Vous êtes sur la page 1sur 31

OULMI RIAD/ R.

HSE
Sommaire
I. Introduction.
II. Objectifs de la formation.
III. Définitons.
IV. Responsabilités.
V. Types d’évacuation.
VI. Les règles à suivre pour assurer une bonne évacuation.
VII. La démarche à suivre pour assurer une bonne évacuation.
VIII. Les situations de la victime.
I. Introduction

Plusieurs événements dangereux peuvent


nécessiter l’évacuation du personnel d’un
établissement ou un lieu de travail à savoir :
un incendie, une explosion, fuite de gaz,
diversement d’un produit chimique, un
tremblement de terre…etc.

Mais quel que soit l’événement,


l’évacuation doit se planifier conformément
à des consignes d’urgences afin de protéger
la santé, la sécurité et l’intégrité physique
de la victime évacuer.
II. Objectifs de la formation

Cette formation est conçue dans l’objet d’apprendre aux participants


Qu’en cas de sinistre :
• Il est nécessaire de mettre en place des consignes à suivre pour
assurer une évacuation appropriée et convenable.
• Il est impératif de procéder à une évacuation rapide et en bon ordre.

A l’issue de la formation, les participants deviendront capables


de faire face à des situations urgentes et exécuter correctement
la procédure d’évacuation en appliquant les règles et les
consignes nécessaires.
III. Définitions
Danger :
Tous qui a le potentiel de causer un mal (électricité,
produits nocif, vent...etc).
Risque :
Probabilité d’occurrence d’un accident x sa gravité (PxG).
Accident :
Evénement indésirable imprévu qui engendre soit une atteinte à la santé
humaine, un dommage matériel et/ou atteinte à l’environnement.
Presque Accident :
Evénement indésirable imprévu, mais il n’engendre ni une
atteinte à la santé humaine, ni un dommage matériel et/ou
atteinte à l’environnement.
Incident/Sinistre :
Evénement indésirable imprévu qui peut être un accident, presque
accident, séisme, volcan, manifestation...etc.

L’équipe d’intervention :
C’est une unité, dotée de tous les moyens humains et matériels,
où veillent en permanence des éléments professionnels spécialisés
dans le domaine des secours et de l’intervention.

Evacuation :
Action de faire sortir, lorsque les circonstances
l'imposent, toutes les personnes se trouvant dans
un même lieu.
Action de quitter ce lieu.
Exemple : L'évacuation des habitants de l'immeuble.
IV. Responsabilités

Responsabilité de l’employeur :
L’employeur doit obligatoirement :
1. Se disposer d’une équipe d’intervention et d’une procédure de
réponse aux situations d’urgence.
2. Mettre à disposition de son équipe d’intervention les moyens
et matériels nécessaires pour que la procédure d’évacuation
puisse être rapidement et efficacement réalisée dans l’intérêt
du sauvetage du personnel occupant le lieu de sinistre.
3. Organiser au profit de ces travailleurs des actions d’instruction,
d’information et de formation notamment sur les dispositions
à prendre en cas d’accident ou de sinistre.
Responsabilité de l’équipe d’intervention :
L’équipe d’intervention doit à son tour :
1. Appliquer soigneusement la procédure d’évacuation édictée
par son employeur.
2. Contrôler régulièrement les moyens mis à disposition
(fonctionnement, lacunes, efficacité, etc.).
3. Se familiariser avec les issues de secours et les points de
rassemblement.
4. L’équipe d’intervention est tenue à effectuer régulièrement
des exercices de simulation et d’entrainement permettant d'être
capable de faire face à toutes les situations indésirables qui
nécessitent des évacuations.
Bon pour savoir
Pourquoi réaliser un exercice d’évacuation ?
1. Familiariser le personnel aux dispositifs d’alarme, issues de secours
et zones de rassemblement, en vue de se mettre en sécurité lors
d’un incendie réel.
2. Tester l’efficacité des consignes prévues en cas de sinistre, révéler
les lacunes et met en évidence les aspects auxquels il convient
de s’attacher en priorité.
3. Permettre de déceler les endroits où des encombrements peuvent
se produire en cas d’évacuation et prévoir un itinéraire alternatif.
4. Permettre aussi de se rendre compte de la pertinence de la procédure
à suivre, de la rapidité d’exécution des consignes, et de la durée
nécessaire pour évacuer le personnel ou les victimes.
5. Permet de montrer si les tâches sont réparties de manière claire
et de s’assurer que chacun connaît son rôle et agit correctement.
6. Rappeler les comportements que le personnel a acquis au cours
de sa formation et au cours des exercices d’évacuation.
Résultats attendus de l’exercice :
• Evacuer toutes les personnes et les rassembler en lieu sûr dans le plus
brefs délais et sans précipitations excessive afin d’éviter les risques
de chute et d’accident.
• Sur le lieu de rassemblement, acquérir la certitude que personne
n’est resté dans le lieu de sinistre.
• Veiller à ce que personne ne retourne sur le lieu de sinistre avant
l’annonce de la fin de l’exercice.
• Evaluer l’exercice.et corriger les anomalies.
V. Les types d’évacuation
Quatre types d’évacuation sont recensés à savoir :
 L’évacuation Interne (prise en charge médicale par l’infirmier et
médecin de l’entreprise).
 L’évacuation vers l’extérieur (hôpital, clinique, cabinet d’urgence…).
 L’évacuation d’une victime consciente (il suffit de l’accompagner en
la dirigeant au point de rassemblement).
 L’évacuation d’une victime inconsciente soit :
 Dégagement par traction sur les chevilles.
 Dégagement par traction sur les poignets.
 Dégagement par traction sous les aisselles.
 Dégagement par traction par les vêtements.
Dégagement par traction sur les chevilles Dégagement par traction sur les poignées

