de Courant ACS712.


La sortie du dispositif a une pente positive lorsqu'un courant augmentant circule à
travers le chemin de conduction de cuivre. Le ACS712-30B peut mesurer le courant jusqu'à
±30A et fournit la sensibilité de sortie de 66 mV/A (à +5V), qui signifie que pour chaque
augmentation de 1A dans le courant à travers les bornes de conduction dans le sens positif, la
tension de sortie augmente aussi par 66 mV. Au zéro de courant, la tension de sortie est
lamoitié de la tension d'alimentation (Vcc /2).Il est à noter que la sortie fournie par l'ACS712
est radiométrique, ce qui signifie que le courant de sortie de zéro et la sensibilité de l'appareil
sont à la fois proportionnel à la tension d'alimentation VCC. Cette fonctionnalité est
particulièrement utile pour l'utilisation de la ACS712 avec un convertisseur analogique-
numérique [14].
La figure (III.13) représente le schéma du capteur du courant sous Proteus. On a
effectué une simulation sous Proteus pour mesurer un courant continu. Cette simulation
montre la sensibilité de ce capteur pour mesurer le courant.

UHBC Page 44
Chapitre III Etude et réalisation de l’interface d’acquisition

Figure III.13 : Schéma électrique de l’acquisition avec le capteur du courant ACS712 sous
Proteus
III.6.2 Capteur de température LM35.

Le LM35 est un transducteur thermoélectrique construit d’un circuit intégré qui peut
être utilisé pour mesurer la température, délivrant une tension électrique analogique
proportionnelle à la température (en ° C), Le facteur d'échelle est 0.1V/°C,il ne nécessite pas
de calibration externe ou de taille et maintient une précision de + / -0,4 °C à température
ambiante et + / - 0,8 ° C sur une plage de 0 °C à +100 °C [18]. Ce capteur a une sensibilité de
10 mV /°C .

Le LM35 génère une tension de sortie plus élevée que les thermocouples et ne peut
exiger que la tension de sortie soit amplifiée.

La figure (III.13) représente le capteur de température LM35 utilisé dans notre travail.

UHBC Page 45
Chapitre III Etude et réalisation de l’interface d’acquisition

Figure III.14 : Capteur de température lm35

Le tableau III.3 présente les broches de connexion du LM35.

Broches Désignation

VS Alimentation du capteur

OUT Sortie proportionnelle à la température

GND Masse du capteur

Tableau III.2 : Le brochage du capteur température LM35

La figure (III.15) représente le brochage de capteur du température avec la carte d’Arduino


et un afficheur LCD.

UHBC Page 46
Chapitre III Etude et réalisation de l’interface d’acquisition

Figure III.15 : le brochage d’un capteur de température LM35 avec un arduino et un


afficheur LCD

La figure (III.16) représente le schéma de capteur du température lm35 sous Proteus. On a


effectué une simulation sous Proteus pour mesurer la température.

UHBC Page 47
Chapitre III Etude et réalisation de l’interface d’acquisition

Figure III.16 : Schéma électrique de l’acquisition avec le capteur de courant LM35 sous
Proteus
La figure III.17présente
présente la programmation de la capture de température LM35sous
LM35 interface
de Communication série de l'ide d’Arduino .

Figure III.17 : La programmation du


d capteur de température LM 35

UHBC Page 48
Chapitre III Etude et réalisation de l’interface d’acquisition

III.6.3 Capteur de lumière {photorésistance}


Une photorésistance est un composant dont la résistivité dépend de la luminosité ambiante.
Tout simplement, c'est une résistance dont la valeur change en fonction de la lumière qu'elle
reçoit [18].
Il existe différents types de photorésistances, chacune ayant des valeurs de résistance
différentes en fonction de la luminosité ambiante. Le type le plus classique de
photorésistances est de 1M ohms (obscurité) / 12K ohms (pleine lumière).
Qu'importe le diamètre de la photorésistance, sa valeur dans l'ombre ou en pleine
lumière, quand une photorésistance est illuminée, sa résistance diminue. On peut donc utiliser
une photorésistance pour mesurer la luminosité ambiante. La figure (III.18) représente le
capteur de lumière utilisé dans notre travail.[18]

Figure III.18: Capteur de lumière (photorésistance)

Pour commencer notre montage, nous allons câbler la broche VCC de la carte
Arduino à une des pattes de la photorésistance au moyen d'un fil. On relie ensuite la seconde
patte de la photorésistance à une des deux pattes de la résistance de 10 ohms. Pour finir, on
câble la seconde patte de la résistance de 10 ohms sur la broche GND de la carte Arduino.
[18]

La figure(III.19) représente le brochage de capteur du photorésistance avec la carte


d’arduino et un afficheur LCD.

