Vous êtes sur la page 1sur 22

Fonds de Formation professionnelle de la Construction

L’installateur sanitaire

Les tuyaux en plomb


L ’ I N S T A L L A T E U R
S A N I T A I R E

LES TUYAUX EN PLOMB

FONDS DE
FORMATION
PROFESSIONNELLE
DE LA
CONSTRUCTION
Rue Royale 45
1000 Bruxelles
Tél.: (02) 210 03 33
Fax: (02) 210 03 99
1
www.laconstruction.be
info@fvbffc.be
AVANT-PROPOS
L’élargissement du champ d’activités du Fonds de Formation professionnelle de la Construction au
secteur du Parachèvement s’est accompagné d’un partage des responsabilités entre une série de
groupes de travail : les «Sections FFC».
La section «Installations sanitaires, Matériaux synthétiques et Gaz» avait décidé, au départ, de réaliser
un manuel scolaire. Au cours de l’évolution des travaux, ce manuel a pris plutôt la forme d’un ouvrage
de référence pour la formation.
C’est ainsi qu’il ambitionne de toucher un public aussi large que possible : les élèves du secondaire,
les adultes en formation, les formateurs et, en fin de compte... les professionnels eux-mêmes.
Afin de faciliter la tâche du lecteur, nous avons subdivisé l’ouvrage en différentes brochures d’une
quarantaine de pages chacune.
Une farde spéciale de classement est disponible pour les personnes qui désirent se procurer plusieurs
brochures ou la série complète. Vous trouverez une présentation de l’ensemble de la structure de
l’ouvrage au verso de la page de couverture.
Nous espérons que cet ouvrage contribuera à rendre la formation plus homogène et sommes con-
vaincus qu’il permettra tant aux élèves qu’aux adultes en formation de se familiariser agréablement
avec les multiples facettes du métier d’installateur sanitaire.
Nous voudrions remercier ici tous les enseignants qui ont participé à la réalisation de ce travail de
longue haleine ainsi que les firmes qui nous ont aidés à choisir les illustrations et à corriger certains
textes.
Nous voudrions mentionner tout spécialement Messieurs N. De Pue (†) (ancien président de la
F.B.I.C. - Fédération Nationale des Associations de Patrons Installateurs Sanitaires et de Chauffage
au gaz, Plombiers, Zingueurs et Ardoisiers-Couvreurs de Belgique) et G. Wouters (président honoraire
de la Verenigde Lood- en Zinkbewerkers, Antwerpen) qui ont contribué à ce projet et en ont rendu
possible la réalisation.
Nous vous souhaitons beaucoup de plaisir dans votre lecture.

Stefaan Vanthourenhout,
Président du FFC.

2
TABLE DES MATIÈRES
MODULE III: TUYAUX

CHAPITRE I: LES TUYAUX EN PLOMB

I.1. PROPRIÉTÉS .................................................................................................................... 4


I.1.1. Origine .................................................................................................................... 4
I.1.2. Déformabilité .......................................................................................................... 5
I.1.3. Dilatation, retrait .................................................................................................... 5
I.1.4. Fatigue du matériau, résistance au fluage .......................................................... 7
I.1.5. Corrosion ................................................................................................................ 7
I.1.5.1. Introduction .................................................................................................. 7
I.1.5.2. Corrosion en présence d’autres métaux ...................................................... 8
I.1.6. Données générales ................................................................................................ 8
I.1.7. Formes commerciales ........................................................................................... 8

I.2. BRASAGE ......................................................................................................................... 9


I.2.1. Brasage fort ............................................................................................................ 9
I.2.2. Brasage tendre ....................................................................................................... 10
I.2.2.1. Couches de brasage .................................................................................... 10
I.2.2.2. Étain à braser............................................................................................... 11
I.2.2.3. Flux .............................................................................................................. 12
I.2.2.4. Outils de brasage ......................................................................................... 13
I.2.2.5. Étapes du brasage ....................................................................................... 13

I.3. SOUDAGE ......................................................................................................................... 15


I.3.1. Principes ................................................................................................................. 15
I.3.2. Surfaces propres ................................................................................................... 15
I.3.3. Bonne pénétration ................................................................................................. 15
I.3.4. Renforcement de soudure .................................................................................... 16
I.3.5. Soudures d’entrée et de sortie ............................................................................. 17

I.4. TUYAUX EN PLOMB ......................................................................................................... 18


I.4.1. Conduites d’eau ..................................................................................................... 18
I.4.2. Conduites d’évacuation ........................................................................................ 18
I.4.2.1. Plomb en amont de PVC ou de cuivre ......................................................... 19
I.4.2.2. Plomb en aval de PVC ou de cuivre ............................................................ 20

© Fonds de Formation professionnelle de la Construction, Bruxelles, 2002.


Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation, par quelque procédé que ce soit, réservés pour tous les pays.
D/1999/1698/40

3
CHAPITRE I: LES TUYAUX EN PLOMB

I.1. PROPRIÉTÉS

I.1.1. ORIGINE

Bien que notre métier soit, en quelque sorte, placé sous le signe du plomb, qui lui a donné son nom,
ce métal ne joue pratiquement plus aucun rôle dans le domaine de la pose des tuyaux.

SOURCE : LE PLOMB EN FEUILLES DANS LA CONSTRUCTION (LEAD DEV. ASS. - LONDON)

Les minerais de plomb (en réalité un matériau radioactif désintégré) étaient déjà extraits et traités
dans l’Antiquité. Leur irradiation procure au matériau 2 propriétés particulières :
• le plomb est insensible au rayonnement et n’accumule pas de rayonnement. C’est pour cette rai-
son que les murs des locaux hospitaliers où l’on utilise du matériel radioactif sont recouverts de
plomb.
• les molécules sont interchangeables, ce qui permet de repousser le plomb. Cette propriété rend
également le plomb malléable à faible température et lui confère ainsi des caractéristiques de
mise en oeuvre que d’autres métaux n’obtiennent qu’après échauffement.
A l’heure actuelle, le plomb est encore utilisé dans des environnements radioactifs, comme plaques
des batteries automobiles et sur les toitures, où la déformabilité du matériau permet de réaliser des
détails complexes de manière soignée et durable. La durée de vie des garde-gravier en plomb est
légendaire. En 1998, on a enregistré dans notre pays une consommation de 1 kg de plomb par
habitant.

SOURCE : LE PLOMB EN FEUILLES DANS LA CONSTRUCTION (LEAD DEV. ASS. - LONDON)

4
I.1.2. DÉFORMABILITÉ

Le plomb est le plus tendre de tous les métaux ordinaires et est, à l’état pur (non allié), très défor-
mable. Il peut être travaillé à température ambiante normale, sans échauffement, car il ne durcit pas
facilement.
Le plomb en feuilles peut dès lors être travaillé aisément à l’aide d’outils manuels sans risque de
rupture.
L’avantage de cette propriété réside dans le fait que le savoir-faire nécessaire au travail du plomb
en feuilles ou à sa fixation comme revêtement de façade est très avancé. L’homme a, pendant des
siècles, développé son expérience en ce domaine. Le repoussage peut faire acquérir au plomb en
feuilles les formes les plus complexes.
Les bavettes peuvent être aisément travaillées sur le terrain, même lorsque la surface est très irré-
gulière, comme c’est parfois le cas des toits de tuiles.

PHOTOS : J. VERHOEVEN

I.1.3. DILATATION, RETRAIT

Le plomb est généralement appliqué sur les surfaces installées en plein air. Il est dès lors fort sujet
aux variations de température.

Le coefficient de dilatation linéaire équivaut à 29,7 x 0,0297 mm/m/K. Il n’est pas rare qu’en été, on
enregistre des différences de température de 60 °C aux endroits exposés au soleil. Une feuille de
plomb de 5 mètres de long peut donc se dilater de 5 x 60 x 0,0297 = env. 9 mm. Si la dilatation et
le retrait qui en résulte lors du refroidissement du plomb ne peuvent se produire librement, le plomb
risque de se déformer et de se déchirer. Il est dès lors nécessaire de limiter la longueur des bandes
de plomb à 1 m de préférence, 2 m au maximum. Le sens de laminage ne joue ici aucun rôle.

Dans le cas du plomb utilisé en plein air, une première condition consiste dès lors à limiter les
dimensions de chaque pièce de manière à ce que la dilatation thermique de chaque élément de
construction ne devienne pas excessive. Inversement, il faut également veiller à ne pas entraver
cette même dilatation.

Il ressort de la longue expérience acquise au fil du temps que l’effet de la dilatation thermique et du


retrait du plomb doit être déjà pris en compte au stade de la conception. Il est ainsi possible d’exploiter
au maximum les autres propriétés remarquables du plomb, ce qui permet d’obtenir une très longue
durée de vie des travaux d’extérieur.

Il convient de constater qu’aujourd’hui, on utilise davantage de petites pièces que par le passé. C’est
un fait dont il faut aussi sérieusement tenir compte, en particulier lors des travaux de rénovation.

