Vous êtes sur la page 1sur 238

L'INSTITUT TAVISTOCK POUR LES RELATIONS HUMAINES:

Façonner le déclin moral, spirituel, culturel, politique et


économique des États-Unis.

L'Institut Tavistock pour les relations humaines a eu un effet


profond sur les politiques morales, spirituelles, culturelles,
politiques et économiques des États-Unis d'Amérique et de la
Grande-Bretagne. Il a été en première ligne de l'attaque contre
la Constitution américaine et les constitutions des États. Aucun
groupe n'a fait plus de propagande pour que les États-Unis
participent à la Première Guerre mondiale à un moment où la
majorité du peuple américain s'y opposait.

La plupart des mêmes tactiques ont été utilisées par les


scientifiques en sciences sociales de Tavistock pour amener les
États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale, la Corée, le
Vietnam, la Serbie et les deux guerres contre l'Irak. Tavistock a
commencé comme une organisation de création et de diffusion
de propagande à Wellington House à Londres à la veilleà la
Première Guerre mondiale, ce que Toynbee a appelé «ce trou
noir de la désinformation». À une autre occasion, Toynbee a
appelé Wellington House «une usine de mensonge». D'un début
un peu grossier, Wellington House a évolué pour devenir
l'Institut Tavistock et a continué à façonner le destin de

É
l'Allemagne, de la Russie, de la Grande-Bretagne et des États-
Unis d'une manière très controversée. Les habitants de ces
nations ne savaient pas qu'ils subissaient un «lavage de
cerveau». L'origine du «contrôle mental», du «conditionnement
directionnel intérieur» et du «lavage de cerveau» de masse est
expliquée dans un livre facile à comprendre écrit avec une
grande autorité.

La chute des dynasties, la révolution bolchevique, la Première


Guerre mondiale et la Seconde Guerre mondiale ont vu la
destruction d'anciennes alliances et frontières, les convulsions
dans la religion, la morale, la vie de famille, la conduite
économique et politique, la décadence dans la musique et l'art
remontent à l'endoctrinement de masse ( lavage de cerveau de
masse) pratiqué par les scientifiques en sciences sociales de
l'Institut Tavistock. Edward Bernays, le double neveu de
Sigmund Freud, figurait parmi les professeurs éminents de
Tavistock. On dit que Herr Goebbels, ministre de la Propagande
du Troisième Reich allemand, a utilisé la méthodologie conçue
par Bernays ainsi que celle de Willy Munzenberg, dont
l'extraordinaire carrière est évoquée dans ce travail sur le
passé, le présent et l'avenir. Sans Tavistock, il n'y aurait pas eu
de Première Guerre mondiale et de Seconde Guerre mondiale,
pas de révolution bolchevique, de guerre de Corée, du Vietnam,
de Serbie et d'Irak. Mais pour Tavistock, les États-Unis ne se
précipiteraient pas sur la voie de la dissolution et de
l'effondrement.

C ONTENTS

VERS L'AVANT

1. Fondation du premier institut de lavage de cerveau au mond

2. L'Europe tombe du précipice 9    

3. Comment les «temps» ont été modifiés 13  

4. Ingénierie sociale et scientifique social 19

5. Avons-nous ce que HG Wells a appelé "An Invisible


Gouvernement? "25

6. Les communications de masse inaugurent l'industrie du son

7. La formation de l'opinion publique 33

8. Dégradation des femmes et déclin des normes morales


9. Comment les individus et les groupes réagissent
au mélange des faits et de la fiction 41

dix. Le sondage arrive à maturité 47    

11. Le changement de paradigme en éducation 51  

12. La doctrine de Lewin du «changement d'identité»57

VI

13.Le déclin induit de la civilisation occidentale entre deux


Guerres mondiales 61  

14. L'Amérique n'est pas une «patrie»

15.Le rôle des médias dans la propagande

16.La propagande scientifique peut tromper les élus mêmes

17.Propagande et guerre psychologique

18.Wilson fait entrer les États-Unis dans la Première Guerre mo

19.L'histoire se répète-t-elle? Le cas de Lord Bryce

20 L'art noir du mensonge réussi: la guerre du Golfe 1991.

21.Le Mémorial des soldats et les cimetières de la Première Gue

22.La paix n'est pas populaire 121  

23 L'Institut Tavistock: le contrôle britannique des États-Unis

Le lavage de cerveau sauve un président américain

L'attaque de Tavistock contre les États-Unis

26. Comment les politiciens, acteurs et chanteurs


médiocres sont «bouffés». 157

VII
27. La formule Tavistock qui a amené les États-Unis dans la Sec

28. Comment Tavistock rend les gens malades

29. La psychologie topologique entraîne les États-


Unis dans la guerre en Irak 183
30. Mon choix de candidat, pas mon choix 195
31. Croissance zéro dans l'agriculture et l'industrie: Americas P
Société industrielle 207  

32. Exposer le gouvernement


secret parallèle de niveau
supérieur 213

33. Interpol aux États-Unis:

 
Son origine et son but exposés 221  

34. Les cultes de la Compagnie des Indes orientales 233

35. L'industrie de la musique:  


Contrôle mental, propagande et guerre 243

VIII

Remerciements
Ma très grande dette - immense - pour l'aide, les
encouragements et les heures difficiles et longues,
les critiques et les encouragements sur ce livre que
ma femme Lena et notre fils John ont fournis à
chaque étape de sa préparation, y compris des
suggestions pour la conception de la couverture ,
recherche et relecture.

Je suis également redevable à Dana Farnes pour


son inlassable travail informatique et son
assistance technique; à Ann Louise Gittleman et
James Templeton, qui m'ont encouragé à écrire ce
livre et ne m'ont donné aucune paix avant de le
commencer; à Renee et Grant Magan pour avoir fait
le travail quotidien, me laissant libre de me
concentrer sur l'écriture. Mes remerciements
particuliers vont également au Dr Kinne McCabe et
à Mike Granston dont le soutien fidèle et
indéfectible a été un facteur clé qui m'a permis de
terminer le travail.

IX

L'Institut Tavistock des


relations humaines:
façonner la
Morale, spirituelle, culturelle, politique et
Déclin économique des États-Unis
Amérique.

VERS L'AVANT.
Le Tavistock Institute of Human Relations était
inconnu du peuple des États-Unis avant que le Dr
Coleman ne révèle son existence dans sa
monographie, The Tavistock Institute of Human
Relations: Britain's Control of the United States.
Jusque-là, Tavistock avait conservé avec succès son
rôle secret dans le façonnement des affaires des
États-Unis, de son gouvernement et de son peuple
depuis ses débuts à Londres, en 1913 à Wellington
House.

Depuis l'article original du Dr Coleman exposant


cette organisation ultra-secrète, d'autres ont
avancé des revendications de paternité, qu'ils n'ont
pas pu étayer.

Tavistock a commencé comme une organisation de


création et de diffusion de propagande centrée à
Wellington House, où l'organisation d'origine a été
mise en place avec l'intention de façonner un
média de propagande qui briserait la résistance
publique acharnée à la guerre imminente entre la
Grande-Bretagne et l'Allemagne.
X
Le projet a été confié aux seigneurs Rothmere et
Northcliffe et leur mandat était de produire une
organisation capable de manipuler l'opinion
publique et de diriger cette opinion fabriquée sur la
voie souhaitée pour soutenir une déclaration de
guerre de la Grande-Bretagne contre l'Allemagne.

Le financement a été fourni par la famille royale


britannique, puis par les Rothschild avec lesquels
Lord Northcliffe était lié par mariage. Arnold
Toynbee a été choisi comme directeur des études
futures. Deux Américains, Walter Lippmann et
Edward Bernays, ont été nommés pour gérer la
manipulation de l'opinion publique américaine en
vue de l'entrée des États-Unis dans la Première
Guerre mondiale, et pour informer et diriger le
président Woodrow Wilson.

D'un début un peu grossier à Wellington House, est


née une organisation qui devait façonner le destin
de l'Allemagne, de la Grande-Bretagne et plus
particulièrement des États-Unis d'une manière qui
est devenue une organisation hautement
sophistiquée pour manipuler et créer l'opinion
publique, ce que l'on appelle communément
«masse lavage de cerveau."

Au cours de son évolution, Tavistock grandit en


taille et en ambition, lorsqu'en 1937, la décision fut
prise d'utiliser l'œuvre monumentale de l'auteur
allemand Oswald Spengler, Untergange des
Abenlandes (Le déclin de la civilisation occidentale)
comme modèle.

Auparavant, les membres du conseil


d'administration de Wellington House Rothmere,
Northcliffe, Lippmann et Bernays avaient lu et
proposé comme guide les écrits de Correa Moylan
Walsh, en particulier le livre The Climax of
Civilization (1917) comme correspondant
étroitement aux conditions qui devaient être
créées. avant qu'un Nouvel Ordre Mondial dans un
Gouvernement Mondial Unique puisse être
inauguré.

XI
Dans cet effort, les membres du conseil ont consulté
la famille royale britannique et ont obtenu
l'approbation des «Olympiens» (le noyau interne du
Comité des 300) pour formuler une stratégie. Le
financement était assuré par la monarchie, les
Rothschild, le groupe Milner et les fiducies
familiales Rockefeller.

En 1936, l'œuvre monumentale de Spengler avait


attiré l'attention de ce qui était devenu l'Institut
Tavistock. En vue du changement et de la refonte de
l'opinion publique pour la deuxième fois en moins
de douze ans, avec le consentement unanime du
conseil d'administration, le livre massif de Spengler
a été adopté comme modèle pour un nouveau
modèle de travail pour provoquer le déclin et la
chute de la civilisation occidentale nécessaire pour
créer et établir un nouvel ordre mondial au sein
d'un gouvernement mondial unique.

Spengler tenait qu'il devait arriver que des


éléments extraterrestres seraient introduits dans la
civilisation occidentale en nombre croissant, et que
l'Occident échouerait à ce moment-là à expulser les
extraterrestres, scellant ainsi son destin, une société
dont les croyances intérieures et les solides
convictions deviendraient à la divergence avec sa
profession extérieure et donc la civilisation
occidentale tomberait au bord du chemin à la
manière des anciennes civilisations de la Grèce et
de Rome.

Tavistock pensait que Spengler avait endoctriné la


civilisation occidentale pour croire qu'elle se
tromperait du côté de la civilisation romaine et
expulserait les extraterrestres. La perte génétique
qui s'est abattue sur l' Europe - et en particulier sur
la Scandinavie, l'Angleterre, l'Allemagne, la
France - (les races germaniques alpines
anglo-saxonnes et nordiques) qui a commencé juste
avant la Seconde Guerre mondiale est déjà si
grande qu'elle dépasse les attentes, et se poursuit à
un rythme alarmant sous la direction avisée des
dirigeants de Tavistock.

XII
Ce qui était un cas très rare est devenu un
phénomène courant, un homme noir marié à une
femme blanche ou vice-versa.

Les deux guerres mondiales ont coûté à la nation


allemande près d'un quart de sa population. La
plupart des énergies intellectuelles de la nation
allemande ont été détournées vers les canaux de
guerre pour la défense de la patrie au détriment de
la science, des arts, de la littérature, de la musique
et du progrès culturel, spirituel et moral de la
nation. On pourrait dire la même chose de la nation
britannique. L'incendie allumé par les Britanniques
sous la direction de Tavistock a mis le feu à toute
l'Europe et a causé des dégâts incalculables selon le
plan de Tavistock qui correspondait aux prévisions
de Spengler.

Classique et occidentale sont les deux seules


civilisations qui pourraient apporter une
renaissance moderne au monde. Ils avaient
prospéré et progressé aussi longtemps que ces
civilisations restaient sous le contrôle des races
germaniques alpines nordiques anglo-saxonnes . La
beauté inégalée de leur littérature, de leur art, de
leurs classiques, de l'avancement spirituel et moral
du sexe féminin avec un très grand degré de
protection correspondant, était ce qui distinguait
les civilisations occidentales et classiques des
autres.

C'est ce bastion que Spengler a vu devenir de plus


en plus attaqué et la réflexion à Tavistock s'est
déroulée sur des pistes parallèles, mais avec un
objectif totalement différent. Tavistock a vu ces
civilisations comme une pierre d'achoppement
pour inaugurer un Nouvel Ordre Mondial, tout
comme l'accent mis sur la protection et l'élévation
du sexe féminin au rang de haut respect et
d'honneur.

XIII
Ainsi, tout l'objectif de Tavistock était de
«démocratiser» l'Occident par une attaque contre la
féminité et le fondement racial, moral, spirituel et
religieux sur lequel reposait la civilisation
occidentale.

Comme Spengler l'a suggéré, les Grecs et les


Romains étaient dévoués à l'avancement social,
religieux, moral et spirituel et à la préservation de
la féminité et ils réussissaient aussi longtemps qu'ils
contrôlaient et pouvaient arranger les choses de
sorte que le gouvernement soit exécuté par un
nombre limité de citoyens responsables soutenus
par la population générale en dessous d'eux, tous
étant de la même race pure et pure. Les
planificateurs de Tavistock ont vu que la façon de
bouleverser l'équilibre de la civilisation occidentale
était de forcer des changements indésirables dans
la race en supprimant le contrôle des méritants aux
indignes à la manière des anciens dirigeants
romains qui ont été supplantés par leurs anciens
esclaves et extraterrestres, qui ils avaient permis de
venir habiter parmi eux.

Tavistock, en 1937, avait parcouru un long chemin


depuis ses débuts à la Wellington House et la
campagne de propagande réussie qui avait
transformé le public britannique de son
opposition à la guerre en 1913 à des participants
consentants grâce aux arts de la manipulation avec
la coopération volontaire des médias d'information.
.

La technique a été portée à travers l'Atlantique en


1916 pour manipuler le peuple américain pour
soutenir la guerre en Europe. Malgré le fait que la
grande majorité, y compris au moins 50 sénateurs
américains, étaient catégoriquement opposés à ce
que les États-Unis soient entraînés dans ce qu'ils
percevaient essentiellement comme une querelle
entre la Grande-Bretagne et la France d'une part, et
l'Allemagne d'autre part, en grande partie sur le
commerce et l’économie, les conspirateurs n’ont
pas été découragés. À ce moment-là, Wellington
House a introduit le mot «isolationnistes» comme

XIV
description désobligeante de ces Américains qui se
sont opposés à la participation américaine à la
guerre. L'utilisation de tels mots et expressions a
proliféré sous le lavage de cerveau expert des
scientifiques en sciences sociales à Tavistock. Des
termes comme «changement de régime»,
«dommages collatéraux» sont devenus une langue
anglaise presque nouvelle.

Avec le plan Tavistock modifié pour s'adapter aux


conditions américaines, Bernays et Lippmann ont
conduit le président Woodrow Wilson à mettre en
place les toutes premières techniques de
méthodologie Tavistock pour le sondage
(fabrication) de la soi-disant opinion publique créée
par la propagande Tavistock. Ils ont également
appris à Wilson à mettre en place un corps secret
de «gestionnaires» pour diriger l'effort de guerre et
un corps de «conseillers» pour aider le président
dans sa prise de décision. La Commission Creel a
été le premier organe de ce type de faiseurs d'
opinion mis en place aux États-Unis.
Woodrow Wilson a été le premier président
américain à se proclamer publiquement en faveur
d'un nouvel ordre mondial socialiste au sein d'un
gouvernement socialiste mondial. Son acceptation
remarquable du Nouvel Ordre Mondial se trouve
dans son livre The New Freedom.

Nous disons «son» livre, mais en fait, il a été écrit


par le socialiste William B. Hayle. Wilson a dénoncé
le capitalisme. "C'est contraire à l'homme ordinaire
et cela a entraîné la stagnation de notre économie",
a écrit Wilson.

Pourtant, à l'époque, l'économie des États-Unis


jouissait d'une prospérité et d'une expansion
industrielle comme elle n'en avait jamais connu
auparavant dans son histoire:

«Nous nous tenons en présence d'une


révolution - pas une révolution blo ody, l'Amérique
n'est pas encline à verser le sang - mais une
révolution silencieuse, par laquelle l'Amérique
insistera pour se remettre pour pratiquer ces
idéaux qu'elle a toujours

XV
professe, en obtenant un gouvernement consacré
au général et non aux intérêts particuliers. Nous
sommes au seuil d'un moment où la vie
systématique du pays sera soutenue ou au moins
complétée en tout point par l'activité
gouvernementale. Et maintenant, nous devons
déterminer quel type d'activité gouvernementale il
s'agira; si, en premier lieu, elle sera dirigée depuis
le gouvernement lui-même, ou si elle sera indirecte,
par des instruments qui se sont déjà constitués et
qui sont prêts à remplacer le gouvernement.

Alors que les États-Unis étaient encore une


puissance neutre sous la présidence Wilson,
Wellington House a répandu une cadence de
mensonges sur l'Allemagne et sur la menace qu'elle
représentait pour l'Amérique.

Nous nous souvenons de la déclaration faite par


Bakounine en 1814, car elle était si bien liée à la
propagande scandaleuse dont Wilson a fait usage
pour renforcer son cas:

«Mentir par la diplomatie: la diplomatie n'a pas


d'autre mission. Chaque fois qu'un État veut
déclarer la guerre à un autre État, il commence par
lancer un manifeste adressé non seulement à ses
propres sujets mais aussi au monde entier.

Dans ce manifeste, il déclare que le droit et la


justice sont de son côté et s'efforce de prouver qu'il
est animé par l'amour de la paix et de l'humanité
(et de la démocratie), et que, imprégné de
sentiments généreux et pacifiques, il a longtemps
souffert en silence. jusqu'à ce que l'iniquité
croissante de son ennemi l'oblige à dénuder son
épée. "

«En même temps, il jure que, dédaigneux de toute


conquête matérielle et ne cherchant aucune
augmentation de territoire, il mettra un terme à
cette guerre dès que la justice sera rétablie. Et la
réponse de son antagoniste par un manifeste
similaire, dans lequel, naturellement , droit, justice
et humanité et tout

XVI
des sentiments généreux se trouvent
respectivement de son côté. Ces manifestes opposés
sont écrits avec la même éloquence, ils respirent la
même indignation juste, et l'un est tout aussi
sincère que l'autre, c'est-à-dire qu'ils sont tous les
deux effrontés dans leurs mensonges, et ce ne sont
que des imbéciles qui sont trompés par eux. . Les
personnes sensées, tous ceux qui ont une certaine
expérience politique ne prennent même pas la
peine de lire de tels manifestes. "

Les déclarations du président Wilson juste avant de


se rendre au Congrès pour demander une
déclaration constitutionnelle de guerre incarnent
chacun des sentiments de Bakounine.

Il «mentait par diplomatie» et il a utilisé la


propagande grossière fabriquée à Wellington
House pour enflammer le public américain par des
récits d'atrocités commis par l'armée allemande
lors de sa marche à travers la Belgique en 1914.
Comme nous le découvrirons, c'était pour la
plupart partie, un mensonge gigantesque passé
pour la vérité.

Je me souviens d'avoir parcouru une grande pile


de vieux journaux au British Museum, où j'ai
passé cinq ans à faire des recherches
approfondies. Les journaux couvraient les années
1912 à 1920. Je me souviens avoir pensé à
l'époque: "N'est-il pas étonnant que la ruée vers le
gouvernement totalitaire socialiste du Nouvel
Ordre Mondial soit dirigée par les États-Unis, soi-
disant bastion de la liberté?"

Puis, si je me souviens bien, il m'est venu avec une


grande clarté que le Comité des 300 a ses
personnes aux échelons les plus élevés et les plus
bas intégrés aux États-Unis, dans la banque,
l'industrie, le commerce, la défense, le
département d'État et même dans le très blanc.
House, sans parler de l'Elite Club appelé le Sénat
américain, qui à mon avis est un forum pour
pousser le Nouvel Ordre Mondial. "

XVII
Je me souviens avoir pensé que l'explosion de
propagande du président Wilson contre
l'Allemagne et le Kaiser (en fait le produit des
agents Rothschild Lords Northcliffe et Rothmere,
et l'usine de propagande de Wellington House)
n'était pas très différente de la «situation
artificielle» de Pearl Harbor, le golfe du Tonkin
"incident" et en regardant en arrière maintenant,
je ne vois aucune différence entre les mensonges
de propagande sur la brutalité des soldats
allemands qui auraient coupé les bras et les
jambes de petits enfants belges en 1914, que les
méthodes utilisées pour faire dupé et dopé le
peuple américain en permettant l'administration
Bush d'envahir l'Irak. Alors qu'en 1914 c'était le
Kaiser qui était un «brutal sauvage», un
«meurtrier impitoyable», un «monstre», le
«boucher de Berlin», en 2002 c'était le président
Hussein qui était tout cela et bien plus encore , y
compris le "Boucher de Bagdad!" Pauvre dupé,
trompé, trompé, complice, confiant, Amérique!
quand vas tu apprendre?

En 1917, l'agenda du Nouvel Ordre Mondial a été


précipité à travers la Chambre et le Sénat par
Woodrow Wilson, et le président Bush a forcé
l'agenda du Nouvel Ordre Mondial pour l'Irak par
la Chambre et le Sénat en 2002 sans débat, un
exercice de pouvoir arbitraire et une violation
flagrante de la Constitution américaine pour
laquelle le peuple américain paie un prix énorme.
Mais le peuple américain souffre d'un choc toxique
induit par le Tavistock Institute of Human Relations
et le peuple américain est dans un état de
somnambulisme et sans leadership.
Ils ne savent pas quel est le prix et ne se soucient
pas de le savoir. Le Comité des 300 continue de
diriger les États-Unis, tout comme il l'a fait sous les
présidences Wilson et Roosevelt, tandis que le
peuple américain était distrait par «du pain et des
cirques». Aujourd'hui seulement, c'est le baseball, le
football, l'infini Hollywood et la sécurité sociale.
Rien n'a changé.

XVIII
Les États-Unis, harcelés, traqués, bousculés et
bousculés, se dirigent vers le Nouvel Ordre Mondial
accéléré, propulsés par les Républicains Radicaux
du Parti de la Guerre qui ont été repris par les
scientifiques de l'Institut Tavistock pour les
Relations Humaines.
Tout récemment, un abonné m'a demandé "où
trouve-t-on l'Institut Tavistock?" Ma réponse a été:
"Regardez autour du Sénat américain, de la
Chambre des représentants, de la Maison Blanche,
du Département d'État, du Département de la
Défense, de Wall Street, de Fox TV (Faux TV) et vous
verrez leurs agents de changement dans chacun de
ces endroits. . "

Le président Wilson a été le premier président


américain à «gérer» la guerre à travers un comité
civil guidé et dirigé par les Bernay et Lippmann de
Wellington House, dont nous avons déjà parlé.

Le succès retentissant de Wellington House et son


énorme influence sur le cours de l'histoire
américaine ont commencé avant cela en 1913.
Wilson avait passé près d'un an à démolir les tarifs
commerciaux protecteurs qui avaient défendu les
marchés intérieurs américains d'être submergés
par le «libre-échange». essentiellement la pratique
consistant à permettre aux produits britanniques
bon marché fabriqués avec de la main-d'œuvre bon
marché en Inde d'inonder le marché américain. Le
12 octobre 1913, Wilson signa le projet de loi qui
marquait le début de la fin de l'unique classe
moyenne américaine, longtemps la cible des
socialistes fabiens. Le projet de loi a été décrit
comme une mesure visant à «ajuster les tarifs»,
mais il aurait été exact de le décrire comme un
projet de loi visant à «détruire les tarifs».

Le pouvoir caché de Wellington House était tel que


la grande majorité du peuple américain a accepté
ce mensonge, ne sachant pas ou ne réalisant pas
que c'était un glas pour le commerce américain qui
conduirait à l'ALENA, au GATT et au
XIX
Organisation mondiale du commerce (OMC). Plus
étonnant encore a été l'acceptation de la Loi
fédérale de l'impôt sur le revenu qui a été adoptée
le 5 septembre 1913 pour remplacer les tarifs
commerciaux comme source de revenus pour le
gouvernement fédéral. L'impôt sur le revenu est
une doctrine marxiste qui ne se trouve pas dans la
Constitution américaine, pas plus que la Federal
Reserve Bank ne se trouve dans la Constitution.
Wilson a qualifié ses deux coups contre la
Constitution de "combat pour le peuple et pour le
libre-échange" et s'est dit fier d'avoir "participé à
l'achèvement d'une grande affaire ..." La Federal
Reserve Act, expliqué par Wilson comme "la
reconstruction du système bancaire et monétaire
de la Nation" a été précipité par une vague de
propagande émanant de Wellington House, juste à
temps pour les hostilités qui ont commencé
l'horreur de la Première Guerre mondiale.

La plupart des historiens s'accordent à dire que


sans l'adoption de la Federal Reserve Bank Act,
Lord Gray n'aurait pas pu déclencher cette terrible
conflagration.

Le langage trompeur de la Federal Reserve Act était


sous la direction de Bernays et Lippman qui ont
créé une "National Citizen's League" avec le
tristement célèbre Samuel Untermeyer en tant que
président, pour promouvoir la Federal Reserve
Bank, qui a assuré le contrôle de l'argent et de la
monnaie du peuple. et l'a transféré à un monopole
privé sans le consentement de la victime.

L'une des pièces les plus intéressantes de l'histoire


entourant l'imposition de la mesure d'esclavage
financier à l'étranger était qu'avant qu'elle ne soit
envoyée à Wilson pour sa signature, une copie a été
remise au sinistre colonel Edward Mandel House
en tant que représentant de Wellington House et de
l'oligarchie britannique. représenté par le banquier
JP Morgan.

XX
Quant au peuple américain, au nom duquel la
mesure désastreuse a été instituée, il n'avait pas la
moindre idée de la manière dont il avait été
trompé, trompé, menti et totalement trompé. Un
instrument de l'esclavage était attaché autour de
leur cou sans que les victimes ne s'en rendent
jamais compte.
La méthodologie de Wellington House était à son
apogée lorsque Wilson a été entraîné à persuader le
Congrès de déclarer la guerre à l'Allemagne, bien
qu'il ait remporté les élections sur la promesse
solennelle de garder l'Amérique hors de la guerre
qui faisait rage en Europe, un grand triomphe pour
le nouvel art. de l’opinion publique. C'était juste que
- les questions du sondage étaient ombrées de telle
sorte que les réponses reflétaient les opinions du
public; ni leur compréhension des questions, ni leur
compréhension des processus de la science
politique.

Une recherche et une lecture approfondies des


archives du Congrès de 1910 à 1920 par cet écrivain
ont montré très clairement que si Wilson n'avait
pas signé le projet de loi inique sur la "réforme
monétaire" le 23 décembre 1913, le gouvernement
secret parallèle de haut niveau des États-Unis
annoncé par HG Wells n'aurait pas été en mesure
d'engager les vastes ressources des États-Unis dans
la guerre en Europe.

La House of Morgan représentant les «Olympiens»


du Comité des 300, et son tout puissant lien
financier avec la ville de Londres, ont joué un rôle
de premier plan dans la formation des «banques de
réserve fédérale américaines», qui n'étaient ni
«fédérales» ni «banques». mais un monopole privé
de génération d'argent attaché autour du cou du
peuple américain dont l'argent était désormais libre
d'être volé à une échelle inimaginable, faisant d'eux
des esclaves du Nouvel Ordre Mondial au sein du
prochain Gouvernement Mondial Unique. La
Grande Dépression des années 1930 a été la
deuxième grande facture catastrophique que le
peuple américain a dû payer, la première étant la
Première Guerre mondiale (voir annexe)

XXI

Ceux qui liront ce livre comme une première


introduction au Nouvel Ordre Mondial au sein d'un
Gouvernement Mondial Unique seront sceptiques;
mais considérez que non moins un personnage que
le grand Sir Harold Mackinder n'a pas caché ses
croyances sur sa venue.

Plus que cela, il a fait savoir que ce pourrait être


une dictature. Sir Harold avait un curriculum vitae
impressionnant (CV) ayant été professeur de
géographie à l'Université de Londres; directeur de
la London School of Economics de 1903 à 1908 et
membre du Parlement de 1910 à 1922. Il était
également un proche associé d'Arnold Toynbee, l'un
des chefs de file de Wellington House. Il avait
correctement prédit un noyau d'événements
géopolitiques surprenants, dont beaucoup se
concrétisaient.

L'une de ces «prophéties» était la fondation de deux


Allemagne, la République social-démocrate
d'Allemagne et la République fédérale d'Allemagne.
Les critiques ont suggéré qu'il avait obtenu les
informations de Toynbee; que c'était simplement la
planification à long terme du Comité des 300 que
Toynbee était au courant.

Après Wellington House, Toynbee a déménagé à


l'Institut royal des affaires internationales (RIIA),
puis à l'Université de Londres où il a occupé la
chaire d'histoire internationale. Dans son livre,
America and World Revolution, il a déclaré:

«Si nous voulons éviter les suicides de masse, nous


devons avoir notre État mondial rapidement et cela
signifie probablement que nous devons l’avoir sous
une forme non démocratique pour commencer.
Nous devrons commencer à construire un
État-monde maintenant sur la meilleure conception
qui soit réalisable pour le moment. "

XXII
Toynbee a continué d'une manière directe en disant
que cette «dictature mondiale» devrait supplanter
«les États nationaux locaux qui jonchent la carte
politique actuelle».

Le nouvel état mondial devait être créé sur la base


d'un contrôle mental de masse et d'une propagande
qui le rendraient acceptable. J'ai expliqué dans mon
livre Le Comité des 300, que Bernays "a sifflé" sur
les sondages dans ses livres de 1923 et 1928,
Propaganda, and Crystallizing Public Opinion.

Cela a été suivi par le consentement de l'ingénierie:

L'auto-préservation, l' ambition, la fierté, la faim,


l'amour de la famille et des enfants, le patriotisme,
l'imitativité, le désir d'être un leader, l'amour du
jeu - ces pulsions et d'autres sont les matières
premières psychologiques que chaque dirigeant
doit prendre en compte dans son effort pour gagner
le public à son point de vue ... Pour maintenir leur
confiance en eux, la plupart des gens ont besoin de
se sentir certains que tout ce qu'ils croient sur
quelque chose est vrai.

Ces travaux révélateurs sont examinés et nous


devons ajouter qu'en les écrivant, la hiérarchie de
Tavistock s'est apparemment sentie suffisamment
en sécurité pour se réjouir de leur contrôle des
États-Unis et de la Grande-Bretagne qui s'était
transformé en une conspiration ouverte dans le
sens suggéré par HG Wells.

Avec l'avènement de Wellington House, financé par


la monarchie britannique et plus tard par
Rockefeller, Rothschild et les États-Unis, la
civilisation occidentale est entrée dans la première
phase d'un plan qui fournirait un gouvernement
secret pour gouverner le monde, à savoir, le Comité
des 300 .

XXIII
L'institut Tavistock des relations humaines a été sa
création. Comme ce livre ne porte pas sur le Comité
des 300, nous suggérons aux lecteurs de se procurer
des exemplaires du premier et du deuxième livre,
Le Comité des 300.

Le plan soigneusement structuré des «300» a été


suivi à la lettre et aujourd'hui, alors que nous
arrivons à la fin de 2005, avec le recul, il est assez
facile pour des personnes bien informées de
retracer le parcours qui a été tracé pour la
civilisation occidentale et de marquer sa
progression vers le point où nous en sommes
aujourd'hui. Ce livre est une tentative de faire
exactement cela.
1

CHAPITRE 1
Fondation du premier institut de lavage de cerveau au
monde

Depuis ses débuts modestes mais d'une importance


vitale à Wellington House, le Tavistock Institute for
Human Relations s'est rapidement développé pour
devenir le premier institut de «lavage de cerveau»
top secret au monde. «Comment cette progression
rapide a été accomplie doit être expliquée.

La science moderne de la manipulation massive de


l'opinion publique est née à Wellington House, à
Londres, l'enfant vigoureux étant sage-femme par
Lord Northcliffe et Lord Rothmere.

La monarchie britannique, Lord Rothschild et les


Rockefeller étaient responsables du financement de
l'entreprise. Les documents que nous avons eu le
privilège d'examiner ont montré que le but de ceux
de Wellington House était d'effectuer un
changement dans l'opinion du peuple britannique
qui était catégoriquement opposé à la guerre avec
l'Allemagne, une tâche formidable qui a été
accomplie par la «prise d'opinion» par le biais de
sondages . Le personnel était composé d'Arnold
Toynbee, futur directeur des études à l'Institut royal
des affaires internationales (RIIA), de Lords
Norhcliffe et des Américains, Walter Lippmann et
Edward Bernays.

Bernays est né à Vienne le 22 novembre 1891. En


tant que neveu de Sigmund Freud, le père de la
psychanalyse, considéré par beaucoup comme "le
père des relations publiques" bien que le titre
appartienne à proprement parler à Willy
Munzenberg. Bernays a été le pionnier de
l'utilisation de la psychologie et d'autres sciences
sociales pour façonner et former l'opinion publique
afin que le public pense que ces opinions
fabriquées étaient les leurs.

2
"Si nous comprenons le mécanisme et les
motivations de l'esprit de groupe, il est maintenant
possible de contrôler et de régimenter les masses
selon notre volonté sans qu'elles le sachent."
Bernays a postulé. Il a appelé cette technique
"Consentement d'ingénierie. L'une de ses
techniques les plus connues pour atteindre cet
objectif était l'utilisation indirecte de ce qu'il a
appelé des autorités tierces pour façonner les
opinions souhaitées:" Si vous pouvez influencer les
dirigeants, avec ou sans leur conscience
coopération, vous influencez automatiquement le
groupe sur lequel ils se balancent. Cette technique,
il a appelé «la prise d'opinion».

Peut-être pouvons-nous maintenant commencer à


comprendre comment il se fait que Wilson,
Roosevelt, Clinton, Bush l'aîné et le plus jeune aient
pu si facilement mener les Américains dans des
guerres désastreuses dans lesquelles leur peuple
n'aurait jamais dû être impliqué.

Les participants britanniques et américains


conjoints concentrèrent leurs efforts sur des
techniques non encore expérimentées, afin de
mobiliser un soutien pour la guerre qui se profilait
à l'horizon.

Comme indiqué précédemment, le peuple


britannique ne voulait pas de guerre, et l'a dit, mais
Toynbee, Lippmann et Bernays s'attendaient à
changer cela en appliquant des techniques conçues
pour manipuler l'opinion publique par le biais de
sondages. Nous présentons ici un aperçu des
méthodes qui ont été conçues et exécutées pour
amener la Grande-Bretagne et les États-Unis dans la
Première Guerre mondiale, ainsi que les techniques
mises en pratique entre les deux guerres mondiales
et au-delà. Comme on le verra, la propagande
devait jouer un rôle majeur.

L'un des principaux objectifs de Tavistock était de


parvenir à la dégradation des femmes. Tavistock a
reconnu que Jésus-Christ a apporté une nouvelle
place de respect dans l'ordre de la civilisation à la
féminité, qui avant sa venue n'était pas présente.

3
Après le ministère du Christ, la féminité a gagné un
respect et une place élevée dans la société absente
des civilisations préchrétiennes . Bien sûr, on peut
affirmer qu'un statut aussi élevé existait dans les
empires grec et romain, et ce serait vrai dans une
certaine mesure, mais pas dans la mesure où la
féminité a été élevée dans la société post-christique
.
Tavistock a cherché à changer cela et le processus a
commencé immédiatement après la Première
Guerre mondiale. L'Église orthodoxe orientale que
les princes Rus (Viking) de Moscou ont ramenés de
Constantinople, vénéra et respectait la féminité, et
leur expérience avec les Khazars qu'ils ont ensuite
vaincus et chassés de Russie, les a laissées
déterminées à protéger la féminité en Russie.

Le fondateur de la dynastie des Romanov, Michael


Romanov était le descendant d'une famille noble
qui avait défendu la Russie sur la base d'un pays
chrétien. À partir de 1613, les Romanov ont cherché
à ennoblir la Russie et à l'imprégner d'un grand
esprit de christianisme, ce qui signifiait aussi la
protection et le respect de la féminité russe.

Les princes de Moscou sous le prince Dimitri


Donskoï ont gagné la haine incessante des
Rothschild pour la Russie à cause de la défaite de
Donskoï et de l'expulsion des hordes Khazars qui
habitaient les régions inférieures de la Volga. Cette
nation guerrière barbare d' origine indo-turque
mystérieuse , avait adopté la religion judaïque sur
le passage d'un décret par le roi Bulant après que la
religion a été approuvée par le chef
devin-magicien-sorcier Khazarian , David el-Roi.

C'était le drapeau personnel d'el Roi, maintenant


appelé «l'étoile de David», qui est devenu le
drapeau officiel de la nation khazar lorsqu'ils se
sont installés en Pologne après avoir été forcés de
quitter la Russie.

4
Le drapeau a été adopté par les sionistes comme
leur étendard et est toujours appelé à tort «l'étoile
de David». Les chrétiens commettent l'erreur de
confusion en le liant au roi David de l'Ancien
Testament, alors qu'en fait il n'y a pas de relation
entre les deux.

La haine de la Russie s'est aggravée en 1612 lorsque


la dynastie des Romanov a dirigé une armée russe
contre la Pologne en reprenant de grandes parties
de la Pologne qui appartenaient autrefois à la
Russie.

Le principal architecte de l'inimitié contre la Russie


était la dynastie Rothschild et c'est cette haine
brûlante que Tavistock a utilisée et canalisée dans
son plan de destruction de la civilisation
occidentale.
La première opportunité créée par Tavistock est
venue en 1905 avec l'attaque de la marine japonaise
qui a complètement surpris la flotte russe.
L'exercice a été financé par Jacob Schiff, le
banquier de Wall Street, qui était lié à Rothschild.

La défaite de la flotte russe à Port Arthur lors d'une


attaque surprise a marqué le début du voile de
tristesse qui était sur le point de s'abattre sur
l'Europe chrétienne. Le Rockefeller Standard Oil
Group dirigé par Tavistock et avec l'aide du «300» a
conçu la guerre russo-japonaise . L'argent utilisé
pour financer l'opération provenait de Jacob Schiff,
mais était en fait fourni par le Rockefeller General
Education Board, dont le but extérieur était de
financer l'éducation des Noirs. Toute la propagande
et la publicité pour le conseil ont été écrites et
fabriquées par les spécialistes des sciences sociales
de Tavistock, qui s'appelait alors «Wellington
House».

5
En 1941, une autre organisation de façade de
Rockefeller, l'Institute for Pacific Relations (IPR),
donna d'importantes sommes à son homologue
japonais à Tokyo. L'argent a ensuite été acheminé
vers un membre de la famille impériale par
Richard Sorge, un maître-espion russe , dans le but
d'inciter le Japon à attaquer les États-Unis à Pearl
Harbor. Encore une fois, Tavistock était à l'origine
de toutes les publications d'IPR.

Bien que cela ne soit pas encore évident, comme


Spengler devait le mentionner dans son ouvrage
monumental, publié en 1936, il marqua le début de
la fin de l'ordre ancien. Contrairement à la plupart
des récits de l’histoire de l’établissement, la
révolution «russe» n’était pas du tout une
révolution russe, mais une idéologie étrangère
soutenue principalement par le Comité des 300 et
son bras, l’Institut Tavistock, qui a été violemment
imposée à un homme surpris, non préparé et
consterné la famille Romanov.

C'était la guerre politique, la guerre de bas niveau


et la guerre psychologique dans lesquelles
Tavistock s'était familiarisé.

Comme le faisait remarquer Winston Churchill: «Ils


ont transporté Lénine dans un camion scellé
comme un bacille de la peste de la Suisse vers la
Russie», puis une fois établis, «Lénine et Trotsky ont
saisi la Russie par les cheveux de sa tête».

On a beaucoup écrit (mais presque toujours en


passant comme s'il s'agissait d'un simple post-
scriptum à l'histoire) sur le «camion scellé»,
«voiture scellée», «train scellé», qui a transporté
Lénine et ses révolutionnaires bolcheviques en
toute sécurité au milieu de la
guerre. -l'Europe déchirée et les déposa en Russie,
là pour commencer leur révolution bolchevique
importée, appelée à tort la «révolution russe».

6
Des documents que l'auteur a eu le privilège
d'étudier à Wellington House et ce qui a été révélé
dans les journaux Arnold Toynbee et les papiers
privés de Bruce Lockhart, a conduit à la conclusion
que sans Toynbee, Bruce Lockhart du
renseignement britannique du MI6 et sans la
complicité d'au moins cinq nations européennes,
ostensiblement loyale et amicale avec la Cour de
Saint-Pétersbourg, l'impitoyable Révolution
bolchevique serait morte-née.

Comme ce récit doit nécessairement se limiter à la


participation de Tavistock à l'affaire, ce ne sera pas
comme un compte rendu complet de la sottise que
nous aurions aimé présenter. Selon les papiers
privés de Milner, ses collaborateurs par
l'intermédiaire de Tavistock ont contacté un
collègue socialiste Fritz Platten. (Milner était un
socialiste fabien de premier plan bien qu'il
méprisait Sydney et Béatrice Webb.) C'est Platten,
qui a planifié la logistique du voyage et l'a supervisé
jusqu'à l'arrivée des révolutionnaires à Petrograd.

Cela a été confirmé et confirmé par les fichiers de la


Wilhelmstrasse, auxquels nous avons pu accéder
pour la plupart, lesquels étaient ouverts à certaines
personnes habilitées à les lire. Ils concordaient
assez étroitement avec le récit de Bruce Lockhart
dans ses papiers privés ainsi que ce que Lord Alfred
Milner avait à dire au sujet de l'affaire sournoise
qui a trahi la Russie. Il est apparu que Milner avait
de nombreux contacts parmi les expatriés
bolcheviques parmi eux, Lénine. C'est vers Lord
Milner que Lénine est allé, quand il avait besoin
d'argent pour la Révolution. Armé d'une lettre
d'introduction de Platten, Lénine rencontra Lord
Milner et exposa son plan pour le renversement de
la Russie romanov et chrétienne.

Milner a accepté à condition qu'il puisse envoyer


son agent Bruce Lockhart du MI6 pour superviser
les affaires quotidiennes et rendre compte de
Lénine.

7
Lord Rothschild et les Rockefeller ont exigé qu'ils
soient autorisés à envoyer Sydney Reilly en Russie
pour superviser le transfert des ressources
naturelles de la Russie et des roubles d'or détenus
par la Banque centrale à Londres. Cela a été accepté
par Lénine, puis par Trotsky.

Pour sceller le marché, Lord Milner, au nom des


Rothschild, a donné à Lénine 60 millions de livres
de souverains en or tandis que les Rockefeller ont
contribué environ 40 millions de dollars.

Les pays complices de l'affaire du «train scellé»


étaient la Grande-Bretagne, l'Allemagne, la
Finlande, la Suisse et la Suède. Les États-Unis
n'étaient pas directement impliqués, mais ils
devaient être au courant de ce qui se passait. Après
tout, sur ordre du président Wilson, un tout
nouveau passeport américain a été délivré à Léon
Trotsky (de son vrai nom Lev Bronstein) afin qu'il
puisse voyager en paix, bien que Trotsky ne soit pas
un citoyen américain.

Lénine et ses compatriotes reçurent un wagon


privé bien aménagé par les hauts fonctionnaires du
gouvernement allemand et toujours maintenus
sous clé par des accords avec les gares le long de la
ligne. Platten était en charge et il a établi les règles
du voyage, dont certaines sont répertoriées dans les
archives de la Wilhelmstrasse:

La voiture devait rester verrouillée pendant tout le trajet.


Personne ne pouvait monter dans la voiture sans
l'autorisation de Platten.

Le train aurait un statut


extraterritorial. Aucun passeport ne
devait être demandé aux frontières.
Les billets seraient achetés à des
prix réguliers.
Aucun "problème de sécurité" à soulever par
l'armée ou la police d'un pays en route.

Selon les archives de la Wilhelmstrasse, le voyage a


été autorisé et approuvé par le général Ludendorff
et le Kaiser Wilhelm. Ludendorff est allé jusqu'à
dire que si la Suède refusait de laisser passer les
bolcheviks, il leur garantirait le passage en Russie
par les lignes allemandes! Il s'est avéré que le
gouvernement suédois n'a soulevé aucune
objection, pas plus que le gouvernement finlandais.

L'un des révolutionnaires notables, qui a rejoint le


train lorsqu'il est arrivé à la frontière allemande
avec la Suisse, était Radek, qui devait jouer un rôle
de premier plan dans la révolution bolchevique
sanglante. Il y avait aussi des moments plus légers.
Les Dossiers de la Wilhelmstrasse décrivent
comment la voiture a raté son moteur à Francfort,
ce qui a entraîné un va-et-vient pendant environ 8
heures.

Le parti a dû dé train dans la ville allemande de la


Baltique de Sasnitz où ils ont été soumis à un «
logement décent » par le gouvernement allemand.
Le gouvernement suédois leur a gentiment donné
le transport en ferry vers Malmö, d'où ils ont
navigué vers Stockholm, où un "bel" hébergement
attendait le parti bolchevique pour une escale
d'une nuit, puis il était à la frontière finlandaise.

Là, l'intrépide Platten quitta le parti animé et le


dernier voyage en Russie se fit en train jusqu'à
Petrograd. Ainsi, un voyage épique qui a commencé
à Zurich, en Suisse, s'est terminé à Petrograd.
Lénine était arrivé sur les lieux et la Russie était sur
le point de tomber. Et tout au long, Bernays et
Lippmann et leurs associés à Wellington House
(Tavistock) ont maintenu un flux constant de
propagande de lavage de cerveau qu'il est sûr de
conclure, dupé une grande partie du monde.

9
CHAPITRE 2
L'Europe tombe du précipice

L'Europe après la Première Guerre mondiale et la


fin de la révolution bolchevique a été forcée de
changer selon le plan de Tavistock. Quand, grâce à
la Première Guerre mondiale engendrée et
provoquée par les Britanniques, l'Europe est
tombée d'un précipice dans la fin de leur monde, ou
peut-être serait-il plus approprié de le dire,
bousculée comme des zombies jusqu'à ce que le
dernier de l'ère disparaisse dans les ténèbres de
l'abîme, les changements forcés sont devenus très
apparents.

Ce n'est pas un livre sur la Première Guerre


mondiale en soi. Des centaines de milliers de mots
ont été écrits sur la cause et les effets de la plus
grande tragédie qui ait jamais frappé l'humanité, et
pourtant elle n'a pas été traitée de manière
adéquate et ne le sera probablement jamais. Une
chose sur laquelle de nombreux écrivains - moi y
compris - sont d'accord.

La guerre a été déclenchée par la Grande-Bretagne


par pure haine des progrès rapides de l'Allemagne
pour devenir une puissance économique majeure
en concurrence avec la Grande-Bretagne, et Lord
Edward Gray était le principal architecte de la
guerre.

Qu'il était impopulaire et non approuvé par une


grande majorité de la population britannique a
appelé à des «mesures spéciales» un nouveau
département pour relever le défi. C'est
essentiellement la raison pour laquelle Wellington
House a vu le jour.

D'un si petit début, il a progressé dans le


gargantuesque Tavistock Institute of Human
Relations, en 2005, la première institution de lavage
de cerveau au monde et une force des plus
sinistres. Qu'il devra être confronté et mis en faillite
si les États-Unis veulent survivre en tant que
république constitutionnelle avec une forme
républicaine de gouvernement garanti aux 50 États
est la considération

dix
opinion d'un certain nombre de membres du Sénat
américain, qui ont été consultés en préparation de
ce livre, mais qui ont demandé à ne pas être
nommés.

Les conséquences de la Première Guerre mondiale


et les tentatives infructueuses de former une
Société des Nations n'ont fait que souligner le fossé
entre l'ancienne civilisation occidentale et la
nouvelle. Le désastre économique de l'Allemagne
d'après-guerre pendait comme la fumée d'un
bûcher funéraire sur la culture occidentale,
ajoutant au climat lugubre, triste et effrayant qui a
commencé dans les années 1920.

L'historien convient que tous les combattants ont


subi des ravages économiques à des degrés divers,
bien que la Russie ait été quelque peu épargnée,
pour être détruite par les bolcheviks, tandis que
l'Allemagne et l'Autriche ont été les plus durement
touchées. Une étrange sorte de gaieté forcée s'est
abattue sur l'Europe dans les années 1920 (dont
j'inclus la Grande-Bretagne) et les États-Unis. Il a été
mis sur le compte de «la jeunesse rebelle» et des
gens généralement «fatigués de la guerre et de la
politique». En fait, les gens réagissaient à la
pénétration à longue portée et au conditionnement
directionnel interne des maîtres de Tavistock.

Dans la période comprise entre la fin de la


Première Guerre mondiale et 1935, ils ont été
autant choqués que les troupes qui avaient survécu
à l'enfer des tranchées avec des balles et des obus
volant tout autour d'eux, seulement maintenant,
c'était des balles économiques et des obus et de
vastes des changements dans les mœurs sociales
qui ont engourdi leurs sens.

Mais le résultat final du «traitement» était le même.


Les gens ont jeté la discrétion au vent et la
pourriture morale qui a été déclenchée en 1918, se
poursuit et prend de l'ampleur. Dans l'état de gaieté
forcée, personne n'a vu venir le krach économique
mondial et la dépression mondiale qui a suivi.

11
Il est convenu par la plupart des historiens que
cette condition a été conçue et nous sommes
amenés à croire que Tavistock a joué un rôle dans
les campagnes publicitaires fébriles de diverses
factions au cours de cette période. À l'appui de
notre affirmation selon laquelle l'accident et la
dépression étaient un événement artificiel. Voir
l'annexe des événements.

Spengler a prédit ce qui allait se passer et il s'est


avéré que ses prédictions étaient incroyablement
précises. «Société décadente» et «femmes lâches»
caractérisées par les «clapets», et les hommes en
manteaux équipés de flasques de hanche, qui ont
exigé et obtenu une diminution de la modestie
féminine avec des ourlets plus hauts, des cheveux
coupés et un maquillage excessif , les femmes
fumer et boire en public. Alors que l'argent
devenait de plus en plus difficile à trouver et que la
soupe populaire et les lignes de chômage
s'allongeaient, les ourlets se raccourcissaient, tandis
que les écrits de Sinclair Lewis, F. plus de charmes
cachés des femmes que jamais auparavant, et les
exposer au public.

Il a été noté par les créateurs de mode en 1919 dans


le magazine New Yorker que «les ourlets cette
année sont à six pouces du sol et très audacieux».

13
CHAPITRE 3
Comment les «temps» ont été modifiés

Mais c'était seulement le début. En 1935, avec


l'arrivée au pouvoir d'Hitler, garantie par les
conditions impossibles imposées à l'Allemagne à
Versailles, les ourlets montaient également à la
hauteur vertigineuse des genoux, sauf en
Allemagne, où Hitler exigeait la modestie de la
féminité allemande et l'obtenait, avec une saine
respect, ce qui ne convenait pas au livre de
Tavistock.

Les gens qui se sont arrêtés pour réfléchir ont dit


qu'ils détestaient la façon dont «les temps
changent», mais ce qu'ils ne savaient pas et ne
pouvaient pas savoir, c'était que les temps étaient
amenés à changer selon une formule de Tavistock
soigneusement établie. Partout ailleurs en Europe
et en Amérique, la révolte a éclaté alors que la
fièvre de «l'émancipation» se propageait.

Aux États-Unis, ce sont les idoles de l'écran


silencieux qui ont ouvert la voie, mais cela ne
correspondait pas à ce qui se passait en Europe où
chaque «plaisir» était offert, y compris
l'homosexualité, qui avait longtemps été caché dans
l'obscurité et jamais mentionné dans société polie.
L'homosexualité est apparue aux côtés du
lesbianisme pour choquer le dégoût, et il semblait,
délibérément affronter ceux qui s'attardaient
encore dans l'ancien ordre.

Une étude de cette aberration a montré que


l'homosexualité et le lesbianisme sont devenus
effrénés non par désirs intérieurs ou latents, mais
comme moyen de «choquer» le vieil établissement
avec ses codes rigides de bon ordre. La musique
aussi a souffert et "est allée aux chiens" dans toutes
sortes de jazz et autres formes "décadentes".

14

Tavistock était maintenant à l'étape la plus cruciale


de l'élaboration de son plan qui appelait à réduire
la féminité à un standard de moralité et de
comportement féminin qui n'aurait jamais cru
possible. Les nations étaient dans un état
d'engourdissement, «choquées» par les
changements radicaux qui leur étaient imposés et
qui semblaient impossibles à arrêter, dans lesquels
une absence totale de modestie féminine se reflétait
dans des attitudes comportementales savantes qui
faisaient que les années 1920 et 1930 ressemblaient
à une femme. Convention des enseignants de l'école
du dimanche. Il n'y avait aucun moyen d'arrêter la
«révolution sexuelle» qui a balayé le monde à cette
époque et la dégradation planifiée de la féminité
qui allait avec.

Certaines voix se sont fait entendre, notamment GK


Chesterton et Oswald Spengler, mais cela n'a pas
suffi à émousser l'assaut lancé par l'Institut
Tavistock qui avait en effet «déclaré la guerre à la
civilisation occidentale». Les effets de «pénétration
à longue distance et conditionnement directionnel
interne» étaient partout observés. La faillite morale,
spirituelle, raciale, économique, culturelle et
intellectuelle dans laquelle nous nous trouvons
aujourd'hui n'est pas un phénomène social ou le
résultat de quelque chose d'abstrait ou de
sociologique qui vient de «se produire». C'était
plutôt le résultat d'un programme Tavistock
soigneusement planifié.

Ce que nous voyons n'est pas accidentel, une


aberration de l'histoire. C'est plutôt le produit final
d'une crise sociale et morale délibérément induite,
évidente partout et chez des personnages tels que
Mick Jagger, Oprah Winfrey, Britney Spears, des
émissions de télé-réalité, de la "musique"
apparemment un amalgame de tous les instincts de
base, Fox News ( Faux News,) près de films
pornographiques dans les théâtres grand public, de
la publicité dans laquelle la modestie et la décence
sont jetées au vent, des comportements bruyants et
grossiers dans les lieux publics, en particulier dans
les restaurants américains; Katie Curic et une foule
d'autres

15
des non-entités féminines soudainement "créées"
pour devenir des "présentateurs de télévision" ou
des animateurs de talk-shows très payés, qui ont
tous été entraînés à parler d'une voix dure et
grinçante monotone totalement dépourvue de
cadence, comme si elles parlaient à travers les
mâchoires serrées une manière qui est dure,
stridente et dure pour les oreilles. Alors que les
lecteurs de journaux télévisés et les
«présentateurs» avaient toujours été des hommes,
du coup, il n'y avait pas plus d'une dizaine
d'hommes sur le terrain.

Nous le voyons dans les "stars" non-entités de


l'industrie du cinéma qui produisent des films d'un
niveau culturel de plus en plus bas. Nous le voyons
aussi dans la glorification des mariages
interraciaux, du divorce sur demande, de
l'avortement et des comportements homosexuels et
lesbiens flagrants, dans la perte des croyances
religieuses et dans la vie de famille de la civilisation
occidentale. Ces "stars" sont Ellen DeGeneres, qui
n'ont absolument aucun talent et rien de valeur
culturelle à offrir, sont présentées comme des
modèles pour les jeunes filles impressionnables qui
sont de plus en plus en défilé avec jusqu'à 75% de
leur corps exposé. Nous le voyons dans une
augmentation massive de la toxicomanie et de
toutes sortes de maux sociaux, comme au Canada
en adoptant une «loi» rendant le «mariage»
homosexuel et lesbien légal sous le couvert de
«droits civils».

Nous le voyons dans la corruption massive du


système politique et le chaos constitutionnel où la
Chambre et le Sénat autorisent des violations
flagrantes de la plus haute loi du pays, à tous les
niveaux de gouvernement et nulle part plus que
dans la branche exécutive du gouvernement, où
chaque président depuis Roosevelt a pris des
pouvoirs auxquels le président n'a pas droit. Nous
le voyons dans la prise illicite de pouvoirs de
guerre par le président lorsque ces pouvoirs sont
explicitement refusés à l'exécutif par la
Constitution américaine.

16
Nous le voyons dans une nouvelle dimension de
désobéissance constitutionnelle ajoutée à une liste
affreuse de «lois» non habilitées par la Constitution,
l'une des plus récentes et des plus choquantes étant
le dépassement flagrant de ses pouvoirs par la Cour
suprême des États-Unis pour briser les droits des
États et élire George Bush, le plus jeune en tant que
président. Ce devait être l’un des coups les plus
sauvages portés contre la Constitution dans la
violation la plus flagrante du 10 e amendement à la
Constitution américaine dans l’histoire des États-
Unis. Pourtant, le peuple américain est tellement
étourdi et choqué qu'aucune protestation n'a été
exprimée, aucune manifestation de masse; aucun
appel pour que la Cour suprême soit maîtrisée.
Dans ce seul incident, la puissance de la
«pénétration à longue portée et du conditionnement
directionnel interne» de Tavistock s'est avérée être
un énorme triomphe.

Non, cette condition de désintégration de notre


République dans laquelle nous nous trouvons en
2005 n'a pas simplement évolué; c'est plutôt le
produit final d'un projet de lavage de cerveau
d'ingénierie sociale soigneusement planifié aux
proportions immenses. La vérité se reflète dans les
affres de la mort de ce qui était autrefois la plus
grande nation du monde.

Les articles sur le conditionnement physiologique


rédigés par les spécialistes des sciences sociales de
Tavistock fonctionnent bien. Votre réaction est
programmée. Vous ne pouvez penser autrement
que si vous faites un effort suprême.

