Vous êtes sur la page 1sur 4

Les risques liés au Le secteur du transport routier

La gestion des risques liés à la sécurité et la santé au travail des conducteurs dans le transport routier peut s’avérer
compliquée parce que beaucoup de conducteurs travaillent seuls, loin du siège de l’entreprise, et doivent lutter
contre les dangers inhérents à la circulation en plus d’autres risques, nombreux, qu’ils peuvent difficilement
contrôler. Toutefois, il est possible de mettre en œuvre des mesures de gestion couronnées de succès si l’on tient
compte des réalités de terrain propres à ce secteur, du profil des conducteurs et de leurs méthodes de travail.
Le secteur du transport routier regroupe les conducteurs et chauffeurs de poids lourds et camionnettes, les
conducteurs d’autobus et d’autocar, les services de livraison en bicyclette et en moto.
Le secteur du transport routier exige un niveau élevé d’aptitudes et de compétences professionnelles. Par exemple,
les conducteurs de camions de transport de marchandises sur de longues distances doivent non seulement être des
chauffeurs compétents mais ils doivent aussi être capables de charger et décharger, réparer des problèmes
techniques, avoir certaines compétences linguistiques, assurer les tâches administratives de base et se comporter en
tant qu’‘ambassadeurs’ de leur entreprise dans d’autres pays. Ils doivent livrer les marchandises dans les délais,
quelles que soient les conditions météorologiques ou de circulation. Ils peuvent transporter des substances
dangereuses ou des cargaisons fragiles qui demandent une plus grande attention et des responsabilités accrues.
Dans le secteur du transport routier, comme dans tout autre secteur, il est important de prêter attention aux
conditions de travail afin de disposer de personnel qualifié et motivé.
Par ailleurs, la gestion de la sécurité dans le transport routier présente également de nombreux avantages pour
l’entreprise, quelle que soit sa taille. Par exemple:
- moins de journées perdues en raison de blessures;
- moins de véhicules en réparation;

- moins de commandes non honorées;
- une diminution des besoins d’enquête et de suivi.

Les risques et dangers pour les conducteurs du transport routier


Un rapport de l’Observatoire européen des risques de l’EU-OSHA, couvrant l’ensemble du secteur du transport, met
en lumière les dangers, les risques et les problèmes de SST suivants pour le secteur du transport routier.
• Les principaux risques et dangers physiques sont: l’exposition aux vibrations et la station assise prolongée
(conception du siège, de la cabine et d’autres équipements); la manutention manuelle de charges; l’exposition au
bruit – lors des opérations de chargement et déchargement, et pendant la conduite (moteurs, pneus, ventilateur,
etc.); l’inhalation de vapeurs et de fumées, le maniement de substances dangereuses (fumées d’échappement,
chargements chimiques, combustibles, exposition à la poussière lors du chargement, du déchargement et des
pauses, produits de nettoyage, travaux d’entretien); les conditions climatiques (chaleur, froid, sécheresse, pluie,
etc.); les possibilités limitées d’améliorer l’ergonomie de l’environnement de travail et d’adopter un mode de vie
sain.
• La fatigue est le problème de santé le plus souvent cité par les travailleurs du transport terrestre selon l’enquête
européenne sur les conditions de travail d’Eurofound et les enquêtes nationales. Le transport routier est un secteur
extrêmement concurrentiel. Les charges de travail ont tendance à augmenter et les routiers sont confrontés à des
pressions grandissantes, par exemple de la part des clients exigeant des livraisons plus rapides et à moindres coûts,
mais également en raison de la gestion à flux tendus, du trafic croissant, de la surveillance à distance, et des horaires
de travail longs et irréguliers pour de nombreux chauffeurs.
• Les cas de violence et de harcèlement se multiplient dans le secteur des transports, mais sont la plupart du temps
passés sous silence. Les travailleurs du secteur des transports se trouvent souvent malgré eux en première ligne pour
répondre des réorganisations affectant le service aux clients. Les procédures de communication, les mesures de
prévention et les méthodes de suivi font également défaut.
• La main-d’œuvre du secteur du transport vieillit plus rapidement que la moyenne de la population active et il peut
y avoir des pénuries de main-d’œuvre.
• L’évolution de la nature des fonctions est un autre problème: les travailleurs sont confrontés à l’utilisation
croissante de nouvelles technologies (outils de planification et de surveillance à distance et ordinateurs de bord pour
déclarer et enregistrer les livraisons de marchandises), et à la nécessité de connaitre les législations européennes du
code de la route et d’avoir certaines compétences linguistiques. Néanmoins, le travail est devenu plus monotone et
les possibilités d’apprentissage sont inférieures à celles de la moyenne des actifs.
Les risques liés au Le secteur du transport routier
Sous-secteur Problèmes identifiés

 Violence et harcèlement
 Contacts accrus avec les clients (traduction des réorganisations affectant le service aux clients, et
vente de billets)
 Isolement
Transport public de
 Horaires rotatifs
voyageurs
 Exigences contradictoires (s’occuper des clients et conduire), susceptibles de favoriser
l’hypertension artérielle et les maladies cardiovasculaires
 Besoins liés au vieillissement de la main-d’œuvre