5
Une longue expérience nous a montré qu’une épaisseur inadéquate peut entraîner des défectuosités
suite à la fatigue du matériau. Le principe suivant, communément accepté, a dès lors été érigé :
PLUS LE PLOMB EST FIN, PLUS LA BANDE DOIT ÊTRE PETITE.
Ce critère est entièrement rempli si l’on utilise une feuille de plomb suffisamment épaisse et de di-
mensions adéquates.
En règle générale, on recommande d’utiliser du plomb en feuilles d’au moins 20 kg/m2 ou 1,8 mm
d’épaisseur.
Pour les bandes plus petites, par exemple sous les rebords des fenêtres, du plomb plus mince peut
suffire.
La longueur des différentes bandes doit, dans tous les cas, rester limitée à maximum 1,5 m pour des
épaisseurs de plomb jusque 1,8 mm et à 1 m pour des épaisseurs moindres.
Le choix adéquat en matière d’épaisseur est très important et détermine en partie la qualité du travail;
l’épaisseur peut varier en fonction de la construction à revêtir.
Domaine d’application:

noquets B-C-D 2 mm
rebords de fenêtre B 1,5 mm
solins B-C 1,5 mm
bandes d’étanchéité pour murs creux B-C 2 mm

Il ressort du tableau ci-dessus que plusieurs épaisseurs de feuille peuvent être utilisées. Dans tous les
cas, il est essentiel de prendre en compte la longueur et la largeur maximum par rapport à l’épaisseur
de la feuille de plomb utilisée.

SOURCE : LE PLOMB EN FEUILLES DANS LA CONSTRUCTION SOURCE : LE PLOMB EN FEUILLES DANS LA CONSTRUCTION
(LEAD DEV. ASS. - LONDON) (LEAD DEV. ASS. - LONDON)

SOURCE : LE PLOMB EN FEUILLES DANS LA CONSTRUCTION PHOTO : J. VERHOEVEN


(LEAD DEV. ASS. - LONDON)

6
I.1.4. FATIGUE DU MATÉRIAU, RÉSISTANCE AU FLUAGE

La taille et l’uniformité de la structure granulométrique du métal constituent l’un des facteurs qui
déterminent la résistance du plomb et des alliages de plomb. A l’instar d’autres métaux, le plomb
a une structure cristalline et la taille des cristaux dépend de la granulométrie. Les grains de plomb
sont aisément visibles au microscope; seul un léger agrandissement suffit. Il convient cependant au
préalable de nettoyer et de polir la surface à étudier.
En principe, on peut dire que les grains sont d’autant plus grands et leur taille d’autant plus variable
que le plomb est pur.

I.1.5. CORROSION

I.1.5.1. INTRODUCTION

Le plomb résiste particulièrement bien à la


corrosion atmosphérique car il développe une
couche d’oxydation insoluble et très adhérente,
de couleur gris argenté.
Au cours de la première phase d’oxydation, une
poudre blanchâtre peut toutefois se former pour
être ensuite évacuée par la pluie et polluer le
matériau environnant. Pour lutter contre ce phé-
nomène, on peut utiliser de l’huile de patine.

SOURCE : U. M.

Dans certains cas cependant, il convient de prendre des précautions particulières, à plus forte raison
lorsque d’autres matériaux risquent de se corroder du fait de la présence de plomb.

Ce phénomène se base sur le principe chimique selon lequel des différences de potentiel apparais-
sent lorsque deux métaux sont présents dans une solution. C’est sur ce principe que reposent la pile
électrique et la batterie.

Pour la plupart des métaux, on connaît avec exactitude le potentiel qu’ils sont susceptibles de fournir.

On parvient à éviter bien des problèmes en faisant en sorte que des métaux présentant des potentiels
fort éloignés ne soient pas en contact direct les uns avec les autres dans une construction.

7
Nom de l’élément Symbole Potentiel Très solubles dans l’eau
en V MÉTAUX NON NOBLES

aluminium
Aluminium Al – 1,67
Sens d’écoulement zinc
Zinc Zn – 0,76 de l’eau
chrome

Chrome Cr – 0,71 fer

Fer Fe – 0,44
étain

Étain Sn – 0,14 plomb

Plomb Pb – 0,13 cuivre

MÉTAUX NOBLES
Cuivre Cu – 0,34 Peu solubles dans l’eau

I.1.5.2. CORROSION D’AUTRES MÉTAUX

Il ressort de l’expérience générale que le plomb peut être en principe utilisé en contact étroit avec
d’autres métaux, comme le cuivre, le zinc, l’acier galvanisé et les alliages d’aluminium les plus cou-
rants, sans qu’aucune corrosion ne se produise par électrolyse.
L’utilisation de clous et agrafes en cuivre, par exemple, ne devrait donc poser aucun problème pour
la fixation du plomb.
Pour certaines applications à la côte ou en mer ainsi que dans certaines atmosphères industrielles,
il peut être souhaitable d’éviter le contact de métal à métal entre le plomb et l’aluminium, afin de
prévenir la corrosion accélérée de l’aluminium.

