Vous êtes sur la page 1sur 64

Fonds de Formation professionnelle de la Construction

CONDUCTEURS D’ENGINS DE CHANTIER

Technologie de la construction

MESURER & TRACER


2
Technologie de la construction
MESURER & TRACER

Avant-propos

Contexte

Il existe bien des ouvrages déjà consacrés aux engins de chantier, mais la plupart sont obsolètes. Le besoin se
fait donc vivement sentir d’un manuel actualisé où sont également envisagées les techniques modernes.

Le ‘Manuel modulaire Conducteurs d’engins de chantier’ a été rédigé à la demande du fvb-ffc Constructiv
(Fonds de Formation professionnelle de la Construction). Le service Métiers mécanisés (MECA) du ffc a mis sur pied
l’équipe de rédaction en collaboration avec différents opérateurs de formation.

Ce manuel a été rédigé en plusieurs volumes puis subdivisé en modules. La structure et le contenu ont été
adaptés et enrichis des nouvelles techniques du monde de la construction et de la mécanique.

Dans l’ouvrage de référence, texte et illustrations alternent dans toute la mesure du possible. L’information
offerte au lecteur est ainsi plus visuelle.

Afin de coller le mieux possible à la réalité et aux principes d’apprentissage de compétences, les auteurs ont
opté pour une description orientée vers la pratique et complétée d’exercices pratiques appropriés.

Indépendant des formations

Le manuel a été conçu de manière à être accessible à différents groupes-cibles.

Notre objectif est de fournir une formation continue : ainsi, un élève conducteur d’engins, un demandeur
d’emploi dans la construction ou un travailleur d’une entreprise de construction peuvent tous trois utiliser ce
manuel.

Une approche intégrée

Sécurité, santé et environnement sont des thèmes auxquels la rédaction est particulièrement attachée. Il est
extrêmement important que tout conducteur d’engins y consacre l’attention nécessaire tout au long de son
activité. Afin d’en optimaliser l’applicabilité, ces thèmes ont été intégrés autant que possible dans le manuel.

Robert Vertenueil
Président du fvb-ffc Constructiv

3
Contact
Pour adresser vos observations,
© fvb•ffc Constructiv, Bruxelles, 2012. questions et suggestions, contactez:
Tous droits de reproduction, de traduction fvb•ffc Constructiv
et d’adaptation, sous quelque forme que Rue Royale 132/5
ce soit, réservés pour tous les pays. 1000 Bruxelles
F018CE - version août 2012. Tél.: +32 2 210 03 33
Fax: +32 2 210 03 99
D/2011/1698/35 Site web: ffc.constructiv.be

4
Technologie de la construction
MESURER & TRACER

Sommaire

1. Généralités�����������������������������������������������������������������7 4. Mesure d’un terrain


1.1. Concepts et appellations�������������������������������������������7 de petites dimensions���������������������������27
1.2. Enregistrer et traiter les données de mesure��8 4.1. Activités de terrain������������������������������������������������������27
4.2. Détermination de la superficie���������������������������29
2. Dresser et abaisser
des perpendiculaires�������������������������������9 5. L’implantation d’un bâtiment
2.1. Instruments et matériel pour le tracé de petites dimensions���������������������������33
d’angles droits������������������������������������������������������������������9 5.1. Passerelles�������������������������������������������������������������������������34
2.1.1. Matériel�����������������������������������������������������������������������9 5.2. Chaises d’implantation���������������������������������������������35
2.1.2. Instruments������������������������������������������������������������11
2.1.3. Méthode 3 – 4 – 5�����������������������������������������������12 6. Tracé d’arcs de cercle������������������������37
2.1.4. Le prisme pentagonal double������������������������13 6.1. Parties d’un cercle�������������������������������������������������������37
6.2. la méthode 1/4 de flèche���������������������������������������38
3. Le tracé de lignes droites et
6.3. le curvigraphe����������������������������������������������������������������39
la mesure de longueurs�����������������15
3.1. Matériel pour mesures de longueurs��������������15 7. Caractéristiques communes
3.1.1. Mètre à ruban - mètre pliant���������������������������15 des appareils topographiques��41
3.1.2. Rubans����������������������������������������������������������������������16 7.1. Le pied��������������������������������������������������������������������������������41
3.1.3. Broches de mesure���������������������������������������������17 7.2. L’appareil���������������������������������������������������������������������������42
3.1.4. Odomètre����������������������������������������������������������������17
8. Le niveau������������������������������������������������������������������������43
3.1.5. Règle télescopique���������������������������������������������18
8.1. A quoi sert un niveau ?��������������������������������������������44
3.1.6. Télémètre électro-optique�������������������������������18
3.2. Tracé de lignes droites����������������������������������������������19 9. L’appareil laser��������������������������������������������������47
3.2.1. Balisage intermédiaire���������������������������������������19 9.1. Généralités�����������������������������������������������������������������������47
3.2.2. Balisage progressif�����������������������������������������������20 9.2. Classification des appareils laser������������������������48
3.2.3. Balisage régressif��������������������������������������������������20 9.3. Types d’appareils laser����������������������������������������������49
3.2.4. décrochage latéral�����������������������������������������������21 9.3.1. laser à rayon invisible�����������������������������������������50
3.2.5. intersection de 2 droites�����������������������������������22 9.3.2. utilisation du récepteur�������������������������������������52
3.3. Mesures de longueurs����������������������������������������������23 9.3.3. laser à rayon visible���������������������������������������������55
3.4. Incertitude des mesures������������������������������������������25 9.3.4. laser à deux lignes et autres����������������������������58

5
6
Technologie de la construction
1. Généralités
MESURER & TRACER

1. Généralités
1.1. Concepts et appellations

Topographie (littéralement) = description d’un lieu


(en langage courant = arpentage)

Il s’agit d’un travail dont la tâche principale consiste à


mesurer des terrains (terrains à construire) et à les reporter
sur un plan.
A partir du plan, nous devons pouvoir tracer tous les
éléments sur le terrain.

La topographie consiste essentiellement en une série de


mesures :
• mesures de longueurs : mesures destinées à déterminer
les distances exactes (mesure horizontale)
• mesures de hauteurs : détermination de la hauteur ou
calcul de dénivelés
• mesures d’angles : lire avec le plus de précision possible
(suivre la division angulaire = 360°)

Géodésie = mesure de la surface d’une partie de la terre,


en vue d’établir des cartes

La géodésie est toutefois beaucoup plus complexe que la


topographie car elle doit tenir compte de la forme de la terre.

En topographie, nous ne devons pas tenir compte de la


courbure de la terre parce que nous travaillons sur des
surfaces relativement petites. Celles-ci ne peuvent pas
dépasser 50 km x 50 km. Dès lors, nous pouvons considérer
le terrain comme plat, ce qui est beaucoup plus facile.

7
Technologie de la construction
1. Généralités
MESURER & TRACER

1.2. Enregistrer et traiter les données de mesure

• Il est très important de noter les données clairement et


avec précision. Elles n’en seront que plus faciles à traiter.
Travail ordonné = moins de recherches !!!
• Pour établir un plan, il faut que toutes les données soient
disponibles ou, le cas échéant, qu’il soit possible de les
retrouver.
• Pour cartographier un terrain, un certain nombre de
données doivent être recueillies :
• niveau de base, niveau culminant, échelle de la carte
• Il faut toujours utiliser le bon matériel de mesure et
travailler avec la précision requise. Des choix erronés
peuvent engendrer des erreurs ou se traduire par un excès
de travail.
• Veillez à mesurer toutes les dimensions.