Vous ne pouvez pas non plus prendre des mesures


pour vous libérer de cette condition à moins de
pouvoir identifier d'abord l'ennemi et son plan de
dissolution des États-Unis et de l'Europe en
particulier et du monde occidental en général. Cet
ennemi s'appelle l'Institut Tavistock pour les
relations humaines et il est en guerre avec la
civilisation occidentale depuis ses débuts avant de
trouver forme et substance à Wellington House et
de là évoluer vers ses installations actuelles à
l'Université de Sussex.

17
et la clinique Tavistock à Londres. Avant de
démasquer cette institution en 1969, elle était
inconnue aux États-Unis. C'est sans aucun doute le
premier établissement d'ingénierie sociale dans le
domaine du lavage de cerveau au monde.

Nous verrons ce qu'il a accompli à ses débuts dans l'


Angleterre d' avant la Première Guerre mondiale et
depuis lors dans la période précédant la Seconde
Guerre mondiale et après la Seconde Guerre
mondiale jusqu'à nos jours. Pendant la Seconde
Guerre mondiale, le Tavistock Institute avait son
siège à la Division de la guerre physiologique de
l'armée britannique. Nous avons couvert son
histoire au cours de ses années de formation à
Wellington House et nous passons maintenant aux
activités d'avant la Seconde Guerre mondiale et
d'après la Seconde Guerre mondiale.

19
CHAPITRE 4
Ingénierie sociale et sciences sociales

Le Dr Kurt Lewin était son théoricien en chef


spécialisé dans l'enseignement et l'application de la
psychologie topologique, qui était et reste la
méthode la plus avancée de modification du
comportement. Lewin était assisté du major général
John Rawlings Reese, Eric Trist, WR Bion, HV Dicks
et plusieurs des «grands» du lavage de cerveau et
de l'ingénierie sociale comme Margaret Meade et
son mari, Gregory Bateson. Bernays était le
principal consultant jusqu'au moment où George
Bush a été placé à la Maison Blanche par la Cour
suprême. Nous ne voulons pas devenir trop
techniques et n'entrerons donc pas dans les détails
de la façon dont ils ont appliqué les sciences des
sciences sociales. La plupart accepteront le terme
générique de «lavage de cerveau» comme une
explication globale des activités de cette «mère de
tous les think tanks».

Ce ne sera pas une petite surprise d'apprendre que


Lewin et son équipe ont fondé le Stanford Research
Center, la Wharton School of Economics, le MIT et
le National Institute of Mental Health parmi des
dizaines d'autres institutions que l'on croit
affectueusement être des institutions
«américaines». Au cours des années, le
gouvernement fédéral a contribué des millions et
des millions de dollars à Tavistock et à son réseau
étendu d'institutions interconnectées, tandis que les
entreprises américaines et Wall Street ont trouvé
des montants correspondants.

Nous nous efforçons de dire que sans la croissance


incroyable et les techniques avancées de lavage de
cerveau de masse développées par l'Institut
Tavistock, il n'y aurait pas eu de Seconde Guerre
mondiale, ni aucune des guerres qui ont suivi, et
certainement pas les deux guerres du Golfe, la
deuxième qui fait toujours rage en novembre 2005.

20
En l'an 2000, il n'y avait pratiquement aucun aspect
de la vie en Amérique dans lequel les tentacules de
Tavistock n'avaient pas atteint et qui incluait tous
les niveaux de gouvernement, du local au fédéral,
de l'industrie, du commerce, de l'éducation et des
institutions politiques de la nation. Chaque aspect
mental et psychologique de la nation a été analysé,
enregistré, profilé et stocké dans des banques de
mémoire informatique.

Il en ressort ce que Tavistock appelle «une réponse


à trois systèmes» et c'est la manière dont les
groupes de population réagissent au stress
résultant de «situations artificielles» qui deviennent
des exercices de gestion de crise. Ce que nous avons
aux États-Unis et en Grande-Bretagne, c'est un
gouvernement, qui crée une situation considérée
par ses citoyens comme une crise, et le
gouvernement gère ensuite cette «crise».

L'attaque japonaise sur Pearl Harbor en décembre


1941. L'attaque de Pearl Harbor a été «artificielle»,
comme expliqué précédemment, avec le transfert
de l'argent Rockefeller à Richard Sorge, le maître
espion, puis à un membre. de la famille impériale
pour inciter le Japon à tirer les premiers coups de
feu afin que l'administration Roosevelt puisse
emmener les États-Unis dans la Seconde Guerre
mondiale.

L'étranglement économique du Japon par la


Grande-Bretagne et les États-Unis, qui étouffait
unilatéralement le flux de matières premières
essentielles vers l'usine insulaire qu'est le Japon,
avait atteint un point où il avait été décidé d'y
mettre un terme.

Tavistock a joué un rôle énorme dans l'élaboration


de la vague massive de propagande anti-japonaise
qui a entraîné les États-Unis dans la guerre en
Europe via la guerre contre le Japon.

21

Une pression économique insupportable a été


exercée sur le Japon tandis que dans le même
temps l'administration Roosevelt a refusé de
«négocier», jusqu'à ce que le gouvernement de
Tokyo ne voie pas d'autre issue que d'attaquer à
Pearl Harbor. Roosevelt avait commodément mis
obligatoirement la flotte du Pacifique en danger en
la déplaçant de son refuge de San Diego à Pearl
Harbor, sans aucune raison valable ou stratégique,
la plaçant ainsi carrément à la portée de la marine
japonaise.

Un autre exemple est plus récent; la guerre du


Golfe qui a commencé quand une teinte et un cri
ont été soulevés au sujet des prétendus stocks
d'armes nucléaires et chimiques de l'Irak, les
soi-disant «armes de destruction massive» (ADM).
L'administration Bush et le gouvernement Blair
savaient que la question était «situation artificielle»
sans fondement ni mérite; ils savaient qu'il n'y
avait pas de telles armes. Il existe une preuve
incontestable que le programme d'armement de
Hussein a été annulé après la guerre du Golfe de
1991 et par des sanctions brutales continues.
En bref, les deux «dirigeants» occidentaux ont été
pris dans un réseau de mensonges, pourtant telle
est la puissance du Comité des 300 et le pouvoir de
lavage de cerveau de Tavistock, qu'ils sont restés en
fonction même si c'est un fait admis qu'en raison de
leur mensonges, au moins un million d'Irakiens et
plus de 2000 militaires américains morts et 25 999
blessés (chiffres du GRU du renseignement militaire
russe) dont 53% sont mutilés, avec un coût en
termes monétaires en octobre 2005 dépassant 550
milliards de dollars.

Le bilan des morts irakiens est le total des deux


guerres du Golfe dont la majorité sont des civils qui
sont morts du manque de nourriture, d'eau potable
et de médicaments à la suite des sanctions pénales
imposées par les gouvernements britannique et
américain sous le couvert de l'ONU.

22
En appliquant des sanctions contre l'Irak, l'ONU a
violé sa propre charte et est devenue désormais
une institution paralysée et manquant de
crédibilité.

Il n'y a pas de parallèle dans l'histoire où un homme


occupant la plus haute fonction s'est avéré être un
menteur et un trompeur et pourtant pourrait rester
au pouvoir comme si rien n'avait taché son bureau,
un état de fait qui démontre la puissance du "long
terme" de l'Institut Tavistock pénétration et
conditionnement intérieur "traitement du peuple
américain, qui l'amènerait docilement à accepter
une situation aussi turgescente et remplie d'horreur
sans jamais descendre dans la rue avec rage.

Eh bien, Henry Ford a-t-il dit que "les gens méritent


le gouvernement qu'ils obtiennent" si les gens ne
font rien pour renverser ce gouvernement, comme
c'est le droit du peuple américain en vertu de sa
Constitution américaine, alors ils méritent d'avoir
des menteurs et des trompeurs en marche leur
nation et leurs vies.

D'un autre côté, le peuple américain est peut-être


en train de traverser l'une des trois phases de ce
que le Dr Fred Emery, à une époque le psychiatre
principal de Tavistock, a autrefois qualifié de
«turbulence environnementale sociale». Selon
Emery: «Les grands groupes de populations
manifestent les symptômes suivants lorsqu'ils sont
soumis à des conditions de changements sociaux
violents, de stress et de turbulence qui peuvent être
divisés en catégories bien définies :

La superficialité est la condition qui se manifeste


lorsque le groupe de population menacé réagit en
adoptant des slogans superficiels, qu'ils tentent de
faire passer pour des idéaux. "

Très peu d '«investissement du moi» a lieu, ce qui


fait de la première phase une «réponse inadaptée»
car, comme l'a déclaré Emery, «la cause de la crise
n'est pas isolée et identifiée» et

23
la crise et la tension ne sont pas apaisées, mais
continuent aussi longtemps que le contrôleur le
souhaite. La deuxième phase de la réaction de crise
(puisque la crise se poursuit), est la
«fragmentation», une condition dans laquelle la
panique frappe, la «cohésion sociale» se désagrège
avec le résultat que de très petits groupes se
forment et tentent de se protéger de la crise avec
peu ou pas de considération pour les dépenses ou
les coûts pour d'autres petits groupes fragmentés.
Cette phase, Emery appelle «inadaptation passive»,
tout en échouant toujours à identifier la cause de la
crise.

La troisième phase est celle où les victimes se


détournent de la source de la crise induite et de la
tension qui en résulte. Ils font "des voyages
fantastiques de migration interne, d'introspection
et d'obsession de soi". C'est ce que Tavistock appelle
«la dissociation et la réalisation de soi». Emery
poursuit en expliquant que «les réponses de
mésadaptation passives sont désormais associées à
des« réponses mésadaptées actives ».

Emery déclare qu'au cours des 50 dernières


années, les expériences de psychologie sociale
appliquée et la «gestion de crise» qui en résulte ont
repris tous les aspects de la vie en Amérique et les
résultats sont stockés dans les ordinateurs des
grands «think tanks» tels que l'Université de
Stanford. Les scénarios sont retirés, utilisés et
révisés de temps en temps et, selon Tavistock, «les
scénarios sont en cours à l'heure actuelle».
Traduit cela signifie que Tavistock a la majorité du
peuple américain profilé et soumis à un lavage de
cerveau. Si une partie du public américain est
jamais capable d'identifier la cause des crises qui
ont balayé cette nation au cours des soixante-dix
dernières années, la structure d'ingénierie sociale
construite par Tavistock s'effondrera. Mais cela
n'est pas encore arrivé. Tavistock continue de noyer
le public américain dans sa mer d'opinions
publiques créées.

24
L'ingénierie sociale développée par les scientifiques
en sciences sociales de Tavistock a été utilisée
comme une arme pendant les deux guerres
mondiales de ce siècle, en particulier la Première
Guerre mondiale.Les sondeurs qui l'ont développée
ont été assez francs qu'ils emploient sur la
population américaine les mêmes dispositifs et
méthodes. utilisé et expérimenté contre les
populations ennemies.

Aujourd'hui, la manipulation par sondage de


l'opinion publique est devenue une technique
centrale entre les mains des ingénieurs sociaux et
des contrôleurs des chercheurs en sciences sociales
employés à Tavistock et ses nombreux «think
tanks» situés partout aux États-Unis et en Grande-
Bretagne.

25
CHAPITRE 5
Avons-nous ce que HG Wells a appelé «un
gouvernement invisible»?
Comme je l'ai déjà dit, la science moderne de la
formation de l'opinion publique par des techniques
avancées de manipulation de l'opinion de masse a
commencé dans l'une des usines de propagande les
plus avancées de l'Ouest, située en Grande-Bretagne
à Wellington House. Cette installation dédiée à
l'ingénierie sociale et à la création de l'opinion
publique au début de la Première Guerre mondiale,
était sous l'égide des seigneurs Rothmere et
Northcliffe, et du futur directeur des études de
l'Institut royal des affaires internationales (RIIA),
Arnold Toynbee. Wellington House avait une
section américaine, dont les membres les plus
éminents étaient Walter Lippmann et Edward
Bernays. Comme nous l'avons découvert plus tard,
Bernays était le neveu de Sigmund Freud, un fait
soigneusement caché à la vue du public.

Ensemble, ils ont centré le travail sur des


techniques pour «mobiliser» le soutien pour la
Première Guerre mondiale parmi les masses de
personnes qui étaient opposées à la guerre avec
l'Allemagne. La perception publique était que
l'Allemagne était un ami du peuple britannique, pas
un ennemi et le peuple britannique ne voyait pas la
nécessité de combattre l'Allemagne. Après tout,
n'était-il pas vrai que la reine Victoria était la
cousine de l'empereur Guillaume II? Toynbee,
Lippmann et Bernays ont travaillé pour les
persuader que la guerre était nécessaire, en
utilisant les techniques de la nouvelle science à
travers les nouveaux arts de la manipulation de
masse via les moyens de communication à des fins
de propagande teintée de volonté de mentir, qui
commençait juste à entrer dans sa foulée, ayant
appris beaucoup d'expérience au cours de la
anglo-Boer War (1899-1902).

Ce n'était pas seulement le public britannique dont


la perception des événements devait être modifiée,
mais aussi un public américain récalcitrant.

26
À cette fin, Bernays et Lippmann ont contribué à
convaincre Woodrow Wilson d'établir le Comité
Creel, qui a créé le premier ensemble de techniques
méthodologiques pour la diffusion d'une
propagande réussie et pour que la science des
sondages obtienne l'opinion «correcte».

Dès le début, les techniques ont été conçues de telle


manière que les sondages (formation de l' opinion
publique ) reposaient sur une caractéristique
évidente, mais frappante: - il s'agissait de l'opinion
des gens, non de leur compréhension des processus
de la science. Ainsi, par intention, les sondeurs ont
élevé un élément d'esprit essentiellement
irrationnel à un niveau primaire d'intérêt public. Il
s'agissait d'une décision consciente de saper la
compréhension de la réalité de masses de gens dans
une société industrielle de plus en plus complexe.

Si vous avez déjà regardé "Fox News" où les


téléspectateurs reçoivent les résultats d'un sondage
sur "ce que pensent les Américains", puis, pendant
l'heure suivante, secouez la tête et vous demandez
ce que les résultats du sondage reflètent sur votre
propre réflexion processus, alors vous n'auriez pu
vous sentir plus perplexe que jamais.

La clé pour comprendre Fox News et le sondage


pourrait résider dans ce que Lippmann avait à dire
sur ces questions. Dans son livre de 1922, Opinion
publique, Lippmann a décrit la méthodologie de
guerre psychologique de Tavistock.

Dans un chapitre introductif, "Le monde extérieur


et les images dans nos têtes", a souligné Lippmann,
"que l'objet d'étude de l'analyste social de l'opinion
publique est la réalité telle que définie par la
perception interne ou les images de cette réalité.
L'opinion publique traite de la réalité indirecte. ,
des faits invisibles et déroutants, et il n'y a rien
d'évident à leur sujet. Les situations auxquelles les
opinions publiques se réfèrent ne sont connues que
sous le nom d'opinions ... "

27

"Les images à l'intérieur de la tête de ces êtres


humains, les images d'eux-mêmes, des autres, de
leurs besoins, objectifs et relations, sont leurs
opinions publiques. Ces images, sur lesquelles
agissent des groupes de personnes ou des individus
agissant en le nom des groupes, c'est l'opinion
publique en majuscules. L'image à l'intérieur
induit si souvent les hommes en erreur dans leurs
relations avec le monde extérieur. "

À partir de cette évaluation, il est facile de franchir


la prochaine étape décisive de Bernays, à savoir
que les élites qui dirigent la société peuvent
rassembler et mobilisent les ressources des
communications de masse pour mobiliser et
modifier l'esprit du «troupeau».
Un an après le livre de Lippmann, Bernays est
l'auteur de Crystallizing Public Opinion. Il a suivi
cela en 1928 avec un livre intitulé tout simplement:
Propagande.

Dans le premier chapitre, "Organizing Chaos" Bernays a


écrit:

La manipulation consciente et intelligente de


l'organisation, des habitudes et des opinions des
masses est un élément important de la société
démocratique. Ceux qui manipulent ce mécanisme
invisible de la société constituent un gouvernement
invisible, qui est le véritable pouvoir dirigeant de
notre pays.

Nous sommes gouvernés, nos esprits sont modelés,


nos goûts formés, nos idées suggérées, en grande
partie par des hommes, dont nous n'avons jamais
entendu parler ... Nos gouverneurs invisibles sont,
dans de nombreux cas, inconscients de l'identité de
leurs confrères dans le armoire intérieure.

Quelle que soit l'attitude que l'on choisisse à l'égard


de cette condition, il reste un fait que dans presque
tous les actes de notre vie quotidienne, que ce soit
dans le domaine de la politique ou des affaires,

28
dans notre direction sociale ou notre pensée
éthique, nous sommes dominés par le nombre
relativement restreint de personnes - une petite
fraction de nos cent et vingt millions - qui
comprennent les processus mentaux et les modèles
sociaux des masses. Ce sont eux qui tirent les fils,
qui contrôlent l'esprit public, qui exploitent les
anciennes forces sociales et inventent de nouvelles
façons de lier et de guider le monde.

Dans Propaganda, Bernays a suivi son éloge du


«gouvernement invisible» en soulignant la phase
suivante que suivraient les techniques de
propagande:

Au fur et à mesure que la civilisation est devenue


plus complexe et que la nécessité d'un
gouvernement invisible a été de plus en plus
démontrée, les moyens techniques ont été inventés
et développés par lesquels l'opinion peut être
régimentée. Avec l'imprimerie et le journal, le
téléphone, le télégraphe, la radio et les avions, les
idées peuvent se répandre rapidement et même
instantanément dans toute l'Amérique.

Pour étayer son argument, Bernays a cité le mentor


de la «manipulation de l'opinion publique», HG
Wells. Il a cité un article de 1928 dans le New York
Times dans lequel Wells a salué les "moyens de
communication modernes" pour "ouvrir un
nouveau monde de processus politiques" et pour
avoir permis que "la conception commune" soit
"documentée et soutenue contre la perversion et la
trahison. . " Pour Wells, l'avènement de la
«communication de masse» menant à la télévision
a signifié de nouvelles voies fantastiques pour le
contrôle social au-delà des rêves les plus fous des
anciens fanatiques de manipulation de masse de la
British Fabian Society. Nous reviendrons plus loin
sur ce sujet d'une importance vitale.

29

CHAPITRE 6
Les communications de masse inaugurent l'industrie du
sondage

Pour Bernays, sa reconnaissance de l'idée de Wells


lui a valu une place clé dans la hiérarchie des
contrôleurs de l'opinion publique américaine; en
1929, il décroche un poste chez CBS, qui vient d'être
repris par William Paley.

De même, l'avènement des communications de


masse a inauguré l'industrie du sondage /
échantillonnage, pour organiser les perceptions des
masses pour la mafia médiatique (qui fait partie du
«gouvernement invisible» qui dirige l'émission
depuis les coulisses).

En 1935-1936, le scrutin battait son plein. La même


année, Elmo Roper a commencé son magazine
Fortune pour les enquêtes, qui a évolué dans sa
colonne «What People Are Think» pour le New York
Herald Tribune.
George Gallup a lancé l'Institut américain de
l'opinion publique; - en 1936, il ouvre le British
Institu te of Public Opinion. Gallup devait diriger
ses activités autour de l'Université de Princeton,
enchevêtrées avec le complexe Office of Public
Opinion Research / Institute for International Social
Research / Psychologie dirigé par Hadley Cantril,
qui était destiné à jouer un rôle de plus en plus
important dans le développement des méthodes de
profilage psychologique plus tard. être utilisé dans
la fabrication de la Conspiration du Verseau.

Au cours de la même période 1935-1936 , le


scrutin a été fait pour la première fois lors des
élections présidentielles, sous l'impulsion de deux
journaux appartenant à la famille Cowles, le
Minneapolis Star-Tribune et le Des Moines Register.
Les Cowles sont toujours dans le secteur des
nouvelles.

30
Basés à Spokane, Washington, ils sont des faiseurs
d'opinion actifs et leur soutien à la guerre de Bush
en Irak a été un facteur crucial.

On ne sait pas qui a introduit la pratique des


«conseillers auprès du président», ces personnes
qui ne sont pas élues par les citoyens et qu'elles
n'ont pas la possibilité de contrôler, mais qui ont
décidé des politiques étrangères internes et
externes de la Nation. Woodrow Wilson a été le
premier président américain à faire usage de cette
pratique.

Recherche d'opinion et Seconde Guerre mondiale

Ce n'étaient que de petites préparations à la phase


suivante, déclenchées par deux développements
importants qui se croisent: l'arrivée de l'expert
émigré en guerre psychologique Kurt Lewin dans
l'Iowa, et l'implication des États-Unis dans la
Seconde Guerre mondiale.

La Seconde Guerre mondiale a fourni aux


scientifiques émergents en sciences sociales de
Tavistock une énorme marge d'expérimentation. La
direction de Lewin a réuni la force clé qui se
déploierait après la Seconde Guerre mondiale pour
utiliser ces techniques développées dans la guerre
contre la population des États-Unis. En fait, en 1946,
Tavistock a déclaré la guerre à la population civile
des États-Unis et est resté en état de guerre depuis
lors.

Les conceptions de base exposées par Lewin, Wells,


Bernays et Lippmann sont restées en place en tant
que guide pour la manipulation de l'opinion
publique; la guerre a donné aux spécialistes des
sciences sociales l'occasion de les appliquer sous
une forme hautement concentrée et de rassembler
un grand nombre d'institutions sous leur direction
pour faire avancer les fins de leurs expériences.

31
Le principal institut qui était le véhicule pour faire
«l'opinion publique», était le Comité sur le moral
national. Visiblement établi pour mobiliser le
soutien à la guerre dans la mesure où le président
Wilson avait mis en place son comité de gestion
pour «gérer» la Première Guerre mondiale, son
véritable objectif était de procéder au profilage
intensif de la population de «l'Axe» et des
Américains dans le but de créer et de maintenir un
moyen de contrôle social.

Le comité était dirigé par plusieurs dirigeants de la


société américaine, dont Robert P. Bass, Herbert
Bayard Swope, entre autres notables. Son secrétaire
était le mari de Margaret Meade, Gregory Bateson,
l'un des principaux instigateurs des fameuses
expériences de LSD «MK-Ultra» de la CIA que
certains experts considèrent comme le véhicule de
lancement de la contre-culture américaine de la
drogue, du rock et du sexe.

Le conseil d'administration du comité comprenait


le scrutateur George Gallup; l'agent de
renseignement Ladislas Farago et le psychologue de
Tavistock, Gardner Murphy.

Le comité a dirigé un certain nombre de projets


spéciaux, le plus important étant une étude
majeure sur la meilleure façon de mener une
guerre psychologique contre l'Allemagne. Le
personnel clé essentiel à l'élaboration du projet
d'opinion publique était:

* Kurt K. Lewin, éducation et histoire; Psychologie;


Sciences sociales
* Professeur Gordon W. Allport, psychologie
* Professeur Edwin G. Borin, psychologie
* Professeur Hadley Cantril, psychologie
* Ronald Lippitt, Sciences sociales
* Margaret Mead, anthropologie, sciences sociales;
Jeunesse
& Développement de l'enfant

32
Le personnel comptait plus de 100 chercheurs qui
composaient le personnel du Comité et plusieurs
institutions de profilage d'opinion essentielles au
projet.

L'une de ces équipes de projet spécial était au


Bureau et aux services stratégiques (OSS) (le
précurseur de la CIA) composé de Margaret Mead,
Kurt Lewin, Ronald Lippitt, Dorwin Cartwright,
John K.Français et des faiseurs d' opinion publique
comme Samuel Stouffer ( plus tard président du
groupe des relations sociales du laboratoire à
l'Université de Harvard); Paul Lazarsfeld du
département de sociologie de l'Université de
Columbia, qui a développé avec le profileur Harold
Lasswell une méthodologie de «recherche
d'opinion» pour l'OSS basée sur une «analyse de
contenu» détaillée de la presse locale des pays
ennemis et de Rensis Likert.

Likert, un dirigeant clé de Prudential Insurance


Company immédiatement avant la guerre, avait
perfectionné les techniques de profilage en tant que
directeur de la recherche pour la Life Insurance
Agency Management Association. Cela l'a équipé
pour interagir favorablement avec le chef de
l'enquête américaine sur les bombardements
stratégiques, qui était l'ancien directeur de
Prudential Life Insurance Company. Likert a été
directeur de la division du moral de la Strategic
Bombing Survey de 1945 à 1946, à partir de laquelle
il avait d'énormes possibilités de profilage et de
manipulation de l'opinion publique de masse.

33
CHAPITRE 7
La formation de l'opinion publique

Selon les archives de l'Institut Tavistock, l'enquête


sur les bombardements stratégiques a joué un rôle
clé en forçant l'Allemagne à se mettre à genoux
grâce à un programme hautement discipliné de
bombardements systématiques des logements des
travailleurs allemands, que Sir Arthur Harris de la
RAF n'était que trop ravi de mener.

En outre, de 1939 à 1945, Likert a dirigé la Division


des enquêtes sur les programmes du Département
de l'agriculture, à partir de laquelle des études
importantes ont été entreprises sur les techniques
de «persuasion de masse». Ou pour le dire
autrement, «faire en sorte que l'opinion publique
corresponde aux objectifs souhaités». On ne peut
que spéculer sur le nombre de citoyens qui
croyaient que leur soutien à l'effort de guerre
«allié» découlait de leurs propres opinions.

L' une des aides - clés dans la division de Likert était


Lewin et futur protégé Tavistock opérationnel
Dorwin Cartwright, qui a écrit le livre de texte
document intitulé « Principes de masse Persuasion
» , qui est encore en usage aujourd'hui.

L'Office of War Information, dirigé par Gardner


Cowles pour une grande partie de l'effort de guerre,
est une autre agence majeure pour façonner
l'opinion publique. Bernays a été recruté chez OWI
en tant que conseiller. C'est hors du lien que nous
avons décrit ici que le réseau des «institutions de
vote» clés a émergé après la Seconde Guerre
mondiale. Ils ont joué un rôle puissant et décisif
dans la vie américaine depuis lors. Gallup, du
comité du Conseil d'administration du National
Morale, a amélioré son activité et est devenu le
principal commandant des institutions de vote
pour le lancement de nouvelles politiques du
Comité des 300, qu'il a fait passer pour des
«résultats de sondages».

34
Bernays a joué plusieurs rôles clés d'après-guerre.
En 1953, il a écrit un article pour le département
d'État qui recommandait la création d'un bureau de
guerre psychologique par l'État. En 1954, il était
consultant auprès de l'US Air Force, la branche des
forces armées la plus sous l'influence des gens du
Strategic Bombing Survey.

Au début des années 1950, Bernays était conseiller


en relations publiques auprès de United Fruit
(United Brands) Corporation, l'une des principales
sociétés de communication / sécurité nationale (le «
complexe militaro-industriel » d' Eisenhower ),
alors occupé à consolider son pouvoir sur les États-
Unis. politique.

Bernays a mené la campagne de propagande en


alléguant que le Guatemala tombait sous le
«contrôle communiste» qui a abouti à un coup
d'État organisé par les États-Unis dans ce pays. En
1955, Bernays a écrit un livre sur son expérience
intitulé «The Engineering of Consent».

Le livre est devenu le plan virtuel de Tavistock suivi


par le gouvernement américain pour renverser
tout pays dont la politique était inacceptable pour
la dictature socialiste du gouvernement mondial.

Tout au long de la période d'après-guerre, Bernays


était membre de la Society for Applied
Anthropology, l'une des institutions de
contrôle social de Margaret Mead aux États-Unis, et
de la Society for the Psychological Study of Social
Issues, un groupe créé par John Rawlings Reese, un
membre fondateur. de Tavistock pour diriger des
«troupes de choc psychiatrique» parmi la
population américaine.

L'une de ses premières actions a été le déblocage de


l'homosexualité en Floride, une décision
amèrement opposée par Anita Bryant qui n'avait
aucune idée de ce à quoi elle était confrontée.

35
La deuxième de ses actions a été d'introduire le
thème selon lequel les non-blancs sont plus
intelligents que les blancs, ce dont nous parlerons
plus tard.

Likert a déménagé à l'Université du Michigan pour


créer l'Institut de recherche sociale (ISR) qui a
absorbé le Massachusetts Center for the Study of
Group Dynamics, la principale filiale de Tavistock
aux États-Unis au début de l'après-guerre.

L'ISR de Tavistock était le centre d'un certain


nombre de sous-groupes de profilage critique et de
«recherche d'opinion», parmi lesquels le Centre de
recherche sur l'utilisation des connaissances
scientifiques, a été créé par un collègue de Likert
OSS et des disciples de Lewin, Ronald Lippitt.

Le directeur du projet, Donald Michael, était un


acteur majeur du Club de Rome, et un deuxième
sous-groupe, le Survey Research Center, était la
création personnelle de Likert qui est devenue
l'institution la plus élaborée des États-Unis pour
«étudier» (créer) les attitudes populaires et
tendances, parmi lesquelles les principales étaient
la féminité avilissante et dégradante et poussant les
capacités intellectuelles supérieures des personnes
non blanches selon les scripts soigneusement
élaborés de Lewin.

Robert Hutchins est devenu célèbre pendant cette


période et son collègue le plus proche au cours de
ces premières années était William Benton, le
fondateur en 1929 de Chester Bowles de Benton et
Bowles, la célèbre société de publicité. Benton a
utilisé Benton et Bowles comme un moyen de
développer la science du contrôle de masse par la
publicité.

36
C'est le travail pionnier de Benton soutenu par
Douglass Cater, qui a conduit au développement du
contrôle naissant de Tavistock sur la politique
médiatique américaine par le biais de l'Institut
Aspen du Colorado, siège américain du Socialist
One World Government Committee of 300.

En passant, je mentionne que la science du contrôle


des médias de masse par la publicité est
aujourd'hui si fermement ancrée qu'elle est
devenue l'élément clé de la formation de l'opinion.
Au début de la Seconde Guerre mondiale,
Hollywood l'a incorporé dans presque tous ses
films.

La publicité (lavage de cerveau) a été faite à travers


le type et la marque de voiture que le héros
conduisait, la marque de cigarette que le suave
Lawrence Harvey fumait, les vêtements et le
maquillage que portait la principale dame, des
vêtements qui devenaient plus risqués d'année en
année, jusqu'à aujourd'hui en 2005, nous avons la
féminité dégradée par les goûts des seins presque
nus de Britney Spear et du ventre nu exposé par
des jeans serrant l'entrejambe qu'elle porte
souvent, les mœurs sociales que Hollywood aime
tant à bafouer.
37
CHAPITRE 8
Dégradation des femmes et déclin des normes morales

Le rythme de la féminité dégradante s'est accéléré à


un degré remarquable depuis que les ourlets ont
atteint le genou. Cela se manifeste dans des
domaines tels que la quasi-pornographie dans les
films grand public et les feuilletons et nous osons
suggérer que le jour n'est pas loin, où de telles
scènes seront «totales et obligatoires».

Ce déclin du discours féminin attractif peut être


attribué à la méthodologie Tavistock et à ses
praticiens, Cantril, Likert et Lewin. Un autre
changement notable a été l'augmentation du
nombre de films présentant des
rencontres interraciales et des rencontres sexuelles
associées à des revendications de «droits de
l'homme» pour les lesbiennes sous la forme la plus
ouverte.

Des personnes spéciales ont été sélectionnées et


formées pour cette tâche, probablement la plus
connue d'entre elles étant Ellen Degeneres qui a
reçu des centaines de milliers de dollars de
publicité gratuite sous le prétexte d'être
interviewée dans des talk-shows et des groupes de
«discussion» sur le thème du «même -amour sexuel
"signifie des rencontres entre deux femmes
impliquant un type de pratique sexuelle.

Benton, le pionnier de la féminité dégradante, avait


pour mentor le principal expert du scientifique
social en théorie du profilage à Tavistock, Harold
Lasswell, qui, avec Benton, a fondé l'American
Policy Commission en 1940. La joint-venture de
Lasswell avec Benton a marqué le lien le plus clair
entre le Socialist One caché d'Aspen Les opérations
du gouvernement mondial en Amérique et l'Institut
Tavistock. Aspen est devenu le siège du Comité de
300 succursales aux États-Unis.

38
Hedley Cantril, Likert et Lewin avec leur
méthodologie appliquée au lavage de cerveau en
psychologie humaniste, ont joué un rôle de plus en
plus vital dans l'utilisation de la «recherche
d'opinion» pour provoquer des changements de
paradigme dans la société, tels que ceux qui
viennent d'être décrits, mais sur une gamme élargie
et atteignant tous les niveau de société qui
comprenait la civilisation occidentale telle qu'elle
était connue depuis des siècles.

La base d'origine de Cantril d'où il a mené ses


opérations de guerre contre le peuple américain
était le Bureau de recherche sur l'opinion publique
de l'Université de Princeton, fondé en 1940, la
même année où Cantril a écrit son livre intitulé The
Invasion From Mars, une analyse détaillée de la
façon dont la population de la région de New
York-New Jersey a réagi avec crainte et panique à la
diffusion de la «Guerre des mondes» d'Orson Wells
en 1938.

Comment auraient-ils pu savoir qu'ils faisaient


partie d'une entreprise de profilage puisqu'il est
raisonnable de conclure qu'en 1938, pas un sur
cinq millions n'avait jamais entendu parler de
Hadley Cantril ou de l'Institut Tavistock. Il serait
intéressant de savoir combien d'Américains ont
entendu parler de Tavistock maintenant en 2005?

La plupart se souviendraient d'Orson Wells, mais


les probabilités sont que quatre-vingt-dix-neuf pour
cent de la population n'attacheraient aucune
signification au nom, Cantril, ou n'auraient aucune
connaissance de l'Institut Tavistock.

Laissez - nous raconter les événements de la nuit


du 30 Octobre e 1938, parce que les mêmes
techniques ont été utilisées par l'administration
Bush, le Département de la Défense et la CIA pour
façonner la perception du public des événements
qui ont mené à l'invasion de l' Irak en 2003 et sont
toujours très utilisés en 2005.

39
En 1938, Orson Wells s'était forgé une solide
réputation en tant que maître de la mise en scène
d'événements de fausses nouvelles en utilisant
l'auteur anglais HG Wells, un ancien membre du
MI6 et son livre, The War of the Worlds.

Dans l'adaptation radiophonique de l'œuvre des


Wells, les autres Wells ont interrompu les
programmes de radio du New Jersey en annonçant
que les Martiens venaient de débarquer.
"L'invasion martienne a commencé", a déclaré
Orson Wells.
Au cours de la production de 4 heures , il a été
annoncé pas moins de quatre fois que ce que le
public de la radio écoutait était une reconstitution
fictive de ce que ce serait si l'histoire de HG Wells
prenait vie. Mais cela n'a servi à rien. La panique a
saisi des millions de personnes qui ont fui leurs
maisons dans la terreur, bloquant les routes et les
systèmes de communication.

Quel était le but du «canular»? Dans un premier


temps, il s'agissait d'évaluer à quel point les
méthodes de Cantril et Tavistock étaient efficaces
dans la pratique, et peut-être plus importantes, il
s'agissait de préparer le terrain pour la guerre à
venir en Europe, dans laquelle les "bulletins
d'information" joueraient un rôle crucial dans
l'information. la collecte et la diffusion en tant que
source établie d'informations fiables, ainsi qu'un
forum pour diriger l'opinion publique.

Deux jours après la diffusion des nouvelles


"Martian Invasion", un éditorial du New York Times
intitulé "Terror by Radio" a éclairé par
inadvertance ce que Tavistock avait en tête pour le
peuple américain dans la guerre à venir se
rapprochant: "Ce qui a commencé comme un
divertissement aurait pu facilement se terminer par
un désastre », a déclaré l'éditorial. Les responsables
de la radio avaient une responsabilité et «devraient
réfléchir à deux fois avant de mêler les techniques
d'information à la fiction si terrifiante».

40
Ce sur quoi le «Times» était tombé par
inadvertance était la vague du futur vue à travers
les yeux des théoriciens de Tavistock. Désormais,
"mêler les techniques de l'information à la fiction si
terrifiante" qu'elle serait considérée comme un fait,
devait être une pratique courante pour les
diplômés de Tavistock. Toutes les informations
diffusées devaient être des adaptations de
«nouvelles et de fiction» dans un savant mélange de
manière à rendre l'une méconnaissable de l'autre.

En fait, Tavistock a mis en pratique sa théorie


nouvellement testée un an plus tard, lorsque la
population des villes d'Europe, Londres, Munich,
Paris et Amsterdam a été frappée par la nervosité
de la guerre alors même que Neville Chamberlain
réussissait à éviter la guerre, en utilisant les mêmes
techniques que celles employées. dans les
émissions de radio «Guerre des mondes» d'octobre
1938.

41
CHAPITRE 9
Comment les individus et les groupes
réagissent au mélange des faits et de la fiction

La conclusion de Cantril était que le public avait


réagi exactement comme ses expériences de
recherche sur le profilage l'avaient amené à croire
qu'il le ferait. Ce dimanche soir 30 octobre 1938
allait devenir une date marquante dans ses
archives et une date marquant à jamais un vaste
changement de paradigme dans la manière dont
«l'actualité» serait désormais présentée. Un peu
plus de sept décennies plus tard, le monde est
toujours alimenté par un régime d'informations
mêlé de fiction, une fiction qui, dans de nombreux
cas, est terrifiante. Le monde occidental a subi des
changements drastiques qui lui ont été
involontairement imposés, qu'il est devenu un
monde tellement différent de ce qu'il était cette nuit
d'octobre 1938, qu'il est «une autre planète». Nous
reviendrons sur ce sujet vital plus loin dans cet
ouvrage.

Après la Seconde Guerre mondiale, Cantril est


devenu totalement impliqué avec le gourou en chef
de Tavistock, son fondateur, John Rawlings Reese et
son World Tensions Project à l'UNESCO des Nations
Unies.

Des profils sur la façon dont les individus et les


groupes ont réagi aux tensions internationales ont
été formulés sur la base d'un mélange habile de
faits et de fiction terrifiante en vue d'une campagne
de lancement de << citoyens du monde >> (d'une
dictature socialiste-communiste à gouvernement
unique) qui a commencé à être utilisée d'affaiblir
les frontières nationales, la langue et la culture et
de discréditer la fierté de la nation et la
souveraineté des États-nations, en préparation de la
venue du Nouvel Ordre Mondial Socialiste - Un
Gouvernement Mondial, que le Président Woodrow
Wilson a déclaré que l'Amérique ferait en toute
sécurité pour la "démocratie . "

42
Ces jeunes Américains au visage frais de l'Arkansas
et de la Caroline du Nord ont été envoyés en
marche vers l'Europe en croyant qu'ils «se battaient
pour leur pays», sans jamais savoir que la
«démocratie» que Wilson les avait envoyés pour
«assurer la sécurité pour le monde» était un
socialiste. Dictature du gouvernement mondial
communiste international.

John Rawlings Reese était l'éditeur du magazine de


Tavistock Journal of Humanistic Psychology. Leur
mentalité de pensée commune est vue dans la
monographie de 1955, «Vers une psychologie
humaniste», et comme une progression du soutien
de Cantril à la perception de la «personnalité» par
l'aéroport Gordon formé à Tavistock . Comme il l'a
exprimé dans le livre de 1947, Understanding Man's
Social Behavior, dans un chapitre sur la «causalité».
La méthodologie de Cantril était basée sur la
conception que «l'environnement particulier dans
lequel se déroule la croissance donne à l'individu en
particulier une direction particulière pour sa
croissance».

Les efforts de Cantril sont de bons exemples de la


rupture des frontières entre la prise d'opinion
supposée neutre et la prise d' opinion d'
ingénierie sociale ;

L'engagement de Tavistock à forcer des


changements majeurs de personnalité et de
comportement dans tous les secteurs de groupes de
population ciblés tels que nous avons cherché à
décrire.

Cantril a nommé un conseil d'administration pour


aider aux travaux, parmi lesquels:

Warren Bennis, un disciple du réalisateur de Tavistock


Eric
Trist.
Marilyn Ferguson, prétendument l'auteur de
The Aquarian Conspiracy;
Jean Houston, directeur de l'Institute for Brain
Research, membre du Club de Rome et auteur
de Mind Games.

43
Aldous Huxley, qui a supervisé le programme
MK-Ultra LSD qui a duré 20 ans.
Willis Harman, un directeur de l'Université de
Stanford et mentor de "The Changing Images of
Man" plus tard déguisé en "The Aquarian
Conspiracy" est passé pour l'œuvre de Marilyn
Ferguson.
Michael Murphy, directeur de l'Institut Esalen,
créé par Huxley et d'autres comme centre de
«formation à la sensibilité» et d'expériences sur
les drogues.
James FT Bugenthal, initiateur de projets de
création culte à Esalen.
Abraham Maslow, le principal représentant de
la «force de réflexion» irrationnelle et
fondateur de AHP en 1957.
Carl Rogers, collègue de Maslow à l'AHP en 1957.

L'idéologie régnante d'AHP a été illustrée par une


critique de livre dans un numéro de 1966 de sa
revue, The Journal of Humanistic Psychology.

L' examen du livre de Maslow, la psychologie de la


science, Willis Harman, un an avant sa 1967-1969
étude de recherche de Stanford, a salué le « défi à la
science » de « perception extrasensorielle, psycho
Kinesis, le mysticisme, et expansion conscience
médicaments » ( en particulier le LSD et Mesacalin.)
Il a loué la "nouvelle science" de Maslow car elle
mettrait en avant "l'hypnose, la créativité, la
parapsychologie et l'expérience psychédélique" et
déplacerait les préoccupations scientifiques du
monde "extérieur" vers l'étude de "l'espace
intérieur".

Ce fut la pensée originale de Cantril sur la


«personnalité particulière» amenée à sa conclusion
logique. À Cantril va «la gloire et l'honneur» de
forcer un vaste changement de paradigme sur la
façon dont le monde occidental pense et se
comporte.

44
Certes, Oswald Spengler n'aurait eu aucun mal à
l'identifier comme l'une des causes de la chute de
l'Occident qu'il avait prédit en 1936.

Faire des changements dans la «structure cognitive


et comportementale».

Quelle que soit la coloration particulière de


l'idéologie qui a accompagné les scientifiques des
instituts de sondage après la Seconde Guerre
mondiale, la notion invariante d'ingénierie sociale à
travers les «méthodes d'échantillonnage» et la
«recherche d'opinion» peut être trouvée dans
l'article de Cartwright Some Principles of Mass
Persuasion préparé pour la Division des enquêtes-
programmes du ministère de l'Agriculture.

Le document était sous-titré, "Selected Findings of


Research on the Sale of United States War Bonds",
mais comme Cartwright le précise, l' aspect de
l'enquête lié à la guerre n'était qu'un prétexte pour
mener une analyse sur les principes de la
perception. modifié pour convenir à toutes les fins
que le contrôleur pourrait avoir à l'esprit.

On serait perplexe quant à ce que la vente


d'obligations de guerre avait à voir avec
l'agriculture, mais cela faisait partie de la
méthodologie de Cartwright. C'était l' hypothèse de
Bernays-Lippmann-Cantril- Cartwright synthétisée
et concentrée dans le contexte de la Seconde Guerre
mondiale. L'article a été publié dans le journal de
Tavistock. Les relations humaines qui devraient
immédiatement attirer l'attention du lecteur.

"Parmi les nombreuses avancées technologiques du


siècle dernier qui ont produit des changements
dans l'organisation sociale", a commencé
Cartwright, "le développement des moyens de
communication de masse promet d'être le plus
ambitieux. Cette interdépendance accrue des
personnes signifie que les possibilités de
mobilisation l'action sociale de masse a été

45
considérablement augmenté. Il est concevable
qu'une personne persuasive puisse, grâce à
l'utilisation des médias de masse, plier la
population mondiale à sa volonté. "Nous ne croyons
pas que Cartwright avait Jésus-Christ à l'esprit
lorsqu'il a fait cette déclaration.
Sous un sous-titre, "Création d'une structure
cognitive particulière", Cartwright poursuit:

Premier principe: «Il est considéré comme un


truisme par pratiquement tous les psychologues
que le comportement d'une personne est guidé par
sa perception du monde dans lequel il vit ... Il
découle de
cette formulation qu'une façon de changer le
comportement d'une personne est de modifier sa
structure cognitive. La modification de la structure
cognitive des individus au moyen des médias de
masse a plusieurs conditions préalables. Celles-ci
peuvent être énoncées sous forme de principes. "

Intercalant son récit avec des exemples de


l'application de son étude à la campagne de vente d'
obligations de guerre de la Seconde Guerre
mondiale , Cartwright a ensuite élaboré les
principes: «Le 'message' (c'est-à-dire l'information,
les faits, etc.), doit atteindre les organes sensoriels
de les personnes à influencer ... Les situations de
stimulus totales sont sélectionnées ou rejetées sur la
base d'une impression de leurs caractéristiques
générales ", etc. Un deuxième ensemble de
principes a étudié plus en profondeur les méthodes
de modification de la" structure cognitive ".

Deuxième principe: "Une fois atteint les organes des


sens, le 'message' doit être accepté comme faisant
partie de la structure cognitive de la personne."
Cartwright a noté dans cette section que «tout effort
pour changer le comportement par une
modification de cette structure cognitive doit
surmonter les forces tendant à maintenir la
structure actuelle.

46
Ce n'est que lorsqu'une structure cognitive donnée
semble à la personne insatisfaisante pour son
ajustement qu'il est susceptible de recevoir
facilement des influences destinées à changer cette
structure. "

Sous «Créer une structure de motivation


particulière», Cartwright a analysé plus en détail
«les inductions sociales des gouverneurs de la
Réserve fédérale américaine à Washington dans la
tourmente pendant une période prolongée».
47
CHAPITRE 10
Le sondage arrive à maturité

La clinique Tavistock de Londres était l'endroit où


Sigmund Freud s'était installé à son arrivée
d'Allemagne, et où son neveu, Edward Bernays, tint
plus tard la cour.

C'est ainsi que l'Angleterre est devenue le centre


mondial du lavage de cerveau de masse, des
expériences d'ingénierie sociale qui se sont
répandues dans les cliniques d'après-guerre
réparties dans tous les États-Unis.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Tavistock


était le quartier général du Psychological Warfare
Bureau de l'armée britannique qui, grâce aux
arrangements du British Special Operation
Executive (SOE) (plus tard connu sous le nom de
MI6), dictait la politique aux forces armées
américaines en matière de guerre psychologique.

Vers la fin de la guerre, le personnel de Tavistock a


repris la Fédération mondiale de la santé mentale
et la Division de la guerre psychologique du
quartier général suprême de la Force
expéditionnaire alliée (SHAEF) en Europe.

Le théoricien en chef de Tavistock, le Dr Kurt


Lewin, est venu aux États-Unis pour organiser la
Harvard Psychological Clinic, le MIT Research
Center for Groups Dynamics, l'Institut de recherche
sociale de l'Université du Michigan; tandis que ses
collègues, Cartwright et Cantrill se sont joints à lui
pour jouer un rôle politique pivot au département
psychologique de l'Office of Strategic Services (OSS),
de l'Office of Naval Research ONI), de l'US Strategic
Bombing Survey et du Committee of National
Morale.

48
De plus, un grand nombre de personnes influentes
aux plus hauts niveaux politiques ont été formées à
la théorie de la psychologie topologique du Dr
Lewin, qui est à ce jour la méthode la plus avancée
au monde de modification du comportement
- lavage de cerveau. Des collègues importants de
Kurt Lewin à Tavistock, Eric Trist, John Rawlings
Reese, HV Dicks, WR Bion et Richard Crossman
ainsi que certains membres du personnel du
Strategic Bombing Survey, du Committee on
National Morale et du National Defence Resources
Council, ont rejoint Lewin chez Rand Corporation,
le Stanford Research Institute, la Wharton School,
les National Training Laboratories et le National
Institute of Mental Health.

Le gouvernement des États-Unis a commencé à


contracter des projets de
plusieurs millions de dollars avec toutes ces
institutions. Sur une période de quarante ans, des
dizaines de milliards de dollars ont été alloués par
le gouvernement fédéral pour financer le travail de
ces groupes; tandis que des dizaines de milliards de
dollars supplémentaires ont trouvé leur chemin
dans ces institutions à partir de fondations privées.
Au fil des années, ces institutions se sont
développées et la portée des projets qu'elles ont
contractés s'est élargie avec elles. Chaque aspect de
la vie mentale et psychologique du peuple
américain a été profilé, enregistré et stocké dans
des banques de mémoire informatique.

Les institutions, le personnel et les réseaux ont


continué à s'étendre et à pénétrer profondément
dans tous les coins et recoins des gouvernements
fédéral, étatiques et locaux. Leurs spécialistes et
diplômés internes ont été appelés à élaborer des
politiques pour les services sociaux, les conseils de
médiation du travail, les syndicats, l'armée de l'air,
la marine, l'armée, l'Association nationale de
l'éducation et les cliniques psychiatriques, ainsi que
la Maison Blanche, le ministère de la Défense. et
l'État

49
Département. Elle a également des contrats
importants avec la Central Intelligence Agency
(CIA).

Des relations de coopération étroites ont été


développées entre ces groupes de réflexion et les
principales organisations de sondage américaines
et les grandes entreprises de médias. Gallup Poll, le
sondage Yankelovich - CBS-New York Times, le
National Opinion Research Center et d'autres ont
sans cesse mené des profils psychologiques de
l'ensemble de la population, partageant les résultats
pour évaluation et traitement avec les psychologues
sociaux omniprésents.
Ce que le public considère dans les journaux
comme des sondages d'opinion ne représente
qu'une fraction du travail que les sondeurs ont
entrepris de faire. L'une des clés du contrôle de
Tavistock sur des secteurs clés des activités
quotidiennes du gouvernement aux États-Unis est
qu'il a maintenant son propre média de télévision
de facto à Fox News, depuis son acquisition par
Richard Murdoch, une machine de propagande
virtuelle transparente pour le gouvernement. .

Au-dessus de ce groupement soudé de psychologues


sociaux, de sondeurs et de manipulateurs des
médias, préside une élite de puissants mécènes, «les
dieux de l'Olympe» (le Comité des 300). On sait dans
les cercles avertis que le groupe contrôle tout dans
le monde à l'exception de la Russie et, plus tard, de
la Chine.

Il planifie et met en œuvre des stratégies à


long terme de manière totalement, disciplinée et
unifiée. Il commande plus de 400 des plus grandes
entreprises du Fortune 500 aux États-Unis avec des
connexions imbriquées qui touchent toutes les
facettes du gouvernement, du commerce, des
banques, de la politique étrangère, des agences de
renseignement et de l'establishment militaire.

50
Il a absorbé tous les autres «groupes de pouvoir» de
l'histoire américaine antérieure; le groupe
Rothschild, Morgan, Rockefeller, l'establishment
libéral de l'Est personnifié par les familles Perkins,
Cabot, Lodge, la crème de l'ancien commerce de
l'opium en Inde orientale qui a généré des milliards
de dollars.

Sa hiérarchie comprend les anciennes familles


descendant de la British East India Company avec
ses vastes fortunes dérivées du commerce de
l'opium qui se déroule de haut en bas, y compris la
royauté européenne entre autres.

Dans les recoins les plus profonds de


l'establishment du renseignement à Washington,
des officiers vétérans du renseignement appellent
ce groupe impressionnant, à voix basse et dans un
langage mystérieux, le «Comité des 300». Les
dirigeants sont appelés «les Olympiens». Aucun
président américain n'est élu ou ne reste en
fonction que par leur faveur.
Ceux qui renoncent à leur contrôle sont écartés. Des
exemples sont John F. Kennedy, Richard Nixon et
Lyndon Johnson. Le Comité des 300 est le
gouvernement mondial socialiste international qui
dirige le Nouvel Ordre Mondial depuis les coulisses
où il restera, jusqu'à ce qu'il soit prêt à émerger et à
prendre le contrôle ouvert et total de tous les
gouvernements du monde dans une dictature
communiste internationale.

51

CHAPITRE 11
Le changement de paradigme en éducation

Au cours des années 1970, un changement radical


de paradigme dans les programmes scolaires à tous
les niveaux est entré en vigueur, au point
apparemment que les élèves ont obtenu des crédits
scolaires pour des cours d'éducation civique au
lieu de lecture, d'écriture et d'arithmétique. Une
épidémie de «relations sexuelles occasionnelles» et
de consommation de drogue a submergé les
adolescents d' âge scolaire et a balayé tout le pays.

En juillet 1980, une grande conférence


internationale a eu lieu à Toronto, au Canada, sous
les auspices de la première conférence mondiale
sur l'avenir, à laquelle ont participé 4000
ingénieurs sociaux, experts en cybernétique et
futurologues de tous les groupes de réflexion. La
conférence était sous la direction du président
milliardaire de l'Institut Tavistock, Maurice Strong,
qui a défini le thème:

"Le moment est venu de passer de la réflexion et


du dialogue à l'action. Cette conférence deviendra
le tremplin pour cette action importante qui se
déroulera dans les années 80".

Strong était président de Petro-Canada, l' une des


nombreuses entreprises «phares» des «Olympiens».
Son expérience était le British Intelligence MI6 où il
a occupé le grade de colonel pendant la Seconde
Guerre mondiale. Strong et son réseau de sociétés
étaient fortement impliqués dans le commerce très
lucratif de l' opium, de l'héroïne et de la cocaïne .
Strong et Aldous Huxley étaient responsables de la
peste du LSD qui a balayé les États-Unis et plus tard
l'Europe. Il était un ancien directeur du
Programme des Nations Unies pour
l'environnement.

L'un des principaux orateurs des «Olympiens» à la


conférence était le Dr Aurelio Peccei, président du
Club de Rome, un groupe de réflexion de l'OTAN.

52
L'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord
(OTAN) a été créée dans le cadre du Aquarian
Conspiracy, un projet des chercheurs en sciences
sociales de l'Université de Stanford sous la direction
de Willis Harmon. L'OTAN a à son tour formé et
promu une nouvelle branche appelée «Le Club de
Rome», le nom étant conçu pour confondre et
dissimuler car il n'avait rien à voir avec l'Église
catholique.

Sans entrer dans les détails techniques du Club de


Rome (ci-après dénommé «le Club»), son but était de
faire contrepoids à l'expansion agricole et militaire
postindustrielle , une soi-disant « croissance zéro
agricole postindustrielle» . société ", qui visait à
arrêter les industries manufacturières en plein
essor et la capacité croissante de production
alimentaire agricole mécanisée. Les membres du
Club et de l'OTAN étaient interchangeables.

Stanford Research, le Tavistock Institute et d'autres


centres de psychiatrie sociale appliquée l'ont
rejoint. En 1994, Tavistock a signé un contrat
majeur avec la NASA pour évaluer les effets de son
programme spatial. Le Club lui-même n'a été fondé
qu'en 1968 dans le cadre de l'appel à un nouvel
ordre mondial au sein d'un gouvernement mondial
unique. Ce que le Club est devenu était un
instrument pour imposer des limites de croissance
aux nations industrialisées, et les États-Unis ont été
le premier pays ciblé.

C'était en fait l'une des premières mesures prises


pour mettre en œuvre l'objectif «300» de ramener
les États-Unis dans un état de féodalisme, une
société féodale. L'un des secteurs contre lesquels le
Club s'est insulté était l'énergie nucléaire, et ils ont
réussi à interrompre la construction de toutes les
centrales nucléaires qui ont fait passer la demande
mille ans avant la fourniture d'énergie électrique.
L'OTAN était son alliance militaire destinée à
maintenir la Russie en ligne.
53
L'ordre du jour de la réunion de 1980 susmentionné
était le suivant:

* Mouvement de libération des femmes.


* Conscience noire, mélange racial, brisant les
tabous contre les mariages mixtes comme le
proposent l'anthropologue Margaret Meade et
Gregory Bateson de Tavistock.
* Il a été décidé lors de cette réunion qu'un
programme agressif serait lancé pour dépeindre les
«races de couleur» comme supérieures aux Blancs
de la civilisation occidentale. De ce forum sont
venus Oprah Winfrey et une foule de personnes
noires qui ont été choisies et formées pour leurs
rôles pour dépeindre les «races mixtes» comme
supérieures aux blancs.
* On pouvait également le voir dans les films où les
stars de cinéma noires ont soudainement proliféré
jusqu'à devenir des noms familiers. On a vu aussi
où une personne noire était placée dans un rôle de
haute autorité sur les blancs, un tel juge, ou un chef
de district du FBI et de l'armée, des PDG de grandes
entreprises, etc.
* Rébellion des jeunes contre des torts sociaux
imaginaires.
* Intérêt émergent pour la responsabilité sociale des
entreprises.
* Le fossé des générations implique un changement de
paradigme.
* Le parti pris anti-technologique de nombreux jeunes.
* Expérimentation de nouvelles structures
familiales de relations interpersonnelles dans
lesquelles l'homosexualité et le lesbianisme sont
devenus «normalisés» et «pas différents des autres
personnes acceptables à tous les niveaux de la
société, deux« mamans »lesbiennes.
* L'émergence de faux mouvements de
conservation / écologie tels que "Greenpeace"
* Un regain d'intérêt pour les perspectives
religieuses et philosophiques orientales.
* Un regain d'intérêt pour le christianisme
"fondamentaliste".
* Les syndicats mettent l'accent sur la qualité de
l'environnement de travail.

54
* Un intérêt croissant pour la méditation et
d'autres disciplines spirituelles. La "Kabala" devait
supplanter la culture chrétienne et des personnes
spéciales ont été choisies pour enseigner et diffuser
la Kabbale. Les premiers disciples choisis étaient
Shirley McLean, Roseanne Barr et plus tard,
Madonna et Demi Moore.
* L'importance croissante des processus de
"réalisation de soi" . * Réinvention de la musique,
"hip-hop" et "rap", par des groupes comme "Ice
Cube".
* Une nouvelle forme de langue dans laquelle
l'anglais est tellement mutilé qu'il est inintelligible.
Ces informations sont transmises aux lecteurs de
nouvelles à la télévision aux heures de grande
écoute.

