Vous êtes sur la page 1sur 24

NOTES & MORCEAUX CHOISIS

n°4 — juillet 2001

L’idéologie des “sciences de la vie”


Extraits adaptés commentés et illustrés d'exemples tirés des événements récents
du chapitre III (Causes and their effects)
du livre de Richard C. Lewontin, Biology as Ideology,
1990.

page 1

Le modèle mécanique de la vie


ou
de la vision mécaniste du monde
à l’autonomie de la technique
page 13

morceau choisi :

La valeur du progrès
par E. Dupréel,
professeur à l'université de Bruxelles,
1928

page 20

seconde édition
2005

Bulletin critique
des sciences, des technologies
et de la
société industrielle
Tous les ans 3 euros
L’idéologie des “sciences de la vie”

« Il faudra que certains aient le courage d’intervenir sur la lignée germinale


[humaine] sans être sûrs du résultat. De plus, et personne n’ose le dire, si nous pouvions
créer des êtres humains meilleurs grâce à l’addition de gènes (provenant de plantes ou
d’animaux), pourquoi s’en priver ? Où est le problème ? »
Déclaration de James Watson,
– codécouvreur de la structure en double hélice de l’ADN en 1953 –
lors d’une conférence à l’université de Californie en 1998.

Nota Bene : Ce qui suit est un ensemble d’extraits adaptés et commentés du cha-
pitre III (Causes and their effects) du livre de Richard C. Lewontin, Biology as Ideology
(1990). Les passages que nous avons réécrits, parce que Lewontin considère que son lecteur
possède déjà des connaissances en biologie, sont entre points (•…•) et les commentaires que
nous avons ajoutés, parce qu’il ne va pas toujours au bout de ses raisonnements, sont entre
crochets et en italiques ([…]) ; toutes les notes de bas de page ont été ajoutées par nous.
Lewontin, en tant que scientifique, emploie le “nous” pour parler des travaux et des activi-
tés des chercheurs. Dans nos commentaires et nos corrections, notre point de vue étant dif-
férent, nous avons employé d’autres tournures.

LA BIOLOGIE MODERNE se caractérise par le maladie (1). N’importe quel manuel de médecine
fait qu’elle dépend d’un certain nombre de préju- dira que la cause de la tuberculose est le bacille
gés, lesquels façonnent sa façon d’expliquer les tuberculeux (bacille de Koch) qui nous apporte la
choses et la manière dont les recherches sont effec- maladie au moment où il nous infecte. La médeci-
tuées. Un de ces préjugés majeur porte sur la ne moderne dira que c’est grâce à la médecine
nature des causes. On recherche généralement la scientifique (c’est-à-dire à elle-même) que nous ne
cause d’un effet, ou, si l’on concède l’existence d’un mourons plus de maladies infectieuses, grâce aux
certain nombre de causes, on suppose qu’il y a une antibiotiques, aux traitements chimiques, et aux
cause prépondérante et que les autres ne sont méthodes high-tech avec lesquelles on s’occupe des
qu’accessoires. Dans tous les cas, ces causes sont malades ; que c’est grâce à tout cela que cette bac-
séparées des autres, elles sont étudiées à part, térie a été vaincue.
manipulées et mises en relation de façon indépen- Quelle est la cause du cancer ? Une proliféra-
dante. De plus, ces causes ne sont étudiées que tion illimitée de cellules, conséquence du fait que
dans une perspective particulière : on examine le certains gènes n’arrivent plus à réguler la division
gène ou l’organe défectueux d’un individu détermi- des cellules. Donc, nous avons un cancer parce que
né, considéré comme l’hôte ou le réceptacle de nos gènes ne font pas leur travail. Auparavant, les
causes biologiques internes et soumis à d’autres gens pensaient que les virus étaient une des caus-
causes externes provenant d’une nature autono- es principales du cancer, et on a dépensé beaucoup
me. d’argent et passé beaucoup de temps à chercher,
sans succès, les causes virales du cancer chez l’être
[Autrement dit, la biologie moderne ne consi-
humain. Mais aujourd’hui, l’explication par les
dère pas l’être vivant comme une totalité orga-
gènes est à la mode.
nique, où chaque phénomène ne peut être compris
qu’en relation avec l’unité que constitue l’organis- 1. Dans d’autres domaines, qui ont trait d’une manière
me, mais plutôt comme une accumulation de fonc- générale à ce que l’on appelait autrefois les “sciences natu-
tions, indépendantes les unes des autres et subis- relles”, il est aisé de retrouver le même type de démarche. Par
exemple, en ce qui concerne le changement climatique, des
sant des modifications suivant les circonstances, chercheurs tentent très sérieusement d’évaluer la part (en %)
tout comme les éléments d’une machine (voir plus de responsabilité humaine dans ce phénomène et la part de
loin l’article Le modèle mécanique de la vie).] changement que l’on pourrait qualifier de “naturel”. Il devrait
pourtant être évident que le climat forme une totalité vivante
où chacun des éléments réagit à tous les autres, créant ainsi un
Nulle part cette vision n’est plus évidente que équilibre dynamique dans lequel il est impossible d’isoler telle
dans nos théories relatives à la santé et à la ou telle influence.

— 1—
N o t e s & M o r c e a u x C h o i s i s n ° 4

Il existe aussi d’autres théories sur les causes Nous le savons tous, dans l’Europe moderne,
du cancer, liées à l’environnement. On nous dit que les femmes vivent plus longtemps que les
les cancers sont causés par l’amiante, les PCB ou hommes ; mais ce ne fut pas toujours le cas. Avant
par des produits chimiques naturels sur lesquels le début du siècle, les femmes mouraient avant les
nous n’avons aucun contrôle, et auxquels nous hommes, et la médecine moderne nous explique
sommes exposés toute notre vie, même si leur couramment que la cause principale de la mortali-
concentration est très minime. Donc, tout comme té féminine venait des accouchements. Selon cette
nous éviterons de mourir de la tuberculose en nous conception, la médecine antiseptique moderne et
occupant du microbe qui en est la cause, nous évi- l’hôpital ont grandement contribué à sauver la vie
terons le cancer en débarrassant notre environne- des jeunes femmes en âge d’enfanter. Mais si l’on
ment des produits chimiques particulièrement regarde les statistiques, on se rend compte que les
nocifs qui s’y trouvent. infections liées à l’accouchement n’ont pas été un
Certainement, il est exact que l’on ne peut grand facteur de mortalité au XIXe siècle. Presque
attraper la tuberculose en l’absence du bacille tout l’excès de mortalité venait de la tuberculose,
tuberculeux, tout comme on ne peut avoir un can- et lorsque celle-ci cessa d’être un fléau majeur, l’es-
cer du mésothéliome sans avoir ingéré de l’amian- pérance de vie des femmes cessa d’être inférieure
te ou des produits similaires. Mais cela ne veux à celle des hommes. Une cause très importante de
pas dire que la cause de la tuberculose est le bacil- mortalité des enfants était l’eau bouillante et les
le tuberculeux, ni que la cause du mésothéliome brûlures, et cela concernait particulièrement les
est l’amiante (2). Qu’elles sont les conséquences de petites filles, qui passaient beaucoup de temps
cette façon de penser pour notre santé ? Supposons dans les cuisines (près du feu, donc). Leurs jeunes
que nous remarquions que la tuberculose était une frères passaient beaucoup de temps hors de la
maladie extrêmement répandue dans les misé- maison, dans des ateliers qui, même s’ils n’étaient
rables ateliers et usines du XIXe siècle, et que le pas des modèles de bonnes conditions de travail,
pourcentage de tuberculeux était bien plus faible étaient un peu moins dangereux que le foyer fami-
chez les ruraux et les membres des classes supé- lial.
rieures. Il serait peut-être alors justifié de pré- Revenons maintenant à la tuberculose et aux
tendre que la cause de la tuberculose est le capita- autres maladies infectieuses qui tuèrent tant de
lisme sauvage et industriel, que si nous nous personnes au XIXe siècle et au début du XXe siècle.
débarrassons de ce système social nous n’aurons Un examen des causes de mortalité, répertoriées
plus de soucis à nous faire avec le bacille tubercu- pour la première fois vers 1830 en Grande-
leux. Si nous jetons un œil sur l’histoire de la Bretagne et un peu plus tard en Amérique du
maladie et de la santé dans l’Europe moderne, Nord, montre qu’en fait la plupart des gens mou-
cette explication vaut bien celle du bacille (3). raient de maladies infectieuses, en particulier de
maladies respiratoires. Ils mouraient à cause de la
Quelle est la preuve des avantages de la méde- tuberculose, de la diphtérie, de la bronchite, de
cine moderne ? Il est certain que nous vivons bien pneumonies, de la rougeole (les enfants essentiel-
plus longtemps que nos ancêtres. Aux USA, en lement), et de la variole. À mesure que l’on avance
1890, l’espérance de vie d’un petit Blanc était de dans le XIXe siècle, ces maladies ont régulièrement
45 ans (à la naissance), aujourd’hui elle est de 75 décliné. Les avancées de la médecine ont traité la
ans. Mais cela ne vient pas du fait que la médeci- variole, mais on ne saurait prétendre qu’il s’agisse
ne moderne ait prolongé l’existence des vieillards là des avancées de la médecine moderne, le vaccin
et des gens malades. Pour une part importante, ce ayant été découvert au XVIIIe siècle et ayant com-
changement de durée de l’espérance de vie vient de mencé à être largement utilisé au début du XIXe
l’extraordinaire réduction de la mortalité infantile. siècle. Le taux de mortalité dû à la bronchite, la
Avant le début du XXe siècle, et surtout au début pneumonie et la tuberculose diminua assez régu-
du XIXe siècle, un enfant avait peu de chances d’at- lièrement pendant le XIXe siècle, sans raison évi-
teindre l’âge d’un an. En 1860 le taux de mortalité dente. La théorie microbienne avancée en 1876 par
infantile était de 13% aux USA, l’espérance de vie Robert Koch n’eut aucun effet sur le taux de mor-
moyenne de toute la population était donc considé- talité. Le taux de mortalité lié à ces maladies
rablement réduite. Les pierres tombales des per- infectieuses continua à décliner, comme si Koch
sonnes mortes au milieu du XIXe siècle indiquent n’avait jamais existé. Et au moment où fut intro-
pourtant qu’un nombre considérable de gens mou- duite la thérapie chimique contre la tuberculose,
raient vieux. En fait, la médecine moderne n’a pas au début du XXe siècle, le taux de mortalité dû à
fait grand’chose pour ajouter des années de vie aux cette maladie avait déjà chuté de 90%.
personnes ayant déjà atteint l’âge de la maturité. L’un des cas les plus éclairant est celui de la
Ces 50 dernières années, l’espérance de vie d’une rougeole. Aujourd’hui les petits Américains et
personne de 60 ans ne s’est accrue que 4 mois. Canadiens ne l’attrapent plus beaucoup, car ils ont
été vaccinés ; mais tous les écoliers de la généra-
2. Pas plus que le prion n’est la cause de la maladie de la tion précédente la contractaient, et pourtant très
vache folle. Voir de Guy Kastler, Vache folle, à quand la pro- peu en mouraient. Au XIXe siècle, la rougeole était
chaine crise ?, éd Nature & Progrès.
3. Pour une approche légèrement différente et complémen-
un fléau mortel et aujourd’hui en Afrique, elle
taire de la question, voir Ivan Illich, Némésis Médicale, 1975 reste la cause la plus importante de mortalité
(éd. Seuil, coll. Points).