Exemples de calculs d’échelle

Exemple 1 :

Dimension Echelle Réalité


1 cm 1/20 20 cm = 0,20 m
1 cm 1/50 50 cm = 0,50 m
1 cm 1/100 100 cm = 1 m
1 cm 1/1000 1.000 cm = 10 m

Exemple 2 :

Dimension Echelle Réalité


10 cm 1/20 10 cm x 20 = 200 cm = 2 m
2 cm 1/50 2 cm x 50 = 100 cm = 1 m
15 cm 1/100 15 cm x 100 = 1.500 cm = 15 m
22 cm 1/1000 22 cm x 1.000 = 22.000 cm = 220 m

8
Technologie de la construction
2. Dresser et abaisser des perpendiculaires
MESURER & TRACER

2. Dresser et abaisser
des perpendiculaires
2.1. Instruments et matériel pour le tracé d’angles droits

2.1.1. Matériel

Jalons

Il s’agit de bâtons peints en rouge et blanc, de 2 mètres de


long et munis d’une pointe afin d’en faciliter le placement
dans le sol.

Une condition absolue est que les jalons soient toujours bien
droits. Des jalons déformés provoquent des erreurs. Les jalons
doivent également être toujours placés verticalement. (le
contrôle s’effectue à l’aide d’un niveau pour jalon)

Les zones blanches et rouges ont une largeur de 50 cm.

Elles sont utilisées pour rendre les points de mesure visibles


sur le terrain. Les jalons restent en place pendant la journée
où ils sont nécessaires.

Attention
Les jalons non utilisés sont placés en oblique pour éviter
toute confusion.

9
Technologie de la construction
2. Dresser et abaisser des perpendiculaires
MESURER & TRACER

Porte-jalon

S’il est impossible d’enfoncer le jalon dans le sol, par


exemple parce que les points de mesure tombent sur le
trottoir, ou parce que l’on travaille en rue, on utilise un porte-
jalon pour maintenir les jalons verticalement.

Il s’agit d’un trépied muni à son extrémité supérieure d’une


pince dans lequel le jalon peut être glissé. De cette manière, il
est possible de placer rapidement un jalon. (verticalement)

Niveau pour jalon

Un niveau pour jalon est fixé à l’extrémité d’une arête d’un


morceau de profilé en L.
Un niveau pour jalon peut aussi être un bloc de bois entaillé
sur toute sa longueur.
Une nivelle sphérique fonctionne de la même manière que la
nivelle d’un niveau.

On utilise un niveau pour jalon afin de placer les jalons


verticalement. Avec un niveau pour jalon, on obtient toujours
une vue de la verticalité en deux directions.
La bulle de la nivelle sphérique doit toujours réagir.

Attention Piquets

Ceux-ci sont ensuite positionnés à la place des jalons


N’enlevez jamais les piquets !!! et peuvent rester plus longtemps en place. Ce sont
Faites également attention à ne pas généralement de petits poteaux en bois à tête colorée
renverser de piquets avec l’excavatrice. (visibilité) qui sont enfoncés dans le sol.
Les piquets peuvent également être en fer (fer à béton) ; dans
ce cas, la bonne hauteur est indiquée par un ruban adhésif.

10
Technologie de la construction
2. Dresser et abaisser des perpendiculaires
MESURER & TRACER

2.1.2. Instruments

Il arrive souvent que l’on doive dresser une perpendiculaire


sur une ligne de mesure donnée, ou abaisser une
perpendiculaire depuis un point sur la ligne de mesure.

Pour dresser une perpendiculaire, on procède de la


manière suivante :

• placer un jalon aux points A et B


• au point C, nous devons dresser une perpendiculaire à la
ligne de mesure AB
• placement d’un jalon au point D, au bon endroit

D?

A B
C

Pour abaisser une perpendiculaire, on procède de la


manière suivante :

• jalon au point A et jalon au point B


• à partir d’un jalon au point D (sur le terrain), nous devons
abaisser une perpendiculaire et déterminer le pied C.
• placement d’un jalon au point C

A B
C?

11
Technologie de la construction
2. Dresser et abaisser des perpendiculaires
MESURER & TRACER

2.1.3. Méthode 3 – 4 – 5

Une méthode très simple est la méthode 3 – 4 – 5, qui ne


demande que quelques jalons et un mètre à ruban.
La mesure est basée sur le théorème de Pythagore dans un
triangle rectangle.

Nous obtenons la figure suivante :

5
3

Cette méthode peut aussi être utilisée pour des multiples de


ces valeurs.

Exemples:

• côté 1 = 9 m et côté 2 = 12 m.
Calculez le 3ème côté

solution côté 3 = 15 m

• côté 1 = 6 m et côté 2 = ?
côté oblique = 10 m

solution côté 2 = 8 m

Essayez toujours de prendre des longueurs les plus grandes


possibles !

12
Technologie de la construction
2. Dresser et abaisser des perpendiculaires
MESURER & TRACER

2.1.4. Le prisme pentagonal double

Cet appareil est monté sur une canne télescopique et est


utilisé pour tracer des angles droits.
Le prisme pentagonal double est formé de 2 prismes
pentagonaux. Chacun d’eux est constitué d’un pentagone en
verre dont 2 côtés présentent une surface réfléchissante.

Vue antérieure :

A B

Comment placer à présent un jalon perpendiculairement


à la ligne de mesure ?

Il faut regarder simultanément DANS et A TRAVERS le prisme

13
Technologie de la construction
2. Dresser et abaisser des perpendiculaires
MESURER & TRACER

Méthode pour dresser une perpendiculaire

A B
C

• placer un jalon aux points A et B


• prendre un prisme avec canne et se positionner au point
C, qui est donc situé sur la ligne AB
• placer la canne perpendiculairement à l’aide d’un niveau
pour jalon et la fixer à l’aide d’un porte-jalon
• faire signe à l’autre personne de placer un jalon au point D.
Image erronée Image correcte
• Le jalon est placé de telle manière que toutes les images
soient alignées dans le prisme

Méthode pour abaisser une perpendiculaire

A B
C

• placer un jalon aux points A et B


• placer un jalon au point D sur le terrain
• soulever manuellement la canne avec prisme en tenant ce
dernier verticalement
• avancer et reculer jusqu’à ce que les jalons A et B soient
alignés dans les prismes
• sans modifier l’image, se déplacer vers la gauche et vers la
droite jusqu’à ce que tous les jalons soient alignés dans les
prismes et fenêtres.

14
3. Le tracé de lignes droites et Technologie de la construction
la mesure de longueurs MESURER & TRACER

3. Le tracé de lignes droites et


la mesure de longueurs

Lorsqu’il faut mesurer une longueur, il est très important d’utiliser le bon matériel de mesure. La manière de
mesurer la longueur est-elle aussi très importante.

Dans la plupart des cas, on mesurera les distances horizontales et verticales.

Sur un terrain en pente, c’est donc la distance diagonale qu’il faut mesurer, par exemple pour calculer le
nombre de mètres carrés de klinkers.

3.1. Matériel pour mesures de longueurs

3.1.1. Mètre à ruban - mètre pliant

Ces mètres s’utiliseront surtout pour mesurer des longueurs


limitées. Pour des longueurs plus importantes, ils sont
déconseillés parce qu’ils permettent très difficilement
d’effectuer des mesures sur une ligne.

