Vous êtes sur la page 1sur 155

Graine de tromperie

Exposer les mensonges de l'industrie et du gouvernement sur la


sécurité des
les aliments génétiquement modifiés que vous
mangez
Jeffrey M. Smith
Boîte postale 469
Fairfield, Iowa 52556
(888) 717-7000

Édition broché, 8ème tirage


Droits d'auteur © 2003 Jeffrey M. Smith
Tous les droits sont réservés.
Aucune partie de ce livre ne peut être utilisée ou reproduite
de quelque manière que ce soit sans autorisation écrite, sauf
dans le cas de brèves citations d'articles ou de critiques
critiques.
Pour toute information ou commande
individuelle, contactez:
Oui! Livres, PO Box 469, Fairfield, IA 52556, (888) 717-7000

www.seedsofdeception.com
Distribué au commerce du livre par Chelsea Green Publishing, PO Box 428,
White River Junction, VT 05001, (800) 639-4099

www.chelseagreen.com
Illustration de la couverture: George Foster
Formatage du texte: Sharon A. Dunn, Treefrog
Graphics
Numéro de contrôle de la Bibliothèque du Congrès:
2003106320
ISBN-13: 978-0-9729665-8-0
ISBN-10: 0-9729665-8-7
Imprimé au Canada sur du papier 100% recyclé.

REMERCIEMENTS DE MARQUE:
StarLink® est une marque déposée d'Aventis Crop Science.

Roundup® et Roundup Ready® sont


marques déposées de Monsanto Company.
NutraSweet® est une marque déposée de NutraSweet Property Holding,
Inc.
Quest® est une marque déposée de Vector Tobacco Ltd. Company.

Louange pour les graines de la


tromperie
«Jeffrey Smith combine magistralement l'art de la narration et du reportage
d'investigation. Le résultat est fascinant, éclairant et inquiétant.

Les dangers des aliments génétiquement modifiés sont


choquants - heureusement, le livre de Jeffrey nous dit comment les
éviter.

- Jennifer Read Hawthorne

Co-auteur, Soupe au poulet pour l'âme de la femme


«L'exposé lucide, informatif et argumenté de Jeffrey Smith sur les aliments
génétiquement modifiés met à nu le problème de la sécurité alimentaire à succès
du 21e siècle. Bien que les Américains aient dormi pendant que l'industrie
biotechnologique enlevait tranquillement notre approvisionnement alimentaire,
l'Europe a envoyé les malfaiteurs - caractérisés par Monsanto - emballer. M. Smith
présente une feuille de route de l'insensibilité des géants américains de
l'alimentation et un plan d'action pour les empêcher de faire de nouveaux ravages.
Chaque Américain devrait lire ce livre.

- James S. Turner, Esq.

Auteur, The Chemical Feast:


Le rapport Nader sur la Food and Drug Administration
«Seeds of Deception est le premier livre à présenter des arguments convaincants
en faveur de l’existence d’une véritable conspiration de la part de l’industrie
biotechnologique pour supprimer la liberté d’expression, le débat et même le
dialogue scientifique sur la sécurité et la valeur des OGM. Ce faisant, Jeffrey
Smith brosse un tableau vivant et inquiétant de la passivité gouvernementale et
de la négligence scientifique des problèmes urgents associés à l'agriculture
génétiquement modifiée. En rassemblant plus d'une douzaine d'épisodes
d'ingérence et de collusion contre des militants qui ont remis en question la
sagesse de procéder sans relâche avec cette expérience collective et
non consensuelle avec notre nourriture, Smith montre comment

Les promoteurs de l'industrie se sont rendus, ainsi qu'à


toute une génération de consommateurs, un très
mauvais service au nom des bénéfices des entreprises et
des gains privés à court terme .
- Marc Lappé, Ph.D.

Co-directeur, The Center for Ethics and Toxics (CETOS)


«Les mensonges, la distorsion et la tromperie sont des outils courants pour
commercialiser les aliments génétiquement modifiés. Seeds of Deception est une
lecture incontournable si vous voulez vous protéger, vous et votre famille, de
l'avidité mortelle de quelques entreprises impitoyables. La menace qui pèse sur
notre avenir est réelle et présente, ce livre pourrait vous sauver la vie. »
- Howard F. Lyman

Auteur, Mad Cowboy


«Pour se mettre au courant sur le sujet des aliments génétiquement modifiés, il
n'y a pas de meilleur livre que Seeds of Deception. Jeffrey Smith traite de la
science ainsi que de la tromperie d'une manière agréable et sûre.

- Jim Diamond, MD

Président, Comité de génie génétique du Sierra Club


«Seeds of Deception est un événement majeur pour informer le public sur la
sécurité ou (plus précisément l'absence de celui-ci) des aliments génétiquement
modifiés, qui sont salués pour être l'un des développements scientifiques les plus
importants de notre époque. Contrairement aux assurances fades de la
propagande officielle, le livre met à nu les machinations concertées de l'industrie
de la biotechnologie, des médias, des politiciens et des autorités de régulation,
tous unis dans leurs efforts et utilisant tous les moyens pour apaiser les
inquiétudes et les craintes légitimes de la public sur cette technologie
imprévisible et dangereuse. Une force particulière du livre - et cela sera détesté
par le lobby pro-GM - est qu'il utilise un langage très coloré mais facilement
compréhensible pour décrire ce qui est généralement considéré comme «élevé».

science. Mon plus grand compliment est que même si je suis un


scientifique, j'ai obtenu des informations spéciales sur le
fonctionnement de la technologie de l'ADN recombinant grâce à la
présentation agréable de Jeffrey Smith.

- Arpad Pusztai, Ph.D.

Expert principal en recherche sur la sécurité menée sur les


aliments génétiquement modifiés
«C'est un livre que tous les Américains devraient lire. Dans un format d'histoire
très accessible , Seeds of Deception fournit une mise en accusation
convaincante et puissante de l'industrie et des agences gouvernementales qui
ont conspiré pour cacher les dangers des aliments génétiquement modifiés.
Après avoir lu la vérité sur ces aliments, les consommateurs éviteront de les
manger; les dirigeants d'entreprises alimentaires voudront les retirer de leurs
produits; et le gouvernement, espérons-le, mettra fin à cette expérience
scandaleuse.

- Larry Bohlen

Directeur des programmes de santé et d'environnement, Amis de la


Terre
«Il y a de plus en plus de preuves que les aliments génétiquement
modifiés ne sont pas sûrs. Ce livre, qui est le mieux écrit sur le
sujet, est une lecture incontournable pour les militants de
l'alimentation et les consommateurs concernés.
- Ronnie Cummins

Directeur national, Organic Consumer's Association,


Co-auteur, Aliments génétiquement modifiés:
Un guide d' autodéfense pour les consommateurs
«C'est un livre brillant qui combine une dissection astucieuse de la vraie nature de
la technologie GM, une critique dévastatrice des dangers pour la santé et
l'environnement des cultures GM et des exemples effrayants de la manipulation
de la science et des médias par l'industrie biotechnologique. Ce qui est si excitant
dans ce livre, c'est qu'il ne s'agit pas d'un texte sec d'exégèse scientifique - il pétille
positivement avec le drame humain des cabales et des conspirations
dans les coulisses qui ont jonché l'histoire de Big Biotech dans ses efforts
frénétiques pour se faire accepter. Il est méticuleusement documenté et
puissamment écrit, quelque part entre un documentaire et un thriller.

- Michael Meacher

Ancien ministre britannique de l'environnement


«J'ai vu de mes propres yeux comment Monsanto et la FDA ont
recouru à la tromperie scientifique du plus haut niveau pour
commercialiser du lait génétiquement modifié (rbGH). Avec un
style captivant et un flair pour décrire la science dans un
langage clair et précis, Seeds of Deception dévoile les
distorsions, les omissions et les mensonges à la vue de tous.
C'est un antidote puissant à cette mascarade mondiale.

- Samuel S. Epstein, MD
Professeur émérite de médecine environnementale et
professionnelle, Université de l'Illinois à la Chicago School of
Public Health; Président, Coalition pour la prévention du
cancer
«Les révélations de ce livre sont rendues publiques à un moment charnière du
débat mondial sur les OGM, et pourraient faire pencher la balance contre
l'industrie biotechnologique. Les preuves réfutent les allégations des États-Unis
en matière de science et de sécurité et sapent le fondement de leur contestation
à l'OMC. Cela présente également un argument convaincant que les pays
peuvent utiliser pour interdire complètement les aliments génétiquement
modifiés.

- Andrew Kimbrell

Directeur, Centre pour la salubrité des aliments

Remerciements
J'apprécie profondément les contributions que tant de
personnes ont apportées à ce livre - en tant que critiques, en
tant que sources, en tant que soutien moral.
Je n'en nomme que quelques-uns ici. Andrea Smith, Rick
Smith, Morton Smith, Nancy Tarascio, Robynn Smith,
Arpad Pusztai, Ph.D., Michael Hansen, Ph.D., Brian Stains,
Bill Crist, Steve Druker, Barbara Keeler, Helen Whybrow,

Margo Baldwin, Pete Hardin, Joe Cummins, Ph.D., Robert Roth,


Jane Akre, Steve Wilson, Ignacio Chapela, Ph.D., James Turner,
Bill Freese, Betty Hoffing, Barbara Reed Stitt,
Gerald Gleich, MD, Phillip Hertzman, MD, Rick North, Ronnie
Cummins, Jeff Peckman, Joe Mendelson, Craig Winter, Bill
Lashmett, Howard Vlieger,
Samuel S.Epstein, MD, David Schubert, Ph.D., Robert Cohen, Larry Bohlen,
Dick Kaynor, Britt Bailey, John Kremer et Carol Kline.

Préface
Par Frances Moore Lappé
Qu'est-ce que les semences génétiquement modifiées ont à voir
avec la démocratie?

Tout.
Pour moi, cet engouement - tout comme l'émergence soudaine de la viande de
grain que j'ai écrite pour la première fois il y a environ trente-trois ans - est un
symptôme. C'est un symptôme de notre silence. Pensez-y: aucun de nous n'a
appelé à la manipulation génétique des semences. Non, aucun de nous n'a dit,
oui, cette nouvelle technologie profitera à moi, à ma famille et à ma communauté.
Tout comme pour les risques du bœuf en parc d'engraissement, qui contribue
désormais aux maladies cardiaques, à l'épuisement des eaux souterraines, à la
résistance aux antibiotiques, etc., aucun citoyen n'a été invité à peser les risques
des OGM par rapport aux gains possibles. Pourtant, aujourd'hui, la plupart d'entre
nous les mangent, tout en restant complètement dans l'ignorance des dangers
auxquels nous pouvons être confrontés - pour nous - mêmes, nos enfants et les
écosystèmes agricoles dont dépend notre vie.

Comment cet assaut contre la démocratie s'est-il produit?


En tant que citoyens, nous avons été dupés et marginalisés par rapport à notre
rôle légitime dans des choix publics importants. Des enquêtes montrent que la
majorité des Américains partagent un malaise quant à l'étendue du pouvoir des
entreprises au sein du gouvernement, mais ce malaise reste vague et flou. Pas
plus - car ici Jeffrey Smith nous attire l'attention: il offre les détails d'initiés
dramatiques et fascinants dont nous avons besoin. Il montre comment une
poignée d'entreprises, dirigées par Monsanto, a utilisé son énorme richesse, ainsi
que l'intimidation et la tromperie, pour transformer les Américains en cobayes
nutritionnels. Comment nous avons été forcés à notre insu - alors que «notre»
gouvernement rejette les demandes d'étiquetage des citoyens - de consommer
des aliments de base qui n'ont pratiquement pas été testés quant à leurs effets
sur notre santé.

Lorsque vous lirez ce livre extraordinaire et courageux, vous ne verrez plus jamais
votre pays de la même manière. Vous comprendrez pourquoi les autres nations
sont
consterné par les actions américaines visant à les inciter à accepter les
semences génétiquement modifiées. Vous verrez à quel point nous sommes
décalés par rapport aux pays où les citoyens, Dieu merci, ont trouvé leur voix
pour susciter un dialogue public intense, soulevant des questions essentielles
sur les OGM.

Peut-être conclurez-vous, comme moi, que l'engouement pour le génie génétique


- absorbant des centaines de millions de dollars et un temps et une énergie
incalculables à la fois des promoteurs et des sceptiques - est encore un autre
détournement catastrophique de la question fondamentale de toute démocratie:
pourquoi la faim au milieu de l'abondance ? Le débat sur les OGM saute
entièrement sur cette question, car les entreprises intéressées renforcent
délibérément le mythe selon lequel le problème de notre planète est la rareté
dont seuls leurs produits peuvent nous sauver. En fait, Monsanto et d'autres
entreprises qui cherchent à rendre le monde dépendant de leurs semences
modifiées ont eu le culot de nous dire que nous avons besoin de leur technologie
pour «nourrir les affamés» alors que le fléau des agriculteurs du monde entier est
depuis longtemps la surproduction, parce que trop de gens sont si pauvres qu'ils
ne peuvent pas se permettre ce qui est déjà cultivé.

Jeffrey Smith a écrit un livre puissant et désespérément nécessaire. Mon fervent


espoir est que dans les années à venir, nous regarderons en arrière et verrons son
travail fondateur comme une alarme pas trop tôt qui nous aide à trouver notre
propre courage pour percevoir les OGM à la fois comme une menace pour la
santé et comme un symptôme d'un crise plus profonde.
Le génie génétique pourrait s'avérer être notre ultime réveil . Où est la
démocratie, nous pouvons nous demander, lorsqu'une seule entreprise,
Monsanto, contrôle 85% de tout le matériel génétique génétiquement
modifié et a le pouvoir de saturer l'approvisionnement commercial en
semences avec des variétés génétiquement modifiées - sans la
participation du public qui doit en supporter les conséquences? Le génie
génétique pourrait-il être ce qui nous pousse finalement à trouver notre
voix pour poser les questions que nous devons si nous voulons créer une
démocratie authentique et guérir notre planète?

- Frances Moore Lappé


Frances Moore Lappé est la co-auteur, avec Anna Lappé, de
Hope's Edge: The Next Diet for a Small Planet.

Préface
Par Arran Stephans
Les organismes génétiquement modifiés (OGM), qui sont le sous-produit de
l'épissage des gènes d'une espèce dans l'ADN d'une autre, sont une technologie
aux conséquences inconnues et peut-être désastreuses pour notre santé et
l'environnement. Ceux qui avaient le plus à gagner, les sociétés multinationales de
biotechnologie, ont lancé un message très convaincant à travers des médias de
masse bien financés, que la biotechnologie était le miracle qui résoudra la famine
mondiale, réduira la dépendance aux pesticides ou guérira les maladies de
l'humanité. Bien que les plantes épissées de gènes comme le soja, le maïs, le
coton et le canola n'existaient pas il y a vingt ans, elles constituaient en 2002 la
grande majorité des 145 millions d'acres de cultures GM plantées dans les quatre
principaux pays producteurs d'OGM. Cela couvrirait près de deux fois et demie la
taille du Royaume-Uni, sans compter tous les champs non GM qui ont été
pollinisés par des variétés GM. Le lait aux États-Unis a également été modifié par
l'utilisation d'une hormone de croissance génétiquement modifiée injectée aux
vaches. La plupart des aliments de votre épicerie locale sont maintenant
contaminés par des ingrédients alimentaires génétiquement modifiés, à votre
insu ou sans votre consentement. Comme beaucoup l'ont dit, nous sommes
maintenant au milieu de la plus grande expérience d'alimentation de l'histoire et
nous, les êtres humains, sommes les cobayes.

Dans Seeds of Deception, Jeffrey Smith a présenté un dossier extrêmement


convaincant contre les OGM d'une manière complète et bien argumentée . En
rassemblant des informations provenant d'une grande variété de sources, il tisse
un récit qui décrit la mesure dans laquelle les entreprises (et les gouvernements)
ont ignoré les preuves scientifiques des dangers pour la santé et refusé l'accès
des consommateurs à des informations critiques. Ce livre exceptionnel devrait
être une lecture obligatoire pour tous les élèves du secondaire, les étudiants
universitaires et toute personne préoccupée par ce qu'eux et leur famille
mangent. La magie de ce livre est qu'il prend des informations scientifiques et
les livre d'une manière que tout le monde peut comprendre, sans perdre les
détails nécessaires pour résister à l'examen des opinions contraires.

L'un des plus grands outils de changement de la société est le pouvoir du


savoir.

J'espère sincèrement que la connaissance approfondie du livre de Jeffrey Smith


nous permettra de maîtriser cette technologie dangereuse et non prouvée.

- Arran Stephens
Arran Stephens est le président fondateur de Nature's Path Foods, le
premier et le plus grand fabricant américain de céréales biologiques
certifiées .

Il est également artiste, jardinier bio et auteur de Journey to


the Luminous. (www.naturespath.com)

introduction
Le 23 mai 2003, le président Bush a proposé une initiative pour
éradiquer la faim en Afrique en utilisant des aliments
génétiquement modifiés (GM). Il a également blâmé les «craintes
non fondées et non scientifiques de l'Europe» concernant ces
aliments pour avoir entravé les efforts visant à éliminer la faim.
Bush était convaincu que les aliments génétiquement modifiés
détenaient la clé de meilleurs rendements, d'une expansion des
exportations américaines et d'un monde meilleur. Sa rhétorique
n'était pas nouvelle. Il avait été transmis de président en président
et transmis au peuple américain par le biais de reportages
réguliers et de publicités de l'industrie.
Le message faisait partie d'un plan directeur élaboré par des entreprises
déterminées à contrôler l'approvisionnement alimentaire mondial. Cela a été
clairement indiqué lors d'une conférence sur l'industrie biotechnologique en
janvier 1999, au cours de laquelle un représentant d'Arthur Anderson Consulting
Group a expliqué comment son entreprise avait aidé Monsanto à créer ce plan.
Premièrement, ils ont demandé à Monsanto à quoi ressemblait leur avenir idéal
dans quinze à vingt ans.

Les dirigeants de Monsanto ont décrit un monde avec 100% de


toutes les semences commerciales génétiquement modifiées et
brevetées. Anderson Consulting a ensuite reculé à partir de cet
objectif et a développé la stratégie et les tactiques pour y parvenir.
Ils ont présenté à Monsanto les étapes et les procédures
nécessaires pour obtenir une place de domination industrielle dans
un monde où les semences naturelles étaient pratiquement
éteintes.
L'influence de Monsanto au sein du gouvernement était partie
intégrante du plan, dont le rôle était de promouvoir la technologie
dans le monde entier et d'aider à introduire rapidement les
aliments sur le marché, avant que la résistance ne puisse faire
obstacle. Un consultant en biotechnologie a déclaré plus tard:
«L’espoir de l’industrie est qu’au fil du temps, le marché est
tellement inondé que vous ne pouvez rien y faire. Vous vous rendez
en quelque sorte. [1]
Le rythme prévu de la conquête a été révélé par un conférencier d'une autre
société de biotechnologie. Il a montré des graphiques projetant l' année par-

diminution annuelle des semences naturelles, estimant que


dans cinq ans, environ 95 pour cent de toutes les semences
seraient génétiquement modifiées.
Alors que certains membres du public étaient consternés par ce qu'ils
jugeaient être un manque de respect arrogant et dangereux pour la
nature, c'était une bonne affaire pour l'industrie. Leur attitude a été
illustrée dans un extrait de l'une des publicités de Monsanto: «Vous voyez
donc, il n'y a vraiment pas beaucoup de différence entre les aliments
fabriqués par Dame Nature et ceux fabriqués par l'homme. Ce qui est
artificiel, c'est la ligne de démarcation entre eux. [2]
Pour mettre en œuvre leur stratégie, les sociétés de biotechnologie devaient
contrôler les semences - elles ont donc fait une frénésie d'achat, prenant
possession d'environ 23% des sociétés semencières mondiales. Monsanto a
atteint la position dominante, capturant 91 pour cent du marché des aliments
génétiquement modifiés.

Mais l'industrie n'a pas atteint ses prévisions de conversion


de l'offre de semences naturelles. Les citoyens du monde
entier, qui ne partagent pas la conviction de l'industrie que
ces aliments sont sûrs ou meilleurs, ne se sont pas
simplement rendus.
Une résistance généralisée aux aliments génétiquement modifiés
a entraîné une confrontation mondiale. Les exportations
américaines de maïs et de soja génétiquement modifiés sont en
baisse, et les pays africains affamés n'accepteront même pas ces
cultures comme aide alimentaire. Monsanto est en difficulté
financièrement et cherche désespérément à ouvrir de nouveaux
marchés. Le gouvernement américain est convaincu que la
résistance de l'Union européenne (UE) est le principal obstacle et
est déterminé à changer cela. Le 13 mai 2003, les États-Unis ont
déposé une contestation auprès de l'Organisation mondiale du
commerce (OMC), accusant que la politique restrictive de l'UE sur
les aliments génétiquement modifiés viole les accords
internationaux.

Le jour où la contestation a été déposée, le représentant américain


au commerce, Robert Zoellick, a déclaré: «Des recherches
scientifiques écrasantes montrent que les aliments
biotechnologiques sont sûrs et sains. C'est le chant de l'industrie
depuis le début et c'est l'hypothèse clé à la base de leur plan
directeur, du défi de l'OMC et de la campagne du président pour
mettre fin à la faim. Cependant, c'est également faux.

Les chapitres suivants révèlent que c'est l'influence de l'industrie,


et non une science solide, qui a permis la mise sur le marché de
ces aliments.

De plus, si une recherche scientifique écrasante suggère quelque


chose, c'est que les aliments n'auraient jamais dû être approuvés.
Tout comme l'ampleur du plan de l'industrie était époustouflante,
les distorsions et les dissimulations le sont aussi . Alors que de
nombreuses histoires de ce livre révèlent des manœuvres du
gouvernement et des entreprises dignes d'un roman d'aventure,
l'impact des aliments génétiquement modifiés est personnel. La
plupart des gens en Amérique du Nord en mangent à chaque
repas. Ces chapitres démontrent non seulement la position
américaine selon laquelle les aliments sont sûrs, mais ils vous
informent des mesures que vous pouvez prendre pour vous
protéger et protéger votre famille.
Chapitre 1
Une leçon d'outre-mer
Lorsque Susan a ouvert la porte, elle a été surprise de voir plusieurs journalistes
se tenir devant elle. D'autres couraient de leurs voitures dans sa direction et elle
pouvait voir d'autres voitures et camionnettes de télévision se garer le long de sa
rue.

«Mais vous savez tous que nous ne pouvons pas parler de


ce qui s'est passé. Nous serions poursuivis et ... » [1]
«Ça va maintenant», l'interrompit le journaliste de Channel Four Television,
agitant un journal devant elle. «Ils ont libéré votre mari.

Il peut nous parler.


Susan a pris le papier.
«Arpad, viens ici», dit-elle à son mari.
Arpad Pusztai (prononcé: Are-pod Poos-tie), un homme distingué à la fin de la
soixantaine, était déjà en route. Alors que sa femme lui montrait le document, les
journalistes se sont glissés devant eux dans la maison. Mais Arpad ne le
remarqua pas; il fixait le papier que sa femme venait de lui remettre.

Il reconnut immédiatement le papier à en - tête - The Rowett Institute,


Aberdeen, Écosse. C'était l'un des principaux instituts de nutrition au
monde et son employeur pendant les trente-cinq dernières
années - jusqu'à sa suspension soudaine il y a sept mois. Et c'était là,
clairement énoncé. Ils avaient publié leur ordre de bâillon. Il pouvait
parler.
Le document était daté du même jour, le 16 février 1999. Dans Afact, moins de
vingt minutes auparavant, trente journalistes avaient assisté à la conférence de
presse du Rowett Institute en écoutant son directeur, le professeur Phillip James,
mentionner en passant que les restrictions imposées au Dr Pusztai parler à la
presse avait été levé. Avant que James n'ait fini sa phrase, les journalistes ont
sauté

pour la porte. Ils ont sauté dans leurs voitures et se sont dirigés
directement vers la maison des Pusztai à Ashley Park North, une
adresse que la plupart connaissaient bien, ayant pratiquement
campé là-bas sept mois plus tôt. Maintenant, ces trente
journalistes, équipés de caméras de télévision et de
magnétophones, étaient entassés dans le salon du Pusztai.
Arpad Pusztai a lu le document - deux fois. En levant les yeux, les
journalistes ont commencé à lui poser des questions en même
temps. Il sourit et respira plus facilement qu'il ne l'avait fait
depuis longtemps. Il avait pratiquement perdu espoir. Maintenant,
il a enfin eu la chance de partager ce qu'il savait sur les dangers
des aliments génétiquement modifiés.
L'histoire d'Arpad Pusztai a fait les manchettes dans toute l'Europe pendant des
mois, alertant les lecteurs sur certains des risques graves pour la santé des
aliments génétiquement modifiés (GM). Cela a été à peine mentionné, cependant,
dans la presse américaine; le groupe de surveillance des médias Project Censored
l'a décrit comme l'un des dix événements les moins signalés de l'année. [2] En fait,
les principaux médias américains ont évité presque toute discussion sur la
controverse sur les organismes génétiquement modifiés (OGM) jusqu'en mai
1999. Mais il s'agissait de sauver le papillon monarque du pollen de maïs GM, pas
de la sécurité alimentaire humaine.

Ce n'est qu'au moment du rappel massif d'aliments provoqué par le maïs


StarLink® * que les Américains ont même été alertés du fait qu'ils mangeaient
des aliments GM tous les jours. De plus, la presse américaine a été contrainte
de se demander si les aliments génétiquement modifiés étaient sûrs. Jusque-là,
les médias avaient dépeint la résistance européenne aux cultures GM
américaines comme un anti-américanisme non scientifique . Mais comme le
révèle l'histoire d'Arpad Pusztai, le sentiment européen anti-OGM avait été
alimenté, en partie, par des risques pour la santé bien plus importants que les
réactions allergiques dispersées attribuées à StarLink.

* StarLink® est une marque déposée d'Aventis.

Premier choc
Arpad Pusztai était plus que bon dans son travail. Dans d'autres professions, ils
l'appellerait génial. Mais dans le monde conservateur et exigeant
de la biologie expérimentale, la récompense donnée était
«approfondie». La rigueur de Pusztai pendant cinquante ans
l'avait placé au sommet de son domaine. Il avait publié près de
300 articles scientifiques, rédigé ou édité douze livres et
collaboré régulièrement avec d'autres chercheurs de premier
plan du monde entier.
En 1995, Arpad, son épouse Susan - également un scientifique éminent - et des
collègues du Rowett Institute, du Scottish Crop Research Institute et de la
University of Durham School of Biology ont reçu une subvention de recherche de
1,6 million de livres sterling de la Scottish Agriculture, Environment and Fisheries
Département. Sélectionné plus de vingt-sept autres candidats, ce consortium de
scientifiques, avec Arpad Pusztai comme coordinateur, a été choisi pour créer un
modèle de test des aliments génétiquement modifiés (GM), en vérifiant qu'ils
étaient sans danger pour la consommation. Leurs méthodes de test devaient
devenir la norme utilisée en Grande-Bretagne et probablement adoptée dans toute
l'Union européenne.

Au moment de l'octroi de la subvention, aucune recherche n'avait


encore été publiée sur la sécurité des aliments génétiquement
modifiés et la communauté scientifique mondiale avait de
nombreuses questions et préoccupations. Pusztai et son équipe
ont donc été chargés de concevoir un régime de test qui créerait
la confiance et, bien sûr, serait minutieux.
Les recherches de l'équipe étaient en cours depuis environ deux
ans lorsque, en avril 1998, le directeur de l'Institut Rowett, le
professeur Phillip James, entra dans le bureau de Pusztai et
déposa une pile de documents considérable sur son bureau. Il a
appelé Susan du bureau voisin.
Il a déclaré aux Pusztais que des ministres de toute l'Europe étaient sur
le point de se réunir à Bruxelles pour voter sur la réglementation des
aliments génétiquement modifiés. Les documents étaient des
soumissions de sociétés de biotechnologie demandant l'approbation de
leurs propres variétés de soja, de maïs et de tomates génétiquement
modifiés. Le ministère britannique de l'Agriculture, des Forêts et des
Pêches (MAFF) assistait à la conférence et avait besoin d'une base
scientifique pour les recommander.
Le professeur James était l'un des douze scientifiques qui composaient le comité
consultatif
Committee on Novel Foods and Processes (ACNFP), qui était
responsable de l'évaluation des aliments génétiquement
modifiés à vendre en Grande-Bretagne. James était en charge
de l'analyse nutritionnelle.
Pusztai regarda la pile de papiers. Il y avait environ six ou sept dossiers, chacun
représentant une demande d' approbation différente - près de 700 pages en tout.
Pusztai savait que James et les onze autres membres de l'ACNFP ne liraient
jamais eux-mêmes ces documents. C'étaient des hommes extrêmement occupés.
Le professeur James, par exemple, a siégé à une douzaine de ces comités et a
régulièrement pris la parole lors de conférences internationales. Il était si souvent
absent de l'institut que Pusztai le saluait fréquemment dans les couloirs avec
«Bonjour étranger». De plus, James et la plupart des autres n'étaient pas des
scientifiques actifs. Ils étaient des hommes engagés - impliqués dans la collecte
de fonds, l'élaboration de politiques et la gestion de la politique scientifique.
Arpad et Susan, d'autre part, travaillaient déjà depuis plus de deux ans à la
conception des méthodes d'approbation des aliments génétiquement modifiés. Et
dans le cadre de leur subvention, ils effectuaient des tests sur une nouvelle
variété de pommes de terre génétiquement modifiées que le ministère écossais
espérait commercialiser. Ils ne connaissaient pas seulement la théorie; ils avaient
une expérience pratique. Les Pusztais faisaient donc partie des scientifiques les
plus qualifiés au monde pour lire et évaluer la pile que James venait de leur
remettre.

«Dans combien de temps le ministre a-t-il besoin de ses recommandations?»


demanda Pusztai.

«Deux heures et demie», dit James.


Arpad et Susan se sont rapidement mis au travail. Ils ont divisé
les soumissions et se sont concentrés directement sur les
preuves les plus substantielles des documents - la conception
de la recherche et les données.
Alors qu'Arpad Pusztai regardait d'abord une soumission,
puis une autre, il était sidéré.
«En tant que scientifique, j'ai été vraiment choqué», a déclaré Pusztai. «C'était la
première fois que je réalisais quelles preuves fragiles étaient présentées au
comité. Il y avait des données manquantes, une conception de recherche
médiocre et des tests très superficiels
En effet. Leur cas était très peu convaincant. Et une partie du travail a été
vraiment très mal faite. Je veux vous impressionner, ce fut un vrai choc.

Alors qu'Arpad et Susan avaient initialement pensé que deux heures et demie
suffiraient seulement pour donner au ministre des recommandations
préliminaires sur les soumissions, il s'est avéré que c'était plus que suffisant pour
lui donner une réponse en toute confiance. La recherche présentée n'était en
aucun cas adéquate pour démontrer que les aliments génétiquement modifiés
décrits étaient sans danger pour la consommation humaine ou animale. Tous
n’ont pas produit de preuves suffisantes. Pusztai a passé l'appel téléphonique.

«J'ai dit au ministre, sur la base de ce que nous avions vu jusqu'à présent, même
avec seulement deux heures et demie d'examen, je lui ai conseillé d'être
extrêmement prudent et de ne pas l'accepter», a déclaré Pusztai. «Et puis il a dit
quelque chose au téléphone que j'ai trouvé vraiment incroyable: 'Je ne sais pas
pourquoi vous me dites cela, le professeur James l'a déjà accepté.'

Pusztai était stupéfait. Il s'est avéré que non seulement le comité


avait approuvé les soumissions d'aliments génétiquement modifiés
sur la base de preuves fragiles, mais les approbations avaient eu
lieu deux ans plus tôt - James avait seulement voulu que le
ministre puisse utiliser certaines assurances scientifiques. Et ni
Pusztai, ni les autres scientifiques travaillant dans le domaine, ni
les plus de 58 millions de personnes au Royaume-Uni ne savaient
qu'ils mangeaient déjà des tomates, du soja et du maïs
génétiquement modifiés - et ce, depuis près de deux ans. Les
approbations avaient toutes été faites sous le couvert du secret.
L'incident a été un tournant pour Pusztai. Jusque-là, il était
convaincu que la communauté scientifique et réglementaire
examinerait attentivement et minutieusement cette nouvelle
technologie. Mais maintenant, il était inquiet. Très concerné.
Après l'appel, Pusztai a parlé au professeur James et lui a dit pourquoi il pensait
que l'approbation des aliments par le comité était une erreur. Il a déclaré qu'il
manquait des éléments de preuve critiques et a décrit comment le modèle que
son équipe avait développé avec leurs propres recherches était beaucoup,
plusieurs fois plus rigoureux et détaillé que celui présenté par les sociétés de
biotechnologie. Déjà il voyait des preuves de dangers dans
les pommes de terre qu'il étudiait et qui n'auraient pas été retenues
dans les recherches superficielles effectuées sur les tomates, le maïs
et le soja génétiquement modifiés.

Le professeur James n'a pas défendu la décision du comité. En fait, il soutenait


les conclusions de Pusztai, même enthousiaste. Si les scientifiques de son
institut avaient créé une meilleure façon de tester les aliments génétiquement
modifiés, pensa-t-il, cela pourrait déboucher sur des contrats très lucratifs
- des millions de livres affluent.

«Il a pensé que c'était une bonne opportunité d'obtenir plus de


fonds pour la recherche scientifique», a déclaré Pusztai. «Vous
comprenez, nous sommes tous à court d'argent, tous les
universitaires. Il a pensé que nous devrions poursuivre cette
recherche et proposer de très bonnes choses.
Pusztai, en revanche, n'était pas enthousiaste. Il était gravement préoccupé par
les tomates, le soja et le maïs génétiquement modifiés non testés vendus dans
les épiceries. Cela a été aggravé par le fait qu'il savait que le soja, le maïs et leurs
dérivés se trouvent dans environ 70 pour cent de tous les aliments transformés.

Alors que Pusztai poursuivait ses recherches, ses


préoccupations concernant les aliments
génétiquement modifiés se sont intensifiées.
Pommes de terre chaudes
Le consortium de scientifiques de Pusztai modifiait l'ADN d'une pomme
de terre afin qu'elle fasse quelque chose qu'aucune pomme de terre
n'avait jamais fait auparavant. Elle devait produire son propre pesticide,
une lectine, que l'on trouve normalement dans la plante perce-neige qui la
protège des pucerons et autres insectes. L'objectif de l'industrie était de
produire en masse cette combinaison pomme de terre / insecticide,
soulageant ainsi les agriculteurs du fardeau d'avoir à arroser les champs
eux-mêmes. Dans le cadre de la recherche, Pusztai et l'équipe du Rowett
devaient tester les effets de la pomme de terre sur la santé des rats.
Les pommes de terre génétiquement modifiées étaient déjà vendues et
consommées aux États-Unis. Leur ADN a été épissé avec un gène d'une bactérie
du sol similaire à Bacillus anthrax. Le gène ajouté a amené les pommes de terre à
créer leur propre pesticide appelé toxine de Bacillus thuringiensis ou Bt. Si les
insectes avaient le malheur de manger un de ces génétiquement modifiés
merveilles, le Bt, qui était fabriqué par chaque cellule de la plante, a rapidement
tué l'insecte. Les mêmes gènes créateurs de Bt ont également été placés dans
l'ADN du maïs et des graines de coton, également vendus et consommés aux
États-Unis, et tous officiellement classés comme pesticides par l'Agence
américaine de protection de l'environnement. Cependant, la Food and Drug
Administration (FDA) des États-Unis avait clairement indiqué qu'à son avis, les
cultures génétiquement modifiées étaient supposées être sûres et offrir une
valeur nutritionnelle similaire à celle de leurs homologues naturels. Cette
hypothèse est la pierre angulaire de la politique américaine, autorisant la
plantation, la vente et la consommation de millions d'acres d'aliments
génétiquement modifiés sans tests de sécurité préalables.
L'équipe de Pusztai a conçu une plante de pomme de terre pour créer un
pesticide différent - une lectine, un poison insecticide naturel que certaines
plantes produisent pour éloigner les insectes. Arpad Pusztai avait passé près de
sept ans à rechercher les propriétés de cette lectine. Il était l'expert mondial des
lectines et il savait que cette lectine particulière était sans danger pour les
humains. En fait, dans l'une de ses études publiées, il a nourri des rats
l'équivalent de 800 fois la quantité de lectines que les pommes de terre GM
avaient été conçues pour produire, sans dommage apparent. Ainsi, quand il a
donné aux rats ses pommes de terre produisant de la lectine , Pusztai ne
s'attendait à aucun problème.

Ce que Pusztai et son équipe ont trouvé a été un choc.


Premièrement, le contenu nutritionnel de certaines pommes de
terre génétiquement modifiées était considérablement différent de
celui de leurs lignées parentales non génétiquement modifiées,
même si elles étaient cultivées dans des conditions identiques.
Une lignée de pommes de terre GM, par exemple, contenait 20 pour
cent de moins de protéines que sa propre lignée parente.
Deuxièmement, même le contenu nutritionnel des pommes de terre
transgéniques, progéniture du même parent cultivé dans des
conditions identiques, était très différent.
Si les résultats de Pusztai se limitaient à ces faits, ils auraient à eux seuls sapé
l'ensemble du processus de réglementation des aliments génétiquement
modifiés. La politique de la FDA était basée sur l'hypothèse que les aliments
génétiquement modifiés étaient stables.
Les niveaux de nutriments n'étaient pas censés varier.
Mais ces découvertes ont été complètement éclipsées par les autres
découvertes plus inquiétantes de Pusztai. Il a découvert que les rats nourris
avec des pommes de terre GM souffraient d'un système immunitaire
endommagé. Leurs globules blancs ont répondu
beaucoup plus lentement que ceux nourris avec un régime sans OGM , ce qui les
rend plus vulnérables aux infections et aux maladies. Les organes liés au
système immunitaire, le thymus et la rate, ont également montré des dommages.

Par rapport aux rats nourris avec un régime de contrôle sans OGM ,
certains rats nourris avec des OGM avaient des cerveaux, des foies et
des testicules plus petits et moins développés. D'autres rats avaient des
tissus hypertrophiés, y compris le pancréas et les intestins. Certains ont
montré une atrophie partielle du foie. De plus, des changements
structurels importants et une prolifération de cellules dans l'estomac et
les intestins de rats nourris avec des OGM pourraient avoir signalé un
potentiel accru de cancer.

Les rats ont développé ces graves effets sur la santé après
seulement dix jours.

Certains de ces changements ont persisté après 110


jours, une période correspondant à environ 10 ans de vie
humaine.
En préparant le régime, Pusztai avait été minutieux de manière
caractéristique.
Des comparaisons avaient été faites entre des rats nourris avec des
pommes de terre GM, des pommes de terre naturelles et des pommes de
terre naturelles enrichies de la même quantité de lectine pure que celle
trouvée dans la pomme de terre GM. Les chercheurs ont varié la
préparation des pommes de terre, en utilisant des pommes de terre crues,
bouillies et cuites au four, et ont varié leurs quantités dans l'alimentation.
Ils ont également varié la teneur totale en protéines des régimes et testé
toutes ces variations sur des périodes de 10 et 110 jours . Ces protocoles
d'essai avaient tous été minutieusement examinés et approuvés à
l'avance par le bureau de financement du gouvernement et étaient
conformes à plusieurs études publiées.

En fin de compte, seuls les rats qui ont mangé les pommes de


terre génétiquement modifiées ont subi de graves effets négatifs.
D'après les preuves, il était clair que les lectines n'étaient pas la
principale cause des dommages pour la santé. Au contraire, il y
avait un effet du processus de génie génétique lui-même qui
causait des organes endommagés et un dysfonctionnement
immunitaire des rats adolescents. «Nous avons utilisé exactement
les mêmes méthodes de génie génétique que celles utilisées par
les entreprises alimentaires», explique Pusztai.
Pusztai savait que ses résultats suggéraient fortement que les aliments
génétiquement modifiés
approuvé et mangé par des centaines de millions de personnes chaque jour
pourrait créer des problèmes de santé similaires chez les personnes, en
particulier chez les enfants.

Pusztai était dans une situation terrible. Il savait que si ses pommes de terre
avaient été soumises aux mêmes études superficielles et au même processus
d'approbation que les tomates, le soja et le maïs génétiquement modifiés, elles
auraient également été soumises au processus d'approbation de l'ACNFP sans
accroc. Ils se seraient retrouvés dans les rayons des supermarchés et dans des
poêles à frire du monde entier.

Et Pusztai savait que les recherches superficielles qui avaient été effectuées sur
les tomates, le soja et le maïs génétiquement modifiés n'auraient pas détecté les
types de problèmes graves qu'il a rencontrés. En outre, si des êtres humains
développaient des problèmes similaires à ceux de ses rats, cela pourrait prendre
des années et il serait très peu probable que quiconque soupçonne les aliments
génétiquement modifiés comme la cause.

«J'avais des faits qui m'indiquaient qu'il y avait de graves problèmes avec les
aliments transgéniques», a déclaré Pusztai. «La publication d'articles
scientifiques peut prendre de deux à trois ans et ces aliments étaient déjà sur les
tablettes sans tests biologiques rigoureux similaires à ceux de notre travail sur
les pommes de terre génétiquement modifiées.» [3] S'il attendait aussi
longtemps, pensa-t-il, qui sait quel genre de dommage grave pourrait être infligé
à des consommateurs sans méfiance.

Alors qu'Arpad Pusztai envisageait ces ramifications et compilait ses


résultats pour publication, il a été approché par l'émission de télévision
britannique «World in Action». Ils étaient impatients d'exprimer l'opinion
d'un scientifique sur la sécurité des aliments génétiquement modifiés et
étaient particulièrement désireux d'entendre Pusztai. Ils savaient que son
équipe était la seule au monde à mener des essais d'alimentation
approfondis sur les aliments génétiquement modifiés.
Leur demande a amené le conflit de Pusztai à un point critique. Le code de
pratique traditionnel d'un scientifique lui impose de garder le silence sur ses
découvertes jusqu'à ce qu'il puisse les présenter lors d'une conférence ou via une
publication.

Mais ses codes d'éthique lui dictaient d'avertir


immédiatement le public de ses découvertes.
Pusztai a également été encouragé à s'exprimer par le fait que la
recherche
a été financé par des fonds publics. «Le contribuable britannique a
dépensé 1,6 million de livres pour cette recherche basée sur
Rowett . [Ils] ont payé pour cela », a-t-il dit. Il savait également que
l'entrevue ne donnerait du temps que pour un résumé de deux à
trois minutes . Cela n'empêcherait donc pas la divulgation plus
détaillée qui accompagnerait la publication. [3]
Il a demandé la permission de James, qui était encourageant. Ils
ont tous deux convenu, cependant, que Pusztai ne devrait pas être
ouvert avec les détails des données, car cela serait plus approprié
pour débuter dans son document de recherche. James a demandé
à l'agent des relations publiques de l'Institut Rowett de rejoindre
Pusztai au studio pour l'enregistrement.
L'interview de Pusztai a duré environ deux heures et a finalement été éditée pour
une diffusion de 150 secondes . La coupe finale comprenait Pusztai disant que
l'effet des pommes de terre GM expérimentales sur les rats «était un léger retard
de croissance et un effet sur le système immunitaire. L'une des pommes de terre
génétiquement modifiées, après 110 jours, a rendu les rats moins sensibles aux
effets immunitaires.

Lorsqu'on lui a demandé s'il mangerait lui-même des aliments


génétiquement modifiés, il a déclaré: «Si j'avais le choix, je ne les
mangerais certainement pas tant que je n'aurais pas vu au moins des
preuves expérimentales comparables que nous produisons pour nos
pommes de terre génétiquement modifiées. Je crois en fait que cette
technologie peut fonctionner pour nous. Et si les aliments
génétiquement modifiés s'avèrent sûrs, nous avons vraiment rendu un
grand service à tous nos concitoyens. Et j'y crois fermement, et c'est
l'une des principales raisons pour lesquelles je demande de resserrer les
règles, de resserrer les normes.
Il a ajouté: «Nous sommes assurés que: 'C'est absolument sûr. Nous pouvons en
manger tout le temps. Nous devons en manger tout le temps. Il n'y a aucun mal
imaginable qui puisse nous arriver. Mais, en tant que scientifique qui l'examine,
travaille activement sur le terrain, je trouve qu'il est très, très injuste d'utiliser nos
concitoyens comme des cobayes. Nous devons trouver les cobayes dans le
laboratoire. [4]

Pusztai était conscient que ses commentaires feraient sensation,


mais il n'a jamais imaginé l'ampleur de la controverse que cela a créé.

Éruption dans les médias


Contrairement au manque presque complet d'informations sur les OGM aux
États-Unis, la controverse tournait déjà à ébullition au Royaume-Uni. Monsanto
Corporation, le géant de la biotechnologie, diffusait des publicités d'une
page entière dans les journaux vantant les avantages des aliments
génétiquement modifiés et tentant de mobiliser un public sceptique. Les grands
journaux, par contre, publiaient des articles et des éditoriaux accusant ces
publicités de tromper le public avec de fausses déclarations. Des scientifiques
ont été cités dans les articles, exprimant des doutes sur la sécurité des aliments.
Et le public était déjà sous le choc de l'impact de la maladie de la vache folle,
blâmé pour avoir tué plusieurs personnes malgré les assurances de sécurité
antérieures du gouvernement. Sur ce champ fertile, la bombe de Pusztai est
tombée.

Le dimanche 9 août 1998, la veille de la diffusion de «World in


Action», la station a diffusé des publicités de l'interview, soulignant
certains points de Pusztai et exhortant les auditeurs à se mettre à
l'écoute le lendemain. À minuit, la station a envoyé un
communiqué de presse dans toute la presse britannique. Certains
journalistes ont commencé à appeler immédiatement, gardant
Pusztai debout jusqu'au petit matin.
Lorsque Pusztai est arrivé au travail, «l'Institut était déjà
bombardé de toutes sortes de questions de la part de la
presse et du ministère de l'Agriculture et de la Pêche à
Londres, qui n'avait pas été informé de l'interview», dit
Pusztai.
Mais en fin de matinée, les téléphones se sont tus. Pusztai a d'abord pensé que
la rafale était terminée et qu'il pouvait retourner à son travail. «J'ai découvert
plus tard que j'étais en quelque sorte obligé de me taire à onze heures du
matin,»

rappelle Pusztai. «Le directeur a tout pris en charge, tout le travail de relations
publiques, en commutant mon téléphone de mon bureau à son bureau et en
interceptant les fax et les courriels; à tel point que même notre fils n'a pas pu
nous contacter.

En attendant, le professeur James jouissait d'une popularité sans précédent.


«Il passait à la télévision toutes les dix minutes environ. Il a donné son
interprétation de la grandeur de ce travail - une énorme avancée scientifique.

Pusztai se souvient: «Il a essayé de traire chaque goutte de cette


publicité.» Le professeur James a même publié un communiqué de
presse ce matin-là sur les recherches de l'équipe, sans en discuter ni
vérifier avec Pusztai. Pour plus d'informations, dit-il, contactez le Dr
Phillip James.

«Il pensait que c'était une bonne chose et il allait être


mondialement connu pour cela», a déclaré Pusztai.
James avait des raisons d'avoir de grandes aspirations. Tony Blair, le Premier
ministre britannique, avait demandé à James de rédiger le plan d'une nouvelle
Food Standards Agency - une sorte de version britannique de la FDA américaine,
ne traitant que de la nourriture. Ce devait être une agence prestigieuse,
composée de 3 000 fonctionnaires. Et tout le monde supposait que le professeur
Phillip James, Ph.D., en serait le premier directeur - une nomination politique
importante.

Maintenant, il semblait que James avait l'intention d'ajouter une


autre plume à sa casquette et peut-être d'impressionner son futur
patron Tony Blair. James a donc réquisitionné la publicité et a
commencé à diffuser lui-même les informations sur la recherche
sur la pomme de terre.
Le problème était - il avait tort. Les informations qu'il a données à la
presse, écrites dans le communiqué et dont il a parlé à la télévision
étaient incorrectes.

Il n'avait pas pris la peine de vérifier ses faits avec Pusztai


ou aucun membre de son équipe.
Le plus critique parmi ses erreurs était le type de lectine que l'équipe de
recherche avait utilisé. Ils avaient conçu une pomme de terre pour
produire une lectine à partir de la plante perce-neige, appelée GNA,
connue pour être complètement inoffensive pour les rats et les humains.
Cependant, la lectine décrite par James était la «concanavaline A», un
immunosuppresseur toxique bien connu .
Son erreur a complètement induit le public en erreur. Si les rats
ont été endommagés par une pomme de terre expérimentale qui a
été génétiquement modifiée pour produire une toxine connue, et
alors? Les rapports de presse ont reconnu que c'est ce que
font les toxines - alors quel est le problème? La pomme de terre
n'était pas sur les tablettes des épiceries et ne le serait jamais.
Mais la lectine de Pusztai était inoffensive. L'erreur de James a donc évité le plus
gros problème - les dommages causés aux rats ne venaient pas de la lectine,
mais apparemment du même processus de génie génétique qui est utilisé pour
créer la nourriture GM que tout le monde mangeait déjà.

Lundi après-midi, Arpad et Susan ont compris que leurs téléphones avaient été
réacheminés pour que James puisse gérer lui-même la presse.
Et par l'émission de ce soir-là, ils ont réalisé que James avait alimenté la
presse avec la mauvaise histoire. Mardi, les scientifiques ont fait
plusieurs tentatives pour se rendre à James, pour lui dire qu'il donnait de
fausses informations à la presse. James a bloqué chaque tentative. Les
Pusztais ne pouvaient pas atteindre James et personne ne pouvait se
rendre aux Pusztais.
«Notre frustration augmentait à chaque heure», raconte Pusztai.
«Tout le temps, il diffusait ces communiqués de presse et
apparaissait à la télévision et nous pouvions voir qu'il parlait
beaucoup de bêtises. Ma femme a donc décidé de mettre fin à
cette stupide fausse information. Susan, avec l'aide de l'équipe, a
rédigé un résumé des faits réels concernant la recherche. Elle l'a
limité à deux pages. «Nous savions que s'il s'agissait d'un long
document, il ne le lirait jamais», dit Pusztai.
Ils ont finalement pu avoir une réunion avec James mardi à 15 heures. Même si
James n'a pas invité Arpad à la réunion, Arpad est allé avec Susan, leur
immunologiste de recherche, le chef de division et le directeur adjoint du bureau
de James. Susan tendit le résumé à James.

Tout le monde se tut alors que James lisait les deux pages.
Pusztai observa le désespoir sur le visage de James quand il
réalisa qu'il avait donné de mauvaises informations. Alors que
James terminait le résumé, il dit doucement: «C'est le pire jour de
ma vie.»
«À ce moment-là, nous avons tous convenu que notre directeur adjoint, qui était
très doué pour les mots, créerait une version beaucoup plus courte qui serait
publiée le lendemain matin, de sorte que la controverse reposerait sur une base
scientifique solide. C'est ainsi que nous nous sommes séparés du professeur
James. nous

devaient se réunir à nouveau le lendemain matin, le 12 », a rapporté


Pusztai.

Le lendemain, les Pusztais sont venus au travail encouragés par le fait que la
vérité allait enfin sortir. Lorsqu'ils ont été convoqués à une réunion, Arpad
Pusztai s'attendait à recevoir la version corrigée pour examen. Mais quand il
est entré dans la salle, toute la direction était réunie.

Le professeur James a parlé d'une manière très différente de


celle de la veille. En fait, les Pusztais ne l'avaient jamais
entendu parler de cette façon auparavant.
"Il a dit que je devais être suspendu, et ils auront un audit de toute l'affaire, puis
je serai obligé de prendre ma retraite", raconte Pusztai.

«Et ma retraite ne dépendait pas de ce que l’audit a révélé.»


L'Institut a bloqué les ordinateurs de l'équipe et confisqué toutes les notes de
recherche, les données et tout ce qui concernait les expériences sur les OGM.

La recherche a été immédiatement arrêtée et l'équipe démantelée.


«C'était un changement tellement brutal dans son attitude», dit Pusztai. «Nous
nous séparons avant cinq heures de l'après-midi mardi et mercredi matin, à
l'improviste, j'ai été suspendu. Cela venait de quelqu'un qui pendant deux jours
traitait chaque once de l'effort de relations publiques, ce qui semblait à l'époque
être bénéfique pour lui et pour l'Institut.

Quelque chose d'extrêmement grave a dû se produire pour expliquer son virage


très soudain et de presque 180 degrés dans son opinion et ses déclarations.

Pusztai n'est pas sûr de ce qui a provoqué ce changement chez le professeur


James, mais il a quelques idées. «Il était fort probable qu'il ait eu une certaine
ingérence politique.» Dans ses interviews et ses publications au cours des deux
jours précédents, James applaudissait les recherches qui ont finalement critiqué
la manière dont les aliments GM sur les étagères avaient été testés. Il suggérait
également que davantage de recherches devaient être menées
(vraisemblablement à son Rowett Institute). Mais, souligne Pusztai, «ce n'est un
secret pour personne que le gouvernement britannique, en particulier

Tony Blair, est un partisan de l'industrie biotechnologique. » La théorie de


Pusztai était que James - le principal candidat de Blair à la tête d’un
grand bureau gouvernemental - «l’a soudainement fait sauter. Parce que
pendant deux jours, il a préconisé quelque chose qui n'était pas la
politique du gouvernement.
«Il y a des rapports qui ne sont pas vérifiés», dit Pusztai, «qu'il y a eu deux
appels téléphoniques en fin d'après-midi le onzième depuis Downing
Street, du bureau du Premier ministre», transmis par la réceptionniste de
l'Institut. (Selon la presse britannique, Tony Blair lui-même avait reçu des
appels téléphoniques de Bill Clinton, qui comptait sur Blair pour accroître
son soutien aux aliments génétiquement modifiés.) [5]
Que ce soit une directive du Premier ministre ou une autre secousse
qui a incité James à faire volte-face, la suspension de Pusztai était
clairement une opportunité pour James de protéger sa crédibilité. S'il
avait publié le rapport corrigé et admis qu'il donnait de fausses
informations, sa réputation aurait été gravement endommagée.

Les flèches volent, pas de défense


La presse était vorace. «Les hommes des journaux et les journalistes se
couchaient presque pendant le trajet à la maison», dit Pusztai. «Je ne
pouvais pas sortir de la maison parce que nous étions assiégés par des
journalistes. La télévision allemande a donné des mises à jour toutes les
heures sur les événements. J'ai été absolument époustouflé par toute
l'entreprise. Je savais que ce que je disais n'était pas facilement accepté.
Mais la réaction a été absolument écrasante.
Mais bientôt, Pusztai a reçu deux lettres de menaces du professeur James,
datées des 18 et 20 août, qui ont finalement empêché la presse de se présenter
à la porte des Pusztais. «Le directeur a invoqué mon contrat qui avait une
interdiction pour moi.» Pusztai a expliqué qu'il «ne pouvait rien dire à personne
sans l'autorisation écrite du directeur».

Pusztai était bien conscient des sommes importantes qui allaient


à l'Institut sous forme de subventions et de contrats de recherche.
Si James affirmait que l'Institut Rowett avait perdu un projet en
raison des déclarations de Pusztai, il pourrait poursuivre Pusztai
pour un montant substantiel.
«Si je dis quoi que ce soit à un média ou à n'importe qui en fait, je
serais traduit en justice et l'Institut me demanderait des
dommages-intérêts substantiels parce que j'ai agi contre leurs
intérêts.»
«Maintenant, je n'étais pas un très jeune homme», dit Pusztai. «J'étais à
la fin de ma carrière. J'ai été suspendu. J'avais des économies et ma
maison, que j'avais travaillé toute ma vie. Je n'étais donc pas un homme
riche, et vous savez combien il est coûteux de se lancer dans un litige.
J'ai décidé de me taire. Sa femme, également sous contrat avec le
Rowett Institute, a également été réduite au silence.
Avec les deux Pusztais sous son ordre de bâillon, la
machine de relations publiques de l'Institut a vraiment
démarré. Ils ont publié une série de communiqués de
presse, parfois contradictoires, mais tous destinés à
discréditer Pusztai et ses résultats.
La raison formelle invoquée pour la suspension du Dr Pusztai était qu'il
avait annoncé publiquement les résultats de ses recherches avant qu'ils
n'aient été examinés par d'autres scientifiques, comme l'exige l'Institut
Rowett. La presse n'a cependant pas été informée que le réalisateur
James avait donné avec enthousiasme la permission à Pusztai de parler
à la presse et avait même appelé son domicile après le spectacle pour lui
exprimer ses félicitations. De plus, l'enregistrement de l'émission avait eu
lieu sept semaines avant sa diffusion. Si le réalisateur avait eu des doutes
sur la diffusion de l'émission, il avait sept semaines pour l'annuler.

Des communiqués de presse publiés par l'Institut Rowett ont déclaré que
les résultats rapportés par le Dr Pusztai étaient trompeurs parce qu'il
avait mélangé les résultats de différentes études. D'autres déclarations
ont tenté de brosser un portrait de lui comme un vieil homme sénile et
confus ou comme «confus» et «au bord de l'effondrement». James a
décrit Pusztai comme «absolument mortifié. Il lève les mains et s'excuse.
[6]

D'autres déclarations encore affirmaient que la recherche n'avait pas du tout été
effectuée sur des pommes de terre génétiquement modifiées, mais sur un
mélange de pommes de terre naturelles et de lectine.

Ils ont également indiqué que la qualité de la recherche du Dr Pusztai était


déficiente

et a affirmé que les pommes de terre génétiquement modifiées n'étaient pas


destinées à être utilisées comme aliments.

Un article de novembre dans la publication de l'Institut par le directeur général


de l'Institut de biologie est allé encore plus loin. Il a allégué que Pusztai avait
fabriqué des découvertes, "un point de vue auquel il semble être venu",
s'exclame Pusztai, "entièrement en l'absence de voir aucune de mes données
de travail." [7]

«L'Institut pensait pouvoir s'en tirer avec un meurtre bleu parce qu'il savait
que je ne pouvais pas répondre», dit Pusztai. Les mensonges incontestés
sur ses «erreurs» ont été envoyés partout dans le monde et les gens ont
été amenés à croire qu'il n'y avait aucune base scientifique pour son
avertissement sur les aliments génétiquement modifiés. Le Times a écrit
un article «L'alerte de pomme de terre du scientifique était fausse, admet
le laboratoire.» [8] Un autre titre du Scottish Daily Record et du Sunday
Mail disait: «L'erreur du monstre du docteur». [9] La crédibilité et la
réputation de Pusztai ont été ruinées.
James n'a pas agi seul. Il a sélectionné un panel de scientifiques pour mener un
audit des travaux de Pusztai. Il était assez révélateur de constater que les
scientifiques qu'il avait sélectionnés n'étaient pas des nutritionnistes en activité.
«Qu'un institut de nutrition sélectionne des non-nutritionnistes pour faire cet audit
est tout à fait incroyable», dit Pusztai. De plus, le groupe spécial n'a pas reçu les
données complètes, a effectué son examen complet en moins d'un jour et n'a pas
du tout consulté Pusztai.

Un résumé de leur rapport d'audit a été publié le 28 octobre. Il a


affirmé qu'il y avait des lacunes importantes dans l'étude de
Pusztai. Le rapport d'audit complet, cependant, n'a jamais été
rendu public. Pour éviter les fuites, seulement dix copies ont été
imprimées. Même le président du comité qui a produit le rapport
n'en a pas reçu de copie.
Échappatoire
Pendant toute cette période, Pusztai a reçu des demandes de chercheurs
chevronnés de toute l'Europe. Ils avaient collaboré avec lui pendant des
années et n'étaient pas dupes des rapports de faute professionnelle et de
sénilité. Ils voulaient connaître la vérité. Avec la menace d'un procès par le
Rowett sur sa tête, cependant, Pusztai ne pouvait pas leur dire ce qu'il
savait.

Mais ensuite Pusztai a découvert une faille juridique. Le contrat


avec l'Institut Rowett ne l'empêchait pas de partager des
recherches non publiées avec d'autres scientifiques. L'échange
d'informations est une tradition établie de longue date dans les
cercles scientifiques. Pusztai pourrait, en théorie, partager ses
données avec ces meilleurs scientifiques, à condition qu'elles ne
soient pas publiées.
Mais un obstacle majeur demeure. «Ils avaient confisqué nos données», dit
Pusztai. «Je n'ai pas pu utiliser mon souvenir car la science est très précise.

Si je dis quelque chose sur la base de mes souvenirs qui, plus


tard, s'avèrent ne pas être absolument corrects, je serais
vraiment détruit.
Fin novembre, il a eu une pause. En réponse à ce qui était devenu une
énorme controverse médiatique, le Parlement britannique a demandé à
James d'envoyer ses preuves contre Pusztai pour évaluation et de
témoigner devant un comité de la Chambre des Lords. James s'est rendu
compte que Pusztai serait probablement invité à se défendre et aurait
besoin de ses données. James a également rappelé que le contrat de
l'Institut avec les employés stipulait que lorsqu'un audit a lieu, l '«accusé»
a le droit légal de répondre aux conclusions de l'audit - toujours avec des
données en main. L'Institut a envoyé à contrecœur à Pusztai une partie,
mais pas la totalité, de ses données confisquées.

Pusztai pouvait désormais répondre aux demandes de ses


collègues scientifiques. Il leur a envoyé la conception et les
résultats de la recherche, une copie du rapport d'audit de Rowett et
sa réponse. Les données étaient convaincantes. À tel point que
vingt-trois de ces scientifiques de treize pays ont choisi de former
leur propre panel indépendant pour mener un examen formel par
les pairs et envoyer leur rapport au Parlement britannique.
Le panel a analysé les données de Pusztai et le rapport de Rowett. Les vingt-trois
scientifiques ont publié un mémorandum le 12 février 1999, accusant le rapport
de Rowett de ne sélectionner et d'interpréter que les résultats qui réfuteraient les
conclusions de Pusztai, tout en ignorant sélectivement les données plus
pertinentes. Malgré ce biais, le panel indépendant a déclaré que les données
analysées dans le rapport d'audit "montraient néanmoins très clairement que la
pomme de terre GNA transgénique avait des effets significatifs sur la fonction
immunitaire et cela suffit à justifier entièrement les déclarations du Dr Pusztai."
Ils
a déclaré en outre que les données du rapport d'audit combinées
aux documents du Dr Pusztai seraient en fait susceptibles d'être
publiées dans une revue à comité de lecture. Le rapport a déclaré
que «bien que certains des résultats soient préliminaires, ils sont
suffisants pour disculper le Dr Pusztai en montrant que la
consommation de pommes de terre [GM] par les rats entraînait
des différences significatives dans le poids des organes et une
diminution de la réactivité [immunitaire] des lymphocytes par
rapport aux commandes. » [dix]
Le groupe de scientifiques a également appelé à un
moratoire sur la vente de cultures génétiquement
modifiées.
La controverse a été relancée en force. Un rapport publié deux jours plus tard a
révélé le fait que Monsanto avait donné 140000 £ à l'Institut Rowett avant l'
explosion, ajoutant encore plus de carburant à l'incendie des médias.
Sous la pression intense d'un scandale très médiatisé, le Parlement a
invité Pusztai à présenter des preuves devant le Comité des sciences et
de la technologie de la Chambre des communes. La demande du
Parlement a annulé le contrat Rowett - James a été forcé de libérer le
bâillon. C'était le 16 février; le jour où les Pusztais ont accueilli à
l'improviste trente membres de la presse dans leur salon.
La bataille pour l'opinion publique
Alors que les médias européens étaient avides d'articles controversés
sur les aliments génétiquement modifiés, la grande presse américaine ne
les avait présentés que deux fois. Le 25 octobre 1998, un article de
couverture dans le New York Times Sunday Magazine a présenté la
pomme de terre Bt produisant des pesticides et comment elle a traversé
les bureaucraties de la FDA et de l'EPA sur le marché sans tests de
sécurité approfondis. Un important réseau de nouvelles a publié un
article sur les aliments génétiquement modifiés la semaine suivante,
mais il n'y a rien eu pendant des mois.
Au Royaume-Uni et dans certaines parties de l'Europe occidentale, cependant,
des rapports importants ont conduit à un mépris croissant du public pour les
aliments génétiquement modifiés. Un rapport publié en octobre 1998 par le
sondeur Stan Greenberg pour Monsanto a déclaré: «La dernière enquête montre
un effondrement continu du soutien public à la biotechnologie et aux aliments
génétiquement modifiés. Greenberg, qui avait également mené des sondages
d'opinion pour
Le président Clinton, Tony Blair et le chancelier allemand Gerhard Schroeder ont
écrit: «À chaque étape de ce projet, nous continuons à penser que nous avons eu
le point bas et que l'opinion publique se stabilisera, mais nous n'avons
apparemment pas atteint ce point. . . . Les sentiments négatifs sont passés de
38% il y a un an à 44% en mai à 51% aujourd'hui. Un tiers du public est désormais
extrêmement négatif, en hausse de 20%. » Lorsque la presse a finalement entendu
la vérité sur la recherche sur la pomme de terre directement de Pusztai, leurs
rapports étaient destinés à pousser ce chiffre encore plus haut. [11]

Les médias sont devenus fous. Cette troisième semaine de février 1999, plus de
1 900 pouces de colonne ont été publiés sur le génie génétique. Un éditorial a
déclaré: «En une semaine, le spectre d'une alerte alimentaire est devenu un
guerre à grande échelle. [12] Pendant le mois de février, la presse
britannique a craché plus de 700 articles sur les OGM. [13] Un
chroniqueur de New Statesman a écrit: «La controverse GM a divisé la
société en deux blocs en guerre. Tous ceux qui considèrent les aliments
génétiquement modifiés comme une perspective effrayante - les «
aliments Frankenstein» - sont opposés aux défenseurs. [14]

Parmi les défenseurs se trouvait la Royal Society, une organisation qui


comprenait de nombreux scientifiques qui considéraient l'attaque contre les
aliments génétiquement modifiés comme une menace pour leur propre
financement et leurs moyens de subsistance. Le 23 février, dix-neuf boursiers de
la Société ont publié une lettre dans le Daily Telegraph et le Guardian critiquant
les chercheurs qui «ont déclenché la crise des aliments génétiquement modifiés
en publiant des résultats qui n'avaient pas été soumis à un examen par les pairs.

Deux semaines plus tard, lorsque Pusztai et James ont


témoigné devant le comité de la Chambre des communes,
James a également dénoncé Pusztai pour avoir discuté de
recherches non publiées. Mais un député, le Dr Williams, l'a
défié:
«Il y a un vrai problème pour nous ici, et c'est que vous dites qu'il n'est pas juste de
discuter de travaux non publiés; si je comprends bien, tous les éléments de preuve
recueillis par le comité consultatif [qui approuve les aliments génétiquement
modifiés destinés à la consommation humaine] proviennent des sociétés
commerciales, tout cela n'est pas publié. Ce n'est pas démocratique, n'est-ce pas?
Nous ne pouvons pas discuter des preuves parce qu'elles ne sont pas publiées; il
n'y a aucune preuve publiée. Alors on laisse

complètement au comité consultatif et à ses bons membres de prendre


toutes ces décisions en notre nom, là où toutes les preuves proviennent,
simplement, de bonne foi, des sociétés commerciales? Il y a ici un déficit
démocratique creux, n'est-ce pas? Le député a ajouté: "Comment le grand
public peut-il décider de la sécurité des aliments GM alors que rien n'est
publié sur la sécurité des aliments GM?" [15]
Bien que le parti au pouvoir au Parlement était plutôt pro-OGM, les membres du
Comité ont également confronté James pour avoir publié des déclarations
publiques sur des recherches dont il ignorait tout et pour avoir mal décrit la
lectine utilisée dans la recherche. Pusztai a été en outre racheté lorsque James a
admis qu'il n'avait jamais soupçonné Pusztai de toute faute ou fraude.

En avril 1999, l'industrie alimentaire britannique a cédé à la pression des


consommateurs. Unilever, le plus grand fabricant de produits alimentaires
d'Angleterre, a annoncé qu'il supprimerait les ingrédients génétiquement
modifiés de ses produits vendus en Europe.
"L'annonce a déclenché une ruée d'une semaine par des entreprises de premier
plan, toutes connues", a rapporté l'Independent. [16] Nestlé a fait son annonce le
jour suivant, tout comme les grandes chaînes de supermarchés dont Tesco,
Sainsbury, Safeway, Asda et Somerfield. McDonalds et Burger King se sont
également engagés à supprimer le soja et le maïs génétiquement modifiés de
leurs ingrédients dans les magasins européens. En fin de compte, aucun grand
détaillant n'est resté debout dans le camp des OGM. Ils finiraient par dépenser
des millions pour s'approvisionner en maïs, soja et leurs dérivés
non génétiquement modifiés , ou reformuler leurs recettes, supprimant
complètement les produits de maïs et de soja.

(L'Union européenne a adopté une loi exigeant que les aliments


contenant des ingrédients contenant plus de 1% d'OGM soient
étiquetés. La plupart des producteurs européens ont éliminé les
ingrédients génétiquement modifiés afin d'éviter l'étiquette. Le 2
juillet 2003, le Parlement européen a voté pour abaisser la seuil
d'étiquetage à 0,9%.)
La science dans l'intérêt de l'entreprise
Avec des milliards en jeu, l'industrie biotechnologique était désespérée de
contenir la rébellion alimentaire anti-OGM . Ils avaient besoin de faire quelque
chose et vite. Mais le

les entreprises, en particulier Monsanto, ne semblaient pas


pouvoir se défendre directement. «Tout le monde ici nous
déteste», a admis Dan Verakis, le principal porte-parole européen
de Monsanto. Il a été mis en lumière par The Observer dans un
article du 21 février intitulé: «Food Furor: The Man with the Porst
Job in Britain». [17]
En effet, Norman Baker, député libéral démocrate, a déclaré à la Chambre des
communes en mars que Monsanto était «l'ennemi public numéro un». Baker a
déclaré: «Ils insistent pour contrecarrer le choix des consommateurs, faire sauter
les gouvernements élus au bulldozer et imposer leurs produits misérables à la
population mondiale.» Il a exigé que les activités de la société soient réduites. [18]

Monsanto et l'industrie devaient évidemment travailler par l'intermédiaire d'


intermédiaires. Et selon le document divulgué par le sondeur Greenberg, ils
avaient des amis haut placés. Le rapport a révélé que la stratégie de Monsanto
était de gagner «une élite socio-économique » composée de députés et de
«hauts fonctionnaires». [19]

Il s'avère que l'animosité de Norman Baker envers Monsanto n'était pas


partagée par les dirigeants du parti travailliste au pouvoir. Selon un
rapport publié en février 1998 dans le Globe and Mail, depuis que le parti
travailliste a pris ses fonctions l'année précédente, «des représentants du
gouvernement et des ministres ont rencontré quatre-vingt et une fois des
entreprises impliquées dans les aliments génétiquement modifiés
(vingt-trois avec Monsanto uniquement). Les efforts des entreprises ont
porté leurs fruits.
«Plus de 22 millions de dollars ont été consacrés à l'aide aux entreprises
britanniques de biotechnologie» [20], et les dirigeants du gouvernement
s'étaient résolument montrés favorables à la biotechnologie.

Mais maintenant, ces mêmes dirigeants étaient en difficulté. Leurs électeurs


étaient devenus majoritairement anti-biotechnologiques. Selon le propre sondage
du ministre, seuls 35% des Britanniques font confiance au «gouvernement pour
prendre des décisions en matière de biotechnologie en leur nom». Les gens ne
pensaient pas que leur gouvernement «fournirait des informations honnêtes et
équilibrées sur les développements biologiques et leurs réglementations». Et
seulement 1% du public pensait que les aliments génétiquement modifiés
«étaient bons pour la société». [21]

La crédibilité du gouvernement sur la question avait subi des revers répétés. Par
exemple, malgré ses affirmations selon lesquelles les aliments génétiquement
modifiés étaient absolument sûrs, un rapport divulgué au début de l'année a
montré que le gouvernement n'était pas tout à fait sûr. Le Comité consultatif sur
les aliments et procédés nouveaux (ACNFP) s'était entretenu en secret avec des
dirigeants de supermarchés qui avaient accès aux registres d'achat de produits
alimentaires d'environ 30 millions de clients qui utilisaient des «cartes de fidélité»
de supermarché. Le comité a voulu croiser les dossiers d'achat avec les bases de
données sur la santé pour voir si ceux qui consommaient des aliments
génétiquement modifiés étaient plus susceptibles de tomber malades.

«L'étude rechercherait spécifiquement une augmentation des allergies


infantiles, du cancer, des malformations congénitales et des hospitalisations.»
[22] Lorsque le rapport a été divulgué, le gouvernement embarrassé a retiré ses

plans de surveillance.

À présent, les dirigeants du gouvernement préparaient une initiative pour regagner


la confiance du public dans les aliments génétiquement modifiés. Selon un
document privé divulgué obtenu par l'Independent dimanche, le ministre de la
Santé, le ministre de l'Environnement et le ministre de la Sécurité alimentaire se
sont rencontrés le 10 mai et ont préparé «une stratégie étonnamment détaillée
pour la filature et la mobilisation du soutien pour» les aliments génétiquement
modifiés. «L'une des principales préoccupations [des] ministres», indique le
rapport, «était de vider les recherches du Dr Arpad Pusztai.»

Les ministres savaient d'une manière ou d'une autre à l'avance que trois rapports
pro-biotechnologie attendus en mai - par la Royal Society, le Comité de la Chambre
des communes et l' ACNFP - attaqueraient tous Pusztai. Les ministres ont donc
prévu de faire dénoncer davantage ses travaux par des scientifiques
pro-biotechnologies lors de la publication des rapports. Les scientifiques,
soigneusement sélectionnés par le Bureau de la science et de la technologie,
profiteraient également de l'occasion pour «suivre les messages clés du
gouvernement», dont l'un était de convaincre le public «que l'industrie devrait avoir
le temps de se développer et de démontrer les avantages possibles des OGM. des
produits." Selon l'Independent on Sunday, nombre de ces soi-disant experts
«indépendants», que les ministres voulaient «disponibles pour des interviews
diffusées et pour rédiger des articles», [23] ont commodément «acquis leur
expertise dans la rémunération - directe ou indirecte - de les [entreprises de
biotechnologie]. » [24]

En outre, les ministres eux-mêmes ont décidé de faire de nombreux médias

apparences, pour «parler d’une seule voix» directement au peuple. Le ministre de


la Santé s'est porté volontaire pour écrire un article qui serait publié au nom du
Premier ministre. «Un système de réfutation instantanée devait être mis en place
pour contrer la réaction des« militants et autres groupes de pression ».» Et les
ministres devaient demander l'approbation de la Royal Society et d'autres, ce qui,
selon le document, «nous aidera à dire un belle histoire." [23]
Tout a commencé avec les trois rapports pro-biotech et anti-Pusztai qui devaient
sortir la même semaine, suivis immédiatement par l'annonce par les ministres
de nouveaux programmes liés aux aliments génétiquement modifiés et d'un blitz
médiatique de haut niveau. Il fallait une semaine pour regagner la confiance des
consommateurs.

L'un des rapports à rendre public provenait du comité de la


Chambre des communes qui avait entendu les témoignages de
Pusztai et James. Pusztai était convaincu qu'ils le défendraient.
Bien que lors de son témoignage, pour une raison quelconque, les députés
n'aient pas permis à Pusztai d'entrer dans les détails scientifiques de son cas, il
leur avait donné les faits dans un document qu'il avait soigneusement préparé
le mois précédent.

Mais lorsque le rapport est sorti, il a sélectivement omis ou déformé une grande
partie de son témoignage, «volant directement en face de ce qui a réellement été
dit». [7] En effet, même une comparaison superficielle entre la transcription
publique du témoignage et le rapport du comité révèle des disparités
substantielles. Il était également clair pour Pusztai qu'ils n'avaient même pas lu
son document. Les observateurs ont interprété le rapport du Comité comme la
tentative du gouvernement de protéger la réputation des aliments génétiquement
modifiés, tout en sacrifiant la réputation de Pusztai.

«C'était la goutte d'eau», a avoué Pusztai. Lorsqu'il avait échappé à la


Hongrie communiste dans sa jeunesse, il a choisi de s'installer au
Royaume-Uni, estimant que les gens étaient tolérants et que le système
était juste. Mais le jour où il a lu le rapport de la plus haute autorité du
pays, il a déclaré: «Ma croyance dans le processus démocratique était
totalement anéantie.
Comme les ministres l'avaient prédit, Pusztai a reçu une rebuffade similaire de la
Royal Society. La Société avait supposément entrepris un examen par les pairs
de l'étude de Pusztai. Bien que la Société ne procède pas à des
évaluations par les pairs - non
un dans leur histoire de 350 ans - ils ont fait une exception.
Le problème était qu'ils n'avaient pas de données complètes. Ils ont
également refusé de rencontrer Pusztai ou de révéler les noms et les
qualifications des scientifiques qui ont mené l'examen. Sans surprise, leur
comité anonyme a déclaré que le travail de Pusztai était «défectueux». [25]

(C'est également à cette époque que Pusztai a souffert d'une autre


indig-nité - sa maison a été cambriolée et beaucoup de ses papiers
ont été emportés. Peu de temps après, la caméra de sécurité de
l'Institut Rowett a révélé qu'un cambrioleur est entré par effraction
dans l'ancien bureau de Pusztai, et un cambrioleur a été surpris par
effraction dans la maison de Stanley Ewen, un collègue
sympathique qui suivait le travail de Pusztai.)

Après la publication des rapports, les ministres et leurs


Des scientifiques «indépendants» triés sur le volet ont fait leur
tournée dans les médias britanniques. Mais la semaine destinée à
regagner la confiance du public dans les aliments génétiquement
modifiés ne s'est pas déroulée comme prévu.
Selon le sondage des ministres, le public fait beaucoup plus
confiance aux médecins qu'à leur gouvernement. Les ministres
n'étaient donc pas très heureux lorsque la British Medical
Association, la même semaine, "a appelé à un moratoire sur la
plantation commerciale de cultures GM" et "a averti que ces
aliments et cultures pourraient avoir un effet cumulatif et
irréversible sur l'environnement et la chaîne alimentaire." [21] Cette
semaine-là également, il a été révélé que Sir Robert May, le
conseiller scientifique en chef du gouvernement, a déclaré que «les
cultures GM actuellement testées ne devraient pas être
approuvées pour une utilisation commerciale avant au moins
2003.» [24]
Cette semaine-là également, l'une des principales revues médicales du monde,
The Lancet, a décrit la condamnation sans précédent du Dr Pusztai par la Royal
Society comme «un geste d'une impertinence à couper le souffle envers les
scientifiques de l'Institut Rowett qui ne devraient être jugés que sur la publication
complète et finale de leur travail." L'éditorial a également déclaré: «Il est étonnant
que la Food and Drug Administration des États-Unis n'ait pas changé sa position
sur les aliments génétiquement modifiés adoptée en 1992», qui déclare qu'elle ne
pense pas qu'il est «nécessaire de

mener des examens scientifiques complets des aliments dérivés de plantes bio-
conçues. » The Lancet a déclaré: «Cette position est prise malgré de bonnes
raisons de croire que des risques spécifiques peuvent exister. . . . Les
gouvernements n'auraient jamais dû autoriser ces produits dans la chaîne
alimentaire sans insister sur des tests rigoureux des effets sur la santé. Les
entreprises auraient dû accorder une plus grande attention aux risques
potentiels pour la santé. » Ils ont ajouté: «La population des États-Unis, où
jusqu'à 60 pour cent des aliments transformés contiennent des ingrédients
génétiquement modifiés, ne semble pas encore préoccupée.»

Des chercheurs de l'Université Cornell ont annoncé la même semaine que les
papillons monarques sont morts lorsqu'ils sont entrés en contact avec du pollen
de maïs conçu pour créer son propre pesticide. C'était «la première preuve claire
que ces cultures constituent une menace pour la faune». Cette nouvelle a brisé le
quasi-boycott de la couverture de la question des OGM par la presse américaine.
[24]

Bien que les principaux médias aient évité de parler des


problèmes de sécurité des aliments génétiquement
modifiés, lorsque le papillon semblait être attaqué, la presse
s'est précipitée à son secours avec des mois d'attention.
Et finalement cette semaine-là, l'Independent dimanche a dévoilé l'histoire des
plans médiatiques secrets des ministres, qui ont été décrits comme «la
description la plus accablante à ce jour, des objectifs des ministres dans la
controverse». Le journal décrit les actions du gouvernement comme un «exercice
cynique de relations publiques», visant à «sauver les visages des ministres». [23]

L'article disait également: «Le gouvernement a déjà été attaqué pour avoir
tenté de faire connaître des scientifiques sympathiques dans les médias.»
Pour la défense, à peine une semaine plus tôt, le ministre de l'Agriculture,
Jack Cunningham, avait assuré au journal qu '"il n'y a pas d' exercice de
spin-doctorat avec les scientifiques" et aucune tentative de les recruter
pour "se joindre à une campagne médiatique du gouvernement".
Nonobstant ses assurances, le document décrivait désormais «des
réunions secrètes au cours desquelles les ministres tentent de détourner
le problème, allant même jusqu'à essayer de déterminer quel scientifique«
indépendant »figurait dans le programme Today pour soutenir la ligne du
gouvernement.» [24] Le document a conclu, «c'est l'admission la plus
audacieuse à ce jour que [le gouvernement] tente de coopter [les
scientifiques] dans le cadre de sa stratégie de relations publiques.

La Royal Society se bat


Dans les mois à venir, la Royal Society a repris là où les ministres
s'étaient arrêtés. Selon le Guardian, ils ont créé leur division de la
politique scientifique dans «ce qui semble être une unité de réfutation».
Son objectif «est de modeler l'opinion scientifique et publique avec une
ligne pro-biotechnologique » et de «contrer les scientifiques et les
groupes environnementaux opposés». L'une de ses fonctions consiste à
maintenir «une base de données de boursiers de la Royal Society
partageant les mêmes idées, qui sont quotidiennement mis à jour par e-
mail sur les problèmes de GM».
Rebecca Bowden, qui avait coordonné l'examen critique par
les pairs de Pusztai, a dirigé la division. Bowden avait
auparavant travaillé dans le bureau du gouvernement qui
réglementait les OGM.
Maintenant, à l'automne 1999, son unité de réfutation est entrée en action
lorsqu'elle a appris que le Lancet envisageait de publier les recherches de
Pusztai et avait déjà fait circuler l'article à six scientifiques pour examen par les
pairs.

Richard Horton, rédacteur en chef du Lancet, a déclaré au


Guardian: «Il y avait une pression intense sur le Lancet de tous les
côtés, y compris la Royal Society, pour supprimer la publication.
Le document a passé l'examen par les pairs et devait paraître le 15
octobre 1999. Le 13 octobre, Horton a reçu un appel d'un membre senior
de la Royal Society. Selon le Guardian, Horton, «a déclaré que l'appel
téléphonique avait commencé de manière« très agressive ». Il a dit qu'il
était qualifié d '«immoral» et accusé d'avoir publié l'article du Dr Pusztai
qu'il «savait être faux». Vers la fin de l'appel, le Dr Horton a déclaré que
l'appelant lui avait dit que s'il publiait le journal de Pusztai, cela «aurait
des implications pour sa position personnelle» en tant que rédacteur en
chef.
Bien que Horton ait refusé de nommer l'appelant, le Guardian «l'a identifié
comme étant Peter Lachmann, l'ancien vice-président et secrétaire biologique de
la Royal Society et président de l'Académie des sciences médicales.

Lachmann avait été l'un des dix - neuf cosignataires de la lettre ouverte de la
Royal Society attaquant Pusztai. Il avait également des liens financiers étendus
avec le
industrie biotechnologique: selon le Guardian, Lachmann avait consulté la société
qui commercialise «la technologie de clonage animal derrière Dolly le mouton»,
dirige une autre société de biotechnologie et «est également membre du conseil
scientifique du géant pharmaceutique SmithKline Beecham , qui investit
massivement dans la biotechnologie. » [25]

Malgré ses menaces, le Lancet a poursuivi sa publication.

Finalement . . . Les études de suivi ne sont toujours pas


terminées
Beaucoup d'énergie était dépensée pour attaquer et défendre les points de
vue.

Très peu d'énergie a été dépensée pour les tests de sécurité.


Il aurait été assez simple de mener une étude de suivi sur les recherches de
Pusztai pour savoir, par exemple, si l'un des produits génétiquement modifiés
que nous mangeons crée des problèmes similaires d'organes ou de système
immunitaire. Mais, ayant vu ce qui était arrivé à Pusztai, personne n'était
disposé à y aller.

Le gouvernement britannique ne l'était clairement pas. Selon un observateur du


Natural Law Party du Royaume-Uni, la raison pour laquelle le gouvernement avait
mandaté l'équipe de recherche du Rowett Institute «en premier lieu était qu'il était
convaincu qu'il aboutirait à un résultat favorable en ce qui concerne la sécurité du
Pommes de terre GM. » Lorsque Pusztai a découvert pour la première fois les
problèmes de santé de ses rats, avant même son apparition à la télévision, il a
demandé un financement gouvernemental supplémentaire pour identifier sa
source.

Mais le gouvernement ne voulait rien avoir à faire avec cela.