UHBC Page 49
Chapitre III Etude et réalisation de l’interface d’acquisition

Figure III.19 : Brochage du capteur de lumière avec la carte Arduino et un afficheur LCD

La figure (III.20) représente le schéma de capteur du lumière photorésistance sous Proteus.

Figure III.120 : Schéma électrique de l’acquisition avec le capteur de lumière


(photorésistance) sousproteus

UHBC Page 50
Chapitre III Etude et réalisation de l’interface d’acquisition

La figure III.21 présente la programmation du capteur de lumière sous interface de


Communication série de l'ide d’Arduino .

Figure III.21 : programmation du capteur de lumière sous arduino

III.6.4 Potentiomètre
Ce sont des résistances que l’on peut faire varier manuellement (les potentiomètres de
tableau) ou avec un tournevis (les potentiomètres ajustables). Ils peuvent être aussi appelés
rhéostat ou résistance variable. Le symbole est aussi parfois utilisé pour exprimer que dans un
circuit, la valeur de la résistance
tance est commandée[19].
commandée[1
Un potentiomètre est un élément résistif possédant trois bornes
• Deux correspondent aux extrémités du corps de la résistance
• La dernière correspond au curseur qui peut se déplacer sur le corps de la résistance.
La figure III.22présente un de potentiomètre

Figure III.22 : Un potentiomètre

UHBC Page 51
Chapitre III Etude et réalisation de l’interface d’acquisition

III.6.5 Afficheur LCD


Les afficheurs à cristaux liquides, autrement appelés afficheurs LCD (Liquid Crystal
Display), sont des modules compacts intelligents et nécessitent peu de composants externes
pour un bon fonctionnement. Ils consomment relativement peu (de 1 à 5 mA), sont
relativement bons marchés et s'utilisent avec beaucoup de facilité. Plusieurs afficheurs sont
disponibles sur le marché et diffèrent les uns des autres, non seulement par leurs dimensions,
(de 1 à 4 lignes de 6 à 80 caractères), mais aussi par leurs caractéristiques techniques et leur
tension de service [14]. La Figure (III.23) si dessous présente un afficheur LCD.

Figure III.23 : Afficheur LCD


GND VSS
5V VDD
POTENTIOMETRE OU GND VEE
PIN0 RS
GND R/W
PIN1 EN
/ D0
/ D1
/ D2
/ D3
PIN2 D4
PIN3 D5
PIN4 D6
PIN5 D7
5V 15
GND 16

Tableau III.3 : Brochage d’un afficheur LCD

UHBC Page 52
Chapitre III Etude et réalisation de l’interface d’acquisition

III.7 Technique de capture du courant débité

Comme a été précisé en haut, ce travail est une continuité d’une recherche récente
disposant plusieurs entrées de sources d’énergie, où on a considéré la source continue
produite par les panneaux solaires.

La carte réalisée présente deux entrées l’une réservée pour la capture de courant à
l’aide du module ACS712 par contre la seconde est prévue pour la deuxième technique
utilisant des résistances-série de puissance.

Les deux techniques peuvent prélever l’information de de la grandeur électrique en AC ou en


DC. Dans notre cas nous avons choisi la source continue correspondant à la source solaire
photovoltaïque.

III.7.1 Technique de la résistance-série de puissance

Dans les travaux antérieurs cités en haut, les auteurs ont simulé les sources de
puissance tels que les panneaux photovoltaïques, l'éolienne, les batteries par un diviseur de
tension qu'on prend entre le ground et le VCC de l'Arduino alors qu'une partie de la
résistance donnant l'image des sources en puissance sous forme de tension ( 0-5v) qui est
injectée directement à l’une des entrées analogiques de l’Arduino pour traitement et
contribution à la décision du système A0 , A1, A2, A3.