Indications sur le mètre :


• longueur du mètre : 2 m
• classe du mètre : III
• marque d’étalonnage : 50 N / 20 °C

15
Technologie de la construction 3. Le tracé de lignes droites et
MESURER & TRACER la mesure de longueurs

3.1.2. Rubans

Ces mètres sont utilisés pour mesurer de plus grandes


distances et existent donc en longueurs de 10, 20, 30 et 50
mètres.

Ils sont faits en :


• acier à ressorts : plus précis, mais cassant lorsqu’on le plie -
formation de rouille
• toile : très extensible, solide
• Meywalon : solide, ne rouille pas, non extensible

Les subdivisions sont en centimètres.


Le ruban doit être étalonné, à une température et à une
tension données.

Attention lors de l’utilisation d’un mètre à ruban :


• tenir le mètre horizontal pendant la mesure
• bien tendre pendant la mesure
• ne pas laisser fléchir

Ne pas oublier non plus que le zéro du mètre doit toujours


être le début de la mesure !!!
Avant de commencer à mesurer, bien contrôler le zéro du
mètre.

Les mesures doivent se faire horizontalement. Lorsque la


mesure doit se faire sur un terrain en pente, il faut toujours
tenir le mètre à plat (horizontal), donc à distance du sol. Ceci
permet aussi de mesurer la distance la plus courte.

Pour mesurer cette distance, nous procédons de la manière


suivante :
• nous mesurons la longueur en 2 parties : AC + CB
• pendant la mesure, déplacer de haut en bas le mètre
ruban, à l’horizontale, et lire la mesure la plus courte.
(mesurer entre les jalons A et C).

16
3. Le tracé de lignes droites et Technologie de la construction
la mesure de longueurs MESURER & TRACER

3.1.3. Broches de mesure

Il s’agit de petites tiges en fer de 4 à 5 mm de diamètre et de


30 cm de longueur.
Taillées en pointe à une extrémité, elles se terminent de
l’autre par un anneau. On les utilise comme repères lorsque
le ruban doit être déplacé plusieurs fois. Sur un terrain revêtu,
on peut utiliser de la craie.

3.1.4. Odomètre

La mesure suit les ondulations du terrain et est donc


moins précise. On l’utilise surtout pour les mesures qui
ne demandent pas de grande précision. L’odomètre peut
mesurer des distances jusqu’à 10 km ;

avantages de l’odomètre :
• effectuer des mesures sur terrain en pente
• mesurer seul et rapidement
• mesurer des courbes (précision !!!)

inconvénients de l’odomètre :
• ne permet pas de mesure horizontale
• impossibilité de partir d’un mur et de terminer contre un
mur
• difficulté à mesurer droit !!!

17
Technologie de la construction 3. Le tracé de lignes droites et
MESURER & TRACER la mesure de longueurs

3.1.5. Règle télescopique

Cette latte télescopique est un appareil utile pour mesurer


seul des distances jusqu’à 10 mètres.
Elle est munie d’un petit niveau qui permet de toujours
mesurer horizontalement et verticalement.
Attention à bien déployer la latte !!!!!!

3.1.6. Télémètre électro-optique

Ces appareils permettent, à l’aide d’un rayon invisible ou


d’un rayon laser, de mesurer très précisément une longue
distance.
Les arpenteurs utilisent de plus en plus la station totale pour
mesurer de grandes distances.
De petits télémètres laser peuvent également être utilisés
pour prendre des mesures intérieures.

Exemple d’affichage d’un télémètre à rayon laser.

Affichage : 1,848 m distance entre 2 murs

18
3. Le tracé de lignes droites et Technologie de la construction
la mesure de longueurs MESURER & TRACER

3.2. Tracé de lignes droites

Une ligne droite est définie par ses extrémités, indiquées ci-dessous par les points A et B.

3.2.1. Balisage intermédiaire

Il est parfois nécessaire de diviser une longueur AB en


un certain nombre de sections plus petites parce que les
extrémités sont trop éloignées les unes des autres.

Si l’on mesurait la longueur AB, des erreurs se produiraient


parce qu’il est impossible de toujours placer le mètre à ruban
en ligne droite pour effectuer la mesure.

La méthode est la suivante :


• la 1ère personne se tient derrière le jalon A, à environ 3
mètres
• la 2ème personne place un jalon entre A et B selon les
indications de la 1ère personne
• attention : si plusieurs jalons doivent être posés, il faut
d’abord poser le jalon en D puis le jalon en C.
• Dans le cas contraire, le 1er jalon perturbera l’image du
2ème jalon. Plus le jalon est proche, plus épaisse est son
image.

A titre de contrôle, on peut répéter l’observation depuis


l’autre côté.

19
Technologie de la construction 3. Le tracé de lignes droites et
MESURER & TRACER la mesure de longueurs

3.2.2. Balisage progressif

Méthode utilisée pour prolonger un segment de droite AB.


Elle n’est pas très précise et demande également la présence
de 2 personnes.

La méthode est la suivante :


• la 1ère personne se tient derrière le jalon A et fait signe de
placer en jalon au point C, donc derrière le jalon B
• si un autre jalon doit être posé derrière C, la 1ère personne
se déplace d’un jalon et vient donc devant le jalon B. La
2ème personne pose alors, sur les indications de la 1ère
personne, un jalon au point D
• le procédé se poursuit ainsi d’un jalon à l’autre, d’où le
nom de balisage progressif

A titre de contrôle, on peut répéter le processus en direction


opposée.

3.2.3. Balisage régressif

Une autre façon de prolonger un segment de droite AB est


le balisage régressif. Cette méthode est plus précise que le
balisage progressif et peut être exécutée par une personne
seule. Elle demandera toutefois un peu plus de temps.

La méthode est la suivante :


• la personne pose devant elle un jalon C, situé dans
la ligne AB
• pour le jalon suivant, elle continue à reculer et pose le
jalon au point D, dans l’alignement du jalon C et du jalon A
• le balisage se poursuit ainsi, en marche arrière

20
3. Le tracé de lignes droites et Technologie de la construction
la mesure de longueurs MESURER & TRACER

3.2.4. décrochage latéral

Il est parfois impossible d’ajouter de nouveaux jalons entre


2 jalons existants. Normalement, on utilise pour ce faire un
balisage intermédiaire. Mais lorsque, par exemple, les deux
points A et B sont un angle d’un bâtiment, cette méthode est
inutilisable parce qu’il est impossible de se poster derrière les
points A et B. La solution consiste à se déporter latéralement.

La méthode est la suivante :


• poser un jalon quelconque d du côte de B, et un jalon c du
côté de A
• poser ensuite un nouveau jalon c’ entre A et d (balisage
intermédiaire)
• de c’, observer le point B et déplacer d en d’
• de d’, observer le point A et déplacer c’ en c”
• continuer ainsi jusqu’à ce que les jalons A, C, D et B soient
alignés

21
Technologie de la construction 3. Le tracé de lignes droites et
MESURER & TRACER la mesure de longueurs

Exemple : décrochage latéral par dessus une


digue ou un talus
Remarques :
Pour effectuer cette mesure le plus rapidement possible, il
faut poser les jalons C et D
• approximativement sur la ligne AB
• poser le jalon D du côté de B

Cette méthode peut s’utiliser également pour représenter


une ligne droite entre 2 points A et B séparés par un obstacle
tel qu’une digue ou un talus.

