Vous êtes sur la page 1sur 144

Fonds de Formation professionnelle de la Construction

MANUEL PEINTREDÉCORATEUR

PARTIE 1:
SUPPORTS DE TYPE ENDUIT,
À L’INTÉRIEUR
2
Numéro de dépôt: D/2012/1698/07
Partie 1 :
Supports de type enduit,
à l’intérieur

AVANTPROPOS

Ces dernières années, le Fonds de Formation professionnelle de la Construction (fvb-ffc Constructiv) a


été confronté à une demande soutenue d’éditer un ouvrage de référence pour le peintre-décorateur.
Le présent ouvrage a un objectif double. D’une part, il donne un aperçu des produits, techniques et
applications actuels, et d’autre part, il suit le profil professionnel de compétences qui sera converti pas
à pas en programmes de formations.
De nombreuses têtes pensantes aux mains habiles, en apportant leur contribution inestimable à ce
travail, ont permis de pousser la spécialité du peintre-décorateur à un niveau plus haut dans notre
pays. Ce manuel s’adresse également à toute personne souhaitant se familiariser avec le métier. Tous
les aspects du métier, dans ses spécificités, sont abordés, définis et expliqués d’une manière claire et
très visuelle.
Le lecteur trouvera dans ce manuel une mine d’informations et le formateur pourra l’utiliser comme
base pour appréhender tous les aspects du métier à enseigner.
Au sein du groupe de travail, l’apport, entre autres, des organisations professionnelles fut d’une
importance déterminante. C’est de cette manière que l’on a pu bâtir un pont entre la formation et la
réalité du chantier.

Nous souhaitons à chacun une lecture enrichissante et plein de succès à pied d’œuvre.

Robert Vertenueil,
Président du fvb-ffc Constructiv

3
Rédigé à l’initiative et pour le compte du Fonds de Formation
professionnelle de la Construction :

Membres de la commission d’experts :


Luc Defrijn (directeur Flandre fvb-ffc Constructiv), Eric Dujacquier (directeur
Wallonie fvb-ffc Constructiv), Monique Hens (manager régional fvb-ffc
Constructiv), Omer Vandenrijt (VDAB), Herman De Buck (Boss Paints),
Dominique Vanden Driessche (Akzo Nobel) Robert Surkijn (NMC), Bruno
Déthune (PPG), Jos Mispelters (enseignement), Nico Goedgezelschap
(enseignement), Geert Baert (Tony Baert sprl), Geert Ramaekers (Bouwunie),
Luc Vanrenterghem (coordinateur)

Coordinateur du manuel de peinture :


Luc Vanrenterghem

Groupes d’auteurs :
GT plâtres : De Buck Herman (président)
Avec la collaboration de : Mariën Luc, Bruno Déthune
GT bois : Mispelters Jos (président)
Avec la collaboration de : Arsène Wendelen, Guido Tanson
GT métaux :
Avec la collaboration de :
GT matières plastiques : Vanden Driessche Dominique (président)
Avec la collaboration de : Robert Surkijn, Nico Goedgezelschap
GT méthode de travail : Vanrenterghem Luc (président),
Avec la collaboration de : Heydt Pascal, Lauwers Willy, Meersman Klaus,
Spitaels Herwig

Nos remerciements pour leur contribution :


t CSTC
t VDAB
t Les écoles
t Fabricants (de peinture) : Akzo Nobel (Herbol, Sikkens, Trimetal), Boss
Paints, PPG (Sigma Coatings),…

Contact
© fvb-ffc Constructiv, Bruxelles, 2012 Pour adresser vos observations,
questions et suggestions, contactez :
Tous droits de reproduction, de traduction
fvbtffc Constructiv
et d’adaptation, sous quelque forme que Rue Royale 132/5
ce soit, réservés pour tous les pays. 1000 Bruxelles
version août 2012 Tél. : +32 2 210 03 33
Fax : +32 2 210 03 99
D/2012/1698/07 Site web : ffc.constructiv.be

4
Partie 1 :
Supports de type enduit,
à l’intérieur

INTRODUCTION

Découvertes dans les grottes de Lascaux en France et d’Altamira en Espagne, les premières peintures
murales remontent à plus de 30.000 ans. Au départ, l’on utilisait uniquement des couleurs que l’on
retrouve dans la nature.
Avec les progrès de la technique et de la science, la peinture, décorative au départ, a évolué pour
prendre un rôle protecteur, fonctionnel et esthétique.
C’est ainsi que nous pouvons actuellement subdiviser les peintures en 2 grands groupes, les
peintures bâtiments (pour les travaux de peinture intérieurs et extérieurs d’habitations, de magasins,
de bureaux,…) et les peintures industrielles (pour les travaux de peinture industriels : réservoirs,
routes, pylônes à haute tension, industrie automobile,…).
Dans le texte qui suit, le travail de peinture se limite à la construction utilitaire et résidentielle, où l’on
s’efforce de protéger et d’embellir le support.
L’ouvrage a été réalisé sur base des connaissances d’un groupe de personnes venant du monde des
peintres, du secteur de la formation et des fabricants de peinture, qui l’ont rédigé en fonction de leurs
expériences. Le but est d’apporter une aide didactique, principalement aux exécutants de travaux de
peinture. Il s’agit d’un texte accessible à tous. Pour une approche scientifique et/ou juridique, il est fait
référence au C.S.T.C. (Centre Scientifique et Technique de la Construction).

5
6
Partie 1 :
Supports de type enduit,
à l’intérieur

SOMMAIRE

PARTIE 1 : THÉORIE

I. CONNAISSANCE DES MATÉRIAUX à la chaux est insuffisante ......................................21


RECONNAISSANCE, COMPOSITION, CARACTÉRISTIQUES ..9 III.1.4 Plâtre (de gypse) : couche de surface
I.1 Qu’est-ce qu’un enduit qui adhère mal ............................................................22
(ou quelques fois communément plâtre) ? .........9 III.1.5 Enduit à la chaux et plâtre de gypse :
mauvaise cohésion de l’enduit ...........................23
II. DIFFÉRENTS TYPES DE PLÂTRES..........11 III.1.6 Mauvaise adhérence de l’enduit
II.1 Enduit d’argile ....................................................................11 sur le support ................................................................24
II.2 Enduit à la chaux ..............................................................12 III.1.7 Plâtres de gypse : taches brunes .........................25
II.3 Plâtre (de gypse) ...............................................................12 III.1.8 Migration de sel vers la surface ..........................26
II.4 Enduit à base de résines synthétiques ...............13 III.1.9 Taches en surface ........................................................29
II.5 Enduit au ciment (classique) .....................................13 III.1.10 Moisissures ...................................................................30
II.6 Blocs de plâtre....................................................................14 III.1.11 Problèmes d’humidité...........................................31
II.7 Plaques de plâtre à faces cartonnées ..................15 III.1.12 Fissures en surface ...................................................33
II.8 Plaques en fibro-plâtre .................................................16
III.2 ENDUISAGE PEINT .......................................................35
II.9 Blocs silico-calcaires .......................................................17
III.2.1 Peinture peu ou pas adhérente .........................35
II.10 Plaques de parachèvement
III.2.2 Peinture qui pèle .........................................................36
(plaques de fibrociment) ..........................................17
III.2.3 Peinture craquelée .....................................................37
II.11 Panneaux ignifuges......................................................18
III.2.4 Peinture poudreuse ...................................................38
II.12 Enduit projeté ..................................................................18
III.2.5 Anciennes peintures à l’huile ou
III. EXAMEN PRÉLIMINAIRE ................................19 peintures à base de résine alkyde.....................39
III.1 PLÂTRAGE NON TRAITÉ..........................................19 III.2.6 Peintures poreuses .....................................................39
III.1.1 Enduit d’argile : couche supérieure dégradée 19 III.2.7 Encrassement ................................................................40
III.1.2 Enduit d’argile : la couche de fond III.2.8 Moisissures ......................................................................41
de l’enduit d’argile est instable ...........................20 III.2.9 Résidus de colle ...........................................................41
III.1.3 Enduit à la chaux : l’adhérence de III.2.10 Divers - anciennes peintures ou
la couche superficielle de l’enduit supports traités ..........................................................42

PARTIE 2 : PRATIQUE

I. CE QU’UN PEINTRE DOIT SAVOIR V. PEINTURE......................................................................... 113


AU PRÉALABLE .............................................................45 VI. DÉFAUTS ET VICES DE
II. OUTILS.....................................................................................59 CONSTRUCTION LES PLUS
III. PRÉPARATION ..............................................................77 FRÉQUENTS................................................................ 127

IV. MASTICAGE ET ENDUISAGE VII. SÉCURITÉ ET ENVIRONNEMENT .. 133


METHODE DE TRAVAIL..............................83 VIII. VOCABULAIRE DU PEINTRE ............. 139
7
8
Partie 1 :
I. CONNAISSANCE DES MATÉRIAUX Supports de type enduit,
RECONNAISSANCE, COMPOSITION, CARACTÉRISTIQUES à l’intérieur

I. CONNAISSANCE DES MATÉRIAUX


RECONNAISSANCE, COMPOSITION, CARACTÉRISTIQUES
I.1 Qu’est-ce qu’un enduit (ou quelques fois communément appelé plâtre)

t L’enduit est un matériau de construction utilisé pour le


parachèvement des murs intérieurs et les plafonds.
t L’épaisseur va de quelques millimètres à quelques
centimètres.
t Généralement, l’enduit a un aspect blanchâtre. Il
peut également être beige à gris en fonction de sa
composition.
t Le but de l’enduit est d’égaliser la surface des murs et
plafonds pour qu’ils puissent être peints ou tapissés.
t Il y a également des enduits décoratifs, qui ont une
finition plus structurée et sont disponibles en différentes
couleurs.
t Outre les enduits, il existe aussi des plaques de plâtre et
des blocs de plâtre. Ils ont la même fonction qu’un plâtre
classique, c’est-à-dire servir de support sur lequel on peut
peindre ou tapisser.

9
10
Partie 1 :
II. DIFFÉRENTS TYPES D’ENDUITS Supports de type enduit,
à l’intérieur

II. DIFFÉRENTS TYPES D’ENDUITS


II.1 Enduit à base de limon

Comment le reconnaître ?
t En surface, il est de couleur blanche.
t Cet enduit blanc n’a que quelques millimètres
d’épaisseur.
t Des fendillements apparaissent généralement dans la
couche de surface.
t Sous l’enduit blanc, on trouve l’enduit de base, qui a 1 à 2
centimètres d’épaisseur.
t L’enduit de base est de couleur beige.
t La couche de surface est dure, l’enduit de base est assez
cassant et poudreux.
t Pour les plafonds sur solives en bois, des petites lattes en
bois sont clouées sur une structure en bois.
t L’enduit de base est appliqué sur le mur ou les lattes en
bois.
t On peut facilement faire des rayures dans l’enduit avec
un objet dur.

Composition
t L’enduit de base contient du limon, un mélange de sable
et d’argile.
t Il contient également des fibres naturelles, comme par
exemple de la paille.
t L’enduit de finition est à base de chaux.

Caractéristiques
t L’enduit d’argile ne résiste pas à l’eau.
t L’enduit de base est cassant et poudreux.
t Mauvais adhérence de l’enduit blanc sur l’enduit de base.
t L’enduit d’argile ne résiste pas à une humidité constante.

enduit d’argile

11
Partie 1 :
Supports de type enduit, II. DIFFÉRENTS TYPES D’ENDUITS
à l’intérieur

II.2 Enduit à la chaux

Comment le reconnaître ?
t L’enduit à la chaux est de couleur blanche, en surface
comme à la base.
t La chaux est très poreuse et absorbe facilement l’eau (test
avec un vaporisateur).
t La couche d’enduit a entre 1 et 2 cm d’épaisseur.
t On peut faire des rayures dans l’enduit avec un objet dur.

Composition
t L’enduit à la chaux contient de la chaux et des adjuvants.

Caractéristiques
t La chaux continue à sécher et devient donc de plus en
plus dure.
t L’enduit à la chaux laisse passer la vapeur d’eau.
t La chaux résiste à l’action de solvants.
t La chaux ne résiste pas aux acides.
t La chaux est ininflammable.
t L’enduit à la chaux ne résiste pas à une humidité
constante.

II.3 Plâtre (de gypse)

Comment le reconnaître ?
t Le plâtre de gypse est de couleur blanche, en surface
comme à la base.
t Le gypse est poreux mais absorbe difficilement l’eau (test
avec un vaporisateur).
t La couche de plâtre a entre 1 et 2 cm d’épaisseur.
t On peut facilement faire des rayures dans le plâtre avec
son ongle.

Composition
t Le plâtre de gypse contient du gypse et des adjuvants.

Caractéristiques
t Le gypse est ininflammable.
t Quand du fer non traité est en contact avec du gypse, il
rouille.
t Le gypse résiste à l’action de solvants.
t Le gypse ne résiste pas aux acides.
t Le plâtre de gypse ne résiste pas à une humidité
constante.
12
Partie 1 :
II. DIFFÉRENTS TYPES D’ENDUITS Supports de type enduit,
à l’intérieur

II.4 Enduit à base de résines synthétiques

Comment le reconnaître ?
t La plupart des enduits à base de résines synthétiques
sont de couleur blanche.
t Il existe également des enduits structurés à base de
résines synthétiques (en différentes couleurs).
t Seulement quelques millimètres d’épaisseur.
t Les enduits à base de résines synthétiques ramollissent
avec de l’acétone.

Composition
t L’enduit à base de résines synthétiques contient des
résines synthétiques en dispersion dans l’eau.
t Il contient également des charges comme des
carbonates, des silicates et du talc.
t Les enduits colorés contiennent des pigments.

Caractéristiques
t Les enduits à base de résines synthétiques sont à base de résines
thermoplastiques (plus ils sont chauds, plus ils sont mous).
t Ils laissent passer la vapeur d’eau, mais ne résistent pas à
une humidité constante.
t Ils ne résistent pas aux solvants agressifs (acétone).

II.5 Enduit au ciment (classique)

Comment le reconnaître ?
t Généralement gris, l’enduit au ciment peut parfois être
blanc également.
t La structure de l’enduit au ciment est plus grossière que
celle de l’enduit à la chaux et au gypse (plâtre).
t Il est surtout utilisé dans les salles de bains et les cabines
de douche.
t Il est également utilisé sur les murs souterrains.
t L’enduit au ciment est très dur ; le rayer est très difficile.

Composition
t L’enduit au ciment contient toujours du ciment et du sable.
t Il contient également parfois des adjuvants pour
augmenter son étanchéité à l’eau.

Caractéristiques
t L’enduit au ciment classique sèche lentement (1 mm = 1
jour de séchage).
t Il existe cependant du ciment rapide qui est sec après 1 jour.
t L’enduit au ciment est plus dur que le plâtre à base de
gypse et l’enduit à la chaux.
t Des craquelures ou fissures peuvent apparaître facilement. 13
Partie 1 :
Supports de type enduit, II. DIFFÉRENTS TYPES D’ENDUITS
à l’intérieur

II.6 Blocs de plâtre

Comment les reconnaître ?


t Les blocs de plâtre ressemblent à des blocs silico-
calcaires (blocs blancs).
t Les blocs de plâtre sont plus tendres que les blocs silico-
calcaires.
t Il faut d’ordinaire 3 blocs pour 1 m².
t Ils sont lisses, unis et généralement blancs.
t Les blocs sont parfois légèrement colorés (vert, bleu,
parme,…).
t Ils sont dotés de languettes et rainures (visibles sur la
section).
t Les blocs de plâtre étant collés, leurs joints ne sont pas
larges.
t Ils sont utilisés pour les murs de séparation (pas pour des
murs porteurs).
t Il y a une légère différence de niveau à hauteur du joint.

Composition
t Les blocs de plâtre sont principalement composés de
plâtre.
t Outre le plâtre, ils contiennent aussi des charges et des
adjuvants (par exemple matières hydrofuges).
t Certains blocs contiennent des colorants pour que leur
type soit reconnaissable.

Caractéristiques
t La surface des blocs est lisse.
t Les blocs résistent bien au feu.
t Ils présentent de bonnes propriétés acoustiques.
t Aucun temps de séchage n’est nécessaire après
placement.

14
Partie 1 :
II. DIFFÉRENTS TYPES D’ENDUITS Supports de type enduit,
à l’intérieur

II.7 Plaques de plâtre à faces cartonnées

Comment les reconnaître ?


t Le cœur des plaques est composé de plâtre.
t Les bords visibles sont en carton.
t Une plaque standard est grise.
t Il existe aussi des plaques vertes pour locaux humides.
t Les plaques roses offrent une grande résistance au feu.
t Les bords longitudinaux des plaques sont arrondis (bord
ABA ou bord AK).
t Les bords transversaux sont généralement coupés droit.
t Les joints sont fermés avec une bande pour joints et une
matière de remplissage.
t Les plaques ont environ 60 ou 120 cm de large.
t Les plaques sont collées, vissées ou clouées.

Composition
t Le cœur est en plâtre.
t Les côtés visibles sont en carton.

Caractéristiques
t Pas de temps de séchage nécessaire après placement.
t Les plaques ont une résistance au feu élevée.
t Elles ne résistent pas à une humidité constante.
t Légère différence de niveau à hauteur du joint.

15
Partie 1 :
Supports de type enduit, II. DIFFÉRENTS TYPES D’ENDUITS
à l’intérieur

II.8 Plaques en fibro-plâtre

Comment les reconnaître ?


t Les plaques sont légèrement colorées.
t Contrairement aux plaques de plâtre, les côtés visibles ne
sont pas en carton.
t Les plaques ont un joint d’environ 5 mm (côté droit).
t Les plaques ont un joint d’environ 80 mm (côté AK).
t Les plaques sont collées et vissées.

Composition
t Les plaques en fibro-plâtre sont principalement
composées de plâtre.
t Des fibres de cellulose sont incorporées aux plaques.

Caractéristiques
t Un temps de séchage après placement n’est pas
nécessaire.
t Les plaques de fibro-plâtre ont une résistance au feu
élevée.
t Elles sont insonorisantes (au bruit de contact, pas aérien.)
t Les plaques conviennent aux locaux humides (salles de
bains) mais ne résistent pas à une humidité constante.
t Il y a une légère différence de niveau à hauteur du joint.

16
Partie 1 :
II. DIFFÉRENTS TYPES D’ENDUITS Supports de type enduit,
à l’intérieur

II.9 Blocs silico-calcaires

Comment les reconnaître ?


t Les blocs silico-calcaires sont de couleur blanche.
t Ils peuvent être placés avec du mortier ou être collés.
t Ils ressemblent à des blocs de plâtre.
t Ils sont plus durs que les blocs de plâtre.
t Ils sont généralement utilisés pour des murs porteurs.
t Il existe des blocs silico-calcaires de différentes
dimensions.

Composition
t Les blocs silico-calcaires sont composés de chaux et de
sable.

Caractéristiques
t Les blocs silico-calcaires résistent bien au feu.
t Ils sont insonorisants.
t Si les blocs sont collés, il y a une légère différence de
niveau à hauteur des joints de colle.
t Si l’on utilise du mortier, il y a une différence de structure
à hauteur des joints.

II.10 Plaques de parachèvement (plaques de fibrociment)

Comment les reconnaître ?


t Les plaques sont de couleur blanche, beige ou grise.
t Elles sont en général légèrement structurées.
t En fonction du type, il peut y avoir une structure de fibre
de verre en surface.
t Les plaques sont montées avec des vis de fixation.
t Les joints peuvent être fermés avec de la colle, une
matière de remplissage ou du mastic, ou être laissés
ouverts.

Composition :
t Ciment Portland avec adjuvants.
t Certaines plaques ont une couche de fibres de verre.
t D’autres plaques contiennent des fibres naturelles et du
mica.

Caractéristiques :
t Les plaques sont incombustibles.
t Les plaques de ciment résistent bien à l’humidité.
t Les plaques sont imputrescibles.
17
Partie 1 :
Supports de type enduit, II. DIFFÉRENTS TYPES D’ENDUITS
à l’intérieur

II.11 Panneaux ignifuges

Comment les reconnaître ?


t Ces panneaux existent en différentes couleurs (blanc,
beige ou gris).

Composition
t Les panneaux contiennent du silicate de calcium.
t Ils sont renforcés avec des fibres organiques.
t Certains panneaux contiennent du mica.

Caractéristiques
t Les panneaux sont incombustibles.
t Il y a une légère différence de niveau à hauteur des joints
de colle.
t Certains panneaux résistent également à l’humidité.

II.12 Enduit projeté

Comment le reconnaître ?
t Il est d’ordinaire utilisé sur des plaques de béton
préfabriquées.
t Il est amené par voie pneumatique et est lissé avec
un couteau pour enduit projeté par des entreprises
spécialisées.

Composition
t Enduit à projeter avec un liant synthétique (résine).

Caractéristiques
t Grande capacité d’absorption d’eau et d’humidité.
t Grand pouvoir de remplissage et mise en œuvre facile.
t Existe en diverses qualités, dont certaines moins bonnes,
ce dont il faut tenir compte au parachèvement.

18
Partie 1 :
III. EXAMEN PRÉLIMINAIRE Supports de type enduit,
à l’intérieur

III. EXAMEN PRÉLIMINAIRE


III.1 ENDUIT NON TRAITÉ

III.1.1 Enduit à base d’argile : couche supérieure dégradée

Comment le reconnaître ?
t La couche blanche supérieure de chaux se détache de la
couche de fond.
t La couche de fond (couche beige poudreuse avec fibres)
est visible.

Cause
t Dégradation mécanique.
t Lors de travaux de rénovation.
t Vibrations causées par un trafic intensif.

Solution
t Enlever les parties qui se détachent.
t Fixer le support ou appliquer une couche de fond.
t Réparer les trous avec un produit adapté. Ensuite, enduire
localement ou complètement si nécessaire.
t Les différences d’absorption sont égalisées avec un
primer adéquat.

Mesures complémentaires
t On peut appliquer un voile de verre ou de cellulose pour
augmenter ainsi la résistance mécanique de la finition.

19
Partie 1 :
Supports de type enduit, III. EXAMEN PRÉLIMINAIRE
à l’intérieur

III.1.2 Enduit d’argile : la couche de fond de l’enduit d’argile est instable

Comment le reconnaître ?
t Une fine couche de chaux se détache facilement de la
couche de fond.
t Si on frotte avec la main sur la couche de fond, des
particules se détachent facilement.

Cause
t L’enduit d’argile a une mauvaise cohésion.
t L’enduit d’argile contient trop peu de chaux.

Solution
t Appliquer une couche d’imprégnation pénétrant en
profondeur pour améliorer la cohésion de la couche de
fond.
t Après séchage de la couche d’imprégnation, contrôler la
cohésion de la couche de fond en frottant avec la main
sur la surface. Il ne peut pas se détacher de fragments.
t Réparer les parties endommagées avec un produit de
remplissage adapté.
t Les différences d’absorption sont égalisées avec un
primer adapté.

Mesures complémentaires
t On peut appliquer un voile de verre ou de cellulose pour
renforcer ainsi la couche du dessous et augmenter la
résistance mécanique de la finition.

20
Partie 1 :
III. EXAMEN PRÉLIMINAIRE Supports de type enduit,
à l’intérieur

III.1.3 Enduit à la chaux : l’adhérence de la couche superficielle de


l’enduit à la chaux est insuffisante

Comment le reconnaître ?
t Pour contrôler l’adhérence de la couche superficielle,
placer une bande adhésive aux normes prescrites.
t La retirer après une demi-heure. S’il y a des grains blancs
d’enduit à l’arrière de la bande adhésive, la couche
superficielle n’accroche pas assez.

Cause :
t Il faut environ dix mois à un enduit à la chaux pour être
totalement sec. Ce n’est qu’après ce délai que sa force de
cohésion est complète.
t Si l’enduit à la chaux n’a pas eu le temps de sécher, si il n’a
pas séché dans de bonnes conditions ou si le polissage
ne s’est pas fait correctement, dans ce cas, les particules
manquent de cohésion.