I.1.6. DONNÉES GÉNÉRALES

– Masse volumique 11,34 kg/dm3 Plomb en feuille Fils de plomb


– Point de fusion 327 °C
– Chaleur spécifique 130 J/kg.K
– Limite d’élasticité 5,5 à 11 N/mm2 EPAISSEUR POIDS/M2 DIAMÈTRE POIDS/M

– Résistance à la traction 13,6 à 22,4 N/mm2

I.1.7. FORMES COMMERCIALES

SOURCE : LAMINOIRS DAKBEDEKKING N.V. - BRUGGE

8
I.2. BRASAGE

Le brasage repose sur un phénomène naturel qui, à première vue, semble contre nature. Nous
utilisons en effet un métal liquide à une température à laquelle il ne devrait en réalité pas être liquide.
Et pourtant, il s’agit d’un phénomène courant. Décrivons-le, exemple à l’appui.

De l’eau ordinaire gèle normalement à une température de 0 °C.


Si l’on dissout du sel dans cette eau, on constate que la même eau ne gèle qu’à une température
plus basse.
En ajoutant une autre substance, nous avons donc abaissé le point de congélation de l’eau. Nous
avons dans ce cas de la saumure.

Le même phénomène se produit lors du brasage.

A l’instar de l’eau salée, il s’agit ici de deux liquides dissous l’un dans l’autre.
Et tout comme dans le cas de l’eau, le point de congélation ou point de solidification est abaissé.
Le métal d’apport d’un brasage simple se compose de 50 % de plomb et de 50 % d’étain (également
noté 50/50).
Bien que le point de fusion du plomb se situe à 327 °C et celui de l’étain à 215 °C, ce métal d’apport
fond déjà à 215 °C.

En présence de métal d’apport 60/40 et 40/60, les points de fusion se situent respectivement à 240 °C
et 183 °C.

On parle en réalité non pas de point de fusion fixe mais de trajet de fusion.

Ce métal d’apport peut être utilisé pour relier des pièces de métal entre elles.
Il existe différents types de métaux d’apport, chacun étant adapté à des métaux ou assemblages de
métaux donnés.

Il faudra toujours choisir un type de métal d’apport dont le point de fusion, et donc aussi le point de
solidification, est inférieur à celui du métal à assembler.

Il existe deux méthodes de brasage:

• le brasage tendre,
• le brasage fort.

I.2.1. BRASAGE FORT

Le brasage fort est spécialement utilisé pour assembler des métaux dont le point de fusion est rela-
tivement élevé. Le point de fusion du métal d’apport se situe alors au delà de 450 °C.

Pour le façonnage du plomb, ce type de métal d’apport ne joue aucun rôle étant donné que dans le
cas du plomb, on enregistre un point de fusion de 327 °C. Ce qui signifie que seul le brasage tendre
au moyen d’étain à braser convient pour le plomb.

Le brasage tendre avec noyau résineux ne se rencontre que dans l’industrie électrotechnique.

9
I.2.2. BRASAGE TENDRE

Le brasage tendre est principalement utilisé pour :

• assembler du plomb en feuilles et des conduites de plomb,


• assembler des conduites de cuivre,
• assembler les bords des boîtes de conserve dans l’industrie de la conserverie,
• assembler des pièces en zinc.

Avantages du brasage tendre:

• la simplicité de la méthode de travail,


• grâce à la faible température à laquelle le processus se produit, la pièce ne subit pratiquement
aucune déformation.

Autre avantage: le brasage tendre peut s’effectuer à l’aide d’outils manuels simples.

Parmi les inconvénients, citons le fait que l’assemblage présente une résistance à la traction assez
réduite suite à la faible température à laquelle le brasage tendre s’effectue.

Dans le cas d’un assemblage en plomb, cela ne joue pas un grand rôle étant donné que le matériau
mère ne résiste pas à d’importantes contraintes en traction.

Il ne faut cependant pas perdre de vue que, vu la faible résistance à la traction d’environ 20 N/mm2,
on ne peut utiliser que les assemblages à recouvrement. L’assemblage n’est mis en charge qu’en
cisaillement, ce qui permet de contourner en partie le problème de la faible résistance à la traction.

