Vous êtes sur la page 1sur 20

Fiche de M&E Bernard STRAUDO

Table des Matières

LECTURE D’APPAREIL DE MESURE À AIGUILLE...............................................................................................2

TRACÉ D’UNE CARACTÉRISTIQUE..........................................................................................................................3

OSCILLOSCOPE...............................................................................................................................................................4

GÉNÉRATEUR BASSE FRÉQUENCE..........................................................................................................................7

RHÉOSTAT........................................................................................................................................................................8

WATTMÈTRE...................................................................................................................................................................9

PINCE................................................................................................................................................................................11

DYNAMO-BALANCE.....................................................................................................................................................12

MÉTHODE DES PERTES SÉPARÉES POUR UN MOTEUR ASYNCHRONE....................................................14

MULTIMÈTRE NUMÉRIQUE.....................................................................................................................................15

RÉSISTANCE CODE DES COULEURS......................................................................................................................16

CHARGE...........................................................................................................................................................................17

INTEGRATION NUMÉRIQUE.....................................................................................................................................19

UTILISATION D’UN TABLEUR..................................................................................................................................20

1
Fiche de M&E Bernard STRAUDO

Lecture d’appareil de mesure à aiguille

1. Calcul de la valeur mesurée


Penser à positionner le commutateur alternatif / continu, sur la bonne position.

Alternatif Continu

Déviation
Echelle

Calibre

1.1. Calibre
Le calibre est la valeur maximum qui peut être mesurée dans cette position. Le calibre possède
une unité (Ampère, volt ou Watt).
1.2. Echelle
La plupart des appareils de mesure possède deux échelles (30 et 100). On choisira celle la plus
simple pour les calculs.
1.3. Déviation
Graduation sur laquelle s’arrête l’aiguille de l’échelle choisie.
1.4. Résultat de la mesure
Le résultat sera :
C
R= D
E
Le résultat aura la même unité que le calibre.

2. Choix du calibre
Le plus grand calibre doit être choisi.
Si la valeur mesurée est plus petite que le calibre immédiatement inférieur, la mesure sera effectué
sur ce nouveau calibre.
On relèvera uniquement la valeur donnée par le plus petit calibre possible.

3. Présentation des résultats


Calibre Echelle Déviation Résultat
U1 10 V 6
U2 30 V 12

2
Fiche de M&E Bernard STRAUDO

Tracé d’une caractéristique

1. Choix des axes


La caractéristique de y en fonction de x.
Axe des ordonnées (y)

Axe des absisses (x)

Sur chaque axe, doivent être portées la grandeur et l’unité.


Exemple : U1(V) ou I4 (mA)

2. Choix des échelles


Pour choisir une échelle, on doit relever la valeur maximum de la grandeur (tension, intensité ...).
Celle-ci doit être arrondie à la valeur supérieure la plus pratique pour le choix de l’échelle.
Exemple :
Les mesures ont données le tableau suivant :
Tension (V) 4 3 1 2 0,5
Intensité (mA) 8 6 2 4 1
La valeur maximum pour les tensions est 4. Ma feuille mesure 15 cm, j’arrondis donc la tension à
5V qui sera la valeur maximum de l’axe.
Donc pour 15 cm => 5V
15 × 1
x cm => 1V 15 × 1 = x × 5 ⇒ x = = 3
5
Ainsi 3 cm correspond à 1V
Les axes doivent être régulièrement gradués (pour l’exemple : tous les trois centimètres) et
chacun doivent porter leur valeur (1, 2, 3 ...).

3. Titre de la caractéristique
La caractéristique doit toujours avoir un titre.
Exemple : Tension aux bornes de la résistance en fonction de l’intensité la traversant.
Valeur de la résistance en fonction de la température.
4. Tracé
Les points doivent être des (+) et non des () ou des().
La courbe doit être tracée selon une droite
s’approchant le plus des points .