En fait, après la découverte inattendue de Pusztai, le
gouvernement britannique a mis fin à tout financement des
tests de sécurité. [27]
L'étude de Pusztai sur la pomme de terre, ainsi que son article antérieur sur les
pois GM expérimentaux, restent donc les deux seules études d'alimentation
indépendantes évaluées par des pairs publiées sur la sécurité des aliments GM.
Au début de 2003, il n'existait que huit autres études sur l'alimentation publiées
évaluées par des pairs , toutes financées directement ou indirectement par les
sociétés de biotechnologie.

L'un d'entre eux, qui a été utilisé par l'industrie biotechnologique comme
principale validation scientifique des allégations de sécurité, a étudié le soja GM
appelé Roundup Ready ® *. Ce soja est conçu pour résister aux effets
normalement mortels de l'herbicide de Monsanto appelé Roundup® *. En utilisant
ces cultures tolérantes aux herbicides , un agriculteur peut pulvériser son champ
plusieurs fois au cours de la saison de croissance, ce qui facilite le désherbage.
Roundup, qui est le nom de marque de Monsanto pour le glyphosate, est
l'herbicide le plus vendu au monde. Son brevet devait expirer en 2000. Pour éviter
une énorme perte de part de marché, Monsanto a introduit les cultures Roundup
Ready. Désormais, lorsque les agriculteurs achètent les semences GM, ils signent
un contrat les obligeant à n'utiliser que la marque Monsanto ou l'un de leurs
titulaires de licence.

* Roundup Ready® et Roundup® sont des marques


déposées de Monsanto Company.
En 1996, les scientifiques de Monsanto ont publié une étude sur l'alimentation
qui prétendait tester l'effet de leur soja sur les rats, les poissons-chats, les
poulets et les vaches.

Mais, dit Pusztai, «Il était évident que l'étude avait été conçue pour éviter de
trouver des problèmes. Tout le monde dans notre consortium le savait.

Par exemple, les chercheurs ont testé le soja GM sur des animaux
matures, pas sur des jeunes. Les jeunes animaux utilisent des protéines
pour construire leurs muscles, leurs tissus et leurs organes. Les
problèmes avec les aliments génétiquement modifiés pourraient donc
apparaître dans les organes et le poids corporel - comme cela s'est
produit avec les jeunes rats adolescents de Pusztai. Mais les animaux
adultes utilisent la protéine pour le renouvellement des tissus et l'énergie.
«Avec une étude nutritionnelle sur des animaux matures», dit
Pusztai, «vous ne verriez jamais de différence dans le poids
des organes, même si la nourriture se révélait anti-
nutritionnelle. Les animaux devraient être émaciés ou
empoisonnés pour montrer quoi que ce soit.
Mais même s'il y avait un problème de développement d'organes, l'étude ne
l'aurait pas détecté. C'est parce que les chercheurs n'ont même pas pesé les
organes, "ils les ont juste regardés, ce qu'ils appellent" les yeux ", dit Pusztai. «J'ai
dû faire des milliers d' autopsies, donc je sais que même s'il y a une différence de
poids des organes allant jusqu'à 25%, vous ne

le voir. " [3]


Plus troublant encore, dans un test d'alimentation censé détecter les
effets du soja génétiquement modifié, dans l'un des essais, les
chercheurs n'ont substitué qu'un dixième de la protéine naturelle à la
protéine de soja génétiquement modifiée. [3] Dans deux autres, ils ont
dilué leur soja génétiquement modifié six et douze fois. Les scientifiques
Ian Pryme de Norvège et Rolf Lembcke du Danemark ont écrit que «le
niveau de soja GM était trop bas et garantirait probablement qu'aucun
effet GM indésirable ne se produise».
Pryme et Lembcke, qui ont publié un article dans Nutrition and Health qui
analysait toutes les études d'alimentation évaluées par des pairs sur les aliments
génétiquement modifiés, ont également souligné que le pourcentage de protéines
dans l'aliment utilisé dans l'étude Roundup Ready était «artificiellement trop
élevé». Cela "masquerait presque certainement, ou du moins réduirait
efficacement, tout effet possible du [soja GM]." Ils ont conclu: «Il est donc très
probable que tous les effets des OGM auraient été dilués.» [29]

Le journal de Monsanto n'était «pas vraiment à la hauteur des normes normales


des revues», dit Pusztai, qui avait publié plusieurs études dans ce même journal
de nutrition. En plus de ses défauts de conception, l'article ne décrivait même
pas la composition exacte de l'alimentation utilisée dans les essais d'
alimentation - normalement une exigence importante du journal. «Aucune
donnée n'a été donnée pour la plupart des paramètres», selon Pryme et
Lembcke.

L'étude a cependant révélé plusieurs différences significatives entre le Roundup


Ready et le soja naturel malgré les affirmations des auteurs à l'effet contraire. Il y
avait des différences significatives dans la teneur en cendres, en matières
grasses et en glucides. Le tourteau de soja Roundup Ready contenait «plus
d'inhibiteur de la trypsine, un allergène potentiel». [30] Cette augmentation
pourrait aider à expliquer le saut soudain des allergies au soja au Royaume-Uni
qui a commencé juste après l'introduction du soja Roundup Ready. Ce problème
de santé publique est abordé dans un chapitre ultérieur. De plus, les vaches
nourries de soja GM produisaient du lait avec une teneur en matières grasses
plus élevée, ce qui démontre encore une disparité entre les deux types de soja.
[31]

Les chercheurs ont mesuré des différences supplémentaires entre le soja


génétiquement modifié et le soja naturel qui, pour une raison quelconque, n'ont
pas été incluses dans l'article publié et ont été
ne fait pas partie de l'examen de la FDA. Des années après la parution de l'étude,
l'écrivain médical Barbara Keeler a obtenu ces données manquantes du journal
qui a publié l'étude et a publié l'histoire dans le Whole Life Times News. Les
informations omises ont démontré que le soja GM de Monsanto avait des niveaux
significativement plus faibles de protéines, d'un acide gras et de phény-lalanine,
un acide aminé essentiel. De plus, le tourteau de soja GM grillé contenait près de
deux fois la quantité d'une lectine, ce qui peut interférer avec la capacité du corps
à assimiler d'autres nutriments. Selon l'article d'opinion de Keeler publié dans le
Los Angeles Times, l'étude comportait plusieurs signaux d'alarme et «aurait dû
inciter les chercheurs et la FDA à demander plus de tests». [30]

Pusztai dit que si on lui avait demandé de référencer l'article pour publication, "il
n'aurait jamais passé." [3] Il est convaincu que même ses assistants diplômés
auraient démonté l'étude en peu de temps.

Selon Michael Hansen de Consumers Union, l'organisation qui publie Consumer


Reports aux États-Unis, la recherche de Pusztai sur la pomme de terre est «une
étude bien mieux conçue que les études sur l'alimentation financées par l'
industrie que j'ai vues dans la littérature évaluée par les pairs qui traitent de
Round- Du soya Up Ready ou du maïs Bt. » [32] Un examen rapide de ces éléments
est révélateur.

Deux études ont porté sur des variétés de maïs génétiquement modifiées
actuellement approuvées et vendues pour la consommation humaine et
animale. La recherche a été conçue à des fins commerciales, mais non comme
des évaluations de la sécurité.
Une autre étude sur le maïs a utilisé une variété expérimentale jamais
commercialisée. Ce n'était ni une véritable étude nutritionnelle ni une
évaluation de la sécurité.

Apparemment, la principale variable utilisée pour évaluer les effets de


l'alimentation du maïs à des souris adultes, par exemple, était que les animaux
ne mouraient pas.

Un article japonais a tenté d'évaluer les effets du soja Roundup Ready de


Monsanto sur les souris et les rats, mais pour une raison inexplicable, les
chercheurs ont utilisé un régime de famine. Les jeunes animaux ont pris peu ou
pas de poids au cours d'un très long essai d'alimentation. Selon Pusztai, cela
équivaut à un enfant qui n'a pas pris de poids pendant plus d'une décennie. Une
explication possible est que l'aliment a été surchauffé et a perdu sa valeur nutritive
valeur. Quelle qu'en soit la raison, aucune conclusion
valable ne peut être tirée des données.
Outre celle de Pusztai, il y a eu trois autres études sur les pommes de terre
génétiquement modifiées: l'une utilisait une pomme de terre modifiée avec un
gène de soja. La combinaison n'a pas réussi à fournir l'augmentation prévue en
protéines. Le second utilisait une pomme de terre fabriquée avec une forte
toxine insecticide.

Les chercheurs n'ont pas fourni une alimentation équilibrée aux animaux, ce
qui a entraîné une perte de poids importante et très peu de données
exploitables. Le troisième regarda
aux pommes de terre qui ont créé leur propre insecticide en
utilisant la toxine Bt. Selon Pusztai, ces trois études n'étaient pas
nutritionnelles et les deux premières n'étaient pas conçues pour
évaluer correctement la sécurité.
La troisième étude, cependant, comprenait un élément important d'une
évaluation de l' innocuité - une analyse d'échantillons de tissus. Bien que
les auteurs n'aient examiné qu'une petite partie de l'intestin grêle, ils ont
découvert le même type d'augmentation inhabituelle de la croissance
cellulaire que Pusztai avait découvert dans le petit et le gros intestin des
rats qui ont mangé sa pomme de terre GM. En fait, cette même
prolifération cellulaire pourrait expliquer l'augmentation du poids du
caecum et de l'intestin grêle découvert dans l'étude antérieure de Pusztai
sur les pois GM. Ainsi, des indications de croissance cellulaire inhabituelle
dans les intestins ont été trouvées dans les trois seules études qui avaient
la capacité de la trouver. Les implications de cette croissance cellulaire ne
sont pas claires, mais Pusztai et d'autres disent qu'elle pourrait être un
précurseur du cancer.

Il est important de noter qu'aucune des études publiées n'a réfuté


la découverte par Pusztai de dommages aux organes et au
système immunitaire.
Des problèmes similaires peuvent avoir affecté les animaux de
laboratoire des autres études, mais comme les scientifiques
ne recherchaient pas cela, leurs plans de recherche ne les
auraient pas détectés.
Une autre étude non publiée mérite d'être mentionnée. Elle a été menée sur des
tomates FlavrSavr. Ces tomates ont été génétiquement modifiées pour avoir une
durée de conservation prolongée. Comme il s'agissait de la première culture GM
approuvée aux États-Unis, le fabricant a en fait demandé à la FDA de revoir leur
alimentation.
données d' étude - un geste qu'aucun autre fabricant n'a répété. Des documents
ont révélé que de nombreux rats qui ont mangé les tomates génétiquement
modifiées ont développé des lésions à l'estomac. Pour des raisons inconnues,
les chercheurs n'ont pas examiné les tissus ailleurs dans le tube digestif. Ils
n'ont pas non plus fourni d'explication sur la raison pour laquelle sept des
quarante rats qui ont été nourris avec les tomates GM sont morts de manière
inattendue dans les deux semaines.

Le corpus complet de recherche sur la sécurité des aliments génétiquement


modifiés comprend également: une étude publiée dans une
revue non révisée par des pairs, qui a démontré que des échantillons de tissus
provenant du tube digestif des humains et des singes réagissaient avec des
tomates GM dans un tube à essai [33 ] ; une étude non publiée sur l'alimentation
d'un maïs GM cultivé aux États-Unis, qui a montré une augmentation du taux de
mortalité chez les poulets nourris aux OGM [34] ; des études comparant le
contenu nutritionnel des aliments génétiquement modifiés à leurs équivalents
naturels, démontrant de nettes différences entre les deux types d'aliments; la
recherche démontrant que les aliments génétiquement modifiés peuvent produire
de nouveaux allergènes (voir chapitre 6); des études très controversées sur
l'hormone de croissance bovine génétiquement modifiée, qui ont apparemment
omis des données incriminantes (voir chapitre 3); et les propres études de
l'industrie, telles que celles soumises au comité britannique qui avaient choqué
Pusztai par leur insuffisance.

Malgré ce petit corpus de recherche, les aliments génétiquement


modifiés font régulièrement partie du régime alimentaire américain.

É
Environ 80 pour cent du soja et 38 pour cent du maïs semé aux États-
Unis en 2003 sont génétiquement modifiés.
Les dérivés de ces deux cultures se trouvent dans environ 70 pour cent des
aliments transformés. En outre, 70 pour cent de la récolte de coton et plus de 60
pour cent de la récolte de canola, tous deux utilisés pour l'huile de cuisson, sont
également génétiquement modifiés. Environ 75 pour cent de ces cultures sont
conçues pour résister à des applications autrement mortelles d'un herbicide, 17
pour cent produisent leur propre insecticide et 8 pour cent sont conçues pour
faire les deux.

Il existe également des centaines d'aliments produits avec des


agents de cuisson, des additifs alimentaires et des enzymes
génétiquement modifiés, ainsi que des variétés de courges et de
papayes génétiquement modifiées. Et il y a des produits laitiers de
vaches injectées avec une hormone de croissance bovine GM.
Tous ces produits sont vendus sans étiquette les identifiant
comme OGM.
Les réglementations aux États-Unis sont si laxistes qu'il n'y a pas
de tests de sécurité préalables à la mise en marché. Il n'y a aucun
moyen de déterminer si ces aliments génétiquement modifiés
créent de graves problèmes de santé. Les gens tombent malades
tout le temps sans suivre leur maladie en termes de nourriture, de
pesticides ou de pollution de l'air ou de l'eau. Les causes restent
bien cachées.
Selon un article de mars 2001 dans le New York Times, «le CDC [Center for
Disease Control] affirme maintenant que la nourriture est responsable du double
du nombre de maladies aux États-Unis comme le pensaient les scientifiques il y a
à peine sept ans. . . . Au moins 80 pour cent des liés à l' alimentation des maladies
sont causées par des virus ou d' autres agents pathogènes que les scientifiques
ne peuvent même pas identifier « . [35] Les cas signalés comprennent 5 000 décès,
325 000 hospitalisations et 76 millions de maladies par an. Cette augmentation
correspond à peu près à la période où les Américains mangent des aliments
génétiquement modifiés. De plus, l'obésité est montée en flèche. En 1990, aucun
État n'avait 15 pour cent ou plus de sa population dans la catégorie obèse. En
2001, un seul État ne l'a pas fait. Le diabète a augmenté de 33% de 1990 à 1998,
les cancers lymphatiques sont en hausse et de nombreuses autres maladies sont
en augmentation. Y a-t-il un lien avec les aliments génétiquement modifiés? Nous
n'avons aucun moyen de le savoir car personne n'en a cherché un.

Suivez l'argent
Avec une recherche aussi mince sur la sécurité des aliments
génétiquement modifiés et des risques aussi énormes, pourquoi des
instituts respectés, des groupes scientifiques, des revues de recherche et
même des représentants du gouvernement font-ils la queue pour
défendre leur innocuité? Et pourquoi sont-ils si prompts à condamner les
preuves qui pourraient être utilisées pour protéger le public? Bien que les
chapitres suivants illustrent à quel point ces tendances sont
omniprésentes et dangereuses, une clé pour comprendre pourquoi elles
se produisent est de suivre l'argent.
Avec moins de fonds de recherche disponibles auprès de sources publiques, de
plus en plus de scientifiques aux États-Unis et en Europe dépendent des
entreprises commanditaires et, partant, de l'acceptation par les entreprises de
leurs recherches et de leurs résultats.

Parmi les meilleures universités de recherche de Grande-Bretagne, par


exemple, la dépendance vis-à-vis des fonds privés représente souvent 80 à
90% de la recherche totale

budget. [36] Mais le recours au parrainage d'entreprise


peut avoir un prix caché.
Un sondage mené auprès de 500 scientifiques travaillant soit dans le
gouvernement, soit dans des instituts de recherche récemment privatisés au
Royaume-Uni a révélé que 30% avaient été invités à modifier leurs conclusions de
recherche par leur client parrain.

Selon le rapport, publié dans le Times Higher Education Supplement du


Royaume-Uni en septembre 2000, «ce chiffre incluait 17% à qui on avait
demandé de modifier leurs conclusions en fonction du résultat préféré du client,
10% qui ont dit qu'on leur avait demandé de le faire [ afin] d'obtenir de nouveaux
contrats et trois pour cent qui ont affirmé avoir été invités à apporter des
modifications pour décourager la publication.

Si 30% ont admis avoir été invités à modifier leurs résultats, on se


demande combien d'autres, ayant succombé à leur
les demandes des clients étaient trop gênées pour répondre
honnêtement.
L'article, intitulé «On demande aux scientifiques de fixer les résultats pour un
contributeur», indique que les scientifiques se plaignent que «la sous-traitance
et la commercialisation de la recherche scientifique menacent les normes
d'impartialité».

Le Dr Richard Smith, rédacteur en chef du British Medical Journal,


affirme que les «intérêts concurrents» qui commanditent la
recherche ont «une influence assez profonde sur les conclusions».
Il prévient: «Nous nous trompons si nous pensons que la science
est totalement impartiale.» [37]
Aux États-Unis, les dons des entreprises sont passés de 850
millions de dollars en 1985 à 4,25 milliards de dollars en moins
de dix ans. Selon l'Atlantique
Chaque mois, «de plus en plus, l'argent est assorti de conditions. . . . Dans
l'enseignement supérieur aujourd'hui, les entreprises ne parrainent pas seulement
une quantité croissante de recherche, elles dictent souvent les conditions dans
lesquelles elles sont menées. [38]
Prenons le cas de l'Université de Californie à Berkeley. En novembre 1998, la
société de biotechnologie Novartis a donné 25 millions de dollars au Département
de biologie végétale et microbienne pour la recherche. En échange, Novartis
obtient les premiers droits de négociation de licences pour environ un tiers des
découvertes réalisées
par le département. Cela comprend les découvertes financées par
Novartis ainsi que celles financées par des sources fédérales et
étatiques. Novartis peut également retarder la publication des
recherches de quatre mois au maximum, ce qui laisse du temps
pour les demandes de brevet et pour permettre à l'entreprise
d'utiliser les informations exclusives. De plus, Novartis obtient une
représentation à deux des cinq sièges du comité qui détermine
comment les fonds de recherche du ministère sont dépensés.
Lorsqu'ils ont été informés de cet accord, de nombreux membres de
la faculté ont été scandalisés.

Plus de la moitié pensaient que cela aurait un effet «négatif» ou


«fortement négatif» sur la liberté universitaire, environ la moitié
pensaient que cela entraverait la «recherche d'intérêt public» et 60%
pensaient que cela empêcherait le libre échange d'idées entre
scientifiques.
«Pire que les problèmes de secret imposé et de délais», dit l'article de l'Atlantic
Monthly, «est la possibilité que derrière des portes closes, certaines entreprises
commanditaires manipulent des manuscrits avant leur publication pour servir
leurs intérêts commerciaux. . . . Une étude des principaux centres de recherche
dans le domaine de l'ingénierie a révélé que 35% permettraient aux entreprises
commanditaires de supprimer les informations des articles avant leur
publication. »

En outre, de nombreux professeurs possèdent des actions dans l'entreprise qui


parraine leur recherche, ou siègent à leur conseil d'administration, ou occupent
un poste de dotation d'entreprise, ou comptent simplement sur la société pour
continuer à financer la recherche.

Même les universités investissent dans des entreprises qui financent ou


bénéficient de la recherche universitaire. «Dans une étude portant sur 800 articles
scientifiques publiés dans diverses revues académiques, Sheldon Krimsky,
professeur de politique publique à l'Université Tufts et autorité en matière de
conflits d'intérêts, a constaté qu'un peu plus d'un tiers des auteurs avaient un
intérêt pour leurs rapports. Aucun de ces documents, cependant, n'a divulgué ces
informations. Mildred Cho, chercheur principal au Center for Biomedical Ethics de
Stanford, déclare: «Quand vous avez autant de scientifiques dans les conseils
d'administration d'entreprises ou que vous faites des recherches financées, vous
commencez à vous demander, comment ces études sont-elles conçues? Quels
types de questions de recherche sont soulevées? Quels types ne sont pas élevés?
» [38]

Des recherches dans le Journal of the American Medical Association ont révélé
que les études sur les médicaments anticancéreux financées par des groupes à
but non lucratif étaient huit fois plus susceptibles de parvenir à des conclusions
défavorables que les études financées par les sociétés pharmaceutiques. Ou
considérez le cas de l'aspartame, un édulcorant artificiel génétiquement modifié:
environ 165 études évaluées par des pairs ont été menées à son sujet en 1995.
Elles étaient réparties presque également entre celles qui ne trouvaient aucun
problème et celles qui soulevaient des questions sur la sécurité de l'édulcorant.
Parmi les études qui n'ont trouvé aucun problème, 100 pour cent ont été payés par
le fabricant de l'édulcorant. Toutes les études financées par des sources
non industrielles et non gouvernementales ont soulevé des questions. [39] Soit dit
en passant, le fabricant de l'édulcorant est GD Searle, qui était une filiale en
propriété exclusive de Monsanto pendant cette période.

Beaucoup de gens s'accordent à dire que l'industrie biotechnologique a


particulièrement profité du secteur universitaire. Le sociologue Walter
Powell, «estime que les liens étroits entre les universités et l'industrie sont
l'une des principales raisons pour lesquelles les entreprises américaines
dominent désormais le marché de la biotechnologie». [38]
Mais, selon Anne Kapuscinski, professeure à l'Université du Minnesota, qui étudie
les OGM, ce même lien étroit peut rendre difficile pour les scientifiques de
soulever des questions sur la sécurité des OGM. Cela a été démontré lorsque
David Kronfeld a écrit des articles et des lettres à des revues vétérinaires qui
contestaient les études de sécurité animale menées sur l'hormone de croissance
bovine génétiquement modifiée (rbGH). Selon le journal laitier The Milkweed,
«Pour son 'hérésie', un employé de Monsanto. . . a écrit trois lettres à [Virginia
Polytechnic Institute, l'université où Kronfeld a travaillé] en 1989, menaçant
implicitement que Monsanto pourrait cesser toutes les subventions de recherche
à cette université si Kronfeld ne faisait pas taire ses critiques de la recherche sur
la bGH. [40]

«On ne peut pas s'attendre à ce que les experts scientifiques soient des
conseillers indépendants et fiables sur les questions de sécurité compte tenu de
la dépendance croissante de la science au soutien financier de l'industrie», écrit
Jaan Suurküla, MD, dans un éditorial pour PSRAST (Physicians and Scientists for
Responsible Application of Science and Technologie) .41 Et un chroniqueur du
New Scientist avertit: «Les scientifiques de l' industrie ont une influence en haut
lieu -

ils se déplacent dans les couloirs du gouvernement. » [14]


Les scientifiques du secteur semblent également bien ancrés dans le
Rowett Institute, qui, selon PSRAST, dépend fortement des bénéfices de
sa filiale commerciale, Rowett Research Services. Cette entité passe des
contrats avec des sociétés biotechnologiques, pharmaceutiques et
autres pour des contrats de recherche, dont le produit contribue au
financement de l'Institut. Ainsi, le Rowett est «dépendant de l'industrie
pour son existence», [42] et des scientifiques comme Arpad Pusztai
dépendent du Rowett pour le leur.
En fait, les scientifiques travaillant pour un institut ne peuvent généralement pas
publier de recherche sans l'autorisation écrite de l'institut avant la soumission.
Afin de faire publier son travail dans le Lancet, par exemple, Pusztai a dû faire
équipe avec un collègue de l'Université d'Aberdeen qui a fait des recherches
supplémentaires sur l'analyse des rats de Pusztai. Ce n'est qu'alors que Pusztai a
pu «co-écrire» son étude.

Combien d'autres scientifiques, comme Arpad Pusztai,


ont découvert des problèmes inattendus avec les
aliments génétiquement modifiés, mais en raison de
considérations de financement ou d'emploi, ont choisi de
ne pas les poursuivre? Pourquoi Pusztai a-t-il été mis
sous les projecteurs?
Pusztai semble avoir été propulsé dans la controverse en raison de son
innocence et de son intégrité. Il se consacrait à une enquête scientifique
approfondie et il pensait que tout le monde l'était. Il croyait fermement au génie
génétique. Quand il a découvert les effets néfastes sur ses rats, Pusztai a
compris que ces problèmes pouvaient être résolus. Il est resté optimiste quant à
la technologie même après avoir été suspendu. Au fur et à mesure que les
événements se déroulaient, cependant, il a commencé à réaliser à quel point les
affaires de la science étaient devenues non scientifiques, lorsque l'argent, la
politique et la réputation sont en jeu. Dr Pusztai dit: «Au cours des quatre ou cinq
dernières années, quand j'ai commencé à prendre ces choses au sérieux et j'ai
examiné des cas similaires, je suis devenu très inquiet. Les problèmes liés aux
aliments génétiquement modifiés peuvent être irréversibles et les véritables
effets ne peuvent être bien perçus qu'à l'avenir.

«La situation est comme celle de l'industrie du tabac. Ils le savaient mais ils
ont supprimé cette information. Ils ont créé des preuves trompeuses que

a montré que le problème n'était pas si grave. Et tout le temps, ils savaient à quel
point c'était mauvais. Le tabac est déjà assez mauvais. Mais la modification
génétique, si elle va être problématique, si elle va nous causer de réels problèmes
de santé, alors le tabac ne sera rien en comparaison de cela. L'ampleur de la
modification génétique et les problèmes qu'elle peut nous causer sont énormes.

«Si nous compromettons les perspectives de santé de l'humanité


dans cette génération et la prochaine et la prochaine génération,
alors je pense que ces personnes devraient être rendues
responsables des crimes qu'elles ont commis.
«Informer le public est l’activité la plus importante dans cette
triste affaire, donc on peut faire quelque chose.»
En raison de la «popularité» inattendue de Pusztai, il a été approché par de
nombreux scientifiques qui ont discrètement décrit leurs propres découvertes
surprises, condamnant davantage la sécurité des aliments génétiquement
modifiés. Certaines de ces histoires sont décrites dans ce livre. D'autres doivent
rester secrets - pour l' instant.

Sagesse des oies


Il y a un agriculteur de l'Illinois qui plante du soja sur son champ
de 50 acres depuis des années. Malheureusement, il avait
également un troupeau d' oies mangeuses de soja qui ont élu
domicile dans un étang à proximité.
Les oies, étant des créatures d'habitude, sont retournées au même endroit l'année
suivante pour se régaler à nouveau de ses graines de soja. Mais cette fois, les
oies ne mangeaient que dans une partie spécifique de son champ. Là, à la suite
de leur fête, les haricots ne poussaient qu'à hauteur de la cheville. Les oies,
semblait-il, boycottaient l'autre partie du même champ où les haricots pouvaient
pousser jusqu'à la taille. La raison: cette année, l'agriculteur avait essayé le
nouveau soja génétiquement modifié. Et vous pouvez voir exactement où ils ont
été plantés, car il y a une ligne juste au milieu de son champ avec les haricots
naturels d'un côté et les haricots génétiquement modifiés, non touchés par les
oies, de l'autre.

En visitant cette ferme de l'Illinois, l'écrivain agricole chevronné CF Marley a


déclaré: «Je n'ai jamais rien vu de tel. Ce qui est étonnant, c'est que le champ de
haricots Roundup Ready [génétiquement modifiés] avait été
haricots l'année précédente et les oies les ont mangées.
Cette année, ils n'iront pas près de ce champ. » [1]

Chapitre 2
Qu'est-ce qui pourrait mal se passer?
Une liste partielle
En 1985, les porcs ont été conçus avec un gène humain qui produit l'hormone de
croissance humaine. L'objectif des scientifiques était de produire un porc à
croissance plus rapide . Ce qu'ils ont eu, c'est un show bizarre. «Avec leurs poils
hérissés et leur large museau, ces animaux ne ressemblaient en rien aux porcs
de la ferme appartenant à mon grand-père», [1] a écrit Bill Lambrecht, journaliste
du St. Louis Post Dispatch. Dans l'une des premières portées nées avec les
gènes de l'hormone de croissance, une porcelet femelle n'avait ni anus ni organes
génitaux. Certains porcs étaient trop léthargiques pour se tenir debout. D'autres
avaient de l'arthrite, des ulcères, une hypertrophie du cœur, une dermatite, des
problèmes de vision ou une maladie rénale. [2]

C'était un des premiers exemples d'une longue série


d'expériences avec des résultats imprévus. En fait, le
résultat le plus courant du génie génétique a été la surprise.
• Les scientifiques ont conçu le tabac pour produire un acide
particulier.
C'est tout ce qu'ils voulaient: l'acide et rien d'autre. Mais la plante a
également créé un composé toxique que l'on ne trouve
normalement pas dans le tabac. [3]
• Monsanto a conçu deux types de coton: l'un pour résister aux applications de
leur herbicide Roundup; l'autre pour produire son propre pesticide appelé Bt. Les
plantes n'étaient pas censées avoir d'autres attributs nouveaux. Cependant, la
première année de plantation du coton GM, des dizaines de milliers d'hectares
ont mal fonctionné. Au Missouri, les plantes ont laissé tomber leurs capsules de
coton; d'autres sont morts au contact de l'herbicide qu'ils étaient censés tolérer.
Au Texas, jusqu'à 50 pour cent du coton Bt n'a pas réussi à fournir le niveau
prévu d'insecticide et «de nombreux agriculteurs avaient des problèmes de
germination, de croissance inégale, de rendement inférieur et d'autres
problèmes.» [4]

• Des scientifiques qui ont génétiquement modifié la levure pour


augmenter sa fermentation
ont été choqués de découvrir qu'il augmentait également les niveaux d'une toxine
naturelle de 40 à 200 fois. Dans leur article, qui a été publié dans l'International
Journal of Food Science and Technology, les auteurs ont admis que leurs
résultats «peuvent soulever des questions concernant la sécurité et l' acceptabilité
des aliments génétiquement modifiés, et donner une certaine crédibilité aux
nombreux consommateurs qui sont pas encore prêt à accepter des aliments
produits à l'aide de techniques de génie génétique. » [5] Ils ont également souligné
que leur levure n'avait pas été insérée avec des gènes étrangers. Au contraire, leur
résultat inattendu s'est produit après avoir inséré plusieurs copies du propre gène
de la levure.

• Lesscientifiques de l'Université d'Oxford qui tentaient de


supprimer une enzyme dans une pomme de terre ont
accidentellement augmenté sa teneur en amidon.
Le professeur Chris Leaver, chef du département des sciences
végétales, a déclaré: «Nous avons été aussi surpris que
quiconque.» Leaver a noté: "Rien dans notre compréhension
actuelle des voies métaboliques des plantes n'aurait suggéré que
notre enzyme aurait une influence aussi profonde sur la
production d'amidon." [6]
Pourquoi les scientifiques qui conçoivent des organismes pour créer un effet le
plus souvent se retrouvent-ils avec quelque chose de complètement différent?
Une des raisons est qu'il se passe beaucoup de choses avec l'expression génique
que nous ne comprenons pas. Une autre raison est que bon nombre des grands
principes scientifiques qui ont formé la base du génie génétique se sont depuis
avérés faux.

Pour comprendre les causes possibles des porcs déformés ou du tabac toxique,
ou des pommes de terre toxiques de Pusztai d'ailleurs, nous devons comprendre
le processus du génie génétique. Et cette explication commence par l'ADN.

ADN
L'acide désoxyribonucléique, ou ADN, se trouve à l'intérieur du noyau de chaque
cellule. C'est une molécule complexe - nous parlons vraiment complexe - avec
des milliards d'atomes étroitement enveloppés dans une formation en double
hélice (imaginez une échelle tordue en spirale). Si elle était déroulée, une seule
molécule d'ADN s'étendrait sur près de dix pieds. L'ADN a été comparé à un super
ordinateur, à un plan directeur et au standard téléphonique central. D'une
manière encore largement mystérieuse, l'ADN raconte
cellule comment se comporter et transporte les
informations transmises de génération en génération.
Tout comme les logiciels informatiques sont basés sur un simple
code de uns et de zéros, le logiciel de l'ADN est composé de
quatre unités récurrentes appelées nucléotides ou
bases, disposées par paires. Et comme les logiciels, c'est la
séquence de ces unités qui transporte l'information.
Chaque organisme cellulaire a un ADN, bien qu'il diffère en taille,
contenu et complexité. L'ADN humain a trois milliards de paires
de bases.
Dans leurs efforts pour déchiffrer ce code, les scientifiques ont déterminé que
dans de nombreux organismes supérieurs, seulement 1 à 3 pour cent environ de
la molécule d'ADN est constituée de gènes. Un gène est une séquence spécifique
de bases qui fonctionnent comme une unité, portant des «ordres» particuliers
pour le corps (ou l'esprit).

Nos gènes peuvent déterminer la couleur de nos cheveux


et de nos yeux, la hauteur de notre corps et une myriade
d'autres «traits».
Le génie génétique n'est pas une extension de la sélection
naturelle
L'ADN d'une espèce change et évolue, en partie, par
reproduction sexuée. Les gènes de la femelle et du mâle
sont combinés et interagissent de diverses manières, de
sorte qu'une partie de chaque parent est exprimée dans la
progéniture.
L'ADN peut également muter. Et en dépit de molécules très intelligentes
«fix it» dans les cellules de nombreuses espèces dont le travail est de
réparer l'ADN, certaines mutations resteront présentes et seront
transmises à la génération suivante.

Pendant des siècles, les agriculteurs, les jardiniers et les éleveurs de bétail ont
volontairement élevé des plantes ou des animaux afin de combiner des traits
souhaitables. Si un type de riz pousse bien, par exemple, et un autre est plus
savoureux, un éleveur peut croiser les deux dans l'espoir de créer un riz plus
savoureux et plus dur.

Parfois, l'ADN de la progéniture répondra aux désirs de l'éleveur; à d'autres


moments, les traits ne se combinent tout simplement pas bien - la nature avait
d'autres plans.

Avec le génie génétique, les éleveurs ont un tout nouveau sac


d'astuces.
Au lieu de se fier aux espèces pour transmettre les gènes par accouplement, les
biologistes coupent le gène de l'ADN d'une espèce, le modifient, puis l'insèrent
directement dans l'ADN d'une autre espèce. Et puisque pratiquement tous les
organismes ont de l'ADN, les scientifiques n'ont pas à limiter la source de leurs
gènes aux membres de la même espèce. Ils peuvent rechercher n'importe où
dans le monde végétal, animal, bactérien, voire humain, pour trouver des gènes
avec les caractéristiques souhaitées, ou même synthétiser des gènes en
laboratoire qui n'existent pas dans la nature.

Par exemple, un scientifique connaissait une espèce de plie arctique qui résiste
au gel par temps froid. Il voulait que ses tomates résistent aux températures
froides pour qu'elles ne meurent pas sous le gel. Le scientifique n'a pas eu à
attendre l'événement improbable de l'accouplement du poisson avec la tomate.
Au lieu de cela, il a découvert quel gène du poisson l'empêchait de geler, puis il
a inséré ce gène dans l'ADN de la tomate. Le gène antigel n'a jamais, jamais
existé auparavant dans une tomate. Mais maintenant, c'est dans les tomates du
scientifique et tous leurs futurs descendants.

Les partisans de la biotechnologie utilisent régulièrement leur


technologie comme une extension de la sélection naturelle. Le
président américain de la Chambre, par exemple, a déclaré en
mars 2003, «depuis la nuit des temps, les agriculteurs modifient
les plantes pour améliorer les rendements et créer de nouvelles
variétés résistantes aux ravageurs et aux maladies. . . . La
biotechnologie n'est que la prochaine étape du développement de
ce processus séculaire . [7]
Bien qu'il s'agisse peut-être du nouvel outil de la boîte à outils de l'éleveur, de
nombreux scientifiques sont convaincus que la technologie est complètement
différente et ne doit pas être confondue avec les pratiques de sélection
traditionnelles. George Wald, lauréat du prix Nobel de médecine et ancien
professeur de biologie Higgins à l'Université de Harvard, a déclaré que le génie
génétique présentait «à notre société des problèmes sans précédent non
seulement dans l'histoire de la science, mais de la vie sur Terre. Il place entre les
mains de l'homme la capacité de repenser les organismes vivants, produits de
quelque trois milliards d'années d'évolution. Une telle intervention ne doit pas être
confondue avec des intrusions antérieures sur l'ordre naturel des organismes
vivants; l'élevage d'animaux et de plantes, par exemple; ou l'artificiel

induction de mutations, comme avec les rayons X. Toutes ces procédures


antérieures fonctionnaient au sein d'espèces uniques ou étroitement
apparentées. Le cœur de la nouvelle technologie est de déplacer les
gènes d'avant en arrière, non seulement à travers les lignées d'espèces,
mais à travers toutes les frontières qui divisent désormais les organismes
vivants.
Selon Wald, le fait qu'un poisson ne puisse pas s'accoupler avec une tomate n'est
pas aléatoire, mais le résultat de l'évolution naturelle de la vie sur terre. En
franchissant cette barrière naturelle et séculaire , les ingénieurs génétiques ne
changent pas simplement une espèce spécifique. Ils altèrent l'évolution de
toutes les espèces. «Les résultats seront essentiellement de nouveaux
organismes, auto-perpétués et donc permanents. Une fois créés, ils ne peuvent
pas être rappelés. »

Wald a averti: «Jusqu'à présent, les organismes vivants ont évolué très lentement
et de nouvelles formes ont eu beaucoup de temps pour s'installer. Désormais,
des protéines entières seront transposées du jour au lendemain en de toutes
nouvelles associations, avec des conséquences que personne ne peut prédire,
non plus pour l'hôte. l’organisme ou leurs voisins. »

Wald a déclaré que le génie génétique «présente probablement le plus grand


problème éthique auquel la science ait jamais été confrontée». Il a également
averti que «aller de l'avant dans cette direction peut être non seulement
imprudent, mais dangereux.

Potentiellement, il pourrait engendrer de nouvelles maladies


animales et végétales, de nouvelles sources de cancer, de
nouvelles épidémies. » [8]
Le génie génétique est basé sur un modèle obsolète
Lorsque le scientifique a pris le gène antigel du poisson, il l'a fait parce qu'il
savait que le gène crée une protéine antigel particulière .

C'est la protéine qui aide le poisson à survivre aux températures


froides. Les gènes donnent leurs ordres à la cellule en créant des
protéines, qui à leur tour confèrent le caractère à la plante ou à
l'animal.
L'ancienne théorie de la génétique affirmait que chaque gène est codé pour sa
propre protéine unique. Les biologistes ont également estimé que le nombre de
protéines dans le corps humain était de 100 000 ou plus. Ainsi, ils ont prédit qu'il y
aurait commodément environ 100 000 gènes dans l'ADN humain.

Lorsque le nombre de gènes humains a finalement été


compté et rapporté le 26 juin 2000, cela a choqué le monde
scientifique: il n'y en avait qu'environ 30 000. Oups.
Non seulement ce chiffre ne tient pas compte du nombre estimé de protéines,
mais il n'explique pas la grande quantité de traits héréditaires dans le corps
humain. De plus, il existe des mauvaises herbes avec jusqu'à 26 000 gènes.
Étant donné la théorie d' une protéine-un gène, les humains ne devraient-ils pas
avoir beaucoup plus de gènes qu'une mauvaise herbe? Quelque chose semblait
terriblement mal.

Il s'avère que la grande majorité des gènes ne codent pas pour une protéine
unique. Au contraire, certains gènes peuvent produire de très nombreuses
protéines. En fait, le record actuel est établi par un seul gène d'une mouche des
fruits, qui peut générer jusqu'à 38 016 molécules de protéines différentes. [2]

Chez l'homme, presque tous les gènes sont théoriquement


capables de produire deux protéines ou plus. Le nombre de
gènes humains capables de coder pour un seul trait peut être
compté sur vos mains.
Le fait qu'un gène crée plusieurs protéines peut expliquer
certaines des surprises qui ne cessent de surgir pour les
ingénieurs en génétique, et c'est le premier sur notre liste de ce
qui peut mal tourner et pourquoi.
1. Brouilleurs de code
Pour fabriquer une protéine, l'ADN utilise son code génétique unique
pour rédiger une ordonnance pour son assistant en chef, l'ARN. L'ARN
remplit la prescription en créant et en assemblant des acides aminés.
Les acides aminés forment la protéine. Mais dans certains cas, avant
que l'ARN ne remplisse la prescription de la protéine, viennent les
spliceosomes (nous les appellerons des brouilleurs de code), un groupe
de molécules qui découpent l'ARN, le réorganisent puis le réassemblent.
Une fois réassemblé (épissé en alternance), l'ARN a maintenant une
prescription entièrement nouvelle résultant en la création d'une protéine
entièrement nouvelle. Les brouilleurs de code peuvent réorganiser un
seul code ARN de très nombreuses manières, «créant des centaines,
voire des milliers de protéines différentes à partir d'un seul gène». [2]

Les brouilleurs de code ne sont en aucun cas arbitraires dans


leur travail.
Imaginez des molécules errantes, observant attentivement l'ARN qui passe, les
comparant aux images sur un presse-papiers de leurs dix plus recherchés.
Lorsqu'un match est repéré, sur sauts le brouilleur, qui vérifie rapidement le
téléavertisseur sur sa ceinture - équipé de messagerie texte - pour consulter la
dernière liste des «protéines nécessaires». . . ou quelque chose comme ça.

Considérons maintenant le gène antigel qui fait ses débuts dans l'ADN d'une
tomate. Le gène écrit une ordonnance pour l'ARN, lui ordonnant de fabriquer une
protéine antigel . Mais que se passe-t-il lorsque cet ARN passe devant un
brouilleur de code? Et si le brouilleur vérifie son presse-papiers et pense qu'il y a
une correspondance? Si le brouilleur saute sur l'ARN étranger qu'il n'a jamais
rencontré auparavant et commence à faire bouger les choses, Dieu sait quelle
protéine il va créer. (L'homme ne le fait certainement pas.) Tant que les
scientifiques étaient absolument sûrs qu'un seul gène créait une et une seule
protéine possible, alors ils pouvaient insérer ce gène en toute confiance dans une
nouvelle espèce et être sûrs qu'il créerait cette protéine unique. Les scientifiques
en étaient absolument sûrs; mais ils avaient tort.

Selon Barry Commoner, chercheur principal au Center for the Biology of


Natural Systems au Queens College, «Le fait qu'un gène peut donner
naissance à plusieurs protéines. . . détruit le fondement théorique d'une
industrie de plusieurs milliards de dollars , le génie génétique des
cultures vivrières. » En présence des brouilleurs de code, les gènes
étrangers insérés dans les cultures GM pourraient créer de nombreuses
protéines involontaires «avec des effets imprévisibles sur les
écosystèmes et la santé humaine». [2]
La relation entre les gènes et les brouilleurs de code a évolué pendant des
milliards d'années, parallèlement à l'évolution de l'ADN lui-même. Nous ne
comprenons pas pleinement comment ils travaillent ensemble dans la même
espèce. Nous ne pouvons certainement pas prédire comment ils fonctionneront
lorsqu'un gène d'une espèce rencontre un brouilleur de code d'une autre. Les
brouilleurs de code ignoreront-ils le gène étranger? Ou est-ce que les brouilleurs
de code essaieront de changer de prescription et de créer accidentellement une
protéine qui pourrait être toxique, ou allergène, ou la source d'une nouvelle
maladie? C'est difficile à dire; difficile à dire car personne

teste généralement pour cela.


«Ils ne veulent pas savoir», dit Joseph Cummins, professeur
émérite de génétique à l'Université de Western Ontario. Il dit qu'en
dépit des preuves accablantes du contraire, l'industrie
biotechnologique préférerait faire l'hypothèse que leur gène
étranger évitera d'une manière ou d'une autre les brouilleurs de
l'organisme hôte. Sinon, le génie génétique serait bien trop risqué.
[9]

Les ingénieurs pourraient être excusés de ne pas avoir testé de nouvelles


protéines lors de l'insertion de gènes prélevés sur des bactéries.
Contrairement aux gènes des plantes, des animaux et des humains, les
gènes bactériens ne sont généralement pas brouillés. Pour être brouillés,
les gènes doivent être équipés d'introns (nous les appellerons des balises
de signalisation). Ces balises envoient un message fort et clair aux
brouilleurs de code, disant en effet, "Choisissez-moi!" La plupart des
scientifiques supposent que presque tous les gènes qui ont ces signaux
finissent par être brouillés, et que ceux qui n'en ont pas, ne le font pas. La
plupart des gènes végétaux et animaux ont des balises de signalisation.
Dans les bactéries, la plupart ne le font pas.

Étant donné que les gènes bactériens n'ont pas souvent les signaux, les
scientifiques supposent qu'ils ne seront pas brouillés lorsqu'ils sont placés dans
un environnement génétique différent. Cela devrait signifier que les cultures Bt
génétiquement modifiées sont immunisées contre le brouillage. Les cultures Bt, y
compris le maïs, le coton et le canola, sont conçues pour produire leur propre
insecticide. Le gène étranger qui produit la toxine Bt provient d'une bactérie et est
dépourvu de balises de signalisation.

Mais lorsque les ingénieurs ont introduit le gène Bt dans les plantes pour la
première fois, le gène ne fonctionnait pas très bien; il produit très peu de
protéines Bt. Pour augmenter la production de Bt, ils ont attaché - devinez
quoi - des BALISES DE SIGNAL ! Il s'avère que ces balises de signalisation
permettent non seulement le brouillage, mais également d'augmenter la
production de protéines. Effectivement, les gènes Bt nouvellement équipés ont
produit plus de Bt. La génétique des plantes a répondu aux signaux. Mais cela
ne signifierait-il pas que les brouilleurs de code répondraient également?

Plutôt que de faire une analyse minutieuse pour vérifier qu'aucune protéine
involontaire n'a été créée, les fabricants de cultures GM ont décidé de s'en tenir à
leurs hypothèses initiales. Ils supposent, selon Commoner, «sans
une preuve expérimentale adéquate, qu'un gène bactérien
d'une protéine insecticide, par exemple, transféré dans un
plant de maïs, produira précisément cette protéine et rien
d'autre. [2]
Les brouilleurs de code ne sont pas les seuls éléments trouvés
dans une cellule qui peuvent amener un gène étranger inséré à
modifier ses caractéristiques.

2. Auto-stoppeurs
Même si le gène étranger dépasse les brouilleurs de code sans être touché et
crée sa protéine prévue, il y a un autre problème. Selon le professeur David
Schubert du Salk Institute for Biological Studies, l'effet d'une protéine particulière
sur une plante ou un animal «peut être modifié par l'ajout de molécules telles que
le phosphate, le sulfate, les sucres ou les lipides».

Ces molécules complémentaires (appelez-les auto-stoppeurs) varient dans tout


l'organisme. «Chaque type cellulaire exprime un répertoire unique» [10] d'entre eux,
et peut modifier la protéine de différentes manières. Par exemple, la même
protéine trouvée à la fois dans le foie et le cerveau peut capter des auto-stoppeurs
entièrement différents et avoir par conséquent des effets différents sur le corps.

Avec le maïs Bt, la protéine insecticide étrangère va-t-elle ramasser une


molécule d'auto-stoppeur dans le grain de maïs, changeant son
comportement? Un auto-stoppeur différent sera-t-il ramassé dans les
racines, les feuilles ou les tiges, modifiant le comportement de la
protéine là-bas? Les réponses ne sont pas connues.

Les scientifiques ne savent pas nécessairement si les auto-


stoppeurs sont ajoutés ou quels pourraient être leurs effets
sur la plante.
3. Chaperons
En plus de sa séquence d'acides aminés et de la présence d'auto-stoppeurs, la
forme d'une protéine détermine également son effet. Afin de bien faire son
travail, «la protéine nouvellement fabriquée, un ruban tendu d'une molécule, doit
être repliée en une protéine organisée avec précision. . . structure », dit
Commoner. Il fait remarquer

que selon l'ancienne théorie de la génétique, la protéine «se repliait


toujours correctement une fois sa séquence d'acides aminés déterminée.
Dans les années 80, cependant, on a découvert que certains. . . les
protéines risquent, à elles seules, de devenir mal repliées - et donc de
rester biochimiquement inactives - à moins qu'elles n'entrent en contact
avec un type spécial de protéine «chaperon» qui les replie correctement.
[2]

Là encore, il y a un problème: que se passe-t-il lorsqu'une protéine


insecticide étrangère se retrouve face à face avec les chemises
chaperons du maïs. Vont-ils le laisser tranquille? Vont-ils essayer de le
plier? Vont-ils bien faire les choses? Il n'y a aucun moyen de savoir. Les
chaperons n'ont jamais rencontré la protéine auparavant.
Le Dr Peter Wills de l'Université d'Auckland met en garde, «une forme
incorrectement pliée d'une protéine cellulaire ordinaire peut dans certaines
circonstances. . . [se dupliquer] et donner lieu à une maladie neurologique
infectieuse. » [11] Les prions, responsables de la maladie de la vache folle et de la
maladie mortelle de Creutzfeld-Jacob chez les humains, sont des exemples de
telles protéines mal repliées dangereuses.

Jusqu'à présent, nous avons identifié trois sources potentielles d'effets imprévus
qui n'ont pas été prises en compte par les artisans du génie génétique: les
brouilleurs de code, les molécules d'auto-stoppeurs et les dossiers chaperons.
Ces processus complexes ont, selon les mots de Commoner, «évolué dans une
relation harmonieuse sur une longue période évolutive», soumis à «plusieurs
milliers d'années de tests, dans la nature». Mais lorsque vous prenez un gène qui
est habitué à fonctionner dans une bactérie et que vous le mettez dans l'ADN du
soja, du coton ou du maïs, par exemple, «l'histoire évolutive du système végétal
est très différente de celle du gène bactérien. Ce qui était une interdépendance
harmonieuse dans leur propre environnement «est susceptible d'être perturbé de
manière non spécifiée, imprécise et. . . des manières imprévisibles. »

Selon Commoner, «ces perturbations sont révélées par les nombreux


échecs expérimentaux qui se produisent avant qu'un organisme [GM]
ne soit réellement produit et par des changements génétiques
inattendus qui se produisent même lorsque le gène a été transféré
avec succès.
Il conclut: «L'industrie de la biotechnologie est basée sur une science vieille de
quarante ans et, de manière pratique, dépourvue de résultats plus récents.» Il dit:
«là
sont de bonnes raisons de craindre les conséquences potentielles du transfert
d'un gène ADN entre espèces. Ce que le public craint, ce n'est pas la science
expérimentale, mais la décision fondamentalement irrationnelle de la laisser
sortir du laboratoire dans le monde réel avant que nous ne la comprenions
vraiment. [2]

Richard Strohman, professeur émérite à l'Université de Californie (UC),


Berkeley, ajoute: «Nous sommes dans une position de crise où nous
connaissons les faiblesses du concept génétique, mais nous ne savons
pas comment l'intégrer dans un compréhension. Monsanto le sait.
DuPont le sait. Novartis le sait. Ils savent tous ce que je sais. Mais ils ne
veulent pas l'examiner parce que c'est trop compliqué et que ça va coûter
trop cher pour le comprendre. [12]
4. Désordre l'ADN normal de l'hôte
Nous avons utilisé le mot «insérer» pour décrire le «placement» de gènes
étrangers dans un ADN hôte. C'est plus que poli. Une méthode courante
utilisée pour «insérer» des gènes consiste à les injecter dans l'ADN avec
un canon à gènes de calibre 22 . Les scientifiques enduisent d'abord des
milliers de minuscules éclats d'or ou de tungstène avec le gène étranger.
Ensuite, ils le pointent vers un plat contenant des milliers de cellules sans
méfiance. Puis ils tirent, espérant qu'au moins certains des gènes
étrangers finiront au bon endroit dans au moins une partie de l'ADN. C'est
d'ailleurs ce que l'industrie biotechnologique appelle sa méthode très
précise de transfert de gènes.

L'impact d'un fragment recouvert de gènes volant à des centaines


de kilomètres à l'heure dans l'ADN pourrait, comme vous l'avez
probablement deviné, entraîner des «conséquences» structurelles.
Les gènes natifs peuvent être endommagés d'une manière que
l'ingénieur ne pourra peut-être pas identifier.
Lorsque des gènes étrangers s'installent dans l'ADN, que ce soit via des pistolets
à gènes ou par d'autres méthodes, cela peut avoir des effets drastiques. Michael
Antoniou, maître de conférences en pathologie moléculaire et chef d'un groupe de
recherche dans l'un des principaux hôpitaux universitaires de Londres, déclare:
«Cette procédure entraîne une perturbation du plan génétique de l'organisme avec
des conséquences totalement imprévisibles. [11] Les informations contenues
dans l'ADN peuvent être réorganisées et

mélangé.
«Le phénomène des réarrangements au point d'insertion génétique est
largement reconnu», admet Marcia Vincent, une porte-parole de Monsanto. [13]
Son commentaire sous-estime cependant l'impact. Le magazine Tomorrow's
World de la BBC est plus explicite: «Le génie génétique est généralement une
affaire de hasard. Les gènes peuvent être insérés dans le mauvais sens ou
plusieurs copies peuvent être dispersées dans le génome d'une plante. Ils
peuvent être insérés à l'intérieur d'autres gènes - détruisant leur activité ou en
augmentant massivement celle-ci. Plus inquiétant, génétique d'une plante
maquillage peut devenir instable de nouveau avec des résultats imprévisibles.

Les gènes peuvent s'allumer ou s'éteindre de manière inattendue avec possible.


. . effets inattendus ou inconnaissables. Les gènes peuvent sauter dans le
génome sans rime ni raison évidente. Des toxines non autorisées peuvent être
produites ou des toxines existantes amplifiées massivement. De tels problèmes
ne peuvent survenir que des centaines de générations après la modification
initiale des cultures. » [14]

L'instabilité de l'ADN est une caractéristique commune du génie génétique. Dans


une enquête auprès d'au moins trente entreprises développant des cultures GM,
toutes l'avaient observée. [15]

Une nouvelle technologie de puce à ADN a récemment permis aux


scientifiques de surveiller les changements dans le fonctionnement de
l'ADN lorsque des gènes étrangers sont insérés.

Dans une expérience, il y a eu une perturbation stupéfiante de 5% de l'expression


générale des gènes. En d'autres termes, après qu'un seul gène étranger a été
ajouté par génie génétique, un gène sur 20 qui créait des protéines a augmenté
ou diminué leur production. Selon Schubert, «si ces types de changements
imprévus dans l'expression des gènes sont très réels, ils n'ont pas reçu beaucoup
d'attention en dehors de la communauté des utilisateurs de puces à ADN. Il
ajoute qu '"il n'existe actuellement aucun moyen de prédire les changements qui
en résultent dans la synthèse des protéines." [dix]

Une modification de l'ADN de l'hôte due au processus d'insertion d'un gène


étranger est appelée «mutation d'insertion». En thérapie génique humaine, des
études ont vérifié que la mutation d'insertion peut entraîner une leucémie chez
les enfants. Un tel effet est

si largement reconnue, il existe même un terme, «carcinogenèse


d'insertion», pour la décrire. Dans les plantes, selon Cummins, les
perturbations peuvent être tout aussi dangereuses, produisant des
toxines imprévues. [9] Mais ils n'ont pas été étudiés de près.
5. Transfert horizontal de gènes et résistance aux
antibiotiques
Une fois que les gènes étrangers sont projetés dans les cellules, seul un petit
pourcentage se retrouve à l'intérieur de l'ADN. Pour déterminer lesquelles des
milliers de cellules de la plaque ont le gène étranger dans leur ADN, les
scientifiques attachent généralement un gène de marqueur résistant aux
antibiotiques (ARM) à leur gène étranger. Si ce paquet de gènes entre dans
l'ADN, le gène ARM rendra cette cellule invincible à une dose normalement
mortelle d'antibiotiques.

Ainsi, après que les gènes ont été injectés dans la pile de cellules, les cellules
sont toutes aspergées d'antibiotiques. Ceux qui survivent ont les gènes dans leur
ADN.

Ceux qui sont morts ne l'ont pas fait. Seul un sur des milliers
survit.
De nombreux scientifiques craignent que lorsque les humains et les
animaux mangent des aliments génétiquement modifiés, les gènes ARM
se transfèrent dans les bactéries présentes dans le système digestif. Ce
processus, par lequel les gènes se déplacent d'une espèce à une autre,
est appelé «transfert horizontal de gènes». Si le gène ARM se déplace
entre les espèces, cela pourrait entraîner de nouvelles maladies
dangereuses résistantes aux antibiotiques . La British Medical
Association a mentionné ce risque grave comme l'une des raisons pour
lesquelles elle a appelé à un moratoire immédiat sur les aliments
génétiquement modifiés.
Les sociétés de biotechnologie assurent au public que les gènes ARM ne
peuvent pas être transférés entre les aliments et les bactéries dans l'intestin
humain. Ils font référence à des preuves, dit Michael Hansen, d'études sur
les animaux dans les années 1970
et les années 80 qui "n'ont pas réussi à trouver la preuve que l'ADN a survécu à la
digestion." [4] Lorsque les techniques de détection sont devenues plus sensibles à
partir de la fin des années 1980, cependant, les études sur l'alimentation animale
ont confirmé que l'ADN non seulement survit, il se trouve dans le sang, la paroi
intestinale, le foie, la rate et les matières fécales et reste même intact dans le
système pendant plus de cinq jours. L'ADN peut même voyager via le placenta
chez les souris à naître. Plus pertinent, cependant, est un
Étude de 2002 qui a été surnommée «le premier essai connu au monde
d'aliments génétiquement modifiés sur des volontaires humains». Les
chercheurs ont utilisé sept personnes dont le gros intestin avait déjà été
retiré. Leur système digestif a été réacheminé hors du corps dans des
sacs de colostomie. Dans leur matériel digestif, «une proportion
relativement importante d'ADN génétiquement modifié a survécu au
passage» [16] de l'intestin grêle. De plus, chez trois des sept sujets, un
transfert horizontal de gène s'est produit. Certaines de leurs bactéries
digestives contenaient le gène résistant aux herbicides utilisé dans le
soja. Comme aucune augmentation du transfert de gène n'a été détectée
après que les sujets aient mangé un repas avec du soja GM, les
chercheurs suggèrent que le transfert pourrait être lié à une
consommation à long terme .

«Tout le monde avait l'habitude de nier que cela était possible», dit
Antoniou. «Cela suggère que des gènes marqueurs antibiotiques peuvent
se propager dans l'estomac, ce qui compromettrait la résistance aux
antibiotiques.» [16]

Le maïs Bt contient un gène ARM qui résiste à l'antibiotique couramment


prescrit, l'ampicilline. Les scientifiques craignent que la présence
généralisée de ce gène dans l'alimentation humaine et animale rende
l'ampicilline inutile dans le traitement des maladies. L'Organisation
mondiale de la santé, la Chambre des lords britannique, l'American
Medical Association et même la Royal Society ont tous appelé à une
élimination progressive de l'utilisation des gènes ARM.
6. Effets de position
Lorsqu'un gène étranger entre dans l'ADN, on ne sait pas où le long du
brin il aboutira. Le gène inséré pourrait perturber un certain nombre de
caractères naturellement exprimés en fonction de l'endroit où il atterrit.
Par exemple, lorsque les scientifiques inséraient un gène étranger dans
une plante de la famille de la moutarde, la capacité de la plante à se
croiser avec des espèces apparentées variait selon l'endroit dans l'ADN
où se trouvait le gène. [17]
De même, l'emplacement d'un gène étranger peut dicter dans
quelle mesure il fait son travail. Dans certains endroits, il ne
produira pas du tout ses protéines; dans d'autres, elle produira trop
peu. Ces changements spécifiques à l'emplacement sont appelés
« effet de position » - une sorte de roulette russe génétique.
7. Gene Silencing
Un effet de position commune est que le gène étranger ou
les gènes natifs à leur voisinage sont bloqués; ils ne sont
plus en mesure de produire leurs protéines. Cet événement
courant et imprévisible est appelé «silençage génique».

Une façon dont un gène natif peut devenir définitivement


désactivé est si le gène étranger se retrouve en plein milieu de
celui-ci. Cela s'est produit dans une expérience et les embryons
de souris ont fini par mourir. [4]
Faire taire les gènes natifs peut entraîner toutes sortes de résultats imprévisibles.
Par exemple, dans son témoignage devant l'Agence américaine de protection de
l'environnement (EPA), Michael Hansen de l'Union des consommateurs a averti
que si le processus de génie génétique «désactivait» un gène natif dont le travail
était d'empêcher «l'expression de certaines toxines, le résultat net de l’insertion
serait d’augmenter le niveau de cette toxine. » [4]

8. Influences environnementales
Les scientifiques ont observé le silençage génique lors du génie génétique des
plantes de pétunia. Le gène étranger inséré a été conçu pour exprimer le rouge
saumon.

Les scientifiques s'attendaient à ce que pratiquement toutes les fleurs


fleurissent avec la même couleur rouge. Au lieu de cela, les fleurs variaient à la
fois en couleur et en motif. La variation était due à la désactivation des gènes
étrangers dans certaines plantes.

Les plantes qui avaient fait taire les gènes étrangers dépendaient
de l'effet de position - où dans l'ADN ces gènes étrangers se
retrouvaient. [18]
Dans cette expérience, cependant, il y avait un autre facteur influençant les
plantes. La couleur de ces fleurs de pétunia a inexplicablement changé au cours
de la saison. De plus en plus de gènes étrangers ont été désactivés au fil de la
saison.
Ici, les changements dans l'expression des gènes
étaient apparemment liés à des changements
environnementaux.
9. Commutateurs d' éclairage - Activation de vos gènes (au
hasard?)
Dans des circonstances normales, un gène dans une cellule pompera activement
sa protéine, tandis que dans une autre cellule, ce même gène traîne
tranquillement, inutilisé; sa protéine n'est pas nécessaire. Prenons, par exemple,
le gène dont la protéine rend les yeux bleus. Dans les cellules pigmentaires de
l'iris, ce gène reste occupé. Mais dans le blanc des yeux, ce même gène se
détend.

Sinon, s'il était activé, peut-être que l'œil entier deviendrait bleu.

Qui dit au gène quand travailler et quand se reposer? D'une


manière ou d'une autre, chaque cellule fournit une description de
poste claire pour tous ses gènes. Travaille ici; reste là; travaillez un
peu, puis faites une pause. Et la description du poste peut changer
en fonction des besoins du corps.
Cependant, lorsque les ingénieurs en génétique insèrent un gène
d'insecticide dans l'ADN du maïs, la cellule de maïs n'a aucune idée de ce
qu'il faut faire avec ce gène qu'elle n'a jamais vu auparavant. Doit-il être
activé ou désactivé?
Les biologistes ne peuvent pas parler la langue de la cellule. Ils ne savent pas
comment lui dire de surveiller tout l'organisme et d'activer le nouveau gène
uniquement en cas de besoin, comme c'est le cas avec tous les autres gènes. Au
lieu de cela, les biologistes font quelque chose sans précédent dans l'expérience
de la cellule. Le nouveau gène est envoyé avec un «interrupteur d'éclairage» en
permanence en position «on», réglé à haute intensité. Cela permet au nouveau
gène de fonctionner 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, sans interruption, dans toutes
les cellules de la plante. L'interrupteur d'éclairage, appelé «promoteur», est
constitué de matériel génétique qui est attaché au gène insecticide avant
l'insertion.

La sélection de ce matériel génétique présente un défi intéressant et


dangereux. La cellule protège l'ADN des envahisseurs étrangers. Chez les
plantes et les animaux, un système de défense élaboré empêche
normalement les gènes étrangers de s'implanter. Mais il existe certains
envahisseurs génétiques très agressifs qui franchissent les défenses de
la cellule. Les virus les plus notables sont, dont certains sont
cancérigènes.

Ceux-ci peuvent faire des ravages sur l'ADN et l'organisme tout


entier.
Les biologistes moléculaires empruntent l'interrupteur d'éclairage à l'un de
ces virus,

car il fonctionne dans l'ADN de tous les types de plantes. Appelé le


promoteur du virus de la mosaïque du chou-fleur (CaMV), «il est
conçu pour surmonter les dispositifs défensifs d'une cellule
végétale pour empêcher l'expression d'ADN étranger», explique
Hansen. L'interrupteur ou le promoteur d'éclairage du CaMV est un
élément clé permettant au virus de «détourner le mécanisme
génétique d'une cellule végétale et de faire de nombreuses copies
de lui-même». [4]
Cette nature intimidante lui permet de fonctionner
indépendamment de l' autorégulation normale, harmonieuse et
coordonnée de la cellule . Par conséquent, malgré toutes les
protestations de la cellule ou de son ADN, le promoteur CaMV
fera basculer le gène auquel il est attaché en overdrive.
Certains biologistes préviennent que l'énergie et les ressources
dont une plante a besoin pour maintenir un gène activé 24 heures
sur 24 dans chaque cellule peuvent drainer d'autres systèmes. Il
n'y a aucun moyen de savoir quels autres systèmes seront
sacrifiés ou quelles conséquences cela signifiera pour la santé de
la plante (ou pour le mangeur de la plante).

Mais le danger potentiel du promoteur CaMV est bien plus


grand.
Hansen a déclaré à un panel de l'EPA que puisque ce promoteur fonctionne «en
dehors des circuits de régulation normaux» du propre ADN de la plante, il «peut
être l'une des raisons pour lesquelles [les aliments GM] sont connus pour être
si instables.» [4] En fait, le Dr.
L'équipe de Pusztai soupçonne que c'est la nature instable, non
réglementée et agressive du promoteur qui a causé les
dommages immunitaires et organiques de ses rats. Des
scientifiques du monde entier ont exprimé leur inquiétude à
propos du CaMV, appelant à une interdiction immédiate.
Leurs préoccupations ont été exacerbées par des études montrant que le
promoteur CaMV active non seulement le gène étranger auquel il est attaché,
mais également d'autres gènes natifs. En d'autres termes, les gènes censés être
dormants, comme les gènes des yeux bleus dans le blanc des yeux, sont obligés
de commencer à produire leurs protéines contre la volonté de la cellule. Le
promoteur CaMV peut activer des gènes natifs «sur de longues distances» [4] en
montant et en descendant le brin d'ADN. Il peut même activer des gènes dans un
chromosome différent (section d'ADN). Il n'y a aucun moyen pratique d'éteindre ou
de régler le volume

de ces commutateurs chimiques. [17] Cela peut créer un flot


de protéines totalement inappropriées.
Activer ou désactiver les gènes est une autre forme de
roulette russe.
Que le processus crée de nouvelles toxines, des allergènes,
des cancers ou des changements nutritionnels est une
hypothèse.
10. Points chauds
Des études montrent également que le promoteur crée un «hotspot»
dans l'ADN.
Cela signifie que toute la section d'ADN, ou chromosome, peut devenir instable.
Cela peut provoquer des ruptures du brin ou des échanges de gènes avec
d'autres chromosomes. Selon Cummins, un promoteur peut avoir «le même
impact qu'une forte dose de rayonnement gamma».

11. Réveiller les virus endormis


La nature du promoteur du CaMV présente encore un autre risque,
qui, selon Cummins, est «probablement la plus grande menace des
cultures génétiquement modifiées». Il dit que la recherche en
laboratoire démontre que «l'insertion de virus modifiés et de gènes
de virus d'insectes dans les cultures» peut «créer de nouveaux
virus hautement virulents».
Pour comprendre cela, nous devons à nouveau regarder comment la théorie de la
génétique a évolué depuis le début du génie génétique. Seul un petit pourcentage
de l'ADN a été identifié comme des gènes. Chez l'homme, il se situe entre 1,1 et
1,4%. La partie beaucoup plus importante de l'ADN était autrefois appelée «ADN
indésirable». Il a été considéré par les scientifiques comme des débris inutiles
laissés par l'évolution de l'espèce. Transférer des gènes étrangers dans des
sections d'ADN indésirable était considéré comme une zone de sécurité. En
réalité, c'est peut-être tout le contraire.

Au fur et à mesure que l'ADN a évolué, il est devenu un référentiel de matériel


génétique remontant à des éons. Parmi ce matériel figurent des virus qui ont
pénétré dans l'ADN dans un passé lointain, mais qui sont maintenant en
sommeil. «La plupart des virus se sont érodés», déclare Cummins, «et ont
perdu la capacité de

deviennent réactivés en tant que virus. » Mais il prévient,


«certains sont assez complets et seraient faciles à activer.»
[9]
Cummins et d'autres craignent que le promoteur CaMV, qui est
utilisé dans presque toutes les cultures GM commercialisées,
puisse réactiver des virus. En plus de réveiller les virus dans l'ADN
du maïs, du soja et d'autres aliments génétiquement modifiés, ils
craignent que les promoteurs puissent se déplacer entre les
organismes par transfert horizontal de gènes. Supposons, par
exemple, que le promoteur CaMV d'un grain de maïs GM erre dans
l'estomac d'un humain et se rattache à l'ADN d'un virus dormant.
Au lieu de promouvoir un gène insecticide comme prévu, il se peut
maintenant qu'il active un virus.

Dans leur article, «Chou-fleur Mosaic Viral Promoter — A Recipe for


Disaster», Ho, Ryan et Cummins mettent en garde, «Transfert
horizontal du promoteur CaMV. . . a le potentiel de réactiver des
virus dormants ou de [créer] de nouveaux virus dans toutes les
espèces auxquelles il est transféré. » [19]
12. Cancer
L'interrupteur de lumière CaMV et d'autres promoteurs viraux utilisés
dans les cultures GM peuvent également activer d'autres gènes
non viraux dans l'espèce où il «se trouve être transféré», explique Ho et
d'autres. «L'une des conséquences d'une telle surexpression inappropriée
de gènes peut être le cancer.» [19]

Stanley Ewen, l'un des plus grands experts écossais des maladies tissulaires, est
d'accord. Il dit que le promoteur du CaMV «pourrait affecter l'estomac et la
muqueuse colique en provoquant un effet de facteur de croissance avec la
possibilité non prouvée d'accélérer la formation de cancer dans ces organes».
Ewen, qui avait collaboré avec Pusztai sur la publication Lancet, peut avoir vu de
première main les premiers signes d'une telle croissance dans les intestins
épaissis des rats. En fait, les trois études qui ont rapporté une prolifération
cellulaire inhabituelle (décrite dans le dernier chapitre) auraient pu identifier les
effets du promoteur CaMV.

En décembre 2002, Ewen a lancé un avertissement sévère au Comité de la


santé et des soins communautaires du Parlement écossais, qui examinait le
sort des futures parcelles d'essai de cultures GM. Ewen a dit que même
la nourriture et l'eau dans la zone proche des cultures peuvent être
contaminées par du matériel GM. Il a également décrit les risques
liés à l'alimentation animale génétiquement modifiée. «Il est
possible que le lait de vache contienne des dérivés GM qui peuvent
être directement ingérés par les humains sous forme de lait ou de
fromage. Même un steak de filet épais et légèrement cuit peut
contenir des matières GM actives. »
Une cuisson minutieuse détruirait probablement la plupart des
matières GM.
Les acides gastriques peuvent également le décomposer (bien que
les preuves présentées dans un chapitre ultérieur le contestent).
Ewen craint que ceux qui ont une digestion altérée à la suite
d'infections d'estomac, même courantes, soient plus à risque de
gènes GM intacts et soient vulnérables à l'effet du facteur de
croissance du promoteur du CaMV.

"Je ne veux pas faire peur, je veux être sous -estimé ,"

Dit Ewen. «Mais je suis très préoccupé par le fait que les
gens qui dépendent des produits locaux pourraient se
mettre en danger.» [20]
13. Risques liés à la respiration d'ADN génétiquement
modifié
À l'été 2003, trente-neuf personnes vivant à côté d'un champ de maïs Bt
aux Philippines ont développé des réactions respiratoires, intestinales et
cutanées pendant la pollinisation du maïs. Des analyses de sang
effectuées par l'Institut norvégien pour l'écologie des gènes ont vérifié les
réactions des anticorps à la toxine Bt, indiquant une réaction immunitaire
au pollen. Les résultats sont préliminaires et il n'est pas certain que les
symptômes soient liés au maïs. Des années plus tôt, le Joint Food Safety
and Standards Group du gouvernement britannique a écrit à la FDA des
États-Unis au sujet des dangers potentiels du pollen GM inhalé,
avertissant même que des gènes pourraient être transférés chez
l'homme.

Bien que l'étude ci-dessus ait examiné les réactions au Bt, pas le transfert de
gène, d'autres recherches de l'Institut norvégien ont découvert des promoteurs de
CaMV intacts dans les tissus de rats deux heures, six heures et trois jours après
que le matériel génétique a été mélangé en un seul repas. Ils ont également vérifié
que le promoteur CaMV fonctionne dans les cellules humaines, de rat et de
poisson, à l'intérieur des tubes à essai.

Ces résultats renversent les affirmations de l'industrie selon lesquelles le


transfert horizontal de gènes ne peut pas se produire et que le promoteur ne
fonctionne que dans les plantes.

Bien que le CaMV se trouve dans le chou-fleur et d'autres légumes, selon


Mae-Wan Ho, généticienne et biophysicienne à l'Open University du Royaume-Uni,
les virus trouvés naturellement dans les légumes sont protégés par une couche
de protéines enroulée autour de l'ADN. Cela empêche le CaMV de pénétrer dans
les cellules des mammifères. Le promoteur du CaMV dans les aliments
génétiquement modifiés, cependant, est de l'ADN viral nu, sans de telles
restrictions. [21]

Autres inconnus
Le génie génétique repose sur une longue liste
d'hypothèses. L'hypothèse principale est que les gènes
étrangers fonctionneront toujours de la même manière
dans le nouvel organisme hôte. Voici quatre défis
supplémentaires à ces hypothèses.

14. Gènes synthétiques:


La plupart des gènes étrangers utilisés dans les cultures GM ne sont
pas naturels. Ils sont synthétiques. Puisque les gènes des plantes et
des bactéries utilisent des séquences différentes pour «décrire»
certains acides aminés, les codes des gènes bactériens doivent être
modifiés pour qu'ils «lisent» correctement dans la plante.
Cummins dit: «L'utilisation de gènes synthétiques est devenue omniprésente
dans le génie génétique et les gènes synthétiques sont supposés être
équivalents. Mais il y a beaucoup de différences entre eux qui ont été ignorées.
En particulier, les gènes bactériens utilisés dans les cultures Bt et le soja et le
maïs Roundup Ready sont considérablement modifiés. » Il dit que les agences
gouvernementales acceptent simplement les hypothèses d'équivalence des
entreprises puisque «les régulateurs sont naïfs dans le domaine de la génétique
et de la biologie moléculaire». [9]

15. Disposition génétique:


Pour des raisons mal comprises, l'insertion du même gène dans différentes
variétés de la même espèce végétale peut avoir des résultats très variables.
Selon son témoignage devant le comité consultatif scientifique de l'EPA en
octobre
En 2000, Hansen dit: «Dans certaines variétés, le caractère peut
être exprimé à des niveaux suffisamment élevés pour avoir
l'impact souhaité.
Dans d'autres, le niveau d'expression est trop faible pour avoir l'impact
souhaité. » [4]

De même, les variétés de la même espèce peuvent être sujettes à des effets
secondaires dangereux lorsqu'un nouveau gène est inséré. L'influence
imprévisible de la disposition génétique n'est généralement pas abordée dans
les études de sécurité.

16. Interactions complexes imprévisibles:


«Lorsque vous insérez un gène étranger, vous modifiez tout le
processus métabolique», déclare Sharad Phatak de l'Université de
Géorgie. «Vous ne changez simplement rien. Chaque
changement aura un effet sur d'autres voies. Un gène donné va-t-
il déclencher toute une série de changements? Nous ne savons
pas avec certitude. » [22]

Les gènes peuvent s'influencer mutuellement. Les protéines


peuvent s'influencer mutuellement.

Et des protéines modifiées peuvent activer ou désactiver des gènes. À


chaque changement, une nouvelle interaction peut commencer,
déclenchant encore plus de changements. Ce type de réaction en chaîne
imprévue peut avoir produit la toxine responsable de l'épidémie mortelle
décrite dans le chapitre suivant.

17. Codes réorganisés:


Parfois, le processus de génie génétique entraîne une séquence
réorganisée d'informations génétiques. Bien que la cause ne soit
pas claire, elle peut être associée à l'effet du canon à gènes
combiné à la tentative de la cellule de réparer les plaies.
18. Empilement de gènes:
La possibilité d'interactions imprévues se multiplie lorsque les cultures GM sont
conçues non seulement avec un gène étranger, mais avec plusieurs gènes
«empilés». Une version de la pomme de terre New Leaf de Monsanto, par
exemple, était empilée avec huit traits différents - elle a créé la sienne

le pesticide, a résisté aux maladies, a été tolérant aux herbicides, a


augmenté son poids et réduit les ecchymoses. [1] Certaines cultures GM
acquièrent accidentellement des gènes étrangers supplémentaires par
pollinisation croisée. Les plants de canola au Canada, par exemple, se sont
retrouvés avec des gènes étrangers de deux sociétés différentes, chacune
conférant une tolérance à sa propre marque d'herbicide.

Les gènes empilés et leurs protéines peuvent interagir de manière


dangereuse.

Les pesticides traditionnels illustrent ce principe. Lorsqu'ils sont


mélangés avec d'autres pesticides ou produits chimiques, leur force
peut être multipliée.
«Les composés qui améliorent l'activité des pesticides ne sont pas rares.» En fait,
des scientifiques ont accidentellement découvert que la toxine Bt créée par des
variétés de maïs, de coton et de canola GM devient «plus mortelle» pour les
insectes lorsqu'elle est mélangée à de très petites quantités d' antibiotique naturel
- un sous - produit de bactéries. Des tests n'ont pas été menés pour déterminer si
la toxicité «fortement augmentée» [23] est dangereuse pour l'homme ou la faune.

19. Problèmes nutritionnels


Les changements dans l' ADN - à la fois intentionnels et accidentels - peuvent
influencer le contenu nutritionnel d'une plante. En fait, bon nombre des
problèmes potentiels déjà abordés dans cette liste pourraient modifier la valeur
sanitaire d'un aliment génétiquement modifié.

Des études ont mis en évidence de nombreuses différences dans la composition


du maïs et du soja génétiquement modifiés par rapport à leurs homologues
naturels non génétiquement modifiés . Une alimentation modifiée peut entraîner
des effets secondaires imprévus. Les vaches nourries au soja GM Roundup
Ready, par exemple, produisaient du lait avec une teneur accrue en matières
grasses. [24] Ceci illustre un effet en cascade, où un problème en entraîne
d'autres.

20. Allergènes
Le génie génétique peut transformer un aliment inoffensif en un aliment
contenant un allergène potentiellement mortel d'au moins trois manières
différentes:

1. Le niveau d'un allergène d'origine naturelle peut être augmenté;

2. Un gène prélevé sur un type d'aliment peut transférer des


propriétés allergènes lorsqu'il est inséré dans un autre
aliment; et
3. Des allergènes inconnus peuvent résulter de gènes et
de protéines étrangers qui n'ont jamais fait partie de
l'alimentation humaine.
Ce sujet sérieux est abordé plus en détail dans son propre chapitre.

21. Erreur humaine


En plus de travailler avec des théories obsolètes et une compréhension limitée,
les ingénieurs génétiques opèrent également dans un domaine où il existe de
nombreuses possibilités d'erreur humaine. Certaines erreurs sont détectées.
Certains s'enfuient.

Celui qui s'est échappé a été rapporté le 21 février 1999. Selon


l'Independent du Royaume-Uni dimanche, Monsanto avait mélangé des
«informations cruciales» sur un gène étranger qui avait été inséré dans du
maïs tolérant aux herbicides . Les données incorrectes avaient été
soumises au Comité consultatif britannique sur les rejets dans
l'environnement (ACRE) pour une évaluation de la sécurité. "Les membres
du comité étaient furieux que Monsanto leur ait demandé d'approuver une
demande de marketing basée sur des informations inexactes", a rapporté
l'article. «Ils ont accusé Monsanto d'avoir soumis des recherches bâclées,
une« mauvaise interprétation »et un travail bien en deçà des normes
requises.» Monsanto a été qualifié d '«incompétent» et leur niveau de
travail «totalement inacceptable».

«C'est très inquiétant», a déclaré Janey White, biologiste moléculaire.


«Cela signifie que quelqu'un quelque part à Monsanto se trompe.»

Apparemment, l'erreur avait déjà dépassé les régulateurs aux


États-Unis, où le maïs était déjà approuvé. [25]
En plus des erreurs de création ou d'évaluation d'un OGM, un autre type d'erreur
courante consiste à laisser accidentellement des OGM non approuvés dans
l'approvisionnement alimentaire. Par exemple, en février 2003, Reuters rapportait:
«Près de 400 porcs utilisés dans la recherche américaine en bio-ingénierie
peuvent être entrés dans l'approvisionnement alimentaire parce qu'ils ont été
vendus à un marchand de bétail au lieu d'être
détruit." [26] De même, un an plus tôt, onze porcelets GM avaient été
accidentellement broyés dans des aliments pour volaille. Il y a également eu de
nombreuses incidences de variétés de cultures non approuvées se retrouvant
dans les aliments. Le maïs StarLink était l'exemple le plus célèbre. Les cultures
GM modifiées pour produire des produits pharmaceutiques ou des produits
chimiques industriels ont également contaminé les champs voisins par transfert
de pollen ou mélange accidentel.

Étude de cas: soja Roundup Ready


Une combinaison d'erreur humaine et des effets imprévisibles du génie génétique
a été révélée en mai 2000. Le soja Roundup Ready de Monsanto était déjà sur le
marché depuis sept ans. La société pensait n'avoir inséré qu'un seul gène
étranger (avec son promoteur CaMV). Le gène, dérivé de bactéries, a permis à la
plante de soja de survivre à des concentrations élevées de l'herbicide de
Monsanto appelé Roundup. À la surprise de l'entreprise, ils ont découvert que
deux fragments de gène supplémentaires avaient été insérés accidentellement
dans l'ADN de soja.

Selon Sue Mayer, directrice du groupe de recherche indépendant Genewatch,


«ces résultats démontrent que la modification génétique est un processus
maladroit, pas précis comme on le prétend souvent. Il n'y a aucun contrôle sur
le nombre de gènes, dans quel ordre ou où ils sont insérés. " [27]

Elle a ajouté: «Des copies ou fragments supplémentaires de gènes


peuvent affecter le fonctionnement des autres gènes insérés, ce
qui pourrait avoir des conséquences sur les performances et la
composition de la plante. Cela peut avoir des implications pour la
sécurité humaine et environnementale. »
Charlie Kronick de Greenpeace a ajouté: «Après des années sur
le marché, Monsanto révèle que ni l'industrie ni les régulateurs ne
savent réellement quels gènes il contient. Que ne savons-nous
pas d'autre?
Plus que nous ne savions pas a été bientôt révélé. Un an plus tard, une équipe de
scientifiques belges a publié sa découverte surprenante à côté de l'un de ces
fragments de gène insérés voyous se trouvait une séquence d' ADN - 534
bases - qui ne faisait pas partie du gène Roundup et n'était pas naturelle

ADN de soja non plus. [28]


Selon le New York Times, leurs découvertes «suggèrent que cet ADN
inconnu est probablement le propre ADN de la plante, mais qu'il a été
en quelque sorte réarrangé ou brouillé au moment où le gène bactérien
a été inséré. Une autre possibilité, ont-ils dit, est qu'une partie de l'ADN
de la plante a été supprimée, laissant un autre ADN dans cette
position. [29]

Commoner cite une troisième possibilité: les propres protéines


de la plante, qui sont normalement utilisées pour corriger les
erreurs d'ADN, pourraient avoir réorganisé la séquence de bases
du gène étranger. [2]
Quelle que soit la raison, «L'ADN anormal était suffisamment gros
pour produire une nouvelle protéine, une protéine potentiellement
nocive.» [2]
Doug Parr, conseiller scientifique en chef de Greenpeace-UK , a
averti: «Personne ne sait ce qu'est cette séquence génétique
supplémentaire, ce qu'elle produira dans le soja et quels seront
ses effets.» [30]
Tony Combes de Monsanto a défendu le morceau d'ADN
nouvellement découvert, en disant: "Il aurait été un constituant du
soja Roundup Ready utilisé dans toutes les études d'évaluation de
la sécurité."
Évaluation de sécurité?
Quelles études d'évaluation de la sécurité? Selon Arpad Pusztai, il n'a pas encore
vu d'études suffisantes pour identifier les dangers potentiels, même du gène
étranger visé, sans parler des fragments de gène ou de l' ADN réembrouillé .

Soyons précis. Examinons l'ensemble des recherches sur l'évaluation de la


sécurité de ces graines de soja, y compris les études publiées et la recherche non
publiée que Monsanto a soumise à l'ACNFP du Royaume-Uni pour approbation.

Nous verrons s'il teste correctement les risques potentiels


évoqués jusqu'à présent dans ce chapitre.
1. Pour vous assurer que les brouilleurs de code n'ont pas réorganisé le
code sur
Les gènes étrangers de Monsanto et créent de nouvelles protéines inattendues,
les chercheurs auraient dû identifier le type et la quantité de toutes les protéines
du soja, à la fois avant et après modification. Cette pré et post-inspection serait
également nécessaire pour s'assurer que l' interrupteur d'éclairage CaMV n'a
pas accidentellement activé des gènes natifs dans l'ADN du soja.

Les chercheurs n'ont pas fait ces tests.


