Vous êtes sur la page 1sur 12

Plan de relance

-
Appel à projets pour le financement de projets de rénovation
de bâtiments propriété de l’État ou de ses établissements
publics

Energies renouvelables et réseau de chaleur


Campus de La Garde- La Valette
-
Université de Toulon
MESRI

PACA/ Var

Date :
Lexique

AMO : Assistance à Maîtrise d’Ouvrage. L’AMO fait l’interface entre le Maître d’Ouvrage et le Maître d’œuvre (ou les
entreprises). Il a pour mission d’aider le maître d’ouvrage à définir, piloter et exploiter le projet. Il a un rôle de conseil et/ou
d’assistance, et de proposition, le décideur restant le maître d’ouvrage. Il facilite la coordination de projet et permet au maître
d’ouvrage de remplir pleinement ses obligations au titre de la gestion du projet en réalisant une mission d’assistance à
maîtrise d’ouvrage.

Effectifs : désignent les agents rémunérés par l’État avec prise en compte du temps partiel et des dates d’entrée et sortie
(selon note du 19 février 2010 : Définition et typologie des surfaces de L’État)

ERP : Établissement Recevant du Public. Les ERP sont des bâtiments dans lesquels le public peut librement accéder. Les
ERP sont classés en catégories qui définissent les exigences réglementaires applicables (type d’autorisation de travaux ou
règles de sécurité par exemple) en fonction des risques.

GER : Gros Entretien et Renouvellement, couvre les réparations et le remplacement à l’identique ou à fonction identique de
tous les matériels déficients de façon à maintenir l’installation en bon état de marche et d’assurer ses performances, qui sont à
charge du propriétaire et non des occupants.

IGH : Immeuble de Grande Hauteur. Construction relevant, du fait de sa hauteur particulière, de procédures spécifiques dans
le domaine de la prévention et de la lutte contre l'incendie.

MH : Monuments Historiques. Un monument historique est un immeuble recevant par arrêté un statut juridique et un label
destinés à le protéger, du fait de son intérêt historique, artistique ou architectural.

Deux niveaux de protection existent : un monument peut être « classé » ou « inscrit » comme monument historique.
L’inscription est une protection présentant un intérêt remarquable à l'échelle régionale, contrairement au classement,
protégeant les monuments présentant un intérêt à l’échelle de la nation et qui constitue ainsi le plus haut niveau de protection.
L’arrêté de protection énumère les parties de l’édifice qui sont protégées, à moins que celui-ci ne le soit entièrement (aussi
bien des éléments extérieurs qu’intérieurs), ainsi que ses abords.

Pdt : Postes de travail. Le poste de travail est le lieu regroupant l’ensemble des moyens mis à disposition d’un résident
(bureau, classement, mobilier et capacités de connexion) susceptible d’être partagé dans le temps (selon note du 19 février
2010 : Définition et typologie des surfaces de L’État)

SUB : Surface Utile Brute (selon note du 19 février 2010 : Définition et typologie des surfaces de L’État)

SUN : Surface Utile Nette (selon note du 19 février 2010 : Définition et typologie des surfaces de L’État)

TDC : Toutes Dépenses Confondues (valeur TTC + frais Maîtrise d'Ouvrage + Maîtrise d’œuvre le cas échéant + aléas +
provisions actualisation et révision)

VAN : Valeur Actualisée Nette. Mesure de la rentabilité d'un investissement calculée comme la somme des flux de trésorerie
engendrés par l'opération, chacun étant actualisé à mesure de son éloignement dans le temps et exprimé en euros constants.

2
Section commune à l’ensemble des projets
***

I. PRÉSENTATION DU PROJET ET OBJECTIFS POURSUIVIS


Présentation des grands axes de rénovation, notamment énergétique, de remise aux normes et
d’aménagement en identifiant les contraintes fonctionnelles, techniques, calendaires et budgétaires de
réalisation.
 Présentation des grands postes de travaux de rénovation énergétique et technique envisagés.
 Objectifs recherchés en termes d’amélioration du bâti (réglementaire, confort, énergétique) ;
 Cohérence du projet avec les orientations du SDIR ou du SPSI.
 Impact des travaux prévus sur le coût de fonctionnement des équipements le cas échéant si
significatif.
 Synthèse des gains énergétiques attendus.