— 2 —
L ’ i d é o l o g i e d e s “ s c i e n c e s d e l a v i e ”

infantile. La rougeole est une maladie que tout le placera l’autre. Les agences de régulation ou les
monde attrape, contre laquelle il n’y a pas de trai- services de planification centrale calculent des
tement médical et qui, dans les pays avancés, a rapports coût/bénéfices dans le cadre desquels la
cessé d’être fatale. misère humaine est évaluée au cours du dollar.
La régression progressive du taux de mortalité L’amiante et les fibres de coton ne sont pas les
ne fut pas une conséquence de l’hygiène moderne, causes du cancer. Ce sont les agents de causes
car les maladies les plus mortelles du XIXe siècle sociales, de formations sociales qui déterminent la
étaient véhiculées par l’air et non par l’eau. Tout ce nature de nos existences de producteurs et de
que l’on peut dire, c’est que l’amélioration de l’ali- consommateurs, et ce n’est finalement qu’en trans-
mentation et l’augmentation des salaires réels formant ces forces sociales que nous pouvons
sont la raison principale de cette régression de la prendre le problème de la santé à la racine. Faire
mortalité. Aujourd’hui, dans un pays comme le résider la puissance causale dans des agents inani-
Brésil, la mortalité varie en fonction du montant més qui paraissent posséder un pouvoir et une
du salaire minimum. Au XIXe siècle, et en existence propre, plutôt que dans les relations
Angleterre jusque tard dans le XXe siècle, les sociales est une des principales mystifications de
hommes qui travaillaient étaient mieux nourris la science et de ses idéologies.
que les femmes au foyer. Souvent, dans une famil-
le urbaine de travailleurs anglais, s’il y avait de la [Pour pertinente qu’elle soit, cette distinction
viande, on la gardait pour les hommes. Il y a donc si tranchée entre agents et cause n’est pas pleine-
eu des changements sociaux complexes, dont le ment satisfaisante, dans la mesure où elle n’est
résultat est que les salaires de la grande masse de pas complètement développée : en effet, les agents
la population ont augmenté ; cela s’est traduit par pathogènes de la fin du XXe siècle différent radi-
une alimentation de bien meilleure qualité, laquel- calement de ceux du XIXe siècle. Si le bacille de
le est à la base de l’augmentation de notre longé- Koch n’est, en effet, qu’un agent de la tuberculose
vité et de la diminution du taux de mortalité causé et qu’il est possible de remédier à ses causes
par les maladies infectieuses. Aussi, bien que l’on sociales en relevant les salaires des ouvriers, il est
puisse dire que le bacille tuberculeux provoque la plus difficile, par contre, de soutenir le même rai-
tuberculose, il est plus exact de dire que les caus- sonnement en ce qui concerne la quasi-totalité des
es de la tuberculose étaient le capitalisme sauvage polluants d’aujourd’hui. À supposer qu’une trans-
du XIXe siècle, non tempéré par les exigences des formation radicale de la société puisse en arrêter
syndicats et de l’État. Mais l’origine sociale des demain la production, les quantités déjà pro-
pathologies ne relève pas des compétences de la duites et disséminées d’amiante, de produits chi-
biologie, et les étudiants en médecine continuent miques, de radioéléments, ou encore de gènes bri-
donc d’apprendre que la cause de la tuberculose colés, continueront à nuire encore pour un
est un bacille. moment – dans le cas de la pollution radioactive,
pour prendre un seul exemple, pendant plusieurs
Ces vingt dernières années, en raison juste- générations. Les responsables du système savent
ment du déclin des maladies infectieuses en tant bien qu’ils ne peuvent empêcher l’empoisonnement
que cause importante de morbidité, d’autres expli- général par quelque réforme ou réglementation
cations monocausales aux maladies ont été avan- que ce soit, aussi se contentent-ils plus modeste-
cées. Il ne fait aucun doute que les produits pol- ment de le gérer, c’est-à-dire d’en encadrer les
luants et les déchets industriels sont les causes effets en planifiant le nombre de victimes
physiologiques immédiates de cancer, de la silicose annuelles selon des normes « d’acceptabilité socia-
du mineur, des problèmes pulmonaires des le ».
ouvriers du textile et de tout un tas d’autres dom- Il faudrait donc compléter le raisonnement de
mages. De plus, il est tout aussi vrai qu’il se trou- Lewontin en disant que notre époque se caractéri-
ve des traces de diverses substances cancérigènes se, et c’est ce qui la distingue des siècles précé-
même dans la meilleure nourriture et dans l’eau dents, par le fait que les agents continuent d’agir
non contaminée par les pesticides et les herbicides même si les causes de leur incidence ont dispa-
– lesquels rendent malades les agriculteurs qui les rues, c’est-à-dire que les agents qu’elle produit
répandent. Mais dire que les pesticides causent la deviennent à leur tour des causes qui, aux yeux
mort des agriculteurs ou que les fibres de coton du public, justifient non pas la réforme ou l’arrêt
engendrent des maladies pulmonaires chez les du système industriel qui en est à l’origine – et
ouvriers du textile revient à transformer des objets donc un changement social radical –, mais au
inanimés en fétiches. Il nous faut faire la distinc- contraire son renforcement, son amélioration et
tion entre agents et causes. Les fibres d’amiante et son perfectionnement, c’est-à-dire la fuite en avant
les pesticides sont les agents de maladies et d’in- dans le développement technologique et la crois-
validités, mais c’est une illusion que de supposer sance économique. Ainsi, comme le suggèrent insi-
que si nous éliminons ces polluants particuliers, dieusement les publicités des grands groupes
les maladies s’en iront. Car d’autres polluants industriels en vantant le monde « plus propre,
prendront leur place. Aussi longtemps que les gens plus sain et plus sûr » que paraît-il leurs départe-
seront prisonniers de besoins économiques ou de la ments en « sciences de la vie » nous préparent,
régulation étatique de la production et de la demain, il faudra par exemple des thérapies géné-
consommation de certains biens, un polluant rem- tiques pour nous adapter à un environnement de
— 3 —
N o t e s & M o r c e a u x C h o i s i s n ° 4

plus en plus pollué par les produits industriels et que d’y avoir recours, qui les rendent indispen-
des OGM pour adapter les plantes et les animaux sables à chacun, et avec l’aide de l’État, elle dis-
aux conséquences du dérèglement climatique pense en plus les compensations psychologiques et
engendré par le développement industriel, etc. Par distractions subjectives (télévision, jeux vidéos,
les désastres qu’il engendre irrémédiablement, le culture en toc, participation citoyenne, etc.) qui
système justifie le maintient – voire la dégrada- permettent de faire oublier la misère de cette exis-
tion – des rapports sociaux en même temps que la tence.
fuite en avant technologique et la poursuite de la Être conservateur au sens révolutionnaire,
croissance économique. L’industrie de la dépollu- aujourd’hui, alors que la rationalisation de l’exis-
tion est ainsi présentée comme le seul remède à la tence par les prothèses technologiques tend à
pollution industrielle… imposer dans tous les domaines la dépossession
Par conséquent, il n’est plus forcément réfor- des facultés humaines et la soumission à la néces-
miste de lutter contre la dissémination des agents, sité économique et industrielle, nous semble pou-
puisque c’est ainsi s’opposer à ce qui a toutes les voir consister dans la préservation de ces facultés
chances de devenir par la suite une justification humaines par leur mise en pratique autonome. Il
supplémentaire du renforcement du système, au ne faut évidement pas entendre ici les mots de
nom de la protection de la santé du citoyen- “conservation” et de “préservation” dans un sens
consommateur. Au contraire, une telle lutte doit muséographique, qui consisterait à retrouver
être comprise comme relevant du “conservatisme intactes et à maintenir figées les connaissances,
ontologique” tel que le définissait Günther les savoir-faire et les pratiques qui ont permis par
Anders : le passé aux hommes de construire ce qui fut
d’abord leur monde – si plein de “défauts” et “d’ar-
Il y a la célèbre formule de Marx : « Les philo-
chaïsmes” fût-il. Ce que la paysannerie et l’artisa-
sophes n’ont fait qu’interpréter le monde de diverses
manières, ce qui importe, c’est de le transformer. » nat, notamment, ont réalisé à la fois comme pro-
Mais maintenant, elle est dépassée. Aujourd’hui, il ductions, rapport à la nature, rapports sociaux et
ne suffit plus de transformer le monde ; avant tout, modes de vie contient des éléments dont ont peut
il faut le préserver. Ensuite, nous pourrons le trans- utilement s’inspirer aujourd’hui pour commencer
former, beaucoup, et même d’une façon révolution- de se sauver de la société industrielle, pour sortir
naire. Mais avant tout, nous devons être conserva- un tant soit peu de la dépendance au salariat et à
teurs au sens authentique, conservateurs dans un la marchandise à quoi tous ses moyens sont
sens qu’aucun homme qui s’affiche comme conserva- employés à réduire tout le monde.
teur n’accepterait. (4)

Être conservateur, au sens révolutionnaire


que suggère ici Anders, consiste d’abord à lutter
pour la préservation des conditions qui permet-
tent la vie humaine sur Terre. Par là, il faut
entendre évidement la préservation des conditions
biologiques de la vie (par l’opposition à l’indus-
trie, à l’armement et à la guerre nucléaire, à la
pollution chimique et génétique de la nature, à la
destruction de l’environnement par l’industriali-
sation et l’urbanisation de la vie sociale) à partir
desquelles, en fait, aucune liberté et aucune auto-
nomie humaines ne sont possibles. Partout où les
conditions biologiques de la vie sont dégradées –
que ce soit dans les grands centres urbains, les Il est moins nécessaire en ces questions d’in-
banlieues dortoir ou les campagnes industriali- nover radicalement que de re-produire, c’est-à-
sées ou muséifiées – les hommes sont étranger à dire de produire à nouveau, les conditions d’une
cet environnement menaçant et la vie sociale est existence moins soumise à la marchandise en
elle-même appauvrie et corrompue. On voit donc commençant par prendre en main les conditions
que le problème dépasse de loin les jérémiades éco- matérielles de sa propre existence (et l’opposition
logistes ou citoyennes qui demandent plus de aux nuisances industrielles peut en être l’occasion
“contrôles” et de “transparence”, c’est-à-dire une et le point de départ (5)) et sur cette base trouver
planification plus rigoureuse du nombre des vic- d’autres personnes avec qui s’associer.]
times et de l’étendue des dégâts par la participa-
tion de tous à l’établissement des normes « d’ac- Tout comme la pollution est la version la plus
ceptabilité sociales ». moderne et la plus à la mode des forces extérieures
hostiles du monde physique auxquelles nous
L’industrie produit les marchandises en devons, paraît-il, nous mesurer, de simples forces
masse, mais aussi le salariat et la pollution, c’est- inertes, les gènes, sont maintenant tenues pour
à-dire les conditions sociales et environnemen- responsables, non seulement de la santé humaine
tales qui font que l’on ne peut plus faire autrement
5. Voir Christian Fons, OGM – Ordre Génétique Mondial,
4. Günther Anders, Et si je suis désespéré, que voulez-vous en particulier le chapitre final A suivre…, éd. L’Esprit
que j’y fasse ?, interview de 1977 (éd. Allia, 2001). Frappeur, 2001.

— 4 —
L ’ i d é o l o g i e d e s “ s c i e n c e s d e l a v i e ”