Solution
t Laisser l’enduit sécher plus longtemps.
t Traiter l’enduit avec un fixateur adapté. Parfois, la couche
de surface est tellement épaisse que c’est insuffisant et
qu’il faut l’enlever.
t Une couche de surface trop épaisse et qui se détache
doit être enlevée par ponçage (par exemple). Il faut
ensuite enduire totalement la surface.
t Contrôler au préalable l’épaisseur de la couche qui
se détache, pour pouvoir déterminer la méthode
appropriée.
t Les différences d’absorption sont ensuite égalisées avec
un primer adapté.

Mesures complémentaires
t On peut appliquer un voile de verre ou de cellulose pour
augmenter ainsi la résistance mécanique de la finition.

21
Partie 1 :
Supports de type enduit, III. EXAMEN PRÉLIMINAIRE
à l’intérieur

III.1.4 Plâtre (de gypse) : couche de surface qui adhère mal

Comment le reconnaître ?
t Pour contrôler si la couche de gypse poli accroche
suffisamment, coller fermement contre le mur un ruban
adhésif aux normes prescrites.
t Enlever le ruban adhésif. Il ne peut pas rester de
particules poudreuses de gypse sur la face collante du
ruban adhésif. S’il y a de la poudre ou des résidus de
gypse sur le ruban adhésif, cela signifie que la couche
accroche trop peu et que sa cohésion n’est pas suffisante.

Cause :
t Le plâtre de gypse est humidifié et poli par le plafonneur
pendant qu’il sèche. Quand le polissage n’est pas réalisé
correctement, il peut arriver que la couche de surface
n’adhère pas bien à la masse de gypse qui se trouve
dessous.
t Cette couche mal adhérente est également appelée
“peau de frittage”.

Solution :
t Les parties poudreuses sont traitées avec un agent fixant.
t Les résidus de gypse qui ne tiennent pas bien sont
enlevés par ponçage. Ces parties sont enduites avec un
produit approprié.
t Contrôler ensuite l’adhérence avec un morceau de bande
adhésive.
t Si le plâtre de gypse se détache après enlèvement de la
bande adhésive, prendre des mesures plus énergiques,
par exemple enlever les parties qui ont été trop polies.
t Les différences d’absorption sont égalisées avec un
primer approprié.

Mesures complémentaires :
t On peut appliquer un voile de verre ou de cellulose pour
augmenter ainsi la résistance (cohésion) mécanique de la
finition.

22
Partie 1 :
III. EXAMEN PRÉLIMINAIRE Supports de type enduit,
à l’intérieur

III.1.5 Enduit à la chaux et plâtre de gypse : mauvaise cohésion de l’enduit

Comment le reconnaître ?
t En grattant la surface avec un couteau, si l’enduit est
inhabituellement tendre, la cohésion n’est pas suffisante.

Cause :
t Mélange inadéquat ou insuffisant de la poudre de gypse
pendant l’application.
t Gel pendant le séchage, avant que toute l’eau ne soit
évaporée.

Solution :
t Un peintre/décorateur n’est pas en mesure de résoudre
une mauvaise cohésion sur toute l’épaisseur (1 à 1,5 cm).
La seule solution consiste à décaper le mauvais enduit
et à le remplacer par une nouvelle couche d’enduit. Un
plafonneur doit être contacté.

Mesures complémentaires :
t Ceci ne relève pas non plus du peintre/décorateur mais
du plafonneur.
t Consulter les règles du C.S.T.C. (Centre Scientifique et
Technique de la Construction).
t Informer l’entrepreneur ou le maître d’ouvrage et ne
prendre aucune responsabilité en tant que peintre-
décorateur.

23
Partie 1 :
Supports de type enduit, III. EXAMEN PRÉLIMINAIRE
à l’intérieur

III.1.6 Mauvaise adhérence de l’enduit sur le support

Comment la reconnaître ?
t Tapoter sur la surface avec une barre en bois pour la
contrôler. Si cela sonne creux, cela signifie que l’enduit
n’adhère pas bien sur la maçonnerie qui se trouve
dessous.

Causes possibles :
t Le support était trop humide quand l’enduit a été
appliqué, ou bien l’on n’a pas appliqué de couche de
fond appropriée avant d’enduire (par exemple une
couche de fond pour béton, ou une couche de fond pour
plaque de plâtre,…).
t L’enduit a souffert du gel pendant séchage.
t Le support n’avait pas de cohésion lors de l’application
de l’enduit.
t Fortes vibrations suite à des travaux de rénovation ou à
un trafic intensif.

Solution :
t Enlever les parties qui sonnent creux et appliquer une
nouvelle couche d’enduit.
t Les différences d’absorption entre les parties réparées
et les anciennes parties sont égalisées avec un primer
approprié.
t Si l’ampleur des dégâts est trop grande, il faut contacter
un plafonneur.

Mesures complémentaires :
t On peut ensuite appliquer un voile de verre ou de
cellulose afin de renforcer ainsi la couche d’enduit et
d’augmenter la résistance mécanique de la finition.

24
Partie 1 :
III. EXAMEN PRÉLIMINAIRE Supports de type enduit,
à l’intérieur

III.1.7 Plâtres de gypse : taches brunes

Comment le reconnaître ?
t On voit à l’œil nu les taches brunes à la surface séchée et
durcie d’un plâtre.
t Elles sont généralement d’une couleur brun rouille à bleu
parme.

Cause :
t Migration de rouille de profilés en acier mal traités sous le
plafonnage.
t Utilisation de matériaux de fixation qui ne résistent pas à
la rouille.
t Éléments contenant du fer dans les matériaux de
construction.

Solution :
t Traiter les zones tachées avec une peinture isolante pour
éviter tout suintement dans la couche de finition.

profilé en acier non traité sous le plafonnage


Mesures complémentaires :
t Traiter toute la couche de plâtre avec une peinture
isolante pour éviter le suintement.

utilisation de matériaux de fixation non résistants à la rouille

25
Partie 1 :
Supports de type enduit, III. EXAMEN PRÉLIMINAIRE
à l’intérieur

III.1.8 Migration de sel vers la surface

Comment le reconnaître ?
t Les sels apparaissent généralement sous la forme de
cristaux. On les voit facilement à l’œil nu.
t Les sels sur un plâtre de gypse ressemblent à de la
poudre blanche à la surface.
t Si on frotte avec la paume, de la poudre blanche y reste
collée.
t La poudre a “un goût de sel”.
t Ces sels sont parfois appelés ‘salpêtre’, ce qui est incorrect.

Cause 1
Remontée d’humidité par pression capillaire
t Il y a dans le sol des sels sous la forme de nitrates et de
sulfates.
t Ils se dissolvent dans la nappe phréatique et se
répandent ainsi facilement dans le sol.
t Si l’enduit va sous l’étanchéité ou si il n’y a pas d’étanchéité,
la maçonnerie qui se trouve dessous absorbe alors les eaux
du sol. La pression capillaire ascensionnelle permanente
fait migrer les sels vers la surface de l’enduit.
t L’eau dans l’enduit s’évapore, et les cristaux de sel restent
à la surface. On peut les enlever, mais ils réapparaîtront
après un certain temps.

Solution
t Placer une étanchéité dans la maçonnerie.
t Pour cela, enlever d’abord les plinthes et toutes les
parties humides du plâtre.

Comment faire ?
Il y a deux possibilités :
t Soit faire insérer une feuille de polyéthylène ou de bitume,
précisément là où le joint horizontal passe au-dessus de la
surface du sol. On appelle cela protection de la base des
murs contre l’eau souterraine montante. Pour cela, faire
appel à un entrepreneur qui connaît bien son métier.
t Soit injecter dans la maçonnerie des produits
hydrophobes. Pour cela, forer des trous au-dessus du
niveau du sol, jusqu’à une profondeur égale à deux tiers de
l’épaisseur totale du mur. Insérer les produits hydrophobes.
Tenir compte du fait qu’il faudra une longue période de
séchage des murs avant que l’on puisse faire la finition.
Cette période de séchage s’étend facilement sur 12 mois ;
voire davantage pour des murs épais.
Consulter un spécialiste pour déterminer quelle est la
meilleure méthode.
26
Partie 1 :
III. EXAMEN PRÉLIMINAIRE Supports de type enduit,
à l’intérieur

III.1.8 Migration de sel vers la surface

Cause 2
t Fuite dans la gouttière, fissure dans un mur
t Si de l’humidité suinte à l’intérieur par l’une des voies, des
cristaux de sel apparaissent. L’eau dans l’enduit s’évapore,
et les cristaux de sel restent à la surface. On peut les
enlever, mais ils réapparaîtront après un certain temps.

Solution
t Réparer toutes les fuites.
t Fermer les fissures.
t Laisser le mur sécher.
t Enlever les sels avec une brosse dure en nylon bien
sèche.
t Si nécessaire, fixer la surface.

Cause 3
t Si les briques sont saturées de sels, elles absorbent
l’humidité de l’air. Quand l’humidité de l’air diminue,
le mur sèche et les sels restent à la surface. Quand
l’humidité de l’air augmente, les sels absorbent de
nouveau l’humidité. Le plâtre n’arrive pas à sécher
complètement et il apparaît toujours de nouvelles
efflorescences de sel.

Solution
t Placer une membrane étanche sur tout le mur.
t Appliquer une nouvelle couche de plâtre sur la
membrane.
t Égaliser les différences d’absorption entre l’ancien enduit
et le nouveau avec un primer approprié.

27
Partie 1 :
Supports de type enduit, III. EXAMEN PRÉLIMINAIRE
à l’intérieur

III.1.8 Migration de sel vers la surface

Cause 4
t Sels dans une construction neuve.
t Le mortier avec lequel vous construisez les murs contient
également des sels.
t Pendant le séchage après plafonnage, ces sels migrent
vers la surface.
t L’enduit sèche, l’eau qui s’y trouve s’évapore, et les sels
restent à la surface.

Solution
t Laisser sécher l’enduit.
t Enlever les cristaux de sel avec une brosse dure en nylon,
bien sèche.
t Si, après séchage, le support est poudreux, le fixer avec
un produit approprié.

Mesures complémentaires
t Quand les sels sont enlevés, il est souhaitable d’appliquer
une couche de fond isolante sur le support.
t Une peinture isolante évite que les sels restants
absorbent l’humidité de l’air.
t Ne jamais laver les cristaux de sel avec une éponge
mouillée. L’eau activerait les sels encore présents, qui
remonteraient en surface.

28
Partie 1 :
III. EXAMEN PRÉLIMINAIRE Supports de type enduit,
à l’intérieur

III.1.9 Taches en surface

Comment les reconnaître ?


t Traces de crayon, de feutre, de stylo à bille
t Dépôt de suie
t Dépôt de nicotine
t Auréoles séchées

Cause
t Crayon, feutre, stylo à bille : indications du menuisier, de
l’électricien, du plombier,…
t Dépôt de suie : incendie, infiltration du conduit de
cheminée, bougies,…
t Dépôt de nicotine : dans les pièces où l’on fume.
t Auréoles séchées : condensation ou dégâts des eaux.

Solution
t Appliquer une couche de fond qui évite le suintement.

Mesures complémentaires
t Laver d’abord les grosses taches avec de l’eau
additionnée d’un détergent (biodégradable).

Crayon, stylo à bille, feutre, suie, nicotine, auréoles


séchées

29
Partie 1 :
Supports de type enduit, III. EXAMEN PRÉLIMINAIRE
à l’intérieur

III.1.10 Moisissures

Comment les reconnaître ?


t Taches colorées (noires, brunes, roses)
t Petits points noirs

Cause
t Ventilation insuffisante.
t Condensation.
t Humidité ascensionnelle.

Solution
t Supprimer les moisissures à l’eau de Javel.
t Rincer à l’eau claire.
t Laisser sécher.
t Appliquer une couche de fond hydrofuge.
t Finir avec une peinture non absorbante (par exemple
satinée) et/ou résistant à la moisissure.

Mesures complémentaires
t Ventiler suffisamment.
t En cas d’humidité ascensionnelle : injection dans les
murs.
t Peindre avec de la peinture satinée.
t Laver régulièrement.

30
Partie 1 :
III. EXAMEN PRÉLIMINAIRE Supports de type enduit,
à l’intérieur

III.1.11 Problèmes d’humidité

Comment la reconnaître ?
t Il y a surtout des dégâts au-dessus de la plinthe (jusqu’à
environ 1,20 mètre au-dessus du sol).
t Le papier peint se décolle.
t La peinture pèle ou forme des cloques.
t On voit parfois de la moisissure.
t On voit parfois des cristaux de sel.
t Les plâtres sensibles à l’humidité (argile, gypse et chaux)
se ramollissent.
t L’hygromètre indique une valeur plus élevée.

Causes
t Absence de retenue d’eau (feuille de polyéthylène,
roofing, “terre-papier”).
t L’enduit continue jusque sous la retenue d’eau.
t La coulisse est sale (déchets de construction, restes de
mortier).
t Mauvais placement de l’isolation dans les murs creux.
t Dans le cas de panneaux de construction : ceux-ci
reposent directement sur le sol.

Solution
t Il est essentiel de déterminer la cause exacte avant de
prendre les mesures nécessaires.
t S’il n’y a pas d’étanchéité (retenue d’eau), on peut traiter
les murs contre l’humidité ascensionnelle.

31
Partie 1 :
Supports de type enduit, III. EXAMEN PRÉLIMINAIRE
à l’intérieur

III.1.11 Problèmes d’humidité

Comment faire ?
Vous avez deux possibilités:
t Soit faire insérer une feuille de polyéthylène ou de
bitume, précisément là où le joint horizontal passe au-
dessus de la surface du sol. On appelle cela protection
de la base des murs contre la remontée ascensionnelle
de l’eau du sol. Faire appel à un entrepreneur qui connaît
bien son métier.
t Soit injecter dans la maçonnerie des produits
hydrophobes. Pour cela, vous forer des trous au-dessus
du niveau du sol, jusqu’à une profondeur égale à deux
tiers de l’épaisseur totale du mur. Insérer les produits
hydrophobes. Tenez compte du fait qu’il faudra une
longue période de séchage des murs avant de pouvoir
appliquer la finition. Cette période de séchage s’étend
facilement sur 12 mois ; voire davantage pour des murs
épais.
Consulter un spécialiste pour déterminer quelle est la
meilleure méthode.

Mesures complémentaires
t Pour accélérer le séchage, chauffer la pièce.
t Pour évacuer plus vite l’humidité de l’air, placer un
déshumidificateur de bâtiment.

Condensation

Comment la reconnaître ?
t L’enduit a un aspect un peu plus foncé
qu’habituellement.
t Sur les murs : les joints sont visibles à travers le plâtre.
t Sur les plafonds, les poutrelles sont visibles à travers le
plâtre.
t Il y a parfois des traces de moisissure.

Cause
t Ponts thermiques (ce sont les endroits d’une construction
où l’isolation thermique est faible).
t Chauffage insuffisant ou ventilation insuffisante dans
l’habitation.

Solution
t Améliorer l’isolation thermique (placer un revêtement
mural à isolation thermique).

Mesures complémentaires
t Bien ventiler l’habitation.
32
Partie 1 :
III. EXAMEN PRÉLIMINAIRE Supports de type enduit,
à l’intérieur

III.1.12 Fissures en surface

Comment les reconnaître ?


t Craquelures filiformes/fissures capillaires (moins de 0,1
mm de large) : fissures superficielles quasi invisibles. On
peut les repérer en pulvérisant de l’eau sur la surface. Elles
deviendront plus foncées et vous pourrez les voir.
t Fissures de retrait/crevasses de séchage (entre 0,1 et 0,25
mm de large) : visibles à l’œil nu.
t Fissures dynamiques (à partir de 0,25 mm de large) :
visibles à l’œil nu.

Cause
t Fissures capillaires : de la chaleur est libérée lorsqu’on
mélange l’enduit à l’eau. Si l’enduit refroidit ensuite trop
vite, parce que l’air ambiant est trop froid, il y a aura
beaucoup de tensions dans l’enduit et il apparaîtra des
fissures capillaires.
t Fissures de retrait : pendant le séchage, l’eau s’évapore de
l’enduit mouillé. Cette évaporation cause un retrait dans
l’enduit, et il apparaît des fissures de retrait. Dans l’enduit
au ciment, il apparaît des fissures de retrait parce qu’il y a
trop de pression à la surface du ciment.
t Fissures dynamiques : elles apparaissent parce qu’il y a
des fissures dans les matériaux de construction et dans le
bâtiment même.

fissures de retrait

33
Partie 1 :
Supports de type enduit, III. EXAMEN PRÉLIMINAIRE
à l’intérieur

III.1.12 Fissures en surface

Solution
t Fissures capillaires : les fissures capillaires sont stables
et étroites. Il suffit donc de les recouvrir d’une peinture
couvrante. Elles ne se verront plus.
t Fissures de retrait : les fissures de retrait sont remplies si
l’on enduit la surface. Elles ne reviendront pas car elles
sont stables. Une bonne alternative consiste à mettre un
tissu de cellulose ou de verre.
t Fissures dynamiques : ouvrir les fissures. Appliquer si
nécessaire une couche de fond appropriée. Projeter
ensuite un produit de jointoiement élastique dans les
fissures, jusqu’à ce qu’elles soient tout à fait remplies.
Egaliser avec le reste de la surface. Utiliser de préférence
un produit de jointoiement sans retrait pendant le
séchage. En fonction de la largeur et de la profondeur de
la fissure, le produit de jointoiement peut se contracter
ou se dilater au fil du temps.
t Il existe une autre manière de traiter les fissures
dynamiques. L’enduit est enlevé sur quelques centimètres
des deux côtés de la fissure, et le support est nettoyé.
L’ouverture est remplie sur toute la largeur avec
une matière de remplissage dans laquelle on place
une toile d’armature. Ensuite, la toile d’armature est
immédiatement enduite avec le même produit. Tenir
compte du fait que les fissures dynamiques continuent
à bouger. Quel que soit le système utilisé, les fissures
tenaces reviennent. Attention : chaque méthode a ses
limites pour ce qui est de la grandeur des fissures que l’on
peut rattraper. Dans le cas de fissures dynamiques, il est
préférable de consulter un spécialiste afin de déterminer
la meilleure méthode pour les traiter.
t Les éventuelles différences d’absorption entre les
réparations et les parties existantes sont égalisées avec
un primer adapté.

Mesures complémentaires
fissures dynamiques
t Placer ensuite un tissu de cellulose ou de verre pour
renforcer ainsi la couche d’enduit et augmenter la
résistance mécanique de la finition.. Remarque : le tissu
de cellulose n’absorbe pas les fissures dynamiques.
t Les fissures dynamiques apparaissent suite aux
mouvements de la construction. On ne peut jamais
donner de garantie quant à la durabilité du traitement de
la fissure.

34
Partie 1 :
III. EXAMEN PRÉLIMINAIRE Supports de type enduit,
à l’intérieur

III.2 ENDUISAGE PEINT

III.2.1 Peinture peu ou pas adhérente

Comment le reconnaître ?
t Pour contrôler l’adhérence de la peinture, faire un essai
d’adhérence.
Avec un cutter neuf, faire dans la peinture des entailles en
forme de croix (à un angle de 60°). Placer par-dessus une
bande adhésive normalisée ; bien pousser et l’enlever en
une fois. Si de la peinture reste collée à la bande adhésive,
l’adhérence n’est pas suffisante. (voir NIT CSTC pour plus de
détails)

Causes
t Il n’y a pas de couche de fond correcte utilisée lors d’une
première mise en peinture.
t Il y a peut-être un problème d’humidité.
t La peinture a été appliquée sur une peinture très étanche
(par exemple une ancienne peinture à l’huile).
t On a peint sur un enduit en mauvais état.

Solution
t Enlever la peinture à l’aide d’un couteau plat.
t La peinture peut éventuellement aussi être enlevée
chimiquement (décapant).
t Dépolir les anciennes couches de peinture pour
améliorer l’adhérence des nouvelles couches. Pour
cela, laver la peinture avec de l’eau ammoniacale ou
de la soude. Rincer immédiatement et abondamment.
Le dépolissage peut être réalisé mécaniquement par
ponçage.
t Enduire localement l’enduit qui se détache ; au besoin,
enduire toute la surface.
t Les différences d’absorption entre les parties réparées
et les parties existantes sont égalisées avec un primer
adapté.
t En cas de problèmes d’humidité : contrôler l’humidité
de l’enduit avec un hygromètre. Prendre les mesures
qui s’imposent, comme décrit dans les paragraphes
“humidité ascensionnelle” et “condensation”.
t Si l’enduit est en mauvais état : prendre les mesures qui
s’imposent, comme décrit dans le paragraphe “examen
préliminaire de l’enduit non traité”.

Mesures complémentaires
t Vous pouvez ensuite placer un tissu de cellulose ou de
verre pour augmenter ainsi la résistance mécanique de la
finition.

35
Partie 1 :
Supports de type enduit, III. EXAMEN PRÉLIMINAIRE
à l’intérieur

III.2.2 Peinture qui pèle

Comment la reconnaître ?
t La peinture se détache du support.
t La peinture est généralement craquelée par endroits.

Cause
t Il n’y a pas de couche de fond correcte utilisée lors d’une
première mise en peinture.
t L’enduit n’a pas de cohésion.
t La “couche de chaux” se détache de la couche de fond
(enduit d’argile).
t Le plâtre (gypse) a été poli trop longtemps ou n’a pas
bien été poli.
t Des sels se forment sous la couche de peinture.
t Il y a peut-être un problème d’humidité.

Solution
t Contrôler l’humidité du plâtre avec un hygromètre
(prendre les mesures qui s’imposent, tel que décrit à
“humidité ascensionnelle” et “condensation”).
t Enlever la peinture mécaniquement avec un couteau
plat.
t Eventuellement enlever la peinture avec un agent
chimique (décapant).
t Traiter l’enduit avec un produit d’imprégnation.
t Enduire par endroits, ou éventuellement toute la surface.
t Les différences d’absorption entre les parties réparées
et les parties existantes sont égalisées avec un primaire
approprié.

Mesures complémentaires
t Placer un tissu de cellulose ou de verre ensuite pour
augmenter ainsi la résistance mécanique de la finition.

36
Partie 1 :
III. EXAMEN PRÉLIMINAIRE Supports de type enduit,
à l’intérieur

III.2.3 Peinture craquelée

Comment la reconnaître ?
t Il y a de nombreuses craquelures dans le film de peinture,
et il s’est formé des petits îlots.
t Les craquelures sont visibles dans toutes les directions
(pas de craquelures parallèles).
t Les bords de ces “îlots” ondulent parfois.

Cause
t Ceci peut indiquer un vieillissement du film de peinture.
t Il y a souvent une grande différence de souplesse entre
les diverses couches de peinture.
t Apparition généralement quand une peinture “dure” est
appliquée sur une peinture “douce”.
t Parfois visible uniquement sur les joints de mastic.

Solution
t Il faut parfois enlever complètement la peinture (voir
peinture qui pèle et qui se détache).
t Quand les bords se recourbent : poncez le support pour
l’égaliser.
t Appliquez une couche de fond qui assurera une bonne
adhérence de l’enduit.
t Enduire l’ensemble (en général, il faut 2 couches
d’enduit).

Mesures complémentaires
t Placer un tissu de cellulose ou de verre pour éviter ainsi
que les craquelures réapparaissent.

37
Partie 1 :
Supports de type enduit, III. EXAMEN PRÉLIMINAIRE
à l’intérieur

III.2.4 Peinture poudreuse

Comment la reconnaître ?
t Quand on frotte sur la peinture avec la paume de la main,
de la poudre y reste collée.
t Coller une bande adhésive sur la peinture puis l’enlever.
De la poudre reste accrochée sur le côté collant de la
bande adhésive. Mais la peinture ne s’est pas détachée
du mur.