3.2.5. intersection de 2 droites

Pour déterminer l’intersection de 2 droites, il est conseillé de


travailler à 3. Deux personnes se tiennent chacune derrière
un jalon d’une droite, ici A et C. Elles font signe à la 3ème
personne qui se tient au milieu. La 3ème personne va donc
effectuer un balisage intermédiaire pour les deux droites.

Lorsque l’on est seul ou à 2, il existe néanmoins une façon


simple de déterminer l’intersection.

Pour ce faire, il faut prolonger chaque ligne par balisage


régressif (seul). On obtient ainsi à partir du milieu 2 jalons de
chaque côté pour chercher l’intersection.

22
3. Le tracé de lignes droites et Technologie de la construction
la mesure de longueurs MESURER & TRACER

3.3. Mesures de longueurs

Les mesures en terrain plat ne poseront généralement aucun


problème.
Le seul problème que l’on puisse avoir, c’est que le ruban
soit trop court pour la distance à mesurer. Dans ce cas, on
utilisera des broches de mesure. Il faut bien tenir compte du
nombre de broches dont on dispose au début et qui restent
à la fin.

Il peut arriver également qu’un obstacle vienne rendre la


mesure compliquée.

Pour les mesures sur terrain en pente, Exemple 1:


récapitulons ce que nous avons déjà vu. Un étang se situe entre les points A et D.
Quelle est la longueur A D ?

B1 C1

A B C D

B2 C2

• Nous élevons des perpendiculaires aux points B et C. Nous


obtenons ainsi les lignes B1 C1 et B2 C2.
• Ces lignes sont situées en dehors de l’étang et peuvent
donc être mesurées. Pour la longueur correcte de BC, nous
prenons la moyenne de B1C1 et de B2C2.
• Nous mesurons ensuite la longueur AB et la longueur CD.
• La longueur totale AD = longueur AB + longueur BC +
longueur CD

23
Technologie de la construction 3. Le tracé de lignes droites et
MESURER & TRACER la mesure de longueurs

Exemple 2:
une maison fait obstacle

A B

Du point A, nous abaissons une perpendiculaire sur la ligne B ;


nous obtenons ainsi le point C.
Nous mesurons ensuite la longueur AC et la longueur BC.
Le théorème de Pythagore nous permet de calculer la
longueur AB.

Exemple 3:
une rivière passe entre les points A et B.

B D

C E
Nous prolongeons la ligne AB jusqu’au point C. Au point C,
nous dressons une perpendiculaire jusqu’au point E.
Au point B, dresser une perpendiculaire ; intersection avec
l’autre ligne ; nous obtenons ainsi le point D.
Les 2 triangles sont semblables : triangle ABD et triangle ACE.

AB BD
---- = ----------  AB = BC x ( BD/CE - BD)
BC CE - BD
24
3. Le tracé de lignes droites et Technologie de la construction
la mesure de longueurs MESURER & TRACER

3.4. Incertitude des mesures

Toutes les mesures ne doivent pas nécessairement être faites


avec la même précision.

Pour chaque mesure, nous veillons à ce que :


• les jalons soient verticaux (niveau pour jalon)
• le ruban soit bien tendu
• le ruban soit toujours aligné
• le zéro du ruban corresponde au début de la mesure

Nous devons également intégrer un contrôle à chaque


mesure, par exemple en répétant la mesure dans le sens
opposé.
La différence de longueur ne peut pas dépasser 2 à 3 cm sur
une distance de 100 mètres.

25
26
Technologie de la construction
4. Mesure d’un terrain de petites dimensions
MESURER & TRACER

4. Mesure d’un terrain


de petites dimensions

Lorsque l’on mesure un terrain, ce peut être pour en connaître la forme exacte et/ou en déterminer la taille
(superficie). Un plan peut ensuite être dressé, sur lequel le projet peut être établi. Par la suite, ce projet devra être
tracé sur le terrain.

4.1. Activités de terrain

• La première chose à faire sur un terrain est d’en mesurer le


périmètre.
Cette mesure pourra ensuite être utilisée comme contrôle.

En règle générale, la mesure du seul périmètre n’est pas


suffisante. Prenons en pour preuve les figures ci-contre.

Périmètre =
 15 m + 20 m + 25 m + 20 m • Nous allons ensuite mesurer les diagonales. Nous
= 80 m obtenons ainsi des triangles, dont nous savons qu’ils sont
indéformables. Si les diagonales sont identiques, nous
savons que le terrain a des angles droits.

• Si le terrain à une forme bizarre, nous devrons mesurer


chaque point à l’aide d’une ligne de mesure. De chaque
sommet des angles du terrain, nous abaissons une
perpendiculaire sur cette ligne de mesure. Nous obtenons
ainsi 2 dimensions : 1 mesurée le long de la ligne de
mesure et 1 mesurée le long de la perpendiculaire.
Périmètre =
 18 m + 20 m + 26 m + 16 m
= 80 m • On peut choisir l’endroit où prendre une ligne de mesure,
mais il est conseillé de la prendre la plus longue possible,
ou idéalement sur la totalité du terrain. Il est alors possible
d’abaisser le plus de points possibles sur la ligne de
mesure.

27
Technologie de la construction
4. Mesure d’un terrain de petites dimensions
MESURER & TRACER

4.1. Activités de terrain

Exemple:

Calcul : fixer les coordonnées des sommets


des angles

Point 1 : (0 , 0)

Point 2 : ( - 24,8 , 15,3)

Point 3 : (0, 63,2)

Point 4 : (25,3 , 57,1)

Point 5 : (26,1 , 29,6)

28
Technologie de la construction
4. Mesure d’un terrain de petites dimensions
MESURER & TRACER

4.2. Détermination de la superficie

Les mesures effectuées sur le terrain doivent nous permettre


d’en calculer la superficie.
Pour ce faire, nous divisons le terrain en figures connues dont
nous pouvons calculer la superficie à l’aide de formules. Nous
additionnons ces superficies pour obtenir la superficie totale.
Rappelons brièvement les formules de ces figures :

Carré: superficie = z x z = z²

z
Rectangle: superficie = l x h

l
Trapèze: superficie = (b + B) / 2 x h
b

B
Triangle: superficie = (l x h) / 2

Cercle: superficie = (π x D²) / 4 = π x R x R

29
Technologie de la construction
4. Mesure d’un terrain de petites dimensions
MESURER & TRACER

Reprenons à présent l’exercice 1 précédent :

Reprenons à présent l’exercice 1 précédent :

Superficie 1 : (24,8 x 15,3) /2 = 189,72 m²

Superficie 2 : (24,8 x (63,2 – 15,3)) /2 = 593,96 m²

Superficie 3 : (26,1 x 29,6) /2 = 386,28 m²

Superficie 4 : ((25,3 + 26,1) x (57,1 – 29,6)) /2 = (51,4 x 27,5)/2


= 706,75 m²

Superficie 5 : (25,3 x (63,2 – 57,1)) /2 = 77,165 m²

Superficie totale exercice 1 = 1953,88 m²

Calcul exercice 2 :

