Vous êtes sur la page 1sur 83

UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion

2004-2009

TABLE DES MATIÈRES

CHAPITRE 1 ................................................................................................................................................... 5
GÉNÉRALITÉS................................................................................................................................................ 5
1.- Introduction................................................................................................................................................. 5
2.- Présentation du Projet ................................................................................................................................. 5
3.- Présentation du site ..................................................................................................................................... 7
4.- Résistance aux chargements........................................................................................................................ 7
5.- Définition de l’ouvrage projeté ...................................................................................................................... 8
6.- Choix d’un type de Pont ............................................................................................................................... 8
7.- Justifications du projet ................................................................................................................................. 9
CHAPITRE 2 ................................................................................................................................................. 11
CALCULS HYDROLOGIQUES ET HYDRAULIQUES ........................................................................................ 11
1.- Considérations générales sur les calculs hydrologiques ............................................................................... 11
2.- Données générales ................................................................................................................................... 11
3.- Ajustement fréquentiel des pluies journalières maximales à la station de Mirebalais ...................................... 11
 But d’ajustement .................................................................................................................................... 12
 Méthode numérique de Gumbel .............................................................................................................. 12
 Méthode graphique de Gumbel ............................................................................................................... 12
5.- Calculs hydrauliques................................................................................................................................. 15
6.- Tirant d’air ................................................................................................................................................ 15
CHAPITRE 3 ................................................................................................................................................. 17
LES TROTTOIRS .......................................................................................................................................... 17
1.- Considérations générales .......................................................................................................................... 17
2.- Les charges de calcul ............................................................................................................................... 17
3.- Calcul des sollicitations .............................................................................................................................. 17
4.- Détermination des armatures...................................................................................................................... 19
Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN
Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 1
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

CHAPITRE 4 ................................................................................................................................................. 21
DALLE DU TABLIER ...................................................................................................................................... 21
1.- Considérations générales........................................................................................................................... 21
2.- Schéma mécanique de la dalle du tablier..................................................................................................... 21
3.- Prédimensionnement de la dalle du tablier .................................................................................................. 21
4.- Dimensionnement ..................................................................................................................................... 21
CHAPITRE 5 ................................................................................................................................................. 24
LES ENTRETOISES ...................................................................................................................................... 24
1.- Considérations générales........................................................................................................................... 24
2.- Schéma mécanique de l’entretoise-type ...................................................................................................... 24
3.- Prédimensionnement ................................................................................................................................ 24
4.- Les charges en présence .......................................................................................................................... 25
5.- Calcul des Sollicitations ............................................................................................................................. 25
6.- Détermination des armatures...................................................................................................................... 36
CHAPITRE 6 ................................................................................................................................................. 39
LES POUTRES LONGITUDINALES ................................................................................................................ 39
1.- Généralités ............................................................................................................................................... 39
2.- Prédimensionnement ................................................................................................................................. 39
3.- Dimensionnement .................................................................................................................................... 40
CHAPITRE 7 ................................................................................................................................................. 51
DALLE DE TRANSITION ................................................................................................................................ 51
1.- Considérations générales........................................................................................................................... 51
2.- Calcul des sollicitations .............................................................................................................................. 51
3.- Calcul des armatures dans la direction Y ..................................................................................................... 52
4.- Calcul des armatures dans la direction X ..................................................................................................... 53
CHAPITRE 8 ................................................................................................................................................. 54
LES APPAREILS D’APPUIS ........................................................................................................................... 54
1.- Considérations générales........................................................................................................................... 54
2.- Dimensionnement ..................................................................................................................................... 54
CHAPITRE 9 ................................................................................................................................................ 56
LES CULÉES ................................................................................................................................................ 56
Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN
Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 2
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

1.- Considérations générales........................................................................................................................... 56


2.- Prédimensionnement ................................................................................................................................. 56
3.- Les charges de calcul ................................................................................................................................ 57
4.- Combinaisons de charges .......................................................................................................................... 62
5.- Stabilité des culées.................................................................................................................................... 64
a) Vérification de la stabilité au renversement ............................................................................................... 64
b) Vérification de la stabilité au glissement ................................................................................................... 64
c) Stabilité au poinçonnement ..................................................................................................................... 64
6.- Dimensionnement du mur de front .............................................................................................................. 66
a) Considérations générales ....................................................................................................................... 66
b) Les charges de calcul ............................................................................................................................. 66
c) Calcul des sollicitations ........................................................................................................................... 66
d) Condition de non flambement et calcul des armatures ............................................................................... 67
e) Armatures pour la garde-grève ................................................................................................................ 68
f) Armatures d’effort tranchant du Mur de Front ............................................................................................ 68
g) Armatures de répartition ......................................................................................................................... 68
h) Dimensionnement de la semelle .............................................................................................................. 68
CHAPITRE 10 ............................................................................................................................................... 72
CALCUL DU MUR EN RETOUR ..................................................................................................................... 72
1.- Prédimensionnement ................................................................................................................................. 72
3.- Stabilité du mur en retour ........................................................................................................................... 73
4.- Calcul des armatures ................................................................................................................................. 75
CHAPITRE 11 ............................................................................................................................................... 76
CALCUL DES PIEUX ..................................................................................................................................... 76
1.- Considérations générales........................................................................................................................... 76
2.- Charge admissible d’un pieu ...................................................................................................................... 76
 Force Portante du pieu ........................................................................................................................... 76
 Résistance limite due au Frottement latéral du pieu ................................................................................... 77
3.- Vérification de la section de béton dans la reprise de la charge admissible ..................................................... 77
CHAPITRE 12 ............................................................................................................................................... 79
LES JOINTS DE DILATATION ........................................................................................................................ 79
Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN
Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 3
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

1.- Considérations générales........................................................................................................................... 79


2.- Limites des joints de dilatation .................................................................................................................... 79
DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES ................................................................................................................ 80
CONCLUSION............................................................................................................................................... 81
BIBLIOGRAPHIE ........................................................................................................................................... 82
ANNEXE ....................................................................................................................................................... 83

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 4
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

CHAPITRE 1

GÉNÉRALITÉS

1.- INTRODUCTION

Parmi tous les ouvrages de Génie Civil, les Ouvrages d’Arts et, en particulier un Pont est un type
d’ouvrage très considérable. Lors de la construction d’une route, un pont est nécessaire lorsqu’il existe une
discontinuité entre des points d’un terrain. Ces discontinuités peuvent être générées par la présence d’un
obstacle (cours d’eau, route, voie ferrée, vallée,…).

Dans le cadre de la formation en génie plus particulièrement, la Faculté Des Sciences de l’Université
d’État d’Haïti veut que les étudiants finissants soient astreints à des projets de sortie pour enfin obtenir leur
diplôme d’ingénieur.

Ainsi, dans le cadre du cours d’Ouvrages d’Arts, le professeur Willy CARRÉNARD nous propose le
projet consistant à concevoir un pont sur la rivière La Thème de la zone de Saut-d’eau

La réalisation d’un tel projet nous permettra d’appliquer les notions théoriques apprises au cours
d’Ouvrages d’Arts, plus particulièrement en Pont. Elle sera également un moment propice, nous facilitera
d’apprendre d’autres notions de Génie Civil trouvant leurs applications en Ouvrages d’Arts.

À travers une démarche claire, concise et précise, nous présenterons, dans les lignes qui suivent, les
diverses étapes de notre étude.

2.- PRÉSENTATION DU PROJET


Le projet proposé par le professeur Willy CARRÉNARD consiste à concevoir un pont en béton armé
sur la rivière La thème. Cet ouvrage franchira la rivière La thème à l’entrée de la ville de Saut d’eau sur la
route Ti Tanyen-Saut d’eau dans le département du Centre.

Les contraintes sont les suivantes :

 Distances entre axes des appuis : 25 mètres


 Tirant d’air (distances dessous des poutres – niveau des plus hautes eaux) : 1 m minimum
 Deux voies de circulation de 3, 50 m chacune
 Deux trottoirs de 1,5 m chacun
 Dalles de transition derrière les culées de 5 mètres de long
 Surcharge routière HS25-44
 Garde corps mixte en acier le long de l’ouvrage

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 5
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

Les calculs devront respecter la norme AASHTO-STANDARD dans sa dernière édition

Caractéristiques des Matériaux à utiliser :

Béton armé pour dalles, entretoises, poutres :

Poids volumique :  = 25 /



Résistance en compression : 

= 30 

Béton armé pour Culées, Piles, semelles de fondation :

Poids volumique :  = 25 /



Résistance en compression : 

= 25 

Remblais 0/100 drainant :

Poids volumique :  = 20 /



Angle de frottement interne  = 30°
Cohésion :  = 0

Acier pour armature passive :

Limite d’écoulement :  = 420  (60,000 )


Module élastique : ! = 200 " (29 × 10& )

Maçonnerie de moellons :

Poids volumique :  = 23 /


Documents à remettre

• Notes de Calcul hydrologique et hydraulique


• Notes de calcul des différentes parties de l’ouvrage :
 Dalle du tablier
 Poutres principales
 Entretoises
 Culées-Piles
 Appareils d’Appuis
 Dalle de transition
Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN
Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 6
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

 Semelles de fondations
 Pieux
 Joints de dilatation

Plans sur format 11’’×17’’ :

 Plan de situation
 Coupe longitudinale de l’ouvrage et coupe transversale
 Ferraillage et coffrage dalle du tablier – Poutres principales - Entretoises
 Ferraillage et Coffrage Culées – Dalle de transition – Appareils d’appuis
 Ferraillage et Coffrage Fondations : Semelles et pieux

3.- PRÉSENTATION DU SITE


La reconnaissance du site de tout ouvrage de Génie Civil constitue une part très importante et
obligatoire dans la réalisation d’un projet. Deux visites de terrain ont été effectuées. L’une avec le
professeur CARRÉNARD dont le but était de nous permettre de faire connaissance avec la zone
d’implantation de l’ouvrage. L’autre s’était fait afin de réaliser des travaux de topographie nécessaire à la
conception de l’ouvrage.

Les sondages géotechniques menés à l’emplacement de l’Ouvrage révèlent que les couches de sol
de la zone d’implantation de l’Ouvrage sont de natures différentes. En partant du sol support et en
progressant en profondeur, on a : la couche de sol de surface d’une épaisseur approximative de 3 m
reposant sur une couche formée essentiellement de grave sablo argileux de compacité moyenne. Ensuite,
on a une couche de sable graveleux peu plastique de compacité allant de dense à très dense de 2m
d’épaisseur, puis, une couche de grave sableuse peu plastique de compacité allant de dense à très dense
de 7 m d’épaisseur. En fin de sondage, on rencontre de l’argile peu plastique de consistance raide et de
grave peu plastique et très compacte jusqu'à 25 m

4.- RÉSISTANCE AUX CHARGEMENTS


Le pont que nous avons à construire devra résister aux charges suivantes :

a) Les charges permanentes qui sont généralement considérées comme des actions fixes agissant
sur les éléments du pont. Sont groupés dans cette catégorie : le poids propre qui est constitué par
les différentes parties du pont, la poussée des terres agissant sur les culées
b) Les charges mobiles ou vives : surcharge routière, …
c) Les charges dues aux vent et les charges sismiques

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 7
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

5.- DÉFINITION DE L’OUVRAGE PROJETÉ


Les ponts sont des ouvrages qui supportent une voie de communication au-dessus d’un obstacle
naturel ou au dessus d’une autre voie de communication. Généralement, l’obstacle traversé est un cours
d’eau (Rivière ou fleuve), un lac ou bien une dépression profonde de terrain qui sert ou non à l’écoulement
des eaux. Dans ce dernier cas, le pont est appelé viaduc.

Quand le pont sert à passer une voie de communication au-dessus d’une autre voie de
communication, on l’appelle «Passage dénivelé» Quand la voie supérieure est une route et la voie
inférieure une voie ferrée, on parle de passage supérieur. Dans le cas inverse, c’est un passage inférieur.

Les ponts peuvent être construits en différents matériaux, les plus connus sont le béton armé, le béton
précontraint, l’acier et l’aluminium. Pour ce qui nous concerne, le pont à concevoir est en béton armé

Un pont est composé généralement de trois parties principales:

La superstructure qui supporte directement la voie de communication


L’infrastructure qui repose sur le terrain et transmet aux sols les différents efforts provenant de la
superstructure
Les appareils d’appui qui sont des éléments interposés entre la superstructure et l’infrastructure.
Ils ont pour rôle de transmettre à l’infrastructure les réactions dues aux charges auxquelles est
soumise la superstructure.

Figure 1.1 : différentes parties d’un pont

6.- CHOIX D’UN TYPE DE PONT


Le meilleur choix d’un type de pont relatif à notre projet sera fait suivant trois points de vue :
technique, esthétique et économique. Par conséquent, nous présentons les schémas des solutions
possibles envisageables qui seront fonction de la portée relative à l’ouvrage. La portée est un facteur
principal dans le choix du type d’ouvrage. Ainsi, les solutions possibles envisageables que nous
présenterons sont conformes à des types d’ouvrage de portée modeste (≤ 30
de portée principale) :

 Ponts-dalles

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 8
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

Un Pont-dalle est la solution la plus usitée pour des ouvrages à plusieurs ouvertures de
portées modestes. La dalle est généralement en béton armé pour des portées ne
dépassant pas une quinzaine de mètres.

 Pont à béquilles
Ces types de pont sont esthétiques quand ils sont bien construits et s’adaptent de façon
adéquate au paysage. Ils sont construits pour des franchissements encaissés. Cependant,
le cout de leur construction est très élevé

 Pont Cadres
Ce type de pont est généralement conçu dans le cas de remblai de faible hauteur. Lorsque
le cadre est ouvert, il se présente sous forme de portiques qui sont en général utilisés pour
former de passages intérieurs sous des autoroutes pour des ouvertures allant de 10 a
18m. Une telle solution est plus économique que celle consistant à ériger une dalle simple
en travée indépendante nécessitant des culées plus coûteuses que les piédroits d’un
portique

 Ponts à poutres
La solution consistant à réaliser des ponts à poutres en béton armé peut être mise en
œuvre facilement. En effet, les travées formées de poutres en béton armé génèrent une
gamme de portées déterminantes allant de 15 m à 30 m. La gamme d’emploi d’un tablier
à poutres enrobées va de 8 m à 25 m de portée pour des travées indépendantes.
Dans la gamme de portées comparables à celles des ponts-dalles, les travées formées de
poutres en béton armé peuvent se relever d’un emploi plus économique. Elles couvrent
une gamme de portées déterminantes allant de 15 à 30 m environ et se mettent en œuvre
aisément en laissant dégagée la voie franchie, alors que la dalle exige des étaiement qui
peuvent constituer des contraintes importantes, par exemple pour la construction d’une
autoroute.

Finalement, en tenant compte des critères d’esthéticitê, d’économie, de mobilité et de mise


en œuvre, notre choix se porte sur un pont fixe en béton armé à poutres indépendantes

7.- JUSTIFICATIONS DU PROJET


Ériger un pont sur la rivière La thème constitue un véritable gain pour les habitants de la ville de Saut-
d’eau et pour tous ceux qui fréquentent la route Ti Tanyen-Saut d’eau. En effet, lorsque la rivière La Thème
est en crue, la route est impraticable pendant plusieurs jours. Le trafic est bloqué, ce qui engendre une
baisse considérable de transports. De plus, d’importantes inondations sont produites dans toute la zone.

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 9
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

Pour pallier à ces problèmes et donc pour améliorer le transport dans la zone, la construction d’un pont sur
la dite rivière est solution optimale

La figure suivante donne une vue de l’intersection de la route et de la dite rivière :

Figure 1.2 : Illustration de l’intersection de la route et de la rivière

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 10
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

CHAPITRE 2

CALCULS HYDROLOGIQUES ET HYDRAULIQUES

1.- Considérations générales sur les calculs hydrologiques

L’hydrologie est la science qui a pour objet l’étude de l’eau et de sa circulation à la surface de la terre et
dans le sol. Elle étudie l’eau sous ses trois états (liquide, solide, gazeux) : l’eau liquide passe en phase
vapeur, la neige se sublime ou retourne à l’état liquide, la vapeur d’eau se condense et les précipitations
tombent sous forme de pluie ou de neige, alimentent les cours d’eau et les glaciers. Elle est donc la
science qui permet d’étudier sainement le débit de l’eau.

À travers cette étude, notre pont pourra garantir l’évacuation du débit maximum de crues de la rivière La
Thème sans dommages. Les études hydrologiques ont pour but de prédimensionner l’ouvrage projeté.
Deux méthodes hydrologiques permettant l’étude de débit peuvent être envisagées : la méthode
Rationnelle, la méthode d’ORSTOM ou de Rodier Auvray . Analysons chacune de ces méthodes.

 La méthode Rationnelle est applicable pour de petits bassins dont la superficie ne dépasse pas
4 

 L’intensité de la pluie doit être constante et uniforme sur tout le bassin versant.
 Le débit maximum est atteint lorsque la durée de la pluie est au moins égal au temps de
concentration

Toute méthode hydrologique de calcul de débit prend en compte les caractéristiques du bassin versant
et de la pluviométrie de la zone concernée. Ainsi, nous retenons la méthode d’ORSTOM ou de Rodier
AUVRAY pour le calcul du débit de crue. Une brève présentation de cette méthode sera faite plus loin.

2.- Données générales

Le professeur Eroll CALIXTE a mis à notre disposition les données hydrologiques concernant la station
pluviométrique de Mirebalais nécessaires aux calculs concernés

À CNIGS, on nous a fourni la carte topographique imprimée à l’échelle de 1/25 000 avec laquelle nous
trouvons les caractéristiques du bassin versant en question.