Sachant que le bus continu qui doit être fixé à 24V à cause de la mise en série des deux
batteries de 12V, que les panneaux solaires peuvent facilement délivrer cette tension en
journée moyennement ensoleillée, et que le convertisseur buck-boost normalement exploité,
soit fixé à 24V en sortie, le courant seul peut nous informer de la puissance développée par le
solaire. Pour cela, en aval du convertisseur DC-DC on intercale une résistance de grande
puissance d'une valeur très petite, bien choisie, aux bornes de laquelle on récupère une
tension est comprise entre 0 et 5V max. La valeur de cette tension mesurée n'est autre que
l'image du courant débité par le panneau photovoltaïque traversant la résistance de puissance,
donc l'image de la puissance développée par le PV puisque la tension du bus continu est de
24V.

Um=Rp.Id

Um : tension aux bornes de la résistance de puissance,

UHBC Page 53
Chapitre III Etude et réalisation de l’interface d’acquisition

Id : courant direct débité par le panneau photovoltaïque mesuré en aval du convertisseur DC-
DC.

Le panneau PV utilisé dans notre mesure est d'une puissance maximale de 190 W à
36.6V, le courant en court-circuit max débité est de Id 5,90A, donc pour avoir la tension
maximum mesurée Um de 5V à envoyer à l'Arduino, il faut choisir la résistanceRp comme
suit

Rp= Um/Id donc Rp = 5/5.90= 0.84Ohm.

Durant la programmation on tient compte de la plage de variation de la puissance pour


y assigner le maximum de voltage mesuré aux bornes de Rp.

La figure suivante III.24 présente la technique de capture avec une résistance de


puissance .

Figure III.24 : Technique de capture avec résistance série de puissance.

Dans la partie expérimentale on a tenté de tester la véracité de l’opération de capture


de courant par l’application de la seconde technique à résistance de puissance série au
laboratoire en simulant le panneau solaire et convertisseur DC-DC par une alimentation à
tension fixée à 12V et à courant variable jusqu’à 3Ampères avec une charge de faible tension
24v et de puissance de 100W.

Le schéma électrique en réalité de la figure III.25 représente le circuit d’acquisition du


courant et la puissance produite par la source continue du laboratoire : technique de capteur de
courant à résistance-série de puissance

UHBC Page 54
Chapitre III Etude et réalisation de l’interface d’acquisition

Figure III.25 : montage des résistances séries avec la charge ( lampe).

Le montage de la figure III.26 sur proteus montre la technique de capture du courant,


soit indirectement de la puissance instantanée développée par l’alimentation continue utilisée
qui est directement visualisée sur afficheur LCD. a) puissance source maximale (fort
ensoleillement).b) puissance source minimale (ombrage).

UHBC Page 55
Chapitre III Etude et réalisation de l’interface d’acquisition

Figure III.26:Montage acquisition sous proteus de puissance et courant électrique :


technique à résistance série a) ( puissance source maximale ‘fort ensoleillement).b) puissance
source minimale (ombrage).

La figure III.27 présente le code IDE sur Arduino.

Figure III.27 : Programme de la technique des résistances séries sur Arduino IDE

UHBC Page 56
Chapitre III Etude et réalisation de l’interface d’acquisition

On constate que la puissance instantanée Ps affichée est proportionnelle à


l’augmentation ou la diminution de la source continue (pour simuler le PV en fonction de
l'ensoleillement et l’ombrage) avec une tension maintenue de 12 V (par analogie au
convertisseur DC-DC)

III.7.2 Technique du module ACS712

Le module ACS712 est directement inséré entre un convertisseur DC-DC et de la


charge, ses trois bornes VCC, GND et DATA sont connectées à l’Arduino délivrant une
tension à hauteur maximale de 5V, donnant ainsi l'image du courant débité par le panneau
photovoltaïque, soit indirectement la puissance instantanée développée par l’alimentation
continue émulant le panneau solaire. La figure III.28 si dessous montre le montage du réalité
de la 2éme technique .

Figure III.28 : Montage de la 2éme technique du module ACS712 en réalité

Le montage de la figure III.29 sur Proteus montrent la technique d'acquisition à base


du module capteur de courant ACS712 ainsi que les résultats de la mesure et acquisition des
données de puissance instantanée produite et de courant débité par la source continue, pour
les cas de puissance maximale et de puissance maximale produite.