 Violence et agressions, absence de systèmes de compte-rendu et de formation


 Isolement
 Problèmes liés au temps de travail et aux horaires rotatifs
Services de taxi
 Conception du lieu de travail
 Nécessité d’utiliser des moyens de communication tout en conduisant

 Gestion à flux tendus contribuant au travail sous pression


 Pression des clients; travail sur les sites de tiers
 Usage accru de la surveillance à distance et de technologies complexes
 Conception du lieu de travail
 Accessibilité des installations et services (hygiéniques, alimentaires et médicaux)
Transport routier  Maladies infectieuses
de longue distance Violence et agressions
 Isolement
 Station assise prolongée et exposition aux vibrations
 Risques d’accident, y compris durant les opérations de chargement et déchargement
 Besoins liés au vieillissement de la main-d’œuvre

 Risques d’accident, y compris d’incendie et d’explosion


Transport de  Exposition aux substances dangereuses, notamment lors des opérations de chargement et
marchandises déchargement
dangereuses  Risques de chute du véhicule ou d’autres moyens de transport

 Conditions imprévisibles dans les locaux du client, par exemple disponibilité d’appareils de levage
fiables
 Attentes des clients et contacts avec les clients
 Risques d’accident et aléas des conditions météorologiques, par exemple pour les coursiers à
Services de bicyclette
messagerie  Levage et maniement de paquets/marchandises de tailles et formes imprévisibles
 Problèmes d’organisation du travail: travail sous pression en raison de changements à court terme
et de l’utilisation de systèmes de surveillance/de contact à distance (les chauffeurs reçoivent des
ordres tout en conduisant)

La combinaison spécifique de risques et/ou de facteurs tels que les risques ergonomiques, les
facteurs de stress liés à l’organisation du travail, le bruit, les substances dangereuses, les vibrations,
Tous sous-secteurs les horaires de travail atypiques, le travail loin du domicile et de la base de rattachement, le manque
confondus d’installations, la complexité des situations professionnelles, l’obligation de s’adapter constamment,
et les nombreux changements structurels intervenus dans le secteur, représentent un défi
particulier en termes de surveillance et de prévention.
Les risques liés au Le secteur du transport routier
Introduction à la gestion des risques à l’intention des conducteurs dans le transport routier
Risques professionnels dans le transport routier
Le transport routier est l’un des secteurs d’activité les plus dangereux de l’UE. Les statistiques sur les accidents de
la base de données CARE font état d’environ 10 000 personnes tuées par an sur les routes en Europe. Ces chiffres
englobent en moyenne 1 300 conducteurs d’autobus, d’autocars, de poids lourds et de camions (véhicules de moins
de 3,5 tonnes).
Les chauffeurs ne sont pas seulement confrontés au risque d’accident de la route. Ils peuvent développer des
douleurs dorsales dues à la station assise prolongée dans des cabines peu confortables, ou se blesser lors de chutes
de hauteur au cours du chargement ou de l’attelage/du dételage de la remorque. Ils sont exposés à des conditions
environnementales difficiles et des risques physiques tels que le bruit, les vibrations, des températures élevées et
basses et des substances dangereuses.
En outre, la pression des délais peut entraîner un stress lié au travail, de mauvaises habitudes alimentaires, un
manque de sommeil, des pauses de repos insuffisantes entre les relèves ou les temps de conduite. Le travail dans le
transport routier est également caractérisé par des horaires de travail longs, la solitude et l’isolement par rapport à
la famille et aux amis.
Approche de gestion de la santé et sécurité au travail
Les employeurs ne peuvent pas exercer la même maîtrise des risques et dangers auxquels sont exposés leurs
employés sur la route, que celle qu’ils exercent dans les locaux d’une entreprise. Mais de nombreux accidents de la
route pourraient être prévenus en observant simplement ce qui se passe dans une entreprise, en identifiant les
risques existants et en prenant des mesures pratiques capables d’assurer l’élimination ou la réduction des risques.
L’approche européenne en matière de santé et de sécurité au travail englobe l’évaluation des risques et la mise en
œuvre de mesures préventives, axées en priorité sur l’élimination des risques à la source. Ces principes devraient
être appliqués à l’instauration d’un plan de prévention pour la santé et la sécurité dans le transport routier, couvrant
les équipements, la planification des opérations et le personnel. Les entreprises devraient se doter d’un registre pour
consigner tous les incidents survenus. Ces registres seraient analysés dans le cadre du processus d’évaluation des
risques pour aider à définir les mesures à prendre. Les initiatives de gestion des risques devraient faire partie
intégrante de la gestion globale de l’entreprise, au lieu d’être traitées à part.
Les conducteurs étant souvent des travailleurs à la fois très expérimentés et indépendants, il importe de les
impliquer dans la démarche d’identification des dangers et de définition des meilleures approches de la gestion des
risques.
Les questions de santé et de sécurité au travail à prendre en compte dans un plan de gestion