3.- Ajustement fréquentiel des pluies journalières maximales à la station de Mirebalais

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 11
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

 But d’ajustement

Afin de déterminer le débit de pointe nécessaire, il est impérieux d’ajuster les observations de pluies
journalières maximales par une loi de probabilité les représentant aux mieux. Pour ce faire, nous nous
convenons d’utiliser la loi de Gumbel qui s’adapte mieux à cette situation. Une brève présentation de la loi
probabiliste de Gumbel est la suivante :

L’ajustement fréquentiel selon la loi probabiliste de Gumbel sera fait suivant deux manières différentes :
une méthode numérique et une méthode graphique. La méthode donnant la hauteur de pluie maximale
sera retenue.

 Méthode numérique de Gumbel


-.(/-0) -2
La fonction de répartition de Gumbel est calculée selon : (()) = * +, ou ((1) = * +,
6
(avec 1 = () − 4)). Le temps de retour correspondant est déterminé par : 5 = 6+7(8)
1 ∶ Variable réduite liée à la probabilité attachée à la hauteur de pluie journalière maximale x.
8
La droite de GUMBEL a pour expression : ) = 4 + ;
6.= ?.=@@
, 4 les paramètres d’ajustement déterminés par les formules suivantes :  = ;4=

> ;
DE F+6 (DE+J)K
A *B
sont des estimateurs (
= ∑FEG6 ; A =H×I ; H  = ∑FEG6 ).
F F F

L : la taille de l’échantillon

Les ) sont les PJMAX

 Méthode graphique de Gumbel

On classe les hauteurs de pluie journalières maximales observées par ordre de grandeur croissante en
taxant chacune d’elles d’un rang (par exemple : 1 … . .  … . . L)

On calcule les probabilités expérimentales correspondantes à chacune de ces hauteurs de pluie


journalières maximales selon ((1E ) = 100/(L + 1). Dans le cas où on trouverait des hauteurs de
pluie maximales identiques, on les attribuait de probabilités différentes.

Sur le graphique à probabilités déterminé par ((1E ) = 100 × /(L + 1), on reporte les couples
()E , ((1E ) )

On trace la droite théorique de Gumbel ( x = b + u/a ) après avoir calculé les paramètres d’ajustement a et
b,puis on déduit les hauteurs de pluie journalières maximales. La fréquence est donnée par la loi
d’ajustement.
Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN
Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 12
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

Le tableau suivant présente les résultats

RANG ANNÉE PJMAX PAN NJPA Fréquence Temps de


(N) expérimentale Retour

F(X)=100×i/n+1 Tr=1/(1-F(X))
n=18
1 1951 57,8 1588,1 120 5.263 1.055
2 1962 70 1484,5 84 10.526 1.11
3 1949 70,2 1686,2 107 15.789 1.18
4 1953 70,3 1524 112 21.052 1.26
5 1966 70,5 1760,5 81 26.315 1.35
6 1950 72,2 1660 114 31.578 1.46
7 1956 73 1640,4 100 36.842 1.58
8 1957 78 1676,3 104 42.105 1.72
9 1955 79,8 1845,3 108 47.368 1.89
10 1961 80 1233,5 74 52.631 2.11
11 1964 83,5 1939,9 89 57.894 2.37
12 1954 84,2 1883 133 63.157 2.71
13 1958 100 1469 94 68.421 3.16
14 1959 100 1854 123 73.684 3.79
15 1960 109 1888,4 119 78.947 4.74
16 1963 113,5 1906,2 95 84.210 6.33
17 1948 125 1863,4 114 89.473 9.49
18 1965 126,6 2091,8 108 94.736 18.97
Tableau 2.1 : Ajustement fréquentiel des pluies journalières maximales

Moyenne :
= 86,866

Avec H  = 395,976 , on détermine A = 19,339. Les paramètres d’ajustement sont a= 0,066 et b=


78,12. Nous avons alors x = 78,12+ 15,15u

En convenant de prendre 5 = 50 ans, F(u)= (T-1)/T => F(u)=0,98 et u = ln(ln(F(u)-1))-1 => u = 3,90.

Ainsi QRST = UVW, XYZ RR

4.- Détermination de débit de crue

Le calcul du débit de crue sera fait conformément à La méthode d’ORSTOM ou de RODIER- OUVRAY
comme signalé plus haut.

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 13
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

Brève présentation de cette méthode

L’hypothèse de base admise est que la crue décennale est engendrée par une averse décennale

Pour utiliser cette méthode, nous admettons l’hypothèse suivante : la crue de temps de retour 50 ans est
engendrée par une averse de temps de retour 50 ans. Cette hypothèse étant fixée, le principe de calcul du
débit de temps de retour 50 ans est le suivant :

1) On estime la hauteur H de l’averse ponctuelle de temps de retour 50 ans, sans prendre en


compte son intensité .
2) On calcule le volume total [\ de la précipitation sur le bassin en multipliant la hauteur H de
l’averse par un coefficient d’abattement ] qui tient compte de la distribution spatiale non-
homogène de l’averse sur le bassin versant. Ce coefficient d’abattement ] est déterminé sur
le graphique extrait des cahiers d’ORSTOM. (pour le bassin versant considéré ,on considère
sa surface et sa pluviosité interannuelle.
^_ = ]Q`
3) On recherche la valeur du coefficient de ruissellement ab à partir des caractéristiques
topographiques, végétales et géologiques du sol. On détermine le volume d’eau effectivement
ruisselé ^b = ab [\ .On détermine aussi le temps de base 5c et le coefficient de pointe a
4) On détermine le débit moyen de ruissellement M , pour le temps de retour 50 ans pendant un
d [
temps égal au temps de base :  = e \
fg
5) On détermine enfin le débit de pointe de crue de temps de retour considéré par la formule
suivante : hJ;D = a × , a est le coefficient de pointe déterminé expérimentalement

Remarque :

La valeur du coefficient d’abattement ] sera déterminée à partir de la publication ORSTOM.


Plus le bassin versant est petit, plus ce coefficient est proche de l’unité .Ce coefficient est donné en
fonction de la surface du bassin versant pour différentes pluviosités interannuelles.

Le coefficient a est le coefficient de pointe .

Le tableau suivant présente les caractéristiques du bassin Versant en question

Surface Pente Pluviosité Coefficient Coefficient de Temps de Coefficient de


(iRX ) moyenne interannuelle d’abattement ruissellement base pointe
(%) (RR) (k)
lZ 7,15 1721,92 0,838 0,37 7 4,05
Tableau 2.2 : Caractéristiques du bassin versant concerné

Nous obtenons alors : ^_ = 10922900


; ^b = 4041470
;  = 160,376
/

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 14
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

Le débit de pointe est : hJ;D = 649,522


/ . Cependant, le débit de calcul sera obtenu en
ajoutant au débit maximal le débit de base1 en saison sèche qui vaut 5,00
. Ainsi, le débit de calcul
vaut :

mnSonpo = qZr, ZXX RV /s

5.- Calculs hydrauliques


Le calcul hydraulique a pour premier objectif de dimensionner un ouvrage pour le niveau des
plus hautes eaux. Ainsi, pour avoir la hauteur de crue, nous utilisons la fameuse formule de Maning-
Strickler qui exprime la relation entre le débit et les caractéristiques de la rivière en question. Cette formule
K x
t×u v ×w K
est donnée par : h= F
où :

H : section mouillée du canal


t
y : Rayon hydraulique, y = _
z : Pente du fond du canal
L : Coefficient de rugosité de Manning valant 0,033
~c
Pour un canal de section rectangulaire, { × |} , le rayon hydraulique vaut, y = (~€c

)
. Ainsi le débit

~×c ~×c K
peut encore s’écrire, h = × (~€c )v × z 6/
F 

À partir de l’équation précédente, nous déterminerons la hauteur d’eau au fond du canal lors des crues. En
raison des spécifications du projet, nous prenons |} = 25
comme débouchée de l’ouvrage.

En revenant à l’équation précédente pour mnSonpo = 654,522 m /s , |} = 25


et z = 7,15 % , on
obtient { = 2,20

6.- Tirant d’air


Un cours d’eau charrie très souvent détritus, corps flottants, branchages, souches, etc… qui
peuvent, au passage sous un pont, s’accrocher et boucher peu à peu les sections d’écoulement, mettant
ainsi l’ouvrage en danger d’être en charge.

C’est pourquoi, il est impérieux de prévoir un tirant d’air pour diminuer ce risque d’obstruction
partielle ou totale du pont. Ce tirant d’air dépend évidemment d’une part des risques de charriages de
surface et d’autre part de l’importance de l’ouvrage concerné.

1
Le débit de base est estimé d’après les écoulements constatés en saison sèche en zone tropical (Cf. : Hydraulique routière,
page 74)
Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN
Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 15
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

Pour des ponts de longueur inférieure ou égale à 50 m, on adopte généralement un tirant d’air au
moins égal à :

 1 m en zone désertique ou subdésertique,


 1.5 m en zone de savane,
 2 m en zone à végétation arbustive dense,
 2.5 m en zone forestière

La zone d’implantation de notre projet peut se situer entre la deuxième et la troisième catégorie. Ainsi, la
valeur moyenne du tirant d’air correspondant est de 1, 75 m

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 16
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

CHAPITRE 3

LES TROTTOIRS

1.- Considérations générales


Les trottoirs sont placés en porte-à-faux de 1,30 m de portée. Ils sont inclinés d’une pente de 2%
vers le caniveau. Aux extrémités, on trouve les parapets en aciers dont les rails (horizontaux) sont espacés de
0.40m, 0.35m, 0.35m de bas en haut et les posts (montants) sont espacés de 3.95 m. Selon AASHTO, on peut
assimiler la dalle du trottoir à une poutre en porte-à-faux encastrée dans du béton

2.- Les charges de calcul

Charges sur les bordures de sécurité

Les bordures seront calculées pour résister à une force latérale de 500 lb/pi appliquée au sommet de
la bordure ou à une élévation de 10 pouces (25 cm) au dessus de la dalle du tablier

Surcharges du trottoir

Afin de tenir compte de la circulation des piétons ou/et des cyclistes, AASTHO fixe comme charge vive
une charge uniformément répartie  = 4/


Charges sur les garde-cops

Highway design loading : /2 = 45a et pedestrian loading : ƒ = 50„4/ B = 0.75a/




Charges sur les roues


Les trottoirs qui ne sont pas protégés de la circulation des véhicules doivent être calculés de
manière à résister à une surcharge de roue égale à 0.4… (0.4 × 25 = 10 B†) placée à 30 cm des
gardes corps. Cette dernière, ne doit pas additionner aux autres charges vives.

3.- Calcul des sollicitations

 Moment engendré par le poids propre

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 17
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

Soit _ le moment extérieur du poids propre par rapport à la face extérieure de la poutre extérieure, on a:
=(6,=+?, )K =(6,=+?, )K
_ = 1 + 2 ⇒ _ = + ⇒ _ = 4,8 a/

p L2 p L2
2 6  &

 Moment engendré par la surcharge de Roue

Comme déjà signalé, la dalle du trottoir sera en porte-à-faux. De plus, ses armatures seront
perpendiculaires au sens de la circulation. Ainsi, selon AASHTO, le moment engendré à la surcharge de
roue est donné par la relation :

ˆu = où :
Š

: charge de roue.
‹: Distance entre point d’application de la charge et le point d’appui en pied.
: largeur de répartition : = 0.8‹ + 3.75 en pied
‹ = 1.20 − (0.3 + 0.1) ⇒X = 0.8 m = 2.62 pi ⇒ = 0.8 × 2.62 + 3.75 → = 5.846 .

_‰ ????×,& Ž& ,6׎,6


u = Š
⇒ u =
=,&
= 8963,41 „4. / ⇒ u =
??
⇒ u = 40 .
/

Afin de prendre en compte des effets dynamiques et oscillatoires, AASHTO définit un coefficient de
majoration pour les contraintes imputables aux surcharges routières. Ce coefficient est donné par la

relation : z =  , étant la longueur en pied de la partie chargée dans la console


50
≤0.30
L + 125
=?
z= ⇒ z = 6,?× ,€6= ⇒ z = 0,39 Comme par définition, ≪ z ≫ doit être inférieure ou
50
L + 125
égal à , Nous prenons donc z = 0,30 ⇒ u€w = (1 + 0.30) × 40 Ainsi u€w = 52 kN. m/m

 Moment engendré par la surcharge Bordure

La surcharge sur la bordure vaut approximativement : 7,5/


Le bras de levier de la
surcharge de bordure est: 0.20 m. Le moment engendré est c = 0,20
× 7,5 a/
⇒ c =
1,5 .
/

 Moment engendré par la surcharge de Trottoir

(6,=+?, )K
”• = ⇒ f = = 2,88 .
/

pL2
2 

 Moment engendré par la surcharge Garde - Corps

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 18
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

ƒ6  : Bras de Levier 1.20m (direction horizontale)

ƒ6  : Bras de Levier 1.15m (direction verticale)


_x
: bras de levier 0.90m (deuxième traverse)

_x
: bras de levier 0.5m (première traverse)


= =×?,==
= 
× 0,9 + 
+ 0,75 × 2,5 × 1,20 + 0,75 × 2,5 × 1,15 ⇒ – = 37 .
/

Avec = 0.8‹ + 3.75, on a


= 0.8(1.15 × 3.28) + 3.75 ⇒ E = 6.77 pieds ⇒ = 2
⇒ Le moment engendré est
– = 18.5 .
/

 Superposition des Charges

Conformément aux règlements, deux cas sont à considérer :


M˜ ∶ Cas où le trottoir est soumis sous l’action du poids propre et de la roue
M˜˜ ∶ Cas où le trottoir est soumis sous l’action du poids propre + surcharge de trottoir + surcharge de bordure +
celle du parapet. Nous retenons par la suite la plus grande valeur de moment (cas le plus défavorable)
w = ™š × › + u€w × ™ˆ et ww = (™š × › + (– + c + f ) × ™ˆ
Avec  = 1.3; ™š = 1 ; ™ˆ = 1.67 ⇒ MI = 1.3(4.8+1.67×52) . D’où M˜ = 119.13kN. m/m.
M˜˜ = 1.3(4.8 + 1.67 × (18.5 + 1.5 + 2.88) . D’où M˜˜ = 56 .
/

Nous retenons le cas le plus défavorable: w = 119.13 .


/

4.- Détermination des armatures

a) Vérifions si des aciers en compression sont nécessaires :


Le moment résistant de la section sans aciers en compression vaut :
F = œ × (1 − 0,59œ ) ′ × 4 × ž avec : œ = 0.319 ™ = 0.319 × 0.85 = 0,27
La largeur de la section étant : b = 1 m et la hauteur utile : ž = 0.9ℎ = 0.36

F = 0.27 × (1 − 0.59 × 0.27) × 30 × 1 × (0.36) = 0,8825 


¡2 ?,66Ž6
Avec ϕ = 0,9 , on a ¢
= ?,Ž
= 0,132 

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 19
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

¡2
Ces calculs prouvent que F > ⇒ Des aciers en compression ne sont pas nécessaires pour cette
¢

section

b) Recherche du pourcentage d’armature ( ¤ ) correspondant

?,=¦§, uª ¡2 ?.66Ž6


Soit ¥ = ©1 − I1 − « avec yJ = ⇒ yJ = ⇒ yJ ≈ 1,00 ⇒
¦¨ ?,=¦§, ¬­®K ?,Ž×6×(?, &)K

?,=× ? ×6
Le pourcentage d’armature est : ¥ = ©1 − I1 − « = 0,00243
? ?,=× ?

Les pourcentages d’armatures minimal et maximal valent respectivement :


¦′ ?
¥JEF = 0,0018 et ¥J;D = œ × ¦§ = 0,27 × = 0,01928
¨ ?

Nous avons ¤RN° = Y, YYU± < ¤ = Y, YYXrV < ¤RST = Y, YUlX± , Ce qui montre bien que le
pourcentage d’armature ¤ convient

Nous savons que ³s = ¤´µ ⇒ †! = 0,00243 × 1 × 0,36 = 8,748 ¶


 /

La section minimale d’armature ³s,RN° = 0,4 × 1 × 0,0018 = 7,2 ¶


 /
car pour les dalles, le
pourcentage d’armature minimale correspondant au retrait et à la température est réglementairement fixé à
0,0018 pour une limite d’écoulement  = 430 

Ainsi ³s > ³s,RN° nous retenons donc la section d’armature calculée. D’où ³s = 8,748 ¶
 /

Si nous prenons un numéro 5 (ϕ 5/8 Po) alors l’espacement est : 22cm. Cet espacement est bien inférieur à
l’épaisseur minimale de la dalle. Nous placerons 1 # 5 @ 22 ¶
placés perpendiculairement au sens de la
circulation dans la dalle du trottoir

c) Armatures de répartitions

? ?
Elles sont limitées à: ≤ 67% Avec H = 1.5
= 4 .92 B , on a = 99%
√t √t

Par conséquent, nous prenons †_ = 0,67 × 8,748 ≅ 6 ¶


 soit 1 # 4 (ϕ 1/2 Po ) @ 20cm.

Dans la partie inférieure du trottoir, nous placerons le minimum des armatures de retrait et de dilatation dans les
deux sens, c’est-à-dire 1Ф3/8 tous les 27cm.

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 20
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

CHAPITRE 4

DALLE DU TABLIER

1.- Considérations générales

Le tablier est la partie de la superstructure située directement sous la voie de communication.