Superficie 1 = 22,03 x 10 / 2 = 110,15 m²

Superficie 2 = ((25,33 + 22,03) x (21,35 – 10))/2


= (47,36 x 11,35)/2 = 268,77 m²

Superficie 3 = ((25,33 + 18,51) x (36,22 – 21,35))/2


= (43,84 x 14,87)/2 = 325,95 m²

Superficie 4 = ((19,40 + 18,51) x (45,96 – 36,22))/2


= (37,91 x 9,74)/2 = 184,62 m²

Superficie 5 = ((19,40 x (54,07 – 45,96))/2 = 78,67 m²

Superficie 6 = ((7,85 x (54,07 – 22,44))/2 = 124,15 m²

Superficie 7 = (7,85 x 22,44)/2 = 88,07 m²

Superficie totale exercice 2 = 1 180,38 m²

30
Technologie de la construction
4. Mesure d’un terrain de petites dimensions
MESURER & TRACER

Calcul exercice 3 :

Superficie 1 = (19,98 x 33,33)/2 = 332,97 m²

Superficie 2 = ((33,33 + 36,82) x (64,21 – 19,98))/2


= (70,15 x 44,23 )/2 = 1551,37 m²

Superficie 3 = 36,82 x (92,45 – 64,21)/2 = 519,90 m²

Superficie 4 = 28,66 x (92,45 – 50,78)/2 = 597,13 m²

Superficie 5 = ((28,66 + 23,75) x (50,78 – 20,12))/2


= (52,41 x 30,66)/2 = 803,45 m²

Superficie 6 = (20,12 x 23,75)/2 = 238,93 m²

Superficie totale exercice 3 = 4 043,75

Calcul exercice 4 :

Superficie 1 = (30,14 x 48,54)/2 = 731,50 m²

Superficie 2 = ((30,14 + 18,2) x (66 – 48,54))/2


= (48,34 x 17,46 )/2 = 422 m²

Superficie 3 = ((24,5 + 18,2) x (81,45 – 66))/2


= (42,7 x 15,45 )/2 = 329,86 m²

Superficie 4 = 24,5 x (99 – 81,45)/2 = 214,99 m²

Superficie 5 = 57,16 x (99 – 33)/2 = 1 886,28 m²

Superficie 6 = (57,16 x 33)/2 = 943,14 m²

Superficie 7 = (π x 66²)/ 8 = 1710,60 m²

Superficie totale exercice 4 = 6 238,37 m²

31
Technologie de la construction
4. Mesure d’un terrain de petites dimensions
MESURER & TRACER

Calcul exercice 5 :

(-) = déduire superficie ; se trouve en dehors de la figure

Superficie 1 = ( 13,50 x 7,35)/2 = 49,61 m² (-)

Superficie 2 = (6,83 x 25,06)/2 = 85,58 m²

Superficie 3 = ((6,83 x (47,15 – 25,06))/2 = 75,44 m²

Superficie 4 = ((2,78 x ( 51,35 – 47,15))/2 = 5,84 m² (-)

Superficie 5 = (2,78 x (73,85 – 51,35))/2 = 31,28 m² (-)

Superficie 6 = ((28,82 x (97,74 – 75,66))/2 = 318,17 m²

Superficie 7 = ((19,98 x (97,74 – 72,21))/2 = 255,04 m²

Superficie 8 = ((25,32 + 19,98) x (72,21 – 16,69))/2


= 1257,53 m²

Superficie 9 = ((25,32 x (16,69 – 7,35))/2 = 118,24 m²

Superficie 10 = ((28,82 + 13,50) x 75,66)/2 = 1600,97 m²

Superficie totale exercice 5 = 3 624,24 m²

32
Technologie de la construction
5. L’implantation d’un bâtiment
MESURER & TRACER
de petites dimensions

5. L’implantation d’un bâtiment


de petites dimensions

Pour tracer un bâtiment sur le terrain, nous procéderons en fait de la manière inverse. Nous dressons 1
perpendiculaire ou plus et utilisons les diagonales comme contrôle (perpendicularité)
Il est très important, pour le tracé d’un bâtiment sur le terrain, de savoir où commencer le tracé.
L’illustration ci-dessous est un exemple de plan d’implantation, c’est-à-dire d’un plan sur lequelle plan de masse
est indiqué en regard des limites parcellaires.

On y retrouve un certain nombre de lignes importantes à partir desquelles les dimensions sont données :
• Limite parcellaire : ligne de séparation : ligne entre 2 parcelles (portions de terrain à bâtir) Cette limite est
généralement indiquée par des bornes surmontées d’un + ou d’un o. (croix médiane = limite)
• Alignement : ligne de séparation entre le domaine privé et le domaine public.
• Front de bâtisse : ligne de la parcelle à partir de laquelle on peut commencer à bâtir (légalement)

Entre l’alignement et le front de bâtisse se trouve la zone non-aedificandi. Cette zone non constructible doit
être strictement respectée.

• mur mitoyen : mur appartenant en copropriété à 2 habitations accolées. Ce mur est monté de telle manière
que son centre correspond à la limite parcellaire. Ce mur est souvent monté en blocs et sa largeur est donc
de 20 cm.
Dès le moment où le 2ème propriétaire “utilise” le mur, une reprise du mur doit avoir lieu.

Coût = m³ de maçonnerie x prix par m³

33
Technologie de la construction
5. Inplanting van een klein gebouw
MESURER & TRACER

Une fois tous les points tracés sur le terrain à l’aide de jalons ou de piquets, ils doivent être remplacés par des
repères permanents.

Deux possibilités existent :

5.1. Passerelles

Sur la planche supérieure sont généralement indiquées 2


mesures : les fondations et les dimensions des murs. Les
mesures sont indiquées par des clous. Sur ces clous sont
ensuite tendus des fils qui permettront de creuser les
fondations. Sur le terrain, on utilise dans ce cas de la chaux
hydraulique pour visualiser les mesures.

Si nous reprenons la parcelle ci-dessus, nous pouvons y


dessiner les passerelles. Les passerelles sont donc placées en
dehors du bâtiment, de manière à ne pas se trouver dans le
chemin lors de l’exécution des travaux.

Sur la figure suivante, dessinez le nombre de passerelles dont


vous avez besoin pour tracer le bâtiment.

De quel autre matériel avez-vous aussi besoin ?


(12 passerelles, clous, marteau de charpentier, marteau lourd,
corde, seau de chaux, mètre à ruban, laser ou niveau)

34
Technologie de la construction
5. Inplanting van een klein gebouw
MESURER & TRACER

5.2. Chaises d’implantation

Dans cette méthode, des piquets de bois sont enfoncés dans


le sol et relié par des chaises d’implantation.

Sur ces dernières, nous pouvons indiquer toutes les mesures


dont nous avons besoin ; l’indication se fait de la même
manière : par des clous.

Les chaises d’implantation sont toutes placées à la même


hauteur, généralement 50 cm au-dessus du niveau du sol.

Cette méthode a un grand désavantage : tout étant tracé,


l’accès au puits de construction est difficile.

Solution : laisser une ouverture ou fixer une chaise


d’implantation à l’aide d’étaux.

35
36
Technologie de la construction
6. Tracé d’arcs de cercle
MESURER & TRACER

6. Tracé d’arcs de cercle

L’objectif est ici de rendre visible une partie d’un cercle. Dans la construction de routes, il s’agit même d’un cercle
de grand à très grand rayon. On comprendra dès lors que le tracé à l’aide d’un piquet et d’une corde n’est pas
une bonne solution dans ce cas. L’arc de cercle se prolongera toujours ici en parties droites (routes). Il faut que
l’évolution de la partie droite en arc de cercle se fasse en souplesse !!!