• Dangers liés aux animaux transportés


• Exposition au froid dans les camions frigorifiques
• Glissades et faux pas
• Risques liés à la route pendant la conduite
• Chutes de la cabine ou de la remorque
• Adéquation du véhicule et de la maintenance
• Forte pression liée à la charge de travail ou aux délais
• Compétence du chauffeur, formation et aptitude médicale
• Faible marge de manœuvre pour l’organisation du travail
• Planification du voyage
• Horaires rotatifs ou changement des horaires de travail
• Station assise prolongée et postures contraintes
• Violence:
• Conception du lieu de travail (cabine)
• Isolement par rapport à la base (obstacle à la communication
• Air conditionné, éclairage, bruit
et à la participation à la SST)
• Manutention manuelle lors du chargement, déchargement
• Installations de bien-être (installations de repos, restauration,
• Vibrations pour l’hygiène)
• Impact mécanique (risque d’être heurté par des • Main-d’œuvre vieillissante, adaptation des conditions pour
objets/véhicules qui tombent ou en mouvement) les femmes, travail transfrontalier
• Agents biologiques • Stress lié aux risques mentionnés ci-dessus
• Substances dangereuses • Coopération avec les tiers (clients, sous-traitants, pour
• Risques d’incendie ou d’explosion l’enlèvement ou la livraison des marchandises)
Les risques liés au Le secteur du transport routier

Quelques conclusions sur la santé au travail dans le secteur du transport routier


Un rapport de l’Observatoire européen des risques de l’EU-OSHA couvrant la totalité du secteur des transports,
révèle que ce secteur exige un niveau élevé d’aptitudes et de compétences professionnelles, notamment: conduire,
charger et décharger, assurer les réparations et résoudre des problèmes techniques, utiliser des technologies de
pointe, avoir certaines compétences linguistiques, assurer les tâches administratives de base et agir en tant
qu’‘ambassadeurs’ de l’entreprise sur la route et lors des échanges avec les consommateurs et les clients. Ces
éléments soulignent l’importance pour ce secteur d’investir dans les conducteurs et les conditions de travail.
Plus spécifiquement, les conclusions du rapport mettent en évidence la nécessité:
 d’accroître la sensibilisation, notamment concernant certains des dangers souvent négligés, tels que les substances
dangereuses;
 d’intégrer la SST dans la prévention des accidents de transport, en exploitant les expériences et les connaissances
des mesures de sécurité routière; de sensibiliser sur les questions relatives à la SST dans les domaines politiques qui
peuvent avoir une incidence sur la sécurité et la santé des travailleurs du secteur des transports;
 de promouvoir la coopération entre les parties prenantes dans le secteur du transport et les parties prenantes de la
SST;
 de s’appuyer sur des exemples concrets.
Informations complémentaires dans le rapport: OSH in figures – OSH in the transport sector – an overview [La SST en
chiffres: la santé et la sécurité au travail dans le secteur des transports - vue d'ensemble.]
Quelques conclusions sur la prévention des risques à partir d’études de bonnes pratiques
L’EU-OSHA a recueilli un certain nombre d’études de cas en matière de gestion des risques pour les conducteurs
dans le transport routier et des campagnes pour améliorer la sécurité. Les conclusions qui peuvent être tirées de ces
exemples sont notamment les suivantes.
Les conducteurs sont souvent indépendants, très expérimentés et habitués à travailler seuls. Cela implique, entre
autres:
 de veiller à ce que les démarches soient concrètes sans être condescendantes;
 d’utiliser les endroits fréquentés par les conducteurs (aires d’autoroute, etc.);
 de veiller à ce que les conseils et solutions s’inspirent de l’expérience des conducteurs, par exemple:
- en impliquant les conducteurs dans la gestion des risques et l’élaboration des solutions;
- en utilisant les conducteurs comme conseillers, mentors, etc.; en prévoyant un délai suffisant pour concevoir les
solutions et introduire les changements
Les consommateurs, les clients et les parties prenantes doivent participer au développement des solutions pour la
gestion des risques:
 la chaîne logistique (fournisseurs, lieux de livraison, etc.);
 les passagers et les écoliers;
 les organismes de sécurité routière, les ministères des transports, etc.
Les grandes organisations sont en mesure d’imposer à leurs fournisseurs des normes en matière de sécurité et de
santé au travail. Les petites et moyennes entreprises (PME) peuvent, à leur tour, être encouragées à adopter ces
mêmes normes avec leurs autres clients.
Les nouvelles technologies installées dans les cabines peuvent servir les intérêts en matière de sécurité et de santé
au travail, en tenant par exemple les conducteurs informés et en améliorant les horaires de livraison.
Les solutions pour la sécurité et la santé au travail demandent du temps pour être appliquées. Il y a lieu d’en tenir
compte dans l’organisation et la programmation du travail. Les clients doivent également être conscients de cet
aspect.
Les formations, par exemple les méthodes de conduite défensive, doivent s’inscrire dans un programme
d’organisation qui prévient les risques et prévoit un engagement clair en matière de gestion.