Vous êtes sur la page 1sur 2

DM Correction

Exercice 1

(Introduction) On cherche à localiser des gènes chez la drosophile : un codant pour le développement
des soie (S) et un codant pour la formedes pièce buccales (P)

Caractères étudiés phénotypes Gène à allèles


Forme des soies [normale] ou [chevelues] S à s+ ; s
Forme des pièces buccales [normale] ou [en trompe d’éléphant] Pà p+ ; p

Croisement 1 : on croise des parents


[soie normale ; trompe d’éléphant] X [soie chevelue ; PB normale]
En F1 on obtient 100% de [ soies normales ; PB normale ].
Les parents sont homozygotesà F1 est hétérozygote, mais n’exprime que les allèles (normal)
et (normal)à ce sont les allèles dominants. s+>s ; p+>p

Parents : [s+, p] X [s,p+]


(s+p/?/s+p) (sp+ /?/sp+)
F1 100% [n+c+]
(s+p+/?/sp)
On s’interroge sur la localisation des 2 gènes : liés ou indépendants ; pour résoudre ce
problème, on réalise un croisement test.
Croisement 2 :

F1 X homozygote récessif à croisement test.à le % des phénotypes obtenus correspond aux


gamètes produits par F1à
Phénotypes [s, p+] [s+, p] [s, p] [s+, p+]
[parentaux] [recombinés]
% 40% 39% 11% 10%
Gamètes produits (s?p+) (s+?p) (s?p) (s+?p+)
par F1
% 79% 21%
F1 produit plus de gamètes parentaux que de gamètes recombinés.

àLes gamètes recombinés, moins fréquents, sont le résultat d’un phénomène relativement
rare se déroulant en anaphase 1 : échange de fragments de chromatides entre les chromosomes
homologues appariés en prophase 1= crossing-over
Ils sont le résultat d’un brassage intrachromosomique : les gènes sont situés sur le même
chromosome : ils sont liés.

(Conclusion) les gènes S et P sont situés sur le même chromosome.

Exercice 2

(introduction) On s’interoge sur la faiblesse du pourcentage des phénotypes recombinés


observés dans la descendance du croisement 2, il serait dû à un brassage intrachomosomique
entre les gènes A et B situés sur le même chromosome.

►Le document 1 permet de comprendre que la synthèse de pigment noir nécessite la mise en
jeu de 2 enzymes codés par 2 gènes A et B agissant successivement.
Le phénotype noir nécessite que les 2 enzymes soient fonctionnelles : la présence de deux
allèles : a+ et b+. L’absence d’un des deux allèles ou l’absence des deux ne permet pas la
synthèse de pigment noir.
Les 2 gènes sont situés sur le même chromosome
►Ainsi le croisement 1 proposé dans le document 2 s’écrit comme suit :

[yeux noirs] a+b+//a+b+ X ab//ab [yeux clairs]


+ +
F1 100% [yeux noirs]: a b //ab.

Les parents étant homozygotes, F1 est hétérozygote mais seuls les allèles a+ et b+ s’expriment :
ils sont donc dominants. Les allèles a et b sont récessifs.

► Les différentes catégories possibles de gamètes produits par les individus F1 sont les 4
+ +
suivantes : a b , ab, a+b, ab.
Un brassage explique l'apparition des deux dernières catégories de gamètes.
Lors du croisement 2 (document 3) on croise un individu de F1 avec un homozygote récessif :
c’est un croisement test, il permet d’élucider le génoles génotypes et phénotypes que l'on peut
trouver à la génération F2 sont les suivants :

On sait que les % des phénotypes obtenus dans la descendance d’un croisement test
correspondent aux gamètes produits par l’individu testé : F1

On obtient, à l'issue du second croisement, 3032 rats dont 41,4 % de rats aux yeux noirs et 58,6
% de rats aux yeux clairs :
+ +
- 41,4% de l'ensemble des rats F2 sont donc de génotype : a b //ab.
- Parmi les rats aux yeux clairs, 41,4% des rats sont de génotype ab//ab, pourcentage
+ +
équiprobable avec les rats a b //ab (ó phénotypes parentaux)
- Parmi les rats aux yeux clairs, 17,2% (100 - 82,8) ont un génotype recombiné

On a donc 82,8% de gamètes de type parental >> 17,2% de gamètes de type recombiné. : les
gamètes recombinés ont subi un phénomène relativement rare en méiose : !un crossing-over
entre les deux gènes étudiés. (chiasma en prophase 1 lors de l’appariement des chromosomes
homologues puis échange de chromatides en anaphase 1)

(Conclusion) C’est bien un brassage intrachromosomique qui est à l’origine du % plus faible
des gamètes recombinés que le pourcentage de gamètes de type parental.

Exercice 3 (voir rubrique correction)8 page 36

Vous aimerez peut-être aussi