Ces tendances disparates signifiaient l'émergence


d'un climat créé des bouleversements sociaux et
profonds changements comme une nouvelle image
de l' être humain a commencé à prendre la main
apportant avec eux des changements radicaux dans
la civilisation occidentale.

Un réseau «sans chef» mais puissant «l'armée


invisible» a commencé à travailler pour provoquer
un changement «inacceptable» aux États-Unis. Ses
membres de base étaient les «troupes de choc» qui
ont radicalisé toutes les formes de la norme,
rompant avec certains éléments clés de la
civilisation occidentale. Parmi les «Olympiens», ce
réseau était connu sous le nom de «Conspiration du
Verseau» et ses adhérents devaient être connus
sous le nom de «troupes de choc invisibles».

Ce changement de paradigme massif, gigantesque


et irrévocable, a dépassé l'Amérique pendant que
nous dormions, balayant l'ancien avec de nouveaux
systèmes politiques, religieux et philosophiques.
C'était ce que les citoyens du Nouvel Ordre Mondial
- Un Gouvernement Mondial auraient à montrer
dans la suite, un nouvel esprit - la montée d'un
nouvel ordre sans États-nations, la fierté de la place
et la fierté de la race, une culture du passé, destinée
à la poubelle de l'histoire, pour ne jamais être
ressuscité.

55

Nous savons par expérience que ce travail est


susceptible d'être accueilli avec mépris et
incrédulité. Certains vont même nous plaindre. Des
termes comme «off the wall» seront utilisés pour
décrire ce travail. C'est la réaction standard lorsque
les motivations des chercheurs en sciences sociales
de Tavistock, des laveurs de cerveaux,
des faiseurs d'opinion, des psychologues sociaux ,
pour jouer leur guerre aux États-Unis ne sont pas
connues. La probabilité est que 90% des Américains
ne savent pas que Tavistock a déclaré la guerre à la
population civile allemande pour mettre fin à la
Seconde Guerre mondiale.

Quand ce conflit a pris fin en 1946, les pratiquants


de Tavistock de lavage de cerveau de masse et
d'opinion sont entrés en guerre contre le peuple
américain.

Si c'est ainsi que vous réagissez lorsque vous lisez


cet exposé, ne vous sentez pas mal, alors comprenez
que c'est la façon dont vous êtes censé réagir. Si la
motivation semble exagérée et manquant de
crédibilité, également incompréhensible, alors la
motivation «n'existe pas». Cela étant, alors l'action
qui en découle n'existe pas; par conséquent, ergo
"les Olympiens" n'existent pas et il n'y a pas de
complot.

Mais le fait est qu'une gigantesque conspiration


existe. Nul doute que Kurt Lewin, le principal
scientifique de Tavistock et théoricien clé de tous
les think tanks, pourrait l'expliquer plus clairement
que nous n'avons pu le faire, s'il le voulait. Sa
pratique est dérivée de ce qu'il a appelé la doctrine
de la «topologie-psychologie» . Lewin est l'homme
sur la base duquel les théories, les batailles de
guerre psychologique de la Seconde Guerre
mondiale ont été menées avec tant de succès,
l'homme qui a planifié et exécuté l'enquête sur les
bombardements stratégiques qui a amené
l'Allemagne à la défaite pendant la Seconde Guerre
mondiale grâce à la destruction massive de 65% des
logements des travailleurs allemands auxquels
nous venons de parler très brièvement.

57
CHAPITRE 12
La doctrine de Lewin du «changement d'identité»

La doctrine Lewin n'est pas facile à suivre pour le


profane. Fondamentalement, Lewin a dit que tous
les phénomènes psychologiques se produisent dans
un domaine défini comme «espace de phase
psychologique». Cet espace est composé de deux
«champs» interdépendants, «l'environnement» et le
«moi».

Le concept «d'environnement contrôlé» est né de


l'étude selon laquelle si vous avez une
personnalité fixe (susceptible d'être profilée de
manière prévisible), et si vous voulez obtenir de
cette personnalité un type de comportement
particulier, alors tout ce que vous avez à faire est
contrôler la troisième variable de l'équation et ainsi
produire le comportement souhaité.

C'était la norme dans les formules de


psychologie sociale . Le MI6 l'utilise, et presque tous
les types de situations impliquant des négociations;
les opérations de contre-insurrection de l'armée, les
négociations de travail et les négociations
diplomatiques l'ont utilisé jusqu'aux années 1960.

Après 1960, Tavistock a changé l'équation en


mettant davantage l'accent sur la technique de
l'environnement contrôlé non pas sur le
comportement, mais sur la personnalité souhaitée.
Ce que Lewin a entrepris d'accomplir était
beaucoup plus radical et permanent; modifier les
structures plus profondes des personnalités
humaines. Bref, ce que Lewin a réussi à faire, c'est
de passer de la «modification du comportement» au
«changement d'identité».
Le changement d'identité a été adopté par les
nations du monde. Les nations ont travaillé pour
acquérir une «nouvelle personnalité» qui
changerait la façon dont le monde les regardait.

58
La théorie s'appuyait sur les formulations originales
de deux théoriciens de Tavistock, la théorie du Dr
William Sargent dans son Battle for the Mind et le
propre travail de Kurt Lewin sur la régression de la
personnalité.

Lewin a observé que «le moi intérieur de l'individu


manifeste certaines réactions lorsqu'il est sous
tension de l'environnement. Lorsqu'il n'y a pas de
tension, alors le moi intérieur normal d'une
personne est bien différencié, équilibré,
multiforme, polyvalent».

«Lorsqu'une quantité raisonnable de tension est


appliquée à partir de l'environnement, alors toutes
les diverses capacités et facultés du moi intérieur se
mettent en alerte, prêtes pour une action efficace.

Mais, lorsqu'une tension intolérable est appliquée,


alors cette géométrie s'effondre en une soupe
aveugle et indifférenciée; une personnalité
primitive, régressée. La personne est réduite à un
animal; les capacités hautement différenciées et
polyvalentes disparaissent. L'environnement
contrôlé prend le dessus sur la personnalité. "

C'est cette «technique» de Lewin qui est utilisée sur


les captifs détenus au camp de prisonniers de
Guantanamo Bay au mépris du droit international
et de la Constitution américaine. L'inconduite
flagrante de l'administration Bush dans le camp
dépasse le cadre de la civilisation chrétienne
occidentale normale, et son acceptation par un
public américain docile, pourrait être le premier
signe que le peuple américain a été tellement
changé par la "pénétration à long terme et
intérieure de Tavistock. -direction conditionné,
"qu'ils sont maintenant prêts à descendre au niveau
du Nouvel Ordre Mondial dans un Gouvernement
Mondial Unique où un tel" traitement "barbare sera
considéré comme normal et accepté sans
protestation.

59
Le fait que les médecins aient participé à la torture
inhumaine de leurs semblables et qu'ils n'aient
ressenti aucun remords indiquerait à quel point le
monde est déjà tombé.

Cela a été observé comme étant la base du camp


militaire de Guantanamo, à Cuba, qui y a été ouvert
pour éviter les restrictions de la Constitution
américaine et pour fournir un environnement
contrôlé de type Lewin . Les hommes détenus dans
cette prison psychologique sont maintenant en état
de régression où ils ont été réduits au rang
d'animaux.

Guantanamo est le type de camp dont nous


prévoyons qu'il sera établi partout aux États-Unis et
dans le monde, lorsque le Nouvel Ordre Mondial
- Un Gouvernement Mondial assumera le contrôle
total du monde. Il est sadique, inhumain et bestial,
destiné à briser l'orgueil naturel des victimes, à
briser la volonté de résister et à réduire les
prisonniers au rang de bêtes.
Au cours de la première expérience
gouvernementale mondiale en URSS de l'époque,
les hommes n'ont été autorisés à utiliser les toilettes
que pour être interrompus au milieu de
l'évacuation et évacués avant de pouvoir se
nettoyer. Abu Graihb et Guantanamo étaient à peu
près à ce niveau lorsque les contrôleurs ont été
soumis à un examen minutieux dans le
monde entier . Le général Miller, qui était le chef
kapo, a depuis disparu de la vue.

Les «dissidents» qui insistent pour que le


gouvernement américain obéisse à la Constitution
et réclament leurs droits constitutionnels seront à
l'avenir traités comme des «dissidents», exactement
comme Staline a traité les «dissidents» en Russie.
Les futurs "Guantanamos" qui ont surgi dans toute
l'Amérique sont un présage du futur. Sur cela, nous
pouvons compter.

61

CHAPITRE 13
Le déclin induit de la civilisation occidentale
entre deux guerres mondiales.
De toutes les nations européennes, dans la période
entre les deux guerres mondiales, l'Allemagne, en
tant que nation super-économique, super raciale,
super guerrière, a souffert le plus, comme c'était
l'intention. La Ligue des Nations était le "premier
projet" du dernier Nouvel Ordre Mondial qui
s'approchait à l'intérieur d'un Gouvernement
Mondial, et les "propositions de paix" à la
Conférence de Paix de Paris, dirigées et contrôlées
par Tavistock, visaient à paralyser l'Allemagne et à
la faire une puissance européenne permanente de
seconde classe , leur estime de soi détruite par la
rétrogradation sociale au paupérisme ou au mieux
au statut de prolétarien.

Il n'est guère surprenant que le peuple allemand


soit devenu sauvage et ait donné à Hitler la masse
dont il avait besoin pour convertir son mouvement
nationaliste latent en une force de renouveau.

Nous ne saurons jamais si Tavistock a fait une


erreur de calcul ou, en fait, a préparé le terrain
pour une guerre plus grande et plus sanglante.
Après tout, Meade et Bertrand Russell avaient
déclaré qu'il fallait un monde peuplé de sujets
«dociles». Russell avait remarqué le caractère
«enfantin» du nègre américain qu'il avait rencontré
lors de ses voyages aux États-Unis. Russell a dit qu'il
les préférait aux Blancs. Il a également dit que si la
race blanche devait survivre, elle devrait
apprendre à se comporter à la manière enfantine
du nègre. Pourtant, dans le même souffle,
l'émissaire de Tavistock a qualifié les Noirs de
«mangeurs inutiles» et a déclaré qu'ils devaient être
anéantis en masse.

62
Russell aimait aussi la docilité du peuple brésilien,
provoquée, pensait-il, par «l' élevage inter-race avec
des Africains amenés comme esclaves».

Il existe une école de pensée selon laquelle l'un des


principaux objectifs des démons qui ont planifié les
deux guerres mondiales était qu'ils seraient
combattus pour la plupart par de jeunes hommes
blancs. Il est certainement vrai que l'Allemagne, la
Grande-Bretagne, les États-Unis et la Russie ont
perdu des millions de fleurs de leur population
masculine qui ont été retirées à jamais du stock de
construction nationale . Au cours de la Première
Guerre mondiale conçue par Tavistock , les fronts
de guerre et les batailles ont été organisés de telle
manière que la Russie a perdu 9 millions d'hommes
tués, soit 70% de sa force militaire totale.

À l'exception de la Russie, l'aristocratie a beaucoup


moins souffert que la bourgeoisie des conséquences
économiques de la guerre et de la révolution.
Traditionnellement, une grande partie de leur
richesse était en terre; qui ne s'est pas déprécié
autant pendant l'inflation que certains biens
corporels.

La désintégration des monarchies (sauf en


Angleterre) a frappé l'ancien ordre de société des
classes supérieures, qui ne pouvaient pas continuer
à servir la société dans leurs rôles d'officiers ou de
diplomates - car il n'y a plus beaucoup de demande
pour leurs services - des opportunités car de tels
services étaient bien plus faibles qu'ils ne l'étaient
avant la guerre.

Certains membres de l'aristocratie russe ont


courageusement accepté le statut de prolétaire ou
même de subalterne comme les chauffeurs de taxi
russes, les portiers de boîtes de nuit et les maîtres
d'hôtel dans le Paris d'après-guerre; d'autres se sont
lancés dans les affaires. La plupart, cependant, sont
tombés dans une vie de dénigrement social. Là où
la frontière strictement gardée entre les sociétés
était autrefois infranchissable dans les anciennes
capitales monarchiques et la société des cafés, de
grandes lacunes apparaissaient maintenant à
mesure que les lignes se sont progressivement
estompées.

63
Comme le duc de Windsor l'a dit dans ses
mémoires, A King's Story:

"La force du changement n'avait pas encore


pénétré si profondément la texture de la société
britannique au point d'en avoir effacé beaucoup
de l'élégance ancienne ........... Pendant le soi-disant
Londres
saison le West End était un bal presque continu de
minuit à l'aube ... La soirée pouvait toujours être
sauvée par
recours à l'une ou l'autre des boîtes de nuit gays,
devenues alors si à la mode et presque respectables.
"
(Le mot «gay» à l'époque signifiait «heureux». Il n'a
été coopté comme euphémisme pour la sodomie
qu'au milieu des années cinquante.) Le duc n'a pas
non plus expliqué que la «force du changement»
était appliquée de manière experte par le Tavistock
Institut.

La modestie féminine en déclin qui est devenue


perceptible peu après la fin de la Première Guerre
mondiale, est soudainement apparue partout et
avec une vitesse accrue. Pour les non informés,
c'était un phénomène social. Personne ne pouvait
soupçonner que Wellington House et ses sinistres
ingénieurs sociaux en étaient la cause.

Accompagnant cette émancipation testamentaire, il


y avait un mouvement de révolte, particulièrement
parmi les jeunes, contre toute contrainte
conventionnelle de l'esprit ou du corps qui se
terminait au milieu des idoles brisées des empires
déchus. La génération d'après-guerre en Europe
s'est révoltée contre tous les autres et la coutume,
alors qu'elle se battait désespérément pour se
débarrasser des horreurs de la guerre qu'elles
avaient vécues. Les décolletés plongés, le tabagisme
et la boisson en public sont devenus une forme de
révolte. L'homosexualité et le lesbianisme
devinrent démontrables, non par conviction
intérieure, mais en guise de protestation contre ce
qui s'était passé et en tant que rébellion contre ce
que la guerre avait détruit.
64

L'excès radical et révolutionnaire s'est manifesté


dans l'art, la musique et la mode. «Jazz» était dans
l'air et «l'art moderne» était considéré comme
«chic». L'élément compréhensible dans tout était
«ne vous inquiétez pas»; c'était troublant et irréel.
C'étaient les années où toute l'Europe était sous le
choc. Wellington House et Tavistock avaient bien
fait leur travail.

Sous le sentiment trépidant d'être propulsé en


avant par des événements incontrôlables, il y avait
un engourdissement spirituel et émotionnel.
L'horreur de la guerre au cours de laquelle des
millions de jeunes hommes ont été inutilement
massacrés, mutilés, blessés et gazés commençait à
peine à se faire sentir, la chose à faire était donc de
«l'effacer des souvenirs».

Les pertes ont rendu les guerres bien trop réelles


dans leur horrible et cruelle laideur, et les gens ont
reculé devant le choc et la révolution, dans le
désespoir apporté par la désillusion de la paix. Les
Européens, avec leur culture supérieure qui
incarnait la civilisation occidentale, ont été plus
choqués que les Américains.

Ils ont perdu foi dans les rudiments qui ont fait les
progrès qui ont soutenu leurs pères et leurs grands-
pères et qui ont rendu leurs nations grandes. Et cela
était particulièrement vrai pour l'Allemagne, la
Russie, la France et l'Angleterre.

Les gens pensants ne pouvaient pas comprendre


pourquoi les deux nations les plus civilisées et les
plus avancées du monde s'étaient déchirées et
avaient pris la vie de millions de personnes de leur
plus jeune âge. C'était comme si une folie terrifiante
s'était emparée de la Grande-Bretagne et de
l'Allemagne.

65
Pour les initiés, ce n'était pas la folie, mais la
méthodologie de Wellington House qui a saisi la
jeunesse britannique. La crainte que cela se
reproduise était ce qui a presque empêché le
déclenchement de la Seconde Guerre mondiale.

Les officiers revenant du carnage ont décrit aux


journaux les horreurs des combats au corps à corps
qui s'étaient fréquemment produits pendant «la
Grande Guerre». Ils étaient consternés et
consternés, horrifiés et effrayés. Aucun d'eux ne
pouvait comprendre pourquoi il y avait eu une
guerre du tout. Les sombres secrets de Wellington
House et des «Olympiens» sont restés cachés, même
s'ils le sont encore aujourd'hui.

Là où autrefois le dépôt d'une gerbe au cénotaphe


de Whitehall, à Londres, par le monarque
d'Angleterre avait apporté du réconfort, il a
maintenant engendré l'amertume, la colère et le
dégoût. Le décor se prépare pour la Seconde
Guerre mondiale dans laquelle Tavistock va jouer
un rôle énorme et disproportionné.

Il y avait les quelques penseurs qui avaient quelque


chose à dire: Spengler, dans l'histoire par exemple,
Hemingway, Evelyn Waugh dans la littérature, et en
Amérique Upton Sinclair et Jack London, mais leur
message était aussi sombre, encore plus sombre
que le sombre pressentiment de Spengler déclin
inévitable de la civilisation occidentale.

Elle a été confirmée par la dégradation d'après-


guerre des relations personnelles. Le divorce et la
tromperie sur sa femme sont plus fréquents. Le
beau concept des femmes sur un piédestal, des
femmes douces et féminines, avec une belle voix
remplie de cadences, la fleur de la création de Dieu,
le mystère, était un idéal en voie de disparition. À
sa place est venu le strident, le bruyant, le vulgaire
avec un discours râpant cliquetant comme celui qui
a été singé et rendu populaire par un talk-show
populaire du matin.

66
Personne ne pouvait savoir que ce triste déclin
était le produit final de Tavistock ayant déclaré la
guerre à la féminité occidentale.

En Europe après la Première Guerre mondiale, le


Montparnasse à Paris était devenu un endroit
triste. La Vienne d'après-guerre, vidée par la vague
de guerre qui avait emporté tant de ses fils, était
encore plus triste. Mais Berlin, autrefois si animée
et si propre, est devenue la Babylone de l'Europe et
peut-être l'endroit le plus triste de tous.

«Quiconque a vécu ces mois apocalyptiques, ces


années, est devenu dégoûté et aigri, a senti venir un
contre-coup, une réaction horrible», a écrit
l'historien Zweig.
La faillite politique, spirituelle et sociale des
nouvelles élites au pouvoir, qui succédèrent aux
monarques, aux aristocrates et aux dynasties
bourgeoises à l' ancienne , fut à bien des égards
plus spectaculaire que celle de leurs prédécesseurs,
et nulle part plus qu'aux États-Unis. , avec
l'avènement de l'ère socialiste sous Franklin D.
Roosevelt. Cette fois, cependant, l'éclipse de
leadership n'a pas été localisée dans un continent
ou limitée à une classe particulière de la société.

Le Nouveau Monde géographique, au regard des


problèmes auxquels il était confronté, l'Amérique
de Franklin Roosevelt montra bientôt que les États-
Unis n'étaient guère moins anachroniques que l'
Autriche-Hongrie de François-Joseph. Ici, il
établissait un socialisme «démocratique» du
Nouvel Ordre Mondial tout droit sorti du modèle
créé par la Fabian Society, alors que les États-Unis
étaient une République constitutionnelle
confédérée, exactement le contraire.

67
Ni le déplacement du locus européen de pouvoir et
de prestige des anciennes démocraties occidentales
de l'Empire central, ni le remplacement des classes
dirigeantes traditionnelles des monarchies déchues
vers les États-Unis n'ont fait quoi que ce soit pour
améliorer les conditions économiques, politiques,
sociales, morales ou religieuses. climat du monde
d'après-guerre. Le crash de Wall Street et la
dépression qui a suivi sont un témoignage éloquent,
quoique silencieux, de la véracité et de l'exactitude
de notre déclaration.

La manière dont cet événement a été organisé par


l'Institut Tavistock peut être vue dans le calendrier
des événements que nous fournissons en annexe.
69
CHAPITRE 14
L'Amérique n'est pas une "patrie"

Les États-Unis d'Amérique ont longtemps été le


terrain le plus fertile pour la diffusion en gros de la
propagande, son peuple ayant été de connivence,
menti, trompé, auquel les Britanniques ont toujours
dirigé le monde, le premier centre de contrôle de
l'esprit - lavage de cerveau et propagande en le
monde étant l'Institut Tavistock des relations
humaines. Son précurseur était l'organisation mise
sur pied par Lord Northcliffe, qui s'est marié dans
la famille Rothschild, et qui était habilement aidé
par Lord Rothmere et les Américains, Walter
Lippman et Edward Bernays.

De ce début modeste en 1914 a vu le jour l'institut


Tavistock des relations humaines, qui n'a pas
d'équivalent en matière de propagande. Tavistock
est une installation dédiée à la propagation de
propagande adaptée à tous les aspects de la vie.
Tavistock a abordé la propagande comme si elle
allait au combat, et dans un sens, elle l'était. Il n'y a
pas de demi-mesures; c'était une guerre où tout est
permis tant qu'il assure la victoire.

En parcourant la scène politique, on ne peut


échapper au fait qu'au cours des deux dernières
décennies, l'augmentation de la profondeur et du
volume de la propagande, et plus particulièrement
le contrôle de l'esprit, est devenue omniprésente.
L'application correcte de la propagande à n'importe
quel thème, qu'il soit économique ou politique, est
un élément essentiel du mécanisme de contrôle du
gouvernement.
Staline a dit un jour que si l'on voulait une
population docile, alors la peur et la terreur
devaient se déchaîner contre eux. En un sens, c'est
ce qui s'est passé aux États-Unis et en Grande-
Bretagne.

70
La Seconde Guerre mondiale a fourni des
opportunités illimitées de développer la
propagande en un art. En repensant aux efforts
déployés par l'administration Roosevelt pour
amener le peuple américain - qui était à 87% contre
la guerre en Europe à changer d'avis, nous
constatons que malgré tout, Roosevelt n'a pas
réussi. Le peuple américain a rejeté l'entrée dans la
guerre en Europe.
Il a fallu une situation artificielle, un prétexte
artificiel pré-choisi , l'attaque japonaise sur Pearl
Harbor, pour renverser l'opinion publique en
faveur de l'entrée de l'Amérique dans la guerre
européenne. Roosevelt a soutenu que l'Amérique se
battait pour la démocratie et son mode de vie
même, dont aucun ne ressemblait à la vérité; la
guerre a été menée pour faire avancer la cause du
socialisme international vers son objectif d'un
nouvel ordre mondial au sein d'un gouvernement
mondial unique.

La propagande, pour réussir, doit viser l’ensemble


de la population et non des individus ou des
groupes individuels, le but étant d’attirer l’attention
la plus large possible. Il ne s'agit pas d'une
instruction personnelle. Les faits ne jouent aucun
rôle dans la propagande qui doit toujours créer une
impression. Il faut un endoctrinement systématique
et continu unilatéral pour que ce que le
gouvernement, les médias et les dirigeants
politiques disent est la vérité. Et il doit être présenté
de telle manière que les gens sentent que c'est leur
pensée.

Ainsi, la propagande doit être dirigée vers un


public de masse où son message fera sa marque.
Prenons un exemple récent du type de propagande
qui serait généralement adopté par un public
réceptif. À la suite de la catastrophe du World
Trade Center, le président Bush a créé une nouvelle
agence gouvernementale, qu'il a appelée le Bureau
de la sécurité intérieure, et a nommé un directeur
pour superviser l'agence.

71
Cela semble maintenant très réconfortant et très
apaisant jusqu'à ce que nous examinions le 10 e
amendement, qui réserve tous les pouvoirs que M.
Bush a proposé de saisir, aux différents États.

Le fait que M. Bush ne puisse pas annuler le 10 e


amendement a été allègrement ignoré. Le texte de
propagande dit qu'il le peut, et comme il s'adressait
aux masses, ils ont cru le texte de présentation,
plutôt que leur Constitution, et il y avait donc peu
d'opposition effective à cette violation flagrante de
la Constitution, en particulier du 10 e amendement.
Bush semble avoir opéré sous la directive de
Staline: "Si vous voulez contrôler le peuple,
terrorisez-le d'abord."

Ceux qui s'opposaient à la quasi-loi «Homeland


Security» ont été qualifiés de «non patriotiques» et
de «favorisant le terrorisme». Encore une fois, le
fait absolu que cet acte bidon n'est pas du tout une
loi et est une pure propagande n'a jamais été remis
en question, mais a été accepté par le public
irréfléchi du «rah-rah» . L'opinion publique est faite
de cette manière et c'est l'opinion publique qui a
poussé les législateurs à voter pour la «Sécurité
intérieure» ou toute autre loi bidon, comme
Bernays et Lippmann l'ont tous deux affirmé au
tout début de Wellington House. Les législateurs
votent selon les principes des partis comme dans le
système parlementaire britannique et ne votent pas
sur la base de la Constitution américaine. Ils
savaient que pour opposer le Président, ils ont une
bonne chance de perdre un emploi confortable lors
de la prochaine élection, ou face étant sali par une
sordide Muck éprouvante pour l' homme «
d'administration ».

L'Amérique n'est pas une «patrie» mais 50 États


distincts et séparés. En tout cas, le mot «patrie»
vient tout droit du Manifeste communiste. Étant
donné que le but ultime du gouvernement est
d'établir un gouvernement communiste mondial
unique du Nouvel Ordre Mondial, le choix de ce
mot pour désigner la législation communiste ne
devrait pas nous surprendre.

72
Le pouvoir de contrôler les pouvoirs en matière
d’éducation, de protection sociale et de police
appartient aux États où il a toujours résidé et n’a
pas été enlevé aux États au moment de la signature
du pacte. Ni le président Bush ni la Chambre et le
Sénat n'ont le pouvoir de changer cela, ce que le
bureau nouvellement créé a proposé de faire. Ce
n'est que par l'exercice d'une répétition soutenue et
systématique de propagande que le peuple des
États a accepté cette violation flagrante de la
Constitution américaine.

Le battement de tambour de la propagande s'est


poursuivi à travers de nombreux articles sur les
antécédents et l'expérience du «directeur de la
patrie» et ce qu'est son travail, etc., mais il n'y a pas
un mot sur l'inconstitutionnalité flagrante du
nouveau département. Il n'échappera pas à votre
attention que le titre même: "Homeland Security"
est un petit peu intelligent de propagande. Le
peuple est maintenant convaincu que non
seulement la nouvelle agence est constitutionnelle,
mais qu'elle est également nécessaire. La masse des
gens a maintenant été "contrôlée par l'esprit" avec
succès (lavage de cerveau).

Ceux qui souhaitent étudier la question au lieu de


simplement regarder les CBS Evening News
trouveront quelque chose de tout à fait différent du
récit d'un commentateur indépendant et des
comptes rendus dans la presse. Comme toujours,
cette personne sera minoritaire, de sorte que ses
opinions, même si elles sont exprimées, ne
modifieront pas le but et l'intention de la création
de la nouvelle agence. Je vous dis que les États-Unis
sont interdits par leur Constitution et les
constitutions des 50 États séparés de se voir
imposer un mécanisme de contrôle fédéral central.
Le soi-disant projet de loi "Homeland Security" est
une parodie, car il détruit la forme républicaine de
gouvernement accordée aux États d'origine dans le
10 e amendement, et qui ne peut leur être enlevée.

73
Le soi-disant «Homeland Security Act» est donc nul
et non avenu et pas du tout loi. Pourtant, les
victimes de Tavistock , soumises à un lavage de
cerveau , lui obéiront comme si c'était la loi.

En bref, l'agence de la sécurité intérieure est une


tromperie et elle ne peut pas devenir loi. Aucune
mesure inconstitutionnelle ne peut être
promulguée et le Congrès a le devoir urgent
d'abroger la «loi» qui a donné naissance sans délai
aux lois «patriote» et «patriote». Le point cardinal à
retenir est que la propagande et le lavage de
cerveau de masse doivent toujours être considérés
par rapport à la fin qu'ils sont censés servir. Dans ce
cas, il convainc la population que les libertés
doivent être sacrifiées en échange d'une
«protection». Henry Clay, le plus grand érudit
constitutionnel qui ait jamais vécu, a qualifié le
stratagème de «doctrine de la nécessité, une
doctrine venue de l'enfer» et a totalement
condamné de telles tentatives.

HV Dicks a enseigné à Tavistock. Il a déclaré que les


droits individuels doivent être sacrifiés pour le bien
de tous! Cela inclut la mesure violant la loi la plus
élevée du pays! Il faut l'accepter car c'est pour le
bien de tous! Cela s'explique mieux si l'on prend
comme exemple la propagande et le lavage de
cerveau qui ont accompagné les efforts désespérés
du président Roosevelt pour impliquer les États-
Unis dans la guerre en cours en Europe, via le
Japon.

Lorsque l'attaque prévue sur Pearl Harbor s'est


produite (Roosevelt savait le jour et l'heure qu'elle
aurait lieu) a annoncé dans ses discours écrits pour
lui par le Tavistock Institute, que le peuple
américain se battrait pour la plus haute et la plus
noble des causes, la la défense de la nation, la
défense de la liberté et pour la sécurité et le
bien-être futurs de la nation. Comme d'habitude
dans de tels cas, les faits parlaient d'un ensemble
d'objectifs bien différents.

74
Roosevelt n'a pas dit que le peuple américain allait
faire la guerre pour lutter pour l'avancement du
socialisme international et pour les objectifs du
nouvel ordre mondial - le communisme
international , un gouvernement mondial.

On a dit au peuple américain que l'Allemagne avait


l'intention d'asservir le monde. C'était une très
bonne ligne parce que même les personnes les plus
mal éduquées se rendent compte que l'esclavage est
l'un des pires destins que l'humanité puisse être
appelée à subir. En introduisant le mot «esclavage»,
un accord sympathique a été atteint.

Une fois de plus, la propagande n'avait aucun


rapport avec les faits. Des personnes réfléchies, non
sensibles à la propagande, se seraient rendues
compte qu'une petite nation comme l'Allemagne ne
pourrait pas asservir le monde même si elle l'avait
voulu. Les ressources et la main-d’œuvre n’étaient
tout simplement pas là. L'Allemagne ne possédait
pas la vaste flotte maritime pour faire d'une telle
attaque contre les États-Unis une réelle possibilité.

Les promoteurs de la guerre ont compris dès le


départ que pour que l'élan soit maintenu, une
explosion soutenue de propagande serait
nécessaire. Le même principe a été suivi par le vice-
président Cheney dans les semaines précédant
l'attaque américaine contre l'Irak; il a déformé les
faits, a livré explosion après explosion de
«rhétorique de la peur» et a déformé les
informations du renseignement pour correspondre
à ses objectifs. Personne n'a travaillé plus dur que
Cheney pour s'assurer que la guerre avec l'Irak ne
serait pas empêchée à la dernière minute.

Il était important que Roosevelt attire l'attention


des masses sur les «problèmes» et les ramène au
peuple, d'où les interminables rapports de presse,
les «actualités» diffusées à l'infini dans les cinémas
et les interminables discours de lavage de cerveau
des politiciens.

75

La propagande doit être diffusée sur un support


facilement compréhensible par le niveau de
renseignement le plus bas de la nation, comme des
affiches représentant des travailleurs dans des
usines de munitions, des chantiers navals; les
usines d'assemblage d'aéronefs travaillant toutes
sur le «front intérieur» pour «l'effort de guerre» et
ainsi de suite.
Au lendemain de la tragédie du WTC, une grande
partie de ce type de propagande de
lavage de cerveau de masse a été relancée:
"L'Amérique en guerre", "la ligne de front", "et les
décharges de munitions", "les positions des troupes
ennemies" sont apparues comme des sous-titres sur
presque tout. téléviseurs projetés.
Le fait que les États-Unis n'étaient pas en guerre
parce que la guerre n'avait pas été déclarée, et qu'il
n'y avait pas de «troupes» ennemies autres que des
groupes de guérilleros lâchement soudés, a bien sûr
été omis.
Les dictionnaires définissent les troupes comme
«un corps de soldats; une armée, généralement au
pluriel». Les talibans n'avaient pas d'armée, et donc
pas de troupes. En outre, la guerre ne pouvait pas
être déclarée sur le «terrorisme», le «bolchevisme»
ou tout autre «isme». La guerre ne peut être
déclarée que contre des nations souveraines, ceci
selon la Constitution américaine.
La guerre ne peut être déclarée que contre un pays
ou une nation particulière de personnes habitant
ce pays. Tout le reste est de la calvitie Tavistock
servie sur un plateau décoré de drapeaux flottants
et accompagnés de musique martiale. Dire que les
États-Unis sont en guerre contre les talibans est le
comble de la tromperie. Être en guerre de nécessité
exige une déclaration préalable de guerre. Sans
déclaration de guerre, c'est tromperie, en fait pas
de guerre du tout.

Une nouvelle dimension a été ajoutée. Le président


Bush, privé de pouvoirs de guerre et de pouvoirs
législatifs par la Constitution américaine, a été
soudainement imprégné de pouvoirs qui
n'existaient pas dans la Constitution américaine.

76
Il a commencé à être appelé «le commandant en
chef», alors qu'il n'avait pas droit au titre
provisoire, qui ne peut être conféré par le Congrès
qu'à la suite d'une déclaration de guerre complète.
Cela n'est jamais arrivé.

Il a été mystiquement «déclaré» comme ayant le


pouvoir d'étiqueter toute personne qu'il choisissait
ainsi de «combattant ennemi». Qu'il n'y ait pas une
telle habilitation dans la Constitution des États-Unis,
ni que cela ne soit expressément implicite, n'a pas
dérouté M. Bush un instant: en ce qui le concernait
désormais, il faisait la loi.

Ainsi, la saisie illicite et inconstitutionnelle de


pouvoirs par un président américain en exercice
qui a commencé avec Woodrow Wilson "prenant"
dix pouvoirs supplémentaires auxquels il n'avait
absolument pas droit, s'est étendue avec Roosevelt
"en prenant" trente et GW Bush en prenant
trente-cinq (et comptant ) pouvoirs refusés par la
Constitution américaine.

En effet, les États-Unis sont devenus une nation


sans loi sous la direction experte du Tavistock
Institute dont le lavage de cerveau du public
américain par «conditionnement directionnel
interne et pénétration à longue distance » a rendu
tout cela possible.

En passant, permettez-moi d'ajouter que


l'establishment de la propagande britannique a
utilisé le même langage de mensonges contre les
Boers en Afrique du Sud dans la guerre lancée par
les Britanniques pour prendre le contrôle des
énormes gisements d'or dans ce pays. La presse
britannique était remplie de récits sur «l'armée
boer» alors que les Boers n'avaient pas d'armée,
seulement une force de guérilla citoyenne
paysanne.

Comme l'empereur Guillaume II en 1913/1914, Paul


Kruger, le patriarche pieux de la République du
Transvaal fut diabolisé dans la presse britannique
comme un tyran vicieux qui réprima brutalement
la population noire, dont aucun ne ressemblait à la
vérité.
77

Finalement, une formule a été trouvée grâce à une


série d'essais et d'erreurs pendant la Première
Guerre mondiale et la Seconde Guerre mondiale, et
elle a été relancée et adaptée pour être utilisée dans
l'attaque américaine contre l'Afghanistan. C'était
suffisant pour attirer la fantaisie et l'attention de la
majeure partie de la population américaine, car il
était adapté à leur niveau psychologique. Les leçons
apprises dans l'art de la propagande au cours des
deux guerres mondiales ont simplement été
transférées du théâtre européen vers les États-Unis
traditionnels, et plus tard, vers l'Irak, la Serbie et
l'Afghanistan.

Le lavage de cerveau a été maintenu strictement à l'


essentiel, incarné dans des slogans simplistes,
prises phrases en utilisant des formules
stéréotypées d' abord développées par Lord
Northcliffe à Wellington House à Londres en 1912.
Les Britanniques devaient être instruits que le
peuple allemand étaient « l'ennemi ». Tout ce qui
était mauvais et cruel était imputé à tout ce qui
était allemand, de sorte que la masse des
Britanniques a commencé à croire que les
Allemands étaient en fait des barbares cruels qui
ne reculeraient devant rien. Des affiches
représentant les «bouchers Boche» tuant des
femmes et des enfants belges ont surgi un peu
partout.

79
CHAPITRE 15
Le rôle des médias dans la propagande

Comme les médias ont joué un rôle énorme dans la


propagande, c'est peut-être une bonne idée de voir
où cela a commencé et comment il est arrivé que
les médias américains, presque dans leur
intégralité, soient maintenant un organe de
propagande entièrement contrôlé. La période
précédant la Première Guerre mondiale était une
série d'événements classiques au cours desquels
des personnalités étaient manipulées, les pires
contrevenants étant les journaux britanniques et
américains. Comme dans toutes les guerres,
quelqu'un doit être diabolisé pour impliquer le
public. En 1913, c'est l'empereur Guillaume II
d'Allemagne qui fut diabolisé avant, pendant et
après cette terrible guerre.

L'un des principaux créateurs de la propagande de


cette période était Lord Nortcliffe, le célèbre baron
de la presse, un parent des Rothschild et un
haineux de l'Allemagne. Northcliffe dirigeait
Wellington House comme un centre majeur de
propagande anti-allemande et il nourrissait une
haine particulière de Wilhelm II, qui était un
cousin de la reine Victoria de la célèbre dynastie
Black Guelph de Venise.

Northcliffe a abusé de Guillaume II à toutes les


occasions, en particulier lorsque le Kaiser parlait
de la puissance et des prouesses militaires de
l'Allemagne. Wilhelm était adonné à la vantardise
enfantine et la plupart des gouvernements
européens le connaissaient comme un homme qui
aimait «jouer au soldat» et s'habiller dans des
uniformes décorés de façon extravagante. Wilhelm
n'était clairement pas un militaire. En tant que
Rothschild, ce Northcliffe agacé qui commença à
"avertir" que "la place de l'Allemagne au soleil"
comme le Kaiser aimait l'appeler, était un danger
pour le reste de l'Europe. Le fait que cette
affirmation était sans le moindre fondement ne
semblait pas déranger Northcliffe qui la maximisait
au point où il était merveilleux de la voir.

80
La vérité est que l'Allemagne n'était pas une
menace à cette époque et que le Kaiser n'était pas
non plus un puissant guerrier attendant de frapper,
mais plutôt un homme sujet aux dépressions
nerveuses dont il avait trois en cinq ans et un bras
desséché presque inutile, ce qui pas du tout projeter
un homme martial. Le plus proche que l'on puisse
dire que Wilhelm a commencé à être martial, c'était
son amour de s'habiller avec des uniformes
richement décorés. En vérité, Wilhelm II avait peu
ou pas de contrôle sur l'armée allemande, un fait
que Northcliffe était bien conscient et a choisi
d'ignorer.
En cela, le Kaiser était au même niveau que le
monarque britannique, le roi George V qui n'avait
aucun contrôle sur le corps expéditionnaire
britannique. Cela n'a pas empêché Northcliffe de
lancer une attaque fulgurante contre le cousin
allemand de la reine Victoria, le blâmant d'être
responsable de toute une liste d'atrocités
prétendument commises par l'armée allemande
traversant la Belgique. Bien sûr, le haut
commandement allemand a fait une erreur en
envahissant la Belgique neutre, mais ils n'étaient
qu'en transit sans aucun projet d'occupation du
pays.

Tout cela faisait partie d'un plan tactique de


marcher sur Paris en empruntant un «raccourci» à
travers la Belgique pour déborder l'armée
française. Il n'y aurait rien à gagner à tuer
délibérément des civils, un fait que le haut
commandement allemand a souligné. Northcliffe a
qualifié le Kaiser de "mégalomane" avec une "soif
de gouverner le monde" qui, de toute façon, était
tout à fait au-delà des capacités de toute puissance
européenne. En 1940, Churchill accusa Hitler
d'avoir le même désir de «gouverner le monde» en
sachant que c'était faux. Churchill déclara
également Hitler «un fou» sachant que sa
qualification du chancelier était fausse.

Mais pour ne pas se décourager, Northcliffe a vu


ses médias se référer constamment à Guillaume II
comme «le chien fou de l'Europe».

81
Wellington House a retenu les services d'un
caricaturiste qui a régulièrement dépeint Wilhelm
II comme un chien fou esclavagiste, une créature
ressemblant à un singe. Les dessins animés bon
marché ont été reconstitués sous forme de livre, et
ont rapidement obtenu un statut par la presse qui
était complètement absurde. Les dessins animés
étaient de mauvais goût et encore moins bien
exécutés. Le livre était ce que les Anglais appelaient
«un sou horrible».

Montrant le pouvoir de la presse, Northcliffe a


demandé aux médias de donner des revues
élogieuses sur le livre. Lord Asquith, le premier
ministre, a été persuadé d'écrire un avant-propos à
ce qui était essentiellement une farce absolue. Le
président Wilson a invité «l'artiste», un Néerlandais
du nom de Raemakers, à la Maison Blanche alors
qu'il était en tournée de vente de livres aux États-
Unis. Comme prévu, Wilson a rendu hommage au
dessinateur et a donné sa bénédiction au livre.

Même le légendaire magazine "Punch" s'est joint à


la campagne pour dépeindre Wilhelm sous le jour
le plus défavorable. Il semble qu'aucun journal
n'échappe à l'impression du torrent d'eaux usées
qui sort de Wellington House. C'était de la
propagande dans sa forme la plus brute.

Peu de temps après, l'effet déteint sur les gens qui


ont commencé à insister pour que le Kaiser "soit
pendu" et un ministre de la religion est allé jusqu'à
dire qu'il pardonnerait à l'Allemagne tant que tous
les Allemands seraient fusillés. Hollywood s'est
rapidement joint à l'acte de condamner le Kaiser,
dont il ne savait rien. Tout d'abord, le film Mes
quatre ans en Allemagne adapté d'un livre écrit par
l'ambassadeur américain à Berlin, James W.
Gerard. Le film a été décrit comme un compte
rendu factuel du Kaiser se préparant à la guerre.
Wilhelm a reçu le QI d'un enfant paranoïaque de
six ans et représenté comme un homme
chevauchant un cheval de loisir. Des descriptions
cinglantes de son handicap ont été répétées des
centaines de fois.

82

Pire encore, la version hollywoodienne de l'histoire


intitulée La Bête de Berlin dépeignait le Kaiser
jubilant des civils belges massacrés et riant de joie
sur les navires torpillés. Rien de tout cela n'était
vrai, mais cela a atteint son objectif, générant une
haine féroce contre les Allemands et tout ce qui
était allemand qui s'est répandu à travers les États-
Unis avec une rapidité étonnante.

C'était la base du pire type de propagande jamais


vu et elle était menée de façon implacable par le
gouvernement britannique, non seulement chez lui,
mais aussi là où il comptait le plus, aux États-Unis.
Wellington House comptait sur les États-Unis pour
vaincre l'Allemagne sur le champ de bataille.

À la fin des années 90, ce n'était qu'un pas très


court pour la masse du peuple américain de croire
la même chose des talibans et du président Hussein
d'Irak avec lesquels les talibans n'étaient pas liés.
(En fait, ils se détestaient.)
La question fondamentale: "Les talibans dans leur
ensemble et le peuple afghan, séparés des talibans,
étaient-ils responsables du bombardement ignoble
du WTC?" Les talibans existent-ils réellement? Ou
est-ce qu'Oussama Ben Laden est juste un autre
Kaiser Wilhelm II? Peut-être que dans cinquante
ans nous pourrions découvrir la vérité. Entre-
temps, l'Institut Tavistock a joué la carte de la
propagande au maximum, et une fois de plus, il a
réussi.

Après la fin de la guerre, le mythe de l'empereur


Guillaume II a persisté. En fait, la même machine
de propagande qui l'avait diabolisé avant et
pendant la guerre, n'a cédé que le 13 juillet 1959, le
100 e anniversaire de l'empereur Guillaume
II anniversaire, qui a été célébré par la BBC sous la
forme d'un documentaire sur l'ancien dirigeant
allemand très maltraité.

83

Il expliquait comment le peuple britannique était


terrorisé par les récits à glacer le sang du Kaiser
coupant les bras des enfants belges avec son épée
tandis que des colonnes de soldats allemands
violaient des femmes dans les villages belges qu'ils
traversaient, aucun des récits ne ressemblant
même un peu à la vérité.

Même les membres intelligents du Parlement


britannique ont été pris par la tempête incessante
de haine suscitée par Northcliffe et son équipage
qui comprenait les Américains Lippmann et
Bernays. Cependant, aussi bon soit-il, le
documentaire de la BBC n'a fait aucun effort pour
expliquer comment le mythe d'un monstrueux
Kaiser Wilhelm pouvait soudainement surgir
comme si de nulle part, pour faire la une des
journaux?

De la même manière, personne n'a expliqué à ma


satisfaction comment Oussama Ben Laden est
soudainement apparu sur les lieux, et comment il
est devenu le méchant à la manière du Kaiser en un
laps de temps incroyablement court. Comment est-
ce arrivé?

C'est un fait historique que le président Wilson a


précipité le projet de loi établissant les banques de
la Réserve fédérale à la Chambre, juste à temps
pour le début de la Première Guerre mondiale. Sans
les dollars en papier, imprimés à volonté, il est
douteux que la guerre se soit produite.

Comment le Kaiser a-t-il pu soudainement prendre


vie à partir du personnage de dessin animé
regardant des milliers de journaux, de magazines et
de panneaux d'affichage? Nous savons maintenant
qu'il était le produit de la vaste machine de
propagande du British War Office, qui est restée
secrète car elle reste encore une grande
organisation secrète à ce jour. La machinerie reste
aussi secrète aujourd'hui qu'elle l'était en 1913,
bien que certains d'entre nous aient réussi à
arracher une partie de son enveloppe.

84
Une chose que nous avons découvert grâce à la
recherche est que l'Institut Tavistock était le
berceau de certains des mensonges les plus
absurdes jamais fabriqués et présentés comme la
vérité.

85
CHAPITRE 16
La propagande scientifique peut tromper les élus mêmes.

La grande majorité des gens dans le monde


d'aujourd'hui aura sûrement entendu parler de la
"Bête de Berlin" et de la façon dont les "Alliés" ont
mis fin à son saccage fou à travers l'Europe. La
plupart des gens ces derniers temps ont également
entendu parler de la «bête de Bagdad».

Mais combien ont entendu parler du nom, Sir


Harold Nicholson, un érudit distingué, dont
l'examen approfondi de centaines de milliers de
documents de 1912 à 1925, a absolument exonéré le
Kaiser Wilhelm II du début de la Première Guerre
mondiale?

Combien de personnes le savent? Mettez-le à


l'épreuve. Essayez votre expert en talk-show local et
voyez ce qui se passe. Ainsi, pendant plus de vingt-
cinq ans, le mythe du Kaiser a fait la une des
journaux et a eu pour effet de transformer des
millions de personnes en Grande-Bretagne et en
Amérique, contre l'Allemagne, en un sous-produit
injuste et malheureux de la vaste machine de
propagande qui a le peuple britannique par le
gorge depuis son ouverture en 1913. Nous parlons
de Wellington House et de son successeur, le
Tavistock Institute for Human Relations.

Ce qui est étonnant à propos du mythe, c'est


combien de temps il a duré. Mais le but de la
propagande est précisément de perpétuer un
mythe, un mensonge ou une information erronée
qui vit longtemps après que la vérité soit oubliée.
Le Japon sera à jamais blâmé pour Pearl Harbor et
pour le «viol de Nankin», tandis que Churchill sera
à jamais salué comme un grand homme, au lieu
d'un belliciste brutal.

De la même manière, Colin Powell s'est récemment


rendu en Irak et a fait la une des journaux sur
Hussein "gazant des Kurdes" pendant la guerre
Irak-Iran .

86
La vérité est que les missiles à gaz qui sont tombés
sur le village kurde étaient du Phosgène, un type
non possédé par l'Irak, mais ils étaient dans
l'arsenal de l'Iran. Ce qui s'est passé, c'est que lors
d'une offensive irakienne, les Iraniens ont tiré un
grand nombre de roquettes remplies de gaz sur la
position irakienne, mais certaines ont échoué
parmi les Kurdes le long de la frontière. Cela a été
confirmé par le rapport du Collège militaire
américain de la guerre, qui a entièrement disculpé
l'Irak.

Pourtant, bien que l'accusation ait été


complètement réfutée, en 2005, près de 30 ans plus
tard, lors d'une tournée de bonne volonté en
Malaisie, Karen Hughes représentant le président
George Bush a répété le mensonge, l'embellissant
en affirmant que «30 000 Kurdes» avaient été gazés
à mort par "Saddam Hussein." Un membre de
l'auditoire a contesté sa déclaration et le lendemain,
Hughes a été forcée de retirer son histoire,
affirmant qu'elle s'était «mal exprimée». Une
enquête sur l'incident a révélé que Hughes croyait
en fait les mensonges qu'elle avait entendus
maintes et maintes fois répétés par le président
Bush, le premier ministre Blair, le secrétaire aux
États Colin Powell et le secrétaire à la Défense
Donald Rumsfeld, ce qui devrait nous en dire long.
sur le pouvoir de la propagande.

Les faits de l'affaire rapportés par le War College


ont ensuite été confirmés par l'armée américaine et
par une deuxième source américaine. Le monde le
sait-il? Nous en doutons. La vérité est oubliée
pendant qu'un mensonge vit. Ainsi, la propagande
de Colin Powell contre l'Irak suivra la propagande
contre l'empereur Guillaume II, encore et encore
pendant plus de 100 ans, tandis que la vérité
mourut au moment où la première explosion de
propagande est apparue dans les journaux. C'est là
que réside la valeur de la propagande. Les
chercheurs en sciences sociales de Tavistock le
savent et aujourd'hui, ils peuvent dresser le profil
de n'importe quel public pour accepter les
mensonges les mieux adaptés à leur perception
sans en comprendre les enjeux.

87

De cette manière, une position «moralement


correcte» et un soutien solide à l'attaque contre
l'Afghanistan ont été créés. Rares sont les
Américains qui ont émis des doutes quant à savoir
si ce que faisait leur gouvernement en Afghanistan
était conforme à la Constitution américaine. Il n'y a
pas eu de référendum ni de mandat pour confirmer
ou nier l'acceptation par le peuple de la politique de
l'administration Bush envers l'Afghanistan.
La propagande-lavage de cerveau n'appelle pas de
mandat. Le fait qu'aucun des prétendus pirates de
l'air des avions utilisés contre les Twin Towers ne
soit originaire d'Afghanistan a été complètement
perdu pour le public américain, dont 74% croient
encore que «Al-Qaïda» l'a fait et qu'ils vivent en
Afghanistan! Le même pourcentage d'Américains a
subi un lavage de cerveau pour croire que les
talibans et le président Hussein ont travaillé
ensemble pour provoquer la tragédie! Le peuple
américain ne sait pas que Saddam Hussein n'aurait
rien à voir avec les dirigeants talibans.

Pourquoi le peuple américain se permet-il d'être


traité de cette manière? Pourquoi permettent-ils
aux politiciens de mentir, de tricher, de comploter,
de dissimuler, de tergiverser, de les obscurcir et de
les tromper continuellement? Ce que nous devons
bien marquer, c'est la façon dont Woodrow Wilson
a traité le peuple américain, comme des moutons.

Lorsqu'on lui a demandé pourquoi il gardait un


petit troupeau de moutons paissant sur les pelouses
de la Maison Blanche, Wilson a répondu: "Ils me
rappellent le peuple américain." Wilson avait une
ambition brûlante de précipiter l'Amérique dans la
Première Guerre mondiale et il a utilisé les
mensonges de Wellington House (propagande)
contre les dissidents (la majeure partie du peuple)
pour les persuader de changer leur vision des
choses.

88
Roosevelt a répété le stratagème pour amener les
États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale par des
mensonges et de la propagande (le plus souvent la
même chose), aboutissant au «succès» de Pearl
Harbor. Nous avons vu la même ligne utilisée par
Pres. Clinton. Dans la période précédant et pendant
la guerre injuste contre la Serbie, toute la
persuasion de Clinton consistait en des mensonges
et de la désinformation, sans parler de la
désinformation.

Pas étonnant que les déclarations de Rumsfeld


suscitent toujours des soupçons. Interrogé sur le
rôle joué par la propagande, Rumsfeld a répondu
avec douceur: "Les fonctionnaires du
gouvernement, le ministère de la Défense, ce
secrétaire à la défense et les gens qui travaillent
avec moi disent la vérité au peuple américain."
89
CHAPITRE 17
Propagande et guerre psychologique

Une liste de documents du gouvernement


américain, certains disponibles et d'autres non,
révèle de manière frappante à quel point les
nations du monde (y compris les États-Unis) sont
devenues contrôlées grâce à l'exercice de méthodes
de propagande à un étonnant éventail de niveaux.

Au mieux, je ne peux mentionner que les titres et le


contenu de la paraphrase en raison de l'immensité
du matériel. J'espère que les informations que nous
avons rassemblées choqueront le peuple américain
de son apathie endormie et lui feront réaliser à quel
point ils sont sur la voie de devenir esclaves du
Nouvel Ordre Mondial Socialiste au sein d'un
Gouvernement Mondial Unique.

Définitions officielles: Une collection utile de termes


et définitions utilisés par l'establishment du
pouvoir de Washington. Sans exception, chacun des
programmes cités ici sont nés et élevés par
Tavistock.

Sciences sociales et intervention politique: Ce qui se


fait passer pour une «aide au développement»
centrée sur des projets peut en réalité consister en
une dangereuse manipulation de la culture et des
relations sociales dans l'hémisphère sud.

En raison de l'énorme avantage monétaire dont


bénéficient les donateurs d '«aide», ils sont souvent
en mesure de mener des études psychosociales
approfondies sur des groupes cibles et de les
exploiter d'une manière qui ne viendrait pas à
l'esprit de la plupart des gens, même dans leurs
pires cauchemars.

C'est typique de tout ce que John Rawlings Reese a


enseigné à Tavistock et il a été porté dans tous les
aspects de la vie américaine.

90

Shock and Awe: Achieving Rapid Dominance - C'est


le texte de la National Defence University (1996) qui
est devenu la théorie derrière l'intervention
américaine au Moyen-Orient et la guerre contre
l'Irak en mars et avril 2003. "Shock and Awe", dit le
texte , est censé être «l' équivalent non nucléaire »
du bombardement d'Hiroshima et de Nagasaki en
1945.

Selon le guide d’étude désormais épuisé de cette


terrible tragédie: «L’impact de ces armes a suffi à
transformer à la fois l’état d’esprit du citoyen
japonais moyen et les perspectives des dirigeants à
travers cette condition de choc et de crainte. Les
Japonais ne pouvait tout simplement pas
comprendre la puissance destructrice transportée
par un seul avion. Cette incompréhension a produit
un état de crainte. "

Outre l'utilisation d'une puissance de feu massive à


des fins psychologiques, la publication comprend
également une discussion approfondie sur les
opérations de propagande. "Le principal
mécanisme pour parvenir à cette domination
consiste à imposer à l'adversaire des conditions
suffisantes de« choc et de crainte »pour le
convaincre ou le contraindre à accepter nos buts
stratégiques et nos objectifs militaires", déclarent
les auteurs. "De toute évidence, la tromperie, la
confusion, la désinformation et la désinformation,
peut-être en quantités massives, doivent être
employées."

Psychological Warfare in Combat: Ceci est le texte


intégral de la tristement célèbre doctrine «Shock
and Awe», publiée en 1996 par la National Defense
University, Washington. Le concept est d'obtenir un
contrôle complet sur la volonté d'un adversaire,
ainsi que sur les perceptions et la compréhension
des peuples ciblés, rendant littéralement un ennemi
impuissant à agir ou à réagir.

91
Il est à noter que tous ces mots et descriptions ont
été trouvés dans des manuels utilisés pour
conditionner les étudiants assistant à des cours
dirigés par John Rawlings Reese au British Army
Psychological Warfare Bureau où Rawlings était un
maître théoricien.

La doctrine "Shock & Awe" est décrite comme une


stratégie pour parvenir à la destruction
systématique de la capacité militaire par attrition,
le cas échéant, et pour utiliser une force écrasante
pour paralyser le choc, énerver et finalement
accomplir la destruction morale d'un adversaire.
La Conférence internationale sur la population et le
développement (CIPD): un programme d'action
présenté à la conférence a appelé à un effort de
propagande massif, utilisant les médias de masse,
les organisations non gouvernementales , les
divertissements commerciaux et les institutions
universitaires dans le but de "persuader" les gens
de pays en développement de modifier leurs
préférences en matière de fécondité.

Une révision du texte original ajoutée pour


accueillir les représentants des pays en
développement demande instamment que les
activités de communication menées par les
donateurs << à des fins de plaidoyer ou pour
promouvoir des modes de vie particuliers >> soient
étiquetées de manière à ce que le public soit
conscient de leur objectif et que >> l'identité des
sponsors doit être indiquée de manière appropriée.
"

Malgré cette recommandation, qui n'impose aucune


restriction obligatoire aux bailleurs de fonds, la
section "communication" du document reste une
partie très dangereuse et politiquement explosive
de l'agenda du Nouvel Ordre Mondial.

92
Projet de communication sur la population:
l'Agence américaine pour le développement
international (USAID) a investi des dizaines de
millions de dollars dans une campagne d'influence
des «médias de masse» qui utilise des tactiques
empruntées à des agents militaires
de guerre psychologique . L'USAID n'est que l'une
des centaines d'agences gouvernementales
américaines qui ont passé un contrat avec Tavistock
pour rédiger ses programmes.

En fait, l'entrepreneur travaillant comme


mandataire de l'USAID dans ce cas était également
sous contrat avec l'armée américaine pour
préparer des manuels d'enseignement pour les
opérations psychologiques.