2. Pour se protéger contre le comportement involontaire des
molécules auto - stoppeurs , les chercheurs auraient dû s'assurer
que leur nouvelle protéine était dépourvue de ces molécules
ajoutées.
Et ils auraient besoin de les rechercher dans chaque
partie de la plante et dans de multiples conditions de
croissance. Ils n'ont pas.
3. Pour éviter un mauvais repliement de la nouvelle protéine par les
chemises chaperons du soja , les scientifiques seraient tenus de
comparer la forme de leur protéine dans le plant de soja avec sa
forme naturelle dans la bactérie, également dans des conditions
variées. Ils ne l'ont pas fait non plus.
4. Lesscientifiques devraient inspecter soigneusement toute la
structure de l'ADN de la plante GM pour être sûr que le processus
d'insertion du gène ou du point chaud du CaMV n'a perturbé
aucune autre séquence.
Ils ne l'ont évidemment pas fait car ils avaient manqué
deux fragments d'ADN étranger et la séquence d'ADN
mystérieuse que personne n'avait jamais vue auparavant.
5. Le fait que les effets de la position du gène étranger et d' autres facteurs
peuvent causer gène réduire au silence -accidentally éteindre présente genes-
indigènes un défi particulièrement difficile. Certains gènes natifs ne sont
exprimés que dans des circonstances très limitées ou dans de petites régions de
la plante. Si l'un de ces gènes rarement utilisés était réduit au silence, comment
les chercheurs le sauraient-ils? Ils devraient comparer l'expression des protéines
de toutes les parties des plantes naturelles et génétiquement modifiées dans une
énorme variété de circonstances, selon l'âge, la maladie, les nutriments,
l'environnement et les ravageurs, pour n'en nommer que quelques-uns. Une
analyse aussi approfondie pourrait même ne pas être possible.

Inutile de dire que cela n'a pas été tenté.


6. Les chercheurs n'ont pas non plus réussi à se prémunir contre la
création de nouveaux virus , qui, en théorie, pourraient se produire
soit en activant les virus dormants de l'hôte, soit par transfert
horizontal de gènes .

De plus, les chercheurs n'examinent pas toujours les


nouveaux virus pour voir si leur origine est liée à des sources
GM.
7. Le transfert de la résistance aux antibiotiques aux bactéries
infectieuses n'est pas un problème avec le soja Roundup Ready,
car il ne contient pas de gène marqueur résistant aux
antibiotiques. C'est un problème pour le maïs GM et il n'a pas
été testé de manière adéquate.
8. Leseffets de l'environnement sur l'expression des gènes
et les différences dans la constitution génétique des
variétés de soja n'ont été évalués que dans des conditions
limitées. Leurs effets ont été mesurés en utilisant
seulement quelques facteurs, comme le rendement des
cultures.
9.Les gènes synthétiques étaient considérés comme
équivalents. Les éventuelles différences n'ont pas été
abordées dans la recherche.
10. Très peu de recherches ont évalué les changements imprévus dus à
des interactions complexes ou à de multiples gènes étrangers, soit

produit par empilement intentionnel de gènes ou par pollinisation croisée .

11. Les chercheurs n'ont pas recherché le transfert de matériel


génétique via la viande ou le lait ingérés , via l' eau contaminée ou par
inhalation de pollen génétiquement modifié . Ils supposent qu'aucun
de ces transferts n'est possible.

12. Les craintes des scientifiques selon lesquelles le


promoteur CaMV pourrait favoriser la croissance
cellulaire et conduire au cancer n'ont pas été écartées
par des études rigoureuses.
13. Bien que certaines comparaisons nutritionnelles soient effectuées
régulièrement, elles sont beaucoup trop limitées pour identifier les nombreuses
différences qui peuvent
été causé par le génie génétique.
De plus, certains changements nutritionnels qui ont été
identifiés ont été ignorés.
14. Enfin, les chercheurs n'ont pas effectué de tests adéquats pour voir si
quelqu'un serait allergique à leur soja. Bien qu'une analyse rapide de ses
propriétés allergéniques potentielles ait été effectuée, un chapitre ultérieur
révélera qu'aucun test adéquat n'a encore été conçu. Ce manque de garanties a
incité Pusztai à qualifier les allergies de «talon d'Achille des aliments
génétiquement modifiés».

Ainsi, quelle que soit l'évaluation de la sécurité à laquelle le représentant de


Monsanto faisait référence, aucune n'a identifié ou prévenu de manière
adéquate bon nombre des problèmes potentiellement graves qui pourraient
déjà affliger la société.

Dans notre quête pour découvrir la cause des porcs poilus, du tabac
toxique et de nombreux autres accidents, nous avons soulevé plus de
questions que de réponses. Nous pouvons mieux comprendre les
conclusions d'une équipe de scientifiques qui a entrepris de documenter
tout ce qui n'était pas encore compris dans la science des cultures
génétiquement modifiées. Ils ont déclaré: «Les controverses et les
lacunes dans les connaissances semblent être présentes à tous les
niveaux.» [31]
Ces lacunes dans les connaissances ne sont pas simplement
académiques. «Compte tenu de notre manque actuel de compréhension
des conséquences de la technologie [GM]», dit Schubert, «les aliments
[10]
GM ne sont pas une option sûre.» [10] Commoner avertit: «Aucun des []
tests essentiels n'est effectué, et des milliards de plantes transgéniques
sont maintenant cultivées avec seulement les connaissances les plus
rudimentaires sur [leurs changements].» Il dit: «Étant donné que certains
effets inattendus peuvent se développer très lentement, les plantes
cultivées doivent également être surveillées par générations
successives.»
«Sans analyses détaillées et continues», poursuit Commoner, «il n'y a aucun
moyen de savoir si des conséquences dangereuses pourraient survenir. . . . Les
cultures génétiquement modifiées actuellement cultivées représentent une
expérience massive et incontrôlée dont le résultat est par nature imprévisible.

Les résultats pourraient être catastrophiques. » [2]


Parmi les catastrophes qui peuvent survenir, il y a la création de
nouvelles toxines. «La production inattendue de substances
toxiques a maintenant été observée dans des bactéries, des
levures, des plantes et des animaux génétiquement modifiés, le
problème restant non détecté jusqu'à ce qu'un risque majeur pour
la santé se produise», explique Antoniou. «De plus, [les aliments
génétiquement modifiés et les agents de transformation des
aliments génétiquement modifiés] peuvent produire un effet
immédiat ou il peut s'écouler des années avant que la toxicité
totale se manifeste.» [32]

Dans un chapitre ultérieur, nous examinons l'un de ces dangers


mortels pour la santé qui aurait pu prendre de nombreuses années
à découvrir, sinon les symptômes uniques et aigus de la maladie, le
travail de détective inhabituel d'un médecin alerte et beaucoup de
chance.
Sagesse des vaches
En 1998, Howard Vlieger a récolté du maïs naturel et une
variété Bt génétiquement modifiée dans sa ferme de Maurice,
Iowa.
Curieux de savoir comment ses vaches réagiraient au maïs Bt
produisant des pesticides , il a rempli un côté de son auge de seize pieds
avec le Bt et a jeté du maïs naturel de l'autre côté. Normalement, ses
vaches mangeaient autant de maïs que possible, ne laissant jamais de
restes. Mais quand il en laissa vingt-cinq dans l'enclos, ils se
rassemblèrent tous sur le côté de l'auge avec le maïs naturel.

Quand il était parti, ils ont grignoté un peu le Bt, mais ont
rapidement changé d'avis et sont partis.
Quelques années plus tard, Vlieger a rejoint une salle remplie d'agriculteurs à
Ames, Iowa, pour entendre le candidat à la présidentielle Al Gore. Troublé par
l'acceptation inconditionnelle de Gore des aliments GM, Vlieger a demandé à
Gore de soutenir un projet de loi récemment présenté au Congrès exigeant que
les aliments GM soient étiquetés. Gore a répondu que les scientifiques ont
déclaré qu'il n'y avait pas de différence entre les aliments GM et non GM . Vlieger
a dit qu'il était respectueusement en désaccord et a décrit comment ses vaches
ont refusé de manger du maïs GM. Il a ajouté: «Mes vaches sont plus intelligentes
que ces scientifiques.» La salle a éclaté en applaudissements. Gore a demandé si
un autre

les agriculteurs ont remarqué une différence dans la façon dont


leurs animaux réagissaient aux aliments génétiquement
modifiés. Environ douze à quinze mains se sont levées. [1]
«Si un champ contenait du maïs GM et non GM , le bétail
mangerait toujours le non GM en premier.» [2] —Gale Lush,
Nebraska
«Un voisin cultivait du maïs Pioneer Bt. Quand les bovins ont été
renversés sur les tiges, ils ne voulaient tout simplement pas les manger.
[2]

—Gary Smith, Montana


«Bien que mes vaches aient une préférence pour le maïs à
pollinisation libre par rapport aux variétés hybrides, elles battent toutes
les deux le maïs Bt haut la main.» [2]

—Tim Eisenbeis, Dakota du Sud


Selon un article de 1999 Acres USA , le bétail a même franchi une clôture et a
traversé un champ de maïs Roundup Ready pour obtenir une variété non GM
qu'ils ont mangée. Les vaches ont laissé le maïs GM intact. [3]
chapitre 3
Lait renversé
«Le témoignage des scientifiques devant un comité sénatorial [canadien]
ressemblait à une scène de l'émission télévisée conspiratrice« The X-Files ».» [1]
C'est ainsi que le principal journal canadien, le Globe and Mail, a décrit l'histoire de
six Canadiens. des scientifiques du gouvernement qui ont tenté de résister aux
pressions pour approuver un produit qu'ils jugeaient dangereux. Les six étaient
employés par Santé Canada - l' équivalent canadien de la FDA. En 1998, ils ont
examiné l'hormone de croissance bovine recombinante (génétiquement modifiée)
(rbGH), qui, lorsqu'elle est injectée à des vaches laitières, augmente la production
de lait de 10 à 15 pour cent. Leur travail consistait à déterminer s'il était
sécuritaire pour les gens de boire le lait des vaches traitées.

Ils ne le pensaient pas, mais les hauts fonctionnaires canadiens et


le fabricant du produit Monsanto ont quand même essayé de les
forcer à l'approuver.
L'Ottawa Citizen a rapporté la scène de cette façon: «Les
sénateurs sont restés stupéfaits lorsque le Dr Margaret Haydon a
raconté avoir participé à une réunion lorsque des responsables
de Monsanto, Inc., le fabricant du médicament, ont fait une offre
de 1 à 2 millions de dollars aux scientifiques. de Santé Canada -
une offre qu'elle a dit aux sénateurs n'aurait pu être interprétée
que comme un pot-de-vin.
Les sénateurs ont écouté Haydon «raconter comment des notes et des
fichiers critiquant les données scientifiques fournies par Monsanto
avaient été volés dans un classeur verrouillé dans son bureau». [2] Et,
avec sa voix tremblante, Haydon a dit que quand elle a refusé
d'approuver le médicament en raison de ses préoccupations pour la
santé humaine, elle a été retirée de l'affaire.
Les scientifiques ont déclaré au comité sénatorial: «Les fabricants de produits
pharmaceutiques ont beaucoup trop d'influence sur le processus d'approbation
des médicaments.»

Les scientifiques «ont souvent le sentiment que leur carrière est menacée s'ils
s'opposent à une drogue qu'ils ne croient pas sûre.» Et «des managers sans
scientifique
l'expérience annule régulièrement leurs décisions. [1]
L'un des scientifiques dénonciateurs à témoigner, Shiv Chopra, a révélé que la
politique du ministère est de «servir le client». Le client, cependant, n'est plus
défini comme le public: «Le client est maintenant l'industrie.»

«Nous avons été poussés et contraints de passer des médicaments de


sécurité douteuse, y compris [rbGH]», [2] Chopra a rapporté au comité. Il
«a témoigné que l'un de ses responsables avait menacé de l'expédier lui
et ses collègues vers d'autres départements où ils ne« seraient plus
jamais entendus »s'ils ne se dépêchaient pas d'évaluations favorables de
la rbGH.» [3] Il a ajouté que tous les fichiers relatifs à la rbGH étaient
"désormais contrôlés par un haut fonctionnaire et ne peuvent être
consultés qu'en obtenant la permission." [2] C'était unique à rbGH; aucun
autre fichier n'avait un accès aussi limité.

Le sénateur Eugene Whelan a répondu: «Je ne peux même pas


croire que je suis au Canada quand j'apprends que vos fichiers ont
été volés et que tous les fichiers sont maintenant entre les mains
d'une seule personne. . . . Quel est le genre de système que nous
avons ici? [2]
Le genre de système a été révélé plus loin lorsque, après avoir
témoigné, Chopra a repris ses fonctions et a été rapidement
suspendu pendant cinq jours sans solde. La cause de la
suspension, a-t-il dit plus tard à un autre comité sénatorial, était
des représailles pour son témoignage.
Ce qui arrivait aux scientifiques canadiens en 1998 équivalait à des
«rediffusions» de ce que les scientifiques du gouvernement américain ont
dû affronter dans les années 1980, lorsque la FDA évaluait la rbGH. Un
regard sur le processus d'approbation de ce médicament nous donne un
exemple des conflits d'intérêts, de la science bâclée et de l'influence de
l'industrie qui affectent également la politique des aliments GM. Il est
important de noter, cependant, que la FDA traite les aliments
génétiquement modifiés complètement différemment des médicaments.
Alors que la FDA a passé plusieurs années à évaluer la rbGH, il n'y a
pratiquement aucun test de sécurité requis pour les aliments
génétiquement modifiés.
Le rbGH de Monsanto a été officiellement approuvé pour une sortie commerciale
en février 1994. Mais la FDA l'avait déjà déclaré sans danger pour les humains.
en 1985, qui avait permis à Monsanto de vendre du lait et de la viande de
ses troupeaux de recherche et de ses laiteries expérimentales. Selon un
document qui a été volé à la FDA et publié plus tard dans The Milkweed,
ils ont basé leur approbation initiale sur une seule étude sur
l'alimentation des rats de vingt-huit jours ainsi que sur des hypothèses
erronées sur les «caractéristiques et l'activité biologique» de l'hormone.
Tout le monde à l'agence n'était pas convaincu que le lait était sûr.
Quelques-uns ont pris la parole.
Le chimiste de la FDA, Joseph Settepani, était en charge du contrôle de qualité
pour le processus d'approbation des médicaments vétérinaires. Lors d'une
audience publique tenue par un membre du Congrès de New York, Settepani a
décrit «une rupture systématique de la sécurité alimentaire humaine au Center
for Veterinary Medicine (CVM)». Peu de temps après avoir pris la parole, «il a été
réprimandé pour insubordination, menacé de licenciement et démis de ses
fonctions de superviseur». Dans un témoignage ultérieur devant un sous-comité
du Congrès, Settepani a déclaré: «J'ai été envoyé dans une remorque dans une
ferme expérimentale. . . complètement isolé de l'élaboration des politiques des
agences sur la sécurité alimentaire humaine. Il a déclaré: «La dissidence [chez
CVM] n'est pas tolérée si elle peut sérieusement menacer les bénéfices de
l'industrie.» [4]

Un deuxième scientifique de la FDA, Alexander Apostolou, s'est heurté à une


réponse similaire. Apostolou était devenu directeur de la Division de Toxicologie
après une brillante carrière dans l'industrie et le milieu universitaire. Dans un
affidavit, il a déclaré: «Des procédures scientifiques solides pour évaluer la
sécurité alimentaire humaine des médicaments vétérinaires ont été ignorées. J'ai
été confronté à la pression continue de mes supérieurs CVM pour parvenir à des
conclusions scientifiques favorables à l'industrie pharmaceutique. . . . Au cours
de mon séjour chez CVM, j'ai vu des fabricants de médicaments influencer de
manière inappropriée l'analyse scientifique, la prise de décision et la mission
fondamentale de l'agence. Apostolou a également décrit «la tendance claire de
l'agence à maintenir le contenu de l'industrie en acceptant sans réserve les
déclarations et les données du sponsor, et en contournant les règles pour rendre
leurs données acceptables.» [4]

Quand Apostolou a commencé à exprimer ses inquiétudes à l'agence, la réaction


a été hostile. «Ils lui ont confié une tâche impossible, puis l'ont mis en garde
contre des performances médiocres alors qu'il aurait échoué à l'accomplir - une
technique courante pour neutraliser les dénonciateurs. [4]

Apostolou a quitté l'agence.


Apostolou a déclaré que les évaluateurs de la FDA étaient plus
convaincus par «la quantité d'avis sur la qualité des tests». L'industrie le
savait.
Lorsque quatre entreprises ont chacune demandé
l'approbation de leurs propres versions de rbGH, elles ont
enterré la FDA dans une montagne d'informations. Selon
Monsanto, leur soumission à elle seule représentait une pile
de papiers de soixante-sept pieds de haut.
«Nous avons été submergés par l'ampleur de la recherche», a
déclaré le vétérinaire Richard Burroughs, qui a joué un rôle de
premier plan dans le processus d'examen de la rbGH. À un moment
donné, la Division de la sécurité humaine a examiné quarante
volumes de soumissions en seulement deux semaines.
Burroughs reconnaît que la science dans les études était bien en dehors de
l'expertise des employés de la FDA. Plutôt que d'admettre qu'ils étaient au-
dessus de leurs têtes, dit Burroughs, «le Centre a décidé de dissimuler des
études et des décisions inappropriées. Les fonctionnaires «ont supprimé et
manipulé des données pour dissimuler leur propre ignorance et leur
incompétence».

Comme pour les autres approbations de médicaments, la FDA n'a pas effectué
ses propres tests sur la rbGH. L'industrie biotechnologique a plutôt effectué les
tests, résumé les données et les a présentées aux examinateurs de la FDA.
Burroughs a rédigé les protocoles originaux pour évaluer la sécurité de la rbGH
sur les vaches.

Dans le cadre du processus, dit-il, le développeur de médicaments


«intervient et essaie de négocier les protocoles pour les édulcorer. .
. . Ensuite, si les tests ne fonctionnaient pas comme ils le
souhaitaient, ils entraient, présentaient leurs données et voyaient
ce qu'ils pourraient récupérer pour les aider à commercialiser leur
produit. [4]
Mais toutes les données n'ont pas été entre les mains de la FDA. Selon
Burroughs, les vaches qui ont développé des infections de la mamelle,
par exemple, ont souvent été exclues de l'étude, faussant les conclusions
des études.

Alors que la FDA et Monsanto ont déclaré n'avoir vu qu'une poignée de


vaches
développer des infections du pis, des documents obtenus grâce
au Freedom of Information Act ont révélé que 9 500 vaches de
500 fermes ont été infectées. En plus des omissions de données,
des statistiques douteuses ont été appliquées, qui masquaient
davantage les effets du médicament.
Burroughs, qui était le seul de l'unité à avoir une réelle expérience en troupeau
laitier, a participé au processus d'approbation de la rbGH pendant près de cinq
ans. Lorsqu'il a vu ce qu'il considérait comme des compromis inacceptables en
matière de sécurité, il a fait connaître son opinion. Quand, par exemple, il a appris
que les vaches allaient être testées pour un seul cycle de traite, Burroughs a
insisté sur le fait que deux ans était le minimum. Il avait besoin de voir si le
médicament avait un effet sur les veaux nouveau-nés et sur les périodes
ultérieures de lactation. Les exigences de Burroughs frustraient l'industrie, qui
était impatiente de mettre ses produits sur le marché. Lorsqu'il a demandé des
tests de toxicologie et d'immunologie à la fin de 1989, cela s'est apparemment
révélé trop. Environ un mois plus tard, il a été congédié. Il a déclaré à la Humane
Farming Association: «On m'a dit que je ralentissais le processus d'approbation.»
[5] Après avoir quitté l'agence, ils ont annulé l'étude toxicologique qu'il avait

demandée.

Les représailles contre des dénonciateurs comme Settepani, Apostolou et


Burroughs, ne sont pas passées inaperçues parmi les autres employés.
Ainsi, lorsque d'autres à l'agence voulaient exposer ce qui se passait, ils
recouraient à une lettre anonyme aux membres du congrès. Ils ont écrit:
«Nous avons peur de parler ouvertement de la situation à cause du
châtiment de notre directeur, le Dr Robert Livingston. Le Dr Livingston
harcèle ouvertement quiconque exprime une opinion contraire à la sienne.
La lettre a été écrite le 16 mars 1994 en réponse à la décision de la FDA
de ne pas étiqueter le lait provenant de vaches traitées à la rbGH .

[Dans l'extrait suivant de leur lettre, les employés appellent rbGH BST. Cela signifie
somatotropine bovine, le nom que Monsanto a adopté à la fin des années 1980
après avoir réalisé que le mot «hormone» était controversé.]

«La base de notre préoccupation est que le Dr Margaret Miller, l'assistant du


Dr Livingston et, de toutes les indications, extrêmement 'ami proche', a écrit
le

L'avis de la FDA sur les raisons pour lesquelles le lait de vaches traitées à la BST
ne devrait pas être étiqueté. Cependant, avant de rejoindre la FDA, le Dr Margaret
Miller travaillait pour la société Monsanto en tant que chercheur sur la BST. Au
moment où elle a rédigé l'avis de la FDA sur l'étiquetage, elle publiait toujours des
articles avec des scientifiques de Monsanto sur la BST. Il nous semble que c'est
un conflit d'intérêts direct que le Dr Miller travaille de quelque manière que ce
soit sur la BST. Comme vous le savez, si le lait est étiqueté comme provenant de
vaches traitées au BST , les consommateurs ne l'achèteront pas et Monsanto
risque de perdre beaucoup d'argent. Plusieurs anciens collègues du Dr Miller
perdraient leur emploi. »

Les employés se sont également plaints du fait que peu de temps après l'arrivée
de Miller à la FDA, elle a augmenté les niveaux autorisés d'antibiotiques dans le
lait de une partie pour 100 millions à une partie par million (ppm). Un tel
changement était absolument nécessaire pour obtenir l'approbation de la rbGH.
En effet, les agriculteurs avaient besoin de plus d'antibiotiques pour traiter
l'augmentation des infections du pis. Cependant, les injections de médicaments
finissent dans le lait à des niveaux que la FDA considérait autrefois comme
dangereux, c'est-à- dire jusqu'à ce que Miller change les critères de l'agence.

La lettre anonyme poursuit: «Elle a choisi un nombre arbitraire et


scientifiquement non étayé de 1 ppm comme étant la quantité autorisée
d'antimicrobien dans le lait autorisée sans aucun test de sécurité des
consommateurs. Ils ont souligné que la limite de 1 ppm s'applique à
chaque type de médicament. Le lait pourrait contenir de nombreux
antibiotiques à ce niveau. «Les effets des différents antibiotiques
pourraient être additifs et cela n'est pas pris en compte.» La lettre
affirmait: «Dr. La politique de Miller a été utilisée comme base pour
l'approbation de la BST malgré l'utilisation accrue d'antibiotiques. Le fait
que le Dr Miller travaille sur cette question constitue également un conflit
d’intérêts direct. »

La lettre accusait en outre: «Ce n'est pas la première fois que les employés de
CVM accusent le Dr Livingston de fraude et d'abus menant à une mise en
danger de la sécurité publique. Cependant, il semble que si quelqu'un
s'exprime, ce n'est pas le Dr Livingston qui finit par avoir des ennuis. En tant
qu'employés du gouvernement, nous ne pouvons pas comprendre pourquoi il
est permis de continuer. [6]

Le 15 avril 1994, trois membres du Congrès ont répondu aux allégations


en demandant au General Accounting Office (GAO) des États-Unis de

enquêter. Les membres du Congrès ont demandé au GAO, qui mène des
enquêtes au sein du gouvernement, non seulement de se pencher sur les conflits
d'intérêts potentiels de Margaret Miller, mais aussi de Michael Taylor et Susan
Sechen.
En tant que commissaire adjoint de la FDA pour la politique, Taylor (avec le
soutien de Miller) a déterminé que le lait de vaches traitées au rbGH ne devrait
pas être étiqueté comme tel. Il a en outre rédigé des directives rendant difficile
pour les producteurs laitiers même d'étiqueter leur lait comme «sans rbGH».
Avant de rejoindre la FDA, Taylor a travaillé dans un cabinet d'avocats, où, selon la
lettre du membre du Congrès, «Monsanto était son client personnel concernant
l'étiquetage des aliments et les questions réglementaires. Ce cabinet d'avocats
utilise les directives de Taylor pour poursuivre les laiteries avec des étiquettes
sans rbGH. Sechen a auparavant mené des recherches financées par Monsanto
avant de rejoindre la FDA où elle a aidé à approuver la rbGH.

Les membres du Congrès ont écrit: «Toute la revue de la FDA sur la rbGH
a apparemment été caractérisée par de la désinformation et des actions
douteuses de la part des responsables de la FDA et de la société
Monsanto.»

La lettre décrit également la tentative précédente du GAO


d'enquêter sur le processus d'approbation de la rbGH, qu'ils «ont
dû abandonner. . .en raison du refus de la société Monsanto de
mettre à leur disposition toutes les données cliniques et connexes
pertinentes. » [6]
Évaluation de l'évaluation de la FDA
Les hormones de croissance sont naturellement créées dans la glande pituitaire
de tous les animaux. «On savait dès les années 1930 que l'injection d'extraits
d'hypophyse bovine chez les vaches laitières augmentait le rendement laitier. [7]
La pratique, cependant, n'était pas commercialement viable jusqu'à ce que le
génie génétique crée une méthode de production rentable . Les ingénieurs ont
pris le gène de la vache qui crée leur hormone de croissance, l'ont modifié et l'ont
inséré dans la bactérie E. coli, créant ainsi une usine vivante. L'hormone résultante
est similaire, mais pas identique à la variété naturelle. Lorsqu'il est injecté à une
vache, il stimule l'ensemble du métabolisme, y compris une augmentation de
l'activité des cellules mammaires. Cela conduit à une augmentation de la
production de lait.

L'hormone de croissance de Monsanto était controversée. C'était le premier regard


de la FDA
à un produit alimentaire génétiquement modifié . En tant que tel, il
y avait beaucoup à faire sur son approbation. Peter Hardin,
rédacteur en chef du journal de l' industrie laitière du Wisconsin ,
The Milkweed, déclare: «C'était le chef de file de la pâte à frire qui
devait être sur la base, car il y avait tellement d'influence
corporative derrière cela. [8]
Des années après la mise sur le marché du médicament, les scientifiques
canadiens ont rédigé un long rapport relatant toutes les omissions,
contradictions, faiblesses et lacunes du processus d'approbation de la
FDA. Il est devenu connu sous le nom de rapport d'analyse des lacunes, et
a déclaré que «l'évaluation de 1990 de la FDA était en grande partie un
examen théorique prenant les conclusions du fabricant à leur valeur
nominale. Aucun détail des études ni analyse critique de la qualité des
données n'a été fourni. » [9]
Un regard sur le processus d'approbation de la FDA de la rbGH, qui était peut-être
l'approbation de médicament la plus controversée de l'histoire de la FDA, est
révélateur. Pour défendre la drogue, l'agence a fait quelque chose sans précédent.
En août 1990, deux scientifiques de la FDA ont publié un article dans la revue très
respectée Science, approuvant la sécurité du produit. Les auteurs ont fait
référence à deux études dans lesquelles des rats ont été nourris ou injectés de
rbGH, puis surveillés pour les changements de santé. Bien que les humains ne
soient ni nourris ni injectés de rbGH, le lait de vache contient une petite quantité
d'hormone de croissance bovine naturelle (bGH). Lorsque les vaches reçoivent
une injection de rbGH, il est possible qu'une partie de cette version génétiquement
modifiée se retrouve dans le lait avec la variété naturelle. Nourrir le rbGH aux rats
était donc une façon de voir si l'hormone GM ingérée pouvait entraîner des
problèmes.

La première de ces études n'a duré que vingt-huit jours. Alors que la
FDA a affirmé que les rats nourris avec de la rbGH n'ont montré
aucun effet, la courte durée choisie pour l'étude a étonné les
critiques. Chopra de Santé Canada dit: «Dans vingt-huit jours, que
pouvez-vous trouver?» [10] La deuxième étude était également à
court terme - 90 jours.
Selon le rapport d'analyse des écarts au Canada, puisque la rbGH était une
hormone, «sa chimie aurait dû donner lieu à des études toxicologiques plus
exhaustives et plus longues chez les animaux de laboratoire». Celles-ci sont
«généralement requises. . .

pour vérifier la sécurité humaine. » Parce qu'elles n'ont pas été menées,
«des possibilités et des potentiels tels que la stérilité, l'infertilité, les
anomalies congénitales, le cancer et les dérangements
immunologiques n'ont pas été abordés». [9]
Une étude visant à déterminer si un médicament est cancérigène
testera deux espèces différentes pendant environ deux ans - la
durée de vie des souris ou des rats.
Ignorant la courte durée de l' étude de 90 jours , les auteurs de
l'article Science ont souligné que si les rats injectés de rbGH
présentaient des changements significatifs, ceux nourris avec de
la rbGH ne présentaient aucun effet biologique, prouvant que
l'hormone était sans danger si elle était consommée.
Après l'approbation du rbGH des années plus tard, Robert Cohen a décidé
d'analyser les conclusions de l'article scientifique. Bien que Cohen fût un homme
d'affaires, il avait étudié les sciences au premier cycle et travaillé dans un
laboratoire - il avait hâte de gérer les chiffres. Il prit l'article et sa calculatrice, et
passa trois jours dans son bureau à déverser les chiffres. Il était mécontent de ce
qu'il a trouvé. Beaucoup de données dont il avait besoin manquaient. Les
conclusions étaient souvent fondées sur des données résumées ou sur des
études d'entreprises non publiées dont les détails n'étaient pas du domaine
public. En particulier, alors que les auteurs ont indiqué que le poids de nombreux
organes et tissus avait été mesuré à la fin de l' étude sur l'alimentation de 90 jours
, l'article de Science n'a énuméré les données que pour quatre d'entre eux.

Cohen a appelé la FDA en 1994 pour lui demander de voir le reste des
mesures. Selon Cohen, le responsable de l'agence, Richard Teske, lui a dit
qu'il s'agissait d'un secret commercial. Cohen ne savait pas pourquoi le
poids des organes était considéré comme un secret commercial. Même
l'inspecteur général du ministère de la Santé et des Services sociaux,
Richard P. Kusserow, avait affirmé dans un rapport de 1992 que «la
divulgation complète des données BST ne se produira que si et jusqu'à ce
que la FDA approuve le médicament à des fins commerciales». [6] Mais en
février 1994, la rbGH de Monsanto a été approuvée et maintenant Cohen
voulait une divulgation complète.
Cohen a essayé de l'obtenir de Monsanto. Pas de chance. Il a déposé une
demande d’étude en vertu de la loi sur la liberté d’information, mais il a été refusé.
Il a fait appel au sein de la FDA et, étonnamment, la demande est allée aux
mêmes personnes qui avaient
initialement refusé. Sans surprise, Cohen a encore perdu. La raison du refus de la
FDA a déclaré: «La divulgation de l'information causerait un préjudice
concurrentiel et financier substantiel à l'entreprise (Monsanto).» [6] Cohen était
déterminé à mettre la main sur l'étude. Il a intenté une action en justice devant la
Cour fédérale. Le tribunal a statué contre lui, encore une fois au motif que les
poids des organes étaient un secret commercial; les révéler, selon la décision,
pourrait causer un «préjudice concurrentiel substantiel» [6] à Monsanto.

(Comparez l'expérience de Cohen avec la déclaration des États-Unis


Le 26 mars 2003, le président de la Chambre, J. Dennis Hastert. Pour défendre la
sécurité des aliments génétiquement modifiés, il a déclaré: «Tout au long du
processus [d'approbation], le public a amplement l'occasion de participer et de
commenter, ainsi que des données sur lesquelles les décisions réglementaires
Se fondant sur les liens d'un ami avec le membre du Congrès Newt Gingrich,
Cohen a eu l'occasion de rencontrer des responsables de la FDA le 21 avril 1995
pour discuter de ses préoccupations concernant l'étude. À ce moment-là, Cohen
avait entendu dire que la FDA n'avait jamais reçu les données brutes. Il a
demandé à Richard Teske si l'agence l'avait examiné. Selon Cohen, Teske a
déclaré l'avoir examiné. Mais lorsque Teske s'est tourné vers Robert Condon qui
était en charge de l'analyse statistique, Condon a admis qu'ils ne l'avaient, en fait,
jamais revu.

De même, trois ans plus tard, en octobre 1998, un autre


responsable de la FDA, John Scheid, a déclaré à l'Associated Press
que l'agence n'avait jamais examiné les données brutes de l'étude
sur l'alimentation des rats de Monsanto, mais plutôt basé ses
conclusions sur un résumé fourni par Monsanto.
Cet aveu était sérieux. Selon l'Environment and Health Weekly de Rachel,
«s'appuyer sur un résumé d'une étude, plutôt que sur des données détaillées de
l'étude, violerait les procédures publiées par la FDA.» 11 En fait, les scientifiques
de la FDA qui ont écrit l'article de 1990 dans Science ont déclaré que « la FDA
oblige les sociétés pharmaceutiques à soumettre toutes les études qu'elles ont
menées sur leurs produits. » En outre, «les entreprises soumettent également les
données brutes de toutes les études de sécurité qui constitueront la base de
l'approbation du produit; la soumission permet aux scientifiques du CVM de
confirmer l'exactitude des résultats et des conclusions. » [7] Dans ce même
article, cependant, les auteurs

peuvent avoir fondé leurs conclusions sur la recherche de l' essai


d'alimentation de rat de 90 jours sans avoir examiné les données.
Lorsque les scientifiques de Santé Canada ont mené leur enquête sur la rbGH, ils
ont déterminé que la FDA avait «mal rapporté» les données de l'étude sur
l'alimentation. La FDA avait conclu que la rbGH «n'était pas et ne pouvait pas être
absorbée dans la circulation sanguine». Cette conclusion était basée sur
l'hypothèse selon laquelle «la rbGH ingérée devrait être dégradée dans le tractus
gastro-intestinal humain de la même manière que les autres protéines» et sur les
preuves à l'appui qu'il n'y avait pas de «résultats cliniques» parmi les rats nourris
[7]
avec de la rbGH. [7] Les deux avaient tort. Il existe d'autres protéines qui survivent
à la digestion et, selon les données de l'étude chez le rat, il y a eu des résultats
cliniques. En fait, 20 à 30 pour cent des rats nourris avec de la rbGH ont
développé une réponse anticorps. Une telle réponse, selon Rachel, «est la preuve
que le système immunitaire a détecté et réagi à une substance pénétrant dans le
corps». [11]

Selon Chopra, il était évident que la FDA n'a jamais examiné les
données sur les anticorps. De plus, l'équipe canadienne a
découvert que certains rats mâles nourris avec l'hormone
développaient des kystes sur leur thyroïde et des changements
dans leur prostate, ce qui aurait dû inciter à une enquête plus
approfondie.
Le rapport officiel de la FDA admet qu'ils avaient accidentellement
négligé les données de l'étude sur les anticorps, mais, contrairement
aux commentaires de Scheid à un journaliste et à ce que Cohen a
rappelé de sa réunion, ils affirment avoir examiné d'autres données de
l'étude.
Outre les effets que l'ingestion de rbGH pourrait avoir sur les
humains, Chopra était particulièrement préoccupé par la façon
dont les vaches malades pourraient avoir un effet néfaste sur la
composition du lait et de la viande. Le rapport canadien a déclaré
que «les nombreux effets néfastes [sur les vaches]. . . peut avoir
eu un impact sur la santé humaine » [9], et aurait dû être pris en
considération tant par la FDA que par la Division de la sécurité
humaine du Bureau des médicaments vétérinaires (BVD) du
Canada.

Par exemple, le rapport d'analyse des écarts au Canada a souligné que les vaches
recevant une injection de rbGH souffraient de «malformations congénitales, de
troubles de la reproduction, d'une incidence plus élevée de mammite [infection du
pis]» [9] et d'autres problèmes. D'autres sources rapportent une incidence élevée
de blessures aux pieds et aux jambes, de troubles métaboliques, d'infections
utérines, d'indigestion, de ballonnement, de diarrhée, de lésions et de vies
raccourcies. Six mois avant la parution de l'article de Science, The Milkweed avait
publié des données qui avaient été volées à la FDA. Il a révélé que les vaches
traitées avec l'hormone pendant environ huit mois présentaient des
augmentations importantes de la taille de leur cœur, de leur foie, de leurs reins, de
leurs ovaires et de leurs glandes surrénales. Dans son rapport à la FDA,
cependant, Monsanto a rejeté les changements comme des «changements
physiologiques inoffensifs». [12]

Bien que la taille des organes augmente, la chair diminue. Selon Hardin, en
moyenne, les contraintes métaboliques exercées sur les vaches traitées leur
feront perdre plus de poids que les vaches non traitées pendant leur cycle de
traite. Certaines vaches traitées sont si maigres et gaspillées à la fin de leur vie
qu'elles n'offraient que peu de valeur aux abattoirs qui transforment normalement
les carcasses des vaches en viande. Les abattoirs se sont également plaints que
les tissus des vaches au point d'injection avaient été tués, laissant parfois un
monticule enflé. Il faudrait la couper dans la viande avant qu'elle ne soit mise sur
le marché. [8]

Les données volées ont également révélé que les vaches rbGH avaient plus de
difficulté à tomber enceintes. Alors que 95 pour cent des vaches non traitées sont
tombées gestantes au cours de l' essai de huit mois , seulement 52 pour cent des
vaches traitées l'ont fait.

Selon The Milkweed, «Monsanto note que les taux de grossesse


n'étaient pas inférieurs aux taux normalement observés dans l'industrie
laitière.

C'est une superposition statistique. Les données de


reproduction de ce test montrent que Monsanto comptait
comme gestantes de nombreuses vaches testées qui
étaient gestantes avant le début des traitements! » [12]
Remarque: L'étiquette de produit de Monsanto met en garde contre de nombreux
problèmes de santé pour les vaches qui peuvent survenir lorsqu'elles sont traitées
avec de la rbGH. Il mentionne également que le lait pourrait contenir une
augmentation du nombre de cellules somatiques en raison d'une augmentation
des infections. Le nombre de cellules somatiques est un autre terme pour le pus
ou le sang blanc mort

cellules. Il est intéressant de noter que pour faciliter l'approbation de l'hormone,


Monsanto a publié des résumés de recherche décrivant la teneur en pus. Mais ils
n'ont publié que des résumés de huit petites études, certaines montrant des
changements, d'autres non statistiquement significatifs. Trois scientifiques
indépendants ont pu obtenir les données et ont calculé une augmentation
moyenne de 19%. Ils ont également découvert que le pourcentage de vaches dans
la catégorie à haut pus était environ le double de ce que Monsanto avait indiqué,
une correction importante puisque les agriculteurs sont soumis à des amendes si
des niveaux spécifiques de pus sont dépassés. Lorsque les trois scientifiques ont
essayé de publier leurs recherches, ils ont été contrariés par Monsanto, qui a
réussi à les garder hors des revues scientifiques pendant trois ans - jusqu'à ce que
la rbGH ait été approuvée. (Même le chiffre de 19% était faible, car Monsanto avait
apparemment supprimé les données des dernières semaines de l'étude, lorsque la
teneur en pus était considérablement plus élevée.)

Hormones dans votre lait


La FDA ne semble pas partager les appréhensions des scientifiques canadiens
quant aux effets que tous les problèmes de santé des vaches peuvent avoir sur le
lait et la viande. Cependant, la FDA s'est inquiétée des changements dramatiques
des taux d'hormones sanguines immédiatement après l'injection. Selon les
données volées dans les fichiers de la FDA, les niveaux d'hormones ont monté en
flèche pendant le test de Monsanto de six formulations différentes de rbGH.
Dans un groupe, par exemple, la bGH dans leur sang est passée à environ 1 000
fois celle des témoins après le traitement. Pour protéger la santé publique, à
partir du début des années 80, l'agence a exigé que le lait des vaches traitées ne
puisse être vendu qu'au moins cinq jours après les injections. L'abattage des
vaches traitées pour la viande exigeait également une période d'attente de
quinze jours .

Ces exigences posaient un problème sérieux à Monsanto.


Avec des vaches recevant deux injections par mois, jeter le lait pendant dix jours
par mois rendrait le médicament non rentable. En fait, toute période obligatoire
où le lait devait être jeté serait un problème. Comme le souligne Hansen, «vous
pouvez parler tout ce que vous voulez de sa sécurité, mais s'il y a des photos de
lait en cours de dumping, la question évidente est:

du lait, pourquoi est-il sous-évalué? » [13] Par conséquent, en


février 1985, Monsanto a demandé à la FDA d'autoriser la
vente de son lait sans période de« retrait ».
Ils ont présenté leur étude sur l'alimentation des rats de vingt-huit jours
comme justification.

La FDA y est allée. La FDA a également supprimé la période d'attente pour


l'abattage des vaches. En 1988, Susan Sechan de la FDA a envoyé une lettre
aux fabricants leur demandant de mesurer les niveaux d'hormones dans le
sang.

Ils ont dit non. Selon The Milkweed, «les réponses indiquent que
l’industrie croyait que l’analyse du sang des vaches traitées afin de
détecter les hormones ajoutées soulèverait des problèmes de
santé / sécurité publique. Sechen n'a pas insisté pour que ces
tests d'hormones sanguines soient effectués. [12]
En fait, la FDA n'a même pas exigé de tests pour voir quelle quantité de
résidus de rbGH, le cas échéant, pénètre dans le lait. Si la rbGH est
présente, cependant, cela ne signifie pas que les humains auront les
mêmes problèmes de santé que les rats et les vaches. Le résidu
représenterait probablement une petite fraction de la quantité donnée à
ces animaux. Mais nous ne savons pas dans quelle mesure l'agence a
accordé à Monsanto une exception à ses exigences normales en
permettant au médicament d'entrer sur le marché sans exiger également
qu'un test de dosage soit disponible pour mesurer les résidus.
Au lieu de cela, les scientifiques s'appuient sur des tests qui mesurent les
niveaux globaux de bGH. Cela comprend l'hormone de croissance bovine
naturelle (bGH), ainsi que tout médicament injecté (rbGH) qui pourrait se
mélanger.

Alors que les vaches recevant des doses très élevées de rbGH présentaient des
quantités accrues de bGH dans leur lait, l'article scientifique a rapporté qu'avec
des doses normales, «ils ont constaté que les niveaux de bGH dans le lait des
vaches traitées avec la rbGH (4,2 ng / ml) n'étaient pas significativement
différent de ceux trouvés chez les vaches non traitées (3,3 ng / ml). » [7] Les
détails de l'étude, cependant, révèlent qu'elle a peut-être été conçue
spécifiquement pour forcer cette conclusion.

La recherche a été menée sur seulement trois vaches. En utilisant si peu de


vaches, il est plus facile d'étiqueter les changements modérés des niveaux
de bGH comme non
important. Ainsi, l'augmentation de 26% relevée dans l'article Science a été jugée
«pas significativement différente». Les chercheurs ont utilisé une version de rbGH
qui a été fabriquée par American Cyanamid - une composition différente de la
version Monsanto qui a finalement été approuvée.

Plus important encore, l'étude a traité les trois vaches avec 10,6 mg de rbGH par
jour. L'article scientifique décrit cela comme «approximativement la dose
proposée». [7] Bien qu'American Cyanamid ait pu spécifier une dose d'environ 10,6
mg par jour en option, la rbGH de Monsanto n'est pas administrée
quotidiennement. Ce serait trop laborieux et peu pratique. Les vaches reçoivent
plutôt une dose plus élevée - 500 mg - toutes les deux semaines. Cette quantité
est quarante-sept fois supérieure aux 10,6 mg utilisés chaque jour dans cette
étude. Nous savons d'après les données volées décrites ci-dessus que lorsque les
vaches reçoivent une injection de la dose la plus élevée toutes les deux semaines,
la bGH dans leur sang monte en flèche. La bGH dans leur lait pourrait être
également élevée. En sélectionnant un petit format de dose quotidienne,
cependant, les chercheurs de cette expérience éviteraient le grand saut
post-injection , faussant ainsi les résultats pour ne montrer aucune différence
significative dans le lait. Le chercheur principal de l'étude bGH était Paul
Groenewegen, un étudiant de premier cycle; ses trois co-auteurs avaient tous des
liens étroits avec Monsanto, ayant publié des recherches avec des scientifiques
de Monsanto ou mené des recherches financées par l'entreprise.

Les auteurs de Science nous assurent, cependant, que «la nécessité de poursuivre
des études plus définitives a déjà été déclarée inutile car la bGH est
biologiquement inactive chez l'homme et inactive par voie orale. [7] Quant à
l'allégation selon laquelle il est inactif par voie orale, le scientifique canadien a
montré que c'était faux en se basant sur les réactions aux anticorps des rats.
L'affirmation de la FDA selon laquelle la bGH est inactive découle de leur
hypothèse selon laquelle il s'agit d'une hormone spécifique à l'espèce; qu'il
fonctionne chez les vaches mais pas chez les humains. Comme preuve à l'appui,
les scientifiques disent que la séquence d'acides aminés de la molécule diffère
d'environ 35% de l'hormone de croissance humaine (hGH).

L'article de Science cite des études dans les années 1950 montrant que si
les nains humains qui ont reçu une injection de hGH grandissaient, ceux
qui avaient reçu une injection de bGH ne le faisaient pas. Par conséquent,
cela n'a pas d'effet sur les humains.

Une étude publiée en 1965, cependant, a démontré que la bGH a un effet


sur les humains. Pour les personnes souffrant d'un déficit hypophysaire,
les traitements par bGH ont produit des changements «similaires à ceux
observés après l'administration de hGH». La FDA aurait dû le savoir, car
cette citation est apparue dans une nouvelle demande de médicament
soumise à la FDA en 1987 par Elanco - pour leur marque de rbGH. Une
autre étude a également montré d'autres changements mineurs dans la
physiologie humaine résultant de la bGH.
Indépendamment du fait que les niveaux de bGH augmentent, influencent les
humains ou sont mélangés à la variété génétiquement modifiée du lait, la FDA
nous assure qu'il n'y a toujours pas de problème. L'article de Science dit: «Il a
également été déterminé qu'au moins 90 pour cent de l'activité de la bGH est
détruite lors de la pasteurisation du lait. Par conséquent, les résidus de bGH ne
posent pas de problème de sécurité alimentaire humaine. » [7] Cohen a décidé
d'enquêter sur cette allégation.

Il lui a fallu un certain temps pour trouver la source des informations de


pasteurisation, car elles avaient été incorrectement citées dans l'article de
Science. Il s'est avéré faire partie de la même étude Groenewegen décrite ci-
dessus.

Le document avait été publié deux mois seulement avant la parution de


l'article dans Science. (Certains observateurs pensent que la soumission
à Science a été retardée, en attendant que l'étude de Groenewegen
paraisse.) Le papier décrit comment ils ont chauffé le lait à 162 ° F
pendant trente minutes. Cohen a dit: «Quand j'ai lu cela - j'ai dit, attendez
une seconde, le lait est pasteurisé pendant quinze secondes à cette
température - pas trente minutes.
Ils ont intentionnellement essayé de détruire l'hormone. [14] «Cela a dû être leur
mission. Sinon, pourquoi chaufferaient-ils le lait pendant trente minutes à haute
température réservée pour un traitement de quinze secondes? [6]

Hardin souligne: «La différence entre quinze secondes et trente minutes est de
120 fois. Du point de vue laitier, le lait pasteurisé aussi longtemps n'aurait
aucune valeur nutritive. Ce qu'ils ont fait est la pire des mauvaises sciences. »
Hardin illustre son propos par une analogie graphique: «Si vous faites cuire une
dinde 120 fois plus longtemps que le temps recommandé, puis que vous
essayez d'extrapoler des conclusions scientifiques basées sur les restes
carbonisés, vous seriez

jeté." [8]
Mais même après trente minutes, seulement 19 pour cent de la bGH dans le lait
des vaches traitées aux hormones ont été détruites. Selon Cohen, «Ils ont
ensuite« dopé »le lait. C'est leur mot, «spike». Ils ont ajouté la BST artificielle. . .
146 fois le niveau de BST naturel sous forme de poudre dans le
lait et chauffé. Le BST en poudre dans le lait a été détruit! Ils ont
sauvé la journée de Monsanto. L'expérience a fonctionné.
Ces hommes de science pourraient prétendre que le traitement
thermique détruit la BST.
Dans leur discussion finale, ces scientifiques ont déterminé: Le traitement
thermique réduit efficacement les quantités immunoréactives de BST dans le lait.
» [6]

Facteur de croissance analogue à l'insuline


La plupart des critiques de la rbGH sont beaucoup moins préoccupés par
les résidus de rbGH dans le lait que par un autre changement qui se
produit chez les vaches traitées. Les injections entraînent l'augmentation
d'une autre hormone: le facteur de croissance
analogue à l'insuline -1 (IGF-1). Les humains ont également IGF-1. Il
provoque la division des cellules et est l'une des hormones de croissance
les plus puissantes du corps. Il ressemble également à l'insuline; d'où le
nom de facteur de croissance analogue à l'insuline . L' IGF-1 humain est
chimiquement identique à l' IGF-1 trouvé chez les vaches. Étant donné
que les vaches traitées à la rbGH ont plus d' IGF-1 dans leur système, il
est essentiel de savoir si leur lait a également augmenté les niveaux d'
IGF-1. Si c'est le cas, sera-t-il absorbé dans notre système et comment
cela nous affectera-t-il?

Les chercheurs de Monsanto, Robert Collier et d'autres, ont tenté d'assurer au


public que l' IGF-1 n'était pas un problème. Dans une lettre publiée dans le Lancet
en 1994, ils ont écrit: « Concentration d' IGF-1 dans le lait. . . est inchangé »et« il
n'y a aucune preuve que le contenu hormonal du lait. . . est en quelque sorte
différent. » [15] Un mois plus tard, cependant, une lettre dans la même
publication d'un chercheur britannique «a rappelé à Monsanto que dans sa
demande de 1993 au gouvernement britannique pour l'autorisation de vendre du
rbGH en Angleterre, Monsanto lui-même a rapporté que« le niveau IGF-1 est allé
considérablement. » [16] , [19]

Même la FDA admet que «le traitement rbGH produit une


augmentation de la
concentration de facteur de croissance
1 analogue à l'insuline (IGF-1) dans le lait de vache. » [7]
Le montant de l'augmentation est contesté, selon l'étude. Alors que
certains partisans de la rbGH reconnaissent «qu'elle double au moins la
quantité d' hormone IGF-1 dans le lait» [17], la première étude sur le sujet
a rapporté une augmentation de 360 pour cent. [18] La recherche de
Margaret Miller a démontré une augmentation de 47 à 71 pour cent.
Quelle que soit la quantité, selon Rachel's Environmental and Health
News, «l'IGF-1 dans le lait n'est pas détruit par la pasteurisation.» [19] Il
est intact dans le lait que nous buvons.

Non seulement il y a plus d' IGF-1 dans le lait, mais il n'est pas
détruit dans l'estomac. Le rapport d'analyse des lacunes au
Canada indique que l' IGF-1 «peut survivre à l'environnement du
tractus gastro-intestinal» et est «absorbé intact». Le rapport dit:
"La pleine signification de cette découverte n'a pas non plus été
étudiée [dans l'évaluation de la FDA]." [9]
La quantité d' IGF-1 absorbée peut être beaucoup plus élevée en raison du fait
qu'il est mélangé avec du lait. En utilisant l' IGF-1 radiomarqué, des chercheurs
japonais ont rapporté en 1997 que si seulement 9% de l' IGF-1 administré à des
souris se retrouvaient dans la circulation sanguine, le chiffre est passé à 67%
lorsque l'hormone était nourrie avec de la caséine, la principale protéine du lait. .
Cet effet tampon du lait aide à expliquer pourquoi le lait maternel est la méthode
naturelle pour administrer des hormones absorbables aux nourrissons. [20]

(Cela soulève la question de savoir si la rbGH serait également tamponnée par le


lait. Alors que l' étude sur l'alimentation des rats de 90 jours discutée plus tôt a
montré que les rats nourris avec de la rbGH avaient des effets sur la santé
beaucoup moins graves que les rats auxquels l'hormone avait été injectée. la
différence n'aurait pas été aussi grande si les rats avaient reçu l'hormone avec du
lait.)

Une étude sur les humains publiée dans le Journal of the American Dietetic
Association a mesuré les niveaux libres d' IGF-1 dans deux groupes, l'un qui
buvait du lait et l'autre qui n'en buvait pas. L'étude a rapporté: «Les taux
sériques d' IGF-1 ont augmenté de manière significative chez les buveurs de
lait, soit une augmentation d'environ 10 pour cent par rapport à la valeur
initiale, mais sont restés inchangés dans le groupe témoin.» [21]

Bien qu'une certaine quantité d' IGF-1 soit nécessaire, des niveaux élevés de
l'hormone ont été liés au cancer. En 1991, il était déjà documenté que l' IGF-1
était «gravement impliqué dans la croissance aberrante des cellules cancéreuses
du sein humaines». [22] Cette année-là, le Conseil des affaires scientifiques de
l'American Medical Association a appelé à plus d'études pour déterminer si
l'ingestion «de concentrations supérieures à la normale de [IGF-1] est sans
danger pour les enfants, les adolescents et les adultes». [19] En 1993, l'Européen
La revue Cancer a conclu que l' IGF-1 «joue un rôle majeur
dans la croissance des cellules cancéreuses du sein chez
l'homme». [23]
En janvier 1998, un article de Science a établi encore plus le lien avec le cancer.
Une étude de Harvard portant sur 15 000 hommes blancs a révélé que ceux dont
le taux sanguin d' IGF-1 était élevé étaient quatre fois plus susceptibles de
développer un cancer de la prostate que l'homme moyen. Le rapport indique:
«Une forte association positive a été observée entre les niveaux d' IGF-1 et le
risque de cancer de la prostate» et «l'administration de GH [hormone de
croissance chez l'homme] ou d' IGF-1 sur de longues périodes. . . peut augmenter
le risque de cancer de la prostate. » [24]

Quatre mois plus tard, une étude du Lancet a révélé que les
femmes préménopausées aux États-Unis avec des niveaux
élevés d' IGF-1 étaient sept fois plus susceptibles de développer
un cancer du sein. Les auteurs ont écrit, «à l'exception d'une forte
histoire familiale de cancer du sein. . . la relation entre l' IGF-1 et
le risque de cancer du sein peut être plus importante que celle
d'autres facteurs de risque de cancer du sein établis . » [25]

En janvier 1999, le Journal of the National Cancer Institute rapportait: «L'IGF-1


stimule fortement la prolifération de diverses cellules cancéreuses, y compris
celles du cancer du poumon. Des taux plasmatiques élevés d' IGF-1 étaient
associés à un risque accru de cancer du poumon. » [26] L'International Journal of
Cancer a décrit «l'association significative entre les concentrations circulantes d'
IGF-1 et un risque accru de cancer du poumon, du côlon, de la prostate et du sein
préménopausique» et a conclu: «La diminution de l' IGF-1 plasmatique peut donc
représenter un stratégie attrayante à poursuivre. » [27] Le lait de vaches traitées au
rbGH peut faire exactement le contraire.

La recherche sur le cancer rapporte que «l'alimentation contribue à plus d'


un tiers des cancers
décès dans le monde occidental, mais les facteurs du régime alimentaire qui
influencent le cancer ne sont pas élucidés. » [28] Des progrès ont été réalisés à ce
sujet lorsque la recherche publiée en septembre 2002 a exploré le lien entre les
niveaux d' IGF-1 et les aliments que les gens mangent. Les scientifiques ont
examiné les données de plus de 1 000 infirmières qui ont soigneusement
enregistré leur alimentation. Après avoir analysé des dizaines de catégories
d'aliments, les chercheurs ont conclu que l'aliment le plus associé à des niveaux
élevés d' IGF-1 est le lait. Michelle Holmes, qui a dirigé l'étude, a déclaré: «Cette
association soulève la possibilité que le régime alimentaire puisse augmenter le
risque de cancer en augmentant les niveaux d' IGF-1 dans le sang. Leurs données
ont également révélé que les femmes qui ont eu des grossesses multiples avaient
en moyenne 15% d' IGF-1 en moins. «La découverte», a rapporté Reuters, «pourrait
expliquer pourquoi les femmes qui ont eu des enfants ont un risque plus faible de
cancer - ce que les médecins ont remarqué mais [n'ont] pas été en mesure
d'expliquer.» [29] La recherche, qui a été menée par une équipe du Brigham and
Women's Hospital et de la Harvard Medical School, n'a pas examiné le lait de
vaches traitées avec la rbGH - les données ont été prises avant sa mise sur le
marché. Mais parce que le lait traité a des niveaux plus élevés d' IGF-1, beaucoup
attendent ses effets sur l' homme IGF-1 niveaux à plus.

Réactions mondiales aux révélations du Canada


Les préoccupations au sujet de l' IGF-1, comme bon nombre des autres
problèmes soulevés dans le rapport d'analyse des lacunes, ont été un revers
frustrant pour de nombreux hauts fonctionnaires de Santé Canada qui étaient
déterminés à mettre la rbGH sur le marché.

Leur intention initiale était d'approuver le médicament sans examen, simplement


parce que les États-Unis l'avaient fait. Selon Chopra, en 1997, le directeur général
George Paterson de la Direction des aliments de Santé Canada était à Genève,
deux jours avant d'annoncer son approbation lors d'une conférence internationale,
lorsque les objections initiales des scientifiques de Santé Canada ont fait la une
des journaux. Le Syndicat national des agriculteurs du Canada, qui avait fait
pression contre l'approbation de la rbGH au Canada, a contacté les organisateurs
de la réunion à laquelle Paterson assistait. Cela a créé un pandémonium dans le
groupe qui était invité à l'approuver. Dans l'impossibilité de se poursuivre, la
réunion a été reportée de plusieurs mois afin de permettre d'enquêter davantage
sur la sécurité humaine. Un réalisateur en colère

le général est retourné à Ottawa. Lorsque Chopra et ses collègues ont été appelés
dans son bureau, Chopra a déclaré: «Il martelait sur la table en disant que ce
n'était pas une façon d'entendre parler de ce problème. [10] Chopra a tenu bon,
disant que si le directeur général voulait approuver la rbGH, bien sûr, il le pouvait;
mais le directeur général ne parlait pas pour lui. Chopra a déclaré qu'il continuerait
à dénoncer le médicament d'une sécurité douteuse s'il était approuvé sans
examen approprié. Finalement, Chopra a été invité à diriger cet examen, qui a été
entrepris par l'ensemble du personnel de la division de la sécurité humaine.

L'équipe a finalement pu examiner les données des fichiers, qui avaient été
conservés sous le contrôle d'un membre de la direction. Lorsqu'ils ont terminé
leur rapport condamnant l'approbation de la RbGH par la FDA, leur chef de service
a insisté pour qu'il soit modifié. Il ne voulait pas que quoi que ce soit d'incriminant
la drogue entre les mains du public.

En fait, lorsque Chopra et d'autres devaient témoigner devant le comité


sénatorial canadien chargé d'enquêter sur la rbGH, le patron de Chopra lui
a dit qu'ils ne pouvaient que soumettre la version révisée du rapport et ne
pas parler des parties omises. Mais la version originale avait déjà été
soumise à une commission des relations de travail qui enquêtait sur les
rapports de harcèlement des scientifiques - elle a été divulguée à la
presse américaine à la fin de 1998. Le comité sénatorial canadien a
demandé à voir le rapport, qui est devenu une nouvelle dans le monde
entier.
Cela a eu un impact sur une question déjà controversée. L'UE, qui
avait mis en place un moratoire attentiste , a fini par instituer une
interdiction permanente. La Nouvelle-Zélande, l'Australie, le Japon
et d'autres pays industrialisés n'autorisent pas non plus la rbGH.
Aux États-Unis, les révélations du rapport d'analyse des écarts ont incité
des groupes à travers le pays à contester l'approbation de la FDA.

Deux groupes de militants citoyens, le Vermont Public Interest Research Group et


Rural Vermont, ont accusé dans un communiqué de presse commun que «la FDA
ou Monsanto ont couvert les résultats du test majeur de sécurité humaine». [3] Le
Center for Food Safety, basé à Washington, DC a déposé une demande auprès de
la FDA pour retirer ou suspendre l'utilisation de la rbGH. Selon The Capital Times
de Madison, Wisconsin, Andrew Kimbrell, directeur du centre, «a déclaré que la
FDA aurait dû savoir que l'hormone survivait à la digestion et a déclaré qu'il était
inadmissible que cette information ait été cachée au public, qui au cours des cinq
dernières années consomme de la rbGH. Lait." [30] Monsanto avait, cette année-
là, vendu plus de 100 millions de doses. Les sénateurs du Vermont, Patrick Leahy
et James Jeffords, ont demandé à la secrétaire à la Santé et aux Services
sociaux, Donna Shalala (qui, incidemment, avait été photographiée avec une
moustache de lait dans le cadre de la campagne publicitaire de l'industrie laitière)
d'enquêter sur l'approbation de la FDA et de voir si elle avait négligé des preuves
clés . La FDA a répondu par un rapport. Bien qu'ils aient admis que leur évaluation
initiale de l'innocuité n'avait pas examiné la partie anticorps de l'étude chez le rat,
l'agence a réaffirmé l'innocuité de la rbGH. Il reste sur le marché.

L'ironie de l'approbation de la rbGH aux États-Unis est que la Maison Blanche


avait défendu l'hormone en disant que la production laitière augmenterait et que
les prix baisseraient. Mais en 1986–1987, le gouvernement a payé les
agriculteurs pour qu'ils arrêtent la production laitière pendant cinq ans et même
pour tuer plus de 1,5 million de vaches laitières dans le but d'arrêter la
surproduction de lait et d'augmenter les prix. [31] L'Office of Technology
Assessment (OTA) ne partageait pas l'enthousiasme de la Maison Blanche pour
la rbGH. Un rapport de l'OTA de mai 1991 a déclaré: «Si elle est approuvée par la
FDA, [elle] accélérera les tendances qui exercent déjà une pression économique
supplémentaire sur les exploitants de fermes laitières dans de nombreuses
régions du pays.»

La Maison Blanche a proposé une autre raison, peut-être plus


honnête, pour laquelle elle soutenait l'approbation de la rbGH: «Le
leadership américain dans le domaine de la biotechnologie, ainsi
que l' investissement du secteur privé pour la recherche et le
développement dans l'industrie de la biotechnologie, seraient
améliorés en poursuivant la BST, et empêché s'il y avait de
nouveaux obstacles gouvernementaux à ces produits
biotechnologiques. [6]

Influence des entreprises sur le gouvernement


L'allégeance du gouvernement à l'industrie n'est pas rare. L'histoire de la FDA, en
particulier, regorge de preuves démontrant sa loyauté envers l'industrie au
détriment de la santé humaine. En 1960, les enquêteurs du Sénat ont découvert

que les fonctionnaires de la FDA avaient reçu des incitations


financières des entreprises qu'ils étaient censés réglementer. Le
directeur de la division des antibiotiques de la FDA, par exemple, a
reçu 287 000 dollars en «honoraires». En 1963, John Nestor, un
pédiatre de la FDA, a déclaré aux enquêteurs du Sénat que la FDA
«travaillait trop étroitement avec les sociétés pharmaceutiques
géantes pour être efficace». [32] En 1969, une étude du Congrès a
révélé que trente-sept des quarante-neuf hauts fonctionnaires de la
FDA qui ont quitté l'agence ont pris des emplois avec des sociétés
alimentaires et pharmaceutiques. [33]
En 1976, les enquêteurs législatifs ont inculpé l'agence et trente-quatre de ses
employés clés actuels et anciens pour «ne pas avoir pleinement protégé le
public». Le scandale impliquait la FDA, des fabricants de produits
pharmaceutiques, des médecins et des chercheurs scientifiques qui auraient
inutilement exposé les humains à des risques lors des tests de nouveaux
médicaments. Cette année-là également, le GAO a signalé que 150 agents de la
FDA avaient violé les règles fédérales sur les «conflits d'intérêts» en détenant des
actions dans des sociétés pharmaceutiques que l'agence surveillait. Un comité de
la Chambre a accusé les «comités consultatifs» de la FDA d'être soumis à une
«influence indue» des fabricants de médicaments. [32]

Plusieurs responsables de la FDA et dirigeants de sociétés pharmaceutiques ont


été condamnés pour corruption, racket et autres accusations similaires pour un
stratagème de corruption qui a duré de 1989 à 1992. Les sociétés
pharmaceutiques génériques ont payé les fonctionnaires de la FDA pour
approuver leurs médicaments et bloquer l'approbation des médicaments
concurrents. Les fabricants de médicaments génériques ont également retenu
des données et ont même remplacé les médicaments de marque d'autres
sociétés pour l'évaluation, au lieu de risquer une évaluation de leur propre
[33]
produit. [33] Le ministère de la Santé et des Services sociaux a déclaré que les
contrôles internes de la FDA étaient inadéquats pour assurer l'intégrité du
processus d' approbation des médicaments , laissant l'agence ouverte à «la
manipulation et au traitement préférentiel». [32]

Un exemple apparent de traitement préférentiel a été révélé dans un témoignage


de 1993 devant un sous-comité de la Chambre, décrivant le processus
d'approbation de l'aspartame de GD Searle (NutraSweet®) *, un édulcorant
artificiel produit par génie génétique. Entre 1977 et 1983, les hauts responsables
de la Maison Blanche, deux anciens commissaires de la FDA et trois responsables
des agences de classement ont tous usé de leur influence pour mettre
l'aspartame sur le marché. En 1990,
plus de 5 500 consommateurs ont déposé des plaintes auprès de la
FDA décrivant des réactions indésirables à cet édulcorant. Cela
représentait 80 pour cent de toutes les plaintes concernant un aliment
ou un additif pour toute l'année.

* NutraSweet® est une marque déposée de NutraSweet


Property Holding, Inc.
Lorsqu'une étude de 1996 a établi un lien statistique avec le cancer du
cerveau humain, la FDA et Monsanto, qui avait acheté Searle en 1985,
«ont rapidement attaqué les informations et réaffirmé la sécurité du
produit. [32] Le porte-parole principal de la FDA pour défendre le produit
est devenu vice-président pour la recherche clinique chez Searle deux
ans plus tard.

L'ancien commissaire de la FDA, le Dr Herbert Ley, a déclaré en


1969: «Ce qui me dérange, c'est que les gens pensent que la FDA
les protège. Ça ne l'est pas. Ce que fait la FDA et ce que le public
pense faire sont aussi différents que la nuit et le jour. » [34]
Les organismes de réglementation canadiens semblent posséder
certaines de ces caractéristiques colorées qui leur sont propres. Lorsque
le rapport d'analyse des lacunes canadiennes a été rendu public, le porte-
parole de Monsanto, Gary Barton, a déclaré que «l'innocuité de la rbGH
serait« réaffirmée »dans les semaines à venir lorsque deux comités
d'examen par les pairs canadiens, habilités par Santé Canada, devraient
publier leurs conclusions. [30] La confiance de Barton dans le résultat des
deux commissions d'examen canadiennes était révélatrice.
Santé Canada utilise parfois des panels externes lorsque ses propres
scientifiques ne parviennent pas à un consensus. Mais, selon un rapport
du Conseil des Canadiens de 1998, «les scientifiques sont parvenus à un
consensus» - ils ne voulaient pas que l'hormone soit approuvée. Des
documents internes obtenus grâce aux lois canadiennes sur l'accès à
l'information indiquent que bien avant que les scientifiques ne préparent
même leur rapport, «les fonctionnaires de Santé Canada se préparaient à
défendre la justification [de l'utilisation] de panneaux externes» afin de
forcer une approbation. Ils ont sélectionné un panel pour examiner la
santé animale et un autre pour la santé humaine.

La politique de Santé Canada stipule que tous les membres des groupes externes
ne doivent pas
être uniquement libre de conflits d'intérêts réels, mais aussi «ne doit pas avoir
d'intérêt matériel dans le résultat» et «ne pas créer une crainte ou un soupçon
raisonnable de partialité». Nonobstant les règles, le Conseil des Canadiens a
signalé que les deux groupes comprenaient des membres qui ont des liens
étroits avec Monsanto et l'industrie. Un membre travaillait pour Monsanto, «un
recevait un financement d'une entreprise avec un accord d' intéressement » avec
Monsanto pour des produits liés à la rbGH , et le conjoint du président d'un
comité a travaillé pour GD Searle, une filiale de Monsanto pendant quinze ans.
"Les membres du panel se sont prononcés en faveur de [rbGH] ou sur des sujets
étroitement liés." Et l'un des deux panels est en fait parrainé par «une
organisation dont le soutien à la rbGH est une question de notoriété publique».
[35]

Malgré les liens étroits avec l'industrie et la confiance que Monsanto


avait en eux, la question est apparemment devenue trop controversée
pour mériter une approbation. En janvier 1999, Santé Canada a annoncé
qu'il maintiendrait son interdiction de la rbGH pendant dix ans .
Cependant, il n'a pas reconnu qu'il y avait un problème de santé
humaine. Le groupe chargé d'examiner les problèmes de santé humaine,
qui n'avait jamais reçu le rapport d'analyse des lacunes complet et qui
n'a pas rencontré ses auteurs, n'était pas le groupe qui a bloqué
l'approbation du médicament.
Selon Radio-Canada, le comité composé de vétérinaires qui examinait la sécurité
des animaux «a conclu que l'hormone serait trop dangereuse pour les vaches».
Ils ont admis que l'hormone «provoque une infection du pis appelée mastite,
infertilité et un risque accru de boiterie. Les problèmes pourraient être si graves.
CBC a déclaré que «les agriculteurs risquaient de devoir détruire jusqu'à un quart
de leurs troupeaux.» [36] Cela était particulièrement problématique au Canada.
Contrairement aux États-Unis, où la rbGH était disponible comme médicament en
vente libre , au Canada, elle devait être offerte uniquement sur ordonnance. En
outre, les vétérinaires sont ceux qui le prescrivent et peuvent être poursuivis en
cas de réaction indésirable. Ainsi, le comité chargé d'examiner la sécurité des
animaux s'occupait également de la sécurité économique des vétérinaires du
pays.

La controverse rbGH, cependant, ne s'est pas arrêtée là. Le 7 décembre 1999, des
scientifiques de Santé Canada ont expliqué à un nouveau comité sénatorial
canadien comment

ils ont été menacés, harcelés et privés de promotions en


représailles à leur témoignage de l'année précédente. [37]
Lorsque le comité a appris que le scientifique Shiv Chopra avait
été suspendu pour avoir témoigné, il a demandé à voir son
patron, André Lachance. Mais Lachance a disparu quelques jours
plus tard. Son avocat a affirmé qu'il était malade et incapable de
comparaître devant le comité.
Le ministère a alors remplacé Lachance complètement et a
annoncé qu'il ne reviendrait pas du tout. Le Comité sénatorial a
qualifié la situation dans le département de «déplorable».
Avoir du lait
Avant l'approbation de la rbGH, les collèges d'attribution de terres aux États-Unis,
qui reçoivent des contributions importantes de l'industrie biotechnologique, en
ont fait la promotion auprès des producteurs laitiers. En utilisant leur réseau
d'agents de vulgarisation, le message le plus répandu était que si une ferme ne
l'adoptait pas, ils deviendraient probablement insolvables. Un article de
l'Université Cornell intitulé «The Impact of BST on Dairy Farm Income and
Survival» a estimé que les fermes qui n'utilisaient pas la rbGH perdraient entre 6
000 $ et 20 000 $. Selon le journal, «ceux qui adoptent tôt et obtiennent de bonnes
réponses en matière de production trouveront leurs récompenses formidables.»
[38]

Selon une autre étude de l'Université Cornell réalisée de


1994 à 1997, cependant, les exploitations qui utilisaient la
rbGH n'ont pas réalisé de bénéfices plus élevés que les
exploitations qui n'en ont pas fait. [39]
Malgré le manque de rentabilité, en 2002, plus de 2 millions des 9,2 millions de
vaches laitières américaines ont reçu une injection de rbGH. Les grandes fermes
laitières l'utilisent plus souvent; 54 pour cent des exploitations avec au moins
500 vaches contre environ 9 pour cent des exploitations avec moins de 100
vaches. Mais comme les laiteries mélangent généralement le lait de
nombreuses fermes, le lait de vaches traitées aux hormones se trouve dans
presque tous les produits laitiers américains. Le médicament est plus populaire
dans les fermes occidentales et son utilisation augmente dans tout le pays. [40]

Monsanto a signalé une augmentation de 8 pour cent des


ventes en 2002.
Settepani dit que «les échecs de la FDA sont devenus une panne scientifique qui
menace la sécurité de l'approvisionnement alimentaire américain en général, et
des produits laitiers en particulier. . . . En raison de [leur] incapacité à agir, l'
approvisionnement en lait du pays - ainsi que des produits tels que les
préparations pour nourrissons, la crème glacée, le fromage et le yogourt à base de
lait - est fortement contaminé par des niveaux inconnus de résidus de
médicaments d'origine animale qui ont ne s'est pas avéré sûr. » [4] Chaque année,
les Américains consomment dix-neuf gallons de lait, trente livres de fromage et
quatre livres de beurre, ainsi que des produits laitiers sous d'autres formes. Pris
ensemble, ceux-ci nécessitent soixante-cinq gallons de lait par personne.

Les laiteries biologiques et bien d'autres prennent des précautions pour éviter
l'hormone. La laiterie Oakhurst de Portland, dans le Maine, par exemple, exige de
ses fournisseurs qu'ils signent un affidavit notarié tous les six mois indiquant
qu'ils ne l'utiliseront pas sur leurs troupeaux. La petite laiterie leur verse 0,20 $
de plus pour 100 livres de lait, soit un demi-million de dollars en 2002. Leur
étiquette indique: «L'engagement de nos agriculteurs: pas d'hormones de
croissance artificielles».

Début juillet 2003, Monsanto a intenté une action en justice contre Oakhurst
Dairy, affirmant que leurs étiquettes «trompent les consommateurs». Le porte-
parole de Monsanto a déclaré: «Ils commercialisent une perception selon
laquelle un produit laitier est plus sûr ou de meilleure qualité qu'un autre lait. De
nombreux examens scientifiques et réglementaires à travers le monde
démontrent que c'est sans fondement. » [41]

Plus tôt en 2003, le procureur général du Maine a refusé la demande de


Monsanto demandant à l'État de cesser d'utiliser son programme de
label de qualité, qui est utilisé par les laiteries pour indiquer quand le lait
est exempt d'hormones de croissance artificielles. Dans leur argument
contre le programme, Monsanto a déclaré que l'étiquette doit apparaître
dans le contexte de la langue suivante, proposée par la FDA: « Aucune
différence significative n'a été établie entre le lait provenant de
STbr traités et non STbr traitées vaches. " [42] Ces mots ont été écrits par
Michael Taylor, l'avocat qui a représenté Monsanto avant de devenir un
fonctionnaire de la FDA et qui a été plus tard embauché par Monsanto
comme vice-président.

Sagesse des vaches et des porcs

Bill Lashmett a regardé deux ou trois vaches entrer dans une aire d'alimentation à
la fois. Le premier auge auquel ils sont arrivés contenait cinquante livres de maïs
Bt décortiqué. Les vaches le reniflèrent, se retirèrent et se dirigèrent vers l'auge
suivante, qui contenait cinquante livres de maïs décortiqué naturel. Les vaches
l'ont achevé. Quand ils ont terminé et qu'ils ont été libérés de l'enclos, le groupe
suivant est entré et a fait la même chose. Lashmett a dit la même expérience
a été menée dans environ six ou sept fermes du nord-ouest
de l'Iowa, en 1998 et de nouveau en 1999. Des essais
identiques avec des porcs ont donné les mêmes résultats,
également pendant deux années consécutives.
Lashmett, qui a une formation en biochimie et en agriculture, dit que les animaux
ont le sens naturel de manger ce qui est bon pour eux et d'éviter ce qui ne l'est
pas. Il en a été témoin de première main dans une autre expérience menée par un
magasin d'alimentation à Walnut Grove, Iowa. Ils ont mis vingt-trois vitamines et
minéraux séparés, chacun dans leur propre bac, là où les vaches pourraient les
manger. Les vaches alternaient leur choix de bacs de telle manière, selon
Lashmett, qu'elles recevaient une alimentation équilibrée et saine. De plus, leurs
préférences changeaient avec les saisons et le climat, démontrant une inclination
naturelle à suivre les impératifs des besoins de leur corps. [1]

Chapitre 4
Épidémie mortelle
Betty Hoffing, âgée de soixante et un ans, était un peu un personnage local dans
sa ville natale de Skokie, dans l'Illinois. Agent de voyages depuis vingt-cinq ans,
l'humour contagieux et l'énergie sans bornes de Betty en ont fait une favorite non
seulement dans l'industrie du voyage, mais aussi dans les organisations
bénévoles où elle passait plusieurs heures après le travail chaque semaine. Elle
était en excellente santé et n'a jamais eu de problème de santé grave de sa vie.
Pas avant août 1989.

Un jour au travail, Betty a été soudainement submergée par une douleur intense
dans la poitrine et le long de son bras gauche. Son médecin, pensant qu'il
s'agissait d'une crise cardiaque, la fit se rendre immédiatement à l'unité de soins
intensifs d'un hôpital voisin. Mais deux jours plus tard, après que des batteries de
tests n'aient rien trouvé, les médecins ont renvoyé Betty chez elle. Il n'y a pas eu
de crise cardiaque, pas d'explication.

Le mois suivant, elle avait développé une mystérieuse éruption cutanée sur tout le
corps. Peu de temps après, une horrible toux survint. À la fin du mois de
septembre, Betty a été frappée par les pires symptômes à ce jour: une faiblesse
musculaire sévère et une douleur extrême. «C'était difficile de marcher, difficile de

[1]
faire quoi que ce soit», [1] dit-elle. Ses muscles se détraquaient. Sans
avertissement, sa main ou sa mâchoire se fermaient; n'importe quel muscle se
verrouillerait simplement. Si elle conduisait à ce moment-là, elle devrait
rapidement s'arrêter et attendre la fin du spasme douloureux.

Ses médecins étaient déconcertés.


Betty a été forcée de s'absenter du travail. À la mi-novembre, elle a
décidé de passer la journée au lit. Elle n'a pas quitté ce lit pendant
près de six mois. Sa douleur était si intense que même se
retourner était insupportable - cela lui prenait deux minutes
complètes.
*****
Un jour de mars 1989, Harry Schulte, un diacre catholique vivant à Cincinnati,
était assis devant sa télévision quand tout à coup il
entendu ce qui ressemblait à un fusil de chasse dans sa tête. «Je
pensais que je devenais fou», a-t-il raconté. Il ne l'était pas. Il
éprouvait le premier symptôme d'une maladie qui allait bouleverser
sa vie.
En quelques semaines, le cauchemar a commencé. «Je m'assoyais sur le côté
du lit et j'essayais de dormir assis à cause de l'intensité de la douleur.

Mes jambes sont devenues - vous ne le croiriez pas si vous ne l'avez pas
vu - elles sont devenues aussi grandes qu'un poteau de téléphone. Ils se
sont séparés et de l'eau en a suinté. Aucune quantité de médicament
qu'ils ne m'ont donnée. . . calmé la douleur. [2]

Schulte finirait par perdre son emploi et sa famille.


*****
À l'été 1989, Janet O'Brien de Californie a été frappée. Au pire, la douleur
était si intense qu'elle «pouvait à peine supporter d'être touchée».

Elle dit: «J'ai perdu environ 60% de mes cheveux, je n'avais plus d'énergie et je
dormais généralement. À divers moments, j'ai eu des ulcères buccaux, des
nausées, un essoufflement, des spasmes musculaires sévères, des
démangeaisons et des éruptions cutanées douloureuses partout, un œdème
(gonflement des extrémités), des difficultés de concentration et de mémoire, des
problèmes d'écriture, des problèmes d'équilibre, un syndrome du côlon irritable ,
prise de poids, problèmes de perception visuelle, pour ne citer que quelques
symptômes! » [3]

*****
Partout aux États-Unis cette année-là, des patients comme Janet,
Harry et Betty ont été frappés par de mystérieux symptômes
débilitants. Pour beaucoup, la douleur était plus grande que ce
que leurs médecins avaient jamais vu. [4] Certains ont également
connu un durcissement de la peau, des problèmes cognitifs, des
maux de tête, une sensibilité extrême à la lumière, de la fatigue et
des problèmes cardiaques. Les pires cas étaient paralysés par «la
paralysie ascendante, dans laquelle une personne perd le contrôle
nerveux des pieds suivis des jambes, puis des intestins et des
poumons, nécessitant finalement un respirateur pour respirer». [5]

Les médecins étaient perplexes. Il n'y avait rien dans la littérature médicale
à
expliquer cette maladie et aucun traitement ne l'arrête ou la
ralentit. Pour aggraver les choses, personne ne savait encore que
c'était une épidémie. Les symptômes variaient considérablement
et l'épidémie était dispersée - les médecins ne voyaient
généralement qu'un seul cas.
C'était le cas de Phil Hertzman, un médecin de Los Alamos, au Nouveau-
Mexique. En octobre 1989, Kathy Lorio, une femme de quarante-quatre ans en
bonne santé et forte, est venue voir Hertzman après avoir été soudainement
frappée par une douleur débilitante et d'autres symptômes graves.

Après avoir effectué des tests, Hertzman a remarqué quelque chose


dans son sang qui l'a arrêté. Le nombre normal de globules blancs
appelés éosinophiles est d'environ 10 par centimètre cube. Pour les
patients allergiques ou asthmatiques, ceux-ci peuvent atteindre 200 ou
300, voire 500.

Le patient de Hertzman était hors du commun. Son compte était


d'environ 10 000.

Hertzman a référé Lorio au rhumatologue de Santa Fe James


Mayer.
Bien que Mayer n'ait pas pu trouver une cause à sa douleur, il s'est avéré avoir
récemment vu une deuxième patiente, Bonnie Bishop, également avec une
douleur intense, une faiblesse musculaire et une numération globulaire élevée. De
plus, «les bras et les jambes de Bishop étaient remplis de liquide et sa respiration
était difficile. Quand elle a essayé de s'asseoir, elle s'est affalée comme une
poupée de chiffon parce que ses muscles du dos étaient si faibles. [6] Mayer ne
pouvait pas non plus trouver une cause aux symptômes de Bishop, mais elle lui
avait donné une liste de tous les suppléments qu'elle prenait. Mayer a demandé si
Lorio avait pris l'un de ces derniers. Quand il a posé des questions sur le L-
tryptophane (prononcé el-TRIP-tuh-fan), il y a eu un match. Lorio le prenait pour
l'aider à dormir.

Les médecins ont téléphoné à Gerald Gleich à la Mayo Clinic, un expert de


renommée internationale sur les éosinophiles. Ils lui ont parlé du
L-tryptophane. Mais deux cas n'étaient pas suffisants pour tirer une conclusion, a
déclaré Gleich. Mieux vaut attendre. Ils n'ont pas attendu longtemps. Le même
jour, un troisième cas, également lié au L-tryptophane, a été signalé au Nouveau-
Mexique. Gleich a appelé le Center for Disease Control à Atlanta et leur a parlé du
lien avec le L-tryptophane.

Le L-tryptophane est un acide aminé, un élément constitutif des protéines


végétales et animales. C'est l'un des «acides aminés essentiels», ceux qui doivent
être fournis par l'alimentation car il n'est pas fabriqué dans le corps en quantités
adéquates. Le L-tryptophane aide à la production de sérotonine, ce qui favorise le
sommeil. La présence de L-tryptophane dans le lait et la dinde explique pourquoi
ces aliments ont été associés pour aider les gens à dormir ou à se détendre. Le L-
tryptophane était disponible sous forme de supplément en vente libre
recommandé par les médecins et d'autres pour «l'insomnie, la tension
prémenstruelle, le stress et la dépression». [7] Comme le L-tryptophane avait été
utilisé en toute sécurité pendant des années, les médecins ne savaient pas encore
s'il était la cause des troubles de leurs patients. De plus, les trois cas provenaient
du Nouveau-Mexique. Peut-être y avait-il une toxine locale qui en était la cause.

En l'espace de deux semaines, Gleich a appris de ses collègues que trois autres
patients apparemment atteints de la même maladie s'étaient présentés à la
clinique Mayo. Ils venaient de différentes régions des États-Unis. L'un était déjà
sous respirateur dans un état très grave. Tous les trois avaient pris du
L-tryptophane.

Gleich a de nouveau téléphoné au CDC. Il leur a dit que la


maladie ne se limitait pas au Nouveau -Mexique - elle est
disparue et elle est mortelle.
Entre-temps, Tamar Stieber du Albuquerque Journal a pris conscience de
la mystérieuse maladie et de son lien potentiel avec le L-tryptophane. Le 7
novembre, dans le premier d'une série d'articles qui lui ont valu un prix
Pulitzer, elle a décrit la maladie et la cause possible. Immédiatement, les
appels ont commencé à affluer: d'autres personnes qui avaient pris du L-
tryptophane ont également signalé des symptômes similaires.
Quatre jours après la parution de l'article, la FDA a lancé «un avertissement fort au
public» - arrêtez d' utiliser le L-tryptophane! En quelques jours, 154 autres cas ont
été signalés dans tout le pays. La FDA a répondu en publiant un rappel - tous les
suppléments en vente libre contenant 100 mg ou plus de L-tryptophane devaient
être retirés du marché. Le niveau de 100 mg a été choisi, selon les témoignages
de la FDA, «car, à l'époque, l'apport quotidien le plus bas associé à la maladie était
de 150 mg». [7]

Le CDC a appelé la maladie le syndrome d' éosinophilie-myalgie ou EMS. Il


a été nommé pour le nombre élevé d'éosinophiles (éosinophilie) et pour les
douleurs musculaires sévères (myalgie). Début décembre, le nombre de cas
signalés d'EMS est passé à 707, avec un décès lié à l'épidémie et plusieurs autres
sous enquête. Fin mars, le nombre de cas avait atteint 1 411, dont 19 décès. Bien
que les CDC aient cessé de surveiller la maladie peu de temps après la résolution
de l'épidémie, l'estimation finale de l'agence situait le nombre de cas entre 5 000
et 10 0008 et le nombre de décès près de quarante. Une enquête récente mais
incomplète auprès d'un réseau de 1000 membres de victimes d'EMS aux États-
Unis suggère que pas moins de 80 à 125 personnes atteintes de la maladie sont
décédées. Mais il est difficile d'évaluer combien et dans quelle mesure ces décès
ont été touchés par les EMS.