Dans le prolongement de son SPSI et au vu du décret tertiaire, l’Université de Toulon a fait


élaborer un schéma directeur de l’énergie, afin de projeter dans la durée des systèmes de
production plus vertueux.
La rénovation du bâti et en particulier les travaux d’isolation avaient pour leur part été
envisagés lors du SDIA de l’université en 2014. La plupart des bâtiments de l’université sont
en effet vétustes, avec une isolation peu efficace. Cependant, le climat peu rigoureux de
Toulon a montré que ces travaux, avec un TRI de 80 ans, ne sont pas suffisamment rentables
pour être mis en œuvre spécifiquement. Ils ne peuvent être envisagés que dans le cadre de
réhabilitations lourdes ou en complément d’autres objectifs (étanchéité de la toiture par
exemple).
Sur le campus principal de l’Université, le schéma directeur de l’énergie a permis ainsi de
mettre en évidence les orientations suivantes :
- Le réseau de chaleur sous la partie historique du campus (IUT) est un atout. Il doit être
rénové. L’extension du réseau a été étudiée : sur le campus, cette extension n’est pas
intéressante en raison de la faible densité thermique (petits bâtiments). En revanche, une
extension du réseau à l’extérieur du campus (vers l’hôpital, le lycée..) pourrait être
intéressante. La Métropole a été sollicitée à ce sujet, sans réponse pour le moment.
Par ailleurs, le réseau est actuellement alimenté par une chaufferie au gaz naturel, le
schéma directeur a montré l’intérêt de créer une chaufferie biomasse.
- Un potentiel géothermique intéressant apparaît sur les cartes du BRGM au niveau des
parkings Nord. Ce potentiel, couplé à des travaux importants envisagés sous les parkings
dans le cadre du PAPI des petits côtiers toulonnais, permet d’envisager une installation
géothermique pour alimenter de 1 à 2 bâtiments à proximité.
- Le potentiel photovoltaique est important. Une sélection de toitures à équiper a été
réalisée dans le schéma directeur en fonction de leur vétusté, et des différents masques
visuels pouvant faire obstacle. Par ailleurs, il est également envisagé d’équiper une partie
des parkings de l’école d’ingénieurs Seatech en ombrières PV. L’étude est bien
avancée. Une centrale de 100 kWc pourrait être mise en œuvre sur les parkings afin d’
autoconsommer la production sur 3 bâtiments.
- Il est également envisagé l’installation d’une petite chaufferie biomasse pour le
bâtiment X
L’ensemble du projet porte donc sur la mise en place de production d’énergies
renouvelables sur le campus de La Garde, ainsi que de l’isolation et réfection de
toitures, dans le but d’accueillir du PV.
II. ETAT DU OU DES BATIMENTS CONCERNES
 Nom du propriétaire (Etat ou établissement public) : Etat
 Présentation synthétique de la localisation (centre ville, périphérie…) du projet en indiquant
s’il s’inscrit dans un ensemble immobilier plus vaste (campus, cité administrative…) :
Campus de La Garde-La Valette, campus historique de l’université, se situant en périphérie
de la métropole toulonnaise, à une dizaine de kilomètres de Toulon. C’est un campus
construit dans les années 70 en même temps et au voisinage d’une importante zone
commerciale. Le campus s’étend sur 32 ha et comporte une trentaine de bâtiments dont l’Etat
est propriétaire.