I.2.2.1. COUCHES DE BRASAGE

La résistance du joint de brasage est principalement déterminée par la résistance de la couche dans
laquelle le matériau mère et le métal d’apport ont formé un alliage.

L’importance de l’étamage est clairement illustrée ci-après. Cette couche est appelée alliage de
surface.

La résistance de cette couche est supérieure à celle du métal d’apport pur, mais cette couche ne se
forme que lorsque les conditions sont optimales.

Elle tient essentiellement à l’épaisseur de la couche de métal d’apport. Le métal d’apport ne forme
un alliage avec le matériau mère que dans les joints fins.
Dans le cas d’une couche épaisse de métal d’apport, plusieurs couches de matériaux se forment.

On obtient alors la structure suivante :

• matériau mère,
• alliage de surface,
• métal d’apport,
• alliage de surface,
• matériau mère.

10
Ces différentes couches présentent des résistances différentes à la traction.
A l’instar d’une chaîne, aussi résistante que son maillon le plus faible, le joint de brasage est aussi
robuste que la couche la moins résistante aux forces de traction, à savoir la couche du métal d’apport.
Il convient donc toujours d’essayer de supprimer cette couche. Ce n’est possible que lorsque le joint
est si fin que seuls des alliages de surface se forment.

Joint bien soudé Capillarité insuffisante

Soudobrasure avec alliage de surface


(c.-à-d. que l’assemblage est plus résistant que
ce que l’on peut attendre des seules propriétés de la soudure)

Un autre avantage du joint de métal d’apport fin réside dans la pénétration du métal d’apport dans
l’espace compris entre les pièces à assembler.
Cet avantage repose sur la capillarité.

Le même phénomène est bien connu pour l’eau. Dans certains cas, l’eau peut monter au-dessus de
son niveau initial dans un matériau.
Le même phénomène se produit dans le cas du joint de métal d’apport. Le métal d’apport liquide
s’infiltre aux endroits où il ne pourrait normalement pas parvenir.

Ce phénomène ne dépend pas de la température à laquelle le brasage s’effectue mais uniquement


de la capillarité dans le cas où les pièces à assembler permettent un joint très fin.

La surface du joint est donc plus grande et l’on voit se former simultanément dans cette couche un
alliage de surface plus résistant que le métal d’apport utilisé.

I.2.2.2. ÉTAIN À BRASER

L’étain à braser se compose essentiellement d’étain et de plomb. La plupart des espèces contien-
nent en outre de l’antimoine, présent dans une proportion de 1 à 3 %. Le plomb à braser contient
33 % d’étain et 66 % de plomb. Nous choisissons toujours un métal d’apport à faible teneur en
antimoine.

11
I.2.2.3. FLUX

Les fabricants de métaux d’apport et de produits de brasage ont mis au point un large éventail de
flux.

Pour obtenir les meilleurs résultats, ou à tout le moins les résultats attendus, il convient de suivre à
la lettre les prescriptions jointes au produit.

Il est en effet essentiel de respecter les prescriptions fournies car le métal d’apport et le flux provo-
quent, à eux deux, une réaction naturelle et chimique.

En cas de non-respect des prescriptions du fabricant, des conséquences imprévisibles peuvent se


manifester, généralement à plus long terme.

Les flux jouent un rôle très particulier.

Exposé à l’air, le métal se lie surtout à l’oxygène de l’air ambiant. Des oxydes métalliques apparais-
sent.

C’est surtout le cas lorsque le métal est nettoyé au préalable.

Toutes les couches d’oxyde existantes sont alors éliminées. Une couche d’oxydation se formera
d’autant plus vite sur le matériau propre que la température de surface du métal est élevée.

Il va de soi que le nettoyage de la surface est nécessaire car le métal d’apport n’adhère pas à une
couche d’oxydation.

Un flux entraîne:

• la dissolution des couches d’oxyde et des impuretés encore présentes sur le métal;
• un ralentissement important de la formation de nouvelles pellicules d’oxyde sur le matériau mère
et sur le bain du métal d’apport;
• une meilleure fluidité du métal d’apport, ce qui améliore la capillarité.

Il existe des flux spéciaux pour le brasage tendre et le brasage fort.

Pour le brasage tendre du plomb, on utilise uniquement les flux exempts d’acides.

La stéarine est un produit couramment utilisé.

12
I.2.2.4. OUTILS DE BRASAGE

Pour évaser le tuyau, on utilise un taraud


acéré et un marteau en bois.
La partie évasée est ensuite grattée.
On échauffe à l’aide d’un bec de propane
et on essuie la brasure à l’aide d’un chiffon
spécial.

