Vous êtes sur la page 1sur 4

Troisième

La situation d'énonciation Français

I
La situation d'énonciation
DÉFINITION Situation d'énonciation
La situation d'énonciation est le contexte dans lequel un énoncé est prononcé. Pour la dé nir il faut
connaître :
L'énonciateur ou émetteur (qui parle ? ou qui écrit ?)
Le destinataire (à qui l'énoncé est-il adressé ?)
Les relations entre le destinataire et l'énonciateur
Le lieu de l'énoncé
Le moment de l'énoncé
Les circonstances de l'énoncé

Lettre de Madame de Sévigné à son cousin, M. de Coulanges


Paris, 15 décembre 1670

Kartable.fr 1/4 Chapitre 24 : La situation d'énonciation


Troisième
La situation d'énonciation Français

Je m'en vais vous mander la chose la plus étonnante, la plus


surprenante, la plus merveilleuse, la plus miraculeuse, la plus
triomphante, la plus étourdissante, la plus inouïe, la plus
singulière, la plus extraordinaire, la plus incroyable, la plus
imprévue, la plus grande, la plus petite, la plus rare, la plus
commune, la plus éclatante, la plus digne d'envie : en n une
chose dont on ne trouve qu'un exemple dans les siècles
passés, encore cet exemple n'est-il pas juste ; une chose que
l'on ne peut pas croire à Paris (comment la pourrait-on croire à
Lyon ?) ; une chose qui fait crier miséricorde à tout le monde ;
une chose qui comble de joie Mme de Rohan et Mme
d'Hauterive ; une chose en n qui se fera dimanche, où ceux qui
la verront croiront avoir la berlue ; une chose qui se fera
dimanche, et qui ne sera peut-être pas faite lundi. Je ne puis
me résoudre à la dire ; devinez-la : je vous la donne en trois.
Jetez-vous votre langue aux chiens ? Eh bien ! il faut donc vous
la dire : M. de Lauzun épouse dimanche au Louvre, devinez qui
? Je vous le donne en quatre, je vous le donne en dix ; je vous le
donne en cent. Mme de Coulanges dit : Voilà qui est bien
dif cile à deviner ; c'est Mme de la Vallière. − Point du tout,
Madame. − C'est donc Mlle de Retz ? − Point du tout, vous
êtes bien provinciale. − Vraiment nous sommes bien bêtes,
dites-vous, c'est Mlle Colbert ? − Encore moins. − C'est
assurément Mlle de Créquy ? − Vous n'y êtes pas. Il faut donc à
la n vous le dire : il épouse dimanche, au Louvre, avec la
permission du Roi, Mademoiselle, Mademoiselle de...
Mademoiselle... devinez le nom : il épouse Mademoiselle, ma
foi ! par ma foi ! ma foi jurée ! Mademoiselle, la Grande
Mademoiselle ; Mademoiselle, lle de feu Monsieur ;
Mademoiselle, petite- lle de Henri IV ; mademoiselle d'Eu,
mademoiselle de Dombes, mademoiselle de Montpensier,
mademoiselle d'Orléans ; Mademoiselle, cousine germaine du
Roi ; Mademoiselle, destinée au trône ; Mademoiselle, le seul
parti de France qui fût digne de Monsieur. Voilà un beau sujet
de discourir. Si vous criez, si vous êtes hors de vous-même, si
vous dites que nous avons menti, que cela est faux, qu'on se
moque de vous, que voilà une belle raillerie, que cela est bien
fade à imaginer ; si en n vous nous dites des injures : nous
trouverons que vous avez raison ; nous en avons fait autant
que vous.
Adieu ; les lettres qui seront portées par cet ordinaire vous
feront savoir si nous disons vrai ou non.

Madame de Sévigné
Lettres choisies -

Kartable.fr 2/4 Chapitre 24 : La situation d'énonciation


Troisième
La situation d'énonciation Français

Dans l'extrait précédent :


INTERPRÉTATION L'énonciateur
est Madame de Sévigné.
Le destinataire est M. de Coulanges.
Ils sont cousins.
L'énoncé est produit à Paris.
L'énoncé est produit le 15 décembre 1670.
Lors de l'annonce du mariage de la Grande
Mademoiselle avec M. de Lauzun.

L'emploi du présent indique que l'énoncé est lié à la situation d'énonciation.


REMARQUE L'emploi du passé composé, de l'imparfait, du plus-que-parfait ou du futur indique
que l'énoncé est coupé de sa situation d'énonciation.

EXEMPLE
Je vais à la plage.
L'énoncé se produit en même temps qu'il se prononce.

EXEMPLE
J'irai à la plage.
L'énoncé se produira le lendemain du jour où il a été prononcé.

II
Les indices de la situation d'énonciation
A Les indices personnels
Les indices personnels sont les mots désignant l'énonciateur et le destinataire. Il s'agit des
pronoms personnels et des déterminants possessifs.

EXEMPLE
Je suis allé à la plage.
"Je" est un indice de personne : l'énonciateur est le locuteur.

B Les indices temporels


Les indices de temps sont l'ensemble des mots donnant des indications sur la date ou le moment
auquel est produit l'énoncé. Il s'agit d'adverbes de temps ou d'indications de date, d'heure, etc.

EXEMPLE
Hier, je suis allé à la plage.
"Hier" est un indice de temps : il indique que l'énonciateur parle le lendemain du jour où "il est
allé à la plage".

C Les indices spatiaux


Les indices spatiaux ou d'espace sont l'ensemble des mots donnant des indications sur le lieu dans
lequel est produit l'énoncé. Ce sont des marqueurs d'espace.

Kartable.fr 3/4 Chapitre 24 : La situation d'énonciation


Troisième
La situation d'énonciation Français

EXEMPLE
J'irai là-bas demain.
Dans l'exemple précédent, "là-bas" est un indicateur de lieu.

III
Les niveaux de langage
A Langage courant
DÉFINITION Langage courant
Le langage courant est celui que l'on utilise le plus facilement, dans la vie courante, à l'oral comme
à l'écrit.

EXEMPLE
Voilà tes amis !

B Langage familier
DÉFINITION Langage familier
Le langage familier est un langage relâché. Il peut comporter des fautes de grammaire et un
vocabulaire d'argot. On l'utilise à l'oral avec des personnes qui nous sont très familières.

EXEMPLE
V'là tes potes !

C Langage soutenu
DÉFINITION Langage soutenu
Le langage soutenu est un langage recherché, employé surtout à l'écrit. On l'emploie
systématiquement quand on écrit à une personne qui nous est supérieure et que l'on ne connaît
pas.

EXEMPLE
Voilà tes camarades !

Kartable.fr 4/4 Chapitre 24 : La situation d'énonciation

Vous aimerez peut-être aussi