5. Calcul du coefficiant directeur (a) et de la constante (b) d’une droite (y=ax+b)


y A − yB
Le coefficiant directeur est donné par la formule suivante : a =
x A − xB
Les deux points (A et B) appartiendrons à la droite et seront le plus éloigné possible l’un de
l’autre.
La constante (b) est obtenue soit par l’intersection de la droite avec l’axe des ordonnés, soit en se
placant en un point quelconque ( b = y M − ax M )

3
Fiche de M&E Bernard STRAUDO

Oscilloscope

1. Rôle
L’oscilloscope permet de visualiser les variations d’une ou deux tensions électriques dans le
temps.

2. Constitution

Time/div

I II
Y-POS Y-POS

1 2 3 4
Volt:div Volt:div

Les réglages seront donc divisés en deux parties :


- le temps, axe horizontal.
- l’amplitude (tension en Volt), axe vertical.
Deux signaux peuvent être visualisés (Voie I et Voie II ou voie A et voie B ou ch 1 et ch 2).

3. Réglage
Les indications entre parenthéses correspondent aux oscilloscopes numériques.

3.1. Time/div (Horizontal 3)


Donne la valeur en seconde (ms ou µs)d’une grande graduation de l’axe horizontal.

3.2. Volt/div (Vertical 2)

Donne la valeur en Volt d’une grande graduation de l’axe vertical.


3.3. Y-POS (Vertical Position 3)
Permet de déplacer la courbe verticalement. En position GND (ou GD), permet de régler le zéro
d’une voie.
3.4. AC/DC/GND (Vertical Menu coupling 3)
Permet de visualiser soit :
- uniquement la composante alternative AC
- la composante continue et la composante alternative DC
- un signal d’amplitude nulle (permettant le réglage du zéro) GND ou GD.
3.5. BOTH ou DUAL (ch 1 ch 2 OFF 1)
Permet de visualiser simultanément les deux voies (I et II).
3.6. Trigger ou synch (Trigger)
Permet de choisir le canal et le seuil pour la synchronisation. Utiliser toujours le canal ayant la
4
Fiche de M&E Bernard STRAUDO
tension ayant le moins de parasite et le seuil doit être dans la plge de variation de la tension.
4. Branchement
L’oscilloscope possèdent deux voies donc deux entrées. Pour chacune d’elles, il existe une masse
(borne noire) et une borne positive (borne rouge) appelée Y1 (pour la voie I) et Y2 (pour la voie II).
Pour visualiser une tension, vous devez utiliser ces deux bornes.
Quand les deux voies sont utilisées, les deux masses doivent être obligatoirement au même
potentiel (point). Ceci n'est pas utile avec des sondes différentielles (oscilloscope numérique).
Exemple
Y1 U1

U2

Y2

La voie I visualise la tension U1 entre la masse et Y1. La voie II visualise -U2 entre Y2 et la
masse. Pour visualiser U2 et non -U2, il faut utiliser la touche invert II.

5. Procédure de reglage
1. Réaliser les branchements.
2. Après la mise en marche, régler le FOCUS et INTENSITE au maximum.
3. Sélectionner le ou les voies brancher à l’aide des boutons BOTH ou DUAL et Ch 1 et Ch 2.
Régler les commutateurs de synchronisation sur une voie branchée (trigger 4).
4. Placer les commutateurs AC/DC/GND sur GND ou GD et régler Time/div à 2ms.
5. Faire apparaître et régler au centre les traces au centre de l’écran à l’aide des potentiomètres Y-
POS.
6. Réaliser la mise au point à l’aide des potentiomètres FOCUS et INTENSITE.
7. Placer les commutateurs AC/DC/GND sur AC ou DC.
8. Régler Time / Div et Volt/ div afin d’avoir un signal complet (voir paragraphe 6.).
9. Réaliser les mesures demandées.