En mars 1990, en réponse au rapport selon lequel une personne avait contracté
la maladie après avoir pris une dose inférieure à 100 mg, la FDA a étendu le
rappel à tous les L-tryptophane en vente libre . La FDA a attendu presque un an
pour rappeler certaines formes de L-tryptophane prescrites par les médecins,
telles que celles utilisées dans l'administration intraveineuse et les préparations
pour nourrissons.

Suivi de la source de l'épidémie


Seuls six fabricants, tous japonais, ont fourni du L-tryptophane aux États-Unis.
Après des mois d'enquête, les chercheurs du CDC ont conclu que «seul le L-
tryptophane fabriqué par Showa Denko KK était clairement associé à la maladie».
[9] Showa Denko KK était le quatrième fabricant de produits chimiques du Japon

et le plus grand fournisseur de L-tryptophane sur le marché américain.


Lorsque les chercheurs ont analysé le L-tryptophane de Showa Denko , il «s'est
avéré avoir des niveaux d'impuretés beaucoup plus élevés que les produits
d'autres fabricants. [9] Il y avait soixante à soixante-neuf traces de contaminants
trouvés dans leur L-tryptophane, dont six étaient associés à des cas de SMU. Bien
que les contaminants soient minuscules, mesurant aussi peu que 0,01 pour cent
ou 1 partie sur 10 000, les scientifiques pensaient qu'un ou plusieurs de ces six
étaient responsables de l'éclosion de la maladie.

Selon l'avocat de Showa Denko, Don Morgan, «Il n'y a aucune preuve permettant
de soupçonner que des matériaux externes sont entrés dans le processus de
production et

«contaminé» le produit. Le processus de fabrication a été soigneusement


contrôlé. » [9] Si les impuretés ne venaient pas de l'extérieur, d'où venaient-
elles et pourquoi ne se trouvaient-elles que dans le produit Showa Denko?

Pour produire du L-tryptophane, la plupart des fabricants japonais ont combiné


certaines souches de bactéries et d'enzymes dans un processus de fermentation.
Le «bouillon» de fermentation résultant est passé à travers un filtre pour purifier le
produit. Showa Denko, cependant, avait mis au point une nouvelle méthode de
production: ils ont génétiquement modifié leurs bactéries pour augmenter
considérablement les rendements. Cette décision stratégique comportait
cependant des risques plus importants.

Selon Charles Yanofsky, professeur de biologie à l'Université de Stanford, lorsque


«des concentrations supérieures à la normale de certaines enzymes et produits»
sont produites par génie génétique, cela pourrait finir par créer «des niveaux plus
élevés de substances toxiques». Il dit: «Chaque fois que vous surproduisez une
petite molécule dans une bactérie, il existe des inconnues de ce type.» [9]

Yanofsky, un expert de premier plan dans la biosynthèse du L-tryptophane ,


affirme que les bactéries de Showa Denko ont probablement produit dix à quinze
enzymes et autres sous-produits au-delà des niveaux normaux. Si d'autres
enzymes, à leur tour, les modifiaient, cela pourrait créer des substances jamais
produites auparavant par la bactérie. "Un ou plusieurs de ces produits pourraient
être un composé toxique pour l'homme." [9] Puisque le L-tryptophane lui - même
est toxique pour les bactéries à des concentrations élevées, dans un acte d'
auto-conservation, les bactéries pourraient avoir créé une enzyme pour modifier
le L-tryptophane. D'une manière ou d'une autre, quelque chose de nouveau avait
commencé à apparaître dans le produit de Showa Denko.

Alarme biotechnologique
La possibilité que le génie génétique puisse être responsable de
l'épidémie mortelle de SME représentait une menace considérable
pour la jeune industrie biotechnologique. Si les consommateurs
associent la nouvelle science aux horribles symptômes de la
maladie, l'industrie devra peut-être passer des années ou des
décennies pour regagner la confiance du public. À tout le moins, de
nouvelles réglementations pourraient les forcer à soumettre des
produits à des tests de sécurité coûteux, ce qu'ils avaient jusqu'ici
pu éviter.
Mais le mot a commencé à se répandre. Le 11 juillet 1990, le Journal of the
American Medical Association (JAMA) a publié une étude mentionnant pour la
première fois que les bactéries de Showa Denko avaient été génétiquement
modifiées. En fait, la société avait introduit une nouvelle bactérie GM appelée
Strain V en décembre 1988, quelques mois avant le début de l'épidémie.

Le 14 août, Newsday a publié un article intitulé «Faille du génie


génétique blâmée pour les morts toxiques». L'article cite Michael
Osterholm, épidémiologiste au Département de la santé du Minnesota
et co-auteur d'une étude sur l'EMS publiée ce mois-là dans le New
England Journal of Medicine. Il a dit: «La souche V a été augmentée
pour produire plus de L-tryptophane et quelque chose s'est mal passé.
Cela conduit évidemment à tout ce débat sur le génie génétique. [10]
L'article de Newsday a inspiré un grand nombre d'autres papiers
également pour rapporter l'histoire d'EMS comme un problème de génie
génétique.
Pour endiguer la vague de sentiment anti-biotechnologie ,
l'industrie s'est appuyée sur un porte-parole sur lequel elle
compterait plus tard année après année - la FDA. Dans un article
paru dans le magazine Science à la fin du mois d'août, Sam Page,
chef de la branche produits naturels et instrumentation à la FDA, «a
critiqué Osterholm pour avoir« propagé l'hystérie ». Toute la
question: y a-t-il un rapport avec le génie génétique? est
prématuré, surtout compte tenu de l’impact sur l’industrie. » [11]

Osterholm a rétorqué: «Quiconque regarde les données arrive à


la même conclusion. . . . Je pense que la FDA ne veut pas qu'il en
soit ainsi en raison des implications pour l'agence. "
Selon l'article, la FDA savait depuis des mois que le L-tryptophane contaminé avait
été créé par des bactéries génétiquement modifiées, mais a caché l'information
au public «espérant apparemment garder le lien recombinant silencieux jusqu'à ce
qu'ils puissent déterminer s'il jouait effectivement un rôle. dans l'épidémie. » [11]

En dépit des dommages que la remarque d'Osterholm a pu avoir sur l'industrie


biotechnologique, l'étude qu'il a aidé à co-auteur a par inadvertance donné aux
partisans des OGM une explication alternative à l'épidémie qu'ils continuent à
utiliser pour cela.

journée. Peu de temps après l'introduction de la souche V,


Showa Denko a apporté un autre changement à son processus
de production de L-tryptophane .
L'entreprise a réduit la quantité de poudre de carbone
dans ses filtres de vingt à dix kilogrammes par lot.
Les filtres à charbon sont utilisés pour éliminer les contaminants créés pendant le
processus de fermentation. Les responsables de Showa Denko ont affirmé que
les dix kilos de carbone continuaient à produire un produit conforme aux
spécifications requises par les normes pharmaceutiques américaines: pureté de
98,5% ou plus. Néanmoins, il était possible que le changement de filtre ait pu
laisser passer des traces de contaminants mortels.

D'où le nouvel argument: le coupable n'était pas le génie


génétique mais une modification de la filtration.
Cette hypothèse alternative semble avoir sauvé la réputation de
l'industrie biotechnologique, permettant aux aliments et
suppléments génétiquement modifiés de continuer à être vendus
sans tests de sécurité. Analysons cette hypothèse alternative pour
voir si elle justifie de la FDA hands-off approche.
Le jeu du blâme
Dans l'article du New England Journal of Medicine, Osterholm et ses collègues
expliquent: «Bien que le carbone en poudre ait pu contribuer à l'élimination de
l'agent [toxique], il n'explique pas comment l'agent a été introduit dans le produit.»
[12] Le propre avocat de Showa Denko admet que l'hypothèse du filtre «est écartée

par les scientifiques de Showa Denko». Il a déclaré que «la quantité de charbon en
poudre utilisée pour la filtration avait varié auparavant. . .
et il n'était pas inhabituel pour elle de plonger aussi bas. »11b La souche V était
considérée comme le surhomme de toutes les souches précédentes utilisées par
la société. Sa production était environ deux fois supérieure à celle de la souche I.
Osterholm a fait valoir dans son article que la bactérie nouvellement introduite de
la souche V «peut avoir produit de plus grandes quantités d'agent [toxique] que
les souches antérieures. [12] De même, Yanofsky souligne que la quantité plus
élevée de L-tryptophane dans le processus de fermentation a augmenté la
possibilité que les réactions secondaires produiraient plus de contaminants. Il
dit: «Il est possible qu'un système de purification soit
tout à fait adéquat lors de la production de faibles niveaux de
tryptophane, mais à des niveaux plus élevés, il peut ne pas être
assez bon. » [13] Ainsi, comme Showa Denko a introduit une
souche génétiquement modifiée qui a probablement produit plus
de contaminants, ils ont réduit leur filtration à un moment où une
augmentation aurait pu être nécessaire.
Si le génie génétique était responsable de la production des contaminants, il
fournit une explication à quelque chose d'autre qui a dérouté les chercheurs. Les
archives de Showa Denko révèlent que la quantité de contamination dans le L-
tryptophane produit à partir de la souche V variait considérablement. Les lots
produits en mars, avril et mai 1989, par exemple, contenaient des quantités très
élevées de contamination. Les niveaux d'un contaminant ont chuté de manière
inattendue vers la fin d'avril et tous les contaminants présumés avaient
considérablement diminué au moment où le L-tryptophane a été retiré du marché.
[14] Ces changements, qui ont déconcerté les chercheurs, peuvent avoir résulté
d'une expression génétique instable causée par une mutation d'insertion, des
points chauds génétiques ou d'autres effets imprévisibles du génie génétique.

L' argument des cas pré-épidémiques


Les sociétés de biotechnologie et la FDA offrent une deuxième raison pour
laquelle le génie génétique n'était pas la cause la plus probable des EMS:
certains des cas se sont produits avant l'introduction de la souche V. Selon
William Crist, un journaliste d'investigation qui a passé des années à étudier la
tragédie du SME, le coordinateur biotechnologique de la FDA, James Maryanski,
lui a dit dans un
Conversation téléphonique de juillet 1996: «Nous ne pouvons pas exclure [le génie
génétique].

. . . Cependant, nous sommes au courant de près de deux


douzaines de cas d' EMS liés au L-tryptophane survenus avant que
Showa Denko ne commence à utiliser leur souche artificielle. Donc,
il devrait y avoir une cause autre que la simple ingénierie des
souches. Maintenant, je ne peux pas le dire définitivement car nous
n'avons pas beaucoup d'informations sur ces cas antérieurs.
Maryanski a affirmé que «soit le L-tryptophane lui - même, soit le
L-tryptophane en combinaison avec quelque chose qui était le
résultat du processus de purification, était probablement la cause
la plus probable. [9]

Crist n'était pas convaincu et a décidé d'enquêter. Il a découvert


que le nombre réel de cas pré-épidémiques était considérablement
plus élevé que ce que Maryanski avait décrit. Alors que le CDC a
identifié près de 100 cas qui ont commencé plusieurs années
avant l'épidémie de mai 1989, [15] le chiffre réel se situe
probablement entre 350 et 700, [9] parce que le système de
surveillance passive de l'agence n'a identifié qu'un seul cas sur
quatre - ou encore moins.
Pour tester l'affirmation de Maryanski selon laquelle le L-tryptophane en lui-même
aurait pu être responsable, Crist a tenté de savoir s'il y avait des cas EMS
associés à la marque d'une entreprise différente. «J'ai faxé et appelé une
douzaine de cabinets d'avocats qui avaient traité [des centaines de] cas Showa
Denko.

Personne n'avait traité ou ne connaissait même un cas précis associé à


un autre fabricant », a rapporté Crist. Stephen Sheller, un avocat dont le
cabinet a traité plus de 100 cas d'EMS, dont une dizaine avec apparition
avant l'épidémie, a déclaré: «Nous avons toujours soupçonné qu'il y avait
des cas d'EMS causés par d'autres L-tryptophane. . . . Cependant, nous
n'avons jamais eu de cas avec lequel nous pourrions le confirmer. Tous
les cas que nous avons eu [ont] été attribués à Showa Denko. " [9]

Dans la littérature scientifique, Crist a trouvé trois études de


Les épidémiologistes du CDC qui ont montré que le produit de Showa Denko était
associé à des cas antérieurs à l'épidémie. De plus, aucune étude n'implique
aucune marque de L-tryptophane autre que celle de Showa Denko.

Ces résultats contredisent l'affirmation de la FDA selon laquelle le


L-tryptophane lui - même pourrait avoir causé l'épidémie. Si tel était le cas,
selon l'épidémiologiste du CDC Edwin Kilbourne, «tous les produits de
tryptophane à dose égale produits par différentes entreprises auraient dû
avoir le même [effet].» [16] Mais Kilbourne insiste sur le fait qu'il n'y a
aucune preuve à l'appui.

De même, Gleich de la Mayo Clinic déclare: «Le tryptophane lui-même n'est


clairement pas la cause des EMS dans la mesure où les personnes qui ont
consommé des produits d'entreprises autres que Showa Denko n'ont pas
développé EMS. Les preuves indiquent que le produit Showa Denko est le
coupable et que les contaminants sont

la cause." [17]
Mais cela laisse encore la question: qu'est-ce qui était responsable des cas pré-
épidémiques? Selon Maryanski, puisque les cas EMS «se sont produits avant
que Showa Denko ne commence à utiliser leur souche artificielle. . . il devrait y
avoir une cause autre que la simple ingénierie des souches. [9]

Maryanski décrivait la souche V, introduite en décembre 1988 et liée par la suite à


l'épidémie EMS de l'année suivante. Crist, cependant, a découvert dans son
enquête que les souches précédentes de bactéries utilisées par Showa Denko
étaient également génétiquement modifiées. Entre 1984 et 1988, la société a
introduit quatre souches GM successives, II – V.

Ainsi, les cas pré-épidémiques d'EMS semblent également être le


résultat du L-tryptophane créé à partir de bactéries génétiquement
modifiées. Cela expliquerait pourquoi les chercheurs ont découvert
que seules les personnes qui consommaient la marque Showa
Denko avaient contracté le SME. Et comme les souches II – V ont
été progressivement modifiées pour produire des quantités de plus
en plus grandes de L-tryptophane, chaque souche améliorée a créé
plus de contaminants. Cela expliquerait l'augmentation progressive
des cas d'EMS menant à l' épidémie liée à la souche V.
Au début, Crist s'est demandé pourquoi la FDA ne connaissait pas les
souches antérieures. Ils avaient accès aux mêmes sources d'information
que lui, et certainement bien plus. Mais alors que Crist lisait un document
clé sur l'affaire, il a remarqué l'empreinte du fax en haut de la page,
affichant la date et l'expéditeur du document. Crist avait trouvé son arme
fumante. En octobre 2001, il a écrit à Maryanski et Joseph Levitt, directeur
du Center for Food Safety and Nutrition de la FDA: «J'ai une copie d'un fax
du 17 septembre 1990 de la FDA, qui semble être un rapport de Showa
Denko listant le parent mutant Souche I et modifications génétiques des
souches II – V. Ainsi, l'agence savait que Showa Denko avait utilisé trois
autres souches de bactéries modifiées, en plus de la souche (V) qui était
liée aux cas d'épidémie, et n'a pas divulgué ce fait au public.

Crist a poursuivi: «Il semble que la FDA a tenté de désamorcer et


de minimiser la question du génie génétique en rejetant le blâme
sur le tryptophane lui-même, en utilisant des EMS pré-épidémiques

[9]
. . . cas comme justification. » [9] La FDA n'a pas répondu à sa
lettre.
Poursuivant son examen des données, Crist a découvert que les souches
antérieures de la bactérie GM de Showa Denko produisaient également
des produits contaminés.

En fait, une entreprise allemande avait refusé les envois de L-


tryptophane de Showa Denko en 1988, avant la souche V, en raison de
la présence d'une impureté. Il a écrit: «Selon les documents internes de
Showa Denko, lorsque Showa Denko a été interrogé sur le. . . impureté,
ils ont admis qu'ils ne pouvaient pas déterminer un manque de toxicité
de l'impureté parce qu'ils ne pouvaient pas comprendre ce qu'était
l'impureté. [9]
Après l'éclosion, une étude qui a suivi l'un des contaminants liés au SME
(Peak E / EBT) l'a identifié dans des pilules fabriquées dès le 19 août
1986. Ainsi, les souches III et IV ont produit cette impureté. Et une
personne qui a contracté un cas grave d'EMS en novembre 1987 prenait
du L-tryptophane produit à partir de la souche III.
Ses pilules ont été testées et identifiées comme celles de
Showa Denko avec leur schéma caractéristique
d'impuretés. [9]
Showa Denko a également testé ses produits, mais certains de ses résultats de
test les plus importants ne sont plus disponibles. Selon John Baker, un avocat qui
représentait plusieurs victimes du SME et siégeait en tant que membre du Comité
directeur national pour les litiges contre Showa Denko, «après avoir examiné les
documents de l'entreprise et les dépositions d'employés de l'entreprise, des
scientifiques experts retenus par les demandeurs dans le Le litige EMS aux États-
Unis a estimé que Showa Denko semble avoir détruit certains des
chromatogrammes en série qui présentaient des contaminants dans leur produit
L-tryptophane en 1988. » [9]

Dans ce qui semble être une acceptation tacite de la responsabilité, cependant,


Showa Denko a étendu les règlements à l'amiable aux cas pré-épidémiques de
SME.

- ceux qui avaient pris du L-tryptophane créé à partir de ses


souches de bactéries GM antérieures. Au total, l'entreprise a
versé un total de plus de 2 milliards de dollars à plus de 2
000 victimes.
Cas antérieurs mal diagnostiqués
Le nombre de victimes qui ont contracté des EMS à partir du L-tryptophane
produit par des souches antérieures de la bactérie GM de Showa Denko peut être
beaucoup plus élevé qu'on ne le pensait à l'origine, car l'identification de la
maladie peut prendre des années.

Un article paru dans le bulletin d'information du National EMS


Network de juin 2001
déclare: «Alors que beaucoup pensent qu'il y a eu des cas pré-épidémiques
d'EMS qui ont reçu un autre diagnostic ou aucun diagnostic du tout parce que le
terme ' syndrome d' éosinophilie-myalgie ' ne faisait pas partie du lexique
médical, certaines personnes découvrent seulement maintenant que ils ont
EMS. » La façon dont un cas d'EMS pré-épidémique est déterminé est «d'abord
en établissant qu'une personne a effectivement consommé du L-tryptophane
produit par Showa Denko (SDK)». [18] Des études montrent que de nombreux
patients diagnostiqués avec la fasciite éosinophile (FE), la fibromyalgie et la
sclérodermie avaient pris du L-tryptophane et pouvaient donc avoir eu un EMS
mais ont été mal diagnostiqués.

Don Hudson de Louisiane est l'un de ces patients. Il dit: «Mes premiers
symptômes EMS ont commencé en novembre 1987. En février 1988, j'étais
extrêmement malade et j'avais été hospitalisé. Mon médecin traitant était
totalement déconcerté. Il a effectué tous les tests imaginables, y compris une
biopsie musculaire.

J'étais au bord de la mort et je glissais vite. Pour une raison quelconque,


j'ai arrêté de prendre du L-tryptophane et, en un mois, mon état s'était
amélioré au-delà du stade critique. Mon médecin a diagnostiqué le
problème
comme la fibromyalgie, mais il nous a dit que ma maladie
faisait partie de ces choses que la médecine ne pouvait tout
simplement pas expliquer.
Lorsque Hudson a assisté à un groupe de soutien pour la fibromyalgie, il
s'est rapidement rendu compte que sa situation était très différente des
autres.

«Aucun des autres membres n'a présenté de symptômes mettant sa vie en


danger. Pratiquement tous m'ont donné un regard vide quand j'ai demandé à quel
point leurs éosinophiles avaient atteint. je
avait un nombre d'éosinophiles de 25 000 à 58 000, alors que zéro
à 400 est normal. » [9] Le nombre de Hudson reste élevé et, comme
beaucoup d'autres victimes EMS, il continue à faire face à des
symptômes chaque jour. Hudson combat la cécité temporaire,
l'intestin irritable, les douleurs musculaires insupportables, la
fatigue, les tremblements et les difficultés respiratoires, entre
autres problèmes.
Quelqu'un ne coopérait pas
Lorsque la souche V a été impliquée pour la première fois, les enquêteurs de la
FDA auraient dû naturellement obtenir la bactérie pour vérifier qu'elle produisait le
L-tryptophane contaminé. Mais Maryanski a déclaré à Crist dans une interview
que la FDA n'avait jamais obtenu d'échantillons de la souche bactérienne. Un
article de Science affirme que Showa Denko a détruit toutes leurs bactéries
lorsque les problèmes de toxicité sont apparus pour la première fois.11b. Mais
lorsque Crist a contacté l'avocat de Showa Denko, Don Morgan, en mars 2001, il a
entendu une toute autre histoire. Selon Crist, Morgan a révélé "que Showa Denko a
proposé de donner les cultures à la FDA, mais ils ne voulaient pas les envoyer par
courrier, comme apparemment la FDA l'avait demandé." Lorsqu'elles sont
exposées à l'environnement, les bactéries peuvent muter et produire des
impuretés supplémentaires.

Morgan a déclaré à Crist «que la FDA n'a jamais donné suite à


l'offre de Showa Denko de retourner les bactéries, de manière à
ce qu'ils puissent montrer à la FDA la bonne façon de les traiter,
etc. [Morgan a déclaré] que la société a finalement détruit les
bactéries en 1996. " [2]
Crist a écrit à Sam Page, alors directeur scientifique de la FDA, lui demandant de
répondre à l'affirmation de Morgan. Ses questions sont restées sans réponse.

Crist a soumis plusieurs demandes d'accès à l'information (FOI) à la FDA et au


CDC en 1998 et à nouveau en 2001. Crist a déclaré: «En 1998, des réponses ont
été reçues de la FDA et du CDC, mais aucun des documents et / ou informations
spécifiques demandés n'a été fourni. . En 2001, le personnel de la FDA FOI a
déclaré que les informations demandées étaient soit «perdues», soit
«introuvables» et que les personnes impliquées à l'époque (1989-1990) avaient
toutes quitté la FDA. » Crist a déclaré au représentant de la FDA que plusieurs des
scientifiques et des responsables auxquels ses demandes étaient adressées, y
compris Sam Page, Rossanne Philen,

Henry Falk et Edwin Kilbourne sont toujours à la FDA ou au CDC, mais le membre
du personnel de la FDA FOI a répété que les personnes impliquées étaient
parties. Crist dit: «Leur incapacité à répondre suggère que les questions peuvent,
en fait, être sur la cible. . . . Maintenant, il semble qu'ils savaient tous les deux
depuis le début que les souches GE jouaient un rôle crucial dans les EMS et qu'ils
cachaient ces informations pour protéger l'industrie biotechnologique
américaine. [9]

La FDA prend le stand


Le 18 juillet 1991, Douglas Archer, directeur adjoint du Center for Food Safety and
Applied Nutrition de la FDA, s'est assis devant un comité du Congrès pour donner
la version officielle de l'agence de l'incident EMS. Des observateurs familiers avec
le parti pris pro-biotechnologique de la FDA attendaient de voir comment Archer
allait présenter cette question sensible du L-tryptophane génétiquement modifié
aux législateurs. Ils savaient que la FDA était déterminée à maintenir le contrôle
de la politique sur les OGM et que l'agence ne voulait pas que le Congrès
intervienne pour rédiger de nouvelles lois. Au contraire, la FDA développait sa
propre politique pro-industrie basée sur les lois alimentaires écrites avant le génie
génétique. Les observateurs ont attendu. . . et a attendu. . . et a attendu. Rien. Il n'y
avait pas une seule mention du génie génétique dans le témoignage d'Archer.

Archer connaissait certainement les bactéries génétiquement


modifiées. *
Mais au lieu de risquer la condamnation publique du génie génétique et * En fait,
en 2001, quand j'ai mentionné à un ancien employé de la FDA que le représentant
de la FDA s'exprimant devant le Congrès au sujet du L-tryptophane n'avait pas
mentionné qu'il était génétiquement modifié, elle a dit qu'elle avait constaté que
difficile à croire. «Tout le monde dans l'agence savait qu'elle était génétiquement
modifiée», a-t-elle déclaré. En ingérence du Congrès, Archer a profité de
l'occasion pour faire avancer le programme de la FDA. Dans son tour d'horizon, il
a déclaré: «L' incident L-tryptophane / EMS qui est au centre de cette audition, et
en particulier la souffrance et la mort de ceux qui ont utilisé les produits en
question, démontrent les dangers inhérents aux divers schémas de fraude
sanitaire qui sont perpétré sur des segments du public américain. »

Pourquoi la FDA a-t-elle choisi de cibler les «stratagèmes de fraude sanitaire?»


Archer a déclaré dans son témoignage qu '«il y avait un désir de l'agence de
réglementer étroitement la
ajout de toutes les vitamines, minéraux et acides aminés utilisés dans les
aliments, y compris les compléments alimentaires. » En faisant du
L-tryptophane l'ennemi, la FDA a pu l'utiliser comme bouc émissaire pour
justifier que les compléments alimentaires étaient dangereux et devaient être
réglementés. En fait, la FDA avait déjà tenté d'empêcher le L-tryptophane d'être
vendu en vente libre.

Le Congrès n'avait pas coopéré avec le désir de la FDA de réglementer et de


restreindre les suppléments. En 1976, le Congrès a adopté l'amendement
Proxmire, qui empêchait la FDA de limiter la puissance d'un supplément
vitaminique ou minéral en fonction de ce que l'agence «considérait comme
rationnel ou utile». Dans son témoignage, Archer a semblé accuser le Congrès de
limiter le contrôle de la FDA sur les suppléments.

«Le soi-disant amendement Proxmire à la loi FDC est un autre facteur


influençant l'atmosphère dans laquelle l'agence a pris ses décisions concernant
la réglementation des acides aminés», a-t-il déclaré. «L'amendement a été
adopté en réponse directe à un effort de réglementation de la FDA et il a
semblé signaler l'intention du Congrès de ne pas réglementer les produits de
type supplément sans indication d'un réel danger pour la santé.

Archer a fait la promotion de la politique de lutte contre les drogues de l'agence .


Il a poursuivi: «Dans le cadre du programme annoncé par le commissaire Kessler
pour renforcer l' application de la loi, il a déclaré sans équivoque que la FDA ne
tolérera pas que des allégations non fondées sur les médicaments soient faites
pour des aliments, y compris des suppléments d'acides aminés. Il a ajouté: «Un
autre aspect de ce problème est que certains segments de l'industrie des
suppléments ont été en mesure de tirer parti de la confusion créée par les
allégations santé pour les aliments.»

Archer a également averti les médecins, leur disant de ne


pas recommander le L-tryptophane à leurs patients à des
fins médicamenteuses.
Archer a établi une distinction entre le L-tryptophane prescrit par le médecin
utilisé dans les préparations pour nourrissons, l'administration intraveineuse et les
sondes d'alimentation, que l'agence avait jugées légales, et la variété en
vente libre , qu'ils n'avaient pas approuvée. À deux reprises, ils avaient tenté de
supprimer ce qu'Archer appelait la variété commercialisée illégalement en
traduisant les vendeurs devant les tribunaux.

Les deux fois, ils ont perdu. En 1990, lorsque l'EMS a été lié à la
consommation de L-tryptophane , la FDA a finalement réussi et a
interdit la variété en vente libre . Ainsi, l'épidémie d'EMS les avait
aidés à accomplir ce que deux poursuites de la FDA n'avaient pas
pu faire. "Enfin, le 19 février 1991", a déclaré Archer, "en raison de
la forte relation épidémiologique entre le SME et le L-tryptophane
fabriqué par [Showa Denko], la FDA a étendu le rappel pour inclure
les produits légaux contenant Showa Denko L-tryptophane." [7]
En fin de compte, le témoignage soigneusement rédigé d'Archer a
accompli beaucoup pour la FDA. Il a affirmé le besoin de l'agence pour
plus de liberté pour réglementer les suppléments et a même félicité la
FDA pour avoir essayé de retirer ce supplément nocif des étagères
pendant des années. De plus, parce qu'Archer n'a pas mentionné le génie
génétique, le Congrès n'a fait aucune enquête sur le sujet et les médias
l'ont également évité, attribuant plutôt l'épidémie à des programmes de
santé non réglementés. Le L-tryptophane reste hors du marché, sauf s'il
est prescrit par un médecin.
La réglementation actuelle approuverait le L-Tryptophane
S'il est introduit aujourd'hui pour la première fois, le L-tryptophane
contaminé pourrait facilement passer à travers les
réglementations actuelles de la FDA. Même la présence
d'impuretés dans le L-tryptophane de Showa Denko n'aurait pas
arrêté la distribution car il ne s'agissait pas de toxines connues. La
FDA «peut détecter la présence de toxines connues en se basant
uniquement sur les propriétés connues des aliments
préexistants». [5]
Il existe de nombreux suppléments fabriqués aujourd'hui qui utilisent des
bactéries GM. Une forme de vitamine B-2 dérivée d' OGM , par exemple, a été
approuvée au Royaume-Uni sur la base de données qui identifiaient uniquement
les contaminants trouvés à des niveaux supérieurs à 0,1 pour cent. Les impuretés
dans le L-tryptophane étaient cependant dix fois plus petites. [19] Selon Stephen
Naylor de la Mayo Clinic, «la présence des contaminants dans le [Showa Denko]
L-tryptophane est étonnamment petite et vous avez donc besoin d'une
instrumentation très sophistiquée et de beaucoup de travail acharné pour arriver
même à déterminer le structures. » [9] Showa Denko surveillait quotidiennement
les niveaux d'impuretés dans leur L-tryptophane . Il

restait conforme aux normes américaines.


De même, selon le magazine BBC, les lots mortels de tryptophane auraient
également été approuvés en Europe. «Ce n'est que lorsque les gens ont
commencé à tomber comme des mouches que le problème deviendrait
apparent.» [20] Il est décevant de considérer que c'est le fait que les gens tombent
comme des mouches qui ont aidé à attraper la maladie. Crist et d'autres
comparent le L-tryptophane au médicament thalidomide, qui était responsable de
graves malformations congénitales à la fin des années 1950 et au début des
années 1960: «Nous soulignons que si la thalidomide avait provoqué un type
d'anomalie congénitale déjà courante, par exemple, une fente palais ou retard
mental sévère, nous ne saurions toujours pas ce qu'il en est, et les femmes
enceintes auraient continué à en prendre pour ses bienfaits incontestables. L'ajout
fractionnaire aux chiffres [d'anomalies congénitales] qui étaient déjà relativement
importants n'aurait pas été statistiquement significatif. Mais il s'est avéré que les
dommages constatés étaient d'un type que la plupart des médecins ne voient
jamais dans toute une carrière - des malformations drastiques des bras et des
jambes - donc bien que les chiffres n'étaient pas énormes, ces cas ont été
détectés.

Crist souligne que c'est le caractère unique de l'EMS qui a permis au problème du
L-tryptophane de faire surface. Si, d'un autre côté, les suppléments contaminés
de Showa Denko «avaient causé le même nombre de maladies courantes à la
place, disons l'asthme, nous ne le saurions toujours pas. Ou s'il avait causé des
dommages différés, comme le cancer vingt à trente ans plus tard, ou la démence
sénile chez certaines dont les mères l'avaient pris au début de la grossesse, il n'y
aurait eu aucun moyen d'attribuer le tort à la cause. [21]

Malgré la gravité de l'épidémie, il a encore fallu des années pour retracer la


maladie invalidante au L-tryptophane et des mois de plus pour découvrir que la
marque Showa Denko était responsable. Un facteur contributif, bien sûr, était qu'il
n'y avait pas d'étiquette pour distinguer la version GM de la variété naturelle. Il en
va de même pour les aliments génétiquement modifiés. «En l'absence
d'étiquetage pour les produits génétiquement modifiés», écrivent Rampton et
Stauber dans Trust Us We Are Experts, «il est impossible de déterminer qui a
mangé du soja mutant et qui a mangé du soja naturel.

Si quelque chose de toxique pénètre dans l'approvisionnement alimentaire,


le retracer jusqu'à sa source sera

difficile, voire impossible. » [5]


Sagesse des écureuils, des wapitis, des cerfs, des ratons
laveurs et des souris
Pendant des années, un fermier à la retraite de l'Iowa a nourri des écureuils sur sa
ferme pendant les mois d'hiver en plaçant des épis de maïs sur les mangeoires.
Un an, rien que pour le plaisir, il a décidé de voir si les écureuils avaient une
préférence pour le maïs Bt ou le maïs naturel. Il a mis du maïs naturel dans une
mangeoire et du maïs Bt dans une autre à environ vingt pieds. Les écureuils ont
mangé tout le maïs des épis naturels mais n'ont pas touché le Bt. Le fermier
remplit consciencieusement la mangeoire avec du maïs plus naturel et, bien sûr,
elle avait bientôt disparu. Le Bt, cependant, est resté intact.

Le fermier à la retraite est devenu curieux. Et si la variété Bt était le


seul choix des écureuils? Pour le savoir, il n'a pas rempli le maïs
naturel.
À l'époque, l'Iowa était plongée dans les jours les plus froids de l'hiver. Mais jour
après jour, l'épi Bt est resté intact. Les écureuils sont allés ailleurs pour leur
nourriture. Après environ dix jours, les écureuils ont mangé à environ un pouce du
bout d'une oreille, mais c'est tout. Le fermier s'est senti désolé pour les écureuils
et a remis du maïs naturel dans les mangeoires, que les écureuils ont de nouveau
consommé. [1]

«Un élan captif s'est échappé et a élu domicile dans nos cultures
de maïs et de soja biologiques. Il avait un accès total aux champs
voisins de cultures GM, mais n'y est jamais entré. [2]

—Susan et Mark Fitzgerald, Minnesota


L'écrivain Steve Sprinkel a décrit un troupeau d'une quarantaine de cerfs
qui mangeaient du champ de soja biologique, mais pas de la variété
Roundup Ready de l'autre côté de la route. De même, les ratons laveurs
ont dévoré du maïs biologique, mais n'ont pas touché un épi de maïs Bt
poussant sur la route. «Même les souris se déplaceront sur la ligne si on
leur donne une alternative à ces« cultures ».» [3]

Un fermier hollandais a vérifié la préférence alimentaire des souris lorsqu'il a


laissé deux tas de maïs dans sa grange infestée de souris . Une pile a été
génétiquement modifiée; l'autre était naturel. La pile GM était intacte alors que la
pile non GM

était complètement dévoré. [4]


Chapitre 5
Gouvernement par l'industrie, pour l'industrie
Le vice-président George Bush était assis dans son fauteuil en face de quatre
dirigeants de Monsanto. Ils étaient venus à la Maison Blanche avec une
demande inhabituelle. Ils voulaient plus de réglementation. Ils s'aventuraient
dans une nouvelle technologie, la modification génétique des aliments, et ils
demandaient en fait au gouvernement de surveiller leur industrie émergente.

Mais c'était fin 1986. Ronald Reagan était président et l'administration


déréglementait activement les affaires. Bush avait besoin d'être convaincu. «Nous
l'avons mis sur écoute pour la réglementation», a déclaré Leonard Guarraia, l'un
des dirigeants de la réunion. «Nous lui avons dit que nous devions être
réglementés.» [1]

Monsanto était sur le point de faire un pari de plusieurs milliards de dollars .


Avec cette nouvelle technologie, ils pourraient concevoir et breveter un tout
nouveau type d'aliment. Plus tard, en rachetant des sociétés semencières du
monde entier, Monsanto pourrait remplacer les semences naturelles par leurs
semences d'ingénierie brevetées et contrôler une grande partie de
l'approvisionnement alimentaire.

Mais il y avait de la peur dans les rangs de Monsanto - peur des réactions
des consommateurs et des écologistes. Leur peur était née de l'expérience.

Des années plus tôt, Monsanto avait assuré au public que leur
agent orange, le défoliant utilisé pendant la guerre du Vietnam,
était sans danger pour les humains. Ce n'était pas le cas. Des
milliers d'anciens combattants et des dizaines de milliers de
Vietnamiens qui ont souffert d'un large éventail de maladies, y
compris le cancer, les troubles neurologiques et les malformations
congénitales, accusent Monsanto.
Monsanto a également déclaré leur isolant électrique poly-chlorés (PCB)
comme sûrs. Ils ne l'étaient pas. Interdits en 1978, ils ont été liés au
cancer et aux anomalies congénitales, et sont considérés comme un
risque environnemental majeur. Selon des documents judiciaires, les dirigeants
de Monsanto savaient que son usine de PCB à Anniston, en Alabama, exposait la
population de la ville à de graves risques pour la santé. Ils jetaient régulièrement
des PCB
dans la ville mais dissimulé le fait pendant plus de quarante
ans.
Selon le Washington Post, «En 1966, par exemple, les responsables
de Monsanto ont découvert que le poisson plongé dans une crique
locale se retournait le ventre en dix secondes, giclant du sang et
versant la peau comme s'il était tombé dans l'eau bouillante. En
1969, ils ont trouvé un poisson dans un autre ruisseau avec 7500
fois le niveau légal de PCB. Mais ils ne l'ont jamais dit à leurs
voisins et ont conclu qu '«il n'y a guère d'objet à aller à des
extrêmes coûteux en limitant les rejets». »Une note interne a
déclaré:« Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre un dollar
d'affaires. » [2]
Le 22 février 2002, Monsanto a été reconnu coupable de négligence,
d'insolence, de suppression de la vérité, de nuisance, d'intrusion et
d'indignation.

«En vertu de la loi de l'Alabama», expliquait l'article du Washington Post, «la rare
allégation d'indignation exige généralement une conduite« si scandaleuse par son
caractère et si extrême qu'elle dépasse toutes les limites possibles de la décence
pour être considérée comme atroce et totalement intolérable en société civilisée.
» [2]

Les représailles du public à ces erreurs et à d'autres de Monsanto ont été


considérables. Un ancien vice-président de Monsanto a admis: «Nous
étions méprisés par nos clients.» [3] Avec le génie génétique, Monsanto
savait qu'ils avaient besoin d'une nouvelle approche. Ils étaient
déterminés à travailler avec les critiques potentiels à l'avance pour gagner
leur soutien. «Une sensibilisation active», selon le plan du comité
stratégique, «encouragera les groupes d'intérêt public, de
consommateurs et environnementaux à développer des positions
favorables sur la biotechnologie.» [1]
Leur plan, daté du 13 octobre 1986 et obtenu par la suite par le New York Times,
prescrivait également à Monsanto de s'engager avec les régulateurs et les élus du
monde entier, de créer «un soutien à la biotechnologie aux plus hauts niveaux de
la politique américaine» et d'obtenir l'aval des démocrates et Plateformes
présidentielles de 1988 du parti républicain.

Ils avaient également besoin d'une réglementation fédérale. Avec cela en


place, ce serait le gouvernement, et non Monsanto, qui assurerait au public
que GM
les produits étaient sûrs. Monsanto n'était pas prêt à
demander à nouveau au public de «nous faire confiance».
Les relations de Monsanto à Washington étaient profondes - très profondes. La
rencontre avec le vice-président Bush a été un succès, et ils ont obtenu ce qu'ils
demandaient. Selon le New York Times, «c'était un résultat qui serait répété,
encore et encore, à travers trois administrations.

Ce que Monsanto souhaitait de Washington, Monsanto - et, par


extension, l' industrie de la biotechnologie - a obtenu.

Mais au début des années 1990, le président de Monsanto, qui privilégiait


l'approche prudente et collaborative, a pris sa retraite. La tâche de superviser
l'expansion des aliments génétiquement modifiés a été confiée à
l'enthousiaste Robert Shapiro. Il «a mis de côté la stratégie lente de
consultation et d'examen» et a amené la campagne du GM à une vitesse
fulgurante.

Selon le New York Times, «Monsanto utiliserait désormais son


influence à Washington pour adopter une nouvelle approche». Pour
aider Monsanto à «accélérer la mise sur le marché de ses produits
alimentaires, la Maison Blanche a rapidement mis en place une
politique d' auto-police exceptionnellement généreuse ». [1]
L'influence de Monsanto était légendaire. Les initiés de
Washington ont regardé avec étonnement la société qui dictait
sa politique au Département de l'agriculture (USDA), à l'Agence
de protection de l'environnement (EPA) et, finalement, à la Food
and Drug Administration (FDA).
Selon Henry Miller, qui était en charge des questions de biotechnologie à la FDA de
1979 à 1994, «les agences gouvernementales américaines ont fait exactement ce
que les grandes entreprises agroalimentaires leur ont demandé de faire et leur ont
dit de faire. [1]

Cette industrie de la biotechnologie a travaillé sa magie avec le Council on


Competitiveness, un haut groupe d' élaboration des politiques créé par le
président Bush en mars 1989. Le vice-président Dan Quayle a été chargé
«de réduire le fardeau réglementaire sur l'économie». Le conseil a
également été chargé de contrer la drastique des États-Unis

déficit commercial en rendant les produits américains plus compétitifs sur les
marchés étrangers. Les membres de ce conseil d'élite comprenaient «le
procureur général, le secrétaire au commerce, le directeur [du bureau de la
gestion et du budget] et le président du conseil des conseillers économiques. .
. . Le chef de cabinet du président a coordonné les activités du Conseil. » [4]

Le succès de l'industrie biotechnologique auprès de ces chefs de gouvernement


est devenu évident le 26 mai 1992 dans la salle des traités indiens de l'ancien
bâtiment exécutif. Là, le vice-président Dan Quayle a annoncé la nouvelle
politique de l'administration Bush sur les aliments génétiquement modifiés:

«Les réformes que nous annonçons aujourd'hui accéléreront et


simplifieront le processus de fourniture de meilleurs produits agricoles,
développés grâce à la biotechnologie, aux consommateurs, aux
transformateurs de produits alimentaires et aux agriculteurs. Nous
veillerons à ce que les produits biotechnologiques reçoivent la même
surveillance que les autres produits, au lieu d'être entravés par une
réglementation inutile. » [1]

Par «recevoir la même surveillance que les autres produits», Quayle


voulait dire que les aliments génétiquement modifiés seraient considérés
comme tout aussi sûrs que les aliments naturels et
non génétiquement modifiés . Et éviter les «réglementations inutiles»
signifiait que le gouvernement n'exigerait aucun test de sécurité ni
aucune étiquette spéciale identifiant les aliments comme étant
génétiquement modifiés. La justification de cette pratique de la politique
a été énoncée dans un document daté FDA trois jours après l'annonce de
Quayle. «L'agence n'a connaissance d'aucune information montrant que
les aliments dérivés de ces nouvelles méthodes diffèrent des autres
aliments de manière significative ou uniforme.» [5]
Monsanto, sous sa nouvelle direction, avait ce qu'il voulait:
l'approbation du gouvernement en matière de sécurité et
aucune réglementation susceptible d'interférer avec ses
projets de ventes mondiales rapides.
Science politique à la FDA
L'avocat Michael Taylor avait supervisé l'élaboration de la politique de la
FDA.

Avant de travailler à l'agence, Taylor a travaillé au cabinet d'avocats King and


Spaulding; Monsanto était son client personnel. Taylor a aidé Monsanto à rédiger
des pro-
réglementations biotechnologiques pour lesquelles l'industrie ferait pression.
Tout en travaillant pour la FDA, Taylor pouvait appliquer ces lois lui-même. Pour
Monsanto, il n'y avait pas de meilleure personne pour assumer un rôle de
leadership à la FDA.

Taylor n'a pas simplement comblé un poste vacant à l'agence. En 1991, la FDA
lui a créé un nouveau poste: commissaire adjoint aux politiques.

Il est instantanément devenu le fonctionnaire de la FDA avec la plus grande


influence sur la réglementation des aliments GM, supervisant le
développement de la politique gouvernementale.

Selon l'avocat de l'intérêt public Steven Druker, qui a étudié les dossiers internes
de la FDA, «Pendant le mandat de M. Taylor en tant que commissaire adjoint, les
références aux effets négatifs involontaires de la bio-ingénierie ont été
progressivement supprimées des projets de déclaration de politique (malgré les
protestations des scientifiques de l'agence ), et une déclaration finale a été
publiée affirmant (a) que les aliments [génétiquement modifiés] ne sont pas plus
risqués que d'autres et (b) que l'agence n'a aucune information à l'effet contraire.
" [6] En 1994, Taylor est devenu l'administrateur au service de salubrité des
aliments et d'inspection du ministère de l'Agriculture, où il était également
impliqué dans les questions de biotechnologie.

Il est ensuite devenu vice-président des politiques publiques chez


Monsanto.
Lorsque la FDA a annoncé sa politique, le public n'était au courant
d'aucune dissidence interne. La politique affirmait hardiment
qu'aucune information n'indiquait que les aliments génétiquement
modifiés étaient différents ou plus risqués que les variétés
naturelles. Puisque le public américain fait généralement
confiance à la FDA, ils ont supposé que de tels risques n'existaient
pas. Mais près d'une décennie plus tard, les documents internes
de l'agence - rendus publics pour la première fois par une
action en justice - racontaient une histoire différente.
Linda Kahl, un responsable de la conformité de la FDA, a protesté qu'en
«essayant de forcer la conclusion ultime qu'il n'y a pas de différence entre
les aliments modifiés par génie génétique et les aliments modifiés par les
pratiques de sélection traditionnelles», l'agence essayait de «faire entrer
une cheville carrée dans un Trou rond." Elle a insisté sur le fait que «les
processus de génie génétique et de sélection traditionnelle sont différents
et, selon les experts techniques de l'agence, ils entraînent des risques
différents». [7]

L'un de ces experts était le microbiologiste de la FDA Louis Pribyl. «Il existe une
différence profonde entre les types d'effets inattendus de la sélection
traditionnelle et du génie génétique», a écrit Pribyl dans une lettre à James
Maryanski, le coordinateur biotechnologique de la FDA. Pribyl a déclaré que
plusieurs aspects de l'épissage de gène «peuvent être plus dangereux». [8] Selon
le New York Times, «Dr. Pribyl savait d'après des études que des toxines
pouvaient être créées involontairement lorsque de nouveaux gènes étaient
introduits dans les cellules d'une plante. [1] De plus, Pribyl a écrit "il n'y a aucune
certitude que [les sélectionneurs d'aliments génétiquement modifiés] seront en
mesure de détecter des effets qui pourraient ne pas être évidents."

Il a déclaré: «C'est l'idée favorite de l'industrie, à savoir qu'il n'y a aucun


effet involontaire qui soulèvera le niveau d'inquiétude de la FDA. Mais à
maintes reprises, il n'y a pas de données pour étayer leur affirmation. »
[8]

Pribyl a été l'un des nombreux scientifiques de la FDA à avoir été invités à fournir
une contribution lors de la formulation de la politique de la FDA sur les aliments
génétiquement modifiés. Selon Druker, les archives montrent que la majorité de
ces scientifiques ont identifié les risques potentiels des aliments génétiquement
modifiés. Druker était le principal organisateur du procès qui a forcé les
documents de la FDA dans le domaine public; son organisation à but non lucratif,
l'Alliance for Bio-Integrity, était le principal plaignant. Après avoir trié des dizaines
de milliers de pages de documents de la FDA, il a décrit l'opinion des
scientifiques de l'agence comme suit: «L'opinion prédominante était que le génie
génétique comporte des risques distincts et que ses produits ne peuvent être
considérés comme sûrs que s'ils ont été confirmés. ainsi grâce à des études
d'alimentation appropriées.

Druker dit que plusieurs scientifiques «émettent une forte


mise en garde» [6]
Le Groupe de toxicologie, par exemple, a averti que les plantes
génétiquement modifiées pourraient «contenir des concentrations
élevées inattendues de substances toxiques pour les plantes», et
a décrit les raisons pour lesquelles celles-ci pourraient être très
difficiles à identifier. Leur directeur a écrit: «La possibilité de
changements inattendus et accidentels dans les plantes
génétiquement modifiées justifie une étude toxicologique
traditionnelle limitée. [dix]
La Division de la chimie et de la technologie alimentaires
a décrit quatre dangers potentiels:
1. «Augmentation des niveaux de toxines naturelles connues»,
2.«Apparition de nouvelles toxines non identifiées
auparavant»,
3.Tendance accrue à rassembler les «substances toxiques
de l'environnement» telles que «les pesticides ou les
métaux lourds», et
4. «Modifications indésirables des niveaux de nutriments.»
Ils ont averti, «à moins que les plantes génétiquement
modifiées ne soient évaluées spécifiquement pour ces
changements», ces quatre «peuvent échapper à l'attention des
sélectionneurs». La division a recommandé de tester chaque
aliment génétiquement modifié «avant qu'il n'entre sur le
marché». [11]
Gerald Guest, le directeur du Centre de médecine vétérinaire (CVM) de la FDA a
envoyé une lettre à Maryanski disant que lui et les autres scientifiques du CVM
ont conclu qu'il existe une «justification scientifique suffisante» pour exiger des
tests et un examen de chaque aliment GM avant qu'il ne soit mangé par le public.
Il a déclaré: «CVM estime que les aliments pour animaux dérivés de plantes
génétiquement modifiées présentent des problèmes uniques de sécurité animale
et alimentaire.»

Il a souligné que «les résidus de constituants végétaux ou de


substances toxiques dans la viande et les produits laitiers peuvent
poser des problèmes de sécurité sanitaire des aliments pour
l'homme». [12]
Guest a également écrit: «Je vous exhorte à éliminer les
déclarations qui suggèrent que le manque d'informations
peut être utilisé comme preuve sans problème de
réglementation.» [12]
En dépit de notes internes répétées soulignant le potentiel d'augmentation des
risques pour la santé posés par cette nouvelle technologie, les ébauches
ultérieures de la déclaration de politique de la FDA, supervisée par Taylor, ont
supprimé de plus en plus la contribution du scientifique. Dans une note
enflammée à Maryanski, Pribyl a contesté la direction prise par la déclaration de
politique: «Qu'est-il arrivé aux éléments scientifiques de ce document? Sans une
base scientifique solide pour

reposez-vous dessus, cela devient un document de type «Que


dois-je faire pour éviter les problèmes» . . . . Cela ressemblera et
ne sera probablement qu'un document politique. . . . Il est très
favorable à l'industrie, en particulier dans le domaine des effets
indésirables, mais contient très peu de commentaires des
consommateurs et seulement quelques réponses à leurs
préoccupations. »
Pribyl a souligné une incohérence flagrante. Il a dit que si la politique de la FDA dit
«qu'il n'y a aucune différence entre la sélection traditionnelle et [la modification
génétique]. . . En fait, la FDA fait une distinction, alors pourquoi prétendre le
contraire. » Pribyl a également fait deux prédictions étrangement précises:

1.«L'industrie fera ce qu'elle DOIT faire pour satisfaire aux«


exigences »de la FDA et ne fera pas les tests qu'elle ferait
normalement parce qu'elle ne figure pas sur la liste de la
FDA;» et
2.«Il y en aura. . . moins de souci de sécurité, à cause d'un faux
sentiment de «savoir ce que l'on fait» et «cela a été fait des
centaines de fois auparavant sans problème, pourquoi le vérifier
maintenant». [8]
Mais alors que les scientifiques de la FDA mettaient l'accent sur la
prudence et les tests, ses dirigeants étaient redevables à un effort de
lobbying totalement différent. Une note de mars 1992 du commissaire de
la FDA, David Kessler, a confirmé l'influence de la Maison Blanche dans
l'élaboration de la politique de l'agence. «L'approche et les dispositions de
l'énoncé de politique sont conformes à la politique générale en matière
de biotechnologie établie par le cabinet du président. . . . Il répond
également à l’intérêt de la Maison Blanche pour assurer le
développement rapide et sûr de l’industrie biotechnologique américaine.
» [13]
Mais même le projet de politique que Kessler a salué comme étant favorable à la
Maison-Blanche a fait l'objet de nouvelles révisions à mesure qu'il remontait dans
la chaîne de commandement politique. Un mémorandum de mai 1992 du Bureau
de la gestion et du budget à l'avocat du président Bush à la Maison Blanche a fait
les recommandations suivantes. «La déclaration de politique doit souligner le rôle
des examens décentralisés de la sécurité par les producteurs; avec consultation
informelle de la FDA uniquement si des problèmes de sécurité ou nutritionnels
importants surviennent. Il devrait éviter de mettre l'accent sur l'examen et la
surveillance obligatoires de la FDA. » La lettre suggérait également que la phrase
suivante sur le génie génétique soit
ajoutée. «Puisque ces techniques sont plus précises, elles augmentent le
potentiel pour des aliments sûrs, mieux caractérisés et plus prévisibles.» [14]

De même, une note du Bureau du Secrétaire adjoint à la santé, au Département


de la santé et des services sociaux, a exprimé des réserves sur la longueur et la
profondeur de la préoccupation de la déclaration de politique concernant les
effets environnementaux des cultures GM. La lettre disait: «La longue discussion
de douze pages semble être. . . dangereusement détaillé et long. . . .
Contrairement aux sections sur la sécurité alimentaire, qui impliquent à
juste titre que la biotechnologie est un outil fondamentalement inoffensif
de production alimentaire et que les fruits de la biotechnologie seront
substantiellement équivalents à ceux que nous connaissons déjà, la
section [environnementale] donne une impression erronée que la
biotechnologie soulève de nouvelles préoccupations agricoles et
environnementales importantes. » [15]
Ces notes révèlent que, les évaluateurs ayant de moins en moins de
connaissances scientifiques et une plus grande responsabilité politique, les
aliments et leur impact environnemental sont considérés comme plus sûrs et plus
sûrs. En fin de compte, ce sont les recommandations politiques plutôt que
scientifiques qui ont prévalu.

L'agence a non seulement ignoré ses scientifiques, mais elle a affirmé que leurs
préoccupations n'avaient jamais existé. La politique officielle de la FDA
proclamant l'ignorance de toute différence significative entre les aliments
génétiquement modifiés et non génétiquement modifiés est devenue la
justification de l'élimination de toute surveillance significative. D'autres
ministères ont également invoqué ce concept politique d'équivalence à l'appui de
leurs politiques. Par exemple, Melinda Kimble, du département d'État, lors de la
négociation de la politique commerciale sur les OGM, a déclaré: «Je tiens à
préciser très clairement que le gouvernement des États-Unis est d'avis qu'il n'y a
pas de différence entre les produits OGM et les produits non OGM. produits de
base. » [16] De même, une déclaration de mars 2003 du président de la Chambre
Hastert a déclaré: «Il existe un consensus général au sein de la communauté
scientifique sur le fait que les aliments génétiquement modifiés ne sont pas
différents des aliments conventionnels. [17]

Lorsque les documents de la FDA sont finalement devenus publics, Maryanski a


défendu la politique de l'agence. Le 28 février 2000, il a déclaré à la Conférence
de l'OCDE sur la sécurité des aliments génétiquement modifiés à Édimbourg, en
Écosse, que les scientifiques de la FDA avaient
posé simplement des questions sur les divers problèmes liés à la bio-
ingénierie des aliments. Maryanski a été désagréablement surprise
lorsque Druker, qui était membre de la conférence, s'est levé et a invité le
public à lire les mémos de la FDA publiés sur le site Web de son
organisation. Ils ont pu constater par eux-mêmes que les scientifiques de
l'agence ne posaient pas simplement des questions; nombre de leurs
déclarations étaient assez catégoriques sur les risques uniques des
aliments génétiquement modifiés.
Maryanski, d'autres responsables de la FDA et des représentants de tout
le gouvernement américain continuent d'affirmer qu'il existe un
consensus écrasant parmi les scientifiques sur la sécurité des aliments
génétiquement modifiés. Dans une lettre d'octobre 1991 à un
fonctionnaire canadien, cependant, Maryanski lui-même avait admis que
ce n'était pas vrai. Il a dit: «Il y a un certain nombre de problèmes
spécifiques. . . pour lequel il n’existe pas actuellement de consensus
scientifique, notamment la nécessité de tests de toxicologie spécifiques.
» Maryanski a également déclaré: «Je pense que la question du potentiel
de certaines substances à provoquer des réactions allergiques est
particulièrement difficile à prévoir. [18]
Commentant les déclarations faites par les scientifiques de la FDA, le New York
Times a écrit: «Les scientifiques affichaient précisément les préoccupations que
les dirigeants de Monsanto des années 1980 avaient anticipées - et avaient en
fait considéré comme raisonnables. Mais maintenant, plutôt que d'essayer de
répondre à ces préoccupations, Monsanto, l'industrie et le fonctionnaire
Washington les rejetaient comme les inquiétudes insignifiantes des non
informés. [1]

Cependant, de nombreux scientifiques qui ont compris les dangers n'ont pas été
convaincus par les assurances de la FDA. Le généticien David Suzuki, par
exemple, a déclaré: «Tout politicien ou scientifique qui vous dit que ces produits
sont sûrs est soit très stupide, soit menteur. Les expériences n'ont tout
simplement pas été faites. » [19] Un rapport de janvier 2001 d'un groupe d'experts
de la Société royale du Canada appuyait également les conclusions de la FDA
scien-Government By the Industry, For the Industrytists. Le rapport a déclaré qu'il
était «scientifiquement injustifiable» de présumer que les aliments génétiquement
modifiés sont sûrs. Le rapport explique que la «prédiction par défaut» pour tout
aliment GM est «l'expression d'un nouveau gène (et de ses produits). . .sera
accompagnée d'une série de changements collatéraux dans l'expression d'autres
gènes, de changements dans le schéma des protéines produites

et / ou des modifications des activités métaboliques. » Cela pourrait entraîner de


nouvelles toxines ou d'autres substances nocives. Le rapport a souligné la
nécessité de tests de sécurité, à la recherche de la toxicité humaine à court et à
long terme , de l'allergénicité et d'autres effets sur la santé. [20] Le comité a
commencé son rapport complet de 245 pages en citant les rédacteurs en chef
de la revue britannique Nature Biotechnology.

«Les risques en biotechnologie sont indéniables, et ils découlent


de l'inconnaissable de la science et du commerce. Il est prudent
de reconnaître et de gérer ces risques, et non de les aggraver par
un comportement trop optimiste ou insensé . » [20]
Tomates pourries
Alors que la FDA élaborait activement sa politique OGM
favorable à l' industrie au début des années 1990, Calgene se
préparait à introduire la première culture alimentaire
génétiquement modifiée au monde: la tomate FlavrSavr. Dotée
d'une endurance mythique, cette merveille GM pourrait rester
fraîche pendant des semaines après avoir été cueillie.
Bien que la FDA ne l'exige pas, Calgene a volontairement mené trois études
d'alimentation avec des rats et a envoyé les résultats à la FDA pour sa
bénédiction.

Des documents internes de la FDA montrent que les scientifiques de l'agence


étaient préoccupés par la présence de lésions à l'estomac. Parmi les rats
femelles dans une étude, sept des quarante rats qui ont mangé le FlavrSavr
avaient des lésions; aucun n'a été trouvé dans les témoins qui mangeaient des
tomates naturelles.

Les examinateurs de la FDA ont demandé à plusieurs reprises à Calgene de


fournir des données supplémentaires afin de résoudre ce qu'ils considéraient
comme des questions de sécurité en suspens.

Le directeur du Bureau des compétences de recherche spéciales de la FDA a


écrit: «. . .les données ne correspondent pas à «une démonstration de sécurité»
ou à une «démonstration de certitude raisonnable de l'absence de dommage», qui
est la norme que nous appliquons généralement aux additifs alimentaires. Pour
ce faire, nous aurions besoin, à mon avis, d'une étude qui résout la question de
sécurité soulevée par les données actuelles. [21] La Direction de l'évaluation des
additifs a convenu que «des questions non résolues subsistent» [22] et le
pathologiste du personnel a déclaré: «En l'absence d'explications adéquates de

Calgene, les questions soulevées par la Direction de la pathologie.


. . rester et laisser des doutes quant à la validité de toute
conclusion scientifique qui pourrait être tirée des résultats des
études. » [23]
Pusztai, qui a examiné l'étude des années plus tard, n'était pas d'accord avec les
conclusions de Calgene selon lesquelles les lésions «étaient considérées comme
sans importance», car, a-t-il dit, «chez les humains, elles pourraient entraîner une
hémorragie mettant la vie en danger , en particulier chez les personnes âgées qui
utilisez de l'aspirine pour prévenir la thrombose. » [24] Il était également étonné
qu'aucun examen de suivi des intestins n'ait été effectué pour voir s'ils étaient
également affectés. En plus de cela, Pusztai a souligné qu'aucune explication
n'avait été fournie quant à la raison pour laquelle sept autres des quarante rats
nourris aux OGM sont morts dans les deux semaines.

Alors qu'un groupe de scientifiques de la FDA évaluait l'étude sur le rat FlavrSavr,
un autre groupe a été invité à évaluer l'utilisation proposée par Calgene d'un gène
de marqueur antibiotique (ARM). Comme vous vous en souvenez peut-être dans
le chapitre 2, une fois que les cellules sont insérées avec des gènes étrangers,
elles sont aspergées d'antibiotiques. Si les cellules survivent, cela signifie que le
gène étranger est entré dans l'ADN des cellules. Calgene voulait utiliser un gène
ARM qui permettrait à ses cellules de tomate de survivre à l'antibiotique
kanamycine.

Le 3 décembre 1992, la Division des produits pharmaceutiques anti-infectieux a


soumis au coordonnateur de la biotechnologie de la FDA sa réponse à la
proposition de Calgene avec la phrase clé de leur conclusion soulignée dans
toutes les lettres majuscules: CELA CODES POUR LA RÉSISTANCE
ANTI-BIOTIQUE DANS LA FLORE NORMALE DE LA POPULATION GÉNÉRALE. »
[25]

Aucune ambiguïté là-bas.


Pour souligner davantage son inquiétude, le directeur de la division a
envoyé le document deux semaines plus tard à un autre responsable de la
FDA avec une lettre de motivation intitulée «Les tomates qui mangeront
Akron». Il a ajouté: «Vous devez vraiment lire cette consultation. La
Division se prononce assez clairement contre le marqueur du gène
[kanamycine] dans les tomates génétiquement modifiées. Je sais que
cela pourrait avoir de graves ramifications. [25]
Les gènes ARM ne sont pas la seule méthode pour confirmer qu'un gène étranger
a réussi à entrer dans l'ADN. Mais c'est le moyen le plus simple. Ce n'était pas une
raison suffisante pour Albert Sheldon, un microbiologiste de la FDA qui a écrit
«Autres marqueurs. . . sont disponibles et doivent être utilisés. » Dans une note
de mars 1993 adressée à Maryanski, Sheldon a déclaré: «À mon avis, le bénéfice
à tirer de l'utilisation du marqueur de résistance à la kanamycine dans les plantes
transgéniques est compensé par le risque. . . . Si nous autorisons cette
proposition, nous. . . assurera probablement la dissémination de la résistance à la
kanamycine. » [26]

Ces scientifiques de la FDA étaient conscients de la menace très sérieuse posée


par les infections résistantes aux antibiotiques. Selon le site Web de la FDA, de
telles infections «augmentent le risque de décès et sont souvent associées à des
séjours prolongés à l'hôpital et parfois à des complications. Cela peut nécessiter
le retrait d'une partie d'un poumon ravagé ou le remplacement d'une valvule
cardiaque endommagée. » [27] Le nombre de maladies et de décès dus à des
infections résistantes continue d'augmenter, en partie à cause de la prescription
excessive d'antibiotiques. Selon BBC Online, "les experts pessimistes pensent que
ce n'est qu'une question de temps aux taux actuels jusqu'à ce que pratiquement
toutes les armes de l'arsenal pharmaceutique soient annulées." [28] Pas étonnant
que le directeur de la division de la FDA ait qualifié le FlavrSavr de «les tomates
qui mangeront Akron».

Malgré les préoccupations concernant la résistance aux antibiotiques et les


questions non résolues sur l'essai d'alimentation, la FDA a approuvé la tomate
FlavrSavr le 18 mai 1994. Selon Druker, la FDA «a affirmé que tous les problèmes
de sécurité pertinents avaient été résolus de manière satisfaisante et a déclaré
que parce que le FlavrSavr avait si bien fonctionné, il serait inutile pour tout
aliment bio-ingénierie ultérieure d'être soumis à la même
norme de test rigoureuse. À ce jour, il n’existe aucune preuve fiable indiquant que
l’un d’entre eux a satisfait à la norme que le FlavrSavr n’a pas respecté. » [6]

Druker souligne également une déclaration dans une note de service scientifique
de la FDA qui montre que les administrateurs de l'agence avaient demandé à
leurs scientifiques de soumettre les aliments génétiquement modifiés à une
norme de sécurité inférieure à celle normalement appliquée aux additifs
alimentaires: «Il nous a été clairement indiqué que cette présente soumission [
L'étude FlavrSavr chez le rat] n'est pas une pétition relative aux additifs
alimentaires et la norme de sécurité n'est pas la norme de sécurité des additifs
alimentaires. C'est moins que ça mais je ne suis pas sûr
combien moins. » [21] Druker dit que ce traitement préférentiel enfreint les
propres règlements de la FDA, qui stipulent que les tests sur de nouveaux
aliments (tels que ceux produits par génie génétique) «nécessitent la
même quantité et la même qualité de preuves scientifiques que celles
requises pour obtenir l'approbation de la substance. comme additif
alimentaire. » [29]

Agendas mixtes, problèmes avec le personnel


L'approbation des aliments génétiquement modifiés est mieux appréciée
à la lumière des défis permanents auxquels la FDA est confrontée.
L'agence réglemente 35% du produit national brut, mais son budget et ses
ressources sont minimes en comparaison. Il manque gravement de
personnel et a eu du mal à attirer et à retenir des scientifiques qualifiés
du milieu universitaire et de l’industrie, où plus de prestige et des salaires
plus élevés sont disponibles.
James Turner, un chien de garde de longue date de la FDA et auteur à succès de
The Chemical Feast: The Nader Report on the Food and Drug Administration,
décrit une structure à trois niveaux parmi le personnel de l'agence. «Au sommet, il
y a des nominations politiques qui ne sont pas nécessairement liées par la
science, mais souvent influencées par d'autres agendas. Beaucoup passent par
l'agence à un rythme rapide, passant d'une entreprise réglementée à une autre. En
même temps, certains des meilleurs scientifiques et fonctionnaires que j'ai jamais
rencontrés travaillaient à la FDA. Malheureusement, beaucoup d'entre eux sont
souvent embauchés par des universités, des groupes à but non lucratif et d'autres
agences de santé publique, laissant un résidu moins dévoué et moins compétent
de personnes peu recherchées en dehors du gouvernement. [30]

C'est peut-être ce troisième niveau que Richard Crout, ancien directeur du Bureau
of Drugs de la FDA, a décrit dans son témoignage d'avril 1976 devant le Panel of
New Drug Regulations. «Je veux décrire l'agence telle que je l'ai vue. Personne ne
savait où était quoi que ce soit. . . . Il y avait de l'absentéisme; il y a eu une ivresse
ouverte de plusieurs employés, qui a duré des mois; il y a eu intimidation interne. .
. . Les gens - je parle des directeurs de division et de leur personnel - adopteraient
une sorte de comportement qui invitait à l'insubordination; les gens ricanaient
dans les coins, lançaient des boules de crachats - maintenant je décris les
médecins; les gens se sont affalés sur leur chaise et non

répondre aux questions; et gémissements et gémissements, les


gestes endormis. C'était une sorte de comportement que je n'ai vu
dans aucune autre institution de la part d'un homme adulte. . . La
FDA a un problème à long terme avec le recrutement de personnel,
un bon personnel scientifique. » [31]
Lorsque le président Reagan est entré en fonction en 1980 et a commencé son
assaut contre la réglementation, la situation à l'agence s'est encore détériorée.
Avec l'ordre de déréglementer, la Maison Blanche a donné au Bureau de la gestion
et du budget (OMB) le pouvoir d'apporter des changements radicaux dans toutes
les agences fédérales. La FDA, déjà en sous-effectif, a été durement touchée.

L'influence de l'OMB a été mise en évidence à la fin de 1990 lorsque, en


réponse au long retard de la FDA dans l'établissement de nouvelles règles
pour les allégations de santé sur les aliments (sans rapport avec les
aliments GM), le Congrès a lancé une enquête sur l'agence. Selon le livre
Food Politics de Marion Nestle, «le comité a conclu que l'ingérence de la
Maison Blanche avait retardé les règles pendant trois ans et que les
dirigeants politiques de la FDA s'étaient« prosternés »devant le Bureau de
la gestion et du budget à pratiquement chaque étape du processus. , avec
pour résultat que «les pouvoirs de réglementation de l'agence [avaient] été
neutralisés». [32]
En 1991, un assistant du Congrès a déclaré: «Le résultat de l'ingérence de
l'OMB [au cours de la décennie précédente] est que l'expertise des
scientifiques et des fonctionnaires de carrière est remise en question par
des personnes qui n'ont aucun fondement juridique ou scientifique. . . . À
la FDA, le moral pue. Des centaines de personnes ont pris leur retraite ou
ont démissionné par dégoût. Toutes les meilleures personnes, qui
croyaient au travail au nom de la santé publique, sont parties. [33]

Le vétérinaire de la FDA, Richard Burroughs, a décrit les


changements qu'il a constatés.
«Il semblait y avoir une tendance à l'approbation à tout prix. Il est passé d'un
cadre de type universitaire où il y avait un examen scientifique indépendant à
une atmosphère «d'approuver, d'approuver, d'approuver». Il a dit: «La pensée
est:« Combien de choses pouvons-nous approuver cette année? Quelque part en
cours de route, ils ont abdiqué leur responsabilité envers le bien-être public. »
[33]

Ce changement a peut-être contribué en partie à la constatation troublante du


GAO selon laquelle plus de la moitié des médicaments approuvés par la FDA
entre 1976 et 1985 avaient des effets secondaires graves ou mortels qui
n'avaient pas été détectés lors de l'examen et des tests de l'agence. [34] Ainsi,
après que les sociétés pharmaceutiques aient dépensé environ douze ans et 231
millions de dollars35 pour rechercher, tester et obtenir l'approbation de nouveaux
médicaments grâce à une approche très pratique de la FDA, plus de la moitié des
médicaments ont dû être retirés du marché ou a nécessité des changements
majeurs d'étiquette en raison de problèmes de sécurité manqués.

La mystérieuse patate chaude changeante


La FDA n'est pas la seule agence gouvernementale qui réglemente ou promeut
les aliments génétiquement modifiés. L'Environmental Protection Agency (EPA)
joue également un rôle, comme l'illustre un article d'octobre 1998 dans le New
York Times Sunday Magazine. L'article décrit la pomme de terre «New Leaf» de
Monsanto, qui crée son propre pesticide Bt, et révèle comment l'EPA et la FDA
jonglent avec sa réglementation pour satisfaire les désirs de l'industrie. L'auteur
de l'article, Michael Pollan, «était mystifié par le fait que la toxine Bt n'était pas
traitée comme un« additif alimentaire »soumis à étiquetage.» La protéine Bt était
un nouvel ingrédient à l'intérieur de la pomme de terre consommée par le public.
Selon la loi, tout nouvel additif doit «être minutieusement testé et s'il modifie le
produit de quelque manière que ce soit, il doit être étiqueté». Pollan nous raconte
comment il a demandé à James Maryanski de la FDA pourquoi la FDA ne
considérait pas Bt comme un nouvel additif alimentaire.

«C'est facile», a déclaré Maryanski. «Le Bt est un pesticide, il est


donc exempt» de la réglementation de la FDA. Autrement dit,
même si une pomme de terre Bt est clairement un aliment, aux fins
de la réglementation fédérale, ce n'est pas un aliment mais un
pesticide et relève donc de la compétence de l'EPA.
Pollan a demandé à Maryanski si les normes de sécurité de l'EPA sont les
mêmes que celles de la FDA. «Pas exactement», dit Maryanski. Il a expliqué que
si la FDA exige «une certitude raisonnable de non-nocivité» dans un additif
alimentaire, les pesticides ne peuvent pas répondre à cette norme puisque «les
pesticides sont toxiques pour quelque chose. . . . L'EPA établit plutôt des
«tolérances» humaines pour chaque produit chimique, puis le soumet à une
analyse risques-avantages . »

Lorsque Pollan a appelé l'EPA pour lui demander s'ils avaient testé
les pommes de terre Bt pour
sécurité humaine, leur réponse était «pas exactement». Selon
Pollan, «l'EPA part du principe que si la pomme de terre d'origine
est sans danger et que la protéine Bt qui y est ajoutée est sans
danger, alors l'ensemble du paquet New Leaf [pomme de terre Bt]
est présumé sans danger.» L'EPA a estimé que la pomme de terre
d'origine était sûre et n'avait pas besoin d'être testée. Ils ont donné
de la toxine Bt à des souris et ils «se sont bien débrouillés, n'ont eu
aucun effet secondaire».
«Dans ce cas, il y avait une petite prise», poursuit Pollan. «Les
souris ne mangeaient pas réellement les pommes de terre, pas
même un extrait des pommes de terre, mais plutôt du Bt pur
produit dans une culture bactérienne.» [36]
Selon le magazine New Scientist, «la protéine produite par la bactérie peut ne pas
être la même que celle produite par la plante, en particulier dans son potentiel de
provoquer une allergie». [37] De même, la plupart des vingt et un dangers
potentiels du génie génétique décrits dans un chapitre précédent auraient
échappé à la détection en utilisant la méthode de test de l'EPA.

Pollan a regardé une bouteille de pesticide Bt utilisé pour le jardinage. Son


étiquette met en garde contre «l'inhalation du spray ou sa pénétration dans une
plaie ouverte». Il s'est demandé: «Si mes pommes de terre New Leaf contiennent
un pesticide homologué par l'EPA , pourquoi ne portent-elles pas une telle
étiquette? Maryanski avait la réponse.

Au moins à des fins d'étiquetage, mes nouvelles feuilles se sont


transformées une fois de plus, en un aliment: la loi sur les aliments, les
médicaments et les cosmétiques donne à la FDA la compétence
exclusive sur l'étiquetage des aliments végétaux, et la FDA a statué que
les aliments biotechnologiques doivent être étiquetés uniquement s'ils
contiennent des allergènes connus ou s'ils ont été «substantiellement»
modifiés. »

«Mais n'est-ce pas transformer une pomme de terre en


pesticide un changement matériel?» demanda Pollan.
«Cela n'a pas d'importance. La loi sur les aliments, les
médicaments et les cosmétiques interdit spécifiquement à
la FDA d'inclure toute information sur les pesticides sur ses
étiquettes alimentaires », a été la réponse.
En plus des mystérieuses qualités de morphing de la pomme de terre Bt
- maintenant c'est un aliment, maintenant c'est un pesticide - Pollan a également
découvert les failles juridiques de la
La FDA a dû sauter par mettre en place leurs aisés mains politiques. «En vertu de
la loi de la FDA, toute nouvelle substance ajoutée à un aliment doit - à moins
qu'elle ne soit« généralement [reconnue] comme sûre »(« GRAS », dans le
langage de la FDA ) - être minutieusement testée. . .
. Selon les directives, les nouvelles protéines intégrées dans les aliments sont
considérées comme des additifs (à moins qu'il ne s'agisse de pesticides), mais
comme l'a expliqué Maryanski, «la société peut déterminer si une nouvelle
protéine est GRAS». Les entreprises qui possèdent un nouvel aliment
biotechnologique décident elles-mêmes si elles doivent consulter la FDA en
suivant une série d '«arbres de décision» qui posent des questions par oui ou
par non comme celle-ci: «Le fait. . . la protéine introduite soulève-t-elle un
problème de sécurité? »*

Pollan a rencontré au moins une personne qui n'était pas au courant du rôle des
sociétés de biotechnologie dans la détermination de la sécurité de leurs propres
produits. L'homme a déclaré que son entreprise «ne devrait pas avoir à garantir la
sécurité des aliments biotechnologiques. Notre intérêt est d'en vendre le plus
possible.

Assurer sa sécurité est le travail de la FDA. » [36] L'homme était


Phil Angell, directeur des communications d'entreprise de
Monsanto.
* De nombreuses personnes pensent que la politique de la FDA
définit les aliments génétiquement modifiés comme
«substantiellement équivalents» à leurs homologues naturels. Ce
n'est pas le cas. Le terme a exposé la politique de l'agence à des
défis, de sorte qu'ils ont cessé de l'utiliser en relation avec les
aliments génétiquement modifiés.
Tout comme la FDA réglemente les aliments génétiquement modifiés
avec des normes inférieures à celles d'autres additifs alimentaires, l'EPA
les réglemente avec des normes inférieures à celles des produits
chimiques. Selon Suzanne Wuerthele, toxicologue de l'EPA, «Pour les
produits chimiques, nous avons des lignes directrices formelles
d'évaluation des risques; politiques scientifiques; conférences où des
questions scientifiques sont débattues. » Les aliments génétiquement
modifiés ne bénéficient pas de ces garanties. «Nous ne comprenons
même pas la gamme complète des dangers», déclare Wuerthele.
Elle explique: «Aux États-Unis, chaque évaluation des risques pour les
organismes [GM] est effectuée sur une base ad hoc par différents scientifiques
dans différents départements de différentes agences. Certaines de ces agences
ont des missions contradictoires : promouvoir et réglementer; ou de considérer
les «avantages» ainsi que les risques.

Il y a rarement un examen formel par les pairs. Lorsque des comités d'examen par
les pairs sont constitués, ils ne sont pas nécessairement impartiaux. Ils peuvent
être remplis de partisans [du MM] ou se limiter à des questions qui évitent les
problèmes importants, de sorte qu'une décision prédéterminée puisse être
justifiée. Cette technologie est promue, face aux préoccupations de scientifiques
respectables et face aux données contraires, par les agences mêmes qui sont
censées protéger la santé humaine et l'environnement. L'essentiel, à mon avis,
c'est que nous sommes confrontés à la technologie la plus puissante que le
monde ait jamais connue, et qu'elle est rapidement déployée sans aucune
réflexion sur ses conséquences. [38]

Des données complètes et exactes?


Lorsque la FDA a introduit pour la première fois sa politique sur les
aliments génétiquement modifiés, elle a créé une méthode par laquelle
les entreprises de biotechnologie pourraient consulter volontairement
l'agence. Toutes les entreprises ont choisi de participer, car c'était assez
superficiel. Le New York Times l'a décrit comme un moyen pour les
entreprises de «parler aux régulateurs de la sécurité de leurs nouveaux
produits génétiquement modifiés au moins 120 jours avant leur vente».
[39]

En réponse aux critiques du public sur la politique réglementaire sur les aliments
génétiquement modifiés et aux demandes des groupes de consommateurs et
environnementaux pour l'étiquetage obligatoire des aliments génétiquement
modifiés, l'administration Clinton a annoncé en mai 1999 une série de
changements destinés à renforcer la confiance des consommateurs. Le plus
important était de rendre ces mêmes consultations obligatoires.

Le membre du Congrès de l'Ohio, Dennis Kucinich, a décrit les changements


insignifiants comme un moyen de détourner les inquiétudes légitimes
concernant la technologie.

«Cette proposition est pleine de bêtises génétiquement


modifiées», a déclaré Kucinich, qui a décrit les consultations
obligatoires proposées comme «ne valant pas le papier sur
lequel elles sont écrites». [40]
Même «les responsables de la FDA ont reconnu que la nouvelle règle signifierait
peu de changements, voire aucun, pour les développeurs bioalimentaires», a
rapporté Reuters. «Les entreprises ont une liberté considérable pour décider
quelles informations et données de recherche partager avec l'agence. Les
consultations obligatoires de la FDA n'affecteront pas
cette." [41]
Le 18 janvier 2001, plus d'un an et demi après que Clinton eut
demandé à l'agence de rendre les consultations obligatoires,
l'agence a répondu avec leur proposition. Mais la version de
l'agence exigeait une «notification» obligatoire, pas une
consultation. En d'autres termes, les entreprises n'avaient pas du
tout à parler avec la FDA. Ils pourraient simplement envoyer une
lettre, connue sous le nom d' avis de biotechnologie
préalable à la mise sur le marché , qui décrit l'aliment, sa méthode
de développement, s'il utilise des gènes marqueurs résistants aux
antibiotiques, des informations sur les substances introduites
dans les aliments (y compris les problèmes d'allergénicité), et
certains informations le comparant à un aliment conventionnel.

Après encore deux ans et demi de ne pas mettre en œuvre même cette
proposition édulcorée, le 17 juin 2003, le sous-commissaire de la FDA, Lester
Crawford, a déclaré au sous-comité de recherche du comité de l'agriculture de la
Chambre que l'agence avait décidé d'abandonner complètement l'exigence.
Selon Greg Jaffe, directeur de la biotechnologie du Centre pour la science dans
l'intérêt public, «Dans le système actuel, elles [les entreprises de biotechnologie]
pourraient commercialiser quelque chose sans que nous le sachions même.
Jaffe a déclaré: «Ce n’est pas la meilleure façon d’assurer la sécurité ou de
susciter la confiance des consommateurs dans ces cultures.» [42]

En chargeant les entreprises de déterminer si leurs produits sont sûrs, le


gouvernement fait apparemment confiance au secteur privé pour effectuer les
tests appropriés et signaler avec précision tout problème de sécurité. Un
examen du dossier révèle cependant de nombreuses preuves du contraire.

En janvier 1992, quelques mois avant que la politique d' autocontrôle de la FDA ne
devienne officielle, le GAO «a affirmé que la FDA pouvait approuver des
médicaments pour les animaux destinés à l'alimentation sur la base de« données
invalides, inexactes ou frauduleuses »fournies par des laboratoires privés.» Le
GAO a déclaré que les «procédures inadéquates» de la FDA pourraient signifier
qu'elle «pourrait être incapable de remplir sa mission de protection de la santé et
de la sécurité des animaux et des personnes».

Ce n'était pas la première fois que la FDA était accusée de s'appuyer sur des

ou rapports de l'industrie défectueux. En 1975, Ralph Moss a


rapporté que trois sociétés pharmaceutiques avaient «dissimulé
des informations pertinentes ou simplement fourni à l'agence de
fausses données. . . . Même si des sanctions administratives
sévères ou des poursuites pénales auraient pu s'ensuivre si la FDA
l'avait souhaité, le commissaire de la FDA, Alexander Schmidt, a
déclaré aux enquêteurs du Sénat que «les cas se sont en quelque
sorte enfoncés dans un gouffre sans fond que nous n'avons pas
été en mesure d'identifier». [31]
À cette époque également, des études ont révélé que les médicaments
Aldactone et Flagyl «étaient corrélés au cancer chez les animaux de laboratoire. .
. . Ralph Moss a rapporté: «Une enquête plus approfondie a révélé que Searle
était au courant du potentiel de production de tumeurs de ces produits, mais
avait simplement donné à la FDA des données frauduleuses.» Searle était la
dixième plus grande société pharmaceutique à l'époque. Elle est ensuite devenue
une filiale à 100% de Monsanto.

