Vous êtes sur la page 1sur 3

Agrégation externe de Lettres Classiques 2021 + M1-M2 Humanités classiques et humanités

numériques_ 4L7HC04/06P_4L9HC04/06P
Préparation à l’épreuve de version latine_Véronique MERLIER-ESPENEL (merlier@parisnanterre.fr)

Séance du 12/10/20

• Corrigé du DM1_VL2 (rendu le 05/10/20)

Discours de César à ses troupes avant la bataille de Pharsale

« O vainqueur du monde, fortune de mes succès,


soldat, la possibilité d’une victoire tant de fois
« O domitor mundi, rerum fortuna mearum,
souhaitée est là. Il n’est pas besoin de vœux,
miles, adest totiens optatae copia pugnae. faites déjà venir le destin avec le fer. Vous avez
dans vos mains la grandeur de César. Voici ce
Nil opus est uotis, iam fatum accersite ferro.
grand jour, dont je me rappelle qu’il m’a été
In manibus uestris, quantus sit Caesar, habetis. promis devant les eaux du Rubicon, dans
l’espoir duquel nous avons pris les armes, pour
Haec est illa dies mihi quam Rubiconis ad undas
lequel nous avons différé des triomphes de
promissam memini, cuius spe mouimus arma, retour qu’on nous a interdits. C’est ce même
jour aujourd’hui qui peut vous rendre les êtres
in quam distulimus uetitos remeare triumphos,
chers et vos pénates, la guerre achevée, et peut
haec eadem est hodie quae pignora quaeque penates faire de vous des colons. C’est ce jour qui, avec
le destin pour témoin, peut attester de qui a pris
reddat et emerito faciat uos Marte colonos
les armes plus justement ; cette ligne de bataille
haec, fato quae teste probet, quis iustius arma va faire du vaincu un coupable. Si vous avez
attaqué en mon nom la patrie par le fer et par les
sumpserit ; haec acies uictum factura nocentem est.
flammes, maintenant combattez, farouches, et
Si pro me patriam ferro flammisque petistis, lavez votre glaive de la faute : aucune main n’est
pure lorsque le juge de la guerre a été changé.
nunc pugnate truces gladioque exsoluite culpam :
L’affaire n’est pas faite en mon intérêt, mais je
nulla manus, belli mutato iudice, pura est. prie que vous soyez une foule libre, que vous
exerciez le droit sur tous les peuples. Moi-
Non mihi res agitur, sed, uos ut libera sitis
même, désireux de revenir à la vie civile, et de
turba, precor gentes ut ius habeatis in omnes. me présenter comme un citoyen modeste revêtu
de la toge plébéienne, pourvu que tout vous soit
Ipse ego priuatae cupidus me reddere uitae
permis, il n’y a rien que je refuse d’être. Régnez,
plebeiaque toga modicum conponere ciuem, même en me haïssant. Vous cherchez à devenir
l’espoir du monde en versant peu de sang : une
omnia dum uobis liceant, nihil esse recuso.
jeunesse choisie, venant des gymnases grecs,
Inuidia regnate mea. Nec sanguine multo sera là et, avec l’énergie indolente de la palestre,
arrivant à peine à porter ses armes, ou bien la
spem mundi petitis : Grais delecta iuuentus
barbarie discordante d’une foule bigarrée ; celle-
gymnasiis aderit studioque ignaua palaestrae ci ne supportera pas les trompettes ni la clameur
de l’armée qui se met en marche.
et uix arma ferens, aut mixtae dissona turbae
barbaries, non illa tubas, non agmine moto
clamorem latura suum. Ciuilia paucae
Rares sont les troupes qui mèneront les guerres
bella manus facient : pugnae pars magna leuabit civiles : la partie importante de la bataille
soulagera la terre de ces peuples et piétinera
his orbem populis Romanumque obteret hostem.
l’ennemi romain. Allez à travers les peuples
Ite per ignauas gentes famosaque regna indolents et les royaumes célèbres et faites plier
le monde au premier mouvement d’épée ! Et
et primo ferri motu prosternite mundum ;
qu’il soit manifeste que les peuples que Pompée
sitque palam, quas tot duxit Pompeius in urbem a amenés dans la ville sur des chars ne valaient
pas un seul triomphe.
curribus, unius gentes non esse triumphi. (…)
Agrégation externe de Lettres Classiques 2021 + M1-M2 Humanités classiques et humanités
numériques_ 4L7HC04/06P_4L9HC04/06P
Préparation à l’épreuve de version latine_Véronique MERLIER-ESPENEL (merlier@parisnanterre.fr)

