Vous êtes sur la page 1sur 1

TP N°2 DÉTERMINATION EXPÉRIMENTALE DE LA CAPACITÉ

CALORIFIQUE DE CERTAINS MÉTAUX


Buts : Étudier un transfert d'énergie sous forme de chaleur d'un corps chaud (métal) vers un corps froid
(eau). Voir que lorsque la température des deux corps en contact est la même, le système n'évolue plus
(l'équilibre est atteint). Trouver expérimentalement la capacité calorifique de certains métaux
connaissant celle de l'eau. Comparer ces valeurs expérimentales aux valeurs théoriques.
1) EXPÉRIENCE
Faites chauffer de l'eau jusqu'à ébullition. Plongez-y le morceau de métal préalablement pesé sur une
balance électronique. Placez 200 cm3 d'eau froide dans un calorimètre sec (vous pouvez mesurer la masse
d'eau en pesant le vase intérieur vide, puis plein d'eau, en effectuant la différence). Fermez le calorimètre.
Mesurez la température de l'eau et attendez sa stabilisation, notez cette température initiale de l'eau (θi).
Sortez le morceau de métal de l'eau bouillante et plongez le rapidement dans l'eau froide. Refermez le
calorimètre, mélangez doucement et attendez la stabilisation de la température. Celle-ci obtenue, vous
noterez la température finale de l'eau (θf).
2) RÉSULTATS EXPÉRIMENTAUX
a . Plomb
meau (g) mplomb (g) θi θf

b . Aluminium
meau (g) malu. (g) θi θf

c . Acier
meau (g) macier (g) θi θf

3) INTERPRÉTATION
Le métal plus chaud que l'eau cède de l'énergie à l'eau sous forme de chaleur, si bien que tant que le
transfert à lieu, la température de l'eau augmente pendant que celle du métal diminue. Si la température
de l'eau augmente, c'est qu'elle a reçu une certaine quantité de chaleur égale à Q1 :
Q1 = meauceau(θf - θi). Cette quantité de chaleur est positive car elle est gagnée (par l'eau). (cf. TP2)
Le métal, quant à lui, cède une certaine quantité de chaleur à l'eau égale à Q2 :
Q2 = mmétalcmétal(θf - 100). Cette quantité de chaleur est négative car elle est perdue (par le métal).
Or, toute la chaleur perdue par le métal a été récupérée par l'eau, si nous considérons qu'il n'y a
aucune fuite de chaleur (on peut considérer que le calorimètre a des parois étanches à la chaleur ou
adiabatiques), ce qui revient à dire que : Q1 + Q2 = 0
soit meauceau(θf - θi) + mmétalcmétal(θf - 100) = 0
mmétal cmétal (100−θ f) = meau ceau (θ f−θ i )
meau ceau (θ f−θ i ) 200 . 4184 . (θ f−θ i )
cmétal (J par kg et par degré C) = ≈
mmétal (100−θ f) mmétal (grammes) . (100−θ f)

métal Pb Al acier
cmétal (exp.) J.kg-1K-1
cmétal (théo.) J.kg-1K-1 130 889 447

Vous aimerez peut-être aussi