6. Calcul Time / div et Volt/ div


1. Time / div
Vous devez connaître soit la fréquence du signal, soit la période de celui-ci.
Si vous connaissez la fréquence (F), calculer sa période (T):
L’axe horizontal comportant 10 divisions, une division sera égale à la période (T) divisée par 10.
Régler time / div sur ce nombre-ci.
2. Volt / div
Vous devez connaître la valeur maximum du signal.
Rappel pour un signal sinusoïdal : U MAX = U 2
L’axe vertical a 8 carreaux donc le demi axe possède 4 carreaux.
Vous devez donc diviser par 4 la valeur maximum.
Régler Volt / div sur ce nombre-ci.

7. Relever d’un transitoir sur un FLUCK


Appuyer sur la touche TRIGGER
Sélectionner la voie (A ou B) où le signal dont le transitoire nous intéresse.
Choisir le pour le niveau de déclenchement manuel (MANUAL) et le régler au niveau désiré
(niveau à partir du quel le signal sera enregistré touche haut et bas).
Dans le menu trigger option choisir On Edges puis single shot
5
Fiche de M&E Bernard STRAUDO
Pour un nouveau relever utiliser la touche HOLD / RUN.

6
Fiche de M&E Bernard STRAUDO

Générateur Basse Fréquence

1. Rôle
Le GBF est un générateur de tension variable dans le temps. Trois formes sont possible:
triangulaire, rectangulaire et sinusoïdale. La fréquence et l’amplitude du signal sont réglables.

2. Réglage
2.1. Fréquence
La fréquence est modulable à l’aide des touches de calibre (10 Hz, 100 Hz, 1 kHz, 10 kHz et
100kHz) ainsi que par un réglage plus fin.
2.2. Amplitude
L’amplitude est réglable grâce à une molette et le bouton (0/-20db).
2.3. Offset
Ajoute à la tension variable une tension continue de valeur réglable.

Avec tension continue


Sans tension continue
2.4. Rapport cyclique
Le rapport cyclique est le rapport entre le temps où le signal est à l’état haut (pour TTL = 5V) et
la période du signal.

3. Sortie
3.1. Sortie 50 Ω
Sortie fournissant un signal dépendant des réglages.
3.2. Sortie TTL
Sortie fournissant, quelque soit les réglages, un signal rectangulaire de tension maximum 5V.

7
Fiche de M&E Bernard STRAUDO

Rhéostat

1. Rôle
Le rhéostat est une résistance variable réalisée par un conducteur enroulé sur un cylindre
isolant.
Il est utilisé pour le démarrage des moteurs et pour obtenir une tension variable (pont diviseur).

2. Constitution

curseur

Conducteur
Les deux bornes noires sont reliées aux extrémités du conducteur. La borne rouge est reliée au
curseur. Pour avoir une résistance de valeur fixe, nous utiliserons les deux bornes noires.

3. Schéma équivalent

noire

rouge

noire

Symbole Schéma équivalent

4. Montage pont diviseur

Tension fixe
Tension variable

Ce montage donne une tension réglable à l’aide du curseur à partir d’une tension fixe.

8
Fiche de M&E Bernard STRAUDO

Wattmètre

1. Rôle
Le wattmètre permet de mesurer la puissance électrique, en continu pour certains, en monophasé
et en triphasé.

2. Lecture
Il existe deux possibilités:
2.1. Avec les calibres
La puissance =
(calibre de U) X (calibre de I)
X Déviation
E
Exemple: Pour le calibre 5 A et 60 V, une déviation de 62 et une échelle de 120.
5 × 60
P= × 62 = 155W
120
2.2. Avec le tableau
Il suffit de multiplier la déviation par la valeur lue à l’intérieur du tableau.
Exemple: Pour le calibre 5 A et 60 V et une déviation de 62
P = 62 x 2,5 = 155W
U 1A 5A
12V 0,1 0,5
24V 0,2 1
60V 0,5 2,5 U 1A 5A
1 0 4 V 1 , 5 7 , 5

120V 1 5 2 0 8 V 3 1 5

360V 3 15 4 1 6 V 6 3 0

480V 4 20
Pour le triphasé, la multiplication par racine 3 est comprise dans le coefficient.