Quod si, signa ducem numquam fallentia uestrum, Car si je me fie aux signes que vous me
renvoyez, jamais trompeurs pour un chef, aux
conspicio faciesque truces oculosque minaces,
visages terribles et aux yeux menaçants, vous
uicistis. Videor fluuios spectare cruoris êtes victorieux. Il me semble que je vois des
flots de sang, en même temps que des rois foulés
calcatosque simul reges sparsumque senatus
aux pieds, le corps du sénat dispersé, et les
corpus et inmensa populos in caede natantis. peuples nageant dans un immense carnage. Mais
je retarde mes destins, moi qui vous retiens avec
Sed mea fata moror, qui uos in tela furentis
mes discours alors que vous brûlez de jeter vos
uocibus his teneo. Veniam date bella trahenti : traits. Pardonnez-moi de retarder le combat : je
tremble d’espoir ; jamais je n’ai vu les dieux me
spe trepido ; haud umquam uidi tam magna daturos
faire de si grandes promesses et se tenir si près
tam prope me superos ; camporum limite paruo de moi ; il n’y a plus qu’un mince espace qui
nous sépare de nos vœux.
absumus a uotis. (…) »

Lucain, La Pharsale, VII


Agrégation externe de Lettres Classiques 2021 + M1-M2 Humanités classiques et humanités
numériques_ 4L7HC04/06P_4L9HC04/06P
Préparation à l’épreuve de version latine_Véronique MERLIER-ESPENEL (merlier@parisnanterre.fr)

VERSION LATINE N°4 (VL4)

DM2_à rendre le 9/11/20 (casier n°264)

Les M1 M2 ne rendent que les 12 premières lignes (jusqu’à : incolumen esse)

Brutus reproche à Cicéron de se montrer trop conciliant envers le jeune Octave (-43)

Après l’assassinat de César par Brutus et Cassius aux Ides de mars -44, deux camps s’affrontent : les « républicains », qui
soutiennent les assassins de César et ses « héritiers », son lieutenant Marc-Antoine et son petit-neveu Octave, futur empereur
Auguste.

Hic ipse puer, quem Caesaris nomen incitare uidetur in Caesaris interfectores, quanti
aestimet, si sit commercio locus, posse nobis auctoribus tantum quantum profecto poterit,
quoniam uiuere et pecunias habere et dici consulares uolumus ! Ceterum nequiquam perierit
ille (cuius interitu quid gauisi sumus si mortuo eo nihilo minus seruituri eramus ?), si nulla
cura adhibetur.
Sed mihi prius omnia di deaeque eripuerint quam illud iudicium quo non modo heredi
eius quem occidi non concesserim quod in illo non tuli sed ne patri quidem meo, si reuiuiscat,
ut patiente me plus legibus ac senatu possit. An hoc tibi persuasum est, fore ceteros ab eo
liberos quo inuito nobis in ista ciuitate locus non sit ? Qui porro id quod petis fieri potest ut
impetres ? Rogas enim uelit nos saluos esse : uidemur ergo tibi salutem accepturi cum uitam
acceperimus ? Quam, si prius dimittimus dignitatem et libertatem, qui possumus accipere ?
An tu Romae habitare, id putas incolumem esse ? Res, non locus, oportet praestet istuc mihi ;
neque incolumis Caesare uiuo fui, nisi postea quam illud consciui facinus, neque usquam
exsul esse possum, dum seruire et pati contumelias peius odero malis omnibus aliis. Nonne
hoc est in easdem tenebras recidisse, si ab eo qui tyranni nomen adsciuit sibi, cum in Graecis
ciuitatibus liberi tyrannorum oppressis illis eodem supplicio adficiantur, petitur ut uindices
atque oppressores dominationis salui sint ? Hanc ego ciuitatem uidere uelim aut putem ullam
quae ne traditam quidem atque inculcatam libertatem recipere possit, plusque timeat in puero
nomen sublati regis quam confidat sibi, cum illum ipsum qui maximas opes habuerit
paucorum uirtute sublatum uideat.
Me uero posthac ne commendaueris Caesari tuo, ne te quidem ipsum, si me audies.
Valde care aestimas tot annos quot ista aetas recipit si propter eam causam puero isti
supplicaturus es. Deinde, quod pulcherrime fecisti ac facis in Antonio, uide ne conuertatur a
laude maximi animi ad opinionem formidinis. Nam si Octauius tibi placet a quo de nostra
salute petendum sit, non dominum fugisse sed amiciorem dominum quaesisse uideberis.