Cause
t La peinture utilisée était de mauvaise qualité, ou
contenait de la chaux.
t La peinture a été lavée avec de l’ammoniaque ou de la
soude caustique, et mal rincée.

Solution
t Laver la peinture à l’eau claire pour éliminer une partie
de la poudre et dissoudre les résidus de produits de
nettoyage agressifs.
t Après l’avoir lavé, laisser complètement sécher le film de
peinture.
t Si la peinture est poudreuse en surface, appliquer un
fixateur, qui fixera la poudre.
t Si la peinture est extrêmement poudreuse (reste
poudreuse après lavage), il vaut mieux l’enlever
complètement.

38
Partie 1 :
III. EXAMEN PRÉLIMINAIRE Supports de type enduit,
à l’intérieur

III.2.5 Anciennes peintures à l’huile ou peintures à base de résine alkyde

Comment les reconnaître ?


t Ces peintures présentent peu de structure due au
rouleau et sont généralement brillantes (satinées).
La peinture ne se dissout ni dans l’alcool ni dans le
méthanol.

Cause
t Comme la peinture continue à durcir, il se forme un
film très fermé. Il se peut que l’adhérence de la nouvelle
peinture soit insuffisante.

Solution
t Rendre mates les anciennes couches de peinture afin
d’améliorer l’adhérence de la nouvelle peinture.
t Pour cela, laver la peinture avec de l’eau ammoniacale ou
de la soude. Rincer immédiatement et abondamment. Le
dépolissage peut également être réalisé mécaniquement
par ponçage.

Mesures complémentaires
t Appliquer un primer d’adhérence.

III.2.6 Peintures poreuses

Comment les reconnaître ?


t La peinture est mate et, si on l’humidifie, elle absorbe
l’eau et devient plus foncée ou change de couleur. La
peinture peut facilement être poncée sans que le papier
abrasif ne se remplisse.

Cause
t L’enduit a été peint avec une peinture surpigmentée (une
peinture qui contient trop de matières de charge, trop
pour le liant).

Solution
t Peindre au préalable la peinture poreuse avec une
couche de fond qui égalise les différences d’absorption.

39
Partie 1 :
Supports de type enduit, III. EXAMEN PRÉLIMINAIRE
à l’intérieur

III.2.7 Encrassement

Comment le reconnaître ?
t La peinture est sale (noire).
t Il y a des traces de saleté au-dessus des radiateurs.
t Il y a des taches (café, nicotine, suie).

Cause
t Saleté externe (éclaboussures, mains sales,…).
t Restants de combustion (suie, nicotine,…).
t Chauffage (poêles, radiateurs,…).
t Ponts thermiques (voir condensation).
t Saleté externe (huile, graisse, beurre,…).
t Éclaboussures (cuisine, restaurant,…).
t Pollution industrielle (garage, usines,…).

Solution
t Laver la saleté superficielle à l’eau additionnée d’un
détergent neutre (biodégradable).

Mesures complémentaires
t Certaines taches peuvent s’infiltrer dans la nouvelle
peinture (café, feutre, encre,…) : utiliser une peinture
isolante.

40
Partie 1 :
III. EXAMEN PRÉLIMINAIRE Supports de type enduit,
à l’intérieur

III.2.8 Moisissures

Comment les reconnaître ?


t Taches colorées (noires, brunes, roses).
t Petits points noirs.

Cause
t Ventilation insuffisante.
t Condensation.
t Humidité ascensionnelle.

Solution
t Attaquer les taches avec de l’eau de Javel.
t Rincer à l’eau claire.
t Laisser sécher.
t Appliquer une peinture non absorbante (par exemple
satinée) et/ou fongicide.

Mesures complémentaires
t Ventiler suffisamment.
t En cas d’humidité ascensionnelle, injecter dans les murs.
t Laver régulièrement.

III.2.9 Résidus de colle

Comment les reconnaître ?


t Des résidus de colle restent parfois très visibles après
enlèvement du revêtement mural.
t Si on humidifie le mur avec une éponge, il devient
poisseux.

Cause
t Ces résidus viennent de la colle qui a été utilisée pour
placer le revêtement mural.
t Parfois, le support est prétraité avec un apprêt (colle de
tapissier diluée).

Solution
t Enlever les résidus de colle à la vapeur, avec un couteau
plat (décollement thermique).
t Laver les résidus de colle avec de la soude caustique.
(décollement chimique), puis rincer soigneusement à
l’eau claire.

Mesures complémentaires
t Appliquer une couche de fond isolante avant de peindre.
41
Partie 1 :
Supports de type enduit, III. EXAMEN PRÉLIMINAIRE
à l’intérieur

III.2.10 Divers - anciennes peintures ou supports traités

Comment les reconnaître ?


t Anciennes peintures : supports qui ne doivent pas
être restaurés mais recouverts de peinture, comme les
imitations de marbre “Peinture de Paris”, principalement
des marbres blancs parachevés à l’encaustique.
t Dorures (en poudre).
t Papiers peints imprimés contenant des colorants à
l’aniline.
t Vinyle expansé : la peinture reste poisseuse à cause des
plastifiants.

Solution :
t Enlever un maximum de l’encaustique avec de la
térébenthine, laver soigneusement avec un produit
dégraissant et décaper tout le support avec un décapant
à action lente peut donner de bons résultats. Faire un
essai d’adhérence et de séchage.
t Enlever si possible les dorures et, dans tous les cas,
appliquez une couche de fond isolante.
t Les papiers peints contenant des colorants à l’aniline
seront de préférence complètement enlevés (ne pas
peindre par-dessus) ; s’il faut peindre dessus, appliquer
une couche de fond isolante.
t Enlever le vinyle expansé. S’il faut peindre dessus, utiliser
une peinture qui empêche les éventuels plastifiants
de migrer à travers la peinture (peinture isolante par
exemple ; consulter le fabricant de peintures).

42
43
44
Partie 1 :
I. CE QU’UN PEINTRE DOIT SAVOIR AU PRÉALABLE Supports de type enduit,
à l’intérieur

I. CE QU’UN PEINTRE DOIT SAVOIR


AU PRÉALABLE
I.1 Informations générales
Température
Sous 10 °C, une peinture sèche plus lentement ; à une
température inférieure à 5 °C, une peinture en phase aqueuse
ne sèche plus du tout. Dans ces cas, veillez à chauffer pour
améliorer le séchage. À une température supérieure à 20
°C, la peinture sèche plus vite et sa mise en œuvre est plus
difficile. L’idéal est de peindre à une température comprise
entre 10 et 20 °C.

Humidité relative
À une humidité relative faible (HR) de 30 à 40 %, la peinture
sèche plus vite. Si l’humidité relative est élevée (plus de 80 %),
l’air est saturé d’humidité. De ce fait, les peintures en phase
aqueuse sèchent plus lentement et le risque de coulures est
accru. À 100 % d’HR, la peinture ne sèche plus du tout.

Alcalinité
Les supports à base de chaux ou de ciment sont alcalins.
Ils peuvent causer une saponification, surtout avec les
peintures séchant par oxydation. La valeur est exprimée par
le pH ; une matière neutre a une valeur de 7. Les problèmes
n’apparaissent qu’après une longue exposition du support
à l’humidité. Si vous voulez vérifier si une matière alcaline
est neutralisée, vous pouvez utiliser de la phénolphtaléine.
Elle réagit en contact à partir d’un pH de 9, en prenant une
couleur bleu/pourpre.

Aération
Il est préférable d’aérer après avoir peint, pour améliorer le
séchage de la peinture que vous avez appliquée. Veillez à
ne pas faire de courants d’air, car la peinture pourrait sécher
irrégulièrement.

Poussière
Avant de peindre, il vaut mieux aspirer d’abord le sol ; il faut
aussi éviter de poursuivre des travaux faisant de la poussière,
qui pourrait se déposer sur la peinture.

Niveaux de finition
En sus de l’application d’un système de peinture
(principalement technique), on distingue différents niveaux
de finition des supports, qui sont définis par le CSTC.
Les niveaux de finition des supports ainsi que les préparatifs
à effectuer sont repris dans la NIT relative aux travaux de
peinture du CSTC. 45
Partie 1 :
Supports de type enduit, I. CE QU’UN PEINTRE DOIT SAVOIR AU PRÉALABLE
à l’intérieur

I.2 Types de peinture

On peut subdiviser les peintures de différentes façons,


notamment selon leur liant, leur processus de séchage ou
leur sorte.

1. Selon le liant

Résines acryliques
t Résine synthétique (polymère).
t Généralement sous forme de dispersion en phase
aqueuse, mais également parfois en solution (en phase
Info solvant).
t Les dispersions sont utilisées à grande échelle dans la
construction.
t Différentes sortes.
La différence entre une émulsion › Peinture acrylique 100%
et une dispersion › Copolymères acryliques
t Existe comme couche de fond (primaire) et comme
Au sens littéral du terme, les émulsions couche de finition.
sont à la fois une dispersion et une
émulsion..
Une émulsion pure est composée de deux Résines alkydes
liquides non miscibles. Le mélange est t Résine synthétique (polymère).
rendu homogène par ajout d’un agent t Généralement en phase solvant.
émulsifiant.
Il existe également des émulsions alkydes en phase aqueuse.
Une dispersion est un mélange de deux
t Métamorphose complète depuis 2010 sous l’influence
substances non miscibles, dont l’une est
de la législation sur les composés organiques volatiles
liquide et l’autre solide (polymère) ; une
(COV), qui doit mener à des produits contenant moins de
substance est dispersée dans l’autre par
solvants.
l’ajout d’un agent dispersant.

Résines vinyliques (latex)


t Les résines vinyliques sont utilisées dans des dispersions
en phase aqueuse.
t Elles peuvent être appliquées sur une large diversité
de supports ; par exemple béton, briques, plafonnage,
plaques de plâtre, anciennes couches de peinture, etc.
t Sont surtout utilisées comme couche finale.

46
Partie 1 :
I. CE QU’UN PEINTRE DOIT SAVOIR AU PRÉALABLE Supports de type enduit,
à l’intérieur

I.2 Types de peinture

2. Selon leur processus de séchage

t Liants à séchage chimique (par oxydation).


› Les liants sèchent par oxydation. Par absorption de
l’oxygène de l’air, le liant, liquide, devient solide.
Par exemple peinture à la résine alkyde.

t Liants à séchage physique.


› Les liants sèchent par évaporation des composants
volatiles de leur solvant (acrylique).

3. Selon le type de peinture

Peintures murales classiques


Sont généralement à base des liants ci-après.
t Acrylique
t Vinylique
On utilise parfois aussi des mélanges de différentes résines
synthétiques.

Peintures murales minérales


Les peintures murales minérales sont connues pour leur
perméabilité à la vapeur et leur absorption d’eau ; elles
peuvent être appliquées uniquement sur des supports
minéraux.

Elles sont généralement à base des liants ci-après.

Peinture à la chaux
t Est généralement livrée sous forme sèche et il faut la
gâcher soi-même.
t Est un « hot item » en décoration.
t Utilisation à l’extérieur : sur un support approprié, pour
donner un caractère authentique.
t Utilisation à l’intérieur : en décoration.

47
Partie 1 :
Supports de type enduit, I. CE QU’UN PEINTRE DOIT SAVOIR AU PRÉALABLE
à l’intérieur

I.2 Types de peinture

Enduit à la chaux
t Le chaulage est une opération intermédiaire entre le
plâtrage et la peinture.
t On distingue trois sortes de chaux :
› À base de calcaire.
› À base de chaux hydraulique.
› À base de ciment (encore peu utilisée).
t La chaux peut être appliquée uniquement sur un support
poreux.

Peinture au silicate
t Du silicate de potassium (verre soluble) est utilisé comme
liant ; il est extrait du sable quartzeux et du potassium
dans un respect relatif de l’environnement.
t Peut être appliquée uniquement sur des supports
minéraux, à l’intérieur comme à l’extérieur.
t Cette peinture résiste mieux aux intempéries que les
peintures à la chaux et les enduits à la chaux.

À base de solvant
t à base de produits naturels (térébenthine)

Peintures naturelles en phase solvant


t Composées d’huiles naturelles (huile de bois, huile de lin).
t Solvant : térébenthine, essence de citron.
t Peuvent être colorées uniquement avec des pigments
minéraux.

48
Partie 1 :
I. CE QU’UN PEINTRE DOIT SAVOIR AU PRÉALABLE Supports de type enduit,
à l’intérieur

I.3 Reconnaître les peintures

Voici quelques points généraux (conseils) pour reconnaître


les types secs de peinture.
t Lisez attentivement les instructions du fabricant des
produits.
t Laissez de préférence un plâtrage neuf sécher pendant
quelques mois. Il y a une différence entre laisser sécher
une habitation et laisser sécher un mur.
t Un peintre s’occupe de la finition : veillez à bien protéger
les parties à ne pas traiter avec des moyens appropriés.
t Dépoussiérez régulièrement, pour que votre résultat final
reste de bonne qualité.
t Pensez également à la sécurité et à l’hygiène.
t …

La NIT relative aux travaux de peinture du CSTC présente une


méthode d’analyse correcte et détaillée pour reconnaître les
diverses sortes de peinture.
Le tableau ci-dessus peut vous aider à faire une première
estimation approximative du type de peinture existant.

Reconnaître les types de peinture


La peinture s’enlève facilement avec une éponge humide.
Se dissout dans l’eau OUI peinture à la craie C’est généralement une peinture très bon marché et de
moindre qualité.
NON
Se ramollit avec de l’alcool
peinture en dispersion
Thermoplastique
Se ramollit dans l’alcool 96% OUI ou siloxane
La peinture siloxane rejette l’eau (toujours enlever la saleté et la poudre)
(acrylique, latex, copolimère)
Ramollit avec du décapant
NON
Manifestement réversible
Se dissout dans le White Spirit
Attention : ce type de peinture se dissout également dans du
ou le tinner synthétique OUI acrylique en solution
xylène !
(l’acétone agit plus lentement) Ramollit avec du décapant
NON
Formation de soufflures et décollement
peinture à la résine Pour ramollir les couches plus anciennes, il faut plus de temps
Se ramollit avec du décapant
(décapant pour résine alkyde)
OUI alkyde Non thermoplastique
émulsion alkyde Une écaille de peinture brûlée a une odeur typique de bois.
Attention : les couches moins anciennes ramollissent facilement avec du xylène.
NON
Absorption manifeste d’eau
peinture au silicate /
Absorbe l’eau OUI peinture à la chaux
Il apparaît des taches plus sombres qui disparaissent au
séchage.
NON
N’est pas attaquée par les solvants.
époxy / polyuréthane
L’époxi jaunit et devient pulvérulent sous l’effet des rayons UV.
49
Partie 1 :
Supports de type enduit, I. CE QU’UN PEINTRE DOIT SAVOIR AU PRÉALABLE
à l’intérieur

I.3 Reconnaître les peintures

Explications des
Remarques
types de peinture
À enlever complètement avec une éponge mouillée, jusqu’au support. Attention : laver
Peinture à la craie en surface = pulvérulence !

Dispersion Sur bois (peinture acrylique) et sur supports pierreux (peinture “tex”).

La qualité dépend du pourcentage de liant ; frotter 10 à 30 secondes avec un chiffon/


coton imbibé d’alcool. Attention : le siloxane aussi se dissout dans l’alcool !
Test supplémentaire : les dispersions sont un peu thermoplastiques. On le reconnaît à la
Dispersion
chaleur de frottement.
copolymère On peut le tester en frottant/ponçant avec un papier abrasif très fin (cela fonctionne pour
le bois et la pierre) ; le film de peinture devient un peu plus mou et plus élastique / le
papier abrasif se remplit.
La différence entre peinture à dispersion et siloxane est le caractère hydrofuge de la
peinture siloxane.
Siloxane/acrylique Testez-le en aspergeant avec de l’eau .
Attention : pour les anciennes peintures siloxane, enlevez toujours d’abord les couches
salies et pulvérulentes afin d’avoir une sécurité suffisante.
Type de peinture Pliolite : se dissout totalement en 10 à 30 secondes avec un chiffon/
Copolymère acrylique coton trempé. Le type de peinture est clairement réversible. Attention : ce type de
contenant un solvant peinture se dissout également dans le xylène, donc testez uniquement avec du white
spirit.

Alkyde polyuréthane
Les peintures à la résine alkyde se durcissent lentement en vieillissant. Vu cette propriété,
le test est difficile ! Peintures moins anciennes : ramollissent légèrement avec du xylène ;
les peintures anciennes ou très anciennes ne réagissent pas au xylène ; avec du décapant,
Alkyde la peinture ramollit ou se ride. Les peintures plus anciennes demandent plus de temps
: si vous enlevez les saletés et pulvérulences, le brillant réapparaît un peu. La chaleur de
frottement n’a aucune influence. Attention : c’est la différence avec la dispersion : les
écailles brûlent avec une odeur de bois / “vieillot” (pas acide).
Liant PU diluable dans
l’eau
Ne réagit pas avec les solvants, n’est pas thermoplastique, peut être très pulvérulente et
Silicate (potassium) poudreuse (résidus secs), a une grande capacité d’absorption, fonce avec beaucoup d’eau
et revient à sa couleur de départ quand elle sèche.
Surface très dure ; résiste aux produits chimiques. Le xylène n’a aucun effet. Devient
Époxy pulvérulente et jaunit fort sous l’influence des UV.

50
Partie 1 :
I. CE QU’UN PEINTRE DOIT SAVOIR AU PRÉALABLE Supports de type enduit,
à l’intérieur

I.4 Type de supports

Il importe de bien préparer les travaux de peinture. Il se


peut que le support ait une absorption irrégulière ou, dans
d’autres cas, manque de cohésion ; en d’autres termes soit
poudreux, poussiéreux ou farineux. Le peintre est parfois
confronté à des matériaux spécifiques ou à des supports
problématiques, pour lesquels laver, poncer et appliquer
une couche d’apprêt ne suffit pas. Le peintre devra alors
appliquer un traitement approprié au support, avec les
produits adéquats.
En effet, pour des travaux de peinture, les préparatifs sont
essentiels. Ils déterminent si la finition sera de qualité.
Les peintures de fond possibles pour la préparation sont :
t Peinture fixante
t Peinture isolante
t Peinture qui égalise l’absorption

Que signifie fixer ?


t Littéralement, fixer signifie : attacher. Nous utilisons un
fixateur pour traiter un support poudreux ou manquant
de cohésion afin que les couches de peinture suivantes
puissent bien accrocher.
t Les fixateurs sont généralement des peintures en phase
solvant ; mais il en existe également en phase aqueuse.
t Ces produits, une fois secs, sont le plus souvent incolores
et transparents.
t Un fixateur fixe ces supports à problème de telle façon
que les couches suivantes adhèrent bien.

Que signifie isoler ?


t Grâce à une couche de peinture isolante, les taches ou
impuretés solubles sont isolées et ne peuvent plus passer
dans les couches suivantes.
t Par impuretés infiltrantes, on veut dire dépôt de fumées,
Attention suie, nicotine, bitume, feutre ou craie contenant de
l’aniline, auréoles, taches de rouille, etc.

Que signifie égaliser l’absorption ?


Certaines peintures de fond combinent,
t Par égalisation de l’absorption, on entend la préparation
dans une mesure plus ou moins grande,
de supports très absorbants, comme la pierre, le plâtre,
des propriétés spécifiques comme
le béton cellulaire, les plaques de plâtre à face cartonnée
l’égalisation, la fixation et l’isolation. À ce
et les panneaux de fibres de plâtre. En égalisant
niveau, suivez toujours les instructions du
l’absorption, on supprime les différences d’absorption du
fabricant.
support. On évite les taches d’absorption et, de ce fait, la
formation d’un nuage dans la couche finale.
t Ces produits sont le plus souvent en phase aqueuse.

51
Partie 1 :
Supports de type enduit, I. CE QU’UN PEINTRE DOIT SAVOIR AU PRÉALABLE
à l’intérieur

I.5 Types de peintures de finition

Elles doivent protéger au maximum le support, être


nettoyables et esthétiques.

Les peintures de finition sont subdivisés selon des propriétés


comme :
t Degré de brillant
t Aptitude au nettoyage
t Fonction
t …

1. Suivant le degré de brillance


Attention Les degrés de brillance sont mesurés avec un instrument
dans lequel la quantité de lumière réfléchie de la surface
de la peinture est comparée avec la quantité de lumière
une différence d’épaisseur de la couche de réfléchie d’une surface noire polie, et ce à un angle précis,
peinture peut entraîner une différence de différent pour les laques et pour les peintures murales.
brillance ! La réflexion de la surface noire polie est calibrée à 100 %.

Les mesures doivent se faire à un angle différent en fonction


du degré de brillance.

Suivant EN 13300/ISO 2813, les degrés de brillance des


peintures murales sont subdivisés en catégories :

Nom du degré de brillance Valeur de mesure


Très mat < 5 % (mesurée à 85°)
Mat < 10 % (mesurée à 85°)
< 60 % (mesurée à 60°)
Satiné
≥ 10% (mesurée à 85°)
Brillant ≥ 60% (mesurée 60°)

Il peut y avoir, en fonction du fabricant, des différences de


terminologie et des valeurs intermédiaires : coquille d’œuf,
semi-mat, mat velouté, satiné, très brillant, etc.

En fonction du degré de brillance, la plupart des peintures


présentent différentes caractéristiques. On peut affirmer en
règle générale que, plus le degré de brillance est élevé, plus
la peinture est riche en liant et plus elle est lavable.
Plus une peinture est mate, moins les éventuels défauts du
support seront visibles.
52
Partie 1 :
I. CE QU’UN PEINTRE DOIT SAVOIR AU PRÉALABLE Supports de type enduit,
à l’intérieur

I.5 Types de peintures de finition

2. Suivant l’aptitude au nettoyage

L’aptitude au nettoyage est indiquée suivant la norme EN


13300 / EN ISO 11998.
Les peintures y sont subdivisées en 5 catégories en fonction
de leur résistance au lessivage.
(Classe la plus basse = 5, la plus haute = 1).
Dans ce test, on frotte sur un échantillon de peinture. Plus la
résistance de la peinture est élevée, moins il y aura de perte
de peinture ; plus la résistance est faible, plus il y aura de
perte de peinture.

Par conséquent, on ne fait plus de distinction entre le fait


qu’une peinture puisse être lavée à sec ou en la mouillant.

3. Suivant la fonction

Les peintures peuvent également être subdivisées selon leur


fonction.
t Peinture murale
t Peinture pour plafonds
t Peinture pour locaux humides
t Peinture fongicide
t …

53
Partie 1 :
Supports de type enduit, I. CE QU’UN PEINTRE DOIT SAVOIR AU PRÉALABLE
à l’intérieur

I.6 Mastiquer

t À cause d’affaissements ou de petits mouvements


permanents dans le support, des fissures peuvent
facilement apparaître; vu les divers coefficients de
dilatation des matériaux, on ne peut pas les absorber
avec un mortier dur mais uniquement avec un
mastic élastique. Il en existe plusieurs sortes ; nous en
décrivons ci-après quelques importantes, avec leurs
caractéristiques.
t Pour des raisons de durabilité, les mastics ne doivent
pas être peints. Mais on peut le faire pour des raisons
d’esthétique.
t Les mastics existent en différentes couleurs (blanc, noir,
brun, transparent) ; il y a également des mastics pour
bois, de couleur adaptée ; on peut obtenir certains
mastics dans les couleurs RAL et/ou NCS. Les mastics
avec lesquels on bouche trous, fissures, crevasses ou
joints de raccord sont faits pour être peints.
t Les joints de vitre sont peints uniquement pour raisons
esthétiques.

COMPOSITION

1. LIANTS
Pour les mastics plastiques, semi-élastiques et élastiques,
il s’agit de résines synthétiques spéciales, comme la résine
silicone, la résine polyuréthane ou la résine polysulfure, ou un
mélange (mastics hybrides).