3. Branchement
Un ampèremètre ou une pince ampèremétrique doit toujours être placé dans le circuit afin de
pouvoir régler correctement le calibre de l’intensité du wattmètre.
3.1. En continu
I* I
W
V2 N

3.2. En monophasé
Même schéma qu’en continu.

9
Fiche de M&E Bernard STRAUDO
3.3. En triphasé
3.3.1. Neutre artificiel (Puissance active)
I* I
W
V1 V2 V3
Charge

Avec le tableau, nous lisons la valeur de la puissance directement et avec la formule, le résultat
doit être multiplié par racine de trois.
3.3.2. Puissance réactive
I* I
W
V1 V2
Charge

Q=W
Avec le tableau, nous lisons la valeur de la puissance directement et avec la formule, le résultat
doit être multiplié par racine de trois.
3.3.3. Deux Wattmètres
I* I
W1
V1 V2 I* I
Charge
W2
V1 V2

Dans ces deux cas, pour calculer W1 et W2, il faut utiliser la formule et non le tableau.

P = W1 + W 2
Q= 3 (W1 − W 2)

10
Fiche de M&E Bernard STRAUDO

Pince

1. Rôle
Elle permet de mesurer l’intensité d’un courant alternatif, ou d’un courant continu (pince à effet
Hall). Cette mesure s’effectue sans rupture du circuit.
2. Utilisation
2.1. Pince ampèremétrique simple

Sur la pince ampèremétrique est indiqué le rapport suivant:


I2
I1
Exemple: si l’ampèremètre indique 15 mA
I2 1
= d’où I1 = I 2 × 1000 = 15 A
I1 1000
,,
2.2. Pince multimètrique
Elle permet de mesurer l’intensité, la tension et la puissance. Ces valeurs sont directement
affichées sur la pince. La pince permet d’afficher les valeurs maximums des différentes grandeurs.
Pince numérique

11
Fiche de M&E Bernard STRAUDO

Dynamo-balance

1. Rôle
Permet de mesurer le couple présent sur un arbre et de l’imposer.

2. Principe
d1 d2

L
m
G

Contre poids Poids

Le contre poids permet d’équilibrer les barres (l’une étant plus longue que l’autre), en l’absence
du poids lorsque la dynamo-balance est non entraînée.
La valeur du couple (C) qui s’exprime en N.m sera égale :
C=P.L
avec P = m g et L = d1 + d2
On rappelle que la puissance (P) fournie à la génératrice est égale à :
P=2πnC
avecn : vitesse de rotation en tr/s
3. Première Methode
3.1. Equilibrage (Dynamo non entraînée en rotation)
3.1.1. Repérer le sens de rotation de la dynamo-balance. Placer la barre la plus longue de côté où
la génératrice se lève.
3.1.2. Fixer uniquement les deux barres.
3.1.3. Réaliser l’équilibre à l’horizontale à l’aide du contre poids.
3.2. Mesure du couple (Dynamo entraînée en rotation)
3.2.1. Mettre le système en rotation et réaliser de nouveau l’équilibre à l’aide du poids.
3.2.2. Relever la longueur d2 sur la règle graduée.
3.2.3. Calculer le couple à l’aide des formules données dans le principe.
4. Deuxième méthode
3.1. Equilibrage (Dynamo non entraînée en rotation)
3.1.1. Repérer le sens de rotation de la dynamo-balance. Placer la barre la plus longue de côté où
la génératrice se lève.
3.1.2. Fixer uniquement les deux barres.
3.1.3. Réaliser l’équilibre à l’horizontale à l’aide du contre poids avec le poids placé contre la
dynamo.
3.2. Mesure du couple (Dynamo entraînée en rotation)
3.2.1. Mettre le système en rotation et réaliser de nouveau l’équilibre à l’aide du poids.
3.2.2. Relever la longueur d2 sur la règle graduée.
3.2.3. Calculer le couple à l’aide des formules données dans le principe, mais d 2 remplace L dans