UHBC Page 57
Chapitre III Etude et réalisation de l’interface d’acquisition

Figure III.29 : Le montage de la 2éme technique du module ACS712 sur Proteus avec
minimum et maximum de puissances mesurées.

La figure III.30 présente le code IDE sur Arduino, prenant en compte l’offset et la
sensibilité du module ACS712-30A ayant été implémenté sur ISIS.

Pour le cas du courant DC le problème de courant négatif et prélèvement de tension


négative est à exclure, contrairement à la capture en courant alternatif où on doit insérer dans
le programme la notion de valeur efficace de tension.

UHBC Page 58
Chapitre III Etude et réalisation de l’interface d’acquisition

Figure III.30 : Programme de la technique de module ACS712 sur Arduino IDE

On remarque que la technique de capture du courant avec le module ACS712 s'avère


plus pratique et précise par rapport à la première technique suscitée, pour des mesures faites
simultanément.
Le module ACS712 peut être utilisé sans pour autant s’inquiéter du courant ou de la
puissance à l’entrée due à la haute tension d’isolation qui dépasse les 2,1kV, il faut juste
prendre en considération l’offset et la sensibilité de chaque module utilisé.

UHBC Page 59
Chapitre III Etude et réalisation de l’interface d’acquisition

III.6 Conclusion
Dans ce chapitre, nous avons contribué à une valeur ajoutée à un travail antérieur, en
substituant l’acquisition de la donnée de puissance instantanée produite par le panneau solaire
substitué par une source d’alimentation continue via un diviseur de tension classique, par
deux techniques. La première consiste à intercaler une résistance-série de faible valeur avec
une grande puissance en aval du convertisseur DC-DC, alors que la seconde technique
consiste à utiliser directement un module spécial ACS712-30A dédié à cet effet pour la
capture du courant bon marché pouvant supporter jusqu'à 30A. Les résultats de la mesure et
de l'acquisition sont satisfaisants pour des mesures en cas « d'ombrage » et
« d'ensoleillement » total.

UHBC Page 60
Conclusion Générale
Conclusion générale

Le travail présenté dans ce mémoire se consacre à la conception et à la réalisation


d’une interface d’acquisition de données émanant du panneau photovoltaïque utilisant des
techniques expérimentales effectuées au sein de notre département.

Ce travail est la continuité de travaux antérieurs où l’acquisition des données de


courant, de tension et de puissance ont été simulées par des alimentations stabilisées et
technique de diviseur de tension.

Dans un premier temps, nous avons présenté une généralité sur les énergies et les
énergies renouvelables (éolienne, hydraulique, géothermique, la biomasse et l’énergie solaire
ainsi que les énergies fossiles (pétrole, charbon, gaz, uranium) qui sont appelés à disparaitre
un jour, car elles sont un gisement limité, suite à la consommation excessive dans le domaine
industriel, de l’automobile ainsi que dans l’habitat.

Dans un deuxième temps, nous avons présenté le contexte énergétique, l’énergie


solaire ainsi que les potentiels énergétiques installés en termes de solaire photovoltaïque
mondial et local. Une étude détaillée sur le fonctionnement, le modèle et le type des cellules
photovoltaïque a fait aussi l’objet de cette partie.
La troisième partie de ce travail a été consacrée à la présentation des travaux antérieurs
auxquels on a tenté d’apporter une valeur ajoutée, en utilisant deux techniques de capture du
courant électrique telles que l’insertion de résistance de puissance de faible valeur, permettant
ainsi d’offrir une image du courant qui est aussi une image de la puissance produite par le
panneau photovoltaïque. La seconde technique consiste à utiliser un module de capteur
intégré basé sur l’effet hall dédié à cet effet et qui a permis de mieux assurer la capture du
courant débité à hauteur de 30A. La description du microcontrôleur Arduino 2560 pour le
traitement des données et leur visualisation a été mise en exergue dans cette partie ainsi que
les organes constitutifs de la carte d’acquisition tels que le capteur de température et le
capteur de radiation lumineuse ( la photorésistance). Ce dernier offre la possibilité de capture
du courant donc l’image de la puissance puisque le convertisseur DC-DC en amont fixe la
tension à 24VDC pour l’injecter dans le bus DC ( le convertisseur DC-DC a été remplacé par
une alimentation stabilisée à tension fixe et à courant variable).
Nous avons élaboré une simulation de la carte d’acquisition proposée dans proteus,
des tests ont été faits sur des panneaux photovoltaïques installés au sein de notre département
pour enfin faire l’acquisition réelle de la puissance et du courant produits.