au sens médical du terme, mais de toute une varié- quoique que toutes les cellules de l’organisme
té de problèmes sociaux, comme par exemple l’al- aient le même matériel génétique, elles se diffé-
coolisme, la criminalité, la dépendance aux rencient en fonction de leur contexte, de l’organe
drogues et les dérangements mentaux (6). D’où le dans lequel elles se trouvent, en produisant des
projet de séquençage du génome humain, un pro- protéines spécifiques adaptés à leur fonction au
gramme représentant plusieurs milliards de dol- sein de cet organe. Ce processus d’activation et
lars qui prend la place du programme spatial pour d’inhibition de la production de constituants cellu-
dépenser l’argent public. laires est donc sensible aux conditions extérieures.
La membrane, qui constitue l’enveloppe extérieure
• Il y a plusieurs choses à savoir sur les gènes de la cellule, comporte différents récepteurs (des
et sur la manière dont les scientifiques en parlent. protéines) qui sont sensibles à la présence d’hor-
L’ensemble du matériel génétique d’un être vivant mones (des protéines également) et d’autres molé-
est présent dans chacune de ses cellules, et c’est cules ou détectent les récepteurs des autres cel-
donc d’abord à ce niveau que la biologie moléculai- lules, constituant ainsi un moyen de reconnaissan-
re fait ses recherches. Le noyau de la cellule abri- ce des cellules entre-elles et de régulation de leurs
te plusieurs long brins d’ADN roulés en des sortes échanges à l’intérieur d’un organe et plus généra-
de pelotes qui constituent les chromosomes. lement de l’organisme en son entier. Les gènes, en
Chaque brin d’ADN est une longue séquence d’élé- réglant la production de ces diverses protéines,
ments nommés nucléotides, dont il n’existe que jouent donc un rôle dans la formation et le fonc-
quatre sortes, désignés par les lettres A, T, C et G. tionnement de l’organisme tout entier.
L’ADN est un long cordon constitué de milliards de
ces nucléotides placés dans un certain ordre (par La molécule d’ADN est dotée aussi d’une carac-
exemple: AATCCGATT…), dont seulement une téristique spéciale, elle est le modèle pour la fabri-
partie constitue les gènes proprement dits. Quant cation d’autres copies d’elle-même. Lorsqu’une cel-
au reste de ces séquences qui ne sont pas des lule se reproduit, elle se divise en deux et chaque
gènes, les chercheurs l’appellent « l’ADN poubelle » nouvelle cellule hérite une copie complète du
(junk DNA). Selon eux, il serait qu’un résidu de matériel génétique, plus ou moins identique à
l’évolution génétique, quoiqu’il représente une celui de la cellule d’origine. La molécule d’ADN est
grande partie du matériel génétique chez l’homme constituée d’une double hélice sur laquelle se trou-
et qu’ils ignorent s’il a une fonction précise ou non. vent les nucléotides assemblés par paires complé-
mentaires ; A est complémentaire de T, C est com-
Les gènes quant à eux, remplissent deux fonc- plémentaire de G, ainsi lorsque sur une hélice ont
tions. Premièrement, une partie de la séquence a, par exemple, la séquence AATCCGATT, sur
des nucléotides qui constitue un gène spécifie, tout l’autre hélice se trouve la séquence TTAGGCTAA.
comme un code, quelle sera la composition des pro- Au moment de la division cellulaire, les deux par-
téines, c’est-à-dire des molécules dont sont faits ties de cette double hélice sont séparées et la par-
tous les êtres vivants. Ces protéines comprennent tie complémentaire peut être reconstituée, en
les éléments structurels de notre corps, les maté- quelque sorte “automatiquement”, pour former
riaux de nos cellules et tissus et les enzymes et les deux filaments d’ADN presque identiques. En effet,
hormones qui font que notre métabolisme peut aucune duplication chimique n’étant parfaite, il y
exister et vivre. C’est dans le cytoplasme qui a nécessairement quelques erreurs, que les scien-
entoure le noyau de la cellule, que le métabolisme tifiques qualifient de « mutations », qui se produi-
cellulaire produit toutes les protéines qui consti- sent une fois sur un million. La molécule d’ADN est
tuent la cellule elle-même ou qui sont nécessaires donc partie prenante dans le processus de sa
à l’organe ou à l’organisme dont elle fait partie. propre duplication.
Une protéine est composée d’éléments simples, les
acides aminés dont il existe 21 sortes, qui sont L’exposé que nous venons de faire diffère sub-
assemblées les uns à la suite des autres selon une tilement des exposés de vulgarisation sur ce sujet.
succession spécifiée par la séquence des nucléo- Les scientifiques disent assez couramment que les
tides dans le gène qui code pour cette protéine. De gènes font les protéines et que la molécule d’ADN
ce fait, si un ou plusieurs nucléotides sont changés est auto-reproductrice. Le problème est que cette
dans le gène, cela peut “prescrire” un acide aminé manière de parler est extrêmement simplificatri-
différent et modifier la protéine, qui alors ne rem- ce : avant que le gène “fasse” cela il faut d’abord
plira pas aussi bien sa fonction physiologique. que le métabolisme aie intégré les signaux ou mar-
Dans d’autres cas, un nucléotide peut être substi- queurs (aussi des protéines) propres à activer ce
tué à un autre, le métabolisme de la cellule aura gène, et ensuite que le brin d’ADN qui le porte soit
alors des difficultés à interpréter le code, et une au contact du métabolisme de la cellule. En réali-
protéine déterminée peut être fabriquée en moins té, les gènes ne peuvent rien faire par eux-mêmes.
grande quantité, voire pas du tout. Pas plus que l’amiante n’est la cause du cancer, un
gène n’est la cause de la synthèse d’une protéine,
Deuxièmement, d’autres parties de la séquen- il n’est que l’agent d’un processus beaucoup plus
ce des nucléotides du gène forment un code qui complexe et à propos duquel les biologistes molé-
active ou inhibe la production des protéines. Ainsi, culaires ignorent encore beaucoup de choses.
6. Aujourd’hui, l’achèvement du séquençage du génome
humain à fait revenir les chercheurs sur ce genre d’explication
(mais peut-être pas le grand public qui en a été abreuvé depuis
[Par exemple : comment dans des séquences de
10 ans et plus). plusieurs milliards de nucléotides, une cellule
— 5 —
N o t e s & M o r c e a u x C h o i s i s n ° 4

identifie-t-elle le gène approprié à produire la pro- [D’une certaine manière, cette “auto-reproduc-
téine dont elle a besoin en des circonstances et à tion” du brin d’ADN tient lieu pour les biologistes
un instant donné ? La réponse à ce genre de ques- moléculaires d’explication magique qui leur évite
tion impliquerait que les biologistes moléculaires d’avoir à étudier et comprendre la capacité des
disposent d’au moins une théorie sur le fonction- êtres vivants de se reproduire et donc d’avoir à en
nement du métabolisme cellulaire. Or, il n’existe tenir compte, ce qui leur facilite évidement le tra-
pas même une seule théorie sur ce sujet (7), d’où vail lorsqu’ils visent justement à la limiter ou à
le recours à des techniques aussi grossières et bru- l’éliminer comme avec certains OGM et plus par-
tales que le bombardement des cellules par des ticulièrement avec la technologie dite
fragments d’ADN afin d’insérer de force de nou- “Terminator” (10).
veaux gènes dans le métabolisme cellulaire (8). La Plus généralement, le fait que l’ADN est un
biologie moléculaire en est encore pour l’essentiel
code qui détermine la composition et la produc-
au stade de la description des composants cellu-
tion des protéines a amené très tôt les chercheurs
laires et arrive à peine à expliquer quelques cycles
à avancer l’analogie mécaniste qui considère « le
concernant le renouvellement de ses composants
vivant comme un gigantesque ordinateur dont le
quantitativement les plus importants.
génome serait le programme » (N&MC n°1). Le
Cette science est donc loin de pouvoir évaluer séquençage du génome humain ne pouvant être
les effets des modifications qu’elle produit dans le effectué sans ordinateurs ni une complexe machi-
génome, ne serait-ce qu’à l’échelle de la cellule ; nerie chimique n’a fait que renforcer la croyance
les manipulations génétiques actuelles peuvent en la vraisemblance de cette analogie qui ainsi a
donc tout à fait légitimement être qualifiée de bri- été élevée sans discussion par tous les biologistes
colage (9).] moléculaires au rang de théorie générale (11). En
Parfois, les scientifiques emploient une autre réalité, cette analogie entre gènes et programme
formule tout aussi équivoque, ils disent que le d’ordinateur est extrêmement limitée : les gènes ne
gène est le « schéma directeur » d’une protéine, ou codent que pour la fabrication des protéines, pour
la source d’une « information » déterminant la pro- le reste, à savoir les circonstances qui déterminent
téine. Pourtant, les protéines ne peuvent être l’exécution de ce programme, il n’y a rien de com-
fabriquées sans les gènes et le reste du métabolis- mun avec le fonctionnement d’un ordinateur.
me cellulaire. Les uns ne sont pas plus importants Dans le métabolisme, il n’y a rien qui, par
que l’autre. Dire des gènes qu’ils sont la « molécu- exemple, s’apparente à un référençage des élé-
le maîtresse » de ce processus est un autre enga- ments mis en jeu, comme dans les mémoires infor-
gement idéologique inconscient : celui qui place matiques, qui les rendrait immédiatement dispo-
l’esprit au dessus du corps, qui valorise le travail nible à un processeur. Il n’y a pas non plus de pro-
intellectuel par rapport au travail manuel, qui dit cesseur central effectuant toutes les opérations
que l’information vaut plus que l’action. selon une suite prédéterminée ; les gènes n’ont rien
De même, les scientifiques disent que la molé- à voir avec un logiciel où les réponses à toutes les
cule d’ADN est auto-reproductrice parce qu’elle est situations sont programmées. L’analogie informa-
particulièrement active dans le processus de sa tique ne permet pas de rendre compte du fait que
duplication. Mais en réalité, c’est le métabolisme le métabolisme de la cellule autant que celui de
de la cellule, dans les circonstances très particuliè- l’organisme, est en totalité un processus de pro-
re de sa division, qui parvient à mettre l’ADN en duction qui est en même temps son propre objet de
situation d’être dupliqué. Cet abus de langage production, c’est-à-dire encore une fois un proces-
n’est pas innocent : les chercheurs dotent ainsi le sus permanent de re-production de soi-même.]
matériel génétique d’un être vivant d’un pouvoir
mystérieux et autonome qui semble le placer au-
dessus des autres composants ordinaires de l’orga-
nisme. Or, c’est justement l’organisme entier des
êtres vivants qui est « auto-reproducteur », ou plus
exactement qui possède la capacité de se reprodui-
re : que ce soit en partie, par le renouvellement des
tissus constituant les organes grâce à la division
cellulaire, ou en totalité, en engendrant une nou-
velle génération grâce à la reproduction sexuée. •
Le projet de séquençage du génome humain a
7 . Cf. André Pichot, La société pure, de Darwin à Hitler, pour but de faire l’inventaire de toutes les
chapitre Génétique et Eugénisme, La résurgence, éd.
Flammarion, 2000. 10. Cf. Jean-Pierre Berlan, La guerre au vivant, OGM et
8. Ces méthodes sont directement inspirées de la physique mystifications scientifiques, éd. Agone, 2001.
nucléaire, qui pour découvrir les « composants ultimes de la 11. Pourtant, le raisonnement par analogie n’est habituel-
matière » (autre variante de la cause originelle) bombarde les lement pas considéré comme scientifique. Lorsqu’il y a une
particules avec d’autres particules de haute énergie. dizaine d’années James Lovelock formula l’hypothèse Gaia,
9. La preuve en est que c’est seulement maintenant que ces selon laquelle la biosphère formerait une totalité organique
messieurs « tentent de relever un nouveau défi: donner du sens analogue à celle d’un être vivant, une grande partie de la “com-
et trouver des applications au travail effectué » (cf article du munauté scientifique” cria au charlatan, alors que cette hypo-
Monde sur Genset ci-dessous) ; la méthode est claire : on fait thèse semble beaucoup plus près de la réalité que tous les
n’importe quoi, et l’on invente ensuite justifications et applica- “modèles de simulation numériques” (pour une analyse plus
tions. Voilà comment fonctionne la “science” d’aujourd’hui ! précise, voir, James Lovelock et l’hypothèse Gaïa, N&MC n°5).

— 6 —
L ’ i d é o l o g i e d e s “ s c i e n c e s d e l a v i e ”

séquences de nucléotides de tous les gènes de l’être Le Monde, 16 février 2001.


