Vous êtes sur la page 1sur 3

Petite histoire des nombres complexes

Nombres complexes ou presque

Dans son Triparty rédigé en 1484, Nicolas Chuquet tentant de trouver un nombre dont le triple égale son carré
plus 4 découvrit que sa méthode donnait pour solutions 1,5 + et 1,5 - .

Chuquet conclut alors qu'il n'existe pas de nombre dont le triple égale son carré plus 4, car les solutions ci-dessus
sont, dit-il, "impossibles". Nous ne sommes pas loin de la découverte des nombres complexes... qui fera le
succès de quelques algébristes italiens du XVIème siècle.

Ces nombres qui n'existent pas Barry Mazur

Comment Tartaglia présenta sa solution historique ?

Au XVIème siècle, en Italie, les mathématiciens s'affairaient à résoudre les équations du 3ème degré, saine
occupation qui déchaina néanmoins les passions. Tartaglia et Cardan furent les plus célèbres acteurs d'une
transmission de méthode de résolution bien difficile mais faite de façon poétique. C'est dans les vers suivants que
les mathématiques firent un pas de géant :

Quando che'l cubo con le cose appresso


Se agguaglia a qualche numéro discrète :
Trovati dui altri différent! in esso.
Dapoi terrai, questo per consueto,
Che'l loro produtto, sempre sia eguale
Al terzo cubo délie cose netto ;
El residuo poi suo générale,
Delli lor lati cubi, ben sottratti
Varrà la tua cosa principale.
In el secondo, de cotesti atti ;
Quando che'l cubo restasse lui solo,
Tu osserverai quest' altri contratti,
Del numer farai due, tal part'a volo,
Che l'una, m l'altra, si produca schietto,
El terzo cubo délie cose in stolo ;
Délie quai poi, per commun precetto,
Torrai h lati cubi, insieme gionti,
Et cotai somma, sarà il tuo concetto ;
El terzo, poi de questi nostri conti,
Se solve col secondo, se ben guardi
Che per natura son quasi congionti.
Questi trovai, et non con passi tardi
Nel mille cmquecent'e quattro e trenta ;
Petite histoire des nombres complexes

Con fondamenti ben saldi e gaghardi


Nella Città del mar intorno centa.

Impressionnant n'est-ce pas ?

Pour un début de traduction : ICI

Quando che'I cubo con le cose


Quand tu veux qu'un cube et des
appreso,
choses ajoutées x3 + px = q
Se aggnaglia a qualche numero
Egalent un nombre donné
discreto
Trovami dui altri differenti in
Trouves-en deux autres, de différence soient  et +q
ce dernier.
esso.
Dapoi terrai questo per
consueto Tu veilleras pour tes trouvailles
Che'l lor prodotto, sempre sia Que leur produit, toujours vaille (+q) = (p/3)3
eguale Le cube du tiers des dites choses.
Al terzo cubo delle cose netto.
Le reste par tes soins
El residuo poi tuo generale
De leurs racines cubiques bien
Delli lor lati cubi ben sottrati
soustraites x = (+q)1/3-1/3
Varra la tua cosa principale.
Vaudra ta chose principale.

Et pour la fin du poème ça ressemble à :

Je trouvai tout ceci, et sans m'attarder


En l'an mil cinq cent trente-quatre;
Sur des fondements solides et inébranlables
Dans la Cité tout entière ceinte par la mer.

Le conflit Tartaglia-Cardan

Les mésaventures d'un mathématicien à la Renaissance rédigées de façon humoristique par Jean-Marc
Dewasme ( PDF ) : ICI

Littérature : Histoire des sciences en Italie depuis la renaissance des lettres jusqu'à la fin du XVIIème par
Guillaume Libri : ICI

Activité : Histoire des nombres impossibles

Et ensuite….

L’interprétation géométrique des nombres complexes par Argand


Petite histoire des nombres complexes

La formule d’Euler, la notation exponentielle

La définition précise des nombres complexes par Gauss

Cauchy créé la théorie des fonctions de la variable complexe

L’intégrale pour le Lycée

Sur la Wikiversité : l’article les Nombres Complexes

Vous aimerez peut-être aussi