Il est soumis au poids du revêtement, à la surcharge des véhicules et à son poids propre. Il sera
calculé comme une dalle en béton armé reposant sur les poutres principales auxquelles il transmet
les charges précitées. Notre dalle sera unidirectionnelle

2.- Schéma mécanique de la dalle du tablier

En considérant une tranche de dalle de largeur unité (1m) dans le sens transversal, la dalle du
tablier est modélisée comme une poutre continue dont le schéma mécanique est présenté ci-
après :

2,5 m 2,00 m 2,5 m

A B C D

Figure 4.1 : Schéma mécanique de la dalle du tablier

3.- Prédimensionnement de la dalle du tablier

Conformément à AASHTO, l’épaisseur de la dalle du tablier est fonction de la portée entre axes des
appuis telle que : * = ( + 3)⁄30 → * = 0,183
. Pour faciliter la mise en œuvre, nous prenons
* = 20 ¶

La largeur de la dalle sera de 7,00 m (deux voies de circulations de 3,5 m chacune).

4.- Dimensionnement

a) Calcul des sollicitations

 Moment engendré par la charge permanente


— Pour le poids propre de la dalle du tablier, on a : 6 = 25 /
 × 1
× 0,20
= 5 a/

— Pour le revêtement, on a :  = É*1¾ (¾*¿êB*


*LB) × ž*LBé × 1

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 21
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

⇒  = 0.05 × 25 × 1 = 1,25

La charge totale vaut  = 6 +  = 6,25 /

_ˆK &,=×(,=)K
Le moment engendré est _ = 0,8 × 
⇒ _ = 0,8 ×

= 3,90 .

 Moment engendré par la charge de la roue arrière du camion HS25-44

(t€)_KÀ
L’expression du moment est : t = 0,8 × , avec H = 2,5 − 1,60 = 1,9
.

(6,Ž× ,€)????
Ainsi, on a t = 0,8 × = 4116 „4. /

ou encore t = 22,3 .
/
car 1„4.  = 222,2a

Afin de prendre en compte des effets dynamiques et oscillatoires, AASHTO définit un


=?
coefficient de majoration appelé coefficient d’impact tel que z = = 0,38 . Comme ce
ˆ€6=
coefficient doit être inférieur ou égal à 0,30, nous prenons donc z = 0,30. Et, le moment de calcul
est le moment ultime déterminé par :

8 = 1,3 × Á_ + 1,67(1 + z) × ! Â ⇒ 8 = 1,3 × Á3,90 + 1,67(1 + 0,30)22,3Â ≅


68.

b) Calcul des sections d’armatures nécessaires

L’enrobage est fixé à 20 mm et soit d = 0,8 h = 0,16 m

 Vérifions si des aciers en compression sont nécessaires

F = œ × (1 − 0,59œ) ′ × 4 × ž  avec : q = 0.319 ™ = 0.319 × 0.85 = 0,27


F = 0.27 × (1 − 0.59 × 0.27) × 30 × 1 × (0.16) = 0,174 .

¡2 ?,?&
Avec ϕ = 0,9 , on a ¢
= ?,Ž
= 0,0755 
¡2
Ces calculs prouvent que F > ¢
⇒ L’équilibre de la section peut être assurée sans aciers en compression

 Détermination du pourcentage d’armatures

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 22
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

?,=¦§, u
Le pourcentage d’armatures ¥ est donné par : ¥ = ¦¨
©1 − I1 − ?,=¦
ª
, « avec
§

¡2 ?,?&
yJ = ⇒ yJ = ⇒ yJ ≈ 2,951 ⇒ Le pourcentage d’armature est :
¬­®K ?,Ž×6×(?,6&)K

?,=× ? ,Ž=6×
¥= ©1 − I1 − « ≅ 0,0075
? ?,=× ?

 Pourcentages d’armatures limites


Les pourcentages d’armatures minimal et maximal valent respectivement :
¥JEF = 0,0018 correspondant au retrait et à la température et
¦′ ?
¥J;D = œ × ¦§ = 0,27 × = 0,01928
¨ ?

Nous avons ¤RN° < ¤ < ¤RST , donc ¤ convient


Ainsi, ³s = ¤´µ ⇒ †! = 0,0075 × 1 × 0,16 ≅ 12 ¶
 /

 Section d’armatures minimales pour retrait et température :

Soit †!,JEF = 0,0018 × 1 × 0,20 = 3,6 ¶


 /

Nous retenons la section d’armature calculée (†! ) car †! > †!,JEF

Si nous choisissons des barres #6 (2.85 ¶


 ) dans la direction principale, on aura 5#6 par mètre.

Nous disposons donc 1#6 tous les 20 ¶


.

 Armatures de répartitions
? ?
Elles sont limitées à: ≤ 67% Avec H = 1.9
= 6,23 B , on a = 88,12%
√t √t

Par conséquent, nous prenons †_ = 0,67 × 12 ≅ 8,04 ¶




La section d’acier de mise en œuvre est : 5 # 5 ou U#Z tous les 20 cm

Remarque : Le ferraillage de la dalle du tablier est présenté au plan 06 ( Pl – 06 )

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 23
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

CHAPITRE 5

LES ENTRETOISES

1.- Considérations générales

Les entretoises sont des poutres transversales s’appuyant sur les poutres longitudinales. Elles jouent un
double rôle : premièrement, elles servent de contreventement en s’opposant au déversement latéral de la dalle du
tablier, deuxièmement elles solidarisent les poutres principales en répartissant les charges entre elles. Elles
seront calculées comme des poutres continues et sont soumises à leur poids propres, aux poids des revêtement
et aux charges vives des roues des camions qui pourraient être s’appliquées sur elles . Les charges de camions
comprennent les charges des roues concentrées (truck loading) mobiles et une charge uniforme (lane loading) à
laquelle on ajoute une ou (deux) charge(s) concentrée(s) suivant la (les) position(s) défavorable(s). Le
dimensionnement consistera à la détermination des sollicitations pour les charges vives (truck loading et lane
loading ) séparément. Les sections d’aciers seront calculées à partir des sollicitations maximales trouvées. Dans
le cas des charges mobiles, les lignes d’influence des moments, efforts tranchants seront tracées afin de trouver
leurs valeurs maximales dans les différentes sections.

2.- Schéma mécanique de l’entretoise-type

Le schéma mécanique de l’entretoise-type à trois travées est présenté à la figure suivante :

2,5 m 2,0 m 2,5 m

A B C D

Figure 5.1 : Schéma mécanique de l’entretoise-type

3.- Prédimensionnement
Les entretoises seront espacées entre axes comme indiqué à la figure ci-dessus. D’une part, elles
jouent un rôle de contreventement en s’opposant au déversement latéral de la dalle du tablier, d’autre part,
elles renforcent les poutres longitudinales en répartissant les charges entre elles. Ainsi, nous convenons de
prendre les dimensions suivantes (présentées au tableau ci-après) pour nos entretoises :

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 24
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

Hauteur entretoise (R) Largeur entretoise (R)


k = U, Z 4 = 0,5
Tableau 5.1 : dimensions entretoises

4.- Les charges en présence

a) Charges permanentes

Poids propres : PP = b × h × γ ⇒ PP = 0,5 m × 1,5 m × 25 kN/m ⇒ PP =


18,75 kN/m

Poids du revêtement : \Å = b × e × γ ⇒ Pr = 0,5 × 0,05 × 22 ⇒ ¾ = 0,55 /

ƒ_ = ¾ + ¾ ≈ 19,3 /

b) Charges des roues

La charge de roue est : != = 20 a = 89a


Espacement entre les roues : 6 B = 1.80

• Surcharges Routières
La surcharge routière comprend une charge uniformément répartie augmentée d’une charge ponctuelle pour
les moments positifs et les efforts tranchants et deux charges ponctuelles pour les moments négatifs.

Le tableau suivant présente les différentes surcharges


Les surcharges Valeurs des surcharges
Surcharge uniforme ƒˆ = 0.016ƒ!= = 11,7 a/

Surcharge ponctuelle (moment) ¡ = 0,45ƒ!= =100,1 KN


Surcharge ponctuelle (effort tranchant) Š = 0,65ƒ!= =144,6KN
Tableau 5.2 : Surcharges

Remarque : ƒ!= = 25 B† = 25 × 2000 = 50000„4 = 225 a

5.- Calcul des Sollicitations


 Modèle de calcul utilisé

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 25
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

Le modèle de calcul utilisé consiste à déterminer d’abord les sollicitations pour une charge unité, ensuite
les sollicitations pour une charge donnée seront déterminées (charges permanentes, surcharge, etc), en
multipliant les sollicitations trouvées pour la charge unité par la valeur de la charge.

La détermination des sollicitations dûs à la charge unité se fait suivant la démarche suivante :

• Pour chaque type de sollicitation, on détermine la forme et l’expression de la ligne d’influence lorsque
la charge unité se déplace sur chaque travée.
• De l’expression et de la forme de la ligne d’influence, on détermine les positons de la charge unité qui
donne la valeur maximale de la sollicitation.
• On détermine la valeur de la sollicitation pour chaque position de la charge unité qui maximise la valeur
de la sollicitation.
• Pour chaque type de sollicitation, on fait la superposition des différents cas de chargement qui
provoquent ce type de sollicitation.
A partir d’un exemple, nous allons essayer d’expliciter les différents points exposés ci-dessus. Pour les autres
résultats, nous les présenterons dans des tableaux qui seront donnés en annexe.

 Exemple de Calcul
Cet exemple de calcul sera traité pour une charge ponctuelle de valeur unité. A partir de cet exemple, on
déterminera la valeur du moment fléchissant sur les différents appuis et dans les différentes travées.

 Forme et expression des lignes d’influence


6 : Moment sur appui 1
 : Moment sur appui 2
6 : Moment en travée 1
 : Moment en travée 2
Le diagramme donnant la forme des lignes d’influence donnant le moment dans les différentes sections est
donné comme le montre les schémas suivants :

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 26
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

A B C D

Figure 5.1. : ligne d’influence du moment en travée 1

Figure 5.2. : ligne d’influence du moment en travée 2

On remarque d’après la forme des lignes d’influence que :

Le moment positif en travée 1 est maximal pour les travées 1 et 3 chargées

Le moment positif en travée 2 est maximal pour la travée 2 chargée

Le tableau suivant présente les expressions des lignes d’influence de moments et d’efforts tranchants suivant la
travée chargée pour une charge ponctuelle

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 27
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

Sollicitations Travée1 chargée Travée 2 chargée Travée 3 chargée

6 − (l − α )(7l − 5α )α − M2
(ponctuelle) − 4(l − α )(l + α )α 15l 2 4
15l 2
6 (uniforme) − l2 − l2 − M2
15 20 4
 − M1 − (l − α )(2l + 5α )α − 4(l − α )(2l − α )α
(ponctuelle) 4 15l 2 15l 2

 (uniforme) − M1 − l2 − l2
4 20 15
È
6 () = ) M1

M1 − M2

2 2 8
È
 () = ) M1 + M 2 M1 + M 2

3M 2
2 2 8
5?,, M1 α M1 − M2
+1 −
l l l 4l
56, M1 α M1 − M2

l l l 4l
56,, M1 − M 2 M 2 − M1 α 5M 2
+1−
l l l 4l
Tableau 5.3 : expressions des lignes d’influence des moments et d’efforts tranchants

l −α l α l
Avec µ = si α ≥ ou µ= si α ≤ pour les charges ponctuelles
2 2 2 2
l2 α α l
et µ = et les expressions : 1 − et intégrés donnent pour une travée chargée uniformément.
8 l l 2
Avec „ = 2,50
: portée entre axe des appuis des entretoises

 Position de la charge unité

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 28
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

a) Moment sur Appui


− 4(l − α )(l + α )α dM1 (α ) − 4(l 2 − 3α 2 )
Travée A-B chargée : 6 = ce qui implique = -
15l 2 d (α ) 15l 2

dM1 (α )
=0 ⇒ α = ≈ 1,5
pour l =2,5 m. cette valeur de ( α ) donne la position à laquelle il faut
l
d (α ) 3

placer la charge dans la travée << É − Ê >> pour que 6 soit maximal.

≈ 1,5
⇒ 6 = −0,256
l
α=
3

− (l − α )(7l − 5α )α dM1 (α ) (15α 2 − 24αl + 7l 2 )


Travée B-C chargée ⇒ 6 = → =-
15l 2 d (α ) 15l 2

dM1 (α )
= 0 ⇒ α ≈ 0,8 m pour l =2,00 m. La valeur de Ë = 0,8
donne la position à laquelle il faut placer
d (α )

la charge dans la travée << B-C >> pour que le moment 6 soit maximal.

α ≈ 0,8 m → 6 = 0,16

Travée C-D chargée ⇒ 6 =


(l − α )(2l − α )α ⇒
dM1 (α )
=-
(3α 2 − 6αl + 2l 2 )
15l 2 d (α ) 15l 2

dM1 (α )
= 0 ⇒ α ≈ 1m pour l =2,5m. La valeur de Ë = 1
donne la position à laquelle il faut placer la
d (α )

charge dans la travée <<B-C>> pour que 6 soit maximal.

α ≈ 1 m → 6 = = 0,064.

Moment négatif : 6 = −0,256

Moment positif : 6 = 0,16 + 0,064 = 0,224

b) Moment en Travée
La valeur de Ë qui sera calculée, ici, nous permettra de trouver le moment maximum en travée.

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 29
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

Travée A-B chargée ⇒ 6 =


(l − α )(15l − 4lα − 4α 2 )α ⇒
dM t1 (α ) 16α 3 − 4αl 2 − 30αl + 15l 2
=
15l 3 d (α ) 15l 3

dM t1 (α )
= 0 ⇒ α ≈ 1m pour l =2.5m. Puis, 6 = 0,501
d (α )

(l − α )(7l − 5α )α 2
Travée B-C chargée ⇒ 6 = −
15l 3
Les démarches sont identiques aux cas précédents. Ainsi, pour α ≈ 0,8m 6 = −0,064

(l − α )(2l − α )α 2
Travée 2-3 chargée ⇒ 6 = ⇒ pour α ≈ 1m et 6 = 0,0256
15l 3

6 (ÌB ) = 0,501 + 0,0256 = 0,526

6 (LéÍB ) = −0,064

 Sollicitations pour une charge uniforme d’intensité Î = U

Sollicitations Travée 1 Travée 2 Travée 3 ∑ `ollicitations ∑ `ollicitations


Chargée Chargée Chargée Négatives Positives
6 -0.4167 -0.20 0.1042 -0.6167 0.1042
 0.1042 -0.20 -0.417 -0.617 0.1042
6() = 1
) 0.583 -0.08 0.04416 -0.08 0.6271
È
6 () = ) 0.5729 -0.10 0.05521 -0.10 0.6281
È
 () = ) -0.156 0.30 -0.153 -0.309 0.30
5?′′ 0.10833 -0.10 -0.0417 -0.1417 0.108
56′ -1.417 -0.10 0.0417 -1.517 0.0417
56,, 0.2083 1 -0.208 -0.208 1.208
Tableau 5.4 : Sollicitations pour une charge uniforme unitaire

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 30
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

 Sollicitations pour deux charges ponctuelles d’intensité Î = U espacées de U, ±R = qÏÐ


Sollicitations Travée 1 Travée 2 Travée 3 ∑ `ollicitations ∑ `ollicitations
Chargée Chargée Chargée Négatives Positives

6 -0.356 -0.070 0.071568 -0.426 0.071568


 0.061568 -0.070 -0.556 -0.426 0.061568
6 () = 1
) 0.6014 -0.0966 0.0356 0.0966 0.6377
È
 () = ) -0.07636 0.142 -0.0933 -0.1696 0.142

5?,, 1.187533 -0.015 0.02451 -0.015 1.212042
56Ñ -1.34881 -0.015 0.02451 -1.3638 0.02451
56ÑÑ 0.222544 0,215 -0.09804 -0.09804 0.43754
Tableau 5.5 : sollicitations pour deux charges ponctuelles

 Sollicitations pour une charge ponctuelle d’intensité Î = U

Sollicitations Travée 1 Travée 2 Travée 3 ∑ `ollicitations ∑ `ollicitations


Chargée Chargée Chargée Négatives Positive

6 -0.2566 -0.16 0.064 -0.4166 0.064


 0.064 -0.16 -0.256 -0.4166 0.064
6 () = 1
) 0.501 -0.08 0.0256 -0.08 0.5266
È
6 () = ) 0.50 -0.08 0.03125 -0.08 0.53125
È
 () = ) -0.09375 0.056 -0.1111 -0.20486 0.056

5?,, 1 -0.08 -0.02566 -0.10566 1.000
56Ñ -1 -0.08 0.02566 -1.08 0.02566
56,, 0.128 0.92 -0.10264 -0.10264 1.048
Tableau 5.6 : Sollicitations pour une charge ponctuelle unitaire

 Sollicitations dues aux charges permanentes

Poids Propre : 4×ℎ × = 0,5×1,5×25 =18.75 KN/m


Poids Dalle + Poids Revêtement : B × 4 ×  + 4 × * ×  = 0.20× 2.5 × 25 + 0.4×0.05×22 =12.94
ƒÒ = 31.69 KN/m
Le moment ou l’effort tranchant est obtenu en multipliant la somme des valeurs positives et négatives obtenues à
partir des expressions des lignes d’influence par la valeur de ƒÒ . Les calculs sont présentés au tableau suivant :

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 31
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

Sollicitations ∑ `ollicitations ∑ `ollicitations ∑ `ollicitations Sollicitations


(sous charge Négatives Positives Ó\ totales
uniforme)