humain. Avec la technique actuelle, il s’agit d’un
projet immensément ambitieux qui pourrait durer Il existe encore plusieurs étapes
30 ans et mobiliser des dizaines, voire des cen- avant de réaliser le livre de la vie
taines de milliards de dollars. Bien sûr, on promet
toujours qu’une amélioration des techniques per- Nota Bene : Le Monde avait rendu compte, dans son
mettra de réduire l’ampleur du travail (12). Mais édition du 8 août 1945, de l’explosion de la bombe
pourquoi veut-on connaître les séquences com- atomique américaine sur Hiroshima avec ce sous-
plètes des nucléotides qui composent le génome titre : « Une révolution scientifique ». Il a qualifié de
humain ? même le séquençage du génome humain qui n’est,
comme la bombe atomique, qu’une prouesse tech-
L’idée sous-jacente est qu’en disposant d’une nique qui n’apporte aucune connaissance ni com-
séquence de référence provenant d’un individu préhension supplémentaire comme le montre bien le
prétendument normal, en en comparant les par- “scoop” à la fin de cet extrait…
ties avec celles d’une personne présentant des
troubles, nous pourrions alors localiser le défaut « Après des mois de campagne publicitaire et
génétique à l’origine de la maladie. Nous pourrions d’espoir, de débats et d’attente, l’ébauche du sé-
ensuite transférer le code génétique de la person- quençage du génome humain est aujourd’hui pu-
ne malade dans une protéine “malade”, afin de voir bliée. Victoire scientifique, le décodage des quelques
ce que cette protéine à d’anormal, et ceci nous trois milliards de paires de bases de notre ADN com-
dirait de quelle manière traiter la maladie. Donc si plet est, selon certains chercheurs à comparer aux
premiers pas de l’homme sur la Lune, à la scission de
les maladies proviennent de gènes défectueux, et l’atome et même pour certains à l’invention de la
si nous savons ce qu’est un gène normal, dans ses roue.
détails moléculaires les plus précis, nous saurons Souvent qualifiée d’empreinte génétique, ce dé-
alors ce qu’il faut faire pour réparer les anomalies cryptage constitue surtout une liste informe, plutôt
physiologiques. Nous saurons ce qui va de travers humiliante de surcroît. De quoi l’homme est-il fait ?
dans les protéines, et cause le cancer, et d’une Apparemment de 10 000 gènes de plus que les 22 000
façon ou d’une autre nous pourrions inventer des identifiés jusqu’ici (25 000 ont été découverts dans le
moyens de les réparer. Nous pourrions trouver des génome de l’arabette des dames, Arabidopsis thalia-
protéines particulières endommagées ou man- na). A l’évidence, la vie est autre chose qu’une addi-
tion de gènes. »
quantes chez les schizophrènes ou les maniaco-
dépressifs, chez les alcooliques et les drogués, et,
avec des médicaments efficaces, les soulager de qu’à soutenir la propagande, car ce “soutien psy-
leurs terribles infirmités. Plus : en comparant tous chologique” apporté à quelques personnes d’une
les gènes de l’homme dans tous leurs détails molé- manière si dispendieuse, veut en fait signifier
culaires, avec ceux d’un chimpanzé ou d’un gorille, pour tout le monde très concrètement ceci :
par exemple, nous saurions pourquoi nous sommes « Continuez à donner pour le Téléthon » et
différents de ces animaux. Cela revient à dire que « Continuez à croire dans les progrès de la
nous saurions ce qu’est l’être humain. Science ». Escroquerie et esbroufe ne peuvent se
soutenir sans user des procédés complémentaires
[Depuis l’achèvement du séquençage du géno- du chantage aux sentiments et du recours à l’ar-
me humain, ce type de forfanterie — directement gument d’autorité.]
inspirée de la sociobiologie soutenue par R.
Dawkins — a disparu. Les chercheurs se sont fait « En quoi cette façon de voir est-elle fausse ? La
humbles en remettant à plus tard l’explication de première erreur est de parler du génome humain
la vie que cette opération magique était sensée comme si tous les humains étaient semblables. En
leur fournir, et à plus forte raison l’explication des fait, une protéine donnée peut exister en diffé-
maladies ou des troubles du comportement. Voir rentes variétés, sans que cela altère ses fonctions,
l’article du journal Le Monde page suivante qui, et donc, entre deux individus normaux, il existe
après nous avoir appris que les deux chevaux de déjà de nombreuses variations de la séquence
bataille (progrès de la médecine prédictive et effi- d’acides aminés qui constituent leurs protéines.
cacité des thérapies géniques) sur lesquels repo- De plus, de par la nature même du code géné-
saient toute la propagande en faveur de ce décryp- tique, beaucoup de changements qui se situent au
tage ne sont que des illusions, nous dit que tout niveau de l’ADN ne se retrouvent pas dans les pro-
cela ne sert finalement qu’a « réinvestir le téines elles-mêmes. Ce qui veut dire que diffé-
patient » (13). En somme, la propagande ne sert rentes séquences d’ADN correspondent à la même
12. C’est bien ce qui s’est produit, et le séquençage n’a fina- protéine. Pour le moment, nous n’avons pas de
lement pris que 10 ans. bonnes estimations au sujet de l’être humain, mais
13. Le langage de l’économie s’insinue partout, à mesure si les humains sont comparables aux animaux de
que les marchandises se substituent aux biens issus de la re-
production autonome de la nature et des hommes, et aujour-
laboratoire, à peu près un nucléotide sur 500 sera
d’hui, le salarié moderne doit “gérer son capital santé” à l’égal différent dans l’ADN de deux personnes choisies
de sont portefeuille d’actions en Bourse. Tous ceux qui au hasard. Étant donné qu’il y a grosso modo trois
emploient ce langage affichent par là leur soumission à ce mou- milliards de nucléotides dans les gènes humains,
vement de l’économie qui fait de tous les aspects de la vie un
vulgaire matériau exploitable et recombinable à volonté par la
deux personnes auront une différence moyenne d’à
production industrielle. peu près 600 000 nucléotides. Et un gène moyen
— 7 —
N o t e s & M o r c e a u x C h o i s i s n ° 4

Le Monde, 2 mars 2001

long de disons 3 000 nucléotides sera différent de c’est-à-dire qu’il emploie encore la métaphore
20 nucléotides entre deux individus normaux. mécaniste qui est à l’origine de ce qu’il dénonce. Il
Mais alors quel sera le génome pouvant servir de pointe par-là, très justement, les travers du lan-
référence ? » gage scientifique, mais uniquement par le biais
des amalgames et des approximations les plus
[Dans ce passage, Lewontin emploie sans douteuses de certains de ses collègues, non comme
nuance la notion de “normalité”… pour dénoncer le produit du point de vue erroné – mécanique,
l’absence de “génome de référence”, c’est-à-dire quantitatif et antihistorique – de la science
l’absence d’être humain “normal” ! En tant que moderne sur le vivant. Il est vrai que cela impli-
scientifique, il ne s’est pas lui-même dégagé entiè- querait l’existence, même à l’état embryonnaire,
rement de certains présupposés idéologiques du d’une autre forme méthodique et structurée de
langage qu’il veut dénoncer. Dans d’autres pas- connaissance qui ne soit pas fondée exclusivement
sages, par exemple, il emploie le terme de “machi- sur l’expérimentation quantitative, l’analyse
nerie” pour qualifier le métabolisme de la cellule, logique formelle et la synthèse mathématique…]

— 8 —
L ’ i d é o l o g i e d e s “ s c i e n c e s d e l a v i e ”

• Chaque gène est composé de deux allèles, tendu gène du cancer comme la cause du cancer,
c’est-à-dire de deux séquences de nucléotides même si l’altération de ce gène peut venir de l’in-
codant pour la même protéine, l’une provenant de gestion d’un polluant, lui-même produit par un
notre mère, l’autre de notre père. Les ovules et les procédé industriel, lui-même étant une consé-
spermatozoïdes ne contiennent en fait que la moi- quence inévitable d’un investissement financier à
tié du patrimoine génétique d’une femme ou d’un 6%. Une fois de plus, la pauvre notion de causalité
homme, les allèles qui les composent étant répar- caractéristique de l’idéologie de la biologie moder-
tis au hasard. Certains allèles sont dit “dominant” ne [et de toute la science moderne], cette notion qui
et d’autres “récessifs”, mais cela ne correspond que confond les agents et les causes, nous entraîne
fort imparfaitement à une distinction entre “nor- dans des directions particulières pour trouver des
mal” et “anormal” : un allèle est dit “dominant” solutions à nos problèmes. »
parce qu’il s’exprime en priorité face à un allèle
“récessif”. Ainsi, si un gène est composé des allèles [La molécule Famoxin de Genset (cf. article du
A et A (deux dominants) ou A et a (un dominant, un journal Le Monde page suivante) illustre bien le
récessif), la protéine aura la forme A. Par contre si genre de “direction particulière” que promeut cette
le gène est composé des allèles a et a (deux réces- manière d’aborder les problèmes. A défaut d’avoir
sifs), la protéine aura la forme a, dont les fonctions pu trouver le gène de l’obésité à la suite du séquen-
seront légèrement différentes de l’autre. Certaines çage du génome, à défaut aussi de vouloir s’atta-
pathologies d’origine génétique sont très souvent quer aux causes réelles de l’obésité (qui touche
dites “récessives” : pour qu’un individu en con- maintenant 25% des Américains et qui est en aug-
tracte une, il faut qu’il hérite de ses parents deux mentation dans tous les pays industrialisés –
allèles récessifs (généralement assez rares) don- juteux marché, donc) qu’ils connaissent parfaite-
nant une protéine défectueuse. Une personne nor- ment, à savoir ce « régime cafétéria » gras et
male peut donc posséder certains allèles défec- sucré, nos scientifiques – à moins que ce ne soient
tueux “récessifs”, hérités d’un parent, mais cou- des hommes d’affaires, on ne sait plus très bien –
verts par des allèles normaux “dominants”, hérités ont trouvé un palliatif technique qui permettra
de l’autre parent. aux gens de continuer à manger n’importe quoi et
Tout génome peut donc comporter un certain à l’industrie agro-alimentaire de continuer à
nombre d’allèles défectueux impossibles à identi- vendre cette néo-alimentation si adaptée au mode
fier, qui une fois séquençés figureront au cata- de vie moderne.
logue. Quand on comparera l’ADN d’une personne Remédier aux causes réelles de l’obésité aurait
malade avec celui d’une séquence standard dite donc demandé un changement social de grande
“normale”, il sera impossible de déterminer quelle envergure et un effort personnel de la part de ceux
différence entre les deux ADN, parmi les diffé- qui se laissent aller à consommer ces ersatz.
rences existantes, est responsable de la maladie. Toutes choses qui, impliquant l’exercice d’une
Le caractère “récessif” ou “dominant” d’un gène ne volonté politique et humaine semblent bien être
peut être déterminé que par les conséquences phy- maintenant totalement hors de portée des sociétés
siologiques sur l’organisme de la protéine dé- soi-disant les plus “développées”. Le seul remède
fectueuse et par l’hérédité, la permanence ou non aux maux qui affectent les hommes dans la socié-
de ces conséquences ou leur modification dans la té industrielle est donc lui-même un produit de
descendance ou l’ascendance de l’individu. Il serait l’industrie, en l’occurrence une molécule “miracle”
donc nécessaire d’étudier une population im- (en attendant qu’après la mise sur le marché
portante de gens normaux et de gens malades, soient découverts ses effets secondaires sur les
pour voir s’il est possible de trouver des différences cobayes humains).
communes entre eux, quoique même cela ne puis-
« Il n’y a pas d’autre politique possible. »
se ne pas arriver si la maladie étudiée est la consé-
quence de plusieurs causes génétiques, car alors Ce médicament, comme beaucoup de produits
les gens auraient la même maladie pour des rai- de l’industrie médico-pharmaceutique, ne permet
sons différentes, même si toutes ces raisons vien- donc pas de recouvrer la santé – qui consiste dans
nent de changements génétiques. Il peut en effet y un équilibre général des facultés humaines –,
avoir, au sein d’une population, plusieurs “ver- mais de masquer les symptômes de la maladie ; il
sions” d’allèles récessifs ou dominants qui codent ne s’attaque pas aux causes du déséquilibre qui
pour une même protéine. • engendre l’obésité, mais cherche à éliminer ses
« Le second problème lié au projet de séquen- conséquences. Ce que l’on appelle les “dépenses de
çage du génome humain est que l’on prétend qu’en santé”, en constante augmentation dans les pays
connaissant la configuration moléculaire de nos industrialisés, sont en réalité de plus en plus des
gènes nous savons tout ce qui importe à notre dépenses de maladie qui permettent aux gens de
sujet. C’est considérer que les gènes déterminent continuer à vivre dans des conditions et d’avoir
l’individu, et que l’individu détermine la socié- un comportement de plus en plus pathogène et
té (14). C’est isoler une altération dans un pré- morbide. « Plus rien, aujourd’hui, ne doit être
insupportable. »
14. Là aussi, depuis l’achèvement du séquençage les cher-
cheurs ont changé de discours. Plus personne ne soutient de Un tel progrès technique ne peut en aucun cas
telles simplifications, mais c’est pour réclamer de nouveaux engendrer un progrès humain puisque non seule-
crédits afin de poursuivre des recherches sur ces matières plus ment il n’aide personne à devenir maître de son
compliquées qu’ils ne le supposaient.