Un rapport du Washington Post a révélé qu'en 1975, lors d'une enquête sur
l'innocuité des PCB, «l'étude de l'entreprise de Monsanto a révélé que les PCB
provoquaient des tumeurs chez les rats. Ils ont ordonné que sa conclusion soit
passée de «légèrement tumorigène» à «ne semble pas cancérigène». » [43]

Et en 1990, la scientifique de l'EPA Cate Jenkins a découvert plusieurs


cas de fraude apparente de la part de Monsanto et a exhorté l'agence à
mener une enquête criminelle. Elle a écrit: «Monsanto a en fait soumis de
fausses informations à l'EPA, ce qui a directement abouti à un
affaiblissement des réglementations.» Jenkins a cité des documents
internes de Monsanto qui révèlent, entre autres, qu'ils ont falsifié des
échantillons d'herbicides qui ont été soumis à l'USDA, caché des preuves,
substitué de fausses informations «et exclu plusieurs centaines de ses
anciens employés les plus malades de ses études comparatives sur la
santé». [44] Jenkins a déclaré que «l'étude de Monsanto ne s'est
apparemment pas révélée être une fraude». [45]
Méthodes d'influence
Comment le secteur biotechnologique y parvient-il?
Comment continuent-ils à dicter virtuellement leur politique
aux agences de régulation américaines malgré des
transgressions passées aussi graves et flagrantes?
Des contributions de campagne considérables ont certainement
une influence.
Les quatre leaders de l' industrie des biotechnologies - Monsanto,
Dow, DuPont et Novartis (aujourd'hui Syngenta) - ont donné plus de
3,5 millions de dollars en PAC, en argent doux et en contributions
individuelles importantes entre 1995 et 2000 - les trois quarts de
celui-ci aux républicains. [46]
En 1994, 181 membres du Congrès ont coparrainé un projet de loi exigeant
l'étiquetage des aliments génétiquement modifiés. Mais le Comité du bétail
laitier et de la volaille, composé de douze membres, a bloqué le projet de loi
jusqu'à la fin de la session de 1994 - le tuant effectivement . Lors d'un
témoignage devant un panel de la FDA, Robert Cohen a déclaré: «J'ai enquêté sur
ces douze hommes et j'ai découvert que collectivement, ils avaient pris 711 000
$ en argent PAC auprès d'entreprises ayant des intérêts laitiers, et quatre des
membres du comité ont pris l'argent directement de Monsanto. [47]

Shapiro de Monsanto était parmi les plus grands contributeurs


d'argent doux à la campagne de réélection de Clinton en 1996. [48]
Shapiro, à son tour, est devenu un membre du Comité consultatif
du Président pour la politique et les négociations commerciales et
a servi un terme en tant que membre de la Examen de la politique
intérieure de la Maison Blanche. [44] Et Clinton a même fait l'éloge
de Monsanto par son nom dans une adresse sur l'état de l'Union.
[48]

Le lobbying est un autre moyen pour l'industrie biotechnologique


d'exercer une influence.
Selon le Center for Responsive Politics, entre 1998 et 2002, l'industrie a
dépensé 143 millions de dollars en lobbying. Cela comprend la
Biotechnology Industry Organization (BIO), qui fait du lobbying et fait de
la publicité au nom de l'ensemble de l'industrie. Selon un rapport
d'Associated Press de juin 2002, BIO «dispose d'un budget total de 30
millions de dollars, emploie 70 et représente 1 000 entreprises». Il a
dressé une liste diversifiée d'ennemis, y compris le Comité national du
droit à la vie, qui accuse BIO «d'exercer une influence indue sur la
législation». [49]
«Ils sont partout», déclare Joe Mendelson, directeur juridique du Center for Food
Safety. «L'industrie biotechnologique est une force politique. Son poids
augmente. » L'organisation diffuse même des publicités télévisées
pro-biotechnologiques «en
Washington, DC, visait clairement les législateurs qui envisagent la question. »
[49] De plus, l'industrie a engagé un quart de milliard de dollars sur cinq ans pour

convaincre le public que les aliments génétiquement modifiés sont le bon choix.

Peut-être encore plus important que les dons, le lobbying et la publicité, est le rôle
des relations personnelles dans l'obtention d'un soutien politique.
Selon le New York Times, Monsanto entretient «des liens étroits
avec les décideurs politiques, en particulier avec les négociateurs
commerciaux». Par exemple, Mickey Kantor, ancien secrétaire du
département américain du Commerce, était un ami personnel du
PDG de Monsanto, Shapiro.
Naturellement, lorsque Kantor est devenu le représentant commercial des
États-Unis sous Clinton, une stratégie pro-biotechnologique forte, parfois
intimidante, a transpercé la position commerciale des États-Unis avec le
reste du monde.

"La confrontation dans les négociations commerciales est devenue


à l'ordre du jour", a rapporté le New York Times. «Les hauts
fonctionnaires de l’administration ont publiquement dénigré les
préoccupations des consommateurs européens comme étant le
produit d’esprit conservateur peu familiarisé avec la science.» [1]
(Cet état d'esprit se poursuit. En mars 2003, le président de la Chambre Hastert
a critiqué les «politiques commerciales protectionnistes et discriminatoires» de
l'Union européenne sur les OGM, que le président a appelé «des barrières
non tarifaires fondées sur la peur et la conjecture, et non sur la science. » [50] )

Après avoir quitté ses fonctions gouvernementales, Mickey Kantor est


devenu membre du conseil d'administration de Monsanto. William
Ruckelshaus, ancien administrateur en chef de l'EPA, est un autre
officiel devenu membre du conseil d' administration. Le Globe and Mail
décrit Monsanto comme «une maison de retraite virtuelle pour les
membres de l'administration Clinton». [48]
Une autre ancienne employée de l'EPA, Linda Fisher, est devenue
vice-présidente du gouvernement et des affaires publiques de
Monsanto avant de retourner à l'EPA pour devenir leur
commandant en second. Lidia Watrud, ancienne chercheuse en
biotechnologie à Monsanto, a rejoint le Laboratoire des effets
environnementaux de l'EPA.
À la FDA, deux anciens employés de Monsanto avec Michael
Taylor, ont approuvé l'hormone de croissance bovine
génétiquement modifiée de Monsanto - qu'aucune autre nation
industrialisée n'a encore jugée sans danger pour ses vaches ou sa
population de lait. Taylor, au fait, est un cousin de la femme d'Al
Gore, Tipper Gore. «La Food and Drug Administration», déclare
Betty Martini du groupe de consommateurs Mission Possible, «est
si étroitement liée à l'industrie biotechnologique maintenant qu'elle
pourrait être décrite comme leur succursale à Washington.» [48]
Pour naviguer dans la bureaucratie complexe de Washington,
Monsanto se tourne vers leur directrice des affaires
gouvernementales internationales, Marcia Hale. Elle avait été
assistante du président des États-Unis et directrice des affaires
intergouvernementales. De même, le directeur de la
communication mondiale de Monsanto, Josh King, était
auparavant directeur de la production des événements de la
Maison Blanche. [51]
Quelques autres échanges d'emplois stratégiques entre l'industrie
biotechnologique et le gouvernement: David W. Beier, de Genentech, est
devenu le principal conseiller en politique intérieure du vice-président Al
Gore. Clayton K. Yeutter, ancien secrétaire à l'Agriculture et ancien
représentant commercial américain, est devenu membre du conseil
d'administration de Mycogen. L. Val Giddings, vice-président de BIO, était
le régulateur de la biotechnologie et le nego-gouvernement (biosécurité)
par l'industrie, pour l'industrie à l'USDA. Et Terry Medley, directeur des
affaires réglementaires et externes de DuPont, a occupé des postes de
direction à l'USDA et à la FDA.

Des personnalités de l’administration George W. Bush ont également des liens


importants avec le secteur de la biotechnologie. La secrétaire à l'Agriculture, Ann
Veneman, était avocate dans une société qui représentait des sociétés de
biotechnologie. Elle était également membre du conseil d'administration de
Calgene, Inc., désormais filiale de Monsanto. [52]

Le secrétaire à la Défense, Donald Rumsfeld, était le président d'une autre filiale


de Monsanto, Searle , fabriquant de l'aspartame, un édulcorant génétiquement
modifié. Mitch Daniels, directeur du bureau de gestion et du budget, était vice-
président de la société pharmaceutique Eli Lilly,

s'associe à Monsanto sur l'hormone de croissance


bovine génétiquement modifiée.
Tommy Thompson, secrétaire à la Santé, a reçu 50 000 $ d'entreprises de
biotechnologie lors de son élection au poste de gouverneur du Wisconsin.
Thompson a utilisé des fonds de l'État pour une zone biotechnologique de 317
millions de dollars dans l'État. [53] John Ashcroft, procureur général, était le plus
grand bénéficiaire des fonds de campagne de Monsanto lors de l'élection de
2000, tandis que le juge de la Cour suprême Clarence Thomas travaillait autrefois
comme avocat de Monsanto.
Le journaliste Bill Lambrecht a décrit un exemple de la façon dont les
relations biotechnologiques de Washington sont entrées en jeu au cours
d'une
1998 Réception de la Saint-Patrick pour le Premier ministre
irlandais, Bertie Ahern. Son vote était nécessaire pour faire
accepter par l'UE le maïs GM de Monsanto.
Lorsque Ahern a déjeuné avec le directeur du Conseil des conseillers à la sécurité
nationale, Sandy Berger, le sujet sur lequel Berger a choisi de se concentrer était la
nécessité d'obtenir ce vote sur le maïs. Encore une fois, quand Ahern a rencontré
le sénateur Bond du Missouri et plusieurs membres du Congrès, le problème était
le maïs GM. Selon Toby Moffet, un ancien membre du Congrès devenu un homme
de Monsanto, «Partout où il allait, avant que les gens ne disent 'Joyeuse Saint-
Patrick', ils lui ont demandé: 'Et ce vote sur le maïs?'» L'étonné Moffet a dit: «J'ai
cinquante ans -Quatre ans, et j'ai fait partie de nombreuses coalitions dans ma
vie, mais c'est l'une des plus époustouflantes que j'ai vues.

Le lendemain, l'Irlande a voté en faveur du maïs GM de Monsanto,


la première fois que l'Irlande a agi en faveur d'une dissémination
d'OGM. Lorsque les révélations des événements de Washington
ont été rendues publiques par Lambrecht dans le St. Louis Post
Dispatch, le groupe irlandais Genetic Concern a accusé dans un
communiqué de presse que «les multinationales américaines ont
plus d'influence que l'électorat irlandais». [54]

Dissidence modérée parmi les rangs


L'ancien secrétaire à l'Agriculture Dan Glickman avait été l'un des plus fervents
défenseurs de la biotechnologie de l'administration Clinton, en tournée en Europe
avec
représentants de l’industrie pour promouvoir les aliments génétiquement
modifiés. Dans une interview juste avant de quitter ses fonctions, il a déclaré: «Ce
que j'ai vu de manière générique du côté pro- biotech, c'est l'attitude selon
laquelle la technologie était bonne, et qu'il était presque immoral de dire que ce
n'était pas bon, parce que allait résoudre les problèmes de la race humaine et
nourrir les affamés et vêtir les nus.
. . . Et il y avait beaucoup d'argent qui avait été investi là-dedans, et si vous êtes
contre, vous êtes des Luddites, vous êtes stupide. C'était, franchement, le côté de
notre gouvernement. Sans réfléchir, nous avions essentiellement considéré cette
question comme une question commerciale et eux, qui «qu'ils» étaient, voulaient
garder notre produit hors de leur marché. Et ils étaient stupides ou stupides et
n'avaient pas de système de réglementation efficace. Il y avait une rhétorique
comme celle-là même ici dans ce département. Vous vous sentiez presque un
extraterrestre, déloyal, en essayant de présenter une vision ouverte d'esprit sur
certaines des questions soulevées. J'ai donc à peu près jailli la rhétorique que tout
le monde ici a lancée; cela a été écrit dans mes discours. [55]

En 1999, cependant, Glickman a rompu les rangs avec les


partisans de la ligne dure pro-biotechnologie de l'administration
Clinton, quoique prudemment. Dans un discours prononcé à
l'Université Purdue, il a déclaré que les États-Unis «ne peuvent pas
nourrir de force les consommateurs» du monde entier. Et dans un
discours prononcé au Press Club à Washington, «Glickman a
conseillé aux sociétés de biotechnologie d'envisager d'étiqueter les
aliments génétiquement modifiés pour éviter que les craintes des
consommateurs ne se propagent aux États-Unis.» [55]

Selon le St. Louis Post Dispatch, «Ce n'était pas ce que les industries fortement
investies - ou la Maison Blanche, d' ailleurs - avaient attendu de lui. Il n'avait
volontairement pas soumis son discours pour approbation à l'avance, se
souvient-il, car il savait qu'il lui serait rendu «stérile». Ensuite, il a senti la
chaleur. Glickman a déclaré: «Il y avait des gens dans ce gouvernement qui
étaient très en colère contre moi.

Très en colère."
Lorsque Glickman a rencontré l'épouse du président, Hillary Rodham Clinton, lors
d'un dîner à la Maison Blanche quelques jours après son discours, Glickman a
rapporté plus tard: «Elle a dit: 'J'ai vu l'histoire de votre discours dans le New
York Times.' je

lui a dit: «Il y avait des gens à la Maison Blanche qui n'aimaient pas
ça. Elle a dit: «J'ai aimé ça. Alors je savais que je n'allais pas être
viré.
Les préoccupations de Glickman concernant les aliments
génétiquement modifiés vont au-delà du simple étiquetage. Il
souhaite «un examen approfondi de la manière dont les OGM sont
réglementés par notre gouvernement». Il dit: «Je pense qu'il faut
plus de clarté.» [56]
Où la poussée du gouvernement les a-t-elle amenées?
Le Conseil sur la compétitivité de Dan Quayle a déréglementé les aliments
génétiquement modifiés afin de renforcer l'économie et de rendre les produits
américains plus compétitifs à l'étranger. Dans la décennie qui a suivi, voici ce qui
s'est passé.

Les principaux détaillants et fabricants de produits alimentaires du monde entier


ont répondu à la pression des consommateurs en promettant de supprimer les
ingrédients génétiquement modifiés de leurs marques. En Europe, presque tout le
secteur de la fabrication et de la vente au détail de denrées alimentaires a interdit
les ingrédients génétiquement modifiés, et la majorité de la population mondiale
est couverte par des restrictions sur la vente et l'utilisation de cultures
génétiquement modifiées. [57]

En raison de la difficulté de séparer les cultures GM des cultures non GM , de


nombreux acheteurs étrangers ont simplement rejeté tout le maïs, le soja, le
canola et le coton des États-Unis et du Canada. Puisque ces quatre cultures
GM et leurs dérivés se retrouvent dans la plupart des aliments transformés
aux États-Unis, les aliments emballés fabriqués aux États-Unis sont
également interdits sur de nombreux marchés.

Les exportations américaines de maïs vers l'Europe ont été pratiquement


éliminées, en baisse de 99,4 pour cent. De même, les ventes annuelles de canola
du Canada en Europe ont disparu, tout comme leur miel, contaminé par le pollen
génétiquement modifié.58 Le soja américain, qui jouissait de 57 pour cent du
marché mondial, a chuté d'environ un cinquième à 46 pour cent.59 Le soja est
principalement utilisé pour l'alimentation animale. Les ventes de soja aux États-
Unis ont été soutenues par le fait que, jusqu'à récemment, peu d'importateurs se
sont dits préoccupés par l'alimentation animale génétiquement modifiée. Mais les
détaillants étrangers promettent maintenant de vendre de la viande
produite à partir de sources non génétiquement modifiées . L'USDA a annoncé en
mai 2001 que la demande européenne d' aliments non GM est passée de près de
zéro à 20 à 25 pour cent en douze mois. [58]

Les marchés perdus pour les cultures américaines ont contribué à des prix
presque records.
L'American Corn Growers Association (ACGA) a calculé la baisse
des prix du maïs qui en a résulté entre 13 et 20 pour cent.57 Selon
Charles Benbrook, ancien directeur exécutif du conseil de
l'Académie nationale des sciences sur l'agriculture, les producteurs
n'ont été maintenus à flot que par l'énorme hausse des
subventions.60 Benbrook estime que les paiements du
gouvernement aux agriculteurs sont en hausse de 3 à 5 milliards
de dollars par an en raison des seuls dommages économiques
causés par les cultures GM. [57]

Les tomates et pommes de terre génétiquement modifiées n'ont pas


réussi à s'implanter et ont été retirées du marché. La betterave à sucre, le
lin et le riz génétiquement modifiés, bien qu'approuvés, n'ont jamais été
commercialisés. Lorsque Monsanto a fait pression pour introduire le blé
génétiquement modifié, plus de 80 pour cent des acheteurs de blé
américains et canadiens ont déclaré qu'ils n'en voulaient pas et qu'ils
pourraient acheter ailleurs s'il était introduit.
Plus de 200 groupes, dont les Unions nationales des agriculteurs
américains et canadiens, la Commission canadienne du blé et
l'American Corn Growers Association, ont fait pression contre
Monsanto, les forçant finalement à annoncer le 10 mai 2004, qu'ils
annulaient leurs projets de développement de GM. blé pour le futur
proche.
Même aux États-Unis, où la couverture médiatique de la question des
OGM a été bien moindre, de plus en plus de fabricants de produits
alimentaires s'engagent à supprimer les ingrédients génétiquement
modifiés de leurs produits. «Les premières grandes chaînes de vente au
détail d'aliments naturels, telles que Whole Foods et Wild Oats, ont rejeté
les OGM. Maintenant, le détaillant américain traditionnel Trader Joe's a
emboîté le pas à la suite d'une étude de marché: «La majorité de nos
clients préféreraient avoir des produits fabriqués sans ingrédients
génétiquement modifiés.
D'autres entreprises alimentaires américaines , encore plus
importantes, comme Frito-Lay, Gerber, Heinz, Seagram et Hain, ont
également décidé de ne pas utiliser d'OGM dans leurs produits.
»57 Un sondage ABC de 2003 a également révélé que 92% de la
population américaine le souhaite. Aliments génétiquement
modifiés à étiqueter.
Coincés avec des produits dont personne ne veut, les États-Unis ont essayé de
donner des céréales GM comme aide alimentaire aux pays en développement.
Mais les groupes de consommateurs et les gouvernements rejettent
régulièrement la nourriture, qui, selon eux, n'a pas été
prouvé sûr.
Ainsi, au lieu de créer une solution au déficit commercial, les cultures GM ont été
un désastre pour le commerce américain. «Au total, avec la moindre rentabilité
des cultures GM, la perte du commerce extérieur, la baisse des prix du marché,
les coûts du rappel de maïs StarLink et d'autres incidents, l'augmentation des
subventions agricoles et la perte. . .
opportunités de marché biologique, les cultures GM auraient
pu coûter à l'économie américaine quelque 12 milliards de
dollars nets de 1999 à 2001. » [61]
Lorsque Robert Shapiro a fait passer la stratégie de Monsanto à la voie rapide, il
a prédit une acceptation rapide et mondiale des cultures GM. Bien que les
principales sociétés de biotechnologie détiennent 23% du marché des semences
commerciales et que la superficie totale des OGM dépasse de loin la taille du
Royaume-Uni, de nombreux observateurs conviennent que la poussée de
Monsanto en matière d'aliments génétiquement modifiés a été un échec.

La stratégie agressive de l'entreprise a été attribuée, en


partie, à l'éruption de l'opposition mondiale aux aliments
génétiquement modifiés.
Shapiro a avoué à un rassemblement de Greenpeace en octobre 1999
que Monsanto «irritait et contrariait les gens». [62] Will Carpenter, qui a
dirigé le groupe de stratégie de biotechnologie de Monsanto jusqu'en
1991, le décrit plus éloquemment. «Lorsque vous associez arrogance et
incompétence, vous obtenez une combinaison imbattable. Vous pouvez
vous faire exploser dans n'importe quelle direction. Et ils l'étaient.
Cependant, le gouvernement des États - Unis, continue de faire écho à la fonceurs
attitude qui décrit Glickman. Ils blâment le sentiment anti-OGM en grande partie
sur des craintes irrationnelles et sans fondement. Selon le livre, Trust Us You're
Experts, «les initiés du gouvernement et de l'industrie rationalisent le gouffre qui
les sépare de l'opinion populaire en rejetant les préoccupations des citoyens avec
la rhétorique habituelle sur l'ignorance du public. Des termes tels que «Luddite» et
«farfelu» abondent alors que les biotechniciens se font concurrence pour voir qui
peut exprimer le plus de mépris pour l'intelligence des grandes masses non
lavées. [63]

Le secrétaire adjoint américain au Commerce, David Aaron, a déclaré aux


représentants européens en 1999: «Pas une éruption cutanée, pas un
éternuement, pas une toux, pas un œil larmoyant n'a été développé à partir
[d'aliments génétiquement modifiés], et c'est parce que nous
ont été extrêmement prudents dans notre processus d’approbation.
»
Il a dit que la FDA n'a trouvé aucune preuve scientifique que les aliments
génétiquement modifiés étaient nocifs. Il a dit que la raison pour laquelle
les Américains n'étaient pas contre les aliments génétiquement modifiés
est qu'ils font confiance à la FDA. Le problème, selon Aaron, n'était pas
avec les aliments. Il est le fait que l' Europe n'a pas de style américain
FDA. Aaron a déclaré: «Nous aimerions les gouvernements. . . pour
développer un processus d'approbation transparent et systématique basé
sur la science. » [64]

Ce serait bien.
Sagesse des rats
Le Washington Post a rapporté que les rongeurs, généralement heureux de
grignoter des tomates, ont tourné le nez vers la tomate FlavrSavr
génétiquement modifiée que les scientifiques étaient si impatients de tester
sur eux. Roger Salquist, PDG de Calgene, a déclaré à propos de sa tomate: «Je
dois vous dire que vous pouvez être le chef Boyardee et. . . [ils] ne vont
toujours pas les aimer. " [1]

Les rats ont finalement été nourris de force avec la tomate par
des sondes gastriques et des lavages d'estomac. Plusieurs
lésions gastriques développées; sept sur quarante sont morts
dans les deux semaines. La tomate a été approuvée.
Chapitre 6
Lancer les dés avec les allergies
Quand son un ans fille a développé une allergie au lait en Février 1998, un
important chirurgien britannique a fait ce que beaucoup d' autres mères font: elle
est passée à lait de soja. Lorsque la fille a immédiatement développé de gros
boutons de fièvre, l'enfant a été testé et s'est avéré non allergique au soja. La
mère a pensé que ce devait être autre chose et a continué à nourrir son lait de
soja. Au cours de l'année suivante, les plaies se sont aggravées et n'ont pas
répondu au traitement. «J'ai pris conscience qu'elle n'allait pas mieux», raconte la
mère. «Il semblait y avoir trois grosses plaies pleurantes sur son visage à la fois.

D'un ami généticien, elle a appris les risques potentiels du soja


GM et a essayé de réduire le lait de soja de sa fille d'
un quart. «Les plaies se sont dissipées du jour au lendemain», se
souvient-elle.
Elle a déclaré au Sunday Telegraph: «Je veux que le gouvernement se penche là-
dessus parce que j'ai vu le changement chez ma fille - dès qu'elle a été retirée du
lait génétiquement modifié, sa santé s'est considérablement améliorée. Moi et
mon [omnipraticien] n'avons trouvé aucune autre raison pour laquelle elle est
tombée malade. Ma famille mangeait auparavant des produits GM sans
s'inquiéter, mais maintenant nous ne le faisons plus. [1]

L'enfant aurait-il pu réagir au soja GM mais pas au soja naturel?


C'est possible, mais les détails limités soulèvent plus de questions qu'ils
ne répondent. Le test d'allergie a-t-il utilisé du soja naturel au lieu du soja
GM, manquant ainsi sa réaction à la variété GM? La réaction n'était-elle
pas une allergie mais plutôt une «intolérance» ou une «sensibilité»
alimentaire au soja GM? L'ami généticien de la mère a même suggéré que
les boutons de fièvre étaient liés à un virus qui était activé par le soja GM.
Si le soja GM était responsable de quelque chose qui sortait de l'ordinaire,
comme une augmentation des allergies, alors le nombre total d'allergies
attribuées au soja augmenterait probablement dans la population générale après
l'introduction du soja GM dans l'alimentation. Malheureusement, très peu de pays
conservent des statistiques détaillées
sur les allergies alimentaires. Au Royaume-Uni, cependant, le York Nutritional
Laboratory, le plus grand spécialiste européen de la sensibilité alimentaire,
effectue chaque année des tests approfondis pour déterminer combien de
personnes sont allergiques et à quels aliments.

En mars 1999, les scientifiques du laboratoire de York ont découvert que les
allergies au soja avaient explosé par rapport à l'année précédente, augmentant
de 50%. Cette augmentation a propulsé le soja dans la liste des dix premiers
allergènes pour la première fois en dix-sept ans de tests. Le soja "a grimpé de
quatre places à la neuvième place et se trouve désormais aux côtés de
produits alimentaires avec une longue histoire d'allergies, comme la levure, les
graines de tournesol et les noix", a rapporté le Daily Express du Royaume-Uni.

Les chercheurs ont testé 4 500 personnes pour des réactions allergiques à un
large éventail d'aliments. Au cours des années précédentes, le soja affectait 10
pour cent des consommateurs. Maintenant, 15% ont réagi avec une gamme de
maladies chroniques, y compris le syndrome du côlon irritable, des problèmes de
digestion et des problèmes de peau, y compris l'acné et l'eczéma. (Remarque:
certaines de ces réactions peuvent tomber dans la catégorie de l'hypersensibilité
ou de l'intolérance alimentaire, et non dans les allergies alimentaires en soi. Pour
les besoins de cette discussion, nous ne ferons pas de distinction entre les
catégories.) Selon John Graham, porte-parole de York laboratoire, «Les gens
souffraient également de problèmes neurologiques avec syndrome de fatigue
chronique, maux de tête et léthargie.» Les scientifiques ont confirmé le lien avec
le soja en détectant des niveaux accrus d'anticorps dans le sang. En outre, le soja
testé dans l'étude, comme la plupart des soja au Royaume-Uni à l'époque, était
principalement importé des États-Unis et contenait donc un pourcentage
important de la variété Roundup Ready génétiquement modifiée.

Le fait que le soja génétiquement modifié soit récemment entré dans


l'approvisionnement alimentaire n'a pas été perdu pour les chercheurs qui, selon
le Daily Express, "ont déclaré que leurs découvertes fournissent des preuves
réelles que les aliments génétiquement modifiés pourraient avoir un impact
tangible et nocif sur le corps humain." Graham a déclaré: «Nous pensons que
cela soulève de nouvelles questions sérieuses sur la sécurité des aliments
génétiquement modifiés.»

La British Medical Association avait déjà averti que la technologie pourrait


conduire à l'émergence de nouvelles allergies. Avec les recherches de York en
main, les scientifiques britanniques ont maintenant exhorté leur gouvernement à
imposer une interdiction immédiate des aliments génétiquement modifiés jusqu'à
ce que d'autres tests évaluent leur sécurité.

Les médecins irlandais ont également exigé que les aliments génétiquement
modifiés soient interdits, alors qu'une augmentation des allergies au soja a
également été signalée dans ce pays. Le généticien Michael Antoniou a déclaré
que l'augmentation des réponses allergiques «souligne le fait que beaucoup plus
de travail est nécessaire pour évaluer leur sécurité. Pour le moment, aucun test
d'allergie n'est effectué avant la commercialisation des aliments génétiquement
modifiés. » [2]

Le soja et ses dérivés sont utilisés dans plus de 60 pour cent des aliments
transformés vendus aux États-Unis. Le soja GM est mélangé avec du soja
naturel et les aliments ne sont pas étiquetés comme tels. Éviter le soja GM est
donc une tâche difficile.

Il existe de nombreuses raisons potentielles pour lesquelles le soja


GM pourrait être allergène.
L'augmentation de la quantité d'un allergène végétal naturel est une façon dont la
modification génétique pourrait favoriser les allergies. L'inhibiteur de la trypsine,
une substance présente dans le soja naturel, a été identifié comme un allergène
majeur.

Selon une étude publiée, la quantité d'inhibiteur de la trypsine


dans une variété de soja GM est environ 27% plus élevée que
dans le soja naturel. [3] Il est également possible que les
aliments génétiquement modifiés possèdent de nouveaux
allergènes, jamais trouvés auparavant dans les aliments
naturels.
Transfert d'allergènes
Les chercheurs de Pioneer Hi-Bred, une société de semences américaine
de premier plan maintenant détenue par DuPont, voulaient créer
génétiquement un soja qui serait une «protéine complète» pour
l'alimentation animale. Ils avaient besoin «d'emprunter» un acide aminé
quelque part. Leur dernier candidat: un gène de la noix du Brésil.
Lorsqu'ils l'ont inséré, leur soja a acquis la caractéristique désirée - une
nutrition supplémentaire pour l'alimentation des vaches et des porcs.
Avant de l'envoyer sur le marché, ils ont décidé de tester le haricot pour
d'éventuels effets allergènes. Ils savaient que certaines personnes sont
allergiques aux noix du Brésil, dans de rares cas mortellement. Et bien qu'il ait
été créé avec les animaux à l'esprit, le haricot finirait également dans
l'alimentation humaine.

Ils ont contacté le scientifique de l'Université du Nebraska Steve Taylor qui,


selon le Washington Post, «a pratiquement bâillé quand [Pioneer Hi-
Bred] lui a demandé en 1995 d'étudier un nouveau soja qu'ils avaient
inventé.

«Je ne pensais pas que nous trouverions quelque chose


d'intéressant», se souvient Taylor.
Il a estimé que Pioneer n'avait pris qu'une seule protéine sur les milliers de
protéines trouvées dans une noix du Brésil. Les chances que celui-ci soit la
source de l'allergénicité de la noix étaient incroyablement faibles. Taylor a donc
été étonné lorsque trois tests distincts ont démontré que le soja provoquait en
fait des réactions chez les personnes allergiques aux noix du Brésil. «En
essayant de fabriquer un meilleur soja», a rapporté le Washington Post,
«l'entreprise en avait fabriqué un qui était potentiellement mortel.» [4] Selon
l'article, cette étude était «l'une des très rares études à avoir jamais recherché
directement les dommages causés par un aliment ou une culture modifiés».
Quand il a finalement été publié dans le New England Journal of Medicine [5],
l'industrie biotechnologique et le monde ont été mis au courant d'un grave
danger potentiel du génie génétique.

Pour se prémunir contre ce danger, la politique de 1992 de la FDA énumère des


exemples d'aliments contenant des allergènes connus et indique que si un aliment
génétiquement modifié utilise des gènes provenant de l'un d'entre eux, le fabricant
devrait consulter l'agence. Les allergènes de leur liste - lait, œufs, poisson,
crustacés, noix, blé et légumineuses - représentent environ 90 pour cent des
allergies alimentaires américaines. Les nombreux aliments responsables des 10%
restants des réactions ne sont pas inclus. Le toxicologue de la FDA Louis Pribyl
était apparemment mécontent de cette omission. Dans une critique de mars 1992
d'une première ébauche de la politique, il a écrit: «il y a très peu d'allergènes qui
ont été identifiés au niveau des protéines ou des gènes». Les entreprises de
biotechnologie ne pouvaient donc jamais être sûres que leurs cultures GM étaient
exemptes d'allergènes transférés. Il a déclaré: «Les entreprises vont devoir
consulter la FDA» non seulement sur les gènes prélevés dans les aliments
allergènes courants, mais «sur toute autre plante qui produit des réactions
allergiques». [6] Sa recommandation n'a pas été adoptée.

La politique stipule spécifiquement que «les producteurs de ces aliments [dont


l'allergénicité est connue] devraient discuter des exigences du protocole de test
d'allergénicité avec l'agence.» [7] Alors que le libellé suggère que des tests sont
nécessaires, James Maryanski de la FDA explique que l'agence offre en fait des
suggestions; tout test est volontaire. [8] La politique continue: «Étiquetage des
les aliments nouvellement contenant un allergène connu ou suspect
peuvent être nécessaires pour informer les consommateurs de ce
potentiel. » [7] Encore une fois, ce n'est qu'une suggestion. Les critiques
soutiennent que sans étiquetage, non seulement les gens seraient
sensibles aux réactions allergiques, mais ils pourraient ne jamais savoir
ce qui a provoqué leur réaction et comment l'éviter à l'avenir. «Ce
manque de prévisibilité est inquiétant pour les personnes souffrant
d'allergies alimentaires», déclare le magazine britannique GM-Free. «Ces
personnes ne peuvent vivre leur vie que si elles savent quels aliments
éviter.» [9]
Plus inquiétant encore, les aliments génétiquement modifiés actuels tirent leurs
gènes de bactéries, de virus et d'autres organismes. Personne ne sait si les
humains sont allergiques à leurs protéines - elles ne faisaient jamais partie de
l'alimentation humaine auparavant. Selon la politique de 1992 de la FDA, «À
l'heure actuelle, la FDA n'est au courant d'aucune méthode pratique pour prédire
ou évaluer le potentiel de nouvelles protéines dans les aliments pour induire une
allergénicité et demande des commentaires sur cette question. [7] Selon un
article du Washington Post de 1999 - écrit sept ans plus tard - il n'y a toujours
«aucun moyen largement accepté de prédire le potentiel d'un nouvel aliment à
provoquer une allergie. La FDA a maintenant cinq ans de retard dans sa promesse
d'élaborer des lignes directrices pour le faire. En l'absence de directives formelles
en place, il appartient en grande partie à l'industrie de décider si et comment
tester le potentiel allergique d'un nouvel aliment qui ne figure pas déjà sur la liste
des «tests à tester» de la FDA. » [4]

Un éditorial de 1996 dans le New England Journal of Medicine a déclaré:


«Étant donné que les exigences de la FDA ne s'appliquent pas aux
aliments rarement allergènes ou aux organismes donneurs d'allergénicité
inconnue, la politique semble favoriser l'industrie plutôt que la protection
des consommateurs.» [dix]

La FDA recommande aux producteurs d'évaluer les allergènes potentiels en


comparant la séquence d'acides aminés de la protéine à des allergènes connus, la
résistance de la protéine à se décomposer par digestion et la chaleur, et
l'évaluation de la taille moléculaire. L'EPA, qui réglemente les cultures pesticides
Bt, fait des recommandations similaires. La plupart des scientifiques conviennent,
cependant, que ces méthodes ne sont pas fiables et ne peuvent pas protéger
pleinement le public.

"Aucun de ces critères n'est exact", a déclaré Hansen, "car l'état de la science
dans le domaine de l'allergénicité en est encore à ses débuts." [11] Arpad Pusztai
décrit les méthodes de test d'allergie de la FDA comme indirectes
et plutôt scientifiquement erronées. Le propre scientifique de la
FDA, Carl Johnson, écrit: «Demandons-nous au développeur de
cultures de prouver que la nourriture de sa culture est non
allergène? Cela semble être une tâche impossible. [12]
Les nouveaux aliments sont très difficiles à tester pour l'allergénicité. Les gens ne
sont généralement pas allergiques à un aliment tant qu'ils ne l'ont pas mangé
plusieurs fois. Selon Pribyl de la FDA, "le seul test définitif pour les allergies est la
consommation humaine par les personnes touchées, qui peut avoir des
considérations éthiques." [6] Pusztai est d'accord, en disant: «Il est actuellement
impossible d'établir avec certitude si une nouvelle culture GM est allergène ou non
avant sa diffusion dans le
chaîne alimentaire humaine / animale. » [13] Il a dit: «Je pense que c'est le talon
d'Achille de ces aliments génétiquement modifiés. Ce qu’ils font maintenant lors
des tests, c’est de la merde. » [14]

Cela a conduit certains scientifiques à appeler à une «


surveillance post-commercialisation » des nouveaux aliments
génétiquement modifiés pour les réactions allergiques, de la
même manière que les médicaments nouvellement introduits
sont surveillés pour les effets secondaires. [15] La Royal Society
britannique recommande une telle surveillance, en particulier
pour les « groupes à haut risque tels que les nourrissons». [16]
En janvier 2001, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et
l’agriculture (FAO) et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ont
organisé une consultation conjointe d’experts et créé un ensemble de
directives recommandées pour évaluer l’allergénicité des aliments
génétiquement modifiés. Bien qu'ils reconnaissent qu'il est impossible de
prédire les allergies avec certitude, ils ont créé une série de questions
sous forme d'arbre de décision pour mieux déterminer si un aliment
génétiquement modifié provoquera une réaction allergique.
Bien que la FDA et l'EPA reconnaissent que de meilleurs tests
d'allergie sont nécessaires, elles n'ont pas adopté les directives
FAO / OMS, qui sont plus strictes et complètes que ne le
souhaitent les agences. En fait, les cultures Bt actuellement
enregistrées échoueraient probablement au protocole de test
FAO / OMS. [17]
Cela pourrait aider à expliquer pourquoi les régulateurs américains tentent de
promouvoir des critères moins stricts, ce qui sera moins un fardeau pour
l'industrie.
Selon le New England Journal of Medicine, environ un quart «des Américains
pensent qu'eux-mêmes ou leurs enfants sont allergiques à des aliments
spécifiques». [10] Les résultats des tests sanguins, cependant, indiquent que le
nombre confirmé est plus de 2 à 2,5 pour cent des adultes et jusqu'à 8 pour cent
des enfants - environ huit millions d'Américains. Pour des raisons inconnues, les
allergies sont à la hausse. L'incident de StarLink en 2000 montre comment les
aliments génétiquement modifiés pourraient contribuer au nombre croissant
d'allergies et à quel point le gouvernement n'est pas préparé à surveiller, détecter
ou faire face aux épidémies allergiques.

Choc StarLink
Lors d'un déjeuner d'affaires avec des collègues en septembre
2000, Grace Booth , trente-cinq ans, a dîné sur trois enchiladas au
poulet, dont elle s'est souvenue plus tard qu'elles étaient très
bonnes. Cependant, dans environ quinze minutes, quelque chose
s'est mal passé. Elle avait chaud, des démangeaisons. Ses lèvres
gonflèrent; elle a perdu la voix et a développé une diarrhée sévère.
«J'ai senti ma poitrine se serrer, c'était difficile de respirer», se
souvient Booth.
«Elle ne savait pas, mais elle était en état de choc», a rapporté CBS news.

«J'ai pensé, oh mon Dieu, que m'arrive-t-il? J'avais l'impression


que j'allais mourir. [18] Ses collègues ont appelé une ambulance.
Dans la salle d'urgence d'un hôpital voisin d'Oakland, en Californie,
Booth a reçu une injection de médicament anti-allergique , du
Benadryl et une perfusion intraveineuse. Ça a marché. Les effets
du choc anaphylactique se sont atténués et cinq heures plus tard,
Booth a quitté l'hôpital en toute sécurité.
Partout au pays, Keith Finger, un optométriste de Floride, a apprécié un
dîner composé de tortillas, de haricots et de riz. Quinze minutes plus tard,
il a eu de terribles maux d'estomac et de la diarrhée. Bientôt, il avait des
démangeaisons partout. Le sien
la langue a commencé à gonfler et il avait du mal à respirer - encore une fois les
symptômes d'un choc anaphylactique. Finger s'est injecté un
médicament anti-allergique et a avalé du Benadryl; les symptômes se sont
atténués. Il est cependant convaincu que sans le médicament, il serait mort.

Ni Booth ni Finger ne savaient ce qui avait causé leurs réactions


allergiques, mais en quelques jours, les deux ont appris la nouvelle. Un
produit de maïs génétiquement modifié appelé StarLink, qui contenait un
allergène potentiel et n'était pas approuvé pour la consommation
humaine, a été découvert dans des tacos, des tortillas et d'autres produits
de maïs. Plus de 300 articles ont finalement été rappelés des rayons des
épiceries dans ce qui allait devenir la plus grande débâcle des aliments
GM au monde.
Booth a contacté la Food and Drug Administration. Il y avait du maïs dans ses
tortillas et elle avait été testée négative pour toutes les autres allergies
alimentaires. Booth pensait que StarLink pourrait en être la cause. Finger a
également confirmé qu'il y avait du maïs dans ses tortillas et a déposé un rapport
auprès de la FDA.

Des centaines d'autres ont également contacté la FDA, craignant d'avoir


également des réactions allergiques à StarLink; plus de cinquante
personnes ont finalement déposé des rapports auprès de l'agence. Les
symptômes «variaient de simples douleurs abdominales et diarrhée [et]
des éruptions cutanées à. . . un très petit groupe ayant des réactions
potentiellement mortelles très graves », a déclaré Marc Rothenberg,
allergologue en chef à l'hôpital pour enfants de Cincinnati et conseiller du
gouvernement dans l'enquête StarLink. La réaction de vingt-huit
personnes correspond au profil d'une réponse anaphylactique. [19]
StarLink n'était pas censé être mangé par les humains. C'est une marque de maïs
qui crée une forme modifiée d'un pesticide produit par la bactérie du sol Bacillus
thuringiensis (Bt). Mais StarLink crée une version de la toxine qui est différente de
la toxine dans d'autres variétés de maïs Bt. La version StarLink s'appelle Cry9C.
«StarLink est soupçonné de provoquer des allergies parce que Cry9C a une
capacité accrue à résister à la chaleur et aux sucs gastriques, ce qui donne plus
de temps au corps pour réagir de manière excessive», a rapporté le Washington
Post. Cette propriété a été créée intentionnellement, comme un moyen d'améliorer
la capacité du maïs à tuer les ravageurs. En plus d'avoir une longévité dans le tube
digestif, le poids moléculaire de la protéine StarLink est «compatible avec quelque
chose qui peut déclencher une réaction allergique». [20] L'Environmental
Protection Agency (EPA), qui supervise les cultures GM qui créent leur propre
pesticide, n'a donc pas approuvé le maïs pour la consommation humaine.
(Il est intéressant de noter que la FDA n'a pas exprimé de préoccupation à propos
de StarLink. Dans une lettre du 29 mai 1998, la FDA a écrit à AgrEvo (la société qui
a développé StarLink, plus tard racheté par Aventis). ont effectué, nous croyons
comprendre qu'AgrEvo a conclu que le maïs-grain et le fourrage dérivé de la
nouvelle variété ne sont pas matériellement différents dans la composition, la
sécurité ou d'autres paramètres pertinents du maïs-grain ou du fourrage
actuellement sur le marché, et qu'ils ne le font pas soulèvent des problèmes qui
nécessiteraient un examen préalable à la mise sur le marché ou l'approbation de
la FDA. » [21] Notez que la FDA se fonde ici entièrement sur la propre évaluation
de la sécurité de l'entreprise, comme elle le fait pour toutes les cultures GM.)
L'EPA, cependant, a permis à StarLink d'être nourri aux porcs, aux vaches et aux
autres animaux d'élevage. L'EPA exigeait également que le fabricant informe les
agriculteurs que le maïs doit être séparé. Les agriculteurs étaient censés signer
des déclarations selon lesquelles tout StarLink qu'ils cultivaient, ainsi que tout
maïs cultivé à moins de 660 pieds, ne devait être utilisé qu'à des fins
d'alimentation animale ou à des fins industrielles (carburant), mais pas dans la
chaîne alimentaire humaine.

Malgré ces exigences, le mot sur les instructions spéciales de manipulation du


maïs n'a pas beaucoup circulé. Les agriculteurs ne savaient pas; les silos à grains
ne savaient pas. En fait, certaines étiquettes de semences StarLink indiquaient
explicitement que le maïs convenait au «fourrage ou aux céréales destinées à
l'alimentation humaine, animale ou à la transformation des céréales». [22] Par
conséquent, bien que StarLink ait été planté sur moins de 1 pour cent des
champs de maïs américains - 312 000 acres -, il a été facilement mélangé dans
des silos à grains à travers les États-Unis, contaminant 22 pour cent du grain
testé par l'USDA. Une certaine proportion de StarLink a finalement été trouvée
dans les tacos, les croustilles de maïs, la semoule de maïs et tout le maïs. Plus
de 10 millions d'aliments individuels ont fait l'objet d'un rappel, mais pas avant
que des dizaines de millions de personnes aient consommé StarLink dans leur
alimentation. [23]

Le problème de StarLink a été un énorme revers pour l'industrie


biotechnologique.
Le public américain a commencé à remettre en question la sécurité des aliments
génétiquement modifiés pour la première fois. Le gouvernement a été critiqué
pour avoir approuvé le maïs pour les animaux et non pour les humains, sachant
que le système de transformation des céréales aux États-Unis n'est pas équipé
pour une telle ségrégation. Les exportations et les prix du maïs aux États-Unis ont
chuté, alors que les principaux partenaires commerciaux comme le Japon et la
Corée ont cherché ailleurs du maïs

qui était exempt de contamination StarLink. L'événement a


également menacé de creuser un fossé entre l'industrie
biotechnologique et l'industrie alimentaire américaine, qui a
dû faire face aux rappels de produits, aux dommages causés
aux marques et aux craintes des consommateurs.
Le test d'allergie insaisissable
Les consommateurs étant préoccupés par leur santé et les exportations
américaines de maïs en baisse, la FDA était sous une pression intense pour
déterminer si StarLink était en fait un allergène. Dans le même temps, l'agence
était «confrontée à la réalité qu'il n'y a pas de moyen infaillible de tester une
nouvelle protéine comme Cry9C pour son potentiel à provoquer des allergies chez
les personnes», a rapporté le Washington Post. «Nous souhaitons tous qu'il y ait
un test où vous branchez une protéine et sortez une réponse« oui »ou« non »», a
déclaré Sue MacIntosh, chimiste des protéines chez AgrEvo. «Mais un tel test
n'existe pas. . . à moins de le donner à beaucoup de gens et de voir ce qui se
passe. [4]

Après des mois d'attente, la FDA et le Center for Disease Control (CDC)
ont élaboré un plan pour un test d'allergie. Karl Klontz, médecin du Centre
pour la sécurité alimentaire et la nutrition appliquée de la FDA, a déclaré:
«C'est la première fois qu'un test comme celui-ci est mis au point, et
personne ne prétend qu'il s'agit d'un étalon-or.» Le Washington Post a
rapporté: "Il n'a pas été entièrement vérifié et revérifié et les chercheurs
préviennent que le test ne donnera pas de réponse définitive." [4]
Le test de la FDA impliquait la recherche d'anticorps dans des échantillons de
sang de dix-sept personnes soupçonnées d'être allergiques à StarLink - elles
avaient signalé des réactions allergiques graves après avoir mangé des produits
à base de maïs et n'étaient normalement pas allergiques au maïs. La présence
d'anticorps indiquerait qu'une certaine réaction à Cry9C s'est produite.

Sur la base des résultats, le 11 juin 2001, neuf mois après que Booth ait mangé
ses enchiladas, la FDA a annoncé les résultats du test: StarLink n'était pas la
cause d'allergies. L'industrie de la biotechnologie n'a pas tardé à diffuser les
nouvelles, affirmant comme toujours que les aliments génétiquement modifiés
pouvaient être consommés sans danger. Val Giddings de l'Organisation de
l'industrie de la biotechnologie a déclaré que les résultats signifiaient que le
l'affaire était «claquement fermée». [24] Mais alors que
les détails du test de la FDA ont émergé, les scientifiques
sont devenus critiques de sa conception et se méfient de
ses conclusions.
À peine cinq semaines après la déclaration de sécurité de la FDA / CDC, les
conseillers de l' EPA - y compris certains des principaux allergologues
alimentaires du pays - ont publié une critique approfondie du test d'allergie de la
FDA et d'autres aspects de l'enquête StarLink. Leur conclusion? «Le test, tel qu'il a
été réalisé, n'élimine pas StarLink Cry9C en tant que cause potentielle de
symptômes allergiques.» [25] Ils ont dit que la recherche présentait de
nombreuses lacunes.

Par exemple, le test ne comportait pas de contrôles


adéquats, n'était pas assez sensible et ne suivait pas les
protocoles standard qui permettaient d'éviter les fausses
interprétations.
L'erreur la plus grave a peut-être été que la FDA a demandé à
Aventis, le fabricant de StarLink, de fournir le Cry9C. Si la FDA
était soumise à une pression importante pour créer un test
StarLink, Aventis était sous beaucoup plus de pression pour
réussir ce test.
L'accident de StarLink montait déjà un prix élevé pour cette société
basée en Suisse. Bien qu'ils aient accepté de racheter l'inventaire
StarLink des agriculteurs pour un prix d'au moins 90 millions de
dollars, ils faisaient face à au moins neuf recours collectifs de la
part d'individus et d'entreprises tentant de récupérer des millions
de pertes. Ceux-ci comprenaient:
• Les agriculteurs qui ont perdu de l'argent parce que leur maïs était
mélangé avec StarLink.

• Lesagriculteurs qui ont souffert de la perte des marchés et de


la baisse des prix. (Les exportations de maïs américain ont
chuté de cinquante millions de boisseaux ou plus et les prix du
maïs ont atteint leur plus bas niveau depuis une quinzaine
d'années.)
• Lesconsommateurs qui ont déclaré des problèmes liés aux
allergies.
• Les entreprises qui ont rappelé plus de 300 produits.
• Franchises Taco Bell et autres entreprises alimentaires mexicaines qui ont
revendiqué

activité réduite en raison des craintes liées au maïs.


En plus des poursuites, Aventis a reçu «des centaines d'appels téléphoniques
en colère de la part d'agriculteurs, de gestionnaires de silos à grains et de
transformateurs d'aliments». [26]

Quatre-vingt-sept de ses employés ont détourné 28 135 camions, 15


005 wagons et 285 barges pour limiter les chances que StarLink se
mélange avec du maïs destiné à la consommation humaine. Le prix
éventuel d'Aventis pour la contamination StarLink est estimé à 1
milliard de dollars.
Dans une tentative de limiter leurs dommages, Aventis a demandé à l'EPA de
déclarer le StarLink restant dans l'approvisionnement alimentaire légal. Ils ont
affirmé que StarLink était sûr et qu'il en restait si peu dans l'approvisionnement
alimentaire que même s'il était allergène, la quantité serait trop faible pour créer
un effet. Ils ont également admis qu'en raison de la pollinisation croisée et
d'autres facteurs, StarLink resterait à jamais dans l'approvisionnement
alimentaire.

Avec Aventis sous une pression aussi intense, il semblait étrange de leur
demander de remettre la protéine qui serait utilisée dans le test d'allergie pour
effacer son nom. Selon les Amis de la Terre, «il n'y a aucune preuve que la FDA ait
tenté de vérifier indépendamment la composition ou la pureté de la protéine ou
des anticorps fournis par Aventis» .

«Le« conflit d'intérêts »n'est apparemment pas un concept familier à


l'agence.» [23] Le groupe consultatif scientifique de l'EPA est d'accord. Ils
ont écrit: «Aventis semble avoir fourni tous les échantillons pour
l'évaluation actuelle. Est-ce approprié? Le groupe scientifique est
favorable à l’établissement d’une procédure de validation indépendante
des réactifs et des matériaux. » [25]

Aventis a donné à la FDA un échantillon de protéine Cry9C, mais il n'a


pas été extrait de StarLink. Prétendant qu'ils ne pouvaient pas isoler
suffisamment de protéines du maïs, ils ont proposé un substitut
protéique synthétisé dérivé de la bactérie E. coli. Fait intéressant, même
la FDA admet que cette substitution pourrait invalider les résultats du
test. [27]
La substitution de protéines dérivées d'E. Coli n'est pas sans précédent.
Puisqu'il fournit un moyen moins coûteux de produire des quantités
suffisantes de
protéines, les entreprises de biotechnologie s'appuient sur les protéines
créées par E. coli pour la plupart de leurs tests. La National Academy of Sciences,
cependant, recommande que les tests OGM soient effectués avec des protéines
produites dans la plante, et non dans les bactéries. Ils ont dit que tout substitut
bactérien doit répondre à «des critères scientifiquement justifiables pour établir
l'équivalence biochimique et fonctionnelle» de la protéine produite par la plante .
De même, un comité d'experts de la Commission européenne a déclaré qu'une
telle substitution «ne peut être acceptée que si l'identité chimique. . . des deux
protéines a été démontrée. » [23] Les conseillers scientifiques de l'EPA ont
recommandé de tels critères, [28] mais ni l'EPA ni la FDA n'ont pris la peine de les
adopter.

Ces directives sont basées, en partie, sur les principes discutés


au chapitre 2. Il a été souligné que la même protéine n'est pas
nécessairement identique dans différentes espèces. Ils peuvent
avoir différentes molécules ajoutées (auto-stoppeurs), par
exemple, ou être pliés différemment. Telles étaient précisément
les préoccupations exprimées par le groupe consultatif
scientifique (SAP) de l'EPA. Leur rapport disait: «Rien ne garantit
que le Cry9C dérivé de bactéries est correctement plié.» [25]

Plus important encore, Cry9C créé à partir de maïs StarLink a une chaîne de
sucre ajouté, un auto-stoppeur, qui «est bien connu pour améliorer l'allergénicité
d'une protéine. Le Cry9C fabriqué à partir d'E. Coli, cependant, n'a pas la chaîne
du sucre; cela peut expliquer pourquoi il n'a pas réagi avec le sang des dix-sept
qui se sont déclarés allergiques à StarLink. L'EPA avait demandé à Aventis en
1997, bien avant la crise StarLink, de déterminer la composition de la chaîne
sucrière afin d'évaluer son allergénicité.

Aventis a répondu que la recherche était en cours, mais n'a


jamais rapporté les résultats à l'agence.
Ce qu'Aventis a présenté à une réunion de juillet 2001 du comité
consultatif scientifique de l'EPA était totalement inadéquat. Des
erreurs dans le document ont obscurci les résultats, les
conclusions étaient en contradiction avec les propres données de
l'étude et Aventis n'a pas réussi à mettre à jour un test de cinq ans
avec des méthodes plus récentes et plus fiables. De plus, il a fallu
huit mois à l'entreprise pour le livrer au panel.
Un membre frustré du panel, Dean Metcalfe, MD, qui dirige le National Institutes
of Health Laboratory of Allergic Diseases, et est le principal allergologue du
gouvernement, a fait le commentaire suivant: «Il est important, je pense, que les
gens qui écoutent ceci comprennent que le les questions que nous avons ne
sont pas vraiment des questions mineures. Pour essayer de mettre cela en
perspective, la plupart d'entre nous révisons pour de nombreuses revues. Et si
cela était présenté pour publication dans les revues pour lesquelles je passe en
revue, il serait renvoyé aux auteurs avec toutes ces questions. Ce serait rejeté.
[29]
La mauvaise qualité des données a rendu difficile pour le comité d'évaluer
l'auto-stoppeur de la chaîne du sucre.

Masaharu Kawata, un scientifique japonais qui avait mené sa propre analyse


critique du test StarLink, a déclaré: «Nous avons trouvé de nombreux exemples
de ce type de comparaison de données qui sont incomparables et peuvent
sembler scientifiques, et sont les mêmes tactiques déguisées utilisées dans
l'application. pour l'approbation du soja Roundup Ready par Monsanto au Japon.
» [30]

Kawata a souligné un défaut supplémentaire de l'étude qu'il dit


était «incontestablement une erreur». Les chercheurs ont utilisé comme leur
groupe témoin vingt et un échantillons de sang qui avaient été gelés depuis avant
1996, avant ses donateurs auraient été exposés à StarLink et développé une
réaction d' anticorps. Ce sang témoin a servi de référence; pour que StarLink soit
considéré comme allergène, les réactions à Cry9C par le sang des dix-sept
personnes qui avaient souffert de réactions allergiques au maïs devaient être au
moins 2,5 fois plus importantes que les réactions du sang témoin. Mais lors des
tests, les réactions dans le sang témoin préalablement congelé variaient
considérablement et n'étaient pas reproductibles. De plus, le sang témoin a réagi
beaucoup plus au Cry9C que le sang du groupe allergique. Personne ne savait
pourquoi cela s'était produit mais, selon Kawata, le «CDC, après une apparente
agitation cérébrale, a trouvé une excuse selon laquelle le sérum sanguin, [qui]
avait été congelé, avait été conservé. . . pourrait être différent de celui des
échantillons de sang frais. Kawata dit que cela aurait évidemment dû disqualifier
les commandes. Mais les chercheurs sont restés coincés par leur sang congelé
excentrique, et comme il réagissait plus à Cry9C que les groupes de test, StarLink
était décroché.

En fin de compte, après une analyse minutieuse de toutes les données


disponibles, le comité consultatif scientifique de l'EPA a confirmé son
évaluation initiale selon laquelle
il y a une probabilité moyenne que StarLink soit un allergène. Le Groupe spécial a
également décidé que même la tolérance de vingt parties par milliard pour
Cry9C demandé par Aventis ne doit pas être accordé. Ils ont déclaré: «Sur la base
d'une certitude scientifique raisonnable, il n'y a pas de niveau maximal identifiable
de protéine Cry9C pouvant être suggéré qui ne provoquerait pas de réponse
allergique et ne serait donc pas nocif pour le public. Stephen Johnson de l'EPA a
résumé la situation comme suit: «Certains des plus grands experts mondiaux de
l'allergénicité et de la sécurité alimentaire nous ont dit qu'il n'y avait pas
suffisamment de données pour conclure avec une certitude raisonnable qu'il y
avait un niveau acceptable de [maïs StarLink] que les gens pouvaient manger. " Il a
déclaré qu'il "faudrait plusieurs mois ou années d'évaluation scientifique continue
pour répondre à la question de l'allergénicité." [31] Malheureusement, l'EPA n'a pas
donné suite aux recommandations du Comité concernant des recherches
supplémentaires.

Le comité consultatif a également recommandé à l'EPA d'étendre


les tests d'allergie pour inclure tous les aliments génétiquement
modifiés. Selon le Washington Post, le panel a également déclaré
que «tout devrait être fait pour tester davantage deux personnes
qui ont signalé des réactions graves et qui ont proposé de subir
des tests cutanés et de manger des produits StarLink sous
surveillance médicale.» [4]
Le Dr Finger, l'optométriste de Floride qui avait failli mourir après avoir
mangé une tortilla, avait déjà proposé de manger du maïs StarLink pour
voir s'il aurait une deuxième réaction. Bien que risquée, cette méthode
offre des avantages significatifs par rapport aux méthodes de la FDA.
Supposons, par exemple, que le processus de génie génétique ait donné
lieu à certains des autres effets imprévisibles discutés au chapitre 2. Les
brouilleurs de code, l'ADN endommagé, le silençage génique, l'instabilité
génétique et la promotion aléatoire par le promoteur du CaMV, peuvent
tous potentiellement changer l'expression des protéines naturelles du
maïs, voire introduire une nouvelle protéine inattendue. Même si le test de
la FDA n'avait pas utilisé Cry9C à partir de bactéries, mais plutôt isolé
Cry9C de StarLink, le test de la protéine et non du maïs StarLink lui-même
aurait pu manquer la détection d'autres allergènes possibles créés dans le
maïs. Lorsqu'il a été contacté par Finger avec sa proposition, l'avocat
d'Aventis "était initialement intéressé mais a refusé." [32]

Néanmoins, après avoir rendu public son offre de test, il a reçu du StarLink qui
lui a été envoyé de manière anonyme par la poste. «Après avoir effectué un test
qui a montré qu'il s'agissait en fait de StarLink, il en a mangé et s'est rendu dans
un hôpital local plusieurs heures plus tard avec des éruptions cutanées qui
démangeaient sur le corps et une pression artérielle qui augmentait rapidement
», a rapporté le Washington Post. Le sang de Finger avait été utilisé comme l'un
des dix-sept qui avait été testé négatif dans le test de la FDA.

Les Amis de la Terre, l'organisation qui avait dirigé la découverte


initiale de la contamination StarLink dans l'approvisionnement
alimentaire, a rédigé une analyse de la manière dont l'enquête
StarLink a été menée. Ils soulignent plusieurs erreurs du
gouvernement ainsi que de nombreuses façons dont Aventis n'a
pas coopéré.
Par exemple, la FDA a mis en place un système de surveillance
passive, ne contactant et testant que le petit pourcentage de
personnes concernées qui ont déposé des plaintes formelles
auprès d'eux. Ils n'ont pas enquêté sur les milliers d' appels
d'allergies ou de consommateurs liés à la santé adressés aux
entreprises alimentaires, y compris certains qui ont été transportés
d'urgence aux urgences.
La FDA n'a pas contacté activement les professionnels de la santé ou les
groupes d'allergie à travers le pays une fois que la contamination avait été rendue
publique. Le maïs n'est normalement pas considéré comme un allergène majeur.
Quatre-vingt pour cent de la population américaine consomme chaque jour une
forme de protéine de maïs.

Sans une éducation adéquate, de nombreux Américains pourraient avoir subi


des réactions sans connaître la cause ni comment éviter de futurs problèmes.

La FDA aurait dû faire des efforts pour protéger les enfants, qui sont trois à
quatre fois plus sujets aux allergies que les adultes. Les nourrissons de moins de
deux ans sont les plus à risque - ils ont la plus forte incidence de réactions, en
particulier aux nouveaux allergènes rencontrés dans l'alimentation. Les enfants
consomment généralement un pourcentage plus élevé de maïs dans leur
alimentation, et les enfants allergiques en particulier dépendent souvent des
protéines de maïs. Même de petites quantités d'allergènes peuvent parfois
provoquer des réactions chez les enfants. Les nourrissons nourris au sein
peuvent être exposés via l'alimentation de la mère, et les fœtus peuvent
éventuellement être exposés dans l'utérus. Les mères utilisant de la fécule de
maïs comme substitut du talc sur la peau de leurs enfants peuvent également les
exposer par inhalation.

Les Amis de la Terre ont accusé Aventis d'avoir testé et signalé de


manière incorrecte les propriétés de leur propre produit. Pour évaluer la
quantité de protéine Cry9C restée dans le maïs après la cuisson, Aventis
a chauffé son maïs quatre fois plus longtemps que la période standard.
Cela rappelle la façon dont le lait des vaches traitées à la rbGH a été
trop pasteurisé afin d'essayer de détruire l'hormone de croissance. En
outre, Aventis a utilisé des temps d' extraction des protéines
plus courts que ceux recommandés , ce qui peut également réduire la
quantité de protéines détectées.
En outre, la société a systématiquement omis de fournir des informations
critiques sur l'allergénicité du produit. Avant même que la contamination
ne soit découverte, un groupe consultatif scientifique de l'EPA avait
demandé à Aventis de fournir du sang provenant d'animaux nourris avec
StarLink et d'humains qui auraient pu être sensibilisés en inhalant son
pollen. Ils ont également demandé à Aventis de surveiller les travailleurs
agricoles qui étaient les plus exposés à StarLink et étaient plus
susceptibles de développer une sensibilité. Malgré des demandes
répétées, les données n'ont pas été soumises.
L'analyse des Amis de la Terre a conclu: «La débâcle de StarLink est une étude de
cas sur la dépendance quasi totale de nos agences de réglementation vis-à-vis
des industries biotechnologiques et alimentaires« réglementées ». Si l'industrie
choisit de soumettre des études défectueuses et non publiables, elle le fait sans
conséquence. S'il doit répondre à une demande d'agence avec des données
insuffisantes, il le fait sans réprimande ni suivi (par exemple, statistiques sur les
réactions allergiques signalées aux entreprises alimentaires). Si une entreprise
juge désavantageuse de caractériser son produit, ses propriétés restent
incertaines ou inconnues. Si une entreprise choisit d'ignorer les normes d'essai
scientifiquement fondées (par exemple, en utilisant une protéine de substitution
sans établir au préalable l'équivalence de la substance d'essai), alors des tests
défectueux sont effectués à la place et les résultats sont considérés comme
légitimes. Dans le domaine de la réglementation des aliments génétiquement
modifiés, les agences «compétentes» rarement, voire jamais (savent comment)
mener des recherches indépendantes pour vérifier ou compléter les conclusions
de l'industrie. »

«L'une des raisons possibles de cet échec est le rôle avoué de


« cheer-leader »de la FDA dans la promotion de la biotechnologie. Puisqu'un
test approprié soulèverait plus vraisemblablement un `` problème '' d'allergie, la
FDA a peut-être choisi la solution la plus simple
se fier à Aventis pour éviter de causer des problèmes à
l'industrie qu'elle promeut ouvertement. Cela serait conforme
à l'histoire de subordination de l'agence aux industries
biotechnologiques et alimentaires en ce qui concerne les
aliments génétiquement modifiés. [23]
Une petite quantité de StarLink peut persister à jamais dans la chaîne alimentaire
humaine. Bien que vendu comme maïs fourrager jaune, il a été
pollinisé de manière croisée en maïs sucré, maïs soufflé et maïs blanc, et a été
identifié dans le stock de semences de 71 des 288 entreprises contactées par
l'USDA. Nous ne saurons peut-être jamais s'il était responsable du choc
anaphylactique de Grace Booth ou des symptômes décrits par d'innombrables
autres personnes qui ont appelé des agences et des entreprises à la suite du
rappel de StarLink. Beaucoup plus de personnes peuvent avoir été touchées avant
cela, sans connaître la cause de leurs symptômes. Par exemple, selon une lettre
soumise à la FDA en avril 2000, cinq mois avant que le public américain ne sache
quoi que ce soit à propos de StarLink, une personne «a subi une insuffisance
respiratoire immédiate après avoir ingéré deux produits à base de tacos». [23] Il a
eu une crise cardiaque et est mort peu de temps après. Personne ne savait
questionner StarLink à ce moment-là. S'il n'y avait pas eu un effort financé par le
secteur privé des Amis de la Terre et d'autres, nous ne le saurions peut-être
toujours pas, et StarLink pourrait toujours être sur le marché.

D'autres cultures Bt peuvent-elles provoquer des allergies?


De nouvelles preuves, en revanche, révèlent que les allergies peuvent
également résulter d'autres variétés de cultures Bt génétiquement modifiées
encore sur le marché. Selon Hansen de l'Union des consommateurs, «les
preuves sont de plus en plus nombreuses. . . que les diverses endotoxines Bt
- y compris celles du [maïs GM], du coton et des pommes de terre - peuvent
avoir des effets néfastes sur le système immunitaire et / ou peuvent être des
allergènes humains. » [33]

Dans un témoignage devant l'EPA le 20 octobre 2000, Hansen a décrit une


étude financée par l'EPA publiée en 1999 confirmant que les travailleurs
agricoles exposés à des pulvérisations d'insecticide Bt présentaient une
sensibilisation cutanée et la présence d'anticorps IgE et IgG, tous deux
considérés comme des composants d'une réponse allergique. Les travailleurs
les plus réactifs étaient ceux qui étaient plus exposés au spray - un autre signal
d'allergie. [34]

Alors que les travailleurs ne présentaient pas de symptômes respiratoires,


Hansen a souligné que la période d'exposition était relativement courte et que
la quantité de Bt à laquelle ils étaient exposés à cause de la pulvérisation était
assez petite.
Les cultures Bt, en revanche, ont 10 à 100 fois plus d'exposition. Et les
graines de certaines de ces cultures Bt ont encore 10 à 100 fois ce
montant. Ainsi, les travailleurs agricoles exposés à la poussière de maïs,
par exemple, peuvent respirer jusqu'à 1 000 fois la quantité de Bt que
ceux de l'étude. Ceux qui travaillent dans les moulins et autres usines de
transformation courraient vraisemblablement un risque encore plus
grand.
"Dans le cadre de l'étude", a déclaré Hansen à l'EPA, "les scientifiques ont
pu montrer que deux des ouvriers agricoles étudiés avaient un test cutané
positif." Il a souligné que puisque ces tests étaient désormais disponibles
pour détecter une allergénicité potentielle des cultures Bt, ils devraient
être immédiatement utilisés pour tester les personnes fortement
exposées aux protéines Bt dans les pulvérisations et les cultures. Le test
cutané n'a pas duré longtemps, était «relativement peu coûteux» et
«beaucoup plus précis que le. . . critères actuellement
utilisé »pour évaluer l’allergénicité. Étant donné que cette étude a été financée
par l'EPA, Hansen s'est demandé «pourquoi l'EPA n'a pas déjà décidé de mener
ces tests». [35] L'EPA n'a pas suivi les conseils de Hansen. Ils continuent de
s'appuyer sur des critères inférieurs pour évaluer le risque d'allergènes.

Trois études sur la souris ont été menées sur une toxine Bt, Cry1Ac, similaire à
celle trouvée dans les variétés de coton et de maïs GM. Deux de ces études sur
souris ont montré que la toxine Bt déclenche une réponse anticorps dans le sang
et les muqueuses des souris; le troisième a démontré que Cry1Ac stimule la
réponse immunitaire aussi puissamment que la toxine cholérique. [36] Selon Joe
Cummins, l'étude sur la souris et l'étude sur les travailleurs agricoles «[montrent]
clairement qu'il existe des preuves que les cultures Bt sont préjudiciables aux
mammifères». [37]

Plus inquiétants sont les résultats d'une étude publiée dans Natural Toxins.
Les chercheurs testaient les effets des pommes de terre Bt sur des souris.

En tant que groupe témoin, ils ont enrichi les pommes de terre naturelles d'une
protéine Bt qui était

non génétiquement modifié. Lorsque les chercheurs ont analysé des coupes de
tissu de l' iléon - la partie inférieure de l' intestin grêle - ils ont trouvé une
augmentation significative de la croissance cellulaire - une condition
potentiellement précancéreuse . Bien que le cancer de l'iléon soit rare, il se jette
dans le côlon, où le cancer est courant. Selon Pusztai, si la protéine Bt atteignait
l'iléon, certaines se retrouvaient probablement également dans le côlon; des tests
sont nécessaires pour déterminer son effet.

Selon l'EPA, cependant, la toxine Bt n'est pas censée survivre assez longtemps
pour même pénétrer dans l'intestin grêle. Il est censé être détruit dans l'estomac.
Ils fondent leur affirmation sur des expériences en éprouvette menées par les
sociétés de biotechnologie. La protéine Bt est placée dans un tube à essai
contenant du « liquide gastrique simulé » - un mélange d'acide chlorhydrique et de
pepsine, une enzyme digestive - qui imite grossièrement l'acte de digestion dans
l'estomac. Plus la protéine reste intacte longtemps, plus la possibilité pour elle de
provoquer la réponse anticorps associée à l'allergie est grande.

Le test de Monsanto sur sa propre protéine de maïs Bt (Cry1Ab) a


entraîné une dégradation de plus de 90% après seulement deux minutes.
[38] Les
critiques soulignent, cependant, que la force de l'acide et les
quantités relatives d'enzyme et de Cry1Ab qu'ils mettent dans leur tube à
essai étaient irréalistes et spécifiquement conçues pour détruire la
protéine le plus rapidement possible. [39]

Monsanto a utilisé un pH de 1,2, par rapport au pH


considérablement plus doux
2.0 recommandé par la FAO / OMS.40 Et le rapport pepsine / Cry1Ab utilisé était
environ 1 250 fois supérieur à la norme internationale FAO / OMS. En d'autres
termes, Monsanto a utilisé une solution fortement acide et une énorme quantité
d'enzyme pour digérer une très petite quantité de Cry1Ab, toutes deux accélérant
considérablement le taux de dégradation. Lorsque ce même Cry1Ab a été testé
indépendamment en utilisant les mêmes conditions que celles auxquelles la
protéine de StarLink avait été soumise, 10 pour cent de la protéine Bt de
Monsanto ont duré une à deux heures, et non deux minutes. [41] C'est presque
aussi difficile que le Cry9C de StarLink. S'ils avaient utilisé les directives FAO /
OMS, une plus grande quantité de protéines aurait duré encore plus longtemps.
En outre, une autre étude sur tube à essai a montré que Cry1Ab ne se décompose
qu'en fragments importants, suffisamment gros pour rester potentiellement
allergisants. [42]

Ni l'EPA ni la FDA n'ont établi de normes pour ces tests - elles ont jusqu'à présent
accepté les procédures et les conclusions que les sociétés de biotechnologie
leur ont données. De nombreux scientifiques, cependant, critiquent l'EPA pour
avoir même fondé leurs affirmations sur des études en éprouvette. Les critiques
disent que ces simulations de laboratoire ne sont pas fiables et insistent sur le
fait que la longévité des protéines doit être évaluée dans les systèmes digestifs
réels des animaux et des humains. Selon Pusztai, les résultats surprenants de
l'étude sur la souris le soutiennent. Il dit: «Malgré les affirmations contraires, la
toxine [Bt] était stable dans l'intestin de la souris.» [13] Cette constatation prouve
non seulement que les méthodes de test de la FDA sont invalides, mais elle mine
leur hypothèse importante selon laquelle Bt se décompose trop rapidement pour
avoir un effet.

Cela soulève une question importante: puisque la principale raison pour laquelle
StarLink n'a pas été approuvé était que Cry9C pouvait survivre à la digestion dans
l'estomac, dès que l'étude de la pomme de terre Bt a confirmé qu'une variété
naturelle de Bt avait survécu au-delà de l'estomac, l'EPA ne révoquerait-elle pas
approbations des autres Bts - ou du moins lancer une enquête immédiate pour
vérifier les résultats de l'étude? Même les scientifiques qui ont fait la découverte
surprise ont conclu qu'elle montrait que des «tests approfondis» sur les cultures
GM étaient nécessaires «pour éviter les risques avant la commercialisation». [43]

L'étude a été publiée en 1998. L'EPA n'a pas changé le statut


des Bts approuvés, n'a pas lancé d'études supplémentaires
et continue de s'appuyer sur ses méthodes en éprouvette.
Il y a plus. Un deuxième test d'allergénicité consiste à comparer la
structure de la protéine étrangère à celle d'allergènes connus. Le
raisonnement est que si une section de la séquence d'acides
aminés de la protéine GM est similaire à celle d'un allergène connu,
elle pourrait déclencher une réaction. L'EPA n'a pas collecté ces
données importantes pour le maïs Bt avant de les approuver pour
la première fois au milieu des années 1990. De plus, il a réapprouvé
le maïs Bt en 2001 sans exiger ces données.
En 1998, un chercheur de la FDA a découvert une similitude suspecte entre
Cry1Ab et un allergène du jaune d'oeuf. L'étude a conclu que «la similitude.
. . pourrait être suffisant pour justifier une évaluation supplémentaire. » [44] En
2002, néerlandais
les scientifiques ont démontré que les deux protéines de
résistance aux herbicides utilisées dans les cultures Roundup
Ready partagent des séquences identiques à celles trouvées dans
un allergène de crevette et un allergène d'acariens. La protéine
transgénique responsable de la résistance au virus de la papaye
GM possède également des séquences d' allergènes similaires .
[45] Toutes ces données ont jusqu'à présent été ignorées par les
régulateurs.
Un troisième test d'allergénicité consiste à voir dans quelle mesure la protéine
survit au traitement thermique. Ce test n'indique pas seulement une stabilité
générale, il suggère également dans quelle mesure la protéine pourrait survivre
à la transformation des aliments et finir intacte dans les produits de
supermarché. Là encore, l'EPA n'a pas réussi à collecter les données de stabilité
thermique requises sur Cry1Ab auprès des entreprises, et une étude
indépendante a démontré que cette protéine de maïs Bt a «une thermostabilité
relativement importante», comparable à la protéine trouvée dans StarLink.

Sur la base de ces méthodes d'essai, les variétés les plus courantes de
maïs Bt actuellement sur le marché échoueraient presque certainement
au protocole de test FAO / OMS faisant autorité pour l'allergénicité.
Lorsque l'EPA a reçu le rapport des Amis de la Terre, qui détaillait les
lacunes de l'examen d'allergénicité de l'EPA, l'agence a promis de
répondre. C'était en 2001. Il n'y a eu aucune réponse à ce jour.
Le 22 février 2004, l'Institut norvégien pour l'écologie génétique a annoncé que
trente-neuf personnes vivant à côté d'un grand champ de maïs Bt aux Philippines
ont été frappées par des symptômes tels que des réactions respiratoires,
intestinales et cutanées et de la fièvre, tandis que le maïs pollinisait.

Bien que les autorités locales aient d'abord suggéré que la maladie était
contagieuse, cela a été contredit lorsque les symptômes de quatre familles se
sont atténués après que les membres ont quitté la région, puis ont refait surface
lorsqu'ils sont revenus.

Des échantillons de sang ont vérifié les réponses des anticorps à


la toxine Bt, indiquant une réaction immunitaire au pollen. L'Institut
a annoncé ses conclusions avant même que la recherche ne soit
terminée, car les résultats alarmants justifiaient une attention
immédiate. Les résultats sont préliminaires et le maïs Bt n'est pas
lié de manière concluante aux symptômes.
Enfin, il y a une autre découverte qui pourrait détruire toute base restante pour les
mesures de protection contre les allergies de la FDA. Vous vous souviendrez
peut-être que les pommes de terre de Pusztai cultivées à partir du même parent,
avec la même insertion de gène, dans des conditions de croissance identiques,
avaient une composition nutritionnelle très différente . Si l'une de ces pommes de
terre avait été minutieusement testée pour ses propriétés allergènes, les résultats
ne seraient pas nécessairement applicables pour les autres. En raison de
l'évolution de la composition nutritionnelle des aliments génétiquement modifiés,
des évaluations précises et fiables de la sécurité de tout type peuvent être
impossibles.

Selon Pusztai, «La seule chose que vous puissiez faire est de trouver un
organisme génétiquement modifié stable, qui a traversé des dizaines de
générations et qui sort toujours le même, et qui n'est croisé avec aucune autre
pomme de terre.

Vous gardez la pureté de la ligne. " Mais, admet-il, ce n'est pas possible. Il
conclut: «Nous stockons des problèmes pour l’avenir.» [9]

Poulets manquants
Selon BBC News , 27 avril 2002: «Les tests de sécurité sur le maïs génétiquement
modifié actuellement cultivé en Grande-Bretagne étaient défectueux, il est apparu.
La culture, le maïs GM T-25 [maïs], a été testée dans des expériences en
laboratoire sur des poulets. Au cours des tests, deux fois plus de poulets sont
morts lorsqu'ils sont nourris avec du maïs GM T-25 , par rapport à ceux nourris
avec du maïs conventionnel. Cette recherche a apparemment été négligée
lorsque la culture a reçu l'autorisation de commercialisation en 1996. » [1] La
variété de maïs, connue sous le nom de Chardon LL, est également devenue la
première culture GM du gouvernement britannique approuvée pour la culture le 10
mars 2004.

Chapitre 7
Muscler les médias
Si vous apprenez pour la première fois les nombreux faits de ce livre, ce n'est pas
un hasard. De nombreux médias du monde, en particulier aux États-Unis, ont été
la cible d'une campagne pro-biotechnologique intensive de la part de l'industrie.
Par conséquent, il y a eu une sous-déclaration chronique des préoccupations des
OGM - en particulier les risques pour la santé. Les histoires suivantes fournissent
des exemples de la manière dont l'opinion publique sur les aliments
génétiquement modifiés a été manipulée.

Télévision musclée
Lorsqu'on a demandé à Bob Collier de Monsanto pourquoi la
rbGH n'avait pas été approuvée en Europe, il a déclaré que l'Union
européenne «l'avait approuvée techniquement du point de vue de
la sécurité, mais la politique laitière y était telle qu'elle avait
toujours des prix soutenus. . . cela s'est avéré être un moratoire
basé sur des problèmes de marché et non sur des problèmes de
santé. »
La journaliste Jane Akre, d'une station de télévision Fox à Tampa, en Floride, a
été surprise de l'explication de Collier. Elle a pensé: «Je savais que j'avais lu une
déclaration de l'Union européenne affirmant que les problèmes de santé encore
inconnus constituaient un problème.» [1] Akre rappelait une lettre de décembre
1994 du vice-président de la commission de l'agriculture de la Commission
européenne adressée au directeur de la FDA déclarant: «Les consommateurs de
la Communauté européenne et leurs représentants au Parlement européen sont
apparemment beaucoup plus préoccupés par la problèmes de santé humaine
non résolus liés à la somatotropine bovine recombinante que votre agence ne
l'était lorsqu'elle a autorisé le produit. » [2]
Mais Akre était un peu vague sur les détails et Collier, en tant que
directeur de la recherche laitière de Monsanto, était certainement
un expert en la matière. Akre se dit: «Eh bien; il doit savoir quelque
chose que je ne sais pas.
Elle a demandé à Collier si les injections «revigoraient» l'animal. Il a déclaré que
l'hormone «ne modifie pas le taux métabolique de base, elle augmente
simplement
la quantité de lait produite. » Encore une fois, Akre fut surpris. Elle savait que le
médicament avait été appelé «crack pour les vaches» et avait lu dans la propre
littérature de Monsanto: «Les vaches recevant une injection de Posilac [le nom de
marque de Monsanto pour la rbGH] peuvent connaître des périodes
d'augmentation de la température corporelle sans lien avec la maladie.» Akre
pensa: «Même l'étiquette d'avertissement fournie avec Posilac fait mention d'une
augmentation du métabolisme de l'animal.» Mais Collier était un chercheur
senior, un scientifique laitier avec un doctorat. Il était en charge de la division qui
vend la rbGH. Akre a de nouveau décidé qu'il lui manquait quelque chose. Elle
vérifierait ses documents plus tard.

Akre a rappelé: «Collier m'a alors dit que le coût d'entretien d'un
animal injecté de rbGH ne change pas. «Ce n'est pas vrai», ai-je
pensé et lui ai demandé: «Qu'en est-il des coûts d'alimentation et
médicaux plus élevés?
Collier a répondu: 'Il faut plus d'aliments pour produire plus de lait,
donc je ne dis pas que vous ne devriez pas fournir plus d'aliments,
cela signifie qu'il n'y a pas de coût supplémentaire en plus de celui
pour plus de lait.' "
«À ce stade,» a déclaré Akre plus tard, «je me suis souvenu de la
formation aux médias que les gens de Monsanto subissent avant
d'apparaître devant la caméra. Et je pense que je viens de voir un
exemple de danse. Je commence à penser que ce n'est pas moi. En
fait, je commence à être un peu fâché d'être profité de moi-même
et d'avoir laissé cela se produire.
Akre a redirigé la conversation vers l' IGF-1, l'hormone de
croissance associée au cancer. Akre se souvient: «J'ai posé des
questions sur les tests limités pour les effets du lait modifié sur
les humains. Collier me dit 'parce que la concentration d' IGF-1 et
de bST ne change pas, il n'y a pas de changement d'exposition,
donc la FDA a conclu qu'il n'y avait aucune indication que les
études chroniques à long terme étaient justifiées.' "
Maintenant Akre était prêt. Elle fouilla dans une pile de papiers sur ses genoux -
des recherches qu'elle avait rassemblées et quelques-uns des cinq livres de
documents qui lui avaient été envoyés par Monsanto et qu'ils ne s'attendaient
pas à ce qu'elle lise. Akre sort le rapport Juskevich et Guyer dans Science 1990
qui indique que les propres études de Monsanto montrent une augmentation de
l' IGF-1 dans le lait des vaches traitées. Collier a répondu en essayant de la
rassurer que le National
Les Instituts of Health (NIH) et le Government Accounting Office
examinent également le processus de sécurité humaine et ont
conclu que le processus de test utilisé par Monsanto était
correct.
Encore une fois, Akre a cherché ses papiers. Elle a rapporté:
«Je sort un rapport de l'American Medical Association qui
dit qu'une étude plus approfondie est nécessaire sur les
effets de l' IGF-1 sur les humains.» Akre a souligné que le
NIH a également déclaré qu'une étude plus approfondie était
nécessaire.
Collier a ensuite insisté sur le fait que l' IGF-1 et l'hormone de
croissance bovine (bGH) sont digérés, qu'il n'y a pas
d'augmentation de la concentration de bGH et que la bGH n'est pas
bioactive chez l'homme. Akre a interprété cela comme une
diversion pour la faire sortir du but. Elle savait que «des
journalistes consciencieux écriraient cela et l'histoire serait
terminée; aucun problème." Mais Akre a refusé de se laisser
distraire sur bGH. D'après ce qu'elle a lu, l' IGF-1 est le vrai
problème. Et les études montrent qu'il n'est pas digéré.
Tout au long de l'interview, Akre a remarqué que Collier remuait, s'éclaircissait la
gorge, trébuchait sur ses réponses et était visiblement mal à l'aise. Quand Akre le
mettait au défi sur une contradiction apparente, il disait souvent, comme s'il avait
répété: «Je suis content que vous m'ayez posé cette question. Et Collier utilisait
habituellement les phrases exactes qu'Akre entendrait plus tard répéter par
d'autres porte-parole de Monsanto et de l'industrie laitière. «Ils disent tous
exactement la même chose», se souvient Akre. «C'est le même produit sain. .
. . Le lait est le même. . . . Nos organismes de réglementation
fédéraux ont déclaré que la consommation de lait et de viande de
vaches traitées au bGH était sans danger. . . . Ce n'est pas un
problème pour nous ou pour la FDA. . . . Ce n’est pas quelque
chose qui préoccupe les gens bien informés. » [1]
Mais Akre avait des inquiétudes. Elle et son mari, le journaliste d'investigation
Steve Wilson, ont travaillé pendant trois mois, creusant profondément dans les
promesses non tenues, les liens avec le cancer, les mensonges des entreprises
et l'influence de la FDA.

Rien n'était encore prouvé, mais les drapeaux rouges étaient là,
notamment en ce qui concerne les problèmes de santé humaine. Tout
cela et plus encore devait être révélé au public dans une série de
nouvelles en quatre parties . Ou c'est ce qu'ils pensaient.

Les journalistes "ressemblaient à une équipe de rêve pour la télévision", a


rapporté le journal britannique The Independent. Akre était une ancienne
présentatrice et journaliste de CNN . Wilson a été trois fois lauréat d'un
Emmy Award que Penthouse a décrit comme «l'un des journalistes les
plus célèbres et les plus redoutés d'Amérique» en raison de rapports
d'enquête qu'il a rédigés exposant des défauts et des dangers sur les
véhicules Chrysler et Ford. [3]
WTVT Fox 13, une chaîne de télévision de Floride, a embauché Akre et Wilson en
1996 pour renforcer leurs reportages. En quelques semaines, ils étaient sur
quelque chose. Wilson avait découvert que bien que les épiciers de Floride se
soient engagés publiquement à ne pas acheter de lait à des troupeaux injectés d'
hormones , ils le faisaient. Et puis en février 1997, Akre a vu Collier devant la
caméra faire plusieurs déclarations qui contredisaient même les propres études
de Monsanto.

Lors de son entretien, Collier a affirmé qu'il n'y aurait aucun problème avec
l'augmentation des niveaux d'antibiotiques dans le lait puisque chaque camion
de lait est testé. Mais les scientifiques et les responsables laitiers de Floride
admettent que chaque camion est testé uniquement pour les antibiotiques liés à
la pénicilline .