 Description générale du/des bâtiments concernés par le projet (préciser si protection MH,
IGH, périodes de construction, état technique…) :
Pas de protection MH, pas d’IGH, bâtiments concernés construits sur une période de 25 ans
entre 1969 et 1994
Etat technique plus ou moins dégradé, organes techniques (chaufferies) en fin de vie pour la
plupart.
 Contexte foncier et urbanistique (servitudes, capacité constructive des terrains, desserte…) si
nécessaire ;
Le campus s’étend sur 32 ha, à cheval sur les deux communes de La Garde et La Valette. Les
projets d’ENR ne devraient pas poser de problèmes particuliers au niveau du foncier et de
l’urbanisme.
 Tableau de synthèse du(es) bâtiment(s) concerné(s)
IGH
SURFACES par Numéro Chorus du
SUB SUN SUN/SUB ERP1 (oui/
bâtiment bâtiment
non)

Bâtiment EVE 424398 842,9 596 0.71 Cat. 4 non

Bâtiment A 329355 2455,0 1786 0.73 Cat. 3 non

Bâtiment B 337627 3680,1 2588 0.70 Cat. 2 non

Bâtiment C 424384 1988,0 1356 0.68 Cat. 3 non

Bâtiment D 424385 2183,1 1555 0.71 Cat. 4 non

Bâtiment E 424386 1427,7 1016 0.71 Cat. 3 non

Bâtiment GE 424387 2053,8 1514 0.74 Cat. 3 non

Atelier GMP 424433 1953,3 1775 0.91 Cat. 5 non

Bâtiment G 424432 1224,2 1009 0.82 Cat. 5 non

Bâtiment M 426753 4238,2 3460 0.82 Cat. 3 non

Bâtiment X 426752 7683,9 4998 0.65 Cat. 3 non

TOTAL 29 730,2 21 653 [a]

5 099
Dont surfaces de bureau Commentaires le cas échéant

1
Préciser les espaces relevant de la réglementation ERP (bâtiment entier ou étages X).
4
Dont Archives Commentaires le cas échéant

0
Dont Restaurant inter-administrations

Dont autre surface spécifique à préciser (recherche,


Commentaires le cas échéant
enseignement etc)

 Diagnostics réalisés (type et date)


 Situation au regard de l'amiante, sur la base de la fiche récapitulative du dossier technique
amiante (DTA) ;
 Travaux antérieurs significatifs réalisés (y compris énergétiques) : nature, dates et montants
 Services présents concernés par le projet

SERVICES Ministère2 Effectifs PdT SUB Eff./PdT SUB/PdT SUB/PdT

Univeristé de Toulon MESRI

Total des services

VII. COUT DETAILLE DE L’OPERATION TOUTES DEPENSES


CONFONDUES
Il conviendra de préciser l’origine de l’estimation du montant des travaux (diagnostics, faisabilité,
chiffrage par AMO…).

PART  
PART AUTRES
COUTS €/TTC « travaux TOTAL
« énergie » TRAVAUX
embarqués »

Coût prévisionnel des travaux

Coût de la Maîtrise d'oeuvre

Coût opérations tiroirs3

Coût des AMO et études (programmiste, CT,


CSPS, CSSI, OPC, …)4

Aléas (au moins 10% du coût des travaux)

Révisions de prix) %

2
Pour un service déconcentré ou d'administration centrale, indiquer le programme du budget général
supportant les coûts de fonctionnement (par. ex P333, P156...) et pour un opérateur son ministère de tutelle.
3
Ce montant ne doit intégrer que les coûts des prestations qui peuvent être confiées au co-contractant
exécutant l'opération (MGP ou marché de travaux), à l'exclusion des prises à bail temporaires qui seraient
nécessaires à la bonne réalisation des opérations.
4
Hors coût de l'audit énergétique et technique (marché national).

5
Total coût d'investissement (K€) TTC TDC

Loyers et charges économisés

Produits de cession envisagés

VAN (en K€ TTC)***


à 25 ans

 Indiquer dans ce § la valorisation, le cas échéant, des certificats d'économies d'énergie (CEE) à
titre informatif et estimatif si possible.
L'estimation de valorisation des CEE ne peut être qu'indicative. Le coût global de l'opération à
financer ne doit pas être minoré à ce stade du montant escompté de CEE, afin de connaître le
montant maximal des crédits à réserver pour l'engagement de l'opération.