— 9 —
N o t e s & M o r c e a u x C h o i s i s n ° 4

Le Monde, 2 mars 2001

— 10 —
L ’ i d é o l o g i e d e s “ s c i e n c e s d e l a v i e ”

existence et de ses conditions, mais qu’au contrai- séquençage. Le public découvrira qu’en dépit des
re il encourage chacun à renoncer à cette maîtrise prétentions des spécialistes de la biologie molécu-
au profit d’objets techniques (et donc au profit des laire, les gens meurent toujours de cancers, de
entreprises industrielles et commerciales qui les maladies de cœur, d’apoplexies, que les institu-
mettent sur le marché avec l’aide des subventions tions sont toujours pleines de schizophrènes et de
de l’État) censées permettre une “liberté sans res- maniaco-dépressifs, que la guerre aux drogues n’a
ponsabilité” – ils donnent l’illusion aux individus pas été gagnée. Beaucoup de scientifiques redou-
qu’ils peuvent par là acquérir la capacité de faire tent qu’en promettant trop de choses, la science ne
tout et le contraire de tout sans jamais avoir à en détruise son image publique et que les gens
subir les conséquences. Cette “liberté de faire deviennent cyniques, tout comme, par exemple, ils
n’importe quoi” n’est enréalité qu’une version – le sont devenus à propos de la guerre au cancer ou
magnifiée par la technologie – de la pauvre la de la guerre à la pauvreté.
liberté de consommer toutes les marchandises, et Les chercheurs ne sont pas impliqués dans ce
rien d’autre. Le palliatif technique qui la rend combat uniquement en tant qu’universitaires.
possible sur le moment et en apparence ne fait Parmi les professeurs de biologie moléculaire des
jamais que reporter les contradictions qu’il pré- universités, un grand nombre sont également les
tend éliminer sur une échelle plus étendue, c’est-à- scientifiques ou les actionnaires principaux de
dire en engendrant des nuisances et un abais- firmes de biotechnologie. Cette technologie est une
sement des hommes qui atteint tout le monde.] industrie et une source importante d’espoir de pro-
fits pour le capital risque. Le projet de séquençage
« Alors pourquoi tant de scientifiques puis-
du génome humain, dans la mesure où il crée de
sants, célèbres, prospères et extrêmement intelli-
nouvelles technologies au frais de l’État fournira
gents veulent-ils séquencer le génome humain ?
des outils très puissants aux firmes de biotechno-
C’est en partie parce qu’ils sont si attachés à l’idéo-
logie, qui leur permettront de mettre au point de
logie de la cause unique qu’ils croient aveuglément
nouveaux produits à mettre sur le marché. De
en l’efficacité de leurs recherches et ne se posent
plus, le succès du projet suscitera une foi plus
pas de questions plus compliquées. Une autre par-
grande dans les capacités des biotechnologies à
tie de la réponse est plus grossière. Participer et
produire des choses utiles.
contrôler un projet de recherches de plusieurs mil-
liards de dollars et qui durera peut-être 30 ou 50 Les “produits émergents” issus du projet de
ans, qui va impliquer le travail quotidien de mil- séquençage du génome humain ne sont pas les
liers de techniciens et de petits scientifiques est, seules sources d’immenses profits pour l’industrie
aux yeux d’un biologiste ambitieux, une perspecti- des biotechnologies. La mise en œuvre du projet
ve extraordinairement attirante. De grandes car- lui-même va consommer des quantités impor-
rières vont s’ouvrir, avec à la clef des prix Nobel et tantes de produits chimiques et de matériels. Des
des diplômes honorifiques. Ceux qui dirigeront ce machines qui fabriquent de l’ADN à partir
projet et qui produiront un volume important de d’échantillons sont produites par des entreprises,
données informatiques à partir du séquençage du et ce sont elles qui séquencent automatiquement
génome humain disposeront de postes importants l’ADN. Elles consomment toutes sortes de produits
dans l’enseignement et d’immenses laboratoires. chimiques, vendus avec des profits énormes par les
sociétés mêmes qui fabriquent ces machines. Le
De la prise de conscience des importantes
projet de séquençage du génome humain est du big
récompenses à venir, en terme de statut social et
business. Les milliards de dollars qu’on y dépense
d’économie, pour les participants à ce projet est
vont entrer dans une proportion importante dans
née une puissante opposition. Elle provient du
les dividendes annuels des entreprises concer-
monde de la biologie même, de chercheurs qui pra-
nées. »
tiquent un autre type de science et dont la carriè-
re et les recherches sont menacées par le détour- Traduction et adaptation
nement vers le séquençage du génome humain de Renaud Garel et Bertrand Louart — avril 2001.
l’argent et des énergies, et de la prise de conscien-
ce du public.
Sur le même sujet :
Des biologistes qui réfléchissent sur le long
Richard C. Lewontin,
terme ont mis en garde contre la terrible dés-
Le rêve du génome humain, 1992.
illusion du public qui fera suite à l’achèvement du

— 11 —
N o t e s & M o r c e a u x C h o i s i s n ° 4

Le Monde, 27 février 2001. Le Monde, 8 juin 2001.

Des biologistes de San Francisco Le clonage humain


ont créé des souris «humanisées» au secours des extraterrestres

Une équipe de biologistes américains a révélé, Les raéliens s’approchent-ils de l’immortalité


dimanche 25 février à San Francisco, avoir réussi qu’offre, à leurs yeux, la pratique du clonage ? «
à créer des souris dont une fraction importante du Cette idéologie, les moyens financiers non négli-
cerveau — le quart environ — avait été colonisé geables dont dispose le mouvement mais aussi et
par des neurones provenant de cellules issues surtout son caractère sectaire sont en l’occurence de
d’embryons humains. Les souris ainsi “humani- sérieux atouts », souligne le professeur […]
sées” ne semblent pas avoir, selon leurs créateurs, « Je frémis (et je ne suis sûrement pas le seul) à
un comportement très différent de leurs congé- l’idée qu’un jour la grande presse puisse annoncer
nères strictement animales. […] la naissance du premier clone humain et présenter
Pour sa part, le professeur Weissman explique cet événement comme un éclatant succès de la secte
que la prochaine étape de ce travail devrait consis- raélienne – et, quelque part, comme une preuve de
ter à fabriquer des souris au cerveau entièrement ses théories délirantes et une incitation à leur
ou presque composé de cellules humaines. Un accorder crédit », conclut le professeur Jordan.
modèle expérimental est dores et déjà au point,
mais le scientifique californien souhaite que l’on
ouvre auparavant un large débat éthique. Il aime-
rait en effet savoir à partir de quel pourcentage de
cerveau de souris constitué de cellules humaines il
devrait commencer à s’inquiéter et pourquoi, au
juste, il conviendrait de s’inquiéter.

Il n’y a évidement rien à craindre de la secte des biologistes moléculaires


qui ne semble pas très bien savoir, au juste, « où est le problème »…

Steindor Erlingsson, réfugié à Manchester, fuit le fichage génétique islandais


« Je ne peux pas vivre dans un pays où trouvé au sein du gouvernement et des Jusqu’ici, la firme avait fait appel à des
les droits élémentaires sont bafoués au médias des appuis qui lui ont permis volontaires (20 000 environ), la loi islan-
profit d’une compagnie privée. » Massif et d’obtenir des modifications législatives daise exigeant le « consentement éclairé »
carré, comme ses ancêtres vikings qui afin de lancer son opération. Cette des donneurs. Mais en avril 2000, le
colonisèrent l’Islande, Steindor “connivence” a rendu Steindor Erlingsson Biobank Act a remplacé ce principe par
Erlingsson a quitté en mars 2000 son île « malade d’être citoyen islandais ». celui du « consentement présumé » : tout
natale, qui ne figure pourtant pas parmi Au départ, De Code s’est contenté de individu est potentiellement donneur,
les Etats peu respectueux des droits de constituer une base de données à partir sauf s’il signifie son refus.
l’homme. A l’heure où l’ensemble du géno- des arbres généalogiques de la popula- Cela a conduit le gouvernement à dres-
me humain vient d’être décrypté, il a pré- tion, pieusement conservés par toutes les ser une liste de 20 000 personnes qui,
féré se “réfugier” au Royaume-Uni, où il paroisses depuis le Xe siècle. Pour croiser comme Steindor Erlingsson, ont rejoint le
prépare un doctorat au centre d’histoire ces données publiques avec l’état sanitai- front du refus. Un fichage jugé inadmis-
de la science, de la technologie et de la re de la population, DeCode a obtenu, en sible par ce militant de l’association
médecine de l’université de Manchester. décembre 1998, le vote par le Parlement Mannvernd (Association des Islandais
Etudiant en histoire des sciences à islandais du Medical Database Act. Il pour une éthique scientifique), auteur
l’université d’Islande, Steindor autorise le gouvernement à mettre, pen- d’articles tels que Science et savoir : cin-
Erlingsson s’est opposé dès 1998 aux acti- dant douze ans, à la disposition du privé quième pouvoir ou nouvelle institution
vités de la société de génomique améri- les données médicales contenues dans les religieuse ? dans le principal quotidien
caine DeCode Génétics, qui s’est implan- carnets de santé détenus par tous les du pays, Morgunbladid. Steindor
tée dans le pays avec le projet de réunir islandais depuis le début de ce siècle. En Erlingsson affirme avoir été victime de
sur une seule base de données les infor- janvier 2000, c’est bien sûr DeCode qui a pressions sur sa future carrière universi-
mations généalogiques, médicales et obtenu ce droit. taire. Voilà pourquoi, en avril 2000, il a
génétiques de la totalité de la population Ce vote a suscité de vives polémiques « choisi l’exil » avec sa femme et ses deux
islandaise (270 000 habitants), afin de publiques, mais la suite du feuilleton a enfants. Eux non plus ne figureront pas
mieux cerner les gènes responsables de la peu mobilisé les médias internationaux. dans la base de DeCode.
schizophrénie, des maladies cardio-vas- Pour compléter sa base de données, Antoine Reverchon
culaires, etc. Le président de DeCode, DeCode a désormais besoin d’échan-
Kari Stefanson, islandais d’origine, a tillons de tissus, de cellules et de sang. Le Monde, 16 février 2001.

— 12 —
Le modèle mécanique de la vie
ou

de la vision mécaniste du monde


à l’autonomie de la technique

« Les deux automates à figure humaine réalisés une déshumanisation abjecte du vivant par sa
par Vaucanson sont des musiciens. […] réduction au caractère inerte d’une machine, non
Dans ces automates, la dimension artistique est seulement donne à voir le fonctionnement de son
indissociable de la visée scientifique. Il est par- mouvement, mais permet même de découvrir ce que
venu, par le biais de son Flûteur automate et de ce corps humain éprouve, physiologiquement, cette
son Joueur de flageolet, non seulement à repro- sensation de fatigue, voire de souffrance qu’aucune
duire le mécanisme de la respiration mais les “coup machine, précisément, ne pourra jamais ressentir,
de langue” qui sont nécessaires à la production de parce qu’elle est le propre du vivant. […]
chaque note. En tentant de mettre au point cette On est aux antipodes de l’automation indus-
reproduction mécanique d’un joueur de flageolet trielle ou des créatures bioniques chez lesquelles la
provençal, Vaucanson ne se contente pas d’appli- fatigue des composants vivants n’est tolérée que
quer ses connaissances médicales en matière de res- comme une phase nécessaire à la reproduction de
piration, il met à nu, avec une précision extrême, le la force de travail. C’est un moment, peut-être
fonctionnement physiologique des organes unique, et qui doit être noté comme tel, non seule-
humains produisant le souffle nécessaire à l’utili- ment dans l’histoire des automates, des androïdes,
sation de cet instrument à vent. […] mais dans celle de la reproduction artificielle du
Cet automate réalisé par Vaucanson s’avère vivant. Peut-être parce qu’elle se joue avec l’art, la
donc suffisamment proche du phénomène physio- science ne met pas en jeu la mécanisation du vivant
logique humain qu’il reproduit mécaniquement comme une forme de standardisation ni même
pour permettre d’en découvrir le fonctionnement in d’instrumentation. La “technê biomécanique” de
vivo, ce qu’aucune dissection ne pouvait autoriser. Vaucanson est fondamentalement respectueuse non
Dans son ambition de mettre au jour le fonction- seulement du vivant, mais de l’humain, et c’est un
nement mécanique de certains organes vivants, la fait qu’il importe de ne pas oublier tant les déve-
reproduction mécanique du vivant s’avère donc loppements ultérieurs de l’alliance du technique et
heuristique. Mais elle va beaucoup plus loin. du biologique sont loin, très loin, de cette
A travers son automate, ce que Vaucanson démarche. »
découvre, c’est la “fatigue” du joueur de Flageolet à Isabelle Rieusset-Lemarié, La société des clones
laquelle ses auditeurs ne pouvaient être sensibles. à l’ère de la reproduction multimédia,
Où l’on voit bien que le mécanisme, loin de corres- éditions Actes Sud, 1999.
pondre à l’image simpliste qui le présente comme

LA NATURE était autrefois le modèle de l’ar- La machine n’est alors qu’une analogie com-
tisan, du savant et de l’artiste. Et l’imitation de la mode (1) parce que c’est celle qui est le plus à la
réalité permettait alors d’appréhender le monde, portée de l’activité humaine, alors essentiellement
c’est-à-dire littéralement, de le prendre en main et artisanale et manufacturière, dans la création
donc de le comprendre. À partir de la Renaissance d’objets animés. Le projet des Lumières s’inscrit
et jusqu’aux Lumières, l’habileté, la connaissance dans un monde où toute activité, toute production
et la conscience humaine se sont développées de repose sur la force musculaire des animaux et des
cette manière. L’homme est ainsi devenu maître hommes et sur la force plus ou moins domestiquée
des forces de la nature auxquelles il était aupara- des éléments naturels (eau, vent, etc.). Les
vant subordonné ; il devient autonome en prenant connaissances nouvelles de la science et les
de mieux en mieux en main ses propres affaires et machines qui en sont issues ne peuvent être mise
acquiert plus de liberté dans la production et 1. Analogie qui engendre aussi à cette époque certains
reproduction des différents aspects son existence. excès que signale I. Rieusset-Lemarié.