UHBC Page 62
Conclusion générale

Les résultats obtenus sont équivalents à celles données par le constructeur et peuvent
être exploitées pour la continuité du projet en cours.

A travers ce travail nous avons acquis beaucoup de connaissances dans le domaine de


la programmation, la familiarisation avec les circuits électroniques et les composants et
surtout avec le microcontrôleur Arduino qui peut être utilisés dans beaucoup d’applications
embarquées ou locales grâce à sa flexibilité, ses ports I/O multiples analogiques et
numériques et ses fonctions telles que les sorties PWM.

D’autres parties du projet peuvent être accomplies par les promotions futures telles
que l’aiguillage du flux énergétique assuré par des interrupteurs électroniques en se référant
à notre contribution dans ce mémoire.

UHBC Page 63
Annexes

[1] M.LATRECHE « commande floue de la machine synchrone à aiment Permanant


(MSAP) utilisée dans un système éolien »thèse magister université FERRHAT Abass Sétif
2012.
[2] A.DERROUAZIN « Contribution à l’optimisation d’un système intelligent de routage des
sources d’énergies hybrides pour l’application à l’habitat »thèse de doctorat USTO MB
Décembre 2017.
[3] A.BOUGRINE ; N.NENNAR « étude et développement d’un système rural adapté les
régions des ksours d’Adrar » thèse d’ingéniera centre universitaire de Béchar 2007.
[4] Magazine web (j’apprends l’énergie © GDF SUEZ 2013).
[5] B.ZERGUINE « modélisation d’un système de production électrique par la cellule
photovoltaïque. » thèse magister université BADJI MOKTAR Annaba 2010.
[6] A. LILI « Maîtrise des Energies » THESE DOCTORAT université HADJ LAKHDER
Batna 2012.
[7] O. GERGAUD « Mémoire de Doctorat ; Modélisation énergétique et optimisation
économique d’unsystème de production éolien et photovoltaïque couplé au réseau » Thèsede
Doctorat de l’Ecole Normale Supérieure de Cachan, France, Décembre 2002..
[8] M.BENMOUNNA « Etude et réalisation d’un contrôleur flou multi I/O pour la gestion
énergétique d’un système résidentiel hybride » thèse de master université HASSIBA BEN
BOUALI Chlef Juin 2017.
[9] A. MIRECHKI « Etude comparative des chaînes de conversion d’énergie dédiées à une
éolienne de petite puissance » Thèse de Doctorat de l’Institut National Polytechnique de
Toulouse, France, Avril 2005
[10] T.MAMBRINI « Caractérisation de panneaux solaires photovoltaïques en conditions
réelles d’implantation en fonction des différentes technologies »thèse de doctorat université
paris sud (école doctorale :STITS) décembre 2014.
[11] Article secteur des énergies renouvelables (© Statista 2018).
[12] M.BEN GUEHZA « Impact de l’espace entre les deux vitrages sur le rendement d’un
capteur solaire »thèse de magistère université de KASDI MERBAH Ouargla février 2009.
[13]F.HANONOU et A.ROUABAH « Modélisation et simulation d’un système
photovoltaïque »Mémoire master université KASDI MERBAH Ouargla juin 2014.
[14] S.LATRECHE et K.BOUZID « Etude et Réalisation d'un système Photovoltaïque à base
d’une carte Arduino uno » Mémoire Master professionnel université KASDI MERBAH
OUARGLA juin 2016.
Annexes

[15] A.CHACHOU et S.TOUNSI « étude et réalisation d’un scooter électrique » thèse de


master UHBC juin 2012.
[16] A.DJERIOUAT et L.KLOUCHE DJEDID « Intitulé du mémoire Mise en œuvre de
cartes de commande basées sur le module de prototypage Arduino pour moteurs moteurs pas
à pas » Université Abou Bekr Belkaïd de Tlemcen Faculté de Technologie.
[17] M.BRAHIM et N.KHALFAOUI « chaine d’acquisition avec communication sans fils »
thèse de master université MOULAY Tahar Saida juin 2016.