6 -0.6167 0.1042 -0.5125 31.69 -16.241


 -0.6167 0.1042 -0.5125 31.69 -16.241
6 () = 1
) -0.08 0.6271 0.5471 31.69 17.337
È
6 () = ) -0.10 0.6281 0.5281 31.69 16.735

È
 () = ) -0.309 0.30 -0.009 31.69 -0.285
5?,, -0.1417 0.108 -0.0337 31.69 -1.068
56Ñ -1.517 0.0417 -1.4753 31.69 -46.752
56,, -0.208 1.208 1 31.69 31.69
Tableau 5.7 : valeurs des sollicitations sous charge uniforme

 Sollicitations dues aux surcharges routières

Surcharge uniforme : ƒˆ = 0,016WS25 =11,7 KN/m


Surcharge ponctuelle pour moment (¡ ) : ¡ = 0,45WS25 =100,1 KN/m
Surcharge ponctuelle pour effort tranchant (Š ) : Š = 0,65WS25 =144,6 KN /m

Le moment ou l’effort tranchant maximum positif ou négatif sera obtenu en multipliant les valeurs obtenues à
partir des expressions lignes d’influence appropriées par les valeurs de ƒˆ , ¡ , Š respectivement
Les tableaux suivants présentent les calculs y relatifs :

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 32
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

Surcharge Uniforme
Sollicitations ∑ `ollicitations ∑ `ollicitations ÓÔ sollicitations sollicitations
(sous charge Négatives Positives Négatives Positives
uniforme)

6 -0.6167 0.1042 11.7 -7.215 1.219


 -0.6167 0.1042 11.7 -7.215 1.219
6 () = 1
) -0.08 0.6271 11.7 -0.936 7.337
È
6 () = ) -0.10 0.6281 11.7 -1.17 7.348

È
 () = ) -0.309 0.30 11.7 -3.615 3.51
5?,, -0.1417 0.108 11.7 -1.658 1.263
56Ñ -1.517 0.0417 11.7 -17.75 0.5
56,, -0.208 1.208 11.7 -2.433 14.133
Tableau 5.8 : valeurs des sollicitations sous charge uniforme pour surcharges routières

Surcharge Ponctuelle

Sollicitations ∑ `ollicitations ∑ `ollicitations \” \Õ sollicitations sollicitations


sous (charges négatives positives
ponctuelles)
Négatives Positives

6 -0.4166 0.064 100.1 -41.70 6.406


 -0.4166 0.064 100.1 -41.70 6.406
6 () = 1
) -0.08 0.5266 100.1 -8.008 57.713
È
6 () = ) -0.08 0.53125 100.1 -8.008 53.178
È
 () = ) -0.20486 0.056 100.1 -20.506 5.605
5?,, -0.10566 1.000 144.6 -15.278 144.6
56Ñ -1.08 0.02566 144.6 -156.168 3.710
56,, -0.10264 1.048 144.6 10.274 151.540
Tableau 5.9 : valeurs des sollicitations sous charges Ponctuelles pour surcharges routières

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 33
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

 Sollicitations totales sous les surcharges routières


Le tableau suivant présente les valeurs des sollicitations totales dues aux surcharges routières
Sollicitations sollicitations sollicitations sollicitations sollicitations Totales des Totales des
négatives positives négatives positives sollicitations sollicitations
sous sous sous charge sous charge négatives positives
charges charges uniforme uniforme
ponctuelles ponctuelles
6 -41.70 6.406 -7.215 1.219 -48.915 7.625
 -41.70 6.406 -7.215 1.219 -48.915 7.625
6 () = 1
) -8.008 57.713 -0.936 7.337 -8.94 65.05
È
6 () = ) -8.008 53.178 -1.17 7.348 -9.178 60.526
È
 () = ) -20.506 5.605 -3.615 3.51 -24.121 9.115

5?,, -15.278 144.6 -1.658 1.263 16.936 145.863
56Ñ -156.168 3.710 -17.75 0.5 -173,92 4.21
56,, -10.274 151.540 -2.433 14.133 -12.707 165.673
Tableau 5.10 : Sollicitations totales sous surcharges routières

 Sollicitations dues aux surcharges de camion


Charge de roue : t= = 20 a = 89 a
Espacement entre les roues : 6 B = 1,80

Le tableau suivant présente les valeurs des sollicitations dues aux surcharges de camion :

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 34
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

Sollicitations ∑ `ollicitations ∑ `ollicitations \` XZ Totale des Totale des


Négatives Positives sollicitations sollicitations
négatives positives

6 -0.426 0.071568 89 -37.914 6.36955


 -0.426 0.071568 89 -37.914 6.36955
6 () = 1
) 0.0966 0.6377 89 - 1.6037
È
 () = ) -0.1696 0.142 89 -15.094 12.638

5?,, -0.015 1.212042 89 -1.335 107.872
56Ñ -1.3638 0.02451 89 -121.378 2.18
56,, -0.09804 0.43754 89 -8.7255 36.9411
Tableau 5.11 : valeurs des sollicitations sous surcharges camion

Le tableau suivant présente la valeur totale des sollicitations pour chaque type de charge :
Sollicitations Sollicitations Sollicitations Sollicitations Totale des Totale des
totales sous négatives positives sollicitations sollicitations
charges sous sous négatives positives sous
permanentes surcharges surcharges sous surcharge de
routières routières surcharge de camion
6 -16.241 -7.215 1.219 camion
-37.914 6.36955
 -16.241 -7.215 1.219 -37.914 6.36955
6 () = 1
) 17.337 -0.936 7.337 - 1.6037
È
6 () = ) 16.735 -1.17 7.348 - -
È
 () = ) -0.285 -3.615 3.51 -15.094 12.638
5?,, -1.068 -1.658 1.263 -1.335 107.872
56Ñ -46.752 -17.75 0.5 -121.378 2.18
56,, 31.69 -2.433 14.133 -8.7255 36.9411
Tableau 5.12 : valeurs totales des sollicitations

Le tableau précédent indique le cas le plus défavorable entre la surcharge routière et la surcharge de
camion. Les sollicitations ultimes étant données par l’expression :
Ö = 1.3 (› + 1.67 × w€6 ), le tableau suivant présente les résultats des calculs.

z , étant le coefficient d’impact, z = 0,38

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 35
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

Sollicitations × Ô Ø = U. V × (× + U. qW × U. V± × Ô)
6 -16.241 -37.914 -134.703
 -16.241 -37.914 -134.703
6 () = 1
) 17.337 7.337 61.48
È
6 () = ) 16.735 7.348 59.69

È
 () = ) -0.285 -15.094 -45.59

5?,, -1.068 -1.658 -6.355
56Ñ -46.752 -121.378 -424.42
56,, 31.69 36.9411 151.872
Tableau 5.13 : combinaisons des sollicitations

6.- Détermination des armatures


Le principe de dimensionnement veut que l’on dimensionne la section avec les sollicitations maximales
susceptibles de s’exercer sur elle. La détermination des armatures sera faite avec les valeurs du moment et
de l’effort tranchant maximales

Détermination des armatures de flexion des entretoises :

Le moment résistant maximum de la section rectangulaire est déterminée par l’expression:

F = œ × (1 − 0,59œ) Ñ × 4 × ž  avec : q= 0.319 ™ = 0.319 × 0.85 = 0,27115


F = 0.27115 × (1 − 0.59 × 0.27115) × 30 × 0,5 × (1.35) = 6.22 .

¡2 ?,6 @
Avec ϕ = 0,9 , on a = = 1,496 .

¢ ?,Ž
¡2
Ces calculs prouvent que F > ⇒ L’équilibre de la section peut être assurée sans aciers en compression
¢

Pourcentage d’armatures

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 36
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

?,=¦§, u
Le pourcentage d’armatures ¥ est donné par : ¥ = ¦¨
©1 − I1 − ?,=¦
ª
, « avec
§

¡2 ?,6 @
yJ = ⇒ yJ = ⇒ yJ ≈ 0.1642 ⇒ Le pourcentage d’armature est :
¬­®K ?,Ž×?,=×(6. =)K

?,=× ? ?.6&×
¥= ©1 − I1 − « ≅ 0,000392
? ?,=× ?

Pourcentages d’armatures limites


Les pourcentages d’armatures minimal et maximal valent respectivement :
6. ¦Ù ?
¥JEF = ? = 0,0033 et ¥J;D = œ × ¦§ = 0,27 × ? = 0,01928
¨

Nous avons ¤RN° > ¥


Ainsi, ³s = ¤RN° × ´ × µ ⇒ †! = 0,0033 × 0,5 × 1,35 ≅ 22,28 ¶


Nous placerons 6 # 7 par mètre dans la direction principale. Nous aurons 1 # 7 tous les 20 cm

Nous placerons les mêmes sections d’armatures en travée et aux appuis. De plus, Les entretoises sont de
grandes hauteurs. Des armatures longitudinales de peau sont nécessaires. Nous aurons 2 # 6 placées 30 ¶

sur chacune des faces latérales de l’entretoise.

Détermination des armatures d’effort tranchant

Soit ^8 = 424.42 a = 0,42442 


= =
Ñ × 4 × ž = & × 30 × 0,5 × 1,35 = 16,875 
& 
=
Puisque ^8 < & 
Ñ
× 4 × ž ⇒ Les dimensions de la section conviennent

 Examinons si la section nécessite des armatures de cisaillement


6 6
Soit ^ = & Ú 
Ñ
× 4 × ž ⇒ ^ = & × √30 × 0,5 × 1,35 = 0,616 MN

ܧ
Φ^ = 0,5237  et Φ = 0,26188  Nous prenons Φ = 0,85 pour un béton normal


ܧ
Comme Φ < ^8 , la section nécessite d’armature de cisaillement de manière à combattre toute éventuelle

rupture fragile due à l’effort tranchant.

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 37
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

Ü2 ÜÞ ?,6Ž6=
Soit ^t = − ^ = 0,4993 − 0,616 = −19158 ; †Ü = = = 3,38 ¶

Ý ®×¦¨ 6, =׍?

ßà ­á ?,=
Armatures minimales : = 0,34 = 0,34 × = 4,05 ¶
 Ce qui implique que nous prendrons l’armature
t ¦¨ ?
minimale
®
L’espacement est limité à : H < min ä ; 0,6
æ = min (0,675; 0,6). Nous prenons H = 0,3

Des cadres # 4 seront placés tous les 30 cm

Remarque : Le ferraillage des Entretoises est présenté au ferraillage sections transversales, Plan 08 (Pl-08)

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 38
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

CHAPITRE 6

LES POUTRES LONGITUDINALES

1.- Généralités
Les poutres longitudinales constituent les éléments principaux de résistance. Elles supportent le tablier
et permettent la transmission des charges à l’infrastructure. Elles seront calculées comme des poutres en
Té simplement appuyées soumises aux charges suivantes : charges permanentes, surcharges de voie et
celles dues aux véhicules.

2.- Prédimensionnement
Afin de ne pas procéder aux calculs de déformations, il nous faut donner conformément à la norme
AASHTO, une hauteur minimum aux poutres. Cette hauteur minimum dépend bien de la portée de la
poutre. La hauteur minimum à donner aux poutres longitudinales est fixée réglementairement telle que :
ℎJEF = 0,07 ⟹ ℎJEF = 1,75
. Nous prenons ℎ = 2,00
pour des raisons de sécurité et de
calcul.

 Largeur de l’âme de la poutre


La largeur de la poutre doit être suffisante pour résister à l’effort tranchant et pour bien assurer la mise
en place des aciers. Sa valeur peut varier entre 0,3ℎ et 0,5ℎ . Nous prenons 4è = 0,4ℎ ⟹ 4è = 0,8

Pour toutes les poutres longitudinales, nous retenons les dimensions suivantes :

Longueur = 25 m ; largeur = 0,60 m et hauteur = 2,00 m

 Largeur de la table de compression

La largeur de la table de compression des sections en Té doivent vérifier les relations suivantes :
ˆ
4 < min {4è + 16B; 4è + zF ; 4è + } où :

: Portée de la poutre,

zF : Portée entre nus des poutres,

4è : Largeur de l’âme de la poutre

On a bien 4 < min {4; 3,4; 7,05}

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 39
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

ˆ
Pour les sections en L, les dimensions sont telles que : 4 < min {4è + 6B; 4è + zF /2; 4è + }
6
c’est-à-dire 4 < min {4; 2,05; 2,88}

La hauteur admissible pour les poutres peut varier de 1/15 au 1/20 de la portée. Nous prenons
ℎ = 2,00
afin de faciliter la mise en œuvre.

La largeur de l’âme de la poutre longitudinale : elle doit assurer la résistance à l’effort tranchant et
permettre la bonne mise en place du béton. Son épaisseur varie entre 0.30 ℎ et 0.50 ℎ

Le tableau suivant présente les dimensions des poutres principales

k (R) ´ì (R) ´ (R)


Poutres en T 2,00 0,80 3,00
Poutres en L 2,00 0,80 2,00
Tableau 6.1 : Dimensions de poutres

Les figures suivantes présentent les poutres en T et en L

4 = 2,00
4 = 3,00

2,00m

4è = 0,8
4è = 0,8m
Figure 6.1 : Poutres longitudinales

3.- Dimensionnement

• Modèle de calcul utilisé

Le moment fléchissant maximum sera obtenu en appliquant le théorème de Barré : <<le moment fléchissant
est maximum lorsque l’essieu intérieur et la résultante générale occupent les positions symétriques par rapport
au milieu de la poutre >>

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 40
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

La réaction d’appui maximale sera obtenue lorsque l’un des trois essieux de plus grande charge est appliqué
sur l’appui

Le tableau suivant présente les facteurs de distribution permettant de tenir compte du fait qu’on peut avoir
plusieurs files de roues, les essieux sont affectés par les coefficients de distributions qui sont donnés dans le
tableau suivant :

Position de Types de sollicitation Facteurs de distribution


Poutres
Rive (šŠ = (š¡ = (š - 0,666

= Z, ZWW ÏÐ
` = U, W R
(š pour moment H/6 0,93
Intérieure
(š¡ 4 1,282
2−
effort T. pour essieu sur
appui H
(šŠ effort T pour essieux non sur H 0,93
appui 6
Tableau 6.2 : facteurs de distribution

• Calcul d’une poutre intérieure


a) Les charges en présence au mètre linéaire

Pour l’âme de la poutre : 25 a/


× 4… × ℎ = 25 × 0.80 × 2,00 = 40,00a/
.

Pour la dalle : 25a/


× B × H = 25 × 0.20 × 1.7 = 8,5 a/

Pour Entretoises : Entretoises à 5,00 m :


ƒ =  ×(1/dist. entretoise)×S× 4ŠF × ℎŠF ⇒ ƒ =25 KN/
×(1/5)×1,7 ×0,50×1,50=
6,375 a/

Pour le revêtement: 22 a/


× * × 1 = 22 × 0,05 × 2,5 = 2,75 a/

Le poids total est: ÓÐíÐSo = ZW, XZ iî/R.

b) Calcul des sollicitations


ïˆK =@,=×(=)K
Moment en travée :  = = = 4472,65 .

 

ïˆ =@,=×=
Réaction d’appui : y = = = 715,625 a
 

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 41
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

• Calcul d’une poutre extérieure


a) Charges par mètre linéaire

Pour l’âme de la poutre : 25a/


× 4è × ℎ = 25 × 0,80 × 2 = 40 a/
.
Pour la dalle: 25 a/
× B × H = 25 × 0.20 × (1,7/2) = 4,25 a/

Pour Entretoises à 5,00 m : ƒ = 25a/


(1/5) × (H/2) × 4ŠF × ℎŠF ⇒
ƒ = 25 × (1/5) × (1,7/2) × 1,5 × 0,5 = 1,875a/

Pour revêtement: 22 a/


× * × „ = 22 × 0.05 × 2.5 = 2,75 a/

ƒ};È = 48,875 KN/m.

b) Calcul des sollicitations

Moment en travée :  = 3818,36 .

Réaction d’appui : y = 610,94 .

• Surcharge due à un convoi (camion standard)

Charge de roue pour le camion {H 25 − 44 : t= = 20.000 „4 = 89,18a

Espacement entre essieux : 14 B


Portée de la poutre principale = 25
= 82,021 B

Désignons par h6 , h , h les différentes charges pour une file de roue du camion standard. Nous avons donc :

h6 = h = 0,4ƒ = 20 000 „4 et h = 0,1ƒ = 5 000 „4.

Le théorème de Barré, cité plus haut, est applicable pour la poutre suivante :

14 B 14 B

mU mX mV
d A

y6 y ðX
L/2 d/2 d/2 L/2

Figure 6.2: surcharges dues à un camion standard

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 42
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

Nous désignons par d, la distance de mX par rapport à la résultante ð et A la position de mX . Pour ∑ /† = 0,
la distance d est donnée par l’expression suivante : ž × y = h6 × ž6 − h × ž où y = h6 + h + h ;
ž6 = ž = 14 B

(ñK ×6+ñv ×6) ?×6+=×6


ž= = = 4,667
ñx €ñK €ñv ?€?€?

Ainsi, y et h se trouvent à une distance ž/2 = 2,334 de l’axe de la poutre. Nous pouvons alors trouver la
position des différentes charges par rapport à un appui quelconque de la poutre.

