Vous êtes sur la page 1sur 3

Être Malgache aujourd’hui : qu’est-ce que cela signifie ?

30 juil. 2018
Être Malgache aujourd’hui renvoie à de nombreux paradoxes : Des personnes qui luttent
chaque jour pour trouver de quoi se nourrir, d’autres qui achètent de nouveaux véhicules tout-
terrain récemment mis sur le marché, un pays extrêmement riche et un PIB par habitant qui est
l’un des plus bas du monde… Que signifie être Malgache aujourd’hui ? Que dirait un Malgache
si on lui demandait de présenter son peuple et son pays ?

Vivre dans le 4e pays le plus pauvre du monde


Une économie toujours en déclin
Madagascar est le seul pays du monde à continuer à s’appauvrir depuis l’obtention de
son indépendance (1960). En presque 60 ans, l’économie malgache est toujours en déclin et la
population est de plus en plus en difficulté, alors que le pays n’a connu aucune guerre ni
catastrophe naturelle importante. Le centre de recherche Développement, institutions et
mondialisation (DIAL) attribue cette situation au rôle prédateur des élites, au tabou de la violence
et à la faiblesse de la société civile. En 2018, le Fonds monétaire international (FMI) a classé
Madagascar au 4e rang des pays les plus pauvres du monde, avec un PIB par habitant de 424 $.
Une gouvernance qui ne fait qu’appauvrir le pays
Les élites qui sont immensément riches aident rarement les plus démunis à se construire. Ceux qui
sont au pouvoir consacrent leur énergie à amasser plus de richesse et de pouvoir. Les programmes
de développement et les aides de toutes sortes sont presque exclusivement financés par
les bailleurs de fonds étrangers (FMI, Union européenne, gouvernements, etc.), alors qu’aucune
restriction budgétaire n’est jamais exigée de l’État malgache. La loi des finances malgaches n’est
qu’un moyen de profiter au maximum des caisses de l’État. L’argent public est dépensé n’importe
comment et les salaires et indemnités dans certaines entités étatiques sont aberrants.
Un peuple qui subit
À cause du caractère sacré de l’État, du tabou de la violence, de la peur et bien d’autres raisons,
les Malgaches n’osent jamais exprimer leurs désaccords. Tous les coups d’État réalisés jusqu’ici
ont été menés par quelques hommes, avec ou non l’appui de l’armée qui n’a jamais eu besoin
d’intervenir directement. En cas de grève, la répression est de plus en plus sévère. Le Peuple ne
fait que débattre entre eux et exprimer leur colère sur les mauvaises personnes. Certains comptent
sur les ancêtres, les chefs religieux et Dieu pour améliorer leur situation et bon nombre de chefs
religieux en profitent !
Des cancers à guérir
Selon Transparency International, le pays est classé 155e en matière de corruption, mais la
réalité est peut-être pire que ça, puisque tous les secteurs d’activités et institutions sont touchés
par ce cancer qui tue à petit feu : les Forces de l’Ordre, les Impôts, les Douanes, les services
publics, l’éducation, les secteurs minier et forestier, la justice, etc.
La pauvreté touche également la mentalité des Malgaches :

 On ne souhaite pas la réussite de son voisin, malgré le fihavanana


 L'entre-aide n’est pas suffisant
 La loi et l’ordre ne sont pas respectés
 On voit petit au lieu de voir grand

Vivre dans un pays extrêmement riche


De riches et incroyables ressources naturelles
Madagascar est la 5e plus grande île du monde (587 295 km2), doté de 4 828 km de côtes, avec
de très belles plages, des îles paradisiaques et une extraordinaire richesse marine. L’intérieur des
terres est vaste et arable, comptant de nombreux lacs et rivières, parfaitement propices à
l’agriculture, l’élevage et la pêche. Les forêts et merveilles naturelles continuent d’ébahir et
d’intéresser fortement les scientifiques du monde entier, notamment en raison de l’endémicité de
la faune et de la flore. Le potentiel touristique est exceptionnel, d’autant plus que le peuple est
accueillant. En plus de tout cela, le pays possède d’incroyables richesses minières et pétrolières.
Une économie qui suffit amplement
Le père Pedro Opeka, une importante figure du pays, le seul humanitaire que les Malgaches
connaissent, avait fait un coup de gueule en 2017 à la télévision française, racontant sa lutte contre
la pauvreté à Madagascar depuis presque 50 ans. Il avait utilisé des mots forts comme
« s’insurger », car il était sans doute lassé par son impuissance face à l’ampleur du problème. Il
avait entre autres dénoncé le manque, sinon l’absence d’entre-aide entre Malgaches. Si les
Malgaches s’entre-aidaient et que les riches finançaient les projets des moins riches, rien ne serait
impossible ! Si l’État économisait de l’argent, l’apport financier gagné serait inimaginable !
Un fort sentiment d’identité nationale
L’un des plus grands avantages de Madagascar par rapport à d’autres pays africains, c’est que son
peuple est rattaché aux mêmes valeurs, uni par une langue officielle (le malagasy) et une identité
nationale. La majorité s’identifie en tant que Malagasy, semblable avec tous ses compatriotes,
quelle que soient leurs origines : Du nord, du sud, de l’ouest, de l’est, du centre. Le pays est plein
de paradoxes et de casse-têtes, mais seuls les Malgaches ont les réponses et les solutions.
La révolution des jeunes Malgaches
Aujourd’hui, on voit la montée en puissance des actions de jeunes Malgaches qui souhaitent
enfin voir de réels changements. Concernant la politique, les jeunes sont de plus en plus actifs
dans les médias : Radio, télévision, presse écrite et Facebook. Les entrepreneurs font également
déjà la différence avec des projets innovants et prometteurs :
 Ecology Bag (sacs en papier)
 Fiombonana (produits laitiers)
 Flore Aroma (produits bio à base d’huiles essentielles)
 Sayna (formation aux métiers de l’Internet)

Ces jeunes de moins de 30 ans ont été distingués par des prix, entre autres Meilleur startupper
d’Afrique, Meilleure Entreprise « Développement-Croissance » océan Indien… Les
changements sont en cours…