Dégagement par traction sous les aisselles Traction par les vêtements
VI. Les moyens et matériels d’évacuation
1. Les alarmes d’évacuation
L’alarme d’évacuation est un outil très important, il consiste à :
1. Alerter tous le personnel (travailleurs, visiteurs, clients…)
qu’un incendie ou un sinistre à été détecté..
2. Informer les équipiers d’intervention et d’évacuation.
3. Imposer aux occupants d’évacuer le lieu de sinistre.
Les alarmes sont déclenchées manuellement
par un bouton poussoir rouge avec bris de glace
dans des boîtiers, ou automatiquement via
des détecteurs fumée ou incendie.
2. Les sorties de secours
Les sorties de secours doivent être:
1. Situées aussi loin que possible l'une de l'autre.
2. Facilement accessibles et visibles.
3. Maintenues en bon état et sans obstruction.
4. Indiquées clairement par des affiches visibles
et de couleur contrastante avec l'environnement
(le blanc sur fond rouge est préférable).
3. L’éclairage d’évacuation
L’éclairage d’évacuation est moyen primordial permet d’atteindre
facilement les endroits sûrs et les sorties de l’établissement en cas
de défaillance de l’éclairage artificiel normal et d’obscurcissement
des lieux par des fumées.
Il assure la visibilité des obstacles et permet d’exécuter les manœuvres
nécessaires en cas d’évacuation d’une victime inconsciente.
Il doit comporter :
• Soit une source centralisée unique constituée d’une
batterie ou d’un groupe électrogène.
• Soit des appareils utilisant une ou plusieurs lampes
(à incandescence ou à fluorescence) et contenant
une batterie d’accumulateurs.
4. La signalisation de secours
Les chemins d’évacuation, les issues de secours et les escaliers
extérieurs d’évacuation doivent être soigneusement indiqués
par des panneaux d’avertissement, des panneaux de sauvetage
ou de secours et des panneaux concernant le matériel d’évacuation
ou l’équipement de lutte contre l’incendie.
Les sorties de secours sont des issues aménagées spécialement
afin de permettre l’évacuation en cas d’urgence, ces issues ne sont
pas empruntées pendant l’exploitation normale de l’entreprise.
La signalisation doit clairement indiquer comment s’y diriger
et marquer sans ambiguïté leur emplacement.
5. Les chaises et civières de secours
Les chaises d’évacuation, avec deux roues arrière, sont
conçues pour évacuer des personnes handicapées ou âgées
par les escaliers. La chaise d’évacuation se range pliée à
proximité des escaliers et doit être prête à l’emploi en
quelques secondes et est utilisable par une seule personne
accompagnante.

Quant à la civière d’évacuation, elle permet d’évacuer une


personne inconsciente ou à mobilité réduite avec deux
intervenants en le portant ou en le faisant glisser au sol, y
compris dans les escaliers. .
6. Les moyens de lutte contre les incendies
Des extincteurs portatifs doivent être installés dans tout
l’établissement afin d'intervenir contre un début d'incendie.
Le choix, l'installation, l'utilisation et l'entretien de ces
extincteurs portatifs doivent être régulièrement effectués.
Des extincteurs additionnels doivent être installés aux endroits
où il y a des risques localisés d'incendie.
Ils doivent être accessibles en tout temps et libres de tout
encombrement.
Les extincteurs doivent être inspectés régulièrement par des
spécialistes externes pour ce qui est de la maintenance et de
l'entretien.
7. Les Equipements de Protection Individuelle
L’intervenant ou l’équipe d’intervention doit absolument être doté des
Equipements de protection appropriée pour faire face à des situations
dangereuses pouvant le mettre en péril à savoir un incendie, électricité,
diversement d’un produit chimique, objets chauds…etc.
VII. Les règles de l’art en cas d’évacuation
Un certain nombre de règles générales est à observer. Ce sont des règles
d’or pour rendre efficace son opération d’évacuation :

1. Être calme et prêt à intervenir sans paniquer.