Enter-Educate: Utiliser le divertissement comme


propagande:
Le jeune public est susceptible d'être plus
vulnérable aux messages présentés dans le cadre
du «divertissement» qu'aux autres communications
qui pourraient avoir tendance à soulever des
questions sur la légitimité d'idées étrangères.

Ainsi, l' approche de la


propagande de divertissement est devenue une
partie importante de l'effort international de
contrôle de la population de l'USAID. Là encore, des
millions de dollars littéraires sont allés à Tavistock
pour des programmes enseignés par les opérateurs
d' Enter-Educate .

Quand la propagande se retourne contre le feu: Une


étude réalisée sur les attitudes et les
comportements en matière de planification
familiale dans le nord du Nigéria en 1994. Selon un
rapport publié, la réaction négative a illustré
«l'opposition aux irrégularités extérieures, à la
planification familiale en général et à la
planification familiale parrainée par les États-Unis .
programmes en particulier. "

Nigeria Bilateral Population Program: (document


du Département d'État américain). Le principal
document de planification de la stratégie de
contrôle de la population du gouvernement
américain au Nigéria.

93
Il est également utilisé comme une partie
importante de la propagande dans Psychological
Warfare utilisée dans les programmes du
gouvernement américain pour saper les
mouvements politiques latino-américains, l' effort
anti-guerre , le mouvement et l'organisation
politique à la base. Le contrat pour la rédaction de
ce programme a été attribué à Tavistock.

Guerre post-moderne : un menu de ressources sur


la guerre politique / psychologique, les activités
secrètes et le génocide.

Urban De-Concentration et autres tactiques: Il en


est ainsi diabolique contenu que je ne propose pas
le publier au moins pour l' instant.

Influence sociale: propagande et persuasion: -


Quelques informations générales utiles.

Opérations psychologiques dans la guérilla: le


Manuel tactique de la CIA pour les forces
paramilitaires en Amérique centrale préparé par
Tavistock. La CIA a Tavistock sous contrat et
travaille en étroite collaboration avec lui.

Institute for Propaganda Analysis: Une collection de


documents contenant des faits de base sur les
campagnes d'influence secrètes. Là encore, l'institut
n'est qu'un centre d'échange d'informations sur les
données Tavistock et les méthodes de lavage de
cerveau à usage de masse.

Les bureaux de renseignement des États-Unis


Descriptions et fonctions officielles des bureaux du
gouvernement américain impliqués dans la collecte
ou l'analyse de renseignements.
Bulletins du secret et du gouvernement: une
collection de documents prônant l'ouverture au
gouvernement.

94
Reporters Collective: une source de documents de
recherche fiables sur les institutions
internationales et leur rôle dans la défense des
nations riches et puissantes qui contrôlent leurs
politiques. Bon nombre des institutions énumérées
ont fait enseigner leur cadre de direction par des
scientifiques en sciences sociales de Tavistock.

Propagande, diffusion d'idées et d'informations


dans le but d'induire ou d'intensifier des attitudes
et des actions spécifiques: la propagande étant
souvent accompagnée de déformations des faits et
d'appels à la passion et aux préjugés, elle est
souvent considérée comme invariablement fausse
ou trompeuse. Comme l'indiquent les manuels de
Tavistock, la distinction essentielle réside dans les
intentions du propagandiste de persuader un public
d'adopter l'attitude ou l'action qu'il épouse. Wilson
et Roosevelt étaient des exemples de ce truisme,
tous deux polis dans l'art de la diplomatie par la
tromperie comme Bukanin expliquait le terme en
1814.
95
Chapitre 18
Wilson fait entrer les États-Unis dans la Première Guerre
mondiale grâce à la propagande

Les techniques de propagande modernes massives


qui sont devenues une partie familière des
gouvernements américain et britannique en
particulier ont commencé avec la Première Guerre
mondiale (1914-1918). Depuis le début de la guerre,
les propagandistes allemands et britanniques ont
travaillé dur pour gagner la sympathie et le soutien
des États-Unis. Les propagandistes allemands ont
fait appel aux nombreux Américains d'origine
allemande et à ceux d'origine irlandaise, qui étaient
traditionnellement hostiles à la Grande-Bretagne
qui vivait en Amérique. La propagande était plutôt
grossière selon les normes d'aujourd'hui, mais ce
qui manquait de finesse était compensé par le
volume considérable de l'énorme production de
Wellington House.

Bientôt, cependant, l'Allemagne fut pratiquement


coupée de l'accès direct aux États-Unis. Par la suite,
la propagande britannique eut peu de concurrence
aux États-Unis, et elle fut menée avec plus
d'habileté que celle des Allemands qui n'avaient pas
d'équivalent de Wellington House, Bernays ou
Lippmann.

Une fois engagé dans la guerre, Woodrow Wilson a


organisé le Committee on Public Information, une
agence officielle de propagande, pour mobiliser
l'opinion publique américaine. Ce comité a
remporté un vif succès, notamment dans la vente
des Liberty Bonds. Et pas étonnant. Son programme
a été écrit pour la Maison Blanche par Tavistock et
a été en grande partie dirigé de Londres.

L'exploitation par les Alliés des Quatorze Points du


Président Woodrow Wilson, qui semblaient
promettre une paix juste pour les vainqueurs et les
vaincus, contribua grandement à cristalliser
l'opposition au sein des puissances centrales à la
poursuite de la guerre.

96
Ailleurs dans ce document, nous avons détaillé les
mensonges et les distorsions engagés par la
Commission Bryce, qui reste l'un des exemples les
plus troublants de mensonge flagrant passé avec
succès pour la vérité. Le rôle joué par les
Américains à Wellington House, le premier centre
de propagande au monde à cette époque, est
également expliqué plus loin.

Les aspects de propagande de la Seconde Guerre


mondiale étaient similaires à ceux de la Première
Guerre mondiale, sauf que la Seconde Guerre
mondiale, également déclenchée par la Grande-
Bretagne et financée par les banquiers
internationaux, avait une plus grande portée. La
radio a joué un rôle majeur, avec des "bulletins
d'information" toujours un mélange de faits
fortement liés à la fiction. Les activités de
propagande à l'étranger étaient plus intenses.
L'Institut Tavistock a pu mettre en pratique toutes
les leçons précieuses qu'il avait apprises en
1914-1919, et il a utilisé son expérience de plusieurs
façons nouvelles dans les anciens et les nouveaux
pays.

L'Allemagne et le Royaume-Uni ont de nouveau


cherché à influencer l'opinion américaine. Les
propagandistes allemands ont joué sur le sentiment
anti-britannique, ont représenté la guerre comme
une lutte contre le communisme et ont décrit
l'Allemagne comme le champion invincible d'une
nouvelle vague d' anticommunisme. Les agents
allemands ont également apporté leur soutien aux
mouvements aux États-Unis qui soutenaient
«l'isolationnisme», une étiquette descriptive
attachée à tous les Américains qui s'opposaient à la
guerre avec l'Allemagne.

Les efforts de propagande allemands n'étaient pas à


la hauteur de l'expertise de Wellington House et de
Tavistock ou des ressources de la Grande-Bretagne
(secrètement aidées par d'énormes sommes
d'argent par l'administration Roosevelt) et une fois
de plus, cela s'est avéré inefficace.

97
L'attaque soigneusement planifiée sur Pearl Harbor
était bien connue de Roosevelt, Stimson et Knox
pendant des mois avant l'attaque proprement dite.

Décembre 1941, fut une aubaine pour Roosevelt qui


avait tenté désespérément de forcer les États-Unis à
entrer en guerre aux côtés de la Grande-Bretagne,
surtout après l'attaque japonaise sur Pearl Harbor;
Les Américains étaient persuadés par la
propagande et les mensonges purs et simples que
l'Allemagne était l'agresseur.
Les terribles avertissements de Lindbergh, le
célèbre aviateur, et d'un certain nombre d'autres
sénateurs anti-guerre selon lesquels Roosevelt
n'était pas digne de confiance et que, comme ce fut
le cas pendant la Première Guerre mondiale, les
États-Unis n'avaient aucune raison de s'immiscer
dans la guerre en Allemagne. émoussé par la
propagande. En outre, la «situation artificielle» à
Pearl Harbor a changé l'opinion publique, comme
Roosevelt le savait bien. Les efforts de propagande
alliés qui découlaient de Tavistock visaient à
séparer les peuples des nations de l'Axe de leurs
gouvernements, qui étaient tenus uniquement
responsables de la guerre. Les émissions radio et
les tracts largués depuis les airs véhiculaient la
propagande alliée à l'ennemi.

Les agences officielles de propagande américaine


pendant la Seconde Guerre mondiale étaient
l'Office of War Information (OWI), chargé de
diffuser les «informations» de Tavistock dans le
pays et à l'étranger, et l'Office of Strategic Service
(OSS), précurseur de la CIA et une création de
Tavistock , chargé de mener une guerre
psychologique contre l'ennemi.

Au quartier général suprême du théâtre


d'opérations européen, l'OWI et l'OSS étaient
coordonnés avec les activités militaires par la
Division de la guerre psychologique sous la
direction de spécialistes des sciences sociales de
l'Institut Tavistock.

98
Pendant la période de la guerre froide - un conflit
d'intérêts marqué entre les États-Unis et l'Union
soviétique après la Seconde Guerre
mondiale - la propagande a continué à être un
instrument important de la politique nationale.

Les blocs d’États démocratiques et communistes


ont tenté, par des campagnes soutenues, de gagner
à leurs côtés les grandes masses de peuples non
engagés, et ainsi d’atteindre leurs objectifs, sans
recourir aux conflits armés. Tous les aspects de la
vie et de la politique nationales étaient exploités à
des fins de propagande.

La guerre froide a également été marquée par


l'utilisation de transfuges, de procès et d'aveux à
des fins de propagande. Dans cette guerre de
propagande, les nations communistes semblaient
initialement avoir un net avantage. Parce que leurs
gouvernements contrôlaient tous les médias, ils
pouvaient en grande partie isoler leur peuple de la
propagande occidentale.

Dans le même temps, les gouvernements


hautement centralisés pourraient planifier des
campagnes de propagande élaborées et mobiliser
des ressources pour mener à bien leurs plans. Ils
pouvaient également compter sur l'aide des partis
communistes et des sympathisants d'autres pays.
Les Etats démocratiques, en revanche, ne
pouvaient ni empêcher leurs peuples d'être exposés
à la propagande communiste ni mobiliser toutes
leurs ressources pour la contrer. Cet avantage
apparent pour les gouvernements communistes
s'est érodé au cours des années 80, à mesure que la
technologie des communications progressait.
L'incapacité de contrôler la diffusion de
l'information a été un facteur majeur de la
désintégration de nombreux régimes communistes
en Europe de l'Est à la fin de la décennie. L’Agence
d’information des États-Unis (USIA), créée en 1953
pour mener des activités de propagande et des
activités culturelles à l’étranger, gère la «Voice of
America», un réseau radio qui diffuse des nouvelles
et des informations sur les États-Unis dans plus de
40 langues dans toutes les régions du pays. monde.

99

CHAPITRE 19
L'histoire se répète-t-elle? Le cas de Lord Bryce

Les historiens étant fortement impliqués dans la


défense ou la condamnation de la guerre en Irak, il
serait peut-être temps de réfléchir au cas du
vicomte James Bryce, l'historien très respecté qui
s'est vendu et s'est rendu sur sa tombe en tant que
menteur confirmé, ignoble et impénitent. Avant son
implication malheureuse avec Wellington House,
Bryce jouissait d'un large respect en tant
qu'historien honnête.

Dès le début de la Première Guerre mondiale, des


histoires d'atrocités allemandes ont envahi les
journaux britanniques et américains. La plupart
d'entre eux ont été préparés à Wellington House et
diffusés par les médias. Pour la plupart, ils étaient
censés provenir de récits de «témoins oculaires» de
«reporters et photographes», qui accompagnaient la
marche de l'armée allemande à travers la Belgique
pour déborder les défenses françaises dans leur
course sur Paris.
Des témoins oculaires ont décrit des fantassins
allemands harponnant des bébés belges sur leurs
baïonnettes alors qu'ils marchaient, chantant des
chants de guerre. Les récits de garçons et de filles
belges aux mains amputées (soi-disant pour les
empêcher d'utiliser des armes à feu) abondent. Les
histoires de femmes aux seins amputés se sont
multipliées encore plus vite.

Au sommet du hit-parade d'atrocité se trouvaient


des histoires de viol. Un témoin oculaire a affirmé
que les Allemands avaient traîné vingt jeunes
femmes hors de leurs maisons dans une ville belge
capturée et les avaient étirées sur des tables de la
place du village, où chacune avait été violée par au
moins douze "Huns", tandis que le reste de la
division les regardait et applaudissait. Aux frais des
Britanniques, un groupe de Belges a visité les États-
Unis pour raconter ces histoires.

100
Le président Woodrow Wilson les a solennellement
reçus à la Maison Blanche. Leur histoire a horrifié
l'Amérique. Personne n'a pensé à vérifier leur récit
du viol dont ils avaient été témoins. Leurs récits de
la brutalité qu'ils auraient subie n'ont jamais été
remis en question.

Les Allemands ont nié avec colère ces histoires. Les


journalistes américains ont fait de même avec
l'armée allemande. En 1914, Wilson n'avait pas
encore "géré" les reporters du champ de bataille
contrairement à George Bush lors de l'invasion de
l'Irak en 2002. Il n'y avait pas de reporters
"intégrés" à l'armée britannique. Tavistock n'avait
pas encore appris à censurer la vérité en
"intégrant" des journalistes sélectionnés dans les
troupes.

Lorsque les dépêches des journalistes britanniques


ont commencé à être publiées en Angleterre, jetant
le doute sur les "atrocités", Northcliffe a eu l'idée de
nommer Lord Bryce à la tête d'une commission
d'enquête chargée d'enquêter sur les récits
d'atrocités allemandes et de lui faire rapport. En
fait, la suggestion est venue d'Edward Bernays et a
été approuvée par Walter Lippmann.

Puis, au début de 1915, le gouvernement


britannique l'a officialisé en demandant au vicomte
Bryce de diriger une commission royale d'enquête
sur les rapports d'atrocité. Bryce était l'un des
historiens les plus connus de l'époque; il avait écrit
des livres très appréciés sur le gouvernement
américain et sur l'histoire irlandaise, dépeignant
avec sympathie le destin difficile du peuple
irlandais sous la domination britannique. En 1907,
il avait travaillé avec un diplomate anglo-irlandais ,
Roger Casement, pour dénoncer une exploitation
horrible des peuples indiens sur le fleuve Amazone
par une société britannique de caoutchouc.

De 1907 à 1913, il a été ambassadeur britannique à


Washington, où il est devenu une figure populaire,
voire aimée.

101
Il aurait été difficile de trouver un érudit plus
admiré qui avait une réputation établie d'honnêteté
et d'intégrité. Bryce et ses six collègues
commissaires, un amalgame d'avocats distingués,
d'historiens juristes fonciers, ont «analysé» 1 200
dépositions de «témoins oculaires», qui ont affirmé
avoir vu toutes sortes de comportements atroces
allemands.

Presque tous les témoignages provenaient de Belges


qui avaient fui en Angleterre en tant que réfugiés;
et il y avait des déclarations de soldats belges et
britanniques, recueillies en France. Mais les
commissaires n'ont même pas interrogé un seul de
ces témoins oculaires; cette tâche a été laissée à des
«messieurs ayant des connaissances et une
expérience juridiques » - les avocats. Étant donné
que les crimes allégués ont eu lieu dans ce qui
continuait d'être une zone de guerre, aucune
enquête sur place n'a été menée sur aucun des
rapports.

Pas un seul témoin n'a été identifié par son nom; les
commissaires ont déclaré que cela était justifié dans
le cas des Belges par la crainte de représailles
allemandes contre les membres de leur famille.
Mais les témoins des soldats britanniques sont
restés également anonymes, sans raison apparente.
Néanmoins, dans son introduction, Bryce a affirmé
que lui et ses collègues commissaires avaient testé
la preuve «sévèrement». Personne ne soupçonnait
que les témoins militaires ne devaient pas être du
tout «testés», et encore moins sévèrement. Aucune
raison n'a jamais été donnée pour une telle faute
grave, et ce que Tavistock a depuis caractérisé non
pas comme un mensonge, mais comme une
«inexactitude».
Le rapport Bryce a été publié le 13 mai 1915. Le
siège de la propagande britannique à Wellington
House, près du palais de Buckingham, s'est assuré
qu'il a été diffusé dans pratiquement tous les
journaux d'Amérique. L'impact a été formidable,
comme le montrent clairement le titre et les sous-
titres du New York Times.

102
LES ATROCITÉS ALLEMANDES SONT PREUVÉES
TROUVE LE COMITÉ DE BRYCE

Non seulement les crimes individuels, mais aussi


l'abattage prémédité en Belgique

JEUNES ET VIEUX MUTILÉS


Femmes agressées, enfants brutalement tués, incendie
criminel et
Pillage systématique

CONTROLE PAR DES OFFICIERS


Tirs injustifiés sur la Croix-Rouge et le
drapeau blanc: prisonniers et blessés par
balle

LES CIVILS UTILISÉS COMME BOUCLIERS.

Le 27 mai 1915, des agents de la Wellington House


en Amérique rapportèrent à Londres le résultat de
leur vaste initiative de propagande: "Même dans les
journaux hostiles aux Alliés, il n'y a pas la moindre
tentative de contester l'exactitude des faits allégués.
Le prestige de Lord Bryce en Amérique a mis le
scepticisme hors de question. "

Charles Masterman, chef de Wellington House, a


déclaré à Bryce: "Votre rapport a balayé
l'Amérique."

Parmi le petit nombre de critiques du rapport Bryce


figurait Sir Roger Casement. "Il suffit de se tourner
vers James Bryce, l'historien, pour condamner Lord
Bryce, le partisan", a écrit Casement dans un essai
furieux, "The Far Extended Baleful Power of the
Lie".

À ce moment-là, Casement était devenu un féroce


défenseur de l'indépendance irlandaise si peu de
gens prêtaient attention à sa dissidence, qui a été
rejetée comme étant partiale.

103
Clarence Darrow, le célèbre avocat américain
iconoclaste, spécialisé dans l'obtention
d'acquittements pour des clients ostensiblement
coupables, était un autre sceptique. Il est allé en
France et en Belgique plus tard en 1915 et a
cherché en vain un seul témoin oculaire qui
pourrait confirmer même une des histoires de
Bryce. De plus en plus douteux, Darrow annonça
qu'il paierait 1 000 dollars - une très grosse somme
en 1915 - plus de 17 000 dollars en argent du 21 e
siècle - à quiconque pouvait produire un garçon
belge ou français dont les mains avaient été
amputées par un soldat allemand ou un enfant
célibataire de l'un ou l'autre sexe qui avait été
baïonnette par les troupes allemandes.

Il n'y avait aucun preneur, aucune «victime» ne


s'est présentée pour réclamer la récompense bien
que Darrow ait dépensé une somme considérable
de son propre argent pour la faire connaître,
partout.

Après la guerre, les historiens qui cherchaient à


examiner la documentation des histoires de Bryce
ont appris que les fichiers avaient
mystérieusement disparu. Aucun fonctionnaire ou
département gouvernemental n'a proposé de
lancer une recherche des documents «manquants».

Cette évasion flagrante de soumettre les documents


«sévèrement testés» à un test plus récent et
totalement impartial a incité la plupart des
historiens à rejeter 99% des atrocités de Bryce
comme des fabrications. L'un d'eux a qualifié le
rapport "en soi d'une des pires atrocités de la
guerre". Une bourse d'études plus récente a réduit
le pourcentage des fabrications du rapport Bryce
car il s'est avéré que plusieurs milliers de civils
belges, dont des femmes et des enfants, auraient
été abattus par les Allemands à l'été 1914 et Bryce a
résumé plus ou moins précisément certains des
pires. des excès, comme les exécutions dans la ville
de Dinant.

104
Mais même ces savants des derniers jours
admettent que le rapport de Bryce a été "gravement
contaminé" par les viols, les amputations et les
bébés harponnés. Ils ont imputé cette grave
défaillance à l'hystérie et à la rage de guerre.
Cela revient à donner à Bryce un laissez-passer
gratuit. Le nombre de corrections qui ont dû être
apportées par les critiques des rapports de Darrow
était inférieur à un pour cent et n'a pas réussi à
effacer Bryce. Comme cela a été souligné à l'époque,
99% des rapports de la Commission Bryce étaient
des mensonges. La correspondance entre les
membres du comité Bryce a survécu à la
«disparition» des documents; il révèle de sérieux
doutes sur les récits de mutilation et de viol. Ces
doutes sérieux ne se sont jamais répandus à travers
la Grande-Bretagne et l'Amérique à la manière des
rapports de brutalité de Wellington House. L'un des
secrétaires du comité a admis avoir reçu de
nombreuses adresses anglaises de femmes belges
prétendument mises enceinte par des viols
allemands, mais en dépit de recherches intensives,
il n'a pu en retrouver une seule sur la liste.

Même l'histoire très vantée d'un député hébergeant


deux femmes enceintes s'est avérée frauduleuse.
Bryce a apparemment écarté ces preuves négatives
alors que Bush et Blair devaient le faire des
dizaines de fois alors qu'en de rares occasions,
quelques journalistes faisaient leur travail et
posaient des questions délicates.

Lord Bryce, le savant aurait dû savoir - et le savait


presque certainement - que les histoires de
harponnage, de viol et de coupure des seins de
femmes assassinées étaient des fables classiques de
"haine - l'ennemi" vieilles de centaines d'années,
tout comme les viols en masse champs et places
publiques.
Même un examen superficiel des campagnes de
Napoléon en Europe a mis en évidence des
centaines de ces types d '«atrocités», dont une très
petite fraction s'est avérée vraie.

105
Bryce, le savant historien, le savant érudit et digne
de confiance avec une réputation d'honnêteté
aurait dû rejeter d'emblée de telles fabrications. Il
savait très certainement que la grande majorité des
histoires d '"atrocités" émanaient de Wellington
House (le précurseur de l'Institut Tavistock.) Au lieu
d'examiner leur origine et de les rejeter comme
propagande, Bryce les a toutes regroupées dans un
"rapport" qui les a trouvés généralement factuels et
a ensuite émis une condamnation générale de
l'armée et du peuple allemands. Cela rappelle M.
GW Bush et sa classification générale selon laquelle
toute la population de plusieurs États musulmans
appartenait à un «axe du mal».

Pourquoi Bryce n'a-t-il pas rejeté les fabrications et


s'est-il concentré sur les exécutions allemandes de
civils? Comme nous l'avons dit, il savait que la
plupart des «incidents» étaient des produits de
Wellington House; et s'il l'avait fait, cela aurait
ouvert un sujet très collant sur le large usage qui est
fait de la propagande par le gouvernement
britannique.
Il y avait une raison importante pour laquelle Bryce
a choisi d'abandonner un cours honorable au lieu
de salir sa réputation: un pourcentage élevé de
l'armée belge en 1914/1915 était composé de "Home
Guards" (partisans) qui ne portaient pas
d'uniformes à l'exception d'un insigne épinglé à
leurs chemises ou chapeaux. Les Allemands,
essayant désespérément de gagner à l'Ouest avant
que l'armée russe envahissante ne brise leurs
lignes légèrement tenues à l'Est, ont été exaspérés
par ces combattants apparemment civils et ne leur
ont montré aucune pitié.

Le fait que l'armée allemande ait le droit de


renvoyer le feu des civils ou même de le déclencher
par les règles de la guerre en vertu des Conventions
de Genève applicables à l'époque n'a jamais été
révélé dans la presse.

106
Le fait est qu'en 1915, les «partisans» jusqu'en 1945,
faisaient partie du jeu équitable. Les civils, même
avec des insignes épinglés sur leurs chapeaux, n’ont
pas été autorisés à tirer sur des soldats en uniforme
ni à se protéger. Oui, c'est ce que les règles de la
guerre énoncent dans les Conventions de Genève, et
Lord Bryce et ses commissaires le savent. Ce fait
important n'a pas non plus été diffusé à travers
l'Angleterre et l'Amérique à la manière de la
propagande qui avait réussi à conquérir les cœurs
et les esprits des peuples britannique et américain.

Certains commandants de terrain allemands ont


manifestement perdu la tête et ont exercé des
représailles excessives contre des villes entières,
comme Dinant.

Mais une sorte de défense pourrait être montée,


même pour ces hommes. Le débat qui a suivi sur ce
que la Convention de Genève permettait aurait
produit des bâillements chez les lecteurs de
journaux. Ils voulaient ce que Bryce leur avait
donné - le sang et la convoitise, le viol et l'horreur
perpétrés par les «bêtes» allemandes («Boche»)
contre les femmes et les jeunes enfants et les «civils
non armés». Ils voulaient la preuve que le "Hun"
allemand était un barbare, une bête sauvage. Et si
le public n'avait pas été trompé, Wellington House
et l'effort de guerre du gouvernement britannique
auraient été en grande difficulté.

Le rapport Bryce a incontestablement aidé


l'Angleterre à gagner la guerre. Il a
incontestablement influencé les opinions du public
américain et convaincu des millions d'Américains
et d'autres
neutres - il a été traduit en 27 langues - que les
Allemands étaient des bêtes laides sous forme
humaine. Personne, à l'exception de quelques
étrangers "biaisés", tels que Sir Roger Casement et
Clarence Darrow, n'a jamais reproché à Lord Bryce
les mensonges vicieux qu'il avait répandus dans le
monde. Aucun homme impartial ne pourrait jamais
pardonner à Bryce de se souiller.

107
À travers tout cela, Wellington House est restée en arrière-
plan
- peu de gens connaissaient son existence - sans
parler de son rôle vital, mais il avait fait un travail
important et porté un coup dur pour le lavage de
cerveau. Quant à Bryce, il se rendit sur sa tombe
chargée d'honneurs royales et académiques, un
menteur souillé et supérieur, un homme qui s'était
souillé et avec le sang de millions sur les mains, un
scélérat brillant, un voleur qui a volé la vérité à un
public en droit de le savoir, et qui a réussi à
échapper à la détection et à la dénonciation et à la
condamnation totale qui était universellement
accordée à Judas Iscariot.

Dans une perspective centenaire, nous devrions


avoir une vision beaucoup plus sévère de cet
homme. Le rapport Bryce avait des liens évidents
avec la décision britannique de maintenir le blocus
de l'Allemagne pendant sept mois après l'armistice
de 1918, causant la mort par famine d'environ
600000 Allemands âgés et très jeunes, tous faisant
partie du plan de match pour affaiblir l'Allemagne
de manière telle que ce ne serait plus jamais une
«menace» pour les «alliés».
Les mensonges de propagande de la Maison
Wellington à propos de l'armée allemande étaient
de loin la plus grande atrocité de la Première
Guerre mondiale et ils ont donné à tous les
Allemands une soif de vengeance. En créant une
haine aveugle de l'Allemagne, Bryce a semé les
dents du dragon de la Seconde Guerre mondiale.

109
CHAPITRE 20
L'art noir du mensonge réussi: la guerre du Golfe 1991

Dans ce contexte, ce que nous avons vu pendant la


guerre du Golfe vers 1991 était suffisamment
effrayant pour nous rappeler avec beaucoup de
force l'origine de l'art noir du mensonge réussi
pratiqué par Lord Bryce et de quel menteur
congénital et conscient il s'était avéré être. Cela a
également rappelé comment Wellington House,
puis Tavistock, ont scellé le lavage de cerveau en
tant qu'outil de guerre. C'était l'un des facteurs
décisifs qui m'a poussé à écrire cet ouvrage et à
exposer Tavistock et son influence néfaste et
funeste.

Pendant la guerre du Golfe, le département


américain de la Défense a exclu tous les médias
d'information et a nommé son propre porte-parole
qui a donné sa version grossièrement mensongère
des événements via des émissions de télévision. J'ai
surnommé le camarade "Pentagon Pete" et il a parlé
allègrement de "dommages collatéraux", une
nouvelle phrase de Tavistock essayée pour la
première fois. Il a fallu beaucoup de temps au
public pour comprendre ses conséquences - pertes
humaines, morts humaines et destruction de biens.

Ensuite, nous avons fait une pause lorsque CNN a


été autorisé à entrer et à rendre compte du succès
de la défense antimissile «Patriot» qui a abattu le
SCUDS irakien, ce qui s'est avéré être un autre
exercice de propagande de base. Selon CNN, au
moins un SCUD attaquant Israël a été abattu chaque
nuit. Seul World In Review, au milieu de la guerre, a
signalé qu'aucun missile SCUD n'avait été abattu.
Personne n'a osé rapporter qu'un total de 15 SCUDS
avait frappé Tel Aviv et d'autres régions d'Israël. La
désinformation et la désinformation ont prévalu.
Seul WIR a rapporté la vérité, mais avec un petit
lectorat, cela n'avait pas d'importance pour les
propagandistes.

110
Ensuite, il y a eu la gigantesque fraude perpétrée
sur le peuple américain par l'une des plus grandes
sociétés de relations publiques de Washington,
Hilton et Knowles.

Là encore, seul le WIR a révélé que tout l'épisode


déchirant de soldats irakiens sortant des
nouveau-nés koweïtiens des incubateurs et les
jetant par terre était un mensonge flagrant. Il est
intéressant de noter qu'à l'instar de Benton et
Bowles, Hilton et Knowles avaient des liens de
longue date avec l'Institut Tavistock. Les deux
sociétés étaient des agences de «publicité» de
premier plan.

La fabrication de Hilton et Knowles, racontée en


larmes par un "témoin oculaire" (qui se trouvait
être la fille adolescente de l'ambassadeur koweïtien
de la famille Al Sabah à Washington) a poussé le
Sénat à violer la Constitution américaine et à
"donner" à Bush le ancien, «permission» d'attaquer
l'Irak, malgré le fait qu'aucune disposition de ce
genre n'existe dans la Constitution américaine.
Alors que Bush l'aîné pourrait dire; - "Eh bien, je ne
savais pas ça, je n'ai pas embauché Hilton et
Knowles," il savait clairement tout sur le coup de
propagande clé réalisé contre le peuple américain.
Personne ne croira jamais qu'il n'a pas reconnu la
fille de seize ans de l'ambassadeur du Koweït, qu'il
avait déjà rencontrée.

L'ambassadeur du Koweït a payé 600 000 $ à Hilton


et Knowles pour mettre en scène la fraude élaborée
devant le Sénat, pour laquelle il aurait dû être
arrêté pour avoir menti à un comité du Sénat. Ce
qui était si irritant, c'est que la fille est également
restée impunie pour son rôle en racontant en
larmes son expérience: «J'ai vu les soldats irakiens
sortir les nouveau-nés des incubateurs et les jeter
par terre», a-t-elle pleuré.

111
Le fait est que Narita Al Sabah n'avait pas été près
du Koweït depuis des années, et certainement pas
pendant la guerre! Elle était à Washington DC avec
son père à la résidence de l'ambassadeur à
Washington. Pourtant, cette enfant-menteuse et son
père n'ont pas été poursuivis. C'est ce que les
experts en propagande de Tavistock appellent «un
remake réussi des événements». Le témoignage de
Narita Al Sabah est devenu la pièce maîtresse d'une
énorme campagne médiatique en Amérique, et il
est connu pour avoir influencé non seulement le
Sénat, mais aussi mis le peuple américain du côté
de la guerre contre l'Irak.

Bush l'aîné s'est livré à un vieux morceau de


propagande en disant au monde que «Saaadam»
devait être expulsé d'Irak «pour rendre le Moyen-
Orient sûr». (Rappelez-vous que Wilson a envoyé
des troupes américaines à leur mort en France pour
«rendre le monde sûr pour la démocratie».) Bush
l'aîné a soudainement commencé à calomnier et
diaboliser le président irakien pour répondre aux
objectifs de ses amis du cartel pétrolier, et, comme
dans le cas du Kaiser en 1913, cela fonctionna.

Peu de gens se souvenaient du stratagème mis en


place par Wilson, sinon ils auraient peut-être
remarqué la similitude frappante entre ce que le
président Bush disait, et ce que Bryce a dit à Wilson
et ce que Wilson a dit au peuple américain pour les
inciter à soutenir la Première Guerre mondiale.
Maintenant que Hussein est quasiment oublié et
que les menaces qu'il aurait posées ont toutes été
rejetées comme un paquet de mensonges, tout à
coup, c'est «Al-Qaïda» dont nous devons nous
inquiéter.

Woodrow Wilson a utilisé une simple propagande


lorsqu'il a dit à un peuple américain réticent que la
guerre «rendrait le monde sûr pour la démocratie».
Bush a entonné la même véritable tromperie.

112
Le coût de rendre le monde «sûr pour la
démocratie» était épouvantable. Le professeur
William Langer a placé les morts connus de la
Première Guerre mondiale à 10 000 000 hommes et
femmes soldats et 20 000 000 blessés. À elle seule, la
Russie a perdu 9 000 000 d'hommes tués, soit un
étonnant 75% de son armée. Le coût total de la
guerre en dollars a été estimé à 180 000 000 000
dollars auxquels il faut ajouter les coûts indirects
de 151 612 500 000 dollars.

113
CHAPITRE 21
Le Mémorial des soldats et les cimetières de la Première
Guerre mondiale.

Le coût de la guerre de Bush contre l'Irak s'élevait à


environ 420 milliards de dollars à la mi-2005, et la
famille Bush veut plus d'argent pour son entreprise
malheureuse . Et connaissant le peuple américain
et ses représentants malheureux, impuissants
- mais inutiles à la législature, Bush obtiendra ce
qu'il veut.

Les chiffres du coût en dollars de la Première


Guerre mondiale ne disent rien sur le chagrin et la
souffrance apportés en Amérique par Wilson, le
transgresseur. Nous insérons ici un article récent,
qui donne une touche personnelle et poignante aux
terribles pertes en vies humaines dans cette guerre
cauchemardesque.
«Il y a plusieurs semaines, j'ai visité avec ma famille
le Musée commémoratif du soldat au cœur du
centre-ville de Saint-Louis. C'est un bâtiment
immense et profondément impressionnant, dédié
en 1936 par le président Roosevelt en mémoire des
p p
1075 hommes de Saint-Louis décédés au cours de la
Première Guerre mondiale. Le mémorial est d'une
beauté douloureuse, tout en mosaïques et en
marbre, avec des sols en terrazzo et des sculptures
en pierre de Bedford. Il est dominé par le vaste
cénotaphe de granit noir en son centre, recouvert
des centaines de noms d'hommes morts en rang
rangée."

«Le jour où nous avons visité cet endroit frappant


mais hanté, il semblait complètement vide. Bien
que vide de visiteurs, il était cependant plein des
esprits, des voix et des visages des garçons pâles
à la tête ébouriffée , en uniformes bien repassés,
qui avaient Il y a 86 ans, ils sont partis de Saint-
Louis pour se battre dans une guerre glorieuse si
lointaine dans un pays lointain , des garçons qui
n'étaient jamais revenus à la maison.

114
Le caractère poignant de cette situation a été rendu
d’autant plus fort par le fait que nous vivons
quotidiennement avec les répercussions du conflit
actuel, la guerre sanglante et sauvage en Irak. Nous
lisons quotidiennement les garçons qui ne
reviendront jamais à la maison. "

«Ce qui m'a le plus frappé lorsque je me promenais


dans le mémorial et le musée, tenant ma petite fille
nouveau-née, était le fait que cela ressemblait à
tant de monuments que j'avais visités dans mon
pays d'origine, l'Écosse. Cela ressemblait aussi à
ceux que j'avais visités en France, en Angleterre, au
Canada et en Nouvelle-Zélande et cela ressemblait
aux monuments commémoratifs de presque tous
les autres pays touchés par le carnage de la
Première Guerre mondiale. "

"Dans presque tous les pays touchés par le carnage


de la Première Guerre mondiale, la soi-disant "
guerre pour mettre fin à toutes les guerres ", les
hommes se sont précipités pour rejoindre l'armée
et sont partis à la guerre avec beaucoup
d'enthousiasme. Ils pensaient que ce serait un
court, vif et réussi. guerre, combattu pour de
bonnes raisons et glorieux pour les vainqueurs. Ils
croyaient construire un monde meilleur. "
"Ils avaient tort. En moyenne, 5 500 hommes sont
morts chaque jour pendant quatre ans et demi
pendant la Première Guerre mondiale, soit environ
quatre hommes par minute, chaque minute,
pendant quatre ans et demi, jusqu'à ce que 10
millions d'hommes soient morts. . La Première
Guerre mondiale a fait plus que détruire des vies;
elle a détruit la confiance dans le progrès, la
prospérité et le caractère raisonnable des êtres
humains civilisés qui étaient devenus si
caractéristiques du XIXe siècle. La guerre a détruit
une grande partie de la génération suivante qui
aurait assuré le leadership en Europe
... "

«Et ce matin, alors que je suis assise tenant ma


petite fille, j'ai lu des rapports quotidiens sur
l'escalade de la violence en Irak, avec des hommes
britanniques, irakiens et américains continuant de
mourir, le soldat de Saint-Louis - un mémorial à une
guerre qui n'aurait jamais dû être

115
combattu - me hante et leurs fantômes hantent le
Mémorial. C'était le pire de tous les désastres, la
guerre qui n'aurait jamais dû être menée me hante
."

"Les cerveaux néo-conservateurs de


l'administration américaine auraient été avisés de
visiter des endroits comme celui-ci et de réfléchir
longuement aux leçons de tels mémoriaux avant de
se lancer dans une guerre au Moyen-Orient qui a
déjà tué un nombre indéterminé de personnes et
qui tuera certainement beaucoup plus, directement
et indirectement.
(Rédigé par le professeur James Lachlan
MacLeod, professeur agrégé d'histoire, Université
d'Evansville, Indiana).

Mes expériences sont similaires à celles du


professeur MacLeod. J'ai visité les champs de
bataille de Verdun et de Passchendale, où la plupart
des massacres qu'il raconte si habilement, ont eu
lieu. J'ai essayé d'imaginer 10 millions de soldats
mourant si jeunes, la terreur, l'horreur et le chagrin
qu'ils ont vécu, et le chagrin inconsolable de ceux
qu'ils ont laissés derrière eux. Alors que je me
tenais dans la lumière pâlissante de l'après-midi
dans l'un des nombreux cimetières de guerre en
France, et en regardant les milliers et les milliers de
croix blanches nettes marchant à travers les
cimetières de guerre, j'ai été submergé par la
colère, puis submergé par le chagrin, à tel point que
je jure que j'ai entendu les cris et les cris d'angoisse
des morts appelant à ce que justice soit faite, si
cruellement abattus à leur apogée, et j'ai semblé
voir leurs visages reflétés dans les nuages au-
dessus.
Ce fut une expérience mystique que je n'oublierai
jamais, tout comme l'expérience d'un officier
britannique qui a visité ces champs de bataille en
1919:

116
Hier, j'ai visité les champs de bataille des dernières
années. L'endroit était à peine reconnaissable. Au
lieu d'un désert de terre déchiré par des
coquillages, le rond était un jardin de fleurs
sauvages et de hautes herbes. Le plus remarquable
de tous était l'apparition de plusieurs milliers de
papillons blancs qui voltigeaient. C'était comme si
les âmes des soldats morts venaient hanter l'endroit
où tant de gens étaient tombés. C'était étrange de
les voir. Et le silence! C'était si calme que je pouvais
presque entendre le battement des ailes des
papillons. (D'après des archives du British War
Museum à Londres)

Mes sentiments d'indignation intenses m'ont


déterminé à découvrir tout ce que je pouvais sur
une guerre terrible qui a commencé avec une
goutte massive de propagande, le fléau du monde
moderne. C'était une autre raison décisive pour
écrire ce livre et exposer le mal de Tavistock. Sir
Roger Casement pensait que Lord Bryce aurait dû
être pendu pour trahison et j'estime que Wilson
aurait dû subir un sort similaire, qui aurait
empêché Roosevelt et Churchill de plonger le
monde dans une seconde série de carnage. La
propagande a prévalu et le monde civilisé
occidental a été perdu.

Le monde que nous connaissions, le monde établi


par la civilisation occidentale, a disparu. Les
sombres prédictions de Spengler se sont avérées
justes. À la place de notre monde civilisé
occidental, nous verrons bientôt l'édifice horrible
du nouveau gouvernement communiste socialiste
mondial se dresser dans l'obscurité de la longue
nuit à venir.

Il ne fait aucun doute que la Première Guerre


mondiale a été provoquée par la Grande-Bretagne
et son allié, les États-Unis d'Amérique, avec l'aide
de Wellington House. La guerre n'aurait pas pu être
montée sans les forces obscures de Wellington
House. Le nom de Lord Gray, son principal
architecte restera dans l'histoire comme un
politicien malhonnête et traître.
117
Il n'y a pas de consensus sur les raisons pour
lesquelles la Grande-Bretagne a commencé la
Première Guerre mondiale. Mais en 1916, l'armée
allemande avait vaincu les armées française et
britannique de la manière la plus décisive. Wilson
était sous forte pression pour obtenir des troupes
américaines expédiées en Europe, si Wellington
House déchaîne un tout en guerre de propagande
contre le peuple américain, mais qui pourtant, est
resté sans effet jusqu'à ce que le rapport Bryce a été
publié.

Comprendre ce qui se passe en Irak est impossible à


moins que nous ne nous rendions pleinement
compte de la terrible propagande déployée contre
le peuple britannique et américain en 1913 et 1940.
C'était l'un des chapitres les plus sombres et les plus
ignobles de l'histoire, avec Wilson énervant des
mensonges tels que une «guerre juste», et «une
guerre pour mettre fin à toutes les guerres», une
guerre «pour rendre le monde sûr pour la
démocratie». Le but de la guerre était de sécuriser
le commerce pour la Grande-Bretagne en
particulier, et la France est maintenant menacée
par l'industrie allemande.

Mais c'étaient des mots obscurcissant sa véritable


intention et dénués de sens dans ce contexte,
exactement ce que vous attendez d'un politicien. Le
genre de bunkum que l'on trouve sur une page de
société.

Le discours de Wilson sur «rendre le monde sûr


pour la démocratie» n'était rien de plus que des
bulles de gaz colorées. Il proposait d'entrer dans la
guerre aux côtés des Anglais, qui s'assuraient à ce
moment même qu'il n'y avait pas de démocratie
populaire dans l'Empire.

Les Anglais venaient d'achever brutalement les


Boers en Afrique du Sud dans une guerre cruelle
qui a duré trois ans. Si Wilson voulait rendre le
monde «sûr pour la démocratie», il aurait dû faire
la guerre aux côtés de l'Allemagne contre
l'Angleterre, l'agresseur et l'instigateur de la guerre.

118
Au lieu de «rendre le monde sûr pour la
démocratie», il s'est avéré être la plus grande
calamité qui ait jamais frappé les nations civilisées
tombées entre les griffes d'hommes qui étaient des
menteurs immoraux corrompus, dans une guerre
appelée à juste titre «La Grande Guerre». Ce n'était
bien sûr "génial" que par sa taille et sa portée.

Nous ne comprendrons jamais comment les États-


Unis sont devenus la «seule grande puissance», à
moins que nous ne confessions les péchés de
Wilson et de l'establishment britannique d'il y a 100
ans. Les États-Unis se sont continuellement mêlés
aux affaires des autres nations souveraines, malgré
le terrible avertissement de George Washington, et
le premier exemple de cela a été notre entrée dans
la Première Guerre mondiale et l'échec de la Société
des Nations. Wilson a pleinement utilisé les maîtres
propagandistes de Wellington House en utilisant
des slogans comme une épée, a déclaré au Sénat
réticent que s'il ne ratifiait pas la Société des
Nations "cela briserait le cœur du monde".

Merci au sénateur Cabot Lodge et à un certain


nombre de sénateurs américains qui, après une
réflexion et un examen approfondis de la
Constitution américaine, ont refusé de ratifier le
traité de la Société des Nations parce qu'ils ont
découvert qu'il cherchait à tuer la souveraineté
américaine. Utilisant et abusant de son penchant
pour la propagande, Wilson a tenté de l'emporter
en déclarant sa campagne de réélection «un grand
et solennel référendum pour l'acceptation du
traité», mais sans avoir Lord Bryce pour le soutenir,
a perdu et a été emporté.

Malheureusement, il n'a pas fallu longtemps aux


pinces de la propagande pour organiser un retour
avec la version remaniée des Nations Unies de la
Société des Nations. Truman, (pas le simple
vendeur de chapeaux du Missouri mais le maître
maçon) a trahi le peuple américain en autorisant
cet édifice mondial aux États-Unis et Truman a
utilisé la propagande laissée par Wilson pour
persuader les principaux sénateurs de voter pour
ses mensonges.

119

Ce que Truman a fait, c'est forcer la nation


américaine à conclure un pacte avec le diable - le
diable du pouvoir sur la justice et la vérité, la
justice du canon d'une arme à feu. Nous avons
appliqué cette «justice» pendant la Seconde Guerre
mondiale à travers des bombardements massifs de
centres civils sans égard aux pertes en vies
humaines et nous avons utilisé des bombes
atomiques sur le Japon, bien que la guerre soit
terminée, dans le stratagème de propagande du
«choc et de la crainte» repris par Rumsfeld dans
l’inconstitutionnel guerre contre l'Irak.

121
Chapitre 22
La paix n'est pas populaire

La Seconde Guerre mondiale a suivi un schéma


presque identique à celui de la Première Guerre
mondiale. Pour avoir conclu un accord de paix avec
Hitler, Neville Chamberlain a été immédiatement
soumis à un puissant barrage de propagande dirigé
par l'Institut Tavistock. Chamberlain avait défié le
Comité des 300 et soutenu un nouveau venu, un
outsider de rang considéré comme une menace
pour le socialisme mondial.
Le monde n'a pas appris la vérité sur Chamberlain
ou qu'il était un politicien compétent déterminé à
éviter une autre guerre, ou qu'il était bien
expérimenté et avait élaboré un plan de paix
équitable - qui bien sûr - ne convenait pas aux
vautours marchands de munitions assis sur. la
clôture qui attend pour nettoyer la richesse des
nations et les cadavres de leurs fils.
La vaste machine de propagande mise en place au
Tavistock Institute de Londres est immédiatement
passée à l'action contre Chamberlain, après avoir
annoncé le succès de son plan de paix. Shakespeare
a dit que «le mal que font les hommes vit après eux;
le bien est souvent enterré avec leurs os». Le bien
fait par Chamberlain ne convenait pas aux
bellicistes et ils ont enterré Chamberlain sous un
catalogue de propagande et de mensonges.

Ces mensonges étaient l'œuvre de spécialistes de la


propagande employés à l'Institut Tavistock,
notamment Peter Howard, Michael Foot et Frank
Owen. Un de ces hommes, employant le
pseudonyme de "Caton", a tellement vilipendé
Chamberlain que l'odium qu'ils ont attaché à son
nom demeure encore aujourd'hui en juillet 2005.
Telle est la puissance de la puissante machine de
propagande de Tavistock.

122

Plus tard, bien après que les experts en propagande


trompeurs aient fait leur travail, l'historien et
universitaire britannique David Dutton a écrit un
livre, Neville Chamberlain, dans lequel il a donné
une évaluation équilibrée de l'ancien Premier
ministre.

Loin d'être une "dupe d'Hitler" et "un imbécile"


Chamberlain montra une capacité de négociation
considérable et était un chef hautement compétent,
qui combattit vaillamment pour empêcher une
autre guerre. Mais cela allait à l'encontre des vœux
du Comité de
300. Churchill a eu sa «guerre délicieuse», mais en
1941, les «Alliés» avaient pratiquement été chassés
du continent européen avec une énorme perte de
main-d'œuvre. La France, la Belgique, la Hollande
et le Danemark étaient occupés.
L'Allemagne a offert des conditions généreuses à
l'Angleterre, mais le belliciste Churchill a rejeté les
ouvertures de paix et s'est tourné vers son ancien
allié, les États-Unis, pour fournir des hommes, de
l'argent et du matériel pour continuer «la délicieuse
guerre».

Au peuple américain, nous disons avec une


profonde tristesse: "Quand allez-vous apprendre?
Quand allez-vous faire la distinction entre
propagande et information authentique? Quand
allez-vous soumettre la proposition de guerre à
l'épreuve constitutionnelle?"

Wilson était un menteur accompli et un haineux de


la Constitution américaine; pourtant, grâce à une
énorme campagne de propagande organisée et
maintenue par Wellington House, il a pu accomplir
sa mission en opérant sous une bannière de
patriotisme, qui a surmonté une opposition
vigoureuse à la guerre. Entre Wilson, Churchill et
Roosevelt, d'énormes dégâts ont été causés à la
civilisation chrétienne occidentale. Pourtant, en
dépit de ce fait, une vague de propagande continue
de laver leurs noms, comme pour les débarrasser
du sang de millions de personnes sur leurs mains.

123

Au lieu d'être vilipendés, de nombreux monuments


à leur honneur se trouvent dans toute l'Europe, et
en Amérique un monument de plusieurs milliards
de dollars doit être érigé en l'honneur de Franklin
D. Roosevelt, dont la trahison a conçu les Japonais
"pour tirer le premier coup de feu. "comme le
record de Stimson Dairies. Pearl Harbor a ouvert la
voie au contrôle communiste de la Chine, et
finalement la voie à un nouvel ordre mondial
communiste-socialiste au sein d'un gouvernement
mondial unique. Notre seul espoir dans une vallée
de désespoir est que ce travail puisse aider à ouvrir
les yeux du peuple américain, de sorte qu'il se
décide à ne plus jamais tomber dans la propagande,
même si à la suite de la tragédie du 11 septembre, il
semble maintenant un espoir vain.

Nous avons récemment vécu l'expérience


troublante d'être précipités dans une guerre inutile
en Serbie, en Afghanistan et en Irak grâce aux outils
de propagande élargis entre les mains des experts
de Tavistock, le même outil utilisé pour diffamer le
Kaiser et le Chamberlain. Le président Milosevic a
été diabolisé, vilipendé, rabaissé et finalement
chassé de ses fonctions. Le président Milosevic a été
illégalement arrêté et illégalement transporté en
Hollande pour «traque» par un tribunal kangourou
qui tente depuis près de quatre ans de le
condamner pour «crimes de guerre».

George Bush le plus jeune a refusé de donner le


temps aux médiateurs en Irak de travailler parce
qu'il savait que cela empêcherait la guerre. Il a
refusé de donner aux inspecteurs des armes de
l'ONU la tâche d'achever leur travail et a plutôt
déclaré avec la mauvaise intention de tous les
propagandistes que le monde ne pouvait plus
attendre dix jours de plus en raison du "danger
imminent" posé par les "armes de destruction
massive". entre les mains du «dictateur irakien».
(Le "Boucher de Bagdad.")

124
Ainsi, une fois de plus, le peuple des États-Unis a été
emporté par une vague de mensonges dénudés
diffusés par les propagandistes du Tavistock
Institute et repris par les médias américains, en
particulier le principal organe de propagande aux
États-Unis, Fox News Channel.

Sur un point, les Américains ont plus de chance


cette fois-ci: nous n'avons pas eu à attendre 100 ans
pour que la vérité se révèle: il n'y avait pas d
'«armes de destruction massive», pas d' «usines
chimiques et bactériologiques», pas de longue
portée des roquettes pour provoquer un
«champignon nuage au-dessus de Boston» (avec la
permission de l'apologiste de la propagande de
Tavistock et du lavage de cerveau de masse, Mme
Rice), et de M. Bush et de son co-partenaire dans le
crime, le Premier ministre britannique Blair. Mais
en dépit d'être pris dans une toile de mensonges,
tous les susmentionnés restent au pouvoir. Ils n'ont
pas été limogés pour les dizaines de mensonges
qu'ils ont juré être la vérité, et dont ils ne prennent
même plus la peine de s'extirper, haussant les
épaules avec l'aide de maîtres du spin (menteurs
polis) comme Karl Rove et Alaister Campbell.
Espérons que la cause de la justice sera servie et
que les responsables de la tragédie du
bombardement de la Serbie et de l'Afghanistan et
des invasions injustifiées de l'Iraq seront traduits
devant le barreau de la justice internationale pour
rendre compte de leurs crimes.

Les voix des morts crient des champs de bataille de


l'Europe, du Pacifique, de la Serbie et de
l'Afghanistan; et d'Irak, déplorant qu'ils soient
morts parce que le "lavage de cerveau" a triomphé
et que la propagande l'a emporté, le fléau du monde
moderne, sortant de l'Institut Tavistock comme un
miasme immonde d'une tourbière humide et
bruyante, enveloppant le monde, l'aveuglant à la
vérité .
125
ÉTOILES PROPAGANDA WELLINGTON HOUSE

(1) Lord Northcliffe.


(2) Walter Lippman.
(3) Edward Bernays.
(4) Edward Bernays et Eleanor Roosevelt.

126
Scientifiques en sciences sociales à Tavistock
(1) WRBion.
(2) Gregory Bateson.
(3) RD Laing.

127

(1) Eric L. Trist. Scientifique en sciences sociales à l'Institut


Tavistock.
(2) Léon Trotsky. Chef marxiste (de son vrai nom Lev. Bronstein.)
(3) Willy Munzenberg. Le brillant espion russe et
grand propagandiste.
(4) Lord Northcliffe et Adolph Hitler.

128
(1) HG Wells. Auteur britannique. Fabianiste de
premier plan et agent des services secrets. A écrit
War of Worlds.
(2) George Bernard Shaw. Dramaturge et fabianiste
irlandais.
(3) Walter Rathenau. Premier industriel
allemand. Conseiller financier du Kaiser
Wilhelm II.
(4) Lord Bertrand Russell. Socialiste
britannique, auteur et ancien homme d'État
des «300».

129

(1) Kaiser Wilhelm II Wellington House a


faussement calomnié le dirigeant
allemand comme un «boucher sanglant».
(2) La reine Victoria, était une cousine de Guillaume II.
(3) Le roi George V.
(4) Woodrow Wilson Président des États-Unis. Un socialiste
avoué.

130
Le tristement célèbre dessin de propagande
représentant l'empereur Guillaume II debout au-dessus
des femmes et des enfants belges qu'il avait abattus. Ce
dessin et un autre semblable produit par Wellington
House avec Wilhelm II debout au-dessus d'enfants
belges avec une épée ruisselant de sang de leurs mains
coupées, ont été publiés dans les journaux de Grande-
Bretagne et des États-Unis.

(ci-dessus) Trotsky "passe en revue" ses


"troupes" à Moscou. C'est l'une des centaines
de photographies de propagande qui ont
inondé les journaux occidentaux
consentants.

(ci-dessous) Une représentation de l'un des


scores de terribles batailles au corps à corps
de la Première Guerre mondiale. La brutalité
et le massacre ont laissé les survivants des
deux côtés mentalement paralysés et hantés
par ce qu'ils avaient vécu.

À
TONNEZ À DROITE
(1) Sean Hannity. (2) Rush Limbaugh.
(3) Tucker Carlson. (4) Matt Drudge.
(5) G. Gordon Liddy. (6) Peggy Noonan.
(7) Brian Williams. (8) Bill O'Reilly.
(9) Lawrence Kudlow. (10) Dick Morris.
(11) John Stossel. (12) William Bennet.
(13) Oliver North. (14) Michael Savage.
(15) Michael Reagan. (16) Joe Scarborough.

133

Chapitre 23
Le Tavistock Institute: le contrôle
britannique des États-Unis

Le Tavistock Institute of Human Relations est situé


à Londres et sur le terrain de l'Université de Sussex,
Sussex, Angleterre, où se trouvent la plupart de ses
installations de recherche. Tavistock reste aussi
important aujourd'hui qu'il l'était lorsque j'ai révélé
son existence au début de 1969. J'ai été accusé
d'avoir fait partie de Tavistock parce que je
travaillais à proximité de l'installation de Tavistock
dans le Sussex et connaissais tellement son histoire.

La plupart des activités les plus récentes de


Tavistock ont eu et continuent d'avoir une
influence profonde sur la façon dont nous vivons
en Amérique et sur nos institutions politiques. On
pense que Tavistock est à l'origine de la publicité en
faveur de l'avortement , de la prolifération des
drogues, de la sodomie et du lesbianisme, des
traditions familiales et de l'attaque féroce contre la
Constitution, notre inconduite en politique
étrangère et notre système économique,
programmés pour échouer.

À part John Rawlings Reese, aucun homme n'a fait


une telle différence dans la politique mondiale et
les événements mondiaux tels qu'ils ont été
façonnés à Tavistock qu'Edward Bernays (le double
neveu de Sigmund Freud) et Kurt Lewin. Un
«troisième homme» doit être inclus ici, bien qu'il
n'ait jamais fait partie de la faculté de Tavistock et
je me réfère à Willi Munzenberg dont les méthodes
de propagande et les applications si cruciales à l'ère
moderne de la communication de masse lui ont
valu le titre de «plus grand propagandiste de la
monde." Sans aucun doute l'homme le plus brillant
de son époque, (il a commencé son travail avant la
Première Guerre mondiale) Munzenberg était
responsable de la désinfection des bolcheviks après
le renversement de la dynastie des Romanov.

134
Munzenberg a définitivement façonné les idées et
les méthodes mises en pratique par Bernays et
Lewin. Ses exploits légendaires dans la
manipulation de Leon Tepper le Kappelmeister du
Rot Kappell (chef d'orchestre du réseau
d'espionnage "Red Orchestra") ont fait de
Munzenberg le maître espion de toutes les agences
de renseignement existantes. Tepper a été formé
par Munzenberg et il ne s'est jamais fait prendre.
Tepper a pu obtenir tous les secrets de la Grande-
Bretagne et des États-Unis pendant la Seconde
Guerre mondiale. Il n'y avait guère de plan secret
lancé par les «alliés» qui ne fût déjà connu de
Tepper, qui passa l'information au KGB et au GRU à
Moscou.