2. MATIÈRES DE CHARGE
Craie – talc – caolin – poudre de mica - fibres.
Les charges rendent le produit épais et pâteux, et assurent le
remplissage.
Les matières de charge donnent au mastic certaines
propriétés, par exemple la souplesse de mise en œuvre.

3. PIGMENTS
Ils sont utilisés pour la couleur.

4. ADJUVANTS
Accélérateurs – plastifiants – catalyseurs – solvants – fongicides – etc.
Ils améliorent certaines propriétés comme le séchage, le
durcissement, la formation d’une pellicule, etc. Mais certains
adjuvants peuvent avoir une influence négative sur la
peinture avec laquelle on peint le mastic. Par exemple, les
peintures à la résine alkyde peuvent mal durcir, les peintures
à dispersion être collantes ou s’encrasser rapidement.
54
Partie 1 :
I. CE QU’UN PEINTRE DOIT SAVOIR AU PRÉALABLE Supports de type enduit,
à l’intérieur

I.6 Mastiquer

CARACTÉRISTIQUES ET UTILISATIONS DES


MASTICS

MASTIC ACRYLIQUE
» CARACTÉRISTIQUES :
t Délayable dans l’eau.
t Facile à mettre en œuvre.
t Après séchage, devient un peu rigide mais reste un peu
élastique (plastique ou semi-élastique).
t Il peut y avoir un retrait.
t Se peint bien.
t Reste un peu collant ; la saleté s’y accroche.
t Se peint bien avec des peintures à la résine alkyde et des
peintures acryliques.
t Il existe dans le commerce différentes qualités de mastic
acrylique.
t Seul un mastic de bonne qualité présente les
caractéristiques voulues et est durable.

» UTILISATION :
t Joints de raccord à l’intérieur (3-4 mm) et à l’extérieur.
› Entre bois et pierre, par exemple entre châssis et mur,
entre plinthe et mur, etc.
› Entre bois et bois (joint de retrait), par exemple joints
ouverts dans une vieille peinture.
t Fissures dans du plâtre et du béton (3-4 mm).
t Est également utilisé pour fixer plinthes, moulures, etc.
t Un bon mastic acrylique peut également être utilisé à
l’extérieur.

55
Partie 1 :
Supports de type enduit, I. CE QU’UN PEINTRE DOIT SAVOIR AU PRÉALABLE
à l’intérieur

I.6 Mastiquer

MASTIC À LA SILICONE
Siliconenkitten worden geleverd in vele soorten en
kwaliteiten.
Il existe plusieurs types et qualités de mastic au silicone.
Voici les 2 grands types de mastic au silicone :
t Les mastics au silicone contenant de l’acide acétique.
t Les mastics au silicone ne contenant pas d’acide acétique
(mastics silicone neutres).

» CARACTÉRISTIQUES :
t Très élastiques et durables.
t Très bon accrochage sur le verre et d’autres supports.
t Mise en œuvre difficile.
t Ne peuvent pas être peints.
Certains mastics sont appelés “recouvrables”. Cela signifie
que la peinture ne frise pas. Cependant, l’accrochage de
la peinture est toujours insuffisant.
t Sensibles aux moisissures.
t Les silicones sanitaires sont moins sensibles aux
moisissures.

» UTILISATION :
t Comme mastic de jointoiement dans les pièces humides.
Avec ajout de fongicides (mastic sanitaire).
t Les mastics à l’acide acétique ne conviennent pas aux
matériaux sensibles (pierre naturelle,…) ; risque de
décoloration irréversible.
t Comme mastic pour vitrage isolant (étanchéité
supérieure) dans des profils en aluminium (le mastic n’est
pas recouvert de peinture).

56
Partie 1 :
I. CE QU’UN PEINTRE DOIT SAVOIR AU PRÉALABLE Supports de type enduit,
à l’intérieur

I.6 Mastiquer

MASTICS POLYMÈRES MS (MODIFIED SILANE)


Les mastics MS offrent une alternative aux mastics à la
silicone, mais sont plus faciles à peindre.

» CARACTÉRISTIQUES :
t Très élastiques.
t Durables.
t Bonne adhérence sur la plupart des supports.
t Mise en œuvre moyenne à bonne.
t Tout support même humide (dépend du fabricant).
t Peuvent être peints.

Une surface d’essai est toujours à conseiller, pour vérifier le


séchage, le suitement de plastifiants (salissent la peinture),…

» UTILISATION :
t Vitres.
t Joints d’étanchéité – de dilatation et de raccord, à
l’extérieur également.

57
Partie 1 :
Supports de type enduit, I. CE QU’UN PEINTRE DOIT SAVOIR AU PRÉALABLE
à l’intérieur

I.6 Mastiquer

APPLICATION DU MASTIC

Bien appliquer et lisser du mastic est un métier en soi. On


trouve dans beaucoup d’entreprises des “mastiqueurs”
spéciaux. Si vous n’avez pas beaucoup d’expérience en la
matière, il vous faut souvent masquer les joints. C’est tout un
art d’obtenir un beau résultat bien lisse.

APPLICATION
t Appliquer le mastic.
t Mouiller avec de l’eau savonneuse ou un lubrifiant.
t Appliquer avec, par exemple, un couteau à enduire, une
spatule.
t Si nécessaire, lisser avec les doigts.

Certains mastics pour vitres ne doivent pas être humidifiés


avant application.

Tout l’art consiste à appliquer le mastic de façon à devoir


le lisser le moins possible. Pour cela, vous devez couper
l’embout précisément à la bonne largeur et au bon angle, et
appliquer le mastic d’un geste fluide.

FAUTIL PEINDRE LE MASTIC ?

Il existe de nombreuses sortes de mastics sur le marché.


Certains sont “recouvrables”, d’autres ne le sont pas. Lorsque
vous utilisez un mastic, consultez toujours les informations
techniques du fabricant. Si le mastic est déjà appliqué et
que vous ne savez pas à quelle catégorie il appartient, il vaut
mieux le remplacer ; ou faire un échantillon de peinture pour
vérifier s’il est recouvrable.

58
Partie 1 :
II. OUTILS Supports de type enduit,
à l’intérieur

II. OUTILS
II.1 Aménagement de chantier et accessoires utiles

Déshumidificateur

Caractéristiques
t Déshumidificateur puissant et complètement
automatique, d’une capacité de déshumidification de 36
litres d’eau en 24 heures.
t Idéal pour un séchage efficace et à moindres frais d’un
bâtiment neuf ou d’un bâtiment après dégâts des eaux.
t Réservoir de collecte d’eau pour un fonctionnement en
continu.

Phare halogène

Caractéristiques
t Peut éblouir.
t Durée de vie de la lampe limitée, principalement en
raison d’une moindre résistance aux chocs.
t Consommation accrue d’électricité.
t Devient très chaud.
t Peut également être monté sur un pied télescopique.

Aspirateur industriel eau et poussière

Caractéristiques
t Doit être puissant et doté des accessoires nécessaires.
t Peut être raccordé sans problème à des ponceuses, avec
un module de démarrage automatique.

Lecteur de couleur

Caractéristiques
t Appareil qui mesure la couleur d’un objet lisse non
structuré et qui la transforme en un code couleur de
collections.
t N’est utilisable ni sur des étoffes ni sur des couleurs
imprimées (pixels).
t Fonctionne sur piles ou avec un adaptateur.

59
Partie 1 :
Supports de type enduit, II. OUTILS
à l’intérieur

II.1 Aménagement de chantier et accessoires utiles

Échafaudages et échelles

Caractéristiques
t Échafaudages et échelles sont soumis aux normes et
limites d’utilisation établies par le CNAC ; consultez
le fascicule 119 à propos de l’utilisation d’échelles et
échafaudages en suivant le lien : http://cnac.constructiv.
be et consultez la publication.
t …

Mélangeur de peinture

Caractéristiques
t Pour mélanger de grandes quantités de peinture, à la
place d’une spatule.
t La vitesse de rotation peut être réglée.
t Il existe différentes sortes de bras mélangeurs ; on le
choisit suivant le type de peinture à mélanger.

Nettoyeur de rouleaux de peinture

Caractéristiques
t Pour rincer et essorer les rouleaux utilisés avec des
peintures solubles dans l’eau.
t Facile à raccorder à la conduite d’eau.
t L’eau sale peut être conservée ; intéressant sur chantier
car on peut évacuer l’eau plus tard de façon plus
écologique.

60
Partie 1 :
II. OUTILS Supports de type enduit,
à l’intérieur

II.1 Aménagement de chantier et accessoires utiles

Câble de rallonge

Caractéristiques
t Veillez à ce qu’il soit toujours raccordé à la terre, qu’il
supporte une charge suffisante et qu’il respecte les
exigences de contrôle.
t Pour l’utiliser, veillez à le dérouler complètement.

Canon chauffant

Caractéristiques
t Pour augmenter la température de la pièce.
t Peut être électrique ou au gaz.
t Si vous utilisez un appareil au gaz, veillez à amener de l’air
frais.

Hygromètre

Caractéristiques
t Instrument permettant de mesurer l’humidité de divers
matériaux de construction.
t Fonctionne avec des sondes électriques ; est utilisé sur
chantier par les peintres.
t L’éclairage à diodes permet de lire immédiatement le
résultat.

Éclairage de chantier

Caractéristiques
t Possibilité de montage sur un pied.
t Lampes TL protégées dans une armature généralement
équipée d’une prise supplémentaire.
t Faible consommation électrique.

61
Partie 1 :
Supports de type enduit, II. OUTILS
à l’intérieur

II.2 Masquer et protéger

Carton de couverture et de protection

Caractéristiques
t Protection fine étanche à l’eau, le plus souvent utilisée
pour recouvrir et protéger les sols et les escaliers.
t Disponible en rouleaux.
t La couche intermédiaire étanche à l’eau évite l’infiltration
des éventuelles taches de liquide, mais peut de ce fait
causer des taches de condensation sur la face inférieure
par évaporation de l’eau du support.
t Très fin, permet l’ouverture des portes ; ne ramasse pas la
poussière et peut au besoin être nettoyé à l’eau.
t Ne le collez pas directement sur le support pour éviter
qu’il y reste des résidus de colle.

Film de protection

Caractéristiques
t Existe en feuilles ou en rouleaux, en différentes
épaisseurs; est utilisé pour protéger contre l’humidité et
contre la poussière.
t Les films plus épais sont généralement utilisés pour les
sols, et les plus fins pour couvrir et protéger des meubles.
t Veillez au besoin à ce que le support puisse respirer et
évitez la formation de condensation entre le film de
protection et la surface à protéger.

Cutter

Caractéristiques
t Avec guide en métal, verrouillage automatique de la
lame, poignée en plastique.
t Plusieurs modèles, avec lames larges ou étroites.
t Appareil de masquage

62
Partie 1 :
II. OUTILS Supports de type enduit,
à l’intérieur

II.2 Masquer et protéger

Appareil de masquage

Caractéristiques
t Cet appareil manuel fait gagner du temps. Il est utilisé
pour coller rapidement à la main d’étroites bandes de
papier, ou avec un film déployable chargé statiquement
et une bande de masquage que l’on peut adapter suivant
les travaux à effectuer ; le tout combiné avec un couteau
pour déchirer le papier.
t Distributeur manuel : distributeur compact en plastique
qui peut être utilisé avec un film chargé statiquement
avec une bande de masquage d’un seul côté. Est
disponible en différentes largeurs.

Tape – bande de masquage

Caractéristiques
t Existe en différentes largeurs et en plusieurs modèles ;
selon le fabricant, différentes couleurs pour résistance
plus ou moins longue aux UV, utilisation à l’intérieur ou à
l’extérieur, pour supports délicats,…
t À appliquer sur un support sec et propre.
t Ne pas étirer mais simplement presser et bien frotter les
côtés.
t Ne pas mettre sur des sources de chaleur ni au soleil.
t Ne pas laisser inutilement sur le support.

63
Partie 1 :
Supports de type enduit, II. OUTILS
à l’intérieur

II.3 Dépoussiérer, laver, dégraisser et nettoyer

Détergent

Caractéristiques
t Ce peut être de l’eau pure, de l’ammoniaque, un
dégraissant universel.
t Anciennement, l’ammoniaque était le dégraissant
par excellence. Il existe actuellement des nettoyants
universels qui présentent des effets moins désagréables.
t Quel que soit le produit utilisé, il importe de bien rincer.

Éponge et peau de chamois

Caractéristiques
t L’éponge naturelle provient des animaux marins, elle est
de forme irrégulière et absorbe beaucoup d’eau.
t L’éponge artificielle a une forme plus régulière.
t La peau de chamois naturelle est également de forme
irrégulière ; elle est d’origine animale et absorbe bien
l’eau.
t Les éponges sont utilisées pour laver et rincer ; une peau
de chamois sert à sécher les objets lavés.
t Il faut bien les rincer après utilisation, parce que les restes
de détergents, savons ou ammoniaque peuvent les
abîmer. Une peau de chamois ne peut jamais être tordue.

Brosse à poussière

Caractéristiques
t Est utilisée pour enlever à sec la poussière de ponçage,
en combinaison avec un aspirateur. Elle a généralement
une poignée en bois, garnie de crins ou de soies de porc
selon la méthode de fabrication classique des brosses
ménagères.
t Veillez à ce que les poils ne touchent jamais de la
peinture ou de la colle, afin qu’ils ne collent pas
ensemble.

64
Partie 1 :
II. OUTILS Supports de type enduit,
à l’intérieur

II.4 Ponçage et/ou enlèvement d’anciennes couches de peinture ou


d’anciens revêtements

Ponceuse rotative excentrique

Caractéristiques
t L’abrasif bouge selon un mouvement circulaire
(excentrique). Aujourd’hui, le papier abrasif est
généralement maintenu par un système auto-agrippant.
t Idéale pour le ponçage, elle fait gagner beaucoup
de temps. L’aspiration de la poussière sert à éviter le
développement de poussière et à allonger la durée de
vie de la machine.

Ponceuse Flex (ponceuse à long col)

Caractéristiques
t Permet de poncer sans peine des murs et plafonds
jusque 3 mètres de haut.
t On peut poncer sans poussière grâce à un aspirateur.
t Existe avec tête de ponçage ronde (convient
parfaitement aux grandes surfaces) et avec tête de
ponçage triangulaire (permet d’atteindre plus facilement
les coins).
t Réglage de vitesse électronique pour travailler sur
différentes surfaces.
t Est fabriquée actuellement avec un chariot de manœuvre
; il ne faut donc plus la soulever ; le chariot est équipé
d’un éclairage et réserve de la place à un aspirateur.

Varlope ou rabot racloir mural

Caractéristiques
t Varlope : sert surtout à débarrasser un nouveau plâtrage
des petites irrégularités que l’on sent à main nue.
t Permet de rectifier une première fois d’assez grandes
surfaces.

65
Partie 1 :
Supports de type enduit, II. OUTILS
à l’intérieur

II.4 Ponçage et/ou enlèvement d’anciennes couches de peinture ou


d’anciens revêtements

Ponceuse orbitale

Caractéristiques
t Mouvement de ponçage orbital avec disque rond. Le
grain de ponçage bouge suivant un modèle arbitraire
afin d’éviter les raies de ponçage répétitives. Fixation avec
un système auto-agrippant.
t Donne une très bonne finition, peut être utilisée avec
différentes grosseurs de papier abrasif. Cette machine
peut être utilisée avec une seule main pour poncer un
enduit, poncer entre deux couches ou pour mettre à nu.
Un aspirateur approprié assurera un travail plus agréable.

Grattoirs

Caractéristiques
t Peut être utilisé pour le même travail qu’un couteau plat.
t La lame remplaçable peut avoir différentes formes
et peut donc être utilisée pour rectifier un travail de
stucage.

Bloc de ponçage

Caractéristiques
t Bloc de ponçage à la main rectangulaire en caoutchouc
sur lequel on monte du papier abrasif.
t Le bloc à poncer en caoutchouc résiste à l’eau.
t Bloc de ponçage auto-agrippant pour papier abrasif
adapté, convient également aux côtés ronds.

66
Partie 1 :
II. OUTILS Supports de type enduit,
à l’intérieur

II.4 Ponçage et/ou enlèvement d’anciennes couches de peinture ou


d’anciens revêtements

Papier abrasif

Caractéristiques
t Existe en rouleaux et en feuilles, éventuellement adapté
aux ponceuses à dos velcro (auto-agrippant).
t Ce sont surtout la composition du grain et le collage qui
déterminent quelle sorte de papier utiliser :
t Papier de verre/papier d’émeri : répartition irrégulière des
grains – bon marché. Grain 60 à 180.
t Papier abrasif sec (de couleur) jaune, vert, rouge : selon le
fabricant, convient pour poncer des peintures en phase
solvant ou aqueuse. Grain entre 40 et 240.
t Papier abrasif pour ponçage à eau, uniquement en
feuilles ; sa composition permet de l’utiliser mouillé. Est
utilisé pour le ponçage à eau de tout travail de peinture,
pour rendre mats ou poncer les sous-couches dures ou
l’enduit. Grain entre 60 et 1200.

Éponges abrasives

Caractéristiques
t En plus de servir à laver, permettent également un léger
ponçage mouillé du support et donc un enlèvement plus
facile de la saleté.
t Existent en différents modèles : tampons abrasifs
homogènes ou combinés avec une éponge ou un
grain abrasif. Consultez le fabricant ou le fournisseur des
différentes marques.

67
Partie 1 :
Supports de type enduit, II. OUTILS
à l’intérieur

II.4 Ponçage et/ou enlèvement d’anciennes couches de peinture ou


d’anciens revêtements

Couteau plat

Caractéristiques
t Un couteau plat doit être suffisamment solide et peu
élastique car il est utilisé pour enlever les obstacles.
t Il en existe 3 sortes : cours, semi-longs (photo ci-contre)
et longs. Le modèle court est plus pratique, le long est
généralement utilisé pour le décapage à la flamme.
t Les couteaux plats meilleur marché ont une lame plus
fine. Ce qui peut accroître le risque d’accidents. Le
couteau pourrait se projeter suite à une élasticité trop
forte de la lame.
t Dans la plupart des cas, la lame d’un bon couteau plat a
une épaisseur régulière.
t Dans une spatule à enduire, la lame se prolonge jusqu’à
l’extrémité du manche. Ce n’est pas toujours le cas pour
un couteau plat .
t Les coins sont identiques ; il n’y a donc ni angle aigu, ni
angle obtus.
t Un couteau plat est utilisé par le peintre pour différents
travaux, notamment enlever les peintures qui se
décollent ou les matériaux de plâtrage.

Ponceuse vibrante

Caractéristiques
t L’abrasif se déplace suivant un mouvement circulaire
(mouvement orbital). Le papier abrasif est en général
maintenu par auto-agrippant.
t Idéal pour poncer/égaliser, d’où un grand gain de temps.
Une aspiration est idéale pour éviter le développement
de poussière et pour prolonger la durée de vie de la
machine.

68
Partie 1 :
II. OUTILS Supports de type enduit,
à l’intérieur

II.5 Boucher et enduire

Pistolet à mastic

Caractéristiques
- Pistolet pour cartouches tubulaires ; existe
également sous forme fermée pour cartouches en sacs ;
existe aussi sur batteries.

Couteaux à enduire

Caractéristiques
t Il existe différentes sortes de couteaux à enduire.
t Les plus connus sont les couteaux à enduire modèle
anglais. Ils offrent la meilleure qualité pour un bon
enduisage.
t Il existe également des couteaux à enduire japonais et
français.
t Les couteaux à enduire modèle anglais sont fait d’un
Couteaux à enduire modèle anglais acier extrêmement résilient. La poignée, en cocotier,
tombe bien dans la main. Une bague en laiton empêche
la fissuration de la poignée.
t La lame est meulée dans le sens horizontal et le sens
vertical.
t La souplesse étant d’une grande importance lors de
l’enduisage, la lame des couteaux à enduire modèle
anglais est beaucoup plus épaisse près de la poignée
qu’à l’extrémité.
t Un des côtés de la lame est plus long.
t Lors de l’enduisage, l’extrémité de ce côté doit toujours
être tournée vers le pouce.
t Lorsqu’on respecte les règles normales d’enduisage, cette
pointe extra souple permettra un bon recouvrement de
toute la partie enduite.

Spatule plate à double lame


t Lame large à contre-couteau
t La lame est directement fixée dans la poignée en bois.
t Existe en acier inoxydable.
t Pour un enduisage plus efficace sans traces.
t Disponible en différentes largeurs.

Spatule plate à double lame

69
Partie 1 :
Supports de type enduit, II. OUTILS
à l’intérieur

II.5 Boucher et enduire

Couteaux japonais
t Ont une lame rectangulaire très flexible.
t N’ont pas de poignée.
t Largeurs de 2 à 12 cm, par pas de 1 cm.

Couteaux japonais

Couteau américain
t Couteau pour l’enduisage de joints de plaques en plâtre
et de joints larges (pas souple).

Couteau à enduire américain

Plâtroir ou plâtresse

Caractéristiques
t Lame trempée et polie en acier inoxydable.
t Pour appliquer et égaliser des enduits.

Règle

Caractéristiques
t Longue latte en aluminium utilisée comme outil.
t Est utilisée pour effectuer de grandes réparations.
t Est utilisée pour lisser le mortier (produit de jointoiement,
plâtre,…) sur la surface.
t Existe en différentes dimensions.

Couteau pour enduit projeté, Spatules à lisser

Caractéristiques
t Pour lisser l’enduit sur de plus grandes surfaces.

70
Partie 1 :
II. OUTILS Supports de type enduit,
à l’intérieur

II.6 Renforcement

Spatule de tapissier

Caractéristiques
t La spatule de tapissier a été spécialement mise au point
pour lisser différents revêtements sans relief.
t Le côté souple permet d’appuyer vite et efficacement
sans rien abîmer.

II.7 Peindre

MANUELLEMENT
Brosses

Caractéristiques
t Selon leur forme, on peut subdiviser les brosses à peindre
en rondes (les plus utilisées), ovales (généralement
utilisées pour vernir – peuvent être larges ou étroites),
plates (pour le vernissage et pour les produits fluides),
brosses pour radiateurs (pour les endroits difficiles à
atteindre), brosses blocs (pour appliquer des peintures
décoratives ou sur fonds irréguliers). Il en existe encore
toute une série, à utilisations spéciales, brosses à
tamponner, brosses à goudron, brosses pour navires, etc.
t Les brosses peuvent être faites de différents poils naturels
(principalement soies de porc) ou synthétiques (Chinex,
Orel,…). Ils doivent être souples et présentent des
propriétés capillaires. Ils doivent absorber un maximum
la peinture, pour la répandre ensuite sur le support avec
souplesse et régularité. Le manche joue également un
rôle, car les peintres expérimentés font un mouvement
tournant quand ils peignent. Ils ont donc besoin d’un
manche rond pas trop lisse mais pas trop freinant non
plus.

71
Partie 1 :
Supports de type enduit, II. OUTILS
à l’intérieur

II.7 Peindre

t Les brosses en soies de porc chinoises (noires) résistent


très bien aux solvants ; de forme conique, elles restent
orientées vers l’intérieur contrairement aux poils de forme
cylindrique (première génération de poils synthétiques).
Par contre, elles résistent moins bien à l’eau. Vu l’arrivée
sur le marché de peintures en phase aqueuse, on a donc
mis au point de nouveaux types de brosses, notamment
la fibre Orel, creuse avec une surface écaillée, et la fibre
Chinex, pleine et fendue aux extrémités, qui permet
une application plus régulière et plus lisse. Mélanger les
Les poils en forme de Les poils en forme de différentes sortes de brosses est l’idéal pour le peintre.
cône sont plus faciles cylindre sont plus difficiles
à fixer et restent à fixer (c’est presque t Une nouvelle brosse sera d’abord nettoyée pour enlever
dirigés vers l’intérieur. impossible sans colle) et
forment beaucoup plus vite les poils détachés, etc. Pour ce faire, avant de l’utiliser
un éventail vers l’extérieur. pour la première fois, frottez la brosse neuve sur une
surface rugueuse ou du papier abrasif, puis faites-la rouler
dans vos mains.
t Après utilisation, la brosse doit être nettoyée avec un
diluant adapté à la peinture avec laquelle vous avez
travaillé. Il peut notamment s’agir d’eau, d’huile, de white
spirit, d’alcool,… Suspendez-la ensuite à l’écart du sol
dans un “pot à brosses” ; seuls les poils peuvent être
dans l’eau. Vous pouvez aussi bien la laver avec de l’eau
savonneuse. Enlevez l’éventuelle peinture durcie avec un
nettoyeur pour brosses.

