Vous êtes sur la page 1sur 6

Saba Roumanos N’ 222 Travaux Public Dr.

Rouba Dalati

Ouvrages Hydrauliques: (barrage en terre)


1- Généralités : Un barrage est un ouvrage d'art construit en travers d'un cours d'eau et
destiné à en retenir l'eau. Par extension, on appelle barrage tout obstacle placé sur un
axe de communication et destiné à permettre un contrôle sur les personnes et/ou les
biens qui circulent (barrage routier, barrage militaire).
Les barrages ont plusieurs fonctions, qui peuvent s'associer :
 La régulation de cours d'eau (écréteur de crue ; maintien d'un niveau minimum
des eaux en période de sécheresse);
 L’irrigation des cultures,
 L’alimentation en eau des villes,
 La production d'énergie électrique,
 Le tourisme, la lutte contre
les incendies ...

Il existe deux grandes familles de


barrages:
- les barrages en remblais en
matériaux meubles ou semi-
rigides comme :  «Serre-
Ponçon », « Grand-Maison »

- Les barrages en maçonnerie ou
béton (Tignes, Bort-les-Orgues...).

 Evolution du nombre de Grands barrages :

1
Saba Roumanos N’ 222 Travaux Public Dr. Rouba Dalati

 Les Barrages en remblai :


Les barrages en terre présentent notamment l’avantage de pouvoir reposer sur des
fondations de médiocre qualité, c’est-à-dire compressibles. Tous les barrages en terre
peuvent être considérés comme des barrage-poids, c’est-à-dire qu’ils résistent à la
pression de l’eau par leur propre poids. C’est ce qui explique leur section de forme
trapézoïdale. On en trouve de trois types : - homogène, - à noyau, - à masque.
• Barrage homogène Un barrage en terre est dit homogène lorsqu’il est constitué d’un même
matériau à dominante argileuse, relativement imperméable. Selon les ouvrages, la pente des
talus sera plus ou moins forte, en fonction notamment des caractéristiques du matériau
employé.
• Barrage à noyau Dans un barrage à noyau, les fonctions de résistance et d’étanchéité sont en
quelque sorte séparées. La résistance est assurée par les recharges placées sur les flancs de
l’ouvrage, et l’imperméabilité par le noyau central. Le noyau au centre de l’ouvrage va être
constitué de la terre la plus imperméable possible. Il sera tenu de part et d’autre par des
recharges composées, selon les cas, de terre plus perméable, d’alluvions ou d’enrochements.
• Barrage à masque Il peut aussi exister des sites où aucune terre n’est disponible, mais
seulement des enrochements. Ceux-ci sont alors employés pour réaliser le corps du barrage,
tandis que l’étanchéité est assurée par un masque de béton, ciment ou béton bitumineux posé
sur l’ouvrage lui-même, côté amont.

 Les Barrages en béton


L’avantage du béton est notamment
d’autoriser l’édification d’ouvrages plus
résistants. Il en existe deux principaux
types : - les barrages poids, - les barrages
voûte. S’y ajoutent les barrages à
contrefort et à voûtes multiples,
variantes des deux premiers.

2
Saba Roumanos N’ 222 Travaux Public Dr. Rouba Dalati

• Barrage poids Comme son nom l’indique, ce type de barrage oppose son poids à
l’eau pour la retenir. En fonction des propriétés de résistance du matériau, la forme
triangulaire à l’aval de l’ouvrage s’est peu à peu imposée.
• Barrage voûte Le barrage voûte représente l’ultime aboutissement de l’utilisation des
propriétés du béton en termes de résistance. Il permet des économies de volume d’au
moins 30 % par rapport à un barrage-poids. On pourrait comparer sa forme à celle d’un
pont couché sur l’un de ses côtés, et qui chargerait de l’eau au lieu de véhicules.
L’effort de résistance est ainsi en partie reporté par l’arc central sur les rives, permettant
de construire des ouvrages moins volumineux, à performance égale. En revanche, les
fondations, sur lesquelles se reporte une grande partie de l’effort, doivent posséder des
caractéristiques mécaniques élevées afin de supporter celui-ci.
• Barrages à contrefort et à voûte multiple Les autres formes de barrages voûtes sont
des variantes des deux premiers types. Le barrage à contrefort est ainsi un barrage poids
allégé de l’intérieur. Le barrage à voûtes multiples, quant à lui, repose sur des appuis

 L'importance du drainage :
L’eau possède la capacité à s’infiltrer à travers toutes les structures, d’argile comme de béton.
Elle imprègne les barrages et leurs fondations, exerçant des effets insidieux qui peuvent
s’avérer lourds de conséquence. Il existe aujourd’hui deux manières complémentaires de
contrecarrer son action : - soit en diminuant la quantité d’eau qui traverse structures et
fondations, c’est-à-dire en renforçant l’étanchéité, - soit par le drainage, canalisant l’eau vers
les parties de ces structures où ses effets seront les moins nocifs. La quantité d’eau circulant
dans les barrages en terre est plus diffuse et plus importante. Pour lutter contre ses effets, on va
introduire des organes de drainage, matériau perméable du type sable ou véritables tuyaux. Par

3
Saba Roumanos N’ 222 Travaux Public Dr. Rouba Dalati

ailleurs, la répartition granulométrique du matériau est conçue pour éviter la formation de «


renards », infiltrations d’eau entraînant les particules du sol et minant petit à petit la structure.