VIII. DESCRIPTION DETAILLEE DE L’IMPACT


ENVIRONNEMENTAL DU PROJET AU REGARD DES CRITERES DE
L’APPEL A PROJETS
 Inscription dans la trajectoire du décret « tertiaire »
 Gain énergétique du projet
GAIN
PERFORMANCE ENVIRONNEMENTALE
(kg.eqCO2/m².an)
Émission GES kg.eqCO2/m².an

 Gain environnemental du projet


 Efficience énergétique

IX. ETAT DE L’INSTRUCTION DU PROJET ET INDICATION DES


AUTORISATIONS ADMINISTRATIVES DEJA OBTENUES POUR SA
REALISATION 

X. CALENDRIER PREVISIONNEL DE LANCEMENT DU PROJET


JUSQU’A l’ACHEVEMENT DES TRAVAUX
Le calendrier de l’opération présente les jalons essentiels de définition du projet et de mise en œuvre
du marché. Il conviendra de tenir compte des délais d’analyse et de validation.

CALENDRIER Date de Lancement Date de finalisation


Fait/non fait
PREVISIONNEL mm/aaaa mm/aaaa

Études faisabilité /
Cadrage
Études de programmation

Consultation

Conception
Réalisation / Travaux

Réception

6
(Exploitation)

XI. DESCRIPTION DE L’EQUIPE PROJET QUI EN ASSURERA LA


REALISATION, AVEC LA DESCRIPTION DES ROLES ET TACHES DE
CHACUN DE SES MEMBRES
 Organisation opérationnelle de l'équipe projet (détailler services, effectifs, rôles et
compétences) 
L’équipe projet est constituée par l’équipe assurant la maîtrise d’ouvrage des opérations
immobilières de l’Université. Elle est constituée de personnels de la Direction du Patrimoine
et des Services Techniques, ainsi que de personnels de la Direction des Affaires Financières.
L’agence comptable a également un agent dédié aux opérations en maîtrise d’ouvrage
université.
Directeur de Projet : Directrice du Patrimoine et des Services Technqiues
Chef de Projet : Responsable pôle Patrimoine
Assistant au chef de Projet/ coordination terrain
Assistant administratif et financier
Direction des affaires financières : pôle achat et pôle recettes
Agence comptable

Des comités techniques et comités de pilotage, permettant de rendre compte à la gouvernance


et aux partenaires financiers seront organisés régulièrement.

 Préciser le nom et les coordonnées du responsable opérationnel de l'équipe projet ;


J. Rigaux
 Prestations externalisées (détailler nature et missions)
AMO pour l’écriture du MGP, l’assistance à la passation du marché, l’aide au pilotage du
marché et la conduite d’opération (réseau de chaleur et chaufferies biomasse) : BE Sergie
AMO

XII. AUTRES SOURCES DE FINANCEMENTS ENVISAGEES


L’université de Toulon a déposé auprès de l’ADEME une lettre d’intention pour un contrat de
développement patrimonial, afin de solliciter des aides via le fond chaleur. Les projets faisant
partie de ce contrat sont :
- La chaufferie biomasse pour alimenter le réseau de chaleur
- La chaufferie biomasse pour alimenter le bâtiment X
- L’installation géothermique
Dans le cadre du MGP, il est demandé aux opérateurs qui seront sélectionnés d’entreprendre
les démarches auprès de l’ADEME.

7
XIII. EVALUATION SOCIO-ECONOMIQUE (pour les projets
concernés)

8
Section réservée aux projets complexes, c’est-à-dire d’un montant supérieur à 5 millions d’euros TDC hors Île-
de-France et à 8 M€ TDC en Île-de-France ET qui s’accompagnent d’opérations de relogement, regroupement
et/ou densification de services aboutissant à une modification de la cartographie des implantations.

***

XIV. PRÉSENTATION DES SCÉNARIOS ALTERNATIFS ENVISAGÉS

La définition des scénarios alternatifs doit s'appuyer sur les études préalables réalisées. Le tableau
permet de clarifier le périmètre d'intervention et les performances du projet en termes d'économies
d'énergie, de densification et cohérent en matière technique et de mise en œuvre.
Une fois définis, les différents scénarios d'interventions font l'objet d'une analyse économique et
budgétaire comparée dans l’outil de simulation et d’analyse financière, joint à cette fiche en annexe.