Il y a aussi une vérification ponctuelle d'un autre antibiotique tous les trois mois.
Leur surveillance passerait à côté de la majorité des plus de soixante variétés
d'antibiotiques utilisées par les producteurs laitiers. Ainsi, il est probable que le
lait de vaches traitées à la rbGH contienne des niveaux et des variétés illicites
d'antibiotiques. (Selon des données volées à la FDA et publiées dans The
Milkweed, pendant une période de neuf mois de 1985 à 1986, les employés des
propres fermes laitières expérimentales de Monsanto ont appliqué plus de 150
applications d'un large éventail de médicaments vétérinaires non approuvés pour
les bovins laitiers par la FDA. [4] )

Collier a déclaré devant la caméra: «Nous ne nous sommes pas


opposés» à l'étiquetage volontaire des produits comme
exempts de rbGH. Les journalistes montrent, cependant, que Monsanto a
intenté des poursuites contre deux petites laiteries pour les forcer à
cesser d'étiqueter leur lait comme sans rbGH. Selon Rachel's
Environment and Health Weekly, «les laiteries se sont repliées et
Monsanto a ensuite envoyé des lettres à d'autres organisations laitières
annonçant le résultat des deux poursuites - selon toute vraisemblance, à
des fins d'intimidation.» [5]

Monsanto a également soutenu une législation dans l'Illinois qui empêche les
laiteries de dire aux consommateurs que leurs vaches ne contiennent pas de
rbGH, et un chercheur a rapporté qu'en dépit du vote de onze contre un du
conseil municipal de New York pour étiqueter le lait avec du rbGH, «Monsanto a
pu influencer les votes législatifs de sorte qu’une loi sur l’étiquette obligatoire n’a
pas été adoptée. » [6]

Le documentaire a également rapporté que le commissaire à


l'agriculture et à la consommation de Floride, qui s'oppose à
l'étiquetage, a reçu de généreuses contributions de Monsanto pour
sa campagne et avait été soigneusement formé lors d'une
conférence laitière sur la façon de parler aux consommateurs et de
décourager l'étiquetage.
Lorsqu'un agriculteur de Floride a informé Monsanto des problèmes de
santé de son troupeau qui ont commencé quand il a commencé la rbGH,
le fermier a déclaré que Monsanto lui avait dit: «Vous êtes la seule
personne à avoir ce problème, donc c'est ce que vous faites ici, vous
devez être avoir des problèmes de gestion. » Cependant, Monsanto avait
déjà découvert dans sa propre recherche que «des centaines d'autres
vaches dans d'autres fermes souffraient également de problèmes de
sabot et de mammite, une infection douloureuse des mamelles de la
vache. [6]
En outre, la loi obligeait Monsanto à informer la FDA de tout effet
indésirable tel que les plaintes des agriculteurs de Floride. Mais
après quatre mois d'appels téléphoniques répétés de l'agriculteur
et même une visite de Monsanto à sa ferme, la FDA n'en avait rien
entendu. Les responsables de Monsanto affirment qu '«il leur a
fallu quatre mois pour comprendre que Knight [l'agriculteur] se
plaignait de la rbGH». [5] Knight a finalement dû remplacer 75 pour
cent de son troupeau.
La série de nouvelles Fox comprenait même un extrait de la télévision
nationale canadienne dans laquelle un fonctionnaire du gouvernement
décrivait comment une représentante de Monsanto avait offert à son
comité un pot-de-vin de 1 à 2 millions de dollars s'il recommandait
l'approbation de la rbGH au Canada sans données ou études
supplémentaires sur le médicament. Un porte-parole de Monsanto a
déclaré que les responsables avaient mal compris l'offre de leur
entreprise en matière de fonds de «recherche».
La station a investi des milliers de dollars dans la publicité radiophonique pour
promouvoir

la série, qui devait être diffusée le lundi 24 février 1997. Mais le vendredi
précédent, l'avocat de Monsanto a faxé une lettre à Roger Ailes, directeur de Fox
News à New York et ancien directeur des relations avec les médias du président
George HW Buisson. La lettre fortement rédigée expliquait pourquoi la série de
nouvelles était, de l'avis de Monsanto, biaisée et non scientifique. Dans une
tournure intéressante, un argument utilisé dans la lettre était que «l'examen par
les pairs est un protocole de base de la recherche scientifique». [6]

La lettre menaçait également: "Il y a beaucoup en jeu dans ce qui se passe en


Floride, non seulement pour Monsanto, mais aussi pour Fox News et son
propriétaire." Selon Akre et Wilson, c'était la partie de la lettre qui préoccupait le
plus Ailes. Fox possédait la station de Floride; Le magnat des médias Rupert
Murdoch possédait Fox. Monsanto est un annonceur majeur de Fox TV dans tout
le pays. De plus, Rupert Murdoch possède Actmedia, une importante agence de
publicité utilisée par Monsanto. Si Monsanto retirait sa publicité, ce désaccord
pourrait être coûteux. La série de nouvelles, qui avait déjà passé un examen par
des avocats, a été retirée pour «examen plus approfondi».

Le directeur général de la station de Floride, lui-même ancien journaliste


d'investigation, n'a pas reculé. Il a étudié le documentaire avec les avocats de la
station et a constaté que «rien dans la lettre [de Monsanto] ne soulevait de
prétention crédible quant à la véracité, l'exactitude ou l'équité des rapports». [6]

Il a offert à Monsanto une autre interview. Monsanto a demandé à voir les


questions à l'avance. Les journalistes ont insisté sur le fait qu'aucun bon
journaliste ne faisait cela, mais ont plutôt proposé de fournir une liste de sujets.
Monsanto a décliné l'offre. La station a reprogrammé la série de nouvelles pour
une semaine plus tard.

L'avocat de Monsanto a immédiatement envoyé une autre lettre


plus ferme à Ailes, indiquant cette fois que le reportage «pourrait
entraîner de graves dommages pour Monsanto et des
conséquences désastreuses pour Fox News». [6] La diffusion a été
reportée indéfiniment.
Peu de temps après, le directeur général et le directeur des nouvelles de la
station de Floride ont été licenciés. Selon Wilson, le nouveau directeur général
était un vendeur sans expérience en télévision. Lors d'une de leurs premières
rencontres

ensemble, Wilson a réalisé l'écart considérable entre leurs motivations. Pour


décider de diffuser ou non l'histoire, le responsable a commencé par calculer le
résultat net de la station. Il pensait qu'il perdrait les revenus publicitaires des
supermarchés et de l'industrie laitière.

Monsanto pourrait également retirer sa publicité des produits agricoles


des filiales de Fox à travers le pays. Wilson a essayé de convaincre le
manager de faire passer l'histoire selon ses mérites. Il a déclaré que toute
la campagne de relations publiques de Monsanto était basée sur la
déclaration selon laquelle le lait de vaches traitées à la rbGH est «le
même produit sain et sûr que nous avons toujours connu». Mais même
les propres études de Monsanto ont montré qu'il s'agissait d'un
mensonge et que cela pourrait mettre en danger le public. Wilson a
rappelé: «J'ai essayé de faire appel à son sens fondamental de la raison
pour laquelle c'est une nouvelle. Il a répondu: «Ne me dites pas quelles
sont les nouvelles. Nous avons payé 2 milliards de dollars pour ces
stations de télévision et les nouvelles, c'est ce que nous disons. Nous
allons vous dire quelles sont les nouvelles. » [7]

Selon Wilson, «Il a dit: 'Que feriez-vous si je tuais l'histoire?' J'ai dit: «Je serais
très déçu. Mais il m'a demandé à nouveau ce que je ferais. Je ne savais pas où
il voulait en venir. Encore une fois, je lui ai dit que je serais inquiet. Puis il a
clarifié son propos. Il a demandé: «Voulez-vous le dire à quelqu'un? Personne ne
m'avait demandé cela pendant toutes mes années à la télévision.

Wilson a répondu qu'il n'irait pas battre un tambour à ce sujet.


Mais si quelqu'un demandait pourquoi l'émission avait été annulée, il n'allait pas
mentir.

Il a dit au directeur: «Je pense que je vais vous les référer.» À ce moment-là, le
directeur savait qu'il avait un problème. Il ne pouvait pas compter sur Akre et
Wilson pour fermer toute l'affaire. Il s'est donc lancé dans une stratégie différente.
Lors d'une réunion ultérieure, le gérant a proposé de payer environ 150
000 $ au couple. Ils recevraient le plein montant de ce qui restait sur leur
contrat, mais ils étaient libres de partir - essentiellement licenciés. Mais il
y avait un hic. Ils devaient accepter de ne plus jamais parler de rbGH - ni
sur Fox ni pour aucune autre organisation de presse.
Mais l'équipe de presse vétéran a estimé que «tuer une histoire de santé publique
était
impensable." [1] Wilson a expliqué sa position au gestionnaire: «Nous pensons
que c'est une question dont le public devrait être conscient. Nous n'allons pas
vendre nos droits du premier amendement pour faire essentiellement notre
travail de journalistes.

Je ne serai jamais d'accord pour le montant d'argent que vous me proposez de


m'empêcher de révéler à un autre moment et à un autre endroit ce qui se passe
ici.

Wilson a dit: «Il nous a regardés avec ce regard vide comme s'il n'avait jamais
entendu une telle chose. Et il a dit: «Je ne comprends pas. Qu'est-ce que vous
les gens?

Je veux juste des gens qui veulent être à la télé. . . . Je n'ai jamais rencontré de
personnes comme toi auparavant. Il nous a juste offert 6 chiffres et pour lui, ce
qu'on nous demandait de faire en échange n'était pas grave. Pourquoi diable le
refuserions-nous? Et perdre une chance de continuer à être à la
télévision - comme si c'était si important qu'on vendrait son âme pour continuer à
le faire. [7]

Ainsi, au lieu de céder à sa demande de silence, ils ont proposé de réécrire le


documentaire pour le rendre plus acceptable. Mais chaque fois qu'ils
présentaient un scénario aux avocats de Fox - qui avaient repris le processus
éditorial - ils avaient pour instruction de le rendre plus favorable à Monsanto.

Au cours des six mois suivants, ils ont fait quatre-vingt-trois


réécritures.
Parmi les nombreux changements, Akre et Wilson ont reçu pour instruction de ne
jamais révéler que l'approbation par la FDA de la rbGH était basée sur des tests
«à court terme» . Ils ont été autorisés à inclure une entrevue avec Samuel Epstein,
MD, qui a déclaré qu'il existe «des preuves montrant que la consommation de ce
lait présente des risques de cancer du sein et du côlon». Les journalistes ont
cependant reçu pour instruction de «ne pas inclure d'informations qui détaillent le
fondement de cette effrayante affirmation». [6] Ils ont dû supprimer toute mention
de l' IGF-1 et de toute étude pertinente et ne plus utiliser le mot cancer dans aucun
des segments - se référant uniquement aux «implications pour la santé humaine».
Les journalistes ont également dû minimiser les informations d'identification
d'Epstein. Selon un site Web qui documente les réécritures et le différend, malgré
les «trois diplômes de médecine d'Epstein, une chaire de médecine du travail et de
l'environnement à l'École de santé publique de l'Université de l'Illinois, son
témoignage fréquent au Congrès en tant qu'expert en santé publique et les causes
environnementales de
cancer, son auteur de sept livres [y compris le livre primé de 1978 The Politics of
Cancer] et d'innombrables éditoriaux parus dans certains des principaux journaux
américains, [les] journalistes ont été empêchés à plusieurs reprises de le décrire
plus complètement. . . . Références originales à lui comme
un «scientifique réputé» qui était acceptable dans les versions 1 à 3, a ensuite été
changé en «scientifique respecté», ce qui était acceptable dans la version 11, puis
«un médecin reconnu», ce qui convenait dans les versions 10 à 18 jusqu'à ce que,
finalement, les journalistes on a dit qu'aucune référence de ce genre n'était
acceptable. La dernière référence était simplement «Scientifique, Université de
l'Illinois. [6]

De même, les références d'un deuxième scientifique, William von Meyer, ont
été dépouillées. La première version disait: «Dr. von Meyer a passé trente ans à
étudier les produits chimiques et à tester leurs effets sur l'homme.

Il a supervisé de nombreux tests de ce type sur des milliers d'animaux


dans des écoles telles que l'Université de Londres et l'UCLA. Il a dirigé la
recherche agricole, chimique et génétique dans certaines des entreprises
les plus prestigieuses d'Amérique. La version finale du script l'appelait
simplement «scientifique du Wisconsin». Les journalistes ont également
reçu l'ordre de retirer sa citation: «Nous allons sauver des vies si nous
examinons cela maintenant.»
Malgré l'examen minutieux de toutes les affirmations opposées à
la rbGH, Akre et Wilson «ont reçu à plusieurs reprises la consigne
d'inclure des déclarations non vérifiées et même carrément
fausses du directeur de la recherche laitière de Monsanto. [6] Il
s'agissait notamment:
Dr von Meyer «n'a aucun diplôme en évaluation de la sécurité
• Le
humaine».

•«Les spécialistes du cancer ne voient pas le problème de


santé. . . »
• «Il n'y a aucun problème de sécurité humaine ou animale qui empêcherait
l'approbation au Canada une fois qu'ils ont terminé leur examen, pas à ma
connaissance.»

Le directeur de Monsanto a également répété une affirmation


populaire de Monsanto selon laquelle «Posilac [rbGH] est le
produit le plus testé de l'histoire».
Selon les journalistes, cependant, «des experts dans le domaine des
la science animale dit que cette affirmation est
manifestement fausse. »
Les journalistes ont été invités à laisser dans le commentaire de Monsanto que
«le lait n'a pas changé» [6] suite à l'injection d'hormone aux vaches. Et on leur a
finalement dit d'inclure une déclaration selon laquelle le lait de vaches injectées
de rbGH est le même et aussi sûr que le lait de vaches non traitées. «Monsanto a
insisté pour que cette déclaration soit diffusée» [3], a déclaré l'Independent. Selon
les journalistes, la direction a même menacé de les licencier si la déclaration
n'était pas incluse. Mais Akre et Wilson pensaient que ce n'était pas vrai et ont
présenté des preuves scientifiques pour étayer leur position.

Akre a déclaré: «Nous savions que c'était un mensonge. La propre étude de


Monsanto a montré que c'était un mensonge. Pourtant, on nous a dit de laisser
cette déclaration sans réfutation, même si nous avions des preuves contraires.
Cela falsifie les nouvelles. [1]

Après avoir présenté toutes leurs preuves à l'avocat de Fox


démontrant que les affirmations de Monsanto étaient fausses,
selon Wilson, elle a répondu: «Vous ne comprenez pas, il ne s'agit
pas de savoir si vous avez raison ou si c'est vrai. C'est le fait que
nous ne voulons pas investir 200 000 dollars contre Monsanto. [7]
Fox a suspendu le couple pour «insubordination», puis les a
licenciés en décembre. Six mois plus tard, Fox a embauché un
autre journaliste, avec beaucoup moins d'expérience, pour
préparer une autre émission contenant la déclaration de
Monsanto.
Wilson a déclaré: "C'est la première fois que je sache qu'un journal
ou un diffuseur choisit de ne pas tuer une histoire mais de modeler
l'histoire dans une forme que le plaideur potentiel et l'annonceur
aimeraient." Selon l'Independent, «Fox nie catégoriquement avoir
jamais demandé l'inclusion de fausses informations et affirme que
les journalistes n'étaient pas disposés à être objectifs.» [3]
Akre et Wilson ont poursuivi la station sur la base des lois de Floride sur les
dénonciateurs . Le jury a attribué 425 000 $ à Akre. Fox a fait appel et l'affaire a
été annulée. La cour d'appel a statué selon une interprétation stricte de

Loi de Floride. Wilson et Akre avaient utilisé la politique de la Federal


Communications Commission contre la distorsion des informations comme
base de leur affirmation.

Mais cette politique n'a pas été définie comme une «règle, une
loi ou une réglementation», exigée par le libellé des lois sur les
dénonciateurs .
Quelques jours après leur décision, le jour de la Saint-Valentin 2003, le tribunal a
également déclaré qu'Akre et Wilson devaient payer les frais juridiques de Fox.
Fox avait embauché plus d'une douzaine d'avocats, y compris l'avocat personnel
de l'ancien président Clinton, David Kendall. Les coûts devraient atteindre des
millions. Le couple envisage de faire appel à la Cour suprême de Floride. Ils ont
renoncé à percevoir des dommages-intérêts et essaient maintenant simplement
de se protéger contre les frais juridiques de plusieurs millions de dollars .

Selon Akre, «la décision pourrait anéantir toute loi sur les dénonciateurs dans
l'État, si ceux qui déposent des plaintes peuvent être confrontés à d'énormes
frais juridiques.

Vous pourriez aussi bien jeter les lois sur les dénonciateurs par la fenêtre.

Cela les tuera. [1]


Les journalistes ont remporté plusieurs prix et distinctions, notamment un prix
spécial pour le courage dans le journalisme de l'Alliance pour la démocratie, le
prix Joe A. Calloway pour le courage civique et le prix pour l'éthique de la
prestigieuse Société nationale des journalistes professionnels. Ils ont également
été les seuls journalistes à avoir reçu le prix Goldman pour l'environnement, qui
comprenait 125 000 $. Les détails de la combinaison, les vidéos et les scripts du
documentaire sont disponibles sur www.foxbghsuit.com.

Journaux étouffants
Le 27 Juillet 1989, le Los Angeles Times a publié un op-ed pièce
sur rbGH par Sam Epstein intitulé, « hormones de croissance
risquerait de nuire au lait. » [8] Epstein a souligné «de graves
risques pour la santé des consommateurs qui n'ont pas été
étudiés par l'industrie ou la FDA».
Il a écrit: «La bGH et ses produits digérés pourraient être absorbés par le
lait
dans le sang, en particulier chez les nourrissons, et produisent des effets
hormonaux et allergiques. » Il a décrit comment «les facteurs de croissance
stimulant les cellules . . .pourrait induire une croissance prématurée et une
stimulation mammaire chez les nourrissons, et éventuellement favoriser le cancer
du sein chez les adultes. . . . En outre, les effets du stress des hormones de
croissance bovines chez les vaches pourraient supprimer l'immunité et activer
des virus latents, tels que la leucémie bovine (leucose) et les virus de
l'immunodéficience bovine, qui sont liés au complexe du sida et peuvent être
infectieux pour l'homme. Epstein a souligné que les hormones chez les vaches
pourraient favoriser la production de «stéroïdes et de produits chimiques de
stress de type adrénaline . . . susceptibles de contaminer le lait et d'être nocifs, en
particulier pour les nourrissons et les jeunes enfants. » Il a déclaré: «La graisse et
le lait des vaches sont déjà contaminés par un large éventail de contaminants
cancérigènes, y compris les dioxines et les pesticides. Les hormones de
croissance bovines réduisent la graisse corporelle et sont susceptibles de
mobiliser ces cancérogènes dans le lait, avec des risques de cancer pour les
consommateurs. Epstein a appelé à l'interdiction de la rbGH "jusqu'à ce que
toutes les questions de sécurité puissent être résolues."

Peu de temps après la publication de la lettre, de hauts


représentants de Monsanto ont rendu visite au personnel de la
rédaction du LA Times . Ils ont affirmé qu'Epstein n'était pas
scientifiquement qualifié et que l'article était trompeur. Ils ont
exhorté les éditeurs à refuser toute contribution future d'Epstein.
Le journal a fermement rejeté la demande de Monsanto.
C'est peut-être cette rencontre qui a convaincu Monsanto de proposer une
nouvelle stratégie. Essayer de défendre son propre produit a peut-être semblé trop
mercenaire. Au lieu de cela, ils ont créé ce qu'Epstein a appelé une «équipe de
frappe» pour faire son offre. Sous les auspices du cabinet de relations publiques
et de lobbying Capitoline / MS & L, ils ont créé un plan pour identifier puis étouffer
les journalistes et les rapports qui critiquaient la rbGH. Ils ont créé un groupe
appelé Dairy Coalition, qui comprenait des chercheurs universitaires dont les
travaux ont été financés par Monsanto, des experts «tiers» sélectionnés et
d'autres organisations telles que l'International Food Information Council, qui se
décrit comme «une organisation à but non lucratif qui diffuse des informations
scientifiques solides sur la sécurité alimentaire et la nutrition. . . . » Selon le livre
Faites-nous confiance, nous sommes des experts, en réalité, l'International Food
Information Council «est une branche de relations publiques de la nourriture et
des boissons

industries, qui fournissent l'essentiel de son financement. »


Ses projets antérieurs comprennent la défense du
«glutamate monosodique, de l'aspartame (NutraSweet), des
colorants alimentaires et de l'olestra». [9]
En 1989, la coalition a retenu les services de la firme de relations
publiques Carma International, qui a réalisé une analyse
informatique de chaque reportage sur la rbGH. Les journalistes
étaient classés comme amis ou ennemis. Les amis ont été
récompensés; des tentatives ont été faites pour étouffer les
ennemis. Quiconque utilisait Epstein comme source était un
ennemi.
Epstein avait accumulé des preuves significatives sur les dangers potentiels
pour la santé de l'hormone. En septembre 1989, il soumit ses conclusions au
commissaire de la FDA, exhortant l'agence à ne pas approuver le médicament.
Son rapport, resté sans réponse, décrivait bon nombre des principales critiques
auxquelles les scientifiques de Santé Canada devaient par la suite répondre.
Epstein a également reçu une boîte de documents secrets de la FDA, qui lui ont
été envoyés de manière anonyme. Les informations ont révélé qu'un pourcentage
élevé de vaches injectées de rbGH avaient de graves problèmes de santé et, selon
Epstein, ont montré que Monsanto et la FDA étaient impliqués dans une
dissimulation massive.

En février 1996, la coalition a tenté d'empêcher l'écrivaine indépendante Linda


Weltner d'inclure des références aux préoccupations d'Epstein dans sa chronique
du Boston Globe. Selon des documents internes divulgués par la Coalition laitière,
les responsables laitiers ont écrit au rédacteur en chef adjoint du journal: «Le 23
[janvier], Samuel Epstein. . . fait des allégations non étayées reliant le lait et le
cancer. . . . Nous craignons que Mme Weltner donne à Epstein un forum dans le
Boston Globe pour diffuser des théories qui n'ont aucun fondement scientifique. »
La lettre affirmait qu'Epstein n'avait «aucune position parmi ses pairs dans la
communauté scientifique et aucune crédibilité auprès des principales
organisations de santé de ce pays». Il a déclaré que «USA Today était le seul
journal à publier ces allégations et nous avons récemment tenu une réunion
animée avec eux». [9]

À USA Today, les membres de la coalition avaient rencontré la journaliste de


santé Anita Manning et son rédacteur en chef, après que Manning eut écrit
un article qui citait les préoccupations d'Epstein. La Coalition a attaqué les
informations d'identification d'Epstein.

Selon un document interne de la Coalition laitière, «When Manning


a insisté sur le fait qu'il était de sa responsabilité de raconter les deux côtés de
l'histoire, Callaway [de la coalition] a déclaré que c'était juste une échappatoire
pour ne pas faire ses devoirs. On lui a dit que si elle avait assisté à la conférence
de presse, au lieu d'écrire l'histoire à partir d'un communiqué de presse, elle aurait
appris que ses pairs du Washington Post, du New York Times, du Wall Street
Journal et de l'Associated Press avaient choisi de ne pas le faire. faire une histoire
à cause de la source [Epstein]. À ce stade, Manning a quitté la réunion - son
rédacteur en chef a assuré à la Coalition laitière que toute histoire future traitant
de la [rbGH] et de la santé serait examinée de près. [9]

Selon un document interne de la Coalition laitière de février 1996, ces autres


sources d'information n'ont pas publié d'article parce que la Coalition avait réussi
à éduquer les journalistes. Le même document dit: «Comme vous vous en
souvenez peut-être, la Coalition laitière a travaillé dur avec le New York Times
l'année dernière pour empêcher Marian Burros, un journaliste très anti-industrie ,
de« casser »l'affirmation de Samuel Epstein selon laquelle le lait provient. . . les
vaches supplémentées provoquent le cancer du sein et du côlon. Elle n'a pas fait
l'histoire et maintenant les journalistes de la santé du NYT sont ceux qui sont sur
le rythme [rbGH]. Ils ne croient pas Epstein. Marian Burros n'est pas contente de
la situation. »

La Coalition laitière n'a pas fait taire Epstein entièrement. Dans un


autre article d' opinion, il a révélé, par exemple, que le membre du
Congrès John Conyers, «président du Comité de la Chambre sur
les opérations gouvernementales, a demandé à l'inspecteur
général Richard Kusserow du ministère de la Santé et des Services
sociaux d'enquêter immédiatement sur la Food and Drug
Administration pour «abdication de la responsabilité
réglementaire». . . .Conyers a déclaré que «Monsanto et la FDA ont
choisi de supprimer et de manipuler les données des tests de
santé animale dans le but d'approuver l'utilisation commerciale de
la bGH.» [10]
Mais la couverture de la rbGH était assez mince. La Coalition laitière avait
effectivement empêché des critiques comme Epstein de faire passer leur
message dans les médias grand public. Cette couverture biaisée a continué
lorsque les cultures GM ont été introduites et ont impacté le op-ed et les pages
éditoriales ainsi.

Cela a été confirmé par une étude d'avril 2002 menée par Food
Premier / Institut des politiques alimentaires et de développement. Il a
révélé que «treize des plus grands journaux et magazines des États-Unis
ont pratiquement exclu les critiques concernant les aliments et les
cultures génétiquement modifiés (GM) de leurs pages d'opinion». [11]
Selon leur communiqué de presse, leur rapport « trouvé un biais
écrasante en faveur des aliments non seulement sur les pages
éditoriales de GM, mais aussi sur op-ed pages, un forum habituellement
réservé pour une variété d'opinions. En fait, le rapport a révélé que
certains journaux interrogés n'a pas publié une seule critique op-ed sur
les aliments et cultures génétiquement modifiées, en publiant plusieurs à
l' appui « .
Anuradha Mittal, codirectrice de Food First / Institut pour les
politiques alimentaires et de développement, s'est dite préoccupée
par le fait qu'avec une question aussi importante, les divergences
d'opinions «doivent être représentées dans les médias si le public
veut pouvoir exercer son droit démocratique à prendre des
décisions éclairées sur les nouvelles technologies. »
Le rapport a montré qu'entre septembre 1999 et août 2001, «les
éditoriaux des journaux se sont unis pour soutenir les aliments et les
cultures génétiquement modifiés et n'ont divergé que sur la question de
l'étiquetage». Les arguments avancés en faveur des aliments
génétiquement modifiés étaient «dans l'ensemble, les mêmes arguments
utilisés par l'industrie de la biotechnologie dans ses campagnes
publicitaires». Dans les op-ed pages, « un forum habituellement réservé
pour une variété d'opinions, » [11]
Trente et un articles sur quarante parus dans les principaux journaux et
magazines américains soutenaient les aliments génétiquement modifiés;
sept seulement étaient critiques.

Deux autres ont plaidé pour l'étiquetage.


Ces résultats peuvent être dus, en partie, à la concentration de la propriété dans
les médias américains. Au Royaume-Uni, où il y a apparemment plus de liberté
pour critiquer les aliments GM, des organisations comme la Royal Society ont
tenté d'étouffer cette liberté. Peu de temps après que la large couverture de la
presse britannique sur Arpad Pusztai a attisé la méfiance du public à l'égard des
aliments génétiquement modifiés, la Société a élaboré un plan intitulé «Guidance
for Editors». Ils ont dit que c'était pour s'assurer que seuls des scientifiques et des
recherches «crédibles» entraient dans la presse. Selon le rapport «Suppression de
la dissidence dans la science avec les aliments génétiquement modifiés», «Avant
d'interviewer un scientifique, le journaliste devra avoir consulté
l'expert officiellement désigné dans le domaine. » Ces experts agréés seraient
répertoriés dans un annuaire publié par la Société et seraient «en mesure de dire
si le scientifique en question a des opinions correctes». Les journaux n'étaient
même pas censés publier des points de vue opposés pour créer une histoire
équilibrée. Au contraire, les conseillers approuvés de la Société établiraient
l'authenticité de l'histoire, éliminant ainsi le besoin de points de vue minoritaires.

Sans surprise, le gouvernement britannique pro-biotech a exprimé


son soutien au plan. Le comité spécial de la Chambre des Lords
sur la science et la technologie a même suggéré des restrictions
supplémentaires de la presse.
Selon leur «Rapport sur la science et la société», ils
voulaient que les journaux évitent les gros titres qui
pourraient nuire à l'image des cultures GM.
Leur deuxième proposition, aussi incroyable que cela puisse paraître, a
tenté de purger le mot «à l'abri» du vocabulaire des médias. Ils suggèrent
que «la question même:« Est-ce sûr? est elle-même irresponsable, car elle
donne l’impression trompeuse qu’une sécurité absolue est réalisable. »
[12]

Vous dites tomate - je dis "plus rien"


«Cette tomate a été cueillie il y a sept jours.» L'homme a brandi une tomate
rouge foncé, d'environ 2,5 pouces de diamètre, et l'a montrée au public.

«Cette tomate a été cueillie il y a trente jours.» Une autre


tomate rouge foncé a été levée, à peu près de la même
taille.
«Cette tomate a été cueillie il y a soixante jours.»
Maintenant, il avait l'attention des près de 500 participants
de la Minnesota Biotech Association. La tomate était
identique.
Cette tomate a été cueillie il y a quatre-vingt-dix jours. Cette tomate
a été cueillie
Il y a 120 jours. Cette tomate a été cueillie il y a 150 jours », a poursuivi l'homme.
Il a mis les six tomates sur la table. Tous les six semblaient frais, rouges et mûrs.
Tous les six avaient de nouveaux gènes dans leur ADN pour les garder frais.

L'orateur fit une pause, laissant la pièce admirer le miracle


de cette tomate immortelle.
Après un certain temps, un homme dans la soixantaine s'est levé
une vingtaine de rangées en arrière. Tout le monde se retourna pour
écouter alors qu'il rompait le long silence. «En tant que biochimiste,
j'ai un problème. Si cela ne pourrit pas ou ne se décompose pas en
150 jours, qu'avez-vous fait de la valeur nutritive? » L'homme était
Bill Lashmett. Il avait passé la majeure partie de sa vie à étudier
l'agriculture et les moyens d'améliorer la productivité, la nutrition et
l'écologie des sols. Et la tomate de 150 jours ne correspondait pas
à sa définition de l'amélioration.
L'orateur à l'avant n'a pas répondu. Selon Lashmett, deux jeunes hommes du
premier rang se sont levés à l'unisson, sont retournés à l'endroit où il se tenait et
ont dit à voix basse qu'ils ne pensaient pas que cela devrait être discuté là-bas,
mais pourrait-il s'il vous plaît les rejoindre à l'extérieur?

Les trois sont sortis de la salle, la porte s'est refermée derrière, puis l'un des
jeunes hommes a dit: «Nous ne sommes pas intéressés par la valeur nutritive.
Ce qui nous intéresse, c'est si c'est choisi maintenant, une femme au foyer
l'achètera-t-il dans 180 jours. »

Lashmett était furieux et leur a dit. Il a expliqué que si la tomate ne se


décompose pas, alors ils doivent avoir fait quelque chose avec les sucres et les
enzymes. D'un point de vue biologique, ce ne serait pas bon.

Les deux jeunes hommes étaient polis et laissèrent Lashmett


continuer à parler pendant un certain temps - probablement
heureux qu'il évacue sa colère là-bas avec eux, au lieu de retourner
dans la salle de conférence.
Au dîner de la conférence ce soir-là, Bill était assis à une table seul
avec sa femme. «Vous auriez pensé que j'avais la lèpre», a déclaré
Lashmett. «Les gens montaient, nous regardaient et allaient
ailleurs.» [13]
Conscient que ses préoccupations étaient minoritaires, Bill a
annulé son adhésion à la Biotech Association et a observé avec
tristesse et colère le rythme de prolifération des cultures GM.
Magazines en pâte
«La biotechnologie alimentaire est une question d'opinions. Monsanto pense
que vous devriez tous les entendre. » Tel était le message de la campagne
publicitaire de Monsanto à l'échelle européenne, conçue pour calmer les craintes
des aliments génétiquement modifiés. [14] En réponse directe, le magazine
Ecologist, «le porte-parole établi du mouvement vert» [15] au Royaume-Uni, a
créé un numéro spécial de Monsanto en 1998 - The Monsanto Files - consacré à
partager certaines opinions du géant de la biotechnologie. qui n'apparaîtraient
probablement pas dans leurs campagnes publicitaires.

Selon un communiqué de presse écologiste, «le magazine met en


évidence les antécédents de Monsanto en matière d'irresponsabilité
sociale et écologique, et illustre sa volonté d'intimider et d'annuler les
idées qui sont en conflit avec ses intérêts immédiats. [14] Un prospectus
sur la question disait: «Le géant Monsanto Corporation nous dit que le
génie génétique consiste à nourrir les affamés, à protéger
l'environnement. Mais c'est la société qui nous a apporté l'agent orange,
les PCB et l'hormone de croissance bovine: la même société qui produit le
Roundup, le pesticide le plus vendu au monde, et la très discutable
«Terminator Technology». Ce numéro spécial de l'écologiste pose la
question simple: pouvons-nous permettre à des entreprises comme
Monsanto de jouer avec l'avenir même de la vie sur Terre? » [15]

En septembre 1998, le numéro a été posté et les éditeurs du magazine


attendaient dans leur bureau le barrage prévu d'appels téléphoniques et de
demandes de renseignements des médias. Mais ils ont attendu et attendu et
aucun appel n'est venu. Ils ont vite compris pourquoi. Leur imprimeur, Penwell's of
Liskeard, craignant un procès de Monsanto, a décidé à la dernière minute de ne
pas envoyer le magazine déjà imprimé. Au lieu de cela, ils ont déchiqueté les 14
000 exemplaires.

Le co-rédacteur en chef du magazine , Zac Goldsmith, a déclaré


que l'écologiste a «une longue histoire d'être franc sur les
problèmes et d'attaquer des entreprises puissantes, mais pas une
fois en vingt-neuf ans, cet imprimeur n'a exprimé le moindre
scrupule à ce que nous faisions. [16]
Selon un communiqué de presse écologiste, l'imprimeur a d'abord nié avoir eu
des contacts avec Monsanto. Et «le porte-parole britannique de Monsanto,
Daniel Verakis, s'est dit mystifié par l'action de l'imprimeur.

«Le fait que l'édition ait été rédigée est une nouvelle pour moi.
Nous n'avons rien à voir avec ça », a-t-il dit, ajoutant qu '« il ne
savait pas que l'édition portait spécialement sur Monsanto ». [16]
Mais d'autres discussions entre l'écologiste et l'imprimeur ont révélé que
l'imprimeur avait parlé à Monsanto. Ils avaient contacté Monsanto, «cherchant à
obtenir l'assurance que toute action en justice potentielle serait intentée contre le
magazine lui-même, et non contre la petite imprimerie. Leur demande a été
rejetée », selon un communiqué de presse écologiste du 13 octobre. [17] Sans les
assurances de Monsanto, a déclaré David Montgomery de Penwell, "nous n'étions
pas prêts à prendre le risque." [15]

Lorsque l'écologiste a trouvé une imprimante deux semaines plus tard,


leurs problèmes n'étaient pas terminés. Leur communiqué de presse du
26 octobre annonçait: «Deux grands marchands de journaux au
Royaume-Uni, WHSmith et John Menzies, ont récemment confirmé
qu'ils ne vendraient pas le dernier numéro controversé du magazine
Ecologist, de peur d'être poursuivis par le géant de la biotechnologie,
Monsanto . »
Les rédacteurs frustrés ont déclaré: "Personne ne niera l'importance d'équilibrer
les messages unilatéraux diffusés par Monsanto dans ses publicités et
pourtant, dans la pratique, il est presque impossible pour les critiques de le
faire."

«Grâce à la seule réputation», a déclaré Zac Goldsmith, co-rédacteur en chef du


magazine , «Monsanto a pu, maintes et maintes fois, provoquer ce qui est en fait
une censure de facto. Leur ampleur et leurs antécédents d'agression ont mis fin à
plusieurs reprises à ce qui est indéniablement un débat légitime et très
important. Ils croient à l'information, mais seulement à celle qui garantit une
réponse publique favorable à leurs produits souvent dangereux. » [14]

Arrêtez les presses


En mars 1998, Marc Lappé et Britt Bailey du Centre pour l'éthique et les
toxiques (CETOS) anticipaient la sortie de leur livre, Against the Grain,
Biotechnology and the Corporate Takeover of Your Food. Il allait parler au
monde des «dangers des technologies génétiques en
agriculture »et la reprise par les entreprises de l'approvisionnement alimentaire.
Le livre a profité de l'expérience combinée de ses auteurs. Lappé est un
pathologiste expérimental et ancien directeur du Hazard Evaluation System de
l'État de Californie. C'était son douzième livre. La formation diplômée de Bailey
porte sur la politique environnementale avec un accent particulier sur les
politiques et réglementations relatives aux nouvelles technologies.
Mais à peine trois jours avant que le livre ne quitte l'imprimerie, l'éditeur «a reçu
une lettre de menace du bureau du General Counsel de Monsanto Company». La
lettre faisait référence à un court article paru dans Coast Magazine plus de cinq
mois plus tôt, qui avait extrait des sections du prochain livre de 150 pages de
Lappé et Bailey . Les avocats de Monsanto ont affirmé que l'article «était
diffamatoire et potentiellement calomnieux contre l'herbicide Roundup, le
principal produit de Monsanto». [18] L'éditeur, craignant les poches profondes
d'un plaideur hostile , a arrêté les presses et annulé le livre.

Les auteurs ont été scandalisés. Le livre avait été révisé par des
avocats et n'était clairement pas diffamatoire. De plus, Monsanto
n'a jamais pris la peine de demander une transcription du prochain
livre et n'a attendu que trois jours avant sa publication pour
protester, rendant impossible toute révision avant la date de
publication. Heureusement, les auteurs ont contacté le bien
nommé Common Courage Press, qui a finalement publié le livre
environ huit mois plus tard.
À la fin de sa lettre, l'avocat de Monsanto est entré dans certains détails affirmant
que les niveaux de phytoestrogène n'étaient pas différents entre le soja Roundup
Ready et le soja conventionnel. Lappé et Bailey ont trouvé cette défense assez
intéressante, puisqu'ils ont simplement déclaré dans l'article de Coast qu'aucune
étude n'a été publiée examinant les modifications possibles des niveaux de
phytoestrogène. Mais la défense fervente de l'avocat de la question les a avertis
qu'il pourrait y avoir un problème, et ils ont décidé d'enquêter.

Ils ont examiné les graines Roundup Ready et les graines naturelles, en prenant
soin d'utiliser des variétés isogéniques - ce qui signifie que les deux avaient les
mêmes parents, pour ainsi dire, la seule différence étant que la variété
génétiquement modifiée avait également

Gènes Roundup Ready. L'équipe a découvert que par rapport au


soja naturel, les variétés Roundup Ready contenaient de 12 à 14
pour cent d' isoflavones en moins - un type de phytoestrogène. En
particulier, les réductions ont été observées dans la génistine et la
daidzine des isoflavones les plus biologiquement actives, toutes
deux étudiées par les National Cancer Institutes et, selon Bailey,
identifiées par les nutritionnistes comme protectrices contre les
maladies cardiaques, le cancer du sein, le cancer du côlon, le
cancer de la prostate et perte osseuse postménopausique et
ostéoporose.
La découverte de Lappé et Bailey a eu de graves implications. Les
bienfaits du soja pour la santé ont été bien connus ces dernières
années, en grande partie en raison de la présence de ces
phytoestrogènes. Le fait que le soja GM, qui comprend la plupart
du soja américain, pourrait offrir moins de protection contre le
cancer, etc., pourrait influencer la santé publique ainsi que
l'acceptation publique des haricots de Monsanto.
Le Journal of Medicinal Food a accepté de publier la recherche incriminante dans
son numéro de juillet 1999. Dans l'intervalle, Monsanto a monté une défense. Ils
ont rallié l'American Soybean Association (ASA), une organisation que Monsanto
soutenait financièrement pendant des années et qui était devenue l'un des plus
fervents défenseurs de la biotechnologie. L'ASA a créé un site Web qui a dénoncé
la recherche et publié un article qui a attaqué les résultats. L'article affirmait que
les niveaux de phytoestrogènes varient normalement largement et que la quantité
diminuée n'est pas significative. Les niveaux varient, ont-ils dit, en raison des
différences de climat, de température, de sol et de type de soja. Ils n'ont toutefois
pas abordé le fait que Lappé et Bailey utilisaient la même variété de soja cultivée
dans des conditions identiques.

Pour étayer leur cas, Monsanto a produit sa propre étude et l'a publiée dans le
Journal of Agricultural and Food Chemistry en novembre 1999. Ils ont rapporté
que les niveaux de phytoestrogène dans leur expérience variaient tellement qu'ils
ne pouvaient même pas faire une analyse statistique valide. . Lorsque Lappé et
Bailey ont enquêté sur l'affirmation de Monsanto, cependant, ils ont découvert
comment Monsanto avait apparemment conçu l'expérience afin de forcer cette
conclusion. Dans la recherche menée par Lappé et Bailey, l'extraction de
phytoestrogènes a été fait en utilisant le plus haut-to

méthode de date. Il avait remplacé une technique d'extraction plus


ancienne, qui donnait des résultats très variés et moins fiables. Lorsque
les chercheurs de Monsanto ont embauché un laboratoire pour effectuer
leur extraction, ils leur ont demandé d'utiliser cette méthode plus
ancienne et moins fiable. Effectivement, leurs résultats ont varié
considérablement et ils ont pu défendre leurs haricots sur cette base.
Les niveaux réduits de phytoestrogène que Lappé et Bailey ont
trouvés démontrent un problème récurrent avec les aliments
génétiquement modifiés. Le génie génétique crée des
changements imprévisibles; la composition d'un aliment
génétiquement modifié peut être très différente de son
homologue naturel.
Les critiques soulignent que la composition du soja Roundup Ready est très
différente de celle des haricots naturels. Dans la propre étude de Monsanto, les
niveaux de cendres, de graisses, de glucides et d'inhibiteur de la trypsine, un
allergène potentiel, étaient tous différents. Un enquêteur a découvert par la suite
que des données supplémentaires avaient été omises du document. Il a révélé
que le soja GM avait également des niveaux significativement plus faibles de
protéines, d'un acide gras et d'un acide aminé essentiel, ainsi que des niveaux
beaucoup plus élevés d'une lectine potentiellement dommageable. Le nom que
Monsanto a choisi pour cette étude est révélateur: «La composition des graines
de soja tolérantes au glyphosate [Roundup Ready] est équivalente à celle des
graines de soja conventionnelles.»

En plus du conflit entre le nom de l'étude et ses propres données, les


critiques soutiennent que Monsanto a faussé les résultats en ne
pulvérisant pas leurs haricots avec l'herbicide Roundup avant de tester
les niveaux de nutriments.

Les herbicides peuvent interagir avec les plantes, modifiant leur chimie.
Dans le monde réel, les haricots génétiquement modifiés seraient
toujours pulvérisés avant la récolte. Le but principal de la culture du soja
Roundup Ready est de permettre aux agriculteurs de pulvériser leurs
champs avec l'herbicide Roundup, en tuant les mauvaises herbes mais
sans tuer la culture. En fait, des études montrent que les agriculteurs
pulvérisent deux à cinq fois plus d'herbicide sur leurs graines de soja
génétiquement modifiées que les agriculteurs qui cultivent des haricots
conventionnels. [19] Le gouvernement a en fait multiplié par trois le niveau
de résidus de Roundup autorisé sur les haricots pour faciliter la vente des
cultures GM tolérantes aux herbicides . [20]
Malgré les haricots non pulvérisés et malgré les différences de nutriments,
même si elle est reconnue par la communauté scientifique, elle n'inciterait
probablement pas la FDA à retirer le soja GM du marché. Il appartient aux
caprices et à la sagesse des régulateurs de la FDA de déterminer les différences
nutritionnelles autorisées pour les aliments génétiquement modifiés. La FDA peut
également écarter toute contestation judiciaire sur ce point, puisque le tribunal a
statué que sa politique de GM n'est pas une règle mais plutôt une directive
non contraignante . Par conséquent, le fondement de la politique de la FDA est
une directive non scientifique et non contraignante qui autorise la mise sur le
marché d'aliments génétiquement modifiés en dépit de différences nutritionnelles
importantes. Lappé et Bailey soulignent ce point dans leur dernier livre,
Engineering the Farm, qui ne s'est pas arrêté à l'imprimeur.

La guerre des papillons


Les chercheurs de l'Université Cornell ont noté que les chenilles, âgées de
seulement trois jours, rampaient plus lentement que d'habitude. Ils avaient été
placés sur une plante d'asclépiade qui avait été saupoudrée de pollen de maïs Bt.
Le pesticide Bt produit par le maïs était censé tuer la pyrale du maïs. Il n'était pas
censé affecter ces chenilles. Néanmoins, selon un rapport dans le dîner de Bill
Lambrecht au New Gene Café, à la fin de l' expérience de quatre jours , ils se sont
attachés dans une prise de mort à la plante qui constitue leur seule substance
dans la vie et leur principal aliment lorsqu'ils devenir des papillons. Puis ils sont
devenus noirs et ont commencé à pourrir. [21] Quarante-quatre pour cent des
chenilles sont mortes. Aucun de ceux exposés au pollen de maïs non GM n'est
mort. En mai 1999, la prestigieuse revue Nature a rapporté l'étude et tout l'enfer
s'est déchaîné.

Ce n'étaient pas n'importe quelles chenilles; ils étaient destinés à


devenir des papillons monarques. Les Américains aiment les
monarques. Ce sont les Bambi du monde des insectes. Et bien
que la presse américaine n'ait pas rapporté pratiquement toutes
les preuves des risques potentiels pour la santé des aliments
génétiquement modifiés, une attaque contre les monarques était
trop difficile à ignorer. La presse américaine s'est ralliée au
soutien du papillon et a envoyé l'industrie biotechnologique se
démener pour trouver un angle pour se défendre.
Selon Lambrecht, «La première ligne d'attaque contre l'étude du papillon
monarque impliquait la piqûre habituelle visant le scientifique

méthodologie utilisée par les chercheurs de Cornell. . . . La deuxième ligne


d'attaque consistait à se précipiter pour parrainer une série d'études contraires.
Ils ont organisé un colloque pour rendre compte des résultats de ces études,
organisé six mois seulement après la parution de l'article Nature. La réunion était
parrainée par le groupe de recherche sur l'intendance de la biotechnologie,
financé par l' industrie .

La veille du symposium, l'industrie des biotechnologies a organisé une conférence


téléphonique avec des scientifiques et des journalistes, pour annoncer les
conclusions du symposium. Avant le début du symposium, la Biotechnology
Industry Organization (BIO) a publié un communiqué de presse disant qu '«un
groupe de scientifiques devrait conclure [que] le maïs génétiquement amélioré
pose des dommages négligeables à la population de monarques». Dans l'après-
midi du symposium, des articles datés de ce jour-là du Los Angeles Times, du
Chicago Tribune, du St. Louis Post-Dispatch et d'autres ont été diffusés parmi les
scientifiques. Selon Becky Goldburg de l'Environmental Defence Fund, «les
articles rapportaient tous que le symposium conclurait que le pollen de maïs Bt
posait peu de risques pour les monarques - même si les articles avaient été écrits
avant la réunion !!» Après le symposium, une autre conférence de presse a été
organisée avec plusieurs des mêmes scientifiques qui faisaient partie de la
conférence téléphonique précédente. La conférence de presse était parrainée
conjointement par l'industrie biotechnologique et le ministère américain de
l'Agriculture et faisait écho aux mêmes conclusions.

Heureusement, le New York Times a choisi d'envoyer un journaliste pour couvrir


les débats. Selon Goldburg, «Au cours de la session de l'après-midi, Carol Yoon
du New York Times s'est levée et a déclaré qu'elle venait de parler à ses
rédacteurs en chef et qu'ils avaient reçu un communiqué de presse de l'industrie
indiquant que le symposium conclurait que le maïs Bt présentait peu risque pour
les monarques. Yoon a demandé si les participants étaient d'accord avec cette
conclusion. La réponse a été un «non» clair de la part de plusieurs chercheurs. »

Goldburg a déclaré: «À la fin de la journée, il est devenu très clair que le but


principal du symposium, du point de vue de ses sponsors, n'était pas une
évaluation minutieuse et délibérée de la recherche scientifique qui venait juste
d'être achevée et, dans certains cas, encore incomplète. Au lieu de cela, la
réunion a été conçue et les interactions avec la presse ont été orchestrées pour
fournir

impression de consensus scientifique alors qu’en fait, aucun


consensus n’existait entre les participants à la réunion. » [22]
Contrairement aux articles rédigés avant le symposium par des journalistes non
présents, l'article du New York Times a paru avec le titre «Pas de consensus sur
les effets de l'ingénierie sur les cultures de maïs». [23] Yoon a écrit: «loin d'avoir
abouti à un consensus, la journée a été marquée par des échanges parfois
houleux et s'est terminée par des scientifiques concluant que le maïs bio-
ingénierie était plus sûr qu'on ne le craignait, tandis que d'autres ont dit qu'il était
prématuré de tirer de telles conclusions. . . . . De nombreux chercheurs ont
souligné que leurs résultats étaient préliminaires, de nombreuses études étant
encore loin d'être terminées. . . . Certains chercheurs se sont inquiétés du fait que
tant d'études, encore loin d'être achevées et aucune revue par les pairs ou publiée,
devraient être diffusées en public, en particulier dans un forum orchestré par
l'industrie dont la sécurité des produits a été remise en question. . . . `` Nous
pensions que c'était une piscine sale et que le renard gardait le poulailler '', a
déclaré le Dr Lincoln Brower, un expert en monarque au Sweet Briar College en
Virginie.

'Ce n'était pas concluant.' »


Il est intéressant de noter que lorsque Arpad Pusztai a parlé pendant
seulement deux minutes et demie des conclusions de ses recherches sur les
pommes de terre génétiquement modifiées, Colin Merritt de Monsanto s'est
plaint: «Vous ne pouvez pas divulguer des informations de ce type à moins
qu'elles n'aient été correctement examinées. [24] En revanche, Monsanto était
l'un des sponsors biotechnologiques du symposium sur les papillons, dans
lequel certaines recherches étaient rapportées après que seulement 10 pour
cent d'entre elles étaient terminées et qu'aucune d'entre elles n'avait été
examinée.

Un an après le symposium, un autre a eu lieu, également couvert pour le New


York Times par Yoon. Elle a rapporté que même si «les papillons du maïs et du
monarque sont deux des organismes les mieux étudiés de la planète», même
avec «un an et demi de recherche par plus de vingt chercheurs universitaires et
industriels, scientifiques. . . étaient toujours incapables de dire avec précision
quelle était l'ampleur du risque lié au maïs biotechnologique aux populations de
monarques sauvages. Le coût pour trouver cette réponse a été estimé à "2 $

millions à 3 millions de dollars, plus que ce que le ministère de l'Agriculture


accorde généralement chaque année pour l'étude des risques environnementaux
», des cultures GM. Le chef de BIO "a déclaré que le public ne devrait pas se
tourner vers le secteur privé pour payer la note." [25]

Le papillon monarque a donné une leçon au secteur de la biotechnologie. La


recherche accablante les avait surpris et ils n'ont été contraints de réagir
qu'après que les médias aient alerté le public sur le problème.

Lambrecht décrit l'une de leurs stratégies visant à empêcher


que cela ne se reproduise.
«J'ai un tableau éloquent, compilé au sein de l'industrie biotechnologique. Il
contient les adresses Web de plus d'une centaine de groupes considérés comme
critiques, les noms de leurs membres, des détails sur l'inscription sur le site,
l'historique des groupes et les liens vers qui. L'industrie consacre des talents
coûteux à la surveillance des activités anti-OGM , en partie en utilisant des
adresses e-mail qui ne divulguent pas les noms de leurs entreprises. Dans le
nouveau siècle, les stratèges de l'industrie pensaient surveiller suffisamment de
sites pour savoir quand des études critiques sur leur technologie allaient faire
surface. «Maintenant, nous sommes en mesure de les récupérer longtemps à
l'avance et de rassembler nos preuves scientifiques, donc, contrairement au
papillon monarque, ils n'obtiennent jamais aucune traction», s'est vanté un initié
de l'industrie. [26]
Il s'avère que la menace pesant sur le papillon monarque n'a pas pris tout le
monde au dépourvu. Arnold Foudin, directeur adjoint des services scientifiques au
département américain de l'Agriculture, a déclaré dans une interview après la
publication de l'étude initiale de Cornell: «Nous savions que des choses comme
les monarques et autres papillons seraient sensibles. Cela fait partie du bruit de
fond général. » [25]

La biotechnologie trouve son enfant d'affiche


Une publicité télévisée nationale a montré un montage d'enfants asiatiques
souriants, de médecins attentionnés, de rizières et d'un narrateur qui dit que le riz
doré peut
'' 'aider à prévenir la cécité et l'infection chez des millions d'enfants souffrant d'
une carence en vitamine A. » [27] Le magazine Time est allé jusqu'à affirmer sur
sa couverture: «Ce riz pourrait sauver un million d'enfants par an.» L'entreprise de
biotechnologie

Syngenta affirme qu'un mois de retard dans la


commercialisation du riz doré entraînerait la cécité de 50
000 enfants. [28]
L'industrie biotechnologique avait trouvé son modèle, le riz génétiquement
modifié qui fabrique son propre bêta-carotène, un précurseur de la vitamine A.

Dans son article du New York Times Magazine, «The Great Yellow Hype», Michael
Pollan dit que le riz doré empale les Américains sur les cornes d'un dilemme
moral: «Si nous ne surmontons pas notre malaise de manger des aliments
génétiquement modifiés, les enfants le tiers monde deviendra aveugle.

«Pourtant, plus on en apprend sur le grand espoir jaune de la


biotechnologie», poursuit Pollan, «plus sa promesse semble
incertaine.» [27] Un examen plus approfondi révèle des omissions
intéressantes dans les chiffres de l'industrie. Selon un rapport de
Greenpeace, le riz doré fournit si peu de vitamine A, «un enfant de
deux ans aurait besoin de manger sept livres par jour». [29] De
même, un adulte aurait besoin de manger près de vingt livres pour
obtenir la dose quotidienne recommandée. [28]
«Tout ce projet est en fait basé sur ce qui ne peut être qualifié que de tromperie
intentionnelle», écrit Benedikt Haerlin, ancien coordinateur international de la
campagne de génie génétique de Greenpeace.

«Nous avons recalculé leurs chiffres encore et encore. Nous ne


pouvions tout simplement pas croire que des scientifiques et des
entreprises sérieux feraient cela. [30]
Même le président de la Fondation Rockefeller, qui a financé le
développement du riz doré, a déclaré que «les utilisations du riz
doré en relations publiques sont allées trop loin» et induisent en
erreur le public et les médias. Il ajoute: «Nous ne considérons pas
le riz doré comme la solution au problème de carence en
vitamine A.» [29]
«Il reste à voir si le riz doré offrira un jour autant aux enfants
souffrant de malnutrition qu'aux entreprises de biotechnologie
assiégées», dit Pollan. «Sa véritable réussite peut être de gagner un
argument plutôt que de résoudre un problème de santé publique .»
[27]

Il y a aussi d'autres considérations. Aucune étude publiée n'a confirmé que le


corps humain pouvait réellement convertir le bêta-carotène en riz doré. D'autres
nutriments tels que les graisses et les protéines, souvent manquants dans
l'alimentation des enfants malnutris, sont également nécessaires pour absorber
la vitamine A. Et il n'est pas clair si les gènes de la jonquille, qui sont utilisés pour
créer le riz doré, seront transférés. allergènes de la fleur. [31]

Les partisans de la biotechnologie admettent également que persuader les gens


de manger du riz jaune peut nécessiter une campagne éducative. Mais s'ils
veulent passer du temps à éduquer, demande Pollan, pourquoi ne pas plutôt
enseigner «aux gens comment faire pousser des légumes verts [riches en
vitamine A et autres nutriments] en marge de leurs rizières, et peut-être même
leur donner les graines pour le faire? Ou qu'en est-il de la distribution de
suppléments de vitamine A à des enfants si gravement malnutris que leur corps
ne peut pas métabo-liser le bêta-carotène? » [27]

La distribution de suppléments est précisément ce que fait la Vitamin Angel


Alliance. Ils donnent aux enfants à risque un comprimé à forte puissance,
suffisamment fort pour qu'il n'en faut que deux par an pour éviter la cécité. Au
coût de seulement 0,05 $ par comprimé, seulement 25 000 $ sont nécessaires
pour éviter que 500 000 enfants ne deviennent aveugles par an. [32] Comparez
cela avec le riz doré, qui a coûté plus de 100 millions de dollars jusqu'à présent
et n'est pas encore prêt.

Michael Khoo de Greenpeace dit que le riz doré «ne consiste pas à
résoudre la cécité infantile, mais à résoudre le problème de relations
publiques de la biotechnologie». Si l'industrie s'était vraiment consacrée
aux problèmes de malnutrition et de famine, une infime fraction de son
budget publicitaire aurait pu être détournée pour faire déjà une énorme
différence.

Khoo déclare: «Il est honteux que l'industrie


biotechnologique utilise des enfants affamés pour
promouvoir un produit douteux.» [29]
Grains of Delusion, un rapport de recherche publié conjointement par des
organisations humanitaires en Thaïlande, au Cambodge, en Inde, aux
Philippines, en Indonésie et au Bangladesh, a conclu que «le principal
programme du riz doré n'est pas la malnutrition, mais l'obtention d'un plus
grand soutien et d'une plus grande acceptation du génie génétique auprès du
public, de la communauté scientifique et des financements

agences. Compte tenu de cette réalité, la promesse du riz


doré doit être prise avec une pincée de sel. » [31]
Cacher le problème de la sécurité alimentaire
Steve Druker savait que les médias américains évitaient la controverse
sur les OGM, mais il avait juste l'histoire pour changer cela. Il avait
découvert que la politique GM de la FDA était contraire à la loi.

Druker, un avocat d'intérêt public, avait lu les lois encore et encore et il était sûr
que la FDA en avait enfreint plusieurs. Son organisation, Alliance for Biointegrity,
ainsi que le Centre international d'évaluation technologique (CTA) à Washington,
DC, ont mené une action en justice pour freiner l' agence pro-biotechnologie et la
forcer à tester les aliments GM et à les étiqueter. Le costume avait deux lignes
d'attaque: religieuse et scientifique.

Sur le front religieux, Druker a fait valoir qu'en ne étiquetant pas les aliments
génétiquement modifiés, la FDA ne permettait pas aux individus de pratiquer
leur liberté religieuse. Sur la base de trois lois distinctes, la Food, Drug, and
Cosmetic Act, la constitution américaine et la Religious Freedom Restoration
Act, Druker a estimé que les personnes qui étaient religieusement opposées
à la consommation d'aliments génétiquement modifiés doivent être en
mesure de les identifier afin de les éviter.

Plusieurs membres du clergé et organisations religieuses sont


devenus plaignants dans cette affaire, dont sept membres du
clergé chrétien, trois rabbins, un bouddhiste de premier plan et une
organisation hindoue. Ces plaignants d'origines religieuses
diverses considéraient tous la reconfiguration génétique des
aliments comme une violation des principes de base de leur foi. Ils
se sont sentis obligés d'éviter ces aliments et de vivre en accord
avec leurs croyances, mais ont été gênés par l'incapacité
d'identifier quels aliments étaient des OGM.
Sur le plan scientifique, Druker pensait que la FDA avait violé la loi en présumant
que tous les aliments génétiquement modifiés sont généralement reconnus
comme sûrs (GRAS). C'était une présomption critique. La FDA a affirmé que, parce
que ces aliments sont GRAS, ils n'ont pas besoin d'être testés pour la sécurité.

Mais il y a des critères stricts pour le statut GRAS, et l'un d'eux


implique
essai. Les critères sont:
1. Il doit y avoir un consensus scientifique sur la salubrité des
aliments.
2. Le consensus doit être fondé sur des preuves empiriques démontrant
l'innocuité, et ces preuves devraient normalement être publiées dans des
revues à comité de lecture . Dans le passé, même quelques scientifiques
bien qualifiés qui ne pensaient pas que l'innocuité d'un produit avait été établie
suffisaient à l'empêcher de figurer sur la liste GRAS.

Les aliments génétiquement modifiés ne répondaient à aucun de ces critères. Il


n'y avait pas d' articles évalués par des pairs démontrant l'innocuité de l'un de
ces aliments, et de nombreux scientifiques éminents pensaient que les aliments
génétiquement modifiés étaient dangereux. Par conséquent, en prétendant qu'ils
sont GRAS, la FDA avait apparemment violé la loi.

Pour illustrer au tribunal qu'il n'y avait pas de consensus au sein de la


communauté scientifique, Druker a réuni un groupe impressionnant de
neuf scientifiques qui ont contesté les allégations de sécurité de la FDA.
De plus, ces scientifiques se sont joints au procès en tant que plaignants.
C'était sans précédent. Alors que les scientifiques jouent régulièrement le
rôle de conseillers ou de témoins experts, ces neuf poursuivaient la FDA.
Deux membres de l'équipe travaillaient dans le domaine de la biotechnologie,
mais pas avec des aliments génétiquement modifiés. De par leurs propres
travaux, ils étaient familiers avec les risques associés au transfert de gènes entre
les espèces et étaient très préoccupés par le fait que cette technologie imprécise
était appliquée à l'alimentation - mettant en danger la santé de la population.
Parmi les plaignants figuraient également le professeur Philip Regal, un expert
renommé en génétique végétale de l'Université du Minnesota et Richard
Strohman, professeur de biologie moléculaire et cellulaire à l'UC Berkeley. L'expert
en sécurité alimentaire Richard Lacey, MD, Ph.D., a fourni un témoignage à l'appui,
le premier scientifique à publier des avertissements sur la menace de la maladie
de la vache folle.

Le fait même que d'éminents scientifiques poursuivent la FDA et déclarent


publiquement que les aliments génétiquement modifiés ne peuvent être
présumés sûrs devrait, a estimé Druker, démontrer qu'il n'y avait pas de
consensus sur la sécurité.

L'affirmation du GRAS par la FDA serait donc clairement discréditée.


Le 28 mai 1998, jour où la plainte a été déposée devant le tribunal de district
américain de Washington, DC, des chefs religieux et des scientifiques se sont
réunis lors d'une conférence de presse au National Press Club, un événement qui
ne manquera pas de faire la une des journaux. Mais au lieu d'informer le public
du manque de consensus parmi les scientifiques, de l'absence de recherche
évaluée par des pairs ou de la manière dont la FDA a violé la loi en n'exigeant pas
de tests de sécurité, les reportages médiatiques de l'événement se sont
principalement concentrés sur la question religieuse et d'autres aspects. du
débat sur l'étiquetage. La plupart des discussions sur les questions scientifiques
et de sécurité sont venues de la FDA et des représentants de la biotechnologie,
qui ont assuré au public que les aliments avaient été prouvés sans danger.
Même le fait que d'éminents scientifiques étaient des plaignants dans le procès
a été négligé par la plupart des reportages. De plus, le Washington Post, le New
York Times et le Wall Street Journal n'ont pas du tout rendu compte du procès.
Druker a eu un aperçu de première main des préjugés des médias américains.
Mais cela ne s'est pas arrêté là.

Au cours du procès, la FDA a été tenue de remettre aux avocats des plaignants
plus de 44 000 pages de ses dossiers internes. Après avoir trié la montagne de
documents, Druker et les autres avocats ont découvert des preuves claires de
fraude et de camouflage. La politique de la FDA avait affirmé que l'agence
n'était au courant d'aucune preuve que les aliments génétiquement modifiés
différaient des aliments normaux et naturels de manière significative. Mais
mémo après mémo des propres scientifiques de la FDA a révélé exactement le
contraire.

Il y avait des inquiétudes concernant les toxines, les allergènes, les


nouvelles maladies, les différences nutritionnelles et les dangers
environnementaux, et il y avait des problèmes non résolus au sujet des
études d'alimentation sur la tomate FlavrSavr. Ces documents étaient des
armes fumantes. Ils ont prouvé qu'il n'y avait pas de consensus
scientifique et que la loi avait été enfreinte.
Avec des preuves en main, Druker et d'autres ont pris la parole lors
d'une conférence de presse très médiatisée à Washington, DC en
juin 1999. Druker a ensuite été interviewé par des journalistes du
Washington Post, du New York Times et du Wall Street Journal.
Mais aucune des histoires résultantes ne mentionnait les
mensonges et la dissimulation de la FDA .
La couverture du Wall Street Journal s'est concentrée exclusivement
sur l'angle religieux et, selon Salon Magazine, a dépeint «Druker comme
une sorte de fanatique de la Torah dans une petite ville ». [33] Par
exemple, l'article du Journal intitulé «Motley Group Pushes for FDA
Labels on Biofoods» rapporte que Druker «a commencé à sillonner le
pays, rassemblant son Arche de Noé de plaignants, dont beaucoup
partagent sa spiritualité mystique et sa méfiance envers l'autorité. " [34]
La seule mention de la poursuite du Washington Post est venue au milieu d'un
article d'août 1999 sur la question de l'étiquetage des aliments génétiquement
modifiés. Il a déclaré: «L'été dernier, deux groupes de consommateurs ont
intenté une action en justice contre la Food and Drug Administration, affirmant
que le défaut de l'agence d'instituer un régime d'étiquetage pour les aliments
génétiquement modifiés est en violation de la Food, Drug and Cosmetic Act. La
loi exige que les additifs alimentaires qui ne sont pas «généralement reconnus
comme sûrs» soient étiquetés. » [35] L'article comprenait également les citations
standard sur la sécurité de la Biotech Industry Organization.

Druker dit: «C'était comme si les médias avaient décidé qu'ils parleraient
un peu de l'environnement, mais ils ne diraient pas qu'il y a des raisons
scientifiques de s'inquiéter de la sécurité alimentaire.»

Le New York Times semblait s'intéresser à Druker, l'interrogeant à


plusieurs reprises au cours des mois à venir. Enfin, en janvier 2001, un an
et demi après la conférence de presse de Druker, le Times a publié un
article en profondeur sur l'histoire de l'influence de Monsanto à la FDA, qui
comprenait des citations tirées de quelques scientifiques de la FDA
mettant en garde leurs supérieurs risques pour la santé des aliments
génétiquement modifiés. L'article était sans précédent, donnant aux
lecteurs américains un aperçu de la corruption gouvernementale
entourant l'approbation des aliments GM.
Mais Druker a remporté peu de victoires comme celle-ci dans la presse
américaine. Leur parti pris en faveur des biotechnologies le hanterait pendant les
quatre prochaines années. Il serait interviewé et des histoires seraient écrites,
avant d'être annulées par l'éditeur.

Si quelque chose a pu être imprimé, il a été banalisé et minimisé.


Il a rarement été question de préoccupations scientifiques pour la sécurité
humaine.

Un incident révélateur s'est produit en août 1999, lorsqu'un producteur de


nouvelles nationales d'ABC a appelé Druker de Washington et lui a
demandé de conduire 90 minutes au studio de leur affilié pour une
interview sur son procès. À ce moment-là, Druker était averti. Il a dit au
producteur qu'il était fatigué de passer beaucoup de temps et d'énergie
pour obtenir une interview et l'avoir mise en conserve avant la production.
Il a posé ses exigences.
Il n'accorderait l'interview que s'ils rapportaient les préoccupations
concernant la sécurité des aliments génétiquement modifiés que
les scientifiques de la FDA avaient soulevées et que la FDA avait
ignorées. Le producteur, selon Druker, a accepté d'être juste et
équilibré dans le rapport. Druker a fait le trajet.
ABC News a volé en équipe. L'entretien a duré 15 minutes. Quelques jours
plus tard, ABC news a diffusé une histoire de trois minutes sur les aliments
génétiquement modifiés.

Le scientifique principal présenté était le président de BIO, Michael


Phillips.
Druker a duré moins d'une phrase. Quelle phrase? Nommer
certaines des dénominations religieuses impliquées dans la
poursuite. Les points concernant les scientifiques de la FDA n'ont
pas été mentionnés. Selon Druker, la couverture a été conçue pour
que «les personnes qui regardent n'aient aucune raison légitime de
s'inquiéter».
Druker a parlé de la FDA et des détails de sa poursuite sur les
cinq continents, et dans la plupart des autres pays, la
dissimulation de la FDA est largement rapportée. Aux États-Unis,
«c'est comme s'il y avait un programme implicite pour le
supprimer» [36], dit Druker.
Le 2 octobre 2000, le tribunal fédéral a rendu sa décision en faveur de la FDA
pour des raisons techniques. Selon Druker, «le tribunal a déterminé que la FDA ne
réglementait pas du tout les aliments transgéniques [génétiquement modifiés]. . .
.
Il a déclaré que la politique de la FDA sur les aliments transgéniques est
essentiellement une politique d '«inaction» et «n'en impose aucune». . . obligations
»sur l’industrie biotechnologique.» Comme ils n'avaient rien fait pour réglementer
l'industrie avant ou après la publication de leur politique sur les aliments
génétiquement modifiés, tous les motifs de son cas ont été écartés. Druker a
déclaré que le tribunal avait reconnu que «la FDA
Les bureaucrates politiquement nommés n'ont pas suivi les
conseils et les avertissements du personnel scientifique de
l'agence concernant les aliments transgéniques, mais les ont
ignorés, [et] il y a actuellement un désaccord important parmi les
experts scientifiques sur la sécurité des aliments transgéniques.
Druker a poursuivi: «En outre, le tribunal a évité la question de
savoir si des tests de sécurité adéquats avaient été effectués et n'a
pas réussi à déterminer que les aliments transgéniques se sont
avérés sûrs - même si une telle détermination est légalement
requise pour que ces aliments soient sur le marché."
Bien que la décision ait fait l'objet d'un appel, en janvier 2001, la FDA a proposé
une nouvelle réglementation, qui a forcé Druker à retirer son appel et à attendre
de réintroduire une nouvelle action après l'entrée en vigueur des nouvelles lois.

Bien que Druker n'ait pas gagné sa cause, dit-il, «notre action en justice a
beaucoup accompli en révélant la fraude de la FDA et en révélant le
manque de fondement de sa politique et l'irresponsabilité de son comportement.
Même si nous n'avons pas réussi à renverser la politique de la FDA, la décision du
tribunal réfute les allégations standard de l'industrie biotechnologique concernant
la rigueur de la surveillance de la FDA et la sécurité prouvée de ses propres
produits. Cela ne donne pas à la FDA de quoi être fière ni ne donne à l'industrie
biotechnologique de quoi se vanter. Mais cela donne à tous les consommateurs
de quoi être très préoccupés. [37]

Contre le choix des consommateurs


Curieuse de connaître la réaction des consommateurs aux aliments
génétiquement modifiés, la FDA a organisé en 2000 douze groupes de discussion
à travers le pays où ils ont interrogé des citoyens sur la question. Il s'est avéré que
la plupart des gens ne savaient pas qu'ils mangeaient des aliments
génétiquement modifiés, et encore moins les mangeaient à presque chaque
repas. Quand ils l'ont découvert, beaucoup ont été scandalisés. Presque tout le
monde a dit vouloir que les aliments soient étiquetés. Ils étaient préoccupés par
les effets à long terme sur la santé et voulaient avoir le choix de manger ou non
des aliments génétiquement modifiés.

Le désir d'étiquetage n'était pas une surprise. Chaque sondage indépendant a


confirmé que les citoyens du monde entier veulent que les aliments
génétiquement modifiés soient étiquetés. Divers sondages aux États-Unis
montrent que 70 à 94 pour cent de la population
favoriser l'étiquetage obligatoire des aliments
génétiquement modifiés. Presque tous les pays
industrialisés ont répondu aux désirs des consommateurs
et exigent désormais un étiquetage, mais pas les États-
Unis
La politique déclarée des États-Unis est de promouvoir les aliments
génétiquement modifiés, et beaucoup estiment que l'étiquetage entraverait cet
objectif. En fait, un sondage du magazine Time a confirmé que 58% des
Américains ont déclaré que si les aliments génétiquement modifiés étaient
étiquetés, ils éviteraient de les acheter. [38] L' étiquetage ne fait donc pas partie
du programme du gouvernement, indépendamment des désirs des citoyens.

Beaucoup ont contesté la position américaine. Laura Ticciati, fondatrice


de Mothers for Natural Law et co-auteur de Genetics Engineered Foods:
Are They Safe? You Decide, a remis près de 500 000 signatures aux
dirigeants du pays le 17 juin 1999, demandant que les aliments GM soient
étiquetés. Ticciati dit: «Malgré le message clair que le peuple américain
veut savoir ce qui arrive à sa nourriture, notre gouvernement continue
simplement de servir les intérêts de l'industrie plutôt que les droits de son
peuple. Il est totalement indéfendable de dire aux mères qu’elles n’ont pas
le droit de savoir ce que contient la nourriture de leurs enfants. » [39]
Le membre du Congrès Dennis Kucinich a déclaré à propos de
l'étiquetage: «Il y a quelque chose de très américain à ce sujet. Les
gens veulent le droit de savoir. Nous sommes le pays de la liberté
d'information. » [40] Il a présenté une loi sur l'étiquetage à la
Chambre en 1999 et le sénateur Barbara Boxer a essayé la même
chose au Sénat, mais les projets de loi n'ont jamais été votés.
Une poignée de citoyens de l'Oregon ont décidé de prendre les choses en main.
Profitant des lois électorales de leur État, ils ont recueilli plus de 100 000
signatures sur leur pétition et placé un projet de loi d'étiquetage sur le bulletin de
vote en novembre 2002. La mesure 27, telle qu'elle a été désignée, aurait exigé
tout aliment contenant un ingrédient contenant plus de 0,1% Contenu GM à
étiqueter. En outre, si des agents de transformation génétiquement modifiés, des
hormones ou tout autre élément lié au génie génétique étaient utilisés dans la
production de l'aliment, il faudrait également une étiquette.

Lorsque la mesure a été introduite pour la première fois, près de 60% des
Oregoniens

sondés étaient en faveur. Mais ensuite, l'industrie biotechnologique


est intervenue. Ils ont dépensé 5,4 millions de dollars - vingt-cinq
fois le montant dépensé par les militants pro-27 - pour dire aux
électeurs de l'Oregon de voter non. En fin de compte, la mesure a
été rejetée. Seuls 30% ont voté pour.
Comment l'industrie de la biotechnologie a-t-elle convaincu les gens de voter
contre ce que les citoyens partout ailleurs ont toujours été en faveur? Selon Craig
Winters, directeur de la campagne pour étiqueter les aliments génétiquement
modifiés, ils ont utilisé la peur et la distorsion. Par exemple, dans une brochure de
huit pages envoyée dans tout l'État, l'industrie de la biotechnologie a donné un
graphique affirmant que la facture d'épicerie moyenne monterait en flèche de 550
$ par an. Ils ont étayé ces chiffres avec la référence: «Analyse économique de la
mesure de l'Oregon 27, 30 août 2002». Selon Winter, il s'agissait d'une étude
indéfendable parrainée par l'industrie et conçue pour donner des résultats
exagérés.

Une analyse plus fiable, dit Winter, a été menée par William Jaeger, économiste et
spécialiste de la politique agricole à l'Oregon State University (OSU). Si l'on
examine les analyses utilisées dans d'autres pays, les coûts estimés de
l'étiquetage variaient de 0,23 $ à environ 10 $ par personne et par an. Une étude
qui «reposait sur des informations plus limitées et une analyse moins détaillée
des coûts» [41] a estimé le chiffre annuel par personne entre 35 $ et 48 $. Même
cette estimation plus élevée contraste fortement avec les 550 $ par famille que
les électeurs de l'Oregon lisent.

En plus de la brochure, les électeurs ont été bombardés de


publicités télévisées et radiophoniques répétant les chiffres
exagérés, mais sans même mentionner le génie génétique la
plupart du temps. La campagne médiatique a également affirmé
que la mesure 27 nuirait aux agriculteurs, aux restaurants, aux
entreprises, au gouvernement et aux citoyens ordinaires. Winter
dit: «Si vous mentez suffisamment de fois, les gens le croient.»
Monsanto a contribué 1,5 million de dollars à la campagne de l'Oregon pour
empêcher l'étiquetage. Comparez cela avec la tournure intéressante de la
publicité européenne de Monsanto en juin 1998, qui disait: «Vous avez le droit de
savoir ce que vous mangez, surtout quand c'est mieux. . . . Après plusieurs mois
de débat, l'Europe vient d'adopter une nouvelle loi pour l'étiquetage des denrées
alimentaires d'origine génétique

plantes artificielles. . . . Nous pensons que les produits issus de la


biotechnologie sont meilleurs et qu'ils devraient être étiquetés. » [42]

En plus du soutien des entreprises biotechnologiques et alimentaires, la


campagne anti-Mesure 27 a obtenu le soutien de la FDA. Dans un geste sans
précédent, Lester Crawford, sous-commissaire de la FDA et ancien vice-président
exécutif de la National Food Processors Association, a envoyé une lettre au
bureau du gouverneur de l'Oregon John Kitzhaber, s'opposant fermement à la
mesure. La lettre, qui a été reproduite dans la brochure de l'industrie aux électeurs,
a déclaré: «La FDA n'est au courant d'aucune information ou donnée suggérant
que les aliments génétiquement modifiés qui ont été autorisés à être utilisés par
l'homme ne sont pas aussi sûrs que les aliments conventionnels. Furieux que
l'agence répète la même ligne même après que des documents internes l'aient
révélée comme un mensonge, l'avocat Steve Druker a écrit au gouverneur en
citant plusieurs citations de scientifiques de la FDA qui proclamaient exactement
le contraire.

Druker a également écrit: «Dr. La lettre de Crawford déforme encore les faits en
déclarant: «L'évaluation scientifique de la FDA des aliments bio-ingénierie
continue de montrer que ces aliments. . . sont aussi sûrs que leurs homologues
conventionnels ». Cette affirmation est assez curieuse à la lumière de la
déclaration de l'agence rapportée dans le Lancet du 29 mai 1999: «La FDA n'a pas
jugé nécessaire de mener des examens scientifiques complets des aliments
dérivés de plantes bio - ingénierie - conformément à sa politique de 1992». Étant
donné que la FDA n'exige aucun test sur les aliments génétiquement modifiés,
reconnaît qu'elle ne procède pas à des examens complets de ceux-ci et ne fait
pas de conclusions empiriques formelles selon lesquelles des aliments
génétiquement modifiés sont sûrs, il est étonnant que l'agence affirme
maintenant que son processus d'évaluation montre qu'ils sont aussi sûrs que
D'autres repas." [43]

Il est révélateur que dans un discours prononcé devant l'International Dairy Foods
Association en janvier 2003, Crawford a décrit les objectifs de la FDA comme la
garantie de la sécurité alimentaire et la promotion du développement de la
biotechnologie.

L'une des organisations qui a travaillé dur pour mettre fin à cette mesure était
Oregonians for Food and Shelter. Bien que ce groupe à consonance bienfaisante
ait prétendu mener une campagne populaire, les membres du conseil
comprennent Monsanto et DuPont, et l'objectif déclaré du groupe est de
promouvoir «la lutte antiparasitaire

produits, nutriments du sol et biotechnologie. » Dans leur courrier aux


électeurs, ils ont répété le chiffre gonflé de 550 $ et ont affirmé que la
mesure 27 ajouterait un énorme 32 à 63 pour cent au coût des fermes
familiales et des usines de transformation des aliments. La lettre disait:
«La mesure 27 est un autre exemple d’intérêts spéciaux restreints qui
tentent d’utiliser le processus de mesure du scrutin de l’Oregon pour
promouvoir leur programme politique extrême.» [44]
En avril 2003, la même organisation a tenté de faire adopter un projet de loi à
l'Assemblée législative de l'Oregon qui «empêcherait les gouvernements locaux
d'imposer des exigences en matière d'étiquetage des aliments et empêcherait les
agences d'État d'adopter des exigences plus strictes que ne le permet le
gouvernement fédéral.»

Richard North, directeur de projet de la Campagne pour la salubrité des aliments,


voit le projet de loi comme un moyen d'entraver les futures initiatives citoyennes
comme la mesure 27 et l'action législative. «Ce qui est critiqué ici, c'est le droit du
consommateur de savoir», [45] dit-il. Les efforts pour empêcher l'étiquetage futur
en Oregon rappellent les soi-disant lois sur la diffamation alimentaire adoptées
par treize États. Selon le Guardian, ces lois, qui ont vu le jour en raison du lobbying
intense de l'industrie biotechnologique, empêchent la «diffusion d'informations
fausses et dommageables sur les aliments». [46]

Faire pression sur l'opinion scientifique


Fin septembre 2001, Ignacio Chapela, un écologiste microbien de l'Université de
Californie à Berkeley, est monté dans le taxi avec un fonctionnaire du
gouvernement mexicain. Le responsable avait attendu toute la journée que
Chapela termine ses réunions, afin qu'il puisse escorter le scientifique pour voir
Fernando Ortiz Monasterio, le principal responsable mexicain de la
biotechnologie. Ils ont traversé une partie difficile de Mexico jusqu'à un immeuble
de bureaux du gouvernement. C'était en début de soirée et Chapela était surprise
que personne ne soit là. Il a été emmené au douzième étage, escorté dans un
couloir sombre et conduit dans une scène qui devait le laisser ébranlé des heures
plus tard.

Tout semblait être arrangé pour un effet maximal - une intimidation maximale .
Monasterio, le directeur de la Commission de la biosécurité et des OGM, était
assis derrière un bureau de fortune - la porte du bureau avait été
enlevé et posé sur des boîtes en carton. Il accueillit froidement Chapela. Après
qu'une femme de chambre eut servi du café, on lui demanda de partir. Chapela
s'assit devant le réalisateur et l'assistant de Monasterio s'assit derrière Chapela
bloquant la porte. Il n'y avait pas d'autre mobilier de bureau.

Monasterio lança un regard noir à Chapela et se mit à réciter ce qui semblait


être une attaque bien pensée qui dura plus d'une heure.

«D'abord, il m'a saccagé», a déclaré Chapela. «Il m'a fait savoir à


quel point le pays était dommageable et à quel point mes
informations devaient être problématiques. Il a dit: «Vous êtes sur
le point de créer un problème. . . . Nous attendons avec impatience
le jour où ces technologies vont arriver dans notre pays, mais il y a
un obstacle et cet obstacle, c'est vous. » [47]
À un moment donné, Chapela a été montré dans les bureaux, une tactique qui,
selon lui, augmentait son appréhension. Il dit que personne d'autre n'était présent
et qu'entourer le bâtiment n'était que des décharges. Le seul téléphone était celui
du directeur. À un moment donné, Chapela a ri nerveusement et a dit: «Vas-tu
sortir une arme et me tirer dessus.» Il avait l'air de plaisanter, mais il avait peur.
Monasterio n'était pas réconfortant. Selon Chapela, Monasterio voulait qu'il retire
de la publication les preuves incriminantes selon lesquelles Chapela et Berkeley
Ph.D. l'étudiant David Quist avait découvert dans leurs recherches.

Le Mexique abrite des centaines de variétés indigènes de maïs, qui se croisent


naturellement pour créer les souches les plus résistantes de la région.

«Pour préserver cette banque de gènes», a rapporté le Guardian, le


gouvernement mexicain a «interdit la plantation de cultures GM en 1998». [48]
Ils craignaient que la pollinisation croisée puisse contaminer les espèces de
maïs indigènes. Une telle contamination musclée du média serait
permanente - il n'existe aucun moyen connu de nettoyer le pool génétique. Tout
le monde au sein du gouvernement mexicain n'était pas satisfait de cette
interdiction. Des responsables comme Monasterio voulaient que leur pays
adopte la biotechnologie et voulaient apaiser les inquiétudes concernant la
contamination génétique.

Malgré l'interdiction, le Mexique importe du maïs des États-Unis à des fins


alimentaires
et une partie du maïs est utilisée pour la plantation à la
place - illégalement.
Parce qu'environ 30 pour cent du maïs américain est génétiquement modifié,
environ la même proportion du maïs cultivé à partir de cette graine est
également modifiée.

Quist et Chapela ont testé du maïs indigène dans plus d'une douzaine de
communautés de la région montagneuse reculée d'Oaxaca et, à leur
grande surprise, ont découvert que 6 pour cent des plantes testées
avaient été contaminées par du maïs GM. Si la contamination avait
pénétré jusque-là, elle était sûrement généralisée. La prestigieuse revue
Nature avait accepté de publier cette découverte controversée, qui
menaçait de perturber les tentatives de l'industrie biotechnologique de
convaincre le Mexique, le Brésil et l'Union européenne d'aller de l'avant
avec la plantation de cultures GM. Et maintenant, selon Chapela,
Monasterio lui disait d'arrêter la publication.

Chapela n'a pas cédé. Les rares fois où il a pu répondre, il a


essayé d'expliquer qu'il n'était pas la cause du problème - il
venait de le découvrir. En outre, le ministère de l'Agriculture
vérifiait déjà ses conclusions.
Après environ une heure, Monasterio a changé sa tactique. Selon Chapela, le
directeur a déclaré: «Vous avez créé un problème et je vais vous donner l'occasion
de faire partie d'une solution. Je vais mener la recherche qui va montrer au monde
ce qu'est la vérité. " Monasterio a déclaré qu'une équipe de cinq des meilleurs
biologistes moléculaires allait faire la recherche et découvrir que l'étude de
Chapela n'était pas du tout correcte.

De plus, Chapela a été invitée à faire partie de cette équipe. Les autres
devaient inclure deux scientifiques de Monsanto et deux de DuPont.

Le plan était pour les cinq d'entre eux de se rencontrer dans l'un des
meilleurs complexes privés du Mexique et de terminer leurs recherches
en seulement six semaines.