72
Partie 1 :
II. OUTILS Supports de type enduit,
à l’intérieur

II.7 Peindre

Rouleaux

Caractéristiques
t On peut en distinguer différents types selon leur forme :
modèle normal, rouleau pour radiateur, petit rouleau pour
tuyauteries, petit rouleau pour coins.
t Suivant leur type et leur composition, les rouleaux
présentent différentes propriétés et applications. Le poil
peut être en fibres synthétiques ou naturelles (laine de
mouton), et de différentes longueurs. Les rouleaux à
poils longs sont utilisés pour les peintures structurées
et/ou les supports inégaux. Pour les murs intérieurs,
on peut utiliser des rouleaux à poils mi- longs ; pour le
parachèvement plus fin, on utilisera des rouleaux à poils
courts, qui se chargeront de moins de peinture. Pour
appliquer des laques synthétiques, on utilise un rouleau
en mohair. Pour les peintures en phase aqueuse et les
plus petites surfaces, il existe des rouleaux moltoprène,
velours, en feutre Anza, Modacryl, etc. Pour travailler
correctement avec un rouleau à peindre, vous avez
besoin de préférence d’une grille pour répartir la peinture
uniformément sur le rouleau.
t Avant d’utiliser un rouleau neuf, rincez-le d’abord
soigneusement à l’eau pour en éliminer les poils (ou les
particules) qui ne tiennent pas bien.
t Un rouleau à peindre doit être entretenu ; quand vous
interrompez votre travail, il faut l’empêcher de sécher, par
exemple en l’enroulant dans une feuille plastique. Après
utilisation, enlevez le maximum de peinture en le frottant
avec un objet qui ne l’abîme pas ; ensuite, rincez-le avec
le solvant, puis avec du savon. Veillez à le suspendre après
l’avoir nettoyé, pour que les fibres ne se déforment pas
en séchant.

73
Partie 1 :
Supports de type enduit, II. OUTILS
à l’intérieur

II.7 Peindre

MÉCANIQUEMENT
Appareil de pistolage Airless

Caractéristiques
t Formation d’un brouillard ; ne peut pas être utilisé partout.
t Plus grande vitesse de travail que le pistolage
conventionnel ou à basse pression, mais beaucoup de
travail de protection.
t Grosse épaisseur de la couche de peinture : possibilité de
n’appliquer qu’une seule couche.
t La peinture peut être aspirée directement dans le bidon.
t Convient moins bien aux petites surfaces.

Appareil de pistolage Airmix

Caractéristiques
t Offre les avantages spécifiques d’un airless (hautes
performances et peu de brouillard de peinture) et d’un
système de pistolage conventionnel (possibilité de régler
l’air et le produit).
t Moins il y a de pression, moins il se forme de brouillard de
peinture.
t Essayez de séparer les peintures murales et les laques.

Pistolage conventionnel

Caractéristiques
t Finition quasi parfaite.
t Les pistolets sont très réglables.
t Ils se nettoient vite et facilement.
t Gros brouillard de peinture.
t On a toujours besoin d’un compresseur.
t Pistolet avec récipient dessous, récipient dessus ou
récipient sous pression.
t Est utilisé principalement pour la menuiserie et les
meubles.

Récipient sous pression

Caractéristiques
t Est généralement utilisé pour injecter un produit
Drukvat d’étanchéité ou pour appliquer plusieurs couleurs.
74
Partie 1 :
II. OUTILS Supports de type enduit,
à l’intérieur

II.7 Peindre

Appareil de pistolage HVLP (High Volume Low


Pressure)

Caractéristiques
t Pistolage à basse pression.
t Plus de débit d’air et pression d’air accrue, donc plus de
productivité avec moins de dilution.
t La peinture doit être diluée.
t Peu de brouillard de peinture – convient pour peindre
dans des habitations.
t Faible vitesse de travail.
t Convient à un grand nombre de finitions fines.
t Léger et compact.
t Efficacité accrue en comparaison avec les turbines
standard et donc moins de consommation d’énergie et
plus longue durée de vie.
t Utilisable pour les radiateurs, portes, moulures, escaliers,
petits travaux de rénovation, clôtures.

Appareil de pistolage à basse pression

Caractéristiques
t Moins de brouillard de peinture grâce à la basse pression.
t Consommation de peinture moindre.
t L’air est réchauffé par la résistance à travers le flexible –
moins de risque de coulées.
t Facile à entretenir.
t On peut y ajouter un compresseur et un récipient sous
pression.
t On ne peut pas pistoler directement à partir de
l’emballage de peinture.
t Finition un peu moins belle (aspect peau d’orange).
t Faible vitesse de travail.
t La peinture doit être bien diluée.

Pompe rotative

Caractéristiques
t Est utilisée pour le pistolage des produits pâteux (enduit
à pistolet) et des quartz structurés.

75
Partie 1 :
Supports de type enduit, II. OUTILS
à l’intérieur

II.8 Sécurité

Gants

Caractéristiques
t Nombreux types différents, qui protègent la peau lorsque
vous utilisez des produits nocifs.

Masques

Caractéristiques
t Matériau protecteur pour poussière fine et/ou brouillard
de peinture, pour éviter d’inspirer des produits nocifs.
t Différents types, avec ou sans soupape d’évacuation, avec
filtres à charbon actif.
t Veillez à ce qu’ils respectent la norme européenne en
vigueur, selon l’utilisation.

Lunettes de sécurité

Caractéristiques
t Sert à protéger des particules ou produits qui giclent
(liquides dangereux), qui peuvent venir de face ou
latéralement.
t Doivent être bien ajustées et être utilisées en respectant
la règlementation du travail.

76
Partie 1 :
III. PRÉPARATION Supports de type enduit,
à l’intérieur

III. PRÉPARATION

Une bonne préparation est nécessaire pour


l’obtention d’un résultat final de qualité.

III.1 Masquage et protection

Quand et pourquoi
t Par définition, il faut toujours masquer et/ou protéger
toutes les parties qui ne doivent pas être traitées.
t Toutefois, l’utilisation de moyens de protection ne
garantit pas qu’il ne puisse rien arriver ; elle doit en outre
être adaptée aux travaux à exécuter ; la protection contre
l’éventuelle chute d’objets est différente de la protection
contre la poussière.
t L’utilisation correcte des moyens appropriés peut vous
faire gagner beaucoup de temps car elle vous permet
de laisser les lieux propres et de réduire le besoin d’un
éventuel nettoyage.
t Elle permettra au peintre, en particulier s’il utilise des
produits à pulvériser et/ou moins faciles à mettre en
œuvre, une finition plus efficace et plus jolie.

Outils
t ruban adhésif
t film de masquage
t papier de masquage
t carton de masquage ou de protection
t membrane de masquage
t appareil de masquage

77
Partie 1 :
Supports de type enduit, III. PRÉPARATION
à l’intérieur

III.1 Masquage et protection

Méthode de travail
t Débarrassez les locaux à traiter d’un maximum de choses.
Enlevez également les appareils d’éclairage, les plaques
de recouvrement des interrupteurs et prises de courant,
les poignées de portes et les cache-serrure. Protégez
suffisamment les parties à ne pas traiter, avec les moyens
appropriés. Protégez les vitres, évitez de griffer le verre
en ponçant et faites bien attention au verre sablé car des
taches ineffaçables peuvent apparaître dans les parties
sablées. Les sols durs ou semi-souples ou les appuis
de fenêtre en bois, en pierre naturelle, en marbre, etc.,
doivent de préférence être protégés contre la chute
d’objets, mais veillez à ce que la protection laisse respirer
le dessous. Certains liquides peuvent endommager le
support, et ce simplement par de la vapeur. C’est ainsi
que le gaz ammoniaque peut décolorer le chêne.
t Avant de protéger, veillez à éliminer toute la poussière sous
le matériau de masquage/protection. Pour appliquer du
ruban adhésif, une base propre et sèche est recommandée.
Pressez le ruban adhésif sans l’étirer. Ne mettez jamais de
ruban adhésif sur un radiateur et limitez au temps nécessaire
la période pendant laquelle vous laissez le ruban ; évitez
autant que possible les rayons du soleil.
t Essayez autant que possible d’utiliser des matériaux de
masquage minces et imperméables afin que les portes etc.,
puissent s’ouvrir facilement et pour limiter le risque que le
support soit endommagé par des infiltrations d’eau.
t Si vous utilisez du ruban adhésif ou du tape, n’oubliez
pas que la chaleur ou les solvants que contiennent les
produits peuvent en dissoudre la couche adhésive et
faire dans le support des taches difficiles à enlever.
t Veillez à ce que le support puisse respirer ; vous éviterez
ainsi qu’apparaissent des moisissures ou autres taches
dans la pierre naturelle, le marbre, le parquet, etc. ;
n’oubliez pas non plus qu’il est peut-être nécessaire que
la chape soit suffisamment sèche avant de pouvoir placer
un revêtement de sol.
t Une protection peut également décolorer le support ;
ces décolorations sont difficiles à enlever, par exemple
sur des escaliers en bois (chêne, hêtre,…) dont la finition
doit être transparente.
t Posez le ruban adhésif en soustrayant l’épaisseur du
produit à appliquer. Par exemple, si un enduit structuré
de 2 mm est appliqué, il convient de soustraire 2 mm du
ruban adhésif à poser sur le support.
t Si vous utilisez des bandes de carton de protection, collez
les bandes l’une à l’autre et pas au support.
78
Partie 1 :
III. PRÉPARATION Supports de type enduit,
à l’intérieur

III.2 Dépoussiérage, dégraissage et nettoyage

Quand et pourquoi
t La poussière et la saleté ne composent pas un support
approprié pour un peintre. Elles doivent d’abord être
éliminées avec un matériel approprié.
t De même, les anciens produits à l’eau comme le “Blanc
fixe” et les peintures poudreuses doivent d’abord toujours
être soigneusement lavées ; sinon, vous n’obtiendrez pas
un bon accrochage.
t Il est souvent préférable de ne pas laver les supports
poreux parce que cela n’élimine pas la poussière. La
meilleure solution consiste à appliquer une couche de
fond bien adaptée.

Outils
t brosse à poussière
t aspirateur industriel à poussière et à eau
t éponge à récurer
t nettoyant

Méthode de travail
t Pour le nettoyage à sec, on travaille du haut vers le
bas. Les masques à poussière limitent l’irritation des
voies respiratoires. L’utilisation d’un puissant aspirateur
industriel apporte aussi une grande aide. Par contre, si
vous nettoyez en mouillant, par exemple une peinture
durable, travaillez plutôt du bas vers le haut parce que
les coulées peuvent laisser des marques permanentes. Le
nettoyage de supports à repeindre se fait de préférence
du haut vers le bas.

79
Partie 1 :
Supports de type enduit, III. PRÉPARATION
à l’intérieur

III.3 Ponçage et/ou enlèvement d’anciennes peintures ou


d’anciens revêtements

Quand et pourquoi
t On lave, dégraisse et dépolit le support pour un bon
accrochage. Pour éliminer les défauts, on ponce afin
d’enlever les traits de brosse, les coulées, les poussières,
les bords acérés ou les anciennes couches de peinture.

Outils
t racloir mural
t bloc de ponçage
t papier abrasif
t détapisseuse à vapeur
t ponceuse vibrante
t ponceuse excentrique
t meuleuse d’angle
t ponceuse rotative

Méthode de travail
t Il y a 2 méthodes de ponçage, à la main et à la machine
; avec une ponceuse vibrante ou avec une ponceuse
excentrique. Pour les surfaces plus grandes de plafonds
ou de murs, on travaille actuellement avec une ponceuse
à long col. On peut diviser le ponçage en 3 groupes : la
préparation, le ponçage intermédiaire et la finition.
t La préparation peut être intensive sur des supports
endommagés ou non intacts ; ou fine sur des supports
presque intacts on finement structurés.
t Le ponçage intermédiaire consiste principalement à
poncer les sous-couches et l’enduit.
t La finition consiste en un ponçage fin des surfaces et
arrondis afin d’obtenir un meilleur niveau de finition.
t En fonction de l’état du support, vous devrez peut-être
d’abord le nettoyer avant de poncer.
t Choisissez bien la méthode de ponçage et le papier
abrasif. Les peintures en phase aqueuse ont un
comportement différent des peintures en phase solvant.
Sur certains supports, le papier abrasif peut rapidement
être rempli.
t Le choix de la grosseur du grain du papier abrasif est
fonction de l’état du subjectile et de la finition souhaitée.
Pour les travaux d’entretien des peintures en particulier,
les couches intactes doivent seulement être dépolies afin
d’éviter que des rayures de ponçage soient visibles dans
la couche finale des peintures en phase aqueuse.
80
Partie 1 :
III. PRÉPARATION Supports de type enduit,
à l’intérieur

III.3 Ponçage et/ou enlèvement d’anciennes peintures ou


d’anciens revêtements

t Grosseur de grain à utiliser pour les systèmes de peinture


conventionnels :
› Enlèvement d’anciennes couches de peintures
P 40 - 80
› Ponçage d’anciennes couches de peintures P 120
› Ponçage de couches de fond P 180
› Ponçage avant couche de finition P 220 / toile
abrasive gros grain
t Grosseur de grain à utiliser pour les systèmes de peinture
en phase aqueuse :
› Enlèvement d’anciennes couches de peintures
P 40 - 80
› Ponçage d’ancienne couches de peintures P 180
› Ponçage de couches de fond P 280
› Ponçage avant couche de finition / toile abrasive
grain fin
t Soyez ordonné et organisé dans vos travaux de ponçage,
et ne travaillez pas en tous sens.
t Veillez à poncer avec régularité.
t Pour les surfaces profilées, commencez toujours par les
parties les plus difficiles à atteindre, et terminez par les
plates.
t Ne l’oubliez pas : vous ne pouvez pas tout poncer à la
machine. Veillez à ce que les coins droits ou anguleux le
restent, ne les arrondissez pas.
t N’économisez pas le papier abrasif.

Après ponçage, toute la surface doit être soigneusement


dépoussiérée avant de commencer à peindre (veillez à ce
que toutes les poussières soient éliminées).

81
82
Partie 1 :
IV. MASTICAGE ET ENDUISAGE MÉTHODE DE TRAVAIL Supports de type enduit,
à l’intérieur

IV. MASTICAGE ET ENDUISAGE MÉTHODE DE TRAVAIL


IV.1 Remplissage de grands trous = masticage

Avant de commencer à mastiquer ou à enduire, contrôlez si


le support est sec et a une capacité portante, et s’il ne faut
pas appliquer une couche de fond appropriée (par exemple
fixant).
Consultez les directives des fabricants.

Quand et pourquoi
Pour des inégalités moyennes à grandes dans le support,
les défauts peuvent être réparés avec des mastics ou des
enduits.

Quels produits
t Ce sont des produits généralement sous forme de
poudre. La poudre doit être ajoutée à de l’eau suivant les
instructions du fabricant.
t Il existe également des produits prêts à l’emploi.

Outils
t règle
t couteau à enduire
t truelle

Méthode de travail
t Pour des réparations d’une certaine ampleur, le
plafonneur ou le peintre utilisera une règle pour égaliser
le produit sur la surface (enduit, mastic, plâtre, selon les
circonstances).
t Il existe des règles de différentes dimensions.
t Le produit est appliqué avec une truelle.
t Si le produit est composé de plâtre, il sera compacté et
nivelé en surface après durcissement (avec la spatule de
lissage).
t L’ensemble sera ensuite passé à l’éponge et poli avec la
truelle.
t Pour adopter la bonne méthode de travail, il est conseillé
de s’informer suffisamment à propos du produit, ou de
suivre une formation sérieuse de “plafonneur”.

83
Partie 1 :
Supports de type enduit, IV. MASTICAGE ET ENDUISAGE MÉTHODE DE TRAVAIL
à l’intérieur

IV.2 Enduisage du peintre

Quand et pourquoi
Enduire consiste à enlever les petites inégalités du support
ou sur le support préparé. On peut le faire ou non après le
masticage ou les réparations.

Produits
t L’enduit est un produit pâteux aux légères propriétés de
remplissage, que l’on peut appliquer sur presque tout
support.

Outils
Préparation du produit
t couteau plat
t couteau à enduire (anglais, français, japonais,…)
t spatule à lisser
t truelle
t couteau de plafonneur

Préparation d’un enduit en poudre


t Veillez à disposer de seaux propres si vous devez préparer
vous-même votre enduit (des saletés dans le seau
provoquent des grumeaux dans l’enduit).
t Pour les petites réparations, vous pouvez également
utiliser un bol à plâtre pour préparer l’enduit en poudre.
t Utilisez seulement de l’eau froide et propre.
Verser de l’eau propre dans un seau
t Pour préparer l’enduit, utilisez de préférence un couteau
à enduire anglais. Pour de plus grandes quantités, utilisez
un mélangeur à tige mélangeuse.
t Préparer l’enduit signifie le pétrir, non le brasser.
t N’attendez pas pour nettoyer les couteaux à enduire.
t La consistance de l’enduit est importante. Généralement,
la bonne proportion est une quantité d’eau pour deux
quantités de poudre.
t Laissez reposer le mélange quelques instants.
t Une fois l’enduit préparé, il est déconseillé d’encore y
ajouter de l’eau.
t L’enduit est généralement préparé de manière à ce qu’il
soit un peu plus consistant.
Ajouter l’enduit en poudre à l’eau
t Pour tous les produits en poudre, la poudre est ajoutée à
l’eau, et non l’inverse.

84
Partie 1 :
IV. MASTICAGE ET ENDUISAGE MÉTHODE DE TRAVAIL Supports de type enduit,
à l’intérieur

IV.2 Enduisage du peintre

Méthode de travail
t Cette méthode vous permet d’être en fin de compte
rapide et rentable.
t La façon de procéder dépend du fait que vous soyez
droitier ou gaucher.
t La façon de procéder d’un gaucher est l’image en miroir
de la façon de procéder du droitier.
t Il importe de savoir quelle sera la finition du support.
t Veillez à ce que l’environnement de travail reste propre.
t Veillez à ce que votre seau soit propre si vous préparez
vous-même l’enduit. En effet, les ennuis peuvent
Mélange des produits
déjà commencer à ce niveau. Si le seau n’a pas été
suffisamment nettoyé avant d’enduire, il peut y avoir des
grumeaux dans l’enduit.
t Ceci provoquera un enduisage de mauvaise qualité,
pénible à mettre en œuvre parce que les saletés
provoqueront des rayures lors de l’application.
t S’il s’agit de petites réparations, vous pouvez également
utiliser un bol à plâtre pour préparer l’enduit en poudre.
t Si l’enduit est préparé avec de l’eau, veillez à ce que l’eau
dont vous avez besoin soit propre et froide.
t Utilisez de préférence un couteau à enduire anglais.
t Veillez à ce que ce couteau à enduire ne soit pas trop
étroit. Le but n’est pas de brasser l’enduit, mais de le
Prise des produits
pétrir. Un couteau à enduire plus large vous permet de
mélanger mieux et plus vite votre enduit en une masse
homogène. Enfin, vous utiliserez votre couteau à enduire
pour l’application. Si vous préparez de plus grandes
quantités, vous pouvez recourir à un mélangeur à tige
mélangeuse.
t Nettoyez à temps les couteaux à enduire. N’utilisez pas
d’eau. Certains couteaux sont en fer et peuvent rouiller.
Si vous travaillez avec des enduits synthétiques, utilisez le
solvant approprié pour nettoyer les couteaux.
t Ne laissez surtout pas les couteaux à enduire traîner ou
tomber sur le sol.
Enduit prêt à l’emploi
Petits remplissages
t L’application du produit se fait avec un couteau à enduire.
t Adaptez la largeur du couteau à enduire à la largeur à
remplir.
t Pendant le séchage, l’eau s’évapore et il y a un léger
retrait. C’est pourquoi on remplit en 2 ou plusieurs fois.

1er remplissage 2ème remplissage 3ème remplissage

85
Partie 1 :
Supports de type enduit, IV. MASTICAGE ET ENDUISAGE MÉTHODE DE TRAVAIL
à l’intérieur

IV.2 Enduisage du peintre

Fissures ou crevasses
t Appliquez le mélange transversalement au sens
longitudinal de la fissure.
t Enduisez dans le sens de la fissure ; l’enduit existant sert
de guide.
t Placez une bande pour fissure (polyamide tissé –
polyester tissé ou fibre de verre) sur la fissure.
t Elle peut être autocollante, à coller ou encastrée dans le
produit.
t Continuez la finition après durcissement.

Attention
Les fissures dynamiques doivent être traitées
comme expliqué dans la partie examen préparatoire,
précédemment dans ce manuel.

86
Partie 1 :
IV. MASTICAGE ET ENDUISAGE MÉTHODE DE TRAVAIL Supports de type enduit,
à l’intérieur

IV.2 Enduisage du peintre

Maniement des outils

t La position du couteau à enduire par rapport au support


est très importante (flèche verte). Une position correcte
vous aidera à appliquer l’épaisseur voulue de produit.
t Si vous tenez le couteau trop près contre le support, vous
appliquerez plus d’enduit.
t Si vous basculez trop le couteau vers le haut, vous
enlevez plus d’enduit. Il importe aussi d’exercer la
pression correcte sur le couteau à enduire. Elle dépend
du type d’enduit (épais, liquide, avec grain). Une pression
correcte vous permettra aussi de bien lisser ensuite.

La manipulation ou conduite du couteau

t La manipulation ou conduite du couteau est également


importante.
t Si, comme sur la photo, vous enduisez de la gauche vers
la droite, laissez la partie gauche du couteau s’écarter un
peu du mur (flèche rouge).
t Vous obtenez alors un bon chevauchement dans la partie
déjà enduite (dans ce cas dans la partie gauche). Vous
dirigez le couteau avec les doigts.
t Si vous travaillez de la droite vers la gauche, le couteau
devra, à droite, s’écarter un peu de la surface.
t Ne pas bien diriger le couteau peut provoquer des
bavures (lignes épaisses). Les éviter, c’est tout l’art de
l’enduisage.
t Vous ne pouvez pas non plus trop orienter le couteau.
Vous devez autant que possible utiliser la longueur du
couteau à enduire pour obtenir un résultat plat.

87
Partie 1 :
Supports de type enduit, IV. MASTICAGE ET ENDUISAGE MÉTHODE DE TRAVAIL
à l’intérieur

IV.2 Enduisage du peintre

Méthode de travail pour un droitier

t On commence au niveau de la plinthe.


t On commence dans le coin inférieur droit, et on reste un
peu éloigné de l’angle rentrant.
t En partant de la plinthe, on tire une bande d’enduit vers
le haut, sur une hauteur d’environ 50 cm.