Dans son domaine, Bernays était tout aussi brillant,


mais je soupçonne que la plupart de ses idées
provenaient de son célèbre oncle Sigmund. Quant à
ses idées sur la propagande, il ne fait aucun doute
qu'il a «emprunté» à Munzenberg et cela se reflète
dans le classique de Bernays Propaganda qui a été
publié en 1928. La thèse du livre est qu'il est tout à
fait approprié et un droit naturel pour le
gouvernement organiser l'opinion publique pour
qu'elle se conforme aux politiques officielles. Nous
reviendrons sur ce sujet plus tard.

Munzenberg a eu l'audace de mettre en pratique


ses principes de base sur la propagande bien avant
Bernays, ou Joseph Goebbels, le ministre allemand
des Lumières populaires (comme on appelait le
ministère de la Propagande).

Le spécialiste de la propagande du parti nazi


admirait beaucoup le travail de Munzenberg et
modela son propre programme de propagande
étroitement sur les méthodes de Munzenberg.
Goebbels a toujours pris soin de créditer
Munzenberg comme le "père" de la propagande,
même si peu de gens en savaient très peu sur lui.

135
Goebbels avait fait une étude particulière sur la
manière dont Munzenberg avait utilisé sa maîtrise
de la science de la propagande lorsque Lénine
l'avait recruté pour émousser l'effroyable publicité
générée en 1921, lorsque 25 millions de paysans de
la région de la Volga moururent des ravages de la
famine. C'est ainsi que Munzenberg, né en
Allemagne, devint le chouchou des bolcheviks. Pour
citer un compte d'historique récent:

"Munzenberg, qui était alors revenu à Berlin où il a


été élu plus tard au Reichstag en tant que député
communiste, a été chargé de la création d'une
fausse 'œuvre de bienfaisance', le Comité des
affaires étrangères pour l'organisation de secours
des travailleurs pour les affamés en Union
soviétique , dont le but était de prétendre au monde
que l'aide humanitaire provenait d'une source
autre que l'Organisation de secours américaine
d'Herbert Hoover. Dans ce Munzenberg a été tout à
fait réussi. "

Munzenberg a attiré l'attention de la direction de


l'ancienne Wellington House qui, en 1921, avait
changé son nom en Institut Tavistock des relations
humaines sous la direction du général de division
John Rawlings Reese, anciennement de la British
Army Psychological Warfare Bureau School.

Cela ne sera pas une surprise pour les lecteurs qui


ont suivi mon travail qu'une grande partie des
techniques adoptées et perfectionnées par
Munzenberg aient été adoptées par Bernays et ses
collègues, Kurt Lewin, Eric Trist, Dorwin Cartwright
et HV Dicks WR Bion chez Tavistock, qui ensuite
enseigné les méthodes à la Central Intelligence
Agency.

Munzenberg n'était pas le seul communiste à avoir


profondément influencé les événements aux États-
Unis. Il se trouve que je crois que Tavistock a aidé à
préparer le "dossier d'avortement", qui a ensuite
été présenté à la Cour suprême en 1973,

136
en tant qu'ouvrage original, alors qu'en fait, il ne
s'agissait que d'un récit de ce qu'avait écrit Madame
Kollontei, fondatrice du mouvement «libération des
femmes» et défenseur de «l'amour libre» en URSS.

Commissaire bolchevique et chef de file, son livre


est une diatribe contre le caractère sacré du
mariage et de la famille en tant que cellule sociale
la plus importante des pays chrétiens. Kollontei,
bien sûr, a tiré son «féminisme» directement des
pages du Manifeste communiste de 1848.

George Orwell, l'agent du MI6 qui a écrit le célèbre


1984 avait étudié le travail de Munzenberg en
détail. En fait, sa déclaration la plus connue était
basée sur ce que Munzenberg avait dit être la base
de la propagande:

"Le langage politique est conçu pour rendre les


mensonges véridiques et les meurtres respectables
et pour donner une apparence de solidité au vent
pur."

Comme le disait son homologue allemand


Munzenberg: "Toutes les nouvelles sont des
mensonges et toute propagande est déguisée en
nouvelles".

Il est utile de connaître Munzenberg car cela nous


aide à comprendre comment les politiciens
fonctionnent et comment les forces secrètes
contrôlent l'accès à l'information, et comment
l'opinion publique est formée et modelée. Bernays a
certainement suivi le maître et n'a jamais dévié de
sa méthodologie. Sans connaître ces choses, nous
ne pouvons jamais comprendre comment le
président George Bush est capable de faire les
choses qu'il fait sans en subir les conséquences.
Cela m'a certainement permis de retracer l'origine
des soi-disant «néo-conservateurs» qui façonnent
sa politique, jusqu'à son fondateur, Irving Kristol
qui admet avoir été un partisan avoué de Léon
Trotsky.

137
Tavistock reste la mère de toutes les installations de
recherche liées aux modifications de
comportement, à la formation de l'opinion et à la
formation des événements politiques. Ce que
Tavistock a fait a été de créer un «trou noir de la
tromperie au 20 e siècle». Sa tâche aurait été rendue
beaucoup plus difficile sans la prostitution des
médias et son rôle dans la diffusion de «l'Évangile
selon George Orwell».

Lord Northcliffe, le chef du prédécesseur de


Tavistock, Wellington House, avait été un magnat
des médias et, à un moment donné, est allé jusqu'à
expédier des milliers d'exemplaires de son Daily
Mail en France chaque semaine, puis les faire livrer
par une flotte de camions à moteur aux
Britanniques. troupes aux lignes de front, «pour
gagner leur cœur et leur esprit en faveur de la
guerre» (Première Guerre mondiale).

Surtout ici aux États-Unis, il a pratiquement repris


le Massachusetts Institute of Technology (MIT),
Stanford Research, Esalen Institute, la Wharton
School of Economics, Hudson Institute, Kissinger
Associates, Duke University et de nombreuses
autres institutions auxquelles nous sommes venus.
penser comme entièrement américain.

La Rand Research and Development Corporation,


sous la tutelle de Tavistock, a eu une profonde
influence sur tant d'institutions et de segments de
notre société. En tant que l'un des principaux
instituts de recherche directement contrôlés par
Tavistock, Rand dirige notre programme ICBM,
effectue des analyses de premier ordre pour les
décideurs politiques étrangers américains et donne
des conseils sur les politiques nucléaires, réalise
des centaines de projets pour la CIA dans le
domaine du contrôle mental.

Certains des clients de Rand incluent AT&T, Chase


Manhattan Bank, l'US Air Force, le département
américain de l'énergie et BM Rand est l'une des
principales institutions contrôlées par Tavistock
dans le monde, et travaille sur le lavage de cerveau
à

138
tous les niveaux, y compris les organisations
gouvernementales, militaires et religieuses. Le
Desmond Tutu de l'Église anglicane était l'un des
projets de Rand.

Prenons un autre exemple; Georgetown University,


peut-être l'une des meilleures institutions
d'enseignement supérieur en Amérique. À partir de
1938, la structure entière de Georgetown a été
refaite par Tavistock - tous ses formats et
programmes d'apprentissage ont été modifiés pour
s'adapter à un plan élaboré par «l'équipe de
confiance des cerveaux» de Tavistock.

Cela a eu une grande importance pour la politique


américaine, en particulier dans le domaine des
relations de politique étrangère. Sans exception, les
agents de terrain du Département d'État des États-
Unis sont formés à Georgetown.
Certains des diplômés les plus connus de
Georgetown (Tavistock) sont Richard Armitage et
Henry Kissinger. Il faudra dire à un autre moment
combien de dégâts ces deux membres de l'armée
invisible John Rawlings Reese ont fait au bien-être
de notre pays.

Il y a de plus en plus de preuves d'une contribution


accrue de Tavistock à nos agences de
renseignement. Quand on pense au renseignement
aux États-Unis, on pense généralement au CJA ou
Division Five du FBI.

Mais de très nombreuses autres agences de


renseignement reçoivent des instructions de
Tavistock. Il s'agit notamment du Service de
renseignement du ministère de la Défense (DIA), du
National Reconnaissance Office (NRO) et de l'Office
of Naval Intelligence (ONI), du Treasury
Intelligence Service (TIS), du State Department
Intelligence Service, de la Drug Enforcement
Agency (DEA) et au moins dix autres.

139
Comment et quand Tavistock a-t-il commencé sa
carrière? Comme je l'ai dit dans mes travaux de
1969 et 1983, lorsque nous pensons à Tavistock,
nous pensons automatiquement à son fondateur, le
major de l'armée britannique John Rawlings Reese.
Jusqu'en 1969, il y avait très peu de personnes en
Grande-Bretagne en dehors des cercles de
renseignement, qui connaissaient l'existence de
Tavistock, sans parler de ce qui se faisait dans ses
installations de Londres et de Sussex.

Tavistock a fourni des services d'une nature sinistre


aux gens que nous trouvons dans chaque ville de ce
pays; les gens qui ont des fonctionnaires et des
services de police locaux et étatiques dans la paume
de leur main.

C'est également le cas dans toutes les grandes villes


américaines, où les membres Illuminati de la franc-
maçonnerie utilisent leurs pouvoirs secrets de
contrôle pour parcourir la Déclaration des droits,
intimidant et brutalisant à volonté des citoyens
innocents. Où sont les hommes d'État qui ont jadis
rendu ce pays grand? Ce que nous avons à leur
place, ce sont des législateurs qui n'appliquent pas
les lois qu'ils font, et qui sont terrifiés à l'idée de
corriger les torts évidents qui abondent de toutes
parts, effrayés, car s'ils obéissaient à leur serment
d'office, ils pourraient se retrouver sans emploi. .
Ce sont aussi des législateurs qui n'ont même pas la
moindre idée de ce qu'est le droit constitutionnel et
qui ne semblent pas s'en soucier. Ils adoptent des
«lois» qui n'ont jamais été testées quant à leur
constitutionnalité. La majorité des législateurs ne
savent pas comment faire cela, de toute façon. En
conséquence, l'anarchie prévaut à Washington. Cela
pourrait choquer la plupart des candidats qui se
présentent à la Chambre et au Sénat, que chacun
d'entre eux soit soigneusement vérifié et profilé par
les scientifiques de la modification du
comportement de Tavistock, ou par un ou plusieurs
de ses affiliés aux États-Unis. qui est flexible aux
suggestions et qui est facile à contrôler est «gonflé».

140

Autant dire qu'un esprit d'anarchie


inconstitutionnelle règne au Congrès, c'est
pourquoi nous sommes insultés par des mesures
telles que le projet de loi «Brady» et le projet de loi
Feinstein sur les «armes d'assaut».

Les «armes d'assaut» et en 2003 le «Homeland


Security Bill» et le «Patriot Act» n'apparaissent nulle
part dans la Constitution et sont donc tous une
interdiction. La «loi» de Feinstein ressemble
étrangement au travail de l'Institut Tavistock. La
Constitution étant la loi suprême du pays, les lois
sur le «contrôle des armes à feu» sont nulles et non
avenues.

Les armes sont une propriété privée. Les armes à


feu ne relèvent pas du commerce interétatique.
Tout citoyen américain sain d'esprit, majeur et non
criminel a le droit de garder et de porter des armes
en toute quantité et en tout lieu.

Cela a été déclaré par le grand Saint George Tucker qui a


déclaré:

<< Le Congrès des États-Unis n'a pas le pouvoir de


réglementer ou d'interférer avec les préoccupations
internes de l'un quelconque des États, il leur
appartient (les États) d'établir des règles
concernant le droit de propriété, et la Constitution
ne permettra aucune interdiction de armes au
peuple ou rassemblement pacifique par eux pour
quelque raison que ce soit et en tout nombre, quels
qu'ils soient, quels qu'ils soient. " (Le point de vue
de Blackstone sur la Constitution, page 315)
Tout candidat qui ne sera pas facile à contrôler ou
qui ne correspond pas aux profils Tavistock est
exclu. En cela, la presse écrite et électronique - sous
la direction de Tavistock - ou l' une de ses filiales,
joue un rôle clé. Que l'électeur se méfie, que le
public se méfie.

141

Notre processus électoral est devenu une farce,


grâce au travail effectué par Tavistock pour
contrôler les pensées et les idées des peuples de
cette nation au moyen du "conditionnement
directionnel intérieur" et de la "pénétration à
longue distance" dont la science du contrôle mental
du sondage en fait partie intégrante. Tavistock sert
la Noblesse Noire dans tous ses éléments,
travaillant à nous voler la victoire de la Révolution
américaine de 1776. Si le lecteur n'est pas familier
avec la Noblesse Noire, bien sûr, le terme ne fait pas
référence aux Noirs. Il fait référence à un groupe de
personnes extrêmement riches, des dynasties, dont
l'histoire remonte à plus de cinq cents ans et qui
constituent l'épine dorsale du Comité des 300.

Sur le front international, ainsi que dans les


domaines des institutions américaines qui décident
de la politique étrangère, Tavistock fait du profilage
psychologique à tous les niveaux de gouvernement,
ainsi que de s'immiscer dans la vie privée, à une
échelle vraiment vaste.

Tavistock a développé des profils et des


programmes pour le Club de Rome, la Fondation
Cini, le fonds Marshall allemand, la Fondation
Rockefeller, les Bilderbergers, le CFR et la
Commission trilatérale, la Fondation Ditchley, la
Banque des règlements internationaux, le FMI, les
Nations Unies et la Banque mondiale, Microsoft,
Citibank, la Bourse de New York, etc. Il ne s'agit en
aucun cas d'une liste complète des institutions
entre les mains des planificateurs de Tavistock.

Le barrage de propagande qui a précédé la guerre


du Golfe de Bush en 1991 était basé sur un profil
psychologique d'énormes groupes de population
aux États-Unis préparé par Tavistock. Les résultats
ont été transmis aux faiseurs d'opinion, également
connus sous le nom d '«agences de publicité» sur
Madison Avenue.
142
Cette propagande était si efficace qu'en l'espace de
deux semaines, des gens qui ne savaient même pas
où se trouvait l'Irak sur la carte, et encore moins
qui étaient ses dirigeants, ont commencé à crier et à
réclamer la guerre contre "un dictateur qui menace
les intérêts de l'Amérique". Effrayant? OUI, mais
malheureusement à 100%! Les mots mêmes «crise
du golfe» ont été élaborés par l'Institut Tavistock
pour susciter un soutien maximal à la guerre de
Bush au nom d'un comité de 300 sociétés phares ,
British Petroleum (BP).

Nous savons maintenant - du moins certains


d'entre nous le savent - quel rôle important joue
Tavistock lorsqu'il s'agit de créer une opinion
publique basée sur l'obscurcissement, les
mensonges, la dissimulation, les fausses
déclarations et la fraude pure et simple. Il n'y a
aucune autre institution au monde qui puisse tenir
une bougie à l'Institut Tavistock pour les relations
humaines. Citant mon rapport mis à jour de 1984:
"Il y a quelques institutions et entreprises d'édition
qui prennent conscience des changements qui se
produisent. Le dernier numéro de" Esquire
Magazine "contient un article intitulé" Discovering
America "." Esquire "n'a pas mentionné Tavistock
par son nom, mais c'est ce qu'il a dit: Pendant la
révolution sociale (une phrase très significative) des
années 70, la plupart des rituels et des interactions
personnelles et la vie institutionnelle ont été
radicalement modifiés. Naturellement, ces
changements ont affecté la façon dont nous
percevons l'avenir ... La base économique de
l'Amérique change et de nouveaux services et
produits sont proposés. "

L'article a ensuite déclaré que nos vies


professionnelles, nos loisirs, nos systèmes éducatifs
sont modifiés et, plus important encore, la façon de
penser de nos enfants est modifiée. L'auteur de
l'article "Esquire" a conclu:

143
"L'Amérique est en train de se transformer, tout
comme la direction qu'elle prendra dans le futur ...
Parfois, notre nouvelle section américaine (promise
pour les prochaines éditions d'Esquire), ne semble
pas si nouvelle, car la plupart des nouvelles
pensées se sont insinuées dans le monde. principal
courant de la vie américaine, mais jusqu'à présent,
il est passé inaperçu. "

Je n'aurais pas pu donner une description plus


appropriée de l'erreur «le temps change les
choses». Rien ne change de lui-même, tous les
changements sont conçus, que ce soit en secret ou
en public. Alors que "Esquire" n'a pas dit qui est
responsable des changements - pour la plupart des
changements indésirables - auxquels nous, le
peuple, avons tenté de résister. (Les majuscules
sont destinées.)

"Esquire" n'est pas le seul dans son affirmation. Des


millions d'Américains vivent dans l'ignorance totale
des forces qui façonnent leur avenir. Ils ignorent
que l'Amérique est complètement «conditionnée»
par la «méthode de pénétration directionnelle
intérieure à longue portée» de Tavistock. Le pire,
c'est que ces millions, à cause du conditionnement
de Tavistock (faisant penser les Américains de la
manière dont Tavistock les ferait penser), ne
semblent plus s'en soucier. Ils ont été «conditionnés
à l'intérieur» grâce à la « pénétration à longue
distance » - le plan de contrôle principal mis en
place par Tavistock pour laver le cerveau de la
nation pendant si longtemps qu'ils souffrent
maintenant d'un état constant de «choc».

Comme nous le verrons, il y a de bonnes raisons à


cette apathie et à cette ignorance. Les changements
non désirés et forcés auxquels nous avons été
soumis en tant que nation ont été l'œuvre de
plusieurs maîtres théoriciens et techniciens qui ont
rejoint John Rawlings Reese à l'Institut Tavistock.

145
Chapitre 24
Le lavage de cerveau sauve un président américain

Je me risquerais à suggérer cela même après toutes


mes années à exposer Reese et son travail; 95% des
Américains ne savent pas qui il est ni quel tort il a
fait aux États-Unis.

Ce nombre important de nos concitoyens ignore


encore aujourd'hui totalement comment ils ont été
manipulés et contraints d'accepter de «nouvelles
idées», de «nouvelles cultures» et de «nouvelles
religions». Ils ont été gravement violés et ne le
savent pas. Ils sont toujours violés et ne savent
toujours pas ce qui se passe, en particulier lorsqu'il
s'agit de se faire une opinion par le biais de
sondages.

Pour illustrer mon affirmation, l'ancien président


Clinton a pu survivre scandale après scandale sur la
base des sondages montrant que le peuple
américain ne se souciait pas assez de son
comportement extravagant pour appeler à une
procédure de destitution. Cela pourrait-il être vrai?
Serait-il vrai que les gens ne se soucient plus
vraiment de la moralité publique? Bien sûr que
non!

La situation est une situation artificielle enseignée


par l'Institut Tavistock et chaque enquêteur est
formé aux méthodes Tavistock de formation
d'opinion et de manipulation de l'opinion publique,
de sorte que les réponses «sortent correctement».

Nous pouvons ajouter le président GW Bush aux


«survivants». Il n’a pas été démis de ses fonctions
malgré les mensonges flagrants qui ont été utilisés
pour lancer une opération illégale
(inconstitutionnelle) en Irak. C'est inconstitutionnel
parce que la guerre n'a jamais été déclarée
constitutionnellement.

146
En outre, il n'y a aucune disposition dans la
Constitution américaine pour que les États-Unis
attaquent une autre nation qui n'a pas commis
d'actes de belligérance contre elle. Comment le
président Bush a-t-il réussi à ne pas être destitué?
Les réponses se trouvent dans l'Institut Tavistock et
ses capacités de lavage de cerveau de masse.
L'une des premières tâches entreprises par
Tavistock après le lancement de la guerre totale
contre les États-Unis en 1946 fut de forcer
l'acceptation de «modes de vie alternatifs» au
peuple américain. Les documents de Tavistock ont
montré comment les dirigeants d'une campagne
visant à forcer l'acceptation légale par le public des
groupes, dont le comportement était jusqu'à ce que
les changements soient imposés par le Congrès,
reconnus comme un crime dans presque tous les
États de l'Union, et dans certains États, reste comme
un la criminalité. Je fais référence au «mode de vie
gay» tel qu'il est connu.
Le profilage minutieux qui a été fait avant le
lancement de ce programme de «changement» n'a
pas été cru par les non-initiés, qui l'ont rejeté
comme une «science-fiction effrayante», même si
elle était énoncée dans les termes les plus simples.
Une grande majorité d'Américains n'a jamais
entendu (et ne sait toujours pas en 2005) que
l'Institut Tavistock était entré en guerre contre eux
en 1946, ni que le peuple avait perdu cette guerre
depuis.

Tavistock a tourné son attention vers les États-Unis


à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Les
méthodes qui ont fait tomber l'Allemagne se
déchaînent désormais contre les États-Unis. Le
lavage de cerveau massif de notre nation s'appelait
"Pénétration à longue distance" et
"Conditionnement directionnel intérieur".

L'objectif principal de cette entreprise était


d'installer des programmes socialistes à tous les
niveaux de gouvernement; inaugurant le Nouvel
Âge des Ténèbres un Nouvel Ordre Mondial à
l'intérieur d'une dictature communiste à
gouvernement unique.

147

En particulier, il a été conçu pour briser le


caractère sacré du mariage et de la vie de famille.
Et elle visait aussi la Constitution à «la rendre sans
effet». L'homosexualité, le lesbianisme et
l'avortement sont des programmes
conçus par Tavistock et visent à «changer» la
Constitution américaine.

La plupart des programmes de Tavistock sont basés


sur l'élection des «bons» candidats; ceci étant
réalisé avec l'aide de ses sondeurs formés avec
leurs questions intelligemment chargées. Le plan
directeur du «mode de vie gay» de Tavistock
appelait à plusieurs unités de «groupe de travail»
qui aideraient les médias à peindre sur l'assaut
homosexuel et à faire passer les croisés du
«nouveau style de vie» «comme n'importe quel
autre peuple».

Les «talk shows» font désormais partie intégrante


de ces plans, mais à l'époque, ils n'étaient pas aussi
largement utilisés pour apporter des changements
sociaux qu'ils le sont aujourd'hui. Les dirigeants
sélectionnés par Tavistock pour promouvoir
d'énormes changements sur la scène sociale et
politique via des talk-shows étaient Phil Donahue et
Geraldo Riviera, Bill O'Reilly, Barbara Walters et de
nombreuses autres personnes dont les noms sont
devenus des noms connus en Amérique. Ce sont
eux qui ont présenté les personnes qui devaient se
présenter aux élections; des gens qui jusque-là
auraient été ri de l'estrade. Mais maintenant, grâce
à une utilisation habile des sondages, ces personnes
sont prises au sérieux.

La planification minuscule qui a permis d'amorcer


le public par le biais des animateurs d'émissions
télévisées a coûté des millions de dollars dépensés
pour mettre en œuvre ce plan à long terme de
changement social forcé par Tavistock , et comme
le montrent les résultats, Tavistock a bien fait ses
devoirs. Avec toute mon expérience, je suis toujours
étonné de voir comment ce grand coup d'État a été
réussi.

148
Des communautés entières à travers le pays ont été
profilées; les invités des talk-shows et leur public
ont été sélectionnés par correspondance de profil,
sans jamais être au courant de ce qui se faisait à
leur insu et sans leur consentement. Les Américains
ont été embarrassés à grande échelle et ne le
savaient pas alors et ne le savent toujours pas! Ils
ne savaient pas non plus qu’ils étaient battus par le
Tavistock Institute for Human Relations.
Enfin, après trois ans de préparation, l'assaut
sodomiste / lesbienne de Tavistock qui a été lancé
contre un peuple américain totalement sans
méfiance peut être assimilé à la tempête qui a
éclaté sur la nation française sans méfiance au
moment de la Révolution française.

La campagne bien planifiée et exécutée a


commencé en Floride, comme prévu, et,
exactement comme prévu, Anita Bryant s'est
avancée pour prendre les gourdins contre les
envahisseurs de la «communauté gay» - des mots
soigneusement sélectionnés par Tavistock, qui sont
maintenant devenus tout à fait acceptable. Avant
cet épisode, le mot «gay» n'était jamais utilisé pour
décrire les homosexuels ou leur comportement.

Tavistock a été fondée en 1921 en tant que


successeur de Wellington House qui avait réussi un
grand coup d'État en 1914 et 1917, et comme déjà
raconté, entraînant la Grande-Bretagne et
l'Amérique dans une guerre sauvage contre
l'Allemagne.

Tavistock devait servir de principal véhicule de


recherche pour les services de renseignement
britanniques, toujours les meilleurs au monde. Le
major, plus tard le général de brigade John
Rawlings Reese, commandé par le monarque, a été
choisi pour diriger le projet et la famille royale
britannique a financé le projet avec l'aide des
Rockefeller et des Rothschild.

149
Au milieu de la Seconde Guerre mondiale, Tavistock
a reçu un financement supplémentaire de David
Rockefeller, en échange de l'aide pour reprendre le
service de renseignement secret allemand de
l'ancien Reynard Heydrich. L'ensemble de l'appareil
et du personnel du brillant service de sécurité nazi
a été transporté corporellement à Washington, DC,
en violation de la loi suprême du pays. Il a
maintenant commencé à s'appeler "Interpol".

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les


installations de Tavistock à Londres et dans le
Sussex ont servi de quartier général au Bureau de
la guerre psychologique de l'armée britannique.

L'importance de ceci est que grâce à l'arrangement


de «meilleur ami» entre Churchill et Roosevelt,
Tavistock a pu prendre le contrôle total du
renseignement américain et des politiques
militaires par l'intermédiaire de Special Operations
Executive (SOE) et a maintenu ce contrôle tout au
long de la Seconde Guerre mondiale. Eisenhower a
été choisi par le Comité des 300 pour devenir le
général commandant des forces alliées en Europe,
mais seulement après un profilage approfondi par
Tavistock. Il a ensuite été nommé à la Maison
Blanche. Eisenhower a été autorisé à conserver son
siège à la Maison Blanche jusqu'à ce que, avec son
utilité dépensée, alors que les souvenirs de la
guerre se dissipaient, il fut jeté. L'amertume
d'Eisenhower face au traitement qu'il a reçu de la
part du Comité des 300 et de l'Institut Tavistock se
reflète dans ses déclarations sur les dangers posés
par le complexe militaro-industriel - une référence
voilée à ses anciens patrons, les «Olympiens».

Le livre «Comité des 300», raconte toute l'histoire


de ce corps d'hommes ultra-secrets et ultra-élites
qui gouvernent le monde. Le Comité des 300 a à sa
disposition un vaste réseau imbriqué de banques,
de maisons de financement, de médias imprimés et
électroniques, de grands groupes de "groupes de
réflexion", de nouveaux scientifiques scientifiques
qui sont en réalité les temps modernes

150
créateurs de ce qui passe pour l’opinion publique
créée à travers ses sondages nationaux, et ainsi de
suite. Aujourd'hui, plus de 450 des plus grandes
entreprises Fortune 500 sont sous l'emprise du
Comité des 300.

Il s'agit notamment de Petro-Canada, de la Banque


de Hong Kong et de Shanghai, Halliburton, Root,
Kellogg and Brown, British Petroleum, Shell, Xerox,
Rank, Raytheon, ITT, Eagle Insurance, toutes les
plus grandes compagnies d'assurance, toutes les
plus grandes compagnies et ou organisations aux
États-Unis, en Grande-Bretagne et au Canada. Le
soi-disant mouvement environnemental est
entièrement contrôlé par le Comité, par
l'intermédiaire de l'Institut Tavistock.

La plupart des gens ont tendance à croire que le


«lavage de cerveau» est une technique coréenne /
chinoise. Ça ne l'est pas. Le lavage de cerveau
remonte à Tavistock en tant que créateur de l'art.
La science des modifications du comportement a
son origine dans Tavistock, qui a formé une armée
de personnel du renseignement à sortir et à faire de
même.

Les États-Unis, peut-être plus que tout autre pays,


ont ressenti le poids du poing de Tavistock dans
notre vie nationale à presque tous les niveaux, et
leur emprise sur ce pays n'a pas été amoindrie: au
contraire, avec l'avènement de William Jefferson
Clinton, et Bush, père et fils, il a été
considérablement resserré. Nous avons vraiment
subi un lavage de cerveau en 1992 et 1996. Nous
sommes vraiment une nation soumise à un lavage
de cerveau en 2005. Les États-Unis sont la
principale victime de la guerre de pénétration à
longue portée utilisant les techniques Reese.

Les autres pays victimes sont la Rhodésie


(maintenant le Zimbabwe), l'Angola, l'Afrique du
Sud, les Philippines, la Corée du Sud, l'Amérique
centrale, l'Iran, l'Irak, la Serbie, la Yougoslavie et le
Venezuela.
151
La technique ne fonctionne pas en Irak et en Iran,
et dans l'ensemble, les pays musulmans semblent
moins réceptifs aux méthodes de contrôle de masse
de la population de Tavistock que les pays
occidentaux.

Il ne fait aucun doute que leur stricte adhésion aux


lois du Coran et à leur foi islamique est ce qui a
déjoué les plans de Tavistock pour le Moyen-Orient,
du moins temporairement. Par conséquent, une
campagne concertée a été organisée pour faire la
guerre au monde musulman.

Le fait que Reese ait réussi à imposer des


changements à un grand nombre de pays se reflète
dans les événements qui se sont produits depuis.
Chez lui, Tavistock a remodelé toute une série
d'institutions américaines majeures, privées et
gouvernementales, parmi lesquelles nos agences de
renseignement, les unités du Pentagone, les comités
du Congrès, les grandes entreprises, le monde du
divertissement, etc.

153
CHAPITRE 25
L'assaut de Tavistock contre les États-Unis

L'un des principaux joueurs de l'équipe Tavistock


était le Dr Kurt Lewin. Né en Allemagne, mais
contraint de fuir lorsque ses expériences de
contrôle de population ont été découvertes par le
gouvernement allemand. Lewin était déjà bien
connu de Reese - les deux ayant largement coopéré
à des expériences de sondage et à des expériences
similaires de formation de l' opinion . On dit que le
Dr Goebbels a adopté avec enthousiasme les
méthodes Tavistock.
Lewin s'est enfui en Angleterre, où il a rejoint Reese
à Tavistock et s'est vu confier sa première tâche
majeure: Propagande l'Amérique dans la Seconde
Guerre mondiale, en lançant un blitz médiatique
contre l'Allemagne en Europe et aux États-Unis.Il a
réussi admirablement dans ce qui s'est avéré être le
la plus grande campagne de propagande de
l'histoire, celle qui a plongé le peuple américain
dans une frénésie de haine contre l'Allemagne, et
plus tard, le Japon. Le blitz a finalement coûté la vie
à des centaines de milliers de soldats américains et
a versé des milliards de dollars dans les coffres de
Wall Street, des banques internationales et des
marchands d'armes.

Nos pertes en vies et en trésors nationaux ne peuvent être


récupérées.

Juste avant l'assaut contre l'Irak, les États-Unis ont


été soumis à une explosion de propagande à peine
inférieure au niveau de celui qui avait été
développé pour pousser les États-Unis dans la
Seconde Guerre mondiale. Des analyses
minutieuses des mots clés et des phrases
développés par Lewin pour l'utilisation de la
Seconde Guerre mondiale ont montré que dans
93,6% de tous les cas examinés, ces mots-clés et
expressions correspondaient à ceux utilisés
pendant la guerre de Corée, la guerre du Vietnam et
la guerre du Golfe.

154
À l'époque de la guerre du Vietnam, les sondages
utilisant la méthodologie Tavistock ont été utilisés
avec un effet dévastateur contre le peuple
américain.

Pendant la guerre du Golfe, un exemple des


méthodes de Tavistock a été la façon dont le
Département d'État a continué à qualifier le
personnel de son ambassade au Koweït d '«otages»,
bien qu'aucun n'ait jamais été emprisonné. En fait,
chacun d'entre eux était libre de partir à tout
moment, mais on lui a ordonné de rester au Koweït
afin que la propagande puisse être tirée de leur
situation.

En substance, les «otages» étaient les otages du


département d'État! Incapable d'inciter le président
Hussein à tirer les premiers coups de feu, une autre
«situation artificielle» comme Pearl Harbor a dû
être mise en place. Le nom d'April Glaspie sera à
jamais associé à la trahison et à l'infamie. Ce qui a
suivi a été un vol élaboré de millions de barils de
pétrole irakien par le Koweït. L'ambassadeur
américain à Bagdad April Gillespie a donné à
Hussein le "tout clair" pour attaquer l'Irak et mettre
fin à une situation qui coûtait des milliards de
dollars au peuple irakien. Mais lorsque l'attaque a
été montée, Bush l'aîné n'a pas tardé à envoyer
l'armée américaine au Koweït.

Le président Bush a suscité un soutien contre l'Irak


en utilisant la fausse déclaration d '«otage». C'est là
que l'Institut Tavistock échouera: s'il a réussi à
convaincre la majorité des Américains que nos
politiques pour le Moyen-Orient sont justes,
Tavistock n'a pas été en mesure de prendre le
contrôle de la Syrie, de l'Iran, de l'Irak, de l'Algérie
et de l'Arabie saoudite.

C'est à ce stade que le plan sournois de Tavistock


pour déposséder les nations arabes de leur pétrole
se décolle. L'époque où le MI6 pouvait envoyer des
«arabistes» comme les Philby's et Captain Hill pour
saper les États musulmans est révolue depuis
longtemps.

155
Les pays arabes ont appris de leurs erreurs et,
aujourd'hui, ils font beaucoup moins confiance au
gouvernement britannique qu'au début de la
Première Guerre mondiale. La dictature de
Moubarak d'Egypte est en difficulté. Les
fondamentalistes musulmans cherchent à rendre le
tourisme dangereux, et l'Égypte compte sur les
devises fortes de l'étranger pour continuer à flotter
en plus du don annuel de 3 milliards de dollars des
contribuables américains. De même, la Syrie ne va
pas se tenir aux côtés des politiques américaines
qui favorisent Israël par rapport aux Palestiniens
pendant très longtemps.

À la maison, des milliards de dollars ont été versés


dans les caisses de Tavistock par le gouvernement
américain: parmi les bénéficiaires de ces milliards
de dollars se trouvaient les National Training
Laboratories, la Harvard Psychological Clinic, la
Wharton School, le Stanford's Hoover Institute,
Rand, MIT, The National Institute of Mental Health,
Georgetown University, Esalen Institute, Center for
Advanced Study in Behavioral Sciences, Institute
for Social Research au Michigan et de nombreux
autres groupes de réflexion et institutions
d'enseignement supérieur.

La tâche de mettre en place ces affiliés aux États-


Unis dans le renseignement dans le monde entier a
été confiée à Kurt Lewin, que nous avons déjà
rencontré, mais dont le nom n'était probablement
pas connu de plus de 100 personnes avant que mon
histoire sur Tavistock n'éclate. Pourtant, cet homme
et John Rawlings Reese ont fait plus pour
endommager les institutions sur lesquelles repose
la République américaine que tout ce qu'Hitler ou
Staline aurait pu accomplir. La façon dont Tavistock
a démêlé la chaîne et la trame de notre tissu social
qui maintient la nation ensemble, fait un récit
effrayant et effrayant dont la «normalisation» des
modes de vie homosexuels et lesbiens est une
réalisation petite mais significative; une réalisation
bien plus grande et plus effrayante a été le succès
du lavage de cerveau de masse par le biais de
sondages d'opinion.

156
Pourquoi les techniques Tavistock de Reese
fonctionnent-elles si bien dans la pratique? Reese a
perfectionné ses expériences de lavage de cerveau
de masse grâce à des tests de stress, ou des chocs
psychologiques, également connus sous le nom
d'événements stressants. La théorie de Reese,
maintenant amplement prouvée, était que si des
populations entières pouvaient être soumises à des
tests de stress, il serait alors possible, d'abord, de
déterminer à l'avance quelles seraient les réponses
de la population de masse à des événements de
stress donnés.

De manière très explicite, cette technique est au


cœur de la création de l'opinion publique souhaitée
par le biais de sondages, qui ont été utilisés avec un
effet dévastateur pour protéger l'administration
Clinton des scandales tourbillonnant autour de la
Maison Blanche, et qui protège désormais Bush le
plus jeune de l'être. retiré de la Maison Blanche.
157
Chapitre 26
Comment les politiciens, acteurs et chanteurs
médiocres sont «bouffés».

Cette technique est ce que l'on appelle le «profilage»


et peut être appliquée à des individus, à de petits ou
grands groupes de personnes, à des groupes massifs
de personnes et / ou à des organisations de toutes
tailles. Ils sont ensuite «gonflés» pour devenir des
«étoiles». Alors qu'il était encore au début de la
vingtaine en Arkansas, William Clinton a été profilé
pour être accepté dans le programme de bourses de
Rhodes. Ses progrès ont été décrits tout au long de
sa carrière, et en particulier pendant la période de
la guerre du Vietnam. Puis, après avoir fait ses
preuves, Clinton a été «préparé» pour la Maison
Blanche et ensuite constamment «soufflé».

Toute l'opération était sous le contrôle des laveurs


de cerveau de l'Institut Tavistock. C'est ainsi que
fonctionnent ces choses. Ainsi sont les outils forgés
pour faire littéralement des candidats, en
particulier ceux qui sont jugés aptes à une charge
publique; des candidats sur lesquels on peut
toujours compter pour faire la «bonne» chose. Le
Congrès en est plein. Gingrich était un "produit
Tavistock" typique du succès jusqu'à ce que sa
conduite soit découverte. Trent Lott, Dick Cheney,
Charles Schumer, Barney Frank, Tom DeLay, Dennis
Hastert, Dr. Frist, et ainsi de suite sont d'autres
exemples de «diplômés» de Tavistock. La même
technique est appliquée aux acteurs, chanteurs,
musiciens et artistes.

Une propagande intense a été utilisée pour


convaincre la population que les «turbulences
sociales environnementales» indésirables étaient le
résultat des temps changeants dans lesquels nous
vivons, alors que, comme nous le savons
maintenant, des scientifiques spécialisés dans les
nouvelles sciences ont conçu des programmes
(programmes de stress) pour créer artificiellement
«l'environnement». turbulences sociales », puis les
faire passer pour le résultat d’une condition
naturelle, mieux connue sous le nom de« temps
changeant ».

158
Les nouveaux scientifiques scientifiques de
Tavistock étaient convaincus que nous
n'appliquerions pas le principe «pour chaque effet,
il doit y avoir une cause» - et ils avaient raison. Par
exemple, nous avons accepté avec douceur les
"Beatles" et leur "musique romanes" et leurs
paroles - si l' on ose l'appeler musique et paroles,
après avoir été dit, le groupe a tout écrit.

En fait, Theo Adorno, diplômé de Tavistock, dont les


12 discordes atonales ont été scientifiquement
conçues pour créer des «turbulences sociales
environnementales» de masse dans toute
l'Amérique, a écrit la musique. Aucun des Beatles
ne pouvait lire la musique. Néanmoins, ils ont été
«gonflés» jour et nuit sans cesse jusqu'à ce que tout
ce qui les concerne, mensonges et tout, soit accepté
comme vérité.

Tavistock a prouvé maintes et maintes fois que


lorsqu'un grand groupe est profilé avec succès, il
peut être soumis à un «conditionnement
directionnel interne» dans à peu près tous les
aspects de la vie sociale et politique.

Partie intégrante des expériences de contrôle


mental de masse de Tavistock aux États-Unis, qui se
poursuivent depuis 1946, la prise d'opinion par
sondage a été de loin l'entreprise la plus réussie.
L'Amérique était fouettée et ne le savait pas.

Juste pour prouver le succès de ses techniques,


Reese a demandé à Tavistock de tester un grand
groupe de personnes sur un sujet lié au complot. Il
s'est avéré que 97,6% de ceux qui ont été interrogés
ont totalement rejeté l'idée qu'une conspiration
globale existe. Dans quelle mesure nos gens
croiraient-ils moins qu'ils ont été directement
attaqués par Tavistock au cours des 56 dernières
années? Nous avons des animateurs d'émissions de
radio comme Rush Limbaugh, qui disent
constamment au public qu'il n'y a pas de complot.

159
Combien de personnes croiraient qu'au cours des
56 dernières années, Tavistock a envoyé une armée
invisible de troupes de choc, dans chaque hameau,
village, ville et ville de ce pays? La tâche de l'armée
invisible est d'infiltrer, de falsifier et de modifier le
comportement social collectif, au moyen d'un
«conditionnement directionnel intérieur».
L '«armée invisible» Reese est composée de vrais
professionnels qui connaissent leur métier et se
consacrent à la tâche qui leur a été confiée. On les
trouve aujourd'hui dans les salles de justice, la
police, les églises, les commissions scolaires, les
organismes sportifs, les journaux, les studios de
télévision, les conseils consultatifs
gouvernementaux, les conseils municipaux, les
assemblées législatives des États, et sont légion à
Washington. Ils se présentent à tous les postes, du
conseiller de comté au shérif en passant par le juge,
du membre du conseil scolaire au conseiller
municipal et même, au poste de président des États-
Unis d'Amérique. Comment cela fonctionne a été
expliqué par John Rawlings Reese, en 1954:

«Leur travail consiste à appliquer les techniques


avancées de guerre psychologique telles que nous
les connaissons à des groupes de population entiers
qui vont croître de plus en plus, afin que des
populations entières puissent être plus facilement
contrôlées. Dans un monde complètement fou, des
groupes de psychologues Tavistock liés à chacun
d'autres, capables d'influencer le champ politique
et gouvernemental doivent être des arbitres, la
cabale du pouvoir. "

Cet aveu franc convaincra-t-il les sceptiques du


complot? Probablement pas, car il est douteux que
de tels esprits fermés puissent avoir une
connaissance réelle de ces choses. Ces informations
sont gaspillées dans les «têtes parlantes» de la
radio.

L'un des directeurs de l'armée invisible Reese était


Ronald Lippert, dont la spécialité était de bricoler
l'esprit des enfants.

160
Le Dr Fred Emery était un autre des «psychologues
liés» de Tavistock qui faisait partie du conseil
d'administration de la Commission Kerner du
président Johnson.

Emery était ce que Tavistock appelait un spécialiste


des «turbulences sociales environnementales»,
dont l'essentiel est que lorsqu'un groupe de
population entier est soumis à des crises sociales, il
se décompose en idéalisme synoptique et
finalement se fragmente; c'est-à-dire qu'il renonce
simplement à essayer de faire face au problème ou
aux problèmes.
Le mot «environnemental» n'a rien à voir avec les
questions d'écologie, mais il a à voir avec
l'environnement particulier dans lequel le
spécialiste s'est injecté avec l'intention spécifique
de créer des problèmes - «turbulences» ou «facteurs
de stress».

Cela s'est déjà produit avec le rock and roll, la


drogue, l'amour libre (avortement), la sodomie, le
lesbianisme, la pornographie, les gangs de rue, une
attaque constante contre la vie de famille, sur
l'institution du mariage, sur l'ordre social, sur la
Constitution et surtout sur la 2 e et 10 e
amendement.

Là où cela s'est produit, nous constatons que les


communautés sont impuissantes à faire face à un
système de justice en panne , les commissions
scolaires enseignent l'évolution, les mineurs sont
encouragés à acheter des préservatifs et même les
«droits des enfants» sont poussés. Les «droits des
enfants» signifient généralement que les enfants
devraient être autorisés à désobéir à leurs parents,
une question clé dans le programme de «garde
d'enfants» de tout socialiste. Les membres de
l'armée invisible Reese sont retranchés à la
Chambre et au Sénat, dans l'armée, la police et dans
pratiquement tous les bureaux gouvernementaux
du pays.

161
Après avoir étudié l'état de Californie, j'en suis
venu à la conclusion qu'il avait le plus grand
contingent de troupes de choc «Invisible Army»
dans le pays, ce qui a fait de la Californie quelque
chose de très proche d'un État socialiste et policier.
Je crois que la Californie sera le «modèle» pour le
reste de la nation.

À l'heure actuelle, il n'y a pas de lois dans les livres


qui rendent ce type de conditionnement illégal.
Reese et Lewin ont étudié les lois de l'Angleterre et
des États-Unis et ont conclu qu'il était légal de
«conditionner» une personne sans son
consentement ni sa connaissance.

Nous avons besoin de changer ça. Le sondage fait


partie intégrante du «conditionnement». L '«armée
invisible» de troupes de choc de Tavistock a changé
la façon dont l'Amérique pense au rock, aux
relations sexuelles avant le mariage, à la drogue,
aux enfants nés hors mariage, à la promiscuité, au
mariage, au divorce, à la vie de famille, à
l'avortement, à l'homosexualité et au lesbianisme, à
la Constitution et oui, même meurtre, sans parler
du fait que le manque de moralité est bien tant que
l'on fait du bon travail.

Dans les premières années de Tavistock, le


"Leaderless Group Concept" était utilisé pour jeter
l'Amérique que nous connaissions autrefois, dans la
poussière. Le responsable du projet était WR Bion,
qui a dirigé la Wharton School of Economics
pendant des années, où des absurdités telles que le
libre-échange et l'économie keynésienne sont
enseignées. Le Japon est resté avec le modèle
américain enseigné par le général McArthur - pas la
fraude de la Wharton School - et regardez le Japon
aujourd'hui. Ne blâmez pas les Japonais pour leur
succès - blâmez Tavistock pour avoir détruit notre
système économique. Mais le tour du Japon arrive!
Aucune nation ne sera épargnée par l'assaut final
pour inaugurer un gouvernement mondial unique
dans un nouvel ordre mondial.

162
Le "Brain Trust" responsable de la guerre de
Tavistock contre l'Amérique (1946-), se composait
de Bernays, Lewin, Byron, Margaret Meade,
Gregory Bateson, HV Dicks, Lippert, Nesbit et Eric
Trist. Où les troupes de choc de «l'armée invisible»
ont-elles obtenu leur formation? Ils l'ont obtenu de
Reese à Tavistock, d'où ils se sont dispersés à
travers l'Amérique pour semer leurs graines de
«modèles de stress de turbulence sociale
environnementale».

Ils se sont répandus dans tous les niveaux de la


société américaine, obtenant des postes dans des
endroits où ils pouvaient exercer l'influence qu'ils
avaient appris à utiliser par Reese. Les décisions
prises par les membres de l'armée invisible de
troupes de choc ont profondément affecté
l'Amérique à tous les niveaux, et le pire reste à
venir.

Juste pour donner quelques exemples de qui


étaient certaines des principales troupes de choc,
mentionnons George Schultz, Alexander Haig,
Larry King, Phil Donahue, l'amiral Burkley
(profondément impliqué dans la dissimulation des
assassins de Kennedy), Richard Armitage, Billy
Graham , William Paley, William Buckley, Pamela
Harriman (décédée depuis,) Henry Kissinger,
George Bush et feu Katherine Meyer Graham sans
parler de la caravane arrivée à Washington de
l'Arkansas en 1992, dirigée par M. et Mme Clinton
aux mains de qui la nation allait bientôt être
déchirée. Les nouveaux arrivants incluent Rush
Limbaugh, Bill O'Reilly, Larry King et Karl Rove.

Les chefs d'entreprise des groupes de troupes de


choc sont légion, beaucoup trop nombreux pour
être énumérés ici. Des milliers de ces troupes de
choc de l'armée invisible de la Business Brigade ont
été déployées dans les installations américaines de
Tavistock, le National Training Laboratory (NTL),
qui a commencé son existence sur l'immense et
vaste domaine new-yorkais d'Averill et Pamela
Harriman. Comme nous le savons maintenant, c'est
Mme Harriman qui a choisi Clinton pour une
formation spéciale et finalement, le bureau ovale.

163

Au Laboratoire national de formation, les chefs


d'entreprise ont été formés aux situations de stress
et à la manière de les gérer. Les entreprises qui ont
envoyé leurs cadres supérieurs à NTC pour recevoir
une formation Tavistock comprenaient
Westinghouse, BF Goodrich, Alcoa, Halliburton, BP,
Shell, Mobil-Exxon Eli Lily, DuPont, la Bourse de
New York, Archer Daniels Midland, Shell Oil. Mobil
Oil, Conoco, Nestlé, AT&T, IBM et Microsoft. Pire
encore, le gouvernement américain a envoyé son
personnel de haut niveau issu de la marine
américaine, du département d'État américain, de la
Commission de la fonction publique et de l'armée
de l'air. Vos impôts, par million, ont payé l
'«éducation» que Tavistock a donnée à ces employés
du gouvernement à Arden House sur le domaine
Harriman.
165
CHAPITRE 27
La formule Tavistock qui a amené les États-Unis dans la
Seconde Guerre mondiale

L'aspect le plus important de leur formation était


peut-être de savoir comment utiliser les sondages
publics pour rendre les politiques publiques
conformes à ce que les objectifs de Tavistock
jugeaient souhaitables. Cette technique qui
altère l'esprit est appelée «sondage d'opinion».

Les réponses inadaptées rendues possibles par le


profilage en gros de Tavistock, et dans lesquelles les
réponses inadaptées "Invisible Army" de Tavistock
ont fonctionné à la perfection pendant la guerre du
Golfe.

Au lieu de nous rebeller contre le fait d'entraîner


cette nation dans une guerre contre un pays ami
avec lequel nous n'avions aucune dispute, une
guerre qui a été menée sans une véritable
déclaration de guerre du Congrès, nous avons été
«tournés» en sa faveur. Bref, nous avons été
gravement induits en erreur sans le savoir, en
raison du « conditionnement
directionnel interne à longue portée » que le peuple
américain subit depuis 1946.

Tavistock a conseillé au président Bush l'ancien


d'utiliser la formule simple suivante que Reese et
Lewin ont demandé à Allen Dulles d'utiliser en
1941 lorsque Roosevelt se préparait à entraîner
l'Amérique dans la Seconde Guerre mondiale:

(1) Quel est l'état du moral et son évolution


probable dans le pays ciblé? (Cela s'appliquait
également au moral aux États-Unis)

(2) Quel est l'état de sensibilité des États-Unis à


l'idée que la guerre dans le golfe Persique est
nécessaire?

(3) Quelles techniques pourraient être utilisées


pour affaiblir l'opposition des États-Unis à la guerre
dans le golfe Persique?

166

(4) Quels types de techniques de guerre


psychologique réussiraient à saper le moral du
peuple irakien? (C'est ici que Tavistock a très mal
glissé.)

Une fois que Bush s'est engagé dans la guerre du


Golfe du Premier ministre Thatcher en 1991 au nom
de la reine Elizabeth et de sa compagnie pétrolière
BP, Tavistock a mis sur pied une équipe, qui
comprenait des psychologues, des faiseurs
d'opinion publique, dirigés par les menteurs
effrontés de Hill et Knowlton, et une foule de
Profileurs Tavistock. Chacun des discours
prononcés par le président Bush dans l'intention de
promouvoir la guerre contre l'Irak a été rédigé par
des équipes multidisciplinaires d'écrivains formés
par Tavistock.

Des informations top-secrètes sur la façon dont la


guerre du Golfe a été propagée et comment le
peuple américain a été balancé derrière cette
guerre méchante et corrompue par le président
George Bush ont été données récemment à un
comité du Congrès. Le rapport indique qu’à un
stade précoce du plan de retrait de l’Irak,
l’administration Bush a été informée que le soutien
du public était primordial et qu’il n’avait pas le
peuple américain derrière lui.

La première règle était d'établir dans l'esprit du


peuple américain le "grand besoin de protéger les
champs pétrolifères saoudiens menacés par une
invasion irakienne sous la direction d'un fou".
Ainsi, bien que l'on sache depuis le début que l'Irak
n'avait aucun projet sur les champs pétrolifères
saoudiens, la National Security Agency (NSA) a
donné des informations fausses et trompeuses
selon lesquelles les champs pétrolifères saoudiens
étaient la cible ultime de l'Irak. C'était une
fabrication totale, mais c'était la clé du succès.
L'Agence nationale de sécurité n'a jamais été punie
pour sa conduite mensongère.

167
Le rapport indiquait qu'une couverture télévisuelle
sans précédent serait nécessaire pour faire basculer
le soutien public derrière la guerre.
L'administration Bush a obtenu très tôt la pleine
coopération des trois grands réseaux, ABC, CBS et
NBC et plus tard CNN. Plus tard, une station de
propagande virtuelle, Fox News (également connue
sous le nom de Faux News) a été ajoutée. La
couverture de la guerre du Golfe et des sujets
connexes en 1990 par ces stations était trois fois
supérieure à celle de tout sujet couvert en 1989, et
une fois la guerre commencée; la couverture était
cinq fois plus grande que toute autre histoire, y
compris la place Tiananmen.

En 2003, Bush le plus jeune a suivi de très près la


formule qui avait réussi pour son père, mais avec
quelques adaptations supplémentaires. Les
nouvelles mélangées à la fiction (voir la section sur
HG Wells "La guerre des mondes") sont devenues
plus de fiction mélangées avec des nouvelles et le
mensonge flagrant a été recouru à de sorte que le
reportage direct est devenu impossible à distinguer
des nouvelles mélangées à la fiction.

L'un des principaux acteurs dans la couverture de


la guerre était CNN, qui a passé un contrat avec
l'administration Bush pour amener la guerre du
Golfe dans les salons américains 24 heures sur 24 .
En raison de la masse de nouvelles favorables et
biaisées, le déploiement de troupes dans le Golfe a
été accueilli favorablement par environ 90% de la
population américaine. C'était juste une autre façon
de pratiquer les sondages d' opinion sur les
Américains, juste une autre façon de les laver le
cerveau.

Les conseillers de la National Security Agency


(NSA) ont dit à l'administration Bush que dès le
début, le public devait être persuadé de suivre ses
plans de guerre du Golfe. Il a été décidé de créer un
parallèle entre Hitler et Saddam Hussein, avec les
mots "Saddam Hussein doit être arrêté" répété
maintes et maintes fois, suivi d'un mensonge selon
lequel le président irakien "agit comme Hitler".

168
Plus tard, une terrible menace a été ajoutée, à
savoir que l'Irak avait la capacité de frapper les
États-Unis avec des armes de destruction massive à
longue portée . C'était l'adaptation de l'édit de
Staline que pour capturer et asservir votre propre
peuple, il faut d'abord le terroriser.
Le Premier ministre britannique Blair est allé
encore plus loin. S'exprimant au Parlement, il a
déclaré au peuple britannique que "Saddam
Hussein" avait la capacité de frapper la Grande-
Bretagne et pouvait le faire en 45 minutes. Il est allé
jusqu'à avertir les touristes britanniques en
vacances à Chypre de rentrer en Grande-Bretagne
le plus tôt possible, les services de renseignement
britanniques ayant appris que l'Irak se préparait à
lancer une frappe nucléaire contre l'île. Blair a fait
son annonce en sachant parfaitement que le
programme d'armes nucléaires de l'Irak avait été
complètement détruit en 1991.

La «compétence» de la première administration


Bush à communiquer la nécessité d'une guerre
dans le Golfe a atteint son apogée avec l'histoire
fabriquée par Hill and Knowlton sur «l'incubateur»
racontée en larmes par la fille de l'ambassadeur du
Koweït à Washington. le
Le Sénat - et le pays tout entier - a avalé cette fraude
massive.

Ce fut à nouveau l'empereur Guillaume II «coupant


les bras des jeunes enfants belges», et avec encore
plus de succès. Après le «gros mensonge» de Hill
and Knowlton, 77% des Américains interrogés ont
déclaré qu'ils approuvaient l'utilisation des troupes
américaines contre l'Irak, même si 65% des
personnes interrogées savaient où se trouvait l'Irak
sur la carte.

Tous les grands sondages ont montré que le


contournement de la Constitution par Bush était
approuvé, car les personnes interrogées n'avaient
aucune idée de ce qu'était une déclaration
constitutionnelle de guerre, ni de son caractère
obligatoire. Le rôle joué par l'ONU a ajouté aux
"compétences en communication" de
l'administration Bush, selon le rapport.

169

La deuxième administration Bush a utilisé les


mêmes méthodes Tavistock et une fois de plus le
peuple américain a accepté les mensonges et les
distorsions qui leur étaient présentés comme des
faits. La guerre a été vigoureusement encouragée
par le vice-président Cheney qui a mené une
campagne massive pour forcer l'opinion publique
du côté de George Bush. Aucun autre vice-président
dans l’histoire des États-Unis n’a jamais pris une
part aussi active à contraindre le peuple américain
à une guerre avec l’Irak.

Cheney est apparu à la télévision 15 fois en un mois


et a déclaré catégoriquement que les talibans
étaient derrière l'attaque des World Trade Towers à
New York et que les talibans étaient sous le contrôle
du président Hussein. "La lutte contre le terrorisme
a dû être portée aux" terroristes "en Irak", a déclaré
Cheney, "avant qu'ils ne puissent à nouveau frapper
les Etats-Unis".
Cheney a continué dans la même veine longtemps
après que son affirmation ait été prouvée
absolument fausse. Bien que les plus grandes
autorités du monde se soient manifestées pour
annoncer que l'Irak n'avait rien à voir avec le 11
septembre et qu'il n'y avait pas de combattants
talibans en Irak, Cheney a maintenu son rythme de
mensonges, jusqu'à ce que Hans Blix, l'ancien
inspecteur en chef des armes de l'ONU le coupe. off,
et la Central Intelligence Agency a rapporté au
Sénat américain qu'aucun lien n'avait été découvert
entre l'Irak et les talibans et avec le 11 septembre.

En fait, selon le rapport de la CIA, Hussein détestait


les talibans et les avait chassés d'Irak de
nombreuses années auparavant. Nous publions ces
informations dans l'espoir que le peuple américain
ne sera pas si crédule la prochaine fois que son
président voudra les impliquer dans une guerre.
Nous aimerions également que les Américains
sachent qu'ils sont grossièrement induits en erreur
par un «groupe de réflexion» étranger qui les induit
constamment en erreur sur une multitude de
questions.