Parallèlement à cette méthode simple, il en existe encore deux autres en topographie : la méthode 1/4 de flèche
et le curvigraphe.

6.1. Parties d’un cercle

• arc de cercle : ligne courbe


• point médian M
• Rayon R : distance entre le point médian et l’arc de cercle
• corde k
• flèche p : distance entre la corde et le point le plus haut de
l’arc de cercle

37
Technologie de la construction
6. Tracé d’arcs de cercle
MESURER & TRACER

6.2. la méthode 1/4 de flèche

Méthode :
Attention • poser le jalon en A et B : ce sont les points d’extrémité des
portions de routes droites et le début de l’arc de cercle
• déterminer le milieu de la corde M
Cette méthode ne doit s’utiliser que pour • mesurer la flèche =p1 ou tracer = distance CM
des rayons supérieurs à 20 m ! • tracer la nouvelle flèche p2 = (p1)/4 sur la nouvelle corde
= AC et CB
• tracer la nouvelle flèche p3 = (p2)/4 sur la nouvelle corde
= AD et DC ; CE et EB

De quoi avons-nous besoin :


• jalons
• mètre à ruban

38
Technologie de la construction
6. Tracé d’arcs de cercle
MESURER & TRACER

6.3. le curvigraphe

Pour tracer une courbe, on peut également utiliser un


Attention curvigraphe.
C’est un appareil semblable à un prisme pentagonal double,
et est lui aussi monté sur une canne.
Une fois l’angle réglé avec le curvigraphe,
on ne peut PLUS tourner le miroir lors du
tracé des points intermédiaires ; Méthode :
1. réglage de l’angle exact
• placer le curvigraphe en T1 (ou T2)
• placer le jalon A (ou B)
• orienter les miroirs de manière à voir A et T2 alignés dans
les miroirs (ou T1 et B)

2. tracé de la courbe
• enlever le curvigraphe et placer un jalon
• se déplacer selon le rayon jusqu’à voir alignées les images
de T1 et T2
• poser la canne = point de l’arc de cercle

Matériel nécessaire :
• jalons
• curvigraphe
• canne ou fil à plomb

Pour d’autres méthodes de tracé d’arcs de cercles, nous


renvoyons à la série « Comprendre un plan: La rue » du
ffc.

39
40
7. Caractéristiques communes Technologie de la construction
des appareils topographiques MESURER & TRACER

7. Caractéristiques communes
des appareils topographiques

Pour la mesure de hauteurs et de dénivelés, nous utiliserons différents appareils. Ces appareils présentent tous
un certain nombre de similitudes que nous allons présenter ci-après.

7.1. Le pied

Chaque appareil doit être placé sur un pied. Il s’agit d’une


sorte de trépied, possédant trois pieds télescopiques
terminés par une pointe métallique. Celle-ci est enfoncée
dans le sol ou entre les joints des dalles.

Pour les travaux sur sol lisse, on peut utiliser un grand triangle
en bois pour poser le pied.

Important:
• Lorsque vous saisissez un pied, vérifiez d’abord que les 3
pieds sont attachés. De cette manière, vous pouvez éviter
un certain nombre d’accidents. Donc, avant de ranger un
pied, veillez à ce que les pieds soient repliés.
• Assurez-vous que le trépied soient dressé le plus
solidement possible. Il y aura ainsi moins de risque de
basculement de l’appareil.
• Lors de la mise en place du pied, veillez à positionner
le plateau à l’œil le plus horizontalement possible.
Ceci permettra de réduire le nombre de corrections de
l’appareil par la suite.
• La hauteur du pied dépend de la taille de la personne qui
utilisera l’appareil. La hauteur du pied varie donc sans
cesse et n’est jamais identique deux jours de suite.
• Si vous le souhaitez, vous pouvez utiliser un pied
d’intérieur. Les subdivisions marquées sur le piquet central
vous permettent de replacer l’appareil à la même hauteur.
• Attention : dans le cas d’appareils laser, la hauteur doit
être différente de celle d’un laser analogue sur le chantier
voisin.

La figure ci-contre montre la partie inférieure d’un pied : il


faut enfoncer solidement les pieds dans le sol de manière
que l’appareil ne risque pas de basculer pendant la mesure.

41
Technologie de la construction 7. Caractéristiques communes
MESURER & TRACER des appareils topographiques

7.2. L’appareil

Chaque appareil se fixe sur le pied à l’aide d’un boulon


central. Attention : toujours maintenir l’appareil tant qu’il
n’est pas complètement fixé !!! Pour pouvoir visser plus
facilement l’appareil, le basculer légèrement afin de bien voir
le boulon de fixation.

Sous l’appareil se trouvent 3 vis de réglages, ou vis de


pied. Elles permettent de régler l’appareil horizontalement.
Pendant ce réglage, vous pouvez observer la nivelle
sphérique. Cela facilite le réglage grossier de l’appareil. En
tournant les vis, nous pouvons faire réagir la bulle (dans le
cercle)

Un bon appareil laser ne fonctionnera pas si la bulle de la


nivelle sphérique ne réagit pas !!! Le réglage fin est désormais
assuré par un compensateur. Celui-ci règle automatiquement
l’appareil à l’horizontale.

42
Technologie de la construction
8. Le niveau
MESURER & TRACER

8. Le niveau

Un niveau se compose d’une espèce de lunette. Lorsque


nous regardons dans le viseur, nous voyons, fortement
grossis, un certain nombre de fils croisés, le réticule.

Nous allons maintenant lire une mire à l’aide de ces fils. Le


plus important est le fil central. Il constitue la ligne de visée.

La mire que nous utilisons pour lire des hauteurs est


subdivisée en décimètres. Donc, chaque case mesure 10 cm,
et la couleur change tous les mètres.

Exemple:

Lecture supérieure : 0,520m


Fil central : 0,430m
Lecture inférieure : 0,340m

La valeur mesurée est donc = 0,430 m

Contrôle : (0,520 + 0,340) /2 = 0,860/2 = 0,430 m

43
Technologie de la construction
8. Le niveau
MESURER & TRACER

8.1. A quoi sert un niveau ?

il permet d’une part de mesurer 2 hauteurs et de calculer le


dénivelé entre ces deux points. Nous pouvons ainsi savoir si
un point donné est situé plus haut ou plus bas qu’un autre
point connu.

Quelle est la hauteur du point B ?


Pour la mesurer, nous devons mesurer un certain nombre de
hauteurs et calculer le reste.

• La hauteur (niveau) du point A : 33,52 m


• La hauteur de la ligne de visée au point A : 1,834 m
• Le niveau de la ligne de visée au point B : 1,649 m
• Le niveau du point B : 33,52 m + 1,834 m =
35,354 m – 1,649 m = 33,705 m

Quel est dès lors le dénivelé entre les points A et B ?


33,705 m – 33,52 m = +0,185 m

Ceci signifie que le point B est situé 0,185 m plus haut que le
point A. D’où le résultat + 0,185 m.