Le tableau suivant présente la position des différentes charges par rapport à l’appui y

Charges (hE ) h6 h h
(/2) + 14’ − (ž /2) (/2) − (ž /2) (/2) − 14’ − (ž /2)
Positions 52,675 B = 16,055
38,676 B 24,676 B = 7,521

Tableau 6.3 : Positions=de 11,788


charges

Les sollicitations valent donc :

 Réaction d’appui

Réaction d’appui y6 :
∑Moment/y = 0 ⇔
÷ ø
y6 ×L– (h6 × 52,675 + h × 38,676 + h × 24,676) = 0 ou R6 × L − R × ä + æ = 0. Avec Q6 =
 
÷ ø
Q = 20.000 lbs; Q = 5 .000bs, R = 45 000 lbs ou R6 × L − R × ä + æ = 0. Avec Q6 = Q =
20.000 lbs ; Q = 5 .000bs,
R=45.000 lbs, nous avons : y6 = 45.000×(43,344)/82,021 ⇒ y6 =23 780,53 „4, y = 21 219,47 „4.

 Moment maximum au droit de mX (1a. B = 1.359a.


)

 ž
 = y6 × © + « − h6 × 14 = 23 780,53 × 43,344 − 20 × 14 = 750,743 . B
2 2
= 1019,82 .

Poutre intérieure : Coefficient de distribution (š = 0,93 ⇒  = 0,93 × 1019,82 ⇒  = 948,43 a.

Poutre extérieure : Coefficient de distribution (š = 2/3 ⇒  = 0,666 × 1019,82 = 679,88 .

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 43
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

 Effort Tranchant

La figure suivante indique la position où il faut placer h6 pour que l’effort tranchant soit maximal

mU mX mV

ðU ðX

Figure 6.3 : Position de charges

L’effort tranchant sera maximal, quand << mU >> est dans la position du premier appui y6
(14 B = 4.2672
)


(ˆ+6) ˆ+
56 = (š¡ × h6 + (šŠ þh × ˆ
+ h × ˆ

 Catégorie 1 : Poutre intérieure, les coefficients de répartition valent : (š¡ =1,282 et (šŠ = 0,93
Par application de la formule suivante, on obtient 56 = 163,10 a

 Catégorie 2 : Poutre extérieure, les coefficients de répartition valent : (š¡ = (šŠ = 2/3
Par analogie au cas précédent, on obtient : 56 = 75,40a

• Surcharges routières

- Charge uniforme: ƒˆ = 0.016ƒ!= = 0.016 × (50.000 „4/ B) = 0.016 × (222.95 ×


3.28) ⇒ ƒˆ = 11.70 a/

- Charge ponctuelle pour moment : ¡ = 0.45ƒ!= = 0.45 × 222.95 = 100,33a

- Charge ponctuelle pour effort tranchant : Š = 0.65 ƒ!= = 0.65 × 222.95 = 144,92a

 Sollicitations dues aux surcharges routières

a) Calcul du moment en travée (à la position de la charge mX )

ˆ+® ˆK
∑ Ì
*LB/y = y6 ×  −¡ −ƒ = 0 ⇒ y6 = 195,20 a Ainsi, le moment vaut
 

ux (ˆ€®) ® ïಽ (ˆ€®)K
6ˆ = − ¡  − ⇒ 6ˆ = 1511,09 a.

 

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 44
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

b) Moment en travée (L/2)

(_ಾ €ï׈)׈ ïಽ ˆK (6??, €66,@×=)×= 66,@×=K


ˆ = − ⇒ ˆ = − = 1541,125a.

   

Pour une file de roue, on a :


6=66,?Ž
6ˆ = = 755,545

6=6,6=
ˆ = = 770,56 KN.m


Puisque 6ˆ < ˆ , alors, ˆ = max {6ˆ ; ˆ } ⇒ ˆ = 770,56 a.

Pour Poutre intérieure : le coefficient de distribution est (š = 0,93⇒ M=0,93× 770,56 ⇒  =


716,62 a.

Pour Poutre extérieure : coefficient de distribution (š = 0,666 ⇒  = 0,666 × 770,56 a.


=
513,93 a.

• Calcul de l’Effort Tranchant

L’effort tranchant correspondant est déterminé par :


ïಽ _ಶ 66,@×= 6,Ž
5 = (šŠ + ⇒ 5 = 0,93 + = 163,135 a
 

66,@×= 6,Ž
Poutre intérieure : coefficient de distribution (š = 0,93 ⇒ 5 = 0,93 × + ⇒ 5 =
 
208,472 a
66,@×= 6,Ž
Poutre extérieure : coefficient de distribution (š = 0,66 ⇒ 5 = 0,66× + ⇒ 5 = 169,862 a
 

Le tableau suivant présente les sollicitations dues aux différentes surcharges

Charges et Surcharges Sollicitations

Moment en travée Moment en travée Réaction d’appui Réaction d’appui


Poutre intérieure Poutre extérieure Poutre intérieure Poutre extérieure
(KN.m) (KN.m) (KN) (KN)
Charges permanentes 4472,65 3818,36 715,625 610,94
Surcharges camion 948,43 679,88 163,10 75,40
Surcharges routières 716,62 513,93 208,472 169,862
Tableau 6.4 : Sollicitations dues aux différentes charges

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 45
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

• Calcul des armatures de résistance

Catégorie 1 : Poutre intérieure

Le moment ultime est donné par: 8 = 1,3(š + 1,67ˆ€w )

Avec š = 4472,65 a.


; ˆ = 948,43 a.

=? =?
Avec le coefficient d’impact z = = ≅ 0,24 ,
6=€ˆ 6=€=× ,

Le moment ultime est donc 8 = 1,3(4472,65 + 1,67 × 1,24 × 948,43) ⇒ 8 = 8367,656 a.

 Vérifions si nous avons une vraie poutre en Té

Données : 
Ñ
= 30  , ℎ = 1.5
, 4 = 1.8
, B = 0.20
, ž = 0.9ℎ = 1,8

Le moment que peut reprendre la table de compression est :



F = 0,85 
Ñ
× 4 × B × (ž − ) ⇒ F = 0,85 × 30 × 3,4 × 0,20(1,8 − 0,10) ⇒
F = 29,48 .

¡2 ¡2
Or = 9,3 .
, On a bien bien < F , la section est une fausse poutre en Té. Elle sera dimensionnée
¬ ¬
comme une poutre rectangulaire de largeur 4 = 3,00
et de hauteur ℎ = 2,00

 Capacité nominale de la section (´ × k)

F = œ × (1 − 0,59œ) × 
Ñ
× 4 × ž  œ = 0.319 ™ =0,319 × 0.85 = 0,27115

⇒ F = 0,27115 × (1 − 0,59 × 0,27115) × 30 × 3,4 × (1,8) ⇒ F = 75,27 .

¡2
< F ⇒ Pas besoin d’aciers en compression
¬

 Pourcentage d’armature

?,=¦§, u ¡
Le pourcentage d’armatures ¥ est donné par : ¥ = ©1 − I1 − ?,=¦
ª
, « avec yJ = ¬­®2 K ⇒ yJ =
¦¨ §
, &@=&
⇒ yJ ≅ 0,843 ⇒ Le pourcentage d’armature est :
?,Ž× ,×(6,)K

?,=× ? ×?,
¥= ©1 − I1 − ?,=× ?« ≅ 0,00185
?

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 46
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

 Pourcentages d’armatures limites


Les pourcentages d’armatures minimal et maximal valent respectivement :
6, ¦§Ù ?
¥JEF = = 0,00333 ; ¥J;D = œ × = 0,27 × = 0,01928
¦¨ ¦¨ ?

Nous avons ¤ < ¤RN° , donc ³s = ³s,RN° = ¤RN° × ´ × µ ⇒


³s = 0,00333 × 3,4 × 1,8 ≅ 204 ¶

Nous aurons 26 barres # 10 qui seront réparties en deux lits

Catégorie 2 : Poutre extérieure

Le moment ultime est donné par: 8 = 1,3(š + 1,67ˆ€w )

Avec š = 3818,36 a.


; ˆ = 679,88 a.

=? =?
Avec le coefficient d’impact z = 6=€ˆ = 6=€=× , ≅ 0,24

Le moment ultime est donc 8 = 1,3(3818,36 + 1,67 × 1,24 × 679,88) ⇒ 8 = 6794,132 a.

 Vérifions si nous avons une vraie poutre en Té


Le moment que peut reprendre la table de compression est :

F = 0,85 
Ñ
× 4 × B × (ž − ) ⇒ F = 0,85 × 30 × 2,0 × 0,20(1,8 − 0,10) ⇒
F = 17,34 .

¡2 ¡2
Or ¬
= 7,55 .
, On a bien bien ¬
< F , la section est une fausse poutre en Té. Elle sera
dimensionnée comme une poutre rectangulaire de largeur 4 = 2,00
et de hauteur ℎ = 2,00

 Capacité nominale de la section (´ × k)

F = œ × (1 − 0,59œ) × 
Ñ
× 4 × ž  ; œ = 0,319 ™ =0,319 × 0.85 = 0,27115

⇒ F = 0,27115 × (1 − 0,59 × 0,27115) × 30 × 2 × (1,8) ⇒ F = 44,28 .

¡2
< F ⇒ Pas besoin d’aciers en compression
¬

 Pourcentage d’armature

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 47
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

?,=¦§, u ¡ &,@Ž
Soit ¥ = ¦¨
©1 − I1 − ?,=¦
ª
, « avec yJ =
2
¬­®K
⇒ yJ = ?,Ž××(6,)K ⇒ yJ ≅ 1,165 ⇒
§

?,=× ? ×6,6&=
Le pourcentage d’armature est : ¥ = ©1 − I1 − « ≅ 0,00284
? ?,=× ?

Les pourcentages d’armatures minimal et maximal valent respectivement :

6, ¦§Ù ?
¥JEF = = 0,00333 et ¥J;D = œ × = 0,27 × = 0,01928
¦¨ ¦¨ ?

Nous avons ¤ < ¤RN° , donc ³s = ³s,RN° = ¤RN° × ´ × µ ⇒

³s = 0,00333 × 2 × 1,8 ≅ 119,88 ¶




Nous aurons 18 # 10 qui seront réparties en deux lits.

• Calcul des armatures d’effort tranchant

Soit ^8 = 1,3 × (^š + 1,67^ˆ€w ) , z étant le coefficient d’impact

Catégorie 1 : Poutre intérieure

^š = 715,625 KN ^ˆ = 163,10 a.


Ainsi, ^8 = 1,3 × (715,625 + 1,67 × 1,24 × 163,10)
= =
⇒ ^8 = 1369,38 a et Ñ
& 
× 4 × ž = & × 30 × 3,4 × 1,8 = 153 
=
Puisque ^8 < & 
Ñ
× 4 × ž ⇒ Les dimensions de la section conviennent

 Examinons si la section nécessite des armatures de cisaillement


6 6
Soit ^ = & Ú 
Ñ
× 4è × ž ⇒ ^ = & × √30 × 0,8 × 1,8 = 1,31 MN

ܧ
Φ^ = 1,18  et Φ = 0,56  Nous prenons Φ = 0,85 pour un béton normal


ܧ
Comme Φ < ^8 , la section nécessite d’armatures de cisaillement de manière à combattre toute éventuelle

rupture fragile due à l’effort tranchant.

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 48
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

6 ­á ×t ®
La section d’armatures est †Ü = Ú Ñ × avec HJ;D = min ä ; 24′′æ = min (34,95ÑÑ ; 24′′)
6& ¦¨ 
=24’’

H = 24ÑÑ = 0,61
Pour H = 0,3
⇒ †Ü = 2,00 ¶


Nous aurons des cadres # 4 tous les 30 cm

Catégorie 2 : Poutre extérieure

Les démarches sont identiques à celles de la poutre intérieure. Nous nous contenterons donc de
citer les résultats trouvés :
= =
^8 = 997,20 a et & 
Ñ
× 4 × ž = & × 30 × 2 × 1,8 = 90 
=
Puisque ^8 < & 
Ñ
× 4 × ž ⇒ Les dimensions de la section conviennent

 Examinons si la section nécessite des armatures de cisaillement


6 6
Soit ^ = & Ú 
Ñ
× 4è × ž ⇒ ^ = & × √30 × 0,8 × 1,8 = 1,31 MN

ܧ
Φ^ = 1,18  et Φ = 0,56  Nous prenons Φ = 0,85 pour un béton normal


ܧ
Comme Φ < ^8 , la section nécessite d’armatures de cisaillement de manière à combattre toute éventuelle

rupture fragile due à l’effort tranchant.

Nous aurons des cadres # 4 tous les 30 cm comme précédemment

Remarque : Le ferraillage des poutres longitudinales est présenté au Plan 09 ( Pl-09 )

 Armature de peau

Les aciers de peau sont généralement prévus pour les cas de fissuration jugés préjudiciable et dans les poutres
dont la hauteur dépasse 80cm. Ils sont parallèles à l’axe de la poutre et peuvent jouer le rôle d’aciers de
construction ou de torsion quand la poutre est soumise à un moment de torsion.

Des armatures de peau sont prévues. Elles sont égales à 5 #4 de chaque coté de la poutre

 Courbes enveloppes

Pour chaque cas de charge, on a un diagramme du moment fléchissant. La courbe enveloppe


reproduit le contour des moments maxima (en travée) et minima (sur appui). Elle résulte des lignes de
Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN
Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 49
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

fermetures relatives à toutes les positions possibles de la charge d’exploitation. On peut, à partir de cette
courbe, déterminer les sections d’aciers et de tracer l’épure d’arrêt des barres.

 Épures d’arrêt des barres

On suppose que la valeur du bras de levier (distance entre le centre de gravité des armatures et le point
d’application de la résultante des contraintes de compressions du béton) est constante le long de la poutre.
Le calcul des sections d’aciers se fait uniquement aux abscisses des moments maxima (en travée et sur
appui). Par conséquent, le moment résistant (u E ) repris par un groupe de barres est directement
proportionnel à sa section (†E ) telle que : u E = †E × A! × ‫ ­ݖ‬où ‫ ­ݖ‬est le bras de levier en question.

 Ancrage des barres

La longueur d’ancrage („; ) des barres est déterminée comme suit :

 „; = „! pour un ancrage droit


 „; = 0,4„! pour un ancrage avec crochet normal2. Il s’agit d’une barre à haute adhérence (HA)
 „; = 0,6„! pour un ancrage avec crochet normal dans le cas d’un rond lisse

 Règle de décalage

On tient compte de l’existence de bielles de béton inclinées à 45° en décalant dans le sens défavorable la
courbe enveloppe du moment fléchissant de 0.8ℎ. Ceci revient dans la plupart des cas à rallonger
forfaitairement les aciers de 0.8h à chaque extrémité.

 Ordre d’arrêt des armatures

On procède à l’arrêt des armatures de façon symétrique et en commençant par les barres les plus proches de
l’axe neutre.

 Tracé de l’épure d’arrêt des barres

En tenant compte des longueurs d’ancrage et de la règle de décalage, l’épure d’arrêt des barres se construit
en utilisant la courbe enveloppe des moments fléchissants. La section d’acier des moments maximum est
calculée, puis un choix sur le nombre de barres est effectué. Si le ferraillage est composé de plusieurs lits, le
moment résistant repris par chacun des lits est tracé sur le diagramme des moments fléchissants. L’intersection de
ces droites de moment résistant avec la courbe enveloppe détermine les arrêts des barres (Il faut ensuite rajouter
0.8h)

2
L’ancrage normal comporte une partie en demi-cercle de rayon supérieur à 5,5Φ pour les HA et 3Φ pour les ronds lisses suivie d’un retour
rectiligne égale à 2 Φ
Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN
Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 50
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

CHAPITRE 7

DALLE DE TRANSITION
1.- Considérations générales

Une dalle de transition est une dalle en béton armé dont le rôle consiste à empêcher toute éventuelle
dénivellation entre la chaussée de la route et le tablier de l’ouvrage d’art. Cette éventuelle dénivellation peut
être due à des cycles répétés de chargements et de déchargements sous le passage des charges roulantes.
La dalle de transition sera soumise à son propre poids, à la couche de roulement de 5 cm d’épaisseur et à la
surcharge de camion.

La dalle de transition est placée en avant à l’entrée du pont sur toute sa largeur de façon à faire face au
tassement différentiel susceptible de se provoquer par les véhicules.

2.- Calcul des sollicitations

En tenant compte de ses dimensions, la dalle de transition sera assimilée à une dalle bidirectionnelle de
dimensions 5 × 7,50. Les moments dans les deux directions X, Y sont donnés par les relations suivantes :

ˆK̈ ï׈¨ ׈K/ ˆK ï׈/ × ˆK̈


D = ˆర̈ €ˆర × 
et  = ˆర̈ €ˆ
/
ర × 
où :
/ /

ƒ: contrainte due au poids par unité de longueur

D ,  : Portée de la dalle dans la direction ‹, portée de dalle dans la direction ܻ

D ൫¾*.  ൯: Moment dans la direction ‹ (¾*. ܻ)

• Calcul de la charge par unité de longueur

a) Charge due au Poids de la dalle : ƒ6 = *®;ÈÈ, × ­é}F = 0,3


× 25 a/
= 7,5 a/

b) Charge due au Poids de l’asphalte : ƒ = *® × ­E8J, = 0,05
× 22 a/
 = 1,1a/


Soit ƒš = ƒ6 + ƒ ⇒ ƒš = 8,6 a/




Nous signalons que la surcharge due au camion sera répartie de manière uniforme sur la dalle de transition.
Cette surcharge a été transformée en une couche de remblai équivalent à une hauteur de 0.61m. La contrainte
en résultant est : ƒˆ = 0,61
× 20 a/
= 12,2 a/


Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 51
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

La contrainte totale, tenant compte du coefficient d’Impact, est telle que :

ƒ = 1,3(8,6 + 1,67 × 1,33 × 12,2) = 46,406 a/




Dans les directions X et Y, les moments ont respectivement les valeurs suivantes :

ï׈¨ ׈K/ ˆర̈ &,?&× ,@=×(=)K ( ,@=)ర


D = 
× ˆర̈ €ˆర ⇒ D = 
× ( ,@=)ర €(=)ర ⇒ D = 130,71 a.