Pourquoi environ 50 cm ?
t Cette longueur a surtout un rapport avec la vue humaine.
Vous aurez une bonne image des bandes enduites sans
devoir à tout instant bouger la tête de haut en bas.
t Une erreur souvent commise dans la pratique consiste à
faire des bandes trop longues. Certains pensent travailler
plus vite en faisant, par exemple, des bandes d’un mètre
de long. Ce n’est qu’une impression. Généralement,
ils n’avancent pas dans leur travail. Ils enduisent trop
sur la même bande avant d’obtenir un bon résultat. Ils
appliquent souvent une quantité pas assez abondante
d’enduit (couche trop mince). Ou ils enlèvent trop de
produit en raclant. Les personnes qui ont l’habitude
feront des bandes d’un peu plus que 50 cm.
t Étalez l’enduit vers la gauche.
t Appliquez les bandes suivantes du bas vers le haut en
respectant la hauteur de 50 cm (flèche rouge).
t Le nombre de bandes que vous appliquerez dépend
de la quantité d’enduit que vous avez prise sur votre
couteau.
t N’appliquez pas trop de bandes en une seule fois car
vous devrez encore revenir à votre point de départ pour
obtenir un bon étalement de l’enduit. Si vous débutez,
il est recommandé de faire un morceau de 50 cm sur 50
cm, afin de garder une bonne vue de la situation.

Veillez à obtenir l’épaisseur voulue. Elle dépend de l’état du


support. Tenez également compte de l’épaisseur maximale
possible.

N’oubliez pas non plus que, sur un support déjà peint,


l’enduit du peintre sèche moins vite. Sur un support
non traité ou déjà enduit, l’enduit sèche plus vite. Vous
pouvez donc travailler moins longtemps l’enduit parce
que l’eau qu’il contient est absorbée plus vite par le
support.

88
Partie 1 :
IV. MASTICAGE ET ENDUISAGE MÉTHODE DE TRAVAIL Supports de type enduit,
à l’intérieur

IV.2 Enduisage du peintre

Enduisage d’un angle rentrant

t Pour enduire un angle rentrant, partez du coin. Vous


enduisez donc en vous éloignant du coin. Dans le coin
contre la plinthe, utilisez de préférence un couteau à
enduire anglais.

t Pour la partie en direction du haut, prenez la spatule à


double lame.
t Faites attention à ne pas arrondir les coins. Ils doivent
donc rester aussi nets que possible.
t L’autre côté du couteau doit rester bien propre. De cette
façon, il n’y aura pas d’enduit qui viendra se plaquer sur
l’autre mur.

t Continuez vers la gauche et essayez de rester sur une


ligne.
t A la fin (flèche rouge), laissez bien s’étaler l’enduit. Si vous
ne le faites pas, vous aurez ultérieurement des problèmes
pour faire les raccords (chevauchements).

t À la fin du mur, vous enduisez à nouveau en partant du


coin et vous fondez bien l’enduit.

89
Partie 1 :
Supports de type enduit, IV. MASTICAGE ET ENDUISAGE MÉTHODE DE TRAVAIL
à l’intérieur

IV.2 Enduisage du peintre

t Lorsque vous appliquez l’enduit sur l’autre partie, veillez


à ce que le couteau reste dans la même position lorsque
vous l’éloignez de la surface (angle auquel vous avez
appliqué l’enduit avec le couteau).
t Si vous basculez le couteau lorsque vous avez mis
l’enduit, vous en enlevez une partie. C’est une erreur
souvent commise par le débutant.

t Un droitier commence donc à travailler de la gauche vers


la droite (flèche rouge).
t C’est la même façon de travailler que dans la situation de
départ, sauf que vous tirez les bandes du haut vers le bas.
t Quand vous avez terminé à droite, vous recommencez
à enduire de la gauche vers la droite. Vous continuez le
mur de cette manière.

t Quand vous appliquez l’enduit de haut en bas, vous


arrêtez là où vous avez terminé avec l’enduit la fois
précédente. Sinon, vous allez finalement enduire
beaucoup trop loin dans l’autre partie. C’est une perte de
temps et cela peut causer un problème d’accrochage.
t Vous ferez le raccord quand vous répartirez l’enduit.
t À présent, il est essentiel que vous fusionniez bien
l’enduit dans la partie déjà enduite.
t Le chevauchement doit être d’environ 10 cm, pour
obtenir un bon raccord avec la partie déjà enduite.
t Vous devez en toutes circonstances pouvoir faire un beau
raccord. Quand l’enduit est humide, quand il est en train
de sécher et quand une partie est déjà sèche.
t Essayez toujours de préparer le support à la finition en
faisant le moins de passes possible.
t Il importe de connaître la finition prévue ; vous saurez
ainsi à quel point vous devez préparer le support.

90
Partie 1 :
IV. MASTICAGE ET ENDUISAGE MÉTHODE DE TRAVAIL Supports de type enduit,
à l’intérieur

IV.2 Enduisage du peintre

Vue schématique de l’enduisage d’un mur pour un


droitier

t Si on doit arriver à la meilleure forme de finition ou si


le support n’est pas encore suffisamment plat pour la
finition demandée, il se peut qu’il doive être enduit une
deuxième fois.
t Veillez à ce que les chevauchements ne soient pas de
nouveau à la même hauteur que la première fois. Si
les morceaux ne sont pas bien fondus, vous aurez une
épaisseur. Si le raccord est alors de nouveau à la même
hauteur, l’aspect du travail laisse à désirer.
t Tenez surtout compte des parties à hauteur des yeux,
que l’on remarque immédiatement lorsqu’on entre dans
une pièce.
t Veillez à ce que la surface à enduire soit bien éclairée.
Utilisez éventuellement un projecteur halogène que vous
placez le long du mur pour avoir une lumière rasante.
t Trop peu de peintres tiennent compte du fait que la
lumière peut changer. Ils tiennent compte uniquement
de l’éclairage déjà présent (la lumière du jour à ce
moment ou l’éclairage encore présent).
t La lumière peut changer. Par exemple, le soleil entre dans
la pièce, ou le client décide de changer son éclairage
après les travaux de peinture.
t Le tout peut être source de “mauvaises” surprises quand
les murs sont déjà peints.
t La deuxième couche peut également être appliquée en
croisant.
t Vous réduisez ainsi le risque que de mauvais
chevauchements restent visibles.
t Ce n’est qu’au moment où l’on peint que l’on remarque
si la préparation du support a fait ou non l’objet d’une
attention suffisante.
t Certaines personnes pensent que leur problème
d’enduisage peut être résolu en ponçant.
t C’est partiellement le cas mais, si les raccords ne sont
pas bons et si l’enduit n’est pas bien réparti, on fait alors
des ondulations sur le support… alors que le but de
l’enduisage est de niveler le support. Il est impossible
d’enlever les ondulations en ponçant !
t Elles se remarquent en fonction de la lumière et du
brillant de la peinture.

91
Partie 1 :
Supports de type enduit, IV. MASTICAGE ET ENDUISAGE MÉTHODE DE TRAVAIL
à l’intérieur

IV.2 Enduisage du peintre

Vue schématique de l’enduisage d’un mur à la


verticale, pour un droitier

t Un droitier commence en bas à gauche.


t Tirez une bande avec le couteau à enduire, depuis l’angle
entrant vers la droite. Répétez et travaillez ainsi vers le
haut.
t La grandeur des bandes est identique à celle décrite dans
la vue schématique ci-dessus.
t Une fois que vous êtes arrivé en haut, vous repartez par
le bas.
t Veillez à présent à faire chevaucher les bandes de la
droite vers la gauche dans l’autre morceau, à nouveau
en tenant compte des explications données pour la
méthode ci-dessus.
t Répétez et travaillez à nouveau vers le haut.
t Répétez jusqu’à ce que le mur soit complètement enduit.

Méthode de travail pour un gaucher

t idem, mais en miroir.

92
Partie 1 :
IV. MASTICAGE ET ENDUISAGE MÉTHODE DE TRAVAIL Supports de type enduit,
à l’intérieur

IV.2 Enduisage du peintre

COINS ANGLES
Généralités

t Si des angles rentrants et/ou sortants ont des défauts,


ils devront eux aussi être réparés par le peintre de façon
appropriée.
t Un angle rentrant ne sera pas traité de la même façon
qu’un angle sortant. Il importe avant tout que les murs
et plafonds soient édifiés conformément à la norme, peu
importe dans quel matériau ils sont.
t Le but n’est pas que le peintre doive rectifier des murs ou
plafonds.
t Avant que le peintre commence à réparer les angles,
le support doit être propre. Toutes les parties mal
adhérentes doivent être enlevées. Poncez si nécessaire.
t Appliquez le cas échéant un fixant pour uniformiser les
supports très absorbants.

Angles rentrants

t L’objectif pour un angle rentrant, c’est qu’il soit vertical, à


l’angle correct et le plus net possible.
t Il se peut qu’ultérieurement, un coin soit peint de deux
couleurs différentes. Si le coin n’est pas bien préparé, cela
peut se voir dans le résultat final.
t Il se peut aussi que les murs soient tapissés. S’il s’agit d’un
papier peint à motif attirant fort le regard, et si l’angle
rentrant est mal préparé, il se peut qu’une partie du motif
soit perdue et que le résultat final soit donc mauvais. Ce
sera également visible sur un angle sortant mal préparé.

93
Partie 1 :
Supports de type enduit, IV. MASTICAGE ET ENDUISAGE MÉTHODE DE TRAVAIL
à l’intérieur

IV.2 Enduisage du peintre

Réparation d’un angle rentrant


t Pour de petites réparations, vous pouvez utiliser un
enduit de réparation approprié.
t Les outils que vous pouvez utiliser sont le couteau
à enduire anglais, la truelle et la spatule large. Le
plafonneur est aussi appelé spatule de lissage à double
lame.
t Si vous devez réparer l’angle rentrant entre mur et
plafond, réparez d’abord le plafond puis le mur.
t Vous aurez une meilleure vue de la situation, pour faire
un angle entrant bien en ligne, si vous traitez le mur en
dernier lieu.
t Dans certains cas, vous devrez faire les deux côtés en
même temps. Par exemple si vous travaillez dans une
petite pièce et que vous ne pouvez pas attendre que le
premier côté soit sec.

t Dans l’exemple illustré, les deux côtés sont enduits en


même temps.
t Appliquez l’enduit avec une truelle ou avec un couteau à
enduire français, et étalez.
t En fonction du coin (angle) à réparer, il est conseillé de
traiter une largeur d’au moins 20 cm afin d’éviter les
ondulations (flèche rouge).
t Ne faites pas des parties trop grandes, pour qu’il vous
reste encore assez de temps pour la finition.

t Appliquez aussi de l’enduit avec le couteau anglais dans


les angles rentrants.

94
Partie 1 :
IV. MASTICAGE ET ENDUISAGE MÉTHODE DE TRAVAIL Supports de type enduit,
à l’intérieur

IV.2 Enduisage du peintre

t Prenez ensuite la spatule large pour niveler


immédiatement la partie que vous avez enduite. La
spatule peut avoir 40 centimètres de large environ.
t Il en existe de différentes dimensions.
t Ne la prenez pas trop petite. Le but, c’est obtenir des
angles bien droits (ligne rouge). Un outil trop court est
difficile à orienter pour obtenir une belle ligne droite.

t Faites le dernier mouvement d’enduisage dans l’autre


sens (photo).
t Veillez à ce que le côté de l’outil ne touche pas le coin. Si
vous touchez le coin, il sera à nouveau abîmé.
t Le plafonnage encore existant doit servir de surface
d’appui pour obtenir un support plat avec la spatule de
lissage.

t Le fait de tirer dans ce sens constitue également un


contrôle.
t Si l’enduit a été appliqué en une couche trop épaisse
au mouvement précédent, vous le verrez. Il y aura une
bavure.
t Si c’est le cas, replacez le couteau sur la ligne dans l’angle
rentrant et enlevez la bavure.
t Si vous avez appliqué trop peu de produit, vous le verrez
aussi à ce moment. Arrangez le problème directement.
t Si nécessaire, tirez encore dans le sens de la longueur
(photo ci-dessus) pour vous assurer que tout est assez
nivelé.
t Attention ! Faites tout cela tandis que l’enduit est encore
malléable. Ne faites jamais de trop grands morceaux en
une fois.
t À l’endroit où les coins se rencontrent, utilisez en dernier
lieu le couteau à enduire anglais.

t Cette réparation ne permettra pas toujours de faire en


sorte que les murs soient peints en une seule fois.
t Répétez toutes les étapes avec un enduit adapté.
t Veillez à enduire sur une largeur suffisante, afin d’éviter
les ondulations (minimum 30 cm).
95
Partie 1 :
Supports de type enduit, IV. MASTICAGE ET ENDUISAGE MÉTHODE DE TRAVAIL
à l’intérieur

IV.2 Enduisage du peintre

ANGLES SORTANTS

Généralités

t Les angles sortants doivent être renforcés car ils sont très
fragiles.
t En fonction du type de matériau (carton plâtre, plâtre de
gypse), placez une cornière ou une bande de renfort.
t Chaque cornière ou bande de renfort a un usage qui lui
est propre dans un système précis. Demandez conseil à
votre fournisseur avant placement.

Réparation d’un angle sortant sur enduit

t Les cornières sont généralement en acier galvanisé à


chaud. Elles servent de guides pour l’enduisage.

Découpe des cornières

t Pour découper une cornière, utilisez une cisaille à


métaux.
t Mettez d’abord la cornière à mesure.
t Sur la photo ci-dessous, la cornière est utilisée pour les
murs plâtrés.
t La découpe se fait avec une cisaille.
t Il importe que le bec de la cisaille soit perpendiculaire par
rapport à la cornière.

t Coupez les deux ailes de la cornière en oblique jusqu’à


l’arête.

96
Partie 1 :
IV. MASTICAGE ET ENDUISAGE MÉTHODE DE TRAVAIL Supports de type enduit,
à l’intérieur

IV.2 Enduisage du peintre

t Faites aller et venir les deux côtés de la cornière jusqu’à


ce qu’elle casse.
t Si vous placez une cornière à la verticale entre plafond et
sol, veillez à ce qu’elle serre contre le plafond et à ce qu’en
bas, elle reste un peu écartée du sol, ce afin de combattre
les différences de tension, qui peuvent ultérieurement
causer une fissuration de l’enduit.
t Si la cornière était placée contre le sol et soumise à
l’humidité pendant une longue période, elle pourrait
rouiller à terme.

t Si vous devez utiliser plusieurs cornières, faites-les bien


correspondre l’une contre l’autre, et veillez à ce qu’elles
soient égales.

97
Partie 1 :
Supports de type enduit, IV. MASTICAGE ET ENDUISAGE MÉTHODE DE TRAVAIL
à l’intérieur

IV.2 Enduisage du peintre

Placement des cornières

Si les défauts sont importants, on enduit les mauvaises


parties avec un plâtre. Dans ce cas, on fait généralement
appel au plafonneur. Certains peintres s’en chargent eux-
mêmes.

Attention
Perpendiculaire
L’inconvénient des réparations avec du plâtre, c’est que
vous ne pouvez pas faire la finition directement après
celles-ci. Le degré d’humidité est encore trop élevé et
l’alcalinité (le pH) n’est pas encore neutre.

Il faut un temps de séchage plus long, qui dépend de


l’épaisseur mais aussi de la température ambiante et de
l’humidité dans la pièce.

t Pour de petites réparations, vous pouvez éventuellement


utiliser un enduit en poudre pour positionner les
cornières. Si les cornières sont assez stables, vous pouvez
utiliser de l’enduit pour tout remplir et faire le raccord
avec le enduit existant.

t Veillez à ce que les cornières, en fonction du type d’angle


sortant à réparer, soient bien perpendiculaires, verticales
ou horizontales.

Verticale

Horizontale

98
Partie 1 :
IV. MASTICAGE ET ENDUISAGE MÉTHODE DE TRAVAIL Supports de type enduit,
à l’intérieur

IV.2 Enduisage du peintre

t Appliquez suffisamment de mortier sur l’angle sortant


(environ sur 50 cm).
t Poussez la cornière dans le mortier humide.
t Enlevez l’excédent de mortier qui sort de la cornière.
Positionnez la cornière avec un niveau.
t Veillez à ce que les deux côtés de la cornière soient
d’aplomb (en fonction de la construction).
t Avec une règle, contrôlez si l’arête de la cornière est égale
avec l’enduisage existant.

t La bulle du niveau doit rester entre les marques.

t Appliquez le produit à la truelle ou avec un outil similaire,


et étalez-le sur la surface à réparer.
t Lissez ensuite avec la spatule large, en utilisant l’arête de
la cornière et l’enduit encore existant pour vous guider.
t Laissez bien sécher le tout.
t Le but est de réparer et d’arriver à un bon résultat en
faisant le moins de manipulations possible.
t Le cas échéant, retouchez l’enduit après séchage.
t Pour les réparations, tenez compte des principes de base.

99
Partie 1 :
Supports de type enduit, IV. MASTICAGE ET ENDUISAGE MÉTHODE DE TRAVAIL
à l’intérieur

IV.3 Cloisons légères et plafonds suspendus (plaques de plâtre)

Quand et pourquoi
t Il existe différents types de plaques préfabriquées
pouvant être utilisées pour réaliser des cloisons légères et
des plafonds suspendus.
t Parfois, le peintre devra se charger aussi de la finition de
ces plaques.
t Avant de commencer les travaux, informez-vous
suffisamment sur le matériau, afin de savoir de quelle
manière vous devrez le traiter.
t Certaines plaques sont très absorbantes, et il faudra donc
y appliquer une couche de fond.
t Les produits de finition peuvent différer en fonction du
type de matériau et de sa marque.
t Pour le placement de cloisons légères et de plafonds
suspendus, des tolérances de mise en œuvre et des
degrés de finition sont présupposés.
t Vous trouverez les tolérances de mise en œuvre et les
degrés de finition dans les NIT (notes d’information
technique) 232 (plafonds suspendus) et 233 (cloisons
légères) du CSTC (Centre scientifique et technique de la
construction).
t Afin d’éviter toute discussion ultérieure, veillez à ce que
le contrat stipule clairement quel degré de finition sera
prévu.
t Si le peintre procède au traitement des cloisons et
plafonds, sa responsabilité est engagée.
t Le peintre a ensuite peu de recours s’il s’avère que les
cloisons et plafonds n’ont pas été correctement posés.
t Veillez à créer un climat favorable.
t La température ambiante et l’humidité relative doivent
être identiques à celles qui règneront ultérieurement
dans la pièce.
t De grandes variations peuvent causer des différences de
tension, avec pour résultat la formation de fissures.

100
Partie 1 :
IV. MASTICAGE ET ENDUISAGE MÉTHODE DE TRAVAIL Supports de type enduit,
à l’intérieur

IV.3 Cloisons légères et plafonds suspendus (plaques de plâtre)

Quels produits
t Par cloisons légères, on entend notamment les plaques
de plâtre, les plaques de fibro-plâtre, les plaques
hydrofuges stabilisées au ciment,…
t Il existe de nombreux assortiments différents, chacun
présentant des caractéristiques et des dimensions
spécifiques.
t Par caractéristiques, nous entendons notamment :
plaques imperméables, plaques pouvant déjà être dotées
d’une isolation, plaques à côtés biseautés, plaques
de fibro-plâtre issues d’un processus alliant plâtre et
fibres de cellulose, plaques présentant des propriétés
fongicides,…

Outils
t truelle
t couteau à enduire, couteau à plaques de plâtre ou
couteau à enduire américain
t spatule de lissage

Méthode de travail

Contrôler le support à traiter


t Avant de pouvoir commencer la finition, le peintre
prend connaissance des NIT et sait de quelle manière le
contrôle peut se faire. Il connaît aussi les différents degrés
de finition.
t Enlevez les parties qui ne tiennent pas bien (par exemple
du carton décollé de plaques de plâtre).
t Si le matériau est vissé, vérifiez que les vis sont
suffisamment enfoncées.
t La visseuse du placeur est dotée d’une tête spéciale qui
enfonce automatiquement les vis d’environ 2 millimètres
dans la plaque.

Renforcer les angles sortants


t Les angles sortants peuvent être renforcés avec différents
matériaux.
t Les matériaux à utiliser dépendent des accords entre
le placeur et le donneur d’ordre. S’il y a un architecte, la
finition sera déterminée dans le cahier des charges.
t Le choix dépend également de l’endroit où se trouve
l’angle rentrant.
t Si beaucoup de personnes circulent dans les locaux,
prévoyez les matériaux les plus solides.
101
Partie 1 :
Supports de type enduit, IV. MASTICAGE ET ENDUISAGE MÉTHODE DE TRAVAIL
à l’intérieur

IV.3 Cloisons légères et plafonds suspendus (plaques de plâtre)

Cornière de finition en acier galvanisé

t Cornière de finition à mailles et arête arrondie pour


angles droits sortants (90°).

Dimensions
t Largeur 32 mm x 32 mm ; longueur 3000 mm ou 2500
mm.

Mise en œuvre
t La cornière peut être posée avec une agrafeuse.
Contrôlez avec un niveau (selon l’endroit où la cornière
doit être placée).
t La cornière peut également être fixée avec un système
Clinch-on.
t Tenez le Clinch-on sur la cornière et frappez sur
l’extrémité avec un marteau en caoutchouc.
t Le système Clinch-on comporte deux couteaux. Ces
couteaux font que les mailles de la cornière sont
poussées dans la plaque des deux côtés.
t Répétez l’opération sur la longueur de la cornière jusqu’à
ce qu’elle soit solidement fixée.

Finition
t Cette cornière est la plus solide.
t L’inconvénient, c’est que son arête ressort vers l’extérieur.
t Pour éliminer cette différence d’épaisseur, il faudra niveler
sur une largeur d’un mètre environ. Un angle sortant mal
fini pourrait ressortir en lumière rasante ou à un certain
degré de brillance.
t Utilisez l’enduit conseillé par le fabricant.
t Utilisez une truelle pour appliquer l’enduit sur la surface.
t Répartissez l’enduit et nivelez-le avec la spatule de
lissage.
t Utilisez une spatule de lissage suffisamment large.
t Il existe aussi sur le marché des produits de remplissage
prêts à l’emploi. Ces produits peuvent être utilisés pour la
couche suivante ainsi que pour la couche de finition.

102
Partie 1 :
IV. MASTICAGE ET ENDUISAGE MÉTHODE DE TRAVAIL Supports de type enduit,
à l’intérieur

IV.3 Cloisons légères et plafonds suspendus (plaques de plâtre)

Bande en papier avec bandes métalliques

t Bande de papier perforé sur laquelle sont collées deux


bandes en acier galvanisé.
t Peut être placée à n’importe quel coin.

Dimensions
t En fonction de la marque, la bande peut se présenter en
rouleau de 30 mètres.
t La largeur peut aller de 50 mm à 53 mm, également en
fonction de la marque.

Mise en œuvre
t Mesurez la longueur à placer.
t Coupez en oblique avec une cisaille à tôle.
t Redressez à l’avance la bande de papier. Faites-le sur
une surface plane pour donner une belle ligne droite au
papier, la bande métallique vers l’intérieur.
t Pliez la bande double, et veillez à ce que l’angle soit plus
petit que l’angle que vous devrez finalement obtenir. Ceci
sert à éviter que le papier ne s’ouvre pendant la pose.
t Appliquez l’enduit prescrit sur l’angle sortant.
t Poussez la bande en papier dans l’enduit encore mouillé,
avec les bandes en acier dirigées vers l’intérieur.
t Faites très attention à ne pas exercer une pression trop
forte avec les doigts et à ne pas enfoncer les bandes
métalliques.
t Enlevez l’excédent de produit avec un couteau à enduire.
t Après séchage, appliquez la couche de finition
appropriée.

103
Partie 1 :
Supports de type enduit, IV. MASTICAGE ET ENDUISAGE MÉTHODE DE TRAVAIL
à l’intérieur

IV.3 Cloisons légères et plafonds suspendus (plaques de plâtre)

Bandes flexibles

t Il existe également des bandes d’armature flexibles pour


la finition des angles (coins).
t Ces bandes sont composées d’un noyau en copolymère
sur un support saturé de latex.
t Elles peuvent être pliées à n’importe quel angle.