170
Examinons quelques-unes des questions et
espérons que le peuple américain ne sera plus
jamais induit en erreur par les «communicateurs»
qualifiés.

Le peuple américain a été grossièrement induit en


erreur au sujet de cinq grandes guerres, et cela
devrait suffire à n'importe quelle nation. Mais
malheureusement, les bombardements incessants
de l'Irak et de la Serbie par des avions américano-
britanniques ont montré que le peuple américain
n'avait rien appris de la guerre du Golfe et
comment elle avait été déclenchée, et comment on
leur avait menti et manipulé d'une manière tout à
fait répréhensible.

La deuxième guerre du Golfe était une preuve


suffisante que les méthodes de Tavistock
fonctionnent toujours, à tel point qu'on a eu
recours à des mensonges flagrants en sachant que
même s'ils étaient découverts comme des
mensonges, l'administration Bush savait que leurs
mensonges seraient simplement ignorés, parce que
le peuple américain était maintenant
complètement conditionné dans un état de
«choc d'obus» permanent , pour ne montrer aucune
inquiétude sur ce qui était une position très
sérieuse dans laquelle se trouverait une nation.

Que peut-on faire de l'emprise de Tavistock et de


ses nombreuses institutions affiliées sur le pays, la
droite chrétienne, le Congrès, nos agences de
renseignement et le département d'État, une
emprise qui s'étend jusqu'au président et à nos
hauts gradés militaires? Comme je l'ai déjà dit, le
principal problème est de pouvoir convaincre la
grande masse d'Américains que ce qui leur arrive, à
eux et au pays, n'est pas un cas de «changement des
temps» dû à des circonstances indépendantes de
leur volonté, mais un complot soigneusement conçu
, une véritable menace pour notre avenir à tous, et
pas seulement une théorie du «complot».

Nous pouvons éveiller la nation, mais seulement si


un effort concerté est fait au niveau local. La
solution au problème réside dans l'éducation des
Américains et par une action unifiée.

171
Il y a un grand et impérieux besoin d'éduquer les
millions de personnes sur ce que font les
manipulateurs secrets et, plus important encore,
comment et pourquoi ils le font. Une action
constitutionnelle urgente est nécessaire pour y
parvenir. Il existe de nombreux citoyens de
premier plan, qui ont le pouvoir et les moyens
financiers de lancer une campagne populaire. Ce
qui n'est pas voulu, c'est un tiers parti politique.

Un mouvement populaire, correctement éduqué et


agissant de concert est le seul moyen (du moins à
mon avis) que nous allons récupérer notre pays des
forces obscures et perverses qui l'ont à la gorge.
Ensemble, dans un mouvement populaire, nous
pouvons secouer l'Amérique pour la libérer de
l'emprise des puissances étrangères, des puissances
que l'Institut Tavistock sert si bien, des puissances
étrangères qui sont déterminées à détruire
l'Amérique telle que constituée par nos pères
fondateurs.

Ce travail sur l'Institut Tavistock est une autre


"première" de ma série sur les grandes
organisations dont les noms seront nouveaux pour
la plupart des lecteurs. Tavistock est le centre
nerveux le plus important des États-Unis, et il a
empoisonné et progressivement altéré pour le pire,
toutes les facettes de nos vies depuis 1946, date à
laquelle il a commencé ses opérations en Amérique
du Nord.

Tavistock a joué et joue un rôle de premier plan


dans l'élaboration des politiques américaines et des
événements mondiaux. C'est sans aucun doute la
mère de tous les centres de contrôle et de
conditionnement de l'esprit dans le monde. Aux
États-Unis, il a beaucoup de contrôle sur les affaires
quotidiennes et participe directement au cours et à
la direction de groupes de réflexion américains tels
que Stanford Research, Esalen Institute, Wharton
School, MIT, Hudson Institute, the Heritage
Foundation, l'Université de Georgetown et encore
plus directement, étend son influence à la Maison
Blanche et au Département d'État. Tavistock a une
influence profonde sur l'élaboration de la politique
intérieure et étrangère des États-Unis.

172

Tavistock est un centre d'étude consacré au service


de la noblesse noire et à ceux consacrés à la
promotion du Nouvel Ordre Mondial au sein d'un
Gouvernement Mondial Unique.

Tavistock travaille pour le Club de Rome, le CFR, la


Commission trilatérale, le German Marshall Fund,
la Mont Pelerin Society, le Ditchley Group, le Quator
Coronati Freemason control lodge et la Bank of
International Settlements.
173
CHAPITRE 28
Comment Tavistock rend les gens malades

L'histoire de Tavistock commence avec son


fondateur, Brig. Le général John Rawlings Reese en
1921. C'est Reese qui a fait évoluer les méthodes de
"lavage de cerveau" de masse de Tavistock.
Tavistock a été fondé en tant que centre de
recherche pour le British Special Intelligence
Service (SIS).

Ce fut Reese qui a lancé la méthode de contrôle des


campagnes politiques, ainsi que des techniques de
contrôle mental, qui se poursuivent encore
aujourd'hui, et ce sont Reese et Tavistock qui ont
enseigné à l'URSS, à la Chine du Nord-Vietnam et au
Vietnam comment appliquer ses
techniques - tout ce qu'ils jamais voulu savoir
comment laver le cerveau d'individus ou d'une
masse de personnes.

Reese était une proche confidente de feu Margaret


Meade et de son mari Gregory Bateson, qui ont tous
deux joué un rôle majeur dans la formation des
institutions américaines qui élaborent la politique
gouvernementale. Il était également un ami de Kurt
Lewin, expulsé d'Allemagne après avoir été accusé
d'être un sioniste actif. Lewin a fui l'Allemagne
lorsqu'il est devenu évident que le NSDP
contrôlerait l'Allemagne. Lewin est devenu le
directeur de Tavistock en 1932. Il a joué un rôle
majeur dans la préparation du peuple américain à
l'entrée dans la Seconde Guerre mondiale. Lewin
était responsable de l'organisation de la plus grande
machine de propagande connue de l'humanité, qu'il
dirigeait contre toute la nation allemande. La
machine de Lewin était chargée de pousser
l'opinion publique américaine à favoriser la guerre
en engendrant un climat de haine contre
l'Allemagne. Qu'est-ce qui a fait le succès de la
méthode Reese? Fondamentalement, c'était ceci: les
mêmes techniques de psychothérapie utilisées pour
guérir un malade mental pourraient être
appliquées dans la direction opposée.

174
Cela pourrait également faire en sorte que des
personnes en bonne santé deviennent des malades
mentaux. Reese a commencé sa longue série
d'expériences dans les années 1930 en utilisant des
recrues de l'armée britannique comme cas de test.
De là, Reese a progressé pour perfectionner les
techniques de lavage de cerveau de masse, qu'il
devait plus tard appliquer aux pays qui devaient
changer. L'un de ces pays était les États-Unis, qui
restent au centre de l'attention de Tavistock. Reese
a commencé à appliquer ses techniques de
modification de comportement contre le peuple
américain en 1946. Rares sont ceux qui ont réalisé
la menace extrême que Reese représentait pour
l'Amérique.

Le Bureau de la guerre psychologique de l'armée


britannique a été créé à Tavistock par le biais
d'accords secrets avec Churchill, bien avant que
Churchill ne devienne Premier ministre. Les
accords ont donné au British Special Operations
Executive, communément connu sous le nom de
SOE, un contrôle total sur les politiques des forces
armées américaines, agissant par des voies civiles,
et qui sont invariablement devenues la politique
officielle du gouvernement américain.

Cet accord est toujours fermement en place, aussi


inacceptable pour les Américains patriotiques
aujourd'hui, qu'il l'était lors de sa mise en place.
C'est la découverte de cet accord qui a conduit le
général Eisenhower à émettre son avertissement
historique sur les pouvoirs accumulés entre les
mains du «complexe militaro-industriel».

Pour que nous comprenions parfaitement


l'influence de Tavistock dans la vie politique,
sociale, religieuse et économique quotidienne des
États-Unis, permettez-moi d'expliquer que c'était
Kurt Lewin, le commandant en second qui était
responsable de la fondation des institutions
américaines suivantes, dont beaucoup qui étaient
chargés de modifier profondément les politiques
étrangères et locales des États-Unis:

175

* La clinique psychologique de Harvard

* Le Massachusetts Institute of Technology (MIT)

* Le Comité sur le moral national

* Rand Corporation
* Conseil des ressources de la défense nationale

* L'Institut national de la santé mentale

* Les laboratoires nationaux de formation

* Le centre de recherche de Stanford

* La Wharton School of Economics.

* Le département de police de New York

* Le FBI

* La CIA

* L'Institut Rand

C'est à Lewin qu'incomba la tâche de sélectionner le


personnel clé de ces institutions de recherche très
prestigieuses et d'autres; y compris Esalen, la Rand
Corporation; l'armée de l'air des États-Unis, la
marine, les chefs d'état-major interarmées et le
département d'État. Au cours des dernières années,
Tavistock a conditionné ceux qui ont été choisis
pour exploiter les installations de modification du
temps ELF situées dans le Wisconsin et le Michigan,
comme une défense contre celles exploitées depuis
la péninsule de Kola en Russie.

176
C'est par le biais d'institutions comme Stanford et
Rand que le tristement célèbre projet «MK Ultra» a
vu le jour. «MK Ultra» était une expérience de
20 ans utilisant du LSD et d'autres drogues
«psychotropes» , menée sous la direction d'Aldous
Huxley et du gourou du mouvement «Ban the
Bomb», Bertrand Russell (le principal homme d'État
des 300 ) pour et au nom de la CIA.

Au cours de la deuxième guerre du Golfe, des


agents formés à Tavistock ont montré au général
américain Miller comment administrer la torture
systématique pour extraire des «informations» des
prisonniers musulmans détenus à la prison d'Abu
Graib en Irak et à Guantanamo Bay à Cuba qui ont
choqué et dégoûté le monde lorsqu'ils ont été
dénoncés. Grâce à ceux-ci et à d'autres
médicaments similaires qui modifient l'humeur ,
Lewin, Huxley et Russell ont pu causer des
dommages indescriptibles à la jeunesse américaine,
des dommages dont nous, en tant que nation, ne
nous remettrons probablement jamais
complètement. Leurs horribles expériences sur les
drogues ont été menées à partir de Stanford
Research, de l'Université McGill et de l'hôpital naval
de Bethesda et dans des sites de l'armée américaine
dispersés partout au pays.

Il vaut la peine de répéter que le mouvement, qui a


germé parmi nos jeunes dans les années 1950-1960,
connu sous le nom de "New Age" et / ou "Age of
Aquarius", était un programme Tavistock. Il y avait
des remarques spontanées à ce sujet. La nudité a
été introduite conformément à la démarche suivie
pour rabaisser les femmes.

En 2005, la "nouvelle" mode est appelée "Hip-Hop",


un type de jeu de danse joué principalement par
des enfants dans les banlieues les plus pauvres des
villes américaines. Il a été repris par Tavistock et
transformé en une industrie à part entière avec
leurs spécialistes écrivant la "musique et les
paroles" jusqu'à ce qu'il soit l'un des meilleurs
producteurs de profits pour l'industrie du disque.

177
Les méthodes de Reese ont été suivies de près par
Aldous Huxley, Bertrand Russell, Arnold Toynbee et
Alistair Crowley. Russell était particulièrement
habile à travailler les méthodes de Tavistock pour
former sa campagne «CND»: «Ban the Bomb» qui
s'opposait aux expériences nucléaires américaines
Les «think tanks» de Tavistock ont reçu un
financement massif du gouvernement américain.
Ces institutions mènent des expériences de
recherche sur le conditionnement de masse de la
population. Le mouvement CND était un front
derrière lequel Huxley distribuait des médicaments
à la jeunesse britannique.

Dans ces expériences, le peuple américain a été


plus une cible que tout autre groupe national dans
le monde. Comme je l'ai révélé en 1969 et 2004,
depuis 1946, le gouvernement américain a investi
des milliards de dollars dans des projets, qui
peuvent être classés comme des "opérations
d'infiltration", c'est-à-dire que les programmes
expérimentaux portent d'autres noms et titres afin
que le peuple américain sans méfiance lève aucune
protestation contre des dépenses
gouvernementales aussi somptueuses.
Dans de telles expériences Tavistock, chaque aspect
du mode de vie de l'Amérique, ses coutumes, ses
traditions, son histoire, sont examinés pour voir
s'ils peuvent être soumis à des changements.
Chaque aspect de notre vie psychologique et
physiologique est constamment surveillé dans les
institutions américaines de Tavistock.

Les «agents du changement» travaillent sans


relâche pour changer notre mode de vie et donner
l'impression que ces changements ne sont que des
«temps changeants» auxquels nous devons nous
adapter. Ces changements forcés se retrouvent dans
la politique, la religion, la musique, la façon dont
les nouvelles sont fabriquées et rapportées, le style
de livraison des lecteurs de nouvelles avec la
prépondérance de lectrices américaines qui ont
perdu toute trace de féminité; le style et la
prestation des discours prononcés par M. Bush
(courtes phrases saccadées) accompagnées de
contorsions faciales et de mouvements corporels
enseignés par des artistes du changement,

178
sa façon de marcher (style US Marine), la montée
en puissance des soi-disant fondamentalistes
chrétiens en politique, le soutien écrasant des
«ismes», la liste est interminable.

Le résultat, le résultat net de ces programmes


expérimentaux déterminent comment et où nous
vivrons dans le présent et le futur, comment nous
réagirons aux situations stressantes de notre vie
nationale et personnelle, et comment notre
réflexion au niveau national concernant
l'éducation, la religion , la morale, l'économie et la
politique peuvent être canalisées dans la «bonne
direction».

Nous, le peuple, avons été et sommes


continuellement étudiés dans les institutions de
Tavistock. Nous sommes disséqués, profilés, lus par
réflexion et les données sont entrées dans des
banques de données informatiques dans le but de
façonner et de planifier la façon dont nous
réagirons aux chocs futurs prévus et aux situations
stressantes. Tout cela se fait sans notre
consentement et en violation flagrante de notre
droit constitutionnel à la vie privée.

Ces résultats de profilage et pronostics sont saisis


dans des bases de données dans des ordinateurs de
l'Agence de sécurité nationale, du FBI, de l'Agence
de renseignement du ministère de la Défense et des
chefs d'état-major interarmées, de la Central
Intelligence Agency, de la National Security Agency
pour ne citer que quelques endroits où ces données
sont stockées.

Les frontières entre l'espionnage interne et externe


sont estompées alors que le peuple américain est
conditionné pour le prochain gouvernement
mondial unique dans lequel la surveillance des
individus atteindra des niveaux sans précédent.

C'est ce genre d'informations qui a permis au FBI


de s'en tirer en brûlant David Koresh et sa branche
Davidians, tandis que la nation regardait cela se
passer à la télévision nationale, sans à peine un
gémissement de protestation.

179
du peuple et, étonnante absence de protestation de
la part du Congrès. En un seul geste, les droits des
États du Texas ont été détruits. Waco a été conçu
comme un cas test pour voir comment la
population réagirait en voyant le 10 e amendement
être détruit sous leurs yeux et, comme indiqué, les
habitants du Texas et des États-Unis ont agi
précisément à la manière du profil Tavistock; ils
agissaient comme des moutons paissant
paisiblement sur l'herbe tandis que la chèvre de
Judas qui les conduirait à l'abattoir faisait le tour
du troupeau.

Ce qui s'est passé et se passe de façon continue a été


annoncé par le conseiller à la sécurité nationale de
Carter, Zbigniew Brzezinski, dans son livre New
Age, "The Technocratic Era", publié en 1970. Ce qu'il
a prédit se passe sous nos yeux, mais le la nature
sinistre de ces événements qui se déroulent est
perdue pour le peuple. La réalité de ce que
Brzezinski avait prédit en 1970 s'est réalisée. Je
vous suggère de lire le livre - s'il peut
être obtenu - et ensuite, comme je l'ai fait, de
comparer les événements qui se sont produits
depuis 1970 avec ce qui est indiqué dans "The
Technotronic Era". La précision des prévisions de
Brzezinski est non seulement incroyable, mais aussi
plutôt effrayante.

Si vous êtes encore sceptique, lisez 1984 par George


Orwell, un ancien agent du renseignement
britannique du M16. Orwell a dû écrire sa
révélation surprenante comme fiction pour éviter
d'être poursuivi en vertu de la loi britannique sur
les secrets officiels. Le "newspeak" d'Orwell est
maintenant partout, et comme il l'avait prédit, ne
suscite aucune opposition.

Les lecteurs pensaient qu'Orwell décrivait la Russie,


mais il prédisait la venue d'un régime bien pire que
le régime bolchevique, le gouvernement du Nouvel
Ordre Mondial de Grande-Bretagne.

180

Il suffit de regarder la législation adoptée par le


régime Blair pour voir que les libertés ont été
écrasées, la dissidence politique a été écrasée, la
Magna Carta mise en flammes et à sa place, un
ensemble de lois draconiennes qui en fait une
lecture inquiétante. "Tout comme l'Angleterre
aujourd'hui, ainsi que les États-Unis demain", selon
un vieil adage.

Qu'on le veuille ou non, Brzezinski a prédit que


Nous, le peuple, n'aurions plus rien de notre droit à
la vie privée; chaque petit détail de notre vie serait
connu du gouvernement et sujet à un rappel
instantané des banques de données. D'ici l'an 2000,
a-t-il dit, les citoyens privés seraient sous l'emprise
du contrôle gouvernemental comme jamais
auparavant par aucune autre nation.

Aujourd'hui, en 2005, nous sommes sous


surveillance constante, comme ne pouvait imaginer
il y a quelques années, le quatrième amendement a
été foulé aux pieds, notre meilleure protection
contre un état gargantuesque, le 10 ème
amendement ne existe plus, et il a tous été rendu
possible grâce au travail de Reese et des
scientifiques en sciences sociales qui contrôlent
l'Institut Tavistock.

En 1969, par ordre du Comité des 300, Tavistock


créa le Club de Rome, comme indiqué pour la
première fois dans mes monographies de 1969. Le
Club de Rome créa alors l'Organisation du Traité de
l'Atlantique Nord (OTAN) en tant qu'alliance
politique.

En 1999, nous découvrions la vérité sur l'OTAN;


c'est une entité politique avec le soutien militaire de
ses pays membres, Tavistock a fourni du personnel
clé à l'OTAN dès sa création et il le fait toujours. Ils
écrivent toutes les politiques clés de l'OTAN. En
d'autres termes, Tavistock contrôle l'OTAN.
181
La preuve en est la manière dont l'OTAN a pu
bombarder la Serbie pendant 72 jours et 72 nuits et
s'en tirer, bien qu'elle ait violé les quatre
Conventions de Genève, la Convention de La Haye,
les Protocoles de Nuremberg et la Charte des
Nations Unies. Il n'y a eu aucun tollé de la part du
peuple américain ou du peuple britannique contre
une action aussi barbare.

Bien sûr, tout cela avait été prédéterminé à partir


des banques de données de Tavistock: ils savaient
exactement comment le public réagirait ou non au
bombardement. Si une décision défavorable avait
été prise à l'avance quant à la réaction du public, il
n'y aurait pas eu de bombardements sur la Serbie.

C'est précisément les mêmes études de Tavistock


qui ont été utilisées pour déterminer la réaction du
public à la pluie de missiles de croisière et de
bombes sur la ville ouverte de Bagdad en 2002, la
tristement célèbre tactique de «choc et crainte» de
Rumsfeld. Un comportement barbare de cette
ampleur a été accepté parce que le président et ses
hommes savaient déjà à l'avance qu'il n'y aurait pas
de tollé de la part du public américain.

Le Club de Rome et l'OTAN ont tous deux une


influence considérable dans les décisions de
politique étrangère prises par le gouvernement
américain, et ils continuent de le faire, aujourd'hui,
comme nous l'avons vu dans le cas de l'attaque non
provoquée contre la Serbie et l'Irak à laquelle ont
participé Clinton et Bush. administrations,
respectivement. L'histoire fournit d'autres
exemples de contrôle national des États-Unis par
Tavistock.

Lorsque la Seconde Guerre mondiale a éclaté, les


États-Unis ont été soumis à une campagne de lavage
de cerveau pré-planifiée aux proportions les plus
massives, préparée et exécutée par l'Institut
Tavistock.

182
Cela ouvrirait la voie à une entrée en douceur des
États-Unis dans une guerre qui ne nous concernait
pas et muselerait ceux qui s'y opposent. Tous les
grands discours de Roosevelt ont été composés par
des techniciens compétents dans le contrôle de
l'esprit à Tavistock, dont beaucoup émanaient de la
Fabian Society.

On a dit aux Américains que la guerre avait été


déclenchée par l'Allemagne; que le danger de
l'Allemagne pour la paix mondiale était bien plus
grand que la menace du bolchevisme ne le serait
jamais. Un nombre important de spécialistes des
sciences sociales travaillant dans les institutions
américaines de Tavistock ont été choisis pour
mener la charge en persuadant le peuple américain
que l'entrée de l'Amérique dans la guerre était la
bonne voie à suivre. Cependant, ils n'ont réussi que
lorsque le Japon a été «contraint de tirer le premier
coup de feu» à Pearl Harbor.

183
CHAPITRE 29
La psychologie topologique entraîne les États-Unis dans la
guerre en Irak

La psychologie topologique de Kurt Lewin - tarif


standard dans les institutions de Tavistock - a été
enseignée à certains scientifiques américains
envoyés là-bas pour apprendre sa méthodologie, et
le groupe est retourné aux États-Unis pour lancer la
campagne pour forcer les Américains à croire que
le soutien à la Grande-Bretagne - le i nstigator de la
guerre - était dans notre meilleur intérêt. La
psychologie topologique reste la méthode la plus
avancée pour induire des modifications de
comportement, que ce soit chez les individus ou
dans des groupes de population de masse.

Malheureusement, la psychologie topologique a été


utilisée avec trop de succès par les médias de masse
pour précipiter l'Amérique dans une situation
inventée par les Britanniques en Irak, une autre
guerre dans laquelle nous n'avions aucune affaire à
nous impliquer. Les menteurs professionnels qui
dirigent ce pays, les putes des médias, les "porte-
parole" traîtres et traîtres du gouvernement
mondial unique - Nouvel ordre mondial, ont utilisé
une psychologie topologique exacte contre ceux qui
ont dit que nous ne devrions pas attaquer l'Irak.

Bush, Baker, Haig, Rumsfeld, Rice, Powell, le


général Myers, Cheney et ceux du Congrès qui les
ont adorés dans une démonstration servile de
bootlicking - ont fait subir un lavage de cerveau au
peuple américain pour lui faire croire que Pres.
Saddam Hussein d'Irak était un monstre, un
homme pervers, un dictateur, une menace pour la
paix mondiale, qui a dû être destitué du pouvoir,
même si l'Irak n'avait jamais rien fait pour nuire
aux États-Unis. Bien qu'il puisse y avoir une
certaine vérité dans les allégations selon lesquelles
Hussein aurait commis des actes terribles, on
pourrait en dire autant de Wilson et Roosevelt
amplifiés un million de fois.

184
La guerre de Tavistock contre la Constitution
américaine avait complètement abattu le peuple
américain là où il croyait d'une manière ou d'une
autre que les États-Unis avaient le droit d'attaquer
l'Irak et de destituer son chef, même si la
Constitution interdit expressément une telle action
sans mentionner qu'elle violait le droit
international et les protocoles de Nuremberg.
Comme déjà indiqué, il faut une «situation
artificielle» pour exciter le peuple américain.

Pendant la Première Guerre mondiale, ce sont les


"atrocités" commises par le Kaiser. Pendant la
Seconde Guerre mondiale, c'était Pearl Harbor, en
Corée, ce sont les "torpilleurs fantômes" de l'attaque
nord-coréenne contre la marine américaine qui ne
s'est jamais produite.

En Irak, c'était la tromperie et les mensonges


d'April Glaspie; en Serbie, c'était la «préoccupation»
de Madame Albright pour la prétendue
«persécution» des étrangers illégaux albanais qui
affluaient en Serbie pour échapper à la misère
économique de leur patrie qui était l'excuse de sa
croisade pharisaïque contre la Serbie.
Tavistock a inventé un nouveau nom pour les
Albanais illégaux; dorénavant, ils devaient être
appelés «Kosovars». Bien sûr, le public américain
profilé et programmé n'a fait aucune objection
lorsque la Serbie, sans juste cause et sans jamais
avoir nui aux États-Unis, a été impitoyablement
bombardée pendant soixante-seize jours et nuits!

Le vrai danger pour la paix vient de notre politique


unilatérale envers les nations du Moyen-Orient et
de notre attitude envers les gouvernements
socialistes. Les appels à se rassembler autour du
drapeau au début de la Seconde Guerre mondiale
étaient de la pure psychologie topologique Reese -
et cela a été répété pendant la guerre du Golfe, la
guerre de Corée, l'Irak (deux fois) et la Serbie.

185
Bientôt, ce sera à nouveau la Corée du Nord. Les
États-Unis ont persécuté cette nation pendant plus
de 25 ans - cette fois seulement, l'excuse sera que la
Corée du Nord est sur le point de larguer une
bombe nucléaire sur une ville américaine! Dans
toutes ces guerres, le peuple américain a succombé
au grand tambour du lavage de cerveau de
Tavistock sous couvert de «patriotisme» teinté
d'une forte dose de peur, frappé nuit et jour. Les
Américains croyaient au mythe selon lequel
l'Allemagne était le «méchant» déterminé à diriger
le monde; nous avons rejeté la menace du
bolchevisme.

Deux fois, nous avons été fouettés contre


l'Allemagne. Nous avons cru nos contrôleurs parce
que nous ne savions pas que nous étions soumis à
un lavage de cerveau, manipulés et contrôlés. Et
ainsi nos fils ont été envoyés mourir sur les champs
de bataille européens pour une cause qui n'était pas
la cause de l'Amérique.

Immédiatement après que Winston Churchill est


devenu Premier ministre britannique après avoir
évincé Neville Chamberlain parce qu'il avait réussi
à conclure un accord de paix avec l'Allemagne;
Churchill, le grand modèle de croyance au respect
du droit international, a commencé à enfreindre les
lois internationales qui régissaient la conduite
civilisée pendant les guerres.

Agissant sur les conseils du théoricien de Tavistock


Richard Crossman, Winston Churchill a adopté le
plan de Tavistock pour les bombardements
terroristes de la population civile. (Nous devions
voir la même politique menée en Irak et en Serbie.)

Churchill a donné l'ordre à la Royal Air Force (RAF)


de bombarder la petite ville allemande de Freiberg,
une ville non défendue, une sur la liste de ces villes
en Allemagne et en Grande-Bretagne, que les deux
parties avaient convenu dans un pacte écrit était
un "ouvert, non défendu ville "pour ne pas être
bombardée.

186
Le samedi après-midi, 27 février 1940, un raid sur
Freiberg a été effectué par des bombardiers
«Mosquito» de la RAF, tuant 300 civils dont 27
enfants en train de jouer dans une cour d'école,
clairement visible comme une école.

Ce fut le début de la campagne de bombardements


terroristes de la RAF contre des cibles civiles
allemandes; le tristement célèbre Prudential
Bombing Survey, inspiré de Tavistock, qui était
dirigé uniquement contre le logement des
travailleurs allemands et l'infrastructure civile.
Tavistock a assuré à Churchill qu'un tel
bombardement terroriste de masse mettrait
l'Allemagne à genoux une fois que l'objectif de
détruire 65% des logements des travailleurs
allemands serait atteint.

La décision de Churchill de lancer un attentat


terroriste contre l'Allemagne était un crime de
guerre et reste un crime de guerre. Churchill était
un criminel de guerre et aurait dû être jugé pour
ses crimes horribles contre l'humanité.

Le bombardement de l'Allemagne de Freiberg, sans


consultation avec la France, a été le premier départ
de la conduite civilisée pendant la Seconde Guerre
mondiale et le gouvernement britannique était
uniquement responsable des raids aériens des
Allemands, qui ont suivi. Les tactiques terroristes
de Churchill ont été suivies à la lettre par les États-
Unis dans la guerre non déclarée contre l'Irak, la
Serbie, l'Irak à nouveau et l'Afghanistan, qui a
commencé en mars 1999, dans la même veine de
non-pitié que Churchill a affichée.

Kurt Lewin, dont la haine de l'Allemagne ne


connaissait pas de limites, a développé la politique
de bombardement terroriste de logements civils.
Lewin était le «père» du Strategic Bombing Survey,
délibérément conçu pour détruire 65 pour cent des
logements des travailleurs allemands et tuer de
manière aveugle, autant de civils allemands que
possible.

187
Les pertes militaires allemandes ont été largement
dépassées par les pertes civiles de la guerre, en
raison du «bombardier» Harris et de ses raids
nocturnes lourds de bombardiers par la RAF sur les
logements des travailleurs allemands. C'était un
crime de guerre majeur qui est toujours resté
impuni.

Cela dément la propagande diffusée par Tavistock


selon laquelle l'Allemagne a lancé de tels raids
terroristes. Les faits sont que ce n'est qu'après huit
semaines de raids terroristes sur Berlin qui ont
causé de lourds dommages aux logements civils et
que des cibles non militaires ont coûté la vie à des
milliers de civils que la Luftwaffe a riposté en
attaquant Londres. Les représailles allemandes ne
sont intervenues qu'après d'innombrables appels
d'Hitler, directement à Churchill, pour qu'ils
cessent de rompre leur accord, que le «grand
homme» a ignoré.

Churchill, le maître menteur, le menteur accompli,


avec l'aide et sous la direction de Lewin a réussi à
persuader le monde que l'Allemagne a commencé
le bombardement civil comme une politique
délibérée lorsque, comme nous l'avons vu, c'est
Churchill qui l'a initié. Les documents du British
War Office et de la RAF reflètent cette position. Les
dommages causés à Londres par la Luftwaffe
étaient relativement légers par rapport à ce que la
RAF a fait aux villes allemandes, mais le monde
n'en a jamais entendu parler.

Le monde n'a vu que ce qui équivalait à de petites


sections de Londres endommagées par les raids
aériens allemands avec Churchill marchant sur les
décombres, sa mâchoire en saillie et un cigare serré
entre ses dents, la quintessence du défi! Comme
Tavistock lui avait appris à organiser de tels
événements! (Nous voyons l'écho des maniérismes
affectés de Churchill apparaître chez George Bush
qui semble avoir suivi une certaine «formation» de
sa part.)
Le personnage "bulldog" de Churchill a été créé par
Tavistock. Son vrai caractère n'a jamais été révélé.
Le bombardement insensible

188
de Freiberg pâlit dans une ombre comparée au
bombardement impitoyable, barbare,
non chrétien et inhumain de la ville ouverte et non
défendue de Dresde qui a coûté plus de vies que
l'attentat à la bombe atomique sur Hiroshima.

Le bombardement de Dresde et le moment choisi


pour le raid étaient une décision de sang-froid prise
en consultation avec Tavistock par le «grand
homme» pour provoquer «le choc et la crainte» et
impressionner son ami, Joseph Staline. C'était aussi
une attaque pure et simple contre le christianisme,
programmée pour avoir lieu pendant le Carême.

Il n'y avait aucune raison militaire ou stratégique


de tirer la bombe de Dresde, qui a été choisie
comme cible par Lewin. À mon avis, le
bombardement incendiaire de Dresde, peuplé de
réfugiés civils allemands fuyant l’assaut russe de
l’Est, lors des célébrations du Carême, est le crime
de guerre le plus odieux jamais commis. Pourtant,
parce que les peuples britannique et américain
avaient été minutieusement programmés,
conditionnés et soumis à un lavage de cerveau
approfondi, à peine un murmure de protestation a
été entendu. Les criminels de guerre, "Bomber"
Harris, Churchill, Lewin et Roosevelt, ont réussi ce
terrible crime contre l'humanité.

Le 5 mai 2005, lors d'une visite d'État à Berlin, le


président russe Vladimir Poutine a tenu une
conférence conjointe avec le chancelier allemand
Gerhard Schroeder a déclaré au journal allemand
Beeld que les forces alliées ne peuvent être
absoutes des horreurs de la Seconde Guerre
mondiale, y compris le bombardement de Dresde. :
"Les alliés occidentaux ne regorgeaient d'aucune
humanité particulière", a-t-il déclaré. "Il m'est
incompréhensible à ce jour pourquoi Dresde a été
détruite. Il n'y avait aucune raison militaire à cela."

Peut-être que le dirigeant russe n'était pas au


courant de Tavistock et de son Prudential Bombing
Survey qui a ordonné le

189
terribles bombardements, mais certainement, les
lecteurs de cet ouvrage sauront maintenant
pourquoi l'atrocité barbare et horrible a été
commise.

Pour revenir à Reese et à ses premiers travaux à


Tavistock impliquant des expériences de lavage de
cerveau sur 80 000 soldats de l'armée britannique.
Après une «reprogrammation» de cinq ans de ces
hommes, Reese était convaincu que son système de
rendre malades les personnes mentalement stables
fonctionnerait sur n'importe quel groupe de masse.
Reese était sûr qu'il pouvait donner un «traitement»
à des groupes massifs de personnes, qu'ils le
désirent ou non, et sans que les victimes soient
même au courant de ce qui se faisait dans leur
esprit. Interrogé sur le bien-fondé de ses actions,
Reese a répondu qu'il n'était pas nécessaire
d'obtenir d'abord la permission des «sujets» avant
de commencer ses expériences.

Le modus operandi développé par Reese et ses


gourous, s'est avéré être un succès. La méthode
Reese-Lewin de falsification des esprits s'est avérée
très efficace et est toujours largement utilisée en
Amérique aujourd'hui, en 2005. Nous sommes
falsifiés, nos opinions fabriquées pour nous, le tout
sans notre permission. Quel était le but de ces
modifications de comportement? Il s'agissait
d'apporter des changements forcés à notre mode de
vie, sans notre accord et sans même être au courant
de ce qui se passe.

Parmi ses étudiants les plus brillants, Reese a


sélectionné ce qu'il a appelé «ma première équipe»
pour devenir le premier niveau de ses «soldats de
choc» de «diplômés d'université invisibles» qui
devaient être placés à des postes clés au sein du
renseignement britannique, de l'armée, du
Parlement et plus tard, à l'intérieur du quartier
général suprême des forces expéditionnaires alliées
(SHAEF).

Les «diplômés de la première équipe» ont continué


à contrôler pleinement le général Eisenhower, qui
n'est plus qu'une marionnette dans leur

190
mains. Les «diplômés de la première équipe» ont
été insinués dans tous les organes de décision des
États-Unis.

Les «diplômés de la première équipe» ont pris des


décisions politiques américaines. L '«équipe
secrète», comme on allait les appeler, était
responsable de l'exécution publique du président.
John F. Kennedy, en pleine vue de l'Amérique et du
monde comme une leçon aux futurs présidents
qu'ils devaient obéir à toutes les directives reçues
des "Olympiens". Kissinger était l'un des nombreux
«diplômés de la première équipe» placés en
position d'autorité au sein du gouvernement
américain, dans l'OSS et le FBI.

Citoyen canadien, le major Louis Mortimer


Bloomfield a dirigé le contre-espionnage de la
Division 5 du FBI pendant la Seconde Guerre
mondiale. En Grande-Bretagne, c'était HV Dicks qui
était chargé de placer les «diplômés de la première
équipe» à des postes clés du renseignement, l'Église
d'Angleterre, le ministère des Affaires étrangères et
le War Office, sans parler du Parlement.

Tavistock a pu mener des expériences de guerre en


temps de paix, compte tenu de toutes les
installations mises à sa disposition, et avec cette
expérience, a pu resserrer son emprise sur les
établissements militaires et les services de
renseignement américains et britanniques.

En Amérique, les sinistres expériences de Tavistock


ont changé le mode de vie américain,
complètement et pour toujours. Lorsque cette
vérité sera reconnue par la majorité de notre
peuple, lorsque le contrôle de grande portée des
exercices de Tavistock sur notre vie quotidienne
sera compris, alors seulement serons-nous en
mesure de riposter, si en fait nous ne sommes pas
devenus complètement choqués. automons.

191
En 1942, la structure de commandement des
services militaires et de renseignement
britanniques et américains était devenue si
imbriquée qu'ils ne pouvaient plus être séparés ou
distingués les uns des autres.

Cela a donné lieu aux nombreuses politiques


étranges et étranges suivies par notre
gouvernement, dont la plupart contredisaient
directement la Constitution américaine et la
Déclaration des droits et allaient à l'encontre des
souhaits de Nous, le peuple, exprimés par nos
représentants élus au Congrès. . Bref, nos élus
avaient perdu le contrôle de notre gouvernement.
Winston Churchill a appelé cela «une relation
spéciale».

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, un certain


nombre de personnalités politiques et militaires de
haut niveau soigneusement sélectionnées et
profilées de Grande-Bretagne et des États-Unis ont
été invitées à assister à une conférence présidée
par Reese. Ce que Reese a dit au groupe est tiré de
notes confidentielles compilées par l'un de ceux qui
ont assisté à la réunion mais qui a demandé à
rester anonyme:
«Si nous proposons de sortir ouvertement et
d'attaquer les problèmes nationaux et sociaux de
notre époque, nous devons avoir des troupes de
choc, et celles-ci ne peuvent pas être fournies par
une psychiatrie entièrement basée sur des
institutions.

Nous devons avoir des équipes mobiles de


psychiatres libres de se déplacer et de prendre
contact avec la situation locale dans des zones
particulières. Dans un monde complètement fou,
des groupes de psychiatres liés les uns aux autres,
chacun capable d'influencer tout le champ de la
politique et du gouvernement doivent être les
arbitres, la cabale du pouvoir. "

192
Quelque chose pourrait-il être plus clair? Ici, Reese
préconisait une conduite anarchique de la part d'un
groupe de psychiatres liés entre eux pour
constituer les premières équipes de ses collèges
invisibles, libres de toute contrainte sociale, éthique
et juridique, qui pourraient être déplacés vers des
zones de groupes de population en bonne santé
mentale, ce qui, selon l'opinion de Reese et de son
équipe, ont dû être rendus malades par un
«traitement» de psychologie inversée. Être «bien»
incluait toute communauté qui avait résisté avec
succès au lavage de cerveau de masse, comme l'ont
montré les résultats du «sondage».

Les «premières équipes» seraient suivies de


«troupes de choc» comme on le voit chez les
groupes écologistes. Et ce n'est pas surprenant car
l'Agence de protection de l'environnement (EPA) est
un monstre créé par les «préoccupations
environnementales» de Tavistock, qui ont été
générées par Tavistock eux-mêmes et transmises à
l'Agence de protection de l'environnement via des
troupes de choc.

L'EPA n'est pas la seule créature


générée par Tavistock . L'avortement et
l'homosexualité sont des aberrations créées et
soutenues par Tavistock.

En raison des programmes créés et soutenus par


Tavistock , nous, aux États-Unis, avons subi une
terrible dégradation de notre vie morale, de notre
vie religieuse; avilissement de la musique par
l'aberration de la «musique» rock and roll, qui s'est
progressivement aggravée suite à une introduction
relativement docile des Beatles suivie du rap et du
hip-hop; destruction de l'art, comme on le voit
poussé par PBS dans le Mapplethorpe dégénérer
des objets de dérision. Nous avons assisté à une
prolifération de la culture de la drogue et à un culte
intensifié du veau d'or. La soif d'argent n'a jamais
été aussi élevée dans aucune civilisation que la
civilisation actuelle.

193
Ce sont les fruits amers des politiques de Tavistock
implantées dans notre société par des «diplômés
d'université invisibles», qui sont devenus membres
du conseil scolaire et se sont insinués dans des
rôles de leadership dans nos églises. Ils se sont
également insinués dans des positions politiques
importantes, au niveau des villes et des États,
partout où leur influence se ferait sentir.

Les «diplômés» sont devenus membres des


commissions de médiation du travail, des
commissions scolaires, des commissions
universitaires, des syndicats, de l'armée, de l'église,
des moyens de communication, des médias de
divertissement et de la fonction publique; ainsi que
le Congrès, dans la mesure où il devient évident
pour l'observateur qualifié que Tavistock a repris
les rênes du gouvernement.
Reese et ses collègues de Tavistock ont réussi au-
delà de leurs rêves les plus fous, ayant pris le
contrôle des principales institutions sur lesquelles
repose le gouvernement. Le parent, le comité des
300, doit être ravi des progrès réalisés par le jeune
club infantile de Rome.
Le 4 juillet n'a plus de sens. Il n'y a plus aucune
«indépendance» américaine à célébrer. Les
victoires de 1776 ont été annulées, largement
inversées, et ce n'est qu'une question de temps
avant que la Constitution américaine ne soit
écartée au profit d'un Nouvel Ordre Mondial. Sous
le mandat de GW Bush, nous voyons ce processus
s’accélérer.

195
CHAPITRE 30
Mon choix de candidat, pas mon choix

Examinons la manière dont se déroule une élection.


Le peuple américain ne vote pas pour un président.
Ils votent pour un candidat du parti choisi par les
élus du parti, le plus souvent, entièrement sous le
contrôle du Comité des 300. Ce n'est pas un vote
pour un candidat de choix, comme on nous le dit si
souvent. En vérité, les électeurs n'ont d'autre choix
que de choisir parmi des candidats présélectionnés
.

Les candidats pour lesquels le public pense voter


par choix (notre choix) ont été minutieusement
examinés par l'Institut Tavistock, et nous avons
ensuite subi un lavage de cerveau en pensant à eux
d'une manière vertueuse.

De telles impressions ou extraits sonores sont créés


dans les studieux de think tanks comme
Yankelovich, Skalley et White, dirigés par Daniel
Yankelovich, diplômé de Tavistock. Les "think
tanks" contrôlés par Tavistock nous disent
comment voter de la manière qu'ils ont choisie.
Depuis l'avènement de Yankelovich, le nombre
d'industries de profilage a proliféré à plus de cent
cinquante institutions de ce type. Prenons les
exemples de James Earl Carter et George Bush.
Carter est venu de l'obscurité relative pour "gagner"
la Maison Blanche, qui les magnats des médias ont
dit, ont prouvé que le système américain
fonctionne.

En fait, ce que l'élection de Carter a prouvé, c'est


que Tavistock dirige ce pays et peut convaincre la
majorité des électeurs de voter pour un homme
dont ils ne savent presque rien. Dire que "le
système a fonctionné" en relation avec Carter, et
plus tard, en relation avec William Jefferson
Clinton, était exactement la réponse inadaptée que
Tavistock attendait d'une population soumise à un
lavage de cerveau de masse .

196
Ce que Carter a reflété, c'est que les électeurs
voteront pour un candidat présélectionné pour eux.
Aucune personne pensante n'aurait voulu que
l'homme de Skull and Bones soit George Bush
comme vice-président, et pourtant Bush est ce que
nous avons. Comment se fait-il que Carter ait pu
rejoindre la Maison Blanche? C'est arrivé ainsi: un
certain Dr Peter Bourne, psychologue social interne
de Tavistock, a été chargé de trouver un candidat
que Tavistock pouvait manipuler. En d'autres
termes, Bourne devait trouver le «bon» candidat
pour le poste selon la règle de Tavistock, un
candidat qui pourrait être vendu aux électeurs.

Bourne, connaissant l'histoire de Carter, proposa


son nom pour examen. Une fois le dossier de Carter
approuvé, les électeurs américains ont reçu «le
traitement», c'est-à-dire; ils ont été soumis à une
campagne de lavage de cerveau soutenue pour les
persuader qu'ils avaient trouvé Carter comme leur
choix. En fait, au moment où Tavistock avait
terminé son travail, il n'était pas vraiment
nécessaire de tenir une élection. C'est devenu une
simple formalité. La victoire de Carter était une
victoire personnelle pour Reese, tandis que Bush
était une victoire pour la méthodologie de
Tavistock. Une «réussite» encore plus grande allait
suivre dans la vente de William Jefferson Clinton
comme candidat à la Maison Blanche, un exploit
qui aurait pu être impossible dans n'importe quel
autre pays.

Puis vint la vente de George W. Bush, un homme


d'affaires en faillite et qui avait évité de servir au
Vietnam et un homme avec une très faible
expérience.

Tavistock devait passer à la vitesse supérieure,


mais même cela ne suffisait pas. Quand il était
certain que Bush n'allait pas gagner, la Cour
suprême des États-Unis est intervenue illégalement
dans une élection de l'État et a décerné le prix au
perdant.
197
Un électorat stupéfait (bouleversé) a laissé passer
l'énorme violation de la Constitution américaine
sans contestation, assurant ainsi que son avenir
sera vécu dans un Nouvel Ordre Mondial -
International Communist One World Government
Dictature des communistes internationaux.

Reese a continué d'élargir la base d'opérations de


Tavistock, en embarquant Dorwin Cartwright, un
profileur de population hautement qualifié. L'une
de ses spécialités consistait à mesurer la réaction de
la population à une pénurie alimentaire. Le but
était d'acquérir de l'expérience lorsque l'arme
alimentaire est mise en jeu contre un groupe de
population qui refuse de se conformer aux
règlements de Tavistock.

Tavistock l'a planifié de cette façon: les cartels


alimentaires internationaux accapareront la
production alimentaire et la distribution des
ressources alimentaires mondiales. La famine est
une arme de guerre, tout comme les modifications
climatiques sont une arme de guerre. Tavistock
utilisera l'arme de la famine sans retenue, le
moment venu. Poursuivant l'expansion de
Tavistock, Reese a recruté Ronald Lippert.

Ce que Tavistock avait en tête quand il a embauché


Lippert, c'était de prendre pied dans le futur
contrôle de l'éducation, en commençant par les
jeunes enfants. Lippert était un expert dans le
bricolage de l'esprit des très jeunes. Ancien agent de
l' OSS , il était un théoricien hautement qualifié et
un spécialiste du mélange de races comme moyen
d'affaiblir les frontières nationales. Une fois installé
à Tavistock, Lippert a commencé son travail en
établissant un «groupe de réflexion» consacré à ce
qu'il appelait les «interrelations communautaires»,
qui impliquait la recherche de méthodes par
lesquelles les barrières naturelles raciales
pourraient être démantelées.

La législation dite des «droits civils» est purement


Reese et Lippert et n'a en fait aucun fondement
constitutionnel.

198
(Voir "Ce que vous devez savoir sur la Constitution
américaine pour une explication complète sur les
soi-disant " droits civils ".)
En passant, je dois dire que toutes les lois sur les
droits civiques aux États-Unis sont fondées sur le 14
e
amendement, mais le problème est que le
quatorzième n'a jamais été ratifié. Elle ne fait donc
pas partie de la Constitution américaine et toutes
les lois qui en découlent sont nulles et non avenues.
En substance, il n’existe pas de disposition
constitutionnelle de ce type pour les droits civils.

Lippert a établi la justification des «droits civils» de


Martin Luther King sur le fait qu'il n'existait aucun
fondement dans la Constitution fédérale. Le
transport des enfants devant leurs écoles a été un
autre succès du lavage de cerveau de Lippert-Reese
. Transporter les enfants en autobus au-delà de leur
destination n'était certainement pas un «droit».
Pour vendre l'idée de «droits civils» à la population
américaine au sens large, trois «think tanks» ont été
créés:

Le Centre de recherche sur les politiques scientifiques


Institut de recherche sociale Le National
Laboratoires de formation

Grâce à l'Unité de recherche sur les politiques


scientifiques, Lippert a pu placer des milliers de ses
«diplômés» soumis à un lavage de cerveau à des
postes clés aux États-Unis, en Europe occidentale (y
compris la Grande-Bretagne), en France et en Italie.
Aujourd'hui, la Grande-Bretagne, la France, l'Italie
et l'Allemagne ont tous des gouvernements
socialistes, dont les bases ont été préparées par
Tavistock.

Des centaines de niveau supérieur des cadres de


certaines des sociétés prestigieuses plupart
Amérique ont été formés à l' un ou l' autre des
institutions de Lippert. Les laboratoires nationaux
de formation ont pris le contrôle de l' Association
nationale d'éducation forte de 2 millions de
personnes et, avec ce succès, ont obtenu le contrôle
complet de l'éducation dans les écoles et les
universités américaines.

199

Mais l'influence la plus profonde exercée sur


l'Amérique est peut-être venue du contrôle de
Tavistock sur la NASA, en partie à cause du rapport
spécial sur le programme spatial de la NASA, rédigé
par le Dr Anatole Rappaport pour le Club de Rome.
Le rapport surprenant a été publié lors d'un
séminaire en mai 1967, auquel seuls les délégués
les plus soigneusement sélectionnés et les plus
profilés des plus hauts échelons du monde des
affaires et des gouvernements des pays les plus
industrialisés étaient invités.

Parmi les participants figuraient des membres de


l'Institut de politique étrangère, tandis que le
département d'État a envoyé le conspirateur de Age
of Aquarius, Zbigniew Brzezinski comme
observateur. Dans son rapport final, le symposium
contrôlé par Tavistock a ridiculisé le travail de la
NASA comme "inapproprié" et a suggéré que ses
programmes spatiaux soient immédiatement
interrompus. Le gouvernement américain dûment
obligé de couper les financements, ce qui a mis la
NASA en sommeil pendant 9 ans - suffisamment de
temps pour que le programme spatial soviétique
rattrape son retard et devance les États-Unis. Les
États-Unis n'ont jamais réussi à combler le fossé.

Le rapport spécial de la NASA de Rappaport a


déclaré que l'agence produisait "trop de personnes
qualifiées, trop de scientifiques et d'ingénieurs",
dont les services ne seraient pas nécessaires dans la
plus petite et plus belle société post-industrielle,
mandatée par le Club de Rome. Rappaport a
qualifié nos scientifiques et ingénieurs spatiaux
hautement qualifiés et formés de «redondants». Le
gouvernement américain, que j'ai déjà indiqué
semble être sous la coupe de Tavistock, a donc
coupé le financement. L'interférence avec la NASA
est un exemple parfait de la façon dont la Grande-
Bretagne contrôle la politique intérieure et
étrangère des États-Unis.

200
Jewel in Tavistock's Crown est l'Aspen Institute of
Colorado, qui a été pendant des années sous la
direction de Robert Anderson, diplômé de
l'Université de Chicago, principal spécialiste du
lavage de cerveau aux États-Unis. L'établissement
d'Aspen est la maison nord-américaine du Club de
Rome enseigne qu'un retour de la monarchie serait
très bon pour l'Amérique. John Nesbitt, un autre
diplômé de Tavistock, a organisé des séminaires
assez régulièrement à Aspen au cours desquels
l'institution d'une monarchie a été promue parmi
les meilleurs hommes d'affaires.

L'un des étudiants de Nesbitt était William Jefferson


Clinton, déjà alors favorisé comme matériel
présidentiel. Nesbitt, comme Anderson, est ébloui
par la royauté britannique et suit leurs doctrines
Cathari de fausses préoccupations pour l'écologie.

Les radicaux philosophiques avaient introduit les


croyances bogomiles et cathares dans les cercles
socialistes de Grande-Bretagne. Les protégés
d'Anderson étaient Margaret Thatcher et George
Bush dont les actions pendant la guerre du Golfe
ont montré que Tavistock avait plutôt bien fait ses
devoirs. Anderson est typique des «leaders
diplômés» dupés et soumis à un lavage de cerveau
et sa spécialité est d'enseigner à des groupes cibles
de chefs d'entreprise une formation
environnementale.

Les questions d'écologie sont le point fort


d'Anderson. Bien qu'Anderson finance certaines de
ses activités à partir de ses propres énormes
ressources financières, il reçoit également des dons
du monde entier, y compris des dons de la reine
Elizabeth et de son époux, le prince Philip.
Anderson a fondé le mouvement écologiste militant
«Amis de la Terre» et la «Conférence des Nations
Unies sur l'environnement».

201
En plus de ses activités à Aspen, Anderson est
président et chef de la direction de Atlantic
Richfield Company - ARCO, au sein de laquelle se
trouvent les notables suivants:

Jack Conway.
On se souvient surtout de lui pour son travail pour
le United Way Appeal Fund et en tant que directeur
de la Socialist International Ford Foundation, tous
deux à peu près aussi anti-américains que possible.
Conway est également directeur du «Center for
Change», un centre de compensation spécialisé des
troupes de choc de Tavistock.

Philip Hawley.
Il est président de la Los Angeles Company, "Hawley
et Hale," qui interfaces avec "Transamerica", une
entreprise spécialisée dans la fabrication
antichrétien, anti-famille, l' avortement pro,
pro-lesbienne, pro-homosexuel, pro-drogue des
films . Hawley est associé à Bank of America, qui
finance le Center for the Study of Democratic
Institutions, un groupe de réflexion classique de
l'institution de lavage de cerveau de Tavistock pour
la promotion de l'usage et la légalisation des
drogues.
Dr Joel Fort.
Ce ressortissant britannique, Fort était membre du
conseil d'administration du journal londonien
"Observer" avec l'honorable David Astor et Sir Mark
Turner, un directeur de l'Institut royal des affaires
internationales (RIIA), dont le serviteur américain
abject est Henry Kissinger.

L'Institut royal des affaires internationales (RIIA)


Fondé le Council on Foreign Relations (CFR) en tant
qu'organisation sœur, le gouvernement secret
américain de facto de niveau intermédiaire , est le
bras exécutif du Comité des 300. En mai 1982,
Kissinger a fièrement annoncé le contrôle de
Tavistock sur l'Amérique.

202
L'occasion était un dîner pour les membres de RIIA.
Kissinger a loué le gouvernement britannique,
comme on l'attend d'un diplômé de Tavistock. Dans
sa meilleure voix de gravier , Kissinger a déclaré: "À
l'époque de la Maison Blanche, j'ai tenu le ministère
britannique des Affaires étrangères mieux informé
que le département d'État américain."

Le dénominateur commun entre les trois


institutions de Lippert est la méthodologie de
lavage de cerveau enseignée à l'origine à Tavistock.
Les trois instituts de Lippert ont été financés par
des subventions gouvernementales. Dans ces
institutions, les principaux administrateurs et
décideurs du gouvernement ont été et sont formés
pour saper le mode de vie établi en Amérique,
fondé sur la civilisation occidentale et sur la
Constitution des États-Unis. L'intention est
d'affaiblir et éventuellement de démolir les
institutions qui constituent la base des États-Unis.

L'Association nationale de l'éducation


Une indication de l'ampleur du contrôle de Lippert
sur la National Education Association peut être
mesurée à partir du vote en bloc exprimé en faveur
de William Jefferson Clinton par ses
membres-enseignants soumis au lavage de cerveau
, conformément aux instructions de la direction.

Le groupe Corning.
La société a fait don de Wye Plantation à l'Aspen
Institute, qui est devenu le principal terrain
d'entraînement des recrues du Nouvel Âge et des
«troupes de choc». James Houghton, vice-président
de Coming, est un messager de la famille Pierepoint
Morgan de Morgan Guarantee and Trust à Wall
Street. Morgan reçoit quotidiennement des briefings
du RIIA directement de Londres, lesquels briefings
deviennent des INSTRUCTIONS à transmettre au
secrétaire d'État américain.

203
L'ancien secrétaire au Trésor William Fowler faisait
partie de l' interface Corning-Aspen . Il est le
principal promoteur de la remise des politiques
budgétaires américaines au Fonds monétaire
international (FMI) et a constamment poussé la
Banque des règlements internationaux à contrôler
les opérations bancaires internes aux États-Unis. Il
est significatif que Wye Plantation ait été le site des
pourparlers de paix israélo-arabes connus sous le
nom d'accords de Wye.

Centre de conférence exécutif.


Chargé des modifications des comportements
pédagogiques sous la direction de Robert L.
Schwartz, ce "centre de formation spécialisé" est
animé dans le sens de l'Institut Esalen.
Schwartz a passé 3 ans à l'Institut Esalen et a
travaillé en étroite collaboration avec Aldous
Huxley, le promoteur de la culture de la drogue
«respectable» n ° I de Tavistock qui était
responsable de l'introduction du LSD aux étudiants
américains. Schwartz était également une amie
proche de l'anthropologue Margaret Meade et de
son mari, Gregory Bateson. De Stanford et Esalen,
Schwartz a déménagé à Terrytown House, la
propriété Mary Biddle Duke à Westchester, où avec
d'énormes subventions d'IBM et d'AT & T, a ouvert
le centre de conférence exécutif; la première "école
supérieure" Age of Aquarius-New Age à plein temps
pour les dirigeants d'entreprise de haut niveau
issus de tous les domaines des entreprises
américaines, de l'industrie, du commerce et de la
banque.

Des milliers de cadres supérieurs et de


gestionnaires de sociétés américaines, en
particulier de sociétés Fortune 500, la crème du
monde des affaires, ont payé 750 dollars par tête
pour obtenir une formation sur la méthodologie
Age of Aquarius Age à travers des séminaires
organisés par Schwartz, Meade , Bateson et d'autres
spécialistes du lavage de cerveau de Tavistock.
204
Schwartz était à une époque fortement allié à la
Scientologie et il était également rédacteur en chef
du magazine TIME. Institut Aspen
- Les centres New Age ont été généreusement
financés par IBM et AT&T.

Il est difficile pour les Américains qui n'ont pas


accès à ce genre d'informations de croire qu'IBM et
AT&T, deux noms familiers dans les entreprises
américaines, auraient quelque chose à voir avec le
contrôle de l'esprit, le lavage de cerveau, la
modification du comportement et la méditation
transcendantale; Formation à la sensibilité Bahai,
bouddhisme zen, psychologie inversée et tous les
autres New Age
- Les programmes Age of Aquarius conçus pour
briser la morale du peuple américain et affaiblir la
vie de famille. Le christianisme n'a pas été
enseigné.