ï׈/ ׈K̈ ˆర/ &,?&×=×( ,@=)K (=)ర


 = × ⇒ D = × ⇒ D = 309,832 a.

 ˆ €ˆర/
ర̈  ( ,@=)ర €(=)ర

3.- Calcul des armatures dans la direction Y

 Données générales

Les données suivantes sont mises à profit :

8 = 309,832 a.
; section : 1
× 0,30
; Enrobage : 5 ¶
; Armature principale : # 7 ;
ž­ = 2,22 ¶

 Capacité nominale de la section

Soit F = œ × (1 − 0,59œ ) Ñ × 4 × ž  avec œ = 0.319 ™ , ™ = 0,85 puisque


≤ 30  donc œ = 0,27115 ⇒ F = 0,27115(1 − 0,59 × 0,27115) × 30 × 1 ×
Ñ

(0,24) ≅ 0,393 .

Hauteur utile dans la reprise des sollicitations :


® ,
ž = ℎ − äž Ñ + 0 æ = 300 − ä50 +  æ ≅ 0,24

¡2 ?, ?Ž  ¡2

= ?,Ž?
= 0,344 .
. Pas besoin d’acier en compression puisque ∅
< F

 Pourcentage d’armature

?,=¦§, u ¡ ?, ?Ž 
Soit ¥ = ©1 − I1 − ?,=¦
ª
, « avec yJ =
2
⇒ yJ = ?,Ž×6×(?,)K ⇒ yJ ≅ 5,97 ⇒
¦¨ § ¬­®K

?,=× ? ×=,Ž@
Le pourcentage d’armature est : ¥ = ©1 − I1 − ?,=× ? « ≅ 0,01644
?

Les pourcentages d’armatures minimal et maximal valent respectivement :

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 52
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

¦§Ù ?
¥JEF = 0,0018 et ¥J;D = œ × = 0,27 × = 0,01928
¦¨ ?

Nous avons ¥JEF < ¥ , donc †! = ¥ × 4 × ž ⇒

†! = 0,01644 × 1 × 0,24 ≅ 39,46 ¶


 /

Nous aurons 11 # 7 par mètre

4.- Calcul des armatures dans la direction X

 Vérifions si des aciers en compression sont nécessaires

8 = 130,71 a.
; F = 0,393 .

¡2 ?,6 ?@6 ¡2
= = 0,145 .
. Pas besoin d’acier en compression puisque < F
∅ ?,Ž? ∅

 Pourcentage d’armature

?,=¦§, u ¡ ?,6 ?@6


Soit ¥ = ¦¨
©1 − I1 − ?,=¦
ª
, « avec yJ =
2
¬­®K
⇒ yJ = ?,Ž×6×(?,)K ⇒ yJ ≅ 2,52 ⇒
§

?,=× ? ×,=
Le pourcentage d’armature est : ¥ = ?
©1 − I1 − ?,=× ?« ≅ 0,00633

Les pourcentages d’armatures minimal et maximal valent respectivement :

¦Ù ?
¥JEF = 0,0018 et ¥J;D = œ × § = 0,27 × = 0,01928
¦ ? ¨

Nous avons ¤RN° < ¤ , donc †! = ¥ × 4 × ž ⇒

³s = 0,00633 × 1 × 0,24 ≅ 15,19 ¶


 /

Nous aurons 6 # 6 par mètre

Remarque : Le ferraillage de la dalle de transition est présenté au plan 07 (Pl-07)

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 53
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

CHAPITRE 8

LES APPAREILS D’APPUIS

1.- Considérations générales


Les appareils d’appuis permettent la transmission des charges de la superstructure vers l’infrastructure.
Ils sont Constitués de plaques métalliques frettées très minces et d’une plaque de matériau élastique :
caoutchouc ou néoprène. Le caoutchouc assure non seulement la fonction de répartition, mais également
les fonctions de déplacement et de rotation. Ils permettent donc le mouvement de la superstructure par
rapport au reste de l’Ouvrage.

2.- Dimensionnement
Les dimensions de l’appareil d’appui dépendent de la charge supportée, de la dureté de
l’élastomère et du facteur de forme de la plaque déterminée par les conditions suivantes :

 H = (;€­) pour des appuis rectangulaires

 55 ≤ min(; 4) pour garantir la stabilité

Ü2 –t

LÁ( ); 1000 = 6.89Â pour un appareil de grade 60 et de 5 mm de la plaque


­K
élastomère.

Où :
H : Facteur de forme
, 4 : Dimension en plan de l’appareil
B : Épaisseur d’une couche ou d’une feuille de plaque élastomère
5: Épaisseur total de la plaque (5 = LB)

Pour un appareil d’appui de grade 60 et 5 mm de la plaque élastomère, la norme AASHTO


(art.14.4.1.1) recommande les valeurs " = 0.93 MPa et ™ = 1.4
Dans notre cas où nous choisissons des appareils d’appuis carrés, les relations précédentes
deviennent :

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 54
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

; Ü2 ?.Ž ;
H= puisque  = 4 et ≤ × ⟹ ^8 ≤ 33.214 , L’effort tranchant ^8 sur l’appui
 ;K 6. 
intermédiaire est donné par : ^8 = 1,3 × (^š + 1,67 × ^ˆ€w ) ⟹ ^8 = 1,3 × (715,625 + 1,67 ×
1,24 × 163,10)
⟹ ^8 = 1369,384 a ≅ 1,369 

≤ 4 ⟹ 4 ≥ 0,0412
. Nous prenons 4 =  = 50 ¶

6, &Ž
Nous avons donc ,6

Ü2
On a alors = 5,48  < 6,89 . Ainsi, nous retenons une plaque de coté  = 50 ¶

(?,?)K

;
De plus, il faut que 55 <  , c’est-à-dire, 5 < = = 10 ¶
. Nous prenons prenons 5 = 5 ¶

Finalement, nous aurons besoin de 16 appareils d’appareils d’appuis carrés de coté 50 cm et d’épaisseur 5
cm

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 55
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

CHAPITRE 9

LES CULÉES

1.- Considérations générales


Les appuis (piles et culées) jouent un rôle essentiel dans la stabilité d’un pont car elle assure la
transmission des charges aux fondations. Les culées se composent d’un mur de front, d’une garde grève et
d’un mur en retour à son proximité. Ce dernier permet d’assurer le soutènement des terres des remblais
d’accès au pont.
Les culées reçoivent les réactions d’appuis des poutres, les forces de freinage des véhicules, les
charges du vent, la poussée des terres, les forces longitudinales dues aux retraits et à la température et les
charges sismiques.
En sus, d’autres éléments secondaires sont généralement accessoires aux culées. Ce sont : Les
dispositifs de drainage qui recueillent et évacuent les eaux s’infiltrant par le joint de chaussée et derrière le
mur de front, Les dalles de transition qui limitent les déformations de la chaussée dues aux tassements
différentiels éventuels des remblais derrière les culées. Les murs en retour protègent le talus de l’érosion
créée par les eaux.

2.- Prédimensionnement
 Hauteur totale des culées

La hauteur totale des culées est telle par :

{ = hauteur canal + tirant d’air + hauteur poutre principale + profondeur d’encastrement.

On a H = 2,20 + 1,75 + 2 + 1,5 ⟹ H = 7,45

 Largeur culées

Largeur totale voie +2×(moitié de la largeur d’une poutre principale) + 2 × (0.10m) = 8,00 m.

 Semelle

Largeur de la semelle : 0,4{ ≤  ≤ 0,7{ ⟹ 2,98


≤  ≤ 5,215
,

Hauteur de la semelle Hs : {/12 ≤ { ≤ {/10 ⟹ 0,62


≤ { ≤ 0,745
.

Nous choisissons  = 4,00


et {! = 0,70

 Mur de front
~
Epaisseur : *¡7 > = 0,9312
. Nous prenons *¡7 = 1

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 56
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

Hauteur : {¡7 = 7,45 − (2 + 0,8) ⟹ {¡7 = 4,65 m.

 Mur garde-grève

Epaisseur *¡– = 40 cm

Hauteur = 2 m.

 Dalle de transition

Longueur :  = 7,50

Largeur : „ = 5

Epaisseur : *šf = 0,30 ¶

3.- Les charges de calcul

a) Types de charges (en fonction de leur direction)


- Forces horizontales (poussée des terres, force de freinage du véhicule…), vent, séisme, réaction du
sol, réactions des poutres principales.
- Forces verticales (poids propre des éléments, poids des remblais, surcharge routière, ect…)

b) Valeurs des charges et bras de levier


A est le point autour duquel la culée tend à se basculer, et O appartenant à l’intersection mur de front et la
semelle. Les moments des différentes forces seront déterminés par rapport au point A

• Poussée des terres

La poussée unitaire à une profondeur h est  =  ×  × ℎ , où :

: Fonction numérique dépendant de l’angle de frottement interne du sol


గ ఝ
 = BÍ (  −  ) Pour  = 30° , on obtient  = 0,333. ,  étant l’angle de frottement interne

La poussée due à la hauteur ℎ de remblai est appliquée à par rapport à la base et a pour valeur
h
3
௞ × ఊ × ௛K ?, ×?×(@,6=)K
h6 = 
, ℎ = 7,45 − *šf = 7,45 − 0,3 = 7,15
⟹ h6 = 
= 170,24 a/

h6 est appliquée à une distance ℎ/3 ≅ 2,40


de la base de la semelle

• Poussée due à la surcharge des véhicules

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 57
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

La surcharge due au véhicule est transformée en une hauteur équivalente de remblai de hauteur
ℎ6 = 0,61
car les règlements AASTHO (Art.3.20.3) préconisent de prendre une hauteur ℎ6 au moins à 2
pieds : ℎ6 = 2*ž = 61 ¶

Cette poussée est constante et est donnée par la formule suivante : h =  ×  × ℎ6 × ℎ



h = 0,333 × 20 × 0,61 × 7,15 = 29,047a/
. h est appliquée à ≅ 3,60

• Poussée due au poids propre de la dalle de transition sur le remblai

h!௩ =  ×  × ℎ®;ÈÈ, × ℎ = 0,333 × 25 × 0,3 × 7,45 = 18,606 a/


,

h!௩ est appliquée à ≅ 3,60

• Poussée des terres sur la fondation (semelle)

La poussée sur la semelle de hauteur ℎ appliquée à ℎ /2 est considérée comme constante et a pour
valeur

h =  ×  × (ℎ6 + ℎ) × ℎ = 0,333 × 20(0,61 + 7,15) × 0,70 = 36,177 a/


;

h est appliquée à K = 0,35

• Poids propre des éléments constitutifs \N = ࢽ´éÐí° × ℎ × é*1¾

 Mur de front

6 = 25 × 4,65 × 1 = 116,25 a/

6 est appliqué à 1m de la base

 Mur garde grève

 = 25×1.5×0.35 =17,5 KN/m


 est appliqué à 1m du point O.

 Dalle de transition

šf = ࢽ´éÐí° × „ × ℎ = 25 × 5 × 0,30 = 37,5 a/

Il est appliqué à 3,9 m.

 Semelle

! = 25 × 4 × 0,70 = 70a
! est appliqué à 2 m

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 58
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

 Poids remblais sur la semelle

ut =  × „b × ℎb = 20 × 2,1(7,15 − 0,8) = 266,7 a/

ut est appliqué à 3,0 m

 Poids dû au remblai équivalent à la surcharge des véhicules

b,௤ = 20 × 0,61 × 2,1 = 25,62 a/


. Il est appliqué à 3 m

 Force de freinage

L’accélération ou la décélération d’un véhicule engendre des forces longitudinales sur le tablier du pont
dont les valeurs maxima résultent du freinage brusque du véhicule et dépendent du poids du véhicule. En
supposant que toutes les voies sont chargées et que le trafic se fait dans une seule direction, les règlements
AASHTO recommandent de prendre une force de freinage égale à 5 % de la surcharge vive sans coefficient de
majoration dynamique
 (?,?6& ïÞKÀ ׈ು €_ÞKÀ )
Soit ( = 0,05 × ˆ§
où :

Ò : Portée du pont

ƒt= : Charge due au véhicule de référence,

 : Longueur de la culée,

t= : Charge transmise par les roues arrière du véhicule HS-25.


(66,@×=€Ž,6)
Ainsi, ( = 0,05 × 
= 4,771
F est appliquée à 3,75 m .

• Forces longitudinales dues aux retraits, température et fluage

Les règlements AASTHO préconisent de prendre une force globale égale à 10% de la charge permanente

soit (b = 0,10(331,64 + 1,3 × 43) = 38,754 a/

(b est appliquée à 3,6


du point O.

• Réactions d’appuis du tablier par mètre linéaire

Tablier

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 59
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

(@6=,&=€&6?,Ž)
Charge permanente : y® = = 331,64 a/

,??

(6& ,6? € 6&Ž,&)


Charge vive : y® = = 83,24 a/

,??

y8 = 1,3(331,64 + 1,67 × 1,24 × 83,24) = 655,217 a/


appliquée à 1 m

Dalle de transition

Poids propre de la dalle : ƒ6 = 0,3


× 25/
× 5
= 37,5 /

Poids de l’asphalte : ƒ = 0,05 × 22/


× 5
= 5,5a/

Soit ƒš = ƒ6 + ƒ = 43 a/

Surcharge due au véhicule ƒ = 20 × 0,61 × 5 = 61 a/

yšf = 1,3(43 + 1,67 × 1,24 × 61) = 220,11 a/

Réaction totale

y};È = y8 + yšf = 655,217 + 220,11 = 847,327 a/

• Les charges sismiques

Conformément aux règlements AASTHO (Art. 1.2.20), pour la prise en compte des actions sismiques, il
est demandé de prendre une force latérale due à des secousses sismiques déterminée de la manière
suivante : h = ›.

Avec :

h : force latérale sans direction prédéfinie, sollicitant la structure en son centre de gravité.
 = 0,06 pour les structures fondées sur pieux,

› : charge permanente de la structure,

› = yš + – + 7 + t = 387,54 + 116,25 + 17,5 + 70 = 371.95 ⇒ › = 591,29 a/

h = 0,06 × 591,29 = 35,48 a/


Elle est appliquée à ℎ/2 ≅ 3,6

• Surcharge due à l’action du vent :

Pour les travées de pont ne dépassant pas 125 B = 38


, les règlements AASHTO (Art.3.15.2.1.3)
recommandent de prendre :

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 60
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

a) Un vent (100
/ℎ) de … = 50 „4/  ≅ 2,4a/
2 dans le sens transversal sur la
superstructure et 12 „4/  dans le sens longitudinal.

b) Le vent sur charge roulante est de ƒ௒ = 100 „4/ = 1,5a/


dans le sens transversal et de
ƒ௒ = 40„4/ = 0,6 a/
dans le sens longitudinal. La superstructure transmet ces charges
aux culées.

c) Un vent sur substructure de 40 „4/  dans les sens transversal et longitudinal


.
La charge horizontale due à l’action du vent dans le sens transversal sur culée est :
{௒6 = (1,5a/
+ 2,4a/
 × 2
) × 25/2 = 78,75 a
Le moment de cette charge est à la section d’encastrement du mur de front au niveau de la semelle :
6 = {6 × (‫ ݕ‬− *! ) = 378 a/
.

• Tableau des charges

Forces Verticales Forces (iî) Bras de levier (R) Moment par rapport à la base
Par rapport à la base

1160,74
Réaction d’appui (charge permanente) 331,64 3,5
291,34
Réaction d’appui (Surcharge) 83,24 3,5
116,25
Poids du mur de front (\ࡲ ) 116,25 1

Poids remblai équivalent à la surcharge 26,62 3,5 93,17

véhicules
17,5
Poids du garde grève (\ࡳ ) 17,5 1

Poids propre de la semelle (\` ) 70 3 210

Poids remblais sur la semelle (\ð` ) 266,7 3 800,1

Poids dalle de transition (\ו ) 18,75 3 56,25

Somme des Forces Verticales 930,70


Tableau 9.1 : Charges verticales

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 61
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

Forces Bras de levier Moment à la base


Forces Horizontales
2,40 40,576
Poussée horizontale du remblai mU 170,24
104,57
Poussée due à la surcharge des véhicules mX 29,047 3,60
67,00
Poussée due à la dalle de transition mו 18,606 3,60
3,6 127,73
Poussée sismique EQ 35,48
3,75 17,89
Force de freinage mÔࡲ 4,771
3,75 145,33
Force de retrait, fluage, température mðࡲ• 38,754
3,80 2,28
Vent sur Surcharge roulante 0,6
3,80 71,25
Vent sur Substructure 78,75

Somme des Forces Horizontales 376,25


Tableau 9.2 Charges verticales

4.- Combinaisons de charges

Les règlements AASHTO (Art. 3.22.1) recommandent plusieurs combinaisons de charge qui sont
représentées par l’équation suivante :

"¾Ì1() =  × (™š × › + ™ˆ × ( + z) + ™Š × + ™è × ƒ + ™ˆ7 × ( + ™u × (y + H + 5) +


™Šñ × h) Avec:

, ™: coefficients de charge dont les valeurs sont données au tableau de combinaison.