Dimensions
t Largeur 41,40 mm
t Longueur 30 mètres

Mise en œuvre
t Coupez à longueur avec un cutter.
t Pliez la bande en deux avec la bande plastique tournée
vers l’intérieur.
t L’angle doit être plus petit que l’angle que vous devez
finalement obtenir. Pour éviter que la bande ne s’ouvre
pendant la pose.

t Appliquez l’enduit approprié sur l’angle sortant.


t Poussez la bande dans l’enduit encore mouillé.

104
Partie 1 :
IV. MASTICAGE ET ENDUISAGE MÉTHODE DE TRAVAIL Supports de type enduit,
à l’intérieur

IV.3 Cloisons légères et plafonds suspendus (plaques de plâtre)

t Enlevez l’excédent d’enduit avec un couteau à enduire.

t Appuyez avec le rouleau pour angle sortant. Il a été


spécialement mis au point pour ces bandes flexibles.
t Enlevez l’excédent d’enduit.

Angles sortants flexibles

t Les angles sortants courbes sont fabriqués en PVC blanc.


t Les angles sortants en PVC sont agrafés.
t Il existe également des angles sortants flexibles
composés de copolymère sur un noyau de papier saturé
de latex.
t Les angles sortants en polymère sont poussés dans
l’enduit comme décrit ci-dessus.
t Roulez ensuite avec le rouleau pour angles sortants.
t Enlevez l’excédent d’enduit avec le couteau à enduire.

Dimensions des angles sortants courbes en PVC


t Existent notamment en 25 mm x 25 mm de large, sur une
longueur de 30 mètres (selon la marque).

Finition
t Enduisez avec le produit adéquat.
t Faites la finition avec le produit de finition en une ou
deux passes.
105
Partie 1 :
Supports de type enduit, IV. MASTICAGE ET ENDUISAGE MÉTHODE DE TRAVAIL
à l’intérieur

IV.3 Cloisons légères et plafonds suspendus (plaques de plâtre)

Autres profils
t Il existe également des profilés d’arrêt, des profilés de
dilatation (pour absorber le retrait et la dilatation des
matériaux aussi appelés le travail des matériaux).

Bandes de jointoiement
t Les angles rentrants devront également être traités de
façon appropriée.
t Selon les circonstances, vous pouvez le faire avec une
bande de jointoiement en papier ou une bande de
jointoiement composée de copolymère sur un noyau
de papier saturé de latex, ou une bande de papier avec
bande métallique. Dans certains cas, vous poserez un
joint élastique.

Angle droit rentrant (90°)


t Si vous utilisez une bande en papier perforée, mettez
d’abord de l’enduit sur l’angle rentrant.

t La bande est déjà prépliée. Prenez la longueur voulue et


pliez-la avec précaution au milieu pour qu’il soit ensuite
plus facile de la placer dans l’angle.
t Appuyez la bande en papier dans l’enduit encore mouillé.
t Veillez à ce que le milieu de la bande vienne bien dans le
coin de l’angle.

106
Partie 1 :
IV. MASTICAGE ET ENDUISAGE MÉTHODE DE TRAVAIL Supports de type enduit,
à l’intérieur

IV.3 Cloisons légères et plafonds suspendus (plaques de plâtre)

t Appuyez doucement dans l’angle rentrant avec le


couteau à enduire pour pousser le tout bien en place.
t Enlevez l’excédent d’enduit avec le couteau à enduire.
t Laissez sécher suffisamment puis faites la finition avec le
produit approprié.
t Vous pouvez aussi utiliser ici du copolymère sur un noyau
en papier saturé de latex. La pose se fait de la même
manière.
t Pour la pose de cette bande, vous pouvez utiliser le
rouleau pour angle rentrant.

Angle rentrant non droit


t Pour un angle qui n’est pas droit, on peut utiliser une
bande de papier avec bande métallique.
t La construction des angles rentrants qui ne sont pas à 90°
est différente des angles droits entrants.
t La bande métallique permettra d’obtenir un angle
rentrant de meilleure qualité si les murs ou les plafonds
ne correspondent pas bien.
t On peut aussi utiliser ici une bande de jointoiement
composée de copolymère sur un noyau de papier saturé
de latex.
t La pose se fait de la même façon que décrit ci-dessus.

Raccords avec d’autres matériaux dans l’angle


rentrant
t Si, dans le coin rentrant, les plaques viennent contre
d’autres matériaux (par exemple mur en briques
plafonné), on peut prévoir un mastic élastique si le joint
ne dépasse pas 3 mm entre la plaque et le mur sur toute
la longueur.
t Si la distance est plus grande, prévoyez d’abord une
bande en papier.
t Cette bande ne continue pas dans l’angle, mais s’arrête
dans l’angle.
t Faites la finition de la bande. Prévoyez encore un joint
élastique dans l’angle par la suite.
t Par la suite signifie après la première couche de peinture
quand il n’est plus question de poussière statique.

107
Partie 1 :
Supports de type enduit, IV. MASTICAGE ET ENDUISAGE MÉTHODE DE TRAVAIL
à l’intérieur

IV.3 Cloisons légères et plafonds suspendus (plaques de plâtre)

Raccords avec d’autres matériaux sur la même


partie de la cloison ou du plafond

t Il y a parfois un raccord entre une cloison légère et


un autre matériau. Il peut également arriver qu’une
ouverture de porte existante dans un mur en briques
plafonné doive être fermée. On fait alors parfois usage
d’une cloison légère.
t Pour éviter les fissures entre les deux matériaux, on peut
également utiliser une bande en papier.

Finition de bords biseautés

t Certaines plaques ont les bords biseautés. À gauche et/


ou à droite dans le sens de la longueur. Il se peut aussi
qu’une plaque soit biseautée des quatre côtés.
t Ces plaques sont surtout utilisées lorsqu’on travaille dans
une pièce dont la hauteur où supérieure à la hauteur de
la plaque, ou pour des plafonds.
t Le but de ces bords biseautés est d’obtenir une surface
lisse après remplissage et finition des joints.
t Avant de remplir les joints, on place d’abord une bande
de jointoiement.
t Cette bande de jointoiement peut être en papier.
t Pour ces joints, on peut aussi utiliser une bande de
jointoiement composée de fibres de verre à mailles
ouvertes, autocollante d’un seul côté.
t L’avantage est que, si on met une bande sur les joints du
bord biseauté, le bord biseauté peut directement être
nivelé avec la plaque.
t Cela n’est pas possible avec une bande en papier.
Si la bande de papier est poussée dans la pâte de
jointoiement, on ne peut pas enduire directement
dessus.
t Cela pourrait entraîner la formation de bulles parce que
la pâte de jointoiement sous la bande n’est pas encore
sèche.
t Préparez l’enduit selon les instructions (pour les grandes
quantités, utilisez un mélangeur).

108
Partie 1 :
IV. MASTICAGE ET ENDUISAGE MÉTHODE DE TRAVAIL Supports de type enduit,
à l’intérieur

IV.3 Cloisons légères et plafonds suspendus (plaques de plâtre)

t Mettez assez d’enduit avec le couteau à enduire sur la


truelle.
t Avec le couteau à enduire, prenez sur la truelle la
quantité nécessaire d’enduit et appliquez-le sur la surface.
t Remplissez le bord biseauté avec le couteau à enduire.
t Si les murs et le plafond ne sont pas tout alignés, il peut
arriver qu’une partie de l’enduit tombe du bord biseauté.

t Quand tout est suffisamment sec, faites la finition avec un


produit approprié, en une ou deux passes.
t Cela dépend de la finition demandée ou de l’état dans
lequel murs ou plafonds se trouvent.
t Vous pouvez le faire à la truelle.
t Le produit peut également être appliqué à la truelle puis
être lissé avec la spatule.
t Enduisez la couche de finition sur environ 30 cm de large.
t Si vous devez appliquer une deuxième couche, elle peut
avoir environ 40 cm, afin d’obtenir une surface bien lisse.
t Pour le meilleur niveau de finition, enduisez toute la
surface.

109
Partie 1 :
Supports de type enduit, IV. MASTICAGE ET ENDUISAGE MÉTHODE DE TRAVAIL
à l’intérieur

IV.4 Renforcement

Quand et pourquoi?

t Le plâtre de murs intérieurs et de plafond peut être


fissuré et crevassé.
t Ce phénomène provient souvent de la différence de
dilatation et de retrait entre les différents matériaux de
construction qui sont l’un contre l’autre. Songez à la
différence de dilatation du bois et du fer, ou de retrait du
bois par rapport à la pierre.
t Il existe sur le marché différents produits qui aident le
peintre professionnel à réparer et à traiter crevasses et
fissures. En plus des enduits et produits de remplissage
traditionnels, des toiles permettent également au peintre
de réaliser une armature sur les murs ou les plafonds.
t Le but de ces toiles est en premier lieu de renforcer le
support. En plus, ils recouvrent les fissures.

Types de toiles

Toile de peintre
t La toile de peintre est faite de lin ou de coton. Ce type de
toile tendu sur des cadres est utilisé depuis des centaines
d’années par les artistes. Le peintre professionnel en
bâtiment utilise cette toile finement tissée, qu’il colle sur
les murs et plafonds.
t Solide.
t Disponible sur une hauteur de pièce, existe en version
prépeinte.
t Pas très facile à placer, demande beaucoup de travail,
cher.
t Décoratif et luxueux.

Toile en fibres de verre


t Cette toile est composée à 100% de fibres de verre qui
ont été pressées.
t Pose facile, mais enlèvement difficile.
t C’est la moins solide des types de toiles.
t Irritant pour la peau lors de la pose.
t À l’origine, ce type de toile était complètement enduit
après placement. Certains peintres peignent directement
sur la toile collée.

110
Partie 1 :
IV. MASTICAGE ET ENDUISAGE MÉTHODE DE TRAVAIL Supports de type enduit,
à l’intérieur

IV.4 Renforcement

Toile non tissée

Toile tissée en polyamide (nylon) ou polyester (Trévira)


t Il s’agit d’une toile tissée en matière synthétique, qui sert
au renforcement localisé de fissures.
t Toile très solide.
t Existe en bandes de différentes largeurs.
t Est notamment utilisée pour renforcer les joints de
plaques de plâtre.

Outils

t mètre pliant et crayon, fil à plomb


t cutter + lames de réserve, ciseaux de tapissier
t règle de tapissier
t spatule à tapisser
t rouleau et brosse
t colle

Pratique

Préparation générale
t Les fabricants des différentes toiles parlent de propriété
de pontage de fissures. De fait, la plupart des toiles
peuvent être joliment tendues sur les fissures.
t Il ne faut toutefois pas perdre de vue la préparation de
la ‘surface à recouvrir de toile’ et le soin à apporter au
remplissage des fissures. Si l’on néglige cet aspect des
préparatifs, les fissures risquent bien de réapparaître après
un certain temps sur le côté visible de la toile. S’il s’agit
de fissures dynamiques dues à la construction, la toile
ne pourra pas absorber ces contraintes; elle va s’étirer, se
déchirer ou faire des bulles.

Pose du renforcement (toile)


t Cette matière est exposée en détail dans la partie
tapissage.

111
112
Partie 1 :
V. PEINTURE Supports de type enduit,
à l’intérieur

V. PEINTURE
V.1 Couches de fond

La couche de fond diffère en fonction du support. Vous


trouverez plus d’informations à propos des couches de fond
appropriées dans le chapitre “Ce qu’un peintre doit savoir au
préalable”.

L’application de ces produits doit être réalisée avec


le matériel adéquat. À ce propos, consultez les fiches
techniques des fabricants.

Respectez le temps de séchage de la peinture. La peinture


doit être suffisamment sèche avant l’application de la couche
suivante.
En cas de doute, consultez les fiches techniques des
fabricants.

V.2 Peindre des plafonds

V.2.1 Généralités

t Peindre un plafond est un sujet méritant une attention


accrue. Généralement, il y a plus de lumière sur un
plafond. Surtout de la lumière rasante. Il peut s’agir de
lumière du soleil ou de lumière artificielle.
t Sur les murs, la peinture ne peut être dissimulée qu’en
plaçant à l’avant des meubles ou des cadres. Un plafond
reste le plus souvent une surface vide.
t Il appartient au peintre d’utiliser la bonne méthode pour
obtenir une jolie surface égale.
t Veillez à savoir de quelle peinture il s’agit avant de
commencer votre travail ; vous saurez ainsi quels
rouleaux et brosses vous allez utiliser pour obtenir l’effet
voulu.
t Tenez compte de l’état du support. Lisez les instructions
de mise en œuvre du produit.
t Quand vous peignez un plafond, essayez de tenir compte
au maximum de la lumière entrante (voir dessin, ligne
bleue).
t Commencez à travailler en vous éloignant de la source
lumineuse. Le dernier coup de rouleau que vous donnez
doit être dans le sens de la lumière, pour éviter les
ombres. Si vous vous tenez à l’arrière d’une pièce avec
le visage tourné vers la lumière et que vous regardez le
plafond, la structure du rouleau suit la lumière.
113
Partie 1 :
Supports de type enduit, V. PEINTURE
à l’intérieur

V.2 Peindre des plafonds

t Pour terminer, tenez toujours la monture du rouleau dans


la même direction. Vous pourriez avoir une différence
de structure si vous tournez la monture pendant la
finition. Cela dépend surtout des fibres dont le rouleau
est composé, et de son âge. Cela peut ressortir avec
n’importe quel degré de brillance. Plus la peinture est
brillante, plus il y a de risque que cela ressorte.
t Les surfaces rectangulaires sont peintes sur le côté le plus
court.
t Dans la mesure du possible, essayez de diviser la surface
en parties égales.
t Le dessin montre un exemple d’ordre des parties à
peindre. Ici, on part de la gauche.
t Ne peignez pas de morceaux trop grands en une fois.
t Vous pouvez aussi partir de la droite (3). L’ordre des
parties à peindre est alors inversé par rapport à l’exemple.
Ici, vous ne devez pas tenir compte du fait que vous
soyez gaucher ou droitier, puisque vous travaillez au-
dessus de votre tête.
t Le but est de peindre en vous tenant sur l’échelle, sans
devoir vous étendre ni trop tordre le dos. Mettez-vous
donc à une hauteur confortable pour ne pas trop
solliciter votre nuque et votre dos.
t Au lieu de tordre votre dos, il vaut mieux tourner tout
votre corps dans la direction dans laquelle vous êtes
occupé. Déplacez l’échelle de façon à pouvoir à chaque
fois peindre une surface de la même grandeur.
t Les parties ne peuvent en tous les cas pas être trop
grandes car le but est que les raccords entre ces
différentes parties ne se voient pas. Elles doivent donc
être peintes ‘mouillé sur mouillé’.
t Si ce n’est pas le cas, il apparaît une structure plus
grossière là où les différentes parties se touchent, et un
aspect plus mat.
t On parle aussi d’enflement, parce que la partie
précédemment peinte est déjà en train de sécher et que
vous obtenez un chevauchement à l’endroit du raccord.
Deux couches sont superposées en un court laps de
temps, alors que les instructions, en fonction du produit,
précisent qu’il faut attendre plusieurs heures avant
d’appliquer la couche suivante.
t Pour que le rouleau agrippe mieux la peinture, vous
pouvez éventuellement l’humidifier un peu au début.

114
Partie 1 :
V. PEINTURE Supports de type enduit,
à l’intérieur

V.2 Peindre des plafonds

Outils

t brosses
t rouleaux
t pistolets

V.2.2 Pratique

t Dans la pratique, les peintres disposent souvent de


différentes techniques pour peindre murs et plafonds.
t La technique de base décrite ici est l’une des possibilités
pour peindre correctement un plafond. Nous avons
choisi cette technique parce qu’elle pourra être utilisée
pour peindre d’autres surfaces. Elle ne différera guère de
la technique de base. On peut donc continuer à se fonder
sur ce système et on ne doit pas faire appel à un nouveau
système chaque fois que la situation est différente.
t Faites les bords de la zone que vous allez peindre (voir
ligne rouge).
t Prenez le rouleau et trempez les fibres dans la peinture.
Faites tourner le rouleau sur la grille pour que toutes les
fibres soient bien imbibées de peinture.
t Placez le rouleau sur un bord au milieu de la surface (voir
rouleau de peinture).
t Répartissez d’abord la peinture dans le sens de la
longueur.
t Évitez de pousser sur le rouleau. Si vous devez pousser
sur le rouleau pour mettre de la peinture au plafond, cela
signifie qu’il n’est pas assez imbibé de peinture. Reprenez
de la peinture.

115
Partie 1 :
Supports de type enduit, V. PEINTURE
à l’intérieur

V.2 Peindre des plafonds

t Quand vous avez appliqué la peinture dans le sens de la


longueur, répartissez-la dans le sens de la largeur.
t N’ajoutez pas de peinture.
t Quand vous croisez, veillez à ne pas sortir de la zone
dans le sens de la largeur (pointillé mauve). Les bandes
que vous prolongez dans le sens de la largeur hors de
la zone ne seront pas assez couvertes de peinture. Vous
obtenez donc une trace de peinture qui va sécher très
vite. Lorsque vous allez peindre la zone adjacente, cette
trace de peinture sera déjà sèche. Vous peignez donc
en fait deux couches l’une sur l’autre, ce que vous ne
pouvez pas faire. De plus, cette trace de peinture est dans
le mauvais sens, puisque vous devez donner le dernier
coup de rouleau dans le sens de la lumière (comme
déjà décrit) (ligne bleue). La structure qui se trouve dans
l’autre sens pourrait ressortir si elle est éclairée ou si la
surface est recouverte d’une peinture brillante.
t Quand vous croisez dans le sens de la largeur, vous
pouvez rouler un peu plus loin (environ 5 cm) de l’autre
côté (pointillé vert), et ce afin d’étaler un peu la peinture
afin d’éviter une épaisseur, parce que la zone suivante
que vous allez faire est la zone le long de la ligne mauve.
Lorsque vous allez faire la troisième zone, correspondant
au pointillé vert, il se peut que la peinture soit déjà
partiellement sèche et vous ne puissiez plus l’enlever.

116
Partie 1 :
V. PEINTURE Supports de type enduit,
à l’intérieur

V.2 Peindre des plafonds

t Faites la dernière passe de rouleau dans le sens de la


lumière (ligne bleue).
t Commencez la finition le long du bord (ligne rouge), à
l’endroit où vous avez d’abord délimité le contour. C’est là
que la peinture commencera déjà à sécher.
t Roulez à nouveau un peu en dehors de la ligne verte
(environ 5 cm). La structure suivra la même direction, et la
peinture s’étalera pour éviter cette épaisseur.
t Roulez un peu (environ 5 cm) au-delà de la ligne mauve.
La structure du rouleau est dans le même sens sur toute
la zone peinte et la peinture s’étend également à la ligne
mauve. Vous évitez ainsi une épaisseur, car vous allez
maintenant peindre les bords de la zone adjacente.
t Pour peindre les zones suivantes, appliquez la même
méthode de travail que celle que nous venons de décrire.
t Lorsque vous avez roulé sur la deuxième zone, veillez à
faire le raccord contre la première zone (ligne mauve).
Ce n’est qu’au dernier coup de rouleau vers la lumière
que vous faites le raccord de la deuxième zone avec la
première. Ne roulez pas trop (environ 10 cm). dans la
première zone car elle est en train de sécher.
t Terminez maintenant le plafond complètement en
tenant compte des principes de base décrits ici.

t Sur chantier, vous serez face à d’autres situations, par


exemple des cas où vous ne pouvez pas toujours
travailler en vous éloignant de la lumière ; parce que,
dans certaines pièces, la lumière naturelle est dans le sens
de la longueur de la pièce (ligne bleue). Dans ce cas, si
la pièce est grande, il est bien sûr difficile de travailler en
vous éloignant de la lumière. Surtout si vous êtes seul. Ce
serait éventuellement possible si vous aviez la possibilité
de peindre le plafond à deux. Cela dépend de la longueur
de la surface à peindre. N’oubliez pas que vous devez
toujours peindre les zones ‘mouillé dans mouillé’. Vous
commencez alors chacun d’un côté et vous travaillez en
vous rapprochant (voir exemple).
t Tenez compte de l’optique. Regardez comment l’on entre
dans la pièce. Le peintre en déduit lui-même comment
peindre le plafond au mieux et le plus vite.

117
Partie 1 :
Supports de type enduit, V. PEINTURE
à l’intérieur

V.3 Peindre des murs

V.3.1 Généralités

t Comme décrit dans le chapitre concernant les plafonds,


veillez à savoir de quel type de peinture il s’agit avant
de commencer les travaux ; afin de savoir aussi quels
rouleaux et brosses vous allez utiliser pour obtenir l’effet
voulu.
t Tenez compte de l’état du support.
t Lisez les instructions de mise en œuvre du produit.

Outils

Ceux-ci sont normalement les mêmes que pour peindre un


plafond :
t brosses
t rouleaux
t pistolets

118
Partie 1 :
V. PEINTURE Supports de type enduit,
à l’intérieur

V.3 Peindre des murs

V.3.2 Pratique

t L’endroit où il faut commencer à peindre un mur est


fonction du peintre , selon qu’il soit droitier ou gaucher.
t S’il a le visage tourné vers le mur, un droitier commencera
à droite dans l’angle et continuera à peindre le mur en se
déplaçant vers la gauche.
t Placez l’échelle pour qu’elle ne soit pas un obstacle et
que vous ayez une pleine liberté de travail quand vous
peignez le mur au rouleau.
t L’échelle est placée dans le sens du travail pour que le
seau de peinture qui y est déposé soit facile à atteindre.
t Peignez la zone sur la plus petite longueur et travaillez
vers la plus grande longueur pour pouvoir peindre
mouillé dans mouillé.
t Pour des murs d’environ 2,50 m de haut, vous pouvez
comme sur l’exemple peindre la partie supérieure jusqu’à
la moitié (ligne verte).
t Les deux zones se rencontrent donc sous le champ
visuel. Le risque que le peintre soit jugé sur son travail et
sur la ‘fusion’ des différentes zones est moindre.
t Le but est tout d’abord d’obtenir une surface égale,
quelle que soit la méthode utilisée.
t La division de la surface à peindre au rouleau est
identique à celle décrite dans le chapitre “plafonds”. Ici, le
dernier coup de rouleau sera vers le haut.
t Pour la peinture de la partie inférieure, à la fin, on roulera
vers le haut. La structure du rouleau est à présent tout à
fait dans la même direction.
t S’il y a des retours de fenêtre ou de porte, il faut les
peindre d’abord (= parties du mur correspondant à un
châssis ou une porte).
t Peignez donc toujours d’abord les parties que l’on ne voit
pas, puis les parties bien visibles.

119
Partie 1 :
Supports de type enduit, V. PEINTURE
à l’intérieur

V.4 Travailler avec plusieurs couleurs

V.4.1 Généralités

t Certaines pièces seront peintes de plusieurs couleurs.


Cette combinaison de couleurs accentuera certains
éléments.
t La séparation entre les différentes couleurs peut se faire
aux angles rentrants, aux angles sortants ou dans la
surface même.
t Les murs et/ou les plafonds ornés de moulures ou de
baguettes décoratives peuvent à leur tour être peints
dans une couleur différente.
t L’utilisation d’un ruban adhésif approprié est très
importante.

V.4.2 Pratique

Masquage d’un angle rentrant


t Placez le ruban adhésif à environ 2 mm de l’angle.
t Ne collez jamais un ruban adhésif dans l’angle. Un
angle rentrant n’est pas de la même netteté sur toute
sa longueur. Si le subjectile a déjà été traité plusieurs
fois, l’angle rentrant peut présenter des arrondis. Tenez
surtout compte de l’optique, afin d’obtenir une belle
ligne droite quand vous enlevez le ruban adhésif.