Valeur de Valeur de
Hauteur Hauteur
la mire la mire Dénivelé
de A de B
en A en B
+ 33,52 m 1,834 m 1,649 m 33,705 m + 0,185 m
+ 0,000 m 2,333 m 1,821 m + 0,512 m + 0,152 m
+ 12,56 m 1,545 m 0,956 m + 13,149 m + 0,589 m
+ 22,48 m 1,378 m 2,110 m + 21,748 m - 0,732 m
+ 325,25 m 3,963 m 1,269 m + 327,944 m + 2,694 m
+ 1789,05 m 2,235 m 2,533 m + 1788,752 m - 0,298 m

44
Technologie de la construction
8. Le niveau
MESURER & TRACER

il permet d’autre part de reporter une hauteur donnée vers


un autre endroit : un niveau du sol, repère à un mètre, taille
des couches, ...

• niveau du sol = niveau à hauteur du plancher fini. Cette


hauteur s’utilise généralement comme référence et a la
valeur = ......... m. Ce niveau est souvent mesuré sur le seuil
de la porte d’entrée. (ceci permet de comparer la hauteur
avec celle du point le plus haut de la rue)

• repère à un mètre = niveau de hauteur = + 1,0 m. Il s’agit


donc d’une hauteur située à 1 mètre au-dessus du niveau
du sol. On utilise cette hauteur pour éviter de toujours
devoir se mettre à genoux pour déplacer les niveaux.

Méthode :
• régler l’appareil et lire la mesure à hauteur du fil central
pointé sur le point connu. (1,256 m)
• viser l’autre point et maintenir la mire de manière que la
hauteur lue soit la même = 1,256 m
• tracer un trait sous la mire : le niveau est ainsi reporté.

Remarques :
• si aucun niveau de référence n’est fournir, on utilisera le
niveau de l’axe de la route comme niveau de référence.
Il est considéré comme étant de 0,0 m.
• assurez-vous que la mire soit toujours verticale, faute de
quoi les valeurs lues seront incorrectes.

45
46
Technologie de la construction
9. L’appareil laser
MESURER & TRACER

9. L’appareil laser
9.1. Généralités

On utilise aujourd’hui de plus en plus d’appareils lasers au


lieu de niveaux.

Il y a un certain nombre de différences :

• un laser est toujours fixe : c’est le rayon laser qui effectue


un mouvement rotatif.

• l’opérateur ne regarde pas dans l’appareil ; ce dernier émet


lui-même un rayon laser. Ceci signifie qu’il est possible de
travailler SEUL.

• une source de courant est toutefois nécessaire. Ne pas


oublier de charger l’appareil. La nivelle sphérique est
souvent remplacée par un niveau électronique (= réglage
grossier) + compensateur (= réglage fin).
Les appareils plus chers se règlent automatiquement à
l’horizontale, sinon ils n’émettent aucun rayon.

• Il existe des lasers spéciaux utilisés pour des applications


spécifiques
lasers de canalisation, lasers à pente, systèmes d’indication de
profondeur, ...

47
Technologie de la construction
9. L’appareil laser
MESURER & TRACER

9.2. Classification des appareils laser

Classe 1
Attention Rayon invisible : peu dangereux pour les yeux
n’attire pas le regard en raison de son caractère invisible

Seuls les appareils laser de classe 1 et


2 sont légalement autorisés comme Classe 2
appareils de chantier. Rayonnement visible (puissance < 1 mW)
Le réflexe palpébral est suffisant comme protection (ne pas
fixer le rayon)

Classe 3A
Ne pas regarder directement le rayon (puissance < 5 mW)
Une fixation prolongée du rayon provoque la cécité

Classe 3B
Eviter le contact avec l’œil (puissance < 500 mW)
Dangereux pour les yeux

Classe 4
Danger réel pour les yeux et la peau

48
Technologie de la construction
9. L’appareil laser
MESURER & TRACER

9.3. Types d’appareils laser

Laser diode I Laser diode II

Laser à rayon invisible Laser à rayon visible



Laser rotatif Laser rotatif Laser de ligne

- laser de nivellement - laser d’intérieur - laser de canalisation


- laser à pente -… - laser 2 lignes
- …. - télémètre

Le prix dépend fortement du type de laser. Il est conditionné par :

• la portée : la distance couverte par l’appareil


• la précision
• l’autonomie
• la plage de travail du compensateur : les appareils moins chers n’ont pas de compensateur
• la possibilité du laser de se caler lui-même à l’horizontale.
Un laser à pente est donc plus cher qu’un laser tournant à l’horizontale.

49
Technologie de la construction
9. L’appareil laser
MESURER & TRACER

9.3.1. laser à rayon invisible

Ce laser est toujours un laser rotatif. En d’autres termes : le


rayon laser décrit toujours un plan.
Dans le cas du laser à pente, ce plan sera incliné. Certains
lasers à pente permettent de définir simultanément 2 pentes
(directions X et Y), par exemple pour construire une rue
en pente tout en prévoyant l’évacuation des eaux vers les
égouts.

Plus :
• sécurité du rayon laser
• absence de rayon lumineux gênant

Moins :
• le rayon laser étant invisible, il est impossible de réaliser les
mesures sans un accessoire.

Cet accessoire est appelé récepteur.


Comment se présente-t-il ?

1. commutateur marche / arrêt


2. touche de réglage du son
3. sensibilité des touches
La touche de sélection 3 permet de régler
la sensibilité du récepteur.
6. cellules photoélectriques
7. encoche pour tracé de la hauteur
8. sortie sonore

50
Technologie de la construction
9. L’appareil laser
MESURER & TRACER

 réglage fin : jeu de 1 mm seulement, donc à utiliser pour un travail de grande précision,
pour déplacement d’une taille des couches

 réglage grossier : jeu de 4 à 6 mm, à utiliser pour un travail de moindre précision, par
exemple pour le creusement de fouilles de fondation.

La sensibilité choisie est toujours affichée à l’écran et peut toujours être modifiée.
L”écran du récepteur affiche également un certain nombre de flèches indiquant la position du
récepteur par rapport au rayon laser.

 le récepteur est plus haut que le rayon laser et doit être descendu

 le récepteur est plus bas que le rayon laser et doit être remonté

 le récepteur est à peu près au même niveau que le rayon laser


 le récepteur est exactement au même niveau que le rayon laser

La position du récepteur peut aussi être signalée par un signal sonore.


Celui-ci peut être activé ou désactivé à l’aide de la touche 2 du récepteur.

• récepteur trop haut  sons rapides

• récepteur trop bas  sons lents

• récepteur au bon niveau  son constant

Attention
• attention à ne pas capter avec votre récepteur un laser d’un autre chantier
• lorsque le rayon laser est hors de la portée du récepteur (soit au-dessus, soit en dessous), l’écran n’affiche
rien !

51
Technologie de la construction
9. L’appareil laser
MESURER & TRACER

9.3.2. utilisation du récepteur

Il y a trois manières d’utiliser le récepteur :

9.3.2.1. à main libre

Ici, des niveaux sont reportés sur des murs ou des colonnes
(profilés)

On utilise pour ce faire l’encoche du récepteur. Il faut donc


tracer soi-même le repère au niveau de l’encoche. Les autres
niveaux peuvent ensuite être calculés.

52
Technologie de la construction
9. L’appareil laser
MESURER & TRACER

9.3.2.2. à l’aide d’une mire

Le récepteur est ici vissé sur une mire de manière à fournir


une valeur comme pour un simple nivellement. La fixation
sur la mire se fait généralement à l’aide d’un accessoire qui
se trouve également dans le coffret. Cet accessoire porte
également une ligne repère permettant de lire le bon niveau
sur la mire.