› : charge permanente ; : charge vive ;

z : impact ; : pression des terres ;

ƒ : vent sur structure ; ƒ : vent sur surcharge roulante ;

y: fluage (Rib shorterning); H: Retrait (Shrinkage);

5: Température; h: séisme;

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 62
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

 Tableaux des combinaisons

Colonne 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14

Groupe Γ D L+I CF E B SF W WL LF R+S+T EQ ICE %


Etats Limites
I 1.3 βD 1.67 1.0 βE 1 1 0 0 0 0 0 0
IA 1.3 βD 2.20 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
II 1.3 βD 0 0 βE 1 1 1 0 0 0 0 0
III 1.3 βD 1 1 βE 1 1 0.3 1 1 0 0 0
IV 1.3 βD 1 1 βE 1 1 0 0 0 1 0 0
V 1.25 βD 0 0 βE 1 1 1 0 0 1 0 0
VI 1.25 βD 1 1 βE 1 1 0.3 1 1 1 0 0
VII 1.3 βD 0 0 βE 1 1 0 0 0 0 1 0
VIII 1.3 βD 1 1 βE 1 1 0 0 0 0 0 1
IX 1.2 βD 0 0 βE 1 1 1 0 0 0 0 1
X 1.50 1 1.67 0 βE 0 0 0 0 0 0 0 0
Tableau 9.3 : Coefficients de combinaisons

™Š = 1,3 pour la poussée latérale des terres dans les murs de soutènement.
™Š = 1 pour la poussée verticale des terres.

Le tableau suivant présente les valeurs des sollicitations au point A

ࡲ[
Sollicitations % A
Groupe N (Ü (~ Ü ~
ࡲQ
× ÐS°ࢍ࣐
I 1246,96 325,60 2049,68 421,35 2,21
IA 1084,06 268,08 1839,38 392,80 2,33
II 989,80 394,78 1889,00 631,78 1,48
III 1104,46 461,40 1911,36 666,32 1,38
IV 1193,84 498,18 1952,45 601,77 1,41
V 995,17 351,55 1932,40 784,10 1,63
VI 1157,15 525,72 1988,34 684,35 1,27
VII 985,30 342,70 1890,22 397,60 1,66
VIII 1092,30 387,59 1913,10 482,73 1,63
IX 848,75 357,14 1991,56 577,42 1,37
Tableau 9.4 : sollicitations par rapport à A

Remarque : Le ferraillage des culées est présenté au plan 10 ( Pl – 10 )

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 63
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

5.- Stabilité des culées

 Généralités

Les culées sont soumises à un système de forces verticales et horizontales. Elles peuvent être instables. Cette
instabilité peut se traduire par renversement, glissement ou par poinçonnement. Il est donc impérieux de justifier
les culées à chacun de ces états d’instabilité. Nous retenons la combinaison la plus défavorable.

Résultante des forces verticales : (Ü = 1246,96 a

Résultante des forces horizontales : (~ = 325,60 a

Moment résultant des forces verticales par rapport au point A : Ü = 2049,68 a.

Moment résultant des forces horizontales par rapport au point A : ~ = 421,35 a.

a) Vérification de la stabilité au renversement

La stabilité au renversement des culées exige que le rapport du moment stabilisateur (Ü ) au moment des
forces horizontales (~ ) doit être supérieur à un facteur de sécurité (! pris égal à 2 pour ce qui nous concerne.
¡à ¡à
> 2. Avec, Ü = 2049,68 a.
et ~ = 421,35 a.
, on obtient = 4,86 > 2. La stabilité au
¡ಹ ¡ಹ
renversement est garantie.

b) Vérification de la stabilité au glissement

La stabilité au glissement des culées exige que le produit de la tangente de l’angle de frottement interne ()
par le rapport des forces stabilisatrices ((Ü ) aux forces horizontales ((~ ) doive être supérieur à un facteur de
sécurité (! pris égal à 1,5 pour ce qui nous concerne.


× BLÍ > 1,5. Avec  = 30° , (Ü = 1246,96 a et (~ = 325,60 a,
7ಹ
7
on obtient 7à × BLÍ = 2,21 La stabilité au glissement sous la semelle est donc garantie.

c) Stabilité au poinçonnement

La condition de non poinçonnement exige que la contrainte maximale sur le sol de fondation est inférieure à la
contrainte admissible le du sol.

Le bras de levier des forces stabilisatrices par rapport au point A est donné par :

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 64
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

¡à +¡ಹ ?Ž,&+6, =
)_ = ä 7à
æ=ä 6&,Ž&
æ = 1,30

L’excentricité des charges verticales par rapport au centre de gravite de la semelle :

Pour la stabilité d’ensemble, on exige que *– < |/6.


c  c
*– = 
− )_ =  − 1,30 = 0,70 < &
= 0,66 . Par conséquent, la résultante des charges verticales passe par
le tiers central

 Contraintes dues à la réaction du sol de fondation :

ä1 ± 6 ×
7à ,ಸ 7à ,ಸ 7à ,ಸ
Soit A = æ → AJ;D = (1 + 6 × ) et AJEF = (1 − 6 × )
c c c c c c

6&,Ž& ?,=?
AJ;D = 
ä1 + 6 × 
æ = 545,54 a/
 au point A
6&,Ž& ?,=?
AJEF = 
ä1 − 6 × 
æ = 77,93 a/
 au point B

Pour une semelle filante ou continue de charge excentrée et inclinée Meyerhof3 propose la formule suivante :

6 6 ఋ  ఋ
h;®J =  × › + 7 {   × | Ñ (1 − గ
)  + › þä1 − ఝ) × œ − 1ቃቅ

ߜ , étant l’obliquité de la résultante des charges appliquées. Elle est donnée par :

ߜ = BLÍ+6 ä _ಹæ = BLÍ+6 ä6&,Ž&æ = 14,63° = 0,254 ¾ž


_ =,&?
à

|’ = | − 2 × *– = 4 − 2 × 0,7 = 2,60

 = 30° , angle de frottement interne implique que : ௤ = 23;  = 38; ఊ = 20 et › = 2


. Ainsi, on a
6 6 ×?,=  ?,=
h;®J = 25 × 2 +  { × 25 × 2,60(1 − ,6
) × 20 + 25 × 2 þä1 − ?,= ) × 23 − 1ቃቅ ⇒

h;®J = 404,909 a/




Nous remarquons que ࣌RST > mSµR , ce qui implique que la stabilité au poinçonnement n’est pas assurée. Ce
même résultat demeure en considérant les autres cas de chargements. Dans ce cas, le sol de fondation sera
poinçonné suite aux efforts transmis par les culées. Nous ferons, pour ce faire, des fondations sur pieux pour la
reprise de l’excédent de charge appliquée.

L’excédent de charge appliquée est ∆( = (Ü − h avec h = h;®J × | Ñ = 404,909 a/


 × 2,60

3La formule de Meyerhof s’applique dans le cas de charges excentrées et inclinées sur semelles filantes ou
continues (Cf. : Mécanique des Sols et Fondations de Costet et Sanglérat)
Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN
Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 65
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

h = 1052,76 a/
et ∆( = 1246,96 − 1052,76 = 194,20 a/

6.- Dimensionnement du mur de front

a) Considérations générales

Le mur de front sera calculé comme une colonne en flexion composée grâce à la méthode élaborée
par Dr Edward G. Navy. Laquelle méthode nous permet de ramener une colonne en flexion déviée
encastrée au niveau de sa semelle en flexion composée

b) Les charges de calcul

Elles sont constituées par le poids propre du mur, les poussées engendrées par la présence du remblai,
la dalle de transition, la surcharge des véhicules, les forces dues au freinage des véhicules, le fluage, le retrait, la
température, les charges accidentelles (séisme et vent sur surcharge roulante) et les réactions du tablier.

La combinaison « I » des charges dans le tableau des combinaisons est celle qui nous présente les
sollicitations les plus défavorables

c) Calcul des sollicitations

Le moment suivant l’axe des y est dû à l’action du vent sur la superstructure, du vent sur la partie non
enterrée de la culée et du vent sur surcharge roulante. 6 = {6 ×(‫ ݕ‬− *t ) = 378 a/
.

8 = 378 a/


= 85.08 a/ B

On a donc comme sollicitations de calcul :

8D = 1723,80 a.


/
= 386,60 a. B/
(1. B/ B = 4.459a.
/
)

8 = 680,5 a/
= 46,54 a/ B (1a/
= 0,0684a/ B)

8 = 378 a.


/
= 84,77 a. B/

¡2/ ¡2¨ _2
FD = = 429,60 a. B ; F = = 94,20 a. B ; et F = = 51,71 a/ B
Ý Ý Ý

Nous considérons une tranche du mur de front de dimension 4 × ℎ de dimensions avec 4 = 1


et 4 = 0,8

­ ¡೙¨ @,? ¡೙¨ ­


4 × ℎ = 1
× 0.80
⇒ ௛ = 1,25 et = = 0,22. On a bien <௛.
¡೙/ 6& ¡೙/

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 66
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

௛ 6+ఉ
Dans ce cas, }D = FD + F × × = 429,60 + 94,20 × 0,8 × 0,54 = 470,29 a. B
­ ఉ

Le coefficient ™ est pris égal à 1,5

d) Condition de non flambement et calcul des armatures

dˆ2 ¡
 Colonne contreventée si b
< 34 − 12 ¡x
K
dˆ2
 Colonne non contreventée si b
< 22

Étant donné que les culées sont encastrées aux semelles, alors 6 = 0
dˆ2 ×@,6=
Nous avons bien b
= ?,
= 71,5 < 100

Recherche de

­×௛v ?,×Š§ ×w೒


= 33… 6,= Ú Ñ = 3,64 × 10&  ; z௚ = = 113140 ̍ ; z=
6 6€ఉ೏

où ™® : est le rapport de charge de longue durée à la charge totale. Ce rapport est généralement pris égal
au rapport de la charge permanente à la charge totale. Pour ce qui nous concerne, ™® ≅ 0 puisque le
vent n’est supposé pas susceptible de nuire à long terme. Ainsi, z = 16,47 × 106?

La charge critique d’Euler est donnée par :


గ K × Šw ,6K ×6&,@×6?xబ
 = (dˆ K = = 7 9411 × 10 a = 353244 × 10 a
2) (×@,6=)K

Avec ¶J = 1 et Φ = 0,65 ; ߜ­ = ≅ 1,01 Ainsi,  = ߜ­ × 8 = 1557,16a. B


ª

6+ 2
ಅು§

¡§
F,b,௤8E! = Ý
= 2395,63 a. B
¡೙
L’excentricité est donnée par * = = 15,66 B
_೙
La section d’armature vaut †! = †Ñ! = ¥4ž avec ¥ = ¥Ñ = 1,25 % et †! = 103,53 ¶

@???®
¶­ = @???®€¦ = 18,92 Ì ; ­ = ™6 × ¶­ = 0,85 × 18,92 = 16,082 Ì
¨

De plus, !Ñ = 0,003 × 29 × 10& (¶­ − ž Ñ )/¶­ = 72 515,3  >  . Nous prenons donc !Ñ = 
Ainsi, F­ = 0,85 Ñ 4 × ­ + †Ñ! × !Ñ − †! ! = 0,85 × 4000 × 32,5 × 16,082 = 1777061 „4

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 67
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

௛ ;0 ௛ ௛
F­ = 0,85 Ñ 4 × ­ ä − 
æ + †Ñ! × !Ñ ä − ž Ñ æ + †! ! äž − æ ⇒
F­ = 1777061 × 25,3 + 15,62 × 60000(13,93 + 13,93) = 71,107 × 10& „4. L
¡೙0
⇒ *­ = = 40,01 Ì = 3,33 B , Nous avons donc *­ < * .
_೙0

La section d’acier vaut donc †! = †Ñ! = 103,53 ¶



La section d’acier commerciale est de UU # UU/Ro

e) Armatures pour la garde-grève

Section théorique d’acier : †6 = † = 0,0125 × 0,4 × 2 = 81¶




Section commerciale : UY # UY / R

f) Armatures d’effort tranchant du Mur de Front

La valeur maximale d’effort tranchant est ^8 = 410,25 a/

5/6 ( Ñ × 4è × ž) = 18  . Nous avons bien, ^8 < 5/6 ( Ñ × 4è × ž), la section de béton est
suffisante.
= Ýܧ
Φ^ = & Ú Ñ × 4è × ž = 2,25 et = 1,12 


Ýܧ
Des armatures de cisaillement ne sont pas nécessaires puisque l’on a : ^8 < 

g) Armatures de répartition

Nous disposons des barres # 4 dont le rôle est de garantir la position verticale des aciers principaux. Ils seront
disposés horizontalement suivant un espacement déterminé comme suit :

 16 fois le diamètre de la barre principale


 48 fois le diamètre de la barre qui sera utilisée comme armature de répartition
 La plus petite dimension de la section

Nous choisissons donc H = 20 ¶

h) Dimensionnement de la semelle

La semelle est soumise :

 À la réaction du sol qui présente une répartition trapézoïdale AJ;D et AJEF


 À son poids propre réparti uniformément

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 68
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

 Au poids de la culée et des terres supposées réparties uniformément

Les deux parties de la semelle sont considérées comme des consoles encastrées au mur de front.
6&,Ž& ?,=?
AJ;D = ä1 + 6 × æ = 545,54 a/
 au point A
 
6&,Ž& ?,=?
AJEF = 
ä1 − 6 × 
æ = 77,93 a/
 au point B

 Évaluation des contraintes

Le schéma suivant indique quelques spécificités de la semelle étudiée

B ࡮U ³U A

࣌RN° ࣌U ࣌RST

Figure 9.1 : Semelle-type

Semelle Avant (A-A1)

La semelle † − †6 de longueur 1,25 m est soumise aux contraintes suivantes :

• Contrainte due au poids de la semelle (A-A1) : A} = 25 × 1,25 = 31,25 a/



• Contrainte du sol en †6 ( σ 1 )
>x +>ª೔೙ cßx
La répartition des contraintes étant trapézoïdale, la contrainte A6 est donnée par :> = ⇒
ª./ +>ª೔೙ ßc
cßx
A6 = AJEF + (AJ;D − AJEF ) × ⇒
ßc
6,=
A6 = 77,93 + (545,54 − 77,93) × = 161,43 a/

@

Résultante Contrainte en A : AJ;D


Ñ
= AJ;D − A? = 514,29 a/


Résultante contrainte en †6 : A Ñ = A6 − A? = 130,18 a/




Semelle Arrière (| − |6 )

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 69
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

La semelle << | − |6 >> de longueur 2,25 m est soumise aux contraintes suivantes :

1.- Une contrainte A qui est due aux poids de la semelle, des terres, de la dalle de transition et de la surcharge
placée au dessus du remblai derrière le mur

• Contrainte due au poids de la semelle : 25a/


× 2,25 = 56,25 a/

• Contrainte due au poids du remblai : 20 a/
× 7,15
= 143 a/

• Contrainte due au poids de la dalle : 25 a/
× 0,3
= 7,5a/

• Contrainte due à la surcharge : 20 a/
× 0,61
= 12,2a/


La contrainte résultante est :

.A = 1,3 Á(56,25 + 7,5) + 1,67 × 1,3 × 12,2 + 1,3 × 143Â = 358,977 a/


2.- Une contrainte due à la réaction du sol en B : AJEF = 77,93 a/



ccx
3.- Une contrainte due à la réaction du sol en |6 : A = AJEF + (AJ;D − AJEF ) ×
ßc
6,=
⇒ A = 77,93 + (545,54 − 77,93) @
= 161,43a/


La contrainte totale en B est : AJEF


.
= AJEF − A = 77,93 − 358,97 = −280,97 a/


La contrainte résultante en |6 est : AÑ = A − A = −197,547 a/




La contrainte totale en B étant négative, une partie de la semelle | − |6 sera en traction.


>ಲx ×ÈK >ಲ +>ಲx ÈK
8 = + ×
 

 Détermination des armatures


>ಲx ×ÈK >ಲ +>ಲx ÈK
Le moment à la section d’encastrement de la semelle † − †6 est : 8 = 
+

×

6 ?,6×6,=K =6,Ž+6 ?,6 6,=K


8 = + × = 201,729 a/

 

Le moment résistant de la section est :

F = 0,27115 × (1 − 0.59 × 0.27115) × 25 × 1 × (1,125) = 7,20 

¡2 ?,?6@Ž
Avec ϕ = 0,9 , on a = = 0,224 
¢ ?,Ž

¡2
Ces calculs prouvent que F > ⇒ Des aciers en compression ne sont pas nécessaires pour cette section
¢

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 70
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

Recherche du pourcentage d’armature ( ¤ ) correspondant

?,=¦§, uª ¡2 ?.?6@Ž


Soit ¥ = ©1 − I1 −
?,=¦§,
« avec yJ =
¬­®K
⇒ yJ = ⇒ yJ ≈ 0,177 ⇒
¦¨ ?,Ž×6×(6,6=)K

?,=× ? ×?,6@@
Le pourcentage d’armature est : ¥ = ©1 − I1 − « = 0,000423
? ?,=× ?