De plus, ils soumettraient leur travail à la Nature. Chapela a dit:


«Alors ne vous inquiétez pas, vous obtiendrez une publication
Nature.» Chapela a expliqué qu'il était professeur à l'UC
Berkeley - une institution publique - et qu'il ne pouvait pas
travailler sur un projet de recherche privé.
Chapela regrettait beaucoup d'avoir informé le gouvernement mexicain de ses
recherches. Il leur avait dit, par courtoisie, afin qu'ils puissent être prêts à
répondre lorsque la nouvelle deviendrait publique. Il leur a également parlé des
exigences strictes d'exclusivité de la Nature: si la recherche devenait publique
avant de la publier, l'article serait retiré. Il leur a donc demandé de garder les
conclusions confidentielles. Chapela a déclaré au directeur: «Vous pouvez faire
dérailler la publication Nature en la présentant aux médias, mais vous n'allez pas
m'empêcher d'essayer de la faire publier.

Monasterio parut abandonner. Il a fait sortir Chapela du bâtiment et a ensuite


insisté pour qu'il lui ramène personnellement son SUV à son hôtel. Selon
Chapela, «Il a commencé à poser des questions personnelles sur mes enfants. Il
a demandé où ma fille allait à l'école.

Et il voulait m'emmener précisément à l'endroit où je logeais.

Avant de le laisser sortir de la voiture, cependant, Chapela dit que Monasterio a


laissé entendre: "Maintenant, nous savons où vos enfants vont à l'école."
Chapela a déclaré plus tard à la BBC: «J'étais émotionnellement très choquée
et épuisée. Je me suis senti totalement secoué et je suis resté en état de choc
pendant des heures après. [49]

Le lendemain de la réunion, Monasterio a convoqué une réunion avec Greenpeace


et d'autres pour annoncer les conclusions de Chapela. Greenpeace n'était pas
disposé à attendre les deux mois et demi avant la publication pour démarrer leur
campagne et a dit à Chapela qu'ils devraient communiquer ses conclusions aux
médias. Ainsi, selon Chapela, Monasterio avait indirectement divulgué la
recherche à la presse dans une tentative de violer les règles de la nature sur le
secret de pré-publication .

Dans une interview avec la BBC, Monasterio a reconnu avoir rencontré Chapela
mais nie les allégations selon lesquelles il menaçait. Il a également déclaré que
la réunion avait eu lieu au cinquième étage du bureau du ministère. [49]

La nature n'a pas été dissuadée par la publicité avancée et a conservé la date de
publication du 29 novembre 2001. Un jour ou deux avant, Chapela a reçu un fax
de Victor Villalobos, le sous-ministre de l'agriculture et un proche collègue de
Monasterio. Chapela dit que tandis que les détails de son

les réunions avec Monasterio étaient non documentées et


non confirmables, le fax de Villalobos était une preuve tangible de
la tentative du gouvernement de supprimer l'information par
l'intimidation. Et le fax exprimait le ton exact que Monasterio avait
utilisé en personne.
Selon Chapela, la télécopie affirmait que le gouvernement était le seul
organisme légitime à mener ce type de recherche. De plus, Chapela serait tenu
personnellement responsable de tous les dommages causés à l'agriculture et à
l'économie en général, par sa publication. Le gouvernement prendrait toutes les
mesures nécessaires pour redresser la situation.

Le jour de la publication de l'article, des messages ont commencé à circuler sur


un serveur de liste de biotechnologie appelé AgBioWorld, qui est distribué à plus
de 3 000 scientifiques. Le premier message est venu d'une Mary Murphy, qui a
accusé Chapela était partial. Puis vint un message d'Andura Smetacek, affirmant
à tort que l'article de Chapela n'avait pas été évalué par des pairs. Le message a
également accusé Chapela d'être «d'abord et avant tout un activiste» et a déclaré
que ses recherches avaient été publiées en collusion avec des écologistes.
Chapela n'a pas pu répondre immédiatement, car son service Internet s'est éteint
pendant trois jours, juste au moment des publications. Certains soupçonnent un
bon moment cyberattaque.

Smetacek a suivi le lendemain avec une autre attaque contre la


crédibilité de Chapela. Le libellé de ces messages a été écrit avec
force et bientôt des centaines d'autres messages sont apparus,
répétant ou embellissant les accusations. Le serveur de liste,
AgBioWorld, a lancé une pétition à envoyer à Nature. Les
scientifiques sur la liste de diffusion étaient alors impatients de la
signer et Nature a été assiégée par une campagne mondiale leur
demandant de retirer l'article.
Les arguments contre le document ne portaient pas sur la découverte d'une
contamination, mais sur une deuxième conclusion faite dans l'article, qui avait des
implications encore plus graves. Selon leurs tests, Quist et Chapela ont découvert
que le maïs GM contaminé contenait jusqu'à huit fragments du promoteur CaMV.
Il peut y avoir plusieurs raisons à cela. Celui cité par les critiques des OGM était
que cette découverte a démontré que le promoteur du CaMV créait un «point
chaud» instable, décrit dans
Chapitre 2. Ils pensaient que lorsque le pollen contamina les
plantes indigènes, le hotspot provoquait la fragmentation et la
dispersion des gènes dans tout le génome de la plante.
Si une telle instabilité génétique était vérifiée, l'impact sur une
espèce végétale serait dévastateur. De plus, toute prétention de
sécurité, de précision ou de prévisibilité des effets des cultures
génétiquement modifiées devrait être abandonnée et les aliments
génétiquement modifiés seraient probablement finis.
Bien que les preuves que le maïs GM contamine les variétés indigènes
locales soient solides et faciles à vérifier, la deuxième conclusion n’est
pas aussi bien établie. Même les auteurs ont admis dans l'article que la
procédure de test qu'ils utilisaient pour identifier où le long de l'ADN les
huit fragments des promoteurs de CaMV étaient localisés était basée sur
une méthode exploratoire et ouverte à l'interprétation. L'hypothèse du
hotspot n'a pas pu être vérifiée. Les scientifiques pro-biotech , cependant,
ont affirmé que l'article promouvait l'hypothèse du hotspot sans preuve
adéquate et a sapé la crédibilité du papier.

En raison de l'énorme pression exercée sur elle, la nature a fait quelque chose
sans précédent dans ses 133 ans d' histoire. L'éditeur a rédigé une rétractation
partielle, suggérant que les conclusions concernant les promoteurs
supplémentaires n'étaient pas suffisamment étayées. La nature a confirmé la
conclusion centrale - que le maïs GM avait contaminé le stock de maïs naturel au
Mexique.

Cette distinction a cependant été perdue dans les médias du monde


entier. Le London Times, par exemple, a rapporté à tort que «Nature, l'une
des revues à comité de lecture les plus prestigieuses au monde, a admis
hier qu'il avait eu tort de publier une recherche défectueuse qui prétendait
prouver que les gènes du maïs génétiquement modifié avaient
accidentellement croisé une variété traditionnelle. au Mexique." [50] Un
rapport d'Associated Press a déclaré: «Encouragés par les entreprises de
relations publiques travaillant pour Monsanto et d'autres entreprises», les
médias «ont rapporté que la rétractation de Nature était une« grande
victoire des relations publiques pour l'industrie de la biotechnologie »51
et comme l'a déclaré un scientifique pro-GE , un «témoignage de
l'incompétence technique» des critiques de la biotechnologie. » [52]

Après un examen plus approfondi, cependant, il est devenu évident que la victoire
du PR n'était pas du tout spontanée. Mary Murphy et Andura Smetacek, qui ont
lancé la campagne de courrier électronique attaquant la recherche, ont affirmé
dans des courriers électroniques être des citoyens ordinaires, dépourvus de liens
d'entreprise. Selon le chroniqueur George Monbiot du Guardian, il s'agit en fait de
noms fabriqués par le Bivings Group, une entreprise de relations publiques qui
travaille pour Monsanto. Monbiot allègue que «Mary Murphy est postée par un
concepteur de sites Web de Bivings, écrivant à la fois depuis son bureau et depuis
son ordinateur personnel à Hyattsville, Maryland; tandis qu'Andura Smetacek
semble être le principal responsable du marketing Internet de la société. » Le
responsable des relations publiques en ligne a finalement admis au Newsnight de
la BBC que l'un des e-mails avait été envoyé par quelqu'un «travaillant pour
Bivings» ou «clients utilisant nos services». [53]

En plus de rallier les scientifiques pour contester l'article de Chapela, ces


pseudo-humains Internet sont occupés depuis un certain temps à susciter un
sentiment pro-biotechnologique . À partir de 2000, Andura Smetacek a accusé à
plusieurs reprises les critiques de GM de terrorisme. Une des lettres de Smetacek,
qui accusait Greenpeace de répandre délibérément des craintes concernant les
aliments génétiquement modifiés pour promouvoir ses propres intérêts financiers,
a été publiée dans le Glasgow Herald. Greenpeace a poursuivi le journal pour
diffamation et a gagné. En regardant de plus près trois des e-mails de Smetacek,
y compris le premier envoyé, une adresse de protocole Internet était attribuée au
serveur gatekeeper2.monsanto.com, propriété de Monsanto.

Les enquêteurs ont également lié le site Web d' AgBioWorld - l'
organisation qui a organisé la liste de diffusion et la pétition Nature - à
Bivings, ainsi qu'au Centre de recherche sur l'alimentation et l'agriculture.

Selon Monbiot, «le centre semble ne pas exister, sauf en tant que site Web,
qui accuse à plusieurs reprises les verts de complot de violence.» [53]

Le Groupe Bivings est spécialisé dans le lobbying sur Internet. Sur leur site Web
se trouve un article intitulé «Marketing viral: comment infecter le monde». Bien
qu'il semble que le contenu de l'article ait pu changer depuis la publication de son
article, Monbiot en cite des extraits comme suit: «il y a des campagnes où il
serait indésirable voire désastreux de faire savoir au public que votre organisation
est directement impliquée. . . c'est possible

pour faire des publications dans ces points de vente qui


présentent votre position en tant que tiers non impliqué. . . . Le
plus grand avantage du marketing viral est peut-être que votre
message est placé dans un contexte où il est plus susceptible
d’être pris au sérieux. »
Monbiot cite une autre section du site Web: «Parfois, nous
gagnons des prix. Parfois, seul le client connaît le rôle précis que
nous avons joué. » Sur la première page de leur site Web (en date
du 21 octobre 2002) se trouve une annonce concernant un prix
qu'ils ont récemment reçu - pour le travail accompli pour
Monsanto.
Le directeur de la sensibilisation Internet de Monsanto, Jay Byrne, «a
déclaré au bulletin d'information Internet Wow qu'il« passe son temps et
ses efforts à participer »à des discussions sur le Web sur la
biotechnologie. Il a choisi le site AgBioWorld, où il «s'assure que son
entreprise joue correctement». »Une autre méthode utilisée par Byrne
consistait à manipuler des sites Web afin que les moteurs de recherche
ne répertorient que les sites pro-biotechnologiques en haut de leur liste.
Beaucoup de ces sites étaient des organisations virtuelles, qui
ressemblaient à des groupes d'action citoyenne, mais qui avaient
apparemment été créées par Bivings et d'autres pour le compte
d'entreprises. Après avoir quitté Monsanto, Byrne aurait déclaré: «Pensez
à Internet comme une arme sur la table. Soit vous le ramassez, soit votre
concurrent le fait, mais quelqu'un va se faire tuer. [54]

Chapela a survécu aux tentatives d'assassinat de personnage. Le comité


universitaire qui a retardé de plus d'un an la décision de lui accorder un
mandat, a reçu des lettres du monde entier essayant de les convaincre
de ne pas le garder à l'UC Berkeley. Malgré le soutien écrasant de
Chapela par son université et son département, il s'est vu refuser la
titularisation. Chapela, comme Pusztai avant lui, a été un exemple public
de ce qui peut arriver à un scientifique qui rompt les rangs avec le
courant pro-biotechnologique . Une organisation a été formée sur le
campus appelée Tenure Justice pour protester contre la décision et
Chapela a intenté une action en justice. Le 18 mai 2005, l'université a
annulé sa décision et il a obtenu la titularisation (voir
www.tenurejustice.org) .

Chapela dit: «Il est très difficile pour nous de publier dans ce
domaine. Les gens sont

effrayé." Bien que les scientifiques pro-biotechnologie aient


contesté son affirmation selon laquelle le promoteur du
CaMV pourrait créer des points chauds et se disperser
autour de l'ADN, Chapela dit qu'ils ont peur de faire les tests
pour étayer leur affirmation.
Il dit: «Vous êtes-vous demandé pourquoi les gens ne sont pas venus contester
nos résultats?» Chapela dit qu'il y a une interdiction de facto pour les
scientifiques «de poser certaines questions et de trouver certains résultats. Qui
est anti-scientifique? »

Le 18 avril 2002, à peine deux semaines après que Nature a partiellement


annulé l'article de Chapela, le gouvernement mexicain a annoncé qu'une
pollution génétique massive des variétés de maïs traditionnelles s'était
effectivement produite dans les États d'Oaxaca et à côté de Puebla. Jorge
Soberon, secrétaire exécutif de la commission mexicaine de la biodiversité, a
admis que le niveau de contamination «était bien pire que ce qui avait été
initialement signalé». [55] Ils ont trouvé de l'ADN génétiquement modifié dans
jusqu'à 95 pour cent des parcelles de maïs testées. En moyenne, 10 à
15 pour cent des plantes avaient des grains GM, avec un essai sur le
terrain à 35 pour cent de contamination. La pollution génétique s'était
produite, selon Soberon, «à une vitesse jamais prévue auparavant. Il s'agit
du pire cas au monde de contamination par du matériel génétiquement
modifié parce qu'il s'est produit sur le lieu d'origine d'une culture majeure.
C'est confirmé. Il n'y aucun doute à propos de ça." [56] Cette nouvelle a fait
les gros titres en Europe et au Mexique. Selon Biodemocracy News, aux
États-Unis et au Canada, il a été pratiquement ignoré par les médias. [57]

Souris changées
Le premier cycle néerlandais Hinze Hogendoorn, du University
College, Utrecht a offert à ses souris le choix entre le maïs et le
soja GM et non GM . Sur une période de neuf semaines , les souris
ont consommé 61 pour cent d'aliments non génétiquement
modifiés et 39 pour cent d'aliments génétiquement modifiés.
Hogendoorn a ensuite changé son expérience, pour rechercher les
différences entre un groupe nourri avec des aliments GM et un
autre aliment naturel.
Le groupe nourri aux OGM a mangé plus, probablement parce qu'ils étaient
légèrement plus lourds en moyenne au début, mais curieusement, ils ont pris
moins de poids. En fait, par

à la fin de la courte expérience, ils ont en fait perdu du poids. D'un autre


côté, les souris nourries avec le régime sans OGM mangeaient moins
mais prenaient plus de poids, continuant à prendre du poids jusqu'à la
fin de l'expérience. Les résultats étaient statistiquement significatifs. De
plus, une des souris de la cage GM a été retrouvée morte à la fin de
l'expérience. [1]
L'effet de perte de poids a également été observé ailleurs. L'écrivain Steve
Sprinkel, par exemple, avait été informé «d'un éleveur qui a vu le gain de poids de
son bétail chuter lorsqu'il est passé aux sources d'OGM». [2] Tom Wiley du Dakota
du Nord a décrit une autre différence: «J'ai vu une publicité d'un agriculteur qui
cherchait du maïs non Bt , car il obtenait des rendements laitiers inférieurs des
bovins qui mangeaient du maïs Bt. [3]
Chapitre 8
Changer votre alimentation
En 1996, Greg Bretthauer s'est vu offrir ce qu'il pensait être un excellent travail : le
doyen des étudiants de la Central Alternative High School à Appleton, Wisconsin.
Mais quand il a visité l'école et a vu à quoi ça ressemblait, il ne voulait rien avoir à
faire avec. Les adolescents étaient «impolis, désagréables et mal élevés» [1], a-t- il
rapporté, et l'école était hors de contrôle. Ils avaient besoin d'un agent de police
dans le personnel pour faire face à la discipline et aux violations des armes.
Mais en 1997, l'école a commencé à changer presque
miraculeusement, grâce à Barbara Reed Stitt, auteur de Food and
Behavior, A Natural Connection. Elle avait appris les effets
profonds de la nourriture dans le poste improbable d'agent de
probation. La première chose qu'elle a faite avec quiconque lui a
été confié a été de changer son alimentation. À maintes reprises,
leur vie a changé.
«Plus de 80% des stagiaires qui ont comparu devant moi de 1970 à
1982», dit Stitt, sont devenus des membres «sains et productifs» de la
société «après avoir commencé le programme de thérapie diététique.»
Les changements dans leur vie étaient si évidents qu'un juge disait
régulièrement aux nouveaux stagiaires: «Je vais vous envoyer voir
Barbara Reed, et vous allez continuer à suivre le régime qu'elle vous
donne. Si vous ne le faites pas, vous aurez de nouveau des ennuis et la
prochaine fois, vous irez en prison! [2]
Stitt était convaincu que bon nombre des problèmes
auxquels les écoles américaines sont confrontées sont dus
à une mauvaise alimentation. Ayant changé le
comportement des criminels, elle pensait qu'influencer les
lycéens serait un jeu d'enfant - ou pas.
Elle et son mari Paul, un biochimiste, ont approché leur école locale avec une
offre aussi inhabituelle que généreuse. Sortez les distributeurs automatiques,
sortez les aliments transformés, donnez aux élèves des aliments frais, entiers et
nutritifs et observez leur comportement s'améliorer. Et les Stitts paieront la
facture. En fait, depuis que les Stitts possédaient des fours naturels, un aliment
entier
boulangerie, leur entreprise enverrait à l'école une grande quantité de ses propres
plats sains ET placerait l'un de leurs propres cuisiniers sur place dans la cuisine
de l'école.

Les responsables scolaires ont facilement accepté le


attachées sans conditions offre et devraient même voir quelques
changements. Ce qu'ils ont obtenu, c'est une révolution.

L'école est calme, les enfants se comportent bien, l'absentéisme


n'est pas un problème et les disputes sont rares. Les notes se
sont améliorées et les enseignants peuvent passer leur temps à
enseigner au lieu de constamment discipliner. «Je n'ai pas les
perturbations en classe ou les difficultés de comportement des
élèves que j'ai vécues avant de commencer le programme
alimentaire», [1] dit l'enseignante Mary Bruyette.

Même les étudiants qui se dirigeaient clairement vers des ennuis


ont été emportés par la révolution. Les chiffres sont
impressionnants. Depuis le lancement du programme il y a cinq
ans, il n'y a pas eu d'incidents d'armes, d'abandons, d'expulsions, de
suicides ou même de drogues.
Bretthauer a visité l'école quatre ans après avoir refusé le poste de
doyen des étudiants et a été étonné de ce qu'il a vu. Il dit: «Il m'est
arrivé de revenir pour un entretien pour un emploi différent et j'ai
trouvé l'atmosphère complètement différente.» [3] Il a décidé
d'accepter le poste de doyen des étudiants après tout.
D'autres écoles du district demandent des changements similaires.
Einstein Middle School a fait quelques changements modestes et tout de
suite les enfants étaient «plus alertes et concentrés», selon le directeur.
Un professeur de sciences au collège a déclaré: «J'ai enseigné ici près de
trente ans. Je vois les enfants cette année comme plus calmes, plus
faciles à parler. Ils semblent simplement plus rationnels. J'avais pensé à
prendre ma retraite cette année et j'ai décidé d'enseigner une autre
année - je m'amuse trop! [1]
Les élèves remarquent les changements qui accompagnent une
alimentation plus saine. Une fille a dit: «Maintenant que je me
concentre, je pense qu'il est plus facile de s'entendre avec les
gens parce que maintenant je fais attention à ce qu'ils ont à dire
et pas seulement à ce que j'ai à leur dire. Un autre élève a dit: «Si
vous passez un gros test, vous voulez bien manger.»

«Ils ont appris qu'avec des aliments plus sains, ils deviendraient
une meilleure personne», déclare le surintendant Thomas Scullen.
[1]
«Cela les maintient plus concentrés et les rend plus heureux.» [1]
De nombreux étudiants sont devenus des défenseurs des
aliments sains.
La nouvelle de la transformation de l'école a donné lieu à des
demandes de renseignements du monde entier. Ils reçoivent des
demandes quotidiennement sur leur site Web et ont été présentés
sur «Good Morning America», à la radio néo-zélandaise et dans un
magazine italien, pour n'en nommer que quelques-uns.
Un enseignant du district scolaire a mené une expérience similaire avec des
souris des années plus tôt. Dans une cage, trois souris ont mangé de la
malbouffe; dans l'autre, trois souris ont mangé des aliments entiers. La différence
entre les deux groupes était choquante.

Les souris de la malbouffe, selon Stitt, «sont devenues très solitaires et


insociables». [4] Lorsqu'ils interagissaient, ils se battaient souvent.

Chaque cage avait un tube en carton pris de l'intérieur d'un


rouleau d'essuie-tout. Les souris de la malbouffe ont déchiré les
leurs en lambeaux tandis que tout le groupe d'aliments se
blottissait dans leur tube pour dormir. Les souris de la malbouffe
semblaient également abandonner leur comportement nocturne
normal, courant tellement pendant la journée que l'enseignante
devait mettre un couvercle sur la cage pour réduire le bruit dans
sa classe.
Après deux mois de malbouffe, deux des souris ont tué et mangé la troisième.

À la fin de l' expérience de trois mois , les deux souris


restantes de malbouffe ont été nourries avec des aliments
entiers. En trois semaines environ, leur comportement est
redevenu calme et doux.
Lorsque l'enseignante sœur Luigi Frigo a entendu parler de l'expérience sur les
souris, elle a décidé de la répéter avec sa classe de deuxième année à Cudahy,
Wisconsin, et ce, chaque année depuis sept ans. Pour protéger les souris,
cependant, elle limite le régime de malbouffe à seulement quatre jours. Tout
d'abord, elle et ses enfants observent les souris pendant une semaine, écrivant
des notes sur leur comportement. Ensuite, trois des souris reçoivent des aliments
tels que des céréales enrobées de sucre, des bonbons ou des biscuits,

et soda diététique. Le lendemain, dit-elle, «leur comportement


change radicalement.» [5] Les souris de malbouffe passent
d'animaux sociaux très actifs à des animaux paresseux et
antisociaux. Ils se toilettent davantage, semblent nerveux, cachent
leur nourriture et ne peuvent plus exécuter certains des «trucs»
qu'ils ont faits auparavant. Il leur faut environ deux à trois
semaines sur le régime alimentaire complet pour se remettre de la
malbouffe. Une fois, la classe a essayé de répéter l'expérience sur
les mêmes souris des mois plus tard, mais les animaux ont refusé
de manger la malbouffe.
Aliments qui changent l'esprit
Bien que Stitt ne se soit pas concentrée sur l'élimination des aliments
génétiquement modifiés en soi, en supprimant les distributeurs
automatiques, en préparant la plupart des aliments à partir de zéro et en
utilisant de l'huile d'olive au lieu d'huiles végétales, son programme a
éliminé presque toutes les sources GM du menu.

On ne sait pas quels aliments ont contribué à des problèmes de


comportement.
Ce qui est clair, c'est que la nourriture peut avoir un effet profond sur le
comportement, l'humeur, le bonheur et toute notre qualité de vie. En 2002, des
recherches ont démontré que «les molécules alimentaires agissent comme des
hormones, régulant le fonctionnement du corps et déclenchant la division
cellulaire. Les molécules peuvent provoquer des déséquilibres mentaux allant du
trouble déficitaire de l' attention et d'hyperactivité à une maladie mentale grave. [6]
La nourriture peut être «plus puissante que la drogue». Les chercheurs ont
également déclaré que la nourriture pouvait modifier «les gènes qui influent sur le
cancer, les maladies cardiaques, la dépression, la schizophrénie ou la dyslexie».
Manger les bons aliments prolonge non seulement notre vie, ont-ils dit, mais
«plus important encore, nous maintiendrions une meilleure qualité de vie en
vieillissant.

Une étude du centre de recherche britannique sur l'asthme et les


allergies confirme cette conclusion. Pendant deux semaines, 277
enfants de trois ans ont été nourris avec du jus de fruit dosé avec un
total de 20 mg de quatre colorants artificiels avec le conservateur
benzoate de sodium. Ces quantités sont bien inférieures aux niveaux
autorisés dans les aliments et les boissons pour enfants. Pendant une
autre période de deux semaines , les enfants ont reçu du jus de fruits
nature.
Les parents n'ont pas été informés de la période de deux semaines de leurs
enfants
jus et à quelle période ils ont obtenu le jus enrichi. On leur a demandé de rédiger
des rapports sur le comportement de leurs enfants de trois ans . Ils ont couvert
des domaines tels que «l'interruption, la concentration, le dérangement des
autres, la difficulté à s'endormir, le tripotage d'objets et les crises de colère». Les
données ont montré des différences significatives entre les deux périodes
d'essai. En fait, l'étude a conclu que le colorant alimentaire est la cause probable
d'une crise de colère sur quatre parmi la population générale des enfants.

Les chercheurs ont déclaré que «des changements importants dans le


comportement hyperactif des enfants pourraient être produits par la suppression
des colorants alimentaires et des additifs de leur alimentation. Les avantages,
ont-ils dit, «profiteraient à tous les enfants d'un tel changement, et pas seulement
à ceux qui ont déjà un comportement hyperactif ou qui sont à risque de
réactions allergiques». [7]

Si les additifs et la malbouffe ont un effet si puissant sur les nourrissons, les
étudiants et les stagiaires, dans quelle mesure notre irritabilité, nos distractions,
notre absence de repos , notre insomnie, notre colère ou notre dépression sont-
elles dictées par ce que nous mangeons?
La science n'a pas encore la réponse. L'impact des aliments sur la santé
mentale et émotionnelle n'est pas évalué dans les évaluations traditionnelles de
la sécurité sanitaire des aliments.

Et aucune recherche n'a encore examiné ces effets liés aux aliments
génétiquement modifiés.

Une expérience, cependant, a abouti à quelque chose tout à fait par accident. Un
étudiant néerlandais qui a nourri un groupe de souris de maïs GM et l'autre
groupe de maïs naturel a découvert plus qu'une simple différence de poids entre
les deux. Il y avait également des disparités de comportement marquées.

Les souris nourries avec des aliments génétiquement modifiés


«semblaient moins actives dans leur cage». Et lorsque les souris ont
été pesées à la fin de l'expérience, les souris nourries par GM étaient
«plus en détresse» que les autres souris. Selon le chercheur, «beaucoup
couraient en rond dans le panier, se traînaient désespérément dans la
sciure de bois et sautaient même frénétiquement sur les côtés, ce que
je n'avais jamais vu auparavant. [8]
Cette seule observation ne constitue certainement pas une base suffisante
pour tirer des conclusions sur les effets des aliments génétiquement modifiés
sur la psyché humaine.

D'un autre côté, toute conclusion selon laquelle il n'y a pas


d'effets psychologiques est également dénuée de
fondement.
Comment éviter les aliments génétiquement modifiés
Les études et expériences décrites ci-dessus fournissent des raisons
convaincantes de choisir judicieusement nos aliments. Nous avons peut-
être eu l'objection:

«Puisque nous allons tous mourir de toute façon, pourquoi s'inquiéter de


mon alimentation juste pour vivre un peu plus longtemps.» Mais les
changements alimentaires peuvent considérablement améliorer la
qualité de nos vies, indépendamment de la durée de vie ou même de la
santé.

Pour ceux qui se lancent dans la suppression des OGM de leur alimentation, la
bonne nouvelle est que du même coup, vous pouvez supprimer les additifs
artificiels altérant l'humeur . C'est parce que les aliments transformés
contiennent souvent les deux.

Il existe différentes stratégies pour éliminer les OGM. Certaines


personnes sont strictes et sans compromis. D'autres ont un ménage sans
OGM mais sont plus flexibles lorsqu'ils mangent au restaurant. Certains
choisissent d'éviter certains types d'aliments génétiquement modifiés et
sont moins vigilants à l'égard d'autres. La plupart des gens trouvent plus
facile de faire un changement lorsque leurs amis ou leur famille le font en
même temps. Quoi que vous choisissiez, le meilleur moment pour
commencer est maintenant.
Après avoir tout lu jusqu'à présent, votre motivation pour
démarrer le processus est probablement à son apogée. À moins
que vous ne traduisiez cela en action maintenant, l'inspiration
peut diminuer avec le temps.
Avec ce discours d'encouragement, regardons ce qui est
impliqué.
À l'heure actuelle, les principales cultures génétiquement modifiées sont le soja,
le coton, le canola et le maïs. D'autres cultures modifiées comprennent des
courgettes et des courges jaunes américaines, de la papaye hawaïenne et du
tabac. Il peut aussi rester des pommes de terre GM sous forme d'amidon, mais
Monsanto ne les commercialise plus. Les tomates GM ont également été
retirées du marché. (Certains rapports indiquent que les tomates GM pourraient
avoir été commercialisées à petite échelle en Chine.) Les produits laitiers
américains peuvent contenir du lait de vaches injectées de rbGH. Et la viande et
les produits laitiers

les produits proviennent généralement d'animaux qui ont


consommé des aliments génétiquement modifiés.
Même le miel et le pollen d'abeille peuvent contenir des
sources GM.
En outre, il existe des additifs alimentaires, des enzymes, des
arômes et des agents de transformation génétiquement modifiés
dans des milliers d'aliments sur les tablettes des épiceries ainsi
que des suppléments de santé. Par exemple, la présure utilisée
pour fabriquer du fromage est souvent une version génétiquement
modifiée. L'aspartame, l'édulcorant diététique, est un produit du
génie génétique. Et les bactéries et champignons GM sont utilisés
dans la production d'enzymes, de vitamines et d'aides
technologiques.

Aux États-Unis et au Canada, les aliments génétiquement


modifiés ne sont pas étiquetés.
Les éviter est donc à la fois une science et un art. Voici les
catégories et les solutions potentielles. Il y a aussi un
tableau de référence rapide dans l'annexe A.
Huile végétale
La plupart des huiles et margarines végétales génériques utilisées dans les
restaurants et dans les aliments transformés en Amérique du Nord sont
fabriquées à partir de soja, de maïs, de canola ou de coton. L'huile de soja à
elle seule comprend 80 pour cent de l'huile végétale américaine.

Des portions substantielles de chacune de ces quatre cultures sont


génétiquement modifiées et généralement mélangées avec leurs homologues
non GM avant d'être pressées dans l'huile. Par conséquent, à moins que l'huile ne
dise spécifiquement «sans OGM» ou «biologique», elle est probablement
génétiquement modifiée.

Les huiles de substitution non GM comprennent l'olive, le


tournesol, le carthame, le beurre (voir produits laitiers ci-dessous),
l'amande et à peu près toutes les autres huiles disponibles.
Huile de canola et mutagenèse
L'huile de canola a une histoire intéressante. Il était dérivé du colza, qui est
normalement toxique. Les scientifiques ont changé le colza par mutagenèse.
Cela se fait en soumettant la plante à des radiations afin de favoriser

mutations de l'ADN. (Ce n'est pas le même processus connu sous le


nom d'irradiation des aliments, qui est utilisé pour tuer les micro-
organismes.) Après avoir exposé le colza aux radiations, les
scientifiques ont étudié les variétés mutées résultantes et en ont
identifié une qui produisait moins de toxine dangereuse normalement
trouvée dans la plante. Cette nouvelle variété est appelée
canola - du nom du Canada, où la variété est principalement cultivée.
La mutagenèse n'implique pas l'insertion de gènes dans l'ADN.
Les partisans insistent sur le fait que le rayonnement accélère simplement le
processus normal de mutation qui se produit dans le cadre de l'évolution d'une
espèce et du processus de sélection naturelle. D'autres se méfient de la
mutagenèse en général et du canola en particulier. Ils évitent l'huile de canola en
raison de son origine mutagène et de ce qu'ils considèrent comme un soutien
insuffisant pour ses allégations de sécurité. Cependant, ce livre se concentre sur
les aliments génétiquement modifiés qui utilisent l'insertion de gènes. Nous
n'entrerons pas dans les détails de la controverse sur le canola. Pour votre
information, si une marque de canola dit non-OGM ou biologique, cela signifie
qu'aucun gène étranger n'est inséré dans l'ADN des plantes.

Cependant, le canola a toujours une origine mutagène.


Dérivés de soja et de maïs
La plupart des aliments emballés contiennent du soja et / ou du maïs sous une
forme ou une autre: sous forme de farine de soja, de protéines de soja, de
lécithine de soja, de protéines végétales texturées, de semoule de maïs, de sirop
de maïs, de dextrose, de maltodextrine, de fructose, d'acide citrique, d'acide
lactique et, bien sûr, de soja ou de l'huile de maïs. Pour les éviter, vous devrez
vérifier la liste des ingrédients. Pour chaque type d'aliment, il existe généralement
une marque non GM. Ceux-ci se trouvent souvent dans les magasins d'aliments
naturels, mais il y en a aussi beaucoup dans les supermarchés - en fonction de la
nourriture. La mayonnaise, par exemple, qui est traditionnellement fabriquée avec
de l'huile de soja, se décline en variétés de soja et de carthame
non génétiquement modifiées .

Selon le site Web de l'Université Cornell, Organismes


génétiquement modifiés, projet sur les questions publiques
(GEO-PIE), seuls 3 à 5 pour cent du maïs sucré aux États-Unis sont
génétiquement modifiés, et il est très peu probable que le maïs
soufflé ou le maïs sucré en conserve soient fabriqués.

Les aliments qui peuvent contenir du soja ou des dérivés de maïs GM ou


de l'huile végétale GM comprennent: les préparations pour nourrissons, la
vinaigrette, le pain, les céréales, les hamburgers et les hot-dogs, la
margarine, la mayonnaise, les craquelins, les biscuits, le chocolat, les
bonbons, les aliments frits, les chips, les hamburgers végétariens, la
viande substituts, crème glacée, yogourt glacé, tofu, tamari, sauce soja,
fromage de soja, sauce tomate, protéines en poudre, levure chimique,
alcool, vanille, sucre en poudre, beurre d'arachide, farine enrichie et pâtes.
Les articles non alimentaires comprennent les cosmétiques, les savons,
les détergents, le shampooing et le bain moussant.
Fruits et légumes
Plus de 50% de la papaye d'Hawaï est génétiquement modifiée pour
résister à un virus. La plupart des papayes américaines proviennent du
Brésil, du Mexique ou des Caraïbes, cependant, où il n'y a pas de variétés
génétiquement modifiées. Selon GEO-PIE, vos chances de rencontrer une
papaye GM «sont plus élevées à Hawaï ou sur la côte ouest
continentale». [10] Certaines courgettes et courges jaunes sont également
GM, mais elles ne sont pas populaires auprès des agriculteurs.
Plusieurs produits GM approuvés ont été retirés du marché ou
n'ont jamais été commercialisés. Monsanto a cessé de produire
ses pommes de terre GM «New Leaf» en 2001, après que les
principaux acheteurs de pommes de terre comme McDonalds l'ont
rejetée en raison des préoccupations des consommateurs. La
nouvelle feuille n'a pas atteint plus de 3 pour cent de part de
marché. Les tomates GM FlavrSavr ont été retirées du marché en
1997 et le lin GM, le riz, le radicchio et la betterave à sucre, bien
qu'approuvés, n'ont pas été commercialisés.

Les produits laitiers


Les laiteries collectent généralement leur lait de nombreuses
sources. Aux États-Unis, si un produit laitier n'est pas étiqueté
biologique, sans OGM ou fabriqué sans hormones, il est probable
qu'une partie du produit provienne de vaches qui ont reçu une
injection de rbGH. Vous pouvez toujours appeler ou envoyer un e-
mail à la laiterie pour le savoir. En outre, les fermes laitières
non biologiques utilisent généralement des aliments
génétiquement modifiés. Aucune étude n'a été réalisée pour savoir
si cela affecte le lait.

Mon chéri

Le miel peut être produit à partir de cultures GM. Par exemple, une
partie du miel canadien provient d'abeilles qui récoltent le nectar
du canola. Cela a interrompu les exportations de miel canadien
vers l'Europe.
Viande et œufs
La viande et les œufs biologiques proviennent d'animaux qui ont
été élevés sans hormones et avec des aliments sans OGM. La
viande dite «naturelle» est généralement exempte d'hormones et
d'antibiotiques, mais l'animal peut avoir été élevé avec des
aliments génétiquement modifiés. Si vous voulez éviter cela, vous
devrez demander au producteur.
Additifs, aides culinaires, vitamines et enzymes GM
Le génie génétique est utilisé dans la production de nombreux additifs
alimentaires, arômes, vitamines et auxiliaires technologiques, tels que les
enzymes. Selon la source non-OGM , «ces ingrédients sont utilisés pour
améliorer la couleur, la saveur, la texture et l'arôme des aliments et pour
conserver, stabiliser et ajouter des nutriments aux aliments transformés.
Le nombre d'ingrédients mineurs qui peuvent être dérivés de sources
génétiquement modifiées, comme le maïs ou le soja, ou produits à l'aide
d'OGM est considérable. » [11]
Parmi les vitamines, la vitamine C (acide ascorbique) est souvent fabriquée à
partir de maïs, la vitamine E est généralement fabriquée à partir de soja. Les
vitamines A, B2, B6 et B12 peuvent également être dérivées d'OGM. De plus, la
vitamine D et la vitamine K peuvent avoir des «supports» dérivés de sources de
maïs GM, comme l'amidon, le glucose et la maltodextrine. En plus de trouver ces
vitamines dans les suppléments, elles sont parfois utilisées pour enrichir les
aliments. Les aliments biologiques, même s'ils sont enrichis de vitamines, ne
sont pas autorisés à utiliser des ingrédients dérivés d'OGM.

Les arômes peuvent également provenir du maïs ou d'autres


sources GM. Par exemple, «les protéines végétales hydrolysées
(PVH), un exhausteur de goût couramment utilisé dérivé du maïs
et du soja pourraient être des OGM» [11], déclare la source
non-OGM . La vanilline peut également être GM.
«Les bactéries et les champignons génétiquement modifiés sont couramment
utilisés comme sources d'enzymes pour la fabrication d'une grande variété
d'aliments transformés» [10]
dit GEO-PIE. Les organismes vivants ne sont pas ajoutés aux
aliments eux-mêmes. Au contraire, ils sont cultivés en cuve et
produisent de grandes quantités d'enzymes. Les enzymes sont
éliminées, purifiées et utilisées dans la production alimentaire.
Souvent, les enzymes sont détruites pendant le processus de
cuisson et ne sont pas présentes dans le produit final. En tant que
tels, ils sont rarement répertoriés sur l'étiquette. Les bactéries et
les champignons génétiquement modifiés se produisent depuis les
années 1980. Le L-tryptophane est un exemple de la façon dont les
bactéries naturelles utilisées dans la production d'aliments ou de
suppléments ont été modifiées pour générer plus de produit à
moindre coût.
Une enzyme courante est la chymosine, qui est utilisée dans la
production de fromages à pâte dure. Dans le passé, il était prélevé
sur les garnitures de l'estomac des veaux (appelé présure). Depuis
l'introduction de la variété GM en 1990, plus de 70 pour cent des
fromages américains utilisent maintenant cette variété. Il n'est pas
autorisé dans les fromages biologiques. La gomme xanthane est
un autre produit qui peut être dérivé d'un procédé GM.
Selon la source non-OGM , «l'Europe, qui est connue pour sa sensibilité
aux OGM, est plus avancée dans le génie génétique des enzymes et des
micro-organismes. Les dernières lois sur l'étiquetage des aliments
génétiquement modifiés proposées par le Parlement européen appellent
à l'étiquetage des additifs alimentaires et des colorants, mais pas des
auxiliaires technologiques tels que les enzymes. » [11]

Les levures génétiquement modifiées ont également été


approuvées, mais ne sont actuellement pas utilisées pour la
production alimentaire.
Il est difficile d'éviter les auxiliaires technologiques GM, car l'étiquette les énumère
rarement. Ils sont utilisés dans une grande variété de produits, notamment la
bière, l'alcool, l'amidon, le dextrose, le sirop de maïs à haute teneur en fructose, les
jus de fruits, les produits de boulangerie, le sucre, les sirops de malt, le pain, les
édulcorants diététiques (aspartame), la mayonnaise, le fromage et autres produits
laitiers fermentés. , huiles, graisses et aliments pour animaux. Les moyens les
plus simples de les éviter sont d'acheter des produits répertoriés comme
biologiques ou non OGM, ou de préparer vos propres aliments à partir
d'ingrédients de base non transformés. Il y a une liste des enzymes
génétiquement modifiées actuelles dans l'annexe B, décrivant comment chacune
est utilisée. Au fur et à mesure que nous apprendrons quelles marques
alimentaires sont fabriquées à partir de bactéries et de champignons GM, nous
les énumérerons sur www.seedsofdeception.com.

le tabac
Vector a un tabac OGM vendu sous la marque de
cigarettes Quest® * aux États-Unis. Il est conçu pour
produire peu ou pas de nicotine.
Que signifie une étiquette sans OGM ?
Il n'y a pas de réglementation régissant le label
«Non-OGM». Chaque fabricant peut établir ses propres critères.
Certains utilisent l'étiquette s'il n'y a pas d'ingrédients issus de
cultures qui ont été génétiquement modifiés: pas de soja, de maïs,
etc. Ces mêmes aliments peuvent contenir des produits laitiers
génétiquement modifiés ou des agents de transformation, mais
probablement pas.
Certains aliments contenant des produits à base de soja ou de maïs sont
étiquetés «sans OGM» parce que les cultures proviennent de semences
non génétiquement modifiées . Mais les semences et cultures sans OGM
peuvent être contaminées. Par conséquent, chaque fabricant décide du degré de
vigilance utilisé pour étayer cette affirmation. Certaines entreprises se fient
uniquement aux affidavits des agriculteurs. D'autres testent leurs produits.

Un test courant est un «test de bandelette» sur site . Comme un test de


grossesse à domicile, une bandelette est plongée dans un tube à essai
contenant une solution spéciale mélangée à la culture en poudre. Il changera de
couleur s'il y a des OGM présents.
Ces tests à bandelettes ne sont pas efficaces pour les aliments transformés et
ont des antécédents incohérents. Bien qu'ils prétendent être suffisamment
sensibles pour détecter aussi peu que 0,1% de teneur en OGM, une étude publiée
qui évaluait les tests sur bandelettes effectués par les manutentionnaires de
céréales a révélé qu'ils n'avaient pas détecté de soja contenant 1% de OGM
environ un tiers du temps. Ils sont généralement efficaces pour détecter des
pourcentages importants d'OGM.

Les allégations non-OGM les plus rigoureuses sont basées sur un test connu
sous le nom de réaction en chaîne par polymérase ou PCR. Lorsqu'il est utilisé
par des techniciens qualifiés, * Quest® est une marque déposée de Vector
Tobacco Ltd. Company.

La PCR peut détecter avec précision une teneur en OGM aussi


faible que 0,01 pour cent et peut déterminer le pourcentage
d'OGM présents.
Indépendamment des méthodes d'essai, les fabricants doivent sélectionner un
niveau de contamination par les OGM qu'ils jugent acceptable. Avoir une
tolérance zéro n'est ni pratique ni possible à garantir. La norme utilisée par un
certificateur non-OGM est de 0,1 pour cent - chaque ingrédient d'un produit doit
avoir moins de 0,1 pour cent de teneur en OGM pour être qualifié de
«non-OGM». Cela ne signifie pas qu'un produit à base de soja GM est autorisé s'il
constitue moins de 0,1 pour cent du poids du produit. Au contraire, le produit de
soja lui-même doit contenir moins de 0,1 pour cent de teneur en OGM.

De plus, le programme de certification interdit les agents de


transformation GM ou les produits laitiers fabriqués à partir de
vaches injectées de rbGH. Le fabricant a également besoin d'un
système de suivi documenté, d'inspections par des tiers et d'un
échantillonnage et de tests appropriés.
De nombreuses entreprises appliquent des normes moins rigoureuses et
étiqueteront un produit «sans OGM» avec 1 ou 2 pour cent d'OGM présents. De
plus, certaines étiquettes indiqueront «Fabriqué avec du soja sans OGM », mais
d'autres ingrédients peuvent contenir des OGM. Seuls quelques produits vendus
au détail sont actuellement étiquetés «Certifiés sans OGM». Cette étiquette est
plus souvent vue au niveau des ingrédients bruts, où les distributeurs de soja ou
de maïs, par exemple, utilisent une certification tierce pour vérifier que leurs
produits répondent aux spécifications des acheteurs.

Plusieurs fabricants américains prennent des mesures pour éviter


les ingrédients génétiquement modifiés, mais ne placent pas
d'étiquettes ou d'allégations sur leurs produits. Ils ne veulent
aucune responsabilité liée à la garantie sans OGM , d'autant plus
que la loi ne définit pas la notion de non-OGM. Vous pouvez
toujours contacter l'entreprise pour le savoir.
Il existe un « Guide des non-OGM » sur www.seedsofdeception.com pour
vous aider à déterminer quelles marques sont des OGM et lesquelles ne
le sont pas. Si vous contactez une entreprise au sujet de ses produits,
veuillez envoyer sa réponse au site ou demander à l'entreprise de le faire.
Consultez le site pour plus de détails.

Est-ce que biologique signifie non-OGM?


En 1997, le département américain de l'Agriculture a tenté d'autoriser les
ingrédients GM

dans leur nouvelle définition du bio. Ils ont également proposé un certain nombre
d'autres règles nouvelles qui s'écartaient de la définition traditionnelle, telles que
permettre l'irradiation des aliments, la fertilisation des champs avec des boues
d'épuration et le confinement des animaux. Plus de 275 000 lettres, fax, e-mails et
signatures ont été versés à l'USDA, les forçant à reconsidérer leur décision.

Les nouvelles règles interdisent l'utilisation du génie génétique pour les produits
étiquetés comme biologiques. Si des semences ou des cultures ont été
accidentellement mélangées avec du contenu GM, le produit ne peut pas être
vendu comme biologique. Une exception est faite en cas de contamination par
pollinisation croisée. Les normes biologiques ne pénalisent pas les agriculteurs
qui prennent des précautions raisonnables, mais dont les cultures sont
contaminées par une pollinisation indépendante de leur volonté. Bien que les
normes ne spécifient pas de niveau maximal de contamination admissible par
pollinisation croisée, de nombreux acheteurs de l'industrie biologique fixent leurs
propres seuils. Ils rejettent les produits dont la teneur en OGM est supérieure à un
faible niveau spécifié tel que 0,1 pour cent.

À moins que leurs acheteurs ne le demandent, de nombreux


producteurs biologiques ne testent pas les OGM. Ce n'est pas
obligatoire. Ainsi, les produits biologiques peuvent contenir une
contamination non détectée. Certains agriculteurs et
certificateurs préféreraient établir un seuil universel pour la
teneur en OGM, ce qui pourrait ouvrir la voie à des tests réguliers.
Si un emballage indique «100% biologique», chaque ingrédient doit être 100%
biologique. Si l'étiquette dit «biologique», au moins 95 pour cent des ingrédients
doivent être biologiques. Les 5 pour cent restants ne sont pas censés être
génétiquement modifiés selon les normes biologiques. Si l'étiquette indique
«Fabriqué avec des ingrédients biologiques», au moins 70 pour cent des
ingrédients doivent être biologiques - les ingrédients non biologiques ne sont pas
non plus censés être GM. Les ingrédients non biologiques , généralement
énumérés au bas de l'étiquette, n'ont pas besoin d'être testés comme non-OGM.

Grands projets - Ingénierie génétique de l'approvisionnement


alimentaire
Il y a des centaines de produits GM dans le pipeline en attente de
développement, d'approbation ou de commercialisation. Pratiquement tous les
types de produits populaires ont été génétiquement modifiés en laboratoire.
Certains
ceux-ci comprennent: blé, riz, melons, concombres, fraises,
brocoli, raisins, tournesol, canne à sucre, betterave à sucre,
pommes, laitue, radicchio, carottes, café, canneberges,
aubergines, avoine, oignons, pois, pineap-ples, prunes,
framboises, patates douces, noix et orge. De nombreuses
variétés sont soumises à des essais sur le terrain dans l'une des
milliers de parcelles d'essai effectuées chaque année.
Quel que soit le risque que présente un produit GM
particulier, grand ou petit, le fait d'introduire autant de
variétés à l'avenir peut multiplier un petit risque en une
certitude virtuelle.
Inscrivez-vous pour recevoir des mises à jour par e-mail sur
www.seedsofdeception.com pour être informé de toute culture GM
supplémentaire entrant sur le marché.

Manger sans OGM dans les restaurants


Lorsque vous cherchez des aliments sans OGM au restaurant, la première
question est généralement: avec quelle huile cuisinent-ils? De nombreux
restaurants utilisent des huiles végétales GM. Mais ils peuvent aussi avoir de
l'huile d'olive disponible pour les salades, etc.

Mais assurez-vous que leur huile d'olive n'est pas mélangée avec de l'huile de
canola. Cela se fait souvent et parfois même les serveurs et serveuses ne le
savent pas.

La cuisine le fait.
Selon le plat, certains restaurants peuvent changer les huiles de cuisson juste
pour votre repas, en utilisant de l'huile d'olive au lieu de leur huile végétale
normale.

Cependant, il est peu probable qu'ils le fassent pour les plats frits.
Les restaurants italiens, grecs et du Moyen-Orient et de
nombreux établissements gastronomiques ont de toute
façon tendance à utiliser de l'huile d'olive. Il est
généralement plus facile de téléphoner à l'avance et de
parler à un cuisinier.
En Europe, où les aliments sont étiquetés si leurs ingrédients contiennent même
une petite quantité de contenu GM, les restaurants sont censés indiquer si l'un de
leurs aliments contient des ingrédients GM ou disposer des informations sur
demande.

Un établissement de restauration, par exemple, a


proposé l'énoncé de politique suivant en 1999:
«En réponse aux inquiétudes soulevées par nos clients. . . nous avons
décidé de supprimer, dans la mesure du possible, le soja et le maïs (maïs)
génétiquement modifiés de tous les produits alimentaires servis dans
notre restaurant. Nous continuerons de travailler avec nos fournisseurs
pour remplacer le soja et le maïs génétiquement modifiés par des
ingrédients non génétiquement modifiés . . . . Nous avons pris les
mesures ci-dessus pour nous assurer que vous, le client, pouvez avoir
confiance en la nourriture que nous servons. » [12]
La déclaration faisait référence à la cafétéria du siège
britannique de Monsanto à High Wycombe, en
Angleterre.
Une étrange affaire
Répondant aux déclarations du représentant américain au
Commerce, Robert Zoellick, attaquant la position de l'UE sur les
aliments génétiquement modifiés, le commissaire européen au
développement Poul Nielson a déclaré: «C'est une discussion
étrange. Très étrange. Nous approchons d'un point où je serais
tenté de dire que je proposerais un accord aux Américains qui
créerait une situation plus normale.
«L'accord serait le suivant: si les Américains arrêtaient de
mentir sur nous, nous arrêterions de dire la vérité à leur sujet.»
[1]

Chapitre 9
Ce que tu peux faire
J'étais en pause déjeuner d'un atelier de danse de lindy hop à
Saint-Louis quand d'autres danseurs sont entrés dans le
restaurant. Nous leur avons demandé de nous rejoindre. Pendant
le déjeuner, j'ai demandé à l'homme en face de moi ce qu'il faisait
en plus de danser. Il a dit qu'il travaillait pour Monsanto en tant
que biologiste moléculaire, en génie génétique des aliments.

J'ai mâché lentement et j'ai réfléchi à mes options.


Nous étions, après tout, en train de déjeuner. Et il était,
après tout, un autre danseur de swing. J'ai décidé d'être
gentil.
Après quelques discussions amicales sur l'allergénicité potentielle
des constructions génétiquement modifiées, j'ai posé la question:
lorsque vous injectez le gène dans l'ADN, comment savoir si vous
avez perturbé une séquence importante?
Il a dit qu'ils connaissaient la séquence de nombreux
gènes et ont essayé d'éviter d'insérer de nouveaux gènes
au milieu d'un gène existant. Après une pause, a-t-il ajouté,
nous continuons à apprendre quelles séquences de l'ADN
sont importantes.
J'ai demandé: Et si toute la séquence d'ADN est importante? La théorie derrière le
génie génétique suppose que l'ADN est un ensemble de gènes discrets, tous
travaillant indépendamment, qui, lorsqu'ils sont ajoutés ensemble, produisent
une plante, un animal ou un humain. Mais ce n'est pas ainsi que le reste du corps
fonctionne et ce n'est pas non plus ainsi que fonctionne l'écosystème. Ils
impliquent tous deux des systèmes complexes et interdépendants que nous ne
comprenons pas entièrement.

Les effets secondaires dangereux de la médecine et les


catastrophes environnementales sont souvent le résultat lorsque
nous ignorons cette complexité et tentons de faire un seul
changement de manière isolée. C'est là que nous avons des
ennuis.

Et si la séquence de l'ADN fonctionnait de manière holistique, peut-


être en utilisant des lois de la nature que nous n'avons pas encore
découvertes? Supposons, par exemple, que la structure en double
hélice de l'ADN tire parti des lois subtiles de la mécanique
quantique ou des effets de champ. La perturbation d'une partie de
la séquence d'ADN ne pourrait-elle pas avoir des conséquences
imprévues que nous ne savons même pas comment tester?
Il était silencieux. La table était silencieuse. Nous avons tous juste regardé
notre nourriture pendant un moment, puis avons continué à manger.
Quelqu'un a dit: "C'était profond."

Plus de silence.
Le biologiste a alors répondu: «Mais vous savez que
nous avons besoin du génie génétique?»
"Quoi?"
«Vous savez que nous avons besoin du génie génétique.»
"Comment?" J'ai demandé.
«Pour nourrir le monde.»
Et puis il a commencé à me donner les chiffres. D'ici l'an
deux mille et telle et telle, la population mondiale serait telle
et telle. Et il n'y a aucun moyen de nourrir notre planète avec
le système agricole actuel. . . .
Pendant que le scientifique de Monsanto parlait, je savais qu'il était
sincère. Je savais qu'il croyait profondément à ce qu'il disait. Et je savais
qu'il avait tort.

«Nourrir les affamés» est décrit dans le livre, Dîner au New Gene Café, comme
«l'argument final». [1] Une fois que vous avez efficacement contré les arguments
selon lesquels la technologie est précise, la FDA l'a prouvée sans danger, et c'est
juste comme le croisement traditionnel, à la fin la discussion portera sur
l'impératif moral que nous avons besoin d'aliments génétiquement modifiés pour
nourrir le monde.

Cependant, ceux qui étudient la question disent que l'argument avancé par le
L'industrie biotechnologique est basée sur la propagande et non sur
la science. L'organisation Stop Hunger Now déclare: «L'abondance,
et non la pénurie, décrit le mieux l'approvisionnement alimentaire
mondial.» La vérité est que nous avons plus de nourriture par
personne qu'à n'importe quel moment de l' histoire - 4,3 livres par
jour. [2] Un rapport de l'Organisation des Nations Unies pour
l'alimentation et l'agriculture (FAO) confirme qu'avec l'augmentation
de la production alimentaire et la diminution du taux de croissance
démographique, nous ne serons pas à court. [3] Le triste fait est
que la famine n'est généralement pas associée au manque de
nourriture dans le monde. Nous avons une fois et demie la quantité
de nourriture nécessaire pour nourrir le monde, mais les gens ont
encore faim. Mais c'est une autre histoire.
L'histoire ici est que le scientifique de Monsanto assis devant moi croit
entièrement à la position de PR de son industrie - et avec un quart de milliard de
dollars dépensé pour faire passer ce message, d'innombrables autres le font
aussi.

J'en ai appris davantage sur la façon dont l'industrie fait valoir ses arguments en
écoutant ses représentants s'adresser à une conférence sur la biotechnologie
agricole plus tard dans l'année. Chacun a décrit une autre percée glorieuse sur le
génie génétique et comment il résoudrait les problèmes de l'agriculture. Mais
chaque fois que quelqu'un a brossé légèrement le sujet de la résistance du public
aux aliments génétiquement modifiés, ils ont tous dit la même phrase:

«Ce n'est pas un problème de sécurité alimentaire.» Chaque


orateur qualifierait les arguments contre les aliments
génétiquement modifiés de culturel, ou religieux, ou
philosophique, ou anti-science, ou compliqué, ou une barrière
commerciale, ou anti-américaine. Mais, "bien sûr, ce n'est pas un
problème de sécurité alimentaire."
Les membres de l'auditoire provenaient de l'agriculture, de l'industrie
alimentaire, du monde universitaire et des médias. Je me suis demandé
comment ils réagissaient à ce qui se disait. Pendant une pause, j'ai
entamé une conversation avec un étudiant diplômé faisant des
recherches sur les problèmes sociologiques entourant les aliments
génétiquement modifiés. En partageant certains détails de son travail,
elle a évoqué la résistance aux aliments génétiquement modifiés
exprimée en Europe et ailleurs. Elle a rapidement ajouté: «Bien sûr, ce
n'est pas un problème de sécurité alimentaire.»
Bingo. Cela avait fonctionné. Les mots qu'elle a utilisés, même la façon dont elle
les a prononcés,

reflétait précisément celui des orateurs précédents. Ils ont eu un autre converti.
Se faire entendre - faire une différence
L'étudiant diplômé pensait qu'il n'y avait pas de problème de
sécurité alimentaire avec les aliments génétiquement modifiés et
le scientifique de Monsanto au déjeuner pensait que les aliments
génétiquement modifiés pourraient nourrir les affamés. Le PDG
de Monsanto, Robert Shapiro, a déclaré: «Ceux d'entre nous qui
travaillent dans l'industrie peuvent se réconforter. . . . Après tout,
nous sommes les experts techniques. Nous savons que nous
avons raison. Les "antis" ne comprennent manifestement pas la
science, et poussent tout aussi manifestement un agenda caché
- probablement pour détruire le capitalisme. [4]

Si vous défiez l'industrie, comme l'a rapporté le secrétaire à l'Agriculture Glickman,


"Vous êtes des Luddites, vous êtes stupide." Ou pire, vous êtes un scélérat pour
avoir tourné le dos aux millions de personnes affamées dans le monde. Jack
Kemp, ancien candidat républicain à la vice-présidence avait des mots de choix
pour ceux qui appelaient à des tests de sécurité et à l'étiquetage des aliments
génétiquement modifiés. Il a dit qu'ils étaient «irréfléchis, anti-progrès, de gauche,
autoproclamés. . . militants anti-technologie . [5] Il n'est pas facile de parler contre
le courant pro-biotechnologique .

Une étude révélatrice a démontré qu'un groupe de personnes


essayant de prendre une décision n'était pas influencé par les
suggestions de ses membres les plus intelligents, mais par ceux
qui parlaient le plus. L'industrie de la biotechnologie tire parti de ce
principe dans des millions de dollars de publicités et des années
de reportages dans les médias pro-biotechnologiques .
Alors, comment faire passer un message différent? Les principaux médias ont
évité de couvrir la question de la sécurité alimentaire. Même lorsque des
problèmes de santé liés aux OGM sont signalés, les nouvelles se limitent
généralement à de brèves extraits sonores ou à une opinion citée qui est
«équilibrée» par une citation pro-biotechnologique contestant toute
préoccupation. Les actualités générales ne suffisent pas. Pour convaincre
quelqu'un que les aliments génétiquement modifiés comportent des risques
graves, il faut généralement une longue discussion. Il faut une discussion encore
plus longue pour inciter quelqu'un à changer réellement ses habitudes
alimentaires à vie. C'est là que ce livre entre en jeu. C'est une longue discussion
portable - qui peut être transmise. Et c'est non édité par les médias et non
désinfecté par l'industrie.

Les livres ont du pouvoir. Le roman d'Upton Sinclair, The Jungle, a


révélé les conditions insalubres de l'industrie de l'emballage de la
viande. Après que Teddy Roosevelt ait lu le livre sur un long voyage
en train, il a fait passer un projet de loi au congrès créant
l'inspection de la viande. Lors d'une conférence de presse, le
président Kennedy a reconnu l'importance du livre de Rachel
Carson, Silent Spring , qui exposait les dangers des pesticides.
Kennedy a ensuite demandé à son conseiller scientifique de se
pencher sur la question. Le livre a finalement été «crédité du
lancement du mouvement environnemental américain, de la
création de l'Agence de protection de l'environnement et de
l'interdiction du DDT en 1972». [6]
De même, les fonctionnaires du monde entier qui sont en charge de la politique
des aliments génétiquement modifiés doivent être sensibilisés aux dangers des
aliments et à la manière dont leur approbation était basée sur la politique et non
sur la science. Au lieu de cela, ils ont été soumis à une promotion incessante de
la part de l'industrie biotechnologique et à des brimades de la part du
gouvernement américain pour accepter les aliments et les cultures GM. Si les
faits de ce livre parviennent aux bonnes personnes, cela pourrait faire une
différence. En fait, c'est déjà le cas. Un représentant de l'État du Vermont a
déclaré que le livre «s'est répandu comme une traînée de poudre. . . et il a
certainement coloré chaque conversation dans la Statehouse sur les OGM. C'était
le sous-texte de tout après cela, une fois arrivé. Peu de temps après, le Vermont a
adopté la première réglementation nationale sur les OGM.

J'ai fondé l'Institute for Responsible Technology pour apporter ces


connaissances aux personnes qui peuvent aider à arrêter le génie
génétique de notre approvisionnement alimentaire. Pour participer à nos
campagnes ou faire un don à nos efforts, veuillez vous rendre sur
www.responsibletechnology.org.
Parmi les personnes les plus influentes figurent les dirigeants de grandes
entreprises alimentaires. Cela a été exposé au Royaume-Uni en 1998, où le chef
d'Islande Frozen Foods a déclenché une révolution. Après avoir reçu plusieurs
lettres exprimant des inquiétudes concernant les aliments génétiquement
modifiés, le président de la société, Malcolm Walker, a décidé de découvrir de quoi
il s'agissait. Après avoir pris connaissance des problèmes, il a ordonné que le soja
et le maïs génétiquement modifiés soient supprimés de la marque maison de
l'entreprise. Des brochures dénonçant les aliments génétiquement modifiés ont
été distribuées dans sa chaîne de magasins. En l'espace de six mois, le reste de
l'industrie alimentaire britannique a emboîté le pas. Les dirigeants d'autres
chaînes ont reconnu l'influence de l'Islande
Frozen Foods sur leurs décisions.
Iceland Frozen Foods s'est par la suite engagé à ne vendre que de
la viande nourrie avec des aliments pour animaux
non génétiquement modifiés . Ils ont également supprimé
édulcorant artificiel génétiquement modifié aspartame à partir de
leur
ingrédients des produits. Leur communiqué de presse faisait
même référence à des recherches liant l'aspartame aux
tumeurs cérébrales. [7]
Aux États-Unis, Whole Foods Market, Wild Oats et Trader Joe's ont
annoncé que les OGM seraient supprimés de leurs marques de
magasin.
Les aliments pour bébés Gerber, ainsi que de nombreux produits
diététiques, ont également changé leurs ingrédients. (Voir
www.seedsofdeception pour une liste.) Lorsqu'un magasin ou une
marque supprime des ingrédients GM, cela a un effet d'entraînement
dans l'industrie. Une fois qu'une chaîne de supermarchés s'est engagée à
éliminer les OGM, elle envoie généralement une lettre à ses fournisseurs
qui à leur tour contactent leurs fournisseurs et ainsi de suite. Un magasin
peut avoir des centaines de produits alimentaires, chacun avec une liste
d'ingrédients. Des centaines ou des milliers d'entreprises peuvent être
touchées, jusqu'au niveau de la ferme.
Lorsqu'un fournisseur reçoit une demande de fournir uniquement des ingrédients
non GM , il teste généralement ses produits pour le contenu GM. S'ils apportent
un changement, ils choisissent généralement le niveau minimum de conformité
nécessaire pour répondre aux exigences de l'acheteur. Ils supprimeront
uniquement les ingrédients génétiquement modifiés spécifiés et établiront le
programme de test et de surveillance le moins coûteux que leur acheteur
acceptera. Leurs choix ne sont pas motivés par la sécurité alimentaire; c'est de l'
économie - faire un changement ou perdre le client. Les acheteurs sont donc au
sommet de la chaîne alimentaire. Ils font bouger le marché. Lorsque McDonalds,
Pringles et les autres grands acheteurs de pommes de terre ont décidé de ne pas
vendre la pomme de terre GM New Leaf de Monsanto, par exemple, elle a
rapidement été retirée du marché. McDonalds et d'autres ont condamné la
pomme de terre de Monsanto parce qu'ils voulaient satisfaire les demandes des
consommateurs. Nous avons ce pouvoir.

Les chaînes alimentaires européennes ont également répondu aux demandes


des consommateurs et leur passage à des produits sans OGM a été un
glissement de terrain. Une fois que quelques grands fabricants et chaînes ont
annoncé leur intention de devenir non-OGM, personne ne voulait être laissé de
côté. Cela a facilité la tâche de l'ensemble de l'industrie. Tous les
les vendeurs et les fournisseurs d'ingrédients sont passés
au soja et au maïs non génétiquement modifiés en même
temps.
L'industrie alimentaire européenne a dû dépenser beaucoup d'argent pour
faire le changement, changeant souvent les recettes pour éliminer
complètement le soja et le maïs.

Ils en voulaient aux entreprises de biotechnologie pour tout le gâchis.


Après tout, l’industrie alimentaire n’a pas demandé d’aliments
génétiquement modifiés et n’en a tiré aucun profit. Les aliments
génétiquement modifiés n'étaient ni moins chers ni plus attrayants. Ils
étaient un problème coûteux qui leur était imposé par ce qu'ils
considéraient comme une industrie américaine insensible et avide.
Afin d'essayer d'empêcher une révolte à l' européenne dans le secteur
alimentaire américain, l'industrie biotechnologique a tenté de s'aligner sur
l'industrie alimentaire, convaincant les fabricants de produits alimentaires
qu'ils font partie de la famille; une attaque contre la biotechnologie est
une attaque contre la nourriture. L'efficacité de cette stratégie est illustrée
par la présence omniprésente de la Grocery Manufacturers Association
(GMA) dans les médias défendant les aliments GM. Ce n'est pas un
hasard si Monsanto est un contributeur important à la GMA.
Cependant, lorsque StarLink a frappé en 2000, les choses ont
bougé.
Les entreprises qui ont dépensé des millions en rappels coûteux ont
commencé à remettre en question leur soutien à la biotechnologie et ont
même contesté publiquement les politiques gouvernementales souples. Les
consommateurs ont été alertés des dangers potentiels et de nombreux
Américains ont réalisé pour la première fois qu'ils mangeaient des aliments
génétiquement modifiés.

En novembre 2002, l’industrie alimentaire a pris une autre tête. Des grains de
maïs qui avaient été conçus pour produire un vaccin contre un virus causant la
diarrhée chez les porcs ont été accidentellement mélangés dans 500 000
boisseaux de soja dans une installation céréalière du Nebraska. L'USDA a ordonné
la destruction du soja et le fabricant de maïs, Prodigene, de payer la facture de 2,8
millions de dollars. Le fait que la contamination ait même été découverte reposait
sur plusieurs coïncidences et aurait facilement pu être manquée. Les rapports de
presse sur l'incident ont également révélé que deux mois plus tôt, Prodigene avait
dû détruire 155 acres de maïs dans l'Iowa, car le pollen soufflé par le vent
provenant de son maïs produisant de la drogue pourrait l'avoir également
contaminé.

Les entreprises alimentaires ont réalisé qu'elles avaient raté de


peu un autre StarLink. Ils ont également été alertés sur les
réglementations épouvantables régissant les quelque 300
parcelles d'usines GM conçues pour produire des médicaments et
des produits chimiques industriels. Comme 200 de ces parcelles
utilisent du maïs, les possibilités de contamination par
pollinisation croisée et mélange accidentel sont grandes;
beaucoup estiment à environ 100 pour cent les chances que
certains Américains aient déjà consommé des produits
pharmaceutiques ou chimiques du maïs .
L'industrie alimentaire américaine est désormais clairement
concernée. Ils réalisent à quel point ils sont vulnérables à un autre
rappel de type StarLink , et ils ont une certaine idée que le
gouvernement ne protège pas adéquatement les consommateurs.
Le moment est peut-être parfait pour créer un glissement de
terrain dans l'industrie alimentaire américaine. Même une grande
entreprise qui modifie sa politique pourrait rendre les aliments
génétiquement modifiés impopulaires très rapidement. Telle est
l'idée derrière GE Food Alert, une coalition de sept organisations
qui a ciblé le plus grand fabricant de produits alimentaires
d'Amérique, Kraft Foods. Leur campagne, décrite sur
www.krafty.org , incite les consommateurs à contacter Kraft, pour
demander à l'entreprise de retirer les ingrédients GM.

Veuillez envoyer un courriel ou écrire aux entreprises alimentaires pour partager


vos préoccupations concernant les aliments génétiquement modifiés. Si vous
avez arrêté d'acheter une marque alimentaire en raison de problèmes d'OGM,
faites-le savoir à l'entreprise. Avec votre message, suggérez-leur de lire ce livre; ils
en apprendront davantage sur les risques pour la santé des aliments
génétiquement modifiés et sur les responsabilités importantes auxquelles ils
sont confrontés en les utilisant. Vous pouvez télécharger des exemples de lettres
et d'e-mails sur www.seedsofdeception.com.

Pour certains fabricants, passer à des ingrédients sans OGM est


assez simple - il existe des alternatives faciles à remplacer . Pour
d'autres, les substitutions sont difficiles. Ils peuvent attendre le
glissement de terrain.
Action locale
L'un des moyens les plus simples de provoquer un tel glissement de terrain est
d'inspirer un changement au niveau local. Parfois, il suffit d'une demande. Par
exemple, j'ai demandé au propriétaire d'un restaurant local de retirer les
aliments GM de son menu,
expliquant qu'il y avait plusieurs personnes en ville qui les évitaient. Il m'a invité
dans sa cuisine pour voir ce que cela impliquerait. Il est ensuite passé de l'huile
de soja aux huiles d'olive et de tournesol, a remplacé ses courgettes par une
source biologique et a commencé à utiliser du lait biologique. Étant donné que les
éléments de son menu n'utilisaient presque pas d'aliments emballés, les
changements étaient simples et peu coûteux. J'ai écrit un court article à ce sujet
pour un hebdomadaire local, qu'il a posté sur sa vitrine. Il a vu une augmentation
immédiate des affaires.

Pour ne pas être en reste, un restaurant concurrent à un pâté de maisons a


également supprimé les aliments génétiquement modifiés. J'ai également écrit
un article pour eux. Deux restaurants à proximité sont ensuite passés à l' huile
non GM et aux produits laitiers biologiques. En fait, ils ont augmenté les prix de
quelques entrées de 0,50 $ pour couvrir l'augmentation des coûts et ont affiché
des panneaux expliquant ce qu'ils avaient fait. Les clients ont adoré.

Maintenant, d'autres restaurants de la ville font le


changement.
Je n'ai jamais eu une seule fois à discuter des problèmes
de sécurité concernant les aliments génétiquement
modifiés. Il suffisait aux restaurateurs de savoir que leurs
clients préféraient ne pas manger d'aliments
génétiquement modifiés, ou qu'un concurrent répondait à
cette préférence.
Sur www.seedsofdeception.com, voici des documents que vous pouvez imprimer
et donner aux restaurateurs qui expliqueront le problème et les aideront à faire un
changement. Vous pouvez même donner des notes aux serveurs ou aux
serveuses pour les aider à satisfaire votre désir de nourriture sans OGM .

De toutes les stratégies locales, inciter les écoles à faire un changement peut être
la plus puissante. Les écoles du Royaume-Uni et de certaines régions d'Europe ont
interdit les aliments génétiquement modifiés il y a des années. Dans les années
1990, de nombreuses associations de parents et d'enseignants (PTA) se sont
rassemblées contre la rbGH et plus d'une centaine de districts scolaires
américains ont interdit le lait des vaches traitées à la rbGH . John Kinsman,
producteur laitier du Wisconsin, décrit la méthode qu'il a utilisée pour inspirer
plusieurs écoles. «J'ai simplement parlé aux parents de jeunes enfants. Une fois
que les mères en ont entendu parler, elles ne se sont pas reposées tant que leur
école n'a pas pris l' engagement. »8 Les enfants sont les plus exposés aux
dangers potentiels des aliments génétiquement modifiés. Puisqu'il y a peu de
forces dans la nature plus fortes qu'une mère protégeant son enfant, la stratégie
de Kinsman est puissante. Une femme du Connecticut a également constaté
qu'avoir un
membre de la commission scolaire de son côté était important. Sur
www.seedsofdeception.com, vous trouverez des exemples de lettres
que vous pouvez utiliser pour rendre l'approche aux parents, aux
membres du conseil d'administration et à d'autres personnes facile et
efficace. De même, il existe du matériel pour les étudiants des
collèges pour les aider à aborder le service alimentaire de leur
campus.
Selon la théorie de l'information, «la connaissance a un pouvoir organisateur».
Des personnes informées et compétentes font la différence. Nous savons que
nous ne pouvons pas dépendre des médias américains ou du gouvernement
américain pour nous informer. Pour faire connaître les histoires de ce livre au
public, il faut que ses lecteurs le fassent, les transmettent de personne à
personne. Pour rendre cela abordable, j'offre des réductions pour les achats de
six livres ou plus. Veuillez en acheter autant que vous le pouvez. Voir le bon de
commande à la fin de ce livre ou aller sur le site.

Vous pouvez également vous inscrire sur le site Web pour devenir membre de
l'Institut pour une technologie responsable. Il s'agit de l'organisation que j'ai
fondée pour vous aider à rester au courant des problèmes et à faciliter
l'identification des aliments génétiquement modifiés. Il existe une newsletter
électronique , des paquets d'informations à télécharger et des liens vers d'autres
organisations. Nous vous ferons également savoir quand il y aura des
campagnes pour contacter les élus pour encourager le soutien à une législation
importante.

Ce que j'ai écrit, ce que je n'ai pas écrit, pourquoi


Ce livre s'est concentré sur la question des aliments génétiquement modifiés. Il
n'a pas examiné la thérapie génique ni la médecine génétiquement modifiée. Il
existe des différences fondamentales. Plusieurs scientifiques travaillant dans le
domaine de la thérapie génique sont consternés que la technologie génétique
soit appliquée à l'alimentation, ce qui expose toute notre population et notre
écosystème à des risques inutiles. La thérapie génique ou la médecine
génétiquement modifiée, en revanche, peuvent limiter les risques uniquement
aux personnes qui acceptent à l'avance. Je vous invite à évaluer les autres
technologies génétiques au cas par cas .

Ce livre n'explore pas non plus l'aspect le plus dangereux des aliments
génétiquement modifiés - l'impact environnemental. Une fois qu'un
organisme génétiquement modifié est libéré dans l'environnement, il ne
peut jamais être rappelé.

Les gènes restent dans le pool génétique d'une espèce ou passent d'une espèce
à l'autre pendant d'innombrables générations. Les implications
environnementales dévastatrices des aliments génétiquement modifiés sont
discutées dans mon prochain livre, ainsi que des histoires correspondantes de
négligence et de complicité du gouvernement.

Le deuxième livre décrit également comment les entreprises de


biotechnologie ont profité des agriculteurs. Les dommages que
cette technologie fait au secteur agricole sont
considérables, mais bien cachés. Les révélations dans le livre
seront un véritable choc. Je présenterai également quelques
nouvelles questions importantes concernant la sécurité des
aliments génétiquement modifiés. Vous pouvez vous inscrire sur
le site Web pour être informé de la disponibilité du livre.
L'objectif étroit de ce premier livre sur les risques pour la santé des aliments
génétiquement modifiés est intentionnel. Il est conçu pour être un catalyseur de
changement. Je pense que pour la plupart des gens, les préoccupations légitimes
concernant la sécurité alimentaire sont beaucoup plus efficaces pour motiver les
changements de régime alimentaire et les habitudes d'achat que les
préoccupations concernant l'environnement, les agriculteurs ou d'autres
problèmes connexes. La focalisation étroite rend également plus difficile pour les
critiques de livres et autres médias liés au livre d'être détournés vers d'autres
sujets. C'est une question de sécurité alimentaire, et qui doit être diffusée dans la
presse. Quant aux sujets de manipulation industrielle, de science incompétente et
de collusion gouvernementale, comment expliquer autrement pourquoi ces
aliments dangereux sont sur le marché?

Bien que j'utilise le terme «mensonge» pour décrire les affirmations selon
lesquelles les aliments génétiquement modifiés sont sûrs, je ne crois pas que la
plupart des gens qui font cette affirmation soient des menteurs.
Je les vois plutôt comme une adhésion à un mythe. Bien qu'il ait été diffusé
intentionnellement, le mythe s'est installé et est maintenant une hypothèse de
base de notre industrie alimentaire. Il est également devenu la carte de visite du
gouvernement américain.

Épilogue
Lorsque les États-Unis ont annoncé le 13 mai 2003 qu’ils contesteraient la
politique de l’Union européenne sur les aliments génétiquement modifiés par
l’intermédiaire de l’Organisation mondiale du commerce, le représentant
américain au commerce, Robert Zoellick, a imputé les craintes concernant les
aliments génétiquement modifiés à «des intérêts particuliers qui exagèrent
l’hystérie». Il a déclaré: «des millions de Nord-Américains consomment des
aliments biotechnologiques chaque jour depuis des années et aucune
conséquence néfaste pour la santé n'a été documentée. Zoellick a déclaré: «L'UE
a la responsabilité de garantir que ses politiques en matière de santé et
d'environnement reposent sur une base scientifique solide.»

Il a ajouté: «Malheureusement, alors que nous attendions patiemment


que les dirigeants européens se mobilisent pour déployer la raison et la
science, le moratoire de l'UE a envoyé un signal dévastateur aux pays en
développement qui bénéficieront le plus des technologies agricoles
innovantes.» La semaine suivante, le président Bush a affirmé que l'UE
avait «bloqué toutes les nouvelles cultures biologiques en raison de
craintes non fondées et non scientifiques. . . . Les gouvernements
européens devraient rejoindre - et non entraver - la grande cause de
l'élimination de la faim en Afrique. »
La rhétorique pro-biotechnologique est à la hausse alors que les
États-Unis tentent d'imposer des aliments génétiquement
modifiés dans des pays du monde entier. Les principaux médias
américains répètent les affirmations non étayées du
gouvernement sans question ni analyse. Le Premier ministre
britannique, Tony Blair, fait également pression sur le programme
de l'industrie. Le 18 juin 2003, il a déclaré: «Il est important que
tout le débat soit mené sur la base de preuves scientifiques, et
non sur la base de préjugés.»
Michael Meacher, qui avait été remplacé quelques jours
auparavant au poste de ministre britannique de l'Environnement, a
répondu à Blair par un article dans le UK's Independent. Intitulé
«Les cultures GM sont-elles sûres? Qui peut dire? Pas Blair,
»Meacher a présenté des preuves scientifiques qui contredisaient
les assurances de sécurité vides du Premier ministre. Les détails
de l'argument de Meacher, qui n'ont pas encore été couverts par un
grand journal américain, mettent en évidence plusieurs des points
abordés dans ce livre.
Meacher a écrit: «Contrairement aux assurances des sociétés de biotechnologie
selon lesquelles le génie génétique est précis et ne fait qu'étendre les techniques
de sélection traditionnelles, il est en fait très différent. Lorsque des cultures
génétiques sont modifiées, le gène est inséré au hasard, à partir d'une séquence
qui a évolué sur des centaines de millions d'années. » Meacher a expliqué que
bien que les ingénieurs aient supposé que chaque gène crée une seule protéine,
«la découverte récente que les êtres humains ne possèdent que 30 000 gènes. . .
montre que cette prémisse était fausse. » De plus, les gènes interagissent; un
gène peut déclencher «d’autres effets imprévus et indésirables». Meacher a
déclaré: "La position aléatoire et le manque de contrôle des fonctions du gène
pourraient changer n'importe quel caractère de la plante et pourraient ne pas être
évidents immédiatement." Il a cité des exemples de déformations inattendues
dans les cultures de soja et de coton GM.

Meacher a expliqué les dangers du transfert d'allergies dans un aliment


GM, la surutilisation d'herbicides et la mise en marche accidentelle du
gène d'un organisme hôte au hasard. Il a également discuté du transfert
horizontal de gènes - où les gènes peuvent sauter entre les organismes
avec des conséquences imprévisibles. Il a déclaré que «le seul essai sur
les OGM humains, commandé ironiquement par la Food Standards
Agency [du Royaume-Uni]», a confirmé que l'ADN génétiquement modifié
s'est en fait transféré à des bactéries dans l'intestin humain. «Auparavant,
de nombreux scientifiques avaient nié que cela était possible», a-t-il
déclaré. «Mais au lieu que cette découverte soit considérée comme une
découverte sérieuse qui devrait être vérifiée et revérifiée, le résultat était
que ce n'était rien de nouveau et n'entraînait aucun risque pour la santé.

Meacher dit que tandis que «on prétend souvent que tous les OGM
ont été« rigoureusement testés », tout ce que ces tests reviennent
est de décider si une culture GM est similaire en termes de
composition à la plante non GM . . . . Cela ne tient absolument pas
compte du fait que les problèmes de santé sont axés non pas sur
des composés connus, mais sur les effets de la technologie GM
qui sont imprévisibles. »
Meacher a déclaré: «Le seul travail parrainé par le gouvernement jamais réalisé
sur les effets des OGM sur la santé était le travail du Dr Pusztai sur les rats et les
pommes de terre génétiquement modifiées, puis, lorsqu'il a trouvé des effets
négatifs, il a été largement rejeté dans les cercles gouvernementaux, même si
son article avait fait l' objet d' un examen par les pairs six

fois avant la publication. »


Meacher a fait référence à un rapport de 2002 de la Royal Society, qui, bien que
typiquement pro-biotechnologique dans son sentiment, déclarait que la
modification génétique «pouvait entraîner des changements néfastes imprévus
dans l'état nutritionnel des aliments». Ils ont donc recommandé que les effets
potentiels des aliments génétiquement modifiés sur la santé soient
rigoureusement recherchés avant d'être donnés aux femmes enceintes ou
allaitantes , aux personnes âgées, aux personnes souffrant de maladies
chroniques et aux bébés. Meacher a déclaré: «Tout aliment pour bébé contenant
des produits génétiquement modifiés pourrait entraîner une augmentation
spectaculaire des allergies.» De même, des changements inattendus des
niveaux d'oestrogène dans le soja GM utilisé dans les préparations pour
nourrissons «pourraient affecter le développement sexuel des enfants» et que
«même de petits changements nutritionnels pourraient provoquer une occlusion
intestinale». L'article citait également un récent rapport de la British Medical
Association qui concluait, «il n'y a pas encore eu de recherche solide et
approfondie sur les effets potentiellement nocifs des aliments génétiquement
modifiés sur la santé humaine.

«Enfin», conclut Meacher, «les sociétés de biotechnologie prétendent souvent que


des millions de personnes ont consommé des aliments génétiquement modifiés
pendant plusieurs années aux États-Unis, mais sans aucun effet
néfaste. Cependant, aucune étude épidémiologique n'a été menée pour étayer
cette affirmation.

Ce que l'on sait, c'est que coïncidant avec l'introduction des OGM dans les
aliments aux États-Unis, les maladies d' origine alimentaire auraient doublé au
cours des sept dernières années, selon le Centre officiel américain de contrôle
des maladies. Et de nombreux rapports font état d'une augmentation des
allergies - en fait, une augmentation de 50 pour cent des allergies au soja a été
signalée au Royaume-Uni depuis le début des importations de soja
génétiquement modifié. Rien de tout cela ne prouve bien sûr le lien avec GM, mais
cela suggère certainement un besoin urgent d'enquêter davantage sur ce lien
possible. En règle générale, cependant, cela n’a pas été le cas. » [1]

À la liste des préoccupations de Meacher, nous pouvons ajouter le potentiel de


cancer, de toxines, de nouvelles maladies et les autres effets sur la santé
discutés en relation avec la rbGH et la catastrophe du L-tryptophane . Il y a aussi
les nombreuses façons dont les chercheurs de l'industrie ont apparemment
trafiqué leurs études pour éviter de trouver des problèmes avec les aliments
génétiquement modifiés. Par exemple, Aventis a chauffé du maïs StarLink quatre

fois plus longtemps que la norme avant de tester la protéine intacte; Monsanto a
nourri des animaux matures avec seulement un dixième de leur protéine dérivée
du soja GM; les chercheurs ont injecté aux vaches un quarante-septième de la
quantité de rbGH avant de tester le niveau d'hormone dans le lait et le lait
pasteurisé 120 fois plus longtemps que la normale pour voir si l'hormone était
détruite; et Monsanto a utilisé un acide plus fort et plus de 1 250 fois la quantité
d'une enzyme digestive recommandée par les normes internationales pour
prouver à quelle vitesse leur protéine se dégradait.