2- Le Barrage de Serre-Ponçon:
 Caractéristiques :

Le lac de Serre Ponçon est un lac artificiel dans le sud des Alpes françaises. Il est né de la
création d'un des plus grands barrages en terre d'Europe. Avec ses 80 kilomètres de rives, ce
lac de retenue est le plus grand des Alpes du Sud. Il est le deuxième lac artificiel d'Europe par
sa capacité (1,272 km3) et le troisième par sa superficie (28,2 km2).

Ce barrage en remblai est large de 650 m à sa base. La crête, haute de 124 m, est large de 9,35
m. L'altitude maximale du lac est de 780 m. On peut estimer son volume à 14 000 000 m3 (6x
le volume de la grande pyramide de Chéops). Il est conçu pour résister à une secousse de
magnitude 7 sur l'échelle de Richter, et peut évacuer un débit de crue maximal de 3440 m3/s.

C’est le château d’eau de la Provence et un atout essentiel dans, l’agriculture, la vie et le


développement de la région. L’eau stockée dans le Lac est turbinée par la Centrale implantée
au cœur de l’ouvrage puis rejetée dans le bassin de compensation formé par le Barrage
d’Espinasse. Celui-ci permet de dériver l’eau vers le Canal EDF de la Durance qui va
alimenter 15 centrales jusqu'à l’étang de Berre.

-Programme : Usine Hydroélectrique Hautes-Alpes - Rousset, Savines-le-Lac


-Ville : Alpes-de-Haute-Provence - La Bréole -Commanditaire : Electricité de France

4
Saba Roumanos N’ 222 Travaux Public Dr. Rouba Dalati

-Usine- Ingénieur : Ivan Wilhem (1867-1951)


Barrage -Architectes : Jean de Mailly (1911-1975)
- -Constructeur : Jean Pouvé (1901-1984)
-Ingénieur : Jean Courbon (1913-1986)
-Date de construction : 1955-1961

 Le barrage à donc 3 missions :


 produire de l’électricité  720 millions de KWH,
 réguler les eaux de la Durance,
 l’irrigation de la basse Durance,

Et est devenu au fil du temps un pôle touristique majeur

 Historique : Les crues dévastatrices de la Durance, en 1843 et 1856, ont conduit à


des études de faisabilité d'un barrage. La trop grande perméabilité des sols a cependant
nécessité d'attendre l'émergence de nouvelles techniques. Un ingénieur
d'origine moscovite, Ivan Wilhem, propose plusieurs projets à partir de 19094.

Les travaux d'aménagement débutèrent en 1955 avec Jean de Mailly pour architecte aidé


de Jean Prouvé et la mise en eau de la retenue s'effectua à partir de novembre 1959 pour
s'achever en mai 1961. Environ 1500 personnes furent déplacées et leurs villages
- Savines, Ubaye, Rousset - inondés. Le village de Savines fut reconstruit et le
nouveau Savines-le-Lac inauguré en 1962.
Le lac de Serre-Ponçon est le troisième lac artificiel d'Europe par sa superficie, après le
lac de l'Alqueva situé au Portugal et le lac du Der-Chantecoq situé dans la Marne et la
Haute-Marne. Il est le deuxième lac artificiel d'Europe pour sa capacité.
 Construction : Les travaux commencent après creusement de deux galeries
souterraines de 900 m de long et 10,5 m de diamètre, rive gauche, destinées à dévier la
Durance durant les travaux (mises en œuvre le 29 mars 1957)6.
La digue elle-même est construite à partir d’avril 1957, au-dessus d’un noyau
d’argile assurant l’étanchéité, au rythme de 50 t d’argile et de20 000 m³ de pierres par
jour. Chaque mètre cube de pierre est mouillé par 100 litres d’eau, afin de le tasser.
Trois mille ouvriers travaillent sur le chantier, qui fonctionne de deux heures du matin à
dix heures du soir (l’arrêt de quatre heures étant nécessaire pour l’entretien des
machines)7. La fermeture des vannes est ordonnée le 16 novembre 1959, et le barrage
rempli le 18 mai 19618.

5
Saba Roumanos N’ 222 Travaux Public Dr. Rouba Dalati

Pendant sa construction la digue est constamment auscultée afin d'observer le bon


tassement des matériaux. Le barrage est conçu pour résister aux crues, aux séismes, aux
bombardements ...

La mise en eau du lac s'est effectuée en 18 mois. Elle a débuté en novembre 1959 et le lac a
atteint sa côte maximale de 780 m le 18 juin 1961. Son niveau peut varier de 20 à 30 m : côte
basse en février, côte haute en juin.

Les Barrages En France :

Vous aimerez peut-être aussi