Synthèse des scénarios


SCENARIO DE
SCENARIO 1 SCENARIO X SCENARIO X
REFERENCE

Principes généraux

Avantages

Inconvénients

Surfaces SUB SUN SUB SUN SUB SUN SUB SUN

TOTAL

Dont archives

Dont RIA le cas échéant

Dont autre surface spécifique


à préciser

Emplacements de
stationnement (nombre)

Occupation Eff. PDT Eff. PDT Eff. PDT Eff. PDT

Total pour les services


occupants actuels

Total pour les nouveaux


services associés au projet

TOTAL après densification

Taux d’occupation

Ratio SUN/SUB

Ratio SUB/PDT

Ratio SUN/PDT
Performance économique

Montant total de
l’investissement (en K€
TTC TDC)*
Coût d’investissement € / m²
SUB

Coût d’investissement € /
PDT

Loyers et charges
économisés**

Produits de cession envisagés

VAN (en K€ TTC)***


à 25 ans

Performance énergétique
(en K€ TTC/an)
Gain de consommation
énergétique
En kWhEF/an

* Outil de simulation et d’analyse financière

XV. DESCRIPTION DÉTAILLEE DES SCÉNARIOS ALTERNATIFS

 Performance énergétique et environnementale


 Travaux d'amélioration énergétique déjà réalisés (nature et date) ;
 Démarche environnementale et niveau de performance et labels attendus ou certifications ;
 Actions en matière de sensibilisation des occupants (gestion des usages) ;
 Gain attendu en matière de consommation énergétique par rapport à la situation actuelle ;
 Conformité de l'opération aux obligations d'économie d'énergie dans le secteur tertiaire (-
40% en 2030).

 Performance immobilière
 Gains en matière de densification par rapport à la situation actuelle ; rendement de plans.
 Atouts fonctionnels après réalisation du scénario (modularité, adaptabilité, modalités de
prise en compte des nouveaux modes de travail, mutualisation d'espaces ou de services,
nombre de Pdt partagés…).

Nom Nom Nom


BATIMENTS LIBÉRÉS
numéro Chorus numéro Chorus numéro Chorus

Services occupants

Ministère5

5
Pour un service déconcentré ou d'administration centrale, indiquer le programme du budget général
supportant les coûts de fonctionnement (par. ex P333, P156...) et pour un opérateur son ministère de tutelle.
10
SUB

SUN

Effectifs

Postes de travail

Valeur locative (si domanial)

Loyers et charges locatives (K€TTC) (si non domanial)

Charges de fonctionnement (K€TTC)

dont consommations énergétiques (K€TTC)

Produits de cession envisagés6 (K€TTC)

 Commentaires sur les opérations de densification (devenir des bâtiments libérés, services
concernés, contraintes calendaires particulières...)

 Performance économique
 Coût d'investissement total K€ TTC TDC*
 L’outil de simulation et d’analyse financière (OSAF) joint sera renseigné pour permettre
une lecture comparée des différents scénarios et d’apprécier le retour sur investissement du
projet par rapport à la situation de référence ainsi que le coût complet à 25 ans du scénario
privilégié.
Cette approche permettra notamment d'évaluer la baisse des charges de fonctionnement
permise par les travaux.
 Calendrier et risques :
 Le calendrier doit prendre en compte les interventions raisonnablement prévisibles,
notamment celles liées au désamiantage, aux opérations tiroirs etc...
 Analyse des risques liés au scénario : impacts sociaux, risque réglementaire, risque
juridique, risque sécuritaire, risque financier, risque architectural.
 Approche budgétaire
 Tableau de ventilation des AE et CP

6
Par convention, estimation de la valeur de cession des biens domaniaux libérés, quel que soit l'arbitrage
rendu en matière de stratégie immobilière (cession ou réemploi par un service, lui-même libérant un autre
bien domanial).

11
ANNEXES

• Annexe 1 : Outil de simulation financière pour les projets complexes