Vous êtes sur la page 1sur 2

TP 16-1 : Calorimétrie

A. But du TP
• Le but de ce TP est d'apprendre à utiliser un calorimètre afin de mesurer la capacité
thermique massique d'un des solides disponibles sur la table de TP.

B. Compétences expérimentales mises en jeu :


o Mettre en oeuvre une technique de calorimétrie.
o Concevoir et mettre en oeuvre un protocole expérimental de mesure d'une grandeur thermodynamique
énergétique (capacité thermique, enthalpie de fusion...).
o Exprimer le résultat d’une mesure par une valeur et une incertitude associée à un niveau de confiance.
o Commenter qualitativement le résultat d’une mesure en le comparant, par exemple, à une valeur de
référence.
o Procéder à l’évaluation de type B de l’incertitude-type dans des cas simples (instruments gradués) ou à
l’aide de données fournies par le constructeur (résistance, multimètre, oscilloscope, thermomètre,
verrerie…).

C. Compétences transversales :
Réaliser :
o mettre œuvre un protocole;
o utiliser (avec la notice) le matériel de manière adaptée, en autonomie;
o effectuer des représentations graphiques à partir de données expérimentales;
o mettre en œuvre des règles de sécurité adéquates.
Analyser :
o choisir, concevoir ou justifier un protocole ou un dispositif expérimental.
Valider :
o exploiter des observations, des mesures en identifiant les sources d’erreurs et en estimant les
incertitudes ;
o confronter un modèle à des résultats expérimentaux;
o confirmer ou infirmer une hypothèse, une information;
o analyser les résultats de manière critique.
Communiquer :
à l’écrit comme à l’oral;
o présenter les étapes de son travail de manière synthétique, organisée, cohérente et compréhensible;
o utiliser un vocabulaire scientifique adapté;
o s’appuyer sur des schémas, des graphes.
Etre autonome et faire preuve d'initiative :
o travailler seul ou en équipe;
o solliciter une aide de manière pertinente;
o s’impliquer, prendre des décisions, anticiper.

D. Travail à réaliser :
o Proposer un protocole permettant de déterminer la valeur en eau du calorimètre.
o Après validation du protocole par l'enseignant, le mettre en oeuvre et déterminer la
valeur en eau du calorimètre.
o Proposer un protocole permettant de déterminer la capacité thermique massique de
l'un des solides disponibles.
o Après validation du protocole par l'enseignant, le mettre en oeuvre et déterminer la
capacité thermique massique de l'un des solides disponibles.

1
Les résultats seront présentés en indiquant clairement les incertitudes et les intervalles de
confiance. Dans la mesure du possible, ils seront comparés aux valeurs indiquées dans la
littérature.

Annexe 1 : Calorimétrie
Si on met un corps chaud au contact d'un corps froid, il se produit un transfert thermique : ce
transfert s'arrête quand l'équilibre est atteint. Dans ce cas. la quantité de chaleur prise par le
corps froid au corps chaud est égale à celle cédée par le corps chaud au corps froid. Si on
opère à Pext = cste la variation d'enthalpie du système constitué par les deux corps est nulle (en
l'absence de pertes thermiques).

Quand la température d'un corps passe de T à T + ΔT sous P = cste sa variation d'enthalpie est
ΔH = mcΔT = Q avec c capacité thermique massique sous P constante et Q étant le transfert
thermique (ou la quantité de chaleur) échangée avec l'extérieur. Si c = cste ΔH = mc(T2 - T1).

Annexe 2 : Le calorimètre
Il existe plusieurs types de calorimètre (à glace, à résistance …). Celui utilisé dans le TP sera
le calorimètre adiabatique de Berthelot.

Un calorimètre est un dispositif destiné à mesurer les échanges de chaleur (calor = chaleur /
mètre = mesure). Il isole thermiquement le système de l’extérieur, et est en général constitué
d’un simple isolant, par exemple du polystyrène (bouteille thermos), ou mieux, de vide. Si le
calorimètre est parfait, on peut supposer qu’il n’y a aucun transfert thermique avec l’extérieur
: les transformations y sont adiabatiques. On y place un thermomètre pour suivre l’évolution
de la température du système, et on suppose que la pression est toujours égale à la pression
atmosphérique extérieure.

En tant que solide, le calorimètre est capable de capter et de stocker de l’énergie. On


appellera µ la valeur en eau du calorimètre. La capacité thermique du calorimètre est donc
Ccalorimetre = µce, avec ce = 4.18 J.g-1.K-1, la capacité thermique massique de l’eau.

Annexe 3 : Capacités thermiques massiques des différents solides disponibles


Solide Duralium Laiton Plexiglas Teflon
Capacité thermique
0,945 0,377 1,47 1,00
massique (J.g-1.K-1)

Vous aimerez peut-être aussi