Pour les mesures à l’aide d’un appareil laser a été créée une
mire spéciale, la mire flexi.
Cette mire a une double subdivision.

La 1ère partie sert à lire les niveaux. La 2ème partie permet


de lire les dénivelés. La partie rouge indique un dénivelé
vers le bas (négatif ), l’autre partie un dénivelé vers le haut
(positif ).

En l’absence de ce type de mire, il suffit d’utiliser une mire


classique et de lire ou de mesurer les niveaux à l’aide d’un
mètre pliant.

L’intérêt de fixer le récepteur sur une mire est que ce système


permet d’effectuer des mesures n’importe où, ce qui n’est pas
possible en tenant le récepteur à la main.

53
Technologie de la construction
9. L’appareil laser
MESURER & TRACER

9.3.2.3. fixé à un engin

Si le récepteur est fixé à l’engin, l’opérateur peut travailler


seul. Il suffit de fixer le récepteur à n’importe quel endroit du
balancier et de régler le niveau sur zéro.

Il faut préalablement placer la flèche de l’engin dans une


position donnée. L’opérateur peut alors poursuivre son travail
et contrôler le niveau où et quand il le veut. (des témoins
indiquent si l’on se trouve trop haut ou trop bas). L’objectif
n’est pas de fixer ces témoins en permanence, ils ne servent
que de contrôle.

Attention

• l’appareil laser doit être placé de telle manière que l’on


puisse toujours recevoir des signaux sur le récepteur.
• les témoins allumés ne peuvent servir de contrôle que si
l’on place la flèche de l’engin dans la position qui a servi
au réglage du laser.

Des modèles encore plus perfectionnés permettent même


un pilotage automatique de l’engin : l’opérateur n’a plus
qu’à suivre la bonne direction (bulldozers, niveleuses, lame
niveleuse, etc.)

54
Technologie de la construction
9. L’appareil laser
MESURER & TRACER

Remarque:

Les lasers à pente peuvent accepter une certaine pente. Ces appareils fonctionneront
même si le compensateur est réglé sur une pente.

Il est possible de régler soi-même cette pente, mais l’essentiel est la direction dans
laquelle la pente est tracée.
La direction est indiquée par une flèche. L’appareil doit donc être placé dans cette
direction.. La pente commence dès le placement du laser.
( ----- pas de pente, < laser à pente)

9.3.3. laser à rayon visible

Les lasers à rayon visible sont plus dangereux que les lasers
avec rayon invisible.
Par contre, ils présentent un certain nombre d’avantages et
de possibilités.

Nous distinguons deux types :

• lasers rotatifs, par exemple lasers d’intérieur

• lasers à rayon fixe : par exemple laser de canalisation,


laser à deux lignes

55
Technologie de la construction
9. L’appareil laser
MESURER & TRACER

9.3.3.1. lasers d’intérieur

Le but principal est de travailler sans récepteur. Le rayon laser


est visible, soit de couleur verte, soit de couleur rouge. Les
mains sont donc libres. Ces lasers s’utilisent également pour
la finition de bâtiments.

La plupart des appareils peuvent également fonctionner sous


n’importe quelle pente (sans compensateur) ou délimiter
un plan vertical. Ils peuvent donc s’utiliser par exemple pour
dresser des cloisons.

Pour utiliser cet appareil afin d’indiquer la hauteur d’un


plafond, il faut placer l’appareil à la hauteur du plafond. C’est
ce que permettent de faire des pieds spéciaux pouvant
atteindre une grande hauteur (3,1 m ou 4,25 m). Ces pieds
permettent également de replacer l’appareil à même hauteur
deux jours consécutifs, ce qui n’est pas possible avec un autre
pied.

A cette hauteur, il est conseillé d’utiliser une commande à


distance.

56
Technologie de la construction
9. L’appareil laser
MESURER & TRACER

9.3.3.2. laser pour canalisation

Laser à rayon fixe et visible. Il ne comporte aucune partie


rotative.
Cet appareil est utilisé pour poser des canalisations en pente.
Ce laser peut donc être réglé de manière très précise selon
un angle donné (même en % ou °/oo).
On utilise bien entendu aussi le rayon droit pour indiquer la
direction exacte de l’égout.

Un laser pour canalisation étant donc toujours utilisé dans


un environnement humide, il doit aussi être parfaitement
étanche.

Ce laser s’utilise donc avec une plaquette de réception. Cette


dernière est placée dans la partie inférieure de la canalisation.
Sur la plaquette figure une mire qui reçoit le rayon du laser
et permet de voir clairement si la canalisation se trouve trop
haut ou trop bas, ou si la direction doit être corrigée.

Chaque fois que l’on pose une canalisation, il faut donc


emporter la plaquette de visée et la poser dans la
canalisation pour contrôle. Attention : la plaquette de visée
doit toujours être parfaitement horizontale pour permettre
d’effectuer le contrôle.

Le laser est généralement installé dans un puits d’inspection,


ou aux endroits où la pente des égouts change. Une
commande à distance s’impose également pour cet appareil.
Le rayon de l’appareil commence à clignoter pour indiquer
un changement de la pente, ou un dérèglement de l’appareil.

57
Technologie de la construction
9. L’appareil laser
MESURER & TRACER

9.3.4. laser à deux lignes et autres

Il existe encore nombre de lasers destinés à d’autres


applications, que l’on peut utiliser dans le domaine de la
construction.

En voici quelques exemples.

58
Technologie de la construction
NOTES
MESURER & TRACER

NOTES

59
Technologie de la construction
NOTES
MESURER & TRACER

NOTES

60
Technologie de la construction
NOTES
MESURER & TRACER

NOTES

61
Technologie de la construction
NOTES
MESURER & TRACER

NOTES

62
fvb•ffc Constructiv
rue Royale 132/5, 1000 Bruxelles
t +32 2 210 03 33 • f +32 2 210 03 99
ffc.constructiv.be • ffc@constructiv.be

© fvb•ffc Constructiv, Bruxelles, 2012.


Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation, sous quelque forme que ce soit, réservés pour tous les pays. 63
Manuels modulaires
Conducteurs d’engins de chantier
•• Technologie de la construction
Fonds de Formation professionnelle de la Construction Fonds de Formation professionnelle de la Construction Fonds de Formation professionnelle de la Construction

ConduCTeurs d’engins de ChanTier ConduCTeurs d’engins de ChanTier ConduCTeurs d’engins de ChanTier

TeChnologie de la ConsTruCTion TeChnologie de la ConsTruCTion


TeChnologie de la ConsTruCTion

MESURER & TRACER TECHNIQUES DE TERRASSEMENT TECHNIQUES DE TERRASSEMENT


NoTIoNS DE bASE PERFECTIONNEMENT

Mesurer & traçer Techniques de terrassement Techniques de terrassement


Notions de base Perfectionnement

Fonds de Formation professionnelle de la Construction Fonds de Formation professionnelle de la Construction

ConduCTeurs d’engins de ChanTier ConduCTeurs d’engins de ChanTier

TeChnologie de la ConsTruCTion TeChnologie de la ConsTruCTion

TECHNIQUES DE TECHNIQUES DE
CONSTRUCTION CONSTRUCTION ROUTIÈRE

Techniques de Techniques de
construction construction routière

Autres tômes :
•• Engins de chantier - Pratique
•• Engins de chantier
•• Connaissance des moteurs
•• Techniques appliquées

Fonds de Formation professionnelle de la Construction