12
Fiche de M&E Bernard STRAUDO
la formule du couple, il ne faut plus lui ajouter d1.

13
Fiche de M&E Bernard STRAUDO

Méthode des pertes séparées pour un moteur asynchrone

1. Différentes pertes

STATOR ROTOR

Pertes Fer Stator Pertes mécaniques

Pabsorbée P transmise au rotor P utile

Pertes Joule Stator Pertes Joule rotor


PFS: Pertes fer au Stator
On considère souvent que PFS = PM
PJS: Pertes Joule au Stator
3 2
PJS = RI
2
PJR : Pertes Joule au rotor
PJR = g PTR
PM : Pertes mécaniques
PC : Pertes constantes
PC = PM + PFS

2. Différentes puissances
PTR : Puissance transmise au rotor
PTR = PAbs - ( PFS + PJS)
P0 : Puissance absorbée à vide (l’indice 0 indique que l’essai a lieu à vide)
La puissance à vide est la puissance qu’absorbe le moteur quand il n’entraine aucune charge.
P0 = PJS0 + (PFS + PM)

3. Méthode
1. Mesure de la puissance et de l’intensité de ligne à vide.
2. Mesure de la résistance statorique moteur couplé (R).
3. Calcul des pertes Joule au stator.
4. Calcul des pertes constantes, pertes fer au stator et pertes mécaniques.
5. Mesure en charge de puissance absorbée et de l’intensité de ligne.

14
Fiche de M&E Bernard STRAUDO
6. Calcul en charge de PJS, PTR, PJR et de Putile

Multimètre numérique

1. Différentes caractérisitiques d'un multimètre


1.1. Nombre de points
Le nombre de points est le nombre de valeurs positives discrétes que peut afficher le
multimètre.
1.2. Nombre de digits
Le nombre de digits est le nombre de chiffres que peut afficher le multimètre. Si le chiffre de
gauche ne peut pas prendre toutes les valeurs entre 0 et 9, il sera compté comme un demi
digit.
1.3. Plage de mesures
La plage de mesures est l'intervalle dans lequel la grandeur étudiée peut être mesurée (penser
aux valeurs négatives) sur ce calibre. Cette plage de mesure est valable pour un calibre
déterminé.
1.4. Résolution
La résolution, pour un calibre déterminé, est la plus petite valeur qui peut être mesurée avec
ce calibre.
1.5. Erreur maximale
eMAX = x %L + n UR .
eMAX est l'erreur maximum x et n sont donnés par le constructeur
L est la lecture (la valeur lue)
UR est l'unité de representation, elle est égale à la résolution

2. Différentes valeurs d'une grandeur


2.1. Valeur moyenne ( u ou <u>)
Se mesure en position DC
T
1
u S = ∫ u S (t )dt
T 0
2.2. Valeur efficace (U)
Se mesure en position AC+DC. Seuls les appareils qualifiés de RMS (Root Mean Square)
donnent la valeur efficace, quelque soit la forme du signal.
T
1 2
T ∫0
US = u S (t )dt

2.3 Valeur efficace de la composante alternative (UAC)


Se mesure en position AC
2
2.4. Relation entre les différentes grandeurs U = U AC + u 2

15
Fiche de M&E Bernard STRAUDO

Résistance code des Couleurs

1. Code des couleurs


argent or noir brun rouge orange jaune vert bleu violet gris blanc
chiffre 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9
multiplicateur -2 -1 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9
précision 10% 5% 20% 1% 2% 10%
1.1. Avec quatre bandes de couleur
Les deux premières couleurs indiquent les deux premiers chiffres.
La troisième couleur donne la puissance de 10 par laquelle doit être multiplié le résultat
précédent.
Et la quatrième indique la précision.
1.2. Avec cinq bandes de couleur
Les trois premières couleurs indiquent les trois premiers chiffres.
La quatrième couleur donne la puissance de 10 par laquelle doit être multiplié le résultat
précédent.
Et la cinquième indique la précision.