— 13 —
N o t e s & M o r c e a u x C h o i s i s n ° 4

en œuvre qu’à l’intérieur des limites imposées par rants du brevet qu’il pris en 1784. Il n’y dépeint pas
ces sources d’énergie qui toutes sont à l’échelle sa machine comme une invention destinée à des fins
humaine. Dans ces circonstances, l’introduction particulières, mais comme l’agent général de la gran-
d’une innovation économique ou technique de industrie.
implique d’abord un changement politique et Karl Marx, Le capital,
social, c’est-à-dire que leur mise en œuvre est Livre I, s. IV, ch. XV, 1867.
subordonnée au bon vouloir des travailleurs qui
Ce ne sera évidement pas l’activité de tous les
vont y être employés, des communautés et des
hommes qui s’émancipe ainsi des limites imposées
populations qui vont les accueillir parce que ce
sont elles qui sont maîtres, par leur force de tra- précédemment par les conditions naturelles, la
vail et leurs savoir-faire, des forces naturelles et société traditionnelle et ses communautés, mais
elles constituent alors par le fait les seules forces surtout l’activité économique des propriétaires de
sociales susceptibles de mettre en œuvre (ou pas) ces machines. Dès lors, avec l’aide d’une autre
ces nouvelles techniques. Les populations tiraient machine, d’une institution conçue sur le modèle
alors leur subsistance de leur activité combinée à d’une machine, à savoir le marché autorégulateur
celle de la nature et cela leur assurait ainsi une des libéraux inspirés par Adam Smith et son ou-
certaine autonomie vis à vis des classes supé- vrage La richesse des nations (1776) – où la
rieures et des autorités politiques qui dépendaient concurrence entre les intérêts privés à la base du
alors entièrement de cette activité et de ses pro- mécanisme de l’offre et de la demande est sensée
duits (2). réaliser automatiquement un équilibre qui repré-
senterait le bien public –, l’activité des entrepre-
neurs capitalistes prend la dimension d’une acti-
vité sociale en ce qu’elle tend à se subordonner les
forces de la nature, la vie des hommes et boulever-
se l’organisation de la société, qui ne sont plus dès
lors que des moyens pour la mise en mouvement
des marchandises.

Et de fait, au XIXe siècle, en imposant son


rythme et ses produits à toutes les classes de la
société, de simple analogie, la machine devient le
modèle. L’activité sociale de la bourgeoisie, démul-
tipliée par la machine et le marché, s’affranchit
progressivement des limitations naturelles et
humaines qui la maintenaient autrefois dans les
limites de la société traditionnelle et précapita-
liste. Parce qu’elle n’est ni coordonnée ni unifiée –
c’est la première activité sociale qui parvient à
bouleverser une société de manière délibérée, sans
être pour autant maîtrisée –, elle se présente alors
face à la société à l’égal d’une “force de la nature”
dont dépendent de plus en plus d’individus et qui,
à mesure des progrès techniques, subordonne l’or-
ganisation sociale à l’organisation de la produc-
Ce type de moulin à vent a pour origine tion, au fonctionnement de ses machines et à
une invention populaire du XIIIe s. européen. l’approvisionnement de ses marchés. A mesure que
le progrès technique mécanise et accroît la produc-
Le perfectionnement de la machine à vapeur et tion, l’industrie prend en charge des aspect plus
les premières machines-outils vont permettre à nombreux de l’existence humaine. Et ce qui était
l’activité humaine de ne plus être limitée par les autrefois des réalisations humaines (le produit du
facteurs naturels et sociaux :
travail des paysans ou des artisans et de leurs
Ce n’est qu’avec la machine à vapeur à double communautés et qui constituaient le cadre et don-
effet de Watt que fut découvert un premier moteur naient une unité à la vie sociale de tous les
capable d’enfanter lui-même sa propre force motrice membre d’une civilisation) est remplacée par une
en consommant de l’eau et du charbon et dont le accumulation de marchandises, c’est-à-dire
degré de puissance est entièrement réglé par l’hom- quelque chose fabriqué d’abord pour être vendu, le
me. Mobile et moyen de locomotion, citadin et non produit d’un processus fragmentaire et indépen-
campagnard comme la roue hydraulique, il permet de dant de ceux qui l’animent. Le capitalisme est une
concentrer la production dans les villes au lieu de la inversion de la réalité : la (re)production des
disséminer dans les campagnes. Enfin, il est univer-
sel dans son application technique, et son usage
hommes et de la société n’est plus la fin du systè-
dépend relativement peu des circonstances locales. me économique et technique, mais de simples
Le grand génie de Watt se montre dans les considé- moyens servant au fonctionnement de ce système.
Ce sont les choses qui commandent aux hommes,
2. On peut trouver divers exemples de ces faits notamment
chez Pierre-Maxime Schuhl, Machinisme et Philosophie, éd. et l’autonomie du développement technologique
Payot, 1937. auquel nous assistons aujourd’hui n’est en fait que
— 14 —
L e m o d è l e m é c a n i q u e d e l a v i e

le prolongement et le parachèvement de l’autono- Isabelle Rieuset-Lemarié


mie de la sphère économique réalisée avec le mar- propose une définition originale de l’automate :
ché dit “libre et autorégulateur” au XIXe siècle.
Ainsi, dès cette époque, par exemple, la concur- « Dans notre société contemporaine, “perdre
rence commerciale étendit l’ampleur des fraudes son temps” est devenu une faute face à l’injonc-
et des falsifications alimentaires, mais sur la base tion de la vitesse qui prétend nous soumettre au
d’une production alimentaire paysanne, car l’in- rythme de l’accélération des techniques. Mais à
dustrie n’avait pas encore les moyens, qui furent tenter de suivre sans relâche cette cadence
développés au XXe siècle, de produire véritable- infernale, l’homme, dans son angoisse d’être
ment des ersatz, de modifier à sa convenance le dépassé, a oublié que c’est précisement cette
mode de production et la nature même des denrées vitesse qui menace de le déposséder de son
alimentaires. A la fin du XIXe siècle, Villiers de propre temps. Soumis à la cadence accélérée de
l’Isle-Adam, avait déjà compris les conséquences la technique, l’homme perd son temps : il
politiques et sociales de ce processus économique devient un automate.
et technique : L’homme qui a perdu son propre temps est
comme l’homme qui avait perdu son ombre et
« Daphnis et Chloé, pour mener aujourd’hui leur qui la voyait suivre la cadence infernale de
train du passé, leur simple existence champêtre […] celui qui en était devenu le maître. Il se sent
et liés d’un amour sans arrière-pensée, auraient dû dépossédé de son humanité : privé de ce double
commencer par mettre leur chaumière sur un pied
qui suit le rythme de ses pas, il n’est plus lui-
d’environ vingt-cinq mille livres de rentes, – attendu
que le premier des bienfaits dont nous soyons, positi- même qu’un pantin au rythme saccadé qui
vement, redevables à la Science, est d’avoir placé les s’agite en suivant la cadence infernale d’une
choses simples, essentielles et “naturelles” de la vie machine. »
hors de la portée des pauvres. »
Les systèmes totalitaires avaient découvert
Contes cruels, L’amour du naturel, 1888.
que la nature humaine n’était pas quelque chose
Mais si le résultat reste encore aujourd’hui de d’immanent et d’immuable mais bien une pro-
identique, seule l’échelle à laquelle il se fait sentir duction sociale, et ils ont façonné des êtres
s’est étendue : aujourd’hui ce ne sont plus seule- humains inhumains. Aujourd’hui, la société indus-
ment les pauvres, mais bien tout le monde qui est trielle se contente de façonner les automates dont
dépossédé de ce qui est “naturel” et doit se conten- elle a besoin pour assurer le fonctionnement de sa
ter de sa reconstitution industrielle. En témoi- machinerie. La pollution est une source de profits
gnent, dans les supermarchés, les emballages qui pour l’industrie qui, tout en polluant pour les pro-
ne cessent de vanter “l’authenticité” des saveurs, duire, vend les moyens qui permettent de vivre
les recettes “traditionnelles”, et le “terroir” d’ori- avec la pollution. C’est donc l’intérêt général de la
gine des produits de l’agro-industrie. société industrielle que de détruire le monde et cor-
rompre les hommes pour mieux nous en vendre la
« On n’arrête pas le progrès ; il n’y a plus de frau- reconstitution synthétique (4).
de, seulement une industrie des ersatz. » (3)
Ce processus arrive à son aboutissement ulti-
me lorsque c’est l’homme et la nature qui vont être
intégralement transformés en matière à marchan-
dise. Le projet global des biotechnologies est de
faire de tous les êtres vivants, par recombinaisons
génétiques (OGM, etc.) ou organiques (xénogreffes,
etc.) et reproduction artificielle (clonage, etc.), un
réservoir de pièces détachées pour les besoins de la
production industrielle. Il prépare un mode de ser-
vitude, ou plus exactement d’assujetissement, pire
que l’esclavage.
4. Certains s’indignent que l’industrie empoisonne les
hommes et détruise la nature pour faire du profit. Et si les
groupes industriels faisaient tout cela pour rien, histoire de
rigoler un peu, faut-il comprendre que ces personnes trouve-
Un changement radical a été réalisé à partir raient tout cela moins grave ? Ce qui nous parait scandaleux et
suscite notre révolte contre ce système, ce n’est pas simplement
des années 1930 dans la nature et les buts de la le profit qu’il accumule, mais aussi et surtout ce qu’il fait du
production industrielle et il se poursuit et s’ap- monde et des hommes, la transformation désastreuse qu’il leur
pronfondit encore aujourd’hui. Il ne s’agit plus seu- fait subir et qui nous touche directement dans notre vie au sein
lement pour le capitalisme de produire des mar- de ce monde et de ces hommes.
La critique du capitalisme qui ne voit que le côté écono-
chandises particulières pour en tirer profit, mais mique, bien souvent ne voit pas “où est le problème” avec les
aussi de transformer subjectivement les hommes nuisances et la technologie et se contente de croire qu’une
et objectivement le monde afin de rendre obligatoi- meilleure gestion (plus citoyenne, plus éthique, voire révolu-
re, indispensable et nécessaire en tout et pour tout tionnaire) du système pourrait parer les “inconvénients” ou le
“mauvais usage” de ses moyens. Elle ne fait donc qu’entretenir
le recours à la marchandise. la confusion sur la nature de ce système, c’est-à-dire sur la
3. Bernard Charbonneau, La gueule bourrée, texte paru nature de notre ennemi et sur la manière de le combattre effi-
dans La Gueule Ouverte en 1973 (Disponible sur demande). cacement.