Le pourcentages d’armature minimal vaut :

¥JEF = max ቌ ¦ ; ¦ ቍ = max(0,00297; 0,0033) = 0,0033 et


I¦§Ù
6,
¨ ¨

¦Ù =
¥J;D = œ × ¦§ = 0,27 × ? = 0,01607
¨

Nous avons ¤ < ¥JEF ⇒ ³s = ¥JEF × 4 × ž = 37,46 ¶




Section d’acier de mise en œuvre : 8 # 8

 Armature d’effort tranchant

Par rapport à la section d’encastrement, L’effort tranchant maximal est donné par :
>ಲ +>ಲx È ==,=+6 ?,6 ,=
^8 = Aßx × „ + × ⇒ ^8 = 545,54 × 2,25 + × ≅ 1,4 a
 

=
× Ñ × 4è × ž = 42,2 
&

=
&
× Ñ × 4è × ž > ^8 ⇒ La section est largement suffisante

= Ýܧ
Φ^ = Ú Ñ × 4è × ž = 7,60  et = 3,80 
& 

Ýܧ
Des armatures de cisaillement ne sont pas nécessaires puisque l’on a : ^8 < 

 Armature de répartition

La section totale d’armature de répartition est égale à celle requise pour la température et le retrait.

†!b = 0,0018 × 4è × ž. Pour une tranche de largeur 1


= 39,36Ì,

†!b = 0,0018 × 4è × ž = 0,0018 × 39,36 × 31,5 = 2,23 Ì = 14,45 ¶




 .Section théorique d’acier: 14,45 ¶



 Section d’acier commercial: 8 # 5 / m
Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN
Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 71
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

CHAPITRE 10

CALCUL DU MUR EN RETOUR

1.- Prédimensionnement

Le mur en retour4 a une longueur de 7,5 m et une hauteur de 7,15 m. Son épaisseur est de 0,5 m. La
semelle a une hauteur de 0,6 m et 3,5 m de large.

2.- Charge de calcul :


o Poids propre du mur : 7 = 25 × 0,5 × 7,15 = 89,37 a/

o Poids de la semelle : t = 25 × 0,6 × 4 = 60a/

o Poids remblais au-dessus de la semelle arrière : ut = 2,25


× 20 × 7 = 315 a/

o Poids des terres au-dessus de la semelle avant : ut = 1,25


× 20 × 3 = 75 a/

o Poids surcharge de camion au-dessus de la semelle arrière : ˆ = 20 × 2,25 × 0,61 =


27,45 a/

?, ×?×@,6=K
o Poussée du remblai derrière le mur : hb = = 187,31 a/


?, ×?× ,=K
o Poussée des terres devant le mur : hß = − 
= −40,80 a/

o Poussée due à la surcharge camion : Q÷ = 0,333 × 20 × 7,15 × 0,61 = 29,05 a/

Le tableau suivant présente les valeurs

Désignation Forces verticales bras de levier Moment


(KN) suivant A (m) en A (KN.m)

Poids propre du mur ( 89,37 2,10 187,70


(\ࡲ )
Poids de la semelle ( 60 2,5 150
(\` )
Poids remblai sur semelle arrière 315 3,15 992,25
(\ð`)

Poids surcharge camion camion 27,45 3,15 86,46


au-dessus de la semelle arrière
(\Ô )
Poids des terres au-dessus 75 1 75
semelle
(\ð³ )

Tableau 10.1 : Forces verticales et Moments

4 Les murs en retour ont pour buts de protéger le pont et de diriger l’eau à l’entrée et à la sortie de l’ouvrage. Ils sont donc placés à l’entrée et à

la sortie de l’Ouvrage en faisant un certain angle aux culées. Le calcul de ces murs suit les mêmes démarches que celui des culées.
Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN
Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 72
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

Désignation Forces bras de levier Moment en A (KN.m)


horizontales iî suivant A (m)

Poussée du remblai derrière le 187,31


mur 2,5 205.58
(mÅ )
Poussée de la surcharge camion 29,05 3,60 66
(mÔ )

Poussée des terres devant le mur −40,80 1,00 40,80

(m³ )
Tableau 10.2 : Forces horizontales et Moments

La combinaison << z >> simplifiée s’écrit : 1,3 × (› + ™ˆ × ( + z) + ™Š × )

Somme des charges verticales : (Ü = 1,3×[(89,37+60) +1,67× 1,33 × 27,45 + 1,3(315 + 75)Â = 932,54 a

Somme des charges horizontales : (~ =1,3×[1,67×1,33 ×29,05 +1,3 ×(187,31 – 40,80 )] =331,48 KN

Somme moments des charges verticales : Ü =1,3×(187,70+150) +1,67× 1,33 × 86,46 + 1,33 × (992,25 +
75) ⇒ ^ = 2533,93 a.

Somme moments des charges horizontales : ~ =1,3×[1,67×1,33×66 +1,33 ×(205,58−40,80)]= 475,47 a.

3.- Stabilité du mur en retour

a) Vérification de la stabilité au renversement

La stabilité au renversement du mur en retour exige que le rapport du moment stabilisateur (Ü ) au moment
des forces horizontales (~ ) doit être supérieur à un facteur de sécurité (! pris égal à 2 pour ce qui nous
concerne.
¡à ¡
> 2. Avec, Ü = 2533,93 a.
et ~ = 475,47 a.
, on obtient ¡à = 5,32 > 2. La stabilité au
¡ಹ ಹ
renversement est garantie.

b) Vérification de la stabilité au glissement

La stabilité au glissement des culées exige que le produit de la tangente de l’angle de frottement interne ()
par le rapport des forces stabilisatrices ((Ü ) aux forces horizontales ((~ ) doit être supérieur à un facteur de
sécurité (! pris égal à 1,5

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 73
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

× ÐS°ࢍ࣐ > 1,5 . Avec ࣐ = VY° , ࡲ[ = lVX, Zra et (~ = 331,48 a,


ࡲ[
ࡲQ

ࡲ[
nous obtenons ࡲQ
× ÐS°ࢍ࣐ = U, qV > 1,5 ; La stabilité au glissement sous la semelle est donc garantie.

c) Stabilité au poinçonnement

La condition de non poinçonnement exige que la contrainte maximale sur le sol de fondation est inférieure à la
contrainte admissible le du sol.

Le bras de levier des forces stabilisatrices par rapport au point A est donné par :
¡à +¡ಹ = ,Ž +@=,@
)_ = ä æ=ä æ = 2,20
7à Ž ,=

L’excentricité des charges verticales par rapport au centre de gravite de la semelle :

Pour la stabilité d’ensemble, on exige que *– < |/6.


c c
*– = − )_ = 2,4 − 2,2 = 0,2 < = 0,66 . Par conséquent, la résultante des charges verticales passe par
 &
le tiers central

 Contraintes dues à la réaction du sol de fondation :

ä1 ± 6 ×
7à ,ಸ 7à ,ಸ 7à ,ಸ
Soit A = æ → AJ;D = (1 + 6 × ) et AJEF = (1 − 6 × )
c c c c c c

Ž ,= ?,
AJ;D = 
ä1 + 6 × 
æ = 303,076 a/

Ž ,= ?,?
AJEF = 
ä1 − 6 × 
æ = 163,195 a/


Pour une semelle filante ou continue de charge excentrée et inclinée, Meyerhof propose la formule
suivante pour la détermination de la charge admissible :

6 6 ఋ  ఋ
h;®J =  × › + 7 {   × | Ñ (1 − )  + › þä1 − ఝ) × œ − 1ቃቅ

ߜ , étant l’obliquité de la résultante des charges appliquées. Elle est donnée par :

ߜ = BLÍ+6 ä 7ಹ æ = BLÍ+6 äŽ ,=æ = 0,341 ¾ž


7 6,
à

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 74
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

|’ = | − 2*– = 4,60

 = 30° , angle de frottement interne implique que : ௤ = 23;  = 38; ఊ = 20 et › = 2


. Ainsi, on a
6 6 ×?, 6  ?, 6 
h;®J = 25 × 2 + { × 25 × 4,60(1 − ) × 20 + 25 × 2 þä1 − ) × 23 − 1ቃቅ ⇒
  ,6 ?,=

h;®J = 446,50 a/




Nous remarquons que ࣌RST < mSµR , ce qui implique qu’il n’y aura pas de poinçonnement au niveau de la
semelle. La stabilité au poinçonnement est assurée

4.- Calcul des armatures

Pour la détermination des armatures, les mêmes démarchent que celles du calcul des culées ont été utilisées.
Nous n’allons pas, pour ce faire, reprendre les démarches, nous nous contentons de citer les résultats obtenus.

Le tableau suivant présente les valeurs des sections d’armatures requises

Section d’acier théorique Section d’acier commerciale


³` = ³′s = UX, UZ ÎíX 10 # 10
Tableau 10.3 : Sections d’armatures du Mur en Retour

o Armatures d’effort tranchant du mur en retour


ܧ
Pas besoin d’armature d’effort tranchant : les calculs montrent bien que ^8 < Φ


o Armatures de répartition
Des cadres # 4 seront utilisées afin de tenir la position verticale des aciers principaux. L’espacement entre
les cadres sera de 20 cm.

Remarque : Le ferraillage du Mur en Retour est présenté au plan 07 (Pl - 07)

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 75
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

CHAPITRE 11

CALCUL DES PIEUX

1.- Considérations générales


Les pieux seront placées afin de reprendre l’excédent de charge appliquée provoquée par les culées puisque
࣌RST > mSµR (C.f : Calcul du mur de Front). Ils sont faits en béton armé.

2.- Charge admissible d’un pieu


La charge admissible d’un pieu est donnée par l’expression h;®J = ು + ೑ Avec :
ñ ñ

hÒ : Force portante à la rupture du pieu ou la résistance limite à la pointe, hÒ = Ò ×  × †Ò

h¦ Résistance ultime du pieu due au frottement latéral. h¦ = œ! × †!

 : Coefficient qui dépend de la nature du sol

Ò : Terme de pointe obtenue à partir des résultats des essais SPT

N1
qS = +1
3

 Force Portante du pieu

Selon Dercout5, La force portante sera estimée en prenant la moyenne des trois valeurs de N au voisinage de
la pointe du pieu. Le diagramme SPT que nous disposons présente des valeurs constantes de N (50) sur
tout le voisinage du pieu. Il vient que la moyenne des valeurs de N est Ò = 50.

Nous prenons  = 318,5 a et Ò = 50

గš K
Pour un pieu de diamètre 0,25
, la section droite †! = = 0,04906



hÒ = Ò × †Ò ×  = 50 × 0,04906 × 318,5 = 781,28 a

5 Conformément aux problèmes pratiques de mécanique des sols et de fondations 2 de Costet et Sanglérat
Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN
Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 76
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

 Résistance limite due au Frottement latéral du pieu

La force de frottement latéral est déterminée par les formules :

ேx
h¦ = œ! × †! et œ! =
+1 ; 6 étant la moyenne des valeurs tout le long du fût du pieu à

l’exception des valeurs prises au voisinage de la pointe du pieu.

6=€ €€=?€=? ,


On a 6 = ä æ = 38,2. Par conséquent, œ! = + 1 = 13,73 5/

=

†! =  × „ ,  périmètre du pieu et „ étant la longueur du pieu

Le périmètre latéral du pieu de diamètre 0,25 m est  = ߨ × › = 3,14 × 0,25 = 0,785


. Pour = 5
,
on a †! = 0,785 × 5 = 3,925


La portance due au frottement latéral est h¦ = 13,73 × 3,925 = 53,89 5 = 538,9 a

@6, = ,Ž
La capacité portante d’un pieu est alors : h;®J =
+ 
= 529,88 a

Nous tenons compte que les pieux sont placés pour reprendre l’excédent de charge ∆( = 194,20 a/

La largeur de la semelle étant de 8,00 m, la charge totale excédentaire est ∆(f = 1553,6 a

Un pieu peut reprendre la charge de 529,88 a, nous plaçons deux files de 8 pieux régulièrement espacés
dans le sens longitudinal. L’une sous la semelle avant et l’autre sous la semelle arrière

Nos pieux sont verticaux et sont faits en béton armé. Nous ne prévoyons pas de pieux inclinés6 car ils ne
seront soumis à aucun moment de flexion. Nous pouvons donc négliger le déplacement horizontal engendré au
frottement de la semelle en têtes des pieux.

3.- Vérification de la section de béton dans la reprise de la charge admissible

6 De plus, il est fortement recommandé de n’avoir pas de pieux inclinés en zone de moyenne ou de forte
sismicité puisque les pieux doivent pouvoir déformer avec le sol. Nous rappelons qu’Haïti se place dans
la catégorie de zone de moyenne ou de forte sismicité
Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN
Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 77
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

La section brute est †௚ = 0,25


× 0,25
= 0,0625


Nous savons qu’en compression simple, F = 0,8ൣ0,85 Ñ ൫†௚ − †! ൯ +  × †! ൧ avec †! = 0,01†௚


puisque notre section est en béton armé, nous prenons le minimum d’armatures qu’elle doit contenir ,

F = 0,8Á0,85 × 25(0,99 × 0,0625) + 420 × 0,01 × 0,0625Â = 1,577  et ΦF = 1,1  .


On a ΦF > 8 Le pieu peut reprendre la charge appliquée avec le minimum de section d’armature fixée
réglementairement à 1% de la section brute de béton. Nous avons alors †! = 6,25 ¶
 .

La section d’armatures commerciale est : q # r

D’armatures transversales sont prévues. Nous placerons ainsi des cadres # 3. Ces armatures transversales
sont limitées par :  = min(0,4
; 4 + 0,1; 15 ΦÈ ) = min(0,4
; 0,35
; 0,20
) = 0,20

Remarque : Le ferraillage des Pieux est présenté au plan 10 (Pl - 10)

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 78
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

CHAPITRE 12

LES JOINTS DE DILATATION

1.- Considérations générales

Les joints de dilatation sont des dispositifs permettant d’assurer la continuité de la circulation au droit
d’une coupure du tablier. De tels joints existent au moins aux extrémités du tablier, quel que soit leur type.
Lorsque les tablier sont très longs, des joints intermédiaires sont prévus pour limiter l’amplitude des
variations de longueur dues aux températures et aux effets différés tels que retrait et fluage et l’intensité
des efforts transmis en tête des appuis. La longueur maximale du tablier continu sans joint de dilatation est
de l’ordre 500 m à 600 m. Cependant pour des joints spéciaux, cette longueur peut être de 800 à 900 m
Les joints sont des points faibles à travers lesquels l’eau peut pénétrer dans la structure. C’est pourquoi
qu’on limite leur nombre autant que possible en préférant des structures continues ou rendues
partiellement continues. En particulier, dans le cas de pont à poutres précontraintes par post-tension, les
joints ne sont disposés que tous les 150 à 200 m.

2.- Limites des joints de dilatation

Nous rappelons que les variations d’ouvertures de joints sont dues essentiellement aux variations de
longueur du tablier provoquées par la température, aux rotations sur appui du fait de la flexion du tablier,
aux tassements différentiels, au retrait et au fluage. On peut prévoir une ouverture de joint ne dépassant
pas 5 × 10+ à 6 × 10+ de la longueur dilatable, ce qui correspond à une variation de 50°

Pour ce qui nous concerne, il n’est pas obligatoire de concevoir de joints de dilatations puisque le pont
en question est de faible longueur (25 m)

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 79
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES

Il est impérieux de prendre de bonnes dispositions afin de permettre l’évacuation du débit de calcul à
travers le lit de la rivière. Lors de la construction de l’ouvrage, il y aura une surélévation du niveau de l’eau
et l’affouillement du lit du cours d’eau, il faut donc prendre des mesures importantes nécessaires à la
correction des berges et à la réalisation d’une bonne fondation. Nous préconisons la réhabilitation de la
route aux voisinages de l’ouvrage ainsi qu’une surélévation de cette route jusqu’au niveau de l’ouvrage de
sorte qu’une meilleure circulation soit garantie.

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 80
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

CONCLUSION

Ce projet nous a permis de concevoir, de définir et de dimensionner un Ouvrage d’Art sur la rivière
« La thème » en mettant en évidence les systèmes de fixation d’un Pont. En effet, nous n’avons pas
manqué de satisfaire les exigences suivantes : exigences liées à la stabilité, celles liées aux conforts des
gens utilisateurs, celles liées aux conditions architecturales et à l’économie. Tout au long d’une telle étude,
nous avons pu remarquer effectivement que la réalisation d’un ouvrage en Génie Civil, et en particulier
d’un Pont est une lourde tache demandant un long et complexe processus de planification de nature
multidisciplinaire.

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 81
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

BIBLIOGRAPHIE

1.- Conception des ponts par Anne BERNARD-GÉLY et Jean-Armand CALGARO

2.- Hydraulique routière par Nguyen VAN TUU

3.- Normes AASHTO, édition 1995

4.- Cours de Pont d’Alfio Séni de l’école polytechnique de Montréal

5.- Calcul des Fondations profondes par J. P. TISOT

6.- Le calcul et la vérification des ouvrages en béton armé par Pierre CHARON

7.- Reinforced concrete : a fundamental approach par Edvard G. NAVY

8.- Cours pratique de mécanique des sols, calcul des ouvrages par Jean COSTET et Guy SANGLERAT

9.- Notes de cours d’Ouvrage d’Art et de béton ACI-318-05 du professeur Willy CARRÉNARD

10.- Notes de cours de Mécanique des sols et de Fondations du professeur Yves Fritz JOSEPH

11.- Notes de cours de structures des professeurs Francis ÉLIEN et Jean Raoul MOMPLAISIR

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 82
UEH/FDS / Projet d’Ouvrage d’Art Promotion
2004-2009

ANNEXE

ƒ6 

ƒ6 
/2

0,4

Figure 1 : Chargement du Trottoir

25 m

Figure 2 : Entretoises et Poutres Longitudinales (Plan de Poutraison du Pont)

Remarque : Les plans correspondants à chaque partie de l’Ouvrage sont présentés au document des Planches

Élaboré par Wadslin FRÉNÉLUS & Luc Antoine RUBIN


Proposé par Willy CARRÉNARD, Ing. M.Sc, Professeur Page 83