120
Partie 1 :
V. PEINTURE Supports de type enduit,
à l’intérieur

V.4 Travailler avec plusieurs couleurs

t Après avoir collé le ruban adhésif, certains peintres font


un fin joint élastique pour fermer la séparation entre le
mur et le bord du ruban adhésif. De cette manière, vous
évitez que de la peinture passe sous le ruban adhésif.
t Dans ce cas, ne laissez pas trop de mastic venir sur le
ruban adhésif.
t Une autre méthode consiste à fermer le ruban adhésif en
peignant avec la couleur masquée.

t Frottez avec un pinceau mouillé et/ou avec votre doigt


pour bien enfoncer le mastic en profondeur.

t Peignez la surface.
t Enlevez le ruban adhésif immédiatement après avoir
peint, pour éviter que la surface soit abîmée.
t Faites-le avec la plus grande prudence. Tirez sur le ruban
adhésif plus ou moins en oblique par rapport au mur.

121
Partie 1 :
Supports de type enduit, V. PEINTURE
à l’intérieur

V.4 Travailler avec plusieurs couleurs

Masquage d’un angle sortant

t Peignez la première couleur (du vert dans ce cas) un peu


au-delà du bord de séparation.
t Après séchage, masquez les parties peintes.
t Les murs ont le plus souvent une légère structure. Il
importe donc de bien appuyer sur le ruban adhésif pour
éviter que de la peinture puisse couler dessous.
t Enlevez le ruban adhésif.

Certains peintres ont une autre méthode.

t -ettez du tape sur le mur qui doit encore être peint.


t Laissez une ouverture d’environ 2 mm.
t Peignez d’abord avec la même couleur (vert dans ce
cas) le bord du ruban adhésif, pour le fermer. Selon la
structure du mur, il n’est pas toujours possible d’éviter
que de la peinture passe tout de même sous le bord du
ruban adhésif. Dans ce cas, c’est la même couleur qui
passe sous le ruban adhésif et elle en ferme le bord.
t Retirez le ruban adhésif de droite et, quand le côté peint
est sec, vous pouvez peindre dans la couleur plus claire.
t Enlevez le ruban adhésif avec précaution.
t Cette méthode demande plus de temps mais le résultat
est une belle ligne bien droite. Cette façon de faire peut
également servir si l’on doit peindre un pan de mur de
plusieurs couleurs différentes.

122
Partie 1 :
V. PEINTURE Supports de type enduit,
à l’intérieur

V.5 Peinture d’une pièce avec moulures

Le système de peinture est déterminé et on peut passer à la


mise en peinture.

Succession des travaux

Dans la mesure du possible, essayez de respecter une


succession logique des travaux. Réfléchissez toujours bien à
la situation avant de commencer.
Les principes de base ne changent pas, mais les situations
varient.

1. Peignez d’abord le plafond. Arrêtez dans l’angle où la


moulure commence. Ne peignez pas le petit bord de la
moulure qui touche le plafond.
Dans les grands projets immobiliers, on le fait souvent
pour aller plus vite, cela nuit cependant à l’esthétique de
la moulure.

2. Quand le plafond est peint, peignez les moulures.


› Commencez par la moulure du plafond.
› Pour la première couche de peinture des moulures,
vous pouvez faire le bord jusque dans l’angle. Ce ne
doit pas encore être parfait à la première couche.
› En fonction de l’état du support, du type de peinture
et de sa commodité, le peintre peut aussi choisir de
mettre du ruban adhésif. On peut aussi le faire pour
gagner du temps.
› Les peintures en phase aqueuse sont plus difficiles à
délimiter car la vitesse et une épaisseur correcte sont
importantes. Le temps de mise en œuvre est plus
court que pour les peintures en phase solvant. Ici, il
est recommandé de mettre du ruban adhésif.
› Peignez la moulure du cadre supérieur
› À présent, vous pouvez peindre la moulure murale.
› Peignez les moulures des petits cadres.
› Peignez la plinthe en dernier lieu.
› Toutes les moulures sont à présent peintes et nous
avons travaillé du haut vers le bas. Vous avez donc
évité d’être gêné dans votre propre travail.

123
Partie 1 :
Supports de type enduit, V. PEINTURE
à l’intérieur

V.5 Peinture d’une pièce avec moulures

3. Peignez alors les murs entourant le grand cadre


supérieur. Le peintre a de nouveau le choix entre faire les
bords ou masquer.

4. Peignez le mur à l’intérieur du cadre supérieur. Il est


possible de peindre d’abord l’intérieur du cadre puis
l’extérieur, mais la surface intérieure est plus grande dans
notre cas et cela accroît beaucoup le risque de dégâts
parce que le peintre doit encore se déplacer autour
du cadre pour peindre la partie extérieure. Un bon
professionnel s’en sort dans les deux cas.

5. Peignez l’extérieur des cadres du dessous.

6. Faites ensuite l’intérieur des cadres.


Vous pouvez faire l’inverse ici car il s’agit de surfaces
plus petites. Essayez toutefois de garder une certaine
uniformité dans votre travail. Gardez le même système si
c’est possible.

124
Partie 1 :
V. PEINTURE Supports de type enduit,
à l’intérieur

V.5 Peinture d’une pièce avec moulures

7. Quand tous les préparatifs sont finis, vous pouvez mettre


la deuxième couche.
La succession des travaux est identique à la première
couche. Peignez d’abord le plafond, puis suivez les
mêmes étapes.
› On peut masquer les moulures avant de peindre les
pans de mur. Faire les bords est possible également
mais demande plus de temps ; pour un niveau de
finition supérieur, les bords doivent être aussi parfaits
que possible.
› Pour masquer, le support peint (moulures) constitue
un meilleur choix que les murs car il est plus fort.
C’est pourquoi il est préférable de les peindre d’abord,
et de faire les pans de mur ensuite. Sur un enduit
mouillé et sec, on pourrait plus facilement abîmer le
subjectile en enlevant le ruban adhésif.
› Si vous masquez sur des moulures, vous approcherez
de la ligne droite parfaite parce que le support de
peinture est plus fermé et moins structuré qu’un mur.
› Au niveau visuel, il est préférable que la couleur des
murs continue 2 mm sur les moulures. Si, comme
sur le dessin, vous aviez une couleur claire pour les
moulures et que vous la laissiez continuer 2 mm sur
le mur, vous donneriez l’impression d’avoir arrêté la
couleur des murs trop tôt pour les moulures.
› Enlevez toujours le ruban adhésif après avoir terminé
chaque partie.
Si de la peinture a coulé sous le ruban adhésif, vous
pourrez peut-être l’enlever si elle est encore humide.
Et le risque d’abîmer les parties déjà peintes est
moindre.

125
126
VI. DÉFAUTS ET VICES DE CONSTRUCTION Partie 1 :
Supports de type enduit,
LES PLUS FRÉQUENTS à l’intérieur

VI. DÉFAUTS ET VICES DE CONSTRUCTION


LES PLUS FRÉQUENTS
VI.1 Humidité ascensionnelle

L’humidité ascensionnelle peut être causée par une


infiltration d’humidité, une isolation insuffisante contre les
eaux souterraines ou un endommagement de la membrane
de protection contre les eaux.

L’humidité ascensionnelle se limite à une hauteur d’environ


120 cm au-dessus du niveau du sol.

L’isolation contre les eaux souterraines doit être résolue au


préalable (par exemple par injection dans les murs) ;
éventuellement décapage des murs et pose d’une
membrane. Vous ne pouvez pas peindre si la cause de
l’humidité n’a pas été éliminée.

Un problème fréquent est lié à une membrane de protection


contre les eaux découpée par l’électricien ou le plombier e.a.,
puis réparée avec un produit qui n’est pas étanche à l’eau.

Les infiltrations d’humidité peuvent également venir d’un


mur extérieur qui n’est pas assez scellé ou d’un creux de
mur pas suffisamment ventilé, avec pour résultat que la
condensation s’écoule jusqu’à la membrane et est absorbée
dans le mur intérieur.

La pose d’un film d’aluminium n’offre aucune solution en cas


d’humidité ascensionnelle, car l’eau va continuer à monter.

127
Partie 1 : VI. DÉFAUTS ET VICES DE CONSTRUCTION
Supports de type enduit,
à l’intérieur LES PLUS FRÉQUENTS

VI.2 Murs sujets à condensation

La formation de condensation peut être la conséquence de


ponts thermiques ou d’une aération insuffisante.

Pour remédier au problème d’humidité lié aux ponts


thermiques, il faut prévoir une isolation supplémentaire (par
exemple pose d’un sous papier peint isolant en mousse de
polystyrène, sur lequel on place une couche de carton).

Pour les cuisines et salles de bain mal aérées (ventilées), vous


pouvez éventuellement ajouter un fongicide à la peinture. Ce
n’est qu’une solution temporaire.

VI.3 Murs en matériaux de récupération

Les nitrates présents dans le support peuvent extraire


l’humidité de l’air et la maintenir dans le mur. Ce phénomène
se présente le plus souvent dans des bâtiments anciens ou
des bâtiments construits en matériaux de récupération de
bâtiments anciens (surtout fermes, étables,…).

128
VI. DÉFAUTS ET VICES DE CONSTRUCTION Partie 1 :
Supports de type enduit,
LES PLUS FRÉQUENTS à l’intérieur

VI.4 Infiltration de pluies et fuites

On peut remédier à l’infiltration de pluies en rendant


hydrophobe la feuille extérieure du mur ou par un traitement
transparent.

Rendre le mur hydrophobe n’est pas toujours la solution.


C’est un traitement des murs extérieurs qui permet de
diminuer les propriétés hydrophiles du mur en introduisant
un produit liquide dans le matériau de construction.

Le but est une meilleure étanchéité à la pluie des murs


extérieurs verticaux construits en matériaux poreux. On le
fait à l’aide d’un produit hydrofuge. Outre les avantages
qu’offre la protection du mur contre la pénétration d’eau de
pluie, ce système permet également de limiter le risque de
dégâts causés par le gel, de diminuer l’encrassement causé
par les mousses, les algues et les champignons, de diminuer
les efflorescences de sel et d’améliorer le pouvoir isolant du
mur. Un support intact est la condition fondamentale pour
envisager un traitement hydrophobe. En outre, la façade doit
être complètement traitée ; en cas de traitement partiel, des
infiltrations d’eau sont encore possibles dans les parties non
traitées.

Des fuites s’étendent généralement à partir d’un endroit


déterminé. ;Le degré d’humidité va normalement diminuer
au fur et à mesure qu’on s’éloigne de la fuite.

VI.5 Problèmes dans les murs creux

Si les travaux de maçonnerie n’ont pas été effectués avec


sérieux, la coulisse des murs peut être souillée de résidus de
construction qui créent un contact entre le mur extérieur et
le mur intérieur ; ce qui peut causer par endroits des taches
d’humidité sur le mur intérieur. Il peut arriver aussi que les
crochets de mur aient été mal placés.

Si l’on a utilisé des matériaux isolants trop mous pour un


remplissage partiel du creux (bourrelets de laine minérale) ou
des produits qui ne sont pas assez imperméables, des taches
d’humidité peuvent apparaître lorsque l’isolant se déforme.

129
Partie 1 : VI. DÉFAUTS ET VICES DE CONSTRUCTION
Supports de type enduit,
à l’intérieur LES PLUS FRÉQUENTS

VI.6 Intervention incorrecte d’autres corps de métier

Il arrive que la membrane d’étanchéité ait été abîmée par


d’autres corps de métier (électriciens, chauffagistes,…) et
qu’à cet endroit, le mur soit retouché avec un produit non
étanche; avec pour résultat une infiltration capillaire localisée.

VI.7 Ponts thermiques

Entraînent la formation de moisissures : voyez ci-dessus


« murs sujets à la formation de condensation ».

VI.8 Silicones

Lorsqu’on utilise des silicones, il arrive souvent que l’on ne


soit pas assez soigneux avec les parties adjacentes et que l’on
nettoie insuffisamment ; il demeure finalement des résidus
de produit. Ils entraîneront des problèmes d’accrochage
lorsqu’on peindra les subjectiles encrassés par ces silicones.

130
VI. DÉFAUTS ET VICES DE CONSTRUCTION Partie 1 :
Supports de type enduit,
LES PLUS FRÉQUENTS à l’intérieur

VI.9 Plaques de plâtre mal placées (planéité)

Comment le voir ?
t Le mur n’est pas plan. On le voit en y plaçant une longue
latte. Des ‘ouvertures’ sont visibles sous la latte.
t Les joints se sont enfoncés et sont plus profonds que le
reste des plaques.

Causes
t Le placeur n’a pas posé la structure portante des plaques
(Metalstud®, ossature en bois) de façon rectiligne ou
perpendiculaire.
t Le jointoiement des plaques n’a pas été correctement
effectué ou avec des produits inadéquats.

Solution
t Si l’erreur n’est pas trop importante, elle peut être
rattrapée en enduisant les plaques, en tout ou en partie.
t Si l’erreur est grossière, le placeur des plaques doit y
remédier.
t Le rebouchage et le lissage de plaques en carton plâtre
qui sont restées dans un environnement trop humide
(construction neuve) peuvent subir un retrait minimal
après remplissage et, de ce fait, causer des défauts
dans le travail du peintre. Le rebouchage au niveau des
points de fixation montrera ces défauts surtout à lumière
rasante. Il importe donc de contrôler la température
ambiante et l’humidité de l’air.

Mesures complémentaires

Le CSTC dispose d’une documentation détaillée abondante


sur la façon de placer et de jointoyer correctement les
plaques avant de commencer des travaux de peinture. Ce
sont les NIT 222 et 223.

Elles sont consultables via le lien http://www.cstc.be dans la


rubrique « publications ».

131
132
Partie 1 :
VII. SÉCURITÉ ET ENVIRONNEMENT Supports de type enduit,
à l’intérieur

VII. SÉCURITÉ ET ENVIRONNEMENT

L’utilisation de produits dangereux a beaucoup augmenté ces dernières années. Ce ne sont pas seulement
des produits chimiques comme les acides et les bases, mais également de nombreuses préparations utilisées
quotidiennement comme les solvants, les colles, les peintures et les vernis.

t Les solvants sont un danger si on en respire trop ou s’ils sont en contact avec la peau.
Une maladie professionnelle reconnue en Belgique, provoquée par une exposition prolongée à de
hautes concentrations de solvants et appelée OPS (Psychosyndrome Organique), conduit à des atteintes
irréversibles du système nerveux central.

La meilleure manière de s’en protéger est d’utiliser des peintures en phase aqueuse et/ou pauvres en
solvants. Il faut en outre bien ventiler si l’on peint à l’intérieur. Pour appliquer la peinture au pistolet, une
protection des voies respiratoires avec masque adéquat est nécessaire.
Pour éviter que du solvant n’entre en contact avec votre peau, portez des gants adaptés, surtout si vous
appliquez la peinture au pistolet.

t Pour 2 types de peinture, le contact avec le liant est dangereux pour la santé ; ce sont surtout les résines
à deux composants époxydes et polyuréthanes. Le contact avec le liant peut venir d’éclaboussures et/ou
renversements pendant le mélange et l’application, et de la poussière de peinture dans l’air et sur la peau
lorsqu’on ponce.

Les résines époxydes sont connues pour provoquer des allergies cutanées ; elles peuvent causer un eczéma
allergique. Le durcissant (isocyanate) des polyuréthanes 2c irrite la peau, les yeux et les voies respiratoires,
ce qui peut entraîner des allergies. Sur la peau, il apparaît de l’eczéma ; et de l’asthme dans les voies
respiratoires.

Pour se protéger des dangers des liants, on peut notamment :


› Mélanger à faible vitesse
› Porter des gants appropriés. Les porter une seule fois et pas plus de 4 heures, en veillant à ne pas les
salir.
› Utiliser une protection des voies respiratoires en cas d’application au pistolet.
› Si possible, utiliser des conditionnements contenant la quantité dosée de résine et de durcisseur.

L’étiquette est la première source d’information à propos d’une substance déterminée. Pour les peintures, il
existe un système européen d’étiquetage composé de codes de danger et de phrases de sécurité.

133
Partie 1 :
Supports de type enduit, VII. SÉCURITÉ ET ENVIRONNEMENT
à l’intérieur

VII.1 Les codes de danger

Signalent les propriétés chimiques du produit ; en voici les


symboles et leur signification :

Symbole Pictogramme à partir


Pictogramme Description Prévention des accidents
de danger du 1er juin 2015 (GLS)

Corrosif : ce sont des substances


Éviter le contact avec la peau,
corrosives pouvant, en cas de
C contact, détruire les tissus vivants,
porter des lunettes de protection,
respecter d’éventuelles instructions
la peau et les yeux.
spéciales.

Ne pas frotter la poussière (par


E Explosif exemple dans un mortier).
Ne pas chauffer la poussière.

Facilement inflammable : Pas de feu à proximité : lorsqu’on


s’applique aux produits dont le travaille avec cette substance,
point d’inflammation est inférieur il ne peut pas y avoir de
à 21°C, d’où la mention “facilement brûleurs allumés. Ne pas utiliser
F inflammable”. Pour un point d’allumettes. Ne pas travailler avec
d’inflammation compris entre 21°C des appareils qui peuvent faire des
et 55°C, le symbole n’est pas utilisé étincelles électriques. Éloigner les
et la mention est : inflammable. objets chauds.

Ne pas rincer la poussière dans


Dangereux pour l’environnement : l’évier. Ne pas jeter la poussière
N dangereux à très dangereux pour
les organismes aquatiques.
dans la poubelle. Respecter les
instructions relatives aux déchets
chimiques.

Produit comburant : produit Tenir ces poussières à l’écart des


pouvant entraîner des réactions produits inflammables. L’oxygène
O dégageant beaucoup de chaleur ne peut pas entrer en contact avec
s’il est mis en contact avec d’autres les vêtements.
substances.

134
Partie 1 :
VII. SÉCURITÉ ET ENVIRONNEMENT Supports de type enduit,
à l’intérieur

VII.1 Les codes de danger

Symbole Pictogramme à partir


Pictogramme Description Prévention des accidents
de danger du 1er juin 2015 (GLS)

Toxique : produit qui, en cas de Suivre des instructions


pénétration dans l’organisme par supplémentaires. Ne pas manger ni
T inhalation, par ingestion ou par la boire pendant l’utilisation. Éviter le
peau, peut entraîner de lourdes contact avec la peau.
conséquences voire la mort.

Ne pas manger ni boire pendant


Irritant : produit pouvant entrainer l’utilisation. Éviter le contact avec
Xi une inflammation par contact
direct, prolongé ou répété avec la
la peau.
Des lunettes de protection peuvent
peau ou les muqueuses. être utiles.

Suivre des instructions


Nocif : produit pouvant entraîner supplémentaires. Ne pas manger ni
Xn des dangers limités par inhalation,
ingestion ou pénétration cutanée,
boire pendant l’utilisation. Éviter le
contact avec la peau. Des lunettes
par exemple des nausées. de protection peuvent être utiles.

VII.2 Les phrases R et S

Les symboles ci-dessus doivent être complétés par les


phrases R(isk) et S(afety) requises. Les phrases R représentent
les risques indiquant les dangers propres aux substances et
préparations dangereuses (peinture, colle,…). Les phrases
S sont des recommandations de sécurité concernant
les substances et préparations dangereuses visant à les
manipuler de la manière la plus sûre. Il importe donc de
reproduire l’étiquette lorsqu’on transvase de petites quantités.
Notons que suite à l’introduction d’un nouveau système
d’étiquetage au sein de l’Union Européenne, une nouvelle
organisation de l’étiquetage des susbtances dangereuses
a été mis en place. Les phrases R et S sont remplacées par
les phrases H pour les indications de danger (H comme
Hazard) et les phrases P de règles de précautions (P comme
Precaution). La transition est prévue entre 2010 et 2014.

135
Partie 1 :
Supports de type enduit, VII. SÉCURITÉ ET ENVIRONNEMENT
à l’intérieur

VII.3 Hygiène

La pénétration de substances dangereuses dans l’organisme


peut survenir de plusieurs manières :
t Par la bouche
t Par la peau (yeux compris)
t Par les poumons.

Un peintre doit donc être attentif aux précautions d’hygiène.


Elles comprennent surtout l’utilisation d’équipements
préventifs :
t Contre la poussière (notamment la poussière fine ou
nocive) ou les gaz dangereux : des masques de différents
types sont disponibles, en fonction de la finesse et de la
composition de la poussière ou des produits utilisés.
t Se protéger la peau en portant les gants les plus
appropriés au type de produit utilisé.
t On peut aussi se protéger la peau en appliquant une
épaisse couche de crème avant de commencer à
travailler.
t Évitez autant que possible d’être en contact avec les
produits avec lesquels vous travaillez et enlevez au plus
vite la peinture de votre peau, de préférence avec un
chiffon sec. Utilisez le moins de solvant possible.
t Lavez-vous les mains et retirez vos vêtements souillés
avant de manger.
t Soignez immédiatement toutes les blessures, même
petites.

Il existe en outre des équipements de protection individuelle


(EPI), à ne surtout pas négliger : vêtements de protection
adaptés (long pantalon, longues manches,…), protection
contre les chutes et contre la chute d’objets, protection
auditive contre le bruit,… Les utiliser n’est pas un luxe
superflu car ils protègent généralement d’effets irréversibles.

136
Partie 1 :
VII. SÉCURITÉ ET ENVIRONNEMENT Supports de type enduit,
à l’intérieur

VII.4 Outils de travail

Prévenez et évitez les accidents en utilisant correctement le


matériel approprié. Il importe aussi d’adopter une position
correcte quand vous travaillez. Navb-cnac Constructiv
édite à ce propos des brochures spécifiques concernant la
prévention des douleurs dorsales dans la construction ainsi
que l’utilisation des échelles et échafaudages.

Le fascicule 115 du cnac traite de la prévention des douleurs


dorsales. Le fascicule 119 donne des explications claires sur
l’utilisation des échelles et échafaudages pendant la phase
de finition. Les fascicules 125 et 126 parties 1 et 2 donnent
des explications complémentaires sur le travail en hauteur.

Vous pouvez les consulter sur le site Internet


cnac.constructiv.be ; recherchez l’information concernée à
l’onglet publications.

137
138
Partie 1 :
VIII. VOCABULAIRE DU PEINTRE Supports de type enduit,
à l’intérieur

VIII. VOCABULAIRE DU PEINTRE

Pour un vocabulaire détaillé du peintre, consultez la NIT 112


du CSTC.

Elle est consultables via le lien http://www.cstc.be dans la


rubrique « publications ».

139
Partie 1 :
Supports de type enduit, NOTES
à l’intérieur

NOTES

140
Partie 1 :
NOTES Supports de type enduit,
à l’intérieur

NOTES

141
Partie 1 :
Supports de type enduit, NOTES
à l’intérieur

NOTES

142
-FTNBOVFMTPOUÏUÏSÏBMJTÏTHSÉDFËMBDPOUSJCVUJPOEFTPSHBOJTBUJPOTTVJWBOUFT

GWCtõD$POTUSVDUJW
rue Royale 132/5, 1000 Bruxelles
U tG 
õDDPOTUSVDUJWCFtõD!DPOTUSVDUJWCF

ªGWCtõD$POTUSVDUJW #SVYFMMFT 


5PVTESPJUTEFSFQSPEVDUJPO EFUSBEVDUJPOFUEBEBQUBUJPO TPVTRVFMRVFGPSNFRVFDFTPJU SÏTFSWÏTQPVSUPVTMFTQBZT 143
MANUELS MODULAIRES
PEINTREDECORATEUR

t Liste des manuels disponibles


Fonds de Formation professionnelle de la Construction Fonds de Formation professionnelle de la Construction

MANUEL PEINTRE-DECORATEUR MANUEL PEINTREDÉCORATEUR

TECHNIQUES D’IMITATION ET PARTIE 1:


DE DÉCORATION SUPPORTS DE TYPE ENDUIT,
À L’INTÉRIEUR

Techniques d’imitation et de décoration Partie 1 : Supports de type enduit, à l’intérieur

Fonds de Formation professionnelle de la Construction