— 15 —
N o t e s & M o r c e a u x C h o i s i s n ° 4

Aujourd’hui, pour le scientifique et l’expert un


modèle désigne la simulation informatique de la Le Monde, 16 février 2001.
réalité. Cette inversion du sens recouvre l’inver- Gènes et cellules synthétiques
sion de la pratique : la science cherche à toute force « Comment savoir si le modèle théorique ou
à faire entrer la réalité dans le modèle par une informatique d’une fonction génétique est va-
accumulation de formules mathématiques plutôt lable ? En le testant sur des cellules simplifiées,
que de tenter de la comprendre en tant que totali- taillées sur mesure. En 2000, à Princeton,
té vivante. La conscience humaine est remplacée l’équipe de Stanislas Leibler a eu l’idée de fabri-
par l’art divinatoire des automates numériques. quer des réseaux artificiels de gènes ayant une
Les grands prêtres en Recherche & Développement action réciproque et des fonctions particulières
font tourner leurs moulins à prières informatiques – activer ou arrêter la production d’une protéi-
en ne se souciant plus d’expliquer et de com- ne, ou faire osciller sa concentration. L’équipe a
prendre quoique ce soit mais plutôt en tentant de ainsi génétiquement produit des bactéries
justifier ce qui existe et de prévoir ce qui va adve- Escherichia Coli comportant des réseaux de
nir, toutes choses étant égales par ailleurs. Ils gènes synthétiques, et démontré que ces bacté-
entérinent ainsi le renoncement de toute volonté ries avaient bien le comportement prévu. Plus
politique de transformer consciemment la réalité ambitieux encore, Jack Szostak (Howard
propre à la société industrielle. En postulant Hughes Medical Institute, Boston), David
l’incapacité des hommes à intervenir sur le cours Bartel (Whitehead Institute, Massachusetts) et
des choses, c’est-à-dire à peser sur les contraintes Pier Luigi Luisi (Eidgenössiche Technische
et nécessités liées au fonctionnement du marché et Hochschule, Zurich) estiment qu’il est possible
de l’industrie, ils ne font que prolonger l’impuis- de fabriquer de toutes pièces des “cellules arti-
sance et la dépossession des individus. ficielles” très simples, capables de survivre, de
L’autonomie, la capacité des êtres vivant à se se répliquer et même d’évoluer. »
reproduire, et par là leur capacité autant à s’adap-
ter qu’à transformer les conditions, sont l’angle
mort de cette science. Partout, chacune de ses réa- Reproduire, pour cette société dominée par la
lisations la nie, cherche à l’éliminer, car c’est pré- production de masse, signifie multiplier à l’iden-
cisement la source des contradictions, des nui- tique chaque détail. Son modèle lui-même n’est
sances et des résistances, qui empêchent encore la pas l’original mais bien une copie ; pas même une
société industrielle d’en faire tout et le contraire de imitation mais seulement un simulacre. Cette
tout. La nature devient ainsi la mauvaise copie société innove de toutes part… mais seulement
(indocile parce que changeante) de son modèle dans ses multiples techniques de reproduction
informatique – n’intégrant que des variables, (numérisation, clonage, production de série, etc.).
celui-ci nie le changement qualitatif et donc l’his- Nulle part elle ne crée du nouveau, nulle part elle
toire. L’individu n’est plus que la mauvaise inter- ne reproduit – produit à nouveau – au sens vivant
prétation de son programme génétique, de ce à du terme : à partir de l’imitation ou de l’interpré-
quoi l’industrie voudrait le réduire (*). tation des éléments plus anciens ou existants,
Car le modèle informatique, même s’il a pour aboutir à ce qui peut devenir une création origina-
but de simuler au mieux la réalité, est en fait le. Au contraire, elle récupère et recycle, en les sté-
conçu et perçu par les scientifiques les experts et rilisant, toutes les productions précédentes des
les technocrates comme ce qui devrait être selon la hommes et de la nature pour se reproduire méca-
conception purement manipulatrice, instrumenta- niquement, pour mettre sur le marché des styles
le et assujettissante de la société industrielle. de vie et des modes, des “concepts” et du “design”,
Cette dernière, dans la mesure où elle peut éva- alors que partout ailleurs ses avancées déva-
luer et calculer avec certitude en chaque point lorisent et finissent par détruire la culture origi-
particulier son action, transforme la réalité sur nale des peuples. Jamais on a jamais été aussi sou-
toute la ligne selon ces modèles, ce qui engendre cieux de la préservation des œuvres du passé ou
toujours plus de désordres généraux et de chaos. des cultures indigènes qu’au moment où on les
C’est ce qui nous vaut toutes les brillantes innova- transforme en marchandises, c’est-à-dire en biens
tions sensées remédier à sont incapacité notoire à consommables et périssables pour l’industrie des
maîtriser quoique ce soit d’un peu complexe. loisirs et de la culture.
Puisque la réalité est trop indocile, il suffit d’en
fabriquer une autre : pourquoi se préocuper de ce
qui ne rentre pas dans le modèle lorsqu’il suffit de
transformer la réalité selon ce modèle ? Telle
semble bien être la “méthode scientifique” à l’ère
de la transformation technologique du monde (cf.
encadré ci-dessus).
*. Pour approfondir ces thèmes et en particulier la notion
d’autonomie, voir les ouvrages de Gérard Nissim Amzallag, La
raison malmenée, De l’origine des idées reçues en biologie
moderne, éd. CNRS, 2002 et L’homme végétal, Pour une auto-
nomie du vivant, éd. Albin Michel, 2003..

— 16 —
L e m o d è l e m é c a n i q u e d e l a v i e

L’autonomisation de la technique, la perte de trant plus aucune limite autre qu’économique et


contrôle de la société humaine sur les moyens technique, en fait un maître de plus en plus enva-
qu’elle met en œuvre, est elle-même une produc- hissant et tyrannique.
tion sociale ; elle est le produit du renoncement des
hommes à faire leur propre histoire au profit du Ceux qui se révoltaient contre le système avaient
système capitaliste et industriel. Elle n’est pas le raison ; non pas de se dire que les machines rédui-
produit d’une fatalité mais plutôt de la toute jeune raient le nombre des ouvriers ; mais de se dire que les
histoire des rapports entre l’homme et la machine. machines réduiraient le nombre des patrons. Plus de
Elle n’est pas inscrite dans la nature de tous les rouages veut dire moins de leviers de commande,
moins de leviers de commande veut dire moins
objets techniques, quoique, tant qu’elle se mani- d’hommes. La machinerie de la science doit être indi-
feste elle produise effectivement des objets tech- vidualiste et solitaire. Le spécialiste apparaît et, d’un
niques qui renforcent et étendent la dépendance, seul coup, c’en est presque fait de la démocratie.
la soumission et le renoncement des hommes. G.K. Chesterton,
Avant l’invention de moteurs indépendants Le monde comme il ne va pas, 1924.
pour animer les mécaniques (machine à vapeur,
moteur à explosion, etc.) les hommes ne pouvaient
transformer le monde qu’avec leur propres mains
et par leurs efforts associés. Cette transformation
était alors immédiatement un problème politique
et social. Les rapports sociaux déjà existants
(communautés, corporations, etc.) imposaient les
conditions et les limites à tout changement d’ordre
économique ou technique. Mais avec l’apparition
des moteurs, les outils et les machines, de simples
aides sont devenus des assistants des hommes,
c’est-à-dire presque leurs égaux sur le plan de l’ac-
tivité productive. La transformation du monde est
devenue une question de plus en plus strictement
technique et économique à mesure que le fonction-
nement des machines requèrait de moins en moins
l’effort et la volonté humaine ; et d’autant plus que
ces machines étaient d’abord propriété privée d’en-
trepreneurs capitalistes ou ensuite sous la direc- John von Neumann devant un des premier ordinateurs
tion de spécialistes.
Ces machines ont un pouvoir désintégrateur Aujourd’hui, pendant que les scientifiques et
sur les rapports sociaux des sociétés tradition- les experts cherchent à déterminer la cause de ceci
nelles qui, dès les débuts de leur mise en œuvre, ou de cela, des hommes d’affaires, des technocrates
fut perçu par beaucoup comme révolutionnaire – et des penseurs professionnels cherchent, sur la
et il l’est effectivement, souvent d’une manière base des connaissances ainsi acquises, la solution
extrêment violente et brutale. Bourgeois et prolé- du problème de l’homme. Certains voient dans la
taires voyaient dans la machine et le perfectionne- génétique la solution des problèmes économiques
ment inévitable du système industriel la possibili- et écologiques, d’autres dans les réseaux informa-
té de réaliser une révolution encore plus grande et tiques la solution des problèmes sociaux et
plus profonde qui ammènerait, sur la ruine des humains.
structures traditionnelles, une manière inédite et
Mais l’idéologie sous-jacente à toutes ces pro-
plus libre de fonder la société (5). Le modèle méca-
positions est toujours la même : on cherche à sau-
nique de la vie qui s’est imposé alors, en s’appli-
ver les hommes en leur épargnant d’avoir à se sau-
quant à l’histoire humaine a fait accroire que cette
ver eux-mêmes ; on cherche ce qui leur épargnera
révolution devait être inéluctable et nécessaire à
d’avoir à prendre en main personnellement leurs
un moment ou un autre du développement des
propres affaires et à dévelloper la conscience indi-
“forces productives”. Se croyant ainsi délivrés de la
viduelle de leur condition. Ces conditions en vien-
peine d’avoir à construire de leurs propres mains
nent donc naturellement, sur cette base, à être
et par l’effort de leur volonté propre leur histoire et
aménagées de telle sorte qu’est de plus en plus dif-
leur monde, nombreux furent ceux qui remirent
ficile pour eux de s’associer et de s’organiser pour
leur existence aux bon soins de la machine et se
mettre leur forces et leur volonté en commun. Les
convertirent à l’idéologie du Progrès. Ainsi, de l’as-
marchandises, les médiations bureaucratiques et
sistant, dont on avait du mal encore à comprendre,
technologiques envahissent l’espace social et la vie
maîtriser et coordonner l’activité et ses consé-
quotidienne au point qu’elles les empêchent non
quences, on fit de la machine un sauveur, c’est-à-
seulement de vivre comme ils l’entendent, mais
dire, laissé à ses propres penchants et ne rencon-
même les empêchent d’imaginer comment ils pour-
5. Pour les bourgeois, voir par exemple le discours de 1894 raient vivre sans elles. L’Automate, la machine qui
de Marcellin Berthelot, En l’an 2000 (publié dans le livre de se meut d’elle-même dans le monde qu’elle trans-
René Riesel, Aveux Complets…), et pour les prolétaires, Le forme à son image, est devenu le modèle de la
Manifeste de Marx et Engels.

— 17 —
N o t e s & M o r c e a u x C h o i s i s n ° 4

société industrielle. Son autonomie repose sur la Être conservateur dans le sens révolutionnaire
dévalorisation de toutes les réalisations humaines qu’indiquait Günther Anders, c’est d’abord refuser
et la croyance en la supériorité et la perfection ces innovations qui ne servent que la régression de
plus grande du travail mécanisé. la conscience et l’asservissement de l’homme en
Pourtant, en même temps que cette prodi- cultivant les connaissances, les idées, les valeurs
gieuse dépréciation de l’homme qui est la consé- et les pratiques qui aujourd’hui sont dévaluées par
quence directe de cette transformation du monde à la puissance et l’emprise de la machine sur la vie
grande échelle par le travail des machines, on ne individuelle et sociale. Commencer par reproduire,
cesse d’exhorter chacun à devenir un créateur, un non pas des des copies ou des simulacres, mais par
artiste et à “se réaliser” à l’aide de ces nouvelles produire à nouveau notre condition selon la forme,
technologies aux potentialités prétenduement les besoins et les moyens qui nous sont propres
inédites. Mais comment peut-on exprimer ou créer permet « de renouer avec le processus historique de
quoique ce soit d’original et de personnel si tout le l’humanisation » (6) en envisageant les problèmes
travail de (re)production est déjà effectué par les concrets de la vie sur terre à une échelle qui est à
machines ? Toute œuvre suppose un travail, toute notre portée. Les obstacles que la société indus-
création originale suppose la maîtrise – c’est-à- trielle oppose à cette démarche, peuvent donner à
dire la pratique régulière et parfois répétitive, cette dernière son caractère politique : la dénonca-
comme en agriculture par exemple – de techniques tion de chacun d’eux en particulier est le point de
de (re)production. La machine peut utilement départ pour une critique et une condamnation plus
assister l’homme, mais ne doit pas s’y substituer générale du système et aussi pour l’élaboration
sous peine de l’asservir à son fonctionnement. En d’une conscience plus précise des possibilités et
soumettant à ses nécessités et à son programme, des nécessités propres à une réappropriation plus
elle empêche la personne d’expérimenter – de faire élargie du pouvoir des hommes sur leurs exis-
l’expérience à la fois dans le sens de resentir à nou- tences et sur leurs créations.
veau et d’essayer du nouveau – et par suite ne peut Bertrand Louart – juillet 2001.
que stériliser son expression, la réduire à une
simple recherche de formes sans autre contenu
que son propre égo ainsi isolé du reste du monde.
Jamais il n’y a eu autant de personnes qui aujour-
d’hui se prétendent créateurs, artistes, etc. qu’au
moment ou le monde s’enlaidi et se désagrège à 6. René Riesel, Aveux Complets des véritables mobiles du
une vitesse accrue. crime commis au CIRAD le 5 juin 1999 (éd. EdN, 2001).