PHOTO : J. VERHOEVEN

I.2.2.5. ÉTAPES DU BRASAGE

Pour le brasage du plomb en feuilles, on a le choix entre le brasage au moyen d’un fer à souder,
comme dans le cas des plaques de zinc, et le brasage avec une flamme nue, après lequel le joint
est frotté à l’aide d’un chiffon de brasage. Les assemblages de tuyaux sont effectués de la deuxième
façon.

• Grattez la surface où vous souhaitez


obtenir un alliage de surface.

PHOTO : J. VERHOEVEN

• Recouvrez-la immédiatement, à l’état froid, d’un flux (stéarine) et empêchez la formation d’une
nouvelle couche d’oxydation.

• Pour les assemblages plomb x cuivre, il est conseillé d’étamer d’abord le cuivre à l’extérieur.

• Insérez le manchon en cuivre dans le tuyau en plomb évasé et veillez à ce que les éléments soient
bien centrés.

13
• Appliquez une nouvelle couche de stéarine
et commencez à chauffer.

PHOTO : J. VERHOEVEN

• Chauffez les deux pièces et maintenez la baguette de brasage au point de flamme.

• Dès que le métal d’apport commence à fon-


dre : effectuez des mouvements de rotation
avec la baguette, étamez la zone de brasage
et frottez le métal d’apport fondant sur les
pièces à assembler.

• Veillez à ce que le métal d’apport fonde vrai-


ment, sous peine de ne pas obtenir l’alliage
de surface souhaité.

• Poursuivez le traitement et appliquez le métal


d’apport sur toute la circonférence de l’assem-
blage. PHOTO : J. VERHOEVEN

PHOTO : J. VERHOEVEN PHOTO : J. VERHOEVEN

• Enduisez à nouveau de stéarine et chauffez • Prenez à présent le chiffon de brasage et


le métal d’apport appliqué jusqu’à ce qu’il enfoncez le métal d’apport fondant en place.
fonde. Terminez en chauffant encore une fois le
raccord et éliminez l’excédent de matière
en effectuant des mouvements de rotation à
l’aide du chiffon de brasage.

Remarque : le brasage du plomb est une opération qui ne se maîtrise qu’après de nombreux exercices.
Évitez de chauffer continuellement le bain de métal d’apport, car en raison du point de fusion inférieur
de l’étain, celui-ci finirait par brûler, et le matériau de base ainsi que le matériau d’apport atteindraient
subitement la même température de fusion.

14
I.3. SOUDAGE

I.3.1. PRINCIPES

Le soudage du plomb est une technique ancienne qui consiste à réaliser la soudure dans le même
matériau que la pièce à façonner. Le “lead-burning”, ou brasage au plomb par fusion, qui curieuse-
ment est utilisé de manière traditionnelle en Grande-Bretagne, n’a jamais vraiment connu de succès
sur le continent. C’est surtout avec la venue du brasage et du brûleur compact au propane que ce
type de soudage est tombé en désuétude.

Depuis quelques années, l’intérêt pour cette technique commence cependant à gagner aussi nos
régions car ce vieux procédé possède une série d’avantages que l’on ne peut sous-estimer. Son
principal avantage réside dans le risque réduit de corrosion du fait de l’utilisation d’un seul et même
matériau. Parmi les inconvénients, citons la formation de vapeurs de plomb qui peuvent être toxiques.
Il faut donc éviter de les inhaler.

Le soudage du plomb s’effectue à la flamme. Pour réaliser une soudure de qualité, il faut respecter
les conditions suivantes:

I.3.2. SURFACES PROPRES

Les surfaces à assembler doivent être grattées sur la partie inférieure, supérieure et sur les bords.
Ces surfaces ne peuvent alors plus être touchées à main nue. Elles ne peuvent ABSOLUMENT PAS
être enduites de flux ou de suif.

I.3.3. BONNE PÉNÉTRATION

La soudure doit pénétrer entièrement, ni plus ni moins. Une pénétration insuffisante résulte géné-
ralement de l’utilisation d’un bec de brûleur trop petit, d’une flamme à trop faible température ou
d’une exécution trop rapide entre l’apport du plomb de soudage et l’ajout consécutif de matériau de
soudage.

Une pénétration trop profonde résulte d’une flamme trop grande ou d’un mouvement trop lent entre
les apports de matériau de soudure.