[18] A.BENOUADEN « conception d’un thermomètre électronique à base d’un capteur de


chaleur, un PIC, et un afficheur LCD »Durée du stage :4 mois (Mars – juin 2011)
[19] M.SLAMA FATEH « Modélisation d’un système multi générateurs photovoltaïques
interconnectés au réseau électrique » thèse de magister UNIVERSITE FERHAT ABBAS -
SETIF-UFAS (ALGERIE).
Annexe Programme final

#include <LiquidCrystal.h>

const int rs = 0, en = 1, d4 = 2, d5 = 3, d6 = 4, d7 = 5;

LiquidCrystal lcd(rs, en, d4, d5, d6, d7);

int sensorPin0= A0;

int sensorPin1 = A1;

int sensorPin2=A2;

int sensorPin3= A3;

int reading;

float voltage;

float temperature;

int valeur = 0;

double AcsOffset=2.5; // La valeur de tension de sortie du capteur lorsque le courant =0

double Sensibl=0.066; // La valeur de la sensibilité du capteur

double courant=0;

double tension=0;

int puissance=0;

int courant2=0;

int puissance2=0;

void setup() {

//Serial.begin (9600);

lcd.begin(16, 2);

lcd.print(" BIENVENUE");

delay(3000);

lcd.setCursor(0,1);

lcd.print(" UHBC-ELT");

delay(3000);

lcd.clear();

lcd.print(" PROJET");

delay(3000);

lcd.setCursor(0,1);
Annexe Programme final

lcd.print("Interface PV-Ard");

delay(3000);

lcd.clear();

lcd.print(" Encadreur");

delay(3000);

lcd.setCursor(0,1);

lcd.print(" Dr:DERROUAZIN");

delay(3000);

lcd.clear();

lcd.print(" Trinomes");

lcd.setCursor(0,1);

lcd.print(" RAHAL Sarah");

delay(3000);

lcd.clear();

lcd.print(" Trinomes");

lcd.setCursor(0,1);

lcd.print("TAMAZOUZT Nihad");

delay(3000);

lcd.clear();

lcd.print(" Trinomes");

lcd.setCursor(0,1);

lcd.print(" Tibri Amina");

delay(3000);

lcd.clear();

lcd.print("Capteur Courant");

lcd.setCursor(0,1);

lcd.print("Modul ACS712-30A");

delay(3000);

lcd.clear();

}
Annexe Programme final

void loop() {

lcd.setCursor(0,1);

reading = analogRead(A0);

voltage = reading * 5.0/1024.0;

temperature = voltage * 100;

lcd.print("T=");

lcd.setCursor(2,1);

lcd.print(temperature);

lcd.setCursor(6,1);

lcd.print("C");

int valeur = analogRead(A1);

//valeur = map(sensor1 , 0,1023 , 0,75000);

valeur = valeur*10;

lcd.print("R=");

lcd.print(valeur*0.0075);

lcd.setCursor(12,1);

lcd.print("Klux");

lcd.setCursor(0,0);

// Définir la valeur lue par le capteur sur le pin A2

double ValeurLue=analogRead(A2);

// convertir cette valeur à une tension comprise entre 0 et 5V

tension=(ValeurLue*5.0/1023);

// Définir la formule de calcule du courant

courant=(tension-AcsOffset)/Sensibl;

puissance=(courant*12);

// Déplacer le courant sur l'écran LCD

// Imprimer la valeur du courant sur l'écran LCD

lcd.print("I=");

lcd.print(courant);

lcd.print("A ");
Annexe Programme final

lcd.print("P=");

lcd.print(puissance);

lcd.print("W");

delay(5000);

lcd.clear();

lcd.print("Capteur Courant");

lcd.setCursor(0,1);

lcd.print("Resistance serie ");

delay(3000);

lcd.clear();

lcd.print(" de puissance");

delay(3000);

lcd.clear();

double ValeurLue1=analogRead(A3);

tension =(ValeurLue*4.7/1023);

courant2 =(tension/2.25);

puissance2 =(12*courant2);

lcd.print("I2=");

lcd.print(courant);

lcd.print("A ");

lcd.setCursor(0,1);

lcd.print("P2=");

lcd.print(puissance);

lcd.print("W");

delay (1000);

}
Annexe ACS712
Annexe ACS712
Annexe ACS712
Annexe ACS712
Annexe LM35
Annexe LM35
Annexe LCD