Les vaches qui sont tombées malades ont été exclues des études de la
rbGH de Monsanto, tandis que les vaches qui sont tombées enceintes
avant le traitement ont été comptées comme un soutien que le
médicament n'interférait pas avec la fertilité; les différences de
composition entre le soja Roundup Ready et le soja naturel ont été
omises d'un article publié; les réactions aux anticorps des rats nourris
avec de la rbGH ont été ignorées par la FDA; les décès de rats nourris
avec la tomate FlavrSavr restent inexpliqués; et la protéine substituée
Aventis dérivée par des bactéries au lieu de tester des protéines
provenant de StarLink, entre autres.
Une liste beaucoup plus longue serait nécessaire pour raconter les
conflits d'intérêts, y compris les changements d'emploi entre le
gouvernement et l'industrie, les contributions de campagnes ciblées et
la dépendance des scientifiques, des universités et des instituts de
recherche sur le soutien de l'industrie.
L'un des aspects les plus dangereux du génie génétique des aliments est
la tentative constante de faire taire ceux qui ont des preuves ou des
préoccupations contraires. Ce livre a présenté beaucoup de ceux qui ont
été des cibles, y compris les scientifiques de la FDA Richard Burroughs,
Alexander Apostolou et Joseph Settepani; Les scientifiques de Santé
Canada Shiv Chopra et Margaret Haydon; les chercheurs scientifiques
Arpad Pusztai, Ignacio Chapela et David Quist; les auteurs Marc Lappé et
Britt Bailey; le médecin Sam Epstein et les journalistes qui ont écrit sur lui;
journalistes de télévision Steve Wilson et Jane Akre.

Les tentatives de ces derniers et d'autres pour alerter le public et la communauté


scientifique sur les dangers des aliments génétiquement modifiés ont donné des
résultats significatifs. L'expansion rapide des aliments génétiquement modifiés
envisagée par Monsanto et d'autres a ralenti à une rampe, car de plus en plus de
la communauté mondiale refuse de
Acceptez les aliments ou la rhétorique. Le 10 mai 2003, une nouvelle
organisation appelée Independent Science Panel (ISP) a été inaugurée lors d'une
conférence à Londres. Engagés dans la «promotion de la science pour le bien
public», les membres fondateurs de l'ISP se composent de vingt-quatre
scientifiques dans une grande variété de disciplines du monde entier. Le FAI a
publié un rapport de 136 pages intitulé «Les arguments en faveur d’un monde
durable sans OGM ». Ce document méticuleusement étudié résume les preuves
accablantes en faveur d'une interdiction immédiate des aliments génétiquement
modifiés. À la fin du document, les scientifiques retracent les problèmes majeurs
caractéristiques du débat sur les aliments génétiquement modifiés jusqu'à
présent.

En lisant leur liste ci-dessous, cela peut vous rappeler des


exemples que vous avez lus dans ce livre. J'espère que cela
renforcera votre confiance pour exprimer vous-même ces
arguments. Renverser un mythe n'est pas facile et ne peut être
accompli que par quelques individus. Veuillez vous joindre à ceux
d'entre nous qui se consacrent à faire connaître la vérité et à faire
ce que nous pouvons pour protéger notre monde et nous-mêmes.

Les scientifiques ont écrit: «Nous trouvons les aspects


suivants particulièrement regrettables et inacceptables:
• Manque d’informations publiques critiques sur la science et la technologie des
OGM

•Manque de responsabilité publique dans la communauté


scientifique GM
•Absence de recherche scientifique indépendante et
désintéressée et d’évaluation des dangers des OGM
• Attitude partisane des organismes de réglementation et
autres organes d'information publique, qui semblent plus
déterminés à diffuser de la propagande d'entreprise qu'à
fournir des informations cruciales
• Conflits d'intérêts commerciaux et politiques omniprésents
tant dans la recherche et le développement que dans la
réglementation des OGM
• Suppression et diffamation des scientifiques qui essaient de transmettre
au public des informations de recherche jugées nuire à l'industrie

• Refus persistant et rejet de nombreuses preuves


scientifiques sur les dangers des OGM pour la santé et
l'environnement par les partisans de la modification
génétique et par des organes consultatifs et de
réglementation censément désintéressés
• Réclamations continues des avantages des OGM par les sociétés de
biotechnologie et répétitions de ces affirmations par l'establishment scientifique,
face à de nombreuses preuves que les OGM ont échoué tant sur le terrain qu'en
laboratoire

• Réticence à reconnaître que le financement des entreprises de la


recherche universitaire en GM est déjà en déclin et que les
multinationales de biotechnologie (et leurs actionnaires) ainsi que
les consultants en investissement remettent désormais en
question la sagesse de «l'entreprise GM»
• Attaques et rejet sommaire de nombreuses preuves montrant les
avantages de diverses approches agricoles durables pour la santé et
l'environnement, ainsi que pour la sécurité alimentaire et le
bien-être social des agriculteurs et de leurs communautés locales. [2]

C'est notre nourriture. Manger sainement.


Annexe A
LES ALIMENTS GÉNÉTIQUEMENT MODIFIÉS EN UN COUP
D'OEIL
(Allez à www.seedsofdeception.com pour une liste à jour .) Actuellement
Cultures GM commercialisées aux États-Unis
Soja (85%), coton (76%), canola (75%), maïs (40%), papaye
hawaïenne (plus de 50%), courgettes et courges jaunes
(petite quantité) et tabac (marque Quest®).
Autres sources d'OGM

Produits laitiers de vaches injectés de rbGH.


Additifs alimentaires, enzymes, arômes et agents de transformation, y compris

édulcorant aspartame (NutraSweet®) et présure utilisé


pour faire des fromages à pâte dure.
Viande, œufs et produits laitiers d'animaux ayant consommé des aliments
génétiquement modifiés.

Miel et pollen d'abeille qui peuvent avoir des sources GM de


pollen.
Certains des ingrédients qui peuvent être génétiquement
modifiés
Huile végétale (soja, maïs, graines de coton ou canola), margarines, farine de
soja, protéines de soja, lécithine de soja, protéines végétales texturées, semoule
de maïs, sirop de maïs, dextrose, maltodextrine, fructose, acide citrique et acide
lactique.

Certains des aliments qui peuvent contenir des ingrédients


GM:
Préparation pour nourrissons, vinaigrette, pain, céréales, hamburgers et
hot-dogs, margarine, mayonnaise, céréales, craquelins, biscuits, chocolat,
bonbons, friture, chips, burgers végétariens, substituts de viande, crème
glacée, yogourt glacé, tofu, tamari, soja sauce, fromage de soja, sauce
tomate, poudre de protéines, levure chimique, alcool, vanille, sucre en
poudre, beurre d'arachide, farine enrichie et pâtes. Les articles
non alimentaires comprennent les cosmétiques, les savons, les
détergents, le shampooing et le bain moussant.
Appendice B
ENZYMES DERIVES D'ORGANISMES OGM
Reproduit avec l'autorisation de GEO-PIE
http://www.geo-pie.cornell.edu//gmo.html
NOM DE L'ENZYME UTILISATION D'ORGANISME OGM
(EXEMPLES)
alpha-acétolactate
les bactéries
élimine les substances amères
décarboxylase

des bactéries

alpha-amylase

de la bière

convertit l'amidon en
sucres simples catalase
champignons

réduit la détérioration des


aliments, en particulier les
produits à base d'œufs
chymosine
bactéries ou champignons
caillots de protéines de lait
pour faire du fromage
cyclodextrine-glucosyl

les bactéries

amidon / modification

du sucre transférase
bêta-glucanase

bactéries

améliore la filtration de la bière

bactéries de
glucose isomérase

convertit le sucre de
glucose en sucre de
fructose glucose
oxydase
champignons

réduit la détérioration des


aliments, en particulier la
lipase des produits à
base d'œufs

champignons
bactérie amylase

maltogène modifiant

l'huile et la graisse

ralentit la

pectinestérase des

pains

champignons

améliore la clarté
des jus de fruits
protéase

les bactéries
améliore la structure de la pâte à pain
pullulanase
les bactéries
convertit l'amidon en sucres simples
xylanase
bactéries ou champignons
améliore la levée de la pâte à pain
(hémicellulase)
Remarques
introduction
1 Stuart Laidlaw, «StarLink Fallout Could Cost Billions», The
Toronto Star, 9 janvier 2001
2 Robert Cohen, Milk, the Deadly Poison, Argus Publishing,
Englewood Cliffs, New Jersey, 1998, p. 133

Chapitre 1
1 Sauf indication contraire, les citations d'Arpad Pusztai, de sa
femme Susan ou de Philip James sont basées sur des
communications personnelles avec Arpad Pusztai.
2 Projet
Censuré, http://www.projectcensored.org/publications/2000/2001/7.html
3 Magazine SANS OGM , vol. 1, non. 3, août / septembre 1999
4 Transcription de «World in Action» fournie par Arpad Pusztai
5 John Vidal, «Révoltes contre Monsanto et les aliments
génétiquement modifiés dans toute l'Europe», The Guardian
(Royaume-Uni), 19 mars 1999,
http://www.netlink.de/gen/Zeitung/1999/990220d.htm

6 Sheldon Rampton et John Stauber, Faites-nous confiance, nous


sommes des experts, Jeremy P. Tarcher / Putnam, New York, 2001
7 Arpad Pusztai, http://www.freenetpages.co.uk/hp/A.Pusztai/memo.txt

8 Nigel Hawkes, «Scientist's Potato Alert was False, Laboratory


admet», The Times (Londres), 13 août 1998
9 Euan McColm, «Doctor's Monster Mistake», Scottish Daily
Record et Sunday Mail, 13 octobre 1998, p. 6
10 «L'examen par les pairs justifie que le scientifique se soit
laissé aller pour un avertissement« inapproprié »concernant les
aliments génétiquement modifiés», Natural Science Journal, 11
mars 1999, http://naturalscience.com/ns/cover/cover8.html
11 Bill Lambrecht, Dîner au New Gene Café: Comment le génie
génétique change ce que nous mangeons, comment nous
vivons et la politique mondiale de l'alimentation, St. Martin's
Press, New York, 2001, p. 230
12 Abi Berger, «Hot potato», étudiant BMJ avril 1999: Médecine et
médias,
http://www.studentbmj.com/back_issues/0499/data/0499mm1.htm
13 Bill Lambrecht, Dîner au New Gene Café, p. 232

14 Ziauddin Sardar, «Perte d'innocence: aliments génétiquement


modifiés», New Statesman (Royaume-Uni), vol. 129, non. 4425, 26
février 1999, p. 47
15 Témoignage du professeur Phillip James et du Dr Andrew
Chesson, Interrogatoire des témoins (questions 207-219) 8
mars
1999, http: //www.parliament.the-stationery-
office.co.uk/pa/cm199899/cmselect/cmsctech/286/9030815.htm
16 Sheldon Rampton et John Stauber, p. 172

17 Sarah Ryle, «Food Furor: the Man With the Porst Job in
Britain», The Observer (Londres), 21 février 1999
18 Fran Abrams, «Parliament Food: 'Cynical' Monsanto Branded
Public Enemy Number One,» The Independent (Londres), 23 mars
1999
19 John Vidal et David Hencke, «Genetic food in crise», The
Guardian, 18 novembre 1998
20 Gwynne Dyer, «Frankenstein Foods», Globe and Mail, 20
février 1999
21 Marie Woolf, «Les gens se méfient du gouvernement sur
les aliments génétiquement modifiés», Sunday Independent
(Londres), 23 mai 1999
22 Communiqué de presse des Amis de la Terre, «Cartes de
fidélité des supermarchés pour suivre la menace alimentaire
GM», 25 janvier
1999, http://www.foe.co.uk/pubsinfo/infoteam/pressrel/1999/19990125154458.html
23 Geoffrey Lean, «Exposed: Labour's real goal on GM food»,
Sunday Independent (Londres), 23 mai 1999
24 Éditorial, «Less Spin, More Science», Sunday Independent
(Londres), 23 mai 1999
25 Laurie Flynn et Michael Sean Gillard, «Pro-GM food scientist
'dangerous editor'» GM food: special report, The Guardian, 1er
novembre 1999, http://www.guardian.co.uk/Print/0,3858 ,
3923559,00.html
26 Éditorial, Lancet, 22 mai 1999, p. 1769

27 NLP Wessex, «Une enquête auprès des scientifiques et des


ministres du gouvernement révèle l'absence totale de tests de
sécurité indépendants des aliments génétiquement modifiés; Des
tests indépendants de sécurité des aliments génétiquement
modifiés n'ont jamais été effectués », 7 avril 2001,
http://www.mindfully.org/GE/GE2/Survey-Scientists-
Government.htm
28 Sheldon Rampton et John Stauber, p. 154

29 Ian F. Pryme et Rolf Lembcke, «In Vivo Studies on Possible Health


Conséquences des denrées alimentaires et des aliments pour
animaux génétiquement modifiés - avec une attention particulière
aux ingrédients constitués de matières végétales génétiquement
modifiées », Nutrition et Santé, vol. 17, 2003, sous presse
30 Barbara Keeler et Marc Lappé, «Some Food for FDA
Regulation», Los Angeles Times, 7 janvier 2001
31 Arpad Pusztai, «Les aliments génétiquement modifiés:
présentent-ils un risque pour la santé humaine / animale?»
juin
2001, http://www.actionbioscience.org/biotech/pusztai.html
32 Joel Bleifuss, «No Small (Genetic) Potatoes», In These
Times.com, 10 janvier 2000
33 Noteborn et d' autres, « Évaluation de la sécurité de Bacillus
thuringiensis protéine cristalline insecticide (CRY1A9b) exprimé
dans les tomates transgéniques » , dans: Engel et autres (eds)
Symposium ACS série 605, « génétiquement modifiés
aliments-sécurité questions, » American Chemical Society,
Washington, DC, pp. 135-147, 1995
34 Département des sciences animales et avicoles, Université de
Guelph, «The Effect of Glufosinate Resistant Corn on Growth of
Male Broiler Chickens», rapport no A56379, 12 juillet 1996
35 Greg Winter, «Les aliments contaminés rendent des
millions malades malgré les progrès», New York Times,
18 mars
2001, http://www.btinternet.com/~nlpwessex/Documents/cdcfood.htm

36 Mae-Wan Ho et Jonathan Matthews, «Suppressing


Dissent in Science with GM Foods,
http://www.mercola.com/2001/mar/14/gm_foods.htm
37 Liz Lightfoot, «Les scientifiques ont demandé de fixer les
résultats pour le soutien», Supplément Times Higher Education,
Institut des professionnels, gestionnaires et spécialistes, 8
septembre 2000
38 Eyal Press et Jennifer Washburn, «The Kept University», The
Atlantic Monthly; Mars 2000; vol. 285, non. 3; pp. 39–54 ,
http://www.theatlantic.com/issues/2000/03/press.htm
39 Ralph G. Walton, «Enquête sur les études sur
l'aspartame: corrélation des résultats et des sources de
financement»,
1998, http://www.dorway.com/peerrev.htmll
40 Samuel Epstein et Pete Hardin, «Confidential Monsanto
Research Files Dispute Many bGH Safety Claims», The Milkweed,
janvier 1990
41 Jaan Suurküla, MD, «Dysfunctional science:
Towards a 'pseudoscientfic world order?'» 14 mars
2000, http://www.psrast.org/crisisofsci.htm
42 «Un scientifique de renommée mondiale a perdu son emploi lorsqu'il a mis en garde
contre GE
aliments », Médecins et scientifiques pour une application
responsable de la science et de la technologie (PSRAST),
http://www.psrast.org/pusztai.htm
Remarques
«La sagesse des oies»
1 Mark Newhall, «Il dit que les oies n'aiment pas les haricots
Roundup Ready», vol. 24, non. 5 2000

Chapitre 2
1 Bill Lambrecht, Dîner au New Gene Café: How Genetic
Engineering Is Changing What We Eat, How We Live, and the
Global Politics of Food, St.Martin's Press, New York, 2001
2 Barry Commoner, «Démêler le mythe de l'ADN: le faux fondement
du génie génétique», Harper's, février
2002, http://www.mindfully.org/GE/GE4/DNA-Myth-CommonerFeb02.htm
3 AS Reddy et TL Thomas, «Modification de la composition
lipidique des plantes: Expression d'un gène cyanobactérien
D6-désaturase dans les plantes transgéniques», Nature
BioTechnology, vol. 14, 1996, pp. 639–642
4 Michael Hansen, «Risques possibles pour la santé humaine
des cultures Bt génétiquement modifiées: Commentaires sur les
sections relatives à la santé humaine et à la caractérisation des
produits du document d’action d’enregistrement des
biopesticides Bt Plant-Pesticides Biopesticides de l’EPA»,
présenté au comité consultatif scientifique de l’EPA Arlington,
VA, 20 octobre 2000
5 T. Inose et K. Murata, «Accumulation accrue de composé
toxique dans les cellules de levure ayant une activité
glycolytique élevée: une étude de cas sur la sécurité de la levure
génétiquement modifiée. Journal international des sciences et
technologies alimentaires, vol. 30, 1995, pp.141-146
6 «Making Crops Make More Starch», BBSRC Business, UK
Biotechnology and Biological Sciences Research Council, janvier
1998, pp. 6–8
7 «Le président Hastert appelle à la fin des politiques
commerciales protectionnistes et discriminatoires de l'Union
européenne», US Newswire, Washington, DC, 26 mars 2003
8 George Wald, «The Case against Genetic Engineering»
dans The Recombinant DNA Debate, Jackson et Stich, éds.
pp. 127-128 (réimprimé de The Sciences, septembre /
octobre 1976)
9 Communication personnelle avec Joseph Cummins

10 David Schubert, «Une perspective différente sur les aliments génétiquement modifiés»,
Nature
Biotechnologie vol. 20, 2002, p. 969
11 Site Web Mothers for Natural Law,
http://www.safe-food.org/- issue / scientist.html

12 Richard Strohman, professeur émérite, Département de


biologie moléculaire et cellulaire, Université de Californie,
Berkeley, 2000 ,
http://www.mindfully.org/GE/Strohman-Safe-Food.htm
13 Gundula Meziani et Hugh Warwick, «Seeds of
Doubt», Soil Association (Royaume-Uni), 17 septembre
2002
14 Danny Penman, BBC Tomorrow's World Magazine, octobre 1998

15 Dale et al., «Expression et stabilité du transgène chez


Brassica», ACTA Horticulturae, 1998, no. 459, pp. 167-171
16 John Vidal, «GM genes found in human gut», The Guardian,
17 juillet 2002,
http://www.guardian.co.uk/gmdebate/Story/0,2763,756666,00.html
17 Ronnie Cummins et Ben Lilliston, «Aliments génétiquement
modifiés: un guide d' autodéfense pour les consommateurs»,
Marlowe and Company, New York, 2000
18 P. Meyer, F. Linn, I. Heidmann, H. Meyer, I. Niedenhof et H.
Saedler, «Les facteurs endongènes et environnementaux
influencent la méthylation du promoteur 35S d'une construction de
gène A1 de maïs dans le pétunia transgénique et son phénotype
de couleur», Molecular Genes and Genetics, vol. 231, n ° 3, 1992,
pp. 345–352
19 Mae-Wan Ho, Angela Ryan et Joe Cummins, «Chou-fleur
Mosaic Viral Promoter - A Recipe for Disaster?» Institut des
sciences dans la société,
http://www.i-sis.org.uk/camvrecdis.php
20 Rob Edwards, «Un expert en GM met en garde contre le risque
de cancer des cultures», The Sunday Herald, 8 décembre 2002 ,
http://www.sundayherald.com/29821
21 Mae-Wan Ho et al., «Point chaud de fragmentation du
promoteur CaMV 35S confirmé, et il est actif chez les animaux»,
Microbial Ecology in Health and Disease, v. 13, 2000
22 Susan Benson, Mark Arax et Rachel Burstein, «Une
préoccupation croissante: à mesure que les cultures
biotechnologiques arrivent sur le marché, ni les
scientifiques — qui prennent l' argent de l' industrie — ni les
régulateurs fédéraux ne protègent adéquatement les
consommateurs et les agriculteurs», Mother Jones, janvier /
février
1997, http://www.motherjones.com/mother_jones/JF97/biotech_jump2.html
23 George Gallepp «Les scientifiques trouvent un composé qui
rend le pesticide Bt plus efficace», College of Agriculture and Life
Sciences, Université du Wisconsin, 21 mai 2001 ,
http://www.cals.wisc.edu/media/news/05_01/zwitter_Bt .html
24 ACNFP Review (Application to the UK Advisory Committee on
Novel Foods and Processes), page 59, tableau 7, concernant «3,5%
de lait corrigé»
25 Marie Woolf, «Les aliments génétiquement modifiés
- révélés: de fausses données ont induit les agriculteurs en
erreur», Sunday Independent, 21 février 1999
26 «Des chercheurs américains en biotechnologie imprudents
avec 386 porcs - FDA», Reuters, 6 février 2003
27 «Les graines GM de Monsanto contiennent de l'ADN« voyou »»,
Écosse le dimanche 30 mai 2000,
http://members.tripod.com/~ngin

28 P. Windels, I. Taverniers, A. Depicker, E. Van Bockstaele et M.


DeLoose, «Caractérisation de l'insert de soja Roundup Ready»,
European Food Research and Technology, vol. 213, 2001, pages
107-112
29 Andrew Pollack, «Un ADN mystérieux est découvert
dans le soja par des scientifiques», New York Times, 16
août 2001
30 Alex Kirby, «Greenpeace inquiète par« l'ADN mystérieux »», BBC
News Online, 15 août 2001 ,
http://news.bbc.co.uk/hi/english/sci/tech/newsid_1492000/1492939.stm
31 AJC de Visser et al., «Cultures de nature incertaine?
Controverses et lacunes dans les connaissances concernant les
cultures génétiquement modifiées: un inventaire, »Plant Research
International, rapport 12, août 2000
32 Site Web Mothers for Natural Law,
http://www.safe-food.org/- issue / scientist.html
«La sagesse des vaches»
1 Communication personnelle avec Howard Vlieger

2 Gundula Meziani et Hugh Warwick, «Seeds of Doubt», Soil


Association (Royaume-Uni), 17 septembre 2002
3 Steve Sprinkel, «When the Corn Hits the Fan», Acres, États-Unis,
18 septembre 1999
chapitre 3
1 Anne McIlroy, «Pierre Blais pensait que c'était son devoir»,
Globe and Mail (Canada), 18 novembre 1998
2 James Baxter, The Ottawa Citizen, 23 octobre 1998, p. A1
3 Steve Wilson, «Secret Canadian Govt. Une étude révèle des
défauts graves avec bGH
Recherche; L'approbation de la FDA était basée sur une
conclusion erronée? » 7 octobre 1998,
http://www.foxbghsuit.com/jasw1007.htm
4 Craig Canine, «Hear No Evil: Dans sa détermination à devenir
une entreprise citoyenne modèle, la FDA ignore-t-elle les
dangers potentiels dans l'approvisionnement alimentaire du
pays?» Bien manger, juillet / août 1991
5 Jeff Kamen, «Formula for Disaster», Penthouse, mars 1999

Remarques
6 Robert Cohen, Milk, the Deadly Poison, Argus Publishing,
Englewood Cliffs, New Jersey, 1998
7 Judith C. Juskevich et C. Greg Guyer, «Bovine Growth
Hormone: Human Food Safety Evaluation», Science, 1990, vol.
249, pages 875-884
8 Communication personnelle avec Peter Hardin
9 Shiv Chopra et autres, rapport d'analyse des lacunes de la STbr
(Nutrilac) par l'équipe d'examen interne de la STbr, Direction
générale de la protection de la santé, Santé Canada, Ottawa,
Canada, 21 avril 1998
10 Communication personnelle avec Shiv Chopra

11 Peter Montague, «Déversements de la controverse sur le


lait au Canada», Rachel's Environment and Health News, no.
621, 22 octobre
1998, http://www.rachel.org/bulletin/bulletin.cfm?issue_ID=1168

12 Samuel Epstein et Pete Hardin, «Confidential Monsanto


Research Files Dispute Many bGH Safety Claims», The Milkweed,
janvier 1990
13 Pete Hardin, «rbGH: Des études appropriées n'ont pas été
faites», The Milkweed, juillet 2000
14 Témoignage de Robert Cohen devant un panel de la FDA, 2 décembre 1999
15 Robert J. Collier et autres, «[Lettre sans titre au rédacteur]»,
Lancet, vol. 344, 17 septembre 1994, p. 816
16 T. B. Mepham et autres, «Innocuité du lait de vaches traitées
avec de la somatotropine bovine», Lancet, vol. 344, 19 novembre
1994, p. 1445-1446
17 William H. Daughaday et David M. Barbano, «
Supplémentation en somatotropine bovine chez les vaches
laitières: le lait est-il sûr?» Journal de l'American Medical
Association, vol. 264, no. 8, 22 août 1990, p. 1003-1005
18 C. G. Prosser et al., «Augmentation de la sécrétion du
facteur de croissance 1 analogue à l'insuline dans le lait de vaches
traitées avec l'hormone de croissance bovine dérivée de manière
recombinante», Journal of Dairy Science, vol. 56, 1989, pages
17-26
19 Peter Montague «Lait, rbGH et cancer», Rachel's Environment
and Health News, no. 593, 9 avril 1998
20 Toshikiro Kimura et al., «Gastrointestinal Absorption of
Facteur de croissance I humain recombinant de type
insuline chez le rat », The Journal of Pharmacology and
Experimental Theraputics, vol. 283, non. 2, novembre 1997, p.
611-618
21 Robert P. Heaney et al., «Les changements alimentaires
affectent favorablement le remodelage osseux chez les
personnes âgées.» Journal de l'American Dietetic Association,
vol. 99, non. 10, octobre 1999, pp. 1228-1233
22 M. Lippman, «Facteurs de croissance, récepteurs et cancer du
sein», Journal of National Institutes on Health Res., Vol. 3, 1991,
pp. 59-62
23 EA Musgrove et al., «Effets aigus des facteurs de croissance
sur la progression du cycle cellulaire du cancer du sein T-47D ».
Journal européen du cancer, vol. 29A, non. 16, 1993, pages
2273-2279
24 juin M. Chan et al., «Plasma Insulin-Like Growth Factor-1 [IGF-1]
and Prostate Cancer Risk: A Prospective Study», Science, vol. 279,
23 janvier 1998, p. 563-566
25 SE Hankinson, et al., «Concentrations circulantes de facteur
de croissance analogue à l'insuline 1 et risque de cancer du
sein», Lancet, vol. 351, no. 9113, 1998, pages 1393-1396
26 H. Yu et al., «Niveaux plasmatiques du facteur de croissance
I analogue à l'insuline et risque de cancer du poumon: une
analyse cas-témoins », Journal of the National Cancer Institute,
vol. 91, non. 2, 20 janvier 1999
27 R. Torrisi et al. , « Évolution dans le temps de la modulation
induite par le fenrétinide du facteur de croissance de type insuline
circulant (IGF) -i, IGF-II et IGFBP-3 dans un essai de chimio-
prévention du cancer de la vessie», International Journal of Cancer,
vol. 87, non. 4, août 2000, p . 601-605
28 SE Dunn et al., «La restriction alimentaire réduit les taux de
facteur de croissance I analogue à l'insuline , qui module
l'apoptose, la prolifération cellulaire et la progression tumorale
chez les souris déficientes en p53 », Cancer Research, vol. 57, non.
4, 1997, pp. 667-672
29 «Le lait, la grossesse et le cancer peuvent être liés», Reuters, 10 septembre 2002

30 «New Study Questions rbGH Safety», The Capital Times, 20


décembre 1998
31 John Robbins, The Food Revolution: How Your Diet Can help
Save Your Life and Our World, Conari Press, Berkeley, Californie,
2001
32 Michael Culbert, Medical Armageddon, C et C Communications,
1997
33 James P. Carter, Racketeering in Medicine: The
Suppression of Alternatives, Hampton Roads Publishing
Company, Inc., Norfolk, VA, 1992,
http://www.banned-books.com/truth- seeker / 1994archive /
121_2 / ts212c .html
34 San Francisco Chronicle, 2 janvier 1970
35 Karl Flecker, «Outside Advice? Les panels externes sur la
bGH respectent-ils la politique et les directives relatives aux
conflits d'intérêts? » Rapport du Conseil des Canadiens, 3
décembre
1998
http://www.canadians.org/display_document.htm?
COC_token = 024PS24 & id37 & isdoc = 1
36 «Ottawa bans bovine growth hormone», CBC, 15 janvier 1999

37 Richard Wolfson, «Mise à jour sur les scientifiques de


Santé Canada», 20 avril 2000,
http://www.freedomtocare.org/page145.htm
38 WA Knoblauch, «The Impact of BST on Dairy Farm
Income and Survival», Cornell University, Ithaca, New York,
juin
1992,
http://www.nal.usda.gov/bic/BST/ndd/THE_IMPACT_OF_BST_ON_DAIRY_FARM_INCOME.htm
39 Loren Tauer, «Impact of BST on Farm Profits», Présenté à la
4e conférence annuelle sur «Economics of Agricultural
Biotechnology», Ravello, Italie, août
2000, http://aem.cornell.edu/research/researchpdf/wp0009.pdf

40 Fiche d'information APHIS, décembre 2002 ,


http://www.aphis.usda.gov/vs/ceah/cahm/Dairy_Cattle/Dairy02/bst-orig.pdf
41 Matt Wickenheiser, «Oakhurst poursuivi par Monsanto pour la
publicité sur le lait», Portland Press Herald, 8 juillet 2003
42 Michael Taylor, «Guide provisoire sur l'étiquetage volontaire du
lait et des produits laitiers provenant de vaches n'ayant pas été
traitées avec de la somatotropine bovine recombinante», FDA
Docket No 94D-0025, 7 février 1994,
http://www.idfa.org/news/stories/2002/12/fdarbstpolicy.pdf
«La sagesse des vaches et des porcs»
1 Communication personnelle avec Bill Lashmett
Chapitre 4
1 Communication personnelle avec Betty Hoffing
2 Histoire sur Harry Schulte, WCPO-TV 9, 23 PM News,
Cincinnati, Ohio, 26 février 1998
3 Janet O'Brien, Bulletin national du réseau EMS, automne 1997
4 Bruce Frendlich, National EMS Network Newsletter, automne 1996

5 Sheldon Rampton et John Stauber, Faites-nous confiance, nous


sommes des experts, Jeremy P. Tarcher / Putnam, New York, 2001
6 Barbara Deane, «Anatomy of an Epidemic», Reader's Digest, avril 1991
7 Douglas L. Archer, directeur adjoint, Centre for Food Safety and
Applied Nutrition, FDA, Témoignage devant le Sous-comité des
ressources humaines et des relations intergouvernementales du
Comité des opérations gouvernementales, Chambre des
représentants, 18 juillet 1991
Remarques
8 Phillip A. Hertzman et al., «The Eosinophilia-Myalgia
Syndrome: The Los Alamos Conference», Journal of
Rheumatology, vol. 18, non. 6, 1991, pages 867-873
9 William Crist, Rapport d'enquête sur le
L-tryptophane, voir
www.seedsofdeception.com
10 Laurie Garrett, «Une faille du génie génétique blâmée pour
des morts toxiques», Newsday, 14 août 1990, p. C-1
11 Leslie Roberts, «Le puzzle du L-tryptophane prend une
nouvelle tournure», Science, vol. 249, p. 988, 31 août 1990
11b P. Raphals, «Le mystère médical menace-t-il la
biotechnologie?» Science, vol. 249, non. 619, 1990
12 EA Belongia et autres, «Une enquête sur la cause du syndrome
d' éosinophilie-myalgie associé à l'utilisation du tryptophane», The
New England Journal of Medicine, 9 août 1990
13 Philip Raphals, «Décès par EMS: la technologie de
l'ADN recombinant est-elle impliquée?» The Medical Post,
6 novembre 1990
14 Communication personnelle avec Gerald Gleich, MD

15 Leslie A. Swygert et al., «Eosinophilia-Myalgia Syndrome:


Results of National Surveillance», Journal de l'American Medical
Association, 3 octobre 1990, vol. 264, no. 13, pages 1698-1703
16 Edwin M. Kilbourne et autres, «Tryptophane produit par
Showa Denko et syndrome épidémique d' éosinophilie-myalgie
», Journal of Rheumatology Supplement, vol. 23, non. 46,
octobre 1996, p. 81-92
17 National Eosinophilia-Myalgia Syndrome Network, déclaration
de position, citation approuvée par Gerald J. Gleich, Mayo Clinic
and Foundation, 25 mai 2000
18 Frank Silvestri et John Massicot, «EMS Lawsuits», National
EMS Network Newsletter, vol. II, numéro 2, juin 2001, p. 6
19 John Robbins, La révolution alimentaire: comment votre alimentation peut vous aider à
économiser
Votre vie et notre monde, Coneri Press, Berkeley, Californie, 2001, p. 335

20 Danny Penman, «GE — Sur les 100 premières économies 51


sont des entreprises multinationales, les autres sont des pays»,
BBC Tomorrow's World, octobre 1998
21 LRB Mann, D. Straton et WE Crist, «The Thalidomide of Genetic
Engineering, GE issue of Soil & Health (Nouvelle-Zélande), août 1999
«La sagesse des écureuils, des wapitis, des cerfs, des ratons laveurs et des
souris»
1 Communication personnelle avec Howard Vlieger
2 Gundula Meziani et Hugh Warwick, «Seeds of Doubt», Soil
Association (Royaume-Uni), 17 septembre 2002
3 Steve Sprinkel, «When the Corn Hits the Fan», Acres, États-Unis,
18 septembre 1999
4 Hinze Hogendoorn, http://www.talk2000.nl/mice/talk-Extended.htm
Chapitre 5
1 Kurt Eichenwald et al., «Biotechnology Food: From the Lab to
a Debacle», New York Times, 25 janvier 2001
2 Michael Grunwald, «Monsanto Held Liable for PCB
Dumping», Washington Post, 23 février 2002
3 Sheldon Rampton et John Stauber, Faites-nous confiance, nous
sommes des experts, Jeremy P. Tarcher / Putnam, New York, 2001,
p. 164
4 Bibliothèque Bush,
http://bushlibrary.tamu.edu/research/find/foia/1999-0129- F.html
1999-0129-F
5 «Énoncé de politique: aliments dérivés de nouvelles variétés
végétales», Federal Register vol. 57, non. 104 à 22991, 29 mai
1992
6 Steve Druker www.biotintegrity.org

7 Linda Kahl à James Maryanski, à propos du document du


Federal Register «Statement of Policy: Foods from
Genétiquement Modified Plants», 8 janvier 1992,
www.biointegrity.org
8 Louis J. Pribyl, «Biotechnology Draft Document, 27/02/92»,
6 mars 1992, www.biointegrity.org
9 Edwin J. Mathews à la section toxicologie du groupe de
travail sur la biotechnologie, «Analysis of the Major Plant
Toxicants», 28 octobre 1991, www.biointegrity.org
10 Samuel I. Shibko à James Maryanski, «Révision de la section
toxicologie de la déclaration de politique: aliments dérivés de
plantes génétiquement modifiées», 31 janvier 1992,
www.biointegrity.org
11 Division de la chimie et de la technologie alimentaires et
Division de la chimie des contaminants, «Points à considérer
pour l'évaluation de la sécurité des aliments génétiquement
modifiés: informations supplémentaires», 1er novembre 1991,
www.biointegrity.org
12 Gerald B. Invité de James Maryanski, «Regulation of Transgenic
Plants —FDA Draft Federal Register Notice on Food
Biotechnology», 5 février 1992, www.biointegrity.org
13 David Kessler, «Déclaration de politique proposée par la
FDA clarifiant la réglementation des aliments dérivés de
plantes génétiquement modifiées - DÉCISION», 20 mars 1992,
www.biointegrity.org
14 James B. MacRae, Jr., Bureau de la gestion et du budget, à
C. Boyden Gray, avocat du président Bush à la Maison
Blanche, «FDA Food Biotechnology Policy», 21 mars 1992,
www.biointegrity.org
15 Eric Katz à John Gallivan, «Déclaration de politique sur la
biotechnologie alimentaire», 27 mars 1992,
www.biointegrity.org
16 Bill Lambrecht, Dîner au New Gene Café: Comment le génie
génétique change ce que nous mangeons, comment nous
vivons et la politique mondiale de l'alimentation, St. Martin's
Press, New York, 2001, p. 322
17 «Le président Hastert appelle à la fin des politiques
commerciales protectionnistes et discriminatoires de l'Union
européenne», US Newswire, 26 mars 2003
18 James Maryanski au Dr Bill Murray, président de la Direction des
aliments, Canada, «L'évaluation de l'innocuité des aliments et des
ingrédients alimentaires développés grâce aux nouvelles
biotechnologies», 23 octobre 1991, www.biointegrity.org
19 Andrea Baillie, «Suzuki Warns of Frankenstein Foods», CP
Wire, 18 octobre 1999
20 «Groupe d'experts sur l'avenir de la biotechnologie
alimentaire», janvier 2001,
http://www.rsc.ca/foodbiotechnology/GMreportEN.pdf
21 Robert J. Scheuplein au coordinateur de la
biotechnologie de la FDA et autres, «Response to Calgene
Amended Petition», 27 octobre 1993, www.biointegrity.org
22 Carl B. Johnson à Linda Kahl et autres, «Flavr Savr ™
tomato; importance de la question DHEE en suspens », 7
décembre
1993, www.biointegrity.org
23 Fred Hines à Linda Kahl, «FLAVR SAVR Tomato»… «Remarques
de la Direction de la pathologie à la réponse de Calgene Inc. à la
lettre de la FDA du 29 juin 1993», www.biointegrity.org
24 Arpad Pusztai, «Les aliments génétiquement modifiés:
présentent-ils un risque pour la santé humaine / animale?»
Juin 2001
25 Murray Lumpkin à Bruce Burlington, «The tomatoes that
will eat Akron», 17 décembre 1992, www.biointegrity.org
26 Albert Sheldon à James Maryanski, coordinateur de la
biotechnologie, «Utilisation des marqueurs de résistance à la
kanamycine dans les tomates», 30 mars
1993, www.biointegrity.org

27 Ricki Lewis, The Rise of Antibiotic-Resistant Infections FDA


page, »FDA Consumer magazine, septembre
1995, http://www.fda.gov/fdac/features/795_antibio.html
28 «Q&A: MRSA 'superbugs'», BBC News online, 13
décembre 2002,
http://news.bbc.co.uk/1/hi/health/2572841.stm

29 Code of Federal Regulations Titre 21, Sec. 170.30 (b) Notes


30 Communication personnelle avec James Turner

31 Michael Culbert, Medical Armageddon, C et C Communications,


1997
32 Marion Nestle, Food Politics: How the Food Industry Influences
Nutrition and Health, University of California Press, Berkeley et Los
Angeles, Californie, 2002
33 Craig Canine, «Hear No Evil», Eating Well, juillet / août 1991
34 Revue des médicaments de la FDA; Risques post -
approbation 1976-85 United States General Accounting Office
(GAO) GAO / PEMD-90-15, avril 1990
35 Center for the Study of Drug Development, Boston, 1990
36 Michael Pollan, «Jouer à Dieu dans le jardin», The New
York Times Sunday Magazine, 25 octobre 1998
37 Debora MacKenzie, «Unpalatable Truths», New Scientist
Special Report: Living in a GM World, 1999
38 Laura Ticciati et Robin Ticciati, Aliments génétiquement
modifiés: sont-ils sûrs? Tu décides. Keats Publishing, New
Canaan, Connecticut, 1998, p. 13-14
39 «Les États-Unis doivent surveiller de plus près les cultures
génétiquement modifiées», New York Times, 4 mai 2000
40 «Le représentant américain Kucinich qualifie les
nouvelles réglementations alimentaires génétiquement
modifiées de« inadéquates »», communiqué de presse de
Kucinich, 3 mai 2000
41 «Les règles biofood signifient peu de changements pour les
entreprises», Reuters, 3 mai 2000
42 Emily Gersema, «La FDA opte contre un examen plus approfondi de la biotechnologie»,
Associated Press, 17 juin 2003
43 Michael Grunwald, «Monsanto a caché des décennies de
pollution dans la ville d'Alabama», Washington Post, 1er
janvier 2002, p. A01

44 Brian Tokar, «Monsanto: A Checkered History», The Ecologist,


septembre / octobre 1998,
http://www.mindfully.org/Industry/Monsanto-Checkered-
HistoryOct98.htm
45 «EPA Memo Says Monsanto Fabricated Dioxin Data», The
Milkweed, février 1990
46 Micah L. Sifry, «Food Money», The Nation magazine, 27
décembre 1999,
http://www.thirdworldtraveler.com/Corporations/FoodMoney.html
47 Témoignage de Robert Cohen devant un panel de la FDA, 2 décembre 1999
48 Gwynne Dyer, «Frankenstein Foods», Globe and Mail, 20
février 1999,
http://www.netlink.de/gen/Zeitung/1999/990220d.htm
49 Paul Elias, «Le poids des lobbyistes biotechnologiques grandit
à Washington», Associated Press, 2 juin 2002
50 «Le président Hastert appelle à la fin des politiques
commerciales protectionnistes et discriminatoires de l'Union
européenne», US Newswire, 26 mars 2003
51 «Changements d'emploi révélateurs: l'industrie GEMA et
le gouvernement américain» The Edmonds Institute, The
Third World Network et amis
52 Molly Ivans, «Analyse précoce de la campagne 2004 de la
Maison Blanche 2004», Ft. Worth Star-Telegram, 9 février 2001
53 Robert Cohen, «Pelican Brief», www.notmilk.com

54 Bill Lambrecht, Dîner au New Gene Café, pp. 197-198

55 Bill Lambrecht, Dîner au New Gene Café, p. 139


56 Bill Lambrecht, «Le secrétaire sortant dit que le principal
problème de l'Agence est les aliments génétiquement modifiés»,
St. Louis Post-Dispatch, 25 janvier 2001
57 Hugh Warwick et Gundala Meziani, Seeds of Doubt, UK
Soil Association, septembre 2002
58 «Cultures transgéniques - de plus en plus isolées à mesure
que la prise de conscience et le rejet augmentent», Greenpeace
International, briefing, mars 2002
59 S. Branford, `` Sow résistant '', The Guardian, 17 avril 2002

60 Charles Benbrook, «La prime payée pour les semences de


maïs Bt améliore les finances de l'entreprise tout en érodant les
bénéfices des producteurs», Benbrook Consulting Services,
Sandpoint, Idaho, février 2002
61 Chiffre de la UK Soil Association, composé de 3 à 5 milliards de
dollars par an de subventions agricoles supplémentaires, de 2
milliards de dollars de commerce extérieur perdu et de 1 milliard de
dollars de coût de l'accident de StarLink 62 Bill Lambrecht, Dinner at
the New Gene Café, p. 243
63 Sheldon Rampton et John Stauber, Faites-nous confiance,
nous sommes des experts, Jeremy P. Tarcher / Putnam, New
York, 2001, p. 182
64 Adam Jasser, «Les États-Unis disent que l'UE a
besoin de sa propre Food and Drug Administration»,
Reuters, 16 septembre 1999
«La sagesse des rats»
1 Rick Weiss, «Biotech Food Raises a Crop of Questions»,
Washington Post, 15 août 1999; p. A1
Chapitre 6
1 Rajeev Syal, «Le lait de soja génétiquement modifié donne de
l'herpès aux enfants, dit un chirurgien principal au
gouvernement», Sunday Telegraph, 1er août 1999
2 Mark Townsend, «Why soya is a hidden destroyer», Daily Express,
12 mars 1999
3 Stephen R. Padgette et al., «La composition des graines de soja
tolérantes au glyphosate est équivalente à celle du soja
conventionnel», The Journal of Nutrition, vol. 126, non. 4, avril
1996 (Les données ont été extraites des archives de la revue, car
elles avaient été omises de l'étude publiée.) 4 Rick Weiss, «Biotech
Food Raises a Crop of Questions», Washington Post, 15 août 1999,
p. A1
5 JD Nordlee et al., «Identification d'un allergène de noix du Brésil
dans le soja transgénique», New England Journal of Medicine, vol.
334, no. 11, 1996, p. 726
6 Louis J. Pribyl, «Biotechnology Draft Document, 27/02/92»,
6 mars 1992, www.biointegrity.org
7 «Énoncé de politique: aliments dérivés de nouvelles variétés
végétales», dossier n ° 92N-0139 de la Food and Drug
Administration
8 Communication personnelle avec James Maryanski
9 Magazine SANS OGM , vol. 1, non. 3, août / septembre 1999

10 «Allergies aux aliments transgéniques - Questions de


politique», Éditorial New England Journal of Medicine, vol. 334,
numéro 11, 1996
11 SAP, 2000, no. 7, www.epa.gov/scipoly/sap/2000/february/foodal.pdf
12 Carl B. Johnson, Memo on the «draft statement of policy
12/12/91», 8 janvier 1992

13 Arpad Pusztai, «Les aliments génétiquement modifiés:


présentent-ils un risque pour la santé humaine / animale?»
juin
2001, http://www.actionbioscience.org/biotech/pusztai.html
14 Conversation personnelle avec Arpad Pusztai

15 JM Wal, «Stratégies d'évaluation et d'identification de


l'allergénicité dans les aliments (nouveaux)», International Dairy
Journal, vol. 8, 1998, p. 422
16 UK Royal Society, «Plantes génétiquement modifiées à usage
alimentaire et santé humaine - une mise à jour», février 2002, p. 8,
www.royalsoc.ac.uk
17 Bill Freese, «A Critique of the EPA's Decision to Re-Register Bt
Crops and an Examination of the Potential Allergenicity of Bt
Proteins», Soumission des Amis de la Terre à l'EPA, 9 décembre
2001
18 « Aliments potentiellement mortels?» CBS News, 17 mai
2001, http://www.cbsnews.com/now/story/0,1597,291992-412,00.shtml
Remarques

19 Jonathan Bernstein et al., «Enquête clinique et en laboratoire


sur l'allergie aux aliments génétiquement modifiés», Prospectus de
santé environnementale, vol. 111, 2003, pages 1114-1121
20 Marc Kaufman, «Biotech Corn Is Test Case for Industry
Engineered Food's Future Hinges on Allergy Study», Washington
Post, 19 mars 2001
21 Alan Rulis, Center for Food Safety and Applied Nutrition, à
Sally Van Wert, AgrEvo USA Company, 29 mai
1998, www.cfsan.fda.gov/~acrobat2/bnfL041.pdf
22 William Ryberg, «Les producteurs de maïs biotechnologique
disent qu'ils n'ont pas été avertis: les étiquettes StarLink
semblent indiquer qu'il convient aux produits alimentaires
humains», Des Moines Register, 25 octobre 2000.
23 Bill Freese, «The StarLink Affair, Soumission des Amis de la Terre
au Groupe consultatif scientifique de la FIFRA considérant
l’évaluation d’informations scientifiques supplémentaires
concernant le maïs StarLink» , 17-19 juillet 2001
24 Marc Kaufman, «Genetics Engineered Corn Cleared in 17
Food Reactions», Washington Post, 14 juin 2001
25 «Évaluation des informations scientifiques supplémentaires
concernant le maïs StarLink», rapport du groupe consultatif
scientifique FIFRA n ° 2001-09, juillet 2001
26 «Le dirigeant d'une entreprise de biotechnologie déclare que le
maïs génétiquement modifié est là pour rester», Knight Ridder /
Tribune, 20 mars 2001
27 Richard B. Raybourne, «Développement et utilisation
d'une méthode de détection des anticorps IgE contre
Cry9C», FDA, 13 juin 2001

28 «Mammalian Toxicity Assessment Guidelines for Protein


Plant Pesticides», FIFRA Scientific Advisory Panel Report No.
2000-03B, 28 septembre 2000
29 Groupe consultatif scientifique de la FIFRA (SAP), réunion ouverte, 17 juillet 2001
30 Masaharu Kawata, «Dr. M. Kawata: Questions sur les tests CDC
et EPA de Starlink et des allergies », Renu Namjoshi, 28 juin 2001
31 Marc Kaufman, «L'EPA rejette le maïs biotechnologique comme
alimentation humaine; Les tests fédéraux n'éliminent pas la
possibilité de provoquer des réactions allergiques, a déclaré
l'agence, »Washington Post, 28 juillet 2001, p. A02
32 Marc Kaufmann «Biotech Corn Is Test Case For Industry»,
Washington Post, 19 mars 2001
33 Michael Hansen, «Bt Crops: Inorrectate Testing», Conférence
prononcée à l'Universidad Autonoma, Chapingo, Mexique, 2 août
2002
34 I. Bernstein et al., «Réponses immunitaires chez les
travailleurs agricoles après exposition aux pesticides de
Bacillus thuringiensis», Environmental Health Perspectives,
vol. 107, 1999, pages 575-582
35 Témoignage de Michael Hansen: Risques possibles pour la
santé humaine des cultures Bt génétiquement modifiées présenté
au comité consultatif scientifique de l'EPA, Arlington, VA, 20
octobre 2000
36 R. Vázquez et al., «La protoxine de Bacillus thuringiensis
Cry1Ac est un puissant adjuvant systémique et muqueux»,
Scandinavian Journal of Immunology, vol. 49, 1999, 578-584
37 Joe Cummins, «Bacillus thuringiensis (Bt) toxin causes
Allergy», 5 mars 2000, www.purefood.org/ge/btcomments.cfm
38 Joel E. Ream pour Monsanto, «Évaluation du sort digestif in
vitro de Bacillus thuringiensis subsp. kurstaki HD-1 Protein », 23
mars 1994, étude non publiée soumise à l'EPA, EPA MRID n °
434392-01
39 Bill Freese, «A Critique of the EPA's Decision to Re-Register Bt
Crops and an Examination of the Potential Allergenicity of Bt
Proteins», adapté de la soumission des Amis de la Terre à l'EPA, 9
décembre 2001, www.foe. org / safefood / comments.pdf
40 «Évaluation de l'allergénicité des aliments génétiquement
modifiés», Rapport d'une consultation mixte FAO / OMS d'experts
sur l'allergénicité des aliments dérivés de la biotechnologie,
22-25 janvier 2001
41 H. Noteborn, «Assessment of the Stability to Digestion and
Bioavailability of the LYS Mutant Cry9C Protein from Bacillus
thuringiensis serovar tolworthi», étude non publiée soumise à
l'EPA par AgrEvo, EPA MRID n ° 447343-05, 1998
42 Noteborn et al., «Évaluation de l'innocuité de la protéine
cristalline insecticide CRYIA (b) de Bacillus thuringiensis exprimée
dans les tomates transgéniques», dans Engel, et al. (eds.),
American Chemical Society Symposium Series 605, Washington,
DC, pp.134-47, 1995
43 NH Fares et A. K El-Sayed, «Beaux changements structurels
dans l'iléon de souris nourries de pommes de terre traitées à l'
endotoxine et de pommes de terre transgéniques», Natural Toxins,
vol. 6, 1998, pages 219-233
44 Gendel, «L'utilisation d'alignements de séquences d'acides
aminés pour évaluer l'allergénicité potentielle des protéines
utilisées dans les aliments génétiquement modifiés»,
Advances in Food and Nutrition Research, vol. 42, 1998, pp.
45-62
45 GA Kleter et AACM Peijnenburg, «Criblage de protéines
transgéniques exprimées dans les cultures vivrières
transgéniques pour la présence de courtes séquences d'acides
aminés identiques aux épitopes linéaires potentiels de liaison aux
IgE d'allergènes», BMC Structural Biology, vol. 2, 2002, p. 8-19
«Poulets manquants»
1 «Les tests de sécurité GM sont défectueux», BBC News, 27 avril
2002 http://news.bbc.co.uk/hi/english/sci/tech/newsid_1954000/1954408.stm
Chapitre 7
1 Communication personnelle avec Jane Akre

2 Robert Cohen, Milk, the Deadly Poison, Argus Publishing,


Englewood Cliffs, New Jersey, 1998
3 «Deux journalistes peuvent-ils affronter Murdoch et
gagner?» The Independent (Londres), 14 septembre 1999
4 Samuel Epstein et Pete Hardin, «Confidential Monsanto
Research Files Dispute Many bGH Safety Claims», The
Milkweed, janvier 1990
5 «Lait, rBGH et cancer», Rachel's Environment and Health Weekly,
no. 593, 9 avril 1998
6 Bulletin BGH, Target Television
Enterprises Inc.,
http://www.foxbghsuit.com/
7 Communication personnelle avec Steve Wilson
8 «Growth Hormones would Endanger Milk» , article d' opinion ,
Los Angeles Times, 27 juillet 1989
9 Sheldon Rampton et John Stauber, Faites-nous confiance, nous
sommes des experts, Jeremy P. Tarcher / Putnam, New York, 2001,
p. 164
10 Samuel Epstein, «FDA Is Ignoring Dangers of Bovine Growth
Hormone», Lettre à l'éditeur, Austin American Statesman, 2 juin
1990
11 «Les journaux américains présentent une vision biaisée de la
biotechnologie», communiqué de presse, 29 avril
2002, http://www.organicconsumers.org/corp/usnewsbias043002.cfm
12 Mae-Wan Ho et Jonathan Matthews, «Suppressing
Dissent in Science with GM Foods,
http://www.mercola.com/2001/mar/14/gm_foods.htm
13 Communication personnelle avec Bill Lashmett

14 «Qui a peur de Monsanto? Les journaux britanniques les plus


appréciés se plient à l’histoire de l’intimidation », communiqué de
presse, Ecologist, 26 octobre 1998
15 «Recycled Ecology», SchNews, numéro 185, 2 octobre
1998, http://www.schnews.org.uk/archive/news185.htm
Remarques

16 Paul Brown, «Printers pulp Monsanto edition of


Ecologist», The Guardian, 29 septembre 1998
17 «Les fichiers Monsanto: pouvons-nous survivre au génie
génétique?» Écologiste, vol. 28 no. 5, septembre / octobre
1998
18 Centre pour l'éthique et les toxiques, www.cetos.org
19 Charles Benbrook, «Evidence of the Magnitude and
Consquences of the Roundup Ready Soybean Yield Drag from
University-Based Varietal Trials in 1998,» Ag BioTech InfoNet
Technical Paper Number 1, 13 juillet
1999, http: //www.biotech-info .net / RR_yield_drag_98.pdf
20 Marc Lappé et Britt Bailey, Against the Grain: Biotechnology
and the Corporate Takeover of Your Food, Common Courage
Press, Monroe, Maine, 1998, p. 76
21 Bill Lambrecht, Dîner au New Gene Café: Comment le
génie génétique change ce que nous mangeons, comment
nous vivons et la politique mondiale de l'alimentation, St.
Martin's Press, New York, 2001, p. 77
22 Becky Goldburg, «Preliminary Research Results Presented during
the Monarch Research Symposium», Environmental Defence Fund,
New York, 2 novembre 1999,
http://www.biotech-info.net/symposium_report.html
23 Carol Kaesuk Yoon, «Pas de consensus sur les effets de
l'ingénierie sur les cultures de maïs», New York Times, 4
novembre 1999
24 Sheldon Rampton et John Stauber, Faites-nous confiance,
nous sommes des experts, Jeremy P. Tarcher / Putnam, New
York, 2001, p. 186-187
25 Carol Kaesuk Yoon, «Quelle est la prochaine étape pour les
cultures biotechnologiques? Questions », New York Times, 19
décembre 2000

26 Bill Lambrecht, Dîner au New Gene Café, p. 267


27 Michael Pollan, «The Great Yellow Hype», New York Times, 4
mars 2001, section 6, p. 15
28 «Le riz transgénique est l’or des fous»
Greenpeace, http://archive.greenpeace.org/~geneng/highlights/food/goldenrice.htm
29 Greenpeace demande que la fausse publicité
biotechnologique soit supprimée de la télévision, lettre, 9 février
2001
30 Article d'opinion sur le riz doré par Benedikt
Haerlin, http://archive.greenpeace.org/~geneng/highlights/food/benny.htm
31 «Grains of Delusion», publié conjointement par BIOTHAI
(Thaïlande), CEDAC (Cambodge), DRCSC (Inde), GRAIN, MASIPAG
(Philippines), PAN-Indonésie et UBINIG (Bangladesh), février
2001,
www.grain.org/publications/delusion-en.cfm
32 Alliance des anges de la vitamine
http://www.vitaminangelalliance.com/vitamina.html
33 Kristi Coale, «Mutant food», Salon, 12 janvier
2000, http://archive.salon.com/news/feature/2000/01/12/food/
34 Robert S. Greenberger, «Motley Group Pushes for FDA
Labels On Biofoods», The Wall Street Journal, 18 août 1999
35 Rick Weiss, «Next Food Fight Brewing is over Listing
Genes on Labels», Washington Post, 15 août 1999, p. A17
36 Communication personnelle avec Steven M. Druker

37 Steven M. Druker http://www.bio-integrity.org/report-on-lawsuit.htm


38 James Walsh, «Brave New Farm», Time, janvier 1999
39 Communication personnelle avec Laura Ticciati
4 0 http://www.voteyeson27.com

41 William K. Jaeger, «Economic Issues and Oregon Ballot


Measure 27: Labeling of Genétiquement Modified Foods»,
Oregon State University Extension Service, octobre 2002
42 Bill Lambrecht, Dîner au New Gene Café, p. 251

43 Steven Druker, lettre au gouverneur John A. Kitzhaber, MD, 10


octobre 2002, http://ngin.tripod.com/121002b.htm
44 Pauletter Pyle, Andy Anderson et Terry Witt, Lettre au nom
des Oregonians for Food and Shelter, 12 septembre 2002
45 Michelle Cole, «Bill restreindrait la réglementation sur les
étiquettes des aliments », Oregonian, 12 avril 2003
46 John Vidal, «Le géant de l'alimentation biotechnologique
exerce son pouvoir à Washington», The Guardian, 18 février
1999
47 Toutes les citations d'Ignacio Chapela et celles attribuées à
Fernando Ortiz Monasterio sont basées sur des communications
personnelles avec Ignacio Chapela, sauf indication contraire.
48 Paul Brown, The Guardian, 19 avril
2000, http://www.guardian.co.uk/gmdebate/Story/0,2763,686955,00.html
49 «Seeds of Trouble», BBC, 7 et 14 janvier 2003
50 Mark Henderson, «L'attaque contre la sécurité des
cultures GM était sans fondement», London Times, 5 avril
2002
51 Paul Elias, «Corn Study Spurs Debate over Corporate
Meddling in Academia», Associated Press, 18 avril 2002
52 CK Yoon, «Journal Raises Doubts on Biotech Study», New
York Times, 5 avril 2002.
53 George Monbiot, «Les faux persuadeurs: les entreprises
inventent des gens pour jeter leurs adversaires sur Internet»,
The Guardian, 14 mai 2002, www.monbiot.com
54 George Monbiot, «La guerre secrète de la biotechnologie»,
The Guardian, 19 novembre 2002, www.monbiot.com
55 Paul Brown, «Le réservoir de gènes vital du Mexique
pollué par le maïs modifié», The Guardian, 19 avril 2002
56 Charles Clover, «'Worst ever' GM Crop Invasion,» Daily
Telegraph, Royaume-Uni, 19 avril 2002
57 Ronnie Cummins, «Exposing Biotech's Big Lies»,
BioDemocracy News, no. 39, mai 2002
www.organicconsumers.org
«Souris changées»
1 Hinze Hogendoorn, http://www.talk2000.nl/mice/talk-Extended.htm

2 Steve Sprinkel, «When the Corn Hits the Fan», Acres, USA, 18
septembre 1999
3 Gundula Meziani et Hugh Warwick, «Seeds of Doubt», Soil
Association (Royaume-Uni), 17 septembre 2002
Chapitre 8
1 «A different kind of school lunch», Pure Facts, Feingold®
Association of the United States, octobre 2002,
http://www.feingold.org/newsletter1.html
2 Barbara Reed Stitt, Food and Behavior, A Natural Connection,
Natural Press, Manitowoc, Wisconsin, 1997
3 Communication personnelle avec Greg Britthauer

4 Communication personnelle avec Barbara Reed Stitt


5 Communication personnelle avec sœur Luigi Frigo
6 Bill Scanlon, «La nourriture a de grands effets sur la santé»,
Rocky Mountain News, 13 décembre 2002
7 Tara Womersley, «Les colorants alimentaires provoquent des
crises de colère sur 4, affirme une étude britannique», The
Scotsman, 25 octobre 2002
8 Ronnie Cummins, «Frankencorn Fight: Cautionary Tales»,
BioDemocracy News, no. 37, mai 2002,
www.organicconsumers.org
Remarques

9 Bill Lambrecht, Dîner au New Gene Café: Comment le génie


génétique change ce que nous mangeons, comment nous vivons
et la politique mondiale de l'alimentation, St. Martin's Press, New
York, 2001, p. 5
10 Organismes génétiquement modifiés, Projet sur les
enjeux publics,
http://www.geo-pie.cornell.edu//gmo.html
11 Ken Roseboro, «Les fabricants font face aux défis des
OGM avec des ingrédients mineurs» , Source sans OGM ,
septembre 2002
12 John Robbins, La révolution alimentaire: comment votre
alimentation peut vous aider à sauver votre vie et notre monde,
Conari Press, Berkeley, Californie, 2001, p. 346 «Une affaire
étrange»
1 «Le Nielson de l'UE fait exploser les« mensonges »des États-
Unis dans le secteur des aliments génétiquement modifiés»,
Reuters, 20 janvier 2003, http://ngin.tripod.com/200103d.htm
Chapitre 9
1 Bill Lambrecht, Dîner au New Gene Café: Comment le génie
génétique change ce que nous mangeons, comment nous vivons
et la politique mondiale de l'alimentation, St. Martin's Press, New
York, 2001, p. 293
2 «Mythes sur la faim dans le monde: Mythe 1: Pas assez de
nourriture pour tout le monde», Stop Hunger Now,
http://www.stophungernow.org/hunger_facts.html
3 «Agriculture: Towards 2015/30», Organisation des Nations
Unies pour l'alimentation et l'agriculture, 24 juillet 2000

4 Robert Shapiro, «The Welcome Tension of Technology: The


Need for Dialogue about Agricultural Biotechnology», Center for
the Study of American Business, CEO Series 37, février 2000
5 John Robbins, La révolution alimentaire: comment votre
alimentation peut aider à sauver votre vie et notre monde, Conari
Press, Berkeley, Californie 2001, p. 341
6 Dorothy Mclaughlin, «Fooling with Nature, Silent Spring Revisited»,
PBS, http://www.pbs.org/wgbh/pages/frontline/shows/nature/disrupt/sspring.html
7 Dominic Rushe. «Une grande chaîne d'épicerie britannique
interdit l'aspartame en raison des problèmes de tumeur
cérébrale», The Sunday Times (Londres), 25 octobre 1999,
http://www.sunday-times.co.uk
8 Carol Baxter, «Reading, 'Riting and rBGH»,
Healthwell,
http://www.healthwell.com/delicious- en
ligne / D_Backs / Sep_97 / gl.cfm? Path =
hw

É
Épilogue
1 Michael Meacher, «Les cultures GM sont-elles sûres? Qui peut
dire? Not Blair », The Independent, 22 juin 2003
2 «The Case for A GM-Free Sustainable World», Independent
Science Panel, 10 mai 2003, www.indsp.org

Indice
Aaron, David, 154 ans
Comité consultatif sur les aliments nouveaux et
Processus (ACNFP), 8, 27, 28, 72

Comité consultatif sur les rejets dans l'environnement


(ACRE), 70 AgBioWorld, 225, 228

Agent Orange, 127, 200


AgrEvo, 167-8
Ahern, Bertie, 151 ans
Ailes, Roger, 188-9
Akre, Jane, 183 à 93
allergie, allergène, 27, 35, 38, 54, 64, 69, 72, 92, 109,
136-7, 143-4, 146, 159-81, 194, 205, 211, 235, 263
Alliance pour la bio-intégration, 212
American Corn Growers Association (ACGA), 154

American Soybean Association (ASA), 204

acide aminé, 35, 52, 55-6, 67, 92, 110, 122, 161, 163,
180, 205 choc anaphylactique, 165-6, 176
Angell, Phil, 144
antibiotiques, 69, 240

dans le lait, 82, 186

résistance, gènes marqueurs, 59-60, 73,


138-9, 146 Antoniou, Michael, 57, 60, 75, 161
Apostolou, Alexander, 79, 80-1, 264

Archer, Douglas, 121-3


aspartame, 42, 101, 151, 237,
254 Aventis, 167-76, 264
Bacillus thuringiensis (Bt), 11, 24, 36-7, 47, 54-5, 60,
67-8, 76, 106, 126, 142-4, 164-6, 176-81, 206-7 , 230
bactéries, 11, 50, 54-6, 59-60, 67, 69-71, 75, 84, 124, 143, 163,
166, 171, 174, 237, 241, 262, 264, 268
produisant du L-tryptophane,
112-5, 117-121 Bailey, Britt, 202-5

Barton, Gary, 101 ans


Benbrook, Charles, 154
bGH, hormone de croissance bovine, 90-3, 185

Voir aussi rbGH Biotechnology Industry


Organization (BIO), 148-50, 169, 206-8, 216

Groupe Bivings, 227-8


Blair, Tony, 16, 19, 261
Booth, Grace, 165-6, 169, 176
Noix du Brésil, 161-2
Bretthauer, Greg, 231-2
Brower, Lincoln, 208
Bruyette, Mary, 232
BST. Voir rbGH Burroughs, Richard, 80-1, 142, 264
Bush, George, HW, 127, 129, 130, 134, 188
Bush, George W., 1, 151, 261
Calgene, 137-8, 151
Campagne pour étiqueter génétiquement
Produits d'ingénierie, 219
cancer, 12, 27, 37, 39, 41, 51, 62, 64, 65, 74, 85, 101, 124, 127,
147, 178, 203, 234, 264
liées au lait et à la rbGH, 95-7, 184, 186, 190-2,
194, 196 canola (colza), 38, 54, 68, 153, 236-8,
240, 245, 267 Carpenter, Will, 155

virus de la mosaïque du chou-fleur (CaMV), 63-6, 70,


72-4, 174, 226, 229 Center for Disease Control
(CDC), 39, 168-9, 263 L-tryptophane, 109-11, 116-7,
120 -1
Centre d'éthique et de toxicité (CETOS), 202
Centre pour la sécurité alimentaire, 98, 118, 121, 149, 168
Centre de médecine vétérinaire (CVM), 79, 83, 87, 133
Central Alternative High School, 231
Chapela, Ignacio, 221-7, 229, 265
risque pour les enfants lié aux aliments génétiquement
modifiés, 13, 59, 95, 165, 175, 194, 218, 234-5, 257, 263
carence en vitamine A, 209-11
Chopra, Shiv, 78, 85, 88, 97-8, 103
Clinton, Bill, 19, 145-6 ,
148-50 , 152-3 Clinton, Hillary
Rodham, 151 Cohen, Robert, 85 -6,
88, 93, 148 Collier, Bob, 94, 183-7

Commoner, Barry, 53, 55-6, 71, 74-5


Condon, Robert, 87

Le Congrès, 81, 83, 121-3, 141, 148, 151,


253 enquête sur la FDA, 100, 141, 197

rbGH, 79, 81-3 témoignage, 79,


121-3 Consumers Union, 36,
61, 177 contamination, 66, 70,
242-4, 255-6
L-tryptophane, 112, 114-6
Maïs mexicain, 222-3, 226, 229
StarLink, 167-8, 170, 174
Conyers, John, 197

maïs, 8-11, 13, 26, 30-1, 36-8, 54-6, 60, 67, 70, 151, 246, 253,
255, 256 Bt allergène, 177-82

les animaux évitent de manger,


76, 106, 126, 230 évitent, 236-43,
267

études sur l'alimentation, 36,


38, 182, 230, 235 marchés
perdus, 153-4
Voir aussi Contamination, papillons monarques, coton
StarLink, 11, 38, 47, 54, 68, 153, 267
potentiel allergique,
177-8 à éviter,
236-7
Conseil des Canadiens, 101-2

Conseil de la compétitivité, 129,


153 vaches, 34-5, 69, 264, 267

éviter de manger des aliments génétiquement modifiés, 76,


106
rbGH, 77, 80-1, 83-4, 86, 88-94, 102-4, 184,
187, 194-5 Crawford, Lester, 146, 220

Crist, William, 115-8, 12-1,


124 Crout, Richard, 141
concombre, 237, 245
Cummins, Joseph, 54, 59, 64-5, 67, 178
Coalition laitière, 195-7
Comité du bétail laitier et de la volaille, 148
Département de la santé et de l'homme
Services, 86, 97, 100
ADN, 10-1, 48-53, 56-73, 138-9, 226, 229, 249-50
Dow, 148 ans
Druker, Steven, 131-2, 136, 138-40, 212-7, 220
DuPont, 57, 148, 223
Magazine écologiste en pâte, 200-1
Fonds de défense environnementale, 207

Agence de protection de l'environnement (EPA), 11, 29, 124,


142-5, 147-8, 150 allergies, 164, 177-81

Starlink, 167, 169-71, 173, 175-77 syndrome d'


éosinophilie-myalgie (EMS), 111, 113, 115-23, 125
éosinophiles, 109, 111, 120
Epstein, Samuel, 190-1, 194-7
Doigt, Keith, 165-6, 173-4
Fisher, Linda, 150 ans
Tomate FlavrSavr, 37, 137-40, 157, 214, 239, 264
Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et
l'agriculture (FAO), 164-5, 179, 181, 250
Food & Drug Administration (FDA), 11-2, 30, 36-7, 66,
183-7, 220 allergies, 162-4, 166-71, 173-76, 179-81
Politique OGM, 129-48, 150, 156, 205 procès

contre politique, 212-7 L-tryptophane , 110-1,

113-5, 117-8 , 120-3

rbGH, 77-92, 94, -5, 98-101, 104-5, 183-7, 190, 194-5,


197 Food First / The Institute for Food & Development
Policy, 197 Food, Drug & Cosmetic Act, 143 -4, 215
Foudin, Arnold, 209
Fox Television, 183, 186, 188-90, 192-3
Liberté d'information, 81, 86, 120
Amis de la Terre, 170, 174-5, 177, 181
Frigo, soeur Luigi, 234
Rapport d'analyse des lacunes, 84-5, 88, 95, 97-8, 101-2
GD Searle, 42 ans, 101-2
gène, 49
gène antigel , 50-1, 53
canon à gènes, 57, 68,
138 silençage génique,
61, 73 empilement de
gènes, 68, 73 gènes
synthétiques, 67

General Accounting Office (GAO), 83, 100,


142, 147 généralement reconnus comme
sûrs (GRAS), 144, 212-3, 215 médicaments
génériques, 100
Genewatch, 71 ans
Giddings, Val, 169
Gleich, Gerald, 109-10, 117
Glickman, Dan, 152-3, 155, 252
Goldburg, Becky, 207
riz doré, 209-12 Goldsmith, Zac,
201-2 Gore, Al, 76, 150 Graham,
John, 160-1 Greenpeace, 71,
155, 210-1, 224, 227
Groenewegen, Paul, 92-3

Guarraia, Leonard, 127


Invité, Gerald, 133
Haerlin, Benedikt, 210

Hansen, Michael, 36, 59, 61, 63, 67, 90,


164, 177-8 Hardin, Pete, 84, 88, 93
Hastert, J. Dennis, 86, 135, 149
Haydon, Margaret, 77, 265
Santé Canada, 77, 85, 87, 97, 101-3, 195
Hertzman, Phil, 109
Hoffing, Betty, 107

Hogendoorn, Hinze, 230


Holmes, Michelle, 97 chérie,

154, 237, 240

Comité spécial de la Chambre des lords sur la science


et la technologie, 198 Hudson, Don, 119-20

Islande Frozen Foods, 253-4

système immunitaire, 12, 14, 33, 37, 87, 177


Institute for Responsible Technology, 258
facteur de croissance analogue à l'insuline -1
(IGF-1), 94-7, 184-5, 191

Centre international d'évaluation technologique (CTA),


212 International Food Information Council, 195

isoflavones, 203
Jaeger, William,
219

James, Phillip, 5-10, 14, 16-23, 25, 29


Jeffords, James, 99 ans
Jenkins, Cate, 147-8
Johnson, Carl, 164, 173
Kahl, Linda, 131 ans
Kantor, Mickey, 149 à 50
Kawata, Masaharu, 172-3
Kessler, David, 122, 134
Khoo, Michael, 211
Kilbourne, Edwin, 117, 121
Kimble, Melinda, 135 ans
Kimbrell, Andrew, 98 ans
Kitzhaber, John, 220
Klontz, Karl, 168
Krimsky, Sheldon, 41 ans
Kronick, Charlie, 71 ans
Kucinich, Dennis J., 146, 218
Kusserow, Richard P., 86 ans, 197
étiquetage des aliments, 26, 38, 76, 125, 130, 142-5, 148,
152-3, 155, 163, 187, 197-8, 237, 239, 241-5
action en justice
demandant, 212, 214-21
Oregon initiative, 217-21
rbGH, 81-3, 104
Lacey, Richard, 213 ans
Lachance, André, 103
Lambrecht, Bill, 47, 151, 152, 206, 209
Lappé, Marc, 202-5
Lashmett, Bill, 106, 199-200
Leahy, Patrick, 99 ans
lectine, 10-3, 17, 21, 25, 35,
92, 205 Lembcke, Rolf, 34-5
lésion, 37, 88, 137-8, 157 Ley,

Herbert, 101 Livingston, Robert,

81-2, 83 Lorio, Kathy, 109

L-tryptophane, 109-125, 241

Manning, Anita, 196 ans


Marley, CF, 45 ans
Martini, Betty, 150 ans

Maryanski, James, 115-8, 120, 132, 133, 136, 139,


142-4, 163 mammite, 88, 102, 187

Mayer, James, 109 ans


Mayer, Sue, 70 ans
Clinique Mayo, 109, 117, 124
Mesure 27, 218-9, 221
Mendelson, Joe, 149 ans
Metcalfe, doyen, 172
études sur les souris, 36, 60, 95, 143, 178-9,
230, 235-6 souris évitent les aliments GM,
126, 157, 230

étude de la
malbouffe, 233-4
lait, 162, 230
éviter les OGM, 237, 239, 257, 268
résidus OGM, 66, 73, 133 plus de
matières grasses avec des
aliments génétiquement modifiés,
35, 68 rbGH, 77-105, 184-97, 264
Asclépiade, Le, 42, 79, 84, 88- 90,
186

Miller, Henry, 129 ans


Miller, Margaret, 82, 83, 94
Mittal, Anuradha, 197
Moffet, Toby, 151
papillons monarques, 6, 30-1, 206-9

Monasterio, Fernando Ortiz, 221-5

Monbiot, George, 227-8

Monsanto, 1-2, 33-4, 47, 58, 68-74, 98, 144, 147-8, 154-5, 208,
246, 249-52
annonces, 2, 15, 219

rbGH, 79-83, 86-94, 99, 101, 183-92, 194-5,


197 études, 34-6, 172, 179, 204-5, 264

liens avec le gouvernement et la recherche, 23, 82-3, 102,


127-31, 136, 147-52 menaces, pressions, poursuites, 42, 77, 104,
200-4, 227-8

Royaume-Uni, 24, 26-7, 255


Montgomery, David, 201
Morgan, Don, 112, 120
Moss, Ralph, 147 ans
Mères pour la loi naturelle, 218
Murdoch, Rupert, 188
Murphy, Mary, 225, 227

mutagenèse, 237-8

Académie nationale des sciences,


154, 171 Comité national du droit à la
vie, 149 fours naturels, 232
Nestlé, Marion, 141
Nestor, John, 100 ans
Nielson, Poul, 247
Nord, Richard, 221
Novartis, 40-1, 57, 148
nutrition, 69, 118, 121, 161, 168,
195, 199 Oakhurst Dairy, 104
O'Brien, Janet, 108
OCDE, 136

Bureau de la gestion et du budget, 130, 134,


141, 151 Office of Technology Assessment
(OTA), 99 Oregonians for Food & Shelter, 221

organique, 104, 126, 154-5, 237-42,


244, 257 Osterholm, Michael, 113-5
Page, Sam, 113, 120-1

papaye, 30, 180, 236, 239,


267 Parlement,
britannique, 22-3, 25-7
Parr, Doug, 71

Paterson, George, 97
Penwell de Liskeard,
201 poivre, 237
Phatak, Sharad, 68 ans

porcs, génétiquement
modifiés, 47 Pioneer Hi-Bred,
161-2 Pollan, Michael, 142-4,
210-1

pollen, 30, 66, 70, 74, 154, 175, 206-7, 237, 256,
267 polychlorés (PCB), 127-8

effet de position, 61

pomme de terre, 10-4, 16-7, 21,


23-4, 33, 36-7, 48 allergie, 177-8,
180-1
Nouvelle feuille, 68, 142-4, 154, 236, 239, 254, 259
Pribyl, Louis, 132-4, 162, 164
protéine, 12, 34, 35, 36, 51-4, 58, 60-2, 66, 71-3, 95, 142-4,
262, 264, allergique, 161-4, 178-80

éviter GM, 238-40,


267-8 plié, 55-6

niveaux réduits dans le


soja GM, 205 Voir aussi
Bt, StarLink Pryme, Ian,
34-5
pus (dans le lait), 89-90
Pusztai, Arpad, 5-25, 28-30, 32-8, 43-4, 48, 63, 65, 72, 74, 138,
164, 178-9, 181, 198, 208, 229, 263, 265
Quayle, Dan, 129-30,
153 études sur
l'alimentation des rats
Tomate FlavrSavr, 37, 137-8,
140 Pusztai pomme de terre,
11-4, 17, 23, 43 rbGH, 79, 84-5,
87-8, 90-1, 95, 99 rbGH, 77-105,
183-97 , 257, 264 en évitant,
237, 239, 243, 267 Reagan,
Ronald, 127, 141 Regal, Philip,
213

opposition religieuse aux aliments


génétiquement modifiés, 212-4, 216, 251
Fondation Rockefeller, 210
Rothenberg, Marc, 166

Herbicide Roundup, 33, 47, 202, 205


Roundup Ready, 33, 34, 35, 36, 45, 47, 67, 69, 70, 71, 73,
76, 126, 160, 172, 180, 203, 204, 205, 264
Institut Rowett, 5, 7, 14, 19-23, 29, 30, 33, 43
Société royale, 25, 28-32, 60, 136, 164, 198, 263
Ruckelshaus, William, 150
Salquist, Roger, 157 ans
Schmidt, Alexander, 147 ans
Schubert, David, 55 ans,
Schulte, Harry, 108 ans
Scullen, Thomas, 233 ans
Sechen, Susan, 83 ans, 90 ans
Sénat, canadien, 77-8, 98, 103
Settepani, Joseph, 79, 81, 104
Shalala, Donna, 99 ans
Shapiro, Robert, 129, 148-9, 155, 252
Sheldon, Albert, 139 ans
Sheller, Stephen, 116 ans
Showa Denko KK (Showa Denko), 111-20,
123-5 Smetacek, Andura, 225, 227

compte de cellules somatiques dans le lait. Voir pus


soja, 7, 9, 10, 13, 26, 38, 56, 67, 69, 230, 253,
255, 263-4 allergies, 35, 159-6
les animaux évitent, 45, 126, 230

éviter les fragments de gènes


GM, 236-40, 242-3, 257, 267,
70-1
absence d'évaluation de la
sécurité, perte de marché
72-4 , 153-4

études, 34-6, 60, 203-5

Sprinkel, Steve, 126, 230

StarLink, 6, 70, 155, 165-77, 179-80,


255-6, 264 Stieber, Tamar, 110

Stitt, Barbara Reed, 231, 233-4


Souche V, 113-5, 117-8, 120
Strohman, Richard, 57 ans, 213
Syngenta, 148, 209
Taylor, Michael, 83, 105, 130-1, 133, 150
Taylor, Steve, 162 ans
Teske, Richard, 86 ans
Ticciati, Laura, 218 ans
tomate, 8-10, 13, 38, 154,
199 en évitant les OGM, 237,
267

Voir aussi FlavrSavr, toxines géniques antigel , 36, 143, 237-8


résultat inattendu du génie génétique, 47-8, 54, 58-9, 61, 64,
68, 74-5, 125, 132-3, 137, 214
études de toxicologie non
réalisées, 81, 85,136 Voir aussi
Bt, L-tryptophane
Trader Joe's, 254
Inhibiteur de la trypsine, 35, 161, 204
Turner, James, 140 ans
Département de l'agriculture des États-Unis (USDA), 129,
131, 151, 154, 167, 176, 207, 209, 244, 255
Verakis, Daniel, 26 ans, 201
Villalobos, Victor, 225
Vitamine A, 210-1
Vlieger, Howard, 76 von
Meyer, William, 191-2
Walker, Malcolm, 253
Whelan, Eugene, 78

Maison Blanche, 99, 101, 127, 129, 134, 141, 148, 150, 153

Blanc, Janey, 70 ans


Marché des aliments entiers, 254
Avoine sauvage, 154, 254
Wilson, Steve, 186, 188-93, 256
Winters, Craig, 219
A PROPOS DE L'AUTEUR
Seedsof Deception de Jeff rey M. Smith est le livre le plus vendu au monde sur
les aliments génétiquement modifiés. Il est également le producteur de la vidéo,
Hidden
Da ngers in K ids 'Meals, auteur de la chronique mensuelle diffusée au niveau
international, Spi lling the Beans, est régulièrement présenté dans des articles et
des talk-shows. Son livre le plus récent est Genetic R oulette: Les risques
sanitaires documentés des aliments génétiquement modifiés. M. Smith est le
directeur exécutif de l'Institute for Responsible Technology et le fondateur de la
GM - Free School Campaign. Il a également siégé à de nombreux conseils
d'administration et travaillé avec plusieurs groupes politiques et à but non lucratif
sur la question du génie génétique pendant plus d'une décennie.

Il a voyagé dans plus de 25 pays sur six continents, informant des dirigeants
mondiaux, prenant la parole lors de conférences et faisant des présentations
au public. En 1998, M. Smith s'est présenté au Congrès américain pour
sensibiliser le public aux impacts sur la santé et l'environnement des cultures
GM. Il est ensuite devenu vice-président du marketing pour un laboratoire de
détection d'OGM.

M. Smith détient une maîtrise en administration des affaires et vit avec sa femme
dans l'Iowa, entouré de maïs et de soja génétiquement modifiés.

NOTE DE L'AUTEUR:
Je ne souhaite pas dénigrer les nombreuses personnes compétentes et
travailleuses de la FDA et d'autres agences du gouvernement américain.
Comme l'ont démontré les scientifiques de la FDA dont les
recommandations concernant les tests de sécurité obligatoires ont été
ignorées, de nombreux employés consciencieux du gouvernement sont
obligés de travailler selon des politiques qui ne sont pas fondées sur des
données scientifiques solides et qui ne sont pas dans le meilleur intérêt
du public.

Autres produits de Jeffrey M. Smith


Roulette génétique: les risques pour la santé documentés des
aliments génétiquement modifiés. Soixante-cinq risques pour la
santé des aliments génétiquement modifiés sont présentés dans
des feuilles à tartiner faciles à lire de deux pages . Ils fournissent
des preuves irréfutables que les OGM sont dangereux et
démontrent à quel point les évaluations de sécurité actuelles ne
sont pas compétentes pour nous protéger.
«Ce livre pourrait bien. . . changer le cours mondial des événements de ce siècle.

—Michael Meacher, député, ancien ministre britannique de


l'Environnement Livre relié: 27,95 $
La trilogie OGM: Pourquoi les organismes génétiquement
modifiés menacent votre santé, l'environnement et les
générations futures. 19,95 $ Cet ensemble de trois disques
comprend:
DVD 1: Unnatural Selection Ce superbe film européen primé
de Bertram Verhaag et Gabriele Kröber est l'un des meilleurs
documentaires jamais produits sur les OGM.
DVD 2: Dangers cachés dans les repas pour enfants: aliments génétiquement
modifiés Plus d'une douzaine d'experts décrivent des résultats de recherche
choquants, des réglementations inadéquates et les raisons pour lesquelles les
aliments génétiquement modifiés devraient être supprimés des repas des
enfants.La transformation du comportement des élèves
basée sur l'alimentation dans une école du Wisconsin est également présenté.
Également disponible en un seul DVD ou VHS.

CD audio: Vous mangez QUOI? Jeffrey Smith décrit comment la


biotechnologie
les entreprises ont truqué la recherche, caché les dangers
pour la santé et fait pression sur les régulateurs
gouvernementaux pour qu'ils approuvent les aliments
génétiquement modifiés. Également disponible en un
seul article.
«La présentation la plus puissante que j'aie jamais entendue sur
la question des aliments génétiquement modifiés.» —Craig
Winters, la campagne pour étiqueter les aliments génétiquement
modifiés Remises sur volume disponibles, afin que vous puissiez
les partager avec vos amis et les décideurs.
www.seedsofdeception.com • Commandes:
1.888.717.7000 • info@seedsofdeception.com
L'Institut pour une technologie responsable
Fondé par Jef Rey Smith, cet institut travaille dans le monde entier
pour éduquer les gens, organiser des campagnes et protéger
notre santé et notre environnement contre les organismes
génétiquement modifiés.
Restez informé grâce au bulletin électronique mensuel
gratuit de l'Institut , Spilling the Beans.
Bénévole - pour aider à une campagne scolaire sans OGM ou à d'autres
programmes.

Rejoignez-nous - pour 25 $ par an et recevez des rabais sur


les produits et un exemplaire gratuit de The GMO Trilogy à
offrir à vos amis.
Faites un don (déductible d'impôt) - afin que nous puissions rapidement mettre
fin au génie génétique de notre approvisionnement alimentaire et à la
dissémination d'OGM à l'extérieur.

Envoyez les frais d'adhésion et les dons à:


Institut pour une technologie responsable, PO Box 469, Fairfield, IA 52556

www.responsibletechnology.org • 1.641.209.1765 •
info@responsibletechnology.org