15
I.3.4. RENFORCEMENT DE SOUDURE

Un joint soudé doit être d’environ 30 % plus épais que le plomb en feuilles.

chalumeau points de soudage


matériau
d’apport
matériau de soudage angle de soudure pointage

30 % de l’épaisseur matériau
sens des soudures du matériau d’apport

bain de fusion très chaud matériau fraîchement coupe longitudinale


fondu

trajet de l’apport trajet des points


coupe longitudinale coupe transversale de chaleur de flamme points de soudage

SOURCE: LE TRAVAIL DU PLOMB


(LOODBEWERKING VOOR DE LOODGIETER) – SIBL

SOURCE: LE TRAVAIL DU PLOMB


(LOODBEWERKING VOOR DE LOODGIETER) – SIBL

Manière de tenir le chalumeau et le métal d’apport lors du soudage d’un joint plat :

• soudage avec une flamme rapide, sans mouvement de va-et-vient.

• soudage au moyen d’une flamme effectuant un mouvement de va-et-vient lent (point de soudage
= endroit où le métal d’apport est ajouté).

16
I.3.5. SOUDURES D’ENTRÉE ET DE SORTIE

Il faut essayer d’effectuer la soudure exactement à l’endroit où elle doit commencer et l’arrêter où il
se doit.

La flamme doit être placée le plus précisément possible au début de la soudure et retirée à la fin de
celle-ci. Cette procédure, qui n’est déjà pas très facile en soi, l’est encore moins en plein air et par
grand vent.

Nous émettons cette mise en garde pour éviter que la pièce à façonner soit localement moins épaisse
en deçà et au-delà du joint de soudure.

Le même effet peut se produire lors d’un mauvais placement de la flamme ou lorsque la flamme
est maintenue trop longtemps dans le métal d’apport fondu.

D’autres problèmes peuvent trouver leur origine dans une exécution trop lente ou trop hésitante du
soudage, un soutien insuffisant à l’angle de surfaces superposées, etc.

L’expérience nous a appris que, pour des applications de type garde-gravier, la préférence doit être
accordée au soudage plutôt qu’au brasage tendre.

SOURCE: LE TRAVAIL DU PLOMB (LOODBEWERKING VOOR DE LOODGIETER) – SIBL

Quelques exemples de pose de joints soudés. Les lignes en pointillés reprises sur les schémas
représentent le trajet que doit suivre la flamme.

17
I.4. TUYAUX EN PLOMB

I.4.1. CONDUITES D’EAU

Il est strictement interdit d’encore utiliser des tuyaux et raccords en plomb pour la pose de conduites
d’eau potable.

Un métal qui entre en contact avec l’eau forme des oxydes métalliques mais une couche de carbonate
basique, ou fine couche de calcaire, protège le matériau contre une série d’effets néfastes.

Si cette même conduite transporte de l’eau douce ou adoucie, cette eau, de nature acide, va dissoudre
cette couche et entraîner la formation d’hydroxydes particulièrement nocifs. On parle dans ce cas
d’ions de plomb ou sels de plomb.
Même en cas de qualité normale de l’eau potable, les normes autorisent des émissions de plomb
tellement faibles qu’il vaut mieux éviter ce type de tuyaux.

Les compagnies de distribution d’eau se sont engagées à remplacer systématiquement les derniers
raccordements domestiques en plomb par des conduites en matière plastique afin d’éviter la formation
de substances et réactions dangereuses. La norme européenne va encore un peu plus loin et interdit
le brasage tendre avec un alliage étain-plomb pour les conduites d’eau. La norme européenne vise
un maximum de 10 mg/l .
Les fabricants de produits de soudage ont emboîté le pas et proposent depuis quelque temps déjà
du fil d’apport en alliage étain-argent ou étain-cuivre.

I.4.2. CONDUITES D’ÉVACUATION

Le plomb n’est plus utilisé pour les conduites d’évacuation.


Avec l’évolution des habitudes de consommation, où l’hygiène a acquis une place de tout premier
plan, de plus grandes quantités d’eau plus chaude s’écoulent pendant un long moment dans les
conduites. La dilatation et le retrait, conjugués à la résistance à la traction réduite du plomb, ont, par
le passé, provoqué de nombreuses ruptures de canalisations.

Grâce aux nouvelles technologies, à la percée des matières plastiques et aux diamètres de conduites
de plus en plus grands, les ventilations secondaires sont dans la plupart des cas devenues superflues,
ce qui entraîne une réduction de la quantité de tuyau mais surtout des heures de travail nécessaires
à la réalisation d’une installation de qualité.

Les constructions modernes se prêtent de moins en moins à la fixation des conduites, et c’est surtout
sous la pression de la masse salariale que ce matériau très exigeant en main-d’œuvre, a reçu son
coup de grâce.