Exemple : rouge jaune brun or -> 24 x 101 avec 5%.

2. Série de résistance
E 24 : 10, 11, 12, 13, 15, 16, 18, 20, 22, 24, 27, 30, 33, 36, 39, 43, 47, 51, 56, 62, 68, 75, 82 et
91 avec une précision de ± 5.
E 12 : 10, 12, 15, 18, 22, 27, 33, 39, 47, 56, 68, et 82 avec une précision de ±10%.
E 6 : 10, 15, 22, 33, 47, et 68 avec une précision de ±20%.
E 3 : 10, 22, et 47 avec une précision de ±20%.
Il existe d'autres series.

3. Puissance dissipée par effet Joule


Si seul, le courant traversant la résistance est connu :
PJ = RI²
Si seule, la tension aux bornes de la résistance est connue :
U2
PJ =
R
Remarque: une résistance 1/4 de Watt est une résistance qui peut dissiper 1/4 W soit 0,25 W

16
Fiche de M&E Bernard STRAUDO

CHARGE

1. Levage
Levage,broyage, convoyage
T(N.m)

n(tr/min)
T(n)= Cte
2.
Agitateur, mixeurs industriels

T(N.m)

n(tr/min)

T(n) = kn
3. Essorage
Tournage, fraisage, perçage

T(N.m)

n(tr/min)
k
T ( n) =
n

4. Ventilation
Ventilateurs, pompes centrifuges
T(N.m)

n(tr/min)

17
Fiche de M&E Bernard STRAUDO
T(n) = kn²

18
Fiche de M&E Bernard STRAUDO

Integration numérique

1. Méthode des rectangles


y

x
a b
N
b− a b− a

b
∫ a
y ( x)dx ≈
i= 0
y (i
N
+ a)
N
avec N = est le nombre de rectangle

Pour augmenter la présision on augmente N.

2. Méthode des trapézes


y

x
a b
N
b− a b− a b− a

b
∫ a
y ( x)dx ≈
i= 0
( y (i
N
+ a ) + y ((i + 1)
N
+ a ))
2N
avec N = est le nombre de rectangle

Pour augmenter la présision on augmente N.

19
Fiche de M&E Bernard STRAUDO

Utilisation d’un tableur

1. Description
Un tableur est un programme permettant de réaliser des tableaux comprenant des calculs ainsi que
des graphiques à partir de données contenues dans les cellules.
Un classeur contient plusieurs feuilles (tableaux) constitué de cellules (cases).

2. Les principales fonctions


Est indiquée entre parenthèses et en italique, la manière d’accéder aux Fonctions, dans le tableur
EXCEL de Microsoft.
2.1. Le format des cellules (Format / cellule)
Pour une ou pour un ensemble de cellules, on peut définir :
• le format des informations : texte, nombre, vrai / faux, pourcentage….
• la bordure : le cadre de la cellule
• l’alignement : le texte est à gauche, à droite, au centre.
• la police : type de caractère, couleur, taille…

2.2. Les calculs


Pour définir un calcul dans une cellule, il faut commencer par taper le signe « = », puis la
formule désirée.
Pour introduire la valeur se trouvant dans une cellule, il suffit d’indiquer ses coordonnées.
Exemple :
A B C
1
2 15 5 20
la cellule C2 contient la formule: = A2+B2
Pour les fonctions mathématiques, utiliser (insertion / fonction)
Attention : il n’est pas nécessaire de retaper les formules pour chaque cellule, il est
préférable d’utiliser la fonction (Edition / copier / coller)
2.3. Graphique( Insertion / graphique / Nuages de points)
Permet d’introduire un graphique sur la feuille de calcul.
Sélectionner les données devant apparaître sur votre graphique puis cliquer sur l’icône
graphique.
Parmi les graphiques, choisir le type nuage de points.
Il est possible de définir le titre, les indications portées sur les axes (légendes), un
quadrillage…

20