« Marx disait que les révolutions sont la locomotive de l’histoire universelle.


Mais peut-être en est-il tout autrement. Peut-être les révolutions sont-elles
le recours au frein d’urgence pour le genre humain embarqué sur un tel train. »
Walter Benjamin.

— 18 —
L i s t e d e s P u b l i c a t i o n s

Brochures publiées par nos soins : Autres brochures :

M. Amoròs, Où en sommes-nous ?, 1998. Textes et documents


I. Pour servir à éclaircir la pratique critique. choisis pour instruire le public et ceux qui font
II. Le parti de l’État. métier de l’informer sur la deuxième campagne
III. Considérations sur le thème de la technique. contre le génie génétique, avril 2002.
— brochure A5, 28 p. (2 euros) — brochure A4, 36 p.

V. Brisset, Tant qu’il est encore temps…, 1998. ACNM, Du mensonge radioactif et de ses pré-
Libre opinion sur l’agriculture, l’Etat et la posés, mars 2004.
Confédération paysanne suivi d’une Lettre ouverte Nouvelle édition augmentée — brochure A5, 36 p.
à José Bové.
CNRS, États généraux de la servitude.
— brochure A5, 16 p. (1,50 euros)
Irresponsabilité et ignominie du milieu scienti-
J.P. Courty, En arrière toute !, 1997 fique suivi de Totem et Tabous, mars 2005.
— brochure A5, 16 p. (1,50 euros) — brochure A5, 40 p.

R.C. Lewontin, Le rêve du génome humain, 1992. Tracts :


— brochure A5, 48 p. (3,50 euros)
ACNM, Aux larmes citoyens !, décembre 2002.
B. Louart, L’ennemi, c’est l’homme, 1993. Autopsie d’un montage : le Téléthon.
critique du scientisme de l’Appel de Heidelberg — feuille A4, 4 p.
— brochure A5, 24 p. (2,50 euros)
Henriette Charbonneau, Pédagogie des catas-
Vous avez dit “autonomie” ?, 2005. trophes ?, octobre 2001.
introduction croisée aux conceptions de l’autono- à propos des attentats du 11 septembre 2001.
mie chez Castoriadis et Illich — feuille A5, 4 p.
— brochure A5, 12 p. (1 euro)
T.-J. Kaczinsky, La nef des fous, octobre 1999.
fable sur la société industrielle et son avenir.
— feuille A5, 4 p.

Zoé Wasc, Pourquoi faut-il être absent


d’Evian…, mars 2003.
réflexion autocritique sur les mobilisations anti-
globalisation et leur rôle dans les démocraties occi-
dentales — feuille A5, 4 p.

Bertrand Louart — juin 2003


Quelques éléments d’une critique de la société industrielle
suivi d’une
Introduction à la réappropriation…
« Une réappropriation devrait avoir d’abord tuer un tri, sur la base de « l’inventaire exact de ce
cette dimension politique : son but est la maîtrise qui dans les immenses moyens accumulés, pourrait
des hommes sur leurs propres activités et créa- servir à une vie plus libre, et de ce qui ne pourra
tions, la domination de la société sur sa technique jamais servir qu’à la perpétuation de l’oppression. »
et son économie. Car chacun doit devenir maître Il ne faut donc pas se cacher qu’un tel projet
des machines et des choses, de l’ensemble des créa- politique signifie la remise en cause radicale des
tions humaines afin de les mettre au service du bases de la société actuelle, c’est-à-dire l’arrêt du
développement de la vie et non en subir l’évolution, développement économique et le démantèlement
courir derrière leur renouvellement incessant, être d’une grande partie du système industriel et tech-
asservi à leur fonctionnement. nologique. Cela seul peut permettre ensuite le
Ce ne sont donc pas toutes les machines et réa- retour à des formes techniques et économiques à
lisations humaines qui peuvent faire l’objet de l’échelle humaine afin que la reprise du développe-
cette réappropriation. Il est en effet nécessaire « de ment humain et social à partir de ces bases simpli-
séparer, dans la civilisation actuelle, ce qui appar- fiées puisse être réalisée par des communautés ou
tient de droit à l’homme considéré comme individu des collectivités, organisées selon le principe de la
et ce qui est de nature à fournir des armes contre lui démocratie directe, qui seront ainsi réellement
à la collectivité, tout en cherchant les moyens de maîtres de leurs activités et de ce qui détermine les
développer les premiers éléments au détriment des conditions de leur existence. »
seconds », autrement dit, il est nécessaire d’effec-
brochure A5, 48 p. (3,60 euros)

— 19 —
m o r c e a u c h o i s i

La valeur du progrès

On le voit, une courte réflexion sur les chique foncièrement excellent et la dynastie
conclusions de nos analyses nous a menés sur foncièrement bonne d’une part, et de l’autre ce
le terrain de la morale. De ce point de vue, déplorable accident qui survenait, hélas, tou-
notre critique des idées banales sur le progrès jours : la perversité affreuse des gens de cour
apparaît comme préliminaires d’une libéra- ou l’insuffisance des intermédiaires entre le
tion de l’esprit et de la conscience. Croire que monarque et ses bien-aimés sujets.
tout évolue vers le mieux en vertu d’une loi Nous rions de cet expédient ingénieux,
nécessaire, a pu servir jadis à secouer des ins- mais nous ne voyons pas que pour soutenir
titutions et des coutumes devenues plus l’optimisme progressiste vulgaire, la pensée
tyranniques que bienfaisantes ; mais à son courante ne recours à rien de mieux. On croit
tour, cette croyance est devenue une attitude fermement à la bienfaisance intégrale de la
spirituelle toute faite et qui ne se justifie plus production accrue, des inventions, des appli-
par les mêmes bienfaits. cations techniques de toutes les vérités
Un idéal réfléchi de mieux-être universel connues, de tout triomphe effectif de l’homme
aperçu sous les formes les plus nobles, fait sur la nature; nonobstant bien des maux sub-
place à une idolâtrie du progrès matériel, sistent tandis que des calamités nouvelles
entretenue par les intérêts de quelques-uns et apparaissent, le bonheur attendu se dérobe.
soutenue par les passions de la plupart. Comment expliquer cela ? En dénonçant l’avi-
L’argument du progrès est un instrument dité des financiers, l’immoralité des capita-
de réclame et un lieu commun oratoire. Il sert listes, la férocité des militaires, et tout aussi
à justifier des entreprises lucratives contre bien le machiavélisme des meneurs ou la
des scrupules. C’est au nom du progrès qu’un dépravation des politiciens. On ne voit pas
utilitarisme hypocrite supprime les restes du que s’il était illégitime de dissocier l’action des
passé qui tiennent trop de place, ou profane la rois et celle de leur entourage nécessaire, il
beauté des sites naturels. L’invoquer sert n’est pas plus permis de méconnaître le rap-
aussi à obtenir des pouvoirs publics, dont les port essentiel qui rattache notre organisation
représentants redoutent beaucoup de se voir économique et sociale, y compris les types
refuser le titre d’hommes de progrès, des sub- d’hommes qu’elle suscite, au régime de renou-
sides en faveur des nouveautés techniques, et vellement indéfini des moyens techniques.
de ceux qui en vivent ou qui s’en amusent, En vain mettra-t-on d’un côté l’âpreté des
l’aviation par exemple. gens d’affaires et de l’autre la hauteur de vue
On vante de nos jours le progrès, on l’in- des savants… le bien et le mal ne s’isolent
voque, on endort les méfiances, exactement point ainsi; ils est impossible de répudier tout
comme on soignait jadis le culte des familles de l’un en retenant tout de l’autre. Ce qui
régnantes. Les historiens ont depuis long- entraîne désormais le torrent des nouveautés
temps relevé le rôle important que jouait ce accumulées ce n’est pas une haute philosophie
culte dans la vie de nos pères. Il sous-tendait de progrès, c’est l’intérêt immédiat, l’appât
l’activité sociale comme la croyance au pro- du gain mis d’accord avec celui de la
grès à stimulé la vie politique et économique gloire.
au siècle dernier. Les deux cultes sont égale- La critique esquissée dans ces lignes tend à
ment naïfs, mais inégalement touchants. Les purger notre esprit d’une doctrine toute faite,
procédés sont les mêmes. Par exemple, il fal- de moins en moins bienfaisante et qui ne se
lait bien, jadis, expliquer les insuffisances du soutient désormais que sur les béquilles trop
régime et les déceptions qu’il n’évitait guère. visibles des intérêts particuliers. Elle nous
On disait, le roi est bon, le roi veut notre bien, rend la liberté de choisir en connaissance de
mais les courtisans sont la cause de notre cause des principes d’action et des fins direc-
misère, les conseillers sont corrompus, les trices. On ne démontre pas une forme d’idéal
ministres sont incapables, etc… Il s’était ainsi ni la nécessité d’adopter un but, mais on peut
créé un système d’échappatoires au moyen en éclairer le choix.
d’une distinction entre le système monar- E. Dupréel, La valeur du progrès, 1928.

— 20 —
précédentes livraisons : N°7 — décembre 2006
N°3 – juin 1999 Les États-Unis avant
Technologie contre Civilisation la grande industrie
par Matthieu Amiech
1. Genèse de la technologie
suivi de deux articles Raison et démocratie
fascicule A4, 16 p. (3 euros)
chez Christopher Lasch
N°4 — juillet 2001 par Julien Mattern
L’idéologie des “sciences de la vie” La décroissance,
extraits illustrés et commentés du livre de R.C.
Lewontin, Biology as ideology, 1990 l’Économie et l’État
par Catherine Tarral
Le modèle mécanique de la vie et d’autres articles
ou de la vision mécaniste du monde Livre 14 x 21 cm, 160 p. (10 euros)
à l’autonomie de la technique
fascicule A4, 22p. (3 euros)
pro ch a i n e s l i v ra i so n s :
N°5 — juillet 2002 N°8 — septembre 2008
James Lovelock Remarques laborieuses sur la
et l’hypothèse Gaïa société du travail mort-vivant
L’hypothèse Gaïa aurait été l’occasion d’un renou-
vellement de la méthode scientifique et d’une Liberté privée, intensité collec-
réflexion plus unitaire pour l’écologie politique.
Mais James Lovelock, avec sa vision étroitement tive et autonomie politique
cybernétique de la vie, l’utilise au contraire pour À propos de L’Histoire d’un Allemand, de Sebastian Haffner
promouvoir les intérêts du despotisme industriel.
ITER ou la fabrique d’Absolu
suivi de quatre articles Industrie nucléaire et tyrannie de la puissance
fascicule A4, 28p. (4 euros)
et d’autres articles
N°6 — octobre 2004 Livre 14 x 21 cm, 160 p. (10 euros)

La menuiserie et l’ébénisterie Technologie contre Civilisation


à l’époque de la production industrielle genèse et unification de la technologie
Tout montre qu’il est impossible d’avoir en même temps [actualisation du n°3]
une production de masse, à plus forte raison automati-
sée, et des produits de qualité. Plus exactement, la pro- L’autonomie du vivant
duction industrielle peut réaliser des produits parfaits les enjeux politiques, sociaux
du point de vue technique qui lui est spécifique, mais et écologiques de la biologie
sans valeur et sans âme du point de vue humain.
aperçus sur la destruction des arts et métiers Toutes les contributions, commentaire ou critiques,
fascicule A4, 36p. (5 euros) sur ces sujets ou sur d’autres,
sont les bienvenues

NOTES & MORCEAUX CHOISIS


Bulletin critique des sciences, des technologies et de la société industrielle
52, rue Damrémont – 75018 Paris
CCP: SCE 38 182 28N (chèques à l’ordre de Bertrand Louart)
email : NetMC@9online.fr — http://netmc.9online.fr/

Abonnement de soutien et participation aux frais d’envoi


pour les deux numéros à venir : 15 euros
Les ventes sont la seule source de financement de cette publication