Les hommes de métier qui songent encore au bon vieux temps, ne s’accrochent pas nécessairement
au matériau proprement dit mais restent davantage attachés à la liberté de ne pas faire dépendre
les rayons de cintrage et inclinaisons de tuyaux de l’offre de pièces mais plutôt de la volonté et des
connaissances de l’exécutant.
Nous nous sommes donc limités dans ce module aux raccords entre le plomb et d’autres matériaux
dans les installations existantes.

18
Comme pour tout assemblage de conduites d’évacuation, il faut s’assurer du sens d’écoulement
des eaux résiduaires avant de réaliser un raccord donné. On applique le principe suivant : un tuyau
de diamètre inférieur doit toujours déboucher dans un tuyau plus grand, et à diamètre égal, c’est le
tuyau inférieur qui doit être évasé. Pour les raisons susmentionnées et par respect de la tradition du
métier, on évitera toujours d’utiliser des manchons (c.-à-d. des raccords à deux bouts mâles) comme
raccords étant donné que des assemblages inadéquats augmentent sensiblement les risques de fuite
et occasionnent souvent des obstructions dans les tuyaux d’évacuation.

I.4.2.1. PLOMB EN AMONT DE PVC OU DE CUIVRE

Nous avons une conduite en plomb descendante


et nous souhaitons la prolonger en aval avec un
autre matériau :

• dans le cas du cuivre, on choisit un assem-


blage par brasage;

• dans le cas du PVC, du PE, de la fonte


et autres matériaux similaires, on utilisera
toujours un ou plusieurs manchons à em-
boîtement pourvus d’un joint d’étanchéité en
caoutchouc ou d’un joint à lèvres. Si l’on pro-
longe la conduite avec un tuyau en plastique
de type thermoplaste, on peut éventuellement
utiliser un manchon de retrait.

PHOTO : J. VERHOEVEN

Il convient cependant de limiter l’utilisation de manchons de retrait car l’aspect après retrait n’est
pas toujours satisfaisant et, contre un mur ou dans un angle, endroits où se trouvent le plus souvent
les tuyaux, le manchon ne peut pas être chauffé assez régulièrement, ce qui empêche une bonne
répartition de la force de retrait, et crée même des contraintes indésirables sur le matériau, même
si l’étanchéité est assurée.

19
I.4.2.2. PLOMB EN AVAL DE PVC OU DE CUIVRE

Nous souhaitons raccorder un autre matériau à


une conduite verticale en plomb ou à un embran-
chement principal:

• dans le cas du cuivre, on peut choisir à nou-


veau le brasage tendre;

• dans le cas d’un tuyau en matière synthétique,


on fixera par brasage au tuyau en plomb un
raccord en cuivre rouge ou en laiton adapté au
Ø nominal des tuyaux en matière plastique.
Après refroidissement, un joint d’étanchéité en
caoutchouc est inséré et l’assemblage s’effec-
tue comme avec un manchon à emboîtement
classique pour PVC ou PE.

PHOTO : J. VERHOEVEN

REMARQUE

On évitera d’utiliser divers moyens d’étanchéité et remèdes miracles pour deux raisons principales :

• premièrement, un bon assemblage consiste en une combinaison d’une fermeture mécanique et


d’un composant étanche à l’air ou à l’eau;

• deuxièmement, l’utilisation de toutes sortes de produits de pulvérisation et de lubrification est vue


d’un mauvais œil par le client pour qui ces produits appartiennent au domaine du bricolage.

20
Manuels
L’installateur sanitaire

•• Les manuels disponibles


•• Dessin: les conventions, normes, symboles et •• La pose des canalisations d’eau
définitions •• La robinetterie sanitaire
•• Dessin: lecture de plans appliquée à l’installateur •• La préparation de l’eau chaude sanitaire
sanitaire
•• Les canalisations d’incendie et les sprinklers
•• Les tuyaux en plomb
•• L’évacuation des eaux
•• Les tuyaux en cuivre
•• Gaz : De l’origine à la distribution - L’installation
•• Les tuyaux en fonte intérieure
•• Les tuyaux en acier •• La combustion des gaz
•• Les matières plastiques: généralités •• Gaz : Les appareils domestiques – La ventilation
•• Les tuyaux en PVC-U, PVC-C et les cheminées
•• Les tuyaux en PE, PER et double paroi •• Les appareils sanitaires
•• Les tuyaux en PP-R et double paroi •• Les technologies annexes
•• Les tuyaux en ABS, PB •• L’électricité pour l’installateur sanitaire
•• Les tuyaux en grès •• La chimie et la physique pour l’installateur
•• La préparation de l’eau potable – Le traitement sanitaire
de l’eau et la surpression

Fonds de Formation professionnelle de la Construction