Des doutes surgiraient dans l'esprit de la plupart


des Américains qui ne savent pas dans quelle
mesure les entreprises américaines gouvernent le
perchoir à la maison et à l'étranger, d'une manière
dangereuse pour la Constitution américaine et la
Déclaration des droits. Sans Corporate America,
nous n'aurions jamais subi la guerre du Vietnam, la
guerre du Golfe, la guerre contre la Serbie et une
seconde guerre contre l'Irak. Carter et Clinton
n'auraient pas non plus eu le fantôme d'une chance
de siéger à la Maison Blanche, contre toute attente!

Si ce qui est écrit ici n'est pas exact, ces entreprises


pourraient toujours nier ses vérités, mais jusqu'à
présent, elles ne l'ont pas fait. Cela serait un choc de
constater qu'un grand nombre de géants
d'entreprise connus du public américain envoient
leurs dirigeants et leurs cadres supérieurs se faire
brouiller la tête par Schwartz, Meade, Bateson, John
Nesbitt, Lewin, Cartwright. et d'autres spécialistes
des modifications comportementales et du contrôle
mental de Tavistock: au Centre de conférence
exécutif, les dirigeants d'entreprise rencontrent
John Nesbitt, qui doit son allégeance à la noblesse
noire et à la maison de Guelph, mieux connue sous
le nom de maison de Windsor; le RIIA,

205
les groupes de table ronde Milner, le Club de Rome
et l'Institut Aspen. Nesbitt est typique des agents
utilisés par le gouvernement britannique pour
diriger les politiques américaines et étrangères.

Nesbitt est un monarchiste convaincu et un


spécialiste du Club de Rome de la croissance zéro
pour l'industrie, en particulier l'industrie lourde. Il
croit en une croissance zéro post-industrialisme au
point de ramener le monde à un état féodal. Lors
d'une de ses sessions de lavage de cerveau, il a dit
aux dirigeants de "Business America" (mon
nouveau mandat):

«Les États-Unis évoluent vers une monarchie tout


comme la Grande-Bretagne et un système de
gouvernement dans lequel le Congrès, la Maison
Blanche et la Cour suprême ne seront que
symboliques et rituels. Cela constituera une
véritable démocratie; le peuple américain ne se
soucie pas de qui est président; la moitié d'entre
eux ne votent pas, de toute façon. L'économie
américaine s'éloigne de celle d'un État-nation pour
se diriger vers des centres de pouvoir de plus en
plus petits, éventuellement en plusieurs nations.
Nous devons remplacer l'État national, un état
d'esprit géographique et écologique . "

"Les États-Unis vont s'éloigner d'une concentration


d'activité industrielle lourde. L'automobile, l'acier,
le logement ne reprendront plus jamais vie. Buffalo,
Cleveland, Detroit, les anciens centres industriels
vont mourir. Nous nous dirigeons vers une société
de l'information. Il y a et il y aura continuent d'être
très pénibles, mais dans l'ensemble, cette économie
est en meilleure posture qu'il y a dix ans. " Nesbitt
faisait en fait écho aux sentiments mêmes exprimés
par le comte Davignon en 1982.

207
CHAPITRE 31
Croissance zéro dans l'agriculture et l'industrie:
Société postindustrielle américaine.

En 1983, j'écrivis une monographie intitulée «La


mort de l'industrie sidérurgique» dans laquelle
j'expliquais comment l'aristocrate français Etienne
Davignon du Club de Rome avait été chargé de
réduire la taille de l'industrie sidérurgique
américaine.
Au moment où cet ouvrage a été publié, beaucoup
de gens étaient sceptiques, mais basés sur des
informations sur le Club de Rome - dont la plupart
des Américains et la plupart des écrivains n'avaient
jamais entendu parler avant mon article de 1970 du
même titre; J'étais sûr que la prédiction de Nesbitt
pouvait se produire, et au cours des sept prochaines
années, elle s'est avérée exacte, mais pas de toutes
les manières. Bien que certaines parties des
prédictions de Nesbitt fussent erronées - leur heure
n'était pas encore venue - à bien des égards, il avait
raison, dans la mesure où les intentions de notre
gouvernement secret vont.
Aucun des capitaines d'industrie, qui ont assisté aux
sessions de lavage de cerveau CEE de Tavistock, n'a
jugé bon de protester contre ce que disait Nesbitt.
Cela étant le cas, comment pourrais-je espérer
qu'un écrivain inconnu comme moi, dont personne
n'avait jamais entendu parler, aurait un impact?

Les conférences de direction et les sessions de


formation à Tarrytown House ont prouvé que les
techniques de lavage de cerveau de Reese étaient
parfaites. Voici un forum auquel ont participé les
capitaines de l'industrie, l'élite du monde des
affaires américain, très heureux de participer à la
disparition de l'industrie sidérurgique américaine,
sacrifiant son marché intérieur unique qui avait
fait de l'Amérique une grande nation industrielle,
déchirant la Constitution et la Déclaration des
droits et l'adoption de programmes génocidaires
appelant à l'abattage de la moitié de la population
mondiale; substituant le mysticisme oriental et le

208
Kabala pour le christianisme; applaudir les
programmes qui entraîneraient un effondrement
de la morale de la nation et la destruction de la vie
de famille; une future Amérique balkanisée.

Personne ne pouvait nier, en regardant l'état de


l'Amérique aujourd'hui en 2005, que Reese et ses
méthodes Tavistock ont fait un travail étonnant en
lavant le cerveau des dirigeants de notre monde de
l'entreprise, nos dirigeants politiques et religieux,
nos juges et nos éducateurs, et les gardiens de la
morale de la nation, sans parler de la Chambre des
représentants des États-Unis et du Sénat.
En 1974, le professeur Harold Isaacson du
Massachusetts Institute of Technology (MIT), dans
son livre «Idols of the Tribe», a mis à nu le plan de
Tavistock pour combiner le Mexique, le Canada et
les États-Unis dans des États de type balkanique . Je
rappelle à mes lecteurs que le MIT a été fondé par
Kurt Lewin, le même Kurt Lewin qui a été forcé de
quitter l'Allemagne à cause de ses expériences de
lavage de cerveau; le même Lewin qui a planifié le
Strategic Bombing Survey; Le théoricien numéro un
de Reese.

Tout ce qu'Isaacson a fait était d'énoncer le plan du


Verseau d'une manière plus lisible et détaillée que l'
étude du Verseau de Stanford-Willis Harmon. En
1981, sept ans plus tard, les idées d'Isaacson (le plan
du Verseau de Tavistock) ont été présentées au
public par Joel Gallo, rédacteur en chef du
Washington Post et porte-parole de la Maison
britannique de Windsor et du Club de Rome. Gallo
a appelé sa présentation, The Nine Nations of North
America. La version de Gallo du plan de Tavistock
pour une future Amérique envisageait:

* La mort de l'industrie sidérurgique et un déclin


de l'industrie dans le Nord-Est industriel et la
fondation de la «Nation du Nord-Est».

209

* Dixie, la nation émergente du Sud.

* Etopia, constitué des franges côtières du


Pacifique Nord-Ouest.
(Willis Harmon dans son article sur l'Âge du
Verseau a utilisé le terme «écotopie».)

* L'équilibre de l'Amérique du sud-ouest à


combiner avec le Mexique en tant que région
«grenier».

* Le Midwest sera désigné "The Empty Quarter".

* Certaines parties du Canada et les îles doivent


être désignées «à des fins spéciales»

(Peut-être que ces territoires seront les sites de


futurs «goulags», maintenant que nous avons vu l'
impensable - le centre de reconstruction de la
prison de Guantanamo Bay où le bricolage de
l'esprit et la torture sont en pratique.)

Dans tous ces derniers domaines, il n'y aurait rien à


voir avec les grandes villes, en conflit avec
«l'écotopie». Juste pour s'assurer que tout le monde
comprenait qu'il savait de quoi il parlait, Gallo
présenta une carte avec son livre. Le problème est
que le peuple américain n'a pas pris Gallo au
sérieux. C'était précisément la façon dont Tavistock
s'attendait à ce qu'ils réagissent dans ce qu'il a
appelé une «réponse inadaptée parfaite».

La droite américaine a grandi sur les Rockefeller,


les Warburgs, la franc-maçonnerie, les Illuminati, le
Conseil des relations étrangères, la conspiration de
la Réserve fédérale et la Commission trilatérale.
Rien de très important sur le fonctionnement du
noyau interne n'avait été publié.

210
Quand j'ai commencé à publier mes recherches en
1969, le peuple américain n'avait pour la plupart
pas entendu parler du Comité des 300, de la
Fondation Cini, du Fonds Marshall, du Club de
Rome et certainement pas de l'Institut Tavistock, de
la Noblesse Noire de Venise et de Gênes. Voici une
liste des établissements de lavage de cerveau de
Tavistock aux États-Unis, qui ont été mentionnés
dans mes monographies publiées en 1969:

* Centre de recherche de Stanford. Emploie 4 300


personnes et dispose d'un budget annuel de plus de
200 millions de dollars.
* MIT / Sloane. Emploie 5 000 personnes et dispose
d'un budget annuel de 20 millions de dollars.
* École Wharton de l'Université de Pennsylvanie.
Emploie entre 700 et 800 personnes avec un budget
annuel de plus de 35 millions de dollars.

* Gestion et recherche comportementale. Emploie


40 personnes avec un budget annuel de 2 millions
de dollars.
* Rand Corporation. Emploie plus de 2 000
personnes avec un budget annuel de 100 millions
de dollars.
* Laboratoires nationaux de formation. Emploie
700 personnes avec un budget annuel de 30
millions de dollars.
* L'Institut Hudson. Emploie entre 120 et 140
personnes et dispose d'un budget annuel estimé à 8
millions de dollars.
* Institut Esalen. Emploie entre 1800-2000
personnes avec un budget annuel de plus de 500
millions $.
(Tous les chiffres de 1969)

Ainsi, rien qu'aux États-Unis, en 1989, nous avions


déjà un réseau Tavistock de 10 à 20 grandes
institutions, plus 400 à 500 institutions moyennes
avec plus de 5000 satellites imbriqués, tous tournés
autour de Tavistock. Ensemble, ils emploient plus
de 60 000 personnes, spécialistes d'une manière ou
d'une autre dans le domaine des sciences du
comportement, du contrôle de l'esprit, du lavage de
cerveau, des sondages et de la création de l'opinion
publique.

211
Et tous travaillaient contre les États-Unis, notre
Constitution et la Déclaration des droits.

Depuis 1969, ces institutions ont été agrandies et de


nombreuses nouvelles ont été ajoutées au réseau et
sont financées non seulement par d'importants
dons privés et d'entreprises, mais aussi par le
gouvernement des États-Unis lui-même. Les clients
de Tavistock comprennent:

* Le département d'État
* Le service postal américain
* Département de la défense
* La CIA: The US Navy Department of Naval
Intelligence

* Le bureau national de reconnaissance


* Le Conseil national de sécurité
* Le FBI
* Associés Kissinger
* Université Duke
* L'état de Californie
* Université de Georgetown et bien d'autres.

Dans les domaines privé et corporatif de notre


société, les clients de Tavistock comprennent:
* Hewlett
Packard * RCA
* Couronne Zeilerbach
* McDonald Douglas
* IBM, Microsoft, ordinateurs Apple, Boeing
* Industries Kaiser
* TRW
* Blythe Eastman Dillon
* Wells Fargo Bank of America
* Bechtel Corp
* Halliburton
* Raytheon

212
* McDonnell Douglas
* Huile Shell
* British Petroleum
* Conoco
* Exxon Mobil
* IBM et AT&T.

Ce n'est en aucun cas une liste complète, que


Tavistock garde jalousement. Ces noms ne sont que
ceux que j'ai pu obtenir. Je dirais que la majorité
des Américains ignorent complètement qu'ils sont
dans une guerre totale qui est menée contre eux
depuis 1946; une guerre aux proportions
dévastatrices et aux pressions incessantes; une
guerre que nous perdons rapidement, et qui nous
submergera à moins que le peuple américain ne
puisse être libéré de sa position préconçue «cela ne
peut pas arriver en Amérique».

213
Chapitre 32
Exposer le gouvernement secret parallèle de niveau
supérieur

La seule façon dont nous allons vaincre cet ennemi


puissant et insidieux est d'éduquer notre peuple, en
particulier nos jeunes dans la Constitution, et de
rester fidèle à notre foi chrétienne. Sinon, notre
héritage inestimable sera perdu à jamais. Le
pouvoir que Tavistock exerce sur cette nation doit
être brisé.

Espérons que ce travail deviendra un manuel de


formation entre les mains de millions d'Américains,
qui veulent engager l'ennemi, mais qui, jusqu'à
présent, n'ont pas été en mesure d'identifier cet
ennemi.

Les forces politiques contrôlées par des sociétés


secrètes, toutes opposées aux idéaux républicains et
constitutionnels américains, n'aiment pas tout ce
qui cherche à exposer l'Institut Tavistock et leur
déloyauté à l'Amérique, et encore moins, où de
telles révélations ne peuvent être ridiculisées et
ignorées. Bien sûr, ceux qui s'engagent à
démasquer les actes de notre gouvernement secret
paient invariablement un prix élevé pour de telles
divulgations.

Personne qui s'intéresse à l'avenir de l'Amérique ne


peut se permettre d'ignorer la manière dont
l'Institut Tavistock a fouetté le peuple américain et
manipulé le gouvernement, même si la majorité des
Américains restent dans l'ignorance de ce qui se
passe. Avec le contrôle presque complet exercé sur
notre nation par notre gouvernement secret
supérieur, parallèle, l'Amérique a cessé d'être une
nation libre et indépendante. On peut généralement
fixer le début de notre déclin à l'époque où
Woodrow Wilson a été «élu» par l'aristocratie
britannique.

214
La plupart des activités les plus récentes de
Tavistock aux États-Unis se sont concentrées autour
de la Maison Blanche et ont ordonné à l'ancien
président GHW Bush, l'ancien président Clinton et
le président GW Bush de s'engager dans la guerre
contre l'Irak. Tavistock mène la campagne pour
détruire le droit des citoyens du deuxième
amendement de garder et de porter des armes.

Il a également contribué à informer les principaux


membres de la législature qu'ils n'ont plus besoin
de la Constitution américaine, d'où la masse de
nouvelles lois promulguées qui ne sont pas du tout
des lois, car elles ne satisfont pas au test de
constitutionnalité et tombent sous le coup de la sol.

Tavistock reste la mère de toutes les installations de


recherche en Amérique et en Grande-Bretagne, et le
leader des techniques de modification du
comportement, du contrôle de l'esprit et de la
formation et de la formation d'opinions.

Le Rand Institute de Santa Monica sous la direction


de Tavistock a créé le phénomène connu sous le
nom "El Nino" comme une expérience de
modification du temps. Tavistock est également
fortement engagé dans les expériences "OVNI" New
Age et l'observation des extraterrestres, sous ses
contrats de contrôle mental avec la CIA
Rand Institute dirige le programme ICBM et
effectue des analyses primaires pour les
gouvernements étrangers. Rand et Tavistock ont
réussi à dresser le portrait de la population blanche
d'Afrique du Sud comme un préalable à la mise à
l'épreuve des eaux pour une prise de contrôle du
Congrès national communiste africain, avec l'aide
et le soutien du Département d'État américain.
«L'évêque» Desmond Tutu, qui a joué un rôle de
premier plan dans le préambule de la chute du
gouvernement blanc, est une création de Tavistock.

215
L'Université de Georgetown a été reprise dans son
intégralité par Tavistock, en 1938. Sa structure et
ses programmes ont été reformatés pour s'adapter
au modèle de "brain trust" de Tavistock en tant que
centre d'enseignement supérieur. Cela a eu une
grande importance pour les États-Unis lorsque l'on
considère que l'Université de Georgetown était
l'endroit où M. Clinton a appris son art de la
manipulation de masse et de la dissimulation.

Tous les agents de terrain du Département d'État


sont formés à Georgetown. Trois de ses diplômés les
plus connus étaient Henry Kissinger, William
Jefferson Clinton et Richard Armitage. Les loyalistes
de "l'armée invisible" de Georgetown ont fait un
mal incalculable aux États-Unis et joueront sans
aucun doute pleinement leur rôle jusqu'à la fin, un
moment où ils seront déracinés, dénoncés et
inoffensifs.

Certaines des actions les plus laides et les plus


horribles prises contre l'Amérique étaient prévues
à Tavistock. Je veux parler du bombardement du
complexe maritime de l'aéroport de Beyrouth, qui a
coûté la vie à 200 de nos meilleurs jeunes militaires.
Une personne soupçonnée d’être au courant de
l’attaque imminente des terroristes libanais était le
secrétaire d’État George Schultz. Comme des
rapports non confirmés l'ont déclaré à l'époque,
Schultz a été prévenu avant l'attaque par le Mossad,
l'agence des services secrets d'Israël.

Si Schultz a reçu un avertissement aussi opportun,


il ne l'a jamais relayé au commandant de la base
maritime de Beyrouth. Schultz était, et est toujours,
un fidèle serviteur du Comité des 300 par le biais de
la Bechtel Corporation.
Cependant, un an après avoir exprimé mes
soupçons à propos de Schultz et Bechtel (1989), un
agent de haut rang mécontent du Mossad a rompu
les rangs et a écrit un livre sur ses expériences.

216
Certaines parties du livre contenaient les mêmes
informations que j'avais imprimées un an plus tôt,
ce qui m'a amené à croire que les soupçons que
j'avais exprimés à propos de Schultz en 1989
n'étaient pas tout à fait dénués de substance.
L'épisode entier me rappelle la trahison du général
Marshall, qui a délibérément gardé des
informations sur une attaque aérienne japonaise
en cours contre Pearl Harbor auprès du
commandant à Hawaï.

Il y a de plus en plus de preuves d'une


augmentation de la contribution et de l'influence de
Tavistock à la CIA. De nombreuses autres agences
de renseignement reçoivent des instructions de
Tavistock, notamment le National Reconnaissance
Office (NRO), la Defense Intelligence Agency (DJA),
le Treasury Intelligence et le State Department
Intelligence.

Chaque année, lorsque l'anniversaire du meurtre


du président John Kennedy survient, je me
souviens du rôle de premier plan joué dans la
planification de son exécution publique; en
particulier le rôle joué par le MI6. Après une
enquête approfondie de 20 ans sur le meurtre de
JFK, je pense que je suis venu très près de la vérité,
comme détaillé dans la monographie «L'assassinat
du président John F. Kennedy».

Le meurtre non résolu de Pres. Kennedy reste une


insulte grossière contre tout ce que les États-Unis
représentent. Comment se fait-il que nous, une
nation soi-disant libre et souveraine, permettons à
la dissimulation d'un crime de rester en place,
année après année? Nos agences de renseignement
savent sûrement qui sont les auteurs du crime?
Nous savons sûrement que le meurtre de Kennedy
a été commis en plein jour devant des millions
d'Américains, comme une insulte et un
avertissement que la portée du Comité des 300 va
bien au-delà de ce que même notre plus haut élu a
pu se défendre. contre?

217
Les auteurs du crime se moquent de notre
confusion en sachant qu'ils ne seront jamais
traduits en justice et en se glorifiant du succès de la
faute et de l'incapacité de Nous, le Peuple, à percer
le voile corporatif qui cache leurs visages. vue.

La dissimulation massive de l'assassinat de


Kennedy reste en place. Nous avons tous les détails
sur la façon dont le comité des assassinats de la
Chambre a manqué à son devoir, ignorant les
preuves solides et s'accrochant à de fragiles ici-dire;
ignorant le fait évident que les radiographies de la
tête de Kennedy, prises à l'hôpital Bethesda, ont été
falsifiées.
La liste des péchés du Comité des 300 et de son
serviteur, l'Institut Tavistock est interminable.
Pourquoi le comité sénatorial n'a-t-il fait aucun
effort pour enquêter sur l'étrange disparition du
certificat de décès de Kennedy? un élément de
preuve vital, qui aurait dû être trouvé, peu importe
combien de temps cela a pris et quel qu'en soit le
coût? L'amiral Burkely, l'officier de marine qui a
signé le certificat, ne fut pas non plus sérieusement
interrogé sur les circonstances entourant l'
étrange - très difficile - disparition inexpliquée de
cette preuve vitale.

Ici, je dois quitter le sujet du meurtre de John F.


Kennedy (qui à mon avis était un projet lié à
Tavistock ) mené par le MI6 et le chef de la division
des cinq du FBI, le major Louis Mortimer
Bloomfield. La CIA est un client de Tavistock avec
littéralement des dizaines d'autres agences
gouvernementales américaines. Dans les décennies
qui se sont écoulées depuis le meurtre, pas une
seule de ces agences n'a cessé de faire affaire avec
Tavistock. En fait, - Tavistock a ajouté de nombreux
nouveaux noms d'agences gouvernementales à sa
liste de clients.

218
En parcourant mes documents, j'ai découvert qu'en
1921, lorsque Reese a fondé Tavistock, il était sous
le contrôle du renseignement britannique SIS.

Ainsi, depuis sa création, Tavistock a toujours été


étroitement associé au travail de renseignement,
même tel qu'il est à ce jour. Le cas de Rudolph Hess
peut présenter un intérêt plus que passager pour
bon nombre de nos lecteurs. On se souviendra que
Hess a été assassiné par deux membres du SIS dans
sa cellule de prison de Spandau, la veille de sa
libération.
Le RIIA avait peur que Hess fasse sauter le
couvercle de ce qui avait été gardé un sombre
secret; les relations étroites entre les membres de l'
oligarchie britannique - y compris Winston
Churchill - et la Société allemande de Thulé, dont
He ss avait été le chef.

Le fait que l'Institut Tavistock porte le nom du 11 e


duc de Bedford, marquise de Tavistock, est plus
qu'un intérêt passager . Le titre a été transmis à son
fils, la 12 e marquise de Bedford. C'est dans son
domaine que Hess s'est envolé pour tenter de
mettre fin à la guerre. Mais Churchill n'en voulait
rien et ordonna à Hess d'être arrêté et emprisonné.
L'épouse du duc de Bedford s'est suicidée en
prenant une surdose de somnifères, quand il est
devenu évident que Hess ne serait jamais libéré,
même à la fin de la guerre.

Dans mon travail "Qui a assassiné Rudolph Hess" et


"King Makers, King Breakers - The Cecils", je révèle
à quel point cette parenté virtuelle avec Hess et
d'autres membres importants du cercle restreint
d'Hitler jusqu'au début de la Seconde Guerre
mondiale était proche . Si Hess avait réussi sa
mission auprès du duc de Bedford, Churchill et
presque toute l'oligarchie britannique auraient été
révélés comme des fraudes.

219
La même chose se serait produite si Hess n'avait
pas été retenu prisonnier solitaire à Spandau à
Berlin, gardé pendant des années après la fin de la
Seconde Guerre mondiale par des troupes tirées de
Grande-Bretagne, des États-Unis et de l'URSS, contre
toute logique et à un coût énorme (estimé à 50 000
$ par jour).

Parce qu'une Russie changée estimait qu'elle


pouvait embarrasser l'Amérique et la
Grande-Bretagne - en particulier la Grande -
Bretagne, ils ont soudainement annoncé que Hess
serait libéré. Les Britanniques ne pouvaient pas se
permettre de courir le risque de voir leurs chefs de
guerre exposés, alors l'ordre fut donné de tuer
Hess.

Tavistock fournit des services d'une nature sinistre


à ces personnes que nous trouvons partout aux
États-Unis, dans chaque ville remarquable. Ils ont
les principales personnalités de ces villes dans la
paume de leur main, que ce soit au sein du
département de police, du gouvernement municipal
ou de toute autre autorité.

C'est le cas dans toutes les villes également, où les


Illuminati et les francs-maçons se joignent à
Tavistock pour exercer leurs pouvoirs secrets pour
parcourir la Constitution et la Déclaration des
droits.

On ne peut que se demander combien d'innocents


sont en prison aujourd'hui parce qu'ils ne
connaissaient pas leur Constitution et la
Déclaration des droits; victimes de Tavistock, une et
toutes. Portez une attention particulière à la série
télévisée "COPS".

C'est le contrôle mental standard de Tavistock et le


prix de la prise d'opinion. Vous y trouvez toutes les
violations possibles des droits constitutionnels des
personnes arrêtées ou arrêtées par la police. Je suis
fermement convaincu que "COPS" est censé
conditionner le public et nous faire croire que de
telles violations flagrantes des droits dont nous
sommes témoins sont la norme; que la police a en
fait des pouvoirs excessifs, et que

220
les garanties constitutionnelles auxquelles tout
citoyen a droit n'existent pas dans la pratique. «
COPS » est un lavage de cerveau plus insidieuse,
formation de l'opinion programme de contrôle, et il
ne serait pas surprenant de trouver Tavistock mêlé
à elle, quelque part.
221
CHAPITRE 33
Interpol aux États-Unis:
Son origine et son but exposés
Parmi les nombreuses agences internationales
desservies par Tavistock, figure le service de
renseignement privé de David Rockefeller, mieux
connu sous le nom d'INTERPOL. C'est en
manquement total à son devoir légal que cette
entité illégale est autorisée à continuer à
fonctionner sur une propriété fédérale à
Washington, DC et sous la protection du
gouvernement. (La loi américaine interdit aux
services de police étrangers privés d'opérer en
Amérique. INTERPOL est une agence de police
étrangère privée opérant sur le sol américain
tandis que le Congrès détourne le regard, craignant
qu'un jour ils ne soient obligés de saisir cette ortie
nuisible et de la tirer en les racines.)

Qu'est-ce qu'INTERPOL? Le ministère américain de


la Justice tente d'expliquer INTERPOL en
contournant des questions cruciales. D'après son
manuel de 1988, << Interpol mène des activités
intergouvernementales, mais ne se fonde pas sur
un traité international, une convention ou des
documents juridiques similaires. Il a été fondé sur
une constitution rédigée et rédigée par un groupe
de policiers qui ne l'ont pas soumise pour
signatures diplomatiques, et ils ne l’ont jamais
soumis à la ratification des gouvernements. "

Comme c'est intéressant! Quel aveu! Si Interpol ne


piétine pas la Constitution américaine, rien ne le
fait. Où sont les chiens de garde de la Chambre et
du Sénat? Est-ce qu'ils ont peur de Tavistock et de
son puissant soutien, David Rockefeller? Le Congrès
a-t-il peur du Comité des 300? "Cela semble
certainement ainsi. Interpol est une entité illégale
opérant à l'intérieur des frontières des États-Unis,
sans la sanction et l'approbation de Nous, le peuple
en violation flagrante de la Constitution des États-
Unis. États et les constitutions des 50 États.

222

Ses membres se composent de personnes nommées


par divers gouvernements nationaux sans aucune
consultation avec le gouvernement des États-Unis.
La liste des membres n'a jamais été soumise à un
comité de la Chambre ou du Sénat.
Sa présence aux États-Unis n'a jamais été
sanctionnée par un traité. Cela a donné lieu à une
série d'accusations selon lesquelles certains
gouvernements sous contrôle du trafic de drogue:
la Colombie, le Mexique, le Panama, le Liban et le
Nicaragua, choisissent peut-être pour leurs
représentants des personnes impliquées dans le
trafic de drogue.

Selon Beverly Sweatman du National Central


Bureau (NCB) du département américain de la
Justice (dont l'existence est en soi une violation de
la Constitution), cette agence gouvernementale
américaine existe uniquement pour échanger des
informations avec Interpol.

Détenue et contrôlée par David Rockefeller,


Interpol est une agence privée avec un réseau de
communication qui s'étend dans le monde entier,
fortement impliquée d'une manière ou d'une autre
dans le trafic de drogue de l'Afghanistan au
Pakistan en passant par les États-Unis.

L'interaction du lieutenant-colonel Nivaldo Madrin


du Panama, du général Guillermo Medina Sanchez
de Colombie et de certains éléments de la police
fédérale mexicaine ayant le statut d'Interpol va
dans ce sens. Leurs histoires d'implication dans le
commerce de la drogue tout en servant Interpol
sont trop longues pour être incluses ici, mais il
suffit de dire que l'histoire est sordide.

Pourtant, en dépit du fait qu'Interpol est une


organisation privée, elle a obtenu le "statut
d'observateur" par les Nations Unies (ONU) en
1975, dont la stature (totalement en violation de la
Charte des Nations Unies) permet à Interpol de
siéger aux réunions et de voter sur les résolutions,
même si ce n'est pas un

223
pays membre et n’a pas de statut gouvernemental.
Selon la Charte des Nations Unies, seuls les États
(dans la définition complète du mot) peuvent être
membres de l'ONU Puisque Interpol n'est pas un
État, pourquoi l'ONU viole-t-elle sa Charte?

On pense que l'ONU compte beaucoup sur les


réseaux d'Interpol pour l'aider à trouver des armes
privées entre les mains de citoyens américains
détenus par eux en vertu de leurs droits du
deuxième amendement, une fois que l'ONU aura
signé un «traité» avec le gouvernement américain
pour désarmer toutes les populations civiles. des
États membres.

Où sont les législateurs américains qui sont censés


faire respecter et défendre la Constitution
américaine? Où sont les grands hommes d'État
d'antan? Interpol démontre que ce que nous avons
à leur place, ce sont des politiciens devenus des
législateurs qui n'appliquent pas les lois qu'ils
adoptent, terrifiés à l'idée de corriger les erreurs
évidentes qui abondent de toutes parts, car, s'ils
devaient respecter leur serment d'office, ils le
feraient davantage. que probablement se
retrouvent sans leur travail confortable et pépère.

Pour récapituler sur certaines des informations


déjà fournies: le Tavistock Institute a été créé à
Sussex, en Angleterre, en 1921 sous le
commandement de la monarchie britannique, à des
fins de contrôle de l'esprit et de formation de
l'opinion publique, et pour établir sur une base
scientifique soigneusement examinée , à quel point
l'esprit humain s'effondrerait sous la soumission à
des accès prolongés de détresse psychologique.
Ailleurs, nous montrerons qu'elle a été fondée pour
la première fois avant la Première Guerre mondiale
par le 11 e duc de Bedford, la marquise de
Tavistock.

Au début des années 1930, le Rockefeller Brothers


Foundation Fund a également largement contribué
à Tavistock.

224
Le fait qu'un si grand nombre des principaux
praticiens du contrôle mental et des modifications
du comportement étaient, et sont, étroitement
associés aux sociétés secrètes qui embrassent les
cultes de nombreuses idées et croyances
différentes, notamment Isis-Orsiris, Kabala, Soufi,
Cathari, Bogomil et Bahai Le mysticisme
(manichéen) doit être noté.

Pour les non-initiés, l'idée même que des


institutions prestigieuses et leurs scientifiques
seraient impliqués dans des cultes et même avec le
satanisme et les illuministes serait une chose très
difficile à croire. Mais la connexion est bien réelle.
Nous pouvons voir pourquoi Tavistock était si
intéressé par ces sujets.
Les fusillades aléatoires dans les écoles par des
jeunes soumis à des crises prolongées de stress et
sous l'influence de drogues génératrices
d'accoutumance sont remarquables en ce que, dans
un grand nombre de ces événements tragiques, les
auteurs affirment presque toujours avoir été dirigés
«par des voix» vers faire leur travail mortel. Il ne
fait aucun doute que le contrôle de l'esprit était très
à l'œuvre dans ces cas tragiques. Malheureusement,
nous verrons bien d'autres épisodes tragiques de ce
genre avant que le public ne réalise ce qui se passe.

Le culte, le contrôle de l'esprit, l'application du


stress psychologique et les modifications
comportementales font partie de ce que les
scientifiques de Tavistock enseignent. En fait,
alarmée par des fuites montrant ses liens avec les
scientifiques de Tavistock, la Chambre des
communes britannique a adopté une loi autorisant
des endroits comme Tavistock à mener ce que le
projet de loi appelait «la recherche physique».

Or, le terme «recherche physique» est si ambigu


qu'il suscite de sérieux doutes sur ce qu'il signifie
vraiment, ou si, comme certains critiques l'ont
soutenu, est simplement un terme utilisé pour
couvrir ce qui se passe réellement.

225
En tout état de cause, Tavistock n'était pas sur le
point de prendre la confiance du public. Mais je
peux dire avec une certitude absolue que les agents
du renseignement britannique du MI6 et de la CIA
reçoivent une formation à Tavistock en
métaphysique, contrôle de l'esprit, modifications du
comportement, ESP, hypnose, occulte, satanisme et
illuministes et cultes manichéens.
Ce ne sont pas que des croyances basées sur des
reliques du Moyen Âge. C'est une force maléfique
enseignée d'une manière qui fera une différence au
niveau du contrôle mental, comme on n'aurait pas
cru possible il y a quelques années. Je ferai cette
prédiction sans crainte de contradiction: dans les
années suivantes, nous allons découvrir que toutes
les fusillades aléatoires dans les écoles, les bureaux
de poste, les centres commerciaux n'étaient pas du
tout des fusillades aléatoires. Ils ont été menés par
des sujets conditionnés et contrôlés par l'esprit qui
ont été soigneusement recherchés et mis sous des
médicaments dangereux et altérant l'humeur
comme le Prozac, l'AZT et le Ritalin.
Le dénominateur commun entre plusieurs des
fusillades aléatoires, à commencer par David
Berkowitz, le soi-disant meurtrier du «fils de Sam»;
tous sans exception, ont déclaré aux enquêteurs
qu'ils "entendaient des voix" leur disant de tirer sur
les gens.

Le cas de Klip Kinkel, le jeune de l'Oregon qui a


abattu sa mère et son père, avant de tirer sur son
lycée, est sa confession aux enquêteurs qui l'ont
interrogé. Lorsqu'on lui a demandé pourquoi il
avait tiré sur son père et sa mère, Kinkel a répondu
qu'il avait entendu des «voix» lui disant de leur
tirer dessus. Personne ne pourra jamais prouver
que Kinkel et les autres ont été victimes
d'expériences de contrôle mental menées par la CIA
ou qu'ils ont effectivement «entendu des voix»
induites par le transfert effectué par les
programmeurs informatiques de la DARPA.

226
Le comité de surveillance de la Chambre
responsable doit demander les documents de la CIA
couvrant le contrôle de l'esprit et les rechercher
pour un lien avec les fusillades dans l'école. Je crois
qu’il est impératif qu’un tel ordre soit envoyé à la
CIA sans autre perte de temps.

Outre mes propres recherches sur le sujet de la


«recherche physique», Victor Marachetti, qui était à
la CIA pendant 14 ans, a révélé l'existence d'un
programme de recherche physique conçu par
Tavistock , où des agents de la CIA ont tenté de
contacter les esprits d'anciens agents qui était mort.
Comme je l'ai dit dans ma monographie
mentionnée ci-dessus, j'ai eu une grande
expérience personnelle dans les domaines
«métaphysiques» et je sais pertinemment qu'un
grand nombre d'agents du renseignement
britanniques et américains y sont endoctrinés.

Tavistock l'appelle «science du comportement», et


elle a progressé si rapidement au cours des dix
dernières années qu'elle est devenue l'un des types
les plus importants d'agents de formation que l'on
puisse subir. Dans les programmes ESP de
Tavistock, chaque participant est un «bénévole»,
qui accepte d'avoir sa personnalité «corrélée» avec
l'ESP; c'est-à-dire qu'ils ont accepté d'aider Tavistock
à trouver une réponse expliquant pourquoi
certaines personnes sont psychiques et d'autres
sont douées d'ESP.

Le but de l'exercice est de rendre chaque agent du


MI6 et de la CIA hautement psychique avec une ESP
fortement développée. Parce que plusieurs années
se sont écoulées depuis que j'ai été directement
impliqué dans de telles affaires, j'ai consulté un
collègue qui est encore au «service», pour savoir
dans quelle mesure Tavistock a réussi ses
expériences? Il m'a dit que Tavistock avait en effet
perfectionné ses techniques et qu'il était désormais
possible de faire de certains agents du MI6 et de la
CIA «ESP-Perfect». Ici, il est nécessaire d'expliquer
que la CIA et le MI6 maintiennent un très haut
degré de secret sur ces questions.

227

La majorité des agents de renseignement qui


participent aux programmes sont pour la plupart
des membres des Illuminati et / ou de la franc-
maçonnerie, ou les deux. Bref, la technique de
"pénétration à longue distance" appliquée avec un
tel succès au monde normal est maintenant
appliquée au monde des esprits!
«Long Range Penetration and Inner Directional
Conditioning» de Tavistock, développé par le Dr
Kurt Lewin, que nous avons déjà rencontré à
quelques reprises, est avant tout un programme où
le contrôle de la pensée est pratiqué sur des
groupes de masse. Ce qui a donné naissance au
programme, c'est l' utilisation généralisée de la
propagande par le British Army Psychological
Warfare Bureau pendant la Première Guerre
mondiale. La vaste propagande qu'il a menée avait
pour but de convaincre l'ouvrier britannique que la
guerre était nécessaire. Une autre partie était de
convaincre le public britannique que l'Allemagne
était un ennemi et son chef un véritable démon.

Cet effort massif a dû être lancé entre 1912 et 1914


parce que la classe ouvrière britannique ne croyait
pas que l'Allemagne voulait la guerre, pas plus que
le peuple britannique ne le voulait, et ne détestait
même pas les Allemands. Toute cette perception du
public devait être changée. Une tâche secondaire,
mais non moins importante, du bureau était de
faire entrer l'Amérique dans la guerre. Un élément
clé de ce plan était de provoquer l' Allemagne dans
le naufrage du « Lusitania » un grand
transatlantique paquebot construit le long des
lignes du Titanic condamné.
Malgré les avertissements dans les publicités de
presse dans un journal de New York que le navire
avait été converti en un croiseur marchand armé
(AMC) et était donc un jeu équitable conformément
aux Conventions de Genève, le Lusitania a navigué
pour Liverpool transportant un plein compliment
de passagers, parmi eux plusieurs centaines de
passagers américains.

228
Les cales du navire étaient remplies d'un grand
nombre de munitions destinées à l'armée
britannique, interdites par les règles
internationales de la guerre aux paquebots.

Au moment où il a été touché par une seule torpille,


le Lusitania était essentiellement un croiseur
marchand armé (AMC). La presse des deux côtés de
l'Atlantique était remplie de récits de barbarie
allemande et d'attaque non provoquée contre un
paquebot sans défense, mais le public américain et
britannique qui avait encore besoin de beaucoup
plus de "conditionnement" n'a pas acheté l'histoire.
Ils ont estimé qu'il y avait «quelque chose de pourri
dans l'État du Danemark». Le naufrage du Lusitania
avec de lourdes pertes en vies humaines était le
type de «situation artificielle» dont le président
Wilson avait besoin et il enflamma l'opinion
publique américaine contre l'Allemagne.

Profitant de cette expérience, le British Army


Bureau of Psychological Warfare a créé le Tavistock
Institute for Human Relations sur ordre de la
monarchie britannique et a placé le magnat du
journal britannique Alfred Harmsworth, fils d'un
avocat né à Chapelizod près de Dublin. Il a ensuite
reçu le titre de 12 e duc de Bedford, Lord
Northcliffe.

En 1897, à l' approche de la guerre à venir,


Harmsworth a envoyé l'un de ses écrivains du nom
de GW Steevens en Allemagne dans le but d'écrire
un article en 16 parties intitulé Under the Iron
Heel.

Dans la vraie psychologie inverse, les articles


étaient somptueux dans leur éloge de l'armée
allemande tout en avertissant dans le même souffle
que la nation britannique serait vaincue si la
guerre éclata contre l'Allemagne.
229

En 1909, Northcliffe a chargé Robert Blatchford, un


socialiste senior, de se rendre en Allemagne et
d'écrire des articles sur le danger que l'armée
allemande représentait pour la Grande-Bretagne. Le
thème de Blatchford était qu'il croyait d'après ses
observations que l'Allemagne «se préparait
délibérément à détruire l'Empire britannique».
C'était conforme à la prédiction de Northcliffe
publiée dans le Daily Mail (l'un de ses journaux) en
1900 qu'il y aurait une guerre entre l'Allemagne et
la Grande-Bretagne. Northcliffe a écrit un éditorial
disant que la Grande-Bretagne devait utiliser une
plus grande partie de son budget pour les dépenses
de défense.

Lorsque la guerre éclate, Northcliffe est accusé par


le rédacteur en chef du journal The Star d'avoir
propagé un climat de guerre. «À côté du Kaiser,
Lord Northcliffe a fait plus que n'importe quel
homme vivant pour provoquer la guerre.

Le pauvre rédacteur en chef ne savait pas qu'il était


lui-même devenu victime de propagande, car le
Kaiser avait peu fait pour promouvoir la guerre et
était regardé avec un certain dédain par
l'establishment militaire britannique. Les historiens
sont généralement d'accord pour dire que le Kaiser
n'était pas en mesure de contrôler l'armée
allemande. C'était le général Ludendorff à qui The
Star aurait dû se référer. Ce fut Northcliffe, qui
commença à faire campagne pour la conscription
dès le jour même où la guerre éclata entre les deux
nations.

Ce devait être une institution où tous les aspects du


lavage de cerveau de masse et du conditionnement
public seraient transformés en beaux-arts. Une
politique et un ensemble de règles ont été établis,
culminant avec Tavistock 1930 "Long Range
Penetration and Inner Directional Conditioning",
qui a été déchaîné contre l'Allemagne en 1931.

230
Dans la période précédant les premières années de
la Seconde Guerre mondiale, Roosevelt, (lui - même
un 33 e degré Mason et un membre des Illuminati
par la Société de Cincinnati,) a demandé l'aide de
Tavistock à obtenir américaine dans la guerre.
Roosevelt était sous la direction du «300» pour aider
à retirer les châtaignes britanniques du feu, mais
pour ce faire, il avait besoin d'un incident majeur
auquel se raccrocher.

Tout au cours de la période 1939-1941, des sous-


marins de la marine américaine basés en Islande
ont attaqué et coulé des navires allemands, bien
que les lois sur la neutralité interdisent de
s'engager dans des hostilités avec les combattants.
Mais l'Allemagne ne serait pas entraînée dans des
représailles. L'incident majeur qui précipitera
l'entrée de l'Amérique dans la Seconde Guerre
mondiale fut l'attaque du Japon sur Pearl Harbor.
C'était une conspiration de Tavistock contre les
deux nations. Afin de favoriser une telle attaque, le
secrétaire d'État Marshall a refusé de rencontrer les
envoyés du Japon cherchant à éviter le conflit à
venir.

Marshall a également délibérément retardé


l'avertissement de son commandant à Pearl Harbor
jusqu'à ce que l'attaque ait commencé. En bref,
Roosevelt et Marshall étaient tous deux au courant
de l'attaque en cours, mais ont délibérément
ordonné que l'information ne soit pas divulguée à
leurs officiers sur le terrain à Pearl Harbor.
Tavistock avait dit à Roosevelt que "seul un incident
majeur" entraînerait l'Amérique dans la Seconde
Guerre mondiale. Stimson, Knox et Roosevelt
étaient au courant de l'attaque imminente, mais
n'ont rien fait pour l'arrêter.

De temps en temps, des personnes réfléchies m'ont


demandé: "Mais des dirigeants comme Lord Haig,
Churchill, Roosevelt et Bush ne se rendraient-ils pas
compte du nombre de vies perdues dans une
guerre mondiale?"

231
La réponse est qu'en tant qu'individus
programmés, les «grands hommes» ne se souciaient
pas du coût élevé de la vie humaine. Le général
Haig - un franc-maçon / illuministe / sataniste
réputé - a déclaré à plus d'une occasion son
aversion pour les classes inférieures britanniques,
et il l'a prouvé en lançant vague après vague de
«soldats britanniques ordinaires» contre des lignes
allemandes imprenables, une tactique toute un
stratège militaire décent aurait évité.
En raison du mépris impitoyable de Haig pour ses
propres troupes, des centaines de milliers de jeunes
soldats britanniques des «classes inférieures» sont
morts tragiquement et inutilement. Cela a incité le
public britannique à détester l'Allemagne,
exactement comme l'avait prédit le Bureau de la
guerre psychologique de l'armée britannique. Une
grande partie de ce que j'ai inclus dans ce livre, j'ai
délibérément retenu dans la première exposition. Je
n'ai pas senti que le peuple américain était prêt à
comprendre le côté métaphysique de Tavistock.
Vous ne pouvez pas nourrir un bébé avec de la
viande; le lait vient en premier. En présentant
Tavistock de cette manière, de nombreux esprits
ont été ouverts, qui autrement seraient restés
fermés.

233
CHAPITRE 34
Les cultes de la Compagnie des Indes orientales

Pendant des siècles, l'oligarchie britannique a été le


berceau de l'occultisme, de la métaphysique, du
mysticisme et du contrôle de l'esprit. Bulwer Lytton
a écrit «Les secrets du livre égyptien des morts», et
tant d'adhérents d'Annie Besant à la Société
théosophiste sont issus des classes supérieures
britanniques, qui sont encore aujourd'hui
populaires auprès d'eux. Les descendants des
cathares et des albigeois du sud de la France et du
nord de l'Italie avaient émigré en Angleterre et
avaient adopté le nom de «savoyard». Avant eux
venaient les Bogomiles des Balkans et les pélicans
d'Asie Mineure. Toutes ces sectes étaient originaires
des Manichéens babyloniens.

Des incursions ont été faites dans ce type


d'occultisme par l'Institut Tavistock, en utilisant
certaines de ses techniques de contrôle mental
développées par Kurt Lewin et son équipe de
chercheurs. (Voir «Le Comité des 300» pour plus de
détails.)

La Compagnie des Indes orientales (EIC) et plus


tard, la Compagnie britannique des Indes
orientales (BEIC) étaient les «300» d'origine, dont
les descendants gouvernent le monde aujourd'hui.
L'opium et le trafic de drogue constituaient alors le
stock commercial, et le sont restés. De cette
structure hautement organisée et complexe sont
nés le socialisme, le marxisme, le communisme et
le national-socialisme et le fascisme.

À partir de 1914, de vastes expériences de contrôle


de l'esprit ont été menées à Cold Spring Harbor à
New York, le centre de race- eugénisme parrainé
par Mme EE, Harriman, mère d'Averill Harriman,
gouverneur de l'État de New York à l'époque, qui
est devenu un éminent personnalité publique et
politique aux États-Unis et en Europe.

234

La grande dame a versé des millions de dollars de


son argent dans le projet et a invité des scientifiques
allemands à partager le forum. Un grand nombre
des techniques de contrôle de l'esprit de Tavistock,
en particulier la technique de «psychologie inverse»
enseignée par Reese, est originaire de Tavistock, qui
aujourd'hui, forme la base d' exercices de contrôle
de l' esprit pour implanter la notion dans l'esprit du
public américain que les races noires et colorées
sont supérieurs à la race blanche, le «racisme» à
l'envers.

Les scientifiques allemands ont été invités à assister


aux endoctrinations de Cold Harbor par Mme
Harriman et son groupe, composé de certains des
principaux citoyens de l'époque (1915). Après un an
ou deux à Cold Spring Harbor, le contingent
allemand est retourné en Allemagne et, sous Hitler,
a mis en pratique l'eugénisme racial appris à Cold
Spring Harbor. Toutes ces informations étaient
cachées au peuple américain jusqu'à ce qu'elles
soient exposées dans mon livre «Codeword
Cardinal» et dans mes plusieurs monographies, qui
ont précédé le livre et par la suite dans mon
ouvrage «Aids-The Full Disclosure».

Tavistock et la Maison Blanche.


Les techniques de conditionnement de l'esprit de
Tavistock ont été constamment utilisées aux États-
Unis par certaines des personnalités politiques les
plus élevées et les plus importantes de notre
histoire, en commençant par Woodrow Wilson et
en continuant avec Pres. Roosevelt. Chaque
président américain après Roosevelt a été sous le
contrôle des «300» et de l'Institut Tavistock.

Roosevelt était un sujet programmé typique


contrôlé par l'esprit, formé à la méthodologie
Tavistock. Il parlait de paix en se préparant à la
guerre. Il s'est emparé de pouvoirs auxquels il
n'avait pas droit en vertu de la Constitution
américaine, citant les actions illégales du président
Wilson comme son autorité, puis a expliqué ses
actions par des «conversations au coin du feu», qui

235
était une idée de Tavistock pour tromper le peuple
américain. Comme un autre robot Tavistock, James
Earl Carter et Pres. Bush, son successeur, a
convaincu le peuple américain que tout ce qu'il
faisait, même si manifestement inconstitutionnel,
était fait à leur avantage. Ce n'était pas le cas de
Roosevelt, qui savait très bien quand il faisait mal,
mais qui néanmoins, savourait sa tâche et
s'acquittait de son mandat dans la famille royale
britannique Tavistock avec enthousiasme, et avec
un mépris total pour la vie humaine, comme cela
est commun à tous les cultistes.

Lorsque Pres. Bush, l'aîné, a ordonné l'invasion du


Panama, c'était une action manifestement
inconstitutionnelle au prix de la vie de 7000
Panaméens au cours de laquelle M. Bush n'a jamais
perdu le sommeil, ni il n'a cligné des yeux sur la
mort de 150.000 soldats irakiens dans le guerre non
déclarée (illégale) contre l'Irak qui devait suivre son
«essai» pour jauger l'opinion publique.

Carter n'était pas étranger à l'occultisme; l'une de


ses sœurs était une sorcière de premier plan en
Amérique. Carter croyait qu'il était un «chrétien né
de nouveau», même si toute sa carrière politique
était marquée par des idéaux et des principes
socialistes et communistes, qu'il n'hésitait jamais à
mettre en pratique. Carter est un véritable produit
à double personnalité de Tavistock. Ceci a été noté
par Hugh Sidey, un chroniqueur bien connu pour
les médias grand public qui a écrit en juillet 1979:
«Le Jimmy Carter maintenant au travail derrière les
portes closes de la Maison Blanche n'est pas le
Jimmy Carter que nous avons appris à connaître au
cours des 30 premières années. jours de sa
présidence. "
Carter, programmé par le Dr Peter Bourne, diplômé
de Tavistock, avait été entre les mains d'un autre
psychologue de Tavistock, l'amiral Hymen Rickover,
pendant le séjour de Carter à Annapolis.

236
Carter a été présélectionné par les Rothschild
comme étant admirablement approprié pour une
formation spéciale, et quelqu'un qui serait
«adaptable à l'évolution des circonstances», disposé
à s'écarter des principes.

John Foster Dulles était un autre personnage


important endoctriné par Tavistock, proche de la
Maison Blanche, occupant le poste de secrétaire
d'État. Dulles a menti de façon flagrante à un
comité du Sénat américain lors des audiences des
Nations Unies (ONU), témoignant effrontément sous
serment de la constitutionnalité de l'appartenance
des États-Unis à cet organisme mondial.

Dulles a ébloui et trompé les sénateurs quant à la


constitutionnalité de l'adhésion des États-Unis à
l'ONU et a influencé suffisamment de sénateurs
pour voter en faveur du prétendu traité, qui n'est
pas un traité, mais un accord ambigu.

La Constitution américaine ne reconnaît pas les


«accords», seulement les traités signés par les
nations concernées. Cependant, le problème
qu'avait Dulles était que l'ONU n'est pas un pays,
donc Tavistock a contourné l'obstacle en conseillant
au département d'État d'appeler le document un
«accord». Dulles était un sataniste, illuministe et
membre d'un certain nombre de sociétés occultes.

George Herbert Walker Bush est un autre diplômé


certifié «formé aux produits» du système de
contrôle de l'esprit de Tavistock. Les actions de ce
33 e degré Mason, au Panama et en Irak, en disent
long.

Au Panama, agissant sous les ordres de la RIIA et du


CFR, Bush, l'aîné, s'est déplacé pour protéger
l'argent de la drogue dans les banques appartenant
aux Rockefeller au Panama, après que le général
Noriega en eut dénoncé deux comme installations
de blanchiment d'argent dans la chaîne du trafic de
drogue.
237
Bush a ordonné aux forces armées américaines
d'envahir le Panama sans avoir l'autorité exprimée
de la seule manière constitutionnelle, une
déclaration de guerre conjointe par la Chambre des
États-Unis et le Sénat du Congrès, et en violation
flagrante de ses pouvoirs constitutionnels en tant
que président.

La fonction de président est expressément interdite


aux pouvoirs de guerre par les pères fondateurs.
Mais malgré le manque d'autonomisation, Bush a
répété ses violations flagrantes de la Constitution
américaine en ordonnant aux forces armées
américaines d'envahir l'Irak, encore une fois sans
déclaration de guerre mandatée et au-delà de ses
pouvoirs. Le public américain «intérieurement
conditionné», les victimes choquées de la guerre de
Tavistock contre eux, n’ont pas tourné les cheveux
en voyant la Constitution être déchirée en
lambeaux.

Sa Majesté la Reine Elizabeth II, a chaleureusement


félicité Bush, l'aîné, pour sa guerre «réussie» contre
l'Irak, et l'a fait chevalier pour ses actes de mépris
de la Constitution américaine. Ce n'est pas la
première fois qu'Elizabeth récompense les
contrevenants américains avec de grands
honneurs.

Les cultistes et les illuministes britanniques et


américains des cartels pétroliers mènent toujours
une guerre d'usure contre l'Irak en 2005. Ils ne
s'arrêteront pas tant qu'ils n'auront pas posé leurs
mains avides et ensanglantées sur les richesses
pétrolières de l'Irak de la manière dont Milner a
volé l'or. les Boers dans la guerre anglo-boer
(1899-1903.)

Vous trouvez-vous en train de répondre à ces


informations de manière "inadaptée"? Vous dites:
"Ces actions ne peuvent pas être les actions d'un
président américain? C'est absurde.

238
Si telle est votre réponse inadaptée, alors portez
votre attention sur la guerre des Boers et vous
verrez bientôt que Bush ne faisait qu'imiter la
barbarie satanique du général Lord Kitchener et de
Lord Milner dans leur guerre d'extermination
contre la nation boer. Aussi, il convient de rappeler
que la tragédie de Waco a commencé sous la garde
de Bush, et que cette vendetta contre David Koresh
a été menée par le chef du Parti républicain.

Alors que le procureur général Reno et Clinton


menaient la véritable politique de destruction pour
laquelle Koresh était prévu, George Bush a joué un
rôle de premier plan dans les horribles tableaux
dans lesquels Koresh et 87 de ses partisans sont
morts.

Bien que cela ne soit généralement pas connu,


Tavistock a participé à la planification et aurait
même pu diriger l'assaut du FBI et de l'ATF sur
Koresh et les Davidiens. Tavistock était représenté
par des unités du SAS britannique qui avaient
participé à la formation de l'ATF et du FBI sur la
façon de détruire Koresh et ses partisans et de
brûler leur église. Waco était le satanisme des arts
noirs impies en action, ni plus ni moins.

La fin enflammée de Koresh et de ses partisans était


le satanisme typique au travail, même si la plupart
de ceux qui ont participé au crime élevé et aux
violations des droits de l'homme et à la violation
des droits des 1 er , 2 e , 5 e et 10 e amendement de la
victimes, ne savaient pas qu’elles étaient entre les
mains de satanistes. Ils n'avaient pas la moindre
idée qu'ils étaient utilisés par les forces spirituelles
les plus sombres.

Le lavage de cerveau massif de Tavistock contre


l'Amérique a tourné le public contre Koresh et les
Davidiens, ouvrant la voie à la destruction de vies
et de biens à Waco, au mépris total de la
Constitution et de la Déclaration des droits.

239
La destruction gratuite de vies et de biens
innocents par des agents du Gouvernement fédéral
qui n’ont aucune juridiction dans l’État du Texas
(ou dans tout autre État d’ailleurs) et par
conséquent, aucune autorité pour faire ce qu’ils ont
fait - violait le 10 e amendement, la protection des
citoyens contre les excès du gouvernement fédéral.
L'État du Texas n'est pas intervenu et n'a pas mis fin
à la violation du 10 e amendement qui était en
cours à Waco, comme il était du devoir du
gouverneur de le faire en vertu de la Constitution
américaine et de la Constitution de l'État du Texas.
Tavistock avait parcouru un long chemin depuis
que Ramsey McDonald avait été envoyé aux États-
Unis en 1895 pour «espionner la terre pour le
socialisme». Ramsey a rapporté aux Fabiens que
pour que les États-Unis deviennent un État
socialiste, les constitutions étatiques et fédérales
(dans cet ordre) devaient être détruites; Waco était
l'incarnation de cet objectif.
John Marshall, le troisième juge en chef des États-
Unis, et l'affaire Lopez tranchée par la 9 th Circuit
Court of Appeals, ont pour une fois pour toutes
indiqué clairement que les agents fédéraux
n'avaient aucune compétence à l'intérieur des
frontières des États-Unis, sauf en cas de contrefaçon
de Des dollars américains faisaient l’objet d’une
enquête. C'est en soi un oxymore, car les soi-disant
«dollars américains» ne sont pas des dollars
américains, mais des «billets de la Réserve
fédérale» - pas la monnaie des États-Unis - mais les
billets d'une banque centrale
non gouvernementale privée .

Pourquoi protéger la fraude, même si elle est


perpétrée par le gouvernement américain? Lorsque
la Constitution a été rédigée, les pères fondateurs
ont estimé que leur refus d'une banque centrale
empêcherait toute opération bidon comme la
Réserve fédérale. La disposition constitutionnelle
protège les bons du Trésor américains contre la
contrefaçon. Il est douteux qu'un billet de la
Réserve fédérale, qui n'est pas un dollar américain,
bénéficie de la protection de la Constitution
américaine.

240

A Waco, le shérif a manqué à son devoir d'ordonner


aux agents de Tavistock et au FBI de quitter le
comté, car le FBI n'enquêtait pas sur la contrefaçon
conformément à la Constitution américaine. Le FBI
était à Waco illégalement. Tout cela faisait partie
d'un exercice soigneusement planifié visant à
déterminer jusqu'où le gouvernement fédéral
pouvait aller en violant la Constitution avant d'être
dénoncé.