2. Ne pas jouer l’indispensable.
3. Être prudent et éviter les sur-accidents.
4. Déclencher l’alarme d’alerte avant de procéder à l’intervention.
5. S’assurer que l’accès est facile vers la victime.
6. Tenir compte du nombre de victimes occupants le lieu d’incident.
7. S’adapter à la situation et au comportement de la victime.
8. Demander de l’aide si nécessaire.
9. Prendre l’itinéraire le plus court et le moins encombré.
10.Chaque membre de l’équipe d’intervention est appelé à exercer
sa tâche convenablement.
11.Demander au personnes non blessés de s’orienter vers le lieu
de rassemblement ou vers un lieu sûr.

Il est primordial de tenir compte de ces règles


et les respecter pour éviter tout autres incident
qui pourraient contourner le bon fonctionnement
de l’opération d’évacuation.
1. Être calme et prêt à intervenir sans paniquer
L’intervenant doit impérativement prendre son souffle et intervenir
rapidement et efficacement en essayant de ne pas perdre son sans
froid.

2. Ne pas jouer l’indispensable


Il est primordial d’avoir confiance en soi mais sans avoir exagérer,
jouer l’indispensable peut désorienter la mission de l’intervenant.

3. Être prudent et éviter les sur-accidents


L’intervenant doit analyser l’état de lieu de sinistre en s’assurant
qu’aucun danger ne mettra en péril la victime et soi même.
4. Déclencher l’alarme d’alerte avant de procéder à l’intervention
L’alarme est un outil important qui permet d’alerter le personnel
occupant le lieu de sinistre à le quitter et informer le reste de
l’équipe de se préparer à l’intervention.
5. S’assurer que l’accès est facile vers la victime
Un accès encombré ou incendié peut fortement mettre en péril
l’intervenant et l’empêcher de ce rapprocher rapidement de la victime.
Le choix de l'itinéraire est impératif pour faciliter l’évacuation du
personnel vers des lieux sûrs.
6. Tenir compte du nombre de victimes occupants le lieu d’incident
Si le nombre de victimes est plus ou égal à deux personnes,
l’intervenant doit impérativement demander de l’aide et ses
coéquipiers pour accélérer l’opération d’évacuation.
7. S’adapter à la situation et au comportement de la victime
Il est important de constater la situation et le comportement de la
victime et adopter une manière qui facilite son évacuation.
Exemple : assurer une victime paniquée peut rendre l’évacuation
plus facile que d’essayer de l’évacuer directement.
8. Demander de l’aide si nécessaire
L’intervenant peut demander de l’aide aux personnes occupants le lieu
de sinistre s’il s’avère qu’il est incapable de dégager la victime tout seul
et que ses coéquipiers ne sont pas encore sur place.
9. Prendre l’itinéraire le plus court et le moins encombré
Les flèches de direction sont les plus utiles pour prendre
l’itinéraire le plus court et le moins encombré.
10. Chaque membre de l’équipe d’intervention est appelé
à exercer sa tâche convenablement
Dans le cas ou l’évacuation est complexe, une répartition
de tâches doit se faire par le responsable de l’équipe
et que chacun est appelé à réaliser sa tâche efficacement.

11. Demander au personnes non blessés de s’orienter vers


le lieu de rassemblement ou vers un lieu sûr
L’intervenant doit préalablement demander au personnes
non blessées de quitter rapidement et prudemment les
lieux en suivant les flèches de direction et en se dirigeant
vers le point de rassemblement ou un lieu constaté sûr
et loin du sinistre.
VIII. Les étapes à suivre pour mener une opération d'évacuation
Pour mener rapidement et efficacement une opération d’évacuation
du personnel occupant le lieu de sinistre, l’intervenant doit
impérativement suivre à la lettre les étapes suivante :

1. Identifier le lieu de sinistre.


2. Alerter l’équipe d’intervention en déclenchant l’larme.
3. Se rapprocher de la victime si y a lieu.
4. Rassurer la victime et se préparer à effectuer l’évacuation.
5. Repérer les sorties de secours.
6. Demander au personnes conscientes de se diriger vers les sorties
de secours.
7. Procéder à l’évacuation et se diriger au point de rassemblement.
8. Recenser tous le personnel ayant occupé le lieu de sinistre.
9. Effectuer une recherche secondaire pour s’assurer de non-
existence des gens pris au piège dans les lieux de sinistre.
10.Évacuer les personnes blessées.
11.Aucune personne n’est autorisée à quitter le point de
rassemblement avant que le risque ne soit maîtrisé et que le
retour à la situation normale soit annoncé par le premier
responsable de l’établissement ou par son représentant.