Tout comme les classes inférieures et moyennes


britanniques étaient enflammées contre
l'Allemagne au début de la Première Guerre
mondiale, à travers des mensonges de propagande,
le Kaiser avait ordonné à ses soldats de couper les
bras des petits enfants lorsqu'ils envahissaient la
Belgique et la Hollande, tout comme Tavistock a
programmé les Américains à haïr. Koresh.

L'explosion de mensonges de Tavistock au sujet de


Koresh s'est répandue sur les ondes, jour et nuit:
Koresh avait des relations sexuelles avec de très
jeunes enfants dans le «complexe». Son église, une
simple structure en bois, a été qualifiée de
«composé» par les contrôleurs mentaux de
Tavistock. Un autre des mensonges grossiers de
Tavistock était que les Davidiens dirigeaient un
laboratoire d'amphétamines dans le «complexe».
«Compound» est devenu le mot à la mode
inventé par Tavistock .

Que Clinton ait donné le feu vert pour que les


Davidiens soient gazés, abattus, soumis à une
musique diabolique nuit et jour, et finalement,
brûlés vifs, n'est pas surprenant. Par
l'intermédiaire de feu Pamela Harriman, M. Clinton
a été présenté à Tavistock et a passé son initiation à
l'endoctrinement au contrôle de l'esprit, pendant
son séjour à Oxford. Par la suite, il fut initié au
socialisme / marxisme / communisme avant d'être
approuvé par Tavistock pour succéder à M. Bush,
l'aîné, qui avait survécu à son utilité.

Tavistock a planifié et exécuté une campagne


médiatique massive en utilisant son profil de
sondage pour implanter Clinton dans l'esprit du
peuple américain, comme étant bien adapté pour
diriger la nation.

C'est Tavistock qui a organisé l'interview


strictement contrôlée de Clinton avec CBS, après
que Geniffer Flowers a révélé qu'il était son amant
depuis 12 ans, et c'est Tavistock qui a pris le
contrôle de la réaction du peuple américain à la
suite de l'interview de CBS. . Ainsi, grâce à son vaste
réseau d' actifs de sondages et d' opinion , la
présidence Clinton n'a pas été torpillée, bien que
sans Tavistock ayant contrôlé du début à la fin de
l'interview de CBS, il est certain que Clinton aurait
été contraint de démissionner. disgrâce.

Si vous cherchez une preuve; si votre réponse est


"inadaptée", alors comparez l'évasion de Clinton
avec la condamnation de Gary Hart pour une
accusation bien moindre. Le premier avocat de la
Maison Blanche du «Nouvel Âge du Verseau» à être
formé à la méthodologie Tavistock fut Mark
Fabiani. Sa gestion habile des situations, dont
chaque observateur s'attendait à faire couler
Clinton, est devenue le sujet de conversation de
Washington.

Seulement 13 personnes dans le cercle restreint des


Illuminati et de la hiérarchie franc-maçonne
savaient quel était le secret du succès de Fabiani,
Lanny Davis, qui a succédé à Fabiani, a connu un
succès encore plus grand. Connu sous le nom de "Dr
Spin", Davis a débordé et déjoué deux procureurs
spéciaux, le juge Walsh et Kenneth Starr ont
émoussé toutes les attaques lancées par les
républicains au Congrès, laissant le Parti
républicain dans un désarroi total.

242
Cet avocat formé à Tavistock a mené un raid
audacieux contre la foule d'ennemis de Clinton au
Congrès. Le coup de maître de Davis est venu avec
les auditions du Comité Thompson sur le
financement de la campagne DNC et une foule de
scandales dans l'Arkansas.

Le plan Tavistock était simple, et comme tous les


plans simples, c'était un coup de génie. Davis a
rassemblé tous les journaux du pays, qui avaient
jamais publié la plus petite histoire sur les méfaits
de Clinton, les scandales de collecte de fonds et
Whitewater. Le jour même où le comité Thompson
était en plein cri, réclamant le sang du président,
l'un des nombreux assistants au service de Davis
s'est frayé un chemin à travers la salle d'audience
bondée et a donné à chacun des membres du comité
un dossier de coupures de presse compilé par Davis.
.

Avec le dossier est venu une note signée par Davis:


Ce que le comité enquêtait au prix de millions de
dollars n'était rien d'autre qu'une collection de
«vieilles nouvelles». Sur quoi enquêter lorsque les
accusations portées contre Clinton étaient
d'actualité d'hier?

Le comité Thompson avait été bouleversé et par la


suite, à bout de souffle, il est sorti du combat, une
grande victoire pour Tavistock et la Maison
Blanche. Le Premier ministre Blair devait utiliser la
même formule pour désarmer les accusations du
critique parlementaire selon lesquelles il avait
menti sur ses raisons de partir en guerre aux côtés
de Bush le plus jeune. Les comptes du "Daily
Mirror" étaient tous de "vieilles nouvelles", a
déclaré Blair en répondant à ce qui aurait pu être
une question accablante. Le député qui posait la
question menait une démarche visant à faire
destituer Blair. Au lieu de répondre, Blair détourna
la question. En vertu des règles parlementaires, le
député avait eu son «tour» et n'aurait pas eu une
autre occasion d'essayer de forcer la vérité à sortir
de Blair.

243
CHAPITRE 35
L'industrie de la musique, le contrôle de l'esprit, la
propagande et la guerre

Nous devons noter que l'influence de Tavistock en


Amérique s'est étendue depuis qu'il a créé ses
propres bureaux ici en 1946. Tavistock a amené
l'art de la désinformation à un point précis. Ces
campagnes de désinformation commencent par des
rumeurs soigneusement élaborées. Celles-ci sont,
d'une manière générale, plantées dans des cercles
de droite, où elles poussent et se propagent comme
une traînée de poudre. Tavistock sait depuis
longtemps que l'aile droite est un terreau fertile
pour que les rumeurs se développent et se
propagent.

D'après mon expérience, à peine un jour ne passe


que je ne suis pas invité à confirmer une rumeur ou
une autre, généralement par des personnes qui
devraient être mieux informées. La stratégie
intelligente de diffusion de la désinformation par la
rumeur présente un double avantage:

1) Cela donne un semblant de crédibilité aux


histoires plantées sur les conservateurs.

2) Au moment où l'information est prouvée fausse,


la désinformation a entaché ses fournisseurs dans
la mesure où ils peuvent être décrits en toute
sécurité comme des «cinglés», «la frange
paranoïaque des conservateurs», des «extrémistes»
et bien pire encore .

La prochaine fois que vous entendrez l'un de ces


types de rumeurs, réfléchissez longuement à la
source de la rumeur avant de la transmettre.
Rappelez-vous comment fonctionnent les
manipulateurs de Tavistock: plus la rumeur est
juteuse, plus votre tendance à la répandre est
grande, vous fera involontairement partie de la
machine de désinformation insidieuse de Tavistock.

244
Passant maintenant à un autre domaine d'expertise
dans lequel Tavistock initie ses diplômés, nous nous
référons à l'assassinat de politiciens d'importance
qui ne peuvent être achetés et qui doivent être
réduits au silence. Les meurtres des présidents
américains Lincoln, Garfield, McKinley et Kennedy
sont tous liés au renseignement britannique MI6 et,
depuis 1923, associés au Tavistock Institute.

Pres. Kennedy s'est avéré insensible au contrôle


mental de Tavistock, il a donc été choisi pour une
exécution publique comme un avertissement à
ceux qui aspiraient au pouvoir, qu'aucun n'était
plus élevé que le Comité des 300.

Le spectacle macabre de l'exécution publique de


Kennedy était un message pour le peuple
américain; un dont ils ne sont peut-être pas
conscients, même maintenant. Peut-être que
l'Institut Tavistock a fourni le plan pour l'exécution
de Kennedy. Peut-être a-t-il également
soigneusement sélectionné chaque participant, à
commencer par Lee Harvey Oswald, manifestement
contrôlé par l' esprit , et jusqu'à Lyndon Johnson,
pas si évident. Ceux qui ne voulaient pas se plier, ou
qui cherchaient à faire ressortir la vérité, ont subi
une variété de punitions, de la disgrâce, du
harcèlement de la vie publique et même de la mort.

Nous laissons le contrôle de Tavistock sur les


présidents américains, passés et futurs, et tournons
notre attention vers l'industrie de la musique et du
divertissement. Nulle part le «lavage de cerveau»
du contrôle mental d'énormes segments du public
américain n'est aussi perceptible, comme c'est le cas
dans «l'industrie de la musique et du
divertissement. Des décennies plus tard, des gens
mal orientés et non initiés se fâchent encore contre
moi à cause de mon exposition des« Beatles »en
tant que Projet Tavistock. Maintenant, je m'attends
pleinement à ce que les mêmes personnes qui me
disent qu'elles connaissent l'histoire des Beatles,
qu'elles sont des musiciens et que je ne le suis pas,
remettent en question ce qui suit:

245
Saviez-vous que la musique dite "Rap" est un autre
programme de Tavistock? Il en va de même pour le
"Hip-Hop". Aussi stupides et idiots que soient les
mots (on peut difficilement les appeler «paroles»),
ces mots ont été conçus par le technicien dans le
contrôle de l'esprit et la modification du
comportement, de sorte qu'ils s'intègrent et sont
devenus une partie intégrante du programme de
guerre des gangs de Tavistock pour les grandes
villes américaines. Les principaux fournisseurs de
cette "musique" et en fait de toute la musique dite
"Rock" et "Pop" (excusez l'utilisation du jargon
Tavistock) sont:

Time Warner.
Sony.
Bertelsman.
EMI.
Le groupe Capital.
Seagram Canada
Philips Electronic.
Les Indes.

Time Warner.
Revenus annuels de 23,7 milliards de dollars
(chiffres de 1996). Son entreprise d'édition musicale
possède un million de chansons via sa filiale
Warner, Chappell. Ceux-ci incluent des chansons de
Madonna et Michael Jackson. Il imprime et publie
des partitions. Les labels "Rap" et "Pop" de Time
Warner incluent Amphetamine Reptile, Asylum
Sire, Rhino, Maverick, Revolution, Luka Bop, Big
Head Todd et The Monsters commercialisés par
Warner REM.

Time Warner distribue également des labels de


musique alternative via sa filiale. Alternative
Distribution Alliance, qui couvre la plus grande
partie de l'Europe, et qui est particulièrement forte
en Angleterre et en Allemagne. Ce n'est pas par
hasard que ces deux pays ont été visés par les
manipulateurs de Tavistock.

246
L'incitation essentiellement subliminale, mais de
plus en plus ouverte à la violence, au sexe sans
retenue, à l'anarchisme et au satanisme, se trouve
en abondance parmi les chansons appartenant à
Time Warner. Cette domination presque sectaire de
la jeunesse d'Europe occidentale (et depuis la chute
de l'URSS, elle s'infiltre également en Russie et au
Japon) menace la civilisation en Europe qui a mis
des milliers d'années à se développer et à mûrir.
L'énorme public de la jeunesse et son appétit
apparemment insatiable pour ce genre de
«musique» indésirable est effrayant à voir, tout
comme l'emprise de Tavistock sur l'esprit de ceux
qui l'écoutent.

Time Warner distribue de la musique à travers des


clubs de musique, dont elle est propriétaire ou bien
en partenariat avec d'autres. Columbia House en
est un exemple. Sony détient une part de 50% dans
Columbia House.

La division de fabrication de Time Warner, WEA,


fabrique des CD; CD-ROM, Audios, Vidéos, disques
numériques polyvalents, tandis qu'une autre filiale,
Ivy Hill, imprime des pochettes et des insertions de
CD. American Family Enterprises, une autre filiale,
commercialise de la musique, des livres et des
magazines dans une participation de 50% avec
Heartland Music.

Time Warner Motion Pictures a des studios et des


sociétés de production comprenant Warner Bros;
Divertissements de Castle Rock; Cinémas New Line.
Time Warner Motion Pictures possède 467 écrans
aux États-Unis et 464 écrans en Europe. (Chiffres de
1989: les chiffres sont beaucoup plus élevés
aujourd'hui en 2005.)

Son réseau de diffusion comprend WB Network,


Prime Star; Cinemax, Comédie; Télévision de la
cour centrale; SEGA Channel; Turner Classic Movies
(Ted Turner détient 10% des actions de Time
Warner).

247
Il diffuse en Chine, au Japon, en Nouvelle-Zélande,
en France et en Hongrie. Sa franchise par câble
compte 12,3 millions d'abonnés.

TV / Production / Distribution comprend Warner


Bros Television; HBO Independent Productions,
Warner Bros. Television Animations; Telepictures
Productions; Castle Rock Television; Télévision New
Line, Citadel
Divertissement; Dessins animés de Hanna Barbara;
Championnat du monde de lutte; Turner Original
Productions; Time Warner Sports; Turner Learning;
Warner Home Videos et dans sa bibliothèque il a 28
500 titres de télévision et courts métrages
d'animation.

Time Warner possède CNN Radio, qui a acquis de


Ted Turner. Elle possède également 161 magasins
d'usine, Warner Books, Littel, Brown, Sunset Books,
Oxmoor House et le Book of the Month Club.

Time Warner possède les magazines suivants:


People; Sports Illustrated; Temps; Fortune; La vie;
Argent; Divertissement; Hebdomadaire; Agriculteur
progressiste; Accents du sud; Parenting; Santé;
Hippocrate; Asiaweek; Weight Watchers; Mad
Magazine; DC Comics; Voyages et loisirs American
Express; Nourriture et vin. Time Warner possède
également un certain nombre de parcs à thème: Six
Flags; Warner Bros; Monde du cinéma; Sea World
d'Australie.

J'espère qu'à ce stade, le lecteur s'arrêtera pour


réfléchir à l'énorme pouvoir du bien ou du mal qui
repose entre les mains de Time Warner. De toute
évidence, ce géant pourrait faire ou défaire
n'importe qui. Et puis, rappelez-vous, c'est un client
de l'Institut Tavistock. Il est effrayant d’envisager ce
que cette puissante machine pourrait faire à
l’opinion publique et façonner l’esprit des jeunes,
comme on l’a vu avec "Gay Days" à Disney World.

248
SONY.
Les revenus de Sony en 1999 étaient estimés à 48,7
milliards de dollars. C'est la plus grande entreprise
d'électronique au monde. Sa division musicale
contrôle Rock / Rap / Pop; Columbia; Rutthouse;
Enregistrements hérités; Label indépendant Sony;
Étiquette MIJ; (Michael Jackson); Sony Music
Nashville; Columbia Nashville. Sony possède des
milliers de labels Rock / Pop, dont Bruce
Springsteen; So-So Def; Slam Jazz; Bone Thugs in
Harmony; Rage contre la machine; Lame de rasoir;
Ghost-Face Killa; Demander; et Relativité
impitoyable.

Si vous vous êtes déjà demandé comment cette


horrible idiotie avec son mot très suggestif et son
incitation à la violence est devenue si grande en si
peu de temps, maintenant vous le savez. Il est
soutenu à la poignée par Sony. Tavistock a
longtemps considéré le Rap comme un messager
utile pour précéder l'anarchie et le chaos - qui se
rapproche de plus en plus.

Sony distribue le label de rock alternatif Punk


Epitaph Record; Hell Cat; Rance; Crank Possum
Records et Epitome Surf Music par Blue Sting Ray.
En outre, Sony publie de la musique via Sony / ATV
Music Publishing. Sony possède toutes les
"chansons" de Michael Jackson et presque toute la
gamme des "Beatles".

Sony est propriétaire des Loews Theatres, Sony


Theatres et ses intérêts télévisuels comprennent
des jeux télévisés en réseau. Elle détient environ
15% du marché des ventes de musique, des
partitions et est la plus grande société de musique
internationale au monde. Les autres produits de
Sony sont les disques CD, les disques optiques, les
bandes audio et vidéo.

L'établissement Loews Hotel de Monte Carlo est un


centre d'échange d'informations sur le trafic de
drogue, et ses employés signalent directement à la
police de Monet Carlo toute «activité suspecte» se
déroulant dans l'hôtel.

249
(«Suspect» signifie tout étranger essayant de
s'introduire dans le commerce.) Plusieurs des
employés de haut niveau de la réception sont
formés par la police de Monte Carlo pour surveiller
les choses.

Il ne s’agit pas d’éradiquer le trafic de drogue; il


s'agit simplement de garder les "parvenus" dans le
commerce de la drogue. Les «étrangers» qui
arrivent à l'hôtel Loews sont informés et sont
promptement arrêtés. De tels événements sont
vendus à la presse et aux médias d'information
mondiaux comme des «bustes de drogue». La
division Motion Pictures de Sony comprend
Columbia Pictures; Images Tri-Star ; Sony Pictures;
Triomphe classique; Triumph Films avec les droits
sur les films Columbia Home Tri-Star . Ses intérêts
télévisuels comprennent les jeux télévisés en
réseau.

Bertelsman's AG
Une société privée allemande appartenant à
Reinhard Mohn, ses revenus estimés étaient de 15,7
milliards de dollars en 1999. Bertelsman possède
200 labels de musique de 40 pays, dont les labels
couvrent le rap / rock / pop. Whitney Houston; The
Grateful Dead: Bad Boys: Ng Records, Volcano
Enterprises; Chat dansant; Toxicomane; Gee Street
(Jungle Brothers) et Global Soul. Tous ces éléments
contiennent une incitation explicite aux
aberrations sexuelles, à la consommation de
drogue, à l'anarchie et à la violence. Bertelsman's
possède les propriétés Country & Western Arista
Nashville (Pam Tillis); Carrière (LeRoy Parnell) RCA
Label Group; BNA (Lorrie Morgan.) Les autres titres
qu'il possède sont la bande sonore de Star Wars;
Boston Pops; New Age et Windham Hill, etc. La
société publie des partitions via BMG Music, qui
contrôle les droits de 700 000 chansons, dont The
Beach Boys; BB King; Barry Manilow; 100 000
musique célèbre des studios Paramount. Elle
possède sept clubs de musique aux États-Unis et au
Canada et fabrique des cartes de crédit pour MBNA
Bank.

Bertelsman AG fait un énorme commerce du livre


dans le monde entier et est vraiment un comité de
300 affiliés.

250
Les avoirs de Bertelsmann comprennent
Doubleday; Éditeurs Dell; Cercle familial; Parent et
enfant; Aptitude; American Homes and Gardens,
avec 38 magazines en Espagne, France, Italie,
Hongrie et Pologne. La télévision et les chaînes
satellite de Bertelsman se trouvent en Europe, où il
est le plus grand diffuseur. Cette entreprise est très
vindicative et n'hésitera pas à attaquer quiconque
ose révéler ce qu'elle pense ne pas être dans
l'intérêt de l'entreprise.

EMI.
Une société basée au Royaume-Uni avec des
revenus estimés à 6 milliards de dollars en 1999, la
société possède soixante labels de musique dans 46
pays: Rock / Pop / Rap; Beetle Boys; Chrysallis;
Grand Royal; Parlaphone; Smashers de citrouille;
Vierge; À bout portant.

EMI possède et contrôle les Rolling Stones; Duvet de


canard; Sans limites; N00 Tribe; Rap-A-Lot (The
Ghetto Boys) avec une immense entreprise d'édition
de partitions. Il a un intérêt direct ou détient à part
entière 231 magasins dans sept pays, y compris
HMV; Virgin Megastores: Dillons (États-Unis). EMI
dispose de stations réseau dans toute la Grande-
Bretagne et en Europe, dont certaines travaillent en
collaboration avec Bertelsmann.

Le groupe Capital.
Ce groupe d'investissement basé à Los Angeles a
vendu 35% de ses actions à Seagram's, la société
d'alcool de Bronstein et à un comité de haut rang de
300 propriétés. Seagram's détient une participation
de 80% dans Universal Music Group (anciennement
MCA), maintenant propriété de Matushita Electric
Industries.

Ses revenus de 1999 étaient estimés à 14 milliards


de dollars. Seagram détient plus de 150 000 droits
d'auteur, y compris les droits d'auteur d'Impact:
Mechanic; Zèbre; Dossiers radioactifs;
Enregistrements de Fort Apache; Heavy D et les
garçons.

251
Le groupe Capital a des coentreprises avec Steven
Spielberg, Jeffrey Katzenburg et David Geffen. Dans
sa division Pays et Ouest, la société possède Reba
McIntyre, Wynona, George Straight; Dolly Parton;
Lee Anne Rimes et Hank Williams.

Par Seagram, la société possède des salles de


concert à Fiddler's Green (Denver); Blossom Music
Center (Cleveland); Amphithéâtre Gorge (État de
Washington); Starplex (Dallas). Il s'est étendu à
Toronto et à Atlanta. Le groupe Capital, par le biais
de sa division Motion Pictured, possède Demi
Moore, Danny De Vito, Penny Marshall et une foule
de personnalités mineures du cinéma . Universal
Films Library est une propriété de Capital Group,
tout comme Universal Films Library. La société
possède 500 magasins de détail, plusieurs hôtels
ainsi que les studios Universal à Hollywood.

Les Indes.
L'une des plus petites entreprises de la musique et
du divertissement, son chiffre d'affaires annuel est
estimé à 5 milliards de dollars. La société possède
un portefeuille important de labels Rock / Rap / Pop,
pour la plupart des plus bizarres.

Sa division Country and Western possède Willie


Nelson et la distribution se fait via «The Big Six».
Même sans la propriété de magasins de détail ou de
points de vente indépendants, la société a réussi à
capturer un étonnant 21% des ventes de musique
aux États-Unis.

L'importance de ceci est que la plupart de ses


revenus proviennent des ventes bizarres de Rap /
Pop / Rock de la langue violente, abusive, grossière,
des titres sexuellement suggestifs , de l'
anarchie - qui montre la façon dont la jeunesse
américaine va.

252
Philips Electronic.
Cette société néerlandaise a réalisé un chiffre
d'affaires de 15,8 milliards de dollars en 1996. Bien
qu'elle soit principalement une société
d'électronique, elle se trouve dans la catégorie «Big
Six» principalement en raison de la propriété de
75% de Polygram Music. Son portefeuille de labels
est en Rock / Pop / Rap. Elton John est l'une de ses
propriétés. Philips occupe la troisième place dans le
secteur de l'édition musicale avec 375 000 titres
protégés par le droit d'auteur.

Par l'intermédiaire de ses filiales en Europe et en


Grande-Bretagne, Philips a produit en 1998 540
millions de CD et de cassettes VHS. Sa division
Motion Pictures possède Jodi Foster, tandis que
Philips Television possède Sundance Films et
Propaganda Films de Robert Redford.

Les informations ci-dessus devraient vous donner,


à vous le lecteur, une idée de l'immense pouvoir
que cette industrie géante exerce sur notre vie
quotidienne; comment il façonne l'esprit de la
jeunesse américaine. Sans le contrôle et les
techniques avancées mis à la disposition de ces
entreprises par l'intermédiaire de Tavistock, les
progrès de géant réalisés par l'industrie n'auraient
pas été possibles. Les informations que j'ai fournies
devraient vous ébranler jusque dans vos fondations
lorsque vous vous rendrez compte que Tavistock
contrôle les «nouvelles» que nous voyons, les «films
à la maison» et les films de réseau de télévision que
nous sommes autorisés à voir; quelle musique nous
écoutons.

Derrière cette gigantesque entreprise se trouve


l'Institut Tavistock pour les relations humaines.
Comme je l' ai clairement démontré, l' Amérique est
en marche dans le lock-étape avec l'industrie
gigantesque de musique film-; des forces jusque-là
inconnues - des forces puissantes dont le seul but et
objet est de pervertir, de tordre et de déformer
l'esprit de notre jeunesse, pour qu'il soit d'autant
plus facile pour le Comité des 300 d'inaugurer le
Nouvel Ordre Mondial Socialiste
- Un gouvernement mondial, dans lequel les
nouveaux communistes règnent sur le monde.

253
Les informations que je vous ai présentées
devraient être une source de grande inquiétude
alors que vous envisagez l'avenir de vos enfants et
de la jeunesse américaine, ayant appris et compris
qu'ils sont nourris avec un régime d'idées
anarchistes, de ferveur révolutionnaire et incitation
à la drogue, relations sexuelles gratuites,
avortement, lesbianisme et acceptation
homosexuelle.

Sans cette industrie géante de la musique et du


divertissement, Michael Jackson n'aurait été que la
non-entité puérile et insipide, mais il a été "bouffi"
et Tavistock a dit aux jeunes de notre pays à quel
point il est grand, et à quel point ils, - la jeunesse du
Le monde occidental l'aime! Cela a aussi à voir avec
le pouvoir de contrôler les médias.

Dans la mesure où l'industrie de la musique et du


divertissement est ce que j'appelle un "secret
ouvert" conçu par Tavistock, je ne m'attends pas à
ce que mon travail sur ce sujet vital soit accepté
comme toute la vérité, du moins jusqu'en 2015, qui
est l'année Je prévois le déclenchement de «
Armageddon » le tout-out nucléaires guerre CAB,
lorsque la colère de Dieu tombera sur les Etats-Unis
d'Amérique. Mais en ce qui concerne le contrôle
massif des médias, il n'est pas difficile, même pour
l'observateur non formé, de voir, d'entendre et de
lire qu'en effet, les États-Unis ont un média
contrôlé, le produit de l'Institut Tavistock. C'est ce
facteur qui a fait élire le président Bush, puis, à la
stupéfaction de toute l'Europe et d'au moins la
moitié des électeurs américains, l'a vu élu pour un
second mandat malgré son bilan déplorable.

Comment est-ce arrivé? Il est facile de répondre à la


question: en raison de l'effondrement des médias
nationaux américains. Les radiodiffuseurs
traditionnels ont abandonné leur obligation de
promouvoir l'intérêt public; ils ne se sentaient plus
obligés de rapporter les deux côtés des questions.

254
Les médias nationaux ont intensifié leur politique
de «mélange de nouvelles et de fiction» qui a
débuté avec la «guerre des mondes».

Si cela a attiré les téléspectateurs et augmenté les


revenus, cela n'a rien fait pour la doctrine de
longue date de l'équité dans la radiodiffusion, si
essentielle à la circulation de l'information dans
une société libre. Ces dernières années, ce grave
problème a été exacerbé par la montée en
puissance de la «brigade du tonnerre» de droite qui
ne tolérera aucune contre-opinion . Ils ne diffusent
que l'opinion de l'administration Bush, et ils ne sont
pas au-dessus de déformer et de "filer" les nouvelles
de la meilleure manière Tavistock.

Cela a été confirmé par une enquête conjointe


menée en 2004 par le Centre d'études politiques, le
Centre sur les attitudes politiques, le Programme
sur les attitudes politiques internationales et le
Centre d'études internationales et de sécurité. Ce
qu'ils ont trouvé est vraiment la clé de la raison
pour laquelle Bush est toujours à la Maison
Blanche, et un hommage au pouvoir de la
propagande professionnelle:

* 75% des fidèles de Bush n'étaient pas convaincus


par la conclusion de la Commission présidentielle
selon laquelle l'Irak n'avait rien à voir avec Al-
Qaïda.

* La majorité des partisans de Bush pensaient


qu'une plus grande partie du monde islamique
soutenait les États-Unis dans leur invasion de l'Irak.
Ceci est totalement en contradiction avec les faits.
L'Égypte, un État musulman ne soutient pas les
États-Unis et la majorité des Égyptiens veulent que
les États-Unis quittent l'Irak. La Turquie, qui, bien
qu’un État laïc soit massivement musulman,
s’oppose à 87% à la présence des États-Unis en Irak
et rejette les raisons invoquées pour l’invasion.

* Soixante-dix pour cent des fidèles de Bush


pensent que l'Irak possédait des ADM.

255

Ce que j'ai écrit ici est la vérité incontestable, mais


il faudra un événement majeur pour le confirmer
en tant que tel, tout comme il a fallu 14 ans pour
que mon comité de 300 livres et 25 ans pour que
mon rapport du Club de Rome soit confirmé par
Alexander King lui-même. Mais qu'il n'y ait aucun
doute que Tavistock, aujourd'hui, en 2005, contrôle
pleinement tous les aspects de la vie en Amérique.
Aucune chose n'échappe à son attention.

En 2005, nous sommes témoins de l’incroyable


influence et de la puissance de l’Institut Tavistock et
de ses maîtres de haut niveau , du Comité des 300
dans la manière dont les États-Unis sont dirigés par
le président George Bush et de l’acceptation de ce
que Bush dit et fait sans question ou doute.

Les raisons de ces croyances erronées ne sont pas


difficiles à trouver. L'administration Bush a dit à
plusieurs reprises au public américain en 1994 que
l'Irak avait des armes nucléaires prêtes à être
utilisées. Les rapports de l'administration Bush
selon lesquels le président Hussein soutenait les
unités d'Al-Qaïda en Irak et qu'Al-Qaïda était
responsable de l'attaque du World Trade Center
(WTC), qui étaient tous sans fondement, ont
également fait passer pour la vérité. Pourtant, les
membres du Roaring Right Radio Network (RRRN)
ont volontiers répété ces erreurs, notamment
Hannity and Combs et Fox News. M. Hannity a
obligé de dire à son auditoire que les armes avaient
été déplacées en Syrie. Il n'a jamais offert la
moindre preuve à l'appui de sa déclaration. En plus
de Fox News et d'autres émissions de radio-débats,
il y a beaucoup de propagande. Les principaux
représentants de la propagande radiophonique au
nom de l'administration Bush sont:

Rush Limbaugh
Matt Drudge Sean
Hannity Bill
O'Reilly

256
Tucker Carlson
Oliver North John
Stossell Gordon
Liddy Peggy
Noona Larry King
Michael Reagan
Gordon Liddy
Dick Morris
William Bennett
Michael Savage
Joe Scarborough

Larry King est l'une des marionnettes Tavistock les


mieux entraînées. Quand à l'occasion rare il a un
adversaire de la guerre de Bush dans son émission,
il leur donnera environ 2 minutes pour faire valoir
leurs arguments, immédiatement suivi par cinq
«experts pro-Bush pour réfuter le dissident
audacieux».

Presque toutes les personnalités de la radio qui


précèdent ont reçu des instructions des experts de
Tavistock à un degré plus ou moins grand.
Lorsqu'on étudie leur méthodologie, cela ressemble
nettement aux méthodes de présentation mises au
point à Tavistock. On peut voir la même chose chez
les personnalités de la télévision, les
«présentateurs» et leur message «news» qui ne
diffère ni par le contenu ni par le style de diffusion.
Sans exception, ils portent tous l'empreinte de
l'Institut Tavistock.

Les États-Unis sont sous l'emprise du programme le


plus grand et le plus soutenu de contrôle mental de
masse (lavage de cerveau) et de «conditionnement»
et cela se reflète à tous les niveaux de notre société.
Les maîtres du spin, de la tromperie, de la
connivence, du dissimulation, des demi-vérités et
de son frère jumeau, le mensonge pur et simple, ont
le peuple américain à la gorge.

257
Churchill, avant d'être «tourné», a déclaré à la
Chambre des communes que les bolcheviks «se sont
emparés de la Russie par les cheveux de sa tête».
Nous osons dire que "Tavistock s'est emparé de la
tête et de l'esprit du peuple américain".

À moins d'un grand réveil de l'Esprit de 1776 et du


réveil qui a eu lieu parmi la génération qui a suivi
les Pères Fondateurs, les États-Unis sont voués à
l'effondrement, alors même que les civilisations
grecque et Ronan se sont effondrées.

Ce qu'il faut, c'est la formation de notre propre


«armée invisible» de «troupes de choc» qui ira dans
chaque village, chaque ville, chaque ville à travers
la longueur et la largeur des États-Unis, pour livrer
le contre-coup qui enverra les troupes de Tavistock
dans une retraite complète et une défaite ultime.
259
APPENDICE

LA GRANDE DÉPRESSION

Montagu Norman, alors gouverneur de la Banque


d'Angleterre, et une amie proche de la famille du
socialiste fabien, Beatrice Potter Webb, ont effectué
une visite surprise aux États-Unis en prélude à
l'inauguration de la Grande Dépression. Comme on
peut le voir, il s'agissait d'un «événement artificiel»
comme le naufrage du Lusitania qui a amené les
États-Unis dans la Première Guerre mondiale.

Événements menant à la grande dépression


mondiale des années 30

1928
23 février - Montagu Norman rend visite à M.
Moreau, président de la Banque de France.

14 juin - Herbert Hoover est nommé président par


le Parti républicain.

18 août - Montagu Norman est réélu président de la


B ank d'Angleterre.

6 novembre - Herbert Hoover élu président des États-Unis

17 novembre - Montagu Norman réélit gouverneur


du Ba nk d'Angleterre.

1929
1er janvier - Le New York Times déclare qu'un
vol lourd d'or en provenance des États-Unis
était attendu en 1929.

14 janvier — Eugene R. Black a été réélu


gouverneur de la Federal Reserve Bank of Atlanta,
Géorgie.

260
26 janvier - Des articles de presse indiquent que la
prochaine visite de Montagu Norman n'a aucun
lien avec le mouvement de l'or de New York à
Londres.

30 janvier - Montagu Norman arrive à New York; cl


veut simplement rendre une visite de courtoisie à
GL Harrison.

31 janvier - Montagu Norman passe la journée avec


des fonctionnaires de la Federal Rese Rve Bank.
4 février - Montagu Norman déclare qu'aucun
changement immédiat dans la situation de la livre
sterling ou de l'or ne devrait résulter de sa visite.
Le membre du Congrès Loring M. Black, Jr.,
introduit une résolution demandant au Federal
Reserve Board, s'il avait conféré avec Montagu
Norman au moment ou à peu près au moment où il
avait émis son avertissement de crédit.
10 février - Rép. Black présente une résolution
demandant au président Coolidge et au secrétaire
Mellon de clarifier la visite de Norman et non en
tant que fonctionnaire de la Banque d'Angleterre

12 février — Andrews affirme que l'affirmation


selon laquelle la Réserve fédérale Ban k a perdu le
contrôle de la situation monétaire est une illusion
et a déclaré que la Banque peut réguler le marché à
volonté par des actions de réescompte. Sa
déclaration "a déclenché des accusations répétées
selon lesquelles le système de la Réserve fédérale a
perdu le contrôle de l'économie.
"

19 février - Les résolutions de Black ont été rejetées


par le Comité de la monnaie et de la monnaie.

26 février - Le New York Times rapporte que de


nombreuses banques ont demandé au Conseil
consultatif fédéral de coopérer pour freiner les
prêts pour la spéculation boursière.

261
4 mars - Herbert Hoover a prêté serment en tant que
président.

12 mars - Le secrétaire au Trésor Mellon dit qu'il


n'interférera pas avec la politique du Conseil.

21 mars — La Federal Reserve Bank of Chicago


décide de réduire les prêts sur actions de 25 à 50%
de réduction des emprunts à des fins de
spéculation.

Apr. 1 national examen de l' économie de la ville


Avril Banque demande hausse des taux d'
actualisation à 6% comme un moyen pour freiner
la spéculation boursière excessive. Une banque
Rockefeller!

5 mai ~ La Federal Reserve Bank de Kansas City


relève les taux de réescompte à 5%.
14 mai — La Réserve fédérale de Minneapolis
augmente les taux de réescompte à 5%.

19 mai - La hausse du taux de réescompte à 5% est


déclarée uniforme; demande de taux de 6% par
New York et Chicago refusée.

23 mai - Le Conseil consultatif recommande


un taux de réescompte de 6%.

9 août - La Réserve fédérale de New York a relevé le


taux à 6%; cela s'appelait une mesure «adroite».

3 septembre -National City Bank (une banque


Rockefeller-Standard Oil) dans son bulletin
mensuel indique que l'effet de l'augmentation du
taux de réescompte est incertain.

29 octobre - Crash met fin à la prospérité


boursier 16 000 000 d'après-guerre; vente à
actions, change de mains découvert sans
compris. restriction,

262
À la fin de l'année, la baisse de la valeur des stocks
atteint 15 000 000 000 $; à la fin de 1931, les pertes
de stock atteignaient 50 000 000 000 $.

Nov. — La Federal Reserve Bank de New York


réduit le taux de redécoupage à 5%.

11 novembre - Montagu Norman est élu gouverneur


de la Banque d'Angleterre pour un onzième
mandat.

15 novembre - Taux de remise réduit à 4 1/2%.

Tout au long de la première partie de 1929, il y avait


des rapports constants d'expéditions d'or aux États-
Unis à destination et en provenance de Londres,
donnant ainsi l'impression que le rapport du 1er
janvier était exact. Avec le krach boursier,
cependant, la fuite de l'or des États-Unis a
commencé pour de bon.

Kurt Lewin
Les travaux de Kurt Lewin (1890-1947) ont eu un
impact profond sur la psychologie sociale et
l'apprentissage expérientiel, la dynamique de
groupe et la recherche-action. Lewin est né le 9
septembre 1890 dans le village de Mogilno en
Prusse (qui fait maintenant partie de la Pologne). Il
était l'un des quatre enfants d'une famille juive de
classe moyenne (son père possédait un petit
magasin général et une ferme).

Ils ont déménagé à Berlin quand il avait quinze ans


et il a été inscrit au Gymnase. En 1909, Kurt Lewin
entre à l'Université de Freiberg pour étudier la
médecine. Il a ensuite été transféré à l'Université de
Munich pour étudier la biologie. A cette époque, il
s'impliqua dans le mouvement socialiste. Ses
préoccupations particulières semblent avoir été la
lutte contre l'antisémitisme et la démocratisation

263
des institutions allemandes.

Son doctorat a été obtenu à l'Université de Berlin où


il a développé un intérêt pour la philosophie des
sciences et a rencontré la psychologie Gestalt. Son
doctorat a été décerné en 1916, mais à ce moment-
là, il servait dans l'armée allemande (il a été blessé
au combat). En 1921, Kurt Lewin a rejoint l'Institut
de psychologie de l'Université de Berlin - où il a
donné des séminaires en philosophie et en
psychologie. Il commençait à se faire un nom tant
dans l'édition que dans l'enseignement. Son travail
est devenu connu en Amérique et il a été invité à
passer six mois comme professeur invité à Stanford
(1930). La situation politique se détériorant
considérablement en Allemagne en 1933, lui et sa
femme et sa fille partent pour les États-Unis.

Par la suite, il s'impliqua à l'Institut Tavistock dans


diverses initiatives de recherche appliquée liées à
l'effort de guerre (la Seconde Guerre mondiale).
Celles-ci comprenaient l'influence du moral des
troupes combattantes et la guerre psychologique. Il
a toujours été un socialiste fort. Il a fondé le Center
for Group Dynamics au MIT. Il a également
participé à un programme - la Commission des
relations communautaires à New York. Les
«groupes T» pour lesquels Lewin s'était fait
connaître sont issus de ce programme qui visait à
résoudre les préjugés religieux et raciaux.

Lewin a obtenu un financement pour l'Office of


Naval Intelligence et a travaillé en étroite
collaboration pour former ses agents. Les
laboratoires nationaux de formation étaient un
autre de ses programmes de lavage de cerveau de
masse de contrôle de l'esprit qui jouaient un rôle
profond dans le monde de l'entreprise.

264

Niall Ferguson
Niall Ferguson est un professeur d'histoire qui a
enseigné à Cambridge et est maintenant titulaire
d'Oxford. Telles sont les références d'un «historien
de la cour» dont le principal objectif est de
protéger les mythes patriotiques et politiques de
son gouvernement.
Le professeur Fergusson a cependant écrit une
attaque iconoclaste contre l'un des mythes
patriotiques les plus vénérables des Britanniques,
à savoir que la Première Guerre mondiale était
une grande et nécessaire guerre dans laquelle les
Britanniques ont accompli le noble acte
d'intervenir pour protéger la neutralité belge, les
Français la liberté, et les empires des Français et
des Britanniques de l'agression militaire des Hun
détestés. Des politiciens comme Lloyd George et
Churchill ont soutenu que la guerre était non
seulement nécessaire, mais inévitable. En cela, ils
ont été habilement aidés par l'usine de
propagande de Wellington House, "la maison des
mensonges" comme l'appelait Toynbee.

Ferguson pose et répond à dix questions spécifiques


sur la Première Guerre mondiale, l'une des plus
importantes étant de savoir si la guerre, avec ses
dix millions de victimes au total, en valait la peine.
Non seulement il répond par la négative, mais
conclut que la guerre mondiale n'était ni nécessaire
ni inévitable, mais était plutôt le résultat de
décisions grossièrement erronées de dirigeants
politiques britanniques fondées sur une mauvaise
perception de la «menace» pour l'Empire
britannique posée par Allemagne. Ferguson le
considère comme «rien de moins que la plus
grande erreur de l'histoire moderne».

265
Il va plus loin et met la plus grande partie du
blâme sur les Britanniques, car c'est le
gouvernement britannique qui a finalement
décidé de transformer la guerre continentale en
guerre mondiale.

Il fait valoir que les Britanniques n'avaient


aucune obligation légale de protéger la Belgique
ou la France et que le renforcement naval
allemand ne menaçait pas vraiment les
Britanniques.

Les dirigeants politiques britanniques, soutient


Ferguson, auraient dû se rendre compte que les
Allemands craignaient surtout d'être encerclés par
la puissance industrielle et militaire croissante de la
Russie, ainsi que par la grande armée française. Il
soutient en outre que le Kaiser aurait honoré son
engagement envers Londres, offert à la veille de la
guerre, de garantir l'intégrité territoriale de la
France et de la Belgique en échange de la neutralité
de la Grande-Bretagne.

Ferguson conclut que "la décision de la Grande-


Bretagne d'intervenir était le résultat d'une
planification secrète de ses généraux et diplomates,
qui remontait à 1905" et qu'elle était basée sur une
mauvaise lecture des intentions allemandes, "qui
étaient imaginées à l'échelle napoléonienne". Les
calculs politiques ont également contribué à
déclencher la guerre. Ferguson note que le ministre
des Affaires étrangères Edward Gray a assuré le
leadership qui a mis la Grande-Bretagne sur la voie
belliqueuse. Bien que la majorité des autres
ministres aient hésité. "En fin de compte, ils ont
accepté de soutenir Gray, en partie de peur d'être
renvoyé de leurs fonctions et de laisser entrer les
conservateurs."

Telle était la puissance des mensonges et de la


propagande qui ont coulé de Wellington House, le
précurseur de l'Institut des relations humaines de
Tavistock.
La Première Guerre mondiale continue de déranger les
Britanniques

266
psychisme aujourd'hui, tout comme la guerre civile
hante encore les Américains. Les pertes
britanniques pendant la guerre ont été de 723 000,
soit plus du double du nombre subi pendant la
Seconde Guerre mondiale. L'auteur écrit: "La
Première Guerre mondiale reste la pire chose que
la population de mon pays ait jamais eu à endurer."

L'un des coûts les plus importants de la guerre, qui


a été prolongée par la participation britannique et
américaine, a été la destruction du gouvernement
russe.

Ferguson soutient qu'en l'absence d'intervention


britannique, le résultat le plus probable aurait été
une victoire rapide de l'Allemagne avec quelques
concessions territoriales à l'est, mais pas de
révolution bolchevique.
Il n'y aurait pas eu de Lénine - et pas d'Hitler non
plus. "C'est finalement à cause de la guerre que les
deux hommes ont pu se lever pour établir des
despotismes barbares qui ont perpétré encore plus
de meurtres de masse."

Si les Britanniques étaient restés à l'écart, soutient


Ferguson, leur empire serait toujours fort et viable.
Il pense que les Britanniques auraient pu
facilement coexister avec l'Allemagne, avec
laquelle ils entretenaient de bonnes relations avant
la guerre. Mais la victoire britannique a eu un prix
«bien supérieur à leurs gains» et «a annulé le
premier âge d'or de la« mondialisation
»économique.» Mais une propagande
anti-allemande impitoyable a transformé ces
bonnes relations en inimitié et en haine.

La Première Guerre mondiale a également


entraîné une grande perte de liberté individuelle.
«La Grande-Bretagne de guerre ... est devenue par
étapes une sorte d'État policier», écrit Ferguson.
Bien sûr, la liberté est toujours une victime de la
guerre et l'auteur compare la situation
britannique aux mesures draconiennes imposées
en Amérique par le président Wilson.

267
La suppression de la liberté d'expression en
Amérique «a tourné en dérision la prétention des
puissances alliées de lutter pour la liberté». Ce que
le professeur Fergusson savait, c'est que Wilson
avait imposé les pires restrictions à la liberté
d'expression. Il a même tenté de faire arrêter le
sénateur La Follette pour s'être opposé à la guerre.

Alors que Ferguson s'adressait principalement au


public britannique, il est pertinent pour les
Américains qui ont tragiquement suivi les
Britanniques étourdis par la propagande et ivres
nerveusement dans les deux guerres mondiales à
un coût énorme en liberté, résultat de la
centralisation du pouvoir dans le gouvernement
du Léviathan à Washington, DC

Il y a de nombreuses leçons précieuses à tirer de


cet avertissement opportun selon lequel l'Institut
Tavistock, successeur de Wellington House, a
montré à quel point il est facile de conditionner et
de contrôler l'esprit de larges segments de groupes
de population.

"La grande Guerre:"


Le pouvoir de la propagande

Les fruits de la guerre dont les citoyens ordinaires


de Grande-Bretagne, de France, d'Allemagne, de
Belgique et de Russie ne voulaient pas: tués dans
la fleur de l'âge:

Grande-Bretagne et Empire 2998671


France 1 357 800
Allemagne 2.037.700
Belgique 58402

Il s'agit principalement de décès sur le soi-disant


«front occidental» et «front oriental» et ne
comprennent pas les pertes subies sur d'autres
fronts par d'autres nations. Le coût en argent

268
termes était de 180 000 000 000 $ en comptabilité
directe et indirectement de 151 612 500 000 $
supplémentaires.

Les deux batailles de la Première Guerre mondiale


mentionnées dans ce livre:
Passchendaele. Commencé le 31 juillet 1917, la
bataille fait rage pendant trois mois. Les pertes se
sont élevées à 400 000 hommes.

Verdun. A commencé le 21 février 1916 et s'est


terminé le 7 juin. 700 000 hommes tués.

Efforts de propagande ultérieurs.

Le Tavistock Institute a tellement perfectionné ses


techniques que, selon une récente opinion
d'experts, 70% de tous les capitaux et ressources
humaines que les programmes de publicité /
propagande du gouvernement américain
consacrent à des objectifs stratégiques, allant à des
opérations psychologiques, la propagande que ces
opérations psychologiques comprennent ont
devenir la partie la plus importante de ce que
signifie être américain et britannique.

Le niveau de propagande est maintenant si, élevé,


si global, que les scientifiques sociaux comptent sur
elle pour être la totalité de la vie américaine, et à la
suite d'une propagande soutenue, la vie dans ces
deux pays est devenue une simulation. Tavistock
prédit, comme le font les philosophes et sociologues
de Beaudrilliard à McLuhan, que cette simulation
se substituera bientôt à la réalité.

La perception publique de la propagande l'associe à


la publicité et au type de propagande partisane
diffusée par les émissions-débats radiophoniques,
ou avec un prédicateur radiophonique zélé. En
effet, ce sont toutes des formes de propagande,
mais pour la plupart, elles sont reconnues comme
telles.

269
L'annonceur essaie d'inculquer son produit ou
service particulier dans l'esprit du public. Le
commentaire politique fait exactement la même
chose et de même la programmation religieuse vise
autant à motiver les adeptes à prendre une ligne de
conduite particulière telle que soutenir la guerre ou
un pays qu'ils considèrent comme «biblique» que
nous devons soutenir à l'exclusion des autres) à
changer l'orientation spirituelle des auditeurs non
engagés. Ainsi, ils espèrent que le public sera
persuadé d'embrasser les idées des intervenants ou
de suivre leur exemple pour soutenir tel ou tel
objectif. Toute «prédication» sur le Moyen-Orient à
la radio américaine en particulier révèle bientôt cet
objectif.

D'autres types de communication dans toutes les


formes de médias sont beaucoup plus intrusifs,
comme des reportages délibérément biaisés et / ou
faux, incomplets, présentés comme une vérité ou
un fait objectif. La réalité est que c'est de la
propagande nue déguisée en nouvelles dans
laquelle les diplômés de Tavistock excellent.

La propagande énergique, introduite pour la


première fois par Bernays à Wellington House pour
persuader avec force la population réticente, est la
répétition scientifique. La Première Guerre
mondiale était une journée sur le terrain pour
Wellington House avec des milliers de réputations
de «boucher de Berlin», etc.

Lors de la dernière guerre du Golfe, le peuple des


États-Unis n'était pas enclin à s'inquiéter beaucoup
d'une invasion de Saddam Hussein, mais Powell,
Rice, Cheney et une succession d '"autorités" ont fait
croire au peuple américain que Saddam Hussein
pourrait bientôt faire apparaître un "nuage de
champignons" au-dessus des États-Unis, même si
leurs affirmations n'étaient pas fondées.
La déclaration selon laquelle "Saddam était une
menace pour ses voisins" a été soulignée à maintes
reprises - par des membres du gouvernement et des
chefs militaires, qui ont été bientôt rejoints par un
grand nombre de

270
des organisations privées, des commentateurs
politiques, des intellectuels, des artistes et, bien sûr,
les médias d'information ont porté la journée
même s'ils se fondaient sur des couches de
mensonges.

Les messages de propagande diffèrent bien que le


message central soit toujours le même et que le
volume des avertissements et la diversité des
sources impliquées aient servi à confirmer dans l
esprit que la menace est bien réelle. Les slogans
aident les auditeurs et les lecteurs de ce matériel de
propagande à visualiser le «danger». orchestré non
pas tant pour protéger le pays que pour susciter
une participation active en élevant le niveau de
l'hystérie.

C'était la pratique courante utilisée par la Grande-


Bretagne et les États-Unis dans toutes les guerres
dans lesquelles ils étaient des combattants de 1900
à nos jours. Le climat de peur qui en résulta
produisit l'effet désiré; expansion rapide de la
recherche militaire et du stockage des armes et des
« frappes préventives » en Serbie et en Irak.

La propagande a connu une mauvaise chute


pendant la guerre du Vietnam lorsque les
Américains ont vu la brutalité de la bataille dans
leurs salons et que la notion de guerre «défensive»
s'est effondrée. Les pourvoyeurs des guerres en
Serbie et en Irak ont bien pris soin de ne pas
permettre que l'erreur se répète.
L'effet de la propagande a été si grand que la
plupart des Américains croient encore que le
Vietnam était une guerre «anticommuniste» .
Depuis la guerre froide en général - la crise des
missiles cubains - la propagande serbe a contribué
à l'éclosion et à la multiplication des hostilités.

271
La propagande de l' ère anticommuniste a été
conçue sur mesure par Tavistock et conçue pour
faciliter le développement d'une expansion
militaire mondiale des États-Unis qui se poursuit
depuis la création de l'Institute for Pacific Relations
dans les années 1930 et sur laquelle Mc McCarthy
est tombé.

Il existe d'autres types de propagande insidieuse,


d'autres types de propagande sont dirigés vers le
comportement social ou les loyautés de groupe.
Nous le voyons dans l'émergence du déclin de la
morale qui a balayé le monde sur une vague de
propagande bien dirigée du type favorisé par HV
Dicks, R Bion, Hadley Cantril et Edward Bernays, les
scientifiques sociaux qui à un moment donné
dirigeaient des opérations. à Tavistock Leur
produit, la propagande, est l'illusion de la vérité
fabriquée par les putains de la tromperie.

272
Bibliographie
«Journey Into Madness»;
Gordon Thomas

«MK. Ultra 90;» CIA

«Journal américain de psychiatrie»,


Janvier 1956; Dr Ewan Cameron.
Documents relatifs aux activités de "The
Society for the Investigation of Human
Psychology."

C'était une façade pour les expériences de la CIA sur le


contrôle de l'esprit.

"Ethique de la terreur:"
Prof Abraham Kaplan.

«Le psychiatre et la terreur»;


Prof. John Gun.

«Les techniques de
persuasion»; lR C.Brown.

«Le psychotique»; Comprendre la


folie; Andrew Crowcroft.
(Quand vous comprenez la "folie", elle peut être
recréée dans n'importe quel sujet.)

«La bataille pour


l'esprit»; Privé,
Invicta Press.

«L'esprit possédé»;
Privé, Invicta Press.

273

"Les Œuvres Recueillies du Dr Jose Delgado."

«Les expériences de contrôle mental


à distance» (ESB): Dr Robert Heath.

Le Dr Heath a mené des expériences réussies avec


ESB qui ont prouvé qu'il pouvait créer des trous de
mémoire, provoquer des impulsions soudaines
(comme des tirs aléatoires), évoquer la peur, le
plaisir et la haine sous ses ordres.

«Expériences ESB»; Gottlieb.


Le Dr Gottlieb a déclaré que ses expériences
conduisaient à créer une personne psycho-civilisée
, puis une société psycho-civilisée entière , dans
laquelle chaque pensée humaine, émotion,
sensation, désir est complètement contrôlée par des
stimulations électriques du cerveau.
Le Dr Gottleib a déclaré qu'il pouvait arrêter un
taureau qui chargeait dans son élan;
PROGRAMMEZ LES HUMAINS POUR TUER SUR
COMMANDE.

Une vaste documentation des expériences menées


par la CIA en utilisant ESB-la recherche sous le
contrôle du Dr Stephen Aldrich.

«Les documents de recherche rassemblés du Dr


Alan Cameron». Ceux-ci ont été trouvés avec
l'énorme collection de documents d'expériences de
contrôle de l'esprit emballés dans 130 boîtes,
menées par le Dr Gottleib et qu'il n'avait pas détruit
comme ordonné par la CIA.

"The New York Times, décembre


1974." Un exposé des expériences de
contrôle mental de la CIA.

274
Outre ce qui précède, il y a les propres travaux du
Dr Coleman, «Métaphysique, contrôle de l'esprit,
rayonnement ELF et modifications du temps»,
publiés en 1984 et mis à jour en 2005.

Dans ce même travail, le Dr Coleman explique


comment fonctionne le contrôle mental et en donne
des exemples clairs. Il a développé son travail
antérieur avec "Mind Control in the 20 th Century",
qui détaille explicitement comment les techniques
de contrôle mental ont évolué.

Une théorie dynamique de la personnalité. Dr Kurt Lewin

Perspective temporelle et moral. *

La névrose de la guerre. WR Bion.


(Macmillan Londres 1943)  

Expériences en groupes. *
(Lancet, 27 novembre 1943)  

Groupes sans chef. *


(Londres 1940)  

Expériences en groupes. *
(Bulletin du messager)  

Changement catastrophique. *
(The British Psychoanalytical Soc.)  
Éléments de psychanalyse. *
Londres 1963  

Troubles de la personnalité limite. *


Londres

275

Force et idées.
Walter Lippmann

Opinion publique.
Walter Lippmann

Cristalliser l'opinion publique.


Edward Bernays

La propagande.
Edward Bernays

Le Daily Mirror.  
Alfred Harmsworth 1903/1904

Le miroir du dimanche.
Alfred Harmsworth 1905/1915

Qualité humaine.
Aurelio Peccei 1967

Le gouffre à venir.
Aurelio Peccei

Guillaume II, empereur d'Allemagne.


Correspondance Entre Guillaume II

Souvenirs de Lénine.
N. Krupskaya (Londres 1942)

La crise mondiale.
Winston Churchill

Comment nous avons annoncé l'Amérique.


George Creel
New York 1920
276

Wilson, la nouvelle liberté. Arthur S. Link 1956

La conspiration du Verseau.
Marilyn Fergusson

Quelques principes de
persuasion de masse. Dorwin
Cartwright
Journal de psychologie humaniste.
John Rawlings Reese

Comprendre le comportement de l'homme.


Gordon Alport

Invasion de Mars.
Hadley Cantrill

Guerre des mondes. HG Wells

Terreur par radio.


Le New York Times

Psychologie des sciences.


Aldous Huxley

Une histoire de rois.


Le duc de Windsor

Mes quatre ans en Allemagne.


James W. Gerard

Sous le talon de fer.


GW Stevens

277

L'ère technotronique.
Zbigniew Brzezinski

Institut des publications de développement et de gestion.

Ronald Lippert

Quand la recherche-action devient la méthodologie de la


guerre froide

La science de la coercition.
Renses Likert

Systèmes de gestion et style.

Tensions mentales. HV
Bites

L'état de la psychiatrie dans la


psychiatrie britannique. Bites HV

La jungle.

Upton Sinclair

Appel à la raison Les changeurs de monnaie.


Techniques de propagande pendant la guerre mondiale.
Harold Lasswell

Crépuscule impérial.
Berita Harding

Innocence et expérience.
Gregory Bateson

278

Pour l'amour de Dieu.


Bateson et Margaret Meade

Ils ont jeté Dieu hors du jardin.

RD Laing

Étapes vers une écologie de l'esprit. Les faits de

La vie.

Sur notre chemin.


Franklin D. Roosevelt

Comment les démocraties périssent.


Jean François Revel

Disraeli.
Stanley Weintraub

Brute Force: Tactiques stratégiques


alliées WWII. John Ellis

Les camps de concentration en


Afrique du Sud. Napier Davitt

The Times History of the War in South


Africa. Sampson Low 7 Vol.

L'homme de l'organisation
Jorgen Schleiman 1965

Staline et le communisme allemand


Jorgen Schleiman 1948

279
Willi Munzenberg Une biographie politique
Babetta Gross 1974

Technique de propagande pendant la guerre mondiale


Harold Lowell
La menace de propagande
Frederick E. Lumley 1933

Histoire du Parti communiste russe


Leonard Schapiro 1960

Neue Zurcher Zeitung


21 décembre 1957

La montée au pouvoir des bolcheviks et la


révolution de novembre

AP Kerensky 1935

Dix jours qui ont secoué le monde


John Reed 1919